Vous êtes sur la page 1sur 12

Troubles du langage et de l'apprentissage:

à l'interface de la m édecine et de la pédagogie

Michel Habib CHU Timone, Marseille

Troubles du langage et de l'apprentissage: à l'interface de la m édecine et de la pé

Plan de la présentation

• III/ Un mod èle des liens entre cerveau et expérience : l'effet de la langue maternelle

II/ Dyslexie : description et mécanismes

Notion de troubles d'apprentissage Apport de la neuropsychologie

I/ Quelques généralit és

Le cerveau du dyslexique Le cerveau en fonction

I/ Quelques généralit és

NEUROPSYCHOLOGIE : DEFINITION ET CADRE CONCEPTUEL

Discipline clinique et scientifique qui étudie les liens entre le cerveau et les fonctions mentales

Méthode anatomo - clinique
Méthode anatomo -
clinique

Relation structure fonction

cognitiviste Approche
cognitiviste
Approche

Architecture fonctionnelle

fonctionnelle Imagerie
fonctionnelle
Imagerie

Anatomuie fonctionnelle

 
dé ficit Cerveau l ésé Cerveau sain Siège l ésionnel
 
dé ficit Cerveau l ésé Cerveau sain Siège l ésionnel
dé ficit Cerveau l ésé Cerveau sain Siège l ésionnel
 

dé ficit

Cerveau l ésé
Cerveau l ésé
 
Cerveau l ésé Cerveau sain

Cerveau sain

Siège l ésionnel

 
Siège l ésionnel
Troubles sp é cifiques d’apprentissage Trouble spécifique de la lecture et du langage Trouble Trouble spé
Troubles sp é cifiques
d’apprentissage
Trouble
spécifique de la
lecture et du
langage
Trouble
Trouble spé cifique
de l’é criture et de la
coordination motrice
spécifique du
calcul
Dyslexie
Dysgraphie, dyspraxie
dyscalculie
dysphasie
"CHAPEAU"
ANALYSE VISUELLE
(identit é, position, etc
)
"CHAPEAU"
lecture par
lecture par
adressage
LEXIQUE VISUEL
(ORTHOGRAPHIQUE)
reconnaissance
globale du mot
assemblage
SYSTEME DE
CONVERSION
ch
a
p
eau
chapeau
DES GRAPHIES
SYSTEME
SEMANTIQUE
(sens du mot)
EN SONS
/∫ //a//p//o/
production
orale
/
a p o /

IDENTIFICATION DES MOTS

ADRESSAGE: appariement direct mot et entrée lexicale stockée en m émoire

ASSEMBLAGE : recodage phonologique puis représentation phonologique d'une entrée lexicale

confortablement

tambenefoneclor

C h r y s a n t h è m e
C
h
r
y
s
a
n
t
h
è
m
e
chrysanthème
chrysanthème

boulversement

boulevresement

apprentissage du nom des lettres, puis de la forme sonore des syllabes et des mots écrits
apprentissage du nom des lettres, puis
de la forme sonore des syllabes et des
mots écrits
reconnaissance globale grâce
à des indices visuels
exemple:
Favorise l'installation d'une
procédure alphabétique
Stade orthographique
Stade alphabétique
formation progressive
orthographique
d'un lexique
Ecriture

Les trois stades de l'apprentissage de la lecture (d'apr è s U. Frith )

Conversion grapho -phon émique

  • yach t, f ootball (des mots étrangers adoptant des r ègles de la langue)

Mais il existe des exceptions à ce principe :

  • Chaque signe ( graph ème) repr ésente un son (phonè me) , soit soit voyelle

  • femme, écho (un graph ème se prononce de fa çon singuli ère)

• Une proc édure en apparence si simple

  • sot, saut , sc eau … (même son, lettres diff érentes )

• …et des irr égularit és et étranget és

…des inconsistances

  • Lettres silencieuses : tro p

(mê me lettre, son diff érent)

  • Digraphes : ch eval

  • rhu m vs rh ume

consonne,

Au-delà du simple transcodage

La conscience phonologique : incapacit é fondamentale à manipuler volontairement le contenu sonore des mots

– La syntaxe – La production articulatoire – Le vocabulaire – La pragmatique du discours

Syllabes, attaque, rime Phonèmes ++

• Mais aussi

Bruce (1964) : suppression de phon ème

100% Proportion Correct /troi/ => /roi/ (début) /trou/ => tou (milieu) /tul/ => /tu/ (fin) 9
100%
Proportion Correct
/troi/ => /roi/ (début)
/trou/ => tou (milieu)
/tul/ => /tu/ (fin)
9
5
7

 ge

Les enfants pr é-lecteurs sont quasiment incapables de réaliser la t âche

Liberman et al (1974)

46 48 90 70 17 100% Phonème Syllabe Proportion Correct 4 6 5
46
48
90
70
17
100%
Phonème
Syllabe
Proportion Correct
4
6
5

Âge

Syntaxe et morpho-syntaxe

Syntaxe et morpho-syntaxe Leur p ère le lui donne
Syntaxe et morpho-syntaxe Leur p ère le lui donne

Leur p ère le lui donne

Epreuves de conscience morpho- syntaxique

et la transférer dans une phrase de structure similaire (e.g . il éc oute son frère) .

•Loc alise r une vi olat ion gra mma tic ale dans une ph rase

Inversion de l’ordre des mot s (e.g. j ouons ave c nos j ouets nous,

Epre uve d e

cor re ct ion

d ’ag ra mmati cal ité

•Idem , m ais

correc tion

de

l’erre ur

Epreuve

de

ré plica ti on de fa utes gr ammat ica les

Epre uves de ju ge ment gr am m at ic al

(e.g. E mili e j oue ave c son poupée, nous

agra mma tic ale donnée com me m odèle

(e .g. P aul lanc e sa ballon)

•Anomal ie morphém ique suis he ure ux)

son embrasse)

el le enf ant

II/ Dyslexie : description et mécanismes

Dyslexie : définition

Défaut d ’apprentissage de l ’é crit :

lecture/orthographe (ou orthographe seule chez l’ adulte)

• Chez un enfant sans d éfaut intellectuel ou perceptif, et sans carence environnementale ou affective évidente

• Inclus actuellement dans le cadre des TSAL

(trouble sp écifique • Aux c ôt és d ’autres

de l ’apprentissage du langage) entit és également parfaitement

définies, formant la « constellation dys »

 

Dyslexie : 3 groupes de sympt ômes

 

VISUELS

 
 

Confusion entre des lettres visuellement proches : b/d, m/n, n/u

 

difficulté de reconnaissance globale des mots familiers

 

AUDITIFS

 
 

Confusion de sons proches : t/d, ch/j, c/g, f/v, etc

...

( surtout à l’é crit)

+ le trouble “phonologique ”

 
 

SEQUENTIELS

 
 

Inversions diverses (lettres, syllabes , etc l’oral)

,

en lecture, en écriture et même à

 
impossibilité d'acqu érir la conversion graph ème- phon ème

impossibilité d'acqu érir la conversion graph ème- phon ème

Le trouble de la lecture : partie visible de l ’iceberg

précurseurs phonologie lecture langage
précurseurs
phonologie
lecture
langage

Les signes associ é s

• Espace-temps • Mouvement • Attention • Écriture • calcul
• Espace-temps
• Mouvement
• Attention
• Écriture
• calcul
Trouble des conduites Dyscalculie particuliers DYSORTHOGRAPHIE Dysphasie DYSLEXIE DYSGRAPHIE/ DYSPRAXIE autisme Talents Syndrome hyperkin étique /
Trouble des conduites
Dyscalculie
particuliers
DYSORTHOGRAPHIE
Dysphasie
DYSLEXIE
DYSGRAPHIE/
DYSPRAXIE
autisme
Talents
Syndrome
hyperkin étique /
Déficit attentionnel.
Syndrome hémisph . droit
développemental

Comprendre la dyslexie : un raisonnement typiquement m é dical

Comprendre les types d’erreurs Observer les Les liens avec le langage oral signes associés étiopathog énie
Comprendre les
types d’erreurs
Observer les
Les liens avec le
langage oral
signes associés
étiopathog énie
symptômes
syndromes

Le cerveau singulier du dyslexique (1) anatomie morphologique

Un trouble de la maturation des aires du langage

Des connexions (substance blanche) dispos ées

l’environnement : les diff érences selon la langue maternelle

Un modèle pour comprendre l ’effet de

• Une surface c érébrale (cortex) moins asym étrique

de manière inhabituelle

Un trouble de la maturation des aires du langage

Un trouble de la maturation des aires du langage « Ectopies »
Un trouble de la maturation des aires du langage « Ectopies »

