Vous êtes sur la page 1sur 15
JG 2270 COUR SUPERIEURE (Chambre civile) CANADA, : PROVINCE DE QUEBEC DISTRICT DE MONTREAL Ne 500-17-095764-166 | DATE: Le S octobre 2016 SOUS LA PRESIDENCE DE: L'HONORABLE LOUIS J. GOUIN, J.C.S. | ODETTE LOURS et SOCIETE CANADIENNE POUR LA PREVENTION DE LA CRUAUTE ENVERS LES ANIMAUX Demanderesses c VILLE DE MONTREAL Défenderesse et PROCUREURE GENERALE DU QUEBEC Mise en cause JUGEMENT (sur la demande de sursis de ’entrée en vigueur de certains articles du Réglement sur le contréle des animaux) 14. MISE EN CONTEXTE [1] Le Tribunal est saisi d'une «Demande de pourvoi en contréle judiciaire et sursis» (la «Demande>) aux termes des articles 529 et 530 du Code de procédure civile («C.p.c.»), présentée par Odette Lours («Mme Lours») et la Société canadienne pour la prévention de la cruauté envers les animaux (la «SPCA») (Mme Lours et la SPCA collectivement appelées les «Demanderesses») a l'encontre de la Ville de Montréal (la «Ville»), afin d'obtenir, dans un premier temps, le sursis de entrée en vigueur de certaines dispositions du Réglement sur le contrdle des animaux (le «Réglement»)', soit celles reliées spécifiquement aux «chiens de type 500-17-095764-166 Page 2 Pit bull» (les «Dispositions litigieuses»), lesquelles sont énumérées au paragraphe [71] de ce jugement. [2] _ La Procureure générale du Québec est mise en cause, mais elle n'était pas présente lors de audition, ni représentée par avocat. [3] _ Le Réglement, adopté par le Conseil municipal de la Ville le 27 septembre 2016, est entré en vigueur le 3 octobre 2016, A 0hOt [4] Par la Demande, déposée le 28 septembre 2016, les Demanderesses demandent au Tribunal de déclarer les Dispositions litigieuses illégales, ultra vires, nulles, inconstitutionnelles, invalides et inopérantes et, d'ici & ce quiil soit décidé du mérite d'une telle demande, elles demandent au Tribunal de surseoir a l'entrée en vigueur des Dispositions litigieuses, d'ou audition du 3 octobre 2016 devant le Tribunal. [5] A la fin de cette audition, le Tribunal a indiqué aux parties qu'il prendrait quelques heures pour rédiger son jugement, et qu’l serait rendu, au plus tard, le 5 octobre 2016, A 17h00. Les Demanderesses ont alors suggéré a la Ville de consentir & suspendre, diici la, entrée en vigueur des Dispositions litigieuses, mais la Ville a efusé, vu son opposition a la demande de sursis. [6] Dans ces circonstances, les Demanderesses ont alors demandé au Tribunal, séance tenante, d’émettre une ordonnance de sauvegarde ordonnant, d'ici la, le sursis des Dispositions litigieuses. [7] Considérant les commentaires du Tribunal formulés tout au long de audition quant aux Dispositions iitigieuses, le Tribunal a effectivement émis lordonnance de sauvegarde demandée, pour valoir jusqu’au jugement du Tribunal sur la demande de sursis des Demanderesses soit, au plus tard, jusqu’é 17h00 le 5 octobre 2016. [8] Voici le jugement du Tribunal sur la demande de sursis des Demanderesses. 2. DROIT [9] _ La Demande siinsorit dans le cadre des articles 529 et 530 C.p.c., lesquels prévoient, entre autres, ce qui suit : 529. La Cour supérieure saisie d'un pourvoi en contrdle judiciaire peut, selon l'objet du pourvoi, prononcer lune ou l'autre des conclusions suivantes: 1° déclarer inapplicable, invalide ou inopérante une disposition d'une loi du Québec ou du Canada, un réglement pris sous leur autorité, un décret gouvernemental ou un arrété ministériel ou toute autre régle de droit; 500-17-095764-166 Page 3 [el Ce pourvoi n'est ouvert que si le jugement ou la décision qui en fait objet n'est pas susceptible d'appel ou de contestation, sauf dans le cas oU il y a défaut ou excés de compétence. Le pourvoi doit étre signifié dans un délai raisonnable @ partir de Vacte ou du fait qui lui donne ouverture. 