Vous êtes sur la page 1sur 104
Fonds de formation professionnelle de la construction Chau FFage C entral 5.3 B Technologie de brûleur

Fonds de formation professionnelle de la construction

Chau FFage C entral

5.3 B

Technologie de brûleur

Les brû L eurs à mazout

Fonc T ionnemen T e T élémen T s

Fonds de formation professionnelle de la construction Chau FFage C entral 5.3 B Technologie de brûleur
Fonds de formation professionnelle de la construction Chau FFage C entral 5.3 B Technologie de brûleur
Fonds de formation professionnelle de la construction Chau FFage C entral 5.3 B Technologie de brûleur
AVANT-PROPOS AVANT-PROPOS Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments Contexte Le secteur

AVANT-PROPOS

AVANT-PROPOS

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

AVANT-PROPOS AVANT-PROPOS Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments Contexte Le secteur

Contexte

Le secteur de la construction, pilier de notre économie, est confronté constamment à un grand nombre de défis. Parmi ceux-ci, le secteur veille à assurer la formation continue de la main-d’œuvre en activité dans la construction.

Pour renforcer la réserve de main-d’œuvre qualifiée, Le Fonds de Formation professionnelle de la Construction, le fvb-ffc Constructiv, porte une attention particulière à l’enseignement et à la formation des jeunes qui choisissent une formation dans le domaine de la construction.

La formation tout au long de la vie des adultes demeure une nécessité parce que les techniques et les matériaux changent de manière significative; une plus grande attention sera accordée aux dispositions relatives à la sécurité et aux exigences liées à la « Construction durable ».

Par conséquent, le ffc, avec le soutien des organisations professionnelles, charge des équipes de rédaction de manuels modulaires de formation. Ces manuels peuvent être complémentaires aux publications du CSTC. Les équipes de rédaction peuvent varier selon le sujet, les experts sont généralement identifiés auprès des opérateurs de formation et d’enseignement, ainsi que des professionnels du secteur en activités ou encore des fabricants, pour être en lien avec la réalité actuelle dans le milieu professionnel.

Le résultat est un série de manuels modulaires, utilisable comme supports de cours à adapter selon les types de formation et selon les groupes cibles. Ces supports didactiques sont également disponible en format téléchargeable sur notre site ffc.constructiv.be

le manuel modulaire Chauffage Central

De nombreuses personnes intelligentes et ingénieuses ont contribué de manière inestimable avec ce travail à rehausser le niveau du savoir-faire dans notre pays. Ce manuel s’adresse dès lors à tous ceux qui veulent maîtriser leur métier. Dans cette série de manuels, certains volumes s’adresseront davantage à l’exécutant (monteur), tandis que d’autres intéresseront davantage le collaborateur pour la maintenance (technicien) ou le responsable (installateur).

Tous les aspects de la profession y sont décrits dans les moindres détails et expliqués dans un langage accessible et dans un style très visuel. Il donne d’une part un aperçu des produits, techniques et applications actuels et rejoint d’autre part les profils de compétences professionnelles qui sont convertis en programmes de formation.

Une série de manuels modulaires est ainsi créée et peut servir de support de cours aux différentes formations et différents publics cibles.

r ésumé

Ce manuel décrit l ’origine, les propriétés et la combustion de mazout pour un usage domestique et donne une description succincte des possibilités de stockage.

Le pétrole et ses dérivés sont analysés dans le premier chapitre; les propriétés du mazout sont abordées dans le deuxième chapitre. La combustion du mazout est expliquée dans le troisième chapitre; un peu de chimie ne peut pas nuire. Vous pouvez retrouver les informations générales sur le stockage du mazout dans le chapitre 4 lequel ne contient pas la réglementation complète et les normes de construction.

Les manuels suivants sont édités dans cette série:

propriétés et stockage

brûleurs au mazout: fonctionnement et éléments

brûleurs au mazout: contrôle de la combustion et entretien

Public cible: instructeurs, apprenti, professionnels

r obert Ver tenueil

Président fvb-ffc Constructiv

3

© Fonds de Formation professionnelle de la Construction, Bruxelles 2014

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous les pays. Version octobre 2014

D/2014/1698/06

Rédaction

Coordination:

Patrick Uten

groupe de travail:

Paul Adriaenssens Chris De Deyne Inge De Saedeleir Gustaaf Flamant René Onkelinx Jacques Rouseu

textes:

Chris De Deyne VDAB CEDICOL

Dessins:

Thomas De Jongh CEDICOL

avec l’aide de:

CEDICOL

VDAB

Contact

Pour adresser vos observations,

questions et suggestions, contactez:

fvb-ffc Constructiv

Rue Royale 132/5 1000 Bruxelles Tél.: 0032 2 210 03 33 Fax: 0032 2 210 03 99 website : ffc.constructiv.be

CONTENU CONT e N u Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments

CONTENU

CONT e N u

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

CONTENU CONT e N u Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments
  • 1 Fon C tionnement – e léments

7

  • 2 Fon C tionnement D ’un B rûleur

à pulV érisation ...............................................................................

9

  • 3 l es éléments D e l’amenée D e mazout

.................................................................................................

11

  • 3.1 La soupape dadmission

...........................................................

11

  • 3.2 Les conduites de mazout

........................................................

12

3.2.1

Principe général

..........................................................................

12

3.2.2

Le système bitube

....................................................................

12

3.2.3

Le système

monotube.........................................................

14

3.2.4

Les pompes de

transfert....................................................

15

3.2.5

La protection anti-siphon

................................................

15

3.2.6

Le filtre à

mazout........................................................................

16

3.2.7

Les flexibles

.......................................................................................

19

  • 4 l es éléments D u B rûleur à mazout

......................................................................................................

21

  • 4.1 La bride de fixation

..........................................................................

21

  • 4.2 La pompe à mazout

.......................................................................

22

Doel

  • 4.2.1 ...........................................................................................................

22

4.2.2

Werking

.................................................................................................

22

4.2.3

Construction

...................................................................................

23

  • 4.3 L’accouplement moteur – pompe à mazout . 28

  • 4.4 La conduite sous pression

.....................................................

28

  • 4.5 La ligne gicleur

.......................................................................................

29

4.5.1

La ligne gicleur et le porte-gicleur

........................

29

4.5.2

Le gicleur

.............................................................................................

29

  • 4.5.3 Dispositif d’allumage

.............................................................

44

  • 4.5.4 Accrocheur de flamme (volet du gicleur, stabilisateur).....................................................................................

46

  • 4.5.5 Crachotement du gicleur

.................................................

49

  • 4.6 Tube foyer

......................................................................................................

53

  • 4.7 Coffret de contrôle automatique (relais de brûleur)

................................................................................

54

  • 4.7.1 But du coffret de contrôle automatique

........

54

  • 4.7.2 Généralités.........................................................................................

54

  • 4.7.3 Classification des types de dispositifs automatiques des brûleurs

............................................

56

  • 4.7.4 Programme du coffret de contrôle automatique (relais)

................................................................

57

  • 4.7.5 Fonction de diagnostic du relais électronique

....................................................................................

62

  • 4.7.6 Le détecteur de flamme

....................................................

65

Moteur

  • 4.8 ...............................................................................................................

69

Ventilateur

  • 4.9 .....................................................................................................

69

  • 4.10 Le régulateur dair

71

  • 4.10.1 Le volet d’air à fermeture non automatique

71

  • 4.10.2 Le volet d’air à fermeture automatique

72

  • 4.10.3 Le volet d’air de régulation de la pression d’air

73

  • 4.11 La fiche euro 7 pôles - raccordement élec trique

74

  • 4.12 Le capot du brûleur

75

  • 5 l e B rûleur low no x

77

Introduction

  • 5.1 ...............................................................................................

77

Problématique

  • 5.2 ........................................................................................

77

  • 5.3 Le brûleur Low-NO

à recirculation

x

des gaz de combustion

78

  • 5.3.1 Le brûleur à gazéification (‘brûleur à flamme bleue)

80

  • 5.3.2 Le brûleur à mazout

81

  • 5.3.3 Le brûleur à mazout modulant premix

82

  • 5.3.4 Modulerende oliebrander met injectieventiel

84

  • 6 l es B rûleurs à D eux allures

87

  • 6.1 Types

88

  • 6.1.1 Démarrage ‘tout ou rien’ à débit limitél

88

Deux allures

  • 6.1.2 ......................................................................................

88

  • 6.2 La répartition du débit de combustible

89

  • 6.2.1 Répartition du débit de combustible:

avec deux gicleurs

89

  • 6.2.2 Répartition du débit de combustible:

avec un seul gicleur

90

  • 6.3 Le régulateur dair

91

  • 6.3.1 Régulation de l’air au moyen d’un ser vomoteur

91

  • 6.3.2 Régulation de l’air au moyen d’un vérin hydraulique ou piston

92

  • 6.3.3 Régulation de l’air au moyen d’une ‘volet de surpression’

93

  • 6.3.4 Régulation de l’air au moyen d’un second moteur

94

  • 6.4 Raccordement électrique

95

  • 6.4.1 Contrôle de la deuxième allure

95

  • 7 a nnexes

97

1. F ONCT i ONN eme NT – e léme NTS

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

1. F ONCT i ONN eme NT – e léme NTS Les brû L eurs à
1. F ONCT i ONN eme NT – e léme NTS Les brû L eurs à

1. F ONCTIONNEMENT – E L é MENTS

Chaque combustible contient en puissance une certaine quantité de chaleur. Pour exploiter cette chaleur potentielle, il faut transformer le combustible en flamme, de manière à libérer la chaleur. Pour conver- tir le combustible en chaleur utile, nous pouvons le gazéifier ou le pulvériser en fines gouttelettes à l’aide d’un brûleur à pulvérisation.

Le brûleur à pulvérisation est donc un appareil qui divise le combus- tible (gasoil de chauffage) en très fines gouttelettes afin d’agrandir la surface de contact entre l’air et le combustible. Le brûleur a un rôle complexe: mélanger le combustible et l’air dans une proportion correcte, enflammer le mélange, assurer une combustion continue et sécuriser la combustion.

