Vous êtes sur la page 1sur 3

culture scientifique

Huîtres, SEMAINE DU CERVEAU


En décembre dernier, des
chercheurs et doctorants de

fromage, chocolat
l’équipe de recherche
Développement cortical, dirigée par
Michel Roger (Université de
Poitiers), ont répondu aux questions
l’Espace Mendès France, l’expo- prime du fait notamment de la directive des enfants de CM1 et CM2 sur le
A sition «Qu’est-ce qu’on mange ?»
donne des clés pour comprendre la chi-
européenne qui autorise l’apport de ma- site de l’Espace Mendès France.
Les questions-réponses sont
tières grasses végétales dans le chocolat.
mie de la cuisine mais aussi l’histoire des Robert Bajard, maître pâtissier-chocola- consultables sur maison-des-
produits, leur conditionnement, leur va- sciences.org. Les travaux issus de
tier de Poitiers, est invité le 13 janvier à
ce forum ainsi que d’autres
leur nutritive et leur charge symbolique. 20h30 pour parler des «mystères et légen-
productions sont à découvrir
Un nouveau module vient enrichir cette des» du chocolat.
du 10 au 16 mars.
exposition, «Le chocolat, remède à tous D’autres produits sont à l’honneur lors d’ani- D’autre part, Didier Orsal,
les maux», proposé par l’Ordre national mations le dimanche de 14h à 18h, avec professeur à l’Université de Paris
des pharmaciens. On y raconte les vertus dégustation : les huîtres, avec la participa- VII, est invité pour une conférence
Exposition à
du cacao dans les sociétés précolombien- tion de la section conchylicole de Maren- sur la paraplégie, à l’Espace Mendès
l’Espace nes, l’introduction du chocolat en France nes-Oléron, le dimanche 19 janvier ; France le 13 mars à 20h30.
Mendès France au XVIIe siècle, son utilisation par les apo- le fromage de chèvre, avec le syndicat de
jusqu’au
thicaires et autres traitements curatifs au défense du chabichou, le dimanche 16 mars. ECOLOGIE
30 mars.
maison-des- cours de l’histoire, jusqu’aux menaces Signalons deux rencontres et débats sur L’historien des sciences Patrick
sciences.org qui pèsent sur cette substance anti-dé- ces thèmes : Matagne a publié Comprendre
Les pieds dans le plat : alimentation et l’écologie et son histoire chez
Delachaux et Niestlé (192 p., 26 e ).
nutrition, prion et tremblante, table ronde
Un ouvrage de référence qui traite
avec Vincent Dedet, consultant en com-
aussi bien des origines des
munication scientifique, Claudette mouvements écologistes et des
Dieuleveut, conseil en nutrition à fondateurs de l’écologie scientifique
Ménigoute, et Pierre Rocher, président de que du développement durable et de
la chambre d’agriculture de la Vienne, le la demande sociale.
5 mars à 20h30 ;
Quels emplois dans la recherche
agroalimentaire ? rencontre de l’Espace
des métiers avec des intervenants de l’Inra
Poitou-Charentes, Françoise Macouin, res-
Marc Deneyer

ponsable du personnel, Patrick Manceau,


animalier porcin, Bernadette Julien, char-
gée de recherche, le 12 mars à 20h30.

Vive les maths


vec dix exemples et manipulations,
A l’exposition «Maths en Méditerra-
MPFT

née» évoque quelques points majeurs de


la longue histoire des mathématiques (de-
puis 2 500 ans). Une autre exposition
BIODIVERSITÉ s’attache au phénomène du hasard et pro- TOUMAÏ, NOTRE ANCÊTRE
Les activités humaines menacent la pose vingt-quatre manipulations ludiques, Avec Michel Brunet et son équipe,
diversité des espèces et des de la courte paille à l’effet papillon. l’Espace Mendès France est en
écosystèmes. Quelles Exposition à l’Espace Mendès France du train de réaliser une exposition sur
solutions existe-t-il pour limiter les Toumaï, fossile découvert dans le
4 mars au 4 mai.
extinctions ? Des éléments de désert tchadien par la Mission
«L’histoire des nombres» est le thème de
réponse sont fournis dans paléoanthropologique franco-
la conférence (le 2 avril à 14h, amphi A
l’exposition «La biodiversité, notre tchadienne (lire le dossier dans
nature pour demain» réalisée par le sur le campus de Poitiers) de Denis Guedj, L’Actualité n ° 58). Agé de 7
Muséum national d’histoire naturelle professeur de mathématiques et d’his- millions d’années, Toumaï est le
et le ministère des affaires toire des sciences à l’Université de Paris plus ancien hominidé connu
étrangères. A l’Espace Mendès VIII, auteur de livres qui réconcilient un à ce jour. Exposition du 6 mai 2003
France du 17 mars au 15 juin. large public avec les maths. au 10 janvier 2004.

