Vous êtes sur la page 1sur 15

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

Fiscalité Internationale

Thème 1 :

Introduction à la fiscalité internationale

Concept de fiscalité internationale L’objet de fiscalité internationale Sources de la fiscalité internationale
Concept de fiscalité
internationale
L’objet de fiscalité
internationale
Sources de la fiscalité
internationale
-
Déterminer les conditions
- Le droit des Etats :
d’imposition des opérations
La fiscalité internationale
recouvre l’ensemble des
internationales
.
c-à-d
des
règles
qui
déterminent
et
opérations faites par un
résident d’un Etat sur le
territoire d’un autre Etat ou
avec un résident d’un autre
Etat.
Il comprend des règles de droit fiscal
applicables à l’intérieur du territoire
souverain.
comment
, dans un contexte
- Les conventions fiscales :
transfrontalier,
un
revenu
spécifique d’un contribuable
peut être imposé
.
Le droit conventionnel comprend les
règles applicables pour les pays
-
Fixer les règles relatives à
l’imposition des biens ou du
signataires, conduisant à réglementer leu
souveraineté pour certaines impositions.
capital
détenues
par
un
-L’ harmonisation fiscale :
résident d’un Etat sur le
territoire d’un autre Etat.
(cas de l’union européenne)
1

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

Thème 2 :

Concurrence fiscale, souveraineté et politique fiscale

I. Aperçu historique du système fiscal au Maroc

Le système fiscal marocain a, depuis la fin du 19° siècle, connu une évolution sous la pression des

contraintes budgétaires, marquée par la période coloniale ayant permis l’instauration des premiers impôts

modernes et fondée, depuis l’indépendance, sur le consentement, la solidarité et l'incitation économique, pour

aboutir actuellement à un système moderne comparable à ceux en vigueur dans les pays développés à économie

libérale.

Le régime fiscal au

lendemain de

Le système fiscal moderne

 

l’indépendance

Des taxes intérieures à

L’objectif

l’élaboration

d’un

système

fiscal

moderne,

cohérent,

la consommation

efficient et plus universaliste.

 

La taxe sur le chiffre

La mise en place d’un système qui assure :

 

d'affaires

Une meilleure répartition de la charge fiscale et un élargissement de

Concernant

l’assiette et la réduction des taxes.

 

l'imposition du travail

Un renforcement des garanties que la loi accorde aux contribuables.

la taxation des

Le remplacement de la taxe sur les produits et les services par la Taxe

professions libérales,

sur la Valeur Ajoutée.

 

industrielles et

La suppression des impôts catégoriels appliqués par nature de revenu

commerciales

et leur remplacement par l’impôt sur les sociétés (IS) et de l’Impôt

Général sur le Revenu (IGR).

 

II. La souveraineté fiscale des Etats

La souveraineté politique

La souveraineté fiscale

Permet à chaque Etat d’exercer sur son territoire l’ensemble de ses droits.

Accorde à chaque Etat de percevoir l’impôt sur son territoire. C-à-d le pouvoir exclusif d’organiser librement et de mettre en œuvre le prélèvement fiscal dans un territoire déterminé.

2
2

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

Droit international public

le mot souveraineté désigne le pouvoir de l'Etat

de

déterminer et conduire

librement sa politique

 

intérieure et extérieure.

Les seules limites à son action étant ses propres engagements et le droit international

Droit constitutionnel interne

la souveraineté est

l'expression

du pouvoir

d'autodétermination d'un

peuple

 

. Elle désigne le droit

d'un peuple de choisir s'il veut être souverain ou pas et le cas échéant de choisir son système politique et économique.

Droit communautaire

La souveraineté se conçoit essentiellement

en termes de

limitation de compétences des

Etats dans l'espace communautaire

. Les

Etats membres de tels espaces renoncent à l'exercice d'une compétence autonome dans certains domaines pour l'exercer en commun par l'intermédiaire d'une institution supranationale qu'ils créent.

La souveraineté fiscale n’existe que si 3 conditions se sont réunies:

Compétence

 

Autonome

Exclusif

L’Etat doit avoir toute

compétence

pour

Le Système fiscal doit être

Le système fiscal doit être

créer son système fiscal:

autonome

: il doit être complet

exclusif : c.-à-d. limité à

exclusif: c.-à-d. limité à

un ensemble d’impôt qui rentre en relation dynamique avec son système économique et son appareil socio-dynamique.

