Vous êtes sur la page 1sur 16

Bibliographie des fous

de quelques livres
excentriques / par M.
Ch. Nodier,...
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Ces documents ne peuvent être réutilisés... il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.Nodier. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition.fr / Bibliothèque municipale de . Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica. En cas de non respect de ces dispositions. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays. dont la BnF est le producteur. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur. Charles (1780-1844). sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. (ou autre partenaire). Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.. 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF. notamment en matière de propriété intellectuelle. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence 2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L. 4/ Gallica constitue une base de données. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. . contacter reutilisation@bnf. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. sauf dans le cadre de la copie privée. Ch....fr. Nodier. Bibliographie des fous de quelques livres excentriques / par M. il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers.BnF. L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. 1835. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier.

(2« ARTICLK. TECHENER.BIBLIOGRAPHIE FOUS. ) . DES DE QUELQUES LIVRES PAU EXCENTRIQUES. N» 12. PARIS. LIBRAIRE. CH. 1835. PLACE Novembre DO LOUVRE.4 ' Â^ifidr^Âu 2\* JBuUetin du BIBLIOPHILE. NODIER. M. .

.

au Si 1 Bulletin du BIBLIOPHILE. ca. Nonnn. N« 1J. TR(^JEN15WLiBRAIRE. LOUVRE.BIBLIOGRAPHIE DES DE QUELQUES FOUS. riPARIS. A joindre EXCENTRIQUES. . LIVRES PAH M. PLACE Novembre DD 1835.

.

tribué à Béroalde de Vervllle.1!. Si on pénélroll bien avant dans le mystère peut-être plus d'amertume do ce travail. on y trouveroll et de dégoût que de cynisme et de folle. cl livré sans Il Faut sans doute lisières à la fougue de ses caprlcos. n'est pas lui-même un II» vre excent»ique. dans ces pages dont le cadre cft extrêmement . Rabelais. que leurs ouvrages des livres excentrique. si mal à propos at- compagne. autres. quand II est arrivé par hasard que l'auteur eût un b«jt en l'écrivant. Co serolt très mal ju- et quelques ger Apulée.BIBLIOGRAPHIE DES FOUS. en souriant. la raison n'est point un guide éclairé qui les précède ou les acmais c'est une esclave soumise qui les suit Le Moyen de parvenir. DE QUELQUES LIVRES EXCr.NTRIQUEtf. J'entends Ici par un livre excentrique un livre qui Cil fait hors de toutes les règles communes de la composition et du style. el dont II est Impossible ou tris dlfflclle de deviner le but. mais il faut connoltrc ses ressources et posséder ses secrets.C'est uno facélleuse Imago des saturnales de l'esprit débarrasséde toute contrainte. avoir pris en grand dédain la fausse sagesse des hommes pour s'en Jouer avec celle audace. Les livres ciellement dont je parlerai fort superfiexcentriques. Sterne. Dans d'appeler les brillantes débauches de leur Imagination.

dont pour un petit conten- lés plus y logerons sens des nations ait fait des autres. leurs ne bien avérés sera jamais conservent Elle délices du h'effraledelà jjra- . par assez spéciale un chapitre des productions mon composés exemples. suivant à des la signaler et étendues très Il dans en faisant ??xtravogances rieuse ligieuse. plus les annales y auroit rique amusant les ml-'nnes. droit commun crire et d'Imprimer. justice en blanc dans ou de Salpétrlère Je me bonne jusqu'à de s'égarer pas de .cèdera à l'his- Cardan depuis base de l'enfermer et curieux catégorie politique. large. moins serait beaucoup en attendant pressés. encore études que Pelgnot mais d'effleurer usage. du des fou?. à personne. cette trop savants amis d'i. ne point et filro le de Ja- bibliogra- Le de compas sûr plus n'ex- qui de géographique la Nous le bon que et vide un aspect en la mesurant. libres. Charenton. La liste qui n'ont fort longue.ce sont circonscrit. m. des fous ne pas font fous écrire. ouvrage humaine. l'enceinte et Brunet essentielle tel tour pour laborieuses. tible tous a pas de oITre quelques ne recommande cle ont qui qu'ont une bibliothèque formerolt plus les livres des fous/ainsi pas restreinte eu la 'gloire parce assez do raison J»A pas les honnêtes de faire la plupart que pour gons aux qui secte. ont dont Je laisse loux. raire qui n'en et H n'y de fournir toire critique terai.n sati- toutes fol naïve les et sé- en matière re- nos siècles de jusqu'à Sveden- écrivain vivant. y trouver une prendrolt mémo d'é- de l'esprit. Svedenborg le nom suscep- visionnaires ou scientifique lumières me parolt donner une Innombrables que je plus place celle avec col'ecllon étendue le texte de lut dans rentrer publiées les par Leur de l'Intelligence moyen litté- CPIIP matière.tls phe risquerott est foisonné et depuis borg.Mes qui les hommes génération qui pourrolerit piquant.

