Vous êtes sur la page 1sur 9

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Session 2010

PHYSIQUE APPLIQUÉE

Série : Sciences et technologies industrielles

Spécialité : Génie électrotechnique

Durée de l’épreuve : 4 heures coefficient : 7

L’emploi de toutes les calculatrices programmables alphanumérique ou à écran graphique est autorisé à
condition que leur fonctionnement soit autonome et qu’il ne soit pas fait usage d’imprimante (circulaire
n°99-186 du 16-11-1999).

Le sujet comporte 9 pages numérotées de 1 à 9


Les parties A, B, C, D, E, F et G sont indépendantes
Les documents-réponses pages 8 et 9 sont à rendre avec la copie.

Il est rappelé aux candidats que la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des
raisonnements, entreront pour une part importante dans l’appréciation des copies.

STI Génie Electrotechnique – Sciences physiques et Physique Appliquée –


REPERE : 10PYETME1/LR1 Page 1/9
On s’intéresse à l’étude de la motorisation d’une remontée mécanique par téléphérique, ainsi
qu’à sa commande. Le téléphérique est entraîné par un moteur à courant continu à excitation série.
La tension continue permettant d’alimenter le moteur est obtenue à partir d’une tension
monophasée (HTA) du réseau (3000 V ; 50 Hz), d’un transformateur, d’un redresseur et d’un hacheur.
Ce système est intégré dans une boucle de régulation de la vitesse qui comporte, en outre, un
capteur de vitesse du moteur et une commande électronique du rapport cyclique du hacheur.
Le schéma général (simplifié) du système est représenté ci-après :

Réseau Redresseur Filtre Hacheur


à diodes E0 série MCC
3000 V / 50 Hz
n
Transformateur

Électronique de Mesure de n
commande de
la vitesse

A. Étude de la consommation d’énergie et de son coût


On suppose que l’installation fonctionne environ huit heures par jour. La puissance moyenne
consommée au cours d’une journée d’exploitation (quelle que soit la journée) est de 350 kW. En outre,
on suppose que le prix de l’énergie électrique consommée est de 73,6 euros par MWh pendant les jours
de semaine, et 47,4 euros par MWh le dimanche.

A.1) Déterminer l’énergie consommée WJ (en MWh) en une journée de fonctionnement.

A.2) En déduire le coût C de l’énergie électrique consommée en une semaine d’exploitation.

B. Étude du transformateur
En entrée de l’installation, on trouve un transformateur. On étudie ce transformateur seul et
fonctionnant en régime sinusoïdal. Sa plaque signalétique comporte les indications suivantes :
3000 V / 920 V ; 50 Hz ; 750 kVA

B. 1) Déterminer les valeurs efficaces nominales I1n et I2n des intensités des courants primaire et
secondaire.

B. 2) Lors d’un essai à vide, on a relevé les valeurs suivantes :


Valeurs efficaces des tensions primaire et secondaire : U1N = 3,0 kV ; U2v = 920 V.
Valeur efficace de l’intensité du courant primaire : I1v = 12 A.
Puissance consommée au primaire : P1v = 3,5 kW.

B. 2) a. Déterminer le rapport de transformation m.

B. 2) b. Donner la valeur efficace I2v de l’intensité à vide au secondaire.

B. 2) c. Calculer le facteur de puissance à vide k1v au primaire du transformateur.

STI Génie Electrotechnique – Sciences physiques et Physique Appliquée –


REPERE : 10PYETME1/LR1 Page 2/9
B. 3) Un essai en court-circuit a donné les résultats suivants :
Valeur efficace de la tension primaire : U1cc = 130 V.
Puissance consommée au primaire : P1cc = 9,0 kW.
Valeurs efficaces des intensités des courants primaire et secondaire : I1cc = 250 A ; I2cc = 815 A.

Calculer, à partir des mesures de l’essai en court-circuit, les valeurs de la résistance équivalente
Rs, puis de la réactance équivalente XS du modèle du transformateur vu du secondaire.

B. 4) Essai en charge sous tension primaire nominale.

B. 4) a. Calculer alors la chute de tension ΔU2 au secondaire de ce transformateur pour une


charge nominale de facteur de puissance 0,8 (inductif), à partir de la relation :
ΔU2 = RS.I2.cosφ2 + XS.I2.sinφ2

B. 4) b. Montrer dans ces conditions que la tension secondaire a pour valeur efficace : U2 ≈ 890 V.

C. Étude du redresseur
Un redresseur en pont de Graëtz à 4 diodes est alimenté par la tension sinusoïdale u2(t) provenant du
secondaire du transformateur. Il fournit une tension quasi continue E0 = 800 V par l’intermédiaire d’un
filtre (que l’on n’étudiera pas ici). Les diodes sont supposées parfaites.

uD1(t) D1 D2
uC(t) E0
u2(t) Filtre

D4 D3

Hypothèses :
1/ le pont fonctionne en conduction ininterrompue ;
2/ la tension d’entrée s’écrit : u2(t) = 1260 sin314t (exprimée en V) ;
3/ E0 = <uC>.
C. 1) Calculer la valeur efficace U2 de la tension u2(t).

C. 2) Exprimer, sans aucune justification, la valeur moyenne <uC> en fonction de Û2 valeur maximale de
u2(t).

C. 3) Retrouver alors approximativement la valeur de E0.

C. 4) Compléter les formes d’ondes des signaux uC(t) et uD1(t) sur le document réponse n°1 page
8/9, ainsi que les intervalles de conduction des diodes.

STI Génie Electrotechnique – Sciences physiques et Physique Appliquée –


REPERE : 10PYETME1/LR1 Page 3/9
D. Étude du moteur à courant continu
La plaque signalétique du moteur à excitation série donne les valeurs suivantes :
UN = 760 V ; IN = 680 A ; RT = 46,2 mΩ
nN = 1125 tr.min-1 ; PN = 480 kW

Modèle équivalent du moteur en régime permanent :


I
RT
RT = Ri + Re représente la résistance totale des circuits induit (Ri)
et inducteur (Re) de la machine.
U E
E est la force électromotrice de la machine.

D. 1) En annexe A page 7/9 figure la caractéristique à vide E = f(Ie) de la machine donnée par le
constructeur pour une fréquence de rotation n maintenue constante à 1125 tr.min-1. Ie est l’intensité
du courant circulant dans le circuit d’excitation (l’inducteur).

Sur le document, la courbe E = f(Ie) n’est linéaire que pour une intensité Ie inférieure à 700 A.

D. 1) a. Comment s’appelle le phénomène qui apparaît pour une intensité Ie supérieure à 700 A ?

Dans toute la suite, on supposera que l’on se trouve toujours dans la partie linéaire de la courbe
(Ie < 700 A). Dans le cas particulier du moteur à excitation série, l’induit et l’inducteur sont
traversés par un courant de même intensité : Ie = I (I intensité du courant dans l’induit).

D. 1) b. A partir du modèle équivalent du moteur à courant continu à excitation série représenté


précédemment, donner une relation liant U, E, RT et I.

D. 1) c. Le flux à travers la machine est proportionnel à l’intensité du courant dans l’inducteur.


Montrer que l’on peut écrire pour ce moteur : E = k I Ω, avec k une constante, I l’intensité du
courant parcourant le moteur et Ω la vitesse de rotation de son arbre (en rad.s-1).

D. 1) d. A l’aide de la courbe E = f(Ie) en annexe A page 7/9, montrer que k a pour valeur :
9,1x 10-3 V.s.A-1.rad-1.

D. 1) e. En vous aidant de la question D. 1) c, montrer que le moment du couple


électromagnétique peut s’écrire : Tem = k I2.

D. 2) Étude au régime nominal, déterminer :

D. 2) a. la force électromotrice EN,

D. 2) b. le moment TemN du couple électromagnétique,

D. 2) c. le moment TuN du couple utile,

D. 2) d. le moment Tp du couple de pertes,

D. 2) e. la puissance absorbée PaN,

D. 2) f. le rendement ηN.
STI Génie Electrotechnique – Sciences physiques et Physique Appliquée –
REPERE : 10PYETME1/LR1 Page 4/9
D.3) Étude à vitesse variable
On peut être amené à faire tourner la machine à vitesse réduite. On supposera que la valeur du
moment du couple électromagnétique reste égale à sa valeur nominale : Tem = TemN.

D. 3) a. Montrer dans ces conditions que I = IN.

D. 3) b. En vous appuyant sur les questions D. 1)b. et D. 1)c., montrer que la tension U a pour
expression U = 0,647n + 31,4 avec la fréquence n de rotation exprimée en tr.min-1.

D. 3) c. Calculer la valeur de la tension U pour une fréquence de rotation de 600 tr.min-1.

E. Étude du hacheur
On suppose que le moteur est commandé par un hacheur série (voir schéma ci-après).
uK
uL
iK iM
K L
D uS MCC uM
E0
iD

On a placé une bobine de forte inductance L en série avec le moteur. La source continue en entrée du
hacheur délivre une tension de valeur : E0 = 800 V.

L’interrupteur K est commandé périodiquement de la façon suivante sur une période T :


- il est fermé pour t compris entre 0 et t1 = αT,
- il est ouvert pour t compris entre t1= αT et t2 = T.
α est appelé le rapport cyclique de hachage.
On supposera en outre que la diode D et l’interrupteur K sont idéaux.

E. 1) Quel composant électronique de puissance peut-on choisir pour K ?

E. 2) Le hacheur fonctionne en conduction ininterrompue (le courant d’intensité iM(t) est peu ondulé et
ne s’annule jamais). Quel est le rôle de la diode D dite « diode de roue libre » ?

E. 3) On a relevé les oscillogrammes de l’intensité iM(t) dans la charge et de la tension de sortie du


hacheur uS(t) (voir document réponse n°2 page 9/9).

E. 3) a. Compléter les formes d’ondes des signaux uK(t), iK(t) et iD(t) sur le document réponse
n°2 page 9/9.

E. 3) b. Donner la période TH de hachage et en déduire la fréquence fH de ce hachage.

E. 3) c. Déterminer le rapport cyclique α de fonctionnement du hacheur.

E. 3) d. Exprimer alors littéralement (sans justifier) la valeur moyenne <uS> de la tension uS(t) en
fonction de α et E0, puis la calculer numériquement.

STI Génie Electrotechnique – Sciences physiques et Physique Appliquée –


REPERE : 10PYETME1/LR1 Page 5/9
E.4)
E. 4) a. On néglige la résistance de la bobine ; montrer que <uM> ≈ <uS>.

E. 4) b. Déterminer le rapport cyclique αN au régime nominal permettant d’obtenir :


<uM> = 760 V.

F. Étude de l’électronique de commande


On donne en annexe B page 7/9 le schéma d’une partie de l’électronique de commande permettant la
régulation de vitesse du moteur. La tension vc(t) est une tension de consigne permettant de régler la
valeur de la vitesse du moteur. La tension vn(t) provient d’un capteur de vitesse et est liée à celle-ci par
la relation suivante : vn(t) = 0,010n (avec n exprimée en tr.min-1).
Les amplificateurs linéaires intégrés idéaux (ALI 1 et ALI 2, encore appelés amplificateurs
opérationnels) sont alimentés par des tensions symétriques +15V/-15V. Le premier étage réalise la
fonction « opération de différence ». Le second permet d’amplifier la tension ver(t).

F. 1) Montrer que les ALI 1 et 2 peuvent fonctionner en régime linéaire.

F. 2) F. 2) a. En justifiant, montrer que la tension v+(t) est égale à vc(t)/2.

v n (t) + v er (t)
F. 2) b. On a v - (t ) = , en déduire une relation liant ver(t), vc(t) et vn(t).
2

R1 + R2
F. 3) F. 3) a. Montrer que v a (t ) = × v er (t )
R1
F. 3) b. Sachant que R1 = 10 kΩ, calculer la valeur de R2 pour avoir v a (t ) = 5,7 × v er (t ) .

G. Étude de la régulation de vitesse


Le schéma ci-contre présente la boucle de régulation de la vc ver va n
vitesse du moteur en commandant sa fréquence de rotation. + H1 H2
On suppose que la tension va agit par l’intermédiaire du -
hacheur de manière à avoir n = 200va avec n exprimée en tr.min-1.
vn K
On connaît par ailleurs : va = 5,7ver et vn = 0,010n (exprimée en tr.min-1)

G. 1) G. 1) a. Donner la valeur respective des transmittances K, H1 et H2 (sans oublier les unités).

G. 1) b. Comment s’appelle la partie de la boucle correspondant à la transmittance K ?

G. 2) Exprimer la transmittance H de la chaîne directe en fonction de H1 et H2, puis la calculer.

n H
G. 3) G. 3) a. Montrer que la transmittance de la boucle fermée s’écrit : T = =
vc 1 + H .K
G. 3) b. Calculer T.

G. 3) c. Déterminer la valeur de vc permettant d’obtenir une fréquence n = 1125 tr.min-1.

STI Génie Electrotechnique – Sciences physiques et Physique Appliquée –


REPERE : 10PYETME1/LR1 Page 6/9
Annexe A : Essai en génératrice à excitation séparée

E (V) n = 1125 tr.min-1

750
600
450
300
150

175 350 525 700 875 Ie (A)

Annexe B : Électronique de commande

R - ►∞
ALI 1 + + ►∞
vn(t) R + ALI 2 +
-
ver(t)
R2
vc(t) - R + va(t)
v (t) v (t) R1

STI Génie Electrotechnique – Sciences physiques et Physique Appliquée –


REPERE : 10PYETME1/LR1 Page 7/9
Document réponse n°1

Redresseur
u2(t)
Û2 = 1260 V

0
10 20 t en ms

-Û2 = -1260 V
uC(t)

1260 V

0
t en ms

-1260 V
uD1(t)

1260 V

t en ms

-1260 V

Diodes
passantes

STI Génie Electrotechnique – Sciences physiques et Physique Appliquée –


REPERE : 10PYETME1/LR1 Page 8/9
Document réponse n°2

Hacheur série

iM(t)
700 A
660 A

0A
1,2 1,5 2,7 3,0 t en ms
iK(t)
700 A
660 A

0A
t en ms
iD(t)
700 A
660 A

0A
t en ms
uS(t)
800 V

t en ms
uK(t)
800 V

t en ms

STI Génie Electrotechnique – Sciences physiques et Physique Appliquée –


REPERE : 10PYETME1/LR1 Page 9/9