« Ectopies »

Une surface c éré brale (cortex) moins asymétrique

Une surface c éré brale (cortex) moins asymétrique Opercule pari é tal Planum temporal

Opercule pari é tal

Une surface c éré brale (cortex) moins asymétrique Opercule pari é tal Planum temporal
Une surface c éré brale (cortex) moins asymétrique Opercule pari é tal Planum temporal

Planum temporal

Einstein ’s brain : no parietal opercula ( from Witelson et al., 1999)
Einstein ’s brain : no parietal opercula ( from Witelson et al., 1999)

Einstein ’s brain : no parietal opercula (from Witelson et al., 1999)

asymé trie du planum dé jà présente sur un cerveau de fœtus à terme Teszner et

asymé trie du planum dé jà présente sur un cerveau de fœtus à terme

Teszner et al., 1972 :

Le corps calleux est plus vaste chez les

dyslexiques

dyslexic (2136) control
dyslexic (2136)
control
Einstein ’s brain : no parietal opercula ( from Witelson et al., 1999) asymé trie du
Einstein ’s brain : no parietal opercula ( from Witelson et al., 1999) asymé trie du
Einstein ’s brain : no parietal opercula ( from Witelson et al., 1999) asymé trie du
Areas analysis : No areal differences Shape analysis : shorter posterior midbody
Areas analysis : No areal differences Shape analysis : shorter posterior midbody

Areas analysis : No areal differences Shape analysis : shorter posterior midbody

Areas analysis : No areal differences Shape analysis : shorter posterior midbody

Anterior part of the callosum is larger in early-trained musicians

Anterior part of the callosum is larger in early-trained musicians corpus callosum MUSICIAN (Schlaug et al.,

corpus callosum

corpus callosum

MUSICIAN

(Schlaug et al., 1995)

NON- MUSICIAN

bilingues : plus forte capacit é phon é tique et/ou activit é articulatoire? La portion moyenne
bilingues : plus forte capacit é phon é tique et/ou activit é articulatoire? La portion moyenne
bilingues : plus forte capacit é phon é tique et/ou activit é articulatoire? La portion moyenne
bilingues : plus forte capacit é phon é tique et/ou activit é articulatoire? La portion moyenne

bilingues : plus forte capacit é phon étique et/ou activit é articulatoire?

La portion moyenne ant érieure du C.C. est plus vaste chez les

(région livrant passage aux fibres motrices et prémotrices )

bilingues : plus forte capacit é phon é tique et/ou activit é articulatoire? La portion moyenne
P<0.035
P<0.035
L’effet du groupe (dyslexique/contr ôle) varie selon la langue maternelle (FRE/ENG) 820 800 780 760 740
L’effet du groupe
(dyslexique/contr ôle) varie selon la
langue maternelle (FRE/ENG)
820
800
780
760
740
La langue maternelle fa ç onne la
720
dyslex
control
morphologie c é rébrale
700
De mani ère différente chez le
680
french
english
dyslexique
total callosal area

En r é sum é : le cerveau singulier du

dyslexique

• Mais l ’ environnement continue à le fa çonner

complexes, sans doute en partie g énétiques, en

durant toute l ’enfance (voire l’adolescence) :

l’éducation, la rééducation, la motivation…

Est constitué dès la naissance de mani ère diff érente de la majorité des individus

Sous l’influence de facteurs pré-nataux

partie d’ environnement

sonores, confusions Erreurs visuelles, Dyslexie, Dysgraphie, etc… Environnement, Sympt ômes « noyau » biologique spé cifiques
sonores,
confusions
Erreurs visuelles,
Dyslexie,
Dysgraphie, etc…
Environnement,
Sympt ômes
« noyau » biologique
spé cifiques
Contexte d’ apprentissage
Conscience phonologique
Particularit é gé né tique,
Anomalie
neurodé veloppementale
Trouble
d’apprentissage
variabilit é Trouble Noyau (ex: Langue maternelle, stimulations Environnement postnatal pr écoce Apprentissages explicites biologique dyslexique
variabilit é
Trouble
Noyau
(ex: Langue maternelle, stimulations
Environnement postnatal pr écoce
Apprentissages explicites
biologique
dyslexique
(ex: phonologie, morphosyntaxe)
sensorielles, linguistiques) Apprentissages implicites
Environnement pr énatal
(ex: testost érone, stress)

cerveau singulier du dyslexique (2) anatomie fonctionnelle

Imager le trouble phonologique : l ’épreuve de jugement de rimes

Utilisation de l’imagerie fonctionnelle pour observer l’effet d ’un entraînement

Utilisation de l’imagerie fonctionnelle pour juger de l’ effet du milieu

• Les zones activ ées par la lecture : une illustration ‘ on line’

