Vous êtes sur la page 1sur 15
Rapport n°2.4 Rapport d’activité 2015 sur la DSP transports urbains Rapporteur : Michel LOYAT, Vice-Président _ Date Avis Commission n°2 30/08/2016 — | Favorable Bureau ~|0si0972016 [Favorable Conseil de Communauté 13/09/2016 Inscription budgétaire Sans incidence budgétaire Les dispositions de Varticle L.1411-3 du CGCT prévoient que le délégataire doit produire chaque| lannée & lautoricé délégante un rapport comportant notamment les comptes retragant la totalité des| lopérations afférentes & l'exécution de la Délégation de Service Public et une analyse de la qualité de| service. Une synthése de ce rapport est présentée ciaprés. Dans le cadre de la Délégation de Service Public des transports urbains du I* janvier 2011 au 31 décembre 2017, Besancon Mobilités a communiqué son rapport d'activité 2015. 1, Rappel de la nature du contr: iced Lobjet de la délégation consiste en l'exploitation du service public de transport urbain de voyageurs sur le périmétre du Grand Besancon. Le service délégué en 2015 comprend notamment : = les lignes réguliéres urbaines, dont deux lignes de tramway = les services réguliers « scolaires » urbains (DIABOLO), = le service pour les Personnes 4 Mobilité Réduite (PMR) « GINKO Access » sur les 58 communes du Grand Besancon, = le service a la demande « GINKO Gare » pour laccés a la Gare Viotte pour Ia commune de Besancon, = les services d'écarts (navettes) et services saisonniers, = la gestion de la centrale d'appels, = des services optionnels pouvant étre confiés au délégataire en cours de contrat, = des missions annexes relatives au réseau périurbain : communication, enquétes, études. Le contrat a été signé le 3 novembre 2010 pour une effectivité & compter du Iv janvier 2011 et un achevement au 31 décembre 2017. I s'agit d'un contrat & contribution financiére forfitaire. Besancon Mobilités assume les risques dexploitation et commerciaux liés aux recettes et aux charges de fonctionnement. Le délégataire est propriétaire des recettes commerciales quill persoit. En contrepartie du risque, le Grand Besancon lui verse une contribution financiére forfaitaire, qui est la difference entre des dépenses forfaitaires et des recettes forfaitaires fixées contractuellement. année 2015 est la premiére année pleine d'exécution du nouveau réseau GINKO, mis en service le Ie septembre 2014. Rapport du Conseil de Communauté de la CAGB - Séance du lund 19 septembre 2016 oge n° 109/172 IL Synthase du rapport d’ac A/Lottre de Transport 1. Les kilométres produits Sur un prévisionnel annuel théorique de 6 270 730 km produits, 6 178 664 km ont été effectivement réalisés (-1,47 %). La différence, limitée en 2015, tient compte des accidents, pannes, manifestations, deviations et autres aléas «exploitation, [2015 | Théorique | Réalisé | Trammy | 1101192 | 1090 386 Bus 5128672 | 046493 sas] 40705 _| 6270730 | 6178664 En detail, 'écart de réalisation kilométrique est & peine plus notable sur les lignes de bus (- 1,6 %) que sur le tramway (- 0,89 %), exploitation bus étant notamment plus soumise aux aléas de circulation et ‘aux aléas igs & un parc de matériels roulants plus veilissant. 2. La vitesse commerciale Les vitesses commerciales bus et tramway pour 2015 sont respectivement de 16,8 km/h et 18,1 km/h, Les reports de circulation, consécutivement a la mise en service du tramway, ainsi que le manque diinfrastructures dédiés (couloirs de bus, priorités aux feux,...) n’ont pas permis d’améliorer [a vitesse commerciale des bus en 2015. Des points noirs de circulation ont été identifiés sur le carrefour 8 mai/Nodier, sur les boulevards Churchill ec Blum ainsi que sur les secteurs Gare Viotte, Centre St Pierre, Cité des arts, Rues de Dole et de Vesoul 3. Ladaptation de offre Sur la base des constats effectués sur les premiers mols d'exploitation du nouveau réseau, loffre de transport a été adaptée durant année 2015. Ainsi: ~ Voffre Eté a été retravallée par rapport & celle de été 2014, Malgré une baisse doffre de ordre de 20 %, plus en cohérence avec la fréquentation constatée sur cette période, la fréquentation des mois de juillet et aotit 2015 a été plus importante que celle des précédentes années, y compris durant les années avant travaux. ————Z 1.000 0 wo —so0r wir bu bt tt bat at bat Données issues des cellules compteuses en milers (lignes 1 @ 32 + navette piscine + Ginko Access et Ginko gore) Ropport du Conseil de Communauté de la CAGB - Séonce du hundi 19 septembre 2016 poge n° 110/172 Le réseau de septembre 2015 a été optimisé aprés un an d'observation, de mesures et danalyses de