Vous êtes sur la page 1sur 123
TABLE DES MATIERES PREMIERE PARIIE : LA THEORIE DE LA KABBALE {La Katbake hums ea tant que Kable Letangage Unnerse (Le Mat Magiquo Kabaliigu le Teragramanaton Ville Tass 1X Les Farmles Magik X Thre da Myst Kabhalti XI Lagi Ratbaate DEUXIEME PARTE I: Premire approche Premiere Bape Devine Baye Troisitme Ege! Aqua Vie Kabbabstice Quine Eupe: Katbaliter Elemestrua Canguitme Bape Les Dis les dea Kabbale idme Cups’ LeTéragarmaton Yo eV is ACs Kataisgue Quckipolie Sepitme Ete ; Le Mysticime Kabbaliaigue de Aitibet Che Unpotaie 1es Letts Sip I Deusime approche : a Mage des Formule Hun Ege U'Alphabet Kable: a Cl Bp Newvitme tape: Uasage dela Cl Tipcaie Disitme ape Uusage dela Cie Quaeriplare Onzitme Ege Lisage kaolsique d ine Doaciime Ege: Le Rabbalite en tant que Sovverain shia 4 Microceame et da Macro EpILogue MImpronongable Nom de Dieu que les hommes ont perds depuis la rit des temps. Apres une étude sérieuse de ce toisiéme livre, le chercheur aura soudaia 'impression de vivre un miracle compren- dra qu'un immense trésor lui a x confié parla Divine Providence lorsqu'en récompens de ses efforssincbres mais striles, le Vérita- ble Nom de Dieu iui sera, ene autres choses, révélé dela fagon la plus simple qui soit. Cette extraordinaire récompense sera donnée & ‘ous ceur qu soni en quéte dela Veritéet pour quices trois ouvrages, ‘uniques dans la Litéature Occulte, ne tepeésenteront pas simple- ‘ment une lecture intressante mais seront bien & Torigine de YTauthentique impulsion de pratiquer la Magie et la Kabbal. Ott Votavova, bers 10 INTRODUCTION ‘ai inttulé mon troisiéme ouvrage d'Initiation a Science Hermétique « La Clé de la Vérivable Kabbale », ce qui 2 pproprement parier, implique existence d'un ien entre ia Theologie et la Conaaissance du Verbe. Lorsque l'on sengage dans l'étude de Ia Théurgie, l'on doit, dans tous les cas, avoir franchi un cap sur le Chemin de la Magi ; cela signfie que I'on doit maitriser pparfaitement es pratiques décrites dans mon premier livre, « Le (Chemin de la Veritable Initiation Magique », A V instar des deux crits préeédents, ce livre comporte deux partiesdistncies, une part li présentation de Théorie, rice & laquelle je prepare le lecteur 8 pprécier I'étendve de la discipline kabbalstque, et d’autre part les pratiques en elles-mémes, Beaucoup de choses ont 6 éerites sur la Kabbale — partic la plus urdu de a Literature Occulte — mais en ce qui concerme la pratique, peu d'slements peuvent en étretrés. On 2 toujours affirmé (que celui quis'adonne aceite étude doit bien connaftre I" Hébreu sous peine dene pouvoir poursuivre plus avant. En effet, la Kabbale, tlle qu'elle est habitwellement transmnise, apparait dens de nombreux livres comme é:ant d'origine hébraigie et comme devant divalguer {1T'étudiant une philosophie de la vie, exée sur I'exomple des Kab- balistes. Toutefeis, le nombre d'ouvrages faisant aussi Gat de le pratique et du maniement de la Vérituble Kabpale est tas limite Quelgves religieux, de confession isradlite les Rabbins, connaissent ceite Science mais, probablement en raison de leur mode de pensée orthodoxe, ils la gardent strictement confidentelle et ainsi, méme ‘quelques pacelles de pratique demeurent inconnues du public: Les nombreuses descriptions que font les Kabbalistes de ce Savoirn'offrent méme pas une Théorie détalléc 8 I"udiant séricux et elles ne font, a fortiori, aucune allusion & quelque révélation ‘authentique en matigre de pratique. Tout au plus, est liviée une 1) Ad. Pou rapecer ce qu affine Votes htm, mows ass Alenent ‘miu det pares Exe dan les utes Hon on nga rare as wars wos pais: kx premiere tant de dure eles deus aes de Feprésentation philosophique du Microcosme et du Macrocosme. (Cependant, celui qui entrepread cette étude ne tirera pas une quel- ‘congue phitosophie de I vie fondée sur la Kabbale parce que d'une rt ne pourra pas trouver sa voie dans les idées confuses qui lui sont présentées et, autre par. jl demeurera plongé dans es tendbres «a fait des contradictions apparsssant dans ces différents ouvrages. Le présent livre offre ia fois des enseignementsthéoriques et Pratiques, ces demiers Gant plus particulirement étendus ainsi que le souhaite tout étudiant sfrieux, Faire, dane un seul ouvrage, un exposé exhausiif sur ce qui peut étre compris de la Kabbale 'avere €vidernment impossible pour de multiples raisons d’ordre technique. (Cependant, j'ai prislapeine derassembler les peries de cette Science rmerveilleuse en un tr beau collier et en agissant ainsi, j'ai tena ‘compte des Lois de I’Analogie Universelle relatives au Microcosme ati Macrocosme. D’ailleus, sion veut décrite la Kabbale dans sa alobolité il ne peut en éte avtcement, De plus, |‘ fait €1at aussi ‘urement que possible des termes hebreux genéralementusités pré ‘grant employer un vocabulaire accessible 2 tous. En rout éiat de cause, celui qui étudiera ce livre, retirera des idées tout fait now velles et fables sur la pratique de cee Science, Pour se convaincre soi-méme de la ral de cette pratique, on doit absolument bien maitriser le contenu de mes deux précé- dents ouvrages sinon le développement vers la Perfection de soi-méme serait entravé et prendirait beaucoup plus de temps et aucun suec?snes"ensuivrait rapidement. Cepeudaat,e lecteur qui ‘’abordera ce livre que de fagon théorique sera satisfait ear acquer ‘mune connaissance qu'il ne pourra trouver dans aucun autre écrit Philosophique. Toutefos, connaissancen’égale pas Sagesie. Le pre: imiére dépend du degré de développement de intellect alors que ia ‘deuxitme exige un épanouissement das son propre tre des Quatres ‘Qualtés de I'Esprit. En fait, La connaissance est pure philosophie et ne peut en elle-méme faire d'un &ue humain un Mage ou un Kabbs: lise, Un érudit poura discourr sur a Magie, sur le Kebbale, mais i ne sera jamais capable de comprendre véntablement les pouvoirs et facultés que recélent ces Sciences. En quelques mots, je viens done (expliquer au lecteur la ditférence existant entre I’ intelletuel-phi 2 losophe et le Sage et it lui appartient soit de suivre le chemin sisé ‘qu'est’appréhension du Sevoir par le seul meatal ou de progresse le long du Senter srdu menant 8 la Sagesce Meme les peaples primis, a quelque race qu'ls appartinssem ceten quelque liewqu’ils wEcussemt sur notre globe, eurent eur propre religion ; is adhérérent de ce fait 2 une certsine ide de Dieu et par ‘conséquent 2 une sorte de Théologie. Chague Théologie possééait une face exotérique et une autre, sorérique. La premigre état celle {qui état divulguée aux masses, Fautre était réservée aux Initiés et ‘aux Grands Préues. Or, ni la Magic ni la Kabbale ne faisaient partie des enseigrements extuériques. C'est pourquoi, seals des Iniiés fureat des Mages et des Kabbalises au sein de ces pouples. En effet, depuis la nuit des temps, il a été revommandé de garder cette Sagesse strictement confidentell, d'une part pour préservet ls charge de la Puissace opérative, d'aute part pour ne pas perdre autorte sur les masses et enfin pour prévenir tout abus. Cette tradition s'est conservée jusqu’® nes jours et bien que mon ‘ouvrage soit destiné d apporter un savoir exhaustif au lecteur, ce dernier trouvera cette connaissance mals pas la Sagesse. En fait il devra ensuite s'efforcer d'acquérir par lui-méme cette demitre srce B une pratigue sincére et le degré qu'l sera susceptible dat- teindre dépendra également de sa maturité et de son développement personne!, Mon livre ne conduira® la plus pure Sagesce que homme rellement mr, c'est a dire 'nitié. Cel permetra de laisser se ‘creuser le fossé entre I'érudit et le Sage et de ne pas contrevenir ‘ia Loi du Silence malgré le fait que je publi ici les plus hats secrets et les Vérités les plus élevées. A V'intellectuel, la Sagesse demeurera toujours cachée alors qu'elle sera entitrement réxé- ‘ge au seul