Vous êtes sur la page 1sur 120

GEORGES PÂNTILLON

SOLFÈG E

120« mille

Prix: Fr. 2. -

ÉDITEUR: G.A.PANTILLON

CORCELLES SUR NEUCHATEL

Bibl. cant.

US

Kantonsbibl.

1010E14070

GEORGES

PANTILLON

LES PREMIERS

ÉLÉMENTS DU SOLFÈGE

ET DE LA

THÉORIE MUSICALE

PREMIER

VOLUME

ÉDITION EN CLEF DE SOL

120<= MILLE

(

? * ÔJ•)

Ouvrage adopté par le Département de l'Instruction publique du Canton de Neuchâtel

Exposition Nationale Suisse, Berne 1914

MÉDAILLE

D'AROENT

La plus haut* récompense attribuée à renseignement musical

Prix: Fr. 2.—

PropriiU de TAuteur Touts droits réserves /our tous pays, y compris la Suide, la Norvège, le Danemark et la Hollande

Q. A. PANTILLON ÉDITEUR LA CHAUX-DE-FONDS et CORCELLES près Neuchâtel Suisse.

a. A. P. ua

C WW)

La Direction de l'Instruction publique, au vu du Rapport de la Commission des moyens d'enseignement pour les écoles primaires françaises du Canton de Berne, décide:

L'ouvrage intitulé: Les premiers éléments du solfège et

de la théorie

titre facultatif, dans la liste des moyens d'enseignement pour

les écoles normales du Jura bernois.

musicale par M. G. Pantillon, est introduit, à

BERNI

Le Directeur de l'Instruction publique:

•7/iU

LOHNER

Sur la décision de la Commission des moyens d'enseigne-

ment pour les écoles primaires, nous déclarons obligatoire

dans les écoles primaires françaises

«Les premiers éléments du solfège et de la théorie musi- cale», I er volume, par Georges Pantillon.

du canton, le manuel:

BERNE, le 23 juin 1925.

Le Directeur de l'Instruction publique:

MERZ

PRÉFACE DE LA TROISIÈME ÉDITION

En publiant, bien plus tôt que nous ne l'avions prévu, cette nou- velle édition des «Premiers éléments du Solfège», qu'il nous soit permis de constater avec quelle faveur empressée et enthousiaste les première et deuxième éditions ont été accueillies par la presse, par les pro- fesseurs de chant et directeurs de musique, par les sociétés chorales et le public en général. De nombreux témoignages de satisfaction et d'admiration sont parvenus tant à l'auteur qu'à nous-mêmes. Nous ne résistons pas au plaisir de publier ci-après quelques passages détachés de ces lettres, dont quelques-uns caraclérisent les différentes qualités qui ont motivé le succès rapide de cet excellent

ouvrage. LES ÉDITEURS: Delachaux & Niestlé S. A .

Je vous renouvelle toutes mes félicitations pour cet intéressant et utile travail. Si j'ai publié l'article du «Choralien» dans le Bulletin, c'est précisément parce que je connais votre œuvre et que je l'ap- précie à sa juste valeur.

Signé: ED. QUARTIER-LA-TENTB,

Conseiller d'Etat, Directeur du Département de l'Instruction du canton de Neuchûtel.

publique

J'admire l'habileté avec laquelle vous conduisez l'élève d'une notion à l'autre, tout en ménageant son effort et en lui apprenant les choses une fois pour toutes. Votre excellent ouvrage est une illustration de la thèse soutenue par M. Marcel Prévost: «Le seul utile livre de classe est celui qui grandit avec l'enfant comme un bon petit camarade.»

Signé: R. PLAMONDON,

Ténor de VOpéra et des concerts Colonne.

Le compliment le plus sincère que je puisse vous faire sur votre solfège, c'est de vous dire que je l'ai choisi pour enseigner à mon fils les premiers éléments musicaux.

Signé:

MARCEL HC-UDRBT,

Violon-Solo de l'Orchestre

Lamoureux.

Ce sera un grand plaisir pour moi de l'enseigner à ma petite fille.

Signé:

LOUIS FRŒLICH,

Professeur au Conservatoire de Genève.

