DEFISCALISATION ET ANNEE LOMBARDE

(@Annee_lombarde)
Souvent les prêts souscrits pour financer des
acquisitions immobilières dans le cadre d’une

opération de défiscalisation sont calculés sur
la base d’une année « lombarde » de 360

jours au lieu de 365. Avec l’action collective
« STOP la LOMBARDE » gérée par la

plateforme www.mySMARTcab.fr, ce peut
être le moyen de booster la rentabilité d’une opération de défiscalisation.
En matière de défiscalisation immobilière, la France a depuis longtemps fait preuve d’une grande
expérience et d’une grande inventivité. Parmi les principaux dispositifs, on peut citer

Loi Girardin du 21 juillet 2003 au 31 décembre 2012

Loi Duflot du 18 janvier 2013 au 31 août 2014.

Dispositif Pinel depuis le 1er Janvier 2015

Loi Pons (1986) concernant les DOM-TOM.

Loi Malraux

Loi Besson

Loi Robien

Loi Scellier du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2012

Loi Borloo

Loi Demessine (ZRR)

Monuments Historiques

Pour maximiser l’impact fiscal, les CONSEILS EN GESTION DE PATRIMOINE (CGP) et autres CONSEILS EN
INVESTISSEMENT FINANCIERS (CIF) proposent de recourir systématiquement à des crédits immobiliers. Ils

n’hésitent pas alors à jouer les courtiers ou les INTERMÉDIAIRE EN OPÉRATION DE BANQUE (IOB) recevant au
passage une rémunération complémentaire des établissements de crédit.
Les banques financent d’autant plus facilement que les emprunteurs appartiennent aux CSP+ devant
s’acquitter d’impôts importants, ce qui supposent que les emprunteurs disposent de revenus réguliers
conséquents et/ou d’un patrimoine immobilier ou financier richement doté.

Les avantages fiscaux sont tellement brillants que les clients en oublient de vérifier les taux pratiqués. Ils
vérifient encore moins les modalités de calcul des taux d’intérêts. Or, les emprunteurs ne peuvent pas
être considérés comme des professionnels et doivent être traités comme des consommateurs.

Si le prêt est calculé sur la base d’une année lombarde de 360 jours au lieu de 365, la sanction consiste à
substituer le taux d’intérêt contractuel par le taux d’intérêt légal à la date de signature du contrat.
L’effet de levier est impressionnant. Pour le comprendre, il suffit de tenir compte de 2 paramètres :
1/

le différentiel de taux peut être important :
Tableau de l'évolution du taux de l'intérêt légal en France:
Période
2010
2011

Taux légal
0,65%
0,38%

2012

0,71%

2014

0,04%

2013

0,04%

Pour un prêt de 200.000 € à 3,5 % sur 20 ans souscrit en mars
2013, le taux d’intérêt légal étant de 0,04 %, l’économie d’intérêts
réalisée est de l’ordre de 80.000 € !
2/

la jurisprudence prévoit que la substitution s’appliques rétroactivement. En effet, les banques
sont condamnées à produire un nouveau tableau d’amortissement où le taux légal remplace le
taux contractuel.

Pour faciliter la vérification des contrats, réaliser des économies d’échelles et le rassemblement des
demandeurs, la plateforme www.mySMARTcab.fr a été mise en place. Elle permet la création d’un

espace privatif confidentiel et sécurisé dans lequel vous pouvez échanger avec un avocat en charge de
votre dossier et décider de la meilleure stratégie à mettre en place.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful