Vous êtes sur la page 1sur 4

TS – Spécialité Physique

www.sciencesphysiques.info

TP de Sciences Physiques nÀ3

Mousses et molécules tensioactives

Thème n°1 : matériaux / Mots clés : tensioactifs, émulsions, mousses

Pour former une bulle dans une mousse liquide, il est nécessaire d'étirer l'interface liquide / gaz qui est soumise à une tension de surface l'empêchant de s'étirer indéfiniment.

Avec un liquide pur, le film casse immédiatement, rendant impossible la formation de mousse.

Cette tension de surface, ou tension superficielle, est l'énergie nécessaire pour étirer l'interface d'une unité de surface. Elle est due à la dissymétrie des interactions intermoléculaires de part et d'autre de l'interface liquide / gaz (Fig. 1).

et d'autre de l'interface liquide / gaz (Fig. 1). I - Tension superficielle et rôle d’un

I -

Tension superficielle et rôle d’un tensioactif

1/

Mise en évidence expérimentale

Remplis un cristallisoir parfaitement propre d'eau distillée, puis dépose délicatement un trombone, à plat, à la surface de l'eau. Note tes observations.

Ajoute délicatement une goutte de liquide vaisselle à la surface de l'eau. Que se passe-t-il ?

2/

Interprétation

Comment le trombone peut-il rester à la surface de l’eau alors que sa densité est très supérieure à celle de l’eau ? Le liquide vaisselle contient des molécules de tensioactifs : justifie ce terme en t’appuyant sur les résultats des expériences réalisées.

Le pouvoir moussant du liquide vaisselle est dû aux tensioactifs qu'il contient.

Au niveau microscopique, un tensioactif est constitué de molécules composées d'une tête polaire hydrophile (qui aime l'eau) et d'une queue apolaire hydrophobe (qui fuit l'eau) (Fig. 2). Lorsqu'un tensioactif est à la surface de l'eau, sa tête hydrophile baigne dans l'eau, tandis que sa queue hydrophobe s'oriente vers l'air (Fig. 2b).

Une mousse ne peut se former que si la phase liquide contient une certaine quantité de tensioactif.

Quel a été l'impact du produit vaisselle sur la tension superficielle ?

En déduire le rôle des tensioactifs dans la formation d'une mousse. On pourra s'aider du schéma de la figure 3.

mousse. On pourra s'aider du schéma de la figure 3. Il est donc indispensable de maîtriser
mousse. On pourra s'aider du schéma de la figure 3. Il est donc indispensable de maîtriser

Il est donc indispensable

de maîtriser les propriétés moussantes des solutions tensioactives. La formulation des mousses consiste à déterminer la nature et la quantité de tensioactifs à utiliser pour conférer à la mousse les propriétés recherchées.

Une crème à raser doit bien mousser, mais une lessive pour lave-linge pas trop

TS – Spécialité Physique

www.sciencesphysiques.info

II -

Etude expérimentale de la mousse formée par une solution de tensioactif

Les deux principaux critères d'étude d’une mousse sont la moussabilité de la solution utilisée et la stabilité de la mousse formée.

À ton avis, qu'est-ce que la moussabilité ? Et qu'est-ce que la stabilité d'une mousse ?

À ton avis, qu'est-ce que la moussabilité ? Et qu'est-ce que la stabilité d'une mousse ?

Le test de Ross-Miles consiste à verser 200 mL d'une solution depuis une hauteur de 90 cm dans une éprouvette contenant déjà 50 mL de cette solution. La hauteur de mousse formée est une mesure de la moussabilité de la solution. Une fois la solution versée, le suivi de la variation de hauteur de mousse en fonction du temps permet d'apprécier la stabilité de la mousse.

du temps permet d'apprécier la stabilité de la mousse. Ce test a été réalisé avec des

Ce test a été réalisé avec des tensioactifs ayant des chaînes carbonées de différentes longueurs (Fig. 4). « C12 » signifie par exemple que la chaîne carbonée contient 12 atomes de carbone.

Quelle est l'influence de la longueur de la chaîne carbonée sur la moussabilité, pour un tensioactif donné ?

Le tableau de la figure 5 permet d'étudier les propriétés moussantes de divers tensioactifs, T 1 à T 4 , en fonction du pourcentage massique C en tensioactif dans la solution.

Quelle

est

l'influence

de

la

concentration

en

tensioactif

sur

moussabilité ?

 

Quel est le tensioactif le plus moussant ?

 

la

La stabilité moussante au temps t est donnée par la relation :

S M =

hauteur de mousse au temps t

hauteur de mousse initial

100

= hauteur de mousse au temps t hauteur de mousse initial 100 Complète le tableau de
= hauteur de mousse au temps t hauteur de mousse initial 100 Complète le tableau de

Complète le tableau de la figure 5 à l'aide d'un tableur, en calculant, pour chaque ligne, la stabilité moussante à 10 et à 30 minutes.

Quel tensioactif conduit à la mousse la plus stable ?

Peut-on conclure quant à l'influence de la concentration en tensioactif sur la stabilité ?

Quel tensioactif et quelle concentration choisir pour obtenir une quantité importante de mousse stable ?