48 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 59 ■
vertes dans la région. Elles datent de 15
000 à 12 000 ans av. J.-C.
Le préhistorien José Gomez de Soto et ses
collègues considèrent les éléments de

Au galop vers harnachement en bois de cerf mis au jour


dans la grotte des Perrats, à Agris (Cha-
rente), comme les objets les plus presti-

la préhistoire gieux de cette exposition, car uniques en


France (1 500 av. J.-C.).
Spectaculaire aussi la roue de char en
a fière allure du cheval actuel tient tre, Hyracotherium, n’était pas plus bronze (800 av. J.-C.) découverte par
L à sa superbe anatomie et à sa taille.
Quelle évolution depuis 50 millions
haut qu’un renard. Il vivait dans les
sous-bois et mangeait des feuilles ten-
hasard dans le Marais poitevin, près de
Coulon, au Champ Maréchal – site qui fut
d’années ! En effet, son lointain ancê- dres. Les premières représentations de ensuite fouillé par Jean-Pierre Pauteau.
ce noble animal sont beaucoup plus Les vestiges de Triou (Deux-Sèvres) nous
récentes, environ 30 000 ans. On en apprennent qu’à l’âge du bronze, la plu-
découvre des reproductions au musée part des chars attelés avaient une fonc-
des tumulus de Bougon qui présente tion cultuelle et non guerrière. La struc-
actuellement «Au galop vers la préhis- ture de ces chars ne permettait pas d’al-
toire», une exposition conçue par le ler loin et vite. Ce sont des symboles du
musée de la préhistoire de l’Ile-de- pouvoir. C’est vers 450 av. J.-C. qu’ap-
France à Nemours mais considérable- paraît le char de guerre, comme l’expli-
ment augmentée et scénographiée par quait Alain Duval lors de l’inauguration
Elaine Lacroix. La directrice du musée de l’exposition. «C’est un char à deux
des tumulus a notamment puisé dans roues, donc plus maniable, que l’on re-
les collections archéologiques de la trouve en entier dans les sépultures, par-
région Poitou-Charentes pour montrer fois même avec les chevaux.»
des pièces exceptionnelles (pierres gra- On apprend aussi que l’utilisation du che-
vées ou sculptées, objets en bronze et val comme moyen de transport a permis à
en fer…) qui jalonnent ainsi les rela- l’homme d’augmenter considérablement
tions entre l’homme et le cheval à par- sa vitesse de déplacement (24 km/jour
tir du Ve millénaire avant notre ère. avec un attelage de bœufs contre 60 km/
Les plaquettes gravées et les incisives jour avec des chevaux), donc de parcourir
de chevaux gravées par incision, prove- et de contrôler des territoires plus vastes.
nant de la grotte de la Marche (Vienne), Ce qui l’aidera certainement à sortir peu
sont les plus anciennes pièces décou- à peu de la préhistoire. J.-L. T.

Ci-contre : Tête de cheval


provenant du site du Roc-au- Exposition au musée
Sorciers à Angles-sur-l’Anglin des tumulus de Bougon
(Vienne, fonds Saint-Mathurin). jusqu’au 30 avril.
Cliché Jean Airvaux. Tél. 05 49 05 12 13

L’Hermione
epuis 1997, près d’un mil- manuel de Fontainieu (directeur L’Hermione,

D lion de personnes ont visité à du Centre international de la mer),


ne se limite pas pour autant à cet
de Rochefort à la gloire
américaine, éd. de
Rochefort le chantier de la recons- Monza, 200 p., 35 e
truction de l’Hermione, qui devrait épisode glorieux. Il raconte l’his-
QUAND LA MARINE naviguer vers 2007. Un autre chan- toire de la création de l’arsenal,
RÊVAIT ROCHEFORT tier vient d’aboutir : un beau et notamment le choix du site, le
Le Centre international de la gros livre sur cette frégate histori- «rêve» du roi et la «machine gigan-
mer prolonge jusqu’au 30 mars que. C’est sur ce navire que La tesque» qui s’en suivit, mais aussi
cette exposition qui raconte la Fayette embarqua en 1780, à Ro- la lutte contre les Anglais, les ba-
construction de l’arsenal de chefort, pour annoncer au général tailles navales, les relations de la
Rochefort – voulu par Louis
Washington l’arrivée imminente de France et de l’Amérique, etc. Un
XIV – et des fortifications
renforts français. Pendant dix-huit récit passionnant, servi par une
destinées à protéger l’estuaire
de la Charente au temps de la mois, une flotte française allait superbe iconographie.
marine à voile (1666-1870). soutenir les indépendantistes amé- Dans la deuxième partie du livre
Exposition à la Corderie ricains jusqu’à la victoire finale. consacré à la «renaissance» de l’Her-
royale, Rochefort. Si l’Hermione constitue le noyau mione, Yves Gaubert explique l’art
Tél. 05 46 87 81 44 dur de cet ouvrage, l’auteur, Em- complexe de la construction navale.

