Vous êtes sur la page 1sur 3

Babfinance : Outil de veille et de recherche pour le Manager

Comptabilité analytique: Plan de comptes

Ces comptes permettent de découper l'entreprise

92. Sections analytiques :

Ces comptes permettent de découper l'entreprise en un certain nombre de divisions comptables correspondant généralement à son organigramme de structure. Chaque grande division représente normalement un centre de responsabilité qui peut être lui même divisé en centres de travail, à leur tour scindés en plusieurs sous-ensembles ou sous-fonctions, et ce en vue de rendre certains calculs plus aisés et plus performants .

Il est recommandé de classer les sections dans l'ordre des fonctions économiques qu'elles assument :

- administration, financement, gestion du personnel, gestion des bâtiments et du matériel, approvisionnement, production,

distribution etc

Il est ouvert normalement pour chaque fonction économique autant de comptes qu'il est jugé utile pour les besoins d'analyse .

Ces sections peuvent, le cas échéant, se céder des prestations les unes aux autres.

A cet effet, la valeur de l'ensemble des charges affectées à chaque section et supportées par l'ensemble des prestations

fournies pendant la même période, peut être exprimée en «Unités d'oeuvre» (heure, ouvrier, heure machine,

).

Ainsi calculée, cette valeur, rapportée aux nombres des unités d'oeuvre de ladite section, fournit le coût d'une unité d'oeuvre .

Ce coût permet, d'une part, de céder des prestations d'une section à une autre et d'autre part, d'imputer le coût d'un centre d'analyse aux comptes de coûts des produits.

Les comptes 92 sont d'abord débités par le crédit des comptes 90, correspondants ou des comptes 91. Ensuite, ils sont crédités par imputation sur les comptes 93 et 95.

93. Coût d'achat ou de production :

Ces comptes permettent aux entreprises de production ou de transformation de calculer le coût des produits à leurs diverses phases d'élaboration, y compris lors de leur entrée en magasin.

Pour les entreprises de négoce, ces comptes permettent de calculer le coût d'achat des marchandises vendues.

Les comptes 93 sont débités par :

Babfinance : Outil de veille et de recherche pour le Manager

- d'une part des charges directes qu'il est possible d'affecter immédiatement sans calcul intermédiaire, au coût d'un produit déterminé (stocké ou vendu), par le crédit des comptes 90 correspondants ou des comptes 91 s'ils ont été utilisés ;

- d'autre part, des charges indirectes par le crédit des comptes 92.

94. Inventaire permanent des stocks :

L'objet de ces comptes est de suivre les mouvements des stocks en entrées et en sorties afin de connaître les existants chiffrés en quantités et en valeurs.

Les comptes d'inventaire sont débités à l'ouverture de la comptabilité analytique et au début de l'exercice, si l'entreprise clôture ses comptes à la fin de chaque exercice par le crédit des comptes 90,91,92, 93.

Les comptes d'inventaire sont crédités en cours d'exercice, chacun en ce qui concerne, de la valeur des sorties de stocks par le débit des comptes 93 et 95, et en fin d'exercice, par le débit des comptes réfléchis 903 pour être reportés au bilan en classe 3, si l'entreprise clôture ses comptes à la fin de chaque exercice.

La tenue de l'inventaire comptable permanent ne dispense pas de l'exécution de l'inventaire physique.

Si la comparaison des situations de stocks, telles qu'elles résultent, d'une part, de l'inventaire physique et, d'autre part, des comptes d'inventaire permanent, fait ressortir des différences, celles-ci doivent être régularisées afin de ramener les stocks à leur montant réel.

A cet effet, les comptes d'inventaire permanent sont :

- débités des différences positives par le crédit du compte 976 "Différences d'inventaire",

- crédités des différences négatives par le débit du compte 976.

95. Coût de revient

Ces comptes permettent, à toutes les entreprises, de déterminer le coût des produits à leur stade final, en prenant également en ligne de compte le coût de distribution .

96. Ecarts sur coûts préétablis

Dans le cas d'utilisation de la méthode de comptabilisation dite "à coûts préétablis", ces comptes enregistrent les écarts entre les données comptables ou constatées postérieurement en comptabilité analytique et les données préétablies.

Le coût préétabli est le coût évalué, à priori, soit pour faciliter certains traitements analytiques, soit pour permettre le contrôle de gestion à travers l'analyse des écarts.

L'enregistrement comptable peut se faire de deux manières ; à savoir:

Babfinance : Outil de veille et de recherche pour le Manager

a) le compte d'écart (96) et ses subdivisions enregistrent à leur débit ou à leur crédit, la seule différence entre charges ou

coûts réels et charges ou coûts préétablis ;

b) le compte d'écart (96) enregistre :

* au débit, les éléments réels

* au crédit, les éléments préétablis

et son solde met en évidence l'écart ainsi recherché.

97. Différences d'incorporation

Dans ces comptes sont portées les différences d'incorporation correspondant à l'écart constaté entre :

- d'une part, les charges figurant en comptabilité générale (classe 6) et les charges incorporées aux coûts en comptabilité analytique ; et ,

- d'autre part, les produits figurant en comptabilité générale (classe 7) et les produits d'exploitation retenus par la comptabilité analytique.

98. Résultats analytiques

Le compte principal 98 "Résultat analytique" sert à regrouper les différents résultats observés et ventilés du compte 981 à 987, et ce, selon les besoins de l'entreprise.

Ainsi, le solde de ce compte laisse apparaître un résultat (bénéfice ou perte). Sous réserve des différences d'incorporation, il doit correspondre à celui dégagé par la comptabilité générale .

Les comptes 98 sont débités par le crédit des comptes 95. Les comptes 98 sont crédités par le débit des comptes 90.

99. Comptes de liaisons internes :

Ces comptes sont utilisés en vue de permettre l'établissement des liaisons nécessaires entre les comptabilités analytiques autonomes d'établissements distincts d'une même entreprise et son propre système de comptabilité générale, et ce, dans l'objectif de fournir une vue unique et globale de ses opérations.

Redaction Babfinance