Vous êtes sur la page 1sur 44
La sélection de I|’Atelier 30 Septembre 2016 qrongs¥® — ideas —__—_— insane tnementti ZES ESPAMIA ANTISEMITA? Sitien la comunidac hebrea no sutre ataques drectos, los prejicios acumulatos durante sgios sguen arrigacos en nuestro pais speeguta tis dieu B- pen pals ansenia ajra ees que nos seas ice: sis wo hemes iid personaleent ueriminai po nesta ace ea conto ji. Pero al sino Tiempo eideoe que le pus pas y tereaipatsbe ls dos rman parte demves. critica ose expeaestaparaio Ba Espa ohay apenas jatios oproimasamente el 0 dele otte ‘iy perosturaecndyproknga tad i tural and Esa peer soma esata ce ‘Bey ambien entncutura poplar yess $day come tne de mate po ‘tes traitones baa en eta a Jus, ee) Pero hoy en dae fandarpentatmente ‘entorno sero Rade ati donde comergen Iatepninesy aces ete ae Espana. ‘les Mero vues poner en even Seloa este cantant judo que ne rat eleva fcalines etre leat yudocanceetes En ‘ere se ues borroae are macs cere eniena pol rae emfrms de Jemonisaddny dsegmacn (ik Eaado ula, un sna centers. Pe {oe antsamismo se manifesta neutecament= ‘tnd ls acksaconesy rites tases wd ‘oat se prostate “bs pal ema in {oto gil homogeneoy pecmanete amen ‘tandesererurte hor vis pes: yeserels Yenincriena red con weal iaependetla. de ‘eentnl pertinence deca sbi eg ‘ida o forall des acoones pansies que ‘mots ald con eeueel el aginai el ‘emt. "iets qe representa anes pestis er ileatos a ese de Davi arte de opin ‘ge tablon del por yl ocaeno como wn Enlacriticaa Israel, al margen sassy, de sueventual pertinencia, ae anica con frecuencia ef sou imaginariodel antisemitismo “atest ‘eli det oy enor, comentarle eo free Q ‘edos rials dares eon alsianes lpodeto ‘mediticoy trancero jadi ale vieumation Yel Ganige que exes sorta und h 1 Espa cao singer? Bw Cenrceuropa ‘ote on eterna tears dea pobuin n meson lee que dota slope asa s==e= SIN ANTISEMITAS ‘chs veces ene eeeonocmeoto de que ‘A msto tempo Taree confit pert 1a tasoualnaein yi eermisaon de opin Se ssn ie ronPLESANDRO BAER /PAULALOPEZ i etsemn sce eateles un pe rod dicaee d pelea desncaens act Potérnicas comola del cantante Matisyahu y el festival Rototom ponen Sertcpanosch te neta tends seb rocimoy dle manifiesto queen Espafia atin queda pendiente la reflexion sobre el ee ane aseiee estigmia que rodea allo juclio como condicién social, cultural réligiosa LOS DATOS Los ATAQUES ANTISEMITAS = fener egy ere fhe Ono torsos Prorawcome Evrerodaraieseno Sreimaret oe ogi, Orsratce See tnfanc acount (ara000 enone Pt colopebern ‘ects os sara ‘sents se iter on 01818) LA coMUMDADJUDIA on pata Srroums 000 personas Sein 0S ‘reinvents an 2003424 aot SPAR ES ELTERCER PA'S DE Europa, vastwecay rane ere Frdecdaares began preicestre bison ean urerinne 2040s Tiger on aden, ‘EsTupI0 Some EL ANISEMITS- Mo eran pacar Setar rt eradloreniateqendsdcuntere (3a) de os ecpotcetanauroep desea cease eestaaees que cnrbolben unabsnder pals tna pales ene que uno dos patente, ‘etonces resent ele Cound de alae lao de“ al usar {Con cxpurded los esters alae con Pa etna ae casderan ante Part ll ier es cosa del pasa aca nal al catia, cotuberas uderbaia Pero lacrtea ere puede se un ede eplosto” rode rede: de ese pasado dee faclna races asobrecaendfos earn qe se han perpetad Mera el perro no se seas layebia Hasta fecha et obvi na pecs refer a ora el eigaaueb e {ulrotcm ae julie lou come ceadin Sekt carlo reigat eel periods pseu {a Lataguerds, que end a aera as postras ‘tbtogras ene ane esponsblled eepedtl eto eno pecs acetone eda derecho «nesta crparen a mismatmagenestreo- ‘Trerpecto tag jaa poderoso flees ia ‘elena mana peeepelon doris dl “stage tak quees vis cmon Esta ica YYecigosamentehomozeneo que sabe ble lino Toaotner aye ela Leaguer condens [Berea apd Antero y lose som0 sonavoues dow cara de lamina noneda “Savin un copeid ste ji isto exaba e+ sea De terme peceaeo nel ene gen de Yarsvia en 931. shleme i preutts por ae la {Se png nti ase epee ge pr ‘gol subin el nino alls desi que fo joe {ran foe eenttaben lend Na nen en ‘Gre Burope nel ya Espapademettica Pero ‘ons a retletn educa sobre ean ‘Seis ser sein a sentra pedis ‘envest pals jet Ds po cig ria Nene GUytoaetepee el Isaac Querulb Presidente de la Federacion de Comunidades Judias de Espaiia “CONTRA LOS JUDIOS HAY PREJUICIOS” JOSEBAFLOLA ‘nun pals Marracens eel que ee jain eaxtten an mayors probtetscon Ws mr Ssmanes Peros! mando cambio mcto ‘esde eens. Dende qu Ia ncorsecin alt tenes necresra praia hehay asa es bea or su poe el pueblo judo fas una carrera de {abe ccm epresario ce Epa, sco Bescon Oates pees desde 21 Feescrn de Co nidades Judas de Bsa, dese donde comtute ‘halle asso de atv. Preguntas de este trano,en quel ‘yuan del esta cso Sunsplass anus lepine dl eantant csnlnigenst sti porno romuncae carmen core cenictn lie iaely Palestine pare usted ever de IMesisteni de atisentisno cn spate? espoesta rancamen Espa oes un pa anlsemita Peroel poscenarlento patio ese TeeaigleaMatstai.ysulo ed pr elhecho deer jas slertamentecemertr, dems de ron tor pers n snlseminme ben eae ee po [ge ostlenara cone el Estado de rae De Ise delanteemttame esquese prde manlestar {yee ha manifesto al fag de inborn de ‘ea formes, Dee ches unformesy dacs. Dla inprestin de que ls gente neers tessa ard tein natal rasa de ee a ‘eneet le afoe rvies all Gnere andi Nopodriahaber hablo guelabo.es ecg Ee noe dest milan 6 aos. sin um ea de fatwa prev. Gud eres manestacones ay desc aise soit dlque ested fin te pce den? "antes el stil Roser aves ls tas el onc de Calor det Ayuntamiento de lind pata. Per sets Fo 12000 tats 2044, ela ld pad Haropa de Dlonesto etre {Real Nace y et Maceas 12000 els exter Samer irleratsprestcoeoaoy, hula espn cote jos er general y cones Iseeten partes. ‘P-Ea otos pales de Butopa se han produc ‘pions que van mucho Misa dun ‘os fspana de eee con espeto tas False aropeost Eaten es sforeapadamente,atvemita uo lo pode ver and ha co ea CONC (Ley Orgies para a fora dee Calidad du {he cestode Helens No pee sen pale lists ews efor el tiga pene == Spins procecia contr os elt e naan [Talioyaanieniiro Noo puede ser cuando 1 Gsdigo Penal ecoge a negacon de genceio emo un peste det Yn pede se Un al {isla chang ent an ey eo ba veada Fe ‘Senerete, afr do slr Seats lato: ipssa occupa antiemss Beisteneake, ‘eplcosesrctips. edie son ete prec? [Los traicionaes son aac al pial pode Para leerema detect laos ent del “omunisme y pros comristas smn os es ‘xplotadores debs me deters dct Inrentrernsse oean elf sempre es toi tho. iy sere i poe ca nae ¥ prec {nant HS fin crgarausa Boe, Desi ‘Sones Santooes} sla up Nera de 3 eva udeofoba. De alguna mance, Estado 6 tec! jo de as nacones. as cele ‘arn Wan esturisaaca Yqueren pone en (iain exten, "ay pene clo hace, pro ay ta quel squeponeeneesbin no ese seat delsae sino DBaue hacen sus gobernamtes TE. Moconcerisa publ src quedl pc Io fudloyaunasacetad méreriienesgeateque Ive enum cn cy pla dt ‘blero ota poner en toa de ie eatin adie un Betade. Mevimntas come BOS ys ‘rena faquer exropea ponenen tet de ac ‘pri exsenta dl Estado de sel Una cauesta sobre nes realends yor ia Ageia Europea para les Derechos Funds Ista cea UE sila qu 120 de sos ‘uropeos de haber sfrids agi tp de ease, ‘eb fisea ghar eomunides ues expat ‘Semen ea senso? Sep awn? tas eels is eda logue gv svi n'a esto de Europ, en Parise Irs, ‘hoslase oe Copeahanie tenen eta ne ToL Afrtusduente en Esai dete 95000 Tabidomingun oteanda a habide arenes, ha Ia ert en hs stapes? 9 a heb a ‘una agresonen eae poraue sy hic levare ‘Noa lip? Pero nos pasade de ali Son heche [hades 5 enemes neti! pelo dl are {ave etal as puerta de Espa Yexarncs ‘Seguros gue porn haber jets us. BP sconiera usted que ha ds antes quetumanna Altos se produen Ferotarblén exo que et iar mcerad deers molars mucho msde Tnque hace en entra am radial Nowoes Mantenemos uns plea de eran cero eon [oclunseiscaas aces Yo mange PL {iicamente ae nama um crane, 0 ‘rrr ene emo foe aie, 12 ‘edad no poedeser emt — ideas — 8S INTOLERANCIA CASTIZA mGONZALO ALVAREZ CHILLIDA Unrepaso histérico alos sentimientos antijudios en Espatta desde la expulsion de 1492 alos comentarios antisemitas en las redles sociales y las barras de bar sis these, donde oe judie carn eon ats iors rls Ia de los mu ‘gars smamanes, gue co a raayorn tana cnetujeroa a cotedad de estas “rsoanos "mores dis cobitaron segre gos varos slo, pero ene XV estos tres smenearon «auf percesucones Tras] ec [ge sess con lat matanans de 181, que aso. {arom espectamente arco meltt tine, dese ‘Angles beta Cte a major de oe oe ‘Chablan conve. Pero Tor nuesor smversos ron sister tense por pare e un cee ‘elacata crt, qe os segue ceniderando Jos cungue eseubertos, porque sus tara ee fries ian borate elt ees come Adelina po eaece dee apieza esangse deter erntianos vo ‘Ta nepali ls pds en 192 icone versa forada de os muderes ca 10, toda la peta erecitiana, aoe fos converse “hora lames terscoscenstieron neat de Jereitianenean dering pela ee Ae cangreypereoguls po angus, Teoaigae acai ensiyeroa in eo ‘sda eta cxstiana ve para aque al ua sore eraa as "otes or autonome dante {ha pron el eatecury enema dans egaenbasano ejedas cemanees ef ner expresan ia paen sername negative a Sr ene imagioarie popular Tame estas, oe Miverid Youll de resnedias © lPerpulo de ianaeve de Were tos pes lives de Seana Santa, amo la qema de ls So des, el uid qe fos nos caflanes cin con Jovcaraus, qaseranat ear jras” Breast ana galley catalin er un gud de fue) sete pomalmente¢cailera que sea male ‘ets, algun due hace "Tula Te teflon Herel espaol una ata cha conta Inintleranci cation En tS se abs Inq, pere la const de Caz a fo eatdetano come relia La bert Aeealtos ube de esperar as Resluciéa Gloriosa 48. y ued en er erent co fa estan ‘el Las cas plicesconteporiness eta ‘nba edie chasm trno esau pal. sal dl enero. En eae context Ibe ales comets sinpaticnos)us edie “les tims prinapalesde eda e1renela Inuit si queper ee bandera chs 1 neem de a Buon cristae Be sno rian pele enn pnt acurulados durane sigios Re a y Facade Pewploe snort ier, Desens) lavesereogs ants, Los hstortadores omen “aronahalnalaro” ye slr ead. ‘Neomenaos design XX mochor aconast spans, nes eomceradore se eves fone: tesobrierts” della bltalasy ‘fedberisor ae chon ceesrabanel atl Vloswjes romances meres, Pareesa fechas, Senbargo yabsballepadoa spans el oceras Antoun procadente wove tod dela Franca fe Dramorty dt etre Dregs. qe enti Ua eapcalmente ow eaten as obra, ‘radeon intent Deroel conser lbracehundé duran tele Repilen, Bence, y duane el pre fame {elma el antemitame se court coo deloe rane inc del ocean cee fo caniots annette or ec tes anna areas dns ance Beta amasa fees Lr prmelas dela bis dtr, ge ‘meta el compat to acl para desu y feelers pueblos eitiaoos, geiseron ms (Eneitdccena dccltonesen ato bee ‘Tras ln dread Hen 1985, sm erazen, el tangle po sx propane icstipcs Sl anguosone cast paontoae Ter adm eno eas ecolares de os sso Durante el primer franquismo, elantisemitismo se convirtié en uno de los grandes ‘leiimotivs’ deladerecha {oe mimes grupos wear mantuveron bande ‘sia rant Transco, pro oye ant ‘eine Sao be quedao reduc a pequetos ‘Sreuenegrisasyneoans, quesgnen reeds Ics prtocis en percstirans, Desde el Cones ‘aca el ruse del xttsmo a sbevsonaso "ans pote metas ge epee. tele presente Asan a dere eps Se ‘ned co ela dra del shrine Tie eneaesrasen Espa de modo snare copa ccc ueeran ie seid ent nose eatin mche mas entradas col cteente (armdota oe el sempteron recszs dese tos gusen el ndomiino gus dan ee po. Hie demesada eaeal Gah a Harop one Las coming (20 spent fe 205 PARA ANTISEMITA? Sibien te comunidad hebrea no sutre ataques directos, los prejuiclos guen araigados en nuestro pais ‘aly ete ls secre insta de as inoras ‘osama "Ta la gecra de os Ses las (967, con eco vuiena des cloloacin das eco abe tscupadss pr Tatoo eta as eoavencanes de Ginebe el alinesmnt tte Jerse ca Washington emer con eres wy antisensane Setequedn ge condenab a stad de arad lo Scuen dss el porseons Gl lmperalsse mer feamenano ch Ones Prono Bete anistosin Semode rater en aos och cute {actus nscptatin porla igs Arabey