Vous êtes sur la page 1sur 2

université

ou la France qui se sont construites Autre originalité de la monnaie


en premier lieu sur une monnaie unique : «Alors que les change-
commune. Mais, alors que ces der- ments de signe monétaire sont pres-
nières ont immédiatement instauré que toujours subis, le passage à
un pouvoir commun à la nation, l’euro est volontaire», note Jac-
l’Europe s’en démarque en éludant ques Léonard.
toute unité politique. Or, cette ab- Entièrement tributaire de la con-
sence de pouvoir politique risque fiance que les gens placent en son
de nuire à la nouvelle monnaie, pouvoir d’achat, la monnaie entre
notamment dans le cadre de son donc pleinement dans le champ
internationalisation. En effet, c’est d’étude des psychologues et des

Du franc à l’euro en conduisant une politique de taux


de change qu’un Etat régule les
effets de l’offre et de la demande
sociologues. Ces derniers s’inter-
rogent également sur la grande in-
connue du passage à la monnaie
n 1356, à Poitiers, Jean le sur sa monnaie à l’échelle mon- unique. En se basant sur les don-
E Bon est fait prisonnier par les diale, et ni Ecofin, le conseil des
ministres des finances européens,
nées recueillies pour le passage des
anciens aux nouveaux francs, les
Anglais. La frappe d’une nouvelle
pièce, le franc, permettra de finan- ni la Banque centrale européenne spécialistes ne sont guère optimis-
cer la rançon du roi. Janvier 2002 : ne sont habilités ou missionnés pour tes quant à la capacité des Français
l’euro remplace le franc pour as- cela. «Il y a un grand vide», cons- à changer des processus ancrés de-
seoir la construction européenne. tatent les deux économistes. puis l’enfance : de fait, il semble
«Parce que l’histoire du franc est Depuis janvier 1999, l’euro a perdu établi que les générations actuelles
liée à l’histoire de Poitiers, le Cen- 30% à 35% de sa valeur. Cette ne passeront à l’euro que pour les
tre de recherche sur l’intégration dépréciation est en grande partie petites sommes, le calcul des gros-
économique et financière (Crief) a due à la croissance remarquable ses sommes se fera en francs et
voulu donner une ampleur particu- qu’ont connue les Etats-Unis ces seuls les enfants «passeront» vrai-
lière au passage du franc à la mon- dernières années : les investisseurs ment à l’euro.
naie unique», explique Christian ont préféré les USA aux dépens de Anh-Gaëlle Truong
Aubin, professeur à la faculté des l’Europe, rendant l’offre d’euros
sciences économiques de Poitiers.
Ainsi, le Crief organise un collo-
RENCONTRES que scientifique à Poitiers (14-16
SCIENCES & CITOYENS novembre, soutenu par Com’
Plus de 400 jeunes Européens science), une exposition et un cy-
de 18 à 25 ans et une centaine cle de conférences à l’Espace Men-
de chercheurs de toutes les dès France (du 14 novembre au 17
disciplines sont invités à février) «pour, d’une part, donner
dialoguer lors des 11e l’occasion aux spécialistes de con-
Rencontres CNRS Sciences & fronter le fruit de leurs recherches,
Citoyens, du 26 au 28 octobre d’autre part, contribuer à la diffu-
au palais des congrès du sion d’un savoir scientifique et cul-
Futuroscope. Le comité turel sur la monnaie en général et le
scientifique, présidé par Edgar passage à l’euro en particulier
Morin, a choisi dix thèmes de auprès d’un large public». Ces ma-
discussion : Clonage et nifestations permettront de mettre
bioéthique ; La en valeur l’originalité de cette nou-
mondialisation ; Science et velle monnaie dans une approche Christian Aubin Jacques Léonard
cuisine ; Jusqu’où peut aller économique, historique ou psycho-
l’informatique ? ; Science et logique.
religion ; Amour ; Le génome, «En permettant de tout évaluer et supérieure à la demande. Pourtant,
et après ? ; L’eau pour la vie ; de tout comparer, la monnaie est le fait qu’on paye ainsi plus cher
Drogue : les passions un lien social primordial pour tra- pour les importations n’a pas eu
dangereuses ; Les vailler et vivre ensemble, explique d’impact sur l’économie euro-
scientifiques face à la Jacques Léonard, doyen de la fa- péenne. «Ce phénomène s’expli-
responsabilité. «La science, culté des sciences économiques de que par le fait que l’Union réalise
affirme Edgar Morin, est très Poitiers. Ainsi, en instaurant une les 4/5e de ses échanges à l’inté-
branchée, via la technique, sur Michel Popoff, conservateur
monnaie unique, l’Union euro- rieur de la zone euro. Une telle
en chef au cabinet des
l’économie, l’industrie et l’Etat péenne compte sur ces qualités fé- cohabitation d’une dépréciation et
médailles de la Bibliiothèque
mais elle n’est pas dératrices pour accélérer l’intégra- d’une inflation structurelle stable nationale de France, donnera
directement accessible aux tion européenne.» Dans cette opti- aurait été impossible à l’échelle une conférence sur l’histoire
citoyens.» D’où la nécessité que, la construction européenne d’un pays.» D’une certaine ma- du franc (1360-2001) à
de «réconcilier la science et s’inscrit dans la continuité des gran- nière, la nature des échanges pallie l’Espace Mendès France, le 5
les citoyens». des nations telles que l’Allemagne ainsi le manque d’unité politique. décembre à 20h30.