l'alchimie deux siècles.pas qu'elle fût morte. s'appelolt le sens commun. La folle même étoit de leur temps une maladie rare ou peu connue. On enverroit Diogène aux petites-maisons. Aux jours où nous vivons. Je leurs talllerols une tout autro besogne en leur proposant de s'occudes sots. Il n'y'en aurolt pas eu pour vingt-cinq ans a Rome. à moins qu'elle ne se soit sauvée alors de la déconsidération où cite est tombée aujourd'hui.dense et frivole science des livres. Il y avolt d'ailleurs dans l'antiquité une puissance émlnemn ent sociale qulmalntenoit de siècle en siècle dans un constant équilibre l'intelligence des peuples. tombée en désuétude. car la presse n'étolt pas Inventée. L'histoire littéraire des anciens n'enrlchirolt pas beaucoup la nomenclature des fous qui ont écrit. et je ne répondrols. la philosophie voltahJeune un siècle. sages qu'Jiippocrale. Il n'y en aUrolt pas en pour cinq ans du temps . et s'il fait vibrer par hasard une corde irritable de l'imagination ou'du coeur. il devient thaumaturge et sectaire commo le fou qui l'a écrit. puisque nous n'y admettons ni les poètes ni les philosophes. plus faillirent y envoyer Démocrite. palladium gothique des polices humaines. le livre remplace l'homme. c'c«t la mer a per do la Bibliographie boire. 11résultolt de là que la folle ne vlvolt que l'âge d'un fou. et les Abdérltalns. Cette puissance. L'absurde n'avoit qu'un temps. et qui affranchisse!! chaque génération nouvelle des aberrations les plus grossières de la génération passée. l'astrologie judiciaire a régné deux siècles. sous maintenant quelque sobriquet honorable. Cela. Depuis Guttenberg et les siens. C'est une chose admirable que d'être né à propos. et qu'elle ne s'élendolt point aux âges suivants comme une contagion triomphante.

qui avolt perdu la tête de deux passions à la fols. tout ce tout ce qu'il y a qu'il y a de mauvais et de dangereux.elleobllendroit nous vivons heureusement quelque Indulgence. sans examen et ce qu'il y a de bon et d'utile. d'étranges conjectures. ni acquéreurs. sans Choix. qui en mérite mon avis. ou Columna. nime du peuple. jusqu'à la consommation C'est grâces à un tel état de choses que la folie et les fous peuvent avoir quelques intérêts à démêler avec l'éirréparablement et la littérature.de grands me rappellent le souvenir. et il n'eu faut pour que.. la pensée élolt soumise à une censure Inflexible dans leurs républiques modèle?. tout ce qui peut servir à éclairer d'inepte et de ridicule. rudition Un des plus fous dont les quatre slècles. Une Ippollta J'amour. la publicité verse Immense des livres. l'imprimerie Crans'appclolt C'étolt un religieux domina cols Colonna. ne mettolt La publicité Insensé n'aurolt en circulation trouvé ni co- chez les anciens soumis à une censure car que des ouvrages préalable. où un livre pistes. et comme il étolt écrit . C'étolt le h bonne sens-commun. Chez dans la circulation fol. où. même dans un dorolî davantage» c'étolt nlcaln. acheva de lui déranger l'esprit. La première étolt celle et de se» que lui avolt Inspirée l'étude de l'antiquité monuments.de Clcéron. On ne se serolt bibliographique du temps d'Arhtqte. la conscience. et dont le baptême scientifique a donné lieu a. caln de Trévlse ou de Padoue. QU Pollla qu'il a nommée Pojla par respect pour le grec. tout les hommes sur leurs Intérêts moraux ou à les perdre des âges.moitié un meilleur troubler cerveau. et j'ai déjà nommé le tyran qui avec l'exerçoll une autorité souveraine. la raison unales modernes. ai une époque La seconde. d'Hopas avisé de ce phénomène race et de Qulnllllen.