(toutes les règles d’assiette) ainsi il doit contenir toutes les règles de sanction et de contrôle.

un territoire précis et déterminé, et non pas un système uniforme à tous les Etats.

Etat est Souverain sur son territoire :

Pouvoir Normatif

Pouvoir Exécutif

Pouvoir Juridictionnel

Liberté de légiférer et d’établir son système fiscal.

Territorial

Un Etat ne peut

Une décision obtenue dans un Etat n’est en principe exécutoire que dans cet Etat.

exercer un pouvoir de contrainte que sur son territoire.

La souveraineté fiscale peut être limitée :

Dans l’ordre interne d’un Etat. C’est le cas des paradis fiscaux.

En raison du risque de conflit qu’il peut exister avec un autre Etat lui-même doté de la souveraineté fiscale.

à cause de l’adhésion de l’Etat à un traité international qui contient des dispositions fiscales tels que les

où s’exercice un droit communautaire.

(Exp : L’interdiction des subventions fiscales ; L’interdiction de la discrimination envers les produits des

accords de l’OMC, ou quand ce dernier fait parti d’une union

autres Etats).

3
3

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

 

N.B

: Les Etats n’ont plus une souveraineté fiscale absolue étant donné qu’ils sont limités dans

leurs décisions par un ensemble de contraintes internes et externes qui sont omniprésentes. Donc ils ne peuvent plus fixer librement leurs politiques fiscales.

Critères de rattachement nécessaires :

Personnel

Territorial

Fonctionnel

- Résidence

- Source de Revenu

En raison de l’exercice des fonctions.

- Nationalité

Critère de rattachement : La territorialité (Voir le cours Diapo 13 => 17)

III. Politique fiscale Marocaine

1. Définition :

La politique fiscale

est l’ensemble des décisions prises par les pouvoirs publics en matière de fiscalité. Elle

vise à modifier le droit fiscal en fonctions d'objectifs déterminées.

La politique fiscale

 

représente l’art de la détermination des caractéristiques générales de l’impôt en

fonction des données économiques et psychologiques offertes par la société.

La politique fiscale

renvoie donc à la manière dont le gouvernement exerce une influence sur

l’économie par l’ensemble de ses décisions budgétaires.

2. Objectifs :

Financement des dépenses publiques : Infrastructures de base, hôpitaux, Ecoles, TGV…

La redistribution des revenus : RAMED, Bourses de scolarité, Caisse de solidarité sociale

Régulation de l'activité économique et stabilisation : Pression fiscale, Nombre d’impôts…

Incitations fiscales et attractivité des IDE.

3. Contraintes :

Comportement des agents économiques

Effets contradictoires entre les secteurs de l’économie

Les coûts d’administration

4. Orientations :

Une fiscalité qui s’oriente vers l’axe de la justice sociale

Une juste répartition de la charge fiscale et la sauvegarde du pouvoir d’achat de la classe moyenne.

Une fiscalité qui permet de lutter contre la spéculation

Une fiscalité qui permet de réduire le champ de l’informel

Une fiscalité qui prend en charge partiellement le financement de la couverture sociale.

4
4

EL RHAZALI Nezha

IV. La concurrence Fiscale

EL RHAZALI Nezha IV. La concurrence Fiscale ENCG-FES 1. Définition  La concurrence fiscale est une

ENCG-FES

1. Définition

La concurrence fiscale

est une rivalité entre les pays qui essayent d’attirer le plus grand nombre

d’investisseurs en modulant leur fiscalité.

 

La concurrence fiscale

a pour but

a pour but

de rendre le pays plus attractif pour les investisseurs, de rendre les

entreprises locales plus compétitives, afin d'attirer ou de conserver des résidents fortunés.

2. Pourquoi concurrencer les états fiscalement ?

:

La pratique de la concurrence fiscale a pour but

De rendre un État plus attractif pour les investisseurs.

D'inciter les élus à une meilleure gestion des collectivités.

De rendre les entreprises locales plus compétitives et ainsi de favoriser les exportations

D’attirer ou de conserver des résidents fortunés.

