Vous êtes sur la page 1sur 68
Mars/Avril 201 MIACONNERIE www.fm-mag.fr Ee Ct ty Ee Ty POC EL ee ue ce grande maitresse de Grande Loge Féminine Cocud Rem tL Sct Aes eh ye 4 0 wt a VUTQAre WMiaCONnMnigue Wixte Internathonal le Droit Humain Ea Eater ake ca cy fédération frangaise ATT TAZ Oe) ca moe Moda tel FraternitEe on ZOK®) GODF GLDF fons foi emma) 6C@6¢ la GLMU OITAR GLMF IM! Samedi 2 Mars 2013 a partir de 9hOO Les Salons d’Honneur de la Mairie de Pari: Entrée 5 rue Lobau 75004 Paris Inscriptions : communication@apfdh.org - Tél : 01.44.08.62.62 - Carton d’invitation obligatoire PALEDITO Rites, vous avez dit rites ? « Le reflet d’une société aux réalités sociologiques et R ent reac de: Mergis Mors, Rite Ezosis Recto. Pas lacie de stl Pare Mot, Tutu de nave wand Css urersomrent pas trent ur ere, Van woment Besse? Log ns formal ur le sl nga? Que curl des «ance + ste «mares »? Guan ont ft rss futs ye, tare tun ut? Aur de ents au tourette ee seer cles ds armas som fjomis ou du tongs Tce et fomiinas al fo som i ref dune sot au ial solouis ot loss we cbiogent de Han det ies ero bt 'MARS/AVRIL 2013 FRANC-MACONNERIE MAGAZINE variées. » vempéchera pas des influences réciproques. Une _passionnante histoire qui nous ménera jusqu’aux Antiles, une terre de longue tradition magonnique. Crest justement dans les DOM TOM que nous ferons escale pour un « grand angle » haut en couleurs, ct sans langue de bois. Schaelcher, le pare de labolition de V'esclavage, constatait non sans amertume : «lis trowvent des fonds pour se batir des loges de trancs-macons, et ils n’en trowvent pas pour faire construire lun hdpital aux lpreux qui trainent leurs incurables douleurs dans les ‘wes, comme & la Martinique et & la Jemaique ! Pourquoi ne sort-ilrien de cette franc-magonnerie dont ils sont puérilement occupés ? » (Colonies trangéres ot Hati publié en 1843). Avjourd'hui a quoi ressemble la magonnerie d'Qutre-Mer ? Crest @ que nous vous proposons. de découvrir dans ce numéro. SOMMAI Ee aN) La parole est & vous SALON DU LIVRE ET DE LIMAGE MACONNIQUE LE 20 AVRIL A LYON CONCOURS INTERNATIONAL D'ESSAI MACONNIQUE CATHERINE JEANNIN-NALTET, DUCIEM 8 grande maitresse EUROPE TERDEMAIT? de la Grande Loge Féminine FM INTERNATIONALE CEST LACRISE Par jib LA FRANC-MACONNERIE DANS LES DOM-TOM Esprit colonial et Universalisme Par fean-Mokse Brather MEDD FANC-MACONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL 2013 32 POINT DE VUE POURQUO! J'AI QUITTE LA FM 34 SYMBOLE QUAND THEORIE ET PRATIQUE SE FONT FACE 36 CABINET DE REFLEXION VRAIES ET FAUSSES transmissions initiatiques de la Tradition 40 ARCHIVES CODE MACONNIQUE des Loges Réunies et Rectifiées de France (1779) 44 PHILOSOPHIE DE SOCRATE A PLATON 53 PANORAMA PRINCIPALES OBEDIENCES Classées dans Vordre de leur date de fondation id 2 La philosophie dans la Cité OLTURE Ml 4 CRITIQUE LIVRES 8 DECOUVERTE ~ CAHORS ET SES VINS « RADICAUX » Par-fean-MokseBraitherg L’Année internationale 56 CONFIDENCES PEINTURE MACONNIQUE OU PEINTRES... FRANCS-MACONS ? 60 HUMOUR JEAN ACACIO AU PAYS DES FRANCS-MACS Bienvenue chez le psy cophone 64 PETITES ANNONCES UN MAILLON UTILE ENTRE NOS LECTEURS: 66 JEU : LES MOTS CROISES DE MAITRE HIRAM 'MARS/AVIL 2013 € FRANG-MACONNERIE MAGAZINE Actualités COURRIER DES LECTEURS La parole est a vous ! Faites-nous parvenir vos réactions et commentaires. Certains pourront étre publiés. PTE ei ae eer vals Cetnoe eT Ty a LES FRANCS-MACONS ET LE POUVOIR, Christophe : Quel pouvoir ? Isabolle : Le pouvoir d'influence... Le pouvoir des réseaux... Les amis des lulius : Cotte magonnerie moderne & visée poltico-sociale existe, et D> FRANC-MACONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL 2013 a strictement rien @ voir avec la maconnerie _traditionnelle, authentiquement initiatique Jean-Pierre : Oui bon 8 fait ré journalistes, parfois quelques hse qu ycroient, mate dans le rl est une bien pauvre fable. Carles-Alberto : Jetez votre recherche sur Ihistaire du 6.0. et le PS. Revenez nous éclairer, Christian : Puisque ga fait réguliérement la une, autant la faire soi-méme | Bien vu! Dominique : En fait de pouvoir il est petit et surtout inefic rd'hui. A part 8 F'ntérieur ou certain ont le syndrome de la cordonite.. Et la il y a plethore & Vappel. Certes on va ressortr les 15/20 franes-magons qui depuis 30 ans ont eu un portefeuille mais sans ralais veritable avec le travail de fond des autres franes-magons. Kévin > Finalement c'est plus «une grande famille» plutot qu'une «secter ‘comme beaucoup disent. i> ‘SUR WWW.FM-MAG.FR Débats, news, en un clic ! Pour une vision ouverte et moderne de la franc-maconnerie Samedi 2 mars -A partir deSh Jeudi 21 mars~ 20h Salon du livre et de l'image maconnique le 20 avril a Lyon prés Marseille (16-17 mars) et Rennes (6-7 avrill, c'est au tour de lyon de mettre en avant la franc-magonnerie régionale avec orga nisation de son salon du livre. Au programme, conférences, débats, expositions, dédicaces se succdderont toute la journée. Pour terniner |) journée dans une ambiance festive, un diner républicain est propo: La respectable loge Alkemio, organisatrice de I'évenement recherche Des auteurs d’auvrages Magonniques qui souhaitent promouvoir leu production, es associations Magonniques qui souhaitent se faire connaitre. Pour tout renseignement et inscription rv.masse@orange fr ou tel. : 0847 8571 98, Morcredi 13 mars 20h Concours international d'essai maconnique du CIEM « Cente Ibrique &'Etudes Magonniques (CIEM) convoque en an née 2013 son Premier Concours Intemational {Essei Magonnque ouvert & tous les magons de longue espagnoe,rangaise, port. aaa gaise ov anglaise, Le but de ce concouts est de promowoirta recherche Gans les domains suivants Te développement historique de Ordre les valersinhdrentes le Magonneria ia dense et a sauvegarde du patimoine magonnque La dat mite de vemise des travaux est fie au Ter décembre 201 Un niaon Tar prix sre cere. Pour pas de rencetooments soles odes du concours, contacts: cee madid@\gmai.com Samedi 1 et dimanche 17 =a Avos plumes ! mars De 10h 18h eee SJoudi 28 mars 20h reche LEurope ! Et demain ? est le titre du colloque organisé par la Grande Loge de France, en collaboration avec la Grande Loge Féminine de France, et la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra et qui se tiendra le 6 avril prochain au Palais Brongniart (Paris) Face & une Europe frappée par la crise économique de 2008, et & Semenicetdierentbed-autl Theure oii les pays membres ne cessent d'éprouver leurs liens dans De 10h a 18h le difficile contexte social, économique et politique actuels, la GLOF 2 souhaité porter la réfiexion sur le devenir et les enjeux de l'Union ‘européenne. Placée sous la présidence du Ministre délégué aux Affaires Européennes, M, Bernard Cazeneuve, et avec la participation, entre autres, de Miguel Angel Martinez, Vice-président du Parlement Européin, Jean-Marie Cavada, député européen, Eli Barnavie, diplomate, la manifestation sfarticulera autour de deux grandes tables rondes + LEurope : Etat des lieux » et « LUnion européenne prix Nobel de la paix : quel message pour le reste du monde ? ». Une journée riche en débats, a n’en pas douter. Informations pratiques dans notre agenda, MARSIAVRIL2013 FRANC-MAGONNERIEMAGAZINE _” PAR JIRI PRAGMAN Ari Roussimoff u 12 av 19 mars 2013, la Grande Loge de New York (71 West 23rd Street) présentora une exposi tion d'Ari Roussimotf, A Traveling Artist: Fussian Soul, Americ Light of Freemasonry, avec des compo. sitions trés erusseso, La visite de 'expo. sition de ce peintre et tne occasion unique pi découvrir la «French Dorie Room Le golf, une activité magonnique Ecosse. Golf et franc-magonnerie continuent a étre associés notamment aux USA ol des tournois sont organi sés a des fins caritatives. Au calen: drier, par exemple, le 3° tournoi annuel maconnique de golf de Des Moines (www southgatelodgedm.com/golf) le 20 juillet prochain. Par contre, plus de King Hiram’s Apron, huile sur tile Ari Roussimott premidre pierre du premier club authentique de golf @ été posée fen 1768 par William St. Clair of Roslin, Grand Maitre de la Grande Loge partenariat avec Justin Timberlake au profit des hdpitaux pour enfants des Shriners mais leur tournoi aura lieu & Las Vegas du 14 au 20 octobre, Masonica 2013 a Bruxelles ~ AWASONICA 1" Journée du Livre magonnique de Bruxelles Le ¥* Journée Magonnique du Livre de Bruxelles, Masonica 2013, aura lieu le dimanche 21 avril2013 la rue de Lacken (73-75 & 79). Au pro rences avec des auteurs belges et francais, des séances de dédicaces, des ventes de livres neufs ou d'occasion et objets & caractare maconnique, la visite du Musée Franc-Maconnerie.. Un site (www. qui souhaitent dédicacer leurs ouvrages peuvent remplir le formulaire propose sur le site, Renseignements: contact@mesonica.be - +32 (0}476 94 2398, amme, des tables rondo 6 sonica.be) tiendra le public informs. Les auteurs FRANC-MACONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL 2012 Concours hoto du : upréme Conseil pour I'Espagne © Supremo para Espana ( w.seg33esp.org) a ance a travers la revue magonnique Zenit, a familiariser le public avec la pertinence philosophique de la Frano-Magonne: fie, Les inscriptions ont lieu jusq 1" septembre Renseignements :zenit@scg33esp.org concours de phatos destiné Exposition Jens Rusch a Kassel ens Rusch (wwwjens-rusch.de membre honoraire de la Loge Les sing de Francfort, est considéré comme un des artistes les plus renommés du Nord de TAllemagne. Le symbolisme imprégne son oeuvre et ila beaucoup tra valle sur ces evanités» qui nous rappellent le caractére éphémére de notre exis tence terrestre. Rusch expose a Cassel (Freimaurer-Templer - Friedrichsstr. 18 4117 Kassel) du21 avril au 30 juin 2013, { Jeme SALO MACONNIQUE secmmme— DU LIVRE ET DE LA CULTURE GRATUIT - TOUS PUBLICS SALLE DE LA FORGE 10HOO 8HOO Infos : www.imf-b.fr x ¢ 8 de France rande maitresse le la Grande Loge Féminine SA A Catherine Jeannin-Naltet est la nouvelle grande maitresse de la Grande Loge Féminine de France, premiére loge £ strictement féminine, créée en 1946. Aujourd'hui ce n’est pas moins de 14000 sceurs, réparties dans 430 loges qui siégent sur les colonnes de cette obédience qui ceuvre pour le respect des droits des femmes. vaux des précédentes grandes-mai: tresses. La Grande Loge Féminine de France est un ordre initiatique, qui ‘impose aucun dogme, mais qui res pecte toutes les religions. Nos valeurs ib e, en particulier européenne est tras importante : nous sommes engagées dans le CLIMAF (Centre de Liaison International de la Magonnerie Féminine) quiregroupe les grandes loges feminines de Belgique, de Turquie, de ‘Suisse, du Portugal, ’Espagne, et d'lta- lie, Je suis également impliquée dans "institut Magonnique Européen. Nous allons prochainoment installer une loge fen Lettonie. Au niveau national, obé- dience poursuit son développement : 9 loges ont vu le jour ces derniers mois. Toutes les enquétes le prouvent, nous sommes face & une paupérisation de la population féminine, conséquence de la crise économique de 2008. La pression est forte pour celles qui doivent tout & la fois garder leur emploi, assumer des vies de famille, et qui choisissent de sfongager au niveau associatif dans la Cité. Concilier tout cela sfavere de plus en plus difficile. Ces femmes pour cer- taines d'entre elles, ont aussi a s'occu- per des personnes du 4®me age qui bien souvent faute de moyens ne peuvent tre mises en structure spécialisé. La paupérisation des femmes est une rae problématique de société et sera our cette raison au cour du colloque {ue nous organisons le 6 mars prochain, a IHotel de Ville de Paris, en collabo- ration avec le Grand Orient de France ‘« paupérisation des femmes seules tune dignité a reconstruire » La demarche initiatique par le travail qu'elle impose sur soi, touche & 'intime. La loge, la durée des travaux consti- tuent un espace-temps confidential. Le fait de choisird‘intégrer une obédience ppurement féminine ou mixte relove de la liberté de chacune et répond d'un choix personnel. Certaines pensent qu’elles iront plus loin en travaillant sur elles- _mémes devant des femmes plutét qu'en mmixité. D'autres nous révelent qu’étant dans une mixité toute la journée, elles ne souhaitent pas dans le domaine de la réflexion philosophique, et de la démarche inititique, étre confrontées 8 ce regard des hommes quielles pen: sent dans le jugement. Ilya, au sein de notre obédience, des choses qu'elles peuvent dire, échanger. Ces femmes sont en recherche d'un lieu qui gomme les questions économiques, sociales, mais aussi de séduction, de travail, en favour dautre chose. I! est fondamen. tal, au sein de la maconnerie, d'avoir ot de maintenir cette possibilité de choix, mixité ov non mixité. Par ailleurs, nous prenons grand soin lors des enquétes préalables ‘initiation de bien son- der la personne sur sa volonté de ne travailer qu’avec des femmes. Et puis il faut souligner que nous ne sommes pas repliées sur nous-mémes, nous tra- vailons avec toutes les obédiences La GLFF a 6t6 fondée dans une période od les femmes étaient en pleine conquéte de leurs droits = droit de vote, droit de disposer de leur corps avec le développement du planning familial (pilule, puis 1V6), droits dans le