Vous êtes sur la page 1sur 17

VASTE MOUVEMENT À LA TÊTE DES GROUPES INDUSTRIELS PUBLICS

ATTENTAT DE BERLIN

  • M. SELLAL SIGNE LE REGISTRE DE

CONDOLÉANCES

P. 24

INSUFFLER une nouvelle dynamique

P. 9

28 Rabie Al Aoual 1438 - Mercredi 28 Décembre 2016 - N° 15938 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

L A R E V O L U T I O N P A R L
L A
R E V O L U T I O N
P A R
L E
P E U P L E
E T
P O U R
L E
P E U P L E
VASTE MOUVEMENT À LA TÊTE DES GROUPES INDUSTRIELS PUBLICS ATTENTAT DE BERLIN M. SELLAL SIGNE LE

ÉDITORIAL

UN HOMME À PART ?

  • l Originaire des montagnes de Béni Khettab, entre Jijel et Mila, d’où ses grands-parents,

voyant leur village brûler, ont été contraints, - suite au large mouvement insurrectionnel de 1871 animé dans la région par Moulay Chekfa et sauvagement réprimé -, d’émigrer vers un douar de la région de Guelma, Mohamed Boukharrouba, fils d’un paysan pauvre, a moins de 15 ans lorsque les terribles tueries de mai 1945 survinrent et plongèrent tout l’est du pays dans une atmosphère de fin du monde. C’est ce jour-là que la mère de Kateb Yacine, ne voyant pas son fils lycéen rentrer, sombra dans la folie. «Ce jour-là, j’ai vieilli prématurément. L’adolescent que j’étais est devenu un homme. Ce jour-là, le monde a basculé. Même les ancêtres ont bougé sous terre. Et les enfants ont compris qu’il faudrait se battre les armes à la main pour devenir des hommes libres. Personne ne peut oublier ce jour- là», dira, plus tard, le président Houari Boumediene, dont le parcours a été plus qu’exemplaire, aussi bien durant la Guerre de libération qu’après l’indépendance. Bien sûr, avec le recul, on peut relever des erreurs et des situations qui n’auraient pas dû être. Oui, quand on s’évertue à refaire l’histoire dans un salon, c’est toujours plus commode de donner des leçons. Si bien que certains petits d’esprit, dans des polémiques médiatiques stériles, ont cru bon de minimiser son rôle durant la Guerre de libération, pour ensuite réduire sa personnalité à un dictateur assoiffé de pouvoir, omettant de mettre en exergue, au-delà de sa passion pour son peuple et pour son pays, ses qualités d’organisateur et d’homme d’État, ses positions et ses actions qui ont fait de l’Algérie un modèle de développement en son temps, la Mecque des révolutionnaires et le pivot du Tiers-monde. En tant que fils de paysans pauvres et héritier d’un mouvement national foncièrement anticolonial, il a tout fait pour que la paysannerie sorte de la misère et s’émancipe. La classe ouvrière naissante n’a pas été pour autant délaissée. L’accès à l’école, du primaire à l’université, les soins gratuits, dans des infirmeries et des hôpitaux, le plein-emploi, le libre débat instauré en 1976, et bien d’autres choses, comme les nationalisations historiques de nos ressources naturelles, sans parler de la place occupée par notre pays sur la scène mondiale en tant que leader du mouvement des Non-alignés, du Front de refus ou de force de proposition écoutée et respectée au sein des Nations unies et dans toutes les enceintes internationales. Son combat contre la pauvreté, l’ignorance, l’injustice, tout comme les valeurs de liberté et de paix, ne sont jamais superflus et ont occupé l’essentiel de sa vie. Quand on sait qu’il était décédé à l’âge si précoce de 46 ans, on mesure combien sa vie a été à la fois si courte et si intense. Oui, son régime accusait certainement un large déficit démocratique, au regard des canons d’aujourd’hui, toutefois, l’ensemble de ses actes est orienté vers le bien-être du peuple. Dans la réalité comme dans la mémoire collective, la décennie 70 représente l’âge d’or d’une Algérie qui venait à peine de sortir d’une longue nuit bestiale et coloniale, d’une lourde épreuve de la libération et qui pourtant se montrait déjà maîtresse de son destin, émergeant comme une puissance régionale, fondée sur un État fort et respecté, dotée d’une économie prospère avec un taux de croissance avoisinant les 7%. Pour mesurer l’étendue de la popularité de cet homme, que certains affublent du qualificatif peu gratifiant de dictateur, il suffit de revisionner ses funérailles et de voir à quel point il a été aimé et respecté par le plus grand nombre. Ceci pour dire que le président Boumediene a été un homme simple, un homme d’État, d’une grande culture, d’une grande sensibilité et d’un humour corrosif — d’après ceux qui l’ont approché de près — malgré son aspect officiel austère, voire énigmatique. Sans être exemplaire, il disposait d’un projet national ambitieux et moderne et d’une vision stratégique du monde, n’accordait d’importance ni à l’argent ni à la luxure et considérait que le destin de l’Algérie, fière de son histoire et de ses jeunes compétences, ne peut être qu’aux côtés des plus grands. Ce dessein, son plus précieux legs, inaltérable, 38 ans après sa disparition, l’Algérie fraternelle et solidaire le nourrit toujours. EL MOUDJAHID

SONATRACH

MAXIMISER

LES PERFORMANCES

◗ L’accord de l’OPEP sera respecté ◗ Signature de contrats d’exploitation de 150 puits
◗ L’accord de l’OPEP sera respecté
◗ Signature de contrats d’exploitation
de 150 puits

Résolument engagée sur la voie de la consolidation de ses performances, Sonatrach, qui consacre, depuis 2015, 9 milliards de dollars d’investissement dans le domaine d’exploration et d’exploitation, compte maintenir un rythme soutenu d’augmentation gazière et pétrolière par la mise en exploitation de plus de 150 nouveaux puits découverts dans la périphérie nord et sud du bassin de Hassi Messaoud.

P. 3

PROJET DE CODE DES DOUANES MIEUX LUTTER CONTRE LE CRIME ÉCONOMIQUE P. 4

PROJET DE CODE DES DOUANES

MIEUX LUTTER CONTRE

LE CRIME ÉCONOMIQUE

P. 4

Ph. Nacéra I.
Ph. Nacéra I.

M. GRINE INSTALLE LE JURY DU PRIX DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL

LA CULTURE DU MÉRITE

P. 5

CHOIX DES SITES AADL 2

Le grand RUSH

  • P. 6

M. CHELGHOUM À LA CLÔTURE DU SALON DE LA PRODUCTION NATIONALE

« Le produit national est

COMPÉTITIF »

  • P. 9

2

DE

Bouche

À

Oreille

EL MOUDJAHID

           
2 DE Bouche À Oreille EL MOUDJAHID NUAGEUX Temps nuageux sur l'ensemble du territoire, pluvieux à

NUAGEUX

Temps nuageux sur l'ensemble du territoire, pluvieux à Annaba, ensoleillé à Tlemcen, Tindouf et Ouargla.

Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui :

Alger (16° - 8°), Annaba (18° - 6°), Bé- char (13° - 4°), Biskra (19°- 9°), Constan- tine (16° - 1°), Djelfa (13° - 0°), Ghardaïa (16° - 6°), Oran (17° - 7°), Sétif (13° - 1°), Tamanrasset (17°- 4°), Tlemcen (17° - 6°).

DEMAIN À ALGER

Opération de relogement

2 DE Bouche À Oreille EL MOUDJAHID NUAGEUX Temps nuageux sur l'ensemble du territoire, pluvieux à

Le wali d’Alger, M. Abdelkader Zoukh,

lancera demain la quatrième et dernière

phase de la 21 e opération de relogement qui

touchera plus de 1.200 familles réparties sur

les circonscriptions administratives de Ba-

raki, Bab El-Oued, Zeralda, Dar El-Beida,

Bir Mourad Raïs et Hussein Dey, qui sera

suivie d’une conférence de presse. DU 25 AU 28 JANVIER À ORAN Salon international de l’agriculture
suivie d’une conférence de presse.
DU 25 AU 28 JANVIER À
ORAN
Salon
international
de l’agriculture
Le Salon international
de l’agriculture
revient dans sa 2
e
édition,
du
au 28
janvier,
Centre
de
tous conventions
d’Oran
qui au regroupe
les 25 métiers
de
l’agriculture.
CE MATIN À 8H À ORAN 10 e anniversaire de la mort du moudjahid Akhamoukh Hadj
CE MATIN À 8H À ORAN
10 e anniversaire de la mort
du moudjahid
Akhamoukh Hadj Moussa
L’association Machaal
Chahid organise, ce
matin, à partir de 8h, un
colloque historique en
commémoration du 10 e
anniversaire de la mort
du moudjahid Akha-
moukh Hadj Moussa, à
l’École Supérieure de
l’Administration Mili-
taire – Oran/2°RM.

CE MATIN À 9H30

APW : session ordinaire

La session ordinaire de l’assemblé populaire de wi-

laya d’Alger se tiendra ce matin à 9h30 à la salle des

conférences de la wilaya d’Alger (ex C.P.V.A) avec

à l’ordre du jour l’étude et l’adoption de l’avant-pro-

jet de budget pour 2017.

DEMAIN À 8H Tassili Airlines : Vol inaugural Alger – El Bayadh À l’occasion de l’ouverture
DEMAIN À 8H
Tassili Airlines : Vol inaugural
Alger – El Bayadh
À l’occasion de l’ouverture de la nouvelle ligne do-
mestique régulière Alger-El Bayadh-Alger, Tassili Air-
lines organise demain à 8h un vol inaugural célébrant
cet événement.

Le DG de Sonatrach en visite de travail à Alger

Publicité

Le prési- dent-direc- teur général de Sona- trach effec- tue, aujourd’hui, une visite de travail au
Le prési-
dent-direc-
teur général
de Sona-
trach effec-
tue,
aujourd’hui,
une visite de
travail au
niveau des
structures de
la direction
des affaires
sociales
(centre mé-

dico-

social Kanagaz, centre familial de

vacances Zemmouri et stade Be-

ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES décembre 1960/2016). saire des manifestations du peuple (11 de la commémoration du 56 ème

ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES

ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES décembre 1960/2016). saire des manifestations du peuple (11 de la commémoration du 56 ème
décembre 1960/2016). saire des manifestations du peuple (11 de la commémoration du 56 ème anniver- minaire
décembre 1960/2016).
saire des manifestations du peuple (11
de la commémoration du 56 ème anniver-
minaire national historique à l’occasion
de laquelle il présidera l’ouverture du sé-
visite de travail dans la wilaya au cours
M. Tayeb Zitouni, effectuera demain une
Le ministre des Moudjahidine,
M. Zitouni demain
à Oran
ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES décembre 1960/2016). saire des manifestations du peuple (11 de la commémoration du 56 ème
ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES décembre 1960/2016). saire des manifestations du peuple (11 de la commémoration du 56 ème
DEMAIN À 10H La santé dentaire L’établissement arts et culture de la wilaya d’Alger et l’établissement
DEMAIN À 10H
La santé dentaire
L’établissement arts et culture de la wilaya d’Alger et l’établissement pu-
blic de santé de proximité de BEO organisent une journée de sensibilisa-
tion sur la santé dentaire au profit des enfants animée par le secteur
sanitaire de Bab El Oued à l’espace culturel Rachid Kouache.

DEMAIN À 14H AU MUSÉE NATIONAL DU MOUDJAHID

Témoignages de moudjahidine

Le Musée national du

moudjahid organise,

en collaboration avec

les directions des

moudjahidine et les

musées régionaux de

Khenchela, Skikda,

Tizi Ouzou, Médéa,

Tlemcen et Biskra,

une rencontre élargie

aux témoignages de

moudjahidine.

DEMAIN À 14H AU MUSÉE NATIONAL DU MOUDJAHID Témoignages de moudjahidine Le Musée national du moudjahid
DEMAIN À 9H Conférence « MOIS DE LUMIÈRE » La radio algérienne organise une conférence intitulée
DEMAIN À 9H
Conférence « MOIS DE LUMIÈRE »
La radio algérienne organise une conférence intitulée «Mois de lumière»
demain, à 9h, au centre culturel Aïssa-Messoudi, animée par MM. Moussa
Ismail, Said Bouziri et Khaled Younes autour des valeurs de citoyenneté,
de solidarité et de prise en charge sociales.
El Moudjahid /Pub ANEP 438590 du 28/12/2016
El Moudjahid /Pub ANEP 438590 du 28/12/2016

El Moudjahid/Pub

ANEP 438590 du 28/12/2016

naly-Chérif).

ACTIVITÉS CULTURELLES

SAMEDI 31 DÉCEMBRE À 15H SAMEDI 31 DÉCEMBRE, À 14H30, À LA LIBRAIRIE DU TIERS-MONDE ANEP
SAMEDI 31 DÉCEMBRE À 15H
SAMEDI 31
DÉCEMBRE, À 14H30,
À LA LIBRAIRIE
DU TIERS-MONDE
ANEP :
Kamel Bouchama
signe ses ouvrages
«Rétrospective
2016 et
perspective
2017»
Les éditions Anep
La librairie du Tiers-Monde
organisent une
reçoit Kamel Bouchama pour la
conférence intitulée
signature de ses ouvrages Lalla
«Rétrospective 2016 et
Zouleikha Oudaï, la mère des résistants et Le
perspective 2017» et la
Mouloudia de Cherchell, école de patriotisme,
projection d’un
creuset de martyrs, le samedi 31
documentaire, le samedi 31
décembre à 14h30.
décembre, à partir de 15h à la
librairie Chaïb-Dzaïr.
JUSQU’AU 5 JANVIER À LA GALERIE D’ARTS ASSELAH-HOCINE
Exposition d’Arezki Mahtout
L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger organise une exposition de l’ar-
tiste-peintre, Arezki Mahtout, jusqu’au 5 janvier, à la galerie d’Arts Asselah-Hocine,
39/41, rue Asselah-Hocine - Alger.

Mercredi 28 Décembre 2016

L’événement

3

EL MOUDJAHID

L’ événement 3 EL MOUDJAHID SIGNATURE PROCHAINE DE CONTRATS D’EXPLOITATION DE PLUS DE 150 PUITS Le

SIGNATURE PROCHAINE DE CONTRATS D’EXPLOITATION DE PLUS DE 150 PUITS

Le groupe Sonatrach s’attend à une augmentation consistante de sa production pétrolière, de l’ordre de 15%, à partir de 2019. Une hausse qui sera conséquente par la mise en exploitation de plus de 150 nouveaux puits découverts dans la périphérie nord et sud du bassin de Hassi Messaoud (Ouargla).

MAXIMISER LES

PERFORMANCES

L’ événement 3 EL MOUDJAHID SIGNATURE PROCHAINE DE CONTRATS D’EXPLOITATION DE PLUS DE 150 PUITS Le

l L’accord de Vienne de l’OPEP sera respecté

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL: KARIM AOUDIA

  • L a compagnie a déjà reçu plusieurs offres pour l’exploitation de ces puits qui sont actuellement en phase d’évaluation technique, a indiqué Salah Mekmouche, le vice-président de l’entreprise chargée de l’activité exploration et production. La signature

des contrats interviendra au premier trimestre de 2017, a encore indiqué le même responsable, lors d’une visite d’inspection effectuée, durant deux jours, au niveau de plusieurs projets et infrastructures de Sonatrach, à Hassi Messaoud et Illizi. «Effectivement, la phase d’exploitation de quantités dépassant les 150 puits permettra une augmentation substantielle de la production qui est autour de 15%», nous confirme M. Mekmouche. Il expliquera, dans une déclaration à El Moudjahid, la nouvelle stratégie de développement de la compagnie Sonatrach qui tient compte nécessairement de la baisse de moitié des recettes d’hydrocarbures provoquée par la chute du prix du pétrole. Une stratégie ayant essentiellement pour objectif de réduire au maximum les coûts de revient de ses nouveaux projets d’investissements, tout en dynamisant les capacités et les performances de l’entreprise, fera savoir M. Mekmouche. La consécration de cette nouvelle orientation qui se fait déjà sentir sur le terrain inclut également l’impératif de développer au mieux le volet de la formation des effectifs de la compagnie, et ce dans l’ensemble des spécialités et métiers pratiqués par le personnel de Sonatrach. C’est dans cette optique, d’ailleurs, que le déplacement effectué par la délégation de la direction générale de Sonatrach, conduite par le vice-président M. Mekmouche, a inclus dans son programme la visite de l’école de formation de la société ENTP, une filiale, la compagnie se trouvant à Hassi Messaoud. Ici, les résultats obtenus en matière de formation, dont le processus évolue, indique-t-on, en partenariat avec les deux universités d’Ouargla de Boumerdès spécialisées, l’une comme l’autre, dans les métiers pétroliers, sont satisfaisants à plus d’un titre. Ce sont, en effet, quelque 1.968 employés de Sonatrach qui ont déjà bénéficié d’une formation soutenue dans différentes spécialités, font savoir les responsables de ladite école de formation dont les propos ont été très vite confirmés par le PDG de l’ENTP, M. Brahim Hammoudi. «La durée de formation varie entre 8 et18 mois en fonction de la nature des métiers», indique-t- on.

APPAREILS DE FORAGE ET SYSTÈMES EFP DE NOUVEAUX ATOUTS

L’ENTP et l’ENAFOR sont les deux filiales de Sonatrach spécialisées dans l’activité de forage. Les deux entreprises disposent de 120 appareils de forage. Dans les détails, l’ENTP a en sa possession 66 appareils, en plus d’un autre qui se trouve actuellement en Libye, selon les précisions de son PDG, M. Hammoudi. Il précisera aussi que l’ensemble des pièces annexes à ces appareils sont fabriquées en Algérie et les entreprises qui contribuent dans ce domaine, telles que CR Metal, Gemain, GTP, Cabam et Poval, pour ne citer que celles-ci, assurent, dans ce cadre, un taux d’intégration national de l’ordre de 30%. Pour sa part, l’ENAFOR dispose de 52 appareils de forage dont 46 sont en activité et 6 autres en voie de démarrage, apprend, de son côté, le PDG de cette entreprise, M. Medjber Slimane. Pour mieux renforcer ses capacités de production, l’entreprise ENAFOR vient d’acquérir, cette année, un nouvel appareil de type HP 300, soit l’un des plus puissants dans son genre, destiné à pratiquer des forages dépassant les 6 km de profondeur. À noter que les 120 appareils de forage dont dispose l’ENTP et l’ENAFOR sont loués à raison de 30.000 dollars/ jour, ce qui permet des rentrées d’argent pour Sonatrach dont relèvent ces deux filiales. «Tous les investissements consentis en matière d’acquisition de

forages sont solvables puisqu’ils sont amortis dans une moyenne de temps ne dépassant pas les 5 ans», nous fait savoir M. Medjber, le PDG d’ENAFOR. Sur un autre volet, et pour consacrer des investissements à moindres coûts, mais qui sont tout de même très efficients en matière de résultats obtenus, la compagnie Sonatrach a eu recours à la mise en place des systèmes EPF, notamment au niveau des différents puits de production du gaz et de pétrole de Hassi Messaoud. Le but à travers l’utilisation de ces systèmes EPF qui sont installés en amont pour éliminer les goulots d’étranglement au niveaux des puits, c’est séparer le gaz et l’huile et mieux stimuler de ce fait la production. Autre gain garanti par ce système EPF a trait au fait que ce dernier est «très facile à réaliser en un temps ne dépassant pas les trois mois», explique le responsable de Sonatrach, précisant que sept systèmes EPF sont déjà opérationnels et que d’autres seront acquis sur la base d’un appel d’offres qui sera lancé prochainement. L’autre projet visité par la délégation de la direction générale de Sonatrach durant son déplacement de week- end dans le Sud, celui portant réalisation d’une station de compression et de réinjection au niveau du complexe Zcina de Hassi Messoaud. Les travaux de réalisation de ce projet gazier, attribué à l’entreprise Dodsal pour un montant de 635 millions de dollars, ont atteint un taux d’avancement de près de 67%. Son impact est directement lié à l’objectif de réduction du coût de production du gaz, selon l’explication qui nous a été fournie.

8.000 INGÉNIEURS ET TECHNICIENS SPÉCIALISÉS EN FORMATION

Résolument engagée sur la voie de la consolidation de ses performances, Sonatrach, qui consacre depuis 2015 un montant dépassant les 9 milliards de dollars d’investissement dans le domaine d’exploration et d’exploitation, compte aussi maintenir un rythme soutenu d’augmentation gazière et pétrolière, assure M. Salah Mekmouche, le vice-président de la compagnie. Cependant, en dépit de cette volonté manifeste d’accroître la production, notamment de l’or noir, il n’en demeure pas moins que la compagnie est aussi déterminée à respecter rigoureusement ses engagements dans le cadre de l’application de l’accord de l’OPEP portant sur la baisse de production, soit de moins de 50.000 barils pour ce qui est de la production algérienne.

L’ événement 3 EL MOUDJAHID SIGNATURE PROCHAINE DE CONTRATS D’EXPLOITATION DE PLUS DE 150 PUITS Le

«Nos engagements en rapport avec l’accord de l’OPEP seront honorés», affirme, en effet, M. Bouhafada, le directeur des pôles et gisements au niveau de la direction générale de Sonatrach. Cela, d’autant plus que le pays a initié cette option de baisse de production au sein du cartel OPEP et à assumer un rôle de premier plan pour sa consécration. Après Hassi Messaoud, la délégation de Sonatrach s’est rendue à Illizi, précisément dans la région de Rhourde Nouss (appellation targuie qui signifie montagne de dunes) où le vice-président de la compagnie a procédé à l’inauguration d’une station de traitement de gaz quartzite CFP qui est déjà opérationnelle à hauteur de 85%. Le début de production au niveau de cette unité remonte à 2014 avec un rythme de 10 millions m 3 /j et une récupération de 1.200 m 3 /j de condensat. Cette nouvelle unité s’ajoute aux trois autres qui sont réalisées dans la région de Rhourde Nouss et qui, avec le complexe de Hamra d’Illizi, assure un rythme de production avoisinant les 75 millions m 3 /j, soit près de 24 milliards de m 3 annuellement. Ces explications nous ont été communiquées par M. Hammadi Bachir, le chef de la division exploitation de la région Rhourde Nouss, qui précise que l’une des unités sus- évoquées assure également la production de 3.200 tonnes/jour du GPL. Par ailleurs, le vice-président de Sonatrach, Salah Mekmouche, a fait savoir dans une déclaration à la presse, à l’issue de la visite, que plusieurs projets gaziers connaîtront leur phase d’exploitation effective à partir de l’année prochaine. Il est question, entre autres, des projets d’El-Ghar, d’In Salah, de Reggane, d’Adrar, de Timimoune et de Tiguentourine qui sont prévus pour janvier et auxquels il faut ajouter des puits de pétrole du bassin de Berkine. À une question d’El Moudjahid sur le départ massif en retraite des employés de Sonatrach, M. Mekmouche a fait savoir, dans sa réponse, que quelque 8.000 ingénieurs et techniciens spécialisés actuellement en formation rejoindront Sonatrach dès 2017 pour remplacer les cadres partants.

K. A.

L’ événement 3 EL MOUDJAHID SIGNATURE PROCHAINE DE CONTRATS D’EXPLOITATION DE PLUS DE 150 PUITS Le

Mercredi 28 Décembre 2016

Nation

4

EL MOUDJAHID PRojet de Code des doUanes ÉCLAIRAGE APN
EL MOUDJAHID
PRojet de Code des doUanes
ÉCLAIRAGE
APN

MiEux luttEr contrE lE criME éconoMiquE

L’APN a repris, hier, ses travaux, en séance plénière présidée par M. Larbi Ould Khelifa, président de cette institution parlementaire, consacrés à la poursuite des débats du projet de loi complétant et amendant la loi du 21 juillet 1979, portant code des Douanes et aux réponses du ministre des Finances, M. Baba Ammi.

