Vous êtes sur la page 1sur 24
BOXE Pas de médaille pour Benchabla à Rio, Flissi passe en quarts ! P.14 Contribution
BOXE Pas de médaille pour Benchabla à Rio, Flissi passe en quarts ! P.14 Contribution

BOXE

Pas de médaille pour Benchabla à Rio, Flissi passe en quarts ! P.14

Contribution

La minute d'honneur de Mohamed-Amine

TayebP.16

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

ELLES AURONT LIEU À TIFILKOUT ET SERONT DÉDIÉES À MOHYA

Ouverture des journées théâtrales

“Boubekeur-

Makhoukh” P.11

1
1
des journées théâtrales “Boubekeur- Makhoukh” P.11 1 F.797 QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN

F.797

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7310 MARDI 16 AOÛT 2016 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

RECRUDESCENCE DES ATTENTATS DANS LE VIEUX CONTINENT L’Europe DES VIOLENCES ONT OPPOSÉ DES JEUNES DE
RECRUDESCENCE DES ATTENTATS DANS LE VIEUX CONTINENT
L’Europe
DES VIOLENCES ONT
OPPOSÉ DES JEUNES
DE L’ÎLE AUX MEMBRES
DE LA COMMUNAUTÉ
MAGHRÉBINE
et ses musulmans
France : le
burkini au cœur
de vives
tensions en
Corse
face au terrorisme
ELLES SONT
FINANCÉES
PRINCIPALEMENT PAR
LE QATAR, L’ARABIE
SAOUDITE ET LA
TURQUIE
Les mosquées
salafistes mises
en cause
LE VIEUX CONTINENT
SUR LE QUI-VIVE
APRÈS LES ATTENTATS
Quand la
panique nourrit
les amalgames
XÉNOPHOBE,
ISLAMOPHOBE AVEC
UN DISCOURS ANTI-
RÉFUGIÉS
Extrême
droite : l’autre
menace sur
l’Europe
P.2/3
D.R.

APRÈS L’INCENDIE AU PNG DE BÉJAÏA

Un projet pour la restauration du parc à l’étude P.13

pour la restauration du parc à l’étude P . 1 3 SON HISTOIRE A ÉMU TOUT

SON HISTOIRE A ÉMU TOUT LE MONDE

Le maître nageur sauve une vie avant de mourir P.6

à l’étude P . 1 3 SON HISTOIRE A ÉMU TOUT LE MONDE Le maître nageur

2

L’actualité en question

Mardi 16 août 2016

LIBERTE

L’EUROPE ET SES MUSULMANS FACE AU TERRORISME

DES VIOLENCES ONT OPPOSÉ DES JEUNES DE L’ÎLE AUX MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ MAGHRÉBINE

France : le burkini au cœur de vives tensions en Corse

Hier, un autre maire en Corse a publié un arrêté interdisant le port du burkini sur les plages de sa commune. Les heurts de samedi soir dans un quartier de cette île française vont laisser des traces.

L a Corse est sous tension de- puis trois jours, après les heurts qui ont eu lieu samedi soir et di- manche entre des jeunes au- tochtones et trois familles issues de la communauté maghrébine,

faisant au moins cinq blessés, ont indiqué les médias français. Ces incidents ont été provo-

qués par “un différend” entre des membres de ces familles et des jeunes

de la région de Sisco, après que des touristes eurent pris en photo des femmes portant le burkini dans une plage dans le nord de l’île. “Un différend a éclaté entre les membres de trois familles, d'origine maghrébine, et des jeunes de la région de Sisco qui ont reçu le renfort de proches”, a expliqué dans un communiqué le parquet, ajoutant qu'il y avait eu des jets de pierres et de bouteilles et que trois véhicules avaient été incendiés, a rapporté l’AFP. “La gendarmerie est parvenue à maîtriser la situa- tion, d'une grande violence”, selon la même source. Dimanche, plus de 500 personnes, en majo- rité des jeunes qui avaient participé aux heurts de la veille, se sont rassemblées à Bas- tia, avant d’envoyer une délégation voir le pré- fet, a rapporté la presse locale. À la sortie de cette délégation, la foule s’est dirigée vers Lu- pino, un quartier périphérique populaire, où résident de nombreux Maghrébins. De nou-

populaire, où résident de nombreux Maghrébins. De nou- PAR LYÈS MENACER D. R. Des heurts ont

PAR

LYÈS MENACER

D. R.
D. R.

Des heurts ont opposé des Corses à des musulmans pour cause du port du burkini.

veaux affrontements ont pu être évités grâce

à une forte présence de la gendarmerie sur pla-

ce, qui a bloqué l’accès au quartier. Alors que le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a appelé au calme, di- manche matin, le président du Conseil exécu- tif corse Gilles Simeoni a appelé à éviter tout amalgame. “La tension ne doit pas rejaillir sur

l'ensemble de la population originaire du Maghreb, dont la très grande majorité respec- te nos valeurs”, a-t-il averti. Dans la foulée, le maire de Sisco a décidé d’interdire le port du

burkini sur les plages de sa commune, emboî- tant le pas à son collègue de Cannes, dont la décision avait été validée par la justice qui avait reçu une plainte de deux associations récla- mant la levée de cette interdiction. “Ce n'est pas contre la religion musulmane mais pour éviter que l'intégrisme ne se propage”, a déclaré le maire de Sisco (Haute-Corse), Ange-Pierre Vivoni, issu du Parti socialiste, cité par Le Parisien. “Il ne peut pas y avoir une so- ciété fondée sur les rapports de force, le commu- nautarisme, le rejet de l'autre, et cela vaut pour tout le monde”, a-t-il aussi affirmé à France Info. Les heurts de samedi sont les derniers d’une série d’incidents impliquant la communauté musulmane avec les autres habitants de cet- te île où le parti indépendantiste corse a dé- cidé de mener une guerre sans merci contre les islamistes radicaux. L’incendie d’une sal- le de prière en avril dernier a provoqué de vives tensions, aggravée par l’adoption d’une réso- lution par l’Assemblée de Corse, demandant à l’État de fermer tous les lieux de culte mu- sulman jugés de tendance fondamentaliste, donc dangereux pour la sécurité de l’île et du pays.

L. M.

Publicité

pour la sécurité de l’île et du pays. L. M. Publicité ELLES SONT FINANCÉES PRINCIPALEMENT PAR

ELLES SONT FINANCÉES PRINCIPALEMENT PAR LE QATAR, L’ARABIE SAOUDITE ET LA TURQUIE

Les mosquées salafistes mises en cause

P ointées du doigt dans toute l’agitation salafo-terroriste en Europe, les mos- quées contrôlées par les extrémistes sa-

lafistes sont désormais la cible des autorités de plusieurs pays européens. Après les interdic-

tions administratives prononcées à l’encontre d’une dizaine de lieux

de culte salafistes, les responsables politiques français, belges, allemands ou autrichiens comptent passer la vitesse supérieure et exi- ger la fermeture définitive de ces mosquées qu’ils considèrent comme des lieux de proli- fération de la pensée islamiste radicale avec son corollaire le terrorisme. La raison : les autorités européennes dénon- cent de plus en plus les sources de financement de ces mosquées qu’elles attribuent, essentiel- lement, au Qatar, à l’Arabie saoudite et à la Turquie. “Ces pays financent plutôt une doc- trine terroriste”, réagissent plusieurs respon- sables qui ne cachent plus leur hostilité à tou- te forme de financement extérieur d’une quelconque tendance religieuse. En France, le ministère de l’Intérieur a recensé 89 mosquées déjà sous contrôle salafiste, et une quarantai- ne en passe de l’être. Toutes ces structures échappent au contrôle des autorités. Des partis politiques évoquent l’existence de lieux de culte clandestins. En Allemagne, le parti AfD a envoyé son ébauche de manifeste de 45 pages, intitulé “Le courage d’assumer ses responsabilités”, à 30 journaux du pays. Les auteurs insistent sur l’idée que “l’islam n’est pas lié à l’Allemagne” et appellent à l’interdiction de “la construction

et de l’activité des mosquées” sur le territoire allemand. Même topo en Belgique. Après avoir recensé des dizaines de mosquées salafistes, des voix se sont élevées pour exiger leur fermetu- re et l’expulsion des imams radicaux. En Suède, après l’autorisation de l’appel à la prière décidée en 2013, les autorités se sont ré- tractées sur un certain nombre de choses. Ain- si, on enregistre des contestations internes contre l’attitude des autorités suédoises. Les contestataires s’appuient sur le financement du centre islamique pour mener leur offensi- ve contre les lieux de culte extrémistes. En Ita- lie, le Ligue di nord, parti de l’extrême droi-

te, n’a pas résisté à la vague de la contestation qui a envahi l’Europe. Ainsi, le parti a clairement dénoncé ceux qui logeaient des migrants après le viol d’une Ita- lienne par trois Africains. La Ligue du Nord

a violemment réagi en Lombardie, l’une des

régions les plus riches d’Italie, où elle a fait de l’hostilité à l’islam son credo. La construction de mosquée est désormais impossible dans cet- te ville. Et pour cause, la Ligue du Nord vient de faire voter une loi en ce sens. Cette loi, dé- posée en tant que projet, a pu réunir beaucoup de soutien. Elle a été validée de fait dans les villes contrôlées par la Ligue. Cette réaction de l’Europe, en particulier, et de l’Occident, en général, à l’activisme salafiste, est aidée par l’in- trusion des pays promoteurs du wahhabisme dans la gestion financière de ces lieux de cul- te, conçus, au début, comme des lieux de par- tage et de tolérance mais qui ont vite viré de bord pour devenir le terreau du terrorisme.

M. M.

et de tolérance mais qui ont vite viré de bord pour devenir le terreau du terrorisme.

PAR MOHAMED

MOULOUDJ

AF

LIBERTE

Mardi 16 août 2016

L’actualité en question

3

L’EUROPE ET SES MUSULMANS FACE AU TERRORISME

LE VIEUX CONTINENT SUR LE QUI-VIVE APRÈS LES ATTENTATS

Quand la panique nourrit les amalgames

Si la panique s’explique par le climat de terreur que provoquent naturellement ces actes d’une barbarie extrême, l’amalgame est, en revanche, souvent nourri de préjugés.

D epuis la recrudes- cence des atten- tats terroristes et autres actes condamnables de cette nébuleuse

en Europe, souvent revendiqués par Daech, amalgame et panique s’em- parent cruelle-

ment des ci- toyens et même

de la classe politique des pays du Vieux Continent, voire de tout l’Oc- cident. Si la panique s’explique par le climat de terreur que provoquent naturellement ces actes d’une bar- barie extrême, l’amalgame est, en re- vanche, souvent nourri de préjugés et d’idées reçues concernant, no- tamment, la communauté musul- mane qui y vit. Cette dernière est, ainsi, systémati- quement stigmatisée. Les musul-

PAR FARID

ABDELADIM

D. R.
D. R.

mans d’Europe sont, parfois, mon- trés du doigt même lorsqu’il s’agit d’un acte de banditisme “banal”. Mis dans le même sac, au lendemain de chaque acte terroriste, ils sont sou-

ce, le Front national (FN) a enre- gistré ces dernières années des scores

qui en disent long sur le dangereux glissement vers l’extrême droite dans l’Hexagone, où vit une forte communauté musulmane.

Même si le FN n’a pas été élu à la tête d’aucune région, à l’issue d’un se- cond tour des élections régionales de 2015, le taux de 28% de voix obte- nues au premier tour de ce scrutin

a donné des sueurs froides à la

gauche. À moins d’un an de la pré- sidentielle de 2017, la meurtrière at- taque des frères Kouachi qui ont dé- cimé la rédaction de Charlie-Hebdo en janvier 2015, suivie, neuf mois plus tard, par les attentats de Paris,

le FN a de quoi alimenter sa machine

à propagande pour prétendre jouer

les premiers rôles face à un Parti so- cialiste à la politique sociale et éco- nomique quasi semblable à celle de

la droite traditionnelle. Farouche dé-

fenseur de la sortie de la Grande- Bretagne de l’Union européenne, le parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (Ukip) a réussi son pari de faire sortir le Royaume-Uni de l’UE, grâce au discours anti-mi- grant qu’il a prôné lors de la cam- pagne pour le Brexit. Porte-étendards d’une politique eu- rosceptique, ces mouvements de l’extrême droite continuent au- jourd’hui, dans ce climat de peur de nouvelles attaques terroristes, de tirer sur la corde, au risque même de provoquer sur le moyen et le long terme la disparition de l’Union eu-

ropéenne elle-même. La Belgique, l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie, la Hongrie et les pays scandinaves évoluent à l’ombre de cet extrémis- me qui avance comme un nuage sombre sur le Vieux Continent.

L. M.

L’Europe a vécu des attentats meurtriers.

vent soupçonnés, avant même l’identification des auteurs et/ou la revendication de l’acte, d’être pour le terrorisme. Une stigmatisation qui pèse de plus en plus lourd sur la communauté. D’où le retour en force de ce concept d’“islamophobie”, né déjà vers la fin des années 1990. Officiellement dé- noncée, cette islamophobie est de plus en plus assumée, parfois pu- bliquement, y compris par des per- sonnalités publiques. L’extrême droite, pour sa part, en fait carré- ment un projet politique. Invitée sur un plateau de télé, au lendemain des

attaques contre Charlie-Hebdo, la philosophe Élisabeth Badinter avait déclaré qu’“il ne fallait pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe”. Parmi les saillies ouvertement anti- musulmanes, il y a aussi le pamphlet de Michel Houellebecq : “La religion la plus con, c’est quand même l’is- lam” ou encore “l’islamophobie est un droit” de l’avocat Alain Jakubo- wicz, constitué dans l’affaire dite de la sex-tape impliquant le footballeur Karim Benzema, ou encore la dia- tribe du tristement célèbre philo- sophe juif, Éric Zemmour, qui avait déclaré, en 2014, que si “vous ouvrez le Coran à n’importe quelle page, il y est écrit : il faut tuer les juifs, il faut tuer les chrétiens”. Une déclaration qui lui avait néan- moins coûté son poste d’analyste de la chaîne française i-Télé. Qu’à cela ne tienne, le réflexe de stigmatiser les musulmans a progressivement at- teint un pan entier de la société eu- ropéenne et, à forte dose, la France où la multiplication des attentats ter- roristes au lourd bilan, a davantage attisé la haine envers les musul- mans. La montée antimusulmane a poussé le président François Hol- lande à se soumettre à la demande de la classe politique, pour proposer, juste après les attentats du 13 no-

vembre, un projet d’une loi consti- tutionnelle sur la “déchéance” de la nationalité applicable aux binatio- naux nés Français. Un projet qui fait depuis des émules en Europe, no- tamment en Allemagne où une loi similaire est actuellement revendi- quée par l’opposition. Le ressenti des Français non musulmans envers leurs compatriotes musulmans a, en outre, amené le gouvernement fran- çais à prendre une série de mesures allant dans le sens d’une “régulation” du culte musulman. À titre d’exemple, il s’engage à créer une “fondation pour l’islam de Fran- ce”. Cette fondation, estime celui qui, selon l’AFP, est pressenti pour la di- riger, l'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, aura pour mission d’encadrer la pratique du culte mu- sulman en France. Dans ce sillage, un appel est d’ores et déjà lancé aux musulmans français pour faire preu- ve de “discrétion en cette période diffi- cile”. L’onde de choc de l’“islamo- phobie” atteint, par ailleurs, les com- munautés musulmanes de plusieurs pays occidentaux dont les USA où les musulmans sont les premiers à être soupçonnés, y compris dans cer- tains événements sans aucun lien avec le terrorisme.

F. A.

XÉNOPHOBE, ISLAMOPHOBE AVEC UN DISCOURS ANTI-RÉFUGIÉS

Extrême droite : l’autre menace sur l’Europe

navire Europe vire de plus L e en plus à droite. Profitant de la crise
navire Europe vire de plus
L e
en plus à droite. Profitant de
la
crise socioéconomique, née
de la banqueroute financière de
2008, les partis
PAR LYÈS
de
l’extrême
MENACER
droite
ont

trouvé depuis de nouveaux argu- ments pour s’enraciner dans le Vieux Continent. La peur de l’isla- misme, qui s’est traduit par une vague d’attentats terroristes en Fran- ce, en Belgique et en Allemagne ces deux dernières années, a pous- sé les peuples d’Europe à penser que leur salut réside à l’ombre des pays nationalistes. La crise des réfugiés a ajouté à la phobie de l’étranger, désormais per- çu comme un destructeur en puis- sance de l’héritage judéo-chrétien, sous la bannière d’un autoproclamé État islamique tirant toute sa force de l’idéologie haineuse, promue à coups de pétrodollars par l’Arabie saoudite et le Qatar, alliés d’un Oc- cident aveuglé par la préservation de ses présumés intérêts géostraté- giques au Proche-Orient. Ainsi, de- puis novembre 2015, la Pologne est gouvernée par le parti nationaliste Droit et Justice. Ce pays, membre de l’Union euro- péenne, a adopté une nouvelle po- litique contraire à ce qui est prévu dans le droit européen, affichant ouvertement son hostilité à la poli- tique de Bruxelles en matière de ges- tion de la crise des réfugiés. Mise à genoux par la crise de la dette, la Grèce s’est laissé, elle aussi, prendre dans les bras de l’Aube dorée, un parti d’extrême droite qui dispose de 17 sièges au Parlement d’Athènes, malgré les démêlés judiciaires qu’il a eus concernant des violences com- mises contre des immigrés. En Fran-

LÉDITO

PAR SAÏD CHEKRI

Fausse route

L a montée en fréquence des attentats terroristes en Europe est en train de produire dans la quasi-totalité des pays de ce continent des ef- fets jamais observés auparavant. Au-delà de la panique que sèment

Face au terrorisme et aux partis

d’extrême

droite, qui se nourrissent mutuellement, l’Europe et ses musulmans cherchent tant bien que mal à trouver la parade. Quelquefois maladroitement car, mis sous forte pression par la rue et ces partis, les gouvernements font souvent fausse route. Ils en arrivent quelquefois à agir comme le souhaitent les extrêmes, participant de la sorte, eux-mêmes, à la montée des communautarismes.”

naturellement ces actes, notamment depuis l’apparition de ces nouveaux modes opératoires tels que les attaques à l’arme blanche ou au moyen de “véhicules fous”, et qui s’emparent autant des simples gens dans la rue que des gouvernements, il y a aussi cette menace pesante sur la cohésion so- ciale dans ces pays, notamment ceux qui, comme la France, comptent une forte communauté musulmane. Ici, la panique est à la fois physique et po- litique. Car elle nourrit invariablement deux phénomènes : l’amalgame inconscient, d’une part, et, d’autre part, le discours populiste de l’extrême droite qui ne peut manquer de se saisir de l’aubaine pour élargir son in- fluence au sein des sociétés européennes. Ainsi, face au terrorisme et aux partis d’extrême droite, qui se nourrissent mutuellement, l’Europe et ses musulmans cherchent tant bien que mal à trouver la parade. Quelquefois maladroitement car, mis sous forte pres- sion par la rue et ces partis, les gouvernements font souvent fausse rou- te. Ils en arrivent quelquefois à agir comme le souhaitent les extrêmes, participant de la sorte, eux-mêmes, à la montée des communauta- rismes. La loi instituant la déchéance de la nationalité des binationaux re- connus coupables de terrorisme, initiée par la France et qui commence à faire des émules, en Allemagne notamment, est assez édifiante à ce pro- pos, dès lors qu’elle remet en cause un principe sacro-saint de la République :

l’égalité des citoyens devant la loi, indépendamment de leur origine ou de leur religion. L’extrême droite n’aurait sans doute pas fait mieux (pire). Elle a, en tout cas, marqué un point. Le terrorisme aussi parce que cette mesure est de nature à exacerber la colère dans les banlieues et l’on sait que c’est là qu’il a toujours trouvé ses recrues. À ce rythme, l’Europe peut continuer à envoyer ses avions frapper Daech en Syrie, en Irak et partout dans le monde, cela n’aura pas l’effet escompté, à savoir l’anéantissement du terrorisme. Car les bailleurs de fonds d’Al-Qaïda, puis de Daech et ceux qui achètent le pétrole volé par ces or- ganisations terroristes continuent de financer aussi la propagation de l’idéo- logie salafiste… au cœur même de l’Europe. n

4

L’actualité en question

Mardi 16 août 2016

LIBERTE

COMMÉMORATION DU 20 AOÛT À BÉJAÏA

Le programme des célébrations au menu d’un conseil de wilaya

Les préparatifs pour la célébration du double anniversaire du Congrès de la Soummam et de l’offensive du Nord-Constantinois ont été au cœur d’un conseil de wilaya qui a réuni, avant-hier, le wali et les commissions chargées de l’organisation de l’événement.

P our l’occasion, des instructions ont été données aux direc- teurs de wilaya et aux chefs de daïra afin de veiller à la bonne ap-

plication du programme des célé- brations. Un programme qui a dé- buté le 10 août dernier et s’étalera jusqu’au 20 août prochain. Selon la cellule de communication de la wilaya, au menu des activités plu- sieurs édifices publics recevront le nom de chouhada, des conférences sur le thème de la Révolution et un colloque scientifique autour du double anniversaire. La première édition de ce colloque, appelé à être réédité chaque année, selon le vœu du wali, se déroulera au campus d’Aboudaou et se déclinera en conférences sur les grandes fi- gures de la Révolution, projections de films documentaires sur les co- lonels Krim et Lotfi, des concours, une distribution de dépliants sur la Journée du moudjahid et le Congrès de la Soummam, des expositions de photos, des visites des sites histo- riques de la wilaya et un match op-

D. R.
D. R.

posant l’équipe nationale 82 à celle de 90 sera également au programme des activités, a-t-on indiqué. Du côté officiel, c’est le ministre des Moudjahidine qui est atten- du à Ouzellaguene le 20 août

Des festivités sont organisées pour célébrer le Congrès de la Soummam.

prochain. Pour l’occasion, il sera procédé à l’inauguration des stèles des six colonels (Abane Ramdane, Amirouche Aït Ha- mouda, Larbi Ben M’hidi, Lakh- dar Bentobal, Amar Ouamrane et

Youcef Zighoud) et d’une mu- raille glorifiant le Congrès de la Soummam. Aussi, un timbre postal commé- morant l’événement sera émis du- rant la même journée, note la cellu-

le de communication de la wilaya. Hier et dans le sillage de ces célé- brations, le wali de Béjaïa, qui a ef- fectué une visite d’inspection à Fel- dene, dans la commune de Chella- ta, a saisi cette occasion pour se re- cueillir sur les tombes des 25 martyrs de la région avant de se rendre à la bibliothèque communale d’Ifri Ou- zellaguene où il a donné le coup d’envoi d’une conférence organisée par l’association nationale Machaâl Echahid en hommage aux habitants de la région qui a abrité le Congrès de la Soummam. À noter que le programme des fes- tivités se poursuivra aujourd’hui avec le coup d’envoi de la première édition du chant patriotique ama- zigh. “Pour l’ouverture officielle, une parade en présence des artistes, des moudjahidine et de la société civile sera organisée et des animations sont prévues à la Maison de la cul- ture, à Sidi-Ali-Lebher et Souk El-As- ser”, a indiqué Malek Bouchebah, responsable du comité des fêtes de la ville de Béjaïa.