Weishaupt
Weishaupt

2. F ONCT i ONN eme NT d’u N b Rûleu R à P ulV é R i SAT i ON

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

2. F ONCT i ONN eme NT d’u N b Rûleu R à P ulV é
2. F ONCT i ONN eme NT d’u N b Rûleu R à P ulV é

2. F ONCTIONNEMENT D ’ UN BR û LEUR à PULV é RISATION

La pompe montée sur le brûleur crée une dépression dans la conduite d’aspiration qui mène au brûleur. La pression atmosphé- rique pousse alors le combustible vers la pompe, laquelle délivre à son tour un débit donné en fonction de cette pression. Le combus- tible est refoulé en direction d’un gicleur qui va nébuliser le mazout. L’air nécessaire pour obtenir une bonne combustion est amené par un ventilateur centrifuge. Une électrovanne, qui fait ou non partie de la pompe, règle le débit du combustible en direction de la ligne d’in- jection. Le mélange air/combustible est allumé au niveau du gicleur proprement dit par une étincelle à haute tension produite par un transformateur d’allumage. La séquence de fonctionnement de tous les éléments et la protection sont assurées par le relais de brûleur.

Weishaupt
Weishaupt

Composition d’un brûleur

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u
3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u

3. L ES é L é MENTS DE L’AMEN é E DE MA zOUT

  • 3.1 La soupape d’admission

La soupape d’admission est un élément obligé de la conduite d’aspi- ration. Elle est équipée d’un clapet antiretour qui empêche le mazout de refluer dans le réservoir quand le brûleur est à l’arrêt. La soupape d’admission est placée à 8 à 12 cm du fond du réservoir afin de ne pas aspirer de sédiments et/ou d’eau.

Cette soupape d’admission se trouve généralement au bout d’une conduite fixe en cuivre, en acier ou en plastique.

Euro Index
Euro Index

Ensemble pour citerne

Euro Index
Euro Index

Soupape d’admission réservoir interne

Euro Index
Euro Index

Aspiration à flotteur

Un autre principe est aussi appliqué: celui des sets d’aspiration universels. Ce sont des systèmes installés sur le couvercle du trou d’homme et sur lesquels est monté un raccord pompier. Dans ce cas, le clapet antiretour se trouve dans la partie supérieure de la soupape et une conduite en plastique flexible plonge dans le réservoir.

Lors de l’installation, la partie flexible peut être raccourcie en fonction du diamètre du réservoir. Ici aussi, il y a lieu de respecter une distance de 8 à 12 cm entre le fond et l’extrémité.

Une autre possibilité consiste à utiliser une aspiration flottante. Un flotteur fixé à l’extrémité de l’aspiration garantit que le mazout sera toujours aspiré dans la partie supérieure du liquide. C’est une bonne solution pour les réservoirs qui sont en proie à un problème d’encras- sement chronique.

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 3. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u T

  • 3.2 Les conduites de mazout

    • 3.2.1 Principe général

Comme nous le verrons plus loin dans ce chapitre, on travaille avec des pompes à mazout universelles. Ces pompes ont un débit d’aspiration compris entre 20 et 50 litres par heure (en application domestique).

Les conduites de mazout et les raccords doivent être parfaitement étanches. En effet, s’il y a une fuite dans la conduite d’aspiration, de l’air risque d’être aspiré; de ce fait, le brûleur peut grésiller, se mettre régulièrement en sécurité ou même ne plus démarrer du tout. Après le montage, il y a donc lieu de contrôler l’étanchéité de l’installation de stockage et des conduites à l’aide des appareils adéquats. Le brû- leur ne peut pas être raccordé pendant l’essai d’étanchéité.

La hauteur d’aspiration statique (hauteur verticale entre la pompe et la soupape d’aspiration ou d’alimentation) ne peut pas excéder 4 m. Il est conseillé de ne pas dépasser la valeur de 0,4 bar pour la résistance à l’aspiration (vide). Sinon, la pompe risque de s’user prématurément et de faire beaucoup de bruit (sifflement). A une pression plus basse, les gaz contenus dans le mazout se séparent.

  • 3.2.2 Le système bitube

Un système bitube comprend une conduite d’alimentation et une conduite de retour. Le mazout est amené au brûleur par la conduite d’alimentation et l’excédent est ramené au réservoir par la conduite de retour. Un système bitube présente les avantages suivants:

Le grand avantage de ce système est que la pompe à mazout est refroidie et lubrifiée en permanence par du mazout ‘frais’.

Le combustible est filtré en continu.

La pompe à mazout n’est pas ‘freinée’ dans sa capacité d’aspira- tion puisqu’elle peut constamment aspirer le débit total.

Un dernier avantage non négligeable de ce système est que les conduites et la pompe sont mieux désaérées.

Par contre, ce système présente le grand inconvénient qu’il y a toujours du mazout qui s’écoule par la conduite de retour. Lorsque les conduites ne sont pas visibles ou qu’elles sont enterrées, il y a donc un risque de pollution environnementale en cas de fuite sur la conduite de retour.

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u

Le diamètre de ces conduites est mentionné dans le mode d’emploi du brûleur ou de la pompe à mazout.

Les tableaux sont généralement établis sur base des paramètres suivants:

perte de charge de 35 kPa; viscosité du mazout de 6 mm²/s; quatre coudes; un seul filtre.

Dans le premier exemple ci-dessous, où le brûleur est installé 2,5 m plus bas que le réservoir et la conduite a un diamètre de 6 mm, une pompe peut franchir une distance maximale de 27 mètres.

Le deuxième exemple montre que, dans des conditions identiques, mais où le brûleur est placé plus haut que le réservoir (-2,5 m), la distance peut aller jusqu’à 7 m.

 

Le systeme bitube, puissance plus petit que 70 kW

distance d’aspiration

diamètre interne du tube d’aspiration

 

6 mm

8 mm

10 mm

H en mètre

longueur maximum en mètre

le brûleur plus bas que le réservoir

+4,0

 
  • 33 100

100

 

+3,5

 
  • 31 100

98

 

+3,0

 
  • 29 100

91

 

+2,5

 
  • 27 100

85

 

+2,0

 
  • 25 100

79

 

+1,5

 
  • 23 100

72

 

+1,0

 
  • 21 100

66

 

+0,5

 
  • 19 100

60

 

le brûleur plus haut que le réservoir

0

 
  • 17 100

53

 

-0,5

 
  • 15 100

47

 

-1,0

 
  • 13 99

41

 

-1,5

 
  • 11 84

34

 

-2,0

9

28

68

-2,5

7

22

53

-3,0

5

15

37

-3,5

3

9

22

* mazout 6mm²/s (cSt)

 

Diamètre des conduites dans un système bitube

Thomas De Jongh

Thomas De Jongh Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 3. l

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u T

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Systèmes monotube s

  • 3.2.3 Le système monotube

Comme le nom l’indique, ce système ne comprend qu’une conduite

pour l’amenée du mazout. Dans ce cas, il faut monter un filtre mono-

tube ou un

purgeur d’air. Ce genre de filtre comprend une liaison

entre la partie aspiration et la partie retour, avec purge d’air automa- tique ou non. Dans certaines applications de raccordement mono- tube, la vis de by-pass doit être retirée de la pompe (voir chapitre 1.4.2). Ce système ne peut être appliqué que si le réservoir se trouve plus haut que le brûleur ou si l’on a placé un purgeur d’air (Tigerloop - Euro Control).

Le fabricant fournit également des tableaux qui permettent de déterminer le diamètre. Avec cette application, il est important de connaître le débit à aspirer.

Si nous travaillons avec les mêmes données que dans l’exemple ci-dessus, c.-à-d. 6 mm de diamètre, une dénivellation de 2,5 m, un débit maximum de 2,5 kg/h et un réservoir placé plus haut que le brûleur, la distance peut aller jusqu’à 100 m.

   

Système monotube

 

distance

 

puissance nominale de la chaudière

 

d’aspiration

 

2,5 kg/h

 

5 kg/h

 

63 kW 10 kg/h

H en mètre

4 mm

5 mm

6mm

4 mm

5 mm

6 mm

5 mm

6 mm

8 mm

le brûleur plus bas que le réservoir

+4,0

51

100

100

26

 
  • 62 65

100

 
  • 31 100

 

+3,5

45

100

100

22

 

100

  • 55 57

 
  • 27 100

 

+3,0

38

 
  • 94 19

100

   
  • 47 49

97

 
  • 23 100

 

+2,5

32

 
  • 78 16

100

   
  • 39 40

81

 
  • 20 100

 

+2,0

26

 
  • 62 13

100

   
  • 31 32

65

 
  • 16 100

 

+1,5

19

 
  • 47 10

97

   
  • 23 24

49

 
  • 12 77

 

+1,0

13

  • 31 65

   
  • 6 8

32

  • 16 16

   

51

+0,5

6

 
  • 16 32

 
  • 3 4

8

16

 

8

26

le brûleur plus haut que le réservoir

0

 
  • 52 26

100

 
  • 100 100

 
  • 63 66

 
  • 32 100

 

-0,5

 
  • 46 23

100

 
  • 100 100

 
  • 56 58

 
  • 28 100

 

-1,0

 
  • 40 20

97

 
  • 100 100

 
  • 48 50

 
  • 24 100

 

-1,5

 
  • 33 17

81

 
  • 100 84

 
  • 41 42

 
  • 20 100

 

-2,0

 
  • 27 14

66

 
  • 100 69

 
  • 33 34

 
  • 17 100

 

-2,5

 
  • 21 10

51

 
  • 100 53

 
  • 26 27

 
  • 13 84

 

-3,0

 
  • 15 36

75

7

 
  • 18 19

37

9

 

59

-3,5

9

21

44

4

 

22

  • 11 11

5

 

35

-4,0

2

6

12

1

3

6

1

3

10

* mazout 6mm²/s (cSt)

 

Diamètre des conduites dans un système monotube

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u
VDAB
VDAB

Pompe de transfert

VDAB
VDAB

Soupape anti-siphon

3.2.4

Les pompes de transfert

Dans certains cas, la pompe à mazout du brûleur ne suffit pas à elle seule pour amener le mazout jusqu’au gicleur. On peut résoudre ce problème en plaçant une pompe de transfert.

Cette mesure est nécessaire quand:

il faut alimenter plusieurs brûleurs au départ d’un seul réservoir;

le brûleur se trouve à plus de 4 m au-dessus du réservoir;

la dépression sur la pompe à mazout dépasse les 45 kPa; il faut prévoir une boucle d’alimentation; il faut alimenter un réservoir secondaire (ou réservoir de jour).

Il est important d’installer la pompe de transfert le plus près possible du réservoir. La différence de niveau entre la pompe de transfert et le réservoir ne peut pas dépasser 3,5 m.

Pour déterminer le débit nécessaire, il faut tenir compte de la règle suivante:

Installation monotube: deux fois le débit du gicleur ou des gicleurs quand plusieurs brûleurs sont en service.

Installation bitube: deux fois le débit de la pompe ou des pompes qui alimentent les différents brûleurs au départ d’un collecteur et qui sont raccordées au réservoir par une conduite de retour.

