Vous êtes sur la page 1sur 1

ILES, DE RÉ AUX Le dernier livre de Jean-Jacques Salomon, sur lequel notre civilisation les a placés tient à une

GALAPAGOS Le scientifique et le guerrier (Belin «Débats»), imagerie conventionnelle qui les dépeint «comme s’ils
Une exposition du Muséum est un plaidoyer pour davantage d’éthique et de étaient plus que des humains, comme des dieux dans
national d’histoire naturelle responsabilité de la part des scientifiques en leur créativité, mais aussi comme moins que des hu-
présentée à l’Espace Mendès dénonçant les dérives de leur compromission
mains, privés des passions, des attitudes et des liens
France jusqu’au 28 octobre. avec le complexe militaro-industriel. Nous lui
sociaux propres aux gens ordinaires. Le résultat est
Deux conférences à noter : avons demandé de commenter le sondage
réalisé par la Sofres pour le ministère de
qu’ils ont été déshumanisés à force d’être idéalisés et,
«Les îles des cosmographes,
l’Education nationale qui montre que les à l’occasion, tenus pour des idoles.»
de la Renaissance aux
Français ont confiance dans la science mais se Or, l’institution scientifique, de plus en plus étroite-
Lumières», par Franck
Lestringant, le 18 octobre à méfient des produits générés par celle-ci. ment associée aux entreprises privées, sinon tributaire
18h30 ; «Les îles du Ponant, de leurs intérêts, ou aux orientations stratégiques des
ue les Français aient confiance dans la science, Etats, ne ressemble plus en rien à ce qu’elle pouvait
enjeux et perspectives», par
Louis Brigand, le 23 octobre à
20h30.
Q tout en se méfiant des produits qu’elle peut
engendrer, me paraît une réaction de bon sens. La
être encore au XXe siècle. Quand la revue Nature exige
désormais (depuis... août 2001 !) de chacun de ses
recherche scientifique apporte in- auteurs qu’il précise s’il a des
PRÉHISTOIRE contestablement des progrès, un liens d’argent avec des entrepri-
Jean Clottes, conservateur mieux-être, des conditions de vie ses dont les activités sont liées à
général honoraire du matériellement facilitées, au JEAN-JACQUES SALOMON son programme de recherche, si
patrimoine, est invité à moins dans les pays industriali- donc le contenu des articles pro-
l’Espace Mendès France le 20
novembre à 20h30 pour parler
sés. De ce point de vue, il y a un Ambivalence posés peut être affecté par des
«avant» et un «après» dans le conflits d’intérêt, c’est bien que
de «l’art des chamans des
cavernes».
domaine de la santé, de l’éduca- de la science l’institution ne fonctionne plus
tion ou du travail qui rend absolu- sur le mode idéal (ou idéologi-
ment obsolètes des solutions tech- que) de la science suivant le mo-
Les nouveaux métiers niques, des procédures institu- dèle hérité de l’ère pastorienne.
issus de la recherche en tionnelles, des comportements Si les «experts» sont objectifs ou
biologie moléculaire tout en améliorant le décor maté- neutres sous réserve de leurs liens
Le 17 à 17h, à l’Espace Mendès riel dans lequel nous vivons. avec les institutions subvention-
France, débat animé par Yves Comme disait Spinoza, la con- nant leurs travaux, le grand pu-
Cenatiempo, avec Philippe Dessen, naissance libère, et c’est parfai- blic n’a-t-il pas de bonnes raisons
Jacques Haiech, Pierre-Etienne tement vrai ! de se méfier ?
Bost, Stéphane Sermadiras, Chris- Mais simultanément l’accéléra- On n’est pas irrésistiblement du
tian Dumas. tion du progrès et l’évidence des côté de l’anti-science quand on
Organisé par la Société française risques qu’entraîne le recours à s’interroge sur certaines réper-
de biochimie et de biologie molé- des produits nouveaux, souvent cussions de la recherche scienti-
Mytilus

