Royaume du Maroc

Ministère de l’Économie et des Finances

Projet de Loi de Finances
pour l’année budgétaire
2017

note de
presentation

 

 

 

1

2

3



4

5

6

NOTE DE PRESENTATION

Enfin, le Gouvernement poursuivra également la mise en œuvre des grands chantiers
d’infrastructures et des autres stratégies sectorielles en mettant en place les conditions
nécessaires pour assurer leur convergence.
Le renforcement de la compétitivité de l’économie nationale et la promotion de
l’investissement privé
Le processus de transformation structurelle de l’économie nationale est étroitement lié au
renforcement de sa compétitivité et à la promotion de l’investissement privé.
Ainsi, le Gouvernement poursuivra la mise en œuvre des mesures visant l’amélioration du
climat des affaires, à travers le renforcement du positionnement du Comité National de
l’Environnement des Affaires (CNEA), unique plateforme de dialogue public-privé en la
matière, sous la présidence effective du Chef de Gouvernement.
Les efforts du Gouvernement concerneront notamment, la simplification des procédures
administratives liées à la promotion de l’investissement privé et la modernisation du cadre
juridique des affaires.
A ce titre et conformément aux Hautes Orientations Royales, le Gouvernement veillera à la
mise en œuvre du nouveau plan de réforme de l’investissement afin d’améliorer l’attractivité
de notre pays aux investissements et appuyer les entreprises exportatrices.
La mise en œuvre dudit plan se traduira en particulier par l’adoption d’une nouvelle charte
de l’investissement et la création d’une agence unique dédiée au développement des
investissements et à la promotion des exportations en vue de renforcer les synergies
publiques-privées en la matière.
L’intérêt est porté également à la poursuite de la modernisation du secteur financier pour
accompagner la dynamique d’investissement et procurer à l’entreprise les ressources
nécessaires à son développement, à travers la diversification des outils d’intervention au
niveau des marchés financiers, la dynamisation de la bourse des valeurs et la consolidation
du pôle financier de Casablanca.
L’amélioration de la compétitivité de l’économie nationale est aussi tributaire de la
qualification et du développement du tissu entrepreneurial national et l’intégration du
secteur informel. Il s’agit de consolider les actions d’appui aux entreprises, notamment la
mise en œuvre du fonds de soutien à la création et l’accompagnement des start-up et des
projets innovants et les mesures engagées dans le but de renforcer la trésorerie des
entreprises, à travers l’accès aux appels d’offres publics, l’accélération de la restitution
fiscale, la réduction des délais de paiement et le règlement des arriérés.
En outre, il est nécessaire de mettre à contribution tous les instruments juridiques, fiscaux, et
douaniers disponibles en vue de garantir la concurrence loyale entre les différents
opérateurs économiques et de protéger le tissu économique national.
La qualification du capital humain et la réduction des disparités sociales et spatiales
Conformément aux Hautes Orientations Royales, le Gouvernement a œuvré au cours de son
mandat à la mise en œuvre des différents programmes sociaux engagés ces dernières
 

7
7

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2017

années, en plaçant la qualification du capital humain, constituant essentiel du capital
immatériel du Royaume, au centre des priorités des politiques publiques.
Dans ce cadre, le Gouvernement veillera à accélérer la mise en œuvre de la vision
stratégique (2015-2030) de la réforme de l’enseignement élaborée par le Conseil Supérieur
de l'Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique. Cette réforme vise à asseoir
les principes de la parité et de l’égalité des chances et à renforcer l’efficacité et la
gouvernance du système éducatif.
Cette réforme vise également à mettre en place un modèle d'éducation et de formation basé
sur la diversité, l’ouverture et la protection de l’individu et de la société contre les
propensions à l'extrémisme et l'isolement et à favoriser la maîtrise des langues nationales et
étrangères.
Il s’agira également de veiller à la consolidation des mécanismes d’interdépendance entre
l’enseignement public et la formation professionnelle et à l’intégration des filières
professionnalisantes dans le parcours scolaire des élèves pour garantir l’adaptation précoce
des jeunes au marché du travail et limiter ainsi la déperdition scolaire.
De même, l’amélioration des conditions de santé des citoyens continuera de constituer l’une
des préoccupations majeures du Gouvernement. A ce titre, il est prévu de poursuivre les
efforts déployés pour la mise à niveau des infrastructures de base et des équipements
médicaux, la mobilisation des ressources humaines au niveau des établissements hospitaliers,
la prise en charge des situations d’urgence, ainsi que l’élargissement de la couverture
médicale.
De plus, le Gouvernement poursuivra ses efforts visant l’amélioration de la gouvernance du
secteur de la santé, ainsi que la réhabilitation et l'entretien des équipements médicaux et
biomédicaux dans les hôpitaux publics dans le but de lever les contraintes qui entravent
l'accès des citoyens à des prestations sanitaires de bonne qualité.
En outre, la facilitation de l’accès au logement décent, notamment au profit des catégories
démunies et celles à revenus moyen et faible, se poursuivra en 2017 à travers la
diversification de l’offre de logement, l’amélioration de sa qualité et l’éradication des
bidonvilles.
L’employabilité des jeunes est également au centre des priorités du Gouvernement. Il s’agit
en effet de mettre à profit les efforts engagés en matière d’appui au secteur privé, ainsi que
dans le cadre de la mise en œuvre des différentes stratégies sectorielles afin de dynamiser le
marché de l’emploi.
De même, le Gouvernement œuvrera en vue de soutenir la dynamique enclenchée par le
statut de l’auto-entrepreneur en tant que mécanisme favorisant l’esprit de l’initiative et de
l’entrepreneuriat et facilitant l’accès des jeunes au marché de l’emploi à travers des
incitations fiscales et sociales.
Par ailleurs, et en vue de répondre aux besoins incompressibles en ressources humaines des
départements ministériels et institutions à même d’améliorer la qualité des services offerts
aux citoyens, le projet de loi de finances au titre de l’année 2017 prévoit la création de 23.768
postes budgétaires.

8

8

9

1
0

Graphique 1 : Structure des charges de l’Etat

12%

18%
69%

1%

Budget général

SEGMA

CST

Amortissement de la dette publique

1
1

Graphique 2 : Structure des ressources de l’Etat

19%

59%
21%

1%

Budget général

SEGMA

CST

Recettes d’emprunts

364,9

347,7
335,2
2014

2015
Charges

1
2

373,1

388,9

383,1
367
345,9

358
2013

398,3

Graphique 3 : Evolution des ressources et des charges de l'Etat (en MMDH)

2016
Ressources

2017

Graphique 4 : Dépenses du budget général
10%

23%

67%

Dépenses de fonctionnement hors remboursements ,dégrévements et restitutions, fiscaux
Dépenses d'investissement
Dépenses relatives aux intérêts et commissions de la dette publique

1
3

Graphique 5 : Dépenses de Fonctionnement (en MMDH)

199,26

2013

199,35

194,76

2014

2015

183,36

182,47

2016

2017

Graphique 6 : Structure des dépenses de fonctionnement
2%

20%

58%

20%

Personnel

1
4

MDD

Charges communes

Dépenses imprévues

Graphique 7-a : Evolution des
dépenses de personnel
(en MMDH)

Graphique 7-b : Evolution du ratio des dépenses de
personnel par rapport au PIB (en %)

106,78 106,70

10,99

10,94
102,67

10,52

10,45

101,51

98,22

2013

9,96

2014

2015

2016

2017

2013

2014

2015

2016

2017

Graphique 8-a : Evolution des
dépenses de MDD (en MMDH)

Graphique 8-b : Evolution du ratio des dépenses
de MDD par rapport au PIB (en %)

35,68
35,10

3,46
33,63

3,42

30,96

3,36

30,18

3,35
3,33

2013

2014

2015

2016

2017

2013

2014

2015

2016

1
5

2017

Graphique 9 : Evolution des charges communes-fonctionnement (en MMDH)

68
62
53

38

2013


1
6

2014

2015

2016

37

2017

Graphique 10-b : Evolution du ratio des dépenses
d’investissement du Budget Général
par rapport au PIB (en %)

Graphique 10-a : Evolution des dépenses
d’investissement du Budget Général (en MMDH)
61,4

58,9
49,5

63,6

54,1

6,56
5,36

2013

2014

2015

2016

2017

2013

2014

6,05

5,94

2016

2017

5,51

2015

1
7

Graphique 11 : Evolution des dépenses relatives aux intérêts
et commissions de la dette publique
(en MMDH)
28
27
27

24
22

2013

1
8

2014

2015

2016

2017

NOTE DE PRESENTATION

Graphique 12: Dépenses d'investissement des SEGMA (en MDH)

905

865

2013

2014

802

781

2015

2016

745

2017

II.2.3 Dépenses des Comptes Spéciaux du Trésor
Les prévisions des charges des comptes spéciaux du Trésor, pour l’année 2017 et leur
évolution par rapport à l'année 2016 se présentent conformément au tableau ci-après :

Comptes
1- Comptes d’affectation spéciale

(En dirhams)
Variation
%

Plafond des
Charges
58 712 323 000

7,18

1 159 071 000

2,72

3- Comptes d’opérations monétaires

-

-

4- Comptes de financement

-

-

10 800 500 000

-

70 671 894 000

5,94

2- Comptes d’adhésion aux organismes internationaux

5- Comptes de dépenses sur dotations
Total

II.2.4 Dépenses relatives aux amortissements de la dette publique à moyen
et long termes
Les crédits inscrits en 2017 au titre des amortissements de la dette publique s'élèvent à
45 882 000 000 dirhams contre 40 907 378 000 dirhams pour l'année 2016, soit une
augmentation de 4 974 622 000 dirhams ou 12,16 %. Ils se répartissent comme suit :
10 493 000 000 de dirhams au titre de la dette extérieure, en augmentation de 128,77%;
35 389 000 000 de dirhams au titre de la dette intérieure, en diminution de 2,57%.

 

19
1
9

-

2
0

Graphique 13 : Recettes du budget général au titre de l'année 2017 en
comparaison avec l'année 2016
Anneau Interne : 2016
Anneau Externe : 2017

2,3%

0,8%
4,2% 0,2%

4,0%0,6%
2,6%
0,2%

8,3%
8,3%

41,2%
41,3%

Impôts directs
Droits de douane
Impôts indirects

39,1%

Droits d’enregistrement
Autres recettes

39,0%

3,9%

Produits des monopoles
Dons et legs
Produits et revenus du domaine

4,1%

2
1


2
2

NOTE DE PRESENTATION

II.3.1.7 Autres recettes
Les autres recettes passent de 5 457 776 000 dirhams en 2016 à 4 889 652 000 dirhams en
2017, soit une diminution de 10,41 %.

II.3.2 Recettes des Services de l'Etat Gérés de Manière Autonome
Les ressources prévisionnelles des services de l’Etat gérées de manière autonome pour
l’année 2017 s’établissent à 2 943 434 000 dirhams.

II.3.3 Recettes des Comptes Spéciaux du Trésor
Les prévisions des ressources des comptes spéciaux du Trésor, pour l’année 2017 et leur
évolution par rapport à l'année 2016 se présentent conformément au tableau ci-après :

Comptes
1- Comptes d’affectation spéciale

Ressources
66 949 323 000

-1,57

-

-

100 000 000

-

21 407 000

2,39

10 800 500 000

-

77 871 230 000

-1,35

2- Comptes d’adhésion aux organismes internationaux
3- Comptes d’opérations monétaires
4- Comptes de financement
5-Comptes de dépenses sur dotations
Total

(En dirhams)
Variation
%

II.3.4 Recettes d'emprunt à moyen et long termes
Le montant des recettes d’emprunt à moyen et long termes s’établit à 70 000 000 000
dirhams en 2017 contre 70 500 000 000 en 2016, soit diminution de 0,71 %.Ils se répartissent
comme suit :
Les prévisions de recettes au titre des emprunts intérieurs passent de 45 000 000 000
dirhams en 2016 à 47 000 000 000 dirhams en 2017 soit une augmentation de 4,44% ;
Les prévisions de recettes au titre des emprunts extérieurs passent de 25 500 000 000
dirhams en 2016 à 23 000 000 000 dirhams en 2017 soit une diminution de 9,8 %.

