Vous êtes sur la page 1sur 23
© Médiathèque GDF SUEZ /CHARLES STUDIO
© Médiathèque GDF SUEZ /CHARLES STUDIO
© Médiathèque GDF SUEZ /CHARLES STUDIO LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL PAR GAZODUC Fiabilité des canalisati
© Médiathèque GDF SUEZ /CHARLES STUDIO LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL PAR GAZODUC Fiabilité des canalisati
© Médiathèque GDF SUEZ /CHARLES STUDIO LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL PAR GAZODUC Fiabilité des canalisati
© Médiathèque GDF SUEZ /CHARLES STUDIO LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL PAR GAZODUC Fiabilité des canalisati

LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL PAR GAZODUC

Fiabilité des canalisations haute pression Rémi Batisse

remi.batisse@gdfsuez.com

18 novembre 2010
18 novembre 2010

Plan de l’exposé

Plan de l’exposé  Une très brève histoire du gaz naturel  Les grandes artères de
 Une très brève histoire du gaz naturel  Les grandes artères de gazoduc en
 Une très brève histoire du gaz naturel
 Les grandes artères de gazoduc en Europe et en France
 Progrès significatifs pour la fiabilité des gazoducs
 La construction
 L’exploitation
 Conclusion
 Les sujets actuels d’études

Une très brève histoire du gaz naturel

Une très brève histoire du gaz naturel Developpement mondial (Amérique latine, Asie, Afrique Moyen- Orient,…) ,
Developpement mondial (Amérique latine, Asie, Afrique Moyen- Orient,…) ,
Developpement
mondial (Amérique
latine, Asie,
Afrique Moyen-
Orient,…)
,
Europe 1957 : L acq (F rance ) 1959 : Groningue (Hollande) 1967-68 : Mer
Europe
1957 : L
acq
(F
rance
)
1959 : Groningue
(Hollande)
1967-68 :
Mer du Nord
Les Etats-Unis
produisent 80% et
consomment 90% du
gaz naturel dans le
monde
2007
Première
canalisation aux
USA de
100 miles entre
Chicago et un
réservoir de gaz
(Indiana)
> 1970
2,951 bcm
1957 - 1968
1950
1891
1891

~300 bcm

2030 ?
2030
?

Les grandes artères de gazoducs en Europe

Les grandes artères de gazoducs en Europe 4 SF2M – Fiabilité des structures de transport et
4 SF2M – Fiabilité des structures de transport et de stockage d’énergie – Dunkerque –
4
SF2M – Fiabilité des structures de transport et de stockage d’énergie – Dunkerque – 18 novembre 2010

Et en France ?

Et en France ? 32000 km de gazoducs 67 bar<PMS<85 bar 3 terminaux méthaniers 14 sites
32000 km de gazoducs 67 bar<PMS<85 bar 3 terminaux méthaniers 14 sites de stockage 5
32000 km de
gazoducs
67 bar<PMS<85 bar
3 terminaux
méthaniers
14 sites de
stockage
5
SF2M – Fiabilité des structures de transport et de stockage d’énergie – Dunkerque – 18 novembre 2010
Base EGIG 2007 Une décroissance quasi-continue des défaillances depuis 37 ans Division par près de

Base EGIG 2007

Base EGIG 2007 Une décroissance quasi-continue des défaillances depuis 37 ans Division par près de 10

Une décroissance quasi-continue des défaillances depuis 37 ans

Division par près de 10 des taux de défaillance entre 1970 et 2007

Malgré une forte expansion des réseaux de gazoducs en Europe Multiplication par 5 des longueurs
Malgré une forte expansion des
réseaux de gazoducs en Europe
Multiplication par 5 des longueurs de
gazoducs sur la même période
6
SF2M – Fiabilité des structures de transport et de stockage d’énergie – Dunkerque – 18 novembre 2010
Progrès significatif pour la fiabilité des gazoducs A la construction Dimensionnement des g azoducs Qualité

Progrès significatif pour la fiabilité des gazoducs

A la construction

Dimensionnement des gazoducs

Qualité des aciers et des soudures

Méthodes de contrôle à la construction

En exploitation

Prévention et détection des agressions

Inspection des canalisations

Analyse et Réparation des défauts

LA CONSTRUCTION

 LA CONSTRUCTION Dimensionnement des gazoducs Étude économique fournie => diamètre et pression Épaisseur

Dimensionnement des gazoducs

Étude économique fournie => diamètre et pression

Épaisseur du tube à poser est donnée par :

PMS .