  • l ors de son intervention, le ministre a, de prime abord, relevé que les préoccupations, les questionne-

ments et les observations des députés ont porté notamment sur le bilan relatif à l’ap- plication du code des douanes en vigueur ainsi que son champ d’application. les questions ont concerné également les ré- gimes douaniers économiques, le contrôle de conformité, la coordination avec les banques dans la lutte contre la fraude, la surfacturation, le système d’information des douanes, la formation des ressources humaines ainsi que la facilitation des pro- cédures de déclaration de devise. le mi- nistre a noté ensuite que l’initiative du projet de loi s’inscrit, en fait, dans le cadre d’une stratégie axée sur six points essen-

Ph. : Louiza
Ph. : Louiza

douanes. la majorité de ces régimes douaniers écono- miques découlent du contenu des conventions in- ternationales signées par l’algérie. C'est dans cette perspective que les droits des usagers et partenaires de cette administration se voient ren- forcés. les régimes douaniers économiques, qui constituent un levier pour la promotion de l'in- vestissement et les exportations hors hydrocar- bures, seront donc redynamisés dans le cadre du nouveau texte. deux de ces régimes ainsi que leurs procédures sont, pour la première fois, dé- finis: le « cabotage » et le « transbordement ». en effet, un article du texte définit le cabotage comme « un régime douanier permettant la cir- culation par mer d'un point à un point du terri- toire douanier, en dispense des droits et taxes et de prohibitions de sortie » des marchandises pro- duites localement ou importées. Quant au trans- bordement, il est défini comme étant le régime douanier qui contrôle « le transfert de marchan- dises qui sont enlevées du moyen de transport utilisé à l'importation et chargées sur celui utilisé à l'exportation ». le transfert se fait donc sous le contrôle « d'un bureau de douane qui constitue à la fois le bureau d'entrée et le bureau de sortie ». en matière d'entrepôts de douane, le projet de loi précise les marchandises pouvant séjourner en entrepôt dont celles importées par les non-rési- dents, autorise l'étiquetage de marchandises dans les entrepôts et subordonne l'octroi de ce régime à un « besoin économique réel ».

Refonte des mécanismes de contrôle

Pour ce qui est de l'admission temporaire (exonération des droits de douanes et de la tVa pour des marchandises importées pour être réex- portées), le code prévoit un délai de six mois pour accorder les mains levées sur les cautions déposées au niveau des services des douanes. d'autre part, le projet de loi prévoit la refonte des mécanismes de contrôle à travers la mise en place de nouveaux instruments basés sur l'ana- lyse des risques et l'optimisation des opérations de vérification et de contrôle, notamment en ce qui concerne le contrôle des voyageurs. sur la base de l'exploitation des bases de données, il sera ainsi possible aux services douaniers d'ef- fectuer un contrôle sélectif des voyageurs qui se- ront par ailleurs obligés à déclarer les moyens de paiement libellés en monnaies étrangères. Pour

le contrôle du transport maritime, il est proposé d'instaurer une traçabilité en la matière par l'obligation faite « d'identifi- cation des destinataires ». Pour ce qui est de la destruction des marchandises, le texte consacre une base juridique à cette procédure, dont l'autorisation doit être dé- livrée par un juge, et énumère les cas des marchandises passibles de destruction. a retenir, l’article 3 du projet de loi souligne le rôle de la direction des douanes dans la vérification et le contrôle de l’application des procédures. Pour ce qui concerne la coordination avec les banques dans la lutte contre la fraude, il est mis en relief que la direction générale des douanes a signé en 2014 une convention avec les banques dont les dis- positions visent notamment à lutter contre les fausses déclarations. Par ailleurs et en ré- ponse à la préoccupation relative à la surfactura- tion, il sera relevé qu’en cas de constat de surfacturation, il est immédiatement procédé au dépôt de plainte. la dG des douanes participe également dans une banque de données interna- tionales lui permettant de déceler les cas de sur- facturations. Remarque importante, à retenir, par ailleurs, la dG des douanes dont le système d’in- formation date des années 90, œuvre à la création d’un nouveau système d’information à même de répondre au mieux à la demande. la formation des ressources humaines est l’autre élément évo- qué lors des débats. a ce sujet, le ministre a sou- ligné que la dG des douanes assure des sessions de formation cycliques et d’autres continues sont dispensées au profit des employés. le projet de loi complétant et amendant la loi portant code des douanes vise essentiellement à permettre au secteur des douanes de s'adapter aux mutations économiques aux niveaux local et mondial et à renforcer la protection de l'économie nationale. Ce texte découle de la nécessité de moderni- ser la gestion du secteur des douanes et d'actua- liser le cadre juridique pour élargir ses prérogatives et renforcer son rôle dans le déve- loppement de l'économie nationale. aussi, les amendements introduits au code des douanes sont à même de permettre de promouvoir les missions des douanes dans la protection de l'éco- nomie nationale, de s'ouvrir à la mondialisation et de protéger le consommateur. le texte intro- duit des mécanismes à même de conférer aux missions des douanes davantage de transparence. le projet de loi est de nature à renforcer les moyens de lutte contre la fraude, le blanchiment d'argent, l'exportation et l'importation de produits nuisibles à l'économie nationale, tel le trafic illi- cite d'armes, de produits pyrotechniques et de produits chimiques. la loi intervient dans le cadre de la diversifi- cation de l'économie nationale et la maîtrise du commerce extérieur, à la lumière des conven- tions signées avec les différentes instances inter- nationales, à l'instar de l'organisation internationale des douanes, à travers l'introduc- tion des technologies développées pour faciliter l'enregistrement des données et le contrôle mi- nutieux des marchandises, et la simplification des mesures administratives et judiciaires.

Soraya Guemmouri

tiels. il s’agit, en l’occurrence, de l’actua- lisation du système législatif, la création d’un nouveau système d’information, la restructura- tion de la direction des douanes, la création d’une base de données pour l’optimisation de la gestion des risques, la consolidation des capacités des ressources humaines et l’ouverture des douanes sur son environnement économique.

Modernisation du système de règlement des litiges

s’exprimant au sujet du bilan suite à l’appli- cation du code des douanes en vigueur, le minis- tre a souligné que ce texte s’adaptait avec le développement économique survenu lors de cette période marquée par les mutations économiques enregistrées suite aux réformes menées par l’etat pour passer d’une économie dirigée à l’économie de marché. Ce texte a connu une révision subs- tantielle en 1998, rappelle le ministre, qui met en avant que d’autres amendements avaient été ef- fectués ensuite, à la faveur de la loi de finances et ce, pour accompagner les entreprises écono- miques, d’une part, et lutter contre la fraude, d’autre part. Ce projet de loi prend en charge tout l’effort national consenti dans le cadre de la nu- mérisation du secteur des douanes et la moder- nisation du système de règlement des litiges, la lutte contre la fraude et l’ensemble des points énoncées au préalable. le projet de loi comprend également les concepts consacrés par les conventions douanières internationales aux- quelles a adhéré notre pays. s’agissant de la deuxième préoccupation — inhérente au champ d’application du code des douanes—, le ministre a expliqué qu’il est ques- tion de compléter les autres lois, comme celle re- lative à la lutte contre la contrebande mais aussi la réglementation des changes et des mouve- ments des capitaux de et vers l’étranger. il ne s’agit pas d’une loi fiscale permettant des exo- nérations des droits douaniers, mais d’un code de procédures douanières. aussi, les nouveautés riches et variées ont notamment pour objectif la mise en œuvre de mécanismes de contrôle da- vantage plus efficientes et efficaces. Concernant la question évoquée par les dépu- tés et relative aux régimes douaniers écono- miques, il a été signalé que ce texte comprend nombre de régimes douaniers économiques les- quels sont sous contrôle de la direction des

N ation 4 EL MOUDJAHID PRojet de Code des doUanes ÉCLAIRAGE APN MiEux luttEr contrE lE

S’adapter aux nouvelles mutations

l La réforme, consacrée à

travers la révision du code

des douanes en

amendement de la loi 98-10 du

22 août 1998, modifiant et

complétant la loi 79-07 du 21

juillet 1979, vise, en premier

lieu, à adapter l’organisation

douanière aux nouvelles

mutations, tant au plan national

qu’international. Un

réaménagement devenu

incontournable, de par la nature

des défis et des missions dont est

investie l’institution douanière.

L’approche, en définitive, est

portée par des objectifs de

facilitations des procédures,

d’amélioration de

l’environnement des affaires, et

notamment, de consolidation des

missions premières des douanes,

à savoir, la sécurisation et la

protection de l’économie

nationale à travers

l’assainissement de l’activité

commerciale, le renforcement

des instruments de contrôle

interne et d’échange de

l’information, un aspect

essentiel dans cette démarche.

Aussi, cette réforme intègre le

plan global de modernisation de

l’administration douanière, en

tant qu’instrument de régulation

et de protection de l’économie

nationale, de contrôle du

commerce extérieur, de

facilitation des procédures

douanières mais aussi de lutte

contre la fraude, la contrebande,

le blanchiment d’argent, la

contrefaçon et le crime

transnational. Des fléaux qui

montent en cadence et qui

exigent la mise en place de

moyens adéquats à même d’en

juguler les effets. Le nouveau

texte prévoit également un

chapitre pour les procédures du

contentieux et la qualification

des infractions dont les

dispositions seront clarifiées, au

titre de la définition des

responsabilités et des sanctions.

Il est prévu, dans cette optique

— la règle de prescription étant

définie avec précision— que le

propriétaire de la marchandise

soit, pour la première fois,

responsable en cas de fausse

déclaration, une infraction qui

chargeait, jusque-là, le seul

commissionnaire en douanes.

En définitive, le code des

douanes, dans sa version révisée,

devra « permettre aux douanes

d’aller pleinement dans leurs

missions économiques, de

simplifier les procédures

Conseil de la nation

Examen de l’activité législative et parlementaire

le bureau du Conseil de la na-

tion a tenu, hier, une réunion

consacrée à l’examen et à l’ éva-

luation de l’activité législative et

parlementaire de la Chambre

haute, a indiqué un communiqué

du Conseil. la réunion a été pré-

sidée par abdelkader Bensalah,

président du Conseil. APS

FRont dU CHanGeMent - MsP

Vers une alliance ?

le président du Front du changement (FC) , abdel-

madjid Menasra, a fait état hier à alger de l’existence

de «concertations continues» avec le Mouvement de

la société pour la paix (MsP) en vue de conclure une

alliance entre les deux formations politiques dans un

souci de «défendre les intérêts du pays». s’exprimant

au cours d’une rencontre consacrée à la présentation

du bilan de 2016 et des perspectives de 2017 dans les

domaines politique et socio-économique, le président

du Front du changement a indiqué que «le dialogue

entre sa formation politique et le MsP se poursuit»,

soulignant «la volonté des deux partis de conclure une

alliance». dans le même contexte, M. Menasra a salué

la conclusion d’alliances entre les différents partis de

l’opposition, «à condition, a-t-il dit, qu’elles soient po-

sitives sur la scène politique». Concernant les pro-

chaines élections législatives et locales, M. Menasra

a souligné la nécessité d’organiser des élections «hon-

nêtes, libres et transparentes à même de consacrer les

principes de démocratie et de contribuer à la préser-

vation de la stabilité et de la sécurité du pays». il a in-

sisté à cet effet sur l’importance de «réaliser le

développement, améliorer les conditions socio-écono-

miques à la lumière de la chute des prix du pétrole, de

protéger le pouvoir d’achat, les libertés individuelles

et collectives, la liberté d’expression et les droits des

travailleurs et de lutter contre la corruption et le clien-

télisme». APS

personnalisées, de revoir la

question de l’éthique, cibler les

zones de bureaucratie, renforcer

le cadre et les instruments de

contrôle », devait préciser le

Directeur Général des Douanes,

M. Kaddour Bentahar. La

finalité des réformes, engagées

en 2006, devait ajouter ce même

responsable, consiste, à « ériger

l’institution» en une «Douane de

l’intelligence économique, qui

accorde de l’importance au

management, à l’information

économique et à la sécurité

économique».

D. Akila

Mercredi 28 décembre 2016

N ation 4 EL MOUDJAHID PRojet de Code des doUanes ÉCLAIRAGE APN MiEux luttEr contrE lE

Nation

5

EL MOUDJAHID

PRIx DU PRéSIDENT DE LA RéPUBLIqUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL

Consacrer LA CULTURE DU MÉRITE

Le jury du Prix du Président de la République du journaliste professionnel a été installé, hier, par le ministre de la Communication, M. Hamid Grine.

  • L e thème retenu pour cette nouvelle édition est « La pré- servation de l'environnement,

clé du bien-être public et du bon-

heur social ». Le jury de ce Prix est

présidé par Mouloud Achour, écri-

vain et ancien journaliste d’El

Moudjahid. Il a occupé plusieurs

postes de responsabilité dont celui

de secrétaire général du ministère

de la Communication dans les an-

nées 1990. Le jury est composé de

10 autres membres représentant

quatre ministères, des médias pu-

blics et privés et des universitaires.

À cette occasion, le ministre a

indiqué, dans une allocution, que le

jury est composé de «journalistes

professionnels et chevronnés qui,

au-delà de leurs qualités intrin-

sèques, ont des valeurs d'éthique et

de déontologie ». «Nous estimons

qu'il ne peut pas y avoir de grands

articles et de grands journaux ou de

grandes entreprises de presse sans

éthique et sans déontologie », a

ajouté M. Grine, relevant que le

président de ce jury, Mouloud

Achour, n'est plus à présenter et de-

● M. MOULOUD ACHOUR, PRÉSIDENT DU JURY Ph. : Nacéra
● M. MOULOUD ACHOUR, PRÉSIDENT DU JURY
Ph. : Nacéra

meure un homme d'éthique et de

déontologie». Le ministre a de-

mandé au jury de «choisir les meil-

leurs travaux quels que soient les

supports sur lesquels ils ont été pu-

bliés». Il a rappelé que la participa-

tion est ouverte à tous les

journalistes professionnels déten-

teurs d’une carte de journaliste pro-

fessionnel. Il a indiqué également

que son département veut, à travers

ce prix, consacrer « la culture du

mérite », qui rentre dans le cadre du

processus de professionnalisation

de la presse initié par le secteur de

la communication.

De son côté, M. Achour a remer-

cié le ministre pour la confiance

qu'il a placée en lui, se disant ho-

noré par cette désignation. M.

Bachir Cherif, membre du jury, a

également salué l'instauration de ce

Prix qui, a-t-il dit, « encourage et

motive les jeunes journalistes pour

plus d'efforts et d'innovations ».

Le doyen de la faculté des sciences

L’ENVIRONNEMENT

thème de l’heure

de l'information et de la communi-

cation, Ahmed Hamdi, s'est félicité,

pour sa part, de la mise en place de

ce Prix qui vient, a-t-il relevé, "en

appui aux cycles de formation ini-

tiés par le ministère de la Commu-

nication depuis 2014 ».

Le décret présidentiel portant

création du Prix du Président de la

République du journaliste profes-

sionnel stipule qu’il est décerné par

un jury indépendant, composé de

personnalités réputées dans le do-

maine de la presse écrite, électro-

nique, de la radio et la télévision.

Le jury est présidé par une person-

nalité nationale désignée par le mi-

nistre de la Communication. Le Prix

avait été annoncé le 3 mai 2015 par

le Président de la République, Ab-

delaziz Bouteflika, à l'occasion de

la célébration de la Journée mon-

diale de la presse. Les lauréats sont

récompensés le 22 octobre de

chaque année à l'occasion de la cé-

lébration de la Journée nationale de

la presse.

Salima Ettouahria

Le Ministre de la Communication, Monsieur Hamid GRlNE a procédé ce mardi 27 décembre 2016, au siège de son département ministériel, à l'installation du jury du Prix du Président de la République du journaliste professionnel, au titre de renouvellement, après deux années d'exercice du Jury ayant présidé à la gestion des deux premières éditions. Après une allocution d'ouverture durant laquelle il a rendu hommage à l’ancien jury et à son président, Monsieur Lamine BECHICHI :«pour les efforts méritoires qu'ils ont déployés deux années durant pour contribuer à promouvoir un travail journalistique de qualité», le ministre a présenté à la presse et aux médias présents le président du jury du Prix du Président de la République du journaliste professionnel, en la personne de Monsieur Mouloud ACHOUR, journaliste émérite et écrivain de talent, dont il dira qu'il est «un homme d'éthique et de principe qui a formé des générations de journalistes, et il n'y a pas, à mon sens, de journalisme véritable qui ne soit d'abord d’éthique.» Après avoir solennellement annoncé l'installation du jury, Monsieur Grine a révéle le thème du Prix du Président de la République sur lequel les journalistes vont concourir durant l'année 2017, à savoir « La préservation de l'environnement, clé du bien-être public et du bonheur social». " Un choix que le ministre a justifié simplement du fait, dira-t-il, qu'« il nous a semblé pertinent de choisir des thèmes qui soient proches de la société et qui parlent au citoyen. C'est le cas de ce thème, et ce fut de même pour les deux thèmes des années précédentes. » Le ministre veillera, par ailleurs, à rappeler que seuls les journalistes détenteurs de la carte de journaliste professionnel, autrement dit les journalistes professionnels, pourront concourir dans le cadre de ce prix, dont le jury, aujourd'hui installé aura à distinguer les lauréats pour les années à venir, en élisant les meilleurs travaux journalistiques écrits, sonores et audiovisuels, et « il ne s'agit pas de récompenser les meilleurs par défaut, dira le ministre, mais

de « distinguer ceux qui auront atteint le niveau d'excellence, pour être à la hauteur du prix du prestige et de l'excellence que représente le Prix du Président de la République», a-t-il conclu. Thème du Prix, du Président de la République du journaliste professionnel:

«La préservation de l'environement, clé du bien-être public et du bonheur social». Le respect de l'environnement et sa préservation active dans le quotidien socio-économique et institutionnel est un capital primordial dans le développement de la cité où se meuvent des citoyens en quête de qualité de vie et de bonheur social. Dès lors, respecter et préserver son environnement, c'est inscrire l'individu, l'entreprise, et toute autre entité agissante, au cœur de la citoyenneté posifive,»

LISTE DES MEMBRES DU JURY :

  • - Monsieur Mouloud ACHOUR, président de jury

  • - Monsieur Ahmed BENZELIKHA, représentant du Ministre de la

Communication

  • - Monsieur Hamidou BENOMARI, représentant du ministre des Finances

-Monsieur Moussa BOUDEHANE, représentant du ministre de l'ESRS

  • - Madame Djahida MIHOUBI, représentante du ministre de la Culture

  • - Madame Naciria Aït SALHAT, représentante de l'EPTV

  • - Monsieur Mohamed ZEBDA, représentant de l'EPRS

  • - Monsieur Achour CHEURFl, représentant de la presse écrite publique

  • - Monsieur Hacène BACHIR-CHERlF, représentant de la presse écrite privée

  • - Monsieur Djamel BOUADJIMI, représentant de la Faculté des Sciences de l'Information et de la Communication à l'Université Alger 3

  • - Monsieur Ahmed HAMDI, représentant de la Faculté des Sciences de l'information et de la Communication à l'Université Alger 3.

CENTRE CULTUREL ISLAMIqUE

Les dimensions CIVILISATIONNELLES dans le Coran

«Les dimensions civilisationnelles dans le

Coran», tel est le thème de la conférence débat

animée par D r Makhlouf Hamidou, hier, au cen-

tre culturel islamique d’Alger.

Devant une assistance moyenne, composée de

personnalités culturelles et religieuses et d’étu-

diants, la rencontre organisée dans le cadre de la

18 e semaine nationale du Coran, qui s’est ouverte

lundi dernier au Palais de Culture Moufdi Zaka-

ria, a permis au conférencier qui enseigne à la fa-

culté des sciences islamiques d’Alger de rappeler

les fondements de la religion musulmane en sou-

lignant les caractéristiques qui ont contribué

grandement à sa propagation dans le monde.

Après avoir évoqué brièvement l’histoire du

Saint Coran, D r Makhlouf Hamidou a mis l’ac-

cent sur le choix de la langue arabe fait par Allah

Tout Puissant pour propager l’Islam dans la pé-

ninsule arabique et dans le monde, et par exten-

sion, véhiculer les valeurs et principes de la

civilisation musulmane. Dans ce contexte, il a

mis l’accent sur la préservation de l’authenticité

du Livre saint, avant de parler de certaines carac-

téristiques de notre religion, comme le but de

l’existence de l’être humain et le rôle fondamen-

tal qui est assigné à ce dernier, en termes d’ado-

ration d’Allah, le Créateur de l’univers. À ce

propos, il a souligné particulièrement l’impor-

tance de la science et du savoir en Islam, en se

référant au nombre de versets coraniques et de

hadiths.

Le conférencier a ensuite souligné les carac-

tères fondamentaux de l’intention et la loyauté

dans la relation de l’individu avec Dieu, en pré-

cisant que l’honnêteté dans le verbe et l’action

constitue une valeur constante chez le bon mu-

sulman. L’universitaire a abordé la dimension

humanitaire de la religion musulmane, en rappe-

lant sa préservation des vies humaines dans les

conflits armés, s’agissant notamment des

femmes et des enfants, avant de mettre l’accent

sur la morale en Islam, une morale qui place

l’être humain au cœur de la création de l’univers.

L’avenir de l’Islam a été également évoqué par

le conférencier qui en a profité pour déplorer le

décalage existant entre la théorie et la pratique

dans le monde musulman, et partant, lancer un

appel pour une véritable prise de conscience des

musulmans face aux problèmes et défis de l’ex-

trémisme et de la violence.

Mourad A.

SéMINAIRE NATIONAL SUR LE PRéSIDENT BOUMEDIèNE

Transmettre

LE FLAMBEAU PATRIOTIQUE

SéMINAIRE NATIONAL SUR LE PRéSIDENT BOUMEDIèNE Transmettre LE FLAMBEAU PATRIOTIQUE Les participants au 8 sé- minaire

Les participants au 8 e sé-

minaire national sur le Prési-

dent Houari Boumediene à

Guelma ont recommandé

mardi, au terme de leurs tra-

vaux, d’intégrer sa pensée

aux programmes des études

et de recherches universi-

taires.

Les intervenants au cours

des travaux du séminaire ont

insisté également sur l’im-

portance d’associer l’univer-

sité à la mise en exergue des

différentes phases historiques

de l’Algérie indépendante, y

compris celle où le pays fut

dirigé par son second prési-

dent, à savoir Houari Boume-

diène.

Les participants au sémi-

naire initié par l’association

El Wiam sous l’égide de la

wilaya et tenu à la salle de

sport de la commune Houari

Boumediene, sous le thème

"La nouvelle information et

le renforcement du sens de la

citoyenneté,chez les jeunes",

ont préconisé de mettre en

place le cadre juridique de la

presse électronique et conce-

voir ses valeurs déontolo-

giques.

Dans son intervention au

dernier jour de la rencontre,

l’écrivain et journaliste, Mo-

hamed Bouâzara, a insisté sur

la nécessité de transmettre le

"flambeau patriotique" aux

générations montantes appe-

lées à poursuivre la marche

du développement entamé

par les artisans de l’indépen-

dance.

Il a été également souli-

gné lors des travaux le "haut

niveau" de cette édition mar-

quée par les communications

de plusieurs professionnels

des médias et experts dont

Ali Dhraâ, Laïd Zeghlami et

l’expert en technologie de

l’information, Younès Guer-

rar.

Le président de l’associa-

tion El Wiam, Mokhtar Ber-

chaoui, a inscrit la tenue du

séminaire dans le cadre des

efforts de préservation de la

mémoire nationale. Il a éga-

lement fait état de la concré-

tisation de

la

recommandation de la précé-

dente édition de réhabilita-

tion de la demeure familiale

de Houari Boumediene, de

son vrai nom Mohamed Bou-

kharouba (1932-1978), située

dans la région Araâra au

douar Béni-Addi dans la

commune Houari Boume-

diene, distante de 12 km au

Sud-ouest de la ville de

Guelma. (APS)

Nation

6

EL MOUDJAHID

cHoix deS SiteS aadl 2

LE GRAND RUSH

Sans doute qu’au moment où nous mettons sous presse, la majeure partie des souscripteurs au programme AADL 2 ont déjà procédé au choix des sites où sont bâties les nouvelles unités de logements.