II.4 VOLUME GLOBAL DES INVESTISSEMENTS PUBLICS
Pour l’année 2017, l’effort d’investissement global du secteur public, s’élève, tous supports
inclus, à 190 milliards de dirhams. Cette enveloppe est ventilée comme suit :
67 milliards de dirhams pour le Budget Général de l’Etat, les Comptes Spéciaux du
Trésor (CST) et les Services d’Etat Gérés de Manière Autonome (SEGMA), en neutralisant
les transferts du Budget Général vers les Entreprises et Etablissements Publics, les CST et
les SEGMA ;
107 milliards de dirhams pour les Entreprises et Etablissements Publics, et
16 milliards de dirhams pour les Collectivités Territoriales.
 

23
2
3

2
4

Graphique 15-a : Evolution du volume global
des investissements publics ( en MMDH)
186,6

189,0

189,0

Graphique 15-b : Evolution du ratio des dépenses
d’investissement public par rapport au PIB (en %)
190,0

180

20,1

20,2
19,2
18,6

17,7

2013

2014

2015

2016

2017

2013

2014

2015

2016

2
5

2017

2
6

2
7

2
8

2
9

3
0

3
1

3
2

3
3

3
4

3
5

̶
̶
̶

3
6

3
7

3
8


3
9






4
0




4
1






4
2

4
3

4
4


4
5

̶
̶

4
6

4
7

4
8

4
9

5
0

5
1

5
2



5
3



5
4

5
5

5
6






5
7

̶

̶

̶

̶

̶
̶

5
8

̶

5
9

6
0

6
1

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2017

souhaite apporter son expérience et son argent dans une entreprise à fort potentiel de
développement, dans la perspective de réaliser des plus-values substantielles.
 Le « Crowdfunding » ou le financement collaboratif
Le « Crowdfunding », ou « financement collaboratif » vise à mettre en lien via internet les
jeunes porteurs de projets avec un large public. Le « Crowdfunding » est un autre dispositif
qui vient compléter les efforts engagés pour la complétude des instruments de financement
de la jeune entreprise.
La réflexion en cours concernant cet instrument porte notamment sur la définition d’un
cadre légal régissant les activités de financement collaboratif qui comportent principalement
des prêts, de « l’Equity », des opérations de prévente ou encore des dons.
L’amélioration de l’accès des entreprises, notamment les TPME, au financement
 La promotion de l’investissement en immobilier destiné à la location
Le projet de loi relatif aux organismes de placement collectif en immobilier vise à mettre en
place un cadre régissant les activités d’investissement en immobilier destiné à la location.
 L’amendement de la loi relative à la bourse des valeurs
Le projet de loi n°19-14 relatif à la Bourse des valeurs, aux sociétés de bourse et aux
conseillers en investissement financier vise à moderniser le cadre législatif régissant la
bourse des valeurs et ce, à travers : i) la mise en place de nouveaux marchés notamment le
marché principal et le marché alternatif dédié à la cotation des PME ; ii) la cotation des
entreprises étrangères et iii) l’encadrement de l’activité des conseillers en investissement
financier et l’élargissement des activités des sociétés de bourse.
 La refonte de la loi sur le micro-crédit
La refonte de la loi sur le micro crédit a pour objet d’élargir le champ du contrôle de
Bank Al-Maghrib auquel sont soumises les associations de micro-crédit, et ce, compte tenu
du niveau de développement atteint par le secteur du micro-crédit. Cet élargissement
touche notamment, l’agrément et le retrait d’agrément, les dispositions comptables et
prudentielles, le contrôle et la surveillance macro-prudentielle, la relation avec la clientèle et
les sanctions.
La réforme vise également l’amélioration de la lisibilité du dispositif législatif régissant le
micro-crédit.
 La refonte du système de sûretés mobilières
Le projet de loi portant réforme du système des sûretés mobilières vise à promouvoir un
régime juridique moderne des sûretés mobilières permettant d’utiliser des actifs mobiliers
corporels et incorporels comme garantie pour l’obtention d’un financement bancaire.
Deux volets de la réforme sont concernés à savoir, la refonte du cadre juridique régissant les
sûretés mobilières et la mise en place du Registre National des Sûretés Mobilières.

6
2

62

6
3

6
4

6
5

6
6

6
7


̶
̶
̶
̶
̶


̶

6
8

̶

.


6
9

7
0

7
1

7
2

7
3

7
4

7
5

7
6

̶

̶

̶

̶

7
7


̶





̶

̶

7
8

7
9

8
0

8
1

8
2

̶
̶
̶
̶

8
3

8
4

8
5

8
6

8
7

8
8

8
9

9
0

9
1



9
2




9
3




9
4

9
5

9
6



9
7


9
8

9
9

1
0
0

1
0


1
0
2

1
0

1
0
4

1
0







1
0
6

1
0

1
0
8



1
0







1
1
0

1
1









1
1
2









1
1










1
1
4

1
1

1
1
6








1
1

1
1
8



1
1

1
2
0

1
2


1
2
2

1
2






1
2
4


1
2

1
2
6

1
2

1
2
8

1
2

1
3
0

1
3

1
3
2

1
3

1
3
4




1
3



1
3
6

1
3

1
3
8

1
3

1
4
0

1
4

1
4
2

1
4




1
4
4


1
4

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L’ANNEE 2017

Or, le renvoi à l’article 127 (I-A-3°) du CGI ne vise que les cessions de parts dans les
groupements d’intérêt économique, de parts et d’actions des sociétés non cotées en bourse
et ne prend pas en considération les cessions d’actions des sociétés cotées en bourse
constatées par actes sous seing privés ou authentiques.
Aussi, et pour harmoniser le traitement fiscal pour toutes les cessions d’actions, il est
proposé de compléter le renvoi précité afin de viser également les cessions d’actions des
sociétés cotées en bourse constatées par actes sous seing privés ou authentiques.
Cette mesure va se traduire par un impact budgétaire estimé à 2,6 millions de dirhams.