■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 59 ■ 49
culture scientifique
la Société française pour la conser-
vation et la restauration des monu-
ments historiques a attribué 100 F,
en 1840, pour assurer la conserva-
tion du premier tumulus découvert

Les tumulus de Bougon à Bougon. En 1843, Charles Arnault


rédigea un rapport de fouilles qui
est publié en annexe de l’ouvrage
i la nécropole de Bougon oc- Jean-Pierre Mohen, actuellement ainsi que le rapport du juge Babert
S cupe une place de premier directeur du Centre de recherche et de Juillé (1874) qui préconisait de
ordre dans la préhistoire, c’est de restauration des musées de France protéger le terrain par un treillis,
grâce aux travaux de recherche (UMR CNRS 171), a dirigé les une barrière fermée à clef et une
effectués entre 1968 et 1986. On fouilles dès 1972. Chris Scarre, di- haie vive afin «d’arrêter les empié-
sait que les premiers tumulus de recteur adjoint du McDonald tements des voisins». Le départe-
Bougon ont été édifiés vers 4 700 Institute for Archeological Research ment des Deux-Sèvres décida d’ac-
avant notre ère et que le site fut à Cambridge, a mené les campa- quérir l’ensemble des terrains en
ensuite un lieu de culte et de ri- gnes de 1980 à 1982. Tous deux ont 1874, ce qui assura une protection
tuels pendant environ 2 000 ans. publié, avec la participation d’une durable de la nécropole et permit,
Ces architectures mégalithiques quinzaine de scientifiques, le livre 120 ans après, de construire sur des
comptent par les plus anciennes attendu : Les Tumulus de Bougon. parcelles voisines le musée des tu-
constructions de l’homme. Complexe mégalithique du Ve au mulus de Bougon. J.-L. T.
IIIe millénaire.
Cette synthèse des recherches sur Les Tumulus de Bougon,
le terrain depuis 1968 est organisée éditions Errances, 256 p., 40 e
en thèmes : architecture, vestiges
mobiliers, séquences et chronolo-
gie, ossements humains et rites fu-
néraires, environnement et terri-
toire néolithique de Bougon, ar- ART ET PRÉHISTOIRE
chéologie expérimentale, phéno- Jean-Pierre Mohen est
mène mégalithique de l’Ouest. Cer- passionné par la dimension
tes, il s’agit d’un ouvrage savant spirituelle des premières
mais accessible à l’amateur. sociétés humaines. Dans Art et
préhistoire, beau livre publié
En outre, il est raconté comment le
chez Terrail (208 p., 25 e ), il
site a été sauvé d’une ruine prévisi-
propose un voyage dans le
ble. En France, la plupart des tumu-
temps, sur les cinq continents,
lus ont en effet longtemps servi de à la découverte des arts de la
carrière pour empierrer les chemins, préhistoire et des mythes et
et donc été détruits. Il ne reste alors symboles qu’ils révèlent. A la
que le squelette de cette architec- recherche des fondements de
J.-L. T.

ture, c’est-à-dire le dolmen. Ainsi, l’imaginaire de l’humanité.

bulletin d'abonnement
Pour recevoir chez vous L’Actualité, plus les numéros hors série, retournez
POITOU-CHARENTES
JANVIER ■ FÉVRIER ■ MARS ■ 2003 ■ N° 59 ■ 4,3 €
ce bon à : L’Actualité - Service abonnements - BP 23 - 86190 Vouillé

Angoulême 2003 ❏ Je désire souscrire un abonnement d’un an à L’Actualité au prix


Schuiten & Peeters
De Crécy de 15 e (étranger 18 e )
BD Vietnam
❏ Je désire souscrire un abonnement de deux ans à L’Actualité au prix
Qu’est-ce de 28 e (étranger 35 e )
qu’on mange ?
❏ Je vous adresse ci-joint mon règlement à l’ordre de L’Actualité
Claude Simon
Edgar Morin
Veuillez servir cet abonnement à :

M. Mme Mlle Prénom


Adresse

Code postal Ville

50 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 59 ■