4 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 54 ■
Naissance du franc monnaie, c’est-à-dire une monnaie
forte et stable donc rarissime à une
après la bataille de Poitiers époque où les rois se révélaient
incapables de stabiliser les cours.
Il crée alors le franc, une très belle
lisabeth Carpentier, auteur des une somme astronomique aux An- pièce de 3,88 g d’or fin, et promet
E Batailles de Poitiers et an- glais. Pour ce faire, il institue un
impôt indirect sur les transactions
sa stabilité. «Cette monnaie circu-
lera une vingtaine d’années, en
cien professeur d’histoire médié-
vale, rappelle les circonstances de le 5 décembre 1360 par l’ordon- conservant sa valeur ce qui est tout
l’apparition du franc pendant la nance de Compiègne. «Jusqu’alors à fait louable pour cette époque.
Guerre de Cent ans : «Cette pé- les rois vivaient sur les revenus de Cependant, c’est plus pour sa va-
leurs domaines. Cette ordonnance leur symbolique qu’on retiendra ce Le «franc à cheval», monnaie
riode était rythmée par les incur-
d’or créée par Jean le Bon. Le
sions anglaises dans le royaume. instaure le premier impôt perma- premier franc dans l’histoire des
roi est représenté à cheval au
Pris par surprise, les rois de France nent de l’histoire du royaume de monnaies.» Ce n’est qu’au XVIe
galop, coiffé d’un heaume
eurent rarement le temps de réagir. France», précise Elisabeth Carpen- siècle qu’Henri III frappe un franc surmonté d’un lys.
C’est au cours d’un des rares af- tier. En contrepartie et afin de mé- d’argent qui durera une cinquan- L’inscription circulaire dit :
frontements entre les camps enne- nager la bourgeoisie commerçante taine d’années. En 1795, la Con- Johannes Dei Gratia
mis que Jean le Bon est fait prison- qui prenait une importance crois- vention instaure le franc comme Francorum Rex.
nier par le Prince Noir à Nouaillé- sante aux Etats Généraux, Jean le monnaie de compte et monnaie Coll. musées de Poitiers,
Maupertuis en 1356. La création Bon propose de rétablir la «bonne» d’usage des Français. A-G T photo Christian Vignaud.
du franc découle de cet événe-
ment.» De fait, les Anglais exigent
une rançon de 4 millions d’écus
d’or. Tractations et négociations NOUVELLES PISTES
dureront quatre ans au terme des- POUR LE CIRQUE
quels la somme est abaissée à 3 Dans le cadre de l’année des
millions. Libéré en 1360 après ver- arts du cirque, l’Université de
sement d’un acompte de 400 000 Poitiers, le Centre d’études
écus d’or, Jean le Bon doit encore sur la coopération juridique
(Cecoji) et le Centre
socioculturel de la Blaiserie