4.4. Exonération des actes d’investissement effectués par les Organismes de
Placement Collectif Immobilier(O.P.C.I)
L’objectif des Organismes de Placement Collectif Immobilier O.P.C.I réside principalement
dans l’investissement portant sur la construction ou l’acquisition d’immeubles à usage
professionnel en vue, exclusivement, de leur location.
Dans le but d’encourager le financement de la location d'immeuble à usage professionnel, il
est proposé d’exonérer les actes relatifs à l’investissement effectué par les Organismes
de Placement Collectif Immobilier(O.P.C.I)
Ainsi, il est proposé d’exonérer les OPCI pour leurs actes relatifs aux variations du capital et
aux modifications des statuts ou des règlements de gestion.

4.5. Traitement fiscal des contrats d’attribution, de vente préliminaire et des actes
relatifs aux versements réalisés dans le cadre de la VEFA
L’article 618-6 (dernier alinéa) de la loi n° 107-12 du 3 février 2016 ayant modifié et complété
la loi n° 44-00 relative à la VEFA dispose que les versements effectués lors du contrat
d’attribution et du contrat de vente préliminaire sont exonérés des droits d’enregistrement.
Toutefois, cette exonération demeure sans effet pratique puisqu’elle déroge aux
prescriptions légales prévues à l’article 163-III du CGI qui dispose que : « toute disposition
fiscale doit être prévue par le présent code ».
En conséquence, et afin d’encourager les acquisitions de construction en l’état de futur
achèvement, il est proposé de soumettre les actes d’attribution et le contrat de vente
préliminaire ainsi que les actes ayant pour objet les versements effectués dans le cadre de la
VEFA, au droit fixe de 200 DH.
A signaler que l’acte d’attribution définitif demeure passible du tarif normal applicable à
l’acquisition de locaux construits.

4.6. Clarification des obligations des avocats et du champ d’application des droits
d’enregistrement concernant les actes rédigés par eux
La loi n° 39-08 formant code des droits réels immobiliers prévoit dans son article 4, la
possibilité pour les avocats agrées auprès de la cour de cassation de rédiger des actes de
transfert de propriété ou de droits réels immobiliers à l’instar des notaires et des adoul.
Néanmoins, le code général des impôts n’a pas prévu des obligations spécifiques à cette
nouvelle catégorie de rédacteurs d’actes.

1
4

146




1
4



1
4
8

1
4


1
5
0

‫"يقل"‬

‫‪1‬‬
‫‪5‬‬

‫"ال يتجاوز"‬


1
5
2







1
5






1
5
4

NOTE DE PRESENTATION

Fonds solidarité habitat et intégration urbaine ;

Fonds national forestier.

De même et afin de permettre aux comptes d’affectation spéciale intitulés : « Fonds spécial
pour la promotion et le soutien de la protection civile » et « Fonds spécial pour la mise en
place des titres identitaires électroniques et des titres de voyage » d’opérer des versements
au profit du budget général ou de bénéficier de versements à partir du budget général, il est
prévu de compléter, dans ce sens, le cadre juridique desdits comptes.

C. ANNULATION DES CREDITS D’INVESTISSEMENT REPORTES
QUI N’ONT PAS DONNE LIEU A ORDONNANCEMENT
Les crédits d’investissement reportés d’année en année et les reliquats d’engagement
correspondant englobent des montants relatifs à des opérations anciennes qui ne peuvent
être apurées comptablement pour des raisons administratives ou procédurales.
Afin de permettre l’apurement de cette situation, il est proposé d’insérer dans le projet de loi
de finances pour l’année 2017, une mesure visant à annuler de droit, les crédits
d’investissement reportés des exercices 2013 et antérieurs sur les exercices 2014 et ultérieurs
afférents à des opérations de dépenses qui n’ont pas donné lieu à des ordonnancements
durant la période allant du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2016.
Cette mesure d’annulation est étendue également aux opérations et engagements relatifs
aux comptes d’affectation spéciale.

D. CREATION DE POSTES BUDGETAIRES
Il est proposé de créer, au titre de l’année 2017, en sus des 50 postes budgétaires dont la
répartition est réservée au Chef du Gouvernement, 23.718 postes budgétaires répartis entre
les départements ministériels et institutions conformément au tableau inséré dans le projet
de loi de finances.

E. UTILISATION DES POSTES BUDGETAIRES DEVENUS VACANTS
Il est proposé d’autoriser la Direction Générale de la Sûreté Nationale et la Direction Générale
de la Surveillance du Territoire à utiliser les postes budgétaires devenus vacants par suite de
mise à la retraite et les postes devenus vacants en cours d’année budgétaire.

F. HABILITATION ET RATIFICATION
1. Habilitation
1.1. En matière d'ouverture de crédits en cours d'année budgétaire
L'habilitation proposée dans le cadre des dispositions du présent projet de loi de finances
vise à autoriser le Gouvernement à ouvrir par décrets, pendant l'année budgétaire 2017, des
crédits supplémentaires en vue d'assurer la couverture des besoins impérieux et non prévus
lors de l'établissement du budget.
Ces décrets seront soumis au parlement pour ratification dans la plus prochaine loi de
finances.
 