3.2.5

La protection anti-siphon

Lorsqu’un réservoir est installé plus haut que le brûleur, il risque de se vider par effet de siphon si les conduites ou les raccords au brûleur ou au filtre sont endommagés. Dans ce cas, il est conseillé de placer une protection anti-siphon. Cela peut être une électrovanne montée sur le réservoir, qui se referme automatiquement si du mazout est détecté autour du brûleur ou si le brûleur est coupé. Il existe aussi des clapets spéciaux réglables en fonction de la différence de hau- teur entre le réservoir et le brûleur, et qui nécessitent une dépression minimum avant de s’ouvrir.

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Soupape anti-siphon

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 3. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u T

VDAB
VDAB

élément filtrant en matière plastique

VDAB
VDAB

élément filtrant en métal

  • 3.2.6 Le filtre à mazout

La conduite d’amenée doit être équipée d’un filtre à mazout adéquat qui filtre le mazout en permanence. Le filtre à mazout peut être du type monotube ou bitube et se compose d’une partie métallique, généralement équipée d’un robinet d’arrêt sur l’amenée. L’élément filtrant est raccordé à cette partie métallique (il suffit généralement de le tourner d’un quart de tour pour le démonter); il se trouve dans un corps transparent fermé hermétiquement au moyen d’un joint torique ou de garnitures plates. Dans un système bitube, le filtre à mazout doit être accompagné d’une soupape antiretour dans la conduite de retour.

l’élément filtrant

L’élément filtrant peut être en métal ou en matière plastique. Son pouvoir filtrant est exprimé en microns ou µm. Plus ce chiffre est bas, meilleure est la filtration.

Choix du filtre

Débit

Installation bitube: le débit du filtre = 4 x le débit de la pompe Installation monotube: le débit du filtre = 4 x le débit du gicleur

elément filtrant

VDAB
VDAB

Filtre monotube

VDAB
VDAB

Filtre bitube

Comme on le voit clairement ci-dessus, l’offre de filtres est très variée. C’est le pouvoir filtrant qui est le plus important. Plus ce chiffre est bas, meilleure est la filtration. Les pouvoirs filtrants standard les plus utilisés tournent autour des 100 µm. Avec les brûleurs à gazéifica- tion et les brûleurs à recirculation, le fabricant oblige les utilisateurs à fonctionner avec un pouvoir filtrant de 40 microns maximum ou même moins.

Filtre monotube

Un filtre monotube consiste en une liaison entre la partie aspiration et la partie retour, et est toujours équipé d’un purgeur d’air. Comme l’air n’est pas purgé automatiquement dans un système monotube, ce dispositif permet de purger manuellement. C’est une solution peu coûteuse pour les systèmes monotubes: quand il y a des fuites sur l’aspiration ou que le client tombe régulièrement en panne de mazout, il faut purger manuellement la conduite de mazout.

Filtre bitube

Avec un filtre bitube, il n’y a pas de liaison entre l’amenée et le retour.

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u

Filtre à dégazage automatique

Un système monotube avec filtre monotube fonctionne très bien aussi longtemps qu’il n’y pas de fuites sur l’aspiration et que le client ne tombe pas en panne de mazout, car il faut alors purger manuel- lement la conduite de mazout. Or, même dans une installation en parfait état, il y a toujours une petite quantité de gaz qui se forme et qui crée une dépression.

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Aspiration d’air

Un purgeur automatique apporte une solution à ce problème. Ce purgeur se compose d’un système à flotteur qui dégaze en permanence la conduite de mazout au niveau de l’aspiration de combustible pendant que le brûleur fonctionne. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de retirer la vis de by-pass de la pompe à mazout. Ce système peut être fourni avec ou sans filtre.

CEDICOL Fonctionnement du dégazeur
CEDICOL
Fonctionnement du dégazeur
CEDICOL
CEDICOL

Dégazeur

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 3. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u T

Un dégazeur standard suffit pour les puissances installées chez les particuliers. Pour équiper des installations plus puissantes de ce sys- tème, il y a lieu de monter plusieurs dégazeurs en parallèle.

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh
Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 3. l e S éléme
Tigerloop
Tigerloop

Dégazeurs montés en parallèle

Syntra M- Vlaanderen
Syntra M- Vlaanderen

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

3. l e S éléme NTS de l’A me N ée de m A zO u
VDAB
VDAB

Flexibles

VDAB
VDAB

Flexible

  • 3.2.7 Les flexibles

La pompe à mazout et le filtre sont raccordés au moyen de flexibles. Il s’agit de conduites en caoutchouc protégées par une chemise en acier tressé.

Les deux extrémités des flexibles sont munies de raccords coniques. Il est donc important d’utiliser les bons raccords. Les produits d’étan- chéité du genre Teflon sont exclus, car ils risquent d’endommager aussi bien le filetage que la partie conique.

VDAB Conisch deel flexibel
VDAB
Conisch deel flexibel
WATTS
WATTS

Raccordement s

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
  • 4. L ES é L é MENTS DU BR û LEUR à MA zOUT

  • 4.1 La bride de fixation

Oertli
Oertli

Brûleur en position d’entretien

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

. Bride de raccordement brûleur

La bride de fixation permet de monter facilement le brûleur sur la chaudière. Cette bride de brûleur peut aussi servir de support pour le brûleur en position d’entretien.

Il y a généralement des avant-trous percés aux mesures standard des brides de brûleur sur les portes des chaudières, quelle que soit la marque.

En général, la bride de brûleur sert aussi à empêcher de placer le brûleur n’importe comment.

Riello
Riello

Instructions de montage du brûleur

(Les instructions de montage du brûleur sont différentes d’une marque à l’autre.)

Un joint résistant à la chaleur doit être placé entre la bride et la porte de la chaudière. Il empêche l’aspiration d’air entre la bride et la porte ainsi que l’échappement de gaz de combustion par cette voie.

Lors du montage du brûleur, il faut aussi toujours tenir compte de la position de la tête de flamme dans le foyer. Si la tête de flamme arrive trop loin dans le foyer (petit foyer), on peut utiliser des brides intermédiaires. Les dimensions exactes sont différentes d’un fabricant à l’autre.

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Bouche de brûleur

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

  • 4.2 La pompe à mazout

Weishaupt
Weishaupt
  • 4.2.1 But

La pompe à carburant a une double fonction

l’aspiration de l’huile à partir du réservoir de carburant déplacer le carburant à l’injecteur

  • 4.2.2 Fonctionnement

Danfoss
Danfoss

Pompe centrifuge

Il existe trois categories de pompes:

  • 1. les pompes centrifuges: elles servent uniquement à faire circuler un fluide. Elles comportent un côté aspiration et un côté refoulement, mais le fluide n’est pas mis sous haute pression.

Danfoss
Danfoss

Pompe à plongeur

  • 2. les pompes à plongeur: elles ont pour but de mettre le fluide sous pression. En principe, ce système devrait suffire pour servir de pompe à mazout mais sa construction est trop complexe pour cette application.

Thomas De Jongh Pompe à engrenage 22
Thomas De Jongh
Pompe à engrenage
22
  • 3. les pompes à engrenage: c’est le principe qui est utilisé dans un brûleur à mazout. Avec un brûleur conventionnel, on utilise une pompe de surpression classique. Cette pompe remplit deux fonctions:

    • 1. aspirer le combustible dans le réser voir pour l’amener au brûleur;

    • 2. refouler le combustible sous pression.

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

4.2.3

Construction

Une pompe à mazout est équipée d’un engrenage, d’un engrenage à denture hélicoïdale ou d’un système similaire. La rotation des roues dentées crée une dépression du côté de l’aspiration (1). Sous l’effet de la pression atmosphérique exercée à la surface du fluide dans le réservoir, le combustible est aspiré dans l’engrenage (1). Le pignon et la roue dentée tournent en sens convergent et le volume compris entre les dents se réduit, ce qui amène le combustible sous pression à la soupape du régulateur de pression (2).

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Principe de fonctionnement de la pompe à engrenage

Danfoss
Danfoss

Engrenage trochoïdal

l’engrenage

Quand le pignon et la roue dentée tournent en sens convergent, le volume compris entre les dents se réduit. Quand le pignon et la roue dentée tournent en sens divergent, le volume entre les dents augmente et une dépression se crée, aspirant immédiatement une nouvelle quantité de mazout dans le réservoir.

L’engrenage trochoïdal se compose d’une couronne dentée exté- rieure placée dans une plaque d’engrenage et d’une roue dentée qui se trouve sur l’arbre de la pompe. La couronne dentée est entraînée par la roue dentée quand l’arbre est en rotation. Le ‘couvercle’ d’en- grenage, qui contient une conduite d’aspiration et une conduite de refoulement se situe de l’un des côtés de la roue dentée. Le corps de la pompe se trouve de l’autre côté de la roue dentée.

Quand la roue dentée tourne, le combustible est aspiré par les inters- tices entre les dents et il est ensuite propulsé par ces mêmes inters- tices. Il se crée ainsi un côté aspiration et un côté refoulement dans l’engrenage. Du côté aspiration, le gasoil est amené vers la soupape du régulateur de pression.

L’engrenage a besoin d’une lubrification sérieuse. C’est le combus- tible aspiré qui sert de lubrifiant. Mais pour cela, le mazout doit posséder de bonnes propriétés lubrifiantes.

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
VDAB
VDAB

Engrenage trochoïdal

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Composants

 pression Danfoss  aspiration  retour
pression
Danfoss
aspiration
retour

Schéma de principe d’une pompe à mazout (Danfoss)

S: Raccord pour la conduite d’aspiration. Ce raccord peut aussi être indiqué sur la pompe au moyen d’une flèche indiquant l’entrée de la pompe. Pour les applications domestiques, la pompe a un raccord femelle en 1/4.

V: La dépression se mesure à l’aide d’une jauge de vide. Le raccord indiqué par un ‘V’ sur la pompe se trouve toujours du côté aspiration. La pompe est lubrifiée par le combustible. L’étanchéité de l’arbre est assurée par une garniture (bague de garniture). Cette garniture n’offre aucune résistance mécanique à une pression supérieure à la pression maximale définie par le constructeur (0,4 à 2,5 bar, la pression maxi- male prévue par le constructeur).

