Vous êtes sur la page 1sur 73

DIRIGER

LA SESSION D’INTRODUCTION

MODULE 1

DIRIGER LA SESSION D’INTRODUCTION MODULE 1 L’ÉCOLE INTERNATIONALE DES CHEFS

L’ÉCOLE INTERNATIONALE DES CHEFS

DIRIGER LA SESSION D’INTRODUCTION MODULE 1 L’ÉCOLE INTERNATIONALE DES CHEFS

2

TABLE DES MATIÈRES

TÂCHE 1 : ACCUEIL DES PARTICIPANTS

3

TÂCHE 2 : OUVERTURE DU CERCLE D’APPRENTISSAGE

6

TÂCHE 3 : LA CONSTITUTION DE MON CERCLE INTÉRIEUR

7

TÂCHE 4 : AU THÉÂTRE DE MA VIE

13

TÂCHE 5 : L’ANALYSE DE LA DYNAMIQUE DE MON CERCLE INTÉRIEUR

22

TÂCHE 6 : LE CERCLE D’APPRENTISSAGE ET D’INTÉGRATION

28

TÂCHE 7 : LE CERCLE, LIEU D’ÉDUCATION PERMANENTE

30

TÂCHE 8 : LE CERCLE : LIEU DE MÉDIATION DES CONFLITS

37

TÂCHE 9 : LE CERCLE D’APPRENTISSAGE ET D’INTÉGRATION

41

TÂCHE 10 : CES LIENS QUI NOUS UNISSENT

43

TÂCHE 11 : LE CERCLE ET L’INTELLIGENCE COLLECTIVE

46

TÂCHE

12

:

DEVOIR

50

TÂCHE 13 : LE CERCLE D’APPRENTISSAGE ET D’INTÉGRATION

51

3

Tâche 1 : Accueil des participants

Bienvenue à la session de formation DIRIGER selon le mode de gouvernance sociocratique.

Le présent atelier de travail porte sur l’étude des principes de gouvernance de votre propre personnalité d’abord (module 1) et de votre organisation de travail ensuite (module 2).

La maîtrise de ces principes est susceptible de vous aider à :

! Prendre conscience de votre potentiel et de vos talents de chef ;

! Faire respecter vos limites, vos valeurs et vos besoins dans le feu de l’action ;

! Améliorer votre confiance et votre estime de vous-même comme dirigeant ;

! Développer l’esprit d’équipe et le sentiment d’appartenance de vos collaborateurs ;

! Faire face aux situations difficiles et prendre des décisions qui tiennent la route ;

! Faciliter l’organisation, la direction et le développement de votre entreprise ;

! Exercer un leadership fort tout en encourageant l’initiative de vos collaborateurs ;

! Élargir votre vision du management.

En début d’atelier, vous êtes invité à choisir parmi la colonie de schtroumpfs que nous vous présentons une figurine qui décrit le personnage que vous jouez généralement en public pour vous sentir en sécurité, contacter les autres et prendre votre place.

Le nom de ce personnage serait :

La principale qualité de ce personnage :

Le rôle de ce personnage en société :

La principale difficulté de ce personnage :

Bonne session de travail !

4

DIRIGER

Individu et vie d’équipe

Selon le mode sociocratique de gouvernance

LES GRANDS THÈMES DE LA FORMATION

Constitution de mon cercle intérieur

Le cercle sociocratique : lieu d’éducation permanente

Le cercle sociocratique : lieu de développement de l’esprit civique

Midi

La dynamique de mon cercle intérieur :

Le cercle sociocratique : lieu de médiation des conflits

Intégration et transfert des apprentissages

talents, besoins, valeurs

 

JOUR I

JOUR II

JOUR III

besoins, valeurs   JOUR I JOUR II JOUR III LA ROUE DES TALENTS (Europe) La Librairie

LA ROUE DES TALENTS (Europe)

La Librairie du Québec 30, rue Gay-Lussac, 75005 Paris, Tel. 01.43.54.49.02 http://www.librairieduquebec.fr

LA ROUE DES TALENTS (Canada)

La Librairie Archambault www.archambault.ca

5

Jour 1
Jour
1

09

h 30

Tâche 1 : Ouverture de la session

10

h 00

Tâche 2 : Ouverture du cercle d’apprentissage

10

h 30

Pause

10

h 45

Tâche 3 : La constitution de mon cercle intérieur

12

h 30

Déjeuner

14

h 00

Tâche 4 : Au théâtre de la vie

15

h 15

Pause

16

h 30

Tâche 5 : L’analyse de la dynamique de mon cercle intérieur

18

h 00

Évaluation

18

h 30

Fin

6

Tâche 2 : Ouverture du cercle d’apprentissage

Le cercle est un lieu de pouvoir, une caisse de résonance, un outil de développement humain.

Consignes

Je suis à l’écoute

Je m’exprime en « Je »

Je reste ouvert à lâcher prise

Je me présente en me situant au plan personnel et professionnel

J’exprime dans quel état d’esprit j’arrive à cet atelier (Sentiments, attentes et craintes)

Mon schtroumph Son nom :

Sa qualité :

Son

rôle en société :

Sa difficulté :

Depuis un an, que se passe-t-il de significatif dans ma vie au plan personnel et professionnel

Qu’est-ce que la vie veut m’apprendre à travers tous ces événements ?

Formuler votre quête, votre défi personnel et ou professionnel du moment.

Je veux :

7

Tâche 3 : La constitution de mon cercle intérieur

Objectif :

Choisir mes personnages intérieurs et les situer sur la roue des talents.

Déroulement

1. Compléter le choix des membres de mon cercle intérieur

2. Présentation sur la constitution de la personnes humaines

2.1. Présentation du modèle de la roue des talents

2.2. Explications pour interpréter le test de la rouc des talents

3. À tour de rôle chaque personne présente ses personnages à son groupe.

3.1. Le groupe situe intuitivement sur la roue des talents les personnages de chacun.

3.2. En se référant au test, le groupe valide la justesse de ses perceptions.

au test, le groupe valide la justesse de ses perceptions. DIRIGER selon le mode sociocratique de

8

LES PERSONNAGES DE MON CERCLE INTÉRIEUR

Schtroumpf (4)

La voix de mon intuition

Nom

" Mes aides

" Mes inspirations

" Mes aspirations

" La voix de mes valeurs

" Mon conseiller intérieur

L’auteur de la symphonie de ma vie

Schtroumpf (3) Le médiateur Nom
Schtroumpf (3)
Le médiateur
Nom

"

Les

musiciens

" Je veux…. Je choisis

L’intégrateur

Le chef

d’orchestre

" Le chef médiateur

" L’adulte responsable de ses besoins

Schtroumpf (1)

Le personnage public

Nom

Schtroumpf (2)

Le personnage privé

Nom

" Il faut, tu devrais

"

Croyances

Théories

" L’image

"

" L’émotif

"

"

L’explorateur

Le passionné

Le parent : normatif / bienveillant / critique ou envahissant

L’enfant : libre / rebelle - soumis

9

Personne et personnalité

Ni Zorro, ni Zéro, qui suis-je ?

9 Personne et personnalité Ni Zorro, ni Zéro, qui suis-je ? Relaxation Conscience Témoin Attention Amour

Relaxation

Conscience

Témoin

Attention

Amour

Bienveillant

Connexion

Volonté

Responsable

2 Conditions pour que mes personnages travaillent ensembles

" Pas de contrôle des uns sur les autres (sensations, émotions, pensées)

" Une source d’énergie externe (Contact avec une force supérieure)

Centration

Facultés

Qui suis-je ?

10

Cerveau

LA CONSTITUTION DE L’ÊTRE HUMAIN

Facultés

supérieures

(L’individualité)

Dynamique interne du corps

Caractère ou

personnalité

Dynamique interne du corps Caractère ou personnalité Intuitions Aspirations Inspirations Pensées Intellect
Dynamique interne du corps Caractère ou personnalité Intuitions Aspirations Inspirations Pensées Intellect
Dynamique interne du corps Caractère ou personnalité Intuitions Aspirations Inspirations Pensées Intellect
Dynamique interne du corps Caractère ou personnalité Intuitions Aspirations Inspirations Pensées Intellect

Intuitions

interne du corps Caractère ou personnalité Intuitions Aspirations Inspirations Pensées Intellect Sentiments

Aspirations

Inspirations

Pensées

Intellect Sentiments Sens & Instincts Système nerveux et physiologique Imagination
Intellect
Sentiments
Sens & Instincts
Système
nerveux et
physiologique
Imagination
Instincts Système nerveux et physiologique Imagination Déséquilibre et bris de contact avec la réalité
Instincts Système nerveux et physiologique Imagination Déséquilibre et bris de contact avec la réalité
Instincts Système nerveux et physiologique Imagination Déséquilibre et bris de contact avec la réalité
Instincts Système nerveux et physiologique Imagination Déséquilibre et bris de contact avec la réalité
Déséquilibre et bris de contact avec la réalité Tensions créatrices
Déséquilibre
et bris de
contact avec
la réalité
Tensions créatrices

Réalisations

matérielles

réalité Tensions créatrices Réalisations matérielles Réflexes DIRIGER selon le mode sociocratique de gouvernance

Réflexes

11

11 DIRIGER selon le mode sociocratique de gouvernance (module 1)

12

LE LIEN ENTRE

LE PSYCHIQUE, LE CERVEAU, LE COMPORTEMENT ET LES ORGANES

PSYCHISME COMPORTEMENTS
PSYCHISME
COMPORTEMENTS

SANTÉ & « LE MAL A DIT »

13

Tâche 4 : Au théâtre de ma vie

Objectifs

Prendre conscience de la dynamique de nos personnages intérieurs

Appliquer le mode sociocratique à la gouvernance de mes personnages intérieurs

Déroulement

Pour illustrer ce qui se passe dans votre cercle intérieur, choisissez une situation que vous voulez changer

intérieur, choisissez une situation que vous voulez changer • Utiliser le protocole présenté à la page

Utiliser le protocole présenté à la page 18 pour faire une rencontre de votre cercle intérieur

QUE SE PASSE-T-IL AU THÉÂTRE DE MA VIE ?

Que se passe-t-il entre mes deux premiers personnages ?

À quel besoin mon 1 er personnage cherche-t- il à répondre ?

À quel besoin mon 2 e personnage cherche-t-il à répondre ?