  • L a procédure relève, à l’évi- dence, d’une préaffectation. elle tient compte aussi de la

confirmation de l’engagement de l’état à attribuer un logement aadl aux souscripteurs qui sont parvenus à effectuer leur choix des sites. cela sous réserve du certifi- cat négatif qui est toujours en vi- gueur, comme l’a rappelé lundi le ministre de l’Habitat, de l’Urba- nisme et de la ville, abdelmadjid tebboune, lors de son intervention au forum de la radio nationale. en cette même journée de lundi à 20h, soit à l’ouverture du portail net du choix des sites pour les souscrip- teurs du programme aadl2, l’engouement a été tellement ma- nifeste que le site web en question était saturé, et de surcroit difficile- ment accessible aux premiers ins- tants ayant suivi son ouverture. des centaines, voire des milliers de citoyens concernés par cette for- mule d’acquisition de logement se bousculaient et voulaient ainsi ac- céder au même moment à ce por- tail. certains devaient être désempa- rés par le fait d’avoir tenté à maintes reprises d’introduire leur numéro d’inscription et leur mot de passe, mais en vain. d’autres en re- vanche ont pu s’acquitter avec

succès de cette procédure dès le premier essai. et ce n’est pas une question de chance, mais simplement de quotas définis dès le départ par la direction générale de l’aadl sur la base des numéros d’inscription des dossiers des concernés qui ont eu déjà à s’acquitter par le passé du paiement de la première tranche de 21 millions de centimes pour le

N ation 6 EL MOUDJAHID cHoix deS SiteS aadl 2 LE GRAND RUSH Sans doute qu’au

F3 et de 27 millions pour le F4. les quotas concernés par cette pre- mière étape du choix des sites ont été plafonnés à 130 000 souscrip- teurs dont 40 000 à alger. pour la capitale, une dizaine de sites a sont proposés au choix des sous- cripteurs qui ont réussi cette pro- cédure et qui sont les 40 000 premiers à s’inscrire au programme aadl 2. ainsi, au bout de quelques heures seulement après l’ouverture du portail web de l’aadl, des milliers de souscripteurs ont pu sé- lectionner le site de leur futur loge- ment, dans le cadre de cette opération. Une opération devant se poursuivre jusqu'à la délivrance de la fiche de vœux, a-t-on indiqué de même source. d’autres sources

concordantes ont avancé, dans la matinée d’hier, le chiffre de 35 000 souscripteurs qui ont effectué avec succès cette opération de choix des sites qui demeure ouverte, af- firme-t-on. en outre, et compte tenu du nombre important de sous- cripteurs, 7 millions de tentatives d’accès au site aadl ont été en- registrées. Quant aux souscripteurs ayant perdu leur mot de passe, l’agence aadl a mis à leur dis- position un bureau pour assurer leur prise en charge dans des délais optimisés. en tout état de cause, la formule aadl2 a ravivé l’espoir de beaucoup d’algériens deman- deurs de logements et dont la ma- jeure partie se débat jusque-là dans la location payée rubis sur ongles, tant il est vrai que le marché de

l’immobilier est excessivement cher et difficilement accessible, notamment pour les classes moyennes. S’agissant du programme

aadl1, celui-ci sera livré dans sa

totalité

à la fin du premier se-

mestre 2017, comme annoncé par abdelmadjid tebboune lors de son passage ce lundi au forum de la radio nationale. il avait mis l’accent sur l’effort colossal de l’etat dans le cadre de la résolu- tion de la crise du logement, en ré- vélant que durant la période 2000-2016, ce sont quelque 3,2 millions d’unités qui ont été distri- buées à travers l’ensemble du ter- ritoire national.

Karim Aoudia

  • 21 e opération de relogement à alger

1.200 familles quitteront demain 16 bidonvilles

prévue le 22 décembre dernier, la 4e phase de la 21e opération de relogement dans la wi- laya d’alger a été ajournée d’une semaine et se déroulera finalement à partir de demain. l’in- formation a été confirmée, hier, par abdelkader Zoukh, lors d’une visite consacrée à l’inaugu- ration de plusieurs structures de la protection civile. « 1.200 familles qui résident dans leur majorité dans des bidonvilles de la capitale se- ront recasées dans des logements neufs et dé- cents », a assuré le wali d’alger, accompagné dans cette sortie par le directeur général de la protection civile, le colonel el Habiri. ce der- nier acte de relogement en 2016 va permettre d’éradiquer 16 nouveaux bidonvilles et confor- tera encore plus la lutte contre l’habitat précaire menée depuis 2014 à alger. les sites en ques- tion sont situés aux eucalyptus où plus de 240 familles étaient entassées dans le bidonville nekhla, à Bologhine où près de 600 familles de quatre bidonvilles vont dire adieu à la malvie. par ailleurs, plus de 200 familles concernées par le relogement de ce jeudi sont dans 5 bidon- villes de rahmania et une quarantaine de fa- milles habitaient 4 autres sites d’habitat précaire à Zeralda et dont le foncier servira à un projet de réalisation de logements aadl. 25 familles sont issues d’un bidonville de Staoueli. au total, ce sont quatre projets d’uti- lité publique qui vont être lancés à la faveur de la récupération du foncier consécutivement à la démolition de ces bidonvilles, parmi lesquels, l’élargissement de la rn 63 à mahelma. Sans oublier l’évacuation d’une soixantaine de fa- milles qui occupaient 22 établissements sco- laires. en revanche, et à la grande surprise, le bidonville d’el Hamiz, relevant de la commune de Bordj el Kiffan, n’est pas concerné par cette opération de relogement, alors qu’il était pro- grammé initialement. mais le wali d’alger a rassuré les locataires de ce site en affirmant qu’ils seront de la partie lors des prochaines opérations. a« il faut que tout le monde sache que toute famille qui ouvre droit au logement ne sera pas oubliée. Je souhaite seulement que

Ph. : Wafa
Ph. : Wafa

les gens fassent preuve de patience », a recom- mandé abdelkader Zoukh qui a révélé que les sites d’accueil des bénéficiaires de cette opéra- tion sont situés à el Harrach (cité 477 logts de Kourifa), aux eucalyptus (cité 1200 logements de Selmani), à rahmania (cité 400 logts) et à mahelma (cité 300 logements de Zaatria). il convient de rappeler que cette 4e et dernière phase de la 21e opération de relogement aura au final permis de caser plus de 3000 familles, dans la mesure où la première tranche a porté sur le relogement de 665 familles dont une grande partie du bidonville el-Hofra de oued Smar, tandis que le deuxième acte a porté sur 387 familles habitant des bidonvilles de « cer- vantès » à Belouizdad, de « nezali chérif » de cheraga, du « chemin mackley » à Ben ak-

noun et du bidonville « la ferme pilote » de Bab ezzouar. le 3e acte a concerné 193 fa- milles dont la majorité est issue du bidonville « coco plage » de Bordj el-Bahri. du coup, les services de la wilaya d’alger sont parvenus à éradiquer définitivement deux des derniers grands bidonvilles d’alger. aussi, plus de 17 hectares d'assiettes foncières seront récupérées à l’issue de cette 4e phase de relogement, por- tant le total de la superficie globale récupérée depuis le début de l'opération de relogement dans la capitale, en juin 2014, à près de 390 hectares, le nombre total des familles bénéfi- ciaires de logements s’élève, lui, désormais à 46.000 unités, en attendant les dernières opéra- tions, quatre à cinq, selon Zoukh.

S. A. M.

protection civile

Simulation de feux de forêt à Baïnem

devant les risques réels d’incendies, voire des catastrophes naturelles dans notre pays, et dans le but de gérer comme il se doit les calamités naturelles et autres, la direc- tion générale de la protection civile entre- prend ces dernières années et d’une manière régulière des exercices de simulation, dont la dernière en date a eu lieu samedi, à alger. il s’agit de faux incendies, au nombre de trois, déclenchés à partir de la forêt de Bai- nem, qui, en s’étendant sur 450 hectares, en- globe trois communes, el Hammamet, Bouzaréah et Béni messous. l’un des sinis- tres pouvait même mettre en péril l’hôpital situé en contrebas de la forêt. il est question donc d’évaluer les capacités de réaction des éléments de la protection civile (pc) et de s'assurer du bon fonctionnement du disposi- tif de sauvetage et de secours. cette manœu- vre vise surtout à « organiser » et « unifier » le mode de gestion sur le plan opérationnel, l'organisation des interventions, à « coordon- ner » entre les différents services interve- nants et avoir une idée sur la « célérité » des interventions, à « déterminer » le niveau de préparation et de performance des unités d'intervention. les responsables de la pc au- ront à « évaluer » l'opérabilité du matériel et du personnel dans le cadre des interventions pour circonscrire les feux de forêts et « amé- liorer » la coordination avec les différents services concernés lors des déclarations des feux de forêts, selon le capitaine Belkacem Saidj, de la cellule de communication de la dgpc. ce dernier a indiqué que des insti- tutions concernées par l’opération, telles la gendarmerie nationale ou la conservation des forêts coordonnaient leurs actions pour lancer le plan orSec. « le plan d'organisa- tion des secours tient compte de 14 paramè- tres pour déterminer les catastrophes naturelles à l'échelle nationale mais au ni- veau de la wilaya d'alger et à titre excep- tionnel, 21 paramètres sont en vigueur », a-t-il révélé. à noter que pour la circons- tance, d’importants moyens humains et ma- tériels ont été mobilisés dont plusieurs dizaines d’agents de la pc, des camions pompiers, des ambulances et autres engins

spécifiques. à partir d'un état major improvisé au cœur de la forêt, les tâches ont été réparties entre les cadres de la pc et des plans déter- minant les issues et les différents accès ont été affichés. les superviseurs de l'opération donnaient les consignes aux agents d'inter- vention pour prendre les décisions « néces- saires » et « justes » afin de circonscrire les flammes, notamment celles « proches » de l'hôpital de Bainem, compte tenu de la « spé- cificité » de cet édifice qui renferme des pro- duits chimiques hautement inflammables.

Panoplie de manœuvres et d’entraînements

par ailleurs, et dans le cadre de l'applica- tion du programme d'entraînement et de per- fectionnement au profit des effectifs opérationnels des directions de la protection civile du territoire national, l’institution du colonel el Habiri organise durant les pro- chaines semaines une panoplie d'exercices et de manœuvres sur terrain. S’étalant sur une période de 10 semaines, soit du 18 décembre 2016 au 28 février 2017, ce programme de manœuvre et de per- fectionnement sera exécuté sur des sites en dehors des structures opérationnelles de la pc et qui permettra de « développer » les capacités professionnelles des personnels opérationnels au niveau de l’ensemble des unités d’intervention. il s’articulera autour de sujets d’aspects pratiques qui mettent en exergue des scéna- rios d’exercices bien « développés ». ainsi, pour la 1re semaine, il est question des accidents de circulation et ferroviaires (transports guidés) alors que les accidents liés au transport de matières dangereuses (t.m.d) et le sauvetage dans les puits/ou ex- cavations sont prévus lors des 2e et 3e se- maines. la 4e semaine portera sur le sauvetage en cas d’inondation et la 5e se- maine sera consacrée aux sauvetages dans les milieux périlleux (zones inaccessibles pour les moyens roulants). les incendies dans les e.r.p, les feux dans les établisse- ments classés, les feux de voiture (3 cas, à savoir essence, gasoil et gpl), les feux dans les milieux clos ou confinés et les feux na- vires (wilayas côtières) complèteront ce cycle de manœuvres.

S. A. M.

mercredi 28 décembre 2016

Nation

EL MOUDJAHID

7

CNAS

LES AGENCES OUVERTES VENDREDI ET SAMEDI

La Caisse nationale d'assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) a annoncé, hier, que toutes ses agences de wilaya seront ouvertes vendredi et samedi prochains pour permettre aux employeurs de bénéficier, avant l'expiration des délais, fixés au 31 décembre, des facilités accordées pour la régularisation des travailleurs non déclarés.

«T outes les agences de

wilaya de la CNAS se-

ront ouvertes durant les

jours de repos hebdomadaire cor-

respondant à vendredi et samedi,

30 et 31 décembre 2016», indique

un communiqué de cet organisme.

«Cette mesure s'inscrit dans le

cadre des facilités accordées aux

employeurs afin de permettre au

plus grand nombre d'entre eux de

bénéficier des mesures exception-

nelles prévues par l'article 57 de la

loi de finances-2015», précise le

communiqué. «La CNAS invite

tous les employeurs désireux de

présenter des demandes de réeche-

lonnement pour le versement des

créances de la sécurité sociale à se

rapprocher des services de recou-

vrement des cotisations au niveau

des wilayas afin de bénéficier des

exonérations prévues au titre de

l'article 57 et ce, après paiement

des échéances dues».

«Toutes les ressources humaines

et matérielles sont mobilisées pour

la réception des demandes de ré-

échelonnement dans les meilleurs

délais, avant l'expiration des délais

fixés au 31 décembre, et permettre

N ation EL MOUDJAHID 7 CNAS LES AGENCES OUVERTES VENDREDI ET SAMEDI La Caisse nationale d'assurances

ainsi aux employeurs de bénéficier

de ces facilités qui constitue une

opportunité à ne pas manquer»,

ajoute la CNAS dans son commu-

niqué.

Le ministre du travail, de l'em-

ploi et de la sécurité sociale, Mo-

hamed El Ghazi, avait déclaré que

«les mesures adoptées à cet effet

avaient donné des résultats positifs

imprévisibles, et que des milliers

de travailleurs ont bénéficié de ces

facilités».

Il a assuré que des mesures se-

ront adoptées pour intensifier le

contrôle en matière de versement

des cotisations et de déclaration

des travailleurs à compter de jan-

vier 2017, et que les dispositions

de dissuasion en vigueur seront ap-

pliquées contre les employeurs qui

transgressent la loi passée la tran-

ÉDUCATION

sition prévue au titre de la LFC-

2015. M. El Ghazi a mis en avant

la nécessité d'un système d'évalua-

tion et de suivi relatif au recouvre-

ment des cotisations pour favoriser

les études prospectives liées aux

équilibres financiers dans le do-

maine des assurances

sociales. (APS)

60.000 NOUVEAUX enseignants en formation

La ministre de l'Education nationale, Nouria

Benghebrit, a indiqué hier à Alger que 60.000

nouveaux enseignants des trois paliers de l'en-

seignement (primaire, moyen et secondaire) sui-

vaient une formation durant les vacances

scolaires d'hiver.

«Les enseignants lauréats du dernier concours

de recrutement suivent, depuis le 24 décembre

et jusqu'au 31 décembre, une formation dans

leurs domaines de spécialité, en psychologie et

sur les concepts de base contenus dans les pro-

grammes de deuxième génération», a précisé

Mme Benghebrit lors d'une visite d'inspection

au centre de formation pédagogique prépara-

toire des enseignants du moyen et du secondaire

(lycée colonel Amirouche) à Staouéli (Alger-

ouest). Cette opération entre dans le cadre de la

formation continue dont bénéficient ces ensei-

gnants depuis juillet. La formation est dispensée

par des enseignants retraités bénévoles.

La ministre a, par ailleurs, indiqué qu'un livre

résumant la structuration du programme éduca-

tif en vigueur depuis 2013 était en cours d'éla-

boration et devrait être disponible vers la fin de

janvier 2017.

La ministre a mis l'accent sur la nécessité de

«respecter l'élève en tant qu'être humain ayant

besoin d'être très confiant pour pouvoir para-

chever son parcours scolaire», estimant à ce

propos que « la relation tendue entre l'ensei-

gnant et l'élève est l'une des raisons menant à la

violence et à la déperdition scolaire».

Par ailleurs , la ministre s'est enquise au lycée

« Colonel Lotfi» de Ouled Fayet du déroule-

ment des cours de soutien pendant les vacances

d'hiver auxquels ont assisté plusieurs élèves dé-

sireux de réussir notamment au baccalauréat.

Pour ce qui est des établissements qui n'ont

pas encore ouvert leurs portes aux élèves durant

ces vacances, Mme Benghebrit a affirmé qu’elle

«prendra des mesures réglementaires à l'encon-

tre des directeurs des établissements qui ne se

sont pas conformés à l'instruction ministérielle

dont ils ont été destinataires et qui stipule l'ou-

verture des établissements aux élèves en vue de

bénéficier des cours de soutien», a-t-elle mar-

telé.

Concernant le bilan du premier trimestre de

l'année scolaire en cours, la ministre a indiqué

qu'il sera rendu publique fin janvier prochain et

ce, après «la collecte de l'ensemble des données

y afférent à travers tout le territoire natio-

nal». (APS)

LANCEMENT DU CONCOURS « CIRTA SCIENCE » EN FÉVRIER

Favoriser la COMPÉTITIVITÉ

Le premier tour de la 9 e édition du concours

Cirta Science sera lancé au mois de février pro-

chain, a appris l’APS auprès du président de

l’association Sirius d’astronomie, organisatrice

de cet événement. Cette expérience ambitionne

de créer une atmosphère de compétitivité scien-

tifique en premier lieu, et à encourager les ly-

céens à l’appréciation en plus de découvrir de

jeunes talents, a indiqué Djamel Mimouni.

Cette nouvelle édition concernera 62 lycées de

la wilaya de Constantine, a ajouté la même

source, qui a précisé que chaque établissement

sera représenté par 12 élèves des filières scien-

tifiques de la première, deuxième et troisième

années, parmi ceux qui ont obtenu les meilleurs

résultats au premier trimestre de l’année sco-

laire en cours.

Le président de l’association Sirius d’astro-

nomie, qui a annoncé que ce concours portera

sur «la culture scientifique», a noté que 700

élèves vont participer au premier tour dans plu-

N ation EL MOUDJAHID 7 CNAS LES AGENCES OUVERTES VENDREDI ET SAMEDI La Caisse nationale d'assurances

sieurs matières notamment, l’histoire des

sciences, les sciences de la terre, les sciences

naturelles, la chimie, la physique et les langues

étrangères.

Parmi les participants, 60 élèves seront qua-

lifiés pour la finale, dont les résultats seront dé-

voilés le 16 avril prochain, à l’occasion de

Youm El Ilm (journée du Savoir), a-t-on si-

gnalé. Les trois premiers lauréats s’envoleront

en août prochain, aux États-Unis pour admirer

l’éclipse totale, prévue, le 21 août 2017, et pren-

dront part à plusieurs activités scientifiques et

culturelles a-t-on souligné.

Pour rappel, les distingués de la 8 ème édition

du concours Cirta science s’étaient rendus à

l’université de Cambridge, dans le cadre d’un

voyage intitulé «Sur les traces de Newton», où

ils ont visité plusieurs instituts, ainsi que l'ob-

servatoire de Greenwich situé près de Londres.

(APS)

RAPTS ET DISPARITIONS D'ENFANTS AU SUD-OUEST

Mise en place de bureaux chargés des enquêtes

Un bureau spécial chargé des

enquêtes d’enlèvement ou de dis-

parition d’enfants ainsi que de la

protection des personnes vulné-

rables, comme les personnes

âgées et celles aux besoins spéci-

fiques, vient d’être mis en place

au niveau des Sûretés de wilaya

de Bechar, Adrar et Tindouf, a

appris mardi l’APS auprès de

l’inspecteur régional de la police

du Sud-ouest.

La mise en service par la direc-

tion générale de la Sûreté natio-

nale (DGSN) du numéro vert 104

pour signaler l’enlèvement ou la

disparition d’enfants, dans le

cadre du plan national «Alerte

rapt/disparitions d’enfants», est

un outil dédié aux citoyens pour

qu’ils puissent contribuer à la sé-

curisation de cette frange de la

population, a précisé le commis-

saire-divisionnaire, Mohand

Cherif Daouad.

Des policiers-enquêteurs ayant

les aptitudes professionnelles

adéquates sont mobilisés en per-

manence pour la réception et le

traitement des appels de citoyens

en ce qui concerne ce type d’af-

faires ou toutes demandes d’in-

formations ou secours, a-t-il

signalé.

La DGSN a mis en place, au

titre du plan national «Alerte-

rapt/disparition d’enfants», à tra-

vers la région du Sud-ouest et des

autres régions du pays un dispo-

sitif policier et technique soutenu

par les technologies de l’infor-

mation et de la communication,

dans le but d’une rapide et meil-

leure intervention dans les cas de

rapt ou disparition d’enfants et de

protection des personnes vulné-

rables, âgées, a-t-il expliqué.

Dans la wilaya de Bechar, et

depuis la mise en service le 20

novembre dernier du numéro vert

104, un enfant disparu a été re-

trouvé une heure après, grâce à la

rapidité du traitement de l’infor-

mation et de l’intervention des

policiers du bureau chargé de la

lutte contre le rapt et la dispari-

tion d’enfant, ont fait savoir des

officiers de la Sûreté de cette wi-

laya.

L’inspection régionale de la

police du Sud-ouest, qui a lancé

récemment un programme de

rencontres de vulgarisation et de

sensibilisation du citoyen sur

l’utilité de ce numéro vert nu-

méro, et sur l’importance du si-

gnalement de tout acte suspect lié

au kidnapping d’enfants, a an-

noncé aussi la mise en service

d’une nouvelle application télé-

phonique «Allo Chorta».

L’utilisateur, une fois ayant

suspecté ce type d’actes crimi-

nels déclenchera à travers cette

application sa camera qui envoie

en temps réel l’image de cet acte,

facilitant ainsi énormément la

mission des policiers, surtout

quant il s’agit d’enlèvement

d’enfants ou toute autre per-

sonne, ont expliqué des officiers

de cette inspection

régionale. (APS)

Mercredi 28 Décembre 2016

Nation

8

EL MOUDJAHID

CIRCONSCRIPTION ADMINISTRATIVE

RAPPROCHER

le citoyen du centre de décision

Assimilée initialement à la politique d’aménagement du territoire et de développement des régions du sud du pays, la notion de circonscription administrative a fait, en 2016, sa véritable entrée dans certaines wilayas, conformément au décret présidentiel du 27 mai 2015 portant création de circonscriptions administratives.

  • C ette nouvelle notion territo- riale, axée sur le rapproche- ment du centre décisionnel

du citoyen, notamment dans les wi- layas du Sud, caractérisées par l’étendue de leur territoire et l’éloi- gnement du chef-lieu de wilaya, a permis d’ériger une dizaine de cir- conscriptions administratives à Dja- net (wilaya d’Illizi), El-Meghaier (El-Oued), Ouled-Djellal (Biskra), Touggourt (Ouargla), El-Menea (Ghardaïa), In-Salah et In-Guezzam (Tamanrasset), Timimoune et Bordj Badji-Mokhtar (Adrar) et Béni- Abbès (Béchar), pour dynamiser le processus de développement so- cioéconomique de ces entités. Le choix de ce découpage, qui s’inscrit dans le cadre de la décen- tralisation comme mode de gouver- nance, vise à offrir la meilleure voie pour dynamiser et renforcer les ef- forts de développement déployés par les pouvoirs publics sur le ter- rain, ainsi qu’à remédier aux dispa- rités territoriales, estime le secrétaire général de la wilaya de Ghardaïa, Kamel Nouacer. Pour ce faire, un programme de mise à niveau pour chaque circons- cription a été lancé durant l’année 2016 dans le but de favoriser l’inté- gration économique, la cohésion so- ciale et le développement durable des ces régions, a-t-il indiqué. Ainsi, chaque circonscrip- tion administrative a bénéficié d’une enveloppe budgétaire de plus de 500 millions de DA, selon l’im- portance de la région, dans le cadre du Fonds complémentaire de soli- darité avec les collectivités locales (FCSCL) pour la réalisation d’un ensemble d’infrastructures priori- taires pour sa mise à niveau. À titre d’illustration, la circonscription d’El-Menea a bénéficié de 550 mil- lions DA pour sa mise à niveau, l’acquisition du matériel et les équi- pements nécessaires et prioritaires pour la bonne marche de l’entité ad- ministrative, afin de répondre aux besoins du citoyen et permettre de gérer l'ensemble des secteurs écono- miques et sociaux de son espace ter- ritorial.