a OF de Ie esntucon 2 det Conseode Seguridad, gran ‘aaj doses ule te psnrm a delenerla fol de doe Estados coe aie eaten Je 197 soot su ld are ech de el ‘esta slut pe canlactabeante excep ‘sles Goberae de Haba Baral espe ‘ent consent expan deco Cit Jerdanayl Roques de Gaza conlns perio a fle araudoe go eran muchos cenenars Je ‘islinas cles Screen atnageniereaciona Uelerey aos ete os sesores de quer ‘ero en mi opie, to se debe confundt exe nen ttl arent, omnes ia ones en bm dos agoosrfcas de a police de copa de Iirdseniereteres irene inns peta Diem conncons. era terben es verdad gs sce ‘od rant ase de mutton del confit se pene meal sapngo aun ln tedes sie) ‘lyresoae de eoadenn ab qe hacen ado ‘eveidenendostlestereotacastza del ud “Geoquellrarevrtere cloaca de Ge Jectaniaysbepara ina ps en ie terminodes feeninones ce as Nactnes Unitas, cme Nt Lge dabeyle OL? acs 30 aes se datum gran paso enln perin deen dl ntfs ‘ocast Forguelncktenracionalen spate ‘izaber pram ea uy oN a> ‘oso lconsrdr de Juan Fabio hae {ifeadom eco dal ety toca sige tay nisl pbc el nai ts {inverter conser como ena chsh Yellloedardsmosigu vin, ysemalests hay intr por el psa ud ee odo estos Isdadesque hav conse aed de otesis Que so procran oer su hse de crim: ‘ny persecute ‘nies Cp nny are outers algal L'innovation, cest classe Malgré larigidité du systéme scolaire, lexpérimentation pédagogique persiste, portéedansle public pardes équipes pionnieres ou dais le prive par des établissements spécialisés, Visite dans six écoles ose cultivele plaisir apprendre a eae ‘Sabre dole Aen upp Yeo Sequins pst ae He Bei ce et senna meds cee Aeedomaeapten desea “et ine fone ae uelomibotesdcsaperent lire ie deg Teint ‘Rimpoimesetccne fnew Swonesyeareqerbamayees@ ta Asie ‘emo pprn iti "Mace pose: Tice de a pé-Duet Ocmoe hnon eseae {hr ke aotts ta sie atte GENSae Si gene etameve Seawater de ‘Rome urd ole Beee ecb oa felon“ nslp dcatgtestte ‘oe te Sore, Sepang cr pa de ct Oot a pot Senn hee “Degg ose pe» ue Simoneau inc aii nt r plo eos om = pereee ree eh intra sects fn Sad Geet rt fone atit se Fecal aa acarvin a classe Invergée: se bret ahucours magistral * ‘ye oti dame Tes Tosa eo Tie hed qt “Gorm rem plan? Ua eine elsane cues Sage ee nlm En marge du pouvoir éeonomique Que reste-t-il de la démocratie ? Dans un futur proche, des élections se dérouleront dans des pays aussi divers que Vindonésie, Afghanistan, l'Irak ou les Etats-Unis, Née en 507 avant Jésus-Christ & Athénes, le démocratie serait le mode de gouvernement le plus naturel a "homme et le moins mauvais de tous les systémes politiques. Encore faudrait-il qu'elle fonctionne correctement et qu’elle ne soit pas dévoyée par des pouvoirs qui ne sont ni élus par le vote populaire ni contrélés par les citoyens, Par Jose SARAMAGO Aristote, dans sa Politique (1), nous dit @’abord ceei : « En démocratie, les pauvres sont rois parce quills sont en plus grand nombre, et parce que la volonté du plus grand nombre a force de loi. » Dans un seeond passage, il semble d'abord restreindre la portée de cette premiére phrase, puis il l’élargit, la complete et finit par établir un axiome : « L’équité au sein de [Etat exige que les pauures ne possédent en aucune maniére plus de pouvoir que les riches, quis ne soient pas les seuls souverains, mais que tous les citoyens le soient en proportion de leur nombre. Ce sont la les conditions indispensables pour que l'Etat garantisse efficacement Végalité et la liberté. » Aristote nous dit que les citoyens riches, méme sls participent en toute légitimité démocratique au gouvernement de la Polis, resteront toujours une minorité en raison d’une proportionnalité incontestable. Sur un point, il a vu juste : aussi loin que l'on remonte dans le temps, jamais les riches n'ont été plus nombreux que les pauvres. Malgré cela, les riches ont toujours gouverné le monde ou ont tenu les ficelles de ceux qui gouvernaient. Une constatation plus que jamais d’actualité. Notons au passage que, pour Aristote, IBtat représente une forme supérieure de moralité... Tout manuel de droit constitutionnel nous apprend que la démocratie est « une organisation interne de (Etat par laquelle Vorigine et lexercice du pouvoir politique incombent au peuple, cette organisation permettant au peuple gouverné de gouverner a son tour par le biais de ses représentants élus ». Accepter des définitions comme celle-ci, d'une pertinence telle qu’elle frdle les sciences exactes, correspondrait, transposées & notre vécu, & ne pas tenir compte de la graduation >, infinie d’états pathologiques auxquels, 4 tout moment, notre corps peut étre confronté. En @autres termes : le fait que la démocratie puisse étre définie avec beaucoup de précision ne signifie pas qu'elle fonetionne réellement. Une bréve incursion dans Vhistoire des idées politiques conduit a deux observations souvent écartées sous prétexte que le monde change. La premiere pour rappeler que la démocratie est apparue dans Athénes, vers le Ve siécle avant J.-C. ; elle supposait la participation de tous les hommes libres au gouvernement de la cité ; elle était fondée sur la forme directe, les charges étant effectives ou attribuées selon un systéme mixte de tirage au sort et d’élection ; et les citoyens avaient le droit de vote et celui de présenter des propositions dans les assemblées populaires. Cependant ~ c'est la seconde observation ~, & Rome, continuatrice des Gres, le systéme démocratique n'est pas parvenu a s'imposer. L'obstacle vint du pouvoir économique démesuré d'une aristocratic latifundiste qui voyait dans la démocratie un ennemi direct. Malgré le risque de toute extrapolation, peut-on éviter de se demander si les empires économiques contemporains ne sont pas, eux aussi, des adversaires radicaux de la démocratie, méme si les apparences sont pour l'instant maintenues ? Voter, une forme de renon n? Les instances du pouvoir politique tentent de dévier notre attention d’une évidence : 4 Vintérieur méme du mécanisme électoral se trouvent en conflit un choix politique représenté par le vote et une abdication civique. N’est-il pas exact que, au moment précis ot Je bulletin est introduit dans l'urne, l’électeur transfére dans d'autres mains, sans autre contrepartie que des promesses entendues pendant la campagne électorale, la parcelle de pouvoir politique qu'il possédait jusqu’alors en tant que membre de la communauté de citoyens ? Ce réle d'avocat du diable que j'assume peut paraitre imprudent. Raison de plus pour que nous examinions ce qu’est notre démocratie et quelle est son utilité, avant de prétendre, obsession de notre époque, la rendre obligatoire et universelle. Cette caricature de démocratie que, tels des missionnaires d’une religion nouvelle, nous cherchons & imposer au reste du monde n’est pas la démocratie des Grees, mais un systéme que les Romains eux-mémes n’auraient pas hésité A imposer leurs territoires. Cette sorte de démocratie, rabaissée par mille paramétres économiques et financiers, serait parvenue sans nul doute & faire changer davis les latifundistes du Latium, devenus alors les plus ardents des démocrates... Peut émerger dans lesprit de certains lecteurs une facheuse suspicion sur mes convietions démocratiques, compte tenu de mes inclinations idéologiques bien connues (2)... Je défends l'idée d’un monde vraiment démocratique qui deviendrait finalement réalité, deux mille cing cents ans aprés Socrate, Platon et Aristote. Cette chimére grecque d’une société harmonieuse, qui ne distinguerait plus les maitres des esclaves, telle que la concoivent les Ames candides qui croient encore & la perfection. Certains me diront : mais les démocraties occidentales ne sont ni censitaires ni racistes, et le vote du citoyen riche ou de couleur de peau claire compte autant dans Jes urnes que celui du citoyen pauvre ou a Ja peau basanée. En nous fiant a de telles apparences, nous aurions atteint le summum de la démocratie. Quitte a refroidir ces ardeurs, je dirai que les réalités brutales du monde dans lequel nous vivons rendent dérisoire ce cadre idyllique, et que, d’une maniére ou d'une autre, nous finirons par retomber sur un corps autoritaire dissimulé sous les plus ‘beaux atours de la démocratie. Ainsi, le droit de vote, expression d'une volonté politique, est en méme temps un egue Aun acte de renonciation de cette méme volonté, puisque Vélecteur la dél candidat. L’aete de yoter est, au moins pour une partie de la population, une forme de renonciation temporaire une action politique personnelle, mise en sourdine jusqu’aux élections suivantes, moment oti les mécanismes de délégation reviendront au point de départ pour recommencer de la méme facon. Cette renonciation peut constituer, pour la minorité élue, le premier pas d'un mécanisme qui autorise souvent, malgré les vaines espérances des électeurs, & poursuivre des objectifs qui n’ont rien de démocratiques et qui peuvent étre de véritables offenses A la loi. En principe, il ne viendrait & lidée de personne d’élire comme représentants au Parlement des individus corrompus, méme sila triste expérience nous enseigne que les hautes sphéres du pouvoir, sur les plans national et international, sont occupées par de tels eriminels ou par leurs mandataires. Nul examen au microscope des votes déposés dans l'urne n’aurait le pouvoir de rendre visibles les signes délateurs des relations entre les Etats et les groupes économiques dont les actes délictueux, voire de guerre, ménent notre planéte droit & la catastrophe. Lexpérience confirme qu'une démocratie politique qui ne repose pas sur une , la pré- vient le beau jeune homme. Comme Amélie Nothomb, Catherine Cusset s’empare desa propre vie pourlapétrir et lui donner les formes romanesquesles plusnobles, Se partageraient-ellese dieu de... 'Eoriture ? e M.P. Pétronilie, par Amélie Nothomb. Albin Michel, 190, 16,50 €. Une éducation catholique, par Catherine Cusset, Gallimard, 144.p, 15906 ponripencias CIENGIA SIN FICCION EL PECADO DE MENDEL Sus leyes dieron origen a las bases de la herencia genética, pero desde hace tiempo existe suspicacia sobre la pureza de su método. Los niimeros y porcentajes, sorprendentemente perfectos, invitan a pensar que a lo peor fue algo tramposo. POR JM. MULET / ILUSTRACIONES DE SENOR SALE | ENDEL BS uno de los nombres ldsicos que aparecen en tos libros de ciencias de bachille rato incluso de primaria, Adie lebemos las bases de la genética y-sus eres leyes, que le mayoria ide nosotros hemos tenido gue estudiar en algiin momento, Simplificande much y ponienda un simil humano, la primera ley viene a decir que si cruzas @ una persona rubia con una morena, en la primera generacién salen todos los hijos castanas. La segunda ley dice que si luego cruzas a das castaiios, el 25% de los hijos de esta gene. racidn saldrin rubios, el 50% castarios y €1 25% morenos, (a tercera esla ley de Independencia de caracteres. Aqui necesitamos fjarnosen el tonode pelay en atra rasyo como el color dle ojos. La tercera ley establece ‘ue $1 papa es rublo con ojos awules y mama es morena con ojos verdes, nada impide que et hijo sea rubio con ojos verdes, o moreno.con ojos azuiles,o igual que paps o mam. Es decir, cada care ter genético se hereda por su eventa y na van los caracteres de papa por un Iada y los ce mamé por otro. gComo lego Mendet a establecer estas leyes? Obviamente no To hizo eruzando niios rubios y morenos (eso ya lo hizo ‘Mengele afios después), sino con paciencia y legumbs el jardin de ja abacia de Brno, en la actual Repablica Ceca, tenia un pequeito invernadero y alli se dedicaba hacer experimentos y cruces con diferentes varieda~ des de gnisantes o de judies, Utliag distintos caracteres genéticos como cl color de la flor. a forma de ta vaina 0 la semilla y el pigmento de los cotiledones. Su obra fue daila a conocer en dos conferencias impartidas en la primavera de 1865 en la Sociedad de Historia Natural de Brnoyen un articuln que recopila estas chatlas, Versuche fiber Pflancen-Hybriden (experimentos sabre hibrigos de Ins plantas), que ha side fundamental para entender Darwin, Mendel y sus teorias Mendel logré cambiar la De