écrits) L’hé misphère gauche du cerveau humain et ses r égions Zone temporale post érieure (discrimination
écrits)
L’hé misphère gauche du cerveau humain et ses r égions
Zone temporale post érieure
(discrimination des sons)
Aire de Broca
(articulation de la parole)
Zone temporale
Inférieure (forme
visuelle des mots

activ é es par la lecture

CHAPEAU Lecture normale : activation initiale et pr édominante de la forme visuelle des mots

CHAPEAU

Lecture normale : activation initiale et pr édominante de la forme

visuelle des mots

Activation excessive de l ’aire de Broca Lecture chez un dyslexique : Activation retard é e
Activation excessive de l ’aire de Broca
Lecture chez un dyslexique :
Activation retard é e de la forme visuelle

CHAPEAU

Test de conscience phonologique; enfant non dyslexique

HD articulatoire de l ’hémisphè re gauche Activation des r égions auditive et riment? Lettres TG
HD
articulatoire de l ’hémisphè re gauche
Activation des r égions auditive et
riment?
Lettres
TG

Enfant dyslexique

H Absence d’activation temporale post érieure Activation plus faible et plus ant é rieure de l’aire
H
Absence d’activation temporale post érieure
Activation plus faible et plus ant é rieure
de l’aire de Broca
G

Enfant dyslexique apr ès entraînement ( Fastforword®)

H Réapparition des zones « éteintes » Mais aussi… G
H
Réapparition des zones « éteintes »
Mais aussi…
G
… apparition de zones non activ é es pr é cé demment (et non activ ées
… apparition de zones non activ é es pr é cé demment (et non activ ées

… apparition de zones non activ é es pr é cédemment (et non activ ées chez le

moin) : mécanisme de compensation? r éorganisation?

III/ Effet de la langue maternelle : un mod èle des liens entre cerveau et exp é rience

Comparaison inter-langage

En Anglais : 40 phon èmes - 1120 graph èmes En Italien : 25 phon èmes
En Anglais : 40 phon èmes - 1120 graph èmes
En Italien : 25 phon èmes - 33 graph èmes
Apprentis lecteurs italiens : 92% d ’exactitude en
lecture de mots apr ès 6 mois d ’apprentissage
Exactitude et temps de lecture apr ès 3 ans
d’apprentissages tr ès sup érieurs chez les enfants
allemands qu’ anglais
• Lecture de non-mots tr ès significativement plus lente
chez les anglais que les italiens ou les serbo-croates

LECTURE DE PSEUDO-MOTS : ENFANTS ANGLAIS VS ALLEMANDS

LECTURE DE PSEUDO-MOTS : ENFANTS ANGLAIS VS ALLEMANDS
LECTURE DE PSEUDO-MOTS : ENFANTS ANGLAIS VS ALLEMANDS
Enfant dyslexique apr ès entraînement ( Fastforword®) H Réapparition des zones « éteintes » Mais aussi…
Lecture de mots lus par 94 les enfants de 14 pays 95 europé ens après une
Lecture de mots lus par
94
les enfants de 14 pays
95
europé ens après une
anné e d ’apprentissage
98
(d’aprè s Seymour et al.,
92
2003)
71
34
95
98
79
97
95
73
95
98
Vocal reaction times in single word and non-word reading (Paulesu et al. 2000)

Vocal reaction times in single word and non-word reading

(Paulesu et al. 2000)

A cultural effect on brain function Paulesu et al. (2000)

A cultural effect on brain function

Paulesu et al. (2000)

Pixels of maximal difference between dyslexics and controls

Pixels of maximal difference between dyslexics and controls

BA 37= Lexical retrieval ?
BA 37=
Lexical retrieval ?