N ation 8 EL MOUDJAHID CIRCONSCRIPTION ADMINISTRATIVE RAPPROCHER le citoyen du centre de décision Assimilée initialement

Renforcer le principe du développement de proximité

Pour plusieurs élus locaux dans la région d’El-Menea, ce nouveau découpage administratif a permis de combler de nombreuses lacunes bureaucratiques, de renforcer le principe de proximité et les fonde- ments de la démocratie locale et de moderniser l’administration locale. Selon un député de Ghardaïa, l’Al- gérie s’est résolument engagée sur la voie de la concrétisation du déve- loppement de proximité, le renfor- cement du processus de décentralisation et le traitement du déséquilibre entre régions. Par la création de ces nouvelles circonscriptions, les pouvoirs pu- blics ambitionnent de promouvoir les zones pâtissant du désenclave- ment et de la faiblesse des infra- structures de base, afin de créer un climat favorable pour l’investisse- ment économique créateur de ri- chesse et générateur d’emploi. Ceci dans le but d’élaborer une stratégie de développement économique et social pour ces nouvelles entités ad- ministratives à même d’y assurer une bonne gouvernance et d’adapter le cadre territorial aux mutations et autres transformations démogra- phiques et spatiales enregistrées ces dernières années. De leur côté, des citoyens de la nouvelle circonscription administra-

tive d’El-Menea ont soutenu que leur ville «touristique» a bénéficié de la plus haute considération avec le lancement de nombreux projets «prometteurs» visant la concrétisa- tion du développement durable et intégré, tant aux niveaux écono- mique et social que ceux culturel et environnemental. Depuis leur accession au rang de wilayas déléguées, ces circons- criptions se sont transformées en de véritables chantiers visant à capita- liser leurs potentialités et atouts en vue d'en faire des leviers de déve- loppement économique et social, et de propulser l’investissement créateur d’emploi. Les pouvoirs publics ont fédéré leurs efforts pour renforcer le réseau des infrastructures de base afin d’améliorer la connectivité de ces régions et d’attirer les investisseurs et opérateurs économiques à s’y ins- taller en vue de créer de la richesse et d’ouvrir des postes de travail pour les jeunes, a fait savoir le SG de la wilaya de Ghardaïa. Le wali délégué de la circonscription admi- nistrative d’El-Menea, Mohamed Dahmani, a souligné qu’un pro- gramme de mise à niveau de la ville d’El-Menea, de réhabilitation de son tissu urbain, y compris son souk (marché), et l’embellissement des rues et ruelles, a été initié pour re- donner un coup de jouvence à cette coquette oasis.

ROUTE TRANSSAHARIENNE

Dynamique de développement intégré

«Les chantiers de développe- ment, d’aménagement et d’embel- lissement sont visibles au premier visiteur d’El-Menea», a fait savoir M. Dahmani, soulignant son ambi- tion de créer une nouvelle dyna- mique de développement intégré, équilibré et durable pour l'émer- gence de la région en tant que pôle d’excellence de développement durable. Pour accompagner l'attractivité de la ville d’El-Menea, il s'est avéré indispensable de renforcer les infra- structures de base et les équipe- ments de proximité, a-t-il ajouté. Pour le wali délégué de la circons- cription administrative de Timi- moune (Adrar), Mabrouk Aoun, la création de l’entité administrative a permis la création de plus de 200 postes de travail permanents, uni- quement dans le secteur administra- tif.

Côté agriculture, plusieurs défis ont été également relevés avec l’en- gouement d’investisseurs et nou- veaux agriculteurs dans le triangle (In Salah, Timimoune et El-Menea), riche en potentiel hydrique, et le maintien des exploitations exis- tantes ainsi que le développement des filières lait, de maïsiculture et céréalière. Ces nouvelles entités ad- ministratives ont impulsé une véri- table dynamique économique et un nouveau modèle de l’administration moderne visant à assurer la perfor- mance du développement local et réaliser un développement harmo- nieux, responsable et durable, basé sur un équilibre entre, d’une part, la création de richesse et les opportu- nités d’emploi et, d’autre part, l'aménagement territorial durable et la préservation de l'environnement. Ce découpage administratif s'inscrit au cœur des grandes ré- formes structurelles que connaît l’Algérie en termes de promotion de la bonne gouvernance visant à ré- pondre aux aspirations de la société et garantir un développement global durable, a-t-on souligné. (APS)

OPPORTUNITÉS sous-exploitées

Le secrétaire général du comité de liaison de la route transsaharienne a souligné récem- ment, à propos de cet important chantier, les op- portunités qu'il est susceptible d'offrir pour promouvoir la coopération entre divers pays d'Afrique. M. Mohamed Ayadi rappelle, en préambule, que la réalisation de cette infrastruc- ture avait initialement été prévue pour désen- claver les régions de l’extrême sud du pays, dont celles d’In Salah, Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar en particulier. Il signale toutefois que la construction de ce projet accuse quelques retards au niveau de cer- tains pays, dont l’Algérie (8 km restant à réali- ser pour relier In Guezzam), 250 km à terminer au Mali, un retard crée par une situation sécu- ritaire instable, et 200 km à parachever pour re- lier Lagos, la capitale du Nigeria. L’intervenant annonce, d'autre part, qu’en relation étroite avec la réalisation de la route transsaharienne, il est programmé la création d’une zone franche à proximité du futur port d’El-Hamdania, près de Cherchell, et d’une seconde à Tamanrasset, pré- vues pour revoir les marchandises destinées à être acheminées vers les pays qui y sont reliés. Annonçant que la majeure partie de cette voie de communication est désormais opéra- tionnelle, M. Ayadi relève cependant que le ni-

veau des échanges économiques entre les pays qui y sont reliés reste encore faible, à l’excep- tion, note-t-il, de l’Algérie et de la Tunisie entre lesquels elle permet d’assurer 90% du volume des transactions commerciales. «Il reste aux pays à travailler ensemble et dans un cadre cohérent pour examiner les moyens d’utiliser de manière optimale les considérables opportunités offertes par la Transsaharienne, de développer davantage leur coopération dans divers domaines d’activité, un des importants problèmes», ajoute-t-il, «qui se- ront examinés durant la Conférence d’Alger». Concernant l'Algérie, notre pays compte achever en 2017 son dernier tronçon qui s'étend de Silet (Tamanrasset) aux frontières maliennes (320 km). L'achèvement de ce tronçon est néan- moins tributaire de l'amélioration de la situation sécuritaire au Mali. Pour permettre aux pays subsahariens d'avoir un accès direct sur la Mé- diterranée et faciliter ainsi les échanges com- merciaux entre l'Afrique de l'Ouest, le Maghreb et l'Europe, l'Algérie prévoit de raccorder la route transsaharienne au port de Djen-Djen (Jijel) via l'autoroute Est-Ouest, a rappelé le mi- nistre. L'idée du projet de la route transsaha- rienne est née dans les années 1960, à l'initiative de la commission économique des

Nations unies pour l'Afrique (CEA) dans l'ob- jectif de désenclaver les zones déshéritées et de promouvoir les échanges entre le nord et le sud du Sahara. À noter que le plus important tron- çon de cette route est sur le territoire algérien. Il s’étale sur près de 3.400 km. Outre l’Algérie, la route traverse la Tunisie (900 km), le Mali (1.974 km), le Niger (1.635 km), le Tchad (900 km) et le Nigeria (1.131 km). Le projet a coûté plusieurs milliards de dollars. Il faut rappeler que l’Algérie a investi plus de 200 milliards de dinars (environ 3 milliards de dollars) pour «terminer et développer le tron- çon de la Transsaharienne situé sur son terri- toire au titre des programmes 2005-2009 et 2010-2014». D’autres travaux sont menés afin de transformer cette route en «autoroute Nord- Sud». Deux autres extensions, nécessitant la mobilisation de quatre milliards de dollars, vont être réalisées. Il s’agit de deux axes routiers :

Silet-Timiaouine (160 km) et Silet-Tin-Zaoua- tine (367 km) à Tamanrasset. Devant la faible fréquentation de cette Transsaharienne, les Al- gériens veulent profiter de l’existence de la par- tie algérienne de la route pour la développer afin qu’ils puissent l’emprunter dans de meil- leures conditions.

Salima Ettouahria

MONTAGE

AUTOMOBILE

Le géant chinois BAIC réalisera une usine en 2017

Décidément, à l’approche de la fin des délais impartis pour le dépôt des projets industriels ou semi-industriels des concessionnaires automobiles, comme le prévoit la loi de finance 2014, les acteurs du marché de l’automobile en Algérie ne cessent de communiquer sur leur projet concernant l’assemblage ou bien la fabrication des pièces de re- change. En tout, une dizaine d’entre- prises ont déposé leurs projets au niveau du ministère de l’Industrie et des Mines. À cet effet, un nouveau constructeur automobile chinois vient de présenter son projet de construction d’une usine automobile en Algérie. Il s'agit de la marque venue de Chine, «Beijing Auto- motive (BAIC)» dont l’objectif est de réaliser une unité d’assemblage au cou- rant de l’année prochaine, 2017, avec un partenaire local, à savoir la société E.S Auto Handler. E.S Auto Service, distributeur de la marque BAIC, a annoncé, par la voix de son directeur général, Noureddine Sa- riak, l'installation, en 2017, d'une usine de montage et d'assemblage de véhi- cules BAIC, au niveau de la wilaya de Batna. Il s’agira ainsi de la deuxième usine d’assemblage, après celle de l’en- treprise GMI, spécialisée dans le mon- tage en CKD des camions Hyundai. Fruit d'un partenariat entre la société al- gérienne (75%) et le groupe chinois BAIC (25%), l'usine assemblera trois modèles différents avec un châssis iden- tique, deux dans le segment touristique et un modèle utilitaire, pour une sortie d'usine prévue au courant du second se- mestre de la même année. Le premier responsable de l’entreprise expliquera, lors d'un point presse au Salon de l’au- tomobile d’Oran, que «l’usine ambi- tionne de recruter pas moins de 1.500 personnes et annonce qu'un plan de for- mation ambitieux sera lancé en s'ap- puyant sur l'expertise de son partenaire». L'usine BAIC en Algérie débutera son activité avec des opérations d'as- semblage et de montage pour une capa- cité annuelle de 6.000 voitures. Pour l'année 2018, avec l'augmentation de la cadence et de l'activité au sein de l'unité, l'objectif de «l’assembleur» sera de pas moins de 20.000 voitures. «Nos ambi- tions sont réalistes et le développement de notre usine se fera graduellement, selon les normes dictées par le construc- teur qui est vraiment à cheval sur la qua- lité de ses produits», précisera Noureddine Sariak. Sur le chapitre de la formation, le conférencier soulignera qu’un grand investissement se fera sur le plan de la ressource humaine afin de garantir une qualité de produit irrépro- chable et un service de haute facture. «Grâce au plan de formation de nos équipes, que nous avons établi sur les court et moyen termes, qui se fera avec le soutien du constructeur, nous comp- tons atteindre le chiffre de 35.000 unités

dans la troisième année d'activité pour finir, en 2022, avec un taux de 40%», af- firmera le porte-parole de l’opérateur économique algérien. La gamme de voitures BAIC qui sera assemblée en Algérie accueillera des moteurs essence et diesel aux normes de dépollution Euro 5. Ces derniers, et selon le conférencier, seront fabriqués à 100% en Algérie dans une usine dédiée qui arrivera dans une seconde phase. Il est utile de souligner que Beijing Automotive (BAIC) est un constructeur automobile chinois qui fabrique des ca- mions et des voitures sous son nom et via des coentreprises avec Hyundai et Mercedes-Benz. Le groupe allemand DAIMLER détient des parts de BAIC qui lui a racheté la marque suédoise SAAB, qui est sous la coupe de BAIC. C'est le troisième constructeur automo- bile chinois, avec une production de 2,410 millions de véhicules en 2014. Il est numéro un pour les camions légers, et numéro quatre pour les poids lourds.

Mohamed Mendaci

Mercredi 28 Décembre 2016

Economie

9

EL MOUDJAHID

M. CHELGHOUM À LA CLÔTURE SALON DE LA PRODUCTION NATIONALE

« Le produit national EST COMPÉTITIF »

Le 25 e Salon de la production nationale s’achève comme il a commencé : grandiose ! Les citoyens, contents d’acquérir un produit national de bonne qualité, s’y sont rendus nombreux et le pavillon «U», réservé aux ventes promotionnelles, a été pris d’assaut.

E conomie 9 EL MOUDJAHID M. CHELGHOUM À LA CLÔTURE SALON DE LA PRODUCTION NATIONALE «

précisant que l’objectif est à double plan : encou- rager l’investissement et préserver le produit natio- nal. En termes de chiffres, il fait savoir que cette édition a connu une visite de 15000 professionnels et 500 000 citoyens, soit une hausse de 20% par rapport à 2015. Dans sa brève intervention, le DG de la Safex se félicite également du saut qualitatif effectué. «La foire était il y a quelques années une vitrine de vente des produits étrangers. Au-

À l’issue de cette cérémonie de clôture, le mi- nistre de l’Agriculture, Abdeslam Chel- ghoum, relève «tout de go» le

développement de la production nationale, préci- sant que les résultats encourageants obtenus ne sont pas le fruit du hasard, mais un corollaire de la po- litique et stratégie du gouvernement soucieux de diversifier l’économie et de se débarrasser de la dé- pendance aux hydrocarbures. À ce sujet, le ministre précise que le programme du Président de la répu- blique a placé l’entreprise «sans exclusion» au cœur de l’équation économique, et se félicite de voir le produit local se frayer un bon chemin dans le marché international.

Visite de 15.000 professionnels et 500.000 citoyens

S’agissant du Salon, M. Chelghoum dira qu’il constitue une bonne opportunité aux opérateurs économiques, algérien et étranger, d’évoquer les possibilités d’investissement et de partenariat dans tous les domaines vitaux de l’économie nationale. De son côté, Tayeb Zitouni, Directeur général de la Safex entame son intervention par rappeler que la 25 e édition du Salon de la production nationale s’est tenu dans un contexte économique particulier,

jourd’hui, au terme de moult efforts, elle devient un espace du produit national par excellence», in- dique-t-il devant un parterre de journalistes. Si cer- tains produits ont atteint, selon ses dires, un taux d’intégration de 100%, d’autres ne sont pas encore au sommet. D’où la nécessité de redoubler d’efforts et songer à des démarches innovatrices. Sur sa lan- cée, M. Zitouni dira, non sans fierté, que le produit algérien est certes de qualité, mais aussi compétitif. Pour de meilleurs résultats, il lance un message si- gnificatif aux responsables des entreprises, les ap- pelant à apporter leur plus-value pour concurrencer d’autres produits internationaux. Pour ce faire, il trouve qu’il est grand temps pour ces entreprises de nouer des relations de partenariats. Quant à la nouveauté de cette édition, M. Zitouni relève la

première participation du ministère de la Défense

nationale à travers 16 entreprises économiques. À l’issue de cette rencontre, des distinctions ont été remises aux Président de la république, au SG de l’UGTA, au MDN, aux médias et opérateurs économiques. De la PMI aux grands groupes na- tionaux, 420 producteurs algériens, issus de 06 sec- teurs d’activités, ont proposé une gamme diversifiée de produits répondant aux besoins du consommateur algérien.

Fouad Irnatene

VASTE MOUVEMENT À LA TÊTE DES GROUPES INDUSTRIELS PUBLICS

Insuffler une NOUVELLE DYNAMIQUE

Plusieurs changements à la tête des groupes indus- triels publics ont été opérés par le ministre de l’Indus- trie et des mines, Abdesselam Bouchouareb, à travers de nouvelles nominations, confirmations et mises de fin aux fonctions, a indiqué un communiqué du mi- nistère. À cet effet, le ministre a opéré un mouvement partiel au niveau des directions générales des groupes Algeria Chemical Specialities (ACS), de la Société nationale des véhicules industriels (SNVI), du Groupe textile (GETEX) et du Groupe Elec El-Djazair. Ainsi, M. Djamal Mana, P-DG du Groupe Divindus est ap- pelé à assurer la présidence du Conseil d’administra-

tion du groupe ACS, en remplacement de M. Derder Adel. Le P-DG du Groupe Getex, M. Hamadat El- Yazid, admis à la retraite, est remplacé par M. Malek Salah qui quitte le Groupe SNVI. M. Oudjit Nour-Eddine, actuellement président du conseil d’administration de la filiale fonderie de SNVI, est désigné en tant que directeur général par in- térim du groupe SNVI. Le Groupe Elec El-Djazaïr est également concerné par ce mouvement avec la nomination de M. Kinane- Daouadji Djillali en tant que DG par intérim qui suc- cède à M. Tabelsi Brahim, sorti en retraite.

"Ces changements interviennent dans le cadre du suivi régulier de l’activité des groupes publics industriels et suite aux évaluations des performances des diri- geants", souligne la même source. M. Bouchouareb a, dans ce sens, motivé ces nouvelles nominations par "l’impérieuse nécessité d’insuffler une nouvelle dy- namique dans la gestion des groupes industriels pu- blics pour accélérer la mise en oeuvre des plans de développement validés par le Conseil des participa- tions de l’Etat". Pour rappel, les groupes industriels publics ont été créés en février 2015.

11 es JOURNÉES SCIENTIFIQUES ET TECH- NIQUES DE SONATRACH AURONT LIEU À ORAN

INNOVATION et partenariat

La 11 e édition des Journées scienti- fiques et techniques de Sonatrach (JST 11) auront lieu à Oran, du 19 au 22 no- vembre 2017, a annoncé le Groupe pé- trolier national sur son site web. Placée sous le thème central : "Innovation et partenariat, dans un contexte mondial de transition énergétique", cette nou- velle édition des JST "s'inscrit dans un contexte particulier" et "constitue une opportunité pour se projeter qualitati- vement dans le futur, à la lumière des mutations géostratégiques en cours et des progrès technologiques fulgu- rants", souligne le P-DG de Sonatrach, Amine Mazouzi, dans une lettre d’an- nonce publiée sur le même site. Ces rencontres scientifiques et techniques, lancées en 1994, se veulent un espace d’échange et de débat autour des thèmes qui marquent les grandes tendances du secteur, allant des tech- niques et technologies des métiers de l’industrie, des hydrocarbures aux modes de management modernes. "Notre volonté et ambition est d'ins- crire ces JST, résolument, dans l’inno- vation, la capitalisation et l'échange autour des meilleures pratiques, les nô- tres ainsi que celles de nos parte- naires", ajoute encore M. Mazouzi. Le personnel de Sonatrach, les ac- teurs nationaux et internationaux du secteur de l'énergie et de la commu- nauté universitaire sont appelés à une participation active aux "JST11" pour en faire un grand évènement profitable pour le secteur, a-t-on ajouté de même source.

PÊCHE DE THON ROUGE

Le quota de l’Algérie révisé à la hausse

Le quota de pêche de thon rouge de l'Algérie pour

  • 2017 a été porté à 1.046 tonnes, alors qu'il avait été fixé

initialement à 546 tonnes par la Commission internatio- nale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta), a appris l'APS auprès d'un responsable du mi- nistère de l'Agriculture. Après de laborieuses négociations de la délégation algérienne lors de la réunion de la Cicta, tenue en no- vembre dernier à Vilamoura (Portugal), cette organisa- tion mondiale a donné son aval pour augmenter de 500 tonnes le quota initialement fixé pour l'Algérie sur 2017, qui était de 546 tonnes, passant ainsi à 1.046 tonnes, ex- plique le coordonnateur général chargé de la pêche et de l'aquaculture au ministère de l'Agriculture, du dévelop- pement rural et de la pêche, M. Tahar Hammouche. En effet, la réunion de la Cicta tenue en 2014 à Gènes (Italie) au cours de laquelle elle avait défini le plan de répartition des quotas de pêche par pays jusqu'à 2017,

l'Algérie avait bénéficié d'une augmentation graduelle de son quota qui avait été fixé à 243 tonnes au titre de l'année 2014, à 370 tonnes en 2015, à 460 tonnes en

  • 2016 et à 546 tonnes en 2017, soit environ 2% du Total

admissible de captures (Tac). En fait, l’Algérie n’a cessé de défendre son droit de rétablissement de sa quote-part historique qui lui avait été enlevée en 2010. "C'est une réalisation exceptionnelle pour l'Algérie", d'autant que c'est le seul pays qui a obtenu une augmen- tation de son quota lors de la réunion de Vilamoura, fait savoir le même responsable. Cette quote-part supplé- mentaire raflée en novembre dernier au Portugal "est le fruit de négociations menées par la délégation algérienne qui a joué le coup" en demandant un quota supplémen- taire pour se rapprocher du seuil historique de 5% du total admissible de captures (Tac) dont bénéficiait l'Al- gérie jusqu'à 2010. "Les discussions étaient dures à Vi- lamoura puisque les quotas étaient déjà arrêtés en 2014 aussi bien pour l'Algérie que pour les autres pays", af- firme M. Hammouche. Après des rounds de négocia- tions et des "jeux de coulisses", certains pays ont accepté d'appuyer les délégués algériens, alors que d'autres ont été contre ou neutres. Alors que les décisions au sein de la Cicta (47 pays et l’Union européenne) se prennent par consensus, une demande de vote a été introduite en faveur de l'Algérie par un pays membre qui a été avalisée : la demande al- gérienne pour obtenir une autre augmentation du quota

a alors obtenu 13 voix favorables, contre huit (8) abs-

tentions et deux (2) voix contre. Pour rappel, en profitant de l'absence de la délégation algérienne à la 17 ème réu- nion annuelle de la Cicta tenue en 2010, cette organisa-

tion avait réduit le quota de l'Algérie pour le porter à 1% du Tac, contre 5% auparavant. Les 418 tonnes retirées avaient alors été partagées entre quatre pays : Libye, Turquie, Egypte et Syrie. Victime de la surpêche dans les années 1990-2000 dans le monde, le thon rouge ou thunnus thynnus a été sauvé par l'établissement, en 2007, de quotas et de mesures de régulation draconiennes (ré-

duction des flottilles, contrôles

...

).

Quotas d'espadon :

l'Algérie défendra ses intérêts

Par ailleurs, la Cicta a fixé lors de sa réunion de Vi- lamoura le quota global de l’espadon à 10.500 tonnes pour l'année 2017 à ses pays membres. Étant un pays pêcheur de cette espèce de poisson, l'Algérie est donc concernée par cette restriction internationale. Dans le

cadre d’un plan de reconstitution sur 15 ans (2017-2031) de la population mondiale d’espadon, une espèce de poisson victime de surpêche, ce quota sera réduit par la Cicta de 3% par an, de 2018 à 2022. Dans les négociations qui vont se tenir lors de la réu- nion de cette commission internationale en 2017, l'Al- gérie devrait faire valoir son caractère de pays marginalisé en terme de capture de ce poisson dans la Méditerranée par rapport aux autres pays notamment ceux de la rive nord, explique M. Hamouche. "Nous de- vons absolument défendre notre position parce que nous ne sommes pas ceux qui détruisent la ressource. Nous sommes un pays vraiment marginalisé en terme de pêche de l’espadon", soutient-il. En prévision de ces restrictions internationales, les pouvoirs publics devraient fiabiliser les statistiques concernant le nombre de pêcheurs d’espadon que compte le secteur. Un recensement spécifique concer- nant cette catégorie de professionnels devrait être lancé prochainement "en vue de déterminer une stratégie à sui- vre pour les défendre", avance le même responsable. Des données de la Cicta montrent que l'Italie est le prin- cipal pays pêcheur de ce poisson avec 45% des prises, suivie du Maroc (14%), de l'Espagne (13%), de la Grèce (10%) et de la Tunisie (7%).

UNION ÉCONOMIQUE EURASIATIQUE

Signature du code des douanes

Les dirigeants des pays mem- bres de l'Union économique eurasia- tique ont signé, lundi, le Code des douanes, lors d'une réunion du Conseil économique eurasiatique suprême à Saint-Petersbourg. Les pays signataires du code, qui est le premier acte juridique important af- fectant le domaine de la réglemen- tation douanière dans le cadre de l'Union économique eurasiatique, actif depuis le 1 er janvier 2015, sont la Russie, le Kazakhstan, l'Arménie et le Kirghizistan. Le document sera remis au président biélorusse qui n'a pas participé à la réunion pour être signé plus tard. Selon le président de la Commis- sion économique eurasiatique, Ti- gran Sargsyan, le président, Kirghiz Almazbek Atambayev a signé le Code de douanes à l'exception d'une partie sur les régulations des activi- tés économiques étrangères ayant besoin de clarification de certaines clauses. Pour rappel, l'union écono- mique eurasiatique, une union fon- dée par la Biélorussie, la Russie et le Kazakhstan en mai 2014, a rem- placé la communauté économique eurasiatique après la signature de son accord de dissolution le 10 oc- tobre 2014.

LA BCE DEMANDE UN PLAN DE SAUVETAGE À UNE BANQUE ITALIENNE

Un montant de 9 mds d’euros

La Banque centrale européenne (BCE) demande un plan de sauve- tage de 8,8 milliards d'euros pour la banque italienne Monte dei Paschi di Siena (BMPS), a annoncé mardi cette banque dans une note, indi- quant avoir reçu l'information de la BCE via des lettres envoyées au mi- nistère des Finances et de l'Econo- mie. Le besoin en capital avait été évalué jusqu'à présent à 5 milliards d'euros. Mais dans ses lettres en- voyées au gouvernement italien, la BCE indique qu'il ressort des résul- tats des "stress tests" de 2016 que le besoin en capital de la banque s'élève à 8,8 milliards d'euros. Les liquidités de la BMPS se sont no- tamment détériorées entre le 30 no- vembre et le 21 décembre. Un journal économique italien a révélé lundi que le montant de ce plan de sauvetage avait été fixé jeudi dernier par la BCE. L'État italien devrait in- vestir quelque 6 milliards d'euros, et le reste sera levé en obligations, in- dique le journal. Jeudi, l'exécutif ita- lien avait annoncé la mise en œuvre d'un plan de sauvetage non chiffré qui verra le Trésor public devenir le principal actionnaire de la banque. Le titre BMPS est actuellement en- core suspendu en bourse.

21 bonnes résolutions Le sommet extraordinaire des chefs d’État de la Cémac qui s’est tenu ce

21 bonnes résolutions

Le sommet extraordinaire des chefs d’État de la Cémac qui s’est tenu ce 23 décembre 2016, à l'invitation du chef de l’État camerounais, Paul Biya, visait à adopter des mesures appropriées pour juguler les effets néfastes du double choc pétrolier et sécuritaire sur les économies de la sous-région. Ce Sommet a débouché sur l’adop- tion de 21 bonnes résolutions desti- nées à sortir la sous-région du marasme économique actuel.

Mercredi 28 Décembre 2016

Monde

11

EL MOUDJAHID

PUTSCH MANQUÉ EN TURQUIE

Des procès de GRANDE ampleur

Près d'une trentaine de policiers étaient jugés, hier, lors du premier procès organisé à Istanbul contre des participants présumés au coup d'Etat manqué du 15 juillet, visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan.

  • C inq mois après le putsch manqué, des procès ont déjà démarré dans plusieurs

villes turques, comme lundi à De-

nizli, dans le sud-ouest, où 60 per-

sonnes ont été appelées à la barre.

Le procès de mardi doit se tenir

dans la plus grande salle d'audience

de Turquie, dans un bâtiment situé

en face de la prison de Silivri, en

lisière de la métropole turque.

Parmi les 29 accusés, 21 risquent

chacun jusqu'à trois peines de pri-

son à perpétuité pour, notamment,

"tentative de renversement de l'or-

dre constitutionnel" et "tentative de

renverser le gouvernement ou de

l'empêcher de remplir ses devoirs".

Les huit autres risquent jusqu'à 15

ans d'enfermement pour "apparte-

nance à une organisation terroriste

armée". Trois pilotes d'hélicoptère

M onde EL MOUDJAHID PUTSCH MANQUÉ EN TURQUIE Des procès de GRANDE ampleur Près d'une trentaine

teur islamiste Fethullah Gülen, ins-

tallé aux États-Unis et dont la Tur-

quie demande l'extradition. Le

rythme des arrestations lié à cette

affaire ne semble d'ailleurs pas ra-

lentir, le ministère de l'Intérieur

ayant annoncé lundi 1.096 arresta-

tions en lien avec l'organisation gu-

léniste au cours de la seule semaine

dernière. Après celui d'Istanbul, de

nombreux autres procès sont pré-

vus dans le cadre de l'enquête sur

le coup d'État manqué, notamment

le 20 février à Mugla (sud-ouest),

où seront jugées 47 personnes ac-

cusées d'avoir tenté d'assassiner M.

Erdogan. Ces procès seront d'une

ampleur sans précédent en Turquie,

où 41.000 personnes ont été arrê-

tées depuis le 15 juillet. La salle

d'audience de Silivri où étaient en-

tendus les suspects, hier, est dotée

de la police sont poursuivis pour d'une forte portée symbolique, d'obéir à l'ordre de s'opposer aux
de la police sont poursuivis pour
d'une forte portée symbolique,
d'obéir à l'ordre de s'opposer aux
visoire, l'un est en fuite et les autres
avoir refusé de transporter des
ayant été bâtie pour accueillir les
putschistes, et d'avoir tenté de dé-
sont sous contrôle judiciaire, selon
équipes des forces spéciales mobi-
audiences du procès "Ergenekon",
courager toute résistance populaire
les médias turcs. La tentative de
lisées pour assurer la protection de
du nom du vaste réseau accusé
en postant des messages sur les ré-
coup d'État du 15 juillet, qui a fait
la résidence présidentielle de
d'avoir fomenté un coup d'État en
seaux sociaux. Vingt-quatre de ces
près de 270 morts et 2.000 blessés,
Huber, à Istanbul. D'autres poli-
2013.
suspects sont déjà en détention pro-
est imputée par Ankara au prédica-
ciers sont accusés d'avoir refusé
R. I.
Six attentats BELGIQUE DÉJOUÉS en deux ans
La Belgique a déjoué six atten-
"Nous faisons face depuis les at-
mettre des priorités. Elle sont dès
tats en deux ans, a annoncé hier le
tentats de Bruxelles à un flux im-
lors évaluées chaque jour", a-t-il
patron de la police judiciaire
fédé-
Les signalements
indiqué.
"Vu l'augmentation
du
rale de Bruxelles (PFJ), Eric Ja-
portant d'infos. beaucoup
parviennent
plus
volume de dossiers, 45 %
des ef-
cobs.
"Je peux vous annoncer, en
qu'avant.
Nous recevons jusqu'à
fectifs de toute la PJF de Bruxelles
concertation avec l'Ocam (Organe
600 informations par jour", a-t-il
est mobilisé pour des dossiers de
de coordination pour l'analyse de
dit. La Belgique a été frappé, le 22
terrorisme", a-t-il dit. À la ques-
la menace), qu'en deux ans, depuis
mars
2016,
par
deux
attentats
tion
de savoir
si
les techniques
novembre 2014 précisément,
nous
ayant visé l’aéroport de Bruxelles
d’enquête ont évolué, il a déclaré
avons pu déjouer pas moins de six
et une station du métro de la capi-
que la Belgique lutte contre le ter-
attentats, et ce en étroite collabo-
tale, faisant
32 morts et
des di-
rorisme depuis
20
ans,
mais
ration avec les services de rensei-
zaines
de
blessés.
Selon
le
qu'"avec l’augmentation de la po-
gnement", a
affirmé
M. Jacobs,
responsable de l'unité anti-terro-
pulation à Bruxelles, les groupes
dans un entretien, publié hier par
riste, il n'y a pas eu assez d'antici-
n’ont cessé de se multiplier".
mique). Il
y
a
d’autres
mouve-
"On
le journal belge La Dernière
ments radicaux
et les terroristes
Heur.
pation
en
Belgique.
"Nous
compte une multitude de nationa-
ont adapté leurs techniques", a fait
Selon lui, l'un des plus gros pro-
sommes dans une phase où il faut
dans
la
capitale. Il "État
pas
observer le patron de la PFJ.
blèmes pour
ses services est
le
rattraper
le retard.
En attendant
lités Daech
que
(l'organisation
n’y terro-
traitement de l'information brute.
d'avoir plus
de capacités, il faut
riste
autoproclamée
a isla-

RAPPROCHEMENT COLOMBIE - OTAN

Caracas : « Une menace pour la paix en Amérique latine »

Le Venezuela a averti lundi qu'un éventuel

accord entre la Colombie et l'Organisation

du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) ris-

querait de mettre en danger la paix en

Amérique latine. "Le gouvernement véné-

zuélien est fermement opposé à cette ten-

tative pour introduire des éléments

étrangers dotés de capacités nucléaires

dans la région", a déclaré le ministère vé-

nézuélien des Affaires étrangères dans un

communiqué. "Les actions passées et pré-

sentes de l'OTAN indiquent une politique

guerrière, qui constitue une violation des

accords bilatéraux et régionaux dont la

Colombie est signataire, et par lesquels

l'Amérique latine et les Caraïbes se sont

déclarés zone de paix", a affirmé le gou-

vernement vénézuélien. En tant que mem-

bre essentiel de plusieurs blocs régionaux,

comme l'Union des nations sud-améri-

caines (UNASUR) ou la Communauté

d'Etats latino-américains et caraïbes

(CELAC), la Colombie se doit de rester

fidèle à ces accords. Cet avertissement in-

tervient après l'annonce vendredi dernier

par le président colombien Juan Manuel

Santos que l'OTAN avait accepté d'enga-

ger des négociations préliminaires avec

son gouvernement à propos d'un accord de

coopération, qui pourrait éventuellement

conduire au statut de membre à part en-

tière de l'organisation.

RETOUR DES JIHADISTES TUNISIENS

Inquiétude grandissante et débat houleux

Manifestation citoyenne, cri d'alarme des forces de sécurité, multiplication des interventions politiques : l'inquiétude grandit et le débat s'emballe en Tunisie face à la perspective d'un retour de milliers de jihadistes, dans un pays déjà durement éprouvé par les attentats. Avec quelque 5.500 ressortissants ayant rejoint les rangs d'organisations terroristes, selon des chiffres de l'ONU, la Tunisie est l'un des principaux pays au monde touchés par ce fléau, le premier au Maghreb loin devant le Maroc (environ 1.300). Parmi eux, des centaines sont vraisemblablement morts au combat. Pour les autres, la ques- tion de leur retour "se pose avec acuité puisque l'étau se resserre sur le groupe État islamique (EI), en Syrie et en Irak, mais aussi en Libye", frontalière de la Tunisie, explique l'expert Hamza Meddeb, chercheur auprès de l'Institut uni- versitaire européen de Florence (Italie). Le récent attentat de Ber- lin perpétré au nom de l'EI par un Tunisien de 24 ans, Anis Amri, a aussi mis en exergue ce débat:

classé islamiste "dangereux", Amri avait vu sa demande d'asile rejetée par l'Allemagne et devait, après des mois de tractations avec

Tunis, être expulsé vers son pays. Vendredi au Parlement, le minis- tre de l'Intérieur, Hédi Majdoub, a révélé que 800 jihadistes tuni- siens étaient déjà rentrés, et as- suré que les autorités détenaient "toutes les informations sur ces individus". Mais, dans un pays traumatisé par une série d'at- taques sanglantes ces deux der- nières années, ces déclarations n'ont pas suffi. À l'appel d'un

collectif citoyen, des centaines de personnes ont manifesté samedi à Tunis pour dire "Non à la repen- tance et à la liberté pour les groupes terroristes". Le lende- main, le syndicat national des forces de sécurité intérieure s'est alarmé d'un risque de "somalisa- tion" de la Tunisie, déjà confron- tée à des maquis jihadistes dans les monts de l'intérieur du pays.

CONSÉQUENCE DU VOTE DE LA RÉSOLUTION SUR LES COLONIES

L’isolement d’Israël ?

Israël a affirmé hier qu'il "réduisait" ses relations avec des pays

ayant voté pour une résolution de l'ONU contre la colonisation

dans les territoires palestiniens occupés. Réfutant des informations

selon lesquelles les relations avec ces pays avaient été suspen-

dues, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères

Emmanuel Nahshon a déclaré qu'Israël avait "temporairement ré-

duit" visites et travaux avec des ambassades, sans fournir plus de

détails. Selon des médias israéliens, le Premier ministre, Benjamin

Netanyahu, qui officie également comme ministre des Affaires

étrangères, a demandé aux responsables de réduire pour l'heure

autant que possible leurs déplacements dans les pays ayant voté

la résolution. Il y a également des informations selon

lesquelles M. Netanyahu a annulé une réunion avec la Première

ministre britannique, Theresa May, au Forum économique mondial

de Davos (Suisse), en janvier, mais cela n'a pas été confirmé de

source officielle.

ROUMANIE

Le président refuse de nommer la candidate de la majorité parlementaire au poste de Premier ministre

ROUMANIE Le président refuse de nommer la candidate de la majorité parlementaire au poste de Premier

Le président roumain, Klaus

Iohannis, a rejeté mardi la candi-

dature au poste de Premier minis-

tre de Sevil Shhaideh proposée

par le Parti social-démocrate

(PSD) à la suite de sa victoire aux

législatives. "J'ai bien analysé les

arguments, pour et contre, et j'ai

décidé de ne pas accepter cette

proposition", a déclaré M. Iohan-

nis lors d'une allocution, alors

que la Roumanie est en quête

d'un gouvernement après les élec-

tions législatives du 11 décembre.

Le PSD avait proposé la semaine

dernière au chef de l'État de nom-

mer Mme Shhaideh, 52 ans, issue

de la petite minorité turque de

Roumanie, qui aurait été la pre-

mière femme musulmane à la tête

d'un gouvernement d'un pays de

l'UE. Son appartenance religieuse

ne faisait pas débat dans ce pays

orthodoxe. "J'invite la coalition

formée du PSD et de l'ALDE à

faire une autre proposition", a

ajouté le président de centre-

droit, sans justifier son refus.

Cette décision risque de provo-

quer une grave crise politique en

Roumanie alors que les sociaux-

démocrates avaient annoncé

qu'ils n'accepteraient pas de refus

de la part du chef de l'État.

IRAK

L'EI EXÉCUTE SOMMAIREMENT

13 civils

Des éléments du groupe terro-

riste autoproclamé "État isla-

mique" ont "exécuté

sommairement" 13 habitants de

deux villages du nord de l'Irak,

dont certains s'étaient soulevés

contre eux aux premières heures

de l'offensive de l'armée ira-

kienne pour reprendre Mossoul,

a annoncé hier Human Rights

Watch (HRW).

Ces exécutions, qualifiées de

"crimes de guerre" par HRW, ont

eu lieu le 17 octobre, le jour

même du début de la vaste opéra-

tion militaire visant à reprendre la

deuxième ville d'Irak, dernier

bastion de l'EI dans ce pays.

Aux premières heures de la

journée, 30 habitants d'Al-Lazza-

gah et 15 résidents d'Al-Hud, à

environ 50 km au sud de Mos-

soul, "ont attaqué des éléments de

l'EI pour les chasser de leurs vil-

lages" qu'ils occupaient depuis

juin 2014 et "ont tué 19 membres

de l'EI", a expliqué l'ONG dans

un rapport.

Société

12

EL MOUDJAHID

NOUVEL AN

Une fête qui ne fait pas L’UNANIMITÉ ?

Chaque année, à la même période, la polémique de fêter ou pas le réveillon du jour de l’an est lancée. Beaucoup d’Algériens rejettent cette fête au prétexte qu’elle nous vient de l’Occident. D’autres trouvent que c’est une belle occasion de faire la fête, «le réveillon est un rendez-vous à ne pas manquer».

À chacun ses arguments et sa vision des choses. Si nom- bre d’Algériens renoncent

au réveillon, c'est par manque d'ar- gent. «Il faut faire attention pour ne pas être dans le rouge et éviter de pleurer après les fêtes.» La hausse des prix enregistrée en cette fin d’année rend Ahmed amer et âpre. «J’ai un budget assez serré pour en- core faire des dépenses inutiles. Je n’ai pas envie de me réveiller en 2017 avec des dettes. Le réveil risque d’être trop dur.» De l’autre côté, il y a ceux qui n’hésitent pas à organiser de véritables soirées du réveillon, certains vont même aller jusqu'à sortir les économies pour fêter la venue du nouvel an sous d’autres cieux. Les hôtels, les res- taurants et les discothèques se pré- parent des jours à l’avance pour peaufiner un programme où la fiesta va durer jusqu’au bout de la nuit. Certains hôtels se sont même fait une réputation particulière grâce à leurs réveillons légendaires où les chebs du raï et les DJ font

S ociété 12 EL MOUDJAHID NOUVEL AN Une fête qui ne fait pas L’UNANIMITÉ ? Chaque

danser des foules entières, ivres de plaisir. Dîners de gala, animation musicale, orchestres et spectacles d’humoristes, tout a été prévu pour offrir à leurs clients un réveillon inoubliable. Seul hic, il faudra dé- penser beaucoup d’argent pour es- pérer assister à ces soirées magiques. Inutile de dire qu’à cause de ces prix d’accès, le ré- veillon devient tout simplement un projet qui nécessite un certain sa- crifice.

L’Occident fascine le Sud fait rêver

Par ailleurs, célébrer le jour de l’an en plein désert doré, à la belle étoile, cela fait rêver beaucoup d’Algériens, notamment les jeunes et les couples fraîchement mariés. Et aujourd’hui, de nombreuses agences de voyages proposent des formules de séjour pour profiter de ce cadre magnifique et de cette at- mosphère accueillante et chaleu- reuse. Néanmoins, les prix ne sont pas encore abordables pour toutes

les bourses. L’étranger fascine, mais le Sud continue à subjuguer. Et Taghit, Timimoune, Tamanrasset et Ghardaïa font de la résistance face à ces destinations internatio- nales qui viennent leur voler des voyageurs. «Le Sud, avec ses pay- sages et ses sites magnifiques, at- tire les Algériens, notamment les jeunes. En cette période de fin d’année, nous mettons en place des voyages organisés destinés pour les groupes d’étudiants qui veulent dé- couvrir le Sud», nous dira Nada, gérante d’une agence de voyages. Des associations se mettent aussi de la partie en planifiant des voyages collectifs et des circuits ré- veillon dans les dunes Djanet et Ti- mimoune. Alger et ses environs offrent également plusieurs alterna- tives, plus économiques et plus «musicales». Plusieurs chanteurs et groupes de musique animeront des soirées dans plusieurs restaurants de la capitale. Bals masqués, défi- lés de mode, annonces et spots pu- blicitaires sont les meilleurs appâts utilisés. Farida Larbi

TIZI OUZOU

Le corps d’une femme retrouvé dans une maison

Macabre découverte. Les élé- ments de la Protection civile de la ville de Draâ Ben Khedda, une dizaine de kilomètres à l’ouest du chef-lieu de wilaya de Tizi Ouzou, sont intervenus, jeudi dernier, pour l'évacuation d'une personne trouvée décédée dans l'escalier d'une habitation fami- liale au village Afir, dans la com- mune de Souk El-Tenine, apprend-on de la cellule de com- munication de la Protection ci- vile. La dépouille mortelle de la victime, de sexe masculin, âgée de 44 ans et répondant aux ini- tiales de S. R., a été évacuée par l’ambulance de la Protection ci- vile à la morgue du CHU Nedir- Mohamed de la ville des Genêts pour les besoins de l’autopsie. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes et les cir- constances exactes de cette mort. Le même jour, à 18h27mn, les éléments de la Protection civile de l’unité principale de Tizi Ouzou sont intervenus pour cir- conscrire un feu qui s’est déclaré dans une maison en R+1, à la cité Zellal, haute-ville de Tizi Ouzou, qui a causé des blessures légères à une femme, âgée de 54 ans, a- t-on indiqué de même source. En plus des blessures causées à cette dame, le feu a provoqué des dé- gâts matériels, notamment la destruction d’une chambre à coucher et autres mobiliers de la maison dont les couloirs et les plafonds sont noircis par la fumée. Les causes de ce feu sont indéterminées. Les mêmes élé- ments sont intervenus le même jour, à 16h35mn, pour un effon- drement d’un garage vide suite à un glissement de terrain à la cité Bekkar dans la ville de Tizi Ouzou. Aucune perte humaine n’a été déplorée dans cet effon- drement.

« SOUPE DE L’HIVER » AU PROFIT DES SDF

Le Croissant-Rouge algérien s’implique

La campagne «Soupe de l’hiver» a été lancée, la semaine dernière, à Annaba pour venir en aide aux personnes sans domicile fixe (SDF), a indiqué le pré- sident du comité de wilaya du Croissant-Rouge algé- rien (CRA), M. Abdelhamid Bouzid. Mettant à profit son expérience dans ce genre d’opérations, le comité local du CRA a, peu avant le début de la campagne, localisé les places publiques et les sites de la ville qu’il compte cibler pour toucher le maximum de SDF et donner ainsi l’efficacité né- cessaire à son travail de proximité destiné à une caté- gorie de personnes très vulnérables. Ce dernier a sillonné toutes les artères de la ville et ciblé principalement les places importantes où se regroupent généralement les sans abris. Ce sont sur- tout la gare ferroviaire, la vieille ville, l’ex-Place d’armes, la gare routière de Sidi-Brahim et la Cour de la révolution qui sont les plus visitées par les équipes du CRA, en raison de l’attrait qu’elles exercent sur les SDF étant donné les conditions de sécurité et de luminosité que ces endroits offrent aux passagers et aux SDF. À l’issue de cette opération de recherche, il a été recensé pas moins de 24 personnes SDF. Ces derniers ont bénéficié de couvertures, de vêtements de l’hiver et de repas chauds, a précisé la même source. Par ailleurs, le comité du Croissant-Rouge al- gérien assure la formation de plus de 350 secouristes par an, a fait savoir son président, précisant que la pé- riode de stage ne dépasse pas les quinze jours. Der- nièrement, le comité du Croissant-Rouge algérien

S ociété 12 EL MOUDJAHID NOUVEL AN Une fête qui ne fait pas L’UNANIMITÉ ? Chaque

d’Annaba a organisé une session de formation régio- nale aux profits des bénévoles pour les premiers se-

cours, pour une durée de trois jours, à l’auberge de la commune de Seraidi. Quelque 24 formateurs ont pris part à ce stage régional de formation, issus des wi- layas de Skikda, Constantine, El-Oued, Guelma, El- Tarf, Souk-Ahras, Tébessa et Annaba. Généralement, les personnes qui bénéficieront de ce genre de stages sont les étudiants, toutes filières confondues, notam- ment ceux issus de la faculté de médecine, a souligné le président du comité de wilaya du Croissant-Rouge algérien (CRA) d’Annaba. Cette session a été orga- nisée à la faveur de la forte demande des postulants à ce genre de formations des premiers secours, a-t-il

ajouté.