4

Le manuel de M. Q. PANTII.LON contient cette méthode «unique* et «définitive que tous les maîtres de chant appelaient de leurs vœux et à laquelle beaucoup avaient cessé de croire.

 

Signé:

M. GIRARD.

Il est merveilleusement

gradué.

 

Signé:

Ch. FURER,

prof.

Je trouve vos «Premiers éléments du solfège» exquis de simpli- cité, de clarté, et de fraîcheur enfantine. Voici quinze ans que j'en- seigne le chant et j'ai cherché en vain, pendant tout ce temps, un ouvrage rationnel de solfège. Enfin le voici trouvé 1

Signé:

G. MAYOR, prof, à Montreux.

ans

font leurs solfèges selon votre méthode. Le résultat est mathéma-

tiquement

le 3e au No. 164. J'en suis

No. 99,

Savez-vous

garanti.

que

La

chaque

première

jour

est

mes

au

Signé:

enfants

de

3, 5

et

2 e

au

7

vous.

professeur.

No. 54, ie

grâce

HAENNI,

à

ravi. Merci, c'est

G.

à

Votre ouvrage

me semble

la cause

de l'enseignement

destiné à rendre de grands services musical.

Signé:

M. H. SALLAZ, prof, à Locarno.

Je

suis

enchanté

des

ésultats

que,

d'emblée,

j'ai

obtenus.

Signé:

A. BÉQUELIN, instituteur.

Le grand mérite de cet ouvrage est de présenter les difficultés de façon si méthodique que l'élève passe de l'une à l'autre sans

s'en

Les canons et les exercices à deux voix font la joie des écoliers.

douter et sans

l'aide du

maître.

Signé:

Q. ROULBT, instituteur.

Tout mon compliment

encore; c'est

un petit

chef-d'œuvre.

Signé:

L. Hi€MMBRU, prof.

Ce manuel

est si méthodique

qu'il me

paraît être appelé à une

facilite

rapide diffusion, pour le plus grand bien du solfège

et simplifie

dont il

l'étude.

JAMES JUILLBRAT,

Professeur

à l'Ecole

normale

de

Porrentruy.

PREMIÈRE PARTIE

INTRODUCTION

On écrit la musique au moyen de signes spéciaux.

Dans les exercices de solfège suivants, on voit des portées, des clefs de sol, des notes et des doubles barres.

§ 1.

La portée est composée de 5 lignes.

est

La ligne du bas s'appelle

la

5 e

la

/ • ligne; la ligne

du haut

ligne; les autres sont les

2 e , 3 e et 4 e lignes.

5'

4*

3-

2-

1*

ligne

.

.

.

.

L'espace compris entre la I e

et la 2 e ligne s'appelle

le

/"" interligne; entre la 2 e et la 3 e ligne, le 2 e interligne, etc.

^^^^Z^^H^^ZHH^^Z.

4* interligne

3-

1"

.

§ 2.

La clef de sol

chaque, portée.

est placée au commencement de

§ 3. Les notes , qui ont ici la forme de gros points,

sont placées tantôt sur les lignes de la portée, tantôt dans les interlignes, tantôt au-dessus ou au-dessous de la portée. Les notes sont appelées do, ré, mi , fa, sol, la, si .

ligne de la portée s'appellent mi.

Les notes écrites au-dessous de la I e ligne s'appellent ré.

Les notes écrites sur la I

e

6

Les notes écrites au-dessous de la I e ligne et traversées par une petite ligne (ligne supplémentaire) s'appellent do.

I ¥

mi

do

do

mi

Exercice. — Lire les 6 premiers exercices de solfège en nommant les notes.

Les doubles barres qui traversent la portée indi-

quent la fin de chaque exercice.

§ 4.

double-barre

Après avoir appris à lire couramment les notes do, ré, mi, l'élève pourra commencer à solfier.

1.

m

do

m

m

mi

2.

%

§ 5. Les notes écrites dans le 1 er interligne s'appellent fa.

I

fa

fa

«P

10.

«•

w m

11.

12.

 

»

~w~r

13.

fr

^.•m^ m

§ 6.

, 14.

Les notes

écrites sur

la 2 e ligne s'appellent

sol.

pu sol

sol

15.

I *

m

î"

18.

,,

m

m

,

16.

