Vous êtes sur la page 1sur 16
Portrait Marc Dumas : produire du lait en bio ▼
Portrait
Marc Dumas :
produire du lait
en bio
Portrait Marc Dumas : produire du lait en bio ▼ l’actualité rurale et paysanne n° 3062
Portrait Marc Dumas : produire du lait en bio ▼ l’actualité rurale et paysanne n° 3062
Portrait Marc Dumas : produire du lait en bio ▼ l’actualité rurale et paysanne n° 3062
Portrait Marc Dumas : produire du lait en bio ▼ l’actualité rurale et paysanne n° 3062
Portrait Marc Dumas : produire du lait en bio ▼ l’actualité rurale et paysanne n° 3062

l’actualité

rurale

et

paysanne

n° 3062 • 28 octobre 2016 • hebdomadaire

et paysanne n° 3062 • 28 octobre 2016 • hebdomadaire p. 16 Volailles du soja français
p. 16 Volailles du soja français pour la filière auvergnate en bio p.3 doSSier Fête
p. 16
Volailles
du soja français
pour la filière
auvergnate
en bio
p.3
doSSier
Fête de la JonqUille
ViticUltUre
???????
p. 8 et 9
Une réussite pour
les producteurs
fermiers
Une année
convenable pour
les vins d’Auvergne
??????? p. 5
p. 5
coUrS et tendanceS carbUrant TARIF (HT) DU FUEL ET DU GNR (par 1000 l) FranceAgrimer,
coUrS et tendanceS
carbUrant
TARIF (HT) DU FUEL ET DU GNR (par 1000 l)
FranceAgrimer, sem. 38, du 19 au 25 septembre
cotations nationales (tarif indicatif en francs)
720
VACHE “R3”
VACHE “O3”
VACHE “P3”
JEUNE BOVIN“R3”
BŒUF “R3”
GÉNISSE “R3”
BROUTARD limousin “U”, 300 kg
3,66 
(24,01)
2,98 
(19,55)
2,53 
(16,60)
3,55 
(23,29)
3,55 
(23,29)
3,81 
(24,99)
2,72 
(17,84)
BROUTARD charolais “U”, 350 kg
TAURILLON charolais “U”, 450 kg
BROUTARD croisé “R”, 300 kg
VEAU de boucherie
VEAU de 8 jours, 45-50 kg
AGNEAU de boucherie
POULAIN, bonne qualité
PORC Classe E
POULET Pac A
2,42 
(15,87)
700
2,49 
(16,33)
680
660
2,44 
(16,01)
640
620
5,56 
(36,47)
600
GNR
2015
140,86  (923,98)
580
GNR
2016
560
5,64 
(37,00)
FUEL
540
SUPER
2016
520
2,30 
(15,09)
500
FUEL SUPER 2015
1,39 
(9,12)
480
460
2,25 
(14,76)
440
1 3
5
7
9 11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49 51 53

expression citoyenne

le mot de la conf’

▼ expression citoyenne ▼ le mot de la conf’ OMC accords de libre-échange Lettre ouverte à

OMC accords de libre-échange

Lettre ouverte à François Hollande contre la ratification du CETA

Monsieur le Président de la République,

Votre gouvernement s’apprête à donner son aval à la signature de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (CETA). Vous allez donc sacrifier l’agriculture en échange de l’accès aux marchés publics canadiens des services. Que faut-il donc faire pour que soit reconnue la profondeur de la crise que connait déjà l’agriculture française et, surtout, la nature de ses causes ? Les paysannes, les paysans et les territoires ruraux qu’ils font vivre importent-ils si peu à vos yeux, pour que vous ratifiiez un accord qui aliène plus encore notre agriculture aux marchés internationaux ?

C’est le cas en particulier de la produc- tion française de viande bovine : son orientation exportatrice cause une crise structurelle, en soumettant les paysans à une volatilité des prix qui ne permet ni de vivre au quotidien, ni d’envisager l’avenir. Il en est de même en élevage porcin, même si la situation s’est provi- soirement améliorée. L’accord avec le Canada, en permettant l’importation de dizaines de milliers de tonnes de viande sans droit de douane, dégra- dera plus encore la situation de ces productions : il poussera de nouveaux paysans à la faillite et accroitra la pres- sion à l’industrialisation.

Ratifier CETA, c’est choisir la politique du pire pour notre élevage. La qualifier de “diplomatie des terroirs” - un mantra cher à Mathias Fekl, en charge du dossier au sein du gouvernement - ne change pas grand-chose aux yeux des paysans, si ce n’est l’impression d’être trompés en plus d’être abandonnés au chaos de la dérégulation.

Monsieur le Président, savez-vous que 50% des surfaces en céréales en France sont issues de semences de ferme ? Vous pouvez donc imaginer combien de paysannes et paysans seraient soumis au chapitre du CETA sur la propriété intellectuelle qui permettra de poursuivre un agriculteur sur la base d’un simple soupçon de contrefaçon !

Par ailleurs, nombre de menaces qui pèsent sur notre agriculture et notre alimentation n’apparaissent pas expli- citement dans l’accord, c’est toute la perversité du CETA et des accords de libre-échange dits de “nouvelle généra- tion”. On peut les qualifier d’accords “vivants” : ils créent des outils et des

espaces institutionnels nouveaux, tel le mécanisme d’arbitrage des différends investisseurs-Etat ou le forum de coopé- ration règlementaire. A l’instant de la ratification, ce sont des boites vides.

Une fois actifs, ces dispositifs au service des firmes multinationales seront le siège du contournement systématique des processus démocratiques par lesquels s’expriment les préférences collectives. OGM, pesticides, mesures

d’hygiène

l’espace public que ces sujets seront tranchés.

Sur la plupart de ces sujets, le gouver- nement reste silencieux, profitant des débats sur les indications géogra- phiques pour dissimuler la catastrophe annoncée. Les paysans sont, en effet, censés se contenter de la “protection” sur le marché canadien de quelques indications géographiques (10% d’entre elles). Or, ce sont justement ces productions qui, pour beaucoup, s’en sortent en cette période de crise, car elles maîtrisent les volumes produits, à l’instar du Comté. On mettrait donc en danger ces productions, liées aux territoires et la qualité des produits, pour une prétendue « vocation expor- tatrice » ?

c’est désormais loin de

C’est donc bien un accord provoquant l’industrialisation de l’agriculture, des pertes d’emploi, la disparition des savoir-faire locaux, et la dégradation de notre santé et de notre environne- ment auquel vous vous apprêtez à donner votre aval. Les citoyens d’Eu- rope n’ont rien à y gagner, seules les multinationales en bénéficieraient. Pour nous, paysannes et paysans, ce serait une condamnation à survivre encore dans ce système qui nous détruit.

Nous avons besoin d’un changement de cap, nous avons besoin que l’agri- culture serve à faire vivre ses travail- leurs et à nourrir nos concitoyens avec une alimentation de qualité, nous avons besoin d’un avenir qui ne soit pas soumis aux prétendues vertus du commerce international. Il est de votre devoir de stopper la signature du CETA, et tous les accords de libre-échange en cours qui se négocient sur les mêmes bases et sont liées les uns aux autres !

Monsieur le Président, nous nous tenons à votre disposition pour de plus amples informations et, dans l’attente, vous prions de bien vouloir agréer nos salutations respectueuses.

z Laurent Pinatel, porte parole.

salutations respectueuses. z Laurent Pinatel, porte parole. eclairage la production des poulets de chair bio Pour

eclairage

la production des poulets de chair bio

Pour le total de l’année 2015, les mises en place de poulets Bio en Auvergne ont légèrement progressé (+3,99% vs 2014).

1 098 715 poulets de chair Bio (Jaune et Blanc) ont été mis en place dans 50 exploitations :

564 920 Poulets Blancs

533 795 Poulets Jaunes

L’élevage de poulets de chair bio en filière orga- nisée, hors vente directe, est organisé par Force Centre.

Les volailles sont placées chez 50 éleveurs répartis sur les 4 départements :

34 bâtiments dans l’Allier

17 dans le Puy-de-Dôme,

6 en Haute-Loire

2 dans le Cantal.

La commercialisation est ensuite assurée par 4 abattoirs : Allier Volailles (Escurolles), André Volailles (abattoir casher à Combronde), Arrivé Auvergne (Saint- Germain- des-Fossés) et Maison Pouzadoux (Monteignet-sur- l’Andelot). z

- - Moulins - Clermont-Ferrand - - - Le Puy-en-Velay Aurillac Nombre de poulets certifiés
-
-
Moulins
-
Clermont-Ferrand
-
-
-
Le Puy-en-Velay
Aurillac
Nombre de poulets certifiés bio
< 30 000
> 500 000

EN bREF

Laurent Wauquiez

obtient une victoire législative dans la lutte contre le rat taupier Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, s’est battu pour la reconnaissance de la lutte contre les nuisances provoquées par le rat taupier. En effet, grâce à son amen- dement, l’article 16 de la loi Montagne II débattu à l’assemblée cette semaine prend en compte, malgré la protection des prairies permanentes, la lutte contre les nuisances occasionnées par le campa- gnol. En outre, parmi toutes les régions membres du comité du Massif Central, la Région Auvergne-Rhône-Alpes est la seule à avoir mis en place et financé en lien avec la DRAF, un plan de lutte contre le campagnol terrestre. « Je ne lâche pas sur les campagnols, comme je m’y suis engagé avec les associa- tions d’élus de la Montagne. C’est un véritable problème économique pour nos agriculteurs»

z Communiqué du Conseil régional

Le tour de force

perceptif des plantes pour se maintenir à la verticale Contrairement à ce qui se passe chez l’Homme, les plantes réussissent à percevoir leur incli- naison par rapport à la gravité sans se laisser perturber par l’intensité des forces liées aux poids et accélérations. Dans une étude qui vient de paraître dans Scientific Reports, des chercheurs de l’Inra, du CNRS et de l’Univer- sité Blaise Pascal démontrent que si les plantes oscillent fortement dans le vent, elles ne confondent pas ce balancement avec une perte de verticalité. Ces travaux laissent entrevoir des applica- tions prometteuses tant dans les domaines de l’agronomie que du biomimétisme avec la conception par exemple de capteurs de position miniaturisés.

z Communiqué de l’Inra

Édité par Presse & Éditions d’Auvergne , SARL au capital de 3 000 e ,

Édité par Presse & Éditions d’Auvergne, SARL au capital

de

3 000 e,

La Maison des Paysans,

Marmilhat,

63370 Lempdes,

Tél.

04 73 14 14 77,

Fax

04 73 14 14 10 Gérant

:

Philippe Falvard

Directeur de publication : Mickaël Quinsat

Rédaction : Franck Denet, Sonia Reyne, Carole Bendotti, Magali Forestier, journal@paysandauvergne.fr Mise en page, Annonces légales, Petites annonces :

Julien

Bringer

Deik,

Carole

Bendotti,

Tél.

04

73

14

14

78,

pao@paysandauvergne.fr (“Le Paysan d’Auvergne” est habilité à publier les annonces légales et judiciaires) Abonnements : 92 e/an pour 52 numéros (1,77 e prix unitaire),

Laëtitia Mandon, Magali

Forestier,

Tél.

04

73

14

14

77,

abonnement@paysandauvergne.fr Régie publicitaire : Farida Rehab, Tél. 06 61 41 53 86 • Imprimerie : LA NOUVELLE REPUBLIQUE, Tours Numéro ISSN : 1279-2705 Dépôt légal à parution Commission paritaire : 0919 T 83 598

2

Numéro ISSN : 1279-2705 • Dépôt légal à parution • Commission paritaire : 0919 T 83

28 octobre 2016

actUalitÉ

▼ actUalitÉ Force centre Créée en 1997, Force Centre fait partie du groupe Thivat, lui-même filiale

Force centre

Créée en 1997, Force Centre fait partie du groupe Thivat, lui-même filiale d’Axereal, première coopérative céréa- lière française, collectant 5 millions de tonnes de grains auprès de ses 13 000 adhé- rents sur le principal bassin de production de la grande région Centre allant du sud de Paris jusqu’au nord de l’Auvergne. Sous la direction d’Eric Aubry, 53 ans, Force Centre est le maillon indispensable entre les fabricants d’aliments, le couvoir, les éleveurs et les abattoirs : cet organisme fournit aux éleveurs les pous- sins à 1 jour et l’alimentation pour la durée de l’élevage (81 jours minimum), organise la production, apporte son soutien aux éleveurs et assure la commercialisation des volailles aux abattoirs. En 1991, Thivat s’est lancé sur le marché des volailles Bio en se spécialisant dans l’alimentation animale Bio à Lapeyrouse. Marché qui n’a eu de cesse de progresser puisqu’aujourd’hui, Force Centre produit 1 million de poulets de chair Bio par an soit 20 000 par semaine.z

P our Bernard Leutrat, prési-

dent du syndicat de défense

des volailles fermières

d’auvergne, c’est désormais une rengaine, « nous manquons de producteurs. » En effet, la filière avicole Auvergnate pourrait installer de nouveaux produc- teurs en permanence tant la demande est forte en volaille sous signe de qualité. Et ce n’est pas Bernard Devoucoux, repré- sentant de la section bio du Syvofa et président de la section bio du Synalaf (Syndicat national des Labels Avicoles Français) qui le contredira, « en production biologique, les producteurs locaux vendent sans problèmes et nous pourrions installer de nouveaux bâtiments toute l’année. » Il faut dire que loca- lement, outre un effort perma- nent du Syvofa sur les signes de qualités, il existe une tradition d’élevage de la volaille dans la région. La viande de volaille est de plus en plus achetée par les ménages français. Elle est aujourd’hui la 2e viande la plus consommée, juste après le porc. Eric Aubry, Directeur de Force Centre fait le compte, « chaque

prodUction

du soja français pour des volailles auvergnates bio

La filière avicole bio en Auvergne peut désormais nourrir ses poulets en céréales et soja 100% français. Un argument supplémentaire pour convaincre les consommateurs et peut être entrainer l’installation de nouveaux producteurs. En effet, la demande en production est en permanente augmentation.

semaine, sur environ 400000 volailles livrées à nos clients, 22000 sont bio, et la demande augmente régulièrement. »

Du soja bio et français

Soucieuse d’une plus grande indépendance protéique dans l’alimentation des volailles, la filière avicole bio peut désor- mais maitriser coûts, volumes et qualité de la production en s’ap- provisionnant auprès de produc- teurs français pour le soja. La filière garantit désormais une alimentation à base de céréales et soja cultivés sur le territoire français. En effet, l’ensemble des céréales (maïs, blé et orge) et le soja qui composent l’alimen- tation des volailles de chair Bio en Auvergne proviennent désor- mais uniquement de France. L’aliment pour volailles en Agri- culture Biologique (AB) est composé majoritairement de céréales, essentiellement de blé, de maïs et d’orge Bio. En complément, on trouve des oléa- gineux (colza et tournesol), de l’huile végétale, des minéraux et des vitamines. Pour garantir aux volailles un apport en protéines

et en matières grasses néces- saires à leur croissance, la ration alimentaire est complétée avec du soja Bio. Jusqu’à présent, le soja utilisé dans l’alimentation des volailles Bio était soumis à l’importation, en provenance de pays émergents comme l’Amé- rique du Sud, l’Inde ou encore la Chine, du fait de l’insuffisance de la production française.

Réorienter l’agriculture vers plus d’autonomie

Une problématique pour la filière avicole Bio en Auvergne qui ne pouvait dès lors maitriser ni la disponibilité en matière première, ni les approvisionnements et qui, de ce fait, était soumise aux orien- tations des pays exportateurs et aux fluctuations tarifaires. La diminution de cette dépendance est donc aujourd’hui un enjeu majeur pour ceux qui souhaitent réorienter l’agriculture. D’autant qu’avec du soja français, il n’y a aucun risque de contamination croisée puisque la production française est exclusivement non OGM, l’état français interdisant la mise en culture de graines de soja GM.

Un acteur local

Thivat Bio, fabricant d’aliments Bio pour la filière avicole Bio en Auvergne, s’approvisionne donc depuis fin 2015 en graine de soja Bio auprès de coopératives céréalières fran- çaises. Pour cela, il a fallu que la société fasse d’importants investissements machines comme le souligne Jean-Louis Blanc, directeur, « La valeur nutritive et la digestibilité des protéines de la graine de soja cru sont relativement faibles. Pour améliorer ses qualités nutritionnelles et digestives, il est nécessaire d’extruder la graine c’est-à-dire soumettre le soja à un traitement thermique préalable. Grâce à ce système, on obtient une graine riche en protéine et matière grasse intéressants d’un point de vue nutritionnel dans l’alimentation des poulets de chair Bio ». Un investissement matériel à hauteur de 500 000 a été réalisé ces dernières années pour être effectif fin 2015. z

 

LEs bRèvEs

de Solidarité Paysans

En 2010-2011 :

la lignée de la période précédente. On peut regretter avec les auteurs du rapport que les faibles effectifs relevés dans certains secteurs d’activité (élevage spécialisés, maraichage…) et pour les femmes, aient limité certaines analyses statistiques. On note en 2010, un excès de suicides particulièrement marqué des éleveurs bovins-lait. Le rapport pointe que cela coïncide avec de fortes difficultés financières du secteur, conjuguées à un problème sanitaire. Ces chiffres sont ceux des années 2010 et 2011 ; or, depuis, le contexte économique agri- cole français s’est fortement détérioré. Quelle est la situation aujourd’hui dans un contexte de successions ou superpo-

sitions de « crises » qui touchent toutes les productions ? Solidarité Paysans constate entre 2011 et 2015 une augmentation de 42 % du nombre de nouveaux agriculteurs qui lui font appel, et rencontre des personnes dans une profonde détresse face à une situation économique très dégradée. Combien de morts par suicide d’agri- culteurs dénombre-t-on depuis 2012 ? Combien de morts faudra-t-il encore pour que la profession fasse le bilan de cette politique agricole libérale et excluante ? Le plan annoncé par le Premier ministre le 4 octobre n’est pas à la mesure de la situation décrite dans

ce rapport. z Solidarité Paysans, communiqué de presse du 7 octobre 2016

3 suicides d’agriculteurs par semaine en France

Attendu depuis un an, le rapport de Santé publique France sur le suicide des agriculteurs en 2010-2011 a été publié le 5 octobre. La cadence infernale de suicide des agriculteurs se maintient. Sur la période 2010-2011, Santé publique France observe 296 morts par suicide d’agricultrices et agriculteurs en France métropolitaine, qui s’ajoutent aux 485 de 2007-2009, soit un total de 781 suicides recensés officiellement en 5 ans. La moyenne annuelle est malheureu- sement à peu près équivalente à celle de la période 2007-2009 alors même

que le nombre d’exploitants agricoles a diminué de 23 451 par rapport à la période précédente, en partie suite à des départs précoces1. Or, on ne sait pas le nombre de suicides survenu un an après l’arrêt d’activité (notamment après une liquidation par exemple), ni ceux des agriculteurs des DOM-TOM. On observe une surmortalité par suicide de 20% en 2010 des agri- culteurs par rapport aux hommes du même âge dans la population fran- çaise, et une surmortalité particulière- ment forte chez les agriculteurs âgés de 45 à 54 ans (+33 % en 2011). En 2010, 44 agriculteurs âgés de 25 à 44 ans se sont également suicidés. Ce nombre important s’inscrit dans

Page réalisée par Sonia Reyne, @SoniaReyne , www.facebook.com/SoniaReyneJournaliste

dans ➤ Page réalisée par Sonia Reyne, @SoniaReyne , www.facebook.com/SoniaReyneJournaliste 28 octobre 2016 3

28 octobre 2016

3

Vie d’ici

▼ Vie d’ici c’est votre page ! Cette page est réservée aux informations locales et aux

c’est votre page !

Cette page est réservée aux informations locales et aux collectivités territoriales. N’hésitez pas à nous commu- niquer vos informations, comptes-rendus et photographies sur

journal@paysandauvergne.fr

 

en direct du marché

 
 

MARINGUEs

la pièce : Salades (Battavia, feuille de chêne, laitue) 1,00.

À

 

24 octobre

ProdUitS FermierS

A la botte : Céleri rave 1,80. Échalotes 2,20. Oignons blancs 2,00. Oignons rouges 3,00. Radis 1,00. Au bouquet : Herbes aromatiques 0,90-1,00.

FrUitS. Fraises 10,00. Framboises 16,00.

À la pièce: Canards de Barbarie (2 s) 2,70. (3 s) 3,20. Canards mulards (2 s) 2,30. Canards mâles 15,00, femelles 20,00. Chapons (4 m) 15,50. Coqs 10,00. Dindes blanches (4 m) 17,00. Dindes grises (4 m) 16,00. Lapereaux 5,00-6,00. Lapins (deux mois et demi) 8,00-9,00. Lapins (adultes) 20,00. Lapins repro mâles 15,00. Femelles

Melons 2,50. Myrtilles 12,00-18,00. Noisettes

8,40. Pommes 1,80. Rhubarbe 2,50.

ProdUitS FermierS.

Viande au kg :

25,00. Oies 25,00. Pigeons de chair 5,50 - 6,00. Pigeons (couple) 20,00-25,00. Pintades (7 s) 4,50. Poules pondeuses 9,50. Poulets de chair (10 s) 4,60. Poulets prêts à tuer 10,00- 12,00. Poulettes (14 s) 5,50. Poussins sexé 1,80. Poussins 1,20.

ŒUFS (douzaine) : 2,50-3,00.

FromaGeS (à la pièce) : Brebis 4,50.

Chèvres ronds 1,90-2,50. Gaperons 4,50.

Saint-Nectaire 16,00

Agneau 6,00-16,50. Boeuf 9,50-23,50. Porc 6,30-14,50. Veau 12,00-32,00. Volailles au kg :

Poulet 10,25-10,95. Pintade 10,85-13,25. Cannette 10,80. Canard 10,10. Lapin 13,20. Oie 17,85. Dinde 17,90. Chapon 17,50.

Poularde 21,10.

Poissons au kg :

Truite arc-en-ciel 9,25. Fario 12,90. Ombre chevalier 16,00. Truite saumonée 10,00.

 

CLERMoNT-FD

Produits du blé au kg. Pain bio au levain 3,70. Pâtes bio 2,70 les 250 g.

 

st-Joseph, 21 octobre

• lÉGUmeS. Au kg : Ail 10,00. Aubergines 3,50. Brocolis 3,50. Butternut 3,00. Cardes 3,00. Carottes 2,00. Choux chinois 3,00. Choux verts 3,00. Choux fleurs 2,50. Courges 2,50. Courgettes 3,50. Épinards 3,80. Fenouil 4,00. Haricots secs 4,80.Haricots verts 9,80. Navets 2,50. Panais 2,50. Poireaux 2,50. Poivrons 3,50. Pommes de terre 1,80. Potirrons 2,50. Potimarrons 2,50. Radis noirs/ roses 2,50. Rhubarbe 3,00. Salade frisée 4,90. Tomates 3,80.

FromaGeS. Au kg : Bleu 11,00. Fromage

de brebis 20,00. Saint-Nectaire 11,50. Tomme

de montagne 11,00. Tomme de chèvre 23,00- 26,00. Tomme de Rochefort nature 11,90. Fourme de Rochefort poivrée 12,90. Fourme

persillée 11,00. Fromage aux artisons 12,10. Fromage de pays 12,90.

À

la pièce : Brioche de tomme (300 g) 4,30.

Crottin de chèvre 1,50-2,40. Gaperon 4,00. Yaourt nature 0,55. Yaourt aux fruits 0,60.

ProdUitS de la rUche. miel 8,30-

10,50.z

oUtils anciens À quoi ça sert ? Daniel Verdier, brocanteur à Saint- Nectaire, nous présente
oUtils anciens
À quoi ça sert ?
Daniel Verdier, brocanteur à Saint-
Nectaire, nous présente un outil
autrefois utilisé dans nos campagnes.
L e rabot à appointer les
barreaux d’échelle a
été utilisé dès le début
du 20 ème siècle. Le morceau
de bois destiné à former un
barreau d’échelle était
inséré dans cet instru-
ment. On tournait
ensuite la manivelle
pour que la lame située
à l’intérieur le rabote,
pour qu’il soit ensuite
possible de l’emboiter
dans le trou du montant.
Cet outil était généra-
lement conçu par son
utilisateur (les gens fabri-
triels, dans les années 1920-
1930. Ce même instrument
pouvait également servir
à appointer les manches
d’outil. Selon les régions, le
rabot était différent, il possé-
dait parfois deux mani-
velles, pour travailler avec
les deux mains. Le modèle
présenté ici, en chêne, est
auvergnat. D’une hauteur
de 22 centimètres, il
mesure 32 millimètres de
diamètre. z
quaient eux-mêmes
leurs échelles)
mais on en trouvait
également dans les
catalogues des indus-

patrimoine des combrailles

Visite à la crouzille

Plus de 80 personnes étaient présentes à l’ultime visite de la saison des visites patrimoine organisée par le

SMADC et commentée par Renée Couppat (guide de pays) et Pierre Ganne (archéologue et animateur de la Maison archéologique des Combrailles) le dimanche 9 octobre à La Crouzille.