B. Guetmi

  • 37 e CONGRÈS DE LA SAP

Mise en garde contre les antibiotiques

Le président de la Société algé- rienne de pédiatrie, le professeur Adellatif Bensenouci, a mis en garde contre la prescription abu- sive des antibiotiques aux enfants. Dans une déclaration à la presse en marge du 37 e Congrès national de pédiatrie, le P r Bense- nouci a déploré le «recours abusif des médecins aux antibiotiques pour le traitement de certaines ma- ladies infectieuses, notamment les maladies respiratoires». La prescription abusive des an- tibiotiques «impacte négativement la santé de l'enfant qui devient de plus en plus vulnérable aux virus», qui sont, à leur tour, de plus en plus résistants aux antibiotiques, a-t-il expliqué. «90% des infections rhinopha- ryngites chez l'enfant et l'adulte

guérissent naturellement après quatre à cinq jours», a-t-il ajouté. «La prescription abusive des antibiotiques n'est pas le propre de l'Algérie, mais un phénomène uni- versel, ce qui a contraint l'Organi- sation mondiale de la santé (OMS) à tirer la sonnette d'alarme, d'au- tant plus qu'aucun médicament ef- ficace contre les bactéries et virus n'a été trouvé à ce jour», a fait sa- voir le spécialiste. Le 37 e Congrès de pédiatrie, dont les travaux se poursuivent jusqu'à vendredi prochain, porte également sur les troubles du rythme chez l'enfant, a ajouté le P r Bensenouci, qui a relevé la diffi- culté pour certains médecins de prendre en charge les malades souffrant de cette pathologie. Il a ajouté, dans ce sens, que

des orientations seront données lors de cette rencontre scientifique pour aider les médecins dans la prise en charge cette maladie. La rencontre portera, en outre, sur les maladies néphrologiques chez l'enfant, a fait savoir le spé- cialiste, également chef de service de pédiatrie au CHU Hassani- Issad (Beni Messous). D'autres pathologies figureront à l'ordre du jour de cette rencontre, notamment le diabète type 1, traité à l'insuline, a indiqué le P r Bense- nouci, qui a souligné une prolifé- ration du diabète type 2 chez l'enfant en raison de l'obésité. À ce propos, il a mis en garde contre le mode alimentaire des en- fants ces dernières années et le manque d'activité physique. (APS)

REGARD
REGARD

Le réveillon une tradition ?

l Les relents d’austérité se font déjà sentir chez nous. Dans

chaque foyer, dans la rue, sur les lieux de travail ou dans le métro, on ne parle que de la fameuse ceinture à serrer, les prochains jours qui s’annoncent d’emblée plutôt durs. Se permettre les fo- lies des années fastes et généreuses est-il aujourd’hui possible, avec les frais et les faux frais qui nous attendent pour nous «déplumer», chaque jour davantage, à chaque tournant ? En cette fin d’année, les regards semblent être moins braqués

sur le réveillon, version «universelle», à l’exception de certains férus des sur- prises-parties, qui tiennent toujours à cette fête malgré le contexte économique difficile. En effet, si dans un passé récent beaucoup d’Algériens tenaient à marquer le passage au nouvel an, en usant et abu- sant des moyens financiers pour les beaux yeux du très «cher» réveillon, qui s’annonce même très tôt, à travers toutes ces offres des complexes touristiques et des tours-opérateurs qui pullulent, en pa- reille occasion, pour faire la «une» des médias et des canaux informels de com- munication, ce n’est pas le cas cette année — du moins selon la première im- pression qui se dégage — avec tous ces coups durs subis par les budgets des mé- nages, ces derniers temps. Réveillonner est certainement en train de perdre la cote, et devenir carrément un luxe, chez une bonne partie des Algériens qui ont d’autres préoccupations qui n’attendent pas. C’est le cas, par exemple, des sites li- vrables les prochains mois, hissés carré- ment au rang de priorité de premier ordre. Il faut dire que la «fièvre» de la fête de fin d’année ne tente plus comme avant, avec la tendance outrancière, à la raréfaction des ressources qui a affecté

tous les ménages au point de dissuader, y

compris ceux jusque-là très à cheval sur l’art et aussi la manière de vivre les pre- mières minutes, voire même les secondes de la nouvelle année. La rationalité dans les dépenses va-elle bousculer les habi- tudes ? L’avenir nous le dira.

Samia D.

ACCIDENTS DE LA ROUTE

Deux morts et trois

blessés à Tizi Ouzou

S ociété 12 EL MOUDJAHID NOUVEL AN Une fête qui ne fait pas L’UNANIMITÉ ? Chaque

Deux personnes ont trouvé la mort et

trois autres blessées dans deux accidents

distincts survenus, lundi dernier, dans la

wilaya de Tizi Ouzou, apprend-on de la

cellule de communication de la Protection

civile de Tizi Ouzou. Le premier accident,

survenu dans l’après-midi de la même

journée au lieudit «Ichaladhen», village

Iadjmadh, commune de Timizart, consiste

en un dérapage d’un tracteur agricole

ayant entraîné la mort de son conducteur,

âgé de 25 ans. La victime a été évacuée

par les services de la Protection civile à la

morgue de l’hôpital de la ville d’Azazga,

a indiqué notre source. Le deuxième acci-

dent, consistant en un renversement d’un

véhicule à hauteur de la pépinière Chaïb

sur la RN 12, tronçon relevant de la com-

mune de Mekla, a causé la mort d’un

jeune et des blessures à trois autres qui

étaient à bord du véhicule, a annoncé notre

source, en précisant que l’accident a eu

lieu aux environs de 23h30 mn. Les bles-

sés de cet accident ont été évacués par les

services de la Protection civile de Tizi

Ouzou à l’hôpital d’Azazga. Les victimes

étaient âgées entre 25 et 37 ans.

Bel. Adrar

Culture

13

EL MOUDJAHID

LA ROQYA DE CERVANTES, RoMan d'ahMed benzelikha

Le mythe RÉINVENTÉ

Le nom même de Cervantes incarne un mythe. C'est, bien sûr, le mythe de Don Quichotte de la Mancha en route vers les sommets, passant des haillons à la richesse et, grâce à sa chance et à son courage, résolu avec une détermination puérile à «lutter et réussir contre des moulins à vent».

son-
son-

nage de Cervantès à tra- vers son esprit réincarné et ce, dans l'enveloppe charnelle de braham dont le père, décédé dix ans plus tôt, revient chaque fois dans ses rêves nocturnes —est-ce un présage ?— pour lui de- mander une seule et unique chose : ap- prendre l'espagnol. braham ne

a ujourd'hui, le roman fétiche de Cervantès a peut-être perdu quelque peu de cette fraicheur

due, pour ainsi dire, à sa « première

naissance » ; mais il a, malgré tout, gardé plus de vitalité et de perspicacité qu'aucun des autres romans posté- rieurs. Ces autres romans, même éma- nant de grands écrivains, sont en effet, pour la plupart, bourrés de situations romanesques dans le goût du temps :

nous les lisons aujourd'hui comme des

documents d'époque

contemporaine.

... exception faite, toutefois, pour La Roqya de Cervantès dont ahmed ben- zelikha lui-même invite à suivre le récit —copieusement rythmé par l'évo- cation répétée des cinq prières quoti- diennes— à travers les pérégrinations que nous devons précisément à Miguel de Cervantès : d'abord à alger dans ce que fut sa célèbre « grotte », ensuite à dellys, petite bourgade côtière nichée pratiquement dans une falaise qui sur- plombe la mer. Ce qui, assurément, va provoquer chez le lecteur une bonne dose d'affec- tion amusée qui se mêle au respect que mérite ce que cet auteur a accompli :

faire revivre, dans une localité truffée de mausolées, de saints et de mara- bouts, en l'occurrence dellys, le per-

parvient d'ailleurs, selon l'auteur, à se rendre difficilement indépendant de l'esprit de Cervantès que grâce à l'ex- périence avérée d'un exorciste reli- gieux chevronné, Rezki, qui certes réussit à l'en « expurger » gràce à quelques versets appropriés du Coran, mais non sans lui avoir fait supprimer la langue espagnole dans laquelle bra- ham s'exprime désormais. ahmed benzelikha se veut d'ailleurs rassurant en ces termes : « braham revenait peu à peu à lui et se demandait où il était et ce qu'il faisait avec cet homme in- connu. Quelque chose avait changé en lui, mais quoi ? oh, dios mio ! il parlait espagnol! par quel miracle ? peu importe se dit-il, le vœu de son père est exaucé ! » et le romancier de poursuivre :

« Rezki savait que tout était désor- mais l'œuvre de dieu et non la mal- faisance du diable, il fut heureux que braham puisse parler espa-

gnol, peut-être est-ce pour lui la chance qui peut-être l'aiderait à réaliser ses rêves bleus. oui, Rezki savait tout ça, car il n'était pas seulement l'exor- ciste borné qu'on pensait connaître, il avait été prince, il avait fui les hommes, peut-être que lui aussi était un peu écrivain, un peu démiurge, un

peu inventeur et si tout cela n'avait pas existé, si ce n'était qu'un jeu inventé

par « je » autour des « je », et si tout cela n'avait été qu'un roman d'aven- tures comme celui, justement, de don Quichotte de Miguel de Cervantès ». il est surprenant de constater que nous ne savons que peu de choses sur la carrière romanesque d'ahmed ben- zelikha, d'autant que chez cet auteur, nous relevons avec à propos des vertus cardinales telles la concision, la sim- plicité et la clarté dans la construction d'un récit qui, a priori, semble haché, discontinu, mais dont le fil d'ariane n'est jamais rompu et ce, jusqu'aux tout derniers mots de la fin du roman, à sa- voir « la dernière prière accomplie» dans la sérénité « enfin retrouvée ». La Roqya de Cervantes, roman d’Ahmed Benzelikha, Editions Alpha, Alger octobre 2016, 80 pages.

Kamel Bouslama

Bio-express :

Ahmed Benzelikha, essayiste et ro- mancier, est né à Constantine en 1965. Linguiste, spécialiste en com- munication et financier, il a été chro- niqueur au niveau de divers titres de presse algériens et étrangers.

LE PASSÉ CONSTRUIT L’AVENIR, LE PRÉSENT FAÇONNE L’AVENIR, de Mustapha Mabed

LES MOMENTS FORTS du sport à El-Harrach

de l’apC ont marqué de leur présence ladite céré- monie, fort sympathique. les invités ont passé en- semble un moment convivial et chaleureux autour de l’auteur. les souvenirs sur le sport à l’ex-Maison Carrée ont été évoqués en la circonstance par les présents, qui ont eu énormément de plaisir à les re- mémorer. Comme l’écrit l’auteur dans sa présenta- tion de son livre intitulé Sport à El Harrach (Maison Carrée), des années d’histoire et de moments forts, la ville d’el harrach est riche, très riche même en faits culturels majeurs, qui sont souvent méconnus du grand public. Combien sont-ils ces hommes et ces femmes qui se sont sacrifiés pour bâtir la ville

à l’occasion de la récente parution du livre rela- tant l’histoire et les moments forts du sport à el-har- rach, de l’auteur Mustapha Mabed, 63 ans, acteur assidu du sport local, sportif, ex-judoka et spécia- liste de la discipline, éducateur, entraîneur-forma- teur, dirigeant élu et gestionnaire sportif à différents niveaux du mouvement sportif national, une céré- monie a été organisée au siège de l’apC d’el-har- rach, en début de semaine, à 18h, pour permettre à l’auteur de présenter son ouvrage avant sa diffusion. sa devise Le passé construit le présent, le présent façonne l’avenir. des personnalités du monde spor- tif de la commune d’el-harrach et des responsables

et le sport à el harrach à travers les différentes époques, sans pour autant qu’ils soient reconnus à leur juste valeur ? Mustapha Mabed s’est investi à transcrire la mémoire du sport à el harrach mais également à révéler sa grande ville, qui l’a vu gran- dir et évoluer. son ouvrage, fort intéressant, mérite d’être lu et soigneusement rangé. il a eu l’amabilité de passer nous rendre visite en ami, à la rédaction sportive d’El Moudjahid, pour nous remettre son nouvel ouvrage, que nous avons eu du plaisir à lire. on tient à le remercier pour son geste.

M.-A. A.

Réhabilitation du vieux bâti à skikda

RESSUSCITER la vieille ville

le projet de réhabilitation du vieux tissu ur- bain de skikda représente l’un des plus impor- tants projets de développement local inscrits au titre de l’exercice 2016, nécessitant une enve- loppe financière de 1,5 milliard de da. les travaux de rénovation des habitations an- ciennes, implantées au cœur de Russicada, ont été scindés en 24 lots et visent à réhabiliter les anciennes demeures de la ville historique, dont la majorité date de l’époque coloniale. l’opéra- tion de restauration a été confiée à un groupe- ment algéro-espagnol constitué du Centre de contrôle technique de l’est et du bureau d’études ibérique "aquidos", qui s’est inspiré, dans son étude, de l’archétype adopté pour la restauration des vieilles demeures de barcelone (espagne), ont indiqué les responsables du bureau d’études. pour ce faire, ce bureau espagnol a recouru à des techniques numériques ultra-modernes, visant à établir un "diagnostic exhaustif" de l’état de délabrement du vieux bâti de la rue didouche-Mourad, communé- ment appelée les arcades, et ce, en prenant en considération les expertises tech- niques effectuées durant les années 1990 et celles relatives aux années 2007 et 2011, afin de mener à bien ce projet auquel le gouvernement accorde une extrême importance.

Rénovation des Arcades, un vieux projet qui prend forme

l’opération de réhabilitation du tissu urbain de la rue didouche-Mourad a été entamée début septembre dernier, dans de "bonnes conditions", suscitant une "grande adhésion" de la part des citoyens, a affirmé saâdane benaïssa, respon- sable du projet à l'office de promotion et de gestion immobilières (opGi) de la wilaya de skikda. il a précisé que les travaux ont ciblé le lot n°14 composé de 16 locaux com- merciaux et enregistrent un taux d’avancement "appréciable" de 35 %, eu égard au délai de l’opération fixé à 18 mois, alors que les travaux concernant le lot n°17, situé à l’entrée de la rue des arcades, seront lancés durant le "1 er trimestre 2017", a-t-il assuré. l’opération de restauration englobe la rénovation des fa- çades, des balcons, des escaliers, des terrasses ainsi que le renforcement des pi- liers, en sus de la consolidation des parties menacées d’effondrement, a-t-il souligné, indiquant que la décision d’entamer les travaux par le lot n° 14 est dic- tée par son emplacement stratégique au centre de la rue des arcades. il est attendu de la rénovation de ce lot, confiée à une entreprise algérienne privée, la reconfi- guration du paysage architectural de la "reine de l’est", afin de redorer sa répu- tation de destination enchanteresse, d’autant que cette entreprise a, à son actif,

C ulture EL MOUDJAHID LA ROQYA DE CERVANTES , RoMan d'ahMed benzelikha Le mythe RÉINVENTÉ Le

de nombreuses opérations de restauration à alger et oran, a ajouté M. benaïssa. il a également fait part de "craintes" d'habitants de la rue des arcades qui réclament l’accélération de la cadence des tra- vaux, par peur des effondrements itératifs des ha- bitations devenues, pour eux, une menace permanente, attestant que ces craintes sont parta- gées par les propriétaires des magasins et des kiosques mitoyens, comme l’a exprimé le gérant d’un café situé dans un immeuble menaçant ruine, et dont le commerce est mis à mal par la diminu- tion du nombre de ses clients qui ne cesse de s’éroder.

Une priorité pour les pouvoirs publics

de son côté, azzedine antri, chef de la

daïra de skikda, a rassuré qu’il n’existe "aucune volonté de procéder à des démolitions dans la vieille ville", imputant cela à la nature complexe de ce site caractérisé par des habitations édifiées en blocs ci- mentés, collées les unes aux autres. dans ce contexte, il a souligné que cette situation rendrait difficile toute opé- ration de démolition dans la vieille ville, à cause des risques encourus d’effon- drement à la chaîne, ajoutés au problème lié à la nature juridique des habitations en matière de propriété, d’autant que la vieille ville renferme non seulement des logements, mais aussi des commerces. pour le même responsable, l’opération de réhabilitation du patrimoine historique et culturel de cette ville ancienne reste, donc, "la solution la plus appropriée" pour préserver ces habitations. la réhabi- litation du patrimoine immobilier de skikda avait constitué une des principales préoccupations du premier ministre, abdelmalek sellal, lors d’une récente visite de travail dans la wilaya. elle revêt aussi une importance capitale du fait qu’elle contribuera à sauver des vies humaines menacées par les risques d’écroulement des demeures aux murs lézardés et aux toits et escaliers menaçant ruine. la si- tuation "désastreuse" des 127 bâtisses de la rue didouche-Mourad, construites en 1890, et qui compte aussi 604 logements et 350 locaux commerciaux, est la conséquence d'infiltrations d’eau aggravées par la topographie de la ville. Celle-ci est dressée sur une cuvette assortie de pentes favorisant la conver- gence des eaux vers la rue didouche-Mourad, entraînant l’érosion et la dégrada- tion avancée des habitations, en plus de l’absence d’entretien et l’obstruction des canalisations d’eaux usées, a-t-on noté. les habitants de Russicada attendent beaucoup de la réhabilitation du vieux tissu urbain et nourrissent l’espoir de préserver la pérennité de ce patrimoine pour rendre à la ville son lustre et sa beauté d’antan afin d’impulser un nouveau souffle au secteur du tourisme. (APS)

LE COIN DU COPISTE
LE COIN DU COPISTE

De l’authenticité de l’œuvre d’art

l L’un des critères de distinction qui revient

dans les déclarations lors d’événements culturels est, sans aucun doute, en dehors des paramètres de la qualité et de la thématique, celui de l’authenticité d’œuvre. En effet, toute production, dont la finalité première est le langage de l’art tel que façonné, décrypté et conceptualisé par un individu dans une visée à la fois esthétique, sociale, politique voire humaniste, pour qu’elle fasse l’objet d’un intérêt général, nécessite l’empreinte d’une identité historique et personnelle. Plus une production artistique, littéraire ou autre est immergée dans le terreau dans lequel a grandi un artiste, plus elle a de chance de correspondre à des valeurs ethniques, religieuses ou sociales d’un pays. Ce dernier est le référent culturel de base qui construit le sens et la beauté que porte en elle une œuvre donnée. Si la culture se pratique d’abord dans toute forme d’expression, elle peut également être le produit sous le prisme de son créateur, d’une forme supérieure des idées. Ces dernières, inscrites au cœur d’une création, ne peuvent, même si l’artiste est coupé de son environnement, faire abstraction des valeurs qui font la spécificité, à savoir l’authenticité d’une société qui rend crédible aux yeux du public toute production culturelle. Si la tendance actuelle de par le monde est à l’éclatement, voire l’effritement de ces valeurs au profit d’une production artistique qui se place dans les tendances les plus contemporaines de l’art —tendances les plus modernistes et surréalistes qui s’éloignent quelque peu du substrat qui fait sens directement au milieu social—, force est de constater que dans notre pays, à l’exception de quelques essais réussis qui ont fait la notoriété de l’artiste, les œuvres sont soumises à la compréhension et au regard de la société qui ne connaît pas nécessairement ces critères de distinction dont nous parlions plus haut. La société a souvent besoin de se reconnaître comme dans un miroir pour jauger une création. Elle a, quand l’évolution de l’art est réduite à sa plus simple signification, de sens en rapport à ce qui lui est en premier lieu intelligible en étroite relation avec ses référents culturels qui font sa propre authenticité. Dans cette optique, l’artiste s’inspire le plus souvent, dans la création d’une œuvre, fût- elle la plus originale, de la réalité historique et des traditions de son pays pour aller plus loin, pour pouvoir dépasser et se dépasser lui- même tout en tenant compte de tout ce qui ressemble de près ou de loin à ce qui constitue son identité et par la même l’authenticité de son œuvre. Ce n’est qu’après un travail laborieux faisant intervenir sa sensibilité tout comme la singularité de sa création que le public accède à un autre niveau aux divers degrés de l’œuvre proprement dite.

L. Graba

20 Vie pratique EL MOUDJAHID Vie religieuse Horaires des prières de la journée du Mercredi 28
20
Vie pratique
EL MOUDJAHID
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du Mercredi 28 Rabie Al Aoual
1438 correspondant au 28 décembre 2016 :
- Dohr
.........
… ..............
...............
12h50
- Asr
.............................................
15h22
DIRECTION MATÉRIEL
AVIS DE PROROGATION DE DÉLAI
-
Maghreb
.....................................
17h43
- Icha.……………………………19h08
Jeudi
29
Rabie Al
Aoual
1438
Les soumissionnaires intéressés
correspondant au 29 décembre 2016 :
- Fedjr
...........................................
06h28
par l'avis d'appel d'offres national
- Echourouk
..................................
08h00
et
international
N°20/JUr/APPrO/MTL/2016
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
relatif à la fourniture d'un banc
d'essai moteur, paru sur le journal
EL MOUDJAHiD le 08/11/2016,
sont informés que la date limite
de dépôt des offres prévue
initialement le 18/12/2016, est
prorogée pour le lundi
02/01/2017 à 16h00.
Président-Directeur Général
de la Publication
Achour CHEURFI
El Moudjahid/Pub
ANEP 213883 du 28/12/2016
El Moudjahid/Pub
ANEP 213879 du 28/12/2016
Pensée
Directeur de la Rédaction
Mohamed KOURSI
Cela fait déjà 5 ans que tu nous as
Rédacteur en chef
Kamal OULMANE
quitté pour un monde d’amour et de
paix. Et, depuis ton départ, nous
avons tous réalisé combien nous
DIRECTION GENERALE
pouvions t’aimer. Chaque jour tu
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
occupes une place de choix dans
nos cœurs.
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
Déjà 5 ans ! Pour nous, c’est
comme si tu nous avais quittés hier
pour cette nouvelle vie. Ton visage,
ta voix et ton sourire sont gravés à
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
jamais dans nos cœurs. 
Nous, tes enfants, tes petits-
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
enfants et moi ton épouse, Aïcha
Barki, te demandons de continuer à
ANNABA
veiller sur nous, et demandons à
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 45.12.32
tous ceux qui t’ont connu d’avoir
BORDJ BOU-ARRERIDJ
une belle pensée pour toi.
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
«Continue à veiller sur nous comme
tu le faisais si bien sur terre et
SIDI BEL-ABBES
repose en paix cher époux. Nous
Maison de la presse Amir Benaïssa
ne t’oublierons jamais.
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
El Moudjahid/Pub du 28/12/2016
El Moudjahid/Pub
BEJAIA :
ANEP 213869 du 28/12/2016
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
CONDOLÉANCES
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
CONDOLÉANCES Le Directeur Général, le
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 75.27.50
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
L’ensemble du personnel de
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de
Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
l’ETAC,
tres
attristé
par
le
décès du père de monsieur
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Directeur Général adjoint ainsi que
l'ensemble du personnel de
l'imprimerie Officielle très touchés
par le décès du père de Madame
BENHAMMOU Nadjia, employée
à l'imprimerie Officielle, présentent
leurs sincères condoléances à
cette dernière ainsi qu'à toute sa
famille et les assurent, en cette
douloureuse circonstance, de leur
profonde sympathie.
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
Abdelraouf Abdelaziz,
Q'
Allah
le
Tout
puissant
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
accorde au
défunt
Sa
sainte
Régie publicitaire
miséricorde et l'accueille en Son
EL MOUDJAHID
divisionnaire
chargé
des
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
vaste paradis.
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service commercial
: 20, rue de la Liberté, Alger.
transports guides de la societe
«À Dieu nous appartenons et
à Dieu nous retournons.»
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
El Moudjahid/Pub
du 28/12/2016
vEriTAL
lui
presente
ainsi
-
Dinars : 605.300.004.413/14
S.O.S
-
Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
-
Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
qu’à
toute
la
famille
leur
-
Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Amar a besoin d’aide de bienfaisants pour
une intervention chirurgicale
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
sincères condoléances et les
assurent de leur profonde
sympathie en cette
douloureuse circonstance.
« À Dieu Nous appartenons et
a Lui Nous retournons »
Amar, atteint de tumeur pulmonaire, lance un
appel aux âmes charitables en vue d’une aide
financière afin qu'il puisse se faire opérer de
l'appareil respiratoire, et ainsi avoir une chance de
se rétablir de cette maladie.
Le malade est dans un état grave et a peu de
temps. Le coût de l'opération dépasse les
50 millions centimes suivant la facture établie par la
clinique privée qui a exigé le paiement de la somme
en totalité. Amar dit à propos de son état :« la
maladie m'a fait perdre mon travail car je suis
devenu invalide, incapable de faire le moindre effort
physique», en ajoutant «je sens des douleurs quand
je parle, je tousse » ...
Ayant un grand espoir quant à sa guérison, et
devant l'impossibilité de se faire opérer au niveau du
CHU de Blida, Amar explique que le médecin
traitant lui a expliqué la complicité d'une telle
intervention, sachant qu'il en avait déjà subi 5.
À la lumière de ce qui précède, Amar qui est un
démuni tel qu'il apparait dans la carte qu'il porte, n'a
trouvé d'autre issue que d’interpeller les âmes
charitables pour lui venir en aide. Dieu leur en sera
reconnaissant.
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation ..
N° de téléphone : 0553.08.70.27
El Moudjahid/Pub
ANEP 213890 du 28/12/2016
El Moudjahid/Pub
du 28/12/2016
Mercredi 28 Décembre 2016

Sports

21

EL MOUDJAHID

CLUBS DE L’ÉLITE

Le NA Hussein-Dey BOUCLE son recrutement

Le NA Hussein-Dey a déjà bouclé son recrutement hivernal, dix jours après l'ouverture de la deuxième période d'enregistrement, en consommant les cinq licences attribuées pour chaque équipe, a appris l'APS lundi auprès de ce club de Ligue-1 algérienne de football.

