Vous êtes sur la page 1sur 45

REPUBLIQUE DU BENIN

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE AFRICAINE DE TECHNOLOGIE ET DE MANAGEMENT

UATM /GASA- FORMATION

Filière : AGRONOMIE

Option : MACHINISME AGRICOLE

3 e année

NOTES DE COURS DE : CONDUITE ET MAINTENANCE DES ENGINS AGRICOLES II

Professeur : Dr. ZINSALO Joël M.

Année Académique : 2013 - 2014

Objectifs

A la fin de ce cours, l’étudiant doit être capable de :

reconnaître les principales composantes du tracteur agricole, son utilisation et sa localisation

comprendre les bases de l’opération d’un tracteur agricole, de ses usages et de ses limitations.

comprendre l’importance de l’entretien préventif de planifier et de suivre la cédule des entretiens, de procéder aux opérations de base d’entretien :

vérifications, carburant, lubrification, graissage, filtre.

pouvoir identifier et solutionner des problèmes simples affectant le tracteur et ses principaux systèmes. En cas de difficulté, il devra cependant confier la machinerie à un technicien qualifié.

CONTENU

Chapitre 1 : Conduite des engins agricoles

Chapitre 2 : Maintenance des engins agricoles

Chapitre 3 : Pannes et remèdes

Chapitre 4 : Fiabilité des équipements par la loi de Weibull

et remèdes Chapitre 4 : Fiabilité des équipements par la loi de Weibull Professeur : ZINSALO
et remèdes Chapitre 4 : Fiabilité des équipements par la loi de Weibull Professeur : ZINSALO

CHAPITRE 1 :

CONDUITE DES ENGINS AGRICOLES

1. Conducteur d'engins d'exploitation agricole

Le conducteur d’engins est un professionnel des gros travaux d’aménagement et de production agricole ou forestière. Il pilote des engins de chantier mécanisés extrêmement spécialisés, dont il assure l’entretien et la première maintenance. Le conducteur d’engins assure la conduite des machines agricoles et de leurs équipements. Il veille également au bon fonctionnement des matériels. Dans le domaine de l’exploitation agricole ou forestière, le conducteur d’engins est celui qui intervient en premier pour préparer le sol et les surfaces. Chargé de dégager le terrain, il s'occupe alors du "gros boulot". Par exemple, il défriche une jachère ou des espaces envahis de taillis pour qu'ils puissent être mis en culture. Le conducteur d'engins conduit aussi bien un épandeur d’engrais ou un pulvérisateur qu'un tracteur, une moissonneuse-batteuse ou une ensileuse. Il intervient donc en amont du labour, mais aussi lors de la récolte et lors du premier traitement. Avant un chantier, le conducteur d'engins vérifie l'état de ses machines, dont il connaît parfaitement le fonctionnement : état des pièces, des articulations et des arbres de direction, graissages. Il est capable de procéder à des réparations si nécessaire. En sylviculture (gestion, exploitation et entretien de la forêt), il utilise une débrousailleuse, nettoie les parcelles, broie les débris végétaux, enfouit les souches ou les déchiquette avec une pelle mécanique. Il utilise une abatteuse pour procéder aux coupes d’arbres et à l’ébranchage, puis il effectue le débardage, qui consiste à transporter les grumes (troncs débarrassés des branches) jusqu’au lieu de stockage, avant le départ en scierie ou l’immersion pour acheminement en rivière. Enfin, s’il replante, c'est lui qui procède aux semis.

en rivière. Enfin, s’il replante, c'est lui qui procède aux semis. Professeur : ZINSALO Joël M.
en rivière. Enfin, s’il replante, c'est lui qui procède aux semis. Professeur : ZINSALO Joël M.

Que ce soit en exploitation forestière ou en agriculture, le métier est soumis aux aléas climatiques et aux impératifs saisonniers (semis, moissons, reboisements, chute des feuilles…). Les jours et horaires de travail peuvent donc être décalés et irréguliers. Lors des moissons, par exemple, le travail de nuit est fréquent. En outre, le métier n’est pas sans risques physiques, surtout en forêt, en raison des dangers liés à l’abattage, au poids et à l’instabilité des grumes lors du transport. Enfin, le travail s’effectuant en équipe, le conducteur d’engins est rarement isolé.

2. Description des tracteurs agricoles

2.1. Principales composantes des tracteurs agricoles

Commutateur de démarrage : pour démarrer le moteur au moyen de la clé de contact Volant : pour donner la direction d’avancement au véhicule Pédale d’embrayage : pour engager et désengager la transmission Levier / pédale des gaz : contrôle le régime moteur Pédales de frein : pour freiner roue droite, roue gauche (utilisés séparément pour favoriser les virages secs) ou deux côtés ensemble Levier de frein de stationnement : blocage des freins pour stationnement sécuritaire. Pour relâcher, appuyer sur les freins, débloquer le levier et relâcher les freins. Levier de changement de vitesse : permet de sélectionner les vitesses. Les vitesses avant peuvent être changées en mouvement en appuyant sur l’embrayage. Dans tous les cas, il faut toujours appuyer sur la pédale d’embrayage avant de changer les vitesses. Pour changer de direction (marche avant – marche arrière), il faut aussi arrêter le tracteur. Les vitesses disponibles sont :

basse vitesse grande demande de puissance

vitesse modérée, demande moyenne de puissance

vitesse élevée, faible demande en puissance

N point mort - neutre

R marche arrière

faible demande en puissance ∑ N point mort - neutre ∑ R marche arrière Professeur :
faible demande en puissance ∑ N point mort - neutre ∑ R marche arrière Professeur :

Levier de gamme de transmission : permet de sélectionner la gamme de vitesse adaptée aux travaux à effectuer. Les gammes sont :

A gamme basse : basse vitesse grande demande de puissance : labour, travail intense

B gamme moyenne : vitesse modérée, demande moyenne de puissance :

tirage, travail modéré

C gamme haute : vitesse élevée, faible demande en puissance :

déplacements, travaux légers

N point mort – neutre

Pédale de blocage du différentiel : pour bloquer / débloquer le différentiel arrière Levier de contrôle de l’attache 3-points : pour lever / abaisser l’attache 3 points Levier de contrôle de la prise de force : pour engager / désengager la PTO Levier d’engagement du pont auxiliaire avant : pour engager / désengager le pont auxiliaire avant Commande de l’éclairage : pour allumer les phares, clignotants et codes. Le contrôle a 4 positions : OFF, clignotants ON, éclairage – champ, éclairage – route. Sélectionner en fonction de l’utilisation de la machinerie. Instrumentation : L’instrumentation donne les indications de base pour l’opération adéquate du tracteur :

La jauge de carburant;

L’indicateur de vitesse (RPM) : 925 RPM au ralenti, 2 700 RPM vitesse de régime, 2 875 vitesse rapide sans charge;

L’indicateur de température de liquide de refroidissement : si l’aiguille va dans le rouge, réduire la charge, réduire la vitesse au ralenti et vérifier le radiateur pour blocage. Arrêter si ça persiste;

Le voyant de pression d’huile : arrêter si lumière allume en fonctionnement;

Le voyant de frein de stationnement,

Le voyant de charge de la batterie : si allume en fonctionnement, accroître le levier des gaz pour aider à charger la batterie,

Le totalisateur des heures d’utilisation.

aider à charger la batterie, ∑ Le totalisateur des heures d’utilisation. Professeur : ZINSALO Joël M.
aider à charger la batterie, ∑ Le totalisateur des heures d’utilisation. Professeur : ZINSALO Joël M.

2.2.

Utilisation des commandes principales et des principaux systèmes

Avant le démarrage : Vérifier la présence d’huile sous le tracteur pour détecter d’éventuelles fuites. Vérifier les niveaux des liquides et ajuster au besoin. Vérifier et ajuster le niveau de carburant. Vérifier le robinet d’arrivée de carburant (doit être ouvert). Mettre le tracteur en position de stationnement. Désengager la prise de force (OFF). Pousser le levier de l’attache 3-points pour éviter un soulèvement.

Démarrage du tracteur : Mettre le tracteur au point neutre. Mettre les gaz à fond. Insérer la clé et tourner à RUN. Vérifier les indicateurs du tableau de bord (pression d’huile, charge de batterie et stationnement vont allumer). Appuyer à fond sur l’embrayage. Tourner la clé à START. Au démarrage du moteur relâcher la clé. Au démarrage, réduire la vitesse à 1 200 RPM. Relâcher la pédale d’embrayage. Laisser chauffer le tracteur 5 minutes à ce régime puis accroître le régime à 1 900 RPM pour 5 minutes avant de demander un effort au tracteur. Ne pas laisser tourner le moteur inutilement au ralenti.

Note : Ne pas opérer le démarreur plus de 15-20 secondes. Si le moteur ne démarre pas, attendre 2 minutes et recommencer. Si le moteur refuse toujours de démarrer après quelques essais, voir la section RÉSOLUTION DE PROBLÈMES.

