612 RENCONTRES SUR LES

RESEAUX SOCIAUX

Par Alban Jarry & Collectif
Couverture Jean-Denis Garo et Vincent Perquira

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 1

Livre Blanc publié avec le soutien de :
Associations et écoles

Médias, journaux et blogs :

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 2

Sponsors du Livre Blanc et du Blog :
GOLD SPONSOR DU BLOG albanjarry.wordpress.com

SPONSORS DU BLOG albanjarry.wordpress.com

Publication : septembre 2016
ISBN : 978-2-9550378-6-7 EAN : 9782955037867
© 2016 albanjarry.wordpress.com - Tous droits réservés

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 3

Sommaire

1

INTRODUCTION ................................................................................................................................. 9
1.1

PREFACE ...........................................................................................................................................9

1.2

612 RENCONTRES .............................................................................................................................10

1.3

AVERTISSEMENT A PROPOS DE CE LIVRE BLANC ........................................................................................12

1.4

OBJECTIFS DE CE LIVRE BLANC ..............................................................................................................12

1.5

À PROPOS DE CE LIVRE BLANC ..............................................................................................................13

1.6

COPYRIGHT ......................................................................................................................................13

2

QUELQUES CHIFFRES CLES A RETENIR .............................................................................................. 14

3

ETUDE SUR LES RESEAUX SOCIAUX .................................................................................................. 15
3.1

QUESTIONS GENERALES SUR LES REPONDANTS ........................................................................................15

3.1.1

Question 1 : Secteurs professionnels des répondants ? ............................................... 15

3.1.2

Question 2 : Localisation des répondants ..................................................................... 17

3.1.3

Question 3 : Participants par tranches d'âges ............................................................... 18

3.2

3.2.1

QUESTIONS SUR L’UTILISATION DES RESEAUX SOCIAUX ..............................................................................19

Question 4 : Périodicité de connexion aux réseaux sociaux ......................................... 19

3.2.2
Question 5 : Professionnellement, sur les réseaux et médias sociaux, vous vous
qualifiez 21
3.2.3

Question 6 : Utilisation professionnelle de LinkedIn .................................................... 22

3.2.4

Question 7 : Utilisation professionnelle de Twitter ...................................................... 23

3.2.5

Question 8 : Utilisation professionnelle de Facebook................................................... 24

3.2.6

Question 9 : Utilisation professionnelle de Viadeo ....................................................... 25

3.2.7

Question 10 : Utilisation professionnelle de Youtube .................................................. 26

3.2.8
Zoom sur l'utilisation professionnelle des réseaux sociaux (par périodicité d'utilisation
et par réseau) ................................................................................................................................ 27
3.2.9
Question 11 : Avez vous fait connaissance avec d'autres experts de votre métier grâce
aux réseaux sociaux ? .................................................................................................................... 29
3.2.10 Question 12 : Pensez-vous que les réseaux sociaux sont indispensables pour étendre
son réseau professionnel ? ............................................................................................................ 30
3.2.11

Zoom sur l'impact des réseaux sociaux sur le réseau "réel" des répondants ............... 31

3.2.12 Question 13 : Seriez vous d'accord pour que votre entreprise intègre vos profils sur les
réseaux sociaux dans son réseau social interne ? ......................................................................... 32
3.2.13 Question 14 : Seriez vous d'accord pour que votre entreprise intègre les messages et
actualités que vous publiez sur les réseaux sociaux dans son réseau social interne ? ................. 33

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 4

3.2.14 Zoom sur l'acceptation d'une intégration des données des réseaux sociaux dans
l'entreprise .................................................................................................................................... 34
3.3

ETUDE SUR LINKEDIN .........................................................................................................................35

3.3.1

Question 15 : Quel type de profil LinkedIn avez-vous ? ................................................ 35

3.3.2

Question 16 : Combien avez vous de contacts sur LinkedIn ? ...................................... 36

3.3.3

Question 17 : Dans Linkedin, acceptez vous comme contacts : .................................... 37

3.3.4

Question 18 : Dans LinkedIn, payez vous pour avoir la version premium ? ................. 38

3.3.5
Question 19 : Dans LinkedIn, seriez vous d'accord pour que votre entreprise intègre
votre carnet d'adresse dans son système d'information ? ........................................................... 39
3.3.6
Question 20 : Dans LinkedIn, avez vous fait connaissance avec d'autres experts de
votre métier ? ................................................................................................................................ 40
3.3.7
Question 21 : Dans LinkedIn, invitez vous des personnes que vous ne connaissez pas
personnellement ? ........................................................................................................................ 41
3.3.8
Question 22 : Dans LinkedIn, osez vous inviter des personnes qui ont des
responsabilités professionnelles supérieures aux vôtres ? ........................................................... 42
3.3.9

Zoom sur le type de relations établies via LinkedIn ...................................................... 43

3.3.10 Question 23 : Dans LinkedIn, avant une réunion avec d'autres professionnels que vous
ne connaissez pas, vous arrive-t-il de consulter leurs profils ? ..................................................... 44
3.3.11

Question 24 : Dans LinkedIn, participez vous à des discussions dans les groupes ? .... 45

3.3.12

Question 25 : Dans LinkedIn, publiez vous dans le fil d'actualités ? ............................. 46

3.3.13

Question 26 : Dans LinkedIn, consultez vous les pages entreprises ? .......................... 47

3.3.14

Question 27 : Dans LinkedIn, vous arrive-t-il de consulter les annonces d'emploi ? .... 48

3.3.15

Question 28 : Dans LinkedIn, vous arrive-t-il de postuler à des annonces d'emplois ? 49

3.3.16

Question 29 : Dans LinkedIn, regardez vous la page "qui a consulté votre profil" ? .... 50

3.3.17

Question 30 : Dans LinkedIn, publiez vous sur Pulse ?.................................................. 51

3.3.18

Zoom sur l'utilisation des fonctionnalités dans LinkedIn .............................................. 52

3.4

ETUDE SUR TWITTER..........................................................................................................................53

3.4.1

Question 31 : Sur Twitter, publiez vous du contenu ..................................................... 53

3.4.2

Question 32 : Professionnellement, jugez vous Twitter ............................................... 54

3.4.3

Question 33 : Pensez vous que Twitter est le "fil AFP" de ceux qui l'utilisent .............. 55

3.4.4

Question 34 : Sur Twitter, combien avez vous d'abonnés (followers) ? ....................... 56

3.4.5
Question 35 : Sur Twitter, généralement, vous abonnez vous aux comptes des
personnes qui s'abonnent à vous ? ............................................................................................... 57
3.4.6
Question 36 : Sur Twitter, consultez vous les tweets d'entreprises pour vous informer
sur leurs actualités ? ...................................................................................................................... 58
3.4.7

Question 37 : En complément de Twitter, utilisez vous Periscope ? ............................ 59

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 5

3.5

3.5.1

Question 38 : Sur Facebook, publiez vous du contenu ................................................. 60

3.5.2

Question 39 : Professionnellement, jugez vous Facebook ............................................ 61

3.5.3

Question 40 : Sur Slideshare, publiez vous du contenu ................................................ 62

3.5.4

Question 41 : Professionnellement, jugez vous Slideshare........................................... 63

3.5.5

Question 42 : Avez vous un BLOG, un site professionnel ou de type SCOOP.IT ? ........ 64

3.6

4

ETUDE SUR LES AUTRES RESEAUX SOCIAUX..............................................................................................60

ETUDE SUR LES SITES DE PUBLICATIONS DE TRIBUNES D’EXPERTS .................................................................65

3.6.1

Question 43 : Lisez vous des sites qui mettent en lignes des tribunes d'experts ? ...... 65

3.6.2

Question 44 : Médias qui publient des chroniques d'experts lus régulièrement ......... 66

REFLEXIONS AUTOUR DES RESEAUX SOCIAUX ET DU NUMERIQUE .................................................. 67
4.1

RESEAUX SOCIAUX .............................................................................................................................67

4.1.1

Pourquoi les réseaux sociaux sont une mine de savoirs et de talents .......................... 67

4.1.2

Une pièce secrète dans Twitter ? Décryptage d'un monde parallèle ... ....................... 69

4.1.3

Comment LinkedIn a écrasé la concurrence ................................................................. 71

4.1.4

Comment communiquer efficacement sur les réseaux sociaux ................................... 74

4.1.5

Le nouveau monde des Réseaux Sociaux ...................................................................... 76

4.1.6

Un réseau en toile d’araignée ....................................................................................... 77

4.1.7

Les mystères de Twitter ................................................................................................ 80

4.1.8

Les réseaux sociaux sont un brise-glace du networking ............................................... 81

4.1.9

Le Petit Prince nous éclaire sur les réseaux sociaux...................................................... 83

4.1.10

Gérer son réseau dans Linkedin .................................................................................... 86

4.1.11

Twitter, un effet de loupe sur l’information ................................................................. 87

4.2

COMMUNICATION, MARKETING ET INFLUENCE ........................................................................................89

4.2.1

Comment innover dans sa communication professionnelle ......................................... 89

4.2.2

Communication de marque : quand le hors cadre donne un temps d'avance x .......... 91

4.2.3

Changer le paradigme de la communication politique ................................................. 93

4.2.4

Soyez influent IRL .......................................................................................................... 96

4.2.5

Le pouvoir face à la communication décentralisée ....................................................... 97

4.2.6

Viser le ricochet en communication ............................................................................ 100

4.2.7

Influence : pourquoi certains en ont, et d’autres non ................................................ 103

4.2.8

La présidentielle 2017 se jouera-t-elle sur les réseaux sociaux ? ............................... 106

4.2.9

Les tendances marketing à venir ................................................................................. 109

4.3

INNOVATION ET NUMERIQUE .............................................................................................................111

4.3.1

Innovation et réglementation sont 2 moteurs de la transformation agile ................. 111

4.3.2

Faut-il transformer sa start-up en licorne ? ................................................................ 114

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 6

4.3.3

Une licorne pour ubériser l’assurance française ? ...................................................... 116

4.3.4

L’humain dans le numérique et le big data ................................................................. 117

4.3.5

Les réseaux sociaux au service de l’entrepreneuriat.................................................. 119

4.3.6

Quels conseils donneriez-vous aux porteurs de projets innovants maintenant ? ...... 120

4.3.7

Voyage autour de l’#art, du #digital et de l’#assurance .............................................. 122

4.3.8

L’ère des alchimistes du numérique............................................................................ 123

4.3.9

Comme E.T. l’humanité se digitalise dans l’univers numérique ................................. 125

4.4

4.4.1
4.5

Le manager numérique 3.0 est-il bionique ?............................................................... 128
EMPLOI ET RECRUTEMENT ................................................................................................................130

4.5.1

Le mémoire de fin d’études, une porte vers l’ #emploi .............................................. 130

4.5.2

Inventons ensemble le don de RT pour l’emploi avec #i4Emploi ............................... 133

4.5.3

De nid en nid l’oiseau bleu facilite le voyage pour trouver un emploi ....................... 135

4.5.4

Rien n’a changé mais tout a évolué en matière de recrutement................................ 137

4.5.5

Le numérique, bête noire du chômage ? .................................................................... 139

4.5.6

Le chômage est hors cadre .......................................................................................... 142

4.5.7

Le numérique est une vitrine pour un candidat .......................................................... 145

4.6

5

MANAGEMENT ...............................................................................................................................128

ECONOMIE ....................................................................................................................................148

4.6.1

Brexit : qui sera le champion de la nouvelle Europe ? ................................................ 148

4.6.2

Après le Brexit, la grande braderie du Royaume-Uni .................................................. 151

INTERVIEWS AUTOUR DES RESEAUX SOCIAUX............................................................................... 153
5.1

RESEAUX SOCIAUX ...........................................................................................................................153

5.1.1

L’homme pressé sur les réseaux sociaux..................................................................... 153

5.1.2

Une anomalie quantique ? .......................................................................................... 162

5.1.3

Les réseaux sociaux sont-ils au cœur de la relation humaine? ................................... 165

5.1.4

Twitter est une vitrine professionnelle ....................................................................... 168

5.1.5

Sur les réseaux sociaux, je suis mon propre cobaye ................................................... 170

5.1.6

Au coeur des réseaux .................................................................................................. 173

5.1.7

Le rôle des réseaux sociaux dans les relations entre les personnes ........................... 177

5.2

5.2.1
5.3

5.3.1
5.4

5.4.1

COMMUNICATION, MARKETING ET INFLUENCE ......................................................................................180

Pourquoi et comment développer sa visibilité?.......................................................... 180
INNOVATION ET NUMERIQUE .............................................................................................................182

Assurance et banque : la révolution numérique est en cours .................................... 182
EMPLOI ET RECRUTEMENT ................................................................................................................184

#i4emploi : quand les Twittos s’engagent pour l’emploi ............................................ 184

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 7

5.4.2

Mode d’emploi pour utiliser au mieux le hashtag #i4emploi ..................................... 186

5.4.3

Se rendre visible sur Twitter avec #i4emploi .............................................................. 189

6

SOUTIENS DU LIVRE BLANC............................................................................................................ 194

7

AUTEUR DU LIVRE BLANC .............................................................................................................. 198

8

SPONSORS ..................................................................................................................................... 199

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 8

1 Introduction
1.1 Préface

Twitter et LinkedIn confirment leurs leaderships sur les
réseaux sociaux professionnels
Twitter et LinkedIn se retrouvent une nouvelle fois plébiscités par les 612 répondants de cette étude
comme étant les principaux réseaux sociaux du monde professionnel. Facebook, Youtube ou Viadéo
sont très loin derrière dans l’utilisation quotidienne et les résultats montrent que les utilisateurs sont
pragmatiques et privilégient les réseaux les plus efficaces par rapport à leurs besoins. La surprise des
résultats vient de Twitter qui devance LinkedIn dans l’utilisation quotidienne. En effet, 66% des
répondants déclarent se connecter tous les jours à la plateforme de l’oiseau bleu. Cette position
s’explique certainement par le fait que Twitter est devenu le média des médias et permet un accès
en temps réel à l’actualité. Par contre, dans l’utilisation hebdomadaire, LinkedIn précède Twitter
(86% contre 78%). Les deux atteignent des scores astronomiques d’utilisation dans la population
répondante et survolent la concurrence.
Le questionnaire de réponse à cette étude a été diffusé volontairement sur les réseaux sociaux afin
de privilégier des utilisateurs réguliers et multi secteurs. L’objectif a été atteint car les profils des
répondants sont diversifiés et 95% se connectent quotidiennement sur au moins une des
plateformes !
Au travers du questionnaire proposé de 44 questions, l’objectif était tout d’abord d’obtenir une
analyse transverse et comparative des différents réseaux sociaux utilisés professionnellement, puis
de faire ressortir l’utilisation des principales fonctionnalités de LinkedIn et de Twitter, et enfin
d’analyser l’utilisation des autres réseaux.
Régulièrement au fil du document, des zooms font des analyses particulières des réseaux afin
d’agréger dans des tableaux l’utilisation de certaines fonctionnalités. Un zoom particulier est fait sur
l’interaction des utilisateurs avec les entreprises pour lesquelles ils travaillent.
A la fin du questionnaire, il a été proposé aux participants de réaliser des textes sur leurs visions des
réseaux sociaux. Ils sont reproduits dans la première partie du livre blanc.
Je remercie particulièrement les 612 répondants qui montrent une fois de plus leur intérêt pour ce
type d’étude et plus particulièrement Jean Denis Garo et Vincent Perquia de m’avoir aidé pour

la réalisation de la couverture.
Alban Jarry

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 9

1.2 612 rencontres
Je remercie particulièrement les 612 participants de ce livre blanc pour le temps consacré à aux
réponses à l’étude. Ils sont 319 à avoir acceptés d’être cités :
Sébastien Acedo, Djessi Adotevi, Renaud d'Aigremont, Laurent Albaret, Pauline Alessandra, JeanPierre Amy, Jean-Yves Archer, Claude Aschenbrenner, Pierre Auberger, Hélène Audard, Grégory
Audousset, Vincent Auriac, Kadiatou Bah, Philippe Bancourt, Isabelle Baraille, Eva Baquey, Cyril
Bauchais, Jean-Marc Bauduin, Nadine Baumert, Françoise Bazin, Viviane de Beaufort, Christophe
Beauvais, Jean Becker, Sandy Beky, Christelle Bellanger, Ludovic Bellot, Christophe Benavent, Madina
Benoumhani, Christine Bergeon, Michel Beristain, Olivier Bibiano, Thomas Bilesimo, Cyril Bladier,
Frédérique Blin, David Bloemen, Laurent Boiron, Frédéric Bois, Sandrine Boisselier, Francoise
Bololanik, Caroline Bonvalot, Nicole Booth, Sébastien Bourguignon, Christine Boursin, Dorine
Bregman, Martin Bremond, Catherine Brennan, Nelly Brossard, Olivier Brunet, Marie-Lise Buisson,
Catherine Bunel, Pierre Butin, Clémentine Cabrol, Hervé Cadenne, Alexandra Cadet, Laurence Caisey,
Sophie Le Callonec , Stéphanie Calvin, Arnaud Camuset, Pierre Cappelli, Claire Carpentier, Nolwenn
Carré, Marie Castella, Pierre Cayet, Olivier Cayot, Jean-François Ceci, Benjamin Chabiron, Violaine
Champetier de Ribes, Marie-Odile Charaudeau, Xavier Charles, Hager Charni, Frédérique Cintrat, JF
Clement, Jonathan Clementz, Kim Clerc, Marc Cogrel, Brigitte Cohen, Murielle Coine, Anthony Contat,
Thibault Corneloup, Thomas Cottinet, Nadège Coulon-Trari, Nathalie Coutard, Carole Covello,
Raphael Cretinon, Dominique Crochu, Mariella Crouy Chanel, Leandre DA Costa, Marine Daeffler,
Lucie Dambrine, Sophie Daval, Antoine Debouté, Helene Decourteix, Philippe Déjardin, Bruno
Delaporte, Andres Desantes, Amaury Desille, Théo Desprez, Guillaume Dieudonné, Frédéric Doillon,
Dominique Douanne, Vincent Dubuc, Louis-Benjamin Dubuis, Didier Duffaut, Arnaud Dumourier, Gaël
Dupret, Arnoul Dyevre, Catherine Epstein, Amaury de l'Estoile, Anne-Florence Evroux, Sebastien
Farge, Sandrine Farré, Alexandre Faure, Eryck Fenot, Veronique Ferjou, Goretty Ferreira, Valentine
Ferreol, Maria Fiette, Sophie Floreani, Christelle Follot, Frédéric Fourrier, Delphine Foviaux, Charles
Francois, Gilles Franks, Matthieu Fravallo, José de Freitas, Fabrice Frossard, Thierry Galoux, Johan
Garcia, Jean-Denis Garo, Julien Garo, Philippe Gastaud, Elsa Gauffier, Marianne Gazeau, Philippe
Genet, Mathieu Gentile, Thomas Gérard, Paul-Emmanuel Géry, François Geuze, Stéphane Girardot,
Marie Glorion, Aymeric Gogibus, Zohor Goulamhoussen, Mahina de Gouttes, Alexis Greff, Anthony
Grolleau-Fricard, Thibault Guenee, Mickael Guerin, Vincent Guibert, Lionel Guichaoua, Chloe
Hacquard, Nathalie Hamon, Marjolaine Hamon, Pierre Hausherr, Isabelle Hebert, Myriam Hetier,
Natacha Heurtault, Thierry Hinfray, Marianne Hoyet, Virginie Husson, Lucile Hyon-Le Gourrierec,
Stephan Ichac, Hélène Jacquemin, Gwénaël Jahier, Manuelle Jaladon, Cyril Jarnias, Benjamin Jarry,
Jla, Beatrice Judel, Faycal Kbayli, Florent de Kersauson, Laurent Jean Charles Koffi, Henri van de
Kraats, Eve Labasse, Raphael Labbé, Mathieu Laferrière, Mélissa Lambert, Fabrice Lamirault, Beatrice
Lamourette, Alexia Lardon, Catherine Lardy, Anne Larée, Guillaume Laurie, Cédric Lavérie, Karine
Lazimi, Marie-Béatrix Le Coz, Virginie Le Goascoz, Martine Le Jossec, Virginie Le Mee, Ronan Le Moal,
Emmanuelle Leclerc, Marie-Ange Leduc, Christophe Lefaux, Jonathan Legault, Alexandra Legros,
Jérôme Lejeune, Frederic Lemaitre, Agathe Lemarchand, Emmanuelle Leneuf, Mathieu Levaillant,
Antoine Levan, Cécilia Lhoste, Erwan Lhostis, Severine Lienard, Gael Louedec, Ludo Louis, Benoit
Magnier, Yacine Mahfoufi, Alain de Malglaive, Yann Marchand, Danièle Marchand, Cédric Martin,
Maria del Carmen Martin Rodriguez, Mikaël Maslé, Emilie Massacrier, Nathalie Massé, David

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 10

Masson, Juliette Mattioli, Philippe Maupas, Cédric Menindes, Pascal Mesmin, Philippe Metais, JeanFrançois Miallet, Pierre Miceli, Veronique Milsant, Wassim Mimeche, Olivier Moch, Gabrielle
Mocilnikar, Matthieu Mogade, Pierre Monclos, Dominique Mondoloni, Bénédicte Monnier-Vos,
Guillaume Morville, Emmanuel Moyrand, Yvon Moysan, Juliette Mucchielli, I. Mufraggi, Arnaud
Müller, Quentin Mulot, Cindy Munoz, Stéphane Néreau, Coryne Nicq, Julie Noury Soyer, Véronique
Oddono, Chrystophe Oléon, Philippe Olivier, Axel Olivier, Manuel Ortiz, David Pageaux, Jean-Michel
Pailhon, Cécile Pallut, Emmanuel Papadacci-Stephanopoli, Jean Pascal, Thierry Pastore, Yvon Patte,
Sandrine Payan-Guillaume, Camille Penven, Stéphane Perret, Christophe Perrot, Céline Pétremand,
Gwenaëlle Petrus, Pascal Pineau, Mathieu Pinto, Vincent Ploy, Isabelle Poizot, Frédéric Quemeneur,
Thibaut Rabier, Adeline Rajch, Manuel Ramon, Cindy Raud, Albane de Ravel, Olivier Reinsbach,
Patrice Reme, François Remy, Vincent Richet, Sylvain Riehl, Nathalie Riondet, Alexandre Rispal, Yan
Rivat, Sandrine Robert, Clément Robert, Franck Robicquet, Sandrine Rollin, Annabelle Rousseau,
Guillaume Rovère, Karine Rubiella, Marielle Rufin, Malcolm Sabre, Ahmed Said, Clement Sanial,
Marie Sauvage, Stéphane Savalle, Jean-Pierre Scampucci, Marie-Helene Seguy, Estelle Seznec, Côme
Simon, Pascale Soyeux, Guillaume Stankowiak, Alain Tedaldi, Amaury de Ternay, Marie-Christine
Thirion, Thierry Thuard, Anne Tomczyk, Marie Trouillebout, Laurence Vachon, Florian Vagner, Jean
Vanderspelden, Cyril Vercalsteren, Thomas Verdin, Danièle Verguin, Sabine Verner, Bernard
Verneret, Geraldine Verrier, Laurent Verstraete, Taladi Victor Naba, Laurent Vimont, Laure Virzi,
Joelle Walraevens - de Luzy, Jean-Pierre Wernert, Hans Willert

Avertissement
Ce livre blanc représente les points de vue des différents participants à la date de publication. Les
réseaux sociaux évoluant régulièrement, les informations qu’il contient ne doivent pas être
interprétées comme étant intemporelles. Ce livre blanc ne reflète que des avis par rapport à une
situation et une utilisation donnée. Ces personnalités ne peuvent garantir la pérennité des
informations présentées après la date de publication.
Tous les noms de produits, de marques ou de sociétés cités dans ce livre blanc sont des marques de
leurs propriétaires respectifs.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 11

1.3 Avertissement à propos de ce livre blanc
Les réseaux sociaux offrant de nouveaux usages professionnels et de nouvelles fonctionnalités
régulièrement, ce livre blanc reflète les avis des participants au moment de sa publication. Les avis
présentés correspondent à une situation donnée et à un mode d’utilisation personnel des réseaux
sociaux.

1.4 Objectifs de ce livre blanc
Ce livre blanc a pour objectif de refléter l’usage des réseaux sociaux de 612 utilisateurs. Il s’appuie
sur une base de questions posées au travers d’un formulaire Google en mai 2016 puis sur la
réalisation de textes sur l’utilisation des réseaux sociaux.
Ce livre blanc vise à illustrer l’utilisation croissante des réseaux sociaux dans le milieu professionnel
et ce que peuvent en retirer ses utilisateurs.
Dans le cadre de ce livre blanc, il s’agissait de :


Montrer que l’usage des réseaux sociaux ne cessait de se développer ;
D’observer que l’utilisation des réseaux sociaux se démocratisait rapidement ;
Rendre compte de l’importance croissante prise par les réseaux sociaux pour informer les
professionnels.

Ce livre blanc montre que l’information véhiculée via les réseaux sociaux est pertinente et de qualité.
Que leur usage ne cesse de se développer. Qu’il est possible de s’y positionner professionnellement.
Les réponses ouvrent, je l’espère, des perspectives nouvelles d’utilisation des réseaux sociaux.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 12

1.5 À propos de ce livre blanc
Ce livre blanc est destiné :



Aux professionnels de tous les secteurs d’activités
Aux personnes qui souhaitent s’informer de l’usage des réseaux sociaux par des
professionnels
A tous les utilisateurs des réseaux sociaux
A tous ceux qui cherchent à comprendre comment fonctionne l’univers mis à disposition par
les réseaux sociaux

Il est composé de 2 parties :

La première présente par des textes les avis de plus de 60 professionnels sur leurs utilisations
des réseaux sociaux
La deuxième présente les résultats de l’étude réalisée en mai 2016 auprès de 612 internautes

L’adresse du formulaire pour la réalisation de l’étude a été diffusée par le blog albanjarry.com.
L’information de sa réalisation a été principalement véhiculée par LinkedIn et Twitter au cours de la
période de réponse.
Il a été proposé aux participants d’écrire des textes qui sont présentés dans la première partie du
livre blanc.

1.6 Copyright
Tous les éléments présentés dans cette étude peuvent être reproduits, sur demande, dès lors qu’ils
indiquent la source et proposent un lien vers le document pdf d’origine.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 13

2 Quelques chiffres clés à retenir
Répondants de l'étude
Participants acceptant d’être cités
Age compris entre 31 à 50 ans
Se connectent au moins une fois par semaine
Utilisent LinkedIn hebdomadairement
Utilisent Twitter hebdomadairement
Utilisent Facebook hebdomadairement
Utilisent Viadeo hebdomadairement
Utilisent Youtube hebdomadairement
Pensent que les réseaux sociaux sont indispensables pour
étendre son réseau
Accepteraient que leurs profils soient intégrés au réseau
interne de leur entreprise

2013
139
39

2014
735
378
68%

93%
90%
91%
85%

2016
612
319
53%
99%
86%
78%
43%
21%
24%
94%

74%

78%

Dans LinkedIn
Ont plus de 500 contacts
Payent la version premium
Accepteraient que leurs carnets d’adresse LinkedIn soient
intégrés au réseau interne de leur entreprise
Ont fait des connaissances d’experts
Consultent souvent ou systématiquement le profil LinkedIn
d’une personne qu’elles ne connaissant pas avant une réunion
Publient souvent dans le fil d’actualités
Consultent souvent les pages entreprises
Postulent à des offres d’emploi
Publient dans Pulse

29%

44%
16%

42%
10%

35%

34%

77%

74%

78%

88%

78%

45%
57%
27%

51%
60%
29%

42%
47%
14%
19%

Dans Twitter
Publient du contenu professionnel
Jugent Twitter utile ou indispensable
S’abonnent aux comptes qui les suivent
Consultent souvent les tweets d’entreprises pour suivre leur
actualité
Utilisent Périscope

47%
95%

83%
89%
46%

77%

56%
6%

Autres réseaux
Publient du contenu professionnel sur Facebook

19%

55%

Trouvent Facebook utile ou indispensable

79%

Trouvent SlideShare utile ou indispensable
Animent un blog ou un site de partage
Lisent des sites qui publient des tribunes d’experts

79%
36%
74%

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 14

3 Etude sur les réseaux sociaux
3.1 Questions générales sur les répondants
3.1.1 Question 1 : Secteurs professionnels des répondants ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Secteurs professionnels des répondants
45%
40%
35%
30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%

oct-13

oct-14

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 15

Données sources :
oct-13
Association / Fédération
Assurance / Mutuelle
Autorité de contrôle / Gouvernement
Avocat
Banque
Conseil
En recherche d'emploi
Entrepreneur
Etudiant
Finance / Asset Management
Industrie
Informatique
Médias / Journalistes
Recrutement / Executive Search
Université / Enseignement /
Recherche
Autre

oct-14
5
5
0
0
22
33

58
6
2

3
5
139

5
121
6
6
70
156
16
9
27
143
39
49
38
8

juin-16
37
57
19
2
35
87
50
64
29
23
39
62
27
1

26
16
735

33
47
612

Analyse :
Les secteurs de provenance des répondants sont beaucoup plus variés en 2016 que dans les
2 précédentes études. Cette hétérogénéité des réponses permet d’obtenir une vision
beaucoup plus large dans les résultats et diversifiées. Ce point s’explique probablement par
la méthode retenue pour diffuser l’étude essentiellement par les réseaux sociaux et sans
s’appuyer sur un mailing à partir du carnet d’adresses LinkedIn alors que dans les 2
précédentes études un mailing avait été réalisé.
A noter la part de plus en plus importante dans les répondants des entrepreneurs (64) et des
personnes en recherche d’emploi (50) et le fort recul des secteurs de la banque, finance,
assurance. Dans le choix de la méthode de diffusion de l’étude, cet objectif était visé.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 16

3.1.2 Question 2 : Localisation des répondants

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Localisation des répondants
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Europe

France
oct-13

oct-14

Autre
juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Europe
France
Autre

4
133
2
139

oct-14
36
680
19
735

juin-16
29
568
15
612

Analyse :
Comme dans les 2 précédentes études, les participants proviennent à plus de 90% de France.
Ce qui s’explique par un réseau de niveau 1 dans Linkedin et Twitter très francophone et une
étude réalisée en français.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 17

3.1.3 Question 3 : Participants par tranches d'âges

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Participants par tranches d'âges
40%
35%
30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
20 à 30 ans

31 à 40 ans
oct-13

41 à 50 ans
oct-14

Plus de 50 ans

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
20 à 30 ans
31 à 40 ans
41 à 50 ans
Plus de 50 ans

30
50
40
19
139

oct-14
125
217
276
117
735

juin-16
104
166
216
126
612

Analyse :
Une nouvelle fois la tranche de 31 à 50 ans a été la plus représentée dans les réponses
(62%). A noter que les plus de 50 ans représentent 21% des participants.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 18

3.2 Questions sur l’utilisation des réseaux sociaux
L’objectif de cette partie de l’étude était de matérialiser la qualité des répondants et leur utilisation
effective des plateformes sociales, d’identifier les réseaux sociaux les plus utilisés
professionnellement et de voir le positionnement de la relation entre les utilisateurs et les
entreprises pour lesquels ils travaillent. Pour chacune de ces 3 parties, un zoom a été fait sur les
réponses de 2016.

3.2.1 Question 4 : Périodicité de connexion aux réseaux sociaux

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Périodicité de connexion aux réseaux sociaux
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement

Mensuelle
oct-13

Hebdomadaire

Quotidienne

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Mensuelle
Hebdomadaire
Quotidienne

3
4
3
22
107
139

oct-14

juin-16
nd
nd
nd
nd
nd

3
1
1
23
584
612

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 19

Analyse :
Plus de 95% du panel se connecte quotidiennement aux réseaux sociaux. Il s’agit donc de
personnes très utilisatrices et connaissant bien l’univers des réseaux sociaux professionnels.
Cet réponse permet de valider la qualité des répondants et leur capacité à fournir des
indicateurs représentatifs d’une utilisation régulière.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 20

3.2.2 Question 5 : Professionnellement, sur les réseaux et médias sociaux, vous vous
qualifiez

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Professionnellement, sur les réseaux et médias
sociaux, vous vous qualifiez d'
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Absent

Peu actif
oct-13

Actif

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :

oct-13
Absent
Peu actif
Actif

9
46
84
139

oct-14

juin-16
nd
nd
nd

11
135
466
612

Analyse :
76% du panel est actif, ce chiffre est à mettre en perspective de la précédente question et
montre que dans l’utilisation quotidienne environ 20% de la population répondante est peu
active.
En étant actifs, les 76% (soit 466 utilisateurs) montre que ceux-ci connaissent bien les
fonctionnalités sur lesquelles les questions sont posées dans la suite de l’étude.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 21

3.2.3 Question 6 : Utilisation professionnelle de LinkedIn

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Utilisation professionnelle de LinkedIn
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement

Mensuelle
oct-14

Hebdomadaire

Quotidienne

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Mensuelle
Hebdomadaire
Quotidienne

oct-14
nd
nd
nd
nd
nd

2
28
41
264
400
735

juin-16
30
29
26
163
364
612

Analyse :
Le réseau des professionnels est très utilisé par les répondants. Dans l’étude 59% s’y
connectent tous les jours et plus de 86% hebdomadairement !
A l’inverse, ils sont seulement 5% à ne jamais l’utiliser.
Réalisée juste avant le rachat de LinkedIn par Microsoft, l’étude montre la valeur de la base
de données qui a été rachetée.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 22

3.2.4 Question 7 : Utilisation professionnelle de Twitter

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Utilisation professionnelle de Twitter
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement

Mensuelle
oct-13

Hebdomadaire

Quotidienne

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Mensuelle
Hebdomadaire
Quotidienne

oct-14
0
4
3
11
64
82

nd
nd
nd
nd
nd

juin-16
73
47
15
76
401
612

Analyse :
Le média des médias est très utilisé par les répondants. Dans l’étude 66% s’y connectent
tous les jours (soit plus que dans LinkedIn) et plus de 78% hebdomadairement !
A l’inverse, ils sont 12% à ne jamais l’utiliser.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 23

3.2.5 Question 8 : Utilisation professionnelle de Facebook

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Utilisation professionnelle de Facebook
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement

Mensuelle
oct-13

Hebdomadaire

Quotidienne

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Mensuelle
Hebdomadaire
Quotidienne

oct-14
12
2
21
57
92

nd
nd
nd
nd
nd

juin-16
224
102
24
80
182
612

Analyse :
Le réseau des amis et proches est moins utilisé par les répondants. Dans l’étude seulement
30% s’y connectent tous les jours ! Et ils sont 37% à ne jamais l’utiliser.
Dans son développement vers le monde professionnel, pour réussir en France, Facebook va
devoir convaincre les utilisateurs actifs sur les plateformes concurrentes d’investir
également ses systèmes.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 24

3.2.6 Question 9 : Utilisation professionnelle de Viadeo

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Utilisation professionnelle de Viadeo
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement

Mensuelle

Hebdomadaire

Quotidienne

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Mensuelle
Hebdomadaire
Quotidienne

oct-14
nd
nd
nd
nd
nd

nd
nd
nd
nd
nd

juin-16
266
164
52
86
44
612

Analyse :
Seulement 7% utilisent Viadeo quotidiennement, la chute est sévère pour l’ancien réseau
préféré des professionnels français ! 43% ne l’utilisent jamais.
Dans le processus de redressement, il devient urgent pour la plateforme française de
reconquérir les utilisateurs actifs professionnels de LinkedIn et Twitter sinon Viadeo ne
pourra résister longtemps à l’invasion des plateformes américaines.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 25

3.2.7 Question 10 : Utilisation professionnelle de Youtube

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Utilisation professionnelle de Youtube
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement

Mensuelle

Hebdomadaire

Quotidienne

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Mensuelle
Hebdomadaire
Quotidienne

oct-14
nd
nd
nd
nd
nd

nd
nd
nd
nd
nd

juin-16
208
184
75
104
41
612

Analyse :
Seulement 7% utilisent Youtube quotidiennement, la vidéo n’a pas encore conquis les
utilisateurs actifs du monde professionnel ! 34% ne l’utilisent jamais.
Souvent des problématiques techniques (site bloqué par de nombreuses entreprises) ou un
manque de temps pour se former expliquent les raisons de cette moindre utilisation

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 26

3.2.8 Zoom sur l'utilisation professionnelle des réseaux sociaux (par périodicité
d'utilisation et par réseau)

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Juin 2016 : Zoom sur l'utilisation professionnelle
des réseaux sociaux (par périodicité d'utilisation)
120%
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Jamais
Linkedin

Rarement
Twitter

Mensuelle

Facebook

Hebdomadaire

Viadeo

Youtube

Quotidienne

Tous réseaux

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Juin 2016 : Zoom sur l'utilisation professionnelle
des réseaux sociaux (par réseau)
120%
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Linkedin

Twitter

Facebook

Jamais

Rarement

Mensuelle

Viadeo

Youtube

Hebdomadaire

Tous réseaux

Quotidienne

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 27

Données sources :

Jamais
Rarement
Mensuelle
Hebdomadaire
Quotidienne

Linkedin
30
29
26
163
364

Twitter
73
47
15
76
401

Facebook
224
102
24
80
182

Viadeo
266
164
52
86
44

Youtube
208
184
75
104
41

Tous
réseaux
3
1
1
23
584

Analyse :
La surprise de cette première partie de l’étude provient de l’utilisation quotidienne de
Twitter qui est un peu plus importante que celle de LinkedIn (66% contre 59%). Cela
s’explique probablement par le développement du phénomène « média des médias » de
Twitter qui pour de nombreux utilisateurs professionnels est devenu leur « fil AFP ».
Dans le cadre de l’utilisation professionnelle, LinkedIn et Twitter sont largement au-dessus
de tous les autres réseaux. Pour Viadeo les résultats sont inquiétants et démontrent une
nouvelle fois l’effort de reconquête que le réseau doit réaliser auprès des utilisateurs les plus
actifs. Pour Facebook et Youtube, le potentiel est important et ces 2 réseaux devront aussi
probablement cibler les actifs des principales plateformes pour se développer dans le
secteur professionnel.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 28

3.2.9 Question 11 : Avez vous fait connaissance avec d'autres experts de votre métier
grâce aux réseaux sociaux ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Avez vous fait connaissance avec d'autres experts
de votre métier grâce aux réseaux sociaux ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
oct-13

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

26
113
139

oct-14
nd
nd

juin-16
80
532
612

Analyse :
Plateformes de mises en réseau virtuelles, les réseaux sociaux ont aussi un effet sur le
réseau physique. 87% ont fait des connaissances d’experts grâce aux réseaux sociaux. Ces
résultats montrent aussi l’importance de ne pas décorréler les réseaux sociaux de la vraie
vie.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 29

3.2.10 Question 12 : Pensez-vous que les réseaux sociaux sont indispensables pour étendre
son réseau professionnel ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Pensez vous que les réseaux sociaux sont
indispensables pour étendre son réseau
professionnel ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

oct-14
nd
nd

nd
nd

juin-16
35
577
612

Analyse :
94% pensent que les réseaux sociaux sont indispensables pour étendre son réseau physique,
le résultat est sans appel sur l’importance de ces nouvelles plateformes et leur potentiel.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 30

3.2.11 Zoom sur l'impact des réseaux sociaux sur le réseau "réel" des répondants

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Juin 2016 : zoom sur l'impact des réseaux sociaux
sur le réseau "réel" des répondants
600
500
400
300
200
100
0
Total juin 2016

Rencontres Professionnelles

Extension du réseau

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :

Total juin 2016
612

Rencontres
Professionnelles

Extension du
réseau
532

577

Analyse :
Les liens entre le réseau réel et le réseau virtuel sont un élément qui est largement pris en
compte par leurs utilisateurs.
L’objectif de cette partie était de montrer l’importance de la construction des réseaux et les
méthodes utilisées.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 31

3.2.12 Question 13 : Seriez vous d'accord pour que votre entreprise intègre vos profils sur
les réseaux sociaux dans son réseau social interne ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Seriez vous d'accord pour que votre entreprise
intègre vos profils sur les réseaux sociaux dans
son réseau social interne ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
oct-13

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
Colonne1
Non
Oui

oct-13
36
103
139

oct-14
nd
nd

juin-16
135
477
612

Analyse :
78% seraient prêts à accepter que l’entreprise pour laquelle ils travaillent intègre leurs
données de profils dans son réseau social interne. Après avoir conquis le monde de
l’internet, les réseaux sociaux disposent de plus en plus d’ambassadeurs qui veulent éviter
d’avoir à ressaisir leurs données en double.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 32

3.2.13 Question 14 : Seriez vous d'accord pour que votre entreprise intègre les messages et
actualités que vous publiez sur les réseaux sociaux dans son réseau social interne ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Seriez vous d'accord pour que votre entreprise
intègre les messages et actualités que vous
publiez sur les réseaux sociaux dans son réseau
social interne ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
oct-13

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

42
97
139

oct-14
nd
nd

juin-16
226
386
612

Analyse :
63% seraient prêts à accepter que l’entreprise pour laquelle ils travaillent intègre leurs flux
de messages dans son réseau social interne. Les résultats sont moindres que pour les profils
et s’explique certainement par le fait que ces messages n’ont pas toujours une vocation
professionnelle et qu’il faudrait probablement mettre en place des filtres.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 33

3.2.14 Zoom sur l'acceptation d'une intégration des données des réseaux sociaux dans
l'entreprise

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Juin 2016 : zoom sur l'acceptation d'une
intégration des données des réseaux sociaux
dans l'entreprise
600
500
400
300
200
100
0
Total juin 2016

Intégration du profil

Intégration des actualités

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
Intégration du
Intégration des
Total juin 2016
profil
actualités
612
477

386

Analyse :
L’objectif de ces questions était de faire un point sur la relation entre les utilisateurs et les
entreprises. Il ne faut jamais oublier que ces réseaux professionnels restent d’usage
personnel et que les entreprises ne les fournissent pas à leurs employés. De plus en plus, le
rôle de l’entreprise est de former ses salariés à une bonne utilisation de ces outils pour en
maitriser les risques d’associations d’images négatives. Ces réseaux sont de formidables
plateformes d’ambassade de la marque entreprise et de plus en plus essayent de les utiliser
dans un schéma gagnant /gagnant avec leurs employés.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 34

3.3 Etude sur LinkedIn
L’objectif de cette partie de l’étude sur LinkedIn était de catégoriser le type de réseau des
répondants, d’identifier les fonctionnalités les plus utilisées dans la plateforme.