24

Weishaupt Pompe à mazout
Weishaupt
Pompe à mazout
  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
Installation bitube : Installation monotube : avec vis de BY-PASS (A) sans vis de BY-PASS (A)
Installation bitube :
Installation monotube :
avec vis de BY-PASS (A)
sans vis de BY-PASS (A)
Danfoss

Filtre de pompe

VDAB
VDAB

Filtre de pompe

La dépression maximale (vide) du côté de l’aspiration de la pompe

en service ne peut pas être supérieure à 0,4 bar. Cette valeur est une valeur limite absolue qui ne sera atteinte que dans des circonstances exceptionnelles. Un vide trop élevé dans la conduite d’aspiration de la pompe est causé par un bouchon dans cette conduite d’aspiration,

un robinet fermé,

Il entraîne une infiltration d’air extérieur dans les

... conduites et la libération de gaz du mazout en raison de la dépres-

sion partielle élevée de certains composants volatils (cavitation). Ces bulles d’air et de gaz interrompent le flux de mazout, et la lubrifica- tion du couple d’engrenages mazout n’est plus suffisamment assurée, ce qui peut provoquer une usure extrêmement rapide et un blocage de la pompe à mazout, amenant à son tour des dérangements dans le fonctionnement du brûleur.

Une mesure entre 0,1 et 0,4 bar: valeurs normales

Une mesure inférieure à - 0,1 bar: aspiration d’air possible ou panne de la pompe

Une mesure supérieure à 0,4 bar: bouchon dans l’amenée

H: Element filtrant. Placé dans la partie aspiration, c’est un élément essentiel, déterminant pour la durée de vie de la pompe. Il doit être nettoyé ou remplacé lors de chaque entretien.

P: Le raccord du manomètre est indiqué sur la pompe par la lettre “P” (de pressure). La pression de pulvérisation est réglable de 7 à ± 30 bar, selon le type de pompe. La puissance absorbée dépend du type de pompe, et change avec la pression et la vitesse de rotation (hausse du débit). Cette dernière donnée est importante pour déter- miner la puissance du moteur qui actionne la pompe. La pression de pulvérisation se mesure à l’aide d’un manomètre.

M: L’électrovanne ou soupape magnétique. Cette vanne n’est pas toujours intégrée dans la pompe. C’est surtout dans les modèles plus anciens que l’électrovanne est un élément séparé, monté dans la conduite de refoulement qui mène au gicleur. L’électrovanne doit:

assurer l’étanchéité en direction du gicleur pendant le prérinçage;

décharger la soupape du régulateur de pression pendant le prérinçage;

assurer une coupure immédiate et parfaite quand le brûleur s’arrête.

L’électrovanne proprement dite se compose de deux éléments:

la bobine qui crée le champ magnétique et qui ouvre ou referme la vanne (action électrique, voir le chapitre consacré à l’électri- cité). En général, la bobine fonctionne sur du 230 V AC mais elle peut aussi exister en basse tension;

une partie mécanique qui exécute la coupure physique. Quand la bobine électromagnétique est excitée, le pointeau est attiré et se dégage du siège. Le combustible a alors accès au gicleur. Ce passage s’opère toujours au-dessus du siège (côté pointeau).

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

L’électrovanne se présente en deux versions:

  • 1. Suivant le principe ‘normalement ouvert’ (NO): quand la bobine est excitée, la vanne se referme.

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Fonctionnement d’une vanne NO

  • 2. Suivant le principe ‘normalement fermé’ (NC): quand la bobine est excitée, la vanne s’ouvre (voir fig.).

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Fonctionnement d’une vanne NC

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
X Danfoss
X
Danfoss

L’axe de la pompe

Fonctionnement régulateur de pression

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh
Fonctionnement régulateur de pression Thomas De Jongh le mazout pénètre sous pression par a; e amène
Fonctionnement régulateur de pression Thomas De Jongh le mazout pénètre sous pression par a; e amène

le mazout pénètre sous pression par a; e amène au gicleur. la pression à laquelle se déroule le processus dépend de la contrainte exercée par le ressort de rappel sur le piston V.

plus la charge du ressort est forte, plus la pression du mazout envoyé vers le gicleur (e) sera élevée.

moins le ressort est tendu, moins la pression de pulvérisation sera élevée et plus le mazout sera envoyé par g (le by-pass) ou par r (la conduite de retour).

E: Raccordement de la conduite sous pression vers le gicleur.

X: Arbre de la pompe. Etant donné que ses dimensions sont stan- dardisées, n’importe quelle marque de pompe peut être montée sur n’importe quel brûleur (mais il faut toujours tenir compte du type de pompe pour lequel le brûleur est homologué).

La plupart des pompes tournent dans un seul sens. Pour déterminer le sens de rotation d’une pompe, nous devons l’examiner avec l’arbre tourné vers nous. Quand on remplace une pompe, il faut respecter le sens de rotation.

T: Le régulateur de pression: il est essentiel, pour le bon fonctionne- ment d’une pompe à mazout, que la pression soit stable et réglable. C’est à cela que sert le régulateur de pression. Cet élément se com- pose d’un piston ou plongeur, d’un ressort de compression et d’une vis de réglage.

O: Dans un système bitube, la pompe est auto-amorçante, ce qui veut dire que la purge d’air s’effectue via le rétrécissement (O, schéma page 24). Dans un système monotube à sortie de retour fermée (R), il y a lieu de dégazer via le raccordement du gicleur (E) ou via le nipple du manomètre (P).

A: Vis amovible pour travailler avec un système monotube. Suivant la marque, cette vis doit être enlevée ou tournée d’un quart de tour

Danfoss Installation bitube : Installation Installation avec vis de BY-PASS (A) monotube : mono-tube: sans vis
Danfoss
Installation bitube :
Installation
Installation
avec vis de
BY-PASS (A)
monotube :
mono-tube:
sans vis de BY-PASS (A)
Installation
bi- tube: vis sans
rondelle
vis avec rondelle

Vis de by-pass (Danfoss)

Vis de by-pass (Suntec)

R: Raccord de retour (1/4): c’est ici que doit être branché le flexible utilisé pour le retour.

27

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

  • 4.3 L’accouplement moteur – pompe à mazout

La pompe à mazout est actionnée par le moteur du brûleur (qui entraîne aussi le ventilateur). Il faut donc réaliser un accouplement mécanique entre le moteur et la pompe à mazout. Cet accouple- ment doit être suffisamment souple pour:

s’interrompre si la pompe se grippe;

reprendre un léger écart d’alignement entre l’arbre du moteur et celui de la pompe.

C’est pourquoi cet accouplement est habituellement réalisé en plas- tique. L’arbre de la pompe a généralement la forme d’un croissant sur lequel glisse l’accouplement. Le côté qui s’engage dans le moteur ou le ventilateur est cannelé à l’extérieur afin de garantir une bonne robustesse.

CEDICOL
CEDICOL

Exemples de raccords

  • 4.4 La conduite sous pression

VDAB
VDAB

Conduite sous pression

La conduite sous pression forme la liaison entre la pompe et la ligne gicleur. Cette liaison peut être solide (cuivre) ou flexible. Un coude d’expansion y est parfois réalisé afin d’amortir le choc quand le brû- leur démarre.

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
  • 4.5 La ligne gicleur

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Ligne gicleur

  • 4.5.1 La ligne gicleur et le por te-gicleur

Le volet du gicleur (3) et les électrodes d’allumage (2) sont fixés sur la ligne gicleur au moyen d’un support. Sur beaucoup de brûleurs, il est possible de déplacer la ligne gicleur dans son axe de manière à régler la distribution d’air sur tout le volet du gicleur. Une graduation permet de mesurer le positionnement de l’accrocheur de flamme sans démonter la tête de combustion. Le gicleur (1) est monté sur le même support.

La ligne gicleur se compose d’un bout de tube. Le gicleur est fixé sur un porte-gicleur. Les porte-gicleur sont standardisés en ce qui concerne le filetage d’accueil du gicleur (filetage de 9/16” - 24 filets par pouce). Etant donné que l’étanchéité entre le porte-gicleur et le gicleur est assurée par un vissage métal sur métal, et que le porte- gicleur est en laiton, il n’est pas nécessaire d’utiliser une garniture du genre Teflon.

Des éléments supplémentaires sont souvent intégrés dans la ligne gicleur. On y trouve, par exemple, le préchauffeur de fioul et la sou- pape du gicleur.

  • 4.5.2 Le gicleur

Le gicleur a pour fonction de produire un fin brouillard de goutte- lettes d’un liquide donné. Lorsqu’on utilise des gicleurs dans la com- bustion de combustibles liquides, cette fine dispersion sert à bien mélanger le liquide avec l’air comburant, et à produire ainsi un mé- lange bien inflammable. Le liquide nébulisé s’échauffe mieux et plus vite, ce qui accélère le processus de combustion. En outre, le gicleur assure l’amenée ininterrompue du combustible, ce qui empêche la flamme de s’éteindre.

Composition et fonctionnement du gicleur

Steinen
Steinen

Coupe d’un gicleur

Dans un gicleur à pulvérisation, la pression d’amenée du liquide est transformée en énergie cinétique et donne ainsi au liquide une vitesse relativement élevée par rapport au gaz ambiant. Beaucoup de gicleurs destinés à un usage général sont de ce type (comme ceux des sprays déodorants ou des sprays pour plantes). Un autre gicleur de ce type est le gicleur dit unidirectionnel. La figure ci-dessous donne un exemple de ce type de gicleur.

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Danfoss
Danfoss

Parties d’un gicleur

Ce gicleur a la particularité de diffuser un très large brouillard, ce qui assure un bon mélange des gouttelettes avec l’air comburant, à condition que ce dernier soit amené de manière adéquate, dans la quantité voulue et à la bonne vitesse. Ce type de gicleur pulvérise le liquide dans une chambre de turbulence par des canaux d’alimenta- tion tangentiels qui impriment au fluide une vitesse angulaire élevée. Il se forme alors une espèce de noyau d’air au centre de la chambre de turbulence. La chambre de turbulence débouche sur un orifice au départ duquel le liquide en rotation (vortex) se transforme sous l’effet de forces axiales et radiales en un film liquide creux de forme conique. L’angle du liquide au sortir de l’orifice est déterminé par la grandeur relative des composantes tangentielles et axiales de la vitesse du liquide à la sortie. Le film liquide en rotation se fragmente sous l’action de forces aérodynamiques et d’instabilités dans les gouttelettes.

Il existe de nombreuses variantes de ce type de gicleur, produites en différentes tailles. La capacité peut donc varier de quelques kilos à quelques milliers de kilos de mazout par heure.

données typiques du gicleur

Le gicleur classique est caractérisé par:

le débit nominal;

l’angle de pulvérisation;

le cône de pulvérisation.

le débit nominal

Le débit nominal (débit volumétrique) d’un gicleur est exprimé en gallons américains par heure (1 USG = 3,78 litres). Quand un débit de 1 USG/h est mentionné sur un gicleur, ce dernier aura un débit horaire de 3,78 litres à une pression de 100 PSI (Pound per Square Inch) ou 6,89 bar.