fréquentation du nouveau réseau mis en service en 2014. Les adaptations du réseau en septembre 2015 incégrent notamment la fusion des lignes n° 10 et n° 12, lévolution de Fitinéraire de fa ligne n"22 (passage par le College Voltaire) et des adaptations de fréquences et dhoraires. analyse du Grand Besancon : Les adaptations de offre en 2015 ont été dans le sens de Vamélioration de la performance des services mis en ceuvre en septembre 2014. Ces adaptations ont globalement généré une hausse de la fréquentation. Lioffre bus, si elle présente globalement une bonne vitesse commerciale, subit néanmoins de nombreux aléas de circulation qui impactent sa fiabilité et sa ponctualité. la ion d'aménagements adaptés sur ces lignes, pour améliorer leur performance, doit étre poursuivie (ligne TCSP 3+, priorités aux carrefours a feux, etc.). B/La frequentation I. La fréquentation globale Sur année 2015 dans sa globalité, la fréquentation du réseau en voyages comptables (application d'un ratio de mobilité par titre vendu) est en hausse de 14,80 % par rapport & 2014, passant de 22307 581 voyages 4 25 609 199 voyages, soit 3301 618 voyages supplémentaires. Pour rappel, année 2014 présentalt deux réseaux distinets : ancien réseau de janvier & aod, et le nouveau réseau avec tramway & partir de septembre. ‘Comparée & Fannée 201, dernire année avant les travaux du tramway, qui ont impacté @ a baisse la fréquentation sur les années 2012. et 2013, fa fréquentation annuelle 2015 est en hausse de | 707 939 voyages (+ 7.14 %), Lon 2012 2015 Noyaces comprabies réseau global | 23901 260] 73138151] 21 25.609 199 Evolution par iapport 8-1 3198 419 4.80% Concernant fa comparaison sur les § derniéres années, lannée 2015 est celle qui enregistre les meilleures fréquentations sur chacun des 12 mois, réquentaton mensvela dy ress ot ondance des 5 demieos années tayages complables) | Ropport du Conseil de Communauté de la CAGB - Séance du lundi 19 septembre 2016 age n° (11/172 u ‘Avec le nouveau réseau, si la fréquentation est en forte hausse par rapport & 2014 (& 14,8 %), il est important de noter qu'elle est aussi supéricure de 7,14 % a celle de 2011, derniére année avant les travaux du tramway. nal Grand Besan Le réseau GINKO a donc récupéré et dépassé la perte de fréquentation constatée pendant les travaux. En ce sens, l'année 2015 est une année positive qui confirme et amplifie les premiers bons résultats de 2014. 2. Une évolution du profil des usagers Les abonnés réalisent 83% des voyages comptables contre 17 % pour les utiisateurs des tickets au voyage. Le nombre de voyages d'abonnés ayant la carte Sésame représente désormais 24 % des voyages du réseau contre 20 % en 2011. Les voyages dusagers utilisant les tickets ou les cartes 10 voyages représentent 18 % des voyages du réseau, contre 17 % en 2011, aprés étre montés a 20 % avec le nouveau réseau de 2014, A contrario, les voyages avec la carte Diabolo, qui représentaient prés de 37 % des voyages totaux en 2011, ne représentent plus que 30 % de ceux-ci en 2015 (28 % en 2014). Les Diabolo représentent moins d'un tiers de la frequentation du réseau la oli autres réseaux enregistrent prés cde 50 % de leur fréquentation avec les scolaires. La pare des voyages réalisés par les abonnés Campus (étudiants) ainsi que celle des abonnés Or (plus de 60 ans) reste stable depuis 4 ans (respectivement 16 % et 5 % du total). Méme additionnés aux abonnements Diabolo, les abonnés « jeunes » ne représentent que 45 % des voyages de année. Le réseau compte done aussi une part importante d'actifs et d'autres clients commerciaux. Vorages 1% ‘Comme sur de nombreux réseaux, les femmes sont plus représentées dans les transports en commun de agglomération de Besancon que les hommes (58 % de femmes contre 42 % d'hommes). Le profil « type » du client Ginko est relativement jeune : 58 % ont moins de 25 ans. L'ige moyen est de 30 ans. En termes d'utilisation du réseau, la clientéle du réseau Ginko est une clientéle erés fréquente : 80% des usagers utilisent le réseau de maniare quotidienne, ce qui est cohérent avec la part de voyages réalisés par les abonnés (83 %). Ropport du Conseil de Communauté dela CAGB - Séonce du lund 19 septembre 2016 poge n° 12/172 analyse du Grand Besancon : ‘Avec le nouveau réseau de septembre 2014, le profil des usagers a évolué vers un profil de moins en moins « captif» (scolaires et étudiants). Le réseau de 2015, modifié en septembre, confirme cette tendance, méme si les voyages effectués par des détenteurs de titres Diabolo connaissent un rebond par rapport a 2014. La part des abonnements Sésame (tout public) dans les voyages se maintient & un niveau important, alors que celle des titres au voyage se stabilise & un niveau plus faible qu’en 2014. Une part des usagers occasionnels de 2014, ayant découvert le nouveau réseau, a done basculé en 2015 vers les abonnements, ce qui était un objectif. 