Épaisseur du tube à poser est donnée par : PMS .  e min  2

e min

2 . FC . R

p

FC : Facteur de Charge (arrêté minisriel 2006)

PMS : Pression maximale de service : Diamètre Rp : Limite d’élasticité

 L A C O N S T R U C T I O N

LA CONSTRUCTION

Qualité des aciers

Résistant : Il faut contenir la pression interne, soit une limite d’élasticité entre 220 MPa (API Grade A) et 555 MPa (API X80);en 2010

Capacité de déformation : Les tubes doivent pouvoir être cintrés à froid pour épouser le terrain (Généralement Allongement à rupture > 18%);

Capacité d’écrouissage : Suffisante notamment en cas de sollicitation à déplacement imposé (Limite d’élasticité/ Charge à rupture < 0.85 ou 0.90)

Ductile : Pour éviter des propagations de rupture sur longues distances

Soudable : Pour la fabrication des tubes et l’assemblage des tubes sur chantier (taux de carbone et de carbone équivalent faible)

Microstructures ferrito-perlitiques Basses teneurs en carbone équivalent, en carbone, renforcé au manganèse, voire au
Microstructures ferrito-perlitiques
Basses teneurs en carbone équivalent, en carbone,
renforcé au manganèse, voire au niobium et vanadium
Limitation des teneurs en soufre et phosphore
9
SF2M – Fiabilité des structures de transport et de stockage d’énergie – Dunkerque – 18 novembre 2010

LA CONSTRUCTION

Qualité des aciers

A C O N S T R U C T I O N Qualité des aciers
A C O N S T R U C T I O N Qualité des aciers
A C O N S T R U C T I O N Qualité des aciers

Essai de propagation de rupture (Sardaigne, 2002)

Déterminer la résilience minimale nécessaire pour arrêter des propagation de rupture sur courtes distances

LA CONSTRUCTION

Qualité des soudures

 LA CONSTRUCTION Q ua lité d es sou d ures Soudure en X de fabrication
 LA CONSTRUCTION Q ua lité d es sou d ures Soudure en X de fabrication

Soudure en X de fabrication

Q ua lité d es sou d ures Soudure en X de fabrication Soudure en V

Soudure en V de raboutage

Overmatching : Plus résistante que l’acier pour tolérer des défautsen 2010

Ductile : Résilience suffisante pour la stabilité des défauts

Présence de défauts : Conforme aux standards sur la présence et la taille acceptable des différentes natures de défauts possibles dans une soudure (collage, porosités, manque de pénétration, caniveaux, désalignement,…)

LA CONSTRUCTION

 LA CONSTRUCTION Protection contre la corrosion Protection passive : Revêtement externe (PE tri-couches en Europe,

Protection contre la corrosion

 LA CONSTRUCTION Protection contre la corrosion Protection passive : Revêtement externe (PE tri-couches en Europe,

Protection passive : Revêtement externe (PE tri-couches en Europe, FBE en Amérique,…)e

n 2010

Protection active : Protection cathodique

LA CONSTRUCTION

Méthodes de Contrôle

 LA CONSTRUCTION Méthodes de Contrôle Contrôles dimensionnels : Epaisseurs, ovalisation des tubes, …
 LA CONSTRUCTION Méthodes de Contrôle Contrôles dimensionnels : Epaisseurs, ovalisation des tubes, …

Contrôles dimensionnels : Epaisseurs, ovalisation des tubes, …

Contrôle

des

soudures

:

Méthodes

radiographiques, …

 

Les pressions d’épreuves : en usine pour la tenue des tubes à la pression, puis sur chantier pour la tenue des soudures de raboutage

 L’EXPLOITATION L es causes d e déf a ill ance ( f u it

L’EXPLOITATION

Les causes de défaillance (fuite ou rupture) selon lEGIG)

Les agressions mécaniques

rup t ure) selon l ’ EGIG ) Les agressions mécaniques 0,2 défaillance pour 1000 km/an

0,2 défaillance pour 1000 km/an

Les agressions corrosives

0,2 défaillance pour 1000 km/an Les agressions corrosives 0,06 défaillance pour 1000 km/an Les défauts de

0,06 défaillance pour 1000 km/an

Les défauts de construction

Moins de 0,06 défaillance pour 1000 km/an 14 SF2M – Fiabilité des structures de transport
Moins de 0,06 défaillance pour 1000 km/an
14
SF2M – Fiabilité des structures de transport et de stockage d’énergie – Dunkerque – 18 novembre 2010

L’EXPLOITATION

 L’EXPLOITATION La prévention des agressions Pla q ues de p rotection Contre la corrosion :

La prévention des agressions

 L’EXPLOITATION La prévention des agressions Pla q ues de p rotection Contre la corrosion :

Plaques de protection

Contre la corrosion : Revêtements externes, protection cathodique, …

Contre les agressions mécaniques :

Signalisation, Déclaration des travaux, Patrouille, Surveillance aérienne, plaques de protections dans les lieux les plus sensibles, prise en compte des facteurs humains…)

L’EXPLOITATION

La détection des agressions

 L’EXPLOITATION L a dét ec ti on d es agressions Pas de moyens techniques actuellement