3.3.1 Question 15 : Quel type de profil LinkedIn avez-vous ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Quel type de profil LinkedIn avez vous ?
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Pas de profil

Peu détaillé
oct-14

Normalement
détaillé

Très détaillé

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Pas de profil
Peu détaillé
Normalement détaillé
Très détaillé

oct-14
nd
nd
nd
nd

0
92
439
204
735

juin-16
28
40
290
254
612

Analyse :
Les répondants de cette étude étant des utilisateurs réguliers des réseaux sociaux, il n’est
pas étonnant de constater que leurs profils LinkedIn sont plutôt détaillés (89%). Cela donne
un bon indicateur sur la nécessité d’alimenter correctement cette vitrine numérique et
montre que ces utilisateurs sont plutôt attachés à l’image qu’ils véhiculent.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 35

3.3.2 Question 16 : Combien avez vous de contacts sur LinkedIn ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Combien avez vous de contacts sur LinkedIn ?
30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
Pas de
profil

1 à 100 101 à 250 251 à 500 501 à 1
000
oct-13

oct-14

1 001 à 2
500

2 501 à + de 5 000
5000

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Pas de profil
1 à 100
101 à 250
251 à 500
501 à 1 000
1 001 à 2 500
2 501 à 5000
+ de 5 000

oct-14
10
22
27
39
30
11

nd
139

86
139
190
198
93
29
nd
735

juin-16
28
104
101
120
117
90
33
19
612

Analyse :
Il est logique de constater que 53% des répondants ont entre 250 et 2500 contacts dans
LinkedIn. 42% passent la barre des 500+ qui ne permet plus facilement, aux autres
utilisateurs, de voir la taille exacte de leurs réseaux (sauf pour les influenceurs et les
utilisateurs de Pulse). Seuls 3% ont des réseaux de plus de 5000 contacts.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 36

3.3.3 Question 17 : Dans Linkedin, acceptez vous comme contacts :

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans Linkedin, acceptez vous comme contacts :
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Pas de profil

Uniquement des
Tous vos
personnes que
contacts
vous connaissez professionnels
bien
oct-13

oct-14

Toutes les
personnes de
votre secteur
d'activité

Toutes les
personnes dont
vous comprenez
le profil

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :

Pas de profil Linkedin
Uniquement des personnes que vous connaissez bien
Tous vos contacts professionnels
Toutes les personnes de votre secteur d'activité
Toutes les personnes dont vous comprenez le profil

oct-13
10
29
70
30
139

oct-14
58
265
143
269
735

juin-16
28
37
166
117
264
612

Analyse :
43% des répondants acceptent des personnes dans leurs réseaux qu’ils ne connaissent pas
mais dont ils comprennent le profil. A l’inverse, 6% ne se connectent qu’à des personnes
qu’ils connaissent bien. Cette question illustre les différentes manières de construire son
réseau et les possibilités qu’offre la plateforme.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 37

3.3.4 Question 18 : Dans LinkedIn, payez vous pour avoir la version premium ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, payez vous pour avoir la version
premium ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
oct-14

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

nd
nd

oct-14
618
117
735

juin-16
553
59
612

Analyse :
Le constat est sans appel, seuls 10% des répondants payent la licence premium. A part pour
certaines catégories d’utilisateurs, LinkedIn a surtout mis l’accent sur le fait que les
entreprises soient les principales contributrices financières. Ce positionnement a permis à
LinkedIn de développer énormément le nombre de ces utilisateurs.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 38

3.3.5 Question 19 : Dans LinkedIn, seriez vous d'accord pour que votre entreprise intègre
votre carnet d'adresse dans son système d'information ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, seriez vous d'accord pour que
votre entreprise intègre votre carnet d'adresse
dans son système d'information ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
oct-14

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

nd
nd

oct-14
475
260
735

juin-16
402
210
612

Analyse :
Seuls 34% des répondants seraient prêtes à partager leurs carnets d’adresses LinkedIn avec
leurs entreprises. Ce faible taux montre la distinction qui est faite par les utilisateurs d’un
outil professionnel mais avec un usage privé. Le carnet d’adresse est probablement une
mine d’or qu’il n’est pas simple de mettre à disposition très facilement.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 39

3.3.6 Question 20 : Dans LinkedIn, avez vous fait connaissance avec d'autres experts de
votre métier ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, avez vous fait connaissance avec
d'autres experts de votre métier ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
oct-14

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

nd
nd

oct-14
172
563
735

juin-16
157
455
612

Analyse :
74% ont fait des connaissances d’autres experts grâce à LinkedIn, ainsi ce réseau social
montre toute sa puissance dans la mise en relation professionnelle. Les réseaux sociaux
peuvent aussi être comparés à un brise-glace du networking.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 40

3.3.7 Question 21 : Dans LinkedIn, invitez vous des personnes que vous ne connaissez pas
personnellement ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, invitez vous des personnes que
vous ne connaissez pas personnellement ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
oct-14

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

nd
nd

oct-14
317
418
735

juin-16
203
409
612

Analyse :
67% invitent des personnes qu’ils ne connaissent pas personnellement, inexorablement les
réseaux s’étendent et permettent de contacter beaucoup plus facilement des interlocuteurs
qui ne sont pas dans le premier cercle de relations.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 41

3.3.8 Question 22 : Dans LinkedIn, osez vous inviter des personnes qui ont des
responsabilités professionnelles supérieures aux vôtres ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, osez vous inviter des personnes
qui ont des responsabilités professionnelles
supérieures aux vôtres ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
oct-14

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

oct-14
nd
nd

51
684
735

juin-16
74
538
612

Analyse :
Les réseaux sociaux montrent leur puissance dans la possibilité de contacter des personnes
hiérarchiquement supérieures. 88% des répondants osent le faire.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 42

3.3.9 Zoom sur le type de relations établies via LinkedIn

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Juin 2016 : zoom sur le type de relations établies
via LinkedIn
600
500
400
300
200
100
0
Total juin 2016

Connaissance
d'experts

Connaissances
d'inconnus

Demandes de
relations à des
personnes
hiérarchiquement
supérieures

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :

Connaissance
d'experts

Total juin 2016
612

Connaissances
d'inconnus
455

Demandes de relations à
des personnes
hiérarchiquement
supérieures
409
538

Analyse :
Il n’est jamais facile de savoir comment sont construits des réseaux, cette première partie de
l’étude sur LinkedIn avait pour objectif de lever le voile sur différentes pratiques utilisées.
Les résultats montrent que les fonctionnalités de développement du réseau sont plutôt bien
utilisées dans la plateforme.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 43

3.3.10 Question 23 : Dans LinkedIn, avant une réunion avec d'autres professionnels que
vous ne connaissez pas, vous arrive-t-il de consulter leurs profils ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, avant une réunion avec d'autres
professionnels que vous ne connaissez pas, vous
arrive-t-il de consulter leurs profils ?
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement
oct-13

Souvent
oct-14

Toujours

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Souvent
Toujours

17
12
73
27
129

oct-14
37
54
422
222
735

juin-16
49
83
273
207
612

Analyse :
78% des répondants consultent souvent le profil d’une personne qu’ils ne connaissent pas
avant une réunion. Cette fonctionnalité de LinkedIn est toujours un élément indispensable
de la rencontre en professionnel et montrer l’importance de soigner son profil numérique.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 44

3.3.11 Question 24 : Dans LinkedIn, participez vous à des discussions dans les groupes ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, participez vous à des discussions
dans les groupes ?
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement
oct-13

oct-14

Souvent
juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Souvent

77
nd
52
129

oct-14
462
nd
273
735

juin-16
155
350
107
612

Analyse :
83% n’utilisent que jamais ou rarement les groupes de discussion et cela marque une
désaffection de cette fonctionnalité par rapport aux études précédentes où environ 40% les
utilisaient souvent.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 45

3.3.12 Question 25 : Dans LinkedIn, publiez vous dans le fil d'actualités ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, publiez vous dans le fil d'actualités
?
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement
oct-13

oct-14

Souvent
juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Souvent

71
nd
58
129

oct-14
362
nd
373
735

juin-16
126
228
258
612

Analyse :
Bien que cette fonctionnalité incite les utilisateurs à se connecter régulièrement
(notamment cela fait la force de Twitter), les actualités ne sont utilisées souvent que par
42% des répondants. Au cours du temps, cette page a perdu en lisibilité et en filtres ce qui
doit expliquer cette désaffection.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 46

3.3.13 Question 26 : Dans LinkedIn, consultez vous les pages entreprises ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, consultez vous les pages
entreprises ?
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement
oct-13

oct-14

Souvent
juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Souvent

20
36
73
129

oct-14
79
216
440
735

juin-16
74
248
290
612

Analyse :
47% utilisent cette fonctionnalité régulièrement. Généralement, ils peuvent y trouver de
l’information autour de la marque employeur et des offres d’emplois (bien que les résultats
de cette étude montrent que les répondants y répondent assez peu).

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 47

3.3.14 Question 27 : Dans LinkedIn, vous arrive-t-il de consulter les annonces d'emploi ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, vous arrive-t-il de consulter les
annonces d'emploi ?
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement
oct-13

oct-14

Souvent
juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Souvent

55
nd
74
129

oct-14
298
nd
437
735

juin-16
138
241
233
612

Analyse :
Fonctionnalité de base de l’outil, 38% des répondants déclarent l’utiliser souvent ce qui est
assez peu, d’autant plus que LinkedIn est souvent vu comme un outil permettant d’identifier
les talents.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 48

3.3.15 Question 28 : Dans LinkedIn, vous arrive-t-il de postuler à des annonces d'emplois ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, vous arrive-t-il de postuler à des
annonces d'emplois ?
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement
oct-13

oct-14

Souvent
juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Souvent

94
nd
35
129

oct-14
524
nd
211
735

juin-16
333
196
83
612

Analyse :
Seulement 14% des répondants postulent souvent à des offres d’emplois ce qui semble
signifier que soit peu sont en veille sur le marché soit qu’ils n’utilisent que peu les outils
proposés par la plateforme.
L’explication repose peut-être sur le fait que les entreprises adressent très peu de réponses
à ceux qui postulent par ces plateformes et ne s’en servent pas beaucoup pour détecter des
talents.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 49

3.3.16 Question 29 : Dans LinkedIn, regardez vous la page "qui a consulté votre profil" ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, regardez vous la page "qui a
consulté votre profil" ?
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement
oct-13

oct-14

Souvent
juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Souvent

6
31
92
129

oct-14
20
117
598
735

juin-16
46
112
454
612

Analyse :
74% consultent la liste des personnes qui ont consulté leurs profils, le résultat est très élevé
et montre qu’il s’agit d’une des fonctionnalités les plus utilisées afin d’effectuer une veille
dans la plateforme.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 50

3.3.17 Question 30 : Dans LinkedIn, publiez vous sur Pulse ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Dans LinkedIn, publiez vous sur Pulse ?
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Non

Oui
oct-14

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

nd
nd

oct-14
702
33
735

juin-16
495
117
612

Analyse :
Pulse, qui était à l’origine ouvert uniquement aux influenceurs, et à une sélection de
personnes via les pages d’auteurs, est maintenant ouvert à tous. Pourtant seuls 18% des
répondants y publient ce qui reste très faible.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 51

3.3.18 Zoom sur l'utilisation des fonctionnalités dans LinkedIn

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Juin 2016 : zoom sur l'utilisation des
fonctionnalités dans LinkedIn
600
500
400
300
200
100
0

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :

Total
juin
2016

Participatio
Consultatio n aux
n profils
groupes
Premiu avant une
des
m
réunion
discussions

612

59

480

107

Utilisatio
n page
Publication
Candidatur "qui a
s dans le fil Consultatio Consultatio e à des
consulté Publication
d'actualité n pages
n offres
offres
votre
s dans
s
entreprises emplois
d'emplois profil"
Pulse
258

290

233

83

454

117

Analyse :
Ce zoom permet de comparer l’utilisation régulière des principales fonctionnalités de
LinkedIn. Les meilleurs résultats sont obtenus sur les pages de consultation des profils. A
l’inverse l’offre premium et les candidatures à des annonces d’emplois sont très peu utilisées
par les répondants. Pour ce dernier point, les résultats sont très étonnants car les
répondants sont plutôt actifs sur les réseaux sociaux et souvent catégorisés comme des
talents ou des influenceurs.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 52

3.4 Etude sur Twitter
L’objectif de cette partie de l’étude sur Twitter était de vérifier le type d’utilisation de la plateforme
et la façon dont les répondants étendent leurs réseaux.

3.4.1 Question 31 : Sur Twitter, publiez vous du contenu

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Sur Twitter, publiez vous du contenu
50%
45%
40%
35%
30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
Pas de compte

Mixte (Privé et Pro)
oct-13

Privé

Professionnel

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Pas de compte
Mixte (Privé et Pro)
Privé
Professionnel

57
46
16
20
139

oct-14
nd
nd
nd
nd

juin-16
62
280
42
228
612

Analyse :
83% des répondants utilisent Twitter professionnellement tout en le mixant à 46% avec du
contenu personnel. La force de Twitter est de pouvoir allier ces deux types de
communications.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 53

3.4.2 Question 32 : Professionnellement, jugez vous Twitter

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Professionnellement, jugez vous Twitter
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Inutile

Utile
oct-13

Indispensable

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Inutile
Utile
Indispensable

oct-14
4
41
37
82

nd
nd
nd

juin-16
70
280
262
612

Analyse :
43% jugent Twitter indispensable, 46% utile, à 89% la plateforme est ainsi plébiscitée par les
utilisateurs professionnels. Progressivement Twitter a su s’intégrer à ce monde en lui offrant
l’accès à de nombreuses actualités.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 54

3.4.3 Question 33 : Pensez vous que Twitter est le "fil AFP" de ceux qui l'utilisent

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Pensez vous que Twitter est le "fil AFP" de ceux
qui l'utilisent
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
oct-13

oct-14

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

oct-14
nd
nd

nd
nd

juin-16
147
465
612

Analyse :
76% pensent que Twitter est l’équivalent d’un fil AFP. Ce chiffre démontre la notoriété qu’a
su acquérir le site de micro blogging et son caractère indispensable pour être informé de ce
qui se passe dans le monde et dans l’univers professionnel.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 55

3.4.4 Question 34 : Sur Twitter, combien avez vous d'abonnés (followers) ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Sur Twitter, combien avez vous d'abonnés
(followers) ?
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Pas de
compte

1 à 500

501 à 1 000 1 001 à 2 500 2 501 à 5 000 Plus de 5 000
oct-13

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Pas de compte
1 à 500
501 à 1 000
1 001 à 2 500
2 501 à 5 000
Plus de 5 000

oct-14
57
56
9
9
8

139

nd
nd
nd
nd
nd
nd

juin-16
62
311
92
77
44
26
612

Analyse :
51% ont un compte avec moins de 500 abonnés et 39% avec plus. Les répondants de cette
étude disposent plutôt d’importants réseaux dans la plateforme. En comparaison, les
chiffres sont assez proches de ceux de LinkedIn.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 56

3.4.5 Question 35 : Sur Twitter, généralement, vous abonnez vous aux comptes des
personnes qui s'abonnent à vous ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Sur Twitter, généralement, vous abonnez vous
aux comptes des personnes qui s'abonnent à
vous ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

oct-14
nd
nd

nd
nd

juin-16
331
281
612

Analyse :
Les positionnements en matière d’abonnements réciproques sont assez partagés et 46% ont
fait le choix de s’abonner aux comptes des personnes qui les suivent.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 57

3.4.6 Question 36 : Sur Twitter, consultez vous les tweets d'entreprises pour vous
informer sur leurs actualités ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Sur Twitter, consultez vous les tweets
d'entreprises pour vous informer sur leurs
actualités ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Jamais

Rarement
oct-13

Souvent

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Souvent

oct-14
19
63
82

nd
nd
nd

juin-16
91
177
344
612

Analyse :
56% consultent souvent les fils d’informations d’entreprises ce qui montre la forte
connexion qui existe entre les experts et les entreprises.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 58

3.4.7 Question 37 : En complément de Twitter, utilisez vous Periscope ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

En complément de Twitter, utilisez vous
Periscope ?
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Jamais

Rarement

Souvent

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Jamais
Rarement
Souvent

oct-14
nd
nd
nd

nd
nd
nd

juin-16
416
158
38
612

Analyse :
Seulement 6% des répondants utilisent souvent Periscope qui comme Youtube peine à
conquérir l’univers professionnel.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 59

3.5 Etude sur les autres réseaux sociaux
L’objectif de cette partie de l’étude était d’approfondir l’analyse sur Youtube, SlideShare et les
médias qui hébergent des tribunes d’experts.

3.5.1 Question 38 : Sur Facebook, publiez vous du contenu

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Sur Facebook, publiez vous du contenu
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Pas de compte

Mixte (Privé et Pro)

Privé

Professionnel

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Pas de compte
Mixte (Privé et Pro)
Privé
Professionnel

oct-14
nd
nd
nd
nd

nd
nd
nd
nd

juin-16
77
196
296
43
612

Analyse :
Seuls 39% publient un contenu professionnel sur Facebook qui reste une plateforme très
orientée sur la sphère privée parmi les répondants.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 60

3.5.2 Question 39 : Professionnellement, jugez vous Facebook

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Professionnellement, jugez vous Facebook
50%
45%
40%
35%
30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
Je ne l'utilise pas

Sans intérêt
oct-13

Utile

Indispensable

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Je ne l'utilise pas
Sans intérêt
Utile
Indispensable

65
48
24
2
139

oct-14

juin-16
nd
nd
nd
nd

274
272
66
612

Analyse :
Les avis sont très partagés sur l’intérêt professionnel de Facebook car 45% jugent ce réseau
comme sans intérêt professionnellement.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 61

3.5.3 Question 40 : Sur Slideshare, publiez vous du contenu

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Sur Slideshare, publiez vous du contenu
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Non

Oui
juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

oct-14
nd
nd

nd
nd

juin-16
520
92
612

Analyse :
85% des répondants ne publient pas de contenu sur SlideShare qui reste toujours peu utilisé
pour publier malgré les consultations que le site génère pour les documents professionnels
qui y sont partagés.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 62

3.5.4 Question 41 : Professionnellement, jugez vous Slideshare

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Professionnellement, jugez vous Slideshare
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Sans intérêt

Utile

Indispensable

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Sans intérêt
Utile
Indispensable

oct-14
nd
nd
nd

nd
nd
nd

juin-16
130
397
85
612

Analyse :
79% jugent SlideShare utilie ou indispensable ce qui montre que les répondants, malgré le
fait qu’ils n’y publient que peu de documents, l’utilisent en consultation.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 63

3.5.5 Question 42 : Avez vous un BLOG, un site professionnel ou de type SCOOP.IT ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Avez vous un BLOG, un site professionnel ou de
type SCOOP.IT ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
oct-13

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

89
50
139

oct-14
nd
nd

juin-16
391
221
612

Analyse :
36% des répondants disposent d’un blog ou d’un site de partage ce qui est plutôt un score
très élevé et montre qu’ils sont plutôt très actifs sur les plateformes numériques.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 64

3.6 Etude sur les sites de publications de tribunes d’experts
3.6.1 Question 43 : Lisez vous des sites qui mettent en lignes des tribunes d'experts ?

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Lisez vous des sites qui mettent en lignes des
tribunes d'experts ?
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Non

Oui
oct-13

juin-16

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
oct-13
Non
Oui

18
121
139

oct-14
nd
nd

juin-16
162
450
612

Analyse :
74% lisent les contenus d’experts sur les sites de médias qui proposent des espaces pour
héberger leurs tribunes. Dans un contexte de crise de la presse, ce contenu gratuit est
souvent une aubaine pour les médias.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 65

3.6.2 Question 44 : Médias qui publient des chroniques d'experts lus régulièrement

Livre Blanc – 612 rencontres sur les réseaux sociaux

Médias qui publient des chroniques d'experts lus
régulièrement
600
500
400
300
200
100
0

Etude réalisée en mai et juin 2016 auprès de 612 internautes
© albanjarry.com – Tous droits réservés

Données sources :
Total de répondants
Le Cercle Les Echos
JDN
Harvard Business Review
Siècle Digital
Le plus de l'OBS
Communautés Agefi
Autres

612
362
294
187
172
138
82
96

Analyse :
Les réponses étaient très concentrées sur certains médias. Dans la catégorie « autres » ont
été cités à plusieurs reprises : Argus Assurance, Blog à lupus, Blog du moderateur,
Frenchweb, Influencia, L'important, Mediapart, Revue Banque, Stratégies, Usine Digitale, …
Les autres médias cités ne l’ont été que très marginalement.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 66

4 Réflexions autour des réseaux sociaux et du
numérique
4.1 Réseaux sociaux

4.1.1 Pourquoi les réseaux sociaux sont une mine de savoirs et de talents
Au-delà de leur fonction de communication instantanée,
de CVthèques ou de mise à disposition d’une
bibliothèque de savoirs, les réseaux sociaux
professionnels offrent avant tout l’opportunité de mettre
en relation les talents, voire de générer des rencontres IRL (In Real Life) inattendues.
Lorsqu’en 2005, le professeur en leadership Brian Uzzi et Sahannon Dunlap, du Kellogg’s
Center for Executive Women, écrivirent leur article « How To Build Your Network » pour la
Harvard Business Review, ils décrivirent les mécanismes de mise en relation et
d’optimisation de la diffusion des messages. S’appuyant sur l’aventure de Paul Revere
(devenu célèbre pour avoir alerté l’Amérique sur l’imminence de la guerre d’indépendance),
ils montrèrent que sortir de sa zone de confort et oser atteindre un nouveau cercle de
connaissances permettaient de propager un message à grande vitesse. Le monde virtuel
ultra connecté actuel ne fait qu’accélérer la diffusion des messages.

« La valeur d’une idée dépend de son utilisation » Thomas Edison, scientifique et industriel
américain, inventeur de la lampe à incandescence.
Rester sagement dans un fauteuil face à un ordinateur peut déjà apporter une plus-value
non négligeable d’accès au savoir. Car, en quelques années, les réseaux sociaux se sont
transformés en pierres philosophales des temps modernes. Les milliards de données dont ils
sont abreuvés en continu ont fait d’eux des mines d’or inépuisables d’informations. De la
finance à l’industrie, tous les secteurs sont concernés.
Ces réseaux sont capables de fédérer sur une idée des femmes et des hommes aux quatre
coins de la planète. Chaque jour, la connaissance s’y partage, les idées fleurissent et notre
civilisation entre rapidement dans l’ère de l’ultra connectivité. Dans cet univers de
découvertes, il est possible d’avancer des idées, de tenter de dépasser ses limites, de
partager… Ce qui ne sert pas dans un secteur d’activité pourra être utile dans un autre ; les
échanges les plus invraisemblables sont envisageables pour générer de la valeur.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 67

Progressivement, les réseaux sociaux deviennent des think tank en temps réel. Ils vont, dans
les prochaines années, transformer radicalement l’humanité et révolutionner le partage du
savoir.
Chacun peut participer à ces communautés de partage. Accélérateurs de personal branding,
les réseaux sociaux permettent de générer une visibilité inconcevable jusqu’alors. L’effet de
levier d’une intervention réussie est prodigieux : sans être un expert en communication ou
en marketing, il devient possible d’atteindre des sommets.
Ces réseaux virtuels provoquent aussi des rencontres improbables : comment imaginer
qu’un financier puisse échanger avec une spécialiste de bons plans d’échanges de services
gratuits ?

« Pour gagner, vous devez être différent, excellent ou le premier », Loretta Lynn, chanteuse
américaine de country, qui a sorti plus de 55 albums.
Le spécialiste en communication Hervé Monier a, dans son blog the news brand blog, classé
des experts présents sur les réseaux sociaux dans une catégorie qu’il a intitulée “AAA” pour
« Hyper-Actifs, Attentionnés et Altruistes ». Tous ont en commun de ne cesser de
transmettre leurs savoirs au travers des réseaux sociaux, de partager leurs talents. Ils
donnent sans espérer recevoir en retour car ils veulent faire avancer leurs domaines de
prédilection, sans craindre de se faire piller leurs idées. Les réseaux sociaux deviennent ainsi
d’immenses laboratoires, où les idées fourmillent et l’innovation est possible.

Publié le 22/12/2015 :
http://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2015/12/9043-pourquoi-les-reseaux-sociaux-sont-unemine-de-savoirs-et-de-talents/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 68

4.1.2 Une pièce secrète dans Twitter ? Décryptage d'un monde parallèle ...
Qui n’a pas rêvé de découvrir un passage
secret dans une immense demeure ? Qui
n’a pas imaginé trouver une pièce
secrète à l’abri des regards et des
oreilles indiscrètes ?
Rappelez-vous cette scène de Narnia :
"Un instant plus tard, elle nota que ce
qui effleurait son visage et ses mains
n'étaient plus de la douce fourrure, mais
quelque chose de dur, de rugueux et même de piquant.
- Tiens ! On dirait des branches d'arbre ! s'exclama Lucy.
Puis elle vit qu'il y avait une lumière devant elle ; non pas à quelques centimètres, là où le fond de
l'armoire aurait dû se trouver, mais très loin. Quelque chose de froid et de doux tombait sur elle. Elle
découvrit alors qu'elle se trouvait au milieu d'un bois, la nuit, avec de la neige sous ses pieds et des
flocons qui descendaient du ciel."
En quelques instants, des enfants s’étaient retrouvés projetés dans un monde parallèle pour le
délivrer des ténèbres. Ils ne savaient pas encore qu’ils étaient partis pour se battre pour une noble
cause.
Il existe probablement mille façons d’utiliser Twitter. Chacun cherche à le rendre plus efficace et à
l’adapter à son propre besoin. Depuis janvier 2015, Twitter a autorisé les discussions de groupe dans
ses DM (direct messages). D’une relation 1 – 1, sa messagerie intégrée s’est élargie à un système de
discussions à plusieurs… invisibles des autres utilisateurs. Un univers caché, une sorte de pièce
secrète développée en parallèle du système. Impossible d’y pénétrer sans y être invité, impossible de
connaitre la teneur des discussions qui s’y tiennent pour celui qui n’en fait pas partie. Ce monde qui
pourrait sembler très loin reste pourtant très proche car il ne cesse d’interagir avec le fil de tweets
classique.
Dans Narnia, « les choses ne se produisent jamais deux fois de la même façon ». Dans les groupes, il
est possible de citer des tweets, il est possible de faire diverger le fil d’une conversation. Il est surtout
possible de s’organiser pour demander aux autres de retweeter ! La fonctionnalité devient alors très
vite un atout extraordinaire pour augmenter la viralité de certains messages. Entre la pièce cachée
et le vrai fil Twitter, les interactions s‘entrecroisent.
Quelle utilisation des discussions en groupe ?
Avec les groupes, il faut voir une opportunité pour s’organiser différemment. Ainsi, il est probable
que le collectif #i4Emploi n’aurait jamais connu un tel essor, en si peu de temps, sans la création des
groupes de discussion par Twitter. En 2 mois, il a été inscrit dans les biographies de plus de 550
twittos et utilisé par plus de 100 personnes en recherche d’emplois !

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 69

D’un message initial, qui prévenait quelques twittos de la situation dramatique que rencontrait
l’usine de Meymac et du risque de disparition de 30 emplois, jusqu’à la mise en place d’un collectif
permettant de relayer les demandes de personnes en recherche d’emploi, l’utilisation d’un groupe
Twitter n’a cessé de montrer son efficacité. Face à la dramatique situation du chômage en France, un
hashtag a permis de mobiliser des personnes altruistes pour multiplier la visibilité de tweets. Ce
groupe a permis de simplifier le signalement des personnes qui faisaient appel au collectif et de
retweeter rapidement leurs demandes. Avec leurs relais, les 500 autres membres du collectif sont
prévenus et peuvent à leur tour relayer les demandes.
Ouverte près de 24h/24, 7j/7, cette pièce secrète fonctionne presque comme une permanence de
campagne ! Chacun s’y rends en fonction de ses disponibilités … souvent le soir après une longue
journée de travail. La bienveillance et la solidarité en sont la marque de fabrique. Continuellement,
une personne est prête à aider un demandeur d’emploi.
L’effet démultiplicateur est souvent impressionnant car ce sont de multiples signaux qui sont ainsi
envoyés dans le fil d’actualité de Twitter. Avec cette « organisation », certains tweets ont ainsi
obtenus plus de 250 RT ! Incroyable ! Au-delà des tweets, ce sont de vrais jobs qui sont trouvés par
ce moyen et comme l’explique Celia Broch : « Ça a tout changé, j’ai eu de mon côté une communauté
qui, en l’espace d’une journée, m’a apporté presque 600 engagements sur ce tweet, et une dizaine
de milliers de vues. Forcément ceci a été d’une grande efficacité puisque grâce à ces relais, mon
employeur a vu mon CV (qui accompagnait mon tweet) et sa chargée de recrutement a pu me
contacter pour un entretien. Deux semaines après, voilà le contrat signé ! »
Une nouvelle force pour des collectifs ?
Au-delà du cas d’ #i4Emploi, je suis persuadé que les groupes, tout comme la possibilité d’attacher 10
comptes à une image, ont démultiplié la possibilité de diffuser des messages dans Twitter. Avec ces
nouvelles fonctionnalités, le réseau social bascule du « Je » au « Nous ». En additionnant la puissance
de diffusion offerte par la somme des followers d’un groupe de twittos, il devient possible de
s’organiser. Les communautés n’ont pas fini de se développer dans Twitter et les pièces secrètes vont
se multiplier.

Publié le 15/12/2015
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-145642-la-puissance-de-la-piece-secrete-detwitter-1184820.php
et
https://www.linkedin.com/pulse/une-pièce-secrète-dans-twitter-décryptage-dun-monde-parallèlejarry

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 70

4.1.3 Comment LinkedIn a écrasé la concurrence
Viadeo, Xing, Plaxo n'ont rien pu faire... En quelques
années LinkedIn est devenu le leader incontesté des
réseaux sociaux professionnels. Récit d'une prise de
pouvoir rapide et sans concessions.
Est-il possible d'imaginer travailler sans allumer un
écran d'ordinateur ? Est-il possible d'imaginer de ne
plus consulter sa messagerie ? En quelques années,
LinkedIn s'est imposé dans l'univers professionnel pour devenir lui aussi indispensable. Le carnet
d'adresses a été révolutionné. La notion de réseau s'est démocratisée. Alors qu'en France, Viadeo
avait pris une longueur d'avance, LinkedIn est rapidement revenu dans la course et a écrasé son
principal concurrent. Comment cela a-t-il pu être possible ?
Le réseau social des pros
Antoine Riboud, le fondateur de Danone, a clairement défini ce qui fait la force d'une entreprise : «
L’innovation est une alliance entre recherche, marketing, instinct, imagination, produit et courage
industriel ». En voulant devenir l’outil de communication inter-entreprises, LinkedIn a pris un virage
majeur pour se transformer en une interface de référence mondiale entre professionnels. Pour cela,
il s’est appuyé sur une base relationnelle d’utilisateurs ayant tissé des liens forts.
Puis, grâce au développement de fonctionnalités de curation de news dans la home page,
l’intégration de présentations de type slideshare, le renforcement des groupes de discussions ou plus
récemment la mise à disposition de blogs intégrés à la plateforme avec Pulse, il est devenu un point
de rencontre quasi quotidien permettant de trouver une information professionnelle de qualité. Le
domaine de la vie « privée » avait Facebook, le monde professionnel est en train de découvrir et
basculer dans LinkedIn pour communiquer et partager.
400 millions d'utilisateurs pour LinkedIn
Les chiffres sont parlants. Au niveau mondial une analyse avec Google Trend permet de voir que
LinkedIn a déjà écrasé ses concurrents Viadeo, Xing et Plaxo. Au niveau français, Google Trend
indique qu’en notoriété LinkedIn devance Viadeo depuis fin 2012. LinkedIn a dépassé les 400 millions
d’utilisateurs quand Viadeo atteint, dit-on, les 65 millions. En France, selon Médiamétrie, depuis
novembre 2012, le trafic est plus important sur LinkedIn que sur Viadeo. Depuis 2012, un gouffre n'a
cessé de se creuser entre les deux outils.
Comment expliquer ce leadership pris par LinkedIn ? Isaac Newton peut nous apporter quelques
éléments de réponse : « Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts ». Il y a
quelques années, en France, Viadeo semblait un leader indétrônable et avait levé avec succès 24
millions d’euros de capitaux propres. Ces fonds devaient aider l’entreprise dans son développement
en France et à l'international (notamment en Chine) et renforcer son leadership. Rien ne s'est passé
comme prévu et la Chine fut un gouffre. 6 motifs me paraissent expliquer cette bascule progressive
et la pénétration de LinkedIn sur le marché français.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 71

1. Les options payantes desservent Viadeo
Une première raison se trouve dans la mise en place sur Viadeo d’options payantes pour développer
un réseau de contacts. Entre les deux plateformes, la différence était devenue flagrante entre le
gratuit et le partiellement payant. Sur LinkedIn, il suffisait de deux clics à partir d’un nom pour se
relier à un contact. Sur Viadeo, la même fonctionnalité nécessitait d’avoir un profil avancé. Un
utilisateur, qui alimente d’informations une base de contacts pour que des professionnels
l’exploitent (DRH, Chasseurs de têtes, Sociétés de service…), est-il prêt à payer pour être présent
dans cette base ?
2. Les Anglo-saxons préfèrent LinkedIn
Une deuxième raison repose sur le quasi-monopole de LinkedIn chez les Anglo-saxons : dans un web
de plus en plus international où les frontières physiques sont tombées, Viadeo a souffert de sa
concentration sur quelques zones géographiques (France, Asie, partiellement en Amérique). Un
réseau entre professionnels peut-il encore se développer si la base de contacts possibles n’est pas
suffisamment étendue, surtout si le réseau voisin est plus large ? Dans une Europe, qui met en avant
la libre circulation des biens et personnes, il parait inopportun d’être limité à quelques pays
francophones (à l’exception notable de la Chine).
3. L'atout des boutons de partage
Une troisième raison est liée à la présence de LinkedIn sur de nombreux sites professionnels avec des
boutons qui déclenchent un partage de l’actualité dans les principales plateformes. Aux côtés de
Facebook, Twitter et Google+, souvent, seul LinkedIn arrive à se faire une place. Viadeo est quasi
absent de ces pages. Pourtant, les réseaux sociaux deviennent progressivement les premiers
véhicules de l’information professionnelle en temps quasi réel. Il suffit de constater sur un site
comme « Les Échos » que Twitter et LinkedIn sont prédominants dans ce registre.
4. De moins bons feedback sur l'actualité avec Viadeo
Une quatrième raison vient de l’utilisation des nouvelles dans LinkedIn ou Viadeo. Dans le premier,
l’interaction avec les actualités est simple à mettre en place alors que, pour le second, elle est plus
délicate. Le nouveau véhicule de renseignements professionnel est ainsi bridé. La différence entre les
deux est d’autant plus flagrante quand on souhaite faire du partage de contenus et qu’on mesure
son impact. Par exemple, j'avais fait des tests sur une information identique publiée sur mon blog et
mise en avant dans différentes plateformes, le flux de lecteurs venant de LinkedIn représentait 10 %
des connexions (cependant très loin de Twitter qui est à plus de 50 %) quand celui de Viadeo était à
moins de 0,1 %.
5. Un annuaire interactif grâce à Android et Windows 8
Une cinquième raison est corrélée au développement des smartphones équipés d’Android et
Windows 8. Dans leurs annuaires de contacts, le lien avec LinkedIn y est natif. Les fiches de contacts
s’ajoutent et se modifient automatiquement. Quel avantage de ne plus avoir à se soucier d’avoir le

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 72

bon numéro de téléphone ou la bonne adresse mail pour joindre une personne ! Le véritable
annuaire interactif existe enfin.
6. Pulse, la nouvelle arme fatale
Une sixième raison est la transformation progressive de LinkedIn en média avec Pulse. D'abord
réservées à quelques-uns via des pages d'auteurs, puis élargies aux influenceurs internationaux, cette
plateforme permet aujourd'hui à n'importe quel professionnel de proposer des textes assez
facilement. Elle démultiplie la visibilité des experts.
Tout modèle est fait pour être réinventé, le leader d’hier peut reconquérir sa place de numéro un en
se démarquant et en innovant. Albert Einstein peut les aider : « Inventer, c'est penser à côté ». Nous
sommes à l’aube d’une nouvelle utilisation des réseaux sociaux professionnels qui émergent avec
une plus grande proximité des communautés professionnelles.

Publié le 10/02/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-151578-linkedin-ou-lart-decraser-la-concurrence1199149.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 73

4.1.4 Comment communiquer efficacement sur les réseaux sociaux
Communiquer sur internet et les réseaux
sociaux, comme LinkedIn, Twitter ou
Facebook, est devenu à la fois très simple et
extrêmement complexe. Simple car les outils à
disposition sont multiples, souvent gratuits et
à portée de quelques clics de souris. Complexe
car il ne suffit pas d’utiliser les réseaux sociaux pour qu’un message se diffuse de façon
exponentielle. Pour communiquer efficacement, il faut se servir des bons réseaux et surtout, au
préalable, avoir tissé une vaste toile pour qu’un signal s’éloigne le plus possible de son point
d’origine.
Comme pour bâtir une maison, la communication sur le web repose avant tout sur des fondations.
Plus elles seront solides, et le nombre de nœuds sera important, plus l’amplitude du signal pourra
être grande et le champ des possibles sera vaste. L’aléa reste néanmoins toujours présent et il
n’existe pas de recette miracle permettant d’anticiper la diffusion d’un message. Pour que le sujet
touche une communauté importante, il faut qu’il corresponde à une thématique à la mode à un
instant « t ». La vague initiale peut alors se transformer en une déferlante et se propager très vite
dans cet océan qu’est la Toile. Ainsi, c’est en utilisant les réseaux sociaux que Michel et Augustin a pu
mettre en place un partenariat historique avec Starbucks. Imaginer traverser l’Atlantique de Brest à
New York en quelques centièmes de secondes, voici le défi qui attend les navigateurs modernes qui
rêvent de conquête de l’Amérique.
Entendre ce qui n’est pas dit
Peter Drucker, professeur et consultant américain en management d’entreprise, disait : « La chose la
plus importante en communication, c’est d’entendre ce qui n’est pas dit ». Observer la
communication des marques de luxe ou simplement tendances est souvent riche d’enseignements.
La communication fait partie de leur ADN. Souvent, elles parlent de leur longue histoire et font la
promotion de leur expertise à haute valeur ajoutée. Leur recherche d’excellence sert aussi à mettre
en avant leurs valeurs. Or, lorsqu’elles associent leur image de marque, cela peut déboucher sur un
partenariat lucratif, comme celui entre Hermès et Apple, symbole de l’alliance du luxe et de
l’innovation, pour produire l’« Apple Watch Hermès ». Les deux marques ont bénéficié largement de
leur notoriété réciproque pour promouvoir ce produit.
S’inspirer des méthodes de ce type d’entreprises permet à tout expert, qui n’est ni communicant ni
marketeur à la base, de communiquer sur ses compétences et de saisir de nouvelles opportunités de
les exposer efficacement sur les réseaux sociaux. De plus en plus, les entreprises utilisent l’image de
ces experts en mettant en avant leurs salariés qui deviennent alors des ambassadeurs de l’entreprise
ou en s’associant à des influenceurs. Cela peut générer une importante visibilité dans les médias
(traditionnels et sociaux) et contribuer à la mise en avant de la performance de l’entreprise et de ses
innovations autour de ses produits ou de ses services. La Croix Rouge, par exemple, fait appel aussi
bien à des salariés, des bénévoles que des influenceurs, tels que Adriana Karembeu, pour
promouvoir sa marque et ses valeurs.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 74

En communication, les méthodes existent souvent depuis longtemps. Il faut savoir les réinventer et
les adapter à ces nouveaux supports que sont les réseaux sociaux.
Le but : atteindre une communauté réceptive
Sur Internet, il est essentiel de se souvenir, à chaque instant, que n’importe quel lecteur peut devenir
un maillon clé dans ce processus de diffusion de l’information. Selon Dominique Wolton, directeur de
recherche au CNRS en sciences de la communication, « dans la communication, le plus compliqué
n’est ni le message, ni la technique, mais le récepteur. » Si le message est pertinent et intemporel,
alors il ne trouve quasiment jamais de limite dans sa diffusion et sa rediffusion. Atteindre une
communauté réceptive à une thématique doit être l’objectif prioritaire du communicant qui veut
mettre en avant une marque ou une idée.
Les réseaux sociaux facilitent ce mouvement perpétuel de « réplication des signaux » et, en ajoutant
de nouvelles fonctionnalités, ils n’ont cessé d’augmenter cette force de frappe. Ainsi l’extension en
2015, à des groupes de personnes, des DM (Direct Message) de Twitter a permis le développement
rapide d’un collectif de plus de 800 influenceurs (comptabilisant plus de 900 000 followers) pour
relayer les tweets de personnes en recherche d’emplois, utilisant le hashtag #i4Emploi.
Enfin, il est primordial d’analyser les facteurs de diffusion des informations pour décrypter les
mécanismes de chaque réseau utilisé. Selon Jean-Luc Lagardère, industriel français et patron de
presse, « la communication est une science difficile. Ce n’est pas une science exacte. Ça s’apprend et
ça se cultive. » Dans notre monde de l’ultra-connexion, il faut observer le comportement du marché,
des concurrents et oser, quand c’est nécessaire, sortir des sentiers battus tout en restant
pragmatique.

Publié le 25/02/2016
http://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2016/02/10031-comment-communiquer-efficacementsur-les-reseaux-sociaux/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 75

4.1.5 Le nouveau monde des Réseaux Sociaux
Pénétrer le monde des réseaux sociaux revient
à s’offrir une nouvelle chance de découvrir le
milieu professionnel. Alors que pendant des
siècles les hommes ont pensé que la Terre était
plate, Galilée a changé le paradigme et ouvert
le champ des possibles. La Terre est ronde ?
Imaginer que la Terre ait pu être plate, et
limitée, est complètement incongru de nos
jours. Penser que la Terre est ronde revient à
percevoir que le monde n’a plus de frontières. Dans un univers sans limites, il est possible en
permanence de porter un regard différent sur ce qui nous entoure. Il est envisageable de se
connecter avec tout le monde. Les réseaux sociaux nous offrent cette chance de pouvoir
communiquer avec des experts, des dirigeants et une multitude d’autres professionnels. Une
bibliothèque universelle de savoirs et de connexions s’est ouverte. Il serait dommage de ne pas en
profiter et de ne pas chercher à l’explorer.
Les réseaux sociaux permettent de tisser des liens et de construire une toile d’araignée pour s’unir
avec une multitude de professionnels. Ils offrent la possibilité d’accéder à de multiples connaissances
et de partager de l’information. Ils permettent de passer dans le monde de l’ultra collaboratif et de
l’ultra connexion. En pénétrant cet univers, c’est une porte vers l’innovation qui s’ouvre car les
réseaux sociaux changent les comportements. Monde parallèle, qui est pourtant tellement proche du
notre, progressivement, ils se dévoilent pour générer de l’interaction et bouleverser notre vision des
choses.
Au-delà de toutes les impressions, il ne faut jamais penser que les réseaux sociaux sont un monde
irréel. Ils permettent tellement de liens réels qu’ils transforment à jamais ceux qui les explorent.
Rapidement, leurs utilisateurs découvrent la force du lien réciproque, la force de passer du « je » au
« nous », la force de la découverte improbable. Il ne faut jamais oublier cette phrase de Galilée : « Je
n’ai jamais rencontré d’homme si ignorant qu’il n’eut quelque chose à m’apprendre. »

Publié le 08/05/2016
https://albanjarry.com/2016/05/08/le-nouveau-monde-des-reseauxsociaux-trucs-et-astucesabordonslesrs-n1-pour-axielles/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 76

4.1.6 Un réseau en toile d’araignée
Petit à petit, l'internaute tisse sa toile sur les réseaux
sociaux afin d'attirer dans ses filets les informations qu'il
désire.
Au fil du temps et de leurs évolutions, les réseaux sociaux
sont devenus des sources d’accès à l’information
provenant des médias, des blogs, des entreprises, des
experts ou plus généralement de tous les utilisateurs
d’internet.
Ces plateformes sont maintenant reconnues comme « des médias des médias » ou comme
l’équivalent du fil AFP de leurs utilisateurs. Point d’accès, en temps réel, à tout ce qui se passe sur
notre planète, il suffit de s’y connecter pour comprendre qu’en quelques clics une masse de
nouvelles surgit et que plus aucune information importante n’échappe à leurs utilisateurs.

Tisser des toiles
Lorsque graphiquement sont représentés les réseaux sociaux, souvent, l’image d’une toile d’araignée
apparaît où l’utilisateur est positionné au centre. En effet, afin de capter les informations pertinentes
et les attirer inexorablement vers lui, l’utilisateur des réseaux sociaux doit, comme une araignée,
tisser sa toile, ou ses toiles, dans ces multiples univers.
Qu’ils soient virtuels ou réels, les mécanismes de la constitution des réseaux restent toujours
similaires et les techniques de base n’ont finalement que peu changé au cours du temps. En
revanche, ce qui a considérablement évolué, c’est le passage de la possibilité d’utiliser des réseaux
très verticaux dans la vraie vie à la possibilité de traiter les connexions de manière matricielle dans le
virtuel. L’infini des possibles a surgi.
L’univers virtuel se distingue aussi par la rapidité qu’il génère et par les nombreux avantages qui
permettent de s’y déplacer instantanément, la téléportation y a quasiment été inventée. L'écrivain
Jules Renard disait : « Quelques gouttes de rosée sur une toile d'araignée, et voilà une rivière de
diamants ».
Ainsi, en tissant, l’utilisateur doit avoir conscience des opportunités qui vont se présenter et penser
comment il va parvenir à être suffisamment efficace pour que la structure mise en place corresponde
à ses besoins actuels et futurs. Tout en conservant à l’esprit que, dans un univers sans limites, il faut
sans cesser s’adapter et évoluer.

Adapter sa toile à soi
Comme dans la nature, il n’existe pas de méthode unique pour les araignées pour tisser leurs toiles
qui peuvent être géométriques ou irrégulières. En fonction de ses besoins, chaque araignée va tisser

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 77

la toile qui lui conviendra le mieux. De la même manière, l’utilisateur des réseaux sociaux dispose de
multiples options.
En fonction de son secteur, de son expertise, de ses hobbies et plus généralement de ses besoins, il
faudra analyser où sont publiées les principales nouvelles susceptibles de l’intéresser et qui
engendreront l’envie de revenir quotidiennement dans le ou les réseaux sélectionnés.
Il faudra observer quelles sont les méthodes qui semblent les meilleures pour atteindre l’objectif
prédéterminé. Il faudra considérer quels sont les réseaux les plus efficaces, notamment par la
présence de communautés actives, sur les sujets recherchés.
L’évolution récente des réseaux sociaux comme Twitter, LinkedIn, Facebook, YouTube ou Instagram
révèle aussi qu’en fonction des formats, les plus pertinents dans son domaine d’activité, l’utilisateur
sera incité à sélectionner tel ou tel réseau.

Une toile qui nécessite du lien
Il ne faut jamais perdre de vue que l’araignée se sert également de sa toile pour l’alerter grâce aux
vibrations que peut transmettre chaque fil. Les réseaux sociaux constituent ainsi rapidement un
réseau d’alertes de leurs utilisateurs.
Dans cet univers, l’importance de se lier à des communautés apparaît rapidement comme une
évidence. La solitude y est la pire des situations. Un émetteur qui n’interagit peu ou jamais avec les
récepteurs en trouvera très rapidement les limites. L'écrivain Maxime Allain a ainsi déclaré que « l
'Internet serait une toile comme les autres si elle n'avait ses millions d'araignées... ».
Lorsque l’on observe la force collective des araignées pour bâtir la plus grande toile du monde en
Australie , comme l’a révélé le « Guardian », il convient de s’en inspirer pour bâtir son propre réseau
de toiles dans les réseaux sociaux. Plus le réseau établira de liens avec d’autres réseaux, plus la force
collective ainsi développée sera vaste, et, bien entendu, plus il sera efficace d’y trouver une
information pertinente sur une thématique donnée ou d’y propager ses propres informations.
Dans ce système, il y a de multiples façons de tisser sa toile. Certains préfèrent avoir un nombre
limité d’abonnements pour circonscrire le flux et les connexions, d’autres préfèrent un mode
beaucoup plus ouvert et vaste en privilégiant les abonnements réciproques, la structure des toiles
peut ainsi différer considérablement d’un profil à l’autre.

Du virtuel au réel
En essayant différentes méthodes, chacun trouve ainsi la solution qui lui convient le mieux et qui
génère les interactions les plus pertinentes avec son écosystème. Néanmoins, il ne faut jamais
oublier l’histoire de Paul Revere et son incroyable chevauchée pour lancer son cri d’alarme et lever
une armée. Sur les réseaux sociaux, l'aléatoire est une force.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 78

Au-delà de simplifier les moyens de communication et de diffuser l’information, les réseaux sociaux
permettent également de transformer ces simples échanges en des relations fortes et durables. Au
royaume de l’instantané, et du nombre de caractères limités, se joue aussi le long terme. En effet, les
communautés qui s’y créent incitent aux rencontres dans la vraie vie.
Et ces contacts qui au départ ne semblent que virtuels, se produisent un peu par hasard et sont reliés
par des fils extrêmement fins pouvant forger des relations pérennes. Alors, comme le poète William
Blake, l’utilisateur des réseaux sociaux constatera que « l 'oiseau a son nid, l'araignée sa toile, et
l'homme l'amitié ».

Publié le 12/06/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-157888-un-reseau-en-toile-daraignee2005665.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 79

4.1.7 Les mystères de Twitter
« Ceux qui aperçoivent la lumière avant les autres sont
condamnés à la poursuivre en dépit des autres » disait
Christophe Colomb. Lorsque vous découvrez un nouveau
monde, vous n’imaginez pas les trésors que vous allez y
trouver.
Aborder Twitter peut sembler parfois complexe. Cet
univers ressemble-t-il vraiment à un nouveau far west ?
Quelles en sont les règles du jeu ? Jamais vous ne pouvez
penser que vous allez pouvoir y découvrir des mines d’or aux filons inépuisables. Twitter recèle de
multiples possibilités et offre d’incroyables opportunités dans le monde professionnel. Véritable
média des médias, il devient rapidement l’indispensable fil AFP des professionnels qui l’utilisent où
TOUTE l’information est disponible en temps réel. En quelques clics, il est possible d’y entendre ce
qui n’est pas dit dans le monde réel, de percer les secrets des informations partagées par de
multiples experts, d’accéder à tous les médias du monde. Twitter est sans frontières et l’information
s’y propage sans limites. Les murs y tombent.
Twitter permet aussi d’étendre de façon considérable son réseau, d’intégrer un schéma d’une infinité
de relations 1-1 où l’échange et le partage sont les règles d’or. Dans Twitter, il est possible de
transformer rapidement son réseau virtuel en réseau réel et de contacter aussi bien d’autres
professionnels, que des dirigeants ou des journalistes. Il est possible d’y faire des rencontres
professionnelles incroyables et assez simplement. Ce réseau est devenu le plus ouvert à la mise en
relation professionnelle. Dans Twitter, il faut apprendre à oser pour que le chemin s’éclaircisse et
que la lumière surgisse. Il faut savoir discuter en groupe pour éviter les promenades solitaires.
Twitter est un monde où l’ouverture d’esprit est la règle et, souvent, les professionnels que l’on y
croise sont bienveillants et partageurs.

Publié le 27/06/2016
https://albanjarry.com/2016/06/27/les-mysteres-de-twitter-trucs-et-astuces-abordonslesrs-n2-pouraxielles/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 80

4.1.8 Les réseaux sociaux sont un brise-glace du networking
Depuis que les êtres humains explorent la
Terre, ils n’ont de cesse de créer de nouvelles
voies pour se rapprocher et mieux interagir les
uns avec les autres. Ainsi, la conquête de la
route maritime du nord dans l’Arctique nous
montre que pour toujours avancer il faut
savoir briser la glace pour contourner les pôles.
Traditionnellement, les premières rencontres en networking génèrent une phase de découverte qui,
pour de nombreuses personnes, constitue un obstacle infranchissable à cause de leur timidité ou de
leur appréhension à entamer une discussion avec des personnes inconnues.
Traditionnellement, des personnes ont toujours été plus à l'aise pour se lier avec les autres, pour
discuter avec des inconnus puis échanger avec eux leurs cartes de visite. Avec l'avènement des
réseaux sociaux, les paramètres ont été profondément modifiés et nombreux sont ceux à considérer
qu'ils sont des facilitateurs du networking, des facilitateurs de la mise en relation et souvent des
facilitateurs de discussions.
Un double effet bénéfique
Aujourd'hui, se lier sur les réseaux sociaux professionnels peut provoquer un double effet bénéfique.
Les sujets partagés, retweetés ou likés vont amener à entamer des discussions "virtuelles" sur des
sujets d'intérêt commun.
Puis, lors de rencontres en networking, ils provoquent une facilité à briser la glace plus facilement et
à entamer des discussions réelles beaucoup intéressantes que celles qui auraient pu se faire sans ce
lien préalable. Ces liens virtuels vont même jusqu'à donner, en "IRL" (dans la vraie vie), l'impression
de s'être déjà rencontrés auparavant.
Un lien bien réel
En se liant préalablement, le paradigme du networking se métamorphose ! Lorsque deux personnes,
reliées sur les réseaux professionnels, se croisent pour la première fois, elles vont aller au-delà du
simple échange de cartes de visite (devenu totalement inutile) pour communiquer autrement en
s'appuyant sur la relation virtuelle construite.
Transférer dans la vraie vie les réseaux virtuels devient une force pour générer une communication
plus aisée et les discussions deviennent rapidement passionnantes dans la lignée des échanges sur
les réseaux sociaux. L'effet briseur de glace opère alors à plein régime !
De manière inattendue, ce qui au départ peut sembler être une heureuse exception devient la règle.
La puissance de la mise en relation virtuelle est devenue un élément essentiel dans le renforcement
d'un réseau réel.
Des rencontres

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 81

Dans un billet récent sur son blog, Patrice Hillaire a ainsi expliqué comment, grâce aux réseaux
sociaux, il a d'abord fait la connaissance "virtuelle" du community manager de Cochonou. " Je m'étais
aperçu alors que Thibault le community manager de Cochonou était, comme souvent sur le Tour,
passionné et totalement investi pour faire partager les plus beaux moments de la marque pendant le
Tour".
Et, grâce à leur hobby commun, ce lien virtuel s'est matérialisé par une rencontre bien réelle. En
l'occurrence, une invitation exceptionnelle à partager une journée dans la caravane du Tour de
France ! Toutes les rencontres virtuelles ne débouchent pas sur une telle opportunité, mais, dans son
billet et sa démarche, Patrice a montré la force de la translation de ces relations sur les réseaux
sociaux dans le monde réel.
Au coeur du monde professionnel
Il ne faut plus voir le monde des réseaux sociaux comme étant un simple monde parallèle en dehors
du monde réel, mais bien comme un maillon supplémentaire de la chaine qui nous rapproche les uns
des autres pour apprendre à mieux communiquer ensemble et à mieux nous connaitre.
Les réseaux sociaux sont devenus un formidable moyen de nouer des contacts, de multiplier les
sujets de discussion et de rapprocher les professionnels les uns des autres. Ils génèrent de nouvelles
formes de proximité et peuvent s'assimiler à un antidote contre l'isolement et la déshumanisation
qui peut parfois toucher notre monde. Ils sont devenus des éléments essentiels du networking et du
renforcement des réseaux.

Publié le 18/07/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-158972-les-reseaux-sociaux-sont-un-brise-glacedu-networking-2015056.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 82

4.1.9 Le Petit Prince nous éclaire sur les réseaux sociaux
De la solitude, au milieu du désert, à sa rencontre
avec le Petit Prince… Antoine de Saint Exupéry
nous a entrainés dans son sillage lorsque son avion
tomba au milieu du Sahara. Cette découverte, de
nouveaux êtres, se produit pour chacun d’entre
nous lorsque nous sommes plongés au milieu des
réseaux sociaux et découvrons ces terres
inconnues.
Relire le Petit Prince, d’Antoine de Saint Exupéry, devrait être un prérequis avant de pénétrer
l’univers des réseaux sociaux. Le relire à intervalles réguliers éclairera beaucoup d’utilisateurs sur cet
environnement qui, bien que virtuel, représente une forme de notre société qui est si proche de la
vie réelle. Depuis l’époque d’Antoine de Saint Exupéry, les relations humaines ont finalement si peu
changé. Dans ces espaces, qui n’ont de numérique que l'hébergement, les principes sont restés
constants et le désert initial du monde des réseaux sociaux nous est finalement si familier et si
proche.
Apprivoiser les autres
Comme lors de la rencontre avec le renard, l’objectif des réseaux sociaux est avant tout de se lier les
uns aux autres et de s’y apprivoiser. Dans cet univers, la solitude est la pire des situations. Comme le
Petit Prince, leurs utilisateurs sont en quête de sociabilité et cherchent à se réapproprier ce dialogue
:
« - Non, dit le Petit Prince. Je cherche des amis. Qu'est-ce que signifie "apprivoiser" ?
- C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie "créer des liens..."
- Créer des liens ?
- Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits
garçons.
- Si tu veux un ami, apprivoise-moi !
- Que faut-il faire ? dit le Petit Prince.
- Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça,
dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'oeil et tu ne diras rien. Le langage est source de
malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près... »
En quelques lignes, tout est dit sur l’intérêt de se découvrir et sur la force que peut générer
l’observation. En se reliant pour créer de nouveaux maillons dans cette chaîne virtuelle, deux êtres
vont apprendre à partager ensemble pour rendre plus forte leurs interactions et celles avec leurs
communautés.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 83

Les réseaux sociaux nécessitent de tisser des liens, d'apprendre à se connaître pour permettre la
découverte de personnes extraordinaires. Comme dans tout apprentissage, il faut souvent être
patient. Malgré l'instantanéité de ce monde où tout se partage en quelques clics, la force de la
relation est souvent issue d'un apprivoisement mutuel où la finalité devient de mieux se comprendre
et de s'adapter aux autres.
Trouver des fleurs
Au coeur des réseaux, de multiples trésors attendent leurs utilisateurs. Véritables fontaines de
jouvences de l'information en continu, ils métamorphosent la façon de se situer au milieu des autres.
Au centre du système créé, chacun et chacune découvrent avec émerveillement cette magnifique
fleur que recherchait le Petit Prince : « Si quelqu'un aime une fleur qui n'existe qu'à un exemplaire
dans les millions et les millions d'étoiles, ça suffit pour qu'il soit heureux quand il les regarde. Il se dit
: "Ma fleur est là quelque part..." Mais si le mouton mange la fleur, c'est pour lui comme si,
brusquement, toutes les étoiles s'éteignaient ! Et ce n'est pas important ça ! »
Les mises en relation offrent à chaque fois une chance unique de découvrir des personnes
partageuses, bienveillantes et empathiques. Dans nos villes qui, depuis la révolution industrielle, se
sont tant déshumanisées, où chacun peut ignorer son voisin, il est devenu possible de tisser un
réseau qui, du virtuel au réel, pourra se matérialiser. Bien utilisés, ils offrent à tous leurs utilisateurs
d'appréhender les relations humaines différemment. Au milieu des réseaux sociaux, il existe des
milliers de fleurs qui chaque seconde éclosent. Elles consolident ces liens qui se créent pour relier
leurs utilisateurs entre eux.
Éviter les travers
Comme dans le Petit Prince, les réseaux sociaux hébergent aussi ces habitants de planètes éloignées
et si étranges qui nous rappellent les travers de l'humanité. Le roi de l'astéroïde B 325 ? Il
recherchera aussi ce sujet unique qui lui obéira en toutes circonstances. Le vaniteux ? À chaque
noeud de cette matrice virtuelle, il voudra être admiré. Le buveur de l'astéroïde B 327 ?
Invariablement, il restera seul face à son addiction. Le businessman de l'astéroïde B 328 ? Sans cesse,
il comptera et recensera ces scores qui matérialisent le succès de son entreprise. L’allumeur de
réverbères ? Il continuera d'assurer cette présence qui, à force, pourra devenir ridicule. Le géographe
? Il tentera de s'appuyer sur les autres pour dresser son propre état des lieux et ainsi créer sa
matrice.
Dans cet espace qui invite au voyage, les rencontres peuvent se multiplier. Antoine de Saint Exupéry
rappelle les travers qui peuvent habiter les êtres et notre humanité. Il rappelle que notre société est
aussi extrêmement diversifiée et que chacun aura un regard différent sur le monde qu'il découvrira.
De l'imaginaire de cet auteur surgissent tant de situations qui semblent si réelles de nos jours que le
Petit Prince nous donne sans doute les clés pour mieux découvrir les autres et approfondir notre
introspection.
Chacun des utilisateurs peut devenir ce géographe capable en quelques clics de parcourir la Terre
pour l'explorer sans jamais bouger de son fauteuil : « C’est un savant qui connaît où se trouvent les
mers, les fleuves, les villes, les montagnes et les déserts ». Grâce aux réseaux sociaux, mieux

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 84

découvrir les autres passe par un voyage sans limites. Dans cet univers, toute l'information est
devenue tellement accessible facilement qu'elle peut se retrouver à portée de mains pour ceux qui
savent exploiter cet univers et les connexions qu'il offre.
Imaginer son mouton
Dans l'espace mis à disposition, il existe de multiples façons de construire son réseau pour
développer son écosystème, de se projeter dans cet inconnu pour mieux se l'approprier. Tous les
utilisateurs essayent de s'illuminer en pensant à ce merveilleux mouton qu'il est si difficile de
représenter.
Comme dans le Petit Prince, ils bâtissent leur environnement qui sera si différent et si semblable à
celui qu'ils connaissent dans la vraie vie. Ils imaginent cette nouvelle réalité qui peut paraître si loin
ou si proche de ce qu'ils connaissent usuellement. À force de tisser leurs toiles, ils cherchent à
parvenir à un résultat qui est à portée de leurs doigts. C'est peut-être encore une fois Antoine de
Saint Exupéry qui leur fournira la clé :
« Alors, faute de patience, comme j'avais hâte de commencer le démontage de mon moteur, je
griffonnai ce dessin-ci.
Et je lançai :
- ça, c'est la caisse. Le mouton que tu veux est dedans.
Mais je fus bien surpris de voir s'illuminer le visage de mon jeune juge :
- C'est tout à fait comme ça que je le voulais »
Un mouton dans une boite ? Un Petit Prince au milieu du désert ? Ce sont ces découvertes
inattendues qui attendent leurs utilisateurs au détour de ces noeuds que proposent ces toiles
géantes. Ils laissent à la fois vagabonder l'imaginaire tout en offrant la réalité à chaque instant.
Ils proposent un monde si près de celui que nous connaissons qu'il n'est finalement pas si difficile de
se le représenter. Au bout de quelque temps, peut-être, que cette terre désertique sera apprivoisée
et que ce qui semblait au départ invisible dans une boite apparaîtra dans toute sa splendeur.

Publié le 01/08/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-159348-le-petit-prince-nous-eclaire-sur-lesreseaux-sociaux-2018078.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 85

4.1.10 Gérer son réseau dans Linkedin
Il existe de multiples façons de gérer son réseau dans
Linkedin. Certaines personnes choisissent de ne se
relier qu’aux personnes qu’elles connaissent très bien,
d’autres de se lier à toutes celles avec qui elles ont
échangé leurs cartes de visites, enfin une troisième
catégorie privilégie les connexions variées avec toutes
les personnes dont elles comprennent le profil. Il
n’existe pas de bonnes ou de mauvaise méthode entre
ces 3 solutions car toutes ont leurs avantages et leurs
inconvénients. Ce qui importe, en abordant LinkedIn, c’est de se fixer un cap, puis, comme dans
toute bonne navigation, en fonction des vents, d’en changer pour atteindre plus rapidement le port
de destination.
Personnellement, j’ai choisi d’avoir un réseau ouvert avec des connexions partagées où j’accepte
toutes les personnes dont je comprends le profil. Pourquoi ? Car j’ai découvert, grâce aux réseaux
sociaux, la force des connexions improbables et l’importance de sortir de sa zone de confort. Il faut
apprendre à y oser la mise en relation ! Cette technique, à l’origine inspirée d’un article paru dans la
Harvard Business Review (« Comment construire votre réseau » publié avril mai 2013 dans la version
française et sous le titre original de « How to build Your Network » en 2005), s’appuie sur la
description de la chevauchée de Paul Revere. Pour atteindre des points de relais de plus en plus
lointains, il est nécessaire d’ouvrir le plus possible son réseau de proximité puis d’interagir avec des
cercles de connexions de plus en plus larges. Cette technique m’a permis de rencontrer en IRL de
nombreux experts, des dirigeants et des personnalités puis de lier des contacts amicaux avec
beaucoup d’entre eux. Jamais, sans ces réseaux, je n’aurais pu rencontrer et découvrir autant de
personnes extraordinaires en si peu de temps ! Jamais si je m’étais cantonné à des relations de
proximité cela n’eut été possible.
Grâce à ces réseaux, je crois de plus en plus à la force communautaire du monde professionnel et à
leur translation dans le monde réel. On parle beaucoup de l’impact du numérique dans le monde de
l’entreprise mais il ne faut pas non plus négliger son impact de notre vie réelle et la fantastique
aventure humaine qu’ils permettent.

Publié le 09/08/2016
https://albanjarry.com/2016/08/09/gerer-son-reseau-dans-linkedin-trucs-et-astuces-abordonslesrsn3-pour-axielles/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 86

4.1.11 Twitter, un effet de loupe sur l’information
Plus rapide que les autres, alimenté par tous les
médias, la force de Twitter est d’être devenu une
référence dans l’art de propager une nouvelle.
Au coeur d’un système humain, qui a fait de
l’information sa fontaine de jouvence, Twitter
est devenu un pilier de cette ère de
l’ultraconnexion. Tout utilisateur découvre et redécouvre, à chaque nouvelle connexion, la
force de ce réseau et son invraisemblable capacité à véhiculer des informations en temps
réel. Chaque membre a le sentiment de pénétrer un cercle très fermé des humains ultrainformés de tout ce qui se passe à chaque recoin de notre monde.
Chaque membre est en permanence plongé au coeur de l’actualité et a l’impression de
s’approcher au plus près des événements par la lecture de textes, la visualisation d’images
ou de vidéos, quels que soient les lieux où elles sont captées. Tour à tour, le ressenti peutêtre de se situer au coeur du système, comme au coeur du noyau d’un atome, ou d’être un
électron parmi tant d’autres qui tournent autour de chaque nouvelle et en facilitent la
propagation.
Une multitude de signaux
Invariablement, le réseau amplifie les signaux dès lors qu’ils émettent un bruit de fond
suffisant pour se retrouver propulsés dans les timeline. Comme des vagues déferlant à de
multiples reprises, les tweets émergent quand ils sont repris par suffisamment de
connexions. Capable de porter aux nues des évènements, des entreprises, des personnes ou
des informations, le système peut, tout aussi rapidement, pratiquer la politique de la terre
brulée et incendier l’élément qui sera contraire au flot habituel ou qui ne respectera pas
certaines règles.
Au XIXe siècle, l’écrivain suisse John Petit-Senn disait « On regarde à la loupe les qualités de
ceux qu'on aime et les défauts de ceux qu'on hait ». Le principe de l’observation permanente
est resté invariable dans les réseaux sociaux modernes où tout est scruté et commenté. En
démultipliant la visibilité du moindre fait, ils reflètent cette humanité où tout se partage et
tout se propage. Chacun se retrouve à tour de rôle acteur et observateur de cet immense
plateau de jeu où se matérialisent les échanges dans cette limite de 140 caractères.
Distorsion de réalité
Dans cet environnement, l’information est scrutée pour ensuite être digérée puis disséquée.
Des événements touchant la société, des manifestations sportives, ou plus généralement
tout ce qui peut générer un flot inépuisable d’échanges, sont mis en avant. Tout est fait pour
que la masse propage l’élément unique et important en lui offrant toujours plus de visibilité

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 87

par des relais. Pour l’utilisateur, des biais peuvent apparaître et il est important de toujours
rester attentif, car même les médias peuvent emprunter de fausses voies et véhiculer des
informations erronées.
Donald Richard DeLillo, un écrivain américain, pensait qu’« En période de crise, la vérité est
ce que disent les autres. Aucune information n'est moins sûre que celle qu'on pense avoir. »
L’effet loupe des réseaux sociaux peut générer ces distorsions de la réalité qui trompent les
lecteurs des flux. En jonglant avec les règles, certains réinterprètent ce que pensait, Yvan
Audouard, un écrivain français : « U ne information plus un démenti, cela fait deux
informations pour le prix d'une. Et c'est toujours la fausse qui reste dans les mémoires. » Sur
Twitter, comme ailleurs, il ne faut jamais oublier de savoir prendre du recul pour éviter de se
laisser abuser.
Tenir un rôle
En étant acteur, l’utilisateur élargit la palette des possibles et sort du rôle de propagateur. En
inversant son positionnement, il bénéficie à son tour de l’opportunité de communiquer
autrement et d’y propager des idées. Winston Churchill pensait qu’« Il vaut mieux faire
l’information que la recevoir ; il vaut mieux être acteur que critique. » Plus engagé dans ce
rôle, l’utilisateur peut se saisir de l’effet des loupes pour tenter de les diriger vers ses tweets.
Le rôle d’amplificateur du système joue en sa faveur s’il propose un contenu apprécié de son
lectorat ou lui permettant d’être un maillon plus puissant d’une communauté.
L’implication dans le réseau modifie les perceptions et l’utilisateur proactif fait évoluer son
angle de vue au fur et à mesure que son expérience grandit. En contribuant, il renforce son
rôle de noeud de passage dans ce réseau et bénéficie des multiples échanges qui se créent
autour de ses écrits.
Face à la multiplicité de tous les éléments qui ne cessent d’intégrer le système, il participe
aussi à la diversité des échanges qui y sont générés et lutte contre l’oubli inévitable qui
atteint tous les éléments qui y sont partagés, car, comme le pensait Pierre Joliot-Curie, un
biologiste français, « Face à la croissance explosive des techniques de communication de
l'information, les capacités de notre cerveau d'acquérir, de stocker, d'assimiler et d'émettre
de l'information sont restées inchangées » et les réseaux sociaux n’ont pas fait évoluer notre
capacité à absorber toujours plus d’informations. À chaque instant, la loupe permet à
chacun de faire un zoom sur l’information à extraire et à retenir… pour un temps.

Publié le 17/08/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-159644-twitter-un-effet-de-loupe-surlinformation-2021156.php?XqEf7QMqRqJq2mf1.99

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 88

4.2 Communication, marketing et influence
4.2.1 Comment innover dans sa communication professionnelle
Nous sommes entrés dans l'ère de l'ultra
communication, de l'ultra connexion sur les réseaux,
de l'ultra diffusion. Le numérique bouleverse les
codes de la communication professionnelle. Sans
cesse, il faut savoir trouver les bons modes de
diffusion et se réinventer.
Comment imaginer qu’une personne qui n’a jamais
suivi de cours de marketing ou de communication puisse arriver à écrire des articles ou à parler
devant un auditoire avec aisance ? Qu’une personne qui n’a jamais été un littéraire puisse jouer avec
les mots du jour au lendemain ?
« Dieu merci, je ne connaissais pas les règles de la photographie ! Si je les connaissais, je n’aurais pas
été aussi créatif ». Cette phrase de Philippe Halsman est le symbole de ce qu’il est possible de faire
dans le nouveau monde de la communication que nous découvrons.
Ténacité et audace
Cela fait maintenant trois ans que j’écris des tribunes dans les médias participatifs. Trois ans que
j’imagine de nouveaux thèmes et que j’essaye de repousser les limites de mon imaginaire. Trois ans
que je livre régulièrement le fruit de mon observation du monde professionnel. Trois ans aussi que
j’interviens en conférence et m’amuse à concevoir des présentations originales.
Trois ans aussi que j’explique ce cheminement et cette façon de communiquer… La communication
moderne est exceptionnelle, car elle permet à tout le monde de pouvoir s’exprimer, de pouvoir
proposer des idées, de pouvoir interagir avec d’autres personnes.
Souvent, je me demande ce qui a pu me pousser à appuyer la première fois sur le bouton pour
proposer une contribution. Comment j’ai pu oser proposer une tribune à des journaux spécialisés
dans l'économie ou la finance ? Comment j’ai pu prendre le risque de m’exposer ainsi dans mon
monde professionnel ? Ce jour-là, j’ai appris à oser. Il fallait probablement aussi de l’audace.
Jouer avec les mots est rapidement devenu un plaisir, une source d’évasion dans le monde
professionnel. Plus vous écrivez, plus les idées s’enchaînent. Il faut les noter sinon elles s’envolent…
puis disparaissent. J’ai découvert la crainte de l’oubli d’idées, mais j’ai aussi découvert la joie de
rebondir vers de nouvelles idées.
Tout le monde peut y parvenir
De ces multiples feuilles de brouillons naissent parfois d’autres réflexions et in fine une nouvelle
tribune. En trois ans, j’ai appris à affiner mon style. Parti de rien, je suis persuadé que si j’ai pu le faire
alors tout le monde peut y arriver.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 89

Au départ, il faut simplement structurer un peu son discours, poser des fondations suffisamment
solides. La communication moderne est basée sur des défis perpétuels. Il faut apprendre à raconter
de belles histoires, à matérialiser la réalité par des exemples parlant.
Steve Jobs disait que « La créativité consiste juste à connecter les choses. Quand vous demandez aux
personnes créatives comment ils font quelque chose, ils se sentent un peu coupables parce qu’en
réalité ils ne l’ont pas vraiment fait. Ils ont juste vu quelque chose qui leur semblait évident après un
certain temps ».
Rendre visible son texte
Lorsqu’une publication est achevée, elle échappe instantanément à son auteur. Elle doit vivre sa vie,
se diffuser, s’envoler. La communication moderne repose aussi sur l’art de savoir amplifier la visibilité
d’un texte. Trouver les bons canaux de distribution, les endroits où se situent des lecteurs potentiels,
où il sera possible de partager et d'échanger pour avancer.
Avec les réseaux sociaux, les moteurs de recherche et une bonne indexation, un écrit ne disparaît
jamais complètement. Il est toujours possible de lui offrir une seconde jeunesse. La communication
moderne est basée sur la capacité à transformer un pic de lectures en une multitude d’évènements
et de pics. Si un signal s’est déjà propagé avec succès, il est probable que sa réplique pourra toujours
trouver un nouveau lectorat.
Une science qui se cultive
Tout cela prend du temps me direz-vous ? Oui, c’est certain ! Mais Steve Jobs en parlait aussi très
bien ! « Si vous regardez avec attention, la plupart des succès obtenus du jour au lendemain
prennent beaucoup de temps ». La production de contenu nécessite du travail… le soir et le weekend. Parfois, cela peut être épuisant…
Souvent, je pense que j’aurais pu produire mille autres choses. Je me replonge dans mes brouillons…
La communication moderne est aussi de vivre sans regret et d’avoir conscience que des milliers
d’opportunités sont à portée de mains.
Mais publier est aussi choisir… Dans quelques instants, cette tribune vivra sa propre vie, elle trouvera
ou non ses lecteurs, elle se propagera sur les réseaux. Jean-Luc Lagardère disait que « La
communication est une science difficile. Ce n'est pas une science exacte. Ça s'apprend et ça se cultive
»

Publié le 03/02/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-149384-innover-dans-sa-communicationprofessionnelle-1197395.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 90

4.2.2 Communication de marque : quand le hors cadre donne un temps d'avance x
Pour innover, Uber s'est appuyé sur son réseau de
consommateurs, tout en réinventant les règles du
jeu qui régissaient le secteur du transport payant
de passagers. Une stratégie que devraient suivre
les marques pour booster leur audience.
La communication numérique est souvent
comparée à une partie d’échecs hautement
stratégique. Dès le début de la campagne, une marque doit préparer sa stratégie et savoir sur quels
relais elle va pouvoir s’appuyer. Au fur et à mesure, elle doit réanalyser la situation pour parvenir au
résultat espéré, car il est rare que le cheminement soit linéaire. Les échecs, comme tous les jeux de
stratégies, sont extrêmement normés. Il y a peu de règles plus strictes que celles du jeu d’échecs.
Ultra réglementé, en théorie, il est impossible de sortir du cadre imposé, impossible d’imaginer de
nouvelles règles pour gagner autrement. Les meilleurs joueurs se distinguent par leur capacité à
anticiper et calculer de nombreux coups à l’avance. Ils anticipent les mouvements. Ainsi, ils
parviennent en permanence à modéliser en 3D la situation dans leurs cerveaux, le plateau de jeu
devient presque virtuel chez ces génies. Tout le monde aimerait se projeter dans leurs cerveaux pour
voir ce qui s’y passe.

Les règles d'Uber
Lorsqu’Uber a mis en place sa stratégie, il faisait face à l’univers des taxis. Les règles du jeu étaient
immuables depuis des années. Cette profession était ultra réglementée sur le papier. Tout
observateur externe leur aurait dit qu’ils n’avaient aucune chance de l’emporter, aucune chance de
créer un business pour transporter avec de nouvelles règles des humains. Pourtant, nous savons
maintenant ce qui s’est passé. Au lieu d’attaquer de front ce marché, en utilisant les mêmes règles
que les taxis, ils ont inventé une nouvelle forme de jeu à l’extérieur des réglementations.
Inimaginable, il y a quelques années, le développement des technologies leur a permis de réaliser cet
exploit. En s’appuyant sur un réseau d’utilisateurs absolument gigantesque et surtout constitué de
personnes très satisfaites du service proposé, Uber les a transformés en des ambassadeurs de
marques permanents. Partout, sur tous les réseaux, ils sont devenus ses points de relais. Un client
satisfait vaut de l’or. Des millions permettent de révolutionner un marché.

Nouveau jeu ou nouvelles règles ?
Imaginez que vous ayez un jour l’opportunité de jouer une partie d’échecs contre Garry Kasparov
dans un tournoi. Vos chances de le vaincre ? Absolument nulles… Pire, comme pour tout amateur de
ce jeu, la probabilité de résister plus de quelques coups serait absolument inexistante ! À moins, bien
entendu, d’inventer de nouvelles règles du jeu, de jouer finalement un autre jeu…

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 91

C’est en 1997 que Garry Kasparov a perdu contre "Deeper Blue". Ce jour-là, c’est une autre forme de
jeu qui s’est joué. La puissance de frappe d’un ordinateur avec ses milliards de connexions a été plus
forte que le champion du monde.
Imaginez maintenant que dans ce tournoi vous puissiez vous transformer en "Deeper Blue", quel
réseau pourrait vous venir en aide ? Un public acquis à votre cause pourrait constituer cet immense
réseau. En utilisant cette force collective, il serait peut-être possible de l’emporter. Bien entendu,
cette règle du jeu n’existe pas, c’est un autre jeu. Imaginez maintenant que ce public puisse vous
aider d’une autre façon, à chaque fois que Garry Kasparov prendrait un pion, une personne du public
pourrait le remplacer. Le jeu aurait complètement changé, ses règles seraient tout autres.
Dans les deux cas, les échecs ne seraient plus vraiment des échecs. De son côté, Uber n’a pas
affronté les taxis de front, il n’a pas cherché à faire modifier les règles du jeu de ses concurrents. Il les
a laissés dans leur situation, avec leurs contraintes. Bien entendu, les échecs n’évolueront jamais de
la sorte, car cela n’aurait pas d’intérêt. Pourtant, leurs règles ont déjà bougé lorsque des humains
affrontent des ordinateurs.

Miser sur la puissance de frappe des consommateurs
Ils doivent faire face à une mémoire de plus en plus infinie qui se réorganise en permanence pour les
battre. Jouer une partie d’échecs contre un ordinateur n’est pas le même jeu que contre un humain.
Au-delà, il faut aussi se rappeler que Garry Kasparov disait : "Ce ne sont pas tant les règles que leurs
exceptions qui sont importantes".
Ainsi, l’uberisation de la communication numérique passe par cette capacité à regrouper la puissance
de frappe des consommateurs pour propager une information. Toute stratégie numérique de
marque doit intégrer la mise en place de fondations suffisamment solides qui vont permettre
d’obtenir une viralité maximale pour mettre en avant ses avantages.
Chaque marque doit nécessairement cartographier ses meilleurs points de relais, ses meilleurs
noeuds dans les réseaux, ses meilleurs ambassadeurs, ceux et celles qui vont faire la différence dans
ce monde ultra concurrentiel. De plus en plus, les idées hors du cadre vont permettre de faire la
différence et c’est souvent en inventant de nouvelles règles du jeu qu’il sera possible de prendre une
avance considérable.

19/02/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-154157-uberiser-les-echecs-pour-demultiplierune-communication-de-marque-1201590.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 92

4.2.3 Changer le paradigme de la communication politique
« Aussi longtemps qu’on s’entend, qu’on partage, on
vit ensemble » a dit Simone Veil. Hélas, … distante,
déconnectée, … il est de plus en plus reproché à la
classe politique son éloignement vis-à-vis des Français
et sa difficulté à rapprocher les discours des
préoccupations des citoyens. La communication
politique serait-elle à un tournant ?

Ainsi, selon un sondage, « 80% des Français font confiance aux citoyens plutôt qu’aux politiques pour
trouver des solutions efficaces à leurs problèmes et ceux de la France » (source Harris Interactive en
mars 2016) et « 78% des Français seraient prêts à voter pour un candidat ni issu ni soutenu par un
parti » (source Atlantico en février 2016). Certains affirment même que le prochain président sera
issu des réseaux sociaux ! Vu les contraintes pour se présenter et le coût d’une campagne
présidentielle, ce scénario d’un parfait inconnu, qui émergerait subitement, apparaît cependant
comme compliqué voir improbable. Nous ne sommes pas aux Etats Unis, et un Donald Trump
français a peu de chances de venir bouleverser l’ordre établi. En France, la politique est un univers
hautement réglementé que même un Uber aurait du mal à révolutionner en si peu de temps surtout
quand de nouvelles règles sur le temps de parole s’ajoutent à un an de l’échéance.

Face à ce désamour grandissant, la classe politique doit penser à réinventer ses méthodes de
communication pour être plus proches des citoyens et reconquérir enfin son électorat. Dans l’univers
digital, des solutions sont à disposition pour rendre sa communication plus attractive, plus efficace et
surtout plus proche des attentes des électeurs.
Les primaires, qui sont maintenant lancées entre les partis citoyens, directement entre citoyens ou
plus traditionnellement à droite, montrent que la communication s’inspire de plus en plus de
modèles à l’américaine. La campagne présidentielle, que nous allons vivre, provoquera des
bouleversements dans la façon d’appréhender la relation avec les citoyens pour apporter des
réponses concrètes aux souhaits d’interactivité et de démocratie participative. Dans ce contexte, les
attentes des français sont de plus en plus fortes pour qu’enfin des solutions soient trouvées aux
problèmes qui les préoccupent le plus. Les méthodes traditionnelles sont face à un mur que la classe
politique va devoir franchir rapidement pour rétablir la confiance qui s’est étiolée depuis de
nombreuses années. Plus elle retardera l’échéance, plus il s’élèvera et plus le risque d’une cassure
définitive sera élevé. Dans le nouveau monde de communication que nous découvrons, il faut être
efficace pour porter un message le plus loin possible et obtenir l’impact maximal. Il faut être efficace
pour recoller les pièces du puzzle qui s’est éparpillé.

Le contexte habituel du « je » va devoir se transformer en une vision d’un « nous » collectif, d’un «
nous » participatif.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 93

Dans un contexte où les usages du peuple français ne cessent de s’américaniser, il devient de plus en
plus difficile de faire abstraction de l’ère de l’ultra connexion qui s’ouvre devant nous tous.
Les réseaux sociaux font partie de cette longue lignée d’innovations ayant pénétré notre univers et
qui le bouleversent. Progressivement, ils se sont incrustés dans notre quotidien. Que ce soit à titre
personnel comme avec Facebook ou à titre professionnel avec LinkedIn ou de façon plus hybride
avec Twitter, Instagram et tant d’autres. En seulement quelques années, ils ont réussi le tour de
force de nous rendre addictifs. Aujourd’hui, plus de 70 % des Français ont des smartphones et
passent plus de 3h par jour à surfer. Plus incroyable, un Français sur cinq consulte internet avant de
se lever selon TNS Sofres !
Au cœur de la vie quotidienne des Français, il devient impératif de penser que les réseaux et médias
sociaux sont des opportunités pour réinventer les modes de communication face au risque de plus
en plus grandissant d’une ubérisation de la classe politique par des citoyens qui seraient de plus en
plus influents sur certains sujets de société.
L’emploi est la préoccupation principale des français ? Dans une étude publiée avec Traackr en mai
2015, il apparaissait que seulement 2 personnalités politiques étaient classées dans les 20 principaux
influenceurs sur ce thème sur les réseaux sociaux ! Les résultats ont peu bougé depuis et la même
requête actualisée en mars 2016 montre qu’ils sont maintenant 3 parmi les 20 premiers. Les
barrières sont importantes et les deux mondes sont séparés. Les maillons de la chaine de connexion
sont à reconstituer en urgence pour donner une nouvelle dynamique au dialogue.
Sur les réseaux sociaux, changer le paradigme sera une tâche complexe car ils sont conçus pour
présenter à leurs utilisateurs un contenu adapté et sélectionné selon des algorithmes. Ainsi un
utilisateur « normal » n’a aucune chance de découvrir un contenu qui sera fort peu relayé dans son
écosystème. Néanmoins, les réseaux sociaux sont aussi conçus avec l’objectif d’étendre le plus
possible les cercles d’influence et de réduire au maximum la théorie des poignées de mains qui veut
que tout homme sur Terre est séparé d’une autre personne par au maximum 6 contacts. Le défi ainsi
proposé est de parvenir à reconquérir les timeline en offrant un contenu correspondant à leurs
attentes pour qu’ils redeviennent des lecteurs intéressés par la campagne qui s’annonce.
Dans une communication moderne, il faut penser autrement, il faut sans cesser imaginer des coups
de billard à trois bandes. Ne jamais penser que le résultat sera immédiat et qu’il sera celui qui est
attendu. L’exemple de Donald Trump est significatif de l’impact indirect qui peut être obtenu. Au
moment de l’anniversaire des 10 ans de Twitter, Omar Akhtar, un analyste, disait : « Je suis presque
sûr que la plupart de ses supporteurs ne sont pas sur Twitter, mais ils savent ce que dit Trump sur
Twitter », et « Le réseau a une vie au-delà de sa propre plateforme « . Souvent les réseaux sociaux
sont vus comme un univers ultra délimité dont les règles du jeu sont pré-établies et strictes. Pourtant
ils font partie d’un tout, une communication efficace ne peut s’appréhender que globalement.
Galilée a dit qu’ « on ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils
possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre. » Il pourrait inspirer ceux et celles qui cherchent à
réinventer la communication traditionnelle.
En ce moment, l’offensive, en termes de communication semble avoir trouvé un nouveau terrain de
jeu sur LinkedIn avec l’arrivée de la notion d’influenceurs en France. Les textes proposés dans Pulse,

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 94

par quelques personnalités mises en avant par la plateforme, rencontrent un succès assez significatif
en termes de lectorat.
D’autres refondent leurs profils pour les rendre plus adaptés aux codes de la plateforme et
multiplient les connexions avec les salariés des entreprises qui représentent un potentiel de plus de
10 millions de lecteurs. Ces initiatives seront à étudier, avec un peu plus de recul et de temps, pour
voir si la citadelle imprenable du monde du travail acceptera avec bienveillance cette arrivée subite
dans son écosystème. Pour être efficaces sur les réseaux sociaux, il faut veiller à générer une
interaction personnelle et à ne jamais oublier l’importance du P to P (people to people) car la
relation réciproque y est primordiale pour s’intégrer durablement et que, passé l’effet de surprise,
une présence y soit efficace.
Dans les nouvelles formes de communication numérique, la difficulté est de parvenir à passer audelà du premier cercle de ses lecteurs habituels, qui ne sont plus à conquérir, en sortant de sa zone
de confort pour toucher les 2eme puis 3eme cercles qui seraient susceptibles de relayer autrement
les messages et d’en démultiplier la puissance. Trouver les principaux relais (ou têtes de nœuds) est
un impératif pour faciliter cette conquête de nouveaux territoires. Réussir une transformation
digitale signifie de parvenir à franchir les obstacles plus facilement. Pour accélérer dans cette
nouvelle forme d’interactivité, il faut sans cesse analyser sa courbe d’expérience et imaginer de
nouvelles sources de connexions. Le monde est devenu interactif et la communication participative
nécessite de vérifier en quasi temps réel ce qui marche ou non.
Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont probablement une opportunité pour se rapprocher des
citoyens et inverser les courbes d’opinion tout en se rappelant régulièrement ce que disait Colette : «
Le monde m’est nouveau à mon réveil, chaque matin »

Publié le 21/04/2016
http://www.revuepolitique.fr/changer-paradigme-de-communication-politique/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 95

4.2.4 Soyez influent IRL
Il n’existe pas de règle ni de conseil pour devenir un
influenceur du web social car tout le monde peut être
ponctuellement influent sur un sujet et personne ne l’est
jamais vraiment. L’influence a quelque chose
d’inaccessible voire de mythique. L’influence est
complexe à matérialiser. Le regard des autres la détermine or un regard ne se comptabilise pas.
Avec les réseaux sociaux, l’influence est devenue une mode et pour incarner une mode il faut une
sélection de visages. Les influenceurs sont le reflet d’un monde qui se construit et recherche des
repères. Il ne faut pas oublier qu’il y a peu de temps, l’influence était plutôt vue comme un terme
négatif. Rapidement, elle s’est transformée pour devenir positive, pour devenir un exemple.
Aujourd’hui, dans le web social, il y a une recherche effrénée d’influenceurs. Le web social a changé
les règles du jeu sur l’influence qui s’est probablement démocratisée. Une chose étonnante,
Wikipédia ne donne pas de définition directe de l’influenceur et renvoie vers la définition de « relais
d’opinion ». Les influenceurs existent-ils donc vraiment ou ne sont-ils que virtuels dans l’univers du
web social ? Il est difficile de les définir précisément.
Au moment de l’anniversaire des 10 ans de Twitter Omar Akhtar, un analyste, disait à propos de
Twitter et de Donald Trump : « Je suis presque sûr que la plupart de ses supporteurs ne sont pas sur
Twitter, mais ils savent ce que dit Trump sur Twitter », et « »Le réseau a une vie au-delà de sa
propre plateforme « .
L’influenceur du web social est probablement la personne qui parvient à avoir une influence en
dehors du web social sur un thème qu’il a partagé dans le web social

Publié le 23/05/2016
https://www.brandwatch.com/fr/2016/05/asktheexperts-regles-a-suivre-pour-devenir-uninfluenceur/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 96

4.2.5 Le pouvoir face à la communication décentralisée
Depuis plusieurs années, le pourvoir central cherche à
amplifier la décentralisation des responsabilités et
des décisions et la communication qui l’accompagne.
Les collectivités territoriales sont ainsi devenues des
relais d’une nouvelle façon de communiquer et
entraînent une transformation de l’approche top
down et centralisée du pays.

C’est en juillet 2013 qu’est né le Prince de Cambridge. Sa naissance fut acclamée par la toile et a
réalisé des records de diffusion sur les réseaux sociaux. Surtout, lorsqu’un héraut des temps
modernes, Tony Appleton, se présenta devant le monde entier pour annoncer cette nouvelle.
Pourtant, ce crieur n’était pas mandaté par la couronne britannique. Il provoqua ce jour-là un
modèle de diffusion d’information court-circuitée mêlant à la fois les anciennes méthodes orales et
les technologies modernes grâce aux réseaux sociaux. Le temps que l’imposture fut dévoilée, la
nouvelle s’était déjà propagée et amplifiée à la vitesse de l’éclair. Les diffuseurs officiels furent pris
de court et Tony Appleton restera à tout jamais lié à la vie du, peut-être, futur Roi d’Angleterre. Le
Duc et la Duchesse de Cambridge ne lui en tinrent pas rigueur et de nouveau ce fut Tony Appleton
qui annonça en 2015 la naissance de la Princesse Charlotte.