Initi¢. La Science Kabbalistique, c'est & dite la Théurgie, esters an- ienne et trouve ses origines en Orient. Les Sages de I’ Aube de | Humanité ont lissé les plus importants de leurs secrets transcits cn langage syibotigue — la Langue Méaphorique —, te celui q appara au travers des Higroglyphes d’un ancien peuple: les Egyp- tiens. Ceux-ci pe pouvaient faire éat de leur Sagesse qu'aa moyen B du Langage Métaphorique, c'est dire de fagon symbolique®, Ceite Sagesse demeura done inaccessible aux hommes spiritvellemeat pea volués.en d'autres termes, ceux qui n’avaient pas ateint le degré ‘de maturiténécessaire permettant ensuite d’entreprendke le dévelop- [pement de leur propre re, I'aide d'un Maite, d'un Goarou. C'est Pourquoi aujourd'hui encore, tous les ouvrages initistiques authen- tiques s'accordent pour dire que sans Initiation personnee, cette ‘que de la Sagesse s‘avbre, sinon impossible, du moins tBs dange- reuse. Le véritable Intié devait expliquer grauellement & son disciple le sens de ces éerits symboligues, c'est a dire en quoi ‘consisait le Langage Métaphorique. en tenant compte du degré 4 6volution stein par cet éudiant. Ce dernier se familiarsait petit petit avec le Langage du Maitre t devenait capable de dcouvrir la Sapesce qui y étitcachée ‘est ainsi que jusqu'a nos jours, cet Seience Divine fut tr mise d'individu & individu selon la plus pure Tradition. Toute ‘explication donnée par le Mafire au disciple éait octroyée par inspi- ration et ce que le Maitre souhaitait voir compris devenait done ainsi subiterment 8s clair, Cet Illumination, c'est die eet Initiation, Gait diversement appelée en Orient « Abishéka » ou « Ankhour ». Jamais un Maire ne révélera le véritable secret de la Sagesse & homme peu préparé ov spiritueierent immature mais il ne fait ‘aucun doute que certains Mages et Kabbolistes cachaient deritre Jeurs écrit a plus Grande Sagesse. Toutefoi, comme j'ai précisé, celleci était voilée par le Langage Symbolique et ainsi, si elle tombait pur hasard entre les mainsdune personne au développement cordinaire, demeurait--elle inaccessible et inexplicable. Cependant, iarriva que certaines de ces personnes dl éyolution moyenne voulus- sent expliquer la Sagesse selon leur propre compréhension et il va sans die que cesexplications étaient tres éloignées. d'une interpréta- tion authentique. En effet, les nombreux éerivains qui réussrent & sTemparcr des Gris Inisés par des Initiés orientaus fitent toujours a méme erreur + ils traduisirent le contenu dans le langage de intellect, suivant une interprétation lietérale, N'étant pas astez ma- tures, ca” insufisamment évolués sur le plan spitituel, pour en 2) NAT. Pores nombres ecole es ops defines tomes, des esis en desis 4 ‘extaire la signification exacte et ne comprenant pas Je Langage Symboligue, ils chargérent ainsi la Litérature Occulte de données cerronées. Aujourd"aui encore, personne ne peut imaginer combien de pratiques absurces ont de cette fagon été publiges, ‘Afin que I Initépuisse progresser avec la plvs grande séearité, j'ai trnsformé dans ce livre le Langage Symbolique en langage usu, accessible & T'intellect, rendant ainsi comprehensible ce ‘Chemin de 'Hermétisme Vértable qu'est la Kabbale ou « Mystére «du Verbe » FFran2 Bardon LE SYMBOLISME DE LA TROISIEME LAME DU TAROT ‘image figurant sut 1a poge opposée est la représentation graphique de la Troisitme Lame du Tarot. Le premier cerele (ou cereleentéricur) compote 10 parties sym bolisan les 10 Cis de la Kabhate, Celles-i,en raison des couleurs analogiques, sont identiques aux 10 Sépiroth. Puisque ces 10 Clés eu Sephiroth représentent la Connaissance Ue ensemble de I Univers et de toutes les medalités existence de ce demier, toues les méthodes ou moyens d'appréhender cette Connatssance som places dans le cercle extéreur Le fait que ces CISS se néferent tant au Mierocosme qu'au Ma- erweosme est patent dBs Tors que le cerele suivant, ow deuxigme cerele en allant vers Fintérieur, content les Signes chi Zodiaque Universe, avee leurs couleurs symboligues respective. Le troisitme cercle, en allont vers U'intéreur, contient les pla- nies ainsi que leurs symboles et couleurs respectifs Ces trois cercles enourent un vaste carrésymbolisant les Quatre téments, eprésentés chacun par une couleur Ce ewe identifi le monde matériel Le plus petit camé,situé a I'imtérieur du préosdont, symbolise le Mysiére du Tétragramme, le Yod-Hé-Wau-He ou la Cié Kabbalst ‘que Quadripolaire, — nécessaire la maftrise des Ek&ments — ainsi {que de l'stion respective de ces dernier. Le soleil figurent cu centre de image représente la Divine Provi- dence, ke Principe Aktishique Absolu, Origine ie toute existence. Non seulement I"homme (le Microcosme) mais aussi I'Univers (Ge Macrocoxme) en son entier sont ainsi représeniés graphique- ment. De plus, toutes les Clés sont présentes, notamment la CHé Quadripolsire car c'est cette demigre qui permet la réalisation de routes choses dans la maitre, Tout ce que ja Kable nous enseigne, est dire ce qu’ est T Univers dans sa globalité et toutes ls Analo- ses qu'il entreticnt au sein de lu-méme, apparaitclairemcat dans cette image symbolique résexplicite. Le Kabbalise, ors médi- {era pourra ainsi déduire de la Troisitme Lame du Tarot routes les Analogies existanies. 6 PREMIERE PARTIE THEORIE I-LA KABBALE a Kabhale est la Science des Letres’ la Science du Verbeet du Langage ;elle n'est pas une langue constrite par intel: lect mais — nosez bien — elle est la Science du Langage Universe, ‘Le mot « Kabbale » vient de Hebrew mais d'autres systénes ree ux attribuent A cate Discipline un autre nom. Ais! par exemple tn Inde et au Tibet, la Science du Verte est appelée « Tantra » et ailleurs, on pale de « Formules » 0 Dans cet ouvrage, i's conser Je terme « Kaba », Paler de fagon Kaboalisique revient a former des Mois 8 partir de Lettres abbalistiques ; ces Mts véhiculent selon les Lois de I’ Analogie Cosmigue, un concept. Toutefois, pour user de ce Langage on doit suparavant ‘enratner. En conséquence. Ia Katibale est le Langage Universe par lequel toutes choses dans Univers ont eté créée, elle st incarnation ¢"une ov de plusieurs Idées Divines. En effet, c'est ‘au moyen de ls Kabbule, e°est dire de ce Langage. que Dieu eréa Univers. Saint Jean, Evangelista, se refer auss elle lorsqu'il Gert: « Au commencement 6uit le Verbo et Ie Verbe était Dieu». LApéitre dit done elairement que Dieu fit usage du Verbe afin de _générer de Son Sein tout ce qu existe Seul celui qui est en mesure de eanaliser en Ii-méme Ia Divinité ct de fagon tele qu'il peut, en paant, erger a parti de sa propre pexsonne et en accord avec les Lois Universlles, peut tre consid ‘comme un veritable Kabbaiste, Le praicien de la Kabbele est onc lun Théurge, il est Diew Incamé, eapcble d’appliquer les Lois de Univers comme Dieu le fait au plan macrocosmique De méme que le Mage qui, apts son Initiation et son travail personnel pour atende la Perfection, s'est uni la Divinité inh Fen son étre et peat done auvrer comme Celle-Ci, de meme le Kabbaliste agit avec la seule différence qu'll use du Verbe Divin lorsqu'l exprime son Mental Divinisé afin de eréer. Tout Mage \éritable peut donc devenir un Kabbaiste en aequérant la connais: sance de la Kabbale pratique. Les fondements de cete Science, tls {que divers livres les divulguent, coaviendront certainement au théo- ricien qui veut se faire une idée des princes impliqués mais ils ne suftiront pas 3 la pratique laquelle exe l'application correcte des Pouvoirs du Verbe. “Tout ceci montre qu'un véritable Kabbaliste doit re uni a Diew, tre un individa qui a réalisé Dieu en Iuisméme et qui, en tant que Dieu Incamé, use du Langage Universel ;ainsicrge-il, dBslors qu'il parle ct au moment méme oi ile fait, et quelle que soit La Sphére 0b il souhaiteeréer, cette eration se fera. En Inde, par exemple, celui ui peut