Que ressent mon 3 e personnage dans la relation entre les 2 premiers ?

Quel conseil mon 4 e personnage donne-t-il à mon 3 e ?

Engagement

Quoi ? Quand ? Comment ?

14

L’INDIVIDU : UNE ORGANISATION

14 L’INDIVIDU : UNE ORGANISATION Tam Tam Cœur Vaillant Conseil d’administration Dire ction générale Père Maître

Tam Tam

14 L’INDIVIDU : UNE ORGANISATION Tam Tam Cœur Vaillant Conseil d’administration Dire ction générale Père Maître

Cœur Vaillant

Conseil d’administration

Dire ction générale
Dire
ction
générale
Vaillant Conseil d’administration Dire ction générale Père Maître Département opérationnel César

Père Maître

Département

opérationnel

César
César

Département

support

Les règles sociocratiques

1. Le cercle

2. Le consentement

3. Le second lien

4. L’élection sans candidats

Cercle supérieur Directeur général Cercle général support Cercle support Cercle opération
Cercle supérieur
Directeur
général
Cercle
général
support
Cercle support
Cercle opération

DIRIGER selon le mode sociocratique de gouvernance (module 1)

15

LA GOUVERNANCE DE SOI LES NOTES DE GENEVIÈVE THOMSON

POINTS CLÉS

" Identifier les personnages qui composent votre personnalité est le premier pas pour apprendre à gérer votre vie. Une fois que vous avez reconnu les personnages qui habitent votre monde intérieur, vous devez les organiser pour les aider à travailler ensemble.

" Nos conflits internes, ceux qui surviennent entre nos personnages intérieurs, n’affectent pas que nous. Ils accablent également ceux qui entrent en contact avec nous.

" Prigogine, un chimiste Belge, et Haken, un physicien allemand, ont démontré à la fin des années 1970 que pour s’auto-organiser, un système doit rencontrer deux conditions. Premièrement les éléments du système doivent être équivalents, c’est-à-dire qu’ils ne doivent pas avoir de contrôle les uns sur les autres. On objectera évidemment qu’un système où les éléments ne se contrôlent pas mutuellement devient rapidement chaotique. Il faut donc qu’une autre condition intervienne pour permettre à un système de s’auto-organiser. Cette seconde condition est l’existence pour ces éléments d’une source d’énergie externe.

" Cette source d’énergie externe correspond pour notre personnalité au 4 e personnage qui est le gardien de nos aspirations les plus profondes. Pour une organisation, cet idéal s’exprime par la force motrice, la mission, les ambitions et les valeurs de l’entreprise.

" Dans les organisations conventionnelles où la plupart d’entre nous ont grandi, le contrôle des uns sur les autres est répandu. Les modes autocratiques et démocratiques de gouvernance maintiennent le contrôle soit d’une seule personne ou d’une majorité de personnes sur les membres de l’organisation.

" Les modes autocratiques et démocratiques de gouvernance ne sont pas mauvais en soi, ils sont même très utiles, voire nécessaires dans certaines circonstances, mais ils ne permettent pas l’auto-organisation des systèmes humains.

" Voici quatre règles pour favoriser l’auto-organisation de soi et des organisations : le cercle de prise de décision, le consentement comme mode de prise de décision, le double lien et l’élection des membres dans leurs fonctions sur la base du consentement.

" L’étude des différents modes de gouvernance nous aide à comprendre pourquoi la quête de sens inhérente à tout être humain est nécessaire pour que sa personnalité se mette en mouvement et libère son potentiel de créativité. En précisant votre projet de vie, vous fournissez à vos personnages intérieurs l’énergie dont ils ont besoin pour travailler en harmonie et mettre leurs talents à votre service.

" Il existe, dans chacune des sphères d’activité humaine, des personnes qui possèdent des compétences utiles à la conduite de nos propres affaires. Évidemment, nous restons les premiers et les derniers responsables de nous-mêmes et c’est pour cette raison que nous allons

16

choisir librement les personnes avec qui nous allons prendre, sur la base du consentement mutuel, les décisions utiles à la gestion de nos vies.

" La gouvernance de soi selon le mode sociocratique est fort simple et elle pourrait se résumer à deux choses fondamentales :

o

Lâcher le contrôle que l’on prétend avoir sur soi, les autres et les événements.

o

Faire confiance à une force supérieure telle que nous la concevons pour nous guider dans les choix que nous avons à faire quotidiennement.

" La gouvernance de soi selon les principes de la méthode sociocratique n’est pas une recette qu’on applique de façon mécanique. C’est un mode de vie que nous acquérons par un apprentissage réel, un savoir tiré de l’expérience qui transforme notre façon d’être et de vivre et s’installe comme une conviction.

Réflexions et questionnement

Je commence à voir comment mon monde intérieur et mon monde extérieur s’entrechoquent. La paix que je cherche à établir dans mon département ne surviendra pas si je ne réussis pas à l’établir d’abord en moi-même. Je comprends également que cette paix, je ne peux pas l’imposer de force à mes personnages intérieurs. J’ai besoin de leur collaboration. Ce n’est pas différent avec mes collaboratrices à l’hôpital. Cette réflexion réveille mes personnages intérieurs. Je les entends.

Mme efficacité C’est ça Geneviève ! Va voir les membres de ton personnel et dis leur que tu es complètement démunie et qu’ils doivent t’aider sinon tu ne pourras pas remplir le mandat pour lequel tu t’es engagée. Tu vas leur donner des munitions pour qu’ils te fusillent sur la place publique, pauvre petite fleur !

Miss sensibilité

Tu me fais peur. Tu as peut-être raison. C’est dangereux ce petit jeu là. Elles ne comprendront pas pourquoi tout à coup, j’avoue mon impuissance. Elles vont avoir peur si je montre ma vulnérabilité.

Mme efficacité Fie toi sur moi, ma chère. Je connais le monde du travail. C’est chacun pour soi. On l’a dit à la radio l’autre jour : nous vivons dans le merveilleux royaume d’ego.com. Tu vis dans l’illusion ma chère Geneviève. Il te faut sortir de ton conte de fée pour petite-bourgeoise naïve. Le monde est cruel.

Miss sensibilité Tu as peut-être raison, mais tes propos me dépriment. Il me semble que je n’ai plus d’autre raison d’aller travailler que celle de gagner de l’argent. Je perds toute motivation.

Mme efficacité

Pauvre petite fleur bleue. Réveille-toi. Tu rêves. Il faut faire des sacrifices

dans la vie si tu veux réussir.

C’est toi le patron, oublie tes états d’âme et

fonce. De la discipline, voilà ce dont ton personnel a besoin.

17

Miss sensibilité

Va

démission.

te faire cuire un

œuf,

tu me

déprimes !

J’ai envie de remettre ma

La monitrice Stop ! Il me semble qu’on s’embourbe. Je veux chercher avec vous deux une solution pour améliorer le climat de travail de mon département autre que ta méthode forte, mme efficacité ou ta démission devant l’ampleur du travail à faire, chère miss sensibilité. Demandons conseil à grand-maman !

Grand-maman Regardons les choses différemment. Rappelle-toi Geneviève ce que tu ressentais à l’époque de tes 18 ans. Tu voulais aider, soulager, soigner. Au fond, c’est encore cette vocation qui t’anime quand tu as le goût d’aller travailler. C’est aussi cette vocation que tes collaboratrices portent au fond de leurs cœurs. Peut-être que comme toi, par moments elles l’oublient.

La monitrice Ramener la paix sociale dans mon département, ça passe par raviver la vocation de mes collaboratrices. Ça c’est une bonne idée… Mme efficacité et miss sensibilité, avez-vous des objections ?

Mme efficacité C’est une façon plus structurée d’aborder les choses, j’aime mieux ça que d’exposer mes états d’âmes devant mon équipe. J’ai encore un peu peur que tu te prennes pour mère Teresa.

La monitrice

Je me ferai aider par André Savard, c’est un professionnel. J’éviterai ainsi de sombrer dans le rôle de mère Teresa comme tu dis.

Mme efficacité

Ça me rassure. Je n’ai plus d’objection.

Miss sensibilité

Ça me fera du bien de partager avec mes collègues les aspirations qui m’ont conduite à la carrière d’infirmière. Je crois que nous allons nous rejoindre sur ce point. Je n’ai pas d’objection à ta proposition.

18

PROTOCOLE POUR FACILITER LA RENCONTRE DE MON CERCLE INTÉRIEUR 3. Obtenir le consentement du cercle
PROTOCOLE POUR FACILITER LA RENCONTRE
DE MON CERCLE INTÉRIEUR
3. Obtenir le
consentement
du cercle pour
procéder
4. Faire dialoguer le
1 e et le 2 e personnage
2. Énoncer le
5. Donner la
problème en termes
de situation
recherchée
parole au 3 e et au
4 e personnage
Intention
Sens et
Réciprocité
Harmonie
1. Choisir la
6. Recevoir le
situation à travailler
feedback du
cercle
Transfert et
Transposition
7. Transposer les
9. Évaluer et
apprécier
apprentissages dans
la situation réelle
8. S’engager
(Quoi, quand,
comment ?)

19

FEEDBACK EMPATHIQUE

Le processus de communication

Sympathie

Empathie

Retrait

Le processus de communication Sympathie Empathie Retrait Tout ce qu’une personne pense, dit et fait, elle
Le processus de communication Sympathie Empathie Retrait Tout ce qu’une personne pense, dit et fait, elle
Le processus de communication Sympathie Empathie Retrait Tout ce qu’une personne pense, dit et fait, elle
Le processus de communication Sympathie Empathie Retrait Tout ce qu’une personne pense, dit et fait, elle
Le processus de communication Sympathie Empathie Retrait Tout ce qu’une personne pense, dit et fait, elle
Le processus de communication Sympathie Empathie Retrait Tout ce qu’une personne pense, dit et fait, elle

Tout ce qu’une personne pense, dit et fait, elle le fait pour répondre à ses besoins ou à ses désirs. Si cette personne n’est pas en contact avec elle-même et avec les autres, il se peut qu’elle manifeste des comportements pathologiques (désirs déconnectés des besoins) qui auront un impact négatif sur elle-même et sur son environnement. Pour aider une personne à connecter à ses vrais besoins, le feedback empathique est un outil déterminant.