Je ne dis rien de ses admirables gravures monumentales et architecturales qui la recommandent bien autrement à l'attention et presque au culte départisses. ce qui a fait croire. c'est-à dire savante à lier. une macaronée polyglotte de mots hébreux. brodée sur uif canevas d'italien corrompu. Il est évident d'après cela que noire fou étolt au moins . par parenthèse. car Vflypnerotomachia phili (c'est le titre du livre) est restée lettres closes pour le grand Vossius comme pour nous. L'amant do Polla prend soin de raconter avec toute la naïveté dont II pouvoit être capable dans un style Inouï qui aurolt déconcerté la pénétration d'OEdlpe. aux amateurs d'allégories que celle Polla n'était autre chose que l'anliquité elle-même. syriaques. Ils y ont tous les deux merveilleusement Pollréussi. François Columna pourroit bien être l'inventeur de l'hlbrlde et du pédantesque. quant au langage. Sous ce rapport.as que rien ne manqueiuil à sa destinée de tout ce qui peut completler l'Individualité caractéristique d'un fou. que sa première intention avolt été d'écrire en langue naturelle et Intelligible. sa maîtresse était aussi folle que lui. en faisant abstraction du fond Inextricable.détourné aimée qui l'avolt engagé à couvrir leurs amours d'un voile Impénétrable au vulgaire. çhajdéens. et (elle qu'elle est. de la pensée pour ne s'attacher qu'aux formes extérieures de la parole. C'est. latins et grecs. cette monstrueuse Babel d'une Imagination en délire contient d Inappréciables trésors pour les philologues qui sauront '» lire avec soin. relevé d'archaïsmes oubliés et d'idlollsmes patois qui ont mis en défaut jusqu'à l'Imperturbable perspicacité de Tiraboschl. et je voudrois bien savoir ce que seroll la langue naturelle de frère François Columnal mais qu'il de ce projet par les prières de sa bienfût.

à la mysticité près. Postel aurolt certainement . ou s'il fut amoureux de sa mère Jeanne.'que nous avons vu cependant tout près de se réaliser. et d'une multitude d'autres qu'il aurolt été fort heureux d'Ignorer. Guillaume Postel n'étolt pas amoureux. Il étolt passé maître aussi en archéologie. mais il eût comme frère François l'avantage d'être fou dans tous les idiomes savants de la (erre. nous savons que cette chimère n'est pas entièrement abandonnée de nos jours. Bien qu'il n'eût tenu qu'à lui de se composer comme Columna un langage intraduisible. ce que j'ai pour ma part quelque difficulté à concevoir. enlevèrent esprit à la culture des lettres utiles: la c<tprodigieux première étolt la monarchie universelle sous le sceptre d'un roi françols. Au' tenu dix-neuvième slèèle.Î4 dans les lettres et dans les arts. on ne volt pas qu'il se soit piqué nulle part de déconcerter l'intelligence de son lecteur par celte fusion baroque d'éléments discordants. Il étolt encore plus fou qu'on ne pense. et à tel point que ses épitaphes et ses Inscriptions fantastiques ont trompé Jusqu'au bon sens des plus sages antiquaires. et on doit même dire à ?& louange que sa phrase scroll assez nette si ses Irlées l'éloient Jamais. et Péllblen très/rodll n'Hésite pas à avancer qu'il a laissé fort loin derrière lui la grandeur et la magnificence de Vitruvc. car son latin classique ne vaut pas mieux que son Italien. révo ambitieux d'un patriotisme extravagant. Ce lcl-là étolt prodigieusement versé dans l'élude de toutes les cho. de tous ceux qu'il avolt explorés dans sa laborieuse vie. le second étolt l'achèvement de la Rédemption Imparfaite par l'incarnation de Jésus-Christ dans la femme. Deux préoccupations qui n'ont cessé de le dominer. et. Ils n'appartiennent en propre à aucune langue.cs qu'il est presque bon de savoir. et qui font pour ainsi dire l'Ame de ses livres les plus célèbres.