Si le moteur cale, appuyer à fond sur l’embrayage, mettre la transmission au neutre et désengager la prise de force. Redémarrer et continuer en opération normale ou laisser tourner 1 minute au ralenti et arrêter.

Arrêt du tracteur : Immobiliser le tracteur sur une surface dure et de niveau. Désengager la prise de force (OFF). Mettre la transmission au neutre (N). Descendre l’attache 3-points. Réduire la vitesse à 1 500 RPM environ et laisser tourner 2 minutes à ce régime.

Mettre le tracteur en stationnement. Réduire complètement les gaz. Tourner la clé à OFF et enlever la clé. Pour un arrêt d’urgence, appuyer sur l’embrayage et les freins (immobiliser le tracteur). Tourner la clé à OFF. Ne pas relâcher l’embrayage tant qu’il y a mouvement. Mettre le frein de stationnement si possible.

Engagement du blocage de différentiel : Le blocage de différentiel est conçu pour donner une traction supérieure lorsque les roues arrières commencent à patiner.

une traction supérieure lorsque les roues arrières commencent à patiner. Professeur : ZINSALO Joël M. Page
une traction supérieure lorsque les roues arrières commencent à patiner. Professeur : ZINSALO Joël M. Page

Il bloque les deux côtés du différentiel et permet aux deux roues de tourner en même temps à la même vitesse.

Pour bloquer le différentiel, arrêter ou ralentir le tracteur. Appuyer sur la pédale de blocage et la maintenir enfoncée. Pour débloquer le différentiel, relâcher la pédale. Si le différentiel ne débloque pas, appuyer sur une pédale de frein, puis sur l’autre.

Note : pour éviter des dommages au tracteur, ne jamais engager le blocage de différentiel à haute vitesse ou lorsqu’une des deux roues patine

Utilisation du pont auxiliaire avant : Le pont auxiliaire avant permet d’utiliser la traction aux quatre roues pour une meilleure traction en terrain difficile et fournit aussi un freinage aux quatre roues. Le système peut être engagé et désengagé en mouvement. Pour engager le pont auxiliaire, tirer sur le levier d’engagement. Pousser pour le désengager.

Note : le pont auxiliaire accroît la traction. Il faut être particulièrement prudent sur une pente. Utiliser sur des surfaces glissantes et mouillées et à basse vitesse. Toujours désengager le pont sur les routes pavées ou lorsque le tracteur est en mode « déplacement ». Le tracteur doit être correctement ballasté pour utiliser le pont auxiliaire. Lorsqu’il est utilisé, il faut maintenir la pression des pneus au maximum autorisé.

Utilisation de la boîte de vitesse : Les différentes vitesses peuvent être utilisées entre 925 et 2 875 RPM. Pour des travaux légers, utiliser la vitesse la plus élevée et la plus basse vitesse de moteur pour réduire la consommation d’essence et l’usure des composantes. Ne jamais « charger » le tracteur aux basses vitesses (ralenti). Relâcher graduellement l’embrayage pour prendre la charge doucement. Accroître la vitesse du moteur pour répondre aux besoins. Si la vitesse moteur accroît un peu pour une faible poussée du levier des gaz, le tracteur n’est pas surchargé.

Utilisation de la prise de force ou Prise de Puissance (PTO = Power Take Off) : La prise de force ou Prise de Puissance est le dispositif qui permet de transmettre un mouvement rotatif aux instruments utilisés avec le tracteur. Ce dispositif peut

mouvement rotatif aux instruments utilisés avec le tracteur. Ce dispositif peut Professeur : ZINSALO Joël M.
mouvement rotatif aux instruments utilisés avec le tracteur. Ce dispositif peut Professeur : ZINSALO Joël M.

être embrayé et débrayé. Normalement, le tracteur ne peut démarrer si la PTO est embrayé. Pour embrayer la PTO, appuyer sur l’embrayage à fond, engager la PTO en tirant sur le levier (ON) et relâcher lentement l’embrayage. Pour désengager :

appuyer sur l’embrayage, pousser levier de la PTO (OFF) et relâcher l’embrayage. Pour une vitesse standard de PTO (540 RPM), utiliser la vitesse de régime de 2 700 RPM moteur.

Note : DANGER ! Rester éloigné de la prise de force en mouvement. Éviter de porter des vêtements amples qui peuvent être pris dans la prise de force. S’assurer que la PTO est arrêté avant d’y avoir accès. Garder les protecteurs en place en tout temps. Attention : Ne jamais dépasse la vitesse maximale de PTO (PTOMAX) sous peine d’endommager le tracteur.

Utilisation de la barre de tirage : La barre est fixée au tracteur avec des tiges de fixation (pins) et des ressorts de blocage. Installer la barre en position d’opération, puis installer l’équipement à tirer. Ne pas dépasser la charge verticale maximale admise. Lorsque non utilisée, installer la barre de tirage en position d’entreposage.

Note : Toujours utiliser la barre fournie avec le tracteur. Ne pas dépasser les recommandations du fabricant pour la charge maximale verticale à la barre de tirage. Lorsqu’en usage, toujours conduire lentement.

Utilisation de l’attache 3-points : Utiliser les trois liens fournis (deux latéraux et un central) pour attacher l’équipement. S’assurer qu’il est bien en place au moyen de pins et ressorts de blocage. Utiliser le levier de l’attache 3-points pour relever ou rabaisser l’équipement. Un indicateur d’arrêt sur le levier peut être utilisé pour maintenir l’équipement à une hauteur donnée. Pour l’ajuster opérer l’instrument quelques minutes, dévisser l’ajustement, déplacer l’indicateur et revisser l’indicateur pour obtenir la hauteur désirée.

Il est possible de contrôler la vitesse de montée ou descente de l’instrument ou même de la bloquer à une hauteur définie en ajustant la valve de descente.

ou même de la bloquer à une hauteur définie en ajustant la valve de descente. Professeur
ou même de la bloquer à une hauteur définie en ajustant la valve de descente. Professeur

Pour ajuster le niveau avant/arrière de l’instrument, on ajuste la longueur du lien central : descendre l’équipement au sol. Stationner le tracteur. Dévisser la bague de serrage. Raccourcir ou rallonger le lien central. Serrer la bague de serrage. Pour ajuster le niveau latéral, procéder de la même façon avec les liens latéraux : dévisser la bague de serrage. Raccourcir ou rallonger les liens latéraux. Serrer la bague de serrage.

Pratiques d’opération

Conduite sur routes :

S’assurer que les pédales de frein sont bloquées ensemble

Désengager le pont auxiliaire pour réduire l’usure des pneus

Utiliser visiblement un panneau identifiant le tracteur comme « véhicule lent » : triangle orange

Utiliser les feux de route

Conduire lentement pour conserver le contrôle du tracteur en tout temps.

Utilisation en tirage :

Utiliser uniquement la barre de tirage bien bloquée en place

En descente, utiliser une vitesse moindre pour garder le contrôle du tracteur sans avoir besoin d’utiliser les freins.

Remorquage du tracteur :

Vérifier le niveau d’huile à transmission. Il doit être plein. Si le tracteur est remorqué avec l’avant relevé, il faut ajouter 1 L d’huile pour chaque 80 mm qui est relevé. Bien drainer au niveau requis après remorquage

Débloquer le différentiel et désengager le pont auxiliaire

Enlever le frein de stationnement

Mettre le tracteur en position neutre (N).

Transport sur une remorque :

Conduire le tracteur sur la remorque

Baisser tous les instruments au niveau du plancher de la remorque

Utiliser le frein de stationnement

Arrêter le moteur et retirer la clé

Utiliser le frein de stationnement ∑ Arrêter le moteur et retirer la clé Professeur : ZINSALO
Utiliser le frein de stationnement ∑ Arrêter le moteur et retirer la clé Professeur : ZINSALO

Fermer le robinet d’arrivée du carburant

Bien attacher le tracteur à la remorque avec des chaînes, câbles ou courroies.

Note : Il faut faire preuve de prudence lors des transports. Le tracteur n’est pas conçu pour rouler à haute vitesse. Faire encore plus attention lorsque des charges sont tirées, que les conditions sont difficiles, dans les courbes et dans les pentes. Lorsque des charges lourdes sont tirées, il faut réduire sensiblement la vitesse, surtout si la charge n’est pas munie de freins auxiliaires et est plus lourde que le tracteur. Toujours utiliser les clignotants avertisseurs lorsque le tracteur est utilisé sur les routes.

Dispositifs de sécurité

Développer au besoin, et selon le modèle retenu, sur les systèmes de sécurité sur le tracteur :

Toujours vérifier l’état du tableau de bord avant de démarrer le tracteur pour s’assurer que les voyants sont opérationnels.

Un système de sécurité empêche le démarrage si le tracteur n’est pas en position neutre (N) et avec la pédale d’embrayage enfoncée.

Un système de sécurité empêche le démarrage si la PTO (Power Take Off) du tracteur est embrayée (en position ON).