P ierre Ganne a démarré la

visite par le passé antique de La Crouzille marqué

par la traversée d’un aqueduc qui alimentait en eau potable la population gallo-romaine de Néris-les-Bains. Cet aqueduc dit des Viviers prenait sa source sur la commune du Quartier, traver- sait celles de Youx, La Crouzille et Ars-les-Favets, pour le Puy-de- Dôme et d’après les fouilles orga- nisées, au 19ème siècle, qui en ont établi le tracé approximatif.

D’autres observations ont été réalisées vers 1977 dans une cave de La Crouzille, au village de Meaux, où l’aqueduc présente son aspect définitif, avec une voûte trapézoïdale.

Dans le bois du Quartier, c’est une simple canalisation en terre cuite, avec deux tuiles demi-

rondes placées l’une sur l’autre, un exemplaire découvert vers 1960 par Denis Moncelon et son grand-père a été prêté à Nicole Magnier, maire de La Crouzille, le temps de la visite. Renée Couppat a ensuite pris le relais pour nous présenter l’église dont les premières mentions qui se trouvent dans l’inventaire des biens de l’abbaye royale de Menat, remontent à 1137. Rien d’étonnant à ce que cette église classée soit donc placée sous le vocable de saint Ménélé. Au XVIIIème siècle, l’église est placée sous le second vocable de saint François de Sales dont

sous le second vocable de saint François de Sales dont les reliques font l’objet d’un culte

les reliques font l’objet d’un culte spécifique à La Crouzille. Le portail ouest avec un arc en plein cintre et le clocher mur de l’église affirment les origines romanes de cet édifice. L’église connaîtra, par la suite, de nombreux travaux de restaura- tions au XIXème siècle (toiture et voûte notamment) puis au début XXème siècle (création d’une chapelle dans le mur nord) et enfin dans les années 1940 sous la houlette du Père Sautarel. Ce prêtre de caractère réussira à réunir les fonds nécessaires pour lancer des travaux de restau- rations portant essentiellement sur la décoration intérieure et le renouvellement des vitraux. Louis Dussour (1905-1989), peintre et fresquiste, originaire de Riom, est l’auteur des pein- tures murales du chœur et du chevet et de la fresque dans les fonts baptismaux qu’il a réalisées en 1942. Les peintures du fond du chœur permettent d’identifier

quelques caractéristiques de la commune : le tilleul, la silhouette de l’église, saint Ménélé et l’ab- baye de Menat, saint François de Sales…. La gamme chromatique qu’il a utilisée à La Crouzille n’est pas composée de couleurs vives ce qui tranche avec les travaux que l’on peut connaître de lui notam- ment à Saint-Priest-des-Champs ou Ars-les-Favets. Une habitante qui a rencontré Louis Dussour lors de ces travaux lui aurait confié que ce choix était destiné à mettre en exergue le bleu du draper de la statue de la Vierge à l’Enfant présente dans l’église. L’après-midi s’est achevée autour d’une collation offerte par la municipalité dans une ambiance très conviviale. Le programme des visites patri- moine 2017, qui est en cours d’élaboration, sera téléchar- geable sur le site Internet du SMADC www.combrailles.com à compter du mois d’avril 2017. z

les prochaines foires

Maringues Le lundi 31 octobre à Maringues aura lieu la foire du lundi précédent la Toussaint. Giat La prochaine foire à Giat se tiendra le mardi

15 novembre.

Gerzat

Un marché de produits frais issus de l’agriculture biologique se tient tous les jeudis de 15 h 30 à

19 heures, place Pommerol à Gerzat.

Montferrand Chaque 1 er et 3 e samedi du mois, le matin, un marché de terroir se tient rue Jules Guesdes à Montferrand. z

don de sang Les prochaines collectes : - Lundi 31 octobre de 8 h 30
don de sang
Les prochaines collectes :
- Lundi 31 octobre de 8 h 30 à 11 h 30 et
de 16 h à 19 h 30 aux Martres-de-Veyre
(Salle des fêtes).
-
Mardi 1 er novembre, Férié.
-
Mercredi 2 novembre de 8 h 30
à
11 h 30 et de 16 h à 19 h 30 à Cournon
(L’Astragale).
- Jeudi 3 novembre de 10 h à 18 h 30
à Clermont (Maison de la culture)
- Vendredi 4 novembre de 16 h à 19 h à
Billom (Espace Moulin de l’étang) z

Page réalisée par Franck Denet

4

de 16 h à 19 h à Billom (Espace Moulin de l’étang) z ➤ Page réalisée

28 octobre 2016

territoire

la JonqUille

« Une réussite au-delà de nos espérances ! »

Le samedi 8 octobre, la place de Jaude s’est parée de stands colorés et des délicieux parfums de nos produits de terroir. L’association La Jonquille avait investi le centre-ville, à l’occasion de ses 25 ans…

« I l y avait 15 ans que nous « Nous avons senti que les
« I l y avait 15 ans que nous
« Nous avons senti que les
n’avions pas organisé de
marché sur la place de
Jaude, raconte Jean-Valère
Randanne, président de l’as-
sociation La Jonquille. Nous
avons dû convaincre la muni-
cipalité de Clermont de l’utilité
d’une telle manifestation, et de
notre capacité à l’organiser. »
Ainsi, le samedi 8 octobre, les
producteurs de La Jonquille
proposaient un marché, place
de Jaude, à l’occasion des 25
ans de l’association. Un parte-
nariat avec la ville et France
Bleu Pays d’Auvergne avait
permis d’alléger les frais logis-
consommateurs étaient très
demandeurs. 10 000 à
15 000 personnes sont venues
nous rencontrer, la place de
Jaude n’a pas désemplie de la
journée ! C’était très agréable
de voir les gens discuter avec
les producteurs, les stands se
vider des produits : une vraie
reconnaissance de notre
travail ! »
Au total, 45 producteurs
étaient présents, et certains
ont été obligés de rentrer s’ap-
provisionner pour re-fournir
membres du Conseil d’admi-
nistration et tous les produc-
teurs. C’est tous ensemble que
nous avons fait de cette mani-
festation un succès. »
25 ans, c’est un bel anniver-
saire. C’est le bon moment
pour rendre hommage à ceux
qui ont été à l’origine de l’as-
sociation, ce qui n’empêche
pas de mûrir de nouveaux
projets :
leurs stands…
« En plus du marché qui se
tient tous les vendredis matins
à Saint-Joseph, nous envisa-
geons d’en ouvrir un autre
le samedi matin, au même
« Cela a été une réussite
tiques et de communication.
Le bilan de cette journée est
très positif, comme s’en réjouit
Jean-Valère :
au-delà de nos espérances !,
témoigne le président. En
plus, le beau temps était de
la partie… Je remercie les
plus, le beau temps était de la partie… Je remercie les endroit, ce qui permettrait à

endroit, ce qui permettrait à une douzaine de producteurs de nous rejoindre. Ce projet pourrait voir le jour vers la fin de l’année. D’autre part, nous aimerions reconduire le marché sur la place de Jaude. La mairie de Cler- mont-Ferrand semble motivée pour cela, car c’est le moyen de mettre de l’animation sur la place de Jaude, qui est parfois vide, et ainsi de redy- namiser le centre-ville. Ce marché pourrait être mis en place quatre fois par an, un à chaque saison… » D’autre part, La Jonquille aimerait rendre acteurs les consommateurs, à travers la création d’ une nouvelle asso- ciation.

« Cela leur permettrait de discuter avec les producteurs, de poser des questions, de donner leur avis, indique Jean-Valère Randanne. Ils auraient un poids pour nous soutenir et pour faire émerger leurs attentes… Nous savons, suite à nos discussions, que plusieurs consommateurs seraient intéressés pour parti- ciper à une telle initiative. » La prochaine assemblée générale de l’association, qui aura lieu au mois de mars, permettra de discuter de ces nouveaux projets… z

bio ? Contrairement à ce que croient certains, notamment dans les médias, l’associa- tion n’est

bio ?

bio ? Contrairement à ce que croient certains, notamment dans les médias, l’associa- tion n’est pas
bio ? Contrairement à ce que croient certains, notamment dans les médias, l’associa- tion n’est pas
Contrairement à ce que croient certains, notamment dans les médias, l’associa- tion n’est pas exclusivement

Contrairement à ce que croient certains, notamment dans les médias, l’associa- tion n’est pas exclusivement composée de producteurs bios. Les agriculteurs bios représentent 30 % des adhérents. Les autres sont en agriculture convention- nelle. Ce sont des petites fermes, qui respectent une charte de producteurs fermiers. z

Page réalisée par Franck Denet

fermes, qui respectent une charte de producteurs fermiers. z ➤ Page réalisée par Franck Denet 28

28 octobre 2016

5

pratiqUe

actu foncier

Puy-de-Dôme

Champeix, Ludesse, Montaigut-le-

Vernet-la-Varenne : 22 ha 36 a

Anterrieux, St Juery : 50 ha 03 a (5 terrains) Apchon et autres : 121 ha (7 terrains)

88 a

Blanc, Neschers et Plauzat : 77 ha

36

ca

St Santin de Maurs : 38 ha 42 a

Safer

67

a 11 ca

Youx : 1 ha 85 a 50 ca

Publication effectuée en applica- tion des articles L143-3 et R 142-3 du code rural sur la publicité préa- lable aux décisions de rétroces- sion Safer. La Safer se propose, sans engagement de sa part, d’at- tribuer par rétrocession, échange ou substitution tout ou partie des biens suivants :

Entraigues : 7 ha 92 a 90 ca

Valuéjols : 9 ha 51 a (2 terrains)

Escoutoux et Thiers : 7 ha 08 a

Cantal

Chaudes-Aigues : 31 ha 48 a Fridefont, Faverolles : 46 ha 12 a (2 terrains) Glénat, St Saury : 27 ha 29 a (2 terrains) Jabrun : 23 ha 34 a Labrousse : 5 ha 89 a Landeyrat : 9 ha 23 a Le Monteil : 4 ha 75 a Le Rouget, Pers : 98 ha 19 a (12 terrains) Les Ternes et autres : 115 ha 07 a (8 terrains) Leucamp : 3 ha 39 a Leynhac : 5 ha 1 a Massiac : 5 ha 44 a Neuvéglise : 38 ha 81 a (2 terrains) Neuvéglise : 23 ha 59 a Neuvéglise : 9 ha 84 a Raulhac et autres :181 ha 29 a (6 terrains) Rouffiac : 4 ha 89 a Ruynes en Margeride : 10 ha 46

a

Vebret : 7 ha 29 a (3 terrains)

88

ca

Gelles : 24 ha 42 a 75 ca Glaine-Montaigut, Ravel et Reignat : 16 ha 46 a 15 ca

Grandeyrolles et St-Nectaire :

Safer

Vieillespesse : 2 ha 45 a

Publication effectuée en applica- tion des articles L143-3 et R 142-3 du code rural sur la publicité préa- lable aux décisions de rétroces- sion Safer. La Safer se propose, sans engagement de sa part, De louer pour l’année 2016 les biens suivants par Convention d’Occu- pation Provisoire et Précaire.

Deux-Verges : 12 ha 66 a 54 ca (avec bâtiments) Lanobre : 2 ha 76 a 30 ca St-Etienne-de-Maurs : 50 a 09 ca St-Projet-de-Salers : 141 ha 56

a 32 ca (avec bâtiments) et 66 a

Vieillespesse et autres : 9 ha 22 a

(3 terrains)

42

ha 00 a 50 ca

La Tour d’Auvergne : 9 ha 04 ca

Haute-Loire

Aulnat : 1 ha 07 a 40 ca, Dallet : 35 a 54 ca (avec bâti- ments) Malintrat : 1 ha 07 a 92 ca

Landogne et Pontaumur : 27 ha

61

a 56 ca

Safer

Mazaye : 10 ha 36 a 60 ca

Publication effectuée en applica-

tion des articles L143-3 et R 142-3

Monteignet-sur-l’Andelot (03), Bussières-et-Pruns et Effiat (63) :

Les personnes intéressées devront manifester leur candidature par écrit au plus tard le 13 mai 2016 à Safer Auvergne, 63 boulevard Berthelot, 63037 Clermont- Ferrand Cedex 1

53

ha 83 a 32 ca

 

Puy-St-Gulmier :33 ha 89 a 20 ca Saillant : 76 a 92 ca

St-Angel : 88 a 30 ca St-Avit : 27 ha 13 a 06 ca et 6 ha

du code rural sur la publicité préa-

lable aux décisions de rétroces-

sion Safer. La Safer se propose,

60

ca

sans engagement de sa part,

Contrôle des structures

Déclaration de la localisation des surfaces agricoles soumises aux contrôles des structures. Les candidatures de reprise doivent être demandées à : DDT – Service contrôle des structures – 63370 Lempdes. Tél. 04 73 42 14 14.