J'efpère qu'on ne me saura pas mauvais gré da franchir un'sfècle Postel à Simon pour passer de Guillaume TWorln. avolt en elTét quelque parenté avec Postel dans le genre de ses visions. lume chez Galgnat. dans le catalogue de Boz<>.'. ISJ3. et // Libro délia divt- naordt'iatlone. un fou hypcrbullc<|uc. tu-8<>. toet compélentenu'iil fou ».III'16. mais II ne peut b-I être comparé en aucune manière sous le rapport du savoir. par tasllcque. un fou proprement. Venise. plalre. Pjdouc. dont les Pensées parurent en Î617. Ils ont passé delà dans mes malus. les Très merveilleuses victoires des femmes du le Prime nove de Nouveau-Monde. I. un fou finpêche pas qu'il y eût en lui un fou fanallcque. 1555. mémo format. Simon Morln. et offerts pour cinq cents chez MacCarlhy. c'est un petit passe-droit la que je fais subira au bénéfice de la logique. 15X3. comme parle Rabelais. talement riiilornié Ililrc d'une vieille bigot" vénitienne que Posest le sujet <lc trots de ses ou- tel appelle la Mère Jeanne.ont été vendus en un seul et mince vovingt-deux au prix énorme de neuf cents francs.les conseils secrets de l'emquelque place émlnentedans « cequl h'env pire et dans le conclave de Ménlimonlaul. et qui «volent été c>tlm6s trois cents francs par le libraire Martin. Ces deux dont je ne pense pas qu'il existe un nutreexemdernier.a chimère incroyable do la Nouvelle Rédemption. Paris. s'il peut toutefois chronologie être question de logique dans la bibliographie des fous. vrages. el ce qui prouve peut-être qu'il y en avolt deux. Il y a quatro» ans . cl Je n'ai prétendu tirer de ces particularités de peu de qu'une Induction bibliographiques valeur » c'est qu'aussitôt a suscité un que la scribomanie fou pour manque écrire jamais de pareilles d'en susciter la bibllomanlene* Inepties. un autre pour les acheter. C'étolt un pauvre diable qfll avolt commencé par le métier d'écrivain public et ' . AUro MonUo.

il ne par les alchimistes. qui n'entendolt sur pas raillerie ces matières. tant s'en faut. étolt née dans un mauvais siècle. lui manqueroit rien. et on n'en parleroll plus. auxquelles les amateurs attachent . et le ChAtelet. l'envoya brûler en Grève avec son livre. car II étolt doué d'une merveilleuse et de à se teindre de toutes les aberrations propension de son en circulation tous les non-sens qui se trouvoient un monomane. quoiqu'ils des bibliographes ont en efTçt rangé c^s bouquins polyde France. net les restitue à h poésie. Une fols qu'il eut acquis cette Il chercha naïvement à la communl |uer aux conviction. Simon Morlu. continuellement prédisposé à répéter toutes les sottises qu'il voyoll faire et toutes celvivant. un rêveur caméléon qui jouis- . et M. seplus modéré dans ses pretcntlons. Je ne serols pas étonné qu'il fût réclamé aussi et s'il avolt vécu au xix« siècle. les qu'il entendolt dire. et que la variété de ses lubies l'avolt mis en fonds d'extravagances pour toit le monde. Brufresnoy les rapporte Slons. Du nôtre. autour du bûcher quelques-unes pendant qu'on foucllolt des femmes libres du temps. autres. mats Ce n'étoitpas un maniaque à facettes. C'est que le sl&ur de Mons étolt un fou très complexe.M nul par celui de tavernler. nouvelle église catholique en face do l'ancienne. élevé. avant de s'aviser qu'il pourrolt bien être Dieu le dis. ait Immolées. II faut maintenant que je rétrograde jusqu'au règne d'Henri IV pour désigner en passant la Quintessence du du sieur de quart de rien et la Sexlessence diallactique un prix assez La plupart ne sachent pas où lesnieUrc. l'abbé Langlel Dumorphes dans Ylliitoire à la théologie mystique. Celte malheureuse victime do l'intolérance et une des dernières qu'elle religieuse. mais la cour et le clergé refusèrent de le prendre au mot.se roll contenté du pontillcal Il aurolt fondé une suprême.