travail. Les femmes fondatrices ont accompagné ce mouvement de libé- ration et d'émancipation des femmes. Avjourd'hui notre souci est de veiller au respect de ces droits. Nous sommes La GLFF est en pleine restructuration administrative et va quitter dans les prochains mois ses locaux rue Vitruve (Paris 20) pour s‘installer ‘Clichy, aux portes de Pari. ‘MARS/AVRIL 2013 & FRANC: MAGONNERIE MAGAZINE: 6 Aujourd’hui notre souci est de veiller au respect des droits des femmes. ”? La commission conventuelle des droits des femmes En 2012, les scours de la commission ont titré le fruit de leurs travaux Pour une politique dautonomie des femmes. Destiné aux présidentiables, le texte rappell ‘que « Lors de sa derniére Assemblée Générale, le 16 septembre 2011, la Grande Loge Féminine de France s'est prononcée en favour d'une série de mesures concrétes pour une politique dautonomio des femmes. » Les mesures sont es suivantes 3Généralsation des poles. d'accueil Tapas Meals toc -pécialisés pour les femmes victimes ‘Etablissement du principe constitu- | ®violences, tionnel de parité ontre los femmes ot 4Renforcement de information & la les hommes dans toutes les assem- contraception, maintien et développe- biées délibératives élues au suffrage — mentdes structures permettantles VG. universel direct et indirect, quel que lI Autonomie économique et finan- Cire des femmes : ti 1 Politique volontariste pour une éga- Aroits des femmes pour promowvoir et jt professionnelle et salaialeréelle ‘coordonner une politique réelle et dy- entre les femmes et les hommes, pré- namique d'égalté des femmes et des ayant des sanctions inancires sys hommes, Ministre Etat comportant tématiques en cas de non respect, tun pale d'évaluation de impact surla 2 Temps parte! situation des femmes de tous les pro- Eradication du temps parte! contraint jets et propositions de lai, ainsi que Généralsation de la réduction de am- de leurs textes d'application. plitude de la journée de travail I Intégrté et dignité des femmes: 3 Création d'un fonds de garantie pour antisexiste, sur lo mo- les famillos monoparentales (pensions antiracist. alimentaires, loyers, et.) ‘gale : 4Mise en place dun service public “Obligation d'un module de formation national de la petite enfance, coor- surle« genre», égaitfiles/gargons, donnant les lieux de garde existants, la lutte contre les stéréotypes, pour et en généralisant implantation dans tout le personnel éducatt le public etle privé (entreprises, asso- -Promation de 'accés aux carriéres _ciations, etc.) scientifiques et techniques pour les 5 Etablissement d'un seuil décent pour filles. los retrates des femmes. (REDD FRANC-MACONNERIEMAGAZINE > MARS/AVRIL2013 dans la vigilance et la défense de ce qui doit étre appliqué. Dans cette optique, nus avons créé la commission conven: tuelle des droits des femmes, struc- ture de réflexion et de propositions concrétes (voir encadré). Le projet de confédération de loges, autour de la GLDF, inquiéte-t-il les scours de la GLFF? Le choix de chaque abédience est libre. WW no faut pas confondre les orienta tions des directions, et les réalités de terrain : nous constatons qu’entre les membres de la GLFF et coux des autres obédiences, les liens sont ténus. Les freres du GODF, de la GLOF, du DH se connaissent, se cdtoient, et les choses se passent trés bien. Sans parler des doubles appartenances, qui ne sont as rares. Nous partageons les mémes locaux, les mémes valeurs, nous avons tune histoire commune depuis plusieurs décennies. Nous ne sommes donc pas inquiétes quant a Favenir. Par ailleurs, je ne mets pas en doute une seule seconde la parole des grands maitres de la GLOF, de la GLTSO et de la LNF lorsquils affirment ne pas vouloir renoncer @ leurs liens avec la GLFF. Pour finir, pourriez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours ‘maconnique ? Aprés des études en droit public et sciences politiques a luniversité de Caen, dont ’ai été la pramiére vice-pré sidente femme, 'ai démarré ma carriere professionnelle dans un établissement financier a Lyon puis a Paris. C'est & Lyon que j'ai découvert la magonnerie en 1983 ; ai ensuite été initiée en 1986 et ma mutation Paris en 1989 ma fait intégrer une loge parisienne. Das lors i‘ai consacré une bonne partie de mon temps a la maconnerie qui en retour ma procuré une immense satisfaction personnelle. Travailler en loge const tue encore aujourd'hui un des grands moteurs de ma vie, €1 A PART CHevmlieR KADosH Vous AVeL UNE Exfé iene PRofessionnelle? Sod © Esprit colonial et universalisme ‘Témoin, plus qu'actrice du changement, la franc- connerie dans les départements et territoires d’Qutre-Mer est a la fois riche de son histoire et empétrée dans celle- Tres morcelée, le plus souvent tournée vers la tra elle demeure dépendante des obédiences hexagonales et peine & trouver 'autonomie culturelle qui lui permettrait de s'intégrer aux différents contextes régionaux. ion, FRANC-MAGONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL 2013 es. sensibilités sont @ fleur de peau, dans tes DOM plus quailteurs ‘en frane-maconnerte. JEn tenue on ne discute de rien de sérieux, tant on a peur de Técoute et du regard de Vautre. Ciest ‘aux agapes que les langues se délient, ‘en privé en quelque sorte... Les Freres et Seeurs sont en frane-magonnerie our les bonnes et les moins bonnes raisons. Parmi les bonnes raisons, un esprit réellement laique et répu- blicain pour certains. Parmi les ‘moins bonnes, le désir diaugmenter som réseau soctal. Parmd les pires, un symbolisme outrancier mais qui ras ssure...On parle énormément de Ubis- tire, mais pour le contemporain c'est nettement plus dur. » Observatrice de Ja magonnerie antilaise et guyanaise, Ja scrur de la Grande Loge Féminine de France qui tient ces propos confirme impression que jai eue tout au long de mon enquéte, Je croyais le sujet facile. Je pensais, en partant la décou- verte de la franemaconnerie des iles et des tropiques, me trouver sur un ter rain propice & une expression sereine compte tenu de la trés riche et tres ancienne histoire de la frane-maconne. fie d'OutreMer. Cest tout le contraire ui sest produit. Certes, on ne m’a pas fermé les portes. Mais outre le fait -ce ui est la fois comprehensible et res- pectable- que la plupart de mes interlo- ‘cuteurs n'ont pas souhaité se dévoiler, je me suis trouvé face & une anthologie de Ia langue de bois, a des généralités sans dime, & des considerations histo: rigues d'une banalité confondante, ref, il mia été tres difficile de percer Varmure derrigre laquelle beaucoup de sccurs et de fréres Outre Mer ceachent cette forme de schizophrénie qui consiste a rendre un culte a 'éman- Gipation humaine a Vintérieur dune de pensée qui sous couvert universalisme se refuse & prendre en compte des. particularismes d'autant plus niés quils crévent les yeux. Un héritage des blancs I est une réllé historique tncontour table : la franemagonnerie d'Outre Mer est, au méme titre que la religion catholique, un bértage des Blanes Un pur produit de la domination eure Péenne, colonlale, escape, tx Antilles, en Guyane, ala Reunion, en NouvelleCalédonic il nest guére Gfiternative spirtuee que de se pla sous la dépendance du chris pelocipal support roa » o scree tar wee caice wn © Un pur produit ccontrepoint_magonnique censé siin- de la domination camer dans a personne de. Vicor Schelcher augue, comme tet crt QUFOPEenne, face noire vue une reommanane €OLOniale, Gternelle ». Mais Vune et Vautre de ces esclavagiste. ” Camille Chauvet Pourquoi je suis Indépendantiste et franc-magon Enseignant, membre du Grand Orient de France, conseiller régional de Martinique membre du Parti Progressiste Martiniquais, Camille Chauvet explique les raisons de son engagement indépendantiste en regard de son engegement magonnique. itant anticoloniaiste depuis mes années de lycée, quand jentre en magonnerie i des convictions politiques bien arrétées, et un regard lucide sur le re et action de fa franc-magonnerie en Martinique. ‘Tres rapidement ji pu constater que je ne métas pas trompé. C’était un milieu conservatour et le militant que je suis n’a pas été admis facilement. Lors de ‘mon passage sous le bandeau je fus questionné sur mon « actvisme ». Dans les années 1980, la franc-maconnerie avait condamné les attentats sur les terrteres Mertiniquas et Guadeloupéen sans jamais condammner la répression contre les salargs et les ouvriers agricoles. Aujourd’hui je suis de ceux qui souvent proposent des planches ayant pour théme le chémage, la violence, "immigration, a place dela colonisation dans le projet magonnique. Je peux sans regret effimmer que la magonnerie m's beaucoup apport. Ji pris du recul sur les évenements et je mimpose d'écouter certains discours réactionnaires dans le respect de autre. A cele sajoute un effort constant pour ‘comprendre le monde environnant a Taide du symbolisme, ce qui donne parfois tune autre vision des autres, une autre vision dela vie et du vivant. [MARS/AVRIL2013 © FRANG-MACONNERIE MAGAZINE SOCIETE Da Martinique La premiére loge de Martinique fut laPartote Union, fond sous Fégie du Grand Orient de France (GODF). De 1738 1248, pas moins de 10, loges vont voir le jour Saint-Pierre. Les fr ic On trouve aussi beaucoup de militares, des marins, des employés admi jelques membres du clergé. Les nobles y sont nombreux. Les notables les plus uents se retrowvent a a Parfaite Union. Parfait rele dela société coloniale, In franc-maconnere est entiérement blanche et done esclavagiste. Durant la période révolutionnate beaucoup de rancs-magons vont émigrer dans les Antilles nglaises et espagnoles. Dans la premiére motié du XIKéme sicle on trouve twos atelier & For-Royal (uur For-de-France) La question du reerutement des ‘multrs ot des afranchis se pose, mais les loges demeurent strctement blanches, prétextant de ce que pour étre franc-macon il faut étre né libre. En 190, a loge Ia Tigonamétie se distingue cependant parle vit débat qu anime sur Fentrée 3s gens de couleur Le venérable décide de mettre la loge en sommeil et érit ‘«Quelques membres de latelier ont répudie ouvertement les doctrines sacrées de [a Fraternité. ls ant porté 4 la roligion magonnique une atointe crulle qui peut devenir fatale Faction future de la Maconnerie dans ces contrées. Et copendant jamais eve plus noble etplus belle ne fut dévolue 6 cete subline institution ! En rétablissant des distinctions de peau que la Maconnerie repousse, que la Loge de [ae Tigonométro» «toujours vouées anathéme on ravivant des rancunes, des inimités bases sur ces distinctions réprouvées, ces membres ont fat scission avec leurs Féres. ls ont rompu violemment notre Chaine Union is ont jeté dans notre Respectable Loge des semences de discorde et de haine.» Ma fin du 9 siécle abandon de la référence a Dieu parle GODF bouleverse les francs-macons, peu ‘sensibles au combat laique. Les loges ferment les unes aprés les autres. Cependant ‘en 1909 est oréée la loge Droit et Justice qui dénonce la réaction cléricale et coloniale. Elle demande application dela oi de séparation des églses et de état. En 1821, certains rere de Droit et Justice eréent les Disciples de Pythagore de la GLDF puis en 1829 Emancipation féminine du Droit Humain qui, a ses dbus. ne compte aucune femme. Owverte tout abord& la petite bourgeisie et aux va ts largements ouvir les catégories de la population -a Fexception des béqués- aprés 1946. Elle se caractérise ayjourd hui par une grande diversi, Panorama Grand Orient de France :Bloges;Grande Loge de France: 5 loges; Grande Loge Féminine dd France :2loges ; Grande Loge Nationale Francaise: 1 loge; Grende Loge Feminine de Memphis Misraim : 1 loge ; Grande Loge Tratitonnelle et Symbolique’ Opéra: 3 loges ; Droit Humain: 3 loges; Grende Loge Mirte Universelle 1 loge, Ordre Intatique et Tratitonnel de Art Roya (TAR): 4 loges ; Grande Loge Mixte de France: 1 loge ; Grande Loge indépendante et Sowveraine des Rites Unis GUSRU = 1 loge ; Grand prieuré des Gavles: 1 loge KD» FRANC-MACONNERIE MAGAZINE > MAR} lances sont Texact contraire lependance. « I! est difficile Pour les antillais de se dépouiller des masques blancs. Malgré Frantz Fanon et Aimé Césaire, quand on @ vécu dans un environnement oit le salut état de se blanchir. Quelle que solt Uinstitution, magonnique ow religieuse, on pense que Yon ne devient vraiment Végat du blanc que lorsquion endosse ses habits » nous explique un « négropolitain » marti niquais, ind Orient de France qui vit en région parisicnne Son constat rejoint celui du militant nembre du Gi et Gerivain Frantz Fanon qui écr: vit en 1952 Peau Noires, masques blanes, ouvrage de référence quant 2 la cfitique radicale de la soumission des antllais, et plus. généralement des peuples colonisés, aux criteres de Ja culture dominante, A commencer par la langue. « Dans les années cin- ‘quante, poursuit notre ami martini ‘quats, 1 fallatt étre bon éleve, ne pas parler créole, et surtout siexprimer impeccablement en francais. Pour faire partie de Vélite, on devait non seulement parler mais aussi écrire ‘aussi bien, sinon mieux que tes lanes, » Cette réslience par la langue fest un des marqueurs les plus impor tants de Tidentté antillaise, mais aussi dans une certaine mesure, de celle des populations de Tocéan