Vous êtes sur la page 1sur 96

BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:40 Page 1

CHARIOTS ELEVATEURS
VENTES NEUFS OCCASIONS
Tél. : 01 48 60 22 33 LOCATIONS COURTES ET LONGUES DUREES
Fax : 01 48 61 20 07
DEPANNAGES TOUTES MARQUES SUR SITE
Tél. : 01 48 60 22 33 - Fax : 01 48 61 20 07 Route de Roissy - 93290 Tremblay en France

t
ROISSY 2015 : L’EXCELLENCE EUROPEENNE - ROISSY 2015 :

B NEFICE .n e
THE EUROPEAN EXCELLENCE - êìÄëà 2015 :
ÖÇêéè›âëäÄü ùÄåóÄíÖèúçéëíú - ROISSY 2015 : L’EX-
CELLENCE EUROPEENNE - ROISSY 2015 : THE EUROPEAN
LeEXCELLENCE
Magazine des- Décideurs
êìÄëà 2015 : ÖÇêéè›âëäÄü
du Pôle de Roissy • tel. ùÄåóÄíÖèú-
tel. :: 01
01 3029
30 2904
043232• www.vppcom.com/beneficenet
N° 24

Eric
VEILLON
mars / avril 2007 • DIFFUSION : 20.000 ex. aux ENTREPRISES et ADMINISTRATIONS DU PÔLE Valeur : 3,5 €

10 ans
de VPP
avec le Pôle de Roissy
Une Culture orientée vers le Client. Depuis 1963, nous
nous sommes développés en toute indépendance grâce
au respect de nos valeurs. Le Respect des Hommes. Au
sein d’organisations à taille humaine, nous entretenons
avec nos 21.500 collaborateurs une relation de confiance.
Le Professionnalisme. Notre expertise a été validée par
une certification ISO 9001 Version 2000 pour l’ensemble NETTOYAGE INDUSTRIEL
de nos prestations. Une Vision Internationale. À travers
nos filiales et le GEIE ECS, nous sommes présents en GSF CONCORDE : VILLA D’ENTREPRISES MALNOUE - 47, AVENUE DE L’EUROPE - 77184 EMERAINVILLE - TEL. 01 64 61 57 15 - FAX 01 64 61 57 20
Un autre regard sur la propreté Amérique du Nord. et dans onze pays européens. 77290 MITRY MORY - TEL. 01 60 93 90 90 - FAX 01 60 93 90 96 - 95978 ROISSY CDG CEDEX - TEL. 01 48 17 00 59 - FAX 01 48 63 23 41
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:40 Page 2

Le Mesnil-Amelot (Seine et Marne), c’est un village de 705


habitants qui sait allier qualité de vie, fiscalité douce et dé-
veloppement économique.

Le Mesnil-Amelot, c’est la gare TGV-RER, CDG 2E et 2F, l’aé-


rogare S3 (ouverture en juin 2007), et la future aérogare S4
(2013).

Le Mesnil-Amelot c’est la réussite de la Zone d’activité du


Gué :
Hôtel Radisson, Courriers de l’Ile-de-France, SED Logistique,
GMD, Antonov, Bharlev Industries, Bruneau Pégorier, Servair,
Fedex, Goodrich, Plakabéton et des dizaines d’autres.

Le Mesnil- Amelot c’est la future zone d’activité inter-com-


munautaire de 60 hectares, juste à la porte de CDG, le long
de la Francilienne.
La nouvelle mairie et la médiathèque

Nouvel échangeur du Mesnil-Amelot

Contact : M. Droy, maire du Mesnil-Amelot. En Mairie au 01.60.03.51.18


BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 3

  
4Ï#6+10&705'48+%''7412Ï'0&'(4'6('4418+#+4'':24'55
%100'%6ÏÊ.#2.#6'g(14/'&'1+55;g*#4.'5&' #7..'
'241,'6 U
˜4Ï#6+10&'F)#4'524Ð5&'.#2.#6'g(14/'&'1+55;g UÊ 1755#+08+..'X%100'%6Ï'
#74Ï5'#714&'6 56X'6Ê4'/$.#;g'0g
4#0%'2174.'5.+)0'57&g 56'66.#06+37'Y
H)#4'5#70+8'#70#6+10#.j;10X#45'+..'X64#5$174)X14&'#7:k'6I)#4'5#7
0+8'#7'7412Ï'0j/56'4&#/X+Ð)'X1.1)0'X
4#0%(146X10&4'5k
˜70/1&'&'(10%6+100'/'065+/2.'%#.37Ï574%'.7+&'.#Ï4+'0U4Ï5'48#6+10&70'
%#2#%+6Ï&'64#0521462174.#00Ï'
˜70241,'6&'&Ï8'.122'/'06&74#$.'
˜70241,'65176'072#4.' 178'40'/'06
4#0D#+5'6.#1//+55+10 7412Ï'00'

'241,'6 '0%*+((4'5U
˜GNN-/5f*&'8+6'55'/+0+/#.'2174.'(4'6':24'55
˜LNÊENN6100'52#44#/'X%1064'ENÊFN6100'52#4#8+10c2'6+62146'74b
'6'08+410EK6100'52#4%#/+10
˜FKNNNN2#.'66'551+6JNNÊKNNNNN6100'5&'/#4%*#0&+5'564#052146Ï'52#4#0
˜ 08+41070/+..+#4&&'7415&+08'56+55'/'06#7616#.
˜0'/+5''05'48+%'241)4#//Ï''0FNNMfFNEN

'52#46'0#+4'5 '6  U


˜'5/'/$4'5(10&#6'745U ˜'52#46'0#+4'5U ˜ '0 %1745 &#&*Ï5+10 U +..'
˜G+056+676+10527$.+37'5U +4'%6+10Ï)+10#.'&'. 37+2'g &' 4'/$.#;g'0g
4#0%'X 55'/g
1+55; Ï8'.122'/'06X #)'0%' /'06 .'g&'g
4#0%'X 
X 

X $.Ï' &'5 *#/$4'5


4#0D#+5'5
&' &Ï8'.122'/'06 &' 1+55; 105'+. )Ï0Ï4#. &7 #. &+5'X &' 1//'4%' '6 & 0&7564+'
146' &'
4#0%'X .' 1/+6Ï 105'+.4Ï)+10#.& .'g&'g
4#0%'X j
 k 016#//'06 %'..'5
& :2#05+10 %101/+37'&7#.  .#+0' &'
4#0%'X . 
X &' ;10X +:g#45'+..'X 14g
&+5'X #)'0%' &' &Ï8'.122'g Ï412146&';10#+06g :72Ï4;XÏg &'#7:X 64#5$174)X '45#+..'5X
/'06&7105'+.)Ï0Ï4#.&7#. 412146&'+Ð)'X
j
Ï&Ï4#6+10 #4+5'6%'..'&''+0'g'6g#40'X
&+5'X.#8+..'&' 1755#+08+..' &'5 064'24+5'5&'4#052146'6 Ï412146&/56'4&#/%*+2*1.
˜J'064'24+5'524+8Ï'5U 1)+56+37'&'
4#0%'k ˜ '0 &+5%755+10 U  X X
+4
4#0%' #4)1X
'& :X Ï41g Ï412146 &' 1.1)0'X +..' &'
21465&'#4+5X
X#156''6 10&4'5
 :24'55
 


  
)0Ð5g+4'%64+%' Ï0Ï4#.'
J$+5X8'07'*#4.'5&' #7..'
MIKNN1+55;g'0g
4#0%' 



 


'.UNEGHFMHIMIg
#:UNEGHFMHIJG
/#+.U#%17&4#;u41+55;g10.+0'T%1/
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 4

9 9-41 DOSSIER : ERIC VEILLON, 10


sommaire 9-18
ANS DE VPP AVEC LE PÔLE
DE ROISSY
Article 1 (autoportait): De la Lorraine à Roissy, en pas
sant par l’Afrique et Maastricht : toujours libre !
20-23 Article 2 (A la mairie de Tremblay) : Vivre avec Asensi
24-27 Article 3 (150 000 F) : Comment m’est venue l’idée de
créer VPP ?
28-41 Article 4 (VPP, 10 ans d’évolution avec le pôle de
Roissy) : Histoire banale d’une TPE peut banale

92 44-53 CHENNEVIERES-LÈS-LOUVRES :
200 000 M3 de kérosène à la disposition permanente
des avions

54-60 CHOSES PUBLIQUES


54-57 Interview. Yanick Paternotte (UMP) : « je défends les
idées de la droite… »
58-60 Office de tourisme, taxe de séjour : Toulouse met les
choses au point

42 62-63 POLE DE ROISSY


Entretien : Gérard Eude, Vice président du Conseil
général de Seine-et-Marne.
« Je ne suis pas convaincu par la Communauté
aéroportuaire pour valoriser le pôle de Roissy ».

64-67 ECONOMIE ET EMPLOI


Nouvelle M2E :
Villepinte et Aulnay-sous-Bois unis pour créer une
Maison de l’Emploi « Borloo »

68-73 LES ENTREPRISES DU POLE


68 68-69 Les Courriers de l’Ile-de-France ont 50 ans !
70-71 Entretien avec Claude Frasnay, directeur des CIF
72-73 Chariots élévateurs : Fenwick a racheté SM Rental

76-79 RESTAURANTS
Bénéfice. net bimestriel gratuit édité par VPP SARL 76-77 Retour au Cénacle
1 Clos du Thillay - 95380 Epiais-lès-Louvres
Tél : 01 30 29 04 32 78-79 La nouvelle rubrique « restos » de Roissymail :
Fax : 01 34 68 52 07 plus de 500 restaurant sur le pôle de Roissy !
Directeur de la publication : Eric Veillon :
eric.veillon@wanadoo.fr -
Redaction et publicité : 01 30 29 04 32
80-85 PORTRAIT
Imprimerie : Dulac (Pacy-sur-Eure)
Dépôt légal à parution. Tirage : 20.000 exemplaires
Noureddine Cherradi (GIP) : « Il faut un leader
politique pour faire avancer les choses sur le pôle
de Roissy ».
VPP
www.vppcom.com
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 5

86-91 ROISSY ET L’AFRIQUE 76


86-89 RoissyMail au Bénin

som-
90-91 Près des pistes de CDG, des centaines de vieux
camions partent chaque année vers l’Afrique

92 93 CARTE DES
CIRCONSCRIPTIONS
LEGISLATIVES DU POLE DE
ROISSY
88
:

Gonesse NOUVEAU
RESTAURANT-LOUNGE
A R O I S S Y

En choisissant Gonesse, vous prenez la décision


Ambiance ZEN
stratégique d’intégrer un réseau d’affaires et Feng Shui
dense, riche d’opportunités liées à la proximité
de grands donneurs d’ordres et d’un tissu de
PME-PMI dynamique qui bénéficie déjà des
courants favorables d’une économie fertile. Spécialité
de poissons frais
et crustacés
Direction du
Développement Économique
du Commerce et de l'Emploi
Cocktails

Hôtel de ville - 66, rue de Paris BP 60


95 503 GONESSE Cedex - France
Tel. + 33 (0)1 34 45 10 71
Fax : + 33 (0)1 34 45 10 95 THE PLACE ROISSY
E-mail : developpement_eco@mairie-gonesse.fr
58 avenue Charles de Gaulle - 95700 ROISSY en FRANCE
Tél.: 01 34 29 89 80 - Fax : 01 34 29 02 14
www.ville-gonesse.fr/economie www.the placeroissy.com
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 6

Des prêts
à la mesure
de vos ambitions

Professionnels,
découvrez vite dans nos agences

Banque Populaire Rives de Paris - 76/78 avenue de France - 75204 Paris Cedex 13 - 552 002 313 RCS Paris - www.teo.fr 02/07 - Crédit photos : © Turbo/zefa/Corbis
Taux fixe préférentiel
Frais de dossier réduits
Prise en charge rapide
de votre demande *

* Après étude et acceptation de votre dossier.


BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 7

Edito ... Edito ... Edito ... Edito ...

Envoyez un député à l’Assemblée nationale pour faire


avancer le pôle de Roissy !
Un « BN » n°24 un peu spécial, « historique », avions-nous prévenu. C’est que le
traditionnel dossier est cette fois consacré à une très petite entreprise du pôle de
Roissy : la nôtre, l’agence de communication VPP.
Non pour nous faire plaisir, (on se fait plaisir autrement…), mais, à l’occasion de
nos 10 ans d’existence (en septembre dernier) que nous fêterons bientôt, il m’a
semblé objectif de présenter l’agence que j’ai créée, parce que son rôle dans l’information du pôle de
Roissy, à travers la carte de Roissy, ce magazine, et maintenant RoissyMail, n’est pas banal. Dans la
problématique de notre région de « Roissy », qui est l’une des plus dynamiques de France, le fait qu’une
TPE comme la nôtre informe, décrypte les enjeux, présente les gens qui y travaillent, fait connaître le pôle
avec si peu de moyens, méritait d’être mise en avant. Nous le faisons sans complexe. Ainsi, chers lecteurs,
vous comprendrez mieux comment nous fonctionnons, qui je suis exactement, et ce qui m’anime. Vous
verrez les difficultés que nous avons rencontrées, inhérentes à toute création et vie d’une entreprise (cf.
la citation ci-dessous).
Un peu long, le dossier, diront certains (dont moi). Mais, « quand le vin est tiré, il faut le boire » et l’avis
Banque Populaire Rives de Paris - 76/78 avenue de France - 75204 Paris Cedex 13 - 552 002 313 RCS Paris - www.teo.fr 02/07 - Crédit photos : © Turbo/zefa/Corbis

de mes quelques lecteurs « témoins », qui l’ont lu en exclusivité, m’a conforté dans son édition.
Bénéfice.net continue à évoluer, avec un peu moins d’infos d’actualité. C’est normal, c’est l’effet « RoissyMail »,
notre e-newsletter d’information, qui comptera en mars plus de 6000 abonnés. Chers lecteurs de BN, si ce
n’est déjà fait, inscrivez-vous à cette lettre qui apporte, au moins deux fois par semaine, les informations
sur la vie économique et politique de notre région (allez sur www.roissymail.com, c’est gratuit).

La campagne électorale pour l’élection de notre nouveau Président de la République bat son plein. Et,
juste après, nous allons envoyer de nouveaux députés à l’Assemblée nationale. Puissent ces élections
provoquer un changement ! Dans l’action politique, car peu a été fait ces 5 dernières années, malgré une
majorité absolue UMP au Palais Bourbon. Mais aussi dans la manière de faire de la politique. La plupart
des élus, je le vois tous les jours, ne pensent qu’à conserver leur poste et non à prendre les décisions
courageuses qui s’imposent, comme la libération du travail et la promotion des classes laborieuses, l’arrêt
des déficits publics scandaleux, ou la réforme des systèmes de retraite, qui n’a pas été faite, ou encore le
cumul des mandats qui empêchent ces mêmes élus de bien faire leur travail.
Au–delà, les oppositions politiques sont artificielles et les gens sont trompés. Un seul exemple : tous les
gouvernements passés, de droite ou de gauche, ont encouragé le développement de Roissy CDG et de sa
région (pistes, infrastructures, etc.). Et certains élus ou candidats font, malgré cela, encore semblant de
se battre contre ce développement. C’est ridicule.
Pour l’ensemble de ces raisons, il faut envoyer à l’Assemblée nationale quelqu’un de neuf, de dynamique,
de courageux, pour mieux représenter notre région. Il nous faut au moins un député compétent qui
s’exprime positivement sur « Roissy » et qui fait avancer les dossiers.

J’ai une bonne idée sur qui ça peut être.

Bon vote, réfléchissez bien !

Eric Veillon

" Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément
le contraire et surtout la grande armée des gens, d'autant plus sévères, qu'ils ne font rien du tout. "
(Jules Claretie, académicien, 1840-1913) 7
BN
22
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 8

8
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 9

ERIC VEILLON
10 ANS DE VPP
AVEC LE POLE
DE ROISSY

9
BN
24
Eric Veillon, près de Shanghai, en Août 2005
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 10

DOSSIER ARTICLE 1 ERIC VEILLON


ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY

DE LA
À ROISSY EN
MAASTRICHT
TOUJOURS
Il est mal aisé de commencer par le de parler de VPP sans faire le por-
traditionnel : « difficile de se décrire trait de son fondateur. De même
soi-même en quelques lignes », que, si VPP n’avait pas été « nous
mais je dois le faire. Ce sera d’au- », on en aurait fait un jour un «
tant plus difficile quand on sait que dossier », tant cette entreprise est
ce « papier » sera lu par des di- intéressante du point de vue de la
zaines de milliers de personnes, vie du pôle de Roissy. La descrip-
qui me connaissent un peu, beau- tion d’un type comme Eric Veillon,

“ Mon père était « coup, passionnément ou pas du


tout. Un avertissement toutefois :
cet autoportrait, qui n’est pas
banal, je vous l’accorde, n’est pas
que l’on voit un peu partout dans
notre région depuis fin 1992 est
tout aussi intéressante pour nos
lecteurs. Car vous êtes, chers lec-
le fruit de je ne sais quel nombri- teurs, les premiers à qui l’on pense
lisme ou narcissisme qui caractéri- lorsque on choisit d’écrire quoi que
l’intellectuel » des serait ma personnalité. Et je suis
tout sauf exhibitionniste ! Mon na-
ce soit dans Bénéfice.net. Et nos
annonceurs, alors, allez-vous me
turel est, au-delà de quelques pi- dire, si vous êtes l’un d’entre eux.
treries, effronteries, ou gentilles Bien sûr qu’on pense à vous. On
deux familles. provocations, plutôt trop réservé
par rapport à la moyenne. On me
ne fait d’ailleurs que ça lorsqu’on
commence un BN…Mais, vous le
le reproche d’ailleurs régulière- savez bien, pas de lecteurs, pas
ment. Cette réserve naturelle est d’annonceurs…Et, pour revenir à
parfois vécue par certains comme Eric Veillon, on le connaît bien,
Pensez ! Il avait cachant un côté manipulateur, se-
cret, hautain même, ce qui m’af-
vous pensez…

fecte beaucoup car c’est Portrait donc, et, pour plus de faci-
totalement faux. C’est même le lités, à la première personne (je
passé ses deux contraire, je suis un timide « nor-
mal », voire un peu plus que la
vais pas vous la jouer comme les
« grands » en parlant de moi à la
moyenne, j’aime la pudeur et je troisième…).

bacs ! ” suis encore, malgré mes heures de


vol, d’une naïveté incroyable qui
me surprendra toujours. C’est cer-
tainement le plus gros de mes dé-
Ca me fait déjà 52 ans. En fait plus
car je suis né le 30 août 1954, à
Vittel, dans les Vosges. Pas d’arbre
fauts. généalogique remontant au
10 Moyen-Age, et vous saurez donc
BN Mais il était difficile, objectivement, que je viens d’un milieu très « po-
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 11

N : AUTOPORTRAIT
départemental où il était en poste J’écoutais les échos de la journée

LORRAINE à Bourbonne-les-Bains, ce qui ex-


plique que je sois né à Vittel, pas
loin. Puis il a rejoint « l’Est Républi-
cain » à Epinal, en 1960 après avoir
racontés par mon père (quand il ne
rentrait pas trop tard), et il m’em-
menait parfois avec lui en repor-
tage, le dimanche (couvrir les

PASSANT PAR
été en poste à Saint-Dizier. Il s’est « comices agricoles », par exemple)
remarié cette année-là (ça avait fait ou, pendant les vacances, je faisais
scandale, à l’époque, seulement avec lui la tournée du commissariat
deux ans après la mort de ma de police et de la gendarmerie
mère) et, de cette union avec

ET L’AFRIQUE :
pour avoir les « faits divers ».
Nanou sont nés mes 4 autres frères
C’était aussi l’époque de la concur-
et sœurs. Il a été ensuite muté à
rence : la diffusion de l’Est Républi-
Toul (Meurthe-et-Moselle) en 1963
cain côtoyait alors celle du
où il fut « chef d’agence » (en fait

LIBRE ! il était le plus souvent seul avec « Républicain Lorrain » et la lutte


une secrétaire), chargé de « couvrir entre les deux chefs d’agence était
» toutes les communes de l’arron- rude pour ne pas se faire « gril-
dissement. Je vous vois venir : son ler » dans l’édition du lendemain.
père était journaliste, donc c’est Gamin, le seul nom du chef
pulaire » (puisque le mot « pau- Le plus drôle c’est que, quatre ans pour ça que… Non. Rien à voir. d’agence du « Répu » M. Lascrout,
vre » n’est plus correct, mais c’est plus tard, alors que j’avais déjà Vous comprendrez après. J’ai néan- me faisait frémir : j’avais l’impres-
« pauvre » qu’il faut lire). Mon ar- adhéré au PCF, il m’a un jour glissé moins, pendant les quelques 8 an- sion que c’était le diable person-
rière-arrière-grand-père maternel (il parlait peu politique) que les nées passées à Toul, « baigné » nalisé !
était un ouvrier (ou plutôt un ma- « Russes » étaient devenus des dans l’atmosphère journalistique.
nœuvre) tuilier, m’a toujours dit ma « bourgeois ». J’étais sur le cul !
grand-mère. Un des boulots les Peut-être était-il trotskyste, finale-
plus durs de l’époque : argile, cha- ment, qui sait…
leur…Jeune, il aurait combattu dans Mon père, Hubert Veillon, né en
les rangs des « Chemises rouges » 1933 était issu d’une famille de
de Garibaldi, m’a-t-elle toujours af- Bordeaux ou d’Aquitaine (nous
firmé, d’une manière certes un peu avions une ou deux fois visité des
confuse. Elle, qui a beaucoup membres de la famille de son père
compté pour moi, je l’ai toujours là-bas). Celui-ci, qui est mort quand
connue « femme au foyer », mais j’avais 4 ans (la même année que
je sais qu’elle avait travaillé dans ma mère, en 1958) était lui, un
sa jeunesse, dans des usines de « cadre » ou plutôt un « agent de
confiture ou quelque chose comme maîtrise » d’une entreprise d’élec-
ça. Son père avait dû travailler un tricité qui allait devenir l’EDF. Les
moment dans les chemins de fer, deux grands-pères habitaient alors
ce qui explique qu’elle soit, bien Vincey, dans les Vosges où il y a
que lorraine, née à Paris, rue Da- toujours un transformateur ou un
guerre, dans le 14ème. . Son mari, truc comme ça. Y’avait des « diffé-
mon grand-père, Auguste Etienne, rences de classe » entre les deux
un vosgien, était un ouvrier électri- familles (le grand-père paternel
cien et il a terminé fièrement « chef roulait en « traction » !). C’est pour
d’équipe » à l’EDF au « Tapis Vert cela que le jour où mon père, en
» à Nancy. Il était syndiqué à la CGT 1951, a séduit (et engrossé) ma
(j’ai sa « médaille »), mais je n’ai mère qui avait le même âge, ça a
jamais su s’il votait communiste, chauffé dans les chaumières ! J’au-
même s’il me disait toujours voter rai donc une grande sœur.
« pour l’ouvrier ». C’était un mo-
déré. Un jour, alors que j’étais dans Mon père était « l’intellectuel » des
ma période « maoïste » (j’avais 16 deux familles. Pensez ! Il avait
ans) il m’avait fustigé (j’avais dû passé ses deux bacs ! Il est devenu
faire une bêtise) :« normal, m’avait- journaliste, d’abord à la « Haute 11
il lancé, tu es à l’école de Mao ! ». Marne Libérée », un petit journal BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 12

DOSSIER ARTICLE 1 ERIC VEILLON


ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY

pouvaient passer en souvent menacé, pour cause d’in- ciaux, en remontant jusqu’à la
6ème « sans exa- discipline. On est au début des Révolution française, la Terreur,
men ». Mais l’un années 70 et, la situation s’aggra- que même nos instits nous avait
d’entre nous, un Al- vant chez moi, j’ai fini par ne plus justifiée, voire magnifiée… Dan-
gérien nommé Saïd retourner chez moi du tout et j’ai ton mais surtout Robespierre,
Chalal, qui était très passé les week-ends chez mes puis plus tard, Saint-Just furent
bon, n’est pas allé grands-parents maternels, à Tom- mes héros : j’aurais été régicide !.
au collège avec blaine, dans la banlieue de Puis le 19ème siècle et Zola, la
nous. On ne l’a plus Nancy. A partir de là, mon père ne guerre de 14 (comment ne pas
jamais revu, on a su s’est plus trop occupé de moi. Il pleurer, encore maintenant, à Ver-
qu’il devait travailler m’avait trouvé quand même, dun ?), approuvée par les socia-
rapidement pour malin, un p’tit boulot dans la pre- listes de l’époque, Jaurès mis à
aider sa famille. Au mière pizzeria qui s’est ouverte à part, Marx et le mouvement com-
collège « de Rigny », Nancy, le « Sorrento » (qui existe muniste, Lénine et 1917, le Front
j’étais moyen, je ne toujours, rue Stanislas, à coté de Populaire, la guerre, la Résistance
travaillais pas assez. la fameuse place). Y’avait un et ses héros, communistes, en
Et les dissensions monde fou et j’ai gagné un max particulier, les conquêtes so-
entre mon père et d’argent en étant serveur. On ciales… Comment ne pas succom-
Nanou, qui finirent était payé au pourcentage, uni- ber ?. Les désillusions viendront
par un malheureux quement, (12% sur tout ce qu’on après.
divorce en 72, n’ai- servait, plus les pourboires), et Les groupes gauchistes fleuris-
daient en rien. La nourri. J’étais en première et je saient à cette époque, et nombre
quatrième fut dure gagnais plus en 4 week-ends que de jeunes y étaient par eux atti-
et je multipliais les la revendication du SMIC du pro- rés, vu l’attitude ambiguë du PCF
heures de colle : gramme commun de la gauche, pendant 68 (et à la Libération),
toujours « turbulent adopté en 1972, et qui était fixé que lesdits gauchistes fusti-
» (je collectionnais les à 1000 F ! Au lycée, j’étais le roi geaient, tout comme l’invasion
zéros de conduite mais je n’ai ja- du pétrole ! Un peu fatigué le de la Tchécoslovaquie. Il y eut
De l’école primaire à mais manqué de respect à mes lundi (ajoutez à cela les pre- des grèves lycéennes, c’était
professeurs). C’était aussi la pre-
celle de Mao en pas- mière fois qu’on avait des « filles
mières « boîtes de nuit »), quand l’époque de la mort de Pierre
même et les études s’en ressen- Overney, un militant de la Gauche
sant par celles du » dans la classe : ma concentra-
taient. Mon goût pour l’Histoire Prolétarienne, tué par un vigile en
tion se portait davantage sur leur
«Parti » morphologie que sur la géomé-
remonte à la classe de 4ème février 72, à Renault Billancourt.
___________________________ quand le principal du collège de J’étais sympathisant d’un groupe
trie du programme de maths... Et
Toul, M. Aubriet (le « tob », c’était militant au lycée où on avait mis
la 4ème, ce fut aussi mai 68, que
J’étais un bon élève en primaire. son surnom, qui faisait peur tant le « bazar ». Notre salle d’études
j’ai suivi de loin, mon père
Toujours (la plupart du temps se- il était sévère, mais juste et ex- était à côté de celle des « cyrards
m’ayant confié (le collège était en
rait plus correct) dans les quatre cellent pédagogue) m’avait appris », la « Corniche Drouot », la
grève) à l’un des ses amis instits,
premiers à l’école Emile Moselly une bonne méthode (résumés) classe qui préparait au concours
dans un village à côté de Toul où
de Toul. Des instits « à l’an- j’ai passé avec succès (3ème du pour bien savoir mes leçons en de Saint-Cyr. Deux mondes diffé-
cienne » en blouses grises, des canton, SVP !) mon certificat histoire-géo. Du coup, j’ai tou- rents : eux ,en uniformes, « droits
plumiers, de l’encre et des coups d’études primaires, que je n’au- jours été « bon » en histoire. Et, dans leurs bottes », cheveux
sur les doigts pour mieux appren- rais jamais passé au collège. J’ai de l’Histoire à la politique, il n’y a courts, nous, en jeans délavés et
dre les tables de multiplication, eu ensuite mon BEPC mais je n’ai qu’un pas. On était dans « l’après treillis passés, cheveux longs…
les parties de billes, et, déjà les pas échappé au redoublement de 68 », la grande période gau- Certains, parmi notre groupe, leur
yeux sur les adorables jambes, la troisième. Les relations conju- chiste. Parallèlement, j’avais pris avaient « piqué » une relique qui
sur hauts talons, de Mme Bou- gales de mon père ne s’arran- conscience, depuis au moins était dans leur salle, une lettre de
cher, l’institutrice de la classe d’à geant pas, avec toutes les l’âge de 14 ans, des inégalités so- Lyautey… Réaction vive des cy-
côté…Le jeudi j’allais au « caté » retombées sur moi, celui-ci m’a ciales. Y avait déjà eu l’histoire rards qui font une descente dans
et le mercredi soir je servais la proposé d’aller en Seconde à l’in- de Saïd, en CM2, puis j’ai bien notre salle et au
messe dans la belle église Saint- ternat au Lycée Henri Poincaré de compris que les cartes que la vie « foyer » qui était tenu par les
Gengoult. Et puis, le premier Nancy, histoire d’échapper aux délivrait n’étaient pas les mêmes gauchistes, on a failli en venir
« choc social ». Les meilleurs de conflits. J’ai accepté, malgré mes pour tous. Pas de frustration aux mains… Une autre fois, on
la classe (le premier était tou- appréhensions sur mais pas… normal. Et on se situe diffuse dans tout le lycée carré-
12 jours J.F Poivey, qui fut mon co- « la pension » dont on m’avait tout de suite dans la lignée des ment, la nuit, 3000 exemplaires
BN pain longtemps), à la fin du CM2, mouvements politiques et so- de « la Cause du Peuple », le
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 13

N : AUTOPORTRAIT
journal lancé par la Gauche prolé- Le fait d’avoir abandonné mes convaincu. D’autant que le moyens matériels risquaient
tarienne et soutenu ardemment études m’ennuyait. Au bar, j’ai « Programme commun » de la d’être durs. Mon père, qui avait
par Jean-Paul Sartre. Et puis, alors fait deux rencontres qui ont gauche venait d’être signé et qu’il renoué avec moi entre temps,
j’étais aussi attiré par d’autres marqué la suite de ma jeune exis- suscitait beaucoup d’espoir. J’ai m’avait trouvé, généreux comme
groupuscule, plus « hard » ceux- tence. L’après-midi, comme il n’y pris le temps, mais j’ai fini par toujours, une place de serveur
là : le PCMLF (Parti communiste avait pas beaucoup de monde (je adhérer, lorsque j’étais retourné dans un restaurant d’un de ses
marxiste léniniste de France), le faisais 10h/ fermeture le soir vers au lycée, à la JC, puis au PCF. copains, le glorieux et éphémère
« Secours Rouge », tous d’obé- 23 heures ou plus, non stop), je C’était juste avant les élections « Hareng Pubère », non moins
dience maoïste. Bien que non révisais mes bouquins de pre- législatives de 1973. Et au fil des glorieux anagramme du blaze du
« leader », j’étais quand même mière, et notamment l’Italien, qui trois ou quatre années qui al- proprio, Hubert Parant »… Je suis
dans l’œil de la direction du était ma « 3ème langue » et que laient suivre, je suis devenu un donc retourné à Nancy. Cham-
lycée. Un lâche prétexte et me j’aimais beaucoup. Des jeunes militant pour qui la cause du brette, boulot et premiers cours
voilà « vidé » de l’internat, en filles de la « bonne société » de « parti » était devenue primor- de droit. A ce moment, la de-
plein Première, pendant les va- la ville arrivèrent et l’une d’entre diale, à l’école de mon amie mande de « pion » que j’avais
cances de Pâques. elles, Annette R., aperçut mon Claude Fischer, militante hyper faite auparavant est accordée
Colère de mon père (qui se ré- livre. Discussions… Elle était en active et aujourd’hui épouse de courant novembre. J’ai donc un
veille…). Il m’interdit de rentrer au seconde au lycée Poincaré (Ray- Philippe Herzog, ci-devant res- poste de surveillant, mais au
lycée et me promet au travail… mond, celui-ci, l’autre à Nancy ponsable de la politique écono- lycée de… Stenay, au nord de la
C’est ainsi que j’ai failli rentrer c’était Henri, le mathématicien) mique du parti, ancien député Meuse, 100 Km de Nancy, sans
comme serveur dans les « wa- de Bar-le-Duc. On s’est revu, européen devenu un « européïste voiture et avec des transports en
gons-lits »… Mais, après une j’avais « flashé » sur elle (et réci- » ardent, animateur de « Confron- commun …aléatoires et incom-
scène mémorable avec mon père, proquement). Du coup j’ai eu tations » et chargé récemment plets… Dilemme. La paye de pion
je m’enfuis chez ma grande sœur, envie de me réinscrire au lycée. par le Premier ministre de diriger est tentante, mais si je la choisis,
qui était institutrice à Bar-le-Duc Je me suis débrouillé, mineur, un organisme censé expliquer les adieu le droit, où les cours, du
(Meuse). J’ai 17 ans et il faudra avec l’aide de professeurs et du avantages de la Bourse... J’ai fait moins les TD, sont obligatoires.
attendre mes 21 ans pour que censeur de l’époque (un type qui les « écoles » du parti : « élémen- Je fais sûrement une erreur et je
Giscard abaisse la majorité à 18… était au PSU), pour me dispenser taire » (2 jours), « fédérale » (1 vais à Stenay où je resterai
de l’accord de mon père. J’avais semaine) et surtout « centrale » « pion » pendant deux ans. Du
Je me trouve un boulot à l’hôtel mis assez de sous de côté pour (1 mois à la fameuse « école coup je m’inscris en catastrophe
de Metz, le « grand hôtel » de subvenir à mes besoins (et je fe- Maurice Thorez » de Choisy-le- en « fac » d’Histoire, à Besançon,
cette ville de 20 000 habitants. rais toujours des « extras »). Roi). Non, détrompez-vous, pas qui offrait des cours par corres-
J’ai eu chaud ! Le patron voulait C’est ainsi qu’en septembre, d’endoctrinement, mais une vi- pondance et que j’avais connu
m’embaucher comme apprenti j’étais demi-pensionnaire au sion simpliste de l’histoire, dé- par mes copains étudiants du
serveur (contrat de trois ans, lycée, redoublant ma Première, nuée de sociologie et de « parti ». Adieu Sciences Po (ou
payé des clopinettes !). Mais un dans la classe d’Annette. Joli dou- psychologie qui vous entraîne, plutôt au revoir…) mais bonjour
jour, au début, le barman de l’hô- blé… avec votre consentement, dans le militantisme. Je me réinstalle
tel étant parti, le patron m’a de- En même temps qu’Annette, une sorte de « contre-société » du coup à Bar-le-Duc et je m’in-
mandé de le remplacer. J’ai fait, j’avais fait une rencontre à la- bien pratique. Mais il y aurait vestis « à fond » à la J.C et au
tout seul, une super journée : quelle je ne m’attendais pas. Un beaucoup à dire là-dessus… « parti ». Pas de place ici pour ra-
800 F de recettes ! Le patron, M. des types qui « fricotaient » avec conter, mais ce fut une grande
Hilsenberger (père), ravi, m’a les groupes maoïstes de Nancy J’ai obtenu mon bac A4 de jus- période ! On vend (plus qu’on ne
alors demandé si je voulais la était passé, avec des copains à tesse, en 1974. Que faire dans la lit) la presse du parti : l’Huma,
place de barman. J’ai dit ok et je lui, devant le bar. Je l’ai hélé et vie ? Pas beaucoup de conseils l’Huma Dimanche, France Nou-
n’ai pas signé de contrat d’ap- nous nous sommes reconnus. d’orientation à l’époque (ça a un velle, et, dans une moindre me-
prentissage. J’étais bien payé, au Quelques jours plus tard j’avais peu changé), mais j’avais vu une sure La Nouvelle Critique. On
pourcentage, uniquement (tou- la visite de ses copains. Discus- affiche dans un couloir du lycée vend le bouquin de « Georges »
jours 12%) mais le problème c’est sions. J’étais ravi de revoir ces « sur une institution, à Nancy, qui (je ne sais plus le titre, mais suc-
que s’il n’y avait personne, je ne mao ». Mais il y avait maldonne. préparait à « Sciences Po » à cès : 700 000 exemplaires), on
gagnais rien. Mais dans l’ensem- Entre temps ils s’étaient ralliés à Paris. Sciences Po dont je n’avais fait des adhésions (y compris sur
ble ça allait. En plus je faisais des la « J.C » le mouvement de la Jeu- jamais entendu parler, mais les l’oreiller), des meetings, on va à
extras, bien payés. Mais « on nesse communiste, affilié au PCF. matières enseignées, histoire, des réunions « à Paris », on colle
voyait pas l’jour » comme on di- Pour moi c’était des traîtres à la droit, économie, me plaisaient. Je des affiches, plie et distribue les
sait avec mon vieux copain Jean- cause ouvrière… Je vous passe me suis donc inscrit en droit à tracts, on est sûr d’avoir raison.
Marie Conard (non, y’a pas de les détails, mais on a eu plein de l’université de Nancy 2, en même Voyage « historique » en RDA
faute de frappe…). Assez toute- discussions, également histo- temps qu’à l’institut nancéen de avec le « Train de l’Amitié » où 13
fois pour les premières amours. riques et ils m’ont un peu prépa à Sciences Po. Mais les je dirige un groupe de jeunes BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 14

DOSSIER ARTICLE 1 ERIC VEILLON


ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY

dit aujourd’hui. La : je suis envoyé au 5ème RI, au mois de « classes » avec « cross
lecture simpliste de camp de Frileuse (le bien » tous les matins, qu’il pleuve
Marx et de Lénine nommé, même en été il fait tou- ou qu’il neige, en short / tee
agit comme un jours froid), à Beynes (78), en shirt, avec des sergents chefs
prisme : tout est ex- octobre 77. qui vous mordaient les mollets
plicable et expliqué si vous n’alliez pas assez vite.
à la lumière des pos- On arrive à Paris en juillet, où Moi qui n’avais jamais été très
tulats « marxistes ». l’on loge un mois dans une sportif, je n’ai jamais été autant
A la rigueur, plus chambre de bonne, dans le en forme qu’à ce moment. Cours
besoin d’apprendre, 17ème, chez une amie de la fa- théoriques, tir en pagaille, «
on sait tout. mille de Marie-Caroline, qui est ordre serré » (la chanson de ma
Mais je me re- agent immobilier. On fait des section était « La Madelon vient
prends. Je passe ma p’tits boulots, (c’est ainsi que nous servir à boire… » : Je m’ar-
première année j’ai fait des ménages -bien rangeais pour ne pas chanter
d’Histoire, qui me payés- chez Patricia Carli, une mais dès qu’un gradé me voyait,
passionne de plus ex-chanteuse qui fut bien j’avais droit à un « Veillon !
en plus, en 76, tou- connue –dont l’inénarrable tube Chantez ! Veillon ! ». Vous voyez
jours à « Besac ». fut « Arrête, arrête, ne me la scène…Ca commençait à bien
Puis, à la rentrée touche pas ») -, qui habitait en faire. Suis ensuite « muté » dans
77, je suis, enfin, face de l’Assemblé nationale) et une compagnie de combat. Et
nommé « pion » à on finit par louer un studio de les études alors ? Je demande
Bar-le-Duc. Avec le 19 m2, à prix d’or, rue Turgot, un rendez-vous au capitaine, qui
train, Nancy est dans le 9ème. se targuait d’être aussi histo-
possible. Je me réin- rien. Rusé, il me demande
scris à Nancy II en Me voilà (« 77/10 ») à l’Armée, quelle est la muse de l’Histoire,
2ème année d’His- qui m’avait refusé, lors des « 3 histoire de voir si je ne suis pas
toire géo, où j’ai des jours » l’honneur de faire les un menteur, au lieu de me de-
« touristes-militants ». Décou- profs géniaux comme Edouard
verte (comme je m’y attendais) EOR (école des officiers de ré- mander mon certificat d’inscrip-
Will, en histoire hellénistique ou serve), pour cause, non dite évi- tion… Etonné, je me risque à
effarante du « socialisme réel » Burnand en histoire « gauloise »
: dictature et misère du peuple. demment de « communisme ». bafouiller : « euh, Clito ? ». Il me
(et gauloises !). Et je commence
Quand on rentre, j’en fais part Et, heureusement, inscrit en Li- dit « OK » (j’étais mdr) pour une
à prendre mes distances avec le
au père de ma petite copine de cence d’histoire dans la presti- (ou deux, je ne sais plus) demi
« militantisme » effréné. Je
séjour, M. Tourte, qui était tré- gieuse Sorbonne, (Paris 1, la journée par semaine, sauf s’il y
passe « haut la main » mes exa-
sorier fédéral du PCF dans le Val meilleure). Je voulais passer à a combat, sport ou ordre serré
mens de deuxième année.
d’Oise et militant chevronné : « sur- tout prix ma licence, pour rattra- ». Le problème c’est qu’on ne
tout ne pas en parler » me souf- per un peu mes trois années de faisait que ça. Je me suis ensuite
fle-t-il. J’apprendrai plus tard « Chantez, Veillon, retard sur le cursus scolaire et débrouillé pour quitter la com-
universitaire normal. L’Armée, pagnie de combat (à regret d’ail-
qu’il avait quitté le parti… En chantez !!! » après la réforme des sursis, leurs, car j’aurais voulu y rester,
1974, pour des raisons « tac- ___________________________
tiques », qui se révèleront fa- avait promis des facilités pour tant qu’à faire) pour le confort
tales pour lui, le PCF fait une Mais l’Armée me rattrape. Faut faire ses études en même temps douillet d’un poste de secrétaire
campagne « maximaliste » pour que j’aille servir… Je n’ai jamais que le service militaire : on allait à la compagnie de commande-
François Mitterrand. Celui-ci été anti-militariste, mais là ça voir. Pas commode, et très mar- ment et de service. Et j’ai pu
vient à un grand meeting (on tombe mal pour mes études, tiale, l’ambiance, au 5ème RI, passer ma licence avec succès.
n’avait jamais vu ça) à Bar-le- d’autant que la « loi Debré », qui passait pour être un ex régi- Il y a aussi plein d’anecdotes
Duc. C’est là que je rencontre faite contre les sursis à rallonge, ment « semi disciplinaire », où mais je vous les épargne : c’est
pour la première fois François qu’on avait combattue en 73, l’on envoyait les « fortes têtes ». barbant, les mecs qui racontent
Asensi, que je retrouverai à l’As- est passée : après le DEUG, plus Un des plus anciens régiments leur service militaire. J’ai eu
semblée nationale et, bien plus moyen d’y échapper. Ma copine de France, héritiers des quand même droit à un interro-
tard, à Tremblay-en-France, peu de l’époque, Marie-Caroline, une « bandes de Navarre » du futur gatoire de la Sécurité militaire
après son élection comme belle angevine qui avait échoué Henri IV et dont la devise était « (après la fameuse pétition natio-
maire. à Nancy et qui était dans ma « Navarre sans peur ! ». Ce qui nale pour les « transports gra-
Je ne passe pas ma première classe » à la fac, veut vivre à valu au régiment d’être décimé tuits ») et, étant visiblement
année d’Histoire, occupé comme Paris… Je fais la demande à l’Ar- plusieurs fois, toujours en pre- espion soviétique présumé, je
14 j’étais avec la JC. C’est ma pé- mée pour y aller. Vœux exaucés mière ligne…Ambiance. C’était n’ai pas été habilité pour garder
BN riode « intégriste », comme on tout sauf la « planque ». Deux l’armurerie de la compagnie le
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 15

N : AUTOPORTRAIT
week-end. Du coup, j’ai eu commission des Lois. Travail rand. Ce qui est marrant, c’est toine, (Tony pour les intimes) :
toutes mes perm’… passionnant d’examen des pro- que, pendant ce temps, Chirac un grand bonhomme ! Il viendra
Une fois « libéré », je décide de jets de lois, de suivi des dos- et ses partisans faisaient voter me rendre visite en Afrique un
revenir vers « Sciences Po ». Je siers, du courrier adressé au en douce pour Mitterrand… peu plus tard. C’est là qu’il m’ex-
retrouve mon poste de pion à groupe, de rédaction des dis- pliquera que « nous » avions eu
Bar-le-Duc, je change de copine cours des députés des amende- Mitterrand élu, l’ambiance était tord sur la sidérurgie et que le
et d’appartement (un deux ments (j’ai noirci ainsi, en leurs étrange au groupe communiste. parti (et lui-même) auraient dû
pièces « royal » dans le 10ème), noms, des centaines de pages L’échec de la stratégie de Mar- accompagner la reconversion,
et je m’inscris en 2ème année du J.O des Débats), de participa- chais était dans toutes (ou plutôt que s’arc-bouter contre les
de droit (grâce aux équiva- tion aux réunions hebdoma- presque) les têtes des députés fermetures inexorables. Au-
lences) que je réussis. Question daires du groupe, dans le communistes. Mais personne jourd’hui, le Pays-Haut lorrain est
politique, je suis toujours mem- fameux 7ème bureau, travail n’osait parler. Une réunion du sinistré…
bre du « Parti », à Paris, mais le avec des députés groupe, entre les deux tours fut J’avais, comme lui, milité pour le
cœur n’y est plus. C’est l’époque « de base » passionnants… Mais mémorable : Marchais (pour une succès de la gauche dans son
des fameux articles d’Althusser en même temps je perçois de rare fois présent à la réunion) dé- ensemble. J’étais pour l’évolution
dans « le Monde », des tenta- près ce qui ne va pas dans ce fendait l’indéfendable, du genre du parti « à l’italienne ». Mais,
tives d’Henri Fizbin, que je cô- parti, toujours inféodé à l’URSS, « on a toujours raison ». Seul, une fois le gouvernement
toie, mais je m’aperçois qu’il va son discours qui ne passe pas… Antoine Porcu, député de d’union de la gauche mis en
dans le mur. Ils ont ma sympa- Et il passera de mois en moins. Longwy (Meurthe-et-Moselle),
place, les mêmes, tant députés
thie, mais je n’y crois plus… Arrivent les élections présiden- ose, ému, dire, même confusé-
que mes collègues assistants par-
Mais, en juin 79, alors que je fi- tielles de 1981. Georges Mar- ment, ses quatre vérités au se-
lementaires qui avaient « milité »
nissais mon DEUG de droit, des chais est candidat. La crétaire général devant les
pour le « vote Giscard », en fai-
camarades du parti me font surenchère pour la « réactualisa- quelques 80 députés, médusés
saient trop dans l’autre sens, sou-
comprendre qu’il y a un poste tion du Programme commun » par ce courage inhabituel. An-
tenant mordicus le gouvernement
de libre pour être assistant par- était allée bon train, d’autant
lementaire au groupe commu-
niste, à l’Assemblée nationale.
que les socialistes étaient timo- Imprimerie numérique
rés… Je suis, en tant que « col-
L’affaire me plaît. Un tour à la « laborateur du comité central », Couleur et noir & blanc tous formats
section des cadres » place du le fameux « CC», détaché pour
Colonel Fabien, et me voilà en- « suivre » le comité d’arrondis-
gagé pour la rentrée. Bonne sement du 8ème, entendez par-
paye, boulot intéressant. Pen- ticiper à la campagne et être le
dant les vacances, je prépare le porte parole de la direction du Tirages de plans couleur & N/B
concours de Sciences Po, avec parti auprès de ce comité, qui
des cours particuliers que je Manuels de formation, Tarifs,
réunit plusieurs sections du PCF
paye à prix d’or… Mais je rate de ces quartiers parisiens hup- Carnets autocopiants numérotés,
l’oral sur un trou de mémoire pés. Mitterrand est au 2ème Catalogues, Brochures commerciales,
(une question facile sur une ju- tour et Marchais obligé de se
risprudence du Conseil d’Etat) : Leaflets, Plaquettes publicitaires,
désister en sa faveur. Mais,
rage ! entre les deux tours, une Têtes de lettre, Cartes de visite,
(grande) partie des « cadres » Cartons d’invitation,
A l’Assemblée du PCF vont faire campagne en Affiches jusqu’à 1,30m de largeur
faveur de l’abstention, et même
nationale, du « vote révolutionnaire à
avec finition sur structure démontable
pour Mitterrand droite », comprenez : mieux et plastification
___________________________ vaut Giscard que les socialistes Finition de document : perforation,
au pouvoir. Le calcul aurait pu
reliure spirale, métallique, dos carré
A la rentrée 79, en même temps réussir : il suffisait ainsi de dé-
que je prends mes fonctions au placer quelques centaines, voire collé, agrafage, piqûre à cheval.
groupe communiste, dirigé alors dizaines de milliers de service enlèvement / livraison
par le bon Robert Ballanger, je voix…Outré, je ne marche pas
m’inscris en licence de droit des dans la combine et m’oppose,
affaires, toujours à Paris 1. Au au comité d’arrondissement du 5/7 rue Houdart - BP 23 - 95700 Roissy en France
sein du groupe, j’étais chargé de 8ème aux intégristes en me fai- Tél : 01 34 29 01 41 - Fax : 01 34 29 01 42
suivre les travaux des députés sant le porte parole du « CC » : 15
communistes membres de la désistement en faveur de Mitter- e-mail: pc@roissycopy.com BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 16

DOSSIER ARTICLE 1 ERIC VEILLON


ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY

En Afrique, président Kérékou allait « mettre léniniste » a littéralement pillé le


en place » (je l’ai pas fait). Mais pays, pourtant perfusé par la
avec les j’ai trouvé, grâce aux « réseaux » France et le FMI. Il ne reste plus
croupions de du parti et à mon camarade Ray- un seul Franc CFA dans les deux
mond Monteil, qui avait œuvré à banques d’« Etat ». Les fonction-
dinde et les la « section agraire » du parti, un naires ne sont plus payés. Les
désillusions. travail chez J.B Doumeng, le chantiers interrompus. Mes af-
« milliardaire rouge ». C’est ainsi faires battent de l’aile. Sylvia, que
________________ que je me suis retrouvé à gérer j’avais épousée entre temps, finit
un grand entrepôt frigorifique au par en avoir assez de mes
Sylvia était contrô- port de Cotonou, la grande ville frasques africaines et décide de
leur du Trésor et du Bénin, à vendre une partie se faire muter à …Djibouti avec
avait fait le début de des 700 000 tonnes de viandes nos deux enfants (ma fille Lor-
sa carrière au Tchad, congelées subventionnées dont raine était née à Cotonou en 84).
où ses parents (son la Communauté européenne ne Du coup je dépose, la mort dans
père était ancien mi- savait que faire (ce qui a cassé le l’âme, le bilan de la belle société
litaire) travaillaient à peu d’élevage local) et des que j’avais créée, et je rentre à
l’ambassade. A l’été tonnes de croupions de dinde ! Paris avec eux, dans des condi-
81, on lui propose Puis à ouvrir une sorte de « Pi- tions rocambolesques. Avec
un poste au Bénin card surgelés », vendre du pois- l’Afrique au cœur et en particulier
(ex-Dahomey). Il faut son bulgare, ouvrir une ce Bénin (beau pays, avec des
donner une réponse superette, et, en son temps, le gens accueillants et agréables),
rapidement. plus beau bar de Cotonou (où fut qui m’est si cher encore au-
L’Afrique me plaît embauchée Bignon...). Choc cli- jourd’hui.
depuis toujours et je matique et culturel. Loin de mes
ne sais toujours pas illusions, je découvre le sous- dé- Un peu dans la muise, ne sachant
dans lequel avait été contraints quoi vraiment faire dans veloppement, la misère, en que faire, je m’inscris au Capes
(je dis bien contraints) d’entrer 4 ma future vie : j’ai pensé à faire même temps que la corruption et d’histoire à ma chère Paris 1.
avocat d’affaires (d’où ma li- les fortunes indignes et injusti- L’Université, refuge traditionnel,
ministres communistes, empê-
cence), j’aurai voulu « faire de la fiées, les magouilles entre élites zone « franche »… Je suis
chant toute critique, même in-
politique », faire carrière au sein françaises et locales, les aberra- quelques cours, toujours pas-
terne. J’étais écoeuré.
du parti, j‘étais bien placé, mais, tions de la « Coopération », tant sionnants, entre les voyages à
après tout ce que j’avais vu, pas celle de la France que celle des Djibouti où les choses ne s’arran-
Pendant ce temps, je ne suivais
moyen. Il me faut réfléchir et j’ai « organismes » internationaux gent pas avec Sylvia, à qui je re-
pas trop les cours de licence de
les moyens (limités) de m’offrir comme la FAO (incroyable !), pour proche d’une manière virulente
droit, étant très occupé à ma
une année sabbatique. Je lui dit ne citer qu’elle …Je rencontre Mar- l’éloignement des enfants. On
tâche (mais j’ai appris beaucoup
« OK, on y va, et on verra… ». chais, de passage au Bénin, avec finit par divorcer en 90. Crève-
plus de droit au « groupe » qu’à
la fac) et je ne suis donc pas pré- qui j’ai une longue discussion, cœur car je n’ai droit, comme
Pas la place pour vous dire tout mais il ne réagit pas. Je com- « droit de visite » qu’à une se-
senté aux examens de juin. J’ou- ce que j’ai fait au Bénin (je vous
blie, à regret, Sciences po. prends de plus en plus… De quoi maine à Noël, une autre à Pâques
dirai ça en détail quand on fera le remettre en cause plein de certi- et un mois l’été. Je gère cette si-
numéro spécial « Roissy et tudes, pourtant déjà bien ébran- tuation comme je peux…
Pendant ce temps aussi, j’avais l’Afrique »). Mais vous saurez
fait la connaissance de Sylvia. Un lées. Je n’avais pas renouvelé
que, ayant peur de m’ennuyer (je mon adhésion au PCF dès 1981,
voyage au Rwanda et nous en
sommes revenus sinon amoureux,
voulais au départ m’occuper mais je voulais croire encore à la Professeur d’histoire
d’Alain, faire la cuisine, faire un capacité de l’URSS de se réformer
du moins décidés à faire un bébé, jardin exotique et faire des objets et d’entraîner le monde dans une
géo, « stagiaire » à
qui naîtra le 9 janvier 1981 et qui
n’est autre qu’Alain, que beau-
en bois –j’adore le bois- mais je
suis nul en jardinage et en brico-
révolution sociale vertueuse. J’ai la CCI, vendeur de
admiré les tentatives de Gorbat-
coup de lecteurs de Bénéfice.net lage), j’ai cherché un job là-bas. chev.
livres, exposant
et de RoissyMail connaissent. J’ai donc failli être correspondant
(bénévole, j’ai dit non) de
(marginal) à la SITL
En 1988 les choses vont mal. Le ___________________________
« l’Huma » et conseiller parle- pays n’est plus au bord du gouf-
mentaire pour la nouvelle « as- fre, il est dedans, au fond du Mais il faut que je trouve un tra-
16 semblée nationale » que la
fond. La classe dirigeante, un mé- vail et l’époque ne s’y prête
dictature marxiste-léniniste du
BN lange «militaro-ethnico-marxiste- guère. Chômage massif, des « ca-
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 17

N : AUTOPORTRAIT
dres » en particulier, et mon « CV mage et la CCI gagnant de l’ar- payé un vrai « stand » à la SITL de salaire et répondre unique-
» (c’est la première fois que j’ap- gent avec les subventions : tout (le grand salon de la logistique) ment au maire ou à son secré-
prends ce terme), n’est guère le monde était content… Sauf moi de cette année-là, qui se tenait à taire général. C’est toujours OK.
vendeur : « permanent » commu- et quelques-uns. Les « cours » La Défense, en pleine crise (il y Me voilà engagé. Le poste me
niste, « Doumeng » (l’entreprise étaient faits toute la journée par avait de la place) pour 1000 F et plaît. Je connais un peu les po-
du « milliardaire rouge » s’est ef- une seule personne, un « interve- j’ai gagné quelques sous car les tentialités de la ville et de la ré-
fondrée avec le mur de Berlin), nant » de Goussainville qui était marges sur les livres sont confor- gion de Roissy. J’y travaillerai un
« Afrique »…Je finis par trouver nul de chez nul. Notre petit tables (régulièrement déclarés au moment, le temps de faire autre
encore refuge auprès de l’Etat. groupe motivé arrive à obliger la passage, je n’ai jamais triché sur chose.
L’éternelle mauvaise gestion des direction du « centre » de Ver- quoi que ce soit). Mon embauche est contestée
effectifs de l’Education nationale sailles à s’en séparer. Ils « recru- J’ai même vendu, ensuite, sur les par le Conseil municipal, mais
fait qu’elle manque de profes- tent » à la hâte d’autres « con- trottoirs de Paris, des livres expli- ça passe. Il faut savoir qu’Asensi
seurs. Je serai donc nommé maî- sultants » qui ne valaient guère quant le traité de Maastricht tel- avait été porté à la mairie par
tre auxiliaire, en histoire-géo, ma mieux, en tout cas insuffisam- lement ce traité était important à les « contestataires » qui pen-
licence suffisant. Je ferai les col- ment préparés à former des « in- mes yeux pour la France et l’unité saient bien le manipuler et
lèges A. Malraux d’Asnières (92) génieurs » exports. Ca sent de l’Europe (autant qu’il était illi- continuer leur petit jeu du
et de Cergy Saint-Christophe (95) l’escroquerie. Je tente une plainte sible). C’est à l’étranger que je temps où l’ancien maire, G. Pru-
pour terminer 3 mois au lycée aux élus de la CCI responsables suis devenu un Européen dhomme, fatigué, leur avait
d’Enghien (95). Comme pour de la « formation ». Je suis reçu convaincu, et ce fut le début de laissé la main. Ils attaquent ma
l’Afrique, pas la place de raconter par eux. Les élus couvrent. On mon évolution politique. nomination. Asensi passe en
tout ici, mais je peux vous dire me fait comprendre que c’est moi force. Du coup, à mon corps dé-
que le fatras actuel dans lequel qui suis mauvais…Je vois qu’il n’y A Tremblay, pour le fendant, je deviens
se trouve « le service public » de a rien à faire, sauf à dénoncer pu- « l’homme du maire » et com-
l’éducation était bien prévisible, bliquement (ce que voulait faire développement battu par une partie des élus :
et notamment la violence. mon « groupe ») le scandale. économique les « conservateurs » (qui
Mais je ne veux pas perdre mon ___________________________ s’étaient opposés à Asensi) et
Pendant que je « professais », (et temps. Je négocie avec le « direc- les « rénovateurs » (qui ne le
j’ai aimé le faire), je cherchais à teur » du « centre » : je ne viens Mais, chemin faisant, je cherchais soutenaient plus) ainsi que par
en sortir. Vaines tentatives pour plus aux « cours », je l’emmerde toujours un job. Pas facile. Un les fonctionnaires qui leur sont
recréer un « courant d’affaires » pas et il me donne mon papier « jour, je vois dans « Le Monde » fidèles. Ambiance. Mais on s’en
avec le Bénin : il faut un peu d’ar- d’ingénieur export » à la fin du « que la mairie de Tremblay cher- tire. J’aide malgré tout (un peu)
gent et je n’en ai pas. Je tombe stage ». Il est ok, vous pensez chait un Asensi dans la campagne des lé-
sur une annonce dans « Le bien. Vous lisez donc un « ingé- « chargé d’études » en matière gislatives de 1993. Il est réélu,
Monde » (j’en suis un fidèle lec- nieur ». C’est la très officielle économique. J’avais lu, aupara- par une bonne campagne et par
teur depuis maintenant 30 ans) Commission des Titres d’Ingé- vant, que Asensi était devenu la conjonction d’une droite lo-
pour un stage « d’ingénieur d’af- nieur, que j’avais pensé saisir, qui maire de Tremblay contre l’avis cale nulle et des socialistes
faires export », organisé par la va être contente (et qui devrait de l’appareil du PCF. Je me dis complaisants. Il devient rappor-
CCI de Versailles, « rémunéré »… être davantage vigilante…). qu’il doit avoir besoin de nou- teur pour avis du budget de
Je me dis : « CCI : confiance, voici Entre temps, à défaut de cham- veaux collaborateurs. Je l’appelle, l’aviation civile et me demande
une occasion de rebondir ». Je bre, j’avais fait un peu de « com- il se souvient de moi, me reçoit. mon aide sur ce point, vue mon
remplis les conditions (soi-disant merce ». Habitant à Paris, je Je lui explique que je suis dans la expérience parlementaire. A par-
draconiennes, bac+5 etc.) et je fournissais les stagiaires de mon merde et que je cherche du bou- tir de là ça se passe mal entre
suis inscrit facilement. Je décou- groupe, qui habitaient tous la ré- lot… Mais le poste est pourvu… Il nous. Mais vous aurez le détail
vre alors que le stage, qui dure gion de Versailles en livres « ex- garde mon CV. Quelques mois dans les pages suivantes. Tou-
plusieurs mois est réservé aux port ». J’avais négocié avec les après, il me rappelle et me pro- jours est-il que je m’implique
chômeurs. Je m’arrange avec l’E.N maisons d’éditions, notamment pose un poste de directeur de la dans mon travail et la vie de la
et me voilà inscrit aux ASSEDIC Foucher (pour le livre culte « Ex- communication. Discussions et il commune, malgré les embûches
qui me paieront pendant le porter »), une commission dont me dit qu’il cherche aussi un di- et les coups tordus du nouveau
stage. Stage qui s’est avéré bidon je faisais (un peu) bénéficier les recteur du développement éco- maire. Je découvre, en bonne
: sur un groupe d’une vingtaine stagiaires. Ca me faisait trois nomique. Je lui dis : ça, ça partie, les potentialités écono-
prévu, on n’était qu’une quin- sous et les stagiaires étaient heu- m’intéresse. Il dit OK. Mais je le miques de Tremblay et, celles de
zaine, dont la plupart n’avait pas reux. Du coup, fréquentant, pour préviens : je ne suis plus au ce qu’on n’appelait pas encore
les qualifications soit-disant re- trouver du boulot, les salons pro- « parti » et je n’ai pas l’intention le pôle de Roissy. Mais j’ai un
quises. Les stages permettant fessionnels, je me suis mis « ven- d’y revenir. Il me dit : « je m’en peu oublié les « structures » de
d’interrompre le décompte du deur de livres » dans plusieurs fous du parti ». Je fixe malgré développement local. Je prends 17
temps pour les indemnités chô- salons : c’est ainsi que je me suis tout deux conditions : un niveau contact avec le Comex 93 nais- BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 18

sant, mais je ne sais plus très bien à quoi sert un


comité d’expansion. Je ne sais plus à quelle occasion,
mais j’ai appelé le CEEVO et suis tombé sur J.F
Benon. Je me suis présenté et lui ai demandé plein
de tuyaux. Il a répondu volontiers et je suis tou-
jours resté en contact avec lui depuis ce jour. En
particulier depuis la création de VPP et jusqu’à au-
jourd’hui, je lui ai toujours demandé conseils et
avis sur ce que j‘entreprenais. C’est un homme très
compétent, précieux, disponible et aimable. Avec
Simon Dawidowicz, qui fut pendant ces années
« mon » maire adjoint, chargé des affaires écono-
dans le Val d’Oise, nous le faisons
miques (un homme de gauche, mais pas commu- depuis longtemps.
niste, juif et franc maçon, pour vous situer) les
relations ont toujours été cordiales. Avec lui on ini-
tie plein de choses : les « Visites du Nord », qui
me donneront l’idée de faire VPP, voir l’autre arti-
cle), l’organisation de l’opposition au projet d’hy-
permarché Auchan, à la Villette aux Aulnes, à
Mitry-Mory (ce fut grandiose et le projet ne se fit
pas), une meilleure organisation du service écono-
mique, malgré les limites imposées, les Foires aux
Produits régionaux, les « Rencontres » entre les
PME de Tremblay et les services acheteurs d’ADP,
qui furent un succès. Mais mon action est entravée.
Simon Dawidowicz ne veut pas s’opposer à Asensi.
J’ai du temps. Je crée, à la demande de chefs d’en-
treprises de la ville, le « Club des Entreprises ».
Craintif et ne comprenant pas (ou ne voulant pas
comprendre plutôt), à l’époque l’intérêt des réseaux
d’entreprises, dont il se méfie, Asensi refuse de
continuer sur la lancée des « Rencontres » afin de
permettre aux entreprises de la ville de profiter des Grâce à nos réseaux internationaux (Eurada, World Cities
opportunités de l’aéroport. Il faut dire que le succès Alliance…), à nos représentants permanents à l'étranger et
des Rencontres (entre autres) m’avait donné de à nos contacts qualifiés dans de nombreux pays du monde,
l’importance. Mon contrat se termine fin septembre
96. Alors que l’on ne s’était pas adressé la parole nous aidons les entreprises à développer leurs
pendant un an, Asensi veut me voir avant la fin de activités internationales.
mon contrat. « Tu veux un café ? » me demande-t-
Pour vous connecter au monde,
il tout miel et tout sourire. Il va me proposer de re-
choisissez le Val d’Oise !
nouveler mon contrat… J’avais déjà créé VPP
quelques jours avant. Que cherche-t-il ? Conseils, missions exports,
salons professionnels,
Vous pourrez lire la suite dans les autres articles recherches de
sur VPP (articles 2, 3 et 4) et leurs annexes. L’auto partenaires :
Nʼhésitez pas à nous contacter
portait est un peu long, et bien sûr incomplet, mais nous sommes soit dans nos bureaux :
à votre
ça donne une idée sur le parcours de l’individu. Et service. de Roissy CDG (01 48 79 61 12)
il est sincère car, j’ai oublié de vous dire ça, je ne de Cergy-Pontoise (01 34 25 32 42)
ment jamais (tout le monde rigole quand je dis ça,
mais c’est vrai). Mais aussi à :
Osaka (+ 81 (0) 6 - 6944 - 5181)
EV valdoise-osaka-office@ceevo95.fr
Shanghai (+ 86 (0) 21- 6876 - 9271)
18 valdoise-shanghai-office@ceevo95.fr
BN CEEVO : lʼAgence de développement
24 économique du Val dʼOise.
www.ceevo95.fr
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 19

www.valdoise-tourisme.com

- Credits photos : F. Klemczynski/Audia - Getty Images.


Val d’Oise
Tout près
et déjà ailleurs
2)
Enghien-les-Bains, un lac et des balades à 30 minutes de Paris
Ville thermale unique en Ile-de-France, à l’orée de la forêt domaniale de
Montmorency, Enghien-les-Bains vous propose plaisir et détente.
Le temps d’une journée, d’une soirée, d’un week-end, elle vous dévoilera
ses richesses. Des balades au fil du lac aux joies du casino et du
théâtre, laissez-vous transporter par le charme de ce lieu.
0 810 019 595 Le romantisme aux portes de Paris.
PRIX D'APPEL LOCAL
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 20

2
DOSSIER ARTICLE
ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY
A LA MAIRIE

VIVRE AVEC

J’écris cet article, dans ce dos- bien le monde administratif, le


sier sur moi car beaucoup de monde de l’entreprise et celui
bruits ont couru (et courent en- de la politique, et j’ai toujours
core) sur mon passage à la mai- eu le sens de la communication,
rie de Tremblay et sur les qualités minimales qu’il faut
rapports qu’a entretenu Asensi avoir pour occuper un tel poste.
avec moi, et cela joue, parfois
sur la compréhension de VPP et La première année s’était assez

“ « Quatre années de son dirigeant. Qu’on ne s’in-


quiète pas, je ne fais (contraire-
ment à lui sur moi) aucune «
fixation névrotique » sur cet
bien passée. A part que, alors
que j’avais demandé (et c’était
accordé par le maire lors de nos
entretiens) à ne dépendre que
homme au demeurant peu inté- de lui ou du secrétaire général,
ressant. Mais ça servira de mise je me suis aperçu (personne ne
pour le dévelop- au point pour certains qui s’in-
terrogent ou qui ignorent. Et
m’avait rien dit) que je dépen-
dais du directeur des services
d’illustration des mœurs du techniques (DST), qui s’était
pouvoir dans certaines mairies… « taillé » à l’époque de G. Pru-
pement écono- En lisant donc mon portrait,
dhomme, l’ancien maire une im-
mense Direction, qui incluait les
vous aurez su que j’ai été em- affaires économiques. Bien sûr,
bauché par François Asensi, on ne l’avait pas prévenu des
maire (communiste) et député conditions de mon arrivée et les
mique de de la 11ème circonscription de la
Seine-Saint-Denis, en octobre
premières semaines furent péni-
bles. Un jour, comme je « n’obéis-
1996, comme Directeur du déve- sais » pas à ses « directives »
loppement économique de la (qui n’étaient en fait que la par-
Tremblay-en- ville. J’avais connu Asensi à la
JC, en 1974, puis à l’Assemblée
ticipation à une grand’ messe
hebdomadaire, dans son grand
nationale en 1981 lorsqu’il a bureau, de tous « ses » chefs de

France ” remplacé Robert Ballanger, dé-


cédé le 26 janvier de cette
année là.
Au-delà des liens personnels
services) il rentre dans mon bu-
reau en me disant qu’il était
« colère » et qu’il m’avait écrit
une lettre… Il a fallu, pour le cal-
que j’avais eu avec Asensi, ma mer, que je lui dise d’aller voir le
20 nomination était justifiée profes- maire pour qu’il lui donne des
BN sionnellement : je connaissais explications…
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 21

DE TREMBLAY
s’était rien passé et le boulot faute. Ca aurait été 10 ans aupa-
continue…Je n’avais pas cédé à ravant, j’aurais explosé. Mais je
son caprice et je m’étais fait res- commençais à prendre de la
pecté. Mais il aura toujours bouteille… Je n’ai jamais cédé, et
cette scène en tête. Il sait main- les attaques se sont calmées,
tenant que, si je serai toujours forcément (j’ai quand même eu,
loyal, je ne serai jamais servile, je l’ai gardé, un « avertissement
ni craintif, comme beaucoup » sur un truc bidon, début d’un
d’autres. Son « test » n’a pas éventuel « dossier »…).
marché, il y en aura d’autres,

ASENSI qui ne marcheront pas non plus.

Asensi continue sa réorganisa-


tion des services. Devant les
Découverte agréable
des Tremblaysiens
___________________________
« enjeux » du développement
prévisible du Nord de la com- Du coup, j’avais du temps,
mune (pistes supplémentaires, puisque le directeur voulait diri-
dont une sur Tremblay, futur ger le service à ma place mais
transformateur EDF, projet d’inci- qu’il n’en avait pas les compé-
Embrouilles, parlementaire sur les crédits de nérateur au Vieux Pays, exten- tences…J’étais donc un peu « au
l’aviation civile. Le lendemain sion projetée du parc placard ». Alors je m’occupais
dès le départ du vote du Conseil municipal d’exposition de Villepinte et de comme je pouvais, je m’instrui-
___________________________ sur le renouvellement de mon Paris Nord 2…), il prévoit d’em- sais, fréquentait les gens de
contrat, alors que j’étais en train baucher une « pointure », un ar- Tremblay, les associations,
Mon « service » économique fut d’organiser au téléphone une chitecte-urbaniste qui pourra beaucoup de personnes sympa-
finalement détaché du DST et rencontre du député rapporteur mieux le conseiller. En fait, fut thiques. Il faut dire qu’avec les
rattaché à la nouvelle Secrétaire avec les syndicats de l’aviation embauché un « chargé de mis- « Visites du Nord », les contacts
générale. En fait, Asensi prenait civile, Asensi rentre dans mon sion », copain d’Asensi, qui ve- ne manquaient pas. Ces Visites
peu à peu, et c’était normal, la bureau comme une furie, fusti- nait de Montreuil, mais qui avaient été initiées dès mon ar-
main sur l’administration. Pour geant un détail d’organisation n’avait pas les compétences an- rivée par Simon Dawidowicz,
la petite histoire, le DST fut et, dans la foulée, me hurle noncées au début. Ce chargé de « mon » adjoint aux affaires
quelques temps après, dé- « ton contrat, je vais le casser ! mission se verra confier la économiques avec lequel je
pouillé de la plupart de ses ». J’avais déjà senti de sa part conduite d’une nouvelle direc- m’entendais très bien (voir mon
« services », son bureau coupé des mouvements d’humeur vi- tion « Aménagement » qui re- autoportrait). Il s’agissait d’em-
en deux, pour finalement ne sant à me « tester », où des at- prendra une partie de la DST, mener des Tremblaysiens, une
plus être DST, mais chargé d’une titudes de lui, souhaitant que je largement amputée. Ce qui fois par mois, visiter le « Nord
vague mission. Je l’avais même sois « demandeur » de telle ou n’était pas prévu, c’est que le « de la commune : Vieux-Pays,
pris en pitié. Un jour, il est venu, telle chose, de façon à me développement économique fe- Aéroport, Paris Nord 2. On pre-
penaud, dans mon service, me « tenir ». Ca l’énervait certaine- rait partie de la nouvelle Direc- nait le bus de la ville et on ex-
demander si je pouvais lui faire ment car je ne « voulais » rien, tion « Aménagement ». Après un pliquait le développement, on
une place : il n’avais même plus sinon faire mon job. En effet, semblant de « concertation », je informait sur les projets, on visi-
de bureau ! Mais il est resté autant j’étais loyal envers lui, fais des contre-propositions, tait des chantiers (la gare TGV,
comme ça, pendant des années mon patron, autant je n’étais mais les dés sont pipés. Me le siège d’Air France…), des en-
à errer et à subir son sort, ava- pas payé pour être son larbin ou voilà avec un « patron » au des- treprises. On leur distribuait un
lant couleuvres sur couleuvres, subir ses outrances. Suite à sa sus de moi, ce qui n’était pas document explicatif, sans cesse
sans moufeter. Cette « fidélité », « menace », je lui dis, « tu ne prévu dans nos accords d’em- mis à jours, avec le trajet sur
ou plutôt cette longue soumis- casseras rien, mais si tu ne veux bauche. Asensi sait que ça ne va une foto aérienne, de façon à ce
sion lui a valu d’être repêché plus que je travaille ici, tu n’as pas me plaire et rêve de me voir qu’ils se retrouvent. On faisait
par Asensi, ravi… qu’à le dire simplement, et je partir. Or, je n’avais pas prévu une pause-café dans un grand
partirai ». Il quitte mon bureau de partir aussi vite, et le boulot hôtel, les gens recevaient par-
Au bout d’un an, mon contrat et me rappelle dans le sien 10 me plaisait. Je décide donc fois des cadeaux… Je faisais le
devait être renouvelé pour trois mn plus tard. Je confie, en riant, d’avaler la potion en me pinçant « guide » au micro, expliquant
ans par le Conseil municipal. Ca à l’une de mes collaboratrices : le nez. Ca ne suffit pas, visible- les évolutions du territoire et
s’est fait. A cette époque, j’ac- « quand je remonterai, je ne ment. Le nouveau « Directeur » des entreprises. C’était le sa-
cepte, à sa demande, d’aider serai plus votre directeur… ». me cherche des noises, fait de medi matin, départ à 9 heures, 21
Asensi à rédiger son rapport Mais Asensi fait comme s’il ne la provoc, veut me pousser à la retour à la mairie 12H30 où l’on BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 22

2
DOSSIER ARTICLE
ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY
A LA MAIRIE
très peu avec l’aéro- une « guerre politique » à la pour te remplacer. Tu feras ce que
port, pourtant en Rambo, comme il ne pourrait tu veux, et aussi des propositions
plein développe- pas imaginer (l’opposition de pour la communication de la
ment. Deusio, ADP droite est indigente à Tremblay, ville. Je veux t’aider
commençait à se sinon la plus bête de France, et Moi : (re glurps) bon ben si tu y
soucier de son envi- les socialistes allaient à la tiens, merci…Je passerai le relais
ronnement et d’éta- soupe : il n’est pas très difficile, à mon successeur, mais je te
blir des relations pour un opposant résolu et doté préviens encore, je ne pourrai
avec les riverains de de quelques soutiens et pas travailler, mais, d’accord, je
l’aéroport. J’ai donc moyens, de le battre aux élec- te ferai des propositions pour la
pu organiser, avec tions). Mais surtout de ne rien communication de la ville.
l’aide de Didier lui dire. Pas meilleur moyen de Lui : ouais, ouais, pas de pro-
Hamon alors direc- faire passer un message. Et il blème…
teur de la communi- est passé ! Asensi a eu peur
cation d’ADP, ces (comme souvent, il ne va jamais Je ne bois pas le café offert et
« Rencontres » avec au combat direct, et les rares sort, amusé. Deux ou trois jours
les services ache- fois où il y va, il est mauvais, après, je vois arriver à mon bu-
teurs d’ADP, qui voir l’article 4), et son attitude a reau un projet de renouvelle-
connurent un grand changé du tout au tout, sachant ment du contrat de travail pour
succès. que j’allais bientôt partir. L’atti- 6 mois. Problème, c’est marqué
tude d’Asensi changeant à mon « à la demande de Eric Veillon,
Vous pourrez voir le égard, celles de ses obligés le contrat est renouvelé… ». Là,
détail de cette opé- changea aussi et je suis rede- je ne marche pas. Je renvoie
L’Hôtel de Ville de Tremblay-en-France ration qui, comme venu, le deuxième semestre 96, ledit projet à la secrétaire géné-
d’autres choses (no- bien « en cour ». Du coup, j’ai rale qui l’avait concocté. Celle-ci
tamment le Club commencé à préparer tranquille- m’appelle, me rencontre et me
des Entreprises), ment pendant mes vacances dit : « c’est comme ça, c’est la
offrait un vin d’honneur. Les m’ont fait penser à créer mon
gens étaient ravis, passionnés agence, que vous pourrez lire d’août les « Rencontres écono- loi », pas moins. Je lui fais re-
et fiers du développement de dans l’article 3 de ce dossier, miques », qu’Asensi avait refusé marquer que le contrat initial
l’aéroport et de la commune. Le sinon va y avoir trop de redites. de faire, continué le « Club des stipule qu’il est renouvelable à
maire était là pour les accueillir Entreprises » et il y eu l’épisode la demande d’une ou l’autre
mais ce qui l’énervait c’est que de mon « étude de marché » qui partie, que je ne suis pas de-
les gens n’arrêtaient pas de lui 6 mois de m’a rapporté de l’argent (voir le mandeur, mais que c’est le
détail dans l’article 3). maire…Et que la loi n’a rien à
faire des compliments sur… moi. « travail », payés faire là-dedans. Furieuse, elle
On a ainsi fait visiter le « Nord »
à environ 2 500 personnes en 5 aux frais du Peu de temps donc avant la fin de quitte mon bureau. Je croise peu
mon contrat, Asensi veut me voir après Asensi, dans l’ascenseur.
ans. Du coup, j’avais plein de contribuable. (cf. mon portrait). Entretien dans Il me demande « Que se passe-
rendez-vous et, si vous passiez
le vendredi après midi à mon Asensi les pieds le bureau du maire. Asensi, tout t-il ? ». Je lui dit : « rien, mais
bureau, le long couloir, trans- dans le tapis sourire : « alors j’ai appris que tu c’est toi qui demande le renou-
formé en salle d’attente, ne dés- voulais monter ton entreprise, je vellement, pas moi… ». Le len-
emplissait pas… J’ai appris ainsi ___________________________ veux t’aider… ». Glurps ! demain je reçois le projet de
plein de choses et connu beau- Moi : euh, merci, c’est sympa, contrat dûment rectifié, je le
coup de monde. Ce qui énervait Du coup, j’avais du temps, Mais mais ça va. signe. Le conseil municipal, dés-
encore plus Asensi (ajoutez à finissons-en avec l’histoire de la Lui : si, si, pas de problèmes… ormais aux ordres, avalise
cela quelques histoires person- mairie. Les provocations conti- Moi : bon ben oui, quoi ? comme un seul homme.
nelles croustillantes). nuaient malgré tout contre moi, Lui : je veux t’aider, je vais te re- Dans le même temps, mon suc-
même la dernière année. Un nouveler ton contrat, pour 3, ou 6 cesseur a été nommé. Il s’agis-
J’avais réussi quand même à or- jour, j’en ai eu vraiment marre. mois, comme ça… sait d’un certain Pierre Laporte,
ganiser une belle manifestation Je me suis rapproché d’une per- Moi : non, car je ne pourrai pas qui était auparavant responsa-
: il s’agit des « Rencontres » des sonne (très proche), dont je travailler, je monte ma boîte (je lui ble de la fête de l’Huma, celle-ci
entreprises de Tremblay avec les connaissais (très bien) les liens dit trois mots sur VPP, agence commençant sérieusement à ne
services acheteurs d’ADP. J’avais politiques avec Asensi et je lui conseil en communication, qui plus aller bien. Il n’a pas spécia-
remarqué» deux choses : primo, ai assuré que si Asensi conti- vient d’être créée). lement de dispositions profes-
22 les entreprises de la ville, nom- nuait comme ça, je lui mènerais Lui : ce n’est pas grave, j’ai déjà sionnelles prévues pour ce
BN breuses, ne travaillaient pas ou prévu d’embaucher quelqu’un poste, mais peu importe : il
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 23

DE TREMBLAY
n’est pas là pour ça, car il a été tant joué le jeu et lui avais fait était devenue mon Q.G. Lors de avais effectivement bien reçue
nommé le temps qu’Asensi le des propositions pour améliorer la dernière grande réunion, sui- une, que je n’étais pas allé cher-
« prépare » pour succéder à G. la communication de la com- vie par 200 personnes, alors chée. Il m’en donne une copie.
Prudhomme, l’ancien maire et mune, qui en avait bien besoin. que j’y avais invité plusieurs La lettre, signée du maire, m’ex-
conseiller général. Laporte sera Il n’a donné suite à rien, évi- élus et cadres de la ville de pliquait que j’avais des congés
élu conseiller général à sa place, demment. Ce qu’il souhaitait, Tremblay, l’un d’entre eux restants à prendre et que ma
la droite locale, de plus en plus c’est me faire espérer des mar- m’avertit alors que, quelques présence à la mairie n’était plus
pitoyable, s’arrangeant pour ne chés de com’, mais je le savais heures auparavant, Asensi avait souhaitée, compte tenu du Club
pas présenter de candidat en bien. convoqué d’ans l’urgence une des Entreprises…J’étais mort de
face de lui. 6 mois comme ça, mais pas tout « réunion des cadres » où il a rire. J’ai failli répondre que je
C’est ainsi que j’ai passé 6 mois a fait 6 mois. Pendant ce temps, carrément interdit à quiconque
n’avais plus de congés à pren-
supplémentaires à « travailler » j’échouais dans mon projet d’or- de participer au « Club » le soir
dre (ce qui était vrai), mais j’ai
à la mairie. J’allais y boire le ganisation du grand salon des là…C’était cocasse, et beaucoup
laissé, j’avais d’autres chats à
café le matin ou j’y passais de entreprises du pôle de Roissy, à d’honneur pour moi : à chaque
temps en temps, et je rejoignait cause de l’infâme Guérin, d’ADP, fois qu’Asensi m’attaquait, il me fouetter et ils avaient été assez
mon bureau à VPP le reste du comme certains le savent et donnait de l’importance ! En ridicules comme ça. Mais Asensi
temps, où l’on pouvait m’appe- comme je l’explique dans l’arti- fait, du début à la fin, et jusqu’à n’en avait pas fini pour autant
ler (on ne l’a jamais fait). Ce cle sur l’article 3. Mais je conti- aujourd’hui, il a toujours été de me chercher des noises, vous
sont les contribuables de Trem- nuais à animer le « Club des « échec et mat ». lirez ça dans les articles sui-
blay qui ont payé cette lamen- Entreprises » (voir dans le vants. L’aventure continue…
table et dernière tentative même article), qui prenait beau- Quelques jours après, Laporte
d’Asensi pour me « tenir ». En coup d’ampleur. Plusieurs réu- m’appelle et me demande, en se
fait il n’a rien tenu du tout, nions du Club eurent lieu dans « tortillant », si j’avais bien reçu
comme d’habitude. J’avais pour- la « Ferme du Vieux-Pays », qui une lettre recommandée. J’en

23
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 24

DOSSIER ARTICLE 3
ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY 150 000 FRA

COMMENT
L’IDÉE DE
Créer (et diriger) une entreprise quoi nous faire une belle ca-
n’est pas, selon moi, une « op- gnotte. A cette époque aussi, je
tion » professionnelle comme fabriquais, pour les fêtes, des
une autre, à la portée de n’im- santons en plâtre, que je vendais
porte qui. Ce n’est bien sûr pas au collège (plutôt mal car je suis
une question de compétences, pas du tout « manuel », mais le
mais une question d’état d’esprit. « marché » était là !). Et puis,
Il faut l’avoir, ou il faut qu’il appa- chaque année, je vendais du mu-

“ Des « raisse, cet état d’esprit. Person-


nellement, je l’avais eu, (malgré
le fait qu’il ne fallait jamais parler
d’argent chez nous, mon père
guet pendant plusieurs jours et je
me faisais une « fortune » (une
fois, un militaire américain –il y
avait des bases US à Toul) m’a
royalement payé 10 F un bouquet
avait horreur de ça) quand j’étais
gamin, à Toul. Mon premier acte qui en valait 1).
“Visites du Nord” » commercial fut de vendre, à 9
ans, des bouquets de violettes.
Mes années gauchistes puis com-
munistes m’ont éloigné des af-
Nous prenions plaisir à confec- faires commerciales, que
tionner, avec mon copain Poivey, j’assimilais au désordre et à l’in-

au « le jeudi (on connaissait un coin


super, secret, au Mont Saint-Mi-
justice sociale. Ou plutôt j’avais
reporté mon sens naissant des
chel, la colline qui domine la ville affaires au service du « Parti » et
et qui était notre terrain de jeux de la J.C, où je fus « trésorier fé-
privilégié (il y a avait un vieux fort déral ».
“Club des de la ligne Maginot, des souter-
rains, la salle d’eau, des trucs Avec le


dangereux). Un jour, en descen-
dant avec notre « butin » (nous « milliardaire
Entreprises” » accrochions des bouquets -des
violettes violettes, des blanches
rouge »
___________________________
et des « mixtes »-) sur des longs
bâtons. Des passants nous ont C’est en Afrique que le virus du
alors demandé de leur en vendre. business à mon compte m’a re-
On était surpris, mais on l’a fait pris. J’avais donc travaillé pour
et on a fixé illico le prix à 1 Franc, J.B Doumeng, où j’ai été à une
ce qui était une somme à assez bonne école, du point de
24 l’époque. Et on a bien vendu, vue des affaires. Je dis « assez »
BN pendant plusieurs semaines, de car en fait, le groupe Doumeng
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 25

RANCS...
les cadres d’entreprises pouvaient portuaire, grands donneurs d’or-
se rencontrer sur le pôle de dres (Air France et les autres com-
Roissy, contrairement à ce qui se pagnies, ADP, hôtels, Servair,
passe ailleurs (à la Défense où à transitaires, etc.) et les PME du
Vincennes par exemple où le pôle de Roissy. Dans ce projet, le

M’EST VENUE
CNPF et ses organismes associés Club des Entreprises devait en
géraient de telles maisons, avec être l’organisateur. J’ai donc tra-
bar, restaurant, salles de réu- vaillé sur le dossier pendant mes
nions, etc.). Suite à plusieurs réu- vacances d’été 1996, dans les lo-
nions, le « Club » a été créé (vous caux du Club.

CRÉER VPP ? pourrez en lire les détails outre


dans BN 3, mais aussi dans l’arti-
cle sur la « CCI de Roissy », dans
le BN 23, pages 72/73). Une des
J’ai mentionné aussi, à l’occasion
des « Visites du Nord » l’intérêt
des gens, au-delà des entreprises,
belles entreprises, membre du pour la connaissance de l’évolu-
Club, « La Ferme du Vieux-Pays », tion économique du territoire,
dirigée alors par les frères Zaffani aussi bien CDG que les zones en-
(pères), et singulièrement Michel, vironnantes.
était un chaud partisan de l’idée. J’avais donc bien perçu, avec tous
n’était pas vraiment un groupe Ce relatif échec africain m’avait un Celui-ci mis gracieusement à notre ces « indices », un manque d’in-
« commerçant ». J.B Doumeng peu « refroidi » quand je suis ren- disposition, pour les besoins de formation et donc de communica-
« passait » derrière chaque pays tré à Paris en 1988. Je n’ai cher- l’étude de faisabilité du Club, les tion sur les questions
nouvellement communiste ou ché, à l’époque, qu’un poste locaux, dans l’ancienne Ferme, au économiques et d’aménagement
« du côté de l’URSS », et passait salarié à responsabilité. J’avais re- Vieux-Pays de Tremblay, de l’an- de l’ensemble du pôle de Roissy
des « accords » qui étaient plus noué quand même avec le « com- cien GIE Appro qui venait de dé- tant vis-à-vis des entreprises que
« politiques », voire moins mo- merce » lors de mon « stage » à ménager à Paris Nord 2. Nous y vis-à-vis des particuliers qui habi-
raux (je ne m’étendrai pas ici) que la CCI (voir autoportrait). Et puis, avons réalisé non seulement tent la région de CDG. Mais je ne
véritablement commerciaux. Au il y a eu cette opportunité à la l’étude, qui fut un succès, mais savais toujours pas, courant 96,
Bénin, bien qu’ayant réussi ma mairie de Tremblay où je devais plusieurs cocktails qui réunirent ce que j’allais faire après mon dé-
mission chez lui, j’avais, pour ces m’occuper du développement beaucoup de monde. L’étude part de la mairie, prévu pour fin
raisons, entre autres, démis- économique. A l’époque ça m’al- avait conclu à installer le Club au septembre.
sionné du groupe du « milliar- lait très bien, surtout que je ne sein d’un projet plus vaste (le be-
daire rouge » pour me mettre à devrais « rapporter » qu’au maire. soin d’hôtels était alors très
mon compte et j’ai créé les socié- Je ferais mon job loyalement, et grand, comme en témoigne le
C’est pas
tés Servex SARL en France et au ça me laisserait le temps de pré- nombre de nouveaux établisse- « 325 000 F
Bénin. Pas de place ici pour ra- voir l’avenir. Plus que recréer une ments à Paris Nord 2 et à Roissy
conter (je le ferai dans un futur entreprise, j’aurais aimé trouver Village) : un hôtel reconstruit en
(Roger Vaillant),
numéro « Roissy et l’Afrique », bis un poste de gérant salarié d’une lieu et place de l’ancienne ferme mais 150 000 F
repetita), mais vous saurez que ça PME ou d’une filiale de grande où nous étions, à l’identique du
a bien marché aux débuts, puis société. J’aime l’indépendance, style « plaine de France ». Rete-
(Eric Veillon)…
que ça c’est terminé par un dépôt mais une réelle autonomie, à nez bien ce détail car il est impor- ___________________________
de bilan. Plusieurs raisons à cela condition d’avoir les moyens et tant pour la suite (voir l’article 4
: en premier la grande crise éco- les responsabilités suffisantes me de ce dossier). Le maire de Trem- A ce moment là, arrive un évène-
nomique et financière du Bénin plait aussi. Mais je n’ai pas bien blay a ensuite repris le projet et ment qui va changer tout. « Mon »
que j’ai évoquée, des raisons fa- cherché et rien n’est venu de ce l’avait inscrit dans la ZAC multi- adjoint aux affaires économiques,
miliales, mais aussi des erreurs côté-là. site du Vieux-Pays qu’il venait de Simon Dawidowicz (voir mon por-
« manageriales » : insuffisante créer. Sans qu’on ne lui ait rien trait) est aussi président du GIE
surveillance du compte d’exploi- J’arrive donc à la fin de mon demandé. Bizarre, mais bon, « Arc », qui est en fait un grou-
tation, trésorerie insuffisante, naï- contrat avec la mairie, à l’au- pourquoi pas, ça crédibilisait l’af- pement de plusieurs Centres
veté dans la gestion et surtout, tomne 96. J’avais, parallèlement à faire. On y reviendra. d’Aide par le Travail » (CAT), initié
fruit de mes années passées, un mon travail municipal, mis sur depuis longtemps par Robert Bal-
certain dédain de « l’argent » au pied un « Club des Entreprises » J’ai déjà dit, dans les autres arti- langer. Les « Arc » était surtout
profit de l’action commerciale, du suite au succès des « Rencon- cles, que je planchais, courant 96, connus par l’atelier de sous-trai-
développement de l’activité, de tres » avec ADP. On avait fait le sur l’organisation d’un grand tance qu’ils occupaient d’abord
l’innovation. Or, l’entreprise est un constat qu’il n’y avait pas d’en- salon réunissant les grandes en- dans la ZA CDG de Tremblay (celle 25
tout… droit «physique » où les chefs et treprises de la plate forme aéro- des « Petits-Ponts », le long de BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 26

DOSSIER ARTICLE 3
ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY 150 000 FRA
d’un nouveau site, à libre, un capital de 150 000 F et suis payé rubis sur l’ongle. Ouf !
l‘époque où les Arcs j’aurai des locaux, gratuits. De On est fin décembre début jan-
étaient aux Petits- quoi voir venir et enclencher vier. Faut faire un peu de travaux
Ponts). C’est alors quelque chose. A l’époque, je dans la maison-bureau du Vieux-
que Simon Dawido- suis sûr de mon affaire : j’ai l’as- Pays, qui a l’avantage d’avoir une
wicz propose qu’on surance verbale répétée de Didier salle de bains et deux cham-
me confie l’étude, Hamon, directeur de la communi- brettes à l’étage. J’appelle mon
car « il connaît cation d’ADP que celle-ci m’aidera cousin Alain, à Epinal, et il vient
mieux que qui- à organiser le salon et j’ai bien avec un (vieil) ami peintre. On
conque » les entre- l’intention de gagner de l’argent nettoie, on bricole. Je me procure
prises de l’aéroport, avec les « produits dérivés » de des meubles (bureaux, armoires)
faisant allusion, à cet évènement. rebutés mais en excellent état au-
mes différentes ac- près de la mairie (la responsable
tions passées. Il si- de ce service, me croyant bien
gnale que je vais Dans la « Ferme du « en cour », se fait un plaisir de
créer une entreprise Vieux-Pays » me fournir ce que je veux, mdr).
(je lui en avais J’achète mon premier PC avec un
parlé). A ce moment- de Tremblay, avec grand écran de 21 pouces, Inter-
là, Asensi vient de mon cousin Alain net (on a pas encore l’ADSL),
me renouveler mon ___________________________ quelques logiciels et c’est parti.
contrat pour 6 mois Je m’inscris, du coup, sur les
(voir l’article 2) et Pour être dans les règles afin de listes électorales de Tremblay,
Simon Dawidowicz pouvoir faire l’étude de marché, sait-on jamais…
est persuadé que je je crée, en octobre 96, l’agence
Nos anciens bureaux à la Ferme du Vieux-Pays
suis revenu « en de communication VPP : Vieux- Mon cousin (qui a mon âge),
grâce »… Pays Promotion, sous forme de alors un peu dans la muise, est
On me contacte. J’ac- profession libérale (conseil), dé- disponible : il veut, à tord, (à
l’A 104) puis, à cette époque, en cepte de faire un devis. Je fais
zone de fret 4 sur l’aéroport CDG. une première présentation de la clarée comme il se doit à l’Urssaf. mon avis), laisser tomber son
« Arc » travaillait exclusivement méthode, qui est acceptée. Mais « Vieux-Pays » car entre temps, métier, à cause de quelques dé-
pour l’usine Citroën d’Aulnay, où il faut chiffrer. Et là, franchement, j’ai demandé à Michel Zaffani convenues professionnelles : il
ils montaient et livraient, en flux je ne sais pas combien chiffre ce (malheureusement décédé) de est pourtant un grand pâtissier et
tendu, des ensembles de pièces travail. Plusieurs indices m’indi- me louer un local d’habitation qui c’est un excellent cuisinier. Il vien-
pour les voitures. Ils n’avaient quent qu’il y a un budget et j’en- venait de se libérer dans la vieille dra m’aider et je lui paierai ses
que Citroën (PSA) comme client tends le Monsieur de la DRASS ferme, à côté du local du « Club » frais en attendant mieux. A cette
et craignaient (à tord, d’ailleurs, dire qu’il mettra au bout s’il le (ce qu’il a fait volontiers et, pour époque on ne sait pas encore
je vous expliquerai plus loin) un faut, puisqu’il lui reste de l’argent m’aider, sans la moindre compen- quoi faire vraiment avec VPP. Je
ralentissement des commandes, dans son propre budget. Du sation, il ne me fera jamais payer lui dis : « on se connaît, on s’ap-
ils souhaitaient se diversifier. Les coup, je n’hésite pas et présente de loyer, pendant 8 ans, merci précie, on est tous les deux tra-
dirigeants eurent alors l’idée, sur un devis complet à 150 000 F. HT, encore à la famille. Ca leur aura vailleurs, on veut notre liberté.
une partie de terrain qu’ils occu- payable 30% à la commande, porté chance, vous verrez ça J’ai trois sous, un local, un peu
paient à CDG, de construire une 30% à la remise des premiers dans l’article 4). « Promotion » de temps, des idées : réfléchis-
station de lavage pour les voi- éléments, le solde à réception. Ca car ça me semblait plus vaste sons ensemble, c’est le moment
tures de l’aéroport, tant celles passe. Et ça va changer tout (le que le simple mot de communi- ou jamais». On fera finalement de
des entreprises que celles des GIE Arc fut mis en liquidation cation et j’avais repris l’intitulé de la communication, mais on aurait
particuliers. L’idée n’était pas quelque 2 ans après, dans des la société de Marie France Paviot bien ouvert un restaurant aussi
mauvaise, loin de là, car le mar- conditions bien mystérieuses qui (MF Promotion), de Cergy, que je (on aurait dû le faire, en même
ché, important, existe (mais ça ne auraient valu une enquête. Cer- ne connaissais pas encore, mais temps). Pour l’heure, on continue
devait pas créer beaucoup d’em- tains avaient assuré que c’était qui venait de créer un journal à travailler sur «Salon », mais
plois). Ils décident alors de faire Citroën qui s’était désengagée. gratuit pour les entreprises c’est Guérin, d’ADP qui reprend
faire une étude de marché. Un Ce qui était totalement faux, me « Contact », que j’avais vu et qui l’affaire et qui coule mon projet,
certain M. C. de la Direction ré- l’expliquera plus tard, preuves à m’avait intrigué. tout en le reprenant à son
gionale de l’action sanitaire et so- l’appui le directeur de l’époque On est en décembre. L’étude se compte (voir les détails dans BN
ciale, qui « suivait » un peu les du site PSA d’Aulnay). passe bien (outre mon temps de 24, page 74). Il me reste des pro-
« Arcs », propose pour la faire, Je me retrouve ainsi avec 6 mois travail, elle m’aura coûté 600 F en jets de com’ sur le pôle de Roissy,
26 une société de conseil (la même de salaires assurés, du temps tout). Toutes les étapes sont rem- que je ne connaissais pas encore
BN qu’il avait suggéré pour l’étude plies, les clients ARC ravis et je entièrement, mais je sentais des
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 27

RANCS...

En 1996 avec mon cousin Alain (d’Epinal, dans les Vosges)

choses, l’intérêt des gens, l’ab- lisé ensemble un dépliant, van- fameux jour du grand cocktail du Je suis inquiet, d’autant que j’ai
sence totale d’infos dans cette ré- tant les mérites du Vieux-Pays et Club où Asensi, comprenant que récupéré (à ma grand joie) mon
gion divisées en 3 et même (je de sa situation centrale au pôle, je n’ai pas besoin de lui, que je fils Alain, qui était à Djibouti,
l’apprendrai plus tard) 4 départe- que nous avions montrée à l’aide ne ferais pas « antichambre » et grâce à un grave incident avec le
ments. d’une « carte » que j’avais piquée donc que son histoire de « re- nouveau mari de mon ex, qui
dans les documents de l’AFTRP, à nouvellement de contrat » ne l’avait proprement tabassé
Avec « Trièdre » : l’époque de la révision du SDRIF. prend pas, change d’avis et inter-
(merci, au passage au juge des
Nous avions ensuite fait distri- dit aux cadres de la mairie de s’y
Raymond, Laurent buer dans les entreprises ce dé- rendre. Et c’est la guerre à nou-
enfants de Bobigny, le célèbre
M.Rozenczveig, pour ses conseils
et les autres pliant qui connu un grand succès. veau, ce dont je n’ai « rien à bat-
éclairés et courageux). Si je
J’avais bien ça en tête. tre ». Faute de « salon » avec
___________________________ Raymond avait accepté de m’ai- ADP, on commence à travailler tombe, je n’ai même pas droit
der dans mon entreprise VPP en sur un projet de carte du pôle de aux Assedic… Mon bon cousin ne
J’avais, deux ans auparavant, re- réalisant, à des prix « amis », les Roissy. Au départ, je pense à un veut (ou plutôt ne peut) pas com-
pris contact avec mon ami Ray- réalisations graphiques de ce que assemblage de fotos aé- prendre et rentre au pays des sa-
mond Monteil qui avait été j’allais pouvoir faire. J’avais donc riennes…C’est pas évident. pins. On n’est pas fâchés, mais
assistant parlementaire au un « background » graphique et Mais le temps passe. Et notre pour la première fois depuis
groupe communiste avec moi (et c’était précieux. « trésor de guerre » s’amenuise. longtemps, on ne passera pas
qui m’avait trouvé le job chez Avec mon cousin, on prépare une Mon cousin s’impatiente et, chez Noël ensemble, en 97.
Doumeng, voir mon portrait). Il plaquette d’entreprise pour les lui, on se demande ce qu’il fait…
« Que faire ? » comme dirait Lé-
avait quitté le groupe et ouvert « Arc » (bien vendue) et une pour Allez expliquer à Epinal qu’on fait
nine. Je suis en forme. Je décide
une agence de communication, « « Péchon », une société bien de la « communication » à Paris…
connue de Tremblay (bien ven- D’autant qu’on est bien complice, de foncer sur la réalisation de la
Trièdre » à Argenteuil. Je l’avais
fait travailler lorsque Asensi due aussi). On planche sur plu- mon cousin et moi, et qu’on nous carte…
m’avait demandé de faire une sieurs projets, notamment un soupçonne de faire plus la
promotion des restaurants du guide des entreprises pour la ré- bringue que de travailler concrè- La suite dans le prochain (et der-
Vieux-Pays à destination des en- gion que je connais bien : Trem- tement (en fait, on fait les deux !). nier) article : le numéro 4 (un vrai 27
treprises. Nous avions alors réa- blay-Villepinte-Vaujours. Arrive le Mais on n’a plus de commandes. jeu de pistes, ce dossier sur EV). BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 28

DOSSIER ARTICLE 4
ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY VPP : 10 ANS D’ÉV

HISTOIRE
D’UNE « TPE »
Me voilà donc tout seul, dans Groslay, lui « regardait » vers la
« ma » ferme du Vieux-Pays. vallée…J’arrive ainsi à définir un
J’avais compté sur le « Salon périmètre d’une quinzaine de
des entreprises » pour faire km autour de CDG. Je néglige
Le premier numéro de Bénéfice.net (Juillet 1998) connaître mon agence VPP loca- toute fois l’Oise et vais un peu
lement. Mais plus moyen, à trop loin vers le Sud, jusqu’à
cause de Guérin, cadrillon à ADP, Bobigny. Les cartes suivantes
qui a fait un véritable hold-up corrigeront et préciseront le pé-

“ Tout homme qui di-


rige, qui fait quelque
sur le projet, qui devait me lan-
cer. Je décide alors de me consa-
crer entièrement à la conception
de la carte du pôle de Roissy,
rimètre au fur et à mesure de
ma connaissance du pôle, qui
va s’affiner.

dont j’imagine qu’elle va être un Succès de la


chose, a contre lui succès et qu’elle me fera connaî-
tre partout. Je cherche à en dé- première carte
ceux qui voudraient finir les contours, c'est-à-dire les
territoires qui se « sentent »
de Roissy
___________________________
faire la même chose, dans l’orbite du cœur du pôle
que constitue l’ensemble CDG- Pour l’heure, je n’ai pas encore
ceux qui font précisé- Paris Nord 2. En 1996, l’associa- de graphisme pour la carte, que
tion Roissy Entreprise, créée en
ment le contraire et 1993, avait déjà édité une carte
je souhaite le plus simple possi-
ble, faisant en sorte que ceux
surtout la grande qu’ils avaient appelé le «Grand
Roissy ». Initiative louable mais
qui l’auront tiennent à l’afficher.
C’est alors que je fais pas ha-
armée des gens, le territoire défini était, à mon
avis, trop restreint. Je regarde
sard la connaissance d’une
agence parisienne « Studio 44 »,
d'autant plus sévères, les cartes routières de la région, rue Legendre. C’est un vieux
j’interroge les mairies qui sont à studio de photo, mais ils ont un
qu'ils ne font rien du la limite de l’aire d’influence que département de création gra-
je suppose de « Roissy ». C’est phique. J’explique au « créateur »
tout. ainsi que, pour Sarcelles, je ce que je veux, je lui donne un
pose la question au directeur de vague fond de carte. On se met
(Jules Claretie, académicien, 1840 – 1913)
cabinet de DSK, alors maire : d’accord sur un prix pour le tra-

28
BN
24
” « où regardez-vous ? Vers Roissy
ou vers la vallée de Montmo-
rency ? » Il me répond sans hé-
siter : vers Roissy. Le maire de
vail : 11000 F, payable 50% au
début, le solde à la fin.
Quelques jours après, ils me li-
vrent un truc bizarre, sur fond
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 29

ÉVOLUTION AVEC LE PÔLE DE ROISSY


mirateur de Bénéfice.net et de si la gauche fait ça, elle casse ici
RoissyMail… et ailleurs tout développement
Les jours passent et la carte économique national et la crise
s’affine. Il s’agit de vendre main- s’aggrave. Je sais qu’ils autorise-
tenant les 20 espaces publici- ront les pistes. Je reprends mon

BANALE
taires. Et vite parce que je n’ai travail. La suite m’a donné rai-
presque plus de sous ! Les pre- son.
miers à qui je fais une offre sont
les CIF, les courriers de l’Ile-de- Avec les différents contacts que
France, la compagnie de trans- j’ai, je prends mon bâton de pè-

PEU BANALE port publique bien connue et


qui ont un intérêt bien normal à
figurer sur la carte. Je faxe à la
responsable de la communica-
lerin et j’attaque fermement la
commercialisation des 20 es-
paces publicitaires. Et ça marche
! La première, l’AFTRP achète
tion une proposition tarifaire à une pub. Fedex, qui n’était pas
15 000 F. La dame ne daigne encore connu, veux prendre un
même pas me recevoir (les CIF double emplacement : on négo-
prendront un espace dans les cie à 50 000 F avec Guy Vlae-
cartes suivantes). Pas découragé minck, le nouveau responsable
bleu agressif, les zones indus- ment, directeur commercial de pour autant, je réfléchis et diffé- « Europe » du marketing du
trielles en jaune criant. C’est un l’AFTRP, qui la trouve bien, à J.F rents indices me disent que je géant U.S. Il achètera finalement
premier jet, une idée. Je l’affiche Benon, du Ceevo… J’explique peux augmenter le prix des em- un seul emplacement à 25 000…
dans ma « cuisine ». Je ne la que je vais l’imprimer à 10 000 placements de pub. Du coup je J’accepte quand même, car je
trouve pas bien mais je réfléchis exemplaires et la donner par- passe carrément à 30 000F HT ! veux avoir Fedex. Et comme j’ai
en faisant des kilomètres autour tout. Le principe plaît et l’AFTRP Fedex, j’aurai Air France. Je suis
de la table. Et je finis par trou- prendra certainement de la pu- 1997 : la gauche au reçu par un ancien d’UTA qui a
ver le parti pris bon, très bon blicité, mais pour l’heure je n’ai échoué à la grande direction de
même. On affine petit à petit pas encore fixé le tarif. Je de- pouvoir : frayeur la com’ de la compagnie alors
avec le créateur, qui dispose en mande à voir M. Catalaa, qui a pour la Carte nationale. Il a « fait l’Afrique »
même temps des publicités fic- remplacé M. Quatre, à la « mis- ___________________________ alors le courant passe. Mais il
tives à droite et à gauche. On sion Roissy » qui avait été mise n’est pas décisionnaire. Le « dir-
avance bien, mais l’ambiance en place par l’Etat pour étudier Un incident en pleine prépara- com » de l’époque passe alors
était bizarre au Studio 44. J’ap- le pôle de Roissy dans le cadre tion et commercialisation de la dans le bureau où nous étions,
prends qu’ils sont en règlement da la révision du Schéma direc- carte. La gauche vient de gagner la carte étalée devant nous. Il
judiciaire. Un jour, le créateur teur de l’Ile-de-France. Il me re- les élections législatives, suite à regarde ça d’un air hautain…
m’appelle et me dit de venir çoit fort civilement, mais la dissolution de l’Assemblée Mais il voit Fedex et dit, royale-
vite, car la liquidation judiciaire s’étonne que je fasse ça, moi, par Chirac. ment : « il faut qu’on y soit ».
définitive venait d’être pronon- du genre « c’est pas vos oi- Gayssot est aux Transports, Voy- Ouf ! Finalement on fera un
cée, des scellés allaient être gnons ». Il m’offre néanmoins net à l’aménagement du terri- « échange marchandise » : deux
posés notamment sur ses ordi- gentiment l’aide de ses services toire. La gauche avait fait billets d’avions pour la Marti-
nateurs. Il a la présence d’esprit pour déterminer les projets, campagne contre les deux nou- nique, que j’accepte car je veux,
de me copier les fichiers sources leurs tracés précis et les dates velles pistes de CDG. Locale- une fois la carte terminée, dis-
de la carte et de me les donner. prévisionnelles. Ce dont je ne ment, Blazy à Gonesse, Nicole tribuer avec elle un question-
Ouf et merci ! me priverai pas. Quant à la pub, Bricq (PS tous les deux) en naire et, pas meilleur moyen
Je reprends le travail avec mes il n’a évidemment pas de bud- Seine-et-Marne Nord ont été pour inciter les gens à le remplir
amis de l’agence Trièdre à Ar- get… Anecdote : le jour où j’or- élus députés « contre les pistes ». et le renvoyer qu’un tirage au
genteuil (voir article 3) et no- ganise une grande réception à Je m’affole : plus de piste donc sort avec des voyages de rêve à
tamment avec le Directeur l’hôtel Hilton pour la présenta- plus de développement de CDG, la clé (mais j’ai bien vu les li-
artistique qui s’appelle Laurent tion de la Carte (voir plus bas), c’est un coup d’arrêt à celui de mites de cet exercice…). Et « j’ai »
et qui est un bon (je travaille M. Catalaa, que j’avais invité, la région toute entière. Et du Air France… Chaque encart
toujours avec lui à ce jour). est venu me dire : « bravo, en coup les annonceurs n’iront pas vendu a son anecdote. Je ven-
Alain, mon fils, m’aide beaucoup fait je m’étais trompé, il n’y a sur la carte car, derrière la carte, drai finalement 17 emplace-
pour les tracés. Dès que la carte que vous qui pouviez faire ça ». c’est leur image accolée au dé- ments sur 20. Parmi les
est présentable, même non J’étais touché. Nous sommes, veloppement à venir que je leur annonceurs : la SNCF (double
finie, je commence à la présen- jusqu’à aujourd’hui, restés en vends. Inquiétude. Je réfléchis emplacement sur la gare TGV- 29
ter à droite, à gauche. A M. Clé- excellents contacts. C’est un ad- politiquement. Et je me rassure, RER de CDG), Carrefour, La BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 30

DOSSIER ARTICLE 4
ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY VPP : 10 ANS D’ÉV
vient de moi et très beau fixe et mon banquier, M. gisme (qui n’a pas pris) désigne
gentiment, il m’oriente Leducq est ravi, moi aussi. un magazine gratuit. Intrigué, je
vers Libert, un gros Nous éditerons en tout, à ce commande ledit opus. Je le lis,
opérateur de papier, jour, quatre éditions de la carte, c’est pas mal. Conseils, trucs et
qui était une de leur dont la dernière, désormais exemples comme le fameux
filiale. Ca marche, nommée Roissy 2025, qui fut un « Lyon Mag » (sa première ver-
j’aurai des prix de succès commercial éclatant (voir sion) qui a connu le succès
gros et en plus, un BN 23). grâce notamment à son grand
crédit fournisseur. format.
Libert, devenu Buhr-
man, puis Axellium
L’invention de
(groupe australien Bénéfice.net et les Je travaille sur l’idée. Je cherche
Paperlink), puis ré- des rubriques qui sont « publi-
cemment revendu premiers problèmes gènes », c'est-à-dire qui peuvent
encore (à Antalis), ___________________________
intéresser les annonceurs. Je
est toujours mon sens bien tout ça. J’ai de l’ar-
fournisseur de pa- Je diffuse la carte partout, avec
l’aide d’Alain. Zones d’activités, gent, je veux faire les choses
pier, notamment bien. Je le tirerai à 25 000 exem-
pour Bénéfice.net. mairies, boutiques… Coopéra-
tion avec la Poste du Val d’Oise plaires et il sera à la fois envoyé
Je trouve aussi, par la Poste et distribué dans
dans le centre de la pour CDG, Paris-Nord 2 et Gous-
sainville : un coupon dans les les entreprises directement,
France, un fabricant comme la carte. Je fais un
de plastique à qui boîtes postales permet de retirer
une carte. C’est le succès prévu compte d’exploitation prévision-
Le premier numéro de Bénéfice.net (Juillet 1998) je commande 10 nel : ça peut marcher. Question
000 tubes transpa- : malgré sa grand taille, tout le
monde l’affiche. Les question- titre, je veux que ça paraisse
rents spéciaux pour « business », puisque tout le
emballer la carte, je naires remplis commencent à ar-
Poste, ma banque (la Banque fais faire autant d’étiquette avec river. On en aura reçu quelque monde court après l’argent.
populaire où j’avais ouvert le VPP dessus. Le résultat est joli, 500, ce qui n’est pas mal. Une Puisque « Capital » est pris : ça
compte de l’agence), EDF (un la carte, dans son emballage, des questions posées est rela- sera Bénéfice.net, ce qui sonnait
vrai coup de génie) Regus… ADP est valorisée. tive à un journal gratuit pour le bien, au début d’Internet. En
n’y est pas, évidemment. Ray- pôle. plus, le capital, on peut le per-
mond, le patron de Trièdre est Grand moment, en septembre Car une idée m’était venue à dre, mais le bénéfice net, pas
soufflé par le succès commercial : 1997, au Hilton de Roissy. Plus l’esprit pendant que je préparais moyen. Je ne veux pas l’appeler
il n’y croyait pas au début... de 200 invités, des chefs d’en- la carte. Et si je faisais un maga- « Roissy Quelque chose » car je
Avec Auguste Thouard, je fais un treprises, des élus, des amis… zine gratuit consacré au déve- pense que si ça marche, je pour-
deal avec le directeur M. Issaly : De quoi augmenter mon carnet loppement économique du pôle rai multiplier la formule dans les
il veut être le seul commerciali- d’adresse avec les clients d’Au- de Roissy ? Avec tout ce que je lieux de grande croissance : je
sateur sur la carte. Je dis ok et guste Thouard. C’est là que je savais, les projets de nouvelles surestime mes forces…
en échange, lui propose qu’on ferai la connaissance de Richard zones d’activités, l’installation Je veux acheter une maquette. Je
organise ensemble un grand Renouard, l’aménageur bien non stop de nouvelles entre- parle du projet à mon ami Ray-
cocktail à l’hôtel Hilton. On invi- connu, qui deviendra un client prises, le développement du tra- mond, de Trièdre. Réunion, Lau-
tera chacun 100 personnes. Ca et un partenaire. Je me fends fic aérien et celui des aéroports rent y participe. Raymond
marche. d’un discours, et l’équipe de CDG et du Bourget, le dévelop- m’annonce un prix : 100 000 F
Il faut imprimer. Je dois, pour Trièdre était venue avec caméra pement des villes, la politique !!!! Je ne comprends pas, car je
faire moins cher, acheter moi- numérique et ordinateurs pour locale, il y a énormément de ne discute pas sur ces bases qui
même le papier, mais je n’ai retransmettre en direct sur Inter- choses à dire, à montrer, à ex- ne reposent sur rien. Je laisse
plus beaucoup de sous. Je net la cérémonie. Y’avait pas en- pliquer, de gens, de métiers à Raymond sur ce dossier et je
pense alors à appeler l’ancien core ADSL, on a fait ça en présenter. m’arrangerai avec une entreprise
PDG d’OFMI-Garamont, (au- Numeris, mais c’était bien ! Tout L’idée m’excite. Je tombe, dans de packaging que j’avais instal-
jourd’hui Heidelberg) que j’avais le monde repart avec des pa- le magazine « Défi » (un maga- lée dans la cité artisanale du
connu à Tremblay, et qui était quets de cartes. zine national, créé par des chô- Vieux Pays de Tremblay. Celle-ci
retourner en Hollande pour un La presse (Le Parisien, La Tri- meurs, axé sur la création va mettre en page Bénéfice.net
poste plus important dans le bune…) consacre des articles à d’entreprise) sur une liste de (BN) pour les trois premiers nu-
groupe qui, à l’époque, possé- leurs sortes d’études de marché méros, avec « ma » maquette
30 dait OFMI, mais qui, je le savais, l’évènement.
Ma situation financière est au où figure un ouvrage « Créer un (c'est-à-dire pas de maquette, et
BN faisait aussi du papier. Il se sou- magalogue ». Cet affreux néolo- c’est mieux, car les « maquettes
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 31

ÉVOLUTION AVEC LE PÔLE DE ROISSY


» corsètent le contenu) mais dès que j’ai raison, ça ne peut pas à 23 000 puis à 20 000 le nom-
le troisième, il y a eu de sa part tenir en justice. Ils veulent tout bre d’exemplaire, en soignant VPP et sa Banque
du chantage et de la malhonnê- ou rien. Echanges de courriers. mieux la diffusion. 20 000 ex,
teté commerciale. Je suis revenu On en reste là. Quelques mois c’est bien. Ca a un impact Je dois dire, dans ces 10 ans de
après vers Raymond, qui s’était plus tard je reçois une assigna- énorme pour le territoire finale- VPP, un mot sur l’argent et sur ma
entre temps excusé sur son tion devant le Tribunal de com- ment petit du pôle de Roissy. banque, la Banque Populaire Rives
« prix » de maquette, plus merce de Bobigny. Je prépare Les BN s’arrachent, les lecteurs
ma défense (avec une mauvaise
de Paris. J’avais ouvert le compte
qu’excessif : impressionné par le écrivent, adhèrent au « Club des
succès de la carte et, certaine- avocate) et je m’aperçois que lecteurs » que nous avons créé,
de VPP à l’agence de Villepinte, qui
ment par le projet ambitieux de leur avocat à eux fait partie du on a même de véritables « fans » venait de s’ouvrir. J’avais aidé la
BN, il avait cru qu’il y avait cabinet d’avocats de la…mairie de BN. Les reportages sont va- banque, lorsque j’étais à la mairie,
« quelqu’un » derrière moi de Tremblay, dirigé par ailleurs riés, on va même au bout du pour ce nouvel établissement et
(grands dieux, qui ?). Toujours par mon ex-successeur au monde : Hong-Kong, Johannes- j’avais souhaité qu’il s’installe à
est-il que Raymond avait ac- groupe communiste de l’Assem- burg, Shanghai, Cotonou, Wash- Tremblay. Mais la banque a trouvé
cepté de mettre en ligne sur In- blé nationale (voir mon portrait) ! ington, Osaka… Pas mal pour un entre temps un bel emplacement
ternet naissant les BN dès le Comme le hasard est grand ! Il y p’tit canard. Les lecteurs appré- devant la gare, du côté Villepinte.
premier numéro. avait, de mémoire, plus de cient. Nous avons, dès le début, sympa-
8 000 avocats à Paris à l’époque J’avais, pour le premier numéro, thisé, avec la direction de la
Celui-ci eut le succès attendu, et ils tombent sur celui-là… Vous fait appel à un jeune journaliste banque. D’abord avec Monique Le-
d’autant qu’on avait vendu un y croyez, vous ? Je m’en suis tiré de l’hebdomadaire « Echo 93 », roux, qui venait d’être nommée di-
publi-reportage et la « une » sur et j’ai payé ce que je devais, pas chez qui j’avais remarqué un
plus.
recteur du crédit (dont nous avions
Fedex. Il avait le grand format certain talent, Christian de la fait le portrait dans le premier nu-
de « Lyon Mag ». Quelques pro- Guéronnière. Il a été enthou-
méro de BN) et qui a fait rentrer la
blèmes cependant. Sur les 25 De la difficulté d’être siaste sur le projet de journal et
BP dans le Club des Entreprises.
000 ex, je souhaitais envoyer m’a proposé son aide bénévole.
par la Poste au moins, de mé- une « agence » Ce qu’il a fait pour le premier Puis avec M. Battistella, qui fut long-
temps le numéro 2 de la banque,
moire, 2 500 exemplaires, sous comme les autres numéro et je l’ai rémunéré pour
aujourd’hui en retraite. Enfin, avec
film. Cela coûtait cher et La ___________________________ son aide jusqu’au numéro 5.
Poste d’Aulnay me conseille de J’aurais voulu l’associer à l’en- M. Gérard Leducq qui fut longtemps
passer par un « routeur », qui Les BN se suivirent et connurent treprise car je me doutais bien à la tête de l’agence de Villepinte. Il
dispose de prix de gros. J’en beaucoup de succès, jusqu’à que seul, ça allait être très dur a toujours apprécié l’aide que je lui
trouve un, qui venait de s’instal- maintenant. De 48 pages au et que je voulais non seulement avais apportée pour faire connaître
ler à Tremblay, créé par deux début, nous sommes passés développer l’agence de commu- l’agence. Celle-ci fut d’ailleurs pen-
chômeurs : pourquoi pas, si ça progressivement à 64, puis 72, nication, mais aussi me remettre dant longtemps une des meilleures
peut les aider. Quelques pro- 80 et même des pointes à 96 dans l’import-export avec agences du réseau, peut-être en-
blèmes avec l’imprimeur que ces pages ! A partir du numéro 3, l’Afrique et le Bénin en particu- core maintenant (j’ai « suivi » M. Le-
derniers m’avaient conseillé, j’ai changé d’avis sur le grand lier. Mais ça ne s’est pas passé ducq au Raincy). Je dois citer aussi
mais on y arrive la nuit d’im- format, qui me plaisait pourtant. comme ça. Vous verrez ça plus
les noms de M. Tochon, de M. Le-
pression à laquelle j’assistais, En le raccourcissant, je pouvais loin.
Dans ma stratégie, BN devait
gros, tous deux d’excellents jeunes
fut épique : pannes de la ma- imprimer en rotative, ce qui re-
chine, impression du journal in- non seulement rapporter de l’ar- banquiers, promis à une brillante
vient beaucoup moins cher. En
terrompue par celle d’un plus, je change de stratégie gent par lui-même, ce qu’il fit, carrière. Ma banque a « sauvé » VPP
magazine pornographique... Les commerciale pour la pub. Je mais aussi être une « vitrine » au moins à trois reprises, dont une
« routeurs » m’avaient fait un m’aperçois vite, dès les premiers pour l’agence. Je voulais faire sérieuse, et je la remercie encore
devis. Je ne les sentais pas bien numéros, que les annonceurs passer le message suivant aux une fois. La « banque pop » est réel-
car en fait ils sous-traitaient à « institutionnels » ne sont pas entreprises locales, et notam- lement une banque de proximité, à
un autre routeur. Au dernier mo- vraiment fiables et vont même, ment à nos annonceurs : l’écoute et très adaptée aux
ment, ils m’appellent et me di- pour certains, au chantage. « voyez ce que nous savons TPE/PME. Je n’ai jamais eu de «
sent qu’ils s’étaient trompés de Comme mes coûts de fabrica- faire pour nous, en terme de passe-droit », mais j’ai toujours en-
prix et que le coût de l’envoi se- tion ont diminué, je baisse les communication, imaginez ce tretenu avec mon banquier des re-
rait quasiment doublé, ce qui prix des insertions publicitaires, que nous pouvons faire pour lations de confiance et de totale
était énorme. Je refuse et, une multipliant ainsi les annonces vous ». Il faut bien dire que cela transparence : c’est comme ça
fois les journaux envoyés, j’ac- des entreprises (PME surtout), n’a pas très bien marché, car les qu’il faut faire ! Un merci spécial
cepte de payer que le devis ini- ce qui me rend plus libre dans gens, même ceux qui nous
donc à Gérard Leducq, qui est 31
tial, dûment accepté par écrit. ma ligne éditoriale. Avec l’aug- connaissaient bien, voyaient en
Tensions. Je tiens bon car je sais mentation des pages, je réduis moi davantage un « journaliste »,
toujours « mon » banquier.
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 32

DOSSIER ARTICLE 4
ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY VPP : 10 ANS D’ÉV
argentiques, et commençait même, profitant qu’il n’y ait, hors les pages lo-
j’emmène le tout à des « cours » que je lui avais cales du « Parisien » et les
Argenteuil. Des al- donné imprudemment sur le po- « journaux » municipaux, pas
lers retours inces- tentiel de « Roissy », à marcher d’autres sources d’informations
sants. Internet et sur mes plates-bandes… On a sur la vie locale, à Tremblay ou
surtout l’ADSL et la même essayé de monter un à Villepinte me chagrine. Et je
photo numérique journal d’annonces légales (sur pense lancer un mensuel d’in-
viendront régler le 93) entre nous, mais il fallait formation (qui peut devenir
tout ça. Mais je me trop d’argent, en plus il voulait hebdo), gratuit, financé par la
pose la question être le chef…Tout ça ne me di- pub, mais qui s’adresse cette
depuis le début sait rien qui vaille. J’ai malgré fois à tout le monde, aux habi-
d’avoir sur place tout une idée : lancer un maga- tants de ces deux villes que je
une « station PAO » zine gratuit plus léger, entre connais très bien. Pour la ma-
(publication assis- deux Bénéfice.net, avec du pa- quette, je ferai appel à Guillotin,
tée par ordinateur), pier moins cher, que je nomme un très bon graphiste de Trem-
entendez un ensem- RoissyMail et qui aura vocation blay. Le nom sera « Choses Pu-
ble informatique à devenir hebdomadaire mais bliques », histoire de bien
(Macintosh, plus les aussi à être habilité aux an- annoncer la couleur. Et trente
différents logiciels nonces légales et diffusé, mille exemplaires, pas moins !
graphiques comme comme BN sur tout le pôle de J’annonce la future édition dans
Illustrator, Xpress
Roissy. Je sollicite de la Guéron- un tract de 4 pages en couleur
ou Photoshop...),
nière sur ce projet. Il me file un diffusé à 10 000 ex. On reçoit
une grosse impri-
coup de main, mais ne veut pas des centaines de réactions posi-
L’édition de Choses Publiques avait provoqué mante et un person-
se lancer avec moi dans l’affaire, tives, par courrier et par télé-
un véritable engouement populaire. nel qualifié qui va
étant occupé avec le développe- phone. Je la sens bien ! le 15
avec. Cela coûte
septembre 2001 le premier nu-
cher, ça serait effi- ment de son agence. Je sors
mais, sauf de rares exceptions, cace, mais il faut donc avoir suf- quand même, en juin 2000, un méro parait. Gros succès. On
pas un « conseil en communica- fisamment de travail pour premier numéro, diffusé à 25 avait créé un « Club des lecteurs
tion », et ils avaient bien tord. amortir. 000 ex, à peine financé par la de Choses Publiques » : les
Ce qui ne nous a pas empêché pub. Il n’y en aura pas d’autres, chèques affluent des lecteurs
de réaliser de nombreux travaux Afin de « nourrir » une telle sta- mais « RoissyMail » n’est pas enthousiastes, accompagnés de
de communication et de publi- tion PAO, j’avais pensé à rache- perdu pour autant. Et l’idée d’un lettres de soutien et d’encoura-
cité pour nos clients et un tour ter l’hebdo « Echo 93 », qui hebdo du pôle de Roissy habi- gement, de suggestion d’arti-
sur notre site Web actuel était moribond, mais qui était le lité aux annonces légales n’est cles, etc.
www.vppcom.com vous en don- seul journal départemental de pas tombée dans l’oreille d’un On aura sorti trois numéros. La
nera un aperçu. Seine-Saint-Denis (depuis la li- sourd : là est l’origine de « classe politique » locale défile
quidation de son homologue « Roissy Horizon », comme vous chez nous, car nous décryptons
communiste), mais qui avait le verrez plus loin. la vie municipale, notamment à
Roissy Mail l’avantage d’être habilité à pu- Villepinte, dont le nouveau
en papier avant la blier des annonces légales Je cherche d’autres idées. Le fait conseil municipal est en crise
grande frustration : qui rapportent de l’argent
d’une manière récurrente. J’ai EGB CENTRE D’AFFAIRES EGB
« Choses rencontré son propriétaire, un A 15 mn de Roissy CDG et 30 mn de Paris
ancien assistant parlemen-
publiques » taire d’Eric Raoult, député
___________________________ UMP du Raincy. Mais il en SALLES DE REUNION
• Réunions et séminaires
• Forfait journée d’étude
voulait trop. J’en avais parlé à
Je continue à travailler avec Triè- Christian de la Guèronnière, le • De 12 à 3000 m2
BUREAUX • Parking privé et gardiennage
dre, l’agence d’Argenteuil, qui jeune journaliste évoqué plus • Self & Restaurant VIP
est mon « sous-traitant » gra- haut et celui-ci avait aussitôt (menus, buffets, cocktails)
phique. Mais on n’est pas en- essayé aussi, de son côté, de
SALLE • Amphithéâtre 300 places
core à l’Internet au débit, et pas le racheter, sans succès. Il DE CONFERENCES • Cabines de traduction,
encore aux photos numériques. avait pris de l’assurance, le régie et sonorisation
Je rédige les articles, les sauve- p’tit jeune, et créé sa propre
32 garde sur disquette, et fais dé- agence « ID Commune » et EGB – 5 avenue Georges Bataille - 60330 LE PLESSIS BELLEVILLE
Tel. 03 44 60 52 64 – Fax. 03 44 60 54 76
BN velopper les photos www.egb5.com - info@egb5.com
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 33

ÉVOLUTION AVEC LE PÔLE DE ROISSY


suite à la nomination, comme di- dans les mêmes locaux, à Argen- et sociale » que Guérin avait simple lettre recommandée à la-
recteur de cabinet de Martine Val- teuil. On continue à travailler en- monté. Je décide, malgré tout, quelle il devait renvoyer son ac-
leton la nouvelle maire (UMP) semble mais comme il a (au de jouer la diplomatie. Je le ren- cord, pour la forme. Quelques
d’André Touati, transfuge du PS et début) beaucoup de travail et que contre un jour, à sa demande. jours après, je recevais une lettre
qui a facilité sa victoire. Les gens j’en ai pas mal (avec Choses Pu- On boit un coup au bar du Hil- dithyrambique de son avocate me
comprennent car on explique bliques en plus), on décide de ton et je lui demande, avant menaçant de poursuites pour non
bien, ils sont ravis. La rédaction créer ensemble, à 50/50 une SARL toute discussion, qu’il recon- respect de la procédure de licen-
du numéro 3 me coûtera une nuit de production graphique (Grafi- naisse simplement qu’il m’avait ciement et surtout licenciement
en garde à vue au commissariat pôle) qui sera logée chez nous au b… . Il confirme. Du coup ça va abusif, des dommages intérêts
de Villepinte (une première pour Vieux-Pays, dès janvier 2002. Em- mieux et il nous achète de vertigineux et tout l’toutim. J’étais
moi !) que je dénoncerai dans le prunt à la Banque Populaire, tou- temps en temps de la pub, nous piègé. J’ai refusé toute transaction
numéro 4. jours là, achat de matériel et offre un stand à la dernière édi- (trop facile) et j’ai limité les dégâts
La pub rentre un peu, le marché logiciels, embauche d’une infogra- tion du « Carrefour », au Bour- aux Prud’hommes (ça m’a coûté
est là, (y compris les petites an- phiste. Laurent s’occupe de la par- get, qui fut nulle et me paie une cher également en temps. Mais ce
nonces de particuliers) mais faut tie technique, moi de « nourrir » la bouffe au Japon, avec la déléga- temps fut agréablement, et large-
aller la chercher. Et il y a Béné- station. Malheureusement, tion du Val d’Oise que j’accom- ment compensé par une rencontre
fice.net à faire, puis tout le reste. l’agence de Laurent, Artidia, ne pagnais, pour BN. véritablement amoureuse et in-
Ca fait beaucoup de travail. On tient que 9 mois. Il quitte la région Mais le gars n’est pas clair. Il croyablement sensuelle
abandonne, la mort dans l’âme, et parisienne et en même temps la cherche à me manipuler. Je n’aime – mais autant compliquée- liée in-
je me promets de recommencer. Je co-gérance de Grafi-pôle. Je me re- pas ça et je me fâche. J’écris, dans directement au dossier, qui comp-
ferai une tentative à la rentrée trouve avec elle tout seul et, en le BN 14 en mai 2002 un article tera énormément pour moi,
2003, avec l’objectif de couvrir l’absence des travaux qu’auraient retentissant contre lui, démontrant jusqu’à ce jour).
Mitry, Vaujours, Sevran et Aulnay, pu fournir Laurent et une insuffi- que son « Département » ne sert
en lançant une campagne d’affi- sance globale de notre côté, Grafi- à rien, et coûte une fortune à ADP, Pendant ce temps, par un de mes
chage (excellentes affiches créées pôle sera en déficit chronique, que c'est-à-dire, aux contribuables que « espions » chez ADP, j’apprends
par Guillotin), un site Internet, VPP comblera pendant trois ans. nous sommes tous. Je le rencontre que le journal se prépare active-
mais je vais trop vite, je n’ai pas J’aurais pu déposer le bilan de à Orly suite à un quiproquo, il est ment. Un hebdomadaire, lancé par
assez de moyens humains et « Grafi-pôle, mais il restait l’emprunt vert de rage et veut se venger. Sur de la Guéronnière. Et j’apprends
Choses Publiques »ne ressortira que je tenais à rembourser, pour le texte il ne peut rien, tout est en même temps que « mon » fa-
pas. Vous pouvez, avec intérêt ne pas « planter » ma banque et vrai et il n’a pas intérêt à ce qu’on meux « commercial » travaille
voir les numéros parus et la tenta- garder sa confiance. Elle s’en est l’audite. Il se vengera autrement. dans l’équipe, logée dans des
tive de reparution que j’avais faite souvenue le moment venu... Nous conditions favorables dans « Aé-
sur le site, toujours en ligne : avons liquidé nous-même Grafi- Pendant ce temps là, Christian de ropôle », la « pépinière » d’entre-
www.chosespubliques.com. pôle à l’été 2005 et nous conti- la Guéronnière continuait son p’tit prises créée et contrôlée par
Je reste persuadé qu’un tel journal nuons à travailler à nouveau avec bonhomme de chemin et était cul Guérin. Autrement dit, ce « com-
est rentable et j’en ferais bien un Laurent, qui a rebondi, pour notre et chemise avec Guérin, qui le fai- mercial » avait été débauché, les
dans la région de Roissy-Gonesse. graphisme, Internet haut débit et sait travailler. Du coup celui-ci va dirigeants de
Mais il faut investir pas mal au la téléphonie sur IP se fichant bien se servir de lui. Il va l’aider à créer « Roissy Horizon », c’était le nom
début mais je n’ai pas assez d’ar- des distances. un hebdomadaire, qui sera Roissy du futur journal, pensant bénéfi-
gent. Avis aux investisseurs : ap- Horizon, qui n’est ni plus ni moins cier ainsi de mon important carnet
pelez-moi ! qu’une reprise de mon « Roissy- d’adresses d’annonceurs. Ce qui
Les relations avec Mail » papier (voir plus haut). Peu m’a bien fait rire, connaissant bien
VPP fait un petit : ADP : Guérin et la avant, mon employé « commercial les capacités de l’individu…
», qui était resté trois ans avec Je me renseigne. Guérin est bien
Grafi-pôle SARL machine de guerre moi, et qui ne donnait pas satis- en dessous de tout ça. Dans le ca-
___________________________ « Roissy Horizon » faction, finit par me demander de pital de la société éditrice, outre
___________________________ le licencier. Ce que j’ai fait, compte de la Guéronnière, on trouve
Au moment où nous sortons tenu des bonnes relations person- l’ancien directeur du GIE Paris
« Choses Publiques », j’avance Depuis l’histoire du « salon », nelles que nous avions eu malgré Nord 2, Teyssou, qui était de-
pour créer « ma » station PAO. j’étais « triquard » chez ADP. tout. Mais je fais une erreur grave. venu cul et chemise avec de la
Trièdre a été mise en liquida- Non seulement Guérin m’a piqué Compte tenu de nos bonnes rela- Guéronnière à qui il avait confié
tion, mon ami Raymond a pris l’idée de ce qui était devenu le tions et persuadé qu’il voulait aller toute la « com’ » de Paris Nord
une retraite bien méritée et Lau- « carrefour des achats » (trois « planquer » aux Assedic, je n’ai 2 dans des conditions peu pro-
rent, son directeur artistique, a éditions lamentables) mais pas respecté la procédure ta- fessionnelles et Cornu, ex-res-
recréé, sur les décombres de j’étais boycotté par le « départe- tillonne du licenciement, me ponsable de la « com’ » de 33
Trièdre, une nouvelle agence, ment coopération économique contentant, pour la forme, d’une Roissy Porte de France, même BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 34

DOSSIER ARTICLE 4
ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY VPP : 10 ANS D’ÉV
et qui voulait être sé- ments refusent, sauf la Seine- a, j’aurai dix fois plus de lec-
nateur à ce moment. Saint-Denis. Or, cette habilitation teurs qu’eux.
Je suis sûr qu’il a été est plus que contestable, elle est Mais pas eu le temps de les af-
abusé… De mémoire, illégale : la diffusion payante est fronter : ils sont morts juste
la communauté a re- insuffisante car, normalement, les avant la première lettre de Rois-
nouvelé les abonne- abonnements groupés (qui fai- syMail, en juin 2004 donc. Au-
ments 6 mois après, saient le gros de la diffusion) doi- jourd’hui, RoissyMail fleurit :
mais ce coup-ci, pas vent être comptés pour 1. nous comptons près de 6 000 fi-
pour tous les conseil- Jean-François Dupaquier, le patron dèles abonnés, tout le monde
lers municipaux. de l’hebdo du Val d’Oise, l’Echo-Le en parle et la lettre gagne de
Le journal ne prend Régional fait un recours gracieux, l’argent.
pas. Son contenu est auprès du préfet du 9.3, décidé-
peu intéressant, glo- ment à l’image du département….
balement, et sert la J’en fais un aussi, mais il est rejeté
Les relations avec
soupe à ADP et à au motif que je n’ai pas « intérêt à ADP : ça ne
quelques élus. Le dé- agir », n’étant pas habilité aux an-
partement de Seine- nonces légales. Or j’avais bien in-
s’arrange pas !
et-Marne se laisse ___________________________
térêt à agir, puisque l’habilitation
abuser et paye de Roissy Horizon pouvait financer
quelques pages de Le coup du « carrefour des achats
leurs suppléments gratuits. », puis celui de Roissy Horizon,
pub, mais, malgré
l’aide d’ADP, le perpétrés par le « département
Mais les choses se sont précipitées économique et social » d’ADP, di-
compte n’y est pas. Il depuis ça. Premières crises au sein
n’y aura jamais vrai- rigé par Guérin puis par Millet, par
Guérin (ADP) et Asensi (PCF) de l’équipe de RH, le personnel di- ailleurs militant socialiste (il est ad-
ont tous deux essayé de nous couler, sans succès. ment de publicité « minue. La chute est proche. Elle in-
normale ». Mais ce joint au maire du 14ème arrondis-
tervient en juin 2004 : l’affaire, sement de Paris), ça faisait
qui m’inquiète le plus, malgré un soutien incroyable
cas de figure… c’est qu’ils se mettent à sortir des beaucoup. Mais, si tout le monde
Le premier journal sortira le 15 « suppléments », gratuits, eux, d’ADP, n’aura pas tenu un an. On a peur de la
mai 2003. Objectif : en faire un sous forme de magazine : c’est sabre le champagne, copieuse- « puissance » d’ADP, pas moi.
journal habilité aux annonces lé- une pâle copie de Bénéfice.net, ment, à VPP. La bande Guérin/Mil- D’autant que beaucoup de cadres
gales. Pour être habilité, c’est mais ça m’inquiète pour la pub, car let/ADP a échoué. et d’employés d’ADP apprécient
un peu compliqué : il faut exis- le tirage est important. C’était bien mon travail d’information. Je conti-
ter depuis 6 mois, avoir une pa- une machine de guerre pour couler La riposte : nue à dire que ce « département
rution au moins hebdomadaire, BN. », qui coûte cher pour une produc-
sans interruption et VENDRE le Dans le même temps, je fais leurs www.roissymail.com ! tivité quasi nulle (et dont l’argent
journal. Il faut ensuite passer comptes, avec une collègue jour- ___________________________ a servi à essayer de nous « tuer »
devant une commission préfec- naliste, sur une nappe en papier à deux reprises) devrait être dis-
torale, pour chaque départe- au resto « Chez Américo ». C’est Je ne me serais pas, quand sout et remplacé par une structure
ment couvert (pour eux c’étaient sûr, à moins d’une perfusion per- même, laisser manger tout cru. d’information économique.
les quatre départements du pôle manente (et risquée) de la part La concurrence, même déloyale, Le nouveau PDG, d’ADP, Pierre
de Roissy) et prouver une diffu- d’ADP (entre temps Millet avait car c’était bien le cas, a du bon. Graff, n’est pas loin de penser
sion payante, différente selon remplacé Guérin et continuait avec Je me remue, réfléchi et pense à comme ça, puisqu’il a dit, à plu-
les cas. Au début, je ne suis pas l’ardeur du néophyte, la sale be- relancer mon « RoissyMail », sieurs reprises, publiquement,
inquiet. Je sais qu’ils n’arriveront sogne de son prédécesseur), ils ne mais pas sous forme papier, qu’ADP n’avait pas vocation à sor-
pas à vendre de la pub en suffi- peuvent pas tenir longtemps : per- sous forme d’une newsletter dif- tir de son objet social. Il m’avait
sance. D’une manière étrange, la sonnel important, frais, pas ou peu fusée par Internet. La générali- reçu d’ailleurs, à ma demande
communauté de communes Roissy de recette. ADP intervient en sation du haut débit le permet (nous avions fait un interview de
Porte de France souscrit, le journal payant massivement des abonne- maintenant. Je n’y vois que des lui dès son arrivée dans BN) et je
n’étant pas encore sorti, des abon- ments à n’importe qui, commande avantages (pas de papier, réac- me suis plains du soutien abusif
nements pour tous les élus. Petit à grands frais à la société éditrice tivité, publicité possible), mais que Millet apportait à Roissy Hori-
coup, pas sympa, de mon toujours de RH un supplément pour les 30 pour l’heure, c’est bien pour zon.
ami Guy Messager, maire de Lou- ans d’ADP. couper l’herbe sous le pied de J’avais été reçu en présence du
vres et nouveau, à l’époque, prési- Au bout de 6 mois, Roissy Horizon Roissy Horizon : ils sont « heb- nouveau responsable du bureau
dent de la commission « tente de se faire habiliter aux an- domadaire » ? Je serai quotidien de presse d’ADP, le jeune Jérôme
34 communica nonces légales. Tous les départe- s’il le faut. Et avec l’immense Dutrieux, qui avait remplacé
BN tion » de Roissy Porte de France, carnet d’adresses mail que l’on Reder, parti en retraite. Les rela-
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 35

ÉVOLUTION AVEC LE PÔLE DE ROISSY


tions étaient donc bonnes avec lui. dominante car elle refusait de-
Jusqu’au jour où j’ai fait un article puis 10 ans de laisser les hôtels Eric Veillon et la politique
très fort sur « l’affaire des hôtels situés en dehors de la plate-
», dans BN 18. Cette affaire était forme indiquer leur existence et La « classe » politique aura réussi au moins une chose, ces
grave car ADP venait d’être leurs navettes. Souhaitant, trentes dernière années, c’est de faire en sorte que le mot
condamnée par la cour de cas- avant de publier l’article, qui dé- « politique » devienne un gros mot. En plus, beaucoup, d’élus,
sation pour abus de position cortiquait le comportement pro- à de rares exceptions près, font en sorte que la « politique »
soit réservée à ceux qui sont déjà dedans. Et, à les enten-
dre, il ne faudrait pas parler de politique, qu’elle soit natio-
nale ou même locale dans Bénéfice.net ou RoissyMail, sauf,
évidement si on dit du bien d’eux.
La « politique » est aujourd’hui un domaine réservé à ceux qui
sont en place, qui sont la plupart du temps des « profession-
nels ,» des fonctionnaires, des médecins ou des retraités. Ce
n’est pas normal. Il faut encourager les gens à se mêler de
leurs affaires, donc de politique. D’autant, et j’en témoigne,
lorsque la « chose publique » est bien expliquée, clairement,
(nous le faisons), les gens en sont passionnés.
Que cela plaise ou non à certains (y compris de mes « amis
)» , je continuerai à parler de politique. De même, je compte
bien participer activement aux campagnes électorales en
cours et surtout aux prochaines législatives. Je n’ai aucun
problème déontologique là-dessus.
Alors, Veillon est-il de droite ou de gauche ? Je fais partie
de ceux qui considèrent aujourd’hui que ce clivage est to-
talement dépassé. Je suis un homme du peuple, non
conservateur, libéral dans le meilleur sens du terme, par-
tisan de l’égalité des chances, non pas en redistribuant à
outrance, non pas en maintenant les pauvres gens dans
leur situation sociale, mais en encourageant l’effort. Je suis
contre l’assistanat. Il n’est qu’une seule source de richesses
: le travail. Et il faut un juste équilibre entre le capital et le
travail. Je pense que l’Etat doit faire les choses dans l’intérêt
général et non se mêler de tout. Je suis pour la liberté et la
défense intransigeante des droits de l’Homme : je suis, évi-
demment, anti-raciste. Je suis pour l’éducation, le respect,
la politesse. Je suis pour l’Union de l’Europe, mais pas pour
que celle-ci fabrique des règlements tatillons sur la taille
des asticots et qu’elle s’occupe de choses importantes
comme la Défense et la diplomatie communes. Je suis pour
le vrai développement de ce qu’on appelait le Tiers-Monde,
et notamment de notre pauvre Afrique noire, francophone
et encore (mais pour combien de temps ?) francophile. Je
suis contre le soutien aux dictatures et pour le droit d’ingé-
rence politique dans certains pays corrompus jusqu’à l’os,
qui ont démontré, jusqu’à aujourd’hui leur incapacité à se
développer…Je suis pour le démantèlement immédiat et si-
multané de toutes les armes atomiques et de destruction
massive….
Alors, je suis où, à droite ou à gauche ? Vous pourrez lire
mes autres points de vue sur mon blog qui devrait être ou- 35
vert lorsque vous lirez ce magazine : www.ericveillon.com
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 36

DOSSIER ARTICLE 4
ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY VPP : 10 ANS D’ÉV
Habitants de Tremblay, Villepinte et des environs
RoissyMail moi. Dès le début de Villepinte. J’y décrypte notam-
Bénéfice.net, il s’arrangea pour ment le rôle d’Asensi, pas clair
Mêlez-vous censurée par influencer un grand acteur local du tout dans cet écheveau. Un

de vos affaires ! ADP


________________
pour qu’il ne prenne plus de
pub dans BN, comme il en avait
soir, il y a deux conseils munici-
paux le soir même, à Villepinte
Connectez-vous sur le site fait dans le premier. J’avais été et à Tremblay. Je « couvre » celui
www.chosespubliques.com Et c’est pas tout.
étonné que cet « acteur local » de Villepinte, car c’est le bazar.
n’en reprenne plus, puisqu’il Et je vais, invité par un ami
Après avoir tenté, était ravi du premier numéro et d’Asensi au « pot » de fin d’an-
en vain, donc, de m’avait confirmé qu’il en repren- née en l’honneur de la dernière
couler BN, je ne drait davantage dès le numéro session du Conseil, offert par la
sais pas toujours suivant. A chaque édition, j’in- mairie de Tremblay et ouvert à
qui, à ce jour (mais terrogeais à nouveau et à tous. Je suis la vedette, tout le
je le saurai bientôt) chaque fois, c’était des ré- monde veut me causer. Je salue
a décidé de brouil- ponses pas claires : pas de bud- Asensi de la tête. Au bout de 5
ler la réception de get, etc. Je décide de tirer les minutes, il vient vers moi, me
RoissyMail sur les vers du nez de la responsable prend par le bras, m’entraîne
ordinateurs d’ADP. de la communication de cet « vers la sortie. A ce moment il me
Ils avaient déjà, au acteur local » et elle me fait serre le bras, fort, et me dit, hai-
début de la news- comprendre que la direction ne neusement : «arrête d’écrire tes
et vous saurez tout sur la re-parution prochaine de votre journal
et comment y prendre la part qui vous intéresse. letter, brouillé cette veut pas se mettre mal avec conneries, tire-toi ! ». Je suis in-
Renseignements aussi à la rédaction :
réception. Puis c’est
demandez Eric Veillon au 01 48 60 69 88
Asensi, député du secteur et terloqué. J’hésite entre le scan-
VPP. 30, rue Louis Eschard - 93290 Tremblay-en-France rentré dans l’ordre.
avec lequel ils sont obligés de « dale public, que je peux faire, et
Et, en août dernier,
travailler » sur un dossier impor- la retraite tactique. Je choisis
suite à un article de
tant. Je lui réponds en lui de- instinctivement la seconde solu-
Roissy Mail qui
mandant de faire passer le tion, et je pars.
avait dénoncé l’incu-
prement scandaleux d’ADP dans rie de leur Département « Immo- message suivant à son Directeur Quelques jours après, je dé-
cette affaire, avoir l’avis de la bilier » (sa directrice a été : « si vous cédez à Asensi, ça ne jeune, comme je le faisais régu-
vous mettra pas à l‘abri, sur ce lièrement alors, au restaurant de
nouvelle direction, j’appelle Du- licenciée depuis) à propos de
dossier », et je développe. Deux l’Assemblée nationale avec ma
trieux. Il me demande de lui deux panneaux 4X3 (démontés
ans plus tard, je croise le direc- vieille copine, qui était secré-
montrer l’article, ce que je fais suite à l’article) indiquant un nu-
teur au Salon aéronautique du taire au groupe communiste et
volontiers, mais en le mettant méro de téléphone qui n’était qui, avant l’ADSL, m’envoyait les
Bourget. Il vient vers moi tout
en garde contre toute volonté plus en fonction depuis des lus- sourire et me félicite pour BN. Je rapports et textes parlemen-
de censure. Il me rappelle en tres, non seulement le brouil- lui dis : merci mais, vous m’avez taires dont j’avais besoin pour
m’intimant de ne pas publier ce lage a repris mais l’accès au site lâché…En fait, il se souvenait de BN. Elle me demande comment
papier, en faisant des menaces Web de Roissy Mail est interdit ma mise en garde sur Asensi et ça va avec Asensi. Comme
aux ordinateurs des agents
voilées (j’avais fait quelques ce que j’avais prédit était arrivé. d’hab, je lui dis, sans lui relater
d’ADP, pourtant massivement
propositions à Graff…). J’ai un Du coup il s’est rattrapé et on a l’incident, préférant parler d’au-
abonnés à la newsletter. Scan-
témoin de la conversation, un eu à nouveau de la pub de lui, tres choses avec elle. « Tiens,
daleux… A ce jour, le brouillage
cadre d’ADP qui était chez nous existe toujours, je fais le ser- en bonne quantité même… justement, le voilà », me dit-
ce jour-là. Je n’ai évidement pas ment ici de trouver et de dénon- elle. Je ne me retourne pas, il
cédé et j’ai publié le papier cer la personne qui en a donné Mais, le succès de BN aidant, s’installe au fond, loin de nous.
avec, en prime un bandeau en « l’ordre. Asensi se rapproche de moi. « Tiens, il arrive vers nous », me
une » l’annonçant. Du coup je Pourquoi pas ? On va même redit-elle. Moi, naïvement, je
suis à nouveau triquard au ser- jusqu’à lui offrir une interview pense qu’il va dire deux mots
vice de presse, mais c’est da- Les attaques sur deux pages dans le BN 9 (fin pour s’excuser pour l’incident de
vantage leur problème que le d’Asensi, député 2001). La SAGE, la société d’éco- l’autre soir. Eh ben, non, devant
mien. Leur réaction a été stu- nomie mixte de la ville, qu’il ma copine, il sort « si tu conti-
pide car la nouvelle direction
communiste : « je te préside, achète même de la nues, je te casse la gueule ! ». Je
n’avait pas à prendre sur elle casse la gueule ! » pub. suis sidéré, ma copine reste
des erreurs faites par les an- ___________________________ Mais cette accalmie ne va pas coite, bouche bée, blanche
ciennes équipes. durer. Fin 2001 toujours, paraît comme un linge. Je tente un dia-
Pendant ces années, les actions le dernier numéro de « Choses logue, laissant de côté les me-
36 d’Asensi, qui fut donc un temps
publiques », consacré principa- naces. Il confirme que c’est la
mon patron, continuèrent contre
BN lement à la situation politique à phrase « Pendant ce temps,
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 37

ÉVOLUTION AVEC LE PÔLE DE ROISSY


A BOUFFEMONT
SOBEFA
Société d’Economie Mixte locale
La SOBEFA vous propose des bureaux et ateliers adaptés
aux besoins des entreprises de 18 à 180 m2, dans trois sites :

A VENDRE OU A LOUER
SOBEFA – Tél. 01 39 91 99 98
16, rue de la République ISBA, immeuble de services, de bureaux et d’activités près de la gare.
95570 BOUFFEMONT HÔTEL D’ACTIVITES Ancienne ferme rénovée, face à la mairie.
Sobefa95@wanadoo.fr PARC D’ACTIVITES DE LA GARE Bureaux / entrepôts
Asensi avait fomenté une liste tial du « Club des Entreprises », que je revois une année au même un papier de deux pages
de divers gauche » qui l’a mis que j’avais créé, l’avait inspiré. MIPIM et qui m’a confirmé que sur le sujet, dans le BN 3. Sa lec-
en rogne. Et alors, lui dis-je ? Tu Et à propos de ce Club, juste- le site ne lui plaisait pas. A tord ture laisse supposer que c’est en
n’as qu’à démentir et on verra ment, où en était-on ? Ce qui va à mon avis. Il est vrai que le route. Mais Asensi ne connaît pas
qui a raison…Mais l’excité suivre est important. Les études Vieux-Pays offrait (et offre en- le fond du dossier. Il croit, à tord,
n’écoute pas et repart en mena- de faisabilité et le compte d’ex- core), malgré son charme initial, que ça va se faire. Et ça explique la
çant à nouveau. La copine n’y ploitation prévisionnel du projet un visage peu reluisant, si on le suite, délicieuse. Les années pas-
croyait pas… « hôtel –club » s’était révélé ex- compare à Roissy Village. Et sent et je développe VPP, à l’aise
ceptionnellement prometteur. Il Accor préfèrera investir massive- dans la grande ferme dans la-
Le temps passe… Pendant ce s’agit maintenant de trouver des ment dans plusieurs hôtels à quelle je suis désormais l’unique
temps, Asensi crée une associa- investisseurs. Pour ce qui est de Roissy Village et à Paris Nord 2. occupant. Comme je l’ai dit plus
tion de chefs d’entreprises, «En- la partie « Club », pas de pro- haut, Asensi se rapproche de moi,
treprendre à Tremblay » car il a blèmes, les candidats se bous- mais c’est seulement tactique, je
enfin compris le bénéfice poli- culent. En revanche, pour le sais.
tique qu’il pouvait en tirer, ne
pouvant, pour être réélu, qu’ap-
l’hôtel, il fallait au moins 60 mil-
lions de F et seul un groupe hô-
Un caprice à Courant 2004, j’ai la visite d’un
des fils Zaffani, Yves, qui s’occupait
paraître comme un commu- telier ou financier peut faire ça. 8 millions de Francs, nouvellement du GFA (Groupement
niste… « new look », Or le promoteur désigné par Zaf- pris aux contribua- foncier agricole) qui regroupe l’en-
réformateur ou quelque chose fani n’a jamais réussi à en trou- semble du foncier de la famille,
comme ça. D’ailleurs, aucune de ver. Accor aurait refusé, d’autres bles de Tremblay dont l’ancienne ferme que j’occu-
ses affiches ne mentionnent, de- également, notamment le fils ___________________________ pais. Il faut dire, pour comprendre,
puis longtemps, le mot « com- Peulat (le fils de l'ex-financier que ce GFA n’avait pas été bien
muniste », malgré sa fougue Roger-Patrice, l’ex-copain de géré pendant des années et que
congénitale en faveur de ce sys- Mitterrand, celui qui avait prêté Le projet ne se fera pas, j’en suis personne ne s’en occupait vrai- 37
tème, indicible. Et le succès ini- 1 million de F à Bérégovoy…) presque sûr, mais je fais quand ment, à ce que j’en ai vu, dans la BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 38

DOSSIER ARTICLE 4
ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY VPP : 10 ANS D’ÉV
être maître du foncier, tuit, de mon ennemi, je me marre. Encore un truc à rajouter sur le
et donc du projet ! Et, Je sais qu’il ne pourra pas me met- compte d’Asensi, déjà bien débi-
comme le projet ne tre à la porte, ça lui coûterait trop teur. Il y en aura d’autres…
s’est pas fait et que cher politiquement.
les Zaffani n’avaient Je me renseigne, l’expropriation ne Mais pour l’heure, il nous faut par-
pas vu le jugement, mentionnant pas la présence de tir. Je pense alors à Brochot, l’en-
les choses sont res- locataires (moi en l’occurrence), il treprise que je connaissais bien,
tées dans les tiroirs ne peut rien faire, car j’ai un bail située dans la ZAC des Petits-
de la SAGE… en bonne et due forme. Mais il est Ponts, qui loue des bureaux neufs
Les choses vont aller malin. Avant de payer l’intégralité dans une partie de leur immeuble
vite. La ville est déjà de la somme aux Zaffani, l’avocat devenu trop grand pour eux. J’ap-
contrainte de rem- de la vile (toujours mon succes- pelle Robert Grunspan, le PDG, qui
bourser les impôts seur au groupe communiste à me reçoit tout de suite. Je lui ex-
fonciers versés indû- l’A.N, voir plus haut) écrit aux pro- plique la situation et il accepte il-
ment par le GFA. Puis priétaires que la ville paiera quand lico de me dépanner. On nous
celui-ci contraint la les locaux seront… libres. Je reçois trouve deux bureaux spacieux qui
SAGE à aller jusqu’au alors un coup de fil de Michel Zaf- feront bien l’affaire. Contrat, loyer
bout de la démarche fani, qui m’en informe et me de- raisonnable, et je partirai quand je
: acheter la Ferme ! mande de partir le plus voudrai, car je n’ai pas l’intention
Ce qui tombait bien rapidement possible. Je lui ex- de rester là longtemps. On démé-
car les Zaffani avaient plique que ce n’est pas légal et nage. Je quitte avec nostalgie la
besoin d’argent. La que la ville doit payer, nonobstant ferme, chargée de bons souvenirs
SAGE doit faire une ma présence. Il me répond que ça tant professionnels que person-
Lors d’un reportage sur la construction de évaluation par les peut faire durer encore et me de- nels. Adieu les barbecues, adieu
l’aérogare 2 E Domaines publics, mande quand même de partir. Je ma chambrette, pleine d’ondes
comme il se doit. Du ne peux pas lui refuser quoique positives…
coup on a droit à une que ce soit, lui qui a été mon bien-
famille. Mais Yves veut reprendre visite desdits Domaines, y compris
ces affaires en main, en vue de dans nos bureaux. Discussions sur faiteur en m’hébergeant gratuite- J’annonce notre nouvelle adresse
réaliser des ventes. Il vient donc le prix, ça n’a pas l’air d’aller. Du ment pendant 8 années ! Toujours dans un des tout premiers Roissy-
me voir pour me montrer un do- coup autre visite avec tout le gentil, (il est décédé depuis et je Mail, à la fin de l’été 2004. Trois
cument effarant, qu’il a retrouvé monde : propriétaires, domaines, lui ai rendu hommage dans un BN) jours après, Asensi fait téléphoner
dans les dossiers épars du GFA. Il avocats, la juge, services de la il me propose de nous reloger à Grunspan. Il veut lui parler à pro-
s’agit ni plus ni moins d’un juge- SAGE, de la Ville et Asensi lui- dans les locaux de la nouvelle pos d’un de ces locataires, c’est ce
ment d’expropriation du tribunal même. Ce jour-là j’étais parti dé- ferme, (près des « poulaillers », à que me dit le PDG, en m’expli-
de Bobigny incluant les parcelles jeuner avec Sylvie et je suis arrivé la sortie nord du Vieux-Pays), ce quant qu’il ne veut pas lui parler,
de la ferme elle-même et datant à la fin de la visite, j’étais mort de que nous confirmera par écrit Asensi l’ayant plusieurs fois roulé
de plusieurs années, jugement rire ! Asensi pris à son propre l’avocat de la famille. On visite les dans la farine. Une semaine après,
rendu dans le cadre de la procé- piège ! La transaction eut lieu, locaux, j’accepte volontiers. Et on l’adjointe chargée des affaires éco-
dure de ZAC, à la demande de la pour un montant d’environ 8 mil- prévoitle déménagement. nomiques (qui a remplacé Simon
SAGE, la Société d’économie mixte lions de Francs ! Mais la SAGE, au- Quelques jours après, je reçois un Dawidowicz) accompagnée d’au-
de la Ville, aménageur de la fa- jourd’hui dissoute, n’a pas coup de fil de Jean Zaffani, le fils tres élus, imposent un matin de
meuse ZAC multi site du Vieux- d’argent. Qu’à cela ne tienne, le de Michel, qui me dit que ce n’est bonne heure, une entrevue avec le
Pays, présidée par Asensi! Naïf, je conseil municipal de Tremblay, aux plus possible, l’ensemble ayant PDG qui ne peut que les recevoir.
lui dis qu’il doit s’agir d’une erreur ordres et soumis, vote un soir en été loué. Je n’y crois pas, je sens le Il m’en fait part le midi en me re-
et de voir ça avec la SAGE. En fait, fin de séance et en catimini, un coup fourré mais je dis OK, pas de mettant le « dossier » contre moi
ce n’est pas la peine, m’explique t- crédit en faveur de celle-ci, sans problèmes. J’apprendrai quelques qu’Asensi les a chargé de lui re-
il car il a vu son avocat et celui-ci que personne ne comprenne rien mois après par Jean, qui n’avait mettre. Dossier ? Grands dieux,
a dit qu’une telle mesure ne pou- (j’ai lu la délibération). Un beau pas osé me le dire, qu’Asensi avait quel « dossier » ? En fait de dos-
vait pas être annulée, s’agissant scandale ! Un maire, communiste fait pression auprès d’eux, par rap- sier, il s’agissait de photocopies
d’un jugement d’expropriation. Je de surcroît, contraint par ses pro- port au devenir de la nouvelle d’articles de BN qui ne lui plai-
réfléchis, regarde la date du juge- pres turpitudes, de dépenser 8 ferme (j’ai le détail de la réunion « saient pas !
ment, et y’a pas foto, on était alors millions de Francs des contribua- secrète » qu’il a tenue à ce sujet à Grunspan ne cède pas. Mais,
en plein projet de « l’Hôtel-Club bles tremblaysiens pour un pur ca- la maison des Associations au quelques temps après, la per-
».C’était pour cela qu’Asensi avait Vieux-Pays), pour qu’ils ne m’hé- sonne chargée des bureaux chez
38 fait inclure la ferme dans la ZAC, price !
Me voilà donc locataire, à titre gra- bergent pas. Brochot me demande quand est-
BN afin de pouvoir, le moment venu, ce que je compte partir, sachant
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:41 Page 39

ÉVOLUTION AVEC LE PÔLE DE ROISSY


qu’on avait dit qu’on ne resterait c’est aussi bien que le Vieux-Pays, (ou de rein, en l’espèce). D’autant la figure que je lui collerais illico,
pas longtemps. Etrange, on venait au centre du pôle de Roissy, mais plus accablant que nombre des mais je pense à l’interdiction des
d’arriver… Puis cette même ques- au nord, plutôt qu’au sud de CDG. entreprises qu’il a « recruté » dans duels par Richelieu, j’oublie Gas-
tion se répète. Je n’ai pas le temps On y est, et bien, depuis janvier son association « Entreprendre à ton Deferre, et j’ai autre chose à
de me demander pourquoi, car j’ai 2005. Travaux, Alain et des co- Tremblay » s’en était plaint auprès faire de plus intéressant. Lui n’ose
une opportunité sur Roissy-en- pains nous aident, et c’est reparti. de moi, discrètement. BN 19 sort pas aller plus loin, pour l’instant,
France : des bureaux où je peux Au moment de rendre les clés à en novembre 2004 et tout le mais il sort du resto, livide de
avoir une chambrette (celle-ci me Grunspan, je lui demande pour- monde se l’arrache, comme d’hab. rage… Je bénis la démocratie et
manque, car c’est bien pratique, à quoi. Il m’explique qu’il a eu de les Droits de l’Homme, une fois de
tous points de vue). Pendant ce vraies pressions, concernant la fu- plus, à ce moment…
temps, je dormais parfois chez ture vente des murs de Brochot
« Où tu veux, Il était, une fois de plus, échec et
Tina, à Epiais-lès-Louvres, ce qui, (qu’il fera, voir dans RoissyMail). quand tu veux » mat. Emporté et miné par sa
par ailleurs, faisait jaser dans le vil- Devinez de la part de qui, et qui hargne et son obsession contre
___________________________
lage… Mais « Roissy » ne se fait est revenu, avec des « arguments moi, il va faire une autre erreur.
pas et les « questions » de la », à la charge ? Je comprends, mais
dame des bureaux se font de plus je suis déçu. Il me fera cadeau du- Quelques jours après, je déjeune Le 17 novembre 2004, il poste,
en plus pressantes. Je ne bouge dernier trimestre de loyer, triste avec mon ami Gérard Couffignal, sous le timbre de l’Assemblée na-
pas, lui dis qu’on cherche. Ca (mais sympathique) compensa- dans un nouveau restaurant de tionale, une lettre adressée à
continue. Là je me dis qu’il y a tion. Ils sont où, les combats, cher Tremblay, qui s’avère vraiment (presque) l’ensemble des annon-
quelque chose qui ne va pas. Je lui M. Grunspan ? Asensi avait gagné, nul et cher. Du coup, on décide ceurs de Bénéfice.net. Je suis
demande si le maire (Asensi) n’est il voulait que je quitte Tremblay, d’aller boire le café chez notre averti par l’un deux, rapidement.
pas derrière ça. Embarrassée, elle c’est fait. Mais on est bien à Epiais resto préféré, Americo. Sous prétexte de répondre, à la
me dit que non. Je croise Gruns- et on est toujours à Tremblay… Il est 14 h et quelque, on reste au manière stalinienne, à l’article sur
pan, lui demande quel est le pro- bar et on aperçoit Asensi qui finit la ZAC Tremblay CDG, il essaye de
blème, il me répond, gêné, à côté de déjeuner avec le directeur de convaincre les chefs des entre-
de la plaque…Y’a un loup quelque la future ex-SAGE. Gérard, tou- prises annonceuses dans BN de
part, et faut pas être grand clerc
Dernières attaques, jours poli, va saluer le maire com- renoncer à y acheter de la publi-
pour savoir qui c’est. Mais je frontales, d’Asensi : muniste et je reste au bar. Gérard, cité. En fait c’est plutôt un chan-
m’étonne. Grunspan n’est pas au courant des tensions avec tage. Pour cela, il n’hésite pas à
homme à se laisser intimider. Il a
deuxième menace Asensi, revient au bout de m’insulter, dénigrer l’entreprise
fait de grandes choses dans sa vie. physique et une quelques minutes, un peu cho- VPP, et m’accuse auprès de mes
Ce « juif égyptien », qui a côtoyé qué, et m’explique la violence annonceurs, me traitant, entre
Henri Curiel, ce grand homme as-
lettre infamante à des propos du député à mon autres douceurs « d’expert en
sassiné en 1978 à Paris, ne peut nos annonceurs égard. Ce qui ne m’étonne pas manipulation ». Mais lisez la pé-
pas avoir peur d’un petit potentat outre mesure. Mais, vla ti pas roraison :
___________________________
de banlieue. que, obligé d’aller au bar pour « par la médiocrité des articles
payer, Asensi passe devant moi qu’il rédige, par l’irrespect envers
Je reçois tout de même une lettre Juste avant cet évènement, j’avais et, n’y tenant plus, éructe : « tu les personnalités institutionnelles
recommandée, signée de sa main, remarqué que la zone d’activité vas voir, j’vais t’casser la gueule ! (préfets, ministres, présidents
mettant fin au contrat de location des Petits-Ponts, à Tremblay (dé- ». Tout le monde est effaré, stu- d’établissements publics), dont le
précaire qu’il m’avait accordé, avec nommée « Tremblay-CDG ») deve- péfait. Et moi, comme ça fait nom et le titre sont mentionnées
un préavis de deux mois. Ecoeuré, nait de plus en plus sale et en deux fois et vues les attaques ré- près de photographies raco-
je ne demande pas à le voir. Je perte de vitesse. J’avais pensé, centes, je lui dis, à deux reprises leuses, par le discrédit de l’action
cherche une solution et c’est Tina comme je l’avais fait pour d’au- : « c’est où tu veux, quand tu politique, votre entreprise ne
qui me la trouve en me proposant tres, en faire un simple écho dans veux ! ». Comme il me cherche, peut, à mon sens que ternir son
de demander à Mme Lefebvre, BN. Mais, Asensi me cherchant, j’ai et publiquement, plusieurs per- image en collaborant à une telle
maire d’Epiais, qui me connaît et décidé d’y aller plus profond. Du sonnes, outre Gérard, étaient té- publication ». Et ça se termine
m’apprécie, de me louer une petite coup je sors deux pages « incen- moins, j’ai franchement envie comme ça :
maison à côté de chez elle. Visite, diaires » sur la zone, carrément d’accéder à ses désirs de se bat- « Cette situation a trouvé au-
la maison est dans un triste état laissée pour compte, fotos à l’ap- tre physiquement (il ne fait pas jourd’hui ses limites et il serait re-
mais je vois que ça peut faire l’af- pui, dans le BN 19, que j’édite le poids, devant moi, mais, aveu- grettable que ces inepties (sic),
faire : on s’assure que l’ADSL va quand je suis chez Brochot. Le glé par sa puissance locale, et proférées à longueur de temps
bien venir, et en plus il y a une constat, pour cette zone que je comme personne n’ose lui dire par un personnage sans scrupule
chambrette, de la place. Les locaux connais bien, est accablant pour non, à part quelques vieux « stals (re sic) utilisant votre soutien fi-
ressemblent un peu à nos bureaux la municipalité, en fait pour » du PC 93, il se croit invincible.). nancier, entachant, à terme, la 39
de la « ferme ». Question situation, Asensi, qui décide seul de tout J’imagine le coup de poing dans loyauté des relations que la ville de BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 40

DOSSIER ARTICLE 4
ERIC VEILLON : 10 ANS DE VPP AVEC LE PÔLE DE ROISSY VPP : 10 ANS D’ÉV
haut représentant de « Où tu veux, quand tu veux, … ». rons à développer ces deux mé-
l’Etat ici, qui me ras- Ce fut la réponse de tous à cette dias locaux, originaux, et appré-
sure, n’ayant jamais tentative lamentable, qui a été ciés par des dizaines de milliers
attenté (et quand condamnée, je le sais, par des de lecteurs. Surtout RoissyMail,
bien même je les au- proches d’Asensi. Evidemment, que je veux beaucoup plus réac-
rais critiqués?) aux celui-ci ne peut rien faire d’autre tive, avec plus de fotos, des vi-
représentants de qu’essayer de nuire : s’il avait la déos, et en faire véritablement le
l’Etat. Des annon- moindre chose à reprocher à Bé- site « portail » du pôle de Roissy.
ceurs, parmi lesquels néfice.net (dans lequel il s’est Parmi les regrets de ces dix ans,
des chefs de collecti- pourtant exprimé…), il attaquerait outre le crève cœur de « Choses
vités locales, m’invi- en justice pour diffamation, ou dif- Publiques », celui de n’avoir pas
tent à attaquer en fusion de fausses nouvelles : il ne encore édité le « Guide Internatio-
justice (il y a de peut pas car il n’y a jamais eu ni nal du pôle de Roissy », dont
quoi). Un maire, que diffamation envers qui que ce soit vous pourrez voir tout l’intérêt sur
j’aime bien, très dans ce que j’ai écrit depuis le le site que j’y ai consacré :
connu localement et début. www.guidedupolederoissy.biz.
dans la France en- J’entends bien l’éditer cette
tière, à cause de la année, en tout cas je veux tout
notoriété du nom de
L’avenir de VPP : faire pour. Question « agence »,
sa commune, qui a des idées nous continuerons à mieux faire
eu à faire à des dé- connaître nos compétences au-
nonciations calom-
plein la tête près des PME locales, pour toutes
nieuses, et qui a été ___________________________ les questions liées à leur commu-
VPP à Shanghaï blanchi en justice, nication. Mais j’ai d’autres projets
me conseille de ne en matière de communication,
Je continuerai VPP avec mon
pas donner, tout de notamment en Afrique, dans ce
style, ma liberté, mon honneur in-
suite, trop d’impor- cher Bénin, où je veux remettre
Tremblay-en-France a toujours su tance aux insultes d’Asensi, ce tact, mon honnêteté sans faille.
Ces 10 dernières années ont vu la un pied, définitivement.
entretenir avec les entreprises et qui, me dit-il, lui ferait plaisir. Et,
que je tiens à conserver, tant cette compte tenu de la violence de ces région de Roissy se développer
collaboration est gage d’avenir propos, penser toujours au « y’a d’une manière vertigineuse : CDG, Je profite de cet article, trop long
pour notre région. Certain que pas de fumée sans feu »…Je pense bien sûr, que tous les gouverne- mais incomplet, pour remercier
cette correspondance aura su rete- effectivement à la phrase célèbre ments, de droite ou de gauche, toutes celles et tous ceux qui
nir votre attention ». ont encouragé. Mais aussi toutes m’ont aidé, encouragé et soutenu
de Francis Bacon : « calomniez,
les zones d’activité autour qui : ils sont nombreux et se recon-
calomniez, il en restera toujours
Ouf ! Je n’ai pas la place, dans ce quelque chose » (Audaciter calom- font du pôle de Roissy la zone la naîtront : merci du fonds du cœur
BN, pour vous mettre la lettre en- niare semper aliquid haeret, in De plus créatrice d’emploi de France. ! Impossible de les citer tous,
tière, mais je vous le dis, chers lec- dignitate et augmentis scientia- La plupart des communes du pôle mais un mot quand même pour
teurs, elle sera en ligne sur rum, VIII, 2). sont riches et accélèrent leurs mon ami franco-béninois Brice
RoissyMail dès que BN sera im- Du coup, on décide, Alain et moi, équipements et les services pour Boussari, à qui je dois tant.
primé. leurs administrés. Je suis heureux
de la riposte. On n’a ni le temps,
Que faire ? Réunion de crise avec ni l‘argent pour entamer une pro- et fier d’avoir pu, même modeste-
Alain, mon fils, pendant une se- cédure de diffamation et de déni- ment, témoigner, avec
maine. J’appelle les annonceurs, du grement commercial, même si on Bénéfice.net et RoissyMail, de
moins ceux qui ont reçu la lettre sait qu’on l’aurait gagné. La ri- cette évolution éco-
nomique et sociale
(les soutiers d’Asensi ont passé du poste serait donc journalistique et
formidable. J’ai ap- A LOU
ER
temps à chercher les coordonnées commerciale, en attendant d’être
exactes des annonceurs mais ont politique. Je passe les détails, pris beaucoup de 5MN NORD ROISSY-CDG
mal travaillé, c’est le contraire qui mais le numéro 20 de BN qui sui- choses et rencontré
aurait été étonnant). Tous, à deux vit fut un succès de pub inégalé à beaucoup de gens
passionnants.
- LOCAUX INDUSTRIELS
exceptions, qui sont en affaires di- ce jour, plusieurs annonceurs, et
Et, porté par le déve- DE 1000 à 6000 M2
rectes avec Asensi, sont révoltés. non des moindres, outrés, ont su
J’ai envie de mettre ça sur la place répondre à cette attaque commu- loppement écono- - BUREAUX 200 à 500 M2
publique, par RoissyMail et des niste indigne contre la liberté d’ex- mique prévisible de
communiqués, sinon une confé- pression et contre l’existence « Roissy » pour ces PRIX trés attractifs : 40 à 60 €/M2
40 rence de presse. J’en espère des d’une entreprise honnête et utile… 15 prochaines an-
BN réactions politiques. Je contacte un nées, nous continue- Tel : 01 34 47 15 19 / 06 74 68 17 17
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 41

ÉVOLUTION AVEC LE PÔLE DE ROISSY


Eric Veillon et le cancer quelques mois auparavant, une personne ment des « autres »
très très proche de moi, et beaucoup plus vis-à-vis de vous,
Courant 2004, j’ai commencé à avoir mal au jeune, a eu aussi un cancer, heureusement quand ils ne vous enter-
ventre, de temps en temps, le matin. Puis je complètement guéri aujourd’hui). Je me suis rent pas tout de suite.
me suis aperçu de traces de sang dans les dit « mektoub » et pris avec beaucoup de phi- Aujourd’hui, tout va bien, et le
selles : ça ne m’a rien dit qui vaille. J’ai fini losophie cette annonce d’une maladie mor- crabe n’a pas voulu de moi, ce que
par consulter et un médecin de Villepinte a telle. L’opération s’est très bien passée (une je lui rends bien. J’ai eu de la chance. Si j’en
conclu à une hémorroïde interne. Je n’y « première » pour moi, 30 cm de boyaux en parle ici, c’est pour deux choses : la préven-
croyais guère. Ca a continué et j’ai vu mon moins) et j’ai dû subir une chimiothérapie « tion d’abord. C’est incroyable que mes deux
médecin, à Paris. Il ne trouve rien de spécial adjuvante » pendant 6 mois. Tous les quinze médecins ne m’aient pas prescrit une colo-
à dire, se contentant de me dire de surveil- jours, j’allais donc à l’hôpital me faire perfu- scopie tout de suite, vus les symptômes et
ler… Ca a continué et là, enfin, il m’a prescrit ser (j’ignorais ce qu’était vraiment une « chi- mon âge. Faites le donc, arrivés au moins
une coloscopie. J’ignorais ce que c’était, mio) trois heures pendant deux jours. Ca ne au milieu de la quarantaine. Ca fait pas mal
mais en en parlant, j’ai trouvé plein de gens me plaisait pas du tout. Auparavant, j’étais ! Autre chose, la nécessité d’en finir avec le «
qui en avaient fait. On n’ose guère parler en retourné sur le billard pour me faire installer tabou » de la « longue maladie .» Il faut parler
effet, de ces histoires de cul. J’entends en- une sorte de « porte » pour permettre les per- du cancer ! A ce propos, j’ai apprécié la
suite, sur France Info, une rubrique sur le fusions plus facilement. Et je me trimballais campagne de publicité sur les « deux millions
cancer du côlon : je suis sûr que j’en ai un… pendant 48 heures avec une sorte de pompe de héros ordinaires .»
Je traîne pour prendre le rendez-vous pour fixée à ma poitrine, qui continuait à m’injec- J’ai été très bien soigné et c’est là qu’on ap-
la « colo ,» et pour y aller : peur de la vérité sû- ter du produit. Ca m’énervait et aujourd’hui précie notre système de sécurité sociale et
rement. Ah, le syndrome de l’autruche ! En encore, je ne porte plus les chemises amples la qualité du personnel soignant, que j’ai re-
septembre, j’y passe enfin. Le médecin me qui dissimulaient la « pompe …» mercié à plusieurs reprises.
fait le compte rendu tout de suite : il n’a pas Heureusement, je n’ai jamais été vraiment N’empêche, quand on côtoie la « grande fau-
pu « passer » à cause d’une tumeur qui n’a fatigué, ni eu d’effets secondaires. J’ai donc cheuse ,» on ne voit plus les choses tout à fait
pas l’air sympathique. Il faudra opérer. Biop- pu, au grand étonnement des médecins et comme avant. On apprécie encore plus la
sie, premier RV avec le chirurgien : c’est bien des infirmières, continuer à travailler norma- vie, en toute humilité. Et j’aurai appris une
un cancer ! « Ni un petit, ni un gros, c’est un lement. Je n’ai parlé de cela à personne, chose, à laquelle je n’aurais pas pensé : je
moyen » me précise-t-il. A mon grand éton- sauf à mes enfants et à ma secrétaire. En n’ai pas peur de mourir…
nement, je réagis bien (je m’étais en re- effet, évoquer le cancer est encore un peu
vanche complètement affolé lorsque, tabou et change inévitablement le comporte-

BUREAUX - ACTIVITÉS - ENTREPÔTS


Consommables liés à la réparation,
l'entretien, l'hygiène et la maintenance.
L’IMMOBILIER D’ENTREPRISE

ER
A LOU
ACTIPARK A MITRY MORY
ENTREPOT INDEPENDANT DE 2 955 M 2
DONT 277 M 2 DE BUREAUX A MITRY-MORY
Site : www.wsindustrie.com • Mail : wsi.wgi@wanadoo.fr ILE DE FRANCE NORD EST
ZA la Barogne • 77230 MOUSSY-LE-NEUF Tour Ampère - Centre d'Affaires Paris Nord - 93153 Le Blanc-Mesnil Cedex
Tél : 01 55 81 13 00 - Fax : 01 55 81 13 01
Tél. : 01 60 03 10 11• Fax : 01 60 03 99 64 b.mesnil@gemofis.com - www.gemofis.com

41
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 42

l
l
l
On a tous un

l
messageer
ss
à faire pa ss

l
l

PARTICIPEZ
À LA CONSULTATION CITOYENNE
DU VAL D’OISE
Questionnaire disponible
• dans le Mag de février
• sur www.valdoise.fr
- www.eurokapi.fr

• au 01 34 25 33 47
Les Valdoisiens au cœur de notre action
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 43
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 44

Des raffineries de Normandie aux ré


par l’immense « station- service » de

3
« 200 000 m
de kérosène à la
disposition permanente
des avions »

44
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 45

KÉROSÈNE

On peut les voir de


loin, les cuves
énormes qui dominent
x réservoirs des avions, en passant mystérieusement le
paysage au nord de
» de Chennevières-lès-Louvres l'aéroport CDG. Depuis
que notre agence a
déménagé à Epiais, à
quelques centaines de
mètres des immenses
cuves, celles-ci, discrètes
malgré tout parce que
bien intégrées dans
le paysage, nous
interpellaient encore
plus. Et le prix du
pétrole qui flambait
également…
Ensuite le préfet du
Val d'Oise a mis en
place un comité de
liaison et d'information

e
sur la sécurité de ces
installations à risque.
Nous avons voulu en
savoir plus. Et c'est
Ludovic Luppino, un
jeune journaliste à
l'Echo-Le Régional,
l'hebdomadaire du
Val d'Oise, qui s'y est
collé. Pour vous, il a
rencontré la plupart
de ceux dont le travail
est d'acheminer le
précieux carburant
sans lequel personne
ne pourrait prendre
son avion. C'est tout
un secteur d'activité
aussi peu connu qu'il
est donc …essentiel.