Influence de la pression de pulvérisation sur le débit

Si la pression de pulvérisation augmente, le débit du gicleur va égale- ment augmenter. La relation entre les deux est formulée comme suit:

q2 = q1

p2
p2

p1

Où :

q2 = le débit après hausse de la pression q1 = le débit nominal à la pression de référence (6,89 bar) p2 = la pression de pulvérisation souhaitée ou définie p1 = la pression de référence

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Exemple:

Données: un gicleur de 0,65 USG/h (6,89 bar)

Question: quel est le débit de ce gicleur quand la pression monte jusqu’à 10 bar?

Solution:

• q1 = • p2 = • p1 = 0,65 USG/h x 3,78 l/h = 2,457
q1
=
p2
=
p1
=
0,65 USG/h x 3,78 l/h = 2,457 l/h
10 bar
6,89 bar
• q2
=
10
2,457 x
=
2,96 l/h bij 10 bar
6,89
Delavan

Pression de pulvérisation 7 bar

Pression de pulvérisation: 21 bar

Influence de la pression de pulvérisation sur la vaporisation (Delavan)

La pression de pulvérisation influence non seulement le débit mais aussi la vaporisation du combustible. Comme on le voit nettement ci-dessus, la vaporisation est beaucoup plus fine à une pression plus élevée.

Influence de la viscosité sur le débit

La viscosité est une mesure par laquelle on indique le degré de fluidi- té d’un liquide. Elle est influencée par la température. Plus la viscosité est élevée et plus le liquide aura du mal à s’écouler. On pourrait en déduire que le débit augmente quand la viscosité diminue et que le combustible devient donc plus fluide. Mais c’est exactement le contraire: quand la viscosité augmente, le débit augmente lui aussi. Nous y reviendrons plus en détail quand nous étudierons l’utilisation du préchauffeur.

l’angle de pulvérisation

Il existe des gicleurs qui produisent différents angles de pulvérisation allant de 30° à 90°. L’angle de pulvérisation est toujours adapté au foyer et au type de brûleur, et dépend des instructions du fabricant.

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Influence de la pression de pulvérisation sur l’angle de pulvérisation:

Lorsque la pression de pulvérisation est plus élevée, le combustible prend plus de vitesse dans le gicleur et les gouttelettes deviennent plus petites et donc moins lourdes. Par conséquent, ces gouttelettes parcourent une plus petite distance quand elles sortent du gicleur. Il en résulte un plus grand angle de pulvérisation. Cela influence évidemment aussi le type de cône de pulvérisation.

le cône de pulvérisation

Angle de pulvérisation

Danfoss
Danfoss

Angle de pulvérisation

Une troisième caractéristique des gicleurs est leur cône de pulvérisa- tion. Nous distinguons deux extrêmes entre lesquels se trouvent des variantes différentes d’une marque à l’autre. Les deux extrêmes sont le cône plein et le cône creux.

Cône plein: diffusion uniforme
Cône plein: diffusion uniforme
Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Cône creux: concentration sur l’anneau extérieur

La norme US n’impose pas de désignation uniforme du type de cône. Chaque fabricant est donc libre de choisir un code alphabétique selon le type de cône.

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
 
Thomas De Jongh
Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Thomas De Jongh

Cône creux

Cône plein

Cône semi-plein

Danfoss

h

s

B

Delavan

a

B

w

Fluidics

hF

sF/s

/

Monarch

pl/ns

ar/r

pl/plp

Hago

h/ss

B/p/es

ss

Steinen

ph/h/ht

Q/s/st

ph/ss

Les différentes marques de gicleurs et leur code alphabétique

Normalisation selon eN 299

Comme le montre la figure 1.41, il y a des différences dans la manière dont les marques caractérisent les cônes de pulvérisation. Une norme européenne a été établie afin d’éviter cet écueil et pouvoir changer aisément de marque de gicleur.

Le débit nominal d’un gicleur ne s’indique plus en débit volumé- trique, mais en débit de masse, exprimé en kg/h. La pression de référence est fixée à 10 bar.

Exemple:

Conversion de l’ancienne caractérisation à la nouvelle normalisation selon EN 299:

Donnée: gicleur exprimé en USG/h: 0,50 USG/h

Question: quel est le débit de masse selon EN 299 (donc à 10 bar)? 0,50 USG/h à 6,89 bar = (0,5 x 3,78) l/h = 1,89 l/h Nous connaissons la densité du liquide, à savoir 0,845 kg/l. Débit de masse à 6,89 bar = 1,89 l/h x 0,845 kg/l = 1,597 kg/h.

A 10 bar, cela donne

q2 p2 = q1 p1
q2
p2
=
q1
p1

où:

q2 = le débit de masse à 10 bar q1 = le débit de masse à 6,89 bar = 1,597 kg/h p1 = la pression de référence: 6,89 bar p2 = la pression souhaitée: 10 bar

q2

=

1,597 x

10 6,89
10
6,89

=

1,9 kg/h à 10 bar

Le débit du gicleur ne peut s’écarter que de ± 4% du débit nominal mentionné sur le gicleur.

33

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

 

Angle de pulvérisation

 

100 Psi

10 bar

30°

45°

60°

70°

80°

.40

1,59

 

50°

80°

 

80°

.45

1,76

 

50°

70°

   

.50

1,94

50°

60°

70°

 

80°

.55

2,12

 

60°

70°

   

.60

2,36

50°

50°

70°

 

80°

.65

2,59

50°

50°

70°

70°

80°

.75

2,89

50°

50°

70°

 

80°

.85

3,31

50°

50°

70°

70°

80°

.90

3,57

   

70°

   

.100

3,73

50°

60°

70°

 

80°

.110

4,33

 

50°

60°

 

80°

.120

4,63

 

50°

60°

   

.125

4,83

50°

50°

60°

 

70°

.135

5,19

 

50°

60°

 

80°

.150

5,78

50°

50°

60°

 

80°

.165

6,36

 

50°

60°

 

80°

.175

6,74

 

50°

60°

 

70°

Comparaison entre les angles de pulvérisation (à titre indicatif )

Angle de pulvérisation

L’angle reste toujours exprimé en degrés. L’angle de pulvérisation

augmente quand il y a une hausse de pression. C’est logique, puisque

la pression de pulvérisation passe de 6,89 bar à 10 bar. L’angle de

pulvérisation n’est pas le même que dans la norme US: en Europe,

on tient aussi compte du volume de combustible pulvérisé; tant le

débit que le schéma de nébulisation ont donc leur influence. Dans

le tableau ci-dessous, nous trouvons une comparaison entre l’angle

selon la norme US et selon la norme européenne EN 299. Ce tableau

correspond à une marque, il est donc repris à titre purement indicatif

dans ce manuel.

Cône de pulvérisation

La normalisation européenne n’a conservé que quatre types de

cônes de pulvérisation. Ils sont représentés par les chiffres romains I,

II, III et IV.

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Types de cônes de pulvérisation suivant la norme européenne

Dimensions

Suivant la nouvelle norme européenne, tous les gicleurs doivent avoir les mêmes dimensions.

* CEN standard
* CEN standard
Danfoss nouvelle indication CEN à 10 bar code production ancien indication à 7 bar
Danfoss
nouvelle indication
CEN à 10 bar
code production
ancien indication
à 7 bar

Dimensions du gicleur selon la norme européenne

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Sélection du gicleur

s élection du débit

Nous avons besoin de trois données pour déterminer le débit du gicleur:

  • 1. la puissance nominale de la chaudière;

  • 2. le rendement, de préférence le rendement nominal, sinon le rendement de combustion. Si nous ne disposons pas de données à ce sujet, nous pouvons estimer le rendement de la chaudière;

  • 3. savoir si le brûleur est ou non préchauffé.

Nous devons évidemment aussi savoir avec quelle pression de pompe nous allons travailler. En principe, le choix est libre mais la pression utilisée avec les brûleurs classiques tourne généralement autour de 10 à 12 bar. Une pression de moins de 10 bar implique des risques pour la pulvérisation et ne peut être appliquée qu’avec des brûleurs équipés d’un préchauffeur, mais elle peut quand même atté - nuer un éventuel problème de bruit.

Les pressions de pompe plus élevées ont, pour leur part, l’avantage de créer un très fin brouillard de combustible, ce qui améliore le mé- lange avec l’air comburant. Mais une pression de pompe plus élevée peut avoir l’inconvénient de produire un bruit gênant.

Quand la viscosité diminue, le débit de combustible diminue lui aussi. En cas d’utilisation d’un préchauffeur, nous devons donc prendre un gicleur plus grand ou adapter la pression de pompe pour obtenir la même puissance que sans préchauffeur. Le risque d’obs- truction est moindre avec un gicleur plus grand. Quand il est possible de travailler à une pression plus basse, le gicleur dure plus longtemps et le niveau sonore de la flamme diminue également.

La meilleure solution consiste à sélectionner le gicleur et la pression de pulvérisation recommandés par le constructeur du brûleur. Mais nous pouvons aussi sélectionner nous-même le gicleur. Il existe trois manières de le faire:

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

1. A l’aide d’une formule

débit de pulvérisation =

puissance de la chaudière

pouvoir calorifique x rendement (de combustion)

où:

le débit de pulvérisation exprimé en l/h;

la puissance de la chaudière en kW;

le pouvoir calorifique inférieur: le pouvoir calorifique inférieur du combustible par unité de volume;

le rendement (de combustion) exprimé en %.

Avec cette formule, nous obtenons un débit de pulvérisation expri- mé en l/h. Et pour connaître le gicleur qui convient (en USG/h), nous devons diviser ce nombre par 3,78. Le résultat est alors exprimé en USG/h, mais à une pression de pompe de 6,89 bar. Pour sélectionner un gicleur, nous devons adapter le débit à la pression de pompe utilisée:

p2 q2 = q1 x p1 (voir chapitre 5.5.2)
p2
q2 = q1 x
p1
(voir chapitre 5.5.2)

Où :

q2 = le gicleur à sélectionner après adaptation de la pression; q1 = le débit à 6,89 bar; p1 = la pression sélectionnée p2 = 6,89 bar.

En cas d’utilisation d’un préchauffeur, le débit de pulvérisation dimi- nue d’environ 10 à 15%.

Exemple

Données:

une chaudière ayant une puissance nominale de 23 - 27 kW;

pouvoir calorifique inférieur = 9.945 kWh/l;

rendement de combustion = 91%;

brûleur à préchauffage;

nous souhaitons travailler avec une pression de pompe de 12 bar.

Question:

Quel gicleur devons-nous sélectionner avec une puissance nominale de 90% de la puissance maximale et une pression de pulvérisation de 12 bar?

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Solution:

Etape1: Détermination de la puissance du brûleur, compte tenu du fait qu’il suffit de 90% seulement de la puissance nominale.