Regard critique sur la méthode : on observe souvent que la hauteur de mousse reste constante assez longtemps avant de commencer à décroître. Pendant ce temps, la mousse subit néanmoins une modification structurelle, avec un drainage de liquide vers le bas (Fig. 6), sans éclatement de bulle.

Quelle question peut-on se poser concernant la mesure de la stabilité ?

Que peut-on penser de l'influence de la température sur ce phénomène de drainage et sur les propriétés moussantes des tensioactifs en général ? Propose une expérience permettant d'étudier cette influence.

TS – Spécialité Physique

www.sciencesphysiques.info

III -

Observation d’une lame de savon

On réalise le montage ci-contre et on observe l’image du film de savon sur l’écran.

Qu’observes-tu ? Décris précisément le phénomène observé.

Quel phénomène physique permet d’expliquer les différentes couleurs observées ?

Pour interpréter ce phénomène, on s’aidera des premières pages du document universitaire suivant (les pages 1 à 4 sont accessibles, les pages 5 à 8 nettement plus compliquées) :

http://physique-eea.ujf-grenoble.fr/intra/Organisation

/CESIRE/OPT/DocsOptique/Notices/InterfLameMince.pdf

/CESIRE/OPT/DocsOptique/Notices/InterfLameMince.pdf D’après le cours, pourquoi des interférences se

D’après le cours, pourquoi des interférences se créent-elles entre deux ondes provenant d’une même source diffractées par deux fentes proches ?

Quel critère permet d’expliquer la formation de franges sombres et lumineuses, et donc l’apparition du phénomène d’interférences ?

Dans le cas étudié en classe entière, l’interfrange était toujours le même. Ici, comment expliquer que les franges observées sont de tailles différentes.

Pourquoi le phénomène d’interférences cesse après quelques instants, avant que le film n’éclate ?

IV -

Réalisation d’un jet de mousse

Cette expérience amusante, appelée parfois « le dentifrice pour éléphant », illustre une réaction de décomposition autocatalytique de l'eau oxygénée, avec production d'une gerbe de mousse très chaude.

1/ Précautions Outre les précautions en chimie qui sont d'usage, cette expérience comporte les attentions
1/
Précautions
Outre les précautions en chimie qui sont d'usage, cette expérience comporte les attentions suivantes :
toujours se protéger les yeux et les mains et ne pas toucher la mousse car elle contient de l'eau oxygénée
concentrée (risques de brûlures chimiques) et elle est très chaude (risques de brûlures thermiques).
Il faudra éliminer la mousse avec une serpillière humide, et bien rincer les surfaces touchées.
la formation de diiode peut être irritante, il faut aérer la pièce après l'expérience.

2/

Protocole expérimental

Dans un petit bécher, prélever 10 mL de solution d'iodure de potassium concentré. Dans la grande éprouvette, verser 5,0 mL de liquide vaisselle puis 10,0 mL d'eau oxygénée concentrée et homogénéiser. Ajouter éventuellement quelques gouttes de colorant alimentaire. Placer l'éprouvette à l'intérieur du cristallisoir, bien au centre. Poser l'ensemble sur une surface qui ne craint pas les produits chimiques. Verser rapidement la solution d'iodure de potassium concentré dans l'éprouvette et se reculer. Observer la formation de plus en plus rapide de mousse qui jaillit de l'éprouvette. La mousse fume, elle est très chaude. Remarquer sa faible coloration marron. Dès la fin de la formation de la mousse, plonger une bûchette incandescence au cœur de la mousse.

TS – Spécialité Physique

www.sciencesphysiques.info

3/

Réactions chimiques mises en jeu

Un des réactifs est l'eau oxygénée H 2 O 2 dont un des couples mis en jeu est :

L'autre réactif est l'iodure de potassium, mettant en jeu le couple :

I 2 / I -

H 2 O 2 / H 2 O

Écris les demi-équations électroniques. Déduis-en l'équation de cette première réaction en milieu neutre.

Cette première étape forme du diiode qui, en milieu basique, se dismute en ions iodure
Cette première étape forme du diiode qui, en milieu basique, se dismute en ions iodure de formule I - et en
ions iodate de formule IO 3 - . Les couples mis en jeu sont alors : IO 3 - / I 2 et I 2 / I -
Ecris les demi-équations électroniques. Déduis-en l'équation de cette deuxième étape en milieu basique.
A ce stade un autre couple de l’eau oxygénée intervient :
L’eau oxygénée réagit alors avec les ions iodate formés :
O 2 / H 2 O 2
IO 3 - / I 2

Ecris les demi-équations électroniques. Déduis-en l'équation de cette dernière étape.

A partir des trois équations précédentes, déduis l’équation globale de la réaction chimique provoquée dans l’éprouvette.

4/

Interprétation

Pourquoi une mousse de forme-t-elle ? On attend une explication détaillée faisant apparaître des réponses aux questions suivantes :

- quel est le gaz qui provoque l’apparition de cette mousse ?

- à quoi sert l’allumette ?

- quel rôle joue le liquide vaisselle dans cette expérience ? Est-il un réactif ? Un produit ?

Pourquoi « observe-t-on » de la vapeur ? De quoi est-elle composée ?

Pourquoi la mousse se colore-t-elle légèrement en marron (difficilement visible si l’on a utilisé un colorant alimentaire) ?

Justifie que le milieu devient basique durant la transformation. Comment peut-on le vérifier ?