Avec le tracteur en marche, un système de sécurité arrête le moteur si la PTO est embrayée ou si le tracteur est en vitesse et que le conducteur se lève du siège.

ou si le tracteur est en vitesse et que le conducteur se lève du siège. Professeur
ou si le tracteur est en vitesse et que le conducteur se lève du siège. Professeur

CHAPITRE 2 :

MAINTENANCE DES TRACTEURS AGRICOLES

L’une des priorités dans l’usage du tracteur agricole est sa maintenance quotidienne et périodique. Ce chapitre s’adresse aux utilisateurs, aux opérateurs, aux producteurs, aux techniciens et aux vulgarisateurs ayant pour tâche d’encadrer les agriculteurs. Le tracteur agricole participe à l’accomplissement de la plupart des travaux à façons comme moyen de traction et/ ou d’animation par prise de force, arbre à cardans, poulie, courroie, moteur hydraulique, vérin, etc. Pour augmenter sa longévité, garantir sa rentabilité économique et assurer un maximum de sécurité lors de son utilisation, il faut observer tout au long de sa vie une règle fondamentale : une maintenance préventive effectuée quotidiennement et périodiquement, de façon correcte, à temps et sans délais pour une utilisation correcte (conduite, réglages, sécurité, …). Une maintenance sommaire ou mal faite augmente la fréquence des pannes et par suite le coût de réalisation des travaux (temps d’attente et de réparation longs, consommation élevée en pièces de rechange qui sont souvent chères et, parfois, non disponibles, dégradation ou parfois perte de production ou de qualité de travail).

Comme pour tout autre matériel agricole, la maintenance comprend les vérifications :

- journalières pour s’assurer des niveaux d’huile, d’eau, d’électrolyte, de carburant et de la capacité du tracteur à travailler sans problème

- périodiques qui doivent être effectuées selon les échéances prescrites dans le livret d’entretien fourni avec le matériel.

L’utilisateur doit prendre l’habitude de se conformer aux prescriptions du fabricant, de procéder chaque jour à l’entretien journalier et noter soigneusement les heures de marche. Il doit également déterminer les problèmes qui apparaissent lors de l’utilisation et les causes des diverses pannes.

qui apparaissent lors de l’utilisation et les causes des diverses pannes. Professeur : ZINSALO Joël M.
qui apparaissent lors de l’utilisation et les causes des diverses pannes. Professeur : ZINSALO Joël M.

Les problèmes constatés doivent être résolus sans délais et les pannes réparées immédiatement pour éviter toutes complications futures. Il est fortement conseillé d’éviter le bricolage (attache avec fil de fer, boulons ou clous au lieu des goupilles, hardes et caoutchouc pour arrêter des fuites, …). Dans ce qui suit nous présenterons la conduite de la maintenance de la cellule motrice, mais en ne s’attelant qu’aux principaux points qui méritent d’être soulignés. L’utilisateur peut se reporter aux manuels techniques de maintenance et de réparation ou à d’autres sources d’information pour maintenir correctement son engin.

1. Importance de la maintenance

Une bonne maintenance de l’équipement est essentielle pour une opération sécuritaire, économique et sans tracas. La maintenance aura aussi un effet bénéfique sur la qualité des émissions. La maintenance préventive, réalisée régulièrement, permet de conserver la machinerie fonctionnelle et évite beaucoup de réparations coûteuses. Elle est en général avantageuse de faire la maintenance préventive pour éviter les réparations. L’utilisation de tracteurs sous conditions difficiles (utilisation soutenue, en conditions très humides, très poussiéreuses ou très chaudes) nécessitera une maintenance plus fréquente. L’outil d’entretien le plus important est la cédule d’entretien. Cet outil propose certaines opérations de maintenance conjointement à un calendrier d’utilisation de l’équipement. Il permet de programmer les entretiens et donc de réduire les temps morts. Un programme d’entretien type est proposé au Tableau 1.

2. Les actions de base de la maintenance préventive

Note : toujours arrêter le moteur avant d’ouvrir le capot ou de retirer les panneaux latéraux ou la grille avant pour limiter les risques d’accidents.

Graissage du tracteur Il faut bien lubrifier le tracteur, surtout s’il opère en conditions humide et boueuses. Il faut alors graisser pour chaque 10 h d’utilisation. Les principaux points de graissage sont :

pour chaque 10 h d’utilisation. Les principaux points de graissage sont : Professeur : ZINSALO Joël
pour chaque 10 h d’utilisation. Les principaux points de graissage sont : Professeur : ZINSALO Joël

Axe de pivot avant

Tiges de renfort de la direction (« tie-rod »)

Joints de cylindre de direction (« ball joint »)

Pivot de la pédale d’embrayage

Pivots des pédales de frein

Vérification du niveau d’huile

Toujours vérifier le niveau d’huile avec l’huile froide.

Stationner le tracteur de façon sécuritaire

Soulever le capot, enlever la jauge à huile et l’essuyer avec un linge.

Remettre complètement la jauge en place puis la retirer. Vérifier le niveau d’huile indiqué sur la jauge et ajuster au besoin.

Si le niveau est bas, ajouter de l’huile : ouvrir le bouchon de remplissage d’huile (sur le couvercle de valves) et verser jusqu’à ce que le niveau soit correct. Ne pas trop remplir.

Remettre en place le bouchon et la jauge.

correct. Ne pas trop remplir. ∑ Remettre en place le bouchon et la jauge. Professeur :
correct. Ne pas trop remplir. ∑ Remettre en place le bouchon et la jauge. Professeur :

Tableau 1 : Opérations de maintenance d’un tracteur agricole.

Avant chaque usage

Vérifier et remplir le réservoir de carburant au besoin Vérifier le niveau d’huile moteur Vérifier les dispositifs de sécurité

Après chaque usage

Enlever les débris sur le tracteur, la grille et le radiateur Vérifier les boulons / pièces desserrés, endommagés ou manquants

Au besoin

Ajuster la tension de la courroie de l’alternateur Vérifier les filtres à air Vérifier la cuve à sédiments du filtre à carburant Ajuster l’écartement des roues avant Ajuster les freins Ajuster le levier des gaz Remplacer les ampoules électriques Vérifier les fusibles Vérifier la batterie Ajuster l’embrayage Vérifier la pression des pneus

10

et 30 premières heures

Vérifier le serrage des boulons de roues

50

premières heures

Changer huile moteur et filtre Vérifier et ajuster la tension de la courroie de l’alternateur Vérifier les raccords des boyaux du système de refroidissement Vérifier le serrage des boulons de roues

boyaux du système de refroidissement Vérifier le serrage des boulons de roues Professeur : ZINSALO Joël
boyaux du système de refroidissement Vérifier le serrage des boulons de roues Professeur : ZINSALO Joël

À toutes les 10 heures

Vérifier le niveau d’huile moteur Vérifier le serrage des boulons de roues arrière Vérifier le niveau d’huile à transmission (AV/AR) Vérifier la valve du filtre à air Vérifier le niveau de liquide de refroidissement Vérifier la cuve à sédiments du filtre à carburant Vérifier et nettoyer la grille du radiateur Vérifier les dispositifs de sécurité Lubrifier les points de graissage (surtout en conditions boueuses)

À toutes les 50 heures

Vérifier le niveau d’huile du pont auxiliaire Lubrifier les points de graissage Vérifier le serrage des boulons de roues Inspecter les pneus et vérifier la pression d’air Vérifier le niveau d’électrolyte de la batterie Vérifier les pièces desserrées, endommagées ou manquantes

À toutes les 200 heures

Remplacer le filtre à air primaire Vérifier le filtre à air secondaire. Remplacer au 3ème filtre primaire. Vérifier les raccords des boyaux des filtres à air Remplacer le filtre à carburant Vérifier les vitesses du moteur (ralenti, régime, pleine) (TECH) Changer l’huile du pont auxiliaire

moteur (ralenti, régime, pleine) (TECH) Changer l’huile du pont auxiliaire Professeur : ZINSALO Joël M. Page
moteur (ralenti, régime, pleine) (TECH) Changer l’huile du pont auxiliaire Professeur : ZINSALO Joël M. Page

Changer l’huile de la transmission et le filtre Nettoyer les évents et succions d’huile à transmission Inspecter les injecteurs (TECH) Ajuster le jeu des valves (TECH) Vérifier le pivot du train avant (TECH) Vérifier les roulements des roues avant (TECH)

À tous les 2 ans

Vidanger et remplacer le système de refroidissement Remplacer le thermostat (TECH)

et remplacer le système de refroidissement Remplacer le thermostat (TECH) Professeur : ZINSALO Joël M. Page
et remplacer le système de refroidissement Remplacer le thermostat (TECH) Professeur : ZINSALO Joël M. Page

3.

Changement d’huile et de filtre

Faire tourner le moteur quelques minutes pour réchauffer l’huile.

Placer un récipient sous le drain d’huile et retirer le bouchon de drain pour laisser s’écouler toute l’huile.

Placer le récipient sous le filtre à huile (côté droit du moteur), puis dévisser le filtre et laisser s’écouler l’huile résiduelle.