EV
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 46

KÉROSÈNE

fert du carburéacteur vers l’aéroport cipaux actionnaires de la société*,


Le Jet fuel, un carburant francilien, les usines des compagnies confient à Trapil le soin de livrer le
soumis à des règles très Etape 1 : Le Havre, pétrolières et les équipements de la carburéacteur à destination, c'est-
strictes terre d’accueil Cim sont eux-mêmes connectés à à-dire dans les deux aéroports
Le Jet fuel, carburéacteur ou
du carburéacteur la région parisienne via les pipe- franciliens. « Nous n’intervenons
kérosène est un carburant issu lines de Trapil. pas dans la vente du Jet fuel. Nous
du raffinage du pétrole. Il ré- La Cim passe donc le relais à cette facturons simplement une presta-
pond à des spécifications de société qui, disposant d’un réseau tion de transport aux compagnies
distillation, point de cristallisa- Tout commence au port du Havre, tentaculaire d’oléoducs à travers pétrolières», indique Jean Bataille,
tion, point de fumées et teneur en Seine-Maritime, où ce produit toute la France, gère le transport du chef de la division « Opérations »
en soufre qui permettent son si cher aux avions, le Jet fuel*, Jet fuel vers l’aéroport francilien. pour le réseau Le Havre-Paris.
usage dans les moteurs d'avion. est acheminé par bateau. A peine Ainsi, du kérosène provenant de
« Combustible pour moteurs à a-t-il achevé son long périple des différentes compagnies pétrolière
réaction, constitué de fractions pays pétroliers jusqu’en France transite dans les mêmes tuyaux.
de kérosène ; classé en plusieurs
grades », telle est la définition
qu’il en entame un nouveau. Ce Etape 2 :
synthétique de Total. L’Institut second voyage doit le conduire à La “pieuvre” Trapil Des oléoducs qui fonctionnent
français du pétrole (IFP) est un l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle 24 heures sur 24
peu plus précis : « Produit dé- où les aéronefs attendent d’être
rivé du pétrole servant de carbu- approvisionnés. Mais le transport du carburéacteur
rant pour moteurs d'avion à Arrivé sur la plateforme nor- Avec ses 4 700 kilomètres d’oléo- ne représente que près de 27 % de
réaction. Également appelé car- mande, le Jet fuel est récupéré ducs répartis à travers toute la l’activité de Trapil. Ainsi, dans ces
buréacteur ou “Jet fuel”. Inco- par la Compagnie industrielle ma- oléoducs, qui fonctionnent 24 heures
lore ou jaune pale, il est distillé France, Trapil ressemble à une vé-
ritime (Cim). Fondée en 1920, la ritable pieuvre. Disposant de trois sur 24, sont également acheminés
entre 175 et 250°C ». Jean Ba- Cim finance et gère les installa- réseaux de pipelines, elle ache- des carburants automobiles, du
taille de la société Trapil ajoute :
« Pour donner du carburéacteur, tions de réception, de stockage et mine environ 35 millions de fioul domestique, du gazole ou du
le pétrole brut est très légère- de transfert des hydrocarbures au tonnes de produits raffinés naphta. Néanmoins, pas question
ment distillé. Contrairement au Havre. Unie au port de Seine- chaque année, dont 20 millions de se tromper sur la nature des pro-
carburant terrestre, le Jet fuel Maritime par un traité de conces- pour la région parisienne. Grâce à duits à faire transiter.
ne contient pas d’additifs ». sion, elle exploite les terminaux ses tentacules reliant Le Havre à « Certes, tout est mélangé mais les
Dans une autre définition, la pétroliers du Havre et d’Antifer Paris et sa banlieue, cette société produits sont très surveillés. Les
Société de manutention des offrant à l’heure actuelle des ca- anonyme, créée en 1950, assure à flux sont réglés et nous contrôlons
carburants aviation (SMCA) pacités de stockage de 3 500 000 m3 également la couleur des hydrocar-
elle seule le transport du carbu-
précise que « le carburéacteur, pour le pétrole brut et 1 500 000 m3 bures avec des colorimètres pour
internationalement désigné Jet réacteur vers les aéroports de
A1, répond à des impératifs très pour les produits raffinés. La Cim Roissy-CDG et d’Orly. nous assurer de la composition des
stricts de sécurité ». Ainsi, le reçoit ainsi du carburéacteur mélanges en entrée et en sortie.
produit ne doit pas congeler, « prêt à l’emploi » mais également 1 370 kilomètres de canalisa- Concernant le carburéacteur, sa
tout en sachant que les tempé- des barils de pétrole brut qui, tions masse volumique nous permet de
ratures pourraient atteindre en après un passage en raffinerie, le reconnaître facilement. Si toute-
moyenne les – 40 °C dans les sont transformés en kérosène et Un réseau symbolique puisqu’il fois un produit est de mauvaise
réservoirs de l’avion en vol en prennent le chemin de Roissy- s’agit du plus ancien et du plus qualité, ce qui arrive rarement,
cas de défaillance des circuits CDG. A cet effet, des oléoducs important de toute l’Europe avec nous le renvoyons en raffinerie
de réchauffement. Il doit rester relient les installations de la Cim ses 1 370 kilomètres de canalisa- pour qu’il y soit retraité », ex-
stable thermiquement pour
aux raffineries Exxonmobil, Shell tions s’étendant jusqu’à Tours et à plique Jean Bataille.
empêcher la formation de dé-
pôts de métaux, demeurer non et Total*. Caen, ses 31 stations de pompage Lorsqu’elles arrivent à Roissy-CDG,
corrosif, mais également être Mais ce réseau complexe ne s’ar- et ses 28 terminaux de livraison. les quantités de Jet fuel, qu’elles
exempt d’eau pour éviter la for- rête pas là. Pour favoriser le trans- Les compagnies pétrolières, prin- appartiennent à Total, BP, Esso ou
mation de cristaux de glace
dans les réservoirs et les circuits La Seine maritime, terre de raffineries disposent pas toutes d’une raffinerie en Normandie.
de carburant de l’avion. Tous les Elles pratiquent alors le système d’échange entre
aéronefs de Roissy-CDG sont ap- Trois raffineries sont reliées via des oléoducs aux ins- confrères. En négociant avec leurs homologues de
provisionnés en Jet A1 à la tallations de la Compagnie industrielle maritime. Elles Total, Esso ou Shell, les responsables marketing des
différence des avions d’aéro- sont toutes situées en Seine-Maritime. Celle d’Exxon- autres sociétés pétrolières obtiennent le droit d’exploi-
clubs, alimentés en Avgas mobil (Esso) est installée à Port Jérôme Gravenchon, ter leur pétrole brut dans les raffineries ou leur achè-
(Aviation Gasoline). celle de Total à Gonfreville-l’Orcher et celle de Shell à tent directement du carburéacteur. Sans passer par la
Petit Couronne, près de Rouen. Les compagnies pé- chaîne du raffinage, ils ont également la possibilité
46 trolières, clientes sur la plateforme de Roissy-CDG, ne d’importer du Jet fuel des pays producteurs de pétrole.
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 47

KÉROSÈNE

Trapil en chiffres ritable station service pour les ne peut contenir que 30 m3 de car-
avions. Située au nord de la plate- buréacteur. Il nous faudrait plus
forme aéroportuaire, dans la de 500 camions par jour ! », ex-
35 millions : Nombre de tonnes
commune de Chennevières-les- plique Alain Chaillou. Pour assu-
Etape 4 :
de produits raffinés chaque GPA, Fas, et Airfuel,
année. Louvres, en plein milieu des rer le transport du Jet fuel vers les
4700 : Nombre de kilomètres champs, elle réceptionne le car- pistes, la SMCA dispose donc d’un trois concurrents sur
d’oléoducs répartis dans toute la buréacteur via un terminal du ré- vaste réseau hydrant. Près de 90 le marché de
France. seau Trapil. Une fois récupéré, le kilomètres de pipelines enterrés l’avitaillement
1950 : Année de création. produit est stocké dans sept composent cet « oléoréseau » et
1370 : Longueur du réseau énormes bacs. Ces immenses ré- débouchent sur plus de 900
de pipelines Le Havre-Paris servoirs présentent des volumes vannes de distribution dissémi- L’avitaillement des avions ne peut
(LHP). allant de 22 600 m3 à 40 700 m3 et nées aux quatre coins de la plate- s’effectuer sans l’intervention d’ac-
31 : Nombre de stations de peuvent contenir au total plus de forme, à raison de deux vannes teurs spécialisés. A Roissy-CDG, il
pompage pour le LHP. 200 000 m3 de Jet fuel. « Avec une par poste de parking avion. en existe trois : les deux plus
28 : Nombre de terminaux de telle réserve, il est possible d’ap- La mission de la SMCA s’arrête au anciens, GPA (Groupement pétrolier
livraison pour le LHP. provisionner les avions de la plate- moment où le kérosène arrive sur aviation) et Fas (Fueling aviation
- Actionnaires de la société forme pendant une dizaine de le tarmac. La société passe alors le service) et le petit dernier, Airfuel.
Total : 34,6 %. jours », affirme Alain Chaillou, di- relais à des prestataires de service Situés en fret 1, à quelques enca-
Pisto SAS : 31 %. recteur général de la SMCA. pour l’avitaillement des avions. blures d’Air France Cargo, le GPA
Esso : 17,3 %. Avant d’être stocké dans les cuves Les quantités de carburéacteur, et le Fas ont leurs locaux dans le
Shell : 8 %. de la société, le carburéacteur est stockées dans des bacs commu- même bâtiment. Ils partagent
BP : 6,4 %. soumis à une série d’examens de nautaires à la SMCA,restent la également un même garage et un
Salariés: 2,49 %. contrôle qualité, sécurité oblige. propriété des compagnies pétro- parking où sont garés leurs oléo-
En amont de la chaîne, le produit lières. Les compagnies de mise à serveurs, camions servant à l’opé-
encore Shell, ne sont pas différen- transite dans un dépôt de récep-
ciées. « Cela ne pose pas de pro- bord effectuent alors les pleins, ration d’avitaillement. Le GPA et
tion pour y subir contrôle, ana- pour le compte des compagnies le Fas sont tous deux des Groupe-
blème car la composition du lyse, décantation, purges et
carburéacteur est toujours la même. pétrolières. ments d’intérêt économique (Gie).
filtration. Idem à sa sortie vers les
Le plus important est de connaître pistes : le carburéacteur est placé
les cargaisons des clients. Lorsque dans un bac d’expédition où il
nous établissons la facture, chaque subit la même batterie d’examens.
compagnie pétrolière fixe la quan- Ces précautions sont prises pour
tité de Jet fuel à transporter », fait éliminer les sédiments éventuels
valoir Jean Bataille. et les particules d’eau. « Quand on
Une information cruciale pour la est en voiture, s’il y a un problème
Société de manutention des carbu- avec le moteur, on peut s’arrêter
rants aviation (SMCA), véritable sur le bas-côté. Lorsque l’on est à
station service de l’aéroport de 10 000 mètres d’altitude, c’est
Roissy-CDG, qui gère la suite des autre chose. C’est pour cette raison
événements. que les critères de contrôle du
carburéacteur sont draconiens »,
souligne Alain Chaillou.

Etape 3 : La SMCA, la 90 kilomètres de pipelines


« station service » de enterrés
l’aéroport Roissy-CDG
Une fois ces examens effectués, le
kérosène est envoyé dans les ter-
minaux. Mais ce ne sont pas des
Chaque jour, la Société de manu- camions citernes qui acheminent
tention des carburants aviation le produit vers la plate-forme
(SMCA) envoie près de 16 000 m3 aéroportuaire. « Le Bourget pro-
de Jet fuel vers les terminaux de cède ainsi pour récupérer chez nous
Roissy-CDG. Née en même temps du Jet fuel. Mais pour Roissy, cela
que l’aéroport, il y a plus de demanderait beaucoup trop de
trente ans, elle représente une vé- temps et occasionnerait un trafic 47
dangereux. Un véhicule de ce genre BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 48

KÉROSÈNE

A la différence d’Airfuel, chacun cupe un bâtiment sans prétention


La SMCA et la sécurité des riverains travaille pour plusieurs compagnies
pétrolières. Exxonmobil, Shell et
mais bien équipé, situé au sud de
l’aéroport dans la commune du
Les compagnies pétrolières, actionnaires de la SMCA Total font partie du GPA. AGIP, BP et Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne).
Elle en compte quatre : BP, Esso, Shell et Total. Ils sont tous pro- Total (historiquement Fina) du Fas. À la différence du GPA et du Fas,
priétaires de la partie dépôt d’aviation et de l’oléoréseau de Roissy- « Constituer un Groupement d’in- il ne s’agit pas d’un groupement
CDG. La partie dépôt de réception de Roissy-CDG térêt économique permet aux com- d’intérêt économique. « La com-
appartient à un groupement comprenant la SMCA, Agip, Kuwait pagnies pétrolières de s’associer pagnie pétrolière, Kuwait Petro-
Petroleum et Chevron Texaco. pour réduire les coûts liés à l’avi- leum Italia, opère en son nom
taillement », souligne Ludovic propre », précise Pascal Valde-
Des règles pour le respect de l’environnement Zermani, responsable du départe- naire, directeur de la succursale
Le site est classé Seveso II et est soumis à des règles très strictes ment « Opération » au Fas. française de Kuwait Petroleum
en termes de protection de l’environnement. Cette directive euro- Italia à Roissy-CDG.
péenne impose à la SMCA d’identifier les risques associés à son ac- Le GPA, numéro un des La compagnie pétrolière livre en-
tivité industrielle et de prendre des mesures nécessaires pour y avitailleurs viron un million de m3 de carbu-
faire face. Ainsi, la SMCA mène actuellement des travaux sur ses réacteur à l’année et représente
bacs de stockage pour prévenir les effets de projection de toits de Le plus ancien de ces Gie, le GPA, ainsi 18,45 % de la part de
bacs en cas d’explosion. créé en même temps que la plate- marché de l’aéroport en termes
En parallèle, la SMCA se voit dans l’obligation de fournir une in- forme, conserve la plus grosse part d’avitaillement. « Sur ces 18,45%,
formation transparente à ses employés et aux riverains de ses ins- de marché en terme d’avitaille- 75% sont destinés à Air France,
tallations. ment (61,6 %). Suivent le Fas représentant 25% des besoins de
Le suivi de ces règles est placé sous l’autorité du préfet du Val- (21,4 %) et Airfuel (17,3%). la compagnie », indique Pascal
d’Oise. Ainsi, Christian Leyrit a créé en janvier dernier un Comité Ces Gie et société servent d’inter- Valdenaire.
local d’information et de concertation (Clic). Ce comité se réunit médiaires entre les compagnies Mais l’avitailleur traite avec d’au-
au moins une fois par an (Il s’est réuni deux fois depuis sa création pétrolières et les compagnies aé- tres clients qu’Air France comme
en octobre 2005 NDLR). Il est composé de tous les acteurs gestion- riennes. « Nous facturons simple- Air India, Cyprus Airways, China
naires du risque, des riverains et des salariés. Soit trente membres ment une prestation de service aux Eastern ou Japan airlines pour ne
au maximum nommés par le préfet pour une durée de trois ans re- compagnies pétrolières. Nous n’in- citer que ces compagnies.
nouvelable, répartis en cinq collèges : administration, collectivités tervenons pas dans le contrat signé Ce petit nouveau a bouleversé le
territoriales, exploitants, riverains et salariés. Toute personne sus- entre une compagnie aérienne et marché de l’avitaillement sur la
ceptible d’éclairer les débats peut y être invitée. une compagnie pétrolière », ex- plateforme aéroportuaire de Roissy,
plique Didier Lasgouttes, responsa- grignotant des parts de marché au
L’avis de Nicole Oudet, habitante d’Epiais-les-Louvres depuis ble du département « Opération » GPA et au Fas (GPA est notam-
1969 et représentante des riverains au Clic (Conseil local d’in- au GPA. ment passé de 72,6 % en 2000 à
formation et de concertation). Mais la mission de ces prestataires 59,4 % aujourd'hui).
« Ces réunions sont très intéressantes. Elles permettent aux riverains de service ne se limite pas à effec- « Air France a tout intérêt à béné-
de faire remonter des informations par le biais de leurs représen- tuer le remplissage des avions. ficier d’une structure très fiable en
tants s’il y a un problème. Avant d’y assister, je savais déjà beaucoup Leur responsabilité porte égale- terme d’avitaillement et à ne pas
de choses sur la SMCA mais les membres du comité m’ont apporté ment sur le respect des temps et dépendre d’autres acteurs », ex-
quelques précisions. Ils s’efforcent de rassurer les riverains, même délais demandés par les Compa- plique Pascal Valdenaire. C’est une
si nous restons inquiets avec de telles installations près de chez gnies aériennes, la sécurité lors de des raisons pour lesquelles la
nous. Néanmoins, cela fait trente ans que les cuves sont là et il n’y l’opération, la garantie de la qua- compagnie aérienne la plus im-
a jamais eu d’incidents à notre connaissance. Nous nous sommes lité du carburéacteur et la justifi- portante de Roissy-CDG achète ré-
habitués à vivre avec. Elles font même partie du paysage. Pour avoir cation des quantités livrées à bord. gulièrement des cargaisons de
visité ses installations, je sais que la SMCA est gérée de façon rigou- carburéacteur, importées du
reuse et qu’elle est étroitement surveillée. On peut dormir sur nos deux Airfuel, le petit dernier des Havre. « 15% des volumes consom-
oreilles. » avitailleurs més par Air France à CDG le sont
au travers d’importations (self-
Airfuel est une marque déposée supply). Ce self-supply et la créa-
concrétisant un accord de co- tion d’un pool de mise à bord
entreprise entre la compagnie aé- supplémentaire sur la plateforme,
rienne Air France et la compagnie ont eu pour objectif de permettre
pétrolière Kuwait Petroleum Italia*. à Air France une plus grande
Celle-ci opère depuis le 1er février flexibilité par rapport au marché
2003 en tant que sous-traitant intérieur : stimulation de la con-
48 sur la plateforme aéroportuaire de currence après les concentrations
BN
24
Roissy-Charles-de-Gaulle et oc- passées, accès aux opportunités
Nicole Oudet, habitante d’Epiais-lès-Louvres, peut admirer les cuves
depuis son jardin. Elle représente les riverains au sein du Clic.
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 49

KÉROSÈNE

des marchés internationaux, meil- internationales dont l’aéroport les pistes.


leure répartition des opérations de Roissy-Charles-de-Gaulle », explique En aval, le chauffeur avitailleur
mise à bord », explique Didier Pascal Valdenaire. relie son camion aux raccords
Raffaud, responsable du service de remplissage des réservoirs
des achats de carburant et des de l’avion situés sous les ailes.
risques à Air France.
Air France a également souhaité Tests de sécurité
créer le pool Airfuel pour limiter
Etape 5 :
les mouvements sociaux. Un La mise à bord L’avitaillement peut nécessiter
exemple : Pour protester contre le déplacement d’un voire deux
les changements d’horaires de tra- oléoserveurs. Tout dépend de la
vail, les salariés de GPA avaient taille de l’avion et de la quan-
fait grève pendant 24 heures le 23 Voici maintenant le moment de tité de carburéacteur demandée
octobre 2003. Sept vols avaient « faire le plein », ou plus précisé- pour le vol. A titre indicatif, un
été annulés au départ et plusieurs ment d’effectuer la mise à bord. Au Boeing 747 peut contenir entre
dizaines ont enregistrés des retards cours de cette étape, les trois pres- 160 et 180 000 litres de jet fuel.
importants (50 minutes environ). tataires de services, le GPA, le Fas et L’Airbus A 380 pourra quant à Pascal Valdenaire, directeur de la
Airfuel envoient leurs « pompistes » lui en recevoir au maximum succursale d’Airfuel à Roissy-CDG.
*Kuwait Petroleum Italia succur- sur le tarmac. Appelés chauffeurs 270 000 litres. Afin d’effectuer
sale en France est une des filiales avitailleurs, ces pompistes pas le remplissage, l’oléoserveur est temps d’éliminer toutes traces de
de Q8 aviation qui elle-même dé- comme les autres conduisent un doté d’un système de vannes régu- particules éventuellement pré-
pend de Kuwait Petroleum Corpo- oléoserveur, véhicule indispensable latrices qui limite la pression du sentes avant sa livraison à bord de
ration. La compagnie pétrolière de à la mise à bord du carburéacteur. carburéacteur aux raccords de rem- l’avion. Le chauffeur avitailleur
l'état du Kuwait est l'un des plus Rempli de Jet fuel, ce camion un plissage des réservoirs de l’avion à doit aussi effectuer un test d’ab-
importants producteurs au monde. peu spécial est également équipé 3,5 bars maximum. sence d’eau et un prélèvement à
« Q8 aviation dessert 54 des plus de tuyaux flexibles permettant « Un oléoserveur coule entre 180 l’aide d’une seringue pour évaluer
grands aéroports dans le monde ainsi d’assurer le remplissage de et 190 m3 de carburéacteur par la qualité du produit. « Si le jet fuel
entier mis à part aux Etats-Unis et l’avion. heure. En cinq minutes, cela repré- a une apparence trouble, on pré-
fait partie des dix premiers ven- Arrivé sur le tarmac, le chauffeur sente 6 000 litres mis à bord. Pour vient la compagnie. Dans ces cas-
deurs de carburéacteur. La branche avitailleur effectue les branche- un vol Paris New York, il faut là, l’avion ne décolle pas », indique
italienne avitaille dans une dizaine ments de son engin : en amont, il compter environ 70 000 litres de Ludovic Zermani, responsable du
de plateformes nationales et connecte un tuyau à une sorte de jet fuel. Cela peut prendre trois département Opération au Fas.
bouche hydrante située au sol. Au quart d’heure », précise Didier
total, il existe près de 900 vannes Lasgouttes, directeur du départe- Fin de mission
Avitailler son avion comme
de ce type sur la plateforme aéro- ment Opération chez GPA.
on va à la pompe
portuaire. Ce sont les puits de dis- Mais en moyenne, la mise à bord Une fois ces précautions prises et
tribution du réseau hydrant dure entre 45 minutes et une le « plein » terminé, l’avion est
Les trois prestataires de service
enterré via lequel la SMCA assure heure. Outre le branchement des prêt pour le décollage. Pour les
gèrent tous les vols commer-
le transfert du carburéacteur vers tuyaux et le remplissage, des vé- chauffeurs avitailleurs, c’est l’heure de
ciaux de l’aéroport de Roissy-
CDG. Mais ils peuvent aussi rifications sont également effec- rentrer au bercail avant de repartir
s’occuper de vols privés. tuées. Un système élaboré de éventuellement pour une autre mis-
« Ce type de vols n’entre pas filtration permet dans un premier sion. Mais pendant leur retour au par-
dans les prévisions d’ADP. Une
personne peut venir avec son
avion sur la plateforme et de-
mander à être avitaillé. Du mo-
ment qu’il s’agit de Jet A1, nous
pouvons le faire. Pour payer, il
suffit d’une carte de crédit »,
explique Ludovic Zermani du
Fas. Les privés peuvent même
choisir leur compagnie pétro-
lière. Pour ces vols non prévus,
le GPA, le Fas et Airfuel se sont
répartis la tâche et ont établi
un planning d’astreintes. Ludovic Zermani, responsable du Airfuel occupe un sobre bâtiment mais bien équipé, situé à l'Est de
49
département « Opération » au Fas. l’aéroport dans la commune du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne).
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 50

KÉROSÈNE

Chargés de Jet fuel, king des oléoserveurs, une autre étape


les oléoserveurs sont a déjà débuté : celle de la facturation.
équipés de tuyaux
flexibles permettant

M
d’assurer le remplis-
sage de l’avion
(ici un oléoserveur Etape 6 :
du GPA).
Air fuel possède
La facturation

M
dix-huit oléoser-
veurs au total.

Chaque oléoserveur est équipé


d’un compteur volumétrique pré-
Le parc des oléoserveurs du GPA. Le groupe cis permettant de mesurer la
possède 46 véhicules de ce type. quantité de carburéacteur livrée à
M bord de l’avion. En fonction de
cette quantité, de la main d’œu-
vre et du contrat négocié entre les
compagnies pétrolières et les
M compagnies aériennes, un bon de
En amont, le chauffeur-avitailleur connecte un livraison est établi. Chez GPA,
tuyau à une bouche hydrante située au sol. chaque véhicule avitailleur est
doté d’un système informatique
(calculateur, écran, clavier, impri-
mante, système de télétransmis-
sion) permettant ainsi l’impression
En aval, le automatique du bon de livraison.
chauffeur avi- « Chez nous, la facturation s’effec-
tailleur relie tue encore manuellement mais
son camion
aux raccords
nous envisageons d’installer ce
M

de remplissage système informatique », affirme


des réservoirs Ludovic Zermani du FAS. Quatre
de l’avion si- exemplaires du bon de livraison
tués sous les sont édités. Les deux premiers
ailes de l’avion. M sont envoyés au pilote et à la
Au total, il existe près de 900 compagnie aérienne. Les deux au-
vannes de ce type sur la plateforme tres reviennent chez le prestataire
aéroportuaire. de service pour être transmis aux
services de la douane et à la com-
pagnie pétrolière.

Le prix du kérosène
Sur la dernière période, le
prix « à la pompe » du kéro-
M sène a oscillé entre 55 et 70
Une fois les branchements effectués, le chauffeur-
euros (Hors TVA) l’hectolitre
avitailleur peut passer au remplissage.
(ce qui fait entre 3.78 et
4.59 F le litre).
On est loin du prix du super !
M Il faut savoir que les compa-
gnies sont exonérées de la
Le chauffeur avitailleur L’avitaillement peut néces- TIPP (taxe sur les produits
doit effectuer un test siter le déplacement d’un pétroliers, qui nous coûte
d’absence d’eau et un voire deux oléoserveurs. plus cher que le carburant
prélèvement à l’aide Tout dépend de la taille de lui-même…) et de TVA pour
M

d’une seringue pour l’avion et de la quantité de


évaluer la qualité du
les compagnies qui voyagent
carburéacteur demandée
produit.
à l’international.
pour le vol.
50 EV
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 51

KÉROSÈNE

Le bureau de dispatching
La gestion des missions des chauffeurs-avitailleurs
est entièrement informatisée. La programmation
en temps réel des opérations est assurée depuis
un bureau de « dispatching » situé dans les locaux
de chaque prestataire de service. « Les prévisions
de vols pour le mois suivant, la semaine suivante,
le jour suivant sont transmises par Aéroports de
Paris à notre système central et permettent de pla-
nifier les ressources en personnel et en matériel »,
explique Didier Lasgouttes du GPA.
Ces renseignements permettent ainsi au person-
nel du « dispatching » de programmer sur écran
en temps réel les opérations. Les missions à ef-
fectuer sont alors transmises aux chauffeurs- La gestion des missions des chauffeurs-avitailleurs est entièrement informatisée et est assurée depuis
un bureau de « dispatching ».
avitailleurs par radio. Durant l’avitaillement d’un
avion, le détail de la mise à bord est enregistré
dans le programme informatique de l’oléoserveur Quelques chiffres : Nombre de vols assurés par jour
et télétransmis aux employés du dispatching. Ces Nombre d’oléoserveurs : (en moyenne) :
derniers disposent ainsi du suivi en temps réel de GPA : 46 GPA : 480
chaque opération. Fas : 25 Fas : 180
Airfuel : 18 Airfuel : 140

51
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 52

KÉROSÈNE

Didier Raffaud, responsable du service des


achats de carburant et des risques à Air France :
D.R : La disponibilité d’un outil de Il existe un marché « future » sur
“Comment Air France se "couvre" face raffinage orienté vers la produc- lequel les compagnies aériennes
aux fluctuations du pétrole”. tion de jet, la densité du réseau en peuvent arrêter le prix de la ma-
France et à l’international, la qua- tière première plusieurs années à
Bénéfice Net : Quelle est la politi- Pour quelles raisons ? lité de service, la fidélité commer- l’avance. En intervenant sur ces
que d’achat d’Air France, en matière D.R : 15% des volumes consom- ciale, le professionnalisme, autant marchés, Air France fixe donc à
d'approvisionnement pétrolier ? més par Air France à Charles-de- de critères non exhaustifs qui l’avance une partie de sa dépense
Didier Raffaud : A l’exception de Gaulle le sont au travers conditionnent l’importance des carburant.
Charles-de-Gaulle qui donne lieu d’importations (self-supply). Ce échanges entre Air France et les pé-
à un traitement particulier (Air self-supply et la création d’un troliers. A ce titre, Total et Exxon- 34 000 € pour un vol Paris-
France couvre par importation de pool de mise à bord supplémen- Mobil sont très présents comme New York
cargos au Havre 15 % de ses be- taire sur la plate-forme, ont eu fournisseurs d’Air France.
soin et assure la mise à bord au pour objectif de permettre à Air A titre d’exemple, un Boeing
travers d’une filiale partagée - Air- France une plus grande flexibilité 777-300 à destination de New
B.N : Comment Air France peut-
fuel), Air France achète son car- par rapport au marché intérieur : York prend quelques 75 000 li-
elle « se couvrir » des fluctuations
buréacteur directement auprès stimulation de la concurrence tres, ce qui fait un coût carbu-
du prix du carburéacteur ?
des compagnies pétrolières repré- après les concentrations passées, rant pour l'aller simple d'environ
D.R : Air France utilise pour cou-
sentées sur les différents aéro- accès aux opportunités des mar- 34 000 €. Mais les prix sont
chés internationaux, meilleure ré- vrir sa dépense carburant des pro-
ports. Ses achats se font au travers très volatiles. Au mois de sep-
partition des opérations de mise duits « dérivés » adossés au pétrole.
d’appels d’offres globaux dans les- tembre dernier, le coût du car-
à bord notamment. Ces instruments financiers fonction-
quels sont pris en considération la burant pour ce même vol était
nent selon le mécanisme suivant :
logistique, les coûts locaux et les ainsi supérieur à 40 000 €.
B.N : Air France traite-t-elle différe- ils permettent de verrouiller au-
effets réseaux des différents pé- jourd’hui un prix pour le volume de
troliers. Le produit est livré majo- mment avec le GPA et le Fas qu’avec
Air Fuel ? Pour quelles raisons ? carburant qui sera consommé dans Dépense en carburant d’Air
ritairement bord avion et le futur. Dès lors l’évolution des prix
marginalement en dépôt ou dans D.R : Il n’y a pas de différence de France (en millions d’euros)
traitement entre les différents sur les marchés pétroliers n’impac-
le pipeline. Six fournisseurs cou- tera pas la partie de la consomma-
pools. Airfuel reste une filiale 2003/2004 : 1 220
vrent environ 70% des volumes tion qui aura été protégée de la
avec les mêmes contraintes opé- 2004/2005 : 1 657
consommés par Air France. sorte. Cette politique de couverture
rationnelles et économiques que 2005/2006 : 2 065
les deux autres pools. permet d’avoir une meilleure visibi-
B.N : Qui gère l’achat du carbu- lité sur les coûts carburant qui sont Air France représente à elle
réacteur à Air France ? N : Sur quels critères est basée la par nature très volatiles et qui re- seule 55% des enlèvements de
D.R : Le service « Carburant » est facturation en avitaillement d’un présentent une part particulière- la plateforme de Roissy-
centralisé et dépend de la Déléga- vol ? ment importante des dépenses Charles-de-Gaulle.
tion générale aux achats DGA), la- D.R : Trois composantes sont ha- effectuées chaque année.
quelle est elle-même rattachée au bituellement chargées aux com-
Directeur général adjoint Econo- pagnies aériennes. D’une part : le
mie-Finance. Il est composé d’une prix de la ressource (le jet fuel). LOCATION DE BUREAUX
équipe de sept personnes qui assu- D’autre part : le coût de la logis-
rent les achats traditionnels, l’im-
portation de cargos et la logistique
tique, transport, stockage, mise à De 20 à 150 m2
bord, assurance, marge du four-
associée, les couvertures (gestion nisseur. Enfin : les taxes et rede- DOMICILIATION
du risque matières premières). vances : obligation stocks de COMMERCIALE
réserves, redevance aéroportuaire.
B.N : Air France a passé un accord Dans un petit immeuble
d’entreprises avec Kuwait Petro- Mansard gardé, noyé dans un
B.N : Air France traite-t-elle plus oasis de calme et de verdure.
leum Italia pour créer Airfuel, avec une compagnie pétrolière A proximité :
alors qu’il existait déjà le GPA qu’avec une autre ? Pour quelles Aéroport - RER - TGV - A1
52 (Groupement pétrolier aviation) raisons ?
BN et le Fas (Fueling aviation service). Tél. : 01.45.50.01.28
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 53

KÉROSÈNE

Hakim Gougam, directeur financier adjoint de XL


Airways France (anciennement Star Airlines) :
XL Airways France : Avitaillement en litres sur les trois derniers
" sur Cancun, par exemple, le carburant exercices
représente 50 € sur un billet ". 2003-2004 : 49 869 000
Bénéfice net : Comment ache- Mexique et Malé aux Maldives) 2004-2005 : 42 515 000
tez-vous du carburéacteur ? sont desservies en statut régu- 2005-2006 : 43 317 000
Hakim Gougam : En fonction lier. Sur Cancun par exemple, la
de notre programme de vol nous surtaxe carburant représente
déterminons la quantité de ké- environ 50 € par billet.
rosène qui sera consommée pour
assurer ces vols. Nous lançons B.N : Qui gère l’acquisition de
deux appels d'offre par an. Un
carburéacteur à XL Airways
pour les vols long-courrier et un
autre pour les vols moyen-cour- France ?
rier. Les prévisions de consom- H.G : La gestion du kérosène
mation sont envoyées à chacun n’est pas assurée par un service
des fournisseurs potentiels. Ces opérationnel mais par la direc-
derniers nous envoient leur pro- tion financière. Au sein de cette
position chiffrée qui mention- direction composée de 13 per-
nera également les conditions sonnes, une personne, que je
de paiement. Sur CDG, nous tra- supervise, assure en plus d’au-
vaillons depuis plusieurs années tres travaux, le suivi du kéro-
avec la société Exxonmobil qui sène.
nous a proposé les meilleures * Fondée en 1995, la compagnie
conditions. française Star Airlines a changé
de nom le 23 novembre et est
B.N : Quand payez-vous la com-
devenue XL Airways France. So-
pagnie pétrolière ?
H.G : C’est le prépaiement qui ciété française à capitaux privés,
est utilisé. Ce mode de paiement elle appartient au groupe bri-
consiste à payer le kérosène tannique XLLG (XL Leisure
avant l’avitaillement effectif. group). Dédiée au trafic touris-
tique, cette compagnie aérienne
B.N : Que représente la réper- exploite des vols affrétés sur des
cussion de la part fuel sur le prix destinations moyen-courrier
des billets d’avion ? (bassin méditerranéen, Afrique,
H.G : Il est difficile de répondre Europe) et des vols affrétés et ENTREPOTS DE STOCKAGE
à cette question car notre offre réguliers sur des destinations &
commerciale s’adresse principa- long-courrier (Caraibes et Mal-
lement aux tours opérateurs. PREPARATION DE COMMANDES
dives). Les clients sont des tours Sur un terrain de 1.7 hectares
Nos clients affrètent ou co-af- opérateurs français et étrangers
frètent nos avions et dans ce cas • 5200 m d’entrepôts
dont notamment Club Med, Tho- 2

c’est l’affrètement qui est fac- • Des équipes spécialisées


turé et non pas chacun des bil- mas Cook, Kuoni, Look. La com-
lets d’avion. Les contrats pagnie dispose de deux Airbus
A330 pour les vols long courrier NORD STOCK CHEM
d’affrètement comprennent une 48 allée des Erables - ZAC PARIS NORD II
clause d’indexation du prix du et de trois Airbus A320 pour les
93420 VILLEPINTE - France
kérosène à la hausse ou la vols moyen courrier. Tél 01 49 38 47 65 Fax 01 48 63 00 08 www.nordstockchem.com
baisse. Néanmoins, certaines de Siret 402 984 090 00017 53
nos destinations (Cancun au BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 54

CHOSES PUBLIQUES
Interview : Yanick Paternotte
candidat (UMP) auxprochaines
élections législatives à
«Je défends
les idées de la droi
Je suis le candidat
de l’équilib
a été une petite révolution dans sielleneplaîtpasàtoutlemonde. Nous pou-

C le microcosme politique du pôle


de Roissy : Yanick Paternotte a
obtenu l’investiture UMP pour être candi-
vons dire que nous le connaissons assez
bien : nous l’avions rencontré une pre-
mière fois lorsque nous avions fait son
dat de ce parti dans la 9ème circonscrip- «portrait», dans le BN n°4, où il nous avait
tion du Val d’Oise (voir encadré), celle de fait part, déjà, de sa volonté de briguer un
Roissy-en-France, Gonesse, Goussain- mandat parlementaire. Et nous l’avons,
ville, Louvres, pour ne citer iciqu’elles.C’est depuis, croisé à moult reprises, que ce
Yanick que Yanick Paternotte, s’il est Premier vice
président du conseil général, président du
soit ici, à Roissy, lors de réunions multi-
ples (on se souviendra d’une récente, rap-
portée par RoissyMail, qu’il avait
Paternotte Ceevo, président de l’Union des maires du
Val d’Oise, est aussi maire de Sannois, une
organisée à l’Orangerie de Roissy en tant
que Président de l’Union des Maires et à
ville de 26 000 habitants, du Val d’Oise laquelle avait participé J.C Spinetta, PDG
certes, mais située bien au-delà de la
• Premier vice président 9ème circonscription. Ce qui lui a valu le
d’Air France et qui fut très instructive),
mais aussi au Japon et, à deux reprises, à
du conseil général, qualificatif de « parachuté », dès l’an- Washington.
nonce de sa candidature, balancé tant par Ce Lorrain (c’est une qualité…) d’origine,
l’actuel député J.P Blazy (PS) que par son chef d’entreprise, (il est pharmacien) est
• Président du Ceevo, collègue conseiller général, maire de un homme ouvert, affable, dynamique,
Louvres, mais aussi candidat (UDF) sur la imaginatif et passionné : il mériterait un
9ème, Guy Messager. deuxième «portrait» dans ce journal car
• Président de l’Union Ce qui n’est pas très sympa et nous avions nous le connaissons mieux. En plus, je
des maires du Val d’Oise, rappelé, dans RoissyMail, que n’importe crois pouvoir dire qu’il aime bien ce que
qui a le droit de se présenter comme can- nous faisons, ici, à VPP (il a accepté avec
didat à la députation dans n’importe sympathie de « présider » notre cérémo-
• Maire de Sannois quelle circonscription.Enplus,YanickPater- nie pour l’édition de la dernière carte «
notte connaît bien les enjeux de la 9ème, qui Roissy 2025 », en mai dernier). C’est donc
se confondent en grande partie avec celle du avec un plaisir réciproque que nous avons
54 pôledeRoissydanssonensemble.Sacandi- eu cet entretien qu’il nous a accordé. Avec
BN
24
datureestdonconnepeutpluslégitime,même plaisir, mais sans complaisance…
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 55

CHOSES PUBLIQUES

BN. Comment avez-vous pris remettons en cause ni votre libérale, l’ex parti d’Alain
votre décision ? légitimité, ni votre droit à Madelin) et vous avez rallié

ves à Roissy : Yanick Paternotte. J’aime


servir. Et, comme vous le
savez, je souhaite être parle-
vous présenter ici, évidem-
ment. Mais qu’en pensent les
habitants de la ville que
l’UMP lors de sa création.
Comment vous sentez-vous à
l’intérieur de ce parti ?

s
mentaire. J’ai l’expérience vous administrez ? Ca ne les Yanick Paternotte. Ca va
suffisante. En fait, beaucoup gêne pas ? bien, merci. Je trouve que
d’élus locaux m’ont sollicité… Yanick Paternotte. Les habi- l’UMP est une fusion réussie.
tants de Sannois seraient Je note que, par exemple,
BN. Lesquels ? ravis que je devienne député l’ancien « RPR » était un peu

oite
Yanick Paternotte. Beau- de leur département. Et ils sa- frileux sur les questions euro-
coup… Parmi eux je citerai vent que je resterai, en tout péennes et je me réjouis que
volontiers André Toulouse, état de cause, leur maire, car maintenant ce ne soit plus le
maire de Roissy, Patrick Re- si je suis élu dé- cas, comme on l’a
naud, président de Roissy puté, avec le vu lors des der-

t « si je
Porte de France, Patrick Deco- cumul des man- nières élections
lin, conseiller général et dats, je démis- eurpéennes.
maire de Luzarches, Jacques
Renaud, président de la Com-
sionnerai du
poste de conseil-
suis élu BN. : Mais ne de-
munauté de Communes Pays ler général, et ça, député, vait-il pas y

libre» BN. Monsieur le Président,


de France…

BN. Mais encore, votre moti-


vation ?
Yanick Paternotte. C’est un
territoire que je connais bien.
je vous l’accorde,
certains de mes
électeurs le crai-
gnent…

BN. Il y a un dé- du
je

poste
avoir des « cou-
rants », à l’inté-
rieur de l’UMP,
démissionnerai comme cela avait
été annoncé lors
de sa création,
En 1988, alors que j’étais tout puté en place, afin que soient
vous êtes candidat UMP pour
être député de la 9ème cir-
nouveau Vice président du J.P Blazy. Que lui de bien intégrées
conseil général, j’ai été reprochez-vous des familles de
conscription du Val d’Oise, chargé, par le regretté Pierre puisque vous conseiller pensée parfois…
général » éloignées
celle qui est, selon nous, une Salvi, d’animer l’AEROVO, pour voulez prendre ? Nous
des plus emblématique de préparer la révision du SDAU sa place ? le savons bien,
«Roissy». Quelles sont vos pour l’Est du Val d’Oise. Les Yanick Paternotte. nous avions
raisons ? réunions se tenaient à la mai- Je ne veux pren- «couvert» le pre-
Yanick Paternotte. Je tra- rie de Roissy, j’en étais le vice dre la place de personne. Il mier congrès de l’UMP, au
vaille depuis 20 ans sur le sec- président. L’AEROVO est deve- s’agit de politique. En fait, il y Bourget...
teur dont je connais bien et nue ensuite le SIEVO (Syndi- a deux fonctions pour un dé- Yanick Paternotte. Cela ne
les acteurs et les enjeux lo- cat intercommunal pour le puté : être un élu territorial me gène pas du tout que les
caux. La circonscription est développement de l’Est du val (le Val d’Oise en l’occurrence) courants n’aient pas été
effectivement emblématique d’Oise). J’aurais voulu d’ail- et faire partie d’une majorité créés...
et intéressante pour un élu : leurs, à l’époque, que le SIEVO politique nationale. Le député
devienne un syndicat mixte : actuel est membre du PS et BN. Dont acte, donc. Et quid
on est ici à la fois dans le
c'est-à-dire que le Conseil gé- moi je suis à droite et je dé- de l’UDF, vous savez que
«moderne», avec l’aéroport
néral en soit membre. Il fallait fends les idées de la droite sur votre collègue conseiller gé-
CDG, le TGV et ce formidable le plan national. néral Guy Messager, maire
en effet que celui-ci soit un
nœud de communication, Concernant le territoire, je de Louvres, se présente
acteur à part entière du pôle
d’activités et d’emplois qu’est de Roissy pour son développe- fais des propositions diffé- comme candidat dans la
la région de Roissy, première ment. Mais, malheureuse- rentes des siennes, interro- 9ème également ? Quelle
porte d’entrée en France, et ment, certains élus ne l’ont gez-moi sur ces points et vous différence avec lui ?
en même temps, nous sommes pas souhaité : je pense que ça verrez… Messager ? C’est le pluralisme.
dans le Parc Naturel Régional a été une erreur. Après, c’est une question de
« Oise-Pays-de-France », dans BN. D’accord, on allait le réalisme et d’efficacité. Si,
la vallée de l’Ysieux…Cela BN. : D’accord, vous connais- faire. (Sourires). Mais par- d’aventure, les électeurs
correspond bien à ma person- sez bien le territoire de la lons, avant, de votre orien- avaient peut-être du mal
nalité : j’aime le progrès et la «9ème». Mais vous êtes tation politique nationale. à faire la différence entre
nature… Cette dualité du ter- quand même maire de San- Vous êtes un ancien «UDF», Guy Messager et moi, la 55
ritoire me passionne. nois. En disant cela, nous ne un ancien «DL» (Démocratie différence, elle tient en BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 56

CHOSES PUBLIQUES

quelques mots : je soutiens vous avez condamné, comme du nombre de vols, couvre-feu fiscalité des établissements «
sans réserve la politique la plupart des élus) ? partiel, troisième aéroport exceptionnels » de Roissy. Je
du gouvernement et la fonctionnant en bi-pole avec pense que le système est satis-
candidature de Nicolas Yanick Paternotte. Bien sûr Roissy, TGV Fret, etc… faisant actuellement. Il ne faut
Sarkozy… qu’il faut limiter les construc- pas y toucher, sauf pour y ajou-
tions en zone A et B du PEB, BN. Et concernant les « retom- ter la Taxe Professionnelle du
BN. Revenons, encore, au fond sinon ça serait criminel. bées fiscales » pour les com- siège social d’ADP qui profite
de vos motivations… Mais si nous n’avons pas accepté munes, ne faudrait-il pas, exclusivement à la ville de
Je suis un chef d’entreprise, je le projet d’extension du PEB, comme le pense J.P. Blazy, da- Paris!
suis pour le développement éco- c’est que le compte n’y est pas, vantage de péréquation, c'est-
nomique et social. Mais je suis pour les riverains, en termes de à-dire de partage des revenus BN. Bien…Vous êtes aussi vice
pour un développement durable contreparties : il n’y a pas de ga- fiscaux locaux issus de l’aéro- président du conseil général,
au sens de «soutenable» comme ranties sur la valeur des biens port ? Il est des communes qui en charge des affaires écono-
vous avez fort opportunément immobiliers, et il n’y a pas de souffrent du bruit, supportent miques et président du
rappelé l’origine étymologique compensation fiscale suffisante financièrement la présence de CEEVO*. A ce titre, au moins,
du mot… pour les riverains. Nous avons salariés de l’aéroport et qui vous êtes, la communication
fait des propositions précises, le n’ont rien…Je ne pense pas du Val d’Oise, et celle du
BN. Alors parlons du problème 10 octobre dernier, sur ces seulement aux communes de CEEVO encore plus en témoi-
du « bruit » et du développe- points, avec l’APELNA*, que je la 9ème…C’est un problème gnent (et nous aussi), un des
ment de CDG. Que faut-il faire? préside, j’invite vos lecteurs, (et régional, qui doit intéresser chantres du développement
D’abord, faut-il limiter encore les électeurs !), à en prendre tout élu national, non ? économique du pôle de
les constructions, comme le connaissance et je suis à leur Je suis président de la Commis- Roissy…Pourtant, vous avez
prévoit le nouveau PEB, en disposition pour les leur expli- sion interdépartementale qui été, dans le passé proche, «
cours d’élaboration (et que quer en détail : plafonnement s’occupe de la péréquation de la contre » les deux pistes sup-

56
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 57

plémentaires, qui furent pour- Je comprends les élus locaux rait de Stains, jusqu’à la gare gion. A cet effet, il faut diversi-
tant autorisées par… la mais je comprends mal ce pro- TGV RER de Roissy CDG, en pas- fier le tissu économique et donc
gauche. Alors, il faut dévelop- jet. Je ne suis pas contre les sant par le Nord, et qui desser- aussi faire davantage en matière
per l’aéroport (comme disait centres commerciaux, mais je virait toutes les gares : de formation : il faudra des Bacs
J.C Gayssot, ancien ministre pense que celui-ci est mal in- Sarcelles-Garges, Arnouville-
+ 3, Bacs +5 ici. Tout n’a pas été
communiste «capter le plus de séré, et qu’il sera inaccessible… Villiers-le-Bel, Gonesse, Gous-
trafic aérien possible», ou sainville, Louvres… Enfin, je fait, loin de là, en la matière ! Il
être pour un développement BN. Venons-en maintenant propose de redynamiser «Papa faut tirer le secteur vers le haut
«soutenable» ? On ne com- à vos projets pour le Charlie»*, en individualisant le : c’est pour cela que je me pré-
prend pas tout, expliquez- territoire… versement transport, payé par sente aux suffrages des élec-
nous ? Volontiers. Je dirai : le loge- les entreprises, vers un fonds teurs de la « 9ème » : je suis le
ment d’abord. Dans ce territoire, spécial qui financerait mieux candidat de l’équilibre…
Yanick Paternotte. Je me suis l’habitat n’est pas assez diversi- «Papa Charlie».
opposé à l’extension de Roissy fié. Je suis effaré par le fait que
pratiquement pas un seul chef BN. Oui, mais pour tout cela, Propos recueillis par
en 1997 pour les mêmes raisons
qui font que je suis contre le d’entreprise n’habite le secteur. il faut une loi spéciale, des dé- Eric Veillon
P.E.B., pour le 3ème aéroport Du logement il en faut, mais il cisions fortes…
(depuis 1994), et pour un pla- ne faut pas que des logements C’est bien pour cela qu’il faut un
fonnement de Roissy : on ne sociaux. Et je note au passage député dynamique et novateur
peut développer indéfiniment le que parmi ceux-ci, beaucoup (sourire) …Enfin, comme vos
site de Roissy C.D.G. sont occupés par lecteurs le savent,
des gens qui ne tra- je participe active- Notes
Comme pour toutes les choses
de la vie, il faut trouver un vaillent pas dans le ment au projet «
• La « 9ème » circonscription du Val
juste milieu, un juste équilibre secteur. Du coup, Carex »*, qui vise à
entre développement écono-
mique et défense de l’environ-
nombreux sont
ceux qui travaillent
«Comme apporter une alter-
native au fret aé-
d’Oise
Le Val d’Oise compte neuf circonscriptions
électorales pour les élections législatives,
nement ; c’est tout l’enjeu du
développement durable aérien
sur l’aéroport et ne
trouvent pas de lo-
pour toutes rien en utilisant le
fret ferroviaire, spé-
donc 9 députés. La 9ème comprend les
cantons de Gonesse, Goussainville et Lu-

du pôle de Roissy-CDG qui sup-


pose un plafonnement double :
gement. C’est pour-
quoi j’ai proposé
les choses cialement l’express.
Nous avançons à
zarches et donc 27 communes qui comp-
tent environ 105 000 habitants (voir la

plafonnement en mouvements que soit créé un of-


fice d’HLM du «Pays
de la vie, grand pas dans
cette direction,
carte des circonscriptions du pole de
Roissy dans ce numéro)
aériens et plafonnement envi- • Pierre Salvi
ronnemental prenant en de Roissy», en mu-
tualisant le 1%
il faut avec l’association
que je préside. Un
Fut président du conseil général (de 1977
à 1989) et sénateur du Val d’Oise. Il a
compte les nuisances sonores et
la pollution de l’air. Cela sup- versé par les entre-
prises. En résumé,
trouver un première étude a
montré la faisabilité
beaucoup marqué le Département.
• Apelna
pose donc une évaluation réelle
et objective des nuisances, et il faut construire juste du trafic et de deux
Association d’élus du Val d’Oise contre les
nuisances (fondée en 1992) dont Y. Pa-

milieu»
des solutions alternatives de davantage dans le gares dédiées au ternotte est l’actuel président.
court, moyen et long terme. secteur, en diversi- fret ferroviaire ex- • Ceevo
S’opposer sans rien proposer, fiant et en recon- press : l’une à Gous- Comme « Comité d’expansion économique
quérant le sainville, l’autre à du Val d’Oise ; c’est l’agence de développe-
c’est aller dans le mur. C’est le ment économique du département.
sens de mon engagement à la logement social au Tremblay-en-
• Papa Charlie
tête de CAREX, c’est aussi le tra- profit des travailleurs de cette France. Moins de fret aérien,
Une association créée à l’initiative d’ADP
vail que j’ai entrepris avec région. c’est moins de nuisances aé- et qui loue des voitures (pas cher) aux sa-
l’APELNA et les 13 propositions Ensuite, j’évoquerai les trans- riennes. Mais ce n’est pas que lariés de la plate forme qui travaillent en
que j’ai présenté le 10 octobre ports. Le débranchement de la cela : c’est aussi un moyen sup- horaires décalés.

dernier. ligne D du RER vers Roissy, ce plémentaire de développer • Carex


n’est pas idiot, c’est indispensa- l’économie, car autour de ces Pour « Cargo Roissy Express », associa-
tion formée récemment par les élus lo-
ble pour l’avenir, mais ce n’est gares vont pouvoir être attirées
BN. Concernant le projet de caux, les acteurs « aériens » et les
pas satisfaisant, à court terme. de nouvelles entreprises, à
centre commercial d’Unibail à transporteurs « express » pour trouver
On peut, en revanche, utiliser la haute valeur ajoutée, comme une solution alternative au fret express
CDG, porté par ADP ; qui
ligne D et le débranchement de celles du secteur de la biotech- aérien. Elle réuni ADP, Air France, Fedex,
risque bien d’être l’un des
la ligne TGV Nord immédiate- nologie, de l’informatique… TNT, Roissy Développement, la ville de
points, au niveau de l’aména- Goussainville, le CEEVO, la Poste, l’ACFCI,
ment pour desservir la plate-
gement du territoire, d’achop- TLF, les aéroports de Lyon et de Liège,
forme aéroportuaire. Ce système Il faut, aussi, prévoir la sortie
pement ou de débats lors de etc…
peut se faire tout de suite : on du « tout aérien, tout trans-
la prochaine campagne électo- 57
peut créer une ligne qui parti- port-logistique », dans notre ré-
rale. Quelle est votre position? BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 58

CHOSES PUBLIQUES

Office de tourisme e
Toulouse met les chos

« Faire co
André Toulouse,
maire de Roissy

Gérard Eude, vice président Nous l’avions annoncé dans


du Conseil général, président Roissymail, le maire de Roissy-
de Seine-et-marne développement en-France, André Toulouse,
réagit dans Bénéfice.net sur le
Roissy-en-France
compte 20 hôtels nouvel Office de tourisme qu’il a
et plus de 4000 créé, explique les raisons
chambres de l’instauration, par le Conseil
municipal, d’une taxe de séjour
sur les nuitées d’hôtel, et met
les choses au point sur la
« richesse » de sa commune.
Avec un style direct, sans
langue de bois, comme toujours,
Vue aérienne avec des chiffres précis et des
de la zone
hôtelière de
arguments qui tiennent la
Roissy-en-France route... Nous apprécions,
(photo R. Delpit) évidemment.
Vous apprécierez aussi…

EV

RM : M. le Maire, il semble que la création de


l’Office de Tourisme de Roissy, son utilité n’aient
pas été bien compris par tout le monde… Alors,
pourquoi un tel Office ici ?

André Toulouse : J’ai toujours mal compris que


les atouts forts et variés de notre secteur ne
soient pas alliés pour faire connaître l’impor-
tance de ce pôle de Roissy exceptionnel.
Le centre culturel Il faut dire que la fréquentation assidue du
58 « l’Orangerie »,
BN MIPIM, depuis 15 ans à Cannes, n’a fait que ren-
24 au cœur de la
zone hôtelière
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 59

CHOSES PUBLIQUES

me et taxe de séjour, richesse de Roissy-en-France :


hoses au point !

connaître Roissy
au monde entier »
forcer ma conviction. MIPIM depuis 15 ans, j’ai acquis les nuitées d’hôtel, appliquée Une étude sérieuse nous dé-
Seul on n’existe pas. la certitude que l’importance depuis le 1er janvier 2007. Là montre que les montants appli-
Mais dès que l’on veut sortir de économique du pôle de Roissy aussi beaucoup se posent des qués en moyenne nationale
l’anonymat, c’est une escalade échappait à l’attention du questions, en particulier « vos » s’élèvent à :
sans fin. Mais comme il faut se monde des affaires. hôteliers… Pourquoi une telle
fixer une limite : pour un Maire taxe et quel va être son mon- non classé 0,29 €
En créant l’office de tourisme
c’est son territoire. Et quel ter- nous avons rassemblés toutes tant, par nuitée ?
1* 0,43 €
ritoire ! Car quand vous faites les forces vives du pôle : l’hô-
l’inventaire, eh bien il y a ma- tellerie (20) de Roissy-en- A.T : la richesse de la commune 2** 0,65 €
tière à exploiter. France, Air France, Fedex, ADP, n’est pas forcément ce que l’on 3*** 0,87 €
Le but de l’office est bien le Parc des expositions de Ville- croit, et il serait certainement
d’avoir rassemblé toutes les pinte, Roissy Entreprises, au- utile d’éclairer l’opinion sur la si- 4**** 1,18 €
forces économiques autour tour des 2 collectivités : tuation réelle. Son rôle direct ou
d’une même table avec les élus Roissy-en-France et la Commu- indirect dans bien des domaines Il est prévu d’atteindre cette
et habitants, afin de faire nauté de Communes. fera découvrir des aspects mécon- moyenne progressivement en 4
connaître au monde entier les nus qui donneront un autre relief ans.
atouts réunis pour réussir en Le rôle de l’office de tourisme de l’idée perçue généralement. Par l’utilisation de cette taxe
affaire, mais aussi les attraits est de faire connaître, ou dé- les hôtels seront les premiers
culturels offerts à nos visiteurs couvrir qu’il y a : Je souhaite donner plus de sens à bénéficiaires du retour sur in-
afin qu’ils aient envie de rester - un potentiel exceptionnel la réalité. Cette richesse ne peut ré- vestissement.
plus longtemps ou de revenir. réuni pour réussir. pondre seule aux mesures néces- Roissy-en-France est très sou-
Les partenaires jouent leur rôle - donner une image positive sur saires pour améliorer l’image du site. vent la seule image de notre
de relais, pour la diffusion des un lieu rendu négatif par le beau Pays de France qu’empor-
divers documents visuels ou bruit et la pollution Le pourcentage d’occupation des tent les très nombreux étran-
manuscrits. L’office a encore - Faire savoir qu’il y a un réser- hôtels fera varier le montant d’un gers de passage dans notre
beaucoup de travail à produire voir culturel à 1/2 heure de nos trimestre à l’autre. Le montant village (près de 1 million par
pour être efficace, mais le hôtels, sans oublier des specta- voté par le conseil municipal a fixé an dans les hôtels locaux).
temps travaille pour lui car la cles de qualité à l’Orangerie. les tarifs suivants pour 2007 : La taxe de séjour doit nous
volonté est là. donner les moyens de :
Directement ou indirectement Nos études, nos contacts, 1* et non 0,20 € - gommer le déficit d’image gé-
tous les membres du tour de confirment clairement un défi- classé néral du pôle
2** 0,35 € - de faire connaître le poten-
table, plus ou moins rapide- cit d’image de notre secteur.
ment, auront un retour sur in- 3*** 0,50 € tiel
vestissement. RM : Vous avez décidé d’instau- - d’améliorer ou de participer 59
4**** 0,70 €
Par la fréquentation assidue au rer une taxe de séjour assise sur aux aménagements de la com- BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 60

CHOSES PUBLIQUES

mune : entretien du patri- tuaire) par l’ampleur et la Nos 46 sapeurs pompiers sont n’ai pas honte à militer en ce
moine, des espaces verts, de la durée des travaux. très heureux dans leur caserne sens.
signalétique, des programmes 32 ans après l’ouverture de neuve, autant que la brigade
culturels etc. l’aéroport nous allons seule- de gendarmerie, devenue rois- Le luxe de la municipalité c’est
- de renforcer la sécurité (ca- ment l’année prochaine termi- séenne, par notre investisse- de pouvoir offrir à ses habi-
méras), les liaisons entre sites ner le plan d’assainissement, ment dans nos locaux en tants, de conditions modestes
navettes ou bus, créer un golf, commencé dès 1978, nous pro- attendant leur propre caserne majoritairement, des services
image très positive au milieu tégeant des inondations vé- et leurs familles sur notre sol. de qualité à des prix très abor-
du béton. cues après l’ouverture. dables avec des impôts plus
Tout ceci constitue des atouts Si ces forces de sécurité sont que supportables.
supplémentaires pour attirer Par la suite et jusqu’à au- installées ici, c’est bien qu’il y
des nouveaux partenaires de jourd’hui, la commune n’a cessé a une vie anormale autour de Ces mêmes habitants n’ont-ils
qualité : voir nos nouvelles de se doter, de restaurer ou nos 2600 concitoyens, cernés pas droit à des compensations !
zones d’activités et Airapolis. agrandir des équipements de par 6 gros giratoires qu’il faut Eux aussi connaissent le bruit,
base que ce soient les écoles, la bien entretenir, même s’ils ne la pollution, A1 comprise et
RM : Soyons net…Vous avez, mairie, la poste, l’église, centre nous appartiennent pas. une circulation hors de propor-
j’imagine projeté le revenu de de loisirs, crèche, complexe Enfin s’il n’est pas un défaut tion par rapport à un village
cette taxe pour le budget com- sportif et centre culturel…Cer- que d’être cocardier, il faut sa- qui connaît par ailleurs une
munal. C’est combien ? Et, tainement plus qu’un petit vil- voir qu’il y a près d’un million fréquentation étrangère nous
dans le même temps, que ré- lage, mais quoi de plus qu’une de personnes par an qui fré- appelant tout simplement à
pondez-vous à ceux qui disent petite ville ? quentent les hôtels de la com- changer de comportement.
(ils sont nombreux, vous pou- L’Etat nous a bien surclassé ad- mune, dont un fort pourcentage
vez me croire) que Roissy a ministrativement commune d’étrangers qui ne se privent
assez d’argent comme ça… entre 5000 et 10. 000 habi- pas d’entrer au cœur du vil-
tants ! lage. Si nous pouvons contri-
A.T : Le montant estimé de la buer à donner une image
taxe de séjour ne peut qu’être Nous n’entendons pas de ré- sympathique de notre pays, je
variable en fonction du taux de flexions des communes qui
remplissage des hôtels. Le pre- perçoivent une redistribution
mier versement effectif sera en des 13 millions d’euros d’écrê-
trésorerie de Gonesse vers fin tement, alors qu’elles sont loin
avril 2007 (versement trimes- de toutes nuisances pour la
triel). Nous misons sur près de grande majorité !
600.000 €uros à l’année.
De même les communes (13)
Roissy a assez d’argent !!!!? de la communauté ne regret-
tent pas que notre conseil mu-
Bien sûr par rapport à beau- nicipal ait renoncé dès 1995 à
coup de communes Roissy est percevoir les nouvelles TP de
à l’aise financièrement et cela notre commune au profit du
suscite bien des réflexions dés- fond commun.
agréables uniquement basées
sur une jalousie que j’estime Par ailleurs le fond de solida-
déplacée. Tout simplement, rité des communes d’Ile-de-
pour ne pas vouloir estimer si France nous prélève 510.000 €
nous sommes une commune chaque année directement sur
classique ou atypique. notre budget.

La commune de 1975 sans res- Le potentiel fiscal par habitant


sources et habitants pauvres étant élevé, c’est un très fort
(origines 100% d’ouvriers agri- contingent de participation au
coles avant 39-40) a dû se re- SDIS 486.972€ et au CCAS du
structurer et s’équiper pour département pour 153.973 €
relancer la vie d’un village qui nous est demandé.
traumatisé (la rue principale Il y a donc pas mal de monde
60 était précisément l’entrée prin- qui n’a pas à regretter que
BN
24
cipale du chantier aéropor- Roissy-en-France existe.
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 61

CHOSES PUBLIQUES

10 parcs
d’activités
150 hectares
encore disponibles

Une fédération professionnelle au service d’un développement


équilibré de l’aéroport de Roissy et de son territoire.

La FNAM, créée en 1990, est la principale organisation professionnelle du secteur aérien.


Au travers de 7 groupements professionnels, elle fédère 8 métiers et représente plus de 220
entreprises.

Elle participe à la promotion et au développement de l’aviation commerciale. Elle assure


l’information et la représentation des intérêts collectifs de la profession sur les questions
économiques, sociales, techniques et réglementaires.
Répartition des entreprises par activité
35 43
Au total, dans un secteur dont la
7
production est évaluée à plus de
23 17 milliards d’euros et qui em-
36
ploie près de 115 000 salariés,
9
80% de la flotte et des activi-
20 tés du secteur aérien fran-
49
çais sont représentés au
tra ns po rt public tra ns po rt c o rpo ra te
a s s is ta nc e e n e s c a le tra va il a é rie n
sein de la FNAM
a te lie rs de m a inte na nc e Ec o le s de fo rm a tio n
c o ns truc te urs é quipe m e ntie rs a c tivité s c o nne xe s

Fédération Nationale de l’Aviation Marchande


28, rue de Châteaudun. 75009 PARIS - Tel 01.45.26.23.24 Fax 01.45.26.23.95 E-mail: info@fnam.fr www.fnam.fr 61
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 62

PÔLE DE ROISSY

Entretien avec Gérard Eude, vice pr


de la Seine-et-Marne, chargé du déve

« Je ne suis pas con


Communauté aér
Gérard Eude, vice président
du Conseil général, président
pour valoriser le p
de Seine-et-marne développement
La Seine-et-Marne est présente, d’évoquer l’actualité de la partie
si l’on regarde bien la carte Est du pôle : voir nos articles, de
Roissy 2025, sur un gros tiers mémoire sur les ZA de Mitry,
du pôle de Roissy (canton de Compans, du Mesnil-Amelot, la
Dammartin, Claye-Souilly, Ville- commune de Mauregard et de
parisis, Mitry-Mory ...). Ce dépar- l’entrée « Est » de CDG…).
«77 Développement » tement est le plus étendu de Il y a donc maintenant une meil-
en bref France et sa « capitale » est à leure prise en compte du pôle
Melun (soit exactement à de Roissy par les élus de Seine-
Présidée par Gérard Eude et dirigée par 70.91km de Mauregard !). On et-Marne, nous nous en réjouis-
François-Xavier Deflou, Seine-et-Marne peut comprendre que l’extré- sons. Ainsi, signe des temps, la
Développement rassemble les principaux mité Nord du département n’ait plupart des communes et inter-
partenaires économiques du départe- pas été dans toutes les têtes communalités, le département
ment. Créée par le conseil général, elle gouvernantes de cette collecti- lui-même par Seine-et-Marne
constitue le trait d'union privilégié entre vité locale, notamment dans le Développement interposée, ont
le secteur public et les entreprises. Ses passé. Le 77, comme beaucoup participé au financement de la
objectifs : favoriser l'implantation des de départements, est passé à dernière édition de la carte du
entreprises en Seine-et-Marne, encoura- gauche aux dernières élections pôle. Autres signes, le place-
ger le développement des entreprises lo- et, ma foi, objectivement, les ment en priorité de « Roissy »
cales, accompagner les élus locaux dans choses ont l’air de bouger. Le dans le document d’avis du
leurs projets de développement et diffu- « 77 » est davantage impliqué Conseil général pour la révision
ser l'information économique. dans le développement de du SDRIF en cours. Et il y a dé-
« Roissy ». En ce qui nous sormais un « M. Roissy » au
concerne, et malgré la réputa- sein de Seine-et-Marne Dévelop-
tion (fausse) qui nous est faite pement qui est M. François
Pour en savoir plus de ne parler que du Val d’Oise, il Rocques que nous connaissons
faut bien dire que nous n’avions et qui nous connaît bien. Enfin,
www.seine-et-marne-developpement.com
pas beaucoup « d’infos » venant cet entretien avec Gérard Eude,
du 77 sur le plan du développe- vice président du Conseil géné-
ment économique. Ce qui ne ral, accordé à Joël Chevreau.
62 nous a pas empêché (il suffit de
BN bien regarder nos différents BN) EV
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 63

PÔLE DE ROISSY

e président du Conseil général entre l'Est et l'Ouest transports en commun. L'aéroport de

développement économique : de la région. Les


bureaux ont été
majoritairement
Roissy, en grande partie située en
Seine-et-Marne, a surtout généré un
développement économique dans le 93-
réalisés en proche 95, l'Oise et la Picardie mais peu chez
couronne, plutôt à nous car l'A1 nous a été fatale. Nous

onvaincu par la
l'Ouest. A l'Est, seul devons valoriser Roissy en développant
Marne-la-Vallée a un outil de gouvernance capable de
connu un dévelop- porter, d'organiser et de mettre en oeu-
pement tertiaire signi- vre le projet à une échelle intercom-
ficatif. Parallèlement, munale et interdépartementale. »
en matière de trans- Et Gérard Eude, de poursuivre, pas-

éroportuaire port certaines infra-


structures n'ont pas
été réalisées : tan-
gentielle Est, dou-
blement de la RN
sionnément : « Il faut être ambitieux
avoir une vision globale du territoire.
Certes sur Roissy, existent des nui-
sances, elles sont là, nous devons faire
avec, tout en les contrôlant et en pour-

e pôle de Roissy »
36, contournement suivant, intensifiant notre développe-
de Melun, aména- ment économique. Positivons du
gement de l'A4 et négatif ! Sur le pôle de Roissy, soyons
de la francilienne... clairs : il y a beaucoup d'acteurs et un
Bref, nous souf- problème de gouvernance. Il n'y a pas
frons d’un manque d'établissement public d'aménagement
d'accessibilité à soit, mais nous n'avons à ce jour, au-
tous les niveaux : cune vision stratégique sur la zone.
La Seine-et-Marne (1,2 million et Melun), les villes « trait routière, transports en commun, Pour ma part, j'estime que la création
d'habitants, 30% de la popula- d'union », (Dammartin-en-Goële, RER, SNCF... Nous attendons d'une communauté aéroportuaire n'est
tion âgée de moins de 30 ans) le Coulommiers et son aéroport beaucoup de la révision du SDRIF pas suffisante et sa dynamique ne m’a
clame haut et fort : dans le cadre d'affaires, etc.). Cette organisa- et de nos orientations pour ré- pas convaincu. Je sais que le député du
de la révision du SDRIF (schéma tion polycentrique supposait duire tous ces déséquilibres. » Val d'Oise Jean-Pierre Blazy a fait des
directeur de la région Ile-de- que le développement s'effectue propositions à la Région, nous sommes
France), elle souhaite profiter prioritairement autour de ces pôles. en train de les étudier... En juin 2005,
enfin, « non plus que des nuisances Douze ans plus tard, le bilan est
incontournables de l'aéroport », politiquement « mitigé »... Soyons Valoriser « Roissy » la Région s'est engagée pour adopter
une stratégie de développement portée
mais des bénéfices économiques clair, sans langue de bois, éco- avec l’intercommunalité par l'ensemble des acteurs pour
du développement de Roissy nomiquement, c'est un échec ! et l’interdépartementalité construire l'avenir de la première région
CDG. Sa volonté, son leitmotiv, Selon Gérard Eude, 53 ans, vice- économique d'Europe continentale, en
sa politique : mettre en oeuvre président du Conseil général concertation et je puis vous affirmer
un projet ambitieux sur le pôle (PS) premier adjoint au maire à L'offre foncière disponible dans le 77 que la Seine-et-Marne s'est fait entendre
et miser sur ses locomotives Torcy et Président de Seine-et- est importante. Actuellement, le dé- et que notre développement sur et au-
économiques que sont Marne- Marne Développement, (le co- partement dispose de 6 300 ha de tour du pôle de Roissy, nous y tenons
La-Vallée, Melun Sénart et Roissy. mité d’expansion du 77, budget zones d'activités (28% du stock régio- comme à la prunelle de nos yeux.
A l'occasion de la révision du 2,5 millions d'Euros, crée il y a nal). 5 secteurs concentrent les 3/4 du Comme on dit chez nous, on ne lâchera
SDRIF de 1994, il apparaît très une dizaine d'années), « le dy- stock régional dont 3 situés en Seine- pas le morceau !»
clairement que le rééquilibrage namisme économique seine-et- et-Marne, 20% du stock francilien La Seine-et-Marne, un département
Est/Ouest, notamment sur le marnais s'est accéléré, (4 314 pour le pôle Sénart/Evry, plus de 10% très vaste, à la croisée des velléités
volet économique, demeure un établissements se sont implantés dans le secteur de Roissy et 10% pour foncières, qui peine sur l'immobilier,
enjeu fort. Le SDRIF de 1994 re- 1 429 cessions d'activités, 256 Marne-la-Vallée. Gérard Eude est caté- est en marche. Riche de son tourisme,
posait sur le principe d'une orga- déménagements en 2006). Pour gorique: « Dans le cadre du SDRIF, il de son histoire, elle a tous les atouts
nisation régionale polycen- une entreprise qui disparaît c'est faut équilibrer le territoire et valoriser le en main pour peser sur la révision du
trique. Ces pôles étaient hiérar- 2 créations ! Mais, et les restric- potentiel foncier. Il faut se préparer à SDRIF qui doit effacer, gommer celui
chisés selon trois niveaux. Les tions sont d'importance car si des toutes les nouvelles concurrence in- de 1974, caduque et qui n'a jamais été
pôles d'envergures européennes, pôles se sont structurés, dans un duites par le TGV Est, le développement réellement évalué. Le 77 l'a bien
(Roissy, Marne la Vallée), les même temps, les croissances ob- de l'A5 et l’A19, le développement compris... La Seine-et-Marne est en
pôles régionaux (Marne la Val- servées dans les autres départe- continu de l'Oise. Nous devons augmen- plein développement !
lée/Porte de Paris, Marne la Val- ments (93-95-60) contribuent à ter la taille des ZAE, leur intercommu- 63
lée/ Val d'Europe, Meaux, Sénart maintenir un certain déséquilibre nalité, améliorer leurs accès, voiries et Joël Chevreau. BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 64

ECONOMIE ET EMPLOI

Avec la nouvelle M2

« Villepin
La M2E a racheté
l’ancien immeu-
ble de l’ex Union
se sont u
Maison de
Travaux, pour en
faire le Centre
d’Affaire Europe (à
côté de l’usine
L’Oréal).

La ville d’Aulnay-sous-Bois (80


700 habitants, la plus grande
ville du pôle de Roissy) est un
pionnier (et une référence) en
matière d’aide au développe-
ment économique et à l’emploi.
Elle a décidé, sous l’impulsion
de la loi Borloo (loi de cohésion
sociale) de s’associer aux com-
munes voisines. Seule Villepinte
a répondu favorablement. Est
Un des «piliers » de la M2E, Jean- donc née une « nouvelle M2E »
François Bieulac, responsable de
l’immobilier d’entreprise. qui concerne les deux villes.
Pas tout à fait car Villepinte ne
L’extension de l’hôtel d’activité à Aulnay : le participera pas aux activités
bâtiment C : opérationnel en février 2007.
« Emploi » de la nouvelle entité :
elle reste « liée » avec Tremblay
au sein de la mission locale.
C’est que tout ça se fait aussi
sur fond de politique et d’inté-
rêts électoraux. Chacun sait
qu’au sein de ce bassin cohé-
rent que constituent les villes
du SEAPFA (Syndicat intercom-
munal regroupant Aulnay, le
Bernard Lemor est le Directeur de la Blanc-Mesnil, Sevran, Tremblay
communication de la M2E. et Villepinte), il existe des
ondes négatives qui agissent au
détriment de l’intérêt général.
Mais bon… Voyez la description
de la « Nouvelle M2E » que
Des moyens modernes sont mis à la disposi-
tion des demandeurs d’emploi. Ici, à Aulnay. vous a préparé Joël Chevreau.
64
BN
24
EV
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 65

ECONOMIE ET EMPLOI

M2E

pinte et Aulnay-sous-Bois
t unis pour créer une
de l’Emploi « Borloo »
Du nouveau, du bon, du beau, de positif labellisé. L’Etat finance par adhéré à M2E Expansion et dési- statutairement assurée que par un
l'efficacité assurée, pour Aulnay et ailleurs 50 % maximum du mon- gné ses 3 représentants (les 3 re- représentant élu des communes
Villepinte en matière économique. tant des investissements liés au présentants d’Aulnay demeurent d’Aulnay et de Villepinte, alterna-
Dans le cadre de la loi de Cohésion label. Ainsi est née « la nouvelle » en postes). L'antenne M2E de Vil- tivement tous les 3 ans. Jacques
Sociale (loi « Borloo » du 18 jan- M2E sur un territoire pertinent lepinte (accueil, documentation, Chaussat, président sortant
vier 2005) figure un label maison comprenant Aulnay et de Ville- création, implantation, emploi/for-
(d’Aulnay Expansion), a été réélu
de l'emploi obtenu par la M2E pinte, totalisant 3 000 hectares, mation, recrutement...) est instal-
le 20 juin 2006 à la tête de M2E Ex-
d'Aulnay-Villepinte. Un modèle 114.000 habitants, près de 8.000 lée au centre administratif de la
ville dirigée par Martine Valleton. pansion. Outre du personnel sup-
d'intercommunalité. Pour préten- demandeurs d’emploi, 4.700 en-
dre à ce fameux label, Aulnay et treprises, réparties sur 10 zones Villepinte, déjà membre d’Aulnay plémentaire, la M2E a vu son
Villepinte doivent agir et interve- d’activités. A noter que des élar- Initiative et d’Aulnay Intérim, budget consolidé en augmentation
nir dans trois domaines : observa- gissements ultérieurs sont possi- adhère également à M2E Entre- de plus de 60 % sur la période
tion, anticipation et adaptation bles, notamment avec prise. Villepinte restera en re- 2006-2010 (période initiale de ré-
au territoire, accès et retour à Tremblay-en-France et Sevran, qui vanche en dehors de M2E Emploi, férence du label), alimenté par les
l'emploi, développement de l’em- n’ont à ce jour pas répondu aux car déjà associée à Tremblay-en- communes dans la limite de leurs
ploi et création d’entreprise. Ils propositions (cf l’interview de S. France et Sevran dans le cadre contributions habituelles à leurs
doivent également disposer d’un Girard). d’une mission locale intercommu- politiques économie-emploi respec-
pilotage partenarial associant a nale. « Ce en l’attente d’évolutions tives. Soit une subvention de l’Etat
minima les collectivités locales ultérieures » nous confie t-on en
de 6,7 M€ en fonctionnement et 8,3
initiatrices du projet, le service Les adaptations les sphères confidentielles...
M€ en investissement.
public de l’emploi (SPE), composé Pour être tout à fait complet, la
de l’Anpe, l’Afpa et l’Assedic, et présidence de la M2E ne peut être
l’Etat (via la Direction départe- Auparavant et avant labellisation
mentale du Travail). Le Départe- donc subventions, l’association à 10 mn de CDG
ment et la Région peuvent se Aulnay Expansion a du se trans- Dammartin-en-Goëlle (77)
joindre au dispositif à leur de- former en M2E Expansion (CA du
mande et agir sur un territoire in- 20 juin 2006), et adopter de nou- BUREAUX A LOUER
tercommunal cohérent, constituant veaux statuts, intégrer de nou-
un bassin d’emplois. En fonction, veaux membres (partenaires
l’Etat s’engage à accorder des sub- obligatoires). Les autres structures
ventions spécifiques aux Maisons composant la M2E ont suivi le
de l’Emploi labellisées, dans la li- même mouvement entre fin juin
mite de 80 % maximum du coût et début juillet afin d’harmoniser
des moyens nouveaux liés au leurs dénominations. Ainsi, «M2E»
20 à 250 m2
dans le parc d'activité des Sablons
label, 30 % maximum du budget remplace «Aulnay» avec l’entité 65
global de fonctionnement du dis- pilote. Villepinte a officiellement Contact: Sylvain Muscianese - 01 60 03 44 22 BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 66

ECONOMIE ET EMPLOI

Un nouveau
Centre d’affaires à Aulnay,
deux nouvelles pépinières
dont une à Villepinte

La M2E Aulnay Villepinte, dont le siège est située


1 rue Auguste Renoir, dans les quartier Nord d'Aul-
Stéphane Girard, Directeur général nay outre une accessibilité exceptionnelle, permet
de la M2E depuis sa fondation aux entreprises qui s'y implantent de bénéficier
des avantages fiscaux et sociaux liés au dispositif
zones franches urbaines. Depuis le 1 janvier 2004,

Stéphane Girard : les quartiers Rose des Vents, Merisier, Cité de l'Eu-
rope et Etangs de la ville sont une des 100 ZUF

« Nous avons des créées par l'Etat.


La M2E offre de nombreux services dont un nou-
veau centre d'Affaires « Europe » situé 135 rue
moyens renforcés et des Jacques Duclos à Aulnay, à destination des entre-

obligations nouvelles »
prises. Il propose à la location des bureaux rénovés
de 12 à 45 m2 pour des sociétés tertiaires, un cam-
pus de formation, une plate-forme ANPE et M2E
« Sa petite entreprise ne connaît pas la que Villepinte ait d'emblée manifesté son Ressources. Selon l'enthousiaste et rigoureux di-
crise » ! Stéphane Girard, le Mozart de la souhait de s'associer à notre démarche. Cette recteur général, Stéphane Girard, « fin 2007, un
M2E, (créée en 2001, 60 collaborateurs au- ville à de réelles ambitions, un fort potentiel restaurant inter-entreprises (400 à 600 couverts)
jourd'hui, 80 en mars 2007), encyclopédie économique et avec nos partenaires, tous en- sera créé pour l'ensemble du pôle économique, dont
territoriale, dirige la première maison de semble, sans opacité, en toute transparence, les ZA Garenne, Mardelles, Fosse à la Barbière et
l'emploi labellisée en Seine-Saint-Denis. nous travaillons au développement écono- partie Ouest de la ZFU. Une extension du campus
Non sans fierté, en mesure: «De statut mo- formation est également prévue ainsi que des ser-
mique durable du bassin. Dans l'intérêt de
nocommunal, (ndlr : un ex-service écono- vices aux entreprises, en cours de définition (point
toutes ses composantes». Un exemple im-
mique de luxe pour Aulnay), avec ce label poste, guichet bancaire, blanchisserie, repassage,
médiat, concret : Feu Vert et Norauto sou-
nous bâtissons une belle PME, une institu- salle de sport, etc.). Vraisemblablement pour 2008.»
tion intercommunale au sens noble de l'ex- haitent recruter 40 spécialistes de la vente
dans le domaine mécanique. Grâce à son Du neuf également pour l'hôtel d'activités (1 rue
pression et non péjorative. Outre une Maryse Bastié) qui propose des petites surfaces à
reconnaissance nationale, nous sommes campus formation, la M2E forme ces 40
des entreprises artisanales, assure une possibilité
avec cette convention une référence, un fé- personnes pendant 6 mois avec embauches
de relogement à un niveau intermédiaire entre
dérateur avec des moyens renforcés géné- à terme. Simple, efficace ! Autre exemple :
celui de la pépinière et celui des zones d'activités
rant des obligations et des responsabilités le BTP a des besoins quasi immédiats de
« classiques ».
nouvelles. Désormais, nous oeuvrons en main d'oeuvre locale, pas de problème de
Actuellement, l'hôtel est complet et héberge 30 en-
totale synergie avec des partenaires, des co- transport, ponctualité, etc. La M2E s'en
treprises soit 191 emplois. Dès le premier semestre
actionnaires du dispositif; les municipalités charge et le tour est joué. La M2E c'est
d'Aulnay et de Villepinte évidemment mais 2007, il va s'agrandir avec la création d'un bâti-
presque aussi simple qu'un coup de fil ! ment composé au RDC, d'une maison médicale re-
aussi, l'Assedic, l'Anpe, l'Afpa... et l'Etat. « Etre à l'écoute, sur le terrain, réagir et
Nos responsabilités politiques, sociales et groupant, sur plus de 300m2, médecins libéraux et
agir pour mieux anticiper », ce pourrait autres professions paramédicales, au côté d'une
économiques s'élargissent. A nous de faire
être un des slogans de la M2E qui recrute pharmacie (100m2), assorti d'une pépinière d'en-
plus et mieux, d'anticiper. L'intercommu-
actuellement des médiateurs, des agents treprises (550m2) au premier étage. Sans compter
nalité est essentielle, vitale afin que l'adéqua-
tion du bassin d'emploi, employés-employeurs, d'accueil et un responsable VAE (valorisa- une future pépinière à Villepinte.
offres-demandes soit effective. Nous avons in- tion des acquis de l'expérience). Au- Aulnay et Villepinte se sont dotés d'un outil de tra-
vité, c’était territorialement logique voire in- jourd'hui, la machine est en route, les vail formidable... Et comme rien de grand ne s'est
contournable, Tremblay et Sevran à se ambitions sont à la hauteur des moyens. Les accompli sans passion...
66 joindre à nous. Nous n'avons à ce jour au- dés, non pipés, sont jetés !
BN cune réponse. Dommage ! Et tant mieux Joël Chevreau Joël Chevreau
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 67

Sandra Ryckewaert (Villepinte) :


« Notre partenariat avec Aulnay
est formidable »
Sandra Ryckewaert dirigeait l'ex essentiellement des PME, TPE du C'est un travail de titan mais
service économique de Ville- tertiaire (60%) pour une popula- nous sommes aidés et soutenus
pinte, elle pilote aujourd'hui tion active de 47%. Notre parte- par l'expérience d'Aulnay qui a
l'antenne M2E installée provisoi- nariat avec Aulnay est un savoir faire historique et pré-
rement au centre administratif. formidable. Nous renforçons ac- cieux. Avec plus de moyens et
Elle croule sous les dossiers. tuellement nos relations avec les nos partenaires nous gagnerons
« Aujourd'hui, nous sommes 6, entreprises (36 dans la zone de notre pari économique sur Ville-
nous serons 12 dans un an. En Central Parc, 35 dans la zone des
pinte, sur un bassin riche et di-
2008, nous devrions intégrer la Merisiers, 266 dans la zone de
versifié ». A noter que Villepinte
future pépinière d'entreprises le Paris Nord 2). Rapidement, nous
n'a pas de zone franche urbaine,
long du boulevard Ballanger, en mettrons en place un service de
lieu et place du stade de foot, restauration pour les zones de que la création d'un vrai centre
ZAC des Peupliers. Avec l'inter- Central Parc et des Merisiers. ville avec des magasins de proxi-
communalité, la labellisation, Dans un premier temps, le GIE mité est toujours d'actualité et
c'est une restructuration et un de Paris Nord 2 a accepté d'ouvrir que les tours de la cité Fontaine
développement de nos actions. ses restaurants d'entreprise à Mallet seront rasées prochaine-
Villepinte, même si nous n'avons l'ensemble des entreprises de Vil- ment.
Sandra Ryckewaert, plus ou quasiment de réserves lepinte. Nous recensons toutes
directrice déléguée de
l’antenne de Villepinte. foncières, c'est 1 200 entreprises les demandes afin d'y répondre. Joël Chevreau

M2E Pratique : 01 48 19 36 39
scoupaye@m2e-93.com
M2E expansion
Supervise l'action et le fonctionne-
nouvelle organi- ment général de la M2E, met en oeu- A qui s’adresser ?
M2E emploi vre la politique économique et de
sation et contacts Accueille toutes les personnes en l'emploi d'Aulnay et de Villepinte, as- Je créé mon entreprise?
recherche d'emploi ou de forma- sure la promotion économique du M2E entreprise, accueil/stan-
M2E Entreprise tion, assure l'accompagnement so- territoire, porte des opérations de dard Aulnay 01-48-19-36-40,
Accueille tous les porteurs de pro- cioprofessionnel des publics, développement local (conversion Villepinte 01-41-52-13-20
jets, créateurs et repreneurs positionne des candidatures pour friches et sites industriels, requalifi-
d'entreprises (conseil, formation, les offres d'emploi traitées par M2E Je cherche des locaux pour
cation immobilière et optimisation
accompagnement). Solutions d'hé- ressources. mon entreprise?
foncière, création de nouveaux ser-
bergement en pépinière (18 bu- Bourse des locaux (M2E entre-
vices aux entreprises et aux per-
reaux et 9 ateliers depuis 2002 plus Directrice Christine Poussard prise) 01-41-52-13-26
20 bureaux et 1 atelier en février sonnes, relance du commerce de
01-48-19-36-03
2007, 20 bureaux et 9 ateliers en proximité, ingénierie de formation.
c.poussard@ml.aulnay.reseau-idf.org Je recrute?
mars 2008 (pépinière de Villepinte), Traite les implantations d'entreprises,
assure l'animation de la zone franche M2E ressources accueil/stan-
hôtel d'activités (17 bureaux et 16 M2E ressources
urbaine, organise l'insertion profes- dard 01-48-19-47-75
ateliers depuis 2002, 5 ateliers sup- Propose toutes les solutions de re-
plémentaires en avril 2007, le cen- crutement aux employeurs publics sionnelle via les marchés publics
tre d'affaires, 41 bureaux. (ville et Pru), publie les indicateurs Tous autres besoins de ren-
et privés (intérim, CDD, CDI, temps
partagé, alternance, etc. Sélec- socioéconomiques du territoire. seignements?
Directeur M. Damien Behr tionne les candidats (entretien, Siège social M2E
01-48-19-36-27 dbehr@m2e-93.com test, suivi...) pour le compte de Directeur général Stéphane Girard 01-48-19-36-00/01
ses clients, assure le reclassement 01-48-19-36-22 sgirard@m2e-93.com
M2E initiative des salariés (plan social/PSE) des Autres sites
Finance la création d'entreprise par entreprises en restructuration. Met Directrice déléguée, responsable de Hôtel d'activités 1/3 rue Maryse
l'attribution de prêts à taux zéro, en oeuvre le dispositif VAE (valori- l'antenne de Villepinte Bastié à Aulnay 01-48-19-80-30.
la mobilisation de garantie et le sation des acquis de l'expérience). Sandra Ryckewaert Centre d'affaires Europe
parrainage. Couvre les communes 01-41-52-13-37 135 rue Jacques Duclos à Aul-
d'Aulnay, Villepinte et Coubron. Directrice Gaëtane Greselle sryckewaert@ville-villepinte.fr nay, 01 48 19 47 70
01-48-19-47-79 67
Responsable : Séverine Coupaye ggreselle@m2e-93.com BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 68

LES ENTREPRISES DU PÔLE

Les co
Le siège des CIF, au Mesnil-Amelot (77)

de l’Ile-de
ont
Les courriers de l’Ile-de-France sont
une institution chez nous. Certes, ils
ne sont pas les seuls à organiser les
transports en bus et cars sur le pôle de
Roissy, mais leur ancienneté, leur
connaissance fine de la région, leur
aptitude à appréhender les besoins de
transport et à y répondre en font une
entreprise vraiment de « proximité »
(même si je n’aime plus ce mot, tant
galvaudé, mais là il ne l’est pas). Pour
exister et pour prospérer, une telle
Lors de la cérémonie des 50 ans, dans les ateliers. entreprise doit « sentir » les gens qui
travaillent et qui habitent le territoire.
C’est un travail difficile. C’est tout na-
turellement que nous leur consacrons
ce papier, à l’occasion de leurs 50 ans
(ce BN sera, décidément, « anniver-
saire » !). Notre journal,
territorial lui aussi, a tout aussi
naturellement entretenu d’excellents
relations, tant commerciales
qu’amicales avec les CIF (et trois
directeurs successifs) : comme eux,
nous sillonnons tous les jours la
région, comme eux, nous avons des
partenaires que sont élus, salariés,
entreprises et particuliers (chacun à
besoin de l’autre), comme eux nous
« sentons » la région.... La soirée que
les CIF ont donnée en l’honneur de
leur anniversaire fut mémorable. Nous
y étions. Félicitation à toutes les
Dans les ateliers de maintenance Claude Frasnay, directeur des CIF équipes des CIF et …rendez-vous pour
le centenaire. Lisez l’article qu’a rédigé
68 Joël Chevrau…
BN
24
EV
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 69

DOSSIER

courriers
formes de transport. En 1980, le parc clients. Enfin, en 2006, le nouveau
compte 140 véhicules. La croissance réseau Allobus de Roissy CDG est op-
oblige la société à emménager au timisé par l'utilisation en heure de
Mesnil-Amelot, (77), puis en 1982 à pointe des lignes régulières et le ré-
créer le dépôt de Tremblay-en-France, seau Grand'R est lancé en septembre
en 1987 celui de Goussainville et fin en partenariat avec la communauté

de-France 1994 celui de Dammartin-en-Goële.


