Vous êtes sur la page 1sur 198
Dessin d'architecture iy hy = paysagere EYROLLES Ss ~ a Sommaire 6 Avant-propos 7 Langage graphique et applications 8 Inventaire et analyse 8 Contenu et objectif 8 Type de graphisme et matériel W Elaboration du projet 11 Dessin de conception 14 Dessin préparatoire 16 Documents d'instructions 16 Contenu et objectif 16 Type de graphisme et matériel 17 Relevé de terrain 18 Plan de masse 19 Plan de plantation 20 Détails de construction 21 Instruments et techniques de base 22 Dessin d’architecture au crayon 22 Equipement et matériel 25 Techniques 27 Dessin au crayon en huit étapes 28 _Dessin d’architecture a l'encre 28 — Equipement et matérie! 28 Techniques 29 Cartouches 30 Indication du nord et échelles graphiques 30 Indication du nord 31 Echelles graphiques 32 Exercices 35 —_Lettrage 36 —_Lettrage au marqueur et au feutre 36 Précautions d’emploi 36 La prise en main 37 Lettres pleines au marqueur 37 Lettres évidées 38 Ajout de contours 40 Lettrage au crayon 40 —_Lignes de construction 40 Forme et espacement 40 Dimensions 43 Technique 43 La prise en main 45 Pour un lettrage efficace Exercices Dessins 4 main levée et schémas de conception Outils et matériel Graphite Autres outils de dessin Les supports 4 dessin Techniques Lignes fluides Lignes droites longues Lignes droites courbes Lignes de détail Hachures et tons Schemas de conception Symboles de direction Symboles de limite Formes symbolisées Exemple 01 — Plan de conception Exemple 02 — Schéma de conception Exemple 03 ~ Schéma de conception Exemple 04 — Plan de conception Exemple 05 — Plan de conception Exercices Esquisses de présentation : vues en plan Choix des symboles graphiques Symboles des végétaux Arbres stylisés Formes de ramification Coniferes Plantes tropicales Végétation tropicale Plantes du désert Arbustes, arbrisseaux et bosquets Autres bosquets Couverture végétale Esquisses de plantations composées Exemple 01 — Esquisse de plantations composées Exemple 02 ~ Esquisse de plantations composées avec ombres portées Symboles du relief Symboles des minéraux Symboles de |’eau Paysage aquatique Piéces d'eau architecturales Symboles des éléments construits Pavement Fléments structurant le paysage Batiments Ajout de personages et de véhicules Traitement des ombres Tachnique de dessin des ombres portées Exemples d’ombres portées Exemple 01 - Ombres composites Exemple 02 - Ombres composites Exemple 03 - Ombres composites Exemple 04 - Ombres composites Exemple 05 - Ombres composites Exercices Esquisses de présentation : coupes avec elévation Distinguer coupe, plan et élévation Caractéristiques de la coupe avec élévation Dessiner une coupe a partir d'un plan - Methode Applications Montrer des éléments verticaux et leurs relations Analyser les vues Montrer les processus naturels et écologiques Ftudier un terrain et son microclimat Révéler les éléments cachés d’une vue en plan Montrer la structure interne Autres exemples Exercices Symboles graphiques pour coupes et perspectives Arbres Arbres simplifiés Textures de feuillage Lumiere Textures plus élaborées Arbres au fouillage retombant Ramifications Coniféres Palmiers Arbustes, arbrisseaux et bosquets Plantes Fleurs, herbes, couverture végétale Cactus et autres plantes grasses Plantes tropicales Plantes d’intérieur Eléments au premier plan Arbres Paysages aquatiques, pierres et rochers 138 140 142 143 144 145 146 147 149 149 149 149 150 150 151 154 155 156 156 157 158 159 160 163 168 176 176 177 179 180 180 181 182 182 183 183 184 186 187 188 189 192 198 Fontaines et plans d'eau Pavement Différents éléments de pavement Murets et escaliers Clétures Bancs Véhicules . . Personnages . et Ambiance ‘ o Fonction Proportions Dessiner les personnages Dessiner sur le vif Décalquer les personnages Composition et placement Exercices Dessins en perspective Perspective a un point de fuite Vocabulaire Aspects spécifiques de la perspective a un point de fuite La figure humaine comme échelle de référence Perspective a deux points de fuite Dessins en perspective avec appareil photo numérique Construction d’un escalier Dessins en perspective assistés par ordinateur Composition en perspective Equilibre de la composition Relation proche-distant Finitions de détail Cadrage par plans Juxtaposition de détails et d’espaces vierges Relation clair-foncé Utilisation de silhouettes Vue ouverte et vue fermée Lumiére, ombres propres et ombres projetées Ombre propre Ombre portée Dessins d’observation Vue aérienne Vue d’ensemble Dessin a vue travaillé au crayon Exercices Bibliographie = & Avant-propos Dessin d'architecture paysagére est un ouvrage a la fois pédagogique et pratique. Les techniques que l'on y présente sont simples et vous feront gagner du temps. Bien que nous nous adressions en premier lieu au néophyte qui souhaite s’initier au dessin de paysage, nous avons également choisi de montrer des techniques et des illustrations qui ne manqueront pas d’intéresser les dessinateurs professionnels. Le dessin d’architecture paysagére est un sujet trop vaste pour étre traité dans un seul ouvrage, c'est pourquoi nous avons préféré ne développer ici que les tech- niques en noir et blanc. D’autre part, il nous a semblé judicieux de simplifier des techniques complexes afin de les rendre plus accessibles. Par exemple, bien qu'il existe des méthodes extrémement précises pour dessiner en perspective, celles que nous expliquons, étape par étape, offrent I'avantage de la simplicité sans rien perdre de leur efficacité. Nous ne faisons qu’évoquer I’univers du dessin assisté par ordinateur (DAO). Lordinateur est aujourd'hui capable d’accomplir de multiples taches graphiques que les dessinateurs avaient I'habitude d'effectuer manuellement. Nous décrivons certaines d’entre elles car on ne saurait laisser complétement ce sujet de cété Mais le DAO fait appel a des logiciels beaucoup trop « pointus » pour que nous l'abordions en profondeur dans un ouvrage de base. On ne saurait se passer d’architectes Paysagistes capables d’exécuter rapidement des dessins intelligibles. Dans ce domaine, la partie la plus importante de I’appren- tissage est réservée 4 la pratique, les conseils et les explications n’en constituant qu’un modeste complément. En apprenant a maitriser les techniques graphiques du dessin de paysage, vous développerez peu a peu votre potentiel créateur et la capacité de convaincre de futurs clients. Si les techniques graphiques vous sont encore 6trangéres ou si vous enseignez ces techniques a des débutants, ce livre vous sera particuligrement utile. Etudiez chaque chapitre en terminant par les exercices proposés avant de passer au cha- pitre suivant. Choisissez les exercices qui vous paraissent les mieux adaptés a vos objectifs ou a votre niveau. Nous vous conseillons de respecter la chronologie des chapitres, car elle obéit 4 une logique qui devrait vous permettre chaque fois d’u- tiliser vos nouvelles connaissances dés le chapitre suivant. La difficulté des exer- cices augmente également chapitre aprés chapitre. Les dessinateurs profession- nels ou les étudiants ayant déja une certaine expérience pourront sauter certaines sections jugées trop faciles et passer directement a celles qui les intéressent davantage. La plupart des techniques basées sur le noir et blanc, qui sont exposées et illus- trées dans cet ouvrage, s‘adaptent aisément aux techniques du rendu en couleur. N'hésitez pas a utiliser les couleurs dans des applications fapides, tout en étudiant conjointement chaque section. Langage graphique et applications De I'idée en germe au résultat final, le dessin d’architecture paysagére obéit a un processus de création ponctue par différentes étapes Le nombre de celles-ci dépend du type de projet et du nombre de personnes impliquées. Nous distingue- rons, dans cet ouvrage, quatre phases principales : = Définition du programme = \nventaire et analyse «Elaboration du projet = Documents d’instructions Dans la pratique, le travail n'est pas toujours aussi ordonné. Certains projets se passent de telle étape ou au contraire exigent qu'elle soit répétée. D’autre part, la coupure n'est pas toujours tres nette entre les différentes phases du projet. Elles peuvent se chevaucher ou méme se fondre. Toutefois, pour des raisons pratiques, nous aborderons ici chaque étape séparément, en traitant du langage graphique qui lui est propre. Ces productions graphiques et écrites servent a recueillir et enregis-trer, a mettre en images et en mots, a communiquer ces idées et des infor- mations — ce qui génére un vaste champ d’application allant de \'ébauche toute simple a des croquis de détails de construction trés complexes. Avant de passer a la phase de dessin, il faut rechercher et regrouper les don- nées auprés des propriétaires, des promoteurs, des administrateurs ou des utilisateurs. Les aspects sociaux, politiques, financiers et particuliers du projet sont définis a ce stade. On se focalise sur les usages, les besoins. les contraintes et les possibilités. Les documents d'un programme apparaissent souvent sous forme de notes, de questionnaires, de tableaux chiffrés et autres éléments d'information écrite, présentés selon un ordre logique. Inventaire et analyse Contenu et objectif Ace stade, les dessinateurs paysagistes recueillent des informations sur les carac- téristiques physiques du site : limites de la propriété, dimensions des batiments, végétation, topographie, nature des sols, climat, drainage, vue alentour et autres éléments importants. L'enregistrement des données du site constitue |'inventaire. Linterprétation de ces données, a laquelle s'ajoutent des évaluations subjectives, constitue l'analyse du site. Ces informations ainsi que les documents réunis dans la définition du programme serviront de directives de base lors des étapes suivantes. Type de graphisme et matériel Linventaire et |’analyse peuvent figurer sur des feuilles sé€parées ou étre réunis. Dans tous les cas, il s‘agit de dessins de vues en plan clairs, exacts et détaillés, qui permettent de comprendre la configuration du site existant, les contraintes et les possibilités 4 exploiter. Dans le cas de petits chantiers, l'inventaire et I'analyse peuvent se faire au crayon sur papier vélin ou papier millimétré, en multipliant les annotations. On peut aussi se servir d'un feutre et d'un papier spécial marqueur. Un metre a ruban, un outil de relevé topographique (telémétre laser) et un appareil photographique font partie de l'équipement indispensable @ |’enregistrement des caractéristiques du site. Les grands chantiers peuvent exiger toute une série de cartes, réalisées a la main ou par DAO. Les techniques fondées sur la vidéo, l’ordinateur ou I'imagerie satellite sont parfois nécessaires. Les analyses des sites particuligrement complexes requiérent un traitement informatique des différentes strates de données. La documentation graphique des projets paysagistes les plus modestes ne sert en général qu’au concepteur. Les dessins sont purement fonctionnels. lis comportent des notes et utilisent un systéme de représentation symbolique simple. Dans le cas d'un projet régional, on peut d’ores et déja présenter des données détaillées, que I’on imprimera en plusieurs exemplaires, car les documents seront en général analysés par une équipe de spécialistes et revus par le client. Inventaire et analyse Ne Montagne de lo. betaille eervoiy de [a ntontayne verte is Inventaire in r . US Department of Energy VEGETATION Service zone ouest ¥ a Arbustes Autres Herbacées Col de la riviére bleue [2] sovce [r] Zone rivorsinenumide [a] Prine | Lignes de transmission [m] Arbrisseaux de montagne [Zone urvaine CO Asticuture | . [L] Zone troutiee Sources . | | = Ep Sfosraphie avenne | pins Douglas/genévriers Je Espéces en vole ~ S-E. de Lawson Ridge: ytograpnie T] Pins wi sc ogpeaitenticil N20. de Lawson Fig R a ee fle protease wn cvlrs, 1978 ) “4 _ + Bbseretions surte terrain du Colorado + Bureau de la gestion du territoire. Inventaire et analyse Canalijation Prairie sauvage a jouterraine Barriere My Route de es . Y Maijon mal intégrée deny = KR * ad Erejion ~ Berge a slabilger Uh pos x bo lr Petite pinede existante ) Boo Ni be bee Fort Collins - 219 km Lee alimants par un conry Ceasn — pay Marmvée visible ¥ Prevoir ceintuve de protection cote N.-O. Le veijinaye jouhatferott gue la we reste légayée de ce cote Tiornin a penprysplat gs Pow un poleger ——, NT Poigouy principalement non comestibles - éventuellement & dliminer ef repeupler Lae navigable [derivenn) > f ae Clhimatijewr 8 voit vi Pinte environ G% - terme preaicf) A oe tel ore ( la. véyide { —_ 2 [a reyidence Exfersion exferieure Ce ee fonct — foit avec rigdag en cédre A persevere Maison = jana avae fonctions brn /I / I ct par la. montagne fay = diebrager Heo Cntrse principale Barrons Patio en “6 Cy , emert de wi / Nivense dleve ne Ds bay / gue la restore i de la. neppe phréatigne L sear lensenchle dy site nt} \ wn espace barenu e extériewr Foye septiqne ae N faye - SE oo Entrée privcipale \ da joble evaporation} Cone ds sole! om plein dtd Zone de reproduction da ythier dean Le client poyede PO hen Vow des fenctres F tains “eh Bt ryeaut Le terrain setend gar F autre bctaray Limites de la. tone fortersent développée Acciy ; Wiley | D Pildaiey 0 | —Rejervoir = i « de propane I You sens yee ~~ Analyse d'un site oN Laiyer en [état Elaboration du projet Les dessins présentés dans cet ouvrage concernent pour la plupart des produc- tions et des techniques propres a !a phase d’élaboration du projet. |I est conseillé de subdiviser cette phase de la conception en deux parties : l'etape du dessin de conception et celle du dessin préparatoire. Bien que le travail puisse étre mené de front, les objectifs et I'expression graphiques sont différents. ,Dessin de conception Contenu et objectif C'est avec ce type de dessin que les idées commencent a prendre forme dans l'espace. Les productions graphiques consistent en schémas fonctionnels (ou conceptuels), en plans de conception, et en plans schématiques (nommés aussi zonings). Ils servent principalement a exposer les différentes relations fonction- nelles des éléments du projet Type de graphisme et matériel Pour les petits projets, ces représentations graphiques sont des ébauches rapides, des dessins simplifiés a l'usage exclusif du dessinateur. Dans le cas de projets pay- sagers plus ambitieux et plus complexes, elles doivent étre soignées, car elles peu- vent étre soumises a des confréres et au client. Avant qu’elles ne soient reprises, il s‘'agit, comme dans le cas de petits projets, de dessins grossiers, schématiques, réalisés a main levée de maniére spontanée. lls servent a ouvrir des pistes, a pren- dre des décisions, a explorer des idées, a résoudre des conflits. Des dessins trop léchés pourraient, a ce stade, s‘avérer contre-productifs en étouffant la création N’oubliez pas que ce travail doit inspirer d'autres dessins. De simples vues en pian, des coupes ou des perspectives rapides rempliront parfaitement cette fonction Reportez-vous a la section consacrée aux schémas de conception, pages 54-56. Very ley montagnes Centre commercial Route Zone de confit Rue pittonniere bordée de boutiques Proqrarame immobilier propose Complexe cultiavel Plan de conception Very le centre-ville Elaboration du projet Pour les petits budgets, choisissez de préférence des crayons tendres ou des feu- tres et du papier calque. Pour les projets a gros budget, n’hésitez pas 4 utiliser des marqueurs de couleur et du papier spécial marqueur pour obtenir des images plus vivantes. Dans tous les cas, ces ébauches doivent étre assez suggestives pour susciter de nouveaux développements. Bibliotheque Civenlation NA peters ff Payjage convert Plan de conception Bibliothegue Elaboration du projet Elaboration du projet Dessin préparatoire Contenu et objectif Lorsque les idées explorées dans les dessins précédents sont retravaillées en fonction des différents critéres sociaux, environnementaux, économiques et esthétiques, les dessins incluent beaucoup plus d’informations sur organisation