Pn =27 kW . 0,90= 24,3 kW

Tape 2: Déterminer le débit de pulvérisation en l/h.

q =

24,3 kW

9,945 kWh/l x 0,91

= 2,68 l/h

Tape 3: Déterminer le débit de pulvérisation en USG/h.

 

2,68 l/h

q =

3,78 l/h

= 0,71 USG/h

Le résultat de 0,71 USG/h signifie que nous devons avoir un gicleur de 0,71 USG/h, que nous le faisons fonctionner à une pression de 6,89 bar et que nous avons une puissance nominale de 24,3 kW.

Tape 4: Or, nous ne voulons pas travailler avec 6,89 bar mais avec 12 bar. Nous allons donc convertir le débit en 12 bar.

q2 = q1 x

p2 p1
p2
p1

q2 =

0,71 USG/h x

  • 12 bar

6,89 bar

=0,54 USG/h + 15% (préchauffage) = 0,62 USG/h

Nous devons donc sélectionner un gicleur de 0,60 ou 0,65 USG, car il n’existe pas de gicleur de 0,62 USG. Si nous voulons conserver la puissance prédéfinie de 24,3 kW, nous devrons adapter la pression de la pompe.

Pour un gicleur de 0,60 USG/h, la pression sera de:

nouveau pression de pompe = pression x

2 gicleur calculé gicleur choisi
2
gicleur calculé
gicleur choisi

nouveau pression de pompe =

2 p2 q2 = p1 q1 2 p2 q2 = p1 x p1 q1 2 0,62
2
p2
q2
=
p1
q1
2
p2
q2
= p1 x
p1
q1
2
0,62
12 x
= 12,8 bar
0,60
Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Pour un gicleur de 0,65 USG/h, la pression sera de:

nouveau pression de pompe = pression x

2 gicleur calculé gicleur choisi
2
gicleur calculé
gicleur choisi

nouveau pression de pompe =

2 p2 q2 = p1 q1 2 p2 q2 = p1 x p1 q1 2 0,62
2
p2
q2
=
p1
q1
2
p2
q2
= p1 x
p1
q1
2
0,62
12 x
= 10,9 bar
0,65
  • 2. A l’aide d’une règle à calculer

Weishaupt
Weishaupt

Règle à calculer

L’illustration ci-dessus nous montre des règles à calculer. Elles nous permettent notamment de déterminer les gicleurs. Elles sont géné- ralement mises à disposition par les fabricants de chaudières et de brûleurs.

  • 3. A l’aide de tableaux

Les tableaux en annexe sont calculés selon les principes suivants:

Rendement à 91% (Optimaz 1999), sans préchauffage

Rendement à 93% (Optimaz 2005), sans préchauffage

Rendement à 98% (Optimaz Elite), sans préchauffage

Rendement à 91% (Optimaz 1999), avec préchauffage

Rendement à 93% (Optimaz 2005), avec préchauffage

Rendement à 98% (Optimaz Elite), avec préchauffage

Nous nous sommes limités aux puissances particulières, jusqu’à 1,00 USG/h.

Les puissances avec préchauffage sont calculées avec un débit réduit de 15%.

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Choix du cône et de l’angle de pulvérisation

Il n’existe pas de règles fixes pour déterminer le cône et l’angle, c’est en premier lieu le fabricant du brûleur qui préconise les carac- téristiques avec lesquelles son brûleur fonctionne le mieux. En ce qui concerne l’angle, on choisira plutôt un gicleur à petit angle de pulvérisation pour un foyer long et étroit tandis qu’un grand angle de pulvérisation conviendra mieux pour un foyer court et large pour éviter que la flamme ne touche pas le fond de la chaudière

le filtre de gicleur

Les filtres en bronze poreux (2) garantissent une filtration poussée et offrent de nombreux avantages pour la protection des gicleurs à faible débit. Les particules de bronze forment une série d’obstacles qui assurent une filtration plus efficace que les filtres en gaze. Les par- ties internes du gicleur sont beaucoup mieux protégées. Ces filtres résistent aux effets agressifs et aux températures élevées.

Le filtre à tamis métallique (1) s’utilise surtout pour les hauts débits de pulvérisation.

VDAB
VDAB

Préchauffeur

Types de filtres

Danfoss
Danfoss

Préchauffeur

Pour les brûleurs de petite puissance, on utilise généralement un préchauffeur électrique. Ce préchauffeur permet d’amener le mazout au gicleur à température constante (50 à 90°C, selon le fabricant).

C’est la viscosité du liquide qui est déterminante pour sa résistance à l’écoulement. En cas de grande résistance à l’écoulement, nous parle- rons de viscosité élevée et, en cas de petite résistance à l’écoulement, de faible viscosité.

La viscosité dépend de la température: à une température donnée correspond une viscosité donnée du combustible.

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

les avantages du préchauffage

1. Variabilité saisonnière de la combustion

Pour obtenir un bon réglage du brûleur, l’installateur effectuera une analyse des gaz de combustion. Mais cette analyse des fumées ne donne qu’un instantané de la qualité de la combustion.

Tout changement des conditions climatiques (température am-

biante, pression atmosphérique, humidité de l’air, une certaine influence sur cette combustion.

...

) aura, en effet,

Si le mazout est stocké dans un environnement sensible à la tempé- rature extérieure, une variation de la température extérieure donnera lieu, entre autres, à une modification de sa viscosité. étant donné que le mazout devient moins fluide (plus épais) quand la température baisse, et inversement, cette variation de la température influence la qualité de la combustion.

Un préchauffeur assurera une température constante du mazout, quelles que soient les conditions atmosphériques.

2. amélioration du rendement

Le préchauffeur abaisse la viscosité du mazout. Mais la viscosité a aussi une influence importante sur la taille des gouttelettes formées au moment de la pulvérisation du mazout.

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Rapport entre la viscosité, la pression de pulvérisation (pression de pompe) et le diamètre moyen des gouttelettes de gasoil de chauffage pulvérisé

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Une viscosité plus basse (température plus élevée du gasoil) et une pression de pompe plus élevée donnent toutes deux lieu à une réduction de la taille des gouttelettes de combustible.

L’arrivée de petites gouttelettes dans la chambre de mélange de la tête de combustion rend plus homogène le mélange de combus- tible et d’air comburant. Au contraire, de grosses gouttes de combus- tible donnent lieu à une combustion plus lente et à une flamme plus longue. La surface de contact entre les gouttelettes de combustible et l’air comburant est en effet inversement proportionnelle au dia- mètre des gouttes de mazout.

D’un point de vue pratique, nous pouvons dire que, pour obtenir une combustion sans fumée de fines gouttelettes, il faudra un plus petit excès d’air que pour la combustion de la même quantité de combus- tible en gouttelettes plus grosses.

Mais l’amélioration du rendement de combustion dépend de très nombreux autres paramètres. En tout cas, un préchauffeur améliore le rendement de combustion de manière assez limitée (générale- ment moins de 1%). L’emploi d’un préchauffeur améliorera surtout le rendement annuel. Comme l’effet d’une modification de la viscosité est limité, nous obtenons une combustion plus stable tout au long de l’année et la chaudière risque moins de s’encrasser à cause d’une modification de la viscosité du mazout.

3. pression de pompe réduite

Comme on l’a vu plus haut, la qualité de la combustion dépend de la taille des gouttelettes de combustible.

Le graphique (fig. 1.47) montre bien que, pour obtenir les mêmes gouttelettes moyennes de combustible, on pourra paramétrer une pression de pompe plus basse si le combustible est préchauffé.

Cette pression de pompe plus basse présente les avantages suivants:

une usure moindre du gicleur; une usure moindre de la pompe; un niveau sonore plus bas de la flamme; un meilleur démarrage du brûleur.

Lors de chaque démarrage du brûleur, une quantité de combustible pulvérisé s’enflamme brusquement. Du fait de cet allumage, le vo- lume de gaz augmente brutalement dans la chaudière. C’est princi- palement l’augmentation de pression ainsi créée qui est la cause de l’encrassement des éléments du brûleur. Plus précisément, l’encras- sement du dispositif d’allumage (électrodes et câbles d’électrode) résulte dans une large mesure de la pénétration des gaz de fumée dans le tube de brûleur à chaque allumage, sous l’effet de la hausse brusque de la pression.

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Chaque pulvérisation libère aussi bien des grosses que des petites gouttelettes de gasoil. Mais dans les brûleurs à préchauffage du combustible, il y a, en moyenne, plus de petites gouttelettes de ma- zout. Les recherches ont montré que ce sont toujours les plus petites gouttelettes qui s’enflamment les premières. L’augmentation de la pression sera donc moins forte en cas de pulvérisation de petites gouttelettes de gasoil qu’en cas de pulvérisation de gouttelettes plus grosses.

Le gasoil pulvérisé sur un brûleur à préchauffage comportera en moyenne plus de fines gouttelettes. De ce fait, l’allumage sera plus rapide et l’augmentation de la pression dans la chaudière sera moins élevée.

En fin de compte, le dispositif d’allumage s’encrassera moins vite et le brûleur nécessitera des entretiens moins fréquents. En outre, un allumage amélioré rend le démarrage plus doux.

Principe et fonctionnement

Danfoss A Port de connection B Thermostat De onderstaande figuur toont een verstuiverlijn met geïntegreerde brandstofvoorverwarmer.
Danfoss
A Port de connection
B Thermostat
De onderstaande figuur toont een verstuiverlijn met geïntegreerde
brandstofvoorverwarmer.
C
Couvercle
D Joint torique
E Raccordement électrique
F Conducteur de chaleur
G Echangeur de chaleur
H Thermistance (PTC)
I Fixation (Ressorts)

Ligne de pulvérisation à préchauffeur intégré

Danfoss Ligne de pulvérisation
Danfoss
Ligne de pulvérisation

Composition du préchauffeur

L’élément chauffant proprement dit est une résistance CTP, (PTC en anglais) ou un élément chauffant électrique classique. L’élément CTP est un élément électronique dont la résistance électrique augmente quand la température monte. C’est pourquoi nous parlons d’un coef- ficient de température positif (CTP).

L’élément CTP peut aussi remplir la fonction de régulateur de tempé- rature automatique. En présence d’un élément chauffant électrique classique, cette régulation de la température s’effectue au moyen d’un thermostat.

La figure illustre la relation entre la température d’entrée et la tempé- rature de sortie à différents débits de combustible pour un préchauf- feur donné.