1993 à 2003, sont dix années quali-
fiées «de l'ère des innovations».
1993, changement des couleurs pour
les CIF qui arborent leur célèbre dé-
de communes Roissy Porte de France.
En septembre 2006, c'est également
le lancement du réseau T'Bus avec la
ville de Tremblay-en-France.

nt 50 ans !
coupe à carreaux. En 1998, Allobus
Roissy CDG naît et connaît un rapide
succès puisque 6 ans après, le millio-
Des projets
nième client est transporté (rappe- pour l’avenir
lons qu'Allobus est un service de
transport à la demande desservant
la plate-forme aéroportuaire CDG, 7
à Moussy-le-Neuf qui possède une jours sur 7 et 24 heures sur 24). En Les voyageurs bénéficieront d'une
quarantaine d'autocars, Colin à Pui- juin 2001 ADP leur confie la gestion information en temps réel sur l'arri-
Une entreprise seaux-en-France qui exploite une de la gare routière de Roissypôle. En vée des bus grâce à des bornes élec-
indispensable et… quinzaine de cars et Huygues à Mor- mars 2002, ce sont les premiers à troniques. Parallèlement, les CIF
territoriale par définition tefontaine qui fait tourner une di- obtenir la certification des lignes travaillent avec les collectivités lo-
zaine de véhicules. Le 1er octobre scolaires desservant l'institut Saint- cales pour améliorer l'accessibilité
et par excellence 1956, la SGTD fusionne ces trois en- Dominique de Mortefontaine (60). des bus et des points d'arrêts aux
treprises. Naissance des CIF. Premier Les CIF s'affichent sur la toile en dé- personnes à mobilité réduite et avec
arrêt, tout le monde descend ! cembre 2003 : ce sera www.cif- la SNCF sur l’intermodalité afin
50 ans ! «C'est aujourd'hui», nous
confie Nelly Tubiana, chargée de la bus.com. Dès lors, ils offrent la d’améliorer les correspondances
communication aux CIF, «le dyna- possibilité de télécharger les horaires trains /bus. Ils souhaitent renforcer
misme et l'expérience de 630 per- et de les imprimer. Engagés dans le les moyens contribuant à la sécurité
sonnes dont 430 conducteurs, un Une belle histoire développement durable, les CIF (mise en place d'un PC de circula-
parc de 290 véhicules adaptés à l'en- poursuivent leur démarche vers la tion), ainsi que la présence des mé-
semble des besoins de transport. C'est réduction des émissions polluantes diateurs dans les bus (actuellement
aussi un réseau de 84 lignes régu- et obtiennent en juin 2004 le label une cinquantaine de médiateurs et
lières desservant plus de 100 com- Le tout premier siège social des CIF vert pour leurs ateliers du Mesnil- de contrôleurs formés).
munes dans quatre départements est basé à Paris Stalingrad, quai de Amelot et de Dammartin, (triage, re- A 50 ans, la fleur de l'âge, les CIF se
(93, 77, 95, 60) qui assurent le Seine. La maintenance des 60 cars cyclage des déchets industriels). portent comme un charme. L'entre-
transport quotidien de 21 millions de s'effectue la nuit dans les garages Parallèlement, ils traquent l'insécu- prise prospère, innove dans la
voyageurs par an». En voiture s'il des 3 anciens transporteurs. En rité en installant la vidéo surveil- concertation tout en étant vigi-
vous plait, pour un beau et long 1958, année de la diversification, les lance dans 112 véhicules, la lante à l'ouverture imminente des
voyage. CIF installent leur siège social à la validation systématique des titres de marchés. Bref pour les CIF, ça roule
En 1956, une société, la SGTD ra- Plaine-Saint-Denis, avenue du Pré- transport, et installent des équipes et en toute sécurité !
chète trois transporteurs privés sis sident Wilson. Parallèlement, l'acti- de médiateurs pour développer
au Nord de Paris. Cuisinier-Marseille vité s'étend à toutes les autres l'écoute et le dialogue avec les Joël Chevreau

Le groupe Keolis : un leader du transport public


Les CIF sont un réseau du groupe Keolis, leader du transport public de voyageurs en France. Opérateur des réseaux de transport urbain de
plus de 80 agglomérations françaises, Keolis est un acteur majeur du secteur urbain dans 65 départements. A l'international, le groupe est
présent dans 7 pays européens et au Canada. Grâce à sa maîtrise de l'ensemble des modes de transport et à sa proximité avec le groupe SNCF,
Keolis met en oeuvre des réalisations concrètes d'intermodalité, c'est à dire, du bon usage alternatif ou complémentaire, des différents modes
de transports collectifs mis à disposition pour faciliter au quotidien la vie du voyageur.
Les CIF bénéficient ainsi du savoir-faire du groupe, riche de 30 800 collaborateurs dont plus de 20 000 conducteurs (bus, cars, tramways, trains).
Depuis le 16 novembre dernier, une centaine de véhicules siglés « Keolis Airport » circulent sur les plates-formes aéroportuaires pour trans-
porter le personnel navigant Air France. Kéolis est également présent sur toute la chaîne du transport aéroportuaire, navettes ville-aéroport 69
BN
(lignes 3 et 4 des cars Air France), en passant par des liaisons internes à l'aéroport, le transport des équipages et des passagers jusqu'à l'avion. 24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 70

LES ENTREPRISES DU PÔLE

Entretien avec Claude Frasnay, di

« Consolider l
instaurer une r
sociale et com
Claude Frasnay, 59 ans, est un ma- quête sociale et commerciale. Avec pour l'entreprise. Multiplier les
nager de terrain pragmatique. Cet mon équipe, nous avons constaté concertations est une action globale Ouverture
ancien ingénieur agronome spécia- que l'entreprise, sur le plan social et incontournable car le marché va
liste des plantes tropicales, amou- ce depuis plusieurs années, man- s'ouvrir à la concurrence. Au-
à la concurrence
reux de l'Afrique, (dans le transport quait de dialogue. Dans la concerta- jourd'hui, le Stif (syndicat des trans-
depuis 1990), des expériences à tion, nous allons rétablir l'écoute, la ports en Ile-de-France) régit le Selon Claude Frasnay, serein : « sur
Hyères, Metz, aborde l'avenir des développer. Dans le domaine com- schéma des transport.Il a pour mis- nos lignes patrimoniales nous fai-
CIF, avec passion, fermeté, ténacité mercial, nous avons déjà repris le sion d’organiser et de développer les sons des propositions d’adaptation.
et lucidité. Directeur depuis sep- dialogue avec les élus et les voya- transports de tous les franciliens, A terme, nous aurons une relation
tembre 2005, il envisage l’avenir : geurs. Nous allons intensifier nos sur toute la région d’Ile-de-France, contractuelle avec le STIF. Les lignes
« En 2007, nous devons impérative- rencontres pour répondre mieux à et de coordonner l’activité des entre- ne nous appartiendront plus, le Stif
ment consolider l'existant et leurs besoins et aspirations. Cette re- prises de transports de voyageurs ». sera l’organisateur du schéma des
conduire avec rigueur une recon- conquête commerciale est vitale transports et nous nous confronte-
rons à la concurrence. Il nous faudra
donc signer des conventions diffé-
Le Stif en bref rentes et nous adapter aux besoins,
aux flux des déplacements. La plate-
Le Stif, une émanation des collectivités territoriales, est présidé par Jean-Paul Huchon, président du
forme de Roissy est en perpétuel
Conseil Régional. C’est un établissement public local qui met en œuvre les décisions prises au sein de son
mouvement, nous devons nous
conseil d’administration. Elles peuvent être notamment :
adapter, vite et bien. Notre volonté
- structurantes, telles que le prolongement d’une ligne de métro, la rénovation d’une gare, l’aménagement
est d'être présent, de répondre aux
de voies de bus, Innovantes, telles que le lancement de nouveaux services, comme le Noctilien, le passe
Navigo, Qualitatives, telles que l’augmentation du nombre de trains ou de bus, l’information sur les temps besoins. Parallèlement, nous élabo-
d’attente des bus, la vidéosurveillance, rons des perspectives de développe-
- économiques, telles que des tarifs sociaux (solidarité transport), des forfaits pour les jeunes (Imagine’R) ment dans les quartiers sensibles et
ou ouverts à tous (carte Orange). Les décisions du Stif sont ensuite engagées en concertation avec les trans- planchons sur la problématique so-
porteurs, RATP, SNCF et Optile (réseau de bus privés dont les Cif). En contrepartie, le Stif rémunère les en- ciale. Nos réflexions sur la sécurité
treprises en fonction de l’usage (du nombre de voyageurs) pour le fonctionnement quotidien des transports concernent et nos clients et nos
et les améliorations qu’elles apportent à sa demande. Cette rémunération est prévue par des contrats d’ob- conducteurs : comment assurer la
70 jectifs avec la RATP et la SNCF et une convention avec Optile. Rien ne se fait sans le Stif… sécurité de tous. Le transport en
BN
24
commun est un lien fragile entre la
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 71

LES ENTREPRISES DU PÔLE

y, directeur des CIF : Quel r app or t entr e


le b ois rar e et la
transmission de

r l'existant, votr e entr eprise?

e reconquête Bilan Entrepreneurial. Révéler l’essence


de votre entreprise pour la valoriser au mieux.

ommerciale » Parce que le monde bouge


cic.fr
CIC Roissy Entreprises
69, rue de la Belle Etoile - 95940 Roissy Charles de Gaulle
Tél : 01 48 17 82 30 Fax : 01 48 17 82 40 E-mail : 10896@cic.fr
cité et la vie active ». 4 lignes sont maintenus et une étude
2007 sera également l'année d'amé- d'évolution du produit est prévue.
liorations sur trois lignes, dans le Pour moi, l'avenir, c'est anticiper et
cadre du programme de desserte
« pôle à pôle » du STIF : dans le
accompagner. Le monde du trans-
port bouge, évolue, notre impératif
DIALOGUE IMAGES
cadre du programme Mobilien : est de rester dans la course en ap- communication audiovisuelle
« sur la 701, Othis-Dammartin- portant des solutions pratiques à
Roissy malgré la bonne qualité des tous nos clients ». L'équipe Cif est Des solutions modernes pour créer
fréquences en semaine, nous allons d'ores et déjà attelée à la tâche. Ga-
intensifier les fréquences le di- geons qu'avec son faire-savoir la l’image de votre entreprise
manche. Sur la 95.02, Montmo- partie sera gagnante sur toutes les
rency-Roissy nous allons rajouter lignes ! Photographie
deux services dans la journée pour
arriver à Roissy à 6h et le soir un dé- Propos recueillis par J.C Prises de vues argentique et numérique
part plus tard. Il y aura plus de des- Sur site ou en studio
sertes le samedi et le dimanche. La
ligne 93, Bobigny-Roissy sera modi- Vidéo
fiée. La ligne quittera l'autoroute Reportage vidéo d’un événement
pour le site PSA Peugeot Citroën et Vidéo promotion de vos produits et services
Paris Nord 2. Ce sera une desserte
plus domestique avec des fréquences Vos documents facilement accessibles et
augmentées de 6h à 21h. Nous au- En savoir plus
rons un car toutes les demi heures consultables sur internet
aux heures de pointe. Le week-end, www.stif-idf.fr
il y aura un car toutes les heures.
Sur Goëlis, Dammartin-Mauregard
Robert DELPIT
www.cifbus.com 01 39 87 69 18
après un an de dialogue et de concer-
06 80 63 02 31
tation, nous sommes en passe de si- www.keolis.com @: robert.delpit@wanadoo.fr
gner une nouvelle convention qui www.dialogue-images.fr
comportera des aménagements réels. 71
Les services à la demande, Allobus, sur BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 72

LES ENTREPRISES DU PÔLE

Chariot élevateurs

Fenwick a ra
SM Rent
Dans le numéro 19 de Bénéfice.net, nous
avions fait un beau dossier sur le marché des
chariots élévateurs sur le pôle de Roissy. Dans
cette région industrielle, commerciale et logis-
tique, les chariots « pullulent » et, si l’on se ré-
fère à la superficie de la carte Roissy 2025 leur
nombre doit être supérieur encore à ce que
nous déclare dans cet article Alain Sion, direc-
teur de l’agence IDF Nord de Fenwick. Dans le
dossier de BN 19, nous avions un peu négligé
le leader du marché que nous avons mieux
connu depuis. J’ai visité plusieurs fois leurs
ateliers de Gonesse, impressionnants, et bien
fait la connaissance d’Alain Sion, qui fréquente
(grâce à RoissyMail), le Club de Cigares. La
Un des plus nouvelle c’est que Fenwick a racheté SM Rental
gros Fen
et que celle-ci est devenue une filiale du groupe.
Et c’est Joël Chevreau qui a fait le papier.
EV
Fenwick, un nom propre, une marque l'aéroportuaire a ses spécificités et
« tombée » dans le langage courant. nous nous devions d'être présents.
On ne dit pas « allez me chercher l'élé- C'est pourquoi nous avons intégré SM
vateur, mais, va chercher le Fen ». Rental dans notre groupe en tant que
Bref, tout le monde connaît Fenwick- concession indépendante de notre
Linde qui appartient désormais au agence Ile-de-France Nord. J'attire
groupe Kion, leader européen de la votre attention sur le fait que SM
manutention avec ses trois réseaux : Rental maîtrise parfaitement l'aéro-
Linde, Still et OM Pimespo. Fenwick portuaire et que la société est sur le
(30% de parts du marché Français, site depuis 1974 ». Et Alain Sion de
N°1), est présent dans toute la région poursuivre : « nous estimons qu'il y a
Ile-de-France Nord avec ses agences entre 8 et 10 000 « chariots » toutes
de Gonesse, Méry-sur-Oise et, depuis catégories confondues sur le pôle de
peu, à Roissy CDG, avec le rachat en Roissy sans compter les transpalettes
septembre 2006 de SM Rental (le spé- et autres gerbeurs. L'essentiel du parc
cialiste « historique » des chariots élé- est constitué de « chariots » légers et
Vente, loca-
tion, entretien,
vateurs « aéroportuaires »). Selon, de deux grandes familles : les chariots
l’agence gère Alain Sion, 44 ans en février, direc- de magasinage (Paris-Nord 2) et les
un parc de teur de l'agence Ile-de-France Nord (à « frontaux » internes et externes (ac-
72 plus de 3000 Gonesse) : « s'implanter sur Roissy tivités de CDG) ».
BN engins nous a semblé incontournable car
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 73

LES ENTREPRISES DU PÔLE

Bref historique miers contrats "full-service",


intégrant une location finan-
de Fenwick cière et une maintenance régu-

racheté Créée en 1862, par Noël Fen-


wick, la société Fenwick manu-
tention se destine à l'origine à
l'exportation d'articles de Paris
lière. Basée à Saint-Quentin-en-
Yvelines (78), Fenwick emploie
aujourd’hui 2 000 personnes ré-
parties sur le siège social qui
comprend un show-room ainsi

ntal
vers le monde anglo-saxon. Dès que le plus grand centre de for-
1902, Fenwick change d'orien- mation technique en France,
tation en important des palans deux unités de production près
à chaîne, puis des chariots élec- de Châtellerault (86) et 13
triques. C'est en 1926 que sort agences régionales de vente et
le premier chariot élévateur services représentant au total
français des usines de Saint- 34 implantations. La presque

Alain Sion : Ouen. En 1951 le premier cha-


riot à fourches et moteur
totalité des chariots Fenwick
distribuée en France est issue

«la demande thermique est inauguré. En


1985, Linde Manutention, fi-
liale du groupe allemand Linde,
des 3 principales unités de pro-
duction du groupe Linde : Châ-
tellerault, Aschaffenburg
sur le pôle achète la branche manutention
de Fenwick. Depuis le 1er août
(Allemagne) et Basingstoke
(Royaume-Uni). En 7 ans,

est de plus 2006, les trois marques de


Linde Material Handling (Linde,
l’usine de Cenon-sur-Vienne a
plus que quadruplé sa produc-
Still et OM Pimespo) ont réuni tion, grâce à un renouvelle-
en plus leurs forces sous une même ment quasi total de sa gamme.

forte »
marque : le groupe Kion. L’en- Aujourd’hui, 70 % des chariots
Alain Sion, directeur de
l’agence Ile-de-France Nord.
treprise conçoit et fabrique des sont exportés, principalement
chariots de magasinage à en Europe. Les deux usines
Avant Gonesse, (depuis février durée (400 chariots) livrés sous l'échelle mondiale, notamment françaises représentent le pôle
2003), Fenwick était implanté à la 24h, financements, assurance, et dans les deux usines de Cenon- de conception et de production
Plaine-Saint-Denis. Aujourd'hui, la chariots d'occasion. Du matériel ga- sur-Vienne, situées à quelques du groupe Linde, pour les cha-
société emploie plus de 100 per- ranti mis à l'épreuve selon 92 points kilomètres de Châtellerault riots de magasinage de type
sonnes, 70% des employés sont des de contrôle avec garantie jusqu'à 12 dans la Vienne (86). Pour ses économique : transpalettes,
techniciens. M. Sion, grand ama- mois. Notre activité est en pleine clients français, Fenwick innove gerbeurs, et préparateurs de
teur de cigares (il est membre du expansion et les demandes sur la en 1991, en lançant les pre- commandes.
Club !), est intarissable sur son en- région et le pôle en particulier sont
treprise : « nous avons actuellement de plus en plus nombreuses. Nos
plus de 3 000 chariots en parc et perspectives d'avenir sont claires et Pour en savoir plus
75% de nos transactions sont de la nettes, augmenter nos parts de www.fenwick-linde.com
location vente longue durée. Notre marché dans une rentabilité dura-
agence dispose d'un magasin de ble et satisfaire nos clients. Dans ce
pièces détachées régulièrement ré- cadre, sachez que nous offrons une
approvisionné tout comme nos 42 formation cariste expert avec certi-
Choisir SM Rental, c'est sélectionner votre partenaire Fenwick
véhicules ateliers qui gèrent un fication des connaissances et des
sur le pôle de Roissy.
parc de plus de 2 580 chariots. compétences. Cette formation ré-
Notre assistance est complète et to- pond à une demande croissante de SM Rental Plus proche de chez vous La satisfaction de nos clients,
tale, nous assurons un service per- sécurité et permet la délivrance Bât. Sogafro 1 Fret 3 c’est la mission de nos collaborateurs sur la zone
8, rue des Deux Cèdres aéroportuaire de Roissy. Plus proche de vos besoins
sonnalisé pour le suivi des besoins, d'un certificat d'aptitude à la 95708 Roissy Ch.
Avec une gamme de plus de 100 modèles. Plus à votre
l'assistance est notre maître mot. conduite en sécurité ». Tout un de Gaulle Cedex
Tél. : 01 48 62 42 88 service Avec ses ateliers en zone protégée et ses
Nous offrons une gamme de 100 panel de service et si par chance, Fax : 01 48 62 68 22 services adaptés : location courte et longue durée,
modèles de chariots (tridirection- vous avez la possibilité, allez visiter contrats de service, financement et assurance.
nels, gerbeurs, transpalettes, rétrac- l'agence de Gonesse où tout est
tables, électriques, hydrostatiques, ordre et propreté. Un modèle du
etc.) Nos services sont larges et va- genre qui engendre la confiance.
riés, vente avec contrats de main- 73
tenance mais aussi location courte Joël Chevreau BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 74

Barrières de chantiers
VENTE - LOCATION - POSE
• Clôtures mobiles, Barrières agréées Ville de Paris
• Barrières de police, Cônes 75cm • Bacs acier, Tôles Anti-affiches, Palissades
01.64.02.55.11
E-mail : id-acier@wanadoo.fr
53, rue de Claye 77990 - LE MESNIL AMELOT
www.id-acier.com

Le partenaire de votre espace transport à 5 mn de CDG


Aménagement et maintenance d’équipement cabine avion,
Aménagement de trains,
Intérieurs cuir automobile, (standard, Tuning…),
Peinture aéronautique et traitements de surface,
Assemblage structures aéronautiques.

« La Sucrerie »
RN 17 - 95380 VILLERON - Tel : + 33 1 34 47 15 00
www.groupe-aertec.com
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 75

)NVESTISSEZDANSLAQUALIFICATION
DEVOSFUTURSSALARIÏS ENCHOISISSANT
LE#&! #!-!3 COMMEDESTINATAIRE
DEVOTRETAXEDAPPRENTISSAGE
.OSFORMATIONS
s !GENT TECHNIQUE DE PRÏVENTION ET DE SÏCURTITÏ
SPÏCIALISATION SßRETÏ AÏROPORTUAIRE
s4RANSPORT ,OGISTIQUE AÏRIEN FLUVIAL MARITIME FERROVIAIRE
s!SSISTANTPISTE
s!CCUEILDANSLESTRANSPORTS SPÏCIALISATIONAÏROPORTUAIRE
s-AINTENANCEETHYGIÒNEDESLOCAUX
s3URETÏDESESPACESOUVERTSAUPUBLIC
s!GENTDENTREPOSAGEETDEMESSAGERIE

 RUE (ENRI &ARMAN :! #$'


 4REMBLAY EN &RANCE
4ÏL       
&AX      
777 CFA CAMASCOM
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:42 Page 76

RESTAURANTS

Retour
au C
Ce n’est un secret pour personne, nous connais-
sons bien les restaurants du pôle, notamment
grâce à cette rubrique, que nous tenons depuis
1998, et, depuis plus de deux ans, avec Roissy-
Mail.
Ce qui fait que nous recevons régulièrement des
coups de fils de lecteurs nous demandant
conseil, le plus souvent pour un « bon » restau-
rant, de bonne tenue.
Souvent ces demandes concernent un repas im-
portant d’affaires, ou bien un repas en amou-
reux.
Ma réponse est invariable depuis des années :
c’est le Cénacle, au Vieux-Pays de Tremblay, au
cœur du pôle de Roissy.
Je connais bien, et depuis longtemps, ce restaurant
qui est le seul à avoir reçu deux « coups de cœur »
dans Bénéfice.net. Je suis exigeant, et je n’ai pas
peur d’affirmer que c’est le meilleur restaurant
de la région. Jamais un reproche à faire, jamais
même une remarque, sinon celle d’une satisfac-
tion rare de nos jours. Il y a beaucoup de nou-
veaux arrivants, chaque année, sur le pôle de
Roissy qui ne le connaissent pas encore. D’où ce
ngoustes et de
Le vivier de la nouvel article.
eau de mer.
homards, en
Un des salons privés. Le lieu d’abord. Les salles, calmes, sont décorées
avec goût, les tables admirablement nappées et
dressées. L’admirable vivier d’eau de mer, où na-
gent langoustes et homards, trône au centre de
la première pièce, non loin de l’armoire roulante,
impressionnante et fort jolie, où s’aligne l’in-
croyable collection de vieux
Whiskies, de Cognacs
et d’Armagnacs.

76
BN La nouvelle cave, visible depuis le grand « L’arbre à cognac », comme Une des tables, dans
24 salon. je l’appelle. la première salle
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 77

RESTAURANTS

r
OUVERT
7 JOURS SUR 7

Cénacle THAÏ
THAÏ RESTAURANT
RESTAURANT SAWASDEE
àà 15
15 minutes
SAWASDEE
minutes de
de Charles
Charles de
de Gaulle
Gaulle
Acceuil chaleureux dans un décor
exotique à l'image de la Thaïlande
Concept de menu comme un plateau
découverte
Deux salons privés, dont le grand, petits légumes, et sur mon rognon *Menu express à 10.50€
qui a été refait l’an passé, avec vue de veau rôti entier au four, pommes et le plat du jour à 15€ (cocktail inclus)
directe sur la « cave », magnifique, de terres fondantes, parce que
qui regorge de grands crus. Ce sont j’adore ça. *Menu découverte à 20€ (1p.)
les patrons, M. et Mme Servat qui et à 49€ (2p.)
sont à l’accueil et au service, et ça, Gourmet, j’ai néanmoins le handi- Soirée Dansante Vendredi / Samedi soir
c’est un vrai plaisir. cap ne pas aimer le fromage (ce que Soirée Karaoké Jeudi soir
je regrette en général et en particu- Grand parking à disposition
Question cuisine, pardon, gastrono- lier au Cénacle, quand j’entends les (réservé à la clientèle)
mie, car on est dans ce domaine, la habitués parler du fameux Brie aux Pour toute information banquet, anniversaire et mariage
carte, peut être qualifiée de tradi- Truffes) et de n’être pas très des- (capacité de 300 couverts), veuillez nous conctatez au :
tionnelle, car bien que finement sert. Mais comment échapper au 01.60.01.88.88 ou par fax : 01.64.33.29.41
présentés, les plats sont aux anti- divin soufflé au chocolat noir, d’une THAI RESTAURANT SAWASDEE
podes de ceux de l’ex « nouvelle incroyable légèreté et dont j‘avais 5 avenue maréchal galliéni - 77165 ST-SOUPPLETS
cuisine » aux noms tarabiscotés. fait un papier spécial dans un des
C’est M. Servat, cuisinier lui-même, Bénéfice.net ? Un délice.
qui crée la carte, qui change quatre
fois par an, avec Jean-Michel Laborde, Le tout arrosé d’un « Chaillots »
son chef cuisinier, aux fourneaux de- 1998 (1er cru) un Aloxe Corton de
puis…23 ans. chez Louis Latour (60€) : im-pé-
ccable.
Pour vous donner une idée, voici
mon dernier choix : un émincé de Après un excellent café, ayant une
Saint-Jacques tièdes, je laisse les en- « chauffeuse », j’ai fait passer le
trées chaudes mais j’aurais bien pris tout avec une dégustation (modé-
une escalope de foie gras aux rée, évidemment) d’Armagnacs ve-
pommes fruits, sauce au vinaigre de nant des années importantes dans
miel. Je fonce, en revanche sur une ma vie (et Dieu sait s’il y en a).
langouste grillée, flambée au
w h i s k y, Le Cénacle : c’est LE restaurant du
pôle de Roissy,

Vous en saurez plus en visitant leur


site : je n’ai pas parlé de la mini
carte à 38€ (entrée, plat, dessert,
quatre choix), ou du menu gastro-
nomique « à base de foie gras et ho-
mard » (65).

www.restaurantlecenacle.com

Tél. : 01 48 61 32 91. Ouvert midi et


soir. Fermé le week-end (dommage !)
77
EV BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 78

RESTAURANTS

« Plus d
500 resta
sur le pôle d
Une rubrique spéciale
« restaurants » sur
RoissyMail :
vous allez pouvoir choisir !

La table est une tradition bien à environ 20 mn maximum de


française, que nous envie d’ail- CDG, le chiffre est bien supé-
leurs beaucoup « d’étrangers ». rieur. Mais, à chaque fois
Les affaires se concluent (ou qu’un établissement nous
se fêtent) bien souvent chez plaît, on ne se gène pas pour
nous au restaurant, les vous en informer. C’est que les
contacts professionnels (ou clients des restaurants se chif-
humains tout simplement) frent par dizaines de milliers,
sont facilités autour d’un bon que ce soit la clientèle des
repas. Les repas « d’entre- très nombreuses entreprises,
prises » ou de CE se multi- celle des hôtels ou des salons
plient. Et cette bonne professionnels, des séminaires
tradition n’est pas prête de et autres réunions d’entre-
disparaître. D’où la tenue, de- prises. Et, en général, ces
puis le début de Bénéfice.net clients n’hésitent pas à faire
(1998) de cette rubrique où jusqu’à vingt minutes de voi-
nous nous efforçons de vous ture (voire plus) pour bien
indiquer les bonnes tables de manger, même s’ils sont pres-
la région. Bien sûr nous ne sés (je les connais bien).
prétendons (et ne pouvons)
Copie
d’écran de pas parler de tous les res- Depuis bientôt deux ans et
la page taurants : nous en avons demi, notre newsletter Roissy-
“resto” de dénombré un peu moins mail parle elle aussi des
RoissyMail. de 500, toutes catégories restaurants. Nouveaux établis-
confondues, sur l’étendue sements, comme récemment
de la carte Roissy 2025 ! le Blue Thai à Tremblay ou
78 Et si on élargit à 5 ou 10 « The Place » à Roissy, ou
BN Km au-delà, c’est-à-dire coups de cœur instantanés
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 79

RESTAURANTS

s de
cueil, service... Mais s’ils ne cialement construite pour eux, à
s’étaient pas fait connaître par l’image de la carte du Bouchon
RM, gageons que le succès com- Gourmand. Mais, sur cette page,
mercial aurait été moindre. on peut y mettre ce que l’on
veut. Toutes ces pages, ainsi que
C’est ce qui m’a donné l’idée de les bandeaux, sont modifiables à

taurants créer une rubrique « Restaurants »


dans RoissyMail. Elle est presque
prête et devrait être en ligne peu
de temps après la sortie de ce Bé-
néfice.net.
tout moment, permettant ainsi
d’actualiser l’offre.
Ainsi, lorsque vous voudrez choi-
sir un resto, vous cliquerez sur la
rubrique de votre RoissyMail et

e de Roissy »
vous faites dérouler les ban-
Voici l’idée, pour les restaura- deaux. Ajoutez à cela que les 8
teurs qui ne la connaîtrait pas premiers restaurants sont situés
encore, mais aussi et surtout sur la carte Roissy 2025, spéciale-
pour vous chers lecteurs. Il s’agit ment adaptée pour cette rubrique.
de présenter (sous forme de pu- Vous pourrez donc savoir, en
blicité) les restaurants qui se si- quelques clics, l’actualité des res-
tuent dans notre région de tos : menu, carte, coordonnées,
Roissy, sous forme d’un bandeau etc.
quand quelque chose nous plaît. toutes les semaines (à partir du
qui indique le nom, une foto,
Efficacité de RoissyMail : prenons mercredi, au passage elle est de
l’adresse, les spécialités et les A bientôt donc sur RoissyMail,
l’exemple du « Bouchon Gour- plus en plus bonne). On a recom-
horaires desdits restos. Et, pour rubrique « Restaurants ».
mand » au Vieux-Pays de Trem- mencé récemment avec les fa-
ceux qui le souhaitent, il est
blay. C’est notre resto « fétiche » meuses andouillettes AAAAA du
depuis bientôt deux ans. Je ne Père Duval, pour la plus grande
possible d’y adjoindre un lien, Pour en savoir plus
soit sur leur site web, soit sur www.roissymail.com
reviendrai pas sur leur carte, satisfaction des amateurs.
une page HTML (Internet) spé-
mais je redis que ce sont d’excel- Et le « Bouchon », aujourd’hui,
lents professionnels qui font de j’en ai fait l’expérience récem-

Le
la (très) bonne cuisine, où le ser- ment, pour y manger, vous avez
vice est bien fait, le rapport qua- intérêt à réserver ! Je reçois tou-

Saint-Jean
lité prix parfait (mieux vaut jours des témoignages de lecteurs
payer un croustillant de pieds de me remerciant du « tuyau ».
cochon au foie gras (délicieux) à Ainsi, tout dernièrement, par
10 euros en entrée qu’une vague email :
salade mal assaisonnée à 6 euros Testé hier le Bouchon Gourmand
comme on en voit souvent) et avec quelques camarades et un Venez découvrir un restaurant
l’accueil poli, attentionné et cha- commissaire de police. Depuis le de spécialités savoyardes
leureux. Encore faut-il connaître temps que tu le recommandes, il
ce restaurant… fallait qu'on connaisse. Ce qui a
Je ne parle pas en leurs noms, été écrit sur son compte dans RM
mais les patrons du Bouchon, et dans B.Net est juste : à 10
Claude, Alain et « Madame Da- - Accueil chaleureux et plein de minutsessy
nielle » vous diront, j’en suis sûr, verve. de Roi
CDG
que RoissyMail (RM) a été (et est - Le croustillant de pied de co-
toujours) pour quelque chose chon, et surtout les rognons de Un cadre chaleureux, une carte variée et
dans leur succès. Non seulement veau au vrai jus, sont positive- soignée avec de nombreuses spécialités
j’ai témoigné dans RM de la qua- ment somptueux ! Des formules rapides pour le midi en semaine :
lité de leur établissement, mais - Le beaujolais est de bonne fac- • Formule tartiflette à 11.90 €
ils y ont acheté, depuis le début, ture et va bien avec. • Formule gourmande avec salade, tartine
un emplacement publicitaire peu Bref, un bon moment. Je t'y in- ou assiette complète à 12.10 €
• Menu du midi de 10.10 € à 14.50 € tout compris
banal : en cliquant sur leur pub, vite un de ces jours ? Amicale-
on peut voir la carte et les plats ment à toi. Fermé le samedi midi, dimanche et lundi
« vedettes » du jour. Et on a www.le-saint-jean.fr
« joué » avec eux : on leur a sug- Bien sûr, ce n’est pas à cause de 52, rue du Général De Gaulle
77230 DAMMARTIN EN GOELE
géré, je l’ai déjà écrit, de faire de RM que le Bouchon a connu du (centre ville, face à l’église)
la tête de veau, on en parlait succès : c’est à cause de leur 79
dans RM et du coup, il y en a bonne cuisine et du reste (ac-
Tél : 01 60 03 33 71 BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 80

PORTRAIT

Noureddine Cherradi, directe


(just retraited…)

« Il faut un le
pour f
les choses à R
La personne dont je fais le portrait rire, mais toujours un peu mystérieux,
dans ce numéro est quelqu’un, due sa ou plutôt malicieux… Rien de grave,
modestie naturelle en souffrir, d’excep- rassurez-vous, c’est son bon naturel.
tionnel (et je ne crois pas avoir em- La première fois que j’ai entendu son
ployé ce terme une fois dans tous mes nom, c’est par la bouche de M. Catalaa
« portraits », c’est dire). Il fait partie, (voir le dossier dans ce numéro), qui
évidemment des gens qui « font » des était chef de la « Mission Roissy » et
choses, mais il a un quelque chose en qui, toujours bien informé, et pour
plus, de permanent, de rémanent… cause, m’avait confié que Cherradi se-
Depuis que je le connais : dès que je le rait le Directeur du futur « GIP » de
vois ou que je l’entends, c’est un vrai Roissy.
plaisir. Non, plaisir n’est pas le bon Je suis donc allé le voir, dans ce qui
mot, enfin pas exactement. Cherradi, était encore ses bureaux, à la Plaine
puisque vous savez d’après le titre que Saint-Denis, du fameux « GIP Stade de
c’est de lui dont je vais parler (j’ai dé- France » qu’il avait brillamment dirigé.
cidé de l’appeler ici par son patro- C’était au premier semestre 98 et je lui
nyme, parce que, malgré nos relations ai fait part de mon projet de lance-
déjà anciennes, je l’ai toujours vou- ment de Bénéfice.net. D’emblée, il m’a
voyé et appelé « Monsieur Cherradi ». bien écouté et m’a dit « ça tombe bien
Il ne m’en voudra pas d’oublier le car je veux, dans le cadre du futur GIP
N. Cherradi au Hilton, pendant l’un de nos entretiens
« Monsieur » par commodité rédac- de Roissy, refaire ce que j’ai fait en
tionnelle mais aussi parce que, d’après matière d’information sur les marchés
moi, c’est une marque supplémentaire et les emplois ». Et de me montrer fiè-
de respect), Cherradi donc, dégage une rement ses « Tableaux de bord » tri-
sorte de charisme, ou des ondes posi- mestriels qui étaient des magazines
tives, inexplicables… Son physique informant sur l’évolution du Stade :
d’ailleurs fait penser au bon génie de emplois et marchés et qui avaient per-
80
BN
la lampe d’Aladin… Toujours le sou- mis, je le saurai après, de réussir l’in-
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 81

PORTRAIT

cteur du GIP Emploi de Roissy tâche : améliorer la situation de


l’emploi et surtout de la formation
professionnelle, initiale et conti-
nue, de façon à ce que le dévelop-
pement prévisible de la plate-forme
aéroportuaire et de ses environs
profitent aussi à ceux qui vivent à

leader politique
côté. Question diffusion de l’infor-
mation économique, de façon à ce
que les PME locales puissent bé-
néficier au mieux des chantiers à
venir, Cherradi, et c’est un ses
crève-cœurs, n’arrivera pas à faire

r faire avancer ce qu’il avait réussi à Saint-Denis.


Là-bas, le GIP avait réussi à créer
une cellule rassemblant tous les
donneurs d’ordre du chantier du
Grand Stade. Ce qui avait permis

Roissy »
« de connaître tous les projets à
venir et les besoins s’y rapportant
à l’avance » avait expliqué Cher-
radi dans BN 1 : « sans ce travail
d’anticipation, l’information ne
sort des bureaux d’études qu’au
moment des appels d’offres et il
est alors trop tard pour les petites
entreprises qui n’ont plus le temps
de s’adapter ». Et ça a marché,
avec l’aide de l’APESSADE, une as-
tégration économique et sociale sance, savent les faire. Y’avait sociation créée par les entreprises
de ce grand chantier dans cette « tout le monde » : plusieurs Question de Saint-Denis pour l’occasion. Car
région de la «Plaine » un peu si- « collèges » dont l’Etat himself, Cherradi faisait preuve d’un bon
nistrée à l’époque. certaines collectivités locales (pas de bon sens…
sens évident (mais pas pour tout
toutes et notamment pas Roissy- sans électricité… le monde) : « si elles ont l’infor-
C’est ainsi que j’avais demandé par en-France), les organisations pa- mation suffisamment à l’avance,
la suite à Christian de la Guéron- tronales, les syndicats de salariés, les PME du secteur peuvent éven-
nière (voir dossier) de l’intervie- les chambres de commerce et de tuellement faire les investisse-
wer dans le premier Bénéfice.net, métier, les « entreprises », etc. C’est à partir de 2000 que je com-
ments complémentaires qui leur
ce qui fut fait, et sa relecture est Tout ça sur trois départements ! mence à le fréquenter, disons ré-
permettront de répondre aux de-
instructive, 9 années plus tard. Et, au dernier moment l’Education gulièrement. Comme il s’intéresse
mandes, de se former à des tech-
nationale. Plus une présidence passionnément au territoire, Bé-
niques spécifiques ou encore de se
Le fameux « GIP Emploi » (on va « tournante » annuelle pour néfice.net lui plaît. Contrairement
regrouper ». Ceci ajouté à l’action
l’appeler « GIP ») de Roissy fut chaque collège ! Je passe les dé- à d’autres, il ne s’inquiète pas du
du GIP envers les donneurs d’ordre
créé cette année-là. C’était une tails mais j’observais ça de loin. La succès du journal et n’en prend
pour qu’ils réduisent la taille des
des « compensations » donnée en mise en place a duré et je me suis pas ombrage. Je décèle petit à
lots de façon à les rendre accessi-
« échange » de l’acceptation des un peu moqué de ça soit dans BN, petit son côté diplômate, mais
bles aux PME (la SNCF, qui avait
nouvelles pistes de CDG par la soit dans le premier RoissyMail aussi malicieux : s’il me donne des
prévu 15 lots à Saint-Denis, les a
informations, il sait ne pas livrer
gauche arrivée au pouvoir par ac- (papier) paru en juin 2000. finalement découpés en 100 !). A
des « secrets » : c’est qu’il doit
cident en 97, qui avait fait cam- Nous y reviendrons, mais Cherradi, cause, et c’est moi qui le dis, de
ménager une assemblée du GIP
pagne contre ces nouvelles pistes, qui vient de faire valoir ses droits la mauvaise volonté des grands
grosse de 80 organisations, aux
mais qui les a acceptées une fois à la retraite, n’aura pas pu faire donneurs d’ordre (devinez qui), ce
intérêts parfois divergents. Il ex-
le pouvoir venu. Les électeurs exactement ce qu’il fait avec suc- bon sens ne sera jamais partagé à
cellera jusqu’à la fin dans cet exer-
l’ont oublié… cès à Saint-Denis. Il n’en a pas Roissy. Et la seule association qui
cice délicat. Mais je m’aperçois
moins eu une action courageuse, tout de suite qu’il n’a pas les aurait pu organiser le lobbying
Question organisation, le GIP était efficace et exemplaire, avec des moyens matériels et humains pour qu’avait déployé l’APESSADE,
un modèle d’usine à gaz comme moyens que je qualifierai sans Roissy Entreprise, organisait pen- 81
remplir entièrement sa lourde
seuls les Français, à ma connais- risque d’être contredit, indigents. dant ce temps force choucroute- BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 82

PORTRAIT

parties, beaujolais nouveau et vi- lui-même mettait en page, sou-


sites annuelles de vendanges ! vent le dimanche d’ailleurs, ses
différents rapports, par souci
Question emploi et formation, les d’économie ! Question « staff »,
résultats furent meilleurs. Après la le GIP n’a jamais eu d’autre
réorganisation de l’ANPE interve- moyens pour se payer d’autres
nue en 98 (la productivité de collaborateurs que des… emplois
l’Agence était lamentable, comme jeunes, ce qui m’a toujours effaré.
nous l’avons démontré dans un ar- D’un autre côté, l’organisation
ticle retentissant dans BN 4), administrative, véritablement
Cherradi a réussi à promouvoir ubuesque, du GIP faisait s’arra-
l’installation de CFA Thalès à Bon- cher les cheveux à Cherradi,
neuil-en-France, du centre de obligé de courir après l’argent,
conduite ECF à Dammartin, du puisque celui-ci ne pouvait être
grand centre AFPA à Gonesse. Mais versé qu’une fois les choses
aussi il fut l’interlocuteur de nom- faites. Mais pour les faire, il fal-
breuses structures privées de for- lait de l’argent… Il ne s’en est ja-
mation comme Europrestige, pour mais plaint, étant un homme
ne citer qu’elle. Celles-ci trouvè- loyal et discret, sauf à la fin
rent auprès du GIP aide et conseils 2006, où, excédé, il me fit
pour se développer. quelques confidences…
Une de ses grandes réussites fut Mais Cherradi, coincé entre la
aussi l’organisation du Salon de mauvaise volonté des donneurs
l’emploi aéronautique, « Aérosalon », d’ordres et une latitude forcé-
au Bourget, qui connut un succès ment limitée en matière d’emploi
grandissant à travers ses 4 édi- et de formation, poussa l’action
tions. Prometteur, ce salon avait du GIP vers une orientation terri-
vocation à devenir un grand salon toriale. C’était le sens également
national, voire international sur de son action à Saint-Denis,
les métiers, les emplois et la for- comme il l’a rappelé dans son in-
mation liés à l’aéronautique. Mais terview déjà citée (BN 1) : « la s’attendait pas. Sur les transports liste chargée du dossier. Et aussi
la faiblesse de moyens alloués au compétence du GIP va beaucoup d’abord, mais aussi sur la prépa- les « conférences territoriales »
GIP fut telle que le dernier salon, plus loin (que la dynamique du ration du contrat Etat-Région qui qui réunirent aussi beaucoup de
prévu en 2005 ne se tint pas. Stade de France) : elle englobe prévoira, grâce à lui, un « volet monde, parmi lesquels de nom-
l’ensemble du territoire de la territorial » pour Roissy. Au point breux maires, qui se parlaient
Plaine-Saint-Denis, soit 800 hec- que le maire de Saint-Mard, à pour la première fois… Moi aussi,
tares – principalement de friches l’époque vice président du comme Boullonnois, je m’interro-
industrielles- qu’il faut réaména- Conseil général de Seine-et- geais au début sur cet apparent
Cherradi fait avancer ger ». Et Cherradi me confiera Marne, Roger Boullonnois, s’en « détournement ». Mais j’ai été
le schmilblik plus tard que le GIP « grand Stade » était ému dans le Bénéfice.net de plus en plus convaincu de
fut à l’origine des divers rappro- n°7 (avril 2000) : « Je m’inter- l’utilité de ces débats « territo-
chements entre collectivités lo- roge sur les compétences du GIP. riaux » dans ce pôle de Roissy qui
Petit à petit, je commençais à ad- cales qui s’ignoraient jusque là. Je suis surpris. Cela prend le che- manque cruellement d’unité et de
mirer la passion avec laquelle C’est devenu aujourd’hui le succès min d’une nouvelle structure concertation dans sa « gouver-
Cherradi se consacrait à sa tâche. que l’on sait avec Plaine Com- entre les départements, les ré- nance ». J’avais écrit, dans le BN
Passion qui tenait parfois de la mune, la grande Communauté gions et l’Etat. (…) Ce n’est pas qui a suivi la prestation du séna-
vocation sacerdotale. Il nous fai- d’Agglomération… bon ». Qu’à cela ne tienne, Cher- teur Legrand : « il n’était pas
sait travailler parfois (c’est nous radi continue. Les « Ptits Déj » du aussi illégitime que ça que le
qui avons mis en page son maga- Le Directeur du GIP, profitant GIP se succèdent sur différents GIP… ». Aujourd’hui, alors que le
zine l’Aérien), qui n’a jamais rem- probablement d’une certaine au- thèmes, comme les plus récents GIP est moribond, c’est l’associa-
placé les fameux « Tableaux de tonomie que lui conférait la va- sur la « Communauté aéropor- tion « Pays de Roissy-CDG », pilo-
Bord » de Saint-Denis, et pour riété et les divisions de son tuaire » où Cherradi avait fait tée par Air France, qui tente,
cause), mais là aussi, le manque Assemblé générale, a fait comme venir le sénateur Legrand, à la avec moins de succès et moins de
de moyens se faisait sentir. Cher- la nature : il a eu horreur du surprise générale (la réunion légitimité, de reprendre ces dé-
radi, dans la production de ses vide. Et, peu à peu, le GIP s’est avait été un grand succès), ou bats. Mais une chose est sûre : si
82 différents documents, « tuait le occupé de thèmes territoriaux encore sur le futur SDRIF, en pré- Cherradi avait été écouté et
BN
24
métier », comme je lui disais : transversaux, auxquels on ne sence de la vice présidente socia- épaulé (pendant tout ce temps,
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 83