  • L e Guinéen, Mohamed Coum- basa, fut le premier joueur à avoir été engagé par le

NAHD qui a racheté son contrat de l'USM El Harrach, un autre pen- sionnaire de l'élite algérienne. Dans la foulée, le staff technique a décidé d'intégrer les deux joueurs, Ibrahim Ferhat et Hocine Laribi, dans l'ef- fectif officiel après avoir passé six mois à s'entraîner avec l'équipe. Les deux dernières licences ont été ac- cordées au Franco-Algérien, Mou- rad Satli, qui exerçait en Roumanie la saison passée, et Mehdi El Ouer- tani, un Algéro-Tunisien venu de la JS Kairouan (Ligue-1, Tunisie). Le NAHD, finaliste malheureux de la précédente édition de la Coupe d'Algérie, devient ainsi le premier

S ports 21 EL MOUDJAHID CLUBS DE L’ÉLITE Le NA Hussein-Dey BOUCLE son recrutement Le NA

club des deux Ligues profession- nelles à avoir terminé son recrute-

ment hivernal, alors que le Mercato prendra fin le 15 janvier prochain.

LITIGE

Les Sang et Or, auteurs d'un par- cours mitigé lors des dix premières journées de la phase aller du cham- pionnat, sont revenus en force au cours des cinq dernières. Ils ont ter- miné à la 7 e place la première manche en compagnie de l'USM Bel-Abbès avec 21 points chacun, accusant un retard de neuf unités sur le champion d'hiver, le MC Alger. Les protégés de l'entraîneur fran- çais, Alain Michel, affronteront mercredi le Paradou AC, champion d'hiver de la Ligue-2, pour le compte des huitièmes de finale de la Coupe d'Algérie. La partie aura lieu au stade communal de Dar El Beida (Alger).

Le CA Batna autorisé à rester au stade Sefouhi "sous conditions"

Le CA Batna est autorisé à terminer au stade Sefouhi l'exercice 2016-2017, à condition qu'il trouve une solution pour l'emplacement des ca- méras permettant la retransmission télévisée de ses matchs de championnat de Ligue-1, apprend- on de la Ligue de football professionnel. Le CAB a bénéficié, en début de saison, d'une dérogation provisoire pour accueillir à Sefouhi ses adver- saires. Cette dérogation a pris fin à l'issue de la phase aller du championnat, samedi. Du coup, il a été demandé à la direction du club de la capitale des Aurès de choisir un autre lieu de domicilia- tion ou de répondre aux exigences de l'instance footballistique en matière de retransmission sur le petit écran des rencontres programmées dans ce stade. Le CAB a retrouvé Sefouhi au milieu de l'exercice passé après la fermeture du stade 1er-Novembre pour travaux de réhabilitation. À l'époque, le club évoluait en Ligue-2.

Rouabah, l’entraîneur du Cab, renonce à sa démission

L'entraîneur du CA Batna, Toufik Rouabah, qui a annoncé sa démission samedi à l'issue du

BASKET-BALL/SUPER-DIVISION «A» (MISE À JOUR)

CS Gué de Constantine-GS Pétroliers aujourd’hui à Alger

Le GS Pétroliers disputera aujourd’hui mardi (15h00) au Gué de Constantine (Alger), un match de mise à jour du calen- drier du championnat d'Algérie de basket- ball, Super-Division A (poule 1), contre le CS Gué de Constan- tine. C'est le second match en retard des champions d'Algérie en titre, après celui joué vendredi face au PS El-Eulma (victoire 87-53). Le GS Pétroliers compte encore quatre matchs en retard après sa participation au championnat d'Afrique des clubs champions durant ce mois de décembre en Egypte. La Super-Division A observe une trêve hivernale jusqu'au 10 janvier 2017, en raison de la participation du "Cinq" national au champion- nat arabe des nations prévu du 28 décembre au 8 janvier en Egypte. Aujourd’hui mardi (15h00) :

S ports 21 EL MOUDJAHID CLUBS DE L’ÉLITE Le NA Hussein-Dey BOUCLE son recrutement Le NA

CS Gué de Constantine - GS Pétroliers

Classement :

Pts

J

1.

WO Boufarik

11

6

2.

NA Hussein-Dey

10

5

3.

PS El Eulma

9

6

4.

IRBBB Arréridj

8

5

5.

OMS Miliana

6

5

6.

CS Gué de Constantine

6

5

7.

COBB Oran

6

6

8.GS Pétroliers

4

2

S ports 21 EL MOUDJAHID CLUBS DE L’ÉLITE Le NA Hussein-Dey BOUCLE son recrutement Le NA

match face au RC Relizane (1-1) comptant pour la dernière journée de la phase aller de la

Ligue-1 algérienne de football, est revenu à de meilleurs sentiments, indique le président du club batnéen, Farid Nezzar. "J'ai eu une discussion avec lui au cours de laquelle j'ai réussi à le convaincre de renoncer à sa démission tout en lui exprimant mon soutien total", a déclaré Nezzar à la radio nationale. Rouabah, "déçu" par les résultats mitigés de son équipe a décidé de jeter l'éponge, déclarant préférer laisser sa place à un autre entraineur "ca- pable de provoquer le déclic". Le président du CAB, dont l'équipe a retrouvé l'élite cette saison, a assuré en outre que son entraîneur sera sur le banc mardi lors du match en déplacement contre le MO Béjaia, dans le cadre de la mise à jour du championnat. Rouabah avait déjà démissionné de son poste au milieu de la phase aller, avant d'y re- noncer quelques jours plus tard. Le CAB a terminé à la 10 e place la phase aller en compagnie du DRB Tadjenanet, CR Belouiz- dad, et JS Kabylie (14 pts), mais les ''gars des Aurès'' comptent un match en moins.

ANGLETERRE ( 18 e JOURNÉE)

David Moyes (Sunderland) revient à Old Trafford

La 18 e journée du cham- pionnat d'Angleterre de foot- ball prévue lors du traditionnel Boxing Day, lundi, verra deux bannis du foot anglais, David Moyes et Sam Allardyce, faire un retour très symbolique. Aujourd'hui, entraîneur de Sunderland (18 e ), Moyes re- viendra pour la première fois à Old Trafford après son limo- geage sans gloire de Manches- ter United en 2014. Allardyce, lui, fera son retour sur un banc, celui de Crystal Palace (17 e ), trois mois après le scandale qui lui a coûté son poste d'éphé- mère sélectionneur de l'Angle- terre. Le Boxing Day est une tradition, une institution en An- gleterre : c'est le lendemain de Noël et on y joue au foot. En théorie, Manchester United (6 e )

ne devrait faire qu'une bouchée des Black Cats. Les "Red De- vils" de Mourinho, qui sont sur une série de trois victoires consécutives, semblent enfin avoir trouvé la bonne carbura- tion après un automne pourri. Les matches de cette journée fériée au Royaume-Uni ont toujours un parfum de fête et le championnat connaît générale- ment une journée divertissante, souvent pleine de coups d'éclat et de surprises. Le leader Chelsea, qui reste sur onze victoire d'affilée, re- çoit Bournemouth (10 e ) sans le meilleur buteur (13) du cham- pionnat Diego Costa et sans son indispensable sentinelle N'Golo Kanté, suspendus. Le Manchester City de Pep Gua- diola, 3 e à sept longueurs de

Chelsea, reste sur une convain- cante victoire contre Arsenal (2-1) et se déplace chez la lan- terne rouge Hull. De son côté, Arsenal, 4 e à neuf points de Chelsea, devra absolument se relever contre West Bromwich Albion (8 e ) après avoir en- chaîné deux revers de suite (2- 1) contre Everton puis à Manchester City. Enfin, le deuxième du championnat sera privé de Boxing Day. Mardi, Liverpool, à six points de Chel- sea, accueillera le toujours dan- gereux Stoke (11 e ). Southampton-Tottenham conclura le programme mer- credi. Pour permettre aux Saints (7 e ) d'accrocher le bon wagon, ou aux Spurs (5 e ) d'y rester.

BÉCHAR

Mise en service de la piscine olympique en 2017

Le projet de la piscine olympique de Bechar sera réceptionné et mis en service au premier semestre de 2017, a-t-on appris lundi auprès de la direction locale du secteur de la Jeunesse et des Sports. Ce projet, qui a connu un retard

dans sa réalisation pour des raisons technique

et financière, depuis le lancement du chantier

en décembre 2012, renforcera les installations

sportives de la wilaya et permettra la promotion

et le développement de la pratique sportive de

la natation et d’autres sports nautiques, a-t-on

précisé. Cette infrastructure, avec son bassin de 50 mètres sur 25 mètres et ses servitudes, qui a

nécessité une autorisation de programme de 593 millions DA pour sa réalisation et son équipement selon les normes internationales, facilitera aussi l’organisation à l’avenir de com- pétitions de dimension nationale et internatio- nale dans la région, a-t-on souligné. Quatre piscines semi-olympiques seront également ré- ceptionnées dans le courant de 2017 dans la wi- laya, afin de promouvoir la discipline sportive de la natation et aussi de renforcer les structures de loisirs et les activités de jeunes dans la wi- laya, selon la même source.

NBA

Chicago dominateur

NBA Chicago dominateur Les San Antonio Spurs, emmenés par la Marcus Aldridge (33 points), ont do-

Les San Antonio Spurs, emmenés par la Marcus Aldridge (33 points), ont do- miné les Chicago Buls 119 à 100 di- manche dans l'une des cinq affiches au programme de Noël. Les Spurs ont offert à leurs supporters un premier quart-temps quasi parfait: après huit minutes, ils me- naient déjà de 20 points (28-8) et ont conclu la période avec une réussite au tir insolente (82,4%). Mais les Bulls ont laissé passer l'orage et sont revenus pro- gressivement au score pour passer même brièvement en tête en milieu de la 3 e pé- riode (70-67). Ce sursaut a été alimenté par Dwyane Wade (24 pts) et Jimmy But- ler (19 pts), mais les Spurs ont repris ra- pidement leurs esprits et fini la rencontre pied au plancher. Aldridge, Kawhi Leo- nard (25 pts, 10 rbds) et Parker, avec ses neuf points en dernière période, ont défi- nitivement assommé les Bulls qui leur avaient infligé début décembre leur pre- mière défaite en déplacement de la saison (95-91). Les Spurs ont enregistré leur 25 e victoire de la saison et sont revenus sur les talons de Golden State, battu plus tôt par Cleveland 109 à 108 dans la réédition de la finale 2016 (27 v-4 d). Les Bulls continuent de s'éloigner des play-offs avec cette quatrième défaite de suite : ils sont 9 e de la conférence Est avec 14 vic- toires et 16 défaites.

VOLLEYBALL- TOURNOI Un mini-championnat DE SEPT ÉQUIPES
VOLLEYBALL-
TOURNOI
Un mini-championnat
DE SEPT ÉQUIPES

La commune de Youb (Saida) abritera, mercredi prochain, un mini championnat de volley-ball pour les catégories des écoles et de jeunes, avec la participation de sept équipes de cinq wilayas du pays, a-t-on appris dimanche de la ligue de wi- laya de la discipline. Le président de la ligue, Sahnoun Mustapha a indiqué que cette compétition non-stop d’une seule journée, prévue à la salle omnisports du complexe sportif de proximité de la commune de Youb, re- groupera des équipes des wilayas d'El Bayadh, Naama, Mascara, Tiaret et Saida. Les wilayas d’El Bayadh et Saida partici- peront avec deux équipes à cette compé- tition qui entre dans le cadre du programme de la Fédération algérienne de volley-ball (FAVB), selon la même source. Organisée par le club amateur sportif de volley-ball "Chabab Youb" en collabo- ration avec la ligue de wilaya de Saida, cette manifestation sportive vise à former les jeunes et à créer une atmosphère de joie et compétitivité. Le club amateur de volley-ball "Chabab Youb" (Saida), fondé en 2004, compte plus de 110 sportifs de différentes catégories, selon son prési- dent, Yahia Merabet.

Mercredi 28 Décembre 2016

Sports

22

EL MOUDJAHID

TENNIS

L’ASSN DOMINE le Masters des seniors

2016

La Fédération algérienne de tennis (FAT) a organisé le Masters du circuit de développement et du circuit

fédéral-2016.

Le Tennis Club de Sidi Fredj (à Alger) a abrité la compétition des 15 ans et plus, en messieurs et dames. Cet important rendez-vous sportif du tennis national a été reporté d’une journée en raison du bulletin de météo qui annonçait de fortes chutes de pluie. Ainsi, la compétition qui se déroulait sur trois jours, fixée initialement au

  • 22 décembre, a donné son coup d’en-

voi le 23 décembre, et le Masters s’est poursuivi les 24 et 25 décembre, sur décision de la DTN. Pour ce qui est

des catégories des 8 ans et moins, 9 -

  • 10 ans, 11-12 ans et 13 -14 ans, gar-

çons et filles, les compétitions se sont déroulées au Tennis Club de Mansou- rah à Tlemcen, du 22 au 27 décembre et se termine donc aujourd’hui. La par- ticipation de ces catégories a été ou- verte aux 8 meilleurs tennismen et

tenniswomen qualifiés au circuit fédé- ral des 14 ans et ayant pris part à au moins à 4 étapes fédérales sur 6. Pour les catégories des 8 ans et moins, 9-10 ans, 11-12 ans, ont été retenus les meilleurs athlètes classés du circuit de développement et qui ont participé au moins à 4 étapes sur 6, selon le quota suivant :

  • - Centre : Six premiers du classe-

ment ; - Ouest : Quatre premiers du

classement ;

  • - Est : Quatre premiers du classe-

ment. Ont participé à ce Masters seniors 2016 (15 ans et plus), les 8 meilleurs joueurs et joueuses qualifiés du circuit fédéral des 15 ans et plus, vainqueurs et finalistes. Afin d’encourager les

meilleurs dans les catégories (10 ans et moins), (12 ans et moins) et (14 ans et moins), la FAT a prévu pour les vainqueurs une tournée à l’étranger dès l’année prochaine. Pour ce qui est de l’arbitrage, le juge-arbitre, Amine Bassaad, a dirigé les tableaux à Tlem- cen, alors que, Nassim Belazri, a été désigné pour le Masters seniors au Tennis Club Sidi Fredj. La compéti- tion s’est déroulée dans de bonnes conditions que se soit à Sidi Fredj ou Mansourah et les matches très dispu- tés. La finale du Masters du circuit fé- déral des15 ans et plus, messieurs, qui a eu lieu lundi 25 décembre 2016, à 10h00, au Tennis Club de Sidi Fredj, a opposé Mohamed Hassan (ASSN) à Youcef Ghezal (GSP). Ce dernier a dé- croché son ticket pour la finale suite à l’abandon de Mohamed El Amine Kerroum (GSP) alors qu'ils étaient à un set partout (4-6 / 6-2). Mohamed Hassan son protagoniste s'est imposé face à Hichem Yasri (RCB) (6-3 / 6-3). Ce sociétaire de l’ASSN s’est égale- ment imposé en finale face à son ad- versaire du GSP, Youcef Ghezal (6-4 /

7-6).

Chez les dames, la joueuse Amira Benaissa (ASSN), lors du match déci- sif face à Fatima Zohra Boukezzi (GSP), l’a remportée sur le score de 6- 0/6-2, décrochant haut la main le titre. Au vu des résultats réalisés, le Masters du circuit fédéral des 15 ans et plus, qui s’est déroulé au Tennis Club de Sidi Fredj-Alger, du 23 au 25 décem- bre 2016, a été dominé par l’Associa- tion de la sûreté nationale (ASSN) chez les messieurs comme chez les dames. Chez les jeunes (8 ans et moins, 9/10 ans, 11/12 ans et 13/14 ans) le masters en cours au Tennis Club de Mansourah s’achèvera au- jourd’hui. Le Masters-2016 clôture la saison sportive 2016, qui a vu l’organisation et le déroulement de 65 compétitions à travers le territoire national. À rap- peler que cette manifestation a été

sponsorisée

par

Chevrolet, transporteur officiel de la

FAT.

Mohamed-Amine Azzouz

LA LFP ET LA CNAS SUR LA MÊME LONGUEUR D’ONDE

Les clubs FACE à leurs responsabilités

La Ligue de football professionnel (LFP) et la Caisse nationale de sécurité sociale (CNAS) ont signé, mercredi dernier, au centre familial de la CNAS, à Ben Aknoun, un protocole d’accord portant la mise en œuvre des dispositions du décret 16.152 fixant l’assiette, le taux de cotisation et les prestations auxquelles ouvrent droit l’encadrement sportif et les sportifs des clubs professionnels.

  • M. Mahfoud Kerbadj, prési-

dent de la LFP et M. Tid- jani Hassan HADDAM,

Directeur général de la CNAS, ont

paraphé le document en présence du

  • M. Mohamed Raouraoua, président

de la Fédération algérienne de foot- ball . À la lumière de ce protocole, Les clubs sportifs s’engagent à respecter les textes de lois relatifs à la sécurité sociale, et à s’acquitter d’une ma- nière régulière l’ensemble des obli- gations régissant la sécurité sociale notamment en ce qui concerne la dé-

claration et le paiement des cotisa- tions dues. Ils s’engagent également à assainir la situation découlant de l’application du décret 16-152 du 23 mai 2016, fixant l’assiette, le taux de cotisation et les prestations de sécu- rité sociale auxquelles ouvrent droit l’encadrement sportif et les sportifs du club sportif professionnel. Tout comme ils seront tenus de respecter les droits individuels du personnel en matière de protection et de sécu- rité sociale. De son côté, la CNAS s’engage à porter assistance aux clubs sportifs professionnels de foot-

S ports 22 EL MOUDJAHID TENNIS L’ASSN DOMINE le Masters des seniors 2016 La Fédération algérienne

ball dans toutes leurs démarches de régularisation de leur situation vis- à-vis de la CNAS, et à faire bénéfi- cier les clubs sportifs professionnels de toutes les facilités et avantages accordés par les textes de lois en vi- gueur. La cérémonie a été précédée par une allocution de président de la FAF, du directeur général de la CNAS et du président de la LFP, ainsi que deux interventions de deux cadres de la CNAS en l’occurrence Madame Hind NESSAH, directrice

du recouvrement et du contentieux sur le thème : l’assujettissement des clubs sportifs professionnels, et M. Abdelhafid DJEGHRI, directeur des prestations sur les prestations de sé- curité sociale». Le DG de la CNAS s’est félicité de l’accord qui a sanc- tionné plusieurs séances de travail entre la CNAS et la LFP "afin d’aboutir à un consensus qui favori- sera toutes les parties concernées " .. Après avoir remercié la CNAS pour sa volonté et sa disponibilité à ré-

soudre le passif des clubs profes- sionnels au sujet de ce dossier, le Président de la FAF a déclaré que l’instance du football est résolue à mettre en œuvre des dispositions contraignantes afin d’appliquer le contenu du protocole d’accord. M. Kerbadj a indiqué pour sa part qu’à partir du 1 er janvier 2017, les clubs seront responsables de leur acte de gestion vis-à-vis de ce dossier. Il a signalé que la LFP et la CNAS se sont entendus sur le montant de la rémunération soumise à cotisation de sécurité sociale pour le club spor- tif professionnel. Il est déterminé et varie entre le SNMG et 15 fois le SNMG. En fin de la cérémonie, la LFP a remis à la CNAS un chèque de 32 milliards de centimes représentant les arriérés des clubs de l’année 2016. La LFP compte récupérer ce montant sur les droits de TV. Quant aux cotisations antécédentes à 2016, elles seront honorées selon un échéancier qui sera établi par chaque club en concertation avec la direction départementale de la CNAS.

LUTTE - FALA

Stage des moins de 16 ans (F et G) à Souidania

Une quarantaine d’athlètes de la sélection na- tionale des jeunes talents, cadets, des moins de 16ans (F et G), sont en stage au complexe sportif de Souidani en vue de préparer les Jeux Africains de la jeunesse prévus en Algérie en 2018. Ils pré- pareront aussi les Jeux Olympiques de la Jeunesse

qui auront en 2019 en Argentine. Ce stage qui du- rera une semaine sous la houlette du staff tech- nique de la FALA du président Rabah Chebbah. Ce dernier dira à ce sujet : «on est très optimistes par le déroulement de ce stage. On travaille depuis déjà trois ans sur le programme tracé en collabo-

ration avec le MJS relatif à la nouvelle politique sportive en Algérie. On peut dire que tout fonc- tionne comme prévu jusqu’ici. On est vraiment satisfait par le déroulement du stage et ses résul- tats ne peuvent être que très prometteurs».

H. G.

HANDBALL - MILA - 22 e TOURNOI INTERNATIONAL « ABDELHAFID-BOUSSOUF »

Affluence nombreuse

Le 22e tournoi international "Abdelhafid Boussouf" de handball seniors (dames), a débuté poursuivra aux deux salles omnisports de Mila et Ferdjioua, avec un match d'ouverture entre l'équipe de Mila et les Tunisiennes de Bizerte (27- 24), en présence d'une affluence nombreuse, a-t- on constaté. Organisé par la direction locale de la jeunesse et des sports (DJS) et la ligue locale de handball, ce tournoi regroupe huit (8) équipes ani- mant le championnat national d'Excellence, issus de plusieurs régions du pays. Il s'agit d'Akbou, et Ouzallaguen de Bejaïa, d'Oran, de Constantine,

et de Mila, en plus du club tunisien de Bizerte et la sélection nationale (U-20). Le coup dÆenvoi de cette manifestation qui se déroule simultané- ment au niveau des deux salles omnisports de Ben-Abderrahmane El-Taïb de la ville de Mila, et celle des frères Zaouet de la ville voisine de Ferdjioua a été donné par le secrétaire général de la wilaya de Mila. Le tournoi se déroule sous forme de mini-championnat, puis des matchs éli- minatoires, qui seront clôturés par une finale et des matchs de classement. De son côté, le prési- dent du club de Bizerte évoluant à la 2e division

tunisienne, a indiqué qu'il était "confiant" quant à un fructueux contact de ses jeunes handballeuses lors de ce rendez-vous. Au programme de cette première journée de compétition également le match qui opposera la sélection Oranaise (SRO) au club ASFAK de Constantine dans la salle om- nisports de Ferdjioua. Du côté des responsables de la formation nationale U-20 l'on assure que ce tournoi permettra "d'évaluer le niveau des inter- nationaux » appelés à confirmer leurs places en vue du championnat d'Afrique en Guinée prévu en juillet 2017.

DISTINCTION
DISTINCTION

Manuel Neuer meilleur gardien pour la 4 e fois consécutive

Manuel Neuer meilleur gardien pour la 4 fois consécutive La Fédération internationale de l'histoire du foot-

La Fédération internationale de l'histoire du foot- ball et des statis- tiques (IFFHS) a décerné le titre de meilleur gardien à l'Allemand, Ma- nuel Neuer, pour la quatrième fois consécutive. Le gardien du Bayern Munich devance l'Italien, Gianluigi Buffon, et le champion d'Europe portugais, Rui Patricio, en obtenant la majorité des votes d'experts du football issus de 56 pays. Chez les dames, la gardienne française, Sarah Bouhaddi, (Olympique de Lyon) a de- vancé l'Américaine, Hope Solo, sacrée lors des trois premières éditions de ce prix. À 30 ans, Bouhaddi a vécu une saison pleine avec son club (Ligue des champions et Championnat) mais a connu une nouvelle déception avec les Bleues aux JO de Rio (éli- mination en quarts contre le Canada).

ANDERLECHT

Hanni veut devenir « plus décisif »

L'attaquant international algérien d'Anderlecht (Div.1 belge de football), Sofiane Hanni, non satis- fait de ses performances a affirmé lundi qu'il sou- haitait devenir "plus décisif" avec son club. "Ce n'est pas mauvais, c'est n'est pas que je ne suis pas satisfait, mais je dois devenir plus décisif. Je dois améliorer mes statistiques. Plus de buts ou plus de passes décisives? Les deux! Comme tous les foot- balleurs, j'ai des qualités et j’ai des défauts, mais je dois les corriger !", a indiqué Hanni au site spécia- lisé belge walfoot. Hanni (26 ans) avait rejoint An- derlecht l'été dernier en provenance de l'autre formation belge du FC Malines pour un contrat de quatre ans. Le joueur algérien a inscrit 8 buts, toutes compétitions confondues depuis le début de la sai- son. "Je joue souvent à gauche, alors que je préfère jouer axial, mais c'est le coach qui me demande ça, et c'est mieux pour l'équipe. Il faut faire des sacri- fices", souligne Hanni.