530. La demande de pourvoi en contréle judiciaire est présentée a la Cour supérieure @ la date indiquée dans lavis de présentation qui y est joint, laquelle ne peut étre fixée a moins de 16 jours de la signification de la demande. Elle est instruite par priorité La_demande_n’opére_pas_sursis des procédures pendantes devant une autre juridiction ou lexécution dun jugement rendu ou d'une décision prise par une personne ou un organisme assujetti A ce contrdle & moins que le tribunal_n'en_décide autrement, S'l y a lieu, le tribunal ordonne que les piéces du dossier quil determine soient transmises sans délai au greffier. Le jugement qui fait droit a la demande est signifié aux parties sil ordonne d'accomplir ou de ne pas accomplir un acte (le Tribunal souligne) [10] Tel que mentionné précédemment, a I'étape d'une demande de sursis, le Tribunal n'a pas a décider du mérite des prétentions des Demanderesses, soit celles relatives & la nullité des Dispositions litigieuses, mais seulement sill y a lieu, pour instant, den suspendre leur entrée en vigueur, et ce, jusqu’a l'audition au mérite desdites prétentions et une décision finale a cet égard. [11] Les critéres applicables a une telle demande de sursis, un recours exceptionnel, s'apparentent 4 ceux applicables & une demande diinjonction interlocutoire provisoire et, a cette fin, le Tribunal doit appliquer avec rigueur les critéres suivants? : a. Les Demanderesses doivent démontrer une urgence réelle et immédiate; et b. Les Demanderesses doivent démontrer une apparence de droit clair, ainsi qu'un préjudice sérieux ou irréparable, ou quill sera créé un état de fait ou de droit de nature a rendre le jugement au fond inefficace, ® Société de développement de Ia Baie James c. Kanatewat, [1975] C.A. 169, pp. 183 ~ 184; Grand Council of the Crees (Eeyou Istchee) c. Québec (Procureur général), 2009 QCCA 810, par. 27; Zaria ¢. Gignac, 2016 QCCS 85, par. (11] - [13]; Groupe CRH Canada inc. (Demix Construction) c. Montréal (Ville de), 2016 QCCS 1183, par. [95] 500-17-095764-166 Page 4 ou c. Les Demanderesses doivent démontrer une apparence de droit possible {en loccurrence, 'existence d'une «question sérieuse»%], ainsi qu'un préjudice sérieux ou irréparable, ou quil sera créé un état de fait ou de droit de nature a rendre le jugement au fond inefficace, mais tout en prenant alors en considération aussi le préjudice pouvant étre subi par la Ville, et ce, en fonction de la prépondérance des inconvénients [y inclus, dans les circonstances, l'intérét public’). [12] Dans ce cadre, l'analyse du Tribunal se limite aux allégations de la Demande et aux piéces et déclarations sous serment déposées a son soutien, ainsi qué toute déclaration sous serment déposée par la Ville en réponse a la demande de sursis des Demanderesses. [13] A la lumiére de ces documents, les allégations factuelles de la Demande sont alors tenues pour avérées par le Tribunal [14] Dans ce contexte, les Demanderesses ont déposé les déclarations sous serment suivantes a. Deux déclarations de Me Sophie Gaillard, avocate pour les départements de Défense des animaux et d’Enquétes et inspections & la SPCA, soit lune datée du 28 septembre 2016 et l'autre datée du 2 octobre 2016; b. Une déclaration de Mme Lours, coordinatrice aux événements a la SPCA, datée du 28 septembre 2016; c. Une déclaration de la Dre Gabrielle Carriére, vétérinaire en chef de la SPCA, datée du 28 septembre 2016 (la «Déclaration-Carriére»); et Une déclaration de Patrice Robert, directeur des soins animaliers a la SPCA, datée du 21 [sic] septembre 2016 (la «Déclaration-Robert») [15] De son coté, la Ville n'a déposé qu'une seule déclaration sous serment, soit celle de Guylaine Brisson, Directrice du Service de la concertation des arrondissements au sein de la Ville, datée du 30 septembre 2016. [16] Ds a présent, le Tribunal tient & souligner que son analyse de la Demande et des autres documents déposés