Vous êtes sur la page 1sur 2

Le commerce

maritime
De l’intérêt de l’historien Mathias Tranchant pour la vie une période climatique défavorable, avec augmenta-
maritime régionale aux X I V et X V siècles, période de
e e tion du froid et de la pluviosité. Liées à ces aléas cli-
matiques, de grandes épidémies fondent sur l’Europe,
crise et en même temps de transition entre le Moyen
telle la Grande Peste noire de 1348. Ces fléaux se
Age et l’ère moderne conjuguent aux ravages de la guerre de Cent Ans,
dont les effets sur les sociétés et les économies se font
Par Mireille Tabare Photos Claude Pauquet
sentir bien au-delà du siècle.»
Zone de théâtre de la guerre, les provinces du Poitou,
’économie littorale régionale, qui avait atteint de l’Aunis et de la Saintonge, tout comme la Nor-

L son plein régime au début du XIVe siècle grâce


à un commerce maritime très actif, a connu
pendant plus d’un siècle une période de récession.
mandie, sont directement touchées sur leur sol. L’éco-
nomie maritime souffre de la baisse de la production
locale en vin et en sel, du ralentissement des échan-
«Plusieurs facteurs contribuent à la crise qui touche ges, de la désorganisation des réseaux commerciaux.
toute l’Europe, en particulier l’Europe maritime, ex- Autre mal consécutif à la guerre : la mer des Pertuis
plique Mathias Tranchant, médiéviste, maître de con- qui environne La Rochelle, zone abritée des tempêtes
férences à l’Université de La Rochelle. On entre dans et propice à la navigation, est infestée de pirates de

