Vous êtes sur la page 1sur 24

BMS

Pluies assez marquées sur les wilayas du centre du pays

P. 2

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 13° : ALGER 24° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
13°
: ALGER
24° : TAMANRASSET
p. 2

Jeudi 22 Décembre 2016 - 22 Rabi' al-awwal 1438 - N° 1486 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-ARABIE SAOUDITE

Le Président Bouteflika reçoit l’émir saoudien Turki Ben Mohamed Ben Fahd Ben Abdelaziz

 
  ALGÉRIE-MAURITANIE

ALGÉRIE-MAURITANIE

Le Premier ministre mauritanien achève une visite de travail en Algérie

P. 24

M. Messahel

présidera

la délégation

algérienne

P. 24

 

P. 24

DIALOGUE ALGÉRO-ESPAGNOL SUR LA SÉCURITÉ :

M. SELLAL INAUGURE LA 25 È FOIRE DE LA PRODUCTION ALGÉRIENNE

400 entreprises nationales au rendez-vous

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a inauguré, hier au Palais des Expositions (Pins maritimes), la 25ème Foire de la production algé- rienne à laquelle prennent part plus de 400 entreprises natio- nales de différents secteurs d'activités dont, pour la pre- mière fois, l'industrie militaire. Lors de la cérémonie d'inaugu- ration de cette manifestation économique, le Premier minis- tre était accompagné de plu- sieurs membres du gouverne- ment. Placée sous le thème «Encourager l'investissement et préserver l'économie natio- nale», cette foire voit la partici- pation de 420 exposants natio- naux composés de 135 entre- prises publiques et plus de 280 sociétés privées, sur une super- ficie de 16.500 m2. Sept sec- teurs d'activités sont représen- tés à cette deuxième plus grande manifestation écono- mique qu'abrite le Palais des expositions après la Foire inter- nationale d'Alger.

P. 3

après la Foire inter- nationale d'Alger. P. 3 ARMÉE Gaïd Salah s'enquiert des conditions de

ARMÉE

Gaïd Salah s'enquiert des conditions de travail des unités relevant des secteurs opérationnels dans l'ouest du pays

P.3

APN
APN

Reprise

Une hausse de 15% de placement des demandeurs d'emploi depuis 2015

P. 3

des

ANEM

travaux

lundi

prochain

P. 3

depuis 2015 P. 3 des ANEM travaux lundi prochain P. 3 DKNEWS - ANEP Gratuit 0074

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 22 décembre 2016 D’ EIL Dans le cadre de son

2 DK NEWS

Jeudi 22 décembre 2016

D’ EIL

Dans le cadre de son cycle de conférences des- tinées aux citoyens inti- tulé «Connaitre les mé- dias, le citoyen à droit à une information fiable», le ministère de la Communi- cation, organise dimanche 25 décembre à Laghouat, une conférence qui sera

animée par le Directeur de la chaine 1 (radio natio- nale), M. Mohamed Zebda. Cette rencontre qui aura lieu à la salle des confé- rences de la wilaya, sera re- haussée par la présence du ministre de la Com- munication, M. Hamid Grine.

Horaires des prières

Jeudi 22 Rabi al-Awwal

Jeudi 22 Rabi al-Awwal
Jeudi 22 Rabi al-Awwal
Fajr 06:17 Dohr 12:47 Asr 15:19 Maghreb 17:41 Isha 19:07
Fajr
06:17
Dohr
12:47
Asr
15:19
Maghreb
17:41
Isha
19:07

DIMANCHE 25 DÉCEMBRE À LAGHOUAT

Conférences ouvertes aux citoyens sur «les médias»

Conférences ouvertes aux citoyens sur «les médias» 4 LI AMNIKOUM Consignes de sécurité routières à

4

LI AMNIKOUM Consignes de sécurité routières à l'occasion des vacances annuelles

routières à l'occasion des vacances annuelles JUSQU'AU 27 DÉCEMBRE Algérie Telecom à la foire de
routières à l'occasion des vacances annuelles JUSQU'AU 27 DÉCEMBRE Algérie Telecom à la foire de
JUSQU'AU 27 DÉCEMBRE Algérie Telecom à la foire de la production algérienne Le groupe Algérie
JUSQU'AU 27 DÉCEMBRE
Algérie Telecom à
la foire de la production
algérienne
Le groupe Algérie
Telecom avec ses deux
filiales "Mobilis et Al-
gérie Telecom Satellite",
participe jusqu'au 27 dé-
cembre au Palais des
Expositions (Safex), à la
25 e édition de la foire de
la production algé-
rienne 2016. Les visi-
teurs auront l'opportu-
nité de découvrir tout au
long du salon, l'ensem-
ble des offres et services
proposés par Algérie Te-
lecom et d'acquérir les
cartes de recharges et
les cartes "Fi Maktabati"
au niveau de son stand.
Les conseillers-clients
orienteront le grand pu-
blic et fourniront toutes
les explications quant
aux différents services et
produits destinés au
grand public et aux en-
treprises.
Météo
Max
Min
Alger
16°
08°
Oran
16°
11°
Annaba
17°
11°
Béjaïa
18°
11°
Tamanrasset
24°
11°
LUNDI 26 DÉCEMBRE
À KHEMIS MILIANA
Conférence sur
«L’utilisation des
nouvelles techniques
de l’enseignement de
la langue anglaise»
4
4
L’association culturelle et scientifique des ac-
tivités de jeunes de Khemis Miliana, (wilaya de Ain
Defla), organise lundi 26 décembre à partir de 9h,
à l'amphithéâtre de la faculté des langues et let-
tres de l’université Djilali Bounaama, une confé-
rence nationale au profit des professeurs et étu-
diants d’anglais, sous le thème, «L’utilisation
des nouvelles techniques de l’enseignement de
la langue anglaise».

MÉTÉO (BMS)

Pluies assez marquées sur les wilayas du centre

Des pluies assez marquées, parfois sous forme d'averses orageuses, continueront d'af- fecter les wilayas d'Alger, Blida, Médéa, Boumerdès, Tizi-Ouzou et Bouira, indique un bulletin météorologique spécial (BMS) de l'Office natio- nal de météorologie (ONM). Les cumuls estimés attein- dront ou dépasseront locale- ment 50 mm, précise le bulle- tin de l'office, dont la validité court jusqu'à 15 heures. Les pluies continueront par ail- leurs d'affecter les wilayas de Chlef, Ain Defla, Tissemsilt, et Tipaza jusqu'à jeudi à 21 heures et dont les cumuls es- timés atteindront ou dépasseront localement 80 mm, se- lon les prévisions de l'ONM.

localement 80 mm, se- lon les prévisions de l'ONM. DEMAIN À LA SALLE IBN KHALDOUN Soirée
localement 80 mm, se- lon les prévisions de l'ONM. DEMAIN À LA SALLE IBN KHALDOUN Soirée

DEMAIN À LA SALLE IBN KHALDOUN Soirée andalou avec Beihdja Rahal

La diva de la musique anda- louse, Beihdja Rahal, se pro- duira sur la scène de la salle Ibn Khaldoun, demain vendredi 23 décembre à partir de 17h.

Khaldoun, demain vendredi 23 décembre à partir de 17h. LE 24 DÉCEMBRE À LA LIBRAIRIE CHAÏB

LE 24 DÉCEMBRE À LA LIBRAIRIE CHAÏB DZAÏR Hommage au maitre de la chanson Chaâbi Amar Ezzahi

Les éditions ANEP, rendront hommage au grand maitre du Chaâbi Amar Ezzahi (biogra- phie et itinéraire artistique), lors d’une rencontre qui sera animé par Noureddine Fethani , suivi d’une projection d’un documentaire, samedi 24 dé- cembre à partir de15h à la librai- rie Chaïb Dzaïr sise 1, avenue Pasteur Alger-Centre.

rie Chaïb Dzaïr sise 1, avenue Pasteur Alger-Centre. SAFEX 6e Salon des banques, assurances et produits

SAFEX 6e Salon des banques, assurances et produits financiers

Sous le thème «Les finances à l’ère de l’économie nu- mérique», la société algérienne des foires et expositions (Safex), organise jusqu’au 27 décembre au Palais des Ex- positions des Pins-Maritimes, Alger, la 6e édition du Sa- lon des banques, assurances et produits financiers.

L'émission radio de la Sûreté nationale "Li Amnikoum", diffu- sée chaque jeudi sur les ondes de la chaine1 (radio nationale), présen- tera cet après-midi de 16h à 17h, des conseils et des consignes de sécu- rité routières à l'occasion des va- cances annuelles.

MUSÉE NATIONAL DU MOUDJAHID

Enregistrement de témoignages

Le musée national du Moudjahid, organise cet après-midi

partir de 14h, une rencontre consacrée au recueil et à l’en- registrement de témoignages sur la guerre de libération na- tionale.

à

SALLE LES ISSERS Projection du film «Lala Z’bida ou nass»

Le film «Lala Z’bida ou nass», du réalisateur algérien Yahia Mouzahem, sera projeté cet après- midi à partir de 14h à la salle de l’ONCI «Les Issers». Le film sera projeté en salle jusqu’au 31 décembre à raison de 3 séances par jour : 14h, 16h, et 18h.

à raison de 3 séances par jour : 14h, 16h, et 18h. 133 NUMÉRO DE LA

133 NUMÉRO DE LA REVUE CHORTA

Le numéro vert "104" mis en avant

Le "133" numéro de la revue "chorta" éditée par la Cellule de communication

de la Direction générale de la Sûreté na-

tionale(DGSN),aétéconsacréecettefois-

ci, au numéro vert "104", dédié au signa- lement des enlèvements et des dispari- tions d'enfants. Lancé à l'occasion de la célébration de la journée mondiale de l'Enfance, ce nouvel outil vient ainsi renforcer les dispositifs mis en place par les différents services de

les dispositifs mis en place par les différents services de sécurité pour la protection des enfants

sécurité pour la protection des enfants contre la violence à l'image du plan national Alerte rapt/disparition d'enfants.Ce dernier numéro revient également sur la visite en Allemagne, du général-major Abdelghani Hamel. Le DGSN avait, rappelle-t-on,

participé à Berlin, à une conférence internationale sur la lutte contre la criminalité. A cette occasion, le Directeur général de la Sûreté national avait exposé les efforts déployés par le gouvernement al- gériens dans le domaine de la lutte contre la criminalité, le ter- rorisme et l'extrémisme. M. Hamel avait, entre autres, mis l'ac- cent sur la nécessité de conjuguer les efforts, notamment entre les pays membres de l'organisation internationale de la police cri- minelle (interpol) pour faire face à la criminalité et à ses multi- ples facettes. D'importants chapitres sont également consacrés

à

la 2e réunion de la commission de travail de l'Union du Maghreb

arabe pour la lutte contre le trafic illicite de drogues et de subs- tances psychotropes qui s'est tenue les 04 et 05 octobre dernier

Alger, ainsi qu'aux défis qui se présentent à la presse écrite avec l'avènement des nouvelle technologies ( presse électronique).

à

Jeudi 22 décembre 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

M. Sellal inaugure la 25 e Foire de la production algérienne

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a inauguré, mercredi au Palais des Expositions (Pins maritimes), la 25 e Foire de la production algérienne à laquelle prennent part plus de 400 entreprises nationales de différents secteurs d'activités dont, pour la première fois, l'in- dustrie militaire.

Lors de la cérémonie d'inauguration de cette manifestation économique, le Premier ministre était accompagné de plusieurs membres du gouvernement. Placée sous le thème «Encourager l'investissement et préserver l'écono- mie nationale», cette foire voit la parti- cipation de 420 exposants nationaux composés de 135 entreprises publiques et plus de 280 sociétés privées, sur une superficie de 16.500 m2. Sept secteurs d'activités sont repré- sentés à cette deuxième plus grande manifestation économique qu'abrite le Palais des expositions après la Foire internationale d'Alger. Il s'agit de l'industrie chimique et pétrochimique, de l'agroalimentaire, des travaux publics, des services, de l'industrie manufacturière, de l'indus- trie électrique, électronique et électro- ménager, et de l'industrie militaire. Cette édition est ainsi marquée par la présence, pour la première fois, du ministère de la Défense nationale à tra- vers la participation de certaines de ses unités de production telles celles de la mécanique, des textiles et de la construction navale. «La 25ème Foire

année dans un contexte marqué par la volonté du gouvernement de garantir la réussite du nouveau modèle de croissance économique dont l'objectif principal est d'encourager l'investisse- ment public et privé afin de préserver l'économie nationale», explique la Safex. La Foire de la production algé-

de la production nationale se tient cette

Photo Archive
Photo Archive

rienne ouvre ses portes tous les jours de 11h à 18h, tandis que les matinées du 22, 25 et 26 décembre (10h à 14h) seront principalement dédiées aux profes- sionnels. Afin d'encourager davantage la promotion des produits nationaux, la Safex a mis à la disposition des expo- sants, à titre gracieux, des stands pour la vente promotionnelle.

APN :

Reprise des travaux lundi prochain

Le bureau de l'Assemblée populaire nationale (APN) s'est réuni mardi sous la présidence de Mohamed Larbi Ould Khelifa, président de l'institution, pour arrêter le calendrier des séances plénières qui reprendront lundi prochain par la présentation du Code des douanes, a indiqué un communi- qué de la Chambre basse du parlement. Le bureau de l'APN a arrêté lors de sa réunion «le calen- drier des séances plénières qui reprendront lundi 26 décem- bre par la présentation et le débat du projet de loi modifiant et complétant la loi n° 79-07 portant Code des douanes, qui se poursuivra jusqu'à mardi «, précise la même source. Les travaux «reprendront jeudi 29 décembre par une séance consacrée aux questions orales. une autre séance pré-

vue le 3 janvier sera consacrée au vote du projet de loi modi- fiant et complétant la loi n° 01-14 relative à l'organisation, la sécurité et la police de la circulation routière, et du projet de loi modifiant et complétant la loi n°79-07 portant Code des douanes», ajoute la même source. Le bureau de l'APN a également examiné «une question orale et quarante quatre (44) questions écrites, et décidé de soumettre au gouvernement celles répondant aux conditions juridiques requises». Outre «une proposition de loi modifiant et complétant l'ordonnance n°66-165 portant Code pénal, le bureau exa- miné une demande relative à la mise en place d'une commis- sion d'enquête parlementaire».

PARTIS

Le Congrès international de l’entente des travailleurs et des peuples se tiendra en 2017 en Algérie

Le Congrès international de l’en- tente des travailleurs et des peuples se tiendra fin septembre 2017 en Algérie, a annoncé mercredi la secrétaire géné- rale du Parti des Travailleurs, Louisa Hanoune. «La Coordination internationale de l’entente des travailleurs et des peuples

a décidé d’organiser son Congrès fin

septembre 2017 en Algérie», a déclaré Mme Hanoune au terme des travaux de cette réunion, précisant qu’un rapport final sera publié au courant de la semaine prochaine. Mme Hanoune a fait savoir, à ce pro- pos, que «le monde s’enfonce dans un

chaos sanglant qui n’épargnera aucun peuple», assurant que «la seule certi- tude est que la classe ouvrière et les peuples opprimés s’élèveront contre ces attaques et, pour le faire, ils ont besoin d’une organisation indépen- dante sur les plans politique et syndi- cal».

ANEM :

Une hausse de 15% de placement des demandeurs d'emploi depuis 2015

L'Agence nationale de l'emploi (ANEM) a enregistré une hausse de près de 15% de placement des deman- deurs d'emploi depuis le début de l'an- née 2015, a indiqué mercredi à Alger le directeur général de cet organisme public, Mohammed-Tahar Chalal. Intervenant lors d'une journée de formation initiée au profit des journa-

listes, le même responsable a fait savoir que l'ANEM prévoit de dépasser

400.000 placements à la fin de l'année

en cours. Il a expliqué que l'augmenta- tion du nombre de placement est lié à

la tendance des offres d'emploi, souli- gnant que l'ANEM a reçu plus de

442.000 offres d'emploi, dont 24% dans

le secteur de l'industrie du 1 janvier au 30 novembre 2016.

Il a ajouté que l'ANEM a enregistré

997.445 demandes d'emploi, durant la

a enregistré 997.445 demandes d'emploi, durant la même période, avec une moyenne mensuelle de 6.000

même période, avec une moyenne mensuelle de 6.000 nouveaux inscrits (demandeurs d'emploi pour la pre- mière fois). Parmi le nombre global des demandes d'emploi enregistrés par

l'ANEM, 77% ont moins de 35 ans, 27%

sont sans qualification et 30% sont issus de l'enseignement supérieur, a-t- il fait remarquer. D'autre part, l'ANEM procédera, en 2017, à la généralisation des services à distance, qui sont déjà opérationnels dans certaines wilayas pilotes depuis le 1er décembre 2016 et ce, dans le cadre de la modernisation et l'amélioration des prestations destinées aux deman- deurs d'emploi. Evoquant l'emploi dans les wilayas du Sud, M. Chalal a indiqué que l'Agence a enregistré, depuis janvier de l'année en cours, 177.172 demandes et

54.725

offres d'emploi, précisant que

35.789

demandeurs ont été insérés

dans le secteur économique à travers le placement classique et 10.337 dans le cadre du dispositif d'aide à l'insertion professionnelle.

ARMÉE

Gaïd Salah s'enquiert des conditions de travail des unités relevant des secteurs opérationnels dans l'ouest du pays

des secteurs opérationnels dans l'ouest du pays Le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah,

Le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale popu- laire, s'est enquis, mercredi à Tlemcen et Sidi Bel Abbès, des conditions de travail des unités déployées, ainsi que l'état d'exécution du pro- gramme de préparation au combat. Au deuxième jour de sa visite en 2éme Région militaire, Gaïd Salah, en compagnie du général-major Saïd Bey, commandant de la 2e Région militaire, a «visité et inspecté» des unités relevant des secteurs opérationnels de Tlemcen et Sidi Bel Abbès, où «il s'est enquis des conditions de travail des unités déployées dans cette zone, ainsi que l'état d'exécution du programme de préparation au combat», pré- cise un communiqué du ministère de la Défense nationale. Le vice-ministre de la Défense nationale, a suivi, par la suite, «des exposés présentés par les commandants des unités, où il a attiré l'at- tention sur la nécessité de conférer un intérêt particulier à la formation et l'instruction continues de la ressource humaine, ainsi qu'à l'entretien permanent du matériel et des équi- pements», souligne la même source. Lors de ses rencontres avec les cadres et personnels de ces unités, le général de corps d'Armée «a tenu à mettre l'accent sur les grands efforts consentis par le Haut comman- dement de l'Armée nationale populaire pour la promotion des aspects social et moral des personnels, ce qui favorise le parfait accom- plissement des missions assignées», relève-t- on. «Nous veillons d'une manière perma- nente, comme vous le savez tous, à maintenir le moral des personnels aux niveaux les plus élèves. Nous avons assuré toutes les condi- tions professionnelles, de vie et sociales adé- quates, qui garantissent toutes les commodi- tés de bien-être», a affirmé le chef d'Etat- Major de l'ANP. «A ce titre, a-t-il précisé, des mesures ont été prises pour la promotion des conditions sociales dans tous les domaines, et vous êtes bien conscients de l'ampleur des efforts fournis ces dernières années dans ce sens». A l'issue de ces rencontres, le général de corps d'Armée «a donné des instructions et des orientations, à travers lesquelles il a rap- pelé les nets progrès qu'a enregistrés l'Armée nationale populaire avec toutes ses compo- santes». «Notre Armée qui emprunte le chemin du professionnalisme, en disposant de matériels modernes et des équipements de pointe», a-t- il souligné, mettant l'accent également sur «la nécessité de maintenir l'état-prêt opération- nel des unités du corps de bataille». Par ail- leurs, le chef d'Etat-Major de l'ANP a inauguré plusieurs infrastructures qui s'inscrivent dans le cadre du programme relatif à l'édifica- tion de nouveaux cantonnements dotés de toutes les commodités, permettant d'«accom- plir parfaitement les diverses missions dans de meilleures conditions», ajoute la même source.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Jeudi 22 décembre 2016

PROLONGATION DES VACANCES D'HIVER:

Une décision «non étudiée» pour les syndicats et «courageuse» pour les parents d'élèves

Les avis des partenaires sociaux étaient mitigés au sujet de la décision annoncée mardi par le ministère de l'Education na- tionale relative à la prolongation des va-

cances d'hiver de 10 jours à 18 jours, les syn- dicats l'ayant qualifiée de décision «non étu- diée» alors que pour les associations de pa- rents d'élèves il s'agit d'une décision «cou- rageuse et sage». Pour le secrétaire général du Syndicat national autonome des professeurs d'ensei- gnement secondaire et technique (SNA- PEST), Meziane Meriane, la prolongation des vacances d'hiver est une décision «non étudiée» car «les enseignants et les syndi- cats du secteur n'ont pas été consultés». Contacté par l'APS, Meziane Meriane a précisé que la satisfaction des exigences des élèves «menace la rigueur qui doit carac- tériser l'école algérienne», estimant qu'«en renonçant en si peu de temps à deux de ses décisions, à savoir celle relative au calen- drier du baccalauréat et celle afférente à la durée des vacances d'hiver, le ministère de tutelle risque d'encourager les élèves à exiger de nouveau que le seuil de cours soit fixé». Pour le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation (SATEF), Boualem Amoura,

le ministère de l'Education, par de telles dé-

cisions «satisfait les élèves au détriment de

l'aspect pédagogique». Les élèves risquent d'exiger le retour au seuil des cours, qui a été tranché il y a deux ans, a-t-il dit.

