Vous êtes sur la page 1sur 11

Chapitre 2: Propagation des ondes, onde progressive, onde sinusoïdale

Ce chapitre va décrire de manière générale la propagation dans l’espace d’un phénomène physique dans le cas simple où cette propagation a lieu sans déformation ni atténuation le long d’une droite ou par des ondes planes dans l’espace.

2-1 Propagation à 1 dimension.

Commençons par examiner le cas d’une corde de guitare ou de piano, donc une corde tendue. On écarte la corde de sa position d’équilibre en créant un déplacement perpendiculaire à la corde. Ce signal se propage le long de la corde, donc à une dimension, par exemple dans la direction des x croissant . Il y a ainsi deux directions différentes celle du déplacement de la corde u et celle de la direction moyenne de la corde x, direction de propagation du signal. Le déplacement u de la corde va ainsi dépendre à la fois du temps et de l'abscisse x du point considéré; u est donc une fonction de deux variables: u(x,t)

u O O x
u
O
O
x

Figure 2-1 : Schéma de principe montrant la source du signal générant l’onde: il s'agit d'un déplacement de la corde au point O. La corde est tendue et on va dans un premier temps la supposer suffisamment longue pour ne pas tenir compte de la réflexion de l'onde à l'extrémité droite. Il est important de distinguer la vitesse de déplacement de la corde en un point donné et la vitesse de propagation du signal le long de la corde. Soit x l’abscisse le long de la corde. Au point O de la corde, on impose un petit ébranlement u O (t) qui va se propager dans la direction des x croissant et qui a la forme schématisée figure 2-2, à savoir: on commence par lever la corde puis on la descend avant de revenir à la position d’équilibre.

u O t
u O
t

Figure.2-2 : Signal émis au point O au cours du temps.

u X x/c t
u
X
x/c
t

Figure. 2-3 : Signal au point x au cours du temps

Ce signal est donc le signal émis au point O de la corde et peut être décrit par une fonction du temps : soit u 0 (t) = f (t). Ce signal va se propager le long de la corde, intéressons nous à la propagation vers les x croissants. S’il se propage sans déformation ni atténuation, le signal en un point d’abscisse x ( x>0 ) a donc la forme suivante au cours du temps:

On retrouve le même signal qu’en O mais décalé dans le temps de x/c, temps mis par l’onde pour parcourir la distance x. Le signal au point d’abscisse à l’instant t est donc le même que le signal en O à l’instant t-x/c.

Ondes2-1

u x (t) = u(x,t) = f(t x/c)

c est la célérité de l’onde ou vitesse de propagation. Le déplacement de la corde u est donc à la fois fonction du temps et de la position du point de la corde considérée. Dans le cas d’une onde progressive se déplaçant vers les x>0, on peut se ramener à une fonction de la seule variable X=t-x/c.

u étant un fonction de deux variables x et t, on peut

soit se placer en un point donné (x=x 1 ) et représenter le déplacement u (x 1 ,t) de ce point au cours du temps. C'est ce qui a été fait dans les deux schémas ci-dessus.

soit se placer à un instant t=t 1 donné (sorte de photographie instantanée de la corde) et représenter u (x, t 1 ). On représente ainsi la forme de la corde à l'instant t 1 . On peut aussi représenter le déplacement de l’ensemble pour différents instants, comme les images successives d'un film en quelque sorte:

u

O x u O x
O
x
u
O
x
u O x
u
O
x

t=t1

t=t2

t=t3

Fig. 2-4 : Allure de l’ébranlement de la corde à différents temps

Si on considère le même signal mais se propageant en sens inverse, c’est-à-dire vers les x décroissant, le déplacement est donné par :

u 2 (x,t) = f (t + x /c)

u 2 -x/c t
u
2
-x/c
t

Figure 2-5

Ondes2-2

2-2 Propagation à trois dimension : cas des ondes planes

Si l’onde se propage dans un milieu tridimensionnel, la grandeur physique associée à l’onde va dépendre du temps bien sûr mais aussi des trois coordonnées de l’espace (x, y, z) à priori. On parle d’onde sphérique si cette grandeur physique ne dépend que de la distance r à un point émetteur. Dans certains cas simples de propagation, la grandeur physique prend, à un instant donné quelconque t, la même valeur en tous les points de surfaces perpendiculaires à une certaine direction. Il s’agit alors d’une onde plane. Exemple : considérons une onde caractérisée par une grandeur physique u. A priori u dépend de t, x, y, z. Si u ne dépend que de t et de x , la valeur de u est donc la même dans des plans perpendiculaires à x. Ces plans sont alors appelées surfaces d’ondes.

π 1 π 2 π3 x
π 1
π 2
π3
x

Figure 2-6 : Surfaces d’onde

Pour une onde plane progressive se propageant dans le sens des x croissant :

u(x,t)=f(t-x/c). Considérons maintenant une onde plane se propageant dans la direction caractérisée par le

vecteur unitaire . Les équations des plans π sont données par:

n. r r r = constante . D’où :

n

= (n x ,n y ,n z )

r

v

u( r,t) = f(t

n. r r r

c

)

Dans la suite, on traitera donc de la même façon les ondes planes et les ondes se propageant dans un milieu de dimension 1, comme l’ébranlement le long d’une corde.

Ondes planes sinusoïdales

Comme on le verra par la suite, les ondes planes sinusoïdales jouent un rôle très important dans l’étude des ondes. En effet, toute onde plane peut être décomposée en combinaison linéaire d’ondes planes sinusoïdales. Plus simplement, dans de nombreux cas, le signal initial sera engendré par un oscillateur et donc aura une forme sinusoïdale. A l’origine O, la grandeur physique associée à l’onde note u s’écrit donc :

u(O,t) = A cos(ω t + ϕ).

Si l’onde se propage dans la direction x :

u( r ,t) = A cos[ω (t x / c) + ϕ]

r

r

Si l’onde se propage dans la direction n :

u( r ,t) = A cos ω (t n. r r r /c) + ϕ]

r

[

Ondes2-3

A :

homogène)

amplitude de l’onde (identique pour tous les points d’un même plan d’onde si celle-ci est

ω:

pulsation

ϕ :

phase à l’origine

c :

célérité

On introduit le vecteur d’onde :

k = ω

r

c

r

n

, dont la norme vaut ω

c

= 2π

λ

[

r

u( r ,t) = A cos ω t k. r +

r

r

[

r

ω t k. r r + ϕ

] s’appelle la phase de l’onde.

ϕ

].

. On en déduit :

u(x2,t) 1 0.5 -1 -0.5 0.5 1 1.5 2 t/T -0.5 -1
u(x2,t)
1
0.5
-1
-0.5
0.5
1
1.5
2
t/T
-0.5
-1

en

u(x1,t)

1 0.5 -1 -0.5 0.5 1 1.5 2 t/T -0.5 -1 Visualisation du signal en
1
0.5
-1
-0.5
0.5
1
1.5
2
t/T
-0.5
-1
Visualisation
du
signal
en
un
point
d'abscisse x1 au cours du temps, T étant la

Visualisation du signal en un point d'abscisse x2 au cours du temps : le signal est décalé par

de

période temporelle de l'onde

. Le déphasage

entre les deux signaux est donné par:

. Si x2-x1 est un multiple de λ, les

deux signaux apparaissent identiques (sans tenir compte de l’absorption). Plus généralement, le déphasage d'une onde entre deux points dépend de la distance δ

parcourue par l'onde entre ces deux points et vaut 2π

rapport

au

signal

t

x2 x1

=

1

= x2 x1

T

c

T

λ

2π x2 x1

λ

x1

δ

λ .

Il sera dans certains cas très utile d’utiliser la notation complexe suivante :

uˆ( r

r

En effet : u(

r

r ,t) = A cos ω t k. r + ϕ ] = A Re exp

r

[

r

On pose : uˆ(

r

r ,t) = A exp

i

(

r

ωtk. r +

r

ϕ

)

D’où : u( r

r ,t) = Re uˆ( r,t)].

[

r

i

(

r

ωtk. r + ϕ

r

) ⎤

,t) est la grandeur complexe instantanée, elle dépend du temps et de l’espace. On introduit aussi l’amplitude complexe qui ne dépend que de l’espace :

r

A( r ) = Aexp i k.

ˆ

r

(

r

r + ϕ

ˆ

uˆ( r,t) = A( r )exp iωt

r

r

)

On pourra ainsi additionner les amplitudes complexes de deux vibrations si elles ont de même pulsation.