culaire et l’EMF trop hâtivement mis sur le mar- fique – d’autant qu’il y a de plus
IBMIG 40, av. du Recteur Pineau ché, ont de quoi susciter quelque en plus de scientifiques pour af-
86000 Poitiers méfiance. La science n’est pas fronter ouvertement eux-mêmes
Ethique et progrès pour rien dans la réalité de certaines menaces auxquel- ces interrogations : qui a dit et écrit que la bombe H
scientifique les les sociétés postmodernes sont exposées : arme- était une arme de génocide ? Non pas un public de
Le 17 à 21h, à l’Espace Mendès ment atomique, déchets nucléaires à vie longue, médi- profanes mais deux prix Nobel, Enrico Fermi et Isidor
France, débat avec Alain Claeys, caments dangereux comme celui que les laboratoires Rabi. Et ce n’est pas rendre service à l’institution que
député de la Vienne, rapporteur du Bayer ont pu introduire contre le cholestérol, incertitu- de la revendiquer comme un foyer inexorable de bien-
groupe parlementaire sur le projet des liées aux OGM, au clonage, à l’effet de serre, etc. faits et de vertus, alors qu’elle est devenue aussi une
de loi de bioéthique, et Jacques La face exclusivement positive que comportait l’image source de menaces et de risques. Pendant des années,
Haiech, professeur à l’Université du progrès a connu quelques dimensions moins heu- le lobby nucléaire a expliqué que le salut des besoins
de Strasbourg, Raymond Julien, reuses depuis le XXe siècle – des gaz asphyxiants de la énergétiques de l’humanité était du côté de ses centra-
professeur à l’Université de Limo- Première Guerre mondiale à la bombe atomique et aux les et sans aucun danger. Si les gens s’inquiétaient,
ges, et Jean-Yves Le Déault, bio- camps d’extermination de la Seconde Guerre mon- c’est qu’ils étaient peureux, anti-science et anti-pro-
chimiste. diale. Et depuis, Tchernobyl ou Bhopal ont pu susciter grès. Aujourd’hui, le lobby est plus mesuré ou plus
L’évolution de des réserves, ma foi très justifiées. Comme l’a dit habile dans ses campagnes de relations publiques, et
l’enseignement André Malraux : «Depuis les gaz de 14-18, il y du l’on n’est plus disqualifié du seul fait qu’on prend
de la biologie négatif au bilan de la science» ; ou Oppenheimer : quelque distance critique à l’égard de ses proclama-
Le 18 à 14h30, au CNED «Avec Hiroshima la physique a connu le péché.» tions. Reconnaître et faire sa place au principe de
(Chasseneuil - Futuroscope). Peut-être vivons-nous sur l’idée reçue d’une science précaution dans la pratique de la recherche comme
Table ronde - Plateau télévision - pure, désintéressée, vouée au bien de l’humanité, dont dans l’application de ses résultats n’est pas se ranger du
Connexion avec le réseau des ly- le XXe siècle a vu en Pasteur le modèle. Mais il y a côté de l’obscurantisme. Ou alors sont obscurantistes
cées ou conception d’une cassette, toujours eu une ambivalence de l’institution scientifi- des scientifiques qui, comme Einstein, Oppenheimer,
avec Jean Wallach, François Nau, que : ambivalence propre, comme l’a souligné le so- Pauling, Wiener, von Neumann et tant d’autres, ont
Jean Figarella, Brice Casanova, ciologue Robert Merton, à toutes les institutions socia- réfléchi, souvent avec angoisse, à l’allégorie de l’ap-
Claude Siret. les, à laquelle toutefois certains scientifiques enten- prenti sorcier et se sont demandé dans quelles condi-
dent faire spécifiquement échapper l’institution dont tions les pouvoirs de la science peuvent ne pas tourner
ils sont les héros. Merton a montré que le «piédestal» au cauchemar. ■

■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 54 ■ 49