3. Qui profite de cette concurrence fiscale ?

Les bases fiscales les plus mobiles,

Les bases taxables des entreprises (capitaux et bénéfices)

Les revenus et les patrimoines financiers des personnes physiques les plus fortunées.

Les investisseurs et épargnants bénéficient de cette concurrence. Mais elle s’avère dommageable pour les Etats.

4. Qu’est-ce qu’on entend par la concurrence fiscale dommageable ?

La concurrence fiscale dommageable

est un concept défini par l'Organisation de Coopération et

de Développement Économique (OCDE) et l'Union Européenne. Il désigne

les pratiques fiscales non

transparentes

, qui diffèrent fortement des pratiques fiscales habituellement acceptées, qui sont offertes

à certaines entreprises seulement et/ou qui ne sont pas en rapport avec une activité réelle.

5. Les conséquences de la concurrence fiscale

Selon le rapport de l’OCDE, la concurrence fiscale ferait apparaître

1- Atténuation de la souveraineté réelle des États.

Trois
Trois

dangers majeurs :

2- Perte de capacité à financer les fonctions collectives par assèchement des recettes publiques.

3- Les paradis fiscaux ne connaissent pas la crise.

5
5

EL RHAZALI Nezha

V. La fiscalité des pays maghrébins

ENCG-FES

A l’instar des entreprises, les Etats se sont alors mis en concurrence entre eux pour offrir l’environnement fiscal le plus attractif possible.

Chaque Etat cherche à être plus compétitif, y compris en offrant une fiscalité plus compétitive qui rendrait l’entreprise plus compétitive.

En dépit des spécificités socio-politiques marquées qui caractérisent chaque pays du maghreb central, (à savoir le Maroc, la Tunisie et l’Algérie) l’histoire commune des trois pays a créé entre eux une certaine homogénéité culturelle et éducative qui a été renforcée par leur coopération avec l’Union Européenne.

1. La contradiction de la réalité maghrébine

Les Etats maghrébins ont des économies similaires. Sur bien de secteurs, ce sont des économies concurrentes qui se disputent le marché européen pour écouler des produits comparables tels que le textile ou le produit touristique.

En même temps, les Etats maghrébins sont confrontés à une concurrence fiscale entre eux dans la mesure où ils s'emploient à inciter des investissements extérieurs, plutôt rares et de taille modeste.

2. Concurrence intermaghrébine

Afin d’être plus attractif, chacun des pays du Maghreb central a donné aux investisseurs

étrangers un certain nombre d’

avantages

à savoir :

Les garanties offertes à l’investisseur

Les trois législations ont proclamé les garanties de transfert, et de la sécurité juridique.

L'investisseur bénéficie de la faculté du recours à l'arbitrage, mais la concurrence intermaghrébine peut être perçue à travers la

tendance

à

accorder

des

avantages

fiscaux

similaires et qui consistent en

:

L'exonération totale ou partielle des bénéfices,

La mise en place d'un régime favorable de déduction des provisions, amortissements et abattements divers ;

La prise en charge par l'Etat des travaux d'infrastructure.

Une réduction en matière d’impôt

Les Etats se lancent dans une sorte de guerre des taux des impôts de droit commun. - Le Maroc a réduit le taux de l'IS à 35% en 2007 puis a 30% en 2008.

- La Tunisie a adopté, en 2006, une loi portant sur la réduction des taux de l'impôt. Elle a réduit son taux d’IS de 35% à 30 % en 2012, et à 25% en 2014. - L'Algérie l'ait fixé, depuis 1999, à 30%.

Des conventions fiscales afin d’éviter la double imposition

Les pays maghrébins ont conclu des conventions fiscales de non double imposition dont le but
Les pays maghrébins
ont conclu des
conventions fiscales de
non double imposition
dont
le
but
essentiel,
pour
ces
Etats,
est
avantages
fiscaux
concédés au profit des
investisseurs
ne
soient
neutralisés
par
l'imposition
des
bénéfices dans le pays
de l'investisseur.

d'éviter

que

les

6
6

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

3. Stratégies de lutte contre la concurrence fiscale

3. Stratégies de lutte contre la concurrence fiscale  Les stratégies de lutte contre la concurrence

Les stratégies de lutte contre la concurrence fiscale sont de Deux

1-

L'amélioration

de

l'attractivité

du

territoire :

cette

stratégie

ordres :

vise

à

rendre

plus

investissement sur un territoire plus taxé qu'un autre.