indica, On ne ddira jamais assez que les Antilles ont &é depuis es années 1950-1960, le ter ritoire de langue frangaise qui propor tionnellement a son importance démo- Entrée de Temple, “ Pour visiter les loges du droit humain dans la Caraibe, nous devons demander Vautorisation par écrit 4 Paris. ”” EE ‘graphique a produit le plus d'écrivains de grand alent. Allonsy pour une Goumération : Ai Fanon, Patrick Chamoiseau, Maryse Condé, Edouard Gilissant, Ernest Pépin, René Depestre, Edouard Zobel, Simone Schwarz-Bart, Raphaél Tardon, Guy irolien, Jean Juraver, G Ia liste pourrait encore sallonger. c Guyane et YOcéan Indien. Pourtant, cette richesse dessine en creux une absence : celle de la langue eréole. Pour exister culturellement, Antillas, le Guyanais, le Reunionnais, le Canaque Kanak doivent renoncer leur identité linguistique. Comment, dés lors ne pas soupconner comme une forme de dédoublement permanent de_ person nalité entre Fidentité native et 'identité ‘saire, Frantz le Pineau, vaut aussi pour Haiti, pour la aacquise ? « Les tenues 3 la Réunion se font elles en créole ? » A Ténoncé de la question Jean-Pierre Velleyen grand secrétaire, deuxiéme —grand:maitre adjoint de la Grande Loge de France lve les bras au ciel: «Nos rituels sont fen francais et nous y tenons. Dans la “diversité réunionnaise, te fran- (ais a une portée universelle. Cest aussi la marque d'une appartenance dont nous sommes tres fiers ». Meme point de vue Letang, membre d'une loge du Droit Humain en Guadeloupe raconte « Un {Jfrere de mon atelier a demandé a pouvoir faire des planches en créole. Ui voulait aussi pouvoir venir aux tenues dans un babit mieux adapte @ notre climat que la veste et la era: vate notres sur la chemise blanche de ix Antilles. Jean-Yves Guadeloupe En Guadeloupe, /a Loge de Sainte Anne fut crége on 1745, Ala fin du XVileme siécle, presque toutes les communes y possédoiont une loge. La totalite des membres sont des blanes de condition diverse, Parfois un frére de couleur pouvait étre initié. II devenait le fréve ‘Servant et ne dépassait jamais le grade 4apprent La période révoltionnsire va chasser de Guadeloupe une bonne part de sa population blanche et avec elle, la quasi-totalité des fréres. Il faut attendee 1896. pour que soit créée a initiative du GODF la loge les Disciples Hiram, \a premi accueillir des gens de couleur, pour Vessentiel mulatres tandis que les blancs conservateurs se rassemblent dans la loge Ja Paix. Cette nouvelle loge résolument anti esclavagiste joue la défense des libérales. Cependant, ta réalisation do cos idéaux avec Fabolition de resclavage en 1848 va paradaxalement trainer la fermeture de la plupart do Guadeloupe, suite & la failite et au départ de nombreux plantours_appartena jarchie blanche créole, A Paris, fa Clémente ‘Amitiéinitie Vouwier ébéniste Louisy Mathieu, représentant de ta. colon ' Fassomblée constituante, Ce sera le premier parlementaire de couleur fen Guadeloupe. En 1894, Hégésippe Légitimus, député socialiste crée a Pointe-i-Pitre la loge les Egalitares dite «fa loge des nagres » Lexistence de cette loge, toute la dévotion de son cxéateur fut de courte durée. Panorama GOOF: 7 loges ; GLOF: 7 loges ; GLNF 6 loges, GLFMM : 1 loge, DH = 4 oges ; GLEF: 3 loges ;GLTSO : 2 logo : Grand prieuré des Gaues 1 loge ; GLMMM:1 loge; GLMF: 2 ages. [MARS/AVAIL 2013 © FRANC-MAGONNERIE MAGAZINE SOCIETE Dal Tt starréte la » allamage des foux de Saint Jean de Ja Guyane date de 1765. Puis une loge militaire ft créée en 1766. I faut ensuite attendre 1829 pour qu'une troisiéme loge y vie le jour avec le Parfaite Union du GOD En 1844 Ia Grande Loge de France crée la ‘France Equinaxiale qui sera longtomps la loge de rétérence en Guyane Francaise Ls loge du Droit Humain n°7 est eréée en 1912, Drautres loges vont voir le jour & député de Guyane. Bibliotheque Nationa je France rigueur dans toutes les toges. It sest beurté @ un vrai barrage. Certains Yont menacé dexelusion. Mais ita été tenace et finalement il vient dans une tenue moins rigide et a pu faire une fois une planche en créole, mais ¢a in dehors d'un atelier de Ia Grande Loge Mixte Universelle en Martinique ou 1a chaine union se fait en créole, la langue du peuple demeure tres généralement proscrite au sein de la maconnerie d'Outre-Mer. Pour justifier la prééminence des mecurs ct de la langue francaise, c'est toujours le méme argument de Tun versalisme qui est mis en avant. Ainsi, SeintLaurentduMaroni eta Cayennedans POY un ancien consciller de Tordre du Jes années 1820-1930. Mais les rapports GODF originale de la Martinique « La ‘sont souvent tendus entre la maconneri ‘maconnerie nous aura permis de par- ‘et les autortés coloniales trés liées a" le notre identité Antillaise pour ‘église. Sibien qu’ 1839ilniyaplusque ler vers Funiversalisme car notre deux tlio: le France Equinoxileet fa POPwlation est déja au départ un Guyane Républicaine du GODF. Comme e ‘mélange de cultures. La Maconnerie Martinique et en Guadeloupe, le régime ©" Martinique a toujours eu pour do Vichy méne en Guyane une répression —/!”alité I'Universatisme. Compte tenu ‘antimagonnique tés dure, Les biens sont son bistotre ou la dignité humaine ‘confsqués et de nombreux fonctionnaires 61 Gerasée par lesclavage, a Pranc- révoqués. La départementalisation en Macormerte a largement contribué & 1946, la suppressi installation d ‘Permettre & Chomme de retrouver sa dignité ct sortant de Vasservissement années 60 accéléront implantation des 7 puisant, enire autres, dans les loges et des obédiences qui passent de valeurs dela République» ‘deux a 10 dans les années 70. Beaucoup ‘obédiences ont érigé a région « Antilles Un lourd passé raciste Guyane » en région maconnique. La ‘magonnerie Guyanaise s‘honore de deux —Crtcs, Mais universalisme dont il hhautes figures republicaines Félix Eboué, est ici question sexprime dans la premier résistant de France aux cétés du langue de Moliére et se décline en général de Gaulle, ouverneurde Afrique cu, blanc, rouge. Quand il ne vehi OrientaleFrancaiseetGastonMonnenville, cule pas un lourd passé raciste. C'est ‘vocat, parlementaire, quifut présidentdu en effet faire bon compte de ce que ‘sénat durant de nombreuses années. fut la « République racia + fort bien Panorama décrite par Carole Reynaud Paligot (a GODF:Sloges :GLOF:3loges; GLEF:1 République Raciale PUF 2006), que loge ; GLFMM: loge ;GLMMM :2loges; de sien tenir, pour ce qui est dela coin: GGLNF: 5loges; DH: 4loges ;GLMU:1 log cidence entre les idéaux de la macon- nerie et 'universalisme républicain, & |KED> FRANC-MACONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL 2013 la noble et généreuse figure de Faboli tonniste Vietor Schoelcher. Membre de plusieurs loges « siuvages » durant sa jeunesse, Scheelcher fit partie du GODF durant moins d'un an avant etre radié de la La clémente amitié pour sobs cures raisons politiques. Quelles que at leur mérite, les sincéres conwie tions républicaines, humanistes et aboltionnistes de Scheelcher font de fui une figure presque marginale au sein d'une frane:magonnerie qui dans Ja deuxieme moitié du XIXeme siecle Saffirmera comme racialiste et colons liste. Et ce au nom d'un matéralisme athée et anticlérical. En effet, cest parce quils Sopposent aux monogé- nistes chrétiens pour qui toute Puma. nité descend d’Adam, que les membres de la Société dAnthropologie, presque tous francsmacons, vont développer Tidée potygéniste d'une humanité aux origines diverses. Un diff biologique « scientifique» annoncé par le « frere » Voltaire qui, pour sopposer au récit biblique de la descendance Adam écrit : « I me semble alors ‘que je suis assez bien fondé a crotre quil en est des bommes comme des arbres; que les poiriers, les sapins, les ‘chénes et les abricotters, ne viennent Point dun méme arbre, et que les blanes barbus, les négres portant laine, les jaunes portant crins, et les bommes sans barbe, ne viennent pas du méme bomme, » Ciraité de Métaphysique, chap. 1: «Des diffe. rentes espéces d'hommes:). encialisme « Jamais une race anatomiquement inférleure ma créé une civilisation supérieure. Sur une telle race pose une malédiction organique dont le Poids ne peut étre allégé que par des efforts bien plus que millénaires, par une tutte pour le mieux soutenue pendant des cycles géologiques. Or, sous le rapport de la noblesse orga: nique, les races bumaines sont fort dissemblables; les unes sont élues, les ‘autres sont réprowvées « Ces fortes paroles sont tirées de La sociologie apres Tethnographie ouvrage écrit en 1892 par Charles Letourneau, se tire général de la société d’Anthropo- logic, membre de la loge Le matéria: lisme scientifique ax Grand Or de France. Le vénérable de cette loge Henri Thulié, lui ausst membre de la société danthropologie deviendra grand maitre du GODE entre 1889 ce 1894, II décrit Vindigene de la pro: vince du Cap (Afrique du Sud) dans ses Instructions antbropotogiques pour les voyageurs sur les. bosch ‘mans comme ayant «la téte instable du singe » et étant + Je plus laid des hommes ». Ds lors, aul ne sétonnera de ce que, fort de cette caution scie tifique, le frére Jules Ferry, membre de la loge du GODF Alsace Lorraine dont Thulié fut deja venerable en 1877, ait pu déclarer en 1885 a Tassemblée nationale : «ll faut dire ouvertement ‘que tes races supérieures ont un droit sur les races infériewres. (.) Je répete quily @ pour les races supérieures un drott, parce quill y a un devoir pour elles. Eles ont le devoir de civitiser les races inférieures. (..) » On est bien loin des traditions « ancestrales » de fraternité universelle et des « hautes valeurs » dont se réclame la franc: maconnerie qui, nous diton, auraient ccontinué de signorer sans cle Assumer ses contradictions Ds Jors il est permis analyser le su @s de la franemaconnerie chez les populations d’Outre-Mer tour autant en regard de son role positif dans la diffu sion des valeurs républicaines et laiques ificateur notamment dans 1a crise en Nouvelle-Calédonie (voir encadré) quien dépit de son passé colonial et raciste, Claude Chauvet, franemacon du GODF, conseiller régional indépendantiste membre du Parti Progressiste Martiniquais (PPM) cu de son rd pi La Pourvoyeuse i Pourvoyuse tat une grande, rapid et boll régate de 40 canons, mise en service en 1773. Commandée parle capitaine de Seine-Oris, anita adjoint de 'escadre en action dans cette partie du monde lors de la campagne des Indes de 1778 et 1773, ele participa aux des combats qui mirent aux prises fangas et anglais autour di comptor de Pondichér au début de 178. Ele fait reléche @ la finde année & se Bourbon, A a suite de dversestontaves avortées c'implantation dela Magonnere dan i, ois Freres ofcirs de son bord, Parierde Saver Lede del Serrée ot Lecoust, cident de tar une loge sur desbases plus solids, avec aide de quelques Friresbretons de passage ou locaux. Pérer de ‘Salvert, en sera le premier vénérable jusqu’a son départ au début de l'année 1779. La loge ester le 18décambreetoficielement patentée etinstllée sous ls auspices du Grand Orient de France le 25 décembre, sous le titre distinctif de La Triple Espérance, a Orient de Port-Lous, Avec cette loge une des toutes premiéres de hémisphéreaustal et peut-étre Ja premiére dans |'Océan Indien, la franc-magonnerie francaise et le GODF auront pris un bon départ dans ctte partie dumonde: loge L Tile Espérance, mre dinnombrables filles, existe toujours 233 ans plus tard, sous 'égide de son obédience-r ‘Ses Freres ‘uiontoffeily a quelques années une superbe maquette de La Pourvoeuse, she au Musée dela fane-magomere, rue Cadet & Pais Lupovie MaRcos “ Sorciers et esprits hantent le voisinage des loges. ”” MARS/AVRIL2012 € FRANC-MACONNERIE MAGAZINE SOCIETE Réunion Los débuts de la franc-maconnerie dans File de a Reunion sont trotement lies euxdelafranc-magonnerie danse Maurice. Dés 1735, on trouve dan ile Bourbon -ancien nom de la Réunion- tun magon fameux en Ia personne dv gouverneur Mahé de Labourdonn ‘membre dela loge mauricienne /a Triple Espérance a Port Louis ou fut créée La loge Saint Jean de Philadelphic en 1765 sous les auspices de la Grande Loge de France. Limplantation du Grand Orient date de 1778 avec ouverture de chaine que va rojoindre Heureuse ‘rencontre en 1779 & Saint Paul, puis la Tiple Union & Saint-Benoit en 1785. En 1816, nat la loge Amitié & Saimt- Denis. Cest aujou plus vi loge de Ile a avoir fonctionné sans interruption. Labolition de Vesclavage en 1848 va profondément modifier la physi de file, avec arrive ‘massive de populations en provenance du sous-continent indien. Puis du ‘monde arabe et de toute Asi. De fait, la franc-magonnerie réunionnaise, toutes obédiences confondues est sans doute une des franc-maconneries les ‘monde, Toutes les Y Sont représentées, ce qui @ pour ‘conséquence @entrainer une vision de la laicité « ouverte », respectueuse des coutumes et croyances de tous. ‘Une harmonie que fon retrouve dans les relations entre les obédiences qui agent notamment le temple de plein ir de Maido, dans un cadre naturel ique, oi Ton traville vei ‘sous la voute étoil Panorama GODF : 13 loges ;GLOF: 7 loges, GLNF 1Bloges ; GLFF: 1 age, DH: 5 loges. (EID FRANC-MAGONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL 2013, PTL des outils pour étre