19.

Ü I P

**»

"

8

21.

22.

m

«f

g

-•-

*

^. ^

••-

•••'.•••m^ß

§ 7. Dans les exercices suivants, il y a trois nouveaux, signes: des barres de mesure, des noires et iç . La barre de mesure est une ligne qui traverse la portée.

barre de mesure

Entre deux barres de mesure voisines, il y a un espace qu'on appelle mesure.

La noire est une

note qui a cette forme-ci J

ou | .

Dans l'exercice n° 25, la

I e note

est

un do-noire, la

3 e note est un ré-noire, etc. ïj : signifie que toutes les mesures, qui

suivent ce signe

doivent contenir 2 noires ou l'équivalent de 2 noires. § 8. La mesure se divise en parties d'égale durée, appelées temps. En chantant les exercices suivants, il faudra battre la mesure c'est-à-dire indiquer chaque temps par un geste de la main. La mesure à zç. est une mesure à 2 temps; chaque temps

correspond à une noire. Le 1 er temps s'indique, en baissant

la

main, le 2 e temps

en levant la main.

33 *

26.

J JIJ Jl J

'ii'^J-J-U

27.

^

S

^

'j-iUi'^i.^

28.

J

Lu"*«i J'J^i

=3=

J J I J

30.

JI £

J

^S

J Jl J JI J. J.

=3^

§

9.

La blanch e est

une note, qui a cette forme J ou f ;

De mSme, une pièce

elle vaut et dure autant que 2 noires.

de 2 francs

vaut autant que 2 pièces de 1 franc.

On battra 2 temps par blanche.

10

I

31.

$

P^

I

I

i

I

35.

q=3=

36.

3=

fe^

pi

In

32.

 

^

^

 

^

 

3==£

 
 

34.

i"*

i'i'J' j

 

^

^

^

j JUIJ

j

 

S

=?

^S

38.

5=*^

mz

2

^

^

3?

=3=

•3=

"3=

11

i

l

$ J

i

i

äs

=3=

3=3E

Q

i

40.

*

JIJ

jl J

=3**^

41. Canon. 1 ) C

J

ï*^

42. Canon.

J 1 J" 4 J

J I J JUU

JIJ JIJU

3=m

43.

Canon. m

3**$

44. Canon.

^=£

3=

s

5

') Les exercices intitulés «Canon» peuvent être chantés à 2 voix, comme l'indique l'exemple suivant:

!•

voii

2« voix

Les 2 voix exécutent la même mélodie, mais ne la commencent

pas au même moment; la 2<= voix ne fait son entrée que-lorsque la

I

e

voix arrive à la lettre C.

12

Tierces I. III.

i

$

$

46. Canon.

=3=3=^

c

j

jlj

m

^l^ ^

46. Canon.

jijju ^

47. Canon.

i l|4 i'i

C

ja

ÄE

jN jlj, JNI

^

*

^

flïJjNljlj

3=

49. Canon. C

« 3=

J J'iJ' J

J' i

I •jljlij. jl jl J J N1 J JIJ

50. Canon.

51. Canon.

il

^

=3= m

E

5

m,

53.

ïj.

Jlj,

jNU

13

i

3=

56.

T

§

= *

.

I

10.

o

'

é

^m

=3=

J JNI j

JIJ

J I J

w&

J

I

«=«==

mm

=5=

3=

PPPi*

Le signe \ (ou V) s'appelle soupir.

Le soupir

indique qu'il faut cesser de chanter; il indique un silence qui

dure autant qu'une noire, c'est-à-dire un temps.

57.

jËpJ j

i

^

^

3=

M j M J H J IIJ

^

58.

=5

fljlj

59

WgÊÊi

j M j

M.llï i"« i

s

^UP

p

HJ

tlj^ t

14

I I W

3=*

^S

I 3=^

i

^

5=

B

jIJ j

pi

 

A

63.

'

j

=3=

JNUTT^I

JI J

JI J

J

^

61.

^

^H^ g

62.

^

*

3=

=3=

gJ>l ^

^

§

11.

La rond e o

3

ÄF

est une note qui vaut et dure autant

que 2 blanches, ou autant que 4 noires.