rentable

un

2- Les accords internationaux visant à construire des cartels fiscaux

Etude de cas : Impôt sur le revenu le Maroc comparé à la France, la Tunisie et l’Algérie (voir l’exposé)

CONCLUSION :

La mondialisation et l’intensification de la concurrence entre entreprises sur le marché mondial ont eu, et continuent d’avoir, de nombreux effets positifs, ce n’est pas le cas en matière de concurrence fiscale. Toutefois, cette dernière ce dirige vers une prolifération des pratiques fiscales dommageables, et ce notamment, en intensifiant la coopération internationale, pour protéger les base d’imposition et éviter la réduction de la prospérité à l’échelle mondiale que provoquent des distorsions d’origine fiscale des mouvements de capitaux et flux financiers.

7
7

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

Thème 3 :

La double imposition

La double imposition est un problème classique de la fiscalité internationale que les pays ont commencé à appréhender dès les années 20. Le problème est ancien. Nombreuses actions ont été prises pour remédier au problème de la double imposition. En effet Dans chaque pays on essaye de conclure plusieurs conventions fiscales dans ce sens. Et pourtant la double imposition reste toujours un problème bien vivant.

I. Généralités sur la double imposition

1. Définition

La double imposition

désigne le fait, pour un revenu, d’être imposé deux fois au niveau fiscal.

Par exemple :

Si une entreprise est présente dans 2 pays dont les Etats n’ont pas conclu de convention de

double imposition entre eux, elle devrait en théorie s’acquittter de ses impôts dans les 2 pays.

La double imposition internationale Est constituée lorsqu’un contribuable se trouve atteint, au titre d’une même base et d’une même période, par des impôts de nature comparable appliqués par deux ou plusieurs juridictions fiscales nationales, Cette double imposition surgit généralement d’un conflit des lois entre l’assujettissement à une obligation illimitée d’un Etat et à une obligation territoriale de l’autre Etat, d’un conflit de règles de source laissant une grande part de subjectivisme à chaque législateur.

2. Les Types de la double imposition

Il convient de distinguer Deux grands types de double imposition :

de distinguer Deux grands types de double imposition :   Double imposition Juridique   Double
 

Double imposition Juridique

 

Double imposition Economique

Un même revenu soumis plusieurs fois à un impôt de même nature du

 

même

contribuable

durant

la

même

année

dans

deux

Etats

Idem mais

Contribuables différents

 

différents. -Exemple : (Double résidence, Taxation dans l’Etat de résidence et l’Etat de la source).

Exemple : (Un dividende taxé au niveau de la société ET du bénéficiaire).

« Une double imposition se produit lorsque les autorités fiscales de deux Etats perçoivent un impôt comparable auprès d’un même contribuable sur une même matière imposable et pour une même période de temps ».

Le phénomène de la double imposition se produit lorsque 2 E/ses liées (société mère et filiale) sont installées dans 2 pays et qu’un conflit naît entre 2 administrations sur les revenus à

Le pays du siège de la filiale peut refuser la déduction de ses revenus de la base imposable tandis que l’Etat du siège de la société mère peut comprendre ses revenus dans la base

8
8

imposable. Il se réalise en général à la suite de la vérification de

la comptabilité dans l’un des 2 Etats.

prendre

en

considération

pour

l’assiette

de

l’impôt.

comptabilité dans l’un des 2 Etats. prendre en considération pour l’assiette de l’impôt .

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

II. Méthodes d’élimination de la double imposition

1. Les règles d’imposition

Ces règles peuvent être classées en 6 catégories, à savoir:

1)

Imposition par l'État de la résidence sous réserve de l'existence d'établissement stable ou de base fixe dans

Partage de l'imposition entre l'État de la résidence et l'État de la source, le droit d'imposition étant plafonné

2)

l'autre Etat. Partage de l'imposition entre l'État de la résidence et l'État de la source, le droit d'imposition étant plafonné

3)

uniformément dans les deux États contractants :

4)

différemment dans les deux États contractants. Imposition par l'État de la source.