Il a,en outre, appelé la tutelle à « assu-

mer ses décisions unilatérales qui dénotent de la consécration de la médiocrité à l'école», ajoutant ,à ce propos, que « nous sommes très loin d'un enseignement de qualité». Par ailleurs, le président de l'Association nationale des parents d'élèves,Khaled Ah- med, a qualifié la décision du ministère de l'Education nationale de «courageuse et sage», indiquant que la prolongation des va- cances est «une occasion pour mettre un terme aux protestations que connaissent certains établissements éducatifs, dont le but est d'inciter les élèves à sortir dans la rue», a-t-il martelé. Toutefois, selon le même interlocu-

teur, par cette décision «le ministère a raté l'occasion de rattraper les cours per- dus de ce trimestre, en raison des protes- tations et des jours fériés religieux et natio- naux estimés à 20 jours, dont 10 jours per- dus en raison des protestations de l'inter- syndicale». La présidente de la Fédération nationale des associations des parents d'élèves, Da- lila Khiar, a, quant à elle, qualifié la déci- sion de «sage», soulignant l'existence de «parties qui visent à créer l'anarchie et la violence en milieu scolaire». Cette décision, ajoute la même interlo- cutrice, est une occasion pour protéger les élèves contre ce danger, étant donné que certains établissements ont été la cible, ces derniers temps, d'actes de sabotage perpé- trés par certains délinquants, en plus de l'in- cident tragique qui a coûté la vie à un lycéen dans la commune de Dar EL Beida à Alger».

A ce propos, le ministère prévoit , tout au

long de la période des vacances, une cam- pagne de sensibilisation axée autour de la

lutte contre la violence en milieu scolaire,

a indiqué Mme Dalila Khiar.

RESSOURCES EN EAU: SELON UN EXPOSÉ DE M. ABDELKADER OUALI

Plus de 3.260 milliards de DA dédiés aux infrastructures et équipements entre 1999 et 2016

Le ministre des Ressources en eau et de l'Environnement, Abdelkader Ouali, a affirmé mardi à Alger, que le secteur avait bénéficié d'un budget de plus de 3.260 milliards de DA entre 1999 et 2016, alloué au financement des projets d'infrastructures de base, d'équipement, de maintenance et de contrôle technique.

Après la sécheresse des années 90, les réalisations des 15 dernières années ont permis d'accroître la moyenne d'alimen- tation en eau par individu soit, 180 litres par jour après réception de 31 nouveaux bar- rages depuis 1999, a indiqué M. Ouali dans un exposé sur les réalisations du secteur, les projets en cours de réalisation et ceux retenus jusqu'en 2019, devant les membres de la commission du logement, de l'équipement, de l'irrigation et de l'amé- nagement urbanistique de l'Assemblée populaire nationale (APN). Il a précisé à ce propos, que le nombre de barrages s'élève actuellement à 75 avec une capacité globale de stockage de 10 milliards de m3 alors que 5 autres grands barrages d'une capacité de 500 millions de m3 étaient en cours de concrétisation. Il a souligné également que 21 projets de transfert des eaux sur une longueur de 4 000 km étaient d'ores et déjà opérationnels outre la réception de 177 stations d'épura- tion d'une capacité de production de 900 millions de m3 par an et lÆallongement du

de 900 millions de m3 par an et lÆallongement du réseau d'assainissement passant de 21000 km

réseau d'assainissement passant de 21000 km en 1999 à 46 000 km actuellement. Au volet irrigation, le ministère des ressources en eau et de l'environnement a réceptionné à fin 2015, un total de 32 péri- mètres agricoles irrigués sur une superfi- cie globale de 233 000 hectares alors qu'il était de 8 périmètres en 1999. La réception de 13 nouveaux périmètres agricoles irrigués est prévue en 2017 et 2018 et le nombre des puits destinés à l'irriga- tion passera, quant à lui, de 20000 à 75000 puits dans le but d'augmenter les superfi- cies irriguées à 2,5 millions d'hectares d'ici à 2020. D'autre part, M. Ouali a reconnu que le secteur faisait face à plusieurs problèmes dont les fuites d'eau, rappelant que d'im- portantes quantités d'eau étaient gaspillées chaque année.

Il a imputé cela à la négligence relevée au niveau de certaines entreprises du sec- teur et au manque de civisme chez le ci- toyen qui refuse de signaler ces fuites. Les services du département ministériel sont déterminés à mettre fin au phéno- mène de raccordement anarchique et au vol des eaux par la force de la loi, a-t-il pour- suivi estimant que ses services ont enregis- tré 26 000 raccordements illicites pour une alimentation en eau sur une période de trois mois à travers le territoire national. Coté environnement, M. Ouali a an- noncé la création d'une charte de partena- riat entre l'ensemble des acteurs du secteur en associant des entreprises et instances de la société civile à ses efforts visant à ancrer une culture environnementale, valoriser les ressources naturelles et préserver l'en- vironnement. Il a ajouté enfin, que le secteur de l'en- vironnement avait bénéficié d'un budget de 300 milliards de DA pendant les 15 der- nières années soldé par la réception de 82 centres d'enfouissement technique (CET), 33 décharges surveillées dans l'attente de la réception de 37 nouveaux CET outre des projets pour étendre les espaces verts, l'aménagement des régions humides et le financement des programmes de forma- tion en la matière. Le ministre des ressources en eau et de l'environnement a entendu par la suite les observations des membres de la commis- sion spécialisée axées principalement au- tour des préoccupations quotidiennes du citoyen et du paysan et il s'est engagé à ap- porter des réponses dans un proche ave- nir.

PROJET DE LOI SUR LA RETRAITE

Adaptation du régime de retraite aux

développements socio-économiques

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de

la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, a af-

firmé mardi à Alger que la loi sur la retraite visait à adapter le régime de retraite en Al- gérie avec les développements sociaux-éco- nomiques et à préserver les ressources de

la Caisse nationale des des retraites (CNR)

Lors de la présentation du projet de loi devant le Conseil de la nation, M. El Ghazi

a souligné que la loi sur la retraite «vise à

adapter la référence législative de gestion de la CNR et à assurer sa pérennité, en adé- quation avec les développements sociaux- économiques et démographiques». Le régime national de retraite constitue l'un des principaux fondements de la so- lidarité nationale notamment intergéné-

de la so- lidarité nationale notamment intergéné- rationnelle, a indiqué le ministre, ajoutant que le régime

rationnelle, a indiqué le ministre, ajoutant que le régime assurait plus de 3 millions de pensions de retraite. Les nouvelles dispo- sitions introduites dans la présente loi vi- sent «à réformer la CNR et à lui éviter la fail- lite dans le cadre de la justice sociale», et «à consacrer le principe de solidarité inter- générationnelle». Dans son rapport préli- minaire, la commission de la Santé, des Af- faires sociales, du Travail et de la solidarité nationale du Conseil de la nation a af- firmé que les amendements prévus dans ladite loi comptaient parmi les acquis que l'Etat oeuvre à réaliser dans le cadre des ré- formes du secteur dans l'objectif d'assurer une couverture sociale globale de toutes les franges de la société.

Le Conseil de la Nation adopte le projet de loi fixant les fonctions exigeant la nationalité algérienne exclusive

 

Le projet de loi fixant les hautes respon-

exige, a-t-elle dit, la conformité à ses dis-

responsables de la sûreté, le président de

APS

sabilités et fonctions de l'Etat exigeant la na- tionalité algérienne exclusive a été adopté mercredi par les membres du Conseil de

positions en cas d'acceptation de la fonc- tion au regard de la sensibilité de ces res- ponsabilités et fonctions.

la Haute instance autonome de surveillance des élections, le chef d'Etat major de l'Ar- mée nationale populaire, le commandant

la

Nation. Présidée par Abdelkader Bensalah, pré-

Selon Mme Eddalia, le texte vient donc «répondre à des préoccupations expri-

des forces armées, les commandants des zones militaires et toute autre haute res-

sident du Conseil de la Nation, la séance du vote s'est déroulée en présence de la minis- tre des Relations avec le parlement, Gha- nia Eddalia, qui a représenté le ministre de

mées à maintes reprises par le peuple al- gérien» de ne pas voir attribuer des hautes fonctions de l'Etat à des personnes ayant d'autres nationalités en plus de la nationa-

ponsabilité militaire définie par le règle- ment. En vue d'appliquer cette mesure, le texte de loi souligne «la nécessité pour le

la

Justice, Garde des sceaux, Tayeb Louh. Après le vote, Mme Eddalia a affirmé que

lité algérienne. L'article 2 de la loi définit les fonctions

postulant ou la personne désignée pour exercer une haute responsabilité ou fonc-

le

projet de loi qui compte parmi les nou-

concernées à savoir le président du Conseil

tion de l'Etat, de présenter une déclaration

veaux textes de loi prévus en vertu de la Constitution récemment amendée «n'en-

de la Nation, le président de l'Assemblée po- pulaire nationale, le Premier ministre, le

sur l'honneur attestant de sa nationalité al- gérienne exclusive».

tame pas le principe d'égalité dans la prise des hautes responsabilités et fonctions de l'Etat tel que consacré dans la Constitution». Elle a précisé que le texte «n'exclut» au-

président du Conseil constitutionnel, les membres du gouvernement, le secrétaire général du gouvernement, le premier pré- sident de la Cour suprême et le président

D'autre part, un délai de six mois est im- parti à ceux exerçant actuellement des hautes responsabilités et fonctions de l'Etat définies par la dite loi de se confor-

cun Algérien tant à l'intérieur qu'à l'exté- rieur du pays, d'exercer ces fonctions mais

du Conseil d'Etat. Il s'agit également du gouverneur de la Banque d'Algérie, les

mer à ses dispositions.

Jeudi 22 décembre 2016

COOPÉRATION

DK NEWS 5

ALGÉRIE-MAURITANIE

Ould Hademine transmet un message de «fraternité» et d'«amitié» du président

mauritanien au Président Bouteflika

Le Premier ministre mauritanien, Yahya Ould Hademine, a indiqué mardi à Alger avoir transmis au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, un message de «fraternité» et d'«amitié» de son «frère» le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz.

Dans une déclaration à la presse à l'issue de l'audience que lui a accordée le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, M. Ould Hade- mine a précisé avoir transmis au Président Bouteflika «un message de fraternité et d'ami-

Bouteflika «un message de fraternité et d'ami- tié de son frère le président mauritanien, Mohamed Ould

tié de son frère le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, dans lequel il lui a exprimé, ainsi qu'au peuple al- gérien, ses voeux de santé et de bien-être». Le Premier mi-

nistre mauritanien a ajouté avoir informé le chef de l'Etat de «la détermination du prési- dent mauritanien à consolider les relations entre les deux pays et à opérer un bond qua-

litatif, notamment à travers la tenue de 18e session de la grande commission mixte al- géro-mauritanienne qui a été sanctionnée par la signature de plusieurs accords dans plu- sieurs domaines dont la santé, la pêche, la sécurité, le com- merce et la justice». «J'ai écouté le Président Bouteflikaquinousaprodigué de précieux conseils que nous tâcherons de mettre à profit», a dit M. Ould Hademine, sou- lignant que le président de la République lui a transmis un «message de fraternité à son frère le Président Ould Abdel Aziz».

M. Ould Khelifa s'entretient avec le Premier ministre mauritanien

Le président de l'assemblée populaire nationale (APN), Mo- hamed Larbi Ould Khelifa s'est entretenu mardi avec le Pre- mier ministre mauritanien Ya- hya Ould Hedmine qui effectue une visite de travail de trois jours en Algérie, indique mer- credi un communiqué de l'APN. L'entrevue s'est déroulée en présence du Premier minis- tre Abdelmalek Sellal et du ministre des Affaires maghrébines, de l'Union afri- caine et des Etats de la Ligue arabe Ab- delkader Messahel, ajoute la même source.

Ligue arabe Ab- delkader Messahel, ajoute la même source. Selon le communiqué, les deux par- ties

Selon le communiqué, les deux par- ties ont évoqué les relations fraternelles ancestrales qui unissent l'Algérie et la Mauritanie ainsi que les efforts consen- tis par le président de la République Ab-

delaziz Bouteflika et du prési- dent de la République de Mau- ritanie Mohamed Ould Abdela- ziz en faveur d'une coopéra- tion multidimensionnelle entre les deux pays qui serve les inté- rêts communs des deux peu- ples. Les deux responsables ont passé en revue les défis qui se posent à l'Afrique et au monde arabe et examiné les moyens d'y consolider la paix et la stabilité mettant en exergue rôle «efficace» de l'Algérie dans le règlement pacifique des conflits dans le Sahel et en Afrique du nord, est- il précisé dans le communiqué.

Le Premier ministre mauritanien en visite à Tipaza

Le Premier Ministre Mauritanien, Yahia Ould Hamdine, en visite officielle en Algérie, s’est déplacé, mercredi à Tipaza en vue de s’enquérir des poten- tialités agricoles de l’Algérie dans les sec- teurs de l’agriculture, l’aquaculture et l’agroalimentaire. M. Ould Hamdine, qui était accompa- gné du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopéra- tion internationale, Ramtane Lamamra, a suivi, lors de ce déplacement, un exposé détail sur les différentes filières agricoles de Tipaza, présenté par le directeur lo- cal des services agricoles. A Sidi Rached, localité à vocation hautement agricole, le Premier minis-

tre mauritanien a pu découvrir de visu le potentiel agricole, dont recèle cette lo- calité, à travers la visite d’un complexe laitier réalisé dans le cadre de l’investis- sement privé. Des explications ont été fournies à l’hôte de l’Algérie sur le fonctionne- ment de ce complexe laitiers, d’une ca- pacité de 100 millions de litres de lait par an, ainsi que le processus d’élevage, d’abattage et les techniques d’insémina- tions artificielles suivis au niveau de ce complexe. Le Premier ministre mauritanien a également visité différents stands d’ex- position de produits agricoles de la ré- gion, à l’occasion d’un salon agricole or-

ganisé au niveau de ce même complexe. M. Ould Hamdine avait entamé, pour rappel, lundi, une visite officielle en Al- gérie, à l’occasion de la tenue de la 18è haute commission mixte Algéro-Mauri- tanienne, qu’il a co-présidé avec son ho- mologue algérien, Abdelmalek Sellal. Les travaux de la 18è haute commis- sion algéro-mauritanienne, qui se sont déoulés mardi à Alger, ont été sanc- tionnés par la signature de seize (16) ac- cords, protocoles de coopération et mé- morandums d’entente portant sur les do- maines de la justice, la formation profes- sionnelle, la santé, le commerce et dans des domaines économiques qui intéres- sent les deux pays.

Début à Nouakchott de la 13 e session du Conseil des ministres maghrébins de l'Enseignement supérieur

Les travaux de la 13e session du Conseil des ministres maghrébins de l'Education et de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ont débuté mer- credi à Nouakchott (Mauritanie) avec la participation du ministre de l'Enseigne- ment supérieur et de la Recherche scien- tifique, Tahar Hadjar, qui présentera l'expé- rience algérienne en la matière. Les ministres maghrébins examine- ront, lors de cette session, les procès-ver- baux des réunions des commissions techniques et des groupes de travail re- levant du Conseil des ministres, tenues depuis sa précédente session, et la situa- tion de l'Université maghrébine et de l'Académie maghrébine des sciences. Les participants se pencheront égale- ment sur plusieurs questions éduca- tives, dont la mise en place du pro- gramme d'action du Conseil des minis- tres pour les années à venir et les moyens de renforcer la coopération avec les orga- nisations et instances régionales et inter- nationales s'intéressant aux domaines de l'éducation, de l'enseignement supé- rieur et de la recherche scientifique.

Dans son allocution devant les parti- cipants, M. Hadjar a précisé que la réu- nion «offrait l'occasion de définir les ja- lons de la prochaine étape et de s'engager résolument en faveur de l'action ma- ghrébine commune», mettant en avant les «nouvelles perspectives d'échange et de coopération à même d'assurer un haut ni- veau de cohésion et de complémentarité entre les modèles éducatifs et didac- tiques maghrébins en vue d'atteindre un enseignement de qualité». «Les défis de la mondialisation nous imposent plus que jamais d'investir dans l'éducation, l'enseignement, la recherche et l'innovation à travers une formation qualitative des ressources humaines ré- pondant aux normes internationales et la valorisation du capital humain pour as- surer la compétitivité de la société ma- ghrébine dans un monde axé sur les en- sembles régionaux et lui permettre d'avancer résolument vers une économie nouvelle fondée sur le savoir numé- rique», a souligné M. Hadjar. M. Hadjar a évoqué les domaines «prioritaires» exigeant l'innovation no- tamment la sécurité alimentaire, les

énergies renouvelables, l'efficacité éner- gétique, la sécurité, la cybercriminalité et l'environnement. Par ailleurs, le ministre mauritanien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Sidi Ould Sa- lem, a appelé à la mise en place d'un «es- pace universitaire maghrébin en vue de faciliter le mouvement des chercheurs, enseignants et étudiants et de réaliser l'in- tégration et la complémentarité entre toutes ses composantes». Le secrétaire général de l'Union du Maghreb arabe (UMA), Taïeb Baccouche, a, quant à lui, souligné que la tenue de la 13e session «intervient dans une conjonc- ture difficile exigeant davantage d'ef- forts pour répondre aux aspirations des générations montantes au Maghreb». Pour M. Baccouche, «le défi d'un en- seignement de qualité au Maghreb de- meure difficile à relever en raison du fai- ble niveau de l'enseignement et de la recherche scientifique et de l'innova- tion». Pour rappel, les travaux du conseil mi- nistériel prendront fin ce soir et seront sanctionnés par des recommandations.

GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE

L'Algérie et l'UE formalisent leur coopération dans le domaine de la gestion des risques de catastrophes

La direction générale de la Protection civile algérienne et la direction générale de la Protection civile et des opé- rations d'aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) ont signé mardi à Bruxelles un arrangement ad- ministratif, formalisant leur coopération dans le domaine de la gestion des risques de catastrophes. L'arrangement administratif signé ce mardi a pour objectif de «créer une synergie d'interopérabilité» né- cessaire aux intervenants pour mener à bien leur mis- sion, a affirmé le directeur général de la protection ci- vile, Lakhdar El Habiri qui a expliqué que l'accent sera mis sur le volet formation pour rehausser, encore, le ni- veau des équipes d'intervention de la protection civile algérienne. L'accord conclut entre les deux parties permettra éga- lement de coordonner et de planifier rapidement et ef- ficacement la réponse à apporter lorsqu'une catas- trophe survient, selon M. El Habiri qui s'est félicité de l'aboutissement du processus de certification de la protection civile algérienne. «Nous sommes le seul pays d'Afrique à bénéficier de cette reconnaissance. Avec cette certification, on peut intervenir dans le monde entier», a-t-il souligné en marge de la cérémo- nie organisée au siège de l'ECHO. Le DG de la protection civile algérienne a invité, à l'oc- casion, les responsables de l'ECHO à se rendre en Algé- rie pour procéder à l'élaboration d'un «canevas» de tra- vail et d'une «feuille de route» qui fixera les priorités et les actions à mener. La signature d'un arrangement administratif «marque une nouvelle étape» pour le travail commun de l'UE et de l'Algérie en matière de protection civile, a déclaré la directrice générale ECHO de la Commission euro- péenne, Monique Pariat lors de cette cérémonie. L'arrangement administratif reconnaît que face à l'augmentation du nombre de catastrophes et de leurs impacts, l'Algérie et l'UE ont un intérêt mutuel à renfor- cer leurs liens pour mieux gérer les risques. «La coopération portera beaucoup sur la prévention des catastrophes et de l'analyse des risques pour avoir une approche commune de manière à mieux travailler de concert sur des mesures conjointes de prévention de ces risques», a indiqué Monique Pariat. Il s'agit, a-t-elle poursuivi, d'assurer une coopération «plus régulière» et «plus efficace». «L'idée est d'intégrer dans le fonctionnement du Mé- canisme européen de protection civile, des pays de voisinage», a-t-elle ajouté, relevant que l'accord signé avec l'Algérie, le premier que la Commission européenne conclut avec l'un de ces voisins du Sud, «arrive à point nommé» eu égard aux «défis communs à relever». Le mécanisme européen de protection civile a été créé en 2001 pour favoriser la coopération entre les autori- tés nationales de protection civile des différents pays eu- ropéens. Le mécanisme regroupe actuellement les 28 Etats membres de l'UE ainsi que l'Islande, le Monténé- gro, la Norvège, la Serbie, l'ancienne République you- goslave de Macédoine et la Turquie. Le mécanisme a été mis en place pour coordonner l'aide apportée par les Etats participants aux victimes des catastrophes d'origine naturelle et humaine frappant l'Eu- rope et le reste du monde. L'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles, Amar Belani a estimé que la structuration de la coopération tradition- nelle entre la protection civile algérienne et euro- péenne «va donner un caractère pérenne» à cette rela- tion, se félicitant des avancées enregistrées en 2016 en matière de coopération bilatérale. «Nous avons réussi à adopter des textes fondamen- taux aussi bien en ce qui concerne l'évaluation de l'Ac- cord d'association que les priorités du partenariat Algé- rie-UE pour les trois prochaines années», a-t-il ajouté. La délégation algérienne a effectué, par la suite, une visite du centre de coordination des interventions d'ur- gence (ERCC) qui dirige les opérations du mécanisme. Un exposé sur le rôle et les missions de ce centre a été présenté par les responsables de cette structure qui sur- veille les situations critiques aux quatre coins du monde 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et en cas de crise, le cen- tre coordonne les interventions des pays participants. «Grâce aux modules de protection civile préposition- nés et autonomes, les équipes de l'ERCC sont prêtes à in- tervenir dans des délais très rapides tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des frontières européennes», ont expliqué les responsables du centre.