On bat 4 temps pour

Au

la ronde.

des

commencement

exercices

retrouve plus la fraction ^ ;

on

y voit

n os

qp

64

ou

à

S .

Les mesures qui suivent l'un de ces signes

4 noires ou l'équivalent

de 4 noires.

72,

on

ne

contiennent

mesure

J

ou

S

est

une

mesure

à 4 temps.

Le

La 1 er temps

se

bat

en baissant la main; le 2 n,e temps,

en por-

tant la main à gauche; le 3 m e temps, en portant la droite; le 4 me temps, en levant la main.

main à

4

15

§ 12. L'élève connaît maintenant la noire, la blanche et la ronde. Le petit tableau suivant, qui peut être reporté sur des morceaux de carton, donne une comparaison des durées des notes connues:

La ronde

vaut 2 blanches:

J

J

ou 4 noires:

J

J

J

J

H

Il l

1

S» *.J« '° '" '-'»'-UJ.i-U ^ "

65.

S E3EÈE

Ü Z

I

i

^

67.

ES

J " J

Canon.

C

¥

ï

4

°i j

J J

66.

Canon.

3=

J

^m

68.

"^Ji

3F

c

? s

Pi

16

i S

^S

^S

I 69.

^

I

I

i 5

I

^

Canon.

^ 3=

70.

S

J J J I J J

Canon.

3=3=

!

S

UÈÊ

mm

i 1

j j.

71.

Canon.

m^

^

J J j

72.

JTJ

j

^

j j j Jljl'^1 jgl^ g

i i ] J J

73.

3EE£ ^

P

j J11 jit J J jU J j

jljjjlj l

§ 13. La paus e •—• est un signe qui indique un silence équivalent à la durée d'une ronde (4 temps). La pause indique aussi le silence de toute une mesure, même s i la mesure contient plus ou moins que la valeur d'une ronde.

Ire voix

2 me

voix

I

Exercice

74.

3E

S 3=

à

2 voix

^

=3=

^

I

I

I I

g

'

^

JJJ !

o

*

75.

ï

3 =3=

=3=

3

^

^—rt

g

tf:

'J

J

J 1•

J

-J—a»— K m-

j J J^T^T

^

^

^F

18

DEUXIÈME PARTIE

lent

§

la.

76.

14.

Les

Canon.

C

notes

écrites

I

la

dans

la

le

2 e

interligne

=3=

Canon.

5

Ü

77.

=3=
I

|

J

JIJI J

3

78.

Canon.

3*=*^

t^EgE

ïœ

ü

JiJ

JU

JN

i p

J - 1

J

»—v

^

^

3

^

79.

S

^

^

80.

Canon.

j

J

Jil J

^s

J

J Jl,i J

Jil J

J

81.

i

=3 ,

j

JU j

JU

s'appel-

3=

19

i j PI j-jjj j J i j

J

J

j "

I

j

I

3

j

.

84.

i

J

J

J

3

J

j

J j

J

J HJ

83.

NI"

j

j

J

 

JIJ

J

jU j

J'J

Tierces II, IV.

S33E

J'ii 1

j

J j

J

SI

i

"jJ

S

i

I^P^

86.

^

J J

jlJI"i J

J J j

JUIJ j

j

J

20

I

m

i

a

j

j

jiü *

ju

JJ^P

87. Canon.

gg

Hijji j

<§~j N 1 j

-i 1J J N.UN i

i

I

I

g

j

g

Jl J Jlj.

J l J

JI J. p

J Jl J

j

j

i

J i

90.

* iL

Jl" j

j

88.

II I ^

J I J g

^

11 j

*

Jl,) J

89. Canon.

g j

^

j

J

J J

J^

^

JU B

§ J J MJ j

J Jl j

§ J j

j

tmi

J J • N j

pupi

21

§ 15.

Le

La mesure à j p contient 3 noires ou l'équivalent C'est une mesure à 3 temps.

bat en

de 3 noires.

baissant la main; le 2 e temps,

en portant la main à droite; le 3 e 'temps en levant la main:

1 er temps se

m

m

iii

<

• '

=3=3=5=

2

ESÈEgE

=Q

93.

.J. J

.J.