Areas of reduced activation in dyslexics relative to controls reading aloud

words and non-words (Brunswick et al., 1999)

dyslexique sont les m êmes quelle que soit la Les zones qui dysfonctionnent chez l ’adulte

dyslexique sont les m êmes quelle que soit la

Les zones qui dysfonctionnent chez l ’adulte

langue maternelle

dyslexique sont les m êmes quelle que soit la Les zones qui dysfonctionnent chez l ’adulte
pronounc meaning /yue / “view ”,“read” /kan/, “look”, “view.” Semantic similarity judgment pronounc meaning /hua/ “draw”

pronounc

pronounc meaning

meaning

 

/yue /

“view ”,“read”

/yue / “view ”,“read”

/kan/,

“look”, “view.”

Semantic similarity judgment

pronounc

meaning

/hua/

“draw”

“talk ”,

/hua/

“words

Homophone judgment

Orthography - to-phonology mapping Orthography -to-semantic mapping Homophone judgm - letter size decision LMFG (9) LIFG

Orthography - to-phonology mapping

Orthography -to-semantic mapping

Homophone judgm - letter size decision LMFG (9) LIFG (44) <activation >activation
Homophone judgm - letter size decision
LMFG (9)
LIFG (44)
<activation
>activation
Homophone judgm - letter size decision LMFG (9) LIFG (44) <activation >activation

Chinese character decision - fixation

Chinese character decision - fixation Bilateral < activation M+IFG +left inf temporal

Bilateral < activation M+IFG

+left inf temporal

Chinese dyslexia : different biological basis

 
   

Dyslexie : un d éfi pour la médecine

 

Un cerveau diffé rent, non une maladie

Un lieu insolite d ’expression du trouble : l’école

Des mécanismes complexes, n écessitant de hautes comp étences

LE DEFI :

 

Accepter l ’entrée inévitable des troubles de l apprentissage dans le champ d ’int ér êt du médecin, au même titre que toute autre pathologie : la nécessit é de soins, le droit pour tous à l ’accès au soin, la priorit é à la prévention

 

UNE OPPORTUNIT É pour le médecin de renforcer son rôle dans la vie citoyenne en privil égiant la pr évention et en acceptant de mettre son savoir au service de patients moins gravement malades

UN RÔLE INDISPENSABLE dans une vision globale des d éficits et de toutes leur cons équences (p.e. psychologiques)

 
 
 
   

La recherche : ce que ç a a chang é; ce que ça va changer

 

Prise de conscience du caract ère biologique du probl ème

Déculpabilise (sans d éresponsabiliser) les parents, les

 

enseignants, l’enfant

 

– Désangoisse les parents, r é duit le stress familial

Prise de conscience de la différence

 

– Un d é ficit neurocognitif n ’est pas une « tare » : « déternir »

 

l’image de soi, encourager l ’effort plut ôt que blâ mer

l’erreur

 

Savoir circonscrire le probl ème plut ôt que considérer un

 

« état global » peu propice à une analyse objective

 

– Savoir reconna ître les points forts, voire les talents, en

 

sachant les rechercher o ù ils sont

apprentissage Déficit d’apprentissage Exercice de la fonction Sous-utilisation de la fonction Développement du module neuro -
apprentissage
Déficit
d’apprentissage
Exercice de
la fonction
Sous-utilisation
de la fonction
Développement du
module neuro -
cognitif
Défaut de développement
du module neuro-cognitif
performance
échec
Valorisation
Exercice du
Absence de
par autrui
plaisir
valorisation
Absence de plaisir
d’apprendre

Le dyslexique dans la socié

Pour une prise en compte des différences – Pour un égalitarisme équitable – Pour une exploitation optimale de tous les talents

Instaurer la citoyenneté intégrale

« l’exclusion apprise »

• Abolir

– – De la soci été – De la classe De l ’emploi
– De la soci été
– De la classe
De l ’emploi

L’ enfant dyslexique : un terrain expérimental pour une vision moderne de la soci été

Une société plus apte à r é agir positivement aux avanc é es de la

science, et plus exigeante sur les mé thodes qui lui sont

proposées

Une médecine capable de se tourner r ésolument vers la

prévention, incluant la sant é physique, mentale, et maintenant

cognitive

Des thérapeutes conscients de la complexit é du trouble et de la

nécessit é d’une approche multidisciplinaire

Une école prête à admettre que son rôle est double : assurer le

intelligences cach é es et pr é venir le gâchis cognitif de la spirale

meilleur avenir au plus grand nombre, mais aussi rep é rer les

de l’é chec.

L’ enfant dyslexique : un terrain expérimental pour une vision moderne de la soci été •

http:// resodys.phpnet .org