3. Une évolution de la fréquentation par ligne urbaine Dans le réseau urbain, en données billetiques, le lignes essentielles ont vu leur frequentation moins progresser, en proportion, que les autres lignes urbaines (+ 5.79 % contre + 6,87 %), si 'on compare les périodes équivalentes de septembre 2014/décembre 2014 & septembre 2015/décembre 2015. Ceci s'explique notamment par les modifications faites en septembre 2015 et notamment avec la fusion des lignes 10 et 12 (+26 ,56 % de fréquentation) et le report de voyages pour le centrewille sur cette nouvelle ligne 10. Les lignes 6 et 14, qui sont coordonnées et dont la fréquence a été inversée en septembre 2015, suivent la méme progression que loffre proposée sur ces deux lignes (diminution de frequentation sur la 6 de 9,09 % et augmentation sur la ligne 14 de 17.62 %). La ligne 3, future ligne en site propre, connait une bonne augmentation de sa frequentation (+ 6,57 %), qui s'est vérifiée sur le terrain avec des bus complets, malgré la fréquence nettement améliorée en heures de pointe. La ligne 22, modifiée pour desservir le collége Voltaire a Planoise, enregistre aussi une tres forte progression de 19,42 % sur cette période. Néanmoins, les 6 lignes essentielles représentent toujours 68 % de la fréquentation des lignes urbaines. Les lignes | et 2 du tramway représentent & elles seules plus d'un voyage sur trois (37,5 % ; ligne | : 22,1 %; ligne 2: 15,4 %). Vient ensuite la ligne 4 qui représente 10,7 % des voyages un jour ordinaire de semaine, suivie par fa ligne 3 avec 8,5% des fréquentations du réseau. ‘éparton des wayages pac type de lanes source MDOD 2018 muignee 136 mUignes 108 15 eres 20 8 24 sm Oiabolo usin Meme si on observe de fagon classique des pics de fréquentation en heures de pointe le matin et le sor, la fréquentation de ces lignes reste soutenue tout au long de la journée. Les lignes de tramway et la ligne 4 conservent par ailleurs une forte fréquentation le samedi et pendant les vacances alors que les lignes 3, 6 et 14 sont beaucoup plus fables. Ce sont des lignes qui ont une vocation plus Gcudiances et scolaires. Sur les lignes urbaines de maniére générale, un dimanche représente 15 % de la frequentation d'un jour de semaine, le samedi 52 %, un jour de vacances scolaires 65 % et un jour ete 53% Rapport du Conseil de Communauté de lo CAGB - Séance du lundi 19 septembre 2016 page n° 113/172 Le ratio « voyages sur kilometres » (v/k) des lignes tramway est nettement supérieur aux autres lignes (entre 8,15 et 8,19 voyages au kilométre sur un jour type contre entre 1,07 et 5,13 voyages au kilomatre pour les lignes de bus) et suit donc la tendance nationale pour tous les modes lourds. Le ratio global du réseau (3,96 v/k) est bien positionné pour une agglomération de la taille de Besancon (selon le GART, le vik annuel moyen est de 3,2 pour les agglomérations de 100 8 200 000 habicants). L’analyse du Grand Besancon : Un an aprés la mise en service du nouveau réseau, la fréquentation par type de ligne urbaine se stabilise globalement, avec le maintien de la forte prédominance des lignes essentielles, méme si celle-ci a été impactée par la fusion des lignes 10 et 12, via le centre-ville, qui a généré un report d'usagers, notamment de Ia ligne 4, vers cette nouvelle ligne. Avec une moyenne de fréquentation inférieure 4 2 voyages/Km, les lignes secondaires 21, 22, 23 et 24 ont une performance globalement plus faible que les autres lignes urbaines. A contrario, sur ce critére, la ligne 3 est la ligne de bus la plus performante du réseau sur un jour type en période scolaire, avec 5,13 voyagesiKm. 4, Zoom sur les P#R En 2015, 61 417 voitures ont été garées sur les PR GINKO. ‘Avec 24 102 voitures, soit 39,24 % de la fréquentation, le P+R Hauts-du-Chazal est le plus fréquenté des 5 P+R du réseau, devant celui de Micropolis (16 788 voitures ; 27,33 % de la fréquentation). Les P4R de Fort-Bernoit (8 920 voitures ; 14,52 % de la fréquentation), TEMIS (6 295 voitures ; 10,24 % de {a fréquentation) et lle-de-France (accessible aux seuls abonnés ; 5312 voitures ; 8,64 % de la frequentation) ont une performance moindre, du fait notamment d'une aire de chalandise ou d'une capacité plus réduite. 