H. KABIR

ÉCHANGES CULTURELS ET PÉDAGOGIQUES ET FORMATION DES ÉTUDIANTS

Convention signée entre le Haut-Commissariat à l’amazighité et l’université Badji-Mokhtar d’Annaba

L e secrétaire général du Haut-Commis- sariat à l’amazighité, Si El-Hachemi Assad, et le recteur de l’université de

Badji-Mokhtar d’Annaba, Amar Haiya- houm, ont signé, hier, au siège de la wilaya, une convention portant échanges cultuels, péda- gogiques et formation des étudiants.

Cette dernière est intervenue dans le cadre des préparatifs du Colloque international consacré à la vie du grand roi numide Jugur- tha, qui doit se tenir dans cette ville du 20 au 22 août.

Ce premier colloque sur l’un des plus grands rois de l’antique Numidie est un espace de ré- flexion pour les chercheurs et historiens ap- pelés à se pencher sur son parcours à travers 26 communications et tables rondes qui seront animées par des chercheurs, des académiciens, des spécialistes et des historiens de renom, re- tenus pour la circonstance, dira le SG du HCA. Après avoir présenté les 10 objectifs de ce col- loque et les moyens mobilisés par les minis- tères de la Culture et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique avec

la contribution effective du wali d’Annaba, le conférencier, qui a également souligné que les préparatifs ont duré quelque 8 mois, a promis que ce colloque, le premier du genre, sera un événement à la hauteur du personnage. Parlant de l’amazighité, le conférencier signale qu’aujourd’hui, une académie amazighe exis- te avec en outre un encadrement compétent et hautement qualifié. D’ailleurs, Si El-Ha- chemi Assad s’est montré très satisfait de la constitutionnalisation de tamazight dans la consolidation de l’unité nationale.

II a annoncé que l'enseignement de la langue amazighe sera prodigué, dans un proche ave- nir, à travers 32 wilayas du pays dans un pre- mier temps, et que 500 postes budgétaires ont été dégagés à cet effet par le ministère de l’É- ducation nationale. Comme il a révélé de nombreux objectifs tra- cés par le HCA, notamment la formation de pédagogues et de journalistes en langue ama- zighe, la traduction de la langue arabe vers ta- mazight et aussi du Coran.

BADIS B.

GRAND DÉFENSEUR DES CAUSES PERDUES

Jacques Vergès a disparu un certain 13 août

I l y a trois ans, disparaissait Jacques Ver- gès, l’anticolonialiste qu’on qualifiait d’avocat des “causes perdues”. M e Jacques

Vergès, dit “Mansour”, décédé le 13 août 2013 à Paris, a été l’un des grands avocats fran- çais de son temps, bien que n’étant pas “très ami” avec beaucoup de monde, notamment ceux qui lui reprochaient d’avoir acquis sa cé- lébrité en défendant Djamila Bouhired et le FLN. Jacques Vergès fut celui qui avancera :

“Nous savons aujourd’hui que démocratie et droits de l’Homme ne sont pas synonymes.” Convaincu, il osera défendre le nazi Klaus Bar- bie, Carlos, Omar Raddad, etc. “Plus l’accu- sation est lourde, plus le devoir de défendre est grand”, déclarait-il en 2002. L’homme s’est fait non seulement plein d’amis à travers le mon- de, mais également beaucoup d’ennemis, il le

savait. Il avait aussi ses relations dans les pays de l’Est et fut un homme de culture passion- né de théâtre et de littérature à laquelle il consa- crait beaucoup de son temps. Homme de gauche et farouche opposant aux idées colo- nialistes et de domination, il a vécu son siècle, comme témoin, comme acteur, comme il l’avait voulu, hors du commun. En 2011, il avait condamné l’agression contre la Libye. C’est lui qui dira, à propos des mas- sacres du 8 Mai 1945 en Algérie : “Le crime du 8 Mai est imprescriptible, il n'a pas été amnis- tié puisqu'il n'a pas été reconnu, seules les vic- times ont été poursuivies, un procès est donc tou- jours possible, soit devant une cour algérienne, soit devant la Cour pénale internationale.” Pour lui, “la France, non pas celle qui ordon- ne de glorifier la colonisation dans les livres sco-

laires, mais celle du discours de Phnom Penh, celle qui a refusé l'agression contre l'Irak, cel- le qui a reconnu ses responsabilités envers les juifs livrés aux nazis fût-ce par un gouverne- ment illégitime, cette France-là s'honorerait en reconnaissant sa responsabilité dans les mas- sacres du 8 Mai1945 et sa dette envers le peuple algérien” (Liberté du 9 mai 2015). Sur le même sujet, toujours à Guelma, il y a quelques années, taquinant à sa manière le co- lonel Montagnac, le comte d’Hérisson, le gé- néral de Saint Arnaud et enfin le maréchal Bu- geaud, ce dernier disait : “Il faut une grande in- vasion en Afrique qui ressemble à ce que fai- saient les Francs, à ce que faisaient les Goths”, expression, dira-t-il, de “l’humanisme occi- dental”.

B. NACER

D. R.
D. R.

LIBERTE Mardi 16 août 2016

LE RADAR

DE LIBERTÉ

DE LIBERTÉ

5

SIDI BEL-ABBÈS

Des élus APC risquent l’exclusion ou la suspension de leur fonction

APC risquent l’exclusion ou la suspension de leur fonction n Plusieurs élus, notam- ment des présidents

n Plusieurs élus, notam- ment des présidents d’APC de la wilaya de Sidi Bel-Abbès, qui sont actuelle- ment sous le coup de pour- suites judiciaires ou condam-

nés pour des crimes et délits en rapport avec les deniers publics et autres chefs d’in- culpation, seront suspendus ou exclus des assemblées conformément aux articles

43 et 44 du code communal. À ce propos, on a appris que les arrêtés de suspension ou d’exclusion seront remis aux intéressés dès le retour de congé du wali.

ALORS QUE 59 ACCIDENTS ONT ÉTÉ ENREGISTRÉS DANS LA WILAYA

Alger : retrait de 3 068 permis de conduire en juillet

Alger : retrait de 3 068 permis de conduire en juillet n Les services de la

n Les services de la sûreté de wilaya d’Alger ont retiré 3 068 permis de conduire durant le mois de juillet suite à 10 437 infractions au code de la route constatées sur les axes routiers de cette wilaya durant cette période. La sûreté de wilaya fait état de 59 accidents de la rou- te survenus durant la période considérée. Ces accidents ont fait 2 morts et 66 blessés.

MALGRÉ LEURS NOMBREUSES RÉCLAMATIONS À ALGÉRIE TÉLÉCOM

Une ligne téléphonique en dérangement depuis plusieurs mois

n Les résidents de la rue Mohamed-Ben-Zineb, dans la commune de Sidi- M’hamed, Alger, après une longue attente et plu- sieurs réclamations, ont bénéficié d’une ligne télé- phonique et d’une connexion Internet. Ce- pendant, la ligne télépho- nique est vite tombée en dérangement et donc, point d’Internet aussi. Lesdits résidents ne ces- sent de faire des réclamations auprès d’Algé- rie Télécom (Aïssat-Idir). En vain. Pourtant,

d’Algé- rie Télécom (Aïssat-Idir). En vain. Pourtant, ils continuent de payer régulièrement leurs fac- tures

ils continuent de payer régulièrement leurs fac- tures sans qu’un service soit assuré en retour.

IL ÉTAIT LE MEILLEUR ATHLÈTE AFRICAIN

Boughera El-Ouafi, le médaillé d’or des JO d’été de 1928

El-Ouafi, le médaillé d’or des JO d’été de 1928 n Boughera El-Ouafi est le symbole même

n Boughera El-Ouafi est

le symbole même du “sportif oublié par l’histoire”. Pourtant, cet Algérien d’Ouled Djellal, près de Biskra, était un athlète hors normes. Il avait remporté la

médaille d'or au marathon des jeux Olympiques d’été de 1928, organisés à Amsterdam aux Pays- Bas. Il a été le premier athlète africain “indigène” – l’Algérie était sous domination française – à arracher une médaille olympique. Né le 15 octobre 1898 à Ouled Djellal, le simple travailleur qu’il était n’avait pas les moyens de poursuivre une carrière sportive qui était pourtant prometteuse. Il finit sa vie dans la misère. Il meurt le 18 octobre 1959 lors d’une fusillade du FLN dans un café à Saint-Denis où il était cafetier. Il avait gagné plusieurs courses aux USA.

AUTEUR DU LIVRE “ALGÉRIE-KABYLIE” PARU AUX ÉDITIONS BARZAKH

Le chercheur anglais Hugh Roberts attendu demain à Tizi Ouzou

n Après une longue tournée à Aïn El-Hammam, Akbou, Béjaïa, Bouzeguène et Tizi Gheniff, le chercheur anglais Hugh Roberts est attendu à Tizi Ou- zou demain mer- credi (à 13h30) à la librairie Chei- kh-Multilivres sise avenue Abane-

Ramdane pour dédicacer son fa- meux livre intitu- Algérie-Kabylie (Études et inter- ventions) paru aux éditions Barzakh à Alger. Le D r Hugh Roberts a une très bonne connaissance de l’Algérie car il a enseigné l’anglais en 1973- 74 à Bouira où il s’est même rendu à maintes reprises du- rant la décennie noire. Après avoir enseigné dans de nom- breuses universités de Gran- de-Bretagne et des États-Unis

breuses universités de Gran- de-Bretagne et des États-Unis tout en menant une carrière de chercheur et

tout en menant une carrière de chercheur et de consultant, il enseigne aujourd’hui l’his- toire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient à l’univer- sité de Tufts (États-Unis). Dans son dernier ouvrage, il traite de la violence en Algé- rie et des problèmes socio- politiques spécifiques à la Kabylie.

EXPLOITATION ILLÉGALE DES PLAGES

La gendarmerie saisit des centaines de tables, de chaises et de parasols

n Mille deux cents gendarmes ont été mobilisés dans le cadre d'une deuxième opération de lutte contre l'exploitation illé- gale des plages autorisées à la baignade dans la wilaya d'Alger entraînant la saisie de 182 tables, de 500 chaises et de 282 parasols, a indiqué, hier, un communiqué de la Gen- darmerie nationale. Ces saisies ont été opérées sur l’ensemble des plages autorisées à la baignade et situées dans le territoi- re de compétence de ce corps de sécurité, à l’est et à l’ouest de la capitale, lors d’une descente, la deuxième du genre, ef- fectuée le 12 août de 8h à 21h par les éléments du groupement territorial de la Gendarmerie nationale.

ARRÊT SUR IMAGE

ARRÊT SUR IMAGE n Située sur un axe très fréquenté entre la rue Mohamed-Ben-Zineb et la

n Située sur un axe très fréquenté entre la rue Mohamed-Ben-Zineb et la rue Mohamed-

Zekkal, dans la commune de Sidi-M’hamed (en face de la salle Harcha), une décharge sau-

vage semble avoir la peau dure.

6

L’actualité en question

Mardi 16 août 2016

LIBERTE

SON HISTOIRE A ÉMU TOUT LE MONDE

Le maître nageur sauve une vie avant de mourir

Le maître nageur a fourni des efforts surhumains pour sortir de la mer, agitée et houleuse, cet enfant, originaire de Biskra. Ce dernier, qui s’est jeté à l’eau malgré le drapeau rouge, avait été emporté par les vagues d’une mer très agitée, en cette journée à Melbou.

Zitari/Archives Liberté
Zitari/Archives Liberté

Le pompier est décédé d’un malaise cardiaque après avoir sauvé la vie à un jeune nageur.

I l meurt après avoir accom- pli un acte de bravoure. L’histoire de Bendjider Fay- çal a ému plus d’un, en l’occurrence ceux qui ont assisté à son exploit, à savoir

les estivants et ses coéquipiers les maîtres nageurs et les sapeurs-

pompiers. Lesquels avaient, quelques minutes auparavant, sa- lué son comportement. En effet, après avoir sauvé d’une noyade certaine un adolescent de 14 ans, le maître nageur d 27 ans a été pris

d’un malaise cardiaque. C’était sa- medi dernier. Le maître nageur a fourni des ef- forts surhumains pour sortir de la mer, agitée et houleuse, cet en- fant, originaire de Biskra. Ce der- nier, qui s’est jeté à l’eau malgré le drapeau rouge, avait été emporté par les vagues d’une mer très agi- tée, en cette journée à Melbou. Ce maître nageur sauveteur (MNS) avait été recruté dans le cadre de la surveillance des baignades pour la saison estivale 2016, a indiqué un

communiqué de la Protection ci- vile. On a signalé, en outre, que c’était sa première année de travail avec les sapeurs-pompiers ; son rôle consistait à seconder le chef de poste de la plage Ighzer-Leblat de Souk El-Tenine, avec d’autres MNS. Selon des habitants du village agri- cole de Souk El-Tenine d’où il était originaire et le communiqué de la Protection civile, le jeune Fayçal tra- vaillait dans une boulangerie de la localité pour aider sa famille. Il était connu pour être un sportif qui ai-

mait l’athlétisme, à l’instar des jeunes de la localité que l’on voit

s’entraîner tout au long de la plage et de la RN9.

Il ne souffrait d’aucune pathologie,

a tenu à préciser la direction de la

Protection civile. Il était le seul garçon de la famille ; il n’avait que

des sœurs, a poursuivi le commu- niqué.

Ses amis disent de lui qu’il était très affable et estimé des jeunes de sa gé- nération tellement il était de bon- ne compagnie. Le plus dramatique, c’est que cette expérience de maître nageur sera de courte durée, re- grette-t-on. C’était son onzième jour de travail en tant que MNS. Le jour du drame, poursuit dans le menu détail le communiqué de la Protection civile, “il avait accompli

sa prière du dhor avant de regagner

son poste de surveillance. Et en voyant cet enfant en difficulté, il n’a

pas hésité une seconde à plonger pour le sauver, malgré l’état de la mer et le fanion rouge. Après tant d’efforts, il a pu sauver ce garçon, il l’a accompagné en le réconfortant, en faisant quelques pas avec lui. Il

a ensuite été terrassé par un malai- se cardiaque”. Ses collègues ont accouru pour lui prêter main for- te ; des tentatives de réanimation

ont été prodiguées, expliquera-t-on, mais “sans succès, son cœur a lâ- ”

Il est mort après avoir offert

une chance de vivre à un jeune de 14 ans, qui allait être emporté par des courants dans une mer dé- chaînée.

M. OUYOUGOUTE

ché

APRÈS AVOIR CHUTÉ D’UNE EMBARCATION

Jijel : un jeune se noie au port de Boudis

n Un jeune estivant a trouvé la mort par

noyade au port de Boudis (Jijel) alors qu’il tentait de se prendre en photo, a-t-on appris, hier, auprès de la Protection civile. La victime âgée de 20 ans, originaire d’Aïn Témouchent, voulait se photographier, dimanche soir, et est tombée d’une embarcation amarrée au port, a précisé la chargée de communication de la Protection civile, le lieutenant Ahlem Boumala. Seize agents de ce corps constitué, dont 3 plongeurs professionnels, ont été mobilisés pour repêcher le corps, sans vie, du noyé après une intervention qui aura duré plus de 2 heures, a-t-on souligné.

Depuis le début de la saison estivale, pas moins d’une dizaine de noyades d’estivants sur différentes plages (non autorisées et non surveillées ou réglementées) ont été enregistrées, rappelle-t-on. La direction de la Protection civile a, par ailleurs, rappelé, dans un communiqué, que son dispositif de surveillance des plages surveillées et autorisées à la

baignade, depuis début juin, fonctionne avec “efficacité”, précisant qu’un seul cas de noyade s’est produit sur une plage surveillée pendant les heures de surveillance. Ce dispositif est constitué de 400 agents de la Protection civile déployés dans 24 plages de la corniche jijelienne. Quelque 6 275 interventions de secours ont été enregistrées au 14 août dernier sur les plages fréquentées à ce jour par près de 8 millions d’estivants, a indiqué, à l’APS, le lieutenant Boumala.

EN DÉPIT D’UNE DÉCISION DU TRIBUNAL DE TIZI OUZOU EN LEUR FAVEUR

432 souscripteurs victimes d'un promoteur immobilier

L es 432 souscripteurs auprès d’un pro- moteur immobilier dont le siège social est situé au boulevard Stiti à Tizi Ouzou ne

savent plus à quel saint se vouer après que ce promoteur eut pris une somme de 25 milliards de centimes comme avance pour le lancement d'un projet de construction de logements et de locaux commerciaux. Selon les plaignants, après des contrats signés en bonne et due forme par les postulants et le promoteur, celui-ci a lancé les travaux de ter- rassement, mais voilà que plus de trois mois après le début des terrassements qui ont at- teint un taux d’avancement de 80%, une mé- sentente est survenue entre le promoteur et le propriétaire du terrain. C’est ainsi que le pro-

moteur a dû arrêter les travaux parce qu’il n’ar- rivait pas à obtenir le permis de construire et a préféré disparaître dans la nature laissant der- rière lui des victimes livrées à elles-mêmes. Pour mieux se mobiliser, les contestataires fu- rent amenés à créer une association dénom- mée Bouzermane à la fin de l’année 2013. “Ayant eu vent de la création de ladite asso- ciation, ce promoteur nous a aussitôt contactés afin de trouver un terrain d’entente pour notre remboursement. Il s’engagea alors devant l’avo- cat de notre association et ses propres avocats pour nous rembourser la totalité de notre argent selon un échéancier détaillé et signé dûment d’un commun accord. Six mois après et suite au non- respect de son engagement envers l’association,

nous avons décidé de le poursuivre en justice en juin 2014”, nous confient les membres de l’association. Un verdict a été rendu par contu- mace à son encontre par le parquet de Tizi Ou- zou qui l’a condamné à 5 ans de prison ferme assortie d’une décision de remboursement des 25 milliards de centimes amassés auprès des souscripteurs et un mandat d’arrêt. “Or, de- puis, rien n'a été fait”, indiquent nos interlo- cuteurs, tout en ajoutant : “Nous sommes tou- jours dans l'expectative car nous avons frappé à toutes les portes et sollicité les autorités com- pétentes mais, en vain.” Dernièrement, les membres de l’association, dont le nombre d’adhérents s’élève à plus de 200 souscripteurs, ont tenu une assemblée au cours de laquelle ce

problème a été débattu et des actions paci- fiques ont été envisagées. “Nous lui avons donné assez de temps pour fructifier son argent et pouvoir nous rembourser notre dû. Mais, nous ne voyons aucun geste de sa part. Il nous reste qu'à passer aux actions arrêtées par l'assemblée”, concluent les membres du bureau de l’asso- ciation. Notons que certains ont versé 20% du coût du logement alors que d’autres ont payé un peu plus. En définitive, les adhérents de l’associa- tion Bouzermane interpellent toutes les ins- tances de l’État concernées par cette affaire afin d’agir vite parce que leur calvaire a atteint son paroxysme.

O. GHILÈS

MANQUE D’UN MÉDICAMENT ANTICOAGULANT

Les dialysés de Sour El-Ghozlane crient au scandale

L es dialysés de la commune de Sour El-Ghozlane, daïra si- tuée au sud de la wilaya de Bouira, connaissent, ces der- niers temps, certaines difficultés à se soigner correctement.

Et pour cause. Le manque récurrent d’un médicament anti- coagulant au service d’hémodialyse de l’EPH des Frères-Ya- hiaoui de cette circonscription. D’ailleurs, et pour manifester leur mécontentement quant à cette situation qu’ils qualifient d’inacceptable, une vingtaine d’entre eux ont refusé, hier, de

se soigner. Selon certains d’entre eux, la rareté de ce médica- ment gêne considérablement leur prise en charge et transforme leur séance d’hémodialyse en un véritable calvaire. “À chaque fois que nous venons, on nous dit que l’anticoagulant, indis-

pensable à notre traitement, est introuvable”, soulignera un dia- lysé. Cet état de fait a donc poussé ces malades à “boycotter” leur séance en guise de protestation. Selon un médecin né- phrologue de l’EPH de Bouira, car ceux de Sour El-Ghozlane ont refusé de s’exprimer, les patients hémodialysés au long cours présentent “paradoxalement également un état hypercoagulable dont l'étiologie est multifactorielle, ce qui induit un déficit en antithrombine en cas de syndrome néphrotique concomitant”, a-t-il fait savoir. Et d’ajouter : “L’anticoagulation est difficile chez les patients avec insuffisance rénale en raison de troubles de la fonction plaquettaire et de l’élimination rénale de certains an- ticoagulants. D’où la nécessité de l’injection d’un anticoagulant.”

Renseignement pris auprès du président de l’Association des dialysés de Bouira, Rabah Izem, ainsi que des responsables de la DSP de Bouira, il s’est avéré qu’un quota de ce médicament vient d’être livré à l’ensemble des services d’hémodialyse à tra- vers la wilaya. En outre, les dialysés de Sour El-Ghozlane in- terpellent encore et toujours les pouvoirs publics, notamment les services de la DSP de Bouira, sur les “défaillances” et “l’ab- sentéisme récurrent” du néphrologue à Sour El-Ghozlane. “Ce n’est pas la première fois que notre médecin s’absente en nous laissant dans une situation critique. C’est inadmissible”, se sont- ils offusqués.

RAMDANE B.