^S=

g)

S

j

j jlJ j jl^HH |

Ü

 

J| j

i|J

j

j

JUI N

j

J

^

g

•• =0

J

*

=S

j

*~

3~

J[J 1

j

=3=

22

=5=

5

=3=

^a^

j

j i j ti? j

j

i j

ni

i ji J

I J J J i

j

j

i j

j

jj p

 

PPP

 

J

J11 Ml

§

Les

16.

Les notes

écrites sur

la 3 e

ligne s'appellent si.

notes écrites dans le 3 e interligne s'appellent do.

I

si

do

NB.

entre ce

Faire remarquer à l'élève la différence d'intonation do et le premier qu'il a appris.

É 99.

si

do

ï 11 j 1 j 1J N1 \ 1 r 1 r 1 r 1 \ 1

Jljljljlij j jlJ ^l J

r ^

23

I

I

*

I

p

i

ël

2=£3

101.

J. " 4 i

gg

^s

m

i

ji j i

m

^

jij

j J

gag

jIjiji j

ji g

^

BT

#

^

^

3?

m

Exercices à 1 ou 2 voix, à volonté.

ê l03.

a

j ,

=3=

j

^_ ^

Ji J -* rir

Ö

^

r J N

J J tl j J

s

i

=3=

24

f

105.

Q™-

_

,

_- ,

•ft"

-

1

"

l i

f

i

J~^~JI j

J

* l •

$

1 J -M-J j

^r

j

r

J J lj J 1

lr

r*

J

JiJ

J?

|

i

§

I

17.

j

Jl~j J J J

3 C

La demi-pause -—- est un signe qui indique un

silence équivalent à la durée d'une blanche (deux temps.) La demi-pause remplace deux soupirs.

É

107.

s 3F

§

108,

-

3=

5

£

£

25

$7 r J N % j I JI j

I

HI

-u -

p

CJ

Z

—_

j

i

I J j

"I3 i

-d

Ji -Ji - J J i r

ft 109 -')

P Î J Jlj I

I-J J jlj

*

j

ffN

4=

B*M

1 1"

—J-T

—J—J"

N

N

J'

a

.

J J Ji

J.J J 1

-s

h-1—

Ü=J=^

= =£=^

-

à »

*

-

1

à

- —

r>

m

1

m

w

m^ fi

H

Ï"

'

') L'élève trouvera l'intonation du sol en chantant do, ré, mi, fa, sol, ou bien do, mi, sol.

26

111.

m g I p g JIj

J

J-NJJ J

J

J j

j

Epp i

j

J

I

$ ^m

î

112.

m r»,

_

-

fl

is

*Jjjlj-l l

§

18.

pointée: J.

La blanche suivie d'un

blanche

La blanche pointée dure autant qu'une blanche

point s'appelle

et une

noire,

ou autant

que

trois noires.

On compte

trois

temps pour la

J .

Une blanche pointée

J-

vaut 3 noires:

J

J

J

%

-J.«

* m

P=£

Pu

lAiTJTJ

J

-N

J

j

, g* '

al

^

S

27

*

=

^

=f= l

.

J 1

va

m

 

"1—I—f

a

i

M «<—•—

,-J-J

-«—•—•

A 114.

J

!j

_

1

*

"

J ^U l[

3=*

pH

^

^

jN-l j jlJjpp

^

- s^

a

SE

~cft~

I " 1J '

I

^

p

i

118.

9F=r

JIJ

J ji^j j j lJ J J J

^

^. j I j. j N- j I J- M J- J I r

r

r

t

4 _

i

28

j J JJ

TT

I

A

119.

»

J

W^

"*

a" 1 """* - !

JfPPÊ

Quart e

V.

J l^J=J^

121. izi .

120.

Canon. oanon.

I

g i

^ a

=3=

C u

i zc==z i

e

122. l a

Canon oanon.

g r

i

J

i_,

p ï r J ir

^

Jij-ü l

I

r ^ J Jlj J jljl i

p

jlJjH

|

j u JiJif

iipir

r<ri J J i J J

 

-

J jijji^n n m

Jirir

r 1

I

j

j

j i J. ij

J11g[•iJ gm

29

Quinte I.

W*

I 125.

