Vous êtes sur la page 1sur 28

Droit et Economie d’Entreprise

Pr ARAQI HOUSSAINI SAID

Objectif général:

Facilité la compréhension, le fonctionnement et l’organisation des entreprises, dans un environnement évolutif en matière de droit et d’économie.

Permettre aux gestionnaires, aux managers, aux entrepreneurs et aux l’étudiants de comprendre l’importance d’une organisation et la pertinence du choix d’une structure, qui sont des critères stratégiques du développement économique de l’entreprise et de la réussite de ses projets.

Etre en mesure de connaitre et d’appréhender le droit de l’Entreprise et son application.

1
1

Objectif spécifique

Au terme de ce cours, l’étudiant (e) doit être capable de :

• Définir et décrire les dimensions de l’entreprise,

• Expliquer les principales fonctions de l’entreprise,

• Définir les structures et les formes de l’entreprise,

•-disposer des compétences méthodologiques en matière de recherche et d’analyse d’une documentation juridique, de mise en œuvre d’outils et de normes en usage dans le domaine du droit de l’entreprise ;

-maîtriser les règles de droit qui s’appliquent aux différents acteurs économiques et sociaux, en mesurant le sens et la portée de ces règles, dans un contexte national et international ;

Développer l’esprit d’initiative chez les étudiants en les encourageant à la réalisation ou au développement de projets professionnels et personnels.

2
2

Plan

Introduction:

CHAPITRE I : DEFINITION ET CLASSIFICATION DES ENTREPRISES.

CHAPITRE II: LE ROLE DE L’ENTREPRISE DANS LA SOCIETE.

CHAPITRE III : L’ENVIRONNEMENT DE L’ENTREPRISE.

CHAPITRE IV : LES DIFFERENTES ACTIVITES DE L’ENTREPRISE.

CHAPITRE V: L’ORGANISATIO, LES FONCTIONNEMENTS ESSENTIELLES ET LES STRUCTURES DE L’ENTREPRISE.

CHAPITRE VI: DROIT DES ENTREPRISES:LES FORMES JURIDIQUES DES SOCIETES.

3
3

Introduction

o

Economistes et juristes : des liens historiques et des objets communs

entreprise, contrat, affaires, concurrence, …

des approches complémentaires

o

Un besoin accru de juristes à fortes compétences économiques

Une place croissante du juridique dans les activités économiques

Contrats, réglementations, …

Une place croissante de l’économique dans la pratique juridique

Efficacité, analyse coût-bénéfice, dommages…

o

Montée en puissance du droit de la concurrence comme instrument de régulation et d’intégration des marchés

Contrôle des fusions-acquisitions

Contrôle des comportements des entreprises en position dominante

 

Microsoft, Maroc Télécom, …

Contrôle des ententes et accords inter-entreprises

 

Entente entre opérateurs mobile, …

o

Mise en place de nouvelles réglementations sectorielles

libéralisation des secteurs anciennement en monopole

Autorités de régulation dans les télécommunications, les postes, l’énergie, …

À l’origine de nombreux litiges et négociations

4
4

Mutation vers une économie basée sur la connaissance et l’innovation

rôle central de l’immatériel et de la propriété intellectuelle dans les entreprises

protection des brevets et des marques : une source de contentieux (contrefaçon, imitation, …)

Essor de l’Internet et des technologies numériques

Facilitation de reproduction et de diffusion des contenus piratage, droit d’auteurs

Facilitation de collecte et de traitement de l’information

protection de la vie privée

Les activités et métiers juridiques au cœur des questions d’économie d’entreprise

Le Monde 6/10/2005

« Thales externalise son service chargé de la propriété intellectuelle »

« Le droit aussi se délocalise en Inde […] Le groupe chimique Dupont sous-traiterait à des juristes indiens les recherches destinées à vérifier qu’aucun des brevets n’a encore été déposé sur un sujet donné »

Le Monde 18/11/2005

« Grandes manœuvres chez les avocats » : concentration des cabinets d’affaires français (40% des avocats à Paris) et concurrence accrue avec la montée en puissance des cabinets anglo-saxons

5
5

Quelques

notions et définitions sur le Droit:

Le droit est l’ensemble des règles obligatoires auxquelles sont soumises les personnes vivant en société. Ces règles sont classées en règles du droit public et règles du droit privé.

les fonctions de la règle de droit :

- Elle peut nous imposer certains comportements, par exemple payer son loyer, sinon le locataire peut être poursuivi en justice et ses biens seront vendus par voie de justice pour payer sa dette.

