Vous êtes sur la page 1sur 19

Rapport du TP de

Mécanique Des Sols

Réalisépar:

Bendada Abderrahim
Dallahi Abdelhadi
Laasri Yacine
Laarif Omar

1ere GC3

1
Limites d’Atterberg
DEFINITION :

Les limites d’Atterberg sont des paramètres physiques


conventionnels qui marquent les seuils entres les différents états d’un
sol à savoir l’état solide avec ou sans retrait, l’état plastique et celui
liquide.
Elles sont destinées à identifier le degré de consistance d’un sol et
à caractériser son état par la détermination de teneur en eau
spécifique.
Ces limites sont au nombre de trois :
La limite de liquidité wl : c’est la teneur en eau qui correspond au
passage du sol de l’état liquide à l’état plastique.
La limite de plasticité wp : c’est la teneur en eau qui correspond
au passage du sol de l’état plastique à l’état solide.
La limite de retrait ws : c’est la teneur en eau qui correspond au
passage du sol de l’état solide avec retrait à l’état solide sans retrait.
On définit l’indice de plasticité comme étant la différence
suivante :
Ip=wl - wp

Celui-ci représente l’étendue du domaine plastique.

APPAREILLAGE :

Appareil de Casagrande.
Outil à rainure type Casagrande produisant une rainure de
2mm. Marbre.
MODE OPERATOIRE :

- Prélever 100g de sol sec passant au tamis de 0.4 mm.


Humidifier à une teneur en eau élevée de manière a obtenir une pâte
homogène et presque fluide en malaxant vigoureusement. Enlever la
coupelle de son support et placer environ 70g de pâte répartie en plusieurs
couches dont l’épaisseur totale au centre doit être de l’ordre de 15 à 20
mm.

- Partager la pâte en deux suivant le plan de symétrie de la coupelle


et de son attache à l’aide de l’outil à rainure.
- Faire subir une série de chocs réguliers en tournant la manivelle à 2 tours
par seconde environ.
- Compter le nombre de coups nécessaires pour que les lèvres se
rejoignent sur une longueur de 1cm environ.
- Prélever deux échantillons de
chaque coté des lèvres du sillon
et au voisinage de l’endroit où
elles se sont refermées
- Peser immédiatement et mettre
à l’étuve afin de mesurer la
teneur en eau.
- Recommencer l’essai jusqu'à
obtention du nombre de
coups recherchés tout en
travaillant la pâte après chaque
essai.

Apres l’essai à 35 coups passer directement à l’essai de limite de plasticité :


Former une boulette.
La rouler à la main sur le marbre de façon à ce qu’elle s’amincisse
progressivement formant un rouleau de 3 mm
de diamètre, 10 à 15 cm de longueur.
Si le rouleau se fissure quand on le soulève de 1 à 2 cm par le milieu
on atteint la limite de plasticité.
3
Peser l’échantillon et le mettre à l’étuve.
Refaire l’essai avec une seconde boule
II-Déterminationdelalimitedeplasticité
Procédé :
Cette recherche des limites d’Atterberg comporte deux opérations :

Recherche de la limite de liquidité WL à l’aide de l’appareil de Casagrande. C’est


la teneur en eau du sol qui correspond à une fermeture sur un centimètre des
lèvres de la rainure après 25 chocs à l’appareil de Casagrande.
Recherche de la limite de plasticité WP par formation de rouleau de 3mm de
diamètre. C’est la teneur en eau pour laquelle le sol commence de s’effriter
lorsqu’on le transforme en rouleau de 3mm de diamètre.

RESULTATS ET ANALYSE :
Limite de liquidité Limite de plasticité
Essai 1 Essai 2 Essai 3 Essai 1 Essai 2
Nombre de coups 17 22 30
Numero Becher 1 2 3 1 2
Masse becher(g) 23 23 23 23 23
M totale humide 27 32 31 27 34
M totale seche 26 30 29.5 26.5 32.5
M sol humide 4 9 8 4 11
M sol sec 3 7 6.5 3.5 9.5
Masse d’eau 1 2 21.5 0.5 1.5
Teneur en 33 % 28 % 23 % 14.5 % 15.78 %
eau(w%)

La teneur en eau ayant été calculée grâce à la relation suivante :


W = (poids de l’eau) / (poids du sol sec)

5
II-Déterminationdelalimitedeplasticité
Procédé :

Teneur en eau en fonction du nombre de coups

On remarque que les 3 points obtenus sont sensiblement sur une


droite, l’essai peut donc être considéré comme valable
Par définition, la limite de liquidité wl est la teneur en eau
correspondant à 25 coups ce qui correspond à 26 pour cette
expérience.
La limite de plasticité est la moyenne des deux résultats
obtenus : les deux valeurs ne doivent pas différer de 2 % en plus ou
moins.
Conclusion :