APS

6 DK NEWS

ÉCONOMIE

Jeudi 22 décembre 2016

Les entreprises devraient suivre une démarche volontaire pour se conformer aux règles de la concurrence

Le président du Conseil de la concurrence Amara Zitouni a re- levé mardi à Alger l'intérêt pour les entreprises de suivre une dé- marche volontaire pour se conformer aux règles d'une concurrence saine et loyale, soulignant qu'un programme a été lancé par le Conseil afin d'encourager les entreprises à s'approprier la culture de la concurrence. Lors d'une journée d'étude sur le programme de conformité aux règles de la concurrence dans le cadre du Programme d'ap- pui à la mise en oeuvre de l'accord d'association avec l'UE (P3A), M. Zitouni a expliqué que le programme du Conseil dont l'adhé- sion est volontaire, permet aux entreprises d'instaurer une véri- table culture de la concurrence et prévenir les risques d'infraction, dont les ententes et les abus de position dominante ou monopo- listique, et les prix abusivement bas. «Le Conseil encourage les entreprises à se doter d'un programme de conformité aux règles de la concurrence que ce soit sur une base autonome ou en l'intégrant à leur politique de conformité aux normes commerciales, consommations, fiscales marchés publics

et à y consacrer les moyens nécessaires pour en assurer le succès»,

souligne le Conseil. Lancé en avril 2016, le programme n'a vu, à ce jour, l'adhésion que de sept (7) entreprises nationales à savoir Sonatrach, Naftal, Sonelgaz, Asmidal, Algérie Poste, Mobilis et Condor, sur les 71 en- treprises contactées par le Conseil de la concurrence. La tenue de cette journée d'étude vient justement pour encou- rager les entreprises à adhérer à ce programme. Elle s'inscrit dans le cadre des actions de sensibilisation quant aux avantages d'une concurrence saine et loyale. La mise en place d'un programme de conformité dans une en- treprise ou organisme s'inscrit dans une stratégie de régulation

volontariste de prévention de la gestion des risques concurrentiels,

a expliqué pour sa part Me Mourad Medjnah expert dans le domaine

de la concurrence. «Il s'agit donc d'un outil de responsabilisation par rapport à ce que l'on attend d'une entreprise», a-t-il souligné lors de la rencon- tre à laquelle ont pris part des représentants d'organisme char- gés de la concurrence venus d'Italie, de la Pologne et d'Autriche. Pour rappel, le Conseil de la concurrence, créé en 1995, est une autorité administrative autonome qui agit au nom et pour le compte de l'Etat pour faire respecter les règles de la concurrence avec trois principales missions. Le Conseil exerce trois types de mission : missions de contrôle des concertations économiques, mission consultative, et la mis- sion de sanction des pratiques restrictives à la concurrence. Il est composé de 12 membres, dont 6 personnalités et experts ayant des compétences dans le domaine de la concurrence, de la distribution, de la consommation et le propriété intellectuelle, 4 professionnels des secteurs de la production, de distribution, de l'artisanat, des services et de professions libérales, et 2 représen- tants des associations de consommateurs.

Le groupe Cevital nomme un nouveau directeur général exécutif

Le groupe Cevital a annoncé mardi dans un communiqué la no- mination de Said Benikene au poste de directeur général exécu- tif, qui prendra ses fonctions à compter du 4 janvier 2017. Rattaché au conseil d'administration, M. Benikene pilotera l'en- semble des pôles du groupe Cevital aussi bien en Algérie qu'à l'in- ternational ainsi que les fonctions transverses, précise la même source. «Il aura toute latitude pour faire évoluer les structures de ma- nagement en intégrant de nouvelles compétences et de nouveaux

talents, internes et externes, afin de mettre en £uvre les objectifs

et orientations stratégiques du groupe», souligne le communiqué.

Le président du conseil d'administration, Issad Rebrab s'est dit «très heureux» d'annoncer la nomination de M. Benikene qui «pos- sède une longue expérience des enjeux industriels et de la trans- formation de grands groupes diversifiés qu'il a dÆores et déjà exercé dans l'accompagnement des acquisitions de Cevital à l'internatio- nal». «Le groupe Cevital écrit une nouvelle page de son histoire à

la faveur de la forte croissance de ses activités historiques, de sa diversification et de son internationalisation», ajoute M. Rebrab. M. Benikene estime, de son coté, que «le groupe Cevital aborde une nouvelle étape importante de son évolution» soulignant qu'il était «heureux et honoré de rejoindre un groupe ambitieux

à la culture entrepreneuriale, aux valeurs fortes et des équipes en- gagées et compétentes, pour construire ensemble son développe- ment». Diplômé de la Reims Mangement School (France), M. Be- nikene était jusqu'alors Associé au sein du cabinet français PwC. Il était en charge du développement des activités «Advisory» de PwC en Algérie, spécialisé en amélioration de la performance et en transactions pour des clients algériens et internationaux. Son expérience lui a permis de couvrir une large gamme dÆactivités, du secteur de l'industrie au secteur financier et

bancaire, et de travailler pour le compte de groupes internationaux dans des missions de transformation et d'amélioration de la per- formance ainsi que pour le compte de gouvernements et d'insti- tutions internationales (UE, FMI et BM). M. Benikene a accompa- gné Cevital dans la plupart de ses acquisitions à lÆinternational

et notamment pour Oxxo, Alas et Groupe Brandt, est-il noté dans

le communiqué.

APS

2016: Nouveau modèle économique et rationalisation budgétaire face à la crise financière

L'adoption d'une nouvelle démarche financière dans le cadre du nouveau modèle de croissance économique en passant par une politique budgétaire rénovée, ainsi que le lancement du e-paiement constituent les faits les plus marquants de l'année 2016 dans le domaine financier.

La Trajectoire budgé- taire pour 2017-2019, pré- vue par ce nouveau modèle économique, vise un double objectif: plafonner les dé- penses annuelles autour de 7.000 milliards de dinars (mds DA) et faire augmenter la fiscalité ordinaire d'au moins 11% par an. Une démarche qui de- vrait permettre une visibilité de la politique budgétaire à moyen terme et une rationa- lisation des dépenses pour faire face à la baisse des cours de brut. En attendant les résul- tats de cette nouvelle ap- proche budgétaire, une au- tre initiative a été engagée par le lancement de l'em- prunt obligataire pour la croissance économique. Cet emprunt d'Etat a per- mis au Trésor public d'en- caisser, auprès des banques publiques essentiellement, près de 570 mds DA qui ont servi à couvrir une partie du déficit budgétaire de 2016. Dirigée depuis juin der- nier par un nouveau gouver- neur, Mohamed Loukal, la Banque d'Algérie est revenue au refinancement des banques commerciales pour parer au manque de liquidi- tés engendré par la chute des dépôts bancaires pro-

venant du secteur pétrolier, tout en abaissant le taux des réserves obligatoires des banques passé de 12% à 8%. Afin de moderniser le secteur des finances par des outils novateurs liés aux of- fres de service en ligne, le ministère des Finances a été doté d'un ministère délé- gué chargé de l'économie numérique et de la moder- nisation des systèmes finan- ciers. Ce qui s'est déjà traduit par le lancement effectif du paiement électronique (e- paiement) au niveau de plu- sieurs banques publiques et privées et d'entreprises, ainsi que par la mise en place de la télédéclaration et de télépaiement des impôts pour les grandes entreprises.

Le FRR s'épuise, l'endettement extérieur comme option

La multiplication des ac- tions de réformes, engagées par le gouvernement et la Banque centrale, se pré- sente comme une solution urgente à la détérioration de la situation des finances publiques en 2016, une an- née qui aura sans doute en- registré les contre-perfor- mances financières les plus marquantes: chute des ré-

mances financières les plus marquantes: chute des ré- serves de change qui de- vraient clôturer à

serves de change qui de- vraient clôturer à 117 mil- liards de dollars à fin 2016 (contre près de 180 milliards de dollars à fin 2014), une in- flation autour de 6%, une monnaie dépréciée, un dé- ficit de Trésor de 1.770 mds DA au 1er semestre mais surtout un Fonds de régula- tion des recettes (FRR) en voie d'épuisement. Ce fonds d'épargne pu- blique a atteint en 2016, et pour la première fois de- puis sa création, le solde minimum légal autorisé par la loi, soit 740 mds de DA, suite aux prélèvements des- tinés à couvrir le déficit bud- gétaire du premier semestre de l'année. Mais pour permettre de couvrir le reste du déficit budgétaire, évalué à plus de 2.450 mds de DA pour toute l'année 2016, la loi de fi- nances de 2017 a supprimé le

seuil minimum du FRR afin de permettre de puiser sur toutes ses disponibilités. Et pour financer le reste du déficit? le recours à l'en- dettement extérieur est évo- qué par les hautes autorités du pays comme l'une des options. «L'endettement ex- térieur n'est pas une tare, sauf s'il n'est pas bien maî- trisé. Si nous recourrons à cette option, nous maintien- drons une dette soutenable qui sera destinée unique- ment à financer l'investisse- ment», a assuré le ministre des Finances. En 2016, l'Algé- rie a effectivement eu re- cours à un endettement ex- térieur en sollicitant un prêt auprès de la Banque afri- caine de développement (BAD) pour le financement du Programme d'appui à la compétitivité industrielle et énergétique pour un mon- tant de 900 millions d'euros.

La réforme du système de retraite marque le débat social en Algérie

La réforme du système national de retraite, à travers l'annulation de la retraite anticipée et sans condition d'âge pour donner un équilibre finan- cier de la Caisse nationale de retraite (CNR) et assurer le pérennité de ce système basé sur la solidarité intergé- nérationnelle, aura marqué le débat so- cial en Algérie durant l'année qui s'achève. Depuis l'annonce du projet d'amendement du système de retraite

par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, lors de la Tripartite tenue en juin dernier, jusqu'à l'adoption du projet par l'APN, marqué par l'introduction d'un amendement du président Bouteflika,

le sujet aura pris une place significative

dans le débat social avec une succession

de grèves dans divers secteurs. L'amendement introduit sur ins- truction du Chef de l'Etat prévoit une période transitoire de deux années

pour accorder le droit de bénéficier de

la pension de retraite aux travailleurs

âgés de 58 ans et plus en 2017 et de 59 ans en 2018 et ayant totalisé au moins

32 années de service effectif. Le droit à la retraite est concédé,

dans ces cas précis, à «la demande ex- clusive du travailleur salarié», prévoit l'amendement de l'ordonnance 97-13 du

31 mai 1997 relative à la retraite insti-

tuant le départ à la retraite sans condi- tion d'âge. A l'issue de la tripartite, une commis- sion a été mise sur pied pour élaborer

ce projet de loi qui fixe l'âge de départ

à la retraite à 60 ans par souci d'équité

et de préservation des capacités finan-

cières de la CNR. Les membres de la tripartite (gou- vernement, syndicat et patronat), avaient conclu, dans le document final, que les conditions actuelles «ne permet- tent plus» le maintien du dispositif de

départ à la retraite sans condition d'âge. L'ordonnance 97-13 instituant le départ à la retraite sans condition d'âge

a été élaborée dans une conjoncture

particulière de mise en oeuvre du pro- gramme d'ajustement structurel, à ti- tre transitoire, pour atténuer les effets induits par les fermetures d'entre- prises et des compressions d'effectifs. Le maintien actuel de ce dispositif entraîne des conséquences dommagea- bles aussi bien aux équilibres financiers de la CNR qu'à l'outil de production qui enregistre, chaque année, d'impor- tantes déperditions au niveau de ses res- sources humaines, notamment les plus qualifiées dans un dispositif qui s'est avéré souvent inégalitaire. Selon une étude du Centre de re- cherche en économie appliquée pour

le développement (CREAD), un grand nombre de postulants à la retraite an- ticipée pouvaient encore être très utiles à leurs entreprises grâce à leur savoir- faire et leur expérience. Pour les pouvoirs publics, le dé- part à la retraite sans condition d'âge a

favorisé le départ en masse de cadres compétents et d'une main d'£uvre qua- lifiée des entreprises nationales vers les

sociétés étrangères.

L'amendement revendiqué par la FNTR, contesté par des syndicats

L'amendement de l'ordonnance de

mai 1997 a toujours constitué une re- vendication de la Fédération natio- nale des travailleurs retraités (FNTR), relevant de la centrale syndicale UGTA. Réunie fin mai 2016, la Commission

exécutive de la FNTR a appelé les pou-

voirs publics à trouver les mécanismes

adéquats permettant d'amender la loi 83-12 (relative au système de retraite) et l'ordonnance 97-13 afin de trouver des solutions pour augmenter les recettes de la sécurité sociale en général et de la CNR en particulier. Les membres de la Commission ont constaté qu'en 2015, sur 10 dépôts de dossiers de retraite au niveau de la CNR, 7 travailleurs actifs sont des retrai-

tés proportionnels. Ils ont relevé à cet

égard que «les recettes versées par la CNAS et celles du Trésor public (esti- mées à 50% du budget) ne suffisent plus

à couvrir les dépenses de la caisse». Selon la direction générale de la sécurité sociale au ministère du Travail, contrairement à une idée reçue, les dé- parts à la retraite, avant l'âge de 60 ans, de près de 830.000 travailleurs, en plus d'engendrer des pertes de cotisa- tions et de compétences profession- nelles, ne sont en rien générateurs d'emplois. La CNR verse, chaque année, 770 milliards DA sous forme de pen- sions à environ 1.600.000 retraités, dont plus de 50% ont quitté leur emploi avant l'âge de 60 ans. La continuité du financement de la retraite est fondée sur le principe de solidarité intergéné- rationnelle. Toutefois, le départ «pré- coce» des personnes actives entraî- nent des versements à leur profit de pensions «pendant une durée assez longue» et provoquent une «rupture»

de cette solidarité. Pour leur part, les or-

ganisations syndicales activant dans di- vers secteurs, ont mené une contesta- tion, à travers de cycliques débrayages, contre l'amendement de la loi sur la re- traite revendiquant le maintien de la re- traite proportionnelle comme acquis des travailleurs. Fédérée dans une in- tersyndicale autonome, ces organisa- tions prévoient une réunion le 7 janvier prochain pour arrêter le calendrier du mouvement de protestation en- tamé depuis deux mois pour revendi- quer l'annulation du texte de loi sur la retraite. Avant de passer cette semaine devant la chambre haute du parle-

ment, le texte de loi relatif à la retraite

a été adopté le 30 novembre par la

majorité des membres de l'APN. Toutefois, les députés du parti des travailleurs (PT) et du Front pour la jus- tice et le développement (FJD) l'ont rejeté alors que les représentants du Front des forces socialistes (FFS) ont boycotté la séance de vote.

Jeudi 22 décembre 2016

ÉCONOMIE

DK NEWS 7

PÉTROLE BRUT

Hausse inattendue des stocks américains

Les stocks de pétrole brut ont progressé de manière inattendue la semaine dernière aux Etats-Unis, selon les chiffres publiés mercredi par le département de l'Energie (DoE).

Lors de la semaine achevée le 16 décembre, les réserves commerciales de brut ont aug- menté de 2,3 millions de barils à 485,4 millions de barils alors que les analystes interrogés par l'agence Bloomberg ta- blaient la veille, de façon mé- diane, sur une baisse de 2,5 millions de barils. Par ailleurs, ce rebond contredit également les estima- tions séparées de la fédéra- tion privée American Petro- leum Institute (API), qui avait fait part mardi soir d'un recul hebdomadaire des stocks de brut. Le DoE a parallèlement an- noncé une baisse de 1,3 million de barils des réserves d'es- sence, alors que des experts prévoyaient une progression de 1,375 million de barils. De leur côté, les stocks de produits distillés (fioul, kéro- sène, gazole) ont chuté de 2,4 millions barils alors que les ex-

gazole) ont chuté de 2,4 millions barils alors que les ex- perts s'attendant à un recul

perts s'attendant à un recul de 1,625 million de barils. Juste après l'annonce des chiffres des stocks de pétrole brut américains, le cours du

baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, a reculé de 8 cents à 53,22 dollars sur le contrat pour livraison en février au

Ex-

change, après avoir ouvert en hausse de 17 cents à 53,47 dol- lars à l'ouverture.

New

York

Mercantile

ESPAGNE

Des banques espagnoles devront rembourser 4 mds d'euros d'intérêts jugés abusifs

La Cour de justice de l'Union euro- péenne a décidé mercredi que les banques espagnoles devraient rembourser au moins 4 milliards d'euros à leurs clients lésés par des clauses abusives sur les in- térêts des emprunts immobiliers, provo- quant la chute de leurs valeurs en Bourse. Le Tribunal suprême espagnol avait an- nulé en mai 2013 les «clauses plancher» sur les prêts à taux d'intérêt variables, qui per- mettaient aux banques de ne pas réduire leur taux en deçà d'un certain seuil, même si les taux du marché baissaient. Mais il ne les avait pas obligées à rem- bourser les intérêts perçus avant sa déci- sion. Mais la Cour européenne a reconnu aux emprunteurs le «droit d'obtenir la restitu- tion des sommes qu'ils ont indûment ver- sées aux établissements bancaires», y compris avant 2013. La décision de la Cour basée à Luxem- bourg ne concerne pas en principe les af- faires déjà jugées mais seulement les af- faires en cours de jugement ou futures, se- lon Erick Berguer, avocat spécialiste du

droit des hypothèques. L'association de consommateurs Adi- cae, qui avait lancé une action collective contre les banques au nom de quelque 15.000 familles, incite cependant à faire ap- pel de toutes les déci- sions basées sur la ju- risprudence du Tri- bunal suprême pour que la décision de la Cour européenne s'applique dans tous les cas, ce qui coûterait, selon elle, 7 mil- liards aux banques. Dans une conférence de presse, elle a

estimé qu'entre 2 et 4 millions de contrats

à clauses-plancher ont été signés, amenant

certaines personnes touchées par la crise

à revendre leur maison, voire à être expul- sées de chez elles. Le porte-parole des députés socia- listes, Antonio Hernando, a affirmé avoir demandé au gouvernement conservateur

a affirmé avoir demandé au gouvernement conservateur une solution «extra-judiciaire» pour «ne pas obliger les

une solution «extra-judiciaire» pour «ne pas obliger les quelque deux millions de personnes concernées à suivre une procé- dure judiciaire longue et coûteuse». Le ministre de la Justice, Rafael Catala,

a affirmé que ce n'était pas le rôle du gouvernement, appelant les banques à

trouver une solution avec leurs clients. Le site d'annonces immobilières Idea- lista a dit craindre que les banques n'aug- mentent leurs intérêts pour faire face fi- nancièrement à cette décision.

CHYPRE

Trois groupes pétroliers retenus pour l'exploration de gaz offshore

Le géant pétrolier améri- cain ExxonMobil associé à Qa- tar Petroleum ainsi que les groupes français Total et italien Eni ont été retenus par Chypre pour l'exploration de gaz au large de l'île. Huit groupes s'étaient por- tés candidat en juillet pour obtenir des permis d'explora- tion dans trois blocs (6, 8 et 10) en mer Méditerranée, certains regroupés en consortium. Les trois candidats retenus vont maintenant commencer les négociations avec le gouver- nement chypriote pour éta- blir des contrats d'exploration. Si ces négociations aboutis- sent, les contrats seront soumis au Conseil des ministres. S'il les approuve, les compa-

gnies retenues se verront déli- vrer des permis d'exploration. Le géant américain Exxon- Mobil associé avec un parte- naire du Qatar a été retenu pour le bloc 10, le plus convoité, face à un consortium com- posé de Total et Eni et au groupe norvégien Statoil, ont précisé des responsables chy- priotes. Total et Eni se rattrapent toutefois en voyant leur candi- dature commune retenue pour le bloc 6. Le groupe italien va également négocier avec le gouvernement chypriote pour le bloc 8. Les zones ouvertes à l'exploration lors de ce der- nier appel d'offres sont situées près de l'endroit où Eni a fait d'importantes découvertes

offshore dans le champ gazier égyptien Zhor, qui pourrait abriter 850 milliards de mètres cubes. La découverte de Zhor a suscité l'espoir que de nou- velles richesses puissent être extraites au large de Chypre. En 2011, la firme améri- caine Noble Energy a été la première à découvrir du gaz au large de Chypre dans le champ Aphrodite, dont les réserves sont estimées à 127,4 milliards de mètres cubes de gaz. Le bloc dans lequel se trouve Aphrodite a été déclaré commercialement viable, mais Noble associé aux sociétés is- raéliennes Delek et Avner ainsi qu'au britannique BG n'a pas encore commencé l'exploita-

tion. Eni a déjà obtenu dans le passé des permis d'explora- tion (trois blocs, 2, 3 et 9) dans la zone économique exclusive de Chypre et devrait commen- cer l'exploration sur la côte sud de Chypre l'année pro- chaine. Chypre espère devenir un acteur énergétique majeur en Méditerranée orientale et construire un terminal à terre pour exporter du gaz vers l'Eu- rope et l'Asie. Mais pour que ce projet soit économiquement viable, il lui faut trouver davantage de ré- serves gazières. Chypre cherche en outre à pouvoir transférer le gaz du champ d'Aphrodite vers l'Eypte via un gazoduc sous-marin.