- Elle peut nous interdire de commettre certains faits, par exemple de voler des biens appartenant à autrui, l'auteur d'un tel acte, peut être arrêté et condamné en vertu de la loi pénale.

- Enfin, une règle de droit peut nous permettre d'accomplir certains actes, par exemple s'approprier des biens, se marier, adopter des enfants…

les caractéristiques de la règle de droit

On peut retenir que la règle de droit est une règle de conduite dans les rapports sociaux. Elle est générale, obligatoire et sa sanction est assurée par la puissance publique (contraignante).

1/ Une règle de droit est Générale

2/ La règle de droit est obligatoire :

3/ Une règle de droit doit être contraignante

Le droit public: est l'ensemble des règles de droit qui régissent l’organisation et le fonctionnement de l’Etat, de l'administration, des collectivités territoriales et des institutions rattachées à l'Etat (personnes morales de droit public), ainsi que leurs relations avec les personnes privées .

Le droit public défend l'intérêt général. Il s'oppose en cela au DP qui régit les rapports entre les personnes privées, physiques ou morales.

6
6

- Le droit privé

C’est l’ensemble des règles qui régissent les rapports entre les particuliers. Il comprend un grand nombre de matières telles que :

- Le droit civil : c’est l’ensemble des règles de droit privé normalement applicables ; il constitue le droit commun qui s’applique chaque fois qu’aucune autre règle spéciale n’est prévue pour un cas donné (par exemple en matière commerciale).

Il régit une grande partie des rapports qui concernent les particuliers; il réglemente :

- les contrats et les obligations et détermine le régime des biens; ces règles sont contenues dans le dahir formant code des obligations et contrats (D.O.C.),

- le statut des personnes (contenu dans le code de la famille ou Moudawana) : le mariage, la filiation, la répudiation, le divorce, les successions, etc.

2 - Le droit foncier : c’est-à-dire le droit qui régit le domaine immobilier.

3 - Le droit du travail : c’est le droit qui réglemente les rapports entre les employeurs et les employés et qui comporte le régime de la sécurité sociale. Ses règles sont contenues dans le nouveau code du travail.

4 - Le droit pénal : détermine les infractions et les sanctions qui leur sont applicables. La principale source de droit pénal est le code pénal.

5 - Le droit commercial : c’est le droit qui régit les activités commerciales exercées par les commerçants (individus ou sociétés), les relations de ces derniers entre eux ainsi que leurs rapports avec leurs clients.

Il réglemente un grand nombre de matières telles que les sociétés commerciales, les effets de commerce (la lettre de change, le billet à ordre et le chèque), les contrats commerciaux, etc.

Ses règles sont contenues dans le code de commerce en plus d'un grand nombres de lois sur les sociétés commerciales, la propriété commerciale, la propriété industrielle, etc.

7
7

6 - Les droits procéduraux : ils sont réglementés, en matière pénale, par le code de procédure pénale et, en matière civile, par le code de procédure civile.

Le droit des affaires a un domaine plus vaste que le droit commercial. Il est appelé volontiers droit économique ou droit d’entreprise.

Le droit des affaires est l'une des branche du droit privé qui comporte un ensemble de droits relatifs aux affaires des entreprises tels que :

le droit des contrats,

la propriété intellectuelle,

le droit des sociétés,

la procédure, le droit fiscal,

le droit pénal,

le droit de la consommation, etc.

Il réglemente l’activité des commerçants et industriels dans l’exercice de leur activité professionnelle. Il définit également les actes de commerces occasionnels produits par des personnes non-commerçantes.

Le droit des affaires marocain : repose sur les dispositions de droit civil concernant les obligations et les contrats qui sont prévues au Code des obligations et des contrats DOC ( droit des obligations et des contrats ) .