Il est essentiel de retenir que pour une onde progressive de pulsation ω se

r

déplaçant dans la direction u

à la célérité c :

Ondes2-4

r r u( r ,t) = Re uˆ( r,t)] [ r r ˆ uˆ( r,t)
r
r
u( r ,t) =
Re uˆ( r,t)]
[
r
r
ˆ
uˆ( r,t) = A( r )exp iωt
r
r
r
ˆ
ˆ
A r
(
) =
A O
(
)exp(
ik r
.
)
r
avec
k
.
λ u
ω

=

2π

r

,

λ=cT, T = 2π

Lien entre amplitude complexe et énergie :

Comme nous le verrons plus tard, l’énergie transportée par l’onde va faire intervenir non pas u mais u 2 .

D’une façon générale, pour une superposition d’ondes oscillant toutes à la fréquence ω:

u( r ,t) = Re exp iω t A( r ) ) = Re exp

r

(

ˆ

r

(

iω t

r

A( r )exp

iϕ( r )

r

)

L’amplitude complexe est caractérisée par son module A et sa phase ϕ, les deux pouvant dépendre du point considéré.

Donc u(

Dans de très nombreux cas, le détecteur n’aura pas une réponse suffisamment rapide pour suivre réellement la variation de la grandeur physique à la fréquence de l’onde. Il mesurera une moyenne dans le temps de l’énergie qui dépend de :

r

r,t) = A( r )cos

r

(

ω t + ϕ(

r )) et u 2 (

r

r

r,t) = A 2 ( r )cos 2 ω t + ϕ( r

r

(

r ))

= A 2 ( r )cos 2 ω t + ϕ ( r r ( r
r u
r
u

2 (t, r) t =

1 A 2 ( r
2

r)

1

= 2 uˆ(r)uˆ * ( r

r)

r u 2 ( t , r ) t = 1 A 2 ( r 2

L’intensité mesurée en un point donné est donc reliée au carré du module de l’amplitude complexe.

Démonstration en exercice : Montrer que la moyenne dans le temps de cos 2

ω t + ϕ( r )) est

(

r

1/2.

Méthode 1 :Pour cela on utilisera d’abord une représentation graphique de cos 2

Méthode 2 : (par

le

calcul )

la

définition

de

la

moyenne

dans

le

r
r

u 2 (t, r) t = lim T 1

1

T 1

T 1

0

dt u 2 (t, r)

r

ω t + ϕ( r )).

(

r

temps

est :

Corrigé:

T 1

0

dt cos 2 (ωt + ϕ) = 1

2

T 1

0

dt (1+ cos 2(ωt + ϕ))= T 1

2

1

4ω

+

(

sin 2ωT 1

(

+ ϕ)sinϕ)

1

T 1

T 1

0

dt cos 2 (ωt +ϕ) =

1

2 +

1

4ωT 1

(

sin 2ωT 1

(

+ ϕ)sinϕ)

Quand on fait tendre T 1 vers l'infini, le terme

sin 2ωT 1 + ϕ ) sinϕ) tend vers 0 car le

4ωT 1 numérateur est borné (il est compris entre -2 et +2), ce qui démontre la propriété énoncée plus haut.

1

(

(

Remarques :

Dans le cas des ondes planes, les surfaces d’ondes définies précédemment correspondent donc à un ensemble de points qui ont la même phase. Plus généralement, on

Ondes2-5

appelle surface d’onde toute surface dont les points correspondent à une même valeur de la phase de la grandeur physique associée à la propagation de l’onde. Il existe des ondes telles que la phase soit constante sur des plans mais pas l' amplitude. On observe par exemple une décroissance de l’amplitude à longue distance. Ces plans ne sont donc pas réellement des plans d’onde puisque la grandeur physique ne prend pas la même valeur pour tous les points, on parle de plans équiphases. On parle néanmoins d’onde plane, mais on dit qu’elle est inhomogène.

Ondes2-6

EXERCICES :

Exercice 2-1.: On considère une onde progressive : u(x,t)= cos (2 π ν(t-x/c)+π/2).

On prendra ν=100Hz et c=100ms -1 .

Représenter chacune de ces trois fonctions en

précisant bien la variable et l’échelle sur l’axe des abcisses.

u(x, t=0)

u (x, t=0.005s)

u(x=1/8m=0.125m, t)

Exercice 2-2.: A quoi correspondent t1, t2 et t3 définis fig.2-4 dans la fig. 2-2 ? Comparer la forme du signal quand on le représente d’une part en fonction de t à x

donné, d’autre part en fonction de x à t donné.