de l'espace, les matériaux, les couleurs et les possibilités d'utilisation. Puis vient le moment de présenter ses idées au client. A ce stade, le dessinateur doit expliquer clairement le projet et savoir le défendre. |! recueille également les remarques ou les critiques du client pour en tenir compte dans les dessins suivants. Ces dessins ont diverses appellations : = Esquisse de présentation = Coupe explicative = Perspective = Avant-projet = Plan de masse (état projeté) = Plan de développement proposé Les chapitres 5, 6, 7 et 8 fournissent de plus amples détails sur ces différentes représentations graphiques. Type de graphisme et matériel Les dessins retravaillés et destinés a étre présentés au client ou au public utilisa- teur doivent étre détaillés. Afin de rendre la présentation vivante, on préparera une série de planches associant plans, coupes et perspectives. Ces dessins doivent étre compréhensibles avec un minimum de texte. Limagerie numérique, la modé- lisation et les perspectives réalisées en DAO sont trés utiles a ce stade. Les esquisses de présentation requiérent un support solide comme le papier spé- cial marqueur, le papier d'impression épais, le papier a lettres de luxe ou le carton de montage. Pour donner a ces dessins le maximum de portée, il est souvent nécessaire de combiner techniques graphiques manuelles (éventuellement avec outils de précision), photographies et DAO. Elaboration du prejet FBPLACES i DE STATIONNENENT - ry \ pa p ay ACCES LIMITE AU PARC a POINT DE VUE PLAN DE MASSE PARC DE QUARTIER DE BOULDER NORD SERVICE DES ESPACES VERTS DE LA VILLE DE BOULDER, BOULDER, COLORADO Date : 10.07.1986 COUPE Aes es ee) @ 16) A Documents d’instructions Contenu et objectif Lorsque le projet est jugé réalisable, il faut « finaliser » les idées dans des docu- ments d’‘instructions destinés aux responsables de la « construction » ou du suivi du projet. Des ajustements ont parfois lieu entre les dessins de présentation et ces documents. Mais une fois ce stade atteint, les changements deviennent plus problématiques. Des instructions détaillées y accompagnent une série de dessins qui indiquent les cotes ou dimensions, les formes, les quantités, les types et les emplacements exacts des différents éléments. Les entrepreneurs utilisent ces documents pour établir leurs devis et négocier leurs prestations, puis ils s'y référent tout au long de la construction. Les dessins de construction paysagére types regroupent un plan du site, un relevé de terrain, un plan de masse, un plan d'irrigation, un plan de plan- tation et des feuilles d'annotations detaillées Type de graphisme et materiel Les dessins sont techniques, a la fois précis, complets et intelligibles. A ce niveau d’exigence, le travail se fait obligatoirement par DAO ou avec divers instruments de précision. Les dessins sont imprimés ou réalisés sur papier calque d’excellente qualité ou sur papier vélin. Documents d’instructions Releve de terrain Le relevé de terrain sert & indiquer les courbes de niveau, I’implantation des bati- ments, les systémes de drainage existants ou proposés, et tout ce qui nécessite des travaux de terrassement JECTION A PLAN DE NIVELLEMENT DE PORT COLLINS PARC LEE MARTINEZ JEDIICE DES EIPACES VERT. COLORADO JECTION A @) Documents d’instructions Plan de masse Le plan de masse précise |'emplacement, les cotes, les formes et les matériaux des éléments du projet. Plan de plantation Ce plan indique I’emplacement, les dimensions et les quantités de chaque espéce plantée, en précisant son nom usuel et son nom scientifique. UTE DES ANTES courme sou aoavineet WEANTeS aeinbane] eT Documents d’instructions = s & = ye 5a su LQ a iy Documents d’instructions Details de construction Les planches de détails de construction regroupent les coupes et plans agrandis de certaines piéces des éléments en dur rapportés ou construits. On peut y inclure des piéces internes et des instructions portant sur le type de matériau, les normes, les connecteurs et les finitions. FIXATION DE LA RAMPE GRILLE DARBRE GRILLE Diab @ GRILLE DARD RE ET Hae [G) waamincnlctae |) nnn TE oT EDAW/JJR VILLE DE FORT COLLINS FoaCation Coe Zone centrale aoe Projet d’embellissement DETAILS DIVERS DETAM P’ AN BANC Sh P Instruments et techniques de base La maitrise des techniques de dessin manuelles ou assistées par ordinateur est essentielle pour réaliser les documents d’ins- tructions, qui demandent une grande précision Ces techniques sont cependant utiles a toutes les etapes de la conception. Nous présentons dans ce chapitre les instruments de dessin qui leur sont associés en expliquant comment les utiliser. Vous pourrez ainsi appliquer immédiatement ces techniques lorsque vous aborderez les chapitres consacrés au lettrage, aux coupes, aux perspec- tives et autres représentations graphiques. La plupart des dessins de precision se font aujourd'hui a l'aide des logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO) ou des logiciels de dessin assisté par ordinateur (DAO). Les techniques manuelles demeurent néanmoins utiles dans bien des cas, notamment si vous travaillez au sein d'une petite structure qui prend en charge des projets trés différents les uns des autres. On aurait tort d’opposer les dessins manuels a la CAO/DAO, car les deux approches sont bien souvent combinées afin de béné- ficier de la vitesse et de la précision de l'ordinateur tout en gardant la fraicheur et le charme propres aux représentations gra- phiques réalisées a la main. @ Dessin d’architecture au crayon Le graphite demeure I'un des outils préférés de nombreux dessinateurs car il per- met de bien contréler la largeur et la densité du trait. Il est également facile de gommer les erreurs et d'apporter des corrections. Mais comparés aux dessins 4 l'encre sur calque, les dessins au crayon ont I'inconvénient d'étre moins durables ils ont tendance a perdre en netteté au fil du temps. En outre, les reproductions (photocopies ou impressions des documents numérisés) sont pales. Equipement et matériel Porte-mine C'est le principal instrument utilisé pour le dessin d’architecture au crayon. Il en existe de nombreux modéles. Les mines sont de grosseur et de dureté trés diverses. Voici les plus utilisées : = HB tendre Pour recouvrir une surface ou créer de la texture avec des traits foncés épais. Assez salissante, mais s’efface bien. =» H moyen Pour tout dessin. Idéale pour le lettrage sur papier vélin. Reproductions correctes. = 2H moyen a dur Parfaite pour les lignes de mise en place et les travaux de précision. Plus difficile a effacer, mais peu salissante. «4H dur Pour les lignes de construction et les traits légers de mise en place. A utiliser bien afftitée, avec une pression légére. Reproductions trop pales. Les mines plus tendres, du 7B trés tendre au B tendre, conviennent mieux aux cro- quis. Les mines plus dures sont rarement utilisées. La gamme s’étend jusqu’au 9H, d'une trés grande dureté. La mine bleue (non reproductible) sert a tracer les lignes de construction. Porte-mine a mine fine Le porte-mine a mine fine est trés utilisé actuellement pour tous les travaux qui exi- gent un tracé trés précis. Les mines fines sont plus cassantes mais elles offrent la méme qualité de densité de trait (les noirs profonds sont possibles). Toutefois, elles ne permettent pas les tracés amples et les variations d’épaisseur de trait. Il est donc souhaitable de les associer 4 des mines traditionnelles pour enrichir graphi- quement ses travaux. La gamme des mines utilisables est la méme que pour le porte-mine traditionnel Taille-crayon Le taille-crayon avec réservoir est pratique... a condition de le vider réguliérement ! 2a ne S28. 2235 £4387 8c a Planche a dessin et té On se sert beaucoup aujourd’hui de la planche & dessin en plastique, qui regroupe le plateau support de la feuille de papier et une régle avec guidage par double rail servant a tracer des paralléles. Cette planche est facilement transportable et donc pratique pour les travaux sur site. Ses dimensions |29,7 x 42 cm) sont adaptées au format A3. Pour les travaux de plus grand format, on se sert de tés (ou équerres en T), que l'on fait coulisser sur le bord de la table a dessin fixe. Nous recommandons les tés de 60 et 80 cm de long. Equerre Utilisée conjointement a la régle, 'équerre permet de tracer des lignes droites dans diverses directions. Attention, n‘utilisez pas ¢’outil coupant avec une équerre en plastique, vous risqueriez d’abimer les bords. Evitez aussi I'usage des mar- queurs. Rapporteur Le rapporteur demi-circulaire (180°) ou circulaire (360°) permet de tracer des angles précis. Compas Pour dessiner de grands cercles, le compas est indispensable. Procurez-vous un compas de bonne qualité. Les modéles bon marché ne sont pas aussi précis et se manient moins facilement. Pour tracer des arcs trés larges, utilisez un compas a verge. Normographe Les architectes paysagistes utilisent le normogrephe principalement pour tracer des cercles. Procurez-vous un modéle avec une série de grands cercles et un autre avec des cercles de diamétres moyen et petit. Gomme Les corrections sont inévitables. Les gommes molles, dites gommes « mie de pain », sont trés utiles pour enlever le graphite sans salir le papier. Les gommes classiques, qui permettent d’effacer les traits tracés au crayon tendre, sont d'un usage courant, Dessin d’architecture au crayon Dessin d’architecture au crayon Brosse 4 dessin Pour enlever la poussiére et les rognures des surfaces a dessin. Ces brosses exis- tent en différentes dimensions. Ragle souple (« cobra ») len existe de nombreux modeéles. Ces ragles sont trés utiles pour tracer des for- mes libres et des lignes fluides. Procurez-vous un modéle utilisable a la fois avec un crayon et un stylo a encre Regle a plusieurs échelles (« kutch ») ll s‘agit d'une régle graduée avec différentes échelles. Elle est peu pratique pour tracer des lignes droites. Grattoir Le grattoir de papier de verre sert a aiguiser la mine du compas et & tailler en biseau la mine du crayon avant de tracer un lettrage. Rangez le grattoir dans une grande enveloppe Ruban adhésif Le ruban adhésif sert a fixer le papier sur la table ou la planche a dessin. Les meilleurs rubans sont les rubans en papier crépe. Ils se retirent sans déchirer le papier. Papier Le papier vélin, d'une texture stable, convient bien au dessin d’architecture au crayon. Le grammage est généralement de 90 g ou 100 g, et de 40 g pour les tra- vaux de recherche et les croquis rapides. Protége-planche Recouvrez la planche 4 dessin avec du vinyle. Cette matiére résistante protege la ( planche des rayures et des trous. Fixez le vinyle en haut et en bas de la planche avec du ruban adhésif double face. Pour qu'il ne se déforme pas, évitez I’exposi- (4) tion directe au soleil et le contact avec des objets brdlants, Xx Dessin d’architecture au crayon Techniques Lorsque les éléments du projet sont en place, la précision et \'exactitude du des- sin au crayon sont appréciables. Par rapport a |'encre, le crayon présente certains avantages : le trait n'a pas besoin de sécher (ce qui évite toute perte de temps), les erreurs se gomment plus facilement et I'exécution est en général plus rapide. Qualité de la ligne Le trait au crayon du dessin d’architecture présente trois caractéristiques principales : la densité ou ton, I'épaisseur, a régularité La ligne idéale est dense, avec un trait d’une largeur constante et des bords et des extrémités nets. La densité d’une ligne dépend de la mine, du papier (le papier rugueux demande une mine plus dure) et de la pression exercée sur la surface. Commencez par aligner le haut du papier vélin sur la partie supérieure de |I’équerre en Tou de la régle. Choisissez la mine appropriée et taillez-la avec un taille-crayon. Cassez la pointe en appuyant légérement extrémité de la mine sur un morceau de papier. £ Emoussez les arétes de la mine en gribouillant rapidement sur un bout de papier. La pointe doit étre bien taillée, mais moins pointue qu’une aiguille. Tenez le crayon fermement en main (mais pas trop serré) et faites lentement giis- ser la mine le long de la régle. Inclinez le crayon de quelques degrés dans le sens du trait. Si le crayon est trop incliné, Ja mine cassera. Déplacez le bras en arriére. Pression vers le bas Pressez le pouce pour faire glisser le crayon entre les doigts tout en tragant (une 1/2 rotation au maximum). Dessin d’architecture au crayon Lignes droites De la main qui ne dessine pas, assurez-vous que la téte du té est correctement pla- cée contre le bord de la planche, et maintenez-la fermement. Arcs et cercles Quand vous vous servez du compas, taillez la mine en biseau (& angle aigu) avec le grattoir en papier de verre. Vérifiez le trait sur un bout de papier puis tracez le cercle en exergant une pression uniforme de bout en bout sur le papier. Pointe biseautée (angle aigu) Le crayon doit étre porpendiculaire au té ou a l’équerre Branche du compas — Pour tracer la ligne suivante, faites légérement glisser le té puis retirez-le afin d’éviter toute salissure. (Lorsque vous utilisez un feutre, nettoyez le bord du té - ‘ 5 sane Intersections avec un détachant ou de |’alcool & 90°.) Soignez les intersections dans tous les angles. Le porte-mine a mine fine est idéal pour ce travail (voir page 22). Angle trop ouvert e 9! Tracez dans , Incorrect le sens opposé au corps. Tenez fermement. — Tenez Dépassement exagéré fermement. Incorrect On procéde a peu prés de méme avec une équerre et une régle, a ceci prés que t la régle est maintenue en position paralléle par une attache métallique et n'est pas censée bouger. Ajustez l'attache pour donner un peu de tension au ressort. Les lignes se touchent ou se chevauchent légérement. Correct 1. Brossez la surface de dessin 2. Dessinez les formes avec un trait leger mais net au crayon 2H ou 4H trés aiguisé. (Si vous disposez déja d’un dessin calqué, sautez cette étape.) ; 3. Tracez des arcs. 4. Tracez toutes les lignes principales au crayon F, H ou 2H. Progressez de haut en is bas et de gauche 4 droite 5. Ajoutez les lignes plus fines pour les cotes 6. Ajoutez les cotes, le lettrage. 7. Réalisez la texture ou les zones ombrées au crayon HB ou H. S'il y a un lettrage, travaillez autour en évitant les salissures. 8. Quand vous avez terminé, retournez la feuille et enlevez toute trace éventuelle de graphite provenant de la surface de travail ou d’une autre feuille. Dessin au crayon en huit étapes Dessin d’architecture a l’encre Les dessins d’architecture a l'encre sont le plus souvent réalisés sur calque. Ce choix offre certains avantages par rapport aux techniques au crayon sur papier vélin. Le trait est plus précis, plus régulier et plus dense. Les copies ou impres- sions sont donc plus nettes et produisent un meilleur effet: Equipement et matériel Caique pour dessin d’architecture Le plus couramment utilisé est le papier calque végétal satiné. Il permet de repren- dre les erreurs 4 l'aide d'une lame de rasoir lorsque |’encre est déja séche. Stylo a encre et feutre li existe de nombreux modéles de stylos techniques avec un réservoir a encre rechargeable. La plupart sont chers et leur entretien demande du temps. Les meilleures marques fabriquent des stylos a encre avec une plume en métal pré- cieux inusable. Pour un prix nettement plus raisonnable, il est conseillé d’acheter une série de feutres jetables, dont la qualité ne cesse de s'améliorer. Procurez- vous des feutres waterproof d’un noir trés dense. A titre d’exemple, la marque alle- mande Staedtler commercialise la gamme Pigment Liner®, et le fabricant japonais Kuretake propose une gamme Millennium®. L'encre naire est d’une belle densité et se gomme facilement. Les tailles sont diverses et les pointes a bout plat favorisent la régularité du trait. Laissez sécher I'encre pour éviter les taches. Quatre stylos de taille différente devraient vous permettre de réaliser les différents types de des- sins : 01, 03, 05 et 07 Accessoires indispensables Llencre encore humide s‘efface avec une gomme classique ou une gomme a encre spéciale. Quand vous tracez a l'encre, utilisez des équerres et des normographes aux bords biseautés pour éviter que l’encre s'infiltre en dessous. Certains normographes sont renflés sur un cété pour ne pas étre trop en contact avec le support 4 dessin. Les autres accessoires sont les mémes que ceux qui vous ont été présentés dans la section « Dessin d’architecture au crayon », pages 22 a 24. Techniques Contrairement au crayon, le stylo a encre se tient a la verticale du calque quel que soit le sens du trait. En exergant une trés légére pression sur la surface du calque, tracez d'un mouvement lent et régulier. Evitez le plus possible de toucher le calque avec les mains car les empreintes de doigts empéchent I'encre d'adherer. Contour peu appuyé AZ 4 Les plans de présentation et les documents de construction paysagére comportent un cartouche qui regroupe un certain nombre d'informations essentielles. Ce car- touche se trouve en général en bas ou sur le cété droit de fa feuille. Eléments Exemples Nom du projet Lotissement des Pins Type de dessin Plan de plantation Adresse du site 68, rue du Front-de-Mer. Numéro du dessin Plan n° 2/6 Promoteur ou cabinet Entreprise Duchéne Architecte Dupont et Dupond (avec adresse et logo) Chef de projet Validé par Date Dates de révision Revu le Echelle Indication du nord Lorsque vous travaillez avec des logiciels de CAO/DAO, préparez un cartouche type pour votre société. Vous pourrez facilement le modifier en fonction de chaque projet. Certains architectes paysagistes impriment d’avance ce genre de rensei- gnements standard sur papier ou calque, en prévoyant des emplacements vierges pour la description des différents projets. HIGHWAY 85, Travaux d'embellissement 52 rdAve. To 70th Ave. Ville de commerce City PLAN DE PLANTATION ‘CHINE DE OAK - Pare diactivites Cartouches Plan du site Golfe du Lion (sud) Carte n° 10 Légendes Nouvelles plantations d'arbres Zone découverte So Ponte raide ee Falaises HomN Le Sentior ® Camping Terrain do jeux amonags 4. Cléture métatique Voie & sens unique Note :distence ents lee courbes de niveau : 0,6 m Pare national de Keyhole Plan de masse Commission Edaw inc. t (30) Indication du nord et échelles graphiques Indication du nord Tous les plans paysagers comportent I’indication du nord. En général, il s‘agit d’une fleche. Ce symbole graphique est un élément d'information essentiel dans les vues en plan. Les références aux points cardinaux sont en effet fréquentes lors qu'on discute des différentes parties d'un site. Elles sont méme essentielles au cours des conversations téléphoniques, quand votre interlocuteur n‘a aucun plan sous les yeux. L'indication du nord permet de comprendre |’orientation du site, puisqu’elle renvoie a la position du soleil, la direction du vent, a l'aspect des pen- tes, au sens de la vue et autres éléments directionnels. Les coupes et les perspec- tives ne comportent en revanche aucune indication du nord. Caractéristiques d'un indicateur du nord = graphisme simple, discret et facilement repérable ; = hampe importante et téte ou pointe nettement dessinée ; * pointe orientée vers le haut si possible ou selon un angle supérieur a I’horizon- tale, jamais vers le bas. Placez lindicateur du nord prés de |’échelle, vers le bas de fa feuille ou sur le cété. Les cartouches, s'il y en a, comportent en principe cet indicateur. L'échelle gra- Pphique lui est aussi parfois associée. 0 20 40 60 100 0 5 10 20 30 ON oO 5 10 15 ee 1/2 hectare Echelles graphiques L'échelle indique le rapport entre les dimensions que lon peut relever sur un plan et les dimensions réelles du paysage représenté. On peut utiliser une échelle gra- phique a la place (ou en plus) de la mention écrite. Si le dessin est réduit ou agrandi, le rapport de l'échelle graphique au dessin demeure toujours exact. Les vues en plan et les élévations devraient toujours comporter une indication d’échelle. Pour les plans, I'échelle est un outil qui permet de convertir rapidement des distances sans recourir a des calculs compliqués. La partie gauche d’une échelle indiquée sous forme de mention écrite correspond a l'unité de mesure du dessin et la partie droite 4 une unité équivalente ou a un nombre d’unités du paysage. On trouve donc a gauche le chiffre 1 et en partie droite un multiple de 10. Par exemple, une échelle de 1/50 signifie que 1 m sur le dessin représente 50 m du paysage, ou encore que toutes les dimensions réelles sont réduites 50 fois sur la feuille de papier. L’échelle graphique utilisée pour mesurer les éléments du plan est congue de sorte que la distance entre 0 et 3, par exemple, représente sur toutes les échelles 3 m dans le paysage. 38m 5 Graduation en métres Echelle de mesure ECOLE POLTTECHRIQUE GARCRITECTURE ot CURBANSIOE, CL-HOa RACH ———$—<——— BIBLIOTHEQUE 0 10 20 30 40 50cm 0 0,5 1m 0123465 10m ba eet 0 5 10 15 20m —— St oO 10 20 30 40 50m Bett 0 100 200 m ee et 0 100 200 300 400 500m Echelle 110 1/20 125 1/40 1/50 1/100 1/200 1/500 1/1000 1/5000 1/10000 1/240000 Indication du nord et échelles graphiques Détails de construction agrandis Plans pour des espaces inférieurs 4 1000 m? Plans pour des sites de 0,142ha Planification de sites pour des projets de 2 4 400 ha Etudes d’échelles régionales pour des aires supérieures a3km? EXERCICES Les exercices 2.1 4 2.4 sont axés sur |'utilisation du porte-mine et des outils pro- pres au dessin d'architecture. Alignez chaque page sur le bord de la régle. Pour évaluer votre travail, reportez-vous aux critéres ci-dessous. A.Ton noir Pour qu'un tracé demeure parfaitement lisible une fois photocopié ou imprimé, toutes les lignes doivent étre denses et d'un noir soutenu. Evitez les traits pales, grisatres. B. Largeur constante La largeur (ou épaisseur) de chaque ligne est constante. Les bords sont nets et réguliers. C. Exactitude Les intersections sont nettes, les lignes sécantes pouvant se chevaucher légére- ment. Les paralléles sont alignées avec précision. L'extrémité des lignes est marquée, D. Aspect de la feuille La feuille demeure impeccable. Ni tache, ni trace, ni déchirure. E. Hiérarchie des lignes Les lignes descriptives doivent se distinguer facilement entre elles par leur largeur ou leur forme. (Ce critére ne s‘applique qu’a l’exercice 2.4.) F Qualité du ton Les remplissages et les effets de texture obtenus en jouant sur les tons contri- buent a clarifier le message. Evitez de brouiller ce dernier par une accumulation de tons. (Ce critére ne s‘applique qu’a l’exercice 2.4.) 2.1 Vérifier le tracé des mines Matériel : papier vélin au format A4 et différentes mines. Format paysage. Tracez trois séries de cing lignes horizontales avec des mines HB, H et 2H. Le trait doit étre bien noir et régulier. Dans chaque série, les lignes mesurent 13 cm de long et sont espacées de 0,5 om. Laissez un espace de 2. cm aprés chaque série. Tracez une quatriéme série de cing lignes avec une mine 4H. Ces lignes de construction doivent &tre a peine visibles. Sur la partie droite de la feuille, tracez quatre cercles de diamétres différents avec un compas (pour les grands cercles) et un normogra- phe (pour les autres cercles). Utilisez la mine H pour les cercles. 2.2 Utiliser une Equerre Matériel : papier vélin au format A4, mine H4 pour les lignes de construction, mine H pour les lignes définitives. Format paysage. Tracez deux carrés de 6 cm de cété avec une équerre a 45°. Divisez le cété supé- rieur et un c6té adjacent du carré de gauche en six segments de 1 cm. Tracez trois lignes paralléles a la base au niveau de chaque division. Tracez ensuite des lignes a 45° reliant les autres divisions. Tracez les diagonales du carré de droite, en créant ainsi des angles a 45°. Copiez le graphisme pour obtenir cing carrés s'inscrivant les uns dans les autres. EXERCICES 2.3 Figures geométriques Méme matériel et méme format que précédemment. Dessinez un hexagone sur la partie gauche de la feuille. Tracez d’abord les lignes de construction AB et CD. En prenant I'intersection des lignes comme centre, tra- cez d'un trait léger un cercle de 3 cm de rayon. Avec |’équerre 30/60 et la mine 4H, tracez d’un trait léger six lignes de construction tangentes au cercle. Terminez la figure hexagonale avec des traits noirs bien nets, en utilisant la mine H NA D Sur la partie droite de la feuille, tracez un carré de 6 cm de cété et ajoutez les lignes médianes horizontale et verticale. Tracez des obliques formant des angles 4 45° avec les médianes en les espacant de 1 cm. Tracez ensuite deux demi-cercles concentriques de chaque cété, ayant respectivement 3 cm et 2 cm de rayon. Entrelacez les obliques et les demi-cercles en tracant les lignes définitives avec fa mine H. 2.4 Utiliser divers instruments Matériel : crayon et papier vélin au format A4. En utilisant des techniques et des crayons différents, ajoutez des détails au plan paysager ci-dessous. Respectez les formes et dimensions sans toutefois prendre la moindre mesure. Tracez les lignes droites avec le té et les autres équerres Dessinez les arbres et les courbes du chemin a l'aide d'un normographe, en sui- vant les contours des cercles évidés. Tracez la courbe sinueuse avec la régle sou- ple. Dessinez & main levée les courbes de niveau en pointillé, les arbustes et les coniféres. EXERCICES 2.5 Tester les stylos 2.7 Indicateurs du nord et échelles graphiques Matériel : stylos a encre et papier calque au format Ad. Matériel : stylos a encre et papier calque au format A4. Décalquez I’une des coupes représentées au chapitre 6. Essayez de reproduire les Sur une feuille entiére, dessinez des indicateurs du nord et des échelles gra- lignes de différentes épaisseurs avec des stylos de taille différente. Certaines phiques. Copiez les exemples proposés dans ce chapitre (sans les décalquer). lignes seront tracées avec un instrument, d’autres a main levée. 2.6 Lire les échelles Matériel : stylo a encre et papier calque au format A4. Format paysage. Tracez quatre lignes horizontales de gauche a droite de la feuille en laissant un espace de 5 cm entre elles. Tracez une ligne verticale qui coupe |'extrémité gau- che des quatre lignes horizontales. Cette verticale représentera le point zéro de chaque mesure. En vous référant aux échelles indiquées sur chaque ligne horizon- tale, marquez par de petites lignes verticales les distances a partir du point zéro : =1,2m =8m #2.4m "12m #3,6m "16m *58m 24m Ligne 1 : échelle 1/20 Ligne 3 : échelle 1/100 (6 mesures possibles) Ligne 4: échelle 1/200 Ligne 2 : échelle 1/50 Lettrage Le texte qui accompagne un dessin joue un role essentiel. Les représentations graphiques, les lignes et les couleurs font place & des notes, des cotes et des titres quand |'information risque de ne pas étre comprise sous une forme symbolique. Apportez le plus grand soin au choix, a la grosseur et a I'emplacement des lettres car elles font partie de la composition. Un lettrage élé- gant et bien lisible donne plus de poids au dessin car il en facilite la compréhension Au contraire, des caractéres difficiles a lire et peu esthétiques peuvent gacher le meilleur des dessins. Concept fontaine PLACE Le systeme de lettrage de loin le plus efficace est celui des logiciels spécifiques. Le dessin assisté par ordinateur permet de choisir avec facilité le type de caractére, le corps et l'emplacement du texte directement sur {'écran de l’ordinateur. Si vous n'utilisez pas le DAO, servez-vous de I’ordinateur pour écrire et imprimer les notes sur un support adhésif avant de les coller ala main sur vos représentations graphiques. II est conseillé dans ce cas d'utiliser des supports adhésifs récents pour éviter tout probléme de lisibilité Une autre méthode rapide et efficace consiste 4 décalquer des lettres imprimées avec l’ordinateur. Choisissez le corps et le type de caractére appropriés a votre message et 4 la composition, imprimez le titre (glissez-le sous votre feuille calque) et décalquez les contours des lettres sur le dessin. i @® Sh: Lettrage au marqueur et au feutre Les marqueurs de couleur a pointe biseautée et les feutres sont des outils polyva- lents qu’on utilise aussi bien pour les schémas d’étude rapides que pour I’écriture des titres a la main. Le marqueur permet en outre un rendu des couleurs. Les grosses lettres des titres et sous-titres tracées a la main avec un marqueur a pointe biseautée ou au feutre apporteront au dessin la marque de votre propre style. Cette touche personnelle est bienvenue dans la présentation. C’est une excellente technique pour le titrage des dessins schématiques et préparatoires. Précautions d’emploi Il faut savoir tenir correctement les marqueurs, qui bavent facilement. Utilisez un papier spécial marqueur et placez un calque sous la surface du dessin pour ne pas maculer définitivement votre planche a dessin. Pensez aussi a toujours remettre le capuchon aprés usage. Marqueur : vue de profil Incorrect Incorrect Correct Seule Vextrémité est Seu! Ie talon est La pointe est en contact en contact. en contact, sur toute sa largeur. La prise en main La pression sur le papier doit toujours étre légére pour ne pas abimer la pointe. Les marqueurs a pointe biseautée doivent étre tenus de facon a étre en contact avec la surface du papier sur toute la largeur de la pointe. Vue de dessus Le trait horizontal est épais, Le trait vertical est fin. La pointe est maintenue a Ia verticale pour que l'un des bords soit en contact avec le papier. . Les avec Lettres pleines au marqueur Tracez d’abord des lignes de téte et de pied distantes de 3 a 4 cm Tenez le marqueur avec souplesse. Tracez plusieurs lettres, en tenant compte des conseils donnés ci-dessous. = La pointe du marqueur doit étre en contact avec le papier sur toute sa largeur. = Que les traits soient verticaux, obliques ou courbes, maintenez la pointe a la ver- ticale. «= Evitez de tourner le marqueur entre les doigts pour ne pas relever une partie de la pointe au cours du trace. = Ni le bras ni le corps ne doivent pivoter. «= Tracez les lettres d’un trait léger. L'épaisseur du trait variera d’elle-méme en cours de tracé. ® Nile talon nil’extrémité de la pointe ne doivent dépasser les lignes de téte et de pied. «Les traits verticaux doivent étre bien nets. Utilisez éventuellement des lignes directrices verticales = Pour les petites lettres, utilisez un feutre ou la pointe du marqueur du petit cété. Lettrage au marqueur et au feutre Lettres évidées Ce lettrage est réalisé au feutre ou au marqueur utilisé du petit cote de la pointe selon la méme technique. Pour renforcer son effet, colorez les lettres au marqueur aprés en avoir tracé les contours. alve ‘Canein de yeu as Coupe > PSIG. Lettrage au marqueur et au feutre Ajout de contours Les lettres pleines tracées au marqueur manquent de consistance. Un contour réalisé au feutre fin leur apporte |'impact visuel nécessaire. Vous pouvez tracer le contour des lettres colorées directement sur le papier spécial marqueur. Cette technique est également utilisée pour dynamiser les lettres évidées Commencez par un trait épais. Tracez toutes les verticales, puis les horizontales, enfin les courbes. Marquez nettement les angles sans craindre que les lignes se chevauchent légarement Doublez le trait épais d'une ligne extérieure fine, en gardant entre eux un espace régulier. Déplacez le papier ou le bras pour que le tracé demeure souple et assuré Vous pouvez ajouter quelques points ou traits pour donner a vos caractéres. du caractére ! VEFS QUES CAMPING >I ech N PAYSAGE ALPIN @) ey Lettrage au crayon La technique du lettrage au crayon est peu utilisée actuellement, les dessins étant majoritairement réalisés a |encre a l'aide de feutres fins. Mais il est important de la connaitre pour se préparer a des projets dans lesquels ce type de traitement serait approprié (pour un rendu « a I’ancienne », de caractére plus délicat...) ou pour les croquis préparatoires. Le travail de lettrage doit étre réalisé avec la plus grande précision pour contribuer a la clarté et a I'harmonie de l'ensemble du document graphique. Pour tous les tra- vaux définitifs, procédez a des essais afin d’assouplir votre main. wabedatfghi ji ~ TROY RESSERRE LCORRECT TROP Lignes de construction Les lignes de construction permettent d’obtenir un lettrage de hauteur réguliére. Elles doivent impérativement étre tracées avant toute exécution de lettrage. Leur tracé est réalisé a l'aide d'une mine dure 2B. La pression de la main sur le porte- mine reste légére pour ne pas marquer trop durement le support : ce tracé qui ne pourra bien entendu pas étre gommé doit demeurer trés peu visible en fond de let- trage. Une ligne intermédiaire peut vous aider, dans le cas de lettres assez grosses, a obtenir des proportions réguliéres. Il est également recommandé de tracer un repére vertical en début et en fin de ligne pour aligner correctement vos textes et créer des blocs. Forme et espacement La plupart des lettres doivent pouvoir s‘inscrire dans un rectangle de méme valeur. La valeur des espaces entre les mots correspond en général a la largeur de la lettre N de la typographie choisie. Imnopqgratuvwxyz LARGE Dimensions Les dimensions varient selon la fonction des lettrages. Voici les usages courants des lettrages au crayon : = légendes des croquis et plans techniques ; = titrage des cartouches ; = titrage principal des planches. La page ci-contre propose des exemples de lettrage avec des capitales et des minuscules de corps différents ourants et des Lettrage au crayon TES APPHITECTES FAYSAGISTES OTILSELT DES CAPITALES SAWS SERIF DO-EMATTENEMT, COMME ICI. LES LETTRES SOT VERTICALES ET DBE FORHE RECOLIERE CES CABACTERES UQIEOR ME & BE USELT TACILENEUT. SHI IKRLMNO PQRSSTUVWXXZZ_ OF BED boins for malles les minuscule s zoumionnent bien ux lans cle ton ption Aux eraquis pre aralaires cadx listes ele. plantes. @ Z yo Lettrage au crayon | HAUTED2 LGLEL De TETE LIGLES NE PIED 5 49 mm 3 RANGEE CEVUTRAL ar 4. 