72% de fréquentation des parkings relais est le fait des abonnés. En moyenne par jour, 137 personnes occasionnelles ont cependant utilisé ce service. Le nombre de passagers moyen par voiture occasionnelle est de 24. Enfin, avec 11,17 € la recette moyenne par transaction pour le P+R de Temis, alors que les autres Parkings oscillent entre 243 € et 3,47 € par transaction, ce parking, situé au coeur de la zone activité de Temis agit en fait comme un point relais pour le rechargement d’abonnements. Evolution dela fréquentation des Pf parsite nuts du chasa mcopots —Fort Beno —temis ie de France Repport du Conseil de Communauté de la CAGB - Séance du lundi 19 septembre 2016 poge n° 1141172 Le mois de décembre représente un pic dans la fréquentation des P#R des Hauts-du-Chazal et de Fort Benoit, trés clairement en lien avec les festvités et courses de fin d'année, et donc un usage de clients occasionnels. Pour Micropolis, le pic du mois de mai est ié un usage « détourné » du P+R pendant la période de la foire Comtoise. Le P+R Ile-de-France, dédié aux abonnés GINKO, présente quant lui une fréquentation logiquement trés réguligre tout au long de année. L’analyse du Grand Besancon : La fréquentation des P+R sur 2015, comparée aux premiers mois d’exploitation en 2014, reste globalement constante (de 5.000 & 7.000 véhicules par mois selon les mois). Des actions devront étre menées pour promouvoir ces équipements, notamment lors d’événementiels se déroulant au centre-ville de Besancon. Si la clientéle des abonnés est majoritaire (72 %), elle est moindre que sur le reste du réseau (83 %), ce qui correspond bien a lobjectif fixé de capter une clientéle plus oceasionnelle sur les P+R. 5. Des recettes commerciales en hausse Llaugmentation des recettes pour 2015, tous titres confondus, est de 15,24 % par rapport a 2014, passant de 8 866 728 € HT a 10 218 377 € HT. La plus forte augmentation des recettes a été enregistrée sur la carte 10 voyages : + 42,13 % par rapport 4 2014, L’année 2015 étant la premiére année pleine du réseau GINKO, avec notamment la mise en service des distributeurs de titres, 4 chaque station tramway, explique cette forte progression. Les recettes sur les abonnements annuels affichent aussi de fortes augmentations : + 28,37 % par rapport 4 2014. Celle des abonnements mensuels est plus mesurée, bien que notable également : + 1081 % A contrario, les recettes des tickets unité sont stables (+ 0,12 %), la hausse de tarif en janvier 2015 ayant entrainé un glissement de clientdle vers la carte de 10 voyages. Les recettes liées aux abonnements hebdomadaires décrochent (- 11,54 %), ces titres ayant perdu de I'intérét face & la praticité et au coat de la carte 10 voyages. L’analyse du Grand Besancon : Si 83 % des voyages du réseau sont faits par des abonnés, ils ne représentent que 59,8 % des recettes commerciales en 2015. Cette part était de 57,4 % en 2014, La gamme tarifaire de 2015 a permis un léger rééquilibrage entre l'apport de recettes liges aux abonnements, générant le plus de voyages, et celui lié aux titres au voyage, concernant les usagers oceasionnels, 6. La lutte contre la fraude En 2015, le taux de contrdle des usagers a été augmenté de 4 % par rapport a 2014. Cette hausse de contréle s'accompagne d'une hausse du taux de fraude constaté, qui atteint désormais 2,76 % (plus 13 % par rapport & 2014). Les réseaux a tramway sont sujets 4 un taux de fraude plus élevés que les réseaux de bus, le tramway étant un systéme ouvert, en « libre-service » (pas de conducteur- receveur), Les moyens supplémentaires déployés ont donc permis de maintenir le taux de fraude en dessous des 3%, 36 % d'amendes en plus ont été dressées par rapport 8 2014 (7 688 contre 5 662), pour une hausse des recettes des amendes de 59 % (152 027 € contre 95 628 €) Ropport du Conseil de Communauté de lo CAGB - Séance du lundi 19 septembre 2016 poge ot 1151172 Ltanalyse du ¢ sancon : _ Le déploiement de nouveaux moyens de contréle des usagers a permis d’augmenter fortement le taux de contréle, mais aussi par rebond de constater une hausse du taux de fraude, méme si celuisci demeure modéré par rapport d’autres réseaux. Le réseau ne présente pas un taux de fraude élevé. Cette multiplication des contrdles doit se poursuivre sur 2016, notamment dans le tramway et en heure de pointe, pour que la fraude demeure marginale, 7. Des réclamations moins nombreuses & partir de septembre 2015 En 2015, les 8 premiers mois de année restent impactés par Varrivée du nouveau réseau et du systéme billetique, ayant généré une forte hausse du nombre de réclamations 4 partir de septembre 2014. Néanmoins, & partir de septembre 2015, les