Exercice 2-3.: ( Mathématica):

Objectif : Construire un signal f(t) de forme proche de celle représentée fig 2-2 a-Pour cela, créer une fonction créneau h(y) :

h 1 y a
h
1
y
a

Prendre a=1 à titre d’exemple

Solution :

a=1,

h[t_] :=Which[t<0,0,t>a,0,True,1] Attention, ne pas utiliser la notation C réservée en Mathématica

b-Pour obtenir un signal proche de celui de f(t), multiplier une fonction créneau par une fonction sinusoidale bien choisie.

Solution :

g[t_] :=Sin[2 π t/a] f1[t_ ] :=g[t] h[t] f[t_,x_,c_] :=f1[t-x/c] *Which[t<0,0,True,1]* Which[x<0,0,True,1] (rem : on impose un mouvement uniquement pour t>0 et x>0)

c- Représenter la fonction f(t-x/c) pour différentes valeurs de c (c=1 ; c=2) En représentant d’abord le déplacement au cours du temps pour différentes abcisses x puis l’allure de la forme de la corde pour différents temps. Solution :

variation en x=0 pour c=1: Plot[f[t,0,1],{t,-2,5}] variation en x= 0.5 pour c= 1 : Plot[f[t,0.5,1],{t,-2,5}] forme de la corde en t=0.8 pour c=1 : Plot[f[0.8,x,1],{x,-2,5}]

d- grâce à une animation, réaliser le film de la forme de la corde au cours du temps Solution : Table[Plot[f[0.15 t,x,1],{x,-1,5}, PlotRange->{{-1,5},{-1,1}}],{t,0,20}]

Rem : on réalise une succession de graphes à différents temps (1 temps= 1 image entre deux images : 0,15 période) en imposant toujours la même zone de graphe (PlotRange) pour obtenir une superposition correcte.

Ondes2-7

Exercice 2-4.: Représenter l’ébranlement généré par le signal de la figure 2.2 se propageant vers les x décroissant le long de la corde pour différents temps (comme la fig. 2- 4). Comparer avec la fig. 2-4.

Exercice 2-5.: Le signal de la figure 2-2 n’est plus appliqué en O, mais en un point O’ d’abscisse x 1 . Exprimer le déplacement en chaque point de la corde au cours du temps en fonction du déplacement (f(t) au point O’ pour une onde se propageant à partir de O’ d’abord dans le sens des x croissant, puis dans le sens des x décroissant. Application : OO 1 =+ 1 cm. Si la grandeur physique associée à l’onde au point O 1 est décrite par u 1 (t ) = A cos[ω t + ϕ ] , exprimer cette grandeur au point O puis en point M quelconque d’abcisse x par rapport à O pour un signal de fréquence 1Hz et de longueur d’onde 3 cm se propageant dans le sens des x croissant, même question pour un signal se propageant dans le sens des x décroissants.

Réponse : Soit f(t) le déplacement de la corde en O’. Le déplacement de la corde en un point d’abcisse x quelconque est donc : u(x,t)=f[t-(x-x 1 )/c] si le signal se déplace dans le sens des x croissant et u(x,t)=f[t+(x-x 1 )/c] si le signal se déplace dans le sens des x décroissant.

+ ϕ ) pour la propagation vers les x

croissant et

u(t,x)= A cos(ωt + 2πx

Exemple : OO 1 =+ 1 cm u(t,x)= A cos(ωt 2πx

+ 2π

3

λ

2π

3

λ

+ ϕ ) pour la propagation vers les x décroissant.

Exercice 2-6.: Exprimer la forme générale d’une onde progressive sinusoïdale se

propageant dans les directions suivantes avec la célérité c :

z x Réponse : u 1 = a cos ωt − 2π ⎡ ⎢ ⎣
z
x
Réponse :
u 1 = a cos ωt − 2π
⎢ ⎣
(−x + z)
λ
2

y

+ϕ

, u 2 =

z
z

x

y

⎡ (x + y + z) ⎤ a cos ωt − 2π ⎢ + ϕ
(x + y + z)
a cos ωt − 2π
+ ϕ
λ
3

Exercice 2-7.: Soit une corde tendue. On considère une onde progressive sinusoïdale se propageant vers les x positifs avec une phase nulle à l’origine : le signal en x=0 est donné par u O (t)=a cos (ωt)). La célérité de l'onde est c. -représenter la corde à différents temps : t=0, t=T/3, t=T/2 -représenter le déplacement de la corde au cours du temps pour x= 0, x=λ/3, x=λ/2

- mêmes questions avec une phase à l’origine égale à /3.