reconnu, ly a des tas de gens sinceres et animés par unt rai souci de perfectionnement, mais comme partout il y a ausst des com binards, des gens qui crotent quits vont mieux sen sortir parce quils sont magons. Aux Antilles, tout fone tonne en réseau. Il y a ta famille, ‘mais aussi la vie associative qui est tres développée, Beaucoup dAntillais rentrent en maconnerie pour faire partie d'un réseau de plus et se sentir ‘moins seuls. » Entre dispersion ‘Musée de la Triple Espérance: et magie Un constat qui, tout compte fait, ne assume ces contradictions entre les: différe guére de ce que Fon rencontre duelles il navigue & vue: «lon engage- en métropole. En revanche, les vraies ‘ment politique ne rejoint pas forcé pasticularités de la maconnerie ‘ment mon engagement magonnique Outre Mer sont dune part une diver ‘mais Jessaye de les faire coinclder et sité qui confine 3 la dispersion, voire est parfois difficile. I1y a dix ans, fai % la division, (voir encadrés) et une défilé lors due premier mai avec mon tendance certaine au symbolisme cordon, Ca a déclenché un tollé parm exacerbé, a Vésotérisme, & la magie les loges de la Martinique. Et quand Sorciers et esprits hantent le voisinage Jal apostrophe Le Pen a sa descente des loges. Ici on raconte qulune dame davion en tui disant quil navait serait allée trouver un frere pour lui rien a faire en Martinique, fai man- demander de faire une « messe macon- qué dittre exclu. Iet, la plupart des nique » afin de jeter un sort a un voi ‘masons sont conservateurs, Ils nai sin génant, La, Cest un frere qui sest ‘ment pas les vagues et ne se montrent découvert des « pouvoirs » apres avoit ‘pas. Dans les loges, on 6voque parfols été initié aux « antiques sagesses». Jean les questions sociales mais il m'y a Yves Letang raconte :« Un profane qui as de véritable travail sur Videntité nous avait approché a commencé ‘antillaise. Ca semble mintéresser per- par me dire quil possédait des dons sonne. Iet, la magonnerie est le plus de magie. Dans son esprit, cétatt un souvent un liew oft Yon vient chercher tout pour rentrer en francmacon “ La franc-magonnerie réunionnaise est sans doute ‘une des franc-macgonneries les plus bigarrées au monde. ” es erie. Mats quand fe lui ai dit que Yon se wourne, impossible de déce- a navail rien a voir, i mia répondu ler dans le paysage maconnique des dun air entendu que je tui disais ga topiques, la moindre tendance a un parce quil niétait pas encore initié semblant Wautonomie. Encore moins ‘Quand il a compris quill ne frappait dindépendance. Hormis la Réunion pas @ la bonne porte, il a renoncé, oii Yon cultive, et encore de maniére ‘A moins quill ne soit allé vers une informelle, quelques relations avec les obedience ow Fon cultive ce genre loges de Vile Maurice, les obédiences de chose ». De fait, dans une société Epousent toralement le schéma cen: imprégnée de croyances magiques, la ralisa diabolisation de la franemagonne- rie par Véglise attire plus quelle ne repousse un certain nombre de personnes. Doi la prolifération obédiences plus ou moins recon: fnues du rite de Memphis Misraim, « Lencens qui brie, les références ‘aux mystores de UFgypte ancienne, ga parle & un certain nombre damateurs de rituels impres: Je sionnants » commente Camille ea Tipe Epérance, Chauvet Les spécificités de la_macon nerie d'OutreMer sarrétent 1, Car quelles que soient les obé diences, celles-ci veillent jalou sement i maintenir un lien trot entre les loges des iles et la metropole. Vers ois que 'MARS/AVBIL 2013 © FRANC-MACONNERIE MAGAZINE: Nouvelle-Calédonie ‘Le Grand Orient de France installa la premiére loge de Nouvelle-Calédonie en 1869, ‘ous le nom de /Union Calédonienne. Le temple se trowvat sur le terrain qui accueille ‘aujourd'hui Timmeuble de ta Fédération des (Euvres Laiques (FOL) a Nouméa. La ce le plus visible de esprit maconnique d par décision gouvernementale, accusée avoir facili Union Calédonienne n'a pas repris ses travaux. lis ‘de FUnion Calédonienne ont créé |a loge Lumiére des iles. Us ‘au tour de la Grande Loge de France douvrr une loge idence nest pas fortuite. La FOL de Nouvelle Calédonie est en effet le signe tore. En 1875, la loge fut fermée evasion du frére Henri do Rochefort, journalist communard déporté en 1871. Les travaux ont epris 1878, sans, interruption jusqu'en 1940. Apres la deuxiéme Guerre Mondiale, au cours de laquelle ‘dos magons calédonions s‘illustrorent dans le fameux « bataillon du Pacifique » Nouméa sous le nom de Fratornité Austral. Elle a été la premiére loge du Rite Ecossais Ancien ot Accepté tu Pacifique. La Grande Loge Nationale Francaise s'est a son tour implantée @ afin ‘des années 1980. Lorigine de cette création est lige a la démission de fréres du GODF ‘endésaccord avec le grand maitre de époque Roger Leray qui pit Findépendance duterrtoie etrévélapubliquement!' ‘Jacques Lafleur & son obée Ti ‘cause pour partenanceduleadercaldoche ce. Il semble qu’a cette époque les francs-macons se ‘rouvanttant dans entourage du leader indépendantste Jean-Ma que dans, ‘celle de Jacques Lafleur jouérent un rle important dans aboutissement des accords, ‘ui mirent fin ata viotence et celérent le devenir du terior Ia franc-macomnerie dans ce processus hi ‘notamment implantation de la GLFF, dela GLTSO et Fessaimag faut croire que 6 utile puisque depuis GODF au sein duquel presque tous les rites sont représentés. Des efforts ne 3 les différentes obeei été accomplis 1Ces pour recruter en milieu canaque-kanak tant Nowméa que dans les lles Loyautés. Un chef traditionnel a 6téélu i de hautes tesponsabilités@ la Grande Loge de Fran Panorama GODF : 6 loges ; GLNF : 6 loges ; GLOF : 3 loges ; GLFF : GLTSO: 1 loge: Entrée du musée de la Triple Espérance =m FRANC-MACONNERI 1 loge ; OH 1 loge spécificté aux magonneries antillases, réunionnaise ou calédonienne. « Pour visiter les loges du droit bumain dans la Caraibe, nous devons demander Vautorisation par éerit a Paris. Et elle nest pas toujours accordée » regrette uun membre de cette obédience. Mais cla vaut aussi pour les autres chapelles, jalouses de leurs prérogatives sur les fréres lointains. Comme au bon vieux temps des colonies. Pendant quelques années, des fréres de toutes les obé- diences de la zone earaibe participaient A titre individuel 2 un rassemblement ‘chaque 11 novembre sur File franchol- landaise de Saint-Martin, Mais depuis {que le GODF a pris en main Forganisa tion de cette rencontre, celleci a perdu son caractére + oecuménigue ». Une situation a bien des égards ubuesque si Ton songe que sur cette méme ile de SaintMartin, les fréres de la partie hollandaise et ceux de la partie fran ‘calse me se fr€quentent presque pas Ft quand les « hollandais » se rendent en « France », ils n’émargent pas au cahier de présence de peur de repré sailles de la part de leur loge « regu: liere », Dans ce domaine comme dans ures, les obédiences beillent par leur absence de vision prospective. La réflexion sur Tidentité culturelle des territoires dOutre-Mer et sur leur ave- nit politique se réduit a diverses incan- tations rituelles sur les « valeurs de la Republique », la laicité, Puniversalisme et la mise en avant de mesures sym boliques comme la présidence du pro: chain convent du GODF par un frére ‘martiniquais ou la nomination d'un chef traditionnel canaque a un poste de res ponsabilités la Grande Loge de Fran Belles médailles, qui honorent un sent ‘ment sincere de fraternité par dela les différences. Prenons garde cependant ce quiau revers de ces médailles la négation des particularismes au nom de Tuniversalisme ncrive en letres de feu un avenie incertain. Pverrer ray ou de quelques sources opératives eee rers ie = cans de la tradition maconnique 21 MARS 12 OCTOBRE 2015 exposition au musée Pe icine tcuucut 16 rue Cadet Paris 1X Naa au az) Au cceur des rites maconniques La genése Le mythe fondateur Hermétisme et chevalerie pour le Rite Ecossais Ancien et Accepté (REA), rigueur — quasi - cistercienne »— et liens avec les Lumiéres pour le Rite Francais (RF), références médiévales et templiéres pour le Rite Ecossais Rectifié (RER)... au cours de leur histoire multiséculaire, les différents rites de la franc-maconneric ont acquis de fortes identités. Mais comment se sontils constitués ? D’oi viennent ces rites étonnants que les francs-magons pratiquent encore de nos jours ? emigre difficuté, I+ éti Bijou du 30° grade de Memphis-Misraim, Feuntam aacte Jquette » n’informe pas for cément sur kt nature du ion des Rites Egyptiens de ‘on 33 grades (Musée dela contenu | Ainsi le Rite {ranc-magonnerie, coll. GODF, Photo Ecossais Rectifié ne vient pas ) plus d'Bcasse que les Rites Fgyptier ne viennent «Egypte et, contraire ment & ce que leur nom pourrait lais- ser supposes, il est plus proche du R Ronan Loa Frangais que du Rite Ecossais Cordon du Rite Francais, la version francaise du Rite jodernes. Le « cordon » en franc-maconnerie leurs une «innovation » francaise inspirée des Ordres de Chevalerie (Musée de la franc- ‘magonnerie, coll. GOOF, Photo Ronan Loaéc) mansiAinieany Pd Pott) conceptions propres auRER., (Musée de a franc-maconnerie, coll. GOD, Photo Ronan Loaéc). des grades d'Apprenti, de Compagnon et de Maitre, Ces trois premiers grades sont dits « bleus » ou « sym boliques » en France. On les appelle « Craft » ~ le Métier ~ dans le monde anglo-saxon. Les trois premiers grades de la frane-maconnerie « spé- Culative + ont été constitués a la fin du XVI et au Angleterre & partir des deux grades de la Vieille frane-magonnerie « opéra tive » d'Ecosse : « ApprentiEntré » et « Compagnon du Métier ou Maitre » Les rituels ont &€ enrichis avec des ments empruntés aux traditions 6 La « légende d'Hiram », SS ee une histoire symbolique que la oe eee ere cérémonie de réception met @M 2 souscs gre de Maite inegre faicco tae esinion appa scéne un peu a la maniére des 3 inc grande poscruce En cite mystéres du Moyen Age. » eaves | bis eal Teepe aeeron reve sus une legend, ln legend Ancien et Accepté (REAA). Comme «Hiram », une histoire symbolique nar par Vhistoire per que la cérémonie de réception met en met une meilleure compréhension. scene un peu a Ia maniére des mys: ‘Quels sont les matériaux symboliques teres duu Moyen Age ou du « theatre A partir desquels se sont construits les sacré » de certaines religions orien: Uifférents rites que nous connaissons tales. Aujourd’hui, les trois pr aujourd'hui ? Quels plans ont suivi les grades de tous les « Rites » pratiqués hommes qui les ont fixés a la fin du de par le monde sont les héritiers de XVIII et au début du XIX sidcle ?—_ces trois grades fixes entre 1690 et 1730 entre Edimbourg et Londres. Les matériaux Vee patrimcine eymboique ina fest done rigoureusement le méme Sil est bien un point commun a tous Mais les choses se compliquent un les franesmagons, cest la pratique peu parla suite ! [EZD> FRANC-MAGONNERIE MAGAZINE > MARS/AVAIL 2013, Un Macon avec les décors du 4 grade du REAA.. pratiqué au XVIII siécte puis Les « Modernes » et les « Anciens » En effet, il semble que cette remise cn forme en trois grades ne se soit pas cexactement faite de la méme fagon = ou ait par la suite connu quelques variantes - selon les régions. Par exemple, les mots «J » et B> du vieux grade d’ « ApprentiEntré » furent dif féremment répartis dans le nouveau téme. Alors quien Angleterre, en 1717, on avait associé le mot « J » au premier grade et « B> au deuxiéme, Vielande et Vcosse semblent avoir fait inverse, De méme, ily avait quelques petites differences sur la place des surveillants ou le mot de Maitre. Si le patrimoine initial était ~ répétonste ~ commun, ces quelques differences vont servir de prétexte a Tune des grandes controverses de histoire de la francmaconnerie. Probablement partir des années 1740, des Macons vont reprocher a Premiére Grande Loge, celle créée & Londres en 1717, de re pas éte fidele aux traditions macon- niques et vont la dénoncer comme « Moderne », eux se revendiquant des usages « anciens », On suit aujourd hui que les « Anciens » étaient en fait des “Magons irlandais établis 3 Londres et ‘mal accueillis dans les loges anglaises. La querelle des « Anciens » et des « Modernes »- sobriquet qui restera la Grande Loge de 1717, la premigre pour tant! ~ a probablement des raisons religicuses, sociales, culturelles... mais elle va se focaliser sur les questions de rituel et va amener @ la fixation de deux vvariantes bien définies des grades sym- Doligues 4 cOté du Rite fixé a Londres cen I7I7, qui devient le « Rite des ‘du Supréme Conseil de France (Bibliotheque du Grand Orient des Pays-Bas) “ A partir des années 1720, la Magonnerie des Modernes va se diffuser en Europe. ”? les années 1740, le gra ‘comme Il Ordre du Rite Francais et ‘Sdegré uREAA.(Bibiothoqe || -MARS/AVRIL 2013 © FRANC-MACONNERIE MAGAZINE SSE Tener Pd Pet) Bijou Rose-Croix. Dés les années 1760, o souvent terminal - pour de nombreux systémes ‘maconniques (Musée de la franc-maconnerie, coll. GODF, Photo Ronan Loaéc). Modernes », va prendre place une autre facon de travaller les trois premiers grades : Ie « Rite des Anciens », Quelle {que soit I Gtiquette », quils Sappellent Rite Francais, Ecossiis, Emulation, York, Egyptien... tous les rites magon: niques pour les trois premiers grades dérivent soit du Rite des Modernes ~ celui de la Grande Loge de 1717 - soit du Rite des Anciens, celui de la Grande Loge des Anciens apparue en 1751 mais probablement dorigine antérieure et irlandaise, A parti des années 1720, la S¢ La querelle des « Anciens » et des « Modernes » a probablement des raisons religieuses, sociales, culturelles... 