2ammn 7 -RADGEE CENTRALE bY 6 3mm TRAMGEE CELTRALE a” 5mm ___RANGEE 7% N?6 _Omm ~RANGEE Ts Corps des lettres et applications EXEMPLE. Teor retiT FouR UW LeETT@acet A rAIU LEVEE - BED Poor tes leGewnct ef Lee TWOP’ ME LeTTZeEL RBeacovP mE HOTS BAMA Uo FenT EStAce LUSSER TWIQ023 UN INTEZVOLLE SUFFISAIUT EUTRE LEC UGbe 5. HAUTEUL ADAPTEE A LA -PLUPORT DES LEGEWNES. ~ BIEN FOL LEX SOUS-TITEES.. OTIUSER bbE UGbE INTERMEDIAIRE. HAUTEDR MAYXIMALE POUR LETTRAGE AU CRAYON. Lettrage au crayon Emoussez la mine sur un morceau de papier ou avec du papier de verre. Ly aed Zs fn 20° Tournez légérement le crayon pour que la partie émoussée entre en contact avec le bord vertical de I’équerre. Technique Tracez les lignes de téte et de pied et placez une petite equerre sous la régle. J TOSS YY Le crayon H ou HB avec une mine de 0,5 mm conviet parfaitement car il n'est pas f nécessaire de le tailler. Préférez les porte-mines classiques pour les grosses let- tres (0,5 cm), mais aiguisez régulierement la mine. Avec du papier calque, utilisez une mine dure (2H) ou une mine en plastique. La prise en main O Incorrect : crayon trop vertical Correct : crayon trés incliné Lettrage au crayon Tracez une série de traits fins aux extrémités marquées. Pressez Tracez | | Pressez LETTE EEE Référez-vous aux lignes de construction pour que les traits verticaux aient laméme hauteur. Accentuation Trait fin Accentuation Les traits horizontaux sont plus épais, plus foncés. Maintenez une pression ferme ‘sur le papier. L'extrémité du trait est bien marquée. Une légére inclinaison vers le haut est acceptable. € Conect gor E 2 E T + Horizontales trop pales E & - Horizontales non paralléles Horizontales trop plates Inclinaison excessive Extrémités effacées @ Ne bougez pas les doigts. Faites pivoter la paume de la main ou les muscles de l'avant-bras. Laissez glisser les doigts, la main demeurant stable. La paume ou les muscles de I'avant-bras pivotent. Doigts fermes Un léger mouvement du poignet peut s‘avérer nécessaire pour tracer les traits horizontaux. Rappel : le corps des traits verticaux est fin et les extrémités sont marquées ; les traits horizontaux sont épais et foncés. Quand la mine s‘émousse, le trait vertical risque de s'épaissir. Tournez légérement le crayon pour placer la partie bien aigui- sée contre le bord vertical de |’équerre. EFHILT Pour les traits obliques et arrondis, la pression demeure réguliére. Les change- ments de sens peuvent entrainer des variations dans I'épaisseur du trait. Ne chan: gez pas la position du poignet ou du bras. Ecartez |'instrument servant de guide vertical, et tracez d'un trait nerveux et assuré, avec la pression adéquate. AKMAVWXYZ BCDOPQRESS Voici quelques astuces pour réaliser un lettrage efficace : = Ajoutez le texte en dernier pour éviter les taches et le chevauchement des lettres avec les éléments graphiques. Vous déterminerez plus facilement les espaces entre les mots si vous ne craignez pas de recouvrir des détails importants. » N’essayez pas de travailler rapidement au début. Tracez d'un trait vif, mais prenez votre temps entre les mouvements jusqu’a ce que vous maitrisiez le tracé de toutes les lettres. Accélérez ensuite le rythme. Le lettrage de vos dessins sera bientét aussi rapide que la rédaction d'un texte en écriture manuscrite. * Organisez le texte en blocs cohérents. Chaque fois que c'est possible, alignez les notes contre une ligne directrice verticale. Les notes ne doivent pas masquer d'autres symboles graphiques. = Donnez a votre lettrage une dimension proportionnelle au dessin. = Choisissez un style de lettres compatible avec le type de présentation et restez fidéle a ce style. « Tracez des lettres épaisses et bien distinctes. Evitez le trait trop fin, hésitant. Accentuez le début et la fin du trait. = Profitez de toutes les occasions pour vous entrainer : en écrivant des notes, des mémos, des adresses sur des enveloppes. Pour un lettrage efficace | (8) EXERCICES 3.1 Lettrage assisté par ordinateur Avec un logiciel de traitement de texte, tapez votre nom, le titre de lexercice et le numéro dans le caractére de votre choix, en corps 18. Ecrivez en dessous une série de notes dans un paragraphe de 6 ou 7 lignes en corps 14. Imprimez le texte sur un support autocollant. Coupez la partie en trop et appliquez le texte en haut d'une feuille de vélin ou de calque (format A4) au format portrait. Préparez une nouvelle page en tapant des lettres dans un corps assez grand. Composez trois rangées d’un seul mot, mais avec des caractéres différents et en gras. Imprimez la page et décalquez les contours de chaque mot sur le bas de la feuille avec un feutre. Imprimez un bleu. 3.2 Lettrage au marqueur Matériel : marqueurs de couleur et papier spécial marqueur ou papier boucher au format A3. Avec un crayon, tracez les lignes de téte et de pied en les espacant de 3,5 cm, sur toute la largeur de la feuille. Inscrivez les lettres entre ces deux lignes. Tracez deux autres lignes 2 cm plus bas. (Laissez toujours un intervalle entre deux rangées de mots.) Répétez |‘opération jusqu’au bas de la feuille. Pour la premiére ligne de lettres, tracez au marqueur de couleur claire une série de traits horizontaux et ver- ticaux attachés, selon la technique expliquée dans ce chapitre. Le bord du trait de couleur au marqueur ne doit jamais franchir les lignes de téte et de pied. Tracez une rangée de O sur la deuxiéme ligne, une rangée de A sur la troisieme et une rangée de S sur la derniére. 3.3 Contours au feutre Matériel : marqueurs de couleur, feutres et papier spécial marqueur 150 x 450 mm. Tracez deux séries de lignes de téte et de pied. Avec un marqueur de couleur claire, inscrivez votre prénom sur la premiére ligne et votre nom sur la seconde. Centrez les mots. Doublez les lettres d'un deuxiéme contour, selon la technique expliquée dans ce chapitre, avec deux feutres d’épaisseur différente. Intensifiez la couleur dans la partie inférieure de chaque lettre. 3.4 Technique de lettrage au crayon Matériel : crayon H et papier vélin (A4) format portrait. Il s'agit maintenant de vous entrainer a tenir en main le crayon et a donner de |'ex- pression au trait (épais/fin et pression aux extrémités). Fixez la feuille avec du tuban adhésif en dessous de la régle a dessin et saupoudrez un peu de gomme a dessin sur la feuille. Tracez 16 séries de lignes de téte et de pied donnant des rangées de 0,5 cm de haut, en espagant les rangées. Utilisez une mine 4H bien aiguisée et tracez d'un trait léger. Avec le crayon H, tracez deux rangées de |, de E, de O, de A et de B. Etudiez la forme des lettres présentées dans ce chapitre et efforcez-vous d’assimiler les notions « épais-fin », « presser-tracer-presser ». Utilisez les lignes restantes pour tracer les lettres de I’alphabet en capitales puis en minuscules, et terminez avec les chiffres 3.5 Notes au crayon de dimensions différentes Matériel : crayon H et papier vélin (A4) format portrait. Avec les lignes de téte et de pied, délimitez trois blocs de 5 x 14 cm en laissant 3 cm entre les blocs. Les lignes de téte et de pied du bloc supérieur sont espacées de 5 mm. Les lignes de téte et de pied du bloc du milieu sont espacées de 3,2 mm. Les lignes de téte et de pied du bloc inférieur sont espacées de 2,5 mm. Remplissez chaque bloc avec les phrases de votre choix. II vous sera plus facile d’écrire avec un porte-mine bien taillé dans le premier bloc, et avec un crayon de 0,5 mm dans le dernier bloc. Utilisez |'un ou I’autre dans le bloc du milieu. Evaluation du lettrage au crayon Evaluez votre travail en fonction des critéres suivants A. Toutes les lettres sont foncées, aucun trait gris hésitant. B. La forme des lettres s‘inspire de l’alphabet reproduit dans ce chapitre et le style demeure cohérent C. Le lettrage est uniforme, tous les traits venant buter sur les lignes de téte et de pied. D. Les verticales sont des traits fins, aux extrémités plus marquées. Les horizon- tales sont épaisses et foncées, et les paralléles se relévent |égérement vers le haut. E. La feuille ne comporte ni tache ni déchirure. pour avec sant nes ete cile de yle Dessins 4 main levee et schemas de conception Les dessins a main levée sont particuligrement utiles pour explorer des idées graphiques. Les schémas de conception, les cro- quis rapides, les esquisses en perspective ou les vues en plan, dans lesquelles on ébauche I’avant-projet, sont des dessins spon- tanés, ouverts, qui font appel a des techniques simples. Un dessinateur expérimenté est capable de partir d'une idée embryon- naire, de la transformer en une image vivante, sans autres artifices que les mouvements de la main, et d'évaluer le résultat de son travail d’un simple coup d’ceil. Le dessin assisté par ordinateur, qui prend forme par l'intermédiaire d'une machine, n’a pas cette spontanéité ni cette liberté d’expression. l'étude de ce chapitre et des suivants doit vous permettre d’acquérir suffisam- ment d’assurance pour créer a la main un espace et des volumes crédibles. Ce travail ne réclame aucun talent artistique parti- culier. En revanche, il est nécessaire de maitriser I'expression graphique a main levée pour étre capable de realiser rapidement un croquis avec aisance en présence de vos clients. Outils et matériel Choisissez des outils de dessin qui permettent un tracé lisse, facile et souple avec des traits expressifs. Ce sont en général des instruments a base de graphite ten- dre, des feutres et des stylos a plume pour le dessin Graphite Le crayon Le graphite tendre ne permet pas toujours d'éviter les salissures, mais selon la mine, il donne des traits qui vont du sombre au clair. Le crayon classique 4B ou 6B bien aiguisé donne une ligne fine. Pour obtenir une ligne épaisse, il faut dégager la mine sur le cété. Les porte-mines Les porte-mines peuvent accepter des mines de 3 mm de diamétre, ce qui est trés. utile pour les travaux préparatoires au trait gras. << Les barres de graphite Les barres de graphite sont assez salissantes, mais ce sont de bons outils pour les croquis rapides, les lignes épaisses. La grosseur de la barre varie entre 7 mm et 1,35 cm. Le crayon a croquis a mine plate Le crayon a croquis a mine plate est |’outil des charpentiers. Sa section rectangu- laire autorise une grande épaisseur de trait. — —— Cet outil de dessin se tient bien en main et permet un travail propre. Autres outils de dessin Le crayon de couleur a mine tendre Le batonnet de couleur Plus dur et plus cireux que le graphite, cet outil peut aussi étre utilisé sur film Po ngu- Les feutres et les marqueurs Les feutres sont pléthore sur le marché. Constituez-vous une large gamme de for- mes et de tailles différentes pour pouvoir obtenir des lignes tres diverses. Pointe extrafine Eee Feutre moyen —— Marqueur 4 pointe arrondie Marqueur 4 pointe biseautée Les stylos a plume \ Les stylos a plume pour le dessin donnent des lignes sombres et dures. Pour varier \'épaisseur du trait, il suffit de modifier la pression exercée sur la plume. Travaillez de préférence sur une surface lisse. Outils et matériel Les supports a dessin Le papier calque Le papier calque de faible grammage se vend en rouleau de différentes largeurs. Les couleurs les plus courantes sont le blanc, le jaune ou le beige. On utilise ce support bon marché pour les ébauches a main levée, la mise en place d’éléments et les croquis rapides. Il est suffisamment transparent pour l'impression, mais n'est cependant pas recommandé pour les dessins définitifs, car il se déchire faci- lement. Pour obtenir les meilleurs résultats, utilisez un feutre ou une mine tendre Placez une feuille en dessous si vous utilisez des marqueurs. Le papier a dessin Vous trouverez dans de nombreuses marques une grande variété de grammages, de surfaces, de transparences et de couleurs. Choisissez une surface qui convient a vos outils de dessin et aux effets recherchés. Les surfaces lisses et denses sont bien adaptées aux dessins fouillés et aux lignes fines, et en particilier au travail & 'encre. Les papiers a grain fournissent des textures intéressantes pour les tons ta- vaillés au crayon. Pour les dessins destinés a étre reproduits, utilisez un papier a dessin transparent d’excellente qualité. Les papiers spécial marqueur Ces papiers traités permettent d’éviter que l'encre du marqueur traverse la feuille. Selon les marques, l’encre peut baver un peu. Cela n’a aucune importance si le dessin ne requiert pas des lignes nettes et des details précis. Certains papiers spécial marqueur (dits « layout ») présentent une surface blanche tres dense qui souligne les contrastes. Les dessins réalisés sur ce type de support ne sont pas reproductibles. Le papier boucher ou kraft, vendu en larges rouleaux, convient aux dessins de conception de grand format ou aux dessins préparatoires réalisés au marqueur et non destinés a la reproduction. Le film a dessin Ce support est utilisé pour les dessins techniques, mais il est également adapté aux esquisses et croquis au crayon. Grace au grain fin de sa surface, il permet de nuancer les tons avec aisance et rapidité. Les meilleurs outils de dessin pour ce type de papier sont le crayon 2B bien taillé, le crayon a dessin a mine plate, la barre de graphite ou les batonnets de consistance cireuse Techniques Lignes fluides ~ Pour tracer un réseau de lignes courbes de plus de 3 cm, l’avant-bras ne doit repo- ser sur aucun point d’appui, et le poignet doit rester droit. Le mouvement est pro- duit uniquement par la rotation du coude et de I’épaule. Le petit doigt glisse sur la surface pour assurer la régularité du trait. Les doigts n’ont pas besoin de bouger. Lorsque les formes, les lignes ou les motifs sont trés petits (moins de 1 cm), les doigts peuvent bouger d’avant en arriére. Le dessin & main levée devrait étre réalisé presque entiérement grace a la rotation du coude, sans bouger les doigts. Pour les formes plus larges, utilisez le poignet avec un minimum de mouvements. Les mouvements du poignet sont parfois nécessaires pour de petites formes. Ne repliez pas les doigts sous le crayon et évitez de le serrer. uy e) @ aAndde yer angep ne eAndde weap \ - a nn “yen ne uoissaidxe,| ap 19ULOP JNO NaljitU Ne JUsWEANOW 9j 7849/9004 + ajqerdaoce aseds see sjulod xnap saj 33Ue 8/2U0} “aulesS@0gU IS EPNOd Np UONISOd eB} anbseul es Jeddojanap Yes} | Zassie] “uy e| e @ INGgEp Ne Sulu e| Ins uoisseid oun juey!j991 Us saposp sauby sanBuo| ap sa9e) 2 SNOA-ZeUJeNUZ 48d) e Salloey snd Jed seywenxe s9j Zanbie| “eypidei 19 aduesnsse dere ub anbeyo se0e) e SNOA juos sajejuozioy sau6y se] ‘Juainog eu s}6iop se] !u yeuBiod 9] |u anb sues uo} -zeuyenug “yeuBiod 9] 196noq sues ‘enBuoj sub aun 432021 INOd @WLWOD Z@P8901d -P]01 Bs jIJdW0o0e J@ Indde uog uN e apnod aj puenb JesuWeW e a|!9e} Ise 992] INE] Sa}4N09 sa}loup SeuUsL] san6uol| sa}Loip seubiy y99409Uf y0au409, 99109 wau09 0000 4a0eJ} e sapides je seo apnoo np uoNeio) e| saAsasaud ep ule Jelded np Uo! -eoljje Issne JUS sejdijnuu seubl| Seq “ade) Ud UIG JUSIOS SEMLUBAIXE XNAP SO} nb sod e| NO sdioa Np ainjsod e| Zajsnle ‘saje9|118A NO sanbrgo sauby s9| 1998} INOg UoMIPUOS B SBUEANO jUaWa1969| 18}S91 JUSANA @|dWIS 1NOJUOS e SB1q!