Avec le doigt, appliquer un peu d’huile propre sur le joint en caoutchouc du filtre neuf et installer le filtre à la main jusqu’à ce qu’il entre en contact avec la surface. Serrer ½ à ¾ de tour après contact.

Installer et serrer le bouchon de drain

Retirer le bouchon de remplissage d’huile (sur le couvercle de valves) et verser l’huile selon les recommandations du fabricant (type d’huile et quantité).

Remettre le bouchon en place.

Démarrer et faire tourner le moteur à basse vitesse pour une courte période, arrêter le moteur et vérifier pour les fuites. Vérifier le niveau d’huile.

4. Nettoyage de la valve de décharge de poussière du filtre à air

Enlever et nettoyer la valve de décharge de poussière

Remettre la valve en place.

5. Remplacement des filtres à air : primaire et secondaire

Primaire :

Démonter le couvercle de l’enceinte des filtres à air

Enlever le filtre primaire et le remplacer par un neuf

Réinstaller le couvercle.

Secondaire :

Lorsque le filtre primaire est enlevé, enlever le filtre secondaire et le remplacer par un neuf. On changera le secondaire à tous les trois filtres primaires.

par un neuf. On changera le secondaire à tous les trois filtres primaires. Professeur : ZINSALO
par un neuf. On changera le secondaire à tous les trois filtres primaires. Professeur : ZINSALO

Replacer le filtre primaire et réinstaller le couvercle.

6. Vérification des raccords de boyaux des filtres à air

S’assurer que le boyau est bien fixé.

Resserrer les raccords au besoin

7. Vérification des boyaux du système de refroidissement

Vérifier les boyaux supérieurs et inférieurs du radiateur. Remplacer s’ils sont fendillés, cassants ou mous.

Vérifier les raccords des boyaux et serrer ou remplacer les collets au besoin

8. Vérification du niveau de liquide de refroidissement

Vérifier le niveau de liquide de refroidissement dans le réservoir. Si le moteur est chaud, le niveau devrait être entre FULL et LOW. Si le moteur est froid, il devrait être LOW.

Si le niveau est bas, enlever le bouchon du réservoir et remplir avec le liquide adéquat. Refermer.

9. Drainage/nettoyage du système de refroidissement

Avec un moteur froid, enlever lentement le bouchon du radiateur (il y a toujours des risques de brûlures).

Installer un récipient sous le drain du radiateur (côté gauche). Ouvrir le drain et laisser s’écouler le liquide.

Installer un récipient sous le drain du bloc moteur (côté droit). Ouvrir le drain et laisser s’écouler le liquide

Refermer les drains du radiateur et du bloc moteur et serrer.

Verser un produit nettoyeur de système de refroidissement dans le radiateur et remplir le système avec de l’eau.

Replacer et serrer le bouchon du radiateur.

le système avec de l’eau. ∑ Replacer et serrer le bouchon du radiateur. Professeur : ZINSALO
le système avec de l’eau. ∑ Replacer et serrer le bouchon du radiateur. Professeur : ZINSALO

10.

Vérification de la cuve à sédiment du filtre à carburant

Vérifier la présence d’eau ou de dépôts dans la cuve

Nettoyer la cuve ou remplacer le filtre si nécessaire

11. Nettoyage de la cuve à sédiment et remplacement du filtre à carburant

Fermer le robinet d’arrivée de carburant

Installer un récipient sous le filtre à carburant et dévisser le collet de serrage pour enlever la cuve

Enlever et jeter le filtre à carburant

Enlever et mettre de côté l’anneau de plastique et le ressort de la cuve

Nettoyer la cuve, l’anneau et le ressort, puis réinstaller l’anneau et le ressort dans la cuve

Installer un filtre à carburant neuf et placer la cuve à sédiments et le collet de serrage en position puis serrer

Ouvrir le robinet d’arrivée de carburant.

Démarrer et faire tourner le moteur jusqu’à ce qu’il atteigne sa température d’opération. Arrêter le moteur.

Installer des récipients sous les drains du radiateur (côté gauche) et du bloc moteur (côté droit). Ouvrir immédiatement les drains avant que la rouille et la saleté ne se déposent et laisser s’écouler le liquide.

Refermer les drains du radiateur et du bloc moteur et serrer.

Remplir le système de refroidissement par le radiateur avec la bonne quantité d’un liquide de refroidissement adéquat (suivre les recommandations du fabricant)

Replacer et serrer le bouchon du radiateur

Démarrer et faire tourner le moteur jusqu’à ce qu’il atteigne sa température d’opération. Arrêter le moteur.

Vérifier le niveau de liquide de refroidissement et compléter au besoin.

12. Vérification / ajustement de la tension des courroies

Appuyer avec le pouce (modérément) à mi chemin entre les deux poulies. La déformation devrait être d’environ 13 mm

chemin entre les deux poulies. La déformation devrait être d’environ 13 mm Professeur : ZINSALO Joël
chemin entre les deux poulies. La déformation devrait être d’environ 13 mm Professeur : ZINSALO Joël

Ajuster la tension si la déformation est plus ou moins de 13 mm

Dévisser les boulons d’ajustement et de montage de la poulie

Appuyer sur le boîtier de l’alternateur ou la poulie du ventilateur pour tendre la courroie, puis serrer les deux boulons.

Revérifier la tension.

13. Vérification du serrage des boulons de roues

Roues avant :

Serrer les boulons de roues et les boulons d’essieu avec le couple requis

Roues arrière :

Serrer les boulons de roues avec un couple de 155 N-m (114 lb-pi) et les boulons de jante à 240 N-m (177 lb-pi)

14. Inspection et vérification de la pression des pneus

Inspecter la surface et les côtés des pneus pour coupures ou usure. S’assurer qu’ils sont montés dans le bon sens.

Mesurer la pression avec un pressostat. Si le pneu est lesté avec du liquide, positionner la valve au haut pour éviter que du liquide ne s’échappe.

Ajouter de l’air au besoin (suivre les recommandations du fabricant)

15. Vérification et ajustement de l’écartement des roues avant

Utiliser une surface dure et de niveau et débrayer le pont auxiliaire.

Orienter les roues pour qu’elles se dirigent droit devant et stationner de façon sécuritaire

Marquer le centre de chaque pneu à la hauteur du moyeu et de l’essieu avec de la craie et mesurer la distance entre les marques.

Avancer le tracteur pour que les marques se déplacent de 180º, stationner de façon sécuritaire et mesurer encore la distance entre les marques. Une différence de 3 mm est tolérable. Ajuster au besoin.

entre les marques. Une différence de 3 mm est tolérable. Ajuster au besoin. Professeur : ZINSALO
entre les marques. Une différence de 3 mm est tolérable. Ajuster au besoin. Professeur : ZINSALO

Pour ajuster, dévisser les écrous de blocage sur les deux tiges de renfort de direction (« tie rod »), tourner les tiges jusqu’à ce que les mesures soient égales puis serrer les écrous de blocage.

16. Vérification et ajustement des freins

Le tracteur n’est pas bloqué en stationnement mais laissé en vitesse sur une surface de niveau. Les pédales de freins sont séparées.

Appuyer sur chaque pédale de frein et mesurer la longueur de la course pour que les freins s’engagent. Ajuster les deux freins si la longueur est de plus de 35 mm ou si les deux longueurs sont différentes.

Pour ajuster, dévisser les écrous de blocage de la tringlerie de freinage et tourner la bague filetée pour raccourcir la tringlerie jusqu’à ce que la longueur soit de 25 mm. Resserrer les écrous

Répéter pour la seconde pédale en ajustant pour la même distance.

S’il n’y a pas de jeu, contacter le technicien du fabricant

17. Ajustement du levier des gaz

Dévisser l’écrou de serrage et ajuster l’écrou de friction du levier (dévisser pour réduire la force et serrer pour l’augmenter).

Resserrer l’écrou de serrage pour bloquer l’ajustement.

Vérifier le mouvement du levier.

18. Vérification et ajustement de l’embrayage

Appuyer sur la pédale d’embrayage et mesurer la longueur de la course pour que l’embrayage s’engage.

Ajuster si la distance est de plus de 25 mm.

Pour ajuster, retirer les panneaux et retirer la plaque de base du côté gauche.

Dévisser les écrous de blocage de la tringlerie d’embrayage et tourner la bague filetée pour raccourcir la tringlerie jusqu’à ce que la longueur soit de 15 à 25 mm. Resserrer les écrous

jusqu’à ce que la longueur soit de 15 à 25 mm. Resserrer les écrous Professeur :
jusqu’à ce que la longueur soit de 15 à 25 mm. Resserrer les écrous Professeur :

S’il n’y a pas de jeu, contacter le technicien du fabricant.

19. Vérification du niveau d’huile à transmission du pont auxiliaire

Le tracteur doit avoir refroidi au moins une heure avant la vérification

Enlever la jauge située du côté droit du train avant et l’essuyer, puis l’insérer dans sa position sans le visser

Enlever la jauge et vérifier le niveau d’huile. Ajouter de l’huile adéquate au besoin et bien refermer.