Vers une diffusion de l’information décentralisée
Pendant de longs siècles, le pouvoir a utilisé les relais de crieurs publics et autres tambours pour
diffuser de l’information. Ils se rendaient de ville en ville pour propager les nouvelles importantes.
Modèle de transmission verticale, en mode « top-down », les peuples recevaient ce contenu officiel
venu du sommet du pouvoir avec parfois des semaines ou des mois de retard. Par ailleurs, le schéma
n’entraînait aucun dialogue et fonctionnait uniquement dans le sens de l’émetteur vers le récepteur.
Progressivement, la presse compléta ce dispositif pour informer des événements marquants qui se
déroulaient chaque jour. L’information était devenue indépendante et décorrelée de sa source
unique et centrale. Ce système démultipliait les points d’entrées des informations mais restait
néanmoins sur un schéma descendant et limité sur le nombre d’émetteurs des informations.
Au niveau politique, en France, depuis plusieurs années, le pourvoir central cherche à amplifier la
décentralisation des responsabilités et des décisions et la communication qui l’accompagne. Ainsi, il a
renforcé et mis en place des structures administratives permettant de donner plus de responsabilités
aux collectivités locales sans parfois leur donner les moyens adéquats pour gérer ces nouvelles
charges. Partenaires de cette nouvelle méthode, les régions, départements ou autre collectivités
territoriales sont devenus des relais d’une nouvelle façon de communiquer et entraînent une
transformation de l’approche top-down et centralisée du pays.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 97

Une révolution des moyens de communication
Confrontés à l’arrivée massive du numérique, et à l’ « uberisation » de certains segments ultra
réglementés de la vie économique, notre pays a commencé à apprendre que les règles fixées
pouvaient avoir des biais et qu’il n’était pas à l’abri d’innovations toujours plus surprenantes.
A l’ère de l’ultra information et de l’ultra connexion, les événements des dernières années ont
montré que les peuples pouvaient aussi changer leurs modes de réception et agir de façon
matricielle pour diffuser les nouvelles beaucoup plus rapidement qu’auparavant.
Ainsi, les réseaux sociaux ont accentué ce phénomène de libéralisation de l’information et l’ère de la
gestion régalienne et centralisée des contenus semble arrivée à son terme. L’exclusivité du pouvoir
de diffusion a volé en éclats et, partout dans le monde, les peuples se sont construits de nouveaux
modèles organisationnels pour communiquer.

Des réseaux qui signalent les alertes
Face à cette évolution rapide des moyens, le pouvoir est confronté à une circulation beaucoup plus
libre et visible de l’information. Dans toutes les sphères de la société des réseaux se sont mis en
place pour gérer les alertes entre leurs membres. Ainsi, lorsque les radars ce sont multipliés, Coyote,
et ses concurrents, ont fait leur apparition pour remplacer les appels de phares. Organisée,
structurée, la gestion des mécanismes d’alerte en réseau a fait la preuve de son efficacité et obligé le
pouvoir à prendre des mesures afin d’en limiter l’impact.

Les réseaux sociaux au centre de la matrice
Au niveau de la diffusion de l’information, tous les derniers événements, ayant marqué notre pays,
ont trouvé des voies de résonances particulières via les réseaux sociaux. Qu’il s’agisse du suivi en
quasi direct des attentats, et de la situation de guerre qui en a découlé, ou de mouvements comme
Nuit Debout, à chaque fois l’information a circulé plus rapidement que ce que les anciennes sources
centralisées d’informations pouvaient traiter. L’impression d’un décalage a été de plus en plus
flagrante.
Deux événements récents ont accentué ces sentiments de manque de transparence et de remise en
cause de la voie (ou voix) officielle. Ils ont augmenté le décalage numérique entre le sommet de la
pyramide et une population sur connectée et sur informée.
Ainsi, le cas de la pénurie d’essence a illustré qu’il suffisait d’être connecté aux bonnes applications
pour avoir en quasi direct la cartographie précise des stations qui étaient fermées. La progression
rapide des fermetures, face au risque de ne pouvoir continuer à utiliser des véhicules, s’accéléra au
rythme des téléchargements records des applications dédiées sur les smartphone. Face à cette
situation exceptionnelle, l’information officielle se voulait minimisante et rassurante afin de limiter
les impacts de cette pénurie sur la vie de tous les jours des citoyens.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 98

Dans le match entre d’un côté l’information « top-down » décalée et de l’autre l’univers matriciel et
décentralisé, les utilisateurs avaient fait leurs choix.
La crue du Loing puis de la Seine a continué de montrer que l’appétence des français pour se nourrir
d’informations plus fiables, et comprendre ce qui se passait sans filtres, ne cessait d’augmenter. Ainsi
le site vigicrues.gouv.fr est devenu à son tour une référence pour analyser la progression de la crue
et de la vague qui se propageait tout au long des sondes placées sur la Seine. Alors que la décrue
s’entamait à l’Est, ce sont Paris et l’Ouest qui commençaient, sur les réseaux sociaux, à s’inquiéter de
l’arrivée massive de l’eau et des risques de débordement qu’elle pouvait engendrer. En temps réel, il
était possible de savoir l’écart par rapport aux niveaux de 2010, 1982 ou 1910 et de se préparer à
l’éventualité de nouveaux débordements de la Seine. Ainsi, rapidement les riverains de ces zones en
aval se sont préparés aux risques de l’arrivée de l’eau et des coupures d’électricité ou d’eau potable
qui pouvaient en découdre.

Une évolution perpétuelle
Ces événements montrent que la gestion de crise, et l’information qui l’accompagne, ont tellement
évolué au cours des dernières années que l’image donnée par le pouvoir doit désormais intégrer ces
nouvelles contraintes. Ne pas savoir ou être approximatif deviennent catastrophiques à gérer face à
une population qui sait ou qui a l’impression de savoir en utilisant un terminal. La déconnexion vis à
vis des moyens du numérique se matérialise ainsi de plus en plus à chaque nouvel événement
impactant avec le risque de créer une défiance vis-à-vis de l’information officielle. Pour le moment,
les citoyens trouvent à chaque fois des idées et s’organisent mais, très vite, il faudra trouver des
solutions afin d’atténuer ce manque de confiance qui s’installe. Internet avec ses cartes interactives,
les réseaux sociaux avec la diffusion multiple et en temps réel de l’information, sont une chance de
gérer plus efficacement ces événements imprévus, d’améliorer la transparence dans les
communications et de rassurer plus efficacement en cas de survenance soudaine d’un risque.

Publié le 14/06/2016
http://www.revuepolitique.fr/la-pouvoir-face-a-la-communication-decentralisee/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 99

4.2.6 Viser le ricochet en communication
Souvent, les communications génèrent un effet de
pic puis s'essoufflent. Mais les réseaux sociaux
permettent de prolonger cet effet et d'offrir une
durée de vie beaucoup plus longue à ces
informations.
Lors d’une promenade le long d’un cours d’eau, il
n’est pas rare d’avoir envie de prendre un galet et
d’essayer de le projeter le plus loin possible en
jouant sur l’effet de ricochet. Souvent des jeux interminables en découlent et celui, ou celle, qui
parvient à réaliser le plus de rebonds sort vainqueur de cette joyeuse partie. Pour repousser toujours
plus loin les limites, il convient de sélectionner avec minutie le galet le plus plat possible.
Puis, grâce à une gestuelle précise, de faire en sorte que sa trajectoire lui permette, à chaque
rebond, de limiter les frottements, de bénéficier de la force verticale de réaction de l’eau et
d’avancer toujours plus loin pour recommencer. En prolongeant la partie, chacun pourra se souvenir
de cette phrase de Voltaire : « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé. »

Prolonger le mouvement
L’univers de l’internet moderne et des réseaux sociaux repose également sur cette envie de
participer à un spectacle où le message émis restera le plus longtemps possible en suspension,
effleurera régulièrement des relais et s’en ira toujours plus loin pour atteindre de nouveaux lecteurs.
Comme pour ce galet projeté sur l’eau, tous les participants rêvent de déclencher un mouvement
perpétuel digne du pendule de Newton.
La communication moderne est ainsi faite, que l’écosystème mis à disposition permet de jouer avec
un espace-temps quasiment infini. Dans les réseaux sociaux, il n’existe plus de frontières ou de
limites pouvant freiner le déploiement. La Terre y est réellement ronde et il est possible, comme un
satellite, d’en faire le tour à intervalles réguliers.

Utiliser les réseaux
Au cours de son évolution, l’humanité n’a jamais cessé de vouloir raccourcir les distances pour
optimiser ses modes de communication. Partie de schémas de descente verticale de l’information,
avec des points de relais très éloignés les uns des autres, et agissant en mode silo, elle a
progressivement augmenté son maillage horizontal pour atteindre dorénavant un mode matriciel et
permettre l’essor de la génération de l’ultra connexion. Dans cette nouvelle sphère, aux multiples
contacts, des têtes de noeuds sont apparues permettant d’optimiser les transferts et les rendre de
plus en plus rapides et performants.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 100

Dans ce monde, il ne semble plus difficile de propager un signal et celui-ci sera d’autant plus efficace
qu’il bénéficie d’un réseau de propagation le plus vaste et puissant possible. La différence par
rapport à un galet qui rebondit sur l’eau ? La puissance verticale du rebond pourra à tout moment
augmenter si le point de relais, ou la tête de noeud, trouvé est plus efficace que le précédent. Le
message pourra aussi tourner à n’importe quel moment et partir dans une direction inattendue.
Alors qu’avec le même galet, le même mouvement, la théorie voudrait que le résultat soit identique,
dans l’univers des réseaux sociaux l’aléatoire de la trajectoire sera permanent. Steve Jobs disait que «
faire simple est probablement l’objectif le plus sophistiqué du monde », dans l’univers des médias
sociaux, il est possible de simplifier le message pour obtenir un effet maximal. 140 caractères
peuvent générer une vague sans précédent. Ainsi, le tweet de Zlatan Ibrahimovic « my last game
tomorrow at Parc des Princes. I came like a king, left like a legend » a été re-tweeté plus de 140.000
fois.

Rediffuser un message
Dans les médias sociaux, le phénomène de rediffusion de l’information s’est accentué au cours des
dernières années. Les médias traditionnels, les entreprises, les twittos utilisent de plus en plus cette
technique qui permet d’augmenter la visibilité d’un contenu et ses rebonds multiples. Tout le monde
se souvient que lorsque les campagnes de publicité étaient diffusées à la télévision, pour toucher
leurs cibles, elles devaient souvent être rediffusées à intervalles réguliers et sur des créneaux
horaires différents afin d’atteindre une population la plus vaste possible.
La redondance du message permettait de capter l’univers des consommateurs de la marque et
d’imprégner progressivement le public. Les réseaux sociaux permettent de la même façon de générer
ces effets de relance et de rebonds d’une nouvelle qui, tant qu’elle ne sera pas démodée, pourra
toujours vivre dans le système.
Patrick Le Lay disait que « la télévision, c'est une activité sans mémoire. Si l'on compare cette
industrie à celle de l'automobile, par exemple, pour un constructeur d'autos, le processus de création
est bien plus lent ; et si son véhicule est un succès, il aura au moins le loisir de le savourer. Nous,
nous n'en aurons même pas le temps. (…) Tout se joue chaque jour sur les chiffres d'audience. Nous
sommes le seul produit au monde où l'on 'connaît' ses clients à la seconde, après un délai de vingtquatre heures ».

Une vision à long-terme
De la même façon, dans l’univers des réseaux sociaux, la problématique est souvent appréhendée
dans le cadre d’un espace-temps réduit et avec un objectif de générer des pics d’audiences très
rapides et très élevés, mais qui souvent ont de mal à durer.
Le communicant moderne devra sortir de cette vision de court terme s’il veut produire un effet
démultiplié de ricochet d’un galet sur l’eau. Multiplier les pics et les impacts provoque alors

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 101

potentiellement une diffusion massive de l’information et peut augmenter considérablement sa
viralité.
Pour qu’une communication soit efficace, il faut donc parvenir à la faire durer le plus longtemps
possible et utiliser les supports qui lui permettront de résister à l’usure mécanique du temps.
L’entreprise qui atteint cet objectif trouvera de cette manière la faculté de promouvoir sa marque
efficacement et touchera toujours plus de prospects qui pourront se transformer en futurs clients.
Elle devra aussi se rappeler que les médias sociaux sont un univers qui permet de multiples
opportunités et qui lui permet de penser que « les médias sociaux ne demandent pas de construire
une grande marque, mais d’agir comme si c’était déjà le cas ».

20/06/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-158100-viser-le-ricochet-en-communication2007880.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 102

4.2.7 Influence : pourquoi certains en ont, et d’autres non
Comment identifier ceux qui ont réellement du poids
dans votre secteur d’activité ? Avec les réseaux
sociaux, et la place grandissante qu’ils ont prise, y
compris dans la sphère professionnelle, cela devient
de plus en plus complexe.
Il y a encore quelques années, en France, parler de l’influence dans le monde professionnel était un
sujet tabou réservé aux seules relations publiques. L’influence était cachée et il était difficile d’en
percevoir les mécanismes. Pourtant, avec l’américanisation de notre société, et la communication qui
l’accompagne, l’influence est rapidement entrée dans les mœurs et s’est presque banalisée. Ainsi, il
suffit de consulter régulièrement les médias pour constater que le nombre d’articles et de
classements sur ce thème n’a cessé d’augmenter et de trouver un lectorat fidèle.
Un cercle de plus en plus large
Plateforme de référence du monde professionnel, LinkedIn a matérialisé début 2016 l’extension de
sa notion d’« Influencer » en sélectionnant dans chaque pays les dirigeants qui représentaient, selon
lui, le mieux ce concept. Au-delà de cet exemple de classification par une entreprise de référence, qui
est elle-même de plus en plus influente, il est souvent complexe d’identifier rapidement les
influenceurs car ils vont de plus en plus au-delà des cercles des dirigeants les plus connus. A l’heure
où les réseaux sociaux ne cessent d’étendre leur toile, de générer de nouveaux nœuds de
connexions, de toucher de plus en plus de professionnels, il est intéressant de s’interroger sur les
méthodes qui existent pour identifier les influenceurs qu’ils soient numériques, réels ou le plus
souvent … les deux.
Pour décrypter la notion d’influenceur, il est surprenant et intéressant de voir que Wikipedia ne la
traite pas directement et renvoie à la définition des « relais d’opinion » : Le « relais d’opinion » est
généralement défini comme « une personne qui exerce une influence sur son entourage et (ou) qui
échange des informations orales sur les produits et les marques ». Un relais d’opinion est un individu
qui, par sa notoriété, son expertise, son charisme ou une activité sociale intense, a un avis qui guide
un grand nombre d’autres individus. Avant le développement d’Internet, c’est par le biais de
relations presse et de relations publiques que les relais d’opinion exerçaient leur influence sur
l’ensemble de la société. Depuis l’apogée d’Internet, le profil de ces individus a subi de grandes
modifications, notamment grâce à l’arrivée de nouveaux outils destinés à véhiculer et partager son
avis sur un sujet précis ; on parle désormais « d’influenceur électronique. ».
Le savoir, c’est le pouvoir
La question de la légitimité est le premier élément qui explique le passage du statut de simple
internaute à celui d’influenceur électronique. En effet, l’expertise ou la notoriété d’une personne
donnée rend cette dernière plus légitime aux yeux des autres internautes. Cela peut s’expliquer par
la thèse des « positions hautes » et des « positions basses » occupées par les membres d’une société.
C’est en fait l’adage « le savoir, c’est le pouvoir » qui s’applique dans ce cas précis.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 103

Ainsi pour distinguer un influenceur « moderne » d’un influenceur de l’« ancien temps », la présence
dans la presse aurait été remplacée par une présence sociale intense qui aurait pour même
constante l’« expertise ». Pourtant, avec l’ouverture de plus en plus importante des sites des médias
aux experts, et l’arrivée de nouvelles plateformes de publication comme Pulse ou Facebook Notes,
l’étanchéité entre les médias et les réseaux sociaux est de plus en plus faible.
Souvent, l’identification des influenceurs, dans le monde numérique, est simplifiée par l’utilisation de
« scores » quantitatifs qui visent à refléter l’impact de la présence digitale de chaque personne. Ainsi,
les Klout, Kred, Social Selling Index et autres outils de scoring classent les utilisateurs dans la
catégorie des « influenceurs » en fonction des résultats d’algorithmes implémentés par ces
plateformes. Ces cotations trouvent cependant rapidement leurs limites en n’étant pas suffisamment
précises en dehors de l’étude de profils hyper spécialisés en communication ou marketing.
Question de légitimité
Une autre approche repose alors sur des moteurs d’analyses thématiques et, dans ce domaine, des
outils comme Traackr ou Augure produisent une approche plus ciblée de l’influence en classant les
experts en fonction de critères de recherche déterminés par leurs utilisateurs (généralement des
agences ou des entreprises). Ce type d’analyse est complémentaire de la technique des scores et
donne une vision plus exhaustive des différents types d’influenceurs sur les réseaux sociaux.
Une méthode complètement différente, et souvent manuelle, consiste à consulter les profils dans
une cvthèque détaillant l’expertise de ses membres (comme LinkedIn ou Viadeo). La présentation
des profils y est orientée vers la mise en avant des compétences. L’indicateur le plus simple pour
déterminer l’influence d’une personne pourrait alors être la liste des compétences déclarées
accompagnées de recommandations de tiers. Cette notion montre cependant rapidement ses limites
en raison de son manque de fiabilité. Des personnes n’ayant jamais travaillé ensemble, sur un
domaine d’expertise donné, peuvent se recommander et ainsi fausser complètement l’impression
qu’aura le lecteur en parcourant cette zone.
D’autres éléments aiguillent alors l’observateur pour identifier un influenceur du monde
professionnel et donnent une idée plus précise de sa légitimité sur un thème :
– Les honneurs, récompenses et classements qui matérialisent sa visibilité dans son univers ;
– Les responsabilités en associations professionnelles qui reflètent la confiance accordée par d’autres
professionnels ;
– Les interventions en écoles qui montrent la capacité à faire passer des idées et à être écouté ;
– Les publications, interviews et citations dans les médias qui traduisent l’impact sur certaines
thématiques ;
– La participation à des conférences ou tables rondes qui illustre une aisance en matière de
communication orale;
Malgré tous ces éléments accessibles en quelques clics, l’appréciation humaine reste souvent
l’élément permettant de distinguer un influenceur parmi une foule d’experts. Dans l’univers réel, le

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 104

bouche à oreille, difficilement quantifiable, la présence dans les médias ou dans les événements
professionnels permettront de les identifier. Dans l’univers numérique, l’engagement sera le critère
le plus important. En effet, l’identification d’influenceurs sur LinkedIn ou Twitter se matérialise
souvent par l’interaction générée par leurs tweets ou publications et va largement au-delà du
nombre de followers qui n’est pas le critère le plus pertinent.
Dans les deux mondes, au-delà du premier cercle de connaissances, l’influence d’une personne se
caractérise par la diversité de ses relais et sa faculté à propager un signal dans un réseau le plus loin
possible de son point d’origine.
La présence numérique accentue la visibilité d’un influenceur mais ne la crée pas car la notoriété est
d’abord étroitement liée à l’expertise de l’individu. Le meilleur indicateur de l’influence d’une
personne sera sans doute sa capacité à générer de l’audience dans des lieux très différents et à ne
pas être dépendant d’un lieu qui pourrait disparaître. Ainsi, plus l’impact d’une personne sera varié,
plus la probabilité qu’il soit vu comme un influenceur sera forte.

Publié le 11/07/2016
http://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2016/07/11620-influence-pourquoi-certains-en-ont-etdautres-non/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 105

4.2.8 La présidentielle 2017 se jouera-t-elle sur les réseaux sociaux ?
Dans quelques mois, nous aurons les réponses à nos
interrogations sur l’efficacité, en France, d’une présence
sur les réseaux sociaux lors d’une campagne présidentielle.
Après les primaires, le premier tour puis la désignation du
nouveau président de la République, nous saurons quelles
méthodes de communication sont les plus efficaces pour se
faire élire par les français. Entre les médias traditionnels et
les nouveaux médias en ligne, à l’heure actuelle, il semble
risqué de faire abstraction de l’un ou l’autre des supports. La complémentarité devient un élément
essentiel de la campagne.

Le CSA arbitre du temps de parole
Il y a quelques mois, en mars 2016, les députés ont fait évoluer la loi et modifié la répartition du
temps de parole à venir lors de la prochaine élection présidentielle. Jean-Marie Charon, sociologue et
chercheur au CNRS, expliquait alors qu’il fallait regarder au-delà de ce paramètre car l’exposition
médiatique est aujourd’hui beaucoup plus complexe qu’auparavant : « Comme si surtout petits et
grands candidats ignoraient les réseaux sociaux, les sites d’information ou les blogs. Comme si la
réceptivité des électeurs / public aux arguments et projets des candidats n’était que question de
temps d’exposition. » (1)
Afin d’être visible, en temps voulu, les candidats doivent ainsi comprendre très tôt l’importance de
préparer la multiplication des supports (site, blogs, médias sociaux) pour obtenir une bonne
indexation numérique au moment où la vraie course commencera.
Celle-ci mettant du temps à se bâtir, elle nécessite, pour chacun des futurs candidats, un long travail
préalable pour émerger efficacement sur ces plateformes et y obtenir un engagement important le
moment voulu.
L’analyse de Jean-Marie Charon mettait aussi en avant l’importance des interactions multiples que
pouvaient générer ces plateformes et l’influence qu’elles pouvaient exercer sur la … télévision : «
Dans un paysage médiatique aussi diversifié que le nôtre, avec notamment la place que prend le
numérique et tout particulièrement les réseaux sociaux, la véritable équité devra reposer sur le
professionnalisme des rédactions et la vigilance d’électeurs disposant d’outils aussi réactifs que les
plateformes d’échanges de vidéos ou les réseaux sociaux. » (1) Les réseaux et médias sociaux
présentent en effet l’avantage de pouvoir décloisonner l’interaction et de permettre des ricochets de
communication quasiment infinis s’ils sont bien employés.

Quels médias influenceront la présidentielle ?

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 106

Quelques mois plus tard, Arnaud Mercier, professeur en communication politique à l’Institut Français
de Presse, nous rappelle que finalement notre monde n’a pas évolué significativement et qu’il faut se
méfier des impressions qui laisseraient à penser qu’une bascule du pouvoir médiatique risque de se
produire dans les prochains mois. « Toutes ces réalités ne signifient pas pour autant que les réseaux
socionumériques sont appelés à devenir les faiseurs de rois de la prochaine présidentielle française,
et encore moins au détriment des médias traditionnels. » (2) et rappelle l’importance du tir croisé et
de ne négliger aucun des différents supports : « Si dans les principales démocraties, ces réseaux ont
été intégrés par les grands partis à leur répertoire d’action électorale, il faut penser leurs relations
avec les médias traditionnels sous le signe de la complémentarité et non de la concurrence. » (2) En
pondérant son analyse en fonction du type de candidat et de son accès aux médias à grande
audience : « Pour les candidats souffrant a priori d’un manque de notoriété, le fait de pouvoir
devenir leurs propres médias, de réaliser et diffuser leurs vidéos, leurs photos, de mettre en ligne
leurs textes de campagne, est providentiel. »
A ce stade, en fonction du type de candidat, de ses antécédents dans les médias traditionnels ou sur
les plateformes sociales, il est compliqué d’avoir une vision exhaustive sur le type de communication
qui sera la plus efficace et de mesurer l’importance que prendront ou non les réseaux sociaux dans la
campagne de 2017.

Un paramètre qui modifie tout
Pourtant, une expression dit souvent que « le diable se situe dans les détails ». Or dans la fameuse
nouvelle équation du temps de parole proposée par le CSA, les paramètres sont nombreux. En
particulier, l’un d’entre eux amène à revoir la pondération future que peuvent avoir les réseaux
sociaux dans la présence télévisuelle qu’auront les candidats à la présidentielle. « « Le poids des
candidats sera également évalué à travers leur « capacité à manifester l’intention d’être candidat » :
[…] « exposition au public par tout moyen de communication, y compris les réseaux sociaux, de la
personne du candidat et des éléments d’un programme politique ».
La présence numérique d’un candidat devient donc un critère d’appréciation de son poids politique.
» (3)
Le président du CSA, Olivier Schrameck précise également que « Nous savons que la mesure de cette
résonance est difficile, sans doute des questions pourront-elles être posées à cet égard, mais elle
nous paraît tout à fait essentielle à l’ère numérique d’aujourd’hui » (3).
Ainsi Facebook, Twitter, Youtube ou Linkedin pourraient devenir des éléments essentiels à prendre
en compte en amont de la future présence médiatique « réelle » (à la télévision) des futurs candidats
! Se bâtir une réputation numérique (la fameuse capacité d’engagement) va donc devenir un enjeu
non négligeable pour que ce paramètre de nouvelle génération soit le plus profitable possible dans le
match qui s’annonce à la fois dans les médias traditionnels et dans les nouveaux médias numériques
!

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 107

Quel positionnement actuel ?
Dans ce contexte, il est intéressant de regarder le positionnement actuel des candidats déclarés ou
supposés sur les réseaux sociaux. Certains continuent à utiliser un mode en silo très vertical où la
caisse de résonance part du sommet de la pyramide, est accentuée par la mise en avant de quelques
soutiens de poids, et se diffuse auprès des militants pour qu’ils amplifient la visibilité du message
initial. D’autres privilégient de s’appuyer sur des soutiens populaires puis de relayer ces multiples
signaux afin d’avoir des propagations des messages en étoile. Ainsi, ils cherchent à augmenter en
même temps leur propre visibilité et celles de ces comptes de soutiens pour mieux préparer la suite
des opérations. A terme, cette technique pourrait leur garantir un engagement plus important… et
une meilleure visibilité à la télévision !
Dans les deux cas de figure, il est à noter que les soutiens visés pour l’engagement restent, pour le
moment, dans l’environnement habituel de la sphère politique et peinent à élargir les cercles
d’engagement auprès de comptes non marqués politiquement.
Comme dans le cas de la présidentielle américaine (4), il faudra analyser l’évolution de la structure
de ces comptes et vérifier si progressivement les candidats parviennent à atteindre de nouvelles
cibles qui augmenteront leur engagement.

Sortir de la zone de confort
Ce qui caractérise souvent la communication politique, ce sont ces silos très forts sur les réseaux
sociaux qui isolent les messages politiques du reste des utilisateurs. Comme dans la vraie vie
médiatique, l’impression de séparation du monde politique y perdure et empêche bien souvent tout
compte qui ne fait pas partie de ce monde d’avoir envie d’être un maillon fort de l’engagement.
Les nouvelles règles du CSA, pour tout candidat qui veut que sa présence numérique se translate en
présence médiatique, vont nécessairement les amener à optimiser la manière d’augmenter leur
audience numérique, hors de leurs soutiens habituels, en sortant de leurs zones de confort. Ils vont
devoir optimiser leurs messages pour analyser leur engagement et trouver de nouvelles idées pour
l’augmenter significativement.

La bataille du numérique risque d’être intéressante à suivre !

21/07/2016
http://www.revuepolitique.fr/presidentielle-2017-se-jouera-t-reseaux-sociaux/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 108

4.2.9 Les tendances marketing à venir
Dans un monde qui évolue à la vitesse de
l’éclair, où toutes les règles sont sans cesse
réinterprétées, il est difficile d’imaginer
qu'elle sera la plus grande tendance
marketing des années à venir car, comme
dans la mode, chaque nouvelle saison voit
tous ses paramètres bouleversés et revisités.

Il n’y a pas si longtemps, imaginer qu’une marque puisse devenir un verbe utilisé à toutes les
temps pour signifier l’innovation, en bouleversant un domaine aussi réglementé que les
taxis, eut été impossible ... Uber l’a fait en utilisant la force de son réseau de consommateurs
/ ambassadeurs.
Il n’y a pas si longtemps, imaginer qu'une marque puisse traverser l’Atlantique, en
s’appuyant sur une force de fidèles présents sur les réseaux sociaux, pour convaincre une
marque phare comme Starbucks de s’associer avec elle eut été inenvisageable ... Michel et
Augustin l’ont fait sans trop ramer !
Il n’y a pas si longtemps, imaginer qu'une marque automobile puisse faire rêver des milliers
de prospects et pulvériser tous les records de vitesse pour constituer son carnet de
commandes en quelques heures.... Tesla l’a fait en propageant des signaux partout dans le
monde !
Il n’y a pas si longtemps, imaginer que des entreprises puissent transformer leurs salariés
non communiquant ou marketeurs en des milliers d’experts ambassadeurs de marques
proactifs et performant eut été hors de propos. Les réseaux sociaux l'ont fait en cassant
toutes les distances et frontières !
Alors si aujourd'hui je crois en une chose, sur l’avenir des tendances du marketing, c'est que
le pouvoir d’associer des marques entre elles, qu'elles soient des marques d’entreprises ou
des marques personnelles, en utilisant tous les moyens de communication modernes est
devenu tellement efficace que cette technique ne peut que s’étendre. Que l’association de
marques, de personnes, d'outils et de médias permet une telle démultiplication de signaux
positifs que cette technique représente le marketing d'avenir le plus efficace.
Néanmoins, au-delà de l’immédiateté des résultats, des chiffres, des KPI et autres ROI, il ne
faut cependant jamais oublier que, pour progresser, il est indispensable d’essayer et
d’apprendre des retours de ses consommateurs, si peu nombreux soient-ils, pour enfin
trouver l'idée qui représentera le marketing le plus efficace. Car, nul ne connait la formule

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 109

magique, qui marche à tous les coups, elle est souvent le fruit de multiples expériences plus
ou moins réussies.

Publié en 09/2016
https://www.brandwatch.com/fr/2016/08/asktheexperts-tendances-marketing/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 110

4.3 Innovation et numérique
4.3.1 Innovation et réglementation sont 2 moteurs de la transformation agile
Jamais le besoin de se transformer n'a été aussi
présent dans les entreprises. Jamais les arrivées
d'uberisateurs n'ont été de telles menaces. Sans
cesse, il faut s'adapter.

S'adapter au numérique ?
L'uberisation n'a jamais cessé d'exister depuis la
révolution industrielle, Henry Ford nous a appris que "Si j'avais demandé aux gens ce qu'ils
voulaient, ils m'auraient répondu des chevaux plus rapides". Plus proche de notre époque, il
suffit de constater l'évolution d'un poste de travail, depuis les années 70, pour comprendre
que nous avons déjà dû faire face à plusieurs révolutions dans la manière de travailler.
L'arrivée des PC et de Microsoft a profondément bouleversé notre quotidien et continué
d'uberiser les métiers d'antan.
Qui fait encore le même travail qu'il y a 10 ans avec les mêmes outils ? La transformation a
été permanente et probablement peu se souviennent qu'il n'y a pas si longtemps la
messagerie électronique n'existait pas... Que communiquer en instantané était impossible...
qu'il fallait une chaine de 6 personnes pour atteindre n'importe qui dans le monde...
Un Nouveau Monde s'est ouvert où l'outil informatique est devenu une des valeurs
essentielles de l'entreprise. Les nouvelles technologies sont au coeur de ce système et ne
cessent d'étendre. Il faut en permanence s'adapter et apprendre à les utiliser pour rester
compétitif.
Pour insuffler un nouveau souffle, pour tirer l'organisation, pour structurer les processus, un
déclencheur exogène est souvent extrêmement utile. Une obligation, une cause, une crainte
qui font que l'entreprise soit dans l'obligation d'accélérer sa transformation en entrainant
ses salariés. Uber, Google... sont autant de marques qui sont devenues des quasis noms
propres dans le dictionnaire pour signifier le changement ou l'inquiétude (l'angoisse ?) qu'ils
peuvent provoquer.
Google pourrait arriver dans un secteur ? Même si le conditionnel est utilisé, la phrase est
suffisamment choc pour provoquer la nécessité d'innover et de contrer cette éventuelle
menace. Un nouveau secteur pourrait-il être uberisé du jour au lendemain ? Il faut inventer
de nouveaux modes de gestion de l'entreprise et de ses contraintes réglementaires pour
imaginer changer de paradigme et la pousser à se moderniser rapidement. Les exemples

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 111

sont légion alors qu'Amazon, Apple ou Orange multiplient les tests d'arrivées dans de
nouveaux secteurs.
Dans le monde de l'ultra connexion, de l'accélération permanente, de la nécessité de
s'adapter et de la réduction du temps à disposition pour le faire, le changement est devenu
perpétuel. Il n'y a aujourd'hui aucun secteur qui ne se sente à l'abri. Henry Ford disait que
"Tout semble aller contre vous, souvenez-vous que les avions décollent toujours face au
vent". La modernisation et la transformation permettent alors de muer rapidement et de
tirer parti des nouvelles contraintes.
Ma carrière professionnelle a commencé en 1995, il y a maintenant 20 ans. Longtemps dans
la finance puis maintenant de l'assurance, une autre contrainte exogène a poussé la
transformation rapide de ces secteurs : l'afflux de réglementations toujours plus
contraignantes. Les réglementations financières et assurantielles imposent d'aller toujours
plus vite pour fournir des données aux autorités de régulation françaises et européennes.
Elles obligent à toujours mieux maitriser les données propres à l'entreprise pour être en
mesure de connaitre parfaitement ses risques. Innover, s'adapter à la réglementation
nécessite de forts investissements et d'optimiser l'exploitation des ressources internes.
Dans les 2 cas, le point commun est la contrainte d'éléments exogènes qui déclenchent une
adaptation rapide et agile. Henry Ford disait aussi que "Ne cherchez pas la faute, cherchez le
remède". Dans notre société, le besoin d'adaptation est permanent. Il ne faut pas hésiter à
s'adapter en changeant de métier. Il faut sans cesse avoir une vision sur l'avenir, imaginer les
bouleversements qui peuvent venir chambouler l'équilibre d'un secteur.
L'innovation est un formidable levier de motivation des équipes et, aujourd'hui, le Big data,
l'émergence des start-ups ou de la FrenchTech montre que la taille importante peut
révolutionner une approche de business dès lors que la volonté d'apporter des idées
novatrices est là. Pour sortir du cadre, il faut souvent de l'agilité, multiplier les essais, tenter
l'impossible. Henry Ford disait aussi qu'"échouer, c'est avoir la possibilité de recommencer
de manière plus intelligente".
De mon expérience en finance, pour une marque bancaire de prestige, j'ai aussi retenu
l'importance de la communication et du positionnement de marque. Il faut saisir toutes les
opportunités pour tirer parti des contraintes. L'optimisation de l'industrialisation des
processus est sans fin dans le monde que nous connaissons pour sans cesse s'adapter aux
fluctuations des marchés.
Lorsque vous disposez de moyens limités par rapport à des groupes gigantesques, les leviers
de la motivation des équipes viennent souvent du sentiment de fierté de participer à
l'innovation en cours d'un secteur ou d'une entreprise. Franchir les obstacles n'est jamais

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 112

aussi aisé que lorsque la difficulté pour le faire a été importante. Je conclus avec une phrase
de Winston Churchill "On ne résout pas un problème en le mettant de côté".

Publié le 02/11/2015 :
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-144314-innovation-etreglementation-sont-2-moteurs-de-la-transformation-agile-1177054.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 113

4.3.2 Faut-il transformer sa start-up en licorne ?
Certaines start-up veulent tout mettre en oeuvre pour
intégrer le cercle fermé des licornes. Est-ce bien
raisonnable ?
Quel entrepreneur français n’a pas rêvé de créer une
licorne ? De rentrer dans le cercle fermé des entreprises
valorisant plus d’un milliard de dollars. De trouver une idée de génie qui « uberise » le
secteur visé et soit tellement populaire qu’elle en devienne un verbe du dictionnaire !
Comme la mythique licorne, une start-up naît souvent d’une idée inimaginable, d’une
volonté d’innovation, du développement d’une nouvelle technologie.
Mais contrairement à la licorne, la start up doit aller au-delà de la légende et transformer
l’essai en une réussite. J’ai eu cette année la chance de participer au jury des « profits for
non profit awards ». Dans les dossiers présentés, j’ai découvert des idées de start-up
absolument incroyables. La France dispose d’un vivier exceptionnel et il n’est pas étonnant
que la FrenchTech soit rapidement devenue une référence mondiale. Le mentoring de weekend de start-up est également une opportunité de découvrir de fantastiques concepts.
S'entourer de conseillers
Attention, souvent, l’entrepreneur est aspiré par son idée et son besoin de développement
rapide pour assurer le business plan qu’il a fixé. Il est pris dans un tourbillon qui l’empêche
de prendre le recul nécessaire qui aurait pu faciliter son développement. En ce moment,
dans l’univers de la banque finance assurance, les start-up bénéficient d’une vitrine
incroyable et de la possibilité de bénéficier de l’aide d’investisseurs qui cherchent à trouver
l’idée qui révolutionnera leur métier et les sauvera de l’arrivée probable d’un uber du
secteur. Ces start-up sont propulsées par cette crainte de la disruption, par cette volonté de
transformation des grands groupes, par cette nouvelle organisation agile qui est devenue
une nécessité.
L’argent coule à flots. Néanmoins, nombres de leurs dirigeants ont pris conscience des
risques d’être trop seuls et de ne pas prendre le recul nécessaire. Afin de faciliter leurs
développements, ils font souvent appel à leurs réseaux soit pour les financer soit pour leur
apporter des conseils éclairés. Ils ont importé le concept d’Advisory Board qui leur permet
d’intégrer à la structure des experts qui vont faciliter leur développement et qui souvent
disposent d’importants réseaux. Heureusement, le cas des Fintech n’est pas unique ! Dans
l’univers des start-up, il existe d’autres initiatives d’entraides à succès. L’exemple de Femmes
de Bretagne est une réussite et montre que des femmes et des hommes peuvent s’associer à
des entrepreneuses bretonnes pour leur apporter des idées.
Eviter la surchauffe

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 114

Lorsque l’entrepreneur aura démontré la viabilité de son projet, il aura rapidement la
nécessité de trouver des fonds pour assurer son développement. Dès que des investisseurs
entreront au capital, la pression augmentera pour que les objectifs de résultats soient
atteints et que l’IPO devienne envisageable. L’entrepreneur doit dès le départ concevoir sa
start-up pour faciliter sa croissance et éviter le risque de surchauffe. A trop suivre l’exemple
des licornes, il pourra rapidement constater qu’elles ne sont pas … rentables ! Twitter est à
ce titre un exemple parfait. Soumis à la pression croissante des actionnaires, il suffit de lire
régulièrement la presse pour s’apercevoir que ses dirigeants n’ont toujours pas trouvé de
modèle économique pérenne malgré une idée qui a révolutionné la façon de diffuser les
nouvelles dans le monde et est présente dans les principales émissions des chaines de
télévisions !
Anticiper, oser, prendre des risques, Avoir confiance en soi sont des ingrédients qui
permettent aux entrepreneurs de transformer l’essai et d’assurer la pérennité de leur
entreprise. Une communication efficace, et moderne, accélerera aussi le développement de
la notoriété de leur marque et souvent les distinguera de leurs concurrents en atteignant des
nouvelles cibles de futurs clients. Pour développer son image, une autre idée est d’être
nominé ou de remporter un prix. Comme pour le festival de Cannes dans le cinéma, la vitrine
que représente ce type de trophées sera une arme redoutable pour sortir du lot. Les
solutions sont multiples et le startuper peut à chaque instant s’inspirer des meilleures
pratiques du marché.

