Vous êtes sur la page 1sur 24

BMS

Vents forts sur le centre et l'est du pays

Des vents forts pouvant atteindre 80km/h souffleront sur les villes côtières et proches côtières du centre et de l'est du pays à partir d’aujourd’hui, annonce hier l'Office national de météorologie dans un bulletin spécial (BMS).Des vents de l'ordre de 60 à 70 km/h souf- flant parfois sous forme de rafales atteignant ou dépassant localement 80km/h sur les wilayas de Tipaza, Alger, Blida, Boumerdes, Tizi-Ouzou, Bejaia, Jilel et Skikda, selon ce BMS dont la validité s'étale du mardi à 9h00 au mercredi à 12h00.

P. 2

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 14° : ALGER 24° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
14°
: ALGER
24° : TAMANRASSET
p. 2

Mardi 20 Décembre 2016 - 20 Rabi' al-awwal 1438 - N° 1484 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-INDONÉSIE

Medelci s'entretient avec le vice-président de la Cour constitutionnelle d'Indonésie

P. 24

de la Cour constitutionnelle d'Indonésie P. 24 MONDE ARABE Le Parlement algérien participe au Caire à

MONDE ARABE

Le Parlement algérien participe au Caire à un atelier sur la migration internationale et les mouvements de population

P. 24

CLÔTURE À ORAN DU 4 È SÉMINAIRE DE HAUT NIVEAU SUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ EN AFRIQUE

L'apport de l'Algérie à la paix et à la sécurité en Afrique «historique» et digne de la reconnaissance internationale

«historique» et digne de la reconnaissance internationale L'apport de l'Algérie à la paix et à la

L'apport de l'Algérie à la paix et à la sécurité ainsi qu'aux causes de libération dans le continent africain est «historique» et digne de la reconnaissance internationale, a affirmé le directeur de l'Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (UNITAR), Evariste Karambizi. «La contribution de l'Algérie à la réalisation de la paix et de la sécurité ainsi qu'aux causes de libération est historique et connue de tous, aussi bien avant qu'après le mouvement de libération dans le continent», a précisé le direc-

teur de UNITAR, connu également sous le nom Programme de l'ONU pour la formation et le maintien de la paix.

P.p 6-7

LE DG DE LA SÛRETÉ NATIONALE, LE GÉNÉRAL MAJOR ABDELGHANI HAMEL :

 

FINANCES-PRESSE

 

P.3

LA REVUE EL DJEÏCH L’A SOULIGNÉ DANS SON DERNIER NUMÉRO

Poursuite de la modernisation au sein de l'ANP à un rythme

«soutenu»

P. 3

Convention Bourse d'Alger-Centre international de presse pour la formation des journalistes

P. 4

P. 5

«L'Algérie, une référence en matière de lutte contre le terrorisme»

SANTÉ
SANTÉ
en matière de lutte contre le terrorisme» SANTÉ CANCER La dépression rend la chimio moins efficace
CANCER La dépression rend la chimio moins efficace P.p 12-13
CANCER
La dépression
rend la
chimio moins
efficace
P.p 12-13

LE DG DE LA CNAS, HASSEN TIDJANI HADDAM L’A ANNONCÉ :

«Une moyenne

de 50.000

accidents de travail déclarés annuellement à la CNAS»

P.

5

F TBALL CAN-2017/ALGÉRIE : Les attaquants respirent la forme, Leekens a l'embarras du choix P.
F TBALL
CAN-2017/ALGÉRIE :
Les attaquants
respirent la
forme, Leekens
a l'embarras
du choix
P. 21
MDN
MDN
LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ ORGANISÉE Saisie de près de 2 qx de kif traité à

LUTTE CONTRE

LA CRIMINALITÉ

ORGANISÉE

Saisie de près de 2 qx de kif traité à Tlemcen

P. 3

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ ORGANISÉE Saisie de près de 2 qx de kif traité à Tlemcen

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mardi 20 décembre 2016 D’ EIL Horaires des prières Mardi 20

2 DK NEWS

Mardi 20 décembre 2016

D’ EIL

Horaires des prières

Mardi 20 Rabi al-Awwal

Mardi 20 Rabi al-Awwal
Mardi 20 Rabi al-Awwal
Fajr 06:16 Dohr 12:46 Asr 15:18 Maghreb 17:40 Isha 19:06
Fajr
06:16
Dohr
12:46
Asr
15:18
Maghreb
17:40
Isha
19:06

OPÉRA D'ALGER Ouverture du Festival International de Musique Andalouse et des Musiques Anciennes

Amel Brahim Djelloul et l'Ensemble "Amedyaz", la troupe "Anadel El Dja- zair", l'Ensemble Régional d'Alger ou encore l'Ensemble national de mu- sique andalouse. La soirée inaugu- rale de ce 11e Festivalgérie sera ani- mée par la chanteuse andalouse Me- riem Benallal qui se partagera la scène avec l'Ensemble Amedyaz et la troupe "Ksel Baktagir" de Turquie.

Une vingtaine d'ensembles musi- caux, représentant huit pays, pren- dront part à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 25 décembre, à l'Opéra d'Al- ger, Boualem-Bessaïh, au 11e Festi- val International de Musique An- dalouse et des Musiques Anciennes, "Festivalgérie". Une dizaine d'or- chestres algériens de musique anda- louse participent à cette édition dont

de musique anda- louse participent à cette édition dont 4 4 SANTÉ Boudiaf à El Tarf

4

4

SANTÉ

Boudiaf à El Tarf

à cette édition dont 4 4 SANTÉ Boudiaf à El Tarf Le ministre de la Santé,

Le ministre de la Santé, de la Popu- lation et de la Réforme hospitalière, M. Abdelmalek Boudiaf, effectuera au- jourd’hui, une visite de travail et d’ins- pection dans la wilaya d’El Tarf. Au cours de cette visite, le ministre inspec- tera plusieurs infrastructures rele- vant de son département ministériel.

DEMAIN À 10H Abdelmadjid Menasra invité du Forum d’El Djazaïr

Le président du Front du change- ment, M. Abdelmadjid Menasra, sera l’invité demain mercredi 21 décembre à partir de 10h, du Forum du quotidien El Djazaïr, dans le cadre d’une confé- rence-débat qui portera sur les pro- chaines élections législatives.

qui portera sur les pro- chaines élections législatives. SAMEDI 24 DÉCEMBRE À CONSTANTINE Algériano en concert

SAMEDI 24 DÉCEMBRE

À CONSTANTINE

Algériano en concert

Dans le cadre de sa tournée artis- tique organisée par l’ONCI en partena- riat avec l’ENTV, l’ENRS et l’ONDA, l’artiste «Algérino», se produira sur la scène de la salle Ah- med Bey de Constantine samedi 24 décembre à partir de 18h.

Bey de Constantine samedi 24 décembre à partir de 18h. BISKRA 2 è m e Salon

BISKRA

2 ème Salon International de la Datte

La Chambre algérienne de commerce et d'industrie, orga- nise dans la ville d’El Alia, wilaya de Biskra, la 2ème édition du Sa- lon International de la Datte de Biskra «SIDAB».

du Sa- lon International de la Datte de Biskra «SIDAB». DU 21 AU 27 DÉCEMBRE À

DU 21 AU 27 DÉCEMBRE

À LA SAFEX

25 e foire de la production algérienne

Sous le patronage du ministère du Commerce, la société algé- rienne des foires et exportations (Safex), organise du 21 au 27 dé- cembre au Palais des Expositions (Pins-Maritimes, Alger,) la 25e édition, de la foire de la produc- tion algérienne.

la 25e édition, de la foire de la produc- tion algérienne. CE MATIN AU PALAIS DES
la 25e édition, de la foire de la produc- tion algérienne. CE MATIN AU PALAIS DES
CE MATIN AU PALAIS DES EXPOSITIONS Cérémonie de labélisation de produits locaux Le ministre de
CE MATIN AU PALAIS
DES EXPOSITIONS
Cérémonie
de labélisation
de produits locaux
Le ministre de
l’Agriculture, du Dé-
veloppement rural et
de la Pêche, M. Ab-
desselam Chal-
ghoum, présidera ce
matin à partir de 9h,
au siège de la Cham-
bre nationale d’agri-
culture au Palais des
Expositios (SAFEX),
la cérémonie de la-
bellisation des pro-
duits locaux, Deglet
Nourde de Tolga et la
figue sèche de la ré-
gion de Beni
Maouche.
Météo
Max
Min
Alger
14°
09°
Oran
14°
09°
Annaba
18°
11°
Béjaïa
15°
11°
Tamanrasset
24°
11°
La 4G de Ooredoo
bientôt disponible
dans 31 wilayas
4
Après avoir lancé ses ser-
vices 4G dans les trois pre-
mièreswilayas,Tlemcen,Tizi-
Ouzou et Béchar, Ooredoo ob-
tient l’autorisation de l’Autorité
de Régulation de la Poste et des
Télécommunications (ARPT)
pour le déploiement de son
réseau de téléphonie mobile de
4 ème génération dans 28 wilayas supplémentaires
durant la première année, selon la décision N°120 de
l’ARPT datée du 11 décembre 2016. Après l’audit de
l’ARPT des moyens et des capacités techniques de Oo-
redoo,l’ARPTaconfirméquel’opérateursatisfaitles
obligations de couverture et de qualité de service dans
les trois wilayas où il a précédemment lancé sa
technologie 4G. Ainsi, Ooredoo est autorisé à lancer
ses services 4G dans les prochains mois à Alger, Oran,
Constantine,Sétif,Ouargla,Djelfa,Biskra,Ghardaia,
Adrar,Boumerdes,Béjaia,Blida,Annaba,Tipasa,Sidi
Bel Abbès, Bouira, Chlef, Batna, Bordj Bou Arreridj,
Médéa, Mascara, M’sila, Tiaret, Skikda, Ain Defla, Mos-
taganem, Relizane et Ain Témouchent. Prochaine-
ment, les clients Ooredoo de ces 28 wilayas pourront
bénéficier du réseau performant et des services à la
pointe de la technologie de Ooredoo, innovateur tech-
nologique qui place la satisfaction de ses clients au
cœur de ses préoccupations.
4

CE MATIN À L'ESSS Colloque sur l’expérience algérienne en matière de dialogue et de protection sociale

algérienne en matière de dialogue et de protection sociale Dans le cadre du renforcement de la

Dans le cadre du renforcement de la coopération Sud-Sud, le ministère du Travail, de L'emploi, et de la Sécurité Sociale en collaboration avec le Bu- reau International du Travail (BIT), organise ce ma- tin à partir de 8h, à l’Ecole supérieure de la sécu- rité sociale (ESSS), un Colloque de haut niveau pour le partage de l’expérience algérienne en matière de dialogue social et de protection sociale.

en matière de dialogue social et de protection sociale. MÉTÉO Des vents forts sur le centre

MÉTÉO Des vents forts sur le centre et l'est

Des vents forts pouvant atteindre 80km/h souffleront sur les villes côtières et proches côtières du centre et de l'est du pays à partir d'aujourd'hui, annonce l'Office national de météorologie dans un bulletin spécial (BMS). Des vents de l'or- dre de 60 à 70 km/h soufflant parfois sous forme de rafales atteignant ou dépas- sant localement 80km/h sur les wilayas de Tipaza, Alger, Blida, Boumerdes, Tizi- Ouzou, Bejaia, Jilel et Skikda, selon ce BMS dont la validité s'étalera jusqu'à demain

12h.

LIBRAIRIE CHAÎB DZAIR Rencontre avec Djouher Amhis Ouksel

Les éditions ANEP, organisent cet après-midi à partir de 15h à la librairie Chaîb Dzair sise 1, avenue Pasteur Alger-centre, une ren- contre avec l’auteure et péda- gogue Djouher Amhis Ouksel au- tour de son livre «Assia Djebar :

une figure de l’aube» (éditions Casbah). La rencontre sera suivie d’une séance vente-dédicace.

La rencontre sera suivie d’une séance vente-dédicace. COMPLEXE CULTUREL DE CHENOUA (TIPASA) Après-midi poétique

COMPLEXE CULTUREL DE CHENOUA (TIPASA)

Après-midi poétique

Le Complexe culturel de l’artiste Abdelouaheb-Salim de Chenoua (Tipaza), orga- nise cet après-midi à partir de 14h30, une rencontre poé- tique avec : Mokhtari Karima (Alger), Boualem Ben Sliman (Blida) et Dahmoun Rachid (Médéa).

14h30, une rencontre poé- tique avec : Mokhtari Karima (Alger), Boualem Ben Sliman (Blida) et Dahmoun

Mardi 20 décembre 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

LA REVUE EL DJEÏCH L’A SOULIGNÉ DANS SON DERNIER NUMÉRO

Poursuite de la modernisation au sein l'ANP à un rythme «soutenu»

Le rythme soutenu de développement et de modernisation au sein de l'Armée nationale populaire (ANP) se poursuit à différents niveaux avec «rigueur et sérieux», a souligné la revue El Djeïch dans son dernier numéro de décembre 2016.

«Le rythme soutenu de développe- ment et de modernisation au sein de l'ANP se poursuit à différents niveaux avec rigueur et sérieux, ce qui lui a per- mis d'atteindre un degré de développe- ment élevé et une place conforme à la grandeur de l'Algérie», est-il men- tionné dans l'éditorial de cette revue. L'ANP est également «au diapason des défis» auxquels l'Algérie est confrontée dans une conjoncture inter- nationale et régionale, caractérisée par l'instabilité et les foyers de tension», lit- on dans l'éditorial de ce mensuel, édité par l'ANP. Des acquis qui n'auraient pas pu se concrétiser, comme l'a affirmé le vice- ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah «sans une action permanente» et «une vision rationnelle à long terme ainsi que le suivi permanent sur le terrain, en pla- çant l'intérêt du pays au-dessus de toute autre considération». Par ailleurs, il est souligné que «durant l'année 2016, l'ANP a poursuivi avec détermination la lutte contre les résidus des groupes terroristes, le crime organisé et l'immigration clan- destine, à travers l'adoption d'une stra- tégie sécuritaire efficiente de surveil-

d'une stra- tégie sécuritaire efficiente de surveil- lance et de protection de nos frontières, tout en

lance et de protection de nos frontières, tout en faisant barrage à toute man£uvre criminelle visant à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité de notre pays». La publication a fait observer qu'«outre l'investissement dans la res- source humaine, l'ANP a conforté ses capacités opérationnelles par un maté- riel moderne et efficace avec l'acquisi- tion, en 2016, de nombreux équipe- ments navals et aériens dotés de tech- nologies les plus modernes, qui contri- bueront fortement à rehausser le

niveau de disponibilité de nos forces armées». Les efforts de développement des capacités des fabrications militaires se sont poursuivis en vue de satisfaire les besoins de nos forces armées, lit-on encore dans l'éditorial de la revue El Djeïch. A ce titre, le Haut commandement de l'ANP accorde un grand intérêt à ce secteur qui participe au transfert de technologie de pointe et à la création de nombreux postes d'emploi au profit des jeunes.

DROGUE

Saisie de près de 2 quintaux de kif traité à Tlemcen (MDN)

Près de deux quintaux de kif traité ont été saisis dimanche par des Gardes-frontières à Tlemcen, indique lundi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). «Dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, des Gardes-frontières ont saisi à Tlemcen/2ème RM, le 18 décembre 2016, une quantité de kif traité s’élevant à 195 kilogrammes, tandis que des éléments de la Gendarmerie

nationale ont intercepté, à El Oued/4ème RM, un contreban- dier à bord d’un camion chargé de 52 quintaux de tabac», précise la même source. A In Guezzam/6ème RM, un détachement combiné de l’Armée nationale populaire (ANP) et des éléments des Douanes ont arrêté sept (07) immigrants clandestins et saisi dix (10) tracteurs et 355,3 tonnes de denrées alimentaires», ajoute le communiqué du MDN.

CONSEIL DE LA NATION :

Présentation de deux projets de loi relatifs à la retraite et au développement des PME

de loi relatifs à la retraite et au développement des PME Le Conseil de la Nation

Le Conseil de la Nation reprendra mardi ses travaux en séance plénière consacrée à la présentation et l'examen du projet de loi rela- tif à la retraite et du projet de loi d'orientation du développement des PME, indique lundi un communiqué du Conseil. Le projet de loi relatif à la retraite, adopté par les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN), comprend de nouvelles dis- positions portant essentiellement sur le maintien de l'âge minimum de la retraite à 60 ans et le maintien de la possibilité de départ à la retraite pour la femme travailleuse, à sa demande, dès l'âge de 55 ans. Lors de la séance du vote de ce projet de loi par la chambre basse, un amendement, a été introduit sur orientation du président de la République, stipule que «sans préjudice des dispositions de la loi, il est possible, d'attri- buer pendant deux années la pension de retraite, avec jouissance immédiate au profit des travailleurs salariés, qui ont totalisé 32 années au moins de service effectif ayant donné lieu au versement de cotisations». Il s'agit des travailleurs âgés de 58 ans et plus en 2017 et de 59 ans en 2018».

JOURNÉE ARABE DE LA POLICE

Hamel : «L'Algérie, une référence en matière de lutte contre le terrorisme»

Le Directeur général de la sûreté natio- nale (DGSN), le général major Abdelghani Hamel, a affirmé, dimanche à Blida, que l'Al- gérie était devenue «une référence en ma- tière de lutte contre le terrorisme, un phé- nomène étranger aux sociétés de par le

monde.» «Grâce au professionnalisme de son armée et aux sacrifices de sa police, l'Algé- rie a pu venir à bout du terrorisme dont elle

a bloqué les sources de financement», a

indiqué le général major Hamel qui inter- venait à l'occasion de la Journée arabe de la police, coïncidant avec le 18 décembre de chaque année et dont la célébration a été abritée par l'Ecole d'application de Sou- maâ «Abdelmadjid Bouzbid», en présence notamment du ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Bedoui. M. Hamel a soutenu que la lutte contre la criminalité impose une «grande maîtrise des moyens technologiques modernes», mettant l'accent sur l'importance de l'investisse- ment sur les ressources humaines à la faveur,

notamment, de la prise en charge profession- nelle et sociale (du policier) et sa formation continue. Il a, dans ce contexte, estimé «vital» que les services de Police procèdent à la révision de leurs méthodes de formation, prenant en ligne de compte les changements et ac- tions en perpétuelle mutation. La Police algérienne, a-t-il fait remarquer

dans ce contexte, a déjà entamé ce proces- sus découlant de la stratégie mise en place par le Président de la République au sujet de la nécessité d'investir dans le facteur humain. Pour le général major Hamel, la place oc- cupée par la police algérienne à l'échelle in- ternationale «est la résultante d'un travail col- lectif auquel toutes ses composantes ont pris part», mettant en évidence les efforts consen- tis par ses cadres pour changer l'image «stéréotypée» assimilant l'agent de l'ordre à un outil de répression et de terreur. Abordant la Journée arabe de la police, le DGSN a assuré que l'Algérie s'emploie à ac-

tiver les mécanismes de coopération avec ses homologues du monde arabe, notamment par le biais de sa diplomatie, soulignant que seul la discussion autour d'une table, des par- ties en conflit, est le meilleur moyen d'apai- ser les tensions. La cérémonie relative à la célébration de la Journée arabe de la police a été notamment marquée par la baptisation de l'Ecole d'ap- plication de police de Soumaâ au nom du dé- funt moudjahid Abdelmadjid Bouzbid (1931- 1916) lequel a été désigné à la tête de la DGSN en 1987 avant de se voir nommer, trois ans plus tard, ambassadeur de l'Algérie au Mali, selon sa biographie. La même occasion a donné lieu à l'inau- guration, au niveau de la même structure, de la cité de l'entraînement, la première du genre au sein des écoles de formation, ainsi que d'une piscine semi olympique. Le programme de célébration a été clô- turé par la remise de grades aux promus de la police ainsi que des présents aux retrai-

aux promus de la police ainsi que des présents aux retrai- tés de ce corps et

tés de ce corps et aux sportifs qui se sont dis- tingués lors des différents championnats arabes disputés au cours de cette année.

CONSEIL MINISTÉRIEL ARABE :

«La police algérienne a réalisé des acquis importants en matière de droits de l'Homme»

Le secrétaire général du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur, Mohamed Ben Ali Koumane, a salué dimanche

à Blida, les importantes réalisations de la police algérienne en matière de droits de l'Homme à travers la consolidation

de la relation de confiance et de coopération avec le citoyen

et autres intervenants de la société civile. «Cette réalisation

est le résultat de la prise de conscience des décideurs quant à l'importance de construire une action sécuritaire sur des bases solides à travers la qualification des cadres et l'acquisition d'équipements modernes partant de la convic- tion qu'investir dans la sécurité est investir dans la vie», a indiqué Dr. Koumane dans une allocution lue par le direc-

teur de la santé, de l'action sociale et des sports, Ahmed Boub- keur Fethi, contrôleur de police, à l'occasion de la célébra-

tion de la fête de la police arabe, le 18 décembre, organisée à l'Ecole d'application de Soumâa «Abdelmadjid Bouzbid» (Blida). Il a précisé que le Conseil des ministres arabes de

l'Intérieur atteste de la place prépondérante qu'occupe désormais la police algérienne au double plan humain et ma- tériel et qui se traduit par les diverses participations aux dif- férentes conférences et réunions. Dr. Koumane a salué également l'expérience et la direc- tion éclairée qui caractérisent les représentants de la police algérienne et qui, selon lui, leur permettent d'aplanir les obs-

tacles qui se dressent devant la coopération sécuritaire arabe, soulignant à cette occasion, le rôle capital que joue la police algérienne dans le renforcement des relations de coopéra- tion et la coordination entre les organes arabes de sécurité

et les organes de sécurité régionaux dont la police africaine. Enfin, le secrétaire général du Conseil des ministres

arabes de l'Intérieur a insisté sur les grands sacrifices consentis par les éléments de la sécurité nationale en par-

ticulier lors de la décennie noire, soulignant que l'Algérie

a pu sortir de cette épreuve grâce à la détermination de ses

services de sécurité et leur cohésion avec le peuple algérien. APS

4 DK NEWS

COOPÉRATION

Mardi 20 décembre 2016

Une amélioration de prés de 6% des recettes fiscales à fin septembre

2016

Les recettes fiscales ont atteint en- viron 1.600 milliards DA à fin sep- tembre dernier, soit une progression de près de 6% par rapport à la même période de 2015, a indiqué dimanche

à Alger le ministre des Fiances,

Hadji Babaammi. «Nous avons enregistré une amé-

lioration de prés de 6% des recettes fiscales jusqu'à la fin du mois de sep- tembre 2016 par rapport à la même période de l'année 2015» a-t-il dit à

la presse en marge du lancement du

système de télédeclaration et du té- lépaiement des impôts et des taxes «Jibaya'tic». «Nous souhaitons que cette amé- lioration se poursuivra à la fin de l'année pour atteindre 10 ou 11% par rapport à l'année passée, comme objectif tracé dans la loi de finances (LF) 2016», a ajouté M. Babaammi. Le ministre a précisé que la Direc- tion générale des impôts (DGI) prend des mesures quotidiennes à l'adresse des récalcitrants pour améliorer progressivement les recouvrements fiscaux à travers un programme pour renforcer le contrôle. M. Babaammi a, par ailleurs, souligné que le ministère examine avec les banques la possibilité de lan- cer de nouveaux produits bancaires sans intérêts, mais avec des marges bénéficiaires. Le ministère étudie également le lancement d'un emprunt obliga- taire sans intérêt mais avec des marges indexées sur le taux de crois- sance économique, a-t-il ajouté.

Eau : il est impératif d'achever les grands transferts vers Sétif dans les délais

Le ministre des Ressources en eau et de l'Environnement, Abdelka-

der Ouali, a insisté dimanche à Sé- tif sur la nécessité d'achever dans les délais fixés les travaux des projets de grands transferts des eaux des bar- rages d'Ighil (Bejaia) et Iraguen ( Ji- jel) vers Sétif. Lors de l'inspection dans la com- mune d'Ain Sebt du chantier d'un tunnel de 4,3 km dans le cadre du projet des transferts d'eau, le minis- tre a exprimé sa satisfaction du rythme d'avancement des travaux et

a recommandé de réduire de 24 à 18

mois leur délai. La réduction des délais des tra- vaux a exigé la réorganisation des chantiers et leur renforcement en main d'£uvre et engins de sorte à tra-

vailler 24 heures sur 24 et 7 jours sur

7, a expliqué à l'APS le directeur gé-

néral de l'Agence nationale des bar- rages et transfert, Abderazak Be- raki. Le ministre a insisté sur ces dé- lais afin de permettre l'achèvement des travaux d'ici mai 2018 et assurer le transfert des eaux du barrage de Tabellout d'une capacité de 294 mil- lions m3 ( Jijel) vers le barrage de Dhraâ Diss d'El Eulma (Sétif ).

APS

M. TALAI L’A ANNONCÉ

Lancement des travaux de réalisation du port Centre dès fin mars 2017

0Le ministre des Travaux publics et des transports, Boudjemaa Talai, a indiqué lundi à Alger que les travaux de réalisation du port Centre d'El Hamdania (Cherchell) seraient lancés vers la fin du premier trimestre 2017.

Concernant les études d'avant- projet détaillées (APD) de cette fu- ture infrastructure maritime, elles seront achevées le 25 décem- bre en cours, a indiqué le minis- tre à la presse en marge d'une vi- site d'inspection effectuée au

port d'Alger. Pour rappel, les études APD ont été confiées à un groupe- ment algéro-coréen constitué du Laboratoire des études mari- times (LEM) et du consortium sud-coréen Yuhill-Yooshin.

En janvier 2016, un protocole d’accord portant réalisation du nouveau port avait été signé en- tre le Groupe public national des services portuaires et deux (2) compagnies chinoises. L’accord stipule la création d’une société de droit algérien composée du Groupe public des services portuaires et des compa- gnies chinoises CSCEC (China state construction corporation) et CHEC (China harbour enginee-

ring company). Ce projet, dont le coût est estimé à 3,3 milliards de dollars, sera financé dans le ca- dre d’un crédit chinois à long terme. Les capacités de traitement de ce futur port seront de 6,5 millions de conteneurs équiva- lent vingt pieds (EVP)/an et de 28 millions de tonnes de marchan- dises. Lors de sa visite du Port d'Al- ger, le ministre s'est rendu au gui- chet numérique unique dont il a relevé l'importance dans le trai- tement des informations grâce à une plateforme intégrée assu- rant une interconnectivité en- tre l'entreprise portuaire d'Al- ger et les autres intervenants dans le secteur du transport ma- ritime. Il a insisté sur la nécessité de moderniser la plateforme infor- matique pour répondre aux normes internationales de ges- tion des ports, appelant à engager

une expertise pour évaluer l'état ac- tuel de cette pla- teforme. Ce projet, qui sera lancé dans un mois, devra per- mettre un gain de temps dans le trai- tement des infor- mations, une flui- dification du tra- fic des navires et, par ricochet, la ré- duction des coûts de la marchandise. Deux projets si- milaires seront réalisés au niveau des ports de Skikda et d'Oran avant leur généralisation aux au- tres ports du pays, selon le M.Ta- lai.

Le ministre a également as- sisté à la première mise en exploi- tation de deux nouveaux scanners conteneurs mobiles.

tation de deux nouveaux scanners conteneurs mobiles. Acquis pour un montant fi- nancier global de trois

Acquis pour un montant fi- nancier global de trois (3) mil- lions de dollars, ces deux équipe- ments permettront de tripler la capacité de traitement des conte- neurs avec un gain de temps, en assurant le contrôle de 100 à 160 conteneurs par jour.

PROJET DU PORT CENTRE D'EL HAMDANIA :

Les études achevées la semaine prochaine

Le ministre des Travaux publics et des Transports, Boudjeemaa Talai s'est enquis di-

manche, au Laboratoire des études maritimes (LEM) à Alger, de l'avancement des études dé- taillées du projet du port commercial centre d'El Hamdania (Tipasa) et qui s'achèveront

le 25 décembre, indique un communiqué du

ministère. «Dans le cadre des études d'avant projet dé- taillé (APD) confiés au groupement Algéro- Coréen (LEM et le Consortium Yuhill-Yoo-

shin), une visite de travail a été effectuée par

le ministre des Travaux Publics et des Trans-

ports au niveau du Laboratoire des études ma-

ritimes (LEM), où il a constaté l'avancement de ces études qui s'achèveront le 25 décem-

bre 2016», précise le ministère. Le ministre a suivi une présentation des

études se focalisant sur les méthodes d'opti- misation des travaux, tout en maintenant les objectifs arrêtées par le président de la Répu- blique Abdelaziz Bouteflika à savoir des ca-

pacités de traitement de 6,5 millions de conteneurs équivalent vingt pieds (EVP)/an et 28 millions de tonnes de marchandises gé- nérales, selon le ministère.

M. Talai a assisté à cette occasion aux es-

sais sur modèle réduit en trois dimensions

(bassin à houle 3D), et en deux dimensions (ca- nal à houle 2D), précise-t-on. En janvier 2016, un protocole d'accord portant réalisation du nouveau port avait

été signé entre le Groupe public national des services portuaires et deux (2) compagnies chinoises. L'accord stipule la création d'une société de droit algérien composée du Groupe public des services portuaires et des deux (2) com- pagnies chinoises, CSCEC (China state construction corporation) et CHEC (China harbour engineering company). Ce projet, dont le coût est estimé à 3,3 mil-

liards de dollars et qui doit être lancé en tra- vaux début 2017, sera financé dans le cadre d'un crédit chinois à long terme. L'infrastructure portuaire sera mise en ser- vice progressivement, rappelle-t-on.

Fiscalité : lancement de la télédéclaration et du télépaiement pour les grandes entreprises

Le nouveau système de télédé- claration et de télépaiement des

impôts et des taxes «Jibayatic.dz»

a été lancé officiellement di-

manche à Alger, et concerne, dans une première étape 2.700

grandes entreprises, en atten- dant son élargissement à d'autres contribuables. Le lancement de cette nouvelle procédure entre dans le cadre de

la modernisation de l'administra-

tion fiscale et le développement

des systèmes de paiement élec- troniques, a-t-on souligné lors de

la cérémonie de lancement orga-

nisée en présence notamment du ministre des Finances, Hadji

Babaammi, le ministre délégué

chargé de l'Economie numé- rique et de la Modernisation des systèmes financiers, Mouatas-

sim Boudiaf, la ministre des Technologies de l'information et de la communication (TIC), Imane-Houda Feraoun. Deux portails sont mis à la disposition des grandes entre- prises, un portail unique consa- cré à la télédeclaration des contri-

buables, et l'autre est variable destiné aux banques pour le télé- paiement. Treize banques dont sept privées sont actuellement

prêtes pour l'utilisation de ce nouveau système, en attendant l'adhésion d'autres banques, a souligné M. Boudiaf ajoutant que

cette procédure est totalement sé- curisée. «Nous n'avons pas de problème en ce qui concerne la sécurisation des données» a-t-il rassuré en se félicitant du fait que ce projet ait été réalisé par des compétences algériennes. M. Boudiaf a insisté aussi sur «l'importance de l'information et la vulgarisation de ce système moderne et efficace en direction de tous les intervenants dans le domaine de la fiscalité». S'expri- mant à cette occasion, le minis- tre des Finances a indiqué qu'il s'agissait d'une première expé- rience qui devrait être générali- sée à terme à d'autres catégo- ries d'entreprises. Il a ajouté que

la création récente d'un comité had-hoc chargé de conduire la mise en place d'un système d'in- formation intégré au profit du ministère des Finances, ainsi que le lancement du e-paiement témoignaient de la volonté de l'Etat d'aller de l'avant pour l'ap- propriation des technologies nu- mériques. Pour sa part, le direc- teur général des impôts (DGI), Abderrahmane Raouia, a souli- gné que l'objectif à travers ce système était de «moderniser les structures de la DGI basée sur la mise en place d'une nouvelle or- ganisation et la réforme du sys- tème fiscal afin de l'adapter au nouveau contexte économique».

Une moyenne de 50.000 accidents de travail déclarés annuellement à la CNAS

Une moyenne de 50.000 accidents de tra- vail sont déclarés annuellement à la Caisse na-

tionale des assurances sociales (CNAS), dont plus de 600 accidents mortels, a annoncé lundi à Alger, le directeur général de la Caisse, Hassen Tidjani Haddam. «Une moyenne de 50.000 accidents de travail dont plus de 600 accidents mortels, sont déclarés annuellement à la CNAS (moyenne enregistrée les cinq dernières an- nées), a précisé M. Haddam, lors d’une jour- née de formation et d’information au profit des membres des commissions paritaires d’hygiène et de sécurité (CPHS) de la CNAS.

Le même responsable a ajouté que sur le total des accidents de travail déclarés, plus de 4000 sont des accidents liés aux trajets (de la

maison au lieu du travail) qui affectent les tra- vailleurs.

M. Haddam a également fait remarquer

que le plus grand nombre de ces accidents dé- clarés survient dans le secteur du BTP avec un taux de 27%. Ce même secteur (le BTP) enregistre aussi, un taux de 45% du nombre global des acci- dents de travail mortels déclarés à la CNAS, a-t-il ajouté précisant, dans un même contexte, que les hommes sont les plus tou-

chés par les accidents du travail déclarés (89%) que les femmes (11%). M. Haddam a souligné que les accidents du travail sont prin- cipalement concentrés dans les wilayas d’Al- ger (17%), Bejaia(7,7), Boumerdes (6,5%) et Sé-

tif (6%) et ont lieu principalement dans le sec- teur privé qui enregistre le plus grand nom- bre. «La CNAS donne l’exemple aux autres en- treprises par le lancement prochain d’un pro- gramme au profit de ses travailleurs, qui s’appuie sur des actions de prévention et qui a pour objectif de maîtriser les risques et de réduire les accidents a «zéro»dans le futur, selon M. Haddam.

Mardi 20 décembre 2016

COOPÉRATION

DK NEWS 5

PRODUITS ALIMENTAIRES:

Tendance mitigée des prix à l'importation sur les 8 premiers mois

Les prix à l'importation par l'Algérie des produits alimentaires et agroalimentaires ont connu des tendances disparates durant les huit premiers mois de 2016 par rapport à la même période de 2015, apprend l'APS auprès du ministère du Commerce.

Dans la catégorie des cé-

réales, les prix à l'importation ont reculé à 311 dollars/tonne (usd/t) pour le blé dur (-32,5% par rapport à la même période

de 2015), à 192 usd/t pour le blé

tendre (-23,5%) et à 185 usd/t

pour le maïs (-8,4%).

De son côté, le prix d'achat des poudres de lait s'est établi

à 2.302 usd/t (-21,2%). Une baisse a touché égale-

ment les huiles brutes (baisses allant de 1,7% à 9,31%) sauf pour l'huile brute de coco qui

a enregistré une hausse

(+9,6%) et d'autres huiles ali-

mentaires brutes (+44,4%).

Une hausse des prix à l'im- portation a touché aussi le su-

roux qui a été de 380 usd/t

(+2,43%).

Pour la catégorie des pro- duits d'épicerie, une augmen- tation des prix moyens à l'im- portation a été observée pour les cafés torréfiés(+52%), le thé (+6%,) les pâtes alimen-

cre

taires (+5,2%), le lait infantile (+2,8%) et le sucre blanc

(+0,8%).

Par contre, les prix à l'im- portation du triple concentré

tomate ont reculé à 864

usd/t (-26,5%), le concentré de tomate à 1.157 usd/t (-19,5%), les cafés non torréfiés à 2.105 usd/t (-9,8%), le double concentré de tomate à 1.329 usd/t (-8,6%) et

le

de

riz à 529 usd/t (-6,4%). Pour les légumes secs, des

le de riz à 529 usd/t (-6,4%). Pour les légumes secs, des baisses ont été observées

baisses ont été observées pour les haricots secs à 949 usd/t (- 27,7%) et les pois secs à 585 usd/t (-19,7%). En revanche, les prix à l'im- portation ont haussé pour les lentilles à 1.083 usd/t (+16%) et les pois chiches à 1.239 usd/t

(+14,7%).

Quant à l'ail, il a été im- porté à 1.689 usd/t, soit une hausse de 58%. Pour les viandes et pois-

sons, les prix ont reculé pour les viandes bovines congelées à 3.029 usd/t (-10,6%), pour celles réfrigérées à 3.608 usd/t (-9,7%) et pour les poissons congelés à 1.517 usd/t (-4,8%).

En dehors des produits ali- mentaires, le prix moyen à

l'importation du ciment a baissé à 64 usd/t contre 65 usd/t, soit une baisse de 1,5%. Les principaux pays four- nisseurs de l'Algérie en poudre de lait sont au nombre de 9 dont les 5 premiers sont la Nouvelle-Zélande (40,04% des importations globales), la France (16,5%), l'Argentine (12,5%), la Pologne (9,3%) et l'Uruguay (8,1%). Pour les huiles alimentaires brutes, la quasi-totalité des quantités importées a été réa- lisée par six (6) principaux opérateurs dont une société privée qui demeure en pre- mière position avec 56,25% de la quantité totale importée. En matière d'importation

de sucre roux, cette même so- ciété privée est demeurée do- minante en assurant 83,69% du total importé. Quant au sucre blanc, il est à noter qu'une proportion de 66,6% de la totalité des quan- tités importées a été réalisée par 10 entreprises privées. Concernant le café non tor- réfié, les principaux importa- teurs sont au nombre de sept (7) avec 36,67% du total des importations.

Bananes et pommes:

167 millions de dollars d'importations

Sur les huit premiers mois 2016, il a été importé pour 116,7 millions usd de bananes (contre 120 millions usd sur la même période de 2015), et pour 50,2 millions usd de pommes (contre 80 millions usd). La facture a été de 31,6 mil- lions usd pour les amandes (contre 27,3 millions usd), de 16,9 millions usd de raisins secs (contre 20,8 millions usd) et de 4,7 millions usd d'abricots secs (contre 6,1 millions usd), alors que les importations des pruneaux secs se sont chif- frées à 9,9 millions usd (contre 10,40 millions usd). Il est, par ailleurs, constaté que la facture de l'ail importé est passée à 14,4 millions usd (contre 9,4 millions usd).

Alimentation: les conditions d'apposition de la mention «halal» fixées au JO

Les conditions et les modalités d'appo- sition de la mention «halal» pour les den- rées alimentaires concernées ont été fixées par un arrêté interministériel pu- blié au Journal officiel no 70. L'Institut algérien de normalisation (IANOR) a été chargé de la détermination

des caractéristiques de la mention «halal»,

de son identification ainsi que des condi-

tions de son octroi, indique l'arrêté signé par les ministres, respectivement, du Commerce, de l'Industrie, de l'Agriculture, des Affaires religieuses et de la Santé. Le texte stipule que l'apposition de la mention «halal» doit être justifiée par un certificat de conformité «halal» délivré par IANOR. Quant à la liste des denrées alimentaires

concernées par l'obligation de l'apposition de la mention «halal», elle est fixée par le Comité national de suivi de la certification et du marquage «halal» des denrées ali- mentaires concernées, qui sera créé auprès du ministère du Commerce. Cette liste sera diffusée sur les sites web officiels des cinq ministères signataires de

cet arrêté ainsi que d'autres organismes et établissements publics. Le certificat de conformité «halal» des denrées alimentaires importées doit être délivré par des organismes habilités dans leurs pays d'origine et reconnu par le Co- mité de suivi de la certification et du mar- quage «halal». Le Comité est chargé, no- tamment, d'examiner et de donner un avis sur les procédures de certification «halal»

ainsi que la réglementation applicable en matière des denrées alimentaires «ha- lal», les demandes de reconnaissance des certificats «halal» délivrés par des orga- nismes certificateurs étrangers, les de- mandes de reconnaissance mutuelle avec les organismes certificateurs «halal» étran- gers. Le Comité, présidé par le ministre du Commerce ou son représentant, est com- posé de représentants des cinq minis- tères signataire de l'arrêté ainsi que ceux des organismes et établissements publics (Haut conseil islamique, Centre algérien du contrôle de la qualité et de l'emballage, Institut Pasteur d'Algérie L'entrée en vigueur des dispositions de cet arrêté est fixée à six (6) mois à comp- ter de la date de sa publication au JO.

