Vous êtes sur la page 1sur 24

LE PRÉSIDENT BOUTEFLIKA REÇOIT LE DIPLOMATE ALGÉRIEN LAKHDAR BRAHIMI

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu, mercredi à Alger, le diplomate algérien et ancien ministre des Affaires étrangères, Lakhdar Brahimi. Le dernier poste occupé par M. Brahimi est celui d'envoyé des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, duquel il a démissionné fin mai 2014.

P. 24

pour la Syrie, duquel il a démissionné fin mai 2014. P. 24 DK NEWS QUOTIDIEN NATIONAL

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 19° : ALGER 24° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
19°
: ALGER
24° : TAMANRASSET
p. 2

Jeudi 15 Décembre 2016 - 15 Rabi' al-awwal 1439 - N° 1480 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-TUNISIE

ALGÉRIE-TUNISIE ALGÉRIE-NIGERIA INITIATIVE «5+5 ALGÉRIE-JAPON

ALGÉRIE-NIGERIA

INITIATIVE «5+5

ALGÉRIE-JAPON

Le Président

Le vice-président du Nigeria achève sa visite officielle en Algérie

DÉFENSE»:

tunisien

Réunion

en visite

aujourd’hui à Alger des ministres de la Défense

 

de fraternité

en Algérie

P. 24

P. 24

P. 24

3 constructeurs automobiles japonais veulent s'implanter en Algérie

P. 7

INTERPOL : DÉBUT À ALGER DES TRAVAUX DE LA 8 È RÉUNION DES CHEFS DE BUREAUX CENTRAUX POUR LA RÉGION MENA

Le SG d'Interpol met en avant le rôle de la police algérienne dans la lutte contre la criminalité

la police algérienne dans la lutte contre la criminalité Le SG d'Interpol, Jürgen Stock et le

Le SG d'Interpol, Jürgen Stock et le DG de la Sûreté nationale, le général major Abdelghani Hamel

la Sûreté nationale, le général major Abdelghani Hamel Le secrétaire général d'Interpol, Jürgen Stock, a

Le secrétaire général d'Interpol, Jürgen Stock, a mis en avant mercredi à Alger le rôle de la police algérienne dans la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes. M. Stock a précisé, à l'occasion de la tenue de la 8e réunion des chefs de bureaux centraux nationaux des pays membres d'Interpol pour la région du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord

(MENA), que sa visite en Algérie pour prendre part à cette rencontre «traduit l'intérêt accordé par son organisation au rôle de la police algérienne dans la lutte contre la crimina- lité sous toutes ses formes», soulignant «les grands efforts consentis par l'Algérie en faveur de la coopération internationale et de l'action participative». L'organisation internatio- nale de police «est engagée à travailler avec tous les partenaires parmi les Etats membres et organisations pertinentes pour faire face aux phénomènes criminels et aux menaces et

renforcer les cadres juridiques afférents à la lutte contre la criminalité», a affirmé M. Stock.

P. 6

M.LOUH DEVANT LE CONSEIL DE LA NATION :

LE MINISTRE DES FINANCES, HADJI BABAAMMI :

LUTTE ANTITERRORISTE :

«941.000 demandes

M.Messahel :

de rectification d'erreurs matérielles sur des actes d'état civil enregistrées en 2015»

«Le projet de loi sur les douanes vise à adapter la législation algérienne aux critères internationaux»

«L’engagement de l’Algérie est sans réserve en faveur de la coopération internationale»

P.p 4-5

P. 3

P. 7

SANTÉ
SANTÉ
internationale» P.p 4-5 P. 3 P. 7 SANTÉ INTESTINS IRRITABLES La faute au stress ? P.p
INTESTINS IRRITABLES La faute au stress ? P.p 12-13
INTESTINS
IRRITABLES
La faute
au stress ?
P.p 12-13

HISTOIRE

CRÂNES DE RÉSISTANTS ALGÉRIENS:

Le président du Musée de l’homme de Paris évoque la complexité du processus de restitution

P.

17

F TBALL COUPE D'ALGÉRIE (16 ES DE FINALE) 4 chocs entre pensionnaires de Ligue 1,
F TBALL
COUPE D'ALGÉRIE
(16 ES DE FINALE)
4 chocs entre
pensionnaires de
Ligue 1, Staouéli
et CAM Skikda
à l'honneur
P. 21
PROTECTION CIVILE 18 988 appels en une semaine ! P. 9
PROTECTION
CIVILE
18 988
appels
en une
semaine !
P. 9

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 15 décembre 2016 D’ EIL Horaires des prières Jeudi 15

2 DK NEWS

Jeudi 15 décembre 2016

D’ EIL

Horaires des prières

Jeudi 15 Rabi al-Awwal

Jeudi 15 Rabi al-Awwal
Jeudi 15 Rabi al-Awwal
Fajr 06:12 Dohr 12:43 Asr 15:15 Maghreb 17:38 Isha 19:03
Fajr
06:12
Dohr
12:43
Asr
15:15
Maghreb
17:38
Isha
19:03

APN Reprise des travaux en séance plénière consacrée aux questions orales

l'Intérieur et des collectivités lo- cales, - Deux (02) questions pour le ministre des Finances, - Une ques- tion (01) pour le ministre des Af- faires religieuses et des waqfs. - Deux (02) questions pour le minis- tre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, - Deux (02) questions pour le ministre de la Communication.

L'Assemblée populaire natio- nale (APN) reprendra ce matin ses travaux en séance plénière consa- crée à des questions orales adres- sées à plusieurs membres du gou- vernement, indique hier un com- muniqué de l'Assemblée. Neuf (09) questions sont été programmées pour cette plénière, à savoir: - Une question (01) pour le ministre de

à savoir: - Une question (01) pour le ministre de 4 4 AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, TOURISME

4

4

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, TOURISME ET ARTISANAT

Nouri à Annaba

DU TERRITOIRE, TOURISME ET ARTISANAT Nouri à Annaba TRAVAUX PUBLICS Boudjema Talai à Médéa Le ministre
TRAVAUX PUBLICS Boudjema Talai à Médéa Le ministre des Travaux Publics et des Transports, M.
TRAVAUX PUBLICS
Boudjema Talai
à Médéa
Le ministre des
Travaux Publics et
des Transports, M.
Boudjema Talai, ef-
fectuera aujourd’hui,
une visite de travail et
d’inspection dans la
wilaya de Médéa. Au
cours de cette visite,
le ministre supervi-
sera les dernières
opérations des tra-
vaux de jonction des
tunnels entre la
Chiffa et El-Hamda-
nia.
Météo
Max
Min
Alger
16°
09°
Oran
14°
09°
Annaba
18°
11°
Béjaïa
20°
11°
Tamanrasset
24°
09°
DGSN
Formation sur
les droits de l’Homme
dans les rangs de
la Sûreté Nationale
4
La Direction générale de la Sûreté nationale
(DGSN), depuis hier à l’institut national de la
police criminelle de Saoula (Alger), une ses-
sion de formation sur «Les droits de l’homme
dans les rangs de la Sûreté nationale». Cette
formation connaitra l’animation de plusieurs
conférences présentées par le secrétaire gé-
néral de la Commission nationale consultative
de promotion et de protection des droits de
l’homme (CNCPPDH), représentant du minis-
tère de la justice, ainsi que des cadres de la Sû-
reté nationale.

CE MATIN À ZÉRALDA 2 e session du conseil national du RND

À ZÉRALDA 2 e session du conseil national du RND Le ministre de l’Aménage- ment du
À ZÉRALDA 2 e session du conseil national du RND Le ministre de l’Aménage- ment du

Le ministre de l’Aménage- ment du territoire, du Tou- risme et de l’Artisanat, M. Abdelouahab Nouri, effec- tuera aujourd’hui, une vi- site de travail et d’inspec- tion dans la wilaya d’Annaba.

de travail et d’inspec- tion dans la wilaya d’Annaba. Le secrétaire général du Ras- semblement national

Le secrétaire général du Ras- semblement national démocratique (RND), M. Ahmed ouyahia, présidera ce matin à la mutuelle des travail- leurs de la construction de Zéralda, les travaux e la deuxième session du conseil national du parti.

LE 17 DÉCEMBRE AU BEAU FAYET

Conférence nationale des bureaux de wilayas de l’ANR

Le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), le Dr Bel- kacem Sahli, présidera samedi 17 dé- cembre à partir de 9h30 à l’hôtel Le Beau Fayet, les travaux de la conférence nationale des bureaux de wilayas.

travaux de la conférence nationale des bureaux de wilayas. COMPLEXE CULTUREL DE CHENOUA Exposition de calligraphie
travaux de la conférence nationale des bureaux de wilayas. COMPLEXE CULTUREL DE CHENOUA Exposition de calligraphie

COMPLEXE CULTUREL DE CHENOUA Exposition de calligraphie arabe

A l’occasion du Mawlid Enabawi Echarif, le Complexe culturel de l'artiste Abdelwahab Salim de Chenoua (Ti- pasa), abrite jusqu’au 17 décem- bre, une exposition de calligraphie arabe de l’artiste Mokh- tari Rahmani Ali.

calligraphie arabe de l’artiste Mokh- tari Rahmani Ali. SAMEDI 17 DÉCEMBRE AU PALAIS DE LA CULTURE

SAMEDI 17 DÉCEMBRE AU PALAIS DE LA CULTURE

Commémoration des manifestations du 11 décembre et de l’intifada

A l’occasion de la commémoration des manifestations du 11 décembre 1960 et de l’intifada palestinienne du 8 décembre 1987, le Front du change- ment, organise une conférence sur le thème, samedi 17 décembre à partir de 10h au Palais de la Culture, Moufdi-Zakaria, Alger. La rencontre sera présidée par Abdelmadjid Menasra.

La rencontre sera présidée par Abdelmadjid Menasra. SARL BRIQUETERIE TIDJELABINE Inauguration d’une nouvelle

SARL BRIQUETERIE TIDJELABINE

Inauguration d’une nouvelle unité de production

La Sarl Briqueterie Tidjelabine (Boumerdès), procé- dera dimanche 18 décembre à partir de 10h, au lance- ment de sa nouvelle unité de production de briques et de tuiles, équipée par la dernière technologie de ma- chines LINGL (leader allemand de la machinerie indus- trielle). Cette nouvelle unité dispose d’une capacité de productions de 280 000 tonnes/an et verra la création de plus de 1000 emplois directs.

DEMAIN À 10H Session ordinaire du CN de TAJ

Le président de TAJ, le Dr Amar Ghoul, présidera demain vendredi 16 décembre à partir de 10, les travaux de la session ordi- naire du Conseil national du parti.

MUSÉE NATIONAL DU MOUDJAHID Recueil de témoignages sur la guerre de libération

Le Musée national du moudjahid, orga- nise cet après-midi à partir de 14h, une ren- contre consacrée au recueil et à l’enregis- trement des témoi- gnages de moudjahidine et moudjahidate sur la guerre de libération nationale.

et moudjahidate sur la guerre de libération nationale. CE MATIN À L’INSTITUT OOREDOO Formation au profit

CE MATIN À L’INSTITUT OOREDOO

Formation au profit des journalistes

À L’INSTITUT OOREDOO Formation au profit des journalistes Ooredoo poursuit son cycle de for- mation au

Ooredoo poursuit son cycle de for- mation au profit des journalistes en or- ganisant ce matin à partir de 9h30 à l’Institut Ooredoo de Birkhadem (Route de Tixeraïne), la 60ème session sous le thème : «Vulgarisation de la technologie 4G». La formation sera as- surée par trois experts en TIC.

DEMAIN AU PARC ZOOLOGIQUE DE BEN AKNOUN

Course de sensibilisation contre le cancer de la prostate

En collaboration avec l'association sportive des médecins du grand Alger (ASMGA), l'association des urologues privés (AAUP) et le laboratoire Ipsen, l'association Nour Doha d'aide aux cancéreux orga- nise vendredi 16 décembre à partir de 8h au Parc Zoologique de Ben Aknoun, une course de sensibi- lisation contre le cancer de la prostate. Plus de 400 participants sont attendus à cette manifestation sportive qui est ouverte au grand public.

Jeudi 15 décembre 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

LE MINISTRE DE LA JUSTICE DEVANT LE PARLEMENT

La loi sur l'état civil étend les compétences de tous les tribunaux pour rectifier les erreurs

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Tayeb Louh, a affirmé mercredi à Alger, que le projet de loi sur l'état civil tendait à élargir les compétences des tribunaux afin de rectifier les erreurs sur les actes d'état civil.

Le projet de loi sur l'état civil comporte plusieurs amendements dont l'élar- gissement des compétences de l'ensemble des tribu- naux à travers le territoire national afin de pouvoir rectifier les erreurs figu- rant sur les actes d'état civil au lieu de confiner cette mission au seul tribunal où est inscrit l'acte com- portant l'erreur, a indiqué M. Louh qui présentait le projet de loi devant le Conseil de la Nation lors d'une plénière présidée par Abdelkader Bensalah, son président. Il a précisé que ce projet de texte visait «une adapta- tion au système législatif national dans son volet lié à

la modernisation des méca- nismes de gestion de la structure juridique d'une part, et l'amélioration des prestations en direction du citoyen d'autre part, à tra- vers l'utilisation des nou- veaux moyens technolo- giques et la signature élec- tronique en la matière. M. Louh a souligné à cet effet, que le texte en ques- tion tendait également à «alléger le fardeau sur le ci- toyen à l'intérieur et à l'ex- térieur du pays en lui fai- sant éviter les déplacements fréquents pour rectifier des erreurs sur les actes d'état civil et qui comptent parmi les problèmes récurrents qu'il rencontre. D'autre part, la commission des af-

qu'il rencontre. D'autre part, la commission des af- faires juridiques et admi- nistratives et des droits

faires juridiques et admi- nistratives et des droits de l'homme du Conseil de la Nation a salué dans son rapport préliminaire sur le texte, les amendements introduits notamment ceux liés à améliorer les presta- tions des structures pu-

bliques afin de lutter et d'enrayer toute forme de bureaucratie ainsi que les efforts consentis par l'Etat et le ministère de la Jus- tice pour améliorer le ser- vice public et moderniser le secteur de la justice.

M. LOUH L’A ANNONCÉ 941.000 demandes de rectification d'erreurs matérielles sur des actes d'état civil enregistrées en 2015

Le ministre de la Justice, Garde des

Sceaux a indiqué mercredi à Alger que 941.000 demandes de rectification d'erreurs matérielles sur des actes d'état civil ont été enregistrées en

2015.

M. Louh qui répondait aux ques- tions des membres du conseil de la na- tion après la présentation et le débat du projet de loi relatif à l'état civil a fait savoir que '« 941.000 demandes de rec- tification d'erreurs matérielles sur des actes d'état civil ont été enregis- trées en 2015» soulignant que les moyens de modernisation apportés par ce texte de loi étaient susceptibles de remédier à de telles erreurs. Il a mis en avant la nécessité de

prendre en charge cet aspect à l'origine par le biais de la formation et du suivi minutieux afin de réduire ces er- reurs. M. Louh a également souligné l'importance du rôle de l'état civil dans la préservation de l'identité des individus notamment pour les effets en découlant en matière d'héritage et de filiation. Selon le ministre, la plupart de ces erreurs sont d'ordre administra- tif et concernent l'ajout ou la modifi- cation d'une lettre. Les erreurs nécessitant une recti- fication judiciaire ne sont pas nom- breuses, a-t-il soutenu. Concernant les préoccupations d'Algériens nés à

l'étranger pour ce qui est du retrait de documents d'état civil M. Louh a fait état d'une coordination entre les mi- nistères de la Justice, des affaires étrangères et de l'intérieur pour la prise en charge de cette question. IL a fait savoir en outre qu'une base de données, mise en place depuis janvier 2014, et englobant les docu- ments produits par les citoyens pour se faire délivrer le certificat de natio- nalité pour la première fois, rendait possibles les autres retraits en produi- sant la carte d'identité nationale seu- lement. «Tous les moyens légaux sont disponibles pour établir la nationalité a-t-il assuré.

BEDOUI L’AFFIRMÉ À BORDJ BOU ARRERIDJ L’Etat poursuivra la concrétisation des projets de développement améliorant les conditions de vie des citoyens

Le ministre de l’Inté- rieur et des Collectivités Lo- cales, Noureddine Bedoui, a affirmé mardi à Bordj Bou Arreridj que l’Etat poursui- vra la concrétisation des projets de développement qui prennent en charge les besoins fondamentaux du citoyen et en améliore ses conditions de vie. Au cours d’une visite de travail et d'inspection dans cette wi- laya, le ministre a souligné que «l’Etat algérien poursui- vra les efforts de développe- ment dont l’impact positif se fait sentir sur la vie quoti- dienne du citoyen notam- ment en matière d’accès à l’eau, à l’électricité et au gaz naturel». Présidant la cérémonie de mise en service du projet de transfert des eaux du barrage de Tilesdit (Bouira) pour alimenter les com- munes d’Ouled Sidi Bra- him, El Mhir et Mansoura et de raccordement au réseau de gaz de ville de 1.363 foyers

de la commune d’El Main, le ministre a souligné que ces projets, difficiles (à réali- ser) au regard du relief ac- cidenté de ces régions mon- tagneuses ont pu enfin voir le jour grâce à la politique éclairé du président de la République, Abdelaziz Bou- teflika. Grâce à la politique de rétablissement et de consolidation de la paix et de la sécurité prônée par le Chef de l’Etat, ces projets prodigieux qui engagent le pays sur la voie du déve- loppement durable dans les divers secteurs ont pu voir le jour, a affirmé M. Bedoui. Le taux de raccordement au réseau de gaz de ville de la wilaya de Bordj Bou Arre- ridj en zones urbaines comme en zones monta- gneuses accidentées, limité durant les années 2000 à 30 %, dépasse désormais les 90 % actuellement, a rap- pelé le ministre qui a invité les jeunes à préserver ces ac- quis importants et s’ériger

en partenaires d’un déve- loppement durable qui per- mettra de concrétiser d’au- tres projets. Au cours de la première journée d’une visite de deux jours, le ministre a inau- guré le siège de la sûreté de daïra de Dajaâfra, distante de 45 km au Nord du chef- lieu de wilaya, et dont l’en- semble des daïras jouit dés- ormais d'une couverture sécuritaire. Le ministre de l’Intérieur et des Collectivi- tés locales a qualifié «d’en- treprises citoyennes» celles ayant pris en charge, à leur compte, la réalisation d’une voie de contournement de 4,5 km reliant les RN 5 et 106 dont il a inspecté le chantier. M. Bedoui a inauguré un lycée baptisé au nom du chahid Ahmed Bendrimiâ dans la commune de Bordj Ghedir et une unité indus- trielle de préfabriqué et de structures métallique du groupe Benhamadi dans la commune d’El Hamadia.

Le ministre a terminé la première journée de sa vi- site par l’inauguration, au centre-ville de Bordj Bou Arreridj, d’une trémie sur l’avenue Houari Boume- diene qui a été baptisée «tré- mie de la réconciliation». Le ministre poursuivra mercredi sa visite par l’inau- guration d’un complexe agroalimentaire dans la commune de Sidi M’barak et posera la première pierre pour la réalisation de deux autres complexes à Sidi M’barak et Ras El Oued. Dans cette dernière com- mune, M. Bédoui inaugu- rera également une cité de 440 logements publics loca- tifs et procédera à la distri- bution des clés à plusieurs attributaires. Le ministre clôturera sa tournée en pré- sidant à la maison de la cul- ture Mohamed Boudiaf une séance de travail avec les autorités locales, les élus et les représentants de la so- ciété civile.

Les membres du Conseil de la nation soumettent leurs préoccupations sur les procédures en matière d'état civil

Des membres du Conseil de la nation ont soumis mercredi leurs préoccupations sur le service public en matière d'état civil notam- ment pour ce qui est du retrait des documents. Lors d'une séance consacrée au débat du projet de loi relatif à l'état civil, le sénateur Abbas Bouamama a salué en ce texte, une preuve de l'intérêt que l'Etat accorde à ces citoyens. Il a fait part de la satisfaction des citoyens des grandes avancées réalisées ces dernières années par le secteur de la justice et qui se sont traduites par l'acquisition de nouvelles structures et la promul- gation de lois favorisant une meilleure prise en charge et un meil- leur accueil au niveau des guichet d'état civil. M. Bouamama a évoqué des difficultés rencontrées par les Algé- riens nés à l'étranger pour accéder au service public d'état civil. Son confrère Zoubir Touafcha est revenu pour sa part sur les dés- agréments causés aux citoyens lors du retrait de certains documents d'état civil comme l'acte de mariage de grand père préconisant des mécanismes pour faciliter cette procédure. Pour sa part, Noureddine Belatrèche a estimé que les dispositions prévues par le nouveau texte apportent des facilités en faveur du ci- toyen, signalant les difficultés rencontrées lors du retrait du certi- ficat de nationalité notamment et lors de la rectification d'erreurs matérielles sur les actes d'état civil. Le sénateur Mohamed Bentebba s'est réjoui des nouvelles dispo- sitions introduites dans le texte de loi qui contribuent, selon lui, à l'amélioration du service public. Il a exprimé une préoccupation liée à la lenteur du transfert du certificat de décès des citoyens qui décèdent à étranger.

INFRASTRUCTURES:

Un cadre réglementaire pour le Partenariat public- privé

Le ministre des Transports et des Travaux publics, Boudjemaa Talai, a indiqué mercredi que le gouvernement envisageait un ca- dre réglementaire pour trouver d'autres mécanismes de financement des projets économiques dans le cadre du Partenariat public privé (PPP). «Nous sommes en train d'adapter notre réglementation au mode du financement public privé, d'autres formes de financement seront mises en place prochainement», a-t-il avancé lors d'une émis- sion de la radio nationale. Rappelant que le recours de l'Algérie à l'endettement extérieur «est envisageable pour les projets à forte rentabilité économique», le ministre a soutenu qu'il fallait d'abord commencer par préparer la réglementation sur le Partenariat public privé avant d'établir des contrats. «Cette formule prévoit la possibilité pour les partenaires algériens ou étrangers privés et, probablement, avec des partenaires publics, de financer, réaliser, maintenir et exploiter des projets sous la conces- sion de l'Etat», a-t-il expliqué ajoutant que beaucoup de projets se- ront réalisés en dehors du financement public, à l'exemple de l'autoroute des Hauts Plateaux s'il y a preneurs. Pour rappel, le grand projet du Port centre d'El Hamdania (Cherchell), dont la mise en exploitation est prévue en 2021, est un projet qui sera réalisé avec un financement extérieur à travers un partenaire chinois. Concernant le péage pour l'usage de l'autoroute Est-ouest, M. Talai a indiqué que cette question n'était pas encore envisagea- ble puisque ce projet autoroutier n'est pas encore totalement achevé. «Il faut d'abord achever le projet et les infrastructures d'accom- pagnement qui sont en cours de réalisation pour lancer cette option de financement de l'entretien de l'autoroute», a-t-il dit en rappelant que les 84 kms restants non achevés se feront sans recours au finan- cement étranger et livrables dans un délais de dix-huit (18) mois. En outre, il a exclu l'option de l'ouverture du transport maritime au secteur privé, indiquant que la solution pour renforcer la capa- cité de l'Algérie dans ce type de transport résidait, en plus du pro- gramme du renforcement de la flotte nationale, dans la consolida- tion du partenariat étranger. «Je ne dirai pas que pour renforcer notre pavillon national, la so- lution réside dans l'ouverture au privé, mais j'ai opté pour le voie du partenariat avec plusieurs partenaires. Nous avons reçu plusieurs demandes et nous sommes en train de signer des contrats de partenariat», a-t-il relevé. Concernant le segment de la plaisance maritime, le ministre a indiqué que son département allait attribuer des agréments pour tout ce qui est marina, bateaux-restaurants et plaisance maritime. «Le texte existe et les procédures sont en cours pour le traitement des dossiers d'agréments dont deux (2) ont déjà été accordés», a-t- il fait savoir. Sur un autre plan, M. Talai a assuré que l'Etat continuerait à sub- ventionner le transport urbain mais doit penser à des sources de fi- nancement pour compenser toute baisse de subvention à l'exemple de la publicité dans les stations de métro. Pour le transport aérien, il a soutenu que l'acquisition de nou- veaux aéronefs par Air Algérie avait été bénéfique, précisant que la moyenne d'âge actuelle de la flotte est de quatre (4) ans tandis que la compagnie a augmenté considérablement sa capacité de trans- port en attendant l'ouverture prochaine de sept (7) nouvelles lignes vers l'Afrique.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Jeudi 15 décembre 2016

OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA 10 E RÉUNION DES POINTS FOCAUX DU CAERT À ALGER

Les travaux de la 10e réunion annuelle des Points focaux du Centre africain d'études et de recherche sur le terrorisme (CAERT) se sont ouverts mercredi à Alger. La réunion prévue sur trois jours sera l'occasion d'analyser l'état actuel du terrorisme sur le continent, d'améliorer la coordination dans la lutte antiterroriste et de déterminer la voie à suivre pour faire progresser les objectifs de lutte contre le terrorisme. Pour ce faire, précisent les organisateurs, des spécialistes du CAERT ainsi que d'autres experts de la lutte contre le terrorisme africains et internationaux seront invités à faire des exposés sur les événements ayant trait au terrorisme en Afrique en 2016 et leur impact sur la situation sécuritaire dans le continent. Les experts tenteront également lors des ces travaux qui se tiennent sous les thèmes: «Architecture de sécurité nationale et mécanisme anti-terroriste» et «Coopération anti-terroriste», de proposer des idées pour améliorer la coopération et la riposte face à la menace

terroriste, a-t-on également indiqué. La cérémonie d'ouverture s'est tenue en présence du Secrétaire général des Affaires étrangères, Hassan Rabhi, des institutions représentant des pays africains au CAERT, des organisations partenaires du CAERT, du Commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine (UA), Smail Chergui, du directeur du CAERT et représentant spécial de l'UA pour la coopération antiterroriste, Larry Gbevlo- LarteyEsq, et de représentants du corps diplomatique accrédité à Alger. La dernière édition de cette réunion s'était tenue à Alger le 16 décembre

2015. Le point focal est l'institution

choisie par chaque pays pour le représenter devant le Centre ouvert en octobre 2004. Cela peut être aussi les ministères de l'Intérieur, de la Défense ou des Affaires étrangères des pays membres. L'Union africaine (UA) avait créé le CAERT, dont le siège se trouve à Alger, pour coordonner les efforts individuels et collectifs (entre pays d'Afrique) pour faire face à la menace terroriste, en émettant des recommandations. L'objectif étant aussi d'échanger des informations sur les mouvements des groupes terroristes, l'assistance judiciaire mutuelle et l'échange d'études et d'expertises.

LUTTE ANTITERRORISTE :

M. Messahel : «L’engagement de l’Algérie est «sans réserve» en faveur de la coopération internationale»

réserve» en faveur de la coopération internationale» L’engagement de l’Algérie dans la lutte contre le

L’engagement de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme est «sans réserve» en faveur de la coopération internationale, a affirmé le ministre des Affaires maghrébines et africaines et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, dans une inter- view à Arabies. «Aujourd’hui, notre engagement est sans réserve en faveur de la densification de la coopé- ration bilatérale, régionale et interna- tionale autour de la question de la lutte contre le terrorisme», a-t-il dit dans une interview accordée au men- suel Arabies qui publie un spécial Algérie, exprimant le souhait du gou- vernement et peuple algériens «qu’aucun pays ne connaisse la tragé- die que l’Algérie a vécue et cela ne peut se réaliser qu’à travers la mise en £uvre de cette coopération». «La victoire remportée par l’Algérie sur le terrorisme est une autre raison pour rester attentif à ce qui se passe dans notre environne- ment géopolitique immédiat et loin- tain aussi. C’est pourquoi la priorité est toujours accordée, au plan interne, à un haut niveau de vigilance de la population et des services de sécurité, et au plan extérieur, à la densification de coopération dans les différents domaines et avec le plus grand nom- bre de partenaires, pays comme orga- nisations régionales et internatio- nales», a-t-il expliqué. Rappelant la décennie douloureuse du terrorisme

en Algérie et le lourd bilan en pertes humaines et des destructions incom- mensurables dans le domaine écono- mique «se chiffrant en milliards», le ministre a souligné la constance de l’effort de l’Algérie en matière de lutte contre le terrorisme en se déployant «très tôt» sur différents fronts à tra- vers plusieurs initiatives régionales et internationales «visant à l’émergence d’une stratégie et ripostes internatio- nales pour faire face à une menace elle-même mondiale». Il a tenu à rap- peler également que l’Algérie a livré «seule» la guerre à l’hydre terroriste «dans un contexte mondial fait d’in- différence et même d’accusations infondées à l’endroit des forces de sécurité au drame imposé au peuple algérien par cette nouvelle forme de criminalité, pourtant transnationale, qui a drapé ses objectifs par la reli- gion», faisant observer que le prix payé à l’agression terroriste est «très élevé». Au sujet de la politique algérienne de déradicalisation, Messahel a expli- qué qu’elle portait sur tous les sec- teurs d’activités et «ne se limite pas à la récupération, la réhabilitation et la réintégration dans la société des per- sonnes impliquées à différents degrés dans des activités liées au terrorisme». «Il s’agit d’une approche globale qui consiste à lutter contre les fac- teurs potentiels de marginalisation, de vulnérabilité et de fragilisation des

individus au sein de la société, et qui se fonde sur une démarche inclusive aux plans politique, économique, social, culturel, cultuel», a-t-il pré- cisé, soulignant que «cette stratégie a été portée et mise en £uvre à un dou- ble niveau par toutes les institutions de la République et dans tous les sec- teurs d’activités avec l’appui des orga- nisations citoyennes et les citoyens eux-mêmes». Il a expliqué qu’elle a consisté à appuyer les efforts de lutte contre le terrorisme menés par l’Armée nationale populaire et les ser- vices de sécurité «à travers une démarche d’isolement des groupes terroristes, en offrant des perspec- tives aux jeunes pouvant être poten- tiellement tentés par le discours extrémiste, ainsi qu’à ceux qui ont été entraînés dans l’aventure terroriste et qui ont décidé de se repentir et de se réinsérer dans la société», faisant remarquer que, d’autre part, «elle se situe dans le long terme, en s’inscri- vant dans une logique de prévention et de lutte contre les causes de la radi- calisation dans une démarche pluri- disciplinaire, politique, sociale et cul- turelle toujours inclusive». «De fait, elle se fonde sur la conviction que la voie sécuritaire ne peut à elle seule prévenir et éliminer le phénomène du terrorisme et que son éradication dans les comportements nécessite, aussi et surtout, l’adhésion citoyenne», a-t-il soutenu.

Messahel : La situation d'instabilité politique et sécuritaire de la Libye «nous préoccupe au plus haut niveau»

La situation d'instabilité politique et sécuritaire pré- valant en Libye «nous préoc- cupe au plus haut niveau», a indiqué le ministre des Affaires maghrébines et afri- caines et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, dans une inter- view au mensuel Arabies. «La situation d'instabilité politique et sécuritaire qui prévaut dans la Libye voisine nous préoccupe au plus haut niveau», a-t-il dit, soutenant qu'il «en est de même de la présence des groupes terro- ristes». Il a précisé dans ce contexte que l'Algérie œuvre avec l'ensemble des pays voi-

tion avec les Nations unies, «à l'avènement rapide d'une solution politique entre les seules forces politiques libyennes sans ingérence extérieure ni intervention étrangère de quelque nature qu'elle soit». Le ministre a estimé que c'est l'absence d'autorité et d'institutions «légitimes, fortes et justes», qui joue «en faveur» des groupes terroristes et de l'ex- pansion de leurs activités criminelles, soulignant «l'urgence pour la Libye de disposer d'un gouverne- ment central à même de conduire la lutte contre les groupes terroristes qui se

Par ailleurs, il a indiqué que le nombre de ressortissants algériens actuellement pré- sents dans les zones de conflits, selon les estima- tions de différentes sources, à «quelques dizaines», dont l'écrasante majorité «sont des binationaux partis de leurs pays de résidence, et pour certains de naissance et non d'Algérie». Dans ce contexte, a-t-il expliqué, les services de sécurité algérienne ont mis en place des dispositifs de surveillance des postes fron- taliers de nature à «détecter les candidats potentiels, l'ob- jectif prioritaire étant d'évi-

dent, en premier lieu, sur les théâtres de conflits et com- mettent ces nouvelles infra- ctions à la loi». Il a soutenu que l'Etat algérien a été parmi «les premiers au monde» à adopter une légis- lation qui sanctionne «sévè- rement» l'engagement de ressortissants algériens dans des activités terroristes à l'étranger. «Ce dispositif a été renforcé par de nouvelles dispositions inspirées de la résolution 2178 du Conseil de sécurité des Nations unies portant justement sur la lutte contre ce fléau de combattants terroristes étrangers», a-t-il ajouté.

sins de la Libye, en coordina-

trouvent sur son territoire».

ter que ces jeunes se ren-

APS

Jeudi 15 décembre 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS 5

OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA 10 E RÉUNION DES POINTS FOCAUX DU CAERT À ALGER

M. MESSAHEL :

«L'Algérie veut consolider un islam de dialogue et d’ouverture sur le monde et la modernité»

L'Algérie, dans sa nouvelle

architecture d'organisation de

la question religieuse, veut conso-

lider un islam de dialogue et d'ouverture sur le monde et la modernité, a indiqué le ministre des Affaires maghrébines et afri- caines et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel. «Il s'agit (à) de réhabiliter l'is- lam traditionnel bâti sur la tolé- rance et la fraternité.

L’action du gouvernement tend à consolider cet islam de dia- logue et d'ouverture sur le monde

et la modernité et à s'attaquer du-

rablement à la matrice idéolo-

gique du terrorisme», a affirmé

le ministre dans une interview au

mensuel Arabies qui publie un spécial Algérie. Il a expliqué que, dans cet objectif, un en- semble de mesures à long terme

a été mis en £uvre, citant, entre

autres, «la formation des imams,

y compris femmes, le rétablisse-

ment de la mosquée dans sa mis- sion originelle de centre de rayonnement de la modération et de la tolérance, la centralisation de l'institution de la fetwa, la ré- habilitation des zaouias (centres spirituels et sociaux), le déve- loppement d'un contre-discours

qui valorise l’islam tolérant et dis- crédite l’extrémisme religieux

et politique, la création en cours

religieux et politique, la création en cours d'un Observatoire de l’extré- misme religieux ainsi

d'un Observatoire de l’extré-

misme religieux ainsi que d’une Académie du Fiqh». «Cette nou- velle architecture d’organisation

de la question religieuse sera couronnée par la construction en cours de la Grande Mosquée d'Al- ger (Djamaâ el Djazaïr) qui sera un centre de rayonnement mon-

dial d’un islam de tolérance et de modération», a-t-il ajouté, no-

tant que la stratégie globale du gouvernement «vise à mettre, en Algérie, la religion musul- mane, l’islam de nos ancêtres, ainsi que notre jeunesse, à l’abri des manipulations et autres ins- trumentalisations à des fins nui- sibles à la religion elle-même, à l’identité nationale, à la cohé- sion du peuple et à la stabilité et la sécurité du pays». Par ail-

leurs, le ministre a souligné dans

sa politique de déradicalisation, l’Algérie accorde une «grande importance» à la communica- tion et «£uvre à la refonte des textes législatifs et réglemen- taires et à la mise en place d’ins- titutions de régulation». Pour lui, l’Etat de droit, la bonne gouvernance, la justice sociale, la démocratie participa- tive et inclusive, le respect et la promotion des droits de l’homme, ainsi que la lutte contre les fléaux sociaux «sont autant de leviers qui contribuent à la lutte contre l’enracinement des dis- cours extrémistes et contre le terrorisme», soutenant que c'est l'absence de démocratie qui «per- met aux logiques de l'exclusion et aux discours uniques de s'impo- ser, y compris par la violence et la terreur».

M. HASSANE RABEHI SG DES MAE :

«La sécurité du Sahel est une partie intégrante de la sécurité régionale et internationale»

La sécurité du Sahel est considérée comme

pays de la région doi- vent conjuguer leurs

munauté internationale

mobilise d'énormes ressources pour sécuri-

des représentants des institutions de pays afri-

partie intégrante de la sécurité régionale et in- ternationale par l'Algé- rie qui appelle les pays de la région à conju- guer leurs efforts dans

efforts dans le cadre de l'Union africaine (UA) exigeant la mobilisa- tion de la solidarité ac- tive de toute la com-

ser l'ensemble de ses frontières dans la lutte qu'elle mène contre les résidus du terrorisme sur son territoire», ajoutant qu'elle « en-

cains au CAERT, des or- ganisations partenaires du CAERT, du Commis- saire à la paix et à la sé- curité de l'Union afri- caine (UA), Smail Cher-

le

cadre du respect de la

dans le strict respect de

tretient des relations

gui, du directeur du

souveraineté, l'indé- pendance, l'unité et les choix des pays, a af- firmé mercredi à Alger

la souveraineté, l'indé- pendance, l'unité et les choix librement expri- més par les pays

avec certains pays voi- sins et ne ménage au- cun effort pour renfor- cer la coopération ré-

CAERT et représentant spécial de l'UA pour la coopération antiterro- riste, Larry Gbevlo-Lar-

le

ministère des Affaires

Secrétaire général du

est partie intégrante de

concernés», a insisté M. Rabehi.

gionale contre la me- nace terroriste».

teyEsq et de représen- tants du corps diplo-

étrangères, Hassane

A

cet égard, le secré-

«L'Algérie mesure

matique accrédité à Al-

Rabehi. «L'Algérie considère que la sécurité du Sahel

taire général du minis- tère des Affaires étran- gères, a estimé qu'«il est important que les

l'importance des efforts qui doivent continuer d'être consentis inlassa- blement à l'échelle in-

ger. La 10e réunion des points focaux du CAERT est prévue sur

la

sécurité régionale et

ternationale, régionale

trois jours.

internationale. Sa préservation in- terpelle les pays de la région», a déclaré M. Rabehi à l'ouverture de la 10e réunion des points focaux du Centre africain d'études et de recherche sur le terro- risme (CAERT) tenue à Alger. Compte tenu des contrecoups de la jonc- tion du terrorisme et du crime transnational que subit la région du Sahel sous différentes

les kidnappings contre

efforts bilatéraux, ré- gionaux et internatio- naux visant à créer des plateformes de coopé-

ration judiciaire, de sé- curité et d'échanges d'expériences, d'infor- mations et de bonnes pratiques dans la lutte contre ce fléau soient encouragés» dans le ca- dre des travaux de cette rencontre sous les thèmes: «Architecture de sécurité nationale et mécanisme anti-terro- riste» et «Coopération anti-terroriste».

et nationale en vue de s'adapter pour mieux combattre le phéno- mène de radicalisation, d'extrémisme violent ainsi que la menace des terroristes étrangers», a-t-il soutenu. Pour M. Rabehi «la mise en place du méca- nisme CAERT par l'UA atteste de l'urgence de renforcer la coopéra- tion régionale dans ce domaine et l'adoption de recommandations concrètes visant à lutter

La dernière édition s'était tenue à Alger le 16 décembre 2015. L'Union africaine (UA) avait créé le CAERT, dont le siège se trouve à Alger, pour coordonner les efforts individuels et collectifs (entre pays d'Afrique) pour faire face à la me- nace terroriste, en émettant des recom- mandations. L'objectif étant aussi d'échanger des infor- mations sur les mouve-

formes à savoir: le trafic

Il

a, à cette occasion,

contre la menace terro-

ments des groupes ter-

de drogues et d'armes,

rançon ainsi que la mi- gration illégale, «les

souligné l'apport et la contribution sécuritaire de l'Algérie qui «déploie

d'importants efforts et

riste». La cérémonie d'ou- verture s'est tenue en présence de M. Rabhi,

roristes, l'assistance ju- diciaire mutuelle et l'échange d'études et d'expertises.

L'expérience algérienne mise en exergue

Les points focaux représentant les pays africains au Centre africain d'études et de recherche sur le terrorisme (CAERT) ont souligné mercredi à Alger, que l'expérience algérienne en matière de lutte contre le terrorisme demeurait un exemple à suivre pour faire face à ce phénomène transfronta- lier. «L'expérience algérienne en matière de lutte contre le terro- risme peut inspirer nombre de pays qui luttent contre ce phéno- mène», a indiqué le point focal du Burkina Faso auprès du CAERT, le commissaire de police, Diao Moussa en marge de la 10e réunion des Points focaux du CAERT. «En Algérie on n'en parle plus de terrorisme ni d'attentats de- puis 1994, ce qui peut faire de l'ex- périence algérienne un cas d'école en la matière. Nul pays n'est en mesure de lutter seul contre le terrorisme même les grandes puis- sances», a-t-il souligné. Il a en ou- tre estimé que l'Algérie est devenue une «plaque tournante» de l'échange et de rencontres du fait qu'elle abrite les sièges de l'Unité des fusions et des liaisons (UFL), du CAERT et celui de l'AFRIPOL. De son coté, le point focal de la Côte

d'Ivoire, le Colonel Ouattara, a in- diqué s'intéresser autant à l'ex- périence algérienne en matière de lutte antiterroriste. «Nous échangeons beaucoup avec nos partenaires en Algérie et nous profitons de leur expérience, et je pense que cela, a permis à notre pays d'être aguerri», a-t-il dit. Aussi, ajoute-t-il, «les actes ter- roristes ayant frappé la Côte d'Ivoire, était l'occasion pour no- tre pays de revoir notre stratégie pour se préparer à toute éventua- lité». Pour le représentant ivoirien, la réunion annuelle des Points focaux CAERT est «un élément assez es- sentiel pour tous les pays par ce que elle permet aux points focaux de se rencontrer pour certains se connaître et mettre en place une collaboration quotidienne jour- nalière qui assure l'échange en temps réel autour des différents problèmes qui minent nos pays». Le point focal est l'institution choisie par chaque pays pour le re- présenter devant le Centre ouvert en octobre 2004. Cela peut être aussi les minis- tères de l'Intérieur, de la Défense ou des Affaires étrangères des pays membres.

LIBYE :

L'Algérie accueillera un atelier de travail sur la situation sécuritaire et la lutte anti-terroriste fin décembre (CAERT)

Le directeur du Centre afri- cain d'études et de recherche sur le terrorisme (CAERT), Larry Gbevlo-Lartey Esq, a annoncé mercredi à Alger la tenue fin dé- cembre d'une réunion sur la Libye, en vue de trouver des solutions à la situation sécuritaire dans ce pays. «La réunion qui se tiendra au siège du CAERT, a pour objectif de trouver des solutions à même d'éviter que la menace terroriste ne se propage aux autres pays de la ré- gion», a déclaré M. Gbevlo-Lartey à l'ouverture de la 10e réunion des points focaux du CAERT tenue à Alger. Cette réunion qui se tient sous forme d'ateliers de travail, «verra la participation de l'ensemble des pays ayant des frontières com- munes avec la Libye pour les asso- cier à la recherche de l'origine du problème et à la quête des solu- tions», a ajouté le responsable du CAERT. Le directeur du CAERT a, en ou- tre, souligné que «la situation en Libye est placée au centre des préoccupations de l'UA et des pays frontaliers», appelant tous les Etats «à poursuivre leurs efforts dans la lutte anti-terroriste et l'extrémisme violent étant les premiers respon- sables». «Notre objectif au- jourd'hui est d'élaborer des re- commandations au plan de pré- vention des violences et de l'extré- misme, qui devront être approu- vées par le Conseil de sécurité, je pense que nous sommes sur la bonne voie», a-t-il poursuivi. Il a notamment mis l'accent sur «la nécessité d'étudier et d'an- ticiper les ramifications d'un éven-

tuel renversement de la situation aux Etats membres de l'UA voisins de la Libye, en mettant un méca- nisme adéquat dans la coopération

de lutte anti-terroriste à travers des moyens importants pouvant ré- pondre convenablement à la me- nace terroriste et à la stabilité des pays». M. Gbevlo-Lartey a précisé que «ces travaux se poursuivent dans le cadre du soutien des initia- tives déjà en cours prises par le Dé- partement de la paix et de la sécu- rité sous la direction compétente du Commissaire, l'Ambassadeur Smail Chergui dans la recherche sur la situation en Libye». Il a également évoqué la question de l'auto-assistance, un phénomène croissant des communautés mena- cées par les groupes extrémistes et que recourent à l'armement de leurs propres milices pour se dé- fendre, précisant que M. Chergui

a chargé de mener une enquête et étude sur ce phénomène et de soumettre un Rapport d'ici fé-

vrier. Regrettant la persistance de

la menace terroriste transnationale

malgré la mise en place de méca- nismes de lutte, le directeur du CAERT a insisté sur «l'importance

d'identifier les priorités et le par- tage des expériences lors de cette rencontre». Par ailleurs, M. Gbevlo-Lartey

a saisi l'occasion pour relever cer- taines priorités urgentes, comme

la création d'une bibliothèque ap-

propriée pour la Recherche et étude, la construction d'une salle de conférence du CAERT, et soute- nir le travail sur terrain en fournis- sant des installations de recherche modernes.

APS

6 DK NEWS

COOPÉRATION

Jeudi 15 décembre 2016

Le vice-président du Nigeria effectue une courte visite à Alger-centre

Le vice-président du Nigeria, Yemi Osinbajo,

a effectué mercredi après midi une courte visite

à Alger-centre durant laquelle il s’est rendu dans

une boutique d’artisanat traditionnel, située Place Maurice Audin. Le vice-président nigérian était accompagné du ministre d'Etat, ministre des Affaires étran- gères et de la Coopération internationale, Ram- tane Lamamra qui lui a donné des explications sur les articles traditionnels agrémentant le ma- gasin. Visiblement intéressé par l’aspect esthé- tique et la qualité artistique des produits expo- sés, M. Osinbajo a pu avoir un aperçu sur les dif- férents métiers qui font la richesse et l’au- thenticité de l’artisanat algérien: de la tapisse- rie de Tlemcen (ouest), à la maroquinerie tar- guie (sud) en passant par la dinanderie de Constantine (est) ou encore le bijou d’argent de Kabylie (centre). Les différents étalages de ce commerce, géré par un passionné de l’art, lui ont permis, par la même occasion, de prendre connaissance du savoir-faire et de la dextérité reconnus des artisans algériens. L’hôte de l’Algérie a quitté la boutique acha- landée, pour regagner l’aéroport Houari Bou-

mediene, en emportant avec lui quelques sou- venirs qui lui rappelleront la variété et le raffi- nement du patrimoine artisanal du pays. Après cette visite touristique dans la capitale, M. Osinbajo a quitté Alger après une visite of- ficielle de deux jours, dans le cadre du renfor- cement des relations d'amitié et de fraternité, durant laquelle il a été reçu, par le président de

la république Abdelaziz Bouteflika. Il a été sa-

lué à l'aéroport international Houari Boume- diene, par le Premier ministre, Abdelmalek Sel-

lal et des membres du gouvernement.

Le vice-président du Nigeria visite la ferme des frères Bellat de Boufarik

Le vice-président du Nigeria, Yemi Osinbajo,

a visité mercredi la ferme des frères Bellat de

Boufarik, dans la wilaya de Blida, où il s’est en- quis du processus de production. Le vice- président nigérian, accompagné du ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra et du ministre de l'Agriculture, du Dé- veloppement rural et de la Pêche, Abdesselam

Chelghoum, a été accueilli par les autorités lo- cales. Sur place, l’hôte de l’Algérie a visité les dif- férents pavillons de la ferme, avant de suivre un exposé sur le processus de production, en commençant par l’éclosion des œufs de poulets, jusqu’à la phase d’abatage et de nettoyage. Durant son exposé, le Président directeur gé- néral (PDG) du complexe Bellat, Lakhdar Bel- lat, a exprimé son souhait d’investir les marchés nigérian et africains. La ferme des frères Bellat est une filiale du complexe Bellat, spécialisé dans

la production et la commercialisation des pro-

duits carnés. Selon les explications fournies sur place, la SARL- CVA Bellat, spécialisée dans la produc-

tion et la commercialisation des produits car-

a été créée en

1970, avec 36 employés, assurant une produc- tion d’une tonne/J. Aujourd’hui, grâce aux dif- férents mécanismes de soutien à l’investisse- ment productif mis en place par l’Etat, dans le cadre du programme présidentiel, ce com- plexe emploie un millier de travailleurs. Il compte, en outre, six (6) sociétés de fabri- cation de différents produits (œufs, poulets, viandes blanches, cachir, margarine Grace à une plate-forme de production lui ayant permis une autonomie de financement des matières premières de toutes ses filiales, ce complexe leader dans son domaine couvre un taux de 10% des besoins nationaux en pro-

nés (Cachirs, pâtés rôtis fumés

),

duits carnés et dérivés, tout en s’apprêtant, ac- tuellement, à s’orienter vers l’exportation. Le vice-président nigérian est arrivé, mardi

à Alger, pour une visite officielle de deux jours dans le cadre du renforcement des relations d'amitié et de fraternité, entre les deux pays.

INTERPOL

8 ème réunion à Alger des chefs de bureaux centraux pour la région MENA

à Alger des chefs de bureaux centraux pour la région MENA Les travaux de la 8ème

Les travaux de la 8ème réunion des chefs de bureaux centraux nationaux des pays membres d'Interpol pour la région du

Moyen Orient et d'Afrique du Nord (MENA), ont débuté mercredi à Alger.

Les différentes questions liées à la crimi- nalité transfrontalière émergente ainsi que lesnouvellesmenacescriminellesqueconnaît spécifiquement la région, comme le terro- risme, le cybercriminalité, le trafic de migrants et le trafic illicite de drogues, figurent au menu de cette rencontre. Il sera également question de l'examen des modes et moyens tech- niques appropriés tendant à développer la coo- pération policière internationale sous les

auspices d'Interpol et permettant de fournir

uneréponseadéquateauxnouveauxdéfiscri- cièresrégionales,notammentAfripol.Lestra-

vaux de cette réunion seront sanctionnés par l'adoption de recommandations portant renforcement de la présence réelle des bu- reaux centraux nationaux de la région MENA

au sein d'Interpol, l'amélioration de leurs stan- dards de fonctionnement et la conception de modes pour le renforcement de la coopéra- tion policière à différents niveaux.

aborderontl'initiatived'Interpol2020,quivise

forme avec l'apparition d'organisations poli-

minels. Dans le même cadre, les participants

une «réforme approfondie» des volets relatifs

à la bonne gouvernance, aux partenariats stra- tégiques et aux technologies innovantes, en fonction de la nouvelle architecture poli- cière mondiale qui commence à prendre

Le secrétaire général d'Interpol met en avant le rôle de la police algérienne dans la lutte contre la criminalité

Le secrétaire général d'Interpol, Jürgen Stock, a mis en avant mercredi à Alger le rôle

de la police algérienne dans la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes.

M. Stock a précisé, à l'occasion de la tenue

de la 8e réunion des chefs de bureaux centraux nationaux des pays membres d'Interpol pour la région du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (MENA), que sa visite en Algérie pour prendre part à cette rencontre «traduit l'inté- rêt accordé par son organisation au rôle de la police algérienne dans la lutte contre la cri- minalité sous toutes ses formes», soulignant «les grands efforts consentis par l'Algérie en faveur de la coopération internationale et de l'action participative».

L'organisation internationale de police «est engagée à travailler avec tous les parte- naires parmi les Etats membres et organisa- tions pertinentes pour faire face aux phéno-

mènes criminels et aux menaces et renforcer

les cadres juridiques afférents à la lutte contre la criminalité», a affirmé M. Stock. Cette dé- marche «implique à tous les organes de po- lice d'oeuvrer à la conjugaison et à la coordi- nation des efforts en toute neutralité», a-t-il ajouté, précisant qu'Interpol «porte attention

à la région MENA qui est en proie à la cyber-

criminalité, au terrorisme, à la traite d'être hu- mains et au trafic de drogue». Pour le secré- taire général d'Interpol, les bureaux cen- traux des pays membres jouent un rôle ma-

jeur dans «l'enrichissement et l'exploitation de la base de données et l'échange d'informa- tions utiles à la lutte contre la criminalité». M. Stock a indiqué, en outre, que l'Algérie comp- tait parmi les Etats qui «utilisent à bon escient cette base de données informatique», souli- gnant que l'organisation internationale de po- lice«encouragecettelargeutilisation,ainsique l'échange d'informations entre les Etats membres». Il a mis l'accent, par ailleurs, sur «l'importance de la formation spécialisée

assurée par l'organisation en collaboration avec différents pays, l'Algérie en tête», appe- lant tous les Etats à «consentir davantage d'efforts pour lutter contre la criminalité et contrer les menaces qui guettent la région»

La réunion des bureaux centraux de la région MENA d'Interpol à Alger va aborder la feuille de route 2022

La réunion des bureaux centraux d'Interpol (l'Organisation inter- nationale de police criminelle) des pays du Moyen-orient et de l'Afrique du Nord, qui débutera mercredi à Alger se penchera essen-

tiellement sur la feuille de route d'Interpol à l'horizon 2022, a indiqué mardi le directeur général de la Sûreté nationale, le général major Ab- delghani Hamel. «Le thème principal de la réunion, prévue à partir de mercredi, des bureaux centraux d'Interpol des pays du Moyen-orient et de l'Afrique du Nord sera sur la feuille de route 2022 d'Interpol», a déclaré à la presse M. Hamel à l'issue de l'audience qu'il a accordée au Secrétaire général d'Interpol, Jürgen Stock.

M. Hamel a souligné avoir abordé avec M. Stock «la coopération en-

tre l'Algérie et l'Interpol et les possibilités de consolider cette coopé-

ration», ajoutant «avoir évoqué également les dangers ainsi que les dé- fis que l'Algérie et Interpol doivent relever». Pour sa part, M. Stock a indiqué, que la rencontre «va permettre de renforcer notre coopéra- tion avec l'Algérie en identifiant les crimes émergents et les méthodes d'y faire face à travers une stratégie de lutte dans la région et même

au delà». Le responsable d'Interpol a estimé que le réunion d'Alger «sera une opportunité de parler des expériences en matière de menaces et des bonnes pratiques de lutte contre le crime organisé, la cybercri- minalité, le terrorisme et la traite des personnes». Il a relevé, par la même occasion, que l'Algérie «a développé beaucoup d'outils en matière de lutte contre le crime transfrontalier», estimant que l'expérience algé- rienne sur ce terrain «est très bénéfique pour d'autres pays de la ré- gion». Quinze Etats vont prendre part aux travaux de la 8e réunion des bureaux centraux de la région MENA d'Interpol au cours de laquelle seront abordés les sujets liés aux crimes transfrontaliers, le crime or-

Des

ganisé, le trafic des stupéfiants, la cybercriminalité, le terrorisme

organisations régionales, dont le Conseil des ministres arabes de l'In- térieur (CMAI), l'Université arabe Nayef des sciences sécuritaires, le Secrétariat général du conseil des Etats du Golfe participent à cette réu- nion. En marge de l'audience, le SG d'Interpol a été honoré par le di- recteur général de la Sûreté nationale et les deux responsables se sont échangés des plaques commémoratives.

L'Algérie prône une action participative coordonnée face à la criminalité et aux défis sécuritaires

Le directeur de la police judiciaire à la di- rection générale de la sûreté nationale (DGSN), Ali Ferrag a appelé mercredi à Alger à une ac- tion participative coordonnée à même de fa- voriser le développement d'une vision globale unifiée face à la criminalité et aux défis sécu-

ritaires. «Face aux défis de la criminalité et aux enjeux sécuritaires qui constituent une nou- velleréalité,nousdevonsprivilégieruneaction

participative coordonnée de nature à favoriser

le développement d'une vision globale et uni-

fiée appuyée sur

qui englobe tous les niveaux règlementaire,

stratégique, opérationnel et juridique», a sou- tenu M. Ferrag qui représentait le DGSN Ab- delghani Hamel à la 8e réunion des chefs de bu-

Moyen-

Orient et d'Afrique du Nord (Mena).

de

«grandes avancées» dans la lutte contre diffé- rentes formes de crimes transnationaux, no-

tamment le terrorisme, n'a eu de cesse et ne ces-

pour

sera jamais, de

contribuer à la consolidation de la sécurité et de la stabilité qui s'imposent comme une exi- gence pour la communauté de police interna- tionale y compris au sein d'Interpol. L'Algérie s'est lancée dans la mise en oeu- vre de la stratégie arrêtée par la DGSN consis- tant en des plans d'action d'une efficacité avé- rée qui lui ont permis de préserver les priori- tés sécuritaires nationales tout en joignant ses efforts à ceux d'Interpol dans le domaine de la

lutte contre le crime organisé et le terrorisme,

reaux de

une approche commune

l'Interpol de

la région du

l'Algérie

qui

déployer des

Il

a ajouté que

a réalisé

efforts

a-t-il poursuivi. «Consciente de la nécessité d'in- tensifier la coopération internationale et la coor-

dination permanente dans

le domaine de

l'échange d'informations et d'expertises au ni- veau bilatéral ou multilatéral sous la supervi-

sion de l'Interpol, la DGSN a assigné au bureau

rôle pivot en

central national-Interpol, un

matière d'échange de

données criminelles,

d'appui aux investigations criminelles et de ren- forcement des capacités opérationnelles. LaDGSNatoujoursétésoucieused'associer ses partenaires dans le cadre des rencontres in-

particulièrement

celles liées à la planification stratégique, au trai- tement des données, la cybercriminalité et le fondement juridique de la notice rouge de cette organisation internationale de la police, outre leur participation efficiente en tant que délé- gués aux travaux du comité exécutif d'Interpol. Il a fait savoir que ces activités ont été sanction- nées par l'élection, par l'assemblée générale d'Interpol, d'un expert de la sûreté nationale spécialisé dans le traitement des données in- formatiques au sein du comité de contrôle des archives. Il a assuré dans le même contexte que la coopération policière par le canal d'Interpol était un impératif incontournable de même que la conjugaison des efforts constituait le moyen idoine de faire face aux défis qui se posent ac- tuellement à la région à l'image des crimes du terrorisme, la cybercriminalité, et le trafic il- licite de drogue. M. Ferrag s'est par ailleurs dit convaincu que

la promotion d'un

de coopération

ternationales

d'Interpol

modèle

policière internationale empreint de transpa-

termes

rence et

d'échanges rapides et sécurisés des informa- tions, d'expertises et d'expériences, de renfor- cement des capacités opérationnelles et de l'ap- pui logistique au profit des services concernés

ce

qui

en découlerait en

par l'application de la loi, constitue en soi la ré- ponse la plus appropriée contre le crime orga- nisé sous toutes ses formes. La lutte contre le

crime transnational d'une

manière indivi-

duelle et isolée reste inopportune, a-t-il encore estimé soulignant devrait élargir ses champs

d'activité

concernées en vue du renforcement des capa- cités scientifiques, techniques et opération- nelles de la ressource humaine en tant qu'élé- ment fondamental dans la détermination des priorités sécuritaires à différents niveaux et la

concrétisation de la stratégie de lutte contre la criminalité. L'analyse du contexte sécuritaire

actuel aux

et international

donneàconclurequelescrisessécuritairesin-

ternes que connaissent certains pays de la ré-

gion associées aux effets néfastes de la mondia- lisation en l'absence d'un bonne gouvernance

et les implications du terrorisme international

sont à l'origine des défis criminels aussi éten- dus que complexes, qui se posent à la région,

a soutenu le responsable de la police judiciaire

à la DGSN. Selon M. Ferrag, les efforts consen- tis par la communauté internationale pour re-

médieràcettesituationn'ontpasatteintslesré-

sultats escomptés et «les peuples de ces pays res- tent les otages d'intérêts stratégiques qui ont primé sur la dimension humaine». La région Mena enregistre un regain des ac- tivités terroristes et un élargissement des ré- seaux criminels et terroristes qui ont trouvé dans les territoires des pays de cette région un refuge impliquant un défi majeur pour leur sé- curité et leur stabilité et celle du monde entier, a-t-il conclu.

APS

les instances

et impliquer toutes

plans régional

Jeudi 15 décembre 2016

ÉCONOMIE

DK NEWS 7

PÉTROLE:

La hausse attendue des prix poussera des pays non-Opep à augmenter leur production

La perspective de prix du pétrole plus éle- vés en 2017 devrait pousser certains pays ex- térieurs à l'Organisation des pays exporta- teurs de pétrole (Opep) à pomper plus de brut qu'anticipé l'an prochain, a avertit mer- credi l'organisation dans son rapport men- suel. La production de ces pays devrait croître de 0,30 million de barils par jour (mbj) pour atteindre 56,50 mbj l'an prochain, après un repli de 780.000 barils par jour à 56,20 mbj. «Cela s'explique principalement par des attentes plus élevées en matière de prix pour 2017», a expliqué l'organisation basée à Vienne. Les principaux contributeurs à cette hausse seront le Brésil, le Kazakhstan et le Canada, qui compenseront des replis aux Etats-Unis, en Chine, en Colombie ou au Mexique, même si ces prévisions restent gre- vées par de nombreuses incertitudes, comme le rythme de la croissance économique ou l'évolution effective des prix. Les cours du brut ont déjà amorcé une forte remontée depuis l'annonce, le 10 dé- cembre, d'un accord entre l'Opep et 11 pays hors Opep, dont la Russie mais pas les Etats- Unis, le Canada et le Brésil, pour limiter leur production. L'Opep s'est fixée un objectif de produc- tion de 32,5 mbj à compter de janvier, tandis que ses pays partenaires devraient réduire leur production de 558.000 barils par jour. Ces efforts sur la production devraient contribuer au «rééquilibrage du marché pétrolier au second semestre de 2017», selon le rapport. Entretemps, la production mondiale a continué d'augmenter en novembre pour s'élever à 96,84 mbj, soit 0,53 mbj de plus par rapport au mois précédent. A elle seule, l'Opep a pompé à un niveau record de 33,87 mbj. Quant à la prévision de croissance de la demande mondiale, elle a été révisée en légère hausse pour cette année du fait d'une consommation plus robuste qu'at- tendu en Europe et dans certains pays d'Asie. Elle devrait croître de 1,24 mbj à 94,41 mbj en 2016, puis de 1,15 mbj à 95,56 mbj l'an pro- chain, a indiqué l'Opep.

ALGÉRIE-JAPON :

TROIS CONSTRUCTEURS AUTOMOBILES JAPONAIS VEULENT S'IMPLANTER EN ALGÉRIE

Coup d'accélérateur à la coopération bilatérale

Trois constructeurs japonais sont intéressés par l'implantation d'usines de fabrication de véhicules et camions en Algérie, et deux d'entre eux ont déjà entrepris les démarches pour la concrétisation de leurs projets, a indiqué mardi soir à Alger, l'ambassadeur du Japon en Algérie Masaya Fujiwara.

«Le Japon est beaucoup in- téressé par l'investissement en Algérie dans différents do- maines d'activités. On y tra- vaille, et il y a de bons signes d'ailleurs, car nous avons déjà des constructeurs automobiles comme Nissan et Suzuki qui ont des projets d’usines de montage de véhicules en Algérie et n'at- tendent que le feu vert des au- torités algériennes pour les concrétiser», a souligné M. Fu- jiwara. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec le président du Club d'af- faires algéro-japonais, Musta- pha Mekideche à l'issue de la deuxième réunion de ce club à laquelle une trentaine d'hommes d'affaires et repré- sentants d'institutions écono- miques algériennes ont pris part en compagnie d'une di- zaine de leurs homologues ja- ponais. Espérant la concrétisation de ces projets «très prochaine- ment», l'ambassadeur a égale- ment révélé que le constructeur

nipponToyotaestégalementin-

téressé par la réalisation d'une usine de montage en Algérie à travers sa filiale Hino Motors, spécialisée dans la construc- tion des camions et des bus. En plus de contribuer à la création de richesses et d'em- plois, ces projets permettraient, selon lui, de saisir ensemble «beaucoup d'opportunités exis- tantes dans différents domaines pour développer nos relations économiques». Estimant que les relations économiques entre l'Algérie et son pays «ne sont pas à la hau- teur» des potentialités exis- tantes, M. Fujiwara a indiqué qu»un nouvel accord entre le ministère algérien des Affaires étrangères et son homologue ja- ponais «est en phase de finali- sation», pour la création d'une

en phase de finali- sation», pour la création d'une commission mixte entre les deux pays avec

commission mixte entre les deux pays avec l'objectif de his- ser le partenariat économique bilatéral. Selon lui, la commission de- vrait tenir sa première réunion au courant du premier trimes- tre 2017. Pour l'ambassadeur, l'Algé- rie est le troisième partenaire commercial du Japon en Afrique, alors que le Japon est le 15eme client de l'Algérie dans le monde. M. Fujiwara, dont le pays prévoit des investissements à hauteur de 30 milliards de dol- lars en Afrique sur les trois prochaines années, notam- ment dans les infrastructures et la formation, a souhaité que «ces engagements soient bien appliqués en Algérie», notant que l'environnement est «très favorable» pour lancer une coo- pération économique forte.