Il est régi par le Code de commerce, le contentieux commercial relevant des juridictions de commerce. Le droit marocain des affaires a fait l'objet de réformes depuis une vingtaine d’année, il s'agit en particulier des réformes suivantes :

-réforme de la Bourse des valeurs de Casablanca en 1993 -réforme du code de commerce en 1995,

-la Charte de l'investissement en 1995 a été adoptée, -La réforme du droit de la propriété industrielle, littéraire et artistique avec la loi sur les droits d'auteur et droits voisins en 1997,

8
8

-la création des juridictions de commerce en 1997, -la loi sur la liberté des prix et de la concurrence en 2000.

Il y a lieu de noter par conséquent que :

Le droit de l'entreprise, ou droit commercial, aborde plusieurs thématiques relative à l'entreprise : droit commercial, des sociétés, des contrats, de la concurrence et de la consommation, instruments de paiement et de crédit, droit du travail, droit fiscal, droit pénal des affaires, droit des entreprises en difficulté, droit international.

9
9

CHAPITRE I : DEFINITION ET CLASSIFICATION DES ENTREPRISES

A/ Définition de l’entreprise :

Une entreprise est un groupement humain hiérarchisé qui met en œuvre des moyens intellectuels, physiques et financiers pour produire former, distribuer les richesses conformément à des buts définis pour réaliser un profit.

En plus de réaliser un profit, l’entreprise a pour objectif de répondre aux questions fondamentales importantes de l’économie :

- Que produire ?

Quels sont les besoins du marché afin de les satisfaire ?

- Pour qui produire ?

Quelle est la catégorie des consommateurs ayant exprimé le besoin ?

- Comment produire ?

Quelles matières employer, quelles techniques, quels investissements, quelles personnes.

On peut dire que l’entreprise est une unité de production de biens et de services.

…Mais c’est aussi une unité de répartition des richesses :

10
10

Il y a lieu à se poser un certain nombre de questions pour parvenir à cerner les éléments de définitions de l’entreprise.

o

Communément, qu’est ce qu’une entreprise ?

L’approche traditionnelle

o

Qu’est ce que le système entreprise ?

L’approche systémique

o

Quelles sont les caractéristiques du système –entreprise

Caractéristiques du système –entreprise

1-L’APPROCHE TRADITIONNELLE DE L’ENTREPRISE

L’entreprise : une unité de répartition des richesses.

L’entreprise : une unité de production.

a- L’entreprise en tant qu’unité de production

Pour fabriquer des biens et des services, l’entreprise (qu’elle soit industrielle ou commerciale doit combiner différents facteurs de production ; le tableau suivant en présente les caractéristiques

b-L’entreprise en tant qu’unité de production. Pour fabriquer des biens et des services, l’entreprise (qu’elle soit industrielle ou commerciale doit combiner différents facteurs de production ; le tableau suivant en présente les caractéristiques

11
11

C-L’entreprise en tant qu’unité de production

Le but de l’entreprise est d’atteindre l’efficacité maximale afin de minimiser ses coûts et de réaliser des profits. Pour cela, elle recherche la meilleure combinaison possible des facteurs de production.

d-L’entreprise en tant qu’unité de répartition

Les richesses créées- encore appelées »valeur ajoutée » servent par la suite à rémunérer l’ensemble des agents économiques ayant participé à l’activité de production de l’entreprise. La part de chaque agent à la richesse créée dépend du degré de participation de celui-ci à l’activité économique.

e-L’entreprise en tant qu’unité de répartition

12
12

2-L’APPROCHE SYSTEMIQUE DE L’ENTREPRISE

Votre université est une organisation composée :

-D’élément organiques : administration, professeurs, étudiants

-D’élément non organiques : ensemble de relations entre individus, objectif des individus,…

De ce fait, votre université est une organisation structurée

d’un ensemble d’éléments (organiques et non organiques) en relation

entre eux en vue d’atteindre un objectif (éduquer et former les

étudiants, en faire des bacheliers,

cette organisation est appelée également un système.

composée

)

a- Le système d’entreprise.