S ports 22 EL MOUDJAHID TENNIS L’ASSN DOMINE le Masters des seniors 2016 La Fédération algérienne

Enfin, le natif d'Ivry-sur-Seine (France) a af- firmé que son plus beau moment en 2016 était "les prix individuels que j'ai pu gagner, et bien sûr ma signature avec Anderlecht". Hanni fait partie d'une présélection de 32 joueurs retenus par le coach na- tionale le Belge Georges Leekens en vue de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2017 au Gabon (14 janvier-5 février).

Décès du père de Chtini Mahrez

Le père de Chtini Mahrez (ex-membre fédéral de Fédération algérienne de volleyball), Chtini Mohamed, 91 ans, est décédé dans un hôpital parisien (France) après une longue maladie, le lundi 26 decembre 2016». L’enterrement aura lieu aujourd’hui après la prière du D’hor au cimetière EL KETTAR (Alger) Nous présentons à toute sa famille nos sincères condoléances en l’assurant, en cette pénible cir- constance, de notre profonde sympathie «Que Dieu le Tout-Puissant accorde au défunt Sa miséricorde et l’accueille En Son vaste paradis» « À Dieu nous appartenons, et à Lui nous retournons »

Sports 23 EL MOUDJAHID
Sports
23
EL MOUDJAHID

COUPE D’ALGÉRIE (8 es DE FINALE)

PAC-NAHD, CABBA-USMH et MCS-CRB

À L’AFFICHE

Ce tour qui a débuté hier se poursuivra aujourd’hui avec au menu quelques plats aussi alléchants les uns que les autres. Le face-à-face derby, qui aura pour cadre le stade Omar-Benrabah de Dar El Beida, entre le PAC et le NAHD, promet énormément.

  • I l est certain que le PAC, même s’il ne s’agit pas de son terrain fétiche, fera le maximum pour composter son bil-

let pour le prochain tour. On peut dire qu’il en a les moyens, comme il l’avait fait lors de l’édition précédente au stade de Bologhine devant l’USMA sur le net score de (3 à 1). Par conséquent, cette équipe qui caracole en tête de la Ligue-2 ne sera pas négligeable pour les poulains d’Alain Michel.

Il est vrai que les Sang et Or sont sur

une bonne voie, mais

Ils peuvent pro-

... fiter, cependant, de cette bonne passe pour tenter de continuer leur aventure dans la compétition. Il est certain que la bataille sera très rude entre les deux pro- tagonistes. Malin est celui qui pourra émettre un quelconque pronostic. À Bordj Bou Arréridj, le CABBA sera opposé à une équipe harrachie qui est sur une superbe remontée en championnat national de Ligue-1. Les bordjis vont tout faire pour profiter de leur avantage du terrain et faire la différence devant cette solide formation. Les locaux savent très bien que les Jaune et Noir ne sont pas fa- ciles à surprendre. Un match qui s’an- nonce assez équilibré, mais gare à l’excès de confiance. Le MCS de Mourad Rahmouni et de Moussouni partira avec les faveurs des pronostics, à Saïda. Néanmoins, les Be- louizdadis de Badou Zaki ne l’entendent de cette oreille. Il est vrai qu’après que la situation administrative du club s’est améliorée avec la désignation de Hadj Mohamed comme nouveau président, on peut dire que les Belouizdadis ne navi- guent plus à vue d’oeil. Cette embellie pourrait leur permettre de réaliser un bon résultat ; c'est-à-dire qu’ils sont capables de poursuivre leur aventure dans cette compétition. Cependant, cette joute pour- rait aller jusqu’aux prolongations.

Sports 23 EL MOUDJAHID COUPE D’ALGÉRIE (8 DE FINALE) PAC-NAHD, CABBA-USMH et MCS-CRB À L’AFFICHE Ce

Les Chélifiens face à des gradins vides, en raison du huis clos infligé à l’ASO, tenteront de passer l’écueil de cette équipe de l’US Tébessa qui évolue en championnat Amateur (groupe Est). Il faudra faire très attention du fait que cette équipe est allée jusqu’aux demi-finales lors de la précédente édition. Par consé- quent, cette formation tébessie ne sera

pas facile à amadouer. Il faudra une grande équipe de l’ASO pour espérer sor- tir indemne du « guêpier » tébessi. Il est clair que la qualification pour les quarts de finale ne sera pas de tout repos pour l’ensemble des protagonistes. À partir des quarts de finale tout sera plus clair.

HAMID G.

Programme

05 06 07 08
05
06
07
08

Le Mouloudia d'Alger, te- nant du titre et leader du championnat de Ligue Une, s'est logiquement imposé en huitième de finale de la coupe d'Algérie, hier au stade de Bo- loghine, face à la modeste for- mation de l'US Beni Douala par le score fleuve de 7 à 1. Sans trop forcer, les cama- rades de Hachoud ont fait l'es- sentiel en première période. Dans cette partie, tout à fait déséquilibrée, les protégés du coach Mouassa ont surtout fait valoir leur expérience. En effet, face à une naïve forma- tion de Beni Douala, qui pra- tique un beau football tout de même, le doyen a principale- ment géré les temps forts de la rencontre en faisant par ail- leurs preuve d'efficacité dans la phase conclusion. Le but inscrit en début de rencontre a beaucoup facilité la tâche au MCA. 2', Bougueche ouvre le score en reprenant de la tête le

MC ALGER 7 - US BENI DOUALA 1

L'expérience a PRÉVALU

Ph. : T. Rouabah
Ph. : T. Rouabah

corner de Hachoud. Pris de vi- tesse, les coéquipiers de H'mida, plutôt bons dans l'éla- boration des phases offen- sives, vont tenter de se ressaisir, mais ne parviennent pas à mettre en difficulté la défense adverse. 6', le tir loin- tain de Chouiter est bien capté par Châal. 20', la balle de Hanni est sortie en corner par Azzi. Les visiteurs croient en leurs chances et prennent de

plus en plus de risques pour tenter de revenir à la marque. Ils laissent cependant des es- paces aux joueurs du Moulou- dia qui n'en demandaient pas moins. 22', suite à un contre mené par Zerdab, Bougueche double la mise d'une belle re- prise de volée. 32', Zerdab, de la tête, porte le score à 3-0, mettant fin au suspense. Même scénario au retour du vestiaire. Les joueurs de

l'USBD tentent avec les moyens dont ils disposent de mettre en danger la défense adverse. De son côté, le MCA gère son avantage en essayant d'exploiter les erreurs des visiteurs, notamment dans la reconversion et le position- nement. Djemaouni aggrave la marque (47'), en reprenant un centre en profondeur de Kacem. 61', alerté par Der- rardjan dans la surface de ré-

paration, Boudebouda, seul

face à Azzaz, loge le cuir dans les filets en toute quiétude. 67', Zeghloul du plat du pied sauve l'honneur, en inscrivant l'unique but de l'USBD. 77', Azzi s'inscrit dans la liste des buteurs, en transformant le pe- nalty accordé par l'arbitre de la rencontre. 89', Kacem d'un tir lointain clôture le festival de buts. Le Mouloudia ter- mine ainsi d'une forte belle manière l'année 2016.

Rédha M.

SANCTIONS - JSMB

Quatre matchs à huis clos dont deux avec sursis

La JSM Béjaia (Ligue-2 algérienne de

football) a écopé de quatre matchs à huis

clos, dont deux avec sursis pour "agres-

sion envers l'arbitre-directeur par un sta-

dier en fin de partie", lors de la réception

du Paradou AC (défaite 2-1, ndlr) dans le

cadre de la 14 e journée du championnat,

a annoncé lundi la Ligue de football pro-

fessionnel (LFP) sur son site officiel.

Outre cette sanction, le club de "Yemma

Gouraya" devra s'acquitter d'une amende

de 200.000 DA, précise la même source.

La commission de discipline a également

infligé à l'USM El-Harrach (Ligue-1) un

match à huis clos et 200.000 DA

d'amende pour "jets des projectiles (bou-

teilles)" —récidive—, lors de son match

contre l'Olympique Médéa (0-0) qui s'est

joué vendredi dernier au stade 1 er -No-

vembre de Mohamadia pour le compte de

la 15 e journée de la compétition.

DANS LA LUCARNE
DANS LA LUCARNE

L'hôte est "Roi"

On ne le dira jamais assez, en football les relations inter-clubs occupent une place privilégiée pour sceller des rapports solides entre

les uns et les autres. À quoi sert une victoire ou une belle

performance, si on dira qu'elle a été acquise d'une manière contraire à l'éthique et à l’esprit sportif. On doit être très pointilleux sur les conditions que l'on doit offrir à l'adversaire lorsqu'on est l'équipe recevante. On est contraint de suivre les règles dites de bienséance, veiller à ce que l'équipe "visiteuse" ne manque de rien et l'explication finale se jouera sur le terrain ; le vrai, et non pas dans le vestiaire où l'on ne fait que changer ses vêtements, mais aussi échanger quelques bonnes paroles entre hôtes et visiteurs. Une façon de mieux se connaître pour que l'amitié et la sportivité sortent victorieuses de tous les malentendus, les incompréhensions et contrer tous ceux qui voudraient cultiver l'invective ou autres. C'est le vœu de tous. Car, avec de telles qualités, on ne peut qu'avancer dans la division où l'on se trouve. Malheureusement, les années passent et les faits négatifs, persistent. On avait vu par le passé des équipes locales offrir le vestiaire dans un état en deçà des espérances et de la décence elle-même. En effet, on avait mis (ou laissé volontairement) des excréments dans le vestiaire d’une équipe adverse, histoire de lui empester la vie, mais aussi pour lui montrer qu’elle n’était pas la bienvenue. C’est ce qui avait rendu le match pour le moins «électrique» entre les deux équipes, un geste manquant aux règles de correction, de la sportivité et du fair-play. De tels cas ont été aussi vécus par d’autres lors notre championnat national. Il est arrivé où l’équipe qui se déplace sente l’odeur intenable de l’urine qu’on aura fait couler sciemment. Des situations qui ne sont que le prélude ou l’aspect matériel et réel d’une violence latente. Car, l’équipe visiteuse voit en cette attitude négative un signe avant coureur de ce qui l’attendra sur le terrain. Et les dérapages alors sont le fruit du premier prétexte tendu pour éclater automatiquement. Il existe heureusement des cas où malgré le mauvais comportement des dirigeants locaux, les visiteurs n’ont pas pousser le bouchon plus loin au risque de déclencher des bagarres. C’est ce qui s’est passé à l’occasion de la 15 ème journée de Ligue-1, au stade 08-Mai 45 lors du derby de l‘est, entre l’ESS et le DRBT. Tout le monde pensait que cette rencontre fraternelle, entre deux équipes voisines, allait se dérouler dans les meilleures conditions possibles. Il n’y avait aucune raison pour que les choses dérapent ou que le DRBT, une équipe très sympathique, soit mal accueillie par les dirigeants des hauts-plateaux et notamment le président de l’ESS, Hassan Hammar. C’est vrai qu’il faut reconnaître que sur le terrain tout s’est déroulé normalement et le but de Djahnit était beau, même incontestable. Finalement, tout s’est passé dans le vestiaire des Tadjenantis —c’est du moins l’entraîneur du DRBT, Lamine Bougherara, qui avait dénoncé le mauvais comportement des Sétifiens en leur cédant, selon lui, un vestiaire indigne d’une équipe de Ligue-1—. Les dirigeants de ce club d’ailleurs ont appuyé leurs accusations par des photos montrant bien l’état dégradé du vestiaire du DRBT avec des détritus de toutes sortes. Le président de l’ESS avait justifié la situation par le fait que la gestion du club n’était pas de son ressort. Un argument qui ne peut convaincre personne. Car un bon vestiaire fait partie des conditions d’accueil respectables que le club organisateur est contraint de présenter le jour du match, sinon son stade ne peut être homologué pour le déroulement d’un match. C’est ce qu’avait exigé la CAF pour domicilier des matches dans l’enceinte du 08 mai 45 lors de la Ligue des champions d’Afrique, avant le match contre les Sundows d’Afrique du sud. Remettre toutes les défaillances sur le dos de la direction du stade ne peut être considéré que comme une fuite en avant. Hamar et l’ESS doivent prendre leurs responsabilités et surtout les assumer. Il faut garder l’esprit sportif quelles que soient les circonstances et surtout lorsqu’on est club organisateur. Tout justification est en soi un faux-fuyant impardonnable !

HAMID GHARBI

 

T

OPS

   
       
 

Leicester : Ranieri veut "stimuler" Mahrez

L'entraîneur de Leicester, Claudio Ranieri, a voulu

"stimuler" son attaquant algérien, Ryadh Mahrez, en le

laissant sur le banc lors de la défaite du champion en titre

contre Everton (2-0), lors de la 18

e

journée de la Premier

League.

"Il n'est pas en grande forme en ce moment et

je veux le stimuler",

a expliqué le technicien italien après

la défaite lors du Boxing Day. "Je ne le vois pas faire des

bonnes choses à l'entraînement et il doit donner plus pour

l'équipe. Je veux plus.", a continué Ranieri, alors que son

équipe occupe la 16

e

place, avec seulement trois points

d'avance sur le premier relégable, Sunderland. L'entraî-

neur, qui devait déjà se passer de Jamie Vardy suspendu

n'avait pas inclus Mahrez, élu joueur de l'année la saison

passée, dans son onze de départ.

 
ATTENTAT DE BERLIN M. SELLAL SIGNE LE REGISTRE DE CONDOLÉANCES Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a

ATTENTAT DE BERLIN

M. SELLAL SIGNE LE REGISTRE DE CONDOLÉANCES

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a signé, au siège de la résidence de l'ambassadeur d'Allemagne à Alger, au nom du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, le registre de condoléances suite à l'attentat terroriste qui a ciblé un marché de Noël à Berlin.

«N ous avons appris avec affliction

la tragédie qui a endeuillé le

peuple allemand ami, suite à

l'attaque odieuse qui a ciblé un marché de

Noël et qui a fait plusieurs victimes», a écrit

M. Sellal dans le registre. Et d'ajouter :

«Nous condamnons cet acte inhumain et

réaffirmons la nécessité d'avancer sur la

voie de la lutte contre le terrorisme transna-

tional qui représente désormais une vérita-

ble menace pour la paix et la sécurité dans

le monde. En cette pénible circonstance,

nous présentons à la République fédérale

d'Allemagne, peuple et gouvernement, au

nom du Président de la République, M. Ab-

delaziz Bouteflika, et au nom du gouverne-

ment et peuple algériens, et en mon nom

personnel, nos condoléances les plus attris-

tées et notre profonde compassion, priant

pour que les familles des victimes puissent

surmonter cette épreuve.»

ATTENTAT DE BERLIN M. SELLAL SIGNE LE REGISTRE DE CONDOLÉANCES Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a

DÉCÉDÉ À L’ÂGE DE 89 ANS

Le moudjahid Ramdane Ben Ramdani enterré hier à Ighil Imoula

SOLIDARITÉ

Le président et les membres du Conseil constitutionnel cèdent 10% de leurs salaires

Le président et les membres du Conseil

constitutionnel ont décidé de céder 10% de

leurs salaires au profit du Trésor public, a

indiqué un communiqué de cette institu-

tion. Cette décision qui entre en vigueur «à

partir de janvier 2017» se veut «un geste

de solidarité, dans le cadre de la conjonc-

ture économique difficile que traverse

notre pays», a précisé la même source. Le

président de l'Assemblée populaire natio-

nale (APN), Larbi Ould Khalifa, avait dé-

cidé, lui aussi, de céder le même taux de

son salaire au profit du Trésor public.

NOUVEL AN

La journée du dimanche 1 er janvier chômée et payée

La journée du dimanche 1 er janvier sera

chômée et payée pour l'ensemble des person-

nels des administrations publiques, y compris

les personnels payés à l'heure ou à la journée,

à l'occasion du nouvel an, a indiqué, hier, un

communiqué de la direction générale de la

Fonction publique et de la réforme adminis-

trative. Les personnels exerçant en travail

posté sont, toutefois, tenus d'assurer la conti-

nuité du service, précise la même source.

(APS)

Une foule nombreuse a accompagné, hier, la dépouille du moudjahid Ramdane Ben Ram- dani à sa dernière demeure, au cimetière de son village natal, Ighil Imoula, une quarantaine de kilomètres au sud du chef-lieu de wilaya. Les autorités locales ainsi que d’anciens moudjahi- dine, fils de chahids et citoyens du village natal du défunt sont venus rendre un dernier hom- mage à ce valeureux moudjahid ayant participé activement à l’opération de tirage de la Procla- mation du 1 er Novembre 1954 qui s’est déroulée au village Ighil Imoula. Le défunt, décédé lundi

dernier à l'hôpital de Tizi Ouzou, à l'âge de 89 ans, originaire de ce village révolutionnaire où avait été ronéotypée la première proclamation de l’Algérie en guerre contre la France colo- niale, il était chargé par le défunt moudjahid Ali Zamoum et le colonel Mohamedi Saïd de rame- ner la ronéo et la machine à écrire qui ont servi à la rédaction et au tirage de l’appel au peuple et à l’opinion internationale annonçant le dé- clenchement de la lutte armée pour la libération de l’Algérie, selon les témoignages d’anciens combattants et les écrits des historiens. Il a éga-

lement fait partie des 19 villageois ayant été chargés par les responsables de l’opération de

tirage en plusieurs centaines d’exemplaires de cette proclamation, de faire du tapage sur la pla- cette du village Ighil Imoula, en organisant une tombola pour couvrir le bruit généré par la ronéo afin de ne pas attirer l’attention des gardes champêtres et des traîtres. Le défunt a occupé après l’indépendance le poste de direc- teur des moudjahidine à Tizi Ouzou.

Bel. Adrar

MDN

Destruction de deux casemates à Boumerdès

«Dans le cadre de la lutte antiterroriste,

un détachement de l’Armée nationale popu-

laire a détruit, le 26 décembre 2016 à Bou-

merdès (1 re Région militaire), deux

casemates pour terroristes», précise la

même source. Par ailleurs, et dans le cadre

de la lutte contre la contrebande et la crimi-

nalité organisée, un détachement de l’ANP

et des éléments de la Gendarmerie natio-

nale, en coordination avec des éléments des

Douanes, «ont arrêté, à Sidi Bel-Abbès et

Oran (2 e Région militaire), quatre narcotra-

fiquants et saisi 57,5 kilogrammes de kif

traité, tandis que 2.700 litres de carburant

ont été saisis à Tlemcen». D’autre part, des

détachements de l’ANP «ont saisi, à Bordj

Badji Mokhtar et In Guezzam (6 e Région

militaire), un camion, dix tonnes de denrées

alimentaires et six détecteurs de métaux»,

souligne le communiqué du MDN.

ORAN

Une caravane dédiée à la formation et aux métiers

Une caravane de sensibilisation des jeunes aux opportunités de for- mation et à l’importance des métiers sera lancée, le 8 janvier prochain à Oran, sous le slogan «Chaque métier enseigné peut changer le cours d’une vie», a-t-on appris auprès des organisateurs. Cette action de proxi- mité, qui se poursuivra jusqu’au 25 janvier, est organisée par la Chambre d’artisanat et de métiers (CAM), les directions du tourisme et artisanat, de la poste et des TIC, de l’éducation nationale, de la jeunesse et sports et des dispositifs de soutien de l’emploi, a-t-on appris auprès de la direc- tion de wilaya de la formation et de l’enseignement professionnels de la wilaya. La caravane devra sillonner toutes les daïras de la wilaya pour se rapprocher des jeunes des zones éloignées pour les sensibiliser sur les

  • C OMMENTAIRE

l Les ambitions prussiennes de notre voisin de l’Ouest

ne sont pas une vue de l’esprit, comme vient de le

manifester de manière publique l’une de ses

opportunités de formation et de qualification pour l’exercice d’un métier, selon les exigences et les besoins du marché local. Il s’agira également d’informer les jeunes par le biais d’expositions et de remise des dépliants et autres prospectus, a souligné le conseiller principal de la DFEP, Bouzid Laïd. Durant cette manifestation, des animateurs recevront des diplômés du secteur de la formation pour les initier aux méthodes de création d’en- treprises en vue de leur insertion et accompagnement professionnels. Des modèles de microentreprises versées dans les domaines du tourisme, de l’artisanat et des TIC seront présentés, ainsi que les mécanismes de sou- tien et d’accompagnement accordés au titre des dispositifs de l’emploi de jeunes. (APS)

ATTENTAT DE BERLIN M. SELLAL SIGNE LE REGISTRE DE CONDOLÉANCES Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a
ATTENTAT DE BERLIN M. SELLAL SIGNE LE REGISTRE DE CONDOLÉANCES Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a

HOSTILITÉ

principes d’une grande clarté, universellement reconnus,

consacrés aussi bien par l’Organisation des Nations unies

que par l’Union africaine, qu’on est accusé par le makhzen

formations historiques. En déclarant que la «Mauritanie

est une terre marocaine et les enclaves du Maroc s’étendent

de Sebta au fleuve Sénégal», le secrétaire général du parti

DÉCLARÉE

de vouloir disposer d’un accès sur l’Océan atlantique ou

tout bonnement de le jalouser !

Notre pays ne connaît pas la duplicité. Avec nos voisins

Istiqlal ne formule pas un quelconque nouveau fantasme

du royaume, mais réaffirme une position qui est

consubstantielle à sa charte fondatrice. Donc, ni le Roi ni

ses courtisans n’ignorent une telle idée qu’ils n’ont jamais,

les uns comme les autres, tenu à combattre ou à dénoncer.

Si aujourd’hui le roi Mohammed VI envoie son Premier

ministre à Nouakchott, pour tenter d’éteindre l’incendie,

c’est parce que les Mauritaniens ont réagi vivement,

estimant, à juste-titre d’ailleurs, qu’une telle attitude n’est

rien d’autre qu’une atteinte manifeste à leur souveraineté

et à leur indépendance, et donc une provocation très grave.

Plus, le parti présidentiel exige que «tous les leaders de

l’Istiqlal et les élites du Maroc présentent des excuses à la

population mauritanienne» et menace d’ouvrir une

ambassade de la République arabe sahraouie

démocratique. Du reste, c’est ce que ces derniers auraient

dû faire depuis longtemps, car ils ne peuvent pas dire qu’ils

ne savaient pas que le Maroc, non seulement a mis trop

longtemps pour reconnaître officiellement leur

indépendance en exhibant les mêmes arguties, mais en

occupant, en 1975, le Sahara occidental (qu’il a partagé au

départ avec eux). Cela veut dire tout simplement qu’ils sont

dans le viseur d’une monarchie résolument expansionniste

et ont, par conséquent, toutes les raisons de s’inquiéter de

cette hostilité déclarée.

Cette stratégie de la tension avec le voisinage traduit une

impasse politique structurelle due à l’archaïsme d’une

monarchie moyenâgeuse qui veut encore tromper

l’extérieur en prêchant des reformes artificielles et en

faisant miroiter aux populations marocaines un

improbable développement qui résulterait de son

occupation par la force du Sahara occidental présenté

comme ses «provinces du Sud», provinces, comme on vient

de le constater, extensibles à souhait. Et c’est parce que

notre pays ne partage pas cette vision typiquement

coloniale, ni cette stratégie conflictuelle, en défendant des

comme avec nos partenaires, nous défendons des principes

et des intérêts. Forcément, il existe des convergences et des

divergences et nous préférons aplanir ces dernières autour

d’une table, par le dialogue direct et serein, dans le respect

de la dignité de chacun, quand il s’agit de relation

bilatérale. La question du Sahara occidental est coloniale,

n’est pas bilatérale, et relève des Nations unies qui ont

prévu un référendum d’autodétermination que le Maroc

bloque depuis longtemps, encouragé sans doute par des

pays et des lobbies qui ne veulent pas du bien à notre région.

La tension et la torsion, le fait accompli, le double langage,

la surenchère, la provocation sont des attitudes agressives

d’un autre âge, gaspillage d’énergie et perte de temps. Le

sens des responsabilités exige de la constance dans la

défense des principes, la retenue en toute circonstance et le

plein respect des engagements contractés pour être

crédible.

Cherif Jalil