opérer de la sorte est appelé « WAG ». Dans le Kundalini ‘Yoga, ce pouvoiret cette capacité relevent du Centre Visudha* Ua Kabbaliste parfait connalt toutes les RRgles relatives au Verbe appli qué dans le Microcosme et le Macrocosme, il connait ce Verte CCréateur de Univers et il sit aussi ce quest I"Harmonie Véritabe, est pourquai un Kabbalisteauthentique ne viola pas les Lois de Harmonie cari représente — dés qu'il parle — la Diviité, Sidone ilagissat encontre de ees Lois, i ne serait pas un Kabbaliste mais tun générateur de chaos. Ainsi, selon |"Hermétisme, un Kabbaliste 08 ‘Theurge est, dans sa vie physique, un représentant sur Terre du Die Infini et rout ce qu'il dt, dans le Langage Origine, en tant que Diew Manifesté, se réaise cars le méme Pouvoir que le Créstear, que Dieu. ‘Afin dacquérir la maturié et Jes sommets de Minitiation en Kabbale, le Théurge doit d'sbord apprende les Lettres tel un enfant 1 doit mairiser parfsitementcellesi pour étre en mesure de former des Mots et des Phrases au moyen de ces Lettres ct de parler ventuellement dans a Langue Cosmique. Cete pratique fait 'objet de la deuxitme Partie de ce livre, ‘Toute personne peuts’adonner’ la Vésitable Kabbale, quece soit len théorie ov en pratique, ec quelles que soient ses croyances 1 REE a Cana Gore, lime a fos ws ronnie tieuses, C'est pourquoi la Science Kabbalistique n'est pes le pe lege de ceux qui professent le Judaisme. Les Isradlitesaffirment que la Kabbate est d’origine juive mais dans Maypect ésotérisme de leur on les Hébreux eux-méme afficment que la Kabbale vient des Anciens Egyptions L’Histoire de la Kabbale ses origines, son d&ve loppement, ex... doivent ire cherchés dans la Liuérarure qu tate ule ce sujet ear beaucoup a Je é€ Gort dans ce domaine. Dans le peésent live, une synthse de cette Science n'est livrée {que dans la mesure od elle implique une pratique car j vite tout le fardeau inutile que constituent ses fondementshistoriques et philo- sophiques. Le mote Kabbile» a souvent éé mal utilisé ct ravalé3 une Mage lige aux nombres, aux horoscopes, aux analogies c6lebres et aux sliverses fins divinatires. Bien que les Nombres aient un lien avec les Lettres ainsi que e lecteur le comprendra en étudiantadeuxiéeme pare, ceci n'est que aspect le plus primaire de la Kabbale qui ne ‘nous intéresse pas ici, La Véritable Kabbale n'est pas une Science de 4a divination permettant dove de lire lavenir, pas plus qu'elle n'est lane sorte d’Astologie failtant interprétation des themes ou bien tum Anagramune isa de certains noms permeitant de prophétiscr. Toutefois, du fait que la véritable Kabbale, lorsqu'elle est cores ‘ement appliqué, révble les Lois de "Univers il est possible de lwouver, en considérant les Analogies Cosmiques, sur quoi se fonde ‘oute Harmonie sur Terre ; dans ceite perception ée I'Harmonie & rétablir r6side done habitueliement la prédiction de 'aveni mais cette seule recherche n'a rien & voir avec cette vértable Science (qv'est le Langage Universe, Le lecteur comprendca, en conséquence, que cette Science esta plus sacrée qui sot en osera jamais ravaler les Lois de 'Univers & ‘an usage divinetoite. Chague systeme religieux a-sa propre Kable ‘nals, en raison des nombreuses réformes qui ont marqué l'ensemble les regions, cete Science se perdi progressivement ; elle ne pré- ‘aut encore qu’en Orient. Les anciens Celtes et les Druides possé- \Jaient également une Kabbale authentique qui était bien conmue de leurs Prétres. Ceux-ei pratiquaient dans leurs ‘Temples la Magie unique, elle-méme issue dela connaissance ancieane qu'ilsavaient B ‘dea Kabbale, Aujourd’hui, suls quelques raresindividus compren- nent a Kabbale Runiquedes anciens Druidesmaisils sont ineapables en faire un usoge pratique car ce Savoir sest completement perdi ‘au cours du temps. Il- LETRE HUMAIN EN TANT QUE KABBALISTE Dans moa premier ouvrage, « Le Chemin de la Véritable Initia. tion Magique », j'ai divisé Vie humain en tis parties — coms Physique, corp: psychique et comps mental — et j'ai également fait tat de" Aimant Quadripolaie. L'étudian sit bien maintenant que ~ ces trois comps Sont unis entre eux par un lien subsil (matrice mentale et matrice astralo-€thérique) : = le comps paysique est maintenu en vie par la nourriture (li- duelle n'est qu’ une densification des Eléments): — ecorps astral ne vit que parla respiration : ~ Iescing sens physiques et psyehiques ont la faculté de eapier grice & la matrice — oa lien — mentale. Le futur Kabbaliste sil veut sinedrement progresser dans cette Seience, doi uts bien savoir cela et 3 cet gard, re en mesure de ‘Faire une repréventation claire de tout ce processus dans sa propre structure, Outre cette connaissance de base, il doit trouver quelle sont Jes connexions qui s’éuablssent dans son étre profond car celles-ci constituent les véritables fondements de I étude kabbelistique. Le fonetiormement et iteraetvité des corps physique. psychi= ‘que et mental se font automatiquement dans chaque étre humain, que ‘ce dernier soit un Intié aux plus grands secrets de T Hermétisme ou non, Pour le Kabbalist, cette connaissance est sa table de moltipli- cation : i] connaft tous les processus prévalant dans la structure humaine et est done eapable de modeler sa vie en accord avec les Lois Universelles. (Ceest cette connaissance qui distingue un Initié de celui qui ne Test pas care premier, ayant appris les Lois, sat mettre en pratique m ces denies et done évacuer de ss tris corps toute dysharmonie. De plus, nite peut en raison de son espet des Lois Coxmigues, se itrune vie en accord avec celles-ci et donc avancersur le Senior rmenantla Perfection. Sachant cola on comprend ds peésent que "intation est queue chose de bs spécifiqu qui offre une vision paticulire de la vie. En effet, Trt considerecete deri avec des yeux qui diffrent compistement de coux des hurnains ordi naires: les divers coups du sort suscepaibles de Fateindre ne le frappent pas si durement et il n'en soufrirs pas énoemément. On comprendma mieux celaen considerant ce qu vient dete exposé ‘us point de vue Kabbalsique ere humain et une manifest tion parfite de I'Univers parce qu'il até fait Image de Dieu. est eréature durang le plus élevesur Teme et tout ce qu existe dans Univers se reuouve, sur une plus petite éctetle, en ii, Selon "'Hermetisme, homme représente Univers en miniature, «est & dire le Mirovosme alors que I'Unives este Macracosme Le Kabbalsteauthentique qui veut fare un travail pratique en sccotd avec les Lois Cosmiques, qui veut donc prendre une part ctive au Grand vrei, de toute fagon, avoir ensepeis un ‘éveloppement en Mage et cultivé des ides qui soient en harmonic vec ces Lois. Celi qui ne se contente que de la simple théore, avalra cet enseignement et enrichira ea out so itllet mais les trois autres Principes constituan son Esprit ne suivzont pas® Le théericien ne pourra jamais sasirNessence du Sai. sans parler de son ineapacité de realiser magiquement quoi que ce soit. Il peut ts bien devenirun pilosophe dels Kabbale soa menial est satTisan- ment bien développé mas ne sers jamais un Kabbaliste ayant suv un entrafnement en Magic et dnt les paroles émises deviennent ‘Salt. Un théoricien peut deveni un savant mais jamais un Sage et lndférence enue eux deux es rts grande. Le Mage, compte ert se son développement, Elise ss soubats grice au pouvoir de sa ‘olonté mais, en raison du type de lens qui Tunisent& Dev, i ne peut pas faire le méme usage que le Kabbaliste du véritable Mot 5) NOE Le Grand sree Plan Din de V Evolution de tot ceo ave dans Peter 6) NAP Cine ee mental concret ou Kama manaeor gue eres ares Prancipesconttuon | Bsr sntte Tide Super vidual te rae 25 rmagique. Le Mage quinesexerce pasencore hla Kabble pratique put uiliser es pouvoirs qu'il développés en lui et peat, de plus, faire appel a diverses erfatures pour I'sider dens soa travail, alors