Les brû L eurs à mazout 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R
Les brû L eurs à mazout
4.
l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
Fonctionnement et é L éments
Thomas De Jongh

Relation température de sortie - température d’entrée

La figure 1.50 donne la puissance électrique nécessaire en fonction du débit de combustible à une température de sortie constante. Un brûleur réglé sur 2 l/h et 1.500 heures de service par saison de chauffe consommera durant cette période environ

53 W x 1500 h = 79.500 Wh ou 79,5 kWh d’énergie électrique pour le préchauffage du gasoil.

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Consommation électrique en fonction du débit

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Câblage électrique

La figure ci-dessous montre le câblage électrique du préchauffeur de combustible. Dans l’exemple, la résistance est raccordée entre N et 8 et le contact de libération entre 8 et 3. Cette connexion électrique varie d’une marque à l’autre.

Danfoss
Danfoss
Gustaaf Flamant
Gustaaf Flamant
  • 4.5.3 Dispositif d’allumage

Connexion électrique

La haute tension produite par la bobine secondaire du transforma- teur est transmise aux électrodes via deux câbles à haute tension. Il se crée ainsi, entre les deux extrémités des électrodes, un arc électrique qui assure l’allumage du combustible pulvérisé.

44

Weishaupt
Weishaupt
  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
VDAB
VDAB

Transformateur classique

VDAB
VDAB

Transformateur électronique

Transformateur d’allumage

Au moment où le combustible est pulvérisé par le gicleur, il faut un allumage pour obtenir une flamme. Cet allumage est produit par un transformateur d’allumage qui convertit la tension réseau (230 V AC) en haute tension (8.000 V AC). Cette haute tension est nécessaire pour générer un arc électrique entre les électrodes d’allumage et enflammer le combustible.

Le transformateur d’allumage classique se compose d’une bobine primaire, alimentée par la tension réseau, et d’une bobine secondaire qui fournit la haute tension.

Selon le cycle et les caractéristiques du brûleur, nous distinguerons deux types de transformateurs:

les transformateurs à fonctionnement permanent, calculés pour résister à un fonctionnement permanent;

les transformateurs à fonctionnement intermittent, destinés à fonctionner par cycles de 3 minutes durant 33% de leur temps de service. Cela revient à 1 minute en service et 2 minutes hors service.

Par ailleurs, il existe aussi à l’heure actuelle un transformateur élec- tronique qui est plus compact et plus léger que le transformateur traditionnel ..

Le fonctionnement des deux transformateurs est expliqué de ma- nière détaillée dans le chapitre consacré à l’électricité.

é lectrodes

VDAB
VDAB

Blocs électrodes

Une électrode comprend les éléments suivants:

une tige conductrice métallique qui transmet la tension (2);

une tige conductrice métallique qui transmet la tension (2);

un embout où adapter les câbles à haute tension (3).

Il y a lieu de toujours suivre les instructions du constructeur du brûleur pour déterminer les distances des électrodes par rapport au gicleur. Ces distances dépendent du type de gicleur.

Un dispositif de serrage, appelé porte-électrode, maintient ferme- ment les électrodes en place. La liaison entre le transformateur et les électrodes est assurée par deux câbles à haute tension. L’extrémité de chaque câble est munie, du côté de l’électrode, d’une cosse qui s’insère sur l’adaptateur.

Le câble peut être fixé ou vissé au transformateur au moyen d’une cosse.

Dans le temps, les électrodes se composaient essentiellement de deux électrodes distinctes. A l’heure actuelle, la plupart des brûleurs sont équipés de blocs électrodes.

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Câbles à haute tension

Ces câbles assurent la liaison entre le transformateur haute tension et les électrodes. Un câble à haute tension est un conducteur en cuivre protégé par une isolation résistante à la chaleur.

Hoogspanningskabels VDAB
Hoogspanningskabels
VDAB

Câbles à haute tension

Gustaaf Flamant
Gustaaf Flamant

Accrocheur

  • 4.5.4 Accrocheur de flamme (volet du gicleur,

stabilisateur)

Fonctionnement

Le stabilisateur accroche la flamme afin d’obtenir un front de flamme stable. Cette stabilisation est le résultat de la dépression que la vitesse accrue de l’air crée sur la partie avant de l’accrocheur de flamme. En général, l’accrocheur de flamme se présente sous la forme d’un disque de tôle muni d’une ouverture centrale qui laisse passer le carburant pulvérisé.

Les ouvertures de la couronne, généralement des fentes, servent à:

amener une quantité déterminée d’air à la base de la flamme;

donner à l’air une turbulence créée par la position inclinée des fentes;

nettoyer la surface de l’accrocheur de flamme. Il existe de nom- breux types d’accrocheurs de flamme. Il y a donc lieu de toujours suivre les instructions du constructeur.

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Accrocheur

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Ensemble, la bouche du brûleur et le stabilisateur forment un disposi- tif mélangeur.

Thomas De Jongh
Thomas De Jongh

Dispositif mélangeur

Distribution de l’air dans le tube foyer

Principes du dispositif mélangeur

L’air amené par le ventilateur est divisé en deux courants:

Une partie de l’air traverse la fente annulaire entre le stabilisateur et la tête de flamme (‘air secondaire’).

Une autre quantité d’air traverse le trou central (‘air primaire’).

Comme nous l’avons expliqué plus haut, une zone de mélange ou zone tourbillonnaire, qui joue un grand rôle dans la qualité de la combustion, se crée à l’arrière du stabilisateur.

La taille de cette zone est déterminée par la vitesse de l’air au droit du stabilisateur. Si la vitesse est trop basse (voir page suivante), il n’y a pas de chute de pression et la zone de mélange est excessivement petite. Cela donne lieu à une combustion incomplète, même avec un excès d’air.

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

CEDICOL
CEDICOL

Vitesse d’écoulement trop basse

la zone dépressionnaire est petite du fait d’un manque d’air total. le cône de pulvérisation doit arriver dans la zone dépressionnaire (la flamme décroche). le volet d’air n’est pas ouvert assez grand et la vitesse est trop basse.

Par contre, si la vitesse est trop élevée (fig. 1.60), la zone de mélange n’est pas non plus optimale. La flamme est instable et peut même se décrocher. De plus, une telle zone de mélange provoque une com- bustion incomplète, même avec un excès d’air.

CEDICOL
CEDICOL

Vitesse d’écoulement trop élevée

la zone dépressionnaire est instable. le volet d’air est ouvert trop grand. la flamme est soufflée.

En outre, la forme de la zone de mélange n’est pas toujours symé- trique par rapport au stabilisateur. Toutefois, la zone peut avoir une forme symétrique selon la combustion, en fonction de la vitesse de l’air extérieur et de l’air central.

CEDICOL
CEDICOL

Tête de flamme trop étroite

la tête de flamme se referme trop loin, l’air passe plus au centre et la zone dépressionnaire se déplace davantage vers l’extérieur. la teneur en Co 2 augmente, mais uniquement jusqu’à une certaine limite, sinon la flamme va décrocher. en cas de démarrage à froid, la contre-pression peut augmenter dans la chaudière. a ce moment, le cône de pulvérisa- tion n’arrive pas dans la zone dépressionnaire.

CEDICOL
CEDICOL

Tête de flamme trop évasée

la tête de flamme est trop évasée. la zone dépressionnaire se déplace vers l’intérieur, d’où le risque d’une longue flamme creuse. la teneur en Co 2 diminue, mais il y a moins de risque de problèmes au démarrage.

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

La position du gicleur par rapport à l’accrocheur de flamme et par rapport à l’extrémité de la bouche du brûleur varie en fonction du type de flamme souhaité (flamme large ou longue). La distance entre l’accrocheur de flamme et l’extrémité de la bouche de combustion peut varier entre 0 et 15 mm, en fonction de l’angle de pulvérisation du gicleur et du diamètre de l’ouverture centrale de l’accrocheur de flamme.

Il existe aussi des systèmes où l’accrocheur de flamme est réglé sur une valeur fixe par rapport au gicleur.

Ces valeurs sont données uniquement à titre d’exemple. Consultez toujours les indications du constructeur du brûleur.

  • 4.5.5 Crachotement du gicleur

Cause

Après chaque arrêt du brûleur, le gicleur peut continuer à crachoter dans une certaine mesure. Ce phénomène se produit plus particuliè- rement avec des brûleurs dont la ligne de pulvérisation:

est équipée d’un préchauffeur de fioul;

contient un volume relativement important de mazout (brûleurs de forte puissance).

Les causes suivantes, entre autres, peuvent expliquer ces crachotements:

L’air qui se trouve dans la ligne de pulvérisation (porte-gicleur), entre la pompe et le gicleur, est comprimé.

Sous l’effet du vide, des bulles de gaz se forment dans la conduite d’aspiration. Pendant que le brûleur fonctionne, ces bulles de gaz sont comprimées entre la pompe et le gicleur.

La température du mazout est plus élevée au démarrage qu’en régime normal.

Le crachotement du gicleur présente les inconvénients suivants:

Les gouttelettes de mazout peuvent retomber sur l’accrocheur de flamme. De ce fait, le volet du gicleur risque de s’encrasser rapidement.

Un encrassement grave du volet du gicleur ou foyer peut pertur- ber le fonctionnement du brûleur. Dans ce cas, le mazout peut continuer à brûler et la cellule photoélectrique va réagir au signal de flamme présent et déclencher le bouton de sécurité du coffret de contrôle automatique.

Le crachotement du gicleur de mazout donne aussi lieu indirec- tement à une pollution de l’environnement. En général, le ma- zout qui fuit du gicleur ne va pas brûler. Sous l’effet de la chaleur du foyer, les éléments volatils vont s’évaporer de ces gouttelettes tandis que les éléments moins volatils vont former un résidu sur le foyer ou sur l’accrocheur de flamme. Le mazout imbrûlé se compose d’hydrocarbures (C x H y ) qui arrivent dans l’atmosphère sans être brûlés. Même en quantité infime, cette émission consti- tue une contrainte pour l’environnement.

Les brû L eurs à mazout 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R
Les brû L eurs à mazout
4.
l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
Fonctionnement et é L éments
Solutions
Filtre de gicleur à soupape d’arrêt incorporée
Le gicleur en soi n’est pas très différent d’un gicleur classique. La
différence réside dans le filtre muni d’un piston à ressort qui coupe
l’amenée de combustible par le gicleur si la pression disparaît.
Il faut toujours un minimum de pression (± 7 bar ou 10 bar) pour
vaincre la charge du ressort.
la valve magnétique
Danfoss

Soupape d’arrêt incorporée

Le mécanisme de la valve magnétique est également intégré dans le filtre à mazout du gicleur.