LIBERTE

Mardi 16 août 2016

L’actualité en question

7

ABDELWAHAB NOURI À AÏN TÉMOUCHENT

Tourisme : l’écueil du foncier freine l’investissement

Harcelé sur la question de la taxe de passage imposée par la Tunisie aux Algériens qui s’y rendent, le ministre a renvoyé la balle à son collègue des Affaires étrangères.

À Hammam Bou-Hadjar où il a entamé sa visite de travail hier dans la wilaya d’Aïn Témou- chent, Abdelwahab Nouri, mi- nistre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de

l’Artisanat, a affiché sa déception face à la len-

teur de la procédure qui a retardé le lancement des travaux de réhabilitation de la station ther- male. Une opération d’envergure pour laquelle une cagnotte de 87 milliards de centimes a été réservée. Elle financera aussi bien l’étude que les travaux. ‘‘Je suis profondément déçu de ce que j’ai vu. Les travaux devaient démarrer im- médiatement’’, a-t-il martelé. Nous avons tenté d’en savoir plus sur cette situation lors du point de presse d’usage, mais l’hôte d’Aïn Témouchent s’est contenté d’une allocution qu’il avait prononcée à l’issue de sa visite au village touristique Doriane-Beach Club du pro- priétaire Brahim Torki, implanté dans la commune d’Ouled Boudjemaâ, laissant la presse sur sa faim, pas uniquement sur ce point mais aussi sur de nombreuses questions d’ac-

SOUK-AHRAS

D. R.
D. R.

M. Nouri, ministre de l’Environnement et du Tourisme.

tualité liées à son secteur. Néanmoins, des ef- forts ont été consentis pour tenter d’arracher quelques bribes d’informations. À une ques- tion de Liberté sur la fameuse taxe de passa- ge imposée par les Tunisiens aux automobi- listes algériens, le ministre a renvoyé la balle

à son collègue de la diplomatie algérienne. ‘‘Vous devriez poser cette question au mi- nistre des Affaires extérieures’’, nous a-t-il répondu, évitant de facto d’aborder une ques- tion sensible qui fâche. Au sujet des zones d’ex- pansion touristique (ZET) qui sont confron- tées au problème des terres agricoles et qui re- tardent l’opération de l’étude de leur plan d’aménagement touristique (PAT), à l’image de celle de Bouzedjar, M. Nouri a été clair en affirmant que pour “ce qui est potentiellement agricole, il est de notre devoir de le préserver et de le protéger. Pour ce qui est pseudo-agrico- le, il y a matière à discuter et à négocier avec les cellules du ministère de l’Agriculture pour essayer de débloquer ce genre de situation’’. Le ministre n’a pas caché sa satisfaction quant aux efforts consentis par la wilaya dans le secteur touristique qui a un rôle important à jouer dans l’économie nationale avec toutes ces fi-

sachant

lières (écotourisme, thermalisme

que le pays recèle d’énormes potentialités na- turelles avec ses plages splendides et envoû- tantes. Avec ses 56 projets touristiques, les ef-

)

forts consentis dans cette wilaya ont été mis en exergue par Abdelwahab Nouri qui a cité l’exemple du village Doriane-Beach devenu une destination incontournable pour les nom- breux visiteurs nationaux et étrangers de la wi- laya d’Aïn Témouchent. Lors de sa visite de travail, le ministre s’est enquis de l’avancement des travaux de nombreux chantiers et infra- structures hôtelières relevant de son secteur à l’image du splendide hôtel Eden-Stop qui prend forme, de la résidence touristique Dou- ma, de l’hôtel Djaâlab, ainsi que du complexe touristique Mekki-Brahim. Ce dernier, qui dis- pose de 118 bungalows achevés à plus de 90%, fait face à un problème financier qui l’oppo- se à la Cnep pour le remboursement du prêt qu’il avait contracté sans tenir compte de l’as- pect investissement, et qui devra donc béné- ficier d’une bonification. Le ministre s’est en- gagé “à soumettre son cas au ministre des Fi- nances pour reconsidérer ce remboursement car s’agissant d’un investisseur sérieux’’, a-t-il précisé.

M. LARADJ

Lancement de projets de loisirs et de détente

n Des projets de loisirs et de détente ont été lancés à Souk-Ahras par des investisseurs privés de la région convaincus de relever le défi de promouvoir l'activité touristique dans la wilaya, a-t-on appris hier auprès de la direction locale du tourisme et de l'artisanat. Quatre projets touristiques privés ont été récemment validés pour la construction d’hôtels classés 4 étoiles et complexes touristiques, ainsi que la réalisation de

maisons de campagne traditionnelles jouxtant le site archéologique de Madaure en vue de promouvoir le tourisme dans la région, a-t-on précisé de même source. Pour accompagner et soutenir ce genre d'initiatives, il a été approuvé le projet de réalisation d’un parc d’attractions et de loisirs et d’un hôtel 3 étoiles d'une capacité de 120 lits. Situé sur un emplacement stratégique à proximité de l'université Mohamed-Cherif-

Messaâdia, sur la RN16 menant à la wilaya d’Annaba, cet investissement, qui sera doté de multiples commodités de détente et de loisirs, permettra à la wilaya de Souk-Ahras, une fois réceptionné en mars 2017, de se “repositionner” parmi les villes touristiques de premier plan, a-t-on ajouté. Ces efforts d'investissement ont pour objectif de créer un tourisme durable et de valoriser les potentialités de la ville, notamment forestières, a-t-on souligné,

rappelant que le patrimoine forestier de Souk-Ahras représente 22% de la superficie totale de la wilaya, et constitue un espace idoine pour le développement du tourisme de montagne. Ces investissements permettront également de générer une centaine de postes de travail et d’œuvrer à “ressusciter” une multitude d’activités artisanales, a-t-on indiqué à la direction locale du tourisme et de l'artisanat.

APS

HADJ-2016

Facilitation des mesures de contrôle aux aéroports

L e ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales a an- noncé, hier, les modalités de remise des passeports vi- sés et des carnets du hadj aux futurs pèlerins dans le cadre

de la “facilitation des mesures de contrôle aux postes de la Po- lice des frontières dans les aéroports”, a indiqué le ministère dans un communiqué. “Pour les hadjis encadrés par l'Office national du hadj et de la

omra (Onho), le ministère de l'Intérieur et des Collectivités lo- cales se chargera de remettre les passeports visés à la compagnie

Air Algérie qui, à son tour, les remettra aux hadjis aux aéro- ports cinq heures avant le premier vol, et ce, selon la date de dé- part. Une procédure déjà appliquée auparavant”, précise le com- muniqué. La remise des carnets du hadj se fera, quant à elle, dans les “daïras ou circonscriptions administratives du lieu de résidence”, ajoute la même source. Pour ce qui est des hadjis pris en charge par les agences de tou- risme et de voyages, “les wilayas se chargeront de remettre les passeports visés ainsi que les carnets du hadj aux agences qui

les remettront à Air Algérie 72 heures avant le départ tout en prenant en charge le reste des procédures”, selon le communi- qué. Les hadjis voyageant avec des compagnies autres qu'Air Algérie “devront récupérer leurs passeports et carnets du hadj auprès des daïras ou circonscriptions administratives du lieu de résidence”. “Les candidats au hadj devront se présenter à l'aé- roport six heures avant le décollage munis du carnet du hadj, du reçu de paiement des frais et du billet d'avion”, rappelle le communiqué.

SIDI BEL-ABBÈS

Visite inopinée du ministre de la Santé

P rofitant de son séjour privé à l’ouest du pays et précisément à Tlemcen, le ministre de la Santé, de la Po-

pulation et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a effectué, hier, une visite inopinée à trois centres hos- pitaliers du chef-lieu de wilaya, apprend- on de source hospitalière locale. Le mi- nistre, qui est arrivé vers 12h30 au CHU Abdelkader-Hassani, s’est directement di- rigé vers le service de cardiologie (ré- cemment réaménagé). En présence des responsables locaux de la santé, notam- ment de la directrice de la santé, du DG du CHU, du chef de service cardiologie et d’autres praticiens, M. Boudiaf s’est en- quis de la situation liée au fonctionne-

ment du service et de l’amélioration des prestations médicales. Il a même échan- gé quelques propos avec les patients hospitalisés sur les conditions d’accueil et de prise en charge, ainsi qu’avec les membres du Syndicat des paramédi- caux (SAP). À ces derniers, M. Boudiaf a promis d’assister aux journées médicales sur le thème des soins de proximité, prévues le mois prochain. Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière s'est ensui- te rendu à l’EPH de Sidi-Djilali puis à l’EPH maternité de Sidi-Yacine, où il a inspecté les services de gynécologie-obs- tétrique et néonatal.

A. BOUSMAHA

EN ATTENDANT UN VÉRITABLE BOND

Léger sursaut des prix du pétrole

n Les prix du pétrole peinaient à progresser, hier, lundi, aux cours d'échanges européens, de nombreux opérateurs écartant un accord entre grands producteurs pour geler la production. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 46,96 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en très léger repli de 1 cent par rapport à la clôture de vendredi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de Light Sweet Crude (WTI) pour livraison en septembre grignotait 9 cents, à 44,58 dollars. Les cours ont été soutenus la semaine dernière par la perspective d'un accord entre les grands producteurs pour limiter la production afin de soutenir les prix, après l'annonce de la tenue d'une réunion informelle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) fin septembre à Alger. Mais de nombreux investisseurs semblaient déjà moins y croire hier, se rappelant l'échec au printemps dernier

d'un sommet de ce type entre la Russie et la plupart des membres de l'Opep. Des experts semblaient aussi peu convaincus de la possibilité d'un accord. “La Russie a signalé son intention d'en discuter aussi, si nécessaire, mais on risque d'en rester à de simples paroles, comme souvent dans le passé”. Mais dans l'immédiat, les cours semblaient pâtir, une fois encore, des inquiétudes autour de la surabondance d'offre sur le marché qui plombe les prix depuis plus de deux ans. Vendredi, le groupe privé Baker Hughes a publié son décompte hebdomadaire des puits de forage en activité aux États-Unis, qui a fait apparaître une hausse des puits pour la septième semaine consécutive. Cette donnée laissait penser que les États-Unis, dont la production de pétrole de schiste avait souffert de la chute des cours ces deux dernières années, pourraient élever ses volumes de production dans les mois à venir.

APS

8 L’Algérie profonde Mardi 16 août 2016 LIBERTE BRÈVES de Médéa Un ressortissant chinois chute

8

L’Algérie profonde

Mardi 16 août 2016

LIBERTE

L’Algérie profonde Mardi 16 août 2016 LIBERTE BRÈVES de Médéa Un ressortissant chinois chute du haut

BRÈVES de Médéa

Un ressortissant chinois chute du haut d'un pont

n Un accident du travail s'est

produit lundi vers 10h 08 au chantier de réalisation du doublement de la RN1 à hauteur du col de Ben Chicao, à la suite de la chute d'un travailleur chinois d'un pont en construction d'une hauteur de 10 m. Àgée de 58 ans, la victime, employé par la société détentrice du projet, souffre de blessures graves, selon la Protection civile qui l'a évacuée en extrême urgence vers le centre hospitalier du chef-lieu de wilaya.

M.EL BEY

Une voiture se renverse, 5 blessés dont le conducteur âgé de 16 ans

n Un véhicule de tourisme de

marque Renault s'est renversé hier dans un quartier de la périphérie ouest de la ville de Médéa, face à l'abattoir communal, faisant 5 blessés. Les victimes âgées entre 16 et 18 étaient dans le véhicule qui était conduit par le plus jeune d'entre eux, a-t-on indiqué. Présentant des blessures plus ou moins graves, les 5 occupants ont été soignés sur place avant d'être évacués vers l'hôpital de la ville par les éléments de l'unité principale de la Protection civile de Médéa.

M. EL BEY

Protection civile :

exercices de simulation

n Un exercice de simulation auquel

a été soumise la colonne mobile de

la Protection civile le week-end dernier, a été suivi par une manœuvre pratique d’intervention de l’équipe de scaphandriers et plongeurs, en présence du directeur de la Protection civile de Médéa, le commandant Nasser Boucherifi. Le premier exercice de simulation a eu

pour théâtre le site de Tibhirine, sur les hauteurs de la ville de Médéa, et

a duré plusieurs heures afin de

permettre de jauger l’opérationnalité des hommes de la colonne mobile dans la lutte contre les feux de forêt et des récoltes. Le second exercice a concerné l’équipe de plongée de la Protection civile qui a ainsi donné la mesure de ses moyens d’intervention à travers une démonstration de cas de noyade dans un plan d’eau en menant pour cela des exercices de sauvetage dans le barrage de Ladrat, 45 km au sud-est du chef-lieu de wilaya. Outre l’utilisation des techniques de plongée que les éléments de l’équipe de plongée maîtrisent, il a également été procédé à de multiples opérations de sauvetage et de repêchage de corps du fond des eaux du barrage. L’équipe de sauvetage a bénéficié du soutien de l’équipe de grimpe spécialisée dans les opérations d’intervention dans les endroits périlleux.

M. EL BEY

MÉDÉA

Institut de formation

paramédicale : une dotation de 199 postes nouveaux

Le nombre de postes ouverts qui a été donné par le directeur de la santé et de la popula- tion confirme le rush des candidats qui ont la possibilité de s’inscrire pour les cursus de leur choix en fonction de leur niveau d’instruction.

P as moins de 199 postes paramédicaux ont été ouverts au profit de l’institut national de formation supérieure paramédicale de Mé-

déa qui vient d’élargir l’éventail de ses spécialités par l’ouverture d’une section préparant au métier de sage- femme. Le nombre de postes ouverts qui a été donné par le directeur de la santé et de la population confirme le rush des candidats qui ont la possi- bilité de s’inscrire pour les cursus de leurs choix en fonction de leur ni- veau d’instruction. Ce qui, est-il ex- pliqué, nécessite la justification de la fin du cycle secondaire à celui du baccalauréat pour l’accès aux forma- tions d’aides-soignants ou de TS. Les

inscriptions montrent le flux des candidats et la demande grandissan- te pour les métiers de la santé pu- blique, situation qui a nécessité des dispositions particulières de l’équi-

pe pédagogique chargée de la récep-

tion des dossiers. Selon les données détaillées par le premier respon- sable du secteur de la santé pu- blique, le quota de postes alloués à

D. R.
D. R.

La demande pour les métiers de la santé publique augmente.

la wilaya se ventile en 120 postes de formation d’aides-soignants et de 97 paramédicaux, dont des sages- femmes de santé publique, infir- miers de santé publique, manipula-

teurs en imagerie médicale, laboran- tins de santé publique, aides so- ciaux, diététiciens, kinésithérapeutes. L’on rappellera que toutes les forma- tions sont développées selon le sys-

tème résidentiel, en alternance entre théorie et pratique, s’étalant sur 3 an- nées pour l’ensemble des filières sauf pour la filière des sages-femmes dont la durée de formation est de 5 années. La nouveauté, cette année, est l’ouverture de la spécialité pre- nant en charge la formation de sages-femmes, alors qu'auparavant ce profil était dispensé dans l’établis- sement de formation paramédicale de Tizi Ouzou au profit des autres wilayas. Ainsi, la dotation retenue pour la wilaya de Médéa est de 25 postes de sages-femmes qui seront formées à l’institut national de for- mation supérieure paramédicale de Médéa pour répondre aux besoins des structures locales de santé pu- blique, notamment celles localisées dans les zones rurales et éloignées, est-il précisé. Toutes les conditions pédagogiques, de restauration et d’hébergement sont réunies à l’ins- titut qui dispose des capacités suffi- santes d’accueil et d’enseignement qui répondent aux exigences de la formation supérieure paramédicale, a-t-on expliqué.

M. EL BEY

BLIDA

7 449 nouveaux inscrits à l’université Saâd-Dahlab

l’université de Blida (1), dont 7 035 ont effectué leur inscription définitive, soit un taux de 98,06%. Pa- rallèlement, il est fait état de l’examen de 1 873 re- cours, ayant abouti à la réorientation de 15 étu- diants, spécialités sciences et techniques, vers d’autres universités. La source a également souli-

P as moins de 7 449 nouveaux étudiants se sont inscrits à l’université Saâd-Dahlab de Blida pour la prochaine rentrée universitaire

2016-2017, a-t-on appris, dimanche, auprès de la cellule de communication. La même source a si- gnalé l’orientation de 7 449 nouveaux étudiants vers

gné le bon déroulement des opérations des inscrip- tions, recours et orientation des nouveaux bache- liers, grâce à la mobilisation de plus de 60 bureaux d’accueil et de 120 employés, au niveau de la bi- bliothèque centrale de l’université.

APS

Plus de 75% des ralentisseurs ne sont pas conformes à la réglementation

L a wilaya de Blida connaît une anarchie in- descriptible dans la mise en place des ralen- tisseurs de la circulation routière. Dans une

étude faite par les services de la wilaya de Blida qui s’apprêtent à lancer une lutte contre ce phé- nomène qui a pris de l’ampleur, plus de 75% des ralentisseurs ne sont pas conformes à la réglemen- tation. La majorité des ralentisseurs est érigée anarchiquement par des citoyens suite à un ac-

cident survenu dans leur quartier. Cette situation

est un calvaire pour les automobilistes. Les habi-

tants des cités, des quartiers populaires sont par- fois contraints de limiter la vitesse des chauffards qui traversent leur quartier à toute allure par des digues en béton. Des rues sont infestées par des ralentisseurs qui ne répondent à aucune norme en bafouant toutes les lois de la République, sans que les au- torités communales interviennent pour remettre les choses en place. La responsabilité des collec- tivités locales (APC) est partout engagée, car ce sont elles qui doivent installer les ralentisseurs

dans les normes là où ils sont nécessaires et à in- terdire à quiconque d’installer un ralentisseur de- vant chez lui, car la loi ne le permet pas. Face à cette situation, la wilaya de Blida engage une pro- cédure répressive pour faire respecter la loi. Au- cune direction ou APC ne peut intervenir pour poser des ralentisseurs sans approbation de la commission de la wilaya qui est la seule à déci- der de mettre en place des ralentisseurs ou non.

K. FAWZI

OUARGLA

Une récolte de près de 1,5 million de quintaux de dattes attendue

U ne récolte de 1 498 900 q de dattes est attendue au cours de l’actuelle saison agrico-

le 2016-2017 dans la wilaya d’Ouar- gla, soit une hausse de 103 900 q par rapport à la récolte de la saison pré- cédente, a-t-on appris, dimanche, auprès de la direction locale des ser- vices agricoles (DSA). Cette pro- duction est répartie sur 855 990 q

de dattes de variété Deglet Nour, de 95 000 q pour la variété Degla Bei- da, d’une récolte de 547 864 q de la variété Ghars, et le reste constitué de diverses autres variétés, a-t-on expliqué. Cette amélioration quan- titative de la production de cette sai- son agricole est le résultat des efforts déployés en matière de rajeunisse- ment et d’extension des palme-

raies, soit plus de 71 705 nouveaux palmiers ayant atteint la phase de production, en plus de l’intérêt manifesté par les phoeniciculteurs en matière de prise en charge du palmier, dont notamment l’entre- tien, le débroussaillage et le traite- ment phytosanitaire contre les pa- rasites du palmier, notamment boufaroi et de la myelois, a-t-on es-

timé à la DSA. Selon les mêmes ser- vices, cette hausse prévue de la production de dattes dans la wilaya d’Ouargla constitue également le fruit du soutien accordé par l’État aux agriculteurs dans le cadre du programme d’investissement à ini- tiative locale. La wilaya d’Ouargla compte une richesse phoenicicole de 2 614 363 palmiers, dont un ef-

fectif de 2 131 705 palmiers produc- tifs, constitué essentiellement de 1 126 303 palmiers de la variété De- glet Nour, de 135 777 palmiers de Degla Beida, en plus d’un patrimoi- ne phoenicicole de 869 625 pal- miers de Ghars et diverses autres variétés nattières, selon les statis- tiques de la DSA.

APS

LIBERTE

Mardi 16 août 2016

L’Algérie profonde

9

PLUS DE 600 PARASOLS SAISIS EN UNE SEMAINE

Les services de sécurité traquent les malfaiteurs des plages à Jijel

Cette opération inscrite dans le cadre du plan Delphine vise à appliquer la note du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales.

D ans le cadre de la lut- te contre les parkings illégaux et les squat- teurs de plages qui imposent leur diktat à chaque saison esti-

vale, les services de la Gendarmerie nationale ont procédé, au cours de la semaine écoulée, à la saisie de 117 pa- rasols, 260 chaises, 107 tables et 79 tentes implantés sur les plages relevant de leurs compétences terri- toriales. Cette opération inscrite dans le cadre du plan Delphine vise à appliquer la note du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales qui interdit le squat des plages et des lieux publics, et mettre fin aux pratiques illégales exercées par certains individus, en l’occurrence les parkings sauvages et la location obligatoire de matériel de plage. Ces interventions ont eu lieu aux plages Aftis, la Crique, Marigha et le Rocher aux Moules. De leur côté, les services de police ont mis fin à une multitude de dépasse- ments de ce genre enregistrés à la Pla- ge Rouge, El-Ouldja, Melmeche, Mercidi, Kotama et Cavalo. À cet ef- fet, pas moins de 70 opérations de contrôle ont été effectuées par les

D. R.
D. R.

agents de police, qui ont permis, se- lon toujours la même source, de sai- sir 732 chaises de plages, 182 tables, 492 parasols et 225 tentes. Dans le

La gendarmerie intervient pour mettre fin aux pratiques illégales.

même cadre, nous apprendrons que les mêmes services ont mobilisé des agents spécialisés dans le contrôle des parkings. Aussi, cette opération a

permis de neutraliser 18 personnes impliquées dans des activités illé- gales.

RAYAN MOUSSAOUI

GUELMA

Les figues de Barbarie au hit-parade des fruits

L es vendeurs de figues de Barba- rie, installés dans divers sec- teurs du chef-lieu de wilaya, en-

registrent un engouement sans pré- cédent, car des citoyens des deux sexes, toutes catégories sociales confondues, sont de fins consomma-

SKIKDA

Détournement de 700 millions de centimes à la Cnas

n Trois cadres de la Cnas sous les verrous et 3 autres sous contrôle judiciaire. Trois cadres de l'agence Cnas de Skikda dont deux femmes chefs de service ont été mis dimanche en détention provisoire pour détournement de fonds et faux et usage de faux aux dépens de l'agence de Skikda de la Cnas. Un préjudice estimé à 700 millions de centimes. Trois autres employés de cette agence ont été placés sous contrôle judiciaire. 40 travailleurs de la Cnas entre accusés et témoins dont des assureurs ont défilé devant le magistrat instructeur dans cette affaire de détournement à la Cnas.