5)

Partage de l'imposition entre l État de la résidence et l'État de la source, le droit d'imposition étant plafonné

6)

dans l'État de la source. Partage de l'imposition entre l'État de la source et l'État de la résidence, le droit d'imposition étant plafonné dans l'État de la résidence

2. Méthodes de lutte contre la double imposition

La Méthode de l’Exemption La Méthode de l’Imputation Ou de l’Exonération : Un Etat renonce
La Méthode de l’Exemption
La Méthode de l’Imputation
Ou de l’Exonération :
Un Etat renonce à imposer certains types de revenus.
L’Etat de la résidence n’impose pas certains revenus de
source étrangère, voire même renonce à imposer tous les
revenus de source étrangères : il implique, dans ce
dernier cas, la taxation selon le principe de la source.
- l’Etat de résidence permet à ses contribuables
d’imputer sur l’impôt national l’impôt supporté
à l’étranger sur leurs revenus de source
étrangère.
- la technique du crédit d’impôt admet la
déduction de l’impôt étranger de l’impôt national,
afférent un même revenu
L’Exemption intégrale
L’exemption
L’imputation
L’imputation ordinaire
avec
intégrale
progressivité
L’impôt
Ou Partielle :
Lorsqu’il applique la méthode de
payé
l’exonération intégrale
, l’Etat qui
 L’Etat prend
n’a pas le droit d’imposer ne tient
aucun compte des revenus qui ont
été perçus dans l’autre Etat. Il peut
s’agir d’une exonération dans l’Etat
de la source ou dans l’Etat de la
résidence.
le revenu
effectivement
dans l’Etat de
exempté en
source est
considération
intégralement
pour déterminer
déduit de
La déduction accordée dans
l’Etat de R au titre de l’Impôt
payé dans l’Etat de S se limite
à la fraction de l’impôt
correspondant aux revenus de
Sources étrangères.
le taux
l’impôt dû
Lorsque
l’impôt
de
progressif
dans l’Etat de
 L’Etat de la résidence néglige
d’impôt
résidence
et
complètement le revenu étranger, et
applicable aux
ce sans
établit l’impôt sur les autres revenus
revenus non
aucune limite
l’Etat de source est plus élevé
que dans l’Etat de résidence,
la fraction excédentaire de
l’impôt payé ne sera plus
du contribuable.
exemptés
.
déductible.
9

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

Thème 4 :

La domiciliation fiscale : L’établissement stable

I. Définitions des notions d’établissement stable et de domicile fiscal

1. Définition du domicile fiscal

Pour une personne physique

Pour les personnes morales

 

Le domicile fiscal est une notion distincte de la nationalité d’une personne ou de la résidence principale. Le domicile fiscal d’une personne physique est l’état duquel il dépend fiscalement, C-à-d

Le domicile fiscal d’une entreprise est là où

les bénéfices

réalisés par celle-ci seront imposable

, C-à-d qu’il y

aura lieu d’application du régime d’imposition relatif à cet Etat. Si cette entreprise exerce son activité dans un autre Etat par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, le pouvoir d’imposition est dévolu à cet Etat.

là où le régime fiscal lui sera appliqué.

 
 

2. Définition d’un établissement stable

La notion de l’établissement stable a l’avantage de

localiser la source des revenus d’une activité en

pour un Etat contractant, d’imposer les bénéfices d’une entreprise de

l’autre Etat contractant. Cette entreprise n’est imposable que dans la mesure où les bénéfices sont

imputables à l’activité de cet établissement.

Une entreprise d’un Etat qui exerce une activité dans l’autre Etat n’est imposable dans cet Etat

vue de déterminer le droit,

que si l’activité dans cet Etat est exercée par l’intermédiaire d’un établissement stable.

La notion d'établissement stable est essentielle pour apprécier si des activités industrielles ou

commerciales exercées dans un Etat ou territoire autre que celui de la résidence de la personne

morale concernée sont imposables au lieu de la résidence ou, au contraire, au lieu d'exercice de ces

activités.

Il peut s’agir :

D’un

commerciale, par exemple),

siège de Direction

(au sens de siège de direction régionale, de direction technique, de direction

D’une

personnel. Elle n’a pas de personnalité juridique, elle constitue un simple prolongement de la société mère).

succursale

(installation ayant un caractère permanent comportant des locaux, des équipements et du

⇒ D’un

de la revente. Même si ce bureau est destiné à approvisionner directement la société étrangère ou un de ses établissements à l’étranger).