- vérifier vos résultats avec Mathématica.

Ondes2-8

Exercice 2-8.: Considérons une onde plane sinusoïdale se propageant dans la direction

,t) = A cos[ω (t x / c)]. Prenons comme nouvelle origine

un point O’ d’abscisse x 1 . Quelle est l’équation de l’onde en fonction de la nouvelle variable X=x- x 1 ? Cas particuliers : x 1 =λ/3, x 1 =λ/2, x 1 =-λ/3, x 1 =-λ/2 Même question si l’onde se propage vers les x négatifs.

des x croissant

et décrite par : u(

r

r

Réponse :

vers les x>0 : u(X,t) = A cos(ωt ω

c

vers les x<0 : u(X,t) = A cos(ωt + ω

c

X ω

c

X + ω

c

= A cos(ωt ω

c

cos(ωt + ω

x 1 )

x 1 ) = A

c

X 2π x

1

λ )

X + 2π x

1

λ )

Exercice 2-9.: Soit une corde tendue le long de l’axe des x. On appelle u le déplacement

transversal de la corde. On impose au point x=0, le signal u 0 (t) suivant et on s’intéresse à l’onde progressive se déplaçant vers les x>0. Dessiner la forme de la corde à t=3ms en supposant que la célérité des ondes est 100ms -1 .

supposant que la célérité des ondes est 100ms - 1 . ♦ Exercice 2-10. : Fonction

Exercice 2-10.: Fonction de plusieurs variables (extrait de l’examen de janvier 2003) Les modes de vibrations d’une membrane tendue de forme rectangulaire (de côtés a et

b)

sont décrits par le déplacement de la membrane u perpendiculairement au plan (x,y) de la

membrane au repos :

u(x,y,t) = u 0 sin( mπx

a

) sin( nπy

b

) cos(ωt)

a) Quelle est la période temporelle de l’onde si ω= 4 rad s -1 ? b) On s’intéresse au mode m=1, n=1

A t=0, représenter u en fonction de x pour y=b/2 (au milieu de la membrane).

A t=0, représenter u en fonction de y pour x=a/2 (au milieu de la membrane).

Même question pour t=T/4, où T est la période temporelle de l’onde. Même question pour t=T/2, où T est la période temporelle de l’onde.

c) On s’intéresse au mode m=1, n=2

A t=0, représenter u en fonction de x pour y=b/2 (au milieu de la membrane dans la direction y).

A t=0, représenter u en fonction de x pour y=b/4.

A

t=0, représenter u en fonction de y pour x=a/2 (au milieu de la membrane dans la direction

x).

Ondes2-9

Exercice 2-11. :

♦ Exercice 2-11. : a) b) * On considère les deux rayons passant par A et

a)

♦ Exercice 2-11. : a) b) * On considère les deux rayons passant par A et

b)

* On considère les deux rayons passant par A et A’ et par B et B’. Ils sont associés à une onde de longueur d’onde λ. Si les points A et B sont en phase, déterminer le déphasage entre A’ et B’ en fonction de d et θ. Ecrire l’amplitude complexe en B’ en fonction de l’amplitude complexe en A’.

Réponse :

A’

est

en

u(B' ,t) = u(A' ,t d sinθ

c

avance

sur

B’ :

déphasage

de.

). Si u(A’)= a Cos ωt, alors u(B’)= a

Cos (ωt−ϕ) avec ϕ = 2π d sinθ

λ

.

Pour les amplitudes complexes : uˆ(B' ) = uˆ(A' )e iϕ

On considère maintenant deux rayons AA’ et BB’ dont la direction de propagation est constante, mais on intercale sur le trajet BB’ un milieu d’épaisseur e dans lequel la vitesse de propagation de l’onde n’est plus c comme sur le reste du trajet mais c’<c. Déterminer si l’onde arrive en B’ avant ou après être arrivée en A’ et avec quel décalage en

temps. En déduire le déphasage de l’onde entre A’ et B’ en notant ν la fréquence de l’onde et λ sa longueur d’onde sur le trajet AA’.