| SEWIO} SBT ‘apides yeu) un Za9e.} Je pueBes Np ene | ZExly ‘syuiod sep un,| ins UdAeJo 9] Zede|d ‘aOID 9u6y aun sed sjulod xnap Jal|91 iNOg senbiuysel if ® Techniques Correct : un tracé nerveux, assuré. Des lignes aux extrémités et aux intersections bien marquées, avec un léger dépassement. Cc Incorrect : un tracé laborieux, appuyé, des angles mal définis. Incorrect : un tracé haché de lignes hésitantes, éraflées. Un manque d’assurance et d'expressivité. Lignes de détail De petites hachures ou des graphismes sinueux sont tracés grace aux mouve- ments coordonnés du poignet et des doigts. La main doit reposer sur le cété. Heo 38 @ WW Wl Hachures et tons Les lignes doivent rester paralléles et se prolonger jusqu’au contour, quitte a dépasser légérement Pointe extrafine Crayon Correct Correct Incorrect Techniques Le crayon a mine tendre permet d’obtenir une grande diversité de lignes expres- sives. Cette sensibilité de l’outil est trés utile pour représenter les différents élé- ments d'un paysage dans les coupes et les perspectives. Schemas de conception Les dessins de conception font appel aux techniques @ main levée, puisqu'il s’agit d’explorer des idées a l'aide d'un trait approximatif. Le graphisme est trés stylisé, mais il peut comporter des éléments figuratifs. Les graphiques abstraits peuvent se réduire a des formes géométriques, des fléches, des griffonnages. Ils servent surtout a étudier les rapports fonctionnels entre les lieux d’activité et les schémas de circulation, par exemple. II ne s‘agit pas de renseigner sur les textures, les maté- riaux ou les formes. La plupart du temps, ces schémas (ou zonings) ne sont que des brouillons rapides qui permettent au dessinateur de se faire une premiére idée Il est parfois utile de réaliser un schéma fonctionnel ou un plan de conception pour avoir un premier avis du client au début d'un projet. Dans ce cas, le graphique doit étre présentable. Bien que le choix des symboles conventionnels soit personnel, nous vous proposons quelques exemples pour vous éviter de perdre du temps a les inventer (voir page ci-contre). En général, ces symboles indiquent de fagon approximative I'emplacement des batiments, des zones d'activité, de circulation piétonne et automobile, des écrans verts, des barriéres et autres éléments intéres- sants ou problématiques. = ae IN | pu an © oO -—~=e, ml it Symboles de direction Choisissez et adaptez a vos besoins ces symboles pour indiquer = la circulation automobile ; = la circulation piétonne ; = les points d’acceés, les entrées, les sorties ; = le sens de la vue ; = le sens du vent dominant ; = le mouvement de l'eau ; = toutes sortes de mouvements Schemas de conception Symboles de limite Choisissez et adaptez 4 vos besoins ces symboles pour indiquer = les haies paysagéres ; = les écrans verts ; = les limites de batiment ; = les limites d'espace (aire de jeux, etc.) ; * les limites de rives, falaises, etc. « les limites d’une zone écologique, d'un paysage, d'une lisiére de forét, etc. WE frrws MLL Ati Schémas de conception Formes symbolisées Zones d’activite, zones d’utilité, espaces fonctionnels Fleurs sauvages Structure d’ombre et herbes Jardin de rocaille Batiments et structures Neeud de circulation, zones de conflit, points d’intérét Exemple 01 - Plan de conception Sché 02 - Shema de conception © “Pects pidtonnier a Pot Rue & paremetres - COMMERCES HABITATIONS BUREAUX CIRCUIT NAVETTES CIRCUIT VOITURES: VOIE PIETONNIERE PISTE CYCLABLE CARREFOUR IMPORTANT Exemple 03 - Schema de conception ee Scky \ 04 - Plan de conception 3s \ N Rye ae hil: 2 Rit, A Cirenlati le _— aT prc = ~ Exemple 05 - Plan de conception y We Sure LE PANAGE ¥ ALENTOUR PTE cavaienef EXISTANTE AlleE DE JEUX Ss; AlRE DE PIQUE-NIQUE VOIE DE SERVICE Ka. VOIE DACCES ww / PARKING f ZONE DinpRET TEMPORAIRE / DEM-TOVI2 WE A LINTERIEURDU PARC ~ S PROLONGATION PLANTATIONS ECRAN NORD HECTARE peti SCHEMA DE CONCEPTION tT PEDESTRETPITE PARE REGIONAL DU RANCH DES MIRAGE! len we a adidas a ewe EXERCICES Entrainez-vous réguliérement pour acquérir de l'assurance. Peu importe le sujet, Vessentiel est que vous soyez satisfait de votre travail. Utilisez un carnet au for- mat Ad (21 x 29,7 cm) et réalisez, si possible, trois ou quatre croquis par semaine. Si vous travaillez en groupe, vous pouvez vous donner mutuellement des conseils, en évitant tout esprit d’émulation. Si vous ne vous sentez pas jugé, vous ne serez pas déstabilisé par les erreurs et maladresses inévitables, et celles-ci seront une source de progrés. Dans cette section, ne vous attardez pas sur les techniques du dessin a main levée. Il existe de tres bons ouvrages sur les dessins de paysage au crayon ou a la plume (voir bibliographie). Rien ne vous empéche d’utiliser certains d’entre eux conjointement a cet ouvrage. Les exercices qui suivent sont un excel- lent moyen de mettre le pied a I'étrier. 4.1 Formes libres Matériel : feutre et papier calque au format A2 (420 x 594 mm). A main levée, tracez une série d’ovales et de formes courbes différentes les unes des autres et de tailles diverses. Recourez tant6t a des contours simples, tantt 4 des lignes multiples. 4.2 Lignes longues Matériel : feutre et papier calque au format A2. Placez trois ou quatre points prés des bords gauche et droit de la feuille. Reliez~ les par des lignes qui soient les plus droites possible. Ces lignes peuvent étre interrompues par de petits intervalles. Tracez sur le reste de la feuille des lignes simples, fluides et courbes en laissant éventuellement de petits intervalles. 4.3 Boites et formes anguleuses Matériel : feutre et papier calque au format A2. Imaginez une composition avec des formes 4 angles droits qui pourraient repré- senter des éléments architecturaux. Dessinez uniquement & main levée, en mar- quant bien les points d'intersection a chaque angle. Certaines formes doivent se chevaucher. Ajoutez parfois des valeurs et des traits sur des formes de petites dimensions. 4.4 Dessin au contour simple Matériel : feutre et papier au format A4. Les schémas au trait spontané peuvent constituer des graphiques préparatoires tras utiles. Choisissez un objet naturel et un objet mécanique. Recourez au trait a main levée pour rendre les contours et les changements de plans abrupts. Laissez de cété les valeurs. 4.5 Ligne continue Matériel : feutre et papier au format A4. Reprenez l'exercice 4.4 avec deux nouveaux objets, mais, cette fois, sans jamais lever le feutre du papier. Utilisez le trait continu pour simplifier les faces importan- tes, les découpures, les saillies et les courbes de niveau. Objets suggérés : clés, chaussures, chapeau 4.6 Ligne expressive Matériel : crayons tendres et papier au format Ad. Tiavaillez au moins six graphismes différents avec une mine plus ou moins aigui- sée, avec des pressions différentes, en variant I'angle du crayon par rapport au papier. Retenez-en trois ou quatre et dessinez un élément de paysage organique ou une partie d'un objet. Sujets suggérés : relief naturel, rochers, écorce d’arbre, feuillage, branches, etc. Rendez les formes et les textures en construisant des zones graphiques similaires. 4.7 Arbres simplifiés Matériel : feutre et papier au format A4. Dessinez sur la feuille six arbres simplifiés en prenant modéle sur les « Arbres simplifies » présentés au chapitre 7. 4.8 Copie d’un plan de conception Matériel : feutres et papier spécial marqueur. Copiez I'un des dessins de conception présentés dans ce chapitre. 4.9 Réalisation d’un plan de conception Matériel : feutres, marqueurs de couleur et papier spécial marqueur au format A3 (297 x 420 mm). Organisez de fagon cohérente un plan de conception qui comporte la plupart des fonctions listées ci-dessous. Utilisez de préférence les symboles graphiques pré- sentés dans ce chapitre. Abstenez-vous de représenter par des traits les bords des objets — les bords d’un chemin, le tracé précis du bord d'un plan d‘eau, le bord d'une place, etc. Concevez le plan du jardin public ou de la place. «= Lisiére de forét = Place (en ville) «= Arrét de bus » Bancs = Accés des véhicules au parking = Accés piétonnier = Kiosque d'information * Jardin public = Voie publique = Entrée principale = Circulation des véhicules «= Zone de stationnement = Quartier piétonnier = Centre d’informations « Aire de jeux = Fontaine « Aire de pique-nique « Equipements culturels » Ensemble immobilier = Boutiques = Centre nature = Clocher Esquisses de presentation : vues en plan Il s'agit maintenant de présenter vos idées et de les faire accepter tout en suscitant des commentaires sur votre travail. Vos plans s'adresseront en général a des clients, mais parfois a un groupe de confréres et consceurs ou a un public particulier. Dans tous les cas, les graphiques doivent étre intelligibles et attrayants. La vue en plan est trés souvent utilisée pour la présentation au client. Dune manipulation facile, elle montre, dans un dessin a \'échelle, les principales relations horizontales du projet. Grace a quelques astuces graphiques, comme la superposition de sym- boles graphiques et la présence d’ombres projetées, vous pouvez suggérer la profondeur. Mais la vue en plan ne permet pas de rendre compte des relations verticales des éléments du paysage, et la vue du sol manque de réalisme. C’est pourquoi coupes et perspectives sont aussi la plupart du temps indispensables @ la présentation du projet. Elles feront l'objet des chapitres suivants. Les esquisses de présentation sont réalisées le plus souvent a la régle et a main levée. Elles sont plus précises, plus fidéles a la réalité que les plans de conception, et plus spontanées et plus expressives que les dessins de construction. Présentez la vue en plan sous la forme d’un schéma du site tel qu’on pourrait le découvrir d'une montgolfiére. Des symboles graphiques y représenteront les objets et les matériaux retenus dans I’'aménagement proposé. Nous donnons dans ce chapitre un grand nombre d’exemples de ces symboles, congus pour communiquer rapidement un message aisément intelligible. Dans la plupart des cas, les esquisses de présentation comportent des couleurs. Nous ne présentons ici que des techniques basées sur le noir et blanc. N'hésitez pas a exploiter ces idées dans un rendu en couleur. Choix des symboles graphiques Supposons que vous ayez réalisé, dans ses grandes lignes, le schéma d’un projet, sans indication des emplacements des plantes ni des détails de texture. La pro- chaine étape consiste 4 « comprendre » les objets que vous allez représenter. Pensez 4 leur forme, leur texture et leur pouvoir réfléchissant et déterminez le type de trait, les tons et les symboles de texture les plus appropriés. Bien qu'il s'agisse la globalement d’une représentation abstraite de la réalité, les symboles choisis peuvent communiquer un message dans un langage plus ou moins réaliste ou abstrait. Les symboles abstraits sont simples et rapides 4 dessiner, mais s'avérent parfois moins efficaces. C’est a vous de trouver le juste équilibre entre réalisme et abstraction en fonction du message, du budget et du temps disponible. Entrainez-vous a dessiner chaque symbole séparément en copiant les modéles présentés dans les pages suivantes. Combinez-les ensuite dans des compositions cohérentes. Terminez cet exercice en créant vos propres symboles et en dévelop: pant un style personnel Si vous travaillez sur ordinateur et souhaitez donner une certaine fraicheur a un schéma, imprimez un plan de base qui en révéle la structure simplifiée, puis ajou- tez les symboles graphiques a la main. Une autre possibilité consiste 4 scanner les symboles qui vous plaisent pour les transférer dans votre ordinateur, afin de les tra- vailler directement a l’écran. _ Symboles des végétaux Arbres stylisés Les symboles ci-dessous représentent des arbres a feuilles caduques réduits a leur Puis déterminez le sens de la lumiére. Tracez ou imaginez deux cercles intérieurs plus simple expression. N’hésitez pas @ ajouter de la couleur. orientés vers la source de lumiére Utilisez d’abord un gabarit pour tracer un cercle et ajoutez un point au centre. Ajoutez enfin la texture du feuillage a|'intérieur. Le graphisme est dense sur le cote Choisissez un graphisme pour le feuillage et appliquez-le tout autour du gabarit ombré et clairsemé sur le cété éclairé. Cercle simple ou double tracé Double contour tracé 4 main levée Double contour avec quelques avec un gabarit rayons Double contour avec rayons Contour dentelé avec rayons Contours dentelés successifs courbes courbes des végetaux ification Irmettent de montrer les effets de I'hiver, ou de donner du esentations simplifiées de végétaux. Elles autorisent aussi la s symboles, pour le feuillage par exemple. 1 Dessinez d’abord cinq branches maitresses Etendez les rameaux en partant De petites ramilles délimitent 4 l'intérieur du cercle de référence. des branches jusqu’au pourtour. le contour de la ramure. Autres exemples de ramifications _Symboles des végétaux Pour des ramifications destinées a des plans a une échelle plus grande (1/50), assu- rez-vous que les branches vont en s‘effilant du centre aux extrémités. Croquis rapide a’un pin Branches aux courbes douces avec graphisme de feuillage tout autour —_— Symboles des végétaux Coniféres 3S Tracez un cercle avec un point Tracez une série de rayons Ajoutez des rayons, sur le coté ombré. au centre. a main levée. Quelques lignes plus épaisses donnent de I'expression. Autres symboles simplifiés pour coniféres Symboles des vegetaux Plantes tropicales Les textures de feuillage sont représentées en traits épais et rapides. Faites se chevaucher les traits pour donner du volume au feuillage. Symboles des végétaux Vegétation tropicale NV? Utilisez toujours un gabarit pour le cercle. Certains symboles ont un cercle a l'intérieur. NLS ails. Des hachures suggérent les feuilles de palmier. Symboles des vegetaux Plantes du desert @) Symboles des véegétaux Arbustes, arbrisseaux et bosquets ll est possible de reprendre les symboles des arbres a condition de les réduire. En général, on les accole en groupes plus importants. Tracez d’abord un groupe de cercles en utilisant un gabarit. Tous les cercles doivent se toucher ou se chevaucher légérement. Autres bosquets * gtrnwett yor . , ny , * "nmepe . MUL, = =< WV = ww! 7S iy = . % = oe % S Sy wy “Huw UNS Gy Za wa Symboles des véegétaux Symboles des véegétaux Couverture végétale Les prairies, les champs, les grandes étendues végétales peuvent rester vierges C’est souvent préférable, d’autant qu’il est toujours possible d’ajouter de la couleur par la suite. S'il est nécessaire d’ajouter des détails, délimitez d’abord la zone & l'aide d'un gra- phisme simple. Les pointillés en dégradé suggérent avec efficacité le gazon ou le sable. Les autres graphismes présentés ci-contre conviennent bien au feuillage. Si vous souhaitez ajouter des valeurs et de la matiére au dessin, donnez plus de den- sité au graphisme. Si vous voulez recouvrir entiérement une zone de texture, expérimentez les sym- boles proposés ci-contre. Si vous choisissez le symbole des hachures, |’effet est plus convaincant lorsque le graphisme est horizontal et les traits paralléles. Pour ali- gner le niveau de ces traits paralléles et bien répartir les espacements, utilisez votre régle ou le té. Les rangées doivent se toucher ou se chevaucher légérement. anon PAs wae 1} , i ny Hi ANAL ML NEE IT thy bi Jos , HM) Hh it Lorsqu’on regroupe des plantes, il faut réfléchir 4 la fagon de les superposer, cer- taines se chevauchant ou étant méme complétement placées sous les autres. La visibilité des symboles est également importante : il faut pouvoir facilement dis- Al'aide de gabarits de dimensions dif- férentes, tracez plusieurs cercles au crayon sur les emplacements souhai- tés. Les grosses plantes empiétent sur les plus petites, Pour dessiner les arbustes, choisissez des symboles dissemblables lorsque les groupes de plantes se touchent Pour les grands végétaux dont la fron- daison recouvre les autres symboles de paysage, utilisez un graphisme plus simple, avec un effet de transparence, cela vous permettra de donner plus de profondeur 4 votre dessin et d’évaluer la difference de niveau des arbustes a la simple lecture de votre plan de masse. Esquisses de plantations composées tinguer un groupe de plantes d’un autre. Enfin |'équilibre tonal de |’ensemble, formé par les densités contrastées des traits, est essentiel dans les esquisses en noir et blanc (ce n’est en revanche pas trés important pour les rendus en couleur) tt AAW ‘el Ajoutez les arbres et la couverture végétale en dernier, en déterminant I'importance de la texture et des tons. Faites des essais avec des feutres de différentes tailles. Ajoutez un trait plus gras aux limites des faces cachées a lensoleillement. Ce traitement som- maire des ombres renforcera l'effet de relief des massifs. s 4 Paa0nteciom receeia ue : saAch aeuloTwEgue f UE Exemple 01 - Esquisse de plantations composées Les symboles juxtaposes, Sont dissemblables. o4) “832 2h ltt p Mf i 1 : eo? 6 gi ° ‘ Sanne # ge , s e2 1 fh De larges zones MEE) fo sont laissées vierges. . 