Le système d’entreprise comporte deux types de composants :

-Des composants structuraux : un territoire délimité, des éléments matériels et humains, des réseaux de communication,… -Des composants fonctionnels : des flux d’énergie, d’information, e marchandises circulant entre les unités du système, des moyens de contrôle de la bonne marche du système,…-

Opération 1 : le système-entreprise transforme les flux

13
13

Opération 2 : le système-entreprise s’ajuste pour atteindre les objectifs fixés

s’ajuste pour atteindre les objectifs fixés Opération 3 : le système-entreprise réagit à son

Opération 3 : le système-entreprise réagit à son environnement et le transforme

14
14

b -LES CARACTERESTIQUE DU SYSTEME-ENTREPRISE

L’entreprise, réalité économique et sociologique, est un système organisé, ouvert et finalisé. 1-l’entreprise est un système organisé 1-Les organes On distingue plusieurs types d’organes, entre autres, Les organes permanents : ex. - directeurs, chef d’usine,…

- service personnel, comptable,…

- état- major

Les organes non permanents : ex.

- comités d’études d’information et de coordination - commissions d’enquête Les organes réglementaires : ex.

- conseil d’administration

2-Les liaisons Les types de liaisons entre organes permanents peuvent être :

Hiérarchique : autorité d’une personne sur la totalité de l’activité d’une autre. Fonctionnels : autorité de compétence d’une personne sur une autre, limitée à son domaine de spécialité. De conseil : il s’agit de spécialistes qui assistent un membre de la hiérarchie dans ses décisions. 2-l’entreprise est un système ouvert L’entreprise est en relation avec son environnement économique, technologique, fiscal,….par des flux d’entrée et des flux de sortie Flux d’entrée :

Facteurs de production (ex. : main d’œuvre, matériel, matière premières) Financiers (capitaux) D’information (ex. : technologies nouvelles, législation, études de marché,….) Flux de sortie :

Produits et services, Financiers (dépenses, revenus),

15
15

D’information (publicité, bilan,

3-l’entreprise est un système finalisé L’entreprise poursuit une double finalité :

une finalité à caractère personnel (ex. : prestige, pouvoir, profit et

sécurité de l’entrepreneur et des dirigeant) ;

une finalité à caractère institutionnel :

-économique (suivre et développement de l’entreprise) ; --sociale (satisfaction du personnel) ; -sociétale (intégration dans l’environnement, satisfaction des besoins,

)

Les finalités sont caractérisées par des objectifs fixés par les dirigeants, comme par exemple :

-doubler la production dans cinq ans ;

-augmenter annuellement les salaires de 5%.

16
16

B-Typologies des entreprises

Les critères de classification des entreprises :

1. Critères juridiques :

En fonction de la personne qui détient le capital et des objectifs retenus par l’entreprise, on distingue deux types d’entreprises :

- les entreprises publiques : leur capital est détenu totalement ou en

partie par l’Etat ou les collectivités publiques.- les entreprises privées

on distingue les entreprises individuelles dans lesquelles un seul propriétaire assume tous les risques financiers (c’est le cas des artisans et des commerçants) ensuite il y a les sociétés où plusieurs associés assument tous les risques (société de personnes) ou une partie seulement (société de capitaux : SA, SARL).

2. Critères dimensionnels :

Les éléments ci-dessous pris séparément ou ensemble permettent de distinguer les petites, moyennes et grandes entreprises.

- le Chiffre d’affaires : mesure la part de marché de l’entreprise.

- la Valeur ajoutée: mesure la richesse créée à l’intérieur de l’entreprise.

- l’Effectif : permet d’apprécier l’importance du facteur de production travail.

- les Capitaux propres : mesurent entre autre l’importance des fonds apportés par les propriétaires.

- le Résultat de l’entreprise, traduit la rentabilité de l’entreprise.