155
1



1
5
6

1
5


1
5
8

 

 

 

445 100 000
355 908 000
206 058 000
96 005 000
238 198 000
3 728 933 000
1 770 669 000
17 464 980 000
70 925 000

433 865 000

341 221 000

197 058 000

90 206 000

210 633 000

3 758 500 000

1 761 500 000

16 250 815 000

70 925 000

COUR ROYALE

CHAMBRE DES REPRESENTANTS

CHAMBRE DES CONSEILLERS

CHEF DU GOUVERNEMENT

JURIDICTIONS FINANCIERES

MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET
DE LA COOPERATION

7 523 969 000

2 259 739 000

MINISTERE DE LA SANTE

MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES
FINANCES

452 324 000

460 596 000

480 716 000

31 264 000

131 719 000

481 576 000

204 052 000

MINISTERE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTERE DES HABOUS ET DES AFFAIRES
ISLAMIQUES

MINISTERE DELEGUE AUPRES DU CHEF DU
GOUVERNEMENT CHARGE DES AFFAIRES
GENERALES ET DE LA GOUVERNANCE

MINISTERE DE L'ARTISANAT, DE L'ECONOMIE
SOCIALE ET SOLIDAIRE

MINISTERE DE L'ENERGIE, DES MINES, DE
L'EAU ET DE L'ENVIRONNEMENT

MINISTERE DE L'INDUSTRIE, DU COMMERCE,
DE L'INVESTISSEMENT ET DE L'ECONOMIE
NUMERIQUE

241 395 000

521 596 000

130 020 000

30 807 000

526 771 000

791 525 000

800 782 000

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA
PECHE MARITIME

890 424 000

60 474 000

59 366 000

818 535 000

171 913 000

175 133 000

MINISTERE DE L'EQUIPEMENT, DU
TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE

SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

MINISTERE DU TOURISME

MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES
FINANCES -Remboursements, dégrèvements et
restitutions, fiscaux

2 188 395 000

7 464 752 000

38 924 937 000

MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE ET
DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES
FINANCES -Charges communes

36 552 396 000

5 803 000 000

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR,
DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA
FORMATION DES CADRES

MINISTERE DE LA COMMUNICATION

MINISTERE DE L'INTERIEUR

6 050 146 000

2017
26 292 000

2016

26 292 000

SA MAJESTE LE ROI

Ordonnateur

Personnel

302 607 000

535 993 000

166 582 000

37 762 000

2 416 000 000

191 000 000

2 246 638 000

237 668 000

15 770 000

96 561 000

383 690 000

4 256 965 000

4 044 984 000

3 193 500 000

1 213 770 000

3 583 622 000

586 000 000

385 333 000

41 200 000

518 599 000

45 000 000

73 900 000

1 504 183 000

517 164 000

2016

300 561 000

546 095 000

166 347 000

24 158 000

2 408 681 000

230 000 000

2 409 138 000

243 668 000

13 420 000

97 069 000

370 749 000

4 250 000 000

4 114 816 000

3 203 500 000

1 210 870 000

3 559 480 000

586 000 000

391 994 000

47 000 000

557 224 000

45 000 000

69 200 000

1 504 183 000

517 164 000

2017

Fonctionnement
Matériel et dépenses diverses
2016

506 659 000

1 017 569 000

298 301 000

69 026 000

2 896 716 000

651 596 000

3 047 420 000

1 056 203 000

75 136 000

271 694 000

5 260 000 000

38 182 000 000

2 643 429 000

11 780 934 000

42 969 921 000

8 996 500 000

1 284 695 000

19 834 437 000

2 347 500 000

4 143 833 000

251 833 000

608 805 000

242 058 000

415 121 000

1 938 048 000

543 456 000

2017

2 356 669 000

4 120 927 000

285 198 000

653 229 000

251 058 000

425 108 000

1 949 283 000

543 456 000

189 070 000

2 500 000 000

2 783 445 000

896 000 000

395 480 000

2 006 888 000

205 000 000

306 450 000

33 800 000

764 000 000

2 850 000

20 000 000

131 608 000

2016

187 153 000

2 400 000 000

3 979 286 000

876 000 000

398 212 000

2 831 030 000

300 000 000

299 250 000

35 200 000

456 375 000

12 850 000

24 700 000

131 608 000

2017

541 956 000

1 067 691 000

296 367 000

54 965 000

2 935 452 000

682 324 000

3 200 663 000

1 134 092 000

73 894 000

268 982 000

5 260 000 000

2 285 250 000

3 630 986 000

334 700 000

12 240 000

961 235 000

1 300 000 000

8 256 400 000

6 899 221 000

840 000

526 837 000

2 217 725 000

3 630 986 000

320 980 000

7 140 000

998 554 000

1 925 000 000

8 656 400 000

6 899 221 000

3 040 000

426 837 000

36 790 000 000 20 868 000 000 20 176 000 000

2 559 144 000

11 714 752 000

40 667 212 000

9 253 646 000

1 281 795 000

21 024 460 000

Total

Investissement
(crédits de paiement)

2 791 909 000

4 648 555 000

633 001 000

81 266 000

3 857 951 000

1 951 596 000

11 303 820 000

7 955 424 000

75 976 000

798 531 000

5 260 000 000

59 050 000 000

2 832 499 000

14 280 934 000

45 753 366 000

9 892 500 000

1 680 175 000

21 841 325 000

2 552 500 000

4 450 283 000

285 633 000

1 372 805 000

244 908 000

435 121 000

2 069 656 000

543 456 000

2016

Répartition, par ministère ou institution, des dépenses du budget général
au titre du projet de loi de finances pour l’année 2017 comparativement à la loi de finances pour l’année 2016(1/2)

2 759 681 000

4 698 677 000

617 347 000

62 105 000

3 934 006 000

2 607 324 000

11 857 063 000

8 033 313 000

76 934 000

695 819 000

5 260 000 000

56 966 000 000

2 746 297 000

14 114 752 000

44 646 498 000

10 129 646 000

1 680 007 000

23 855 490 000

2 656 669 000

4 420 177 000

320 398 000

1 109 604 000

263 908 000

449 808 000

2 080 891 000

543 456 000

2017

Total général

-1,15

1,08

-2,47

-23,58

1,97

33,60

4,89

0,98

1,26

-12,86

0,00

-3,53

-3,04

-1,16

-2,42

2,40

-0,01

9,22

4,08

-0,68

12,17

-19,17

7,76

3,38

0,54

0,00

Variation en %

-En dirhams -

97 463 000

23 678 000

MINISTERE DE LA SOLIDARITE,DE LA FEMME,
DE LA FAMILLE ET DU DEVELOPPEMENT
SOCIAL

MINISTERE CHARGE DES MAROCAINS
RESIDANT A L'ETRANGER ET DES AFFAIRES
DE LA MIGRATION

Total général

CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET
ENVIRONNEMENTAL

67 299 000

930 497 000

22 657 000

55 169 000

129 500 000

45 000 000

596 670 000

402 000 000

504 700 000

541 122 000

76 200 000

139 094 000

41 000 000

594 936 000

388 000 000

503 100 000

576 636 000

76 200 000

130 896 000

112 031 000

1 491 227 000

425 678 000

602 163 000

640 585 000

540 460 000

442 464 000

2017

108 299 000

1 525 433 000

410 657 000

558 269 000

706 136 000

537 156 000

437 896 000

26 071 000

3 300 000 000

120 674 000

29 341 692 000

90 208 000

36 000 000

464 973 000

285 900 000

393 098 000

12 000 000

159 000 000

98 600 000

87 000 000

268 900 000

157 000 000

30 885 000

10 800 000

5 685 000

4 293 490 000

28 130 000

6 000 000

60 600 000

563 752 000

300 000 000

2016

12 000 000

160 700 000

177 000 000

80 500 000

293 900 000

157 000 000

29 885 000

9 600 000

19 022 000

4 473 490 000

25 030 000

6 000 000

60 420 000

543 752 000

330 000 000

2017

Investissement
(crédits de paiement)
2016

124 031 000

1 650 227 000

524 278 000

689 163 000

909 485 000

697 460 000

473 349 000

32 003 000

3 300 000 000

128 246 000

32 631 801 000

117 629 000

42 000 000

527 931 000

829 116 000

691 207 000

120 299 000

1 686 133 000

587 657 000

638 769 000

1 000 036 000

694 156 000

467 781 000

35 671 000

3 300 000 000

139 696 000

33 815 182 000

115 238 000

42 000 000

525 393 000

829 652 000

723 098 000

2017

Total général

106 775 771 000 106 700 605 000 35 101 203 000 35 684 180 000 188 618 974 000 187 734 785 000 61 392 142 000 63 571 846 000 250 011 116 000 251 306 631 000

67 031 000

894 557 000

99 463 000

MINISTERE DE L'URBANISME ET DE
L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE NATIONAL

DELEGATION GENERALE A L'ADMINISTRATION
PENITENTIAIRE ET A LA REINSERTION

464 260 000

HAUT COMMISSARIAT AUX EAUX ET FORETS
ET A LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION

460 956 000

307 000 000

303 370 000

HAUT COMMISSARIAT AU PLAN

14 475 000

122 561 000

28 338 311 000

89 499 000

36 000 000

467 331 000

265 364 000

21 203 000

11 596 000

7 703 000

13 500 000

70 737 000

5 801 510 000

35 503 000

9 000 000

283 680 000

110 190 000

2016
391 207 000

DELEGATION INTERMINISTERIELLE AUX
DROITS DE L'HOMME

69 897 000

5 517 510 000

32 880 000

9 000 000

286 950 000

90 189 000

2017
182 000 000

3 300 000 000

49 937 000

2016
182 000 000

Total

DEPENSES IMPREVUES ET DOTATIONS
PROVISIONNELLES

52 664 000

23 540 182 000

22 820 801 000

HAUT COMMISSARIAT AUX ANCIENS
RESISTANTS ET ANCIENS MEMBRES DE
L'ARMEE DE LIBERATION

ADMINISTRATION DE LA DEFENSE NATIONALE

54 705 000

56 619 000

27 000 000

27 000 000

181 293 000

175 710 000

MINISTERE DELEGUE AUPRES DU CHEF DU
GOUVERNEMENT CHARGE DE LA FONCTION
PUBLIQUE ET DE LA MODERNISATION DE
L'ADMINISTRATION

180 381 000

MINISTERE DE L'EMPLOI ET DES AFFAIRES
SOCIALES

2017
211 098 000

MINISTERE CHARGE DES RELATIONS AVEC LE
PARLEMENT ET LA SOCIETE CIVILE

175 175 000

MINISTERE DE L'HABITAT ET DE LA POLITIQUE
DE LA VILLE

2016

209 207 000

Ordonnateur

MINISTERE DE LA CULTURE

Personnel

Fonctionnement
Matériel et dépenses diverses

Répartition, par ministère ou institution, des dépenses du budget général
au titre du projet de loi de finances pour l’année 2017 comparativement à la loi de finances pour l’année 2016(2/2)

0,52

-3,01

2,18

12,09

-7,31

9,96

-0,47

-1,18

11,46

0,00

8,93

3,63

-2,03

0,00

-0,48

0,06

4,61

Variation en %

-En dirhams -

 

13 000 000

SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

20 000 000

MINISTERE DES HABOUS ET DES AFFAIRES ISLAMIQUES

29 000 000

MINISTERE DE L'URBANISME ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE NATIONAL