Publié le 02/12/2015 :
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-145166-transformer-sa-start-up-enlicorne-1180833.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 115

4.3.3 Une licorne pour ubériser l’assurance française ?
FrenchTech, Fintech puis Insurtech, les start-up innovantes se rapprochent
rapidement de l’univers de l’assurance. Est-il envisageable que le secteur soit
ubérisé dans les prochaines années par une licorne qui aurait traversé les âges
pour transformer un mythe en réalité ? La tapisserie de La Dame à la licorne se
termine par un 6eme sens, celui du « Seul désir ». Magnifique conclusion pour
cette allégorie des sens et de la nature. Le désir … tout entrepreneur rêve de
transformer une idée lumineuse en une success-story. Bill Cosby a dit qu’« afin
de connaître du succès, votre désir pour celui-ci se doit d’être plus grand que
votre peur d’échouer. » Tout un programme !
La licorne moderne est orientée business, elle se définit par des start-up valorisant plus d’un milliard
de dollars ! Pourtant, malgré le gigantisme de cette valeur, elle représente le désir absolu
d’entrepreneurs poussés dans une quête de l’innovation et du changement de paradigme. Repousser
les limites, imaginer l’assurance du futur, réinventer un modèle économique sont autant de défis qui
attendent le secteur. Poussés dans une quête sans limite, ils imaginent tous brandir l’étendard
flamboyant de la dame à la licorne !
Dans cette nature qui nous confronte en permanence à ses aléas, où nous devons grâce à nos sens
prendre la bonne décision, nous sommes devenus les acteurs de milliards de données qui peuvent
faire basculer nos choix et notre assurance. Les aléas climatiques, la santé, l’automobile automatisée
sont autant de paramètres dont la gestion optimisée complexifie les algorithmes de détermination
des couvertures d’assurance mais à l’inverse doivent aussi simplifier la gestion de leurs risques. La
dame à la licorne a traversé les âges et, malgré toutes les études faites, elle continue de contenir des
mystères comme tant d’œuvres d’art. Le big data permettra-t-il de lever les mystères de l’assurance
? D’assurer à chaque client une couverture optimisée de ses risques ? D’anticiper la gestion des aléas
et de les atténuer ? Les défis sont multiples et les désirs de les résoudre permanents.
La licorne est devenue éternelle, animal imaginaire le plus important du Moyen Age, elle pourrait
devenir le désir absolu d’entrepreneurs de l’assurance moderne qui rêvent tous de rejoindre un
modèle « By understanding human desire, Steve Jobs changed the world » (1)
(1)
« En comprenant les désirs humains, Steve Jobs a changé le monde » par Ted Anthony
(Associated Press) http://www.marketingmag.ca/media/by-understanding-human-desire-steve-jobschanged-the-word-37436

Publié en 12/2015
http://elex-premium.com/wp-content/uploads/G3-FIRST2.pdf

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 116

4.3.4 L’humain dans le numérique et le big data
Depuis le début de ma carrière, il y a 20 ans, la finance et l’assurance
n’ont cessé d’utiliser des algorithmes de plus en plus puissants pour
traiter des masses de données, les trier puis les restituer. La
technologie a accompagné cet essor des besoins et rendu possible la
gestion de gigantesques entrepôts stockant toujours plus d’or
numérique. Avec le cloud, nous atteindrons prochainement
l’eldorado du stockage quasi illimité. Pourtant, si nous revenons un
peu en arrière, qui se souvient, qu’il n’y a pas si longtemps, nous
avions à notre disposition des disquettes qui stockaient seulement
500 ko ! A l’époque chaque caractère valait de l’or. Il fallait sans
cesse optimiser pour libérer de l’espace. Avec l’arrivée des bases de
données, il a fallu structurer l’information pour y accéder plus
rapidement. Elles évoluèrent rapidement mais une règle restait : avoir la meilleure indexation pour
aller toujours plus vite. Des premières bases SQL à la BI (Business Intelligence) et maintenant au Big
Data, l’informatique du stockage de données n’a cessé de se révolutionner et de nous intégrer dans
une course contre la montre permanente. Le résultat ? Aujourd’hui, 70% des données stockées par
une entreprise sont inexploitables par manque de qualité ou de structuration ! D’ici 2020, le volume
des données produites par l’humanité sera multiplié par 20. Il faudra s’adapter à ce nouveau
paradigme, il faudra répondre aux besoins fixés par les Directions Générales et les clients, il faudra
imaginer l’inimaginable et se projeter dans l’infini. Quand j’étais étudiant en informatique, un
objectif de nos professeurs avait été de nous inoculer le virus de l’adaptation, de nous apprendre à
transformer les contraintes en opportunités, de nous laisser imaginer que des ronds pouvaient
ressembler à des carrés ! Les profondes mutations du monde professionnel et son informatisation à
outrance nous ont appris les règles de l‘évolutivité permanente.
Depuis 20 ans, les innovations numériques sont notre quotidien. Il a fallu apprendre à évoluer dans
ce monde extrêmement fluctuant. J’ai eu la chance, chez Edmond de ROTHSCHILD, de diriger une
équipe qui était plongée au cœur de cette révolution numérique. Pendant toutes ces années, il a fallu
répondre aux contraintes de fournir aux clients le service le plus adapté, et sur mesure, au meilleur
coût, d’aller toujours plus vite dans les traitements en optimisant les processus, de toujours
respecter les règles du jeu fixées par la réglementation et la déontologie, de manager des projets
pour les insérer dans la stratégie de l’entreprise. Pendant toutes ces années, nous n’avons jamais
cessé d’essayer d’innover pour passer des montagnes qui a priori semblaient infranchissables.
L’objectif de ce MBA sera de transmettre nos expériences de professionnels et nos savoirs,
d’enseigner la prise en compte des contraintes de l’entreprise pour parvenir à la solution la plus
adaptée, de connaitre les techniques suffisantes pour se mouvoir dans ce nouveau monde et
anticiper le prochain, d’apprendre à respecter l’éthique de la profession et à manager des hommes
et des femmes. Car, malgré l’informatisation à outrance, ce sont toujours des hommes et des
femmes qui resteront aux commandes et qui détermineront les usages attendus de ces données. Ce
sont des hommes et des femmes qui jongleront avec elles pour y accéder de plus en plus vite et qui
chercheront à les présenter synthétiquement à leurs clients internes et externes. Avec le Big Data,
l’assurance découvre une nouvelle sorte de boule de cristal pour anticiper les comportements et
gérer les risques. Ses mécanismes profonds vont fortement évoluer à court et moyen terme et il est

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 117

probable que des concurrents vont apparaitre. Quoi qu’il arrive, l’univers va se transformer et les
Data Scientists seront au cœur du réacteur qui est en train de s’allumer.
https://albanjarry.com/2015/12/02/livreblanc-lhumain-dans-le-numerique-et-le-bigdataepa_association-assurance/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 118

4.3.5

Les réseaux sociaux au service de l’entrepreneuriat

En quelques mois, le réseau « Femmes de Bretagne
» a déjà dépassé les 1 500 connecté(e)s. C’est
impressionnant ! Fer de lance d’une dynamique de
partage sur l’entrepreneuriat en Bretagne, il facilite
la communication professionnelle et démontre
l’importance de l’ancrage régional dans un monde
où les frontières n’existent plus. Alors que les
réseaux sociaux peuvent souvent sembler n’être
que virtuels, des associations comme « Femmes de
Bretagne » prouvent que leur existence peut aussi renforcer les liens en IRL (« In Real Life » ou «
Dans la vraie vie ») entre leurs membres et faciliterl e développement de structures
entrepreneuriales. Aujourd’hui, avec peu de moyens, il est possible pour une entrepreneuse de
mettre en place une communication novatrice en utilisant ces supports modernes puis de
développer des affaires commerciales avec des partenaires inattendus. Le processus de connexion
des réseaux sociaux laisse la place aux rencontres improbables. Ils aimantent les talents et leurs
idées. Ils ouvrent un nouveau monde à celles qui s’y projettent. Les réseaux sociaux donnent accès à
de nouveaux prospects et futurs clients. Ils aident à trouver des femmes et des hommes qui vont être
des points de relais efficaces. Ils ouvrent de nouveaux horizons, et le réseau « Femmes de Bretagne »
montre la pertinence d’un modèle où des Bretonnes et des Bretons veulent faciliter le
développement d’entreprises régionales qui reflètent les valeurs de leurs créatrices. Très attachés à
cette région, ils sont prêts à mettre à disposition leurs carnets d’adresse ou à investir pour faciliter le
développement des entreprises dans lesquelles ils croient. Grâce à la mise en place d’Advisory Boad
(Conseils de Sages), ils pourront être associés au développement de la structure plus formellement.
Au-delà de leur fonction de mise en relation, les réseaux sociaux doivent surtout être perçus comme
la vitrine commerciale moderne de n’importe quelle entreprise. Grande ou petite, elle y reflètera son
image, son dynamisme, ses valeurs et pourra y développer sa marque. Dans le cas d’une aventure
entrepreneuriale, l’e-réputation d’une TPE/PME est souvent associée à celle de sa dirigeante. Leurs
marques gagnent en visibilité en parallèle et multiplient les possibilités de communication. Ainsi, sur
LinkedIn ou Twitter, l’entrepreneuse pourra véhiculer ses compétences, établir un réseau étendu de
connexions professionnelles, développer un business indirect qui pourra lui servir pour développer sa
structure. Aucune piste ne doit être négligée et ces nouveaux univers donnent la possibilité d’essayer
et d’innover. 5 principes, commençant par C, sont une recette de développement de cette image :
Crédibilité, Connaissances, Communication, Créativité et Création
Grâce à l’étude publiée par « Femmes de Bretagne », chacune de ses lectrices pourra trouver de
nouvelles idées et probablement explorer de nouvelles pistes pour développer son business, tout en
gardant l’esprit que « Naviguer : c'est accepter les contraintes que l'on a choisies. C'est un privilège.
La plupart des humains subissent les obligations que la vie leur a imposées. Naviguer est une activité
qui ne convient pas aux imposteurs. Dans bien des professions, on peut faire illusion et bluffer en
toute impunité. En bateau, on sait ou on ne sait pas.»(Eric Tabarly)
https://albanjarry.com/livre-blanc-entreprendre/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 119

4.3.6 Quels conseils donneriez-vous aux porteurs de projets innovants maintenant
?
« L’innovation est la capacité à convertir des idées en factures » disait
Robert L. Ducan. Passer du mode projet au mode business est souvent
délicat et le choc peut être violent. Ainsi, Daniel Thébault a publié
récemment un article pour Le Cercle Les Echos sur la perte d’emploi des
entrepreneurs et les 63 000 partons qui ont fait faillite en 2015 . Tout
porteur d’un projet doit avoir en permanence à l’esprit que même si une
idée est révolutionnaire le chemin qui la sépare d’un revenu suffisant va
être long et escarpé.
Ainsi, la période de projet doit avant tout servir à bâtir les fondations de la suite de l’histoire. Pour
qu’elles soient les plus solides possibles, il est indispensable de savoir bien s’entourer, dès le départ,
pour parvenir au résultat escompté. Steve Jobs disait que «Si vous regardez avec attention, la plupart
des succès obtenus du jour au lendemain prennent beaucoup de temps». Aide pour bâtir le business
plan, aide pour faire de la communication, aide pour trouver des financements, aide pour
comprendre la fiscalité, … le chef d’orchestre, qui souhaite mener à bien son projet, ne dispose
souvent pas des moyens de s’offrir toutes les ressources qui pourront cruellement manquer à
l’équilibre de son orchestre et in fine nuire à son développement. Si de plus en plus d’entrepreneurs
font appel à des Advisory Board (2) (ou « Conseils de Sages »), c’est qu’ils sont conscients qu’émerger
dans le business nécessite d’avoir un niveau minimum de conseils. Qu’en permanence, le regard
d’experts externes peut faire la différence pour mener au succès.
L’innovation repose aussi sur la capacité du porteur de projet à montrer sa différence et surtout sa
plus-value. Robert Frost disait que si « Deux chemins divergent dans un bois, j’ai décidé de prendre le
moins emprunté et c’est ce qui a fait toute la différence ». Avec une communication de marque
efficace, il sera plus facile d’émerger et les chances de succès seront augmentées. Les porteurs de
projets innovants ont une chance incroyable de nos jours. Grâce aux plateformes numériques
modernes ils peuvent, à peu de frais, parvenir à cibler leurs prospects qui deviendront ensuite des
clients. L’univers du numérique est infini, si les points de relais pertinents sont identifiés alors le
résultat peut être exponentiel.
Au-delà de tous les conseils, qu’il serait possible d’apporter, le trait de caractère qui ressort souvent
chez le porteur de projet qui réussit c’est sa capacité à aller de l’avant envers et contre tout. A ne pas
se laisser abattre par le grain de sable qui vient perturber l’équilibre tant attendu. Steve Jobs disait :
« Je suis convaincu que la moitié qui sépare les entrepreneurs qui réussissent de ceux qui échouent
est purement la persévérance. »
(1) La courbe du chômage dont personne ne parle : http://www.lesechos.fr/ideesdebats/cercle/cercle-151160-la-courbe-du-chomage-dont-personne-ne-parle1198881.php?SZMAozsd6vTqpzQ4.99
(2)
Advisory
Board:
un
collectif
de
sages
au
service
des
Start-up
http://lemeunierquidort.com/advisory-board-un-collectif-de-sages-au-service-des-start-up/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

:

Page 120

19/05/2016
http://startups-paysdelaloire.fr/quels-conseils-donneriez-vous-aux-porteurs-de-projets-innovantsmaintenant-alban-jarry/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 121

4.3.7 Voyage autour de l’#art, du #digital et de l’#assurance
Avec le digital, les frontières n’ont plus de limites. Avec
l’art, les frontières n’ont jamais eu de limites. Découvrir à
Paris les œuvres de l’artiste chinois Huang Fengrong illustre
comment une rencontre tripartite entre un artiste, une
œuvre et un amateur peut s’opérer grâce à l’amour de l’art.
Le digital ajoute une quatrième dimension dans la
possibilité de découvrir l’art. Le digital agit autrement dans
cette relation mais ne remplacera jamais le lien réel qui
peut exister entre un artiste, un passionné et une œuvre.
Lorsque je regarde l’étudiant de Pascal Plasencia, j’aperçois un livre ouvert vers l’imaginaire. Un livre
qui plonge dans d’intenses réflexions. Un livre qui permet de découvrir d’autres œuvres d’art.
Découvrir une œuvre d’art est une rencontre. Un lien s’opère instantanément entre l’amateur et
l’œuvre. Imaginer l’artiste la réaliser est magique. Imaginer le message qu’il a voulu y faire passer est
fantastique.
Découvrir l’art est souvent un voyage improbable. Il faut suivre un
phare pour être guidé vers cette lumière qui attire tant. Le digital
permet aujourd’hui d’avoir accès plus facilement à l’art, de se
connecter avec des artistes, de trouver des pièces improbables.
Néanmoins, rien ne remplace la découverte réelle de l’œuvre. Cet
instant où tout s’arrête face à la beauté qui en émerge. Cet instant où
l’attirance va déclencher la volonté de l’acquérir. Cet instant où tout
bascule.
L’histoire avec une œuvre peut aussi être une longue route semée
d’embuches. Une commande peut prendre des années et la joie de la découvrir n’en est que plus
forte. De temps en temps, la rencontre avec un artiste déclenche du mécénat. Le lien tripartite n’en
est alors que plus fort.
Grâce au digital, il est possible d’acquérir des œuvres partout dans le monde. Grâce au digital il est
possible de nouer des liens d’amitié avec des artistes, des professionnels, d’autres amateurs, de
partager, d’exposer. Un proverbe disait que « L’art est de cacher l’art ». Avec le digital le paradigme a
changé.

27/03/2016
http://elex-premium.com/wp-content/uploads/def-gazette-4.pdf

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 122

4.3.8 L’ère des alchimistes du numérique
Partie d’une suite de 0 et de 1 très basique,
l’informatique s’est rapidement structurée
pour enrichir ces éléments binaires et les
transformer en matière première sans limite.
Au coeur de nos systèmes numériques, les
données sont devenues des actifs de plus en
plus précieux qui se transforment, dans la
chaîne de valeur, pour devenir de l’or. Comme
des alchimistes, les informaticiens cherchent sans arrêt une solution pour assembler les meilleurs
alliages.

De nouveaux profils dans l’entreprise
Le chimiste français Antoine Lavoisier disait : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »,
à partir de cette nouvelle matière, que sont les données, les technologies ont rapidement évolué afin
de les traiter de manière toujours plus massive et dans des volumes toujours plus importants. À la
base, figure pourtant toujours ces éléments élémentaires sur lesquels il faut s’appuyer pour se
projeter dans un nouvel espace et optimiser leur transformation.
Afin de s’adapter à cette nouvelle révolution, les entreprises ont inventé de nouveaux métiers pour
les aider à mieux appréhender cette nouvelle forme de connaissance et la transformer en un
élément de plus en plus central de leur business. Ainsi, des data scientist aux chief digital officer
(CDO) de nouveaux profils sont apparus. Mélangeant à la fois des connaissances de techniques
informatiques, de marketing et de communication (interne ou externe), ces talents d’un nouveau
genre se sont retrouvés au coeur d’un Triangle d’or de l’innovation et du changement.

L’art de la transformation
S’adapter à ces nouvelles tendances, se former, sont devenus obligatoires et l’agilité est de plus en
plus requise pour appréhender ces concepts afin de guider l’entreprise dans sa transformation.
Jamais elle ne doit se faire distancer irrémédiablement par ses concurrentes !
Anticiper les risques, positionner efficacement la stratégie sont au coeur de ce nouvel alliage qu’il
faut créer pour survivre en permanence aux contraintes externes. La vigilance est requise pour
anticiper les mouvements et se retrouver portée par les nouvelles vagues.

Être un leader

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 123

Le romancier portugais Paulo Coelho, auteur de l’Alchimiste, disait qu’ « il n'y a qu'une façon
d'apprendre, c'est par l'action ». Ainsi, les nouveaux leaders de l’entreprise numérique doivent être
proactifs et sans cesse se retrouver au milieu de l’information qui peut transformer une simple graine
en une plante très vivace.
Dans ce nouveau monde, les équilibres sont instables et la surveillance des nouvelles contraintes
concurrentielle devient le credo de toute entreprise qui veut profiter de l’opportunité de cette
nouvelle ère pour avancer et transformer le numérique en une opportunité de développement. En
permanence, les règles peuvent être bouleversées et nombreuses sont celles qui visent la conquête
de la place de leader de leur segment d’activité en offrant de nouveaux produits et services.

Trouver des idées et communiquer
Paulo Coelho a également écrit qu’ « une quête commence toujours par la chance du débutant. Et
s'achève toujours par l'épreuve du conquérant ». Dans ce nouveau monde, d’exploitation de
nouvelles formes de matières, la base de l’évolution repose aussi sur la construction de fondations
solides. Il faut savoir préparer des futures sources de revenus et surtout, au moment le plus propice,
les mettre en avant pour accélérer leur développement.
Ainsi, comme le pensait Paulo Coelho : « Lorsqu'une chose évolue, tout ce qui est autour évolue de
même ». La force de conviction devient un élément prépondérant de la conquête de la position de
leader. Aujourd’hui, ne pas intégrer la problématique du numérique dans son environnement revient
à prendre le risque de laisser la place à des concurrents et de ne pas profiter de la courbe
d’apprentissage inhérente à chaque nouvelle technologie.
Paulo Coelho disait aussi : « C'est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie
intéressante ». Ainsi c’est dans la maîtrise de ces nouvelles technologies et dans sa capacité à les
transformer en or que l’entreprise sera capable de se créer une fontaine de jouvence qui lui
procurera un avantage concurrentiel non négligeable et lui offrir peut-être la vie éternelle. Sa
recherche de l’alchimie parfaite pourra alors… recommencer…

11/07/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-158807-lere-des-alchimistes-du-numerique2013704.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 124

4.3.9 Comme E.T. l’humanité se digitalise dans l’univers numérique
Smartphone,
tablettes,
écrans
tactiles,
l'interface numérique entre l'homme et la
machine nécessite de plus en plus d'utiliser un
doigt et devient digitale. Comme celui d'E.T.,
l'index humain devient source d'un nouveau
pouvoir.
Pointer le doigt vers le ciel pour pouvoir
communiquer avec ses semblables à l'autre bout
de l'espace connu, imaginer se soigner en
utilisant un doigt tout en bénéficiant de l'énergie d'un être hors norme, tels étaient les
changements de paradigmes proposés en 1982 par E.T. l'extraterrestre. 30 ans plus tard,
l'ère du digital nous propulse dans un autre monde où les doigts deviennent des instruments
indispensables pour se connecter au numérique.

Digital ou numérique ?
L'utilisation du terme "digital" à la place de "numérique" provoque souvent un débat sans fin
sur la toile et les réseaux sociaux. Certains internautes s'offusquent régulièrement de cet
emploi impropre qui a transformé les deux termes en des synonymes. Revenu comme un
boomerang par un anglicisme, le terme digital repose, à la base, sur la matérialisation de
l'utilisation du doigt et non sur une représentation de nouvelles technologies. Cette
utilisation du mot digital est-elle donc complètement impropre, ou une fois de plus
matérialise-t-elle l'évolution de la langue de Molière et des multiples sens d'un même terme
?
À l'heure des nombreuses connexions, où les internautes ne cessent de laisser des
empreintes numériques (et bientôt digitales) partout au fil de leurs navigations sur la toile, le
digital revient en force au fur et à mesure du développement des terminaux nécessitant
uniquement un... doigt pour se connecter. Alors, comme le préconise l'Académie Française,
faut-il substituer systématiquement le terme digital par le terme numérique ?
Ou, l'emploi de ce mot va-t-il reprendre tout son sens premier au moment où les connexions
mobiles deviennent plus utilisées que les traditionnels PC armés de leurs claviers que les
hommes animent grâce à leurs... doigts ? Ou, plus simplement, faudra-t-il attendre qu'une
évolution génétique transforme l'index et le dote d'une énergie lumineuse à son extrémité
pour que le mot digital devienne multi-usage ?

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 125

Un instrument moderne
Dans sa définition du terme digital, Wikipédia rappelle que finalement "Le seul vrai
calculateur digital est un instrument très ancien, toujours très employé en Asie, le boulier,
où le calcul s'effectue avec les doigts." Matérialisant ainsi la connexion entre l'interface
humaine (le doigt) et l'instrument de calcul, Wikipédia pointe la formidable révolution
numérique qu'a vécu l'humanité au cours des dernières décennies en passant de l'époque
du boulier au Big data. Ironiquement, en appui de cette révolution technologique, le
système incite à l'utilisation de plus en plus industrialisée des ... doigts comme un retour aux
sources.
Se remémorer E.T. replonge dans un univers de science-fiction qui a anticipé de profondes
révolutions. 30 ans plus tard, l'univers décrit dans ce film n'est plus si éloigné du mode de vie
actuel. En 1982, personne n'aurait pu imaginer que les index se transformeraient en des
véhicules d'accès aux nouvelles technologies ! L'affiche du 20e anniversaire du film montre
toute la modernité anticipée par la force d'une connexion lumineuse entre une entité
inhumaine et un humain (Eliot). Translater cette force aux connexions quotidiennes, avec
des intelligences artificielles ou avec d'autres humains, est entré dans les moeurs et dans le
champ des actes quotidiens.
Eliot connecté à E.T., ce geste se produit dorénavant quand chacun veut accéder à l'univers
numérique et bénéficier des connaissances qui y sont à disposition avec son doigt. Penser
que moins d'un demi-siècle après la première diffusion du film, l'homme pourrait, aussi
rapidement que la lumière, arriver à correspondre avec des noeuds en étoiles situés à l'autre
bout de la Terre est phénoménal. Aujourd'hui, tout est devenu accessible dans ce monde où
une connexion digitale est l'instrument d'accès aux données numérisées et aux savoirs.

Un doigt qui soigne
En 1982, Eliot était soigné par la force de cette médecine extraterrestre, ses plaies se
cicatrisaient par cette puissance venue d'ailleurs. De nos jours, l'e-santé laisse entrevoir la
force des traitements médicaux à distance. En se connectant à ces nouvelles formes de
connaissances, cette phrase du site les enfants-de-cinema.com illumine : " Qui, en effet,
aurait pu résister aux yeux pleins de douceur, à la voix métallique de ce petit bonhomme à
qui il suffisait de tendre un doigt pour que les plaies se cicatrisent", car c'est aux nouvelles
formes de services numériques que nous pensons instantanément en la lisant.
Alors, certes, les terminaux ne guérissent pas encore instantanément de tous les maux par
l'e-santé, mais la technologie fait tout pour s'en rapprocher ! Imaginer que l'index devienne
l'instrument d'une guérison ne relève ainsi plus complètement de l'utopie et ce fameux doigt

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 126

multifonction ne sera bientôt plus à appréhender comme un mystère accessible uniquement
à une entité extraterrestre.

Communiquer autrement
La célèbre expression " téléphone maison", qui a tant marqué les esprits, reflète également
la capacité à joindre des semblables à l'autre bout du monde. Cette force, qui est dorénavant
offerte par le numérique, a brisé les frontières et donné la capacité d'être relié à n'importe
quel point de la matrice terrestre. Dans ce nouveau paradigme, peut-être qu'un jour, il sera
possible, comme E.T. de pointer un doigt lumineux vers les étoiles pour communiquer avec
d'autres planètes, mais, en attendant, il suffit d'utiliser le digital pour se connecter
instantanément par doigts interposés grâce à un simple écran tactile.

Publié le 22/08/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-159727-comme-et-lhumanite-sedigitalise-dans-lunivers-numerique-2022068.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 127

4.4 Management
4.4.1 Le manager numérique 3.0 est-il bionique ?
Une bonne culture informatique, une vision claire, une
capacité à voir toujours plus loin. Le manager moderne
est-il un « surhomme » ?
Souvenez-vous de Steve Austin, l’homme qui valait 3
milliards … Héros d’une série des années 70, il était un
astronaute qui avait marché sur la lune. Une autre
planète, un autre univers… Devenu pilote d’essai, son
appareil se crasha et, grièvement blessé, il fut transformé en un homme bionique. Avec ces
équipements de nouvelle génération, il pouvait aller plus vite, il pouvait voir plus loin et il pouvait
soulever des charges très lourdes.
Un « surhomme » ! Vitesse, vision, force… des qualités tant recherchées dans notre univers
numérique moderne où toutes les entreprises cherchent à décrocher la lune ! Où il faut être à la fois
expert, influent et polyvalent… Si les recruteurs devaient rechercher le manager numérique 3.0
parfait, il est probable que les qualités de Steve Austin propulseraient son CV en bonne position… un
manager bionique de nouvelle génération !
Hors norme et sur tous les fronts
Il y a peu de temps, je participais à une table ronde sur la digitalisation de la fonction de directeur
administratif et financier. Il en ressortit que pour être un manager du XXIe siècle, il fallait : une forte
expertise, une capacité à guider les projets, un esprit de synthèse, une expérience de conduite du
changement, une connaissance du marketing, une dose de leadership, un impact dans les
communications internes et externes… Le directeur administratif et financier moderne était ainsi un
peu hors normes et sur tous les fronts…
Est-il lui aussi une personne bionique dotée de capacités multiples ? D’une conférence à l’autre,
souvent, les mêmes types de qualités requises reviennent dans la description du manager 3.0. Seule
diffère probablement l’expertise de base, mais, fondamentalement, les autres critères sont assez
similaires et le nombre de qualités est démultiplié.
Un pro du numérique prêt à déléguer
Face à l’arrivée massive du numérique et des milliards de données à analyser, le manager doit ainsi
maîtriser les fondamentaux de la gestion de projets informatiques, présenter des synthèses claires à
sa gouvernance avec des indicateurs macros, maîtriser suffisamment les technologies et les
processus pour détecter les éventuelles erreurs qui pourraient mettre des grains de sable dans cette
belle mécanique et surtout doit savoir prendre de la hauteur pour avoir une vision le plus possible à
360° tout en sachant… déléguer.
Théodore Roosevelt disait que « le meilleur manager est celui qui sait trouver les talents pour faire
les choses, et qui sait aussi réfréner son envie de s’en mêler pendant qu’ils les font ». Malgré les

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 128

évolutions technologiques, le principe n’a guère évolué depuis. In fine si le manager est responsable
des informations qui vont sortir de sa chaîne de production numérique, il doit se reposer sur tous les
acteurs qui intègrent cette chaîne et lui assurent une qualité d’informations. En cas d’incident ou de
défaillance, le manager doit savoir interagir dans le circuit et placer les bons points de contrôle au
bon endroit, car il n’y a pas de chaîne numérique sans une certaine qualité et une importante
traçabilité.
Ambassadeur à plusieurs titres
Dans ce nouveau monde, les qualités d’analyse et d’expertise ne suffisent malheureusement plus, car
comme le disait Ivan Lendl : « Manager seulement pour le profit revient à jouer au tennis en
regardant le tableau des résultats plutôt que la balle ». Ainsi, un manager de dernière génération doit
savoir comprendre les situations et surtout les expliquer. De plus en plus, il a un rôle de
communicant à la fois en interne pour entraîner les équipes ou pour convaincre sa gouvernance,
mais surtout en externe en ayant ce rôle d’ambassadeur d’entreprise.
Dans le cadre de cette table ronde sur les directeurs administratifs et financiers, je me suis intéressé
à ceux qui aujourd’hui pouvaient illustrer ce rôle d’ambassadeurs de marques en regardant quels
étaient ceux qui étaient présents sur les réseaux sociaux professionnels. Une rapide analyse des
biographies de Twitter (avec moz) montre que moins de 100 directeurs financiers, directeurs
administratifs et financiers ou autres CFO sont présents avec une localisation en France ou à Paris. Le
résultat peut sembler très faible, mais assez représentatif de l’absence, dans bien des secteurs,
d’ambassadeurs numériques professionnels.
Le profil qui m’a semblé ressortir est celui de Julien Wouters le CFO du Slip Français. Qualité des
tweets, expertise, engagement… Julien donne l’image d’un manager numérique 3.0 et il n’est pas
étonnant de voir qu’il travaille pour une des marques dont la notoriété est montée le plus vite au
cours des dernières années. Julien est-il bionique ? Je ne sais pas, mais ce qui est certain c’est qu’il
pourrait inspirer beaucoup de managers qui cherchent à le devenir.

Publié le 08/02/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-150911-le-manager-numerique-30-est-ilbionique-1198521.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 129

4.5 Emploi et recrutement
4.5.1 Le mémoire de fin d’études, une porte vers l’ #emploi
Faire des stages tout au long de ses études a
longtemps été la solution imparable pour
trouver un job. Avec la crise et le chômage de
plus en plus important des jeunes, l’accès au
monde du travail s’est complexifié. Alors que la
plupart des emplois se trouvent par réseau,
souvent les étudiants négligent de se créer un
profil LinkedIn (leur nouvelle vitrine
professionnelle) et de commencer à y nouer
des contacts avec toutes les personnes croisées
au cours de leurs expériences dans le monde professionnel.
Depuis quelques années, le mémoire de fin d’études s’est également transformé en une nouvelle clé
pour trouver un job plus facilement. Souvent négligée, elle permet d’ouvrir la porte de nombreux
experts et de bénéficier ensuite de leurs réseaux. Magnifique opportunité d’accélérer une recherche,
peu d’étudiants utilisent cette arme pour communiquer plus efficacement.
Régulièrement, au cours de ma carrière, j’ai été maître de stage d’étudiants ou ai répondu à des
interviews pour les aider à enrichir leurs mémoires. Voici quelques conseils tirés de ces expériences.
Penser à l’après mémoire
Dès la conception du mémoire, la détermination de son sujet, la rédaction de ses premiers contenus,
… vous devez vous poser la question du devenir de cet écrit. Soit le faire comme une corvée
obligatoire à rendre dans la cadre de la fin de son cursus pour obtenir un diplôme et éviter une note
éliminatoire. Dans ce cas, il n’aura pour seul objectif que d’être oublié de tous quelques jours après
sa soutenance. Soit le prendre comme l’occasion de nouer des contacts plus larges avec le monde
professionnel et d’élargir la panoplie des possibles en communicant efficacement sur son contenu.
Avec le développement des médias sociaux, les mémoires sont entrés dans une nouvelle ère dans la
façon de les rédiger et d’en tirer profit. Fer de lance d’un premier personal branding, ils peuvent
rapidement devenir une clé de voute de la réputation professionnelle naissante de l’étudiant qui l’a
réalisé. Ils doivent être vus comme un élément différenciant pour montrer les qualités du diplômé.
La confidentialité
Le premier élément à fixer sera l’aspect confidentiel ou non de son contenu. Attention, il ne faut pas
confondre un rapport de stage et un mémoire. Souvent des étudiants se laissent enfermer dans
l’option d’un mémoire confidentiel qui décrit les méthodes de l’entreprise dans laquelle ils
travaillent. L’exemple de Telsa ou Facebook qui mettent à dispositions leurs brevets ou recherches
(1), montre qu’il n’est nul sujet de mémoire qui sera suffisamment confidentiel pour ne pas être
publié.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 130

Le sujet
A trouver en fonction des thèmes d’actualité du secteur visé ou du type de travail recherché. Sur le
papier l’idée est simple mais rapidement la question se pose de comment trouver ce thème et quels
sujets peuvent susciter la curiosité du monde professionnel ? Visiter les sites internet des principales
associations professionnelles, consulter la presse et les revues du secteur, regarder les thèmes
discutés en tables rondes des conférences donneront rapidement une vision des sujets possibles. Il
faut plutôt choisir des sujets émergents que des sujets déjà traités depuis plusieurs années et sur
lesquels il existe une forte littérature écrite par des spécialistes. Plus le sujet sera porteur et à la
mode, plus il sera facile de trouver un angle original pour l’aborder… et de futurs lecteurs !
Qui interroger ?
Les experts du sujet ! Un mémoire avec des interviews des principaux experts du thème aura une
valeur inestimable (et souvent la note sera exponentielle). Il renforcera la qualité du contenu et
donnera l’occasion à l’étudiant de parler avec les professionnels référents. Comme pour le sujet, il
faut relever les noms de toutes les personnes travaillant sur ce thème dans les groupes de travail et
commissions des associations, ceux qui répondent à des interviews ou écrivent des tribunes dans la
presse, ceux qui participent à des tables rondes des conférences. Pour les contacter, le plus simple
est de passer par Twitter, les experts présents sur cette plateforme sont souvent assez réceptifs à des
demandes et empathiques. Twitter est un formidable terrain de chasse pour un étudiant et
relativement peu utilisé pour cela. Il est beaucoup plus facile d’y entrer en contact avec des
professionnels et ensuite de renforcer la relation en les invitant sur … Linkedin.
Sinon, il faut tenter une approche par LinkedIn via un message lors de la demande de mise en
relation. Plus l’expert sera actif en publiant des nouvelles, plus les chances de le contacter seront
importantes. Aujourd’hui, le « marché » de la demande n’est pas saturé sur ces plateformes, autant
en profiter !
Où publier ?
Sur SlideShare ! Pour partager le plus largement possible cet écrit et le rendre accessible sur son
profil LinkedIn. Un profil LinkedIn est fait pour être enrichi et l’ajout d’une ligne « publication « le
rendra encore plus attirant. L’art du titre pour le mémoire prend aussi à ce moment toute son
importance.
Sur un CV, il est primordial de le mentionner et souvent il sera plus valorisant qu’un séjour de
quelques jours dans un pays étranger !
Des exemples ?
Afin d’illustrer la force d‘un sujet qui intéresse les professionnels (et les professeurs), voici 2
exemples d’étudiants qui ont poussé le raisonnement de la publication jusqu’au bout.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 131

Jérôme Boullay s’est intéressé au sujet de la directive européenne AIFM. Les thèmes réglementaires
ne passionnent généralement pas beaucoup d’étudiants mais intéressent beaucoup de
professionnels. Jérôme m’avait contacté via LinkedIn en tant que Président du Groupe de Travail sur
le Reporting d’AIFM de l’Association Française de la Gestion financière, puis je lui ai proposé de
partager son mémoire sur mon blog et via mon compte SlideShare. Résultat, en 2 ans, son mémoire a
été vu plus de 8 500 fois ! Et à chaque fois que le thème d’AIFM redevient d’actualité, il est de
nouveau massivement consulté.
Claire Carpentier s’était intéressée au sujet des réseaux sociaux en finance. Elle m’avait contacté
aussi via LinkedIn. En complément, je l’avais orientée vers d’autres spécialistes de ce thème. Elle
obtient ainsi le témoignage de plusieurs participants aux travaux du groupe de travail de l’AFG sur les
réseaux sociaux et celui du président de la banque dans laquelle elle travaillait. Résultat, Claire a
publié sur son propre compte SlideShare son mémoire qui a été vu plus de 1 800 fois en 2 ans.
Depuis Claire est entrée dans le monde du travail et a produit, avec Nathalie Coutard, une étude sur
les réseaux sociaux et l’entreprenariat féminin en Bretagne (pour le réseau Femmes de Bretagne).
Claire s’est inspirée de la méthode de réalisation de mon livre blanc « 735 utilisateurs aimantés par
LinkedIn » et de son mode de diffusion. Cette étude et ses extraits ont été vus plus de 10 000 fois en
quelques mois.
Utiliser les moyens de communications modernes est donc une source de visibilité non négligeable.
Jérôme et Claire ont bien entendu ajoutés ces publications sur leurs profils LinkedIn : le profil de
Jérôme et celui de Claire.

02/10/2015
http://laruche.wizbii.com/18800-memoire-etudes-trouver-emploi/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 132

4.5.2 Inventons ensemble le don de RT pour l’emploi avec #i4Emploi
Aider des talents
Le don de RT pour lutter contre le chômage ? En avez-vous déjà
entendu parler ? Non ? Ce n’est pas étonnant car jusqu’à présent
cela n’existait pas. Vous êtes altruiste et empathique ? Vous avez
envie d’aider gratuitement et simplement des talents qui sont en
recherche d’emplois ? Alors lisez ceci car nous allons inventer ensemble le don de RT … ensemble
nous allons lutter contre le chômage via les réseaux sociaux … ensemble nous allons donner un peu
accès à nos formidables réseaux pour augmenter la viralité d’une recherche et la mise en avant de
compétences … ensemble nous allons offrir des RT et imaginer ce qu’est le don de RT.
La légende du Colibri
Le collectif #i4emploi s’inspire d’une légende amérindienne : « Un jour, dit la légende, il y eut un
immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le
désastre. Seul le petit colibri s’active, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les
jeter sur le feu. Au bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : «
Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? » « Je
le sais, répond le colibri, mais je fais ma part » . »
Tous concernés
Le chômage est un fléau qui peut toucher n’importe lequel d’entre nous, n’importe lequel de nos
amis, n’importe lequel de nos proches, … partout en France, dans tous les milieux, dans tous les
secteurs… il concerne des millions d’hommes et de femmes. Le chômage est un fléau qui provoque
un sentiment d’exclusion, de coupure avec le monde du travail, nous voulons lutter contre ce
phénomène.
Éteignons l’incendie
Vous pensez que vous ne pouvez pas contribuer à sa baisse, à l’inversion de cette fameuse courbe du
chômage ? Nous pensons que vous êtes un élément essentiel d’une chaine altruiste qui a pour but
d’apporter différemment un peu d’aide à des talents qui sont provisoirement en recherche d’emploi.
Avec #i4Emploi nous voulons, tous ensemble, redonner de l’espoir avec un acte simple et citoyen qui
s’appelle le don de RT pour l’emploi.
Chaque jour, nous sommes déjà plusieurs centaines à donner des gouttes d’eau en retweetant les
demandes sur Twitter. Chaque jour nous imaginons que quelques personnes de plus retrouveront un
job parce que nous avons mis en valeur leurs compétences par des RT. Chaque jour nous imaginons
qu’un recruteur détectera plus facilement un talent car nous leur aurons donné une viralité
exceptionnelle.

Un don simple

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 133

Le don de RT est gratuit et 100% déductible. Il coûte simplement quelques microsecondes, il coûte
simplement un clic, pourtant il peut rapporter beaucoup à celui ou à celle qui en bénéficie.
Si nous voulons être plus efficaces dans cette action de lutte contre le chômage c’est parce que vous
aurez à votre tour offert des RT … que votre goutte sera peut-être celle qui ouvrira la bonne porte …
que votre goutte sera peut-être celle qui redonnera le sourire à toute une famille plongée dans la
crainte d’une durée de chômage très longue.
Utilisons les réseaux
Selon Pole Emploi, plus de 22% des personnes retrouvent un travail grâce à l’utilisation de leur
réseau. Avec #i4Emploi, nous voulons donner accès un réseau démultiplié. Nous voulons que le
virtuel se transforme en réel et que rapidement chaque hashtag soit un élément du cadeau que nous
offrons. C’est grâce à vos dons que des demandeurs pourront élargir leurs réseaux en bénéficiant de
celui de chacun d’entre nous.
Une action
Chaque soir, le compte @i4Emploi est mis à jour et évite une recherche fastidieuse des demandes à
RT. Suivez ce compte, faites des RT et offrez vos dons. Notre action est concrète et facile. Elle
s’appelle « le don de RT pour l’emploi ».

Publié le 26/01/2016
https://albanjarry.com/2016/01/26/inventons-ensemble-le-don-de-rt-pour-lemploi-avec-i4emploi/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 134

4.5.3 De nid en nid l’oiseau bleu facilite le voyage pour trouver un emploi
Croyez-vous que les réseaux sociaux peuvent simplifier
une recherche d’emploi ? Qu’ils peuvent rapprocher un
talent d’un recruteur ? Qu’ils permettent de trouver
une aiguille dans une botte de foin ? Raccourcir la
théorie des 6 poignées de mains est devenu possible,
transformer les entretiens réseaux est devenu
indispensable, changer l’espace-temps et explorer la
4eme dimension de l’emploi est devenu une nécessité. Si ce dessin de Sandrine Delage vous a inspiré
alors n’hésitez pas à lire la suite de ce texte …

« Dieu merci je ne connaissais pas les règles de la photographie ! Si je les connaissais, je n’aurais pas
été aussi créatif. » Philippe Halsman
Dans les réseaux sociaux, nous sommes tous des messagers, nous sommes tous des nœuds d’une
gigantesque matrice mise à notre disposition pour diffuser toujours plus vite un message. De
nombreuses théories existent sur les liens qui unissent tous les humains entre eux. Connaissez-vous
la théorie des 6 poignées de main ? Elle évoque que sur Terre nous sommes séparés au maximum les
uns des autres de six maillons. Regardez autour de vous … Tournez la tête … Imaginez que les 6
personnes que vous voyez peuvent vous amener à avoir un contact direct avec la Président des Etats
Unis ! Impossible ? Pourtant vous êtes presque projetés dans le bureau ovale …. Avec les réseaux
sociaux les liens sont encore plus proches ! Par Twitter, LinKedin, … il ne vous faudra que 1, 2 ou 3
contacts maximum pour y arriver ! Réservez votre avion bleu … Air force 1 est presque à votre
disposition.

« Tout homme a, a eu ou aura besoin d’un dessin pour faire passer son message. » Helbé
Le réseau Twitter est un immense terrain de jeu qui a déjà révolutionné l’accès à l’information, qui
permet de lier des professionnels entre eux et d’y véhiculer plus rapidement des nouvelles. Y poster
une recherche d’emploi n’est pas nouveau et de nombreux comptes ou hashtag proposent cela. Y
poster avec l’assurance de démultiplier la visibilité du message et de la mise en avant des
compétences est beaucoup plus rare. Y poster en étant certain d’être relayé par les professionnels
influents sur Twitter est une nouveauté ! L’oiseau Twitter vole au-dessus des nids en mettant à
disposition des têtes de nœuds capable de changer l’espace-temps des relations professionnelle.
Ainsi, alors qu’il faut entre 11 jours (pour un passereau) et 80 jours (pour un albatros hurleur) pour
incuber l’œuf d’un oiseau, l’oiseau Twitter n’a lui besoin que de quelques micros secondes pour avoir
des petits. Son logo illustre qu’à partir de 3 séries de cercles qui se chevauchent, il est possible de
matérialiser des réseaux et qu’il n’y a pas de limites à la liberté. Le champ des possibles est devenu
infini.
#i4Emploi s’est inspiré de ces concepts pour raccourcir le temps et les distances, pour survoler les
obstacles et atteindre de nouveaux horizons. In fine, l’objectif est de permettre à chaque talent qui

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 135

utilise le hashtag #i4EmploiR de retrouver plus facilement un emploi et d’être plus facilement visible
de la part de recruteurs. Pour y arriver, nous avons besoin de l’aide de tous car c’est collectivement
que nous pourrons démultiplier le nombre d’oiseaux bleu porteur d’un message d’espoir.

Dessin de Sandrine Delage
Publié le 02/02/2016
https://albanjarry.com/2016/02/02/de-nid-en-nid-loiseau-bleu-facilite-le-voyage-pour-trouver-unemploi-image-sanddela-i4emploi-i4emploi/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 136

4.5.4 Rien n’a changé mais tout a évolué en matière de recrutement
Pour être recruté, il faut encore aujourd’hui
envoyer un CV, avoir un profil en
adéquation avec la recherche et passer des
entretiens. Dans la théorie rien n’a changé
au cours des dernières années en matière
de recrutement… Et pourtant…, de
nouveaux moyens et lieux sont venus
perturber cet équilibre où un candidat, surgi
de nulle part, peut se propulser et arriver à
coiffer sur le poteau n’importe qui pour décrocher ce fameux job tant désiré !
La pratique a été révolutionnée. En matière de recrutement, les règles du jeu varient d’une
entreprise à l’autre, le meilleur candidat sait s’adapter !
Steve Jobs disait « la créativité, c’est seulement de mettre les choses en connexion ».
Un candidat doit savoir se réinventer pour se présenter sous son meilleur jour. Il doit effectuer un
personal branding efficace pour montrer au recruteur qu’il est LE candidat 3.0.
Ainsi devenu un produit dont on compare chaque caractéristique, il doit se bâtir une vitrine
numérique qui valorise le plus possible ses compétences et son talent. LinkedIn, Twitter, Facebook, …
sont devenus autant de lieux où la présence numérique peut soit avantager un candidat, soit le
desservir. Il y a souvent peu de juste milieu. Pensez-vous qu’une Dacia offre le même niveau de
prestations qu’une berline de luxe allemande ? Non … Cela semble évident ! Pourtant un profil
faiblement enrichi, avec une photo non professionnelle et une expertise peu décrite seront
rédhibitoires.
A l’inverse, une mise en avant des compétences, une ligne éditoriale soignée, une interaction avec
d’autres experts et cerise sur le gâteau, des publications, propulseront le candidat dans la catégorie «
impressionnant ». La seconde catégorie est atteignable par tous ceux qui s’en donnent les moyens et
recherchent un travail en veillant à leur image de marque.
Les réseaux sociaux pour trouver un emploi ? Quelle idée ! Pourquoi s’embêter alors que les réseaux
physiques ont toujours très bien marché. En tant de crise, il ne faut pas hésiter à se remettre en
question et voir les choses autrement.
Vous pensez que Twitter est complètement inutile dans une recherche ? Et pourtant … le recruteur
que vous visez y aura peut-être un profil grâce auquel il vous sera beaucoup plus facile de le joindre
que dans la vraie vie ou sur LinkedIn. Toutes les pistes doivent être explorées. Une recherche au
XXIème siècle se construit par une prise de conscience de l’intérêt d’être interactif dans l’écosystème
où sont présents les professionnels. Il ne faut jamais oublier la force de tous les réseaux dans une
recherche.
Lorsqu’en août 2012, j’ai su que j’allais me retrouver dans un plan social, ma première action a été
d’ouvrir un profil LinkedIn pour sauvegarder mon carnet d’adresse. Quelques mois plus tard j’ouvrais

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 137

un blog et un profil Twitter puis proposais des tribunes aux principaux journaux économiques de mon
secteur. Finalement, je ne suis resté qu’une semaine au chômage, à l’issue du congé de reclassement
et j’ai pu trouver le travail que je visais. Trois ans plus tard, cette résilience m’aura permis de
transformer ma visibilité dans le monde professionnel, d’être vu, parait-il, comme une des personnes
les plus influentes du numérique et du web social en France. Si je l’ai fait, alors je suis persuadé que
tout le monde peut y arriver. Dans ma façon de rechercher un emploi, j’ai tout changé et le cours de
ma vie professionnelle a tout simplement changé.

16/03/2016
http://www.leblogexpectra.fr/rien-na-change-mais-tout-a-evolue-en-matiere-derecrutement_13189.html

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 138

4.5.5 Le numérique, bête noire du chômage ?
En janvier, le nombre de chômeurs a diminué de
manière inattendue. Plutôt que des résultats
ponctuels, il convient de proposer des solutions
d'avenir, ce que pourrait permettre l'innovation
numérique.

Parler du chômage en France revient souvent à
tomber dans un fatalisme abyssal où l’inversion de la courbe du chômage relèverait du mythe.
Régulièrement, les annonces gouvernementales laissent espérer qu’enfin les mesures prises vont se
révéler efficaces et qu’elles vont abattre ce mur qui se dresse toujours plus haut. Régulièrement,
nous constatons que cette guerre sera plus longue que prévue et qu’elle exclut un nombre
incroyable de talents du marché du travail.

Faire baisser le chômage, un impératif
Inverser la courbe du chômage est-il envisageable ? Souvent les réponses à cette question sont
corrélées aux demandes des entreprises de baisser une fiscalité devenue trop importante et trop
complexe. La baisse des charges semble inévitable pour relancer la machine, mais est-ce la seule
solution ? A l’horizon, des idées fleurissent et permettent de penser qu’il existe d’autres voies
complémentaires. Michael Jordan disait : « si vous rentrez dans un mur, n’abandonnez pas. Trouvez
un moyen de l’escalader, le traverser, ou travaillez autour. ».
Faire baisser la courbe du chômage ne doit plus seulement être une idée parmi tant d’autres mais
devenir un impératif. Elle doit se matérialiser pour être réellement LA lueur d’espoir pour tous ces
talents qui espèrent sortir rapidement de cette spirale négative dans laquelle ils sont enfermés. Alors
que la France tente de devenir la championne mondiale du numérique avec la French Tech , et que
nous sommes entrés dans l’ère du digital et de l’accès permanent aux smartphones, il suffirait peut
être d’exploiter quelques idées émergentes pour changer le paradigme.