hecho, Daewin no two forma qua tenemos 48 noticia de nstas loves, que lentarcer la biolosiny cla hubiersn supusete un apoyo lap leyes de aherencia —_¢ suteorla Wendel sique _gonétios, Na obstanta, on ‘conceia al tratoaje de Darwin su moment los experimen: aaron inadvartidas Y anctd meticuloosmente segunda edioian an alam, el fancionamiento de la herencia en los seves vivos. Su pensamienca fue adelantaco a su tiempo y,quizis, a sus Timitaciones experimentales. Este articulo pasé bastante imaclvertido en su momento. hasta que fue redescubierto a principios del siglo XX cuando otros cientifieas legaron a conclusiones similares. No obstante, aunque nadie duda de la realidad de lo que deseubrio. la metadalogla que utili26 si que ha sido cuestionada, En la abadia de Brno se eonservan los cimientos de} invernadero donde culkivaba sus plantas. Lo primero que llama la atencidn es que es muy pequetio. Alli no caben muchos guisantes y judias. Curiosamente, en sus anotaciones salen unos ndmeros muy bonitos y que se ajustan muy bien a los poreentajes, demastado bien para tan pocas plantas, Estadisticas como Weldon en 1902 y Fisher en 1938 alertaron de que sus niimeros son demasiado perfectos reales y levantan la sombra de la ucla sobre si madifieé 0 maquil los sesultados para quese ajusta- ran a su modelo. Otra suspica se centra en que shora conacemos. que hay caracteres que no se here: ddan como predijo Mendel, sino que van ligads. En su epaca no se sabia que los genes lisicamente residen en un erovnosoma Dos genes situados cerea en el mismo eromosoma rho cumpliran la cercera ley y el porcentaje de veces que aparecerain juntos o separados dependeré de lo cerea que se encuentren, Hoy diriamos que esas dos genes estan ligados. gHizo trampo a) escoger caracteres que no esta: ban ligaclos? Bs cierto que si hubiera cogido dos carac teres ligndos nada hubiera cuadrado, pero agui no hay tanta cantraversia, Dade el tamanodel genoma yel gran rimero de caracteres que existen, era improbable que tnublera seleccionauio dos genes suficientemente cereanos {que hubieran destrozado su modelo. Porlo tanto. queda la dude de si Mendel era el tipico ejemplo de clentifico {que era mejor disenando experimentos que haciéndolos, y quiaas un poco trampasillo, EPS abe la posivilcad de que Mendel le anviara & Darwin alguna de las 40 oopias de 1 trabajo, pace no tonamoe bisrtas 36 afos despues. fallacies ya ambos ives: tigsdares, por los bona De Vries, Von Tschermak vy Gorrens. ¥ uvaié alguna oda sobee a rigor axes rmantal de Mend! Diora a lovers. Las layer dda Monde! fueron recescu om CARTA BLANCA Elena Poniatowska QUERIDA MAMA Siempre seré una “nifa enamorada de su madre’, Todavia hoy, a suis 84 aftos, la mexicana, premio Cervantes 2013 extrafia el perfume que anticipaba su beso de las buenas noches SCRIBO CON UN NUDO en to garganta. Lo mismo hati espariol fuera mi idioma materno. No es para tanto = medigo-, pero sige eseribientdo con un temblor cardisce. Desde nina, alos seis 0 siete aos copiabs las tetras del alfabeto rembiando de miedo. Manchar el cuaderno con tuna gota del tincero encajado en el pupizre escolar era una ddeshonra. Las letras salfan picudas y tembeleques, Pero ‘quien mas me hacfa temblar eras ¢8 cuando aparecias a Jas ocho 9 daras ei beso de las buenas noches. ‘Te precedia tu perfume, luego el sonido de tu vestido artiendo el piso. Cuando re inclinabas sobre ja cama se me venian encima tus pechos blancos como fa leche, pelo eastaio como el Bois de Boulogne, tus labios muy ios, tus ojos de aztiear quemada, “Que duerman con. fos angelitos, nifas” seias. Un minuto después habias desaparecido. Gn Paris, entre los treinea y euarenta, Jos franceses giraban en una ronda de conas, desfiles de alta costura 6 -ecepcione’s, conciertas, encuentrns en cafés en fa acera ides como [os de Van Gogh. Nunca dejaron de bailar sobre el voledn hasta que estallé fa guerra. Moma escribiste: “Despu’s de haber dejado sola a Polonia, as dos yrandes potencias Froncla.€ Ln dleclararon la quera a Alemania. ct 3 de septiembre de 1939. Mas tarce supe qui el embajadar julio Lukasieview en una entrevista tormentasa con Datadier le comunies jquc le quedaban dos horas para salvar el honor de Fran ici’, Vostida de Schiaparelli, aparecias en el Vogue. Ti yy yo girdbamos aeardidas en otra ronda. Ia de wna ofa ‘enamorada de su madre. Como a ti te querian tantos. ce pavecia normal que yo te quisiera mas, por €s0, 2 veces Hi me veias como no se ve a lo que siempre estd ahi. Durance fa guerra, Paula Amor ce Paniacowski con dujo una ambutancia. Se enrol6 Automobile Féminine SSA que pettenecta a la Cruz Roja y presents tres exsimenes: el de mecinia, el de ausitiar madico y el de topogtafia y oriencacion. Manejé wna camioneta Matiord que servia también para transpottar heridos, Salia al alba yen su primer viaje recartio L350 Iitometios pata llevar alimentos @ Alsacia. En la noche tenia que cond era haber llevado una mujer que le dijo que no se iba sin si maquina de coser y su olla Mena de sopa de lentejas. Bi Cayeus. subieton 2 su camioneta unos (0 anc mathumarientos ¥ quejumbrosos que no le inspiraron ‘simpatia, solo temian que los alearizavan “les boches” En cambio, un burrito abandoriado a medio campo bajo las bombas le dio tanta compasi6n que fo subid a ta camio- neta y lo dejé en easa de un eampesino, La guerra dle mi padre es otre cantar, Atravesd lo Pitineas a pie y lo encarcelaron en Jaca. Los franquistas ty cacharon saludando: “WV Franco!” lo obligaron a limpiat letrinas durante tos tres meses de su prisidn. “Tenfa yo mierda hasta los costs’ fs ua hécoe, pero de €l hablaré en otra ocasi6n, claro, si sme lo permiter Nunca estuve segura del amor de nadie pero del suo si, et de mis padres. An no sé si mi phuma es wana excusa 0 uma soga al euello, como quisiera escribir sins miedo. Todavia hoy, a los 84 anos. exttanio cl perfume que precedia tu entrada y tu beso de as buenas noches y ve pido al Angel de la guarda que te regrese, —EPS Folteue Facebok Dean. a la Section Sanitaire con los faras apagadas ¥ va solaus!” en vez de “Viva En el niimero 46 de Ia avenida Litelni, en la cera entr casa-musco de Anna Ajmétova y dela libveria Podpisnie Izdania, me encon 4. Estaciée de Admialtslckaia, Con 86 metres esa mas profunda dea 5. Plaza do Lenin 6, Una de as astancies dela ‘e388 communal donde vivid el poeta Joseph Sroday. inspiracién morisea: la casa Muruzi, nte de la | edlebse porque entre los muros de la hhabitacion y media” de uno de sus apartamentos vivi6 Brodsky. En esa traba, en el ecuador Ge las noches | antigua casa comunal se ha atrin blancas, en plena Jectura nocrurna (in necesidiad de lux eléctrica) de mis reciences adquisiciones en esa | tienda de lioros easi centenaria. Mi | peticiones de que asf lo haga.de una | antictiona, Nacalla Lesaik, dibujante e paisajes que solo precisa de un folio bblancoy un boligrafo bie para plasmar sw eludad de adopcién, preparabaté er Jnque antafio fue una cocina eorural Natalia vive con su madre,exfunciona- ria del Ministerio del Interior, natural de Crimea, en un apartamento situado en un complejo det siglo XIX donde residié Ja elite de la entonces capital, con vistas a un deliciosamence decré pito y frondosa patio, bautizade con el nombre de Saint-Germain, por su estilo afrancesado, A pacos metros chetado una anciana que se resiste a abandonar la habitacidn que ha sido su hogar durante décadas, ese 2 las Fundacién que quiere ceconvertir ia vivienda en el Museo Brodsky, pues fie allfdonde cranseurrié su infancia, adolescencia y parte de su Juventud. ‘a gu media habitacion, que tambien alojaba el laboratorio Forogratico de su padre, cl autor de Marea de agua construyé su mundo. Desus pertenen | cias alli solo queda un armario. algu nas flores secas, un piano y fotogratias fntimas colgadas en las patedes, La madre de mi anficriona, enferma, que hasta paco antes de mi parvida tio habia sido masque una pre se‘alzaba un exuberante edificio de | sencia invisible situada en el extremo final de la casa, se presenté la novena noche blanca ante mi puerta, ataviada ‘con tn panuelo anudado ala batbilla como un personaje tural sacado de un cuento de Chéjow. Aunque ar fa pierna lquierda, mantenia erguido su menguada cuerpo sitviendose de tan baston, “Ten este cuaderno, te he copiado los mejores refranes y dichos: rusos. Aqui esta todo fo que necesitas saber de la vida’, me dijo en un ruso diafang en su sencillez ycon unaento rnneién cargada de trascendencia, En esas paginas deus euadernp infantil se encuentra la misma sabiduria popular fen la que Tolstai buscada refugio en sus crisis existenciales. Piter, como la san alectuosamentesus habituntes, flo largo de si corta historia ha cam biado tres veces de nornbre: San Peters: pungo, Petrograda, Leningrado. ¥ en cierto mado conviven en ella tres ciu= ladles “la zarista, la soviética y la con. tempordinea, esta Ultima marcada por la nostalgia de las dos primeras- con: formando un palimpsesto hist6rico, cultural y literario nico. Sin duda, es parte desu inagotable encanto, EPS Deseubrir la cara ocull pLaceres, CUADERNO DE VIAJE El laberinto de San Petersburgo Je la metrépoli rusa tan solo exige atravesar su vistosa escenografia de fachadas barrocas, neoclasicas y modernistas y zambullirse en un nostalgico recorrido por patios interiores y rellanos de antiguas mansion UANDO SSTUDIABA Filologia Eslava en in Universidad de Barce- ona, después de jorna das en que easi me rom pla ia eabeza debidos los traspiés que aba por los verieuetos de Ja fengua rasa, a menudo tenia dos pesadillas ‘Ambas transcurrian en el mismo esee- nario: San Petersburgo, la metrépoli queelzar Petro Lerigié hace algo mas tie tres siglos en. una marisa inhés: pita junto al mar para poner oto al dominio de los sueeas, construir ina, 68 ‘armada potente y abrir las ventanas cde Rusia de par en para ta ciencia, 1 caaltura y la moda de Buropa, Bn el pri nero de esos angus enconttraba perdida en Io ciudad, sin logear hacerme entender, pues cual quier frase que balbuceaba obtenia por respuesta una mueea de infiaiza incomprensién, En otro de esos des varios noccurnos cabraban vida las avenidas, los palacios y puentes que el emperadar ruso mandé edificar sobre el agua a arquicectos extranjeros. Un colosal monstruo de granito, marmot yhierro forjado me perseguta sin tre gua hasta que yo despertaba con al vio. Deestas visiones slucinadas tenia Jaculpa ua buen pufiadodeescritores ‘que, inspirdndoseen la.cindad liquid, crearon la imagen de ung urbe fantas- ‘magérica en que el ensuerio constituia tuna realidad tangible y euyas calles, més que la morada de personas de carne y hueso, eran el telon de fondo ideal para una sucesién de escenas Tterarias, Empeeé a pasar algén verano que otro en San Petersburgo en 1999, cuando todavfa era muy visible, nto en los comercios semivactos como en las restras petreos como pisapapeles de sus habitantes, la heeatombe eco- nnomica y la profunca herida emocio. nal que habia causado la desintegra- cian de la Unién Sovietica, La ciucad, fen lugar de emerger dle Jas a parecia un barca a fa deriva a punto de tundirse en el Neva. Los petersbur gueses, arrojadas al capitalisma sin ‘un manual deinstrueciones, parecian ‘cautivos en una jaula dorada, una pro- fusi6n de fachadas bartocas, neoclasi ‘eas, modernistas y estilo imperio, con innumerablescolumnas,pilastras, 50s y cariftides;en stima, tin catélogo ‘completo de arte europeo que raya en Ja impudicia, Bs tal Ja amalgan Sludades del mundo contenidas en esta urbe que cualquier extraniero enidas, una | inguierante familiar nua de mis primeras estancl ali, intercambié mi jarcelona | con el del fotyrafo Alexey Titarenko, que ha sabido captar como ningtin oto In espectral belieza de esta ciu- | i Sala del Museo Eatatal Ruso, Miatovs Fachada del palacio de los zaros entra 1732 y 1017, Musco dal Antico la Antactica, Bibiotoca Nacional de Fusia dad prisionera de las palabras y de la memoria, con su t pluuma, escuadia y carta pone ¥ el eveptisculo se protanga en una noche atbina. Entonces comprend or qué ol poeta Joseph Bruxisky defi bir o leer sin