Continuum

Niveau de

contact

Manifestations

Continuum Niveau de contact Manifestations Mécanismes de défenses. Résistance au contact Sympathie ( Pseudo
Continuum Niveau de contact Manifestations Mécanismes de défenses. Résistance au contact Sympathie ( Pseudo
Continuum Niveau de contact Manifestations Mécanismes de défenses. Résistance au contact Sympathie ( Pseudo
Continuum Niveau de contact Manifestations Mécanismes de défenses. Résistance au contact Sympathie ( Pseudo

Mécanismes de défenses. Résistance au contact

Sympathie (Pseudo relation)

Réactions

Solutions /

explications

Se sentir envahi par les sentiments de l’autre. Se sentir en fusion avec l’autre. Il souffre, je souffre. Je réagis à sa place. « Je te comprends donc, moi aussi je vis la même chose. T’es bien correct. Je t’approuve. C’est écoeurant ce qu’ils t’ont fait. Ça c’est pas juste… »

« Pourquoi tu ne fais pas ceci ou cela ? Ça s’explique ton affaire, c’est parce que…. Tu devrais… Il faut… »

Questions

« Quand est-ce que cela a commencé ? Est-ce la première fois ? Ah oui ! Qu’est-ce que tu lui as dit ? Qu’est-ce qu’il a

répondu ? Comment réagit ton entourage ?

»

Émergence et satisfaction des besoins réciproques Contact / Connexion

(Relation réelle)

Empathie

(Fin du contact

Fin du contact

Retrait

Intention

Attention

Accueil chaleureux et clarification des intentions mutuelles But : intentionnalité & réciprocité

Reformulation

Reflet

Reformulation du discours : « J’entends que … » Reflet des sentiments : « Je comprends que tu vis… » But : signification et harmonie

Confrontation

Immédiateté

Confrontation : « Tu dis X et tu fais Y. » Immédiateté : « Ça se passe ici et maintenant… » But : transfert et transposition

Conclusion

Synthèse de la discussion et engagement des parties s’il y a lieu. Suivi.

Appréciation

Au revoir et merci…

Transition

Mon regard va ailleurs… Je décroche… J’entends les bruits extérieurs. J’ai envie d’aller aux toilettes, j’ai faim… D’autres besoins émergent…

20

GRILLE DE FEEDBACK (Utile à l’étape 6 du processus)

Ce que j’observe (Partager vos perceptions sensorielles (faits) plutôt que communiquer vos interprétations)

Je retiens les idées et sentiments … (Reformuler les idées et refléter et les sentiments perçus plutôt qu’exprimer vos jugements)

Je reconnais le besoin de… (Distinguer le besoin universel du désir personnel)

Moi à ta place, je ferais… (Proposer un geste qui va permettre d’agir de façon responsable sur le besoin que vous avez identifié.)

21

senti / émotions / sentiments Le ressenti intuitifLe

LES SENTIMENTS & LE RESSENTI INTUITIF

(Le senti et le ressenti sont des indicateurs de l’état de satisfaction de mes besoins)

SAGESSE

(Risque, contact, sérénité)

CONSCIENCE

JOIE OBJECTION PROPOSITION Respect de soi Affirmation de soi AMOUR TRISTESSE COLÈRE PEUR FUITE ATTAQUE
JOIE
OBJECTION
PROPOSITION
Respect de soi
Affirmation de soi
AMOUR
TRISTESSE
COLÈRE
PEUR
FUITE
ATTAQUE
Envie
Haine
DÉPRESSION
Culpabilité et dévalorisation
INCONSCIENCE
Projet de mort
Projet de survie
Projet de vie
Continuum de satisfaction des besoins à la base de la croissance humaine

FOLIE

(0 risque, Isolement, Panique)

La peur est le commencement de la sagesse ou le début de la folie !

22

Tâche 5 : L’analyse de la dynamique de mon cercle intérieur

Objectifs

Approfondir la dynamique de mon cercle intérieur

Mieux cerner les valeurs et les besoins de mes personnages intérieurs

Démarche

Faire les distinctions et les liens entre : besoins, valeurs, désirs, instincts

Instincts

Besoins

Valeurs

Désirs

À l’aide des différentes roues présentées dans les pages suivantes, complétez le portrait de vos personnages intérieurs.

Remplissez les grilles des pages suivantes

23

23 DIRIGER selon le mode sociocratique de gouvernance (module 1)

24

24 DIRIGER selon le mode sociocratique de gouvernance (module 1)
Nom : Date Type de personnalité : 25 % Style personnel et ses ailes Déformations

Nom :

Date

Type de personnalité :

Type de personnalité :

25

%

Style personnel et ses ailes Déformations % % % Besoins Valeurs
Style personnel et ses ailes Déformations % % % Besoins Valeurs

Style personnel et ses ailes

Déformations

%

%

%

Besoins

Style personnel et ses ailes Déformations % % % Besoins Valeurs

Valeurs

Style personnel et ses ailes Déformations % % % Besoins Valeurs
Style personnel et ses ailes Déformations % % % Besoins Valeurs
Style personnel et ses ailes Déformations % % % Besoins Valeurs
Style personnel et ses ailes Déformations % % % Besoins Valeurs

Force de base

Déformation

Besoins

Valeurs

Force de base Déformation Besoins Valeurs
Force de base Déformation Besoins Valeurs
Force de base Déformation Besoins Valeurs
Style intermédiaire Déformation Besoins Valeurs
Style intermédiaire Déformation Besoins Valeurs

Style intermédiaire

Déformation

Besoins

Valeurs

Valeurs
Valeurs
Valeurs
Style intermédiaire Déformation Besoins Valeurs
Style intermédiaire Déformation Besoins Valeurs

26

 

MES DEUX PREMIERS PERSONNAGES

 
 

1

ER PERSONNAGE (Public - Parent)

2

E PERSONNAGE (Privé - Enfant)

Composantes physiques

   

Description physique du personnage

Composantes émotives

   

Sentiment dominant

Composantes mentales

   

Croyances

Besoins

   

Besoins réels

Relations entre les deux

   

Message à l’autre

Utilité de N o 1 & N o 2

   

Pour moi

Pour les autres

Problèmes occasionnés

   

À moi

Aux autres

27

 

3

E PERSONNAGE

(Chef d’orchestre - Adulte)

Composantes physiques

 

Description physique du personnage

Composantes émotives

 

Sentiment dominant

Composantes mentales

 

Croyances

Besoins / valeurs

 

Relations avec le 4 e personnage

 

Message à l’autre

4 E PERSONNAGE (Auteur - Sage)

4 E PERSONNAGE (Auteur - Sage) Qualités / Valeurs Projets sens

Qualités / Valeurs

Projets sens

28

Tâche 6 : Le cercle d’apprentissage et d’intégration

Notes

AMOUR

(Quoi ?)

Les moments significatifs

CONSCIENCE

(Pourquoi ?)

VOLONTÉ

(Comment ?)

Ce qui s’éclaire pour moi et ce qui reste obscur

Ce qu’il me faut faire pour progresser

29

Jour 2
Jour
2

8

h 30

Ouverture et centration

9

h 00

La sociocratie : l’historique, les fondements et les règles.

9

h 30

Tâche 7 : Le cercle lieu d’éducation permanente (moi et le cercle)

10

h 30

Pause

10

h 45

Tâche 7 : Le cercle lieu d’éducation permanente (suite)

12

h 00

Appréciation et intégration des apprentissages en grand groupe

12

h 30

Déjeuner

14

h 00

Tâche 8 : Le cercle, lieu de médiation des conflits (Le cercle et nous)

15

h 30

Pause

15

h 45

Tâche 8 : Le cercle, lieu de médiation des conflits (Le cercle et nous)

17

h 00

Pause

17

h 15

Tâche 9 : Le cercle d’apprentissage

18

h 00

Fin de la journée

30

Tâche 7 : Le cercle, lieu d’éducation permanente

Objectifs

S’entraider pour apprendre

Démarche

Présentation du processus de communication sociocratique

Publication des défis individuels à travailler

Choix du défi le plus susceptible de faire avancer le cercle

Élaboration d’une proposition pour relever le défi

Décision sans objection sur la proposition

31

Je

VIE

31 Je VIE PRESSION Ex- pression Ex- pression Nous Im- pression Im- pression Tu CONDITIONS POUR

PRESSION

Ex- pression Ex- pression Nous Im- pression Im- pression
Ex- pression
Ex- pression
Nous
Im- pression
Im- pression

Tu

CONDITIONS POUR QUE LE « NOUS » ÉMERGE

1. Pas de contrôle des éléments du système

2. Une source d’énergie extérieure

32

ÉLÉMENTS D’UNE SAINE COMMUNICATION

(Emprunté au modèle CNV de Marshall Rosenberg)

• Faits sensoriels vs interprétations • Pensées / émotions vs jugements • Besoins vs désirs
• Faits sensoriels vs
interprétations
• Pensées / émotions vs
jugements
• Besoins vs désirs
Processus
• Demande vs stratégie de
manipulation
Intention / expression

Attention / impression

L’INGÉNIERIE DES LIEUX DE POUVOIR

(Le modèle sociocratique)

• Le cercle comme lieu de prise de décision • Le consentement comme mode de
• Le cercle comme lieu de prise de
décision
• Le consentement comme mode de
décision
Le double lien pour dynamiser la
communication
Méthode
La délégation des tâches sur la base
du consentement
Un but, une vision

Des liens significatifs

33

COMMUNICATION ET SOCIOCRATIE

Comment ? Pourquoi ? Quoi ? 7. 9. Célébration 8. Décision 7. Proposition 6. Besoins
Comment ?
Pourquoi ?
Quoi ?
7.
9. Célébration
8. Décision
7. Proposition
6. Besoins
Émotions/ pensées
4. Faits
3. Entente
2. Contact
1. Centration
Nous
Impression// Attention
Expression// Intention

34

UNE BONNE DÉCISION

Output

Transformation

Input

ME

OR

Célébration Transfert Décision Transposition Proposition Besoins Sens Harmonie Émotions OP Faits Entente
Célébration
Transfert
Décision
Transposition
Proposition
Besoins
Sens
Harmonie
Émotions
OP
Faits
Entente
Intentionnalité
Réciprocité
Contact
Centration
ME

1. Tient compte d’une intention commune (OR)

2. Tient compte des limites de ceux qui vont vivre les conséquences de la décision (ME)

35

PROCESSUS D’ÉLABORATION D’UNE PROPOSITION 3. Identifier le 4. Cerner le champ but à atteindre (Image
PROCESSUS D’ÉLABORATION D’UNE PROPOSITION
3. Identifier le
4. Cerner le champ
but à atteindre
(Image de la
situation idéale)
des forces à l’origine
du problème
2. Collecter les
5. Évaluer les
données, (Faits et vécu
émotionnel)
forces en présence
Définir
Analyser
1. Énoncer le
6. Choisir les
problème (Image de la
situation actuelle)
points leviers du
changement
Proposer
7. Formuler une
9. Évaluer le
processus et
célébrer
proposition (Quoi,
Qui, Quand…)
8. Rédiger les
arguments en
faveur de la
proposition

36

PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION 3. Amender la 4. Recueillir les proposition s’il y a
PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION
3. Amender la
4. Recueillir les
proposition s’il
y a lieu
objections
2. Réagir à la
5. Bonifier la
proposition
proposition avec
les objections
Clarifier
Décider
1. Clarifier la
6. Obtenir le
proposition
consentement
des membres
Promulguer
7. Rédiger la
9. Évaluer le
processus et
célébrer
décision
8. Approuver la
rédaction de la
décision

37

Tâche 8 : Le cercle : lieu de médiation des conflits

Objectifs

Apprendre à résoudre les conflits en utilisant le cercle sociocratique.

