Vous êtes sur la page 1sur 6

Marc Ferro

Société du XXe siècle et histoire cinématographique
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 23e année, N. 3, 1968. pp. 581-585.

Citer ce document / Cite this document :
Ferro Marc. Société du XXe siècle et histoire cinématographique. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 23e année, N.
3, 1968. pp. 581-585.
doi : 10.3406/ahess.1968.421934
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1968_num_23_3_421934

Tel est le destin assez voisin et identique de la photographie ou de la phonographie.). Cette défaillance a de quoi surprendre. Us disposaient de documents d'un type nouveau. mode d'expression pédagogique. l'émeut ou la passionne. Le culte excessif du document écrit les a cloués au sol. à la fois peintre et chroniqueur. qu'elle se développe et prenne sa vraie place. pour l'époque contemporaine au moins. En outre. Imagine-t-on l'historien du Moyen Age ou de l'Antiquité utiliser les documents écrits à l'exclusion de tous les autres et refuser de retenir les leçons de l'archéologie ? Pourtant. tantôt comme une figurante qui ignore qu'elle est vue. les faits qu'elle juge dignes de conserver en mémoire . elle peut être une simple représentation de la société vivante. d'un langage différent. On découvre également l'échelle 681 . qu'elle crée. tantôt comme celle-ci veut être vue (on pense aux com mémorations. c'est bien ainsi qu'il en va pour l'histoire du XXe siècle. La leçon se situe à plusieurs niveaux. Dans les documents bruts et les bandes d'actualité. celle des documents de cinéma. dès qu'il s'agit de ne laisser échapper à son investigation aucun fonds d'archives écrites. ils donnent une dimension nouvelle à la connaissance du passé. la même image offre l'envers de son information. Mépris si répandu pour la « culture audio-visuelle » ? Plus simplement leur formation a initié les historiens à des techniques de recherche valables pour les siècles passés : il leur a échappé que. Est-ce la faute des historiens ? Ils n'ont pas tellement utilisé et sy stématiquement dépouillé les documents cinématographiques moyen d'information. rien n'a encore été fait pour qu'elle vive. etc.DÉBATS ET COMBATS Société du XXe siècle et histoire cinématographique Qui pourrait contester l'intérêt de la socio-histoire cinématogra phique ? Certes. inaugurations. on apprend ce qui la scandalise. On apprend ainsi ce qui intéresse un artiste ou une société. arts et techniques cependant bientôt centenaires. c'est-à-dire l'univers mental du cameraman. l'historien (et quelquefois le sociologue) passe à côté d'une source d'information inestimable. Ceux-ci n'offrent pas seulement une illustration des faite connus. Vigilant.

privées et publiques. etc. une œuvre cinématographique. Mais il gonfle rapidement depuis l'appari tion de la télévision. L'exercice peut se répéter sur d'autres modes. ont. plus d'expérience vécue que lui. celles qu'elle assume. Pour peu qu'il veuille créer. Il en va de cette socio-histoire cinématographique comme des autres sciences humaines : elle se développera au niveau de la recherche. Il s'agit de dresser Vinventaire des sources d'information. ont déjà des catalogues utilisables. Celle-ci révèle diverses écritures. etc. de la création. celui qui ressort de la comparaison entre les différents genres cinématographiques : sujets d'actualité. Donc. des langages et systèmes de communication différents. le mettre en œuvre. ayant grandi à l'ombre de 1' « école parallèle ». tout comme le sont les fiches de la cinémathèque de Los Angeles. de catalogue systématique des archives d'origine cinématographique.ANNALES de ses valeurs . Comme toute science encore balbutiante. Le consulter. on est stupéfait que ce stock d'informations spécifiques reste inutilisé. dessins animés. 682 . films de fiction. Elle associera des historiens. des sociologues. ou de Pathé. documentaires. le message cinématographique se place aux confins de la connaissance scientifique et de la création artistique : l'expérience et le goût des pra^ ticiens constituent une aide précieuse pour l'analyse et doivent consti tuerégalement un objet d'étude. à écrire. qui. celles qu'elle ignore. obligerait l'historien ou le sociologue à revérifier ses méthodes et non moins ses résultats. films de fiction. l'opération ne présente d'intérêt qu'à certaines conditions : le fichier analytique devrait distin guer. et la préparation d'un inventaire systématique ne devrait pas rencontrer d'obstacles particuliers. sur certains problèmes. d'autres existent. Il n'existe pas. du Service cinémato graphique des armées. elle doit commencer par véri fierl'exactitude de son analyse. pour le XXe siècle. qui disposent chacun de leur écriture : reportages. Mais il convient d'aller plus outre : de la même façon que la langue se situe aux confins de la nature et de la culture. la nature des sources : bandes d'actualité. ne sont pas tellement nombreuses. de l'enseignement. à son tour. un autre reflet de la réalité sociale et des mentalités. qui lui échappent. il lui faut retour ner à l'école pour y apprendre à lire. La tentative s'avère parfaitement réalisable pour la première moitié du XXe siècle. documentaires. il s'aper cevra qu'il ne contrôle qu'une seule écriture historique alors que. Cette première tâche ne saurait être qu'inter disciplinaire. Bref. Mais il existe un autre niveau de la lecture. en effet. comme The British Film Institute. au départ. car le stock d'informations dont on dispose reste bien délimité. L'entreprise n'a de sens que si elle est menée sur un plan interna tional: les cinémathèques. même écouter les leçons des plus jeunes. Toutefois. des linguistes. Certaines firmes. des anthropologues. La deuxième tâche entre dans les préoccupations traditionnelles de l'historien.

Pour le constituer une négociation pourrait être entreprise ainsi entre l'O. sociologues pourraient alors procéder à un classement systématique et chronologique qui permettrait de connaître.A. etc. Leur conservation. cette recherche de l'information n'est pas systématique.* Aisé à concevoir pour les documents anciens déjà conservés. pour les années de guerre : un document de 374 pieds sur la cul ture du blé en Angleterre (National Film Archive. les moyens d'information dont on dispose. De plus. des séquences.T. il est urgent de créer des archives contempor aines. telles sont les tâches qui doivent soutenir la recherche et l'enseignement. A l'imitation de l'ethnologie ou de la psychopathologie sociale. sur les événements : aucune enquête géographique ou sociologique ne permet d'avoir la moindre indication sur la condition respective des Grecs et des Turcs de l'île *.S. etc. pour raient être confiées à un organisme qui coordonnerait et sélectionnerait les apports de l'actualité l. On se reportera.. les actualités télévisées ou cinématographiques fabriquent et diffusent des sujets. avec précision. un document sur la récolte et le battage en Russie (1913). un document de 100 mètres sur la culture aux U. etc. les Archives nationales. que l'État institue d'urgence le dépôt légal des documents cinématographiques. 583 . aux propositions de Jean Glénisson.F.R.C. qui constituent eux-mêmes leur matériau.T. 1. 1964.). les firmes privées. sur le problème chypriote. * Pour ne considérer ici que les documents d'actualité compris comme tels. (cinémathèque de Los Angeles. ou. Archivistes. Certes..B. Encore faudrait -il que ceux-ci soient conservés. constituer des archives de notre temps. Certaines enquêtes de l'O. sur ce point. conserver des documents. la cin émathèque. historiens. les géographes. non l'inventaire des sujets (qui peuvent durer de une à soixante minutes). devraient fonder. l'inven taire devrait se grossir chaque année de l'apport fantastique des docu ments contemporains (cinéma.F.SOCIÉTÉ ET CINÉMA films de fiction.R. 1967). télévision. mais liés à la fonction de l'information télévisée. Pour l'époque présente. les documents actuellement utilisables portent uniquement sur les périodes de crise (1959. 1915) . ou de la B. etc. pour les films de fiction. leur gestion. sociologues et histo riens. à paraître dans le Manuel de Varchixňste français. un document de 200 pieds sur la culture sèche du blé en Pendjab (1928). Ainsi. 1917) . t Les archives audio-visuelles ». mais la liste des plans. les autres films étant également des « documents ». voulant étudier la culture du blé au début du XXe siècle. apportent des éléments d'info rmation mais seulement sur des faits de moyenne et courte durée. conserver les archives de notre temps. Il devrait indiquer. le chercheur pourrait utiliser la copie de plusieurs dizaines de documents : citons. Ainsi. car ce n'est pas son rôle. etc. Rédiger des inventaires.

l'étude cinématographique des documents de l'année 1917. l'étude cinématographique des réactions de l'Europe devant le nazisme révèle que les Anglais eurent une image du régime hitlérien autrement terrifiante que les Français : courts métrages (« sujets » comme l'on dit en termes de métier) plus nombreux sur l'enrégimentement des enfants. la révolution russe *. déjà routinières. 1968. violentes et désespérées ? Voyons la guerre elle-même. sur les violences policières et les camps. qui disposent de l'excellente chaîne d'actualités. nul n'ignore plus la réalité tragique de la guerre. Les deux grands partis sont opposés à l'entrée en guerre et toute la propagande des journaux ou du cinéma en montre les horreurs. entre juillet et décembre 1917. Ces documents enseignent mille aspects que les témoignages et les archives écrites n'avaient pas révélée : niveau du développement économique des différents pays. dès que le gouvernement change de politique. 684 . ces documents montrent également les mutations psycho-sociales et biologi ques : qu'y a-t-il de commun entre les soldats allemands de l'avant-guerre et ceux des années de 1917-1918. Ces documents consti tuent un révélateur. Les Américains moins que d'autres. tantôt graves. Passons des archives brutes aux documentaires. manifestent le même enthousiasme que les Allemands ou les Français en août 1914. fort loin d'imaginer ce que l'ave nirleur réservait. et les archives cinéma tographiques le confirment. alors qu'en France. celle de la chaîne Hearst largement diffusée à travers tout leur pays. pleins d'illusions.ANNALES Deux exemples révèlent la portée de l'analyse des documents de cinéma. Autre exemple. On savait déjà. où perce le désenchantement. il aide à mieux comprendre la popularité de ceux qui. la vie des civils. Exemple significatif d'aveuglement volontaire. Soit. entre les manifestations publiques des Russes en mars 1917. qui. Trois ans plus tard. comme Churchill en GrandeBretagne. celles d'octobre 1917. comporte ment des groupes et des individus. tantôt allègres mais toujours spontanées. néanmoins. Cet examen révèle que les films de propagande nazis de la série Gestem und Heute. les soldats partirent à la guerre « la fleur au fusil ». les Sammies qui partent en Europe. qu'en 1914. The Journal of Contemporary history. Et. d'abord. Nous avons dit ailleurs leur prodigieuse richesse : plus de cent heures de projection. etc. irrésistiblement. Ce fait ne fut pas sans conséquence quant aux différences de réaction des deux opinions publiques . autant d'informations inédites sur la guerre. ont insisté sur la tendresse et la douceur que les nouveaux dir igeants allaient instaurer à la place du régime de violence qui avait carac1. Plus aptes à révéler l'inconscient collectif que les tractations financières ou diplomatiques. affreux. réalisés entre 1933 et 1936. les actualités montraient plutôt les aspects militaires du régime hitlérien. se déclarèrent bientôt ennemis jurés du nazisme. tendues. qui nécessite une réflexion raisonnée sur la mentalité du peuple américain. et celles de juin. font penser aux nazis . mœurs.

aidant les vieillards. et la Société d'histoire moderne. On comprend dès lors comment le national-socialisme a pu séduire.métrages.-B. Les problèmes que pose leur réalisation ont été évoqués dans Annales.SOCIÉTÉ ET CINÉMA térisé l'époque de Weimar. présidée par J. Il reste que recherche et enseignement ne peuvent se désintéresser de la fabrication des « sujets » et courts. 2. Je n'ai écrit ces lignes que pour lancer un cri d'alarme 2 : certes le cinéma n'est pas toute l'Histoire. Labrousse. les appellent à la discipline du travail. Autant d'images rassurantes pour les classes moyennes dont ces films révèlent les secrètes aspirations. Mais sans lui. surtout. Ces notations sont fugitives. des films de fiction de l'époque de Weimar et des premières années du nazisme. plus tard. il ne saurait y avoir de connais sance de notre temps. 686 . Il convient également de rappeler les initiatives de Henri Michel. Marc Ferro. à l'énergie. toutes les catégories de la population allemande. mais susceptibles d'être multipliées et regroupées systématiquement par l'étude des documentaires. éduquant les enfants. le tout en association étroite avec l'analyse des documents non cinémat ographiques. Soboul (1968).. comment. ces films montrent les dirigeants attentifs au sort des malheureux et des faibles. loin d'inciter les Allemands à la sauvagerie. Duroselle (1967) et A. 2. Quelques-uns déjà ont précédé cet appel en nous accompagnant de leurs vœux : l'Institut français d'histoire sociale. il ne lui fut plus possible de se déjuger. un moment. 1. Hitler et ses amis. donnant une raison de vivre à l'inquiète jeunesse. créé par le professeur E. etc. Dans ces court-métrages. 1965. toutes vertus bourgeoises et. qui constitueraient un enseignement nouveau destiné à compléter l'enseign ement traditionnel comme dans d'autres sciences humaines 4 Mais je ne cherche pas à dresser ici un programme complet et bien en ordre.