2 o oo e La densité des traits _ est plus importante sur de petites zone: rm ae nay “i ne 2 Mary Nae = i. awit i _____Exemple 02 - Esquisse de plantations composées avec ombres portées Symboles du relief Les pentes, les rives, les talus, les escarpements, les falaises, les accidents de ter- rain sont difficiles a indiquer dans les vues en plan, car ils impliquent des change- ments verticaux. Voici quelques possibilités. Cette représentation aux lignes irréguliéres, perpendiculaires aux courbes de Cette représentation graphique est de méme esprit mais convient davantage aux niveau, est conseillée pour les dessins a I’échelle 1/200 et 1/500 plans 4 |’échelle 1/1000 et plus. On pourrait I'utiliser pour indiquer des falaises abruptes ou des rives entre lesquelles coule un cours d'eau, le long d’une vallée. Symboles du relief Exemples de falaises et d’escarpements . Symboles des minéraux Galets polis par la riviére Cailloux et galets dans Ie lit g d'un cours d’eau Roche stratifiée, feuilletée comme de l’ardoise Saaer Symboles de l’eau Paysage aquatique Pour dessiner un ruisseau ou une riviére sinueuse, quelques lignes fluides peuvent suffire. Ce schéma combine plusieurs types de paysage aquatique. Pour représenter l'eau, laissez presque toute la zone en blanc. Des symboles sur les bords (rocaille, rive, végétation, sable) permettent de rendre la forme du terrain et son caractére spécifique lac ou mer Symboles de l’eau Piéces d’eau architecturales Utilisez le blanc du papier ou un trés léger graphisme de texture pour indiquer les jets d’eau, les éclaboussures et les ondulations. La couleur peut mettre en valeur la structure de la piéce d'eau. Pavement il n'est pas nécessaire de couvrir de texture toute la surface d’un dessin a [échelle 1/250. Quelques motifs répétés, d'un léger graphisme, sur les bords et dans les angles, suffisont a la suggérer. Estompez ou frag- mentez la texture vers le centre. A échelle 1/100, la texture est plus appa- rente, mais certaines zones peuvent rester vierges. — La plupart des élements qui composent le pave- ment doivent figurer dans un dessin détaillé & échelle 1/50. Méme les joints peuvent apparaitre. Symboles des Opus incertum et appareillage en mosaique élements construits IS Appareillage rustique Caillebotis 150 1/100 Patio carrelé 1/50 1/100 Symboles des éléments construits Pergola Lanterne Symboles des éléments co ats / Elements structurant le paysage Les structures élevées peuvent masquer certains détails du ph pouvez les représenter par des contours discontinus si vous préférez 1. tes les textures du sol. Petite fontaine Ponts Symboles des éléments construits Batiments Les plans de paysage incorporent sou- vent des batiments. Leur représenta- tion graphique doit s‘intégrer naturelle- ment dans le dessin. Un simple contour a la régle ou a main levée est souvent suffisant, sur- tout pour les plans et autres dessins de site de plus de deux hectares. Un contour plus épais souligne la forme du batiment. Lorsqu’on ajoute des couleurs au plan, les batiments restent en général en noir pour mettre le paysage en valeur. Pour les sites de moins d'un hectare et les dessins 4 I'échelle 1/200 et plus détaillés, il est souvent préférable d'indiquer |'emplacement des portes et des fenétres. Utilisez un trait net, €pais, pour les murs, une double ligne pour les fen@tres et une ligne exté- rieure pour les portes. Les chemine- ments piétonniers et autres surfaces dures peuvent étre reliés directement aux portes. Les vues de paysage et les espaces verts peuvent étre asso- ciés aux fenétres. Mur Porte Pour donner plus de vraisemblance aux batiments sur un plan paysager, dessi- nez la structure du toit. Trecez d'abord les contours du toit en délimitant chaque pan. Fenétres Determinez ‘orientation de la lumiére et ajoutez des lignes de texture paral- léles au contour de chaque pan. Rajoutez de la texture sur le cété ombré. Les valeurs les plus foncées doivent se trouver sur les pans situés 2 l‘opposé des surfaces directement exposées a la lumiére. Symboles des éléments construits Batiments dessinés 4 main levée Symboles des éléments construits Ajout de personnages et de véhicules Les personnages et les véhicules animent les lieux et renseignent sur leur fonc- tion. lls constituent aussi un indicateur d’échelle. Il est préférable de les dessiner @ main levée en leur donnant des formes simples. Esquisse réalisée 4 main levée : personnages Esquisse réalisée 4 main levée Ovale avec point noir pour la téte Ge Ombre abstraite Pieds plus ou moins visibles selon la taille des personnages 4 Rendu avec instruments de dessin Traitement des ombres Technique de dessin des ombres portees It est pas nécessaire d’ajouter des ombres a tous les plans. Cependant, les omb- tes denses donnent de la profondeur au dessin et suggérent la présence d’élé- ments verticaux intéressants Direction des ombres Comme la lumiére vient le plus souvent d’en haut, les ombres doivent étre proje- tées vers le bas, soit a gauche soit 4 droite. objet prend ainsi tout son volume au point de paraitre se détacher du papier. Si le nord est indiqué, comme c’est le cas sur la plupart des plans, cette projection des ombres vers le bas, donc vers le sud, parait irréaliste pour les pays situés dans I’hémisphére nord, ou le soleil semble sui- vre un arc méridional. Les ombres devraient donc étre projetées vers le haut. Mais, par convention, l'effet graphique prime sur le souci d’exactitude. La seule excep- tion concerne les études de plein soleil dans lesquelles les motifs créés par les ombres jouent un réle particuliérement important. II faut alors orienter les ombres selon langle du soleil par rapport a la terre. Dans tous les cas, les ombres figurant sur un dessin doivent toujours étre orientées dans la méme direction. Densité des ombres Les ombres qui ont le plus d‘impact sont traitées au feutre gris foncé. Vous pouvez également rendre les ombres par des hachures directionnelles ou avec un marqueur d’un ton moyen. Bien que l'effet soit atténué, cela permet a cer- tains éléments au sol de transparaitre. Evitez de mélanger des ombres de diffé- rents rendus dans le méme dessin Traitement des ombres Exemples d’ombres portées Ombres portées des plantes La hauteur des différentes plantes est suggérée par la valeur de l'ombre projetée au sol. Le traitement de ces ombres est réalisé par un a-plat au feutre. La partie opposée a Iensoleillement de la frondaison est rehaussée par un rendu donnant un effet de relief. Les éléments les plus élevés des massifs doivent étre traités en premier plan, tan- dis que les plantations les plus petites et les plus cachées seront réalisées a l'aide d'un feutre a mine plus fine. Cette différence de traitement permet a vos plans de massifs de délivrer le maximum d’informations Déterminez le sens de la lumiére. Pour simplifier, supposons que Ja plupart des plantes ont une forme arrondie, Placez le gabarit d’un cercle de la méme grandeur que la plante par-dessus son symbole graphique. Déplacez légérement le gabarit du cété opposé 4 la source jumineuse et tracez le contour du dépassement. Remplissez cette nouvelle zone, qui ressemble a un croissant de lune. Si la plante peut étre réduite a une forme pyramidale, tracez un contour conique au fieu du croissant de lune. Les ombres au contour irrégulier font le plus d’effet. Traitement des ombres Ombres de batiments et d’éléments structurant le paysage Rendre la configuration du sol par des ombres Déterminez la direction de la lumiére. Tracez des lignes paralléles au sens de la Les ombres doivent s'ajuster a la configuration du sol (pente, terrain accidenté, lumiére a partir des angles de la structure. etc.) et aux formes sur lesquelles elles peuvent tomber. Les objets plus élevés projettent des ombres plus longues. La longueur de ces paralléles doit donc étre proportionnelle a fa hauteur de l’angle supérieur de la structure. Complétez la forme de l'ombre en tracant les paralléles au bord supé- rieur de la structure. Rampe avec mur Chemin de niveau Rampe Chemin de niveau Escalier avec mur Marches Remplissez la zone d’ombre en préservant un mince espace entre I'ombre et l'ob- Piscine x jet pour que le bord de |'objet demeure visible Partie ‘ond ee | Partie profonde peu profonde | Ombre d'un batiment en partie masqué par des plantes ECOLE POLYTECHNIQUE CARCHITECTURE ot d'URBANISME —E€L°eH- RARE CH. ———$—_— BIBLIOTHEQUE Traitement des cmbres Créer rapidement des ombres au marqueur \ Voici quelques exemples d'emploi de différents types de marqueur pour le traite- ment des ombres Marqueur & pointe biseautée Direction de la lumiére Le bord du marqueur demeuré paralléle a la direction de la lumiére. Le feutre classique permet aussi de créer des ombres rapidement. Suivez le bord inférieur du symbole graphique. Direction de la lumiére Lorsque la partie ombrée - de la représentation graphique est soulignée par une texture, V'ombre portée doit respecter la direction de la lumiére ., ‘de la méme facon. e- Le marqueur gris utilisé ici laisse transparaitre les lignes sous I’ombre. Exemple 01 - Ombres compoOSites Direction de la lumiére na’ ll aT : ara, ornbre soulignd Les arbustes Le bord foe ainia iy ll as’ aselu o- YT! Ae toe de rombre. lans la jardiniére * 5 aun o . ae? oP reflete le ey. surdlevée -—| Ik 5 hh ; » , du symbolé * projettent i ee x * graphique. tam) .ces ombres {yg : seed? $ pplus:longues. [tg - é 2 Tombre s‘étire de plus en plus sur Ja descente de I’escalier. Plan sans ombres Gazon avec flew dey champs _4 Plan avec ombres R\ FR 4 7 Air ez 7 Ne . a AI Exemple 04 - Ombres composites | Exemple 05 - Ombres composi) EXERCICES Dans les exercices qui suivent, dessinez 4 main levée des symboles graphiques avec différents outils de dessin. Reportez-vous chaque fois aux pages appropriées et copiez les exemples proposés, sans chercher a les calquer. Chaque dessin doit s‘accompagner d'un titre bien proportionné et de votre nom lisiblement écrit au bas de la feuille. 5.1 Arbres a feuilles caduques Matériel : crayon et papier vélin au format A4. Dessinez quatre arbres simplifiés et quatre arbres au feuillage d'une texture diffé- rente. Les dimensions varieront entre 4 et 6 cm. Le trait doit étre bien visible. 5.2 Arbres & ramifications Matériel : stylo et papier spécial marqueur ou papier boucher au format A4. Dessinez quatre arbres avec leurs ramifications, de 4 4 6 cm de diamétre, et un arbre de 10 cm. 5.3 Coniféres et plantes tropicales Matériel : stylo et papier calque au format A4. Dessinez quatre coniféres et huit plantes tropicales dont au moins un palmier. Les dimensions varieront entre 3 et 5 cm. 5.4 Arbustes et tapis végétal Matériel : stylo et papier spécial marqueur ou papier boucher au format A4. Dessinez des bosquets d’arbustes et une couverture végétale. La taille des plantes variera entre 1 et 2 cm. 5.5 Pierres et plantes du désert Matériel : stylo et papier calque au format A3. Réalisez une composition a |'échelle 1/50 avec de la rocaille et des affleurements rocheux comportant au moins quatre types de roche. Mélez des bouquets de plan- tes du désert aux pierres. Reliez les différents éléments avec un chemin dallé sinueux. 5.6 Espace paysager naturel Matériel : stylo et papier calque au format A3. Imaginez un paysage naturel a |'échelle 1/200 ou 1/400. espace doit comporter d'importantes zones d'arbres a feuilles caduques, de coniféres et d’arbustes. Ajoutez un ruisseau avec des galets, une pente raide, une structure simple (pont, abri, caillebotis) et un cheminement piéton pavé. Choisissez un titre, indiquez le nord et I’échelle. Vous pouvez mettre des ombres sur le dessin initial ou lors de sa mise en couleurs. 5.7 Paysage urbain Matériel : stylo et papier spécial marqueur ou papier boucher au format A3. Imaginez un paysage urbain a Iéchelle 1/200 ou 1/400. Dessinez au moins un bati- ment, une zone de stationnement avec des voitures garées, des groupes de per- sonnages, un kiosque ou une autre structure, deux sortes de pavement, une fon- taine architecturée, des siéges, un grand nombre d’arbres, quelques bosquets et une couverture végétale. Montrez des empiétements et des superpositions. Ajoutez un titre, indiquez le nord et I'échelle. Appliquez les couleurs sur une copie du plan ou placez les ombres sur le dessin initial. 