Démarche

1. Les membres du grand cercle identifient deux personnes qui vivent dans le cercle une forme de conflit ou de différend et qui auraient avantage à améliorer leur relation.

2. Le grand cercle choisit un médiateur qui se choisit 2 conseillers pour l’assister dans son travail.

3. Deux clans se forment autour des personnes en litige. Ils se nomment un chef de clan et un représentant en dehors des personnes présumées en conflit et ils identifient les conditions pour que les clans acceptent de travailler à la solution du différend.

+++++++++++++++++

4.

Les représentants rencontrent le médiateur pour établir les règles du jeu. (Étape 1 du processus)

pour établir les règles du jeu. (Étape 1 du processus) DIRIGER selon le monde sociocratique /

38

5. Les clans se concertent pour identifier les faits, émotions et besoins sous-jacents au différend.

Faits & Émotions

Besoins

6. Les représentants se rencontrent avec les médiateurs pour partager leurs versions des faits, leurs sentiments et leurs besoins. (Étape 2 et 3 du processus)

+++++++++++++++++

7. Les deux clans se concertent pour élaborer une ou des propositions de règlement.

Explorer comment le problème de l’individu (sa stratégie pour satisfaire ses besoins) est aussi le problème de tous les membres de la famille et peut-être du clan tout entier.

Proposition pour améliorer les choses. (Utiliser la forme pour présenter une proposition)

8. Les représentants se rencontre en compagnie des chefs de clans pour présenter leurs propositions et prendre une décision. (Étapes 4, 5, 6 du processus)

9. Le grand cercle célèbre la résolution du conflit.

Note Le chef de clan anime la discussion dans le clan. Le représentant et le chef de chaque clan ont le pouvoir de prendre ensemble les décisions au nom de leur clan et ils doivent le faire au point 8 de la démarche.

39

PROCESSUS DE RÉSOLUTION DES CONFLITS ET DES DIFFÉRENDS

(Selon le mode sociocratique de gouvernance) 3. Identification 4. Formulation d’une des besoins demande sous
(Selon le mode sociocratique de gouvernance)
3. Identification
4. Formulation d’une
des besoins
demande sous forme
de proposition
2. Partage des
perceptions
5. Partage des
objections
Intention
Sens et
Réciprocité
harmonie
1. Établissement des
conditions de bases
6. Bonification
de la proposition
et décision
Transfert et
transposition
7. Implantation du
9. Évaluation et
célébration
plan d’action
8. Suivi et
ajustement

40

Commentaires sur les 9 étapes du processus de résolution des conflits et différends.

1. Établissement des conditions de base Cette étape vise à établir la sécurité de base nécessaire pour permettre aux parties de s’impliquer dans la démarche. C’est l’étape de la formulation des intentions de chacun.

2. Partage des perceptions Cette étape vise à rendre publique les perceptions de chaque partie. Le point de vue de chacun est présenté le plus objectivement possible (les faits sans interprétations, les émotions vécues ainsi que les formes pensées associées à ces émotions)

3. Formulation des besoins Cette étape force les parties à aller au-delà des perceptions de chacun pour formuler les besoins,

4. Élaboration d’une proposition Cette étape vise à permettre à chacun de comprendre la proposition de chacun et de formuler leur première réaction à cette proposition, ce qui peut donner l’occasion à chacun de préciser ou d’amender sa proposition ou encore d’en formuler une conjointe.

5. Formulation des objections Cette étape vise à permettre à chacun de publiciser ses objections et de les inscrire comme outils de bonification de la proposition.

6. Bonification de la proposition et décision Cette étape vise à utiliser la créativité des parties pour faire des objections des moyens d’améliorer la proposition.

7. Implantation du plan d’action Cette étape est nécessaire pour arrêter un plan d’action concret et pour s’entendre sur la stratégie d’implantation.

8. Suivi et ajustement Cette étape vise à suivre et apprécier l’évolution de la situation en fonction des actions mises de l’avant.

9. Évaluation et célébration

Cette étape est nécessaire pour finaliser l’apprentissage et l’intégrer au réservoir des savoirs de chacun.

41

Tâche 9 : Le cercle d’apprentissage et d’intégration

Notes

AMOUR

(Quoi ?)

Les moments significatifs

CONSCIENCE

(Pourquoi ?)

VOLONTÉ

(Comment ?)

Ce qui s’éclaire pour moi et ce qui reste obscur

Ce qu’il me faut faire pour progresser

42

Jour 3
Jour
3

08

h 30

Exercice de centration

09

h 00

Tâche 10 : Ces liens qui nous relient (Les cordes)

10

h 00

Tâche 11 : Le groupe et le développement de l’esprit civique

10

h 30

Pause

10

h 45

Tâche 11: Le groupe et le développement de l’esprit civique

12

h 30

Déjeuner

14

h 00

Tâche 11: Le groupe et le développement de l’esprit civique

15

h 30

Pause

15

h 45

Tâche 12 : Devoir

16

h 00

Ronde de fermeture

17

h 00

FIN

43

Tâche 10 : Ces liens qui nous unissent

Objectif

Expérimenter les effets positifs ou négatifs des liens qui nous unissent aux autres dans la vie et le travail en commun.

Démarche

Présentation des consignes :

o

Les participants sont reliés au cercle physiquement par une corde

o

Pour prendre la parole, il faut le signifier en tirant sur la corde et en amenant l’anneau près de soi.

o

Chacun est à l’écoute de ce qu’il vit intérieurement dans ce contact avec le groupe et traduit son vécu dans la tension de sa corde avec le groupe.

o

Chacun partage son expérience quand il est poussé intérieurement à le faire

Ce que j’apprends sur mon rapport aux groupes à la dimension sociale en général.

Qu’est-ce que j’apprécie ?

Qu’est-ce qui me gêne ?

44

UNE ÉQUIPE

Des personnes qui entretiennent des liens significatifs entre elles, tendent vers un but commun et s’entendent sur des moyens pour y arriver.

commun et s’entendent sur des moyens pour y arriver. Une équipe est en santé quand l’idéal

Une équipe est en santé quand l’idéal qu’elle poursuit vit dans ses membres et que les talents de chacun sont reconnus et utilisés pour atteindre cet idéal.

45

LE CERCLE C’EST UNE ÉQUIPE. UNE ÉQUIPE C’EST…

Les ingrédients

Nature des ingrédients

Pourquoi ?

 

2 conditions

Des personnes

Qui entretiennent des liens significatifs entre eux

Assurer la sécurité, l’influence et l’utilité de chacun

(La satisfaction des besoins universels)

 

(Équipage)

1.

Pas de contrôle des éléments du système les uns sur les autres

Un but (Une destination)

Qui est commun à tous les membres de l’équipage

Canaliser les forces dans l’action. Vaincre le narcissisme primaire de

chacun (Servir le bien commun)

2.

Une source

 

d’énergie

   

Décupler l’efficacité de chacun et de l’équipe

extérieure au

Des outils

Qui sont des savoirs, des savoir-faire et des savoirs être partagés

système

(La culture)

(Réussir : santé économique, psychologique et spirituelle)

 

Faites-leur construire une tour et ils deviendront amis. (St-Exupéry)

46

Tâche 11 : Le cercle et l’intelligence collective

Objectifs

Expérimenter les règles de communications qui favorisent l’expression de l’esprit d’équipe aussi appelé l’esprit communautaire ou l’esprit civique.

Apprendre à faire confiance à la sagesse du groupe

Démarche

Prendre connaissance des indications pour l’émergence de l’esprit civique dans un cercle sociocratique

Expérimenter ces règles de communication à l’aide du processus pour le développement de l’esprit civique en cercle.