par les parties l'a satisfait que les Demanderesses ont Tintérét suffisant pour présenter la Demande, ce qui, dailleurs, n’a fait l'objet d’aucune objection de la part de la Ville ° Manitoba (Procureur général) c. Metropolitain Stores Ltd., {1987] 1 A.C.S. 110, par. 34; RJR — MacDonald inc, c. Canada (Procureur général), [1994] 1 R.C.S. 311 (pp. 383 ~ 349); Harper c. Canada (Procureur général), [2000] 2 R.C.S. 764 (pp. 768 - 771) Idem. 500-17-095764-166 Page 5 3. DECISION [17] Le Tribunal ordonnera le sursis de l'entrée en vigueur des Dispositions litigieuses, et ce, jusqu’a la décision finale a étre rendue dans le cadre de l'audition au meérite de la Demande, laquelle devrait étre fixée trés rapidement. [18] En effet, le Tribunal est d’avis que les Demanderesses ont rencontré les critéres mentionnés précédemment, en démontrant une urgence réelle et immédiate, une apparence de droit possible, soit l'existence d’au moins une «question sérieuse», et un préjudice sérieux ou irréparable, la balance des inconvénients penchant définitivement en leur faveur. [19] Cette «question sérieuse» vise plus précisément la compétence méme de la Ville car, en adoptant les Dispositions ltigieuses, lesquelles semblent inconciliables | avec d'autres dispositions législatives, la Ville pourrait avoir outrepassé le cadre de sa compétence. | [20] Aussi, par 'emploi de mots vagues et ambigus, la Ville a amplifié le sérieux du probléme, au point ol certaines des Dispositions litigieuses soulévent plus de questions qu'elles n’apportent de réponses. 4. DISCUSSION 4.1 Urgence réelle et immédiate [21] Le Tribunal est d’avis que le critére de 'urgence est rencontré du seul fait que le Réglement soit entré en vigueur le 3 octobre 2016, @ Oh01, le jour méme de audition de la demande de sursis, obligeant dés lors les Demanderesses a respecter les Dispositions itigieuses, alors qu'elles soulévent de sérieux arguments pour contester leur validité. [22] Tel que mentionné précédemment, le Réglement fut adopté par la Ville le 27 septembre 2016 et, dés le 28 septembre 2016, les Demanderesses déposaient la Demande afin d’étre présentée pour adjudication le 29 septembre 2016. [23] _Malheureusement, aucun juge n’était alors disponible pour procéder a audition de la Demande, et elle fut donc reportée au lundi 3 octobre 2016, 4 9h00. [24] II est définitivement approprié pour le Tribunal d'intervenir, du moins sur une base provisoire, par 'émission d'une ordonnance de sursis, vu obligation des Demanderesses de respecter, depuis 0h01 le 3 octobre 2016, les Dispositions litigieuses. [25] Le défaut d’ainsi surseoir a l'entrée en vigueur des Dispositions pourrait dailleurs rendre le débat plutét académique, vu que les Demanderesses devraient alors respecter les Dispositions litigieuses d’ici au jugement final sur la 500-17-095764-166 Page 6 Demande, et ce, avec toutes les conséquences que cela implique, et le fait que certaines des Dispositions litigieuses sont vagues et ambigties, et donc difficilement applicables. 4.2 Apparence de droit (question sérieuse sur la compétence de la Ville) 424 positions législatives [26] En 2015, le Iégislateur québécois a adopté la Loi sur le bien-étre et la sécurité de animal (la «LBSA»), prévoyant, d'entrée de jeu, ce qui suit : «4, Toute disposition d'une loi accordant un pouvoir & une municipalité ou toute disposition d'un réglement adopté par une municipalité, inconciliable avec une disposition de la présente loi ou d'un de ses réglements, est inopérante. ll en est de méme pour les dispositions des normes ou codes de pratiques dont (application est rendue obligatoire par le gouvernement conformément au paragraphe 3° de l'article 64.» (le Tribunal souligne) [27] La LBSA prévoit diverses dispositions afin d'assurer le bien-étre et la sécurité de I'animal, incluant les soins propres a ses impératifs biologiques®. [28] Ainsi, il est défendu de faire en sorte qu'un animal soit en détresse’et, afin déviter quill en soit ainsi, des obligations sont imposées, entre autres, & tout propriétaire ou gardien d'un animal®, et a un médecin vétérinaire qui a des motifs raisonnables de croire qu'il en est ainsi®. [29] Parallélement, l'article 898.1 du Code civil du Québec («C.c.