08

a 20 ca

St-Denis-Combarnazat, Luzillat,

Beaumont-les-Randan et St Yorre :

Les personnes intéressées devront manifester leur candidature par écrit au plus tard le 18 mai à Safer Auvergne, 27 rue Paul Dumer, 15000 Aurillac.

de louer tout ou partie des biens

suivants :

82

ha 67 a 89 ca dont 40 ha 86

a 45 ca de la Safer St-Georges de Mons et Manzat :

Bournoncle-St-Pierre: 3 ha 14 a 30

ca

45

ha 22 a 69 ca

Contrôle des structures

Ruynes en Margeride, Clavières :

St Sylvestre Pragoulin : 3 ha 42 a

Déclaration de la localisation des surfaces agricoles soumises aux contrôles des structures. Les candidatures de reprise doivent être demandées à : DDT – Service contrôle des structures – 22 rue 139e RI - 15000 Aurillac.

10 ha 46 a (3 terrains) Sansac Veinazès : 23 ha 84 a Sériers : 5 ha 22 a St Constant : 55 ha 24 a St Hippolyte : 24 ha 28 a St Mary le Plain : 3 ha 05 a St Poncy : 13 ha St Rémy de Chaudes Aigues : 6 ha

Les personnes intéressées devront

Sauvessanges : 1 ha 04 a 90

manifester leur candidature par

Ambert et Job : 19 ha 94 a 44 ca Anzat-le-Luguet : 12 ha 34 a 10 ca Bergonne, Le Broc, Issoire et Solignat : 69 ha 75 a 35 ca Bertignat, Marat et Thiolières : 5 ha 09 a 16 ca

Sauxillanges, Aulhat-St-Privat et Manglieu : 54 ha 55 a 55 ca Sugères : 3 ha 80 a 11 ca Valcivières : 20 ha Vernet-la-Varenne : 13 ha 66 a

écrit au plus tard le 9 mai 2016

à Safer Auvergne, 16, avenue

Jeanne d’Arc - 43750 Vals-près-

55

ca

Tél. 04 63 27 66 00.

le-Puy. z

55 ca Tél. 04 63 27 66 00. le-Puy. z ➤ Page réalisée par Magali Forestier

Page réalisée par Magali Forestier

6

55 ca Tél. 04 63 27 66 00. le-Puy. z ➤ Page réalisée par Magali Forestier

28 octobre 2016

pratiqUe

▼ pratiqUe 28 octobre 2016 7

28 octobre 2016

7

doSSier
doSSier

ViticUltUre : Une annÉe conVenable poUr les Vins d’aUVergne

En moyenne, sur la France, les rendements sont en baisse dans les vignes, en raison des aléas climatiques. En revanche, dans notre région, les vignerons semblent mieux s’en sortir, car les épisodes de gel et de grêle ont été limités. De plus, le bon ensoleillement d’été promet des vins de qualité…

Dossier réalisé par Franck Denet

bilan 2016

Une production en recul

Le service statistique du ministère de l’agriculture, Agreste, a réalisé une estimation de la production viticole française. Ce document, publié le 1 er octobre, fait état d’une récolte en nette baisse par rapport à celle de 2015.

S elon

«

les estimations

au 1er octobre, la

récolte de vin s’établi-

rait en 2016 à 42,2 millions d’hectolitres, soit un niveau inférieur de 12 % à celui de 2015 et de 9 % à la moyenne des cinq dernières années, indique Agreste. » La production 2016 serait ainsi l’une des plus faibles depuis 30 ans.

En cause, divers facteurs météorologiques :

- Gel de printemps

Le gel de printemps a touché

certains bassins viticoles (Champagne, Bourgogne et Val de Loire)

- Sécheresse

La sécheresse a été intense en zone méditerranéenne, qui n’a pas connu le début d’été pluvieux rencontré dans la plupart des autres régions de France. La cani- cule, début septembre, a bloqué la maturation des raisins dans la plupart des régions, mais les précipita- tions de mi-septembre ont gommé le stress hydrique et en permettant la poursuite de la véraison. Toutefois, dans le midi, ces pluies ont été tardives et sont arrivées alors que les vendanges étaient déjà bien avancées.

- Grêle

Des dégâts liés à la grêle ont été observés en Charente,

Bourgogne-Beaujolais et Languedoc-Roussillon, ce qui a entraîné des baisse de rendement.

- Mildiou

Sur certains secteurs, comme le Val de Loire et la Cham- pagne, les dégâts de mildiou ont accentué la baisse de

la production. Mais d’une manière générale, les vendanges se sont dérou- lées dans des conditions sanitaires relativement bien préservées.

Région par région

Agreste détaille ainsi le bilan de la saison dans les diverses régions viticoles de France :

« En Champagne, les vendanges ont commencé fin septembre. Le mildiou aurait entraîné des pertes de l’ordre

de 15 %. Le vignoble a été touché par plusieurs jours de gel au printemps et la produc- tion a été détruite sur 4 600 ha. La production de l’année

est prévue en nette baisse (- 32 %).

En Bourgogne et Beaujolais, les vendanges ont commencé vers le 20 septembre. En Beaujolais, la production est attendue supérieure à la moyenne 2011-2015. Un gel a atteint le vignoble de Bour- gogne fin avril à des degrés divers sur 10 000 ha (surtout Côtes de Beaune et vignobles de la côte châlonnaise et des secteurs de l’Yonne). Plusieurs épisodes de grêle ont occa- sionné des dégâts importants en mai. La production est prévue en retrait sur un an (- 20 %).

En Alsace, le mildiou est maîtrisé. Les Pinots sont char- gées en raisins. La production est estimée supérieure à la petite récolte de l’an dernier (+ 18 %).

En Savoie et dans le Jura,

les dernières précipitations ont permis aux raisins de se développer. La récolte est revue en hausse dans le Jura depuis la dernière prévision.

Dans le Val de Loire, les vendanges ont commencé mi-septembre, avec une semaine de retard. Les préci- pitations de septembre ont permis de compenser le stress hydrique. La production est très hétérogène. Le Botrytis commence à apparaître. Le vignoble a été aussi touché par le gel fin avril (10 à 50 % de pertes selon les secteurs). La production est prévue en net repli sur un an (- 35 %).

Dans les Charentes, un épisode de grêle supplémen- taire a touché en septembre le département de la Charente. Le développement important de foyers de Botrytis conduit parfois à avancer la récolte à la fin septembre au lieu d’oc- tobre. La production est très hétérogène. Elle est révisée à la baisse depuis la dernière prévision. Elle devrait être inférieure de 22 % à celle de l’année précédente.

Dans le Bordelais, les précipi- tations de la mi-septembre ont été bénéfiques au vignoble après la canicule de début septembre. L’état sanitaire est pour l’heure préservé. La véraison est hétérogène. Les vendanges ont commencé par les blancs.

Dans le reste du Sud- Ouest, les précipitations de septembre contribuent au maintien du niveau de production, après l’aggrava- tion de la sécheresse fin août. Ces pluies ont aussi permis le déblocage de la véraison.

En Languedoc-Roussillon, alors que la deuxième partie des vendanges est bien entamée, la baisse de la production sur un an se confirme (- 11 %). La situa-

de la production sur un an se confirme (- 11 %). La situa- tion du bassin

tion du bassin est toutefois très contrastée. La produc- tion se maintient dans l’Est de l’Hérault, le Gard et l’Ouest Audois. Partout ailleurs, la production est estimée en nette baisse sur un an, consé- quence de la persistance de la sécheresse, notamment dans le Roussillon. L’état sani- taire reste favorable.

Dans le Sud-Est, les vendanges se déroulent dans un état sanitaire préservé. Les précipitations faibles

de septembre et arrivées trop tardivement, n’ont pas compensé les déficits en volume initiaux. La produc- tion du bassin, très hétéro- gène selon les cépages et les parcelles, est en repli de 3 % sur un an.

En Corse, la récolte est presque achevée. Avec l’ag- gravation de la sécheresse jusqu’aux vendanges, la production serait inférieure de 6 % à celle de 2015.”

z Source : Agreste

8

vendanges, la production serait inférieure de 6 % à celle de 2015.” z Source : Agreste

28 octobre 2016

ViticUltUre : Une annÉe conVenable poUr les Vins d’aUVergne

doSSier
doSSier
: Une annÉe conVenable poUr les Vins d’aUVergne doSSier tÉmoignage des débuts difficiles, mais une bonne

tÉmoignage

des débuts difficiles, mais une bonne fin de saison

Comme pour la plupart des productions agricoles, le printemps frais et humide n’a pas été favorable aux vignes, qui se sont vues freinées dans leur développement. Par la suite, l’été chaud et les pluies de septembre ont permis le redémarrage de la production. Au final, les rendements semblent se situer dans la moyenne, et la qualité des vins devrait être au rendez-vous…

«

L e printemps a été frais, ce

qui a induit un débourre-

des raisins de petite taille. Cette humidité a aussi été à l’origine d’une forte pression de mildiou.

« Dans mes vignes, il y a eu peu de maladie, commente le vigneron. Il est assez

difficile d’ expliquer pour- quoi. La nature est parfois capricieuse. Par exemple, mon père et moi avons deux parcelles voisines.

La sienne a rencontré de gros problème de mildiou, alors qu’il n’y en a pas eu dans la mienne… »

Et puis, enfin, le soleil a fait son apparition. L’été, contrairement au printemps,

a été sec, ce qui a permis

d’écarter les problèmes de mildiou. La sécheresse a limité l’enherbement des entre-rangs, sauf sur les parcelles à sol profond. Toutefois, les grosses chaleurs, surtout en expo- sition ouest, ont provoqué

quelques brûlures sur les raisins, et les cépages Char- donnay ont connu quelques attaques d’oïdium.

Enfin, le retour de la pluie en septembre a débloqué les vignes, qui se sont mises à gonfler leurs grains de raisins, ce qui a contribué à sauver les rendements et à synthétiser le sucre.

terminées !). Ce qui n’est toutefois pas exceptionnel, puisqu’il est déjà arrivé que les vendanges se terminent début novembre.

« En blanc, j’ai récolté 33 hectolitres/ha, indique le vigneron, ce qui est convenable, puisque je me situe habituellement à une moyenne de 35 hecto- litres. La qualité est bonne, avec un taux de sucre qui a bien progressé en fin de saison. Mon blanc aura des degrés d’alcool élevés et une bonne

sucrosité. D’après la dégustation du jus, le vin aura des arômes d’ananas, d’agrumes et de poire. Ce devrait être un bon millé- sime… En rouge, le rende- ment est bon, avec 40 à 45 hectolitres à l’hectare, alors que je récolte habituellement 37 hectolitres en moyenne… La qualité est également au rendez-vous, le taux de sucre

est assez élevé. Au final, les vins rouges de ce millésime devraient être peu taniques. Ils seront légers et fruités. »

Pourquoi observe-t-on dans le Puy-de-Dôme des volumes stables, voire en progres- sion, alors qu’ils ont baissé en France ?

« Le rendement baisse d’une

manière globale parce qu’il y a eu du gel de printemps dans de nombreuses régions, puis beaucoup d’épisodes de grêle, répond le vigneron. Dans l’ensemble, chez nous, ces phénomènes ont été moins intenses qu’ailleurs… »

Cette année, Jérôme Chapel produira également du rosé, ce qu’il n’avait pas fait depuis deux ans.

« J’en ferai un petit volume,

pour répondre à la demande de mes clients. », explique le vigneron. z

ment tardif sur les vignes.

Cette saison a aussi été marquée par un orage de grêle le 28 mai. Sur certaines parcelles situées à Saint-Georges-ès-Allier, j’ai eu 80 % de perte, mais il y a eu peu de dégât sur les vignes de Laps. L’ennui, c’est que si ces grêles grèvent le rendement de cette année, elles auront aussi un impact sur la campagne suivante…»

Jérome Chapel, vigneron à Laps, résume ainsi le début de saison, qui n’augurait rien de bon pour la suite. D’autant que les épisodes climatiques ont perturbé les ceps, qui n’ont ensuite guère évolué durant un mois.

Les excès d’eau du mois de juin ont également généré des problèmes de coulures :

certaines fleurs n’ont pas été fécondées, avec à la clef

« Ce devrait être un bon millésime »

Les vendanges ont été

tardives cette année : chez Jérôme Chapel, elles ont démarré le 30 septembre, alors que l’an dernier, elles avaient débuté le 12 septembre pour se terminer le 25 (à la date de lancement des vendanges 2016, celles de 2015 étaient donc déjà

se terminer le 25 (à la date de lancement des vendanges 2016, celles de 2015 étaient
se terminer le 25 (à la date de lancement des vendanges 2016, celles de 2015 étaient
se terminer le 25 (à la date de lancement des vendanges 2016, celles de 2015 étaient

28 octobre 2016

9

MARCHE s

MARCHE s CoTATIoNs & TENDANCEs vACHE «R3» 3,69  (+0,01 ) euros par kilo de carcasse

CoTATIoNs & TENDANCEs

vACHE «R3» 3,69  (+0,01 ) euros par kilo de carcasse 4,20 4,15 4,10 4,05
vACHE «R3»
3,69  (+0,01 )
euros par kilo de carcasse
4,20
4,15
4,10
4,05
4,00
3,95
2014
3,90
3,85
3,80
2015
3,75
3,70
2016
3,65
1
3
5
7
9
11
13 15 17 19 21 23 25 27 29 31
33 35 37 39 41 43 45 47 49 51
vACHE «o3» 3,13  (+0,06) euros par kilo de carcasse 3,7 3,6 3,5 3,4 3,3
vACHE «o3»
3,13  (+0,06)
euros par kilo de carcasse
3,7
3,6
3,5
3,4
3,3
3,2
2014
3,1
3,0
2,9
2016 2013
2,8
1
3
5
7
9
11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49 51 53
bRoUTARD charol «U», 350 kg 2,64  (-0,03) euros par kilo de carcasse 2,9 2,8
bRoUTARD charol «U», 350 kg
2,64  (-0,03)
euros par kilo de carcasse
2,9
2,8
2,7
2,6
2015
2,5
2,4
2016 2014
2,3
1
3
5
7
9
11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49 51 53
bRoUTARD croisé « R », 300 kg 2,44  (=) euros par kilo de carcasse
bRoUTARD croisé « R », 300 kg
2,44  (=)
euros par kilo de carcasse
2,6
2,5
2016
2,4
2015
2014
2,3
2,2
1
3
5
7
9
11
13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43
45 47 49 51
vEAU de boucherie 5,48  (+0,01) euros par kilo de carcasse 6,5 6,4 6,3 6,2
vEAU de boucherie
5,48  (+0,01)
euros par kilo de carcasse
6,5
6,4
6,3
6,2
2014
6,1
6,0
5,9
2015
5,8
5,7
5,6
5,5
2016
5,4
5,3
1
3
5
7
9
11
13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49 51

leS analYSeS

boVinS Viande

Consommation atone de viande bovine La consommation de viande bovine est mise à mal par la canicule qui sévit dans plusieurs départements. A Rungis, les cours chutent, faute de demande. Les besoins des abattoirs sont restreints. Malgré une baisse de l’offre, les ventes sont difficiles. Les prix restent pourtant stables dans l’ensemble avec un PMP d’état d’engraissement 3 de 3,45 euros/ kg, soit une hausse de 1 ct/kg par rapport à la semaine précédente. En vif, les cours se maintiennent pour les gros bovins vifs avec un PMP de 177,31 euros/ 100 kg vifs. Les exportations de jeunes bovins vers l’Italie ralentissent. La demande en broutards est faible en cette période et le marché turc reste bloqué : les cours sont baissiers. L’Union européenne signale que les prix mondiaux de la viande bovine sont restés stables sur la période allant de janvier à juin 2016. Au Brésil et en Argen- tine, les prix ont légèrement augmenté mais restent les plus bas. Les exportations du Brésil sont donc en constante augmentation et de nouveaux marchés continuent de s’ouvrir pour ce pays. Au Royaume-Uni, les prix des gros bovins entrée abattoir ont été revalorisés sur le marché intérieur, notamment pour les jeunes bovins. En effet, la dévalorisa- tion de la livre sterling rend les animaux britanniques plus compétitifs.

PorcinS

Marché fluide Après de nombreuses semaines consé- cutives de hausse depuis la fin du mois d’avril, le prix de base en production au marché du porc breton a marqué le pas cette semaine en n’augmentant que 0,1 ct/kg aux marchés de lundi et de jeudi. L’activité hebdomadaire d’abattage sur la zone UNIPORC est correcte pour la saison et elle s’élève à 365 911 porcs. Elle est supérieure de 9 300 porcs par rapport à celle de la même semaine de 2015 (356 600 porcs). Le poids moyen de carcasse reste stable à 93,31 kg/tête. Cette situa- tion reflète un équilibre entre l’offre en production et les besoins des abatteurs. Le marché conserve toute sa fluidité. Sur le marché intérieur, le commerce a été irré- gulier, affecté par les trop fortes chaleurs et par l’attentat de Nice sur la région méditerranéenne. À l’export, les envois vers l’Asie se poursuivent à un bon rythme.

vEAU de 8 jours (engraiss.) 113,63  (-12,87) euros par kilo de carcasse 150 140
vEAU de 8 jours (engraiss.)
113,63  (-12,87)
euros par kilo de carcasse
150
140
130
120
110
100
90
80
2016 2014
70
60
50
2015
40
30
1
3
5
7
9
11
13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49 51
13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43

Dans les autres pays européens, la recon- duction des cours entamée la semaine précédente se poursuit. Le cours espagnol marque aussi une pause, il a très légère- ment progressé 0,1 ct/kg.

Volaille

Concurrence des poulets brésilien

A Rungis, les arrivages s’ajustent à la

demande. Les cours sont reconduits pour l’ensemble des produits, hormis le lapin dont les prix baissent. Les besoins des abat- toirs sont encore faibles puisque les débou-

chés sont toujours peu nombreux ou à prix

très bas. Le marché africain reste bloqué.

La demande est très inférieure à l’offre qui

reste large. Les stocks augmentent et les cours s’effondrent. Au Moyen-Orient et

au Proche-Orient, les poulets français sont

concurrencés par les poulets brésiliens, plus compétitifs du fait de la dévalorisation du real : les exportations françaises vers ces pays ont diminué de 11 % en cumul sur les cinq premiers mois de 2016 par rapport à

2015.

Sur le marché de l’œuf de consomma- tion, les disponibilités surpassent toujours

les

besoins. La demande est correcte dans

les

zones de villégiature mais ne suffit pas

à compenser la baisse de consommation dans le reste de la France. Les disponibi- lités ont augmenté cette semaine suite aux retards d’enlèvements provoqués par le jour férié de la semaine dernière. Les cours sont donc en replis et les stocks augmentent, notamment pour les œufs de gros calibre. Pour les œufs d’industries, l’offre déjà large est étoffée par les œufs invendus pour le conditionnement. Les besoins sont pourtant faibles puisque l’activité en ovo-produits est calme. Les cours sont également en baisse.

VeaUX

La consommation de viande vitelline est elle

aussi plutôt faible durant les mois d’été. A Rungis, les ventes sont laborieuses et les cours en recul. La baisse annuelle des cours continuent. Pour les veaux de boucherie

AGNEAU de boucherie 6,06 (+0,26) euros par kilo de carcasse 2014 6,8 2016 6,6 6,4
AGNEAU de boucherie
6,06 (+0,26)
euros par kilo de carcasse
2014
6,8
2016
6,6
6,4
6,2
2015
6,0
5,8
5,6
5,4
1
3
5
7
9
11 13 15 17 19 21 23 25 27
29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49 51

non élevés au pis, les prix entrée abattoir parviennent tout de même à se maintenir avec une hausse du PMP de 1ct/kg. Le PMP

des veaux élevés au pis baisse de 25 cts/kg.

Pour les veaux de 8 jours, les apports sont légèrement réduits sur les marchés puisque

les éleveurs sont occupés par les travaux

des champs. Cependant, la fermeture des marchés pour le 14 juillet à engendré des reports. Les marchés sont donc plus fournis cette semaine face à une demande très faible. Le PMP recule de 14 euros/tête

oVinS

Stabilisation des prix britanniques

A Rungis, les prix s’effritent car la

demande commence à ralentir. Les cours de l’agneau de boucherie restent en hausse pour l’instant avec une augmen- tation du PMP de 12 cts/kg par rapport

à la semaine dernière. Le PMP des brebis reste à 2,48 euros/kg. Les cours devraient

se stabiliser avec la fin du mois, toujours synonyme de ralentissement de la consom-

mation. En vif, les marchés sont calmes et

les cours stables à haussiers. Au Royaume-

Uni, la dévalorisation de la livre sterling et ses conséquences s’amenuisent. Le cours des agneaux est en baisse cette semaine, bien que largement supérieur à son niveau

de 2015, tandis que le cours de la viande

ovine continue d’augmenter puisque le

nombre d’abattage continue de diminuer

en Grand Bretagne.

collecte de lait

collecte de lait de la semaine 28/2016

baisse de 0,6 % par rapport à la semaine 27/2016. Son évolution par rapport à la

semaine 28/2015 est en baisse de 1 %. Le prix moyen des contrats de beurre cube standard 82 % MG en semaine 29/2016

est confidentiel. Pour indication, le prix

moyen glissant des contrats des quatre dernières semaines est de 3 247 euros/ tonne (+26 euros/tonne par rapport à la semaine 28/2016). z

La

PoRC CLAssE E 1,64  (+0,03) euros par kilo de carcasse 1,8 1,7 2016 1,6
PoRC CLAssE E
1,64  (+0,03)
euros par kilo de carcasse
1,8
1,7
2016
1,6
1,5
1,4
2015
1,3
1,2
1,1
2014
1,0
1
3
5
7
9
11 13 15 17 19
21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49 51

10

1,2 1,1 2014 1,0 1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23

28 octobre 2016

cotationS et marchÉS locaUX

chateaUmeillant

Marché bovin du 17 juillet

Nb: nos cotations sont établies à partir des poids bruts (sans déduction de jeûn) Amenés : 357 avec 96 % de vendus

Bovins de boucherie

Tarifs inchangés malgré la qualité des apports.

VACHES Viande : U 3,50-3,60 7;

R

3,40-3,50.

Broutards et Laitonnes En broutards : Même si le contexte n’est pas facile la bonne qualité des animaux présentés dynamise la vente permettant aux cours de remonter dans les sujets inférieurs à 400 kg. Vente

totale. En laitonnes : vente rapide et totale. Prix fermes.

• BROUTARDS Charolais (- de 200

kg) : U inc ; R inc. (200-250 kg) : U

inc ; R inc. (250-300 kg) : U inc ; R inc. (300-350 kg) : U 2,77-2,85-2,80 ;

R

2,49-2,72-2,61. (350-400 kg) :

U

2,71-2,76-2,73 ; R inc. (400-450

kg) : U 2,57-2,65-2,61 ; R inc. (450-

500 kg) : U 2,46-2,57-2,55 ; R inc.

• BROUTARDS Limousins (250-300

kg) : U inc ; R inc. (300-350 kg) : U 2,71-2,96-2,84 ; R inc. (350-400 kg) : U inc ; R inc.

• LAITONNES Charolaises (200-250

kg) : U inc ; R inc. (250-300 kg) : U 2,55-2,60-2,57 ; R inc. (300-350 kg) : U 2,53-2,62-2,58 ; R inc. (350-

400 kg) : U 2,49-2,56-2,51 ; R inc.

Bovins d’embouche

Même si les apports sont modérés, les cours ne progressent pas.

• GENISSES (12 à 24 mois) (400-450

kg) : U inc ; R inc ; O inc. (+ 450 kg) :

U inc ; R inc. (24 à 36 mois) : E inc ; U 1,92-2,00-1,95 ; R inc.

• VACHES Suitées inc.

• VACHES (- de 5 ans) : E inc ; U 1,83- 1,92-1,88 ; R 1,50-1,82-1,69. (5 à

10 ans) : U 1,76-1,89-1,85 ; R 1,59-

1,85-1,70. (+ de 10 ans) : U inc ; R inc.

Marché ovin du 12 juillet

Foire aux béliers reproducteurs inscrits

le mardi 26 juillet sur le site du Marché au Cadran. Renseignements au secre- tariat. En agneaux : les conditions climatiques de ces dernières semaines favorisent la consommation et stimu- lent les besoins des acheteurs. Vente totale à des cours en nette progres- sion. En brebis, béliers: même si les apports sont importants la qualité est au rendez vous et la vente soutenue dans l’ensemble de la catégorie. Prochain marché le mardi 26 juillet. Amenés : 1030 avec 100 % de vendus. Vente totale.

• AGNEAUX Gras - de 38 kg : U 3,05-

3,06-3,06 ; R 2,71-2,97-2,88. 38 à

44 kg : U 2,92-3,33-3,10 ; R 2,59-

3,03-2,90. + de 44 kg : U 2,74-3,09-

2,99 ; R 2,35-2,89-2,77. Laitons - de

38 kg : U inc ; R inc. 38 à 44 kg : U

inc ; R inc. + de 44 kg : U inc ; R inc.

• BÉLIERS : 78-122.

• BREBIS au kg net : U 1,09-1,57- 1,39 ; R 0,76-1,23-1,07.

• AGNEAUX Maigres : inc.

maUriac

Marché bovin du 09 mai

Repli des apports dû en partie au jour férié de l’ascension. Malgré tout les acheteurs restent présents.En Animaux d’Engrais et d’Elevage : Les sorties d’étables étant quasi achevées le nombre de vaches maigres est donc réduit. De ce fait le commerce est facilité et les acheteurs n’hésitent pas à miser sur de bons lots. Pour les vaches de qualité moyenne les prix sont revus à la baisse. En animaux de boucherie :

La présentation de quelques bonnes vaches Salers redonne le moral et avec un faible volume à la vente 100 % des animaux trouvent preneurs. En Veaux Naissants : Les jeunes veaux croisés et laitiers purs ayant une bonne appar- ence s’écoulent facilement à des prix encore attractifs. Nos cotations sont établies à partir de poids de poids Bruts (sans déduction de jeûn) et sur des animaux valable- ment vaccinés FCO. Prochain Marché Lundi 16 MAI 2016 à 9h30. Pour vos annonces merci d’appeler au 04 71 68 13 08, Jeudi avant 17H !! Amenés : 314 dont 88 % vendus.

Broutards et Laitonnes

En Broutards : Offre de qualité mais réduite ce qui ne permet pas d’établir une cotation. Quelques bons lots de laitons se valorisent mais à des prix inférieurs aux autres années. En Velles : Les volumes sont légers mais les bonnes femelles non grasses reprennent quelques centimes.

• BROUTARDS Croisés 250 à 300

kg : U inc ; R inc. 300 à 350 kg : U

inc ; R inc. 350 à 400 kg : U inc ; R 2,58. 400 à 450 kg : U inc ; R inc.

BROUTARDS Salers 250 à 300 kg :

U

inc ; R inc. 300 à 350 kg : U inc ; R

inc. 350 à 400 kg : U inc ; R inc. 400

à 450 kg : U inc ; R inc.

• LAITONNES Croisées 200 à 250

kg : U inc ; R inc. 250 à 300 kg : U inc ; R inc. 300 à 350 kg : U inc ; R

2,35 . 350 à 400 kg : U inc ; R inc.

LAITONNES Salers 200 à 250 kg :

U

inc ; R inc. 250 à 300 kg : U inc ; R

inc. 300 à 350 kg : U inc. ; R inc. 350

à 400 kg : U inc; R inc.

Saint-chriStoPhe-en-brionnaiS

Marché Bovin du 20 juillet

Amenés 1 114 : Cadran 922 ; Gré à gré 192

Bovins de boucherie

Cours difficilement reconduits.

• GENISSES : U 4,27-5,20 ; R 3,66-

4,04.

• VACHES : Viande U 3,73-4,08 ; R

3,35-3,66.

• TAUREAUX : inc.

Broutards et Laitonnes Broutard: Reprise difficile après la semaine du 14 Juillet. Les cours sont difficilement reconduits. Laitonnes:

Bonne demande dans toutes les caté- gories. Taurillons et Génisses: Cours globalement reconduits dans ces deux catégories, les bons animaux ce négo- cient rapidement.

• BROUTARDS Charolais 6-12 mois

(- 200 kg) : U inc; R inc. (200 à 250 kg) : U 2,55-3,18 ; R 2,43-2,55. (250

à 300 kg): U 2,59-2,93 ; R 2,57-

2,59. (300 à 350 kg) : U 2,57-2,89 ;

R 2,46-2,57. (350 à 400 kg) : U 2,51-

2,78 ; R inc. (400 à 450 kg) : U 2,57- 2,69 ; R 2,48-2,57. (450 à 500 kg) :

U inc ; R inc. (+ de 500 kg) : U inc ; R

inc.

• LAITONNES (- 220 kg) : U inc ; R

inc. (220-300 kg) : U 2,59-2,82 ; R 2,18-2,59. (+ de 300 kg) : U 2,37- 2,63 ; R 2,28-2,37.

TAURILLONS Charolais (- 300 kg) :

U

2,71-2,77 ; R 2,28-2,71. (300-400

kg) : U 2,52-2,57 ; R 2,25-2,52. (400-

450 kg) : U inc ; R inc. (450-500 kg) :

U 2,27-2,60 ; R inc. (500-600 kg) : U

2,35-2,48 ; R 2,02-2,35. (+ de 600 kg) U inc ; R inc.

• GÉNISSES 12-24 mois (350-400

kg) : U 2,21-3,10 ; R 1,50-2,21. (400-

450 kg) : U inc ; R inc. (+ de 450 kg) :

U inc ; R inc. 24-36 mois : U 1,99-

4,29 ; R 1,85-1,99.

Bovins d’embouche Apports en conséquences et de bonne qualité, cours reconduits.

VACHES (- de 5 ans) : U 1,91-3,16 ;

R

1,64-1,91. (5 à 10 ans) : U 1,68-

2,20 ; R 1,20-1,68. (+ de 10 ans) : U 1,75-2,05 ; R 1,39-1,75.

• TAUREAUX : U inc ; R inc.

• VACHES Suitées 1 120.

SancoinS

Marché bovin du 20 Juillet

Bovins de boucherie

Cours reconduits dans toutes les cate- gories. Amenés 104 :Vaches 45 ; Génisses 52 ; Boeufs 0 ; Taureaux 3 ; Jeunes bovins 4.

• VACHES Viande : R 3,15-3,50-3,42

(=). Charolaises plus de 350 kg : U 3,66-3,96-3,74 (=) ; R 3,40-3,64- 3,52 (=). Mixte : O 2,65-3,15-2,90 (=). Lait : P 1,90-2,65-2,52 (=).

• GÉNISSES Viande/mixte/lait : U

3,70-4,35-3,80 (=) ; R 3,38-3,66- 3,60 (=).

• TAUREAUX : URO inc.

Broutards et Laitonnes Les animaux d’automne prennent facilement preneur. Amenés : 136.

• BROUTARDS Charolais (200 à 250

kg) : U inc ; R inc. (250 à 300 kg): U inc ; R inc. (300 à 350 kg) : U 2,71 ;

R 2,62. (350 à 400 kg) : U 2,67 ; R

2,55. (400 à 450 kg) : inc ; R inc. (450 à 500 kg) : U inc ; R inc.

• LAITONNES Charolaises (150-200

kg) : U inc ; R inc. (200-250 kg) : U inc ; R inc. (250-300 kg) : U 2,56 ; R

2,45. (300-350 kg) : U 2,56 (+0,05) ;

R inc. (+ de 350 kg) : U inc ; R inc.

Bovins d’embouche Cours reconduits en vaches, plus- values dans les génisses, entraînant une hausse dans les cours. Amenés : 108.

• VACHES (- de 5 ans) : U 1,75-2,10-

1,90 (=) ; R 1,62-1,82-1,72 (+ 0,02).

(5 à 10 ans) : U 1,75-1,99-1,82 (=) ; R 1,60-1,88-1,70 (=). (+ de 10 ans) : R 1,38-1,80-1,65 (+).

• GÉNISSES (24 à 36 mois) : U 2,17-

2,67-2,32 ; R 1,65-2,10-1,90 (+

0,05).

• TAUREAU (+ 500 Kg) : U inc ; R inc.

Marché ovin du 20 Juillet

En brebis : Vente rapide et complète en toutes catégories de brebis avec hausse des cours. En agneaux : Vente totale et active en agneaux, hausse des cours en toute catégories. Amenés 981 : Agneaux gras 391 ; Agneaux d’embouche 52 ; Brebis 335 ; Béliers 13 ; Caprins 190.

• AGNEAUX (- de 32 kg) : U inc ; R

inc. (32 à 38 kg) : U 2,80-3,40-3,10

(+ 0,16) ; R 2,60-2,90-2,78 (+ 0,18). (38 à 44 kg) : U 2,60-3,33-3,16 (+ 0,10) ; R 2,60-2,90-2,80 (+ 0,2). (+ de 44 kg) : U 2,20-2,67-2,53 (+ 0,07) ; R inc.

• BREBIS (- de 60 kg) : U 0,50-1,08-

1,02 (=) ; R inc ; (+ de 60 kg) : U 0,85- 1,69-1,43 (+ 0,18) ; R inc.

• BÉLIERS : 41-110-95 (=).

• CHÈVRES : 20-61-58 (=).

• BREBIS Suitées : inc.

• Agneaux d’embouche : inc.

SaUGUeS

Marché au veaux du 25 juillet

Marché très discuté. Vente calme et très difficile pour les femelles. Amenés : 63 • VEAUX D’ENGRAISSEMENT Montbéliards Mâles Et Femelles :

246-262-254.

• VEAUX D’ÉLEVAGE Croisés Charo-

lais Mâles : 323-615-469. Femelles :

231-446-339.

Marché ovin du 10 juin

En brebis : Cours reconduits, peu d’apport. En agneaux : Marché très

actif, cours en hausse, apports en hausse. Amenés 1018 : Agneaux 978 ; Brebis

40.

• BREBIS au kg net : - de 25 kg O inc. + de 30 kg : R inc.

• AGNEAUX au kg net : - de 12 kg R

7,20 ; O inc. 12 à 16 kg : R 6,90 ; O 6,70. 16 à 19 kg : R 6,90 ; O 6,60.

USSel

Marché bovin du 19 juillet

Amenés : 353 avec 94 % de vendus.

Bovins de boucherie

• VACHES Limousines (- de 10 ans) :

4,10-4,43 ; (+ de 10 ans) : 3,42- 3,86. Holstein : inc. Montbéliardes :

inc. Charolaises : inc. Salers : inc.

• GÉNISSES : inc.

• TAUREAUX : 2,59-2,68.

• TAURILLIONS Maigres : inc.

Broutards et Laitonnes • BROUTARDS Limousins (250 à 300 kg): U 2,91-3,08 ; R inc. (300 à 350 kg) : U 2,74-3,10 ; R 2,75-2,75. (350 à 400 kg) : U 2,69-2,91 ; R inc. (400 à 450 kg) : U 2,45-2,64 ; R inc.

• LAITONNES Limousines (220-300

kg) : U 2,73-2,99 ; R pnc. (300-350 kg) : U 2,60-2,90 ; R inc. (+ de 350 kg) : U 2,30-2,48 ; R inc.

Bovins d’embouche

• VACHES Maigres (- de 5 ans) : U

1,86-2,25 ; R 1,86-1,86. (5 à 10

ans) : U 1,86-2,09 ; R 1,87-1,87. (+ de 10 ans) : U 1,77-1,93 ; R 1,53-

1,53.

• GÉNISSES (12 à 24 mois) : 2,21-

2,48. (24 à 36 mois) : 1,87-2,31.

• VACHES Suitées 2,44-2,57.

GÉNISSES (12 à 24 mois) : 2,21- 2,48. (24 à 36 mois) : 1,87-2,31. • VACHES

28 octobre 2016

11

dÉtente

▼ dÉtente 5 erreurs Carole s’est trompée en recopiant le premier dessin, aidez Ludo à retrouver
5 erreurs Carole s’est trompée en recopiant le premier dessin, aidez Ludo à retrouver les
5 erreurs
Carole s’est trompée en recopiant le premier
dessin, aidez Ludo à retrouver les 5 erreurs !

