Vous êtes sur la page 1sur 1

Niveau : 1 ère année du baccalauréat

Professeur : Jamal-eddine ELMACHKOURI

Second semestre : Module III

Support : Le dernier jour d’un condamné de V. HUGO

Séquence 4

Activité : Lecture méthodique

Séance : Chapitre XXVI e

Capacité visée: Etudier l'argumentation dans le discours fictif du condamné à sa fille. DÉROULEMENT

 

Etapes de la leçon

 

Tâches des élèves

Observations

 

I.

LECTUREMAGISTRALE :

 

Suivre attentivement la lecture faite par le professeur. Indiquer le type du texte.

 

II.

IDENTIFICATION DU PASSAGE :

 

Il s'agit d'un discours fictif argumentatif : le condamné avance des arguments contre la peine de mort. On retrouve de la description également (il décrit la

souffrance psychologique du condamné).

 

II.

SITUATION DU PASSAGE :

 

Le condamné est installé dans une cellule à la conciergerie. On lui a ramené ce qu'il lui faut pour écrire. Mais, on a installé avec lui un gendarme pour empêcher toute tentative de suicide.

Identifier le thème. Identifier la thèse défendue par l'auteur. Situer le passage par rapport à l'œuvre puis par rapport aux évènements. Formuler des hypothèses de lecture à partir de la première lecture et de la situation du passage. Relever les arguments avancés dans ce chapitre. Justifier les réponses. Relever les procédés d'argumentation employés dans ce chapitre. Identifier la visée de l'auteur à travers ce texte.

IV.

HYPOTHESE DE LECTURE :

 
 

Le texte serait un discours fictif à visée argumentative ?

 

V.

AXE DE LECTURE : un discours pathétique à visée argumentative.

Thèse : l'abolition de la peine de mort.

 

Arguments :

 

Il ne faut pas tuer le père d'un enfant «ton père qui t'aimait tant pour prier Dieu»; «ils auraient compris qu'il ne faut pas tuer le père d'un enfant de 3 ans.»

L'exécution du condamné a des conséquences sur l'avenir de son enfant «qui est ce qui te fera tout cela …de boire et de manger?»«et quand elle sera grande, tu auras honte et horreur de moi?»

Tous les arguments avancés par le narrateur s'appuient sur sa fille. Elle semble être la seule raison pour laquelle il ne faut pas le tuer.

Procédés argumentatifs utilisés :

 

Temps verbaux : le passé (imparfait de description) et le futur: contraste entre le passé merveilleux et le futur misérable et désespéré.

Registre pathétique : interjections, questions rhétoriques, phrases exclamatives (émotions du narrateur, forte expressivité):«Ô ma pauvre petite fille! Ah ! Grand dieu!»; «Comprends-tu cela Marie?» ;«Qui est ce qui te fera tout cela

 

maintenant? »

 

Figures d’amplification : anaphore, hyperbole, accumulation.

 

A

travers

l'utilisation

de

ces

procédés,

le

narrateur

exprime

sa

souffrance

 

psychologique et souligne l'inhumanité de la peine de mort.

 

Visées :

   

Dénoncer la cruauté de la peine de mort.

 

Dénoncer une justice absurde et aveugle qui condamne le coupable (la peine capitale) et sa famille innocente (désespoir, solitude et réputation entachée).

Toucher la sensibilité du lecteur afin qu'il adhère à la thèse de l'auteur.

 

VI.

SYNTHESE :

 

Six heures avant son exécution, le narrateur s'adresse à sa fille marie à travers un discours fictif. Il jette ses angoisses sur le papier, se souvient du bonheur enfui et se montre préoccupé de l'avenir de sa fille. Il regrette de laisser une jolie petite fille innocente qui malheureusement sera orpheline après sa mort. Sous l'aspect

Formulerune

 

synthèse

des

données

relevées

oralement puis la

à la fois pathétique et tragique du chapitre, l'auteur dénonce la cruauté de la peine de mort dont les conséquences dépassent le coupable et influencent la vie de sa famille, surtout ses enfants.Dans ce chapitre, le condamné envisage le devenir de sa fille marie après son exécution. Il plaint sa petite fille qui restera sans père et qui sera repoussée et détestée suite à sa mort.

noter

sur

le

tableau.

Reporter

l'ensemble

de

l'analyse

du texte

 

et la synthèse sur

les cahiers.