réclamations sont globalement en baisse de 57 % par rapport & la méme période de l'année précédente. Les mois d'octobre et novembre 2015 présentent méme un nombre de réclamations inférieur aux mémes mois de l'année 2012, voire 2011 pour le seul mois d'octobre, andes ctctamatians Les principaux motifs d'insatisfaction restent sensiblement les mémes que les années précédentes 1. le comportement du conducteur principal contact avec 'usager, le comportement du conducteur, notamment du bus, est souvent critiqué ; avec prés de 450 réclamations portant sur cette seule thématique (53 % de hausse par rapport a 2014), sur | 714 réclamations regues, il 'agit du principal point de mécontentement des usagers 2. la régularité/ponctualité: le sujet le plus fréquent des réclamations en 2014 concernait des problemes de ponctualité et régularité (plus de 450 réclamations); en 2015, avec 350 réclamations sur ce théme, la question de a ponctualité régresse a un niveau inférieur & 2012. Le travail d'analyse de temps de parcours sur lannée et les adaptations de la rentrée de septembre 2015 semblent avoir amélioré les choses sur ce point. 3. es tarts et fa billetique : avec prés de 350 réclamations sur année, ce sujet est bien plus présent qu’en 2014 (plus de 200 réclamations) ; fa hausse des tarifs en janvier 2015, lige a la hausse de la TVA, a amené ce sujet a un niveau élevé dans les réclamations de l'année. 4, Vofire de transport : le nouveau réseau 2014 avait suscité des mécontentements avec des changements dhabitudes de transport ; certaines modifications de lignes ou d'horaires ont été Gtudiées et proposées A la rentrée de septembre 2015. Avec environ 200 réclamations, ce sujet est moins présent qu'en 2014 (plus de 250 réclamations), mais le nombre de réclamations demeure encore bien supéricur & celui des années 2011 & 2013 (en moyenne, moins de 100 réclamations par an). Ropport du Conseil de Communauté de la CAGB - Séance du lundi 19 septembre 2016 poge n* 116/172 _Lanalyse du Grand Besancon : La trés forte hausse du nombre des réclamations constatée a partir de septembre 2014 est en régression sur l'année, notamment aprés septembre 2015, Néanmoins, si cette baisse peut étre attribuée pour partie a des adaptations d’horaires et ditinéraires sur Pannée 2015, et plus particuliérement a compter de septembre, les questions de régularité et de ponctualité, ainsi que de Voffre de transport, demeurent encore a un niveau élevé. Du travail reste done a fournir pour améliorer la satisfaction des usagers sur ces points. En revanche, la forte hausse des réclamations concernant le comportement des conducteurs interroge plus encore, car, plus que la « conduite inadaptée », les usagers se plaignent majoritairement de «comportements inappropriés ». Une action managériale, en particulier d’encadrement et de formation, notamment commerciale, au sein de Ventreprise, devra étre engagée pour rectifier cette situation. Une analyse fine est nécessaire sur ce point. ‘C/_Les moyens de production et le personnel 1. Les moyens de production al Les véhicules ‘Au 31 décembre 2015, 19 rames de tramway type URBOS 3 de CAF et 155 bus (y compris réserve et minibus PMR) sont mis & disposition de I'exploitant par le Grand Besangon, En 2014, le pare de bus (hors minibus PMR) était de 170 véhicules. En 2015, le parc bus 2 fortement évolué : 34 bus ont été réformés et 8 nouveaux véhicules ont fait leur entrée. Avec 147 bus (hors minibus PMR), dont 61 au GNY, le parc de bus atteint progressivement le niveau envisagé suite a introduction du tramway. Concernant la maintenance des bus, le délégataire est confronté a la nécessité dentretenir préventivement et curativement 17 types différents de véhicule, ce qui ne faclite par notamment la gestion de 'approvisionnement en pléces détachées. La tendance du taux de panne pour 10 000 Km est en baisse sur 2015, Tauxdepanne/ 10.000km_ oop oo 9 9 9 8 2 GEE ELE SEE EEE CComparées avec les consommations de 2014, les consommations des bus sont en baisse significative 11,27 %), notamment pour les bus standards gazole (- 15,7 %), moyenne capacité gazole (-8,39 %) et standard GNV (- 16,24 %). A T'inverse la consommation des bus articulés GNV a augmenté (#1434 %), du fait de utilisation plus importante de bus articulés générée par la nouvelle ‘organisation du réseau depuis septembre 2014. Rapport du Conseil de Communauté de la CAGB - Séance du lundi 19 septembre 2016 poge n° 117/172 Cette baisse globale est due & = le nouvelle organisation du réseau (baisse kilométrique et répartition par catégorie de vehicute) = le départ d'une grande quanticé de véhicules anciens et acquisition de véhicules neufs = la réparcition des kilometres parcourus entre véhicules gazole ec GNV L’analyse du Grand Besancon : Le délégataire s’était engagé a améliorer le point noir de la maintenance des bus, le taux de panne étant trop élevé sur les années antérieures 4 la mise en service du tramway. Comme 2014, "année 2015 montre une nette amélioration, certes en lien avec le rajcunissement du parc de bus et le faible kilométrage des rames de tramway. Les investissements en matériels roulants opérés par le Grand Besancon ont perm globalement une plus grande disponibilité du parc et une moindre consommation Energétique en 2015. bl Les dépéts Leeté 2015 a été marqué par Farrét de exploitation du site de Trey. Besancon Mobilités a organisé et réalisé le déménagement vers le dépét de Planoise. Une dépollution des deux cuves de gazole a été réalisée Suite & la fermeture du dépat de Trey, ensemble du parc de bus s'est retrouvé sur le dépét de Planoise. Ce point a simplifié la gestion de la maintenance des bus. En revanche, ce rapatriement 2 eu un impact sur le remisage des bus, espace parking des véhicules légers, les zones de circulation... Ce site est désormais fortement solicit Enfin, le centre de maintenance du tramway a connu en 2015 sa premiére année complete d exploitation, En retour d'expérience, certains équipements méritent d'étre complétés et amélionés pour permetcre que la maintenance soit optimum. ar aver un contra da Maintenance dédl au tramway et un seul dépét de bus, a nécessité un gros travail de réorganisation des Equipes et des métiers pour le délégataire. Ces nouveaux équipements, réalisés par le Grand Besancon, ont permis une nette amélioration des conditions de travail. Néanmoins, il reste encore un certain nombre d’équipements obsolétes a remplacer & terme par le Grand Besancon, dont une partie du gros outillage qui doit étre adapté aux spécificités du tramway. 2. Les personnels La mise en place du projet tramway a eu un impact important sur l'emploi en 2014 (+ 48 équivalent temps complet). En 2015, leffectf total de Besangon Mobilités est stable mis | [ze ee Raa Caan - 0] | npn mf sf TorAL 5) a s| | Rapport du Conseil de Communauté de lo CAGB - Séance du lundi 19 septembre 2016 poge n° 18/172 NB : les cadres du Comité de Direction de Besancon Mobiltés sont des personnels mis & disposition par Transdev et n'apporaissent donc pas dans le tableau ci-dessus qui porte sur les personnels de Besancon ‘Mobiltés au sens strict. Llabsentéisme a progressé en 2015 par rapport & 2014 avec une augmentation plus fortement marquée sur les premiers et derniers mois de l'année. L’analyse du Grand Besancon : Aprés une année 2014 nécessitant une forte évolution des ressources humaines de Ventreprise, tant en nombre que dans l’évolution des métiers, l'année 2015 est une année stable durant laquelle entreprise semble avoir trouvé son rythme de croisiére. En revanche, si Pannée 2014 présentait un taux dabsentéisme faible comparé aux années précédentes, année 2015 marque une évolution négative de 'absentéisme, notamment en fin d’année. Cette tendance se poursuivant sur 2016, et touchant plus particuliérement les conducteurs, des mesures managériales devront étre prises par le délégataire pour inverser cette tendance qui impacte a la longue, de fait, la qualité du service rendu aux usagers. D/-Les comptes de la DSP |. Les principales dépenses d'exploitation al Les achats Le poste des achats consommés comprend notamment le carburant, lélectricté de traction, les places de rechange et les fuides afferents aux batiments. Les achats consommés reculent de 9,7 % en 2015 (- 439 K€ HT) sous effet notamment du retrait des dépenses d'énergie (- 245 KE, soit - 88 %) et des divers achats non stockés, dont le niveau, compte tenu du projet de mise en service du tramway, était plus élevé en 2014, Il s'agit du niveau le plus faible depuis 2011 ‘Montants en ke 2015| 2014) 2013| 2012| 2011 | 2015/2014 JAchats stockés hors carburant | 445] 503) sav] sis] 426] -11,6%6 Energie traction et stations 49g} 217 “ 129,2% Carburant (gasall et GNY) 2ois| 2543] 2818] 2854] 2719] — -20,6% Achats non stock: 1130] 1276] 1071] 1095] 107] — -10,7% Total-Achatsconsommés | 4100, 4539| 4430| 4464) 4216] -9,7% Rapport du Conseil de Communauté de fo CAGB - Séance du lundi 19 septembre 2016 poge n° 1191172 Dans le détail, les codts d'énergle bus reculent de 20,6 % en lien avec les effets prix et volumes = pour le gazole, la consommation moyenne du parc s'établit 45,2 litres aux 100 km (soit une amélioration de 1,3 %) pour un prix moyen annuel hors taxe de 0,97 € par litre. Le prix moyen du gazole recule de Il % par rapport 4 2014 et la consommation moyenne saméliore = pour le GNY, la consommation moyenne du parc s'établit & 61.38 Nm3 (normaux métres cubes) aux 100 km pour un prix moyen de 0.55 € par Nm3. La consommation recule de 3,5 % par rapport & 2014 et le prix moyen diminue de 6, %. Pour Ménergie de traction du tramway, en 2015, le volume d'énergie consommé est de 4 531 870 kWh, soit une consommation moyenne de 415 kWh aux 100 kilométres et un coat moyen de 0,11€ hors taxe par kWh. ‘Au total, les colts d'énergie représentent 6.6 % des dépenses d'exploitation. Pour les autres achats non stockés, les dépenses sont en baisse de 9,8 % (- 97 K€) entre 2014 et 2015, avec notamment : ~ fa balsse de 14,8 % des cots de pneumatiques (- 23 K€), découlant du transfert d'une partie fa production du mode bus vers le mode tramway, = la hausse des co0ts de fournicures bitiments (+ 25 K€), en lien avec Veet année pleine de Fintégration du centre de maintenance et Installation sur le dépdt de Planoise & été 2015, = Ia baisse de 61,1 % des dépenses de petit équipement et matériel (-106 K€), & mettre en relation avec la mise en ceuvre de la nouvelle signalétique en 2014, = Ia hausse des coits de billetterie de 50,4 % (+ 35 K€) découlant du nouveau systéme billettique et des nouveaux supports utilisé Le nce et les services extérieurs Ce poste de dépense augmente de 25,8 % (+ 1218 KE HT) entre 2014 et 2015, passant 5920 KE HT. Cette forte hausse est imputable notamment = aux dépenses dassurances qui s'élévent désormais 4 678 k€. Leur hausse significative (+ 29,7 %) découle pour essentiel de I'évolution de la sinistralité bus et de I'intégration, en année pleine, du systéme tramway. = aux cotits de nettoyage qui progressent de 7,4 % en lien avec Iintégration des rames et le rmaintien du parc bus au niveau de 2014 sur une partie de année. = aux services extérieurs, dont le cout progresse significativement (+ 91 %) en 2015. On note plus particuligrement, en lien avec I'évolution de lactivité et de la configuration de Vencreprise, la maintenance des batiments (+ 99,3 % du fait de Iintégration du centre de maintenance tramway, de la voie et des stations, dans les divers contrats de maintenance et d'entretien), la maintenance informatique (#24 % en lien avec les évolutions des systémes découlant notamment du nouveau systéme billettique), entretien et la maintenance de la flotte (+133 % en lien avec la hausse affichée sur le pare bus, mais principalement avec l'intégration de la maintenance des rames dans le cadre de la levée de Voption n°I de la Convention de Délégation de Service Public). Lévolution du réseau d'un réseau bus a un réseau tramway impacte directement la structure et le coit de ce poste de dépense. LLes impéts et taxes Ce poste s'éleve & | 701 KE et progresse de 3,8 % en 2015 en lien, principalement, avec les taxes assises sur les rémunérations qui évoluent A la hausse sous Feffet de indexation des rémunérations (Taxe sur les salaires : +3,6 %), ainsi que la progression de la CET de 22 % en lien avec Iintégration du systéme tramway. Rapport du Conse! de Communauté de la CAGB - Séance du lund 19 septembre 2018 poge n° 120/172 Les char ane! Les dépenses de personnel, en progression de 2,3 % (+ 585 K€), s'élévent a 25 850 KE en 2015. Sur Vexercice, les salaires et charges augmentent de 0,3 % pour une évolution de la valeur du point 100 de + 0.4 % au Ie" septembre 2015, Ausdeli de la valeur du point, les rémunérations progressent avec les effets en année pleine de la nouvelle organisation, rendue nécessaire avec larrivée du tramway et la mise en ceuvre dy nouveau réseau, Les charges de personnel intégrent, en 2015, un intéressement de 45 K€ pour les salariés de Besancon Mobilités, analyse du Grand Besancon : ‘Sur 2015, les dépenses du délégataire augmentent de | 643 K€ HT (+ 4,96 %), passant de 37103 K€ HT en 2014 a 38946 K€ HT en 2015. Cette augmentation est principalement due aux charges nouvelles, en année pleine, liges a l'exploitation du systéme tramway dans son ensemble, Le différentiel avec la dépense forfaitaire fixée par le contrat en 2015 est de 4.438 K€ HT. Ce différentiel est a la charge du délégataire par contrat. 2. Les principaux produits ¢’exploitation al Les recettes de trafic Les recettes de trafic de 2015 s'établissent 4 9 607 KE et progressent de +7,1 % (+640 KE), par rapport & 2014, du fait de : = lahausse des tarts :+ 3 %, = effet fréquentation : + 4,1 %, Cette progression est trés inférieure & la progression inscrite & la convention initiale (+14,7 %), dans les engagements de recettes du délégataire au titre de l'année suivant la mise en service du tramway. Le niveau contractuel des recettes de trafic fixé a 'avenant n°7 (12. 183 k€) n'est done pas atteint, Au regard des seules recettes de trafic, le déficit constaté en 2015 est de 2 575 ké. L’analyse du Grand Besancon : Malgré la hausse des recettes de trafic en 2015, le niveau contractuel des recettes de trafic fixé au contrat n’est pas atteint. Contractuellement, le déficit qui en résulte, 2.575 KE, est ala charge du délégataire, celui-ci assumant le risque commercial. iL contribution financiée ie stv La contribution forfaitaire versée par le Grand Besancon et comptabilisée au 31 décembre 2015 s'élave a 22 048 KE. Pour rappel, le montant de la contribution du Grand Besancon était de 23 597 KE en 2014, soit une baisse de 6,6 % (année 2014 était une année spécifique du fait de la phase de préparation et de lancement du nouveau réseau). La contribution 2015 intégre fa régularisation du solde définitif de 2014 ainsi que = les modalités financires de Vavenant n°, qul prennent en compte la hausse des tarifs des titres au I= janvier 2015, = les modalités financiéres afférentes & favenant n°7, qui prennent en compte les adaptations du réseau intervenues en 2015, la sortie du dépét de Trey, les modifications apportées a la gestion de lentretien des stations, les prestations fournies par le délégataire quant a la billettique sur le périmétre périurbain et dans le cadre du projet de Transport en Commun cen Site Propre. Rapport du Conseil de Communauté de lo CAGB - Séance du lundi 19 septembre 2016 poge n° 121/172 3. Le compte d’exploitation La situation économique de Besangon Mobilités se dégrade notablement sur exercice, malgré leffet diaubaine du CICE (891 k€) ct évolution & la hausse des recettes. Ce constat découle, a la fois de la forte hausse des dépenses d'exploitation, du fait de Fintégration de Vactivité tramway, et @ la fois du niveau du deficit sur les recettes de trafic. L’écare sur engagement de recettes dégrade dautant le résultat de lentreprise, Aisi, ce cinguiéme exercice d'exploitation de la Convention de Délégation de Service Public genére un deficit, redressé de Meffet du CICE, de 6 121 k€, soit une dégradation de 2 930 k€ par rapport 2014 (Ck. compte d'exploitation). Compte d'exploitation 2015 Detikap.- Avvor proves “0 $6 a3 3 oo TOTALDES CHARGES EXPLOITATION 26 3s%8 eS 3eon03 ecard ate Beer 89180 9607 ecete srvices sofia stoceasonnte 7 ao ae ire expotaton aise nee 2567 mone Iésstat net 26 13192-20003 33687-91007 “61210 Ropport du Conseil de Communauté de lo CAGB - Séance du lundi 19 septembre 2016 poge n® 1220172 L’analyse du Grand Besancon : _ Comme tous les ans depuis 2011, le compte d’exploitation du délégataire est déficitaire, pour deux raisons majeures : une sous-estimation initiale de ses charges forfaitaires contractuelles au regard du service a effectuer, |- une surestimation initiale de ses recettes forfaitaires, notamment durant la période des travaux du tramway, estimation basée sur une hausse des fréquentations alors que dans la réalité, la fréquentation aura été a la baisse sur toute cette période. En conséquence, la contribution financiére forfaitaire contractuelle versée par la collectivité, qui résulte de Ia différence entre des dépenses forfaitaires et des recettes| forfaitaires fixées par le contrat, est ainsi inférieure au besoin de financement réel de| exploitation mise en ceuvre par le délégataire (différence entre les dépenses réelles| exploitation et les recettes commerciales réelles).. En 2015, le résultat net de Besancon Mobilités, redressé du crédit d’impét pour lal Jcompétitivité et l'emploi (CICE), est ainsi de -6 121 K€ HT. La situation économique déficitaire de Besancon Mobilités s’aggrave, et ce malgré la| ltendance positive sur les recettes de trafic sur année 2015, mais qui n’atteignent| [toujours pas le niveau des recettes forfaitaires. L’année 2016 aura done pour enjeu la recherche d'une meilleure mattrise des charges| exploitation et une nécessaire augmentation des recettes commerciales, afin qu’un| rapprochement puisse s'opérer avec les dépenses forfaitaires et les recettes forfaitaires inscrites au contrat actuel, qui s'achéve le 31 décembre 2017. Sur proposition du Bureau, le Conseil de Communauté est invité a prendre acte du rapport dactivité 2015 de la DSP Transports Urbains, Repport du Conseil de Communauté de lo CAGB - Séance du lundi 19 septembre 2016 poge n° 123/172

Vous aimerez peut-être aussi