Aller au-delà du partenariat commercial

Il a relevé dans ce sens l'idée de créer le Club d'affaires al- géro-japonais, dont la première réunion de création s'est dérou- lée en juillet dernier. Dans ce sillage, l'ambassa- deur a ajouté que l'agence de coopération internationale du

Japon ( JICA) prépare plusieurs projets en Algérie, dont un plan stratégique de développement des infrastructures, avec une coopération technique et fi- nancière, comme dans le cas du projet d'extension du port de Béjaia. Il a également souligné que dans le cadre des réformes éco- nomiques adoptées par le Gou- vernement algérien, plusieurs entreprises nippones s'intéres- sent à l'Algérie, notamment à travers le partenariat public- privé, ajoutant qu’il faut «aller au-delà du commerce et arriver

dustrialisation et des investisse- ments notamment dans les énergies renouvelables», a-t-il précisé. Pour M. Mekideche, l'Algé- rie veut consolider ses rela- tions économiques avec le Ja- pon avec un soutien financier prévu par les engagements de la sixième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD-VI), tenue en août dernier, à Nairobi (Ke- nya), dont l'objectif était d'ac- compagner les économies afri- caines dans leur développe-

l'investissement et le partena- riat». Pour sa part, M. Mekideche

à

ment. Parmi les secteurs identi- fiés pour lancer ce partenariat,

a

relevé l’importance de la tenue

faires algériens et japonais pour

l'expert en économie a cité les

Interrogésurl'avisdesentre-

de cette réunion entre les hommes d'affaires algériens et japonais, permettant d'échan- ger sur les perspectives et les possibilités de partenariat en- tre les entreprises des deux pays.

énergies renouvelables, la mé- canique et l'industrie agroali- mentaire, mais avec une nou- velle démarche basée sur l’in- vestissement, le développement des PME et l'industrialisation.

«Nous allons essayer, à tra- vers ce club, de construire un chemin entre les milieux d'af-

prises japonaises de la règle 51/49% régissant les investis- sements étrangers en Algérie, M. Mekideche a estimé qu'elle

le

développement des relations

ne devrait pas constituer «une

économiques, et qui ne soient pas uniquement commerciales, mais qui intègrent des élé- ments technologiques, d'in-

contrainte majeure, car ça reste discutable, d'autant qu'il y a un retour d'investissement au pro- fit des entreprises étrangères».

Le projet de loi sur les douanes vise à adapter la législation algérienne aux critères internationaux

Le ministre des Finances, Hadji Babaammi,

a présenté mercredi le projet de loi sur les douanes devant la commission des finances

et du budget de l'Assemblée populaire natio-

nale (APN), affirmant que le texte tendait à adapter la législation algérienne aux critères internationaux pour assurer l'accompagne- ment des entreprises économiques et renfor- cer la lutte contre la contrebande et le blanchi- ment d'argent. Le projet de loi amendant et complétant la

loi sur les douanes en date de 1979, amendée en 1998, visait «la réforme de l'administration douanière dans les différents domaines d'in- tervention en adéquation avec les exigences du nouveau modèle économique qui confère

à l'entreprise un rôle essentiel dans l'écono-

mie», a indiqué M. Babaammi lors d'une réunion présidée par Mahdjoub Bedda, pré- sident de la commission spécialisée, en pré- sence du directeur général des douanes, Kad- dour Bentahar. Il a précisé à ce propos, que l'amendement du texte de loi visait à promouvoir la mission économique des douanes afin de garantir un accompagnement optimal des entreprises à travers la mise en place de mécanismes sus- ceptibles de renforcer leur compétitivité dans un environnement économique exigeant

neutralité et transparence.

Il a souligné également que la mission sé- curitaire des douanes sera renforcée, quant

à elle, par le renforcement des textes liés à «la lutte contre la contrebande sous toutes ses formes qu'il s'agisse d'armes, de devises fortes, de produits dangereux, de blanchiment

d'argent ou d'import-export illicites ou tout au- tre commerce portant atteinte à la sécurité pu-

bliquecommelesproduitsnucléaires,radioac-

tifs ou explosifs». En vue d'accomplir sa mission dans les meilleures conditions, l'administration des douanes se voit, en vertu de ce texte, conférer le droit de prendre connaissance de tous les documents liés à son activité sans opposition

aucune à condition que celle-ci garantisse une réciprocité quant à l'échange d'informations avec les autres administrations, a-t-il encore poursuivi. Selon le ministre des Finances, le texte de loipermetaussiàl'administrationdesdouanes de conclure des accords de coopération avec les intervenants dans la chaîne du commerce mondial dans le but d'améliorer le contrôle du commerce extérieur et adopte clairement tous les concepts consacrés dans les accords douaniers internationaux auxquels a adhéré l'Algérie notamment ceux conclus avec l'Or-

ganisation internationale des douanes et l'Or- ganisation mondiale du commerce (OMC). Dans le cadre d'une restructuration des mé- canismes de contrôle, le texte propose le dur- cissement des dispositions de contrôle et de lutte contre la fraude et la mise en place de nou- veaux mécanismes pour le suivi du transport maritime des voyageurs. Il prévoit en outre, l'accélération de la gé- néralisation électronique des déclarations douanières et la création d'un guichet électro- nique unique outre la relance des systèmes économiques douaniers pour promouvoir l'exportation hors hydrocarbures. D'autre part, le texte introduit le concept de contrôle après dédouanement pour vérifier l'authenticité des déclarations douanières en recourant aux registres et celui de «la livrai- son sous contrôle» qui permet, sur la base d'une autorisation du procureur de la répu- blique, de libérer la marchandise saisie ou sus- pecte en vue d'un suivi. Concernant la déontologie de la profession qui reste un sujet important et sensible du point de vue de la crédibilité du travail doua- nier, le projet de loi énonce des obligations et sanctions qui consacrent dans leur ensemble, le devoir de réserve et l'obligation du secret pro- fessionnel.

Par ailleurs, M. Baba Ammi a estimé que le projet de loi garantissait l'ouverture des douanes sur leur environnement à travers l'obligation de publier les législations et règle- mentations douanières justifiant la prise de nouvelles décisions et l'obligation d'infor- mer les opérateurs des raisons ayant mené à la prise de nouvelles mesures avant l'entame d'une poursuite judiciaire. L'autre réforme non moins importante en matière de recours introduite par le projet de loi. Les décisions de la Commission nationale des recours peuvent désormais faire l'objet de recours outre la création de commissions locales des recours. Dans le même contexte, le texte introduit une restructuration approfondie du conten- tieux douanier à travers la clarification de la définition du contentieux douanier et la sim- plification des mesures en sus de l'introduc- tion du principe de réduction des sanctions en cas de maintien de la sanction tout faisant pré- valoir la réconciliation en tant que moyen de règlement du contentieux. A la fin de la présentation du projet de loi par le ministre des Finances, la commission spécialisée a fait part de ses préoccupations liées au texte.

APS

8 DK NEWS

RÉGIONS

Jeudi 15 Décembre 2016

TISSEMSILT

WILAYA D'ALGER

Le secteur des travaux publics examiné sous toutes ses coutures

Relogement de plus de 1000 familles de Bordj El Kiffan et Bologhine avant fin décembre 2016

Plus de 1000 familles des bidonvilles des communes de Bordj El Kiffan et de Bologhine seront relogées avant fin décembre 2016 dans le cadre de la quatrième et dernière phase de la 4ème étape de la 21e opération de relogement dans la wilaya d'Alger, a annoncé mardi le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh.

de la 21e opération de relogement dans la wilaya d'Alger, a annoncé mardi le wali d'Alger,

ABED MEGHIT

La relance économique du pays doit se faire par l'amélioration de l'état des routes car c'est la route qui accompagne l'investissement. La wilaya de Tissem- silt constitue un axe stratégique et un carrefour en- tre les wilayas du Nord par les wilayas de Ain Defla et Chlef, à l'Est par la wilaya de Médéa , à l'Ouest par la wilaya de Relizane, au Sud-ouest par la wilaya de Tiaret et au Sud-est par la wilaya de Djelfa . Son ré- seau est composé de 1 528 kilomètres (routes natio- nales sur 215 kilomètres, chemins de wilaya sur 502 kilomètres, chemins communaux sur 811 kilomè- tres).Par ailleurs, que plus de 60% des routes sont en mauvais état .Les chemins de wilaya et communaux représentent 86% du réseau total de la wilaya. Bien- tôt la wilaya de Tissemsilt sera reliée à l'autoroute Est- Ouest à cours terme, par le dédoublement des routes nationales n° 14 et 19. Si depuis plusieurs années, la majorité des citoyens de la wilaya de Tissemsilt, s'est constammentplaint,desétatslamentablesdesroutes, des artères et des boulevards de leur ville Les doléances de tous les habitants, soucieux de l'esthétique de leur ville, ont enfin abouti, lors du conseil exécutif de la wi- laya. Parmi les opérations prises en charge par la DTP, figurent, les travaux de réhabilitations, d'amélioration et de modernisation de la RN 14 de la RN 19 , de la RN 60 et de la RN 65 , ainsi que les CW et les CC . L'impact de cette modernisation et d'amélioration des routes, dont la finalité est le bien être de la population de la région de l'Ouarsenis et du Sersou , pour les conditions de transports et des échanges commerciaux dans la wilaya et le désenclavement de la région Est/Ouest et Nord/ Sud et création d'un axe structurant de déve- loppement régional . Cet importants efforts consen- tis par l'Etat en faveur du bien être du citoyen de la wi- laya de Tissemsilt et directement pour le développe- ment de sa wilaya a été une aubaine pour la wilaya ,pour désenclaver la wilaya de Tissemsilt et lui donne les moyens de communication avec le reste du pays. Par ailleurs 950 km ont été réhabilitée e*dans le ca- dre du programme quinquennal 2005/2009 et 497 km en cours d'achèvement soit au taux d'avancement de 80%, inscrit dans le cadre du programme quin- quennal 2010/2014, pour un cout de 34 milliards de DA. Pour l'année 2016, la wilaya de Tissemsilt a réaliser 9 opérations pour un cout de 2 331 737 000 DA et 17 opé- rations en cours d'achèvement. Les travaux de main- tenance de plus de 37 km de routes nationales et de chemins de wilayas ont été achevés dernièrement à Tissemsilt, a-t-on appris mardi du directeur des tra- vaux publics (DTP). Intervenant lors du conseil exé- cutif de la wilaya, ouverte lundi, que ces opérations ont ciblé 28 km de routes nationales et 3,9 km de chemins de wilaya. Des travaux de réfection de 13,4 km du tron- çon de la route nationale (RN 14) entre les communes de Laâyoune et Theniet El Had ont été réceptionnés en 2016, en plus de 14,5 km de la RN 19 dans son tron- çon reliant les communes de Lardjem et Tamallahet, a-t-on ajouté. La même source a signalé également l'achèvement des travaux de maintenance de 7 km du CW 5 traver- sant les communes de Béni Chaib, Khemisti et Sidi Boutouchent et du CW 6 sur une longueur de 2, 3 km à Sidi Abed. La DTP a réceptionné, en juin 2016, le pro- jet de maintenance de deux ouvrages d'art sur la RN 14 à Youssoufia et la RN 19 à Tamallahet. Selon le même responsable, une maintenance ordinaire est prévue pour plus de 5.600 km de chemins de wilaya, signa- lant que le secteur des travaux publics de la wilaya est confrontéàplusieursentravesaffectantlesprojetsdont l'indisponibilité d'entreprises spécialisées et de bu- reaux d'études locales dans le domaine des travaux pu- blics, le manque de matériaux dont le tuf et l'insuffi- sance des budgets alloués pour l'exercice 2016. Après un débat fructueux, le directeur des travaux publics de la wilaya de Tissemsilt a pris note et s'engage de- vant l'assistance que toutes les doléances des P/APC soient prise en charge durant l'année 2017. Le wali de la wilaya n'a pas caché son méconten- tement quant à l'avancement des travaux de réalisa- tion des projets relevant du secteur des travaux pu- blics. Le premier chef de l'exécutif a insisté sur la qua- lité et le respect des délais de réalisation des projets ainsi que la prise en charge des programmes inscrits. Pour rappel la wilaya de Tissemsilt a bénéficié d'une enveloppe financière de 91 940.5 millions DA dans le cadre du programme quinquennal 2010-1014 pour la le développement de tous les secteurs dont les travaux publics, Le montant arrêté s'élève à 7 741 Millions DA.

Dans une déclaration en marge de la session de formation au profit des élues locales, M. Zoukh a précisé que «des groupes de travail ont été mis en place pour préparer cette opération», sans fixer la date exacte de son lancement. Cer- tains dossiers à actualiser prennent du temps, a-t-il dit, précisant que «750 re- cours ont été acceptés». «La 21e opération de relogement ne sera pas la dernière. La wilaya s'attelle ac- tuellement à préparer la 22e opération de relogement qui sera suivie des 23e et

24e opérations», a-t-il fait savoir, précisant que «près de 45% seulement des 84.000 logements en cours de réalisation ont été livrés à ce jour». «La 22e opération de re- logement sera destinée à l'élimination dé- finitive des bidonvilles», a précisé M. Zoukh. Les familles seront relogées dans à la cité 1200/560 logements Selmani dans la commune des Eucalyptus, cité 400 logements dans la commune de Rahmania, les 300 logements dans la commune de Rahmania, cité 300 loge-

ments à Zaatria dans la commune de Mahalma, cité 1000/267 logements dans la commune de Douera, et cité 477/93 logements Korifa dans la commune d'El Harrach. Concernant le transfert de la gestion du «Parc Dounia» (Dely Brahim) à l'Of- fice des parcs de sports et de loisirs de la wilaya d'Alger, M. Zoukh a fait état d'un inventaire en cours des biens du parc, rappelant qu'un bureau d'études a été chargé d'élaborer une étude sur les installations réalisables dans ce parc.

GHARDAÏA

L’activité économique connait une dynamique à la faveur du retour au calme

L'activité économique lo- cale a connu une «dynamique dans la plupart des secteurs», notamment le tourisme et le commerce, à la faveur du retour de la quiétude à Ghardaïa, a affirmé mardi soir le wali, Azze- dine Mechri. S’exprimant dans un point de presse, il a mis en exergue «la sagesse des habitants de Ghar- daïa et les efforts déployés par les services de sécurité, notam- ment l’Armée nationale Popu- laire (ANP), pour le retour à la normale après les malheureux événements qu’a connus la ré- gion de Ghardaïa». Se félicitant du «climat serein» qui a marqué la célébration du Mawlid Enna- boui, le chef de l’exécutif de Ghardaia a souligné que la ré- gion est devenue «un pôle at- tractif pour de nombreux inves-

tisseurs et autres hommes d’af-

faires,notammentdanslessec-

teurs agricole et touristique». Profitant de plusieurs fac- teurs positifs, notamment le retour du calme dans la région et des différents investisse- ments publics dans les infra- structures de base, le secteur touristique «a retrouvé ses cou- leurs avec le flux touristique en- registré durant la fête du Maw- lid (naissance du prophète QSSSL)», a-t-il expliqué avant d’appeler la population locale, dans toute sa diversité sociolo- gique,àjouersonrôle«citoyen» pour «prémunir la région de la division et renforcer la cohésion sociale». «Ghardaïa demeure une terre d'hospitalité, d’accueil et de tolérance qui £uvre à pro- mouvoir la culture de la paix et

du dialogue», a estimé M.Mechri avant d’annoncer l’édition et la distribution pro- chainement d’un livre portant sur une étude comparative en- tre les rites Malékite et Ibadite, réalisé par un érudit et spécia- liste de l’exégèse du livre sacré le coran, Dr Touati Ben Touati. Cette étude comparative, démontrant l’inexistence de différences dans le fond entre les deux rites, sera mise à la dis- position de la population de Ghardaïa afin de «connaitre les deux rites et éviter les quipro- quos et les divergences par mé- connaissance», a souligné le wali. Parlant des efforts déployés par les services de sécurité pour faire de Ghardaïa un havre de paix et combattre les «quelques éléments perturbateurs», le

chef de l’exécutif a souligné que les lois de la République sont appliquées dans le res- pect des droits de l’Homme et la justice veille, conformément à la loi et à la constitution, à la préservation des droits fonda- mentaux des justiciables. Le retour au calme dans la région de Ghardaïa qui a connue des événements dé- plorables, s’est réalisé au terme de l’exécution des instructions du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui avait également chargé le comman- dant de la 4ème région militaire de superviser l’action des ser- vices de sécurité et des autori- tés locales concernées, en vue du rétablissement et de la pré- servation de l’ordre public sur l’ensemble du territoire de la wi- laya.

BOUIRA

OUM EL-BOUAGHI

Les habitants d’El-Asnam nettoient leur ville

Attribution de 70

logements sociaux à Souk-Naamane

Les habitants de la ville d’El-Asnam, si- tuée à une quinzaine de km à l’est du chef lieu de la wilaya de Bouira, participent de- puis lundi à une vaste campagne de net- toyage de leur ville, a- t-on constaté mardi. Initiée par l’associa- tion Ath El-Khir et le club local sportif, cette opération touchera l’ensemble des quar- tiers et rues de la ville. Des agents d’entretien sont à pied d’£uvre pour nettoyer les ac- cotements des diffé- rentes voies publiques

à travers la commune, a-t-on constaté sur place. Plus d’une dizaine d’agents d’entretien tentent de mener à bout cette opération de nettoyage, notam- ment sur les hauteurs, où sont nichées les lo- calités de Tizi et Guem- gouma. Les abords des routes, les pistes et même les parcelles agricoles devien- nentdes poubelles ou des décharges à ciel ouvert, s'indignent les habitants. «Cette initiative éta-

lée sur plusieurs jours

été motivée par la dé-

gradationdes paysages des lieux fréquentés par les citoyens», a confié un jeune parti- cipant à l’opération. Une opération si- milaire a été menée il

y’a quelques jours dans

ville de Lakhdaria, à

une trentaine de km au nord-ouest du chef lieu de la wilaya, où plusieurs services avaient pris part, no- tamment les Travaux publics, l’Office natio- nal d’assainissement, ainsi que des citoyens bénévoles.

la

a

Les clefs de 70 logements publics loca-

tifs (LPL) ont été attribuées à leurs bé- néficiaires, mardi, dans la daïra de Souk-Naamane (90 km au sud-est d’Oum El-Bouaghi), a-t-on constaté. Il s’agit d’un lot d’habitations récemment livré constitué de 60 unités au chef-lieu de la daïra et 10 autres dans la com- mune voisine de Bir-Chouhada. Le di-

recteur de l’office local de la promotion et la gestion immobilière (OPGI), lors de la cérémonie de distribution, a déclaré qu’il ne s’agit-là que d’un «premier quota» d’un programme, portant sur l’attribution de 340 logements publics locatifs, réalisés dans le cadre du pro- gramme 2010-2014, actuellement en phase des travaux de viabilisation ex- ternes et de raccordement aux divers réseaux (eau, gaz, assainissement). APS

Jeudi 15 décembre 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

SELON LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ

La moitié des élèves du cycle primaire et des jardins d'enfants présentent des caries dentaires

La sous directrice chargée de la santé scolaire au ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière Nacéra Madji a indiqué mardi que la moitié des élèves du cycle primaire et des jardins d'enfants présentaient des caries dentaires.

jardins d'enfants présentaient des caries dentaires. Dr Madji qui s'exprimait dans le ca- dre de la

Dr Madji qui s'exprimait dans le ca- dre de la campagne de sensibilisation sur la promotion de la santé buccoden- taire organisée par le ministère de la santé au jardin d'Essai d'El Hamma en coordination avec la direction de la santé de la wilaya d'Alger et les secteurs

de l'éducation et des collectivités locales

a affirmé que cette manifestation qui ci-

blait les écoliers de certains établisse- ments scolaires de la capitale et devait durer jusqu'au 15 décembre. Elle a précisé que cette campagne était animée par des les médecins des unités de dépistage scolaire (UDS) des établissements de proximité de Sidi M'hamed, Bouzaréah, Kouba et Bab El Oued dans le cadre de quatre ateliers destinés a promouvoir la santé bucco- dentaire parmi cette population. Cette opération pour laquelle la ca- pitale a été désignée wilaya pilote pour

le lancement, en 2017, d'un programme

BISKRA

Protestation suite à l’affichage d’une liste de bénéficiaires de lots de terrain à sidi khaled

Des dizaines de citoyens de la commune de Sidi khaled (Biskra) se sont regroupés mardi devant le siège de la commune pour protes- ter, suite à l’affichage d’une liste de bénéficiaires de 1061 lots de ter- rain à bâtir. Les protestataires ont re- vendiqué la "révision de cette liste" et ont dénoncé ce qu’ils ont qualifié "d’opacité entourant l’opération d’attribution". Le président de l’Assemblée po- pulaire communale (APC) de Sidi Khaled, Kouider Zehana , a affirmé à l’APS qu’une commission Ad hoc s’est attelée durant des mois à étu- dier "au cas par cas" , les 8 363 dos- siers déposés "avant l’élaboration de cette liste" . Il a, dans ce même contexte, fait état de 300 cas de dé- sistements et d’un quota supplé- mentaire de 550 lots de terrain qui sera "incessamment" distribué. M. Zehana a, par ailleurs, indiqué que les recours peuvent être adres- sés à la commission spécialement désignée à cet effet, assurant que l’administration s'engage à rectifier toute erreur avérée.

national de lutte contre les caries den- taires en milieu scolaire pour protéger les générations montantes de graves af- fections découlant du mauvais entre-

tien de la santé buccodentaire.

Elle a insisté sur l'impératif de sen-

sibiliser les parents sur les maladies res- piratoires et cardiaques dont les fac-

teurs de risque restent liés à une ali- mentation malsaine mais aussi à une mauvaise hygiène buccale. Dr Samira Frik, dentiste de l'éta- blissement de santé de proximité de Bab El Oued a préconisé de mettre l'accent

sur les crèches et les écoliers du cycle

primaire dans le cadre de cette opéra- tion pilote qui doit être, selon elle gé-

néraliser aux structures scolaires d'au-

tre paliers. Dr Frik a mis en garde

contre les aliments qui composent le

goûter des élèves et qui de par leur na-

ture riche en glucides et en édulcorants

provoquent des caries dentaires et

constituent un danger pour la santé gé- nérale des enfants (risque d'obésité et diabète). Abdelaziz Boulemkhali, spé- cialiste en odontologie pédiatrique de l'institut national de la santé publique a recommandé pour sa part la prise en charge des enfants présentant des ca- ries dentaires avertissant contre l'im- pact de ce phénomène dont l'impact se fait ressentir sur le moyen et long terme sur leur santé générale. Les enfants qui perdent leurs dents précocement ont des troubles de la di- gestion qui à leur tour engendrent d'autres affections, a-t-il mis en garde. Dr Ait Ouares, de la direction de la santé de la wilaya d'Alger s'est réjoui de l'organisation de ces journées de sen-

sibilisation pour la prévention des ca- ries dentaires qui cibleront en 2017 les établissement scolaires de 13 circons- criptions administratives de la wilaya d'Alger.