3. Critères basés sur l’activité économique :

Selon la nature de leur activité, les entreprises sont aussi classées par branche ou par secteur .Une même entreprise peut se trouver classée dans plusieurs branches ; elle est par contre toujours classée dans un même secteur, celui qui correspond à son activité principale. Ainsi l’entreprise ONCF qui a de nombreuses activités est classée dans plusieurs branches et dans un secteur qui correspond à son activité principale, les transports

17
17
18
18

Chapitre II-Le rôle de l’entreprise dans la société

I. Le rôle de l’entreprise dans la société : L’entreprise rempli deux principaux rôle

II. 1: Un rôle économique : Produire des richesse (PIB et VA), production de biens et services (l’entreprise cherche moins à optimiser la combinaison productive, le facteur travail et le facteur capital pour plus de profit, d’efficacité et de compétitivité). 2:Un rôle social : Elle offre des emplois, de bonnes conditions de travail, des formations, elle permet une insertion des salariés dans une structure sociale. Elle mène donc une politique sociale envers son personnel et participe à la répartition des revenus (répartition de la VA).

19
19

Chapitre III- L’environnement de l’entreprise

1. Définition :

L’entreprise est un système ouvert ; elle entretient des relations constantes avec son environnement. Celui-ci est constitué de tous les éléments extérieurs à l’entreprise qui ont une influence sur elle. Traditionnellement, on distingue :

- un Macro-Environnement : c’est un environnement général de

l’entreprise qui intègre les aspects, sociologiques, économiques, juridiques, techniques… tant nationaux qu’internationaux.

- un Microenvironnement : c’est un environnement spécifique de

l’entreprise constitué de ses clients, ses fournisseurs, ses sous-traitants, ses concurrents…

L’environnement est constitué de l’ensemble des forces extérieures à l’entreprise qui agissent et réagissent au profit ou à l’encontre de l’entreprise.

20
20
21
21

. L’entreprise doit s’adapter à son environnement . L’entreprise a une influence sur l’environnement

22
22

Chapitre IV: Les différentes activités de l’entreprise

I. L'activité commerciale

La gestion commerciale couvre la connaissance du marché, la définition d'une stratégie, l'élaboration des politiques commerciales (produits,

prix

(vente, formation, recrutement,

),

l'organisation des services commerciaux et l'action commerciale

).

a) Connaissance du marché

L'entreprise doit accorder une grande place aux relations avec

l'extérieur et le marché. Une bonne connaissance du marché est indispensable pour définir la stratégie et pour guider l'entreprise dans certaines opérations ponctuelles. Il faut bien connaître ses besoins en informations, ensuite on se renseigne. Il existe plusieurs sources

d’information ce qui vous entraine nécessairement

marché

à une étude de

b) Les prévisions et politiques

La prévision de la demande est indispensable à une bonne gestion. Toute prévision est caractérisée par 3 éléments : l'horizon (période prise en compte), l'incertitude, l'historique (pour extrapoler le futur.

Pour la prévision à court terme, les ventes peuvent être corrélées à celles d'une autre entreprise. Sinon, on peut demander aux vendeurs leur opinion ou faire une étude de marché.

La prévision à moyen terme (2 à 5 ans), on utilise les méthodes historiques (en vérifiant la stabilité du marché), et la prévision économique (étude prévisionnelle de l'environnement, prévision sectorielle, prévision de l'entreprise).

La mise en place d'une stratégie et d'une politique commerciales se fait en plusieurs étapes. D'abord, il faut effectuer une auto-évaluation et une appréciation pertinente de l'environnement. Ensuite, on choisit les créneaux de développement. Le développement des produits actuels sur les marchés extérieurs comporte un risque d'erreur important.

23
23

Ces actions se répartissent en 4 politiques complémentaires : produit,

prix, distribution et vente, publicité et promotion. Ces politiques constituent le marketing mix.

- La politique de produit apparaît prioritaire. Le produit a une durée de vie et les problèmes de gestion varient en fonction de cette durée : au lancement, on propose une gamme limitée, avec peu de distribution; dans la phase de développement, on étend la gamme en apportant des améliorations tout en baissant les prix avec une diffusion plus large; à la maturité on fidélise la clientèle par des promotions; enfin avec le déclin on compresse la gamme et le coût en faisant moins de publicité. On segmente le marché en segments. Les personnes appartenant à un même segment sont supposées avoir le même comportement. Les segments doivent être de taille suffisante pour justifier des actions différentes sur le plan commercial.