qu'un Kobbeliste accompli toute chose par son propre Vere, sans recourir Fassstance d'autres es spiituels, des Intelligences, ete. (Crest pourquoi, selon I'Hermétise, le véritable Kabbaliste est le plus haut Iniié qui soit car il agit’en tant que Diew dans le Microcosme. et, en appliquant les Lois de I'Analogie Universelle il Peutceuvees aussi dans le Macrocosme. Telle est done la diférence enire le Mage et le Kabbaliste et en conséquence tout individu qui S'elforce de susre le Chemin de la Perfection voudras‘adonner la pratique de la Kabbale. Un Kabbuliste qui prend part au Grand ‘Travail de Univers est alors habituellement choisi par la Divine Providence pour aecomplir quelques Missions I est donc le repré= Sentant de cette Création mais il reste le fdale serviteur des Lois Cosmiques et plus il s’éeve en Initiation plus il devient humble cnvers fa Divine Providence. I est, en fait, en possession du plus Grand Pouvoir ;toutefoisil ne mettrjamais enceuvre ce demier pour re Ses propres besoins mais seulement pour fare du bien I"Humonité. Le veritable Kabbaliste est le plus haut Initié qui soit t pour qui tiem n'est impossible ; chaque mo: qu'il prononce devient ‘oujours réalité. Enfin, je veux souligner la dfférence existant entre un Initié et tun Saint Pour le Mage authentique, eete explication est inulle car ‘A peut comprenire toute chose gréce & Enseignement dlivré dans ces Cours. Cependant, les lecteur, qui parcourent mes livres pour 1’en saisir que la théorie, doivent savoir qu'un fe humain parfait fait siennes toutes les Lois de 1'Univers, il pend bien eelles-ci en cconsidération tant au plan macrocosmique qu'au plan individvel — plans physique, astral et mental — et il vit en accord avec elles ‘lors que le saint ne s'intéeesse qu’a un seu systéme religieux: ilen applique dans sa vie les dogmes e es régles mais itn progresse pas 4 fazon égale sur tous les plans de son dre, En effet, celui qui ne cherche que la Saimteténéglige son corps physiqueet le plan matériel qu'il considére comme étant « Maya »,une illusion, til ne manifeste en lui-méme, aps 'entrainement adquat, qu'un nombre tes Kimité des Aspects Divins, Ce genre d"individu attint assurément le somn- ‘met quanta Aspect Divin qui futson but, gue ce soit la Miséricorde, laCharité la Douceur,et...maisil ne considére les Lois Universelles aque du point de vue qu'il a développé en lui, étant incapable par ailleurs d'eppréhender ensemble de ces Lois pas plus que de les inerpréter. Selon 'Hermétisme, cotte Voie n'est pas considérée ‘comme parfaite ct cl est appelée « le Senter de la Saimeté », A oppo, un veritable Inti, un Kabbaliste, cherchera i connaitre de fagon identique tous les Aspects Divins et de manifester en lui progressivement ces demiers. Cette Voie est évidemment plus lon- ‘uc ct plus ardue et en général une seule incamation ne suffit pas & {a parcourir toutefois nite ne s‘angoisse pas pouratteindee ce but cen une seule ou plusieurs vies ear le lemps ne compte pas pour lui: ‘ce quilt impore le plusest dre conscient qu'il vance su le Droit Chemin, ‘Toute chose pour miriret devenir parfite ndcessite du temps. Selon Hermétismne, il existe véritablement que deux Voies celle de la Saimteté et celle dela Perfection. La premigre compore autant e systemes d'exervices qu'il existe de religions sur Terre et celui ‘au la coisit doit décider de ne réaliser en lu-méme qu'un seul ou ‘quelques-uns des Aspects Divins, devenant de cete fagon le repr sentant incamé de ce Concept ainsi parachevé en lui; mais, & quel- ‘ques exceptions pres, la Sainteté méme qu'il a acquise devient un ‘obstacle pour son évolution car, eu égard a faible degré de dévelop- ‘pement de I'Humanité ou aux etre humains les moins matures, Ja dévotion de ses disciples de ses adorateurse.. envers sa personne ‘consttue Ientrave Ja poursuite d= sa mission, de son travail et de son évation Je ne m'atarderai pas ici sur tes individus qui, en toute ‘conscience, se parenteux-mémes d'une auréoleafind’ Be respectés, adorés, vénérés.. Malheureusement, i en existe beaucoup dans ce ‘moade. Un véritable Saint se retire dans a solitude alors que I'hypo- ‘ite fait osteaationd un prétenda rayonnement. Toutefois, celui qui poursuit 1a Voie de la Perfection, ne recherchera jamais la solitude idemeurera i od laDivine Providence 'a misetcentinuers dceuvrer son développement personnel sans atirerI'atention date; ne era pas état du degré de maturté gu'll a ateint et au conurare, i ‘essaera mme de masquer celu-ci afin d'échapper la méchaneté a «hommes peu évolugs. Tout ceci nous améne constaer qu'il existe aussi une grande différeace dans le comportement du Saint et celui ‘6c Initié quia ateint la Perfection :e premier voit soa individualité ‘issoute dbs qu'il touche 2 son but alors que tel nest pas le eas de VAdepte. Ce n'est pas I'ledividualté en tant qu'étre distinct d'une personne qui est démantelée mais la possiblité pour eee Individua- Iité de devenir Dieu lncarné.” Ill - LES LOIS DE LANALOGIE UNIVERSELLE Les Lois de1" Analogie Universellereblent un sens profond dans toutes les religions et dans la Science Hermétique; elles jouent done tun rile ts important. Dans I'Univers, tout a éé exéé selon des ‘Normesetc“est pourquoi chaque choses'engréne dans une auireavec étennante précision d'une horloge. L’Hermétisme appelle étude {de lappication pratique de ces Normes « Kabbale » ettouie méthode 4 afférant, toute philosophic religieuse et toute religion qui ne se fondient pes tant soit peu sur les Lois Cosmniques sont altérées et donc imparfaites. Les systémes religieux qui ne reeonsaissent qu'un as- pect de ces Loiset négligent les autres, voire mémes"y opposent, ne peuvent durerindefiniment bien que leur fin puis ne pas survenir avant des centaines ou des millers années. En consequence, seul le-systéme religieux qu tient compte de l'ensemble des Lois Univer- ‘elles perdurera. Toutes les ldées Divines Originelles, — I Harmo- nie, 'Ordte, la Périoicité etc... — sont le reflet de ees Lois. Le lecteur attentif ne manguera pas de noter que dans mon livre, «Le Chemin dela Veritable Initiation Magique »,j'3kdéja divulgué tun systems de développement du corps physique, du psychisme et [NAT «a= ees arts pbx Oa Ele Eeonce Divine la Trade ndirtuiteinmorcte Else pour expraner dss ders Monderlns peraomaait = gu ext enembe vse conte des rot corps denies phsigue atl et meatal concr La deacoe et (ou dt re) sara le premtre Tou ratenent dharmonies a gard elas pererale» (ese ‘ard Sobudansseactyenphe carnation ow enfesedel Tad due ogee er Die «lu mental qui se fonde sur ces Lois, lesqulles représemtent a Dremitre étape sur le Senter dela Perfection. Ainsi qu'il ressort de 2s Lois rigoureuses, la Véritable Initiation n'est ni le priviltge de Secies nile produit d'une fo religieuse. En out, n'est pas besoin ‘de préciser que la compréhension des Vérités fondamentales, c'est dite de ces Lois, exige un équilie mapique dans l'ensemble de Ia structure humaine que constituent les trois corps. Celui qui se cconformne sctement aux Lois, sur ces tos pias, — physique, payehi- (qoe et mental —,quicomprend celles-cilairement.eten une maitise Puri, est ps seulement le maitre de son propre universen miniature ‘mais aus le Maitre de Univers. La pratique intiatiqu, et notamment la connaissance de la Kable, méneat& ce but Dans la deuxitme partie de ce lire, je divulgue la pratique de ta Kabbale selon un systdme strictement fondé sus les Lois Univer ‘elles, Ce sysidme existe depuis des milliers d'années et était dja lensejgné de « bouche a oreille» dans les temps jas; plus tard il fut ‘wansmis par I'Ecole des Prophes ainsi que dans les Temples Initia- liques de divers peuples de toutes races. Connaissant les Lois dA. nalogic, I'initig est en mesure d'accompli, sur chaque plan, tout ce ‘qui rat aceite Légalté et 4 Harmonie de "Univers il peut relier 28 Lois & toute