TOKYO

La Bourse ouvre en nouvelle hausse

La Bourse de Tokyo a ouvert en hausse mer-

credi, motivée par l'affaiblissement du yen et l'enthousiasme qui prévalait mardi à Wall Street.

A la première minute des échanges, l'indice

Nikkei des 225 valeurs vedettes prenait 0,27% (+52,75 points) à 19.547,28 points.

Il avait déjà renouvelé mardi son plus haut

niveau en clôture en plus d'un an, avec pas moins de 10 séances positives sur les 11 der- nières. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau gagnait pour sa part mer- credi matin 0,19% (+2,95 points) à 1.555,31 points. Du côté des monnaies, le dollar remontait légèrement, à 117,85 yens, contre 117,75 yens mardi à la fermeture de la place tokyoïte. L'euro valait autour de 122,50 yens, contre 122,30 yens.

LIBRE-ÉCHANGE

Japon et UE renvoient officiellement à 2017 l'espoir d'un accord

Le ministère japonais des Affaires étran- gères et la Commission européenne ont pris acte des retards des négociations et renvoyé à 2017 l'ambition de conclure les grandes lignes d'un accord de libre échange Japon-UE, a an- noncé la partie japonaise. Le chef de la diplomatie nippone, Fumio Ki- shida, et la commissaire européenne au Com- merce, Cecilia Malmström, se sont entretenus mardi par téléphone à ce propos, a expliqué mercredi à l'AFP un porte-parole du ministère japonais des Affaires étrangères. Tout en exprimant des regrets, M. Kishida

a convenu avec son interlocutrice qu'il était vain de penser s'entendre d'ici à la fin de l'année comme cela était espéré, selon la même source. Ils ont dans le même temps confirmé une volonté commune de reprendre les discussions

dès le mois de janvier pour avancer au plus vite sur ce dossier qui piétine alors que se profilent plusieurs importantes échéances électorales en Europe l'année prochaine. «Il est nécessaire de conclure les grandes lignes des négociations avant ces scrutins et je voudrais que l'on reprenne les pourparlers au plus vite le mois prochain pour s'entendre sur un accord de principe», a dit Mme Malmström

à son interlocuteur, a rapporté le porte-parole

du ministère. «Nous devons faire mutuellement des efforts en concentrant les discussions sur les pro- blèmes pendants et en tenant compte des su- jets sensibles de chaque côté pour conclure ra- pidement», a de son côté insisté M. xKishida. «Les choses sont plus compliquées que ce que l'on pensait», avait souligné en début de semaine une source proche de la Commission européenne. Les négociations butent avant tout sur deux points: le secteur automobile --que le Ja- pon aimerait voir aussi libéralisé que possible dans l'UE-- et l'agriculture --les Européens voyant dans le Japon un marché particulière- ment intéressant, très demandeur de pro- duits de qualité. Concernant le secteur automobile, un su- jet «très sensible en Europe, nous sommes prêts à ouvrir notre marché complètement si nous parvenons à atteindre un bon accord qui inclut des solutions adéquates pour des me- sures non tarifaires», avait déclaré samedi Mauro Petriccione, chef négociateur pour l'UE, à l'issue de deux semaines de discussions au Japon. Les mesures non tarifaires sont des dispositions politiques, autres que les droits de douane, qui peuvent affecter le com- merce, telles des normes ou règlements par- ticuliers sur la qualité et la sûreté des produits. APS

8 DK NEWS

RÉGIONS

Jeudi 22 Décembre 2016

TOURISME SAHARIEN

Promouvoir la destination de l’Ahaggar passe par la valorisation de son potentiel

La wilaya de Tamanrasset recèle d’énormes potentialités touristiques en quête e davantage de valorisation pour lui permettre de redorer son blason de destination touristique privilégiée, aussi bien pour les nationaux que les étrangers, estiment des professionnels locaux du secteur.

L’Ahaggar, cette destination touris- tique du grand Sud du pays, renfermant d’innombrables atouts attrayants, tant en sites naturels et culturels qu’histo- riques, continue de susciter l’intérêt des opérateurs désireux de contribuer à la va- lorisation de cette richesse, à la faveur des mesures incitatives et facilités accordées dans ce sens par les pouvoirs publics, soutiennent des représentants d’agences de tourisme et de voyage. La région de l’Ahaggar offre une pano- plie de sites naturels et de vestiges histo- riques, dont le majestueux mont de l’As- sekrem, mondialement célèbre comme site à partir duquel sont observés des le- ver et coucher du soleil d’une rare beauté, en plus d’autres sites disséminés à travers la wilaya, à l’instar du grand Tidikelt (In- Salah), des zones de Tazrouk, Tit, Ahnet Tafdest et Abalessa où se trouve la sépul- ture de Tin-Hinane, la reine des Touareg, détaillent-ils. Le parc national de l’Ahaggar, un mu- sée à ciel ouvert, riche en sites témoi- gnant de l’ancienne présence humaine, lui conférant l’honneur d’un classement au patrimoine universel conservé, draine tout au long de l’année des flux de touristes venus découvrir des peintures et gravures rupestres d’animaux, de signes d’une an- cienne présence humaine et de ses rites, ainsi que d’écrits en Tifinagh. Cette diversité naturelle et culturelle est enrichie par d’autres repères cultuels et culturels, dont l’église de Charles de- Foucauld à Tamanrasset, le lieu de Khelwa (lieu de méditation) à l’Assekrem, le ksar de Moussa Agh-Amestane, les zaouïas et anciens lieux de culte au cachet architec- tural typique.

anciens lieux de culte au cachet architec- tural typique. cueil, dont huit hôtels et 10 campings

cueil, dont huit hôtels et 10 campings to- talisant une capacité d’hébergement de près de 1.370 lits et générant plus de 250 emplois permanents.

Initiatives locales pour relancer l’acti- vité touristiques Dans le but d’impulser les activités

touristiques dans la région, plusieurs ini- tiatives locales ont été lancées avec l’im- plication d’une trentaine d’agences de voyage du pays dans des campagnes de promotion et de valorisation des potentia- lités touristiques de la région. Les opérateurs touristiques entendent

à travers cette action mettre en £uvre la stratégie de relance du tourisme national

à l’ère des défis économiques actuels, a in-

diqué à l’APS le président de l’Office local du tourisme, Abdallah Hamidou. Visant l’écoulement du produit tou- ristique, cette initiative a donné lieu à des conventions entre participants pour le lancement de voyages organisés à la fin de l’année, en plus du renforcement des des- sertes aériennes vers la région pour la pro- motion du secteur, encouragés par l’inté- rêt manifesté par les touristes pour se ren- dre dans la région pour y passer les fêtes de fin d’année, a-t-il affirmé. Selon le responsable, d’intenses prépa- ratifs sont entrepris pour l’organisation, au début de l’année prochaine, de voyages d’information et de vulgarisation en direc- tion des opérateurs touristiques étrangers et des médias.

Quatre circuits touristiques ont été ou- verts pour le développement du tourisme dans la région, notamment vers les sites du Tassili-Ahaggar, Ahnet, Tafdest et le mont de l’Assekrem, avait-on annoncé lors de la dernière visite du ministre du tourisme dans la wilaya. L’intérêt pour la destination Algérie, no- tamment le Grand Sud, devrait insuffler aussi une dynamique aux activités com- merciales, à l’instar du secteur de l’artisa- nat appelé à se développer en parallèle, au regard de l’intérêt suscité par ses produits auprès des touristes, selon la Chambre de l’Artisanat et des Métiers (CAM).

Le regain d’intérêt pour le tourisme sa- harien augure d’une reprise de l’activité

commerciale pour les artisans de la région qui recense plus de 5.800 immatriculations à la CAM, versées dans diverses activités ar- tisanales, notamment la bijouterie et la couture traditionnelles, la broderie, la maroquinerie, la poterie et la céramique. Pour conforter ces activités et structures dédiées aux artisans, il a été procédé à l’ou- verture, dans le cadre de la coopération Al- géro-brésilienne, d’une école de gem- mologie, sise au siège de la CAM. Cette école a contribué jusqu’ici à la for- mation de plus de 80 artisans dans diffé- rentes filières de la taille de pierres pré- cieuses et semi-précieuses, en vue de leur permettre de perfectionner leur métier et garantir l’écoulement de leurs produits et de développer ce créneau, indissociable du tourisme, a-t-on souligné.

Vers la promotion d’un tourisme pros- père et durable Dans la perspective de développer un tourisme florissant et durable dans la ré- gion, la wilaya de Tamanrasset s’est vue ac- corder ces dernières années plusieurs opérations consistant notamment en la réalisation de quatre nouvelles zones d’expansion touristiques (ZET) suscepti- bles d’ouvrir de nouvelles opportunités de développement du tou isme saharien, a- t-on signalé à la direction de wilaya du sec- teur du Tourisme. Couvrant une superficie globale de 309 hectares, ces nouveaux espaces, répartis entre zone d’Aguenar, au Nord de Ta- manrasset (250 ha), la région de Djoualil (30 ha), Idelès (23 ha) et la zone de Dagh- mouli (6 ha), sont appelés à contribuer au renforcement des structures d’accueil dans la région et à améliorer les presta- tions touristiques. La wilaya de Tamanrasset renferme actuellement diverses structures d’ac-

TISSEMSILT

Attribution prochaine de 100 logements publics locatifs à Ammari

L’attribution de 100 loge- ments publics locatifs est prévue prochainement dans la com- mune de Ammari (Tissemsilt), a-t-on appris mardi du wali. Abdelkader Benmassoud a indiqué, dans un point de presse en marge d'une visite d’inspec- tion dans les communes de la daira de Ammari, que les travaux de réalisation de ces logements sont achevés et que leur attribu- tion s'effectuera très prochai- nement. Il a souligné que ce quota de LPL sera distribué en fin dé-

cembre en cours dans certaines communes de la wilaya. Par ail- leurs, le chef de l’exécutif a an- noncé le mise en service, dans dix jours, du réseau de distribu- tion du gaz de ville dans la com- mune de Maacem. En outre, il a fait savoir que la wilaya a bénéficié dernièrement d’un important programme au titre de la Caisse de solidarité et garantie des collectivités locales comportant le raccordement de centres ruraux et urbains au ré- seau de gaz naturel et l'électrifi- cation rurale au profit de zones

éloignées. Toutes les préoccupa- tions des citoyens de ces centres ruraux de la daira de Ammari se- ront pris en charge en matière de gaz de ville, d'électricité, de re- vêtement des routes et d'adduc- tion en eau potable. Lors de cette visite, le wali a inspecté la polyclinique de Sidi Abed, les tra- vaux d’extension du siège de cette commune, le service d’état civil et le projet de réalisation du nouveau siège de la commune de Maacem. Il a également inau- guré un bureau de poste dans la même collectivité et a donné le

coup d’envoi des travaux du che- min reliant douar «El Djouza» et la RN 19 sur une distance de 12 kilomètres. Dans la commue de Ammari, le wali a inspecté le projet de réalisation de 100 LPL, le siège de la sûreté de daira dont les travaux ont été achevés de même que ceux de logements d’astreinte. En outre, il a visité le chantier de construction d’un internat de 200 lits au nouveau CEM et une usine de production de poteaux électriques réalisés dans le cadre de l’ANSEJ.

OUARGLA

Plus de 1.000 projets industriels avalisés ces cinq dernières années

Un total de 1.031 projets d’in- vestissement industriel ont été avalisés durant les cinq dernières années dans la wilaya d’Ouar- gla, a-t-on appris mercredi du di- recteur locale de l’industrie et des mines (DIM). Pour ces projets retenus dans le cadre de la promotion de l’in- vestissement, 373 actes de conces- sion ont été déjà attribués à leurs promoteurs, dont 266 ont ob- tenu le permis de construire pour entamer les travaux de concrétisation de leurs projets, a précisé Abdelaziz Harrouz. Quelque 130 de ces investis- seurs ont obtenu leur permis de construire et ont lancé leurs pro- jets, dont une vingtaine sont en- trées en service, tandis que les 136 autres projets n'ont pas encore été lancés, a-t-il fait savoir. Dans le ca- dre de l’opération d’assainisse- ment du foncier industriel, les au- torités de la wilaya vont organiser des rencontres avec les investis- seurs pour débattre et trouver des solutions à l’ensemble des contraintes entravant le lance- ment de leurs projets, a-t-il an- noncé dans le même contexte. Ces assises sont considérées comme une première démarche avant d’aller à des annulations des titres de concession attribués, et ainsi récupérer les assiettes fon- cières non-exploitées et les réaf- fecter le cas échéant, a-t-il conclu.

LAGHOUAT

Plus de 170 foyers raccordés au gaz naturel à El-Assafia

Au moins 173 foyers ont été raccordés mardi au gaz naturel dans la commune d’El-Assafia, wilaya de Laghouat, a-t-on appris auprès de la direction locale de la société de distribution de l’élec- tricité et du gaz (Sonelgaz-cen- tre). L’opération, d’un coût de 8 millions DA, a permis de raccor- der ces foyers dans les quartiers Zighoud Youcef et Chadli Bend- jedid, a signalé le chargé de la communication, Mourad Gha- lem. Elle ponctue une autre ayant ciblé dernièrement 287 foyers dans les concentrations d’habi- tants de Bouzbaier (commune de Hassi-R’mel) et El-Fesfassa (commune de Sidi-Makhlouf ), pour un coût de 370 millions DA. Les quartiers Zighoud You- cef et Chadli Bendjedid, dans la commune d’El-Assafia, ont éga- lement bénéficié d’un réseau d’électricité, dans le cadre des ac- tions d’amélioration du cadre de vie du citoyen, a-t-il ajouté. Le taux de couverture de la wi- laya de Laghouat a dépassé les 98% pour ce qui est de l’électri- cité et les 90% pour le gaz natu- rel, selon les services de la Sonel- gaz-centre.

APS

Jeudi 22 décembre 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

TRANSPORT

L'exploitation du téléphérique de Chréa suspendue suite aux vents violents

L'exploitation de la télécabine reliant Blida aux hauteurs de Chréa est suspendue depuis mardi à cause de vents forts prévus par l'Office national de météorologie (ONM), a appris mercredi l'APS auprès de l'entreprise de transport algérien par câbles (Etac).

Cet arrêt momentané fait suite au bulletin météo spé- cial (BMS) émis lundi par l'ONM, prévoyant des vents forts soufflant sur les villes côtières et proches côtières du centre à partir du mardi 20 décembre. Ces vents pourront at- teindre ou dépasser locale- ment 80 kms/h, signale l'Etac qui rappelle que conformément aux consignes d'exploitation, la télécabine ne pourrait ac- cueillir les usagers en cas de vents violents ou de condi- tions météorologiques défa- vorables, et ce, afin d'éviter tout éventuel incident met- tant en danger les passa- gers. L'exploitation du té- léphérique reprendra nor- malement dès la levée de cette alerte météo, indique la même source. L'Etac assure, par ail- leurs, avoir mobilisé ses équipes de maintenance et d'exploitation, afin d'assurer un fonctionnement continu

MOSTAGANEM

Arrestation de 5 impliqués dans une affaire d’enlèvement d’une jeune fille à Sayada

Les services de la gendar- merie nationale de Mostaga- nem ont arrêté cinq jeunes, impliqués dans une affaire d’enlèvement et de viol d’une jeune fille dans la commune de Sayada, a-t-on appris mardi de ce corps de sécurité. Les faits de cette affaire re- montent à la nuit du dimanche à lundi, où un appel télépho- nique est parvenu à la brigade de gendarmerie nationale de Sayada signalant un enlève- ment d’une jeune fille, qui a été victime d'un viol dans un taudis au bidonville «Oued El Hadaik» dans la commune de Sayada. Les éléments de la gendar- merie nationale de Sayada et d'Ain Tedelès soutenus par une équipe d’intervention ra- pide se sont rendus sur le lieu trouvant la victime âgée de 22 ans et résidant au même quar- tier dans un état psychique déplorable. Les personnes arrêtées ont utilisé une motocycle pour enlever la jeune fille et la conduire vers un taudis. L’un des auteurs de ce méfait a été arrêté dans la même nuit et la victime l’a reconnu et ensuite les quatre autres qui ont avoué leur acte. Les inculpés ont été présen- tés mardi devant le procureur de la République près le tribu- nal de Mostaganem qui les a écroués pour constitution d’as- sociation de malfaiteurs, kid- napping et viol.

d’as- sociation de malfaiteurs, kid- napping et viol. et en sécurité de l'installa- tion, réduisant ainsi

et en sécurité de l'installa- tion, réduisant ainsi les pé- riodes d'immobilisation de la télécabine. Lundi, une interruption momentanée de l'installa- tion s'était produite égale- ment suite à la découverte

d'un composant nécessitant un réglage complémentaire en ligne, selon cette entre- prise qui rappelle que l'ex- ploitation de ce moyen de transport n'est pas assurée les dimanche pour des rai- sons de maintenance. Fermé

depuis trois ans en raison des travaux de rénovation et de modernisation, le télé- phérique reliant Blida aux hauteurs de Chréa, en pas- sant par Beni Ali, avait été rouvert aux passagers le 15 décembre en cours.

EL EULMA (SÉTIF) :

Une femme de 47 ans morte écrasée par un train

Azzedine Tiouri.

Les éléments de l’unité secondaire de la Pro- tection civile d’El Eulma, située à une trentaine de km à l’est du chef lieu de wilaya Sétif, sont intervenus, mardi dernier vers 13h50, pour dé- gager le corps d’une femme âgée de 47 ans écra- sée par le train de voyageurs reliant Sétif à Constantine. Selon la cellule de communica-

tion de la direction de la Protection civile de Sé-

tif, l’accident a eu lieu à proximité de la cité La-

bidi, située au sud-ouest de la ville d’El Eulma.

Le corps de la victime a été transporté vers la

morgue de l’hôpital d’El Eulma par les élé- ments de la Protection civile après l’achèvement de l‘enquête diligentée par les services concer- nés de sécurité. Selon des témoins oculaires, la victime tra- versait la voie de chemin de fer lorsqu’elle a été surprise par l’arrivée du train.

ACCIDENTS DE LA ROUTE:

38 morts et 1 058 blessés en une semaine

DE LA ROUTE: 38 morts et 1 058 blessés en une semaine Trente-huit (38) personnes ont

Trente-huit (38) personnes ont trouvé la mort et 1 058 autres ont été blessées dans 990 accidents survenus du- rant la période du 11 au 17 dé- cembre courant à travers le territoire national, selon un bilan hebdomadaire de la Pro- tection civile rendu public mercredi. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wi-

BATNA

Une personne meurt asphyxiée par le monoxyde de carbone

laya de Boumerdes avec qua- tre personnes décédées et 31 autres blessées suite à 29 ac- cidents de la route, précise la même source. Par ailleurs, les éléments de la Protection civile ont ef- fectué, durant la même pé- riode, 949 interventions pour procéder à l'extinction de 587 incendies urbains, industriels et incendies divers.

Un homme âgé de 76 ans a trouvé la mort, asphyxié par des émanations de mo- noxyde de carbone, dans la commune d’Oued Echaaba (Batna), apprend-on mardi auprès des services de la protection ci- vile. La victime travaille comme agent de sé- curité dans un chantier au pôle urbain de Hamla 3 (sortie sud de Batna), a précisé le chargé de l’information auprès des services de la protection civile Zouhir Nekaa, sou- lignant que le corps sans vie de la victime

a été trouvé dans une chambre dans un im- meuble en cours de construction. En dépit des campagnes de sensibilisa-

tion organisées par la protection civile en collaboration avec les différents secteurs,

la wilaya de Batna a enregistré, depuis le dé-

but de l’hiver, sept (7) décès dus aux éma- nations de monoxyde de carbone, alors

qu’une dizaine d'autres personnes ont été secourues, a encore rappelé la même source.

PROTECTION CIVILE

18457 appels en une semaine

Durant la période du 11 au 17 Décembre 2016, Les unités d’interventions de la protec- tion civile ont enregistré 18 457 appels de se- cours dans les différents secteurs d’interven- tions pour répondre aux appels de détresses émis par les citoyens, suite à des accidents de la circulation, accidents domestiques, éva- cuation sanitaire, extinction d’incendies et dispositif de sécurité … etc. Concernant le secours à personnes 10871 interventions ont été effectuées avec la prise en charge de 1151 blessés traités par nos se- cours médicalisés, 9478 évacuations sani- taires. 1774 Interventions effectuées suite à 990 accidents de la circulation ayant causé le dé- cès de 38 personnes et 1058 autres blessés, traités et évacués vers les structures hospi- talières. Le bilan le plus lourd a été enregis- tré au niveau de la wilaya de Boumerdés avec 04 personnes décédés et 31 autres blessés pris en charge par nos secours puis évacuées vers les structures hospitalières suite à 29 acci- dents de la route. En outre, nos secours ont effectué 949 in- terventions pour procéder à l'extinction de 587 incendies urbains, industriels et incen- dies divers. Par ailleurs 4863 interventions ont été ef- fectuées durant la même période pour la couverture de 4321 opérations divers et l’as- sistance aux personnes en danger.

MARDI À 21H32

Secousse tellurique de magnitude 3,5 degrés à Médéa

Une secousse tellurique de magnitude 3,5 degrés sur l'échelle ouverte de Richter a été enregistrée mardi à 21h32 dans la wilaya de Médéa, indique le Centre de recherche en as-

tronomie, astrophysique et géophysique (Craag). L'épicentre de cette secousse a été

localisé à 7 km au sud-ouest de Mihoub dans la même wilaya, précise la même source.

HIER À 8H37 Secousse tellurique de 3,2 degrés à Biskra

Une secousse tellurique de magnitude 3,2 degrés sur l'échelle ouverte de Richter a été en- registrée mercredi à 08 h 37 dans la wilaya de Biskra, indique le Centre de recherche en as- tronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG). L'épicentre de cette secousse a été lo- calisé à 5 km au sud-ouest de Meziraa, dans la même wilaya, précise la même source.

M’SILA Chute mortelle d’une femme depuis une passerelle à Sidi Aissa

Une femme d’une cinquantaine d’an- nées est décédée mardi après-midi, suite à

sa chute depuis une passerelle, située à la cité 8 mai 1945 dans la commune de Sidi Aissa (100 km Nord-Ouest de M’sila), a-t-on appris auprès de la protection civile. La victime, dé- cédée sur place a été acheminée vers la

morgue de l’hôpital de la même commune, a précisé la même source. Une enquête a été ouverte par les services concernés pour dé- terminer les circonstances exactes de ce drame, a-t-on souligné.

APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Jeudi 22 décembre 2016

ETATS-UNIS/DIESELGATE

Accord sur un plan d'indemnisation de VW pour 80.000 voitures

sur un plan d'indemnisation de VW pour 80.000 voitures Volkswagen a trouvé un ac- cord avec

Volkswagen a trouvé un ac- cord avec les autorités améri- caines sur un plan d'indemnisa-

tion couvrant les quelque 80.000 voitures diesel qui restent concernées par le scandale des moteurs truqués aux Etats-Unis,

a annoncé mardi le juge en

charge du dossier. S'il reçoit le feu vert de la jus- tice, ce plan s'appliquera aux moteurs de 3 litres de cylindrée, qui équipent notamment les voi- tures de marque Porsche et Audi,

et viendra s'ajouter aux quelque

15 milliards de dollars déjà pro- mis par le géant allemand pour indemniser les voitures équi- pées de moteurs moins puis- sants aux Etats-Unis. Volkswagen

a reconnu avoir équipé 11 mil-

lions de ses voitures, dont 600.000 aux Etats-Unis, d'un lo-

giciel faussant le niveau réel d'émissions de gaz polluants, provoquant un retentissant scan- dale. Les détails financiers de

ce nouveau plan négocié avec le

GUANTANAMO

Transfert prochain d'une vingtaine de détenus

département de la Justice, l'agence environnementale amé- ricaine (EPA) et l'Etat de Califor- nie, restent encore confiden- tiels, a relevé le juge fédéral de San Francisco Charles Breyer, qui a toutefois assuré que les

automobilistes lésés recevront des «indemnisations substan- tielles». D'après les quelques modali- tés révélées par le juge, pour les moteurs 3 litres les plus anciens (entre 2009 et 2012), les auto-

mobilistes pourront faire réparer leur véhicule ou le faire racheter par Volkswagen. Pour les mo- dèles plus récents, VW assure être en mesure de réparer tous les véhicules concernés, a ajouté

le juge Breyer, qui doit donner son accord final d'ici au 31 janvier prochain. Même en cas de feu vert, Volkswagen restera sous le coup d'une enquête pénale aux Etats-Unis et fait face à de nom- breuses autres poursuites judi-

ciaires dans le monde.

nom- breuses autres poursuites judi- ciaires dans le monde. Une vingtaine de détenus se- ront transférés

Une vingtaine de détenus se- ront transférés prochainement de

«La Maison Blanche a informé

audacieuses de la part du prési- dent Obama pour fermer ce camp

la prison militaire américaine

de détention (

)

Il ne peut laisser

de Guantanamo, que Barack Obama avait promis de fermer avant son départ, a rapporté le New York Times mardi.

le dossier à Trump», a-t-elle ajouté. Durant la campagne, le président élu Donald Trump avait affiché sa volonté de garder cette prison ouverte et «de la

le

Congrès qu'elle avait l'intention

remplir de mauvais gars» mais

de transférer 17 à 18 détenus qui seraient répartis entre l'Italie, Oman, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis», a précisé ce journal dans son édition de mardi. Il reste actuellement 59 détenus dans cette prison qui incarne, à travers le monde, les excès dans la lutte anti-terro- riste des Etats-Unis après les at- tentats du 11-Septembre 2001. «S'ils sont bienvenus, ces transferts restent insuffisants», a réagi Naureen Shah, de l'organi- sation Amnesty International. «Nous attendons des décisions

n'a jamais présenté de projet dé- taillé. Barack Obama, qui n'a pas réussi, en huit années au pouvoir, à trouver un compromis avec le Congrès, n'aura pas tenu sa promesse de campagne. Quand il a pris ses fonctions en janvier 2009, ils étaient 242. Il de- vraient être une quarantaine si le transfert envisagé est mené à bien dans les semaines à venir. En février, M. Obama avait présenté un plan identifiant 13 sites sur le sol américain sus- ceptibles d'accueillir des prison- niers.

MEXIQUE

L'explosion d'un marché de feux d'artifice fait au moins 31 morts

marché de feux d'artifice fait au moins 31 morts Une explosion sur le plus grand marché

Une explosion sur le plus grand marché de feux d'arti- fice du Mexique a fait au moins 31 morts et 72 blessés mardi à Tultepec, près de Mexico, ont déclaré les auto- rités mexicaines. Un précé- dent bilan avait fait état de 29 morts. L'explosion s'est produite vers 14h50 (20h50 GMT) sur ce marché spécialisé en pro- duits pyrotechniques qui ac- cueille traditionnellement de nombreux visiteurs à l'ap- proche des fêtes de Noël. «Vingt-six personnes sont décédées sur place et cinq dans les hôpitaux», portant le bilan à 31 personnes tuées, a indiqué dans la soirée le pro- cureur de l'Etat de Mexico, Alejandro Gomez. «Juste après l'explosion, tout a commencé à prendre feu. Il y avait des gens brûlés qui couraient», a raconté à l'AFP Walter Garduno, té- moin de la tragédie. «Des gens couraient en flammes, des enfants» a-t-il poursuivi. Les médecins légistes ont effectué des prélèvements ADN sur les victimes car «la plupart» ne sont pas identifia- bles, a indiqué sur la chaîne Televisa le gouverneur de l'Etat de Mexico, Eruviel Avila. Au moins 32 personnes sont portées disparues et les auto- rités tentent de déterminer si elles figurent parmi les vic- times de l'explosion. Les images diffusées sur les réseaux sociaux montrent une impressionnante série d'explosions multicolores sui- vie par un important dégage- ment de fumée. «Le marché a totalement disparu», a indiqué le res- ponsable national de la pro- tection civile, Luis Felipe Puente, sur la chaîne Televisa, en précisant que plusieurs blessés se trouvaient «dans un état grave». Sur les 72 per- sonnes blessées, une ving- taine a pu quitter l'hôpital dans la soirée. Trois enfants devraient être transférés aux Etats-Unis pour être soignés dans un hôpital spécialisé. «Mes condoléances aux fa- milles de ceux qui viennent de perdre la vie dans cet accident et mes voeux de rétablisse- ment rapide pour les bles- sés», a écrit le président mexi- cain Enrique Pena Nieto sur son compte Twitter. APS

INDONÉSIE

Un séisme de magnitude 6,6 secoue l'est

APS INDONÉSIE Un séisme de magnitude 6,6 secoue l'est Un séisme de magnitude de 6,6 profond»,

Un séisme de magnitude de 6,6

profond», a confirmé le responsa-

ble cité par l'agence Xinhua. «Jusqu'à présent, il n'y a pas de rapports sur les dégâts et les

pertes de vies», a dit à l'agence par téléphone Sutopo Purwo Nu- groho, porte-parole de l'agence nationale de la gestion des désas- tres. Plus de 100 personnes ont été

tuées et plus de 700 autres blessées lorsqu'un séisme de magnitude de 6,5 a frappé la province indoné- sienne d'Aceh au début du mois de décembre 2016.

a secoué mercredi Maluku, situé

l'est de l'Indonésie, sans qu'une

alerte au tsunami n'ait été émise,

a annoncé un responsable de

l'agence météorologique et géo- physique. Le tremblement de terre a eu

lieu à 00h17 GMT avec l'épicentre

à 184km au nord-est de Maluku Ba-

rat Daya et à 173km de profon- deur. «Nous n'avons pas diffusé une alerte au tsunami. Le séisme n'est pas dangereux car son épicentre est

COLOMBIE

5 morts dans un accident d'avion cargo

est COLOMBIE 5 morts dans un accident d'avion cargo Cinq membres de l'équipage d'un Boeing 727

Cinq membres de l'équipage d'un Boeing 727 cargo ont été tués et un autre a été grièvement blessé lorsque l'appareil s'est

écrasé mardi dans l'est de la Co- lombie, a indiqué l'aviation civile. «Cinq membres d'équipage sont morts et un sixième a été

hospitalisé sur place (

d'être transféré vers Bogota dans un avion ambulance de la force aérienne» colombienne, a dé- claré dans une vidéo le colonel Freddy Bonilla, secrétaire de la sécurité aéronautique civile. Le technicien de vol, qui est dans un état critique, est le seul membre de l'équipage à avoir

SUISSE

avant

)

survécu à cet accident qui s'est produit non loin de la frontière avec le Venezuela. L'appareil, un Boeing 727 de la compagnie aérienne colom- bienne Aerosucre, avait décollé, avec ses six membres d'équipage à son bord, de Puerto Carreno pour Bogota, selon l'aviation ci- vile. Il s'est écrasé à 17h23 lo- cales (23h23 GMT) trois minutes après son décollage de l'aéro- port, selon un communiqué de l'aviation civile. Les causes de l'accident ne sont pas connues pour le mo- ment. Une équipe d'enquêteurs s'est rendue sur place.

L'auteur de la fusillade à Zurich s'est suicidé

L'auteur de la fusil-

de la Suisse, s'est sui-

a

précisé la police.

sonnes avaient été

lade dans un centre de prière musulman à Zurich, dans le nord

cidé après l'agression,

«On ne sait pas pour le moment ses motifs pour la fusil- lade», a indiqué la même source, tout en

blessées par des tirs survenus lundi en fin d'après-midi dans un centre de prière à Zu- rich.

a

annoncé mardi la

estimant qu'«il n'y au-

la

fusillade et le terro-

Ces trois per-

rées et sont hors de

police locale. Il s'agit d'un Suisse

rait pas de lien entre

sonnes ont été opé-

âgé de 24 ans avec des origines ghanéennes,

risme ou l'extrême droite.» Trois per-

danger, a ajouté la po- lice locale.

Jeudi 22 décembre 2016

SANTÉ

DK NEWS 11

LE MINISTRE DE LA SANTÉ M.BOUDIAF LA INDIQUÉ :

«Les nouvelles infrastructures de santé à El Tarf, un acquis à préserver»

Les nouvelles infrastructures de santé dans la wilaya d’El Tarf sont un acquis à préserver, a indiqué mardi le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière Abdelmalek Boudiaf, tout en mettant l'accent sur la formation du corps paramédical.

Lors de la mise en service de l’hôpital 240 lits de la ville de Besbes, distante d’une quarantaine de kilomètres du chef lieu de wilaya, le ministre a souligné que son dé- partement était soucieux d'améliorer les prestations sanitaires et de placer le ma- lade au centre des préoccupations du corps médical, exhortant les responsa- bles locaux du secteur à veiller à refléter ce souci «à travers une bonne qualité de soins et une meilleur gestion des infrastruc- tures». Il a ajouté, à ce propos, qu’un intérêt particulier est accordé à la formation dans le secteur de la santé, précisant qu’à par- tir de l'année prochaine 20 spécialistes, sept (7) sages-femmes et 140 paramédicaux renforceront le secteur dans la wilaya d’El Tarf, tout en soulignant que pas moins de 8000 paramédicaux à l’échelle nationale seront formés en 2017. M. Boudiaf a également précisé que la wilaya d’El Tarf dispose de plusieurs infra- structures sanitaires et de compétences dans le domaine à même de la propulser en «pôle régional de santé» permettant une meilleure prise en charge de la population locale et celle des villes limitrophes. Mobi- lisant une enveloppe financière de l’ordre de 2,76 milliards de dinars, le nouvel hô- pital de Besbes, accueilli favorablement par la population locale a une capacité de 240 lits et dispose de plusieurs services spécia- lisés en chirurgie pédiatrique, gynéco obstétrique notamment ainsi que d’un laboratoire d’analyses, selon les informa-

SETIF:

Session de formation pour 60 médecins généralistes de 5 wilayas de l’Est

pour 60 médecins généralistes de 5 wilayas de l’Est tions données. A l’inauguration de la po-

tions données. A l’inauguration de la po- lyclinique de la localité Sidi Belgacem, au chef lieu de wilaya, M. Boudiaf, a mis l’ac- cent sur «la nécessité de promouvoir la santé de proximité», affirmant que la dé- marche était inscrite dans le cadre de «la nouvelle approche de gestion des hôpi- taux». La santé de proximité est le «point focal» de la stratégie sanitaire du pays, a- t-il soutenu, avant de souligner que la promotion de la santé de proximité contri- buera «à alléger la pression sur les centres hospitalo-universitaires (CHU) et per- mettra à ces structures de santé de se concentrer sur leur mission principale, celle de la «formation, de la recherche

scientifique et des soins de haut niveau». Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière avait en- tamé sa visite dans la wilaya d’El Tarf par la mise en service de l’EPH (établisse- ment public hospitalier) El Hadi Bendje- did au chef lieu de wilaya, avant d’inspec- ter le chantier du projet de réalisation d’une école paramédicale à Sidi Belga- cem, dont les travaux ont atteint un taux d’avancement de l’ordre 60% pour un montant de 70 milliards de dinars. M. Boudiaf devait se rendre dans la commune frontalière d'Oum Theboul pour l’inspection de son poste de contrôle sanitaire.

Considérée comme excep- tionnelle, cette session a en- globé deux groupes de méde- cins d’une série de 8 formations précédentes organisées au cours de l’année dernière à raison de chaque début du mois. La dernière session en date

chain, est encadrée par des professeurs et des spécialistes en la matière, de la chimio- thérapie, la radiothérapie et de la santé préventive, et ce, nous informe-t-on, suite au rôle important du médecin généraliste dans la détection précoce de la maladie et l’ac-

a

touché tous les médecins gé-

compagnement du malade.

néralistes, une trentaine en tout venus de cinq wilayas à sa- voir : Sétif, Bejaia, Jijel, Bordj Bou Arreridj et M’Sila. Celle qui a débuté mardi, a regroupé 60 médecins venus de ces mêmes régions. Cette formation qui pren- dra fin le 29 décembre pro-

C’est à juste titre que cette session a pour but avant tout de former les médecins dans le domaine de la prévention afin d’intensifier la détection précoce de la maladie, en plus d’assurer et de veiller à l’ac- compagnement du patient qui aura déjà bénéficié des

différents types de traitement pour être suivi et traiter à proximité de son domicile. Durant leur cursus, les médecins bénéficient au cours de la matinée d’une formation pratique au Centre anti cancer dans les services de chimiothérapie, de radio- thérapie et de prévention. Les séances de l’après-midi sont réservées à des formations théoriques à l’Institut natio- nal de formation supérieure des paramédicaux de Sétif à travers des communications en épidémiologie, sur des traitements de chimiothéra- pie et de radiothérapie.

Azzedine Tiouri.

La 19e session de formation des médecins généralistes pour le traitement et l’accompagne- ment des malades du cancer, a été entamée mardi dernier au niveau de l’Institut national de formation supérieure des paramédicaux de Sétif, dans le but d’assurer une meilleure prise en charge des patients. Cette opération entre dans le cadre du programme national de lutte contre le cancer (2015- 2019) qui réserve une place importante pour la formation du corps médical.

SOUK-AHRAS

300 citoyens des mechtas de la commune de Zaârouria bénéficient de consultations gratuites

Quelque 300 citoyens de plusieurs villages et mechtas de

plusieurs spécialités, comme l’orthopédie, l’ophtalmologie,

pour des soins. Cette initiative a également

tures de santé. Ce citoyen a également lancé

la commune de Zaârouria

la

pneumo-phtisiologie, l’ORL,

comme objectif de ‘‘rappro-

un appel aux responsables du

(Souk-Ahras) ont bénéficié,

la

chirurgie dentaire, la psycho-

cher les prestations médicales

secteur de la santé de la wilaya

mardi, de consultations gra- tuites, à l’initiative de l’associa- tion d’aide aux orphelins de la même commune, a-t-on constaté. Cette initiative, première

logie ainsi que des échogra- phies. La présidente du bureau communal de ladite associa- tion, Sahima Maâyouf, a pré- cisé, que cette journée placée

du citoyen’’a-t-elle souligné, ajoutant que des citoyens dont les consultations et analyses auront décelé une pathologie, seront pris en charge, pour su- bir des opérations chirurgi-

pour prolonger l’horaire d'ou- verture des polycliniques jusqu’à une heure tardive de la nuit, afin d’atténuer les souf- frances des malades et leur éviter de se déplacer au chef-

du genre à être organisée au ni- veau de cette commune en coordination avec une clinique

sous le signe de la gratuité des soins, organisée au niveau de la maison de jeunes de la région,

cales en orthopédie et en oph- talmologie. De son côté, Rezzak Hrarfia,

lieu de wilaya et à Annaba. Il est à rappeler que cette même association a organisé, à

privée, a permis de faire béné-

a

été bien accueillie par les po-

un malade chronique issu de

la fin du mois de novembre

ficier un bon nombre de ci- toyens, de différentes franges de la société, essentiellement les plus démunis, de consulta-

pulations et vise à prendre en charge des malades pour ré- duire leurs dépenses de trans- port pour se rendre au chef-lieu

ladite commune affirme avoir apprécié cette initiative, appe- lant à sa généralisation au reste de la wilaya, principalement

dernier, une manifestation si- milaire au niveau de la com- mune de Taoura, au profit de 365 citoyens de différentes

tions et de soins gratuits dans

de wilaya ou encore à Annaba

aux régions dénuées de struc-

franges de la société.