étrangère ou un de ses établissements à l’étranger). bureau d’achat (exploité au Maroc où une société

bureau d’achat (exploité au Maroc où une société étrangère procède à des achats de marchandises en vue

10
10

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

⇒ D’un

effectue des ventes de M/ses. La base taxable dans ce cas est constituée par les bénéfices réalisés au Maroc par cet établissement).

(il s’agit d’une installation fixe par l’intermédiaire de laquelle une entreprise étrangère

magasin de vente

D’un

soit dirigé par un préposé qui a la qualité pour engager la société étrangère et traiter en son nom).

chantier de construction ou de montage

(à condition qu’il soit établi pour une durée assez longue et qu’il

D’une usine, un atelier, une mine, un puits de pétrole ou de gaz, une carrière ou tout autre lieu d'extraction des

ressources naturelles.

Dans la famille d’établissements stables, la doctrine marocaine ajoute également :

L’entrepôt mis à disposition des tiers,

La ferme ou la plantation agricole,

Le lieu d’exploration de ressources naturelles.

les chantiers de construction et de montage ainsi que les activités de surveillance s’y rapportant pour une durée

de six mois avec des exceptions concernant, entre autres, l’Espagne et la Suède pour lesquelles cette durée est portée à 12 mois.

La fourniture de services par un prestataire non-résident si sa durée est de six mois.

3. La définition du droit interne de l’établissement stable

La définition du droit interne de l’établissement stable Selon l’article 5 du CGI : « Les

Selon l’article 5 du CGI : « Les sociétés, qu’elles aient ou non leur siège social au Maroc, sont

imposable en raison de l’ensemble des produits, bénéfices et revenus se rapportant aux biens qu’elles possèdent, aux activités qu’elles exercent et aux opérations lucratives qu’elles réalisent au Maroc, même à titre occasionnel ».

3 éléments doivent être réunis pour qu’il y ait établissement stable :

 3 éléments doivent être réunis pour qu’il y ait établissement stable :

Une installation matérielle ayant une certaine permanence

Il peut s’agir d’un siège de direction, d’une succursale, d’une agence, d’une unité de production industrielle… (voir page 10 résumé). Il peut donc s’agir d’une installation provisoire ponctuelle.

Une installation qui est le support d’une activité génératrice de profits, C-à-d contribuant à la formation ou à l’accroissement de la valeur des biens ou services dont l’entreprise entend tirer profit.

Un simple stockage sans achat ni vente n’est pas un établissement. Les bureaux d’achat sont retenus comme établissements s’ils sont installés en vue d’opérations commerciales.

Une autonomie de gestion suffisante pou l’établissement

Il faut que le résultat soit rattachable à l’établissement, ce qui implique que ce dernier soit investi d’un véritable pouvoir de décision autonome et ne soit pas un simple transmetteur d’ordre de l’entreprise. Il doit y avoir une direction propre effective.

11
11

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

N.B

:

Une entreprise étrangère est réputée exercer une activité au Maroc, et réaliser ainsi des bénéfices d’exploitation de source marocaine dès lors que :

- La société étrangère opère par le biais d’un établissement stable qu’elle a au Maroc.

- Lorsque, en l’absence de tout établissement stable, la société étrangère réalise au Maroc des opérations formant un cycle complet d’opérations.

Cycle commercial complet

L’exercice d’une activité peur résulté d’un cycle commercial complet sans que l’entreprise étrangère

dispose au Maroc d’un établissement stable ou un représentant qualifié doté de pouvoirs suffisants pour engager

cette entreprise.

La notion de Cycle Commercial Complet recouvre une série d’opérations nécessaires à la réalisation

d’un profit.

- In en est ainsi des opérations d’achat de M/ses suivi de leur revente effectuées au Maroc par des

entreprises étrangères.

- C’est également le cas des études réalisées au Maroc par une entreprise étrangère au profit d’une

entreprise marocaine.

Les conventions fiscales internationales ne retiennent pas le critère de cycle complet d’activité défini par le

droit interne.