Recette

Champignons farcis,

mousseline de potimarron

ingrédients (4 personnes)

4 gros champignons de Paris

15 g de beurre

sel fin

poivre du moulin

½ citron

300 g de potimarron

15 cl de crème

1 trait d’huile d’olive

25 g de noisettes

L aver les champignons,

retirer les pieds puis déposer

les chapeaux dans une

sauteuse profonde. Verser de

l’eau à mi-hauteur des champignons, le beurre

et le jus du demi-citron. Cuire à couvert 8 à 10 minutes. Laver le

potimarron. Inutile de l’éplucher mais le couper en deux pour retirer

les graines puis le tailler grossièrement en morceaux. Le cuire à la

vapeur (environ 15 min). Ecraser ensuite le potimarron à la fourchette.

Ajouter l’huile d’olive, la crème et les noisettes concassées.

Saler, poivrer. Farcir les champignons de cette préparation. Déguster chaud ou froid. z Source Interfel

Calendrier Lunaire Retrouvez le calendrier lunaire complet du mois de septembre dans l’édition n° 3054
Calendrier Lunaire
Retrouvez le calendrier lunaire
complet du mois de septembre
dans l’édition n° 3054
Travaux de la semaine
Du 28 au 30 :
récoltez
les
légumes
racines
qui
peuvent
pas
passer
ne l’hiver
terre,
Répandez
du en
compost
autour
des
arbres.
Du 31 au 1er
: taillez
les rosiers arbustifs,
plantez des bulbes de
printemps et les vivaces.z
plantez des bulbes de printemps et les vivaces.z Roman à lire Le Vol de l’alouette U
Roman à lire Le Vol de l’alouette U ne réflexion profonde sur les Trente Glorieuses
Roman à lire
Le Vol de l’alouette
U ne réflexion profonde sur les Trente
Glorieuses et un récit tout particu-
lièrement dirigé sur l’été 1940 et
la lente réconciliation franco-allemande.
Plongez au coeur de l’industrie du bois et
des jouets.
Le Vent du Peyradoux Victor reverra-t-il
un jour Blanche ? Victor Lalouet, 80 ans,
se remémore sa vie et celle de l’entreprise familiale, une fabrique
de jouets en bois. En 1940, alors qu’il est déserteur, il rencontre
Blanche, mais leur amour est contrarié par les parents de cette
dernière. Victor se consacre alors entièrement à son entreprise qu’il
entend moderniser et pérenniser. Pourtant un beau jour, son passé
le rattrape…
Auteur : James Gressier,
Editions De Boree, Prix : 18,90 euros z

Mot Fléché

• FLECHES 9x14 • 061

PLANCHE SOIRÉE MESURÉE DANSANTE ALIAS COURTOI- MULTI- AMENHO- MALOTRU BIEN SIE TUDES TEP IV VENUS
PLANCHE
SOIRÉE
MESURÉE
DANSANTE
ALIAS
COURTOI-
MULTI-
AMENHO-
MALOTRU
BIEN
SIE
TUDES
TEP IV
VENUS
TABLE DE
PARCOURU
SACRIFICE
BLÊMES
FOYERS
BAVARDE
MILIEU
THÉ DES
AGENT
JÉSUITES
SECRET
GRANDE
OBSÉDÉS
ANTILOPE
D’UN
AUXILIAIRE
DIRECTION
ACCORD
PIÈCES DE
VERS
VILE
GARDIENS
DE PRISON
VOLUME
ADVERBE
PARFAIT
CÉRÉALE
BOIT AVEC
BRAME
LA LANGUE
INFÉCOND
VIRTUO-
LETTRE
SITÉ
GRECQUE
CERVIDÉ
APPARU
ARBUSTE
TROPICAL
PLATINE
TRAVAILLE
GÉNIE
FÉMININ
ARBUSTE TROPICAL PLATINE TRAVAILLE GÉNIE FÉMININ DU 28 oCTobRE AU 4 NovEMbRE Tarif : 5 e
ARBUSTE TROPICAL PLATINE TRAVAILLE GÉNIE FÉMININ DU 28 oCTobRE AU 4 NovEMbRE Tarif : 5 e
ARBUSTE TROPICAL PLATINE TRAVAILLE GÉNIE FÉMININ DU 28 oCTobRE AU 4 NovEMbRE Tarif : 5 e
DU 28 oCTobRE AU 4 NovEMbRE Tarif : 5 e ; 3 e pour les
DU 28 oCTobRE AU 4 NovEMbRE
Tarif : 5 e ; 3 e pour les moins de 18 ans,
les demandeurs d’emploi et la carte Cezam;
38 e pour un abonnement de 10 places
FRANTZ (vosTF)
Drame -20 h 30
28 octobre : La-Chapelle-Agnon
29 octobre : St-Victor-Montvianeix
2 novembre : Bort l’Etang
vICToRIA
comédie dramatique - 20 h 30
29 octobre : Sauvessanges
3 novembre : Arlanc
4 novembre : Vertolaye
DIvINEs
Drame -20 h30
28 octobre : St-Jean des Ollières
29 octobre : St-Germain l’Herm
1er novembre : Billom
3 novembre : Sauxillanges
4 novembre : La-Chaise-Dieu
   

I

 

B

 

A

 

A

 

I

N

F

O

R

T

U

N

E

Solution du mot fléché précédent

 

D

E

V

E

R

S

E

R

M

I

L

I

C

E

 

T

E

 

G

I

D

E

 

P

H

I

V

E

N

E

L

L

E

 

N

 

N

 

S

 

E

L

I

T

E

T

A

 

E

T

A

M

E

   

R

A

T

 

G

A

 

B

A

T

H

 

L

E

G

O

 

D

I

A

N

E

 

I

N

A

I

S

N

E

 

C

N

C

   

E

T

E

 

N

U

E

E

G

U

E

R

R

O

I

E

S

Page réalisée et mise en page par Carole Bendotti (carolebendotti@paysandauvergne.fr)

12

E S ➤ Page réalisée et mise en page par Carole Bendotti (carolebendotti@paysandauvergne.fr) 1 2 28

28 octobre 2016

programme tV - semaine dU 29 octobre aU 4 noVembre

Télévision

Taratata 100 % Live au Zénith

T aratata vous avait

manqué ? L'émission

revient en prime time

lors d'une édition spéciale 100

%

Live

au

Zénith,

retransmise samedi soir sur France 2. Fidèle au poste, Nagui recevra quarante talents de la chanson, dont M. Pokora, Imany, Dionysos, Youssou N'Dour, Julian Per- retta ou encore Vianney, accompagnés d'une centaine de musiciens. Rendez-vous incontournable des mélo-

© Gilles GUSTINE
© Gilles GUSTINE

manes, Taratata avait été sup- primée des grilles de la chaîne en 2013 avant de revenir deux ans plus tard, le vendredi en

seconde partie de soirée. Romance Lebeau Samedi - France 2, 20 h 50

Rio

Vacances de la Toussaint obligent, les dessins animés envahissent le petit écran ! Dimanche soir, TF1 proposera le film Rio, dans lequel un perroquet de compagnie quitte le confort de sa cage pour rencontrer son alter ego féminin… au Brésil ! Lorànt Deutsch et Laetitia Casta prêtent leurs voix à ce couple

d'aras mal assortis : lui, l'oiseau des villes qui ne sait pas voler ; elle, la belle intrépide de la jungle. Un carnaval de gags et de couleurs que l’on doit aux créateurs de la saga L'Âge de glace.

Dimanche - TF1, 20 h 55

SEMAINE DU 29 OCTOBRE AU 4 NOVEMBRE

Crime et Châtiment

Après le journal télévisé, les magazines culturels ou même la chanson, Christophe Hondelatte – le présentateur emblématique de Faites entrer l’accusé dans les années 2000 –, revient aux faits divers. Dès lundi soir sur France 3, il présentera Crime et Châtiment, une nouvelle émission consacrée aux affaires judiciaires. Dans le premier numéro, le journaliste rouvrira l’enquête de Jamel Leulmi, accusé en 2009 du meurtre de ses deux com- pagnes pour percevoir leurs assurances vie.

Lundi - France 3, 20 h 55

Quel président pour l’Amérique ?

© DR
© DR

Arte proposera une programma- tion dédiée aux élections améri- caines le mardi 1 er novembre. Le documentaire Quel président pour l'Amérique ? brossera le portrait des deux candidats, Hillary Clinton et Donald Trump, tandis que Duels pour la Maison-Blanche, reviendra sur les rivaux les plus marquants de l'Histoire américaine.

Mardi - Arte, 20 h 55

SAMEDI

de l'Histoire américaine. Mardi - Arte, 20 h 55 SAMEDI NCIS : Nouvelle-Orléans, M6 TF1 19.05

NCIS : Nouvelle-Orléans, M6

TF1 19.05 50’ inside, mag.

en

équilibre 20.00 Le journal 20.30 Du côté de chez vous 20.40 Loto, jeu

20.50 Nos chers voisins, série

19.45

Petits

plats

20.55 DANSE

AVEC LES STARS

Divertissement présenté par Sandrine Quétier, Laurent Ournac

23.30

suite

FR2 17.35 Meurtres au paradis, série 18.45

N’oubliez pas les paroles 19.50 Météo 20.00 Journal de 20 h 20.40 Parents mode d’emploi, série

Danse avec les stars, la

20.55TARATATA 100 % LIVE AU ZÉNITH

Divertissement présenté par Nagui

23.25

02.15

FR3 18.45 Eurêka ! Petite histoire des grandes

découvertes médicales 19.00 Le 19/20 20.15 Ma maison s’agrandit, se rénove 20.25 Zorro

On n’est pas couché

Stupéfiant !, mag.

20.55

MEURTRES

À ÉTRETAT

Téléfilm avec : Adriana Karembeu

22.35

22.55

Blanche, téléfilm

C+ 18.00 Hanounight show 18.50 Jamel comedy club,

spectacle 19.20 L’émission d’Antoine, mag. 19.45 L’émission

d’Antoine, mag. 20.30 Rugby :

Avant-match, sport (C)

Soir 3 La clinique du docteur

20.45 RUGBY : BAYONNE /

RACING METRO

Top 14 - 9 e journée

22.35

23.15

M6 18.40Commissariat central, série 19.40 Météo 19.45 Le

19.45 20.20 Scènes de ménages,

série

Jour de rugby, sport

Jour de foot, mag.

21.00

NCIS :

NOUVELLE-ORLÉANS

4 épisodes

Série

00.20

01.05

02.40

18.10 Cuisines des terroirs, doc. 18.35

Arte reportage, mag. 19.30 Le dessous des cartes, mag. 19.45

ARTE

NCIS : Nouvelle-Orléans

Supernatural, série 2 ép.

Météo

Arte Journal 20.00 360°-Géo, mag.

20.45 Blaise, série

20.50 L’AVENTURE

HUMAINE

Objectif Mont-Blanc

Documentaire

22.25 L’aventure humaine, doc.

DIMANCHE

Documentaire 22.25 L’aventure humaine, doc. DIMANCHE Rio, TF1 TF1 17.15 Sept àhuit life, mag. 18.15 Sept

Rio, TF1

TF1 17.15Sept àhuit life, mag. 18.15 Sept à huit, mag.

19.45 A chacun sa ville 19.50 Saga

hippique 20.00 Le journal 20.30 Du

côté de chez vous

20.55 RIO

Film avec : Laetitia Casta

22.50 La momie : la tombe de

l’empereur dragon, film

00.45

01.40

FR2 17.50

19.50 Météo 20.00

Journal de 20 h 20.40 Parents mode d’emploi, série 20.50 Météo

Vivement la télé

NewYork Police Judiciaire

NewYork Police Judiciaire

20.55

L’AMOUR C’EST

MIEUX À DEUX

Film de Arnaud Lemort, Dominique Farrugia Avec : Manu Payet

22.35

00.15

FR3 18.45 Eurêka ! Petite histoire des grandes

découvertes médicales 19.00 Le 19/20 20.05 Tout le sport 20.20 Météo régionale 20.25 Zorro

20.55 LES ENQUÊTES

DE MURDOCH

3 épisodes

Série avec :Yannick Bisson 23.55 Météo

00.00

C+ 18.05

Canal rugby club,

sport (C) 19.10 Canal

football club 1ère partie, sport (C)

19.40 Canal football club 2e partie,

sport (C) 20.55 Football : Avant- match, sport (C)

21.00FOOTBALL :LIGUE 1

11 e journée

22.55 Canal football club le

debrief, sport

23.15 J+1, mag.

M6 17.20 66 minutes, mag.