20. Changement de l’huile à transmission du pont auxiliaire et du filtre

Enlever la jauge/bouchon située des côtés droit et gauche du train avant.

Installer un récipient sous les drains des deux côtés, retirer les bouchons de drain et laisser l’huile s’écouler complètement.

Installer un récipient sous le drain de l’essieu, retirer le bouchon de drain et laisser l’huile s’écouler complètement.

Remettre en place les bouchons de drains (3)

Ajouter de l’huile en suivant les recommandations du fabricant (type d’huile et quantité), puis refermer les bouchons.

Laisser reposer pour une heure avant de mesurer le niveau d’huile.

21. Vérification du niveau d’huile à transmission

Le tracteur doit avoir refroidi au moins une heure avant la vérification

Enlever la jauge située derrière le siège du conducteur et l’essuyer, puis l’insérer dans sa position.

Retirer pour lire le niveau d’huile. Ajouter de l’huile adéquate au besoin et remettre la jauge en place.

22. Changement de l’huile à transmission et du filtre

À l’arrêt, faire tourner le moteur quelques minutes pour réchauffer l’huile

Installer un récipient sous le drain d’huile à transmission, retirer le bouchon et laisser l’huile s’écouler complètement

retirer le bouchon et laisser l’huile s’écouler complètement Professeur : ZINSALO Joël M. Page 22
retirer le bouchon et laisser l’huile s’écouler complètement Professeur : ZINSALO Joël M. Page 22

Retirer les vis de retenue du couvercle de la crépine de succion et retirer la crépine de succion, la nettoyer dans un solvant doux, puis laisser sécher

Réinstaller la crépine et le couvercle. Bien visser. Revisser le bouchon de drainage.

Installer un récipient sous le filtre à huile à transmission, retirer le filtre et le jeter. Laisser l’huile s’écouler complètement

Avec le doigt, appliquer un peu d’huile propre sur le joint du filtre neuf, le remplir au à ½ d’huile et installer le filtre à la main jusqu’à ce qu’il entre en contact avec la surface. Serrer ½ tour après contact.

Retirer le boyau de l’évent situé derrière le siège du conducteur et le dévisser pour le retirer.

Nettoyer le tube avec un solvant doux et laisser sécher avant de réinstaller.

Nettoyer et enlever le bouchon de remplissage avant de remplir la transmission avec la quantité et le type d’huile recommandée par le fabricant. Refermer le bouchon.

Démarrer le moteur, vérifier la présence de fuites d’huile autour du filtre et aux drains

Arrêter le moteur et vérifier le niveau d’huile à transmission.

23. Nettoyage et remplacement de la batterie

Déboulonner la batterie de son emplacement

Déconnecter d’abord la borne négative (câble noir), puis la borne positive (câble rouge).

Nettoyer la batterie, les bornes, les extrémités des câbles et les pièces de fixation avec une solution 1 :4 de bicarbonate de soude et d’eau. Rincer et laisser sécher

Remettre la batterie en place et la serrer

Connecter d’abord la borne positive (câble rouge), puis la borne négative (câble noir).

Appliquer de la gelée de pétrole (vaseline) sur les bornes pour les protéger de la corrosion

gelée de pétrole (vaseline) sur les bornes pour les protéger de la corrosion Professeur : ZINSALO
gelée de pétrole (vaseline) sur les bornes pour les protéger de la corrosion Professeur : ZINSALO

24.

Vérification du niveau d’électrolyte de la batterie

Retirer les bouchons des cellules de la batterie.

Vérifier le niveau d’électrolyte dans les cellules. Le niveau devrait être 6 mm au dessus des plaques. Ajouter de l’eau distillée au besoin

Bien refermer les bouchons des cellules de la batterie.

25. Surcharge de la batterie

Connecter le câble de surcharge (rouge) à la borne positive de la batterie chargée

Connecter l’autre extrémité du câble de surcharge (rouge) à la borne positive de la batterie à charger

Connecter le câble de surcharge (noir) à la borne négative de la batterie chargée

Connecter l’autre extrémité du câble de surcharge (noir) à une partie métallique loin de la batterie à charger

Démarrer le moteur et laisser tourner pour plusieurs minutes pour recharger la batterie déchargée

Déconnecter avec soin les câbles dans l’ordre inverse : câble négatif en premier, puis câble positif.

26. Remplacement de fusibles

Ouvrir le boîtier des fusibles

Identifier le fusible défectueux et le retirer de son logement

Installer un nouveau fusible. Toujours choisir la même capacité de fusible de remplacement

Refermer le boîtier

27. Remplacement d’ampoules

Phares :

Débrancher le connecteur

Retirer délicatement le protecteur de caoutchouc et dévisser l’ampoule.

Retirer délicatement le protecteur de caoutchouc et dévisser l’ampoule. Professeur : ZINSALO Joël M. Page 24
Retirer délicatement le protecteur de caoutchouc et dévisser l’ampoule. Professeur : ZINSALO Joël M. Page 24

Installer une nouvelle ampoule et visser en place

Remettre le protecteur en caoutchouc et rebrancher le connecteur

Vérifier le fonctionnement du phare

Pour ajuster l’alignement, visser / dévisser la vis d’ajustement

Feux arrière et clignotants :

Dévisser les vis retenant la lentille colorée

Dévisser l’ampoule, la retirer et installer une nouvelle ampoule

Vérifier le fonctionnement du feu

Réinstaller la lentille

Tableau de bord :

Enlever le panneau de la console (dévisser les vis)

Dévisser le tableau de bord et le soulever délicatement

Identifier l’ampoule défectueuse et retirer le support du tableau de bord

Retirer l’ampoule défectueuse et la remplacer, puis replacer le support dans le tableau de bord

Vérifier le fonctionnement de l’ampoule

Réinstaller le tableau de bord et la console.

28. Le remisage du tracteur

Si le tracteur ne doit pas être utilisé pour quelques mois, il est bon de la remiser

pour le protéger de la détérioration et de la corrosion. Les principales étapes à suivre sont les suivantes :

Faire l’entretien des filtres à air

Changer l’huile moteur et le filtre si nécessaire

Réparer les pièces endommagées. Remplacer si nécessaire

Laver le tracteur, le moteur et l’espace où il sera remisé

Drainer le réservoir à carburant, puis ajouter 4 L de carburant et un produit stabilisant et anticorrosion

puis ajouter 4 L de carburant et un produit stabilisant et anticorrosion Professeur : ZINSALO Joël
puis ajouter 4 L de carburant et un produit stabilisant et anticorrosion Professeur : ZINSALO Joël

Ajouter un inhibiteur de corrosion dans l’huile à transmission / hydraulique

Démarrer le moteur et laisser atteindre sa température d’opération

Ajouter de l’inhibiteur de corrosion dans le réservoir de carburant et dans le carter au niveau du filtre à air

Après refroidissement, réduire la tension sur les courroies de l’alternateur et du ventilateur

Retirer et nettoyer la batterie, la ranger dans un endroit sec et frais. La garder chargée.

Lubrifier aux points de graissage

Appliquer de la graisse sur les tiges exposées des cylindres hydrauliques

Actionner les leviers hydrauliques pour réduire la pression

Placer des blocs sous le tracteur pour enlever du poids des pneus. Retirer de l’air des pneus

Retoucher la peinture aux endroits qui en ont besoin pour prévenir la rouille

Remiser dans un endroit sec et protégé. Si le tracteur est remisé à l’extérieur, utiliser une couverture étanche au dessus.

29. Remise en service :

Vérifier la pression des pneus et les regonfler

Enlever la graisse des tiges exposées des cylindres hydrauliques

S’assurer que tous les protecteurs sont en place

Ajuster la tension des courroies

Enlever blocs et supports de sous le tracteur

Faire le plein de carburant et ouvrir le robinet d’arrivée de carburant

Vérifier et réinstaller la batterie. Charger au besoin

Lubrifier tous les points de graissage

Vérifier les niveaux d’huile du moteur et de la transmission.

Démarrer le moteur et laisser tourner 5 minutes sans charge.

∑ Démarrer le moteur et laisser tourner 5 minutes sans charge. Professeur : ZINSALO Joël M.
∑ Démarrer le moteur et laisser tourner 5 minutes sans charge. Professeur : ZINSALO Joël M.

CHAPITRE 3 :

PANNES ET REMEDES

1. Moteur

1.1.

Si le moteur ne démarre pas ou est difficile à démarrer …

Opérateur pas sur le siège

Pédale d’embrayage non enfoncée

Levier de vitesse pas en position neutre (N)

Levier des gaz pas en fonction

Prise de force engagée

Robinet d’arrivée de carburant fermé

Problème de carburant (mauvais carburant, réservoir vide, air dans le système)

Filtre à carburant obstrué

Filtre à air obstrué

Injecteurs défectueux ou encrassés (contacter le technicien)

Fusible brûlé

Problème électrique (voir résolution des problèmes électriques)

1.2.