4. La notion du domicile fiscal au Maroc

D’après

, une personne physique est considérée comme ayant son

domicile fiscal au Maroc lorsqu'elle y dispose de son foyer permanent d'habitation, du centre de ses intérêts

économiques ou lorsque la durée continue ou discontinue de ses séjours au Maroc dépasse 183 jours pour toute

période de 365 jours.

l’article 23 du Code Général des Impôts

de 365 jours. l’article 23 du Code Général des Impôts  Selon l’article 73 , tout

Selon l’article 73, tout changement

doit être

signalé à l’administration fiscale par lettre recommandée avec accusé de réception ou remise contre

récépissé ou par souscription d’une déclaration sur ou d’après un imprimé -modèle établi par

l’administration dans les trente (30) jours qui suivent la date du changement.

du

domicile fiscal

ou

du

lieu du

principal

établissement

12
12

EL RHAZALI Nezha

D’après

l’article 23 du Code Général des Impôts

sont les suivants: (par ordre d'importance)

ENCG-FES

, il y a trois critères pour déterminer le domicile fiscal qui

1- Le foyer permanent d’habitation

 

2- Le centre d’intérêts économiques

 

3- La durée du séjour au Maroc

Il s'entend du

lieu où le contribuable réside

 

Il s'entend du

lieu

 

Toute personne ayant

habituellement et de manière permanente

.

d'

exercice

de la ou des

séjourné au Maroc d'une

La permanence de l'habitation, condition

activités
activités

du

 

manière continue ou

essentielle, suppose que le logement aménagé à

contribuable.

discontinue pendant

plus de
plus de

cette fin, est réservé par le contribuable à son usage

(critère d’ordre

 
183 jours
183 jours

, est considérée

et ou à celui de sa famille de manière continue et

professionnel).

comme ayant son domicile

non occasionnelle.

   

fiscal au Maroc.

non occasionnelle.     fiscal au Maroc.  Pour les personnes morales , le domicile fiscal

Pour les personnes morales

, le domicile fiscal c’est le pays où se situe le siège, ou le centre de direction.

II.

L’importance de la détermination d’un établissement stable

 

La notion d'établissement stable est

essentielle

pour apprécier si des activités industrielles ou

commerciales exercées dans un état ou territoire autre que celui de la résidence de la personne morale

concernée sont imposables au lieu de la résidence ou, au contraire, au lieu d'exercice de ces activités.

 

C’est à dire que cette notion est importante pour déterminer la compétence en matière

 

d’imposition entre deux États.

 

III.

Le rôle des conventions dans la définition de l’établissement stable

(exemple de la convention franco-marocaine)

Généralement, on se réfère à l’article 5 du modèle de convention OCDE (organisation de coopération et de développement économique) pour établir les conventions fiscales internationales.

Convention Franco-Marocaine

Selon l’article 3 de la convention : Le terme « établissement stable » désigne une installation fixe d’affaires où une entreprise exerce tout ou partie de son activité.

On ne considère pas qu’il y a établissement stable si :

Il est fait usage d’installations aux seules fins de stockage, d’exposition ou de livraison de marchandises appartenant à l’entreprise.

13
13

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

Des marchandises appartenant à l’entreprise sont entreposées aux seules fins de stockage, d’exposition ou de livraison.

Des marchandises appartenant à l’entreprise sont entreposées aux seules fins de transformation par une autre entreprise.

Une installation fixe d’affaire est utilisée aux seules fins de publicité, de fourniture d’informations, de recherches scientifiques ou d’activités analogues qui ont pour l’entreprise un caractère préparatoire ou auxiliaire à condition qu’aucune commande ne soit recueillie.

IV. Les caractéristiques conventionnelles d’un établissement stable

La définition conventionnelle d’un établissement stable :

En droit conventionnel, il y a deux théories qui s’affrontent en matière de rattachement de la matière imposable à la souveraineté fiscale d’un Etat.

 

La Théorie de la réalisation

   

La théorie de l’appartenance économique

 

-

Seules les installations que acquièrent ou réalisent

   

-

Toute installation permanente qui s’intègre

directement des bénéfices sont considérée comme

 

à l’économie du pays est un établissement

 

établissement stable

soumis à la loi fiscale où elles se trouvent.

stable.