ampara a las dos ele la macirugada. y ¢ ied ofese el tinti tuna cuchara que se caiga en dia’. Otros veranos me instalé un apartamento de ia calle Fon- tanka, donde, justo a fa vuelta de la esquina, aparecia grandioso el puente Anichkov de laavenide Nevski,con sus 69 DOSSIER | « On peut mettre accent sur un sentiment de fraternité, tout en travaillant sur Vinterculturel : interroger les religions par exemple, ce quionen sait, ce qu’elles disent, ce que leurs textes peuvent avoir de commun. » Samir Marzouli profess delitéramre francais misien (pageS6-57) «En 1789, oser affirmer que "les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits", cétait mettre fin dun état d’injustice, cétait un combat pour que la république voit le jour. » Leégalits mieux que lalibersé cus faternité? (p Le renga ane e monde | n* 405m Ser 2018 « Cest la premiére fois que je «Dans timaginaire collectif, la rencontre autant dimmigrés France, Paris en particulier, est venus de partout, sans constater attachée auxarts, dla culture, ala trop de discriminations. Pour littérature, et aux Révolutions » moi, cette égalité est lige a Uhistoire de la France. » Febiola, péruvienne installée& Panis (pages 52-53) Jéxtme Clément (pages 50-51) France en génééal et Pars en part caller, ce ontencore es rangers» autem parlent le mieux, tant on a pa avoir impression, en hebitant en HH France, que de nombreux Frangais se sont nssoupis sur leurs lauriers, individu lement et collecsvement. est pourtant dans chaque secoin du monde des femmes et des hommes qui se plaisent §enseigner Ia langue frangaire, ses cultures et es valews de vie. Car censeigner Je frangais rest pas la méme chose ] u'enseigner l'anglais, Parabe, le chinois, espagnol ou le portugals, méme side nom: Drelx ensejgnants, en vais professionnels de Tinterculturel, changent de langue quand ils cchangent de cours. Ge dossier revient sures fondamentaux par 1s par nove langue, enessayant dillusireren ‘quelques lignes ee ene sais quoi qui pourast se define comme « le Génie rangais», « oere Génie ext ume pentde qut croit en sa justeste, partagée par un peuple qui réve de la diffue ser au reste du monde par sa culture et pay ses sciences», rit Jean-Baptiste Vallet, auteur du toutsécont Le Génie frangais n'est pas mort Notre Génie zegarde le eur de Paris da baut deja colonne de Juillet, place dela Bastille est le Génie de la Liberté, a tre dans les tolles mais es fesses air. 0 SL Le traneal an mond n° 405 javier 2076 48 Je m’attache aux pulsations des villes Aleur existence mouvementée _ Je respire dans leurs espaces verts Je me glisse dans leurs ruelles Jécoute leurs peuples de partout Jai aimé les cités Le Caire ou bien Paris Elles retentissent dans mes veines Me collent ala peau Je ne pourrai me passer D’étre foncierement : Urbaine. Ties Cae Te Chan esis, Uentretien wr Vous étes également tras élogieux envers le Pr André Siegfried, regu sous {a Caupate en 1945... bb Testun veritable mythe pour des ations d’érudiants, qui viennent ie partout écouter sesconférencesce sciences politiques Hest! 'un des tout premiers que de Gaulle « souhaité Consulter a son retour & Paris, 2 la Libération, Cet esprit brillant sat ré fléchir en dehors des sentiers battus Par exemple et est tes original pour ‘époque, mene une enquéte sur les élections dans Ouest, au terme de laquelle il établit une corzélation entre la géologie du paysetle vote.[lest,on peutle dize,l'iniiateur de lasociologie lectorale Des « premiéres »,ily en aura beaucoup aucours deces siécies. Lastarisation, par exemple, commence avec Voltaire La réception par les Parisiens, en 1778, du patriarche de Femney estiinpressionnante, La foule se masse pour lapplavair, lui baiser ies mains: Ce phénoméne d'idole vivante, c'est du jamais-va, Un sitcle plus tard, te visionnaire Claude Ber nard,quia révolutionné la médecine, bénéticie d’obséques . rationales :4000 personnessuivent son cortege. La encore, c'est une nouveanté, pour tn savant, D'autzes parmi mes prédécesseurs méritentd’étre cités, comme le physiologists Pierre Flourens, précurseur des neurosciences, ou encore Je Gramaturge Philippe Quinault, lu en 1670. Il n'a rien dun génie oublié, mais est le librettiste favori de Lully et le vécitable fondateur de cet arten France Bossuet et autres Inj ont reproché, d’ailleurs, sa docilité et sa soumission & Lully, bomme autoritaire et tyraunique peu apprécié de Moliére et détesté par La Fontaine. Quinautt vitipandé par Basauet, Callhava, autre titulaire du 25° feuteull, Striiis ac Rivavel... Est-lt powalale de eoncavolr une telle virulence aujoure"hal ? = Reddontabie pamphlétaire que Rivarol, en elfet, Lune de ses cibles privilégiées est Cailhava,un individu pas tres sympathique — il sc promenait avec une dent de Moligre enchassée dans une bague~, qu'il massacre allegrement Gans son Almanach général de tous les spectacles, Mais les temps ont changé.Au xv" siécle les polémiques ittéraires agitent des cercles restreints, dorénavant, la place publique comprend des millions de personnes et la prise de parole est plus risquéc. Per peur des dérapages,l'on pratique une forme dautocensure, respectable par certains cdtés— elle vite les insultes -, mais créatrice d'une sorte de « nov- langue » qui rend le débat insipide, noie le poisson et appauvrit a vie intellectuelleet politique Nal besoin ’un pouvoir tyrannique a la Orwell la «noviangue » s'impose a travers la démocratisation de Ia parole, Nous sommes ae iin actu lors dese réceptionatAcadénie Frangalse, le juin 2002 : ~ Tidevient le ducnewvieme = cccupart cu fauteuil28, en train oon ques dansun monde de bruitet de tusnulte,immense broubaha abolit le véritable débat et la véritable démocratie, ‘Qual peut Sire (e réle de PAcadémie aa sein de ce tumulte? + Laparale y est libre et vivifiante, On y évoquelalangue, bien sir, mais aussi a place de la culture danse monde Ie suis persuadé pour ma part que tous les problémes, quills soieatli¢s 'identité,a'intégration ou au fondamentalisine, sont d’ordre culture Nous devons sortir dela logique issue dumarxisme ctducapitalisme, dc 'explication économique des choses, Tout n’est pas conflit 'intérats Que peases-vous de Is rélorme de orthographe, qui domne flaw 3 uae pase sarmes entre la cocrétaire parpétual, Hélane Carrére @Encawsse, et fs ministre de MEducation, Otafet Vatlaud-Bettacem? 15 Lalangue frangaise comporte,il est vrai, des difficultés, liges aux accords, aux geares ou aux accents, mais on ne iacilitera pas son apprentissage en éliminant l'accent circonflexe. Ce type de conflitestinutile. Lalangue francaise est en train de perdre une part de son rayonnement dans lewonde.LAestle vrai combat, que doiventmener de froat TAcadémie et les atorités publiques. Comment éviter sa marginalisation et Ini assurer une place dans Pacces aux sciences et auxconnaissances ? Ilya du pain surlaplanche, ne nous dispersons pas. Un fautesit sur tz Seine, par Amin Msatout, Grasset, 336 p, 20 € (en lalrile Sars) Men faraneoe Lentretier EEE eee 14 juin 2012, Quai Conti: lors de son discours de récepticn, le Franco-Libanais Amin Maalouf fait, comme il se doit, I'éloge de son prédécesseur, Claude Lévi-Strauss, et évoque un autre illustre titulaire du 29* fauteull, Ernest Renan, ami du Liban. Liauteur du Rocher de Tanios rayonne. Mais il a un regret : ne pas avoir pu mentionner un certain Joseph Michaud, académicien et historiendes croisades, dont les ouvrages nourrirent son premier essai. Bien décidé a payer sa dette, le natif de Seyrouth enquéte et, de fil en alquille, de lectures en lectures, se propose, avec Un fauteuil sur a Seine (Grasset), de retracer la vie de ses 18 immortels prédécesseurs au fauteuil 29, a la notorigté fort inégale, de Pierre Bardin & Montherlant, de Philippe Quinault & Claude Bernard. Une entreprise originale et passionnante, qui ressuscite quatre siécles d'histoire de France. Propos recueilis par Maricane Payet Photo: Brie Geraull/Pasco and Co pour L'Eupress AMIN MAALOUF ** histoire de ee En 2004, ayec Origines, vous vous penshies sur vos ancétres lihansls, fvez-vous ‘Irapression de vous consacrer aulaurs*hul & votre deuxteme famille, fas académiclens ? > Lya une filiation symbolique, en effet. Depuis 1634 se sont assis sur ce fauteuil 18 personnages ~ plus politiques et scientifiques qu’hommes ce lettres, d'ailleurs - qui forment une généalogie. Les ausculter, c'est une fagon de regarder quatre sitcles d’histoire de France. La plupartde mes prédécesseurs sont soit des acteurs majeurs, comme Jecardinal Fleury,le ministre de Louis XV,soit des témoins des grands événements, l'instar du fabuliste Florian et du ministre Gabriel Hanotaux, Est-lt facile, pour fe notif de Beyrouth gue vous &tes, de vous inadver dans cette fignée? +3 A lAcadémie, ily 2toujours eu des gens de toutes ori- gines; il est vrai qu’avec un Lévi-Strauss, né & Bruxelles, ‘gee Grav erse celle del’ Aeadé ‘ou avec moi-méme, cette notion s'est élargie. Cele dit, la aaissance de Joseph Michaud dans le duché de Savoie est al’époque tout aussi significative, Sujet du roi du Piémont, ilw’a, semble-t-il, jamais eu la nationalité francaise. Il est considéré comme étranger. Et, quandle toisitme occupant, du fauteuil part s‘installer a Bordeaux au moment de la Fronde,cela resemble & une migration. Vous rappetex qua cette Académis est fe fruit une amitié entre quelques jeunes gens. Colle @aujourd’hal ast tras dittérente, non? 1 Hest vrai qu’en 1634 Valentin Conrart, le pivot de ce groupe d’amis,n’a qu'une vingtaine @’années. Et que,dans Jes temps quisuivront, on lira des trentenaires ou des qua- dragénaires Cela serait impensable demos jours Mais est lemonde qui a changé, pas lAcadémie, Notre vision de "age et des institutions a évolué. Aujourd’hui, om attend que les gens soient consacrés pour les dire. eae 1 19 a acadéi rongaise AMIN MAALOUF EN 6 DATES co Le protectorat offert, veire imposé, jetlau nvestell pas source de relations ambigués entre PAcadsmie et le pouvoir? 5 Lesjeunes gens contents de festoyer entre amisne sont pas trés enthousiastes,en effet, lorsque Richelieu leur pro- pose sa protection, Mais,s/ls veulent continuer ase réunir, tisn’ont pas vraiment le choix. Ea fait, Richelieu soubaite réellement donner de la crédibilité & institution. Tl joue Te jeu et se contente dexprimer son courroux lorsqu’une élection lui déplait. Cela dit,la porte est ouverte aux cour tisans. Le troisi¢me occupant de mon fauteuil, le jeune avocai Francois-Henri Salomon, n'est lu que parce quil teste protégé du chancelier de France, alors que Comeille est sur lesrangs |En 1743,1e cardinal de Luynes est préféré 2 Voltaire pour des raisons douteuses et, en 1840, le scien- ‘ifique Pierre Flourens dame le pion & Vietor Hugo. Be tollas preseions peuvent-elles exister aujourd’nul dio ta par? sa eho rs Etat, protecteur de Académie? £5 Cest peti probable. Déja sous Louis XTVile protecteur préfere suggérer quiimposer. Bt il arrive que !Académie aille & ’encontre de son souhait.A la moct de Colbert, elle cchoisit La Fontaine, que le roi n'apprécie pas beaucoup. tarili’apas rompu avec Fouquet.Seule mesure de torsion Louis XIV attend I'éection de Boileau, son favors, pour valider celle du fabuliste, ce qui, va le personnage, est ua signe de espect de Pinstitution. Les débats dhidses qui agitant Académie aont-lls constltutlfs de (histoire de France? = Oui, histoire de France traverse celle de [Académie emergence des philosopes et de la franc-magonnerie, Teffaire Dreyfus la montée cu nationalismee confit franco- ‘allemand, la politique colonial, tout se répercote dans ce lieude bouillonsement intellectuel.Y stgent despenseurs smajeurs comme Claude Bernard, au x6le détecminant sur les reports foi-science, ou Ernest Renan, visionnaire sur Jesnotioas de nation et de religion. Pius quele blasphémateut hhonni de tous les ecclésiastiques, Ernest Renan a été une bénédiction.Tlajoué unr6le majeur dans 'avenement d'un (Oceident différent. Pendant tr2slongtemps, on a pensé que sion sécartait de 'interprétationittérale des Ecritures on détruisait Ja religion, Rensn, en savant nop hostile 31a religion, démontre que la foi peut sortir mtacte de Pétade des textes. Grice a lula chrétienté va pouvoir coesister en Oceident avecla science le progréset la Liberté En-ce gul conzerne ristom, vous émettes uae Lévi-Strauss uns hypotheae husardense... ++ Dans Tristes Tropigues, publi¢ en 1955, en pleine «Laporte de PAcadémis hz est préféré & Voltaire, et le gelentifique Pierre Fiourens a Vict (asta /2 mars 2016 Lentretien aissance & Beyrouth (Liban. 197 Journaliste3 An-Nana ‘Acquis la national rangaise et publ fon "Arica. 15 Publie in auteul ur Seine uit querrecvile et sin 3 Prix Goncourtpour Leh ner de Tenis. 2071 Election période de prédécolonisation, Lévi-Strauss, qui revient des Etats-Unis, ‘inspire de Pexeraple amézicain, « Les Etats-Unis sont deveaus une grande puissance, dit-ilen substance, parce qu’ils ont, un jour, accepté de se laissez envahir par toute la misére de l'Europe, venue d'Ttalie, de Norvege,dAngleterze,d'Iniande....» Et Lévi-Strauss Ge poser la question sans avoir de réponse, pas plus que moi 'si la France acceptait @intégrer pleinement, « sur ja base de Pégaiité des droits »,T’ensemble de la pop- Jation de son empire colonial, en grande partie musul- mane, ce pari fou naurait-il pas des conséquences Similaires A mon tour de me demander si ce coup de és aurait euun effet miraculevx sur !Algérie et sur fous Jos autres pays musulmans. Ces pays seraient du marasine ? Ou la société frangaise se serait-e désintégrée? Le Liban, yotre pays dorigina, n'a pas été Enargndé par le maras: et loa défis. Comment ce petit territetre arrive-t-ll & intégrar sana Implosar 1,5 milliion de réfugiéa syrienss salt prés du tiers da sa popalation? n Europe, toutes les structures d’accueil se mettent enbranle pour lesréfugiés,ce quiconstitue un cout. Au Liban, est différent :les obligationsne sont pas les mémes,on se débrouille, on fait avec et, surtout, on pense que c'est provisoire Mais a présence de tous ces réfugiés constitue Gvidermment une Sypathéque sur l'avenir, d’antant que le provisoire semble perdurer. estI'une des caractéristiques: fe notre époque : les choses censées Etre passageres, comune la crise ou le combat contrele terrorisime,pourraient bien s’installer durablement. Le monde n'auraltei pas intérst E fire ou & relire Francols de Caltidres? "3" Assurément, Ce conseiller de Louis XIV, et Ginguitme occupant du 25 fautewil, a écrit un livre mer- Veilleux, De la maniére de négocier avec les souverains, Quiest une mine d'observations D'eilleurs depuis quia ig redécouvert en 1917 par des diplomates anglais, ses principes sur la négociation et la prévention des contits Eont étudiés dans les universités du monde entier et dans toutes les disciplines, puisqu'ils peuvents'appliques aussi bien & la vie sociale et économique ~ !Américain John Kenneth Galbraith lui tressait des lauriers ~ qu’a le di- plomatie, Ce qui est paradoxal, est que cet homme, qui prone la paix, a travaillé pour le roi le plus belliqueux de Pistoire de France ~ raison pour laquelle il ettendre la mort du souverain pour publierson ouvrage,en 1716. ee + ouverte aux courtisans, Le cerdinal de Luynes , or Huge...» / / La grande épopée du peuple francais 1751 Les pro} ectcyrs des S Comment les idées neuves des philosophes se sont-elles diffusées au xvi siécle et durant les cent ans qui ont suivi ? Par ‘Encyclopédie (1751-1772) et bien d'autres s »: salons, cafés, théatze du Gymnase st leve sur une piéce en in acte et onze scenes d'Eugéne Labiche: Brilons Voltaire !Le de quatre-vingtseize ans,et cette pide, alle seule, montre & quel point Pesprit des Lumitres éclaire la II? Republique balbutiante, L’argument en est simple Marchavant, renter aisé, achPte 2 une baromne, jeune veuve, le chateaufamilial Lecontrat prévoit aussila ventede «tout le mobilie, sauf le linge Ge corps maisla vendese des aussi Jes cuvres com que lisat feuson mari afin de les briier, come elle 'a proms & son confesseur. Marchavant, dont le nom exprime lui seull'esprit de progrés.s'enflamme:« J'ai faitde ce grand homme un quia 6 couronné en 1865 par Pacadémie de Cahors! » Et il enorgueilit d'etre «celui qui ne veut pas... éteindre les Lumiéres en allumant ie feu >... A méme époque HippolyteTaine élabore Les Origines dela Prance contemporaine, et montre comment [Ancien Régime a été sapé-non parle violence,mais par une force neuve lesidées Mlétudie pourguoi elles ont mis prés d'un siécle as imposer vraiment en politique, alors qu'elles 3 avaient profondément bibs la société Tiny a pas meilleur observatoire que le théatre, le plus grand « média » de Tépoque, pour Ja fabuleuse pénétration desidées des Lumieres dans fa société francaise. En 1721, dans Le Spectateur francais, Merivauxvécuse toute prétention pédagogique & son §| journaux, mais aussi le théatre et le... « star-systéme ». MAITREVottoie devant sonbureau (grovureduChovaier deBouters), aicembre 2055 exercice philosophique: SEF D'cUW A veut comprendre les telarige hommes, mais ne veutvien leur expliquer. En 1760, Les Philosophes, de Charles Palissot de Montenoy, Temportent un succes colossal le public vient se moquer des éer vvains ~ Rovsseat apparaft ainsi 2 quatre pattes, dévorant de la salade -,maisil entend et setient leurs enseignements auteur étant vn admirateur de Voltaire. Enfin, en 1784, le 27 avril, la Comédie- Frangaise sise dans Pactuel théatre dePOdéon, Le Mariagede Figaro consacrce triomphe des ides des Lumiexes En soixante-trois ans, Jnfonctionintellectuele du theatre estchamboulée. Et, quand Beau- rmarchais écrit « Qu’avez-vous fait ‘pour tant de biens ? Vous vous étes donné la peine de naftre, et rien de plus »,i tire la conclusion po- litigue de tremte ans de réflexions, Arésout quation dont Montes- quicu, en 1748, a posé les termes dans De esprit des lois. ‘Tout an ong de leur combat, Jes tenants desLumigresenistent parce que des stars brillent parmi eu, dont Voltaire, 'astre lephusresplen issant, Son « apothéose » parisienne,le 30mars 1778 alorsquiilest fficiellement ‘encore proscrit,en est la prewve, qui le voit regu le matin Iors d'une séance ex- ceptionnelle de Académie et acclaméle soir durant la représentation de son Irene & la Comédie-Frangaise — on le ceint de lauriers dans sa loge et on ex- pose soa buste su la svéne... « Journée historique [...]parce quelle réunit dans une méme communion une foule composite venue acclamer son roi:ler0i ‘Voltaire »,explique Pierre Milza dans sa biographie du philosophe. Et, ctant le journalist. suisse Jacob Heinrich Meister, Milzaconelut qu'« avecce viewx survivant du Sigele de Louis XIV que la mort stappréte a revi, c'est bien 'empire de YYopinion publique qui annonce sa venue» Lexvat a cxéé Findividu, avec Descartes, et Pascal. Le xvnrtinvente,eneffet,agré= gationdesindivides c’est-3-dire opinion publique. Le x0% en déduirale nouveau: systme politique a mettre en place :1a ... Lespremiers ous école, Tepprentssage du francais, la peurdesetromper, lad are diffévente sont autant @obstacles & Echapper ala censure Ces années de déconvenues puis atapprentissage et de découvertes seront lobjet de son quatritme ov- ‘wage publi, Le Bleu des eis. Un titre en réffrence aux lettres de son pére, dans une correspondance dras quement soumise ala censure. Afin 'y échapper, son pere avait sugges dellzeles memes livres eed'en rene compte dans leurs Schanges épisto- laires, les Les se devant d’éviter les sujet poltques.Poure faire, La Vie des abeiles de Maurice Maeterlinck ‘raitun bon choix. Entre Mandges et Le Bleu des abel LauraAlcoban’apastout &faitquiné Vargentine: Avec Jardin blanc, en 2009, et Les Passagers de Anna fen 2011, ce sont diverses parcelles | ddupays quelaromanciére aemporté dans seslignes. Le premier part'un fait historique et singulier des an- rnées 60, qui raconte Pétonnante co habivation dans un méme immeuble de Madrid du général Perén et de Vacwice Ava Gardner... Etvange duo d'exil auguel Ja) romanciére adjoint | | une jeune femme ps | i Seanad Le bleu des abeilles Tombre d’Evita Peron décédée quelques an nées plus t6t... Avec es Passagers de Anna C, Laura Alcoba conte Tincroyable odyssée de quelques jeunes Argen- ‘ins embarqués sur ua bateauafin derejoindre Emesto Guevara et la révolution castriste Parmi eux, un jeune couple et un bébé. Ou comment la part auto- Diographique nes pas absente du récit, Apres ses études, Laure ‘Alcoba a enseigné en France la lit térature hispano-eméricaine et ra duit plusieurs écrivains espagnols (Calderéa) et latino-americains (Yuri Herrera, Selva Almada). Une autre fagon de maintenirlelier avec la langue et le continent quittés Quanta ses courte, ellelaisselesoin A d'autres dlen effecruer la traduc- tion en espagnol et de leur donner ‘vie dans le monde hispano-améri- cain et tout particuligzement en Ar- vvain reconnue, auprés d'un public é+onné dedécouvrir une romanciée «argentine» de langue francaise. » Bis dans fe monde n* 406 [juillet aodt 2016 | | rentneot eleestdevense une éar- | 08 La grande épopée du peuple francais 1862 ombase Les tunéralles oe lecture. Les Misérables furent aussi un des premiers livres Abénéficier Cue «sor Ge mondiale » simultanée Gansame dowzaine de capi- tales ~ Londres, Moscou, Rio. angais, Quinze jours apres Sa pat tion, on, comptait déja cing éditions pirates, Et Hugo dut se battre coatze son éditeur, Albert Lacroix, pour qu'une édition « populaire »— Pequi- valent de nos poches daujourd'bui vitrapidement le jour ‘Lun des paradoxes, iégerement ixo- nigue, de ce succés populaire fut que Les Misérables enrichirent considera- blement leur auteur. Hugo avait signé Je « contrat cu sidcle» pour ce roman 240000 francs-argent ('équivalent 600000 de mos euzos) davance, Ave cette manne,ilaitravalerlafacade de Hauteville House,se maison de Guer- nesey,y laisse construire sur le toit son fameux lookout cette pidce de verse 0 il écrira désormais (debout, comme ‘chacun sait), pourvoit ila dot desa fille ‘AdBle (50000 francs) et—on ose Apeine Yécsire~investitlereliquaten... actions ea Bourse! 04.2. (Vor ag. Avon a (1802-852) ior age Peudont ee 18511859) ‘nt iepunuesauredtion Fark Les obsbques dus pote: «Jy éta «Hugo, le jin 85, soulévent une vague Emotion uiaffole J legowerament. TERRES 9O “susian Perrignen a éertt Vietor luge vient de meourir(stconocteste). Ele Gvoque ens funérailies histeriquas. Pourquoi une telle foute ‘aux funérailles de Victor Hugo? 1 Huge @ éerit fe sidcle a mis en mols fous ses espoirs. Lu le bourgeois des beaux uartiers, a instaté fe peuple, tes invsibies des bas-fonds, aucceur de son cauvre. Suivre ses fundrailis, cst rendre nomimage a'au teurcdes Misérables,dceluiquites aracontés Désie dimanche 3! mai, on vient de fe France lentidre pour voir le cores du pobte exposé sous "Arce triomphe, La mult du 35mai av 1 juin 1585 est dantesaue, folie. Les funé- raillesoffcillesne commencent que leer emmain. On regard passer le cortage des tolts, des balcans, ovagrinpé.un escabeau, Sunlampadiie. Onsestinscritenpréfecture our prendre place dans ledéhiéquistouvie avec les grands corpsde Etat et se termine avec es soclétés ouvrires et progressstes. La foule est tlle que lorsque ia tte ducor: arrive au Panthéon certains piétinent sneore porte Mallat, derriére Etoile Comment réagit fe gouvernement ? ota trés peur des"motionpopuiaire. a tle République estjeune, encore hantéepar 3 Commune qu’eie a écrasée. Eile seffore tune émeute enarchiste. Dés Vagante du poite connue, ie police est sur tes dents, tllea des esplens partaut. Cet enterrement fest fe révélateur de tensions socioles et polifiques le gouvernement cioist un trafet loin des quartiers populsires;ilorganiseles funérailies un lun, jour de semaine, oles ‘ouvriers sont obligés dalier travaier. On parle beaucoup des humbles & Is tribune officielle, on se drape d'Hugo, 00 le canni balise, mals on a tout fait pour écarter les profes au paysage, Lévénement n’apas d'équivaient ? +5 Arépoque, Paris a connu bien des sow Javements, mats ameis une tlie foul, deux mifions de personnes, dine, recuelle Slee tique, caime, parfois gale. Ce juin 885: un vrai marqueur dans Mhistoire ce Pa CCeux gui sont 3 diront& leur familie: «J'y tals!» La parole se transmettra au fil des générations, '9i rencantré des lecteurs, assez 8gés, me disant : « Vous sevez, mon granc-pare y était! » Avoir assisté aux funéreilies de Victor Hugo, cest avoir pris apart d'un grand moment de histoire de France, Propos recuslis par Elise Karlin NE 3364-3365 / 23 décembre 2015, La grande épopée du peuple francais 1862 ¢ jeudi 15 mai 1862,i1y aun grand emboutell lage,dés6h30 du matin, aubas delarue de Seine, a deux pas de POdéon, Paris, Cabriolets,carrioles, Parisiens munis de brouettes et badaudsfontle pied de grue devant ’écboppe de ’édi- teus Pagnerse. Larue est bloquée, on xOle! émeute et deux sergents deville sont dépéchés pourcalmer tout cepetit monde. Laraisonce cet attroupement? La sortie de la deuxiéme partie des Misérables. La premitre, parue le a0 mars précédent, s'est écoulée & 100000 exemplaives ~chiffre colossal pourl’époque et chacun veut connat tre sans attendre lasuite des (més)aven: turesde Jean Valjean, de Cosette etde Javert. Alors, toute cette journée du ‘Smai la famille Pagnere,aidée d'une armée de commissionnaires, deli des « paquets » de Misérables aux libraires venus s'approvisionner. La rupture de stock ne tardera pas. Hit ine saga-3i6s J 23 decane 205 roman-peup Cosette, Jean Valjean, Gavroche, les Thénardier... Le chef-d’ccuvre de Victor Hugo irrigue depuis un siécle et demi notre imaginaire national. A travers ses pages, c'est une certaine idée de la France, tourmentée et généreuse, qui s‘impose. ar Jée3me Dupe jours plus tard, on en sera déja.ala ‘inquitme réimpression, ‘Victor Hugo peut étte fier-Fidéle aux métaphores marines, qu'il affectionne, | écrira de son plus célébre roman «Cestmon Léviathan que je vais lancer Des ouvriers se cotisent pour acheter le livre surmet:ilaseptmats cing cheminées, Jes roues ontcent pieds de diamétre Dante afaitl enfer de dessous,'aitaché de faire lenfer de dessus Tl a peint les amnés,j'aipeintles hommes » Existe- ti] un autre roman qui décrit aussi bien Je peuple francais? Ses person- rages sont presque tous devenus des noms communs : Gavroche, Valjean, Cosette, les Thénardier (combien de fois n’a-t-on pas In que les Balkany Gtaient les « Thénardier des Hauts-de- Seine»)... Toute la France est la, r6u- nie dans ce flot de mots, qui tient & la fois duroman policier, dufeuilleton et del'épopée:ecclésiastique (Mgr Bien- ‘venu) etlaprostitnée (Pantine),le bour goois (M. Gillenonmand) etie «gamin deParis» (Gavroche).le bagnard (Jean, Valjean) etle policier (Javert),cesdeux derniers étant Veavers Fun de Pautre jusque dans la consonance de leurs noms Ce Jean Valjean, ancien bagnard au grand cceur, qui sera interprété & Pécran par Jean Gabin, cette autre figure de notre imaginaire national. Une vision parfols hyperréatiste Lambition d’Hugo, avec cet opus magnum, quidevaitd’abords’appeler Jean Tréjean, puis Les Miséres, avent de ‘trouverson titre définitifjest immense : «La litérature du 20x" sitcle n'aura ib Desacteurs derenom| tels Bernard Bier et eanabin(@ at), on qu'on nom; elle s'appellera la littérature démocratique », pro- clame Pexilé de Guernesey. Car Les Misérables sont aussilerécit d'me conversion intime, le basculement d'un homme mar d'un certain conservatisme de salon vers une forme de socialisme, dela droite versla gauche (pour ie ire plus simplemen). Quand Hugo: les premiéres lignes.en 1845, lest de France; quand ilinsczitlemot «fin», est un proseritdu second Empire. Cest Je personnage de Marius sorte dedau ble de Pécrivain dans le roman, cui ft gurera cette prise de conscience poli- que, lors des fameuses scénes des barricades de 1832, « Un ive fait pour Ja crapule catholico-socialiste »,ne s'y ‘trompa ailleurs pas le bien peu pro: gressiste Gustave Flaubert & la sortie des Misérables, Oui, c'est bien Podyssée du peuple ~le peuple asservi, évaqué par Hugo dans son célébrissime discours & IAS. sembiée nationale législative,le 9 juil- et 1849 —que retrace Tetrivain dans incare les mthiques personages. point d’orgue,done,ces barricades parisicnnes de 183,00 Gavroche etses amis émeu- tiers trouvent la mort. « La mistre est seraitenfin venud?arrachercette guenille, etderemplacer,surlesmembresnus de VHomme-Peuple la ioque sinistre du [passé par la grande robe pourpre de Paurore ,confiera Hugo, jamais avare envoiesIyriques,a son éditeuritalien, dans une lettre du 18 octobre 1862. Pour autant,lidéalisme n'interdit pas ‘une vision parfoishyperréaliste du peu- ple. Prenons les Thénardier :détrous seurs de cadavres surle champ de ba- taille de Waterloo, exploitevrs de ia petite Cosette (Euphrasie de son vrai prénom),prétsa vendre leurs propres, enfants ils sont aussi les parents d'un héros, Gavroche. Chez Hugo.le peuple Brest jamais tout blanc ou tout noir. Relevonsau passage que le romancie: avait uncertain sens prémonitoire des lieux :la déchirante rencontre entre Valjean et Cosette la Yameuso scéne duseau d’cau ~a lieu & Montfermeil, bourgade dela banlieue parisienne ot! Jes Thénardier posstdent une auberge. Cette méme ville de Montfermeil qui sera le théatre de violentes «émeutes des cités », en 2005, fruits dune autre forme de mistre, et qui, au premier tour des élections régionales de 2015, sera a commune la plus proche de Paris 3 avoir voté majoritairement pour le Front national. Lemeentrat du stbcte m Roman du peuple, mais aussi roman pour Ic peuple. Lire Rousseau ou Balzac n'est pas toujours aisé, Suivre les aventures de Joan Valjean et de Cosette, si, Dans le second volume de sé remarquable biograpbie (1) de Victor Hugo (on aitend le troisitme et dernier avant 2020...), lean-Mare Hovasseraconte que,dans certains ate- liers,les ouvriers secotisaient a douze (1 franc chacun) pour acheter le roman, avant de tirer au sort ordre de 73364-3365 / 23 décembre 205 a En couverture /Attemtats « Ce n'est pas une guerre, c'est un défi culturel » Le dernier llvre de Gilles Kepel, Terreur dans I'Hexagone®*, fait grand bruit. Le politolegue et spécialiste de lislam y revient sur les deux vagues dattentats de 2015, qu'il situe dans un nouveau djihadisme. Lequel appelle, explique-t-il & LExpress, des réponses tout autres que celles qui sont isas-vous aujour@hul les teeribles Gvénements de 20157 3 Les attentats du 13 novembre s'ins- crivent danslaméme logique que ceux de janvier Is'agitdanslesdeuxcas d'un terrorisme de troisitme génération, qui vise I'Europe comme ventre mou de POccident et qui apour double dbjectit de sidérer'adversaite ainsi quedemo- biliser dessoutiens parmils population musulmane afin de la rassembler der- voéreles éléments es plusradicaux. Tout cela, dans la perspective d'une guerre enclaves suscepiible amener AT éta- blissement du califat sur les ruines fumantes de la civilisation occidentale. Cette vision, par bien des aspects déli- rante,estcelle dA bou Moussa al-Souri, un ingénieur djihadiste syrien, formé en France puis naturalisé espagnol qui a tiré les legons des phases terroristes, précédlentes -ila eu pour ambition de ‘mettreen contact a troisiéme génération celislam de France etlatroisiéme vague u djibadisme. Mais, paradoxalement, stles attentats de novembre ont ét6 plus SP 3566 76 janvier 2018 actuellement données. Propos recueils par Ghristian Makarian rmeurtriers que ceux de janvier, ils ont ‘manqué politiquement Ieur cible et ‘cémontré les limites tratégiques dece nouveau djihadisme Powrquet ? 1 Letfet de sidération de 'adversaire nia pas été aussi important que recher ché. Le terrorisme a une économie politique propre :pour étre productrice @effroi la répétition des attentats doit aller crescendo. Or, passé le moment @horeur consécutif au 13 novembre, la société frangaise ne s'est pas délitée nj fracturée, bien as contraire. On a assisté & des preuves d'unité peut-étre cncore plusiimoressionnantes qu'en jan- vier. Meme s'il n'y a pas eu de grande manifestation popwiaire spontanée, méme sion n'a pas assisté 24 d&filé des chets d’Btat étrangers, les réactions dissonantes que on avait déploréesen, janvier (du type « Je-ne suis pas Char- fie») ne se sont pas produites Dans un Consensus frés large, es responsables religieux musulmans ont affinmé que Jesauteursdes attentatsnappartenaient pas aumémie islam qu'eux.Parailleurs, sienjanvier la thématique de Pislamo- phobie a été entonnée par certains nilieux islamistes, ces derniers en ont €1é bien incapablesen novembre. Comment t'exptiquez-vous ? /5Pourbien comprendresl aut d'abord. remonter aux originesde islam. En653, lors de la bataille de Siffin, qui oppose ssunniteset chiites lasecte des khandjites (littéralemeat, ceux qui sont sortis ») se détache des autres croyantset refuse. deprendre pertaccette guerre. Les khe- ridjites oonsidérent que les seuls vrais, ‘musulmans sont ceux qui ne pechent pas, qui vivent dans a pureté absolue; ence qui concerne tous les autres, leur sangest «licite» (halal) ils doivent tous tre exécutés, Cette secte a &xé farou- chement combattue, y compris par les plusfervents partisans du dhinad armé, usqu’son extermination, carson hyper- violence menacait la pérennité méme de islam, Ce quiils'est passé le 13 n0- vembre présente des resemblances aveccespremiers temps de islam. Cela évoque également ce quiilsest produit en 1997 en Algérie ot par sonextéme violence, le GIA s'est aliéné ume part importante dela population —quis'étuit pourtant montrée favorable aux mouvementsisiamistes & partir de!'n- terruption du processus électoral par les militaizes,en 1991. Gela ouvre des questions, aur le stretégie de Daech... 3 Oui, car, contrairement au 11 sep tembre 2001 ,décidé d’en haut par Ben Laden, le djthadisme de troisiéme gé- nération laisse une grande part @’im- provisation & couxquimettent en ccuvre les attentats—dansie cadre d'unefeuille deroute globale, Autant, pour les 7,8 et Sjanvier2015,!attentatcontre Hebdo et celui contre Hyper Cacher avaient été préparés par des hommes qui connaissaient jes lieux, qui avaient eifectué des repérages précis et qui avaient ciblé les victimnes afin de provo- quer Une fracture de la société, autant Je3novembree wuentrerenscéne des malfrats dont on peut penser que leurs actions ont dépassé leurs competences. Les ceintures d’explosifs du Stade de France mont pas toutes été déclenchées: Jesmitraillages Gans les X* et XIFarron- dissements relévent davantage des ‘méthodes du grand banditisme que du ciblage idéologique prised’ otagescu Bataclana about Auncamage delirant, comme les dépositions des survivants xécomment publiées!’ontconfirmé. Ce Shihadisme de toisitme pénération est ravageur Néaumoing ceux guilemettent en @uvte sont incapables de le penser politiquement ct ont pu se prendre les, pieds dansle tapis Gu’est-ce qui le prowve? 5 Lecommuniqué final desdjadistes cible Paris comme «capitale dela dépra- «PEON ny Paris a écésionge comme ‘capita de adpravaiionetdeaie» vation et deVorgiew.Cest partir dun point de vue moral, contre le « péché » comme les kharidjites, que le meurt de masse est argumenté. Or,méme pour les djihadistes ordinaires,le péché ne rend pas « licite » pour autant le sang, des victimes,notamment musulmanes ‘Onvoit plusieurs signes que Padhésion au logicie! de Daech pose des problemes. religieux au-dela ducercle des adeptes. Jen donne plusieurs exemples dans mon livre. Dans les vidéos de propa gande diffusées ensuite par I'« Etat islamique », deux individus frangais musulmans reprochent 2 leurs coreli- sionsires (ot compatriotes) leur passivité apres la tuerie, Le magazine en ligne srancophone de Daech, Dar al-Islam, réduit &zeproduire un texte arc- Fagard Nabe pour supputer Pmelination des intellectuels francais auxtheses djihadistes diffuse le témoi- gnage d'une femme qui se lance Gans tune défense achamée de la polygamie cet qui s'insurge contze ces Frangaises quiviennent Daechen acceptanttout sauf d’épouser un polygzme. Comment évalues-vows lerénction du pouvoir? > En convoquant le Congrés,en pro. clamant] état d'usgence et en annongant que nous étions en guerre contre une. «armée » djihadiste, i me semble que Francois ffollande a eu recours a un vocabulaite quia manqué sa cible Non pas en la sous-estimant, comme ce fut Te.cas dans le passé lorsque les services secrets wont pas pris au sérieux le dji- hadismede troisiéme génération, mais en visant au-dessus A moa avis, nous pesommes pasen guerresur le terztoire francais; nous sommes en guerre au Levant La guerre en France, c'est ce que veulentles dibadistes evila'est pas uestione se regarder dansleur miroir. Nous avons vécu la transposition & la télévision sur le sol national d’un acte de guerre,queT’on voyait habituclement en Sprie,en Ira, au Liban ou ailleurs; sais est aussi un phénomene qui fait ‘penser aux ass murders des Etats-Unis, Columbine ou, trés récemment, e00 3366 J 6 janvier 2056 00 San Bernardino Dansce dernier cas.du reste,on déctle un mélangeentre tun’ pathologie propre la société amé- sicalneet une affiliation Daech Prenez le cas dAbaaoud Je fait qu ait pas eu de plan B, qu'il sot allé, apres les attaques saute portique dune station demetrode Montreuil, qui aitfini dans ‘un squat apzés sre terré sur les talus de YAB6, tout cela ne plaide guére en faveur d'une armée elite djihadiste. Pourquel Francais Hallande a-toi recouru a ce fangage 7 + Le langage de la mobilisation mili taize est rassemblenr et permet & un homme politique d'exercerses fonctions régaliennes La cote de popularité du président a bondi. Anjourd hi agestion duterrorismeest unenjew ceatral pour lalepitimité des eites politiques concur rentes entre elles, ‘comme! était autre” foislecapacitédete- airle Front national a? écart Orle Front national ne peut plbs étre la variable d'ajustement Jabille blanche du billard frangais;c'est&.cer- tains égards le pre- rier partide France et i est devenu la boule rouge du bil- lard, la carambole, celle quimarque ies points Dans ce sys- ‘emedetripartisme, le FN béneficie de ce qui lui est em- pranté, lors méme que ses adversaires Groient titer profit deces emprunts: lt cacophonie qui ac- compagne le débat surl'extensiondela déchéance denatio- analité pour les binationaux I'ilustre. Léiement qui a remplacé Je Front na- tionalpour désargomner le camp adverse mest autre que la capacité de gérer et, éventuellement, 6’éradiquer le terro ste. En ce sens, Frangois Hollande a sé de cette posture de facon jusqu'ci favorable, mais de moa paint de vue, cela repose sur tine erreur dinterpré- sneapasrareat Lesresponsebes Faligieuxréfutent lavisionde islam es terrorists (En couverture! Attemémtss tation, Cen'est pas une guerte,c'est un défi culture, social et économique. Tl faut comprendre que le terreaut des boanlicues populaires, ob Fon ne trouve plusde travail, produit des attitudes de ésespérance et des replis identitaires quis'expriment d’abord dans un sala- fisme,a priori non violent, pisune fois, que la rupture est faite, des individus dérivent versle djihadisme. Comment agie concracament contre fe tarrorieme? > Sur le territoire trangais,repenserle renseignementme cembleextremement important. La police est organisée au moyen d'une hiérarchie tres pesante, alors quele terrorisme de troisiSme gé- nération se définit par un systime réti- culaire enforme de thizome oud'essaim. Ilya durésceu, de manitre intense et parle bas, mais pas foroément de hié rarchie comme €’était le eas pour Al- ‘Qaeda. La répression a une génération de retard parrapport aceite évolution, Wexiste un deuixitme facteur clef lorsqu! une eispation identitaire para are a seule réponse & des probltmes exclusion, le systéme politique est en plein ¢ysfonctionnement La politique fort précisément dreprésenterlesforces enhitte dans une sociétéet& lescanaliser 2 travers les élections on ls instances émocratiques. Ceux qui om anpres- sion que les deux bords politiques op- posés représententfinalementiaméme inefficacité se réfugient, selon leur ap- partenance, vers des attitudes ident:- {aires Soit le salafisme, pour les uns.Je parti qui combat es elites, poor les atres Jenedispasdutoutquecelaestlaméme chose sje dis simplement quilexistedes congrilences. Encore une fois, au corur de cc contexte, affirmer que nous sommes en guerse en France revient & s'nterdire de penser lanature réelle de ce phénoméne. Cela procure peut-tre des gains politiques court terme,mais, effet boomerangsera terrible, Etublissez-vous un paraliite entre deux maximaliamas, sur Ia Syrie et en France? 1 A propos de la Syrie,la position de Ja France consistéa vouloirneutraliser Bachar el-Assad, a voirdans son élim- nationn préalable absolu a toutrégle- ment. Jean-Pierre Filivexpliquait ainsi que In Syrie était notre guerre d’Es pagne. Ona mis la barre extrémement haut sansse donner ce possibilité de négociation, Or a jourd’hui, avec cord conclu TONU,oilavoix de Je France rest qua- siment plus audible sur ce sujet, on a entéring le fait que exclusion dAssad ne pouvaitplusétre unpréelable. La d- plomnatie franceis dit avaler son che- peau parce qu'elle avait péché par inppéritie, Je me de- mandé, en effet, sia réthorique de la guerreen France telqqelieestiormlée, Gemaaitre holiste,comme une totaité, ne participe pas duméme syncrome Le discours maximaliste, pens€ selon les bénéfices politiques que on croit pouvoir faire & courte ‘we, démontre une grave incapacité de se projeter surlelong terme. e GILLES peas lt! chee aro Sereda Hesgona Gente (icin nang ae Antige ‘ae Caliard Sop 21 © NO 3366 76 janes 2016 EL PAIS ede a cubies dee ajo ayer etn Slik ese que arco pabre diablo un sia anni unset se tgs. una simple Hora, Las ho deta madang, amine dle jeer stsendo on I atop eretrada en i cad y Blanes Sire tedoica una mirada enc sh decde le vals publenarie que ferige en medio Geum baste Invi eee sicos pacedanes Hepos de grafts Gu euerpe deme ‘ldesturceste produce ura star Enenee suet deesabelezs ina ‘Ghuabley el lupsa de ander © ‘recinma Pedros oubira Bordo Shibercereenese lero compre faselproauet que lachice tects ‘=, po impor que see ne cera “crus eoue,t ile, Un segure fe vid oun ‘utadot sn ars odo fs cra y Blanes te sie oro oo asia perdeste de eta, ‘ero la clude i encuentra de ‘Buse en les penees publltares fm cualguleréoquina en las pare s del autbi,on el aerepuer, bis esacones ex enburane. No saber su sombre’ iota mpc qu en chao ea Fa, [Sno lsoraie deforms cl pot Jemence del pubis Peron ‘Gurutelaesperoen aantele del esta, hoees une eta Fac § apt esi tin By elect, se are ‘Blanca Saezy eo un repo de ‘hose pagers cuenta ‘os sheaades iseambinnde pare Sauls porinenoes ds vida pv 2. ay res que este de vee Gad quecounatenieynounaer Iratresmeygtece que dene pro- lems como os deans © incu ‘oede que algun verve también tesnete Save ean un ere ‘Ssconoet en un ecropuerta tk ‘do del err eargao do ake {as lospopoezs le peogutas ‘feliz con so ancve noo 9 ean ‘Searrencar une respuesta men. {oie el eros en la Sees some {STocran 9 exaese Ia rela del Jule, st sso uy fe xclarpe ‘enie yt, pobre blo, pensar ‘urella ben pda ener ale ‘Bacar que ompereel sorting ecu betes, pero sure con te Sasdar aes Stes et oe eseelete sects ha reat papel impor {nies en pleas de Amodave, les de eles, dena! et ‘bene sido ominada um pres GENTE SINGULAR | Blanca Suarez En la tierra como en el cielo avon vost i: La actriz madrilefia, musa de Almodovar y Alex de la Iglesia, eg mujer de bell , como Grace Kelly ‘Goya; a rabojado an series ed tom isesen hs ganda sobre ‘ode ese prem ue fe rela ead ds la sdoracin que leer por fla Set compares de bie, Sus eamorados emul dese bees en Ine rede sores Nac 8 Necrid en 160 an texto Feo ene colegio Momteeras- ‘alo en a Uniserscad Rey Juan Cayos fe dap de Cornics Sdn Audiowsual) & ae I 2Feo fecal decearse coe. Uncs fomoatan con Pentiope Crus ‘toe, can Conti Cardinale pore Blanca Suter er una de raze chr fas que ya wene muy edveda de sas ae nes quar fr tna de uals eabterte en late iede aco guess perils corres Donde seer con le bles ta de (rsee ely quel distinguid Aone de Bledel gue dspuds de pusrse por ln piedraa medio Ho Npwood be paseaba como ua cane ovado pores pints Beale dela Segara natural y baeaes mane Fede Blane Sudrey tombe 2 Puede adiina un poate laa Bn caps de desereadeoar alge as tonmentes muy tories. Lapubliedec pede comverticel, baturaa inate sourbia en inmate dura stionavegs tn were de dor pos com Blanes Sidrensborde lero sas ‘o-queemana Sv anne de pen. ‘as numes de Womensciret © de “ns no sae encuina ate deta cnudd a pues con fu beteasabvaava pore a sis Bae In foots conse on no ‘sherdatingiraniee ede) a “aa eve la siday maven tre Cerys a, La bale coe ‘mister natured que exit amta y “hepues dl meq steno ce {comp en le ser BY uo de ‘Bape Snren ets en ecuenerucye ‘ie De lla ran ad odo fee Fejrescretares de cic 10s Du Sieierce mis cpateesy ine cen Eumirse Inssishes de chimes nis acsale del dentist y bajo eh fend dela penguera, Oar Eoemigacro amano, que ceca Dor aetuese aque la prebera ss Bor deutro que per usr. ene anal que coe panel publicise ds por ou alana a por Drendas am qe eee es Sheri, Blanca Searer rota ‘Suen etic someon sl desma de Sera poor Bel fondo, sxe dle fn ce retice ny ba eal « Laraison ’emporte a Paris sur le fanatisme, quelque grand qu'il puisse étre. » « Le cepur de Paris, Voltaire, Traité sur la tolérance ‘Charles Trenet, » Le Coeur de Paris» « Paris sera toujours Paris ! /La plus belle ville dumonde/ Méme quand auloin le canon gronde/ Sa tenue est encore plus jolie / Paris sera toujours Paris ! » ‘Maurice Chevalier, «Paris sera toujours Paris t» Sad Charles de Gaulle {e angate dana la mands [n° 403 jarwiartamir 2016 ma EPOQUE| LANGUE « VABILANG, UN MECAN SME MENTAL IRRESISTIBLE » Tamarqué la derniére rentrée littéraire de son empreinte. Le dernier roman de Boualem Sansal, 2084. Lafin du monde, décrit un univers post-apocalyptique occupé par un seul pays, YAbistan, possédant une seule langue, Pabilang, et une seule croyance dictée par le Gkabul, son «livre saeré. Nous avons rencontré lécrivain algérien alors qu'il était Pinvité exceptionnel de PAlliance francaise de Paris, le 12 janvier dernier. PAR CLEMENT BALTA, EE) Gevinoren de nave fran gern de Deemer fewratre Sees mor sae 2008, sonpoue dete fenstiomaie smo ‘Sevinaunriesote sa publestence Dometic eres crargecartv Ie Bow sseren 2050 est Por son ttre méme, votre roman revendique sa fliation avec le 1384 ce George Orwell. ‘Comment poursuivez-vous {a réflexion sur la langue développée par celui! avec invention de ta novlangue? Howalem Sansal: Enve univers ‘orwellen et celui de PAbistan, ily une différence fondamentale. Le premier est un ordre bumain,ins- piré par un dicrateur, Bg Brother, {gai pour mystérieux quil soit reste ‘unhomme. La noviangue nest rien @auize que ia fameuse langue de Doisdesdictseures populairessocie- IistesperfectionnéeaTentréme pour smaintenirles gens dans un état per péruelde soumission et dexaleation (oud apathie).Prisdanscerunivers, Thonune intégre pleinement Tidée {quil est heureux (etl sera davan- {age demain} et que son bonheur sésule directement de sa soumis- ‘Son absolue& Big Brother. Cest un ‘conditionnement pavioviea, of il 1a plus besoin de savoir qui est Big Brotherni quels bute poursuit. La novlangue dérruit les mote et leur sens et ainsi le citoyen se trouve ‘charge d'une langue déchamée qui Vempéche de rééchir et peu & pew Te wansforme en robot, est Pégui- valent de logiciel informatique cui actionne ue machine sens pour ‘autant Iai donner le pouvoir de ré- échiretdagirparelle-méme. Alors que Mabistan, lui est fordre divin ‘Oui. Au sommet est le dieu Yolah, secondé par Abi, un mythe vivant er éternel. La Vérité qui dit que rout proche de Yolah et se résout fen lu est consignée dans un livre secré, le Gkabul, éerit dans une Tangue sacrée, Tabilang, que les gens apprennent par coeur et 76 ‘extent 2 Tifini, Labilang n'est pas une langue de bois perfectonnée, elle est tn mécanisme mental irré sistble gui transforme Thome ex robot, un robot quine réfléchic pas, smiew: qu: croit, Hest un élément vivant dela Vércé, dont au demeu- rantil ne sait en. On est dans un ordre transcendent. On mesure ce, (que peut un tel systéme en voysnt (ce que deviennent les jeunes isla mister touchés parla grace delara, Glealizetion Is sentsoumis comme {des robots, mais des robots qu ac ‘ofdent Al conscience du fdBle qui se sent pleinement engage dans