7? rere Si 'un des premiers hauts grades fut appelé « Maitre Ecossais », c'est probablement parce que les Freres: éminent ns la genése de la franc-maconnerie. Le succés et la grande jant longtemps, « Ecossais» et le nt donc simplementhauts grades. Ains, par leur appella 38 du XVII siécle entendent manifesterqu‘elles sont ‘aussi souveraines sur les hauts grades. Comme toute lafranc-maconnerie franeaise, la Mére-Loge Ecossaise de Marseille pratique d'abord des grades 10s dérivés du Rite des Moderne le seul alors connu en France. verses, ses trois premiers grades présentaient place des colonnes autour du tableau. pourquoi, ce qui aurait été un non-sens quelques années auparavant, & partir des années 1770, on en vin parler de grades symboliques du «Rite Ecossais » pour désigner coux pratiqués parla Mere-Loge Ecossaise. Cependant, au XVIIF-siéce, les grades symboliques du «Rite Ecossais » ne sont quune variante du Rite Francais. C'est dalleurs dans cette perspective wil faut encore lire aujourd'hui « Ecossais » du Rite Ecossais Re rite dont a structure de la loge ot les usages sont typiquement «franga (E> FRANC-MAGONNERIE MAGAZINE > MARS/AVAIL 2013, Magonnerie des Modernes va se diffu. ser en Europe, « sur le continent », et les usages que lon va parla suite appe ancais », « Rite Suédois sont diabord des versions francaise ou suédoise du Rite des Modernes, Le Rite des Anciens Iui va surtout simplan ter aux Amériques dans le sillage des émigrés irlandais constituant ainsi la base des grades symboliques pratiqués aux Etats Unis. De apparition des pre miere loges a Paris, autour de 1725 - en provenance de Londres et done de la Premiere Grande Loge ~ et jusqu’a la fin du XVIIF sigcle, la France ne connaitea ailleurs que le Rite des Modernes qui cconstitue le socle et Fessentiel du Rite Francais pour les trois premiers grades, ler « Rite Les hauts grades Mais avant de continuer, i faut raconter uune autre histoire qui va venir se gret- fer sur ce que nous venons de rappor ter. Il semble quil y ait eu a Londees, entre 1720 et 1730, plusieurs projets de « mouveau grade de Maitre ». Si Fusage retintfinalement celui strueturé sur ka « legend Hiram », les autres ne dis arurent pas pour autant. Expulsés vers le sommet en quelque sorte, ils constituzrent les premiers haus ‘grades. Aussi, contrairement 3 ce que Ton a longtemps affirmé, les hauts grades ne sontils pas une invention tardive et artificielle, mais un phé mene qui remonte probablement aux Origines de la frane-maconnerie specu lative. Il est vrai que si Yon considére aujourd'hui que les premiers. hauts grades ~ Maitre Bcossais, Royal Arch ~ sont dorigine britannique, ccux-ci vont cconnaitre un engouement et un déve Joppement exceptionnel en France et fen Allemagne. Sur le modele du grade de Maitre, Cestidire en proposant une légende symbolique mise en scene dans une cérémonie et visant & trans ‘mettre un enseignement « ésoterique » Jes hauts grades vont se multiplier entre 1730 et 1750. Vengeance de Ia mort Hiram, reconstruction du ‘Temple, secret perdu et retrouvé, legend tem pliére, les haut ceuvre un riche im: inaire symbolique a forte potentalité initiatique, Maitre Parfait, Maitre Elu, Maitre Bossa, Chevalier de Orient, Rose-Croix, Chevalier du Soleil ou du ‘Temple, ces grade vont attrer tous les Freres en quéte de spéculations théosophiques, de secrets hern noms pleins de promesses tiques ou d'idéal chevaleresque Les hauts grades vont étre un des plus puissants vecteurs des courants ésoté: riques au Sigcle des Lumieres. Trois grades et plus Un peu partout en Europe, la pratique ‘maconnique puise & ces deux sources, Aux trois grades symboliques succed tune série plus ou moins longue de hhauts grades. En Ecosse sans doute ‘mais surtout en Inlande et aux Etats Unis, les loges symboligues travaillent ‘au Rite des Anciens, En revanch Ccelui-ci semble ne pas avoir traversé sion, ily a un nombre limité de hauts Tablier de Prince du Royal Secret. la Manche et parsit' completement grades qui sont reconnus par la géné- Le grade terminal du Rte de P absent «Europe continentale au XVIII" ralité des Magons et qui se présentent est devenu le 32° grade du REA. France, en Allemagne, en selon une hiérarchie admise par tous. Depuis 1815, le Supréme Conseil Seandinavie, ete, on pr du Grand Oriont a continué & le ‘considérer comme grade aussi plus - important que (Musée de la franc-maconnerie, coll. GODF, Photo Ronan Loaéc). siecle ique des Les systémes particuliers des loges lus ou moins les grades symboliques dérivés du Rite reprenaient toujours ddes Mosemes, Aprés les trois premicrs memes hauts grades classiques. Ainsi ‘grades, en général conférés beaucoup pour tous les Macons, y atil un « ordre plus rapidement quiaujourd'hui, par anaiytique connu » pour reprendre fois seulement en quelques mois, les expression és judicieuse utiisée Freres abordent le riche univers des par la Chambre des Grades du Grand hhauts grades, Les ites au sens oit nous Orient en 1782. Tout diabord les «petits Yentendons avjourd’hui existent pas grades » (Parfait, Irlandais, Maitre cencore et il y a finalement une assez Secret.) ensuite les grades «vs (es srande varigté dans la pratique des 9, des 15, de Pérignan, ete), puis les hauts grades. Jusqu'aux années 1970, grades d'Ecossais (des 3, de la Voate, Thistoriographie magonnique, en géné etc), enfin on accéde 4 la chevalerie ral hostile aux hauts grad tait comme un « inextricable fouillis » grade de Chevalier Orient auquel suc Gaston Martin), un « salmigondis + cédent dautres grades chevaleresques. ‘Lantoine) ou une véritable «anarchie Les grades qui marquent Taboutisse- Ecossaise + (Marcy). Cest une erreur, ment de fa voie maconnique sont soit cs présen- maconnique le plus souvent avec le tose-Croix, soit le Chevalier Kadosh adel de cette apparente profu- le MARS/AVAIL 2013 © FRANC-MACONNERIE MAGAZINE = Les armoiries symboliques du Chevalier Kadosh d'aprés Bouilly (Explication des douze écussons|...] des grades phiosophiques, 1837). Le grade de Kadosh (« saint» en hébreux) revendique une ) De 1760 3 1780, apparait une volonté FRANC: MACONNERIE MAGAZINE 3 MARS/AVRIL 2013 démissionner au bout de tant d'années semble étrange. La lassitude, la routine peuvent avoir raison de Fengagement originel et éroder la motivation. Si est le cas pour Sandra, il nen n'est pas de méme pour toutes les scrurs et freres qui restent un jour sur le bord du chemin, Un frere de la Grande Loge de France a mis quinze années pour se rendre compte que les francs: macons étaient des Gtre humains, cout simplement. « La déception a pointé son nez au moment ott mon épouse est décédée. Le comportement de mes freres, loin détre compassionnel, a 646 plutdt « indifferent» Enfin fexagere surement. Bien évidemment ils mont assisté dans ‘ma tristesse. Coups de fil, mails, SMS, présence aux obseques. En réalité rien @ leur reprocher. Mais dans le mois qui a sutvt je nat ‘pas ressenti la méme présence, la ‘méme attention, Six mois apres je demissionnais, Gilbert, deux années plus tard saccorde a dire que son ‘comportement a été excess. Auraitil fait un péché dorguel ? Il avoue bien ‘humblement qui se sentait le centre ‘du. monde et que personne avant lui avait traversé cette épreuve. Atendaitil trop de ses freres 7 Pensaitil quils nfavaient pas autre préoccupation, pas de famille, pas de souci, pas de probleme ? Pensaitil que chacun dentre eux aurait dd négliger son propre environnement pour ne Soceuper que de lui? Une remise en question que Gilbert a fate et qui lui permet de dire aujourd'hui quil regrette davoir réagi de fagon aussi primaire. A travers son discours et si Ton écoute ses mots au dela des mots, il pourrait un jour ‘demander sa réintégration. Erreur de recrutement ? ‘Quant 2 Caroline, qui la connait, sera plus étonné de savoir qu‘elle est restée “ Moins de fougue, moins d’énergie pone défendre des causes. ”? Michéle dix ans au sein de son obédience. Ii la question du recrutement se pose. Une femme charmante qui sait tout, qui est pétrie de certitude et se pense exemplaire ! Avec ga, dix ans en maconnerie.... Surprenant. Elle assume vaillamment les raisons de sa démission : « Je ne supportais ‘plus ce soit disant travail sur soi, cette facon détre —bienveiliant et tolerant, Je trouvais cela tres hypocrite pour ne pas dire autre chose, Le cité « jésuite » me génatt et puis prendre autant de chemins détournés pour dire une chose simple... Non pas possible pour ‘moi. Et puis (a bienveillance et ta tolerance, de mon point de vue elles ine sont quiapparentes et utilisées en Joge, parce quien debors ta chanson niest pas la méme » Constat plus difficile de la part de Caroline et pourtant aucun trémolo de regeet Elle se demande méme comment et pourquoi elle est entrée « fi dedans » Ia seule excuse quelle se donne est davoir été initiée trop jeune, trop tt... Peurétre ! Des loges moins engagées ‘Toujours. de bonnes raisons, ou tout au moins des explications et des justifications compréhensibles motivent les décisions de départ Chacun, chacune ayant son libre arbitre, prend la décision quill pense ire la bonne. Ainsi Michele qui A soixante quinze ans, donne sa démission aprés trente cing ans de bons et loyaux services ! De quoi surprendre plus dune de ses seers. les plateaux, elle les a tous occupés, cll est méme allée bien au dela du wisitme degeé. Fondatrice de plusicursloges, lle a déja démissionné des atelers supérieur. Le derier pas, est la démission de sa loge bleue Mais pourquoi apres autant de fide a son engagement ? « Fatiguée, fatiguée hysiquement et fatiguée die ronron (qui stnstalle dans tes loges. Moins de fougue, moins d'énergie pour défendre des causes. Moins diengagement dans ta cité, moins de prise de position claire et nette, Hime semble que nous devenons tiddes, et ga, ce mest pas {fait pour mot. Me sentir tiedir ou disons-le, mollir me navre. Pas envie du tout. Mon engagement dans a cité continue au travers dassociations dans lesquelles jai 1a sensation de {faire quelque chose deffcace et détre utile vraiment. » Michele ne regrette rien de ses années durant lesquelles ‘lle appris mille et mille choses qui hi font toujours éé d'une grande utilité dans sa vie profane, Elle conclt avec humour « je erois que je vous parle dun temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre. Alors a eux ‘maintenant. » MARS/AVRIL 2013 & FRANC-MACONNERIE MAGAZINE = Born Btn Quand théorie et pratique Théoriser un idéal, mais ne pas le mettre en pratique, crée, Eo contrairement a un engagement pris, un fossé entre la parole et Faction. Dés lors, tout temoignage est impossible ae! car il manque de crédibilité, Un macon de théorie ventera un idéal porteur d'un code d'une indéniable éthique, sans pour autant ére capable de le suivre pour Iui-méme. idéal est détre macon au dedans et au dehors du = temple. Dans toutes les tapes de la vie maconnique ‘chaque magon peut sinter roger sur le seul souci de deveni vr: iment ce qui est. Lidéal serait de faire de sa vie une ceuvre dart, de réaliser un chefd/ceuvre qui serait soi-meme Le magon de théorie préconise ha et fort la liberté et la tolérance, deux vertus qui doit sefforcer dexercer et de faire fructifier en lui La iberté bien comprise ne doit pas dégénérer cn licence de mecurs, ni la tolérance en laxisme, Le magon de pratique conserve en mémoire quill est venu vainere ses vices et ses passions afin adapter la théorie & la pratique. Cela demande de savoir exorciser toutes les formes dignorance, de vanité, dimtolé ance, dexclusion et de rejet Initiation ot transgression Toutes régles, toutes lois visent a maintenir la cohésion d'une sociét Si Ton considére la d comme valeur fondamentale, i est t cependant des circonstances bien précises ot la désobéissance peut @tre considérée comme un devoir qui simpose a sok snité de Tere Bibliotheque du GODF, Paris [EZD> FRANC-MAGONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL 2013 font face A premiére vue, transgresser, cest désobeir au respect dune régle &a- bic, Celui qui aspire a obéir a des valeurs supérieures peut étre amené i coutrepasser la lettre de la régle. Toute Je est un moyen, mais elle n'est pas tune fin en soi. Elle nécessite quelque fois un dépassement de soi qui peut tre vu comme une transgression. é comme en loge demande la transgression selon son sens éty- de respecter tout étre humain sans mologique permet daller au-dela. Elle exception. Ce respect de la dignité fait appel a la gestion du libre arbitre de chacun induit, Ia conscience de la de chacun ainsi qu'au sens du devoir dimension unique et sacrée qui est la et de la responsabilité lequel permet _sienne. de se déterminer entre obéissance ct Le respect des engagements pris transgression, demande de sinterroger > Quiaije La determination et la force inté fait jusqua_m: ricure qui motivent une personne loge ? Aije donné a ma qualité de pour demander a étre recue en franemacon la