Ce pays est en droit d’imposer tous les

Tel est le cas des usines et ateliers de fabrication. - Les installations qui ne permettent pas la réalisation d’un profit réel ne sont pas considérés comme des établissements stables, installations à usage de dépôt ou d’exposition des M/ses, bureaux d’études, de publicité ou de recherche scientifique qui ne permettent qu’indirectement la réalisation des bénéfices.

revenus de l’entreprise que entretient sur son sol un tél établissement, que les revenus se rattachent ou non à l’établissement stable. - A chaque Etat attribué les revenus qui lui appartiennent ou non à l’établissement stable. - Cette dernière théorie qui est retenue pour la plupart des conventions fiscales.

Selon l’OCDE, 2 critères pertinents permettent d’établir la présence d’un ES 1 :

● L’installation fixe d’affaires . C’est là où l’entreprise exerce tout ou une partie de son

L’installation fixe d’affaires.

● L’installation fixe d’affaires . C’est là où l’entreprise exerce tout ou une partie de son
● L’installation fixe d’affaires . C’est là où l’entreprise exerce tout ou une partie de son
● L’installation fixe d’affaires . C’est là où l’entreprise exerce tout ou une partie de son
C’est là où l’entreprise exerce tout ou une partie de son activité.
C’est là où l’entreprise exerce tout ou une partie de son activité.

C’est là où l’entreprise exerce tout ou une

partie de son activité.

C’est là où l’entreprise exerce tout ou une partie de son activité.
C’est là où l’entreprise exerce tout ou une partie de son activité.
C’est là où l’entreprise exerce tout ou une partie de son activité.

=> Selon l’article 5 de la Convention modèle de l’O.C.D.E. sur l'établissement stable:

Cette notion comprend notamment:

un siège de direction, une succursale, un bureau, une usine, un atelier et une mine, un puits de pétrole ou de gaz, une carrière ou tout autre lieu d’extraction de ressources naturelle.

La présence d’un représentant de l’entreprise dans l’autre Etat contractant.

- Une entreprise est considérée comme ayant un

- Une entreprise est considérée comme ayant un établissement stable dans un État autre que celui

établissement stable dans un État autre que celui de sa résidence, même en l’absence d’une installation fixe d’affaire,

lorsqu’une personne y agit pour son compte et dispose dans

cet État de pouvoirs qu’elle y exerce habituellement,

des

pouvoirs lui permettant de conclure des contrats au nom de l’entreprise. - Toutefois, on ne pourra pas retenir la notion d’établissement stable si par exemple l’activité de cette personne est limitée à l’achat de marchandise pour l’entreprise.

1 Etablissement Stable

14
14

EL RHAZALI Nezha

ENCG-FES

V. La qualification d’établissement stable en matière de commerce électronique

Le site Web d’une entreprise héberge sur un serveur étranger lui assurant l’accès auprès des utilisateurs, où qu’ils soient situés, constitue-t-il un établissement stable, de cette entreprise dans cet Etat étranger.

Conditions cumulatives d’exercice d’un établissement stable :

En matière de commerce électronique, l’établissement stable déroge au principe de taxation dans l’Etat de résidence de l’E/se, à condition de respecter les règles suivantes :

Les sites qualifiés d’établissement stable permettent d’effectuer « en ligne » un cycle de vente complet :

sélection du produit ou du service, commande, paiement et livraison.

Installation fixe d’affaires

Fixité de l’installation d’affaires

La notion d’ES peut être appliquée à l’emplacement où se trouve localisé le serveur. Celui-ci doit être exploité, détenu ou loué par le cyber-commerçant.

Le site doit revêtir un caractère fixe (absence de déplacement pendant un laps de temps suffisant), L’incertitude réside dans le fait qu’un site peut être facilement déplacé d’un serveur vers un autre par exemple établi dans un autre Etat.

CONCLUSION :

Chaque État souhaite exercer et protéger ses prérogatives de souveraineté fiscale car l’économie de celui-ci en dépend. En effet à l’heure actuelle chaque État prend des décisions pour récolter le plus d’impôts ou pour éviter l’évasion fiscale.

Dans ce même contexte et afin de protéger les sociétés du risque de double imposition et de faciliter les échanges économiques internationaux que la notion de l’établissement stable a émergé.

Ainsi, la notion d’établissement stable est en perpétuel changement car elle s’adapte avec les besoins du marché, et c’est la raison pour laquelle que la notion d’établissement stable des activités électroniques a été développée.

15
15