Les résultats de l’expérience ci-dessus sont résumés dans le tableau


suivant :

Wl wp Ip classification du sol

26% 15.14% 10.86% Lp & Op


II-Déterminationdelalimitedeplasticité
Procédé :
Date de l’essai : Lundi 6 mai 2011 à 14H

7
Essai oedomètrique
Oedometre :
L’oedomètre est un appareil qui permet de charge verticalement un
échantillon cylindrique de sol de faible épaisseur d’axe vertical, frotté
latéralement et drainé par ses deux bases .Un capteur de
déplacement permet de suivre le tassement de l’échantillon .

L’oedomètre comporte deux parties :

-une cellule contenant l’éprouvette de sol.

-un système de mise en charge.

modeopératoire :
On suit pour cet essai un mode opératoire bien précis nous
permettant de calculer pour chaque contrainte(σi+1=σi) la hauteur
finale de l’echantillon h0-h8.
Tableaudemesures :

n° de chargement 1 2 3 4 5

charge appliquée (kg) 1 2 4 8 16

contrainte(pa) 3205 6410 12820 25640 51280

tassement aux temps:


15 s 0,17 0,38 0,7 1,148 1,68
30s 0,185 0,39 0,72 1,17 1,72
1 mn 0,195 0,4 0,741 1,188 1,745
2mn 0,215 0,418 0,768 1,22 1,785
4 mn 0,235 0,44 0,899 1,255 1,831
8 mn 0,26 0,471 0,834 1,295 1,878
10mn 0,27 0,482 0,846 1,307 1,89
15 mn 0,29 0,502 0,861 1,33 1,911

hauteur finale de l'échantillon 19,71 19,498 19,139 18,67 18,089

indice des vides e=(h/hp)-1 0,37352 0,35875 0,33373 0,30105 0,26056

9
Tableau des résultats de calcul :

Indice des vides e=(h/hp)-1 0,374 0,359 0,334 0,301 0,261


contrainte(pa) 3205 6410 12820 25640 51280

Graphe(e=f(σ))

Les paramètres obtenus à partir du graphe :

- σp‘=11000 pa

-Cc= 0.137

-Cs= 0.04

-Eoed= 7450 pa
Essai de cisaillement sur un sol
BOITE DE CISAILLEMENT

I. Principe de l’essai :
Le but de l’essai est de déterminer la courbe intrinsèque du sol à étudier, a fin
d’évaluer les caractéristiques mécaniques C et θ.

Dans l’essai de cisaillement a la boite de casagrande, on cherche a obtenir la


rupture de l’échantillon suivant un plan imposé.

L’échantillon, de forme carré, est placé entre 2 demi-boites mobiles l’une par
rapport a l’autre. On applique a l’échantillon un effort de compression
normale et un effort horizontal de traction.

a. Boite de cisaillement

II. Mode opératoire :

Présentation de la machine :
La machine comporte :
Un moteur permet d’exercer la force de cisaillement en entrainant le chariot à vitesse
constante, et un compteur permet de mesurer cette force.
Un système levier-étirer permet la mise en place de la force normale a l’aide de poids.

11
Les déformations horizontales, sont mesurées par un comparateur.

La machine de cisaillement
Résultats de l’expérience :
Mesure saisie :
Boite : 6*6 cm² Anneau : 100 kg
Vitesse : 1,27 mm/min Essai : U.U/C.U

->>Voir le tableau de calcul ci-après.


Courbes
ϕ et C
15500

15000

14500

14000 Contrainte

13500

ϕ=54° et C=11500N

13
.Analyse granulométrique par tamisage :

• DEFINITION :
L’analyse granulométrique consiste à déterminer la répartition en poids des grains du sol suivant
leurs dimensions.

Suivant la dimension des particules à étudier, on utilise deux méthodes différentes :

- Tamisage : pour les particules de sol de dimension supérieure à 80µ.


- Sédimentométrie : si les particules sont inférieures à 80µ .

On s’intéresse ici à au tamisage à sec .

• APPAREILLAGE :
- Série de tamis formant une colonne (les
tamis s’emboîtent l’un sur l’autre: ils
sont rangés du plus fin (niveau bas ) au
plus grossier ( niveau haut )) .
- Balance au décigramme .
- Brosse pour les tamis fins ( ou pinceau )
.

• MODE OPERATOIRE :
- Commencer par peser l’échantillon.
- Verser la quantité de sol sur la colonne et agiter à
la main.
- Enlever les tamis l’ un après l’autre tout en
commençant par le plus grossier après avoir remué
son contenu avec la brosse ( ne jamais forcer un
élément à passer à travers un des trous ) ; peser à
chaque fois la quantité du refus .
• RESULTATS ET ANALYSE :

Maille(mm) Log(Maille) Refus partiel Pourcentage partiel Pourcentage cumulé pourcentage passant
63 1,799340549 0 0 0 100
50 1,698970004 0 0 0 100
40 1,602059991 0 0 0 100
31.5 1,49831055 0 0 0 100
25 1,397940009 0 0 0 100
20 1,301029996 460 24,05857741 24,05857741 75,94142259
16 1,204119983 76 3,974895397 28,0334728 71,9665272
12.5 1,09691001 122 6,380753138 34,41422594 65,58577406
10 1 157 8,211297071 42,62552301 57,37447699
8 0,903089987 100 5,230125523 47,85564854 52,14435146
6.3 0,79934055 88 4,60251046 52,458159 47,541841
5 0,698970004 221 11,55857741 64,0167364 35,9832636
3.15 0,49831055 71 3,713389121 67,73012552 32,26987448
1.6 0,20411998 80 4,184100418 71,91422594 28,08577406
0.8 -0,09691001 158 8,263598326 80,17782427 19,82217573
0.4 -0,39794001 161 8,420502092 88,59832636 11,40167364
0.2 -0,69897 158 8,263598326 96,86192469 3,138075314
0.1 -1 40 2,092050209 98,9539749 1,046025105
0 #NOMBRE! 21 1,09832636 100,0523013 -0,052301255

D10 D30 D60

Courbe granulométrique

15
D’après le graphique ci-dessus on a :

D10=0.32mm

D30=2.82mm

D60=7.1mm

Le coefficient de HAZEN : H=D60/D10 =22.18

Et la courbure est : Cc=(D30^2)/(D10 xD60 )=3.5

Essai au bleu de méthylène

•DEFINITION:
Si n est le volume (ml) de solution de bleu utilisée jusqu'à obtention du test positif, et M la masse
sèche de la prise d'essai (g) :

VBS=n/M

•PRINCIPE DE L’ESSAI:
On injecte des doses données de bleu

On fait un test à la tâche, c'est à dire que l'on prélève une dose de liquide que l'on applique sur un
papier absorbant. Cela va donner lieu l'apparition d'une tâche.

Un test positif correspond à la saturation de l'échantillon. Cela se repère lorsque l'auréole


translucide entourant la tâche se colore de bleu.

•APPAREILLAGE

- Pipette d’Andreasen.
-Agitateur magnétique

-Récipient cylindrique en verre d’une capacité minimale de 1000 cm3 et de 50 mm de diamètre

-Baguette en verre

-Papier filtre blanc

Tamis de maille 5 mm et 50 mm

-Balance

-Thermomètre gradué en °C

-Etuve de séchage

-Sacs plastiques ou récipients hermétiques

 Mode opératoire :
- Test de la tâche :
-Le dosage consiste à injecter successivement des doses bien
déterminées de bleu de méthylène dans la suspension de sol, jusqu’à
atteindre la saturation des particules d’argiles. Le test de la tache permet
de repérer l’instant de cette saturation.
-On prélève, à l’aide de la baguette de verre, une goutte de liquide dans

17
le récipient contenant le sol imbibé de bleu, et on déposer celle-ci sur le papier filtre (la
goutte prélevée doit former un dépôt central de 8 à 12 mm de diamètre)
Deux cas sont possibles
-La goutte centrale bleu est entourée d’une zone humide incolore : Le test est négatif
-La goutte centrale bleu est entourée d’une zone humide teintée de bleu : le bleu est positif

 Exploitation des résultats


La valeur du VBS quantifie le degré d’argilosité du sol et permet la classification des sols en
vue des travaux de terrassements.
Un sable à béton présentant une forte quantité d'argile est un mauvais sable car il va
présenter des risques de mauvaise adhérence, de gonflement et de plasticité.
Un remblai présentant une forte quantité d'argile fera un mauvais remblai car celui-ci
deviendra trop sensible aux variations climatiques (sensibilité à l'eau), donc présentera des
risques de tassements et de plasticité.
On a comme résultat de l’essai :
500ml d’eau et 60g de sol
m1 500

m2 550

m3 50

w 10

m0 45.45454545

V (ml) 50

B 0.5

VBS 1.1

 CONCLUSION :
VBS=1,1 donc on a affaire à sol sensible à l’eau. Il s’agit selon la classification de sols, d’un sol
qui est soit sablo-limoneux, soit sablo-argileux.

ce qui précède.

19