Réponse :

B’ en retard sur A’ avec un décalage en temps de e

1

c' 1

c

T

1

un déphasage de ϕ’= 2π e

Si u(A’)= a Cos ωt, alors u(B’)= a Cos (ωt−ϕ’). Amplitudes complexes : uˆ(B' ) = uˆ(A' )e iϕ'

c

= 2π

c' 1

e

λ .

1

c' 1

c

et

*On reprend le montage a) et on intercale la cuve sur le trajet BB’. Déterminer le déphasage entre A’ et B’.

Réponse : Si u(A’)= a Cos ωt, alors u(B’)= a Cos (ωt−ϕ−ϕ). Amplitudes complexes :

uˆ(B' ) = uˆ(A' )e iϕ' iϕ

Exercice 2-12. : Ondes à la surface de l’eau (extrait de TD de SM) Un bateau animé d’un mouvement de balancement sur place produit une onde de surface sur un lac tranquille. Le bateau effectue 15 oscillations en 20 secondes, chaque oscillation produisant une vague. Il faut 6 secondes pour que la crête d’une vague atteigne le rivage distant de 25m. Calculer la longueur d’onde de l’onde.

Ondes2-10

Quelle est la forme des « surfaces » ou plutôt des lignes d’ondes ? Pensez-vous intuitivement que l’amplitude de l’onde est indépendante de la distance du point considéré au bateau. Donner un argument physique pour étayer votre réponse.

Exercice 2-13.:Ondes sinusoïdales sur une corde (extrait de TD de SM)

Une onde sinusoïdale transverse de fréquence ν et d’amplitude a se propage le long d’une corde tendue parallèle à l’axe Ox avec une célérité c vers les x décroissants. Ecrire l’expression du déplacement y(x,t) d’un point de la corde sachant qu’il est nul à t=0 au point x=0 ; montrer que deux solutions sont possibles. Donner l’écriture complexe de ce déplacement pour les deux solutions ainsi que l’amplitude complexe. Même question lorsque, à t=0, le déplacement est nul en au point x 0 . AN (déplacement nul à l'origine en t=0) Calculer la pulsation et le déplacement au point x=2,5 m à t=0.1s sachant que c=25 ms -1 , ν = 6 Hz et a =3 mm. Même question en

x=5m

Réponse:

y(x,t) = a cos(2πν(t x / c) + ϕ)

avec

cosϕ = 0 ,

c'est-à-dire

ϕ=π/2

ou

ϕ=3π/2.

Donc

y 1 = asin(2πν(t x / c)) si ϕ=3π/2 ou y 2 = − asin(2πν (t x / c)) si ϕ=π/2.

 

i 2πνx

yˆ 1 (x,t) = a exp

c

+ i 3π ou yˆ 2 (x,t) = aexp

2

i 2πνx

c

+ i π

2

.

Si le déplacement est nul en x 0 :

y 1 = asin(2πν(t x / c + x 0 / c)) pour la première

solution et yˆ 1 (x,t) = a exp

i 2πνx + i 2πνx 0

c

c

+i 3π .

2

AN: ω = 37,7 rad s 1 ; déplacement nul en x=2,5 m; déplacement: 1,76 mm en x=5m (pour ϕ=3π/2).

Exercice 2-14. :Déformation non sinusoïdale (extrait de TD de SM)

On considère une corde tendue de longueur très grande suivant l’axe x’Ox. Soit y(x,t) le déplacement transversal d’un point de la corde et c la célérité des ondes sur cette corde. On impose au point O (en x=0) un mouvement transversal débutant au temps t=0 :

y

(0, )

t

= 2

a

t τ ( t + τ )
t
τ
(
t +
τ
)

où a et τ sont des constantes.

- Tracer l’allure du graphe de cette fonction dans l’intervalle [0,4t]. Préciser les

coordonnées de son maximum. - Déterminer la fonction y(x,t) an considérant un ébranlement d’abord dans la région de la corde x>0, puis x<0.

- Représenter l’allure de la corde au temps t=4τ (utiliser le résultat de la première

question) - Donner l’expression de la vitesse des points de la corde. Calculer la vitesse du point O au

temps t=4τ. Vérifier la position des points dont la vitesse est nulle à cet instant.

Ondes2-11