Vous êtes sur la page 1sur 24

SPORTS

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 18° : ALGER 24° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
18°
: ALGER
24° : TAMANRASSET
p. 2

Dimanche 18 Décembre 2016 - 18 Rabi' al-awwal 1439 - N° 1482 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-MONDE ARABE

Le CMAI salue la coopération de la police algérienne avec les organes de sécurité arabes et africains

 

4 E SÉMINAIRE DE HAUT NIVEAU SUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ EN AFRIQUE À ORAN

M.Lamamra : «L’Algérie a toujours œuvré pour la paix en Afrique

ALGÉRIE-TURQUIE

L'Algérie condamne "avec force" l'attentat contre un bus militaire en Turquie

P. 24

n Le ministre des AE exhorte l’UA à s’associer pleinement à l’effort pour la résolution du conflit au Sahara occidental

P. 24

P.p 6-7

RÉVISION DE LA CONSTITUTION EN 2016:

Couronnement des réformes politiques engagées par l'Algérie

La révision de la Constitution, fait marquant de l'année 2016, constitue le cou- ronnement des réformes enga- gées par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en 2011 dans l'objec- tif de consolider l'Etat de droit et la démocratie et assurer un développement socio-écono- mique pérenne. Cette révision de la Loi fondamentale a été adoptée le 7 février dernier, à une écrasante majorité des membres des deux chambres du Parlement, Assemblée populaire nationale et Conseil de la Nation, conformément à l'article 176 de la Constitution. Voulue «consensuelle», son adoption est intervenue après plusieurs rounds de larges consultations avec les partis politiques, les personnalités nationales et les représentants de la société civile. Elle est structurée autour de quatre axes majeurs: confortement de l'unité et de la cohésion natio- nales, renforcement de l'exer- cice démocratique, promotion des libertés individuelles et col- lectives et, enfin, impulsion d'un développement écono- mique et social durable.

P.5

d'un développement écono- mique et social durable. P.5 LÉGISLATIVES 2017:   MATÉRIAUX DE EMPLOI Le

LÉGISLATIVES 2017:

 

MATÉRIAUX DE

EMPLOI

Le salon international de la datte de Biskra

inauguré

P. 3

CONSTRUCTION:

Plus de

Ouyahia :

«Le RND participera avec son programme et ses propres listes»

P.4

Ouyahia : «Le RND participera avec son programme et ses propres listes» P.4

Baisse de plus de 18% des importations sur 10 mois

P. 5

9.000

start-up

créées dans

les TIC

P. 3

SANTÉ
SANTÉ
9.000 start-up créées dans les TIC P. 3 SANTÉ PLAQUE DENTAIRE Pourquoi faut-il ? l'éliminer P.p
PLAQUE DENTAIRE Pourquoi faut-il ? l'éliminer P.p 12-13
PLAQUE
DENTAIRE
Pourquoi
faut-il
?
l'éliminer
P.p 12-13

FUITES D'EAU ET BRANCHEMENTS ILLICITES :

10

milliards DA de pertes annuellement

P.

16

RUGBY - "TRI-NATIONS" : L'Algérie, le Maroc et la Tunisie partent à chances égales P.
RUGBY -
"TRI-NATIONS" :
L'Algérie, le Maroc
et la Tunisie
partent à chances
égales
P. 20
PROTECTION CIVILE 2499 interventions en 48h P. 9
PROTECTION
CIVILE
2499
interventions
en 48h
P. 9

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Dimanche 18 décembre 2016 D’ EIL La ministre de la So-

2 DK NEWS

Dimanche 18 décembre 2016

D’ EIL

La ministre de la So- lidarité Nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme, Mme Mounia Meslem Si Amer, effec- tuera aujourd’hui, une visite de travail et d’ins- pection dans la wilaya

d’Adrar. Au cours de cette visite, la minis- tre inspectera le centre psychopédagogique pour enfants handica- pés mentaux ainsi que deux écoles pour en- fants sourds et mal-en- tendant.

Horaires des prières

Dimanche 18 Rabi al-Awwal

Dimanche 18 Rabi al-Awwal
Dimanche 18 Rabi al-Awwal
Fajr 06:15 Dohr 12:45 Asr 15:17 Maghreb 17:40 Isha 19:05
Fajr
06:15
Dohr
12:45
Asr
15:17
Maghreb
17:40
Isha
19:05

SOLIDARITÉ

M me Mounia Meslem à Adrar

Isha 19:05 SOLIDARITÉ M m e Mounia Meslem à Adrar 4 4 FI ESSAMIM La dimension

4

4

FI ESSAMIM La dimension internationale de la police algérienne en édbat

L’émission radio de la Sûreté nationale «Fi Essamim», dif- fusée tous les dimanches sur les ondes de la chaine 1, sera consacrée cet après-midi de 16h à 17h, à la dimension inter- nationale de la police algérienne.

RESSOURCES EN EAU ET ENVIRONNEMENT

Ouali à Sétif

RESSOURCES EN EAU ET ENVIRONNEMENT Ouali à Sétif Le ministre des Res- sources en Eau et

Le ministre des Res- sources en Eau et de l’Envi- ronnement, M.Abdelkader Ouali, effectuera au- jourd’hui, une visite de tra- vail et d’inspection dans la wilaya de Sétif.

COMPLEXE CULTUREL DE CHENOUA

Exposition de l’artiste peintre Bouchra Barka

Le Complexe cultu- rel, Abdelouaheb-Sa- lim, de Chenoua (wi- laya de Tipaza), abrite à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 31 décembre, une exposition d’arts plastique de l’artiste Bouchra Barka, de la wilaya de Tlemcen.

de l’artiste Bouchra Barka, de la wilaya de Tlemcen. SARL BRIQUETERIE TIDJELABINE Inauguration d’une nouvelle

SARL BRIQUETERIE TIDJELABINE

Inauguration d’une nouvelle unité de production

La Sarl Briqueterie Tidjelabine (Boumerdès), procédera

matin à partir de 10h, au lancement de sa nouvelle unité

de

technologie de machines LINGL (leader allemand de la ma- chinerie industrielle). Cette nouvelle unité dispose d’une ca- pacité de productions de 280 000 tonnes/an et verra la créa- tion de plus de 1000 emplois directs.

production de briques et de tuiles, équipée par la dernière

ce

AUTOWEST 2016 100 000 visiteurs enregistrés en 10 jours !

Plus de 100.000 visiteurs ont été enregistrés à la 16ème édi- tion du Salon de l'automobile d'Oran (AutoWest 2016) tenue

dix

nahmed" (CCO). A l'instar de l'édition précédente, l'affluence

jours durant au Centre des Conventions "Mohamed Be-

a dépassé le seuil des 100.000 visiteurs, confirmant ainsi l'in- térêt revêtu par cet événement de dimension régionale dédié cette année à la production automobile nationale. Une tren- taine d'entreprises ont pris part à cette édition principalement dédiée à la production nationale représentée par différentes marques montées en Algérie. Les visiteurs ont découvert, avec surprise et curiosité, une variété de marques montées en Al- gérie dans un contexte marqué par la restructuration du mar-

ché

usines sur le territoire national.

de l'automobile suite à l'entrée en production de plusieurs

suite à l'entrée en production de plusieurs CE MATIN À BLIDA Célébration de la journée arabe
CE MATIN À BLIDA Célébration de la journée arabe de la police A l’occasion de
CE MATIN À BLIDA
Célébration
de la journée
arabe de la police
A l’occasion de la cé-
lébration de la journée
arabe de la police, la Di-
rection générale de la
Sûreté nationale
(DGSN), organise ce ma-
tin à partir de 8h30 à
l’Ecole d'application de
la sûreté nationale de
Soumaâ (wilaya de
Blida), une cérémonie,
qui verra la participa-
tion de ministres, ainsi
que des représentants
des autorités civiles et
militaires. Par ailleurs,
la DGSN procédera au
cours de la même jour-
née à la baptisation de
ladite école du nom du
moudjahid et ancien Di-
recteur général de la
Sûreté nationale, Ab-
delmadjid Bouzbid.
Météo
Max
Min
Alger
18°
10°
Oran
17°
09°
Annaba
18°
12°
Béjaïa
20°
11°
Tamanrasset
24°
14°
DEMAIN À 9H
4
Le DG des impôts
invité des débats
du FCE
4
Le Forum des chefs d’entreprise poursuit
son cycle de rencontres «Les Débats du
FCE», et reçoit demain lundi 19 décembre
à 9h au siège du FCE, sis au Lotissement Syl-
vain Fourastier N°08 El Mouradia, Alger, le
Directeur gnéral des Impôts, Mr Abderrah-
mane Raouya. Cette rencontre sera consa-
crée aux principales dispositions fiscales
qui concernent l’entreprise ainsi qu’aux
grandes orientations de la Loi de Finances
2017.

DEMAIN À GHARDAÏA Journée scientifique consacrée à la citoyenneté et aux valeurs humaines dans la vie du prophète (QSSSL)

Le ministre des Affaires Religieuses et des Wakfs, M. Mo- hamed Aïssa, présidera demain lundi 19 décembre à Ghardaïa, les travaux d’une journée scientifique consa- crée à la citoyenneté et aux valeurs humaines dans la vie du prophète que la paix et le salut soient sur lui.

MUSÉE NATIONAL DU MOUDJAHID

Enregistrement de témoignages

Le musée national du moudjahid, organise demain lundi 19 décembre à partir de 14h, une rencontre pour l'en- registrement des témoignages de moudjahidine et moud- jahidate sur la guerre de libération nationale.

et moud- jahidate sur la guerre de libération nationale. VENDREDI À LA SALLE IBN KHALDOUN Beihdja

VENDREDI À LA SALLE IBN KHALDOUN

Beihdja Rahal en concert

La musicienne et interprète de musique arabo- andalouse, Beihdja Rahal, donnera un concert vendredi 23 décembre à par- tir de 17h à la salle Ibn Khaldoun.

23 décembre à par- tir de 17h à la salle Ibn Khaldoun. DEMAIN À LA BIBLIOTHÈQUE

DEMAIN À LA BIBLIOTHÈQUE MULTIMÉDIA JEUNESSE Rencontre sur «L’Homme et la culture de l’évolution»

Dans le cadre de son programme hebdomadaire or- ganisé chaque lundi et mercredi, l’établissement Arts et Culture de la Wilaya d’Alger, organise demain lundi 19 décembre à partir ed 14h30 à la bibliothèque multi- média jeunesse (38-40, rue Didouche Mourad, Alger), une rencontre avec Mme Nadjet Bidi sur «L’Homme et la culture de l’évolution».

MÉTÉO (BMS)

Pluies assez marquées sur la wilaya de Bechar

Des pluies assez marquées, parfois sous forme d'averses ora- geuses, continueront d'affecter aujourd’hui la wilaya de Bechar, indique un bulletin météorolo- gique spécial (BMS) de l'Office national de météorologie (ONM). Les cumuls estimés atteindront ou dépasseront localement 50 mm, selon le même bulletin.

de météorologie (ONM). Les cumuls estimés atteindront ou dépasseront localement 50 mm, selon le même bulletin.

Dimanche 18 décembre 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

INSCRIPTIONS UNIVERSITAIRES 2017

M. Hadjar : « réduction de 6 à 4 du nombre des voeux proposés »

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a annoncé samedi à Alger, la réduction de six à quatre le nombre des voeux proposés lors des opérations d'orientation et d'inscription des nouveaux bacheliers session 2017.

MICRO-ENTREPRISES :

M. Mebarki : «60% des porteurs de projets issus de la formation professionnelle»

Le ministre de l'Enseignement et de la Formation professionnels, Mohamed Mebarki, a indiqué samedi que 60% des porteurs de projets de micro-entre- prises étaient issus des centres de formation profession- nelle. En outre, pas moins de 83% des demandeurs d'em- ploi issus des centres de formation professionnelle ont

été insérés dans le monde du travail, et ce, moins de six (6) mois après le dépôt de leur demande de travail au- près de l'Agence nationale de l'emploi (ANEM), a-t-il encore signalé lors de la rencontre nationale des jeunes entrepreneurs tenue à Alger, Dans ce sens, le ministre a observé que les diplômés de la formation et de l'enseignement professionnels étaient soit recrutés dans des délais record soit s'installaient facilement à leur propre compte, comparativement aux diplômés

d'autres secteurs (enseignement supérieur

).

Par ailleurs, M. Mebarki a relevé l'importance de l'ouverture des éta- blissements de la formation et de l'enseignement pro- fessionnels à l'environnement socioéconomique du pays à travers le développement de partenariats avec les en- treprises. Dans ce sens, il a indiqué que son secteur se met- trait à la disposition de la nouvelle Fédération natio- nale des jeunes entrepreneurs (FNJE) dont la création officielle a été annoncée lors de cette rencontre, et ce, pour collaborer en matière de formation et de l'amé-

Cette fédération a déjà enregistré 20.000 demandes d'adhésion faites via les réseaux sociaux, selon son pré- sident, Khireddine Hamel, qui a avancé que l'objectif est d'atteindre 300.000 adhérents.

EMPLOI

«Le nombre des voeux proposés aux étudiants passera de six à quatre et l'un des voeux doit comprendre une des filières de la formation du système «LMD», a indiqué M. Hadjar dans une allocution lors de la conférence nationale des universités. Il a rappelé à ce propos, une série de mesures qui s'inscrivent dans le cadre de la dynamique des réformes initiées en pré- vision des opérations d'orientation et d'inscription des nouveaux bacheliers session 2017. Il s'agit d'introduire des éléments du «mode d'orientation alternatif en fixant au préalablelesmoyennesd'inscriptiondans les différentes filières et spécialités et en informant les élèves de terminale de ces moyennes par le biais de campagnes de communication et d'information d'en- vergure à compter de janvier prochain dans l'ensemble des lycées du pays», a-t- il poursuivi. M. Hadjar a insisté également sur «la révision des conditions d'inscription aux filières de baccalauréat en fonction des fi- lières et spécialités universitaires et l'ex- tension de la carte de formation à carac- tère professionnel en tant qu'objectif ma- jeur de la réforme dans le but de renfor- cer la relation université-entreprise et de consolider l'employabilité des diplômés universitaires». Concernant la révision du calendrier des inscriptions universitaires et le rema- niement de ses étapes, il a affirmé que la première étape sera consacrée à la pré ins-

que la première étape sera consacrée à la pré ins- cription, à l'orientation et à la

cription, à l'orientation et à la réorienta- tion alors que la seconde touchera le trai- tement des cas de transferts induits par le changement de circonscriptions pour assurer le maintien de spécialité choisie pour des raisons «justifiées et pertinentes»

puis,a-t-ildit,interviendraenfin,l'inscrip-

tion définitive au double plan administra- tif et pédagogique début septembre et l'entame des cours de la nouvelle saison. Evaluant la numérisation des inscrip- tions définitives, il a estimé que cette ex- périence était «encourageante et doit être consolidée», relevant certains «dysfonc- tionnements et lacunes auxquels il faudra remédier» . D'autre part, le ministre de l'Enseigne- ment supérieur et de la recherche scien- tifique a noté que cette opération sera

confiée à l'avenir aux établissements uni- versitaires car la première aura été «cen-

tralisée». Il a souligné d'autre part, l'élar- gissement du système numérique pour en- glober d'autres domaines de la gestion uni- versitaire comme le suivi du cursus sco- laire de l'étudiant, le parcours profes- sionnel de l'enseignant chercheur et les mécanismes de gestion administrative et financière de l'entreprise outre celle des projets de recherche. L'opération d'orien- tation des nouveaux bacheliers pour l'an- née 2016-2017 a été marquée par la réduc- tion du nombre de voeux passant de dix à six et l'adoption d'un nouveau logiciel dont l'application a exigé la mise au point d'un réseau pour les établissements d'en- seignement supérieur pour le opérations d'inscription et de transfert. Par ailleurs, M. Hadjar a appelé les directeurs des éta- blissements d'enseignement supérieur à assurer le succès de ces projets, souhai- tant que ces derniers entament d'ici au mois de février prochain, le opérations d'«autoévaluation» sur la base du critère qualité. L'élaboration des premiers rap- ports sur ces opérations est prévue en juin 2017, a-t-il fait remarquer avant de rappe-

lerl'accompagnementdesinstanceschar- lioration de la performance des jeunes entreprises.

gées du suivi du critère qualité en matière d'enseignement supérieur au niveau de

l'Administration centrale. Il a annoncé en- fin, la création d'un groupe d'enseignants algériens «compétents» résidant à l'étran- ger chargés d'évaluer le système d'ensei- gnement supérieur.

M. Hadjar: «certaines préoccupations des étudiants ont été prises en charge grâce au dialogue»

Le ministre de l'Enseigne- ment supérieur et de la Re- cherche scientifique, Tahar Hadjar, a affirmé samedi à Al- ger, que son secteur est par- venu par le «dialogue et la concertation» à prendre en charge certaines préoccupa- tions des étudiants qui étaient à l'origine de tension dans nombre d'établissements uni- versitaires.Dansuneallocution lors de la conférence natio- nale des universités, M. Had- jar a indiqué que certaines préoccupations à caractère pédagogique ont été prises en charge, mettant en avant l'«im- portance du dialogue et de la concertation en tant qu'outil stratégique de prévention des différends et de règlement des problèmes en temps réel pour éviter leur aggravation». Il a estimé également im- portant de rester attaché au dialogue «dans le fond et la forme» en cette conjoncture

marquée par une «tension» au niveau de certains établis- sements universitaires, souli- gnant la nécessité de «les pren- dre en charge et d'en traiter les causes pour préserver le bon déroulement des activités pé- dagogiques et scientifiques

gique et organisationnel ont été prises en charge dans l'attente d'examiner le reste des reven- dications», a-t-il encore dit. Il a précisé à ce propos, qu'une rencontre avait re- groupé jeudi dernier, des étu- diants de pharmacie et de chi- rurgiedentaireavecdescadres du ministère pour trouver des solutions aux problèmes qui restent encore en suspens. D'autre part, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a réi- téré son appel en direction des cadres de son secteur les in- vitant à «consolider l'écoute, promouvoir le travail de proxi- mité et renforcer les canaux du dialogue et de la concertation avec les représentants de la famille universitaire parmi les enseignants, étudiants et em- ployés afin de résoudre les problèmes en suspens et trai- ter les tensions éventuelles». S'exprimant sur les demandes

de création d'universités pri- vées en vertu de la promulga-

tiond'uncahierdeschargesré-

gissant ces dernières dans le

journal officiel, il a précisé n'avoir à ce jour reçu aucune demande à ce sujet». Les uni-

versitésprivées«nepeuventdé-

ainsi que la stabilité de l'univer- sité». Lors d'une conférence de presse, M. Hadjar a qualifié cer- tainesrevendicationssoumises par les étudiants de «légitimes et logiques» alors que d'au- tres étaient «rédhibitoires comme la question de la re-

tenir un quota de plus de 10% du total des universités du pays et par conséquent le nom- bre ne saura dépasser entre 10 à 15 000». Par ailleurs, cinq conventions entre l'université de formation continue et d'au- tres universités à travers le pays ont été signées afin de ga- rantir une formation Master à distance. Selon M. Hadjar, la forma- tion à distance donnera lieu dans un premier temps, à une licence en Master dans la spé- cialité puis englobera par la suite une licence et doctorat ce qui permettra la réduction du coût de la formation dans ce secteur.

traite».Entreautresrevendica-

tions citées, figurent le recru-

tementdesdiplômésuniversi-

taires dans leur domaine de formation comme celui des hydrocarbures, de pharma- cie et de médecine, l'organisa- tion de stages pratiques et l'ou- verture des études en Master au sein des écoles supérieures. «Certaines revendications ayant trait aux volets pédago-

AGRICULTURE

Le ministre de l’Agriculture inaugure le salon international de la datte de Biskra

Le ministre de l’Agriculture, du Déve- loppement rural et de la Pêche, Abdesslam Chelghoum, a présidé samedi à Biskra l’ouverture de la seconde édition du salon international de la datte (SIDAB) en pré- sence de diplomates de 27 pays dont les trois ambassadeurs d’Indonésie, d’Iran et du Yémen. Le ministre a notamment vi- sité la grande exposition du salon qui étale les diverses variétés de dattes molles été sèches dont la célèbre Deglet Nour, De- gla beidha, Tandbouchet et leurs dérivés (farines, miel, alcool, confiture) ainsi que les produits industriels, des engins agri- coles et fertilisant utilisés en phoénicicul- ture. Organisée par la chambre du com- merce et de l’industrie (CCI-Ziban), la Chambre algérienne du commerce et de

l’industrie (CACI) et la Société algérienne des foires et de l’exportation (SAFEX), la manifestation réunit des producteurs de datte de Biskra, d’Ouargla, d’El Oued et de Ghardaïa et industriels nationaux et étran- gers, selon les explications données au mi- nistre. Espace d’exposition de la grande richesse de la production nationale de dattes, le SIDAB met en contact direct les producteurs de dattes, les distributeurs, les exportateurs, les industriels et les banques, a noté le président de la CCI-Zi- ban,AbdelmadjidKhobziquiaestiméque cette rencontre sera bénéfique pour la fi- lière, l’attrait des investissements et le développement des activités agroalimen- taires et d’exportation. La wilaya de Biskra compte un patri-

moine phoenicile de 4,4 millions pal- miers-dattiers dont la récolte de datte 2017 devra avoisiner les 4,35 millions quintaux dont 3 millions quintaux de la va- riété Deglet nour, a indiqué le directeur des services agricoles. La manifestation qui se poursuivra jusqu’au 20 décembre courant donnera lieu à la présentation de plusieurs commu- nications sur les mesures incitatives pu- bliques ainsi que d’accompagnement ac- cordées aux exportateurs de datte, selon les organisateurs. Le ministre devra également inspecter une exploitation agricole dans la commune de Meziraâ et le projet d’alimentation en électricité agricole de l’oasis Ennebka de la commune d’Ain Naga.