Une société "ubérisée"
Uber a montré que quelques clics suffisaient pour révolutionner la façon de se déplacer en taxi. Tous
ceux qui se sont un jour retrouvés au chômage savent que le réseau est la meilleure des armes et
qu’il faut se connecter avec les bonnes personnes pour trouver le travail correspondant à ses
compétences.
A l’heure de l’ultra-connexion, il est pourtant toujours aussi compliqué d’identifier ce fameux job.
Existe-t-il ? Il est permis de le penser quand les statistiques, très variables, nous indiquent qu’entre
180.000 et 1,7 million de postes seraient disponibles en France ! A l’heure du numérique et du big

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 139

data, de la connaissance absolue, ne pas savoir précisément combien d'emplois sont réellement
vacants en France illustre déjà une partie du problème auquel nous sommes confrontés …

La solution numérique
Pourtant, à l’horizon, des solutions émergent pour rapprocher l’offre et la demande et apporter de
nouvelles idées. En Afrique du Sud, Shafin Anwarsha a inventé l'application Giraffe pour proposer sur
mobile une solution de recherche d’emploi. Il vient de remporter, à Lausanne, le prix « Seedstars
World award » de la meilleure start-up 2016. Pour lui, « le chômage est un gigantesque problème
dans les pays émergents, Afrique du Sud y comprise. Or, ce n’est pas forcément faute d’offres
d’emploi que les gens ne trouvent pas de travail. » Son idée est de permettre à un utilisateur de
décrire ses compétences et d’identifier des emplois, moyennement qualifiés et peu qualifiés,
disponibles à proximité de son lieu de résidence. Il permet aussi de gérer directement les prises de
rendez-vous et les entretiens avec les entreprises répondant à la recherche. Il met en relation les
deux parties. Simple et efficace, ils sont déjà plus de 70.000 à s’y connecter en Afrique du Sud !
De son côté, Paul Duan pense qu’il est possible de faire baisser de 10% le taux de chômage en France
en utilisant des algorithmes. En janvier 2016, il a conclu un partenariat avec Pôle Emploi en vue
d’utiliser les technologies du big data pour permettre de rapprocher les offres, proposées par les
entreprises, des données (anonymisées) des personnes en recherche d’emploi. Pour expliquer sa
démarche, il a déclaré : « Nous sommes une équipe d'idéalistes pragmatiques convaincus que la data
peut régler les plus gros problèmes du monde ». Dès que la solution sera opérationnelle les données
de Pôle Emploi révéleront peut-être qu'elles contiennent de l'or.
Sur le réseau social Twitter, depuis quelques mois, le collectif #i4Emploi n’a cessé de se développer
pour regrouper plus de 1000 influenceurs (cumulant plus de 1 million de followers). Basé sur
l’altruisme, ses membres ont décidé d’offrir de la visibilité dans leurs réseaux aux demandeurs
d’emplois. Le principe est de mettre en avant les compétences de ceux qui en font la demande et
d’offrir un maximum de RT pour rapprocher les demandeurs des recruteurs. Pour expliquer leur
démarche, ils utilisent la légende du colibri, et pensent que des gouttes d’eau peuvent aider à
éteindre un incendie. Le vivier des réseaux sociaux pour trouver des solutions sociales est infini
surtout quand l’humain est au coeur de la démarche.

L'Etat apporte aussi des réponses
Complémentaire à ces initiatives numériques, l’Etat apporte aussi des solutions. Avec la création
d’Emploi Store , Pôle Emploi s’est intégré dans ce nouvel univers en offrant une palette de services
en ligne aux demandeurs d’emploi. Catégorisé autour du coaching pour préparer une candidature, de
la formation ou de l’aide à l’utilisation des réseaux sociaux, Emploi Store offre des centaines d’idées
pour faciliter une recherche.
Prendre de la hauteur, voir les choses autrement, l’innovation numérique permet de rapprocher les
entreprises des demandeurs d’emplois, de réduire les distances, de trouver une aiguille dans une

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 140

botte de foin. Pour faciliter la recherche d’un travail, il n’existe certainement pas une mais des
dizaines de solutions à portée de doigts. Et, il ne faut jamais oublier ce que disait Paulo Coelho : «
Plus que la faim, la soif, le chômage, la souffrance d'amour, le désespoir de la défaite, le pire de tout,
c'est de sentir que personne, mais absolument personne en ce monde, ne s'intéresse à nous. »

24/03/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-155448-le-numerique-pour-rapprocher-lesentreprises-des-demandeurs-demplois-1209458.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 141

4.5.6 Le chômage est hors cadre
Inévitablement la courbe du chômage ne
parvient pas à s’inverser. De mois en mois, elle
représente un choc au moment de sa
publication. Les politiques publiques se
succèdent les unes après les autres, des
mesures sont prises pour essayer de l’enrayer,
mais rien ne change la donne. Pourtant, tout
a-t-il été tenté ? Et si le numérique et les
réseaux sociaux pouvaient bouger les lignes ?

A l’heure où la FrenchTech a pour objectif de devenir un fer de lance de l’économie française, de
montrer son dynamise, de promouvoir ses innovations, il est indispensable d’imaginer que le
numérique puisse aussi révolutionner l’approche de la lutte contre le chômage.
La masse, l’amplification et la pensée hors cadre sont 3 caractéristiques indissociables du numérique.
Bien utilisés ils peuvent transformer une goutte d’eau en un océan. N’importe quel observateur
pourra constater que l’emploi est devenu une cause nationale. Que partout la société civile cherche
des innovations pour stopper ce fléau que la politique peine à endiguer. Méthodes algorithmiques
comme ce que peut proposer Paul Duan, méthodes humaines dans les réseaux numériques,
méthodes traditionnelles dans de nombreuses associations, les initiatives fleurissent pour tenter de
rapprocher les talents en recherche d’emplois des recruteurs. Ceux qui essayent de nouvelles
méthodes croient qu’il est possible de penser autrement, qu’il est possible de trouver des méthodes
hors cadre pour résoudre ce problème de société. Quand une spirale sans fin est négative, il faut
imaginer de nouvelles idées pour l’arrêter.
Lorsque, fin septembre 2015, nous avons lancé le collectif #i4Emploi (« Influenceurs pour l’Emploi »)
sur Twitter nous étions une dizaine, l’objectif était de mettre nos réseaux (physiques et virtuels) à
disposition pour aider à sauver une usine pharmaceutique en Corrèze … 30 emplois étaient en jeu …
30 familles étaient menacées dans une région où il est difficile de rebondir. Un mois plus tard, l’usine
fut reprise et les emplois sauvés. Depuis, #i4Emploi n’a cessé de se développer pour essayer
d’apporter toujours plus d’aide à des personnes en recherche de travail. Aujourd’hui, nous relayons
sur Twitter ceux qui sont en recherche de CDD ou de CDI et qui nous le demandent. Ce collectif
regroupe maintenant plus de 1000 influenceurs qui affichent ce hashtag dans leurs biographies et
cumulent plus de 1 million de followers. Des centaines de personnes ont déjà fait appel au collectif et
des dizaines ont retrouvé un travail après l’avoir utilisé.
A notre échelle, nous pensons que des membres de la société civile peuvent être des acteurs
complémentaires de cette guerre menée par les pouvoirs publics et apporter un peu d’aide en
essayant une méthode hors cadre.
Nous nous inspirons de la légende du colibri pour croire que c’est possible : « Un jour, dit la légende,
il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants,

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 142

le désastre. Seul le petit colibri s’active, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les
jeter sur le feu. Au bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : «
Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? » « Je
le sais, répond le colibri, mais je fais ma part ».
Dans le monde numérique moderne, pour participer à des causes humanitaires qui préoccupent les
citoyens, il est possible de mobiliser, d’essayer. De tenter de modifier le cours des choses. D’essayer
d’inverser une tendance. La série Trepalium d’Arte montre le mur qui peut se dresser dans une
population à cause du chômage. Sur le front du chômage, il est probable que des mesures plus fortes
peuvent être prises pour briser plus vite le mur qui s’est dressé entre les personnes en recherche
d’emploi et la monde du travail. Par des mesures fiscales, sociales et surtout humaines, il est
envisageable de changer la façon d’appréhender cette situation extrêmement complexe et de tout
faire pour que la courbe du chômage s’inverse enfin. Le numérique et surtout les humains, qui y sont
présents, sont une chance car ils offrent une infinité de solutions et permettent d’être plus solidaires.
Avec les membres du collectif #i4Emploi, nous avons inventé le « Don de RT » pour être plus
altruistes. Un RT (Re Tweet) pour aider un talent cela ne coûte rien, juste quelques clics, mais cela
compte beaucoup pour ceux et celles qui le reçoivent. Cela représente beaucoup de liens dans cette
toile d’araignée qu’est internet. L’espoir est souvent ce qui fait la différence pour retrouver plus vite
un travail et rebondir dans ces temps où l’exclusion est le pire qui puisse arriver. Le numérique
permet de redonner de la lumière à ces talents qui sont dans l’attente de retrouver le monde du
travail et dont il faut éviter l’exclusion définitive.
Il y a 3 ans, je me suis retrouvé pris dans le tourbillon d’un plan de sauvegarde de l’emploi. Comme
beaucoup de personnes confrontées à cette situation mes repères furent bouleversés. D’entrée de
jeu, je savais que le temps était compté, qu’il jouait contre moi. Rapidement une recherche sur
internet me révéla que je disposais d’environ un an avant l’échéance fatidique de la fin du plan de
reclassement et ma sortie définitive de l’entreprise… un an avant de me retrouver dans la case
chômage… un an avant de vivre cette nouvelle sorte d’exclusion des temps modernes. Pourtant, j’ai
eu de la chance, car j’avais un an avant de me retrouver de l’autre côté du mur et qu’en un an, il est
possible de construire des fondations solides pour un rebond. Une telle période peut être une
opportunité.
Lorsque vous vous retrouvez dans cette situation, la résilience est la meilleure arme de défense. Il ne
faut pas hésiter à penser hors du cadre. Il ne faut pas hésiter à essayer de rebondir autrement.
Surtout en temps de crise où les méthodes de recherches traditionnelles peinent à fonctionner.
En dehors du cadre, il y a de la place pour s’exprimer. Dans un plan de reclassement, il ne faut
négliger aucune option.
C’est souvent un catalogue d’opportunités à saisir. Il faut lire attentivement les conditions. Une
formation longue durée est une chance. Passer dans grande école de commerce (HEC) pour pouvoir
faire un reboot de son disque dur interne, à la moitié de sa carrière, est une formidable occasion.
C’est une opportunité fantastique de bénéficier de l’enseignement de tels professeurs. A 40 ans, il
est possible de vivre autrement ce nouveau passage en Ecole et d’avoir une autre façon d’apprendre
et de retenir les choses.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 143

Dans cette période, très vite, j’ai commencé à utiliser le numérique, les médias digitaux et réseaux
sociaux pour rebondir plus vite. Je pensais que le numérique et les médias sociaux pouvaient
valoriser mes compétences, ils ont été les fondations d’une communication innovante hors cadre.
Dans une recherche d’emploi, les réseaux et les contacts humains permettent aussi de rompre
l’isolement. Ils permettent de se mettre en relation avec des personnes empathiques et généreuses.
Les réseaux sociaux sont une nouvelle chance qui est à portée de doigts et de clics. Ils facilitent une
recherche d’emploi. Lorsque vous jetez une bouteille à la mer, vous avez plus de chance qu’elle soit
reçue par la bonne personne quand des milliers de nœuds d’un réseau numérique peuvent la relayer.
Je n’ai pas découvert de moyen aussi simple de contacter des recruteurs.
Il n’y a probablement pas d’autre façon aujourd’hui d’atteindre aussi vite des décideurs. Les chemins
traditionnels sont souvent semés d’embuches, le nouveau monde des réseaux sociaux offre une
grande liberté pour parvenir à l’objectif. Les murs sont faits pour être brisés. Les réseaux sociaux sont
une masse pour y arriver.
Ainsi, l’univers numérique offre de multiples opportunités de parvenir à retrouver un travail. Il peut
faciliter le retour à l’emploi et offrir de nouvelles perspectives à ceux qui l’utilisent. A l’heure de
l’ultra connexion, où il est possible d’entrer en contact avec tout le monde, il est essentiel de
parvenir à identifier rapidement les points de relais qui facilitent la rencontre avec un recruteur. Le
numérique favorise ces rencontres.

08/04/2016
http://www.revuepolitique.fr/le-chomage-est-hors-cadre/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 144

4.5.7 Le numérique est une vitrine pour un candidat
Lors d’un recrutement, la présence numérique d’un
candidat devient un élément de plus en plus
important et différenciant. Être présent sur les
réseaux sociaux ne suffit pas ! Il convient de soigner
cette vitrine pour y mettre en avant ses
compétences et se présenter sous son meilleur jour.
Aujourd’hui, LinkedIn et Twitter sont devenus les
réseaux sur lesquels est présent le monde
professionnel. L’image présentée y est primordiale. Un compte "low cost", peu détaillé et sans photo,
se remarque immédiatement et laisse un sentiment d’inachevé. A l’inverse, un compte soigné,
correctement rempli, donnera envie à un recruteur de s’y attarder et de détailler le profil du candidat
pour vérifier qu’il s’agit bien de l’oiseau rare tant recherché.
Quels choix ?
Lorsqu’une personne découvre l’univers des réseaux sociaux, elle est souvent perdue. Sur quelle
plateforme faut-il être ? Quel usage faut-il en avoir ? L’équation est souvent complexe à résoudre
dans une recherche d’emploi où il existe peu de droit à l’erreur. Pour être efficace, il faut bâtir sa
réputation et sa présence numérique en analysant avec soin les codes utilisés dans son secteur
d’activité et les mots clés les plus utilisés pour matérialiser une compétence. Un profil s’enrichit au
fur et à mesure de la découverte des réseaux sociaux et il ne faut pas hésiter à appliquer les bonnes
idées glanées au gré de sa navigation.
Optimiser
Sur LinkedIn, il faut toujours garder à l’esprit que le moteur de recherche permet de repérer plus
facilement un talent. Ainsi, tous les champs à disposition dans la cvtheque doivent être optimisés.
Sur Twitter, en quelques carac-tères, la biographie va devoir donner les principaux points de repères.
Dans les 2 cas, il ne faut pas hési-ter à utiliser des images ou des présentations postées sur SlideShare
pour augmenter la portée visuelle de la mise en avant des compétences et se souvenir de ce
qu’écrivait Antoine de Saint-Exupéry "Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes
et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver
chaque chose… Si tu veux construire un bateau, fais naître dans le coeur de tes hommes et femmes
le désir de la mer."
Se faire aider
Souvent, les personnes qui découvrent les réseaux sociaux sont perdues et mettent beaucoup de
temps à s’y bâtir un réseau. Afin de les aider, il existe de nombreux professionnels qui n’hésitent pas
à venir en aide, sur leur temps personnel, à des personnes en recherche d’emploi. Altruistes, ils
peuvent ouvrir leurs réseaux et donner de la visibilité aux personnes qui leur demandent. C’est le cas
notamment du collectif #i4emploi sur Twitter qui regroupe plus de 1800 influenceurs (cumulant plus
de 1 million de followers). Tous les jours, ils mettent en avant des talents en recherche d’emploi en
donnant des retweet.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 145

Une opportunité
Les réseaux sociaux sont une formidable opportunité pour rechercher un emploi. Outils gratuits et
complémentaires des méthodes traditionnelles, ils permettent de rapidement nouer des contacts
avec des personnes bienveillantes et des recruteurs. Les utiliser dynamise une recherche et permet
de tisser une toile qui servira non seulement pour rechercher un emploi à court terme mais
également, dans une vision plus long-termiste, pour renforcer son réseau et s’adapter aux nouveaux
codes du marché du travail.
Une étape
La recherche ne doit jamais être vue comme une fin en soi mais comme une étape vers une nouvelle
partie de sa carrière. La stratégie du rebond et la capacité de résilience sont des atouts essentiels
dont doit se doter une personne en recherche d’emploi. La présence sur les réseaux sociaux est
devenue une solution plutôt simple à mettre en oeuvre pour montrer ces capacités et attirer l’oeil
des recruteurs.

Juillet 2016
http://www.cqfdcadres78.fr/cqfdforum/viewtopic.php?f=65&t=1910&sid=e06d669a04f5857f13631307aafb89c6

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 146

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 147

4.6 Economie
4.6.1 Brexit : qui sera le champion de la nouvelle Europe ?
Helmut Kohl disait « Rappelons-nous qu’ils ne
s’agit pas, en fin de compte, de créer l’Europe
unie des gouvernements, mais l’Europe des
citoyens […] Ce sont ceux-là que nous voulons
gagner à la cause européenne ». Avec le Brexit,
les citoyens britanniques ont rappelé qu’ils
disposaient d’un libre arbitre démocratique et
que l’Europe avait, en partie, perdue de sa
clarté. Qu’elle n’était plus vraiment ce phare
qui nous guidait depuis tant d’années.
Les 10 dernières années nous ont cependant montré la force de résilience des économies et leurs
capacités de rebond en temps de crise. Depuis la crise des subprimes, en 2007, en passant par
l’écroulement de la banque Lehman Brothers, puis par les tensions sur dettes des Etats et autres
crises de l’Euro, rien n’a semblé pouvoir détruire ce que nos parents ont mis tant de temps à bâtir
pour nous assurer un avenir qui soit le plus stable possible dans ce monde post-seconde guerre
mondiale et pour que plus jamais l’apocalypse et la folie ne soient envisageables.
Avec le Brexit, une nouvelle fois l’incertitude en notre avenir et les tensions inhérentes à cet état se
ravivent.
Une nouvelle fois, nous semblons au bord du chaos et face à un mur toujours plus haut et de plus en
plus dur à franchir ou contourner. Une nouvelle fois une déflagration s’est produite. Il est impossible
d’en évaluer à court terme toutes les conséquences car personne ne connait les conditions de la
négociation à venir ni la position que prendront les parties.
Depuis quelques jours, ce qui prédomine, dans cette décision du Brexit du peuple britannique, c’est
l’incertitude totale face aux conséquences de la sortie de l’Europe du Royaume Uni. Cette incertitude
sur l’unité de ce royaume que l’Ecosse ou l’Irlande pourraient quitter. Cette incertitude sur la voie à
prendre pour sortir de l’ornière est terrible et ravage nos pensées d’européens convaincus. Cette
incertitude entraîne dans un abîme d’une complexité infinie qui empêche de se projeter vers cet
horizon qui ne sera peut-être plus commun.
Pas plus de l’autre côté de la Manche que sur le vieux continent, les dirigeants ne donnent
l’impression d’imaginer une voie claire sur les conséquences de ce nouvel état de l’Europe. Les
peuples espèrent qu’un sursaut permettra à tous les pays de sortir de cette impasse avec le moins de
dommages collatéraux possibles.
Las, personne ne semble vraiment avoir imaginé ce Brexit et surtout ses conséquences ! Partout des
voies commencent à s’élever pour qu’une marche arrière soit possible et éviter ainsi une nouvelle
catastrophe économique. Imaginer que même Londres puisse faire sécession du reste de son empire
était totalement inenvisageable jusqu’à présent et montre l’impact que pourrait avoir ce vote sur

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 148

tous les équilibres que nous connaissons. Imaginer que la capitale de l’empire britannique devienne
une sorte d’îlot isolé permettant d’assurer un lien financier avec le vieux continent aurait pu sembler
irréel avant le vote et pourtant … depuis … l’idée a été émise … elle illustre l’amertume dans laquelle
les peuples sont plongés depuis le 24 juin et les divisons que se dévoilent.
Quoi qu’il arrive maintenant et quelle que soit la façon dont seront menées les négociations, il va se
produire pendant toute leur durée un phénomène d’aléas qui peut faire basculer d’un côté ou de
l’autre cette fragile balance sur laquelle reposent nos équilibres démocratiques et économiques alors
que nous ne sommes toujours pas sortis de la crise précédente. Même si depuis tant d’années, nous
avons appris à gérer le risque en simulant par de multiples modèles les éventuelles situations mais,
dans ce cas de figure, nous manquons totalement de repères et aucune simulation ne peut répondre
aux questions qui se posent. Comment allons-nous maîtriser les risques qui vont se présenter ?
Comment allons-nous rendre notre avenir meilleur ? comment allons nous sortir de ce marasme ? De
leur côté, les Britanniques ont fait le choix de quitter ce marché européen qui nous tend les bras. Ils
ont fait le choix d’hypothéquer, voire d’abandonner, ce passeport européen qui leur permettait
d’avoir la plus puissante des Places financières européennes, l’incroyable s’est produit ! Leur décision
va dorénavant laisser un trou béant dans cette Europe qui va devoir s’adapter. Face à l’incertitude, la
façon d’y échanger des biens, des services et des flux financiers va rapidement évoluer. La nature
ayant horreur du vide, une concurrence terrible va s’exercer sur le contient pour prendre cette place
de nouvelle plaque tournante de l’économie et de la finance européenne.
Face à ce défi, Paris, et la France, vont devoir s’organiser pour tirer profit de ce nouvel état de la
géopolitique et montrer que notre pays pourra aussi devenir ce nouveau champion européen pour
aimanter les investissements et les talents. La FrenchTech est devenue une marque exceptionnelle
comme vitrine de nos innovations, elle doit s’inscrire durablement comme la vitrine pour attirer les
capitaux et les start-up. Au niveau mondial, nombre d’entreprises vont avoir besoin d’un nouveau
hub de pénétration du marché européen, nombre de business angels et d’investisseurs vont vouloir
investir dans ces nouvelles terres d’accueil de leurs capitaux pour éviter les barrières qui pourraient
être mises avec le Royaume Uni.
La France doit devenir de champion de ces nouveaux équilibres. Depuis, de nombreuses années elle
est en retard fiscalement … elle va devoir s’adapter vite à ce nouveau contexte pour devenir
l’eldorado de l’innovation européenne et attirer durablement.
Depuis tant d’années que nous subissons des distorsions de concurrences fiscales, enfin la France
l’occasion de se repositionner, de combler le retard et d’attirer les pépites. Ce numérique, qui est
une chance pour notre pays, doit matérialiser cette opportunité de ré-attirer le e-commerce, de réattirer les nouvelles formes de business, de ré-attirer cette jeunesse qui nous quitte trop
massivement, de ré-attirer ces investisseurs qui nous permettront d’enclencher un cercle vertueux.
François Mitterrand disait que « L’Europe a besoin d’un horizon, elle a besoin d’une méthode de
travail, elle a besoin d’une ambition mobilisatrice, elle a besoin d’actions immédiatement utiles. » La
France a aussi besoin de cette force mobilisatrice car si nous n’enclenchons pas rapidement notre
transformation, une nouvelle fois le TGV de la modernité risque de nous passer devant.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 149

29/06/2016

http://www.revuepolitique.fr/brexit-champion-de-nouvelle-europe/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 150

4.6.2 Après le Brexit, la grande braderie du Royaume-Uni
La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne
tourne aux soldes d'été. Livre sterling, postes
politiques, Ecosse... tout est à prix cassé.
En janvier ou en juin, les touristes se précipitent à
Londres pour les soldes. Il semble que cette
année, grâce au Brexit, la période de vente à prix
réduit prend une nouvelle tournure. Et cette fois,
les bonnes affaires ne se font pas dans les
boutiques de prêt-à-porter.
Imaginez : vous poussez la porte du grand magasin qu’est aujourd’hui le Royaume-Uni et grimpez au
1er étage. Vous y trouverez la Banque d’Angleterre. Elle propose une réduction invraisemblable sur
la livre sterling… à son plus bas niveau depuis 31 ans ans face au dollar. En prime, un joli rabais sur la
note souveraine à long terme de la Grande-Bretagne. L'agence de notation Standard & Poor's vient
de priver le pays de son triple A après le Brexit. Le choc est rude pour les Britanniques, mais donne
rapidement le ton des affaires à saisir de toute urgence pour les gros acheteurs européens pour qui
cette fin de saison semble être une aubaine.
De belles opportunités sur les pièces de collection
Au 2e étage ? Des occasions incroyables sur le puzzle géopolitique britannique. Imaginer ces pièces si
finement assemblées depuis des générations pour construire l’unité du royaume qui menacent de se
détacher en moins d’une semaine ! Suivie en temps réels, la situation semble tout simplement
irréelle.
La pièce écossaise ? Toujours plus proche de l'UE ! Selon cette enquête de l'institut ScotPulse pour le
Sunday Post, 59% des Ecossais veulent désormais que l'Ecosse se sépare du reste du Royaume-Uni ,
32% sont opposés à une telle séparation tandis que le reste ne se prononce pas. La pièce nordirlandaise ? Avec une incertitude presque aussi importante sur son avenir dans le Royaume.
Invraisemblable, il y a encore quelques jours, l’hypothèse d’un redécoupage du Royaume-Uni semble
pouvoir se matérialiser dans les années à venir.
Liquidation totale sur les sièges en politique
Les conséquences des résultats du Brexit, n’est pas fini… Au 3e étage ? Une vacance des pouvoirs
avec des sièges vides et un taux de 100 % de remise ! David Cameron, le Premier ministre quittera
Downing Street en octobre. Les conservateur se cherchent une nouvelle tête . Boris Johnson, exmaire de Londres, était jusque-là favori. Mais le bal des candidats ne cesse de s’étoffer.
Coté UE, Jonathan Hill, le commissaire européen britannique a quitté ses fonctions le 25 juin. «
Puisque nous passons à une nouvelle phase, je ne crois pas qu’il soit bien de continuer en qualité de
commissaire britannique comme s’il ne s’était rien passé », a-t-il expliqué dans un communiqué.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 151

Rabais exceptionnels
Le dernier étage offre une réduction imprévue sur les joyaux de la couronne. Pour l’occasion, une
édition spéciale de l’affaire du collier a été réalisée avec l’accord des éditions Blake et Mortimer.
Même Olrik n’aurait pas imaginé une seconde pouvoir mener une casse pareille ! Start-up, FinTech…
ce sont toutes les pépites de la puissance de l'innovation britannique qui auraient disparu en une
nuit dans cette nouvelle version de l’album. Même les stocks d’or déposés de longue date, par les
futurs anciens partenaires, seraient rapatriés de toute urgence dans ces nouvelles pages. Jacobs
n’aurait jamais pensé que la garde royale puisse abandonner un si vaste trésor !
Face à cette situation, il est probable que les négociations à venir ne se dérouleront pas comme
prévu et, que dans cette tourmente, les opportunités présentées par les soldes d’aujourd’hui ne
seront probablement plus les mêmes en janvier prochain lors de la fin de la nouvelle saison
commerciale. Passé ce choc, la braderie en cours pourrait ne pas se prolonger et un rééquilibrage
s’opérer, car le gouvernement britannique ne pourra laisser son économie tanguer durablement sans
réagir.
Des clients sur le qui-vive
En attendant cette réaction, les 27 autres pays européens vont essayer de profiter de cette période
d’incertitudes pour montrer leurs attraits et se positionner en valeurs refuges pour les investisseurs
mondiaux en quête d’une stabilité, de certitudes et d’un accès durable au marché commun. Dans ce
nouvel écosystème, chacun va tenter de devenir une plateforme incontournable de cette Europe de
nouvelle génération qui cherche à renaître de ses cendres.
Chacun va essayer de profiter de cette occasion pour s’interroger sur les freins qui existent à
l’importation des talents et des capitaux. Chacun va s’interroger sur le positionnement fiscal qui lui
permettra d’optimiser les flux de circulation des biens et des personnes. Et, tant que les Britanniques
n’auront pas stabilisé leur situation, une fenêtre de tir sans précédent va s’ouvrir pour montrer aux
investisseurs mondiaux quel pays peut être une véritable alternative pour se positionner à l’avantgarde de l’économie européenne du futur.

01/07/2016
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-158566-brexit-le-royaume-des-soldes2011428.php

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 152

5 Interviews autour des réseaux sociaux
5.1 Réseaux sociaux
5.1.1 L’homme pressé sur les réseaux sociaux

Interview par Gwenaëlle Salinier

Pouvez-vous vous présenter en 140 caractères ?
#Altruisme #Partage #Aide #Gratuit #Expert #Disruptif #Inventer
#ChangerLeParadigme #ApprendreAOser #RepousserLesLimites #NAimePasLInjustice

Votre parcours sur les réseaux sociaux est fulgurant et exemplaire. Pouvez-vous le résumer en
quelques dates et chiffres clés ?
L’avantage du blog et de Slideshare, c’est qu’ils permettent de facilement se rappeler des dates :
– Août 2012, ouverture du compte LinkedIn, je rentrais de congés et souhaitais simplement mettre à
jour mon carnet d’adresse
– Novembre 2012, ouverture du compte Twitter sans vraiment comprendre comment cela marchait,
depuis j’ai été rassuré je ne suis pas le seul
– Décembre 2012, ouverture du Blog pour archiver des news que je partageais dans LinkedIn
– Fin janvier 2013, début de l’utilisation réelle de Twitter et du blog avec le partage du contenu d’une
conférence via Slideshare. Depuis, j’ai centralisé toute la communication sur le blog et Twitter
représente plus de 50% de son trafic
– Février 2013, premier article publié sur Le Cercle Les Echos (publication du 56ème en octobre
2015). Le plus difficile dans le premier article proposé à un journal c’est d’appuyer sur le bouton «
publier »
– Mars 2013, première fois que je donne une intervention sur l’utilisation des réseaux sociaux
professionnels, c’était pour rendre service à d’autres personnes qui cherchaient également un
emploi et souhaitaient savoir quelles techniques j’utilisais
– Juillet 2013, début des publications comme co-éditeur de la rubrique « le monde selon Twitter » de
La Nouvelle Revue de Géopolitique. Quand Jérémy Ghez m’avait proposé de faire un texte de 20 000
caractères je n’avais pas réalisé ce que cela représentait. 4 pages d’une revue ! Je ne savais pas

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 153

comment faire … Je n’ai jamais été un littéraire auparavant. Du coup, j’ai rédigé un abécédaire en
ajoutant @ et #. En complétant par l’introduction, et la conclusion, cela faisait 30 paragraphes, c’était
plus faisable. La deuxième difficulté a été de trouver les 26 lettres. La définition que j’ai préférée
c’était celle du Kilimandjeteur.
– Août 2013, publication du premier classement sur les principaux comptes Twitter en banque
finance assurance (depuis je publie tous les 6 mois une version actualisée). Dans ces classements, le
plus intéressant est de noter l’évolution d’une version sur l’autre et depuis le premier. Les comptes
étaient embryonnaires il y a seulement 2 ans, le développement a été fulgurant.
– Août 2013, première intervention à HEC sur les stratégies de marques, l’influence et le personal
branding sur les réseaux sociaux professionnels (depuis j’y interviens tous les 6 mois)
– Mai 2014, début de la publication de 50 portraits de Twittos en 50 jours. À la fin des 50 jours, j’étais
épuisé à force de publier le soir assez tard. Jamais je n’aurais pensé pouvoir en faire autant en les
recevant au fil de l’eau. Rien n’était préparé dans cette série, ni la suite avec le livre blanc.
– Septembre 2014, publication du livre blanc « Twitter conté par 50 personnalités de la banque
finance assurance ». Afin de compléter les 50 portraits déjà publiés sur le blog, j’ai contacté différent
experts pour faire des textes. 2 jours après mon retour de vacances, j’étais chez Twitter France pour
qu’ils acceptent de rédiger l’introduction. Ils ont été extraordinaires et Olivier Gonzalez est devenu
un ami.
– Janvier 2015, publication du livre blanc « 735 utilisateurs aimantés par LinkedIn ». Cette fois, l’idée
était de faire un livre blanc sans choisir les contributeurs, j’ai proposé à tous ceux qui avaient
répondu à l’étude de participer à l’introduction. Les réseaux sociaux permettent cet aléatoire des
rencontres et des contributions.
– Avril 2015, conférence « Quand les X parlent aux Y des réseaux sociaux ». Il fallait oser ce thème.
– Avril 2015, participation aux talents du numérique. 2 projets sélectionnés : « le coyote de l’emploi »
et « Digital magnet entre talents ». J’ai découvert ce concours 48h avant la date de remise des
dossiers, j’y ai consacré 2 soirées avec l’aide de quelques ami(e)s qui m’ont aidé spontanément en les
relisant et en me donnant quelques idées complémentaires.
– Juin 2015, publication de l’étude 100 influenceurs de 10 marques influentes. Linkedin venait de
publier la liste des 10 marques les plus influentes en France dans son écosystème. Grâce à Traackr,
j’ai pu faire le lien avec 100 influenceurs de ces marques. Dès les premières minutes de la
publication, j’ai vu que le sujet intéressait. Généralement, j’annonce toujours ces principales
publications quelques jours à l’avance et je publie à 22h. Une sorte de marque de fabrique.
– Août et septembre 2015, classé dans les 100 comptes les plus influents de Twitter sur Paris. Jamais
je n’aurais pensé qu’il était possible de figurer dans ce type de classement avec toutes ces
personnalités et médias.
– Septembre 2015, lancement de #i4emploi. Un mois plus tard, nous sommes 400 pour aider des
demandeurs d’emplois sur Twitter. Un réseau de 600 000 followers dans le réseau, c’est fantastique

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 154

car cela permet à des personnes d’avoir une visibilité de leurs compétences qu’elles n’auraient pas
forcément eu aussi facilement autrement.
– Octobre 2015, classé dans les comptes les plus influents de la FrenchTech et du numérique en
France. Lorsque ce type de classement est publié, à chaque fois j’ai du mal à réaliser que j’y figure. À
la base, je ne suis ni un communiquant ni un marketeur, je n’ai aucune formation en ce sens. Si
finalement je peux y figurer, c’est que tout le monde le peut en s’en donnant les moyens.
De février 2013 à octobre 2015, les publications ont été vues plus de 1,9 million de fois sur les
supports que j’arrive à comptabiliser (blog, slideshare, quelques articles).

En quoi consiste votre activité sur les réseaux sociaux et combien d’heures y consacrez-vous par
jour ?
Les fondations ont été mises en place entre janvier et septembre 2013, début du blog, de l’utilisation
des réseaux sociaux, de Slideshare, … depuis il s’agit plus d’une continuité de ce travail initial. C’est
d’ailleurs par manque de temps que je n’ai jamais refondu, par exemple, la charte graphique du blog.
Depuis, je suis présent le matin assez tôt (vers 7h30 puis 8h30), puis le soir généralement après 22h
(sauf le week end). Les seules exceptions sont en vacances où je peux être présent sur Twitter en
journée.
Écrire un article, pour la presse, prend environ 1 heure. Je les rédige le week-end ou pendant mes
congés comme l’été dernier où j’en ai publié 8 en quelques jours. Plus on écrit, plus les idées
viennent, il y a une sorte de spirale positive de l’imagination quand on se lance dans l’écriture. Je
n’aurais pas imaginé cela avant de commencer à écrire.
Les réseaux sociaux ne sont pas une « activité » car ils ne font pas partie de mon travail professionnel
(je suis dans l’assurance où je m’occupe de risques stratégiques et de réglementations
assurantielles). Il s’agit plus d’un hobby même si les sujets sur lesquels je communique sont liés au
monde professionnel (mais pas directement à mon travail).

Quel est l’objectif que vous poursuivez en étant aussi actif sur les réseaux sociaux ?
Il n’y a pas d’objectif. Il s’agit plus d’une découverte où je cherche à explorer un univers et ses
multiples possibilités. Existe-t-il une limite à l’utilisation professionnelle des réseaux sociaux ? Pour le
moment, nous sommes très loin d’en avoir fait le tour à mon avis. L’interaction avec le monde
professionnel est prodigieuse et réservera encore beaucoup de surprises. Comme Word et Excel, je
pense que les réseaux sociaux vont devenir un outil indispensable. Il est préférable d’en apprendre
les usages le plus tôt possible, ceux qui s’y sont mis ont pris une avance assez importante.
En tant que spécialiste du branding, si vous deviez définir les principaux réseaux sociaux, quels
termes choisiriez-vous pour Twitter, LinkedIn, Instagram, Pinterest, Google+ et Facebook.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 155






Twitter : toutes les informations en temps réel, l’archive de l’Histoire moderne de
l’Humanité<
LinkedIn : le CRM qui est à jour et permet de contacter tout le monde
Instagram : la force de l’image
Pinterest : je ne l’utilise pas
Google+ : la force de l’indexation de Google
Facebook : la vie privée ? Et le B to C …

J’ajoute :

Snapchat : l’instantané de l’image et l’échange. Mes enfants l’utilisent beaucoup mieux que
moi !
SlideShare : le Youtube des présentations professionnelles

Quel réseau social a votre préférence ?
Twitter, loin devant les autres, tout y est ou y sera un jour. Si demain Twitter permet de mettre un
mini CV en ligne il deviendra rapidement l’outil n°1 des professionnels. Twitter est devenu
incontournable pour communiquer avec n’importe qui ou n’importe quel média. Pour celui qui
publie, c’est l’endroit le plus efficace avec le meilleur engagement. Pour celui qui lit, c’est l’endroit où
on peut trouver toutes les dernières informations avant même les médias et les agences
d’informations. Tout le contenu professionnel y est accessible.

Aujourd’hui plus de 28 000 personnes vous suivent sur Twitter, comment l’expliquez-vous et quel
est leur profil ?
À l’origine, beaucoup de comptes issus de l’assurance et de la finance (c’est logique ce sont les
secteurs dans lequel je travaille et celui d’où je viens). Assez rapidement les cercles ce sont élargis
vers la communication, le marketing, le numérique, … au fur et à mesure des publications que je
faisais sur le thème des réseaux sociaux. Aujourd’hui, les profils sont très variés et même parfois
issus de domaine que je n’attendais pas comme la politique. Ce doit être dû aux publications que je
fais sur l’emploi.
28 000 c’est invraisemblable, surtout qu’en début d’année, j’avais 9 000 abonnés. La progression est
assez linéaire (autour de 2000 nouveaux followers chaque mois). 28 000 c’est aussi une énorme
responsabilité car chaque tweet peut déclencher de multiples réactions, je fais de plus en plus
attention à ce que je publie tout en gardant une touche personnelle.

Vous êtes aujourd’hui reconnu comme l’un des comptes Twitter les plus influents en France. C’est
quoi pour vous un influenceur ?

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 156

Tout le paradoxe de l’influence, c’est qu’elle est difficilement définissable ou explicable. À cet égard
l’étude que publie régulièrement Evan Carmichael montre que sur Twitter le nombre de followers
n’est pas un critère pertinent pour la mesurer. Dans son classement des 100 comptes Twitter les plus
influents à Paris, figurent aussi bien des comptes qui ont plus d’un million de followers que des
comptes en ayant moins de 5 000 ! Comment expliquer qu’un compte comme le mien se retrouve
classé au milieu de médias, sportifs ou personnalités politiques ? C’est normalement impossible et
pourtant Twitter permet ces « anomalies », ces grains de sables qui modifient la perception initiale.
Je pense que ce qui caractérise l’influence, c’est la capacité de mobiliser une communauté sur un
thème donné. J’aime bien cette phrase de Steve Chandler : “Notre influence grandit au moment où
un rêve futur se transforme en une action présente”. Il faut faire aussi attention avec l’influence,
souvent elle est ponctuelle comme un soufflet au fromage, elle retombe plus vite qu’elle n’est
montée.

Vous êtes une personnalité incontournable sur les réseaux sociaux, êtes-vous également un
homme de réseau ?
Tout est détaillé sur mon profil LinkedIn. Je suis très transparent sur les différents réseaux dont je fais
partie. Dans le portrait (« Monsieur Solvabilité 2.0 ») pour l’Argus de l’Assurance, Géraldine Vial disait
: « En moins de dix-huit mois, l’intéressé, a réussi le tour de force d’être de tous les réseaux,
physiques et virtuels sur les sujets réglementaires, sur l’intérêt de LinkedIn et Twitter comme «
amplificateurs d’expertises », ou encore sur la bande dessinée ». Donc oui je dois être vu comme un
homme de réseaux.
Ce qui est assez paradoxal, c’est qu’au départ c’est mon expertise en finance et assurance et ma
présence dans les associations professionnelles qui m’ont probablement permis d’émerger
rapidement sur les réseaux sociaux. Ensuite, ce sont les réseaux sociaux et la présence dans les
médias qui ont renforcé ma présence dans les réseaux physiques et les associations professionnelles.
Ces réseaux physiques m’occupent quelques soirées chaque mois (1 à 2 environ), ce n’est pas très
chronophage. J’ai la chance d’être régulièrement contacté pour faire partie de conseils
d’administration et d’avoir des responsabilités en associations.
Avec l’Ecole Polytechnique d’Assurances, nous sommes en train de mettre en place un MBA de Data
Scientist en Assurance, bâtir ainsi un programme avec un Comité Scientifique sur le numérique et le
Big Data est passionnant.
Au cours des dernières années, cette présence m’a également permis de participer à plusieurs
ouvrages collectifs et livres blancs, c’est toujours très enrichissant intellectuellement.

Pouvez-vous livrer 3 conseils pour être efficace sur les réseaux sociaux ?
Être : sincère, disruptif et professionnel

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 157

Estimez-vous que Twitter offre des potentiels et des opportunités qui sont aujourd’hui sous-utilisés
par les utilisateurs ou même par les marques ?
Clairement ! Le classement des 100 influenceurs des 10 marques influentes publié en juin dernier
cumule plus de 35 000 vues (après les 2 livres blancs sur Twitter et LinkedIn qui sont chacun audessus de 100 000 vues c’est la publication qui a le mieux marché). Pourtant, les marques citées dans
cette étude ont très peu relayé (voire pas du tout) cette publication ni marqué d’intérêt pour ces
influenceurs. Sur Twitter, à part dans certains secteurs comme la mode, le luxe, le sport ou le jeu, il y
a très peu d’interactions entre les marques et les twittos.
Pour les utilisateurs, Twitter est un élément de plus en plus important de personal branding
professionnel. Ceux qui l’utilisent y trouvent souvent un apport bénéfique. Pour des entrepreneurs,
c’est probablement le meilleur endroit pour développer rapidement la notoriété d’une marque car il
est très facile d’y associer la marque personnelle et la marque entreprise.
Dans quelques grands groupes, il y a des exemples de très bonne utilisation des ambassadeurs de
marques, mais pour le moment cela reste marginal. C’est assez étonnant car pour ceux qui le font
c’est généralement très positif pour leur image à la fois en externe mais également en interne pour
entrainer les salariés.

Vous souvenez-vous du tweet qui vous a le plus marqué ?
Ceux sur #JeSuisCharlie, une très forte émotion. Sinon, plus récemment et cette fois en message
privé, la mise en place de #i4emploi qui s’est faite en quelques minutes à une vingtaine. Aujourd’hui,
plus de 400 twittos affichent ce hashtag dans leurs biographies pour aider des personnes en
recherche d’emploi. Twitter a cette force de permettre de participer à des débats de société
importants et d’aider les autres. La qualité et l’imagination des tweets faits par des personnes en
recherche d’emploi est impressionnante notamment grâce aux visuels qui les accompagnent. Je suis
impressionné.