Science et alors, & chaque fois, il marguera un but, Si par exemple. un médecin est également un Hermétiste, il sera saussitdt capable d’aligner son savoir sur cos Lois et trouver, par analog. toute dysharmonie, c'est dire, toute maladie, insi que les jauses et es remédes de cette dernire ren qu'en sachant que cette connaissance lui ofe tant de possibilités dation et que celles sont accessibles "Init iljugerauile de faire le bien non seulement pour son propre bénéfice mais aussi en faveur de THumanité. La méme Cig, lige aux Analogies Universelles, peut donc étre utilisée dans tout domaine et rendre d'aussi bons services & soi-mméme ou & Le mot « chaos », que les gens siment tant employer, n'est que "expression de ignorance. En éalté, Dieu, leTrés Haute Inconce- vable Créstenr, a tout fait avec peécision et en accord avec des Principes Qui sont les Siens, et c'est dans cette Légalité avec tous 1) Naf Tet ais de Ayre, Science médle Tailed Tae det Uveidet bana appreare Ses Aspects que Ion peut us vite Le reconnatre. Dea, en tant que Principe Universel en tant qu’Ete Suptéme. es incomprehensible ‘et inconcevable. Cest seulement & part de quelques-nes de Ses ‘Méthodes, dela Création ell-méme, c'est dire de Sa propre Euvee, aie Ton peut dresser des conchisions, lies analogiquement entre elles pour fire au moins une certaine de dela Grandeur et de la Supremate Divine Les Rabbing, dans « Livre dela Cation » e Sepher YEtzirah, cont essayé de faite une rprésentation de la Kabbale, ces die des [Lois presidant la Création.” Bien que ce live soit rigie jive, cela ne signifie pas que es autres peuple ne soient pas soumis aux Lois Universelles. A Tinstar da Sepher Yetirah, Ia « Bhagavad Gita» nous offre une Histoire dela Création en accord avec les Lois Cosmiques. D’auires documents appartenant 8 des Traditions an- ciznnes, des constrvetions histeriques, des monuments, et... propo sent également une représctation Gite et visulle de ces Lois réselées pal Hermetismne. EnEgypte par exemple, ermés Tris siste connissit dj ce Rect de Ia Création et es Lois impiquées {I eansmit ce Savor dans les Tables qui portent son nom et ont le fordement ex adage :« Tout ce qui eat En Haut est comme ce qu est En-Bat» I présive clarerent que le monde en miniature quest Vette humains & er pa es mémnes Lois qui erent le « Grand “Monde », Univers. innombrables exemples pourraient ere cites sur ces Analogies mas ces quelques préisions sufisent. La plupart des Analogies sont taitées dans la seconde partie de ce livre dans laquelle le Kebbaliste apprendraexactement comment, fn accord aver ces Lois, il peut obtenir une maitrise parfait da Langage Universel appliqué au Microcosme et au Macrocosme et ‘comment meitre en pratique cette connaissance. Dans fe corps hu main, ees Analogies sont évidentes et peuvent done Exe représeniées par des Nombres. En effet, que I'éue humain ait dix doigts et dix omtells et non six ou tos, indique aussi existence d'une analogie aque j'expliquerai de fogon dStilléeuhérieurement. [len est de méme pour d'autres que le lecteur trouvera, par exemple, dans le « Sepher YYetzirah » et sins, s'agisant de pratique, aucune analogie ne sera- 5) War Ta doctrine th Sper Varah cbr eprne de wipatnion. Co live ade re pra Keio meee ape JC 30 trelle négligée mais au contrare prise en compte, Dans ta partie pratique dece livre j expliquerai de fagonexhaustive ce qu'ensejgne F"Hlermétisme quant &T'action des Leites suc les plans mental astral ‘et piysique, Letes qui ne représentent pas seulement des sons mais aussi des Nombres et des Idées, Crest ainsi que I'expert en Kabbale se familiarisera avec les “ifférentes sores de mathématiques et pourra exprimer des Idées par ‘des Nombres et, inversement, des Nombres par des Ides sil pourra, de plus, changer les Lettres en Nombres et ceux-ci en Lettres. Ce faisant il sera en mesure d’amoroer une connaissance de soF-méme ‘et done de Dieu. Il comprend la Perfection des Lois Universelies et réalisera que le bien et le mal, au sens primaire de ces termes, ne ott que des expressions forgées par les religions et qu'en réalite Deux Principes, Positif et Ngai, sont ngcessaires dbs lors que 'Un ‘he peut exister sans l’Autre. 1] tena toujours vers le Bien et ne ‘méprisera pas le Principe Négaif,spprenant, au contraie, comment ‘e maitiser cat rica qui soit inutile n'a éé cr par Diew. IV - LES LETTRES SECRETES Le Mystére du Verbe, ou a pis proprement parter, le Mysiére inhérent& ta Connaissance du Verbe et 3 Musage authentique de ce Dernier, exige la possesion dela plus haute forme d'ntiation ui sit! De rout temps, en effet. celui qui ait appelé« le Matte du \Verbe » toujours ééIInitié du rang le plu eve, le plas Grand des Pretres, le veritable représentant de Died Chague systéme religieux sider le connaissance du Verbe comme celle qui Ewen Sos est notre Univers dans es Tro ‘nndes Phases 4 Blt 2 Sons gonsernent obey one raat et rennurant@ non Unique (21 1 28) Ce omvement Alert RetcarPerpeel mete Keston Dui kaprosion tu and Safe (of fe 2 Tres» eles 22 «Seer» dele Kabel heregae te 22Laes Mejores de rl essa das te he Pha € Exon onde sur pet cor de Wu inte « ene Aer » i St Sea) 12 Son omfae mde (3 de ta Phase dene et de Phase cel) es 9 ares re mice an (ov derefle»de as Phase ven, pur ania. rane Boden ee 28 Ss Lene mai cease ut ot que ds varies aes 3 esta plas ‘que son disciple bien-ame, Jean, avait entepris ete recherche de Verte et done dela Kabbale dont i fit mention 4 slleus dans sor Evangile qu'il di: « Av commencement at le Vere ot le Verte Git Dieu» Aucun ate disciple da Christ n'a asi loin en Intiaton Kabbalistique que Sant Jean « Mare du Verbe», fiat capable de fire de ds grands « miracles » et ans que les niles le péssen, i fut sel parm es ates oi mourat de rmomt naturel, tpt raiser cet par Iuieméme car it uit un Kabaliste, un Midine parfait dv Verbe, Tous les autres dacples suite emayre Touteois,ainsique la Tradition nous Penseigne, beaucoup d'autres Ins fren des « Maitres du Verb», des mit lies années avert Sant ean. Chaque « mot » est consti de plusieurs Leures et chaque LLete, selon I'Hermétisme, exprime une lge et devient ainsi une sorte de pouvoir, une qualité. qui, cependant, peut non seulement {ue représeaté par une seule Lettre mais aussi par le Nombre quiest analogiquement lié A celle-ci. Ainsi, In Lot Universelle est-elle pergue par les Nombres et les Idées le sontelles par les Lettres. Le sens de chacune de celles-ci um lien avee chacun des tis plans rental, astral et physique. Du fait qu'un Kabbaliste peut exprimer le sens d'une Ide par des Leties et qu'il sat aussi tes bien qu'un Nombre présente cette méme Idée, les Lettes ont une signification toute autre pour Jub que celle qu'elles revétent dans le langage incellectuel. En consequence, selon les Lois Universelles, une Lettre 4 une signification kabbalistique, Cette connaissance permet au Kabbaliste d'exprimer une série de peasées au moyen de Leties et done aussi de Nombres en suivant les Analogies correspondantes, est pourquoi un Mot, qui se réfere aux Lois absolues de "Univers etcomposé de Lettres selon les Analogies requises quantaus diverses significations et aux Nombres, est un Verbe Kabbalistique, cst & dire un Mot exprimé en Langue Universelle. En conséquence, pour tre capable de former de tels Mots, on doit connate avec précision les liens unissant les Lettres et les Nombres. ‘Dans la partie pratique de ce livre, on apprendra usage correct de chaque Mot, labore selon les Lois Cosmiques et agissant sur les sguste, Meme en ce qui conceme Jésus, nous trouvon: 2 plans mental, sta et physique ainsi que sur les Quatre Eléments On apprendra aussi faire des Mots et done des Phrases, non seulement de fagon inelectelle, ces dite en ayant recours a ‘mental conctet, mais aussi avec sonéureentier.En conséqucnee seul ‘on Mot, er de la sorte, peut étre pénérteur