66 minutes : grand

format, mag. 19.40 Météo 19.45 Le

19.45 20.05 Sport 6, mag. 20.15 E=M6, mag.

Un jour, un destin, doc.

Météo

Soir 3

18.40

21.00 ZONE INTERDITE

Disneyland Paris : les secrets du royaume de Mickey

Présenté par Ophélie Meunier

23.00

00.20

Beethoven,

symphonie

“Pastorale” 19.05 Personne ne bouge ! 19.45 Arte Journal 20.00 Karambolage 20.15 Vox Pop 20.40

Blaise, série

20.45 LUTHER

Film de Eric Till Avec : Joseph Fiennes

22.45

23.45

Enquête exclusive, mag.

Enquête exclusive, mag.

18.20

ARTE

L’aventure humaine, doc.

L’aventure humaine, doc.

LUNDI

L’aventure humaine, doc. L’aventure humaine, doc. LUNDI La cage aux folles, Arte Bienvenue chez nous 18.50

La cage aux folles, Arte

Bienvenue chez

nous 18.50 Bienvenue à

l’hôtel 19.55 Météo 20.00 Le journal

TF1 17.55

20.30 Météo 20.40 Loto, jeu 20.45

Quotidien express, mag. 20.50

C’est Canteloup

20.55 CAMPING PARADIS

Mystère au camping

Série

22.45

23.30

FR2 17.35 Actuality, mag.

N’oubliez pas les

paroles, jeu 19.15 N’oubliez pas les

paroles 20.00 Journal de 20 h 20.35 Parentsmoded’emploi, série20.40

Alcaline 20.50 Météo

avec : Laurent Ournac

NewYork Unité Spéciale

NewYork Unité Spéciale

18.40

20.55 CASTLE

3 épisodes Série avec : Stana Katic

Mr. Robot, série 2 ép.

00.40

FR3 17.30

Questions pour un

champion 18.45 Objectif indépendance 19.00 Le 19/20 20.00 Tout le sport 20.25 Plus belle la vie

Slam, jeu 18.10

Dans quelle éta-gère

23.05

20.55

CRIME

ET CHÂTIMENT

Au cœur de l’affaire Jamel Leulmi Documentaire présenté par

Christophe Hondelatte

23.00 Grand Soir 3

C+ 18.55 Le gros journal (C) 19.10 Le grand journal 19.45

Le grand journal, la suite (C) 20.25

Le petit journal (C) 20.50 Catherine

et Liliane, série (C) 20.55 Les Guignols

21.00THEYOUNG POPE

Episodes 3 & 4

Série avec : Jude Law

22.50 Habillé(e)s pour

2017, doc.

M6 17.25

Les

du

shopping, jeu 18.35 Objectif

top chef, jeu 19.45 Le 19.45 20.25

Scènes de ménages, série

l’été

Reines

21.00

L’AMOUR EST

DANS LE PRÉ

Épisode 33 : le bilan (2/2) Présenté par Karine Le Marchand

22.00

23.10

nouvelle vie, doc.

18.15 La Volga en 30 jours, doc. 19.00 Les

États-Unis au fil de l’eau, doc. 19.45 Arte Journal 20.05 28 minutes, mag. 20.45 Tu mourras moins bête

20.50 LA CAGE AUX

FOLLES

Film avec : Michel Serrault

22.25

00.05

02.30

L’amour est dans le pré

Nouveau look pour une

ARTE

Harvey, film

Le mystère Enfield, série

Réveil dans la terreur, film

MARDI

mystère Enfield, série Réveil dans la terreur, film MARDI Le pont des espions, Canal + TF1

Le pont des espions, Canal +

TF1 17.50 Bienvenue chez nous 18.50 Bienvenue à

l’hôtel 19.55 Météo 20.00 Le journal

20.30 Météo 20.40 My Million, jeu

20.45 Quotidien express, mag.

20.50 C’est Canteloup

20.55 BLINDSPOT

2 épisodes

Série avec : Sullivan Stapleton

22.40

02.50

FR2 18.25 Le plus beau pays du monde Opus 2, doc.

18.50

19.25

19.55

20.40

N’oubliez pas les paroles, jeu

Météo 20.00 Journal de 20 h

N’oubliez pas les paroles, jeu

Arrow, série 5 ép.

Programmes de nuit

Alcaline 20.50 Météo

20.55 DICAIRE SHOW

Divertissement présenté par Véronic DiCaire

22.25

00.30

FR3 18.45 Objectif indé- pendance 19.00 Le 19/20

19.55 Météo 20.00 Tout le sport,

sport 20.20 Météo régionale 20.25

Plus belle la vie, série

20.55 UN VILLAGE

FRANÇAIS

2 épisodes

Série avec : Robin Renucci

22.45 Après la guerre, la guerre

continue 1945-1950, doc.

C+ 18.50 Le journal du cinéma 19.00 Le gros journal (C)

19.10 Le grand journal (C) (C) 20.30

Le petit journal (C) 20.50 Catherine

et Liliane, série (C) 20.55 Les Guignols (C)

21.00 LE PONT

DES ESPIONS

Film avec : Tom Hanks

23.15

01.15

M6 17.25

du

Les

shopping, jeu 18.35 Objectif

top chef, jeu 19.40 Météo 19.45 Le

19.45 20.25 Scènes de ménages, série

21.00 LA FRANCE A UN

Infrarouge, doc.

Infrarouge, doc.

Strictly criminal, film

Marguerite et julien, film

Reines

INCROYABLETALENT

Épisode 2 : les auditions

Présenté par David Ginola

22.50 La France a un incroyable

talent, ça continue

le

monde, doc.18.15 La

Volga en 30 jours, doc. 19.00 Les États-Unis au fil de l’eau, doc. 19.45 Arte Journal 20.05 28 minutes

20.50 Tu mourras moins bête, série

ARTE

17.45

Habiter

20.55

QUEL PRÉSIDENT

POUR L’AMÉRIQUE ?

Le duel : Clinton contre Trump

23.00 Duel pour la

Maison-Blanche, doc.

MERCREDI

Trump 23.00 Duel pour la Maison-Blanche, doc. MERCREDI À l’origine, Arte TF1 17.55 nous 18.50 Bienvenue

À l’origine, Arte

TF1 17.55

nous 18.50 Bienvenue à

l’hôtel 20.00 Le journal 20.30 Météo

20.40 Loto, jeu 20.45 Quotidien express 20.50 C’est Canteloup

20.55 ESPRITS

CRIMINELS

Bienvenue chez

4 épisodes Série avec : Joe Mantegna

00.15

01.00

FR2 17.35 Actuality, mag.

N’oubliez pas les

paroles, jeu 20.00 Journal de 20 h

20.40Parentsmoded’emploi, série

20.45 Météo

20.55 LA DISPARITION

Téléfilm avec :Thierry Godard

22.40

Dans quelle éta-gère

00.05

00.10

01.50

Emissions religieuses

FR3 18.45 Objectif indé- pendance 19.00 Le 19/20

19.55 Météo 20.00 Tout le sport,

sport 20.20 Météo régionale 20.25

Plus belle la vie, série

First murder, série

First murder, série

18.45

Stupéfiant !, mag.

Un jour, un destin, doc.

20.55 DES RACINES &

DES AILES

Passion Patrimoine : Sur la route des Grandes Alpes

23.00

23.30

C+ 18.55 Le gros journal (C) 19.10 Le grand journal (C)

19.45

20.20

(C)

Le grand journal, la suite (C)

Football : Avant-match, sport

Grand Soir 3

Enquêtes de région, mag.

20.45 FOOTBALL :

JUVENTUS / LYON

UEFA Champions

journée

22.50 Hanounight show

23.45The young pope, série 2 ép.

M6 17.25

shopping, jeu 18.35 Objectif

top chef, jeu 19.40 Météo 19.45 Le

19.45 20.25 Scènes de ménages, série

du

Les

League - 4 e

Reines

21.00

LE MEILLEUR

PÂTISSIER

Les gâteaux d’enfance Présenté par Faustine Bollaert

23.10 Le meilleur pâtissier : à vos

fourneaux !, mag.

ARTE 17.15 Xenius, mag.

le

monde, doc. 18.10 La Volga en 30 jours, doc. 19.00 Les États-Unis au

fil de l’eau, doc. 19.45 Arte Journal

20.05 28 minutes, mag. 20.50 Tu

mourras moins bête, série

20.55 À L’ORIGINE

Film avec : François Cluzet

23.00 Sexe, mensonges et

élections, doc.

17.45

Habiter

JEUDI

Sexe, mensonges et élections, doc. 17.45 Habiter JEUDI Impitoyable, France 3 Bienvenue chez nous 18.50 Bienvenue

Impitoyable, France 3

Bienvenue chez

nous 18.50 Bienvenue à

l’hôtel 19.55 Météo 20.00 Le journal

TF1 17.50

20.30 Météo, trafic info 20.45

Quotidien express, mag. 20.50

C’est Canteloup

20.55 PROFILAGE

4 épisodes

Série avec : Juliette Roudet

01.30 Profilage, série

02.35Trafic info

FR2 17.35 Actuality, mag.

N’oubliez pas les

paroles, jeu 19.20 N’oubliez pas les paroles, jeu 19.50 Météo 20.00

Journal de 20 h 20.40 Parents mode d’emploi, série 20.50 Météo

20.55 ENVOYÉ SPÉCIAL

Présenté par Élise Lucet

18.45

Dans quelle éta-gère

23.55

spectacle

FR3 18.45 Objectif indé- pendance 19.00 Le 19/20

19.55 Météo 20.00 Tout le sport,

sport 20.20 Météo régionale 20.25 Plus belle la vie, série

23.50

Alcaline le concert,

20.55 IMPITOYABLE

Film de Clint Eastwood Avec : Clint Eastwood

23.05

23.40

00.35

C+ 19.00 Le gros journal (C) 19.10 Le grand journal (C)

19.45

20.30

Le grand journal, la suite (C)

Le petit journal (C) 20.50

Catherine et Liliane, série (C) 20.55 Les Guignols (C)

21.00 GOMORRA

2 épisodes

Série avec : Marco D'Amore

22.35

23.35

M6 17.25

du

Les

L’album de la semaine

Grand Soir 3

Docs interdits, doc.

Docs interdits, doc.

L’émission d’Antoine, mag.

Reines

shopping, jeu 18.35 Objectif

top chef, jeu 19.40 Météo 19.45 Le

19.45 20.25 Scènes de ménages, série

21.00 DIVERGENTE

Film de Neil Burger Avec : Shailene Woodley

23.30

01.50

02.45

Prédictions, film

Justified, série

Météo

19.00 Les États-Unis au fil de l’eau 19.45

Arte Journal 20.05 28 minutes

ARTE

20.50 Tu mourras moins bête

20.55 NORSKOV, DANS LE

SECRET DES GLACES

Série avec :Thomas Levin

21.30 Norskov, dans le secret des

glaces, Série 2 ép.

23.00 C’est pas moi, c’est mon

tic, téléfilm

VENDREDI

23.00 C’est pas moi, c’est mon tic, téléfilm VENDREDI Les hommes de l’ombre, France 2 TF1

Les hommes de l’ombre, France 2

TF1 17.50 Bienvenue chez nous 18.50 Bienvenue à

l’hôtel 19.55 Météo 20.00 Le journal

20.30 Météo 20.40 My Million, jeu

20.45 Quotidien express, mag.

20.50 C’est Canteloup

20.55 KOH-LANTA

L’île au trésor Présenté par Denis Brogniart 23.25Vendredi, tout est permis avec Arthur

FR2 17.35 Actuality, mag. 18.40 N’oubliez pas les

paroles, jeu 20.00 Journal de 20 h

20.40Parentsmoded’emploi, série

20.45 Alcaline 20.50 Météo

20.55 LES HOMMES

DE L’OMBRE

2 épisodes

Série avec : Gregory Fitoussi

22.35 Les petits meurtres

d’Agatha Christie, téléfilm

FR3 18.45

indé-

pendance 19.00 Le 19/20

Objectif

20.00 Tout le sport, sport 20.25 Plus

belle la vie, série

20.55 GOLDMAN,

BALAVOINE, BERGER "QUAND ON EST

ENSEMBLE"

22.50

23.20