PORTRAIT

part, grève de Royal Air Maroc ! qu’on veut nous imposer. Mais on
Je refuse un remplacement dans se comprend sur tout… C’est là
les Caraïbes, refus qui me coûtera que je pense à faire cet article,
cher avec cette ex (en fait j’étais mais je n’ose pas lui demander. Je
content car elle me gonflait…). ne prends donc pas de notes,
Mais l’idée de retourner au Maroc mais son parcours est passion-
me plaisait toujours, et j’y serais nant. Un soir, un grand moment,
bien allé pendant que Cherradi y on continue nos discussions dans
était : il a sa maison familiale à le meilleur, et le plus beau resto
Casablanca. OK, me dit-il. Anec- de la ville, autour d’une déli-
dote, fin 2004, je décide de lire, cieuse pastilla, tagines, bro-
enfin, le bouquin d’histoire du chettes… Il m’explique le Maroc,
Maroc quand je suis à l’hosto, je commence à comprendre, la
après mon opération. A ce mo- lecture de la presse aidant aussi.
ment là, qui est ce que je vois ar- Passionnant ce Maroc, passion-
river dans ma chambre, pendant nants et accueillants ces Maro-
que je lis ? Cherradi, avec une cains. Le dernier jour on fait une
bouteille de Champagne… Joie. excursion Casa-Rabat en passant
Et « mektoub », je me dis, je dois par la côte. Et, à Rabat, il me
aller au Maroc, c’est un signe. montre, avec nostalgie, depuis les
Plusieurs tentatives infruc- Oudayas (foto), Salé, la ville d’en
tueuses because emploi du face où il a vécu.
temps, et je finis par me décider Puis on est allé saluer son père,
ce mois d’août 2006, au dernier qui habite en plein cœur de
moment. Mais plus de place dans Rabat. Un beau vieillard, son
les avions. Merci à Air France père, en qui je reconnais, malgré
pour le coup de main… Cherradi, la maladie qui le ronge, la même
averti tardivement, me rejoint le étincelle vive dans ses yeux que
Lors d’un « p’tit déj » du GIP, à propos du futur SDRIF même jour, mais lui n’a pas eu la celle de son fils. A l’heure où
même chance que moi : il a dû j’écris ces lignes, (5 mars, 10h),
ADP et son « Département Coo- anniversaire. Nous avons été très prendre un avion jusqu’à Marra- je viens d’apprendre qu’il a été
pération chose », faisait de l’es- honoré de sa présence. J’ai tou- kech, puis le train jusqu’à Casa. enterré hier. Emotion.
broufe, était incapable jours apprécié nos discussions, On se retrouve sur la belle Marina
d’organiser les «Carrefours des également tenues lors de de Casa. Puis on va chez lui, pas
Achats » et mettait même les bâ- quelques repas privés, notam- loin, dans la ville. Belle maison Directeur commercial
tons dans les roues du GIP, en qui ment à Paris, le soir, dans de bons spacieuse, décorée à la maro-
il voyait un concurrent), la gou- restaurants libanais dont nous caine. J’aurai passé trois jours à
de « Berliet »
vernance du pôle n’en serait pas apprécions la cuisine tous les la fois à visiter la ville et à discu- au Maroc
au point zéro où elle en est et les deux. Tout y passait : Roissy, VPP ter avec lui. Dans le jardin, je le
PME /TPE locales auraient pu et Bénéfice.net, la politique, tant bombarde de questions sur lui,
mieux profiter des retombées nationale qu’internationale… Et son passé, comment il est arrivé Mais c’est juré, de retour à Roissy,
économiques du secteur. le Maroc ! Je ne connaissais qua- au GIP de Saint-Denis, sa fa- je demanderai à Cherradi s’il ac-
siment pas ce pays, sinon par la mille… On a le temps, il répond cepte que je parle de lui dans le
mauvaise image que j’avais de tranquillement à tout, y compris prochain BN. Et il accepte. On
A « Casa » ! Hassan 2, « notre ami le roi ». sur des sujets sur lesquels on s’est donc revu, d’autant plus
Cherradi étant, au-delà de sa n’est pas d’accord, comme Israël. tranquillement qu’il est désor-
double nationalité marocaine et On parle aussi religion, il est mu- mais en retraite. Et j’ai pris des
Pendant ces années s’était de fait française, véritablement bicultu- sulman, pratique l’aumône (j’en notes ce coup-ci.
installée, petit à petit, entre rel, quelle aubaine pour moi de témoigne), ne fait pas ses 5 Son parcours est passionnant et
Cherradi et moi une amitié, basée mieux connaître ce pays si prières quotidiennes, mais ne mériterait un livre entier… Vous
sur des relations professionnelles, proche ! En 2004, je décide d’y mange pas de porc et observe, saurez qu’il est né le 5 Avril 1946
qui a grandi depuis. Une année, aller faire un tour avec une de j’en témoigne aussi, le jeûne du à Souk-el-Arba (« le marché du
alors que ma fille Lorraine, qui mes ex, une semaine dans un Ramadan. Moi ex-croyant, ex-ca- mercredi »), entre Tanger et
habitait alors avec sa mère au « Club » comme j’aime pas trop, tholique, agnostique, sinon Rabat. Son père était instituteur
Maroc, à Rabat, précisément, mais histoire de se reposer. athée. Lui, supposé de gauche, (il a fini Proviseur du Lycée de
était en vacances à Paris, je l’ai J’achète un ouvrage d’histoire sur moi, supposé… je ne sais pas où, Marrakech) et il était muté tous 83
invité chez moi pour fêter son le Maroc. Patatras, la veille du dé- en tout cas pas dans ces camps les trois ans. Le petit Nourredine BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 84

PORTRAIT

a pu ainsi connaître quasiment et des premiers ennuis de santé vrier 94, sa Directrice régionale,
toutes les régions du Maroc. Il arrivent. Sa femme étant à Marie Lauriat n’y va pas par qua-
passe son bac à Rabat, passe Rennes où elle débutait un troi- tre chemins : « j’ai rien à vous Le GIP de Roissy : un
maths sup, maths spé à Nantes et sième cycle, Cherradi pèse le pour proposer ». Or, le lendemain, elle bilan et un message
est reçu au concours de l’ENSI et le contre et décide de lever le a rendez-vous avec le préfet de
(« Centrale » Nantes) d’où il sor- pied. Il démissionne après une Seine-Saint-Denis, J.P Duport,
tira ingénieur. C’est là qu’il bonne transaction et la satisfac- qui lui demande de l’aide pour le Mais nous voici arrivés fin 95,
connaîtra Zahra, qui deviendra sa tion d’un bon travail accompli. chantier du Grand Stade. Elle début 96. Le préfet Duport s’in-
femme en 1968. Il fait quelques Fin 84 le voilà à Rennes. Faut re- pense : « j’ai personne » et, pen- téresse à Roissy, où débute la
jobs à la sortie de l’ENSI comme trouver un travail. Il a des oppor- sant subitement à Cherradi, dit construction des deux nouvelles
assistant en biophysique à la fac tunités chez les camions MAN, ou au préfet : « j’ai quelqu’un » ! En pistes, qui font problème politi-
de médecine de Nantes, ou cher- chez NISSAN. Mais l’AFPA Picardie rentrant elle dit à Cherradi : allez quement. Il crée avec M. Catalaa,
cheur en acoustique. Il rentre au recherche un expert dans le redé- voir le préfet… Voici mon Cher- de la mission Roissy, les trois pré-
Maroc en 72 où il s’installe avec ploiement industriel, dans le radi intégré dans des réunions de fets concernés, Emmanuel Duret,
son épouse et où ils auront leur cadre du FNE. Ca lui cause... En- Plaine Renaissance, de la ville de DG d’ADP à l’époque, un petit
premier enfant (ils ont eu trois tretien avec le Directeur régional, Saint-Denis (avec Didier Paillard, comité chargé de réfléchir sur
fils en tout). C’est à ce moment basé à Amiens qui lui pose la aujourd’hui maire de Saint-Denis, « comment faire bénéficier des
qu’il trouve un boulot qui va question : «voulez-vous vous dé- le communiste, Francis Dubrac, le retombées économiques du déve-
marquer sa carrière. A l’époque, placer » ? Cherradi se marre en patron…). Tout le monde veut se loppement de CDG ». Catalaa
c’était la SCOA, la grande maison douce, lui qui s’était promis de positionner, ça part dans tous les avance le nom de Cherradi… De
de commerce colonial française « se calmer ». Le boulot consiste, sens. Cherradi observe, attentif… 96 à 98 l’idée d’un nouveau GIP,
qui commercialisait au Maroc les dans une Picardie en pleine dés- Une autre réunion, dans le bu- « Roissy », celui-là, avance.
célèbres camions Berliet. Mais industrialisation, à aider les en- reau du préfet, plus organisée, Comme Duport devient directeur
SCOA commençait à « vieillir » et treprises à se développer. Il fera moins brouillonne… « Du coup, de cabinet de Chevènement au
Berliet souhaitait s’en débarras- ça de 84 à 88. Un boulot intéres- j’ai eu envie de causer », me ra- ministère de l’intérieur, c’est le
ser. A ce moment, Cherradi sant, qui consiste à distribuer des conte Cherradi, je dis : ça va pas, préfet du Val d’Oise Lacroix qui
cherche un travail, fait jouer ses aides diverses : il est forcément il faut une structure de l’Etat pour reprend les choses en main. Au
réseaux. Un de ses amis au minis- bien reçu partout… La Picardie coordonner tout ça… ». Le préfet début, les réflexions se portent
tère des Transports lui propose c’est bien, mais… Mais un poste dit alors à Perrot, qui était Direc- sur les seuls travaux à venir sur
un poste dans le ministère, mais se libère en Ile-de-France. Cher- teur de la coordination des ser- CDG. Mais bien vite on passe au
lui raconte aussi l’histoire de Ber- radi postule. Et le voilà chargé du vices de l’Etat : « vous notez… ». caractère permanent de l’activité
liet-SCOA. Les contacts avec Ber- « développement interne ». Il D’autres réunions ont lieu. Duport aéroportuaire et des secteurs
liet sont pris. Et le voilà s’agit « autant que faire se peut » demande à Cherradi : « la coordi- connexes. Associé aux réflexions,
embauché, à 3000 F par mois. Il y d’améliorer l’outil de production nation, vous la voyez au niveau Cherradi insiste, pour l’emploi,
a tout à faire pour développer un de l’AFPA, autrement dit l’offre de des maîtres d’œuvre ou des maî- sur les transports et l’accessibilité
nouveau réseau de vente sur le formation. Là, il se heurte aux tres d’ouvrage ? ». « Des seconds », de la plate-forme. Premier accroc
pays. Il sera le directeur commer- « résistances » de l’AFPA à tout répond sans hésiter celui qui va avec le général Fleury, président
cial de Berliet pour le Maroc, où il point de vue… Il occupe ce poste devenir Directeur du futur GIP et d’ADP et ancien du cabinet de
faut se battre contre Volvo, pré- de 88 à 93, mais… allez, je le dis, réussir comme on le sait. Mitterrand qui fait savoir : « mais
sent dans le pays depuis 1958. il en a marre, ça ronronne… Du L’histoire du GIP Grand Stade, qui qu’est-ce qu’ils viennent faire là-
Cherradi finira par créer un ré- coup il prend une année sabba- se termina fin 98 reste à écrire. Il dedans » ? Cherradi pousse le
seau de 35 concessionnaires, in- tique. Cet hyper actif ne peut ce- fut, nous l’avons écrit sans les bouchon et veut faire comme
venter le concept de « base pendant rester en place. Un de détails, à l’origine d’une inter- pour Saint-Denis : tableau de
technique Berliet », mettra en ses copains veut monter un ré- communalité réussie et au- bord, coordination, information
place un centre de formation seau pour les camions MAN au jourd’hui, « Plaine Commune » a avec les maîtres d’ouvrage. C’est
(déjà) pour le SAV et les chauf- Maroc, avec usine de montage à une réputation qui dépasse, (il niet de la part d’ADP, qui se com-
feurs. Ces bons résultats lui va- la clé… Le voilà parti pour l’aider suffit de les voir au MIPIM) et de porte, une fois de plus, comme
lent de passer Directeur au sein de la SEFMAR. loin , celle de Roissy. Faut dire un Etat dans l’Etat…
industriel et « export », toujours qu’ils ont des députés, qu’on soit
pour Berliet Maroc (avec un bon de leur bord ou pas, comme Le GIP se fera donc, mais réduits
salaire de 35 000 F). C’est ainsi Braouzec (PCF) qui se remuent… aux acquêts… Et pour savoir la
Le grand GIP Cherradi y a été pour quelque
que, de 79 à 84, il sillonnera suite, retournez au début du
l’Afrique noire : Soudan, Maurita- du Grand Stade chose… texte…
nie, etc. Pour vendre des camions
mais tout en gérant une équipe Un peu frustré (notamment par
84 globale de 220 personnes au Il revient à l’AFPA. Eh, eh ! Qui va l’attitude du Val d’Oise, qui a re-
BN
24
Maroc. C’est du boulot, stressant, à la chasse perd sa place… En fé- fusé de reconduire sa subvention
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 85

PORTRAIT

de 23 000 euros au GIP en 2005, rite au moins autant, sinon plus ! des fleurs de sa belle villa à Casa…
alors que ce département a béné- Il faut vraiment un leader poli- C’est mon avis, ce type-là devrait GIP :
ficié, grâce à ce même GIP, de tique (quelque soit son apparte- faire de la politique… Groupement d’Intérêt Pu-
l’installation de l’AFPA à Gonesse nance) qui fasse avancer les blic (voir ça sur www.wi-
et du CFA Thalès à Bonneuil), choses à Roissy ! » Je suis bien content de l’avoir kipedia.com)
Cherradi nous déclare, en forme connu et j’ai plus que l’impres-
de bilan : « j’aurais aimé pouvoir En retraite, Cherradi m’assure qu’il sion qu’on n’est pas près de se
faire la même chose qu’à Saint- continue à s’intéresser au secteur. quitter…
AFPA :
Organisme public de for-
Denis, car Roissy c’est 3, 4 fois Il a su, récemment, subir et vain-
mation professionnelle,
plus important et c’est dans la cre quelques problèmes (sérieux) Merci pour tout, Noureddine !
une sorte de « mammouth »
durée… A Saint-Denis, il y a eu de santé. Mais il a une pêche d’en-
(voir www.afpa.fr).
une volonté politique. Roissy mé- fer et je ne le vois pas s’occuper Eric Veillon

• Senlis, parc d’affaires Euro-Senlis (30 hect.)


• Epiais les louvres : zone d’activité (7 hect.)
• Moussy le neuf – 26 hectares en cours de réalisation
• Vémars (40 hect.) dans un parc paysager :
en partenariat avec la mairie de Vémars, GSE, Véolia
IMC Promotion
Daniel COMPIEGNE
32, rue du Haut de Villevert - 60 300 Senlis
Tél. : 03 44 53 10 26 - Portable : 06 12 30 43 34

85
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 86

ROISSY ET L’AFRIQUE

« RoissyMail
en attendant « Roissy
dans un prochain Bé

86
BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 87

ROISSY ET L’AFRIQUE

Qui pense à l’Afrique ?


Qui pense à nos anciennes

ail au Bénin, colonies d’Afrique noire,


aujourd’hui ? La Côte
d’Ivoire en est le symbole
actuel. Ce pays, mais
aussi le Togo où la France

y et l’Afrique »
a soutenu contre vents et
marées le rejeton d’un
dictateur honni, sans
parler des autres… Où est
la politique « africaine »
de la France ? Où en est la

Bénéfice.net »
promesse de Pasqua de
tenir compte des relations
entre notre pays et ceux
qui ont combattu pour la
France, au moment où il a
fallu un film pour que l’on
reconnaisse aux anciens
combattants africains
leurs droits élémentaires ?
Que fait la soi-disant
« communauté internatio-
nale » pour arrêter le mas-
sacre au Soudan ? Et ces
difficultés, vécues comme
des humiliations par les
Africains francophones,
(toujours francophiles,
mais pour combien de
temps ?) pour obtenir des
visas, alors qu’il suffit
d’une poignée d’excités
impolis pour accorder des
régularisations, une fois
sur notre territoire ? Et
l’on s’étonne que les Chi-
nois, après les Américains,
investissent le continent
noir. Vraiment, on marche
sur la tête. Nos médias ne
parlent que des guerres
africaines, se lamentent
dans le meilleur des cas et
ne font jamais mention
d’un pays démocratique et
prometteur comme ce
Bénin, que nous
connaissons bien.

Lisez ces articles comme


une introduction à un Bé-
néfice.net sur « Roissy et
l’Afrique » que nous
ferons bientôt. Vous avez
des choses à dire, à mon-
trer sur ce sujet ? 87
Contactez-nous ! BN
24
EV
Vue de ma chambre du Novotel Orisha de Cotonou : pas de commentaires…
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 88

ROISSY ET L’AFRIQUE

Vous saurez donc, après avoir lu mon


autoportrait, que j’ai l’Afrique au
cœur. L’Afrique noire francophone, en
particulier. Je crois que ça remonte à
la maternelle où nous avions réalisé,
en terre cuite un village africain avec
cases, pirogues, j’avais été pas-
sionné… Puis un jour mon grand
père m’a emmené au marché Saint-
Sébastien de Nancy : « tiens, aujourd’hui,
je vais te montrer « le Noir »… ». C’était
en fait un gros Sénégalais qui vendait
des épices et des produits tropicaux.
Il était noir comme de l’ébène, et
A Bembéréké, rencontre avec un ingénieur autodidacte, j’étais impressionné par cet homme
constructeur de ce tracteur, avec de la « récup ». Bignon,
Et ça marche ! noir, je n’en avais jamais vu (faut dire
à l’hôtel de Kandi
qu’à cette époque à la fin des années
50, en Lorraine, s’il y avait beaucoup
de nord-Africains, il n’y avait quasi-
ment pas de noirs. Puis il y eut pour
moi une copine métisse originaire du
Cameroun quand j’avais 18 ans, le
Rwanda, en 1980, où j’étais allé pas-
ser Noël (c’était la première fois que
je prenais l’avion !). Noël sans hiver !
Puis mes aventures et mon long sé-
jour béninois, Djibouti...

Il faut savoir que ceux qui ont passé


un temps assez long à vivre en
Le Cybersat à Parakou, d’où j’ai envoyé Roissymail. Afrique sont tous en général « mar-
Debout à gauche, le « DAF » M. Sanni Koto N’Gobi qués » par leur séjour. C’est que, mal-
Yarou, et Robert, un informaticien génial. gré la langue commune (je parle
évidement des pays francophones), le
choc culturel (et climatique…) est
rude. Il faut s’adapter, et certains n’y
arrivent pas et rentrent rapidement.
Mais ce « marquage » est positif :
sauf quelques cas assez rares
(quelques « coopérants » notam-
A Cotonou, la presse quotidienne
ment), la plupart des « Africains »
blancs, ont acquis une ouverture d’es-
prit, une humilité peu banale. Tant et
si bien d’ailleurs, et j’en témoigne,
dès que deux personnes se rencon-
trent et qu’elles s’aperçoivent qu’elles
ont « fait l’Afrique », les relations se
Sur la route du Nord, vente de « gari »
(préparation à base de manioc, très prisée
transforment instantanément. Tout se
des Béninois) passe comme si chacune d’entre elles
se disait : « ah, je sais qu’il sait, alors
ça va ». En fait il existe une sorte de
« fraternelle » informelle d’anciens
« Africains » et cela sert même dans
le business, je peux vous le garantir…

Tout ça pour vous dire que j’ai l’inten-


88
tion, depuis longtemps, de faire un
BN
24
Devant le grand fleuve Niger
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 89

ROISSY ET L’AFRIQUE

Bénéfice.net dont le dossier sera quelques jours et qu’elle doit être au lui accorde toujours pas de congés. dévoré les journaux), on sent plein
« Roissy et l’Afrique ». Vaste pro- travail lundi (on était le samedi). Du Elle me rejoindra le week-end de progrès… Je le sens bien aussi,
gramme, comme dirait l’Autre et il coup, je décide de remonter avec d’après. Retour au bon Sofitel, où je mon retour « business » au Bénin,
faudra faire des choix. C’est que les elle le dimanche. Je loue une belle suis toujours reçu impeccablement, je le sens bien le dossier « Roissy et
liens du pôle de Roissy avec le conti- Toyota Corolla climatisée (c’est pas discussions d’affaires avec Saturnin, l’Afrique », avec le Bénin en point de
nent africain sont beaucoup plus im- du luxe là-bas). Quelques 470 km visite d’autres homes d’affaires bé- mire, pays exemplaire dont on ne
portants qu’on ne pourrait le croire. plus loin, nous sommes arrivés dans ninois, à la mission économique parle presque pas dans les médias en
Et pas seulement, comme le montre sa petite ville, Bembéréké, en plein française… Tournée des grands France... Et cette fois j’aurai un pied
l’article d’à côté, qui peut paraître pays bariba (l’ethnie dont elle fait ducs, notamment de J.M Peeters, là-bas, un pied en France. Mon rêve…
anecdotique (mais qui ne l’est pas). partie). J’y ai passé une semaine au patron inusable du restaurant La-
calme et dans la chaleur étouffante verdure, de la toujours belle Sabine,
Du coup, j’ai invité Bignon en France
Cet été, j’ai donc décidé de poser des de la « maisonnée » du Roi de Bem- de l’Edelweiss, restaurant my-
en décembre (RoissyMail en a abon-
jalons pour ce numéro (je verrais bien béréké, où loge Bignon. Royal, il me thique… La ville a changé, dans le
damment rendu compte, eu égard
le numéro 26 pour ce dossier), de re- confie le double des clés de ses WC bon sens, des nouveaux boulevards,
magnifiques, comme celui de l’Eu- aux problèmes qu’on a rencontrés
tourner dans ma « base » béninoise, privés, je lui en sais encore gré…
où j’ai gardé de nombreux contacts. Lecture, réflexions professionnelles, rope, augmentation des zones urba- pour l’obtention de son visa), car je
Pour BN mais aussi pour d’autres bu- détente, loin du monde, sans télé- nisées, que ce soit vers Abomey-Calavi compte sur elle pour m’aider là-bas,
siness, que j’ai affinés là-bas. phone portable et sans Internet… que vers Porto-Novo, la capitale poli- dans mes affaires. C’était la première
Je suis allé quand même à deux re- tique. Impressionnant, des banques fois qu’elle venait en Europe et
prises à Parakou, la grande ville partout, des immeubles. On sent la qu’elle prenait l’avion. Séquences
commerçante du Nord située à une croissance. Et la démocratie vivi- « émotions » garanties ! Tout c’est
Une semaine à fiante : nouveau président élu (le Dr très bien passé…
centaine de km de là, et j’y ai en-
Bembéréké, sans voyé un RoissyMail. ADSL un peu Boni Yayi), liberté de la presse (j’ai EV
téléphone portable, lente, mais ça a marché, à partir
sans Internet… d’un « cyber » nommé Cybersat, for-
midable. Ce fut RoissyMail n°164.
C’est bien RoissyMail, on peut l’en-
J’ai donc passé 15 jours au Bénin en voyer de partout !
août dernier. Arrivé avec Air France Le week-end d’après, nous nous
à Cotonou, la plus grande ville du sommes promenés vers le Nord : es-
pays, le soir. Grand plaisir, comme cale à l’hôtel (très bien) à Kandi,
toujours, en ressentant la moiteur poursuite vers Malanville, la ville
de l’air, rafraîchie par la brise de l’At- frontalière avec le Niger, au bord du
lantique, situé à 200 mètres de l’aé- grand fleuve que je n’avais jamais
roport. Accueilli par mon vieil ami vu. Aller retour à Gaya pour un dé-
Saturnin Agbota, un homme d’af- jeuner (un bon « tchatchenga » et BENBÉRÉKÉ

faire aussi puissant qu’intelligent et une bière fraîche), au Niger (sans


que je connais depuis…25 ans visa, merci les policiers), où l’on
maintenant. Direction le Novotel croisera un vieux camion de Mazet
Orisha, où le directeur, Stéphane (voir l’article suivant), nuit à Malan-
PARAKOU
Frantz di Rippel et tout le staff ville, visite de la réserve cynégé-
m’auront vraiment bien accueilli. Le tique, retour et nuit à Kandi, le
lendemain, mon amie Bignon (une lendemain visite de Banikoara et de
de mes anciennes employées, que je Ouné, un trou perdu où est née Bi-
connais depuis et avec laquelle je gnon et retour dimanche soir à
suis toujours resté en contact), ar- Bembéréké.
rive à l’hôtel, en provenance du Nord
du pays où elle habite et travaille en
ce moment. Joie des retrouvailles. Je Cotonou mon amour !
ne l’avais pas revue depuis 4 ans, et (ou Cotonou,
elle est, à 37 ans, toujours aussi belle
et fine que lorsque je l’ai vue pour à nous deux !)
la première fois.
Mais, alors que je comptais passer
quelques jours avec elle à Cotonou Deux jours supers, mais je dois re-
avant de monter dans le Nord, j’ap- tourner à Cotonou pour mes affaires. 89
BN
prends que son patron lui a refusé Le patron de Bignon, intraitable, ne 24
COTONOU
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 90

ROISSY ET L’AFRIQUE

Près des pistes de CDG, à Tre

« Des centaines
de vieux c
partent chaque
vers l
La face cachée du Vieux-Pays de Tremblay.

Ca fait déjà plusieurs années qu’on de voitures d’occasion importées. Ce


voulait vous en parler, mais là, c’est le qui, à cet époque de grave crise éco-
A l’intérieur
de « l’entre- bon moment. Si vous allez traîner, au nomique et politique, avait offert du
pôt » Nord du Vieux-Pays de Tremblay, der- travail et des revenus à des milliers de
rière l’ancienne ferme Zaffani où nous personnes désoeuvrées : importateurs,
avions nos bureaux, vous apercevrez revendeurs, mécaniciens, rabatteurs de
sûrement, le long d’un vieux chemin toutes sortes. Cela a permis à beau-
Ce camion pavé, une enfilade de vieux camions coup de se payer une voiture (tous les
de Mazet spectaculaire. Des gros porteurs avec prix sont possibles) et à Cotonou de
(Gonesse), des camions plus petits dessus, et connaître une pollution sans précédent !
que j’ai croisé
quelques camionnettes encore des- Depuis, les immenses parcs ont été dé-
au Niger cet
été a peut- sus…C’est un convoi, en partance soit placés à l’extérieur de la ville.
être été pour le port du Havre, soit pour un Le commerce des camions (les plus
vendu par port belge. Direction : l’Afrique, et gros étant appelés « Titans » par les
Amadou. l’Afrique noire, particulièrement. Le Béninois, en référence à la marque très
continent, sinistré par le sous déve- connue de VolksWagen) dans ce pays
loppement continu (et entretenu par doté d’une économie de réexportation
l’incurie globale des dirigeants afri- vers ses voisins : Nigeria, Togo, Bur-
cains, je pèse mes mots), importe de kina et surtout Niger. Tout se fait par
plus en plus de vieilles voitures et de camion malgré une ligne de chemin de
vieux camions. Si tous les pays afri- fer Cotonou Parakou qui était prévue
cains importent, le Bénin, depuis les pour continuer vers Niamey, la capitale
années 90, est devenu une véritable du Niger (prévue, de mémoire, depuis
plaque tournante « sous-régionale », les années 50 !). Il faut voir, et je l’ai
comme on dit là-bas, de ce commerce. vue, la noria des camions entre Para-
90 Le port de Cotonou fut étendu pour kou et le Niger ! La plupart sont hyper
BN
24
permettre le stationnement de milliers chargés, brinquebalants, un sur deux
A la brasserie-tabc du Vieux-Pays,
avec Amado (à droite) , Fataï et Roxanne
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 91

ROISSY ET L’AFRIQUE

Tremblay du port du Havre et sont achemi- cules sont achetés à Villepinte,


nés vers les plus grands ports afri- chez Petit Forestier, pas très loin
cains comme Cotonou, Dakar ou du Vieux-Pays. « Les véhicules ont
Lomé. Au Moyen-Orient, les pays de deux à vingt ans. Mais souvent,

es
concernés sont le Yemen, la Jor- nous essayons de ne pas dépasser
danie, l’Irak et l’Arabie Saoudite. dix ans. Les clients n’aiment pas
Les camions ne sont pas assurés trop quand ils sont plus vieux », as-
sur le bateau. Le paiement s’effec- sure Amadou.
tue par crédit documentaire. Dans son entrepôt à Tremblay-en-
« Au début, nous ne vendions des France, les camions s’entassent et

x camions
camions qu’en Afrique. J’allais les ne paraissent pas tous de première
récupérer moi-même pour les ame- jeunesse, pourtant ils sont tous re-
ner ensuite aux clients », explique vendus.
Amadou. Depuis, la société a Tout irait bien si Amadou pouvait
grandi. Quatre personnes travail- bénéficier de l’électricité. « Avec la
lent à la Sovecam : outre le gé- municipalité, c’est un vrai ping-

ue année rant, un commercial, un secrétaire


et Jean-Yves Boivin (le convoyeur,
employé ponctuellement).
En plus des salariés, Amadou Oue-
draogo possède un vaste réseau de
pong administratif. Je n’ai pas de
courant donc pas de téléphone et
pas d’Internet. J’ai demandé plu-
sieurs rendez-vous au maire mais
c’est le black-out total » soupire

s l’Afrique »
« rabatteurs » qui servent d’inter- Amadou. Eric Veillon sourit…. Offi-
médiaires dans les transactions. cieusement, l’installation des po-
Comme Fatai Gbadamassi, un Sé- teaux d’électricité gênerait la vue
négalais, qui travaille avec lui de- de l’église.
puis plusieurs années, présent lors Sans électricité, Amadou a été
de notre entretien. Car la Sovecam obligé de trouver des solutions.
ne se casse pas la tête pour trou- « J’envoie fax et mails de mon do-
ver des clients, tellement la de- micile à Bobigny », fait-il valoir.
mande est grande. « Les clients Mais l’affaire à l’air de bien tourner
est borgne, et les vieux moteurs du Vieux-Pays, chez Roxanne, la appellent et disent “J’ai besoin de malgré cela. Il en faut d’autres pour
dégagent une odeur insoutenable. Cambodgienne : ça tombe bien, tel(s) ou tel(s) camion(s). Ensuite décourager ceux qui sont motivés…
Mais ça roule. C’est pour cela que c’est aussi une admiratrice de BN. nous achetons. Dans 80 à 90 %
l’importation de camions est im- Repas vite fait, discussions sym- des cas, les clients viennent véri- L.L
portante. pas, photos et c’est Ludovic qui a fier la marchandise sur place »,
Nous avons donc rencontré Ama- pris les notes ci-dessous. souligne Amadou Ouedraogo. Du- Quelques jours après, à ma de-
dou, qui a fondé la société de rant l’année, la Sovecam vend mande, j’ai rencontré un des clients
Tremblay. Celle-ci est « installée » EV entre 200 et 250 camions. de Sovecam., un Béninois (ça tom-
au bout d’un chemin boueux, sous La vente se fait souvent « par bait bien…) qui travaille avec Ama-
un ancien hangar agricole appar- bouche à oreille » mais la société dou depuis 6 ans. Ses principaux
tenant la famille Dubois, les agri- est également abonnée à Europe clients au Bénin sont des Nigérians,
L’export à Tremblay, à camions, un site Internet d’achat bien que, semble-t-il, l’importation
culteurs bien connus du
Vieux-Pays. Dans le hangar (qui partir de « bureaux » et de vente de camions (www.eu- de camions d’occasion soit interdite
avait servi il y a quelques années sans électricité… rope-camions.com). dans ce grand pays aux frontières in-
d’abattoir pour l’Aïd, voir BN 3) et surveillables et champion de la cor-
autour, un fatras de camion tous ruption. Il les cède à des revendeurs
plus vieux les uns que les autres, Amadou Ouedraogo, 46 ans, Bur- De 0 euro à…plus. : des Haoussas du Nord, me précise-
des pièces partout… . Le bureau kinabé (Ouedraogo, patronyme t-il, friands de DAF 95, alors que les
du patron ici, c’est sa voiture. très courant au « pays des Béninois sont plutôt attachés aux
Heureusement, ils connaissent hommes intègres » » signifie Les camions sont achetés le plus Renault et aux Mac. Ce commerce lui
bien Bénéfice.net : Jean-Yves, le « étalon » en mossi) a monté la souvent en Ile-de-France : « On rapporte entre 1,5 et 2 millions de
convoyeur me cite même dans le société Sovecam (Société de vente évite d’acheter trop loin en raison FCFA (soit 2 286 et 3 048 euros)
détail plusieurs articles, je suis sur de camions) en février 2002. L’ac- des frais de rapatriement », in- m’affirme-t-il. Comme il en vend 50
le cul ! Bref, on est en confiance. tivité consiste à racheter des ca- dique Amadou. Le prix varie sou- à 70 par an, ça lui fait une vraie for-
Rendez-vous sera pris plus tard, mions d’occasion en France et à vent. « Ça va de 0 euro à plus. Ça tune au Bénin. Bravo !
pour causer du business. C’est ce les revendre en Afrique et au dépend de l’état du camion », af- 91
que l’on fera à la brasserie-tabac Moyen-Orient. Les convois partent firme Amadou. Souvent les véhi- EV BN
24
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 92

Gouvieux Chantilly
9 498* habitants 11 200 habitants
TP TF TH TP TF TH
20,84% 29,60% 19,98% Avilly-Sa
25,99% 32,76% 19,03%
985
TP
21,55% 28

ROISSY 2025 : LA CARTE DES CIRCONSCRIPTIONS LÉGISLATIVES Les 10 et 17 juin prochains, les électeurs français vont
voter pour désigner leurs nouveaux députés à l’Assem- TP
lamorlaye
8 281 habitants
TF
17,73% 31,71% 22,37%
TH

blée nationale. Cette élection sera très importante, y Coye-la-fôret

TP
3 840* habitants
TF
17,51% 33,66% 20,45%
TH Eric WOERTH (UMP)
Elisabeth BOUSSARD (FN)

compris pour notre région de Roissy, si mal entendue, si Chaumontel

TP
Martine CHARLES (PS)
Hayat GOVAERTS (PCF)
3269* habitants
RégisTHGRZELEZAK (UDF)
TF
24,83% 27,10% 18,98%

mal défendue au niveau national. Nous éditons cette Chaumontel


Chaumontel

TP
3269* habitants
TF TH
24,83% 27,10% 18,98%

carte pour permettre à chacun de connaître les députés luzarches


4079* habitants

sortants du pôle de Roissy, ainsi que les candidats


TP TF TH
23,63% 22,76% 18,47%

prétendant les remplacer. TP


lassy
182* habitants
TF TH
24,56% 14,81% 12,53%
epinay-champlâtreux
75 habitants
TP TF TH
14,45% 19,67% 12,23%

jagny-sous-bois

Notez bien cependant plusieurs détails :


224 habitants
TP TF TH
21,76% 17,10% 13,27%

villiers-le-sec
152* habitants
TP TF TH
13,87% 18,93% 13,81%

mareil-en-france
571* habitants
TP TF TH

- la liste des candidats est celle que nous avons pu


16,85% 15,65% 11,65%

chatena
61

© • Vieux Pays Promotion RCS Pontoise B 438 409 435 • Cette carte, ainsi que les projets et tracés qui y sont figurés, ne sont pas contractuels. Modèle déposé - Reproduction interdite
« récolter » au 7 mars 2007. TP
11,87%

Certains partis sont introuvables ou injoignables, ou très le mesnil-aubry

TP
924* habitants
TF
5,29% 23,35% 17,83%
TH

difficilement, ce qui est un comble. 7ème circonscription (95)

- dans la 6ème circonscription de Seine-et-Marne, c’est le plessis-gassot

TP
74 habitants
TF TH
13,36% 9,08% 9,94%

Jean-François Copé qui sera candidat, car Roger Jérôme CHARTIER (UMP)
Gilles BRUNEBARBE (MPF)
Michèle LOUP (Les Verts)
X. (NC à ce jour) (PCF)
Boullonnois, son suppléant est devenu député quand X. (NC à ce jour) (UDF)

ecouen

Copé a été nommé ministre. TP


7 079 habitants
TF
23,66% 24,03% 19,16%
TH
TP
bouqueval
301* habitants
TF
14,77% 11,82% 9,25%
TH

VILLIERS-LE-BEL
26 089 habitants
TP TF TH

- dans la 7ème circonscription de Seine-et-Marne,


24,74% 28,40% 19,95%

SARCELLES
57 871* habitants 18,
TP TF TH

Charles Cova, député sortant (UMP), ne se représente


24,74% 27,03% 23,67%

8ème circonscription (95)

pas. C’est Yves


Albarello, maire de Claye-Souilly, conseiller régional, ARNOUVILLE-
LES-GONESSE GONES

qui a obtenu l’investiture de l’UMP. Dominique STRAUSS-KANN (PS)


Chantale GOURINEL (Les Verts)
TP
12 252 habitants
TF
24,74% 29,68%
TH
20,69%
TP
24 721 hab
TF
26,41% 25,77%

Sylvie NOACHOVITCH (UMP)


Martine PLISSON (MPF) bonneuil-en-fran
Claude RIBBE (UDF) 749* habitants

- dans la 3ème circonscription de Seine-Saint-Denis,


TP TF TH
X. (NC à ce jour) (FN) 11,73% 16,91% 11,0

X. (NC à ce jour) (PCF)

Muguette Jacquaint ne se représente pas. GARGES-LES-GONESSE

TP
39 400* habitants
TF
28,13% 29,38%
TH
22,71%

STAINS
32 839 habitants
TP TF TH
35,15% 32,41% 22,26%
DUGNY 4ème circonscriptio

- dans la 10ème circonscription de Seine-Saint-Denis, la


10 336* habitants
TP TF TH
32,69% 35,15% 20,53%

situation est ubuesque : M. Abrioux, député sortant, 3ème circonscription (93)


Marie-George BUFFE
Thierry MEIGNEN (U

(UMP) ne se représente pas, sinon comme suppléant de LE BOURGET

TP
12 110 habitants
TF TH
François MORIN (Les
Marie-Pierre RAMO
X. (NC à ce jour) (P
X. (NC à ce jour) (F
X. (NC à ce jour) (M

M. Dallier (Sénateur UMP) qui se présente en tant…


32,77% 24,30% 21,33%
Muguette JACQUAINT (PCF)
Daniel GOLDBERG (PS)
Jean-François MORINO (Les Verts) 5ème circonscri
X. (NC à ce jour) (FN)
X. (NC à ce jour) (MPF)

qu’indépendant, alors que c’est Gérard Gaudron, succes- X. (NC à ce jour) (PCF)
LA COURNEUVE

TP
35 700* habitants
TF TH

seur de M. Abrioux à la fonction de maire d’Aulnay qui a


37,07% 29,83% 14,86%

DRANCY
64 500* habitants
TP TF TH
40,57% 30,71% 18,19% Jean-Christophe

été investi candidat par l’UMP… (UDF)


Myriam BENOU
Franck CONTAT (

92 Abdel SADI
X.(NC à ce jou
X.(NC à ce jou
BN
24
Députés
UDF
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 93

Avilly-Saint-Leonard
985 habitants
TP TF TH
21,55% 28,00% 15,69%

ERTH (UMP)
TP
Pontarmé
596 habitants
TF TH
21,75% 35,66% 18,65%

Thiers-sur-Thève

TP
988 habitants
TF
roissy 2025
TH
17,30% 33,76% 15,29%
Golf
ZI des
Meuniers

Lagny-le-Sec

TP
Le Plessis-Belleville

1825 habitants
TF TH
17,68% 37,41% 14,64%
TP
3061* habitants
TF TH
22,47% 45,27% 19,14%

BOUSSARD (FN)
CHARLES (PS)
VAERTS (PCF) Orry-la-Ville Parc
Mortefontaine TP
senlis
17 192 habitants
TF TH
24,28% 41,24% 22,35%
La carte des
3 380 habitants
ZELEZAK (UDF) TP TF
16,61% 32,44% 17,91%
TH

La Chapelle-en-Serval
Asterix

circonscriptions ZA

TP
2 576* habitants
TF
21,80% 34,80% 20,34%
TH
législatives :
bellefontaine
476* habitants FOSSES
les députés sortants ver-sur launette
1 085* habitants
TP TF TH 9 993 habitants
19,55% 23,65% 18,45%

le plessis-luzarches
TP TF
19,29*% 26,74% 20,96%
TH
et les candidats Mortefontaine
727 habitants
TP TF TH
16,91% 31,88% 13,06%

survilliers
140 habitants plailly TP TF TH
2 888 habitants
TP TF TH 1 611 habitants 14,38% 28,10% 17,75%
ants TP TF TH
22,87% 17,50% 12,76% 18,99*% 17,66% 19,51% TP TF TH
TH
12,53% 17,29% 28,77% 14,13%

sous-bois EVE
st-witz 433* habitants
habitants
2276* habitants TP TF TH
TF TH
7,10% 13,27% TP TF TH 17,84% 32,14% 12,01%
18,99*% 20,44% 17,14%

vemars
MARLY-LA-VILLE
2 058 habitants
5 696 habitants
TP TF TH
OTHIS
TP TF TH 18,99*% 28,36% 23,24% 5 591 habitants
19,11*% 16,59% 19,40%
TP TF TH
22,48% 29,91% 30,31%

chatenay-en-france
61 habitants moussy-le-neuf
TP TF TH 2 392* habitants
11,87% 11,25% 9,43%
TP TF TH
30,25% 30,57% 23,31%
rouvres
612* habitants
TP TF TH
20,00% 35,39% 23,94%
puiseux-en-france longperrier
villeron
3395* habitants 2 070 habitants
718* habitants
TP TF TH TP TF TH
18,99*% 23,57% 21,91% TP TF TH 20,61% 39,00% 25,17%
18,99*% 18,18% 14,77% moussy-le-vieux
1 008 habitants
fontenay-en-parisis TP TF TH
1 710 habitants 22,43% 35,45% 20,28%
TP TF TH
20,11*% 27,04% 19,49% DAMMARTIN-EN-GOËLE
7 805 habitants
chennevieres-les-louvres
TP TF TH
218 habitants 19,61% 35,60% 24,98%
TP TF TH ST-MARD
19,96*% 12,89% 9,88%
3 445 habitants
LOUVRES TP TF TH
8 797 habitants 31,33% 34,77% 24,98%
TP TF TH
18,99*% 29,21% 18,18% mauregard
GOUSSAINVILLE 245* habitants
27 224 habitants
TP TF TH
epiais-les-louvres 20,99% 27,60% 16,73%
TP TF TH
27,73% 28,05% 22,41% 80* habitants villeneuve-sous-dammartin
TP TF TH 534 habitants
18,99*% 18,25% 14,09% TP TF TH
14,86% 30,40% 18,78%
le mesnil-amelot
9ème circonscription (95) 565 habitants
TP TF TH
21,00% 23,32% 17,14%

6ème circonscription (77)


juilly
1 647* habitants
TP TF TH
al 18,47% 29,28% 21,85%
ts
TH
9,25% thieux
742* habitants
TP TF TH
17,18% 29,77% 18,42%

Jean-Pierre BLAZY (PS) roissy-en-france


2420* habitants
le thillay Michel ATALAY (Les Verts) TP TF TH
3 665 habitants 18,99*% 21,66% 10,96%
TP TF
18,99*% 25,52% 15,79%
TH Thierry CHIABODO (PCF)
Guy MESSAGER (UDF) Roger BOULLONNOIS (UMP) vinantes
287 habitants
Yanick PATERNOTTE (UMP) Marie-Christine ARNAUTU (FN) TP TF TH
16,26% 27,24% 23,38%

Daniel TOUSSAINT (MPF) Jean-François COPE (UMP


Eric VEILLON (IND) nantouillet

X. (NC à jour) (FN)


Monique PAPIN (PS) TP
278* habitants
TF TH
15,74% 31,20% 26,27%

vaudherland
88 habitants 11ème circonscription (93)
TP TF TH
19,49*% 11,24% 10,32%

compans
765* habitants
GONESSE
TP TF TH st-mesmes
24 721 habitants
18,73% 23,26% 14,06% 462 habitants
TP TF TH
26,41% 25,77% 24,43% TP TF TH
16,67% 27,68% 18,22%

MITRY-MORY
16 869 habitants
bonneuil-en-france TP TF TH
749* habitants 22,40% 33,48% 23,67%
TP TF TH MESSY
11,73% 16,91% 11,01% 896 habitants
TP TF TH
GRESSY
François ASENSI (PCF) 813 habitants
16,89% 21,78% 16,74%

TP TF TH
Christophe BORGEL (PS) 16,56% 26,06% 17,35%

10ème circonscription (93) Nathalie SOUTINHO (MPF)


Tan TRAN (Les Verts)
Martine VALLETON (UMP)
X. (NC à ce jour) (FN)
4ème circonscription (93) TREMBLAY-EN-FRANCE
X. (NC à ce jour) (PCF) 33 885 habitants
TP TF TH
VILLEPINTE 29,76% 30,88% 21,98%
33 782 habitants
TP TF TH VILLEPARISIS CLAYE-SOUILLY
30,33% 44,25% 23,51% 21 296 habitants 10 152 habitants
Jean-Claude ABRIOUX (UMP) TP TF TH TP TF TH
Alain AMEDRO (Les Verts) 23,48% 36,19% 21,53% 19,40% 28,20% 18,62%

Philippe DALLIER (IND)


Marie-George BUFFET (PCF) Gérard GAUDRON (UMP) SEVRAN
Thierry MEIGNEN (UMP)
Daniel JACOB (MPF) TP
47 063 habitants
TF TH
7ème circonscription (77)
François MORIN (Les Verts) ANNET-SUR-MARNE
40,21% 34,96% 32,19%
Marie-Pierre RAMOS (PS) Gérard SEGURA (PS) 3 371 habitants
X. (NC à ce jour) (PCF) LE BLANC-MESNIL X. (NC à ce jour) (FN) TP TF TH
22,19% 32,84% 20,43%
X. (NC à ce jour) (FN) 51 200* habitants X. (NC à ce jour) (PCF)
X. (NC à ce jour) (MPF) TP TF TH
43,43% 33,00% 23,61% VAUJOURS
5 570 habitants
TP TF TH
5ème circonscription (93)
12ème circonscription (93) 30,35% 16,41% 15,30%

AULNAY-SOUS-BOIS
80 700* habitants
TP TF TH courtry
34,23% 23,96% 22,94% 6 036 habitants
TP TF TH
22,41% 37,70% 24,76%

Livry-Gargan
37 288 habitants
Jean-Christophe LAGARDE
(UDF)
TP TF
32,09% 25,55%
TH
22,19% Charles COVA (UMP) VILLEVAUDE
1 599 habitants
Myriam BENOUDIBA (PS)
Franck CONTAT (Les Verts)
coubron Yves ALBARELLO (UMP) TP TF
18,00% 26,63% 15,21%
TH

4 643* habitants
Abdel SADI (PCF)
X.(NC à ce jour) (FN)
Eric RAOULT (PCF)
Ginette CONTRASTIN (Les Verts)
TP
30,08%
TF
21,70%
TH
24,10%
Emeric BREHIER (PS) 93
X.(NC à ce jour) (MPF) Julien SANCHEZ (FN)
Pascal POPELIN (PS) BN
X. (NC à ce jour) (PCF) 24
Députés Députés Députés
UMP PS PCF
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:43 Page 94
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:44 Page 95
BN24 v3:Mise en page 1 9/03/07 15:44 Page 96

Avec plus de 2 500 employés FedEx en France dont 1 800 à Roissy


• En 2006, FedEx remporte issus pour la plupart du Val d’Oise, de la Seine St-Denis et de la Seine
le prix “Partenariat” et Marne, FedEx donne la priorité aux populations locales et développe
de la diversité Culturelle, le recrutement avec les communes avoisinantes.
Ethnique et Sociale,
remis par le Ministre Notre projet de plate-forme multimodale, notre activité en pleine
délégué à la Promotion croissance contribuent au développement économique du pôle de
de l’égalité des chances. Roissy et les perspectives d’emploi sont prometteuses.
• En 2005, FedEx signe
Si l’étude Great Place to Work® place FedEx parmi les 20 premières
la Charte de la Diversité
dans l’Entreprise. entreprises en France “où il fait bon travailler” c’est parce que nous
RMP Advertising - Photos : FedEx
menons une politique active d’égalité professionnelle, que nous
• Plus de 43 nationalités privilégions la formation, le développement personnel et la promotion
représentées au sein de
interne. Nous savons que la réussite repose sur la performance des
FedEx en France.
collaborateurs et nous avons à coeur d’encourager le travail en
équipe et donnons à chacun sa chance.

Centres d'intérêt liés