Vous êtes sur la page 1sur 14

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutène ment

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutèneme nt

1. Introduction:

Un ouvrage de soutènement est u ne construction destinée à prévenir un éboul ement ou un glissement de terrain. Les ouvrages de soutèn ement sont essentiellement employés, soit e n site montagneux pour

protéger les chaussées routières co ntre le risque d éboulement ou d avalanches , soit en site urbain pour

réduire l emprise d un talus natu rel, en vue de la construction d une route,

ouvrage d art. Ils doivent être conç us et dimensionnés de manière à remplir leu r fonction , mais comme d'autres structures ces ouvrages s ont sujet de plusieurs pathologies et désor dres qui peut rompre et causés des pertes matériels et hum ain.

d un bâtiment ou d un

des pertes matériels et hum ain. d un bâtiment ou d un 2. Les principaux types

2. Les principaux types de murs d e soutènement :

Les murs de soutènement qui sont composés d'une paroi résistante et d une se melle de fondation. C'est le cas murs en béton armé en « T renversé » ou des murs-poids, qu' ils soient en maçonnerie (briques,

pierres, ) ou formés d éléments spé ciaux (gabions

).

1
1

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement 2
Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement 2
2
2

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement

3. Les modes de fonctionnement des murs de soutènement :

Les ouvrage de soutènement ayant pour fonction de retenir des terres instables ou potentiellement

instables et ainsi d’écarter les risques de glissement. Il permet :

o

de raidir des talus pour gagner des emprises

o

de construire en tête de talus ou en pente

o

de remblayer en conservant les emprises

o

de stabiliser des talus en mouvement

Les murs de soutènements poids et/ou mur à cantilever reprend les forces de poussées par un mode de

fonctionnement bien précis.

Les murs poids:

par un mode de fonctionnement bien précis. Les murs poids: Leurs qualité fondamentale du sol de

Leurs qualité fondamentale du sol de fondation et ouvrage assez large Les murs à consoles:

de fondation et ouvrage assez large Les murs à consoles: Leurs qualité fondamentale du sol de

Leurs qualité fondamentale du sol de fondation et du ferraillage

3
3

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutène ment

4. Conditions de stabilité d’un m ur de soutènement :

Rouler, dériver, craquer : ce son t bien trois phénomènes dont peuvent êtr e victimes les murs de soutènement. Etant donné leur faib le amplitude, on dira : se déverser, glisser, se fissurer.

le amplitude, on dira : se déverser, glisser, se fissurer. Stabilité externe Le poids du mur

Stabilité externe Le poids du mur doit permettre de contrebalancer :

la poussée des terres drain ées y compris les charges d’exploitation;

les efforts de chocs.

La fondation doit pouvoir supporte r l’ensemble des efforts (non poinçonnement et non glissement) Le risque de grand glissement est à évaluer (stabilité externe d'ensemble).

Stabilité interne Le mur doit rester monolithique po ur les mur de soutènement poids.

externe d'ensemble). Stabilité interne Le mur doit rester monolithique po ur les mur de soutènement poids.
4
4

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement 5. Statistiques sur les sinistres de murs de

5. Statistiques sur les sinistres de murs de soutènement:

Si l’on classe les sinistres de murs de soutènement soit par rapport à leur fréquence, soit par rapport aux coûts des travaux de réfection engagés, on trouve les mêmes pourcentages qui sont les suivants, par ordre d’importance décroissante :

a)- Sinistres causés par l’eau :

Un sinistre sur trois est dû à une mauvaise évacuation des eaux. Le plus souvent, une absence de drainage à l’arrière permet la montée de la nappe et l’accroissement important de la poussée qui en découle. Les dommages se montant à 35% du coût total des sinistres des murs de soutènement. C’est dire l’importance du soin à apporter au bon fonctionnement du dispositif d’assèchement : drain et son exutoire ou simples barbacanes.

b)- Sinistres causés par un mauvais dimensionnement :

Un sinistre sur quatre (et 25% des coûts) est dû à une mauvaise appréciation des efforts en présence (poussées et réactions du sol) ou sous modification ultérieure de ces efforts. La manifestation la plus courante et la plus coûteuse est un déversement excessif, voire un renversement complet du mur. Un glissement excessif présente beaucoup moins de gravité s’il suffit de stopper la progression du mur et si on peut l’accepter sans trop de gêne à sa nouvelle position.

5
5

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement

Un excès de tassement ou un glissement doivent être maîtrisés d’urgence en renforçant le terrain ou en le soulageant de ses surcharges.

c)- Sinistres dans l’ouvrage :

Un sinistre sur quatre (et encore 25% des coûts) est dû aux fautes de conception ou d’exécution du mur :

• Rupture à la jonction entre la paroi verticale et la semelle,

• Fissuration de la poutre de couronnement quand elle existe,

• Décrochement entre paroi et contrefort.

Ce sont là des sinistres spécifiques à la maçonnerie ou au béton armé.

d)- Sinistres dus à une faute dans le déroulement des travaux :

10 à 15% sont des sinistres causés par des imprudences dans la conduite du chantier :

• Fouille taillée trop raide et qui s’éboule,

• Remblaiement prématuré quand le béton ou les joints de maçonnerie n’ont pas encore durci,

• Compactage excessif du remblai,

• Chocs d’engins ou de matériels, … e)- Causes diverses :

Les quelques 5% de sinistres restants sont dus à des causes diverses :

• Eaux agressives : les eaux séléniteuses sont fréquentes en

présence de certaines couches de sol (sols gypseux

• Détérioration du parement extérieur du mur, par suite de l’humidité ambiante,

• Détérioration des joints de dilatation,

• Fissurations mineures, …

6. Principales causes de sinistre :

6.1. Au stade de la conception méconnaissance de la nature géologique et des caractéristiques géotechniques du site de l'ouvrage, sous-estimation des efforts appliqués à l'ouvrage et surestimation des résistances du terrain d'assise, problèmes liés aux fondations, étude de stabilité insuffisante ou incomplète; dans le cas des murs, il y a lieu de s'assurer que les stabilités au glissement sur la base, au renversement, au poinçonnement et au glissement général sont satisfaisantes, et que les tassements attendus restent admissibles,

),

6
6

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement

absence ou mauvaise conception des systèmes de drainage et d'évacuation des eaux, ce qui peut

se traduire par des infiltrations plus ou moins agressives dans l'ouvrage et par une augmentation des efforts de poussée à l'arrière du mur. Dans le cas des ouvrages en maçonnerie, l'eau attaque les liants hydrauliques, désorganisant les maçonneries et accentuant les désordres dus aux effets dynamiques des charges routières,

; le gel peut intervenir par un

gonflement du sol gelé, par obturation du drainage et augmentation de la poussée.

mauvais choix de matériaux de remblai (argile, sol gélif

)

6.2.

Au stade de l'exécution

non-conformité de l'épaisseur du mur ou de la profondeur des fondations,

mauvaise qualité des bétons et mortiers,

défauts de mise en œuvre des matériaux :

mauvaise vibration des bétons entraînant nids de cailloux, mauvaises reprises de bétonnage, mauvaise exécution des maçonneries, déformation des coffrages à l'exécution,

fissuration de retrait,

mauvais positionnement des armatures (distance d'enrobage insuffisante),

mauvais jointoiement des maçonneries,

remblaiement prématuré,

remblaiement par couches épaisses avec emploi d'engins de terrassement ou de compactage très

lourds circulant contre l'ouvrage,

mauvaise mise en oeuvre du remblai et compactage insuffisant, détérioration du système de drainage par
mauvaise mise en oeuvre du remblai et compactage insuffisant,
détérioration du système de drainage par les engins de chantiers.
6.3.
Causes apparaissant au cours de la vie de l'ouvrage

D'autres causes de désordres peuvent résider dans des actions postérieures à la mise en

7
7

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutène ment

service de l'ouvrage :

application en tête de l'ouvr age de surcharges non prévues, exécution de travaux ultérie urs au voisinage de l'ouvrage modifiant ses c onditions d'équilibre,

évolution des matériaux

appauvrissement du liant de mortie r) d'où augmentation de la porosité et de la s ensibilité au gel,

érosion du talus en pied de l'ouvrage par la pluie ou des cours d'eau, rupture ou fluage des tirant s, insuffisance de l'entretien p ouvant entraîner:

• le colmatage des drains, d'où aug mentation des pressions d'eau à l'arrière de l' ouvrage,

• la présence de végétation dans le s joints,

due

au

vieillissement

(décomposition

de

certaines

pierres,

due au vieillissement (décomposition de certaines pierres, 7. DESCRIPTION DES DESOR DRES de fondation, soit un

7. DESCRIPTION DES DESOR DRES

de fondation, soit un excès de pous sée,

rotation d'ensemble du mur vers l'aval qui traduit soit un taux de travail excessif du sol

rotation du mur vers l'amon t traduisant l'instabilité en profondeur du ver sant,

tassements différentiels imp ortants provoquant des fissures ou cassures

dans

l'ouvrage,

déplacements horizontaux

du parement (déversement, ventre),

affaissements localisés du t erre-plein souvent signalés par la présence de

flaques

d'eau,

débordement de l'ouvrage p ar les terrains soutenus,

 

dégradation de joints de la maçonnerie ou du béton,

éclatements de pierres,

8
8

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutène ment

armatures,

fissuration du parement, écl atement du béton pouvant entraîner le dégar nissage des

écoulement d'eau à travers le béton (présence d'efflorescences, dépôts de

calcite) ou les joints,

glissement de moellons par rapport à d'autres.

Csa 1 :

dépôts de calcite) ou les joints, glissement de moellons par rapport à d'autres. Csa 1 :

cas 2:

dépôts de calcite) ou les joints, glissement de moellons par rapport à d'autres. Csa 1 :
9
9

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement cas 3 : 10

cas 3:

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement cas 3 : 10
10
10

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement cas 4 : 8. Règles de bases: 8.1.

cas 4:

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement cas 4 : 8. Règles de bases: 8.1.

8. Règles de bases:

8.1. Au stade de la réalisation

Respecter impérativement les plans d’exécution sauf si cas de force majeure nécessitant une modification qui devra être justifiée • Soigner le drainage car c’est trop souvent l’origine de désordres :

Réaliser un massif filtrant en graviers propres derrière le mur, protégé par un anticontaminant, ou disposer un géotextile drainant conservant ses performances sous la pression de terres. Relier le précédent dispositif à un drain en pied d’ouvrage sur la face arrière (se déversant vers un exutoire) ou au réseau de barbacanes

11
11

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement

Ne pas couler la semelle en cas de forte pluie

soutènement Ne pas couler la semelle en cas de forte pluie • Préparer le sol de

Préparer le sol de fondation car c’est également une source de problèmes :

Prévoir une légère pente et une évacuation des eaux en fond de fouille pour éviter les eaux stagnantes Purger et substituer les sols médiocres (sols organiques, remblais pollués, terrains argileux humides) par des matériaux frottant et propres insensibles à l’eau (ex : grave concassée avec < 10 % de fines) Compacter soigneusement la couche de fondation à la plaque ou au cylindre

Bien phaser les terrassements :

Eviter d’ouvrir un talus très redressé en une seule fois, et privilégier des plots de terrassement de 5

ou 10 ml de longueur En saison des pluies, protéger les talus par une bâche et un fossé de collecte en tête

12
12

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement Remblayer correctement : Utiliser de préférence un matériau

Remblayer correctement :

Utiliser de préférence un matériau assez noble peu argileux pas trop humide ou trop sec. Eliminer les blocs et les matériaux de démolition Ne pas remblayer trop rapidement après bétonnage Compacter soigneusement par couches de moins de 20 cm Ne pas vibrer trop près du mur Ne pas endommager le dispositif de drainage à l’arrière du mur

Soigner de chaînage :

Respecter les nomenclatures et diamètres d’aciers, ainsi que les recouvrement

Bien respecter les épaisseurs minimales de béton autour des aciers

Respecter les encastrements

Privilégier une poutre de couronnement en tête d’ouvrage

8.2. Après la réalisation

Entretenir le dispositif de drainage :

Vérifier le bon écoulement

13
13

Chapitre 3 : Pathologie des murs de soutènement

Ne jamais rehausser ou modifier un mur de soutènement sans l’avis d’un spécialiste

Eliminer tout obstacle à l’écoulement dans les barbacanes et l’exutoire des drains

dans les barbacanes et l’exutoire des drains • Surveiller l’ouvrage : Les ouvrages poids qui ne

Surveiller l’ouvrage :

Les ouvrages poids qui ne sont pas en béton armé ont une légère déformation naturelle qui va s’acquérir pour l’essentiel pendant leur réalisation Des déformées significatives ultérieures sont souvent le témoignage de premiers désordres. Il convient de ne pas attendre pour réagir

14
14