Une meilleure organisation pour la réduction du taux de mortalité néonatale en Algérie

La réduction du taux de mortalité néo-na- tale en Algérie «passe obligatoirement par une meilleure organisation des moyens hu- mains et logistiques disponibles», ont consi- déré mardi à Constantine les participants à un séminaire atelier marquant le lance- ment de la mise en £uvre du plan national de réduction accélérée de la mortalité néona- tale. D’importants moyens ont été mobilisés par l’Algérie à travers les différents pro- grammes développement du secteur de la santé, a affirmé Djamil Lebane, représentant du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière mettant en exergue l’apport de l’organisation pour «at- teindre les objectifs tracés en matière de ré- duction du taux de mortalité néo-natale notamment». S’exprimant en marge de cette rencontre tenue dans le cadre de la coopération entre l’UNICEF et le Gouvernement algérien dans le domaine de la petite enfance, le même res- ponsable a indiqué que l’Algérie était «capa- ble, avec les moyens disponibles, de réduire les décès survenant dans la période néona- tale (dans le mois suivant la naissance) et qui représentent actuellement environ 80 % des mortalités infantiles recensées.» L’Algérie enregistre une moyenne de 22 décès pour 1.000 naissances vivantes, et près de 80% de cette mortalité est néonatale, a-t-on indiqué au cours de cet atelier de tra- vail, faisant part de l’objectif de réduire cette mortalité, dans le cadre du programme national, à 12 décès pour 1.000 naissances vi- vantes. Le représentant du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) en Algérie, Marc Lucet, qui a mis en relief «les efforts co- lossaux» déployés par l’Etat algérien pour améliorer la santé de sa population, a indi- qué que cet atelier a pour but principal «d’arrêter les mesures et les objectifs réali- sables pour consolider davantage le progrès de réduction de ce type de mortalité». La mortalité néonatal constitue un pro- blème de santé publique, a soutenu le même responsable, estimant que la réduction du taux de mortalité en Algérie «demeure à la portée du secteur de la santé» d’autant, a-t- il soutenu, que «l’Algérie, qui dispose d’un plan de périnatalité, est engagée dans la réalisation des objectifs internationaux de dé- veloppement durable à l’horizon 2030». Des comités de wilayas forts de techniciens de la santé, d'obstétriciens, de pédiatres et de sages-femmes entre autres, ont été installés au titre de ce plan national de réduction ac- célérée de la mortalité néo-natale dont la mise en £uvre officielle a eu lieu ce mardi à partir de Constantine, en présence de pra- ticiens de la santé de la petite enfance et la néonatologie de 14 wilayas dans l’Est du pays. Ces comités, installés à travers toutes les wilayas du pays, auront pour mission de venir à bout des lacunes constatées locale- ment, normaliser les salles de naissance, les structure de néonatologie, développer les unités et services kangourou entre autres, a- t-on souligné. «Chaque enfant mort est un drame», a estimé le représentant de l’UNI- CEF, d’où l’urgence, a-t-il ajouté, de «travail- ler en réseaux et en étroite collaboration avec les différentes parties concernées, dont l’as- sociation des mères pour la prise en charge des bébés prématurés afin de réduire la mortalité néonatale». Le même responsable est revenu sur le dé- veloppement de la coopération entre l’Algé- rie et l’UNICEF dans différents programmes, notamment ceux relatifs à la santé maternelle et infantile. Les participants à cette ren- contre régionale ont insisté sur l’impérative humanisation du secteur de la santé pour permettre une concrétisation efficace des ob- jectifs tracés dans ce sens. APS

12 DK NEWS

SAN

Jeudi 22 déc

HALLUX VALGUS

ON L'OPÈRE DE MIEUX EN MIEUX

Appelé communément oignon, l'hallux valgus est une véritable déformation des os du pied. Mais la chirurgie sait désormais les remettre en place, de façon efficace et moins lourde pour le patient.

Cette "bosse" à la base du gros

orteil peut grossir à un point tel que se chausser devient quasi- ment impossible. Sans compter la

La

chirurgie offre alors la seule op- tion pour pouvoir poursuivre ran- données, matchs de foot ou séances de shopping, et même simplement continuer à sortir. Cependant l'intervention a longtemps fait peur, tant les géné- rations précédentes en ont gardé un souvenir douloureux, assorti d'une convalescence qui n'en fi- nissait pas et de récidives trop ra- pides. Ces récits appartiennent désormais au passé. "La chirurgie de l'hallux valgus s'est nettement améliorée dans les années 1990, rappelle le Dr Cyrille Cazeau, chi- rurgien orthopédiste. Et elle s'est encore allégée depuis six ans."

douleur, parfois très violente

Remettre le pied dans le bon axe

Le principe de l'intervention est simple : corriger les déforma- tions pour replacer le pied dans la bonne position et répartir ainsi plus harmonieusement ses ap- puis. Dans ce but, le chirurgien va sectionner l'os du gros orteil (os- téotomie) ainsi que celui situé à sa base afin de les remettre dans le bon axe ; il finira en allongeant les "parties molles" (tendons, liga- ments et enveloppes articulaires) qui se sont généralement rétrac- tées au fil des ans. L'amélioration récente ne porte pas sur ces prin- cipes, aujourd'hui bien au point, mais sur la manière dont ils sont mis en oeuvre. Ces gestes peuvent être effectués de façon "classique",

dite "à ciel ouvert", car le chirur- gien pratique deux grandes inci- sions pour voir ce qu'il fait, ou bien selon une méthode plus ré- cente, la chirurgie percutanée.

La chirurgie mini- invasive se développe

Venue des Etats-Unis, elle se développe en France, bien qu'as- sez lentement, car elle nécessite un long apprentissage de la part du chirurgien et des outils spé- ciaux onéreux. Principale diffé- rence : l'intervention se pratique "à travers la peau", sous contrôle radiographique et anesthésie loco-régionale, par deux ou trois incisions d'à peine 2 mm qui ser- vent à insérer de mini-bistouris. Elle est souvent complétée d'une ouverture un peu plus grande (2 cm) nécessaire pour ré-axer l'os à la base du gros orteil (chirurgie mixte mini-invasive).

Moins de douleur et récupération plus facile

Qu'apporte cette nouveauté ? L'opération se déroule le plus sou- vent en ambulatoire (on ressort le jour même), l'oedème et les dou- leurs post opératoires sont dimi- nués, les cicatrices plus discrètes. Dans certains cas, les os réalignés sont simplement maintenus en place par un pansement solide, ef- fectué par le chirurgien. Comme nombre de ses confrères, le Dr. Cazeau défend cependant la pose de deux petites vis pour fixer les os sectionnés. "Elle permet de mar- cher d'emblée en posant tout le

permet de mar- cher d'emblée en posant tout le pied sur le sol, sans être obligé

pied sur le sol, sans être obligé de porter les chaussures spéciales où l'on n'appuie que sur le talon. Ce qui accélère la cicatrisation et, surtout, diminue les complica- tions : le sang circule mieux, il n'y a pas de déminéralisation osseuse, pas de phlébite, ni d'algodystro- phie (complication douloureuse entre 5 et 10 % sinon). A noter que ces vis, en titane, n'interdisent pas

l'IRM et ne font pas sonner les por- tiques d'aéroport. "

Bien suivre les consignes

L'intervention n'est plus dou- loureuse. Les patients ont une or- donnance pour des antalgiques forts, mais deux ou trois jours de paracétamol suffisent à l'immense majorité. Après avoir marché 48

heures avec un gros pansement qui ressemble à une pantoufle, une infirmière vient à domicile refaire un pansement plus petit (qu'elle renouvellera trois fois par semaine pendant quinze jours) et on peut commencer à sortir. "Le patient ne doit surtout pas rester debout sans bouger, insiste le Dr Cazeau, et surélever le membre pour limiter oedème et douleur (cales sous les pieds du lit, pied sur un tabouret dès que l'on est assis).

Dix séances de rééducation

Au bout de trois semaines, l'os a commencé à se recoller, même s'il n'est pas encore solide, et l'on peut entamer un vrai travail de ré- éducation. Des séances de kinési- thérapie sont prescrites (une dizaine en moyenne à raison de trois par semaine). Le praticien mobilise les orteils, masse les ci- catrices pour décoller les adhé- rences, lutte contre l'oedème et aide à retrouver un nouveau schéma corporel à la marche. Pour assurer une bonne guérison, cependant, le patient doit aussi y mettre du sien : bouger souvent les doigts des orteils (pour dimi- nuer les raideurs) et s'équiper de chaussures "bas de gamme" à fine semelle en caoutchouc (type bal- lerine ou basket), afin de bien pouvoir dérouler tout le pied à chaque pas. Ces efforts permet- tront de remettre des souliers "normaux" au bout de 8 à 10 se- maines, souvent une pointure au- dessus, le temps que l'oedème ait totalement disparu.

COMMENT LIMITER SA PROGRESSION ?

Cette déformation de l'avant-pied, qui touche davantage les femmes que les hommes, peut apparaître à tout âge. Les conseils du Dr Cyrille Cazeau, chirurgien orthopédiste, pour limiter la progression de cette déformation. Il s’agit d’une déformation de l’avant-pied. Le premier métatarsien forme un angle avec la première phalange du gros orteil (hallux en grec). Ce qui entraîne une saillie de la tête du premier métatarsien, ce qu’on appelle un oignon en langage populaire. Cette déformation peut apparaître à tout âge. Elle touche davantage les femmes que les hommes. On peut naître avec un angle élevé, hérité de sa famille. Mais rien n’est déterminé. Selon la façon dont on marche et dont on se chausse, la déformation de l’avant-pied va ou non s’aggraver, va ou non occasionner des douleurs. En effet, il n’existe pas de correspondance entre l’importance de la déformation et l’apparition de douleurs. La

présence d’une grande souplesse ligamentaire, souvent aussi d’origine familiale, favorise son évolution. Le premier métatarsien aura plus tendance à bouger.

Peut-on vraiment limiter sa progression ?

Oui, en choisissant bien ses chaussures. Il faut éviter les modèles avec des avant-pieds serrés (bouts pointus) et choisir une cambrure de semelle qui empêche le pied de glisser au fond de la chaussure. Cela compte plus que la hauteur du talon. En effet, le pied a tendance à se comporter comme sur un toboggan, c’est-à-dire à glisser au fond de la chaussure si les conditions s’y prêtent. Enfin, il est conseillé d’adopter des chaussures qui, lors du déroulement du pas, plient bien au niveau de la base des orteils. Ostéopathes et kinésithérapeutes proposent des manipulations et des massages. Ils peuvent améliorer le confort du pied mais ils n’influencent

pas vraiment l’évolution de la déformation. De même, les écarteurs de nuit, les coussinets protecteurs peuvent faire du bien mais ils ne ralentiront pas pour autant l’évolution si celle-ci est en marche.

La chirurgie préventive a-t-elle un intérêt ?

C’est tout à fait à éviter ! Car non seulement, cela ne sert à rien mais c’est potentiellement néfaste. La chirurgie modifie l’anatomie, donc l’équilibre du pied parce qu’il y a un problème de douleur ou de gêne. La modifier si on n’a pas mal expose à faire naître des douleurs. La chirurgie ne peut qu’effacer des symptômes présents, pas inventer un pied sur mesure. Et de toute façon, il n’y a pas de déterminisme : ce n’est pas parce que vous avez une déformation visible qu’elle va forcément devenir gênante. Ce n’est pas parce que votre mère a dû se faire opérer que cela sera un jour nécessaire pour vous.

www.topsante.comSource:*

TÉ

embre 2016

DK NEWS 13

LOMBALGIE :

LES SOLUTIONS DOUCES QUI SOULAGENT LA DOULEUR

LOMBALGIE : LES SOLUTIONS DOUCES QUI SOULAGENT LA DOULEUR Un exercice pour lutter contre le tassement

Un exercice pour lutter contre le tassement

On sait que les tensions mus- culaires, voire les contractures, sont sources de douleur. Le Dr Bernadette de Gasquet, médecin et professeur de yoga propose un exercice pour lutter contre le tassement du dos par l'autoa- grandissement . "L'autoagran- dissement entraîne l'allongement de la distance coc- cyx-sommet de la tête avec une augmentation des espaces inter- vertébraux et l'étirement des muscles du dos" explique-t-elle dans son livre Gym avec une chaise (Ed. Marabout). Assis au bord du siège, pous- sez les os du bassin sur lesquels vous êtes assis dans le siège et, en même temps, poussez le som- met de la tête vers le plafond. Il est très important de faire les deux gestes en même temps et non de pousser tantôt sur les fesses, tantôt sur la tête. Vous devez sentir votre dos se rigidifier et les abdominaux du bas du ventre se durcir. Grandis- sez-vous le plus possible, comme si vous étiez sous une toise que vous repoussez avec le sommet de la tête, en continuant à pousser les os du bassin dans le siège.

Une position de relaxation pour détendre votre dos

Après une journée de travail, au lieu de vous avachir dans le canapé, restez 10 minutes dans la position suivante :

Allongez-vous sur le dos, de- vant une chaise. Placez-vos jambes (pieds et mollets) sur la chaise et vos fesses légèrement en-dessous pour ne pas cambrer le dos. Placez un petit oreiller ou vos mains sous la bosse du crâne (et non sous la nuque). Observez votre respiration. Comme l'explique Bernadette de Gasquet : 'C'est une posture ma- gique qui détend. En quelques minutes, vous effacez toutes les tensions depuis la nuque, le haut du dos, les reins, jusqu'au bas du dos. Même avec une sciatique ou un lumbago, cela soulage énor- mément et enlève les contrac- tures."

ACCOUCHEMENT APRÈS TERME

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Comme Kate Middleton, il arrive que le bébé se fasse attendre alors même que la date prévue de l'accouchement est dépassée. A quel moment peut-on dire qu'il s'agit d'une grossesse prolongée ? Quel est le risque pour la mère et le bébé ? Comment déclenche-t- on l'accouchement ? On fait le point.

Depuis bientôt trois jours, les Anglais sont inquiets. En effet, alors que son accouchement était prévu pour le 25 avril, la duchesse de Cambridge Kate Middleton ne s'est toujours pas rendue à la maternité. Mais est-ce réelle- ment alarmant ? En réalité, le dépassement du terme survient dans 10% des grossesses en France en moyenne. Une grossesse dite « nor- male » dure entre 37 à 41 semaines d'aménor- rhées (absence de règles). On ne parle de grossesse prolongée qu'à partir de 41 se- maines sans règles, et le terme n'est réelle- ment dépassé qu'au bout de 42 semaines. Dans ce cas, qui concerne seulement 1% des femmes, les risques pour la mère comme pour l'enfant sont plus importants, et la césarienne est plus pratiquée car le bébé, dont le crâne est potentiellement plus gros, risque de peiner à passer le bassin.

Un suivi tout particulier après 41 semaines

La date du terme est généralement fixée en fonction de la date des dernières règles, mais aussi lors de la première échographie, de façon plus ou moins précise. Lorsqu'une femme n'a pas accouché à la date prévue, une surveillance rapprochée est mise en place, pour s'assurer que la grossesse suit son cours. Tous les deux jours, la femme est invitée à se rendre à la maternité pour pro- céder à des examens. Le rythme cardiaque du bébé y sera alors mesuré et une échographie contrôlera la quantité de liquide amniotique. Cet indicateur est important, car il est révéla- teur de l'état de vieillissement du placenta, qui est prévu pour fonctionner 41 semaines. Le plus souvent, et en l'absence d'anoma- lies, l'équipe médicale n'attend pas plus d'une semaine avant de procéder au déclenchement de l'accouchement, pour garantir la sécurité du bébé et de la mère. Cette décision s'opère également en fonction du désir de la patiente et de son état de santé, l'hypertension ou en-

et de son état de santé, l'hypertension ou en- core le diabète contre-indiquant le prolonge- ment

core le diabète contre-indiquant le prolonge- ment d'une grossesse.

Comment déclenche-t-on l'accouchement ?

Sans parler des méthodes de grand-mères plus ou moins prouvées et plus ou moins effi- caces, le déclenchement de l'accouchement s'opère de plusieurs façons. En première in- tention, le gynécologue-obstétricien ou la sage-femme peut procéder au décollement des membranes. Il s'agit de glisser un doigt et d'effectuer un mouvement circulaire dans le col de l'utérus, afin de décoller les membranes de l'œuf de la paroi utérine. Lors de ce pro- cédé, des hormones appelées prostaglandines vont être naturellement libérées et peuvent

permettre de déclencher le travail. Chez bon nombre de femmes enceintes, cela suffit à dé- clencher l'accouchement naturel dans la se- maine suivante. Si cette méthode ne fonctionne pas ou qu'il faut impérativement déclencher l'accouche- ment plus rapidement, l'équipe médicale peut déposer des prostaglandines dans le vagin, sous forme de gel ou de comprimés. Enfin, une perfusion d'ocytocine (hormone de l'attachement sécrétée pendant le travail) pourra être mise en place. Elle aura pour effet d'induire des contractions, comme elle l'au- rait fait si l'accouchement avait eu lieu au terme. Cette injection d'hormone naturelle n'a pas de conséquence néfaste sur le bébé ou sur la mère.

L'ABUS DE COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES LIÉ À UN RISQUE ACCRU DE CANCER

Selon une étude scientifique présentée récemment lors d'un congrès, les compléments alimentaires consommés en excès pourraient augmenter le risque de cancer. Mieux vaudrait donc limiter leur consommation et opter pour une alimentation plus équilibrée. Férus de compléments alimentaires, sachez qu'en abuser n'est pas sans risque pour la santé. « La prise de vitamines et de minéraux fait plus de mal que de bien », a déclaré le professeur Tim Byersn, spécialiste du cancer, lors du congrès annuel de l'Association américaine de recherche sur le cancer (AACR). Dans son étude publiée dans le Journal of the national cancer Institute il y a déjà quelques années (mars 2012), le chercheur et son équipe ont montré

of the national cancer Institute il y a déjà quelques années (mars 2012), le chercheur et

personnes ont même développé plus de risques de cancer en prenant des vitamines », révèle le professeur Byers. L'étude a notamment montré que les personnes ayant pris du bêta- carotène (un antioxydant utilisé pour préparer la peau au bronzage et le prolonger) en complément voyaient leur risque de cancer du poumon augmenter de 18 à 28%. De même, selon d'autres travaux cités par le Pr Byers, la vitamine E en excès augmenterait de 17% le risque de cancer de la prostate. Quant au sélénium, il est accusé de porter à 25% le risque de développer un cancer de la peau. Pour autant, une consommation correcte ne présente aucun risque sanitaire majeur et peut même être bénéfique, a rappelé le professeur

que la consommation en excès de compléments alimentaires était liée à un risque accru de cancer. L'étude, débutée il y a 20 ans, s'est basée sur le fait qu'une alimentation riche en vitamines, fibres et oligo-éléments grâce aux fruits et légumes protégeait du cancer. Tim Byers et son équipe ont donc voulu savoir si cet effet bénéfique se retrouvait via la prise de compléments alimentaires. Si les essais sur les animaux ont été

prometteurs, ils n'ont pas été retrouvés chez l'homme, bien au contraire. Pendant une dizaine d'années, l'équipe a suivi des hommes et des femmes, dont certains prenaient quotidiennement des compléments alimentaires et d'autres des placebos. « Nous avons constaté que les compléments alimentaires n'étaient pas vraiment bénéfiques pour la santé. En fait, certaines

Byers. Ce dernier recommande davantage au consommateur d'opter pour une alimentation saine et équilibrée, car celle-ci contient en principe suffisamment d'éléments essentiels à notre santé. Selon une enquête réalisée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), un adulte sur cinq et un enfant sur dix a consommé des compléments alimentaires au moins une fois dans l'année en France.

14 DK NEWS

AFRIQUE

Jeudi 22 décembre 2016

SOUDAN-SOUDAN DU SUD

Le Soudan et le Soudan du Sud conviennent de renouveler leur accord pétrolier

Le Soudan et le Soudan du Sud ont convenu mardi de renouveler un accord pétrolier et financier initialement signé à Addis Abeba en Ethiopie en 2013, a rapporté l'agence de presse officielle SUNA. «Cet accord avait été signé pour trois ans. Nous avons décidé de le renouveler pour trois années supplémentaires», a déclaré selon SUNA Mohamed Zayed Awad, ministre soudanais du Pétrole et du Gaz naturel. Le ministre a expliqué que les frais de transit du pétrole sud-soudanais à travers le territoire soudanais resteraient à leur taux actuel de 20 dollars le baril. Le ministre du Pétrole du Soudan du Sud, Ezekiel Gatkuoth, s'est de son côté déclaré très heureux de la décision des deux pays de prolonger cet accord finan- cier, selon la presse. Il a réaffirmé la détermination de son pays à respecter toutes les clauses de l'ac- cord, et a annoncé que les deux parties avaient convenu de coopérer dans le domaine pétrolier en rouvrant les champs pétroliers à l'arrêt, ainsi qu'en relançant le Centre de formation pétrolier, un projet conjoint qui porte sur la formation profes- sionnelle, le renforcement des capacités, la recherche et le travail de laboratoire. L'accord pétrolier signé entre le Soudan et le Soudan du Sud stipule que Juba doit payer 3 milliards de dollars d'aide au Soudan sur une période de trois ans. En plus de ce versement, le gouvernement sud-soudanais doit payer une redevance de 20 dollars par baril pour faire transiter son pétrole par le Soudan. Avant la signature de l'accord, le Soudan avait proposé de percevoir une partie du pétrole sud-soudanais en guise de paie- ment, plutôt que de fixer un tarif défini, mais le Soudan du Sud a rejeté cette propo- sition, et a insisté pour obtenir un prix fixe, qui a alors été établi à 20 dollars. Juba semble avoir été obligée de réduire drastiquement ses dépenses pour faire face à la baisse mondiale des prix du pétrole, à laquelle s'ajoute la diminution de sa propre production, tombée à 160.000 barils par jour en raison de la guerre civile qui déchire le nouvel Etat depuis 2013.

SAHARAOCCIDENTAL-MAROC

L'arrêt de la CJUE ouvre «une nouvelle page» pour l'organisation du référendum d'autodétermination au Sahara occidental

L'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) rendu mercredi dans l'affaire opposant le Front Polisario au Conseil de l'UE sur l'accord de libéralisation réciproque de produits agricoles signé en 2012 entre l'UE et le Maroc ouvre «une nouvelle page» pour l'organisation du référendum d'autodétermination au Sahara occidental, a estimé le principal avocat du Front Polisario dans cette affaire, Me Gilles Devers.