5.8 Cour intérieure Matériel : stylo et papier calque ou papier spécial marqueur au format A3. Agrandissez le croquis ci-dessous a I’échelle 1/100. Copiez la structure de base du jardin et ajoutez des représentations graphiques intelligibles : plantes, ruisseau, bassin, pavement, gazon, structure élevée donnant de l’ombre, pavillon, bancs et pierres. Ajoutez un titre, I’indication du nord et |'échelle. Mur denceinte ‘Ende : \ Plantations x \ Pome 2 Esquisses de presentation : : coupes avec elevation Les plans et esquisses de paysage ne peuvent tout montrer. Les ombres portées et les symboles graphiques superposés figu rant dans les vues en pian sont insuffisants pour indiquer les volumes en détail et ne traduisent pas la relation des formes ver- ticales avec les formes horizontales. Les coupes et les élévations pallient ce manque de précision Distinguer coupe, plan et élévation La relation d'une coupe avec élévation au plan de paysage est illustrée par cette coupe verticale du terrain. La séparation des deux parties révéle une coupe trans- versale. De plus, des éléments situés derriére la coupe sont représentés. :) iid Cite Kasei Distinguer coupe, Ce qui existe derriére la surface d'une Les élévations, ou facades, sont plus coupe nest en aucun cas représenté fréquentes dans les projets d’archi- (dessin A). tectes. Elles permettent d'indiquer !es détails sur les facades des batiments, et elles renvoient souvent a la vue en plan du projet (dessins D, E, F). " FACADE fuD Dessin A Dessin D Lorsque des éléments sont dessinés a l'echelle au-dessus d'une coupe, on a affaire 4 une élévation. Uélévation ne comporte aucune ligne de coupe (dessin B). - TN FACADE QUEST PLAN Dessin E Dessin F Dessin B La coupe avec élévation, qui combine les deux procédés, représente pour les architectes paysagistes un dessin par- ticuliérement utile. On parle en général de coupe, mais les termes sont dans ce cas interchangeables (dessin C). Dessin C Bn | a Caractéristiques de la coupe avec élévation La coupe avec élévation présente le profil d'une surface avec des éléments de pay- sage verticaux figurant 4 une certaine distance de la ligne de profil. Tout est des- siné a l’échelle. Les échelles horizontale et verticale sont en général (mais pas tou- jours) les mémes. Uétendue de ce qui est montré au-dela de la ligne de coupe dépend du type d’espace ou d’objet ainsi que du message 4 communiquer. I! est - cependant préférable de s‘en tenir a la représentation d’éléments figurant a une courte distance de Ia ligne de coupe, comme dans cet exemple. Sfetionnement Dessiner une coupe 4a partir d’un plan - Méthode Matériel : crayon 2B. 1. Sur un calque, tracez une ligne de coupe d'un point a I’autre (AA) du paysage qui doit faire l'objet d'une coupe. En vous référant aux données verticales connues, placez sur la ligne des repéres correspondant chaque élévation verticale. Ici, chaque courbe de niveau représente une élévation de 5 m au-dessus du niveau de l'étang 2. Retirez la feuille de papier calque et tracez une série de lignes horizontales de part et d’autre de la ligne de coupe pour représenter les differences de niveau. Vous pouvez utiliser la méme échelle ou multiplier I'échelle horizontale par 1,5 ou 2 pour agrandir la coupe. Prolongez chaque repére sur la ligne de base par une ligne de construction verticale et marquez d'un point I’intersection de cette verticale et du sommet de |’élévation. Reliez les paints entre eux. 3. Sur un autre calque, esquissez les éléments du paysage 4 la bonne hauteur. ‘Tracez la ligne de coupe en gras. Applications Les exemples regroupés ci-aprés illustrent les différentes utilisations des coupes. Montrer des éléments verticaux et leurs relations Lorsque la coupe montre des personnages et des activités avec des constructions alentour, il est préférable de s'en tenir a une échelle verticale et horizontale iden- tique pour éviter toute déformation. YK Wet yi) fl Applications Analyser les vues Ces études de profil requiérent une analyse des éléments verticaux pour détermi ner leurs relations avec les vues fermées ou ouvertes a partir d'un poste d’obser- vation particulier dans le paysage Hy LS zone I DENSOLEILLEMENT eee aan - g Lg o -, 7 A = PANNEAUX # e JOLAIRES rm “ tn" 4 # < hn) Wie BOUICHEE a — A Se feNTIER FB ty - ROUTE Se TOURISTIOUE Applications Montrer les processus naturels et écologiques aa saisonniéres . Lagriculture locale Cycles hydrologiques dépend de l'aquifére. aN v \ Evaporation Ny La disparition de ta couverture ! forestiére engendre une érosion ' et des écoulements rapides | | { 1 1 b+ sur les pentes raides. La couverture végétale protége le sol et ralentit I’écoulement en surface. Nappe phréatique. La percolation alimente la nappe phréatique. cours d'eau, les lacs et les étangs. Etudier un terrain et son microclimat Espéces végétales Chéne des Rocheuses Grande absinthe Shépherdie du Canada Pin Bristlecone Acajou montagnard Groseillier Sapin de Douglas Quintefeuille Pin des Rocheuses Sumac montagnard Thé du New Jersey Epicéa Eglantier Pin vrillé Sumac africain Sumac africain Sapin blonc Sumac africain Krurmmolz Potentille Acajou montagnard Genévrier commun Pin jaune Framboisier sauvage | Kinnikinnick (busserole}| Pin des Rocheuses O = Etage montagnard] | Etage subalpin - zone xérique Etage alpin < = zone xérique| | Exposition sud = zone xérique 4 mésique montagnard Exposition sud| | Pente abrupte 15-30 % Exposition sud a nord Etage des collines | | 20€ mésique - Exposition Pente moyenne a Pente abrupte 15-30 % ar a ‘sud - Vallée inférieure abrupto 0 ; ‘0 exposivon sud-zone x28Ue | | pente moyenne 8 ebrupte 326% 8-20 % Applications Révéler les éléments caches d’une vue en plan Les grottes, les rochers en surplomb, les profondeurs aquatiques, les détails souterrains sont des éléments qu'il est impossible de montrer dans une vue en plan. LIT DU COURS DEAN DANS LE CANZON Rive normaly — Pg 0 F 0 B 20m tt Soleil déte Yoo Mbéver Y Lf yl UP g Z Ly ap yy z Zone onbragée Applications Applications Montrer la structure interne On utilise souvent des coupes dans les plans d'aménagement de paysage pour montrer les matériaux de construction, les composants internes d'une structure et leurs relations. Les dimensions verticales doivent étre précises dans ces coupes de construction. Coupe d'un étang wt tr Pt Echelle : 1/25 Filtre biologique Tuyau d’écoulement Débranchement rapide Blocs Tuyau d’arrivée Liner EPDM 300 microns . go. xs Fond Niveau de la voie —_ taxa : Terre compactée Pierres et cailloux Autres exemples fof! SR ‘s ae Sc ot Coupe schématique Autres exemples Zone de cireslation Zone Zone Zove Zone Zone Zore de circulation automobile de stationnement de bétimenh te batimenty de bitimenty de slationnenent automobile Hate Zone Zone Hate poyayere pitfonne pittonne paysegere Roche artificielle en ganite / leyivable. Pernt de planter dey arbustes entre le plarry. Dessin en coupe Maly sopportant 2 W . la structure métallique Clotwe existante da pare & fo Pee, loops able Aisterprétation by < - : WY A SAA iy i Barone de protection / ‘ eS 4 eee AC Table dinterprétation > Acces & fa maintenance Coupe avec élévation PARC NATUREL - LOUPS ET PETITS MAMMIFERES Bigbcmncdinla ” NTS Te Autres exemples EXERCICES Donnez un titre avec un lettrage soigné a chacun de ces exercices en fonction du format de la composition. 6.1 Copie d’une coupe Matériel : feutre et papier spécial marqueur au format A4. Copiez, sans la calquer, l'une des coupes reproduites dans ce chapitre. 6.2 Réalisation d’une coupe Matériel : feutre et papier calque au format A4. Dessinez une coupe conformément au plan reproduit ci-dessous. Les fleches A au trait épais indiquent la ligne de coupe et le sens de la vue. Respectez (‘échelle hori- zontale et verticale de 1/60. Commencez par placer un calque sur le plan. Tracez la ligne de coupe. A l'aide d’une régle plate et d'une équerre, tracez des repéres Bane Or = Place 7 de conpe de |e section r F contrenaarches OF m re age verticaux le long de la ligne de coupe. Ces petits traits doivent s’aligner sur les bords de chaque objet situé de l’autre cété de la ligne de coupe. Donnez un nom a chaque trait. Enlevez la feuille et suivez les conseils donnés en début de chapi- tre pour réaliser une coupe. Considérez la ligne de coupe sur le dessin comme une ligne de base au niveau de la place. Tracez des lignes de construction horizon- tales de 20 cm de part et d’autre de la ligne de base. Suivez les indications de hau- teur et de profondeur sur le plan pour réaliser la coupe. Lorsque vous avez termi- né, ajoutez les contours des plantes et des personnages. Fixez pardessus votre ébauche un calque avec du ruban adhésif pour redessiner la coupe entiére en tra- vaillant la texture des divers objets. Ajoutez de la couleur au revers du dessin. Vous pouvez aussi, aprés avoir réalisé une photocopie de votre coupe sur un papier layout, faire une mise en couleurs au feutre. ea | Ost m eu-deyyouy da le. place EXERCICES 6.3 Coupe avec élévation d’une maison Matériel : feutre et papier boucher au format A3 Calquez le croquis de cette fagade et ajoutez des changements de niveau intéres- sants, des arbres, des arbustes, des massifs de fleurs. Déplacez légérement la maison vers la droite ou la gauche. Faites apparaitre la cime de quelques arbres derriére la maison. Vous pouvez aussi ajouter un petit jardin ou un caillebotis au bord d'un lac. Ajoutez des couleurs. 6.4 Coupe imaginaire Matériel : feutre et papier boucher au format A3. Echelles proposées : 1/50 ou 1/100. Dessinez la coupe d'un paysage que vous imaginerez en vous inspirant d’un exemple réel. Multipliez les différences de niveau. Ajoutez de |'eau, des arbres, des buissons, des pierres et des personnages. Vous pouvez inclure une structure, mais sans vous écarter du théme de la nature. Ajoutez des couleurs directement sur le papier boucher. Symboles graphiques pour coupes et perspectives Ce chapitre constitue un corpus d’exemples de symboles graphiques utilisés pour les coupes et les perspectives. Ces derniers sont rassemblés par theme : arbres, arbustes et autres symboles du monde végétal, blocs de pierre, piéces d'eau, pavements et divers objets verticaux et horizontaux (clétures, murets, bancs, ponts). Nous achevons le chapitre par des conseils plus pré- cis pour la représentation des personnages et des véhicules. La plupart de ces exemples font appel a des techniques simples et rapides qui nous feront gagner du temps. Nous vous recommandons de lire ce chapitre en entier avant de vous exercer. Inspirez-vous d’abord des dessins proposés en modifiant leur taille et leur forme. Si certaines représentations vous semblent trop complexes, commencez par les décalquer pour comprendre ce qui fait leur particularité. Lorsque vous saurez bien les dessiner, vous pourrez donner libre cours a votre pro- pre style. Lorsque vous utilisez ces symboles, n’oubliez pas qu'ils s‘insérent dans un contexte donné Choisissez toujours un graphisme intelligible, approprié au message que vous voulez transmettre, et au temps dont vous disposez Tenez compte de la composi- tion du dessin et combinez différents graphismes. Vous trouverez ici quelques conseils en matiére de composition mais nous vous renvoyons plus largement aux pages 176 4 182 du chapitre suivant. N'hésitez pas a explorer toute la gamme des couleurs ! Coloriez vos représentations graphiques ou utilisez ces techniques rap des au trait directement sur des supports en couleurs Arbres Arbres simplifiés Ces arbres représentés sous forme de silhouettes suffisent pour les ébauches rapides, ou ils constituent des élé- ments d’arriére-plan ou de plan inter- médiaire qui contribuent a leffet de mise en perspective. 10 & 20 secondes doivent suffire pour dessiner chacun de ces croquis. Si vous dépassez les 30 secondes poursuivez l’entrainement ! Pour attirer le regard, variez |'épaisseur du trait et n’hésitez pas a ajouter quelques points. Concentrez-vous sur les formes et les dimensions. La texture est secondaire, a" “ il ‘agit de dessins simplifiés. = & Arbres rité du feuillage que vous voulez représenter, et utilisez-le pour dessiner grossiére- f) 7 yo % 3 ce Z, & £ £ *~ con, : eo .< “wee ig 2 Textures de feuillage %) gf Ces arbres ont tous un graphisme différent. Choisissez-en un qui rende la singula- Arbres Lumiére Si vous disposez d'un peu plus de temps, travaillez la texture de maniére a rendre le sens de la lumiére. Ces représentations d’arbres peuvent figurer au premier plan d'un dessin ou dans un plan intermédiaire. Dessinez-es en suivant les étapes suc- cessives proposées. 1. Dessinez d'un trait léger la forme de l'arbre et déterminez le sens de la lumiére. 2. Répétez le graphisme sur une partie du contour pour donner sa forme a l'arbre f/f \ d, \ e 3. Densifiez le graphisme sur la par- tie qui n'est pas directement éclai- rée et sur le bas de |'arbre. =. = a < a) = Textures plus élaborées Correct . Evitez les graphismes trop convention- = err RPA we nels et variez le sens et |’épaisseur du ma AAS BP Anee mee 9% oS. wv Vee Dessinez le feuillage en laissant les bouquets de feuilles se chevaucher par endroits. Espacez-les de maniére irré- guliére. Reliez par un trait en zigzag les formes étagées du feuillage. Les griffonnages linéaires sont déconseillés Pour indiquer le sens de la lumiére, lais- sez les zones supérieures de l'arbre en grande partie vierges. - Arbres Incorrect DD ADDAD IA AAAI sicittdéLtLddhe C0 CSO DO9DCSOCOOOO wy wis WW ttiiny| Arbres Arbres Ramifications Les arbres aux branches apparentes se dessinent moins rapidement, mais ils don- nent plus de réalisme au dessin et se prétent bien arl'application de la couleur. Leurs silhouettes délicates évoquent les paysages d'hiver. Ces arbres constituent des éléments intéressants pour la représentation des plans intermédiaires. Ils permettent de ne pas masquer les formes architecturales pla- cées derriére eux Etudiez les différentes formes de ramification. Dans tous les cas, les branches méres s'amincissent a leur extrémité. Enfin, il est utile de déterminer la limite exté- rieure du volume des branches. Arbres Wy “i V2 J SENX | wea ZF re A J RY Ramifications sans four Arbres Arbres Arbres Palmiers Arbres Arbustes, arbrisseaux et bosquets Plantes _ Fleurs, herbes, couverture végétale Iya . a i Nye, 91, “yy yt 7h i op 4 Dy, Ny ) 8) G Xe Dessins en perspective avec appareil photo numérique 1. Tracez les lignes des marches a par- / tir de la photographie du pian aérien. 2. Tracez les lignes verticales a partir des angles de chaque marche 3. Calculez la hauteur totale des contremarches et faites en sorte que la longueur de la ligne verticale soit proportionnelle a la mesure hori- zontale 4 ce point sur la grille. Les- calier doit former une sorte de cage 34cm 68cm 102 cm - se 5. Tracez les bords des girons et des _ contremarches des deux cdtés en 2 suivant les lignes de construction. —™_ 4. Divisez les lignes verticales a chaque angle en sections égales 6. Reliez les angles des bords des correspondant a la hauteur des mar- girons et des contremarches pour ches et reliez les entre elles de |’ar- former les surfaces verticales et riére a l'avant de la cage. horizontales des marches. Dessins en perspective avec appareil photo numérique Répétez toutes ces étapes en fonction des différents niveaux du dessin Ici, il est nécessaire de dessiner une deuxiéme volée de marches, de redresser a nouveau la feuille et de tracer le niveau inférieur. Dessins en perspective avec appareil photo numérique Utilisez le style wire frame (voir la section suivante) pour projeter les hauteurs de tous les objets proportionnellement aux mesures horizontales de la grille a ces points. Dans cet exemple, les fléches représentent les hauteurs approximatives des éléments végétaux. Le paint de convergence (en général en dehors du cadre de la feuille) des lignes de fuite du plan au sol est situé sur la ligne d’horizon. Ce point de convergence et la ligne d’horizon peuvent aider structurer la forme des objets dans la perspective. Dessins en perspective avec appareil photo numérique Terminez le croquis en ajoutant du relief, de la texture et des personnages Dessins en perspective assistés par ordinateur Les dessinateurs utilisent souvent des logiciels 3D (Piranesi, Penguin avec Autocad et Sauiggle...) pour rendre la perspective. Le dessin préparatoire ci-dessous doit servir de base 4 une perspective commerciale. |1 pourrait s'agir des abords d'un ensemble immobilier ou du parking d'une entreprise. Matériel : crayon et papier calque. 30 % du format réel. Dessins en perspective assistés par ordinateur Si les données du plan n’ont pas encore été programmées, c'est le moment de le faire. Créez une grille pa-dessus le plan et entrez toutes les données relatives a la hauteur : élévations topographiques, hauteur des batiments et des éléments struc- turant le paysage, etc. Matériel: listing d’ordinateur. 30 % du format réel. Dessins en perspective assistés par ordinateur La hauteur et l’orientation de la vue sont faciles a déterminer. Imprimez ensuite une grille wire frame aux dimensions appropriées. || est important de connaitre la hauteur des objets sur la grille : elle servira d’échelle de référence pour déterminer les proportions relatives des éléments (personnages et arbres, par exemple) ajou- tés par la suite a la perspective. Une autre méthode consiste a matérialiser la ligne d'horizon au-dessus du plan au sol. HEALED Matériel : listing d’ordinateur. 30 % du format réel. Dessins en perspective assistés par ordinateur Placez un calque par-dessus la grille wire frame. Une fois la partie technique com- plexe exécutée par |’ordinateur, il est plus facile de donner de la vie au dessin en perspective en recourant aux techniques manuelles présentées dans cet ouvrage. Reportez-vous au répertoire des symboles graphiques (chapitre 7) et a la section sur les compositions en perspective (page 176) pour travailler les contours, les for- mes et les ombres Matériel : crayon et papier vélin. 