§

i

i

I

I

I

i
i

S =?

p

m

,, 126 -

,

JJI^J JHI"J jl^-U j

S =3=

=E=g^=gE=gE=gE=3

128.

4

•i * 'J- g '9 '

^

i

=2

g j

g o

Jll j

^=3=9

J-P-IH^P

=3=

127.

S

3=

3

129. " i-j—j g i J m E=S

«

3=

^B

I'iJ'" 1 J^=^

i 130.

I

3E 3=

3=

Octave I.

131. 3=

=5

SB

3=

3±3=

30

*•

5

w

i'^U'^ i

im

=3?

^s ^

1 J

ï

Jlj

p

»

i

JIJ m

E S E ^ E

3=^

=3=

133.

«i r

Ji j

m

=3=

S

pi

5

j

^ >lt

JIJ

i

J! 3=

rrl J

g »i g

JJJi'J.

$J.JJij j.rljjjl J

rB

'g

^

1

a

il

31

§ 19. II arrive quelquefois que la première mesure d'une mélodie est plus courte que les suivantes; cette mesure in- complète s'appelle levée. Dans les exercices suivants, l'élève complétera mentale- ment la première mesure en supposant un ou plusieurs soupirs pendant lesquels il battra la mesure.

136.

| 1JI «JI *jE££*f

| J H J1 f'M

3 3F

3

J Ü

3?

=3=

J ! Jl J i^ J

!

JIJ

138.

r ^

i

j

3

^

m

^

^

^

i

m 5 j Jirllï j jlJt^-Jîx

j

fcp

Ji J

p

J

j-i < J

Ji J =3=

s

J | J -| -

J

J | J

£

^

J >

32

pm

I

i

l

i

141.

3S

142.

3E£

3EÖ3

«

3

^

^

=S

i =r=?

P

p

-fi^-

ä

•i JUr u

Œ

=S

^

ÜÜ

^

^

^ S

=H

Up

33

TROISIÈME PARTIE

Tierce VI.

143.

% ^m

&

J J J j l

i 3E=

A 145.

I f—É

|

*

pc=^p:

144. t

*

,

gg J \ I î f r ^l J

S*

Ë

^

^ J U

J]J | j| J i|J= g

=5

146.

£^È3

*

ï

|

J

I

jljj j

Ü

jl j

^

JZZZZZ32

4

h

1—r-Ti-1—i—rl-1—r-Tn—n

(h— g—«- J-*-?--— • •

*--— •

*-— -4-ü- j

i

147.

SE

Tierce V.

^

3==E

34

J J J J

J

J

J

3=3=

J

148.

I

j

^s

149.

B

g J

^

-o—d—+-

J j JU J j

^

3=^?

o

»

^

32

—« ~

^

jil É

150.

=3=

^

-Ô—i

#

^

^

3^="

Jl

a

JU

 

^

^

-

'

^

^

S

-J—f

J—u

»

Spï

^

llJr J

~m

- '

1—m

J

*

JM

'

l~"~i

J

J

f"

'

U

«LUl j . jl j

J

JU '

"

35

I 152.

m

I

|n

i

PI

^

^

i

I

l

I 3 =

é

'

g

s

3=

5 5=

S

=2

^

^

3E=EÈg

3=

f

S

m

j

i j

S

154.

=3=

155.

B

-

5

3

^

f

s

£

J E

36

I

156.

Quarte II.

1 J jlj . *NJ

jlj t ?U

J j

j

m

i

I

I

5

^

^=H

3=0

^=3=

3F

157.

s

^

158.

É=i^=0

gE 5E£ EP£ E5EÖ E Ö

3

S

^s

S

150.

3=

W&

teEÖ

£E±= Î

5

160.

I 3E3E

=3=

l £^3 =3
I

^il

»j

OEÎEEg

j

3

161.

S 3=

nr —i—^ ^

fH

i j

m ^

J r J N

j

162.

s

3=

Jij ^ =3=

37

"AT

"—•*"

j

i j-

J—•-

—1—1

^ J l

—ai

1

—i—1 —

IU J J

iM=J= =±y=*

Ü=s

—h

-J-

Quarte III.

É 163

I

i

 

-

 

,

,

"

i

Jl M

IJ

 

i j 3

 

j j 11 J

I

r i J i

J

I

I

B

164.