le ‘conerésisation du Gkabul. Ce robot cesedéia un cyborg: une fois chargé u logiciel du croyanc peut agit pparluisnéme, etformer autour Ge Jui dautres apprentis cyborgs, ‘Qualles sont les implications dos lens entre langue et politique d'une part, entre langue et religion autre part, ‘que vous avez vousemame gbservées en Algérie? Alindépendance (en 1962), lepre- rier gouverernentalgézien aprit 1a décision cage et intelligent de reconduize Pordrefrangais installé en Algérie (lois, langue dense! gnetaent et de communication of ‘cielle, structures adrainistratves, ete). Tse disait que cette mesure permemtrait & TAlgérie indépen- ‘ante de démarrer sur de bonnes bases et voluerrapidersent vers le progrds social et économique. ‘Aveclinkastructureexisante G'une des plus développées du bassin mé Un peuple méditerranéen disparaissait et un auire prenait sa place, par le seul effet de cette arabisation musclée chargée denationalisme etde religiosité» diterranéen), le suceés était quasi assuré. On pouvalt & juste use parler delendemains chantarss, ce dont es ixigeantsbien-aimésnese privaient pas ‘Mais rapidement, pressée par les Days fréres arabes et musulmans, algerie a mis en cewvre un pro gramme d'arabisation, congu et ‘conduit tambour battant par les u- ‘wanationalistesetles religieux, qui fen peu de temps # profondément twansformé le pays. Un peuple méei tervanéen disparaissat et un autre, B ‘rangi danse monde [a 408 | mar=awi 2016 abistaials avantT eure, prenait sa placeetcelaparleseulefferde cee arsbisaton museléechargée de ns ‘lonalisme criard at de religiosité& x de peau, se voulant avant rout puriicarice et glriicaice ‘Guaties consequences de cette arsbiestion 3 tous crins? La transformation, réelisée en & pelne une dizaine d'années, est ef frayante, anouvelle langue née de cette alchimie maléfique ea un pouvoir phénoménal, elle 2 mod 5é la morale humaine et jusqu’e le biologie intime de Vérre hamain. 1a violence entétée est son seul ‘mode dexaceesion. La transforma ‘lon encore plat rapide qui? sur le sol européen dass la com mugauté musulmane me tervifie davantage, elle montre quill ny a aucune force capable de 'endiguer: nila dicarore comme dansles pays arabes, nila démocratie ela leicté ommeen Europe. lle mantze que i connaissance de Tislam et de la langue arabe nest pas nécessaire, ce qui libare [evolution de toute Contraint, la simple scansion dela formulerituelewAllah akbar» suit pour subjugue, transformer trad. caliser tout jeune qui passe a poreée une mosquée oud'un stelnternet tie au préche islamique Vous avez déclaré lors de votre intervention a Pala Frengaise que pour vous un roman était comme un tact poftique. Quelle és, quce Actualité a inspiré votre tion? 1 problime nouvea, solution no ‘elle, Nous ne savons pat encove ‘raiment bquci z00sfaisons foe Une slamisation du monde? Une gissrefneme isan? Une guerre fe culations’ Une guerre Nec Sud, des pauvres contre les ices? Une guerze racale? Une guerre saonclale? “rest, en Algrie, la itéranace sest empaiée de a question. Ala parution en 1999 de mon pressior Foman,beSermentdesbarbares,ona paré de eitrature de Pusgerce Lntesreeme feppast cruellement le pays, om lu cherchat es exp cations immédiates et des coluions rapidement opézetioanelles. On jecrise du pouvoir, de manipulation des ser vices secrets. Javais de mon cdté cherehé des racines plus ointeines, dans la caltre,Ihistoue. ‘Trés vite, il ost apparu que le ter rorisme 2était pase car du pro- bléme. Cest un epiphenoméne, voize une diversion. On a ensuite arg de 'islamisme, etvu en iuila source idéologique du terrorisme cetdes guerres cviles qui depuis les pointemps arabes ravagent les pays arabes. Anjourdbu, on veut inter- roger Tisiam lut-méme etJa culture arabe ans leurs contenuspropreset dans leurs relations avec le monde (Gomme on a pensé que le nazieme Grate consubstantel aa peuple alle mand etsaculsuze, onvaitune sor de lien ontologique entre islam et ‘on appelleTisiamo-fascisme, Cet probiématiques tres ‘ctuclles expliquent-ctles vette succes, en tant au'écrivain ‘algérien, on Europe et avant tout on France ot fon Allemagne? La difficulé sinon Vimposstbilité ‘quasi légale pour les auteurs euro péens dinterrager publiquement ‘es thémes, sans se oir accusés le racisme et dislamophobie, a n turellement porté Popinion euro: péenne & regarder ce quem disent les auteurs arabes musulmans eux mémes D'abord parce qifelieconsi- dere que cee auteurs zont bien pla- céspourenparler, 'agissant deleur religion et de leur identi, et parce ‘que, pabliancar <ée leurs pays ou les nsques c'8e arrétés ov aseassings sont grands, ils sont plus libres pour en parler, Ceci ‘expligue en partie Nengouement gf ourearséeisenFurope Vous avea ee dernicr mote sillonné la France & la rencentie de vos lecteurs, Quelles Impressions en résulte-t-I?, Les innombrables rencontres que fil faites avec le public rangais de ppuls Le Serment des berbar Jequel amorgals ma réflexion sur laViolence au sein du monde arzbe etmmusulman, mont permis @3voir ‘ume assez bonne connaissance des ppréoccupations des Fren« ‘questions. Ces derniezes an pendant, peutéme depuis Mahamed ‘Mera, ils sont de moins en moins cemandeurs @explieations, Cher: cher méme & comprendre devient suspect, ils y Yoient une sorte de ‘compromission. Is valent des £0 Itiont et de plus en plus, depuis les areentats de 2015, des solutions ra ‘icales, aetude hésiante du gou ‘vernement er dhune certaine gauche Jes conforte dans Iidée quil ny a plusplace ayjourdui quaus discus ‘Sons, au débat, a compréhiension Ce quills charchent au contzaire, Cest un gouvernement capable de iécer etlagi,isne sombrent pas ‘pour autant dans le radicalism, ils restent tris anerés dans le respect ‘ceslois et des traditions francaise Pourcombiendetempe? Tyansque quela phase & ven vera beaucoup entre eux verse dansles solutions cexpéditves. Ce que les tenants ée Yislamofascisme recherchent ar 9 « - LETTRES NOIRES » AU COLLEGE DE FRANCE Lentrée d’Alain Mabanckou au Collége de France est un signe de plus dela reconnaissance du fait que la langue francaise partagée este lieu d'une création plus que jamais vivante et ouverte dans un contexte mondialisé. our sa lecon ineugucale au College de France, te 117 mats 2016, le Franco-Congolais Alain Mabanckow ‘choisiun costume blex enharmonie avec un discours aussi impeccable qu'éclatant, relevant ainsi le défi tirele premier érivaintulaie dela chaire annuelle dewcréation artistique . Corte ene parla grande porte dans Tauguste maison (créée en 1830 par Frangois P), est Zautant pis remarquable quelle met en ‘valeur la litéature et la langue francaises dans son envergutefran- coplone. Cette dimension a naturellement séduit Assemblée des professeurs du collage de France. Nommer Pauteur des Pests Fils nigres de Vercingttorix ou African peycho Iu permet «de donner fa lace qu’slles méricone ux eudés africans etdétre au premier rang dans lariierion sur un continent et sur des cultures qui marqueront le siéclequicoramence», comme Tindique le dossier de presse. Intoduitpar Antoine Compagnon, tiulaire dela chairede ieéranire francaise moderne et contemporaine, et qualfié par lui de «splen~ Francephonier du Sud |” 58 |jullet-aott 2016 dide conteur» et de «faussement nai», Alain Mabanckou ne boude as son plaisir et ne cache pas sa joie détre wen tant qu'crivain, le Premier & cecuper cette chaire, mais aussi pour cette ouverture lait. térature francophone fricaine. Litéracure ibrante ec riche, en termes de langue, dhiswoire er denseignements sur no ranwreen| sassé commu; Kite want aussi: «Je n'aurais pas accepté cette ge sell dat fond sur mes rigines africans, eta su que mon Eection était singuliére parle ait que vous Glsiez pour la premiére fois tun éerivaina cette chairede création artistique, etjevousremerciesincé conance, Préel rementdeme compter parmi le llustres membresde voor institution.» Ta intiralé son cours: » Lettres noires: des téndbres la luriére» Tout un programme déteilé et approfeni en plusieurs aéquences (@emars mai 2016), Ladémonswationlors¢e llegoninaugurale® est brillante et ne manque pas de ons mots, entre cette évocacion dela couleur noire wcoisue de Al blanc» et celle des érivains éités dans la collection Coritinentsnoirs qui ne révent que denter dans Ja «Blanche» la coleion phare de Gallimard), homme deletes sfarsuse de ces signes symboliques et roniques. Enseignant la itérature francophone & Tuniversié amnéviceine @UCLA, en Californie, Mabanckou sait aussi tenir une salle en haleine et gagner tous les auditoies en sadressant aussi bien aux spécialistes qu‘aux ntophytes. Pour tous ceux qui auront suiviévé nement en direc ou aprés coup surle site du Collage da France, ce moment, hioriquement et symaboliquement fort (avec avation de- bout!) ne fait que conforter une tendance récSnforcante. La litéra- tareditefrencophone ade plus en plus de succes et ’adeptes! La prev, elle camule les pret reconnaissances prestigieuses Aprds écrivaine algérienne Assia Djebar(éiue «Immortelle» en 2005, décéeée en févi 2015), !Haitien Dany Lafeeite fait partie du fleuron dela iécature francophone oéiébré dans le monde en- tier. Québécois d adoption, huiaussiestentréa I Académie francaise, pas plus tard quen mai 2015. oceupe désormals le fauseuil nu séro 2 lnissé vacant per Hector Bianciot, un suteur ven @Arger- ‘ine quiavaitfatsienne a langue de Moliéze. Dans sondiscours din ‘wonisation, vendanthommage Bianciot, auteur daLnigree do Alain Mabanckou Potit Piment Eacice si ee a Alain ue retour ne manquait pas de souligner sa propre fiiaton, Trente-deu ans aprés Senghor,iestle second Noir &pénéter sous la Coupole et sen souvient: «Pour meice fut dabord ceo quiairsert aig nagre au fronton de Paris: le MarcniqualsAimé Césare, le Guyonais ‘Lon-Gontran Damas, rte SénégataisLéopoldSédar Senghor. Ce der- nie occupé pendant di hui ans te fauteuil numero 36, Cestluigut nous permit de paser, sans heurts, dela ndgritude la francophone ‘Chaque fis qu'un éerivain,né ailleurs, ence sous eete Coupol, un simple efor imagination pourra nous fatre vow le cartige dombres rotectrices quiaccompagrent. » Laprésence,ce17 mars, de Dany Laferritreau Collégede Francene ppaste donc pas inapergue, Comme « grand frre» protecteur, il se pose a. De bon augure? Les fées quise sont penchées au-dessus du berceau e'Alain Mabanckow fui ont permis de recevoir également le Grand Prix de littérature Hensi-Gal de lastirut de France sor proposition de Académie frangaise (en 2012) pour Yensemble de son ceuvre. Une ceuvre qui comprend de la poésie, des romans et quelques essais dont Le Sanglot de VRomme noir, oit it déclare no- tarament: « Je refuse de me définir partes larmes et le ressentiment.» Une facon de tourner le dos & des concepts dépassés (la négritude nest plus ce quelle était... et de voguer vers les rivages de la «it térature-monde >? Inchuant toutes les nuances et tonalités de la langue frangaise grace anxaureursquilafoncvivreencouleurseten diversté quilsviennent A@Atique, d'Haiti, d’Algérie ou d'ailleitss la littérature-monde domne toute sa piace aux auteurs comme Alain Mabanckou. I fait ailleurs partie des auteurs signataires d'un manifeste paru en 2007 a'abord dans le journal Le Monde, puis en librairie (Pour une titdrature-monde, avec Michel Le Bris, Jean Roviaud, Eve Almassy, ‘aux éditions Gallimard). Hlustrant avec brio certe wolonté de ne pas érre enfermé dans une queleoncue catégorie, feuteur de Mémoires de pore-épic (Prix Renaudot 2006) # ainsi conclu: « Jappartians & une génération darivains qui brisent les barritres, refusent la dépar- tementalisation dé Fimaginaire parce qu’ls sont conscients que notre sal és ture, loin d'une facticefrarerncé define par a coulew de peau ou la température denos paysdorigine. Cette ézricure qui devient alors la fois un enracinement, un appeldans lanuitetune oreillztendue vers tRorizon,» 8 ‘saan pee verre cassé, roman our lequal Alain Mabanckou a regu le Pie dee cing Continents 3s ia Francaphonie. an 2008. Et son demior roman, par an ‘Sernlon Pest Pimant (ws etque ci FOLM 40%, p 22), Francophonies cu Sul [n° 5 jule-s00t 2016 7 3