Convention Bourse d'Alger- Centre international de presse pour la formation des journalistes

La Société de gestion de la bourse des va- leurs (SGBV) et le Centre international de presse (CIP) ont signé lundi à Alger une convention de partenariat pour la formation des journalistes dans les domaines financier et boursier. Le document a été paraphé par le directeur général de la SGBV, Yazid Belmihoub, et le di- recteur général du CIP, Tahar Beddiar, en présence du ministre des Finances, Hadji Ba- baammi, et du ministre de la Communication, Hamid Grine. Avec cette convention, la SGBV organisera plusieurs sessions de formation au profit des journalistes (presse écrite, audiovisuelle, ra- diophonique et électronique) afin de «doter le paysage médiatique de compétences journa- listiques en communication financière et boursière», ont expliqué les signataires de cette convention. Ce qui permettra aux journalistes de trai- ter et de transmettre l'information financière de manière «fiable, complète et pertinente» et de les initier également à la réglementation, aux techniques et au fonctionnement du mar- ché financier algérien. A travers cette formation, les journalistes se- ront aussi associés aux efforts de promotion et de vulgarisation de la culture financière à l'égard du public. Lors du point de presse animé conjointement avec M. Grine, le minis- tre des Finances a relevé l'importance de ce genre de formation dans le sens où elle contri- bue à renforcer les compétences des journa- listes dans le traitement des informations fi- nancières et boursières. Ce qui permet aux journalistes, a-t-il ajouté, d'éviter de commettre des erreurs techniques sur le plan informationnel, susceptibles de gé- nérer un impact préjudiciable aux entre- prises, aux banques ou autres organismes. Pour sa part, M. Grine a expliqué que l'ap- port de cette convention était de structurer la notion du professionnalisme dans la presse na- tionale, car au delà des conditions socio-pro- fessionnelles des journalistes, «la formation, dans certains domaines sensibles, demeure une nécessité pour continuer notre démarche de professionnaliser le secteur et avoir des in- formations justes, fiables, et complètes». La formation des journalistes dans la fi- nance pourrait également «aider le processus de modernisation du système monétaire et bancaire national», a-t-il poursuivi. Selon lui, «la presse algérienne et le niveau des journalistes ont beaucoup progressé ces dernières années, permettant à l'Algérie d'avoir certains journalistes de renommée régionale et mondiale». Le ministre a ajouté que son dé- partement ministériel avait organisé, jusque- là, plus d'une quarantaine de sessions de for- mation dans différents domaines au profit des médias nationaux: «ce qui montre l'important intérêt accordé par les pouvoirs publics à ce genre d'initiatives».

Lait: Baisse de plus de 25% de la facture d'importation sur 10 mois

La facture d'importation de lait

a reculé à 798,6 millions de dollars

(usd) sur les dix premiers mois de 2016, contre 1,07 milliard usd à la même période de 2015, soit une baisse de 25,45%, a appris l'APS auprès des Douanes. De janvier à octobre, les quan-

tités importées de ce produit (lait

en poudre, crèmes de lait et ma-

tières grasses laitières utilisées comme intrants) ont également re- culé pour s'établir à 324.206 tonnes contre 364.531 tonnes, soit une ré- duction de près de 11,06 % entre les deux périodes de comparaison, indique le Centre national de l'in- formatique et des statistiques des douanes (Cnis). Cette réduction de la facture

d'importation s'explique non seu-

lement par le recul des quantités importées mais aussi par la chute des prix à l'importation par l'Algé- rie de cette denrée alimentaire. Durant les huit premiers mois 2016, le prix moyen à l'importation par l'Algérie des poudres de lait s'est établi 2.302 usd/t contre 2.921

usd/t sur la même période de 2015, en baisse de plus de 21%. Même tendance baissière pour les matières grasses de lait dont le prix moyen à l'importation s'est ré- duit à 3.786 usd/t contre 4.011 usd/t

(-5,6%).

En 2015, la facture d'importation du lait en poudre, crèmes de lait et matières grasses laitières, avait déjà reculé à 1,04 milliard de dol-

lars (372.252 tonnes) contre 1,91 milliard usd en 2014 (395.898 tonnes). Afin de réduire les importa- tions de ce produit subventionné et de promouvoir la filière lait, des mesures avaient été décidées par le gouvernement en faveur des éleveurs et des opérateurs de ce secteur en augmentant la sub-

vention du lait cru et en encoura- geant l'investissement, avec l'objec- tif de baisser les importations de la poudre de lait de 50% à l'horizon

2019.

Le gouvernement a ainsi décidé que le prix de référence du litre de lait cru de vache soit fixé à 50 DA (contre 46 DA auparavant), se ré- partissant entre 36 DA le prix de

cession du lait cru aux laiteries et 14 DA de subvention de l'Etat, contre, respectivement, 34 DA et 12 DA auparavant. En réponse à la préoccupation des éleveurs relative à l'accès à l'aliment de bétail et à la régulation du marché de ce produit, il a été dé- cidé d'approvisionner directement les éleveurs en matière de son (ré- sidu de mouture de blé). D'autres mesures de facilita- tion à moyen terme ont été prises par le gouvernement afin d'as- seoir une stratégie de relance de la filière lait. Il s'agit notamment de l'accès des professionnels de la filière lait au foncier agricole pour leur per- mettre d'investir en amont de cette

filière et concourir au développe- ment des grandes cultures (cé- réales et fourrages). Les pouvoirs publics ambition- nent, dans ce cadre, de promouvoir la création de fermes modernes in- tégrées pour l'élevage bovin laitier et la production de céréales et de fourrages dans le cadre de contrats-programmes. Il s'agit aussi d'encourager l'uti- lisation du crédit de campagne «R'fig» pour investir dans la pro- duction des fourrages, tandis que les coopératives des éleveurs seront incitées à recourir à l'exploitation des périmètres irrigués, notam- ment dans les Hauts-Plateaux et le Sud.

APS

6 DK NEWS

COOPÉRATION

Mardi 20 décembre 2016

CLÔTURE À ORAN DU 4 ÈME SÉMINAIRE DE HAUT NIVEAU SUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ EN AFRIQUE

LUTTE CONTRE LE TERRORISME LE COMMISSAIRE À LA PAIX ET À LA SÉCURITÉ DE L’UNION AFRICAINE M.ISMAIL CHERGUIAVERTIT Il faut se préparer à un éventuel retour en Afrique de terroristes du Moyen-Orient

Le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union afri-

caine, Ismail Chergui, a souligné l’importance de se prépa- rer à un éventuel retour en Afrique de terroristes des zones de troubles au Moyen-Orient. S’exprimant lundi à la presse

à l’issue du 4ème séminaire de haut niveau sur la paix et la

sécurité en Afrique qui s'est tenu sur trois jours à Oran (Ouest algérien), M.Chergui a déclaré que «ce qui ce passe actuelle- ment au Moyen-Orient, à l’instar du Yémen, de l'Irak et de la Syrie, nous concerne aussi», prévoyant la possibilité d’un re- tour de terroristes en Afrique et en Europe. «C’est une hypothèse sur laquelle nous devons travailler», a-t-il recommandé, souhaitant que les pays africains et les ré- gions avoisinantes aient la même lecture de cette impérative sécuritaire. Pour parer à de telles situations sécuritaires, le Commissaire à la paix et la sécurité à l’UA a exhorté les Etats africains à renforcer les moyens et outils pour combattre le radicalisme et intensifier les mesures visant la protection des jeunes contre la manipulation, notamment à travers les sites électroniques du crime qui ont des liens avec les réseaux terroristes. La prévention se fait également par la bonne gou- vernance et la mise en place de programmes de développe- ment et de mesures opérationnelles pour assécher les sources de financement des groupes terroristes. Il a appelé, dans ce sens, à multiplier la coopération inter- nationale, notamment par l’intensification des échanges d’informations, de renseignements et d'expériences.

INITIATIVE DE L’UA

Le Haut Comité des chefs d’Etats pour la Libye se rendra «bientôt» à Tripoli et Tobrouk

Le Haut comité des chefs d’Etat pour la Libye, initié par l’Union africaine, se prépare à se rendre «bientôt» à Tripoli et Tobrouk, a annoncé, lundi à Oran, le Commissaire à la paix et la sécurité de l’UA. «Le Haut comité des chefs d’Etat pour la Libye se prépare

à se rendre bientôt à Tripoli et à Tobrouk pour amener les

frères libyens à une réunion de réconciliation», a déclaré à la presse Smail Chergui, à l’issue du 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique. «La date et le lieu de cette réunion seront annoncés inces- samment», a-t-il poursuivi, notant que cette prochaine tour- née dudit Comité intervient dans le cadre de la réactivation de cette instance, créée en 2011, lors du Sommet de l’UA à Ad- dis-Abeba. «L'UA n'a cessé d'£uvrer pour dégager une solu- tion politique et non armée à cette crise ayant un impact aussi bien sur la Libye que sur les pays de la région», a indiqué M. Chergui, précisant que cette prochaine tournée a fait l'objet d'une réunion préparatoire le 8 novembre dernier.

L'adhésion à l'UA est régie par des «critères clairs» et sans «préalable aucun»

Le commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine (UA), Smail Chergui, a affirmé lundi à Oran, que l'adhésion à l'organisation continentale est régie par des «critères clairs» et «sans préalable aucun», ajoutant que «les Africains ne sont pas prêts à mettre l'organisation dans une situation dont elle se pas- serait». «L'adhésion à l'Union africaine est régie par des critères clairs et sans préalable aucun», a indiqué M. Chergui lors d'une conférence de presse à la fin des travaux du 4eme Sémi- naire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique avant de souligner que «toute partie désirant adhérer à l'Union devra se considérer comme le reste des membres avec les mêmes droits et obligations». Il a précisé que les Africains ne cessent de réitérer l'«impor- tance de l'Union en tant qu'outil pour la protection du continent et la relance de son développement», rappelant qu'«ils ne sont pas prêts à mettre cette importante organisation dans une si- tuation délicate dont elle se passerait en pareille conjonc- ture». M. Chergui a relevé que l'Union africaine est forte de son statut et de ses décisions auxquelles se réfèrent les Etats mem- bres et se soumet tout Etat désirant y appartenir. Partant de là, est bienvenu celui qui respecte ces critères mais pas au détriment d'un autre Etat et sans préalable aucun car les lois de l'organisation ne permettent pas cela», a-t-il ajouté. Les travaux du 4eme Séminaire sur la paix et la sécurité en Afrique tenu trois jours durant à Oran, ont été sanctionnés peu auparavant par une série de décisions importantes liées au sou- tien de la paix et de la sécurité dans en Afrique et au renforce- ment du partenariat afro-onusien en la matière.

L'Algérie a tiré profit de la confiance de ses partenaires africains pour l'émancipation du continent africain

Le ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, Ramtane Lamamra a affirmé lundi à Oran que «l'Algérie a tiré profit de la confiance de ses partenaires pour l'émancipation du continent africain et l'édification d'une Union africaine engagée dans la concrétisation de plus grandes aspirations et de plus larges objectifs».

M. Lamamra a indiqué, dans son allocution de clô- ture des travaux du 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, que «L'Algérie a tiré profit de la confiance dont ses partenaires no- tamment africains l'ont investi pour la participa- tion à la libération du continent africain et l'édi- fication de l'unité, de la so- lidarité et de la complé- mentarité dans les rangs de l'Organisation de l'Unité africaine (ex-OUA). De même, a-t-il ajouté que pour le rôle joué aux cotés d'autres pays afri- cains frères dans le saut

cotés d'autres pays afri- cains frères dans le saut qualitatif qu' a été la tran- sition

qualitatif qu' a été la tran- sition de l'OUA à l'Union Africaine (UA), jouissant des mêmes valeurs et en- gagée dans la concrétisa- tion de plus grandes aspi- rations et de plus larges objectifs». Le chef de la diploma- tie algérienne a remercié les participants pour la considération du rôle de l'Algérie, sous la direction du Président de la Répu- blique, Abdelaziz Boute- flika «dont le nom reste at- taché, depuis qu'il était chef de la diplomatie algé- rienne et depuis qu'il est Président de la Répu- blique, à la plupart des réalisations historiques de notre continent, grâce au courage, à la vision et à la clairvoyance des diri- geants africains et de ceux soucieux de préserver la

fierté et la dignité du Continent». «L'Algérie demeure à jamais partie intégrante de l'Afrique qui doit à son tour toujours compter sur elle», a rappelé M. La- mamra, ajoutant que «l'Al- gérie, Mecque des révo- lutionnaires, demeurera toujours le centre et le coeur battant de l'action africaine commune en vue de réaliser nos objectifs de paix, de développe- ment, de stabilité et d'in- tégration, à travers le rè- glement pacifique de tous les conflits». Le chef de la diploma- tie algérienne a salué, dans son allocution, l'en- gagement des partenaires africains et internationaux participants à cette ren- contre, à «à renforcer les capacités du continent

africain à trouver et à met- tre en oeuvre des solu- tions aux problèmes de l'Afrique», affirmant que le séminaire d'Oran «a été un succès au sens où il a consolidé la contribution du continent africain en matière du maintien de la paix et de la sécurité dans le monde».». Ce séminaire a eu une importante contribution en matière de réalisation de la paix et de la sécurité dans le continent africain en tant qu'acteur utile qui profite des dynamiques qui structurent notre monde actuel et qui contribuent à l'établisse- ment de relations interna- tionales renouvelables plus justes, plus équitables et porteuses d'espoirs pour l'humanité entière, a-t-il estimé.

M. Lamamra s'entretient avec plusieurs personnalités africaines, arabes, européennes et onusiennes

Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopéra- tion internationale, Ramtane La- mamra, a eu dimanche à Oran plu- sieurs entretiens bilatéraux portant sur les moyens de renforcer les re-

lations bilatérales et l'importance du 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique. En marge de la rencontre, le mi- nistre s'est entretenu avec plusieurs personnalités diplomatiques afri- caines, arabes, européennes et onu- siennes. Les entretiens ont porté sur les moyens de renforcer les relations bi- latérales, de soutenir les efforts de l'Union Africaine (UA) dans la réali- sation de la paix et de la sécurité et de renforcer les partenariats tendant

à appuyer les initiatives africaines

pour préserver la paix et faire face

aux menaces sécuritaires. Le chef de la diplomatie algé-

rienne a reçu la ministre déléguée des Affaires étrangères de l'Ethiopie, Mme Hirut Zemene qui a souligné,

à l'issue de l'audience, la nécessité de

promouvoir les «relations frater- nelles» entre l'Algérie et l'Ethiopie et de contribuer significativement aux questions liées à la paix et à la sécu- rité qui intéressent les deux par- ties». Il a été également convenu de développer davantage les relations commerciales et culturelles entre les deux peuples.

Saluant les efforts déployés du- rant le Séminaire d'Oran sur la paix et la sécurité en Afrique, la ministre éthiopienne a qualifié l'évènement de très important pour son pays car survenant à la veille de son entrée au Conseil de sécurité en janvier en remplacement de l'Angola, et ce avec le Sénégal et l'Egypte, deux au- tres pays membres non permanents au Conseil de sécurité représentant le continent africain au Conseil de sé- curité de l'ONU. M. Lamamra s'est entretenu éga- lement avec la Directrice générale au ministère des Affaires étrangères suédois, l'ambassadrice Anestrom Anna Karin qui représente son pays lors de ce séminaire. De son côté, le Secrétaire général

adjoint de la Ligue arabe, Ahmed Ben Helli a indiqué à l'issue de sa rencon- tre avec M.Lamamra que le monde arabe attendait beaucoup de la pré- sidence de l'Algérie du Conseil des ministres arabes des AE, prévue à partir de mars prochain.

«Tout le monde attend l'apport de l'Algérie durant sa prochaine prési- dence du Conseil des ministres arabes des Affaires étrangères au vu du succès de sa médiation et de son adoption du principe du dia- logue et de la solution politique dans la règlement des conflits» a-t- il souligné. Le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien

de la paix auprès de l'ONU, Hérvé Ladsous, a salué pour sa part les re- lations ONU-Algérie qui «remon- tent à longtemps», soulignant par la même occasion «l'importance capi- tale» du processus d'Oran pour la paix et la sécurité en Afrique dans le renforcement du partenariat ONU- UA, indiquant qu'il «reste beaucoup à faire». A noter que le responsable onu- sien s'était félicité dans une déclara- tion du partenariat ONU-UA affir- mant qu'il était basé sur «la confiance mutuelle», ce partenariat étant sensé dégager «les mécanismes adéquats» pour maintenir la paix et aplanir les difficultés qu'il pourrait rencon- trer. La séance de la matinée de la deuxième journée du séminaire a été consacrée à l'examen des questions relatives au partenariat entre le Conseil de paix et de sécurité de l'UA et le Conseil de sécurité onusien et le financement des opérations de maintien de la paix et de la sécu- rité en Afrique. Les experts et responsables afri- cains et internationaux auront à aborder au cours de la séance de l'après midi, la question de la coor- dination entre l'UA et l'ONU notam- ment en matière de maintien de la paix et le rôle que doit accomplir cette institution dans ce cadre.

APS

Mardi 20 décembre 2016

COOPÉRATION

DK NEWS 7

CLÔTURE À ORAN DU 4 ÈME SÉMINAIRE DE HAUT NIVEAU SUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ EN AFRIQUE

L'apport de l'Algérie à la paix et à la sécurité en Afrique «historique» et digne de la reconnaissance internationale

L'apport de l'Algérie à la paix et à la sécurité ainsi qu'aux causes de libération dans le continent africain est «historique» et digne de la reconnaissance internationale, a affirmé le directeur de l'Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (UNITAR), Evariste Karambizi.

«La contribution de l'Algérie à la réali- sation de la paix et de la sécurité ainsi qu'aux causes de libération est historique et connue de tous, aussi bien avant qu'après le mouvement de libération dans le conti- nent», a précisé le directeur de UNITAR, connu également sous le nom Programme de l'ONU pour la formation et le maintien de la paix. «Aussi, nous ne pouvons que recon- naître le rôle de l'Algérie dans le renforce- ment de la paix et de la sécurité dans le continent», a insisté M. Karambizi qui a sa-

dans le continent», a insisté M. Karambizi qui a sa- lué les efforts de l'Algérie, représentée

lué les efforts de l'Algérie, représentée par son gouvernement, notamment le mi- nistère des Affaires étrangères et de la coopération internationale, dans l'institu- tion de ce séminaire qui a pour objectif la coordination des efforts pour promou- voir la paix et la sécurité en Afrique.

Evariste Karambizi prend part aux travaux du séminaire d'Oran sur la paix et la sécurité en Afrique en tant que représentant de l'Institut UNITAR, crée en 1963 pour consolider l'efficacité de l'ONU dans la réalisation de ces objectifs.

L'aide de l'Algérie aux ressortissants africains, une culture bien enracinée et non un programme politique

La présidente du Croissant rouge algé- rien (CRA), Saida Benhabyles a affirmé lundi que l'aide humanitaire de l'Algérie en direction des ressortissants africains se trouvant sur son territoire en raison de tensions sécuritaires dans leurs pays "té- moigne d'une culture bien enracinée et non d'un programme politique. Invitée de la chaîne Une de la radio algé- rienne, Mme Benhabyles a affirmé que les efforts de l'Algérie en matière de solidarité humanitaire envers les ressortissants afri- cains "ne procède pas d'une politique conjoncturelle dictée par les Chartes inter- nationales ou par la situation prévalant dans leur pays", ajoutant que l'histoire de l'Algérie "est riche en leçons données dans ce domaine". Les déclarations de la présidente du CRA interviennent en réponse aux accusa- tions dirigées contre l'Algérie concernant sa gestion de la question des migrants africains. Mme Benhabyles a indiqué, dans ce sens que "la propagande tendancieuse reliée par des porte-voix bien connus n'entame pas l'image de l'Etat algérien mais constitue sur- out une allégation diffamatoire contre le peuple algérien et une atteinte à ses valeurs". Concernant les opérations de rapatrie- ment des ressortissants africains vers leurs pays à la demande de leurs gouvernements, Mme Benhabyles a indiqué que beaucoup parmi ces migrants dont le nombre a atteint 18.466 personnes ont "exprimé leur satisfac- tion de pouvoir retourner dans leurs pays pour plusieurs raisons, notamment celle d'échapper à des réseaux criminels nigériens spécialisés dans la mendicité et la prostitu- tion".

Elle a précisé, à ce propos, que 9000 d'en- tre eux, dont la majorité sont des femmes et des mineurs, ont été exploités par ces ré- seaux". D'autre part, Mme Benhabyles a rap- pelé que les opérations de rapatriement se sont déroulées dans un climat garantis- sant la dignité humaine à travers la mobi- lisation d'autocars climatisés, de méde- cins, de psychologues et de bénévoles, ou- tre le recours à des étudiants nigériens afin de pouvoir communiquer avec les mi- grants dans leur dialecte". Concernant la couverture sanitaire, elle a affirmé que les autorités algériennes "ont veillé à assurer la prise en charge des ma- lades et la vaccination des enfants tout en in- terdisant aux femmes enceintes de voyager jusqu'après accouchement pour éviter de mettre leur vie en péril". Les autorités algériennes "ne se sont pas contentées de conduire les migrants aux frontières mais se sont employées à les ac- compagner à Agadas (Niger) pour assurer leur sécurité", a-t-elle encore dit. Concernant la révision par l'Algérie de sa stratégie de gestion du dossier des mi- grants africains après les accusations falla- cieuses dont elle a fait l'objet, la présidente du CRA a indiqué que l'Etat algérien était seul habilité à trancher la question, estimant nécessaire de "déterminer les responsabi- lités, d'éviter l'exploitation politique de ce dossier et de concrétiser les décisions issues des réunions internationales dont les som- mets de La Vallete et Istanbul sur les réfu- giés". A cet effet, elle a fait remarquer que l'Al- gérie "finance seule ce dossier et la Suisse

est le seul pays à avoir réalisé des micropro- jets en vertu des accords signés dans le ca- dre de l'Organisation internationale pour le migrations (OIM) au profit des ressortissants nigériens qui se trouvaient sur le sol algé- rien". Les accords conclus par l'Algérie avec plu-

sieurs pays au titre du programme mondial pour l'alimentation et la Haute commission aux réfugiés "portent uniquement sur l'aide aux Sahraouis alors que l'Algérie n'a reçu au- cun soutien pour les autres". Elle a ajouté également, que l'Algérie "s'est refusée de faire de la propagande ou de la publicité sur ses initiatives humani- taires comme l'effacement de la dette et au- tres convaincue en cela du principe de so- lidarité notamment en direction des pays africains. Et ce qui arrive ne la dissuadera pas de continuer à apporter aide et soutien

à toutes les catégories vulnérables", a-t-

elle poursuivi. S'exprimant sur certains cas de violence

à l'encontre de ressortissants africains,

Mme Benhabyles a précisé qu'il s'agissait de cas isolés pouvant arriver même aux Algé- riens pour des raisons sans importance comme les résultats d'un match de football par exemple, mais certains se sont em- pressés d'exploiter cela pour ternir l'image de l'Algérie". Par ailleurs, elle a déclaré qu'"il est im- portant de rester vigilant à l'égard de certains actes illicites de ressortissants africains qui touchent la sécurité du citoyen. Des affaires traitées par les services de sû- reté qui se sont évertués à contenir tout dé- passement aux conséquences néfastes", a- t-elle conclu.

Elaborer une feuille de route pour faire taire les armes en Afrique à l’horizon2020

Les participants au 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, clôturé lundi à Oran, ont recom- mandé l’élaboration d’une feuille de route sur les mesures pratiques pour faire taire les armes à l’horizon 2020. Concernant cet objectif, il a été souligné dans un rapport dont l’APS détient une co- pie, la nécessité pour le CPS/UA d'accélérer l'élaboration d'une feuille de route sur les mesures pratiques pour atteindre cet objec- tif à l’horizon 2020. Les participants ont également mis en exergue le rôle central que doivent jouer les Etats dans la promotion et le maintien de

la paix, de la sécurité, de la stabilité, de la Justice et de la satisfaction des besoins des populations ainsi que le respect des droits de l'homme. Dans ce même cadre, ils ont précisé l'importance de renforcer la capacité de l’UA de prévenir les conflits et ce, en étroite col- laboration avec les communautés écono- miques régionales et les mécanismes régio- naux pour la prévention, la gestion et le rè- glement des conflits (CER/MR) ainsi qu’avec les Etats membres. Dans le même document, les partici- pants à la rencontre d’Oran ont insisté sur la nécessité d'accélérer l'opérationnalisa-

tion de la Force Africaine en Attente et d'une action rapide et énergique en matière de signaux d'alerte afin d'éviter une esca- lade des situations de conflits. Ils ont également préconisé "une coopé- ration renforcée entre le CPSUA et le CSNU, les Communautés économiques ré- gionales (CER) entre autres dans le règlement des situations de conflit et de crise en Afrique" et recommandé "une mo- bilisation de la communauté internationale pour aider l’Afrique à lutter contre le fléau de prolifération illicite des armes légères et la mise en £uvre du Traité de commerce des armes".

L'Afrique doit renforcer et promouvoir ses positions au Conseil de sécurité de l’ONU Les participants
L'Afrique doit
renforcer et
promouvoir
ses positions
au Conseil
de sécurité
de l’ONU
Les participants au 4ème Séminaire
de haut niveau sur la paix et la sécurité
en Afrique, clôturé lundi à Oran, ont sou-
ligné la nécessité de promouvoir et dé-
fendre les positions africaines com-
munes au sein du Conseil de Sécurité de
l’ONU, à travers les trois pays d’Afrique
membres non permanents (A3).
Les ministres et responsables afri-
cains et onusiens, réunis trois jours
durant à Oran (Ouest algérien), ont mis
en exergue l'importance d’accroître
l'élan nécessaire pour renforcer da-
vantage la capacité de l'Afrique à plai-
doyer, promouvoir et défendre de ma-
nière plus appropriée et efficace, à tra-
vers les A3, les positions communes au
sein du Conseil de sécurité des Nations
unies, relève-t-on dans un rapport,
dont l’APS détient une copie.
«L’objectif étant de faire taire les
armes à l’horizon 2020, dans le cadre des
efforts visant à réaliser une Afrique
exempte de conflits», précise-t-on.
Au sujet de la coordination entre les
trois pays africains non membres per-
manents du Conseil de sécurité de
l’ONU (Egypte, Sénégal et prochaine-
ment l’Angola) et le Conseil de la paix et
de la sécurité de l'UA (CPS/UA), les par-
ticipants au séminaire ont constaté que
des progrès tangibles ont été accomplis
dans le renforcement de la coopération
entre le CPS/UA et les membres de l'A3.
«Toutefois, il est nécessaire de ren-
forcer davantage l'objectif commun de
l'A3, en canalisant les positions du
CPS/UA sur les questions de paix et de sé-
curité en Afrique, cela impliquera, en-
tre autres, une communication continue
et ponctuelle des conclusions des réu-
nions du CPS sur les questions afri-
caines à l'A3», ont-ils recommandé.
Aider l’Afrique
à prévenir
et à combattre
le radicalisme
violent et le
terrorisme
Les participants au 4ème Séminaire
de haut niveau sur la paix et la sécurité
en Afrique, clôturé lundi à Oran, ont re-
commandé la mobilisation des méca-
nismes des Nations Unies pour ren-
forcer les capacités de l’Afrique à préve-
nir et à combattre le terrorisme.
Dans un rapport dont l’APS détient
une copie, il a été souligné, pour ce qui
est du maintien et de soutien de la paix
et des efforts de lutte contre le terro-
risme, la nécessité de mobilier les mé-
canismes des Nations Unies pour ren-
forcer les capacités et d'apporter l'appui
technique aux organisations régionales
et sous-régionales, ainsi qu'aux Etats
membres dans leurs efforts de préven-
tion et de lutte contre l’extrémisme
violent, la radicalisation et le terro-
risme.
Les participants au 4ème Séminaire
d’Oran ont appelé à renforcer davantage
les capacités et les infrastructures natio-
nales pour prévenir et combattre le ter-
rorisme, y compris à travers des
contrôles efficaces des frontières natio-
nales.
Dans ce sens, le rapport préconise à
l’UA et aux Nations Unies d'explorer les
meilleurs voies et moyens de synergie
potentielle pour lutter efficacement
contre les fléaux de l'extrémisme violent,
de la radicalisation et du terrorisme.
APS

8 DK NEWS

RÉGIONS

Mardi 20 Décembre 2016

TIZI-OUZOU :

Lancement d'une session de formation aux profits des femmes élues

Une centaine de femmes élues à des Assemblées po- pulaires communales et de wilayas (APC/APW) de Tizi- Ouzou et de Bouira participent depuis dimanche à une

session de formation, de quatre jours qui se déroule à

la cité administrative de la ville des Genêts.

Cette formation a pour objectif de "préparer une élite féminine qualifiée et apte à mener la compétition

électorale, et a accéder à des postes importants au ni- veau des Assemblées élues dont celui de présidentes",

a déclaré la représentante du ministère de l'Intérieur

et des Collectivités locales, Fatiha Hamrit.

Intervenant à la cérémonie de lancement de cette for- mation sur le "renforcement de compétences en ma- tière de leadership et de management électoral", orga-

nisée par le ministère de l'intérieur et des collectivités locales en collaboration avec l'ONU-Femmes, Mme Hamrit, directrice de la gouvernance locale a rappelé les mesures engagées par l'Etat pour encourager et ren- forcer la présence de la femme sur la scène politique. Elle a indiqué à cet effet, que l'accès de la femme à

la politique en Algérie a connu "une avancée remarqua-

ble", rappelant la consécration du principe fondateur de l'accès de la femme à la politique par les lois et les Constitutions de 2008 et de 2016. Ces réformes ont permis une reconfiguration de la carte politique algérienne à travers un saut qualitatif

qui a amélioré la présence de la femme aux assemblées élues, assurant à l'Algérie la 26ème place au niveau mon- diale, la deuxième à l'échelle continentale après le Rwanda et la première dans le monde arabe, a-t-elle ob- servé. Cette formation encadrée par des experts algé- riens et étrangers, est donc "nécessaire" pour accom- pagner l'avancée dans la promotion des droits politiques de la femme en permettant aux élues locales "de se do- ter de nouveaux outils scientifiques et techniques à même de renforcer l'action politique au niveau des APC

et APW", a-t-elle souligné. Pour sa part, la coordinatrice

nationale des programmes-pays (Algérie), ONU Femmes, a indiqué que cette session de formation au profit des élues locales algériennes, vise à renforcer leurs capacités en matière de bonne gouvernance politique

et de conduite de campagnes électorales. Cette forma-

tion, dont une première session à été déjà organisée à Alger, la semaine dernière, sera abritée par les wilayas hôtes d'Ouargla, Oran, et Sétif durant le premier trimes- tre de l'année prochaine au profit de plus de 500 élues ciblées à travers 13 wilayas.

BECHAR :

Un investissement de plus de 16 millions DA pour un village touristique à Igli

Un investissement de plus de 16 millions DA est consacré par l'Office national algérien du tourisme (ONAT) pour l'aménagement d'un village touristique dans la commune d'Igli, a-t-on appris lundi de la direc-

tion du Tourisme et de l'Artisanat de la wilaya de Bechar. Situé dans la localité rurale de Touzdit qui relève de

la commune d'Igli (160 km au sud de Bechar), cette fu-

ture structure touristique, anciennement village agri- cole inachevé, a été attribuée à l'ONAT au titre des ac- tions de développement des activités touristiques et de renforcement des capacités d'accueil des touristes, a- t-on précisé. Ce village touristique, dont la réception est prévue début 2017 et qui s'étend sur une superficie globale de 4.500 m2, comprendra, en plus d'une offre de 96 lits re- partis sur 16 habitations en voie de réaménagement pour les adapter aux besoins de la clientèle touristique na- tionale ou étrangère, une grande kheima (tente tradi- tionnelle), une cafeteria et plusieurs autres servitudes

nécessaires aux séjours des touristes, a-t-on fait savoir. La concrétisation de ce projet touristique dans ce vil- lage agricole qui était à l'abandon depuis plusieurs an- nées, est une initiative "louable" accueillie "favorable- ment" par plusieurs operateurs locaux activant dans le domaine de la promotion des activités touristiques dans

la wilaya de Bechar, a souligné la même source.

En plus de cet investissement, l'ONAT vient d'ouvrir sa représentation commerciale au chef-lieu de wi- laya, dans la perspective de prendre une part importante du marché touristique local et de renforcer les moyens de promotion de la destination Saoura, a-t-on signale. APS

EXTENSION DU TRAMWAY DE CONSTANTINE

Un projet phare par excellence

Projet phare par excellence de l'année 2016, l'extension en cours de la ligne de tramway de Constantine reliera l'antique Cirta à la nouvelle ville Ali-Mendjeli et "connectera" les quatre universités de la capitale de l'Est, "début 2019".

Très attendue par la population d'Ali-Mendjeli, une méga-cité abri- tant près de 500.000 habitants, l'ex- tension de la ligne de tramway, qui

compte pas moins de 12 stations, renforcera la desserte des universi- tés de Constantine: l'Université des sciences islamiques Emir-Abdelka-

der, l'Université des frères Men-

touri, l'Université III et l'Université

II Abdelhamid-Mehri. Etudiante en sciences médicales

à l'Université III, Manel, 21 ans, at-

tend avec "impatience" la mise en service de la future ligne du tramway qui permettra, a-t-elle dit, un "gain de temps appréciable". De même que ce projet rendra un "service énorme" à toute la popula- tion constantinoise en reliant le

chef-lieu de la wilaya à la nouvelle ville Ali-Mendjeli. et réduira "consi- dérablement" le nombre de bus af- fectés au transport d'étudiants, se- lon M. Mahfoudh Dasri, directeur ré- gional de l'EMA (Entreprise métro d'Alger), maître d'ouvrage. Les travaux de réalisation de cette extension entre la cité Zouaghi-Sli- mane et la nouvelle ville Ali-Mend- jeli, devront durer 35 mois, et se trouvent actuellement dans "une phase avancée", a-t-il expliqué.

Les travaux de terrassement, un chantier qui avance Dans le projet d'extension du

tramway de Constantine, les tra- vaux de terrassement de la partie pé- riurbaine, située entre le quartier de Zouaghi-Slimane et l'entrée de la

nouvelle ville Ali-Mendjeli, sur une distance de 7 km, ont été "entamés

il y a 6 mois", a souligné à l'APS M.

Dasri. Le chantier de déviation des ré- seaux a atteint plus de "90% pour le gaz et l'électricité" et "plus de 70% pour le téléphone", selon lui. Affirmant que ces actions ont été menées en "coordination" avec les entreprises concernées, M. Dasri a précisé, dans cette optique, que la déviation des canalisations d'eau et

optique, que la déviation des canalisations d'eau et d'assainissement sera "entamée in- cessamment",

d'assainissement sera "entamée in- cessamment", pour pouvoir lancer l'élaboration de la plate-forme du tramway s'étendant sur un linéaire de 10,35 km. Il s'agit d'intervenir sur une conduite d'eau principale, "une ca- nalisation en fonte de 6 km et 50 cm de diamètre", reliant la cité Zouaghi à la nouvelle ville Ali-Mendjeli. Une fois les déviations achevées, les travaux "avanceront" davantage, selon le même responsable, préci- sant que l'enveloppe financière ini- tialement allouée au projet a été revue à la baisse, passant ainsi de "34,7 milliards DA à 28 milliards DA", expliquant cela par des "contraintes budgétaires". Le projet a été confié un consor- tium composé du groupement fran- çais Alstom, chargé de la (mise en

place des installations électriques), la firme espagnole Corsan Corviam (réalisation de la plate-forme) et du groupe algérien Cosider (construction des ouvrages d'art),

Un nouveau plan de circulation en "maturation" Début 2017, plusieurs chantiers inhérents à la concrétisation de la fu- ture ligne de tramway vont "pertur-

ber" le trafic routier routinier de la nouvelle ville Ali Mendjeli avec le lancement des travaux de "deux tré- mies" au niveau de cette méga-cité, la première à l'entrée du boulevard de l'ALN et la seconde au niveau du boulevard secondaire, souligne le di- recteur régional de l'EMA. Cela, en plus de la construction d'un "pont supérieur" à l'intérieur de cette nou- velle agglomération, ajoute-t-il. Un nouveau plan de circulation dans la nouvelle ville Ali-Mendjeli est en "maturation", a-t-on précisé. Des bus relieront, à cet effet, les diffé- rentes unités de voisinage (UV), alors que le transport interurbain sera assuré par le tramway. Une fois l'extension achevée, le tramway de Constantine comptabi- lisera 22 stations et s'étendra sur un linéaire de près de 18,5 km. Il verra également l'affectation de 24 nouvelles rames, fabriquées par Ci- tal-Annaba, société nationale spécia- lisée dans l'assemblage et la main- tenance des tramways. Ces nouvelles rames viendront s'additionner aux 27, déjà existantes, mises à la disposition de la ligne de tramway Benabdelmalek-Zouaghi, d'une longueur de 8,1 km.

SALON DE LA DATTE À BISKRA:

Signature d'une convention d'importation d'emballages

Une convention a été si-

gnée dimanche à Biskra entre une entreprise algé- rienne et une entreprise franco-tunisienne dans le

domaine de l'importation et

de fabrication de produits

d'emballage. L' accord commercial a

été paraphé par les respon-

sables de la SARL algé-

rienne Bardjmana import export et l'entreprise

franco-tunisienne Bois Bar- kat à l'Ecole régionale des sports olympiques de Bis- kra qui abrite la deuxième édition du Salon internatio- nal de la datte. Cette convention pré-

voit dans une première étape l'importation de lots

de produits d'emballage

alimentaire fabriqués à base de bois, puis dans une étape ultérieure des for- mations dans ce domaine

dans une étape ultérieure des for- mations dans ce domaine pour des stagiaires algé- riens. Dans

pour des stagiaires algé- riens. Dans une étape finale, l'accord comprend l'ouver- ture en Algérie d'une entre- prise de production d'em- ballages, a-t-on révélé.

Cette initiative consti- tue "un pas positif" vers la promotion de la produc- tion d'emballage en Algérie, a indiqué à l'APS le prési-

dent de la chambre du com- merce CCI-Ziban, M. Ab- delhamid Khobzi qui a mis l'accent sur l'importance de "l'option" emballage dans la valorisation des dattes à exporter vers

l'étranger. La manifesta- tion constitue une occa- sion pour identifier les op- portunités pour la datte al- gérienne d'intégrer des

marchés étrangers, a ajouté le même responsable, pré- cisant, dans le sens, que "des discussions étaient en cours entre des opérateurs économiques algériens et étrangers (Russie, Italie, France entre autres)". Ce salon a pour but prin- cipal de revaloriser la pro- duction nationale et d'£uvrer à ouvrir des pers- pectives de coopération et d'échange avec les opéra- teurs économiques étran- gers pour concrétiser l'équation "gagnant- ga- gnant", a encore ajouté la même source. La deuxième édition du Salon international de la datte devant se poursuivre jusqu'au 20 décembre, a été inaugurée samedi par le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, rappelle-t-on.

Mardi 20 décembre 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

SÛRETÉ D'ALGER :

Arrestation d'une bande de malfaiteurs spécialisée dans le trafic de stupéfiants sur l'axe Oran-Alger-Skikda

Les services de sûreté de la wilaya d'Alger ont mis hors d'état de nuire récemment une bande de malfaiteurs qui s'adonnaient au trafic de stupéfiants sur l'axe Oran-Alger- Skikda et saisi 4.5 kg de stupéfiants et des sommes d'argent, a indiqué dimanche un communiqué de la sûreté d'Alger. Cinq (05) suspects ont été arrêtés, 4,5 kg de résine de cannabis, 1040 euros, 220.000 DA et trois (03) téléphones mobiles ont été saisis, a précisé la même source.

mobiles ont été saisis, a précisé la même source. Les faits de cette affaire remontent à

Les faits de cette affaire remontent à l'arres- tation de l'un des mis en cause dans un quar- tier populaire, et ce, après perquisition de son domicile où une quantité de plus de 4 kg de stupéfiants a été trouvée. Les investigations menées par les services de sûreté d'Alger ont abouti à l'indentification de ses acolytes ainsi qu'à l'arrestation d'un deuxième suspect dans le même quartier et du troisième dans une wilaya de l'intérieur, ajoute le communiqué. Les mêmes services ont identifié et arrêté le quatrième mis en cause qui occupait un ap-

partement situé sur les hauteurs d'Alger où 100 g de cannabis et une somme de 1040 euros et 220.000 DA ont été récupérés. Les aveux du quatrième mis en cause ont ré- vélé l'existence du principal dealer, une per- sonne âgée qui se déplaçait au moyen d'un vé- hicule utilitaire, et l'origine des stupéfiants qui provenaient d'une wilaya de l'intérieur et in- troduits à partir d'un pays limitrophe. La même brigade a également procédé à l'ar- restation du cinquième mis en cause dans un marché populaire ,en possession de 26 g de ré- sine de cannabis.

PROTECTION

CIVILE

Les recherches se poursuivent pour retrouver un pêcheur noyé au large du port d'Oran

Des recherches se poursui- vaient lundi pour retrouver un pêcheur, porté disparu depuis samedi après que son embar- cation ait chaviré et coulé à trois miles du port d'Oran, a-t- on appris du Chef de l'unité ma- rine de la Protection civile du port d'Oran, le lieutenant Bena- tia. Selon un pêcheur témoin de la noyade et qui avait donné l'alerte, le disparu est sorti en mer samedi dernier pour s'adonner à son loisir préféré. Son embarcation, longue de 5

m 60, aurait chaviré et coulé à cause du mauvais temps, ti- rant la victime avec elle vers le fond. Depuis le signalement de cette disparition, six plongeurs de la Protection civile ratis- sent la zone en surface et en profondeur pour retrouver le corps du noyé, précise-t-on de même source. Les mauvaises conditions météorologiques qui persiste- ront jusqu'à la fin de la journée du mercredi, rendent quasi-

ment impossibles les plongées profondes à l'endroit où l'em- barcation a coulé (entre 70 et 90 m), souligne le lieutenant Be- natia, ajoutant qu'une "impor- tante" opération mobilisant douze plongeurs est prévue pour jeudi. "Si le corps est toujours blo- qué à l'intérieur de l'embarca- tion, il va falloir attendre jeudi pour pouvoir le dégager, si- non le travail de recherche en surface et en petite profon- deur se poursuivra", a assuré le

même officier. Des adeptes de la plongée sous-marine de la société civile devront égale- ment prendre part à l'opération de jeudi. Parmi eux, figurent des plongeurs de plus expéri- mentés de l'association écolo- gique marine "Barbarous". Le pêcheur, un septuagénaire, est un professeur à l'université d'Oran. Son embarcation en polyester n'a pas pu résister aux vagues. Elle a chaviré à 3 miles (5 km 600) du port d'Oran, indique-t-on.

BISKRA :

Saisie d'un lot de 15.000 supports audiovisuels contrefaits

Les services de sûreté de la wilaya de Bis- kra ont saisi un lot de 15.000 supports au- dio et vidéo (CD et DVD) contrefaits desti- nés à la commercialisation, a-t-on appris dimanche auprès de la direction de wilaya de ce corps sécuritaire. Lors des multiples opérations de contrôle, dans certains magasins spéciali- sés dans la vente des produits audiovisuels, les membres de la brigade économique et financière (BEF) relevant de la Police judi- ciaire de la sûreté de Biskra ont également saisi des équipements, notamment du matériel informatique et d'impression, a indiqué à l'APS la même source. Cette opération s'inscrit dans le cadre de la lutte contre les atteintes aux droits d'au- teur et à la propriété intellectuelle ciblant les £uvres artistiques, les chansons notam- ment, a-t-on signalé, soulignant que le lot saisi sera mis à la disposition de l'Office na- tional des droits d'auteurs et droits voisin (ONDA). Au cours du 1er semestre 2016, les mêmes services avaient saisi et détruit pas moins de 566 supports audio et vidéo comportant des £uvres illégalement repro- duites.

INTOXICATION AU MONOXYDE DE CARBONE:

102 morts depuis janvier 2016

Un total de 102 personnes ont trouvé la mort, intoxiquées par le monoxyde de carbone depuis le début de l'année en cours, selon un bilan des services de la Protection civile rendu public lundi. Selon ce bilan qui couvre la période du 1er janvier au 18 décembre, 1.300 personnes ont été secourues après avoir été incommodées ou intoxiquées par le monoxyde de carbone CO émanant

RELIZANE :

Arrestation de quatre adeptes de la secte El Ahmadiya

d'appareils de chauffage. La Protection civile a réitéré, à cet ef- fet, son appel à la vigilance, notamment en cette période hivernale, en veillant, en particulier, à la bonne aération, l'installation et le contrôle des appareils de chauffage par des professionnels et le respect des consignes de sécurité re- latives à l'utilisation et la sécurisation des appareils.

Quatre adeptes de la secte El Ahmadiya ont été arrêtés à Relizane par les éléments de la section de re- cherches de la Gendarme- rie nationale, a-t-on appris de ce corps de sécurité. L'arrestation de ces élé- ments a eu lieu vendredi au douar Merabtine, relevant de la commune de Der- guane, dans la daïra de Zemmoura, après l'exploi- tation d'informations fai-

sant état des agissements des mis en cause et la per- quisition de leur domicile, précise-t-on, dans un com- muniqué du groupement territorial de la gendarme- rie de Relizane. Les gendarmes ont dé- couvert des ouvrages et des fascicules portant atteinte à l'Islam, au Prophète Mo- hamed (QSSL) et aux autres envoyés de Dieu ainsi que des prêches et autres écrits

sur le courant El Ahma- diya. Lors de leur interroga- toire, les mis en cause ont reconnu appartenir à cette secte et avoir organisé des quêtes pour financer leurs activités dans la région. Les quatre individus ont été placés, dimanche, sous mandat de dépôt par le pro- cureur de la république du tribunal de Zemmoura, a- t-on ajouté de même source.

Secousse tellurique de 3,8 degrés dans la wilaya d'El Bayadh (CRAAG)

Une secousse tellurique de magni- tude de 3,8 degrés sur l'échelle ouverte de Richter a été enregistrée lundi à 9h48 à Sidi Tifour dans la wilaya d'El Bayadh, indique le centre de recherche en astronomie, astrophysique et géo- physique (CRAAG) dans un communi- qué. L'épicentre de la secousse a été lo- calisé à 7 km Sud-Est de Sidi Tifour, précise la même source.

AÏN DEFLA :

2 morts et deux blessés dans un accident de la circulation

Deux (2) personnes sont décédées et deux autres ont été blessées lundi à Aïn Defla dans un accident de la route survenu sur le tronçon de l'autoroute est-ouest traversant la wilaya, a-t-on appris auprès de la direction locale de la Protection civile. L'accident s'est produit au lieu-dit "Sidi Abed" relevant de la commune de Aïn Soltane sur la voie menant vers Oran lorsqu'un véhicule touristique a percuté par derrière un camion semi- remorque, causant le décès de deux personnes (62 et 65 ans) et des bles- sures graves à deux autres âgées res- pectivement de 35 et 5 ans, a-t-on pré- cisé. Les dépouilles des victimes ont été transférées vers la morgue de l'hôpi- tal de Khémis Miliana au moment où les personnes blessées ont été éva- cuées au service des urgences de la même structure hospitalière. Une enquête a été ouverte par les services de la Gendarmerie Nationale pour déterminer les circonstances exactes de cet accident. 48 accidents de la circulation ont causé 3 morts et 60 blessés sur le territoire de la wilaya de- puis le début du mois en cours, a-t-on ajouté.

ILLIZI:

Décès d'une personne dans un accident de la route dans la commune Debdeb

Une personne est morte dans un ac- cident de la route survenu dimanche soir à Debdeb dans la wilaya d'Illizi, a- t-on appris des services de la Protec- tion civile. L'accident a eu lieu au ni- veau de la route nationale N°35 et du point kilométrique N°12 vers la ville Debdeb suite à une forte collision en- tre une voiture touristique et un ca- mion qui roulait dans le sens inverse. Il a causé la mort, sur place, à un jeune homme de 34 ans, selon les pré- cisions de la même source. Le corps de la victime a été transporté vers la chambre mortuaire de de l'établisse- ment public de santé de proximité de ladite commune. Une enquête a été ou- verte par les services de la Gendarme- rie nationale pour déterminer les causes de l'accident.

APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Mardi 20 décembre 2016

FRANCE:

Fin du pic de pollution à Paris

20 décembre 2016 FRANCE: Fin du pic de pollution à Paris La capitale française, Paris et

La capitale française, Paris et sa banlieue sont sortis de l'épisode de pollution aux particules fines observé cette semaine, a déclaré dimanche l'organisme de me- sure de la qualité de l'air, qui reste prudent pour la semaine prochaine. Paris, qui avait subi début dé- cembre un pic de pollution hiver- nal inédit depuis 10 ans par sa lon- gueur et son intensité, avait béné- ficié de quelques jours de répit avant le retour jeudi d'un nouvel épisode de pollution aux parti- cules fines.

TCHÉTCHÉNIE:

Sept éléments armés tués après une attaque contre la police

Ces poussières microsco- piques, émises par le trafic et certains systèmes de chauffage (cheminées ouvertes), ont stagné sur la ville du fait des conditions météorologiques (absence de vent, inversion de températures créant un "couvercle" sur l'ag- glomération). Grâce notamment au "renfor- cement du vent", Airparif prévoit pour lundi des concentrations situées entre 30 et 40 micro- grammes de particules par m3, soit en-dessous du "seuil d'in- formation" du public (50 µg/m3).

Le président de la république russe de Tchétchénie,Ramzan

tués et quatre autres

des blessures par balle", a indiqué M. Kadyrov sur Insta-

l'ordre sont progressi- vement devenues de plus en plus rares en

Kadyrov, a annoncé

gram. Selon lui, un

Tchétchénie,maisres-

dimanche que sept "bandits", avaient été

capturés après une at- taque contre la police à Grozny. "L'opération spéciale lancée à Grozny et ses environs

groupe d'hommes ar- més a attaqué samedi soir un policier dans la capitale tchétchène et a volé sa voiture. Les forces de sécurité ont alors bouclé la ville et ont pu stopper les as-

tent assez fréquentes au Daguestan, petite république du Cau- case russe voisine. En décembre 2014, de vio- lents combats entre rebelles tchétchènes et forces de l'ordre

estterminée.Septban-

saillants, après un

dans le centre de

dits ont été éliminés et quatre capturés. Trois d'entre eux se trou- vent à l'hôpital pour

échange de tirs. Les incidents armés et les attaques visant les au- torités et les forces de

Grozny avaient fait au moins 24 morts, dont 14 membres des forces de sécurité.

SIBÉRIE:

33 personnes mortes après avoir bu des huiles contenant un alcool toxique

après avoir bu des huiles contenant un alcool toxique Au moins 33 personnes sont mortes à

Au moins 33 personnes sont mortes à Irkoutsk, en Sibérie après avoir bu des huiles de bain contenant un alcool toxique, ont annoncé lundi les autorités russes dans un nouveau bilan. Au total, 54 personnes se sont présentées à l'hôpital depuis sa- medi après avoir bu un liquide présenté comme une huile de bain parfumée à l'aubépine. Trente-trois d'entre elles sont décédées, a indiqué la branche ré- gionale du Comité d'enquête russe. Un précédent bilan faisait état de seize morts.

Selon les autorités, l'huile in- criminée indique clairement sur l'étiquette être impropre à la consommation car elle contient du méthanol, une substance toxique utilisée comme antigel, mais reste parfois "consommée comme de l'alcool" en raison de son faible prix. Deux personnes ont été arrê- tées suite à ces décès et des perqui- sitions ont été menées dans les magasins où sont vendues ces huiles de bain, permettant la confiscation de plus de 500 li- tres du liquide, ont indiqué les en- quêteurs.

FRANCE:

La mairie de Paris lance des opérations "coup de poing" contre les rongeurs

La mairie de Paris a lancé des opérations "coup de poing" contre les rongeurs, une action qui ne fait pas l'unanimité, rapportaient des médias dimanche.

Pour lutter contre "l'augmen- tation récente de la présence de rats", la municipalité a fermé ou va fermer plusieurs espaces verts pour y disséminer des appâts. Le

parc du Champ-de-Mars, où se pressent d'habitude les touristes pour admirer la Dame de Fer,

fait partie des lieux concernés, se-

lon l'AFP. Outre le problème des déchets

qui attirent les animaux, Georges

Salines, chef du service santé de

la mairie de Paris, pointe du doigt

"les nourrisseurs compulsifs" de

pigeons. "Ils viennent avec des

compulsifs" de pigeons. "Ils viennent avec des sacs entiers de pain pour le répan- dre sur

sacs entiers de pain pour le répan- dre sur la chaussée, ça a fait explo- ser la population de rats". C'est la raison pour laquelle la mairie a décidé de fermer certains squares et jardins au public. "Il faut que les rats aient faim" pour manger les appâts, explique-t-il. "Si on les laisse ouverts, il y a trop de gens qui apportent de la nour- riture". Pour les détracteurs de la maire socialiste Anne Hidalgo, le nettoyage des rues est égale- ment à blâmer. Surnommant l'édile "Hidalchaos", l'essayiste

de droite Serge Federbusch, cité par la même source, critique "la désorganisation complète et per- sistante des services du balayage". Pour lui, "l'apparition d'îlots de crasse a favorisé la prolifération des rongeurs". Quelle qu'en soit la cause, la présence des rats pose un "pro- blème sanitaire", selon la mai- rie. "Les gens ont peur d'attraper des maladies par les rats. Ca doit être vraiment relativisé. Lorsqu'on garde ses distances par rapport aux rats, on ne risque rien", tem- père Georges Salines.

LIBYE:

La situation des migrants est "dangereuse" dans les centres de détention

La situation des mi- grants dans les centres de détention en Libye est "dangereuse" et 27% d'en-

tre eux souffrent de mal-

nutrition et de maladies,

a estimé dimanche

l'émissaire de l'ONU en Libye, Martin Kobler, à l'occasion de la journée internationale des mi- grants. "J'ai visité plusieurs centres de détention (dans la capitale li- byenne) Tripoli et j'ai été choqué par la situation humanitaire", a déploré M. Kobler lors d'une conférence de presse près de Tunis. Selon l'émissaire de l'ONU, 27% des migrants souffrent de malnutri- tion et de maladies dans

migrants souffrent de malnutri- tion et de maladies dans ces centres "sévèrement surpeuplés et en manque

ces centres "sévèrement surpeuplés et en manque de nourriture". La Libye, qui compte 1.770 km de côtes, est de- venue une plaque tour- nante de l'immigration clandestine en l'absence de contrôle des fron- tières. Les migrants ten-

tent, le plus souvent à bord de canots pneuma- tiques ou d'embarcations en bois surchargés, de rejoindre l'île italienne de Lampedusa qui n'est si- tuée qu'à quelque 300 kilomètres des côtes li- byennes. Selon M. Ko- bler, des migrants sont

également victimes de trafic humain. "Le traitement de cette situation dangereuse pour les droits de l'Homme" est une res- ponsabilité commune des dirigeants libyens et de la communauté in- ternationale, a-t-il en- core souligné. Avec plus de 4.000 km de frontières terrestres avec six Etats, la Libye demande régulièrement l'aide des pays occiden- taux pour faire face à l'immigration clandes- tine. Selon l'ONU, au moins 4.700 personnes sont mortes ou disparues cette année en tentant de traverser la mer Médi- terranée.

57 journalistes tués dans le monde en 2016 (RSF)

Cinquante-sept (57) journa-

listes ont été tués dans le monde en

2016 en raison de leur profession

notamment dans les pays en

conflit, selon le bilan annuel de Re- porters sans frontières (RSF) pu- blié lundi. Dix-neuf (19) journalistes ont

été tués en Syrie, suivie de l'Afgha-

nistan (10 tués), du Mexique (9), de l'Irak (7) et du Yémen (5), sou-

ligne l'ONG qui a rappelé qu'en

2015 le nombre de journalistes

tués été de 67. Neuf "journalistes-citoyens"

(blogueurs) et huit collaborateurs

des médias ont également été as-

sassinés cette année, soit au total 74 journalistes tués "pour avoir

exercé leur mission d'informa- tion", écrit RSF dans son bilan an- nuel. "Cette baisse significative s'ex-

bilan an- nuel. "Cette baisse significative s'ex- plique par le fait que de plus en plus

plique par le fait que de plus en plus de journalistes fuient les pays devenus trop dangereux: la Syrie, l'Irak, la Libye, mais encore le Yé- men, l'Afghanistan, le Bangladesh ou le Burundi sont devenus en partie des trous noirs de l'informa- tion", explique l'ONG. La quasi-to-

talité des journalistes ont été tués dans leur propre pays, sauf quatre qui ont perdu la vie alors qu'ils se trouvaient dans un pays étranger. Au moins 780 journalistes ont été tués ces dix dernières années en raison de leur profession, selon le décompte de l'ONG.

Mardi 20 décembre 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 11

EBOULEMENT DANS UNE MINE DE L'EST DE LA RDCONGO:

Au moins 20 morts

DANS UNE MINE DE L'EST DE LA RDCONGO: Au moins 20 morts Au moins vingt personnes

Au moins vingt personnes sont mortes dans un accident minier dans l'est de la Répu- blique démocratique du Congo (RDC), a annoncé dimanche une source officielle. L'accident provoqué par "un éboulement survenu la nuit de samedi à dimanche" dans une mine du Sud-Kivu (est), a fait "au moins 20" morts, a déclaré le ministre des Mines de cette province, Apollinaire Bulindi. "Ce bilan encore provisoire devrait s'alourdir car beaucoup de gens exploitent en désor- dre dans cette carrière", a-t-il

ajouté, faisant référence aux "creuseurs artisanaux" (mi- neurs clandestins) qui pullulent sur de nombreux sites miniers congolais. "Nous (les autorités provin- ciales) ne contrôlons pas cette carrière, ce sont des militaires qui l'exploitent et nous ne sa- vons pas y mettre l'administra- tion minière", a ajouté le minis- tre. La mine de Makungu est si- tuée dans le territoire de Fizi, près de la frontière avec la pro- vince du Tanganyika, à plus de 270 km au sud de Bukavu, capi- tale du Sud-Kivu.

VIETNAM:

24 morts à cause de fortes pluies dans le centre du pays

24 morts à cause de fortes pluies dans le centre du pays Les fortes pluies qui

Les fortes pluies qui se sont abattues au centre du Vietnam de-

des fortes pluies et des inondations. Des torrents d'eau ont emporté

puis une dizaine de jours ont fait

332

maisons, en ont endommagé

24 morts, a annoncé lundi le Dé-

118

et en ont inondé 6.150, avec

partement de prévention et de contrôle des catastrophes natu- relles. La province de Binh Dinh a été la plus touchée avec 16 décès, sui- vie par la province de Thua Thien- Hue avec cinq morts. Les pro- vinces de Khanh Hoa et Phu Yen ont respectivement enregistré deux et un décès, selon la même source. Parallèlement, 16 per- sonnes ont été blessées, et deux au- tres ont été portées disparues lors

un total de 5.892 foyers ayant dû évacuer vers des endroits plus sûrs. Quelque 19.128 hectares de riz, 9.806 hectares de cultures et 3.778 hectares d'arbres ont été submer- gés et endommagés, selon le rap- port du Département de préven- tion et de contrôle des catastrophes naturelles, évaluant les dommages causés par les pluies à 783 milliards de dong vietnamiens (35,11 mil- lions de dollars).

INDE

Au moins trois morts dans l'effondrement d'un immeuble à Bombay

Au moins trois personnes ont été tuées jeudi matin dans l'effondrement d'un immeuble à Bombay (ouest de l'Inde), tandis qu'au moins 12 autres sont blessées, selon une

source policière. L'incident est sur- venu dans le faubourg de Maharashtra Na- gar, a précisé un res- ponsable policier, en indiquant que trois corps ont été extraits des décombres et que

les blessés ont été ra- pidement hospitali- sés. «Une enquête a été ouverte, bien qu'il semble que ce soit le constructeur qui est en faute», a ajouté le policier.

ESPAGNE

Démantèlement d'un gang colombien qui dévalisait les narcotrafiquants

d'un gang colombien qui dévalisait les narcotrafiquants Huit Colombiens ont été arrêtés en Galice, dans le

Huit Colombiens ont été arrêtés en Galice, dans le nord de l'Espagne alors qu'ils s'apprêtaient à dévaliser cinq narcotrafiquants présumés, a annoncé jeudi le ministère de l'Inté- rieur. Les Colombiens avaient pris rendez-vous avec les trafiquants dans la commune de Sada pour ce qui devait être une livraison de stu- péfiants. Mais c'était en réalité un tra-

quenard, selon la même source.

La garde civile et la police ont ar- rêté les 13 suspects -- voleurs colom- biens et trafiquants espagnols -- lors de deux opérations simulta- néesdanslescommunesgaliciennes de Sada et Oleiros, en périphérie de La Corogne. Selon le ministère de l'Intérieur, ce groupe aurait déjà agi

dans les régions de Barcelone, de Ma- drid, en Galice et aux îles Canaries et également aux Pays-Bas, où ils ont été impliqués dans un conflit avec une organisation criminelle rivale, ayant impliqué une fusillade et des enlè- vements. Les forces de l'ordre ont saisi des passe-montagne et des brides prouvant selon la police qu'ils souhaitaient procéder à un «possible enlèvement qui faciliterait l'obten- tion de la totalité de l'argent liquide prévu pour la transaction». Huit perquisitionsontaussiétéorganisées en Galice et à Madrid, ayant permis de découvrir un laboratoire servant à élaborer des méthamphétamines ainsi que de saisir un kilo d'héroïne et un de cocaïne.

EFFONDREMENT D'UNE PLATE- FORME PÉTROLIÈRE EN AZERBAÏDJAN:

Un mort, neuf disparus

Une personne a été tuée et neuf autres sont

forme pétrolière s'est effondrée dans la mer

nais des Situations d'urgence était en

portées disparues dans

en

raison de vents forts

cours.

l'effondrement d'une

atteignant jusqu'à 41

En décembre 2015,

plateforme pétrolière

mètres par secondes»,

33 personnes avaient

sur laquelle elles tra-

a

précisé la société

trouvé la mort dans

vaillaient dans la mer Caspienne, a indiqué jeudi le groupe énergé- tique azerbaïdjanais Socar. «Une section de 150 mètres d'un échafau- dage sur une plate-

dans un communiqué. «Le corps d'un em- ployé a été retrouvé. Neuf sont portés dispa- rus», a poursuivi Socar, ajoutant qu'une opéra- tion de sauvetage de ministère azerbaïdja-

l'incendie d'une pla- teforme pétrolière dans la mer Cas- pienne, qui avait pris feu après l'endomma- gement d'une conduite de gaz par une tempête.

CANADA

Six ans de prison à l'ancien maire de la 3 e ville du Québec pour fraude

L'ancien maire de Laval, troi- sième ville du Québec, a été

condamné jeudi à six ans de prison

pour complot, abus de confiance et fraude dans une affaire de détour- nements de fonds publics. Gilles Vaillancourt, 75 ans, doit également rembourser environ 8,5 millions de dollars canadiens (6,1 millions d'euros), céder un appartement évalué à un million de dollars et renoncer à sa re- traite. La peine imposée par le juge James Brunton est conforme à ce que le parquet et les avocats de la défense avaient convenu après que l'ancien maire a plaidé coupa- ble au tribunal de Laval le 1er dé- cembre. Il avait alors reconnu son rôle dans un système de détourne- ment de fonds publics qui, selon l'accusation, aurait coûté des di- zaines de millions de dollars aux contribuables entre 1996 et 2010.

de millions de dollars aux contribuables entre 1996 et 2010. Après 23 ans passés à la

Après 23 ans passés à la tête de la mairie de Laval, à accompagner l'explosion démographique et ur- baine de cette banlieue du nord de Montréal, M. Vaillancourt avait démissionné fin 2012, puis avait été arrêté en mai 2013 aux côtés d'un riche entrepreneur soupçonné de connivence avec la mafia.

12 DK NEWS

SAN

Mardi 20 déc

LES FEMMES MEURENT DE PLUS EN PLUS DU CANCER

Une femme sur sept meurt dans le monde d'un cancer. Mais en 2030, le cancer pourrait tuer 5,5 millions de femmes chaque année en 2030, contre 3,5 millions en 2012, soit une augmentation de 60 % en moins de 20 ans.

Les femmes meurent de plus en plus du cancer, selon les conclusions de deux rapports. Les cancers tueraient 5,5 millions de femmes chaque année dans le monde en 2030 contre 3,5 millions en 2012. Le cancer du sein serait le plus mortel. En effet, le nombre de femmes diagnostiquées avec le cancer du sein pourrait presque doubler pour atteindre 3,2 mil- lions par an (contre 1,7 million/an ces dernières années). Sédentarité, tabagisme , consommation d'alcool, obésité, mauvaises habitudes alimen- taires, les femmes sont de plus en plus touchées par des facteurs de risques de cancer. Cumulés à l'augmentation et au vieillisse- ment de la population, le nombre de cancers explosent dans la po- pulation féminine, selon une ana- lyse de la Société américaine du cancer (ACS) rendue publique mardi lors du congrès mondial du cancer . Il serait responsable de la mort de 3,5 millions de femmes en 2012 (sur plus de 8 millions de morts au total), majoritairement dans les pays en développement. Mais en 2030, les chercheurs ont estimé que ce chiffre allait grim-

per à 5,5 millions. Le cancer du sein toucherait 3,2 millions de femmes par an, celui du col de l'utérus pourrait augmenter d'au moins 25%, à plus de 700 000, d'après une étude publiée dans la revue médicale The Lancet . Or, le nombre de décès liés au cancer peut être diminué grâce à la prévention et à la détection pré- coce de la maladie. "Les pays doi- vent réduire les facteurs de risque de cancer et rendre la prévention accessible à tous", rappelle le rap- port de l'ACS qui conclut que « le cancer du poumon et le cancer du col de l'utérus concernent 20 % des décès par cancer chez les femmes. Cette mortalité peut être réduite grâce à la vaccination sys- tématique contre les papillomavi- rus, le contrôle du tabagisme et les campagnes d'information et de dépistage ».

Une fracture nord-sud face au cancer Les pays en voie de développe- ment n'ont pas accès aux moyens de prévention, à la détection pré- coce et aux traitements. En effet, les pays à faibles et moyens reve- nus, où sont comptabilisés 60% des cas de cancers, ne possèdent

sont comptabilisés 60% des cas de cancers, ne possèdent que 32% des appareils de radio- thérapie

que 32% des appareils de radio- thérapie disponibles. En conséquence, neuf décès

l'Inde (de plus de 80% à 50% en- viron) met en lumière les «énormes inégalités d'accès à la

déclaré Richard Sullivan du King's College de Londres, co- auteur du rapport de The Lan-

par

cancer du col de l'utérus sur

prévention, à la détection pré-

cet.

dix

surviennent dans les pays en

coce et aux traitements", rap-

"La vaccination systématique

développement. "La différence en termes de

pelle l'étude. "La communauté mondiale

contre les papillomavirus (VPH) des filles dans les pays les plus

survie pour le cancer du sein entre les pays riches (France, Al-

ne peut pas continuer à ignorer le problème - des centaines de

pauvres au cours des quatre pro- chaines années pourrait prévenir

lemagne, Etats-Unis

)

et des

milliers de femmes meurent

600 000 futurs décès par cancer

pays comme l'Afrique du Sud ou

inutilement chaque année", a

du col de l'utérus" .

CANCERS FÉMININS :

CONNAISSEZ-VOUS LES SYMPTÔMES ?

Certains symptômes bien particuliers peuvent faire pen- ser à un cancer du col, des ovaires ou de l’utérus. Mais trop peu de femmes les connaissent. Les « cancers gynécologiques », ce sont les formes de cancer qui touchent une partie des organes reproducteurs (les ovaires , le col , l’utérus, le vagin ou la vulve). Et, le plus souvent, la clé de la guérison tient dans un dépistage pré- coce . « Mais encore faut-il que les femmes sachent reconnaî- tre certains symptômes afin qu’elles n’hésitent pas à pren- dre rendez-vous avec leur gynécologue », explique le Dr Cynthia Gelb, du Centre américain de contrôle et de pré- vention des maladies. « Or, l’étude que nous venons de mener auprès de 132 femmes âgées de 40 à 60 ans, montre

que ces symptômes ou ces « signes » qui indiquent que quelque chose dysfonctionne, sont encore mal connus des femmes. »

Cancers féminins : les femmes ne s’écoutent pas assez Les participantes à cette étude, toutes résidentes de grandes villes américaines (Chicago, Los Angeles, Miami et New-York) se sont vu remettre une liste de 8 symptômes et les chercheurs leur ont demandé lesquels les inciteraient à prendre rendez-vous avec le médecin et quels sont ceux qui leur semblaient plutôt du ressort des « petits maux ty- piquement féminins ». Les saignements entre les règles ou les modifications de l’aspect de la vulve sont deux signes que les participantes à cette étude ont jugés suffisamment

inquiétants pour consulter un médecin. Mais rares sont celles qui ont estimé que l’envie fré- quente d’uriner, une grande fatigue, des maux de dos ou de ventre pouvaient être des signaux d’alerte. « Pourquoi s’inquiéteraient-elles puisque la plupart des femmes font face à des périodes de fatigue , ont mal au ventre quand elles ont leurs règles ou pensent que l’envie d’uriner est lié à la pré-ménopause » explique le Dr Gelb. Or, ce sont des signes que toutes les femmes devraient connaître. Et qui devraient les pousser à consulter, car ce sont aussi des symptômes de cancer gynécologique. Comme le rappelle le Dr Gelb, l’an dernier, 90 000 « cancers féminins » ont été diagnostiqués aux Etats-Unis et 30 000 femmes en sont mortes.

CANCER : LA DÉPRESSION REND LA CHIMIO MOINS EFFICACE

Les patients cancéreux qui souffrent aussi de dépression répondraient moins aux effets de la chimiothérapie. Une étude chinoise montre que les pa- tients cancéreux qui souffrent de dépres- sion ont un niveau moindre d'une protéine appelée facteur neurotophique issue du cerveau (aussi connue sous le nom de BDNF), dans leur sang. Ce faible niveau de protéines les rend moins sen- sibles aux médicaments anticancéreux et plus sensibles à leurs effets secondaires. Le Pr Yufeng Wu, principal auteur de l'étude et chef du service d'oncologie à l'Hôpital universitaire de Zhengzhou (Chine), a mesuré le niveau de BDNF chez 186 patients récemment diagnosti-

qués avec un cancer du poumon avancé . Il les a également interrogés sur leur hu- meur.

L'effet des antidépresseurs n'a pas encore été étudié

Il s'est ainsi aperçu que parmi les pa- tients souffrant de dépression , ceux qui avaient le taux le plus bas de facteur neu- rotophique étaient également ceux qui répondaient le moins bien à la chimio- thérapie. Mais pour l'instant, il n'est pas possi- ble de déterminer si la BDNF elle-même réduit les effets de la chimiothérapie ou si elle n'est que le marqueur d'autres mo- difications associées à la dépression, qui

mo- difications associées à la dépression, qui affecteraient la chimiothérapie . Une prochaine étude

affecteraient la chimiothérapie . Une prochaine étude comparera les patients cancéreux soignés pour dépres-

sion pour voir si les antidépresseurs per- mettent d'améliorer le résultat de la chi- miothérapie.

TÉ

DK NEWS 13

embre 2016

GRIPPE SAISONNIÈRE :

POURQUOI FAUT-IL SE FAIRE VACCINER ?

GRIPPE SAISONNIÈRE : POURQUOI FAUT-IL SE FAIRE VACCINER ? Ce vendredi 7 octobre 2016, le Ministère

Ce vendredi 7 octobre

2016, le Ministère de la Santé

a relancé sa campagne de

vaccination contre la grippe saisonnière. L'occasion de

faire le point sur cette injec- tion. C'est reparti ! Ce vendredi 7 octobre 2016, le Ministère

de la Santé a relancé sa cam-

pagne de lutte contre la grippe saisonnière . Des invi- tations à la vaccination ont été envoyées à 11 millions de Français, et, d'ici quelques jours, les pharmaciens vont pouvoir commercialiser le vaccin , version 2016. Car, on a tendance à l'ou- blier, la grippe saisonnière n'est pas une maladie ano- dine : chaque année, elle touche entre 2 et 8 millions de personnes en France et provoquerait entre 1000 et 2000 décès*. En 2015, en France, 1100 cas jugés « graves » ont été répertoriés. Et entre 2013 et 2014, la grippe a contribué (de ma- nière indirecte, en provo- quant des complications) à 7700 décès dans l'Hexagone. Comme chaque année, les individus jugés « à risques » sont les personnes âgées de

65 ans et plus, les personnes

atteintes de certaines mala- dies chroniques ( diabète , insuffisance respiratoire, cardiaque ou rénale…), les femmes enceintes et les per- sonnes en situation d’ obé- sité sévère (IMC supérieur à 40). Pour ces personnes, la vaccination est vivement re- commandée : elle est égale- ment gratuite grâce à

l'invitation envoyée par l'As- surance Maladie. Pour par- venir à une chute radicale de

la mortalité liée à la grippe

saisonnière, il faudrait que

75 % des personnes à risque

soient protégées

Un vaccin sans danger pour la santé

Du côté de la sécurité, les professionnels rappellent que l’injection du vaccin contre la grippe saisonnière n’est pas dangereuse car il ne contient aucun adjuvant et notamment pas d’alumi- nium. En revanche, des effets indésirables (fièvre, dou-

leurs musculaires

apparaître chez 5 % à 10 % de

la population.

peuvent

)

Sur la saison 2015-2016, la campagne de vaccination avait porté ses fruits : 48 %

des invitations avaient abouti

à une injection. Le slogan à

retenir ? « Pour éviter l’hos- pitalisation, passez à la vacci- nation ».

DÉJEUNER TROP SOUVENT AU BUREAU FAIT GROSSIR

Pour éviter de prendre du poids et d'être carencé en vitamines et minéraux, il serait préférable de li- miter les repas peu équilibrés consommés trop rapidement derrière un ordinateur, selon une nou- velle étude scientifique américaine.

Manger régulièrement sur le pouce aug- menterait les risques de prendre du poids, selon une nouvelle étude britannique publiée par le quotidien anglais Sunday Time. Cette ha- bitude est en effet souvent liée à un déséquili- bre alimentaire, des carences, une augmentation du tour de taille et du cholesté- rol. Les chercheurs ont étudié les données mé- dicales de 8 314 personnes et les ont mis en

corrélation avec leurs habitudes alimentaires. Ils ont constaté que les personnes qui déjeu- naient 6 fois par semaine hors de leur domicile avait un indice de masse corporel et un taux de mauvais cholestérol plus élevés. «Nous avons constaté que les participants

habitués à déjeuner à leur bureau ont une concentration moins importante de lipopro- téine, une molécule qui permet d'éliminer le cholestérol», explique Ashima Kant, cher- cheuse au département de nutrition de l'uni- versité de New York et auteur principal de l'étude.

Déjeuner au bureau nuit à la santé

Si déjeuner à son bureau est mauvais pour la ligne, cette habitude a aussi des effets néfastes sur la santé. En effet, s'alimenter rapidement derrière son ordinateur ne permet pas de faire des repas équilibrés et variés. Manger des sand- wichs ou dans des fast food trop souvent pro- voque des carences en vitamines C et E, en minéraux, et en fibres. «Nous avons aussi constaté que les per- sonnes qui déjeunent derrière leurs ordina- teurs avaient de plus faibles concentrations de nutriments et de vitamines C et E dans le sang. Cet effet a été plus prononcé chez les femmes et chez les adultes âgés de plus de 50 ans», ex-

plique Ashima Kant. Si vous ne pouvez pas choisir un plat équili- bré à la cantine, il est recommandé de limiter

équili- bré à la cantine, il est recommandé de limiter les repas au restaurant, les repas

les repas au restaurant, les repas à base de sandwichs et de composer sa lunch box. «Cette mauvaise habitude devrait être vrai- ment modifiée car elle augmente les risques d'obésité», conclut la scientifique. Or, en raison des risques pour la santé et de son développement dans le monde, l'obésité est devenue un enjeu majeur de santé mondiale.

En effet, l'obésité et le surpoids sont des fac- teurs de risque de mortalité précoce. Ils peu- vent provoquer le diabète de type 2, de l'hypertension, du cholestérol et augmenter le risque de maladies cardiaques. Ils causent 3 millions de morts par an et sont à la 6 e place du classement des facteurs de risque santé dans le monde.

www.topsante.comSource:*

UN PETIT-DÉJEUNER RICHE EN PROTÉINES PERMET AU CERVEAU DE CONTRÔLER LA FAIM

Prendre un petit-déjeuner riche en protéines permet de limi- ter les envies de sucrés et de gras

au cours de la journée, selon les résultats d'une étude publiée dans

la revue médicale Nutrition Jour- nal. Le petit-déjeuner serait un repas essentiel pour réguler la faim, selon une nouvelle étude scientifique américaine. Le sauter réduit la quantité de dopamine, l'hormone produite par le cerveau qui sert à contrôler la faim, donc à limiter les grignotages. Le petit-déjeuner est un repas souvent au cœur des débats nutri- tionnels. Les études s'enchaînent sur le sujet qui affirment et infir-

ment qu'il est essentiel de le pren- dre pour limiter la prise de poids. Cette nouvelle enquête révèle que ce repas joue un rôle primordial dans le bon fonctionnement de la

libération de la dopamine, l'hor- mone qui régule la faim. Les cher- cheurs de l'université du Missouri

la faim. Les cher- cheurs de l'université du Missouri ont réalisé une étude sur des jeunes

ont réalisé une étude sur des jeunes femmes âgées de 19 ans pour comprendre et analyser les comportements alimentaires et la tendance à se suralimenter en ali- ments sucrés et riches en ma- tières grasses. Ils ont calculé le niveau de do- pamine des participantes en me- surant l'acide homovanillique (HVA), le principal composant de la dopamine et comparé ce taux avec la prise de petit-déjeuner ou

pas. Prendre un petit-déjeuner équilibré, riche en protéines et de bonne qualité nutritionnelle est important, car cela permet de li- miter les envies de sucrés au cours de la journée, donc de réduire les grignotages. «Notre recherche a montré ce que les personnes ressentent une baisse spectaculaire de fringales pour des aliments sucrés et gras quand elles prennent un petit-dé- jeuner », explique Heather Leidy,

professeur spécialisé dans la ré- gulation de l'appétit à l'université du Missouri et co-auteur de l'étude. «Le petit-déjeuner pro- duit cet effet quand il est riche en protéines. En revanche, quand le ce repas est sauté, les petits creux se multiplient au cours de la jour- née.»

Mieux répartir les protéines au cours des repas

«Les Américains, comme les Français, consomment suffisam- ment de protéines, mais finale- ment trop peu au petit-déjeuner et beaucoup trop au dîner», ex- plique Heather Leidy. Alors que «pour mieux gérer sa faim et contrôler son poids, il est préférable de rééquilibrer sa consommation de protéines au cours des repas et de les assimiler pendant le petit-déjeuner», rap- pelle-t-elle.

14 DK NEWS

AFRIQUE

Mardi 20 décembre 2016

CRISE POLITIQUE EN RDC

L'ONU préoccupée, appelle les Congolais à poursuivre leurs efforts

Les Nations unies ont fait part de leur profonde préoccupation face à la situation en République démocratique du Congo (RDCongo), appelant tous les Congolais à poursuivre leurs efforts pour trouver une issue à la crise politique qui secoue le pays «Nous sommes particulièrement inquiets car lundi, cela fera trois mois que 54 personnes sont mortes à Kinshasa, lorsque les forces de défense et de sécurité ont eu recours à un usage excessif de la force contre des personnes demandant que les délais constitutionnels soient respec- tés», a rappelé le Haut-Commissaire onu- sien aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad al- Hussein, dans un communiqué. «Nous demandons au gouvernement, et plus particulièrement à ses forces de sécu- rité, de prendre toutes les mesures néces- saires pour garantir les droits à la liberté d'association et de réunion pacifique», a-t-il dit. Le Haut-commissaire a ainsi appelé à «faire preuve de retenue conformément aux obligations qui lui incombent en vertu du droit international relatif aux droits de l'Homme concernant l'usage de la force pendant les manifestations». Il a également exhorté tous les Congolais à poursuivre leurs efforts pour parvenir à un accord sur la prochaine période de transition «qui res- pecte la Constitution et les droits de l'Homme de tous». Les négociations entre le gouvernement et l'opposition pour tenter de trouver une issue à la crise politique en RDCongo ont été «suspendues» jusqu'au 21 décembre, au lendemain de l'échéance offi- cielle du mandat du président Joseph Kabila. Une partie de l'opposition et de la population réclament son départ à cette date alors que le chef de l'Etat entend, lui, rester au pouvoir, après le report sine die de l'élection présidentielle prévue cette année.

ESPAGNE

Le front Polisario critique la proposition du Maroc de promouvoir le tourisme avec les Iles canaries

La délégation du front Polisario des Iles canaries a indiqué que «les autorités maro- caines tentent de légitimer l’occupation des territoires du Sahara occidental avec leur proposition de partager les touristes avec l’archipel espagnol et de promouvoir la coopération dans ce secteur». La délégation sahraouie a dans un communiqué critiqué la proposition marocaine faite à la commu- nauté autonome espagnole «de partager avec elle les touristes et de stimuler ce sec- teur de manière durable» en soulignant que «le Maroc essaye à nouveau d’impli- quer les îles canaries dans un conflit qui ne lui profite pas d’une part et qui tente de légitimer l’occupation du territoire sah- raoui, d’autre part». Le front Polisario, a-t- on précisé, considère que cette proposition «est faite dans l’intention de légitimer son occupation que le Maroc n’a pas pu attein- dre dans les institutions internationales». L'échec de la diplomatie marocaine menée par les différents gouvernements après 41 ans a même incité «le roi à faire une tour- née dans plusieurs pays africains promet- tant des projets de coopération en échange de renoncer à l'appui de la cause sah- raouie», a expliqué la même source. Maintenant et après tous ses échecs, Le Maroc «tente d’utiliser les îles canaries encore une fois, comme Bouffée d’oxygène en lui proposant des projets fictifs qui ne bénéficient pas au peuple sahraoui.» La délégation sahraouie dans les îles canaries a, dans le même communiqué, appelé «la communauté des hommes d’affaires de l’archipel de ne pas tomber entre les griffes du régime marocain par le biais de déléga- tions guidées par le ministère marocain de l’intérieur et dont l’objectif est de faire de la

LIBYE

Le GNA victorieux contre Daech,

continue d'asseoir son autorité sur Syrte

Le gouvernement libyen d'union nationale (GNA) continuait lundi à instaurer son entière autorité sur la ville de Syrte, libérée du groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» (EI, Daech) après huit mois d'opération, au moment où la communauté internationale oeuvrait à consolider la solution politique de sortie de crise dans le pays.

Le Premier ministre, Fayez al-Sarraj, a officielle- ment annoncé «la fin des opérations militaires et la libération de la ville», met- tant en garde néanmoins que «la bataille de Syrte est finie mais la guerre contre le ter- rorisme en Libye n'est pas encore finie» et demandant aux forces militaires du pays à s'unir «en une seule armée». L'émissaire de l'ONU pour la Libye, Martin Kobler, a appelé, pour sa part dimanche à Tunis, le peuple libyen à rester «vigilant» face au terrorisme après la reprise de cette ville, située à 450 km à l'est de Tripoli et tombée aux mains de l'EI en juin 2015. Les combats pour la reprise de Syrte ont fait près de 700 morts et 3.000 blessés dans les rangs des forces pro- gouvernementales, selon des chiffres officiels. Le nombre de terroristes tué n'est pas connu.

Volonté du GNA de renforcer sa position

Cette victoire contre

Daech est l'occasion pour le GNA d'asseoir son autorité dans un pays dévasté par les conflits depuis la chute de Maammar El Gueddafi en

2011.

Soutenu par la commu- nauté internationale, cet exé- cutif d'union installé dans la capitale Tripoli, devait rem- placer les deux «gouverne- ments» qui se disputaient le

Conseil de la Présidence qui fonctionne depuis Tripoli, l'augmentation de la produc- tion de pétrole

Conseil de la Présidence qui fonctionne depuis Tripoli, l'augmentation de la produc- tion de pétrole ainsi que les progrès notables accomplis contre le terrorisme dans l'ensemble du pays». Dans ce contexte, le prési- dent du Conseil exécutif de l'Union africaine (UA) et chef de la diplomatie tchadienne, Moussa Faki Mahamat, a annoncé dimanche, à l'occa- sion du 4ème séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique tenue à

pouvoir en Libye depuis près

Mais le GNA reste contesté

tique au conflit en Libye.

Oran, que le Comité des chefs d'Etat, initié dans le

de deux ans, l'un basé dans l'Est et l'autre à Tripoli.

par des autorités parallèles, particulièrement par le Maréchal libyen, Khalifa Haftar, qui était en visite dimanche à Alger, où il s'est entretenu avec le Premier

Appels à consolider la solu- tion politique

La communauté interna- tionale à l'instar de l'Algérie oeuvre à consolider la solu- tion politique de sortie de crise en Libye, pressant les Libyens les plus récalcitrant

cadre d'un mécanisme de l'organisation panafricaine, comptait «se rendre prochai- nement en Libye pour voir les possibilités de réunir les parties libyennes dans le cadre d'une réconciliation nationale». «Nous £uvrons pour qu'il

ministre, Abdelmalek Sellal,

à

se joindre à l'accord poli-

y ait une solution politique à

et le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des

tique. Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon,

la crise libyenne», a-t-il sou- tenu, tout en appelant les parties libyennes à «faire les

Etats arabes, Abdelkader

a

ainsi estimé que «le chemin

concessions nécessaires

Messahel.

vers la paix était long et exige

pour que ce pays puisse

M.

Sellal a profité de cet

beaucoup de travail et d'en-

retrouver sa paix et son unité

entretien avec le Maréchal Haftar pour rappeler que «la seule alternative restait la solution politique basée sur le dialogue inclusif inter libyen et la réconciliation nationale, ce à quoi oeuvre

gagement», exhortant les Libyens qui ne sont pas encore engagés dans l'accord politique libyen à «se joindre aux efforts visant à trouver une solution consensuelle à la crise en cours».

nationale». Le ministre d'Etat, minis- tre des Affaires étrangères et de la Coopération internatio- nale, Ramtane Lamamra, a, pour sa part, souligné dimanche à Oran que les

l'Algérie en direction de l'en- semble des parties à la crise en Libye».

Ban Ki-moon a déploré la lenteur de la mise en oeuvre de l'accord, signé le 17

pays voisins devraient être des parties de la solution à la crise en Libye, car «ce sont

M.

Messahel a également

décembre 2015, saluant

eux qui vivent les consé-

réaffirmé la position «constante» de l'Algérie en faveur de la solution poli-

néanmoins «les efforts réali- sés au cours de la dernière année : la formation du

quences préjudiciables immédiates de cette situa- tion».

GAMBIE

Durcissement de la

après son

position du président sortant

présidentielle

rejet des résultats de la

Le président gambien sortant, Yahya Jammeh, campait lundi sur sa position après avoir rejeté les résultats de la présidentielle rem- portée par l'opposant, Adama Barrow, alors que les efforts conti- nuent pour éviter à la Gambie une crise postélectorale complexe. Dans une déclaration télévisée le 9 décembre, Yahya Jammeh, qui gouverne la Gambie depuis 22 ans, a formellement refusé d'admettre les résultats de l'élection accordant la victoire de M. Barrow. L'opposition gambienne, grisé par le soutien régional et internatio- nal a annoncé qu'elle déclarera Yahya Jammeh «renégat» si il venait à refuser de céder le pouvoir à la fin de son mandat en janvier. «Tout président qui perd sa légitimité constitutionnelle devient un renégat», a déclaré Halifa Sallah, porte-parole de la coalition d'opposition qui a porté Adama Barrow au pouvoir lors de la présiden- tielle du 1er décembre. Fort du soutien désormais affichée par l'armé gambienne, le parti du prési- dent sortant a décidé de saisir la Cour suprême pour lui demander l'annulation simple des résultats du vote.

Inquiétude de la Communauté interna- tionale

Ce revirement a exacerbé les inquié- tudes de la communauté internationale. Pour preuve, les participant au sommet annuel des pays d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), réunis samedi dernier à Abuja,

de l'Ouest (Cédéao), réunis samedi dernier à Abuja, ont appelé le président gambien Yahya Jammeh à

ont appelé le président gambien Yahya Jammeh à reconnaître sa défaite électo- rale du 1er décembre mais sans énoncer de mesures de rétorsion pour l'obliger à quitter le pouvoir le mois prochain. Le sommet a promis de «prendre tous les moyens nécessaires pour faire appli- quer le résultat du 1er décembre», avait indiqué un communiqué, sans toutefois préciser de mesures concrètes. Les dirigeants ouest-africains ont désigné comme médiateurs le président nigérian Muhammadu Buhari et son homologue ghanéen sortant John Dramani Mahama. Le représentant de l'ONU en Afrique de l'Ouest, Mohamed Ibn Chambas, avait pour sa part affirmé que M. Jammeh devait «être prêt à céder le pouvoir» en janvier, indépendamment de son

recours juridique contre l'élection de M. Barrow. D'ici là, «c'est M. Jammeh qui est le président constitutionnellement élu. Nous espérons que pendant cette période toutes ses actions seront conformes à la Constitution», a souligné le respon- sable de l'ONU. Dans le sillage des réactions, pour la Côte d'Ivoire et son prési- dent, Alassane Ouattara, échaudé par une expérience similaire en 2002, M. Adama Barrow, «le prési- dent élu sera investi le 19 janvier prochain» en dépit de l'opposition du dirigeant sortant, a-t-il affirmé dimanche à Abidjan. «Nous sommes engagés et déter- minés à appliquer les voeux du peuple gambien d'avoir élu Adama Barrow. Toutes les mesures nécessaires ont été développées, nous ne pouvons les rendre publiques, pour pouvoir faire en sorte qu'il prenne ses fonctions le 19 janvier», a déclaré M. Ouattara interrogé après avoir voté aux législatives dans son pays. «Adama Barrow, président élu sera investi le 19 janvier», à la date normale du transfert de pouvoir, a-t-il martelé, souli- gnant que «nous avons demandé à l'UA (union africaine) et l'ONU de nous accompagner dans ce processus». «Ma position a toujours été que les anciens chefs doivent pouvoir se retirer paisiblement et ne pas être perturbés s'ils n'ont pas commis des crimes», a ajouté le président ivoirien sans plus de précision. APS

Mardi 20 décembre 2016 MONDE DK NEWS 15
Mardi 20 décembre 2016
MONDE
DK NEWS
15

ROHINGYAS PERSÉCUTÉS

La Birmanie critiquée par ses voisins

La Birmanie est critiquée par ses voisins d'Asie du Sud-Est qui craignent un nouvel exode massif de la minorité musulmane Rohingya persécutée dans le nord-ouest birman.

Lors d'une réunion lundi, à Rangoun, les ministres des Affaires étrangères des pays d'Asie du Sud-Est, ont mis en garde contre les «retombées négatives sur les voisins de la Birmanie en matière de sécurité et de stabi- lité», a indiqué un diplomate cité par l'AFP. «Nous pensons que la situation est maintenant un problème régional, que nous devons résou- dre tous ensemble», a estimé Anifah Aman, le ministre malai- sien des Affaires étrangères d'après la copie de son discours publié par Kuala Lumpur. Les chef de diplomatie des pays d'Asie du Sud-Est se retrouvent en urgence dans la capitale birmane pour évoquer cette crise qui fait craindre un nouvel exode de la minorité Rohingyas persécutée.

Exode massif de la population Rohingya

Ces dernières semaines, plus de 27.000 personnes ont fui une opération de l'armée birmane dans le nord-ouest du pays, lancée en réponse à une attaque de postes frontières par des groupes d'hommes armés. Elles ont trouvé refuge au Bangladesh fuillant «des exactions de l'armée birmane:

viols collectifs, meurtres, tor- tures», selon les médias. Vendredi dernier, le commis- saire aux droits de l'Homme des Nations unies, Zeid Ra'ad Al Hussein, a sévèrement critiqué la

Zeid Ra'ad Al Hussein, a sévèrement critiqué la réaction du gouvernement bir- man qualifié

réaction du gouvernement bir- man qualifié «d'irréfléchie, contre-productive et insensible». Selon lui, l'approche serait même une «leçon sur la façon d'aggraver la situation». Cette nouvelle crise a créé une rupture inhabituelle dans le bloc formé par les 10 pays membres de l'Association des pays d'Asie du Sud-Est (Asean). La Malaisie a notamment atta- qué de front le gouvernement bir- man emmené par Aung San Suu Kyi. Le mois dernier, lors d'une grande manifestation, le Premier ministre malaisien a parlé de «génocide» de la population musulmane rohingya et expressé- ment demandé à la lauréate du prix Nobel de la paix , Aung San Suu Kyi, d'agir.

Cette dernière, pointée du doigt pour son «silence» dans la crise, a mené à Rangoun des dis- cussions en urgence lundi avec ses homologues d'Asie du Sud-Est. «Nous pensons que la situation est maintenant un problème régional, que nous devons résou- dre tous ensemble», a déclaré Anifah Aman, le ministre malai- sien des Affaires étrangères d'après la copie de son discours publié par Kuala Lumpur. Dans un nouveau rapport rendu public lundi, Amnesty International accuse l'armée bir- mane «d'homicides, de viols et d'incendie volontaire de villages entiers». Une «punition collec- tive» qui vise les Rohingyas et pourrait «être assimilée à des crimes contre l'humanité».

PALESTINE Des chars de l'occupant israélien tirent des obus vers la bande de Ghaza

israélien tirent des obus vers la bande de Ghaza Des chars de l'occupant israélien ont tiré

Des chars de l'occupant israélien ont tiré des obus lundi vers la bande de Ghaza, ont rapporté des médias. Les chars de l'occupant israélien ont tiré en prenant pour cible une zone près du camp de réfugiés d'al-Bureij (centre), ont indiqué ces médias. Plus tôt, 17 Palestiniens ont été arrêtés par les forces d'oc- cupation israéliennes en Cisjordanie. Les forces d'occupation israéliennes mènent quotidiennement des campagnes d'ar- restation arbitraires à l'encontre de dizaines de Palestiniens en Cisjordanie et à El-Qods occupées.

L'Otan et la Russie discutent lundi à Bruxelles de leurs sujets de friction

Les pays de l'Otan et la Russie doivent se retrouver lundi à Bruxelles pour évoquer le conflit ukrainien et tous les sujets de friction sur le flanc est de l'Alliance atlantique. L'ambassadeur russe Alexandre Grouchko auprès de l'Alliance doit s'entretenir dans la matinée avec ses homo- logues des 28 membres de l'Otan, à l'invitation de son secré- taire général Jens Stoltenberg. Ce dernier doit s'exprimer ensuite dans un message vidéo pour rendre compte de la réunion, selon un responsable de l'Otan. Les discussions, annoncées jeudi, ont pour cadre le «Conseil Otan-Russie» (COR), une instance de dialogue créée en 2002 qui se réunissait régulièrement jusqu'à 2014.

SYRIE:

Plus de 3.000 personnes évacuées d'Alep et vote attendu à l'ONU

Plus de 3.000 personnes ont pu quitter les secteurs occupés par les groupes armés à Alep en Syrie après la reprise des opérations d'évacuations des civils alors que le Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer lundi sur un nouveau projet de résolution pour la supervisation des évacuations. Ces opérations d'évacuations de masse viennnent juste avant le vote attendu à New York du projet de résolution de l'ONU qui permettrait de superviser ces évacuations, dernière lueur d'espoir pour des milliers de civils mena- cés par la faim et le froid. La reprise des évacuations, suspendues vendredi, n'a pas été officiellement annoncée lundi mais, sur le terrain, les convois semblaient reprendre de manière continue, selon les médias. Ahmad al-Dbis, chef d'une unité de médecins et de volontaires qui coordonnent les évacuations, a expliqué avoir vu, dès l'aube, des familles descendre des bus et se rassembler alors que des travailleurs humanitaires distri- buaient des bouteilles d'eau minérale. Environ 350 personnes avaient déjà été évacuées dimanche soir vers cette même localité de Khan al-Assal, d'après M. Dbis. Outre les évacuations de lundi matin, 500 personnes ont pu quitter deux localités tenues par des groupes armés dans la province d'Idleb (nord-ouest), voisine de celle d'Alep, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Dimanche soir, une vingtaine de bus s'apprêtaient à entrer dans ces localités de Foua et Kafraya quand ils ont été attaqués et incendiés par des hommes armés issus de la mouvance terroriste. Un chauffeur a trouvé la mort, selon les médias. Ce grave incident avait entraîné le report de la reprise des évacuations des groupes armés et des civils du réduit rebelle d'Alep, qui était attendue en soirée parallèlement à une opération similaire à Foua et Kafraya. Environ 8.500 personnes, selon l'OSDH, avaient pu être évacuées d'Alep avant que les opérations ne soient interrompues jeudi en raison de divergences sur le nom- bre de personnes à évacuer de ces deux localités. Mais il resterait environ 40.000 civils, et entre 1.500 et 5.000 combattants avec leurs familles, dans le réduit rebelle, selon l'ONU. Les forces du gouvernement syrien sont parvenues à reconquérir la quasi-totalité du secteur d'Alep que les

la quasi-totalité du secteur d'Alep que les groupes armés contrôlaient depuis 2012 après une vio-

groupes armés contrôlaient depuis 2012 après une vio- lente offensive aérienne et terrestre d'un mois, doublée d'un siège hermétique depuis juillet dernier. Une fois les évacuations terminées à Alep, le gouverne- ment devrait proclamer la reprise totale de la ville, signant sa plus importante victoire dans la guerre san- glante qui déchire le pays depuis 2011 et a fait plus de 310.000 morts. A New York, le Conseil de sécurité de l'ONU doit se pro- noncer lundi à (14H00 GMT) sur un nouveau projet de résolution visant à garantir le bon déroulement des éva- cuations des civils et groupes armés de la métropole du nord de la Syrie. A l'issue de longues consultations à huis clos dimanche, les 15 membres du Conseil de sécurité sont parvenus à un compromis pour amender un texte pré- senté par la France et auquel la Russie menaçait d'oppo- ser un veto. L'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a estimé qu'il s'agissait «d'un bon texte». Selon l'ambassadeur français François Delattre cité par l'AFP, les 15 pays ont trouvé «un terrain d'entente» sur un texte de compromis «basé exactement» sur le projet français. Selon la dernière mouture du projet, cité par cette même source, il «demande à l'ONU et à d'autres institu- tions pertinentes de superviser de manière adéquate et neutre et de surveiller directement les évacuations des quartiers est d'Alep». L'ONU devra pour cela «déployer du personnel supplémentaire».

La situation à Alep est par ailleurs au centre lundi d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe au Caire.

Une fillette syrienne qui tweetait la situation quotidienne à Alep évacuée de la ville

Une fillette syrienne Bana Al-Abed, qui tweetait la situation quotidienne à Alep en Syrie, a été évacuée lundi de la ville avec sa famille, ont indiqué des ONG lundi. Ahmad Tarakji, chef de l'ONG médicale Syrian American Medical Society (SAMS) a annoncé sur Twitter, photo à l'appui, l'évacuation de la fillette et son arrivée «avec de nombreux autres enfants» dans la campagne d'Alep. L'ONG humanitaire islamique turque IHH a elle annoncé sur son compte Twitter que Bana Al-Abed, âgée de sept ans, «a été évacuée ce matin d'Alep avec sa famille» et publié une photo montrant la fillette, bonnet sur la tête, avec l'un de ses employés. «Elle faisait partie du premier groupe qui a été évacué ce matin et qui se trouve à présent dans la région de Rashidin», dans la campagne d'Alep, a précisé un porte- parole d'IHH. Depuis septembre, Bana Al-Abed (àAlabedBana) twee- tait avec sa mère des tranches de vie d'Alep, devenue le principal front de la guerre en Syrie, qui a fait plus de 300.000 morts et entraîné le déplacement de plus de la moitié de la population du pays depuis 2011. Son compte Twitter est suivi par plus de 323.000 per- sonnes. Plus de 3.000 personnes ont pu quitter les secteurs occupés par les groupes armés à Alep en Syrie après la reprise des opérations d'évacuations des civils. Ahmad al-Dbis, chef d'une unité de médecins et de volontaires qui coordonnent les évacuations, a expliqué selon les médias avoir vu, dès l'aube, des familles descen- dre des bus et se rassembler alors que des travailleurs humanitaires distribuaient des bouteilles d'eau minérale. Environ 350 personnes avaient déjà été évacuées dimanche soir vers cette même localité de Khan al-Assal, d'après M. Dbis. Environ 8.500 personnes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), avaient pu être évacuées d'Alep avant que les opérations ne soient interrompues jeudi en raison de divergences sur le nombre de per- sonnes à évacuer de ces deux localités.

APS

16 DK NEWS

CULTURE

Mardi 20 décembre 2016

TIZI OUZOU

3 oeuvres projetées au 1 er jour du Festival du film amazigh

projetées au 1 e r jour du Festival du film amazigh Trois films, un long métrage

Trois films, un long métrage et deux courts mé- trages, ont été projetés dimanche au premier jour de la compétition pour l’obtention de l’Olivier d’Or, plus haute distinction du Festival culturel national du film amazigh, ouvert samedi à Tizi-Ouzou. Le long métrage, La souris et l’or de Markoudja, est une comédie sociale de 78 minutes qui fait une approche entre la nature, le milieu social et les ins- tincts possessifs de l’être humain qui le poussent à commettre des délits, a fait savoir le réalisateur Lya- zid Tabet, à l'issue de la projection. Deux courts métrages en compétition ont égale- ment été projetés dans l'après-midi à la salle des spectacles de la maison de la Culture Mouloud Mammeri. Le premier film de 11 minutes, La voix du silence de Slimane Boubekeur, traite de la tolérance entre les religions (l’islam et le christianisme), à travers l’histoire d’une jeune s£ur chrétienne qui vit et prodigue des soins aux habitants d’un village en Kabylie. Suite à un accident de vélo, l’héroïne a été sauvée par un jeune musulman, réparateur de vélos et pra- tiquant. Un sujet qui a eu un écho favorable auprès de l’assistance et des membres du jury pour la catégo- rie courts métrage, présidé par Abdelkrim Taza- rout, a-t-on constaté. La dernière projection a concerné un court mé- trage de 7,32 minutes, Tazemourt (l’olivier) de Bel- hocine Oubelaïd qui a déclaré être «touché par les dégâts occasionnés par les incendies aux oliveraies, d’où l’idée de réaliser ce travail dans le but de sen- sibiliser les jeunes et les enfants sur la protection de cette richesse qui est également un repère iden- titaire et une source de vie pour beaucoup de villa- geois. Le coup d'envoi de la 15 ème édition du festival culturel annuel du film Amazigh (FCNAFA) a été donné samedi soir au théâtre régional Kateb Yacine de Tizi-Ouzou, par le Secrétaire général du minis- tère de la Culture, Smail Oulebsir, en présence de la comédienne Anissa, marraine de cette édition. Dans son allocution d'ouverture, M. Oulebsir avait déclaré que ce Festival a connu au fil des éditions une «évolution qualitative considérable». Selon lui, cet événement cinématographique qui est «une oc- casion de découvrir de nouveaux talents créatifs dans le domaine du septième art et les métiers du cinéma notamment l'écriture et l'actorat, mérite d'être encouragé».

RENCONTRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE H-MESSAOUD:

Booster l’investissement privé dans le cinéma en Algérie

Les 1ères rencontres cinématographiques de Hassi-Messaoud (18-22 décembre) constituent une initiative culturelle pionnière dans le Sud du pays, appelée à booster l’investissement privé dans le domaine du cinéma en Algérie, a affirmé le coordinateur général de cette manifestation culturelle.

Ce «nouveau-né» qu’abrite la capitale de l’in- dustrie pétrolière pourra être une véritable locomo- tive susceptible d’encoura- ger et de motiver le secteur privé en Algérie à s’investir dans la production cinéma- tographique, a souligné Hassan Benzerari, en marge de la cérémonie inaugurale. De son côté, le cinéaste algérien Ahmed Rachedi a estimé que la présélection de dix films arabes aux Oscar 2017, dans la catégorie «Meilleur film étranger», est une «distinction» pour le ci- néma arabe, ajoutant que la coproduction revêt une grande importance dans la promotion de l’activité ciné- matographique dans le monde arabe, en tant que moyen d’expression de sa réalité, de ses préoccupa- tions et de ses douleurs. La cérémonie inaugu- rale, tenue dimanche soir à la base du 5 juillet 1962 de l’entreprise nationale des Grands Travaux Pétroliers (GTP), s’est déroulée en pré- sence du ministre de la Cul- ture, Azzsedine Mihoubi, et de plusieurs figures du ci- néma algérien et arabe, à l’instar de Chafia Boudraâ,

néma algérien et arabe, à l’instar de Chafia Boudraâ, Abdenour Chellouche, Badis Fodala, Nawel Zaâtar, Bahia

Abdenour Chellouche, Badis Fodala, Nawel Zaâtar, Bahia Rachedi (Algérie), et Khaled Abol Naga et Tarek Abdela- ziz (Egypte), Suzan Najm Al- deen (Syrie), Anahid Fayadh ( Jordanie) et Lotfi Abdelli (Tunisie). Des remises de trophées symboliques en l’honneur d’artistes participants ont maqué la soirée d’ouverture de ces 1ères rencontres ciné- matographiques, qui été aussi l’occasion de projeter un court-métrage tunisien «Ghesra», réalisé par Djamil Nadjar. Les dix films arabes pré- sélectionnés aux oscars 2017 dans la catégorie «Meilleur film étranger» seront proje- tés durant ces 1ères rencon- tres cinématographiques de

Hassi-Messaoud, selon les organisateurs.

Il s’agit, entre autres £uvres, du film algérien «Le Puits» de Lotfi Bouchouchi, «Le classico» de l’Irakien Mustapha Halkawt, «Ichti- bak» de l’Egyptien Moha- med Dyab, «3.000 nuits» de la Palestinienne May Masri, «Kethir Kabir» du Libanais Merjane Bouchaya et «Barka Toukabilou Barka» du Saou- dien Mahmoud Sebbagh, a précisé à l’APS Fayçal Chi- bani, le chargé de communi-

cette

cation

manifestation. Les films algériens «Za- bana» de Said Ould Khelifa, «Lotfi» d’Ahmed Rachedi, «Hors la loi» de Rachid Bou- chareb, «L’envers du mi- roir» de Nadia Laâbidi,

de

«Harraga Blues» de Moussa Haddad, «Patrouille à l’Est» de Amar Laskri, ainsi que « l’Algérie vue de ciel’’ de Yann Arthus-Bertrand et de Yazid Tizi, sont d’autres

films dont la projection est prévue à l’occasion de ces journées, a-t-il ajouté. Selon M. Chibani, des rencontres- débats animées par des réa-

des

professionnels sont prévues à l’issue des projections, en plus de trois ateliers de for- mation sur l’mage, la cri- tique cinématographique et l’infographie, destinés aux jeunes cinéphiles et réalisa- teurs amateurs. Des projections sont aussi programmées par le Centre national du cinéma audiovisuel (CNCA) à travers les communes de Hassi- Messaoud, Ouargla, Toug- gourt, Zaouia El-Abidia et Tebesbest dans le cadre de cette manifestation cultu- relle organisée par l’associa- tion «Lumières» avec le concours de différents par- tenaires, dont des hommes d’affaires locaux et des en- treprises privées, en colla- boration avec les collectivités locales.

lisateurs et

SELON LE JOURNALISTE ET ÉCRIVAIN ABDELKRIM TAZAROUT

Le démantèlement du réseau de salles de cinéma a impacté négativement la production

Le démantèlement et la privatisa- tion du réseau des salles obscures au milieu des années 1980 a «impacté né- gativement» la production cinémato- graphique nationale», a indiqué lundi à Tizi-Ouzou le journaliste et écrivain Abdelkrim Tazarout. Intervenant à la maison de la Cul- ture Mouloud Mammeri où il a animé une conférence-débat sur «l'investisse- ment dans le cinéma algérien», organi- sée dans le cadre du Festival culturel national annuel du film Amazigh (17 au 22 décembre), il a estimé que le déclin du cinéma national a commencé avec la crise financière de 1986 marquée dans le secteur de la Culture par no- tamment la privatisation des salles obs- cures. «Le privé qui s'est vite rendu compte qu'il est coûteux d'acheter un film de l'étranger et d'en produire, s'est mis à la projection de DVD», a regretté

le conférencier qui a observé que ces salles de cinéma ont été progressive- ment «détournées» de leur vocation pour être transformées en salles des fêtes. La perte de ce réseau de salles de ci- néma a fait perdre au septième art une de ses sources de financement, a-t-il soutenu. En outre, d'autres aspects entourant la production et la mise sur le marché d'un film tel que ceux liés à l'exploita- tion, la distribution et à la promotion du produit cinématographique ont été négligés, a-t-il observé. La dissolution des trois entreprises publiques du cinéma dans le sillage de la crise financière de 1986 a fini par donner «le coup de grâce» au septième art, a encore déploré le conférencier. La décennie noire durant les années 1990 a fini aussi par «achever la pro-

duction culturelle en général, et ciné- matographique en particulier», a pour- suivi M. Tazarout qui a observé que, durant cette période, il y avait «un coup d'arrêt de l'activité culturelle» avec une baisse drastique de la fréquentation des salles de cinéma». La remise en fonction de ce réseau de salles de cinéma contribuerait à re- lancer le Cinéma, a-t-il soutenu. Lors de l'ouverture samedi de la 15 ème édition du Festival du film ama- zigh, le Secrétaire général du ministère de la Culture, Smail Oulebsir, a rappelé que son département ministériel avait lancé un projet de récupération et de réhabilitation de salles de cinéma à tra- vers le territoire national, au titre de la politique de relance du septième art afin d'assurer une viabilité écono- mique et commerciale au film.

«SUR LES TRACES DU PASSÉ : ENIGME DES PIERRES» DE REZIKA MOKRANI:

Le public déplore l'absence d'intervention des spécialistes

déplore l'absence d'intervention des spécialistes Le public qui a assisté, dimanche à la projection du

Le public qui a assisté, dimanche à la projection du documentaire «Sur les traces du passé : l'énigme des pierres» de Rezika Mokrani, en compétition pour le prix l'Oli- vier d'Or du festival culturel national an- nuel du film Amazigh, a déploré l'absence de spécialistes dans le film commentant les prises de vue de chaque région. Ce film de 63mn30s, projeté dans l'après-midi à la cinémathèque de Tizi- Ouzou, retrace les différentes époques de l'Histoire de la wilaya de Tizi-Ouzou depuis la préhistoire, à travers des sites archéolo- giques. Au-delà de l'habillage musical, savam- ment choisi pour correspondre à chaque époque, ce documentaire est une succes- sion d'images (de vues aériennes, de gros

plans et de plans serrés et larges) commen- tées, d'une durée d'un peu plus d'une heure, ce qui a fini par lasser le public de- venu moins attentif, au bout d'une demi- heure de projection, a-t-on constaté. Sur le plan chronologique, ce film sur- vole certains sites comme la région de Dja- maa Saharidj à laquelle il consacre quelques secondes accompagnées du com- mentaire « ici il ne reste plus de vestiges», et accorde plusieurs minutes à d'autres comme pour le site archéologique de la ville de Tigzirt. Les cinéphiles présents à la cinéma- thèque ont indiqué à la réalisatrice, durant les débats qui ont suivi cette projection, que le commentaire était insuffisant et qu'ils auraient souhaité voir intervenir des spé-

cialistes sur certains sites archéologiques. Razika Mokrani, qui a accueilli ces cri- tiques avec son sourire habituel, a expliqué avoir «délibérément» choisis de ne pas faire intervenir des chercheurs par «déception». Elle a confié, à ce propos, que cette déci- sion a été prise après avoir été sur le terrain et constaté «l'état de dégradation avancé des sites filmés qui représentent la Mémoire de la région et une page de notre Histoire na- tionale». Selon elle, elle voulait à travers ce docu- mentaire, alerter les autorités concernées sur la situation de ce patrimoine archéolo- gique et fixer par l'image des sites «qui sont destinés à disparaître si rien n'est fait pour les préserver».

APS

Mardi 20 décembre 2016

CULTURE

DK NEWS 17

ORAN

Le romancier algérien

Abdelmalek Mortad

à l'honneur au colloque «Bougies qui ne s'éteignent pas»

La sixième édition du colloque national littéraire «choumouaa la tantafi» (Bougies qui ne s'éteignent pas), ouvert lundi à Oran, est dédiée au romancier algérien Abdelmalek Mortad, en guise de reconnaissance à ses contributions littéraires et critiques pour relancer la littérature algérienne et la hisser à un niveau mondial.

Le professeur Mortad, qui est toujours à son apogée, a été honoré par ses pairs en guise de reconnaissance de ses ouvrages qui ont enrichi les étals des bibliothèques nationales et arabes, et ce en présence d’une pléiade d'hommes de lettres, d'universitaires et de chercheurs. Le doyen de la critique algé- rienne, Abdelmalek Mortad a exprimé, à cette occasion, sa grande fierté pour cet hommage qui coïncide avec la célébration de la journée mondiale de la langue arabe, appelant les res- ponsables à faire d’Oran «une capitale nationale de la culture car elle accorde son intérêt aux intellectuels et aux hommes de

lettres algériens et oeuvre à déve- lopper le secteur de la culture et

le

renforcer par des équipements

et

des structures».

renforcer par des équipements et des structures». Dans une déclaration à la presse en marge de

Dans une déclaration à la presse en marge de cette rencontre de deux jours, le professeur Mortad trouve que la langue arabe est la plus belle au monde, soulignant «j’ai passé ma vie à l'étudier et à chaque fois je découvre que j’ignore beaucoup de cette langue». L’universitaire Stamboul Nacer a qualifié, pour sa part, l’homme de let- tres Abdelmalek Mortad «d'enseignant de générations», de «formateurs d’aca- démiciens de l’université d’Oran 1 «Ahmed Benbella» et «d'acquis pour la ville d’Oran» qui honore ce lundi une icone de la littérature et de la critique algérienne. «Abdelmalek Mortad qui a, à son actif, plus de 70 ouvrages en critique, romans et études littéraires demeure une flamme qui illumine le chemin des chercheurs sur la scène culturelle», a souligné l’universitaire Tahar Belhaya dans son intervention. Parmi ces oeuvres, des romans dont «la renaissance de la littérature contem- poraine en Algérie», «théorie de la langue arabe», «théorie de la critique», «texte littéraire d’où et vers où», outre

des contes et des pièces de théâtre. Abdelmalek Mortad, qui a été honoré à plusieurs reprises dans le monde arabe, a assumé la fonction de directeur de la culture à Oran (1980-1983) puis enseignant au département de la langue et lettres arabes à l’université d’Oran 1'«Ahmed Benbella» et ensuite ex prési- dent du Haut conseil de la langue arabe. En outre, il a été désigné membre du jury au concours «Le poète des mil- lions», organisé à Abu Dhabi (Emirats arabes unis). Une série de communications est programmée pour cette rencontre abor- dant, entre autres, le parcours littéraire et culturel de Abdelmalek Mortad, des lectures poétiques, un hommage au conteur Rouane Chérif lauréat de la 2ème place au concoursarabe «Hamsa» du Caire (Egypte). Cette rencontre, organisée par la direction de la culture et la direction de la culture d’Oran avec la contribution des associations culturelles locales, sera clôturée par l’annonce des résultats du concours national du récit, de la poésie classique et du melhoun.

TIZI OUZOU

«Le cri de la terre», l’opérette qui a sublimé le public

L’opérette «Le cri de la terre» présen- tée lundi à la maison de la culture Mouloud Mammeri dans le cadre de la compétition pour le prix de l’Olivier d’Or du festival culturel national du film amazigh, a sublimé le public nombreux qui a assisté à la projection, a-t-on constaté. Réalisé par Omar Chibi et mis en scène par Nabila Haliche, ce long métrage de 63 minutes était à la hauteur des attentes des cinéphiles qui l’ont lon- guement applaudit à la fin de la projec- tion. «Le cri de la terre» joué en forme d’opérette mêlant poésie, chants, musique, narration et séquences d’his- toire de la guerre de libération nationale

a abordé certaines périodes difficiles

qu’avait traversées l’Algérie dont le rôle

a été interprété par la metteur en scène,

Nabila Haliche. Elle relate également le désespoir de la jeunesse algérienne qui

ne nourrissait plus aucune ambition à part celle de partir. Les cris de l’Algérie et ses sollicitations ont fini par avoir un écho dans le c£ur de ses enfants qui sont finalement revenus vers elle et l’ont détaché des chaînes qui l’a ligotaient. «Je me sens interpellé par toute cette jeunesse qui fuit son pays pour affronter un avenir incertain à l’étranger. J’ai voulu transmettre un message d’espoir et tenter de convaincre les Algériens que l’essor de leur pays ne dépend que de leur volonté», a déclaré le réalisateur. Les intervenants pendant les débats ont félicité l’équipe qui a travaillé sur cette £uvre cinématographique qui a fasciné l’assistance et a exhibé une autre

dimension du cinéma amazigh capable d’apporter des nouveautés sur les plans

de thèmes abordés et de techniques uti- lisées.

APS

Publicité

DK NEWS Anep :437 857 du 20/12/2016
DK NEWS
Anep :437 857 du 20/12/2016

Verticalement :

Horizontalement:

18 DK NEWS

DÉTENTE

Mardi 20 Décembre 2016

Programme de la soirée

20:55DÉTENTE Mardi 20 Décembre 2016 Programme de la soirée Agatha Christie : Dix petits nègres Créée

Agatha Christie : Dix petits nègres

Créée par : Craig Viveiros Avec : Maeve Dermody, Charles Dance

par : Craig Viveiros Avec : Maeve Dermody, Charles Dance Vera Claythorne, une insti- tutrice, est

Vera Claythorne, une insti- tutrice, est engagée comme secrétaire auprès d'une certaine madame Owen, qui vit avec son époux sur l'île du Soldat, sur la côte du Devon, en Angleterre. En arrivant sur place, la jeune femme réalise qu'elle va devoir composer avec la présence de nombreux in- vités qui ne se connaissent pas. Les propriétaires, eux, sont mystérieusement ab- sents. Au cours de la soirée, chaque convive est accusé de meurtre(s).

Jeux

21:00la soirée, chaque convive est accusé de meurtre(s). Jeux 19:55 21:00 Chocolat R éalisateur : R

chaque convive est accusé de meurtre(s). Jeux 21:00 19:55 21:00 Chocolat R éalisateur : R oschdy

19:55chaque convive est accusé de meurtre(s). Jeux 21:00 21:00 Chocolat R éalisateur : R oschdy Z

chaque convive est accusé de meurtre(s). Jeux 21:00 19:55 21:00 Chocolat R éalisateur : R oschdy
chaque convive est accusé de meurtre(s). Jeux 21:00 19:55 21:00 Chocolat R éalisateur : R oschdy
chaque convive est accusé de meurtre(s). Jeux 21:00 19:55 21:00 Chocolat R éalisateur : R oschdy

21:00

Chocolat

Réalisateur : Roschdy Zem Avec : Omar Sy, James Thierrée Date de sortie : Mer. 03 février 2016

ames T hierrée Date de sortie : Mer. 0 3 février 2 0 16 A la

A la fin du XIXe siècle,

cherchant à se faire recruter par un cirque, le

clown Foottit assiste au spectacle de Kananga, un Noir d'origine cubaine qui

se fait passer pour un

dangereux sauvage venu d'Afrique. Impressionné, il lui propose de monter un numéro. Leur première représentation, improvisée, amuse tout de même le public. Kananga se

rebaptise alors Chocolat et

le duo connaît de plus en

plus de succès.

21:00Chocolat et le duo connaît de plus en plus de succès. Qu'est-ce que je sais vraiment

et le duo connaît de plus en plus de succès. 21:00 Qu'est-ce que je sais vraiment

Qu'est-ce que je sais vraiment ?

SPÉCIALE MÉMOIRE

Qu'est-ce que je sais vraiment ? SP ÉCIALE MÉM OIRE QCM, vrai/faux, réponses à mettre dans

QCM, vrai/faux, réponses à mettre dans le bon ordre,

trouver la question

Bérengère

Krief, Arnaud Gidoin, Amanda Lear et Camille Cerf, Miss

France 2015, et 300 étudiants répondent à 40 questions permettant de tester sa mémoire visuelle, sémantique ou auditive. A la fin de chaque manche, Karine Le Marchand

et Stéphane Plaza font un point sur les réponses et les scores en plateau. Connectés sur l'application 6play, les téléspectateurs peuvent eux aussi jouer en temps réel à ce grand quiz interactif et familial. La célébrité et l'étudiant qui ont obtenu les

meilleurs scores se retrouvent en finale pour le compte d'une

association. scores se retrouvent en finale pour le compte d'une Soir de fête à Venise DIV ERTI

Soir de fête à Venise

DIVERTISSEMENT

Plus belle la vie : Si Noël m'était conté

Créée par : Michel Hassan Avec : Pierre Chevallier, Avy Marciano

par : Michel Hassan Avec : Pierre Chevallier, Avy Marciano Son comportement machiste et sa haine

Son comportement machiste et sa haine contre César ont éloi-

gné Baptiste de sa sœur, qui s'estime trahie. Thérèse, très dé- primée, quitte l'appartement

parental. Disposant de peu

d'argent, elle fugue et décide d'aller à Paris en auto-stop, alors qu’un dîner de fête doit réunir toute la famille. Tous partent à sa recherche. Cette crise réveille des souvenirs chez les convives. Ainsi Roland se re- mémore un moment clé de sa jeunesse de boxeur. Thomas, lui, a été l’instrument d’un mi-

racle lors d'un Noël passé.de boxeur. Thomas, lui, a été l’instrument d’un mi- A Venise, en compagnie de Clau- dia

l’instrument d’un mi- racle lors d'un Noël passé. A Venise, en compagnie de Clau- dia Cardinale,

A Venise, en compagnie de Clau-

dia Cardinale, son invitée d'honneur, et de personnalités prestigieuses, Stéphane Bern cé- lèbre la Festa del Redentore ou fête du Rédempteur, un événe- ment important pour les Véni-

tiens. Sur le plateau, installé au Campo San Vio, entre le Grand Canal, les majestueux palais et

le petit Rio San Vio, des artistes

de tous horizons racontent l'histoire de la Sérénissime en musique, en images, en sketches

et en chansons. Avec Gilles Ber-

trand, Zabou Breitman, Julie et Camille Berthollet, Max Ema- nuel Cencic, Alexandre Drat- wicki, Julien Doré, Nicole Fer- roni, Laurent Gerra, Adrien Goetz, Giandomenico Roma- nelli, Antonia Sautter, Hélène Ségara, Alexandre Tharaud, Jean-Michel Wilmotte, Lambert

Wilson et Jérôme Zieseniss.Ségara, Alexandre Tharaud, Jean-Michel Wilmotte, Lambert “L'indifférence, elle te tue à petits coups.”

Jean-Michel Wilmotte, Lambert Wilson et Jérôme Zieseniss. “L'indifférence, elle te tue à petits coups.”

“L'indifférence, elle te tue à petits coups.”

Citation

Samouraï-Sudoku n°1462

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces ci