«C'est justice rendue au peuple sahraoui. C'est une nouvelle page qui s'ouvre, maintenant, pour l'organisa- tion d'un référendum d'au-

todétermination dans les délais les plus rapides», a-t-il déclaré à l'APS. L'accord entre l'UE et le Maroc signé en 2012 sur des mesures de libéralisation réciproque de produits agri- coles et de produits de la pêche, ne peut pas s'appli- quer au territoire du Sahara occidental a conclu mer-

Compte

tenu du statut séparé et dis- tinct garanti au territoire du Sahara occidental en vertu de la charte des Nations Unies et du principe d’auto- détermination des peuples, il est exclu de considérer que l’expression territoire du Royaume du Maroc+, qui définit le champ territorial des accords d’association et de libéralisation, englobe le Sahara occidental et, par- tant, que ces accords sont applicables à ce territoire», a souligné la CJUE dans un communiqué. Qualifiant l'arrêt de la CJUE d'«exemplaire», l'avo- cat du Front Polisario explique, dans ce contexte, que la Cour souligne «claire- ment» dans son arrêt, à l'adresse de la Commission européenne, que «désor- mais toutes les choses doi- vent être remises en ordre». Selon Me Devers, l'arrêt de la CJUE stipule «claire- ment» que les accords entre l'UE et le Maroc «ne sont valables que dans la mesure où il s'applique explicite- ment au territoire du Maroc». «Tout acte européen en dehors du territoire du

credi la CJUE. «

acte européen en dehors du territoire du credi la CJUE. « Maroc, sur le Sahara occi-

Maroc, sur le Sahara occi- dental ou dans les eaux terri- toriales de ce dernier n'a aucun fondement juridique et il est illégal», a-t-il précisé. Il a averti, à ce titre, qu'il compte «pousser extrême- ment fort pour une applica- tion effective» de la décision de la CJUE, dévoilant l'inten- tion du Front Polisario de «demander dès maintenant à la Commission d'entrer en négociation» avec lui en tant que seul représentant légi- time du peuple sahraoui. L'avocat du Front Polisario a

marqué, à ce propos, la dis- ponibilité du Front qu'il représente à «suspendre le recours similaire» introduit devant le tribunal européen sur l'accord de pêche pour peu que la Commission accepte de négocier directe- ment avec le représentant du peuple sahraoui. «Nous allons lancer un appel aux entreprises pour négocier directement avec le Front Polisario parce qu'au- cune entreprise européenne ne peut rester au Sahara occidental. Elles n'ont aucun

L'accord UE-Maroc de libéralisation de produits agricoles ne s'applique pas au Sahara occidental

L'accord entre l'Union européenne (UE) et le Maroc signé en 2012 sur des mesures de libéralisation réciproques

de produits agricoles et de produits de la pêche, ne peut pas s'appliquer au territoire du Sahara occidental, a conclu mercredi la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE).

« Compte tenu du statut séparé et distinct garanti au

territoire du Sahara occidental en vertu de la charte des Nations Unies et du principe d’autodétermination des peu- ples, il est exclu de considérer que l’expression territoire du Royaume du Maroc+, qui définit le champ territorial des accords d’association et de libéralisation, englobe le Sahara occidental et, partant, que ces accords sont applicables à ce territoire», a souligné la CJUE dans un communiqué.

fondement juridique pour le faire», a-t-il ajouté. Me Gilles Devers a affirmé, en outre, que l'arrêt de la CJUE va conduire à «un grand bouleversement», estimant que «tout le raison- nement doit être revu» dans la mesure où la «Cour dit de manière explicite que l'ac- cord ne peut s'appliquer qu'au territoire du Maroc». Selon cet avocat, la Cour a tranché en soulignant qu'«il n'y a aucun argument pour que l'accord conclu entre l'UE et le Maroc soit appliqué aux territoires du Sahara occidental dès lors que ce sont des territoires distincts» et que «l'UE doit respecter le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui». D'ailleurs, a-t-il pour- suivi, si la CJUE a estimé que le recours du Front Polisario est «irrecevable» c'est parce qu'elle part du raisonne- ment qu'il y a deux terri- toires distincts, deux souve- rainetés distinctes, donc le Front Polisario ne peut interve- nir que pour des actes qui s'appliqueraient directe- ment sur les territoires sah- raouis. «Légalement il est impos- sible que l'accord s'applique au Sahara occidental car c'est une violation du droit international, une violation des résolutions onusiennes et une violation du droit du peuple sahraoui à l'autode-

termination», a-t-il souligné. Cependant, si l'accord UE-Maroc s'applique, dans la pratique, aux territoires du Sahara occidental, Me Devers considère qu'«il s'ap- plique en faute et c'est ce qui est souligné dans l'arrêt de la cour».

ENQUÊTE SUR LE

MASSACRE

DE 2009

AU STADE

DE CONAKRY:

L'ex-aide de camp de Camara arrêté à Dakar

L'ex-aide de camp de l'ex-chef de la junte gui- néenne, le capitaine Moussa Dadis Camara, visé par un mandat d'arrêt international dans l'enquête sur le massacre en septembre 2009 dans le stade de Conakry,

a été arrêté à Dakar, ont rapporté les médias sénéga- lais. Le suspect, Aboubakar Sidiki Diakité dit Toumba

Diakité, qui avait aussi tenté le 3 décembre 2009 d'as- sassiner Moussa Dadis Camara, qui était alors chef de

la junte militaire au pouvoir en Guinée de 2008 à fin

2009, «se cachait sous une fausse identité à Dakar et avait modifié son apparence depuis plusieurs années», ont précisé les médias sénégalais, notamment le quoti- dien L'Observateur. Il «a été interpellé et incarcéré à Dakar» dans le cadre d'un mandat d'arrêt émis par la justice gui- néenne en avril 2010. «La demande d'extradition suivra dans le respect de la procédure», a affirmé le ministre guinéen de la Justice Cheick Sako dans un communiqué diffusé par son gouvernement mardi soir, sans plus de détails. Selon la commission internationale d'enquête de l'ONU, au moins 157 personnes avaient été tuées par des militaires lors d'un rassemblement de milliers d'opposants à la candidature à l'élection présidentielle de Moussa Dadis Camara, le 28 septembre 2009 au stade de Conakry. Selon les médias sénégalais, Toumba Diakité a été arrêté par la gendarmerie sénégalaise en fin de semaine dernière et a été présenté lundi à un juge d'instruction qui l'a placé en détention provisoire. Le ministre guinéen Cheick Sako a précisé mardi

Le ministre guinéen Cheick Sako a précisé mardi qu'une commission rogatoire internationale avait été

qu'une commission rogatoire internationale avait été transmise au Sénégal il y a deux mois. «On avait donc repéré Toumba Diakité à Dakar, on avait l'adresse précise, et c'est sur cette base que les juges d'instruction, via le ministère de la Justice de Guinée, sont partis à Dakar», a-t-il expliqué. Les autorités judiciaires guinéennes «vont travailler avec les autorités sénégalaises sur la procédure à appli- quer: soit l'extradition immédiate, soit une première interrogation sur place», a-t-il ajouté, sans autre préci- sion. Par ailleurs, Human Rights Watch (HRW) a salué «un pas important dans l'enquête guinéenne sur le massacre du stade de 2009».

LIBYE

Les militaires américains mettent fin aux opérations contre Daech à Syrte

L'armée américaine a officiellement terminé son opé- ration contre le groupe terroriste autoproclamé «Etat isla- mique» (Daech/EI) dans la ville de Syrte, ont indiqué mardi des responsables américains. Le Pentagone avait lancé le 1er août cette opération pour aider les forces locales à chasser les extrémistes de cette ville côtière. «En partenariat avec le gouvernement libyen d'union nationale (GNA), l'opération a été un succès» et a permis de repousser les extrémistes, a indiqué le centre de com- mandement qui gère la région Afrique. Drones, navires de combat et avions de chasse ont pilonné les positions du groupe EI à 495 reprises. «Nous sommes fiers d'avoir soutenu cette campagne pour éliminer l'EI de la seule ville qu'il contrôlait en dehors de l'Irak et de la Syrie», a ajouté Peter Cook, porte- parole du Pentagone, précisant que les appareils améri- cains pourraient encore intervenir le cas échéant si le GNA le demandait. Le chef du gouvernement libyen d'union nationale Fayez al-Sarraj a annoncé officiellement samedi la libéra- tion de Syrte, même si les forces qui lui sont loyales avaient proclamé le 5 décembre avoir repris le contrôle total de la ville.

APS

Jeudi 22 décembre 2016 MONDE DK NEWS 15
Jeudi 22 décembre 2016
MONDE
DK NEWS
15

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA SOLIDARITÉ HUMAINE

Ban ki-moon : « La prospérité mondiale n'a pas été partagée par tous »

La prospérité n'a pas été partagée par tous et le monde doit faire preuve de solidarité humaine afin de remédier aux écarts de développement, a déclaré M. Ban ki-moon dans un message, mardi.

Pour marquer la

Journée internationale de la solidarité humaine, qui tombe mardi, M. Ban

a fait remarquer que les

inégalités, l'extrême pauvreté, le chômage, l'exclusion sociale et la dégradation de l'envi- ronnement continuent d'être des caractéris- tiques dominantes des sociétés, partout dans le monde. «En cette période de dissensions sur de nom- breux problèmes mon- diaux (des conflits armés aux migrations forcées), les gens doi- vent se tourner les uns

migrations forcées), les gens doi- vent se tourner les uns vers les autres et défen- dre

vers les autres et défen- dre des causes com- munes, et non pas s'éloi- gner les uns des autres pour vivre dans la peur,'' a dit M. Ban.

Il a également demandé à la commu- nauté internationale de veiller à assurer la parti- cipation et l'égalité grâce à la mise en oeuvre de

l'ordre du jour du déve- loppement durable ainsi que de l'accord de Paris sur le climat afin de construire des vies fon- dées sur la dignité de tous. La Journée interna- tionale de la solidarité humaine est célébrée chaque année le 20 décembre. Cette année, le mot d'ordre de la Journée est la mise en ?uvre des 17 objectifs du développement durable pour éradiquer la pau- vreté, protéger la pla- nète et assurer la dignité de chaque personne.

RUSSIE-UE

Poutine : « La Russie et l'Europe doivent «s'unir dans la lutte contre le terrorisme» »

Le président russe, Vladimir Poutine, a appelé de nouveau

l'Europe à unir ses efforts avec la Russie afin de lutter plus efficace- ment contre le terrorisme inter- national, a rapporté mercredi le service de presse du Kremlin. «Il faut unir les efforts dans la lutte contre le terrorisme interna- tional», a souligné M. Poutine à l'occasion de la Journée des colla- borateurs des services de sécurité. Revenant sur l'assassinat de l'ambassadeur russe à Ankara et les actes terroristes à Berlin et à Zurich, le chef d'Etat russe a exprimé ses condoléances à toutes les victimes et a rappelé que Moscou avait proposé plusieurs fois son aide à d'autres pays dans

la lutte contre le terrorisme. «Nous rappelons encore une

la lutte contre le terrorisme. «Nous rappelons encore une fois que nous avons plusieurs fois proposé

fois que nous avons plusieurs fois proposé de s'unir dans la lutte contre le terrorisme internatio- nal», a-t-il déclaré, relevant qu'il s'agit de la seule méthode pour vaincre le terrorisme.

Vladimir Poutine a ajouté qu'il avait chargé les services spéciaux

de renforcer la coopération avec leurs homologues des autres pays pour assurer la sécurité des ambassades russes et de leurs col- laborateurs, mettant l'accent sur la nécessité de prêter attention à la lutte contre l'extrémisme sur les réseaux sociaux. De son côté, le Premier minis- tre russe, Dmitri Medvedev, a exprimé ses condoléances à la chancelière allemande Angela Merkel, suite à l'attaque lundi soir au camion à Berlin qui fait 12 morts et plusieurs blessés. Il a également souligné la nécessité de coopérer dans la lutte contre le terrorisme. «Ce crime cynique n'a pas d'excuses. Ce qui est survenu confirme encore une fois la nécessité d'unir les efforts dans la lutte contre le terrorisme».

SÉCURITÉ MONDIALE

Le président d'Interpol et le futur SG de l'ONU discutent de la coopération

Le président de l'Organisation internationale de la police crimi- nelle (Interpol), Meng Hongwei, s'est entretenu mardi avec le futur secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, de la coopéra- tion en matière de sécurité mon- diale, ont rapporté mercredi des médias. Félicitant M. Guterres pour sa nouvelle fonction, M. Meng a sou- ligné qu'Interpol «le soutiendra pour l'aider à s'acquitter de ses responsabilités en tant que chef de

l'ONU», selon les médias. M. Meng a fait savoir que son institution «souhaite consolider la communi- cation stratégique avec l'ONU dans des dossiers importants ayant un impact sur la sécurité mondiale, et est prête à travailler avec l'ONU pour préserver la sécurité et la sta- bilité internationale». M. Guterres a fait l'éloge du «partenariat de longue date» entre les deux organisations, exprimant son «désir d'approfondir la coopé- ration avec Interpol en matière de

lutte antiterroriste, de cyber-sécu- rité, d'opérations de maintien de la paix et de lutte contre le trafic d'êtres humains». Il a reconnu que renforcer la coopération entre les deux organi- sations revêt «une grande impor- tance face aux défis sécuritaires mondiaux». Interpol a été créée en 1923 lors du deuxième Congrès internatio- nal de la police criminelle sous le nom de Commission internatio- nale de la police criminelle.

ALLEMAGNE

La police tente de retrouver l'auteur de l'attaque contre un marché de Noël à Berlin

La police allemande tentait mercredi de retrouver un assail- lant qui au volant d'un semi- remorque, a foncé sur un mar- ché de Noël lundi soir à Berlin faisant douze morts et 48 bles- sés, selon le dernier bilan. Un homme longtemps pré- senté comme suspect par les autorités, un demandeur d'asile pakistanais interpellé peu après

les faits, a été relâché mardi soir

et mis hors de cause.

Pour le chef de la police, Klaus Kandt, cela signifie «qu'une ou plusieurs personnes» responsables de l'at-

tentat «sont en fuite (

avec une arme», sans doute

celle qui a servi à tuer le chauffeur routier polonais en

celle qui a servi à tuer le chauffeur routier polonais en titre du camion ayant servi

titre du camion ayant servi à l'at- tentat. Le président d'un des princi- paux syndicats de policiers (BDK), André Schulz, a néan- moins évoqué de «bonnes pistes» et de «très nombreux éléments» dans l'enquête pour retrouver l'auteur du carnage. Selon les médias, l'attaque a été revendiquée mardi soir par le groupe terroriste autopro-

clamé «Etat islamique» (EI/Daech). Se voulant rassurant face à une population inquiète, le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, a affirmé que la police n'avait pas les «mains vides» dans cette enquête.

)

LIGUEARABE-EUROPE

Nadhir Arbaoui souligne au Caire la vision algérienne dans le règlement des crises et conflits

L'ambassadeur d'Algérie au Caire et son délégué perma- nent auprès de la Ligue des Etats arabes, Nadhir Arbaoui a souligné mardi, à la 4ème réunion ministérielle arabo- européenne, la vision de l'Algérie dans le règlement des

crises et des conflits et face aux défis de l'heure, en particu- lier la situation dans la région arabe. Dans une allocution prononcée à cette réunion, M. Arbaoui a réaffirmé l'importance qu'accorde l'Algérie au dialogue et au renforcement de la coopération et du parte- nariat entre les ensembles arabe et européen dans différents domaines. Il a affirmé le souci de l'Algérie «d'élargir la coopération

et le partenariat entre les deux ensembles aux «volets écono-

miques et de développement» soulignant les relations histo- riques, géographiques, culturelles et sociales existant entre les deux blocs». «Partant de notre responsabilité commune, nous sommes tenus de relever ces défis», a-t-il ajouté. Le diplomate algérien a évoqué à ce propos les derniers développements de la situation dans la région suite à l'exa- cerbation des actes de violence et des conflits armés, préci- sant que des menaces multiples et complexes guettent les

pays arabes frères qui sont le théâtre de conflits et d'inter- ventions étrangères et font face aux menaces des groupes terroristes. Grâce à la sagesse et à la politique éclairée du président

de la République, Abdelaziz Bouteflika, l'Algérie a sans cesse

mis en garde contre les incidences graves des options mili-

taires sur la paix et la sécurité régionales et internationales, a-t-il indiqué. Et d'ajouter que l'Algérie a toujours appelé à faire préva- loir le dialogue global et la réconciliation nationale loin de toute ingérence étrangère dans les affaires internes de ces pays frères à même d'aboutir à des solutions politiques paci- fiques et consensuelles». Dans ce contexte, M. Arbaoui a évoqué la crise en Libye mettant en avant la nécessité d'appuyer le dialogue national dans ce pays frère sous lÆégide des Nations unies. Il a réitéré l'attachement de l'Algérie au dialogue global et

à la réconciliation nationale entre toutes les parties libyennes à l'exception des groupes terroristes. Abordant le phénomène du terrorisme et du crime orga- nisé transnational, M. Arbaoui a mis en exergue la nécessité de la criminalisation de son financement y compris le paie- ment des rançons. Dans ce cadre, il a affirmé que l'Algérie avait mis en garde contre les risques du phénomène de la criminalité et adopté, sous la direction du président de la République Abdelaziz Bouteflika, une stratégie globale aux dimensions politique, économique et sociale pour éradiquer ce fléau transnational

et lutter contre l'extrémisme. M. Arbaoui a précisé dans ce sens que l'option algérienne

«ne s'est pas limitée à la dimension sécuritaire car c'est une stratégie plus large qui prend en compte les aspects culturel

et

religieux, ainsi que les dimensions économique et sociale,

et

consacre les valeurs de la justice sociale dans le cadre du

dialogue et de la réconciliation nationale». Il a affirmé que l'Algérie avait axé sa lutte contre le terro- risme sur une approche globale et conforme à la légalité internationale. Le délégué de l'Algérie auprès de la Ligue des Etats arabes

a affirmé dans son allocution que la cause palestinienne

vient en tête des défis de l'heure à la lumière des agressions

systématiques de l'occupant israélien contre le peuple palestinien, de sa politique de colonisation et de son déni du processus de paix et des Chartes internationales. Il a appelé, dans ce sens, la communauté internationale

et en particulier le Conseil de sécurité à assumer ses respon-

sabilités et amener le colon israélien a respecter la légalité internationale, à mettre fin à la colonisation des territoires palestiniens et à garantir le droit du peuple palestinien à

l'établissement d'un Etat indépendant avec El Qods pour capitale. Selon M. Arbaoui, la question de l'émigration et sa dimension humanitaire figurent parmi les défis que doivent relever les deux ensembles, arabe et européen, dans le cadre de leur coopération. Il a estimé dans ce sens que «partant de la responsabilité commune, il convient dans le cadre du dialogue stratégique avec la partie européenne de traiter cette question selon une vision consensuelle et globale loin de toute approche sécuri-

taire unilatérale ou de toute politique restrictive qui limite- rait la liberté de circulation des individus». Il a ajouté en outre qu'il «convient aussi de préserver les droits et la dignité des migrants» à la faveur d'une coopéra- tion entre les deux ensembles «fondée sur la prise de conscience de notre destin commun et nos responsabilités collectives dans la construction de l'avenir de nos généra- tions futures dans le cadre du rapprochement, de l'entente

et de la solidarité».

APS

16 DK NEWS

CULTURE

Jeudi 22 décembre 2016

SELON LE HCA

Plusieurs activités prévues lors de la célébration du centenaire de Mouloud Mammeri en 2017

Plusieurs festivités dont un colloque internatio- nal sont au programme de la célébration du cente- naire de la naissance de l’écrivain Mouloud Mammeri (1917-1989) prévu l'année prochaine à travers le territoire national, a indiqué mercredi à Alger Si El Hachemi Assad, secrétaire général du HCA. «Lors des festivités qui auront lieu pendant quatre ou cinq mois durant l’année 2017 sur tout le territoire national, il y aura de nombreuses mani- festations scientifiques et culturelles, dont un col- loque international sur l’£uvre de Mammeri», a précisé à l’APS, Si El Hachemi Assad. En plus du colloque, la manifestation prévoit, entre autres, un programme de réédition des £uvres de l’écrivain ainsi qu’une émission et une cérémonie d’oblitération d’un timbre postal à sa mémoire. Mouloud Mammeri est l’auteur de plu- sieurs romans dont l’Opium et le Bâton, adapté au cinéma, La colline oubliée adaptée également au ci- néma mais en langue amazigh, Le sommeil du juste. Il a écrit également des pièces de théâtre, des recueils de poésies anciennes et des contes. Un comité de coordination composé de person- nalités scientifiques et culturelles a tenu sa pre- mière réunion samedi en présence d’un représentant du ministère de la Culture pour pren- dre connaissance des thématiques et du contenu de chaque axe d’activité envisagé pendant le cente- naire. «Une réunion de restitution et de validation du programme définitif ainsi et du projet budgé- taire aura lieu mi-février prochain», a indiqué Si El Hachemi Assad. Si El Hachemi Assad a ajouté que «cet important anniversaire sera parrainé par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika car il constitue un événement majeur pour l’Algérie». Mouloud Mammeri est considéré comme un pionnier de ta- mazight «et il n’est pas de quête scientifique dans le champ de l’amazighité qui ne se réfère aux tra- vaux de l’écrivain», a souligné le secrétaire général du HCA.