valeur q francmaconnerie peut étre considé- Aije rempli loyalement -Tengage- rée comme une transgression dans ment contracté le jour de mon int le déroulement d'une vie ordinaire. tiation ? Aije accordé & mes Frétes Cest en effet sortir du profane, pour Técoute, attention fraternelle et la iser en soi le sacré bienveillance quils sont en droit dat La réception de Finitiation améne un tendre de moi? ‘changement de vie qui permet de Nul ne peut accéder a un comporte- relativiser le quotidien et daspirer a ment exemplaire sil nest pas dura ‘une dimension qui transcende Tordi- blement libéré des fascinations du naire. La méthode initiatique invite monde et de ses mondanités. Cela chaque frane-macon a laisser de c6té demande de savoir licher prise ct le paraitee et les faux semblants, pour diaccepter de se débarrasser de ses devenit Iukmeme, masques, initiation bien comprise ne Du comportement en loge et demande pas de disserter sur te a sexe des anges mais daccéder 4 une dans la vie quotidienne ——inennique vie spirituelle, ce qui fexonére pas de remplir consciem- En dehors de la loge, il est demandé ment au mieux toutes ses obligations tout feanemacon davoir un com- familiales et sociales. Thérése CAvila portement irréprochable, davoir de disait: « Toute Ame qui séleve, éleve Ia tenue, et de se comporter comme le monde », belle image pour passer sil était en tenue, Se comporter en de la théorie 3 la pratique. Mt fenant pour ma Comment, dale! we serton de ces eth 7 Macon spécultatit. Bibliotheque du GODF, Paris 'MARS/AVRIL2013 & FRANC-MACONNERIE MAGAZINE TRADITION Vraies et fausses Comment lApprenti, le Compagnon et le jeune Maitre peuvent ils sav traditionnel quils recoivent émane d'un sage ou d'un pseudo sage ? Si ce quiils entendent va les aider 4 ouvrir une conscience nouvelle ou les enfermer dans leurs habitudes ? En Loge ils trouvent une trentaine de chercheurs et une trentaine de visages différents de la vérité. Comment peuventils trouver leur chemin ? A qui peuventils se fier ? Qui peut valablement guider leurs efforts ? Comment distinguer, sous les apparences de la rectitude et de la rigueur, les fausses transmissions des transmissions authentiquement initiat ques ? EID» FRANC-MACONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL 2013, La transmission initiatique s’adresse 4 I’intelli de l'Etre. ” igence epuis Ia naissance de Vhu- différents du monde nécessite deux manité, les hommes se manires de comprendre et done deux transmettent de génération _manigres de transmette fen génération faire. Avec Taccumulation — Distinguer le vrai du faux ct la progression des savoirs, a trans mission du savoirfaire est devenue Ia La confusion sinstalle lorsque ensei B transmission d'un savoir que Yon ne gnant transmet, et Véleve recoit, la sait pas forcement faire, C ‘mission par stockage des informations _maniére que tous les savoits ordinaires. & pourtant permis Tenrichissement Les transmetteurs de savoir sadressent progressif des sciences, des technolo: a Tintelligence cérébrale, la transmis: ies et de la societé sion initiatique sadresse intelli Plus un homme est érudit, plus il pos: gence de Etre. UEtre éveillé modifi sede des savoirs, plus aide les sciences la conscience a raison et Ie compor ct les technosciences & progresser et tement humain alors que la mémoire ment la quantté néré, Lon ne peut pas dire que pour de savoir et laisse Fhomme ila merci de plus il est considéré, respecte et rému-enrichie modifi se homme, toujours assoiffé de compré- ses mécanismes de peurs et de desir hhension et de connaissance, la ra Un homme peut savoir beaucoup et tre inquiet, colérique et méchant, I peut étre amateur dart et étre med: le sens de la vie sant, voleur et desteucteur, par contre sion du savoie soit une fausse tea sion mais a lisiblité du fonctionn du monde n'éclaire Une chow est de saese beaucoup de leteles et afectives Connaannt par choses sur Ye monde, de comprendre expérence le chemin de la sages, ETM = Forme one ae xp ahr indir ae te son *Aacien Grand Maitre dela de nousmémes comme éément du Un « enscignant » en Loge qui a des Grande Loge De France, Geri, Diloopho, xis be ont orege formats Eaton Dory de deux. den rches comportements naturels. enseignant Ccomplémentaires, de deux sciences des sciences profanes, qui est hypno: dont lune soccupe de létant matériel tisé par ses mécanismes égotistes, qui, cet autre de 1 ¢ humain dans son évo- a chaque occasion étale son érudition lution venie, Aborder ces deux plans philosophique, scientifique, religieuse MARS/AVRIL 2013 © FRANC-MACONNERIE MAGAZINE Ez. SEU C ‘ou initiatique n'a rien & transmettre dans le domaine de Finitition. Cest moins par ce quill exprime que par st maniére détre, de dire et de faire que pourra étre détectée la fausseté de sa transmission par les apprents, Les faux enseignants en init reconnaissent par leur propension a distribuer des « bons points » et des + mauvaises notes », A médire et 3 col porter avec sérénité de sottes infor tions sur dautres freres afin de paraitre Jes meilleurs. I fumée des égotismes universels. Méme siles Apprents et les Compagnons ont tendance & se laisser prendre par leurs stratagemes, avec un peu dexpérience, de raison et de civilité, ils découvriront 4quil n'y a jamais dexpressions verbales de dénonciation ou de calomnie qui se cachent dans la “ La science initiatique est une science du chemin 2 parcour Coan soient Fexpression de Vinitiation, Elles sortent toujours du siége de "homme vulgaite. Il n'y a pas derreur possible sur cette vérité qui enseigne delle ‘méme. Un franemagon doit toujours sgarder un esprit critique et intelligent Les faux initiés svertuent aussi a exer cer un absurde pouvoir au nom d'une ssagesse virtuelle mais leur désir de pou voir Jes conduit visiblement & Tinjus- tice, & Toppression et aux mensonges ccontraires 3 la sagesse d'un initié. Les faux initiés enseignent ce quils ne prs tiquent pas, non pour aider un frere 2 progresser mais pour garder la prédo- ‘minance sur une loge, une région ou un pays. Ils courent aprés des decorations et des degrés supérieurs pour avoir un aréopage 4 leur dévotion et paratre tencore plus puissants et étre plus adm és, Cest Ia que le récepteur ~ Apprenti, Compagnon ou le jeune Maitre ~ doit faire preuve de lucidité, d'axialté et de persévérance, Le succes d'un travail ink tiatique repose autant sur les qualités du récepteur que sur celles de l'émetteur. Ceux qui veulentatteindre la sagesse ne s¢ lnissent pas arréter par les misérables Echees des autres, Une tradition orale Les vrais transmetteurs de la connais- sance initiatique —utilisent une méthode pédagogique fondée sur lexpérience personnelle du « devenir tun éveillé » et non sur la seule accu: mulation de savoir, La science initia tique n'est pas une science de ce qui va étre découvert mais une science qui conduit aux découvertes, une science du chemin a parcourir. Cette méthode utilise les symboles, les imythes et les legendes pour déjouer les pieyes de Vintelligence cérébrale égotiste, Elle sadresse directement & PEtre et constitue la Tradition, {La Tradition nest pas la transmission, dun savoir ancien dépassé mais la transmission d'une méthode de travail EID» FRANC-MACONNERIE MAGAZINE MARS/AVAIL 2013, permettant a homme aujourd'hui de comprendre et daccomplir son destin naturel de maturation de Ves: prit humain, Cette méthode eréatrice déveil, devolution de homme, crée ‘un mouvement intérieur qui propulse la conscience de !homme-animal vers sa pure humanité, de sa finitude vers son infinité, Toute Tauthenticité d'un initié réside dans sa capacité & créer ‘ce mouvement de Etre intérieur. Le Maitre en i pas complétement un sage, com- mence & percevoir Ia lumiere de la ‘Connaissance et sat comment Sorien: ter. Il est attentif 3 Iuiméme, aux autres et au monde. Ine critique pas, ne juge pas, il observe sereinement et objectivement. Se tenant distances de ses « chiens » égotistes, il voit ce qui est et pourquoi il en est ainsi Ne voulant pas que les autres soient autres que ce quils sont il peut les accompagner avec. frater leur cheminement vers leur hums. nisation. Il sait ce quill faut leur dire pour éveiller leur conscience et leur donner envie d'accomplir les efforts nécessaires 3 leur construction, Cette transmission est orale parce quelle est dédiée & chaque chercheur cen fonction de ses propres obstacles et du moment oii ils surgissent, Une vérité approprige @ un moment sur le cheminement d'un fréee est relative, elle ne sera pas forcement approprice un autre moment ni pour une autre personne. Toute la Tradition se trans ‘met oralement avec fraternité, vigi lance et intelligence. Le « disciple » ‘capte et retient seulement ce qui est apte a retenir, ce qui le touche dans ‘a profondeur. Le reste disparait dans Je souffle du vent et le Maitre le refor mulera plus tard dans un temps oi: «Téleve » sera pret. Si Tenseignement était écrit i ne Sadresserait opportunément pas aux besoins vitaux du « disciple ». Si le disciple prenait des notes pour y te dans repenser, étudier et _mémoriser, il mettrait en mouvement sa_manigre ordinaire, habituelle de formater son intelligence. Alors il n'y aurait pas de résonnance au fond de lukméme, sa conscience ne Souvrirait pas et i ne découvrirait pas en. lui le territoire thom sage ini a alder un autre hon La frater a prendre ‘conscience de son devenir possible, Son intervention peut étre dure ou aimable suivant le besoin de UAp- prenti mais elle n'est jamais méchante (ou humiliante. Le guide ne cherche ni a €tre admirable par ses avis érudits ri brillant par Putiisation d'un voca bulaire ésotérique, Son seul objectif est de créer les conditions propices & tune progression de son auditoire Si le Maitre est attentif @ autre en ‘méme temps quil est conscient de lu méme, transmetire devient un exer: cice dattention, Transmettre devient tun moyen daider lautre a sinitier et par la vigilance désintéressé que cela eexige, cette transmission pour expr: met la parole juste devient une occa- sion de se connaitre, de se perfection: ner, de réaliser en soi le travail que on propose a Fautre Transmettre aun disciple devient done un temps, un geste aussi indis: pensable 2 la progression du Maitre parce que, pour partager son expé- rience, celui-ci la revit concrétement fen luiméme. I ne sagit pas de se aconter mais de se Fetrouver en Si profondeur pour avoir une vision juste, une perception juste a trans: mettre, Clest parce que le transmet teur se relie volontairement a son Etre quil peut éclairer Fespace et le temps sacré de Tautre, Transmettre devient dispensable a la pro: ‘gression spirituetie dur Maitre. Relié au sacré, Tenseignant Texerce ct Fapprofondit, en comprend micux Ja réalité par Taffinement de st conscience. Le « disciple » a alors une ‘occasion de sentir la forme sacrée qui Sexprime devant lui, de sélever lui méme vers cette lumiere qui éclaire Vachevement de son hun sation ‘Comme les découvertes de la connais sance initiatique ne sont pas transmis. De nos jours, souvent assimilée au sibles par stockage d'un homme a un folklore (8 tort), la tradition orale reste autre de la génération suivante, cette science ne peut pas se perfectionner plus quelle n'est deja. Elle ne peut quétre préservée et transmise & ceux qui éprouvent le besoin de se perfec ‘transmission des sociétés humaines. MARS/AVRIL2013 & FRANC-MAGONNERIE MAGAZINE EX BCL PVCU) Code Maconnique des Loges Réunies et Re Ce Code magonnique constitue le texte fondateur du Rite Ecossais Rectifié' en France. Sous Finitiative de Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824)' il est adopté au Convent National de Ordre a Lyon en 1778, important ainsi sa pratique Allemagne. Revendiquant un héritage templier dorigine Ecossaise, cette magonnerie chevaleresque et spiritualiste fit contrepoids A certaines dérives de la francmagonnerie frangaise en cette fin du XVIII? siécle. CODE MACONIQUE DES LOGES REUNIES ET RECTIFICES DE FRANCE Tal quil a tad approwé por les Dépulis des Directoires de France ‘au Consent National de Lyon, en 5778 1 RER se radu par Rie Bossa Recto Regie Ecomats Recife, est Fu den es fps ls pts pags france, pume quement ca re ow quate poston t cf Simerat sound dane une fame de es 2in 1782, Wilermos_cxée_ Ler Chevlers ‘Blonatnts dela Ce Sate, prem seep faced kte tool ectie a diffusion dextraits de ce document de 43 pages, quasi ignore des compilations sur les textes fondateurs de la franc ;maconnerie est Comme son nom Findique cest un Reglement Général et non une consti tution au sens habituel de la franc- maconnerie mais certains passages méritent grandement notre attent notamment son introduction nédite « Nut ordre, nulle société ne peut exis ter sans lois. Lexécution de ces lots ‘assure la prospérité de la soctété; leur ‘oubli ou leur infraction en amine la décadence & la ruine. La sagesse de celles qui dirigent VOrdre Maconnique, table par son ancienneté que par son utilité, Ta fait triompber die temps et de ses adversaires, malgré tes cteintes que tui ont portées quelques: uns de ses membres, soit par leurs vices personnels, soit par les abus ‘mudiipliés, quills ont taché dy intro- ausst_ respec duire Splendeur dans quelques contrées de Si a perdu de son ancienne