Après chaque arrêt du brûleur, l’entraînement de la pompe à mazout est désactivé. Dès que la pression de mazout tombe sous un seuil minimum, l’aimant permanent coupe l’amenée. On empêche ainsi le gicleur de goutter. Lors d’un démarrage du brûleur, la vanne est ou- verte par la pression de mazout (à partir d’une pression de ± 2,5 bar).

Attention: le mécanisme de fermeture crée une certaine perte de pression (± 2 bar). Si la pression de la pompe est réglée sur 10 bar, on n’obtiendra qu’une pression de ± 8 bar au niveau du gicleur. L’ap- plication de ce système oblige donc à adapter en conséquence la pression de la pompe.

(ligne) gicleur à soupape à bille à ressort interne combinée à une pompe à circuit retour interne.

A Tête du gicleur C Cône du gicleur D Disque à orifice H Filtre Danfoss
A Tête du gicleur
C Cône du gicleur
D Disque à orifice
H Filtre
Danfoss

Gicleur à soupape à bille à ressort A. Gicleur C. Tête de distribution D. Sortie gicleur E. Soupape à bille à ressort H. Filtre

Ce système nécessite une combinaison du gicleur (ou d’une ligne gicleur spéciale) et de la pompe. Le combustible est aspiré par le filtre et l’engrenage trochoïdal de la pompe.

Normalement, l’électrovanne est fermée, et le combustible est ren- voyé sous pression vers le réservoir (système bitube) ou vers l’aspira- tion de la pompe (système monotube).

Le régulateur de pression (P1) à membrane à ressort régule la pres- sion. Quand l’électrovanne est mise sous tension, le combustible est amené vers le gicleur.

Les brû L eurs à mazout 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R
Les brû L eurs à mazout
4.
l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
Fonctionnement et é L éments
Danfoss

Schéma hydraulique de pompe à circuit retour interne

Il faut toujours une pression donnée (± 5 bar) pour ouvrir la soupape à bille à ressort. Cette soupape se referme quand la pression s’abaisse à 2 à 3,5 bar.

Par conséquent, quand la pompe s’arrête, le combustible excéden- taire est évacué par le conduit de retour, puisque la soupape à bille a fermé ‘l’évacuation’ par le gicleur. Ce conduit de retour peut être fermé via la vanne de retour (K) quand on travaille avec un gicleur normal.

Mais il faut tenir compte de la détermination de la compression de la pompe, puisque ce système a une résistance supplémentaire d’envi- ron 1,6 bar.

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Danfoss
Danfoss

Coupe d’une ligne gicleur avec vanne dans la conduite de retour interne (Weishaupt)

  • 1. Préchauffeur

  • 2. Piston

  • 3. Siège

  • 4. Filtre

  • 5. Injecteur

  • 6. Robinet d’arrêt

  • 7. Conduite de décompression

  • 8. Alimentation préchauffeur

la soupape de gicleur à conduite de retour

Avant chaque démarrage du brûleur, le mazout est réchauffé par le préchauffeur. La dilatation thermique du mazout peut provoquer une fuite par le gicleur. L’amenée de mazout au gicleur est coupée par une soupape à fermeture rapide qui ne s’ouvre qu’à une pression d’au moins 6 bar. La préventilation du brûleur débute dès que la tem- pérature est atteinte, et une fois que l’électrovanne mazout s’ouvre, la soupape à fermeture rapide s’ouvre sous l’effet de la pression. A l’arrêt du brûleur, on empêche le crachotement en mettant la ligne gicleur hors pression via la conduite de retour.

Weishaupt Conduite d’aspiration Conduite de retour
Weishaupt
Conduite
d’aspiration
Conduite
de retour

Brûleur avec conduite de retour

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
  • 4.6 Tube foyer

La bouche du brûleur dirige le flux d’air sur le combustible pulvéri- sé. La bouche du brûleur est un élément cylindrique en acier, fonte, inox ou céramique, selon la marque, et est dotée d’évasements et de resserrements. Elle est démontable. Les tubes foyer sont disponibles en version ouverte et en version fermée.

Weishaupt
Weishaupt

Bouche de brûleur fermée

Les brû L eurs à mazout Fonctionnement et é L éments 4. l e S éléme

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

  • 4.7 Coffret de contrôle automatique (relais de brûleur)

    • 4.7.1 But du coffret de contrôle automatique

Le coffret de contrôle automatique remplit une double fonction:

coordonner les différentes étapes du processus de combustion;

mettre le brûleur hors service quand la flamme ne se développe pas ou qu’elle se développe mal.

  • 4.7.2 Généralités

Pour se conformer aux instructions de sécurité, l’installation de combustion doit être équipée d’une protection de flamme automa- tique, ou dispositif automatique de brûleur. Les actions de protection varient en fonction du type de brûleur, mais les principes suivants sont toujours d’application:

Le combustible qui afflue dans le brûleur doit être allumé dans le laps de temps le plus court puis continuer à brûler sans interruption.

Selon la charge du brûleur, il y a lieu de prévoir une durée maxi- male pendant laquelle le combustible peut affluer sans s’enflam- mer. Ce temps, qui est tellement court qu’une quantité très peu dangereuse de combustible peut s’écouler, s’appelle le temps de sécurité.

Si, à la suite d’un dérangement, la flamme devait s’éteindre pendant le fonctionnement, elle doit se reformer par rallumage ou bien l’amenée de combustible doit s’interrompre à la fin du temps de sécurité. On parle alors de remise en marche.

Weishaupt
Weishaupt
  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les dérangements de l’installation du brûleur (y compris ceux du coffret de contrôle automatique), qui empêchent une formation normale de la flamme ou sa protection, doivent interrompre ou bloquer automatiquement le fonctionnement du brûleur et mettre l’installation en panne. L’état de panne est signalé par une lampe témoin et par le verrouillage mécanique du relais de brûleur. Ce verrouillage peut être levé uniquement à la main. Nous sommes ainsi sûrs que le brûleur a bien été remis en service volontairement et qu’il est sous contrôle.

Les fonctions de protection du brûleur sont donc liées automatique- ment à des fonctions de commande: le processus de combustion doit être commandé, surtout au démarrage et en cas d’anomalies, de telle façon qu’une situation dangereuse ne puisse se produite à aucun moment. Il ne peut pas y avoir, p.ex., d’amenée de combus- tible si ce dernier ne peut pas s’enflammer vraiment.

L’amenée de combustible est commandée par:

un moteur de brûleur pour un démarrage direct;

une soupape électromagnétique pour un démarrage indirect. Dans ce cas, nous parlons du temps de rinçage: c’est le temps pendant lequel la chambre de combustion est ventilée, égale- ment appelé prérinçage ou préventilation. Certains brûleurs ven- tilent aussi la chambre de combustion après une interruption de la flamme. On parle alors de post-rinçage ou de post-ventilation. Le but du prérinçage est de chasser vers la chaudière les gaz de combustion encore présents dans le foyer afin de faire tomber la contrepression dans le foyer et d’obtenir un meilleur démarrage.

Le dispositif d’allumage électrique est entraîné par un transformateur haute tension. On parle ici de:

temps d’allumage: le temps pendant lequel le dispositif d’allu- mage fonctionne;

temps de pré-allumage: le temps qui sépare la mise en service du dispositif d’allumage et l’amenée libre du combustible. Un pré-allumage sert à préchauffer les électrodes et la couche d’air qui les sépare, de manière à ce que le combustible s’enflamme le plus vite possible quand l’électrovanne s’ouvre.

temps de post-allumage: le temps qui sépare la première appari- tion de la flamme et la désactivation du dispositif d’allumage.

Les brû L eurs à mazout 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R
Les brû L eurs à mazout
4.
l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
Fonctionnement et é L éments
4.7.3
Classification des types de dispositifs
automatiques des brûleurs
1. Relais électrothermique
‘Programmation thermique’ veut dire que la programmation passe
par un relais thermique. Un relais thermique se compose d’un bilame
entouré d’une résistance. Quand la résistance est mise sous tension,
elle dégage de la chaleur, laquelle fait se courber le bilame qui réalise
le contact ou coupe le contact.
CEDICOL

Relais électrothermique

VDAB
VDAB

Relais électronique

CEDICOL
CEDICOL

Relais électromécanique

  • 2. Relais électronique

Un relais électronique est commandé depuis un microprocesseur qui reçoit tous les signaux et donne aux composants l’ordre de démarrer ou non.

Tous les brûleurs de la génération actuelle sont équipés d’un relais électronique. Programmation électronique veut dire que non seu- lement un microprocesseur reçoit tous les signaux mais aussi qu’il dirige tout. Ce type de brûleur peut conserver un historique des évènements.

Un premier type de relais électronique est celui où le déroulement du cycle et les diagnostics se lisent sur le bouton de déverrouillage qui possède trois couleurs: rouge, orange et vert. Les combinaisons de couleurs et le clignotement rapide ou lent indiquent ce que fait le brûleur.

Un deuxième type est celui où le témoin de dérangement (de cou- leur rouge) clignote à une vitesse donnée. La vitesse de clignotement indique ce qui fonctionne bien ou les erreurs. Le brûleur n’est ver- rouillé que quand le témoin de dérangement reste rouge.

Une fiche permet de raccorder des laptops, des PDA ou même cer- tains types d’analyseurs de gaz de combustion sur ces deux types de relais et de demander un historique complet du relais de brûleur.

  • 3. Relais électromécanique

‘Programmation électromécanique’ veut dire qu’un moteur syn- chrone entraîne une série de cames ou de disques qui établissent le contact ou coupent le contact. Ce type de relais s’applique surtout pour les fortes puissances.

  • 4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T

Les brû L eurs à mazout

Fonctionnement et é L éments

4. l e S éléme NTS du b Rûleu R à m A zO u T
  • 4.7.4 Programme du coffret de contrôle

automatique (relais)

L’enclenchement et le déclenchement d’un brûleur peut être com- mandé par voie électrique. Il suffit pour cela d’un seul contact qui organise l’amenée ou la coupure du courant pour la commande. On utilise généralement pour cela le contact d’un thermostat qui doit maintenir une température constante à une valeur de consigne dans l’eau de la chaudière ou dans l’air d’une pièce de séjour.

Dès que la température mesurée tombe sous la valeur de consigne, le thermostat réclame de la chaleur. Le contact va donc se refermer et mettre le brûleur en marche. Inversement, le brûleur est désactivé par l’ouverture du contact thermostatique dès que la température a atteint la valeur souhaitée.

Si le coffret de contrôle automatique n’a pas de circuit de com- mande, le thermostat se trouve dans le conducteur d’alimentation en courant et la tension est soit activée soit désactivée. Quand on travaille avec un relais électronique, ce principe est absolument dé- conseillé parce que ce genre de relais doit rester sous tension.

Quand le coffret a un circuit de commande, la partie