Si le moteur tourne difficilement ou cale …

Robinet d’arrivée de carburant partiellement fermé

Filtre à carburant obstrué

Filtre à air obstrué

Évent du réservoir d’essence sale

Problème de carburant (mauvais carburant, réservoir vide, air dans le système)

Injecteurs défectueux ou encrassés (contacter le technicien)

Pompe à carburant défectueuse (contacter le technicien)

Température du liquide de refroidissement basse (contacter le technicien)

Température du liquide de refroidissement basse (contacter le technicien) Professeur : ZINSALO Joël M. Page 27
Température du liquide de refroidissement basse (contacter le technicien) Professeur : ZINSALO Joël M. Page 27

1.3.

Si le moteur surchauffe …

Bas niveau de liquide de refroidissement

Besoin d’une vidange du système de refroidissement

Bouchon de radiateur défectueux

Thermostat défectueux (contacter le technicien)

Indicateur de température défectueux (contacter le technicien)

Bas niveau d’huile moteur

Courroie d’alternateur défectueuse ou mal ajustée

Grille ou ailettes de radiateur sales

Filtre à air obstrué

Vitesse trop grande pour les conditions de terrain.

1.4.

Si le moteur « cogne » …

Bas niveau d’huile moteur

Pompe à injection mal synchronisée (contacter le technicien)

Température du liquide de refroidissement basse (contacter le technicien)

Surchauffe du moteur (voir cette section)

Vitesse de ralenti trop basse

1.5.

Si le moteur manque de puissance …

Problème de carburant (mauvais carburant, réservoir vide, air dans le système)

Filtre à air obstrué

Filtre à carburant obstrué

Vitesse trop grande pour les conditions de terrain

Température du liquide de refroidissement basse (contacter le technicien)

Mauvais calage des valves (contacter le technicien)

Injecteurs défectueux ou encrassés (contacter le technicien)

Pompe à injection mal synchronisée (contacter le technicien)

Instrument mal ajusté (vérifier le manuel d’opérateur de l’instrument)

Ballastage inadéquat – ajuster la charge

de l’instrument) ∑ Ballastage inadéquat – ajuster la charge Professeur : ZINSALO Joël M. Page 28
de l’instrument) ∑ Ballastage inadéquat – ajuster la charge Professeur : ZINSALO Joël M. Page 28

Valve d’arrêt de l’attache 3-points fermée

1.6.

Si la pression d’huile est basse …

Bas niveau d’huile moteur

Filtre à huile obstrué

Mauvais type d’huile

Fuites d’huile

1.7.

Si le moteur consomme beaucoup d’huile …

Localiser et corriger les fuites d’huile

Mauvais type d’huile

Filtre à air obstrué

1.8.

Si le moteur produit de la fumée blanche …

Mauvais type de carburant

Température de moteur basse

Thermostat défectueux (contacter le technicien)

Moteur mal synchronisé (contacter le technicien)

1.9.

Si le moteur produit de la fumée grise ou noire …

Mauvais type de carburant

Filtre à air obstrué

Vitesse trop grande pour les conditions de terrain

Injecteurs défectueux ou encrassés (contacter le technicien)

Moteur mal synchronisé (contacter le technicien).

1.10. Si le moteur consomme beaucoup de carburant …

Mauvais type de carburant

Filtre à air obstrué

Vitesse trop grande pour les conditions de terrain

Mauvais calage des valves (contacter le technicien)

conditions de terrain ∑ Mauvais calage des valves (contacter le technicien) Professeur : ZINSALO Joël M.
conditions de terrain ∑ Mauvais calage des valves (contacter le technicien) Professeur : ZINSALO Joël M.

Injecteurs défectueux ou encrassés (contacter le technicien)

Moteur mal synchronisé (contacter le technicien)

Instrument mal ajusté (vérifier le manuel d’opérateur de l’instrument)

Température de moteur basse

Évent du carter de vilebrequin obstrué

2. Système électrique

2.1.

Si la batterie ne veut pas charger …

Connexions desserrées ou oxydées

Batterie défectueuse, vérifier le niveau d’électrolyte

Cellule de la batterie morte

Courroie d’alternateur défectueuse ou mal ajustée

Alternateur défectueux (contacter le technicien)

2.2.

Si l’indicateur de décharge de batterie reste allumé avec le moteur en marche …

Basse vitesse du moteur

Batterie défectueuse, vérifier le niveau d’électrolyte

Alternateur défectueux (contacter le technicien)

Courroie d’alternateur défectueuse ou mal ajustée

2.3.

Si le démarreur ne fonctionne pas …

Opérateur pas sur le siège

Pédale d’embrayage non enfoncée

Levier de vitesse pas en position neutre (N)

Prise de force engagée

Connexions de la batterie desserrées ou oxydées

Fusible brûlé

Faible rendement de la batterie, vérifier le niveau d’électrolyte

Dispositif anti-démarrage au neutre défectueux (contacter le technicien)

Dispositif anti-démarrage au neutre défectueux (contacter le technicien) Professeur : ZINSALO Joël M. Page 30
Dispositif anti-démarrage au neutre défectueux (contacter le technicien) Professeur : ZINSALO Joël M. Page 30

Commutateur

de

démarrage

ou

démarreur

défectueux

(contacter

le

technicien)

2.4.

Si le démarreur tourne lentement …

 

Faible rendement de la batterie, vérifier le niveau d’électrolyte

 

Batterie mal chargée, recharger la batterie

 

Connexions de la batterie desserrées ou oxydées

2.5.

Si un circuit d’éclairage ne fonctionne pas …

Fusible brûlé

3. Tracteur

3.1.

Si le tracteur vibre anormalement …

Vitesse moteur trop basse

Roulements du joint universel de l’arbre de transmission endommagés (contacter le technicien)

Tringlerie de commande des gaz mal réglée

3.2.

Si le tracteur ne veut pas avancer avec le moteur en marche …

Frein de stationnement engagé

Niveau d’huile à transmission bas

Huile à transmission trop froide – laisser le moteur se réchauffer

Levier de vitesse en position neutre (N)

3.3.

Si l’attache 3-points ne relève pas …

Bas niveau d’huile

Valve d’arrêt de l’hydraulique fermée

Charge excessive sur l’attache

Huile hydraulique trop froide

Grille obstruée sur la succion d’huile hydraulique

trop froide ∑ Grille obstruée sur la succion d’huile hydraulique Professeur : ZINSALO Joël M. Page
trop froide ∑ Grille obstruée sur la succion d’huile hydraulique Professeur : ZINSALO Joël M. Page

3.4.

Si l’attache 3-points descend lentement ou ne descend pas …

Valve de descente de l’attache fermée

Réglage trop lent de la valve de descente

3.5.

Si l’attache 3-points descend trop vite …

Charge excessive sur l’attache

Réglage trop rapide de la valve de descente

3.6.

Si les freins arrière ne fonctionnent pas …

Freins déréglés

Tringlerie de frein endommagée (contacter le technicien)

3.7.

Si la direction ne fonctionne pas …

Pneus mal gonflés

Tringlerie de la direction mal graissée

Jeu excessif de la direction (contacter le technicien)

Axes de roues faussés (contacter le technicien)

4. Quelques remèdes La maintenance (entretien et réparations) d’un tracteur agricole doit être effectuée quotidiennement et périodiquement au bout de 500 heures environs, durée variable suivant les marques et les constructeurs.

Un entretien journalier

Il est recommandé de faire quotidiennement une inspection générale du tracteur et vérifier à chaque fois que cela est nécessaire :

- l’état et le niveau de pression des pneus

- le niveau de l’huile du moteur, de freinage et de transmission

- la cuve du filtre à combustible.

Purger si c’est nécessaire :

- le pré-filtre du filtre à air à bain d’huile : nettoyer et s’assurer du niveau d’huile et de son état

à bain d’huile : nettoyer et s’assurer du niveau d’huile et de son état Professeur :
à bain d’huile : nettoyer et s’assurer du niveau d’huile et de son état Professeur :

- le filtre à air et dépoussiérer l’élément principal. Un filtre colmaté entraîne une surconsommation non négligeable de carburant.

- le niveau du liquide de refroidissement et veillez sur la propreté du système (radiateur, durites, ventilateur, tension de courroie, etc.)

- le niveau de l’électrolyte dans les éléments de la batterie : ajouter de l’eau distillée pour recouvrir les plaques si elles ne le sont pas. Ne jamais mettre d’eau naturelle ou d’eau minérale.

- l’état des circuits hydrauliques apparents et ceux du freinage

A la fin de chaque journée de travail, un tracteur doit être nettoyé, graissé et huilé à temps, dans les règles de l’art puis mis sous abri. Il est impératif de procéder à l’entretien cité ci-dessous :

- Nettoyer les vitres et le tableau de bord de la cabine de pilotage.

- Poser par terre le chargeur frontal ainsi que l’outil attelé si vous n’avez pas l’intension de dételer pour que les conduites hydrauliques ne soient pas sous pression.

