Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre III.

REGIMES D'ECOULEMENT
L'écoulement d'un fluide, peut se produire de deux façons différentes, selon les conditions locales de
vitesse. En effet, depuis très longtemps, on a observé qu'à faible vitesse, l'écoulement se faisait de telle façon
qu’en  régime permanent, les  lignes de courant  sont  stables  et  ne se mélangent pas. Dans cet écoulement,
appelé laminaire, les couches fluides glissent les unes sur les autres et il n'y a pas de transfert de particules d'un
filet fluide à un autre.
Par ailleurs,  lorsque la vitesse croît, les filets fluides paraissent osciller et vibrer, puis ils perdent leur
identité propre. Dans ce régime, appelé turbulent, les particules oscillent rapidement autour de leur trajectoire.
III.1 NOMBRE DE REYNOLDS
III.1.1 Définition
Le   passage   d'un   régime   à   l'autre   dépend   de   la   valeur   d'un   paramètre   adimensionnel,   le   nombre   de
Reynolds.

VD

Re = 
V est une vitesse caractéristique de l'écoulement,
D est une des dimensions géométriques,
et
 est le coefficient de viscosité cinématique du fluide.
Par exemple, dans le cas de l'écoulement dans une conduite circulaire, si on prend pour valeur de V la vitesse

Q
S
moyenne du fluide [ V =   ] et pour D la valeur du diamètre de la conduite, le nombre critique de Reynolds est
de 2000.
Si Re  <
2000
Régime laminaire
Si Re >>
2000
Régime turbulent
Une autre façon de présenter la condition pour que le régime soit laminaire est de poser :


D

V < 2000 
 = Vc     ,     Vc étant appelé vitesse critique.
Pour le cas d'une conduite de 10 cm de diamètre transportant de l'eau à 20º C, on a :
2000 10 6
0,1

D = 0,1m
 = 10­6 maSk      Vc = 
 = 2.10­2 m/s
On voit alors que dans la plupart des problèmes pratiques d'hydraulique, on aura affaire au régime 
turbulent (exception importante pour l'hydraulique souterraine).
III.1.2 Signification physique du nombre de Reynolds
Les   principales   forces   qui   interviennent   en   hydraulique   sont   les   forces   d'inertie,   de   turbulence,   de
pesanteur, de viscosité et de capillarité.
Lors de l'établissement des formules de Navier­Stokes, les forces d'inertie avaient pour composantes :

du
dt
 = 

 =  u 
2

V
D
Ces forces étaient donc proportionnelles à  

.

u
x

+ .....

III.. 2 V D   proportionnel aux forces d'inertie V 2 D µ   proportionnel aux forces de viscosité 2 V D D VD  VD  . l'écoulement reste le même dans tous les plans passant par l'axe du tube. c'est­à­dire : ­ si le fluide est très visqueux . Ces conditions sont peu fréquentes dans l'hydraulique classique et on ne les rencontre guère que dans les domaines de la lubrification.   le   fluide   s'y   déplace   en  régime laminaire et  permanent.   le   régime   laminaire   existe   pour   de   faibles   valeurs   du   nombre   de Reynolds.. Dans ces conditions. ­ si les dimensions sont faibles. et des écoulements en milieux poreux. Nous étudierons cet écoulement dans le plan vertical passant par l'axe du tube.. V 2 D ...2 REGIME LAMINAIRE III.. III.. . le mouvement est uniforme.Les forces de viscosité avaient pour composantes. et on a :  =   =   = Re Le nombre de Reynolds est donc une quantité proportionnelle au rapport des forces d'inertie aux forces de viscosité..1 Conditions d'existence Comme   on   l'a   vu   précédemment. elles étaient donc proportionnelles à µ  On montre alors que.      µ   2U x 2 + .2 Ecoulement de Poiseuille dans un tube cylindrique Soit   un   tube   rectiligne   de   section   circulaire   constante   de   rayon   r   .2. ­ si les vitesses sont lentes .2... .

P*2 4l U =   (r2 + y2) La vitesse croît donc selon un rayon de façon parabolique .P*2 4l ­ u =   Or. l'équilibre du cylindre de  rayon y entre les sections S1  et  S2 s'écrit en projection sur l'axe du tube : ­ le poids est : y2 l cos  = ­  g  y2 (z2 ­ z1)  dy ­ la résultante des pressions est : (P1 ­ P2)  y z1 P1 du dy  y y2 ­ la réaction sur la surface latérale est : P1 r   ­  2 y l = µ   2  y l L'équilibre de ces forces permet d'écrire :  g   y2 (z2 ­ z1) + µ   gy 2l du dy ­   =  du dy   2   y l + (P1 ­ P2)  y2 = 0 y 2l  (z2 ­ z1) + (P1 ­ P2)  P*1 = P1 +  gz1  et  P*2 = P2 +  gz2 y 2l du dy ­   =   (P*1 – P*2) P*1 . on a : r = y   y2 + Cte U = 0 P*1 . comme condition à la limite.z P2 S2 x  P2  ­  g  z2 L S1 Soit    l'angle   de   la   verticale   avec   l'axe   du   tube   .P*2 2l ­ du =   y dy P*1 . le débit s'obtient en intégrant la vitesse sur toute la surface : r   o Q =  2  y dy U r   o Q =  P*1 .P*2 4l 2  y   (r2 + y2) dy Q =  r 4 P*1  P*2 8 l .

3 Ecoulement entre deux plans parallèles. Analogie Hele-Shaw Soit un écoulement laminaire permanent d'un fluide incompressible entre deux plaques planes et  parallèles.P*2 2 g l V    =  Or :  l =   =  2D 8V 2 2 V r D 2   r =  l VD  64 VD  =  64   8V 2 r P*1 .2.P*2 g  = j l P*1 .P*2 l 64 Re   =  64 Re  =  III.P*2 g l j =  En posant  j =   =  2gD P*1 .P*2 4l Soit Vm la vitesse maximale : Vm =   r2 = 2 V P*1 . L'équation de Navier­Stokes s'écrit : .P*2 g Le régime étant permanent.P*1  P*2 r 2 l 8 Q S Soit V la vitesse moyenne : V =   =  P*1 . les vitesses en S1 et S2 sont les mêmes et  entre ces deux sections :  représente la perte de charge  P*1 .

 d'où l'équation : 1 grad P*  V  . on peut négliger les forces d'inertie devant les forces de viscosité.  = Cte  v t  V div  = 0 =  u x v y +  +  w z = 0 u u  du  dt  u x  v y  dv v v  u v  dt x y d'où :         En faisant apparaître la pression étoilée = P* = P*1 +  gy1. w est nul et l'équation de continuité qui s'écrivait. se ramène à :  u x v y +  div   = 0 En régime permanent :  u t =  = 0 . les équations s'écrivent : 1 dV grad P*    V  dt Cet écoulement laminaire se faisant à faible vitesse et avec une faible courbure des filets liquides. V ....y 1 dV grad P  F    V  dt Dans le système d'axe choisi : F  1 P  x 1 P  y 1 P  z du dt = ­   +  u dv dt = ­ g ­  = ­   +  dw dt +  e x  z v w La vitesse demeurant parallèle aux plaques..

 la vitesse varie beaucoup plus vite dans la direction Oz que dans les deux autres. les filets fluides étant peu courbés...y) z2 + C (x. sont négligeables devant :  et  Comme par ailleurs w = 0.   u z 2 2  2u z 2  2u y 2 +  et     2v x 2  2v y 2 +   v z 2 2 .y) z + D (x. P *  2u  2u  2u  x  µ[ 2  2  2 ] x y z  2 2  v  v  2v  P *  µ[ 2  2  2 ]  x y z  y 2 2  w  w 2w  P *  µ [   ]  z x 2 y 2 z 2     Or.   =  µ   2u z 2  P* ? y2  2[ 2 [ 2 = 0 =  ] z + C (x. on a : u x v y +   u [ 2 ] z x = 0 2 2P * x 2 = µ   P* x 2 2  P* y 2 +  Si on intègre deux fois par rapport à z : u z =  =   2v ] z 2 y = µ  u v  ] x y z 2 1 P *  x  [ 1 P * µ x 1 P * 2 µ x u =  . Il en résulte que. En effet. les équations de Navier­Stokes se ramènent à :  P *  2u  µ  z 2  ?x  2v  P * µ 2  z  y  P *   z  0   Cet écoulement satisfait l'équation de Laplace..y)  P* ..