@.») prévoit ce qui suit : «Les animaux ne sont pas des biens. Ils sont des étres doués de sensibilité et ils ont des impératits biologiques. Outre les dispositions des lois particuliéres qui les protégent, les dispositions du présent code et de toute autre loi relatives aux biens leur sont néanmoins applicables.» SRLAQ, ¢. 83.4 °LBSA, ant. 5 7 (BSA, an. 6 °LBSA, ant. 8 °LBSA, ant. 14 500-17-095764-166 Page 7 [30] Par ailleurs, l'article 63 de la Loi sur les compétences municipales’” (la « [48] Le Réglement définit un «chien interdit»"® comme suit : | «chien interdit» : 1° _uncchien dangereux; 2° un chien de type Pit bull dont le gardien_ne_posséde pas de permis spécial de garde d'un chien de type Pit bull conformément au présent réglement; 3° —_uncchien hybride; 4° un chien non stériisé au 31 décembre 2019, a exception d'un chien qui ne peut étre stérlisé sur avis écrit d'un médecin vétérinaire ou dun chien reproducteur dont le gardien détient une preuve denregistrement d'une association de races reconnue; 5° un chien non muni d'une micropuce au 31 décembre | 2019; (le Tribunal souligne) [49] Par ailleurs, le Régiement prévoit linterdiction «a toute personne de posséder, d'étre en possession ou de garder en captivite & quelque fin que ce soit un «chien interdit»» [50] Ainsi, il est interdit de garder un «chien de type Pit bull», & moins de détenir, dans un certain délai, un permis spécial de garde a cet effet, sujet aux conditions contraignantes des articles 16 a 18 du Réglement. [51] A détaut d’ainsi obtempérer, le chien en question sera considéré au méme titre | qu'un «chien dangereux», et il sera interdit, et ce, méme s'il ne représente aucun danger. (52] Est-ce conciliable avec les dispositions, entre autres, de la LSBA et du C.c.Q.? [53] La Ville soumet que le pouvoir qui lui est attribué par l'article 63 de la LCM”? d’«éliminer tout animal [...] dangereux» lui permet de définir la portée et 'étendue de 'S Réglement, 12" alinéa. "” Réglement, art. 3, 1” alinéa, par. 1° *® Par, [30] de ce jugement. 500-17-095764-166 Page 11 cette mission, ce qui inclurait, selon elle, le pouvoir d’éliminer ou interdire un animal qui n’est pas dangereux, mais qui pourrait éventuellement devenir dangereux. [64] _ Mais, tout animal peut devenir dangereux! [55] _Cest, selon la Ville, de la prévention en matiére de sécurité, et elle prend donc des mesures, jugées appropriées selon elle, a I'encontre des chiens qu'elle considére les plus susceptibles de devenir dangereux, soit les «chiens de type Pit bull». [56] Ces mesures comprennent, entre autres, les suivantes a. Depuis l'entrée en vigueur du Réglement, tout «chien de type Pit bull» doit étre muselé en tout temps, peu importe ou il se trouve, et ce, jusqu’a lobtention d'un permis de garde d'un «chien de type Pit bull»'®. Suite A un commentaire du Tribunal a ce sujet, la Ville a reconnu que cette disposition ne devrait pas s‘appliquer lorsque l'animal se trouve a Vintérieur d'un batiment. Par inadvertance, les mots «lorsque l'animal se trouve a 'extérieur d’un batiment» n‘ont pas été incorporés a cet article, comme ils ont été a l'article 17, 1® alinéa du Réglement. La Ville a confirmé que cette situation sera corrigée a la premiére occasion et, d'ici la, des instructions et directives auraient été données & qui de droit Par ailleurs, la preuve révéle que le musellement n'est pas sans risque et quill cause souvent des problémes de comportement™, surtout lorsqu’un chien n’a jamais été muselé b. _Depuis