La politique des prix doit considérer les contraintes (Etat, concurrence, demande, coût de revient (dépend du niveau d'activité, qui dépend des

prix

dépenses publicitaires, canaux de distribution).

),

autres (qualité, prestige de la marque, conditionnement,

- La politique de distribution définie les voies utilisées pour accéder au marché, la force de vente et l'après-vente. Les 2 premiers engagent l'entreprise à moyen ou long terme. Un moyen de distribution est la franchise. Elle est un type d'association entre un franchiseur qui apporte son nom et une certaine assistance, et un franchisé qui verse une redevance et accepte certaines obligations.

- La politique de communication recherche les personnes cibles, puis les objectifs de la campagne publicitaire (informer, imposer une image, modifier les comportements), le choix des axes publicitaires est alors défini. Si l'idée du thème peut être trouvée au sein de l'entreprise, sa mise en forme appartient aux spécialistes des agences.

c) L'action commerciale

L'action commerciale recouvre toutes les décisions et opérations directement liées à la vente. Plusieurs structures existent.La direction commerciale assure de multiples tâches : réflexion, choix stratégiques, contrôle, mais aussi coordination entre les différents services commerciaux et la direction générale.

24
24

Les services commerciaux sont définis à partir des principales fonctions à assurer : information-études, communication, développement de nouveaux produits, vente, achat.

Dans une petite entreprise, la direction commerciale aura à superviser un nombre assez important de petits services, alors que dans une grande entreprise, chacune des principales fonctions pourra faire l'objet d'une sous-direction. La structure adoptée peut être fonctionnelle (sous-

direction études,

),

par départements, par géographie, ou mixte.

Toute entreprise dispose d'une certaine force de vente, c'est à dire d'une équipe de vendeurs. Le coût de sa gestion représente de 5 à 15% du chiffre d'affaires. Parmi les vendeurs on distingue les preneurs d'ordre (notent les commandent et peuvent assurer les livraisons), les vendeurs en magasins, les représentants et VRP (Voyageurs Représentants Placiers, négocient les contrats), les technico-commerciaux (vendeurs avec formation technique), les négociateurs (formation polyvalente :

technique, commerciale, psychologique,

rapports hebdomadaires précisant le nombre de visites,

).

Les vendeurs remettent des

II- L'activité productrice

Pour éviter tout risque d'erreur pour l'entreprise, la production doit être organisée, planifiée, contrôlée.

Le mode de production est la façon dont le produit ou le service est élaboré. On trouve la fabrication unitaire (artisan), la production en série

ou par lot (voitures), et la production continue (raffinage,

productions en série demandent un investissement important ce qui ne facilite pas l'adaptation au marché. Ces entreprises tentent de fidéliser leurs clients par de la publicité, Les systèmes modernes essaient de concilier productivité et flexibilité.

). Les

Le bureau d'études conçoit les nouveaux produits et améliore les produits actuels. Ce bureau utilise les résultats des services de recherche, des services de marketing (indiquent les besoins du marché), le service de documentation. Lorsqu'une idée est sortie, on passe à la phase de conception après rédaction du cahier des charges.

25
25

Le bureau des méthodes définit les différentes opérations qui devront être réalisées pour obtenir le produit, à partir des dessins et nomenclatures du bureau d'études. On obtient le processus de fabrication: les gammes de fabrication. Le bureau des méthodes est un des premiers responsables de la productique : ensemble des sciences et techniques ayant pour but d'obtenir le maximum d'efficacité des systèmes industriels de production.

Par la suite le bureau d'ordonnancement définit l'enchaînement des tâches en optimisant les moyens de production.