47

INDICATIONS

POUR L’ANIMATION DES CERCLES SOCIOCRATIQUES

S’exprimer sans se disputer

Écouter avec empathie

Utiliser le pouvoir du moment présent

Prendre plaisir au jeu des polarités

Faire bon usage du temps

Délimiter le temps de parole

Tourner en rond pour aller droit au but

Prendre et donner consciemment la parole

Chercher à unir

Accepter d’être imparfait

Nos convictions sont des points de vue

Nos problèmes sont aussi ceux du groupe et vice-versa

48

PROCESSUS POUR LE TRAVAIL EN CERCLE

(Développement de l’esprit civique) 3. Entente sur un thème commun 4. Illustration du thème par
(Développement de l’esprit civique)
3. Entente sur
un thème
commun
4. Illustration du
thème par des faits
2. Recherche d’une
thématique commune
5. Partage des
émotions et
opinions reliées à
ce thème
Intention
Sens et
Réciprocité
harmonie
1. Partage du vécu
individuel par
rapport au groupe
Transfert et
6. Identification
du besoin du
groupe
transposition
9. Évaluation et
célébration
7. Formulation
d’une proposition
8. Consentement
mutuel
49 LE DÉVELOPPEMENT D’UNE COMMUNAUTÉ ÉTAPES UTILITÉ DANGERS ÉTAPES DE BESOINS   MATURITÉ

49

LE DÉVELOPPEMENT D’UNE COMMUNAUTÉ

ÉTAPES

UTILITÉ

DANGERS

ÉTAPES DE

BESOINS

 

MATURITÉ

DE BASE

Pseudo

Exploration

Plaire

Dépendance

Sécurité

communauté

(Se sentir

accepté)

Sécurité communauté (Se sentir accepté) Chaos Affirmation Dominer Contre  
Sécurité communauté (Se sentir accepté) Chaos Affirmation Dominer Contre  
Sécurité communauté (Se sentir accepté) Chaos Affirmation Dominer Contre  
Sécurité communauté (Se sentir accepté) Chaos Affirmation Dominer Contre  
Sécurité communauté (Se sentir accepté) Chaos Affirmation Dominer Contre  
Sécurité communauté (Se sentir accepté) Chaos Affirmation Dominer Contre  
Sécurité communauté (Se sentir accepté) Chaos Affirmation Dominer Contre  
Sécurité communauté (Se sentir accepté) Chaos Affirmation Dominer Contre  

Chaos

Affirmation

Dominer

Contre

 

Dépendance

Vide

Intériorisation

Démissionner

Indépendance

(Lâcher prise)

Influence

(Se sentir

reconnu)

Communauté

Communicati

Régression

Interdépenda

Réalisation

(Esprit

on

nce

(Se sentir

d’équipe)

authentique

utile)

50

Tâche 12 : Devoir

MA VIE, MON PROJET

Quel est, selon votre compréhension des choses, le but de l’existence? Décrivez le monde idéal dont vous rêvez.

Vision du monde

Mission dans ce monde

Rappelez-vous votre rêve d’adolescent (e) et ce que vous souhaitiez faire de votre vie. Que voulez-vous apporter dans ce monde pour que votre vision se concrétise ?

Objectifs à moyens et longs termes

(Réviser tous les ans)

Santé

Résultats escomptés d’ici 2 à 5 ans

 

Résultats escomptés d’ici 2 à 5 ans

Richesse ($)

Résultats escomptés d’ici 2 à 5 ans

Famille et société

 

Résultats escomptés d’ici 2 à 5 ans

Travail

Résultats escomptés d’ici 2 à 5 ans

Intellectuel

Spirituel

Résultats escomptés d’ici 2 à 5 ans

Plan

physique

Plan

social

Plan

culturel

51

Tâche 13 : Le cercle d’apprentissage et d’intégration

Notes

AMOUR

(Quoi ?)

Les moments significatifs

CONSCIENCE

(Pourquoi ?)

VOLONTÉ

(Comment ?)

Ce qui s’éclaire pour moi et ce qui reste obscur

Ce qu’il me faut faire pour progresser (Engagement : quoi, qui quand, comment)

52

COMMUNICATION ET SOCIOCRATIE

(Jamais soumis, jamais tyran ; courageux, fier et libre !)

Gilles Charest, Mba

© Sociogest

www.sociogest.ca

libre !) Gilles Charest, Mba © Sociogest www.sociogest.ca DIRIGER selon le monde sociocratique / Module 1

53

Pour définir l’époque que nous vivons, une radio canadienne lançait l’an dernier un concours. Le jury, créé pour analyser les nombreuses suggestions des auditeurs, a finalement retenu la désignation suivante : ego.com. Cette expression me semble tout à fait juste. Elle traduit à la fois nos difficultés de communication dans un monde obsédé, par ailleurs, par les communications.

Comment se fait-il que les difficultés liées à la communication humaine pourrissent tant la vie en société ? Pourquoi est-ce le problème le plus fréquemment pointé du doigt pour expliquer les misères de la vie organisationnelle ? Comment se fait-il que la technologie de l’information en rapetissant la terre à la dimension d’un village n’ait pas encore résolu le problème de la communication humaine ? Pourquoi est-ce si difficile de maintenir des communications authentiques et nourrissantes ?

Communication et pouvoir

Communiquer est un geste politique fondateur de la vie en société. Il est à la base de la formation, du développement et de la direction de toute organisation humaine : le couple, la famille, la commune, la ville, la région, le pays jusqu’au concert des nations. Nos besoins innés de sécurité, d’affiliation et de réalisation nous poussent à nous rassembler autour d’un but commun. Dès lors, communiquer devient essentiel pour nous entendre sur les stratégies à déployer pour atteindre ce but et pour négocier au sein des organisations que nous formons la satisfaction de nos besoins mutuels.

Quand je communique avec quelqu’un c’est forcément parce que j’escompte en tirer un profit, ne serait-ce que celui d’avoir son attention. En fait, toute communication n’a qu’un but : utiliser le pouvoir formel ou informel dont nous disposons pour satisfaire consciemment ou inconsciemment nos besoins.

Dans nos sociétés dites modernes et dans les organisations qu’elles encadrent juridiquement, la structure hiérarchique de communication et de prise de décision confère aux individus un pouvoir inégal. Par exemple, les actionnaires d’une entreprise ont plus de pouvoir que le président, le président en a plus que ses directeurs et ceux-ci plus que leurs chefs de départements et finalement ces derniers en ont plus que les employés. Dans certaines cultures, les femmes n’ont pas droit de parole. Dans la grande majorité des familles, les parents ont plus de pouvoir que les enfants. Dans certaines, ils y vivent une dictature. À l’école, les professeurs ont plus de pouvoir que les élèves, etc.

Il ne faut pas chercher plus loin la source principale des difficultés de communication que l’on rencontre dans nos organisations. La structure hiérarchique induit naturellement des rapports dominants - dominés.

Évidemment, on ne peut imaginer une organisation sans structure hiérarchique pour coordonner l’exécution des décisions. Par contre, il faut bien l’admettre, ce type de structure ne favorisent pas du tout une communication saine d’égal à égal pour la simple et bonne raison que nous ne bénéficions pas d’un pouvoir équivalent au sein de cette structure lorsque vient le temps de prendre une décision.

Pour résoudre les problèmes reliés à la communication humaine, il est donc impératif de comprendre les phénomènes humains reliés à l’exercice du pouvoir en milieu organisationnel et

54

d’aménager en complément à la structure hiérarchique d’exécution, une structure de prise de décision plus respectueuse de la dignité et de la liberté humaine.

Pour baliser l’exercice du pouvoir en société, nous avons imaginé jusqu’ici divers modes de gouvernance. La grande majorité des humains rêvent encore de l’avènement d’un grand chef autocratique et bienveillant, capable à lui seul, de prendre toutes les décisions importantes pour le bien être de ses sujets. Selon eux, la dictature éclairée serait encore le meilleur gouvernement et l’on devrait s’y soumettre dans l’allégresse. D’autres imaginent que de se soumettre à la loi de la majorité est plus noble que de se soumettre à la loi d’une seule personne fusse-t-elle bienveillante.

Eh bien, dans aucun cas, la soumission ne peut être considérée comme une attitude humaine saine. Ni l’autocratie, ni la démocratie ne sauraient justifier pareil comportement. Dès qu’une personne renonce volontairement ou involontairement à son libre-arbitre dans la conduite de sa vie, elle se décharge de ses responsabilités et se dépouille en même temps de son droit le plus précieux. Personne n’échappe alors aux conséquences néfastes de telles pratiques sur sa santé physique, mentale et spirituelle.

Qualité de communication : synonyme de qualité de vie

Tant que nous vivons, il est impossible de ne pas communiquer. Nous pouvons mal communiquer, mais de toutes les façons et de toutes les manières nous communiquons. Chaque pensée, chaque parole, chaque geste que nous posons est un message que nous lançons dans l’environnement.

VIE

PRESSION

que nous lançons dans l’environnement. VIE PRESSION IM – PRESSION EX - PRESSION La Vie en
que nous lançons dans l’environnement. VIE PRESSION IM – PRESSION EX - PRESSION La Vie en

IM – PRESSION

EX - PRESSION

La Vie en tant que force suprême exerce constamment une pression sur tout ce qui existe. Cette pression est le moteur de l’évolution. Elle met tout en mouvement. Nous ressentons cette pression de la vie dans chaque cellule de notre corps physique et nous utilisons cette force à chaque instant.

D’un côté le monde extérieur par l’intermédiaire de nos sens fait impression sur nous. De l’autre la pression interne de nos besoins nous oblige à l’expression, à la communication avec l’environnement pour les satisfaire.

Au sens mécanique du terme, la communication est un jeu de pression, de poids et de contrepoids, permettant un échange mutuellement profitable avec notre environnement. C’est la danse de la vie. Notre qualité de vie est fonction de la qualité de nos communications.

55

De « je » à « tu » en passant par le « nous »

Dès que deux ou plusieurs personnes communiquent, des liens conscients et inconscients se tissent entre elles. C’est ainsi qu’entre « je » et « tu » se trame une autre dimension de la réalité que nous désignons affectueusement par le pronom « nous » : c’est le fait social.

Je

VIE

par le pronom « nous » : c’est le fait social. Je VIE PRESSION Ex- pression

PRESSION

Ex- pression Ex- pression Nous Im- pression Im- pression
Ex- pression
Ex- pression
Nous
Im- pression
Im- pression

Tu

Nous ne sommes pas des individus totalement indépendants les uns des autres. Nous sommes des êtres biologiquement, psychologiquement et socialement reliés. Les traits de notre personnalité sont dessinés grâce à l’apport de nos liens génétiques et psychosociaux !

Qu’est-ce donc que le fait social ? De quoi est-il constitué ? À quoi sert-il exactement ?

Quand des personnes communiquent sur une base relativement permanente, les sociologues observent le développement d’une culture commune. Quatre éléments importants constituent les bases culturelles d’un groupe.

! Un langage commun.

! Des méthodes communes de résolution de problèmes.

! Des valeurs communes.

! Une vision du monde et des significations communes.

C’est grâce à ces outils culturels que les individus vont apprendre à satisfaire leurs besoins, qu’ils vont se développer et réussir dans la vie. Les recherches en psychologie de la connaissance ont démontré que la réussite scolaire et professionnelle d’un individu est moins liée à son niveau d’intelligence qu’au répertoire de concepts, de stratégies de résolution de problèmes, de valeurs et de significations qu’il a reçus de son milieu familial et social.

La qualité de ces outils culturels est fonction de la qualité des liens que les individus vont entretenir entre eux au sein des structures sociales de la famille, du milieu de travail, des cercles d’amis et des associations dont il est membre. Évidemment, la qualité de ces liens est tributaire de la qualité de la communication qui s’y pratique.

56

Le caractère écologique de la vie sociale

Pour améliorer les relations humaines au sein de nos organisations, il est indispensable de rénover les règles de communication et de prise de décision qui régissent ces relations. Cette rénovation que favorisent les règles sociocratiques de gouvernance va donner à chaque personne un pouvoir équivalent pour faire valoir ses besoins et la responsabilité correspondante de préserver la qualité des liens la reliant aux autres.

Les nouvelles règles que nous allons proposer découlent donc d’une vision écologique du monde et de la vie sociale où chaque individu, faisant nécessairement partie d’un sous-ensemble appartenant au grand tout, y exerce une influence et doit aussi y récolter les conséquences de ses choix. Depuis la dernière guerre mondiale, la cybernétique a trouvé des applications pratiques de cette vision en identifiant les conditions pour qu’un système soit capable de s’autoréguler. Ces découvertes ont donné le formidable développement que nous connaissons dans le domaine informatique.

La communication sociocratique veut donc réconcilier l’individu avec la société en cadrant la liberté individuelle dans les limites de ceux et celles qu’elle affecte. Il faut compter parmi ceux que nos gestes affectent, la nature. Les désastres écologiques nous rendent tous les jours un peu plus conscients que la pollution physique est avant tout le résultat du désordre social et, conséquemment , que pour soigner la terre il est urgent de soigner la société.

La sociocratie, terme qui signifie : le pouvoir du fait social, propose des règles de communication qui découlent d’une compréhension des systèmes dynamiques.

Rappelons qu’un système dynamique comprend trois grandes fonctions : l’une oriente le système, l’autre exécute les opérations nécessaires à l’atteinte du but visé et la troisième mesure la progression vers ce but. Par exemple pour marcher, mon cerveau doit donner à mes muscles l’ordre du départ, ceux-ci vont mettent mes jambes en marche, mes yeux et mes oreilles, quant à eux, vont évaluer la distance à parcourir et informer le cerveau de ma progression.

Orientation Mesure Opération
Orientation
Mesure
Opération

Une organisation, une équipe de travail, une famille, un groupe d’amis sont tous des exemples de système sociaux qui pour s’adapter aux conditions changeantes de leur environnement doivent prendre des décisions, les exécuter et en mesurer les conséquences afin d’optimiser la satisfaction de leurs besoins.

Les recherches en cybernétique ont établi deux conditions pour qu’un système s’autorégule.

! La première est que les éléments du système ne doivent pas se contrôler mutuellement. Autrement dit, aucun élément ne peut imposer unilatéralement sa volonté aux autres.

! La seconde est que pour éviter le chaos qui ne manquerait pas de survenir, si aucun élément ne domine les autres, le système doit bénéficier d’une source d’énergie extérieure qui le mobilise.

57

Appliquées à la vie sociale, ces deux conditions veulent que pour se comporter comme un système dynamique en santé, les membres d’un groupe ne puissent pas se contrôler mutuellement d’une part et que l’énergie qui les mobilise vienne d’une vision partagée, d’un but commun, d’autre part.

Les règles sociocratiques de communication recréent ces conditions et redonnent à l’organisation les qualités d’un système dynamique capable de s’autoréguler pour s’adapter à un environnement changeant.

58

Le modèle de communication sociocratique

Voici donc nos prémisses de départ :

! Communiquer est avant tout exercer un pouvoir pour satisfaire ses besoins ;

! La qualité de la communication conditionne la qualité de vie ;

! Communiquer c’est créer des liens sociaux indispensables à un échange nourrissant ;

! Le caractère écologique de la vie sociale veut que dans une organisation en santé les individus ne se contrôlent pas mutuellement et qu’ils partagent une vision commune.

S’appuyant sur ces prémisses, la sociocratie propose entre autres choses de prendre nos décisions sur la base du consentement mutuel. Ce qui signifie qu’en aucun cas, dans le processus de communication et de prise de décision, nous voudrons imposer notre volonté aux autres ni n’accepterons de nous soumettre à la volonté d’autrui.

Nous allons maintenant décrire le modèle de communication que cette règle installe.

Trois questions et trois principes importants pour maintenir des communications saines.

Trois questions se posent quand nous voulons communiquer : quoi, pourquoi, comment ?

Quoi ? Intentionnalité et réciprocité

Qu’est-ce que je veux obtenir par cette communication ? Quelle est mon intention de départ et celle de mes interlocuteurs ? Cette question est importante et va conditionner le processus de communication. La perception d’une intention bienveillante c’est-à-dire la recherche sincère du bien commun favorise la communication. La perception d’une intention malveillante, qui ignore l’autre ou encore cherche à le dominer, brise les liens sociaux et perturbe la communication.

Comment ? Quoi ? Pourquoi ?
Comment ?
Quoi ?
Pourquoi ?

Une saine communication s’appuie donc sur un premier principe : celui de l’intentionnalité et de la réciprocité. Notre intention est lisible dans notre expression, qu’elle soit consciente ou non. L’expression consciente de notre intention et la recherche chez l’autre d’une réciprocité sont donc primordiales pour une saine communication. On comprendra ainsi pourquoi les procès d’intention détruisent tant les liens de confiance et empoisonnent les communications.

59

Pourquoi ? Signification et harmonie

La question du pourquoi est la question du sens. Quel sens ce qui est communiqué a pour moi et pour l’autre. Pourquoi chacun de nous réagit-il comme il le fait ? Rester attentif, dans le moment présent, à l’impression que ma communication fait sur les autres, sur moi-même et sur le groupe est une autre condition à respecter pour une communication productive. En d’autres mots, faire preuve d’empathie à l’endroit des autres autant qu’envers moi-même est donc un des principes de base d’une saine communication.

Les membres d’un groupe entretiennent des relations plus saines quand ils démontrent de l’empathie pour ce que chacun vit dans le processus de communication.

Le second principe d’une saine communication est donc celui de la signification et de l’harmonie. Non seulement le contenu de la communication doit-il avoir un sens, mais il doit favoriser une plus grande harmonie dans les rapports entre les individus. Notons, en passant, qu’harmonie n’est pas synonyme d’absence de conflit. Les conflits sont sains lorsqu’ils sont traités ouvertement.

Comment ? Transfert et transposition

Le troisième principe d’une saine communication veut qu’elle débouche sur un résultat concret : un engagement à prendre, une action à poser, un changement à opérer, etc. C’est le principe de la transposition et du transfert.

Une saine communication crée un mouvement, soutient l’évolution des personnes et favorise l’atteinte des objectifs des personnes impliquées dans le processus d’échange. Nous ne communiquons pas uniquement pour faire connaître nos intentions et en clarifier le sens. Nous cherchons par là une façon de satisfaire nos besoins. Comment nous y prendre pour obtenir la satisfaction de nos besoins mutuels ? C’est la question finale.

60

Le processus en 9 étapes

Un processus est une séquence d’activités logiques qui conduit à un résultat. Quel est donc l’ordre logique des étapes à franchir pour que nos communications se déroulent sous le signe de la coopération et débouchent sur des ententes productives ?

Tout processus peut être décrit en trois types d’activités : les activités d’input, de transformation et d’output. Autrement dit, tout événement a un début, un développement et une conclusion. Ce qui fait dire au poète que la vie est une grande valse à trois temps.

Chaque type d’activités peut à son tour être subdivisé en trois pour former un cycle d’activités en 9 étapes.

INPUT TRANSFORMATION OUTPUT I-1 I-2 I-3 T-1 T-2 T-3 O-1 O-2 O-3 Intentionnalité/ réciprocité
INPUT
TRANSFORMATION
OUTPUT
I-1
I-2
I-3
T-1
T-2
T-3
O-1
O-2
O-3
Intentionnalité/ réciprocité
Signification/ harmonie
Transfert/ transposition
Introduction
Développement
Conclusion

Concernant le cas du présent processus de communication, les activités d’input sont les activités qui amorcent le processus proprement dit. Elles sont reliées au principe de l’intentionnalité et de la réciprocité parce que leur but est de préciser l’intention des interlocuteurs et d’obtenir leur engagement pour aller plus loin dans la communication. C’est l’introduction.

Les activités de transformation correspondent aux échanges qui constituent le cœur de la communication. Elles sont reliées au principe de la signification et du sens parce que leur but est de mettre de la clarté dans ce qui se passe entre les personnes, donner un sens à leur demande et maintenir l’harmonie entre elles. C’est le développement de la communication.

Finalement, les activités d’output correspondent aux conclusions de l’échange et sont liées au principe du transfert et de la transposition parce que leur but est le changement, la transposition dans le quotidien des engagements arrêtés lors de l’échange. C’est la conclusion de l’échange.

Le respect de ces 9 étapes vise un but : construire et entretenir une organisation en santé, c’est-à- dire un tissu social, un nous, au sein duquel les personnes, dans la poursuite d’une vision partagée, pourront entretenir entre elles des liens significatifs et satisfaire leurs besoins en toute sécurité.

61

LE PROCESSUS DE COMMUNICATION

Comment ? Pourquoi ? Quoi ? 6. 9. Célébration 8. Décision 7. Proposition 6. Besoins
Comment ?
Pourquoi ?
Quoi ?
6.
9. Célébration
8. Décision
7. Proposition
6. Besoins
Émotions/ pensées
4. Faits
3. Entente
2. Contact
1. Centration
Nous
Impression// Attention
Expression// Intention

62

L’étape 1 : Centration

La première étape pour communiquer efficacement est de prendre conscience de ce qui se passe d’abord pour soi. Rester attentif à nos sensations physiques, à notre respiration et aux autres indices biologiques permet de garder une certaine distance par rapport à nos émotions et nos pensées. Cet état que l’on peut qualifier d’état de veille ou de maîtrise de soi est le point de départ pour clarifier notre intention en regard de la communication à établir. Être en mesure de maintenir cet état dans le feu de l’action demande un niveau de maturité qui vient avec l’apprentissage liée à l’expérience de la vie.

L’étape 2 : Contact

Partager ce qui se passe de significatif au moment d’entreprendre l’échange va permettre d’établir le lien, le contact. La communication réelle passe par le contact réel. Pas de contact, pas de communication. Le contact s’établit quand on se touche sur nos frontières respectives. Ces frontières sont physiques, émotives, mentales et spirituelles. Nous pouvons nous toucher physiquement, montrer nos émotions, exprimer nos pensées pour mieux communiquer nos intentions. L’expression et l’accueil de nos intentions réciproques sont l’ultime moyen pour établir un contact de qualité. C’est la rencontre véritable de cœur à cœur.

Encore ici, l’établissement et le maintien du contact, du lien de communication, est un processus dynamique qui oscille en intensité avec le processus d’émergence et de satisfaction de nos besoins. Il s’amorce avec l’attention que l’on porte à nos perceptions et va se poursuivre tout le long du processus de communication.

Nous savons que nos besoins affectent nos perceptions. Par exemple, si je vais faire le marché affamé, il est probable que je vais acheter plus d’aliments que si je suis repu. Ma faim va éveiller mes sens et je verrai dans le magasin toutes les bonnes choses qui pourraient la satisfaire. La perception déclenche une tension, cette tension commande une action, laquelle va permettre le contact pour satisfaire le besoin sous-jacent. Une fois le besoin satisfait, l’intensité de la tension diminue et c’est le retrait. Puis le cycle recommence. Nos besoins ne sont pas satisfaits une fois pour toutes. Il nous faut les satisfaire quotidiennement. Il est donc impératif d’entrer en contact avec notre environnement pour survivre et se développer.

Le contact réel, c’est une expérience nourrissante.

Toutes sortes d’obstacles vont se dresser sur notre chemin pour nous empêcher d’entrer en contact et de satisfaire nos vrais besoins. Les mécanismes de défense inconscients, acquis lors de nos expériences douloureuses de vie en société, sont les principales barrières. Nos conflits passés non résolus sèment automatiquement la confusion dans nos perceptions et brouillent la claire vision de nos besoins dans le moment présent.

Pour une communication efficace, il est donc impératif de régler ces situations afin d’être plus disponible dans le présent a des rencontres réelles et nourrissantes. L’aide d’un professionnel compétent peut être utile à cet effet.

63

L’étape 3 : Entente

Une fois que les personnes ont amorcé la communication en partageant ce qui se passe de significatif pour elles et qu’elles ont clarifié leurs intentions mutuelles, il convient de s’entendre formellement avec les autres personnes impliquées. Les attentes de chacun conviennent-elles à tous ? Établir le temps dont on dispose pour l’échange fait aussi partie de l’entente nécessaire pour minimiser les malentendus possibles.

Voici un court exemple d’une communication qui s’amorce de la bonne façon entre deux personnes : Jacques et Bérengère. Essayez de repérer les trois étapes décrites plus haut.

Jacques

Bérengère, j’aimerais échanger avec toi pour clarifier quelque chose. Es-tu disponible?

Bérengère

Oui, entre et ferme la porte.

Jacques Bérengère, je suis un peu tendu. Je remarque que j’ai le souffle court et les mains moites. Je crois bien que je suis inquiet face à notre rencontre. J’ai des choses à te dire et je ne voudrais pas que tu le prennes mal.

Bérengère

Vas-y. Je me sens en pleine forme. Ce que tu me dis m’intrigue. Je me sens confiante que nous pourrons régler la situation au mieux pour chacun de nous.

Jacques

Ta réaction m’apaise et m’encourage. Je tiens à garder vivant notre lien d’amitié et j’ai un malaise dont j’aimerais discuter avec toi.

Bérengère

Je suis touché de ton geste. Moi aussi je tiens à notre relation et je suis tout à fait d’accord pour clarifier les choses avec toi.

Jacques

Combien de temps avons-nous ? largement.

Je crois que 30 minutes nous suffiront

Bérengère

D’accord. Il se peut que je reçoive un coup de téléphone important durant notre échange. Ne t’en offusque pas. Je dois y répondre. Ça ne sera pas long.

L’étape 4 : Faits

La quatrième étape d’un sain processus de communication est de distinguer nos interprétations des événements réels tels qu’ils se sont déroulés. C’est très difficile car, en toutes circonstances, nos besoins colorent notre perception de la réalité. L’effort concerté pour clarifier les faits et reconnaître les interprétations qui se profilent derrière notre description de la réalité prépare le terrain pour la suite des choses. Cela requiert un entraînement quotidien soutenu. Dans le domaine sportif, un arrêt d’entraînement de 2 semaines exige un mois d’effort pour retrouver le même niveau de performance. Il en est de même pour des réflexes psychologiques et sociaux nécessaires à la communication.

64

L’étape 5 : Émotions, pensées

Nos pensées et les émotions associées nous renseignent sur l’état de satisfaction de nos besoins. Il existe quatre grandes catégories d’émotions :

7. Les émotions amalgamées à la tristesse. Elles nous indiquent que nous avons perdu une source de satisfaction.

8. Les émotions associées à la colère. Elles nous indiquent que nous n’obtenons pas ce que nous voulons.

9. Les émotions attachées à la peur. Elles nous indiquent que nous anticipons la perte d’une source de satisfaction.

10. Les émotions connexes à l’excitation. Elles nous indiquent que nous sommes en train de satisfaire nos besoins.

Ces quatre grandes catégories d’émotions se déclinent dans de nombreuses nuances qui donnent autant de teintes aux besoins qu’elles manifestent. Cerner nos émotions nécessite un apprentissage qui n’est pas sans douleur. Le contact avec nos émotions réveille parfois de vieilles blessures qui se superposent aux événements plus récents. Distinguer les émotions qui appartiennent à mes conflits non-résolus de celles que génère la présente situation demande de la pratique. Le feedback des autres est d’une grande utilité pour obtenir une vision claire de ce qui se passe pour chacun nous.

L’étape 6 : Besoins

Nos émotions exercent une pression interne salutaire qui nous pousse à l’action pour satisfaire nos besoins. Ne pas reconnaître cette pression conduit à la pression, une façon d’ignorer la pression naturelle de la vie. Cette négation de la réalité va entraîner des comportements dysfonctionnels et un bris des communications. Si je refreine la colère, cette colère risque de ressurgir sous forme d’attaques plus ou moins violentes. Si je refreine ma tristesse, il se peut que je fuie dans toutes sortes de comportements de retrait.

65

LES ÉMOTIONS

(Les émotions sont des indicateurs de l’état de satisfaction de mes besoins)

SAGESSE CONSCIENCE (Risque, contact, sérénité) 5 4 OBJECTION PROPOSITION JOIE Respect de soi Affirmation de
SAGESSE
CONSCIENCE
(Risque, contact, sérénité)
5
4
OBJECTION
PROPOSITION
JOIE
Respect de soi
Affirmation de soi
3
2
EXCITATION
1
0
TRISTESSE
COLÈRE
-1
PEUR
-2
-3
FUITE
ATTAQUE
-4
Envie
Haine
DÉPRESSION
Culpabilité et dévalorisation
-5
INCONSCIENC
Le senti / émotions / sentiments
Le ressenti intuitif
Projet
de mort
Projet
Projet humaine
de vie
Continuum
de satisfaction des
besoins de à survie
la base de la croissance

FOLIE

(0 risque, Isolement, Panique)

E

La peur est le commencement de la sagesse ou le début de la folie !

66

Plus ma fuite des autres ou mes attaques à leur endroit s’intensifie, plus je communique de façon incohérente. Ces comportements vont m’isoler, ce qui risque d’intensifier ma peur d’un autre cran et, dans des cas extrêmes, me pousser à poser des gestes de pure folie.

La peur est un sentiment racket qui cache toujours autre chose, notamment la tristesse ou la colère voire même une excitation inconsciente. Il faut donc prendre le temps de ressentir derrière la peur quelle émotion est dominante pour mieux cerner dans quelle direction agir pour satisfaire mes besoins.

Si c’est la colère qui monte en moi, je peux faire l’hypothèse que je veux quelque chose et que je n’arrive pas à l’obtenir. Si c’est la peine je dois investiguer la possibilité que je sois en train de faire le deuil d’une source éventuelle de satisfaction de mes besoins. Deux stratégies sont alors utiles pour mieux cerner mes besoins. Faire une proposition pour obtenir ce que je veux ou encore m’opposer à une situation, m’objecter devant quelque chose qui me contrarie.

L’étape 7 : Proposition

Dans les deux cas, mon action va me permettre d’élever mon niveau de conscience pour mieux cerner ce que je veux et négocier avec les autres une entente qui satisfasse les besoins de tous. Ces actions vont me permettre de ressentir la joie et autres sentiments associés au fur et à mesure que je cernerai mon besoin et trouverai avec la collaboration des autres les moyens de le satisfaire.

Une fois mes besoins identifiés, il s’agir de formuler une demande claire aux autres. Cette demande ne doit pas être une exigence car une exigence est une forme d’hostilité qui me ramène à un niveau de conscience inférieur. La demande sera donc formulée sous forme de proposition avec évidemment les arguments qui la supportent.

L’étape 8 : Décision

Une fois la proposition formulée, il est important de donner aux autres personnes impliquées dans la communication l’occasion de réagir à la proposition. Cette période d’échange ne doit pas se faire sur le mode du débat, mais sur celui du partage.

Les réactions des autres peuvent donner lieu à un amendement à la proposition, mais pas toujours. Il se peut qu’après avoir entendu les réactions des autres, vous désiriez maintenir votre proposition. Que la proposition soit amendée ou pas, il est utile d’identifier formellement les objections que les autres peuvent avoir et de les ordonner par ordre d’importance. Écrire les objections sur un tableau géant est toujours aidant pour mieux les cerner et en peser le poids.

Une fois les objections nommées et mises par ordre d’importance, nous allons discuter de ces objections en nous demandant comment chaque objection pourrait bonifier la proposition. C’est un travail de coopération où personne ne défend son objection comme telle, mais cherche avec les autres comment l’objection peut bonifier la proposition. Si l’objection n’améliore pas la proposition, elle tombe. À moins qu’elle n’élimine carrément la proposition.

Chacun à tour de rôle est invité à la fin de l’étape 8 à répondre par un oui audible à la question :

avez-vous des objections à la proposition X?