entrée en vigueur du Réglement, il est interdit de faire acquisition d'un «chien de type Pit bull»? Il est interdit de garder un «chien de type Pit bull» sans permis spécial de garde”, || semble que cette disposition soit en vigueur depuis l'entrée en vigueur du Réglement, et ce, méme si un délai est prévu pour l'obtention dudit permis. Des conditions contraignantes” sont imposées pour 'obtention d'un tel permis, incluant le musellement en tout temps lorsque animal se trouve @ l'extérieur d'un batiment™. Régiement, art. 55. ® Déclaration-Carriére, par. 35 — 37; Déctaration-Robert, par. 53 ~ 56. % Réglement, ant. 16, 2="* alinéa, par. 7° a) ® Reglement, art. 28, 1” alinéa, par. 12 ® Regiment, SOUS-SECTION 1, art. 16 ~ 18. 500-17-095764-166 Page 12 | | Aussi, un permis spécial de garde est incessible et non transférable, sauf dans le cas de décés du gardien et a certaines conditions™*. Si le permis spécial de garde est révoqué, l’animal doit étre euthanasié”. d. —Depuis entrée en vigueur du Réglement, la mise en adoption d'un «chien de type Pit bull» est interdite et 'autorité compétente peut méme ordonner que l'animal soit euthanasié””. e. — Depuis entrée en vigueur du Réglement, la reprise de possession par les propriétaires de «chiens de type Pit bull» errants ou perdus est interdite® et, vu que la mise en adoption est interdite, ils devront alors étre euthanasiés™. [57] _ Tout aussi louable que puisse étre l'objectif de la Ville de prévention en matiére de sécurité, le Tribunal a eu la nette impression que certains articles du Réglement avaient été rédigés a la hate, en réaction a un récent événement malheureux, et que cet empressement avait fait perdre de vue un autre objectif, tout aussi louable, global, soit la sécurité de tous, face a tout chien, et ce, peu importe sa race ou sa catégorie. [58] Crest ce quia d’ailleurs poussé le Tribunal a suggérer a la Ville qu'un retour a la table a dessin serait peut-étre a envisager afin de revoir la formulation de certains articles du Réglement. [59] Ce serait aussi l'occasion d’éliminer les aspects vagues et ambigus qui ont été notés et qui mettent davantage en évidence la question reliée a la compétence de la Ville @ adopter de telles Dispositions litigieuses. [60] Tel que mentionné précédemment, il s‘agit d'une question sérieuse a étre décidée, non dans le cadre de la présente demande de sursis, mais plutét dans le cadre d'une audition au mérite de la Demande, laquelle devrait étre fixée le plus rapidement possible. [61] _ A cette occasion, les autres questions soulevées par les Demanderesses dans leur Demande pourront alors étre débattues. 2 Réglement, art. 17, alinéa 1, par. 1. ® Reglement, art. 16, Sime et Giéme alinéa. 2 Raglement, art. 17, 2" alinéa. 2” Réglement, art. 44, 1” et 3°” alinéa % Réglement, art. 45, ter alinéa. * Déclaration-Carriére, par. 39 et 40. 500-17-095764-166 Page 13 4.3 Préjudice sérieux ou irréparable, et balance des inconvénients [62] Le Tribunal est d’avis que si l'ordonnance de sursis n'est pas émise et que les Demanderesses doivent respecter les Dispositions litigieuses, alors il sera créé un état de fait ou de droit de nature a rendre inefficace le jugement au fond relativement & la validité de telles dispositions. [63] _Méme sil y a sursis de entrée en vigueur des dispositions du Réglement visant spécifiquement les «chiens de type Pit bull», il n'en demeure pas moins que tout tel type de chien est quand méme un chien, visé par les autres dispositions du Réglement, comme tout autre chien. {64] La Ville a soumis que tout préjudice pouvant étre subi par les Demanderesses pourrait étre compensé, le cas échéant, par loctroi de dommages, et quill était essentiel de maintenir, pour linstant, l'entrée en vigueur des Dispositions litigieuses, autrement, il pourrait y avoir des événements malheureux causés par des «chiens