30 % du format réel. Dessins en perspective assistés par ordinateur La série de graphiques qui suit montre comment obtenir une perspective 4 partir d'un logiciel DAO. Il s‘agit d’un petit jardin Plan simplifié d’un jardin PLANTATIONS PLANTATIONS GAZON OU GALETS PAVEMENT PLANTATIONS PATIO PLANTATIONS Dessins en perspective assistés par ordinateur Perspective wire frame Dessins en perspective assistés par ordinateur eo NU Se my tempi. A Hw “a | Hi WIL : t AL NW NK =) Ambiance esquissée 4 la main Dessins en perspective assistés par ordinateur Dessin en perspective terminé Composition en perspective La composition concerne les interrelations entre les différents éléments du dessin et leur place respective dans I'espace de la feuille. Nous vous donnons ici quelques régles. Vous pouvez les appliquer séparément ou ensemble (a quelques exceptions prés) pour donner plus d'impact a vos perspectives. Familiarisez-vous avec cha- cune des techniques que ces régles recouvrent et apprenez a les conjuguer pour servir vos intentions. Equilibre de la composition A quel endroit du dessin allez-vous placer le sujet principal ? Lorsqu’on divise une feuille en trois parties verticales et horizontales, on obtient quatre points d’intersec- tion. C’est a l’emplacement de I’un de ces points que le sujet principal est le mieux mis en valeur (dessin A). La composition acquiert dans ce cas une sorte d’équi- libre dynamique et le regard est spontanément attiré vers le centre d’intérét (dessin B) Si vous placez votre sujet d’intérét en dehors de ces zones d’intersection, il sem- blera confiné en marge du dessin. Une zone d'intérét située juste au milieu du dessin crée un équilibre statique, enco- re plus évident si l'image est elle: méme symétrique. Ce choix peut se justifier pour le dessin en perspective d'un espace dont on veut souligner |'aspect conventionnel v3 13 v3 + + 3 a ia x Statique 13 \ 7 + Dynamique t Dessin A Dessin B vb Composition en perspective Relation proche-distant Uintroduction d’élements au premier plan, au plan intermédiaire et dans le fond donne de la vie aux croquis d’espaces extérieurs. Quatre points importants sont 4 considérer. 1. Les objets s'amenuisent avec la distance. C'est la une des régles de base de la perspective. La hauteur est inversement pro- portionnelle a la distance (dessin A) DessinA 2. Lespace rétrécit avec la distance. Cette régle aussi est fondamentale. Pour que les objets pareissent éloignés, les lignes doivent se rapprocher sur le plan tant horizontal que vertical (dessin B) Dessin B Composition en perspective 3. Les formes se simplifient avec la distance ll est impossible de représenter en détail des objets réduits et agglutinés. C'est pourquoi les objets proches peuvent présenter des détails complexes tandis que les objets distants doivent étre simplifiés au maximum (dessin C) 4. Les formes se chevauchent Quand des objets distants sont en partie masqués par des objets proches, l'es- pace acquiert plus de profondeur et de réalisme. Evitez de dessiner tous les élé- ments en entier, Dans un amas rocheux, chacune des pierres n’est visible qu’en partie. S'il s'agit d'une rangée d’arbres, les troncs se chevaucheront (dessin D). Dessin D Finitions de détail Les exemples ci-contre montrent que |’on peut travailler en détail les zones ou les objets les plus importants, sans tenir compte des interrelations entre éléments proches et distants. Par exemple, les éléments situés au premier plan, dans le fond et sur les bords peuvent rester a |’état d’ébauche, avec de simples contours, tan- dis que le plan moyen ou se trouve le sujet d’intérét, sera traité en détail. Composition en perspective Composition en perspective Cadrage par plans La perspective peut se ramener a trois plans principaux le plan au sol (pavement, gazon, eau, etc.), le plan vertical (murs, troncs d'arbre, plantes, etc.), le plan supé: rieur {feuillage, pergola, etc.). Lorsque ces trois plans sont nettement marqués, espace semble d’autant mieux cadré. Méme si l'un des plans n'est qu’ébauché, la perspective reste plus intéressante que s'il était purement et simplement omis (dessin A), Juxtaposition de détails et d’espaces vierges Une concentration de détails 4 cété d'un espace vide donnera de l'intérét a votre dessin. Evitez les lignes et les tons uniformes. Privilégiez la spontaneité du trait lorsque vous traitez les détails (dessin B) Dessin A Dessin B 7 Composition en perspective Relation clair-foncé “Valeurs contrastées Le passage abrupt d'une valeur claire 4 une valeur foncée crée des contrastes mar- ques particuliérement intéressants. Cette juxtaposition clair/foncé dessine nette- ment les limites des formes et attire le regard sur elles (dessin A). Dessin A Valeurs identiques ou bords fondus Quand on efface les contrastes par endroits en juxtaposant deux valeurs claires ou deux valeurs foncées, le bord des objets semble se fondre. Cette technique sti- mule l‘imagination de |'observateur, qui complete spontanément les formes. Dans les dessins au trait, une ligne tremblée peut estomper les contours et créer ainsi illusion de bords fondus (dessin B). Dessin B Composition en perspective Utilisation de silhouettes La silhouette est souvent utilis¢e comme le point de départ d’esquisses travaillées. Elle permet aussi de mettre l'accent sur un espace important de la représentation graphique. Rapidement dessinée, elle ne doit avoir ni la texture ni les valeurs tona- les que I'on utilise pour donner de la vie 4 un dessin travaillé (dessin A) ta Dessin B Vue ouverte et vue fermée Les compositions fermées sont entiérement comprises dans Ia feuille ou le cadre qui les borde. Dans les compositions ouvertes, la vue semble au contraire debor- der du cadre, ou bien les formes ont des contours estompés selon la technique expliquée page précédente. Si vous voulez représenter un espace bien défini, choi- sissez une composition fermée. Si vous en étes au stade de I'ébauche, privilégiez la composition ouverte (dessin B). & ? * Se = eae ee Lt = en 4 fastens SA ye tem Avant de travailler !a texture et les tons, définissez toujours |'orientation de la lumiére: Le plus simple consiste a situer la source lumineuse en haut a droite ou en haut & gauche du dessin Ombre propre Tous les objets présentent selon leur structure un cote non exposé au soleil recou- vert d'une ombre foncée, un cété trés clair directement exposé a la lumiére et plu- sieurs tons intermédiaires. En montrant comment la lumiére tombe sur l'objet, on rend également le relief et la texture. Tracez un réseau de lignes trés dense sur le coté a ombrer. Pour les surfaces lisses, recourez de préférence a des hachures obliques avec un crayon a mine tendre. Les trames, les hachures croisées, réalisées avec un stylo a pointe fine, conviennent aussi. Pour indiquer la texture d’une surface naturelle ou architecto- nique, choisissez un graphisme qui imite son aspect particulier. Par exemple, sug- gérez la texture du feuillage par une série de traits entortillés s'il s‘agit d'arbres a feuilles larges, ou de petites aiguilles dans le cas des conifeéres. La couverture végétale pourra étre traitée par de petites hachures verticales pointues indiquant I'herbe, une série de ronds pour les cailloux et un graphisme de lignes horizon- tales pour un pavement lisse et régulier. Plein soleil Ombre foncée Ombre claire _Lumiére, ombres propres et ombres projetées Les tons dégradés indiquent des surfaces plates et arrondies aux bords lisses. Les transitions tonales abruptes soulignent des formes anguleuses aux arétes nettes. Lumiere Fissure émoussée et ton dégradé Dans la plupart des cas, la lumiére est réfléchie. |l est donc rare qu'une surface plate et lisse paraisse totalement uniforme. Cette réverbération permet de donner de l'intérét 4 une texture trop terne et d'accentuer le contraste entre le coté ombré d'un objet (ombre propre) et son ombre portée: Aréte nette Coté ombré Lumiére réfléchie Ombre portée Lumiére, ombres propres et ambres projetées Ombre portée Les parties les plus foncées d'un objet ou d'une surface sont dues a la présence des ombres portées qui occultent la lumiére. II ne s‘agit pas ici ce montrer com- ment rendre avec une grande précision technique la structure des ombres portées, qui peuvent étre d'une grande complexité selon la forme des objets (formes « enroulées » par exemple). On se contentera d'apprendre a les simplifier d'une facon convaincante. Pour dessiner un objet architectonique simple au niveau du sol, définissez d'abord les limites de l’ombre portée sur le sol par une ligne de fuite orientée vers le meme point de fuite que le cote faisant obstacle au soleil. Sa distance par rapport a l'ob- jet doit étre proportionnelle a la hauteur de l'objet. Pour des objets bas comme les jardiniéres, elle doit étre proche du sol. Pour les objets deux fois plus hauts, la dis- tance de la ligne de fuite par rapport a la base doit étre deux fois plus grande Dessinez des paralléles, presque horizontales, partant des angles injérieurs de Vobjet. Il se peut que vous ayez besoin d’ajouter d'autres lignes de fuite sur le sol si d'autres cotés font obstacle au soleil. Lignes paralléles \) Vers le PF > Paralléles » S'il s'agit de végétation ou d'autres éléments naturels, utilisez la méme direction horizontale pour l’ombre portée, puis réduisez cette ornbre a une bande étroite. Ombre horizontale Evitez de dessiner des ombres orientées vers le bas du dessin. N'oubliez pas que la longueur des ombres doit étre déterminée en fonction de la hauteur des objets. Incorrect Correct Indiquez la forme du plan au sol. Quand elles se projettent sur des surfaces verti- cales en pente ou onduleuses, les ombres doivent refléter ces caractéristiques topographiques en changeant de direction. _Lumiére, ombres propres et ombres projetées Suggérez la texture des surfaces éclaboussées d’ombre par un graphisme linéaire a méme de rendre |'aspect du sol ou des matiéres. Dessins d’observation Uobjectif du dessin d’observation, le plus souvent réalisé en perspective, est de présenter les caractéristiques essentielles d’un projet réalisé et d’en rendre I'« ambiance ». Il doit aussi étre considéré comme une pratique indispensable de l'architecte pay- sagiste car, pour le traiter correctement, il faut se placer en état « d’apprentissage du regard », c’est-é-dire porter un regard nouveau, attentif aux détails, aux compo- sants et structures des sites que l'on choisit de traduire. Ce type de dessin est un aboutissement de tout ce qui a été vu précédemment, Reprenez les techniques de représentation des textures, l'utilisation de la perspec- tive centrée ou oblique. Vous pouvez au choix travailler avec un ou deux points de fuite. Choisissez bien votre emplacement pour dessiner : outre Vintérét direct qu'un angle de vue présente pour vous, il doit permettre d'envisager une composition intéressante et un équilibre des points de vue. Le dessin doit étre le plus expres- sif possible, avec une ambiance richement traitée qui suggére l’atmosphere des lieux. Il est réalisé au crayon, avec des mines de différente dureté pour traduire les effets souhaités. Commencez par tracer les axes importants qui fédérent la construction de votre vue. Vous pourrez ensuite placer les différents ensembles. Un dessin d’observation doit 6tre réalisé trés rapidement ; on y parvient avec de la pratique et de l’expérience. Vue aérienne Cet angle de vue est moins réaliste qu'une vue située sur la ligne d’horizon, mais al permet au regard qembrasser ensemble du site. La zone centrale présente davantage de détails, et les contrastes sont accentués. Dessins d’observation Dessins d’observation Vue d’ensemble | La vue d’ensemble permet, par exemple, de montrer avec des détails un paysage dans une région montagneuse. Le dessinateur peut ainsi présenter la plupart des éléments du projet. Les valeurs les plus foncées, proches du centre du croquis, soulignent ici la zone d'intérét. Les espaces blancs, prés des bords, apparaissent plus contrastés. Dessins d’observation Dessin & vue travaillé au crayon Les falaises et les arbres équilibrent le coté gauche de la composition Les ombres portées qui coupent la route, au premier plan, attirent le regard dans le dessin Les arbres au premier plan masquent une partie du plan moyen et encadrent le dessin. Les éléments du fond sont simplifiés. Llespace blanc suggére les reflets de l'eau. Dessins d’observation i observation Dessins d’obs goulit y aoa yee Fecoe on, °0 TecHmone } ye ae SUB ANIsg f } Cw : nace coat EXERCICES 8.1 Avant-test de perspective Matériel : feutre et papier calque au format A3. Dessinez sans modéle une vue en perspective aussi convaincante que possible des objets représentés ici dans une vue en plan. a A. Dessinez les rails de chemin de fer. Vous étes placé au milieu des rails qui tra- versent un désert, lequel s’étend devant vous 4 perte de vue. Aucun train en vue. B. Dessinez la cour intérieure entourée d’un mur. Vous étes placé @ 6 m de Ven- trée et regardez droit devant vous. Les trois murs font 6 m de long et 3 m de haut. 8.2 Cubes dans l’espace — perspective & un point de fuite Matériel : feutre et papier calque au format A3. Dessinez a main levée. Tracez la ligne d'horizon au milieu de la feuille. Ajoutez un point de fuite prés du centre. Dessinez des carrés de différentes dimensions de part et d’autre de la ligne d'horizon. D’un léger trait de crayon, reliez les angles au point de convergence. Déterminez I’emplacement du dos des figures de fagon qu’elles ressemblent bien a des cubes. Le dos doit étre trés proche de la face antérieure, et s'en éloigner & mesure que les cubes s'éloignent du point de fuite. Matérialisez avec un feutre la face postérieure puis les cétés visibles orientés vers le point de fuite 8.3 Espace simple d’une cour sur un graphique & un point de fuite Matériel : feutre et papier calque au format A3. Technique : régle plate et dessin a main levée combinés. Dessinez une cour de 6 x 6 m entourée sur trois c6tés par des murs de 3m de haut. Suivez les étapes suivantes : A Tracez la ligne d’horizon et le point de fuite. B. Marquez l‘emplacement au sol du mur avec l'ouverture. Délimitez les dimen- sions intérieures, sachant que le mur doit avoir 0,3 m d'épaisseur. C. Tracez au crayon les lignes de construction verticales a partir des angles du mur. D. Recourez a la méthode des proportions pour déterminer la hauteur de |'un des angles du mur. Selon les régles de la perspective un point de fuite, dessinez le haut du mur sur toute sa longueur. EXERCICES E. Dessinez 4 main levée les contours de quelques éléments dans cet espace deux arbres de 6 m de haut et une boite de 3 m de haut et de 1,5 m de large, de la longueur que vous voulez. Avant de placer ces éléments dans I’espace, repré- sentez une personne debout au méme endroit. Quelle que soit la taille du person- nage, la ligne d’horizon est toujours 4 1,5 m. La hauteur du nouvel élément cor- respond 4 un multiple ou une fraction de {a taille du personnage. Dessinez des per- sonnages dans |‘espace. F. Si vous avez utilisé un quadrillage, supprimez les lignes qui ne doivent pas se voir. Placez un calque sur le dessin et redessinez la cour sans ces lignes. 8.4 Cour avec fontaine — perspective a un point de fuite Matériel : feutre et papier vélin au format A2 ou papier spécial marqueur (placé sur un papier calque). Technique : régle plate et dessin a main levée combinés. Dessinez en perspective le plan de la cour avec fontaine ci-contre. Placez le devant de la cour 6 cm en dessous de Ie ligne d’horizon. Recourez a la ligne verticale de référence pour déterminer les hauteurs. Ebauchez les plantes et les personnages avant de calquer le dessin définitif. Inspirez-vous du répertoire des symboles graphiques pour les contours. Jardiniére Largeur 1 fn Heuteur mur 2,5m Bassin avec fontaine Eau0,2m sous pavement m 3m 3m Hauteur arbre 3m Arbuste Hauteur arbre 10m Sens de la vue "h . e (2 @