=3F

=3=

1

j

J 1

J

JI û J

1

y=-y

I

— 1

%J

•lu

J

J U

165.

g

jip

JiJ J=

J

I •*

é

J I J_ J—J-

^

j

HJ j|J

jl^ p

38

=N i — * — —

*M

*

j

-j—

'

j

-]•—i —

j

a=i==

J — a

j—> -

4=5= =J=W=±=

i

>

-«1-4—

" •

j

j

Jij j Jij jji-j

ri J rir

i S

i S

166.

167.

5

I gËS

5

$

=3=3=3

i S

i

i

5==^

• ^

a J-'J.'

$

168.

169.

5

-«M- Ï

J JIJ. *11 Jt

ü

==£

W^£

3-:

S

=3?

39

ipm

B^

Ç

S

=3=

yr~jT7

^

a

a

§ 20. Lorsque deux notes de même nom et de même hauteur sont reliées par une liaison -—-, on les appelle notes

note s'ajoute à la durée de la l re

note; en chantant la 2 me note liée on ne répète pas son nom.

liées. La durée de la

2 me

i g

«UJ

fa.

170.

la_

fe

ef non

JJjJ I gJ-« 1

fa

fa

la

la.

ÜÄ4

I

I

171.

p3

JUIJl J J lf-TÏ

^UUMJM ' jJjJ^I«^**!**

i«ü^

172.

JIJlJli»j."4^i j J!J pifTf

P

I

f

II

173.

5

P

I

>

ß I I»

Jip

3

40

ss

i SjPP

I

175.

32E

°J- J

3 S

t

3ZZS :

a

r

^

J' J

S

Ö S

" P ~

^

•1JI r

» "

g

176.

j

j

ju

Quarte I.

J

Jij ^

^s

Jl J J J

jl j

^

^

JC

i i j

=2=

a

i

^

¥

^

^

3=

J ü

^

41

I -i "J. "J- é

Î

i

i

^

177.

g

i

^

i

J i

J'J. j

178.

J J.

wm

^

i

J|

i

J M i

^ 3

3

3=

179.

^

£=?=F^

5=

^

3F

=3F

3gEÜ

j

^

3=

^

i

3=

j

| J-1 J I

% # = £

180.

ÖEi3E3

t S

I

181.

=5

^ H

m

â=ï

^

a —

^ * 3

42

A

1ÖZ.

JUIN ?

JUITTtJI J

I

I

75

183.

p~

EOF =3= £

3=

=3=

184.

ï 185.

J

J

|

J P

J|J-| f

J J Jl ,

J I J

=3=

Jl J J JgH

Ö

I

I

I

3=

J j

Ü U

^

^

ji•

J jij.•

JN^p

iu"

il .ill J

p

ji

i

i

^

^

=3=

=3 F

=3=

^

«i

J

43

I

ei

m

=£

=g=?

J- «J

188.

*

I

I

I

i

i

i

i

i

=3=

£

£

=3=

j

p==^

S

3=

189.

<?

J

J

j >u j

fl

190.

£3E

=5=

J.

-

3 1

^

J

^

^S

a <1>

^

a

191.

Quinte II.

S

^ iËE=g 3=^=£

Ö

*-*-B >

J' i

J

^^a

£^3

J

3

j

.

i

g

J U

^

^

44

gum

i

i

3F

3

i'i'U'i-

É

193.

mm

É ^

p ^

=3=

3=^

3

HE

=3=

192.

S

3=^î

^s

3=

194

^q^MMt^H

j=3=3

^

J J JU J jNdLJ ^1 J

i95 -

,

J

J

*

I

$

196.

: FF=y

3 r

r

J

1

?

^

^

Quinte IV.

j j

£

J J1J. t * ^ £

35=

45

I

i

J JJ

^

3

»

197.

3=

^ r

^

198.

^

^

ä

rN ru ru jij^ffp^

^

0

J

=3=

j

r

i

199.

II ü J r

s Jm m

|

r

-fiQr.

»

pip

.::.#

»

^1+hr ^

200.

J J 1 p|| »

|

1

i J 1\\

i J J U

Jir ï

=? m

J

^

J J

j

J