M. El Ghazi : 9.000 start-up créées dans les TIC

Plus de 9.000 start-up spécialisées notamment dans les technologies de l'information et de la commu- nication (TIC) ont été créées à ce jour grâce aux mesures d'aide à la création de l'emploi, a indiqué à l'APS le mi- nistre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi. «Nous avons déjà créé plus de 9.000 start-up et nous comptons en créer autant», a-t-il souligné en marge de la rencontre nationale des jeunes entrepreneurs tenue samedi à Alger, au cours de laquelle il a remis l'agrément pour la création offi- cielle de la Fédération nationale des jeunes entrepre- neurs (FNJE). «L'Algérie ne doit pas être en retard par rapport aux autres pays au moment où les nouvelles technologies sont l'un des paramètres qui guident et déterminent les relations économiques internationales et le développement humain en général», poursuit-il Par ailleurs, dans son allocution prononcée lors de cette rencontre, le ministre a rappelé les facilitations et les mesures d'accompagnement des jeunes investisseurs telle que l'obligation d'accorder aux jeunes 20% des mar- chés publics dans les collectivités locales. Il a indiqué que jusqu'à la fin octobre 2016, plus 500.000 micro-entreprises avaient été créées dans dif- férents secteurs depuis la mise en place des dispositifs de l'ANSEJ et de la CNAC, en générant plus d'un (1) mil- lion de postes d'emploi directs. Par ailleurs, M. El Ghazi a fait savoir que son dépar- tement ministériel menait une réflexion avant les différents partenaires, dont des banques, sur les moyens de soutenir les jeunes investisseurs en diffi- culté, et ce, en établissant notamment un nouveau pro- gramme de paiement des échéanciers des crédits, de les aider à se former ou de les orienter carrément vers d'autres secteurs d'activité. Placée sous le thème «La micro-entreprise, noyau de l'économie nationale», cette rencontre s'est tenue en présence également du minis- tre de l'Enseignement et de la formation professionnelle, Mohamed Mebarki, et du secrétaire général de l'UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd. Le président de la FNJE, Khireddine Hamel, a indi- qué que cette nouvelle entité avait déjà enregistré plus de 20.000 demandes d'adhésion via les réseaux so- ciaux, ajoutant que son objectif est d'atteindre le nom- bre de 300.000 entreprises adhérentes. Un salon a été organisé en marge de cet événement avec la participation de 25 exposants exerçant dans dif- férents domaines à l'exemple de l'industrie, des TIC et de l'agriculture, et qui ont créé leurs entreprises dans le cadre des dispositifs de l'ANSEJ et de la CNAC.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Dimanche 18 novembre 2016

Les prochaines échéances électorales, une «étape charnière» dans l'histoire de l'Algérie (TAJ)

Le président du parti «Tajamoue Amel El Djazair» (TAJ), Amar Ghoul a indiqué sa- medi que les prochaines échéances électorales prévues en 2017 constitueront une «étape charnière» dans l'histoire de l'Algérie. Dans une allocution de clôture de la session ordinaire du conseil national de son parti, M. Ghoul a affirmé que les prochaines élec- tions législatives constitueront «une étape importante dans l'histoire de l'Algérie qui traverse une conjoncture difficile», insistant sur l'importance de leur déroulement dans un «climat serein». Il a réaffirmé en outre le «soutien total de son parti» au président de la République, Abdelaziz Bouteflika pour la concrétisation de son programme dans ses dimensions poli- tique, économique et sociale». Le président de TAJ a exprimé également son soutien au gouvernement pour la concré- tisation du programme du président de la Ré- publique, tout en l'appelant à «intensifier ses efforts pour la préservation des grands

équilibres budgétaires et la concrétisation du nouveau modèle économique de croissance

à travers l'encouragement de l'investisse-

ment créateur de richesses et d'emplois à même de construire une économie diversifiée

et compétitive».

Par ailleurs, M. Ghoul a dénoncé les «cam- pagnes infondées et inadmissibles menées par certains milieux concernant la stabilité et la

sécurité de l'Algérie», soulignant que ces der- niers «s'évertuent à ternir l'image de l'Algérie et à annihiler les acquis positifs réalisés par

le pays». «La préservation et l'édification de l'Algé-

rie est la responsabilité de tout un chacun à tra- vers la démocratie véritable et la souveraineté populaire», a-t-il dit à ce propos. Le président de TAJ a salué le rôle de l'Ar- mée nationale populaire (ANP) et son «enga- gement et attachement à ses missions consti- tutionnelles à savoir la défense et la préserva- tion de la souveraineté nationale» tout en mettant en avant ses capacités et son grand professionnalisme, ainsi que ceux des diffé- rents corps de sécurité dans la restauration de

la stabilité et de la serenité dans le pays».

Le MSP préconise une participation massive aux prochaines élections

Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderazak Mokri, a appelé samedi de Sétif les citoyens à se diriger aux urnes «en millions» lors des prochaines élec- tions pour en assurer le succès. Intervenant au cours du séminaire régio- nal des cadres du MSP des wilayas de Sétif, de Constantine, de Jijel, de Bejaia et M’sila, M. Mokri a estimé que c’est «le peuple qui tran- chera la bataille politique en Algérie» et est ap- pelé, de ce fait, «à aller massivement voter» aux prochaines échéances électorales prévues en 2017. «Nous nous adressons au peuple pour l’appeler à ne pas renoncer à son droit et à prendre en main son devenir. Nous l’invitons également à militer à no- tre côté pacifiquement en faveur de la patrie»,

a encore déclaré le responsable du MSP. M. Mokri a considéré que les organisations internationales des droits de l’homme exer- cent «un chantage sur les gouvernements» afin de défendre les intérêts des grandes puis- sances. Il a cité à ce propos «l’extermination subie par le peuple syrien à Alep dans les si- lence totale de ces organisations».

APS

LÉGISLATIVES 2017:

le RND participera avec son programme et ses propres listes (Ouyahia)

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a affirmé samedi à Alger que son parti participera aux élections législatives de 2017 avec son programme et ses propres listes, excluant au passage toute alliance avec d'autres formations politiques.

«Je peux vous assurer qu'il n'y aura pas d'alliance avec d'autres partis. Au RND, nous comptons sur nous-mêmes, no-

tement extérieur, M. Ouya- hia a indiqué que son parti plaide contre cette dé-

tre programme et nos propres candidats»,

marche, souhaitant que

a

affirmé M. Ouyahia à l'occasion d'une

l'Algérie «ne retombe pas

conférence de presse animée au lendemain de la clôture de la 2ème session ordinaire du Conseil national du RND.

dans ce piège». Pour ce qui est du Fo- rum africain d'affaires et

Il a précisé, toutefois, qu'après les élec- tions et la proclamation des résultats, «il

d'investissement que l'Algé- rie a abrité au début du

se pourrait qu'il y ait des rencontres, d'une

manière ou d'une autre, entre les partis qui soutiennent le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et le gouvernement». Dans la perspective des législatives de 2017, M. Ouyahia a indiqué qu'en plus de l'instruction donnée aux militants pour mobiliser les électeurs et expliquer le programme du parti, le RND aura re- cours à l'utilisation des nouvelles techno- logies de l'information et de la communi- cation. Dans ce sens, il s'est félicité de l'inter- activité que connaît son parti à travers les réseaux sociaux, se réjouissant, par la

même occasion, de la participation aux lé-

gislatives de la quasi-totalité des partis po- litiques, y compris ceux ayant fait du boy-

cott une «politique».

«La participation aux élections est un re- tour à l'arbitrage du peuple et aussi une re- connaissance de la légitimité des institu- tions», a-t-il dit. S'agissant de la réaction de certains partis de l'opposition par rapport à la loi des

finances 2017, M. Ouyahia a invité ces par-

tis à présenter des alternatives au lieu de «se contenter des critiques». A une question sur le recours à l'endet-

critiques». A une question sur le recours à l'endet- où il était admis depuis le 21

où il était admis depuis le 21 août 2016. M. Ouyahia a tenu, en cette circons- tance, à présenter ses condoléances, en son nom personnel et au nom de son parti, à la famille du défunt. Répondant à une question sur le complément alimentaire dénommé RHB et la polémique qui a suivi sa commercialisation, le secrétaire géné- ral du RND a exprimé son indignation face à la propagation de ce qu'il a qualifié de «charlatanisme» au sein de la société algé- rienne. Il a déploré, en parallèle, l'insuffisance du contrôle de ce genre de pratiques, re- levant que l'affaire est entre les mains de la justice. Par ailleurs, M. Ouyahia a qualifié de «gesticulation» la mise en garde adressée par le Département d'Etat américain à ses ressortissants désireux de se rendre en Algérie.

mois de décembre, le SG du RND a estimé qu'il ne fallait pas s'attarder sur le «couac»qui s'était produit à l'ouverture de cette ren- contre, mais plutôt sur le nombre d'accords qui ont été discutés entre les entre- prises algériennes et leurs homologues africaines. M. Ouyahia a considéré ce forum comme une «bonne expérience», renou- velant à cette occasion son «amitié» au pré- sident du Forum des chefs d'entreprises (FCE), Ali Haddad. Interrogé, en outre, sur la polémique ayant entouré une prétendue invitation d'André Azoulay (conseiller du roi du Ma- roc Mohamed-VI) pour participer à ce fo- rum, M. Ouyahia a indiqué que «M. Azou- lay a déjà répondu à ce sujet dans la presse en affirmant qu'il n'avait pas été invité» au forum d'Alger. S'exprimant sur le décès du journaliste Mohamed Tamalt, M. Ouyahia a fait remar- quer que «l'affaire est devant la justice, à laquelle nous faisons confiance», rappelant que le défunt purgeait une peine de deux années de prison ferme et était hospitalisé au CHU Mohamed-Lamine Debaghine

TROIS ANNÉES APRÈS LA RÉÉLECTION DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA:

Le pays «est bien dirigé» (Ouyahia)

Le secrétaire général du Rassemblement national dé- mocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a affirmé samedi à

nées après la réélection du pré- sident Abdelaziz Bouteflika en 2014, le pays fonctionne et est bien dirigé malgré des lacunes»,

Conseil national du parti. «Nous soutenons notre président en tant qu'Algériens et militants et nous lui souhaitons la bonne

tion relative à une éventuelle candidature du président de la République à un 5ème man- dat. «Le Président Bouteflika a

Alger que trois années après la réélection du Président Abde- laziz Bouteflika, le pays est tou- jours «bien dirigé». «Trois an-

a indiqué M. Ouyahia lors d'une conférence de presse animée au lendemain de la clôture de la 2ème session ordinaire du

santé et davantage d'énergie dans la gestion et la conduite des affaires du pays», a ajouté M. Ouyahia en réponse à une ques-

réussi admirablement à dé- mentir toutes les voix qui, en avril 2014, se demandaient sur sa capacité à diriger le pays».

Remaniement du Secrétariat national du FFS

L'instance présidentielle du Front des Forces socialistes (FFS) a procédé à un re- maniement du Secrétariat national du parti composé de 17 membres, lors d'une session extraordinaire du Conseil national tenue vendredi, indique un communi- qué du FFS rendu public samedi. En vertu de ce remaniement, opéré conformément à l'article 54 des statuts du parti, Abdelmalek Bouchafa a été reconduit au poste de 1er secrétaire du FFS, a-t-on précisé de même source. «En concertation» avec M. Bouchafa, ont été, notamment, désignés Ali Deras, secré- taire national chargé des anciens de 1963,

Mohamed Bettache, chargé des élus, Cha- faâ Bouaiche, du groupe parlementaire, et Youcef Aouchiche, du pôle organisation. Ce remaniement intervient suite à l'an- nonce du FFS de sa participation aux pro- chaines élections législatives et locales prévues en 2017. La participation du FFS aux élections s'inscrit dans le souci de «mobiliser les ci- toyens, la société civile et tous les acteurs du changement, autour du projet de re- construction du consensus national pour sortir le pays de la crise», avait expliqué le 1er secrétaire du parti samedi dernier dans une conférence de presse animée au

terme d'une session ordinaire du Conseil national. Le remaniement intervient également après l'exclusion de Rachid Hallet, an- cien membre de l'instance présidentielle, pour avoir refusé, selon Aziz Baloul, mem- bre de cette même instance, de s'exprimer devant une commission du parti. Par ailleurs, l'instance présidentielle du FFS a annoncé la tenue d'une conférence nationale des élus du 26 au 28 janvier prochain, et la mise en place d'une com- mission préparatoire des activités commé- moratives du 1er anniversaire du décès du président du parti, Hocine Ait Ahmed.

Le mouvement «El Islah» participera aux législatives 2017 pour contrer les campagnes de désespoir et de boycott (Ghouini)

Le président du mouvement

zane, M. Ghouini a indiqué

Ghouini a déclaré que le mou-

tendant vers un consensus po-

«El Islah», Filali Ghouini a sou- ligné, samedi à Relizane, que son parti a décidé de participer aux prochaines échéances élec- torales pour contrer les cam- pagnes de désespoir et de boy- cott. Animant une rencontre avec les militants de sa forma- tion politique à la salle de ci- néma «Dounyazed» de Reli-

que le mouvement «El Islah» a décidé de prendre part aux prochaines législatives pour dissuader les réticents. Le pré- sident d'El Islah a déclaré, dans ce sens, «notre souci de servir les Algériens et notre déter- mination à améliorer leur quo- tidien nous ont motivés à par- ticiper aux législatives». M.

vement El Islah a demandé et réitère sa demande d’aller vers un dialogue national donnant lieu à un grand débat politique avec la majorité de la société. Au passage, il n’a pas écarté l’idée d’une alliance avec d’au- tres formations politiques, sou- lignant que les partis islamistes et nationalistes démocratiques

litique national sont les bien- venus. Par ailleurs, le prési- dent du mouvement El Islah a appelé à ouvrir le champ aux banques qui ne pratiquent pas l'usure pour encourager les citoyens à accéder à des crédits «Halal» et épargner pour contribuer à l'allègement de la crise.

Dimanche 18 décembre 2016

ECONOMIE

DK NEWS 5

RÉVISION DE LA CONSTITUTION EN 2016 :

Couronnement des réformes politiques engagées par l'Algérie

La révision de la Constitution, fait marquant de l'année 2016, constitue le couronne- ment des réformes engagées par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en 2011 dans l'objectif de consolider l'Etat de droit et la démocratie et assurer un développement socio-économique pérenne.

 

Cette révision de la Loi fondamentale

  Cette révision de la Loi fondamentale

été adoptée le 7 février dernier, à une écrasante majorité des membres des deux chambres du Parlement, Assem- blée populaire nationale et Conseil de

a

la

Nation, conformément à l'article 176

de la Constitution. Voulue «consensuelle», son adoption est intervenue après plusieurs rounds de larges consultations avec les partis

politiques, les personnalités nationales

et

les représentants de la société civile. Elle est structurée autour de quatre

axes majeurs: confortement de l'unité

et

de la cohésion nationales, renforce-

ment de l'exercice démocratique, pro- motion des libertés individuelles et collectives et, enfin, impulsion d'un développement économique et social durable. Le peuple algérien, ayant été

confronté dans les années 90 à une tragédie nationale «qui a mis en danger

lider la crédibilité des élections et de veiller à leur transparence et leur pro- bité, jusqu'à la proclamation des résul- tats provisoires. Dans son message du 1er Novembre, le président Bouteflika s'est engagé à veiller à la concrétisation et au respect

la

survie de la patrie», les valeurs de paix

des nouvelles garanties de transpa-

et

de réconciliation nationale ont été in-

rence édictées dans la Constitution et a

tégrées dans le préambule de la Consti- tution. Ces valeurs traduisent l'attachement «inébranlable» du peuple algérien à son unité. Tamazight, érigé en 2002 langue nationale, a été élevée en vertu de la ré- vision constitutionnelle de 2016 au rang de langue officielle. Une Académie algérienne de la langue amazighe est prévue afin de concrétiser, à terme, son statut de langue officielle. Cet amendement vise à consolider les fondements de l'identité nationale: Is- lam, Arabité et Amazighité.

exhorté les citoyens à s'investir plus dans le choix de leurs représentants afin que les assemblées qui seront élues puissent «concourir davantage au suc- cès des réformes». La révision constitutionnelle de 2016 vise aussi à améliorer le fonctionnement des institutions, sur la base du «principe de séparation et de coopération» des pouvoirs. Outre le Premier ministre et les dé- putés, l'initiative des lois appartient désormais aux membres du Conseil de la Nation, dans les domaines relatifs à l'organisation locale, à l'aménage- ment du territoire et au découpage

Alternance et consécration des droits de l'opposition Concernant l'exercice de la démocra- tie et dans le souci d'ancrer l'alter- nance au pouvoir par la voie d'élections libres et régulières, l'article 74 stipule que le président de la République, élu pour un mandat de cinq ans, est rééli- gible une seule fois. Cette disposition est exclue de toute

territorial. L'article 77 dispose, par ailleurs, que le président de la République consulte la majorité parlementaire pour la nomination du Premier minis- tre. Alors qu'auparavant, le Premier mi- nistre était chargé de mettre en £uvre le programme du président de la Répu- blique, il soumet, à présent, «le Plan d'action du gouvernement» à l'appro- bation de l'Assemblée populaire na-

révision constitutionnelle. Au chapitre de la vie politique et institutionnelle, le statut et les droits de l'opposition ont été constitutionnalisés. L'opposition parlementaire est ainsi en droit de saisir le Conseil constitution- nel, dont l'autonomie a été renforcée, à propos des lois votées par le Parle- ment. La participation «effective» de l'op- position aux travaux parlementaires et à la vie politique est consacrée, no- tamment le contrôle de l'action gouver- nementale. En outre, une Haute Instance indé- pendante de surveillance des élections

tionale (APN). Parmi les autres axes autour desquels s'articule la révision constitutionnelle de 2016, figurent la promotion et la protection des libertés individuelles et collectives, ainsi que l'indépendance de la justice. La Constitution énonce, à cet effet, que la liberté de presse écrite, au- diovisuelle et sur les réseaux d'informa- tion est «garantie», tout autant que celle de manifester pacifiquement. Les traitements cruels, inhumains ou dégradants sont «réprimés par la loi» et «la liberté d'exercice du culte est ga- rantie dans le respect de la loi». Un Conseil national des droits de

a été instituée dans l'objectif de conso-

l'Homme, jouissant de l'autonomie ad-

ministrative et financière et oeuvrant à la promotion et la protection des droits de l'Homme, est institué. La Constitution stipule, d'autre part, que l'Etat £uvre à promouvoir «la parité entre les hommes et les femmes» sur le marché de l'emploi et encourage la promotion de la femme aux responsa- bilités dans les institutions et adminis- trations publiques ainsi qu'au niveau des entreprises. La révision constitutionnelle de 2008 avait déjà mentionné, dans l'arti-

cle 31 bis, l'obligation pour l'Etat d'£uvrer

à «la promotion des droits politiques de

la femme en augmentant ses chances d'accès à la représentation dans les as- semblées élues». Sur le plan judiciaire, la Constitution proclame, eu égard à certains abus constatés, le caractère «exceptionnel» de la détention provisoire et renforce l'indépendance de la justice par des dis- positions telles que l'inamovibilité du juge du siège et le renforcement de l'autonomie du Conseil supérieur de la magistrature.

Bâtir une économie productive et compétitive Sur les questions économique et sociale, la Loi fondamentale stipule

que le peuple algérien, en conformité avec les principes d'égalité et de justice sociale auxquels il est attaché, s'attelle

à «bâtir une économie productive et

compétitive», assurant un développe- ment durable. L'Etat, dans son rôle de régulateur, doit encourager «sans discrimination» l'épanouissement des entreprises, pu- bliques et privées, au service d'un déve- loppement économique diversifié. En somme, la Constitution confère une «identité» à l'économie nationale, dans laquelle les entreprises, créa- trices de richesse et d'emploi, sont le moteur de la croissance. Dans le même temps, la Constitution conforte certains choix stratégiques, à savoir la préservation de la propriété pu- blique des mines, des hydrocarbures et autres secteurs vitaux. Elle insiste également sur la res- ponsabilité de l'Etat dans la sauvegarde des terres agricoles et des ressources hy- driques. Une trentaine de projets de loi, dont 7 à caractère organique, ont été adop- tés ou le seront par le Parlement pour être mis en conformité avec les nou- velles dispositions de la Constitution. Les lois organiques relatives au ré- gime électoral, à la Haute instance in- dépendante de surveillance des élec- tions, à l'organisation et au fonctionne- ment de l'APN et du Conseil de la Nation et le nouveau code de l'investissement, entre autres, ont déjà été adoptés.

PATRONAT

Le FCE réaffirme son soutien au programme économique du Président Bouteflika

Le Forum des Chefs d’Entreprise (FCE) a réaffirmé samedi son soutien au programme économique du président de la Ré- publique M. Abdelaziz Bouteflika, en affichant sa disponibi- lité à contribuer positivement aux efforts d’édification d’une économie performante. Dans un communiqué sanctionnant une réunion ordinaire de son Conseil exécutif, consacrée au bilan de 2016, le FCE a assuré de son soutien au programme du Président Bouteflika qui «oeuvre à insuffler une nouvelle dynamique à l’économie nationale à travers une stratégie orientée vers le renforcement du secteur productif, le développement de l’investissement, l’émergence de nouvelles entreprises et la valorisation de no- tre potentiel économique pour donner une vigueur à notre pro- cessus de développement économique et social». Le FCE a renouvelé, à cette occasion, sa volonté à «demeu- rer mobilisé aux côtés des pouvoirs publics, comme il l’a tou-

jours été jusqu’ici, pour contribuer positivement aux efforts d’édification d’une économie performante, prospère et soli- daire», en s'engagent à «assumer sa part de responsabilité dans la mise en oeuvre d’une telle politique économique». Par ailleurs, le FCE a tenu a réaffirmer la réussite du Forum africain d’investissements et d’affaires, organisé du 3 au 5 dé- cembre à Alger. Cette rencontre avait permis «à notre pays d’en- clencher une véritable dynamique de coopération inter-afri- caine, bénéfique aux pays africains et à l’Algérie», estime l'or- ganisation patronale. Ce Forum a vu la signature de 28 accords commerciaux avec des perspectives d’export dès le début de l’année 2017 dans l’agroalimentaire, l’électronique, l’indus- trie pharmaceutique, les services et l’industrie mécanique, dé-

taille le communiqué.

Selon le FCE, ce forum a également réussi

à attirer plusieurs fonds d’investissement qui opèrent sur le Continent africain.

MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

Baisse de plus de 18% des importations sur 10 mois

Baisse de plus de 18% des importations sur 10 mois La facture d'importation des matériaux de

La facture d'importation des matériaux de construc- tion (ciment, fer et acier, bois et produits en céra-

mique) s'est chiffrée à 1,74 milliard de dollars (md

usd) sur les 10 premiers mois 2016, contre 2,14 mds usd sur la même période de 2015 (-18,6%), a appris l'APS au- près des Douanes. Les quantités importées ont également baissé en s'éta-

blissant à 8,45 millions de tonnes (Mt) contre 8,84 Mt (- 4,5%) à l'exception du bois et les produits en céra- miques dont les volumes importés ont connu une hausse, précise le Centre national de l'informatique et des statistiques des douanes (Cnis). Par catégorie de produits, les ciments (non pulvérisé,

ont été importés

pour un montant de 271,7 millions usd contre 378,9 mil- lions usd (-28,3%). Les quantités importées ont baissé en passant à 4,2 Mt contre 5,2 Mt (-18,76%). Quant à la

facture d'importation de fer et d'acier (rond à béton), elle

a diminué à 961,6 millions usd contre 1,2 md usd (-19,3%). Les quantités importées ont également baissé pour atteindre 2,19 Mt contre 2,46 Mt (-11,14%). Concernant

le bois destiné à la construction et ses dérivés, sa facture

d'importation a baissé à 464,2 millions usd contre

528,7 millions usd (-12,2%). Par contre, les quantités im-

portées ont progressé à 2 Mt contre 1,15 Mt (+73,8%). La facture d'importation des produits en céramique (briques, dalles, carreaux et autres articles similaires)

a augmenté à 43,4 millions usd contre 39,2 millions usd (+10,7%). Les quantités importées ont aussi augmenté

à 41.233 t contre 40.561 t (+1,65%). Par ailleurs, la facture d'importation de l'aluminium (aluminium non allié et alliages d'aluminium) a régressé à 26,2 million usd contre 33,2 millions usd (-21%). Par contre, les quantités impor- tées ont augmenté à 13.506 t contre 13.091 t (+3,17%). Pour ce qui est des articles de robinetterie (clapets, soupapes

la fac-

ture d'importation a baissé à 232,3 millions usd contre

263,6 millions usd (-11,85%). Les quantités importées ont par contre augmenté passant à 19.848 t contre

17.714 t (+12,04%). La baisse de la facture d'importation

des matériaux de construction s'explique par le recul

des quantités importées pour certains produits ainsi que par la baisse des cours mondiaux de certains d'entre eux

et par l'instauration du régime des licences d'importa-

tion appliqué au ciment à portland gris et au rond à bé- ton. Ainsi, le prix moyen à l'importation du ciment a

été de 65 usd/t sur les 8 premiers mois 2016 contre 73 usd/t

à la même période de 2015 (-11%). Celui du bois a été de

187 usd/t contre 434 usd/t (-57%), alors que prix du rond

à béton a été de 435 usd/t contre 489 usd/t (-11%). L'importation du ciment à portland gris est soumise au régime des licences depuis le 1er janvier 2016: son contingent a été fixé à 2,75 millions de tonnes sur l'an- née 2016. Quant au contingent quantitatif du rond à bé- ton, il a été fixé à 2,6 millions de tonnes. En 2015, la fac- ture d'importation des matériaux de construction avait été de 2,54 milliards usd (contre 3,35 milliards usd en

2014).

de retenue, articles de robinetterie sanitaire

portland, alumineux, hydraulique

)

),

ADE :

Les fuites d'eau potable réparées sur les 10 premiers mois

Voici un état sur les fuites d'eau réparées par les ser- vices de l'Algérienne des eaux (ADE) durant les dix (10) premiers mois de 2016 à l'échelle nationale.

- Fuites d'eau sur le réseau d'adduction réparées:

12.627 fuites

- Fuites d'eau sur le réseau de distribution répa- rées:102.630 fuites

- Fuites d'eau sur les branchements réparées:

106.468 fuites

TOTAL:

221.725 fuites.

APS

6 DK NEWS

COOPÉRATION

Dimanche 18 décembre 2016

Ouverture à Oran du 4 ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique

Le 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique s’est ouvert samedi à Oran (Ouest Algérien), à l’initiative du ministère des Affaires étrangères.

Les travaux de ce sémi-

naire de trois jours, prési- dés par le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopé- ration internationale, Ramtane Lamamra, se déroulent en présence de plusieurs chefs de la di- plomatie de pays africains comme l'Egypte, le Séné- gal, Le Nigeria et le Tchad

Y participent également

des experts et des repré- sentants des organisations africaines et onusiennes. Le séminaire traitera plusieurs questions et thé- matiques ayant trait à la sécurité et à la paix dans le continent africain telles que l’évaluation de l’exé- cution des recommanda- tions et des actions préco- nisées à l’issue des précé- dentes éditions. Le programme du sé- minaire comprend plu- sieurs axes qui seront dé- battus en atelier tels que «faire taire les armes à

dé- battus en atelier tels que «faire taire les armes à l’horizon 2020», «Parte- nariat entre

l’horizon 2020», «Parte- nariat entre le Conseil de sécurité de l’Union Afri- caine et le Conseil de Sé- curité de l’ONU», «Finan- cement des opération de soutien de la paix et de la sécurité de l’UA». Il sera également ques- tion, lors de cette rencon-

tre, de mettre en exergue les efforts déployés par l’Algérie en matière de lutte contre le terrorisme et de renforcement de la paix et de la sécurité au ni- veau régional et du conti- nent africain. Ces efforts compren- nent notamment la mise

en place de mécanismes adéquats comme la cri- minalisation des verse- ments de rançons, le rè- glement des conflits par des voies pacifiques et le renforcement de la coor- dination en matière de sécurité entre les pays concernés.

Afrique: appels au soutien des peuples pour leur autodétermination et à une lutte efficiente contre le terrorisme

Les participants au 4ème Sémi- naire de haut niveau sur la paix et

la sécurité en Afrique, ouvert sa-

medi à Oran (ouest), ont mis en re-

lief la nécessité de multiplier les ef- forts en matière de soutien aux peuples dans la quête de leur indé- pendance et de s'impliquer davan- tage dans la lutte antiterroriste. «L’UA, dont la position et l’action inlassables en faveur du respect des droits légitimes du peuple sah- raoui honorent ses Etats membres, devrait être pleinement associée à cet effort et à l’ensemble du proces- sus de résolution de ce conflit», a exhorté le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la coo- pération internationale, Ramtane Lamamra, qui s’exprimait à l’ouver- ture des travaux du séminaire. M. Lamamra a jugé «incompré- hensible que l’ONU, qui coordonne avec l’UA sur toutes les questions de paix et de sécurité en Afrique, n’ai pas été exigeante pour le bénéfice de la plus-value politique de l’UA sur la question du parachèvement

de la décolonisation du Sahara oc-

cidental». «Le processus du règlement de

ce conflit est de nouveau dans l’im-

passe depuis près d’une dizaine d’années, alors que le peuple sah- raoui attend, depuis des décen- nies, sous l’occupation et dans les tentes de l’exil, pour exercer son droit à l’autodétermination. Il est face à une véritable poli- tique du fait accompli, menée par

la puissance occupante dans ce

territoire», a-t-il souligné. Le chef de la diplomatie algé- rienne a en outre déploré le fait que

«les efforts de règlements des conflits multiples se heurtent, sou- vent, à la volonté de certaines par- ties désireuses d’imposer leur point

de vue et leurs intérêts propres au

détriment d’une approche équili- brée, tenant compte du nécessaire respect du droit international et

des intérêts bien compris de l’en- semble des parties prenantes».

Quant au ministre angolais des Affaires étrangères, George Chi- koti, dont le pays est en fin de man- dat au Conseil de sécurité de l'ONU, il a souligné la nécessité pour les pays africains membres non perma- nents du Conseil d'£uvrer davantage afin que leur apport au sein de cette organisation soit efficace pour défendre les positions et décisions essentielles concernant l'Afrique.

Joindre les efforts du développement à la lutte contre anti-terrorisme

Pour le président du Conseil exécutif de l'Union Africaine, Moussa Faki Mahamat, l'action mi- litaire dans la lutte contre le terro- risme dans les Etats africains doit être accompagnée par des mesures politiques et socio-économiques concrètes. «La réponse militaire au terro- risme est nécessaire, mais elle doit

être accompagnée de mesures po-

litiques et socio-économiques de long terme visant à minimiser la

prétendue attractivité de l'engage-

ment extrémiste», a souligné M. Mahamat. M. Mahamat, également minis- tre des Affaires étrangères du Tchad, a indiqué que «la résilience des groupes terroristes provient de leur capacité à tirer partie des fai- blesses structurelles de certains

de nos Etats», citant l'absence de

contrôle sur le territoire, la gouver- nance politique et économique, l'ancrage d'une économie illicite tel que le trafic de tous genres, la cir- culation illicite et la prolifération d'armes. Il a, à cette occasion, plaidé pour

une action régionale, en plus de

celle à l'échelle des Etats africains, dans le cadre de la lutte contre ces fléaux, «devenus aujourd'hui une menace transnationale».

Faire taire les armes avant

2020

Les travaux du 4ème Séminaire qui se poursuivent à huis-clos au- tour d'un axe principal «faire taire les armes d'ici 2020 : état des lieux et aperçu du rôle des acteurs inter- nationaux, y compris les Nations- Unies». «La contribution efficace des re- présentants de l'Afrique aux tra- vaux du Conseil de sécurité des Na- tions unies, notamment dans la concrétisation de l'objectif majeur de faire taire les armes d'ici 2020 en Afrique, à l'instar de tous les conti- nents, a été au menu de ce débat», selon des experts. Les échanges ont porté égale- ment sur l'évaluation des actions menées par les acteurs de l'UA no- tamment en matière de coopération entre les Etats du continent, l'échange d'informations et d'ex- périences en matière de lutte contre le trafic, la circulation et la prolifé- ration des armes. La dé-radicalisation, l'assèche- ment des sources de financement des groupes terroristes et la coordi- nation avec les différents acteurs in- ternationaux, à l'instar de l'ONU, ont été également au centre des débats de cette première journée du Sémi- naire, placé sous le thème: «Assister les membres africains entrants au Conseil de sécurité de l'ONU pour se préparer à l'examen des questions de paix et de sécurité sur le conti- nent africain». La deuxième journée, dimanche, sera consacrée aux thèmes relatif au «partenariat entre le Conseil de paix et de sécurité de l'UA et le Conseil de sécurité des Nations unies» et au «le financement des opérations de soutien à la paix de l'UA». Le séminaire est organisé an- nuellement par l'Algérie, l'UA et l'Institut des Nations unies pour la formation et la recherche «Unitar».

L’Algérie a toujours œuvré pour la paix en Afrique (Lamamra)

Le ministre

œuvré pour la paix en Afrique (Lamamra) Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de

d’Etat, ministre des Affaires étrangères

et de la Coopération

internationale, Ramtane Lamamra,

a affirmé samedi à

Oran que l’Algérie a toujours £uvré pour que la paix dans le continent africain soit un axe essen- tiel de sa politique extérieure.

«L’Algérie, sous l’impulsion du président Abdelaziz Bouteflika

et son engagement constant en faveur de la paix dans notre conti-

nent, a fait de ce principe un axe essentiel de sa politique exté-

rieure», a souligné M.Lamamra, dans son allocution à l’ouverture du 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique. A ce titre, le ministre a rappelé que «l’Algérie a mené plusieurs

médiations, à titre national ou dans le cadre de l’Union Africaine,

à l’instar du conflit entre l’Ethiopie et l’Erythrée ou encore la mé- diation plus récente, menée depuis 2014, pour le règlement de la crise malienne. «C’est cette même approche que l’Algérie vise à promouvoir

en Libye, en soutenant le processus de médiation conduit par les Nations Unies et à travers l’initiative des pays voisins de la Libye que l’Algérie a lancée en 2014», a-t-il soutenu.

M. Lamamra a ajouté que l’Algérie n’a cessé, dans ce contexte,

d’encourager les parties libyennes à favoriser le dialogue sans ex- clusive, loin de toute interférence ou intervention étrangère. Le chef de la diplomatie algérienne a appelé, à ce titre, à conso- lider et soutenir de plus en plus les actions menées par l’Union Africaine visant la stabilité du continent ainsi que la paix dans ses pays, notamment en consolidant la position de ses instances en tant que partie prenante à l’ONU.

«L’UA, qui est le porte-voix des peuples africains et de leurs as- pirations, est aujourd’hui un partenaire fiable et crédible de la com- munauté internationale, c’est en grande partie, grâce à la cohé- sion et à l’unité de ses membres», a estimé M. Lamamra, tout en déplorant la «tentative de division de ses rangs», lors du récent sommet afro-arabe de Malabo. «Cette tentative renseigne à la fois sur les menaces qui guet- tent l’UA jusque dans son intégrité et sur la forte détermination des Etats membres à préserver la cohésion de cette organisation continentale», a-t-il souligné, estimant que le prochain sommet de l’UA sera une occasion idoine pour réaffirmer l’unité et l’in- tégrité cette organisation. Placée sous le thème principal «Assister les membres africains entrant au Conseil de Sécurité de l’ONU à se préparer à l’examen des questions de paix et de sécurité dans le continent africain», cette rencontre de trois jours est marquée par la participation de nombreux ministres des Affaires étrangères de l’Afrique et des ex- perts et représentants de l’OUN, de l’UA ainsi que de la Ligue arabe

et d’autres.

M. Lamamra exhorte l’UA à s’associer pleinement à l’effort pour la résolution du conflit au Sahara occidental

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coo- pération internationale, Ramtane Lamamra, a exhorté, samedi

à Oran, l’Union Africaine (UA) à «s’associer pleinement» à l’effort

pour la résolution du conflit au Sahara occidental. S’exprimant à l’ouverture du 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, M. Lamamra a estimé que «l’UA,

dont la position et l’action inlassables en faveur du respect des droits légitimes du peuple sahraoui honorent ses Etats membres, devrait être pleinement associée à cet effort et à l’ensemble du processus de résolution de ce conflit».

M. Lamamra a jugé «incompréhensible que l’ONU, qui coor-

donne avec l’UA sur toutes les questions de paix et de sécurité en Afrique, n’ai pas été exigeante pour le bénéfice de la plus-value politique de l’UA sur la question du parachèvement de la décolo- nisation du Sahara occidental». «Le processus du règlement de

ce conflit est de nouveau dans l’impasse depuis près d’une dizaine

d’années, alors que le peuple sahraoui attend, depuis des décen- nies, sous l’occupation et dans les tentes de l’exil, pour exercer son droit à l’autodétermination. Il est face à une véritable politique du

fait accompli, menée par la puissance occupante dans ce territoire», a-t-il ajouté. Par ailleurs, le chef de la diplomatie algérienne a dé- ploré le fait que «les efforts de règlements des conflits multiples

se heurtent, souvent, à la volonté de certaines parties désireuses

d’imposer leur point de vue et leurs intérêts propres au détriment

d’une approche équilibrée, tenant compte du nécessaire respect du droit international et des intérêts bien compris de l’ensemble des parties prenantes».

APS

Dimanche 18 décembre 2016

COOPÉRATION

DK NEWS 7

Travailler davantage pour que le groupe africain «A3» soit plus efficace au Conseil de sécurité (MAE angolais)

Le ministre angolais des Affaires étrangères a sou- ligné samedi à Oran la nécessité pour les pays africains membres non permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (A3) d’£uvrer davantage afin que leur apport au sein de cette organisation soit efficace pour défendre les positions et décisions essentielles concernant l’Afrique.

S'exprimant à l'ouverture des travaux du 4ème Sémi- naire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, George Chikoti a estimé que «si l'on cherche à être pré- sents au Conseil de sécurité de l'ONU, il est essentiel pour les pays membres non permanents de mettre à l’avant l'agenda du Conseil de paix et de sécurité de l'Union afri- caine (UA) au sein du Conseil de sécurité onusien». Le ministre angolais dont le pays est en fin de man- dat au Conseil de sécurité de l'ONU, a jugé qu’»il est im- portant de dresser, lors de cette rencontre d'Oran, le bi- lan de la participation de l'Afrique au Conseil de sécu- rité de l’ONU en vue de l'améliorer». «De ce fait, il est nécessaire d’avoir une meilleure coor- dination entre le Conseil de paix et de sécurité et la re- présentation de l'UA au sein du Conseil de sécurité et les pays africains membres non permanents au même Conseil pour consolider les positions politique essen- tielles de l'UA», a-t-il ajouté. Saluant la méthode de travail engagée sur l'ensem- ble des questions africaines au sein des Nations unies,

le chef de la diplomatie angolaise a indiqué que son pays,

en tant que membre non-permanent au Conseil de sé- curité mais également représentant de la Conférence in- ternationale de la région des Grands-Lacs, était «natu- rellement très engagée sur l'agenda de l'UA mais aussi en coordination avec les Nations unies (ONU) dans le ca-

dre de l'accord-cadre, signé en 2013 entre les pays de la région afin d'améliorer les conditions de sécurité dans

la République démocratique du Congo (RDC) et les au-

tres pays de la région». «Cet effort a été important parce qu'il nous a permis d’organiser une série de conférences au sein du conti- nent africain notamment au Rwanda et en RDC, consa- crées à l'engagement économique des pays de la région»,

a-t-il indiqué, citant la dernière rencontre en date tenue

le 26 octobre dernier à Luanda (Angola), qui a permis,

a-t-il dit, de dégager une position générale sur la situa- tion des conflits dans la région des Grands Lacs. Le 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sé- curité en Afrique s’est ouvert samedi à Oran en présence de plusieurs ministres africains des Affaires étran- gères et des représentants d'organisations onusiennes et africaines.

15.000 africains ont bénéficié d’une formation assurée par l'UNITAR (Directeur exécutif)

Pas moins de 15.000 africains ont bénéficié d’une for- mation assurée par l'Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR) relevant de l'ONU,

a indiqué samedi à Oran le directeur exécutif de cette ins-

tance. S'exprimant à l'ouverture des travaux du 4ème Sémi- naire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique,

M. Nikhil Seth a précisé que la formation demeure un élément essentiel en Afrique dans le domaine politique, indiquant que 15.000 africains ont bénéficié de forma- tions à l'UNITAR parmi les 17.000 personnes issues de diverses régions du monde. La formation est assurée principalement en matière de diplomatie, de maintien de la paix, d'analyse de conflits, de médiation et de prévention des conflits entre autres, a-t-il souligné. «Nous avons assuré la formation de diplomates et d'employés dans des ministères des Affaires étran-

gères et des cabinets de premiers ministres égale- ment», a-t-il expliqué. Cette rencontre d'Oran fait par- tie des efforts entrepris pour améliorer l'apprentissage

et la compréhension notamment parmi les délégués pré-

sents pour que «nous soyons en mesure d'exprimer la voix africaine d’une manière claire», a-t-il précisé. Créé il y a 53 ans, cet organisme est chargé de la for- mation des personnels des Etats en développement en particulier, afin qu'ils assurent des missions adminis- tratives et opérationnelles, en coopération avec l'ONU et les institutions spécialisées, à la fois au siège et dans les opérations sur le terrain. L’institut est également chargé de la recherche et des séminaires sur les opérations de l'ONU et des institutions spécialisées.

APS

LE 4 ÈME SÉMINAIRE SUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ EN AFRIQUE:

Une opportunité pour renforcer le partenariat Afrique-ONU (Chergui)

Le Commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union Africaine (UA), Smail Chergui a mis en exergue samedi «l'importance vitale» que revêt le 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, qui se tient à Oran, et qui constitue une chance «pour réfléchir ensemble avec rigueur à la meilleure manière de renforcer le partenariat UA-ONU».

Dans une allocution à l'ou- verture du 4ème Séminaire

la paix et la sécurité en Afrique, dont la 4eme session se tient

 

de

haut niveau sur la paix et la

aujourd'hui à Oran, comme un

sécurité en Afrique qui se tien

événement annuel en raison

à

Oran, M. Chergui a indiqué

de sa contribution attendue

questions liées à la paix, à la sé-

que ce séminaire offrait «un opportunité annuelle où nous pouvons réfléchir ensemble avec rigueur et objectivité à la meilleure manière de faire

pour ajouter harmonie et effi- cacité au travail des représen- tants de l'Afrique au Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU), a indiqué le haut res-

avancer ce partenariat si essen- tiel et vital entre l'UA et l'ONU d'un part, et tous les amis de l'Afrique d'autre part pour promouvoir la cause de la paix

ponsable africain, rappelant que la majeure partie du tra- vail du CSNU porte sur les

curité et à la stabilité ainsi

et

de la sécurité». Ce rendez-

qu'à d'autres situations com-

vous annuel est devenu une «occasion pour réitérer notre engagement à défendre les positions de continent afri- caine et les résolutions du

plexes auxquelles l'Afrique est confronté. Ce séminaire, inter- vient à «un moment où l'Afrique fait face à de multiples menaces à la paix, à la sécurité

Conseil de Paix et de Sécurité

et à la stabilité, notamment

(CPS) en vue de leur conférer «davantage de crédibilité» au sein Conseil de Sécurité Inter-

celle du terrorisme et de l'ex- trémisme violent, ce qui nous contraint naturellement à ren-

national, a-t-il affirmé. Le CPS

forcer et à adapter nos ap-

a

décidé lors de sa 478eme

proches et stratégies», ajoute

réunion tenue le 19 décembre

tionnaliser et de régulariser le

M.

Chergui. Ce haut séminaire

2014 de s'approprier, d'institu-

vise également à promouvoir les meilleures voies et moyens

Séminaire de haut niveau sur

de renforcer et de consolider

le rôle du CPS dans la promotion de la paix,

de la sécurité et de la stabilité sur le conti-

nent, a indiqué M. Chergui, ajoutant que «cela ne peut être réa- lisé qu'en assurant une meilleure articulation des positions com- munes de l'Afrique sur les questions de paix et de sécurité dans le cadre du processus d'examen et de prise de décision au sein du CSNU.

Cet événement constitue éga- lement une chance permettant l'échange des expériences et vise à renforcer la position du continent dans les débats avec l'ONU, souligne le responsable africain, saluant par la même occasion «les résultats positifs issus de la troisième session de ce séminaire. C'est pourquoi, ajoute M.Chergui, «j'espère

vivement que les participants

à ce séminaire puissent éva- luer l'état de mise en oeuvre des conclusions du précèdent séminaire, afin de convenir

des conclusions du précèdent séminaire, afin de convenir des moyens efficaces de suivi et de mise

des moyens efficaces de suivi et de mise en oeuvre des conclusions de l'actuel sémi- naire». Exprimant sa convic- tion que l'Ethiopie, dont le mandat au sein du Conseil de Sécurité commencera en jan- vier, saura profiter des riches enseignements aussi accu- mulé pour assurer la relève, en parfaite harmonie avec l'Egypte et le Sénégal,le Com- missaire Africain a rendre un hommage aux efforts déployés par l'Angola au cours de son

mandat au niveau du CSNU durant lequel il a défendu avec détermination les causes de l'Afrique.

Poursuite des travaux à huis-clos

Les travaux du 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en

Afrique, ouvert samedi à Oran, se sont

poursuivis à huis-clos autour d’un axe principal «faire taire les armes d’ici 2020 : état des lieux et aperçu du rôle des acteurs internationaux, y compris les Nations- Unies». Cette séance a été marquée par un débat général présidé par le président du Conseil exécutif de l’UA, Moussa Faki Mahamat, selon le programme de cet événement de trois jours, abrité par le cen- tre des Conventions d’Oran. La contribution efficace des repré- sentants de l’Afrique aux travaux du Conseil de sécurité des Nations unies, no- tamment dans la concrétisation de l’ob-

jectif majeur de faire taire les armes d’ici 2020 en Afrique, à l’instar de tous les continents, a été au menu de ce débat se- lon les experts qui y ont pris part. Les échanges ont porté également sur l’éva- luation des actions menées par les acteurs de l’UA notamment en matière de coopé- ration entre les Etats du continent, l’échange d’informations et d’expériences en matière de lutte contre le trafic, la circulation et la prolifération des armes. La dé-radicalisation, l’assèchement des sources de financement des groupes terroristes et la coordination avec les dif- férents acteurs internationaux, à l’instar de l’ONU, ont été également au centre des débats de cette première journée du Sé-

minaire, placé sous le thème «Assister les membres africains entrants au Conseil de sécurité de l’ONU pour se préparer à l’examen des questions de paix et de sé- curité sur le continent africain». Pour dimanche, seconde journée du Sémi- naire, organisé annuellement par l’Algé- rie, l’UA et l’Institut des Nations unies pour la formation et la recherche «Unitar», les travaux se poursuivront à huis-clos et porteront sur le thème «le partenariat en- tre le Conseil de paix et de sécurité de l’UA et le Conseil de sécurité des Nations unies». Le financement des opérations de soutien à la paix de l’UA sera également à l’ordre du jour de cette deuxième journée de la rencontre.

LUTTE CONTRE LE TERRORISME EN AFRIQUE :

L’action militaire doit être accompagnée par des mesures politiques

Le président du Conseil

due attractivité de l’engage- ment extrémiste», a souligné

nomique, l’ancrage d’une éco- nomie illicite tel que le trafic de

des risques sécuritaires et l’ampleur des menaces terro-

exécutif de l’Union Africaine,

Moussa Faki Mahamat, a es- timé samedi à Oran que l’ac- tion militaire dans la lutte contre le terrorisme dans les Etats africains doit être ac- compagnée par des mesures politiques et socio-écono- miques. «La réponse militaire au terrorisme est nécessaire, mais elle doit être accompagnée de mesures politiques et socio- économiques de long terme vi- sant à minimiser la préten-

M.

Mahamat, à l’ouverture des

tous genres, la circulation illi- cite et la prolifération d’armes. Dans ce registre, le chef de la diplomatie tchadienne a sou- ligné l’ampleur du change- ment de mode opératoire des mouvements terroristes, leur autofinancement, leur capa- cité de mobilisation et de re- crutement, qui constituent, selon lui, des défis majeurs dans la lutte contre le terro- risme. Il a mis en relief, dans son allocution, «l’évolution

ristes et de la radicalisation, de même que celle des migra- tions», qui, a-t-il soutenu, ont connu, ces derniers temps, beaucoup de développements notables. Le même responsable a plaidé pour une action régio- nale, en plus de celle à l’échelle des Etats africains, dans le ca- dre de la lutte contre ces fléaux, «devenus aujourd’hui une menace transnationale», a-t-il estimé.

travaux du 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique. M. Mahamat, également ministre des Affaires étran- gères du Tchad, a indiqué que «la résilience des groupes ter- roristes provient de leur capa- cité à tirer partie des faiblesses structurelles de certains de nos Etats», citant l’absence de contrôle sur le territoire, la gouvernance politique et éco-

Elaboration d’une feuille de route

pour faire taire les armes en Afrique (diplomate)

L’ambassadeur d’Egypte à Addis Abeba

et délégué permanent à l’Union Afri-

caine, Abou Bakr Hanafi, a annoncé sa- medi à Oran qu’une feuille de route a été élaborée dernièrement au sujet d’une initiative africaine visant à faire taire les armes qui sera adoptée par le Conseil de paix et de sécurité de l’UA, le mois pro- chain. Au cours d’une rencontre avec la presse, en marge du 4ème séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, le diplomate égyptien a indiqué

que cette feuille de route a été tracée lors

d’une récente réunion tenue à Lusaka (Zambie) et sera approuvée, le mois pro- chain, par le Conseil de paix et de sécurité de l’UA. Cette feuille de route sera mise en £uvre par étapes en vue de faire taire les armes à l’horizon 2020, a-t-il ajouté. Le même document sera soumis pour adoption lors du sommet de l’UA, prévu à Addis Abeba, en janvier prochain. Cette feuille de route porte essentiel- lement sur la vente des armes légères et

lourdes, le renforcement des opérations de maintien de la paix, de la gouvernance et de la bonne gouvernance en Afrique. Par ailleurs, Abou Bakr Hanafi a indi- qué que plusieurs propositions seront faites pour mettre fin à la circulation des armes en provenance de Libye comme la mise en place de troupes de surveillance des frontières, l’utilisation de moyens technologiques de surveillance les plus ré- cents ainsi que d’autres moyens qui seront révélés et annoncés au moment opportun.

8 DK NEWS

RÉGIONS

Dimanche 18 Décembre 2016

ALGER De nouvelles mesures en 2017 pour améliorer les recettes fiscales des communes d'Alger centre, les Eucalyptus et Sidi Moussa

Lesprésidentsdescommunesd'Algercentre,des Eucalyptus et de Sidi Moussa ont annoncé jeudi que

de nouvelles mesures seront mises en œuvre en 2017

pourl'améliorationdesrecettesfiscalesatraversl'in-

vestissement dans les assiettes foncières disponi- bles et les services ainsi que par le biais de la soli- darité intercommunale. Les trois responsables locaux qui étaient les in- vités de l'émission "El Assima" ( La capitale) ont émis le voeu que de nouvelles lois soient promulguées qui leur permettront d'adopter des décisions au pro- fit du développement local notamment en termes d'investissements, de services et de solidarité inter- communale. Le responsable des finances de l'APC d'Alger cen- tre, Kamel Messaadi, a fait savoir à ce propos que cette localité envisageait de procéder en 2017 à une

miseàjourdesprixdesprestationsfourniesauxopé-

rateurs commerciaux comme l'exploitation des es- paces publics adjacents aux cafés et salons de thé. Le loyer d'une table sera porté à 800DA/jour a- t-il indiqué. Les prix de location des espaces publi- citaires ouverts au profit de certaines sociétés pri- vées allant jusqu'à 10 millions de centimes actuel- lement seront revue à la hausse l'année prochaine, a-t-il ajouté précisant que cette hausse était néces- saire compte tenu de la spécificité de la commune d'Alger centre qui ambitionne de diversifier ses re- venus par le biais des parking et de la publicité ou- tre le recouvrement fiscal à travers une assiette fon- cière de 2500 logements et 450 locaux commerciaux. Le loyer de ces assiettes a connu une hausse de- puis 2010 à 14 milliards de centimes soit 8 M DA pour les locaux commerciaux et 6 M pour les habitations. Le président de l'APC des Eucalyptus, Ouicher Abdelghani a affirmé que les perspectives de l'in- vestissement dans sa localité dépendaient des lois qui confèrent à la commune le pouvoir de décision en matière de projets de développement. Il a annoncé que ses services attendaient la dé- cision de transfert du terrain qui abritait l'ancien marché, d'une superficie de 20.000 M2, récemment récupéré au nom de la commune à l'effet de l'exploi- ter pour la réalisation d'un marché communal mo- derne d'une capacité de plus de 500 locaux et qui constituera, selon ses propos, une importante source de revenus fiscaux. L'APC des Eucalyptus compte créer de nouvelles zones d'activité pour la petite industrie en vue de va- loriser les espaces disponibles et dont le fonction- nement n'est pas règlementé, a-t-il révélé rappelant qu'une commission intersectorielle (impôts, com- merce, sécurité et commune) a été mise en place en janvier 2016 pour faciliter le déplacement du rece- veur communal vers les locaux et usines en vue du recouvrement fiscal mais que les services de wilaya n'avaient pas entériné la décision.

La commune des Eucalyptus, a jouté son premier responsable, a initié un projet pilote de collecte et de recyclage des déchets en collaboration avec le pro- gramme des nations unies pour le développe- ment. Ce projet devant être mis en oeuvre sur le ter- ritoire de la commune n'a pas été concrétisé car la

loi n'habilite pas le président d'APC à affecter un ter- rain pour un projet pilote. La relation de la commune

aveclesinvestisseursdemeureunerelationd'accom-

pagnement et de notification d'informations dans le cadre d'une action purement administrative, a- t-il regretté expliquant que la procédure d'investis- sement requiert encore un dossier lourd et com- plexe. L'autorisation d'investissement suscite 22 avis de différentes directions avant de passer par la com- mission de Wilaya, a-t-il étayé. Le président de l'APC de Sidi Moussa, Allal Boutheldja a estimé que la so- lidarité intercommunale prévue par le Code de la commune de 2011 doit favoriser d'importants reve- nus. Sur le plan théorique, cette loi est exemplaire mais en pratique des difficultés entravent la réali-

sation des objectifs escomptés notamment quand lesmoyensfinancierssontinsuffisantscommepour Sidi Moussa dont la situation financière laisse en- core à désirer en dépit de la mise à jour de sa fisca- lité depuis trois années déjà, a-t-il dit.

APS

CNAS DE SÉTIF :

JOURNÉE DE FORMATION POUR LA PRESSE :

Une louable initiative à prendre en exemple

Pour une première ce fut tout simplement une réussite. Soucieux de servir au mieux ou d’informer ses assurés sociaux de ses activités, des nouveautés ainsi que des progrès réalisés dans plusieurs domaines, l’agence de Sétif de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés a organisé, mercredi dernier, en présence du directeur de l’agence de la Casnos, une journée de formation au profit des représentants locaux des différents titres de la presse nationale avec pour thème : ‘’ La presse, notre partenaire et notre support’’.

: ‘’ La presse, notre partenaire et notre support’’. Azzedine Tiouri. Organisée au niveau du siège

Azzedine Tiouri.

Organisée au niveau du siège de la Cnas, cette rencontre, ouverte par le di- recteur de l’agence a permis aux corres- pondants de presse de s’imprégner des réalités et surtout des avancées enre- gistrées par cette institution tout au long des dernières années. Cela a permis aussi aux différents cadres de cette agence qui se sont relayés d’expliquer les diffé- rentes missions inhérentes à cette insti- tution. C’est ainsi que nous avons pu avoir une idée sur le rôle de la cellule d’ac- cueil de communication et d’écoute so- ciale avec ses missions et ses objectifs, la télé déclaration et le e-paiement, la mo- dernisation du système de sécurité sociale pour clôturer avec le contrôle médical ‘’ fonctionnements et perspectives’’, avant les débats qui ont été très enrichissants et fructueux à plus d’une titre. Cette initiative que rare de structures du service public ont organisé à l’inten- tion des gens de la presse qui l’ont accueil- lis très favorablement a été l’occasion de rencontrer le premier responsable de l’agence Cnas qui a toujours facilité la tache aux journalistes lors des diffé- rentes activités de cette dernière, en- touré de ses cadres dans le seul souci est d’informer et de servir au mieux les as- surés sociaux dans la wilaya de Sétif qui en compte un nombre parmi les plus im- portants du pays soit le chiffre de plus de 650.000. En procédant à l’ouverture de cette rencontre conviviale, le directeur de l’agence, Boualem Houidèche, n’a pas manqué de souhaiter ‘’ que cette journée de formation au profit des gens de la presse soit une occasion d’échanger des idées et des propositions et de découvrir les différentes missions et services ren- dus aux assurés de la Cnas en général et aux citoyens en particulier’’. Poursuivant, il déclare : ‘’ L’objectif de la tenue de cette journée de formation au profit des mé- dias locaux est aussi de créer des contacts avec eux afin de créer un espace pour leur présenter des informations directement par les responsables et spécialistes concernés chacun dans son domaine d’une manière directe et correcte. C’est aussi pour informer des grandes et im- portantes réformes engagées et réali-

sées dans le cadre du programme natio- nal dans le but de promouvoir encore da- vantage les services publics et les facili- tés entreprises’’. Le premier responsable de la Cnas au niveau de la wilaya de Sétif ne manquera pas de faire aussi le lien avec la commu- nication de proximité et de rapproche- ment encore davantage avec les citoyens, qui a-t-il dit ‘’ tout en utilisant tous les moyens et supports des médias locaux de la presse écrite, audio ou télévisuelle et ce, pour mettre en exergue les droits et de- voirs des assurés sociaux envers la Cnas tout en préservant l’équilibre budgé- taire’’. Il est à noter que l’agence de Sé- tif a déboursé en 2015, 110 milliards de centimes que pour le remboursement des produits pharmaceutiques, nous dit-on.

La presse, partenaire et support Connaissant l’importance de la com- munication, puisque lui-même est un bon communicateur, Boualem Houi- dèche s’est déclaré ‘’ mettre à profit cette journée de formation pour tisser des liens étroits et de partenariat actif avec les gens de la presse afin d’informer les employeurs de tout ce qui est nouveau dans notre secteur et d’en faire du slogan ‘’ La presse, notre partenaire et notre sup- port’’. Avant de laisser place aux cadres intervenants, le directeur de l’agence donnera un large aperçu sur les nouveau- tés récemment introduites dans le circuit des services de l’institution tout en insis- tant sur le numéro vert mis à la disposi- tion des citoyens le 30.10. Prenant le relais, la responsable de la cellule d’écoute, Mme Katia Guessoum fera un synopsis sur son service crée en 2002. Ce dernier accueille les citoyens, les assurés sociaux, les chefs d’entreprise, afin de les orienter et les conseiller. Il se charge aussi de l’écoute sociale. Il est placé directement sous la tutelle du directeur de l’agence. Elle reçoit aussi les plaintes des assurés pour divers motifs. En une an- née, ce service a enregistré près de 1.600. Pour sa part, le sous-directeur chargé des finances et recouvrements, Bendjed- dou Alloua, a développé le volet inhérent à la modernisation du recouvrement telle la déclaration de télé paiement et l’in- tégration de ces services électroniques dans la gestion. A ce sujet, il dira que la

télé déclaration est le premier service de modernisation mis à la disposition des employeurs affiliés à la Cnas. Il a expliqué les derniers développements de la caisse concernant l’e-paiement ainsi que les avantages de la télé déclaration. Le sous-directeur chargé de l’informa- tique, Tarek Guidoum s’est employé à donner l’historique de la carte chiffa depuis sa création à ce jour, telle sa géné- ralisation à l’échelle nationale depuis 2012, le lancement de la mise à jour à dis- tance jusqu’à sa réactivation par les offi- cines. Le contrôle médical : missions et pers- pectives, un autre volet très important où les correspondants de presse ont beau- coup appris, a été présenté par le méde- cin-chef de l’agence, le Dr Haroun Abder- rahmane ou il donnera avec précision, toute la structure et l’organisation de son service constitué de praticiens conseils et d’un personnel administratif. ‘’ L’agence de Sétif est connue par un nombre impor- tant d’assurés sociaux 650.000. La cou- verture médicale est assurée par 38 mé- decins-conseils, 2 dentistes est gérée par 47 agents administratifs avec 20 contrôles médicaux’’ Dans le cadre de l’humanisation de ses relations et le rap- prochement des assurés sociaux, parti- culièrement ceux des régions éloignées et isolées, l’agence de la wilaya de Sétif a procédé à l’ouverture de plusieurs struc- tures de conseils médicaux et ce, depuis 2015 à savoir : Béni Aziz, Béni Foda, Bir Haddada et Ain Lahdjar. D’autres ouver- tures sont en cours de réalisation à Ba- bors, Bir El Arche et Hammam Soukhna. ‘’ Le médecin-conseil a pour mission de conseiller et d’accompagner les assurés sociaux, d’analyser et de contrôler les de- mandes de remboursement des presta- tions ainsi que de veiller à la bonne marche de la réglementation en vigueur, précisera-t-il’’. De telles initiatives de journée de formation, dont d’autres ins- titutions devront s’imprégner de l’exem- ple de la Cnas, ne pourront que conso- lider encore davantage les liens entres les services publics et la corporation de la presse pour de meilleures communica- tion et information envers les citoyens pour le bien du développement écono- mique et social de notre pays. Encore une fois bravo la Cnas.

TISSEMSILT

UNE DÉCISION COURAGEUSE DU WALI:

Fermeture de l'abattoir communal du chef lieu de wilaya

ABED MEGHIT

L'abattoir de la ville de Tis- semsilt, chef lieu de wilaya va devoir provisoirement fer- mer, décision prise par le wali de la wilaya, lors du dernier conseil exécutif .Cette ferme- ture, est liée à plusieurs ré- serves ayant essentiellement trait à un problème d'insalu- brité. En attendant, cette acti- vité s'effectuera dans des lo- caux adéquats, à la commune

de Laâyoune relevant de la daira de Khemisti, à une ving- taine de kilomètres du chef- lieu de wilaya. Et d'ajouter «les bouchers devront s'ap- provisionner auprès de cette structure». Les services concernés de l'APC ont été avisés par un arrêté adminis- tratif, que suite à un rapport d'inspection, le premier chef de l'exécutif a opté pour la fermeture provisoire de l'abat- toir de la ville de Tissemsilt, dans l'attente d'une opéra-

tion de réhabilitation. Cette mesure, qui devrait débou- cher sur la réorganisation de l'abattoir, fait suite à un rap- port dont les résultats se sont révélés particulièrement alar- mants en matière d'hygiène. Selon les déclarations des ser- vices de l'inspection des vété- rinaires, la viande provenant de cet abattoir risque d'être contaminée à cause des condi- tions d'abattage qui ne ré- pondent pas aux normes. En effet, ce sont des problèmes de

fonctionnement de la chaîne d'abattage et de réorganisation compte tenu de l'état des lieux déplorable, à l'origine de cette décision. Alors, le wali de Tis- semsilt, a décidé de suspendre l'activité pour l'instant, de fa- çon à ce que l'on rentre rapi- dement dans l'opération de ré- habilitation», selon notre source, annonçant que cette structure sera soumise à un diagnostic précis par le Contrôle technique de construction (CTC).

Dimanche 18 décembre 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

BIR MOURAD RAIS (ALGER)

4 individus arrêtés et plus de 200 g de drogue et des armes blanches saisis

Les services de la sûreté de la wilaya d'Alger ont arrêté dernièrement 4 individus et saisi deux tablettes de drogue (cannabis), de 190 g et cinq morceaux de drogue de 25g, une plaquette de psychotropes de 5 comprimés, 4 armes blanches ainsi qu'une somme de 10.000 DA, ont indiqué les mêmes services dans un communiqué publié vendredi.

Cette affaire, élucidée par la brigade de la police judi- ciaire relevant de la circons- cription de Bir Mourad Rais, suite à des informations re- çues sur un individu qui dea- lait la drogue avec un aco- lyte, au niveau de cette cir- conscription. Après la sur- veillance de ce suspect, les services de la police lui ont tendu un piège à l'entrée de son domicile. Apres avoir pro- cédé à une fouille corporelle du suspect, un morceau de drogue a été retrouvé en sa possession. "La perquisition du domicile du prévenu sur mandat du procureur de la République près la juridiction

mandat du procureur de la République près la juridiction compétente a donné lieu à la saisie

compétente a donné lieu à la saisie de 4 morceaux de can- nabis de 20g, une somme de

10.000 dinars (recettes des deals), une plaquette de psy- chotropes de 5 comprimés et

quatre armes". A l'issue de l'enquête, le prévenu a re- connu qu'il se procurait la drogue près d'un autre indi- vidu. L'autorisation d'élar- gissement de la compétence accordée par le Procureur de la République, a permis l'ar- restation d'un autre individu avec deux de ses acolytes en possession de tablettes de cannabis de 190 g et une arme blanche, a ajouté la même source. Après la finalisation des procédures légales en vi- gueur, le prévenu a été pré- senté au Procureur de la Ré- publique, qui a ordonné son placement en détention pré- ventive.

SELON LA ROMANCIÈRE ALGÉRIENNE AHLEM MOSTEGHANEMI, NOMMÉE VENDREDI ‘‘ARTISTE DE L’UNESCO POUR LA PAIX’‘

L’éducation des enfants victimes des guerres, de la pauvreté et de l’injustice est ma plus grande cause

La romancière algérienne Ahlem Mos- teghanemi, nommée vendredi ‘‘Artiste de l’Unesco pour la paix’‘, a affirmé que l’éducation des enfants victimes des guerres, de la pauvreté et de l’injustice est sa ‘‘plus grande cause’‘. ‘‘L’éducation des enfants victimes des guerres, de la pauvreté et de l’injustice est ma plus grande cause. Je lui consacrerai tous mes efforts et les années qui me res- tent à vivre’‘, a-t-elle annoncé dans son in- tervention au siège de l’Unesco à Paris au cours de la cérémonie organisée pour sa nomination. Elle a estimé que cette cause est ‘‘la ma- trice’‘ des projets de sauvetage de l’avenir, ‘‘celui des individus au même titre que ce- lui des nations’‘. ‘‘Si nous n’agissons pas pour changer et améliorer le sort de ces en- fants, qui n’ont jamais de jouets, mais qui étaient des jouets aux mains des grands, le monde de demain deviendra, entre leurs mains, un jouet explosif’‘, a-t-elle averti, soulignant que sa mission ‘‘égale en impor-

tance (ses) écrits’‘. ‘‘Que nous est-il le plus urgent à sauver en premier lieu : la paix, la sécurité, la co- existence, la tolérance, la liberté’‘, s’est-elle interrogée, préconisant que le monde ‘‘devrait se mettre d’accord sur la signifi- cation de ces mots dont les sens diffèrent selon les drames des peuples et les intérêts des Etats’‘. Dans ce contexte, il a fait observer que depuis deux décennies, sous le couvert de la lutte contre le terrorisme, ‘‘certains di- lapident des milliards dans des guerres qui n’apportent à l’humanité que de l’obscu- rantisme, de la pauvreté et de l’ignorance, autrement dit plus de terrorisme’‘, relevant que partout dans le monde, ‘‘continuent de s’allumer des incendies, dont plus d’un ne s’éteindra qu’au prix le plus fort’‘. Par ailleurs, elle a considéré que la faim, la misère et la terreur ‘‘ont redessiné les cartes du monde et elles vont bientôt ta- per aux portes de tous’‘. Dans ce contexte de guerres et de

conflits, l’Artiste de l’Unesco pour la paix a attiré l’attention que dans le monde, ‘‘500 millions d’enfants vivent dans des pays et des régions touchés par des conflits armés’‘, estimant qu’il est plus probable que le tiers de ces enfants ‘‘deviendront des orphelins ou des délinquants, privés de sco- larité et livrés à la loi de la rue’‘. Ce qui l’a incité à affirmer que les fon- dements de l’humanité sont ‘‘menacés aujourd’hui par cette réalité, à laquelle seules s’opposent l’éducation et une prise en charge de ces milliers d’enfants’‘, sou- tenant que l’ignorance, ‘‘cette consé- quence de la défiguration et de l’anéantis- sement de l’âme humaine’‘, a coûté ‘‘beau- coup plus’‘ que les destructions engendrées par la guerre. Considérant que la paix ‘‘n’est plus seulement un choix mais une nécessité ab- solue pour la survie de l’espèce humaine, Ahlem Mosteghanemi a indiqué que le monde a besoin d’une ‘‘doctrine mon- diale de la paix et de l’acceptation d’autrui’‘.

ORAN

Saisie de près de 2,5 qx de kif traité

Les services de la Gendarmerie nationale ont opéré, jeudi à Oran, une saisie de 2,47 quintaux de kif traité, lors d’une opération soldée par la mise hors état de nuire d’un réseau spécialisé dans le trafic de drogue, a-t-on appris auprès de ce corps de sécu- rité. Selon la même source, cette opération réalisée en coordination avec un peloton de l’Armée nationale populaire (ANP) relevant de la 2ème région militaire, a eu lieu sur la base de renseignements sur l’activité de ce réseau, dont les gendarmes du groupe- ment d’Oran ont arrêté ses quatre (4) élé- ments au niveau d’un quartier situant à l’est de la ville d’Oran, après avoir chargé la quantité de kif traité sur un camion. Cette opération a permis également la saisie du camion en question et trois (3) vé- hicules servant comme éclaireurs pour assurer l’acheminement de la drogue et évi- ter les points de contrôle de sécurité. Une enquête est ouverte par la section de recherche de la gendarmerie nationale d’Oran pour élucider cette affaire, a-t-on si- gnalé.

TLEMCEN

7 dangereux accidents de la voie ferrée enregistrés cette année

Les services de la protection civile de Tlemcenont enregis- tré, cette année, sept dangereux accidents sur la voie ferrée traver- sant la wilaya, a-t-on appris jeudi, lors d’une journée d’information et de sensibilisation sur ces accidents. Ces accidents, cau- sés par la négligence des piétons, ont fait 5 morts et trois blessés graves, a-t-on indiqué. Le dernier accident en date est celui survenu la semaine dernière à Bab Zir au centre-ville de Tlemcen ou un trente- naire a été fauché mor- tellement par un train et un autre gravement

blessé en traversant la voie ferrée. Des représentants de la sûreté nationale, des employés de la So- ciété nationale de transport ferroviaire (SNTV) ont expliqué aux élèves présents à cette rencontre les me- sures à prendre en cas de passage sur la voie ferrée dont la vigilance, l’utilisation du passage à niveau gardé, le res- pect des signalisations et ne pas jouer à coté d’une voie ferroviaire. Le chef de gare à Tlemcen, Bedoui Bra- him a abordé les lois édictés pour mieux ex- ploiter la voie ferrée en matière de transport

loin de tout danger ou risque pour les piétons, les passagers et les marchandises, rappe- lant les sanctions ré- primant les comporte- ments irresponsables provoquant des acci- dents graves et pertur- bant la circulation des trains. Cette rencontre a été organisée par la direc- tion des transports de la wilaya en collaboration avec des partenaires concernés par la sécu- rité routière (sûreté et gendarme ie nationales et protection civile), au profit des élèves d’éta- blissements de la ville de Tlemcen proches de la voie ferrée.

PROTECTION CIVILE

2499

interventions en 48h

Durant la période du 16 au 17 Novembre 2016 arrêté ce matin à 08 heures (les der-

nières 24 heures) les unités de la protection civile ont enregistré 2499 interventions, dans les différents types d’interventions pour répondre aux appels de secours, suite à des accidents de la circulation, accidents domestiques, évacuations sanitaire, extinc- tion d’incendies et dispositifs de sécu- rité… etc. Plusieurs accidents de la circulation ont été enregistré durant cette période dont 03 accidents ayant causé 04 per- sonnes décédées sur les lieux d’accidents et 03 autres blessées, traitées sur place puis évacués vers les structures hospita- lières par les éléments de la protection ci- vile, le bilan le plus lourd à été enregistré au niveau de la wilaya de Mila avec 02 per- sonnes décédées et une (01) autre per- sonne blessée, suite à une collision entre

03 véhicules légers, survenue sur l’auto-

route A1 Est-Ouest, PK 139, Commune et daïra de Chelghoum Laid. Concernant les interventions liées aux fortes chutes de pluies qui se sont abattues sur plusieurs wilayas, les unités de la Pro- tection Civile sont intervenue plusieurs fois afin d’effectuée des opérations d’épuise- ment des eaux pluviales infiltrés dans quelques habitations et édifices publics, ainsi que suite des effondrements Partiel des murs de clôtures et des faux plafond des habitations vétustes, notamment à Alger, Bordj Bou Arreridj, Oran, Mila, Mostaga- nem et M’Sila. A Alger, au niveau de la commune de la Casbah effondrement partiel de 03 habita-

tions précaires suite à un glissement de ter- rain, et à Bologhine effondrement partiel d’un plancher du 1er étage d’une bâtisse à la cité Debih Cherif. Au niveau de la wilaya d’Oran nos se- cours ont intervenu pour le dégagement de

10 Baraques de pêche au niveau du port

d’Oran, ainsi l’effondrement partiel de plafond de 02 habitations à la cité Gombita et l’Arbi Ben M’Hidi, et à la commune d’Essenia effondrement partiel des escaliers d’une habitation à la cité El Amel. Par contre à la wilaya de Mila nos unités ont enregistré l’effondrement partiel du mur extérieur d’une école primaire, au ni- veau de la commune de Sidi Merouane au- cune victime n’est à déplorer.

UN INCENDIE DANS DEUX DÉPÔTS DE DISTRIBUTION DE CARBURANT À ANNABA:

Dégâts matériels et grande panique

Un incendie qui s'est déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi au niveau de deux dé- pôts d'une station service au centre ville de Annaba (avenue du 1er novembre) a crée un mouvement de panique au sein de la po- pulation et causé des dégâts matériels, a- t-on appris vendredi auprès de la direction de wilaya de la protection civile. Les dégâts matériels ont touché le mo- bilier de bureau et un véhicule touris- tique, ajoute la même source précisant que l'intervention rapide des éléments de la protection civile a permis de circonscrire les flammes. L'intervention pour laquelle 8 camions citernes, trois ambulances et 50 éléments de la protection civile ont été mobilisés, a duré plus d'une heure, indique- t-on encore de même source. Les services de sécurité territorialement compétents ont ouvert pour leur part une enquête pour dé- terminer les causes du sinistre. *

APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Dimanche 18 décembre 2016

PARIS

Nouveau pic de pollution

Paris et sa région se trouvait à nouveau vendredi sous un nuage de pollution au particules fines, moins d'une semaine après un premier pic d'une durée et d'une intensité exceptionnelle. Pour rendre l'air plus respirable, les autorités ont de nouveau imposé la circu- lation alternée : seuls les véhicules ayant une plaque d'immatriculation avec un nu- méro pair étaient autorisés à circuler vendredi. En contrepartie, les transports publics étaient gratuits. La mesure a été reconduite pour samedi, l'organisme de surveillance de la qualité de l'air, Airpa- rif, ayant prévu un nouveau dépasse- ment du «seuil d'information», soit plus de 50 microgrammes de particules par m3 d'air. D'autres mesures ont été prises: inter- diction de se chauffer au bois, réduc- tion de la vitesse de 20 km/h sur l'ensem- ble du réseau routier et interdiction du transit des poids lourds sur une partie de la région. La capitale, qui a subi début décembre un pic de pollution hivernal inédit depuis 10 ans par sa longueur et son intensité, a bénéficié de quelques jours de répit avant le retour jeudi d'un nouvel épisode. Jeudi, des concentrations maximum de parti- cules ont atteint 60 µg/m3. A l'origine de ce nouveau pic, selon Air- parif, essentiellement les particules émises par le trafic et certains systèmes de chauffage (cheminées ouvertes). Ces poussières microscopiques stag- nent sur la ville du fait des conditions mé- téorologiques (absence de vent, inversion de températures créant un «couvercle» sur l'agglomération).

ANGLETERRE

Une mutinerie se déclenche dans une prison

Une nouvelle mutinerie a éclaté vendredi dans une prison anglaise, impliquant plu- sieurs centaines de détenus à Birming- ham, a annoncé l'entreprise de sécurité pri- vée qui gère l'établissement. «Nous sommes toujours en cours d'in- tervention à la suite de l'incident à la prison de Birmingham», dans le centre de l'Angle- terre, a déclaré dans un communiqué Jerry Petherick, le responsable de l'entreprise G4S chargé des questions de détention. La mutinerie a débuté peu après 09H00 GMT, touchant d'abord deux ailes de la prison, avant de s'étendre à deux autres, pré- cise le communiqué. «Aucun employé n'a été blessé», a souligné le syndicat Prison Of- ficers Association (POA) cité par l'AFP, pré- cisant que les troubles «impliquaient envi- ron 300 détenus». Ce chiffre pourrait toutefois être supé- rieur, selon la même agence citant une source pénitentiaire.Les médias britan- niques font état d'au moins un détenu «grièvement blessé» et de prisonniers ayant saccagé et incendié des cellules. Une brigade antiémeute a été dépêchée sur place et un hélicoptère survolait la pri- son vendredi après-midi, selon les images retransmises par des médias britanniques. Les quatre ailes touchées par les troubles ont été isolées du reste de l'établissement, d'une capacité de 1.450 détenus. La mutinerie intervient après une série d'autres incidents dans les prisons britan- niques ces dernières semaines. Une mutinerie impliquant près de 200 détenus avait éclaté dans une prison de Bed- ford le mois dernier. Mi-novembre, une di- zaine de milliers de membres du personnel pénitentiaire avaient cessé le travail pour protester contre l'état de «déliquescence» régnant selon eux dans les prisons du Royaume-Uni. Le nombre des détenus y était début novembre de quelque 85.000, se- lon des chiffres officiels. APS

JOURNÉE DES MIGRANTS:

Ban Ki-moon appelle à la mise en place du pacte mondial pour des migrations «sûres et régulières»

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a appelé samedi à la mise en place du pacte mondial pour des migrations «sûres, ordonnées et régulières», dans un message adressé à l'occasion de la journée internationale des migrants, célébrée le 18 décembre de chaque année.

«En cette journée internationale des migrants, j'appelle la communauté inter- nationale à s'employer à la mise en place du pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières afin de bâ- tir un monde de paix, de prospérité de di- gnité et de possibilités pour tous», a dit M. Ban dans son message. La Journée internationale des mi- grants est l'occasion de dissiper les pré- jugés et de sensibiliser l'opinion à leurs contributions dans les domaines écono- mique, culturel et social, au profit tant de leur pays d'origine que de leur pays de destination, selon l'ONU.

A l'heure de la mondialisation, les migrations sont une réalité incontournable. De nombreuses raisons amènent les gens à se déplacer - que ce soit pour étu- dier à l'étranger, rejoindre des mem- bres de la famille, chercher un emploi ou des moyens de subsistance, ou assurer un meilleur avenir à leurs enfants. D'autres quittent leur pays pour fuir la criminalité, la violence, les conflits, la persécution, l'insécurité, la discrimina- tion, les catastrophes naturelles et la dégradation de l'environnement, ou en- core la pauvreté. La plupart passent d'un pays en déve- loppement à un autre ou quittent un pays en développement pour un pays dé- veloppé. Les migrations jouent un rôle es- sentiel pour la croissance économique et le développement, notamment en re- médiant aux pénuries du marché du travail à tous les niveaux de qualification. Les migrations ont des effets majoritai- rement positifs, aussi bien pour les pays d'origine que pour les pays d'accueil, explique l'ONU sur son site internet. Les migrations volontaires comme les déplacements forcés ont toujours été

comme les déplacements forcés ont toujours été le lot commun de l'humanité. La plupart des gens

le lot commun de l'humanité. La plupart des gens comptent probablement parmi leurs ancêtres des personnes ayant mi- gré, d'après la même source. En ces temps de mondialisation et d'interdépendance, la migration interna- tionale pourrait bien devenir un phéno- mène encore plus répandu. L'intégration croissante des marchés du travail, la baisse du prix des transports et l'existence de réseaux d'information et de commu- nication et de réseaux sociaux bien éta- blis sont autant de facteurs qui favorisent la mobilité, prévient l'ONU. Si la plupart des migrations interna- tionales sont motivées par des raisons économiques, les conflits, les violences, les persécutions, la répression politique et les autres violations graves des droits de l'Homme figurent parmi les princi- pales causes des mouvements de réfugiés et de déplacés, indique-t-elle. L'Organisation des Nations unies joue un rôle actif de catalyseur dans ce do- maine, dans le but de créer davantage de

dialogues et d'interactions au sein des pays et des régions, de favoriser les échanges d'expériences et les possibili- tés de collaboration. Le 19 septembre 2016, à l'occasion d'un sommet de haut niveau qui a eu lieu au siège de l'ONU à New York, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté des engagements essentiels visant à renfor- cer la protection de millions de per- sonnes déplacées de force et qui se dépla- cent pour d'autres motifs dans le monde entier. Par ce texte, appelé la +Déclaration de New York+, les Etats membres se sont en- gagés à «protéger les droits des réfugiés et des migrants, à sauver des vies et à par- tager la responsabilité du soutien et de l'accueil de ces réfugiés et migrants». En adoptant cette déclaration, ils se sont aussi engagés à «entamer des négociations menant à une conférence internatio- nale et à l'adoption en 2018 d'un pacte mondial pour une migration sûre, ordon- née et régulière».

La communauté internationale face aux défis

Le Journée internationale des migrants, célébrée le 18 dé- cembre de chaque année, sera une nouvelle fois l'occasion de mettre la communauté internationale face aux défis et dif- ficultés des migrations internationales, qui exigent chaque année davantage de coopération et une action collective en- tre les pays et les régions. La Journée des migrants a été proclamée par l'Assemblée générale le 4 décembre 2000. Elle marque le 18 décembre l'adoption de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille. Ces dernières années, la migration mobilise de plus en plus l'attention de la communauté internationale. Mêlés à des éléments d'imprévisibilité, d'urgence et de com- plexité, les défis et les difficultés des migrations internatio- nales exigent une coopération renforcée et une action col-

lective entre les pays et les régions. En 2015, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait appelé les pays à s'engager à proposer des solutions cohé- rentes, globales et axées sur les droits de l'homme pour faire face à cette crise mondiale. "En cette Journée internationale des migrants, enga- geons-nous à proposer des solutions cohérentes, globales et axées sur les droits de lÆhomme, qui soient guidées par le droit et les normes internationaux et une volonté com- mune de ne laisser personne à la traîne", avait-il plaidé. La Journée internationale des migrants est l'occasion de dissiper les préjugés et de sensibiliser l'opinion à leurs contributions dans les domaines économique, culturel et so- cial, au profit tant de leur pays d'origine que de leur pays de destination.

MIGRANTS

Près de 7.200 morts en 2016 dans le monde

Près de 7.200 migrants et réfugiés sont morts ou ont disparu depuis le début de l'année, dont la plupart en Méditerranée, a annoncé ven- dredi l'Organisation interna- tionale pour les migrations (OIM) à la veille de la célébra- tion de la journée internatio- nale des Migrants. Sur un total de 7.189 morts ou disparus enregistrés à la date de jeudi soir, 4.812 ont péri en tentant de traverser la Méditerranée pour rejoindre l'Italie, la Grèce, Chypre et l'Espagne, a précisé l'OIM. Selon l'Organisation, le chiffre est en hausse de plus

Selon l'Organisation, le chiffre est en hausse de plus de 20% par rapport à l'année 2015.

de 20% par rapport à l'année

2015.

en

Celà

représente

moyenne 20 décès par jour et le bilan total pourrait donc en- core s'alourdir d'ici à la fin de

l'année de 200 à 300 morts, a averti l'organisation dans un communiqué. La traversée de la Médi- terranée, utilisée par près de 360.000 candidats à l'émigra- tion depuis le début de l'an- née, reste de loin l'itinéraire le plus dangereux avec plus de 60% des disparitions. L'OIM a indiqué, par ail- leurs, que le nombre de décès de migrants dans le monde a augmenté cette année, en par- ticulier en Afrique du Nord et en Afrique australe, en Amé- rique centrale et latine et à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.

Dimanche 18 décembre 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 11

Un lendemain meilleur au péril de la vie, la crise migratoire se perpétue en 2016

Des centaines de milliers de migrants, fuyant les violences, les catastrophes naturelles ou encore le sous développement économique, ont continué en 2016 d'affluer au péril de leur vie vers les pays "sûrs", notamment européens, qui semblent leurs promettre des lendemains meilleurs.

Originaires principalement d'Afrique, du Moyen-Orient, et de l'Asie méridionale, quelque 245 millions de personnes vivent ac- tuellement en dehors de leur pays d'origine, soit plus de 3% de la po- pulation mondiale, révèlent les derniers chiffres officiels, qui sou- lignent une augmentation de 85 millions des migrants internatio- naux entre 1995 et 2015. Selon le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR), le nombre de réfugiés (per- sonnes ayant quitté leur pays) a at- teint en début d'année 21,3 mil- lions, alors que celui des per- sonnes déplacées (ayant quitté leur foyer sans quitter le pays), est à 40,8 millions. Ce niveau est le plus haut enregistré depuis la deuxième Guerre Mondiale. Près de 7.200 migrants et réfu- giés sont morts à travers le Monde cette année, pour la plupart en Méditerranée, devenue la route, de passage, la plus dangereuse de la planète, indique un bilan établit à partir des données de l'Organisa- tion internationale pour les migra- tions (OIM).

Nord et Sud

face

à la crise

La détérioration de la situation

sécuritaire, avec les crises en Syrie, en Irak mais aussi ces cinq der- nière années au Soudan du Sud, au Yémen, au Burundi, en Ukraine, en

n'a

fait qu'accentuer les flux migra- toires déjà existants en raison de conflits plus anciens tels qu'en Somalie ou en Afghanistan, ou de mouvements de gangs, de réseaux de crimes organisés et autres actes de violences observés en Amé- rique centrale. Ces migrants pren- nent l'Europe pour destination phare, ainsi quelque 354.804 per- sonnes sont arrivées sur le conti- nent depuis le début de l'année, contre 933.000 sur la même pé- riode de l'an dernier, notent les au- torités européennes. Ces chiffres pourraient faire penser que la crise migratoire est en train d'être endiguer, mais d'après les experts, ce serait une idée trompeuse parce que ces sta- tistiques ne tiennent pas comptent des personnes entrant clandestine- ment sur le territoire européen. Mais alors que les défis de l'Eu- rope pour gérer plus d'un million de réfugiés et de migrants font l'actualité, le HCR révèle que la ma-

CANADA

République centrafricaine,

HCR révèle que la ma- CANADA République centrafricaine, jorité des réfugiés dans le Monde se trouve

jorité des réfugiés dans le Monde se trouve dans des pays en dévelop- pement de l'hémisphère Sud. En effet, plus de 90% des réfu- giés relevant de l'agence onu- sienne se trouvent dans les pays à faible revenu ou à revenu intermé- diaire. La Turquie est le plus im-

portant pays d'accueil avec 2.5 mil- lions de réfugiés et le Liban avec 1.5 millions de réfugiés, soit un quart de la population du pays, accueille davantage de réfugiés par rapport

à sa population que tout autre pays.

Quelle stratégie face au phéno- mène ? La migration de masse est l'ac- tuel défi politique majeur de la communauté internationale, créant parfois des tensions ou en- core des divisions politiques entre les pays sur la meilleur façon de traiter et de résoudre cette crise. Lors du Sommet de l'ONU sur les réfugiés en septembre dernier à New York, le premier du genre de- puis la création de l'organisation, les pays d'accueils ont mis l'ac- cent sur "leur droits de contrôler leurs frontières ainsi que sur la né-

cessité de réduire les flux de migra- tion illégale et non contrôlée". Pa- rallèlement, les Nations unies ont appelé ces pays dits "sûrs" à oeuvrer

à faire reculer la perception néga-

tive que les populations peuvent avoir des réfugiés et des migrants, et de renforcer le contrat social en- tre les communautés de migrants et les populations autochtones. L'ONU considère un pays comme "sûr" lorsqu'un système dé- mocratique y est mis en place, et que de façon générale et perma- nente, il n'y a ni persécutions ni tor- ture. Il faut aussi qu'il n'y ait pas de

menace et pas de conflit armé. L'autre priorité politique est de traiter les problèmes fondamen- taux de cette crise dans les pays d'origines des migrants, en favo- risant une coopération Nord- Sud. Les pays du Sud appellent ré- gulièrement leurs voisins du Nord à apporter leur soutien dans le domaine de la sécurité ainsi qu'à investir dans la région pour relancer leur économie. Des conditions sine qua none

pour réinstaller les déplacés in- ternes et externes dans leurs lieux d'origines. Dans ce contexte, le ministre d'Etat, ministre des Affaires étran- gères et de la Coopération inter- nationale, Ramtane Lamamra, avait souligné que "la lutte contre la migration illégale passait par une approche globale et intégrée qui concilie, à la fois, les dimen- sions de sécurité à la faveur d'une coopération en matière de lutte contre les réseaux criminels de la traite humaine, de développe- ment pour traiter les causes pro- fondes du phénomène et de res- pect de la dignité humaine". La communauté internatio- nale est, par ailleurs, alertée par les phénomènes météorologiques induits par les changements cli- matiques. Les experts onusiens et les scientifiques à travers la pla-

nète pressent à réduire "radica- lement et de toute urgence" les émissions de gaz à effet de serre à l'origine du réchauffement mondial pour éviter une autre "tragédie humaine", qui se tra- duira par un nombre croissant de "réfugiés climatiques" frappés par la faim, la pauvreté, la mala- die et les conflits.

9 morts en une nuit par surdose au fentanyl à Vancouver

Neuf personnes son mortes dans la nuit de jeudi à vendredi d'une surdose au fentanyl, un puis- sant sédatif, a annoncé vendredi le maire de Van- couver Gregor Robertson. Pouvez-vous imaginer la mort de neuf personnes par n'importe quelle au- tre cause?», a de son côté déploré le chef de la po- lice de Vancouver, Adam Palmer, au cours d'une conférence de presse au côté du maire. Le fentanyl, opiacé cent fois plus puissant que la morphine se- lon la police, fait des ravages au Canada. «C'est une terrible période pour Vancouver et il est difficile d'y voir des signes encourageants tant que nous n'avons pas touché le fond», a indiqué le maire de la ville de Colombie-Britannique. Le chef de la police a précisé que 160 personnes sont mortes d'une surdose au fentanyl depuis la fin du mois de novembre, contre 67 pour toute l'année 2015. L'institut de médecine légale de la province

de Colombie-Britannique a indiqué dans un rap- port que le fentanyl était responsable de pratique- ment deux tiers des 622 morts par surdose aux drogues dures sur les neuf premiers mois de 2016, soit une proportion deux fois plus importante que l'an dernier. Les provinces et le gouvernement fédéral avaient convenu fin novembre d'agir face à une «crise nationale de santé publique». La mi- nistre de la Santé Jane Philpott avait envisagé de dé- créter un «état d'urgence». Depuis de nombreux mois, la Première ministre de Colombie-Britan- nique Christy Clark appelle le gouvernement fédé- ral à l'action. Des mesures ont été annoncées pour combattre le trafic de fentanyl en provenance de Chine et un projet de loi a été déposé lundi pour as- souplir les modalités d'ouverture de salles d'injec- tions pour les toxicomanes, communément appe- lées «salles de shoot».

L'ONU adopte une nouvelle stratégie en matière de lutte contre le choléra en Haïti

L'Assemblée générale de l'ONU a approuvé vendredi une nouvelle stratégie en matière de lutte contre le choléra en Haïti, proposant des mesures

immédiates pour endiguer cette épidémie et un soutien à long terme aux personnes affectées.

Dans une résolution adoptée

sans vote, l'Assemblée se dé- clare préoccupée par le fait que l'épidémie a touché près de 800.000 personnes et fait plus de 9.000 morts, notamment par l'augmentation du nombre de cas de choléra et d'autres mala- dies diarrhéiques en Haïti et la vulnérabilité persistante des Haïtiens. Malgré des efforts considéra- bles faits depuis 2010 aux ni- veaux national, régional et inter- national pour lutter contre le choléra en Haïti, l'Assemblée se dit consciente du fait que le

pays se heurte toujours à des dif- ficultés majeures. Elle «demande à tous les Etats membres, organismes des Na- tions Unies et autres partenaires internationaux gouvernemen- taux et non gouvernementaux de soutenir pleinement la nouvelle stratégie de lutte contre le cho- léra en Haïti», présentée au dé- but du mois par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon, et de «redoubler d'efforts pour combattre et éradiquer le cho- léra ainsi que pour apaiser les souffrances des victimes». Selon l'ONU, cette stratégie comprend un effort considérablement ren- forcé et mieux financé pour ré- pondre et réduire l'incidence du choléra, et l'élaboration d'un programme d'assistance maté- rielle et de soutien aux Haïtiens les plus directement touchés par le choléra.

ETATS-UNIS

10 blessés dans un accident à un arrêt de bus à San Francisco

dans un accident à un arrêt de bus à San Francisco Dix personnes de l'incident, au

Dix

personnes

de l'incident, au

l'incident et a aidé à

ont été blessées ven-

croisement des

charger une femme

dredi lorsqu'une voiture a foncé dans un arrêt de bus de Chinatown, à San Francisco, a an- noncé la police lo- cale. La police de San Francisco a posté une série de messages sur son compte Twitter montrant les lieux

rues Sacramento et Stockton. Parmi les blessés, sept ont été emmenés au San Francisco General Hospital, dont cinq blessés graves. Aaron Peskin, fonctionnaire de San Francisco, a dé- claré qu'il se trou- vait près du lieu de

apparemment griè- vement blessée dans une ambu- lance, a rapporté la chaîne de télévision NBC Bay Area News. La police a indiqué que la conductrice était restée sur les lieux et coopérait avec les forces de l'ordre.

CHINE

«Alerte rouge» à la pollution atmosphérique à Pékin, une première en 2016

Le gouvernorat de Pékin a dé- crété jeudi une «alerte rouge» à la pollution atmosphérique, la pre- mière de 2016. L'«alerte rouge» a été établie en prévision d'une vague de brouillard toxique qui s'abattra sur le nord de la Chine durant cinq jours. La circulation alter- née sera mise en place à partir de vendredi matin, a annoncé les au- torités de la capitale chinoise. Les chantiers seront fermés, et des usines et des entreprises de- vront restreindre ou arrêter leur production, indique le site du gou- vernorat local. Une «alerte rouge» est décrétée lorsqu'un grave épisode de brouil-

lard polluant est susceptible de durer plus de 72 heures. C'est le ni- veau d'alarme le plus élevé. Pékin avait décrété sa première «alerte rouge» en décembre l'an dernier. Il s'agissait alors d'une annonce inédite depuis l'intro- duction en 2013 d'un système d'ur- gence contre la pollution atmo- sphérique. La brouillard polluant qui frappe très régulièrement Pékin provient principalement de la com- bustion du charbon utilisé pour l'électricité et le chauffage, dont la demande augmente durant les rudes hivers pékinois. APS

12 DK NEWS

SAN

Dimanche 18 d

PLAQUE DENTAIRE POURQUOI FAUT-IL L'ÉLIMINER ?

Tartre, caries, maladies des gencives et autres problèmes parodontaux :

les conséquences de la plaque dentaire sont sérieuses. Faisons le point sur ce que risquent vos dents et sur les réflexes à avoir pour l'éliminer.

Qu'est-ce que c'est ?

La plaque dentaire, aussi appe- lée plaque bactérienne, est une substance blanchâtre et pâteuse qui se dépose sur les dents après les repas et suite à chaque prise alimentaire. Les bactéries se mul- tiplient constamment dans la bouche, la plaque dentaire est donc un problème universel : vous aussi, vous êtes concerné !

Comment se forme la plaque dentaire ?

Composée principalement de protéines salivaires, de bactéries, de toxines et de résidus alimen- taires, la plaque dentaire se forme de manière continue. Les bacté- ries, nourries par le sucre et la sa- live, prolifèrent en effet jour après jour et produisent des acides né- fastes pour les dents. Si elle n’est pas enlevée quotidiennement, la plaque dentaire va également s’épaissir et se transformer en tar- tre.

Qu'est-ce que je risque ?

Il est important d’enlever la plaque dentaire au fur et à mesure de sa formation. Celle-ci produit

en effet des acides qui attaquent les dents et les gencives. Ces acides agissent sur l’émail des dents, irritent les gencives et sont responsables de la plupart des ca- ries dentaires et des maladies pa- rodontales. De plus, si la plaque dentaire n’est pas ôtée quotidiennement, elle va se rigidifier (par un phéno- mène de calcification) et se trans- former en tartre. Le brossage des dents devient alors inefficace et ne permet pas de la faire disparaître. Il est nécessaire d’effectuer un dé- tartrage complet pour en venir à bout.

Comment s'en

débarrasser

efficacement ?

Pour éliminer efficacement la plaque dentaire, il est important de suivre certaines règles d’hy- giène au quotidien :

- Se brosser les dents soigneu- sement après chaque prise ali- mentaire (durant 3 minutes au moins et au minimum 2 fois par jour). Ce brossage doit être effec- tué en allant de la gencive vers la dent et par mouvements rotatifs. La plaque dentaire se dépose en

et par mouvements rotatifs. La plaque dentaire se dépose en effet sur la surface des dents

effet sur la surface des dents mais également sur les gencives.

- Utiliser du fil dentaire et des

brossettes pour compléter le bros-

sage et nettoyer efficacement les endroits que la brosse à dents ne peut pas atteindre.

- Limitez votre consommation

d’aliments sucrés (bonbons, sodas, pâtisseries, gâteaux…). Pour vous assurer de l’effica-

cité de votre brossage, passez votre langue sur la surface de vos dents

: celles-ci doivent être parfaite- ment lisses. Vous pouvez égale- ment vous aider d’un révélateur de plaque, qui grâce à une colora- tion temporaire, vous permettra

de visualiser aisément la plaque dentaire persistante. Vous pour- rez alors peaufiner votre brossage en nettoyant scrupuleusement les

zones négligées. Sachez enfin qu’il est néces- saire de vous rendre une fois par an chez votre dentiste pour une vi- site de contrôle. Si besoin, celui-ci effectuera au passage un détar- trage qui permettra de débarras- ser vos dents de toute trace de plaque dentaire et de tartre afin de recréer dans votre bouche un en- vironnement sain.

ET SI VOUS PASSIEZ À LA BROSSE À DENTS ÉLECTRIQUE ?

Les brosses électriques ont la réputation de nettoyer les dents à fond et en douceur. Et elles feraient mieux que les brosses à dents manuelles contre la plaque dentaire ! Leur secret, c’est la vibration.

Dents : quel est l’intérêt d’une brosse électrique ?

Elle brosse bien les dents et permet d’éliminer effica- cement la plaque dentaire. Côté modèles, il existe des ver- sions «oscillo-rotatives». Une grande étude, menée en 2005, a montré qu’elles étaient plus efficaces que les brosses manuelles pour enlever la plaque dentaire et ré- duire les inflammations des gencives (gingivites). On trouve aussi sur le marché des «soniques» qui décollent les dépôts dentaires grâce aux vibrations.

Brosse électrique : à piles ou rechargeables ?

Les brosses à piles ressemblent parfois comme deux gouttes d’eau aux manuelles, mais elles ont un pouvoir de vibration supplémentaire. Elles coûtent un peu plus cher. Les rechargeables sont plus onéreuses, mais peuvent durer des années. Plus performantes, elles sont pourvues

d’options plus ou moins utiles (différents modes de bros- sage, minuteurs, détecteurs d’appui…). Sauf sur les mo- dèles «premier prix», les brossettes sont le plus souvent remplaçables. On les change tous les trois mois environ, comme les autres brosses.

Brosse à dents électrique :

la technique de brossage est-elle différente ?

Ça dépend. Les modèles de base nécessitent d’em- ployer la technique de brossage habituelle ou, au moins, des mouvements de va-et-vient sur les dents et les gen- cives. Avec les rechargeables, le brossage est très assisté et donc simplifié. Une lichette de dentifrice, on incline la brosse à 45° par rapport à la dent. Et c’est parti pour la « chorégraphie » : surfaces externe et interne, puis zone de mastication. Quant au temps de brossage, il est au moins de deux minutes.

Les brosses électriques agressent- elles les gencives?

Là encore, des études ont été menées pour évaluer les risques de récession (rétraction) des gencives. Elles n’ont

de récession (rétraction) des gencives. Elles n’ont a priori pas mis en évidence de risques supérieurs

a priori pas mis en évidence de risques supérieurs à ceux d’une brosse à dents manuelle. En revanche, lors des pre- mières utilisations, les gencives peuvent saigner, en par- ticulier si elles sont très sensibles. Cela peut se prolonger jusqu’à quinze jours chez certaines personnes. Au-delà, il faut rechercher une autre cause, donc consulter son den- tiste.

www.topsante.comSource:*

TÉ

DK NEWS 13

écembre 2016

LES MALADIES

CARDIO-

MÉTABOLIQUE S FAVORISENT LE DÉCLIN

COGNITIF

Les patients touchés par des ma- ladies cardio-métaboliques, comme l'hypertension, la coronaropathie et le diabète ont un risque plus élevé de déclin cognitif. Les maladies cardio-métabo- liques telles que l' hypertension , la coronaropathie et le diabète se sont avérées associées à une déficience cognitive, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médi- cale European Heart Journal . Quand la fonction cardiovasculaire est affaiblie, elle peut entraîner le déclin cognitif en inhibant le flux vasculaire cérébral. Alors que la population vieillit et qu'elle est de plus en plus touchée par les maladies chroniques comme les maladies cardio-métaboliques et le diabète, les chercheurs renfor- cent l'idée de l'importance de la pré- vention pour évaluer le déclin cognitif ou la démence . Car les ma- ladies chroniques et l'âge dimi- nuent les performances du cerveau. Prévenir le déclin cognitif des personnes touchées par les mala- dies cardio-métaboliques Les chercheurs de l'Université de Glasgow en Ecosse ont mené une étude de grande ampleur avec les données médicales de près d'un demi-million de participants re- cueillies entre 2006 à 2010. Les scientifiques ont réparti les participants selon des groupes, en fonctions de leurs antécédents mé- dicaux, du nombre de maladies car- dio-métaboliques, et de leurs résultats aux tests cognitifs.

Qu'est-ce que le syndrome métabolique ? Pour établir s'il existait un lien entre déclin cognitif et maladies cardiovasculaires , les chercheurs ont pris en compte les facteurs de confusion possibles comme la pres- cription de certains médicaments, le sexe, l'âge, les niveaux d'éduca- tion, la dépression , le tabagisme, l'excès d'alcool et l' obésité . Les ré- sultats de leur analyse ont montré qu'une maladie cardio-métabolique est associée à une performance plus faible sur tous les tests cognitifs. Les participants atteints de maladies cardio-métaboliques avaient des temps de réponse plus longs que ceux qui n'en avaient pas. Le diabète et l' hypertension ont été associés significativement à plus d'erreurs de mémoire par rapport au groupe témoin. Les chercheurs ont aussi observé qu'il existait des relations statistiquement significa- tives entre le nombre de maladies cardio-métaboliques et les scores de raisonnement.

UNE NOUVELLE ALERTE CONTRE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE

La cigarette électronique nuit aux utilisateurs et à son entourage. Elle favorisait aussi l'addiction à la ci- garette classique.

Les autorités sanitaires américaines lan- cent une nouvelle alerte contre la cigarette électronique, et publient un rapport mettant en avant les dangers de ce produit de substi- tution. Le Médecin en chef des Etats-Unis (Gene- ral Surgeon) a sollicité 150 experts pour éta- blir un rapport sur la toxicité de la cigarette électronique. De plus en plus utilisée par les adolescents et les jeunes adultes, l'e-ciga- rette représenterait pour ces scientifiques un danger pour la santé publique. Les statistiques des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), affirment que de plus en plus de jeunes se mettent à la cigarette électronique . En effet, 16% des ly- céens utilisaient ces produits de substitution en 2015, contre 13,4% en 2014. "La consommation de cigarettes électro- niques a explosé au cours des dernières an- nées, augmentant de 900% parmi les lycéens de 2011 à 2015", explique le Dr Vivek Murthy, Médecin en chef, et co-auteur de l'étude, dans une préface du rapport.

Le vapotage produit du tabagisme passif nocif pour la santé Les conclusions de ce rapport affirment que la nicotine, favorise une forte dépen- dance quel que soit l'âge, et provoque des ef- fets durables et toxiques sur le cerveau en développement des adolescents. Même si les cigarettes électroniques sont moins nocives que les cigarettes classiques qui sont en plus riches en goudrons, les scientifiques char- gés de l'enquête ont également observé que les aérosols dégagés par le vapotage peuvent exposer passivement l'entourage à des subs-

peuvent exposer passivement l'entourage à des subs- tances chimiques potentiellement dange- reuses. Pour les

tances chimiques potentiellement dange- reuses. Pour les scientifiques, le vapotage conduit à l' addiction au tabac , et ils affir- ment que les jeunes utilisateurs n'ont pas conscience des dangers de ces produits pour leur santé et celle des autres. "Tous les Américains doivent savoir que les cigarettes électroniques sont dange-

reuses pour les adolescents et les jeunes adultes", conclut le chercheur. "Tout usage du tabac, y compris les cigarettes électro- niques, est un danger pour la santé, surtout pour les jeunes", ajoute ce responsable sani- taire estimant que "ce rapport procure aux parents et enseignants les faits sur la ma- nière dont ces produits peuvent être nocifs pour la santé des jeunes".

LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE NUIT À LA SANTÉ DES POUMONS

La cigarette électronique modifierait des gènes impli- qués dans la défense immuni- taire des poumons. Vapoter des cigarettes élec- troniques ne serait pas sans conséquence pour la santé des poumons, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale American Jour- nal of Physiology . Inhaler de la nicotine liquide modifierait le système immunitaire pulmo- naire en altérant plus de gènes que la cigarette classique. Les chercheurs de l'univer- sité de Californie aux Etats- Unis ont recruté 13 non-fumeurs, 14 fumeurs et 12 utilisateurs d'e-cigarette. Chaque participant a tenu un journal documentant leur consommation de cigarettes ou d'e-cigarettes. Les scienti- fiques ont analysé l'urine et des échantillons de sang des parti- cipants pour confirmer les ni- veaux de nicotine et de biomarqueurs pertinents pour l'exposition au tabac. Au bout de trois semaines,

les chercheurs ont prélevé des échantillons dans les voies na- sales de chaque participant pour analyser l'expression de gènes importants pour la ré- ponse immunitaire des pou- mons.

La cigarette électronique modifie 358 gènes du système immunitaire des poumons Les conclusions de cette étude ont montré que la ciga- rette classique a diminué l'ex- pression de 53 gènes importants pour la réponse immunitaire pulmonaire. L'utilisation des e-cigarettes a restreint l'expression de 358 gènes importants pour la dé- fense immunitaire des pou- mons y compris les 53 gènes impliqués dans le groupe des fumeurs traditionnels . «La recherche suggère pré- cisément que l'inhalation des liquides vaporisés via les e-ci- garettes ne sont pas sans effets sur le niveau d'expression gé- nique des cellules épithéliales. Cette inhalation entraînerait

des cellules épithéliales. Cette inhalation entraînerait des modifications épigéné- tiques, c'est-à-dire

des modifications épigéné- tiques, c'est-à-dire d'expres- sion des gènes et donc de production de protéines im- portantes pour la santé de nos

cellules », explique le Dr Ilona Jaspers, professeur de pédia- trie et de microbiologie et d'immunologie, surprise par ces conclusions.

14 DK NEWS

AFRIQUE

Dimanche 18 décembre 2016

CRISE POLITIQUE EN RDCONGO :

Nouvelle journée de négociations avant le 20 décembre

Une ultime journée de dis-

cussions s'est ouverte samedi

à Kinshasa pour tenter de

trouver un accord politique qui permettrait une sortie de crise en République démocra- tique du Congo avant la fin du mandat du président Joseph Kabila mardi. Cette journée apparaît comme la dernière chance de trouver un compromis avant le 20 décembre, date d'échéance du mandat de Joseph Kabila, qui entend res- ter au pouvoir et a reporté sine die l'élection présiden- tielle prévue cette année. Entamées le 8 décembre, ces négociations entre pou- voir et opposition, sous le patronage de la Conférence des évêques catholiques du Congo (Cenco), devaient théo- riquement s'achever ven- dredi. Faute d'accord sur les prin- cipaux points de contentieux vendredi soir, elles ont été prolongées d'une journée, mais les évêques doivent s'en- voler samedi soir pour un voyage au Vatican prévu de longue date. Les prélats doi- vent revenir dans la capitale congolaise mardi soir. Les discussions visent à trouver un compromis sur la mise en place d'une période de transition politique devant mener à la tenue d'une élec- tion présidentielle, reportée en septembre. Elle doit per- mettre la désignation d'un successeur à M. Kabila, au pouvoir depuis 2001 et à qui la Constitution interdit de se représenter pour un troi-

sième mandat. Les détrac- teurs du chef de l'Etat l'accu- sent depuis des mois d'avoir orchestré le report de l'élec- tion et d'envisager de changer la Constitution pour se main- tenir au pouvoir, comme l'ont fait plusieurs présidents de pays voisins de la RDC. Deux délégations sont autour de la table. La pre- mière regroupe des représen- tants de la majorité et d'une frange minoritaire de l'oppo- sition ayant signé en octobre un accord renvoyant la prési- dentielle au plus tôt à avril 2018 et prévoyant d'ici là un partage de l'exécutif entre M. Kabila et un Premier ministre issu de l'opposition. L'autre camp regroupe les opposants

à cet accord, essentiellement

rassemblés autour d'Etienne Tshisekedi, figure historique de l'opposition congolaise, âgé de 84 ans. La communauté interna- tionale redoute des violences si aucune solution politique

n'est trouvée. Les 19 et 20 sep- tembre, après l'officialisation du report de la présidentielle, une cinquantaine de per- sonnes avaient trouvé la mort

à Kinshasa lors d'affronte-

ments entre jeunes et forces de l'ordre en marge d'une manifestation "d'avertisse- ment" au chef de l'Etat.

"d'avertisse- ment" au chef de l'Etat. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki- moon, a

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki- moon, a exhorté le Conseil de sécurité à agir de manière concertée face à la détérioration

de la situation au Soudan du Sud et à prendre notamment des mesures punitives.

Soudan du Sud et à prendre notamment des mesures punitives. «Je suis de près la détériora-

«Je suis de près la détériora- tion de la situation au Soudan du Sud», a déclaré M. Ban lors d'une conférence de presse vendredi pour clôturer son mandat, alors qu'il s'apprête à quitter ses fonctions le 31 décembre 2016 après dix ans à la tête de l'ONU. «Cette semaine marque le troisième anniversaire des affrontements. Les dirigeants du pays ont

SOUDAN DU SUD

Ban Ki-moon demande au Conseil de sécurité de prendre des mesures punitives

au Conseil de sécurité de prendre des mesures punitives trahi la confiance de leur peu- ple

trahi la confiance de leur peu- ple et ont gaspillé un accord de paix. Des dizaines de milliers de personnes sont mortes», a- t-il indiqué, cité par un com- muniqué de l'ONU. «Mon conseiller spécial, Adama Dieng, a mis en garde contre le risque de génocide. Nous continuons de demander un accès pour les équipes de secours. J'exhorte le Conseil de sécurité à prendre des

mesures de manière concer- tée, notamment des mesures punitives», a poursuivi M. Ban, ajoutant qu'«il faut faire cesser les hostilités puis mettre sur les rails un processus politique véritablement ouvert à tous». Il a également appelé le conseil à décréter un embargo sur les armes et des sanctions ciblées pour amener les parties à changer leur fusil d'épaule et les convaincre d'emprunter le

chemin de la paix, si les mesures prises ne peuvent pas se vérifier immédiatement. Le Conseil de sécurité a adopté vendredi une résolution pro- rogeant le mandat de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) jusqu'au 15 décembre 2017 et a décidé d'accroître l'effectif glo- bal de la mission en portant les effectifs de police à 2.101 poli- ciers au maximum.

SAHARA OCCIDENTAL-MAROC

L’ACAT France appelle le Maroc à respecter la décision du Comité de l’ONU contre la torture

L’Action des Chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT France) a appelé ven- dredi le Maroc à respecter la décision du Comité de l’ONU contre la torture qui l’a condamné lundi dernier pour violations commises au Sahara occidental. "Le Maroc a été condamné lundi 12 décembre par le Comité de l’ONU contre la tor- ture dans le cadre de la plainte déposée par l’ACAT et le cabi- net Ancile-avocats au nom du militant sahraoui Naâma Asfari. Les auteurs de la plainte appellent le Maroc à respecter cette décision, qui consti- tue la première condamnation du Maroc par le Comité contre la torture concernant des violations commises au Sahara occi- dental", a indiqué un communiqué de l’ACAT. La décision du Comité de l’Onu contre la torture, rappelle-t-on, a condamné le Maroc pour de multiples violations de la Convention contre la torture : torture pen- dant l’arrestation, l’interrogatoire et la détention du militant sahraoui Naâma Asfari, absence d’enquête sur les alléga- tions de torture répétées, violation de l’obli- gation de garantir le droit de porter plainte à travers des représailles contre la victime

et l’un de ses avocats, violation de l’obliga-

tion d’indemnisation et réparation, prise en compte d’aveux signés sous la torture et mauvais traitements en détention. A cet effet, le Comité onusien a exigé du Maroc d’indemniser la victime, de mener une enquête indépendante et impartiale sur les allégations de torture et de mauvais traitements et de poursuivre les auteurs et de s’abstenir de tout acte de pression, d’in- timidation ou de représailles susceptibles de nuire à l’intégrité physique et morale du plaignant et de sa famille.

"Au-delà du cas de Naâma Asfari, 23

autres militants sahraouis ont été arrêtés, torturés et condamnés à l’issue d’un procès inéquitable dans la même affaire", a rap- pelé Hélène Legeay, responsable Maghreb/Moyen-Orient à l’ACAT, estimant

responsable Maghreb/Moyen-Orient à l’ACAT, estimant que la décision du Comité contre la torture "devrait

que la décision du Comité contre la torture "devrait bénéficier à tous et être mise en oeuvre sans tarder par les juges de la Cour d’appel de Rabat qui vont être amenés à rejuger les accusés le 26 décembre pro- chain". "Espérons que la justice marocaine prenne en compte l’impératif du droit international : tant les décisions du Comité contre la torture que les résolutions de l’Assemblée Générale des Nations unies", a déclaré pour sa part l’avocat Joseph Breham. Naâma Asfari et ses coaccusés ont été condamnés par un tribunal militaire maro- cain, il y a trois ans, pour leur participation présumée au camp de protestation sah- raoui de Gdeim Izik en novembre 2010. Naâma Asfari, détenu au Maroc depuis 2010 où il purge une peine de 30 ans de pri- son, a été arrêté avec 22 autres militants pour l'indépendance du Sahara occidental.

Dans une lettre à l’UE, l’ACAT demande l’application du droit international humanitaire pour les prisonniers sahraouis

L’Action des Chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) a demandé vendredi l’application du droit international humanitaire au profit des prisonniers sahraouis de groupe de Gdeim Izik qui seront rejugés le 26 décembre à Rabat. Dans une lettre adressée à Federica Mogherini, Haute-Représentante de

l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, l’ACAT demande, "conformément aux Lignes directrices de l’Union euro- péenne sur la promotion du droit humanitaire international", d’adopter une déclaration publique soutenant les demandes légitimes des accusés de Gdeim Izik concernant l’applica- tion du droit international humani- taire et d’envoyer un observateur aux audiences du procès qui débutera le 26 décembre. Attirant son attention sur la situa- tion des 24 militants et défenseurs des droits de l’homme sahraouis poursui- vis en justice dans le cadre du procès du démantèlement du camp Gdeim Izik, l’ACAT lui a rappelé qu’ils avaient été condamnés par le tribunal militaire marocain à de "lourdes peines" à l’issue d’un procès "inéquitable" marqué notamment par la "prise en compte d’aveux signés sous la torture". "La Cour de cassation a cassé la déci- sion et renvoyé les accusés pour juge- ment devant la Cour d’appel de Rabat, en violation du droit international humani- taire censé s’appliquer au Sahara occi- dental", a-t-elle précisé notant qu’il s’agit "d’un territoire non-autonome occupé illégalement par le Maroc qui n’est pas reconnu par les Nations unies comme la puissance administrante". Elle a rappelé dans ce contexte que la quatrième Convention de Genève "fait obligation à la puissance occupante de détenir et juger les Sahraouis dans le ter- ritoire occupé, ce que revendiquent les accusés de Gdeim Izik", comme "elle interdit la torture, les mauvais traite- ments et les procès inéquitables, autant de violations graves du droit internatio- nal humanitaire pour lesquelles les pri- sonniers politiques demandent justice". L’ACAT a soutenu que les 24 accusés - dont 21 sont toujours détenus sur le terri- toire marocain û "sont des personnes protégées et devraient en tant que telles se voir appliquer les protections prévues par le droit international humanitaire. Le Maroc leur dénie ce droit.

APS

Dimanche 18 décembre 2016 MONDE DK NEWS 15
Dimanche 18 décembre 2016
MONDE
DK NEWS
15

L'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles, Amar Belani, a dénoncé vendredi des attaques recyclant des «fantasmes néocolonialistes» contre l'Algérie par le directeur exécutif du centre Madariaga-collège d’Europe et directeur général honoraire à la Commission européenne, Pierre Defraigne, qui, dans une contribution publiée par le quotidien La Libre Belgique, a dressé un parallèle entre la Syrie et l'Algérie.

a dressé un parallèle entre la Syrie et l'Algérie. ALGÉRIE-BELGIQUE-UE M. Belani dénonce des attaques

ALGÉRIE-BELGIQUE-UE

M. Belani dénonce des attaques recyclant des «fantasmes néocolonialistes» contre l'Algérie

ce +connaisseur des

questions européennes+ s’essaye à la pratique divi- natoire et dresse un paral- lèle surprenant avec la situation en Algérie en recy- clant les fantasmes néocolo- nialistes colportés par cer- tains canards hexagonaux, eux-mêmes abreuvés de sornettes vaseuses distillées par un quarteron d’oppo- sants algériens revanchards bien au chaud de l’autre côté de la Méditerranée», a- t-il écrit dans un droit de réponse adressé au quoti- dien belge. Selon Amar Belani, le scénario de «poli- tique-fiction» dont «l’absur- dité est digne des romans de Kafka», élaboré par l'auteur de la contribution intitulée «Après Alep, l'Algérie?», témoigne de «sa méconnais- sance de l’Algérie, de son histoire, de sa réalité sociale dynamique et de ses évolu- tions récentes». «Il ignore certainement que l'Algérie, forte de l'unité de son commandement et la résilience de son peuple a mené il y a plus d'un quart de siècle sa propre guerre contre le terrorisme et l'ex- trémisme violent dont elle

CRISE SYRIENNE

Les chefs de diplomatie iranien, turc et russe se réunissent à Moscou le 27 décembre

Les ministres des Affaires étran- gères iranien, russe et turc se rencon- treront probablement à Moscou le 27 décembre pour discuter de la situation en Syrie à la suite des événements récents dans le pays, ont rapporté samedi les médias locaux, citant le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, Bahram Qasemi. «Notre ministre des Affaires étran- gères a fait tout son possible pour fina- liser une réunion des ministres des Affaires étrangères iranien, russe et turc à Moscou le 27 décembre», a indi- qué M. Qasemi. Le premier vice-président iranien Es'haq Jahangiri a annoncé vendredi lors d'un entretien téléphonique avec le Premier ministre turc Binali Yildirim que l'Iran était prêt à envoyer de l'aide humanitaire en Syrie, appe- lant les deux pays à coopérer afin de trouver une solution diplomatique à la crise syrienne.

«(

)

en est sortie victorieuse», a- t-il ajouté. Il a souligné, dans ce cadre, que le pays» a tourné définitivement cette page sombre de son histoire pour s'engager résolument dans un processus démocratique irréversible, garantissant la stabilité du pays, le fonc- tionnement normal et ordonné des institutions de la République, le dévelop- pement économique et la justice sociale». L'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles a regretté, en outre, que l'auteur de cette contribution ignorait égale- ment les changements opé- rés dans toutes les sphères de la vie politique, sociale et économique en Algérie. Des changements, a-t-il poursuivi, qui «ont trouvé dans la révision de la consti- tution en 2016 un point d'ancrage et un socle pour sanctifier le caractère répu- blicain de l'Algérie, consa- crer le principe de la récon- ciliation nationale et trans- former la société algérienne dans sa diversité linguis- tique et ethnique et à travers les sensibilités politiques qui s'y expriment libre-

ment, un rempart contre le terrorisme et les idéologies obscurantistes». M. Belani a tenu, dans ce contexte, à rappeler à M. Defraigne que «l'Algérie forte de ses institutions républicaines et de sa cul- ture démocratique, fruit d'un long processus de maturation interne, a tou- jours joué un rôle pivot dans la stabilisation de la région». «Elle le fait d'abord pour elle-même, étant consciente que son dévelop- pement et sa sécurité dépendent autant de sa soli- dité interne que de la stabi- lité de son environnement régional, Elle le fait aussi pour la sécurité et la quié- tude de l’Europe, un voisi- nage qui n'a jamais eu à faire face, y compris durant la décennie noire, à des flux de réfugiés en provenance de l'Algérie et qui a de tout temps loué l'efficacité et la coopération des services algériens de sécurité pour déjouer les actions terro- ristes en Europe», a-t-il sou- ligné. L'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles a, par ailleurs, mis en garde contre «les

allégations fantasmatiques indécentes et immorales» et contre les «visées attenta- toires à la sécurité et à la sta- bilité du pays», assurant que l'Algérie saura répondre à toute menace à sa sécurité. «L’Algérie, forte de la résilience de son peuple, de la solidité de son front inté- rieur, de la robustesse de ses institutions dont une armée républicaine qui constitue un bouclier et un rempart contre tous ceux qui nour- rissent des visées attenta- toires à la sécurité et à la sta- bilité du pays, saura encore une fois, faire ravaler ces allégations fantasmatiques indécentes et immorales», a-t-il affirmé. L'Algérie, a-t-il pour- suivi, «a su, par le passé, faire taire les prophètes de malheur et les impréca- teurs, qui se recrutaient parmi les mystificateurs malfaisants du +qui tue qui+ durant la résistance héroïque du peuple algé- rien contre les hordes terro- ristes ou, plus récemment encore, parmi les appren- tis-sorciers et autres dames patronnesses du soi-disant +printemps arabe+».

dames patronnesses du soi-disant +printemps arabe+». Plus de 8.000 rebelles et leur famille ont été évacués

Plus de 8.000 rebelles et leur famille ont été évacués de leurs positions dans la ville d'Alep, dans le nord de la Syrie, depuis l'annonce d'une trêve jeudi. Près de 15.000 personnes, dont 4.000 rebelles, devaient être évacuées des quartiers est d'Alep dans le cadre d'un accord russo-turc. En échange, les rebelles de la province d'Idlib

(nord) permettront aux civils de quit- ter les villes chiites assiégées de Kafraya et Foa. A l'issue de cette évacuation, l'armée syrienne prendra le contrôle total d'Alep, les forces gouvernementales ayant déjà repris 99% des zones contrôlées par les rebelles dans l'est de la ville.

4

4

TURQUIE:

KLe PKK responsable de l'attentat de Kayseri

Tous les éléments indiquent que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit) est responsable de l'at- tentat-suicide de Kayseri, dans le cen-

tre de la Turquie, qui a fait au moins 13 morts, a déclaré samedi le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmus. «Tous les éléments désignent pour le moment le PKK», a affirmé M. Kurtulmus sur la chaîne de télévision NTV, tout en ajoutant «envisager toutes les possibilités, mais pour l'instant les éléments pointent vers le PKK». Au moins 13 soldats turcs ont été tués

et 48 blessés dans l'attentat qui a visé

un bus qui les transportait samedi matin à Kayseri, dans le centre de la Turquie. La Turquie a été le théâtre de nom- breux attentats meurtriers au cours de l'année 2016, imputés à l'organisation terroriste autoproclamée «Etat isla- mique» (EI, Daech) et à d'autres groupes armés kurdes. Kayseri, l'une des principales villes du centre du pays, est un centre industriel habituellement épargné par les attentats.

PALESTINE-ISRAËL-

ETATSUNIS

Déplacer l'ambassade américaine à Al Qods «détruirait» le processus de paix

Le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) Saëb Erekat a mis en garde vendredi le président américain élu Donald Trump contre sa volonté de vouloir déplacer l'ambassade des Etats- Unis à Al Qods, affirmant qu'une telle décision détruirait le processus de paix avec Israël. Le statut d'Al Qods doit être négocié

entre Israéliens et Palestiniens, et pren- dre une décision aujourd'hui «serait une destruction du processus de paix»,

a indiqué à des journalistes Saëb

Erekat. La question du statut de cette ville sainte est l'une des plus épineuses pour un éventuel règlement du conflit. Israël proclame tout Al Qods comme sa capi- tale indivisible, y compris Al Qods-Est,

la partie majoritairement palestinienne

de la ville, que l'Etat hébreu occupe depuis 1967 et qu'il a depuis annexée. L'annexion est considérée illégale par l'ONU. Les Palestiniens veulent faire d'Al Qods-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. M. Trump a annoncé jeudi la nomi- nation comme ambassadeur en Israël de David Friedman, un avocat partisan de la colonisation et qui a dit avoir hâte de remplir sa mission «dans la capitale éternelle d'Israël, Al Qods». Par ces termes, M. Friedman reprend une promesse de campagne du républi- cain, qui a assuré que les Etats-Unis reconnaîtraient Al Qods comme la capi- tale d'Israël et y installeraient leur ambassade s'il devenait président. Washington, ainsi que la majorité de la communauté internationale, ne recon- naît pas Al Qods comme la capitale d'Israël et maintient son ambassade à Tel-Aviv. L'ONU et une grande partie de la communauté internationale considè- rent par ailleurs toutes les implanta- tions israéliennes dans les territoires palestiniens occupés comme illégales. APS

16 DK NEWS

CULTURE

Dimanche 18 décembre 2016

Hommage appuyé à Alger au professeur de musique andalouse Smail Hini

Un hommage appuyé au professeur Smail Hini, un des maîtres de la musique andalouse, a été or- ganisé jeudi soir à Alger, couronnant le parcours exceptionnel d’un homme qui a voué sa vie à la formation, au service du patrimoine musical de l’Algérie. Le nombreux public de la salle Ibn Zeydoun de l’Office Riadh El Feth (Oref ) aura assisté à un bel hommage, ordonné par l’Association de musique andalouse «Mezghena» et son président, Abder- rahmane Benachour qui s’est improvisé anima- teur de la cérémonie, donnant ainsi le ton à une soirée conviviale. Deux ensembles d’une trentaine de musiciens chacun ont assuré le spectacle, auréolé par les prestations de Hasna Hini, fille du maître mis à l’honneur, t celles du célèbre chanteur Dib El Aya- chi. L’Association organisatrice de l’évènement di- rigée par le maestro Kamel Belkhodja, a ouvert la soirée, interprétant la «Nouba Ghrib», menée avec finesse dans ses différentes déclinaisons mélo- diques et rythmiques par les voix limpides, ténors et sopranes de Abdelhamid et Kamel Belkhodja, Khouchane Amel, Semri Doha et Meriem Aziez. De belles pièces exécutées dans la féminité du mode mineur, caractérisant la nouba Ghrib, ont enchanté l’assistance, à l’instar de «Touchia Ghrib», «Kaliftou Bil Badri» et «Selli Houmou- mek»(Kh’lass), dans lesquelles les musiciens ont brillé, Sofiane Adem Lebbad au luth notamment. Des présents honorifiques ont été ensuite remis au professeur Smail Hini par les présidents, des Associations, «Mezghena» et «Les amis de la Rampe Arezki Louni», ainsi que de la «Fondation Cheikh Abdelkrim Dali», devant un public debout, exprimant sa gratitude au «Cheikh» et devant Mo- hamed Khaznadji, un autre grand maître du genre. Déplorant publiquement «le silence des auto- rités» devant «toutes ces années de don de soi», Smaïl Hini s’est dit «chanceux» de voir la recon- naissance venir des «siens», avant de confier qu’il comptait «s’occuper de la carrière de sa fille Hasna et dissoudre l’Association de musique andalouse «El Inchrah», dont il est président, pour poursui- vre son £uvre avec ses élèves au sein de son orches- tre, sans aucune étiquette institutionnelle». Le deuxième volet de la soirée, très applaudie par le public, a réuni une partie des innombrables élèves de Smail Hini, dont Naguib Kateb au R’beb et Rafik Sahbi au qanun, interprétant avec talent, sous la direction de leur maître et formateur, «Noubet Inqilabet» dans les modes Ghrib et Raml El Maya. Dédiée à la mémoire de Amar Ezzahi et Moha- med Tahar Fergani, deux monuments de la chan- son chaâbi et malouf, récemment disparus, la deuxième partie de la soirée a embarqué l’assis- tance dans une belle randonnée onirique, alignant des pièces d’école, suivies de M’dihs. Lamia Madini, Hasna Hini, Farah El Ghobrini, Radia Nouacer, Asma Alla, Manal Gherbi, Lamia Ait Amara, Sabah El Andaloussia, Fella et Karim Bouras, Madjid Ouguenoun, Abdelouahab Bahri, Réda Beranene, Hazim Djamel, Samir Ibersiène et Wahab Djazouli, se sont succédé dans des dé- monstrations de chants qui ont mis en valeur le travail de leur maître. Le célèbre chanteur annabi, Dib El Ayachi et Hasna Hini au luth ainsi que le président de l’Association «Nedjmet Kortoba» de

Constantine, Hamoudi Benhamoud au «Nay», ont clos la soirée, qui aura duré près de trois heures et demie de temps, dans le relâchement et la délec- tation. Né en 1946 à la Casbah d’Alger, Smail Hini

a fait ses premières classes en 1960 à l’Institut na-

tional de musique sous l’influence de ses maîtres, Mohamed Fekhardji, Abdelkrim Dali, Mahieddine Bachtarzi et Boudjemaâ Fergane, avec qui il apprit

à jouer au qanun. En 1971, il fonde avec Kateb Yacine, Rabah Asla, Ali Zaâmoum et d’autres, l’Organisation nationale culturel des travailleurs et participa dans des pro- jets de créations théâtrales, ainsi qu’au premier Festival de chants polyphoniques à Sétif. En 1980, il fonde l’Association culturelle de mu- sique andalouse «Essendoussia El Fekhardjia» et en 1994, il compose une nouba, avant de créer en 1997 l’Association «El Inchirah» de musique anda- louse et un Orchestre féminin au sein du même ensemble. L’Association de musique andalouse «Merghena» a inclus dans ses programmes une série d’hommages qu’elle compte organiser en l’honneur de différents artistes ayant marqué la scène algérienne.

CLÔTURE DE LA SEMAINE CULTURELLE DE L'ALGÉRIE EN IRAN :

L'authenticité du patrimoine civilisationnel de l'Algérie en évidence

La semaine culturelle algérienne en Iran sera clôturée, vendredi dans la soirée, à Téhéran après une multitude d'oeuvres de création et d'activités qui ont renvoyé une idée globale de l'authenticité et de la particularité du patrimoine civilisationnel de l'Algérie.

La soirée sera clôturée, selon le pro- gramme, par des chants religieux du groupe El Kanadissa (Béchar) qui a déjà enchanté l'audience lors de la cérémonie d'ouverture, par des chants mélodieux et des rythmes propres à la région, en sus du genre andalou à travers le chantre Nourri Koufi . En plus des produits d'ar- tisanat, des bijoux, des ornements, de la céramique, des tenues et des tapis exposés lors de cette manifestation culturelle, le cinéma, la musique,les arts plastiques et les conférences qui ont abordé un aspect de la résistance algérienne face au colo- nialisme, ont figuré au programme. Les visiteurs, des iraniens pour la plu- part et des étrangers, notamment des étudiants arabes résidents à Téhéran, ont été nombreux pour les diverses exposi- tions abritées par la Bibliothèque Natio- nale Iranienne, et ce, en dépit de la dis- tance de 20 km qui la sépare du centre- ville. Le stand consacré aux anciens ma- nuscrits et ouvrages rares a attiré l'intérêt du public depuis le début de la semaine culturelle. La semaine culturelle a éga- lement connu une dynamique littéraire et intellectuelle à travers la poésie algé- rienne moderne à l'image des poèmes déclamés par la poétesse May Ghoul, et par les deux poètes Ibrahim Seddiki et Bouzid Harzallah. En outre, le public iranien a assisté à deux (02) conférences données à l'uni- versité iranienne intitulées, «Pages glo- rieuses de l'histoire moderne de l'Algérie» présentée par le docteur Nasser Eddine Saidouni, et « la résistance algérienne face à l'occupation française (1830-1962)» présentée par docteur Fouad Mohamed Arezki. Les oeuvres artisanales, notam-

Fouad Mohamed Arezki. Les oeuvres artisanales, notam- ment les bijoux en or et en argent, et

ment les bijoux en or et en argent, et autres oeuvres en céramique exposées dans le cadre de cette manifestation, ont émerveillé les visiteurs iraniens par leur diversité qui témoigne de la richesse du patrimoine culturel algérien. Cette semaine a permis de mettre en relief les tenues traditionnelles conçues par des stylistes talentueux qui ont su préserver la dimension ancestrale du produit tout en apportant une touche de modernité, dont la djebba constantinoise, le karakou, la djebba kabyle avec ses cou- leurs chatoyantes ou encore la chedda tlemcenienne classée patrimoine mondial par l'UNESCO. La tapisserie algérienne, avec à sa tête le tapis de Djebel Ammour, a donné une autre caractéristique à l'exposition révélant le haut niveau d'exécution de ce métier antique. Le cinéma était également au menu de cette manifestation avec la pro- jection de films anciens et récents que le

public a fortement apprécié notamment le film légendaire «La bataille d'Alger» du réalisateur Gillo Pontecorvo qui a été doublé en persan, «Les passants» de Bel- kacem Hadjadj, «Le puits» de Lotfi Bou- chouchi ou encore le documentaire «L'Al- gérie vue du ciel» du réalisateur Yann Arthus-Bertrand. Lors de sa visite à la cité de cinéma Ghazali à Téhéran, le ministre de la Cul- ture, M. Azeddine Mihoubi avait exprimé la volonté de coopération entre l'Algérie et l'Iran dans ce domaine, notamment en matière de formation pour profiter de l'expérience du cinéma iranien. M. Mihoubi avait, à cette occasion, souligné la nécessité d'oeuvrer dans le cadre d'une feuille de route pour renforcer la coopé- ration bilatérale culturelle à travers des conventions dans divers domaines à l'ins- tar du cinéma et des beaux arts, mettant l'accent sur le rôle de la culture dans le rapprochement entre les peuples.

Le 11e «Festivalgérie» accueille à Alger une vingtaine d'ensembles musicaux de huit pays à partir de mardi

Une vingtaine d'ensembles musicaux, représentant huit pays, sont annoncés au 11e Festival International de Musique Andalouse et des Musiques Anciennes, «Festivalgérie» prévu du 20 au 25 décembre à l'Opéra d'Alger, Boualem-Bessaïh, in- diquent les organisateurs. Une dizaine d'orchestres algériens de musique andalouse prennent part à cette édition dont Amel Brahim Djelloul et l'Ensemble «Amedyaz», la troupe «Anadel El Djazair», l'Ensemble Régional d'Alger ou encore l'Ensemble national de musique andalouse. La soirée inaugurale de ce 11e Festivalgérie sera animée par la chanteuse andalouse Meriem Benallal qui se partagera la scène avec l'Ensemble Amedyaz et la troupe «Ksel Baktagir» de Turquie. Les échanges musicaux sont à l'honneur de cette édition qui devra présenter au public un trio algéro-japonais, l'Ensemble «Les deux rives» (Angleterre, Italie et Algérie)

ainsi que l'Ensemble National de Musique Andalouse réunissant les trois écoles andalouses algériennes. La musique andalouse tunisienne est représentée par Abdallah Dhaouadi et son or- chestre, alors que l'école marocaine sera portée par la voix du chanteur Abderrahim Abdelmoumen. Outre le patrimoine musical classique du Maghreb, les musique anciennes d'Irak sont proposées au public par l' «Ensemble Omar Zeyad». L'Azerbaïdjan et la France prennent part au festival avec l' «Ensemble Buta» et la Compagnie «Ou- treMesure», respectivement, et l'Ensemble régional d'Alger devra présenter son nouvel orchestre junior lors de la soirée de clôture. Parallèlement aux spectacles, les organisateurs ont programmé la tenue d'un symposium international sur le Qanun, un instrument à cordes, répandu au Moyen Orient et en Asie mineure, et remontant aux temps les plus anciens.

L’exposition «En hors ton» du plasticien Azwaw Mammeri inaugurée à Alger

L’exposition «En hors ton», marquant le retour sur la scène artistique du plas- ticien algérien Azwaw Mammeri après

une dizaine d’années d’absence, a été inaugurée vendredi à Alger. Visible jusqu’au 10 janvier 2017 à la galerie Sirius (Alger-Centre), cette exposition regroupe

une trentaine de nouvelles £uvres de cet artiste de 62 ans, considéré une comme des plasticiens les plus doués de sa gé- nération et dont la dernière grande ex- position personnelle remonte à 2005. Entre toiles réalisées sur papier craft ou journal et sur bois, ces oeuvres,toutes non-titrées, conservent la touche parti- culière d’Azwaw Mammeri, mélange de semi-abstraction onirique, de formes mémorielles nord-africaines et d’atmo- sphères mystiques ou tragiques. Les habitués du travail du plasticien, présents au vernissage, ont toutes fois souligné le caractère ½plus épuré» de ces toiles réalisées en 2016, ainsi que leur

taille plus réduite en rapport aux Totems», sculptures et autres œuvres présentées lors de précédentes expositions, dont celle de 2001, sous les voûtes de l’Amirauté à Alger. Les visiteurs de l’exposition pourront ainsi apprécier les atmosphères parti- culières de l’artiste à travers de grandes toiles dominées par les gris, les bleus et les rouges, où visages fixant le regard, taches sombres ou animaux faméliques, sont entourés de signes, de croix, de traits raturés ou en pointillés. Dans les toiles plus petites, réalisés avec une technique mixte comme le reste de l’exposition, l’artiste explore des cou- leurs ocre, rappellent des peintures ru- pestres, et met en scène sur l’espace du tableau des formes humaines plus ar- rondies, évoquant à travers leur dispo- sition des rituels pour certaines d’entre elles. L’art du relief se retrouve quant à lui

dans les œuvres sur bois où l’harmonie dans les formes et de l’occupation de l’espace rappelle les précédentes sculp- tures du plasticien, absent au vernissage de l’exposition pour des raisons de santé, ainsi qu’ont expliqué des membres de sa famille. Né dans les années 1950 à Tizi Ouzou, Azwaw Ali Mammeri expose pour la première fois à la fin des années 1980 lors d’un hommage à l’écrivain Ka- teb Yacine. Il est le petit-fils d’Azouaou Mammeri (1890-1954), artiste algérien établi au Maroc et considéré comme un des précurseur de la peinture moderne en Afrique du nord. Artiste à la fois

discret et engagé, il participe à de nom- breuses expositions collectives, organisées notamment en hommage aux victimes de la décennie 1990 de violence terroriste ou en solidarité avec les étudiants en grève après les évènements d’octobre

1988.

APS

Dimanche 18 décembre 2016

SCIENCE

DK NEWS

17

ESPACE

L'Europe lance les premiers services de son système de navigation par satellites, Galileo

L'Europe a lancé jeudi les premiers services de son système de navigation par satellites, Galileo, avec la promesse d'une localisation plus précise, réservée pour l'instant aux rares possesseurs d'équipements compatibles, selon des sources médiatiques.

compatibles, selon des sources médiatiques. «Après des années d'intense travail, nous sommes

«Après des années d'intense travail, nous sommes prêts à annoncer les ser- vices initiaux de Galileo. Galileo est lancé!», a déclaré la com- missaire européenne à l'Industrie, Elzbieta Bienkowska Mme Bienkowska et Maros Sefcovic, com- missaire européen à l'Energie, ont symboliquement lancé Galileo lors d'une cérémonie à Bruxelles, appuyant sur un bouton à l'issue d'un compte à rebours crié par les spectateurs. Seule une poignée de privilégiés, possesseurs des rares smartphones compatibles avec Galileo - le premier, l'Aquaris X5 Plus du constructeur espa- gnol BQ, est sur le marché depuis l'au- tomne - peut pour l'instant capter le nouveau signal. Ces pionniers pour- ront utiliser gratuitement le système européen pour trouver une pharmacie, le meilleur itinéraire pour partir en vacances ou régler leur foulée au mara- thon. «Je suis officiellement un pion- nier de Galileo avec mon BqAquarisX5Plus. Adieu GPS !», a tweeté un utilisateur français peu après l'annonce. Les objets connectés sont aussi de plus en plus nombreux à pas- ser par les satellites pour communi- quer, comme le patch qui permet de géolocaliser les patients souffrant d'Alzheimer ou la balise permettant de retrouver sa place de parking. Mais pour une arrivée en masse des produits compatibles avec Galileo, il va falloir être un peu patient. «Nous avons

besoin des entreprises pour investir et innover avec Galileo. Créer de nouvelles applications, de nouveaux services», a indiqué Mme Bienkowska. En 2018, selon Bruxelles, tous les nouveaux véhicules vendus en Europe, seront équipés de capteurs Galileo. «La géolocalisation est au coeur de la révolution numérique en cours avec de nouveaux services qui transforment notre quotidien», a souli- gné M. Sefcovic. L'Europe n'est pas en pole position puisque le GPS améri- cain, le Glonass russe ou encore le Beidou chinois fonctionnent déjà. Le service européen se veut plus perfor- mant avec notamment un positionne- ment d'une précision, de l'ordre du mètre, supérieure à celle de ses concurrents. En outre, un service payant permettra une localisation à quelques centimètres près. Autre avancée, pour les opérations de recherche et de sauvetage : un appel de détresse sera visible, en temps réel, de n'importe quel endroit du globe. «Aujourd'hui, il faut au moins trois heures pour qu'une personne, perdue en mer ou en montagne soit détectée» alors qu'avec Galileo, il ne faudra que «10 minutes», a affirmé Lucia Caudet, porte-parole de la Commission euro- péenne. Le programme Galileo, d'un budget de plus de 10 milliards d'euros a été lancé en 1999 par l'Union euro- péenne et devrait être totalement déployé et opérationnel en 2020.

ROBOT MOBILE SUR MARS :

Signature de contrat entre ESA et Thales Alenia Space

La mission ExoMars, qui prévoit l'envoi d'un robot mobile européen sur la surface de la Planète rouge en 2020, a franchi une nouvelle étape vendredi avec la signature à Rome d'un contrat entre l'Agence spatiale européenne (ESA) et Thales Alenia Space, maître d'oeuvre du programme. Ce contrat "qui porte sur 220 mil- lions d'euros" va permettre à l'industrie européenne de poursuivre le dévelop- pement des différents éléments de la mission européano-russe, a indiqué l'ESA cité par l'agence AFP. Le robot mobile sera chargé de forer le sol martien jusqu'à 2 mètres de pro- fondeur pour tenter de trouver des traces de vie passée sur la Planète rouge. La mission prévoit la construction d'un module de transport (réalisé par l'Allemand OHB) pour arriver près de Mars, d'un module de descente et d'un robot mobile de 300 kilos (fourni par Airbus Defense and Space UK) porté par une plate-forme d'atterrissage russe. Thales Alenia Space qui se char- gera de la conception de l'ensemble du système, fournira toute une série d'élé- ments. A la suite d'une réunion minis-

térielle de l'ESA à Lucerne (Suisse) qui a approuvé le 2 décembre un budget additionnel pour poursuivre ExoMars, cette dernière tranche du contrat industriel "marque une étape majeure pour mener à bien la finalisation des activités relatives à la mission ExoMars 2020", a souligné Thales Alenia Space, dans un communiqué.

de nous

maintenir sur la bonne voie pour un lancement prévu en juillet 2020", dit David Parker, directeur de l'explora- tion robotique à l'ESA cité par la même agence d'information. La mission européano-russe ExoMars 2016 a permis de mettre sur orbite le 19 octobre la sonde scienti- fique TGO, qui servira notamment de relais de communication au robot mobile. En revanche, le même jour, l'atter- risseur test Schiaparelli s'est écrasé à la surface de Mars en raison d'un pro- blème de logiciel de navigation. Mais il a eu le temps d'envoyer à la Terre les précieuses données sur l'en- trée dans l'atmosphère martienne et la descente qui serviront pour la mission de 2020.

"Ce contrat nous permet (

)

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 437 589 du 18/12/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 437 589 du 18/12/2016

Verticalement :

Horizontalement:

18 DK NEWS

DÉTENTE

Dimanche 18 Décembre 2016

Programme de la soirée

20:55DÉTENTE Dimanche 18 Décembre 2016 Programme de la soirée Titanic Réalisateur : James Cameron Avec :

Titanic

Réalisateur : James Cameron Avec : Leonardo DiCaprio, Kate Winslet

: James Cameron Avec : Leonardo DiCaprio, Kate Winslet Des chasseurs de trésors explorent l'épave du

Des chasseurs de trésors explorent l'épave du Titanic, à la recherche d'un fameux saphir. Ils sont contactés par Rose, une vieille dame, qui portait le bijou sur le navire. Cette dernière se remémore alors le naufrage. En 1912, le Titanic s'apprête à quitter le port de Southampton. La jeune Rose voyage avec sa mère et son riche fiancé. De son côté, juste avant l'embarquement, Jack, Américain sans le sou, gagne au poker un billet pour le voyage.

Jeux

21:00sans le sou, gagne au poker un billet pour le voyage. Jeux 19:55 21:00 Football /

le sou, gagne au poker un billet pour le voyage. Jeux 21:00 19:55 21:00 Football /

19:55le sou, gagne au poker un billet pour le voyage. Jeux 21:00 21:00 Football / Championnat

gagne au poker un billet pour le voyage. Jeux 21:00 19:55 21:00 Football / Championnat de
gagne au poker un billet pour le voyage. Jeux 21:00 19:55 21:00 Football / Championnat de
gagne au poker un billet pour le voyage. Jeux 21:00 19:55 21:00 Football / Championnat de

21:00

Football / Championnat de France Ligue 1

MONACO / LYON

/ Championnat de France Ligue 1 MO NAC O / L YO N Alexandre Lacazette, Maxime

Alexandre Lacazette, Maxime Gonalons et leurs coéquipiers lyonnais comptaient dix points de retard sur le podium après leur défaite face au PSG (2-1). Au- tant dire que les vice-champions de France vivent une première partie de saison difficile, loin de leur objectif initial. Ce soir, les joueurs de Bruno Génésio sont de nouveau en danger. Les Rhoda- niens s'attendent à un match dif- ficile contre les Monégasques em- menés par Fabinho, Bernardo Silva et Radamel Falcao. Avec une moyenne de trois buts ins- crits par match, l'équipe de la Principauté reste la formation la plus efficace de L1. Favorite pour le titre au regard de ses statis- tiques, l'ASM veut frapper fort et écarter un concurrent potentiel pour le sacre. La saison passée les deux équipes s'étaient séparées

21:00saison passée les deux équipes s'étaient séparées Capital Dragons 2 Réalisateur : Dean DeBlois Date de

passée les deux équipes s'étaient séparées 21:00 Capital Dragons 2 Réalisateur : Dean DeBlois Date de

Capital

Dragons 2

Réalisateur : Dean DeBlois Date de sortie : Mer. 02 juillet 2014

: Dean DeBlois Date de sortie : Mer. 02 juillet 2014 Au village de Beurk, les

Au village de Beurk, les hommes vivent en harmo- nie avec les dragons, qu'ils ont domestiqués. Harold, le fils de Stoïck, chef des Vikings, a du mal à accep- ter l'idée qu'il pourrait lui succéder un jour à la tête du village. Le jeune homme est toujours le meilleur ami de son dra- gon Krokmou, qui lui fait parcourir des territoires jamais explorés. C'est au cours d'un de ses vols, en compagnie de son amie Astrid et de son dragon Tempête, qu'ils décou- vrent un autre village et apprennent que d'autres vikings ont domestiqué des dragons, afin de constituer une puissante

armée.domestiqué des dragons, afin de constituer une puissante Les enquêtes de V era Créée par :

Les enquêtes de Vera

Créée par : Dusan Lazarevic Avec : Brenda Blethyn, Rebecca Benson

: Dusan Lazarevic Avec : Brenda Bleth y n, Rebecca Benson Gideon Frane, 25 ans, est

Gideon Frane, 25 ans, est mort en se précipitant en feu depuis une fa- laise surplombant un lac. Un im- pact décelé sur son pied relie l'in- cendie à une lampe à pétrole re- trouvée à proximité de la yourte dans laquelle ce passionné de sports extrêmes avait élu domicile. Les enquêteurs apprennent bien- tôt que son ancienne petite amie, Izzy Rawlins, avait porté plainte à plusieurs reprises pour harcèle- ment à son encontre et qu'il avait été agressé sur le parking de sa banque, la semaine précédant sa

mort.sur le parking de sa banque, la semaine précédant sa Citation CAS INO S, H ÔTE

Citation

CASINOS, HÔTELS, BIJOUX : LA NOUVELLE TENDANCE DU LUXE ABORDABLE

B IJO UX : LA NOUVE LL E TE NDANC E DU L UXE ABO RDABL

Barrière : l'empereur du luxe et du jeu. Le groupe, dirigé aujourd'hui par Dominique Desseigne, compte 17 hôtels prestigieux, 140 bars et restaurants et 35 casinos qui en font le numéro 1 du jeu en France. Derrière cette réussite bâtie depuis quatre générations, il y a une saga familiale ponctuée de coups d’éclat mais aussi de drames • Bijoux discount : les trublions du luxe ! Dans l'univers feutré de la joaillerie, les méthodes d’Alain Némarq, le patron de Mauboussin, détonnent. Pour sauver de la faillite cette illustre marque de la place Vendôme, cet ex-professeur a tout revu :

design, qualité… De son côté, Gemmyo tente une percée en vendant des bijoux uniquement par internet. Et certains s'intéressent déjà au diamant synthétique, qui ferait encore

baisser les prix.déjà au diamant synthétique, qui ferait encore sur un nul (1-1). val dont larobeest brunroussâtre

sur un nul (1-1).
sur un nul (1-1).

val dont larobeest brunroussâtre (pl.)-Dramejaponais

7.Arrêt-Situation

8.Inflanuuations des vaisseaux

9.Ennuyeux-Spacieux

10.Transfonnée engénisse par Zeus

-Hommepolitiqueangolais-isolé

11.Ramenèrentqqch,qqnverssoi

-Compagnie

12.RivièredesAlpesautrichiennes

–Tétine

“Ne te contente pas de pratiquer ton art, mais fraie-toi un chemin dans ses secrets, il le mérite bien. Car seuls l'art et le savoir peuvent élever l'homme jusqu'au Divin.”

* Ludwig van Beethoven

Samouraï-Sudoku n°1460

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. 1.Personne qui écrit beaucoup et mal

1.Personne qui écrit beaucoup et mal 2.Cap. de l’égypte - De l’éolie

3.Aspirer-Semblable

4.Ceintures de soie portées au Japon