67

C’est l’étape de l’évaluation de l’exercice de communication. Chaque communication est une rencontre qui nous permet de célébrer les gains de chacun dans l’échange et de remercier tous les gens pour leur contribution. L’appréciation est une étape souvent escamotée. Elle est pourtant très importante. Elle permet de clore le sujet et d’éviter de traîner des situations inachevées qui minent notre énergie. Elle permet aussi d’apprécier les talents et les progrès de chacun, ce qui représente une stimulation et un soutien pour s’améliorer continuellement.

Ni Zéro, ni Zorro, qui suis-je ?

La communication sociocratique nous délivre de notre prétention à vouloir tout contrôler. Il y a en chacun un héros tout-puissant qu’il faut réconcilier avec son contraire, un lâche déprimé. La communication selon le mode sociocratique nous ramène à notre condition humaine : ni Zéro, ni Zorro : un être humain avec ses talents et ses vulnérabilités. Un être qui ne se suffit pas à lui-même et qui a besoin d’échanger, de communiquer pour vivre pleinement. Elle nous permet d’exprimer nos limites sans nous dévaloriser et de formuler nos demandes en faisant confiance à la sagesse du couple ou du groupe pour nous aider à trouver satisfaction à nos besoins. Encore faut-il s’ouvrir à cette sagesse.

Cessez de parler et communiquez enfin !

La dictature, c’est « ferme ta gueule ! ». La démocratie, c’est « cause toujours ! ». Avec la sociocratie, voilà enfin une méthode de communication et de prise de décision qui soit à la hauteur des aspirations humaines.

La communication sociocratique n’encourage pas les débats. Elle met l’accent sur la coopération et le partage. Voici quelques avantages de cette méthode de communication :

! La règle du consentement confère la sécurité de base nécessaire pour établir des relations d’égal à égal.

! Elle encourage les participants à s’ouvrir et à mettre tous les arguments sur la table sans crainte d’être jugé ou ignoré.

! Elle oblige à un comportement responsable car les objections seront retenues en fin de compte que si elles sont appuyées par des arguments raisonnables.

! Parce qu’elle favorise l’ouverture, non seulement aux arguments logiques, mais aux émotions et aux intuitions, elle donne accès à de meilleures informations pour prendre une décision.

! Elle fait disparaître les barrières du statut en donnant un poids équivalent à tous les intervenants dans le processus de communication.

! Elle donne droit à l’erreur et met fin à la recherche d’un coupable. Ce n’est pas un processus infaillible, mais il maintient la cohésion du groupe même dans les situations difficiles où le groupe a pris une mauvaise décision.

68

! Elle encourage le développement personnel parce qu’elle valorise l’expression des limites de chacun et invite au dépassement de celles-ci.

! Elle encourage le contact réel basé sur le respect des différences.

! Par-dessus tout, elle favorise la recherche du bien commun car elle oblige les intervenants à explorer des avenues qui tiennent compte des besoins des individus et du groupe.

Le processus de communication selon le mode sociocratique, parce qu’il met l’accent sur la protection des liens sociaux, invite les participants à s’identifier au groupe qu’ils forment, à faire confiance à sa sagesse et à expérimenter une dimension qui transcende l’individualité de chacun et qu’on appelle l’esprit d’équipe. Cette expérience réconcilie l’individu et la société et nourrit à la fois le besoin d’appartenance et de liberté.

69

69 SUGGESTIONS Pour une gestion optimale du POUVOIR (IMPRESSION) Écoute respectueuse de soi-même, des autres et

SUGGESTIONS

Pour une gestion optimale du POUVOIR

(IMPRESSION) Écoute respectueuse de soi-même, des autres et du groupe

! Écoute de soi : Accueillir ses propres impressions : sensations, émotions, pensées, intentions.

! Écoute des autres : Accueillir les impressions des autres et éviter de préparer une « réponse ».

! Écoute du groupe : Rester attentif à l’impact des interventions de chacun sur l’état du groupe.

! Écoute de l’environnement : Rester attentif aux messages de l’environnement.

(EXPRESSION) Communication respectueuse de soi-même, des autres et du groupe

! L’expression peut être verbale ou non verbale.

! Obéir au mouvement intérieur qui incite à parler ou pas.

! Indiquer formellement son intention de prendre la parole et le moment où l’on a terminé.

! Parler chacun pour « soi ».

! Exprimer ses frustrations dans le groupe et faire des demandes explicites à cet effet.

! Éviter les conseils, interprétations, jugements, les tentatives de convaincre, de convertir et de guérir les autres.

(NOUS, LES LIENS SOCIAUX) Confiance dans le processus de développement du groupe

! Rester ouvert à lâcher prise sur sa façon de voir les choses.

! Chercher à s’inclure dans le groupe tout en incluant tous les participants.

! Accueillir les temps de silence entre les interventions.

! Chercher à apprendre de chaque expérience pénible ou joyeuse.

! Se sentir responsable de son succès et de celui du groupe.

! Garder l’entière confidentialité en regard de tout ce qui se passe dans le groupe.

Adapté pour la gouvernance de soi et des organisations des indications du Mouvement vers l’esprit communautaire. (www.mec-

quebec.webcentre.ca/)

SENTIMENTS QUI INDIQUENT DES BESOINS INSATISFAITS

TRISTESSE

!

!

À bout

Abattu

! Accablé

Affamé

! Affligé

! Anéanti

!

!

!

!

Assoiffé

Blessé

Cafardeux

! Chagriné

Démuni

! Désappointé

!

!

Désenchanté

! Désespéré

!

Désolé

! Détaché

! Détresse (en)

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

Envieux

Éprouvé

Honte

Jaloux L’âme en peine Le cœur brisé Malheureux

Maussade

Mélancolique

Morose

Navré

Peiné

Secoué

Seul

Sombre

Souffrant

COLÈRE

Aigri Amer Choqué Contrarié Écœuré Embarrassé Embêté Ennuyé Enragé Exaspéré Excédé Excité Fâché Frustré Furieux Gêné Grognon Haineux Hors de soi

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

Humeur (de

mauvaise)

Impatient

Insatisfait

Irrité

Mécontent

Mortifié

Plein d’animosité

Plein d’aversion

Rancœur (plein

de)

Répugné

Ressentiment

(plein de)

Saturé

Submergé

! Sur la défensive

PEUR

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

Abasourdi

Affolé

Agité

Alarmé

Angoissé

Bloqué

Consterné

Craintif

Crispé

Dérouté

Désarroi (en)

Désorienté

Déstabilisé

Distant

Doute

Effrayé Énervé Étonné Fou Fragile Frousse (avoir la) Gardes (sur ses) Glacé Hésitant Horrifié Incertain Inconfortable Incrédule Inquiet Insécurité Mal Méfiant Mystifié Nerveux Paniqué Partagé

! Perdu

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

Perplexe Préoccupé Réserve (sur la)

Réticent Sceptique Sidéré Soucieux Soupçonneux Stupéfait Sur la réserve Sur le qui-vive

Surpris

Tendu

Terrifié

Tiraillé

Tourmenté

! Tremblant

! Troublé

!

Vulnérable

DÉPRESSION

!

!

!

!

Confus

Crevé

Curieux

Débordé

! Déchiré

!

Déconcerté

! Découragé

! Déçu

Défait

!

! Dégoûté

! Démonté

! Démoralisé

! Démotivé

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

Dépassé

Déprimé

Désarmé

Désemparé

Effondré

Élan (sans)

Embrouillé

Endormi

Épuisé

Éreinté

Essoufflé

Exténué

Fatigué

Impuissant

Indécis

Indifférent

Inerte

Insensible

Las

Léthargique

Lourd

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

Molasse

Nonchalant

Oisif

Paresseux

Pas intéressé

Pessimiste

Piteux

Ramolli

Renfermé

Tiède

Vide

Vidé

70

71

SENTIMENTS QUI SONT DES INTERPRÉTATIONS ET DES JUGEMENTS

Les mots suivants sont souvent employés comme sentiment alors qu’ils sont en réalité des jugements ou des interprétations de ce que l’autre nous fait. Ces jugements ou interprétations peuvent être fondés, mais ils le sont rarement. Il faut vérifier avec la personne concernée. Le plus souvent, les signaux que nous interprétons chez l’autre sont les éléments déclenchant de conflit programmant non résolu chez nous-même dans le passé. Ils n’ont pas grand chose à voir avec la réalité du moment.

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

Abandonné

Abusé

Acculé

Accusé

Arraché

Assailli

Attaqué

Bafoué

Bête

Blâmé

Bluffé

Calomnié

Charrié

Coupable

Déconsidéré

Défié

! Dégradé

! Délaissé

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

Dénigré

Détesté

Dévalorisé

Diffamé

Diminué

Dominé

Dupé

Écarté

Écrasé

Empoisonné

Escroqué

Étouffé

Excité

Exploité

Floué

! Foulé aux pieds

!

!

!

!

Harcelé

Humilié

Ignoré

Importuné

! Inadéquat

! Incapable

! Incompétent

! Incompris

! Indigné

! Insulté

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

Intimidé Invisible Isolé Jeté Jugé Laissé pour compte Lamentable Largué Manipulé Materné

Médiocre Menacé Menti Méprisé Minable Mis en cage

! Mis en minorité

! Mis sous pression

Nul

Pas accepté

Pas aimé

Pas cru

Pas entendu

Pas important

Pas voulu

Pas vu

Piégé

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

Piétiné

Poursuivi

Protégé

Provoqué

Rabaissé

Refait

! Rejeté

!

!

!

!

Ridiculisé

Roulé

Ruiné

Sali

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

Sans valeur

Stupide

Surmené

Talonné

Trahi

Trompé

Utilisé

Vaincu

Violé

Volé

72

RESSENTIS QUI INDIQUENT QUE MES BESOINS SONT SATISFAITS

!

Absorbé

! Affection (Plein d’)

Agréable

À l’aise

Alerte

Allégé

Allègre

Amical

Amour (en)

!

!

!

!

!

!

!

! Amour (plein d’)

Amoureux

Amusé

Animé

Apaisé

Appréciation

(plein d’)

Attendri

Attentif

!

!

!

!

!

!

!

! Au septième ciel

!

Aux anges

! Aventureux

!

!

Beau

Bien disposé

! Bon

!

!

!

!

!

!

Bon vivant

Bonne humeur

Bouleversé

Calme

Captivé

Centré

! Chaleur (plein de)

! Chaud

!

!

Coloré

Comique

! Compréhension (plein de)

Concentré Concerné Confiant Confortable Content de soi

! Courage (plein de)

!

!

!

!

!