EL TARF

Plus de 160.000 têtes de cheptel vaccinées en 2016

Pas moins de 160.748

cinées, à ce jour, dans la wi-

atteintes de brucellose en

les inciter à préserver la

têtes de cheptel ont été vac-

2016, contre 31 en 2015, ont indiqué que six (6) cas de

santé animale en veillant à la vaccination de leur chep-

laya

d’El Tarf, dans le cadre

tuberculose chez les bo-

tel conformément aux ca-

d’une campagne de lutte contre les zoonoses, a-t-

vins ont été signalés en 2016. Aussi, six cas de clave-

lendriers retenus. Evoquant le dispositif

on

appris, mercredi, au-

lée chez les ovins ont été

mis en place dans le cadre

sourceaindiquéquelesef-

près de l’inspection vétéri- naire relevant de la direc-

également diagnostiqués au mois de septembre der-

des mesures de préven- tion contre la fièvre aph-

tion des services agricoles (DSA). La campagne qui se

nier dans la commune frontalière de Zitouna, ont, dans ce contexte, révélé

teuse au niveau de cette wilaya frontalière, la même

poursuit depuis près de

lesmêmesservicesquiont,

forts déployés en matière

dix

mois, a permis de vac-

par ailleurs, enregistré des

de lutte contre les animaux

ciner 45.133 bovins contre la fièvre aphteuse et 18.358 autres contre la rage bo- vine, ainsi que 56.833 ovins contre la clavelée et 35.596

cas de contamination par la rage touchant, en 2015, 21 cas (17vaches, trois chiens et un baudet) contre 12 (07 bovins, 03 ovins, 01 caprin et un baudet) en 2016.

errants se sont soldés par l’abattage de 287 animaux dont 65 chiens et 11 san- gliers en 2016. La wilaya d’El Tarf compte 97.440 bovins dont

autres contre la brucel- lose, a-t-on ajouté de

L’accent a été, dans ce

50.660

vaches laitières,

même source.

contexte, mis sur les cam-

152.100

ovins dont 95.730

Les mêmes services, quiont,parailleurs,faitétat

pagnes de sensibilisation menées en direction des

brebis et 45.360 caprins dont 23.710 chèvres, a-t-on

de

l’abattage de 23 bêtes

éleveurs de la région pour

rappelé de même source.

SAIDA

4 enfants disparus retrouvés grâce au numéro vert

Quatre enfants disparus à Saida

ont été retrouvés et rendus à leurs fa-

milles par les services de la police

judiciaire, grâce au numéro vert (104) entré en service le 20 novembre der- nier, a-t-on appris mardi de ce corps

de sécurité. Des recherches d'enfants

disparus, effectuées par la police du- rant la période du 21 novembre au 2 dé-

cembre courant à Saida, ont permis de retrouver deux garçons errant au chef-lieu de wilaya, un troisième à Ain Lahdjar et une fille mineure chez des proches à Es-Sénia (Oran), a-t-on précisé. La disparition de ces enfants

mineurs a été signalée par leurs pa- rents sur le numéro vert 104, a-t-on ajouté.

PROTECTION CIVILE

18988 appels en une semaine

Durant la période du 03 au 10 Décembre 2016, Les unités d’interventions de la protection civile ont en- registré 18 988 appels de secours dans les différents secteurs d’interventions pour répondre aux appels de détresses émis par les citoyens, suite à des accidents

de la circulation, accidents domestiques, évacuation sanitaire, extinction d’incendies et dispositif de sécu- rité … etc. Concernant le secours à personnes 11525 in- terventions ont été effectuées avec la prise en charge de 1095 blessés traités par nos secours médicalisés, 10107 évacuations sanitaires. 1646 Interventions ef- fectuées suite à 908 accidents de la circulation ayant causé le décès de 21 personnes et 964 autres blessés, traités et évacués vers les structures hospitalières. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wi- laya de Djelfa avec 03 personnes décédés et 38 autres blessés pris en charge par nos secours puis éva- cuées vers les structures hospitalières suite à 22 acci- dents de la route. En outre, nos secours ont effectué

793 interventions pour procéder à l'extinction de 495

incendies urbains, industriels et incendies divers. Par ailleurs 5024 interventions ont été effectuées durant la même période pour la couverture de 4371 opéra- tions divers et l’assistance aux personnes en danger.

2 morts et 24 blessés dans des accidents de la circulation durant les dernières 24h

Deux personnes ont trouvé la mort et 24 autres ont été blessées dans 11 accidents de la circulation, survenus durant les dernières 24 heures à travers 9 wilayas du pays, selon un bilan rendu public mer- credi par les services de la Gendarmerie nationale. Ces accidents ont occasionné des dégâts maté- riels importants à 17 moyens de locomotion, pré- cise la même source. Le bilan le plus lourd a été en- registré dans la localité de Bouati-Mahmoud, wi- laya de Guelma, avec le décès d'une personne et la blessure de 8 autres dans un tragique accident de la route.

1 mort et 10 blessés dans un accident de la circulation à Guelma

Une personne a trouvé la mort et dix(10) autres ont été blessées dans un accident de la circulation sur- venu à la sortie de la localité Bouati Mahmoud, au nord-est de Guelma, a-t-on appris, mardi soir, auprès de la cellule de communication de la protection ci- vile. L’accident s’est produit peu après 13 h à hauteur du lieu-dit mechta El-Hennach, sur un tronçon de la route nationale RN n°80 reliant la wilaya de Guelma à Skikda, suite à une collision entre un bus de voyageurs et un camion, a précisé la même source. Le conducteur du poids lourd, âgé de 32 ans est décédé sur place, a-t-on ajouté de même source, rappelantquedesmoyensimportantsontétédéployés sur le lieu de l’accident pour secourir les victimes. Les blessés, âgés entre 18 mois et 55 ans ont été évacués par les élements de la protection civile à l’hôpital du Dr Okbi de la ville de Guelma, a-t-on noté. Une en- quête a été diligentée par les services compétents pour

connaitre avec exactitude les causes de cet acci-

dent.

21 morts et 964 blessés en une semaine

Vingt et une (21) personnes ont trouvé la mort et

964 autres ont été blessées dans 908 accidents surve-

nus durant la période du 3 au 10 décembre courant à travers le territoire national, selon un bilan hebdo-

madaire de la Protection civile rendu public mercredi. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Djelfa avec trois personnes décédées et 38 autres blessées suite à 22 accidents de la route, pré- cise la même source. Par ailleurs, les éléments de la Protection civile ont effectué, durant la même période,

793 interventions pour procéder à l'extinction de 495

incendies urbains, industriels et incendies divers. APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Jeudi 15 décembre 2016

ECOLOGIE

Le Bénin déclenche une vaste campagne nationale de salubrité sur ses plages

Le gouvernement béninois vient de déclencher une cam- pagne nationale de salubrité et de sécurisation des plages du littoral béninois depuis Sèmè- Kraké (Frontière du Nigeria) jusqu'à Hilacondji (Frontière du Togo), selon des médias. "Le Bénin dispose d'un litto- ral de 125 km, d'une biodiversité exceptionnelle. Mais la fragilité de l'écosystème de ce littoral à laquelle s'ajoute l'insalubrité avancée, crée d'énormes dés- agréments aux plans ludique et touristique", a annoncé mardi un communiqué gouverne- mental. Cette situation étant contraire à la vision gouverne- mentale de protection de l'en- vironnement, de modernisa- tion du cadre de vie des popu- lations et du développement touristique, il s'avère impé- rieux d'engager des opérations

de nettoyage et de sécurisation durables de notre littoral, selon le communiqué. "Une première campagne d'envergure sera organisée et s'étendra jusqu'au 20 décem- bre 2016, pour permettre aux habitants de profiter de nos plages au cours des fêtes de fin d'année", indique la même source. A cet effet, précise le même document du gouvernement béninois, des instructions ont été déjà données au ministre du Cadre de vie et du Dévelop- pement durable et au ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance locale, de pren- dre les dispositions appro- priées, en vue d'assurer le net- toyage général des plages et leur sécurisation, en particu- lier celles qui sont régulière- ment fréquentées et de les maintenir en état de propreté.

CHINE

Le gouvernement alloue des fonds de secours aux régions frappées par des catastrophes

fonds de secours aux régions frappées par des catastrophes Le ministère chi- nois des Finances et

Le ministère chi- nois des Finances et le ministère des Affaires civiles ont conjointement al- loué 5,705 milliards de yuans (826,3 mil- lions de dollars) pour aider les habi- tants des régions frappées par des ca- tastrophes, ont rap- porté mercredi des médias. Ce fonds per- mettra de résoudre les difficultés en- gendrées par les ca- tastrophes, telles

que la pénurie d'ali- ments et l'insuffi- sance de vêtements et de moyens de chauffage en hiver et au printemps, se- lon un communi- qué du ministère des Affaires civiles. Le document ap- pelle les gouverne- ments locaux à ac- célérer la distribu- tion d'argent et de biens pour assurer que les habitants si- nistrés les reçoivent en temps opportun. D'après des sta-

tistiques officielles, les catastrophes na- turelles, dont les séismes, le froid et les tempêtes de neige, ont affecté environ 465.000 ha- bitants en novem- bre en Chine. Les catastrophes ont provoqué des pertes écono- miques directes de 880 millions de yuans, forcé le relo- gement de 2.000 habitants et détruit plus de 700 mai- sons en Chine.

JAPON 9 disparus après le naufrage d'un bateau de pêche

Les garde-côtes japonais ont annoncé que neuf marins, dont un In- donésien, sont portés disparus à la suite du naufrage de leur bateau de pêche mercredi matin au large des côtes occidentales du Japon. Le navire a chaviré vers 5h20 heure locale (20h20 GMT mardi) au large de Matsue (préfecture de Shimane), selon les médias. Les neuf membres d'équipage qui se trouvaient à bord sont tous portés dispa- rus, dont un Indonésien de 21 ans. Les garde-côtes ont envoyé des bateaux et des hélicoptères à la re- cherche les disparus.

APS

ENVIRONNEMENT

La Norvège veut quadrupler sa flotte de voitures électriques en 2020

La Norvège compte atteindre une flotte de 400.000 voitures électriques d'ici à 2020 contre 100.000 actuellement, a indiqué mardi l'Association norvégienne pour la voiture électrique.

Les 100.000 voitures élec- triques permettent à ce pays pion- nier d'économiser quelque 200.000 tonnes de CO2 par an, se- lon cette association. Ce véhicule propre représente près de 20% des immatriculations nouvelles. D'après Transport & Environ- ment, lobby européen des trans- ports verts, la Norvège avait en 2015 la quatrième plus grande flotte de voitures électriques au monde, après les Etats-Unis, la Chine et le Japon. Avec une population de seule- ment 5,2 millions d'habitants, les Norvégiens sont de loin les auto- mobilistes qui font le plus souvent le choix de l'électrique. "La flotte actuelle réduit d'en-

"La flotte actuelle réduit d'en- viron 200.000 tonnes les émis- sions de CO2 annuelles",

viron 200.000 tonnes les émis- sions de CO2 annuelles", a souli- gné Christina Bru, secrétaire gé- nérale de l'Association norvé- gienne pour la voiture électrique. "Même si les VBE (véhicules à batterie électrique) ne représen- tent que 3% de la flotte totale de voitures particulières, nous avons atteint une réduction substan- tielle", a-t-elle ajouté. Estimant que la flotte devrait approcher les 400.000 voitures électriques pour remplir les objec- tifs climatiques du pays, Mme Bru a appelé les autorités à main- tenir les avantages accordés au vé- hicule. Pour encourager ce genre de voitures, l'Etat accorde de géné-

reuses mesures publiques d'inci- tation telles que l'exemption de taxes, la gratuité des péages ur- bains et du stationnement sur les parkings publics. En mai 2015, quand l'objectif de 50.000 exemplaires avait été at- teint, les décideurs politiques avaient reconduit ces mesures d'incitation, tout en laissant entre- voir une diminution très gra- duelle de certaines d'entre elles. Si ces aides sont plébiscitées par les organisations de défense de l'environnement, leur rapport coût/efficacité est parfois criti- qué par des chercheurs. Les ventes souffrent par ail- leurs de la concurrence crois- sante des modèles hybrides.

SELON UNE ÉTUDE

Le jeu Pokémon Go permet d'améliorer l'activité physique mais pas de manière durable

Une étude publiée mercredi révèle que le célèbre jeu Pokémon Go permet d'améliorer l'ac- tivité physique chez les adultes qui le pratiquent mais pas de manière du- rable. Dans son édition de Noël qui offre son tradi- tionnel lot d'études hu- moristiques ou insolites, la revue médicale bri- tannique The British Me- dical Journal (BMJ) s'est intéressée au Pokémon Go, une application très populaire qui compte plus de 20 millions d'uti- lisateurs actifs à travers le monde. Le principe du jeu consiste à attraper, grâce à son smartphone, des créatures virtuelles ca- chées dans le monde réel que l'on voit sur son écran grâce à la techno- logie de la réalité aug- mentée.

SELON L’OIM

Plus de 354.800 migrants et réfugiés ont atteint l'Europe en traversant la Méditerranée

Un total de 354.804 migrants et réfugiés ont ralié la rive nord de la Méditérranée depuis le début 2016 contre 933.000 durant la même période de l'année der- nière, a déclaré mardi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). "Bien que le nombre des arrivées par mer ait connu une nette réduction, cette année est beaucoup plus meurtrière pour ceux qui veulent atteindre l'Europe en traversant la mer", selon l'OIM. Selon les dernières statistiques de cette organisa- tion onusienne, 4.742 hommes, femmes et enfants se

organisa- tion onusienne, 4.742 hommes, femmes et enfants se En interrogeant en ligne 1.182 participants âgés

En interrogeant en ligne 1.182 participants âgés de 18 à 35 ans en août dernier dont près de la moitié avaient un niveau de jeu intermé- diaire ou supérieur, des chercheurs américains ont montré que la pra- tique du Pokémon Go se traduisait par une ac- croissement sensible de l'activité physique. Au cours de la pre- mière semaine de pra- tique, les participants fai- saient 11 minutes de

marche à pied supplé- mentaires par jour, soit près de la moitié du temps recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en ce qui concerne l'activité physique. L'OMS recommande de faire au moins 150 minutes d'activité phy- sique modérée ou 75 mi- nutes d'activité vigou- reuse par semaine pour rester en bonne santé. Mais pour les joueurs de Pokémon Go étudiés,

le nombre de pas sup- plémentaires effectués commençait à diminuer dès la deuxième se- maine, pour disparaître à la sixième semaine. Le résultat était iden- tique même lorsqu'on tenait compte de divers facteurs comme l'âge, le sexe, le groupe ethnique ou le poids. "Nos résultats indi- quent que l'impact sur la santé du Pokémon Go est probablement mo- déré" relèvent les au- teurs qui n'excluent pas qu'il puisse avoir un im- pact différent sur les en- fants - non inclus dans l'étude -. Ils se veulent toute- fois résolument opti- mistes, soulignant qu'au delà de l'activité phy- sique, le jeu peut avoir un effet bénéfique sur l'humeur et les liens so- ciaux.

sont noyés dans la tentative de traverser la Méditer- ranée, contre 3.665 morts l'an passé. La plupart des morts (4.244 morts au total) ont été enregistrées sur le passage central de la Méditerra- née qui relie l'Afrique du Nord à l'Italie. Sur le passage oriental séparant la Turquie et la Grèce, 429 autres per- sonnes ont péri, tandis que 69 personnes sont mortes sur la route de l'Ouest. Selon l'OIM, l'Italie a accueilli pendant cette période 176.681 migrants et réfugiés arrivés par mer, suivie de la Grèce (172.681).

Jeudi 15 décembre 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 11

ITALIE

18 ans de prison pour le capitaine du chalutier aux 800 migrants morts noyés en Méditerranéen

chalutier aux 800 migrants morts noyés en Méditerranéen Le tribunal de Catane (Sicile) a sources. Tous

Le tribunal de Catane (Sicile) a

sources. Tous deux avaient réfuté toute responsabilité dans le drame,

affirmant n'avoir été que des mi- grants parmi les autres. "Je n'étais qu'un passager", a insisté M. Malek devant le tribunal avant le délibéré. Son avocat, Me Massimo Ferrante, a ensuite expli- qué que le Tunisien était "choqué

par le verdict" mais qu'il avait l'in- tention de "se battre" en appel, où la défense entend produire de nouveaux éléments, selon la même source. Cependant, selon les autres survivants, M. Malek était bien à la barre lorsque le bateau bleu, parti de Libye le 18 avril 2015 au matin,

avait chaviré et coulé la nuit sui- vante, sous les yeux de l'équipage du "King Jacob", un cargo portugais envoyé à son secours.

condamné mardi à 18 ans de prison

le capitaine tunisien d'un chalutier

qui transportait plus de 800 mi-

grants morts noyés en avril 2015, la pire tragédie de ces dernières dé- cennies en Méditerranéen, selon des sources médiatiques. Mohammed Ali Malek, 28 ans,

a été reconnu coupable d'homi- cide, naufrage et aide à l'immigra- tion clandestine. Seul ce dernier chef a été retenu contre Mahmoud Bikhit, un Syrien de 26 ans consi- déré comme son second à bord. A l'issue d'un procès mené se- lon une procédure accélérée, avec des audiences espacées et souvent

à huis clos, les deux hommes ont

également été condamnés à verser chacun plus de neuf millions d'eu- ros d'amende, selon les mêmes

CHINE

5 morts et quatre blessés dans l'incendie d'une usine au Shandong

blessés dans l'incendie d'une usine au Shandong Cinq personnes sont mortes et qua- tre autres blessées

Cinq personnes sont mortes et qua- tre autres blessées mardi soir dans l'incendie d'une usine dans la pro- vince chinoise du Shandong (est), ont annoncé mercredi les autorités lo-

cales. L'incendie s'est déclaré mardi vers 19h50 dans une société d'élec- tronique à Haiyang. Le feu a été éteint à 23h33, selon le dé- partement munici- pal de l'informa- tion.

Cinq personnes ont été tuées, et quatre autres bles- sées. Les blessés ont été hospitalisés et leur état est ac- tuellement stable. Une enquête sur la cause de l'incen- die est en cours.

Un séisme de magnitude 5 secoue le Xinjiang

est en cours. Un séisme de magnitude 5 secoue le Xinjiang Un séisme de magnitude 5

Un séisme de magnitude 5 a se- coué mercredi la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), a annoncé le Centre du réseau sismique de Chine. L'épicentre, situé à une profon- deur de 5 km, a été localisé à 38,50 degrés de latitude nord et 90,15 de- grés de longitude est, dans le district de Ruoqiang de la préfecture auto- nome mongole de Bayingolin.

L'élaboration

d'une stratégie

maghrébine

unifiée en

matière de

protection

civile

examinée à

Nouakchott

L'échange d'expériences, le renforcement de la coopération et l'élaboration d'une stratégie maghrébine unifiée en matière de protection civile sont les prin- cipaux volets de la 3eme réu- nion du groupe de travail ma- ghrébin en charge de la protec- tion civile qui s'est tenue mardi dans la capitale mauritanienne, Nouakchott. Les représentants des pays de l'UMA (Algérie, Mauritanie, Maroc, Tunisie et Libye) exa- mineront lors de cette réunion de deux jours qui s'inscrit dans le cadre de la recommandation de la dernière réunion du Conseil des ministres de l'inté- rieur de l'UMA, tenue en Avril dernier à Tunis, les domaines de coordination et de coopération en matière de protection civile et l'échange d'expériences entre les états membres de l'Union. Les experts des pays maghré- bins évoqueront durant cette réunion lors de laquelle l'Algé- rie est représentée par les colo- nels Guerrache Doudah, direc- teur des études à la Direction gé- nérale de la protection civile (DGPC) et Boughlaf Boualem, inspecteur à la même direction, les nouveautés en matière d'in- tervention des éléments de la protection civile, outre l'évalua- tion de la coopération maghré- bine dans ce domaine, l'échange d'expériences et de plans natio- naux face aux différents risques et catastrophes. La directrice des affaires po- litiques au secrétariat général de l'UMA, Basma El-Soudani, a in- diqué que cette réunion "consti- tue une occasion pour les parti- cipants des pays de l'UMA d'échanger leurs expériences et de renforcer le dialogue et la concertation", mettant l'accent sur la nécessité de doter la pro- tection civile des moyens né- cessaires et d'organiser des stages de formation et des exer- cices de simulation, en vue de mettre au point une stratégie maghrébine unifiée dans le do- maine de la protection civile". Pour sa part, le représentant du ministère de l'intérieur mau- ritanien, qui a présidé la cérémo- nie d'ouverture de la réunion, a affirmé que "les défis et risques prévalant dans le monde d'au- jourd'hui impliquent, pour nous pays de l'UMA, davantage de coopération et la coordination de nos efforts en vue de relever les grands défis et faire face aux risques et sinistres avec effica- cité". La 3eme réunion du groupe de travail maghrébin en charge de la protection civile est "une réelle contribution dans le ren- forcement et le développement des relations de coopération en- tre les pays maghrébins en vue de relancer ce secteur sensible qui constitue un jalon important dans l'édifice maghrébin auquel nous aspirons", a-t-il ajouté. APS

ALLEMAGNE:

Un ex-policier aux penchants cannibales de nouveau condamné pour meurtre

aux penchants cannibales de nouveau condamné pour meurtre Un ancien policier allemand aux penchants canibales a

Un ancien policier allemand aux penchants canibales a été de nouveau condamné mardi à huit ans et sept mois de prison pour avoir tué un homme rencontré sur un site dédié au cannibalisme. Pour la deuxième fois, Detlev Günzel, 58 ans, a été condamné pour "meurtre" et "atteinte au re- pos des morts". En novembre 2013, il avait tué et démembré, probable- ment à sa demande, Wojciech Stempniewicz, un consultant de 59 ans. Il n'y a toutefois pas d'élé- ments indiquant que l'accusé se soit livré à des pratiques cannibales avec sa victime. En avril 2015, un premier tribunal de Dresde (est) l'avait condamné pour les mêmes motifs à une peine de prison très légèrement inférieure -- huit ans et six mois --, les juges retenant comme circonstance atténuante le fait que la victime avait fait part de

son désir de mourir lors des échanges sur internet. Mais un an plus tard, la Cour fé- dérale avait cassé ce verdict, ju- geant que le tribunal n'avait pas examiné avec assez de soins l'hypo- thèse d'un suicide de la victime,

avancé par la défense. L'accusé, qui

a reconnu avoir dépecé le corps,

avait d'abord admis avoir tué sa vic- time, avant de se rétracter et de soutenir que le consultant s'était pendu dans la cave. Les légistes n'ont pas pu déterminer les causes du décès. Mardi, le tribunal de Dresde qui rejugeait depuis début no- vembre l'ex-policier a toutefois estimé que, puisque la victime avait expressément demandé à être tuée, la prison à vie ne pouvait constituer une peine adéquate, a indiqué un porte-parole. Le verdict est susceptible de recours.

Appel à la création d'un réseau de médiation de femmes africaines

d'un réseau de médiation de femmes africaines Les participants au séminaire de haut niveau intitulé

Les participants au séminaire de haut niveau intitulé "Faire taire les armes d’ici 2020 : les femmes dans le processus de médiation préventive, à la table de négociation et dans les efforts de cohésion sociale" ont pré- conisé mardi à Constantine la créa- tion d'un réseau de médiation des femmes africaines sous l’égide du groupe des sages de l’Union afri- caine. Présidant la clôture des travaux de ce séminaire de deux jours, la minis- tre de la Solidarité nationale, de la Fa- mille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, saluant l’initia- tive, a affirmé que ce projet per- mettra de créer un "réservoir hu- main" sur lequel l’Afrique peut s’ap- puyer, dans le cadre des efforts consentis par l’UA pour le rétablis- sement de la paix dans le continent. Mme Meslem, mettant en exergue la "nécessaire implication" de toutes les franges de la société dans le processus de médiation, comme démarche préventive contre les conflits, a estimé que "nul ne peut nier le rôle +naturel+ de la femme dans ce contexte". Elle a, à ce sujet, appelé au renfor- cement des potentialités de la femme

à travers la formation de "femmes fai-

seuses de paix" pour aboutir à de meilleurs résultats et à la mise en place d’une stratégie de travail confortée par un plan de travail à long terme, pour asseoir la participation de la femme à la table des négocia- tions et son implication effective dans les actions en faveur de la paix. Se félicitant de cet "acquis", la ministre de la Solidarité nationale a considéré que "le plus grand défi" reste celui de "garantir la péren- nité" des activités de ce réseau, au re- gard du manque de ressources né- cessaires à l’exécution de son plan d’action. Organisé sous l’égide du Minis- tère des affaires étrangères, par le groupe des Sages de l’Union Afri- caine et ses pairs des communautés économiques régionales, le sémi- naire marqué par la présentation de plusieurs communications des res- ponsables africains, s’est tenu pour donner suite à la demande du Conseil de paix et de sécurité de l’UA faite à la Commission de l’UA d’élaborer des termes de référence relatifs à la création et au fonction- nement d’une association de femmes pour la médiation.

12 DK NEWS

SAN

Jeudi 15 déc

COMMENT AVOIR UNE BONNE FLORE INTESTINALE ?

Puisqu'un déséquilibre de la flore intestinale semble à l'origine de nombreuses pathologies, agir sur cette flore devrait aider à les soigner, voire à les les prévenir.

On mange plus de légumes riches

Après avoir découvert que les patients obèses avaient souvent une flore intestinale appauvrie, Joël Doré, directeur de re- cherche au sein de l'unité d'écologie et phy- siologie du système digestif de l'INRA ( Jouy-en-Josas) et ses collègues les ont sou- mis à un régime hypocalorique riche en fi- bres. De façon attendue, ils ont perdu du poids. Mais les chercheurs ont également ob- servé une augmentation de la richesse de leur microbiote intestinal. « Les fibres constituent l'aliment de base de bactéries intestinales spécialisées et il semble donc que lorsqu'on leur en fournit plus, elles se développent mieux », indique Joël Doré. De façon plus générale, poursuit-il, « dans la mesure où la diversité du micro- biote semble associée à une meilleure pro- tection contre bon nombre de pathologies, conseiller à tous de manger plus de fibres pour favoriser cette diversité me semble être une bonne mesure préventive ».

Le conseil Top santé

L'idéal est de favoriser les fibres qui contiennent des prébiotiques. Il s'agit de constituants alimentaires non-digestibles

qui, dans la flore colique, stimulent sélecti- vement une ou un nombre limité de bacté- ries reconnues pour leurs effets bénéfiques sur la santé de l'hôte. Ce sont des fibres spécifiques (fructo- oligosaccharides (FOS), galacto-oligo-

saccharides

développement des bactéries présentes dans le côlon. On les trouve : dans l'artichaut, l'asperge, la banane, la salade chicorée, l'oignon, l'en- dive, le topinambour, le poireau, les salsi- fis

qui

le

),

favorisent

topinambour, le poireau, les salsi- fis qui le ), favorisent On consomme des probiotiques Tout le

On consomme des probiotiques

Tout le monde se souvient de ce fameux yaourt qui, grâce aux probiotiques qu'il contenait, était censé améliorer notre tran- sit intestinal. Mais depuis 2010, c'est l'Auto- rité européenne de sécurité des aliments (EFSA) qui est chargée d'examiner, et de va- lider, ces allégations santé. Et concernant les probiotiques, aucune de leurs alléga- tions santé n'a été approuvée.

Pourtant, indique Joël Doré, « certains probiotiques avaient montré des effets, certes modestes mais significatifs, sur la ré- gulation du transit. D'autres donnaient de bons résultats contre les diarrhées de l'en- fant ». Qui, d'ailleurs, n'a jamais eu recours au fameux Ultralevure® – qui n'est autre qu'un probiotique – pour soigner une diar- rhée ? « Certains se sont également révélés effi- caces pour traiter des symptômes associés

au syndrome du côlon irritable », ajoute Bruno Pot, responsable de l'équipe de re- cherche Bactéries lactiques et immunité des muqueuses à l'Institut Pasteur (Lille). Mais, reconnaît-il, « il y a aussi sur le mar- ché plein de probiotiques qui n'ont jamais prouvé la moindre efficacité pour quelque pathologie que ce soit ». Et surtout, précise Rémy Burcelin, res- ponsable de l'équipe de recherche Facteurs intestinaux, dyslipédémie et diabète à l'Ins- titut des maladies métaboliques et cardio- vasculaires (Toulouse) : « comme tout le monde n'a pas le même microbiote, le même probiotique n'aura pas le même effet d'un patient à l'autre ».

Le conseil Top santé

Les probiotiques se trouvent aussi dans de nombreux aliments. La choucroute, le kimchi coréen et tous les légumes nlacto- fermentés, c'est-à-dire trempé dans de la saumure pendant plusieurs semaines jusqu'au développement d'une acidité (ca- rotte, betterave ou céleri qu'on trouve en magasins bio). Contiennent également des probio- tiques le pain au levain, les olives, le kéfir et le kombucha (boissons fermentées), les sauces soja naturellement fermentées

On évite certains aliments !

Nous possédons différents types de flores, dont la flore de fermentation et la flore de putréfaction. La flore de fermenta- tion métabolise les glucides et produit des gaz inodores, tandis que la flore de putré- faction, qui métabolise les protéines, gé- nère des gaz malodorants et crée des composés qui vont polluer le foie. Elle se développe en excès quand on consomme trop de sucre, de viande ou pas assez de fi- bres.

LA FLORE INTESTINALE AURAIT UN IMPACT SUR L'OBÉSITÉ

La flore intestinale aurait un impact direct sur l'obésité. Chez les personnes obèses, le micro- biote possède une composition particulière, différente de celle des personnes ayant un poids normal. Le microbiote (l'ensemble des micro-organismes, essentielle- ment des bactéries, vivant dans nos intestins) joue un rôle essen- tiel dans notre corps. D'une part, il affecte le fonctionnement de nos organes, d'autre part il a un impact sur la manière dont les ca- lories sont absorbées et sur le dé- veloppement des cellules adipeuses. Et selon une récente étude des chercheurs de l'Uni- versité de Genève , il aurait un im- pact direct sur l' obésité . De nombreuses études ont d'ores et déjà souligné l'impact de la flore intestinale sur la régula- tion de multiples voies métabo- liques, reliant ainsi entre eux le

tractus gastro-intestinal, la peau, le foie, le cerveau et de nombreux autres organes. ici, les scientifiques suisses ont voulu tester l'influence du micro- biote sur la sensibilité à l'insuline. Pour ce faire, ils ont nourri trois groupes de souris avec une ali- mentation riche en calories. Les premières étaient dépourvues de germes (elles étaient nées et vi- vaient dans des conditions sté- riles), les deuxièmes étaient normales et les troisièmes avaient été traitées avec des doses élevées d'antibiotiques pour sup- primer entièrement leur micro- biote, . «Nous avons supposé que l'ap- pauvrissement du microbiote pouvait influencer la sensibilité à l'insuline (or une bonne sensibi- lité à l'insuline permet de lutter contre l'obésité)», explique Mirko Trajkovski, auteur principal de l'étude et professeur au départe-

ment de physiologie cellulaire et métabolisme de l'Université de Genève. D'après les résultats, les souris normales, bénéficiant d'une alimentation riche en calo- ries, développaient une obésité et une résistance à l'insuline, les deux autres groupes gardaient un poids normal, présentaient une sensibilité renforcée à l'insuline et toléraient mieux le glucose. Leur quantité de graisse blanche avait diminué considérablement, alors que celle des graisses brunes avait augmenté. «L'appauvrissement du micro- biote, soit par l'administration d'antibiotiques, soit chez des sou- ris dépourvues de germes, sti- mule le développement du tissu adipeux beige à l'intérieur du tissu adipeux blanc, de la même manière que l'exposition au froid ou à l'exercice », explique Mirko Trajkovski. Si, un traitement avec de fortes

explique Mirko Trajkovski. Si, un traitement avec de fortes doses d'antibiotiques n'est pas réaliste, en raison

doses d'antibiotiques n'est pas réaliste, en raison du risque de résistance, les scientifiques cher- chent des méthodes alternatives pour modifier le microbiote. La

possibilité d'une transplantation de flore intestinale «saine» ou celle de supprimer celle respon- sable de l'obésité seront par exemple étudiées.

www.topsante.comSource:*

TÉ

embre 2016

DK NEWS 13

INSOLITE :

LE CÔLON DES FEMMES PLUS LONG DE 10 CM

INSOLITE : LE CÔLON DES FEMMES PLUS LONG DE 10 CM Un gastro-entérologue américain pense avoir

Un gastro-entérologue américain pense avoir décou- vert pour quoi le syndrome du côlon irritable touche plus souvent les femmes que les hommes : ce serait une sim- ple question de morphologie. Et si le syndrome du côlon irritable était (aussi) dû à la forme et à la longueur de votre côlon ? Selon le Dr Ro- bynne Chutkan, gastro-enté- rologue dans une clinique de Washington D.C. (Etats- Unis), les femmes aurait un côlon plus long, en moyenne, de 10 cm par rapport à celui des hommes. Ces centimètres supplémentaires généreuse- ment accordés par Dame na- ture permettraient d’absorber plus d’eau et de nutriments au cours de la grossesse. « Mais à cause de ces 10 cm supplémentaires, le côlon des femmes est plus re- croquevillé sur lui-même et cela explique pourquoi les femmes souffrent plus de troubles digestifs et de pro- blèmes de constipation » ex- plique le Dr Chutkan dans une interview parue sur le site the Atlantic. Pour le médecin améri- cain, nos hormones sont éga- lement responsables : grâce à leurs hormones masculines, les hommes ont une ceinture abdominale naturellement plus solide que la nôtre, et elle permet de maintenir leurs in- testins en place. Alors que nos hormones féminines ont un impact sur la sphère diges- tive, provoquant diarrhées ou constipation selon le moment du cycle. Le syndrome du côlon irri- table est un trouble digestif fonctionnel qui se traduit souvent par des ballonne- ments, des douleurs abdomi- nales ou des diarrhées. Il impose souvent de suivre un régime restrictif qui impose d’éliminer un certain nom- bre d’aliments irritants pour le côlon.

SYNDROME DE L'INTESTIN IRRITABLE :

LA CARENCE EN VITAMINE D EN CAUSE

Il existerait un lien entre carence en vitamine D et syndrome de l'intestin irritable. Cette vitamine serait aussi capable d'améliorer le quotidien des malades.

Les personnes touchées par le syndrome

de l'intestin irritable seraient carencés en vi-

tamine D, selon les résultats d'une étude pu- bliée dans la revue médicale British Medical Journal . Les chercheurs de l'Université de Sheffield, en Grande-Bretagne ont réalisé

une étude pour identifier les causes encore inconnues du syndrome de l'intestin irrita- ble sur 51 malades. Le syndrome du l'intestin irritable est un trouble digestif fonctionnel qui se traduit souvent par des ballonnements, des dou- leurs abdominales ou des diarrhées. Il im- pose souvent de suivre un régime restrictif qui impose d'éliminer un certain nombre d'aliments irritants pour le côlon. Les résultats de cette étude ont montré que la majorité (82%) de patients touchés par le syndrome de l'intestin irritable était carencée en vitamine D.

"Notre travail a montré que la plupart des personnes souffrant du syndrome de l'intes- tin irritable avaient des taux insuffisants de vitamine D. En outre, il y avait une associa- tion entre la vitamine D et la qualité de vie perçue par le patient", précise le Dr Bernard Corfe, auteur principal de l'étude, du groupe

de recherche de gastro-entérologie molécu-

laire de l'université de Sheffield, Royaume-

Uni. Cette étude révèle aussi que la vitamine

D pourrait améliorer les conditions de vie

des malades. En effet, Vicky Grant, une des chercheuses a observé une nette améliora-

tion de ses symptômes après l'introduction

à haute dose de vitamine D3, il y a environ

cinq ans : "Je ne m'attendais pas à ce que la vitamine D donne ces résultats. Depuis 30 ans, j'avais essayé et avais échoué avec tant d'autres traitements. Je ne suis pas guérie mais j'ai constaté que le supplément a radi- calement amélioré mon SCI. Cette nouvelle étude permet de réfléchir

à une voie thérapeutique pour traiter cette pathologie aux symptômes douloureux.

pour traiter cette pathologie aux symptômes douloureux. Faire le plein de vitamine D Cette nouvelle étude

Faire le plein de vitamine D

Cette nouvelle étude rappelle l'impor-

tance de la vitamine D. Or, une récente étude de l'Institut national de la santé et de la re- cherche médicale (Inserm) révèle que plus de la moitié des Français (58%) manquent de vitamine D, avec une concentration infé- rieure à 20 nanogrammes par ml de sang et 15% sont même en carence (moins de 10ng/ml). Pour ne pas être en insuffisance, il

faudrait au moins avoir une concentration sanguine de vitamine D entre 30 et 45 ng/ml

de sang. La vitamine D se trouve notamment dans les poissons gras, le jaune d'œuf et les abats, mais elle est surtout fabriquée par notre corps quand notre peau est exposée au soleil. « Une exposition au soleil, la pratique d'une activité physique et le maintien d'un poids stable et «normal » permettraient de faire le plein de ce nutriment essentiel pour la santé », selon les chercheurs de l'Inserm. Mais, attention la supplémentation en vita- mine D ne doit absolument pas se faire sans avis médical.

INTESTINS IRRITABLES :

LA FAUTE AU STRESS ?

Nous avons l’intestin de plus en plus sen- sible. Sans doute la faute au stress, aux repas avalés sur le pouce et autres nourritures in- dustrielles. Fort heureusement, ces troubles intéressent davantage les médecins, qui se passionnent pour leur origine et valident de nouveaux traitements.

Intestins irritables : une sensibilité familiale

« Les effets du stress sur la motricité di-

gestive sont encore mal compris », admet le

Pr Benoît Coffin, chef du service de gastro-

entérologie à l'hôpital Louis Mourier (Co- lombes). On constate cependant que la libération des hormones du stress a ten- dance, chez certaines personnes plus que

d’autres, à se répercuter sur ce " point sen- sible ", du fait sans doute d’un déséquilibre du système nerveux autonome. Cette sus- ceptibilité individuelle, voire familiale, se manifeste souvent dès l’enfance . Elle se

calme plutôt ensuite… ou bien évolue en

" intestins irritables" . Ce trouble chro-

nique, associant douleurs abdominales et perturbations du transit (diarrhée, constipa-

tion, ou alternance des deux) touche près de

10 % de la population. Sans doute en partie

à cause du stress , qui aggrave les symp- tômes.

Intestins irritables : quelles solutions ?

- Apprendre à gérer son stress . Toutes les

techniques de relaxation ( méditation, cohé- rence cardiaque, hypnose ) peuvent consi-

dérablement soulager les douleurs. De même que la pratique de gymnastiques

douces orientales comme le yoga, le tai-chi ou encore le qi gong .

- S’aider du traditionnel magnésium + vi-

tamine B6 pour gagner en sérénité.

- Faire une cure de millepertuis. Une ré-

cente étude chinoise a mesuré le rythme cardiaque au repos et en situation de stress chez trente femmes souffrant d’intestin irri- table et vingt autres qui étaient en bonne santé. Elle a ensuite renouvelé les contrôles

après huit semaines d’un traitement au mil-

lepertuis. Résultat : la plus grande variabilité cardiaque des malades a eu tendance à se normaliser grâce à la prise de millepertuis.

à se normaliser grâce à la prise de millepertuis. Et, parallèlement, leurs symptômes gastro- intestinaux se

Et, parallèlement, leurs symptômes gastro- intestinaux se sont améliorés. - Essayer un complément alimentaire à base de probiotiques . ImmunoStim Stress, qui associe deux souches de probiotiques, a été spécialement élaboré pour réduire l’in- confort intestinal d’origine psychologique (à partir de 6 ans, un stick par jour pendant 21 jours).

14 DK NEWS

AFRIQUE

Jeudi 15 décembre 2016

BURKINA FASO

GAMBIE

Des manifestants réclament «justice» dans l'affaire de l'assassinat de Norbert Zongo

 

Jammeh doit être prêt à céder le pouvoir à la date prévue en janvier

Le représentant de l'ONU en Afrique de l'Ouest, Mohamed Ibn Chambas, a indiqué mercredi que le président gambien Yahya Jammeh devait «être prêt à céder le pouvoir» en janvier, indépendamment de son recours juridique contre l'élection de l'opposant Adama Barrow.

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté mardi à Ouagadougou pour réclamer «justice»

dans l'affaire du meurtre du journaliste d'investi- gation Norbert Zongo en 1998, ont rapporté des médias. Les manifestants qui brandissaient des banderoles ou des pancartes sur lesquelles était écrit «vérité et justice pour Norbert Zongo!» ou «A bas les assassins et les commanditaires» ont effec- tué une longue marche à travers les artères de Ouagadougou pour exiger que la «lumière» soit faite sur l'assassinat du journaliste burkinabè, selon les médias. Journaliste d'investigation et directeur de publi- cation de l'hebdomadaire L'indépendant, Norbert Zongo et trois de ses compagnons ont été retrouvés morts carbonisés dans leur véhicule le 13 décembre

tenter de convaincre Yahya Jammeh de reconnaître sa défaite à l'élection prési- dentielle et céder

tenter de convaincre Yahya Jammeh de reconnaître sa défaite à l'élection prési- dentielle et céder le pou- voir n'étaient pas encore parvenus à un accord en ce sens. «Nous ne sommes pas venus pour un accord, nous venons aider les Gambiens à organiser la transition. Ce n'est pas quelque chose qui peut aboutir en un seul

contrer pour mieux com- prendre la situation actuelle», a-t-elle ajouté. «Nous avons rencontré toutes les parties concer- nées et maintenant, nous allons rendre compte à nos pairs à une rencontre de la Cédéao prévue samedi à Abuja», capitale fédérale du Nigeria où l'organisation ouest-africaine a son siège, a ajouté Mme Sirleaf.

M. Ibn Chambas s'expri- mait au retour d'une mis-

sion mardi à Banjul de qua- tre chefs d'Etat d'Afrique de l'Ouest, à laquelle il a parti-

cipé, pour tenter de convaincre M. Jammeh de reconnaître définitivement sa défaite à l'élection prési- dentielle et de céder le pou-

Chambas, ajoutant qu'«il devra être prêt à céder le

pouvoir» à cette date. D'ici là, «c'est M. Jammeh qui est le prési- dent constitutionnelle- ment élu. Nous espérons que pendant cette période toutes ses actions seront conformes à la Constitution», a souligné le responsable de l'ONU.

Pas encore d'accord avec Yahya Jammeh pour son départ du pouvoir

La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf a déclaré mardi soir que les dirigeants ouest-africains dépêchés à Banjul pour

jour, il faut y travailler», a déclaré à la presse Mme Sirleaf, présidente en exer-

cice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et chef de la délé- gation. Les dirigeants ouest- africains, comprenant le Nigérian Muhammadu Buhari, le Ghanéen John Dramani Mahama et le Sierra-Léonais Ernest Bai Koroma, ont rencontré Yahya Jammeh qui, selon Mme Sirleaf, leur a «exprimé certaines préoc- cupations», qui n'ont pas été précisées. «La mission de la Cédéao est venue ici le ren-

Elle a assuré ne pas être déçue «puisque je pense que la démarche va fonc-

tionner». La présidente de la Cédéao a souligné que tous les interlocuteurs de la délégation s'étaient enga- gés en faveur de la paix et de la stabilité en Gambie. Dans le même temps, le parti de M. Jammeh, l'Alliance patriotique pour la réorientation et la construction (APRC), a saisi mardi la Cour suprême pour demander l'annula- tion des résultats de l'élec- tion du 1er décembre accordant la victoire à l'op- posant Adama Barrow par quelque 19.000 voix d'écart.

1998

à 100 km près de Sapouy, dans le sud du pays.

a

Une commission d'enquête indépendante (CEI)

conclu quelques mois plus tard que le journaliste

avait été tué «dans le cadre de l'exercice de ses fonc- tions». Auteur de plusieurs enquêtes sur la gouver-

nance sous le régime du président Compaoré, M.

Zongo enquêtait au moment de son assassinat sur

la

mort de David Ouédraogo, chauffeur de François

voir. «L'opposition a rem- porté l'élection, qui a été juste», a affirmé le repré- sentant spécial dans la région du secrétaire géné- ral de l'ONU Ban Ki-moon, cité par l'AFP. Le mandat de cinq ans de M. Jammeh expire le 19 janvier, a rappelé M. Ibn

Compaoré, frère cadet et conseiller économique du président Compaoré surnommé le «petit prési- dent». A l'origine de la manifestation de ce mardi, le «Collectif des organisations de masse et des partis politiques contre l'impunité» a dénoncé le «silence radio» des autorités gouvernementales. «Le Collectif se donnera les moyens pour mener des actions fortes pour exiger l'instruction sérieuse

du dossier Norbert Zongo et compagnons (

)

ainsi

que de l'ensemble des dossiers de crimes jusqu'ici

impunis», a déclaré son président Chrysogone

LIBYE :

Zougmoré, qui est également président du Mouvement burkinabè des droits de l'Homme et des peuples (MBDHP), lors d'un meeting sur la Place de la nation.

Dans un communiqué publié mardi, l'organisa- tion de défense des journalistes Reporters sans

Frontières (RSF) demande «dix-huit ans après l'as-

sassinat du journaliste Norbert Zongo (

rités burkinabès d'accélérer la procédure judi- ciaire afin que l'assassinat du journaliste soit élu- cidé et que justice soit enfin rendue». RSF rappelle qu'une «décision de la Cour afri- caine des droits de l'Homme et des peuples en mars

avait en effet statué que le gouvernement bur-

kinabè n'avait +pas agi avec la diligence due+ pour

aux auto-

)

2014

élucider l'assassinat du journaliste. Si les familles ont aujourd'hui été dédomma- gées, il reste à rendre la justice». Sous Compaoré, le dossier Zongo s'était enlisé

au niveau judiciaire, la justice ayant déclaré en

un «non-lieu» en faveur du seul inculpé.

2003

La justice a rouvert le dossier après la chute du régime de M. Compaoré fin octobre 2014, après 27

ans au pouvoir.

Le Conseil de sécurité proroge de neuf mois le mandat de la mission de l'ONU

Le Conseil de sécurité de l'ONU a prorogé mardi le mandat de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL), jusqu'au 15 sep- tembre 2017. En adoptant à l'unanimité la résolution 2323 (2016), les 15 ont également décidé de charger la MANUL de mener des activités de médiation et des missions de bons offices, «dans le strict respect du principe d'appropriation nationale». Aux termes de cette réso- lution, la MANUL doit notamment appuyer la mise en oeu- vre de l'accord politique libyen signé

la mise en oeu- vre de l'accord politique libyen signé le 17 décembre 2015 qui prévoit

le 17 décembre 2015 qui prévoit la for- mation d'un gouvernement d'entente

nationale. Elle doit aussi appuyer le renforcement des dispositions de ce gouverne- ment en matière de gouver- nance, de sécurité et d'éco- nomie, ainsi que les étapes ultérieures de la transition libyenne. Le Conseil demande éga- lement à la MANUL de coor- donner l'assistance interna- tionale et d'appuyer le gou- vernement d'entente natio- nale dans son action visant à stabiliser les zones sortant d'un conflit, y compris celles reprises à l'organisation ter- roriste autoproclamée «Etat isla- mique»(EI/Daech).

SOUDAN DU SUD

Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu dénonce «les violences sexuelles et ethniques»

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a dénoncé mercredi les «violences sexuelles et eth- niques» qui ravagent le Soudan du Sud et réclamé le déploiement immédiat d'une force régionale de 4.000 hommes dans tout le pays. Dans un discours prononcé à l'ouverture des débats d'une session spéciale sur le Soudan du Sud, convoquée à la demande de 48 pays conduits par les Etats-Unis, le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad al-Hussein, a souligné que l'économie du Soudan du Sud avait été «dévastée» par trois ans de conflit. «Quelque 4,8 millions de personnes, privées de ressources, sont exposées à la menace tout à fait réelle de grave insécurité alimentaire et de famine», a-t-il dit. M. Zeid a également qualifié de «choquant» le niveau de violences sexuelles dans ce pays. Selon une étude du Fonds des Nations Unies pour la Population réalisée en juin, 70% des femmes réfu- giées dans un camp à Juba, la capitale, ont avoué avoir été violées. «Tous les acteurs en armes à tra- vers le pays semblent être responsables», a-t-il dit. La présidente de la Commission des droits de l'homme au Soudan du Sud, Yasmin Sooka, a pour sa part dénoncé «un processus régulier de net- toyage ethnique déjà en cours dans certaines par-

de net- toyage ethnique déjà en cours dans certaines par- ties du pays». «Le Soudan du

ties du pays». «Le Soudan du Sud est au bord d'une guerre civile ethnique, qui pourrait déstabiliser l'ensemble de la région», a-t-elle dit dans son dis- cours. Elle a appelé la communauté internationale à organiser le déploiement immédiat des 4.000 hommes de la force de maintien de la paix régio- nale, pas seulement dans la capitale, mais dans tout le pays. Mme Sooka a également réclamé la création «immédiate «de la «Cour hybride», tribunal spécial chargé d'enquêter et de juger les responsa- bles des exactions depuis le début de la guerre au Soudan du Sud.

EGYPTE

Le groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» revendique l'attentat de dimanche contre une église du Caire

Le groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» (EI/Daech) a revendiqué mardi l'attentat contre une église qui a fait 25 morts au Caire dimanche. Le groupe terroriste a affirmé dans un communiqué publié sur internet qu'un kamikaze a déclenché sa ceinture explosive au milieu de «la foule». L'EI identifie l'homme comme étant Abou Abdallah al-Masri (l'Egyptien). Durant les funérailles des victimes lundi, le président égyp- tien Abdel Fattah al-Sissi avait identifié le kamikaze comme étant Mahmoud Chafik Mohamed Mostafa, 22 ans. C'est l'ADN qui a permis de l'identifier, selon les autorités. Le président égyptien avait indiqué que le kamikaze avait commis l'attentat à l'aide d'une ceinture explosive, dans l'église Saint- Pierre et Saint-Paul contiguë à la cathédrale copte Saint-Marc, siège du pape copte Tawadros II. Le ministère de l'Intérieur a également donné les identités des quatre personnes, trois hommes et une femme, arrêtées dans le cadre de l'enquête. Les autorités continuent de rechercher d'autres suspects, selon le ministère.

APS

Jeudi 15 décembre 2016 MONDE DK NEWS 15
Jeudi 15 décembre 2016
MONDE
DK NEWS
15

SYRIE

«Nouvelle dynamique» dans les opérations

de l'armée syrienne pour la reprise totale d'Alep

Il y a «une nouvelle dynamique» dans les opérations de l'armée syrienne pour la reprendre le contrôle total de la ville d'Alep, a indiqué un responsable russe au lendemain de l'annonce d'un accord sur l'évacuation des civils et de groupes armés de la ville où six civils ont été tués par des tirs rebelles.

«La situation est tendue

à

dynamique concernant la progression des forces gou- vernementales syriennes et la fin des opérations pour la libération totale de la ville» des groupes de l'opposition armée et des terroristes, a affirmé depuis Moscou le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, cité par l'agence de presse «Novosti». Sur le terrain, l'aviation de l'armée syrienne a mené mercredi des frappes aériennes sur le dernier carré des groupes armés à Alep, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), alors que les violences ont repris de plus belle dans la deuxième ville de Syrie, au lendemain de l'annonce d'un accord de cessez-le- feu à Alep et de l'évacuation des civils et hommes armés, conclu la veille au soir avec l'opposition selon les médias. Dans les dernières zones sous la coupe de groupes terroristes, les armes se sont tues depuis l'annonce mardi après-midi de l'ac- cord entre la Russie et la Turquie, signé après qua- tre semaines de bombarde- ments et de combats intenses qui ont dévasté la partie orientale de la deuxième ville du pays. Les évacuations qui

Alep et il y a une nouvelle

du pays. Les évacuations qui Alep et il y a une nouvelle devaient commencer mer- credi

devaient commencer mer- credi à 05h00 (03h00 GMT), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), n'avaient toujours pas com- mencé plus d'une demie heure plus tard. «Nous sommes prêts mais nous voulons connaî- tre les modalités» de l'opé- ration d'évacuation, avait déclaré dans la matinée Ibrahim Abou al-Leith, porte-parole des Casques Blancs, ces secouristes dans le secteur occupé par les groupes armés. Selon les médias, dans le quartier de Salaheddine, une vingtaine de bus verts en attente sans voir de civils ou d'éléments de groupes dans les parages. Six bus étaient briève- ment entrés mardi soir dans le quartier avant d'en ressortir, vides.

L'accord prévoyant l'éva- cuation de civils et des groupes armés de la ville d'Alep a été «suspendu» après des «objections» du gouvernement syrien, a indiqué une source proche du gouvernement syrien citée par l'AFP. Elle a souligné que le gouvernement avait exprimé son désaccord sur le nombre élevé de per- sonnes devant être éva- cuées. «Damas veut également avoir une liste de noms de tous ceux qui vont sortir, pour s'assurer qu'il n'y a aucun otage ou prison- nier», a ajouté la même source. Selon un communiqué du ministère russe de la Défense, les groupes armés devaient quitter Alep à 06H00 locales (04H00 GMT) à travers le quartier

Salaheddine mais la colonne de bus devant les transporter a été visée par des tirs venant des quar- tiers rebelles. Le ministre turc a en outre fait savoir qu'il s'en- tretiendrait mercredi au téléphone avec ses homo- logues russe, Sergueï Lavrov, et iranien, Mohammad Javad Zarif. «J'espère que toutes les parties vont s'en tenir (à l'accord) pour qu'il soit mis fin à la brutalité et à l'op- pression», a-t-il encore dit. Une reprise totale d'Alep, principal bastion en Syrie de l'opposition armée et des groupes terroristes , représentera la plus impor- tante victoire du pouvoir en place en Syrie depuis le début de la guerre en 2011, et permettra au gouverne- ment de contrôler les cinq plus grandes villes du pays, avec Homs, Hama, Damas et Lattaquié. Soumis depuis quatre semaines à de violents bombardements aériens et à l'artillerie, les groupes terroristes ont perdu la quasi-totalité de leur ancien bastion d'Alep-Est occupé en 2012 et sont dés- ormais cantonnés surtout dans le grand quartier d'al- Machad. L'armée syrienne et ses soutiens contrôlent désor- mais plus de 90% d'Alep- Est, selon l'OSDH.

IRAN-SYRIE

L'Iran salue la «libération» d'Alep en Syrie

Plusieurs responsables politiques et militaires iraniens ont salué mercredi la «libération» de la grande ville du nord de la Syrie, Alep, des mains des terro- ristes. Le ministre de la Défense, le général Hossein Dehghan, a appelé son homologue syrien Fahd Jassem al-Freij afin de «féliciter le peuple et le gouver- nement syriens pour les victoires de l'armée syrienne et des forces de la résistance pour libérer la ville d'Alep des mains des terroristes», a rapporté la télévision d'Etat. Le président du Parlement iranien, Ali Larijani, a égale-

ment salué «les victoires des enfants valeureux de la région qui ont fait recu-

de sorte que l'im-

portante ville d'Alep a été libérée et que

bientôt Mossoul le sera également», en référence au fief du groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» (EI/Daech) en Irak, sous le coup d'une offensive des forces progouvernemen- tales. Soumis depuis quatre semaines à de violents bombardements aériens et à l'artillerie, les groupes terroristes ont perdu la quasi-totalité de leur ancien bastion d'Alep-Est occupé en 2012 et

ler les terroristes (

)

sont désormais cantonnés surtout dans le grand quartier d'al-Machad. Une reprise totale d'Alep permettra au gouvernement syrien de contrôler les cinq plus grandes villes du pays, avec Homs, Hama, Damas et Lattaquié. Les forces régulières syriennes ont reconquis la quasi-totalité d'Alep à la faveur d'une offensive militaire lancée le 15 novembre. L'armée syrienne et ses soutiens contrôlent désormais plus de 90% d'Alep-Est, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

POLOGNE

Le Parlement polonais adopte une loi restreignant les rassemblements publics

Le Parlement polonais a adopté définitivement mardi soir la loi sur les rassemble- ments publics, introduisant des restrictions dénoncées par l'opposition comme anti- démocratiques. Le nouveau texte intro- duit notamment la notion de «rassemblement pério- dique» pour une manifesta- tion organisée à plusieurs reprises au même endroit et

à la même date. Ce type de

manifestation sera désor- mais prioritaire par rapport

à d'autres initiatives sociales ou politiques, selon des médias.

Ces dernières pourront se dérouler dans un endroit distant d'au moins 100 mètres du rassemblement

endroit distant d'au moins 100 mètres du rassemblement périodique. Selon le parti au pouvoir Droit et

périodique. Selon le parti au pouvoir Droit et Justice (PiS), la nouvelle loi permettra

d'assurer la sécurité des par- ticipants à tous les rassem- blements, autrement dit d'empêcher des heurts éven- tuels. Selon l'opposition, ces régulations permettront au

pouvoir d'empêcher un «dia- logue de rue», limitant ainsi la liberté d'expression, et ne sont destinées qu'à garantir au PiS la possibilité d'organi- ser, dans le calme, une fois par mois, les commémora- tions du crash de Smolensk du 10 décembre 2010, dans lequel sont morts 96 per-

sonnes, dont le président polonais Lech Kaczynski, frère jumeau du président du parti au pouvoir. Le texte adopté ne privilé- gie cependant plus les mani- festations organisées par les organes de l'Etat et les orga- nisations religieuses au détriment des initiatives citoyennes, comme le pré- voyait son projet initial. L'opposition et des défen- seurs des droits de l'homme ont critiqué le texte qui, selon eux, restreint les liber- tés fondamentales. Jusqu'à présent, le premier organi- sateur annonçant un ras- semblement en un lieu et à une date donnés état priori- taire par rapport à ceux arri- vant après lui.

PALESTINE-ISRAËL

Un Palestinien tué par des tirs des forces d'occupation israéliennes

Un Palestinien a été tué mercredi par des tirs

des forces d'occupation israéliennes à El Qods occupée, rapportent des médias.

Il s'agit d'un Palestinien, âgé de 21 ans, origi-

naire d'El-Khalil en Cisjordanie occupée. L'agression s'est déroulée au coeur de la ville d'El Qods-Est, partie annexée et occupée par Israël. Les violences israéliennes ont coûté la vie à 242 Palestiniens depuis le 1er octobre 2015, selon un décompte relayé par les médias.

MOSSOUL

Les forces irakiennes reprennent deux districts et sept villages à Daech

Les forces irakiennes ont réussi à reprendre mardi deux nouveaux districts de la ville de Mossoul, alors que les unités paramilitaires Hashd Shaabi libéraient sept villages à l'ouest de la ville, a annoncé l'armée irakienne. Les commandos du Service contre-terroriste (CTS) ont libéré les districts d'al-Falah Oula et d'al-Falah Thaniya, et ont levé le drapeau ira- kien au sommet de plusieurs de leurs bâti- ments, a déclaré dans un communiqué le Commandement opérationnel conjoint ( JOC) irakien. Les forces d'élite du CTS ont lancé une offen- sive dans ces deux nouveaux districts tôt dans la matinée. Leur victoire porte à 40 le nombre de

districts repris à l'EI dans l'est de Mossoul, selon le communiqué, citant le lieutenant-général Abdoul Amir Yarallah.

A l'intérieur de la ville, les forces armées ren-

contrent une résistance acharnée de la part des extrémistes, qui lancent de violentes contre- attaques à l'aide de petits commandos mobiles, capables de se déplacer rapidement à travers les

districts de la ville. Les éléments de l'EI recou- rent également à des attaques à la voiture pié- gée, à des tirs de mortier et à des tireurs embus- qués, en plus de se servir de la population locale comme de boucliers humains.

A l'ouest de Mossoul, les Hashd Shaabi, des

unités paramilitaires majoritairement chiites, ont libéré sept villages près de Tal Afar, au terme de violents combats contre les éléments de l'EI. La présence des Hashd Shaabi près de Tal Afar a permis de couper les voies de ravitaille- ment de l'EI à l'ouest de Mossoul, conduisant ainsi à l'encerclement et à l'isolement complet de la ville de Mossoul par les unités paramili- taires et par les troupes kurdes et irakiennes.

FRANCE

Les députés prolongent pour la 5 e fois l'Etat d'urgence, jusqu'au 15 juillet

Les députés français ont voté une cinquième prolongation de l'état d'urgence par 288 voix contre 32, dans la nuit de mardi à mercredi, et ce jusqu'au 15 juillet. Cette prolongation devrait être confirmée jeudi au Sénat, afin d'éviter une interruption automatique de l'état d'urgence, le 22 décembre. Le pays se trouve en situation d'état d'ur- gence depuis le 13 novembre 2015, le jour des attentats qui avaient fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, en banlieue parisienne. Le Parlement l'avait prolongé pour trois mois supplémentaires à compter du 26 novembre 2015, puis à nouveau du 26 février au 26 mai 2016, et pour deux mois jusqu'au 26 juillet afin de sécuriser deux événements sportifs majeurs:

le Tour de France cycliste et l'Euro-2016 de foot- ball. La quatrième prolongation était interve- nue après l'attentat de Nice (sud, 86 morts). La très grande partie de la majorité et de l'op- position ont voté pour cette cinquième prolon- gation. Seuls les députés Front de gauche, les écologistes contestataires et une poignée de députés LR (droite) ont voté contre.

APS

16 DK NEWS

CULTURE

Jeudi 15 décembre 2016

TLEMCEN

16 associations musicales attendues au festival national du hawzi

Pas moins de 16 as- sociations musicales prendront part au fes- tival national de mu- sique hawzi, prévu à Tlemcen du 22 au 29 décembre courant, a- t-on appris mardi du commissaire de cette manifestation. Ces associations re- présentent un nom- bre de wilayas du pays dont Constantine, Alger, Mostaganem, Oran, Sidi Bel-Abbès et Tlemcen avec des troupes musi- cales célèbres dont «Gharnata», «Kortobia», «Ahbab Cheikh Larbi Bensari» et Mouahidia de la ville de Nedroma, a indiqué Fawzi Benkelfate. Il a indiqué que ce festival musical est organisé sous le slogan «Hadra tlemçania andaloussia» dans le cadre de la commémoration du 52ème anniversaire de la mort du chantre cheikh Larbi Bensari doyen du genre andalou hawzi. Outre les soirées du hawzi, il est prévu également une exposition de photos et de documents d’archives mettant en exergue le parcours artistique du cheikh Larbi Bensari et ses soirées animées au pays et à l’étranger, ainsi que des instruments de musique utilisés par son orchestre dont le luth et violon. Né en 1863 à Tlemcen et mort le 24 décembre 1964, Larbi Bensari est un symbole de la musi- cale à Tlemcen et le doyen de la chanson anda- louse. Il a activé sur la scène musicale durant 80 ans et sa renommée a dépassé les frontières du Maghreb arabe. Il a participé à de nombreuses manifestations internationales dont le 1er congrès de la musique arabe au Caire en 1932.

dont le 1er congrès de la musique arabe au Caire en 1932. MOSTAGANEM Talbi Djamel de

MOSTAGANEM

Talbi Djamel de Tizi Ouzou remporte le «prix Mohamed Khedda» des arts plastiques

L'artiste Talbi Djamel de Tizi Ouzou a rem- porté le «prix Mohamed Khedda» des arts plas- tiques, dans sa troisième édition clôturée mardi soir à la maison de la culture «Ould Ab- derrahmane Kaki» de Mostaganem. La deuxième place est revenue à Mourad Abdellaoui de la wilaya d'Oum El Bouaghi et la troisième à Mohmed Salah Tiaibia de Guelma, alors que le prix du jury a été décerné à Nabi Abdelghani d'Adrar, élève de l'école régionale des Beaux arts de Mostaganem et celui du tra- vail distingué à Djemai Réda de Mostaganem. Lors de la cérémonie de clôture, le jury pré- sidé par l'artiste plasticien Zerhouni Sid Ahmed et composé des artistes Baghdadli Réda et Oulhaci Mohamed a recommandé à consa- crer chaque édition à une école artistique. Par la même occasion, l'artiste Mohamed Oulhaci de Mostaganem a été honoré et un reportage sur son parcours a été projeté. Initiée par la direction de la culture en col- laboration avec la maison de la culture, cette manifestation a été marquée par une exposi- tion de plus de 50 tableaux d'arts plastiques avec la participation d'artistes de 23 wilayas du pays et la présentation de communications sur l'art abstrait et la projection d'un film de des- sins animées réalisé par Toufik Oulebcir. L'artiste Mohamed Khedda (1930-1991) fut l'un des fondateurs de l'école des arts plas- tiques en Algérie. Il a entamé son parcours en dessin à l'âge de 17 ans avant d'émigrer en France en 1953. Il a organisé plusieurs expositions en Algé- rie et à l'étranger et contribué au mouvement culturel en assumant plusieurs responsabilités au sein du ministère de la Culture, au Haut conseil de la culture et à l'école supérieure des Beaux arts. Il créa en compagnie d'autres ar- tistes la troupe «Loucham» dans les années 70 et publia deux ouvrages «Pour un nouvel art» et «feuilles éparses.

SELON LE MONDE

En la personne de Mohamed-Tahar Fergani,

l’Algérie a perdu une autre «figure de son patrimoine culturel»

Une semaine après Amar Ezzahi, un des maîtres du chaâbi les plus populaires, l’Algérie a perdu une autre «figure de son patrimoine culturel», en la personne de Mohamed-Tahar Fergani, mort à Paris le 7 décembre dernier, a estimé Le Monde dans livraison de mardi.

Dans un hommage rendu à l’un des derniers maîtres de la musique arabo- andalouse (malouf ), le journaliste Pa- trick Labesse a indiqué que le défunt artiste était «respecté et admiré» du mo- ment où il a grandi dans un milieu «fa- vorable au développement d’une vocation musicale». «Il était l’un des derniers maîtres de sa génération du malouf. Cette expression de la raffinée, sa- vante et mélancolique musique arabo- andalouse est née en al-Andalus (qui désigne les territoires de la péninsule ibérique et de la Septimanie sous domi- nation musulmane à partir de 711) et s’est développée au Maghreb après la chute de Grenade suivie de l’expulsion des musulmans en 1492», a rappelé le journal qui est revenu longuement sur son parcours artistique depuis qu’il avait appris de son père, Cheikh Hamou Fer- gani (1884-1972), à chanter le hawzi, un genre populaire musicale des faubourgs (h’waza) de Tlemcen, dérivé également de l’arabo-andalou. «Son timbre de voix, alliant chaleur et

l’arabo-andalou. «Son timbre de voix, alliant chaleur et puissance, commence à impressionner sérieusement son

puissance, commence à impressionner sérieusement son auditoire», a-t-il sou- ligné, rappelant qu’en 1951, à Annaba, «il se distingue lors d’un concours musical en remportant le 1er prix». Le Monde fait observer qu’en fré-

quentant les artistes de référence de l’arabo-andalou algérien, tels que Dah- mane Ben Achour ou Abdelkrim Dali, Mohamed-Tahar Fergani «devient de plus en plus brillant et finit par maîtriser

le répertoire des trois écoles : l’algéroise et son style sana’a, la tlemcénienne avec le gharnati et, évidemment, la constanti- noise avec son malouf, plus vif qu’ail- leurs». «Très respecté, admiré, gratifié de toutes les récompenses et compliments, il captive son auditoire, tant en Algérie qu’à l’étranger», a mis en évidence le journal qui reprend l’appréciation de l’Institut du monde arabe (IMA) dans une brochure lorsqu’il avait accueilli en

2002.

«Son sens mélodique aigu, son génie sans pareil dans l’improvisation, la ri- chesse de son style, sa virtuosité dans le maniement du violon, tenu à la verticale, et son audace à dépasser ses limites ont fait école et, pour lui, c’est la plus belle des récompenses pour une aussi longue carrière, encore en mouvement», avait écrit l’IMA.

SEMAINE CULTURELLE ALGÉRIENNE EN IRAN :

Nouri Koufi crée une ambiance algérienne à Téhéran

L'artiste algérien Nouri Koufi a animé mardi soir, en compagnie de son orchestre, un concert de musique anda- louse à la bibliothèque natio- nale de Téhéran dans le cadre de la deuxième journée de la semaine culturelle algé- rienne en Iran qui se pour- suivra jusqu'au 16 décembre. Le public, des Iraniens et des membres de la commu- nauté algérienne et arabe à Téhéran, a fait ovation à l'ar- tiste qui a transposé, l'espace d'une soirée, l'ambiance algé- rienne à Téhéran, avec des chansons andalouses mer- veilleusement accompagnées par sa troupe de musiciens. «Chems El Achia», chan- son inauguratrice du concert, et d'autres de son répertoire classique ainsi que des re-

d'autres de son répertoire classique ainsi que des re- prises de chansons célèbres telles que «Bint

prises de chansons célèbres telles que «Bint Bladi» et «Ya Rayeh» du regretté Dahmane El Harrachi ont fasciné le pu- blic qui a vivement acclamé l'artiste pour sa grande géné- rosité. Malgré l'obstacle de langue, la beauté du chant soufi, qui glorifient l'amour

du prophète (QSSSL), et la magie de la mélodie anda- louse ont séduit l'assistance. Halwa Saleh et Yara Ma- rhedj, deux étudiantes sy- riennes en langue perse à Téhéran ont dit à l'APS avoir beaucoup apprécié le concert. «La chanson Ya Rayeh est

très populaire en Syrie», a in- diqué Yara Halwa qui a confié avoir entendu parler de cette soirée par une amie journa- liste à Téhéran, regrette le manque d'information sur ce type d'événement. Le film «La bataille d'Al- ger» du réalisateur Gillo Pon- tecorvo, projeté dans une autre salle de la bibliothèque, a été suivi avec intérêt par un public composé majoritaire- ment d'étudiants. Le doublage du film en persan était parfait. Les activités de la manifes- tation se sont poursuivies par des expositions de bijoux, d'habits traditionnels et de tapis représentant les diffé- rentes régions d'Algérie qui ont particulièrement retenu l'attention des visiteurs.

THÉÂTRE KATEB YACINE

La nouvelle pièce «Ahitus» impressionne le public

YACINE La nouvelle pièce «Ahitus» impressionne le public La nouvelle pièce théâtrale «Ahitus» a impressionné le

La nouvelle pièce théâtrale «Ahitus» a impressionné le pu- blic venu nombreux assister à sa générale présentée dans l’après midi de mardi au théâtre régional Kateb Yacine de Tizi Ouzou, a-t-on constaté. Ecrite par le dramaturge Nordine Aït Slimane et mise en scène par la jeune metteur en scène Nabila Ibrahim, Ahitus ou la légende du forgeron du village Lqalous a suscité l’émerveillement des adeptes du quatrième art qui ont longuement applaudi cette £uvre théâtrale. Produite en Tamazight, la pièce, qui s’étale sur une heure de temps, relate l’histoire d’un forgeron étranger, Ahitus (in- terprété par Mohammed Zouaoui), qui vivait tranquillement avec son épouse Houla (rôle campé par Saliha Idja) au village

Lqalous jusqu’au au jour où Ahemouche (Hocine Aït Guenis-

sad), l’un des notables de la bourgade décide de s’en prendre

à sa femme. Ce dernier, pour aboutir à son objectif, a trouvé

un moyen de convaincre le comité des sages du village de dé- posséder Ahitus de sa femme pour qu’il puisse l’épouser. Ahitus décida alors de se venger en aidant le village ennemi

à brûler Lqalous et l’exterminer après avoir cadenassé toutes

les portes des maisons de l’extérieur. C’est ainsi que le village Lqalous disparaît sans que Ahitus récupère sa femme qu’Ahemouche avait tué accidentellement d’une balle en essayant d’atteindre son rival. Une tragédie «jouée à la perfection par une équipe qui a tra- vaillé en symbiose pendant 20 jours seulement pour arriver à monter cette pièce théâtrale», a déclaré la metteur en scène Na- bila Ibrahim, émue par la réaction du public. Au milieu d’un décor réaliste qui reflète l’image de la so- ciété kabyle traditionnelle et un texte nourri de poésie accom- pagné de morceaux musicaux et de chants interprétés par le chanteur Djamel Kaloun, les huit comédiens ont pu tenir en haleine le public jusqu’à la dernière séquence du spectacle, a- t-on constaté. La troupe de la cette nouvelle £uvre théâtrale s’envolera demain mercredi à Batna pour représenter la wilaya de Tizi Ouzou au festival national du théâtre d’expression ama- zighe, a précisé le directeur du théâtre régional Kateb Yacine, Farid Mahiout à la fin de la générale.

APS

Jeudi 15 décembre 2016

HISTOIRE

DK NEWS

17

ALGÉRIE-FRANCE

Crânes de résistants algériens : le président du Musée de l’homme de Paris évoque la complexité du processus de restitution

Le président du Muséum national d’histoire naturelle, Bruno David, a évoqué devant les députés de l’Assemblée française la complexité du processus de restitution des crânes des résistants algériens réclamés par l’Algérie.

«En tant que dépositaires des collections, nous devons évidemment en prendre soin, mais nous n’avons pas le droit de les céder. Cela peut d’ail- leurs poser des problèmes éthiques: nous conservons des crânes de résistants algériens du XIXe siècle que l’Algérie réclame, mais, dans la mesure où ils ne nous appartiennent pas, je ne peux pas les restituer sans suivre un processus assez compliqué», a-t-il expliqué lors de son audition par la Commission du développe- ment durable et de l’aménage- ment du territoire, le 7 décem- bre, dont le compte-rendu a été publié mardi. Il a précisé que le processus obéit à des règles, du point de vue éthique, «afin de protéger la propriété intellectuelle et le

«afin de protéger la propriété intellectuelle et le patrimoine de chaque pays, mais elles compliquent sensi-

patrimoine de chaque pays, mais elles compliquent sensi- blement la vie du Muséum», indiquant qu’il faut «garantir la traçabilité des matériels et être prêt à les restituer en fonction des situations». Il a affirmé que «c’est loin d’être simple» pour les crânes humains. Dans une interview accordée à l’APS, le 31 octobre dernier, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni avait indiqué que les démarches «vont bon train» pour récupérer ces ossements et les enterrer en Algérie, souli- gnant que «la dignité humaine est sacrée et doit être respectée même pour les morts et que

rien ne justifie, ni moralement ni idéologiquement, que ces ossements soient laissés dans la situation déplorable actuelle». Pour sa part, le directeur des collections au Muséum natio- nal d’histoire naturelle (MNHN) de Paris, Michel Guiraud, avait dit que son insti- tution était «prête» à examiner «favorablement» la demande de restitution des 36 crânes de chouhada, résistants algériens morts au champ d’honneur au début de la colonisation fran- çaise, conservés depuis plus d’un siècle. «Nous sommes prêts à exa- miner favorablement la demande de restitution des

crânes des Algériens, conservés dans notre musée», avait-il affirmé dans un entretien à l’APS, indiquant qu’il y a cepen- dant «un chemin à prendre» sur le plan procédural pour que la demande soit prise en consi- dération. «Pour leur restitution, il y a un chemin à prendre. Nous reconnaissons le droit de la famille et celui des descendants relayés par leur Etat», a-t-il dit, soulignant que les demandes «doivent passer par le canal diplomatique et non pas par une association qui n’a pas un droit particulier par rapport aux restes humains». Une péti- tion a été lancée en ligne, rap-

pelle-t-on, par un universitaire algérien Brahim Senouci pour rapatrier en Algérie ces restes afin d’»y recevoir une digne sépulture». Les 36 crânes, des dons pro- venant de médecins militaires à l’époque de la colonisation, sont effectivement conservés dans des boîtes de carton entre- posés dans une armoire métal- lique au musée. C’était dans une déclaration à l’APS, en 2011, que le cher- cheur en histoire, l’Algérien Ali Farid Belkadi, avait révélé, rap- pelle-t-on, que les restes mor- tuaires d’Algériens, ayant résisté à la colonisation fran- çaise au XIXe siècle, avaient été retrouvés au MNHN de Paris. Les restes, des crânes secs pour la plupart, appartiennent à Mohamed Lamjad Ben Abdelmalek, dit Cherif «Boubaghla», au Cheikh Bouziane, le chef de la révolte des Zaâtchas (région de Biskra en 1849), à Moussa El-Derkaoui et à Si Mokhtar Ben Kouider Al- Titraoui. La tête momifiée d’Aïssa El-Hamadi, qui fut le lieutenant du Cherif Boubaghla, fait partie de cette découverte, de même que le moulage intégral de la tête de Mohamed Ben-Allel Ben Embarek, lieutenant de l’Emir Abdelkader.

APS

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 437 372 du 15/12/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 437 372 du 15/12/2016

Verticalement :

Horizontalement:

18 DK NEWS

DÉTENTE

Jeudi 15 décembre 2016

Programme de la soirée

20:55DÉTENTE Jeudi 15 décembre 2016 Programme de la soirée Léo Matteï, brigade des mineurs Créée par

Léo Matteï,

brigade des

mineurs

Créée par : Sébastien Cirade Avec : Jean-Luc Reichmann, Samira Lachhab

Sébastien Cirade Avec : Jean-Luc Reichmann, Samira Lachhab Lucie Dervin voit sa fillette Iris disparaître sous

Lucie Dervin voit sa fillette Iris disparaître sous ses yeux, enle- vée par une femme en voiture. Arrêtée quelques mètres plus loin par la police, cette dernière prétend alors être la véritable mère de l'enfant. Elle affirme aux enquêteurs qu'il s'agit de sa fille qui lui avait été volée à la naissance il y a 9 ans. Léo Mat- teï découvre que la suspecte a déjà effectué plusieurs séjours dans des établissements psy- chiatriques.

Jeux

21:00séjours dans des établissements psy- chiatriques. Jeux 19:55 21:00 Game of Thrones Créée par : Michael

dans des établissements psy- chiatriques. Jeux 21:00 19:55 21:00 Game of Thrones Créée par : Michael

19:55dans des établissements psy- chiatriques. Jeux 21:00 21:00 Game of Thrones Créée par : Michael Slovis

dans des établissements psy- chiatriques. Jeux 21:00 19:55 21:00 Game of Thrones Créée par : Michael
dans des établissements psy- chiatriques. Jeux 21:00 19:55 21:00 Game of Thrones Créée par : Michael
dans des établissements psy- chiatriques. Jeux 21:00 19:55 21:00 Game of Thrones Créée par : Michael

21:00

Game of

Thrones

Créée par : Michael Slovis Avec : Peter Dinklage, Conleth Hill

par : Michael Slovis Avec : Peter D inklage, Conleth Hill Cersei vient rendre un dernier

Cersei vient rendre un dernier hommage à son père et s'en prend violem- ment à Jaime, lui repro- chant d'avoir libéré Ty- rion. A Meereen, Daene- rys s'inquiète de ne plus avoir de pouvoir sur ses dragons. Stannis Bara- theon s'entretient avec Jon Snow à propos de son pro- jet d'en finir avec Roose Bolton qui règne désor- mais sur Winterfell. Pour cela, il tente de rallier les Sauvageons à sa cause. Lancel Lannister a rejoint les Moineaux, un austère

cause. Lancel Lannister a rejoint les Moineaux, un austère 21:00 L'apprenti sorcier Réalisateur : Jon Turteltaub
cause. Lancel Lannister a rejoint les Moineaux, un austère 21:00 L'apprenti sorcier Réalisateur : Jon Turteltaub
cause. Lancel Lannister a rejoint les Moineaux, un austère 21:00 L'apprenti sorcier Réalisateur : Jon Turteltaub

21:00

L'apprenti

sorcier

Réalisateur : Jon Turteltaub Avec : Nicolas Cage, Jay Baruchel Date de sortie : Mer. 11 août 2010

Jay B aruchel D ate de sortie : Mer. 11 ao û t 20 10 Dave

Dave était encore enfant quand, dans un magasin, un homme lui a annoncé qu'il était un descendant spirituel du mage Merlin. Des années plus tard, l'individu réapparaît. Il s'appelle Balthazar Blake. C'est un magicien qui veut empêcher la méchante sorcière Morgane de revenir à la vie. Dave, devenu étudiant en sciences, a du mal à le prendre au sérieux. Il pense surtout à Becky, dont il était amoureux enfant, et qu'il vient de retrouver.

Le mystère

Poutine

MAGAZINE D'ACTUALITÉ

Pièce montée

Réalisateur : Denys Granier- Deferre Avec : Clémence Poésy, Jérémie Renier Date de sortie : Mer. 10 mars 2010

Jérémie Renier D ate de sortie : Mer. 1 0 mars 20 10 C'est un grand

C'est un grand jour pour Vincent et Bérengère, qui vont s'unir de- vant Dieu et leurs deux familles. Seul problème, celles-ci se connaissent mal mais se détestent déjà copieusement. La journée commençait pourtant assez bien, l'aïeule Madeleine retrouvant un amour de jeunesse. Mais après la messe, la fête, qui s'annonçait somptueuse, s'enchaîne assez mal, entre les bourdes des uns et les ca- prices des autres. Les jeunes époux ne sont pas au bout de leurs sur-

prises.autres. Les jeunes époux ne sont pas au bout de leurs sur- Citation Il est devenu

Citation

époux ne sont pas au bout de leurs sur- prises. Citation Il est devenu l’un des

Il est devenu l’un des dirigeants politiques les plus puissants de la planète. Mais qui est vraiment le président russe Vladimir Poutine et quel homme se cache derrière ce visage impassible qui effraie autant qu'il fascine ? Son par- cours a changé la face du monde :

après avoir mis son pays au pas, le dirigeant est en train de redéfi- nir les grands équilibres géostra- tégiques issus de la guerre froide, entre politique énergétique agres- sive, annexion de la Crimée et in- tervention militaire en Syrie. Il- lustré par des images d’archives rares et des témoignages de pre- mier plan (amis d’enfance, an- ciens collègues du KGB, parte- naires et adversaires politiques), ce document permet de mieux cerner le politicien et son pays à l’heure où ils sont en train d’in-

fluer sur l’équilibre du monde.et son pays à l’heure où ils sont en train d’in- groupuscule religieux. Armée, à l'époque

groupuscule religieux.
groupuscule religieux.

Armée, à l'époque féodale - Excré- ments

7.Coutumes-Volcanactifd'Italie-Sé-

lénium 8. Fret d'un bateau - Marteau

de couvreur 9. Agacés - Qui aune saveur aigre

10.Technétium-Larve

11.

d'expression(fém)

12.Einsteinium–Mariages

Relatifàlatélévisioncommemoyen

6.

“Se coucher de bonne heure et se lever matin procure santé, fortune et sagesse.” * George Washington Mots croisés n°1459

et sagesse.” * George Washington Mots croisés n°1459 Samouraï-Sudoku n°1459 Les problèmes de sudoku samouraï

Samouraï-Sudoku n°1459

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. 1. quisynthétisel'adénosinetriphosphate

1.

quisynthétisel'adénosinetriphosphate utiliséecommesourced'énergie

Appareil, dispositif destiné à prévenir d'undanger - Produits comestibles de

2.

Organite cytoplasmique de lacellule

laponte de certains oiseaux, poissons3.

Poissond'eaudouce-Frappasviolem-

ment, àcoups répétés 4. Saison- Infini

Adoucir - Symbole représentant la fonctionexponentielle

5.

l. Religieuse placée sous le vocable de sainte Marie- Madeleine

Esclaves d'État, à Sparte - Grands félins

3.

4.

Unité monétaire divisionnaire de

2.

Grosse araignée

la Suède - Affaire judiciaire due à l'intolérancereligieuse

Curium - Ville du sud-ouest du Nigeria-Écrivainitalien

Mathématicien français - Nom

de quatorze rois de Suède et de sept

6.

5.

rois de Danemark

7.

Loi du silence (pl.) - Pronom per-

sonnel

8.

moins étroits avec qqn, un groupe - Sauce

9.

quicoordonnelesrecherchesaéro-

nautiquesauxÉtats-Unis

10.

officielle de l'U. R. S. S. - Personne qui cherche à en égaler une autre

11.Conifère-Préfixe-Classification

en grades, d'après leur viscosité, des huilespourmoteurs

12.Orient-Versiezdeslarmes

Acteur américain - Organisme

Formerons des liens plus ou

Langue slave qui a été la langue

Acteur américain - Organisme Formerons des liens plus ou Langue slave qui a été la langue

Jeudi 15 décembre 2016

DÉTENTE

DK NEWS

19

Grille géante n°159

Solution 15 decembre C’est arrivé un Mots Croisés n°1458 1999 : référendum sur l'adoption d'une
Solution
15
decembre
C’est arrivé un
Mots Croisés n°1458
1999 : référendum sur l'adoption d'une
Célébrations :
nouvelle constitution au Venezuela.
FLEURDELISES
- Pays-Bas, Antilles néerlandaises, Aruba :
2000 : fermeture définitive de la
OURSEnBALCON
centrale nucléaire de Tchernobyl.
NEGOCIATION n
Koninkrijksdag (Fête du Royaume),
commémore la signature de la Charte du
CUnNYnUT nPnR
2003 : premier cas de grippe aviaire
Royaume des Pays-Bas en 1954.
IRASCIBILITE
en Corée du Sud.
- Aurigny : Homecoming Day, célébrant le
EnD nLOIS.ERE
2005 : première élection législative
RIVIERE nBnAL
démocratique en Irak.
premier retour des habitants de l’île en 1945
après l’évacuation massive de juin 1940.
ENEEnGSTAAD n
2005 : démission du Premier ministre
MARnBAnENNUI
palestinien Ahmed Qorei.
- États-Unis : Bill of Rights Day, commémorant
la ratification en 1791 des 10 premiers
ERBIL nARCnIL
2010
: résolutions n° 1956, n° 1957 et n°
amendements de la Déclaration des Droits
NIECESnNnPRE
1958
du Conseil de sécurité des
-
Espéranto : Jour de Zamenhof, célèbre la
T nSIDATIQUES
Nations unies ayant pour sujet : la
situation concernant l'Irak.
naissance du fondateur de la langue espéranto,
ainsi que la littérature en espéranto.
Sudoku n°1458

20 DK NEWS

SPORTS

Jeudi 15 décembre 2016

ART-MARTIAUX

Alger accueille vendredi et samedi le premier Forum africain d'aïkido