effets. La prononcia tion corecte des Letres au moyen des sens mentau et prychiques constite le véitablefondement dela pratique du Mysticism Kab- balstique ‘fin de poavoir vraiment créer, le Kabbaliste doit apprendre & parler comme le feait un enfant qui peut seulement balbutier au ébut pus qu apprend a prononcer une & une ls Lettres es Mots. {Les Lets ont un sens variant selon lex plans — mental, astral et physique —et selon es diffeemtes Spheres et Hifrachiesdiveses Jepraticien de la Kabbale doit done apprendre cessignifications pour finalement bien Les maitrisee Dece qui peste, on vera que tho ‘monde que par inte tn comprend la sinifiaion des Ltrs, des Motel de Pines qu'avec son menial coacre, ne sr jamais capable de devenir un veritable Kebbalise. Selon son degné de mauriti pouraseslement pereroireeite Scence avec intl, C'est dire d'un pornt de we philocophique alors qu'un Kabbalse ser capable de comprenire et user Ses, ade etl Nombre inherens chau Let, étude de la Kabbale commence done aves Vaspect secret des Lewes. Lorsque Dieu généra partir de Lui-Méme les idées e:qu'll institua celles-i en Lois Universlles I forma des Lettres et avec ces demidres des Nombres, ensemble éant unis par des Analogies précises et représentant a ttalté de la Création, dans sa forme la plus levée comme dans la plus infime. L'adage exprimé par Hermés “Trismégiste : « ce qui est En-Haut est cornme ce qui est En-Bas » appara tout fait logique lorsqu’ on le considére sclon la Kabbale, En effet, ls Lettres, avec lesquelles Dieu engendza les Idées Origi- pelle, Idges qui Lal plurent, sont elairement expliquées dans « ke Livre de la Création »,« le Sepher Yewirah » 33 Au point supréme de la Création, au-dessusde toutescheses, Div {éées Principales vinrent a Mexistence et,en Kabbale, celles-ci son repréventées par ce que I'on appelie les Dix Sephiroth. Le Nombre ix, par exemple, eprésente Dieu dans Sa Forme la plus élevée ‘comme dans la plas dense. Connaissant les Lois des Analogies, ke Kabbaliste comprendra done ce que je veux die lorsque je précise ‘qu'en felation avec ves Dix Idées, ere humain a dix doigts et dix omtells. Mais, rien qu’ ce stade de connaissance, il entreverra ur certain lien ou une connexion analogique entre les 1dées Divines Originelleset le Sepher Yetzirah. Le fait que chaque Nombre mathe ‘matique connu sur Terre peut étre réduit aux nombres allant de 1 49. (par addition linéaire de chaque chiffre)révele aussi la cohérence prévalant en Kabbale. Dans la Kabbale Hébraique, par exemple, des ‘combinaisons numériques tient connues comme foemant la Gém- trie. Cependant, ene traitera que de ce qui est essentiel la pratique ‘du Mysticisme Kabbalistique,c’est dire, AT usage de Mots katt Histiques. Celui qui est fortement intéessé par des combinaisons rnumériques particulgres pouvant éte extrates des verses de 'An- cien Testament peut, silTesouhsite, se reporter aus livres quien font ea V-LELANGAGE UNIVERSEL CCersins tears mentionnent dans leurs ris le Langage Uni- ‘ersel qu'lsappeleat quelques « la Langue Uranznne ». Ml peut que certaines Letres de ce Langage leur soient connses et ‘comprises mas jusgu’ ce jour nul a pu waiter ee sujet de fagon exhaustive. L’Hermétistesaura,& partir de ce qu a déj éi dit. ce ‘u'impligae Vexpression « Langage Universe» . Langue de Diea ‘ov dela Divine Providence, gricelagucleCelle-Cieratoutce gui exis de Vifioiment grand Vininiment peti, en accord avec les Lois Indestrutibies qui ne sont que I'Expression Elle MEme. Ea conséquence, nous ne powvons comprendre Diew qu’a waversV'en- semble des Lois u'll a Gublies dans1'Univeret nous expritonsces Lois par des Mots qui Le rvélent en tant que Principe Origine! de toute chose, le Seul accesible inllgence humaine. 34 ‘Comprendredone la Kabbale et en fate un usage pratique signifie comprendee le Langage Cosmique au regard des Lois Universelles. ‘Ainsi, ce Langage est-il celui de la Loi, celui du Pouvoir et de | Autoritét ea méme tempscelui da Movement, Jeque est conder- sation, matéralisation et réalisation.'" Seton la Kabbale, paler ce Langage sigaifie former et eréer selon les Lois de I'Univers. Seul Inti, qui comprend et matsise ces Loisdansce qu‘ellesontde plus. solu, peut se servi de ce Langage lorqu’il s'oecupe d'autr ow a stTaire vec des étres appartenant 8 des Spheres subtiles. Toutefois, trier ce Langage, étre done vraiment Créateur. représenter Diew ‘comme étant Sa propre Image, n'est possible qu’h celui qui est ‘capable d’accumulerI'Gacrgie de fagon quadripolaie. Pourquoi en ‘esi ainsi ? Fexpliquera cela en détal dans le paragraphe suivant En conséquence, le Langage Universe n'est pascetui qui permet un Ewes spicituels de stenwetenir les uns avec les anes. Cete communication — quelle que tot Ia Sphere d'apparenance des Unies — se fait par fe mental, au moyen de ce gui est appeké « le Langage Maphorique ». Les pensées changes en images symbo- tues sont communigquees ue ene dune autre de fagon sonore, «ovnme par un éphone.etausi par inition, Ce langage, uiisé yw dos Eres spirtuels mais imparfaits nest qu’un des aspects da Hangage Universe i nest pas, en termes de Magi, ausieficace stan la mesare ob estes utisent pasa quadripolaricé orss ~« font comprendre. Le Langage Uaiversl est done le plus parfait «qv soit carl eee les Lois, i exprime celles en tant que causes wnératices deffes Tl est. en conséquence. le grad « Que cela Wy NEE Le et = Mowwerent >a ee sprain cpa dans Ta Doce hantique sll présente Fespresion de ia Diiate* on eet, leu le Die ivcdoceSssprime Se manfeste, Ele ef por le Mowneen qu conebolnce Teme snore oe coma a Ye, Tren per de Macenent merge nian, chvan seis et Trek Phares d Graton Comapue 1 Reaane gid euwemeta Marre et donne le tna phd eat fome ‘Cesteace oi lel Dy spate ascendant augue suns Enpoundeencvon dans TEspece hifi qi souviendlenvenble folaifde 35 VI-LE MOT MAGICO-KABBALISTIQUE — LE TETRAGRAMMATON — Dans maints écrits magonniques et au sein de Socigtés se ‘rdtes de grands débats ont eu lieu sur la CIE Perdue, le Now perdu de Diew. Les Rituels qui y étaient pratiqués ne sont plus ‘maintenant qu'une imitation, dépourvue de la signification pro fonde lige aux Lois Universelles. Les Rites des temps anciens, ‘qui avaient été élaborés et pratiqués par des Intigs authentiques, sont évideament tout & fait inopérants aujourd’hui puisque ta Ck de leur usage correct 8 été perdue, En effet, le seas de tous les Rituels de chaque Soeisté secréte devaitinévitablement disparat tee puisqu'd toutes les Cérémonies manquait le Mystere de Aimant Quadripolaire.!? En fait, le Mot magique « Yod-é-Vav: HE » est ’Aimant Quodripolaire quia €€ perdu et quia é¢ habtuellement remplacé par le mot « Téragrammaton ». Les plus anciens Mystéres des Francs: Magons et d'autres Confréries Esoti ‘ques, fondées a 'origine et voici longtemps pur de veritable Inés, Avaient la reputation de détenie leur pouvoir et leur autoité de attsation de cette Clé. Cependant, les Intiésréalisérent que les “Mystores iaient, dans bien des cas, profands et que certains méme ‘en abustient ; en conséquence, is reirtrent cette CIé pour ne le cconfier qu’ Fire humain suffisamment mx. C'est sins! que !em- ploi veritable du Mot Yod-HE-Vau-HE se perdit petit petit LLorsque l'on considdre la Création, on voit que Dieu manifesta tout Univers et donc aussi Son propre Bite, au moyen de Ses Lois, "est A dire grace A Aimant Quadripolaire, grdce & Quatre Lettres. La Kabbale Hébraique choisit, pour conerétiser ces Lettres, V'ex- pression Yod-Hé-Vau-Hé dont I'énoncé 4 voix haute était défendue et Gait presque toujours remplacée par « Tétragrammaton » ou « Adonai 12) ras Wado oi pa ao gent ar a Sa Seas 1s Canrer des RorecC1cnceries Lager ogounigiet crest om dice ent 7 par Ll dt 27 Jane 04 I ste © Fano, tar o> (eed see « tata de ls ese Cr >, 36 En conséquence, Esprit ee humain,erg62 image de Dieu, «st