Vous êtes sur la page 1sur 33

Les chrétiens face aux défs de la

modernité :

Sécularisme,
Révolution industrielle et
Guerres mondiales
(1815-1945)

Christianisme et modernité : une
rivalité conflictuelle ?

Les deux événements majeurs
de la modernité : la révolution
démocratique et la révolution
industrielle.
Les deux concepts majeurs : la
subjectivité et la rationalité.

Trois principes déterminants

Un principe de liberté de conscience
Un principe d'égalité des citoyens (distinguer les
régimes de laïcités des régimes de tolérance)
Un principe de neutralité de l'État

il ne modèle plus en profondeur les comportements et les consciences. p. Cerf. 1986. est. 7) . Introduction à la sociologie du christianisme occidental. de plus en plus refoulé sur les marges de la vie sociale . I La séparation des Églises et de l'État Dinstinguer : laïcisation sécularisation et « … le christianisme. il est l’affaire privée d’individus de plus en plus réduits en nombre . » (Hervieu-Léger.Chap. culturelle de l’Occident. qui fut la matrice sociale. politique. dans l’espace même où il développa sa puissance civilisatrice.

XXe . 2) fn XVIIIe-début XIXe siècle (1789 .Les 3 périodes principales de séparation des pouvoirs politique et religieux 1) XVIe siècle (15 avril 1525 : traité de Cracovie) . 1815) . 3) f n XIXe-début siècle (1905).

1) L'Europe du nord protestante : la voie de la sécularisation Des situations variables : des Églises nationales. des Églises établies. la pilarisation . des Églises sans liens institutionnels. des régimes de culte reconnus par l'État.

Des Églises accompagnant le processus de sécularisation .

Conséquences de la sécularisation ● Retrait direct de la sphère politique ● Réinvestissement indirect dans la sphère sociale ● Mouvements revivalistes et libéralisme ● Wolfgang Reinhard. Heinz Schilling : pour un nouveau paradigme : la « confessionnalisation » .

Le Kulturkampf : Otto von Bismark contre « l'obscurantisme catholique » .

1878) .2) L'Europe du sud catholique : la voie de la laïcisation « Le cléricalisme. voilà l'ennemi » (Léon Gambetta.

« Une guerre des deux France » (Émile Poulat) Avant 1790 : le catholicisme est religion offcielle En 1795. en 1871 et depuis 1905 : régime séparatiste 1801-1905 : reconnus régime des Entre ultramontanisme libéralisme cultes et .

La loi de 1905 et ses conséquences .

. idéal d’équilibre plus que réalité des relations Église/État dans le monde orthodoxe où l’Église est souvent subordonnée à l’État.3) La spécifcité orthodoxe : le lien entre orthodoxie et nationalité Symphonie des pouvoirs : relation de collaboration étroite dans le respect mutuel entre les autorités politique et religieuse.

Chap. II La question sociale .

Le tournant de la Révolution industrielle .

1) Les interrogations de l'Église catholique .

Paternalisme et réformisme .

Le professeur Toniolo et l'Œuvre des Congrès Le cardinal Gibbons et les Chevaliers du Travail (1887) Le cardinal Manning et la grève des dockers de Londres (1889) . « socialiste chrétien » viennois. l'inspirateur du catholicisme social.La précision d'une pensée catholique ● ● ● ● ● ● ● ● François-René de La Tour du Pin (1834-1924). Fondateur avec Albert de Mun et Félix de Roquefeuil de l'Œuvre des cercles catholiques d'ouvriers. Léon Harmel (1829-1915) Mgr Mermillod et l'Union des catholiques d'Études sociales de Fribourg (1884) Le baron de Vogelsang.

Rerum novarum et Quadragesimo anno : les deux encycliques fondatrices de la doctrine sociale de l'Église .

Confédération internationale des Syndicats Chrétiens.Actions concrètes et initiatives issues de la doctrine sociale de l'Église ● ● La création de syndicats : en Belgique. . en France. Des mouvements politiques : Le Sillon de Marc Sangnier (1873-1950) . Confédération des Syndicats Chrétiens (1912) . des partis démocrates. Confédération Française des Travailleurs Chrétiens (CFTC) (1919) .

Les organisations humanitaires Association Caritas Les mouvements d'Action catholique Le CERAS (Centre de Recherche et d’Action Sociales Le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et le Développement) .

2) Les protestants face au monde économique .

La naissance de l'action sociale du protestantisme et du christianisme social .

et par une éthique sociale.par de nouvelles théologies : désir de réconcilier la justice divine et la justice sociale humaine . . .Des actions sociales justifiées : .

3) Les orthodoxes et l'action sociale .

dominicain. 10 décembre 1917. Nous confessons que prolonger cette guerre même une heure serait un crime s'il y avait la possibilité de la clore par un traité rassurant.. nous ne pouvons pas pour l'instant retenir vos appels à la paix. III Les chrétiens entrent en guerre 1) Les chrétiens dans la Grande Guerre « Très Saint Père.. sur la Paix française.. Paris) . » (Discours du Père Sertillanges..Chap.

2) Le Vatican dans l'après-guerre .

3) Les chrétiens face au fascisme italien .

Berlin-Dahlem. signée par Martin Niemöller. Bekenntniskirche. . 1934.4) Face au nazisme allemand Carte de membre de l'Église confessante.

Entre les Chrétiens allemands et l’Église confessante : la ligne médiane du Comité directeur de l’Église évangélique allemande . Pour une ligne médiane : les Églises intactes et Niemöller.Des divisions internes Opposition frontale contre l’État : Dietrich Bonhoeffer.

5) Durant la Seconde guerre mondiale : des chrétiens toujours divisés .