TOTAL GENERAL

2 224 957 000

5 500 000

14 000 000

HAUT COMMISSARIAT AUX EAUX ET FORETS ET A LA LUTTE CONTRE LA
DESERTIFICATION

DELEGATION GENERALE A L'ADMINISTRATION PENITENTIAIRE ET A LA REINSERTION

27 061 000

330 020 000

200 000

HAUT COMMISSARIAT AU PLAN

ADMINISTRATION DE LA DEFENSE NATIONALE

MINISTERE DE L'EMPLOI ET DES AFFAIRES SOCIALES

4 300 000

49 000 000

MINISTERE DE L'INDUSTRIE, DU COMMERCE, DE L'INVESTISSEMENT ET DE
L'ECONOMIE NUMERIQUE

MINISTERE DE LA CULTURE

52 986 000

MINISTERE DE L'ENERGIE, DES MINES, DE L'EAU ET DE L'ENVIRONNEMENT

2 500 000

43 800 000

MINISTERE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTERE DE L'ARTISANAT, DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

62 850 000

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME

174 500 000

46 795 000

MINISTERE DU TOURISME

MINISTERE DE L'EQUIPEMENT, DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE

85 000 000

963 045 000

5 000 000

12 500 000

245 000 000

20 000 000

900 000

18 000 000

LF 2016

MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE LA SANTE

MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

MINISTERE DE LA COMMUNICATION

MINISTERE DE L'INTERIEUR

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION

MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES

CHEF DU GOUVERNEMENT

Ordonnateur

2 198 174 000

5 500 000

36 300 000

14 000 000

27 051 000

373 155 000

200 000

4 300 000

4 000 000

52 986 000

2 500 000

20 000 000

45 800 000

63 777 000

175 000 000

20 000 000

46 705 000

85 000 000

919 500 000

5 000 000

12 500 000

246 000 000

20 000 000

900 000

18 000 000

PLF 2017

Dépenses d'exploitation

781 260 000

8 300 000

18 700 000

3 000 000

1 000 000

38 570 000

1 280 000

24 000 000

576 300 000

17 000 000

84 000 000

9 110 000

LF 2016

745 260 000

8 300 000

17 700 000

3 000 000

38 570 000

1 280 000

24 000 000

575 800 000

17 000 000

6 500 000

44 000 000

9 110 000

PLF 2017

Dépenses d'investissement
(crédits de paiement)

3 006 217 000

5 500 000

37 300 000

14 000 000

45 761 000

333 020 000

200 000

4 300 000

50 000 000

91 556 000

3 780 000

20 000 000

43 800 000

86 850 000

750 800 000

13 000 000

63 795 000

85 000 000

1 047 045 000

5 000 000

21 610 000

245 000 000

20 000 000

900 000

18 000 000

LF 2016

2 943 434 000

5 500 000

44 600 000

14 000 000

44 751 000

376 155 000

200 000

4 300 000

4 000 000

91 556 000

3 780 000

20 000 000

45 800 000

87 777 000

750 800 000

20 000 000

63 705 000

91 500 000

963 500 000

5 000 000

21 610 000

246 000 000

20 000 000

900 000

18 000 000

PLF 2017

TOTAL

Répartition, par ministère ou institution, des dépenses des Services de l’Etat Gérés de Manière Autonome
au titre du projet de loi de finances pour l'année 2017 comparativement à la loi de finances pour l'année 2016

-2,09

0,00

19,57

0,00

-2,21

12,95

0,00

0,00

-92,00

0,00

0,00

0,00

4,57

1,07

0,00

53,85

-0,14

7,65

-7,98

0,00

0,00

0,41

0,00

0,00

0,00

Variation en %

-En dirhams-

 

 

Répartition, par ministère ou institution,
des dépenses des Comptes d'Affectation Spéciale et des Comptes de Dépenses sur Dotations au titre du projet de
la loi de finances pour l'année 2017 comparativement à la loi de finances pour l'année 2016 (1/2)
COMPTES D'AFFECTATION SPECIALE
-En dirhams-

Ordonnateur

Intitulé du compte
Fonds spécial des prélèvements sur le pari mutuel

Variation
en %

90 000 000

0,00

5 000 000

5 000 000

0,00

Fonds pour la promotion de l'emploi des jeunes

710 000 000

405 000 000

-42,96

Fonds d'accompagnement des réformes du transport routier
urbain et interurbain

114 000 000

114 000 000

0,00

1 727 785 000

1 727 800 000

0,00

300 000 000

220 000 000

3 095 996 000

3 095 996 000

0,00

Fonds spécial pour le soutien des juridictions

400 000 000

400 000 000

0,00

Fonds d'entraide familiale

160 000 000

160 000 000

0,00

23 789 143 000

26 819 100 000

12,74

200 000 000

200 000 000

0,00

4 192 404 000

5 764 000 000

37,49

566 500 000

1 200 000 000

111,83

30 000 000

30 000 000

0,00

Fonds spécial pour la mise en place des titres identitaires
électroniques et des titres de voyage

508 427 000

463 927 000

-8,75

Fonds d'assainissement liquide et d'épuration des eaux
usées

714 000 000

714 000 000

0,00

Fonds de lutte contre les effets des catastrophes naturelles

200 000 000

200 000 000

0,00

370 000 000

370 000 000

0,00

22 500 000

22 500 000

0,00

Fonds de lutte contre les effets de la sécheresse

Fonds de développement industriel et des investissements
Fonds de service universel de télécommunications
CHEF DU GOUVERNEMENT

PLF 2017

90 000 000

Fonds de soutien aux services de la concurrence, du
contrôle des prix et des stocks de sécurité
Comptes à ordonnateurs multiples

LF 2016

Fonds de soutien à l'initiative nationale pour le
développement humain

-26,67

Fonds de mise à niveau sociale
MINISTERE DE LA JUSTICE ET
DES LIBERTES

Fonds spécial pour la sauvegarde de la cité de Fès
Part des collectivités territoriales dans le produit de la T.V.A
Fonds spécial pour la promotion et le soutien de la
Protection Civile
Fonds spécial relatif au produit des parts d'impôts affectées
aux régions

MINISTERE DE L'INTERIEUR

Financement des dépenses d'équipement et de la lutte
contre le chômage
Fonds de soutien à la sûreté nationale