Léger-Marie Deschamps proposent de «Nouvelles


pistes», c’est-à-dire le premier

un philosophe entre Lumières et oubli colloque consacré aux


aspects juridiques du cirque
et autres arts itinérants, et une
trange personnage que ce avons d’une part avec Deschamps plus originaux que je connaisse.»
E philosophe et moine béné- un précurseur de Hegel que l’on Les spéculations métaphysiques de
semaine du cirque à Poitiers,
du 12 au 17 novembre.
dictin que le siècle des Lumières découvre cinquante ans après la Deschamps s’ouvrent sur une uto- Le Cecoji réunit une
aura injustement maintenu dans mort de celui qu’il précède, et pie de la condition humaine et pos- soixantaine d’intervenants du
l’ombre. Sous la direction d’Eric d’autre part avec Spinoza une ré- tulent un état de mœurs où les hom- 15 au 17 novembre pour tenter
Puisais, cet ouvrage collectif (avec pétition qui anticiperait de cent cin- mes, débarrassés de l’état de lois, de dresser un état des lieux
notamment Jacques D’Hondt) quante ans la philosophie qu’elle «vivraient sans se soucier de comp- d’un art riche d’enjeux socio-
constitue les actes du colloque, répète», écrit Eric Puisais. La mé- ter les jours et les années ; ce qui économiques, culturels et
organisé par la Société taphysique deschampsienne abolit les mettrait dans le cas d’ignorer juridiques : du droit de
l’entreprise à la responsabilité
chauvinoise de philosophie, con- les apories et dissout les opposi- l’époque de leur naissance, et de
en passant par les droits de la
sacré à Léger-Marie Deschamps tions. Du Tout ou Rien au Rien du moins prévoir le dernier moment,
personne humaine, la propriété
(1716-1774). Ce volume nous of- Tout, les contradictions n’ont plus où, sans infirmité, ils passeraient
littéraire et artistique, le droit
fre une vision éclairante sur un lieu d’être : «Il n’a jamais, vrai- de la vie à la mort, comme on passe international privé,
philosophe – non moins éclairé – semblablement, été écrit, ni dit, ni de la veille au sommeil». Rare- la protection des animaux
qui considérait son temps comme pensé, jusqu’à moi, que Tout et ment mentionné dans l’histoire de de cirque...
un siècle de «demi-lumière». Rien fût la même chose. On a tou- la philosophie, les auteurs de cet Côté piste, dix spectacles sont
La lecture de ce livre nous laisse jours cru absurdement que le Rien ouvrage lui restituent enfin la place programmés à la Blaiserie, au
apparaître Deschamps comme l’ex- était la négation de toute existence ; qui lui est dévolue. Théâtre de Poitiers, à la
ception qui infirme toute règle. Sa on a toujours été de la plus pro- Boris Lutanie Maison des étudiants, un film
pensée, bien que proche des maté- fonde ignorance de l’existence né- au Dietrich (Circus Baobab),
Ed. L’Harmattan, collection une exposition sur les
rialistes, semble en effet échapper gative.»
«Ouverture philosophique». Fratellini et une conférence
aux grands courants philosophiques Là où certains de ses contempo-
sur l’histoire du cirque à la
de son temps. Une pensée n’appar- rains ne voyaient dans ses écrits
Maison des étudiants.
tenant manifestement à aucune qu’un ramassis d’ élucubrations et Contact : Sylvie Laurens-
école et qui n’en produira d’ailleurs d’«idées abstraites», Diderot écrira Aubry, 05 49 49 40 60
aucune. Paradoxe temporel d’une cette phrase : «Un moine appelé www.cecoji.com
œuvre qui prédit le passé et se Dom Deschamps m’a fait lire un Centre de la Blaiserie :
souvient du futur : «En effet, nous des ouvrages les plus violents et les 05 49 58 05 52

■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 54 ■ 5