Quelle personne vous impressionne pour sa maîtrise des réseaux sociaux ?
Il y en a beaucoup. Mais si je dois en citer 2, ce seront :
– Cyril Bladier qui est redoutable dans l’art d’utiliser les réseaux sociaux et en particulier LinkedIn.
Allez voir son profil, c’est un must du genre (images, présentations slideshare, textes, mots clés, …
tout y est). C’est grâce à lui que j’ai découvert l’utilisation de Pulse, il a dû être l’un des premiers en
France à activer ces pages d’auteurs LinkedIn.
– Fadhila Brahimi m’impressionne aussi beaucoup. Je l’ai rencontrée lors d’une émission (qui n’a
jamais été diffusée) sur l’influence et l’e-influence. Depuis nous sommes restés liés. Sur tout ce qui
touche au numérique, à la FrenchTech, à l’innovation sur les réseaux sociaux, elle est incontournable.
Elle a une énergie incroyable.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 158

Quelle personne découverte sur Twitter aimeriez-vous rencontrer dans la vraie vie autour d’un
café ?
La force de Twitter et des réseaux sociaux, c’est d’autoriser l’aléatoire et l’improbable. L’aléatoire de
la mise en relation avec des connexions complètement improbables qui se transforment en un
partage d’idées sans limites. Une sorte d’aimantage des talents qui permet de mettre en commun
une matière absolument incroyable. Si on devait comparer avec le développement de l’univers, nous
sommes dans une phase de Big Bang.
Voici quelques rencontres rendues possibles grâce aux réseaux sociaux :
– Pierre Edelman m’a fait découvrir l’oiseau bleu lors d’une formation qu’il organisait sur les réseaux
sociaux. Dans la foulée, j’ai ouvert un profil au départ pour y trouver de l’information sur les
réglementations financières et assurantielles. Ensuite, j’ai inversé le processus en proposant du
contenu ;
– Avec André Morandini nous nous sommes croisés sur LinkedIn. André est brésilien, je suis français,
nos sujets de discussions étaient sur la réglementation. Les réseaux sociaux n’ont pas de frontières ni
de décalages horaires, ils permettent de se rejoindre sur des sujets transfrontaliers ;
– Jean Pierre Delvaux est une rencontre en IRL par l’intermédiaire de l’ANDSI. Sur son CV figurait une
mention qui m’a intrigué : « Auteur pour Le Cercle Les Echos », je lui ai demandé comment il avait
fait et il m’a très gentiment expliqué. Cela devait être début 2013 ;
– Charles Edouard Dreyfuss a été mon premier relecteur de publications sur les réseaux sociaux. Il
m’a beaucoup aidé pour le premier article sur ce thème pour Le Cercle Les Echos « Relations
professionnelles et web 3.0, la naissance d’un nouvel écosystème ? ». J’ai eu la chance de le croiser
chez Edmond de Rothschild, c’est un jeune talent brillant qui m’a aussi fait découvrir l’Institut
Montaigne ;
– Gérard de Maupeou qui m’a appris ce que cela signifiait de reformater son disque dur interne et
d’apprendre à oser. Il m’a permis de devenir intervenant à HEC sur l’utilisation professionnelle des
réseaux sociaux ;
– Jérémy Ghez qui m’avait confié la rubrique « Le monde selon Twitter » de La Nouvelle Revue de
Géopolitique. Ce fut un plaisir d’y participer pendant plusieurs numéros. Malheureusement, elle a
disparu faute d’un nombre de lecteurs suffisants ;
– Olivier Gonzalez, quelle idée que de contacter Twitter France pour écrire l’introduction d’un livre, il
fallait juste oser ! Olivier est un formidable orateur, c’est toujours un régal de l’écouter parler des
réseaux sociaux et de Twitter ;
– Stéphane Abecassis, le premier que j’ai « formé » sur les réseaux sociaux. Il a réinterprété cela
avec talent pour l’appliquer dans le domaine du marketing sportif. Je suis très heureux qu’il ait
accepté de participé au nouveau livre blanc sur Twitter ;

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 159

– Sébastien Bourguignon, qui fait un carton avec ses publications, je suis ravi de lui avoir aussi donné
quelques idées qu’il a ubérisé. Comme Stéphane une très belle rencontre ;
– Violaine Champetier de Ribes qui a une utilisation redoutable de Pulse et des interviews, elle sait
très bien manier l’art du titre. Le nom de son blog, « Le Meunier qui dort » m’avait beaucoup amusé
quand elle m’avait contacté ;
– Imane Rahmouni qui m’a contacté pour son association Mina’s Talent et pour organiser une
conférence sur la génération X qui parle des réseaux sociaux à la génération Y ;
– Marie Eloy et Nathalie Coutard de Femmes de Bretagne, un attachement profond à cette très belle
région ;
– Florence Haxel, une sacrée rencontre made in Twitter, pourquoi m’avait-elle envoyé une demande
de connexion car son « choix se pose souvent sur des profils qui me font rêver… Rêver, dans le sens
où ils sont très différents du mien. ». Une nouvelle fois l’improbable est possible avec Twitter et les
idées de business peuvent s’échanger facilement ;
– Louisa Renoux que j’ai parrainée pour le prix de la femme de l’année en assurance, elle a gagné 2
prix dont celui du public grâce à la mobilisation sur les réseaux sociaux ;
Il est toujours compliqué de faire une sélection et il pourrait y avoir beaucoup d’autres personnes
que j’ai envie de citer. Heureusement beaucoup sont présentes dans les livres blancs que j’ai publié.
Une rencontre que j’attends avec impatience ? Dominique Crochu. Nous allons peut-être parler de
football !

Et pour finir, que rêveriez-vous de réaliser sur Twitter que vous n’avez pas déjà fait ?
Je n’ai pas de rêve à réaliser sur Twitter. Tout ce qui s’est passé depuis 3 ans est déjà un voyage
incroyable et improbable. Régulièrement, j’essaye de semer quelques idées, certaines marchent,
d’autres non et disparaissent. Certains signaux faibles se transforment et ont un impact plus tard.
Twitter permet d’avoir de l’audace, d’essayer de nouvelles idées, de prendre des risques tout en les
mesurant. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir mis en place les fondations d’une utilisation des
réseaux sociaux sans en avoir percé le mystère de ce que j’allais y bâtir dessus. Voltaire disait « J’ai
décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé ». Je crois que dans Twitter et les réseaux
sociaux, il est possible de bâtir un réseau relationnel très fort et je terminerai par ce proverbe indien :
« Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. »

04/11/2015
http://www.2vanssay.fr/twittmooc/?p=3569

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 160

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 161

5.1.2 Une anomalie quantique ?
Interview par Violaine Champetier de Ribes

Ce n’est pas la première fois que j’interviewe
Alban, mais au fur et à mesure que le temps
passe le champ des images pour le décrire
rétrécit comme une peau de chagrin. Du
Mozart des réseaux sociaux (Gilles Saucier sur
Linkedin) à l’homme qui murmurait à l’oreille des réseaux sociaux (Laure Kepes de Digital Insurance),
il existe désormais une véritable liste à la Prévert que je vous épargnerais. On l’a même réclamé
comme ministre du Travail (Stéphane Abecassis sur Twitter)… C’est vous dire ! L’expression qui m’est
alors venue à l’esprit est de Phillipe Fraysse : « Alban c’est le patron ! » Comme depuis une semaine
la musique et plus spécifiquement le rock sont devenus des armes de résistance massive, j’ai pensé à
Bruce Sprinsgteen et plus particulièrement à « everybody’s got a hungry heart » (for peace…ndlr).
Quelque part, Alban est une anomalie quantique, car son parcours n’avait rien d’une voie royale pour
flirter avec les sommets des réseaux sociaux. De la DSI, d’une filiale de gestion d’Edmond de
Rothschild, à un plan social, il a décidé d’utiliser les réseaux (virtuels et réels)pour rebondir
professionnellement. Sans rien connaître aux réseaux sociaux, sans aucune formation spécifique en
communication ni en marketing, il y a développé une présence incontournable. Dès le départ, il s’est
positionné comme son propre cobaye et n’a cessé de publier pour décrire cette expérience. Il n’est
jamais entré en concurrence avec les nombreux professionnels aguerris en conservant son
positionnement d’expert. (en 3 ans, ses publications ont été vues près de 2 millions de fois !). Devenu
auteur de livres blancs à succès, ses chiffres sont astronomiques (avec leurs extraits, les 2 premiers
livres blancs cumulent plus de 500 000 vues). Contributeur régulier du Cercle des Échos et ancien
coéditeur de La Nouvelle Revue de Géopolitique, il a, au cours du temps, affiné, une plume claire et
fiable. Sans oublier son blog sur lequel il partage et relaye sans relâche. Devant tant de chiffres qui en
deviennent des scores, il pose un regard mêlé d’amusement, d’étonnement et de fierté désinvolte.
Désormais « bankable » pour des marques en communication B to B, Microsoft soutient ce nouveau
livre blanc dans le cadre de la campagne de communication de la nouvelle Surface Pro 4.
J’en arrive parfois à me demander si Alban ne s’est pas fait secrètement cloner. Quand le commun
des twittos s’arracherait les cheveux pour suivre son rythme, notre boss garde son calme quoiqu’il
arrive. Un calme hybride qui relève à la fois du moine bouddhiste et d’un certain flegme britannique
matiné d’une pincée de détermination churchillienne. À moins que tout cela ne soit qu’une histoire
de calvitie, ce qui, vous le comprendrez aisément, m’empêche de regretter de ne pas jouer dans la
même cour.
Au fur et à mesure que ses statistiques s’envolent, loin de s’éloigner dans les hauteurs, notre
«patron» s’encre un peu plus dans le concret sans jamais oublier que tout le monde n’a ni son
audace, ni sa chance, ni ce côté «joueur pince-sans-rire» qui lui permettent de tester et d’apprendre
en temps réel. Dans cette veine, il relaye régulièrement les demandes de chercheurs d’emploi en leur
offrant la visibilité de son blog qui est devenu une véritable force de frappe (il a commencé cette

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 162

série de portraits de talents pour mettre en avant leurs compétences à l’issue de la journée
#VotreJob organisée par Twitter en mars 2015 de Matthieu Dufour à Julien Kraeuter, ils sont déjà 36
à avoir bénéficié de l’audience de son blog ). Plus récemment, il a initié la création du collectif
#i4Emploi (le 26 septembre ) qui compte à ce jour 500 membres pour 670.000 followers.
Depuis cette interview réalisée à l’occasion de son nouveau livre blanc « 112 Regards sur Twitter »,
130 vies ont été fauchées dans l’absurdité d’une horreur impossible à digérer. Comme il faut
continuer, j’ai choisi de le faire sans occulter le contexte et de recentrer mes mots sur l’essentiel : la
personne qui à mes yeux se cache derrière cet homme-orchestre. J’ai eu envie de présenter mon
regard sur Alban qui d’un livre blanc à l’autre est devenu un ami.

Un an sépare vos deux livres blancs sur Twitter, quelle a été la principale évolution, votre plus
grande surprise ?
La plus grande évolution, c’est l’arrivée toujours plus importante de professionnels sur la plateforme
pour l’utiliser activement. La plus grande surprise, c’est d’avoir de nouveau autant de participants
pour parler de cette évolution. C’est une chance phénoménale de pouvoir mettre à disposition tous
ces textes. La force des réseaux sociaux, c’est de permettre les connexions, de créer ce lien 1 <–> 1
qui intègre la réciprocité de la relation. Ce livre blanc est avant tout une aventure humaine dans le
monde du virtuel. Twitter ouvre de nombreuses portes et j’espère que ce livre blanc en est le reflet.
Les profils des participants sont une nouvelle fois extrêmement variés pour refléter la diversité des
points de vue et les différences des modes d’utilisation.

Vous considérez-vous comme un anthropologue digital ?
Claude Levi Strauss a déclaré que « L’humanité s’installe dans la mono-culture; elle s’apprête à
produire la civilisation en masse, comme la betterave. Son ordinaire ne comportera plus que ce plat.
» J’espère que les réseaux sociaux permettront de sortir de ce système mono culturel et que la
civilisation de l’ultra connexion sera aussi celle de l’ultra utilisation de la connaissance. Dans notre
société conformiste et normaliste, pouvoir explorer de nouveaux territoires est une chance
phénoménale. Sur Twitter, la navigation et l’utilisation des réseaux peuvent être aléatoires, c’est une
chance de redécouvrir l’instantanéité de la parole et les réactions qui en découlent.
Claude Levi Strauss a aussi écrit : » Si le but dernier de l’anthropologie est de contribuer à une
meilleure connaissance de la pensée objectivée et de ses mécanismes, cela revient finalement au
même que, dans ce livre, la pensée des indigènes sud-américains prenne forme sous l’opération de la
mienne, ou la mienne sous l’opération de la leur. Ce qui importe, c’est que l’esprit humain, sans
égard pour l’identité de ses messagers occasionnels, y manifeste une structure de mieux en mieux
intelligible à mesure que progresse la démarche doublement réflexive de deux pensées agissant l’une
sur l’autre et dont, ici l’une, là l’autre, peur être la mèche ou l’étincelle du rapprochement desquelles
jaillira leur commune illumination «

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 163

Je ne pense pas être un anthropologue du digital, simplement un observateur de ce monde
numérique, qui se dévoile progressivement, et un acteur parmi tant d’autres.

Twitter permet de se mobiliser, #i4emploi en est-il la preuve ?
Mikhaïl Gorbatchev a dit que « l’humanité a à faire face à une multitude de problèmes plus
importants les uns que les autres. On ne peut résoudre ces problèmes qu’ensemble. » Pour arriver à
mobiliser sur une cause, il faut souvent un évènement déclencheur. L’augmentation du chômage,
l’urgence de laCapture d’écran 2015-11-22 à 20.05.06 situation à Meymac, la nécessité d’aider des
personnes en recherche d’emplois ont été autant de facteurs qui expliquent la forte mobilisation qui
s’est produite depuis 1 mois. Plus de 500 twittos (regroupant plus de 670 000 followers), qui
participent à cette mise en avant de compétences et de talents, est extraordinaire. L’idée est à la
base pourtant très simple et n’a rien d’innovant : « donner » un RT (re-tweet) pour aider une
personne à diffuser sa recherche d’emploi, cela ne coûte rien de faire un RT et pourtant cela permet
d’augmenter les chances de se faire repérer par un recruteur. La situation du chômage est tellement
dramatique que l’on peut essayer de nouvelles idées pour faciliter le rapprochement de personnes et
d’entreprises. Ce qui nous marque beaucoup dans le collectif, c’est cette entraide positive qui s’est
déclenchée en complément du système des RT : entraide pour améliorer les profils sur les réseaux
sociaux, entraide pour rendre plus efficaces les images accompagnant les messages, entraide pour
mieux présenter les compétences, entraide pour préparer des entretiens … nous apprenons tous au
fur et à mesure pour mieux utiliser le réseau qui s’est ainsi créé spontanément. #i4emploi ne
remplace pas, et ne remplacera jamais, les modes traditionnels de recherche, il vient juste un peu les
compléter avec cette nouvelle forme de visibilité que donnent les réseaux sociaux.

Twitter est un terrain d’expérimentations individuelles ou collectives ?
Je crois que Twitter est un lieu de plus en plus collectif où l’individu peut expérimenter beaucoup de
choses. L’utilisation de Twitter qui marche le mieux est celle qui génère une importante interaction
avec des communautés d’utilisateurs. Le classement d’Evan Carmichael des twittos les plus influents
à Paris le montre bien, le nombre de followers importe peu finalement, en avoir un million ou 5000
donne les mêmes chances d’y figurer. Ce qui compte c’est bien la force collective que génère un
compte et probablement ses idées originales.
Euripide disait qu’ « Aucun de nous ne sait ce que nous savons tous, ensemble ». Twitter, et les
réseaux sociaux autorisent une transmission du savoir et des connaissances. Ils permettent de
découvrir de nouvelles pièces d’un puzzle dont l’assemblage est infini, ils lèvent toutes les barrières
de la communication. Personne pour le moment n’a trouvé leurs limites.

http://lemeunierquidort.com/the-boss/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 164

5.1.3 Les réseaux sociaux sont-ils au cœur de la relation humaine?
Interview par Talenteo

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre
parcours?
De formation universitaire (MASS puis
MIAGE), j’ai fait le MGA D’HEC il y a 2 ans. Ma
carrière a commencé en 1995 dans les
activités de produits structurés de La Compagnie Financière Edmond de Rothschild Banque. En 2013,
j’ai quitté cette entreprise cadre d’un plan social) alors que j’étais Directeur Adjoint des Opérations
en charge des directions des systèmes d’informations.
C’est grâce à la direction du reporting clientèle et, la mise en place des groupes de travail entre
Assureurs et Sociétés de Gestion que j’ai pu changer de secteur pour basculer en assurance.
Depuis 2013, j’ai rejoint une mutuelle où je suis Directeur Solvabilité 2, de l’ORSA et des Risques
Stratégiques. Pendant les 17 ans passés dans le groupe Edmond de Rothschild, j’ai observé les
méthodes de communication d’une marque de luxe dont je me suis ensuite inspiré. Nous n’avons
cessé de participer à des projets innovants dans le monde financier et le numérique. A la fin des
années 90, nous avions même mis en place un système de présentation en 3D temps réel!
Dans le monde de la finance, le résultat fut incroyable. En 17 ans, j’ai pu participer et diriger
beaucoup de projets autour du numérique et de la communication bancaire et financière. Tout cela
en parallèle des projets plus « classiques » d’une activité financière.
Aujourd’hui, j’exerce un métier transverse qui m’a permis de découvrir depuis 2 ans le monde de
l’assurance qui est fondamentalement différent de celui de la finance.
En parallèle, depuis 3 ans, j’ai découvert les réseaux sociaux et publié de nombreux articles sur leur
utilisation professionnelle (notamment pour Les Echos et l’Argus de l’Assurance).

Vous proposez un livre blanc «Regards sur Twitter de la banque finance assurance», pouvez-vous
nous en dire plus?
Entre mai et juillet 2014, j’avais publié 50 portraits d’utilisateurs de Twitter sur mon blog en 50 jours.
Un premier livre blanc («Twitter conté par 50 personnalités de la banque finance assurance») est né
de ces publications. En complément, j’avais demandé à une vingtaine de professionnels de la
communication et du digital de me donner également leur point de vue sur l’utilisation
professionnelle de ce réseau.
Un an plus tard, j’ai publié 50 nouveaux portraits sur mon blog et ai demandé aux participant du
premier livre blanc leur vision de l’évolution de leur utilisation de Twitter depuis un an. Ce nouvel

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 165

ouvrage est donc découpé en 2 grandes parties: 62 regards sur Twitter puis 50 portraits
d’utilisateurs.
C’est une aventure fantastique qui m’a permis d’entrer en relation avec de nombreux utilisateurs qui
viennent du secteur de la banque finance assurance. Dans ces livres blancs, j’ai souhaité rassembler
des visions très larges. J’essaye, volontairement, de trouver des profils variés: des dirigeants, des
journalistes, des experts de la communication, des experts qui à la base comme moi ne sont pas des
communicants, des plus jeunes, des personnes en fin de carrière,… La diversité des regards est
impressionnante et j’espère que ce livre le reflète.
Ce projet reflète l’aléatoire de la mise en relation sur les réseaux sociaux. L’improbable qui génère
une connexion très forte est l’une des grandes réussites de ces réseaux sociaux qui remettent
l’humain au cœur du numérique. Pendant longtemps les ordinateurs ont coupé la relation humaine,
les réseaux sociaux lui redonnent une importance primordiale.
Alors que les réseaux sociaux sont plutôt le royaume de l’instantanéité et de la relation virtuelle, ils
peuvent aussi générer des relations réelles et durables. C’est assez incroyable que 62 personnes
participent de nouveau à la préface. Je remercie tous les participants qui ont pris du temps pour
écrire ces textes passionnants.

Pourquoi avoir choisi le réseau social Twitter pour cette étude? Quels sont les particularités de ce
canal?
Professionnellement, il y a 2 réseaux sociaux qui sortent du lot : Twitter et Linkedin. J’ai donc alterné
dans les 3 livres blancs l’étude de ces réseaux.
Je trouve que le réseau Twitter est plus ouvert. Il est plus facilement possible de voir qui y est actif.
C’est ainsi que, dans ces livres blancs sur ce réseau, j’ai pu facilement choisir les personnes dont je
voulais avoir l’avis.
Ces ouvrages ont aussi un objectif pédagogique pour montrer les multiples facettes d’utilisation.
D’ailleurs ils peuvent être facilement lus par des personnes qui ne travaillent pas dans la banque
finance assurance. Ils n’abordent finalement quasiment jamais ces métiers mais uniquement
l’utilisation professionnelle des réseaux sociaux.
Depuis 3 ans que j’observe l’utilisation de Twitter: ce qui me marque c’est la forte croissance du
nombre de personnes qui y sont plus en plus actives et l’accroissement permanent de la taille des
comptes.
La force de Twitter est de permettre à tout professionnel, quel que soit son secteur et son métier, de
trouver les dernières informations qui peuvent l’intéresser: tout y est référencé. Jamais autant
d’informations professionnelles n’ont été aussi facilement mises à disposition. C’est extraordinaire.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 166

Quelle est, selon vous, l’importance que prennent les réseaux-sociaux dans le monde du travail et
plus largement dans le quotidien?
J’utilise les réseaux sociaux pour plusieurs choses. Comme gestionnaire de mon CRM avec Linkedin,
comme source d’information avec Twitter. Mais ce sont surtout des outils offrant une possibilité de
se connecter avec des interlocuteurs très variés et de tout niveau. Ils permettent de se bâtir un
réseau physique absolument prodigieux, il faudrait des dizaines d’années dans la vraie vie pour
parvenir à un équivalent.
Auparavant, j’étais présent avec des responsabilités dans des associations professionnelles. Les
réseaux sociaux m’ont permis d’élargir de façon phénoménale mon réseau physique et d’accéder à
des nouvelles responsabilités.
Les médias sociaux servent aussi à envoyer des informations et à rendre plus visibles des
publications. Par exemple, Twitter représente plus de 50% du trafic de mon blog.
Depuis 3 ans, j’ai progressivement mis en place les fondations d’une communication moderne sur les
réseaux sociaux. Je pense que très rapidement ils seront aussi indispensables qu’Outlook, Word ou
Excel dans le milieu professionnel. Il faut s’y préparer et apprendre à les utiliser le plus vite possible.

Quel message souhaitez-vous passer à nos lecteurs?
Lorsque l’on recherche un emploi, comme cela m’est arrivé, ce qui est le plus important c’est de bâtir
une stratégie de retour à l’emploi. Il faut utiliser tous les moyens possibles pour mettre en valeur ses
compétences et sortir de l’isolement de cette situation.
Les réseaux sociaux sont une formidable opportunité de pouvoir bâtir des stratégies de recherches
innovantes qui mettent en avant les compétences d’une personne.
Sur les réseaux sociaux, il y a aussi beaucoup d’utilisateurs empathiques et altruistes. Il ne faut pas
hésiter à entrer en contact avec elles ou à utiliser des initiatives comme le collectif i4Emploi que nous
avons mis en place depuis fin septembre.
400 personnes, qui ont plus de 600 000 followers, affichent ce hashtag dans leurs biographies
Twitter. L’objectif est d’aider des personnes à mieux diffuser leurs demandes de recherches
d’emplois.
Pour conclure, je pense que les réseaux sociaux ne remplacent pas les modes de recherches
traditionnels. Ils peuvent aider à être dans une dynamique positive et il ne faut pas hésiter à les
utiliser pour cela.

http://www.talenteo.fr/livre-blanc-reseaux-sociaux-564/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 167

5.1.4 Twitter est une vitrine professionnelle
Interview par Le portage salarial

Pouvez-vous nous présenter votre livre
blanc et nous expliquer ce qui vous a
donné envie de l’écrire ?
Ce livre blanc est dans la continuité des 2
précédents et continue l’exploration de
l’univers des réseaux sociaux. « 112
regards » propose 112 visions différentes de Twitter et surtout 112 possibilités de l’utiliser. Twitter
peut être vu comme un simple outil de recherche d’actualités ou comme un démultiplicateur de
visibilité de marques qu’elles soient personnelles ou entreprises. Avec les réseaux sociaux nous
découvrons de nouveaux modes de communications, nous découvrons qu’un message peut arriver à
l’autre bout du monde aussi vite que dans le bureau à côté du sien. Nous sommes à l’heure de l’ultra
connectivité.
Ce qui m’a surtout donné envie d’écrire ce livre, c’est le souhait de repartir à la découverte des avis
de tous ces hommes et toutes ces femmes, de partager avec eux ces lignes, d’interagir à la fois avec
le vituel et le réel. De montrer que les limites entre le réseau physique et le réseau virtuel sont
souvent très minces.

A qui s’adresse-t-il ?
A toutes les personnes qui ont envie de savoir comment des professionnels utilisent Twitter. Il ne se
veut pas limitatif au seul secteur de la banque finance assurance car, aujourd’hui, quels que soient
les métiers, les modes d’utilisation des réseaux sociaux se ressemblent.

Comment avez-vous choisi les 112 participants qui vous livrent leurs “regards” sur Twitter ?
Le livre est composé de 2 parties. La première regroupe 62 témoignages sur le thème de l’évolution
de l’utilisation Twitter en 1 an. La plupart des participants de cette longue préface était déjà présents
dans le premier livre blanc et c’est une grande chance qu’ils aient à nouveau participé. La deuxième
partie est composée de 50 portraits qui sont des interviews.
Ces 112 regards sont le fruit de rencontres virtuelles. Je n’ai pas spécialement de critères pour établir
la liste des personnes à interroger (à part leur appartenance au monde de la banque finance
assurance), juste le plaisir d’avoir leurs points de vue. J’essaye de respecter certains équilibres entre
les dirigeants, les experts et les journalistes, entre les hommes et les femmes, …
Twitter fêtera ses 10 ans cette année, pourtant il semble qu’il se cherche encore…

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 168

Il cherche surtout un modèle économique. Twitter est très influent dans les médias et le showbiz
mais pour le moment il n’arrive pas à en tirer un équilibre financier. Professionnellement, Twitter est
une mine d’or d’informations mais souffre de ne pas cibler de publicités vers son lectorat.

L’éventualité de passer à 10000 caractères a par exemple fait beaucoup de bruit ces derniers
temps. Comment le voyez-vous évoluer dans les années à venir ?
Les dernières évolutions de Twitter ont toujours permis plus d’interactions et une démultiplication
de la visibilité des tweets. Avec #i4Emploi nous avons, par exemple, beaucoup utilisé la nouvelle «
chambre cachée » de Twitter que représentent les DM de groupes. Les 10 000 caractères peuvent
être un très bon complément si Twitter veut progressivement se transformer en média et attirer un
contenu de qualité. Mais pour garder sa force et son originalité, il lui faudra garder la puissance de
ces 140 caractères qui permettent d’exercer un art du titre permanent.

Quels conseils donneriez-vous à un consultant qui souhaite trouver des clients grâce aux réseaux
sociaux ?
Twitter et les autres réseaux sociaux sont des vitrines professionnelles. Comme toute vitrine, elles
doivent être la représentation du commerce qu’elles hébergent.
http://www.leportagesalarial.com/interview-alban-jarry/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 169

5.1.5 Sur les réseaux sociaux, je suis mon propre cobaye
Interview par Hiscox
Parlez-nous de votre arrivée sur les réseaux
sociaux et comment vous êtes devenu un
influenceur du numérique ?
Ayant subi un plan social, j’ai utilisé les réseaux
sociaux pendant la période de reclassement, pour
rebondir plus vite. Afin de sauvegarder mon
carnet d’adresse et de le mettre à jour, j’ai ouvert
un compte LinkedIn en août 2012, puis un compte Twitter et un blog en février 2013. Très
rapidement, j’ai utilisé ces outils pour diffuser des actualités qui renvoyaient vers les compétences
que je souhaitais mettre en avant pour me faire repérer par des recruteurs.
Étant auparavant en charge des directions de l’informatique, des projets et du numérique, je pense
que j’ai toujours été sensible aux évolutions technologiques. Au début des années 2000, j’avais
même participé à la création de l’une des premières banques en ligne. À la fin des années 90, nous
avions aussi mis en place un système de présentations professionnelles dynamique en 3D avec le
moteur Virtools ! Un Prezi 15 ans avant l’heure !
Début 2013, j’ai eu aussi la chance de pouvoir publier pour Le Cercle Les Echos, probablement grâce
à la présence que j’avais en associations professionnelles (notamment à l’AFG et au Club Ampere à
l’époque). J’ai ainsi pu proposer des articles sur les réglementations financières et assurantielles ainsi
que sur le thème des stratégies numériques (personnelles et entreprises).
Il y a, je pense, 5 clés de l’influence professionnelle : les médias, les réseaux (réels et sociaux), la
présence en conférences, la rédaction d’ouvrages et l’enseignement en grandes écoles. Tous ces
éléments permettent d’avoir une très bonne indexation sur internet que ce soit sur les réseaux
sociaux ou les moteurs de recherche. Au-delà de ces fondations pour la réputation, ce qui importe
probablement le plus c’est de savoir interagir avec des communautés.
Il ne faut jamais oublier que même à l’ère du numérique, il est essentiel de sauvegarder le contact
humain : partager, aider.
Vous avez publié un livre blanc « 112 regards sur Twitter de professionnels en banque finance
assurance » dans lequel vous explorez l’utilisation des réseaux sociaux ? Quelles en sont les
conclusions ?
La banque finance assurance est de plus en plus présente sur les réseaux sociaux. Les compagnies les
utilisent dans le cadre de leurs stratégies de marques pour atteindre de nouvelles cibles de prospects
ou pour renforcer les liens avec leurs clients.
Ces outils sont de plus en plus efficaces que ce soit en B to B ou en B to C. Le rôle d’ambassadeur
d’entreprise a progressivement émergé. Aujourd’hui il est devenu indispensable pour accompagner
le développement numérique de l’image de marque d’une entreprise. Ce livre blanc reflète cette

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 170

évolution rapide et l’importance pour des dirigeants, des experts, des journalistes, d’être présents
tous les jours sur ces plateformes qui sont devenues indispensables dans leurs métiers.
Les réseaux sociaux peuvent avoir plusieurs usages. Ils sont à la fois une fantastique source
d’information et une formidable opportunité pour diffuser une information. Quel autre outil permet
de toucher plusieurs dizaines de milliers de cibles en quelques clics et gratuitement ? Bien utilisés, ils
sont de formidables amplificateurs pour les marques.
Ce livre blanc est un témoignage sur l’évolution de l’utilisation de Twitter. Comment les usages se
sont-ils affinés ? Personnellement, je retiens que Twitter est devenu de plus en plus collectif : avec un
passage du « je » au « nous ». À l’image de ce que nous faisons avec #i4Emploi, la force des réseaux
sociaux est de permettre une viralité démultipliée dès lors que le message initial est pris en charge
par une communauté qui ouvre les champs de l’infini pour le diffuser.
Je remercie tous les contributeurs de ce livre blanc pour leur confiance, leur fidélité et leurs textes
remarquables qui vulgarisent les usages de cette fantastique plate-forme.
On a beaucoup parlé de l’essor des Fintech, et du boom des banques en ligne, pensez-vous qu’une
révolution semblable se prépare pour l’assurance ? Si oui, quelles formes prendront les évolutions
de ce marché ?
FrenchTech, FinTech, la mode est à la Tech. Il suffit de constater l’émergence rapide de l’InsurTech et
de l’HealthTech pour s’apercevoir que l’assurance est en train de se repositionner. D’un sousensemble des FinTech, l’InsurTech va montrer ses différences et ses spécificités pour les métiers de
l’assurance.
Quand je suis arrivé dans le secteur de l’assurance, il y a un peu plus de 2 ans, tout le monde parlait
de l’arrivée de Google. Je quittais le secteur de la banque finance qui lui ne se voyait pas ubériser à
court terme. Aujourd’hui, c’est Orange qui arrive pour créer une banque mobile. Dans 2 ans ils seront
les leaders de ce segment selon moi. Il est compliqué d’imaginer quels seront les nouveaux entrants.
Il est même probable qu’ils n’arrivent pas sous la forme prévue. Afin d’anticiper cette évolution, la
meilleure stratégie est d’être innovant avant les autres, d’avoir une stratégie numérique qui
transforme l’interne et qui soit également une vitrine externe.
Que pensez-vous de la digitalisation du métier de l’assurance (présence des assureurs et de leurs
employés sur les réseaux sociaux, social CRM, marketing digital, …) ?
Aujourd’hui, la présence sur les réseaux sociaux reste encore marginale par rapport au nombre total
de salariés du secteur. D’autres secteurs sont beaucoup plus en avance et utilisent la force de leurs
équipes internes pour propulser l’image de marque en externe. Il existe beaucoup de techniques
pour y arriver. Dans les secteurs qui les mettent en œuvre efficacement, les entreprises les plus
innovantes gagnent des parts de marché. Quand la digitalisation d’un métier est efficiente alors
l’entreprise s’inscrit dans un schéma win-win et la marque employeur s’en trouve souvent fortement
valorisée.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 171

L’assurance regorge de talents qui peuvent se transformer en ambassadeurs de leurs marques, mais
attention cela ne marche que lorsque cela est fait sans contraintes, il faut savoir trouver les talents
volontaires et motivés.
Quels sont vos projets futurs ?
Au cours de ces 3 ans sur les réseaux sociaux, ma stratégie a été de bâtir des fondations
suffisamment solides pour me permettre de parler de sujets qui me passionnent. Toutes ces
interventions se font à titre personnel tout en ayant une image très professionnelle. Je compte
continuer à expérimenter sur les usages du numérique et les stratégies de marques (personnelles ou
entreprises) qui peuvent en découler. Je suis mon propre cobaye.
Dans le numérique, il faut être audacieux, oser des positionnements innovants ! Dans sa série « la
saga des audacieux », Mathilde Aubinaud interroge des personnes remarquables et livre leurs points
de vue sur l’audace. Quand je suis passé à HEC, j’ai été marqué par cette phrase « il faut apprendre à
oser ». Gérard de Maupeou, le directeur du MGA, nous expliquait en soulignant qu’il ne fallait pas
hésiter à faire un reboot de notre disque dur interne pour voir les choses autrement.
Les réseaux sociaux et le numérique sont bâtis me semble-t-il sur cette idée, il ne faut jamais hésiter
à prendre de la hauteur pour les utiliser autrement. Dans ce domaine, il est essentiel de savoir
réinventer de nouvelles règles du jeu.
Vous avez des conseils à donner à nos lecteurs et vous souvenez vous de la première fois où vous
avez été résilient?
La résilience est très importante. Nous sommes confrontés à un environnement de crise où il faut
sans cesse s’adapter, où chacun peut du jour en lendemain perdre son emploi. Comme une
entreprise, je crois qu’il faut savoir se transformer et s’adapter à un nouveau contexte. Le secteur de
la banque finance assurance doit anticiper les révolutions de leurs secteurs d’activité car l’ubérisation
n’est plus un mythe.
Je pense que la première fois où j’ai été résilient, c’est lorsque j’ai redoublé ma 1ere S. Afin de
conserver mes notes de français, j’ai préféré m’inscrire en candidat libre pour présenter un bac B que
j’ai obtenu (en plus d’un passage en terminale C). Plutôt que de faire une terminale (et d’obtenir un
2eme bac qui finalement ne m’aurait été d’aucune utilité), je n’ai pas hésité à m’inscrire en fac pour
suivre la filière MASS. Je n’ai donc pas fait de terminale et « annulé » ce redoublement. In fine, j’ai
obtenu une MIAGE et un diplôme d’ingénieur maitre de l’université, filière alors réservée aux bacs C.
Je pense qu’il faut toujours se projeter vers l’avant, essayer d’innover. Cette phrase de Philippe
Halsman (un célèbre photographe) m’inspire beaucoup : « Dieu merci je ne connaissais pas les règles
de la photographie ! Si je les connaissais, je n’aurais pas été aussi créatif. »
https://blog.hiscox.fr/interview-alban-jarry-sur-les-reseaux-sociaux-je-suis-mon-proprecobaye/#more-3300

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 172

5.1.6 Au coeur des réseaux
Interview par Pascal Pineau

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots pour
ceux de nos lecteurs qui ne vous connaîtraient pas ?
Issu de l’univers de la finance, je travaille dans l’assurance
où je m’occupe de risques stratégiques et de
réglementation. Auparavant, pendant 17 ans, j’étais dans
une banque privée puis en asset management où je
dirigeais les équipes informatiques et projets, dont les
projets numériques et de reporting clients. Ayant subi un plan social, j’ai utilisé les réseaux et médias
sociaux pour mettre à jour mon réseau et pour y montrer mes compétences. Cela m’a amené à
partager sur la façon dont je les utilisais au travers d’articles notamment pour Les Echos ou la
Harvard Business Review. Je suis titulaire d’une MIAGE et du MGA d’HEC.

Vous êtes présent dans plusieurs associations professionnelles ?
Effectivement, je suis Vice-Président de XBRL France, une association commune aux régulateurs et
assujettis sur les problématiques liées à la normalisation des réglementations financières et
assurantielles. Au sein de l’Ecole Polytechnique d’Assurances, je suis Secrétaire Général et membre
du comité scientifique sur le numérique et le big data en Assurance. Quand j’étais en asset
management, j’étais présent au Club Ampère et à l’AFG. En particulier, j’ai participé aux travaux sur
le numérique et la MIF.

Vous intervenez également en Ecoles ?
Oui, j’interviens régulièrement à HEC sur le thème des stratégies numériques et de la communication
de marques sur les réseaux sociaux. J’ai également participé, pour France Université Numérique,
avec l’Institut Louis Bachelier, au MOOC sur la régulation financière.

Pouvez-vous nous expliquer comment vous êtes devenu expert en numérique ?
En finance, j’ai dirigé pendant de nombreuses années les projets liés au numérique. Le numérique a
toujours été au cœur des préoccupations de ce secteur afin d’améliorer la qualité du service pour les
clients, de faciliter la prise de décisions des gérants et d’améliorer la qualité des informations mises à
disposition de la gouvernance. Nous avons fait face à une augmentation exponentielle des données à
traiter. L’évolution de l’informatique a permis d’aller de plus en plus vite pour présenter et traiter
l’information. Les réglementations ont aussi poussé cette industrialisation en obligeant les acteurs à

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 173

être toujours plus transparents et fins dans leurs analyses. Le numérique permet d’innover sans
cesse.

Votre approche du numérique a-t-elle évolué au fil du temps ?
Depuis 1995, j’ai constaté que l’informatique n’avait cessé d’accompagner le développement des
entreprises. Les nouvelles technologies et le numérique offrent sans cesse de nouvelle opportunités.
Au début des années 2000, nous avions mis en place, pour les présentations clients, un outil qui
marchait grâce à un moteur de 3D en temps réel (Virtools). Nous avions utilisé ces technologies audelà de ce qu’elles étaient sensées pouvoir faire. Dans le numérique, il faut essayer d’aller au-delà
des possibilités initiales d’une solution. Au cours de toutes ces années, une constante est restée :
l’importance des données. Quelle que soit la méthode pour les exploiter, elles sont devenues de plus
en plus importantes et un trésor de l’entreprise.

Le numérique est-il une source d’opportunités ?
Toute initiative numérique doit se transformer en opportunité pour l’entreprise ! Il faut savoir tirer
parti de tous les avantages que peut apporter une contrainte : pour transformer l’entreprise, pour
mieux servir le client, pour prendre un avantage sur ses concurrents,… Il est devenu impératif de
savoir communiquer autour de succès pour les transformer en opportunités.

Le numérique peut-il générer des échecs ?
Il est acquis que l’innovation nait de multiples tentatives et de multiples échecs. Ce qui importe, pour
qu’elle réussisse, c’est que ceux qui vont l’utiliser soient prêts au moment où elle apparait. La
communication joue beaucoup pour préparer l’arrivée d’une innovation et pour faciliter son
approbation.

Vers quoi les évolutions actuelles tendent-elles à votre sens ?
Le big data est une nouvelle étape dans la façon d’exploiter les données à partir de masses toujours
plus importantes. Ce qui importe pourtant, c’est de ne jamais perdre de vue l’intérêt que pourra
obtenir la personne qui est en bout de chaine. Le numérique permet d’aller toujours plus loin dans la
connaissance mais doit correspondre à un réel besoin pour qu’il marche. Il faut aussi toujours tenir
compte du ROI qu’il peut rapporter qu’il soit économique ou en termes d’image de marque.

Quelle est votre vision des différents réseaux sociaux et de leur utilité professionnelle ?

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 174

Les réseaux et médias sociaux offrent de multiples opportunités aux professionnels. Ils permettent
de se connecter avec d’autres professionnels, de partager du contenu et de générer de l’interaction.
LinkedIn est devenu la vitrine professionnelle, il s’accompagne de Pulse, qui permet de publier des
textes, et de Slideshare, pour diffuser des présentations. Twitter est le fil AFP gratuit des
professionnels car toutes les dernières informations y figurent. En fonction des secteurs, d’autres
réseaux peuvent être utilisés. Depuis quelques années, les médias offrent aussi la possibilité aux
experts de s’exprimer via des tribunes ; en finance, c’est le cas par exemple du Cercle Les Echos ou de
l’Agefi Communautés.

Une préférence personnelle ?
Twitter ! C’est à la fois le média des médias et une formidable plateforme pour se connecter avec son
univers professionnel. Il n’existe pas de meilleur endroit pour partager un contenu et l’interactivité y
est extraordinaire.

Que signifie être un « influenceur » ?
« Chacun d’entre nous peut avoir une influence sur les autres », disait Théodore Zeldin. L’influence
est complexe à définir et matérialiser et c’est le regard des autres qui la détermine. Le web social a
changé les règles du jeu sur l’influence, qui s’est probablement démocratisée. Une chose étonnante,
Wikipedia ne donne pas de définition de l’influenceur et renvoie au « relais d’opinion ». Au moment
de l’anniversaire des 10 ans de Twitter, Omar Akhtar, un analyste, disait à propos de Twitter et de
Donald Trump : « Je suis presque sûr que la plupart de ses supporteurs ne sont pas sur Twitter, mais
ils savent ce que dit Trump sur Twitter », et « Le réseau a une vie au-delà de sa propre plateforme ».
L’influenceur est probablement la personne qui parvient à avoir une influence en dehors du lieu où il
a donné une information.

Quel est le rôle, pour l’entreprise, de l’influenceur ?
Je préfère la notion d’ambassadeur d’entreprise. Il s’agit de personnes qui portent positivement la
marque en interne ou en externe. Ils apportent une plus-value par leurs prises de paroles ou leurs
actes. De plus en plus d’entreprises cherchent à identifier les talents qui sont capables de la
représenter car c’est souvent gagnant pour elle en termes de visibilité et de communication de
marque.
Vous êtes connu pour des études visant à observer l’évolution de l’usage des réseaux sociaux dans le
monde professionnel ; quel est le but de votre démarche et quels sont les résultats les plus
marquants de ces études selon vous ?
L’objectif de ces études est avant tout de constater à intervalles réguliers l’évolution de l’utilisation
des réseaux sociaux et du numérique dans le monde professionnel. Tout le monde parle des réseaux
sociaux et de l’importance qu’ils prennent mais sans toujours parvenir à matérialiser cela. Ces études

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 175

permettent de s’y repérer un peu en montrant des visages, en partageant sur des modes d’utilisation
et en montrant l’évolution des usages.

Vous avez travaillé en asset management. Quelle est votre vision de la gestion de patrimoine
aujourd’hui ? Comment va évoluer ce métier grâce au numérique ?
Au-delà de son expertise, le rôle de conseil du gestionnaire de patrimoine est primordial. Pour être
plus performante, la gestion de patrimoine doit s’adapter pour faire face aux nouveaux usages, aux
nouveaux besoins et surtout à de nouvelles formes de concurrences qui arrivent avec les Fintech ou
par des acteurs internationaux. La gestion de patrimoine n’a pas encore pris complètement le virage
du numérique et cela fait partie de ses défis pour les prochaines années. Autour de l’offre produit,
des services pour les clients,… il y aura de nombreuses opportunités et ceux qui parviendront à les
saisir pourront prendre des places de leader.

Quelle est votre position sur les nouveaux modes d’enseignement (e-learning, MOOC, etc.) : les
voyez-vous compléter la formation traditionnelle (en présentiel) ou la remplacer à terme ?
Pour le moment, il s’agit d’un complément. Avec France Université Numérique, nous avons constaté
par exemple que l’offre en matière de réglementation était trop faible et qu’un MOOC pouvait pallier
ce manque. Les MOOC permettent de se faire certifier. Sur un CV, ils vont devenir de plus en plus
importants surtout quand ils sont organisés par des organismes renommés.

Enfin, nous laissons toujours à notre invité la liberté d’évoquer un sujet de son choix. De quoi
souhaitez-vous nous parler ?
Les réseaux sociaux permettent de communiquer autour de causes ou de problématiques de société.
Avec un groupe de twittos, nous avons lancé sur Twitter le collectif #i4emploi (Influenceurs pour
l’emploi) qui permet à des personnes en recherche d’emploi de bénéficier de nos relais et réseaux.
En quelques mois d’existence, plus de 1 500 personnes se sont mobilisées et apportent de l’aide
régulièrement à ceux qui le leur demandent. Ils les conseillent bénévolement pour mieux valoriser
leurs compétences dans l’univers numérique. Tous montrent que les réseaux sociaux sont aussi
bienveillants et altruistes.

http://www.aurep.com/newsletters/alban-jarry-au-coeur-des-reseaux/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 176

5.1.7 Le rôle des réseaux sociaux dans les relations entre les personnes
Interview par Louis Curto

Comment faites-vous pour concilier toutes ces
activités, d’écriture d’articles, de conférences,
d’interventions dans des écoles en plus d’un
emploi salarié si j’ai bien compris ?
En finance, pendant 17 ans, je me suis
notamment occupé des projets liés au
numérique et à la transformation. J’ai même participé au début des années 2000 à la mise en place
de l’une des premières banques en ligne. A partir de 2012, lorsque le plan social a débuté, j’ai publié
sur mes différentes expertises et sur cette expérience de professionnel/expert utilisant les réseaux
sociaux. Ensuite, j’ai continué ces publications à intervalles plus ou moins réguliers pour partager sur
le numérique et conserver mon expertise. Souvent, ces articles sont rédigés dans les transports en
commun le matin lorsque j’ai des idées. La trame me prend 20 à 30 minutes. Le soir, elle est
retravaillée de nouveau environ 30 minutes et souvent j’aboutis au résultat définitif en 1 heure (mais
de nombreux brouillons sont inaboutis et ne seront jamais publiés). Pour les conférences et les
écoles, c’est assez irrégulier mais en moyenne les interventions sont le soir, tous les 2 à 3 mois (pour
HEC c’est tous les 6 mois). Toutes ces réalisations personnelles se font donc soit tôt le matin, soit le
soir ou le week-end, c’est un rythme décalé et compatible avec une vie normale de salarié.

Que pensez-vous du modèle du salariat et de son avenir ?
Le salariat est un modèle stable qui s’inscrit dans la durée d’une carrière. Je suis persuadé qu’il a
encore de beaux jours devant lui. Tout le monde n’est pas fait pour l’entreprenariat et ne peut gérer
toutes les contraintes (et le stress) qu’il génère. C’est compliqué de démarcher pour obtenir des
contrats. En ce moment, il y a de nombreuses incitations et une « mode » pour le promouvoir qui est
surtout basée sur la volonté de réduire la courbe du chômage. Il faut faire très attention à bien
accompagner les personnes qui font ce choix afin qu’elles en comprennent toutes les limites et
qu’elles ne basculent pas dans la précarité si l’activité, qu’elles mettent en place, ne décolle pas. Il est
très compliqué de bâtir une entreprise qui soit viable et qui assure un revenu suffisant.