y ) 2µ x 1 P * 2 V v z  G ( x . u = u max.y) = 0 1 P * 2 z  D( x . v = v max P *   x  P *   y  2  e    2  e    2  e / 2 2  z 2  e / 2 2 2  e / 2  z 2 v  v max   e / 2 2 u  u max  2 V w0 Les vitesses moyennes s'obtiennent alors en faisant : Umoy  e 2 1 U  xyz dz e e  2 * 2  P  e 2   3 8  x  2 3  U moy =    U max = ­  e P * 12 µ x e 2 P * Vmoy   12 µ y  Umoy     V    2 moy   L'écoulement dans un milieu poreux se met sous la forme : v k  µ = ­  P* Il y a donc analogie avec la forme de l'écoulement entre deux plaques rapprochées où V e2  12 µ moy = ­  et les éléments correspondants sont les suivants : Milieu poreux P* =  gy + P <­­o­­> P*  Milieu   Hele Shaw P* =  gy + P . y) 2µ y w0 u e 2 Pour z = ±   1   2µ  1   v max   2 µ   u max       .La distribution des vitesses étant symétrique : C (x. u = v = 0 et pour z = 0.

w laminaire  en   remplaçant   U. le profil des vitesses est parabolique mais en régime turbulent. on peut donc exprimer le vecteur vitesse  sous la forme : u  u'  u V v  v'  vavec u '  v'  w'  0 w  w'  w On   peut   donc   appliquer   à   l'étude   du   régime   turbulent   les   mêmes   équations   que   celles   du  régime u . III. Dans le régime turbulent.  le   vecteur   vitesse   n'est   constant   ni   en   grandeur   ni   en   direction. Dans une canalisation circulaire. v.   Ceci   provient   du   fait   que   les   molécules. mais à l'échelle moléculaire.2 Echange latéral de quantité de mouvement Les   tensions   supplémentaires   dues   à   la   turbulence   s'expliquent   par   l'échange   latéral   de   quantité   de mouvement. En effet.3 REGIME TURBULENT A   partir   d'une   certaine   valeur   du   nombre   de  Reynolds.   Si   les conditions aux limites sont maintenues constantes. on obtient un écoulement permanent en moyenne et on définit en tout point un vecteur vitesse moyenne :   t T    V      1 u   U dt T t t T 1 v   V dt T t t T 1 w   W dt T t V A tout instant et en tout point.W   par     ainsi   qu’en   ajoutant   les   tensions   supplémentaires   dues   aux fluctuations   de   vitesse. ce sont des éléments fluides de dimensions finies qui s'échangent latéralement. les filets fluides ne "glissent" plus les uns contre les autres. III. le rapport de la vitesse maximum à la vitesse moyenne est voisin de 1.2 (pour 2 en régime laminaire). les vitesses tendent à s'égaliser plus rapidement . .3.3 Influence de la turbulence sur la répartition des vitesses En régime laminaire. le profil devient plus aplati.   Cet   échange   se   produit   également   au  régime laminaire.q <­­o­­> k  µ q = ­  V moy e2  12µ V P* <­­o­­> moy = ­  P* III.V.   se   heurtant   aux  aspérités  des   parois   solides. III.   Ces   tensions  supplémentaires   sont   généralement   suffisamment   élevées   pour   que   les tensions d'origine visqueuse soient négligeables devant elles. mais des  éléments liquides animés   de   vitesses   différentes   s'interpénètrent   profondément.   sont renvoyées au sein de la masse liquide.1 Fluctuations du vecteur vitesse Même   en   régime   permanent.3.   les   trajectoires   des   différentes   particules s'enchevêtrent.3.

  non   au   contact   des   parois. présente un fort gradient de vitesse. La   seconde.   le régime demeure laminaire puisque les forces de viscosité n'y sont   plus   négligeables   devant   les   forces   d'inertie   et   de turbulence. . sauf au voisinage des parois où les fluctuations latérales des vitesses sont gênées par la présence des parois et où la pente du profil des vitesses est très grande.   et   de   très   faible épaisseur.   présente   un faible gradient de vitesse.   au   contact   des   parois. La   première. L'écoulement   se   faisant   à   fort   nombre   de  Reynolds.99 V Couche limite  d'épaisseur   Sous­couche laminaire Dans   un   liquide   en   écoulement   turbulent. Dans   cette   zone   appelée   "sous­couche   laminaire". ce qui donne des contraintes visqueuses très importantes. Cette dernière  zone  constitue  la couche limite  d'épaisseur  .régime pleinement  turbulent V 0. l'écoulement dans la couche limite devient également turbulent.   on   peut distinguer deux zones.