MASCARA

La pièce «El imlaq» subjugue un public d'enfants

La la pièce «El Imlaq» (Le géant) du théâtre ré- gional de Mascara, présentée mardi au centre cul- turel islamique du chef-lieu de wilaya, a subjugué un public d'enfants, en majorité des écoliers. Les comédiens Boumediène Sid Ahmed, Tati Kada, Boumaiza Mohamed et Kissi Omar Oussid ont interprété leurs rôles avec brio sous la direction du metteur en scène, Rabie Kadi, impressionnant le public venu nombreux. La pièce théâtrale traite, en 45 minutes, de l'ami- tié et de la trahison, à travers l'histoire d'un nain n’ayant pas rejoint les bancs d’études, appelé de manière satirique «le géant» et sa relation avec son environnement. Le directeur du théatre régional de Mascara, Ahmed Khoussa a annoncé, en marge de cette re- présentation, qu’il lancera cette nouvelle pièce au titre d’une tournée artistique au début de ce week end à travers dix wilayas, suivie d’une deuxième lors des vacances du printemps dans 15 wilayas puis 5 wilayas au début du mois de juin prochain à l’oc- casion de la fête de l’enfance. Cette nouvelle production représente le projet de formation en faveur des artistes amateurs inté- ressés par les arts du spectacle, la scénographie et autres. Elle vise aussi à donner l'occasion à l’émergence d'artistes amateurs locaux qui ont montré un sa- voir-faire, a-t-on souligné. Les répétitions sur cette £uvre théâtrale ont eu lieu au siège d'une association culturelle au jardin «Pasteur» de la ville de Mascara. La réouverture de l'édifice du théatre régional de Mascara, qui a fait l'objet de réfection depuis quelques années, attend l'achévement des travaux d'équipement, a-t-on indiqué.

Le ministère de la Culture dément les déclarations récentes de Lotfi Bouchouchi

Le ministère de la Culture a apporté mardi un démenti formel aux déclarations récentes de Lotfi Bouchouchi, réalisateur du film «Le Puits», faisant état de l'absence de soutien et la «non participation financière des pouvoirs publics à la promotion du film» proposé aux Oscars.

Lotfi Bouchouchi a regretté lors d'un point de presse mercredi l' «ab- sence» de soutien financier du minis- tère de la Culture qui avait, selon lui, «promis d'accompagner en dehors de l'Algérie» la diffusion du film «Le Puits», et d'en «soutenir la promotion». Il s'exprimait à la suite d'une tour- née promotionnelle de son film aux Etats Unis. Jugeant «irrecevables» et «infondés» les propos du cinéaste, le ministère de la Culture a rappelé, dans un commu- niqué, qu'il avait instruit les différents établissements publics dont l'Onda, l'Onci et le Cade pour «soutenir durant toutes ses étapes de production et de commercialisation» le long métrage proposé pour représenter l'Algérie aux Oscars 2017. Réfutant les déclarations de Lotfi Bouchouchi qui affirme «avoir dû se débrouiller seul et par ses propres moyens pour la sortie nationale et in- ternationale du film», le ministère de la Culture tient à clarifier que le réalisa- teur avait sollicité «en personne» une aide des pouvoirs publics en transmet- tant un plan d'action en deux volets», «totalement soutenu» par le ministère de la Culture, souligne le communi-

par le ministère de la Culture, souligne le communi- qué. Le film a été projeté, pour

qué. Le film a été projeté, pour sa sor- tie nationale et internationale, dans pas moins de 23 wilayas du pays. rappelle encore le communiqué qui ajoute que le Puits a été programmé à New York, Los Angeles et Lille, grâce à l' «appui» de l'ambassade d'Algérie aux Etats Unis, ainsi que du consulat géné- ral d'Algérie à Lille (France). Tout en estimant que les déclara- tions du réalisateur témoignaient d' un «orgueil démesuré», le ministère de la Culture invite Lotfi Bouchouchi à «as-

sumer seul le résultat de sa com- pagne», selon les propres termes du communiqué. Le Puits n'a pas été retenu par l'Aca- démie des Oscars qui vient juste de nommer neuf films sur les 85, admis à un concourir à une dernière épreuve à l'issue de laquelle seulement cinq longs métrages pourront prétendre à la course pour le meilleur film étranger. Parmi ces derniers, un seul sera os- carisé. Précisant que le «financement di- rect de Lotfi Bouchouchi n'a été que symbolique», le ministère de la Culture rappelle, par ailleurs, qu'il est le pro- ducteur de ce film et que sa «participa- tion à toute autre manifestation (cinématographique) à l'étranger», de- vait «préalablement» être soumise à une «autorisation» délivrée» par ses services. Premier film de Lotfi Bouchouchi, «Le Puits», sorti en 2015, est une fiction de 90mn, proposant une nouvelle vi- sion de l'histoire de la guerre de libéra- tion nationale. Il relate les affres du colonialisme français à travers les souffrances des habitants d'un village du sud algérien, assiégé et privés terriblement d'eau.

ALGER

Le 11 e Festival de musique andalouse et des musiques anciennes s’ouvre

Le 11e Festival international de musique andalouse et des musiques anciennes (FestivAlgérie), dédié à la mémoire du maître du malouf, Mohamed Tahar Fergani, s'est ouvert mardi soir à l'Opéra d'Alger «Boualem-Bessaïh» en présence du ministre de la Culture Azzedine Mihoubi. En ouverture, la chanteuse et interprète du hawzi Meriem Benallal a gratifié le public, venu en nombre à cette soirée inaugurale, de chansons puisées du répertoire musical an- dalou. Accompagnée par un orchestre de huit musiciens, la chanteuse à la voix sublime, a interprété notamment «Rmel El maya» et «Moulat esself ettouil», en hommage à cheikh Boukli Hacene Salah, un des grands compositeurs et profes- seurs de musique andalouse. Prenant le relais, le composi- teur et musicien turc Goksel Baktagir, a régalé le public de l'Opéra d'Alger de ses propres compositions, montrant ainsi une grande maîtrise du Qunun (cithare), un instrument de musique traditionnel presque utilisé par tous les orchestres turcs. Accompagné par un violoncelliste et un violoniste, ce quinquagénaire de Kirklareli reconnu comme un grand

joueur de qanun, a séduit le public qui l'a vivement acclamé, par des performances instrumentales rythmées. En troisième partie de cette soirée, la cantatrice Amel Bra- him Djelloul, a puisé dans le répertoire musical universel et algérien dont «Ay al xir inu» (A mon grand bonheur), un tube du chanteur et compositeur Idir. Dans son allocution d'ou- verture, le ministre de la Culture a réitéré le soutien de son département à ce festival organisé, a-t-il souligné, en dépit de «difficultés financières». Pour sa part, le commissaire du festival, Aissa Rahmaoui, a affirmé que la l'édition de cette année intervenait dans une «conjoncture économique diffi- cile» pour la tenue de ce festival, amortie grâce à la «contri- bution d'entreprises publiques et privées». Outre l'Algérie, représentée par trois Ensembles musi- caux et des musiciens, une dizaine de pays, dont la Tunisie, le Maroc et la France participent à ce 11e FestivAlgérie qui se poursuit jusqu’au 25 décembre à l'Opéra d'Alger «Boualem- Bessaïh». La compagnie «Outre mesure» de France, l'En- semble algéro-japonais et Mohamed Rouane (Algérie) sont au programme de la soirée de mercredi.

TIZI OUZOU

La montagne de Baya, résultat d’un maillage entre la mémoire collective et le mythe

d’un maillage entre la mémoire collective et le mythe La montagne de Baya du réalisateur Azeddine

La montagne de Baya du réalisateur Azeddine Meddour est le résultat d’une inspiration du mythe et une fictionna- lisation de la mémoire du groupe, a dé- claré mercredi à Tizi Ouzou l’anthropologue et poétesse Farida Aït Oufroukh. Ayant établi une étude ana- lytique de l’£uvre de Azeddine Meddour décédé en mai 2000, la conférencière qui intervenait à l’occasion de la 15ème édition du festival culturel national du film amazigh, a expliqué que le réalisa- teur avait de grands penchants pour les traditions, les légendes et les mythes qu'on racontait en Kabylie. A partir du rite et de la légende d’Anzar, le roi lé- gendaire de la pluie, et la réalité histo- rique des populations kabyles qui ont été dépossédées de leurs terres par le colonisateur français, le cinéaste avait créé le scénario et a monté l’histoire d’Adrar N Baya. «A travers Baya qui était l’héroïne du film, Meddour avait parlé de la terre qui est la source de vie des villageois qui ont été contraints de quitter leurs villages pour aller se réfu- gier dans les montagnes», a-t-elle af- firmé. Selon elle, la légende d’Anzar qui a

été reproduite dans cette £uvre avec beaucoup de perfection et d’attention, évoque une relation de «complémenta- rité et de réciprocité entre le ciel et la terre et l’homme et la femme qui sont les fondements de l’existence», a-t-elle souligné. Farida Aït Ouferoukh a ac- compagné sa conférence de projection de quelques séquences du film, notam- ment le rite d’Anzar et le conte que Nna Aldja racontait au milieu d’une grotte à des enfants en bas âge. La montagne de Baya a évoqué aussi des impulsions amoureuses refoulées par les principaux acteurs du film (Baya et Djendel) par le poids des traditions et la rigueur sociale qui rejettait toute liai- son illicite entre l’homme et la femme, a-t-elle dit. En somme, ce film que Azeddine Meddour avait réalisé avec beaucoup de difficulté et dont le tournage a été en- travé de plusieurs incidents constitue une impressionnante £uvre cinémato- graphique qui a fait le bonheur du ci- néma amazigh, aux côtés de Tawrirt Itwattun, Mimezrane et Machahu, a-t- elle soutenu.

APS

Jeudi 22 décembre 2016

HISTOIRE

DK NEWS 17

JIJEL

Ouverture samedi du 2 ème séminaire national sur Ferhat Abbas

La seconde édition du séminaire national sur le premier président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) formé durant la Révolution, Ferhat Abbas, se tiendra samedi à Jijel, a indiqué mercredi le chargé de communication de la wilaya, Nabil Boubzari.

La rencontre, prévue à la maison de la culture Omar Oussedik, coïncidera avec la célébration du 31ème anniversaire de la mort d’une des grandes fi- gures de l’histoire du mou- vement nationaliste et de la révolution libératrice, et abordera son parcours, ses idées et ses positions natio- nalistes, a précisé la même source. Elle verra la participa- tion du Dr Lamine Khan, membre du GPRA, ainsi que d’historiens et de cher- cheurs de plusieurs univer- sités du pays. Une exposi- tion présentera parallèle- ment au public des photo- graphies de ce grand mili- tant patriotique, ses livres, certains de ses objets per- sonnels, son testament po- litique et la déclaration de la création du GPRA. Un salon de calligra- phie réunira une vingtaine d’artistes de tout le pays dans le même cadre qui donnera lieu à l’organisation d’une caravane "Ferhat Abbas" de la Mémoire qui se dirigera vers Batna en passant par Sétif pour visi- ter les hauts-lieux de la guerre de libéra- tion nationale. Un match de football met-

guerre de libéra- tion nationale. Un match de football met- tra égalent aux prises au stade

tra égalent aux prises au stade Colonel Amirouche les vétérans de l’ES Sétif dont Ferhat Abbas fut l’un des fondateurs, et les vétérans de la wilaya de Jijel, a ajouté M.Boubzari. La direction de la Culture dé- cernera, à cette occasion, le Prix de son

concours du meilleur portrait de Ferhat Abbas, qui a mis en lice une dizaine de plasticiens, au cours d’une cérémonie qui sera organisée au musée Kotama, a in- diqué, de son côté, la directrice du secteur, Salima Kaoua.

CULTURE

COLLOQUE «BOUGIES QUI NE S’ÉTEIGNENT PAS» D’ORAN:

Les lauréats du concours littéraire honorés

La sixième édition du colloque national «Choumouaa la tantafi» (Bougies qui ne s’éteignent pas) s'est clôturée mardi à Oran, par une cérémonie en l'honneur des lauréats du concours littéraire national organisé à cette occasion. Les premiers prix en «melhoun» et poésie classique ont été attribués, respectivement, à Ha- roun Ahmed Bessam d’Oran et Fatiha Maa- meri de Ghardaia, alors que Nahed Boukhalfa de Batna s'est vue décerner le premier prix en conte, selon la directrice de la maison de la cul- ture «Zeddour Brahim Belkacem», qui a indiqué qu’un seul prix a été consacré à chaque genre littéraire. Ce concours, organisé par la maison de la culture, a vu la participation de 15 concur- rents en poésie classique, 5 en «melhoun» et six pour le récit de plusieurs wilayas du pays, a ajouté Kouadri Aichouche Bakhta. Les travaux de cette édition du colloque, dédiée au romancier algérien Abdelmalek Mor- tad, ont été marqués par des communications sur le parcours littéraire de cet homme qui est toujours à son apogée culturel. Des lectures poétiques en classique et «mel- houn» ont été animées, à cette occasion, par une pléiade de poètes venus de différentes wilayas du pays. Cette rencontre culturelle de deux jours a été organisée par la direction de la cul- ture d’Oran avec la contribution d'associations culturelles locales, dont «El Fadl» de promotion de la fille, «El Jil» et «Fen oua Ibdaa» (art et créa- tivité).

APS

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 438 116 du 22/12/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 438 116 du 22/12/2016

Verticalement :

Horizontalement:

18 DK NEWS

DÉTENTE

Jeudi 22 Décembre 2016

Programme de la soirée

20:55 21:00

20:55

21:00

21:0020:55

21:00

Léo Matteï,

brigade des

Prodiges

mineurs

DIVERTISSEMENT - 1 saison

Créée par : Nicolas Herdt Avec : Jean-Luc Reichmann, Florence Maury

Pour cette troisième édition, organisée au théâtre Le Quai à Angers, le trio de jurés

Pour cette troisième édition, organisée au théâtre Le Quai à Angers, le trio de jurés est toujours composé de la soprano Élisabeth Vidal, du violoncelliste Gautier Capuçon et du danseur étoile Patrick Dupond. Ils doivent départager neuf jeunes talents âgés de 12 à 16 ans, dans les catégories chant, danse et instrument. Accompagnés de l’Orchestre national des Pays de la Loire (ONPL), les candidats se produisent sur scène sur les airs les plus porteurs du répertoire classique. A l’issue de cette soirée d’auditions, les trois meilleurs jeunes artistes dans chaque catégorie seront qualifiés pour la grande

Cédric, un adolescent de 14 ans, est passé à tabac par une bande de jeunes

Cédric, un adolescent de 14 ans, est passé à tabac par une bande de jeunes aux visages masqués par des foulards. Hospitali- sée, la victime confie à Léo Matteï s'être dispu- tée peu avant avec une camarade. Il dit égale- ment qu'un des agres- seurs semblait compter les points en fonction de la force des coups portés. Tous les collégiens ne tardent pas à recevoir la

vidéo de l'agression sur leur téléphone./

finale.vidéo de l'agression sur leur téléphone./

finale.

Jeux

Samouraï-Sudoku n°1464

téléphone./ finale. Jeux Samouraï-Sudoku n°1464 19:55 La mort d' A uguste - paris, 196 5 TÉLÉFI

19:55

La mort

d'Auguste -

paris, 1965

TÉLÉFILM POLICIER - France

(2015)

- paris, 196 5 TÉLÉFI LM P OLIC IE R - France (20 15) A Paris,

A Paris, en 1965, Auguste,

80 ans, le patron du célèbre restaurant Chez l'Auver- gnat, au cœur des Halles, meurt en plein service. Ses trois fils - et surtout ses belles-filles - se disputent l’héritage. Antoine, qui était l'associé d'Auguste, est soupçonné par ses frères cadets et leurs épouses de vouloir les déposséder. Avec

femme Lucie, il se re-

sa

trouve piégé par la cupidité

et la lâcheté de sa famille.

piégé par la cupidité et la lâcheté de sa famille. 21:00 Game of Thrones Créée par
piégé par la cupidité et la lâcheté de sa famille. 21:00 Game of Thrones Créée par

21:00

Game of

Thrones

Créée par : Mark Mylod Avec : Peter Dinklage, Conleth Hill

par : Mark Mylod A vec : Peter D inklage, Conleth Hill En épousant Tommen, Margaery

En épousant Tommen, Margaery Tyrell est sacrée reine et profite de l'influence qu'elle a sur le jeune roi pour

manœuvrer contre Cersei. Elle projette d'éloigner son encombrante belle- mère et de l'envoyer à Castral Roc. Pour consolider son emprise sur le Nord, Littlefinger emmène Sansa jusqu'à Winterfell où il espère la marier à Ramsay, le fils héritier de Roose Bolton. Arya accepte de renoncer

à ses effets personnels pour respecter les règles

21:00à ses effets personnels pour respecter les règles Petits génies, à la découverte des enfants précoces

à ses effets personnels pour respecter les règles 21:00 Petits génies, à la découverte des enfants

Petits génies, à la découverte des enfants précoces

PETITS GÉNIES, À LA DÉCOUVERTE DES ENFANTS PRÉCOCES

ÉN IES, À LA DÉC OU VE RT E DES E NF A NTS PR ÉCOCES

Vingt enfants âgés entre 9 et 12 ans, diagnostiqués surdoués participent à un grand concours de connaissances dans la prestigieuse université internationale de Paris. Le lauréat permettra à son collège de remporter la somme de 20 000 euros au profit d'un projet éducatif. Dans ce premier épisode, les jeunes candidats se mesurent à deux épreuves, l'une de culture générale et l'autre de mémoire. A l'issue des deux tests, les cinq enfants qui ont marqué le moins de points quittent le concours. Ce premier numéro permet de faire connaissance avec Jean, qui, à 11 ans, a déjà sauté trois classes, avec Béline, championne d'échecs de 11 ans, et Giorgio, 10 ans, doté

d'un QI de 149 mais qui souffre de

phobie scolaire.10 ans, doté d'un QI de 149 mais qui souffre de de son nouveau foyer. “La

de son nouveau foyer.
de son nouveau foyer.

“La marque d’une intelligence de premier ordre, c’est la capacité d’avoir deux idées opposées présentes à l’esprit, en même temps, et de ne pas cesser de fonctionner pour autant.”

* Francis Scott Fitzgerald

Citation

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°1464 1. Pruderie nie

Mots croisés n°1464

1. Pruderie

nie - Tour - Sinon

2. Planète - Aigres

8. épiphyte - Baie des côtes de Honshu

3.Mesure d'avoine pour un

cheval - En compagnie de 4.Ville du Pérou - Spectacle 5.Punaise d'eau - Ensemble

9.Décliner

10.Infinitif - Addition - Ga- min de Paris

desinstrumentistesaccom-

11.Tenddesfiletsp0urpren-

pagnateurs, dans un concerto grosso

dre des oiseaux - Tête 12.Personnes ayant leurs résidences habituelles à l'étranger

6.Villed'Italie-Einsteinium

7.Silicium - Riv. de Rouma-

1.Introductiondans les lignes téléphoniques, de bobines d'auto-inductionpour amélio- rer la transmission de la parole 2.Taux d'acide mique dans le sang - Dans le nom de la capi- tale du Brésil 3.Indique qu'à un certain endroit d'un morceau de musique il faut reprendre au début - Radium-étain

l'alcool est l'excipient 6.Saule - Laine qu'on retire en tondant (pl) 7.Candide - Racaille 8.Déca- - Neptunium- Adj, pos- sessif - Cadnrium 9.Amaigrir - Individu 10.Souhaitées - Nom donné à la Nouvelle- Guinée par l'Indonésie 11.Colère - Problème - Trinitrotoluène

4.Fille de Cadmos - Retarder 5.Objectifs - Médicament dont

12.Tromperies

11.Colère - Problème - Trinitrotoluène 4.Fille de Cadmos - Retarder 5.Objectifs - Médicament dont 12.Tromperies
11.Colère - Problème - Trinitrotoluène 4.Fille de Cadmos - Retarder 5.Objectifs - Médicament dont 12.Tromperies

Jeudi 22 Décembre 2016

DÉTENTE

DK NEWS

19

Grille géante n°164

22 Décembre 2016 DÉTENTE DK NEWS 19 Grille géante n°164 Solution Sudoku n°1463 Mots Croisés n°1463

Solution

Sudoku n°1463
Sudoku n°1463
Mots Croisés n°1463 EMBLEMATIQUE COEURnNATURE HISTONE nAInE ANTIDATERnMn UDINE nHUDSON FRASERnRnALE FEUnSALICOLE
Mots Croisés n°1463
EMBLEMATIQUE
COEURnNATURE
HISTONE nAInE
ANTIDATERnMn
UDINE nHUDSON
FRASERnRnALE
FEUnSALICOLE
O nXEnPAPEnAS
UVnPRETEURSn
RICOEURnXOSA
ENnInSASnTON
EST nCENTAINE

C’est arrivé un