aussiquadripolaret posséde, ainsi gue nous Iavonsdj&maintes vs souligné, Quatre Qualits lesquelles sont znlogues au Nom de (Dieu. Le premier Principe actif, lé & Elément Feu, est la Voloaté (Yod) le deuxieme, ie A1 Air, est imetiect (He) le weisibme, ig ‘FE, este senimen: (Van) setts ensemble forent le cuauiéme, Terre et se mariestent pai Conscience (le dernier HE). Le Kabbaliste aura maintenant gagné en clarté quant au processus te ces Lois tilcomprendea que tous les systtmes de développement ‘pirituel proposes par I'Bsovérisme qui ne prennent pas en conside- sation le déroulement graduel de ces quatre Prncipes fondamentaux ‘oonsttuane T'étre humaia, ne peaventétre qualifis d'universels et ‘done imparfaits, quelles que soient, par ailleurs, les méthodes «u's divulguent. On comprendra aussi pourquoi j'ai fat mention, slurs mon premier ouvrage, du Yoo-Hé-Vau-Hé Kabbalisique lors- «Til s'est agi de traiter du développement du comps physique. dit Ppsychisme et du mental ; on aura ainsi a Ferme convietion que le ‘Systéie que je propose, fonde sur les Lois Universeles, est complet La signification symbotique ou talismanique du Mot « Yod-Hé Vau-H6 » n'est qu'une représentation graphique de I'Emanation Divine dans Sa plus Haute Expression ; elle monte, dans la partie atique de cet ouvrage, quel est I'usage du Nom de Dieu, transerit ‘on Quatre Lettres. En effet Aimant Quadipolaire c'est & dire le Yod-H6-Vau-Hé, est la Clé Maitresse, le Verbe le plus Puissant de |i Création, représentant le Nombre de la Manifestation, Je Quatre. Fhe ee Nombre sont émanées les Lois Universellesrégissant toute Science, laquelle a, en conséquence, un Tien dAnalogie avec ce Nombre Le Yod-H6.Vau-HéKabbaistigue,"Aimant Quacripolaie Uni- veryel est sénéralement représenté par un carré. Ans, selon I Her- ‘nstisme, le Carré nous rappell.t-il de fagan symbolique Création, Var ce Nombre, le Quatre, le Carré nous monte les analogies qu'il teotle “Te plus et le moins, les Quatre Eléments eréés, la Sphéve de Jupiter — & laquelle est atribué ce Nombre —, qui symbolise la Suaesse ainsi que les Qustre Points Cardinanx, Parout od des liens wnulogiques peuvent Bere trouvés, le Kabbaliste devra toujours abou- w tir la conclusion, surprenante peut-ire, que le Nombre Quatre peut {tre relié& tout ce qui existe dans "Univers ds Tors que la Manife- ‘zation ea corcernée ‘en’en dirai pas plus surce sujet mais je souligne encore une fois le fait que celui qui achére & mon Enseignemeat et suit les explica tions que je donne doit appliquer la Clé Quadripolaired2s lors qu'il s'agit de Ia Manifestation ou Expression des lois Universelles. Par ailleurs, le Nombre Quatre, en Kabbale, représente indubitablement fe plan matériel; la Science Hermétique, non seulement de forme ‘Oricntale mais aussi Oceidemtale, considére done ce Nombee comme le fondememi de toute chose. C'est ainsi que dans le Kundalini Yoga, ‘le Malighéra Chakra — le Centre le plus dense dans la structure humaine — est symbolise par un Carré ayant I'un de ses angles un ‘léphant lequelrepréscate lanimal le plus grand et le plus puissant {du monde. De fagon voilée cz Nombre indique que le point de depart de tout Yoga de développement personnel est ce Chakra." J'ai traité e ce sujet dans un chapitre de mon premier ouvrage, « Le Chemin de la Véritable Initiation Magique » et je n'en fais mention iei que pour que le Kabbalste se souvienne que toute véitable Sagesse sur cette Terre, que ce scit en Orient ou en Occident, fut toujours — lorsqu’elle était correctement comprise — en parfaite harmonie avec le You-H1é-VausHé, ‘Alinsi la Divine Providence 2--Ble fait usage de Aimant Qua dipolaire, dans son sen le plus levé, pour eréer et ce faisant Elle a _généré es Lois Qui révélent ce qu'Blle-Méme est. Considéré numé- riquement et dans sa quadripolarite, le Yoo-Hé-Vau-Hé est le Mot le plus grand qui puisseétre prononoé : avec ce Verbe Dieu a eréé tous les autres Principes fondamentaux par lesquels tous les autres Mots — aux Nombres multiples — de la Kabbale vinrent a I'exis- fence ; ees Mots engendrent & leur tour des Pricipes Esseatiels et I) MA.Ceepvasede’Aueurne sie pa oe dans prtige ul cece des execcerdeconcontoton viteelisaton vetoed espa loa tree ‘env Oildhia). Av contin ce sont lex Ceres supricar ca sn ods ‘aetna capa or gets diver center ele) oa datvnt re ‘eels «em prior onment cel cra Praisisliment cede loppemen des Cntes sip’ it permet e transfer des fat des Center Infrers (ceu a sre tues cu esus ulpragn et Ceres taper et {genre doe te processus evel armneat de Rundi. 8 ‘onsistent en Nombres qui ont tous un lien avec le Quatre U existe, evidemment des Mots Kabbalistigues fondés sur les Nombtes 5.6, 1, Set 0 représentant ausi des Principes de ! Emanation Divine. Mis & part le Nom Divin en Quatre Lettres, il existe done dautres ‘Mots-Clés ayant 5,6, et 8 Lettres, chacune représentant un Principe fondamental. Dans la Kabbale Hébraique, outre donc le Téragram- ‘maton, il existe des Noms Divins composés chacun de 5, 6,7, et swéme de 12 Leures, laxquelles peuvent cependant &rreréduites un Principe par addition, Ce que 'om appelle le Schem-Ham-Phorash slans la Kabbale Hébraique, c'est dite le Nomde Diew en 72 Leties, squoles peuvent &tre utilisées de différentes fagons, se réduit at "Nombce Neuf par dition de 7 et 2. Le Nombre § entetient un lien nalogique avec Ie Yod-Hé-Vau-Hé, c'est & dire le 4. Ses implica- tons anallogiques sauteront tout de suite zx yeux du Kabbaiste ‘Cependant, le Schem-Ham-Phorash n’est pas d'origine bra: ‘que sl est également mentioané dans les Archives Eayptiennes et Indiennes.!¥ On peut vérifierceci dans le Livre de Toth, ce Livre de a Sagesse de ’Ancienne Egypte, volé par le jeu de cartes appelé rot. C'est aussi ce que nous montre clairement Herma Trismé piste, un des plus anciens Sages et des plus grands Iritiés de cete spoque, dans ses Tables, dites « d’Hermés » et dans « le Livre des Unis A Morigine, le Christinisme respectat les Lois contenues dans la Kabbale et Te symbolisme de cette ‘Analogies diverses relatives aux Lots Universelles.Ainsi le Nombre Quatre, c'est dire le Yod-HEVau-Hé, esl représemté par I ‘Quatre Evangélises, et les Signes du Zodiaque par les Douze Dis ples; ceur-ci symbolisent aussi le Nombre Trois car 3fois4 = 12. De js les 72 Disciples du Christ son: lis au Schern-Ham-Phorash et ‘on unfien seeretavec le Nombre le plus élevé, le Nombre primordial ‘eprésentant la Manifestation Divine,1e9,(7 + 2 = 9). I seraittrop thn de faire état ici de toutes les religions de ta Tene qui ont exisié 1 NEE. Clie oe Farrar, ces reo du Nord de Pade 08 storen es lia (omaaglwoment: «tes Fis de ta tame ta racine ndocrepcete “tain lef lt ante} ben avant afd date, vers 350.00 ans ‘v's posidatetla Consance Heme, oani Expr done lagu ct qui existent toujours, en tentant de décrire toutes les Analogies au’elles entrtiennent avee les Dix Grands Principes Universe. I appattient oncav Kabtulise de faire cete recherche dans la mesure cd cete étde détillée V'intéresse mus je viens de lui offer quelques suggestions importantes qu'il ne devrait pas négliget. VII - LES MANTRAS De nombreux leeteurs seront certainement inéressés de savoir ‘comment une sore de Kabbale crientle est véhiculée par un Mysti- ‘isme mantramique. Méme ceux qui ont étudié quelques systemes de ‘Yoga ne peuvent se faire une ie clsire de ce che sont les Mantras, les Taniras et Ip Kabbale Oriente, Je ne peux, eependant, publier un Traité exhausif sur les Mantras et je dois, en conséquence, me limiter & éclater le lecteur, en soif de connaissance, sur ce qu'est cette Science selon l'Hermetisme, ‘Toutes lescatégoriesde Mantras n‘ontrien§ voiravec le Langage Universel qui est enseigné ii. En effet, es Mantras sont des phrases, ‘contenant une ide ou plusieurs idées ; c'est ce qu'on appelle les « formules mantrarmiques » lesquelles permettent &’émaner le