Vous êtes sur la page 1sur 1

Écouter et analyser

Écouter et analyser > CD, EXTRAIT N° 6 > CD, EXTRAIT N° 7 L’andante de la
Écouter et analyser > CD, EXTRAIT N° 6 > CD, EXTRAIT N° 7 L’andante de la
> CD, EXTRAIT N° 6 > CD, EXTRAIT N° 7 L’andante de la Symphonie n°
> CD, EXTRAIT N° 6
> CD, EXTRAIT N° 7
L’andante de la Symphonie n° 94,
La Surprise, de Joseph Haydn
Un exemple de forme sonate :
la Sonate pour piano à quatre
mains KV 521 en ut de Mozart
Un peu d’histoire
Cette symphonie* fait partie des douze Symphonies londoniennes (n° 93 à 104)
composées par Joseph Haydn entre 1791 et 1795. Si le manuscrit est daté de 1791, cette
symphonie ne fut représentée qu’en mars 1792. Son surnom provient du formidable accord*
joué fortissimo par tout l’orchestre à un moment où l’on ne s’y attend pas dans le deuxième
mouvement, andante (terme signifiant : « allant »). On a prétendu que cet accord était
destiné à réveiller les dames assoupies en les faisant surssauter.
La forme sonate a été une nouveauté
particulièrement importante pour la créa-
tion musicale de l’époque classique. C’est
une façon d’écrire de la musique qui s’ap-
plique à toutes les formes musicales, que ce
soit la symphonie, le concerto ou la musique
de chambre.
Très structurée, la forme sonate n’est
cependant pas rigide : elle permet au com-
positeur d’organiser ses compositions au-
tour de thèmes très différents, parfois très
contrastés, tout en préservant l’unité de
l’ensemble.
Écoute du thème
Écoute
Ce mouvement comprend un thème, composé de deux parties, suivi de quatre varia-
tions et d’une coda (fin). Chaque variation s’efforce de présenter et d’embellir le thème de
manière différente.
La première partie du thème avec la « surprise » (marquée FF) :
Le 1 er mouvement de la Sonate KV 521
en ut pour piano à quatre mains de Mozart,
qui est un exemple clair de forme sonate.
Si l’on écoute l’extrait situé à la plage n° 7
du disque compact, on est frappé par l’im-
pression d’équilibre qui domine. On remar-
que différentes parties qui se répètent.
– 2 e thème : de 35 à 84 (2’18”)
Le second thème est dérivé du premier.
2 e PARTIE : DÉVELOPPEMENT
De la mesure 85 à 136 (4’39”) : déve-
loppement, plus mouvementé, jouant sur
l’opposition des registres (grave/aigu).
3 e PARTIE : RÉ-EXPOSITION
La seconde partie du thème :
1 re PARTIE : EXPOSITION
– 1 er thème : du début à la mesure 34
(0’54”)
De 136 (6’08”) à la fin : reprise de la
1 re partie, presque à l’identique, avec un
passage bref de conclusion appelé coda.
Schéma
général de la
forme sonate
EXPOSITION
DÉVELOPPEMENT
RÉ-EXPOSITION
Analyse du mouvement
A
B
A’
1 er THÈME
INSTRUMENTS
tonalité principale
jeu sur les registres
autres tonalités
1 er THÈME
2 e THÈME
tonalité principale
PARTIES
NUANCES
À REMARQUER
PRINCIPAUX
2 e THÈME
CODA (conclusion
dominante (5 e degré)
du mouvement)
Thème
cordes
piano puis pianissimo
(brusque fortissimo)
la « surprise »
Variation 1
cordes et vents
idem
contre-chant dans l’aigu
Variation 2
tout l’orchestre
forte
atmosphère plus dramatique et pesante
Pour approfondir
Variation 3
hautbois et flûte
piano
aucun instrument grave
Variation 4
tout l’orchestre
piano puis forte
appuis sur les 2 e et 4 e croches
• Vous pouvez écouter aussi le premier mouvement de la Symphonie n° 40 en sol mineur
KV 550 de Mozart, composée en 1788.
Coda
tout l’orchestre
forte puis piano
un arrêt suivi d’une section conclusive ramenant le calme
74 • L’époque classique • Écouter et analyser
75 • L’époque classique • Écouter et analyser