IID» FRANC-MACONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL 2013, Europe, c'est aces membres corrom: pus quit faut Vattribuer, te vulgaire ayant injustement rendu réversible Te corps entier, ce qui le scandali sait dans des individus qut, malgré Je beau nom dont ils se paraient, étatent cependant étranger & VOrdre magonnique. Mais les mémes vertus, ‘qui Font préservé, peuvent encore lui rendre toute sa glotre, et m jamais cessé den jouir dans les eux ‘ol la pratique de ces vertus a été ta base de tous ses travaux, el na Les 4 pages qui suivent sur le méme ton justifient pleinement le mot « Recti de cette frane-maconnerie. Allons au principal texte qui donne une dimen: sion constitutive sur Fesprit de ce rite «Des qualités & des devotrs d'un vrai Frane-Mag Le promier engagement du. Franc ‘magon en entrant dans VOrdre, est observer fidelement ses devoirs envers Diew, son Rot, sa patrie, ses Frores et soiméme. Il ne te pret apres quion s'est assure due respect quill porte a ta Divinité, et de Vimpor tance quill attache aux devoirs de Pbonnéte bomme. La cérémonie de sa réception, tout ce quil voit et entend, lui prowe que tous les Freres sont pénétrés de Yamour du bien. Tous se sont engagés par les promesses les plus saintes, Waimer et de pratiquer ta vertu, de se vouer a la charité et a la bienfaisance, et de respecter les ens, qui les unissent Ordre et a leurs Freres. » Rappels sur tes dérives macon- niques passées « Fiddle aux lois primitives de Yordre, la Frane-maconnerie apres le régime réformeé et rectifié, ige dans le candidat un désir sin core de devenir meilieur et @appar- tenir a un Ordre, qui ne se montre au debors que par des bienfaits, et ‘qui compte parm ses membres ce quily a de plus respectable dans ta société civile.» . Précisions sur la pratique de ta bienfaisance, puis sur la discipline. Cest en veitlant religieusement sur la discipline magonnique et en pra. tiquant scrupuleusement les. vertus que VOrdre enseigne. quion réussira a déraciner entidvement les préjugés du ‘ulgaire contre notre Institut, et qu’on rassurera tous les hommes surle genre et Fobjet de nos travaux. Un pore éclairé, une more tendre désireront le moment quils redoutaient jusquici, celui qui ouvriva a leurs enfants tes portes de notre temple, On siaccoutw ‘mera a regarder nos Loges comme des écoles de bienfaisance, et on envisa gera la réception d'un homme, comme le garant de son mérite. Cest en aimant quion se fait aimer, et ce nest que quand on inspire ce sentiment, que Vexemple des vertus qu’on donne, produit des effets salu tatres et durables. Fin de Fintroduction, « Chapitre 1V Des Loges réuntes & rectifiées Sous la dénomination de Loges réu nies, on entend toutes celles, qui sont Jfondées ou rectfiées par patentes de ‘constitution, émanées du Directoire Fcossais du District auquel elles appar Hennent en vertu de engagement ‘quieltes ont formé avec le Directoire observer fidelement et invariable ‘ment les riglements généraux fais et 4 faire, et de se conformer en tout aux dois, statuts et usages de la Maconnerie rectifie, qui leur seront indiqués. On entend par Loges fondées, celles qu'un Directoire établit nowvellement, sans quielles aient eu auparavant aucune ‘constitution legate. On rectifie celles qui, constituées par tun grand Orient queleonque et pour ues de patentes: réqutieres, veulent Sunir aux Loges rectfiées sous les Directoires, et sengager a sutere excl sivement le régime quils prescrivent, our participer a tous ses avantages. Tes Loges réunies par constitution dun Divectotre, sont auorisées par “ On s’accoutumera a regarder nos Loges comme des écoles de bienfaisance. ctifiées de France (1779) esprit de fraternité, qui doit animer tous les Magons, a entretenir corres pondance avec les Loges non réunies, ‘mais constituées par wn Grand Orient quelconque. Elles peuvent aussi les visiter, et les admettre dans les tra. aux des trots grades fondamentaux: dela Frane-maconnerle, dapprenti, de compagnon et dle maitre, en se confor mant réciproquement aus usages de la Loge qui est visitée. Mats elles ne peuvent prendre aucune part directe ‘au régime des Loges non réuntes, ni leur rien communiquer par éerit de ce qui appartient an régime des Loges réuntes, Elles ne pourront avoir ‘aucune correspondance directe avec ‘aucun grand Orient, sans une permis- sion expresse et par écrit du Directoire Ecossats, dont elles dependent. Et commence alors la grande saga des reglementations sur les intervsites lun sujet brulant ductualité certes, mais on souligners ici cette volonté -MARS/AVRIL 2013 © FRANC-MACONNERIE MAGAZINE BUC pVCr 3 La GLTSO, la plus importante obedience magon igue represenant le REK en France on (deter fost ur un exte ie miniese de Toss, gt proae ass Tourerture aus aes 4 Avjourthak es grandes obédiences frinaies ‘i praiguen ce nte(GLTS0, GLNF, GLAM) ‘ht transferee gate de Mare Gea aut Sire din sopericure On ouve. qucgucs ings Go RER 2 CODE, a GLDE ea GLP S Coie en un Die naire particular Lespet ‘deceit lorsque eit Angiosanons Can tonnent snes interpriation de a morte fmtenbe dans Frc Tewament ct accept icemates region {Gehaque« changement de vig » ou diets Pretan des estes orga pet amen it omptecepenan de nombeases pests obe “ieees ten evendiquant dre ps pares lies que es ures Tespt de Wieemor ed owrape ost a BNE np glia bar 2 4a NS Transeoton rumdique gre re sponse cade maconnqu, rer ITE! ouverture fraternelle aux autres sys- temes magonniques, qui sest perpé- tuée jusqui aujourd'hui dans ce rite* ct qui le caractérise. Ce chapitre continue parla reglemen- tation précise qui lie cet Ordre au Grand Orient de France et se termine par ces mots «Tous les membres! dune Loge rév nie sont done intéressés & conserver le régime rectifié, et a en soutentr existence, en maintenant parmi ‘eux laccord le plus parfatt.» Enfin il est nécessaire de citer deux brefs extraits du chapitre X (Des Grades magonniques) * La Maconnerie rectifiée ne recon: nait que quatre grades ; savoir coux @Apprenti, de Compagnon, de Maitre et de Maitre Feossais. Tous les autres grades, sous quelque denomination quits solent connus, principalement toute espece dé, de Chevalier Ks. (Kadosch) et des grades qui leur ressemblent, sont E> FRANC-MMAGONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL 2013 expressément défendus dans toutes les Loges réunies sous les peines les plus graves, comme dangereux et ‘contraires au but et a Vesprit de la frane-maconnerie Aucun profane ne peut étre regu Franc Macon sil ne professe la reli: gion chrétienne, sit wa pas Vaige de vingt et un ans, a moins quil soit fils de Macon, ow muni de dispenses, ct sil nest né de parents libres. La référence a Dieu y est plus engagée quen Angleterre’. A Vorigine le rite influence germanique est imprégné une sensibilité Luthérienne quia peutétre déteint sur le chapitre XV (Des banquets et Fetes) Autant les banquets trop somp: lueux, trop bruyants et trop fré quents sont contraires @ Vesprit de Ia Magonnerie, autant ceux ot la dépense est modique et réglée, ou regnent la déconce et ta fraternit, SOnt propres a conserver et resser rer les lens qui unissent les Francs ‘macons. Cest pourquot le Vénérable Maitre assemblera les Freres en ban quet aussi souvent que les circons ances le permettront, Les fetes @ célébrer dans les Loges unies et rectifiées sont les deux Saint Jean dite et diver, et la fete du renouvellement de VOrdre du six Novembre. A cette dernivre on fera la lecture du Code des Réglements Magonniques, et 'Orateur pronow: cera un discours solennel, dans Iequel il pourra parler dela réforme dllemande et francaise, et des actes de bienfaisance que la Maconnerie 4 faite dans différentes contrées de Veurope. » Voila ce que nous pouvons retenir Pour percevoir avec justesse ime de ce tite car il reste par essence extrémement fidéle A ses. textes fondamentaux’. i CT eliter ery ee ea ema CeCe a) Ty SR ea hl Se 90€ | tee 1 7, ro oer Ces ee ees iy Pee me ee ey pine serene Pe oe ea mm are ee eee y i Cee eee crt 2 ee Oo Fa Ree eet er ceed My Fi Un coffret permet ee ee ee) ried ee eer ed Crd (Offre réservée a la France métropolitaine, pour I'’étranger et les DOM nous contacter a abonnements@fm-mag fr) OUI, je commande le coffret reliure Frane-magonnerie magazine au prix unitaire de 17,90 € Quantité X 17,90 € = TOTAL € Nom Prénom, Tél. portable Ville Pays Email Ci-joint mon réglement par cheque bancaire a ordre de : Franc-Magonnerie M Pour tout autre type de paiem ntacter & : abonnements @fm-mag/fr - Tél. Conformément aol Informatique et Liberté, vous disposer d'un droit accbs et de rectification aux informat eam eos an Pre eres ty Dee Phénaréte, sage-femme, elle lui fourit Je modele d'un art qui permet de faire “Dernier ouvrage paru nucher un étre humain de ce quill ‘Marx quand mémo (Plon) gue, porte en hui, Un mode précieux pour enseignens Feleve des feures dont il convient prendre conscience par la penséc réflexive. Le d © Un discours que I’4me parcourt de bout en bout pour elle-méme sur ce qu'elle examine. jocrate (-470/-399) et Platon Lun par son enseignement oral devenu légendaire, et par une mort directement liée au choix de la philosophie. Vautre par une oeuvre écrite de grande ampleur, véritable encyclopédie philosophique, et I radicalité de sa théorie des Idées, destinée er les hommes des fascinations du monde sensible. la philosophie dans la Cité oral a dailleurs été prisé par Socrate pour pratiquer la maieutique, savoir faire de Taccouchement, devenue par analogie Vart de conduire un interlocu: teur prendre conscience de ce qui est cen lui des lors quil y porte attention par une réflexion exigeante Ainsi concu le dialogue n'a rien dune joute oratoire, ois famour propre peut degénérer en franche hostilité sil ne sagit que davoir le dernier mot Et ce avee la le simple souci pole mique détre ou de paraitre le plus fort. Pour Socrate, le dial Philosophique que conduit en vue de découvrir ce qui dun commun accord peut étre tenu pour vrai. Ainsi les pro- es peuvent senrichit mutuel sser de concert dans la réflexion, Platon, dans le Gorgias, ira quiun tel dialogue est + amitié (en gree philia) car il implique une de ceux qui le pratiquent. A partir de Tenseigne ment oral de Socrate, Platon compose de nombreux dialogues ott son maitre test mis en scéne, devenant son porte parole, et & son insu le chantre d'une philosophic dont peutétre il niaurait pas approuvé tous les développement. Voila deux figures emblématiques des commencements de la. philosophic [MARS/AVRIL 2013 < FRANO-MAGONNERIE MAGAZINE SEU L Te ee iprés les Ecoles présocratiques qui pré werent cet avénement de la ratio- nalité en acte par leur souci de rendre compte du monde sans recourir au surnaturel Coral et l'écrit Platon sest dabord inspiré de la pen- sée socratique puis a développé une pphilosophie originale, constituée en un [EDP FRANC-MAGONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL2013 véritable systéme, la fameuse philoso: phie platonicienne. Le nom méme de Platon a laissé une trace dans le langage ‘commun. On parle d'amour platonique pour désigner un sentiment qui ne vise pas «abord la fusion charnelle et séleve au dessus de Fattirance sensibte. Fondateur dune école philosophique, 'Vacadémie, Platon est resté pour la pos 1érité le premier penseur total, celui qui articule les domaines fondan taux de la culture. Il sera suivi en cela par Aristote, le « maitre de ceux qui savent » De la parole socratique vive et souple, susceptible dexplication et de reprise, a Ia rédaction d'un texte qui semble figer la pensée en Texposant selon son organisation propre, i ya un pas impor tant. Paton I franchi par de nombreux crits, le plus souvent sous forme de dialogues oit il met en scene Socrate, le fait revivre en somme. Il compose avec soin un type de discours qui permette de rendre manifestes les déterminations de la pensée et les inflexions du raison. ‘nement. Dioit Yexemplarité des mathé- ‘matiques, et notamment des démons- trations logiques par lesquelles lles tirent des conclusions de propositions initials, appelées « prémisses ». « Que nul wentre ici sil nest géometre » cette maxime mise en exergue par Académie incite a cultiver les. ex: gences de rigueur d'une discipline demonstrative par essence, et donnant ‘occasion 3 la raison de Sexercer pour bien remplir sa fonction, La rédac tion de ces dialogues qui réfutent ou démontrent, formulent des régles et des principes, étudient des exemples cconcrets pour mettre & Tépreuve les idées, donne ainsi 3 la philosophic ses lettres de noblesse. Il y a 12 une sorte hommage continué 4 Socrate, mais sans fidéisme. Platon campe son maitre A penser avec admiration, mais lui fat souvent dire ce que luiméme pense. Socrate et Platon ont done livré deux versions remarquables de Pactivité phi- losophique. Par Voral et par Téerit. La déambulation socratique dans la cité ct la fondation de tAcadémie, premiere grande école philosophique, avec doc: tine et scholiarques, Mais la definition platonicienne de ta pensée, si simple ct si belle, réunit nen pas douter le initre et le disciple dans le panthéon des philosophies : elle explicite le pro: cessus de la réflexion tant sous a forme un dialogue entre amis que sous la forme dune méditation intérieure, La pensée y est décrite comme un dis logue de Time avee elleméme...