- Vérifier l’arbre à cardans et le limiteur de couple en cas de travail avec outil animé par prise de force.

- Vérifier le circuit électrique (batterie, feux et lumières, klaxon, …)

- Faire le plein de carburant.

Le moteur :

- Vidanger l’huile du moteur à chaud et laissez égoutter. Le tracteur doit être placé sur un sol horizontal - Remplacer le filtre à huile du moteur.

- Faire tourner le moteur pour s’assurer qu’il n’y ait pas de fuites.

- Arrêter le moteur et vérifier de nouveau le niveau d’huile, après quelques minutes, puis le compléter si c’est nécessaire.

- Nettoyer le reniflard aussi souvent que les conditions de travail sont poussiéreuses.

- Faire vérifier les culbuteurs, les injecteurs et la pompe par un spécialiste. N.B : Si le moteur doit rester à l’arrêt pendant une longue durée, il faut le protéger avec une huile spéciale dite de stockage.

longue durée, il faut le protéger avec une huile spéciale dite de stockage. Professeur : ZINSALO
longue durée, il faut le protéger avec une huile spéciale dite de stockage. Professeur : ZINSALO

Le système d’alimentation en carburant

- Utiliser un carburant propre, stocké et décanté convenablement.

- Remplacer l’élément du filtre à combustible, vérifier l’état des joints, nettoyer la cuve de décantation et purger le système.

- Faire vérifier la pompe d’injection et les injecteurs.

Le filtre à air et le pré-filtre

- Nettoyer le filtre à cartouche et le changer selon les instructions du fabricant.

- Nettoyer le filtre à bain d’huile et le remplir avec de l’huile de lubrification du moteur. NB : les filtres sont à entretenir périodiquement. En cas de travail en atmosphère poussiéreuse il faut les nettoyer plusieurs fois dans la journée et les changer selon la cadence du travail et les recommandations du constructeur. Le système de refroidissement:

- Utiliser une graisse spéciale pour la pompe à eau.

- Nettoyer les ailettes du radiateur en y soufflant de l’air comprimé par l’arrière et vérifier fréquemment son niveau d’eau. Il convient d’employer une eau non calcaire à laquelle il faut ajouter un antigel, si le tracteur doit être utilisé en zones à climat froid.

- Vérifier la tension de la courroie du ventilateur.

- Si le moteur a tendance à chauffer cela veut dire que le circuit de refroidissent est étranglé par la tarte.

- Vidanger le circuit de refroidissement après la durée recommandée par le fabricant. Circuit électrique Les éléments classiques d’un circuit électrique qu’il faut contrôler sont :

- La batterie : surveiller le niveau de l’électrolyte et y ajouter de l’eau distillée pour rétablir le niveau, la charge, l’état des causses et mettre de la vaseline chaque fois qu’il est nécessaire. Si la batterie doit rester une longue durée sans être utilisée, il faut la charger périodiquement.

- La génératrice et le démarreur :

il faut la charger périodiquement. - La génératrice et le démarreur : Professeur : ZINSALO Joël
il faut la charger périodiquement. - La génératrice et le démarreur : Professeur : ZINSALO Joël

- si la génératrice charge mal, vérifier la tension de la courroie, les connections, l’état des balais,…

- Les câbles, les connections, les fusibles, les feux, les lumières, etc.

Remplacer les éléments usés.

NB : Avant d’effectuer toutes opérations de soudage sur un outil d’accompagnement attelé – quand il n’est pas possible de le dételer -, débrancher le câblage de l’alternateur et tâcher de placer la masse le plus près possible de la zone de soudage pour que le courant ne traverse ni roulement ni jeu de fonctionnement de faible valeur.

Le système hydraulique, la transmission de puissance, la direction, le système de propulsion :

La réparation du circuit hydraulique, de la transmission mécanique de puissance et de leurs accessoires nécessite une main d’œuvre et un outillage spécialisé.

Néanmoins, certains travaux d’entretien peuvent être effectués à la ferme par le conducteur même :

- Vérifier les niveaux d’huile et vidanger toujours à chaud aux intervalles recommandés par le fabricant sans oublier de changer les filtres et nettoyer la crépine d’aspiration de l’huile.

- Contrôler l’étanchéité des vérins apparents de relevage des bras, du chargeur frontal ou autre, des raccords, des distributeurs et de tous les organes accessoires (manomètres, filtres, clapets de sécurité, régulateurs de débit, etc.)

- Vidanger les carters de transmission et remplacer par une huile spéciale de protection suivant les consignes du constructeur.

- Changer les conduites usées ou endommagées.

- Graisser abondamment et soigneusement à la fréquence indiquée par le constructeur et plus particulièrement en cas de travail prolongé dans des conditions sévères (boue, poussière, …).

- Vérifier l’état et le graissage de la direction.

(boue, poussière, …). - Vérifier l’état et le graissage de la direction. Professeur : ZINSALO Joël
(boue, poussière, …). - Vérifier l’état et le graissage de la direction. Professeur : ZINSALO Joël

- Vérifier le réglage des moyeux et graisser abondamment jusqu’à ce que la graisse sorte par les joints.

- Faire vérifier le parallélisme du train avant.

- Faire vérifier le jeu de l’embrayage de la prise de force et remplacer le disque s’il n’assure pas le débrayage complet de la prise de force.

- Vérifier la garde de la pédale des freins et celle de l’embrayage.

- Vérifier le serrage des écrous de fixation des roues.

Si le tracteur doit rester une longue durée sans être utilisé, il convient d’y

effectuer les principales opérations suivantes avant la mise sur cales :

 

-

Remplacer toutes les pièces usées (roulements, chaînes, courroies, ampoules de feux d’éclairage ou de signalisation, fusibles).

-

Les courroies doivent être démontées et entreposées dans un endroit obscur. Celles qui sont usées doivent être achetées et stockées.

-

Les paliers doivent être contrôlés et tous les boulons d’assemblage resserrés.

-

Dresser les tôles déformées et refaire la peinture des parties dénudées.

-

Déposer la batterie et la charger périodiquement.

-

Protéger le moteur avec l’huile de stockage.

A

la

fin

du

travail

d’entretien, le tracteur doit être mis sur cales bien

fermes de sorte que les roues dégonflées à moitié ne touche pas le sol. Il est

plus convenable, pour de longues durées de repos, de dégonfler les roues

et les déposer dans un lieu obscur. L’engin doit être entreposé dans un

abri clos pour le protéger des intempéries.

doit être entreposé dans un abri clos pour le protéger des intempéries. Professeur : ZINSALO Joël
doit être entreposé dans un abri clos pour le protéger des intempéries. Professeur : ZINSALO Joël

CHAPITRE 4

LA FIABILITE DES EQUIPEMENTS PAR LA LOI DE WEIBULL

1. ANALYSE DE LA FIABILITE PAR LA LOI DE WEIBULL :

1.1. Définition de la loi de Weibull :

C’est une loi de fiabilité à 3 paramètres qui permet de prendre en compte les périodes où le taux de défaillance n’est pas constant (jeunesse et vieillesse). Cette loi permet :

Une estimation de la MTBF

Les calculs de λ(t) et de R(t) et leurs représentations graphiques

Grâce au paramètre de forme β d’orienter un diagnostic, car β peut être caractéristique de certains modes de défaillance

Les 3 paramètres de la loi sont :

β Paramètre de forme >0 sans dimension:

Si β >1, le taux de défaillance est croissant, caractéristique de la zone de vieillesse

o

1,5 <

< 2,5 : fatigue

o

3 <

< 4 : usure, corrosion

Si β = 1, le taux de défaillance est constant, caractéristique de la zone de maturité

Si β<1, le taux de défaillance est décroissant, caractéristique de la zone de jeunesse

f(t)

1

0,5

=3 =1
=3
=1
R(t) (t) 1 =0,5 t =3 =1 t
R(t)
(t)
1
=0,5
t =3
=1
t

Remarque : pour γ=0 et β=1, on retrouve la distribution exponentielle, cas particulier de la loi de Weibüll :

=3 =1 =0,5
=3
=1
=0,5

t

exponentielle, cas particulier de la loi de Weibüll : =3 =1 =0,5 t Professeur : ZINSALO
exponentielle, cas particulier de la loi de Weibüll : =3 =1 =0,5 t Professeur : ZINSALO

=

1

1

=

MTBF

f(t)

η Paramètre d’échelle >0 qui s’exprime dans l’unité de temps

1 2
1
2

avec 2 < 1

t

γ paramètre de position, -•••• < γ < +•••• , qui s’exprime dans l’unité de temps :

γ>0 : survie totale sur l’intervalle de temps [0, γ]

γ = 0 : les défaillances débutent à l’origine des temps

γ<0 : les défaillances ont débuté avant

l’origine des temps ; ce qui montre que la mise

en l’équipement étudié a précédé la mise en historique des TBF

service de

Relations fondamentales :

f(t)

= 0
= 0
< 0
< 0
> 0
> 0

Densité de probabilité :

Fonction de répartition :

Loi de fiabilité :

(

R t

)

=

1

1  f ( t ) = .  t   .  
1
f
(
t
)
=
.
 t
.
F t
(
)
=
1
e
 t
F t
(
)
e
 t
=

e

t  

avec

t

Taux de défaillance :

t

=  e  t      avec t ≥ Taux de défaillance
=  e  t      avec t ≥ Taux de défaillance

(

t

)

=

f

(

t

)

f

(

t

)

t

R

(

t

)

1

(

F t

)

.