et je manquerols précisément en cel& le principal objet de ma revue. si vlvanteel si florlssantodans les deux siècles qui les ont suivis. facilement qu'elles pordisAujourd'hui Je comprendras sentunpeu du mérlleexcepllonnelsurlcquelleurblzdrre fortune s'étoll fondée. du radotage et du mensonge. Aussi ont-elles figuré long-temps oarnil les livres précieux et chers. qui est tout à la gloire des progrès de la déraison. sous la souveraine influence de la typographie. je ne peux pris la ferme résolution me refuser à prolonger cetlte liste baroque jusqu'à une époque un peu plus rapprochéo de celle où j'écris. François Columna. mais qui ne réfléchlssolt que la folle I La Quintessence et la Sextesstnco diallactiquo de do Rions sont très réellement la quintessence et la sextessence de l'absurde. causeries sans conséquence que l'on abandonnneoù l'on veut. et que j'en sente la nécessité dans uno matière si étendue. si Je n'y avols vu déplace que pour les quatre fous seigneuriaux dont II est ques lion dans celui-ci. quoique j'aie laissé do côté bien des noms plus obscurs ancore. et dont là célébrité d'un moment n'a légué de souvenirs qu'à une demi-douzaine d'adeptes qui ont de ne rien oublier. La concurrence s'est beaucoup : elle a augmentée dans nos jours de perfectionnement mis l'absurde au rabais. J'aurols été Indigne d'embrasser le plan même de ces chapitres éphémères. Quoique j'aie promis do mo borner. quand l'absurde no courolt pas les rues. Je reviendrai donc dans un article prochain à cette prodigieuse maladie Uvresqut pour laquelle les médecins philosophes n'ont pas encoreInven- . Postel. Ce seroll faire tort aux deux premiers siècles de l'Imprimerie que d'enclore dans leur courte durée l'éternelle dynastie des fous littéraires. Simon Morlnet de Mois.n soit de la plupart des prétendues propriétés de son type.

être tranquille^. et s'il y a des gens raisonnables.Les fous peuvent. la manière la plus solennelle. ments cle la vocation la plus saugrenue que l'on puisse* Imaginer.e Je n'ai paseu^ la force d'y soutenir. ftfi». aux gens raisonnables de la génération à ver. queJj'ai portés jusqu'aux nues. de ne plus.d. Mon caractère connu m'a rendu. j'ai juré. la.r. étranger à toute espèce d'hostilité. parler des çon*. . imprimer!* de ÇRUIÏ. gran-* dément scrupule de porter obstacle aux développe. temçoraJuQS. si l'a-. NODIM..ej. et qui estiment par conséquent. d'ailleurs. Depuis que j'ai eu le malheur de me faire des ennemis Irréconciliables de deux ou trois grands homme>. Cn. f &> . et ce n'est pas. Il faut réserver cette amusante sollicitude.'. et je me ferols.**< té de nom.-». comme on sait. que Je ne les al pas assez loués. difficulté d'en faire un qui les embarrasse. mais qu. Je dois seulement répéter qu'il ne sera pas question ici des foies flagrantes delà sahonqui court. venir a. ru» 4u Na^l. des générations.