Enfin, le dossier est remis au bureau de lancement qui déclenche les opérations et en suit le déroulement. Les entreprises ne font que de la recherche appliquée (application d'une invention à un produit). De plus les ordinateurs sont utilisés tout au long des étapes, et ils peuvent commander les chaînes de production. Les hommes surveillent et effectuent la maintenance. Le contrôle de la production est de deux types: contrôle qualité et contrôle de conformité (par rapport aux avis du bureau d'études). La recherche pure est de la responsabilité de l'Etat.

a) L'organisation du travail L'entreprise doit faire face à des contraintes de coûts et de réorganisation de la production; si elle veut conserver sa place sur le marché, elle doit mettre en œuvre une politique de production qui dépend de sa taille, des objectifs fixés,. Il y a sous-traitance lorsqu'une entreprise, appelée "donneur d'ordre", confie l'exécution de travaux concourant à la réalisation de son objet à une autre entreprise, appelée "sous-traitant L'entreprise peut aussi se tourner vers une coopération avec d'autres firmes permettant la mise en commun des moyens de fabrication. L'organisation du travail doit être étudiée afin d'être compétitif, flexible, de motiver le personnel.

L'organisation taylorienne du travail repose sur l'absence d'initiative et de responsabilité.

26
26

Depuis, on a montré que la productivité des hommes était due

davantage à des facteurs psychophysiologiques que matériels (études de

Elton Mayo, Maslow, Mac Gregor, Herzberg,

).

De nos jours, la tendance est vers un personnel justifiant d’une spécialisation pointue, avec une grande adaptabilité.

NB Dans les productions en série, on essaie de donner davantage de responsabilités aux ouvriers. On trouve aussi la robotisation des chaînes, la création de groupes de travail autonomes. b) Outils de gestion L'entreprise doit déterminer les quantités à fabriquer en fonction des

capacités d'absorption du marché et des capacités de production. L'entreprise dispose d'outils de gestion de la production tels que la programmation linéaire, le PERT. L'approche actuelle consiste en l'analyse de la valeur, de la démarche qualité, et la gestion des flux tendus.

III- La logistique

C'est l'organisation des flux matériels, informationnels, c'est l'organisation de tous les flux entrants et sortants qui doivent être gérés de manière optimale. Aujourd'hui, les entreprises font face à deux nouveaux problèmes:

les consommateurs exigent des produits de qualité

et des délais plus courts; la production de masse ne s'amortie plus aussi bien car les produits sont vite périmés. Devant ces contraintes, on recourt à la logistique = art du raisonnement et du calcul logique . l s'agit de localiser les activités, de s'approvisionner, de transporter,

d'organiser les flux matériels et immatériels de

distribuer les produits,

façon à obtenir la meilleure rentabilité. La logistique est une fonction diffuse car elle concerne toute l'entreprise. Les enjeux sont la compétitivité, l'adaptabilité, la flexibilité. La logistique commence avec la localisation de l'entreprise; elle est liée à des facteurs économiques (terrain, branchement eau, routes, impôts, main d'oeuvre,

27
27

climat, localisation des clients,

entre main d'oeuvre locale et celle amenée par l'entreprise,

politiques et institutionnels (exonérations fiscales, aménagement de la

région, réglementation,

L'approvisionnement constitue l'activité la plus évolutive en raison des efforts pour en réduire le coût. Son domaine est limité à la gestion des

flux physiques mais on y ajoute la gestion des flux d'informations liés aux flux physiques. Optimiser le prix des produits utilisés, la qualité des

produits, les coûts (stockage, transport, commande, assurance,

délais La prise en considération des besoins d'approvisionnement, les responsables doivent veiller que les besoins exprimés soient pertinents eu égard aux possibilités offertes par le marché. Pour procéder à la sélection des fournisseurs, il est indispensable de bien connaître les caractéristiques des produits à acheter et l'ensemble des possibilités offertes par le marché:

), et les

),

sociaux (niveau socio-culturel, conflits

),

).

),

et techniques (climat, géographie,

4 critères : qualité, prix, service, condition de paiement. Les résultats de la négociation acheteur/fournisseur dépendent du rapport des forces en présence, c'est-à-dire du pouvoir de négociation des participants. A la réception de commandes, contrôles quantitatifs et qualitatifs.

Chapitre V : L’organisation, les fonctions essentielles et les Structures de l’entreprise.

CHAPITRE VI: DROIT DES ENTREPRISES:LES

FORMES JURIDIQUES DES SOCIETES

:

28
28