Pou- voirou les Facultés de I'Aspect Divin invogué. Nous peuvons done considécer tous les Mantras comme des pritres et en faire usage en tant qu’aide & la méditation, Les Mantras ne sont pas des formules imagiques et ne mettent done pas en eeuvre le pouvoir que la Magie serait susceptible d’appeler ils expriment des idées dévotionnelies liées elle oa telle force, ou Entite, Puissance ou Quaité...En Orient toute personne utilisant des Mantrams est appelé « Mantra-Yogi », quelle que soit la Voie qu'il a choise, que ce soit le Hatha-Yoga, le Rajo-Yoga ou tout autre systéme yoguique. Le Mantr-Yoga est usage de pridres dévotionnelles envers des Déités et des Aspects ‘que Ceilesci revétent, Non seulement la philosophic hindouiste ‘enseigne les Maniras mais autres religions font de méme. Dans le CChristianisme, par exemple, Jes Mantras sont les Litanies, Toutefois Tes Manirasne sont pas uniquement destinés dexprimer la dévation; ils eréent, an moyen de pou de mots, un lien profond avec la Divinité invoquée ouavecl’ Aspect Divin concerné. Ce qu'un individ vere 40 Ie ce procédé dépend de son propre développement mental ct inychique et de ee que lui permet son Karma. ILen est de méme pour Mitig qui vénére Brahama, Vishnoa, Bouddha, Adi-Bouddha, te ‘Chiist Allah, ete. ea les noms ne jouent aucun rble. Cependant, i «sl important qu'il reconnaisse quels sont les Principes fondamen- taux que représente le Divinité choisie qu'il adore, et ce, dans Ses ‘ceaetGristques universelles, quelle que soit la forme de manifesta- ion adoptée Les Mantras sont dove sinsi adaptés au sentiment teligieux de chaque personne. Cependant, la Science Hermétique ‘ecommande de ne pas utiliser des Mantras li & des religions que Fon ne connait pas car si d’aventure ceux-ci correspondent & une Disinté étrangére ou hostile, cette pratique s’avérerait inutile. Eu toypden est généralement stir par tout ce qui est inconnu. exotigue, ‘incomprehensible et d'un abord difficile ; ainsi se jete-til dans le Mantra Yoga et vénére-til par ce procédé une Déivé gui ne lui convient pas. Sen comportement és influeneé par ls affirmations ‘contenues dans bon nombres de livres traitant de ce sujet et promet- tan 8 cela qu les pratique acquisition de dons et de toutes sortes she grdees. Si un Cheétion décide d'utiliser des Mantras lis 41° Hindouisme rials qu'il n'a pas en méme temps I'atitade religieuse inérieure snécessaitel'appel de ls Divinité concemée parle Manta, il obtien= sina pew ov pas de résultats. Cependant, un Chrétien, il est un ‘Mystique ets une foi profonde, sera capable de former ses propres ‘Mantras; ceux-ci véhiculeroat la Fores la Qualité, et les Caracéris- les de 1a Divinté vénéré ; peu impore alors qu'il récite son Mantra en une langue orientale ou dans sa langue maternelle, Dans Je Mysticisme mantrigueI'essemiel est quel’ Aspect Divin adoré soit cexprimé enune seule phrase. Toutefois sun Occultiste trouve qu'une 1bSitgorientale lui correspond parfaitement et que son propre systéme teligieux a’apprehende pas cet Aspect Divin, il est alors libre de veneer ce demier tel que Orient Le définit. Ceci peat d'alleurs wliquer qu'il a véeu, lors de précédentes incamations, dans le ‘vontexte religieux qu’a présent il recherche. S'ille soubsite. le Mage suthertique peut, du fait qu'il est clairvoyant, jeter un regard sur son pssé et s'ascurer du bien fondé de cen indication. 4 existe deux types de Manas, ceux quis‘atachea ka Duslité ‘et ceux qui ont trait 31'Unité; tous deux éépendent du développe. ‘meat mental de I'ulisaeur et du but poursuiv. Les Mantras les 2 | Dualité aménent Iutlisateur& adorer une Divinité Qui est hors de sa propre personne alors que ley Mantras tendant 2 1'Unité lui permettent de sunir en luirméme avec Ia Divinté ou le Principe YénGré sil LTadore non pas en tant qu’ Existence hors de sa personne ‘mais inhérence ason étre de sorte qu'il le sentiment’ tre hi-méme tune patie de eet Aspect Divin, es Mantras fondés sur la Dualité, peuvent aussi se référer & Unité en permettant de personnifir la Dété vénéxée soit dans @ure méme de Padorateur soit hors de lui. Ces Mantras sont appelés en Inde Saguna Mantras. Par ailleurs, des Mantras exprimant des 1dges Abstrates, des Principes Universes auxquels I'adorateursidentifie, sont appelés Nirguna Mantras. Le chercheur est dabord init & La pratique des Saguna Mantras avant d'éure en mesure de former des idées abstrates et d'uliseecellesci sous une forme mantramigue, est hire an sens nirgunique. Des récits, quvils viennent d'Inde ou de toute autre partie de Orient, précisent qu'on ne devrait pas s'adonner au Mantra-Yoga sion n'a pas auparavant trouvé un Maitre (an Gourou) expert dans cette discipline er seul pare! individu est capable de wansmenre un Mantra qui soit adapié au degré de développement de chaque disci ple. Le Gourox expliquera également rout ce quia wait ce Mantra, ‘quels sont es pouvoirs contenus dans le mot et il lui névélera les analogies d'ordke pratique existant entre ce Mantra et la Divinité ‘concernée, Lorsqu’il aura regu ees explications de #on Gourou, Le ‘disciple comprendra soudain la signification profonde de ce Mantra til apprendra A conmaite la Divinité qu'il adore. Cete Ilumination ‘ou Initiation Au Mantzaest appelé Abisheks au Mantra-Yoga clon Ja terminologie indienne. En recevant ainsi |"Abisbeka, c'est dire ‘enapprenant les diverses corespondances lges la Dé, ledisciple ‘devient immédistement capable de contacter Celle-C selon le pro- ‘6d mantramique révélé, que ce derier soit sagunique ou nirguni- ‘que. Ceci e signifie pas que le chercheur suffisamment mor soit incapable de trayailler avec ce méme Mantra s'il n'a pas regu l'aide d'un Geurou ; il mena seulement plus de temps & comprendre les 2 ‘appors universels existant entre le Manira et la Dété mais avec de lc pratique il réussra, Dans Je livres tratant de Mantras, lest fit mention de Gourou Maniras. Ce mot, Gourou-Mantras, «une double signification = 1") C’est un Mantra gui est expliqué & un disciple par un Gourou et transmis par Abisheka. Diverses somtes de Mantras ‘sont concernés; is tendent tous a un certain but = 2) Liexpression « Gourou-Mantras » peut indiquer un type dde Mantra que le Gourou lui-méme a utilisé une fois dans un butdonné et qu'il chargé de Pouvoir par un usage répété sur de longues années. Il n'y a pas de doute qu'un tel Mantra, lorsqu'l est confié & un disciple, a une action aussi pulssante ‘que s'il était prononcé parle Maitre. Ce genre de Mantra sera, A [évideace, seulement transmis de Gourou & disciple, de fagon orale, c'est & dire « de bouche 2 orille » et il ne sera jamais r6vélé A quiconque daure Faire une description exhaustive de chaque Mantra, que celui-ct soit sagunique,nirgunique, d'origine hindoue, Louddhiste ou orin- tale, expliquer les applications pratiques, les buts qu'il concrétise, lc. Be FeIEVe pas du propes de cet ouvrage et toute personne inéressée par ce sujet trouver les renseignements voulus dans la Finratuce orientale taitant du Mania Yoga et traduite dans diffe rones langues. Plasigurs Mantras doivent tre récités alors que ong adopié une position parculiére, — ce que l'on applle les asanas — ils doivent Sire Snoneés voix haute 04 dans un murmure ou bien mentalement ; tis ae visent qu’a imprégner Je mental du récitant de V'idée qu’ils ‘expriment et non 2 Te libérer de quoi que ee soit. De nombreux ‘ouvrages recommandert de prononcer le Mantraa Yoix haute lorsque Von veut se débarrasser des influences néfasies afin de mieux s= ‘oneentrer sur I'ldée vébiculde par ee Mot. Les Mantras qui sont ‘murmurés a plusieurs reprises ont, a T'évidenee, un pouvoir plus ‘rand que ceux gui sont énoneés 3 voix haute. Cependant,Iefficacité ‘maximale est tteinte par la répétition mentale ‘Afin de surviller le nombre de réctations dun Mantra on peut un rosaize fait de grains ou de neds ; & chaque énoncé oa 8