de type Pit bull» [65] _ Le Tribunal ne partage nullement cette position. [66] Si la présente situation existe, elle résulte du texte méme des Dispositions litigieuses que la Ville a adoptées, et ce, peut-étre sans en avoir la compétence et en contravention des dispositions, entre autres, de la LSBA et du C.c.Q. [67] 11 est donc primordial et essentiel que cette question sérieuse soit tranchée, avant d'obliger toute personne a respecter les Dispositions litigieuses. [68] L’octroi de dommages n'a méme pas a étre envisagé dans de telles circonstances. [69] _Le Tribunal est donc d'avis que la prépondérance des inconvénients au niveau du préjudice sérieux ou irréparable penche définitivement en faveur des Demanderesses. 5. CONCLUSION [70] Le Tribunal maintiendra donc le sursis de l'entrée en vigueur des Dispositions litigicuses ordonné par rordonnance de sauvegarde du 3 octobre 2016, et ce, pour valoir jusqu’a la décision finale sur la Demande. {71] _ Les Dispositions litigieuses sont les suivantes : a. _ ladéfinition des mots «chien de type Pit bull» de l'article 1, 10" alinéa; b. le paragraphe 2° de la détinition des mots «chien interdit» de article 1, 12" alinéa; 500-17-095764-166 Page 14 c. la SOUS-SECTION 1 (PERMIS SPECIAL DE GARDE D’UN CHIEN DE TYPE PIT BULL) de la SECTION IV (PERMIS SPECIAUX DE GARDE); d. la référence aux mots «ou d'un chien de type Pit bull» du paragraphe 5° du 2°” alinéa de l'article 19; e. la référence aux mots «ou de type Pit Bull [sic]» du 2*"* alinéa de article 27; fla référence aux mots «de type Pit Bull [sic}> du 3°" alinéa de larticle 44; 9. la référence aux mots «de type Pit Bull [sic] de l'article 45; h. Particle 55; et i. de fagon générale, et ce, afin de pallier a tout oubli_ dans lénumération des Dispositions litigieuses, toute référence dans le Réglement aux mots «chien de type Pit bull» [72] Vu l'urgence, le Tribunal ordonnera aussi 'exécution provisoire de ce jugement nonobstant appel. [73] Enfin, le Tribunal invite les parties et leurs procureurs a convenir d'un échéancier serré pour le déroulement des prochaines étapes de ce dossier, afin quill soit procédé le plus rapidement possible a l'audition au mérite de la Demande. POUR CES MOTIFS, LE TRIBUNAL : [74] ACCUEILLE en partie la demande de sursis des Demanderesses; [75] MAINTIENT lordonnance de sauvegarde du 3 octobre 2016; [76] ORDONNE le sursis de lentrée en vigueur des Dispositions Iitigieuses suivantes du Réglement sur le contréle des animaux (le «Réglement»)”, pour valoir jusqu’a la décision finale sur la Demande a. __ladéfinition des mots «chien de type Pit bull» de larticle 1, 10°" alinéa; b. le paragraphe 2° de la définition des mots «chien interdit» de article 1, 12° alinéa; RAV, ¢. C10, 500-17-095764-166 Page 15 ¢. la SOUS-SECTION 1 (PERMIS SPECIAL DE GARDE D’UN CHIEN DE TYPE PIT BULL) de la SECTION IV (PERMIS SPECIAUX DE GARDE); d. la référence aux mots «ou d'un chien de type Pit bull» du paragraphe 5° du 2°" alinéa de l'article 19; e. la référence aux mots «ou de type Pit Bull [sic]» du 2°”* alinéa de article 27; f, la référence aux mots «de type Pit Bull [sic]» du 3*"* alinéa de article 44; Q. __laréférence aux mots «de type Pit Bull [sic] de l'article 45; h. — Farticle 55; et i. de fagon générale, et ce, afin de pallier tout oubli dans l'énumération des Dispositions litigieuses, toute référence dans le Réglement aux mots «chien de type Pit bull»; [77] ORDONNE I’exécution provisoire de ce jugement nonobstant appel; [78] LE TOUT, frais de justice a suivre. C4utes (wren ses Louis J. Gout Mes Sibel Ataogul et Marie-Claude St-Amant Melangon Marceau Grenier et Sciortino Procureurs des Demanderesses Mes René Cadieux et Justina Di Fazio Blake, Cassels & Graydon et Me Ghislain Quimet Dagenais, Gagnier, Biron Procureurs de la Défenderesse Date d'audience: 3 octobre 2016

Vous aimerez peut-être aussi