Fonds de solidarité interrégionale
MINISTERE DE LA
COMMUNICATION

Fonds pour la promotion du paysage audiovisuel et des
annonces et de l'édition publique

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT
SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE
SCIENTIFIQUE ET DE LA
FORMATION DES CADRES

Fonds national de soutien à la recherche scientifique et au
développement technologique

MINISTERE DE LA SANTE

Fonds spécial de la pharmacie centrale

1 000 000 000

1 000 000 000

0,00

Fonds de remploi domanial

1 440 000 000

1 440 000 000

0,00

Fonds spécial du produit des loteries

100 000 000

70 000 000

Masse des services financiers

350 000 000

350 000 000

10 000 000

5 000 000

567 000 000

600 000 000

5,82

800 000 000

600 000 000

-25,00

4 200 000 000

3 000 000 000

-28,57

Fonds de la réforme agraire

-30,00
0,00
-50,00

Bénéfices et pertes de conversion sur les dépenses
publiques en devises étrangères
MINISTERE DE L'ECONOMIE ET
DES FINANCES

Fonds spécial de la zakat
Fonds de solidarité des assurances
Fonds de soutien à certains promoteurs
Fonds de soutien des prix de certains produits alimentaires
Fonds de gestion des risques afférents aux emprunts des
tiers garantis par l'Etat
Fonds d'appui à la cohésion sociale

Répartition, par ministère ou institution,
des dépenses des Comptes d'Affectation Spéciale et des Comptes de Dépenses sur Dotations au titre du projet de
la loi de finances pour l'année 2017 comparativement à la loi de finances pour l'année 2016 (2/2)
COMPTES D'AFFECTATION SPECIALE
-En dirhams-

Ordonnateur

Intitulé du compte

MINISTERE DE L'ECONOMIE ET
DES FINANCES

MINISTERE DE L'EQUIPEMENT, DU
TRANSPORT ET DE LA
LOGISTIQUE

PLF 2017

Fonds de lutte contre la fraude douanière

390 000 000

700 000 000

79,49

Fonds provenant des dépôts au Trésor

360 000 000

360 000 000

0,00

2 500 000 000

2 700 000 000

8,00

16 000 000

16 000 000

0,00

500 000 000

500 000 000

0,00

80 000 000

100 000 000

25,00

1 324 000 000

1 324 000 000

0,00

800 000 000

800 000 000

0,00

200 000 000

200 000 000

0,00

20 000 000

20 000 000

0,00

2 000 000 000

2 000 000 000

0,00

10 000 000

10 000 000

0,00

200 000 000

200 000 000

0,00

50 000 000

50 000 000

0,00

500 000 000

500 000 000

0,00

Compte spécial des dons des pays du Conseil de
coopération du Golfe

Fonds spécial routier
Fonds de délimitation, de préservation et de valorisation du
domaine public maritime et portuaire
Fonds de développement agricole

MINISTERE DE L'AGRICULTURE
ET DE LA PECHE MARITIME

MINISTERE DE LA JEUNESSE ET
DES SPORTS

MINISTERE DE L'ENERGIE, DES
MINES, DE L'EAU ET DE
L'ENVIRONNEMENT

Variation
en %

LF 2016

Fonds de développement de la pêche maritime
Fonds pour le développement rural et des zones de
montagne
Fonds national du développement du sport
Fonds pour l'amélioration de l'approvisionnement en eau
potable des populations rurales
Fonds national pour la protection de l'environnement et du
développement durable
Fonds de développement énergétique

MINISTERE DE LA CULTURE

Fonds national pour l'action culturelle

MINISTERE DE L'HABITAT ET DE
LA POLITIQUE DE LA VILLE

Fonds solidarité habitat et intégration urbaine

MINISTERE DELEGUE AUPRES DU
CHEF DU GOUVERNEMENT
CHARGE DE LA FONCTION
PUBLIQUE ET DE LA
MODERNISATION DE
L'ADMINISTRATION

Fonds de modernisation de l'Administration publique

ADMINISTRATION DE LA DEFENSE
NATIONALE

Fonds de participation des Forces Armées Royales aux
missions de paix, aux actions humanitaires et de soutien au
titre de la coopération internationale
Fonds de soutien à la Gendarmerie Royale

HAUT COMMISSARIAT AUX EAUX
ET FORETS ET A LA LUTTE
CONTRE LA DESERTIFICATION

Fonds national forestier
Fonds de la chasse et de la pêche continentale

16 000 000

16 000 000

0,00

MINISTERE CHARGE DES
MAROCAINS RESIDANT A
L'ETRANGER ET DES AFFAIRES
DE LA MIGRATION

Fonds spécial de soutien à l'action culturelle et sociale au
profit des marocains résidant à l'étranger et des affaires de
la migration

30 000 000

30 000 000

0,00

DELEGATION GENERALE A
L'ADMINISTRATION
PENITENTIAIRE ET A LA
REINSERTION

Fonds spécial pour le soutien des établissements
pénitentiaires

120 000 000

120 000 000

0,00

54 778 755 000

58 712 323 000

7,18

TOTAL COMPTES D'AFFECTATION SPECIALE

COMPTES DE DEPENSES SUR DOTATIONS
-En dirhams-

Ordonnateur

Intitulé du compte

CHEF DU GOUVERNEMENT

ADMINISTRATION DE LA DEFENSE
NATIONALE

HAUT COMMISSARIAT AU PLAN

LF 2016

PLF 2017

Variation
en %

10 800 000 000

10 800 000 000

0,00

500 000

500 000

0,00

10 800 500 000

10 800 500 000

0,00

Dépenses particulières au développement des provinces
sahariennes
Acquisition et réparation des matériels des Forces Armées
Royales
Fonds de la Direction générale des études et de la
documentation
Fonds de relations publiques

TOTAL COMPTES DE DEPENSES SUR DOTATIONS

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful