Vous êtes sur la page 1sur 3

1

Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr

un Marocain de 26 ans connu de divers services
de renseignement européens pour ses liens avec un
recruteur de l’État islamique. El-Hanafi sera arrêté
dans les rues de la cité phocéenne, en possession d’une
importante somme d’argent destinée à l’achat d’armes.

L’Allemagne, nouvelle cible des djihadistes
PAR MATTHIEU SUC
ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 20 DÉCEMBRE 2016

Depuis début 2016, l’Allemagne a été visée par une
dizaine d’attentats et projets d’attentats fomentés par
des djihadistes. Une cible «d'opportunité » pour les
terroristes, au premier rang desquels on retrouve
le Français récemment tué à Raqqa, Boubakeur elHakim.

Le Français el-Hakim avait déjà cherché à frapper
l’Allemagne. Depuis son logement de Chemnitz, le
Syrien Jaber al-Bakr tente d’entrer en contact début
octobre avec le terroriste français au sujet de la
fabrication d’une ceinture explosive et d’un projet
d’attentat contre un aéroport. La police allemande
découvrira chez al-Bakr du TATP – l’explosif ayant
servi à Paris et à Bruxelles –, des produits chimiques,
ainsi que des matériaux entrant dans la fabrication de
bombes artisanales. Le Syrien de 22 ans se suicidera
en prison deux jours après son arrestation.

Le djihadiste français Boubakeur el-Hakim était
présenté par les services de renseignement comme « le
coordinateur de projets d’attentats visant l’Allemagne
et la France » pour le compte de l’État islamique.
Son élimination par un drone américain, le 27
novembre dernier, alors qu'il était au volant d’une
voiture à Raqqa, n’a pas changé l’intensité de la
menace qui pèse sur l’Allemagne, désormais au même
titre qu'en France.

Dans la foulée, les autorités confirmeront l’arrestation
d’un membre du BfV, les services de renseignement
intérieur allemand, révélée par le quotidien Die Welt
et l’hebdomadaire Der Spiegel. Cet agent de 51 ans,
chargé de surveiller la djihadosphère allemande, se
proposait sur des sites islamistes de commettre un
attentat « au nom d’Allah » contre le quartier général
des services de renseignement…

L'attaque au poids lourd, qui a tué lundi soir au moins
12 personnes et blessé une cinquantaine d’autres sur
le trottoir de la Breitscheidplatz, au pied de l'église
du Souvenir à Berlin où se tenait un marché de Noël
– décalque du massacre du 14-Juillet à Nice –, est
l’aboutissement d’une série d’une dizaine d’attentats,
réalisés ou déjoués, ayant visé l’outre-Rhin depuis le
début de l’année.
La menace était à son comble ces dernières semaines.
Un enfant de 12 ans est suspecté d’avoir voulu faire
exploser, fin novembre, un engin comportant des clous
à deux reprises, dont une fois déjà sur un marché
de Noël à Ludwigshafen. Son appareil de fabrication
artisanale n’a cependant pas fonctionné.
En outre, comme Mediapart l’a révélé la semaine
dernière, le commando de terroristes interpellés dans
la nuit du 19 au 20 novembre à Strasbourg et Marseille
devait certes sévir en région parisienne, mais aussi en
Allemagne. Selon nos informations, la DGSI avait été
informée début novembre qu’une opération était en
effet dirigée par Boubakeur el-Hakim depuis Raqqa
pour perpétrer un attentat en Allemagne. Le travail
d’enquête permettra de mettre un nom sur l’individu
chargé d’exécuter cet attentat : Hicham el-Hanafi,

Feu le terroriste français Boubakeur el-Hakim, alias Abou Muqatil,
est suspecté d'avoir fomenté plusieurs attentats en Allemagne. © DR

Officiellement, cette vague d’attentats démarre le 18
juillet 2016. Le jour où un demandeur d’asile de 17
ans agresse les passagers d’un train à coups de hache

1/3

Il n'y a pas trace de l'un des 800 germanophones ayant rejoint le pays de Sham. la victime âgée de 16 ans avait été poignardée alors qu’elle était en compagnie d’une amie. une ville de 40 000 habitants en Bavière. Ce Syrien se présente à l’accueil du commissariat central du XVIIIe arrondissement de Paris début février. dans le communiqué de revendication de l'attaque du train. équivalent au 13-Novembre français. est l’histoire de Saleh A. arrivés en Europe entre mars et juillet 2015. Certes. à proximité d’un festival de musique en plein air. Avec sa politique d'accueil des réfugiés de la tragédie syrienne. en Bavière. un Irakien de 41 ans. Une semaine plus tard. elle suscite moins de sentiment de rancœur. une adolescente de 16 ans blesse au couteau un policier en gare de Hanovre. avec un pistolet acquis illégalement. le reste de la cellule dormante n’a pas été appréhendé. affirme que l’auteur de l’attentat est l’un de ses « soldats ». composée d’une vingtaine d’hommes répartis entre Düsseldorf et un camp de réfugiés aux Pays-Bas. trois de ses complices seront interpellés le 2 juin. les djihadistes impliqués dans les attentats frappant outre-Rhin sont tous des Syriens ou des Afghans. se fait exploser dans le centre d’Ansbach. explique être le chef d’un commando missionné par l’organisation terroriste pour commettre un attentat en Europe.. le 24 juillet. Le 30 octobre. C'est peut-être là. mais elle est loin d'en être l’un des principaux contributeurs. sans que l’implication de l’État islamique ne puisse être formellement établie. Bien sûr. Selon un communiqué du parquet fédéral allemand. l’État islamique revendique l’attentat. tandis que quinze personnes sont blessées. en liberté conditionnelle après avoir été détenu pour un projet d’attentat contre un premier ministre irakien en 2004. l'État islamique dispose en Allemagne de facilités pour y disséminer ses commandos. D'ailleurs. Il est tué dans la déflagration. l'Allemagne fait partie de la coalition qui s'en prend à l'État islamique. Aucun suspect n’a pu. est tué en septembre 2015 après avoir blessé au couteau une policière à Berlin. être arrêté. un déséquilibré ouvre le feu. « Mais sa législation n’est pas vue comme anti-islamique. bien que son acte n’ait jamais été revendiqué. à en croire les sources sollicitées.mediapart. L’agence Amaq. une attaque-suicide dans un quartier commerçant de Düsseldorf est programmée. Un mobile « d’opportunité » Plus révélatrice de la volonté constante de l’État islamique de frapper en Allemagne un grand coup. l'organisation terroriste parle de «l'Allemagne croisée ». Le 22 juillet à Munich. Elle aurait agi « sur ordre » de l’EI. » En réalité. évoquée d’abord par Mediapart puis racontée dans le détail par Le Monde et i-Télé. la macabre série a démarré dès l’automne 2015. Le lendemain. il désigne certains des membres de la cellule dormante. Il y 2/3 . l’organisation terroriste revendique le meurtre d’un adolescent commis quinze jours plus tôt à Hambourg.2 Directeur de la publication : Edwy Plenel www. en fin d’après-midi dans un centre commercial : il fait neuf morts et 35 blessés. envisageaient de perpétrer un double attentat-suicide « dans la vieille ville de Düsseldorf ». l’auteur est tué par la police. qu'est à chercher la raison « d'opportunité qui justifie ces attaques ». un réfugié syrien de 27 ans.fr et de couteau près de Wurtzbourg. Selon les sources contactées par Mediapart. Photos à l’appui. une première en Allemagne. Elle ne se traîne pas les mêmes contentieux historiques que la France avec ses guerres de décolonisation. Selon lui. Selon la police. En revanche. débouté de sa demande d’asile. souligne le chercheur et consultant sur les questions islamistes Romain Caillet. dans cette affaire. Cinq personnes sont blessées. un organe de propagande de l’EI. Après quatre mois de surveillance. Comme l’énumère Le Monde. les trois hommes. à proximité de la frontière allemande. En février 2016. il n’y a pas de raison précise qui justifie que l’Allemagne soit autant visée que la France aujourd’hui.

4. 75012 Paris. éditeur. pour les terroristes. Vitrani . F. question ou conseil. Société Doxa.3 Directeur de la publication : Edwy Plenel www.20€. Marie-Hélène Smiéjan. Thierry Wilhelm. Directeur de la publication : Edwy Plenel Directeur éditorial : François Bonnet Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Edwy Plenel. Société des Amis de Mediapart. imprimeur : la Société Editrice de Mediapart. rue Saint Hilaire 86000 Poitiers.mediapart.20€. Société par actions simplifiée au capital de 28 501. C'est parce qu'il était lassé d'être trimballé d'un camp de réfugiés à l'autre que le chef de commando évoqué plus haut a frappé à la porte du commissariat du XVIIIe arrondissement. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon. ou par courrier à l'adresse : Service abonnés Mediapart.fr Mais cette stratégie a aussi. 3/3 Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris Courriel : contact@mediapart.fr Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08 Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90 Propriétaire. à la police allemande par trois Syriens chez qui il s’était caché. Les trois réfugiés ne voulaient pas être associés à un projet terroriste. immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Edwy Plenel (Président). Laurent Mauduit. Laurent Mauduit. 75012 Paris. Vous pouvez également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart.fr. François Bonnet. . Capital social : 28 501. Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. un inconvénient. Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Laurent Chemla. Conseil d'administration : François Bonnet. Numéro de Commission paritaire des publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. 8 passage Brulon. Société Ecofinance. ligoté par des câbles électriques. Abonnement : pour toute information. ce jeune Syrien missionné par le Français Boubakeur el-Hakim pour commettre un attentat contre un aéroport. Sébastien Sassolas. le service abonné de Mediapart peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart. Actionnaires directs et indirects : Godefroy Beauvallet. avait été livré. Et Jaber al-Bakr. Marie-Hélène Smiéjan . Michel Broué.