« Un discours que lame parcourt de bout ent Bout pour elle-méme sur ce quelle examine. Cest en effet ainsi quielle mapparatt lorsquelle pense : ne fat- sant rien dautre que dialoguer, se Posant a elle-méme des questions et se faisant les réponses, et tantot acquiescant, tantot niacquiesgant pas. Quand donc, ayant posé des limites pris sétre lancée tantot avec plus de lenteur et tantot avec plus de viva cité, elle dit a partir de ce moment ta ‘méme chose et ne doute plus, cest cela {que nous tenons pour son opinion. Si bien que moi, le fait dopiner, je tap- pelle discourir et Topinion un discours exprimé, non certes pour un autre ni ar la voix, mais en silence pour sot- ‘méme. Théétete, 189€4-19026) Socrate et le risque de la liberté Racontons histoire de Socrate, et ‘mettonsla en perspective avee Platon, On peut fa reconstituer & partir de (quatre sources écrites: Platon bien sir, mais aussi Xénophon, autre disciple, Aristote, toujours bien informe, et Aristophane, auteur de comédies sai: riques et notamment de la piéce int tulée Les Nuées, critique humoristique assez vive de Socrate en ce quelle le fait passer, injustement, pour un sophiste ct un théoricien impie. On ne pourra donc évoquer Socrate sans citer Platon, ni Platon sans se référer & la démarche socratique. Commengons par la fin, qui élaire une tumiére tragique la vie de Socrate, mais peut sembler emblé- matique tant elle met en évidence le risque assumé dune Liberté radicale, rejetant les conformismes, et dénon- {gant avec intransigeance les. corrup: tions induites par la quéte du pouvoir, La mort de Socrate, quatre siécles avant notre dre, reste actuelle selon un présent intemporel qui hélas n'a pas ‘encore conjuré ntolérance et le fana tisme, File témoigne du danger qui ya eu alors a penser et 2 sexprimer librement, puis dinviter les autees étres hhumains 2 faire de méme, Tel fut en effet le projet global de Socrate, mené avee constance, avec courage aussi car Jes menaces ne manquérent pas. Il en ‘mourut. Comment ? Par la volonté des puissants de Tépoque, et des faiscurs illusion qui étaient comme leurs chiens de garde + sophistes, rhéteurs, politiciens avides, disposant d'une parole publique et abusant le peuple par des faux semblants. Les calomanies accablerent Socrate, I fut accuse sans aucun fondement de corrompee Ia j nesse et de ne pas respecter les dieux. de la cité. Ces calomnies prenaient le relais des médisances quiavait suscitées exhortation socratique & penser par soiméme et sa disqualification de la sphere de Fopinion, lieu de toutes les ‘manipulations politiques. Il fut traduit en justice, se defendit en invoquant sa vocation. philosophique, mais rien n'y fit. Condamné par des jurés sous lem: prise de rumeurs malveillantes, Socrate absorba le poison mortel de la cigiie, en 399, Platon et la mort de Socrate Platon inscrit son ccuvre dans le silage de Socrate, dont la mort 12 boule versé. Nul doute que Fombre portée du maitre injustement condamné & mort hhabita longtemps Platon. Il décrit ce ddrame dans trois dialogues. LApologie de Socrate restitue Ia réfutation rai sonnée des accusations dont le philo- sophe est Vobjet. Elle Evoque par un récit en forme dautobiographie intel lectuelle emergence de la vocation philosophique de Socrate. Elle propose ainsi une généalogic des haines qui débouchérent sur les accusations qu'il réfute. Le Phédon raconte les derniers ‘moments de Socrate. Cest un dialogue saisissant sur la vie et la mort, oit Sal: firme la conviction platonicienne que le corps peut tre obstacle & Tactivité propre de Tame, du fait des capta- tions quil exerce sur elle, Ia détour. nant de sa fonction, qui est de penser sans dépendre des fascinations de la vie sensible, ni des plaisirs et des dou leurs qui en découlent. Lime désigne chez Platon une réalité distincte de la rmatidre. Sa fonction distinctive est la pensée. Ce dualisme marquera dura blement sa philosophie, en regard de ‘conception matérialiste qui voit dans Mame la forme la plus élaborée de la ‘matigre, principe unique (oi Toppo: sition du monisme matérialiste au dua lisme spiritualist). Enfin, le Criton met fen scene le rcfus opposé par Socrate aux exhortations de Criton, qui incite A fuir au nom de ses amis, Selon la tra dition, Je condamné doit en effet absor: ber le poison morte le jour oi un vais seau sacré revient de Délos. Vient alors Je moment poignant de Thomme qui accepte la mort et entend réaffirmer sa fidelité aux lois de la Cité, quoi quil lui fen codte. Un sage aussi résolu que lui ne peut pas invalider le sens de sa vie dans un sauve qui peut, carla fin prime sure moyen, et nulle Cité ne peut sue- vivre sles citoyens defient les lois. Ine Sagit pas de survivre a tout prix, mais de rester en accord avec so-méme. Platon fait alors parler une allégorie des lois, qui rappellent & Socrate que la Cité est nourricere. Sans elle, il n'y ani survie, ni éducation, ni avénement 'MARS/AVRIL 2013 & FRANC-MAGONNERIE MAGAZINE TRADITION PU eam de la pensée et du discours. Sans elle | solitude chavire en enfermement stérile. Préserver Findividu nimplique pas de cautionner une dérive égoiste Socrate sappliquera donc a luimeme la décision qui le condamne, quoi quill en pense. Une leon pour ses amis révol- ‘és qui croient bien faire en Vincitant 3 fuir. La religion orphique, qui associe Vimmortalité supposée de Vame a une valorisition de la droiture éthique, est cenr6lée ici dans un but philosophique (On retrouvera ce théme dans le mythe final du « Gorgias », qui met en scene Je jugement des hommes nus, dépouil és des oripeaux misérables ou luxueux portés durant leur vie, et exposés ainsi selon les vices ou les grandeurs de leur ame seule, Ladestinge tragique du premier grand philosophe a quelque chose d'emble- ‘matique concernant la résistance de Vunivers du préjugé et des intéréts particuliers & toute mise & distance ue. Héros de la pensée libre, Socrate incarne Facte fondateur de la philosophie comme telle, A rebours de Tidéologie qui justifie et idéalise les préjugés qu'une époque nourrit sur elleméme, il entend construire | philosophic comme conscience reflexive et critique. Démocratie et démagogie La condamnation de Socrate est appa: remment paridoxale au regard du contexte démocratique dans lequel elle se produit. Meme un tribunal institué selon le droit, prenant si décision apres délibération, peut se tromper... La démocratie, voire Tétat de droit, ne seraient done pas des ‘garanties.sufisantes. Pourquoi ? La philosophie méme de Socrate, puis de Platon, répond. Elle fait remarquer ‘que le peuple est maintenu dans Tigno- rance et manipulé par des sophistes, Sophisme veut dire raisonnement faux mais apparemment vrai. Un tel |EDD> FRANC-MAGONNERIE MAGAZINE > MARS/AVRIL 2013, peuple ne dispose pas des moyens de la liberté intellectuelle, et il peut se tromper lourdement. Ile fait ailleurs A propos de Socrate luiméme, en ne Je voyant qua travers les amalgames et es calomnies dont il est objet. Une telle faiblesse natteint pas le peuple parce qu'il est peuple, mais parce que Vinégale répartition du savoir et de la culture peut faire entrave a lexercice éclairé de la citoyenneté. Cest le pres- sentiment d'un tel risque, sans doute, qui motiva Tengagement de Socrate dans sa démarche, Le souci de Socrate fut double ; rendre manifeste Faveuglement de ceux qui croient savoir alors quils ignorent, ‘et promouvoir, par le dialogue, une pédagogie de la réflexion maitrisée Ainsi les citoyens d'Athenes, premigre démocratie du monde, peuvent deve rir des hommes libres. Mais ils ne le deviennent pas tant quis restent fas ccinés par leurs désirs immédiats, et les. préjugés qui accompagne: illusions sensibles. C'est Famer constat {que fera Platon aprés la mort de son maitre, mais aussi devant le spec- tacle d'une démocratie qui dégenére laquelle fait bien vite le lit de la tyrannie. Le cycle des cités degénérées est ainsi fat. Cela conduit Platon a une condamnation sans doute injuste de la démocratie, qui asso: cle a la démagogie (littéralement, le fait de flatter le peuple). La peinture ‘quil fait de ka démocratie dégénérée, dans le Livre VII de la République, est Socrate se disait poussé par une force quil appelait son « daimon » Ce terme gree sert a désigner une sorte de génie propre a la personne, qui la pousse & accomplir avec fougue une mission essentielle. Le devoir dont le philosophe se sentait dépositaire était de promouvoir chez les hommes une puissance de jugement autonome Limpulsion durable ainsi vécue a fi lise toute sa vie et sest éprouvée ‘comme mission divine, métaphore de la médiation entre Phumain et le divin ui symbolise la puissance intérieure de Thomme grace a laquelle il se trans cende vers une finalité élevée Connais-toi toi méme La premigre démarche de Socrate est de ne pas se méprendre sur ce que Fon croit savoir. Le fait de poser d'abord quon ne sait rien, et quil convient den prendre acte pour entreprendre tune recherche dur vrai, est décisif Gest cette ignorance portée a la conscience delle meme qui est le pre mier pas vers la sagesse, AU passage ‘lle coupe Therbe sous le pied des faiseurs dillusion et souligne la néces sale vigilance 4 Tégard des détenteurs du pouvoir. Cela vauedra 4 Socrate des hhaines tenaces, dont Callicles se fait 1 ‘écho menacant dans le Gorgias, dialogue de Platon consacré une critique de la rhétorique comme puis. sance de conditionnement. Au regard de ta vanité de tant dignorants qui se eee) Ceo coeora) corer} masquent & eux-mémes leur ignorance par des faux savoirs, attitude modeste de Socrate est exemplaire. « It n'y a pas dbomme plus sage que Socrate Gest le verdict de la pythie d’Apolion Das que ignorance est dever cconsciente delle méme et ouvre ainsi la voie a Ia recherche, une premigre it: « Connais-toi tof méme » (en grec, gnothi seauton). Telle est la devise majeure, la encore Grigée en conseil des dieux : la for cexigence sui ‘mule est inserite au fronton du temple Apollon a Delphes, Mais de quel objet de connaissance s'agitil ? De Fhomme luiméme, en ses capacités de distin. _guer le vrai du faux, mais aussi en ses faiblesses qui le mettent & la merci du témoignage trompeur des sens ou des fase +s dillusion, qui impressionnent au lieu dinstruire. Bref, cette connais. saance de soi ne saurait Saliéner la sin gularité d'une subjectivité personnelle ct unique. Elle nest pas simple intros pection affective, mais plutot lucidité conquise sur ce que peut connaitre tout homme pourvu quil use avec MARS/AVRIL 2013 © FRANC-MACONNERIE MAGAZINE SR PUTCO ‘SPIRITUALITE ET PHILOSOPHIE méthode des resources qu so Jet connsiaance ci fet on déeoure _Eveillar les consciences siennes. la conscience de chacun peut en soi et par sorméme des savoirs ; en effet atteindre Tuniversel, comme entiérement constitués par la raison, Contre les préjug par exemple un énoncé scientifique mais aussi évidents que sils existaient Pour Platon comme pour Socrate, (ou une vérté philosophique dja auparavant. toute personne, méme esclave, est Dialoguée, partagée par tous dans Mais il faut conjurer Tobstacle qui capable dapprendre et de connaitre. lune quéte commune des moyens de entrave la libre recherche du vrai et du Lorsque je comprends enfin ce qui penser et de dite le vrai, la philoso- juste. Ce nest pas ignorance, qui aprés _m'échappait auparavant, c'est em moi hic entendue comme amour de la tout est la condition native de tout étre et par mot que je découvre la verte, saigesse (pbilo-sopbia), doit devenir le hhumain, en amont de Finstruction qui comme si celle-ci sommeitlait aupara bien commun des Athéniens. Socrate ouvre la voie du savoir. Cest Tigno- vant dans une sorte d'inconscient, et fait de la conscience Tinstance source rance non consciente MARS/AVRIL 2013 c que Platon reprend A son compte dans Tex traordinaire dialogue du Ménon, oi il Evoque la figure de Socrate éveilleur transition vers sa théorie des idées, qui représentent les essences des choses. Léleve que Socrate demande a instruire est un jeune esclave, qui ne sait quune chose : parler grec Cela suffit pour quun dialogue par {questions et réponses le conduise & découvrir une vérité concernant un probleme de géométrie apparem- ment simple : comment obtenir un carré d'une surface double de celle d'un carré donné ? Le questionne ment de Socrate est certes orienté et ‘méme finalisé par le but & atteindre, ‘mais cest Fesclave et lui seul qui che- mine des premigres erreurs, dictées par les fausses évidences, jusqu’a la découverte du vrai, qu'une réflexion personnelle tui permet d'accom- plir. De fait, grice au cheminement conduit par Socrate, Tesclave de Ménon siapprend a lutméme quien y réfléchissant il connait Ia solution du probléme + il suffit de prendre comme cOté du nouveau carr diagonale du premier carré, Tout se passe alors comme sil se ressouve- nit de quelque chose qui était en Iu, foublié, ou pas encore advenu 4 une prise de conscience. Tel est le theme de la réminiscence, symbolise par le mythe d'une forme dexistence anté- ricure de l'me entrevoyant les idées des essences des choses. Un mythe Hé a la croyance en une réincarnation, dite aussi métempsycbose (littérale Platon et Aristote, 1511 do Raffaello Sanzio (1483-1520),