60 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 61 ■
tous poils. «En dépit de ce contexte hostile, la région l’axe principal des échanges commerciaux, c’est le
littorale a su profiter de ses atouts pour maintenir Nord de l’Europe et l’espace maritime de la Manche,
une activité de commerce substantielle, ce qui a per- de la mer du Nord et de la mer Baltique. Les Flamands,
mis une reconstruction rapide de la zone à la fin de la partenaires majeurs pour le marché du vin, et les Alle-
guerre et son enrichissement ultérieur.» mands, gros consommateurs de sel, constituent les in-
Les atouts de la région, ce sont d’abord ses productions terlocuteurs essentiels du commerce international. Les
traditionnelles, principalement le sel et le vin. Première relations avec le Sud sont peu développées. La seule
richesse du pays, le sel – produit aux environs des Sa- présence notable est celle des Italiens. Certains, instal-
bles-d’Olonne, de La Rochelle, de Brouage, dans les lés dans la ville, exercent la profession de banquiers.
îles de Ré et d’Oléron – continue de susciter un intérêt D’autres, implantés à Londres ou à Bruges, achètent le
notable, en particulier de la part des Allemands et des vin et le sel à La Rochelle pour les revendre dans le
Néerlandais, qui l’utilisent pour conserver le poisson. reste de l’Europe.
Mais à partir du XIIe siècle et jusqu’à la fin du XVe siècle, «Même si l’activité de commerce a souffert de la guerre
le vin supplante le sel dans l’économie locale. Un suc- et ne retrouve pas, à la fin du XVe siècle, les niveaux
cès dû à l’engouement des Anglais d’abord, puis des records atteints au début du XIVe siècle, elle demeure
Flamands, pour les vins du Poitou (appellation qui in- importante et vitale pour la région. Durant toute cette
clut les productions des trois provinces), la plus septen- période, le marché littoral a su s’adapter à la demande
trionale des régions viticoles produisant du vin en abon- et saisir toutes les opportunités de vente d’une manière
dance, de qualité moyenne et à moindre prix. très réactive. La région est-elle bien armée pour ré-
Autre avantage notable : la densité du réseau portuaire pondre aux enjeux de la période moderne ? La réponse
offre toutes facilités pour les opérations de transborde- est mitigée. La Bretagne et la Gascogne étant rentrées
ment. Les Sables-d’Olonne, Marans, La Rochelle, Ré, dans le giron français, La Rochelle doit faire face à la
Oléron, Brouage, Rochefort…, on recense à l’époque concurrence de Bordeaux et de Nantes. Le commerce,
entre Loire et Gironde une centaine de sites portuaires, bien qu’actif, n’est pas diversifié et repose essentielle-
qui représentent autant d’abris pour les très nombreux ment sur deux produits phares : le sel et le vin, ce qui le
navires venant s’approvisionner dans la zone. Qui dit fragilise. La région ne dispose pas des capitaux suffi-
Le Commerce
réseau portuaire implique également des capacités pro- sants ni des techniques adaptées pour se lancer immé-
maritime de
pres d’armement et d’affrètement, un atout essentiel dans diatement dans la compétition internationale. Elle a La Rochelle à
la guerre du commerce maritime. Au cœur de ce dispo- su toutefois profiter de ses atouts – la demande en vin la fin du Moyen
sitif, le port de La Rochelle s’impose comme le centre reste stable, la demande en sel va croissant – et tirer le Age, de Mathias
Tranchant,
de production et d’échanges régional. L’essentiel des meilleur parti de ses capacités navales et financières
Presses
moyens financiers et commerciaux sont concentrés dans pour tenir sa place dans la grande entreprise collec- universitaires
la ville. C’est d’abord l’une des plus anciennes commu- tive d’invention de l’Océan.» ■ de Rennes, 2003
nes du Centre-Ouest, qui bénéficie en tant que telle d’im-
portants privilèges, notamment fiscaux. De plus, grâce LES RÔLES D’OLÉRON
au commerce du vin, les Rochelais ont accumulé des L’île d’Oléron, au carrefour des
richesses et disposent de fortes capacités financières. routes des vins gascons et
poitevins, a donné son nom à la
Autre atout : les notaires en exercice dans la région, ac-
première compilation de lois
teurs indispensables des transactions commerciales, sont propres aux activités maritimes
pour la plupart installés à La Rochelle. La ville accueille dans le Ponant. Peut-être
également l’hôtel des monnaies du roi. C’est aussi la d’influence méditerranéenne, les
Rôles d’Oléron naissent au cours
principale place forte de la défense militaire régionale. d’une période comprise entre 1190
«Tous ces éléments contribuent à créer une relation d’al- et le milieu du XIIIe siècle.
légeance économique entre La Rochelle et ses provin- A mi-chemin entre le droit écrit et le
ces. En retour, Aunisiens et Saintongeais bénéficient de droit coutumier, ils rassemblent une maritime des villes hanséatiques, en
jurisprudence relative à tous les est un exemple du XIVe siècle,
la puissance et de la richesse rochelaise.» aspects pratiques du commerce par comme le Droit maritime de Damme
Marchands et marins de tous horizons se croisent dans voie de mer. Ils furent augmentés pour la Flandre. Une traduction fut
l’espace maritime rochelais. Les Bretons, voisins pro- jusqu’au XVIe siècle d’articles réalisée en Angleterre dans le Black
adaptés aux problèmes nouveaux Book of the Admiralty. Enfin, la
ches, sont implantés en nombre à La Rochelle et dans
suscités par la croissance du trafic. Castille, avec ses Partidas, ou le
ses environs. Ouvriers agricoles, serviteurs, commer- Au nombre de 25 dans la Nord-Ouest ibérique et Séville, avec
çants, marins ou armateurs, ce sont en particulier d’uti- compilation d’origine, on en compte leurs Leyes de Layron, disposaient
les intermédiaires dans le commerce avec l’Angleterre. 56 dans la version définitive du aussi d’une de ces versions qui
début des temps modernes. Le contribuèrent à façonner les
Les marchands castillans, qui bénéficient de privilèges
rayonnement des Rôles a fait naître premières fondations d’un droit
importants en tant qu’alliés de la France pendant la d’autre part des adaptations maritime commun aux Européens.
guerre, sont également très présents dans la zone. Mais multiples. Le Waterrecht, code Mathias Tranchant

■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 61 ■ 61

Centres d'intérêt liés