=

=

1

.

e

t

 

MTBF et écart type :

(

E t

)

+•
=

MTBF

=

0

(

E t

)

MTBF

= +

=

= B

t f

.

.

(

t

).

dt

=

(1

+

1

lim

x

x

0

t f

.

)

=

A

+

(

t

).

dt

1  t  ⇒ ( t ) = .     1
1
 t
(
t
)
=
.
1
 t
 t
t
.
.
.
e
.
dt

1

.

=

e

t

lim

x

x

0

Γ est une fonction mathématique complexe. A et B sont des paramètres issus de

tables et sont calculés à partir de la loi Γ.

sont des paramètres issus de tables et sont calculés à partir de la loi Γ. Professeur
sont des paramètres issus de tables et sont calculés à partir de la loi Γ. Professeur
Ex : pour β=1,2, γ=0 et η=550 heures MTBF = 0,9407x550+0≈517 heures. 1.2. Durée de

Ex : pour β=1,2, γ=0 et η=550 heures MTBF = 0,9407x550+0≈517 heures.

1.2. Durée de vie associée à un seuil de fiabilité :

Il est intéressant de savoir à quel instant la fiabilité atteindra un seuil

déterminé, en particulier les roulements à billes.

( )

R t

=

e

t  

ln

( )

R t

=

t

ln

1

( )

R t

=

1  t  t  1  ⇒ = ln    
1
t
t
1
=
ln
R t
( )

t =

1  1  . ln   R t ( )  
1
1
.
ln
R t
( )

+

  ⇒ t = 1  1  . ln   R t (
  ⇒ t = 1  1  . ln   R t (

1.3.

Papier Weibüll :

C’est un papier log / log qui comporte 4 axes :

AXE a AXE A AXE b AXE B AXE A
AXE a
AXE A
AXE b
AXE B
AXE A

Axe A : axe des temps sur lequel on porte les valeurs ti des TBF

Axe B : valeurs des probabilités de défaillance Fi calculées par la méthode des rangs moyens ou des rangs médians. On estime R(t) par R(t) = 1 – F(t)

Axe a : axe des temps en logarithmes népériens : ln(t)

Axe b : axe qui permet l’évaluation de β.

1.4. Détermination graphique des paramètres de la loi :

1. Préparation des données : détermination des couples (ti, Fi) par les rangs moyens ou les rangs médians

2. Tracé du nuage de points

3. Tracé de la droite de Weibüll

rangs médians 2. Tracé du nuage de points 3. Tracé de la droite de Weibüll Professeur
rangs médians 2. Tracé du nuage de points 3. Tracé de la droite de Weibüll Professeur

4.

Détermination de β, η, γ

5. Détermination des équations de la loi de Weibüll

6. Calcul de la MTBF

7. Exploitation des données issues de la loi.

2. Exemple d’application :

Préparation des données :

Ordre i

TBF

Fi

 

165

1 0,11

 
 

330

2 0,26

 
 

515

3 0,42

 
 

740

4 0,58

 
 

915

5 0,73

 
 

1320

6 0,89

 
4 0,58     915 5 0,73     1320 6 0,89   Professeur : ZINSALO
4 0,58     915 5 0,73     1320 6 0,89   Professeur : ZINSALO

Tracé du nuage de points :

η=770 β=1, D2 D1
η=770
β=1,
D2
D1

Tracé de la droite de Weibüll D1 : le tracé se fait sans difficulté « au jugé ».

Détermination des paramètres de la loi :

Le fait d’obtenir directement une droite D1 sans faire de redressements indique que γ=0 (paramètre de position)

La droite D2, // à D1, passant par l’origine coupe l’axe « b » en un point β=1,4. C’est la valeur du paramètre de forme

La droite D1 coupe l’axe des temps à t=η=770 heures. C’est le paramètre de la loi de Weibüll

Equations de la loi :

R t

( ) =

e

 

t

770

 

0,4

de la loi : R t ( ) = e    t 770 
de la loi : R t ( ) = e    t 770 

Détermination de la MTBF :

Les tables annexes donnent les valeurs de A et B pour β=1,4 : A=0,911 et

B=0,660. On en déduit MTBF = A + = 0,911x770 = 700 heures et

= B

= 0,660x770 = 508 heures.

Remarque sur la forme du nuage de points :

Si le nuage de points approxime une droite, la détermination de γ est

instantanée puisque γ=0.

Dans le cas où ce n’est pas une droite mais une courbe (concave ou

convexe) qui est approximée, il existe des méthodes de redressement de la

courbe pour obtenir une droite et donc γ. Dans ce cas, l’utilisation de

logiciels spécialisés est conseillée.

3. METHODES D’APPROXIMATION DES VALEURS DE LA FONCTION DE

REPARTITION

On dispose pour nos études de fiabilité d’un certain nombre de données

expérimentales ou réelles sur les TBF ; TBF dont on veut étudier la fonction de

répartition.

Ces données représentent un échantillon « n » de la population que l’on veut

appréhender. Elles doivent être classées par ordre croissant de durée (en

heures, jours, etc), suivant l’unité la plus adaptée.

L’estimation de la fonction de densité pour une durée ti est donnée par :

f

(

ti

) =

i

n + 1

Or, ce n’est pas la fonction de densité qui nous intéresse mais la fonction de

répartition F(ti). Cette fonction de répartition peut être estimée selon plusieurs

méthodes dont 2 sont particulièrement applicables pour les lois de fiabilité

(exponentielle et Weibüll) : ce sont les méthodes des rangs médians et des

rangs moyens. Le choix entre l’une ou l’autre des méthodes est fonction de la

taille « n » de l’échantillon.

Si n 20 , on utilise la méthode des rangs médians et

(

F ti

) =

i

0,3

n + 0,4

20 , on utilise la méthode des rangs médians et ( F ti ) = i
20 , on utilise la méthode des rangs médians et ( F ti ) = i

Si n > 20 , on utilise la méthode des rangs moyens et

(

F ti

) =

i

n + 1

Des tables donnent les valeurs de F(ti) directement en fonction de la taille n de l’échantillon.

Ex : table des rangs médians :

ordre

 

TAILLE DE L'ECHANTILLON

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

1

50,0

29,2

20,6

15,9

13,0

10,9

9,5

8,3

7,4

6,7

6,1

5,6

5,2

4,9

4,5

4,3

4,0

3,8

3,6

3,4

2

 

70,8

50,0

38,6

31,5

26,6

23,0

20,2

18,1

16,3

14,9

13,7

12,7

11,8

11,0

10,4

9,8

9,2

8,8

8,3

3

   

79,4

61,4

50,0

42,2

36,5

32,1

28,7

26,0

23,7

21,8

20,1

18,8

17,5

16,5

15,5

14,7

13,9

13,2

4

     

84,1

68,5

57,8

50,0

44,0

39,4

35,6

32,5

29,8

27,6

25,7

24,0

22,6

21,3

20,1

19,1

18,1

5

       

87,0

73,4

63,5

56,0

50,0

45,2

41,2

37,9

35,1

32,6

30,5

28,7

27,0

25,5

24,2

23,0

6

         

89,1

77,0

67,9

60,6

54,8

50,0

46,0

42,5

39,6

37,0

34,8

32,8

31,0

29,4

27,9

7

           

90,5

79,8

71,3

64,4

58,8

54,0

50,0

46,5

43,5

40,9

38,5

36,4

34,5

32,8

8

             

91,7

81,9

74,0

67,5

62,1

57,5

53,5

50,0

47,0

44,3

41,8

39,7

37,7

9

               

92,6

83,7

76,3

70,2

64,9

60,4

56,5

53,0

50,0

47,3

44,8

42,6

10

                 

93,3

85,1

78,2

72,4

67,4

63,0

59,1

55,7

52,7

50,0

47,5

11

                   

93,9

86,3

79,9

74,3

69,5

65,2

61,5

58,2

55,2

52,5

12

                     

94,4

87,3

81,3

76,0

71,3

67,2

63,6

60,3

57,4

13

                       

94,8

88,2

82,5

77,4

73,0

69,0

65,5

62,3

14

                         

95,1

89,0

83,5

78,7

74,5

70,6

67,2

15

                           

95,5

89,6

84,5

79,9

75,8

72,1

16

                             

95,7

90,2

85,3

80,9

77,0

17

                               

96,0

90,8

86,1

81,9

18

                                 

96,2

91,2

86,8

19

                                   

96,4

91,7

20

                                     

96,6

                    96,6 Professeur : ZINSALO Joël M.
                    96,6 Professeur : ZINSALO Joël M.