Pas de moyens techniques actuellement utilisés, mais des projets pilote comme la détection par fibres optiques ou émission acoustique

par fib res op ti ques ou é m i ss i on acoustique 16 SF2M

L’EXPLOITATION

L’inspection des canalisations

 L’EXPLOITATION L’ i nspec ti on d es canalisations Inspection par piston instrumenté ou «
 L’EXPLOITATION L’ i nspec ti on d es canalisations Inspection par piston instrumenté ou «
 L’EXPLOITATION L’ i nspec ti on d es canalisations Inspection par piston instrumenté ou «

Inspection par piston instrumenté ou « Pig » en anglais

 L’EXPLOITATION L’ i nspec ti on d es canalisations : mais quand elles ne

L’EXPLOITATION

L’inspection des canalisations :

mais quand elles ne sont pas « Piggables » ?

18 SF2M – Fiabilité des structures de transport et de stockage d’énergie – Dunkerque –
18
SF2M – Fiabilité des structures de transport et de stockage d’énergie – Dunkerque – 18 novembre 2010

Profonde ur du défaut (% épaisseur)

L’EXPLOITATION

Profonde ur du défaut (% épaisseur)  L’EXPLOITATION L’ ana l yse d es déf au

L’analyse des défauts détecs et dimensionnés

l yse d es déf au t s dét ec té s e t di mens
l yse d es déf au t s dét ec té s e t di mens
Pression d'épreuve 75 bar Pression d'épreuve 83 bar Domaine de sécurité 0 50 100 150
Pression d'épreuve 75 bar
Pression d'épreuve 83 bar
Domaine de sécurité
0
50
100
150
200

100%

90%

80%

70%

60%

50%

40%

30%

20%

10%

0%

Longueur du défaut (mm)

ASME 31G : Pour l’analyse de défauts de corrosion, … BS 7910, API 579 :
ASME 31G : Pour l’analyse de défauts de corrosion, …
BS 7910, API 579 : pour l’analyse de défauts sévères,
fissures ou assimilés, et pour les défauts de corrosion
19
SF2M – Fiabilité des structures de transport et de stockage d’énergie – Dunkerque – 18 novembre 2010
 L’EXPLOITATION Rechargement L es r é para ti ons Choix de la nature de

L’EXPLOITATION

 L’EXPLOITATION Rechargement L es r é para ti ons Choix de la nature de la

Rechargement

 L’EXPLOITATION Rechargement L es r é para ti ons Choix de la nature de la

Les réparations

Choix de la nature de la réparation :

• géométrie de la canalisation ( cintrage, …)

• nuance de l’acier

• localisation de la canalisation

• conditions de l’exploitation

• localisation du défaut

• nature de dimension du défaut

localisation du défaut • nature de dimension du défaut Les réparations externes : les plus courantes
Les réparations externes : les plus courantes Meulage, rechargement, manchon métallique, ClockSpring, … Manchon
Les réparations externes : les plus
courantes Meulage, rechargement,
manchon métallique, ClockSpring, …
Manchon métallique
Réparation interne
Les réparations internes : pour des
situations de niches, réparation en zone
urbaine
20 ClockSpring
SF2M – Fiabilité des structures de transport et de stockage d’énergie – Dunkerque – 18 novembre 2010

CONCLUSION

 CONCLUSION Fiabilité des canalisations gaz liée un processus continu d’amélioration Des techni ques et p

Fiabilité des canalisations gaz liée un processus continu d’amélioration

Des techniques et produits : procédés de soudage, qualité des aciers, des tubes, des revêtements,…;

Des méthodes : qualification des soudeurs, méthodes d’inspection, analyses des défauts, méthodes de réparation

Prise en compte des facteurs humain : prise en compte des comportements humains dans les organisations, les procédures de travail

Au cœur d’organisations bien structurées et expérimentées :

EPRG (depuis 1972) : European Pipeline Research Group

PRCI (depuis 1952) : Pipeline Research Council International

Etc…

LES SUJETS ACTUELS D’ETUDES

 LES SUJETS ACTUELS D’ETUDES A u serv i ce d e l a fi a

Au service de la fiabilité et de la performance

Tubes de nouvelles génération : Transport de gaz à des pressions plus élevées;

Procédés automatisés de soudage et contrôle sur chantier : notamment en conditions extrêmes (conditions arctiques)

Critères de défaillance basés sur la déformation limite : pour une prise en compte plus réaliste des sollicitation à déplacement imposé comme les chargements du sol

Facteur humain sur toute la chaîne : construction, intervention en exploitation

Nouvelles techniques de prévention et de détection des agressions : fibres optiques, émission acoustique, drones, surveillance satellite

Critères d’analyse des défauts : particulièrement pour les défauts de type enfoncement

parations : Composites, parations internes

Application pour d’autres gaz à grande échelle

Hydrogène en tant que vecteur énergie • transport CO2 pour séquestration

22
22
23
23