A. B.

teurs de ce fruit exotique. Au début, les tarifs étaient exorbitants, puisque l'unité était cédée à raison de 10 DA et cela ne rebutait pas les gourmets. Ces jours-ci, elles sont vendues entre 4 et 5 DA la pièce et la concurrence est rude, puisque de nombreux chômeurs se sont investis dans ce créneau qu'ils estiment lucratif. Ces derniers disposent leurs cageots regorgeant de figues de Barbarie aux abords des mosquées, des marchés, des carrefours, au sein des cités, alors que certains sillonnent la ville à bord de camionnettes, vélomoteurs et par- fois en recourant aux baudets. Les clients achètent quelques dizaines de fruits qu'ils éplucheront chez eux en utilisant des gants, car les épines sont à craindre ! Un père de famille

D. R.
D. R.

rencontré à la cité Gahdour sur les hauteurs de la ville nous confie : “J'ai acheté une cinquantaine de figues de Barbarie cueillies sur les monts de la Maouna pour la modique somme de 200 DA. Ces dernières, une fois éplu-

chées, seront mises au réfrigérateur. Nous les consommerons à satiété après le déjeuner et le dîner, car nous ap- précions ces fruits charnus si déli- cieux !”

HAMID BAALI

Prise en charge des glissements de terrain sur le réseau routier

L a wilaya de Guelma se caractérise par un relief mon- tagneux qui engendre des glissements de terrain sur certains tronçons du réseau routier.

Dans ce contexte, la direction des travaux publics a pris en charge ce dossier et son responsable a déclaré : “La RN 19 desservant la daïra de Hammam N'baïls a fait l'objet d'une étude approfondie à concurrence de 75% qui nous permettra de confier les travaux à une entreprise spécia- lisée avant le début de l'hiver. D'autre part, la RN 120 des-

servant la région montagneuse de la commune de Bou- hamdane, comportant des affaissements de terrain, sera réhabilitée puisque l'étude est en voie de finalisation. Concernant la RN 80, le tronçon affecté, dans la localité de Khézaras, a été rénové sur réquisition de madame la wali qui a estimé les travaux urgents. De toute évidence, les glissements de terrains seront pris en charge avant l'hi- ver 2016”.

HAMID BAALI

pris en charge avant l'hi- ver 2016” . HAMID BAALI BRÈVES de l’Est BILAN DE LA

BRÈVES de l’Est

BILAN DE LA SÛRETÉ DU MOIS DE JUILLET

51 femmes impliquées dans divers délits à Sétif

n Pendant le mois de juillet,

les différents services de la Sûreté de wilaya de Sétif ont traité pas moins de 501 affaires, impliquant 760 individus dont 51 femmes et 6 personnes de nationalité étrangère. Selon un bilan émanant de la cellule de communication et

des relations publiques de la Sûreté de wilaya, ces individus ont été tous présentés devant le parquet,

82 d’entre eux ont été

écroués alors que le reste bénéficia de citations directes. Toujours selon le bilan dressé par la police, les affaires liées aux délits contre les personnes vient en première position avec un taux de 56,28%, suivis par les délits contre les biens des personnes à l’ordre de 13,77%. Quant aux délits contre l’économie nationale, le taux a atteint 9,38%, et enfin les délits contre les biens publics avec un taux de 7,38%. Pour la lutte contre le trafic de drogue et des stupéfiants, les services de

la police judiciaire ont traité

45 affaires, durant le mois de

juillet, impliquant 63 individus dont 45 ont été incarcérés. Au cours du mois de juillet, les mêmes services ont saisi une quantité de 3,150 kilos de kif traité (résine de cannabis), ainsi que 495 comprimés psychotropes.

A. LOUCIF

EL-TARF

À quand la fin des travaux du tronçon Ramel Souk - El-Ayoun ?

n Seule voie d'accès entre la

commune de Ramel Souk située sur la bande frontalière algéro- tunisienne et celle d'El-Ayoun, distante de dix kilomètres, est dans un état lamentable. Les travaux de réhabilitation, amorcés il y a plus de deux ans, durent toujours. Cette situation est à l'origine de nombreux désagréments vécus par les habitants de ces deux communes. En effet, vu l'état de la chaussée, les automobilistes font un détour de plus de 60 kilomètres au lieu des dix en empruntant la route retapée récemment Ramel Souk El-Frin en passant respectivement par El-Kala, Oum Teboul pour se rendre chez eux à El-Ayoun. Les populations ont souvent dénoncé cette situation pénalisant mais sans résultat apparent jusqu'à ce jour. Même le tracé mis en place comme moyen palliatif ne semble pas convenir aux automobilistes. Aussi, les habitants de ces deux contrées voisines se demandent quant s'achèveront donc les travaux ?

TAHAR B.

10 L’Algérie profonde Mardi 16 août 2016 LIBERTE BRÈVES de l’Ouest Le noyé de Tiaret

10

L’Algérie profonde

Mardi 16 août 2016

LIBERTE

L’Algérie profonde Mardi 16 août 2016 LIBERTE BRÈVES de l’Ouest Le noyé de Tiaret enfin retrouvé

BRÈVES de l’Ouest

Le noyé de Tiaret enfin retrouvé

Un jeune homme de 24 ans, porté disparu depuis le samedi dernier, a été repêché par les éléments de la Protection civile, ce dimanche, vers 15h30, au niveau de la plage interdite à la baignade dite la Grande Plage, dans la commune de Mars El-Hadjadj. La victime est originaire de Tiaret.

AYOUB A.

Encore un accident de jet-ski

Un homme a été blessé par un jet-ski alors qu’il se baignait au niveau de la page de Bousfer. Selon la protection civile, la victime a été blessée à la jambe et évacuée vers une structure de santé. Des imbéciles à jet-ski continuent de frimer aux abords des plages mettant gravement en danger la sécurité des estivants sans qu’ils soient verbalisés.

A. A.

Le rush continue vers les plages

Près de 400 000 estivants ont été enregistrés ce dimanche dans les 33 plages autoritées à la baignade dans la wilaya d’Oran, a indiqué un bilan de la Protection civile. 296 interventions ont été effectuées alors que 92 baigneurs ont été sauvés d’une mort certaine.

A. A.

Un carambolage flamboyant !

Trois voitures ont été calcinées suite à un carambolage qui s’est produit, ce dimanche, près de la cité 108-Logements dans la commune d’El-Kerma. Si l’incendie n’a pas fait de blessés, il a toutefois complètement détruit les trois véhicules, Peugeot 206, Hafei et Skoda.

A. A.

ADRAR

Saisie de 7 000 litres de mazout

La police d’Adrar a saisi, ces derniers jours, 7000 litres de mazout et arrêté un contrebandier suite à une patrouille dans la ville. Lors de cette opération, les policiers ont découvert 7000 litres de mazout à bord d’un camion de marque Berlier, dont le conducteur a pris la fuite vers une destination inconnue, tandis que son passager L. A., 25 ans, a été appréhendé. Il a été écroué pour tentative de contrebande de carburant en attendant sa comparution devant le tribunal local.

R. ROUKBI

AÏN TÉMOUCHENT

Un couple de jeunes mariés décède sur la route de Aïn El-Arba

Un tragique accident de la circulation s’est produit dans l’après-midi de dimanche sur le chemin vicinal reliant la localité de Aïn El-Arba au douar Ahl Belhadri où un jeune couple a trouvé la mort dans le dérapage de son véhicule de type Renault Kangoo qui a percuté violemment un olivier. Les victimes, âgées de 28 ans et 22 ans, qui venaient de convoler en justes noces, sont originaires de la localité de Saïda rattachée à la commune de Oued-Sebbah dans la daïra de Aïn El- Arba.

M. LARADJ

MOSTAGANEM

Y a-t-il eu empiétement sur la forêt de Mazagran ?

Des mesures ont été prises contre l’empiétement illicite sur le domaine forestier public, particulièrement dans la forêt de Mazagran.

P armi les préoccu- pations priori- taires de la Conservation des forêts de la wilaya de Mostaganem,

outre la protection des

espaces forestiers et la lutte contre le braconnage, figure la lutte contre les construc- tions illicites en milieu fores- tier. Sur ce sujet précis, et suite à une polémique autour de la vente de terres privées appartenant à des familles connues localement, situées à

proximité de la forêt de Mazagran, une enquête a été déclenchée par la conserva- tion compétente depuis sep- tembre 2015, selon le rapport d’information transmis par la circonscription des forêts au procureur de la République à Mostaganem. Dans le cadre

de la préservation du patri- moine forestier de Mostaganem, une campagne de nettoiement et des mesures ont été prises contre l’empiétement illicite sur le domaine forestier public, par- ticulièrement dans la forêt de Mazagran (lieudit Benguenab), avec l’inscrip- tion de deux phases de borna- ge des délimitations géogra- phiques de la forêt en ques-

tion. La deuxième phase de bornage, qui concerne 250 ha du domaine public proche de terrains privés séparés par un chemin naturel, est en cours. Dans ce sens, une enquête a été ouverte suite à une plainte d’un citoyen, B. S., alléguant des actes de défrichement sauvage et des coupes d’arbres afin d’y bâtir des maisons sur le domaine de la forêt de Mazagran, le noyau de l’affaire n’est autre que la proximité du terrain privé du

domaine forestier public. Nous nous sommes déplacés

D. R.
D. R.

sur le terrain avec le chef de la circonscription forestière de Mostaganem, Ahmed Abdi Aïssa, accompagnés de deux de ses collaborateurs, au cours de la semaine dernière, pour constater de visu la situation réelle de cette partie de la forêt. Le responsable local des forêts a affirmé qu’“aucune atteinte au domaine forestier ici (forêt de Mazagran) n’est relevée par nos services. Pour preuve, les conclusions de l’enquête judi- ciaire confirment l’absence d’atteinte à la richesse fores- tière et son domaine”. Un PV d’audition a été dressé par la circonscription forestière de Mostaganem et a conclu après constatation sur le ter- rain l’absence d’atteinte ou de dégradation des arbres de la forêt de Mostaganem. D’autre part, les seules atteintes

La police forestière organise des rondes quotidiennement.

constatées sont le déverse- ment d’ordures ménagères et des déchets solides issus des habitations proches construites sur le territoire de la commune de Mazagran en dehors de la forêt. Le chef de la circonscription forestière de Mostaganem nous a égale- ment affirmé que la police forestière travaille quotidien- nement en collaboration avec

la police judiciaire dans le cadre de la lutte contre les agressions et atteintes éven- tuelles sur le domaine fores- tier public en organisant des rondes sur le terrain, alors qu’un bulletin de renseigne- ment quotidien des activités de la police forestière est éta- bli et signé par le conserva- teur des forêts de la wilaya.

M. SALAH

Arrestation d’un bootlegger à Hassi Mamèche

B. M., 32 ans, a été arrêté à Hassi Mamèche en début de semaine par la police en possession de 940 bouteilles d’alcool destinées à la contrebande et 156 millions de centimes provenant de ce commerce, avons-nous appris hier de sources sécuritaires. Le stock saisi était dissimulé dans un domicile au douar de Sidi El-Majdoub (daïra de Hassi Mamèche) et comprend différents types de marques destinées à la vente au marché noir, notamment de la bière, du vin rouge et des liqueurs. Le bootlegger a été écroué.

M. S.

Les habitants du quartier El-Bario d’Oued Tlélat en colère

Pendant que l’État tente d’éradiquer les marchés informels en aménageant des espaces couverts et d’en finir avec les points noirs en créant des Epic de collecte des ordures ménagères, l’APC d’Oued Tlélat rame à contre-sens au détriment de la quiétude des riverains. “Alors que le nouveau marché couvert est fermé, l’APC n’a pas trouvé mieux que de créer un marché anarchique informel devant l’infrastructure commerciale fermée en face de nos maisons”, s’insurge un riverain qui a saisi le maire suite à l’humiliation qu’il a subie, en présence de sa fille, infligée par un vendeur de figues de Barbarie. D’ailleurs, il a été entendu par la police. Le nouveau marché, inauguré il y a juste une année, a coûté 11 milliards de centimes, à en croire nos sources. Outre l’étalage des fruits et légumes, poissons et autres produits de consommation exposés sous une chaleur de plomb et la poussière, les déchets sont jetés dans l’oued mitoyen du site provoquant un vrai problème de santé publique. Et comme l’APC ne fait pas le travail à moitié, et après avoir tracé des espaces à utiliser par les fraudeurs sur l’esplanade du nouveau marché fermé, elle se mure dans un silence assourdissant devant le squat sauvage des trottoirs. “C’est l’anarchie totale ! Des commerçants n’hésitent plus à construire en dur sur le trottoir. D’autres ne respectent pas les distances autorisées”, se désolent les habitants. D’autre part, un citoyen a soulevé le problème de l’élevage ovin et bovin pratiqué en plein tissu urbain. “La localité se dégrade de jour en jour”, constatent amèrement les habitants. Plus grave encore, les commerces illicites poussent comme des champignons au détriment du renflouement des caisses de la commune.

NOUREDDINE BENABBOU

HYGIÈNE SCOLAIRE À ORAN

13 écoles primaires mises en demeure

L a médecine scolaire de la direction de la santé d'Oran a tiré la sonnette d’alarme, ces derniers jours, suite à une inspec-

tion effectuée au niveau des écoles primaires de la wilaya. C’est un rapport accablant qui a été rédigé et transmis à la tutelle suite au bilan d’hygiène réalisé en cette phase d’avant rentrée scolaire. En effet, les agents de contrôle ont relevé plusieurs anomalies dans ces établissements scolaires où des citernes d’eau présentent un taux de rouille et de cal- caire important, renfermant de fortes teneurs en matières dangereuses à l'origine de certaines maladies à transmission hydrique. Le phénomène ne concerne pas uniquement les zones traditionnelles, mais aussi dans les écoles des zones éparses de la

wilaya, à l’image de Chteïbo, Sidi Chahmi, Bethioua, Chhayria, Aïn El-Bya et notam- ment la localité d’El-Hassi, Coca, Kouchet El-Djir, qui sont dépourvues d'un minimum de conditions d'hygiène. Comme à l'accoutu- mée, les écoles primaires, patrimoine com- munal, sont dans un état peu reluisant à la veille de la rentrée scolaire car les élus locaux ne leur accordent pas un intérêt particulier. D'autre part, il est relevé une insuffisance avérée de femmes de ménage et l'hygiène s'en ressent au grand dam du personnel ensei- gnant, des élèves et de leurs parents. Comment concevoir que des milliers d'élèves rejoignent les bancs de leurs écoles quand l'environnement est malsain ?

HADJ HAMDOUCHE

LIBERTE

Mardi 16 août 2016

Culture

11

ELLES AURONT LIEU À TIFILKOUT ET SERONT DÉDIÉES À MOHYA

Ouverture des journées théâtrales “Boubekeur-Makhoukh”

Décédé en 1998 suite à une longue maladie, l’homme de théâtre est enterré à Annaba, sa ville d’adoption. Depuis sa disparition, son village natal Tifilkout organise ces journées théâtrales en son honneur.

L’ association Tafat (lumière) du village Tifilkout dans la commune d’Illiltè- ne (Tizi-Ouzou) re- noue avec le théâtre

et vient de relancer les journées théâtrales Boubekeur-Makhoukh. Cette 5 e édition, ouverte hier, se poursuivra jusqu’au 19 août et sera dédiée à un autre dramaturge et homme de théâtre en l’occurrence Mohya. Ces journées seront donc dédiées à deux piliers du théâtre al- gérien en général et d’expression amazighe en particulier. Né le 6 mars 1954 à Tifilkout, Boubekeur Makhoukh ou Bob pour les in- times, a traduit et interprété di- verses œuvres dont Les mercenaires de Lâadi Flici, qui fut sa première traduction en 1978, suivie de Clan- do bazar de Hamid Goudarzi en 1992, et du roman français Le roi des bons de Henriette Bichonnier en 1995. L'une des dernières pièces traduites (du berbère vers l'arabe) fut celle de Mohya Sin-nni en 1996. Ma- khoukh est décédé le 31 mai 1998 à l'hôpital de Nantes, en France sui- te à une longue maladie. Il a été en- terré au cimetière Sidi-Harb à An- naba, sa ville d’adoption. Depuis sa disparition, son village natal Tifil- kout organise, sporadiquement, ces

D.R.
D.R.

journées théâtrales en hommage à celui qui a donné toute sa vie au théâtre en général et au théâtre pour enfants en particulier. Né en 1950 à Azazga, Mohya de son vrai nom Abdellah Mohya a consacré, lui aussi, toute sa vie au théâtre, à

l’écriture et à la poésie. On prétend même qu’il est le fondateur du théâtre d’expression amazighe. Il est l’auteur de plusieurs traduction entre autres En attendant Godot (Am win yettrajun Rebbi ) de Sa- muel Beckett, La décision (Anegga-

ru a d-yerr tawwurt) et L'exception et la règle (Llem-ik, Ddu d udar-ik) de Bertolt Brecht, La jarre (Tac- baylit) de Luigi Pirandello, Le mé- decin malgré lui (Si Lehlu) et Tar- tuffe (Si Pertuf) de Molière. À Tifil- kout, les jeunes de l’association sont à pied d’œuvre depuis plusieurs jours déjà pour la réussite et le bon déroulement de l’évènement qui se déroulera à l’école primaire du vil- lage. Au programme de ces journées, dont l’ouverture était prévue hier, une prise de parole et des témoi- gnages sur l’œuvre de Makoukh et de Mohya, une inauguration des ex- positions, une projection vidéo sur l’œuvre de Mohya ainsi qu’une conférence animée par le drama- turge Omar Fetmouch prévue au- jourd’hui à 16h. Pour la journée de demain, une visite guidée du villa- ge, des ateliers de formation à la mise en scène animés par Rédha Amrani seront au programme alors que le jeudi, dernier jour de la ma- nifestation, il est prévu d’autres ate- liers, notamment en cinégraphie et en écriture. Il est à préciser que ces journées seront marquées chaque soir, à partir de 21h, par des repré- sentations théâtrales et autres ani- mations artistiques.

K.TIGHILT

LA MANIFESTATION SE TIENDRA DU 18 AU 20 AOÛT

L’Algérie invitée d’honneur au festival de musiques de transe au Maroc

L a troupe de algérienne de hadra féminine Lemma Becharia, originaire de la Saoura, ainsi que la plasticienne Linda Bougherara

représenteront l’Algérie qui sera d’ailleurs l’invitée d’honneur de cette 4 e édition du festival inter- national de la hadra et des musiques de transe. Le but de cette manifestation, qui se tiendra dans la ville portuaire d’Essaouira au Maroc du 18 au 20 août 2016, sera la mise en avant des troupes fé- minines de chant traditionnel, les musiques sa- crées, mais surtout la sensibilisation aux croyances et coutumes soufies, souvent méconnues du grand public. Formé par la chanteuse Souad Asla, Lemma Becharia partagera la scène de cette vil- le célèbre pour son festival gnawa, avec de nom- breuses autres troupes venues partager et célébrer cette musique ancestrale, dont une du Maroc, d’É- gypte, de Grande-Bretagne ou encore des États- Unis. La formation donnera par ailleurs sa pre-

D.R.
D.R.

mière représentation le 18 août, tandis qu’elle clô- turera le festival, le 20 août, avec l'ensemble lo- cal des Haddarate Souiryatte. En parallèle, la plas- ticienne et artiste Linda Bougherara présentera son exposition intitulée “Entre terre et mer” au

musée de la ville, qui abritera également un hom- mage au dramaturge, comédien et metteur en scè- ne marocain Tayeb Seddiki, décédé en février der- nier. À noter que Lemma Becharia, cette troupe exclusivement féminine, a vu le jour en 2015, après que sa fondatrice, Souad Asla, a organisé une résidence de création à Taghit, afin de rassembler les musiques et chants traditionnels de la région, dans le but de protéger ce riche patrimoine me- nacé de disparition. Du bendir au qarqabou en passant par le tbel, la troupe, composée d’une di- zaine de femmes dont la doyenne dépasse les 80 ans, tentera de transmettre et de faire redécou- vrir le prolifique patrimoine ancestral algérien dé- cliné à travers el-ferda, le diwan, ainsi que des chants traditionnels comme celui des Zeffanate et des Djebbaryate.

YASMINE AZZOUZ/APS

D.R. RETRANSCRIPTION DU TEXTE DU CÉLÈBRE ONE MAN SHOW “Metzeouedj fi otla” en livre de
D.R.
RETRANSCRIPTION DU TEXTE DU CÉLÈBRE ONE MAN SHOW
“Metzeouedj fi otla” en livre de poche
n Une édition en livre de poche de la comédie théâtrale Metzeouedj fi
otla (un mari en vacances), couronnant dix années de succès sur les
planches, est prévue en septembre prochain, a-t-on appris dimanche de
l'auteur, Mourad Senouci.
La publication, accompagnée d'un support audiovisuel (DVD), sera
présentée au prochain Salon international du livre d'Alger (Sila), a précisé
le dramaturge dans une déclaration à l'APS. Le dixième anniversaire de la
création de cette oeuvre a été célébré en juin dernier au théâtre régional
d'Oran Abdelkader-Alloula (TRO), après plus de 200 représentations
données en Algérie et à l'étranger. Metzeouedj fi otla est un one-man-
show brillamment interprété par Samir Bouanani qui y campe un
personnage heureux de renouer avec le “célibat” pendant l'absence de sa
femme, partie pour des soins à l'étranger.
APS
de sa femme, partie pour des soins à l'étranger. APS … CULTURE EN BREF… ConcertsCasif-Théâtre de
de sa femme, partie pour des soins à l'étranger. APS … CULTURE EN BREF… ConcertsCasif-Théâtre de

… CULTURE

EN BREF…

des soins à l'étranger. APS … CULTURE EN BREF… ConcertsCasif-Théâtre de plein air de Sidi Fredj

ConcertsCasif-Théâtre de plein air de Sidi Fredj (Alger)

n Ce soir : cheb Berrou, Célina, Sid

Ali Chalabala, Houari Manar

n 17 août : cheb Didine, Nadir

Afedal (raï), Ghana El-Maghnaoui, Kader El-Ouahrani

n 18 août : Latifa Ben Akouche, Lyès

Ben Bakir, Kherraz Boubaker, Sonia

n 19 août : Malika Domrane, Sonia

Amrani

n 20 août : Farid Houamed, Nacim

London, cheb Wassim, Émir Nacer.

Office Riadh El-Feth (Alger)

n L’Office de Riadh El-Feth (Oref)

organise, du 4 au 26 août à partir de 19h30, une série de spectacles musicaux au théâtre de verdure (Bois des Arcades). Seront au programme : ce soir, le groupe Freeklane.

n Le 19 août, le groupe Jariste.

Le 26 août, le groupe D’zaïr.

Layali Mezghena

(Pêcherie d’Alger)

n Les festivités de Layali Mezghena

2016 se poursuivent jusqu’au 31

août avec un riche programme musical à l’Esplanade des artistes à la Pêcherie d’Alger. Théâtre de plein air Hasni- Chakroun, Oran

n Ce soir : groupe Taferka, groupe

Nes El-Hel- Flood Rap

n Le 17 août : Azzedine Bouabdelah,

Assia Hadad, Belkheir l’Oranais, Nacer Attaoui

n Le 18 août : Malika Domrane,

Sonia Amrani

n Le 19 août : Ismaïl Azzi, Hamid El-

Bachari, Nouri El-Wahrani, Kader El-Wahrani

n Le 20 août : Raïna Raï, Noura

Gnaoua, Amine Elcool Rap Colloque

n Du 20 au 22 août 2016, au Théâtre

régional Azzedine-Medjoubi à Annaba : colloque international “Jugurtha affronte Rome” organisé par le Haut commissariat à l'amazighité.

Cours de langue italienne

n Les cours de langue italienne

pour la session d’automne 2016-

2017 débuteront le 15 septembre

2016. Les inscriptions sont ouvertes dès maintenant auprès de l’Institut culturel italien d’Alger, du dimanche au jeudi, de 10h à 14h. Vous pouvez contacter l’institut aux numéros suivants : 021 92 38 73/021 92 51 91.

Expositions

n Exposition de l’artiste

peintre Abdellah Belhaimer à la galerie Ezzou’art sous le thème “Acte de la vie quotidienne” jusqu’au 19 août.

n Exposition-vente de l’artiste

peintre Khelifa Sultane Hakim à l’hôtel Sofitel d’Alger jusqu’au 5 septembre.

n Exposition sonore “Du Maqam à

la nouba” : tous les jours à partir de 13h au Palais de la culture Moufdi- Zakaria, les Annassers à Alger, et ce, jusqu’au 17 septembre 2016.

n Exposition collective d’artisanat

au centre culturel Mustapha-Kateb, 5, rue Didouche-Mourad, Alger, jusqu’au 5 septembre.

n Exposition-vente de bijoux

traditionnels jusqu’au 20 août à l'esplanade de Sidi-M'hamed à Oran.

12

Reportage

Mardi 16 août 2016

LIBERTE

DÉSASTRE ÉCOLOGIQUE À TIKJDA

L’homme…, ce destructeur !

Ce don de Dame Nature a été dénaturé, défiguré et cruellement agressé par la main destructrice de l’homme.

“L ’Algérie est sans doute le pays le plus spectaculaire que j’aie jamais photogra- phié.” On doit cette décla- ration au célèbre photo- graphe, reporter, réalisa-

teur et écologiste français Yann Arthus-Ber- trand. Il l’avait faite lors de l’avant-première de son film-documentai-

re, L'Algérie vue du ciel. Parmi les merveilles de

notre pays, on citera le mont Tikjda. Ce dernier, culminant à 1 478 m d’altitude, est l’un des joyaux de la wilaya de Bouira et il ne cesse d’attirer les amoureux de la nature et quelque rares touristes. Tikjda, qui fut, durant de nombreuses années, le point de chute des touristes de tous les horizons et qui était surnommée, à juste titre, la “Gstaad” de la Kabylie, retrouve peu à peu son attraction et son charme légendaire, après des années d’abandon à cause de la décennie noire qu’a traversée le pays. Désormais, la sécurité y règne partiellement et des visiteurs, locaux comme étrangers, renouent progressivement avec le site pour profiter de sa beauté et sa splendeur. Mais… car, il y a un mais, ce don de Dame Na- ture a été dénaturé, défiguré et cruellement agressé par la main destructrice de l’homme. Ce dernier est défini par l’astrophysicien ca- nadien, Huber Reeves, comme étant “une es- pèce des plus insensées. Il vénère un Dieu in- visible et massacre une nature bien visible, sans savoir que cette nature, qu'il massacre, est ce Dieu invisible qu'il vénère !” En Algérie, rares sont les sites naturels qui ont échappé à la fo- lie destructrice de l'homme. Même les sites qui sont supposés être protégés sont la proie “des ennemis de la nature”.

protégés sont la proie “des ennemis de la nature” . Par : RAMDANE BOURAHLA Des “montagnes”

Par : RAMDANE BOURAHLA

Des “montagnes” de déchets

Le massif forestier de Tikjda en est le parfait exemple. Ce site à haut potentiel touristique se meurt lentement, mais sûrement. En effet, dès qu'on dépasse de quelques kilomètres seulement la commune de Haïzer, à une di-

Ramdane Bourahla/Liberté
Ramdane Bourahla/Liberté

zaine de kilomètres au nord-est de Bouira, on se retrouve face, non pas à la majestueuse mon- tagne de Tikjda, mais à une “montagne” d'un tout autre genre. Des amas de canettes de biè- re et autres boissons alcoolisées et des déchets en tous genres, qui s'entassent tout le long de la RN33, reliant Bouira à Tikjda. Un paysage des plus désolants s'offre au regard des visi- teurs. Les bouteilles d'alcool en plastique et en verre et les canettes de bière se comptent par centaines, par milliers, voire par centaines de milliers ! Quand on sait qu'un simple mouchoir en papier met 12 mois pour se dégrader dans la nature, un petit papier bonbon met plus de 5 ans et une bouteille en plastique près de

Ce lieu paradisiaque, par le comportement de l’homme, est devenu un vértaible dépotoir.

1 000 ans, et pire encore, une bouteille en ver- re, similaire aux milliers qui s'entassent à

Tikjda, près de

4 500 ans à se biodégrader,

l’on serait tenté de croire qu'au rythme où vont les choses, Tikjda disparaîtrait sous les ordures

d'ici à une centaine d’années. Et ceci, ce n'est que la partie émergée de l'iceberg.

Une culture qui fait défaut

Sur les flancs de cette montagne, une véritable décharge s'est constituée au fil des années. Si par malheur l'envie nous prend de regarder en contrebas, on est tout de suite pris de vertige. Non pas de celui dû à l'altitude, mais de celui de l'immense dépotoir qui couvre l'horizon. La faute à qui ? Les coupables, il ne faudrait pas aller les chercher très loin. C'est nous. Tous. Certains auront tendance à jeter l'anathème sur les pouvoirs publics, les accusant de “laxisme”, mais en réalité, même si leur responsabilité est engagée, ils ne sont pas la clé du problème. En

vérité et en ce qui concerne Tikjda, ce sont “les adeptes de Bacchus et leur penchant pour la dé- gradation de leur environnement qui posent problème”. En effet, tout le long des 33 kilo- mètres qui séparent Bouira de Tikjda, on re- trouve des jeunes et moins jeunes d'ailleurs, une canette de bière à la main, “noyant” leur mal-être dans l'alcool. Ce qui est désastreux est le fait que ces jeunes laissent derrière eux des tonnes de déchets. Sous d'autres cieux où la consommation d'alcool fait partie des mœurs, la culture de ramasser ses déchets est claire- ment enracinée. Donc, d'une part, on fait face

à “un défaut de culture”, mais de l'autre, il exis- te bel et bien un laxisme avéré de la part des autorités. Les commerçants illicites de boissons alcoolisées pullulent sur les accotements de la route menant à Tikjda.

Des bars à ciel ouvert !

Les packs de bière et autres bouteilles de spi- ritueux s'arrachent comme des petits pains. C’est un véritable business de l'alcool qui

s'est constitué aux abords de la RN33. Lors de notre virée sur les lieux, pratiquement tous les accotements de la route, à partir du carrefour de Slim, jusqu'au lieudit Ifri n’Taklith, à proximité de la stèle commémorative dédiée aux martyrs de la région, étaient squattés par les vendeurs de boissons alcoolisées. Ces bars

à ciel ouvert affichent leur marchandise sans

même se soucier des patrouilles de la Gen- darmerie nationale, qui sillonnent les alentours. “On ne fait rien de mal”, assurent-ils. S'agissant de la rentabilité de leur business, nos interlo-

cuteurs affirment qu'il est “très florissant”, no- tamment en cette période de l'année. “Ceux qui vont vers le CNLST ou bien vers Aswel (le ver- sant nord de Tikjda) achètent de grosses quan- tités de bière. On en a de toutes les sortes et pour toutes les bourses”, se vantera Hichem, un “spé- cialiste” en la matière. À travers ces faits, un constat des plus alarmants nous interpelle : le dangereux amalgame entre l'incivisme des uns et le laxisme des autres menace sérieusement l'ensemble de l'écosystème et la biodiversité propre au Djurdjura.

Les limites de la sensibilisation…

Face à cette situation préoccupante, voire désastreuse, que peut-on faire ? Hélas, prati- quement rien. Certes, des campagnes de net- toyage sont organisées par les services de l'APC de l'Esnam ainsi que ceux de la Conser-

vation des forêts de Bouira, mais peut-on net- toyer tout Tikjda ? La réponse est certainement négative. D’ailleurs, le directeur général des fo- rêts, Abdelkader Yettou, a plaidé, en juin dernier, lorsqu’il était en visite à Tikjda, pour “l’implication des citoyens” pour la sauvegar- de de l’environnement et des espaces forestiers. Pour le DG des forêts, il est “impératif que les citoyens s’impliquent davantage” dans la po- litique de sauvegarde de l’environnement prônée par les autorités locales. “Les forêts sont notre héritage commun et il est de notre devoir à tous de les protéger et veiller à leur sauve- garde”, avait-il insisté. Pour leur part, les équipes de la Conservation des forêts se mo- bilisent fréquemment afin de tenter de re- donner un tant soit peu de propreté à Tikjda. Cependant, et en dépit de leur bonne volon- té, les agents croisés sur place disaient tous la même chose : “Comment voulez-vous qu'on nettoie toute cette montagne ? C'est impossible !

On essaie juste de faire de notre mieux, sans

se faire trop d'illusions”, ont-ils fait remarquer. Il est vrai que la tâche est colossale, tita- nesque même. Du côté des responsables du

Parc national du Djurdjura (PND) de Bouira, officiellement, on évoque la “sensibilisation” comme seule et unique solution. Néanmoins, en “off”, certains cadres de cette institution n'y croient pas trop. Un cadre du PND lancera d'un air dépité : “On passe notre temps à sen- sibiliser les citoyens, mais pour quel résultat ?” Selon ce cadre, les autorités publiques doivent “agir en conséquence et appliquer des mesures coercitives à l'égard des contrevenants”.

R. B.

) (

Ramdane Bourahla/Liberté
Ramdane Bourahla/Liberté

La nature n’est nullement respectée, elle est détruite.

LIBERTE

Mardi 16 août 2016

Magazine

13

APRÈS L’INCENDIE AU PNG DE BÉJAÏA

Un projet pour la restauration du parc à l’étude

Sa restauration est une urgence vitale car, selon Abane Lehlal de la Conservation des forêts, il y a danger sur la population.

L e 22 juillet dernier, un incendie s’est déclaré à partir de Dar Na- cer pour se propager vers le Parc national de Gouraya (PNG) et a ravagé tout sur son passage. Pas moins de 167 hectares de couvert

végétal ont été ravagés par les flammes. Fort

heureusement, l’incendie ne s’est pas propa- gé vers la partie

orientale du parc,

qui est un fort cou- vert végétal et qui recèle un patrimoine ar- chéologique important mais aussi le port pétrolier. Autrement, les conséquences au- raient été nettement plus dramatiques. Le parc, un site protégé et classé par l’Unes- co, a été créé en 1984. D’une superficie de 2 080 ha, il s’étend sur 12 km et abrite 15 sites historiques et 9 sites pittoresques. Mais il est souvent objet d'incendies qui le ravagent, comme celui survenu le 22 juillet dernier.

Par :

L. OUBIRA

L’image du site après l’incendie

Près d’un mois après l’incendie, on s'est ren- du sur les lieux. C'est une image de désolation qui s'offre à nous : une partie du paysage est amputée ; le paysage, jadis verdoyant et su- blime, a été noirci par cet incendie dévasta- teur. S’il est vrai que les sites touristiques, tels le Cap Carbon, les Aiguades, l’hôtel des Cimes et le mausolée de Yemma Gouraya sont épargnés par les flammes, il n’en demeure pas moins que les dégâts restent très importants. Il est vrai aussi que le bilan aurait été plus dra- matique si l’incendie s’était propagé vers la partie orientale du parc et plus singulièrement vers le port pétrolier. Le pire a été évité grâ- ce, il faut le dire, aux efforts des soldats du feu, la Conservation des forêts et le concours des citoyens, qui s'étaient spontanément propo- sés pour prêter main forte aux agents du PNG, aux forestiers et aux éléments de la Protection civile. Le manque de moyens et des effectifs conjugués à l’absence de stratégie de pré- vention et de lutte contre ce genre d’incendie

D. R.
D. R.

de la part des pouvoirs publics ont rendu la tâche ardue aux pompiers et aux éléments du PNG et de la Conservation des forêts. Face à des incendies d’une telle ampleur, la si- tuation exigeait, expliquera-t-on, des lances antifeu et, pourquoi pas, de canadairs. En sus du déclenchement du plan Orsec en engageant les moyens des autres entreprises telles que So- natrach et le port. D’ailleurs, l’association éco- logique Nemla est montée au créneau, une se- maine après l’incendie, pour organiser une ac- tion de protestation sur le site sous le mot d’ordre “Randonnée non contente” afin de dé- noncer “le laxisme des pouvoirs publics”. Une mobilisation citoyenne, qui n'a pas échappé

Le parc de Yemma Gouraya a été ravagé par des incendies sans précédent.

aux autorités locales, qui se sont empressées de prendre des décisions, est à l'origine du pro- jet de restauration du site.

Un projet de restauration du site à l’étude

En effet, un projet de restauration est actuel- lement à l’étude à la Conservation des forêts de la wilaya de Béjaïa. Il s’agit, selon Abane Lehlal, d’une grande campagne de reboise- ment du site en octobre prochain. Selon ce res- ponsable, il y a danger sur la population. Le risque en hiver de chutes de pierres et d’inon- dations est à craindre. D’où l’inquiétude des pouvoirs publics. On apprend que la direction du PNG a or-

ganisé, la semaine passée, avec la Conserva- tion des forêts et le mouvement associatif, une rencontre pour voir les voies et moyens à en- treprendre pour la restauration du site. L’idée d’une pépinière, apprend-on, afin d’accélérer la reprise du couvert végétal et une campagne de reboisement des espaces consumés par le feu a germé lors des débats et a été retenue par les participants. Nous avons tenté d’en savoir un peu plus à ce sujet auprès de la direction du PNG, mais en vain. “L’intérimaire du di- recteur est sur le terrain. Dès qu’il rentre, je lui transmettrai le message pour qu’il vous contac- te”, nous a-t-on répondu.

L. O.

LA FORÊT AÏN ANTAR, DANS LA WILAYA DE TISSEMSILT

Un paradis au pied de l’Ouarsenis

R.D.
R.D.

L a forêt Aïn Antar, située dans le massif montagneux de l’Ouarsenis dans la wilaya de

Tissemsilt, draine chaque jour des centaines de visiteurs désirant pro- fiter des atouts de ce site naturel aux paysages époustouflants. Cette forêt, située dans la commu- ne de Boukaïd, accueille des fa- milles de la région ou des wilayas li- mitrophes comme Aïn Defla, Reli- zane, Blida ou encore Tiaret. Celles-

ci viennent profiter de la beauté des lieux, de l’air pur et de la fraîcheur, à l’ombre des grands cèdres de l’At- las, très répandus dans ce site. Mo- hamed, père de famille, est venu de Chlef. “Je visite fréquemment cette fo- rêt avec les membres de ma petite fa- mille. Je profite de la fraîcheur de son climat, surtout en cette période de grandes chaleurs. Toutes les condi- tions sont garanties, notamment pour ce qui est de la sécurité. La rou-

te qui mène vers ce site forestier vaut bien le détour”, confie-t-il. Samir, un jeune d’Aïn Defla, est un habitué des lieux. “Je viens ici pour profiter du paysage et des espaces de repos et de villégiature qu’offre la fo- rêt”, précise-t-il. La forêt Aïn Antar dispose d’es- paces de jeu pour enfants, un espa- ce sportif de proximité qu’utilisent les jeunes pour organiser des tour- nois et des rencontres de football in- ter-quartiers notamment. La Direc- tion du tourisme de la wilaya de Tis- semsilt estime nécessaire d’exploiter judicieusement et rationnellement ce site naturel pour drainer davantage de visiteurs et en faire une destina- tion touristique privilégiée de la ré- gion. Elle préconise la réalisation de structures d’accueil et d’héberge- ment, d’une piscine et la création d’un office du tourisme propre au site pour prendre en charge et orien- ter les visiteurs. Un camp de toile destiné aux jeunes, ouvert dans les années 1980, est actuellement fermé.

Il dispose d’une capacité d’accueil de 200 lits et d’un réfectoire pouvant as- surer 200 repas/jour ainsi qu’une sal- le de soins. Cette infrastructure est fermée et inexploitée depuis des années. Sa réouverture pourra drai- ner de nombreux visiteurs en quê- te de repos dans un cadre enchan- teur. La même institution compte, dans le cadre de la promotion du tourisme de montagne, exploiter les diffé- rents sites de la forêt pour attirer les visiteurs. C’est le cas par exemple des anciennes mines de baryte pouvant constituer une curiosité et un endroit à visiter.

Un site à valoriser

Il est prévu l’ouverture d’itinéraires pédestres pour les marcheurs et la délimitation de zones à fréquenter dans le souci de protéger certains sites et d’assurer un équilibre envi- ronnemental. Pour sa part, la Conservation locale des forêts pro- pose un programme pour promou-

voir le site d’Aïn Antar par l’élabo- ration d’un plan d’orientation propre à cette région prévoyant notam- ment l’exploitation des espaces fo- restiers, du camp de toile destiné aux jeunes et le rattachement de cette fo- rêt au parc national du cèdre de Thé- niet El-Had. Les autorités locales am- bitionnent d’encourager les inves- tisseurs à initier des projets touris- tiques respectant les valeurs et les spécificités écologiques de ce site na- turel. La forêt Aïn Antar est située à une altitude de 1 200 mètres au pied de l’Ouarsenis et s’étend sur une superficie de près de 500 hectares. Elle se distingue par sa diversité fo- restière comprenant pin d’Alep, ge- névrier, cyprès, platane, eucalyp- tus, chêne vert, chêne-liège, chêne zen, mais surtout des cèdres géants parfois centenaires comme les deux fameux cèdres surnommés Soltane et Soltana, véritables attractions et curiosités. La plantation de ces deux gigantesques arbres remonterait au XV e siècle, selon certaines sources.

14

Sport

Mardi 16 août 2016

LIBERTE

ATHLÉTISME

Troisième médaille d’or olympique pour Usain Bolt sur 100 m

n Le Jamaïcain Usain Bolt a été sacré

champion olympique du 100 m en 9 sec 81/100 e (vent : +0,2 m/s), pour devenir le premier athlète de l'histoire à remporter trois fois l'épreuve reine du sprint, dimanche soir, aux Jeux de Rio. Bolt, déjà sacré sur la ligne droite en 2008 à Pékin et 2012 à Londres, a devancé

l'Américain Justin Gatlin (9.89), médaille d'argent, et le Canadien Andre de Grasse, médaille de bronze (9.91). Le Jamaïcain, ligne 6 contre 4 à Gatlin, a pris un départ correct avant de se détacher dans les 15 derniers mètres. Gatlin s'est finalement montré impuissant à maîtriser le maître. Bolt a donc refait le coup de Pékin où, lors des Mondiaux-2015, il avait déjà battu Gatlin et préservé l'athlétisme mondial d'une vague d'interrogations liées au dopage et au cas de l'Américain. Depuis, le dopage d'État en Russie a tout ravagé sur son passage, mais la victoire de Bolt permet au moins aux dirigeants de l'athlétisme de souffler un peu. Qu'aurait-il dit, en effet, si Gatlin avait gagné ? Avant la finale dimanche, Gatlin a systématiquement été sifflé par le public du stade olympique de Rio lorsque son visage apparaissait sur les écrans. Par ricochet, Bolt était, lui, acclamé dès que les caméras se braquaient sur lui. Son franchissement de ligne a été accompagné d'un cri de victoire qui a sans doute résonné dans toute la baie de Rio. Avec cette 7 e médaille d'or olympique, Bolt le Jamaïcain débute donc de la meilleure des manières son opération “triple triple” à Rio, puisqu'il espère également ramener l'or du 200 m et du 4x100 m. Là encore, comme en 2008 et 2012.

Il risque, toutefois, à l'avenir de perdre un de

ces titres, puisque Nesta Carter, membre du relais victorieux en 2008, a depuis été contrôlé positif.

Or et record du monde du 400 m pour Van Niekerk

n Le Sud-Africain Wayde Van Niekerk a

battu le record du monde de Michael

Johnson (43.18), vieux de 17 ans, en rempor- tant en 43 sec 03/100 e l'or du 400 m aux jeux Olympiques de Rio, dimanche soir. Van Niekerk, 24 ans, déjà champion du monde 2015, a devancé les deux derniers cham- pions olympiques, le Grenadin Kirani James (43.76), sacré en 2012, et l'Américain LaShawn Merritt (43.85). Placé au couloir 8, en aveugle, Van Niekerk

a eu d'autant plus de mérite d'abattre une

marque mythique que Johnson avait réali- sée le 29 août 1999 en finale des Mondiaux de Séville (Espagne). Le Sud-Africain, qui s'est entraîné au printemps avec le groupe d'Usain Bolt, a retranché 45/100 e à son ancien record continental, établi en finale des Mondiaux- 2015 à Pékin. Après cette victoire en Chine, Van Niekerk avait dû être hospitalisé pour un état de faiblesse. Le tour de piste est une épreuve terrible sur le plan physique, notamment les 100 derniers mètres quand l'acide lactique envahit les jambes.

Record du monde du marteau et médaille d’or pour la Polonaise Wlodarczyk

n La Polonaise Anita Wlodarczyk, déjà

détentrice du record du monde du lancer de marteau, a amélioré sa marque planétaire pour la porter à 82,29 m, hier, lundi, en finale des jeux Olympiques de Rio. Wlodarczyk a réalisé cette marque à son troisième essai, après avoir déjà frôlé un nouveau record au 2e lancer (80,40 m), alors que son ancienne marque de référence, 81,08 m, avait été réalisée le 1er août 2015 en Pologne à Cetniewo. La Polonaise est la seule femme de l'histoire à avoir dépassé les 80 m, à cinq reprises, dont trois lors de cette finale.

80 m, à cinq reprises, dont trois lors de cette finale. ALGÉRIE Berraf : “Le bilan

ALGÉRIE

Berraf : “Le bilan se fera à la fin des Jeux”

Archives Liberté
Archives Liberté

L e président du Comité olym- pique et sportif algérien (COA), Mustapha Berraf, a indiqué que le bilan de la par- ticipation algérienne aux jeux Olympiques de Rio de Janei-

ro se fera à la fin de la compétition. “Je pen- se que ce n’est pas le moment de faire l’éva- luation de notre participation, nous la fe- rons une fois les Jeux terminés. J’espère qu’avec les Fédérations nous prendrons les mesures qui nous permettent d’engager l’avenir avec plus de sérénité”, a déclaré Ber- raf à l’envoyé spécial de l’APS à Rio de Ja- neiro. Après dix jours de compétition à Rio, l’Al- gérie n’a remporté aucune médaille et la plupart des athlètes engagés ont quitté le tournoi sans gloire et dès les premiers tours. “La première semaine de compétition n’a pas été positive, j’espère que la secon- de nous apportera quelques satisfactions. Je suis ici pour encourager les athlètes et leur apporter tout le soutien du gouvernement et des Algériens. J’espère qu’ils vont être à la mesure de nos espoirs et nous satisfaire”, a-t-il souligné. Pour le premier responsable du Comité olympique et sportif algérien, tous les moyens ont été mobilisés pour permettre aux athlètes de se préparer dans les

meilleures conditions. “Nous avons don- né tous les moyens à ces athlètes et à leurs techniciens et j’espère maintenant qu’ils vont nous le rendre sur le terrain. Tout a été fait en harmonisation entre les Fédé- rations, le COA et le ministère de la Jeunesse et des Sports. Nous ne pouvons pas nous produire à la place des athlètes et diriger les compétitions à la place de leurs techniciens. Chacun doit jouer son rôle”, a affirmé Ber- raf, manifestement mécontent de la pres- tation et des résultats des athlètes algériens enregistrés jusque-là. L’Algérie fonde de grands espoirs sur Taoufik Makhloufi, champion olympique du 1 500 m à Londres et médaillé de bron- ze au Mondial de Doha. Interrogé sur les dernières chances de médailles olym- piques de l’Algérie, le président du COA

a refusé d’avancer le moindre pronostic.

“Je suis réservé sur toutes ces questions. J’es-

père que tout va bien se passer”, s'est-il contenté de dire. Les Fédérations sportives avaient tablé, avant le déplacement de la délégation au Brésil, sur quatre médailles aux jeux Olympiques de Rio de Janeiro, des prévi-

sions surréalistes et impossibles à réaliser

à moins d’une semaine de la clôture des

Jeux et au moment où la plupart des ath- lètes algériens sont hors course.

BOXE

Pas de médaille pour Benchabla à Rio, Flissi passe en quarts !

L e boxeur algérien Abdelhafid Benchebla a échoué dans sa dernière chance de décro-

cher une médaille olympique après sa défaite (3-0) face au Britan- nique Bouatsi Joshua, dimanche soir, à Rio Centro en quarts de fi- nale des jeux Olympiques de Rio de Janeiro 2016. Face à un adversaire largement supérieur sur tous les plans et doté d’une force de frappe terrible, le boxeur algérien n’a rien pu faire. Il était dépassé par le cours des évé- nements et incapable de réagir de- vant la succession de frappes du boxeur britannique qui ont contraint l’arbitre à le compter lors des deux premiers rounds. Malgré un timide retour en troi- sième round, il n’a jamais réelle-

ment inquiété son adversaire serein et très à l’aise sur le ring. Avec cette défaite, Benchebla rate pour la troisième fois de suite, après Pékin 2008 et Londres 2012, l’occasion de décrocher le podium olympique. Une énorme décep- tion pour le boxeur algérien qui dis- putait, peut être, les derniers jeux de sa carrière. Pour Rabah Hamadache, l’un des membres du staff technique de l’équipe nationale de boxe, la défaite de Benchebla est logique contre un adversaire plus fort que lui. “Personnellement, je n’ai pas re- connu Benchebla, il était largement dominé dans ce combat. Il a été complètement à côté de son sujet. Il a été déséquilibré par les frappes de son adversaire. Même les frappes de

Benchebla n’étaient pas à la hauteur d’un boxeur de 81 kg”, a déclaré Ha- madache à l’envoyé spécial de l’APS à Rio, à l’issue du combat. Pour le technicien algérien, Ben- chebla avait manifestement peur de son adversaire qui avait gagné ses deux premiers combats par K.-O. “Il avait peur, certainement, non seulement du boxeur, mais égale- ment de ses frappes. Il a reçu des coups terribles lors des deux premiers rounds qui lui ont fait mal, il a ten- té le tout pour le tout lors du troi- sième round mais c’étaient des coups timides. Le Britannique a géré le combat tranquillement”, a es- timé Hamadache qui a précisé qu’une médaille olympique s’ar- rache et il faut être fort sur tous les plans pour la décrocher.

Pour sa part, le dernier boxeur al- gérien engagé dans les jeux Olym- piques de Rio, en l’occurrence le médaillé de bronze des derniers mondiaux à Rio, Mohamed Flissi (52 kg), qui est entré en lice hier contre le Bulgare Daniel Asenov en huitièmes de finale, s’est imposé lo- giquement sur le score de 3 à 0. Il affrontera au prochain tour le Vé- nézuélien Yoel Segundo demain à

19h45.

Programme des Algériens

1 500 m messieurs (séries) :

n Taoufik Makhloufi

et Salim Keddar à 14h40

n Lutte gréco-romaine :

Benaïssa Tarek Aziz (66 kg),

Haloui Hamza (98 kg) à 14h

400 M HAIES

Lahoulou passe en demi !

n L’athlète algérien Abdelmalik Lahoulou s’est distingué de fort belle manière hier au stade olympique de Rio en remportant sa série du 400 m haies avec un chrono de 48:62. Lahoulou vient de battre ainsi son record personnel, qui était de 48:67. Lahoulou disputera la demi-finale du 400 m haies demain à

15h35.

ATHLÉTISME : 3 000 M STEEPLE (HOMMES)

Les trois Algériens éliminés !

L es trois coureurs algériens en 3 000 m steeple, à savoir Hicham Bouaïcha, Ali Tabti et Ali Messaoudi, ont tous été éli-

minés du premier tour du 300 m steeple, hier, au stade olympique de Rio. En effet, si Bouaïcha et Tabti ont pu terminer la course respectivement à la 8 e et 11 e place, Ali

Mesaoudi a été contraint d’abandonner la course ; il n’a pas, tout simplement, pu suivre le rythme des autres athlètes. Les trois premiers

de chaque série et les six meilleurs temps sont qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple messieurs, prévue demain à 15h50 (heure al- gérienne). Par ailleurs, en lutte gréco-romaine, le lutteur Adem Boudjemline n’est pas parvenu à passer l’écueil du Bulgare Nikolay Nikolaev qui l’a bat- tu sur le score de 4 à 0 en 1/8 es de finale de cet- te épreuve.

S. M.

HALTÉROPHILIE (+75 KG DAMES)

L'Algérienne Hirech dernière de son groupe

L’

haltérophile

algérienne

Bouchra Fatima-Zohra Hi- rech (+75 kg) a terminé à la

7 e et dernière place de son groupe

B des qualifications des jeux Olym-

piques-2016 avec un total de 192 kg,

dimanche, à Rio de Janeiro.

À l'arraché, l'Algérienne, qui fête-

ra ses 16 ans le 22 août prochain, a soulevé 87 kg au deuxième essai (les 90 kg du 3 e essai n'ont pas été ac- ceptés). Hirech a réalisé ensuite 105

kg à l'épaulé-jeté au premier essai, ses tentatives à 108 kg aux 2 e et 3 e essais ayant été rejetées.

La série a été dominée par la Vé-

nézuélienne Yaniuska Isabel Espinosa qui a soulevé un total de 273 kg. Au classement général, Bouchra Fa- tima-Zohra Hirech a pris la 15 e et dernière place, sachant que la Vé- nézuélienne Naryury Alexandra Perez Reveron n'a pas été classée.

Victoire de la Chinoise Meng Suping

La médaille d'or de l'épreuve est re- venue à la Chinoise Meng Suping avec un total de 307 kg (130+177), devant la Nord-Coréenne Kim Kuk Hyang avec 306 kg (131+175) et l'Américaine Sarah Elizabeth Robles avec 286 kg (126+160).

D. R.

LIBERTE

Mardi 16 août 2016

Sport

15

LES CANARIS ONT RETROUVÉ GAIEMENT LEUR FIEF AU STADE DU 1 ER -NOVEMBRE

Mouassa : “La JSK est prête pour le championnat”

A près un bon stage de préparation esti- vale dans la station balnéaire de Gam- marth, en banlieue tunisoise, les

joueurs de la JSK auront pris bien du plaisir à retrouver, depuis di- manche soir, leur fief habituel du stade du 1 er -Novembre pour abor- der en toute quiétude la dernière ligne droite qui mène vers le début du championnat 2016-2017. En dépit de la chaleur torride qui ré- gnait sur le stade, même en fin de journée puisque la reprise s’est ef- fectuée vers 18h, les Canaris étaient visiblement heureux de retrouver leur jardin préféré, leurs habitudes et surtout leurs repères, et ce, à quelques jours du coup de starter du championnat avec à la clé un su- perbe “Clasico” JSK-MCA qui po- larise l’actualité sportive en Kaby- lie et qui attirera certainement la grande foule, ce samedi, au stade du 1 er -Novembre, surtout que le big match se jouera en semi-nocturne, plus précisément à 19h. Et toute la bande joyeuse de Mouassa fut même renforcée, pour une fois, par les deux internationaux olympiques Benkablia et Ferhani, qui sont ren- trés la veille des JO de Rio et se sont empressés de rejoindre leurs co- équipiers, eux qui n’ont pratique- ment pas pris part à la préparation estivale de leur équipe, eu égard à leurs obligations estivales en EN olympique. Les deux “Brésiliens” étaient visiblement heureux d’être félicités par tous leurs coéquipiers pour leur bonne prestation en pays

D. R.
D. R.

carioca surtout que le premier avait signé un très beau but d’éga- lisation lors du dernier match Al- gérie-Portugal (1-1), alors que le se- cond réalisa une prestation haut de gamme durant tout le tournoi olympique, ce qui lui valut une pre- mière sélection en équipe nationale de la part du nouveau sélectionneur serbe Milovan Rajevac. “Voyez-vous, c’est un énorme plai- sir que de travailler avec un tel groupe qui est constitué de jeunes joueurs bien éduqués et qui sont en- cadrés par quelques anciens dont la sagesse et la maturité sont bien établies”, nous lancera avec beau- coup de sincérité le coach kabyle Kamel Mouassa à la fin de la séan-

ce d’entraînement, où il a fait en- core suer tout le monde avant de conclure par un bon sixte où les Ca- naris s’en sont donné à cœur joie, comme pour exprimer leur im- mense joie de jouer. “Je pense que nous avons réussi un recrutement judicieux cet été, pour pourvoir nos besoins poste par poste, et si nous avons été déçus par quelques joueurs qui ont été malhonnêtes en faisant de la publicité et de la surenchère sur le dos de la JSK pour décrocher des contrats juteux ailleurs, il n’en de- meure pas moins que nous avons re- cruté des joueurs sérieux et talen- tueux qui ne demandent qu’à prou- ver sur le terrain tout leur savoir-fai- re, et dites-vous bien qu’ils ont

notre confiance totale pour relever bien des défis cette saison et redon- ner bien de la fierté à un club aus- si prestigieux que la JSK”, enchaî- nera Mouassa. En fait, ce dernier donne la nette impression de pré- parer sereinement son commando pour affronter et espérer épingler l’éternel rival, le MC Alger, ce sa- medi, en comptant sur le quatuor d’attaque Mebarki - Ziaya - Ben- kablia - Boulaouidat, mais aussi sur son milieu de terrain remodelé avec les arrivées de Yettou, Her- bache, Benabou et Djerrar aux cô- tés des “jeunes loups” du cru qui ont pour noms Raiah, Renai, Medj- kane et autres Aiboud, alors que l’arrière-garde kabyle s’est solidifiée davantage avec le précieux renfort des Salah, Redouani, Sebie et le re- venant keeper Asselah aux côtés des cadres de l’équipe Rial, Berchiche et Ferhani. “Sincèrement, nous avons bien bossé cet été et je suis convaincu que nous sommes prêts à affronter non seulement le MCA dès cette première journée de cham- pionnat mais tous les autres matchs à venir”, conclut Mouassa, qui a programmé toutes les séances d’en- traînement en fin de journée pour s’adapter quelque peu à l’heure du match de ce samedi, alors que tous les joueurs seront regroupés dès ce vendredi dans leur retraite habi- tuelle des Deux-Palmiers à Draâ Ben Khedda, pour affûter leurs armes à la veille de cette grande af- fiche de début de saison JSK-MCA qui attirera certainement la foule des grands jours.

MOHAMED HAOUCHINE

LE PRÉSIDENT DE MONTPELLIER A FIXÉ LE MONTANT DE SON TRANSFERT

25 millions d'euros le prix de Boudebouz

n L'international algérien, Ryad Boudebouz, convoité par la Lazio Rome

en Italie et le Celta Vigo en Espagne, ne quittera pas Montpellier pour moins de 25 millions d'euros, a indiqué le président de son club de Ligue 1 française Louis Nicollin. “Il ne partira pas. Sinon, c'est 25 millions d'euros”, a déclaré Nicollin, relayé par le journal Midi Libre. Samedi soir, dans les coursives de la Mosson, le nom de Boudebouz était sur toutes les lèvres. Non seulement pour son but aussi magistral que décisif inscrit face à Angers (1-0), quelques minutes plus tôt, mais aussi et surtout pour évoquer son avenir. La Lazio Rome a déjà fait part de son intérêt à son entourage et certains imaginaient déjà la patte gauche de l'Algérien régaler le Stadio Olimpico. Pendant ce temps, en zone mixte, l'intéressé donnait du grain à moudre aux journalistes venus à sa rencontre. “S'il y a une bonne opportunité pour Montpellier, qui m'a acheté 1,7 million d'euros, ce sera tout bénéfice. Si un club fait une offre de 10 MÇ et me propose un bon salaire, je pense que ça se fera”, a lâché le premier buteur du MHSC cette saison. Boudebouz (26 ans), troisième meilleur passeur de la Ligue 1 la saison passée, espère évidemment vivre sa première

expérience en dehors de la France. Il a

encore deux semaines pour réaliser son

objectif. Auteur d’une prestation de haut rang avec à la clé un but splendide qui a permis à Montpellier d’engranger ses trois premiers points de la nouvelle saison face à Angers, Ryad Boudebouz a été élu dans l’équipe-type de la première journée du championnat de Ligue 1. Le milieu offensif des Verts lance du coup sa nouvelle saison de la plus belle manière. Avec le Lyonnais Alexandre Lacazette qui s’est offert un hat-trick lors du déplacement de l’OL à Nancy, l’ancien joueur sochalien figure parmi les joueurs dont on entendra encore parler durant cette année estime les spécialistes, en Hexagone, s’il ne quitte pas son club.

F. R.

1 BUT SEULEMENT EN 5 MATCHS DE LA COUPE DE LA CONFÉDÉRATION

L'attaque des Crabes en berne

L e MO Béjaïa sera dans l'obligation de remporter son pro- chain et dernier match de la phase de poules de la Cou- pe de la Confédération africaine de football (CAF) face

aux Ghanéens de Medeama le 23 août à Béjaïa pour se qua- lifier aux demi-finales, mais cela passe par un réveil de sa ligne offensive, qui a marqué un seul but en cinq matchs. Le MOB s'est compliqué la tâche après sa défaite samedi sur la pelou- se des Tanzaniens de Young Africans (1-0), qui même déjà sor- tis de la course, ont enregistré pour l'occasion leur première victoire dans la phase de poules. Il s'agit aussi de la deuxième défaite de rang des Algériens, après celle concédée à Lubum- bashi (RD Congo) face au TP Mazembe (1-0), leur coûtant la deuxième place qu'ils partageaient avec les Ghanéens. L'en-

traîneur Nacer Sendjak, qui a essuyé ses premières critiques depuis son arrivée cet été aux commandes techniques des Crabes après la contre-performance de Dar Es Salaam, doit trouver la formule idéale pour mettre un terme à la stérilité de son secteur offensif. Mais son champ de manœuvre est limi- té, estiment les observateurs, vu que son attaque a été dégar- nie durant cette intersaison après les départs de trois titulaires (Hamzaoui, Zerdab et N'doye), alors que Yaya est indisponible depuis la fin de l'exercice passé à cause d'une blessure. Mal- gré cela, les Mobistes sont déterminés à jouer leur va-tout lors de cette dernière rencontre qui décidera de l'identité de l'heureux deuxième qualifié du groupe A. Le premier ticket étant revenu au TP Mazembe, après avoir amassé dix points

dès la quatrième journée. S'il venait à réussir son pari, le MOB passerait au dernier car- ré grâce à un meilleur goal-average dans les confrontations di- rectes avec Medeama. Le seul représentant algérien dans la pha- se de poules des compétitions africaines interclubs (l'ES Sétif a été disqualifiée par la CAF en Ligue des champions), avait réussi à accrocher les Ghanéens chez eux lors du match aller (0-0). “On savait qu'on allait jouer notre avenir dans cette com- pétition lors de la dernière journée, et ce, quel que soit le résultat de notre match en Tanzanie”, déclare le coach des Béjaouis, ap- pelé à redynamiser son attaque pour réussir l'exploit de qua- lifier le MOB au carré d'as, de surcroît, pour sa première par- ticipation internationale.

MCA : MANSOURI RISQUE UNE DEMI-SAISON À BLANC

Le pari perdu de Omar Ghrib

L ’affaire Mansouri continue de susciter des interrogations. Le premier respon- sable du MCA, Omar Ghrib, affirme à

qui veut l’entendre que le joueur sera bel et bien qualifié au profit de son club et qu’il n’y

a pas d’affaire Mansouri. Ayant été ramené à titre de prêt, Mansouri a pris part à tous les stages d’intersaison de l’équipe. Finalement, les dirigeants du MCA vont devoir rendre le joueur à l’envoyeur, puisqu’ils ne pourront pas bénéficier de ses services. Les Mouloudéens gardaient l’espoir de voir leur joueur qualifié lors de la réunion du bureau fédéral de la FAF, prévue hier 15 août, mais finalement reportée pour des raisons organisationnelles. Une cho- se est sûre, Mansouri ne pourra pas prendre part à la première sortie des Vert et Rouge en

championnat face à la JSK, samedi au stade du 1 er -Novembre de Tizi Ouzou. Le report de la réunion du BF n’empêche pas les Algérois d’es- pérer voir leur joueur porter le maillot du club lors des prochaines journées. Ils estiment que le club a suivi la procédure et a déposé le dossier du joueur avant la date limite. Malgré cela, la Ligue de football professionnel (LFP) a rejeté le dossier du joueur. Les responsables de cette instance affirment qu’ils ne prennent en considération que les dossiers déposés et non pas la première lettre de prêt délivrée, l’ar- gument principal des Vert et Rouge. De ce fait, le MCA se voit privé d’une licen- ce, et le club sera contraint d’évoluer avec 21 licences seulement durant cette première phase de saison. Pis encore, sur les 21 licences,

20 seulement sont opérationnelles, puisque l’équipe algéroise sera privée des services de son gardien de but pendant le tiers de la com- pétition. On se demande comment les responsables de Sonatrach ont approuvé la signature d’un joueur (Chaouchi), alors qu’il va rater un tiers de la saison étant suspendu 10 matches ? Mal- gré tout ce qui se passe au sein du club, les in- terventions du principal pourvoyeur de fonds se font rares depuis le retour de Omar Ghrib aux affaires du club. Ce dernier, qui n’a pour- tant aucun lien avec la compagnie, se retrou- ve avec plus de prérogatives et de liberté d’exécution que ses prédécesseurs, qui sont, en revanche, des employés à Sonatrach. Par ailleurs, les Mouloudéens continuent de se pré-

parer sérieusement pour le match face à la JSK, prévu samedi pour le compte de la première journée de la saison 2016-2017. L’entraîneur Djamel Menad risque d’être privé des services de son latéral gauche, Brahim Boudebouda. Le joueur s’est entraîné en aparté hier matin et s’est contenté de quelques exercices légers avant de rejoindre l’infirmerie pour des soins. Sa présence face aux Canaris n’est pas sûre. En revanche, la séance d’hier a enregistré la pré- sence du milieu de terrain Oussama Chita, alors que Chaouchi a brillé par son absence. Il faut dire que le gardien de but mouloudéen n’est pas concerné par cette rencontre et en- tamera la première rencontre d’une série de 10 matches de suspension.

MALIK A.

16

Contribution

Mardi 16 août 2016

LIBERTE

La minute d'honneur de Mohamed-Amine Tayeb

L e judoka Mohamed-Amine Tayeb entre sur le tatami, une minute plus tard tout est fini. Il y a deux lectures de l’événement, celle du temple moderne vaudou qu'est devenu le sport mondial et

celle qui relève de notre capacité à garder foi

en de véritables valeurs. Par la première, cer- tains expriment leur déception, par la secon- de, d'autres félici-

tent spontané- ment. Inutile de

préciser laquelle est la position compatible avec les valeurs du sport. Je ne connais pas ce judoka, probable- ment par mon incompétence dans le judo. Mais immédiatement, je me suis dit qu'af- fronter le géant de la spécialité était une chance qui n'était pas accordée à tout le monde et le prix à payer devait être fort en abnégations et en don de soi. Lorsque beaucoup y ont vu un échec, j'y ai vu paradoxalement la marque d'un grand honneur qui échoit à cet athlète.Par nature personnelle, y compris dans l'expérience du combat politique, j'ai cette tendance naturel- le à ne pas appréhender la fierté de mon pays par le drapeau, l'hymne et la main sur le cœur. Non qu'ils soient à rejeter mais parce qu'ils ont toujours occulté les vraies valeurs, invisibles, celles qui se cachent derrière l'ac- te ostentatoire, criard et sans consistance. Beaucoup se sont focalisés sur la petite minute dévoilée sous l'éclairage mondial, il fallait pourtant s’intéresser à la partie immergée, soit le temps qui s'est écoulé avant l'épreuve. C'est dans cet angle mort que se décèlent l'honneur et les valeurs fortes de Mohamed-Amine Tayeb.

Par : SID LAKHDAR BOUMÉDIENE (*)

La victoire est ce qui a précédé la minute de Rio

Le palmarès de Mohamed-Amine Tayeb est impressionnant. Une médaille d'or à l'Oceanian open, deux médailles d'or à l'African open, quatre médailles aux cham- pionnats d'Afrique et je suppose de nom- breuses autres qui accompagnent toujours la montée en expérience des grands cham- pions. Une seule fausse note, la médaille d'or des Championnats du monde militaires mais personne n'est à l'abri d'une erreur de jeunesse (ils ont eu les milliards, nous pou- vons bien avoir l'humour). C'est donc dans tout ce qui précède la fameuse minute de Rio qu'il faut aller rechercher la victoire de ce judoka. Ceux qui voient l'échec et la déception d'une défaite rapide sont de la race des adeptes de la nouvelle religion de l'or. Ils sont aveugles et ne peuvent percevoir les efforts d'une vie. Moi, je vois dans cette minute des milliers d'heures d'efforts et de perfectionnement, une route longue et diffi- cile qui a mené vers les sommets du sport. Je vois le jeune garçon se diriger tous les jours vers la salle de sport alors que ses jeunes camarades ont tout le temps du loisir. Je perçois dans ces temps sacrifiés, du soir et du week-end, la sueur de l'effort et de la dis- cipline. J'y vois de fréquentes déceptions où il faut à chaque fois se relever pour aller de l'avant. Ce jeune garçon s'est drogué à la plus belle substance au monde, la passion de son

Mohamed-Amine Tayeb, parmi tous les autres, devra réussir

toute une vie au-delà de cette minute qui le couronne

et ne lui enlève rien à notre admiration.”

D. R.
D. R.

Pleurer parce qu'on est second, cinquième ou dernier est un échec pour une si belle idée qu'est le sport. Mohamed-Amine Tayeb peut être assuré qu'il avait déjà

au cou une médaille d'or lorsqu'il est entré sur le tatami. C'est la médaille du mérite, celle qui est la plus précieuse car la minute de Rio est en soi l'accomplissement de merveilleuses valeurs qui portent les sportifs à rechercher au plus profond d'eux- mêmes les ressources qui les mènent plus loin.”

sport. Rien n'est plus méritant que le par- cours de Mohamed-Amine Tayeb et, sa médaille d'or, il l'a déjà pleinement gagnée lorsqu'il s'est présenté sur le tatami pour affronter un autre monstre du sport. Sa médaille était autour du cou car elle est du métal qui n'a pas de prix, celle du mérite d'avoir accompli un parcours des plus hono- rables. Mohamed-Amine Tayeb est un grand du sport, je n'ai pas besoin d'une bre- loque attachée au cou pour m'en convaincre. Cette minute n'est pas celle de l'échec mais de l'aboutissement d'un parcours sportif remarquable. La seule chose qui pourrait nous dissuader de féliciter ce grand champion serait son plein investissement pour le sport au prix d'un abandon de la formation de l'esprit et de l'instruction scolaire. Mais je n'ai aucune raison de douter qu'il n'en est pas ainsi et, de toute façon, comme je ne le sais pas, laissons une part de rêve qui justifie notre admiration.

Les règles sont-elles adéquates ?

On pourrait cependant se demander légiti- mement pourquoi un parcours d'efforts et de privations s'interrompt en une minute de combat. Certes, le judo n'est pas le football et le KO en est la règle mais tant d’efforts humains et financiers (ils sont considé- rables) devraient permettre à ce type de ren- dez-vous quadriennal et mondial de l'éviter. Il eut été plus juste pour de nombreux ath- lètes de voir couronner leur rêve en des compétitions par championnats. L'élimination directe n'existerait pas, en tout cas dans une configuration aussi tranchante. Tant d'espoirs qui ne peuvent trouver un terrain d'opération plus long pour montrer toute la dimension des qualités des athlètes. Une épreuve à points serait en adéquation avec les espoirs fous que chacun a mis dans

le projet olympique. Nous savons que les Jeux olympiques ne permettent pas un temps long et tout se joue en un coup de dé injuste. Mais il y a plus inquiétant, une religion du sport qui n'est plus celle qu'avait pensée Pierre de Coubertin, nous l'avions déjà précisé dans un article précédent.

La religion de l'or

La fameuse devise du baron Pierre de Coubertin, “l'important est de participer”, semble s'être évaporée car les Jeux olym- piques sont devenus un gigantesque terrain d'investissement financier aux appels irrésis- tibles à l'or. Plus que jamais, à Rio, nous avons assisté à des polémiques, des accusa- tions et à des larmes qui n'avaient aucune justification lorsque les athlètes ne parvien- nent pas à l'or. On a cette impression que rien ne vaut la première place et que tout le reste est échec et humiliation. Trop d'argent, trop de tenta- tions et bien peu de valeurs olympiques dans cette histoire catastrophique qu'il faudra un jour reléguer aux oubliettes. La recherche de la première place comme la seule qui valori- se est une catastrophe pour l'éducation aux concepts de réussite de l'être humain. Pleurer parce qu'on est second, cinquième ou dernier est un échec pour une si belle idée qu'est le sport. Mohamed-Amine Tayeb peut être assuré qu'il avait déjà au cou une médaille d'or lors- qu'il est entré sur le tatami. C'est la médaille du mérite, celle qui est la plus précieuse car la minute de Rio est en soi l'accomplisse- ment de merveilleuses valeurs qui portent les sportifs à rechercher au plus profond d'eux-mêmes les ressources qui les mènent plus loin. L'important est ce qui s'est passé avant cette minute car elle est l'aboutisse- ment d'une attitude magnifique, longue et

patiente. L’entraîneur de l'équipe algérienne de judo a dit ce qu'il fallait dire. Selon lui, les athlètes ont fait ce qu'ils ont pu mais la marche était trop haute. Nous convenons avec lui de la première affirmation et les félicitons mais nous renions que la marche fut trop haute. En parvenant aux Jeux olympiques, ces garçons et ces filles ont surmonté des montagnes et sont parvenus à dépasser des limites insoup- çonnées. Aucune personne censée ne leur exige de ramener un métal en Algérie, celui de l'or noir a assez fait de dégâts profonds à ce pays. Ce que nous leur demandons c'est la dignité de la représentation, un comporte- ment sans faille et des efforts soutenus. Ils avaient accompli, pour la plupart d'entre eux, comme Mohamed-Amine Tayeb, une grande partie du contrat en parvenant à ce niveau d'exigence que requiert une sélection aux jeux. Et puis, ce qui nous intéresse maintenant est que ces grands sportifs réus- sissent leur conversion autant qu'ils sont parvenus à des performances de haut niveau. C'est à eux, bientôt, de transmettre les belles valeurs du sport, celles du dépasse- ment de soi, de la saine compétition et du sacrifice quotidien. Mohamed-Amine Tayeb, parmi tous les autres, devra réussir toute une vie au-delà de cette minute qui le couronne et ne lui enlève rien à notre admiration. Laissons ce qui brille aux projets démesurés de ceux qui ont en fait une morale de vie, aux chromes de leurs voitures, aux ferrailles réfléchissantes à des kilomètres de leur devantures de maison et aux autres bijoux sans prix. Le brillant de la gloire humaine illumine la face de nos vaillants athlètes, qu'ils n'aillent pas le rechercher ailleurs. Ce brillant s'appelle l'honneur de la chose bien faite et leur participation aux jeux suffit à nous en convaincre. Mohamed-Amine Tayeb fait partie de la catégorie des cent kilos, une frontière que j'ai allègrement franchie avec l'âge. Mais ceux de notre athlète sont en muscles, ce qui me fait espérer que l'article lui a plu car je n'ai aucune chance d'obtenir l'or en combat régulier avec lui. Mais je suis sûr qu'il est d'une douceur amicale, à la hauteur de ses performances sportives.

S.-L. B.

(*) ENSEIGNANT

LIBERTE

Mardi 16 août 2016

L’internationale

17

FACE À UNE SITUATION POLITICO-SÉCURITAIRE QUI S’AGGRAVE

Près d'un million de Sud- Soudanais réfugiés en détresse

La guerre fratricide dans le Soudan du Sud, fraîchement indépendant du Soudan, a apporté avec elle son lot de déplacés que les camps de réfugiés onusiens n’arrivent plus à prendre convenablement en charge.

P rès d'un million de Sud- Soudanais, essentielle- ment des femmes et des enfants, ont fui la guer- re civile vers les pays voisins, où ils vivent

dans des camps surpeuplés, a rap- porté l'ONU hier. Le Haut com- missariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a souligné la difficulté des agences humanitaires et des pays de la région à faire face au nouvel afflux de réfugiés provoqué par les combats meurtriers de Juba, début juillet, entre les forces du président Salva Kiir et les troupes loyales à l'ancien vice-président Riek Machar. “Avec des réfugiés qui fuient le Soudan du Sud par milliers, les pays voisins sont mis à rude épreuve, sous le poids conjugué de nombreux nou- veaux arrivants et d'opérations (hu- manitaires) largement sous-finan- cées”, a averti le HCR dans un com- muniqué lundi. “Il y a déjà 930 000 réfugiés (sud-soudanais) dans la ré- gion, et de nouveaux viennent gros- sir leurs rangs chaque jour”, poursuit le HCR. Prenant l'exemple du nou- veau camp de Yumbe, en Ouganda, prévu pour accueillir 100 000 per- sonnes, le HCR a expliqué qu'il avait besoin d'un financement urgent pour “accélérer le transfèrement de plus de 45 000 réfugiés (à Yumbe) de- puis les centres de réception et de tran- sit complètement saturés”. “Quand de si nombreuses personnes vivent dans une telle promiscuité, la probabilité qu'une épidémie se déclare est très éle- vée”, a alerté le HCR. En outre, le HCR a indiqué n'avoir reçu qu'un cinquième des 545 millions d'euros nécessaires pour abriter les 930 000 réfugiés répartis dans six pays de la région, ainsi que les quelque 1,6 million de déplacés vivant dans des camps au Soudan du Sud. Indé- pendant depuis 2011 après une guer- re de plus de 20 ans avec Khartoum, le Soudan du Sud a plongé dans une guerre civile meurtrière et dévasta- trice en décembre 2013. En août 2015, les belligérants ont signé un ac-

D. R.
D. R.

cord de paix, sous forte pression in- ternationale, et convenu de mettre en place des institutions de transition, notamment un gouvernement d'union nationale devant organiser des élections. Mais les armes ne se sont jamais complètement tues dans le pays et, en juillet, des combats à l'arme lourde à Juba accompagnés de nombreux viols, y compris sur des bases ethniques, ont fait craindre l'échec du processus de paix et de nouveaux combats à grande échel- le dans le pays. Vendredi, l'ONU a autorisé le déploiement de 4000 Casques bleus supplémentaires, do- tés d'un mandat robuste, pour paci- fier Juba et venir en aide aux 12 000 hommes de sa mission (Minuss) dans le pays. Tout en refusant le principe d’une nouvelle force ré- gionale dans son pays, sur proposi- tion de l’Union africaine, le président sud-soudanais a accepté toutefois hier le déploiement des Casques bleus supplémentaires. “Nous de- vons engager le dialogue et échanger des idées sur la meilleure manière

d'aller de l'avant au lieu d'être mis de- vant le fait accompli par des inter- venants extérieurs”, a déclaré le pré- sident Salva Kiir devant le parlement à Juba. “Nous ne sommes pas oppo- sés à toute aide et nous écoutons vo- lontiers les conseils, mais l'aide re-

Les réfugiés fuient le Sud-Soudan par milliers.

quiert le dialogue et ne devrait pas être imposée au risque de devenir une intervention qui compromet notre souveraineté et diminue notre capa- cité à gouverner efficacement”, a-t-il ajouté.

R. I./AGENCES

MER MÉDITERRANÉE

La Russie entame des manœuvres navales

n La flotte russe a commencé hier des exercices militaires en mer Méditerranée avec des navires équipés de missiles à longue portée et destinés à la “lutte antiterroriste”, a annoncé le ministère russe de la Défense. “Un groupe de navires a commencé des exercices tactiques dans l'est de la mer Méditerranée. Ces manœuvres sont destinées à tester la capacité des forces navales à résoudre les crises de nature terroriste”, a indiqué le ministère dans un communiqué. Deux corvettes de classe Buyan, un des modèles de navire les plus récents de la flotte russe, prennent part à ces manœuvres aux côtés de navires déjà stationnés de manière permanente dans la région, selon le ministère. Les navires sont en outre équipés de systèmes de missiles à longue-portée Kalibr, déjà utilisés pour frapper les positions de groupes terroristes en Syrie en 2015. La Russie a renforcé ces derniers mois ses forces navales dans l'est de la Méditerranée dans le cadre de son intervention militaire en Syrie, où elle mène une campagne de bombardement aérien en soutien aux troupes de Bachar Al-Assad. Moscou a multiplié les exercices militaires d'ampleur sur tout son territoire depuis le début de la crise dans ses relations avec les Occidentaux à cause de la crise ukrainienne.

R. I. /AGENCES

PROVOCATIONS DES EXTRÉMISTES JUIFS SUR L’ESPLANADES DES MOSQUÉES

Amman met en garde contre “une guerre de religion”

L a Jordanie a dénoncé hier la visite la veille de centaines de juifs “extrémistes” sur l'es- planade des Mosquées, lieu saint de l'islam

et du judaïsme à El-Qods (Jérusalem) dont Am- man a la garde, affirmant qu'elle risquait de “dé- clencher une guerre de religion”. Dans un com- muniqué, le ministre jordanien des Affaires is- lamiques et du Waqf (bien religieux) Wael Ara- biyat a dénoncé “les vicieuses agressions menées par les autorités d'occupation qui ont autorisé des sionistes extrémistes à mener des incursions sur l'es- planade des Mosquées”, a rapporté l’AFP. “Si ces agressions se poursuivent, elles mèneront au dé- clenchement d'une guerre de religion dans la ré- gion”, poursuit le texte. Dimanche, environ 400 juifs ont pénétré sur l'esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l'islam et le premier lieu du judaïsme, à l'occasion du jour de deuil de Tisha

Beav qui commémore la destruction du Temple qui se dressait selon la tradition au même endroit par les Romains en 70. À chaque fête juive, l'écrasante majorité des fidèles se rendent au mur des lamentations, seul vestige de ce temple, en contrebas de l'esplanade. Mais certains plaident, contre l'avis du Grand rab- binat, pour des visites sur l'esplanade même, un droit garanti aux juifs à condition qu'ils n'y prient pas. Dans ces groupes, issus de la mouvance nationaliste religieuse de droite, certains appel- lent toutefois à prier sur l'esplanade, un droit ré- servé aux seuls musulmans en vertu de règles ta- cites en vigueur depuis des décennies pour évi- ter les tensions sur le site sacré au cœur du conflit israélo-palestinien. Dimanche, dix visiteurs juifs ont ainsi été expulsés du lieu par la police israé- lienne pour avoir prononcé des prières ou ac-

compli des gestes rituels. Le roi Abdallah II de Jor- danie a également dénoncé “les tentatives d'in- cursions permanentes des extrémistes” sur l'es- planade, assurant que son pays, le seul avec l'É- gypte à avoir signé la paix avec Israël, assumerait “toutes ses responsabilités religieuses et histo- riques” vis-à-vis du lieu saint. Dans un entretien au quotidien jordanien Al-Des- tour, il promet encore d'“utiliser tous les moyens possibles pour défendre l'esplanade des Mosquées toute entière, car sa garde et son espace ne peuvent être partagés ou divisés”. Les Palestiniens accusent régulièrement Israël de chercher à créer des plages horaires séparées pour juifs et musulmans sur l'esplanade, modifiant ainsi un statu quo vieux de nombreuses décennies, ce que l'Etat hébreu dé- ment.

R. I./AGENCES

TRANSPORT DES ARMES CHIMIQUES DE LA LIBYE

Le Danemark propose ses services

n Le gouvernement danois a offert

ses services, hier, pour transporter les armes chimiques de la Libye, afin qu'elles soient détruites dans un autre pays plutôt qu'elles ne tombent dans les mains d'extrémistes. Le Danemark a proposé la logistique nécessaire à ce transport auquel elle associerait d'autres pays, dont des officiers finlandais, dans le cadre d'une opération coordonnée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). “Le Danemark va montrer une nouvelle fois qu'il assume ses responsabilités internationales en contribuant de manière très concrète aux efforts de la communauté internationale pour réduire la prolifération des armes chimiques dans le monde”, a souligné dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères, Kristian Jensen. La proposition doit être examinée en premier lieu par le Parlement danois. Le royaume scandinave, qui avait déjà fourni des navires en 2014 en vue de la destruction des armes chimiques syriennes, a indiqué avoir été de nouveau sollicité par l'OIAC et les États-Unis. “L'OIAC devrait accepter une offre de l'Allemagne pour mener à bien la destruction des substances chimiques”, a précisé Copenhague. Le 22 juillet, le Conseil de sécurité de l'ONU avait adopté une résolution pour aider le gouvernement libyen d'union nationale (GNA) à se débarrasser de son arsenal chimique, alors qu'il combat l'organisation autoproclamé État islamique.

R. I./AGENCES

RAPPORT SUR LES ARMES NUCLÉAIRES AMÉRICAINES EN TURQUIE

Alerte sur le risque d’une mainmise des terroristes

n Des dizaines d'armes nucléaires

américaines stockées sur la base aérienne d'Incirlik en Turquie, près de la frontière syrienne, risquent de tomber dans les mains de terroristes ou d'autres forces hostiles, met en garde un rapport publié hier. “Il est impossible de savoir si les États-Unis auraient pu maintenir le contrôle sur ces armes”, s'inquiète dans son rapport le groupe de réflexion apolitique Stimson Center. La base aérienne d'Incirlik représente un enjeu stratégique pour la coalition internationale contre le groupe terroriste autoproclamé État islamique (EI/Daech) conduite par Washington, car elle offre un accès rapide aux cibles visées en Irak et en Syrie. “Bien que nous ayons évité la catastrophe jusqu'ici, nous avons de nombreuses preuves que la sécurité des armes américaines stockées en Turquie peut changer littéralement du jour au lendemain”, s'est inquiété Steve Andreasen, ancien directeur de la défense et du contrôle des armes au Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche, dans les colonnes du Los Angeles Times. Kori Schake, de l'institution Hoover, a relevé dans le New York Times que “ces armes ne peuvent pas être utilisées sans codes, les rendant impossible à activer sans autorisation”. La sûreté de cet arsenal situé à 110 km de la Syrie était décriée de longue date. En mars, le Pentagone a ordonné, pour des raisons de sécurité, l'évacuation des familles de militaires et du personnel civil stationnés dans le sud de la Turquie. Mais le putsch en Turquie a relancé les craintes sur la protection de la cinquantaine d'armes nucléaires.

R. I./AGENCES

18

Publicité

Mardi 16 août 2016

LIBERTE

LIBERTE PUB

BEJAIA

Route des Aurès - Bt B - Appt n°2 - 1er étage Tél. / Fax : (034) 16 10 33

PPEETTIITTEESS

AANNNNOONNCCEESS

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

LIBERTE PUB

TIARET

Maison de la presse Saim-Djillali Tél. / Fax : (046) 41 66 92

de la presse Saim-Djillali Tél. / Fax : (046) 41 66 92 O FFRES D ’

OFFRES DEMPLOI

————————————— Restaurant Resida à Baba Hassen cherche serveuse pré- sentable. Tél. : 0550 59.56.83 - BR9106 ————————————— Société cherche démarcheur commercial homme ou femme Alger.

Tél. : 0542 06.46.10 - BR9111 ————————————— AGence de tourisme et de voyage à Baba Hassen cherche un comptable, un expert juri- dique, un responsable admi- nistratif, un directeur tech- nique en tourisme, aptitudes et expérience exigées. Tél. : 021 35.17.38 - 0667

59.36.95 - 0556 00.81.65 - Acom

————————————— Fast-food cherche plongeur hébergement disponible. Tél. : 0770 96.02.44 - BR9111 ————————————— Sarl Gralcome cherche sou- deur, tourneur, fraiseur, DUEA ou licencié fabrication mécanique. Env. CV à :

recrut@gralcome.com Tél. : 024 74.08.46 - XMT ————————————— Magasin de meubles à Béjaïa

recrute 1 vendeur sachant lire et écrire et faire le montage après les livraisons des meubles, être âgé de 35 à 50 ans et résidant aux environs de Béjaïa. Envoyer CV par SMS au tél. :

0771 35.80.28 - BJ-BR3299

————————————— Société privée équilibrage- parallélisme cherche mécani-

cien qualifié, possibilité d’hé- bergement. Adresse : route nationale N°68, Tizi-Gheniff. Tél. : 0661 11.54.92 - 0770

40.54.47 - T.OBR22941

————————————— Atelier de mécanique rapide recrute deux mécaniciens

qualifiés, salaire motivant. Tél. : 0697 03.47.94 - 0670

23.17.28 - T.O-BR22943

—————————————

Société privée recrute chauf- feurs (PL) à Hassi Messaoud. Tél : 0550 94.05.72 - 0550

94.05.73 - T.O-BR22949

COURS

ET LEÇONS

————————————— ELTC Language School lance

nouvelle session français et anglais 7 août cité Bouzegza Franz Fanon, Réghaïa. Tél. : 0676 11.82.07 - 0549

53.92.93

Facebook : eltc.school - F698 ————————————— SBL English School lance cours accélérés adultes et enfants 7 août. SBL Alger- Centre 25, rue Mustapha Ben Boulaïd, 021 73.93.73 - 0559

39.78.48 - SBL Rouiba prox.

lycée Abdelmoumen, 021

81.55.36 - 0549 39.80.56 SBL

Boumerdès Coopérative 11

Décembre, 024 91.49.95 -

0550 10.14.76

FB : SBL sblsolution site web : www.sblschool.org- F717

AVIS DIVERS

————————————— Rép. réfrigérateur, congéla- teur, frigo-présentoir, machi- ne à laver, climatiseur,

chambre froide, refroidisseur, machine à crème et jus. Tél. : 0660 82.01.76 - 021

86.20.79 - F771

—————————————

Réparation TV + Plasma à domicile 7/7, Lyès Sonacat. Tél. : 0561 27 11 30 - BR9100 ————————————— Le cabinet Ouandelous Mohamed Secomb/Bucofi informe son aimable clientèle des nouveaux numéros de téléphone : 023 35.80.56- 023

35.80.53 - Fax : 023 35.80.50 -

ALP

————————————— Prends trav. maçon, peint. étanch. plomb. élect. faux pla- fond, platre PVC, menuiserie alum. et bois ponçage, lustra- ge devis gratuit. Tél. : 0554 21.96.86 - BR9112

DIVERSES

OCCASIONS

—————————————

Achat meubles et électromé- nager d’occasion. Tél. : 021 23.17.48 - 0559

70.09.99 - ABR43780

APPARTEMENTS

————————————— Coop. vend à Bouzaréah 2 F3

90m2 1er et 3e étage, liv. ds

3 mois, finis 100%, prix

1650u.

Tél. : 0556 05.01.28 - BR9074 ————————————— Coop. vend à Bouzaréah F4

110m2 3f 2e étage, livrable ds 3 mois, fini 100%, 1850 u. Tél. : 0556 05.01.28 - BR9074 —————————————

Vends F4 Ketani BEO acte LF

100m2.

Tél. : 0560 62.65.09 - BR9108 ————————————— Vends des logements semi- finis 60m2 paiement par tranches, projet en cours Azeffoun, Tizi Ouzou, Boghni

Tél. : 0770 93.55.15 - 026

11.69.81 - T.O-BR22928

————————————— Promotion immobilière vend des appartements F3, F4, F6 dans une résidence clôturée

au centre-ville de Boumerdès, payement par tranches au cré- dit bancaire 1%. Tél. : 0560 02.40.33 - 0659

45.95.03 - F770

TERRAINS

————————————— Boudouaou Merzouga, vends 135m2, 150 m2, 168m2,

210m2, 400m2 acte indivision + certificat d’urbanisme

12 000 DA/m2.

Tél. : 0662 09.16.54 - ALP

LOCATIONS

————————————— Part. loue F5 pour bureau Alger-Centre (140 m2). Tél. : 0550 19.17.76 - XMT

PROPOSITION

DE COMMERCE

————————————— Cherche partenaire pour financer un projet dans la construction.

Tél. : 0559 78.58.72 - BR9110

DEMANDES

DEMPLOI

————————————— JH sérieux, dynamique, pré- sentable, avec exp. cherche emploi comme agent de sécu- rité, étudie toute proposition. Tél. : 0550 88.03.41 ————————————— Retraité fonctionnaire accepte

toute proposition. Tél. : 0698 91 98 74

—————————————

————————————— JH retraite 58 ans cherche activité log. achat trans. ayant exp. et sens de resp. habite Alger-Centre. Tél. : 0790 92.37.74 ————————————— JH TS en travaux plublics avec exp. habite à Alger.

année comme assistant HSE à l’entreprise TBRHO Zergoune Hassi Messaoud + 2 ans d’exp. comme gérant d’entreprise cherche emploi Tél. : 0551 15 56 97 —————————————

d’exp. dans les achats étran- gers logistiques et approvi- sionnement avec maîtrise anglais, circuit bancaire, douane cherche emploi dans les approvisionnement à Alger. Tél. : 0556 70.41.84

JH

35 ans CMTC plus de 8

d’exp. bureau d’expertise comptable décl. CNAS, bilans cherche emploi. Tél. : 0670 37.31.85 —————————————

ans

JH

35 ans comptable pendant

H

61 ans h. de terrain, maîtri-

—————————————

8 ans dans bureaux d’experti-

sant bien le français, 32 ans d’exp. comme chef de parc autos cherche emploi dans le domaine, capable de gérer

JH

célibataire, ingénieur en

se

comptable, PC Compta,

Tél. : 0550 53 06 03 ————————————— JF 27 ans licence en compta- bilité exp. trois ans cherche emploi. Tél. : 0794 48 77 91 ————————————— JF licenciée en sciences éco- nomiques gestion d’entreprise exp. 4 ans assisante direction commerciale. Tél. : 0542 38 69 15 ————————————— JH 34 ans cherche emploi comme électricien bâtiment dans les environs d’Alger.

géologie option bassins sédi- mentaires et ressources asso- ciés cherche un poste de tra-

paie, stocks, décl. fiscal, com.

comptes, cherche emploi. Tél. : 0670 37 31 85 —————————————

35 ans possède dipoôme

aux

JH

votre parc humain et matériel.

vail

dans le domaine pétrolier,

Tél. : 0557 149 380 —————————————

géotechnique et minier. Tél. : 0551 42.56.34

DES finance comptabilité avec exp. cherche emploi environs Alger. Tél. : 0770 20 21 91 ————————————— Topographe retraité longue

H

marié cherche emploi

—————————————

comme chauffeur poids lourd, léger exp. 13 ans. Tél. : 0555 15 51 86 —————————————

ingénieur en hydrogéolo-

gie, TS informatique de ges- tion, superviseur HSE, un an d’exp. cherche emploi. Tél. : 0782 99 15 13 —————————————

JH

JH

39 ans exp. dans la distri-

exp. VRD et assainissement accepte déplacement. Tél. : 0557 42 72 28 —————————————

bution cherche poste commer-

cial

à Alger ou environs.

JH sérieux, ingénieur en génie civil cherche emploi dans le domaine sur le territoire

Tél. : 0792 39 48 50 —————————————

H

59 ans, ancien comptable

Tél. : 0555 14 46 78 ————————————— JF 33 ans cherche emploi à dans la wilaya de Boumerdès. Tél. : 0794 91 51 52 ————————————— JH 27 ans, 3 ans d’exp. en comptabilité et gestion cherche emploi comme comp- table ou gestionnaire des res- sources humaines. Tél. : 0697 74 56 44 ————————————— JH 36 ans superviseur HSE cherche emploi dans une société nationale ou privée ou étrangère. Tél. : 0558 39 96 59 ————————————— JH sérieux cherche emploi moi d’août Tél. : 0553 30.42.23 ————————————— JF licenciée en sciences éco- nomiques gestion d’entrepri- se, exp. 4 ans assistante de direction commerciale.

H

59 ans retraité comptable

national, exp. 2 ans dans un bureau d’études. Tél. : 0775 18 67 42

ayant long. exp. SCF droit, social, fiscalité, audit cherche emploi 9h-13h. Tél. : 0558 08 64 01 ————————————— Chef comptable + 35 années dans le domaine résidant à

Rouiba cherche emploi axe

long. exp. dans SCF droit

social fiscalité, PC COmpta

PC

Paie, PCstocks, cherche

—————————————

emploi axe Réghaïa, Rouiba, DEB, BEK même à temps partiel, libre de suite. Tél. : 0555 968 231 —————————————

JH

26 ans titulaire d’un diplô-

me

en master 2 génie civil

option CCI, résidant à Tizi Gheniff, w. Tizi Ouzou, cherche emploi dans un

Réghaïa-DEB libre de suite. Tél. : 0553 63 60 46 —————————————

62 ans en bonne santé,

sérieux, cherche emploi ache- teur, démarcheur, chef de parc autos, chargé de missions à

H

bureau d’études ou tout autre organisme dans ce domaine. Tél. : 066 7 67 88 53 email

JH

45 ans de Tizi Ouzou, très

moh-2-m@hotmail.fr

bon bricoleur en maçonnerie, électricité, plomberie, astu-

travers tout le territoire natio-

————————————— JH sérieux, dynamique, 28 ans, master 2 en sciences

humaines et sociales, cherche

nal,

rendement assuré.

cieux 3e année seconaire, per- mis de conduire B cherche emploi dans société étatique ou privée (non bâtiment) même au Sud. Tél. : 0663 03 81 50 —————————————

Tél. : 0554 17 19 66 —————————————

F

cherche emploi comme

emploi à Alger ou environs dans le domaine ou autre. Tél. : 0668 31 83 81 —————————————

femme de ménage.

Tél. : 0793 03 51 98 —————————————

JF

habite à Alger licenciée en

JH

29 ans licence en droit +

JH

34 ans, marié avec enfants,

science politique, 8e niveau

CAPA exp. un an dans le domaine de la formation + maîtrise l’outil informatique cherche emploi.

permis de conduire lourd et léger, cherche emploi. Tél. : 0556 98 40 88

en

langue espagnole, cherche

emploi. Tél. : 0557 30 57 88 —————————————

—————————————

H

gestionnaire des stocks exp.

Tél. : 0790 10 12 86 —————————————

H

marié père de famille,

Tél. : 0542 38 69 15 ————————————— JH marié résidant à Alger ing. en automatisation plus de 10 ans d’exp. dans le domaine ind. bonne connaissance en instrumentation, électricité, maintenance ind. et supervi- sion des travaux de construc- tion instrumentation cherche emploi. Tél. : 0696 29 61 14 ————————————— Ing. génie civil 20 ans d’exp. dans la gestion des projets hydrauliques et bâtiment pos- tule pour directeur de projet 0796 48 01 59 ————————————— JH 25 ans cherche emploi soudeur ayant une année d’exp. soudeur polyvalent apte aux déplacements. Tél. : 0557 64 78 35 ————————————— Cadre financier 30 ans d’exp. maîtrise comptabilité généra- le, analytique audit FSR PC Paie, PC comptabilité stock fiscal et parafiscal, bilan cherche emploi.Tél. : 021 89.94.17 - 0542 87.49.16 ————————————— Retraité cherche emploi chauffeur permis léger, lourd, transport en commun longue exp. ou agent de sécurité, gar- diennage sachant lire et écrire le français. Tél:0557 64.78.35 ————————————— Chef comptable 30 ans d’exp. CAP CMTC CED tenue comptabilité bilans décl. fis- cales, CNAS, adm. cherche emploi. Tél. : 0551 11 66 32 —————————————

6 ans cherche emploi. Tél. : 0559 65 45 77 —————————————

sérieux, ponctuel, dynamique cherche emploi soudeur avec exp. 10 ans, étudie toute pro-

JH

30 ans cherche emploi

dans le domaine suivant :

JH

26 ans, célibataire, ingé-

chauffeur léger (sans véhicu-

position, libre de suite et dis- ponible résidant Baraki.

nieur en géologie option bas- sins sédimentaires et res- sources associées, une année d’exp. dans le domaine cherche emploi dans le domaine pétrolier, géotech- nique ou minier. Tél. : 0551 42 56 34 —————————————

le) 9 ans d’exp., informaticien (1 an et 2 mois d’exp.), rési- dant à Tizi Ouzou et Alger. Tél. : 0666 56 25 47 email :

Tél

: 0779 19 94 91

—————————————

JH

35 ans superviseur HSE

laliche2012@gmail.com

délégué environnement, ingé- nieur commercial cherche emploi comme responsable HSE ou superviseur HSE

————————————— Retraité 59 ans résidant à Birtouta, longue exp. dans la gestion du personnel, paie et moyens généraux, cherche emploi. Tél. : 0793 04 93 96 —————————————

dans le domaine de la sécurité industrielle HSE 5 ans d’exp. comme responsable HSE

JH

37 ans licence Compta, 2

ans

expertise comptable + de

5 ans d’exp. bilans Compta-

délégué environnement. Tél. : 0550 27 60 71 —————————————

fiscal déclaration fiscale G50 social CNAS, inventaire, maî- trise PC Compta, PC Paie, Sage. Tél. : 0555 98 36 78 —————————————

JH

ing. en génie civil cherche

emploi dans le domaine sur le

territoire national, exp. 2 ans dans un bureau d’études. Tél. : 0795 93 33 65

JF

24 ans, ingénieur d’Etat en

informatique résidant à

Zéralda sans exp. cherche emploi dans le domaine. Tél. : 0558 27 82 96 —————————————

JH

architecte, maîtrisant l’ou-

—————————————

til

informatique, Autocad 2D,

Ing. en génie mécanique option énergétique et clima- tique, maîtrisant Solid Works, Autocad, anglais, sérieux dynamique, résidant à Alger cherche emploi. Tél. : 0558 23 26 85 —————————————

et Pack Office (Word,

Excel, Power Point) cherche emploi dans un bureau

3D

JH

ingénieur en hydrogéolo-

gie, TS informatique de ges- tion, 1 an d’exp. cherche emploi.Tél. : 0556 83.31.77 —————————————

d’études sur le territoire natio- nal. Tél. : 0770 33.01.24 - 0552 43.64.16 —————————————

JF

licenciée en sciences éco-

JF

comptable ayant exp. de

J

dame cherche emploi

nomiques gestion d’entreprise exp. 4 ans assistante direction

plus de 8 ans cherche emploi dans les environs d’Oued Smar. Tél. : 0795 32 25 75 —————————————

comme garde-malade, exp.

avec plusieurs types de mala-

commerciale cherche emploi Tél. : 0542 38.69.15 —————————————

die

NM, non sérieux s’abste-

nir.

JH

40 ans cherche emploi

Tél. : 0657 16 05 81 —————————————

JH sérieux cherche emploi come chauffeur ou agent de sécurité. Tél. : 0556 63 32 91 ————————————— Cadre financier 30 ans d’exp. maîtrise comptabilité généra-

réceptionniste d’hôtel ou

chauffeur poids léger avec

JH

46 ans titulaire PC léger

une

très g. exp.

plus de 20 ans d’exp. cherche

Tél. : 0554 01 24 73 —————————————

emploi. Tél. : 0658 23.30.01 - 0541 34.98.02

JF

responsable moyens géné-

—————————————

le,

analytique audit FSR PC

raux et assurances cherche

JH

sérieux, dynamique, pré-

paie PC comptabilité stock

fiscale et parafiscale bilan cherche emploi. Tél. : 021 89.94.17 - 0542

emploi, habite à Bab Ezzouar. Tél. : 0777 42 24 19 —————————————

sentable, avec exp. cherche emploi comme agent de sécu- rité, étudie toute proposition. Tél. : 0552 08 15 99 —————————————

JH

32 ans, diplômé en com-

87.49.16

Superviseur HSE exp. une

merce international, 10 ans

JH 32 ans, diplômé en com- 87.49.16 Superviseur HSE exp. une merce international, 10 ans

LIBERTE

Mardi 16 août 2016

Publicité

19

La clinique médico-chirurgicale Al Azhar recrute à temps plein • Un cardiologue • Des infirmiers

La clinique médico-chirurgicale Al Azhar

recrute à temps plein

• Un cardiologue

• Des infirmiers

diplômés

• Des aides-soignants

Fax : 023 290 225 Email :

contact@cliniquealazhar.com

F.772

A V IS

Aux buralistes et lecteurs du journal Liberté.

Pour toute réclamation au sujet de la distribution du journal

Tél./Fax : 021 50 54 08

sujet de la distribution du journal Tél./Fax : 021 50 54 08 Carnet ————————————— Pensée

Carnet

—————————————

Pensée

—————————————

SAID MEZIL

Père tu n'es plus là ! Depuis le 16.08.2015 notre maison est triste et vide, mais elle conserve le reflet de ta gran- de bonté. Ton cœur savait si bien tout remplir de gaieté. En ces lieux, ton âme encore réside. Et pourtant, dans la paix de l'immortalité, Ô grand éducateur rempli de charité. Dieu t’a rappelé au banquet que son amour pré-

side. Père, nous garderons ton pieux souvenir. Sur notre immense deuil, notre grande souffrance. Fais luire de là-haut, un rayon d'espérance. Père veille sur nous, souvent viens nous bénir. A toutes celles et tous ceux qui l’ont connu, en ce dou- loureux souvenir de sa dispa- rition, nous leur demandons une pieuse pensée et beau- coup de prière à sa mémoire. Ton épouse, tes enfants et petits-enfants et toute la famille Mezil qui ne cesse- ront de penser à toi.

TO/BR 22950

—————————————

Décès

—————————————

La famille Adjal des Issers et d’Alger a la douleur de faire part du décès de son cher et regretté père et grand-père, Adjal Hamidouche, surve- nu hier à l’âge de 82 ans. L’enterrement aura lieu aujourd’hui au cimetière des Issers. Que Dieu Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. “À Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.”

République Algérienne Démocratique et Populaire MINISTERE DU COMMERCE Centre National du Registre du Commerce (CNRC) RN 24, Le Lido, Mohammadia, Alger NIF : 096216299194112/01

AVIS D’INFRUCTUOSITÉ

En application des dispositions de l’article 114, alinéa 8 du décret présidentiel n°10-236 du 07/10/2010, modifié et complété, portant réglementation des marchés publics, le Centre National du Registre du Commerce (CNRC) informe l’ensemble des soumissionnaires ayant participé à l’avis d’appel d’offres national restreint n°02/2016, publié dans les quotidiens nationaux El Moudjahid Ech-Chaab, Liberté, Le Soir d’Algérie et le BOMOP le 29/02/2016, relatif à l’acquisition et l’installation d’un système de télésurveillance au niveau du siège du CNRC, que ce dernier est déclaré infructueux par la commission d’évaluation des offres pour les motifs suivants :

Une seule offre préqualifiée techniquement.

F.799

M. LEBBAD ABDERRAHIM Villa Chiraz n°51, cité du 19/05/56 Baba Hassen, Alger

Monsieur le Wali d’Alger Monsieur le Chef de daïra de Draria Monsieur le président de l’APC de Baba Hassen

Objet : Construction illégale

Messiers, En date du 19 avril 2016, j’ai informé les services concernés de la construc- tion d’une bâtisse illicite dans un quartier résidentiel. Les services de l’urbanisme se sont déplacés vers la mi-juillet pour consta- ter les faits. Tout cela sans conséquence jusqu’à présent. Dans notre pays, il existe des lois que tout un chacun est tenu de respecter. Je vous demande donc de bien vouloir intervenir afin que la loi soit appli- quée dans toute sa vigueur.

A. LEBBAD

F.798

SOS

Dame abandonnée par son mari, mère de 3 enfants, sans ressources, dans le besoin,

ayant à sa charge

pé à 100% devant subir une

intervention en France, demande à toute âme chari-

1 handica-

table

de l’aider

financièrment ainsi que des

couches 3

e âge, lait

(aliment

liquide de l’enfant handicapé).

Contact : 0552 42.63.00

Merci,

Dieu vous le rendra.

Appel à la solidarité Le père de la petite fille Mechati Hadil demande à toute âme charitable de l’aider pour une interven- tion à l’étranger d’une

greffe

de la moelle.

Pour les cœurs charitables

Tél. : 0557 72 94 88 Dieu vous le rendra.

Pensée

Il est des dates que nul ne peut effacer et des êtres que nul ne peut oublier. Le 16 août 2012 nous quittait à jamais notre cher père

Le 16 août 2012 nous quittait à jamais notre cher père M ANSOURI A MER Un

MANSOURI AMER

Un homme d’une grande valeur. Allah Yerahmek papa.

A

Dieu nous appartenons

et

à Lui nous retournons.

AF

Pensée Triste et doulou- reux a été ce jour du 16 août 2014 quand nous
Pensée
Triste et doulou-
reux a été ce jour
du 16 août 2014
quand nous a quit-
tés à jamais notre
chère et regrettée
MME CHIKHI NÉE
HANTOUR
DJAMILA
laissant un vide que le temps n’a pas pu
effacer. En ce douloureux souvenir, toute ta
famille prie tous ceux qui t’ont connue
d’avoir une pieuse pensée à ta mémoire.
Repose en paix, Djami. Puisse Dieu Tout-
Puissant t’accueillir en Son Vaste Paradis.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons.
T.O-BR22947

20

Jeux

Mardi 16 août 2016

LIBERTE

Par : Peu s Grand vase Conifères Colorent en Léopard des Acteur s s Cheveu
Par :
Peu
s
Grand vase
Conifères
Colorent en
Léopard des
Acteur
s
s
Cheveu
s
s
s
s
Nacer Chakar
développé
en terre cuite
-----------------
brun rouge
neiges
-----------------
-----------------
Réfutai
s
-----------------
-----------------
Boit
----------------
-----------------
Audacieux
Amas
Autophilie
Porcherie
lentement
Légère
Obséder
s
s
sss
s
Décourager
-----------------
Rudiments
Versificateurs
Membrane
de l’œil
Petit cours
-----------------
Sélection
s
s
Magicienne
Radis
de la mytho-
Ornement
Alcaloïde
logie grecque
-----------------
Douillet
architectural
toxique
-----------------
Pognon
Sombré
s
ss
s
Au-delà de la
mort
Chanceuses
-----------------
Lancier
allemand
s
s
Grain de
Pronom
Numéral
beauté
-----------------
allemand
-----------------
-----------------
Commune de
Pronom
la Somme
Relatif à une
ethnie
somalienne
s
s
Maladie des
céréales
Gros
----------------
nuages
Mollusques
céphalopodes
s
s
Argon
Insulaires
Erbium
----------------
-----------------
Monnaie du
Ayant lieu
-----------------
Au bas d’une
lettre
nord
tous les
Ville d’Italie
deux ans
s
s
s
Après l’OUA
Ri
----------------
----------------
Européenne
Vieillesse
s
s
Suburbain
Chose
-----------------
Cétacé
latine
Médusèrent
s
s
Décapité
Irlande
s
Petit
-----------------
----------------
cigare
En ville
Sensibles
s
s
s
Relative à
Fait pleurer
Pays d’Asie