Que pensez-vous sur le rôle des réseaux sociaux dans les relations entre les personnes ?
Les réseaux sociaux sont un outil fantastique pour découvrir des personnes dans l’environnement
professionnel et y partager des informations pertinentes. Ils génèrent de nombreuses rencontres
réelles (en IRL) et permettent de briser la glace beaucoup plus rapidement lors d’une première
rencontre. Comme dans la vraie vie, les personnes s’y regroupent en communautés en fonction de
leurs affinités. J’ai découvert dans les réseaux sociaux énormément de personnes extraordinaires et

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 177

altruistes. #i4emploi en est l’exemple et montre qu’il est possible de s’y regrouper collectivement
pour une cause (dans ce cas la lutte contre le chômage en aidant des personnes en recherche
d’emploi à être plus visibles).

Comment est née votre passion pour Internet et les réseaux sociaux ?
Pour internet, cela remonte au milieu des années 90. J’ai eu de la chance de concevoir plusieurs sites
internet et extranet dès cette époque. C’est aussi à cette époque que j’ai découvert les forums. Pour
les réseaux sociaux, j’ai commencé à utiliser (tardivement) LinkedIn à l’été 2012 quand j’ai su que
j’allais intégrer un plan social. Au départ, l’objectif était uniquement de réactualiser mon carnet
d’adresses. Twitter et le blog sont venus quelques mois plus tard quand j’ai commencé à publier des
actualités. Ensuite, je les ai vraiment utilisés plus activement à partir de fin février 2013, lorsque j’ai
mis en ligne sur Slideshare et mon blog le powerpoint d’une conférence. Le nombre de vues a été
incroyable et j’ai alors compris le potentiel qu’ils recélaient. Assez rapidement ensuite j’ai publié mes
premiers articles dans Le Cercle Les Echos et dans la Nouvelle Revue de Géopolitique et commencé à
former, dans la société d’outplacement où j’allais, les autres personnes qui comme moi étaient en
recherche d’emploi et qui m’interrogeaient sur les techniques décalées que j’utilisais. En aout 2013,
je suis devenu intervenant à HEC sur le thème du personal branding et des stratégies de marques sur
les réseaux sociaux. Tout est allé très vite et a été exponentiel. J’ai eu de la chance de commencer à
les utiliser alors qu’il n’y avait pas beaucoup d’experts qui étaient présents sur ces plateformes en
dehors de la communication et du marketing. J’avais un peu l’impression de ressembler à un palmier
dans le désert, quand il est le seul on ne voit que lui, quand il y a du monde on voit une magnifique
palmeraie et on ne le distingue plus.

Quel conseil donneriez-vous à un jeune diplômé qui hésite à lancer son entreprise ?
Une idée, même si elle est géniale, ne suffit pas. Il faut souvent bénéficier d’un contexte favorable
ou, s’il n’existe pas, le créer en plantant soigneusement des graines et en voyant celles qui vont
pousser. Si une émerge plus vite que les autres alors il faut particulièrement bien la soigner mais il
faut sans cesse continuer à surveiller les autres qui peuvent à un moment donné devenir des relais
de croissance. Dans le monde actuel, le plus simple est de bâtir une marque et de la faire connaitre,
nous n’avons jamais eu autant d’outils gratuits pour le faire. En revanche, générer du business est
toujours aussi complexe.
Il ne faut aussi jamais perdre de vue que la solitude est la pire des situations. C’est souvent grâce aux
autres qu’un entrepreneur réussira. Par exemple, ce sont les utilisateurs d’Uber qui ont fait sa force
et permis un tel développement aussi rapidement. Les américains utilisent beaucoup les advisory
board qui permettent à des entrepreneurs de bénéficiers de conseils sur des expertises qu’il n’ont
pas.

Et à un Quadra ?

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 178

La seule différence est que le quadra part souvent d’une situation où il bénéficie d’une
rémunération stable (souvent salariée) et se aura beaucoup plus de pression pour réobtenir
rapidement le niveau de vie qu’il avait auparavant. Cela peut être très compliqué à gérer.

Qu’est-ce qui caractérise selon vous un entrepreneur ?
Sa capacité à sans cesse se remettre en question et à oser explorer des voies que personne d’autre
n’oserait emprunter.

le 19/07/2016
http://21centurycompany.eu/index.php/alban-jarry-expert-digital-top-influencer/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 179

5.2 Communication, marketing et influence
5.2.1 Pourquoi et comment développer sa visibilité?
Interview par Violaine Champetier de Ribes

Pourquoi un communicant doit-il développer sa
visibilité ?
Avec internet et les réseaux sociaux, nous sommes
rentrés dans une ère de l’ultra proximité et de l’ultra
communication. Tant les personnes que les marques
doivent s’interroger sur la vitrine qu’elles souhaitent
présenter dans cet univers et sur le risque à ne pas y
être. Pour un communicant, développer sa visibilité permet de rentrer dans un schéma gagnantgagnant de partage d’images de marque avec l’entreprise. Être visible permet de s’habituer à cet
univers, d’en décrypter les usages et de progressivement acquérir une base de connaissances de plus
en plus large. Le monde de la communication est fait d’expériences et d’analyse par l’apprentissage,
il faut sans cesse semer des idées pour voir celles qui émergent et accentuer la communication sur
les celles qui offrent le plus d’opportunités.

Quelles sont les étapes incontournables ?
Il faut au préalable cartographier la présence de son écosystème, voir où sont ses clients, où sont ses
concurrents, où sont les autres experts, où sont les dirigeants, où sont les journalistes… Il est
nécessaire de monter progressivement en compétences en fonction de ses expérimentations de ce
qui est le plus efficace. Dans l’univers professionnel, une présence sur LinkedIn ou sur Twitter est
indispensable. Dans l’univers du B to C, de Facebook à Instagram en passant par Youtube et tant
d’autres, il faut regarder les endroits où la communication croisée de marques est la plus pertinente
et la plus efficace dans son secteur.

Par où commencer ?
Se créer un profil, l’enrichir, comparer avec ce qui est fait dans d’autres secteurs, s’inspirer des
comptes des communicants ou des experts les plus visibles pour voir ce qui marche ou pas… une
stratégie de communication moderne doit s’appuyer sur des fondations les plus solides possible. Il
faut ensuite bâtir les étages les uns après les autres. Sur
les réseaux sociaux, il faut commencer par compléter ses profils pour qu’ils soient les plus
représentatifs de l’image que l’on souhaite présenter. Un profil peut rempli, avec peu d’images, mal
rédigé, … sera vu comme « low cost », à l’inverse il est possible de viser le haut de gamme.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 180

Dans la communication moderne, il faut de plus en plus essayer de faire des coups de billards à 3
bandes et intégrer dans sa stratégie les médias (traditionnels et sociaux).
Pour faire passer des messages, il ne faut pas hésiter à utiliser des supports qui vont amplifier leur
portée. L’objectif doit être de viser le plus loin possible et que le message parvienne in fine au
destinataire le plus inattendu qui se sera intéressé à l’information et qui deviendra client de la
marque.

http://www.clubcomelles.com/2016/05/12/pourquoi-et-comment-developper-sa-visibilite/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 181

5.3 Innovation et numérique
5.3.1 Assurance et banque : la révolution numérique est en cours
Interview par Pascale d’Avout

Comment les secteurs de la banque et de
l’assurance
s’approprient-ils
la
révolution
numérique ?
La banque et l’assurance ont déjà bien entamé leur
révolution numérique et la transformation
technologique qui l’accompagne. Dans les deux
secteurs, commercialiser via internet existe déjà et il suffit de se connecter régulièrement sur le web
pour constater les changements radicaux dans la manière de communiquer et de se rapprocher des
prospects et des clients. Certaines parties du marché ont déjà connu de grands bouleversements. Par
exemple, le courtage en ligne est un acteur non négligeable de l’écosystème assurantiel.
Dans l’assurance, nous observons l’apparition de technologies autour du bien-être, de la santé, de
l’accompagnement des clients pour l’assurance auto ou l’assurance habitation... Dans cet univers, de
nombreuses start-up sont en train d’émerger et les termes Fintech, InsurTech et HealthTech se
popularisent très rapidement. Les grands acteurs adaptent leurs visions et font évoluer leurs
stratégies afin de ne pas se faire « uberiser ». Ils cherchent à enrichir leurs compétences et à attirer
de nouveaux talents. Le facteur temps est primordial car, dans le numérique, celui qui prend la place
de leader peut obtenir une avance considérable et difficilement rattrapable.
Dans le secteur bancaire, 2015 a été marquée par l’annonce de l’arrivée de grands groupes. Orange
se lancera bientôt dans la banque mobile et se servira de la plate-forme de Groupama Banque pour
accélérer son arrivée. Il est probable qu’ils deviendront rapidement leader de ce segment. Amazon
révolutionnera bientôt le crédit aux PME. Dans les pays anglo-saxons, Amazon a développé une
méthode non traditionnelle du scoring du risque de crédit pour se lancer dans le secteur. Cet
exemple, montre qu’aujourd’hui, d’autres modèles prédictifs sont possibles en banque et en
assurance. Dans l’assurance, le bouleversement de l’écosystème pourrait aussi arriver avec une
redéfinition des méthodes et l’arrivée des Gafa.

Quel est l’impact des nouvelles réglementations sur la redéfinition des modèles d’activité,
notamment autour du big data ?
On observe aujourd’hui que toutes les réglementations financières et assurantielles conduisent
inexorablement à industrialiser rapidement les métiers. À mon sens, deux éléments accélèrent la
transformation. D’une part, la réglementation, car des jalons très stricts doivent être respectés pour
être en conformité et envoyer une multitude d’informations qualifiées aux régulateurs. Et, d’autre
part, l’innovation qui permet de tirer l’entreprise en repoussant la crainte d’une ubérisation. Le big

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 182

data est une opportunité car - enfin - toutes les données vont pouvoir être exploitées, qu’elles soient
structurées ou non. Ce sont des mines d’or qui vont se dévoiler dans toutes les entreprises. Il faudra
pourtant être vigilant car tout ne peut être exploitable, l’éthique sera un paramètre important.
L’exploitation des données aura aussi un coût. Les entreprises devront trouver un juste équilibre
entre le coût de la technologie et le gain de productivité afin d’augmenter les résultats. Le big data
pourrait bouleverser tous les secteurs en provoquant l’apparition de nouveaux concurrents. Le Data
Scientist sera bientôt un métier primordial pour assurer le développement et devra être positionné
au cœur du réacteur.

L’éthique et l’utilisation du big data en assurance sont-ils compatibles ?
Oui je le pense ! Dans le programme de l’Executive MBA qu’est en train de mettre en place l’Ecole
Polytechnique d’Assurances (EPA), l’éthique sera un des piliers de la formation tout aussi important
que les data science, les techniques assurantielles, la stratégie et le management. Malgré
l’informatisation permanente, ce sont toujours des hommes et des femmes qui resteront aux
commandes et qui détermineront les usages attendus de ces données. Ce sont eux qui jongleront
avec elles pour accéder de plus en plus vite à l’information et qui les présenteront synthétiquement à
leurs clients internes et externes. Il ne faut jamais oublier que les consommateurs sont de plus en
plus vigilants vis-à-vis du contrôle de la confidentialité de leurs informations. Par exemple, sur
Facebook, la visualisation de données personnelles par tout le monde a provoqué un accroissement
de la vigilance des utilisateurs. Beaucoup ont limité l’accès à leur profil. L’évolution d’internet le
montre, les utilisateurs veulent aussi de plus en plus d’outils à consommation instantanée où il n’y a
pas d’historiques. Le droit à l’oubli est devenu un paramètre. L’utilisation du big data devra donc
avant tout être acceptée par le client pour que ce soit un succès.

http://www.magazine-decideurs.com/news/les-grands-acteurs-adaptent-leurs-visions-et-fontevoluer-leurs-strategies

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 183

5.4 Emploi et recrutement
5.4.1 #i4emploi : quand les Twittos s’engagent pour l’emploi
Interview par Page de l’Emploi

Échange aujourd’hui avec Alban Jarry, financier &
assureur spécialiste des stratégies numériques et de
marques. Il est à l’origine de l’initiative #i4emploi et du
collectif du même nom qui compte aujourd’hui plusieurs
centaines de membres actifs sur Twitter. En quoi consiste
ce mouvement ? Quelles en sont les principales réussites ? A quelle(s) évolution(s) s’attendre ?
En septembre 2015, une dizaine d’influenceurs lançait le collectif #i4emploi en soutien à 32 employés
d’une usine pharmaceutique de Corrèze menacée de fermeture. L’idée première était de faire jouer
la force de frappe de Twitter, à travers les comptes (et donc les réseaux) de nombreux influenceurs,
afin de trouver un repreneur. Par la suite, et devant le succès rencontré par l’opération, ce
mouvement spontané a évolué.
Aujourd’hui, plusieurs centaines de personnes en recherche de postes ont ajouté le hashtag
#i4emploiR (R pour recherche) à leur biographie Twitter. Celles-ci tweetent pour mettre en avant
leurs compétences en prenant soin d’intégrer à leurs messages le fameux hashtag. Elles peuvent
ensuite compter sur plus de 800 influenceurs (cumulant plus de 700 000 followers) pour relayer
leur(s) demande(s) et diffuser leur profil auprès de leur réseau et de recruteurs. Vous avez dit «
exponentiel » ? C’est l’idée.
Nous venons d’évoquer la genèse d’#i4emploi, comment s’est-il réellement lancé ?
Souvent les mouvements spontanés émergent quand plusieurs phénomènes se produisent : un
évènement (les chiffres du chômage), une cause (des emplois menacés) et une urgence (une usine
liquidée une semaine plus tard).
#i4emploi a été lancé le 26 septembre 2015, quelques jours après la publication de nouveaux chiffres
catastrophiques du chômage, alors que tout le monde espérait, après l’été, qu’enfin la courbe du
chômage allait s’inverser. Un élu de Corrèze m’a contacté par Twitter pour m’alerter de la situation
dramatique qui se profilait dans une usine pharmaceutique et de dizaines d’emplois voués à
disparaitre. Il m’avait identifié sur les réseaux sociaux car, depuis plusieurs mois, je mettais en avant
des personnes en recherche d’emploi pour les aider et leur donner accès à mon réseau. Je publiais
aussi régulièrement des tribunes sur la façon de retrouver un travail dans le monde numérique. Face
à l’urgence de la situation, et au besoin d’agir collectivement, j’ai sollicité des amis dans un groupe de
DM (Direct Message) Twitter. L’idée était de fédérer des « influenceurs pour l’emploi » (i for emploi)
et d’essayer de faire suffisamment de bruit sur les réseaux et dans les médias pour qu’une solution
soit trouvée. Le week-end des 26 et 27 septembre, le mouvement s’est très vite développé et de
nombreuses personnes ont commencé à ajouter #i4Emploi dans leur biographie pour montrer leur
soutien et mettre aussi à disposition leurs réseaux. Au bout d’un mois, après avoir obtenu un report

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 184

de la décision définitive, des offres ont été déposées et le tribunal a pu décider d’une reprise de
l’usine. Ce fut une belle conclusion et incroyable de constater le nombre de personnes qui se sont
spontanément senties concernées et ont apporté leur aide ! Le 26 septembre était aussi la date
anniversaire des 30 ans des restos du cœur, c’était probablement un signe. En France, nous pouvons
tous nous mobiliser pour l’emploi et aider les personnes qui en ont besoin.
En octobre, en parallèle de la volonté de trouver des repreneurs à l’usine, le collectif a commencé à
mettre en avant, sur Twitter, des talents qui étaient en recherche.
Quel est aujourd’hui le principal objectif du Collectif ?
Aider des personnes qui sont au chômage pour qu’elles retrouvent plus rapidement un travail. En
leur offrant de la visibilité (nous avons appelé ce geste le « don de RT ») dans nos réseaux et en les
rapprochant des recruteurs qui nous lisent. Certains d’entre nous les aident aussi à mieux mettre en
valeur leurs compétences. Cette action est complémentaire de ce qui existe déjà et nous n’avons pas
vocation à nous suppléer à ce qui est déjà fait, notamment par Pole Emploi.
Le collectif est composé de bénévoles qui sont des professionnels de tous les secteurs et qui se
mobilisent en dehors de leur temps de travail, souvent le soir. Le collectif a décidé de se concentrer
sur l’aide aux personnes en recherche de CDD ou de CDI car malheureusement nous n’avons pas de
disponibilité pour faire plus (en particulier nous ne relayons pas les personnes en recherche de stage
car le volume serait trop important). Nous nous inspirons de la légende du colibri et nous essayons
avec des gouttes d’eau d’éteindre un peu l’incendie du chômage. Collectivement nous pouvons peutêtre y arriver mais pour cela il faudrait que le réseau se développe encore plus.
Selon vous, quelles sont les principales opportunités offertes par Twitter sur le front de l’emploi ?
Les réseaux sociaux apportent une visibilité vis-à-vis des recruteurs qui n’a jamais existé auparavant.
Ils sont devenus des outils indispensables tant en termes de vitrine des compétences que d’accès à
un réseau infini. Quel autre réseau offre la possibilité d’entrer aussi facilement en contact avec des
recruteurs ou d’autres professionnels ? Même LinkedIn est beaucoup plus fermé. Les réseaux sociaux
sont des outils supplémentaires qu’il faut utiliser à bon escient dans le cadre d’une recherche. Ils sont
aussi une mine d’or pour trouver de l’information.
Et les principaux freins ?
Aucun ! Une communication professionnelle efficace passe aujourd’hui par une utilisation des
réseaux sociaux. En fonction des secteurs, ils peuvent être plus ou moins efficaces mais globalement
les personnes qui les utilisent en tirent plutôt profit en termes de visibilité et de relations avec les
autres.
Avez-vous déjà connaissance de personnes ayant retrouvé un emploi grâce à #i4emploi ?
C’est assez compliqué de savoir le nombre exact car souvent ceux qui retrouvent ne nous tiennent
pas informés. Il y en avait une quinzaine mi-décembre 2015. Nous sommes probablement très audelà de 30 car le réseau n’a cessé de s’étendre depuis et nous sommes très sollicités.
http://la-page-de-l-emploi.pagepersonnel.fr/initiatives/i4emploi-les-twittos-engages-pour-emploi/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 185

5.4.2 Mode d’emploi pour utiliser au mieux le hashtag #i4emploi
Interview par Julien Pompey

Le hashtag #i4emploi, particulièrement utilisé sur Twitter,
peut permettre de trouver efficacement et rapidement un
emploi, à la condition de bien l’utiliser. Tous les conseils
d’Alban Jarry, cofondateur du collectif #i4emploi. Mode
d’emploi pour utiliser au mieux le hashtag #i4emploi

Twitter peut-il aider les étudiants et les jeunes diplômés en quête d'un emploi, d'un stage ou d'une
alternance ?
"Oui, Twitter peut aider pour trouver tout type de contrat professionnel. Volontairement, #i4emploi
s’est limité aux personnes en recherche de CDD ou CDI car le collectif ne pouvait absorber plus. Mais
le mécanisme mis en place peut marcher pour tout type de recherche. Peut-être qu'un jour des
écoles ou des universités nous "ubériseront" en mettant en place un système similaire d’ultra viralité
des offres de compétences. De son côté, #i4emploi a déjà aidé beaucoup de jeunes diplômés pour
trouver leurs premiers jobs !"

Peut-on vraiment trouver un emploi avec un simple hashtag tel que ‘#i4emploi’ ?
"Oui, il est possible de trouver un emploi avec un hashtag comme #i4emploi ! Régulièrement, des
demandeurs témoignent sur Twitter de la réussite de leurs recherches après avoir utilisé ce hashtag.
C’est le cas, par exemple, de @passionsdelisah, @KrolineBettini ou @Inspiratzion. Celia Broch a ainsi
déclaré : ‘#i4emploi a tout changé. J’ai eu une communauté qui, en l’espace d’une journée, m’a
apporté presque 600 engagements et une dizaine de milliers de vues. Grâce à ces relais, mon
employeur a vu mon CV et, deux semaines après, contrat signé !’ Il est assez compliqué de
décompter exactement toutes les personnes ayant pu retrouver un emploi grâce au hashtag, mais
déjà qu’il ait pu permettre à au moins une personne de retrouver un travail est extraordinaire et
encourage notre mobilisation quotidienne !"

Comment bien l'utiliser quand on est un étudiant ?
"Les étudiants peuvent utiliser #i4emploi comme toute personne en recherche d’un poste. Twitter
permet de construire son identité professionnelle tout comme LinkedIn, Viadeo, Facebook, etc…
C'est un formidable moyen de mettre en avant ses compétences et d’interagir avec les
professionnels influents des domaines visés. Les réseaux sociaux sont une façon de préparer son
employabilité et de favoriser l’accès à l'emploi. L'important est de rester soi-même, d'oser se lancer
et de favoriser les échanges. Le collectif #i4emploi ne catégorise pas son aide en fonction de l’âge ou

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 186

du type d’emploi recherché : la seule contrainte est d’être en recherche d’un emploi. Pour bien
l’utiliser, il suffit de regarder comment font les autres utilisateurs et de s’en inspirer. C’est très
simple. Le tweet doit inclure quelques éléments comme un lien vers le profil LinkedIn, une image qui
présente les compétences, le type d’emploi recherché et bien entendu le hashtag #i4emploiR (R pour
recherche)."

Les jeunes diplômés sont-ils concernés ?
"Les jeunes diplômés sont bien entendu concernés par #i4emploi car leur niveau de chômage est
catastrophique. Il faut tout faire pour les aider à s’intégrer au monde professionnel. Le collectif les
aide aussi à optimiser leurs CV ou à mieux mettre en avant leurs compétences. Il faudrait que les
jeunes soient mieux formés à se présenter sur les réseaux sociaux et à optimiser leurs profils.
LinkedIn est devenu la vitrine de tout professionnel, et il est indispensable d’y optimiser son profil.
Certains jeunes l’ont très bien compris mais ils sont
minoritaires. Il est important de travailler son identité personnelle. Les réseaux sociaux sont de vrais
vecteurs pour trouver un emploi, mais aussi pour être reconnu sur le marché pour ses compétences.
Ils permettent de porter sa propre marque et ensuite la marque de son employeur."

Quelles sont les qualités principales qui peuvent inciter à recruter une personne sur Twitter ?
"Il n’y a pas de mode d’emploi idéal du recrutement sur Twitter, ni d’utilisation de #i4emploi. En
fonction du secteur, du profil, des compétences, la présentation doit être différente et adaptée aux
recruteurs. Il faut faire des essais, voir ce qui marche et une fois que la bonne solution a été
identifiée, il faut la développer. L’utilisation du hashtag #i4emploi et de Twitter doivent être vus
comme une solution complémentaire qui marche dans certains cas. Quand vous envoyez une
bouteille à la mer, vous n’avez pas de certitude qu’elle atteigne son but. Quand vous en envoyez
mille, vous augmentez la probabilité, mais il n’y a toujours aucune garantie. L’utilisation du collectif
#i4emploi marche sur ce principe d’augmentation de la visibilité et en se servant des réseaux
d’autres personnes. Quand cela ne marche pas, il faut essayer une autre approche. Par ailleurs, il est
important de rester soi-même et de valoriser ses compétences et celles qui sont les plus demandées
sur le marché. Il est nécessaire d’être transparent sur ses principales qualités. Twitter permet de se
démarquer comme tout réseau social en soignant la qualité de son message et en intégrant un visuel
mettant en valeurs ses compétences, sa personnalisé et son originalité. La viralité peut être
phénoménale et l'impact très puissant, comme le démontrent les témoignages des talents."

Existe-t-il quand même une astuce ?
"Pour qu’un tweet utilisant #i4emploi soit plus visible, il faut plutôt utiliser des mots clés qui sont
recherchés. Avant d’utiliser ce hashtag, il faut d’abord observer son marché cible et regarder quels
sont les tweets qui marchent le mieux. Le marché du travail fonctionne beaucoup par mots clés et,

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 187

pour qu’une recherche soit efficace, elle doit s’adapter à ce contexte. Sur Twitter, et plus
généralement en matière d’innovation, il est possible d’être un peu en avance mais pas trop. Surtout,
il faut que l’image qui accompagne le tweet soit la plus lisible et compréhensible possible. Il est
inutile de la surcharger.
Par ailleurs, récemment, plusieurs personnes ont aussi commencé à utiliser le hashtag pour répondre
à des annonces en complément de l’envoi traditionnel de CV. Cela requiert d’adapter l’image à
l’emploi cible avec des mots clés adaptés à l’annonce. Cela montre aussi, qu’une nouvelle fois, il faut
essayer de nouveaux modes d’utilisation du collectif et analyser les résultats des actions menées."

D'autres hashtags peuvent-ils permettre de se faire recruter ?
"Les hashtag #emploi, #VotreJob ou #RecrutezMoi ont aussi une belle visibilité, mais ils ne
bénéficient pas de l’aide d’un collectif comme #i4emploi. Avant d’utiliser un hashtag pour une
recherche, il faut regarder comment il fonctionne et si ceux qui l’utilisent bénéficient de beaucoup de
RT. Si c’est le cas, alors c’est qu’il est efficace, sinon il faut en utiliser un autre. Rechercher un emploi
sur les réseaux sociaux demande de faire au préalable un travail de recherche pour en comprendre
l’utilisation et optimiser sa présence."
https://www.univ-paris1.fr/lesorbonnaute/article/article/mode-demploi-pour-utiliser-au-mieux-lehashtag-i4emploi/?no_cache=1&cHash=d83921dcce37d3e0e0a5b3cc441bc121

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 188

5.4.3 Se rendre visible sur Twitter avec #i4emploi
Interview commune avec Karine Lazimi pour Emploi Store

Parlez-nous du collectif et du #i4emploi que vous avez
initié sur Twitter ?
Karine : #i4Emploi est un collectif de plus de 1000
influenceurs, né sur Twitter le 30 septembre 2015, pour
aider à sauver une trentaine d’emplois dans une usine en
Corrèze qui devait être mise en liquidation une semaine
plus tard. Tout s’est enclenché à partir d’un message,
envoyé sur Twitter par un élu local à Alban. Il lui
demandait s’il était possible de faire quelque chose sur les
réseaux sociaux pour les aider.
Alban : Sur les réseaux sociaux, il est très compliqué d’agir seul et, face à l’urgence de la situation, j’ai
alors proposé à des amis (une quinzaine) dans un Groupe de discussion de Twitter – Direct Message
– si nous pouvions faire quelque chose, collectivement, qui aurait suffisamment d’impact pour aider
au sauvetage de ces emplois.
K : Nous nous sommes tous engagés immédiatement et en un week-end l’histoire a débuté. Nous
avons très vite trouvé le nom du hashtag qui allait servir à porter nos messages : Alban a proposé «
influenceurs pour l’emploi » puis Sandrine Fouillé a suggéré de le réduire à #i4emploi.
A : Une fois le hashtag trouvé le collectif s’est enclenché. Pour éveiller l’attention, nous avons à la
fois utilisé la force de frappe de Twitter mais aussi de nombreux relais dans les médias et nos réseaux
physiques. L’idée était de trouver parmi tous nos contacts des personnes qui pourraient être
intéressées par le sauvetage de l’usine. Finalement, l’usine et ses emplois ont été sauvés un mois
plus tard.
K : En parallèle, nous avons commencé à utiliser le hashtag pour aider des personnes en recherche
d’emploi (CDD ou CDI) à être plus visibles, ce qui est devenu le but du collectif. Ainsi, à chaque
demande, nous relayons les compétences de la personne et lui offrons de la visibilité dans nos
réseaux. Rapidement, nous sommes passés de 15 à 50 puis 100, 500 et 1000 membres.
A : Aujourd’hui, les 1000 influenceurs du collectif cumulent plus de 1 million de followers et nous
avons aidé plus de 350 personnes en quelques mois.
Comment cela fonctionne ? qui relaye l’information ?
K : Au cours de ces premiers mois, nous avons expérimenté plusieurs techniques afin de voir celles
qui offraient le maximum de viralité à chaque demande faite à #i4Emploi. Ainsi, depuis janvier, nous
utilisons le compte @i4emploi pour faciliter la visibilité des tweets.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 189

A : En complément, le collectif communique par des groupes de discussions qui permettent d’en
améliorer son efficacité. Nous utilisons énormément les fonctionnalités de Twitter dans la « chambre
secrète » que sont les Direct Messages.
K : Ensuite, c’est tout le collectif qui se mobilise. Peuvent relayer toutes les personnes qui ont un
compte dans Twitter et qui le souhaitent. Nos « influenceurs » ont de 1 à plus de 30 000 followers !
Pour être membre de #i4emploi, il suffit juste de mettre le hashtag dans sa biographie. Le principe
est très simple et correspond aux usages habituels de Twitter.
A : Bien entendu, des personnes qui n’affichent pas le hashtag dans leurs biographies peuvent aussi
relayer des demandeurs d’emploi qui font appel au collectif. Plus nous sommes nombreux à relayer
ces demandes, plus la personne en recherche a de chances de trouver le recruteur qui va peut-être
lui proposer LE travail qu’elle recherche. Nous fonctionnons selon le principe du message jeté à la
mer sauf que nous avons un peu changé le paradigme en démultipliant le nombre de bouteilles.
Nous avons aussi inventé le principe du « Don de RT »; l’altruisme est l’ADN de notre collectif.
Comment en bénéficier en tant que demandeur d’emploi ?
K : C’est très simple ! Il suffit d’indiquer #i4EmploiR (R pour recherche) dans sa biographie Twitter.
Puis de faire des tweets en respectant un format qui permet d’avoir une résonnance maximale : «
#PleaseRT + #Poste cherché + #localisation + #i4EmploiR » en y ajoutant un lien vers un profil
Linkedin ou Viadeo (afin de permettre aux recruteurs d’avoir accès au CV en ligne) et en joignant une
image qui détaille les compétences.
A : L’image est le point le plus important car c’est elle qui va augmenter de façon exponentielle la
viralité du message si elle est bien faite. Quelques exemples sont donnés ici
Ensuite le collectif repère l’utilisation du hashtag #i4EmploiR et relaye l’information à ses membres
pour obtenir un maximum de RT (certains sont montés à plus de 250).
Le principe est très simple et repose sur les usages de Twitter. La seule innovation est d’offrir l’accès
à un réseau dont la taille est démultipliée.
Quels sont les critères pour diffuser son profil ?
K : La seule règle est qu’il faut être en recherche d’emploi de type CDD ou CDI (nous ne relayons pas
les demandes de stages, les freelance ou les offres des entreprises). Nous aidons aussi ceux qui nous
le demandent pour améliorer leurs profils ou images.
A : Malheureusement, nous ne pouvons pas faire beaucoup plus car tout cela est fait le soir après
nos journées de travail. Nous sommes tous des bénévoles altruistes qui donnons, un peu, de notre
temps personnel en pensant que nous pouvons un peu aider dans la lutte contre le chômage.
K : Nous nous inspirons de la légende du colibri : « Un jour, dit la légende, il y eut un immense
incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le désastre. Seul le
petit colibri s’active, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au
bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ?

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 190

Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? » « Je le sais, répond le colibri,
mais je fais ma part » . »
A : Il faut voir #i4Emploi comme un complément de ce qui existe déjà, une nouvelle voie pour
rechercher un travail. En aucun cas, #i4Emploi ne remplace les méthodes traditionnelles. Les réseaux
sociaux sont une vitrine numérique pour tout professionnel, et, dans cette vitrine, #i4Emploi est un
des moyens de l’embellir.
Est-ce un autre mode de recrutement basé sur l’influence des réseaux sociaux ?
A : Les réseaux sociaux sont surtout un autre mode pour valoriser les talents et pour rendre plus
visible leurs compétences. #i4Emploi n’est pas là pour changer les modes de recrutements, il permet
juste de mettre en avant des talents. Notre seul objectif est d’aider les personnes en recherche à
avoir un réseau plus grand et d’y trouver un point de contact avec un recruteur.
K : En relayant ces personnes, nous avons un peu « uberisé » nos propres réseaux en y positionnant
des tweets de personnes qui en ont besoin. Cette technique marche et est acceptée par nos lecteurs
car le collectif est purement altruiste et refuse toute récupération commerciale. Nous essayons de
faire comprendre qu’un retweet (RT) peut faciliter la vie de certaines personnes en recherche
d’emploi.
Quels avantages en retirer ?
A : Pour le demandeur d’emploi, l’utilisation de #i4Emploi peut avoir deux types d’effets positifs. Le
premier est de le mettre au centre d’une chaîne altruiste qui lui donne accès à un réseau qu’il
n’aurait jamais pu constituer autrement. Caroline Bettini l’a très bien expliqué à Séverine Liénard «
cette communauté d’entraide bienveillante qui ne juge pas mais qui relaie simplement et avec
efficacité dans les réseaux et réseaux de réseaux ».
K : Le deuxième est de permettre à certain de retrouver un travail grâce au réseau mis en place
comme a pu le faire Celia Broch « J’ai effectivement utilisé #i4emploi pour ma recherche, que j’ai
découvert très récemment, qui m’a permis en fait de reposter un tweet avec le hashtag. Ça a tout
changé, j’ai eu de mon côté une communauté qui, en l’espace d’une journée, m’a apporté presque
600 engagements sur ce tweet, et une dizaine de milliers de vues. Forcément ceci a été d’une grande
efficacité puisque grâce à ces relais, mon employeur a vu mon CV (qui accompagnait mon tweet) et
sa chargée de recrutement a pu me contacter pour un entretien. Deux semaines après, voilà le
contrat signé ! »
A : Pour le collectif, chaque talent qui retrouve du travail, que ce soit directement par l’utilisation du
collectif ou non, représente une immense victoire dans la lutte contre le chômage et l’exclusion.
Quels sont les retours que vous avez pu constater à ce jour ?
K : Environ 10% des personnes qui ont fait appel au collectif ont retrouvé un travail depuis leur
première demande de relais. Cependant il est très compliqué de savoir si c’est directement grâce à
l’action du réseau ou par d’autres méthodes plus traditionnelles qu’elles ont pu retrouver.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 191

A : Dans les retours que nous avons, certains nous indiquent, qu’au-delà finalement de les aider à
retrouver directement un travail, le collectif les a aidé à réenclencher un dynamisme dans leur
recherche et les a sortis de leur isolement. Ayant moi-même vécu un plan social il y a 3 ans, la
principale difficulté, dans cette situation, est de se sentir exclu du système. Nous avons tous des
moments difficiles dans la vie et, à ces moments-là, avoir des personnes qui vous aident
spontanément est d’un immense secours. Avec #i4Emploi, je redonne un peu de ce que j’ai reçu
pendant cette période de ma vie.
Comment les RH et les entreprises se positionnent par rapport à ce réseau d’influence pour
l’emploi ?
K : Certains affichent #i4Emploi dans leurs profils ! Au-delà de ceux-là, nous savons que beaucoup
regardent les profils qui sont proposés et y détectent des talents à recruter.
A : Des entreprises utilisent aussi le hashtag pour mettre en avant leurs offres. Nous nous sommes
faits de ce côté-là aussi un peu uberisés. Le collectif ne relaye pas ces tweets car nous ne voulons pas
entrer dans une mise en avant de certaines entreprises ni participer à des opérations qui mettraient
en avant une marque. Cependant, nous savons que des personnes en recherche d’emploi regardent
par ce biais ces offres. Chacun est libre d’utiliser un hashtag comme il veut. Par contre, le compte
@i4Emploi est unique. Afin de nous protéger, face à certaines tentatives d’utilisation, la marque
i4emploi a été déposée.
Twitter fédère une certaine volumétrie et une typologie de profils. Quelle limite à cette expérience
?
K : Il n’y a aucune limite et beaucoup de limites à la fois. Aucune limite au niveau des types de profils,
de l’âge des demandeurs d’emplois, de leurs localisations, … Les infographies, que nous avons fait,
montrent cette diversité à la fois des demandeurs et des personnes qui relayent. Par contre, nous
avons des limites humaines car nous essayons d’accompagner les personnes qui nous le demandent
et cela prend du temps. Nous ne pouvons pas non plus relayer un volume trop important de
demandes car nos réseaux ne pourraient les absorber.
A : Au-delà du réseau Twitter, #i4Emploi montre surtout que des citoyens ordinaires peuvent
apporter leur aide dans la lutte contre le chômage qui est la principale préoccupation des français.
Nous pensons que d’autres méthodes peuvent aider les pouvoirs publics à lutter contre ce fléau, que
ces méthodes soient numériques ou non. Et que l’humain a toute sa place dans ce combat. Il serait
souhaitable de déclencher un Grenelle de l’Emploi qui permettrait de faire émerger des idées
novatrices sur le thème du retour à l’emploi. Dans le projet de loi travail, au-delà des discussions sur
son contenu, ce qui m’a marqué, c’est qu’une seule fois le mot emploi est utilisé (dans le titre du
Ministère), que le mot « chômage » est utilisé une fois pour parler des indemnités et qu’à l’inverse
les mots licenciement et rupture sont utilisés 26 et 14 fois. Il serait temps d’inverser le paradigme et
de penser autrement en sortant du cadre.
#I4emploi est basé sur le bénévolat et la spontanéité avec le don de RT. Emploi Store de Pôle emploi
offre des «centaines d’idées pour faciliter une recherche», sous la forme de services en ligne gratuits
et catégorisés.

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 192

Comment verriez-vous une coopération entre Emploi Store et i4emploi pour faire bouger les lignes
de l’emploi et du recrutement ?
A : #i4Emploi est une goutte d’eau par rapport à toutes les solutions que propose Emploi Store qui
donne de multiples nouvelles perspectives aux personnes en recherche. Les réseaux sociaux le
montrent, le nouveau monde dans lequel nous vivons permet de passer du « je » au « nous ».
Pendant longtemps les hommes ont pensé que la Terre était plate et qu’elle avait des limites. Audelà … il y avait des précipices et nulle issue possible. Galilée est resté dans l’histoire pour avoir dit
que la Terre était ronde. Avec les réseaux sociaux, nous avons découvert que les frontières
n’existaient plus et qu’il était possible de communiquer avec n’importe qui sur Terre instantanément.
K : Ce qui fait la force des réseaux sociaux, c’est d’offrir de nouvelles solutions dans la mise en
relation des hommes avec des entreprises. Grâce à eux la théorie des 7 poignées de main à volé en
éclat. Aujourd’hui, de multiples idées émergent du monde numérique. Paul Duan travaille avec Pole
Emploi pour utiliser le Big Data. L’état d’esprit du don de RT, mis en place par le collectif #i4Emploi,
peut être un exemple pour mettre en place une initiative citoyenne plus large.
A : En Afrique du Sud, l’application Giraffe facilite une recherche d’emploi. #i4emploi est aussi un des
nombreux moyens de raccourcir toujours plus les distances entre les personnes en recherche
d’emploi et les recruteurs.
Toutes ces idées sont des compléments au travail que fait Pole Emploi tous les jours et l’Emploi Store
y montre que le numérique participe aux nouvelles solutions qui permettront un jour, je l’espère, de
retourner en France au plein emploi. Galilée a dit « Je n’ai jamais rencontré d’homme si ignorant qu’il
n’eut quelque chose à m’apprendre. »
K : Nous avons tous quelque chose à apprendre les uns des autres pour faire bouger les lignes.

http://blog.emploi-store.fr/tout-savoir-sur-le-collectif-i4emploi/

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 193

6 Soutiens du livre blanc
Associations et écoles
Acadi - Association des Cadres
et Dirigeants pour le progrès
social et économique

acadi.asso.fr

Aurep - Association
Universitaire de Recherche et
d’Enseignement sur le
Patrimoine

aurep.com

Axielles - plateforme Women in
Business de partage de bons
plans professionnels pour
optimiser son networking

axielles.com

CMIT - Club des directeurs
Marketing et communication
de l’IT

cmit.fr

Observatoire Com Media Association représentative de la
communication et des médias

obs-commedia.com

CQFD cadres 78 - Réseau Ouest
Francilien pour l’emploi des
cadres

cqfd-cadres78.fr

Emploi Store - Les services web
et mobiles de l’emploi

emploi-store.fr

Ecole Polytechnique
d’Assurances

epassurances.fr

Femmes de Bretagne - Réseau
social d'entrepreneuriat

femmesdebretagne.fr

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 194

féminin breton

Pôle de compétitivité mondial
Finance Innovation
Institut Esprit Service - Think
tank sur la performance
individuelle et collective de
l’entreprise

finance-innovation.org

institutespritservice.com

Cercle LAB, Laboratoire
Assurance Banque

cerclelab.com

Lab RH des acteurs innovants
dans le domaine des
Ressources Humaines

lab-rh.com

Incubateur HEC - ouvert aux
porteurs de projets et
entrepreneurs

hec.fr/incubateur-hec

HEC Paris Alumni Assurance

twitter.com/HECAssurance

Paris Pionnières - Incubateur
girlpower

pionnieres.paris

Profit for non profit Awards

profitfornonprofitawards.
com

ROAM - Réunion des
Organismes d'Assurance
Mutuelle

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

roam.asso.fr

Page 195

Ecole Supérieure de
communication
Syntec Numérique - Syndicat
professionnel numérique

ecoles-supdecom.com

syntec-numerique.fr

Talenteo – Tous les talents
accessibles

Association Transition
Numérique Plus

Observatoire et Assises de
l'Ubérisation

talenteo.fr

transition-numeriqueplus.fr

uberisation.org

Médias, journaux et blogs :

Culture Banque L'information de la
profession bancaire
Digital Business News - La
chaîne des startups

culturebanque.com

digitalbusinessnews.com

#FlashTweet - le media en
1400 signes sur la
Transformation Numérique,
tous les matins à 7:30

twitter.com/flashtweet

Instit Invest - Le site
d'information dédié aux
investisseurs institutionnels

institinvest.com

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 196

Meunier qui dort - Ereputation et Personal
Branding

lemeunierquidort.com

Le Revenu - Placements
financiers, conseils et
actualités boursières

lerevenu.com

Next Finance - Portail
financier des professionnels
et passionnés

next-finance.net

Pub de Com - L'observatoire
du marketing, de la
communication, des médias
et des nouvelles technologies

pubdecom.fr

Siècle Digital - informations
sur le numérique

siecledigital.fr

Socialter - le magazine de
l'économie nouvelle
génération
Le Sorbonnaute – le média
étudiant de Paris I Panthéon
- Sorbonne

Revue politique et
parlementaire

Tout sur mes finances Informations, explications et
actualités pour comprendre
et mieux gérer son argent
TwittMOOC - MOOC
(Massive Open Online
Course) pour apprivoiser
Twitter

socialter.fr

univparis1.fr/lesorbonnaute

revuepolitique.fr

toutsurmesfinances.com

2vanssay.fr/twittmooc

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 197

7 Auteur du livre blanc
CE LIVRE BLANC EST REALISE A TITRE PERSONNEL

Alban Jarry est un spécialiste du numérique, des stratégies de marques, de la communication et de
l’influence. Il est l’auteur de « Twitter conté par 50 personnalités de la banque finance assurance »,
« 735 utilisateurs aimantés par LinkedIn », « 112 regards sur Twitter » et « 612 rencontres sur les
réseaux sociaux ».

Professionnellement, il est Directeur dans une mutuelle et Vice-Président de XBRL France.
Auparavant, il était en asset management chez Edmond de Rothschild Investment Managers, en
tant que Directeur Adjoint des Opérations en charge des Directions des Systèmes d’Information, de
la MOA et du Reporting et de la Mesure de Performance des fonds, après avoir commencé sa
carrière en banque privée, en 1995, dans le Département des Produits Nouveaux de La Compagnie
Financière Edmond de Rothschild Banque.

Il intervient régulièrement à HEC Paris Executive Education, France Université Numérique (FUN),
l’Institut Louis Bachelier et l’Université Paris Dauphine. Il est Président Délégué de l’Ecole
Polytechnique d’Assurances et fait partie de son comité scientifique sur le numérique et le Big Data
en assurance.

Il est l’auteur de tribunes pour la Harvard Business Review, Les Echos, La Revue Politique et
Parlementaire, La Nouvelle Revue de Géopolitique, L’Argus de l’Assurance, La Revue Banque,
L’Agefi Communautés, et anime un blog (albanjarry.wordpress.com).
Il est cofondateur des collectifs #i4emploi (influenceurs pour l’emploi), #a2talents (altruisme vers
des talents) et membre des jurys des « Profit for non profit » Awards et des « Agefi Tech Day

Awards »
Il est titulaire d’une MIAGE et du MGA d’HEC, dont il préside l’association des anciens élèves « MGA
– H Exed – Community ».
Contact : http://albanjarry.wordpress.com/ et https://twitter.com/Alban_Jarry

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 198

8 Sponsors

GOLD SPONSOR DU BLOG albanjarry.wordpress.com

@Microsoftideas

@SIX_FI

SPONSORS DU BLOG albanjarry.wordpress.com

@CACEIS

@QuanteamFS
@Cap_Fi

612 RENCONTRES SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Page 199

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful