Vous êtes sur la page 1sur 24
VENDREDI 25 JUIN 2010 QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 1245 PRIX 20 DA De nos 10
VENDREDI 25 JUIN 2010
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 1245 PRIX 20 DA
De nos 10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud
On prépare l’après-Saâdane
Khalef ou Madjer
futur sélectionneur
Benchikha
dans le staff
Kaoua
entraîneur des
gardiens de but
Belmadi
manager
général
Kourichi
superviseur
en Europe
Khalef
Les Verts de retour
Les Verts de retour
Les Verts de retour
Les Verts de retour
Les Verts de retour
Les Verts de retour
«Saâdane n’est
pas à blâmer»
aujourd’hui
aujourd’hui
aujourd’hui
aujourd’hui
aujourd’hui
aujourd’hui
Guy Roux : «Cherchez en Kabylie,
vous trouverez d’autres Zidane»
Belhadj : «Je quitte
Portsmouth pour un
grand club»
Zamorano : «Vous avez
besoin d’un buteur»
Papin : «L’Algérie dominera
l’Afrique dans les années à venir»
Hambourg
veut Bougherra
0 2 De nos 10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud Farid Farid Aït Saâda

02

De nos 10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud Farid Farid Aït Saâda Zouaoui
De nos
10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud
Farid
Farid
Aït Saâda
Zouaoui
Mohamed Saâd
Mohamed
Saâd
Nacym Redouane Madjid Samir Mourad Adlène Yacine Djender Bouhanika Aït Abdallah Bechir Hachemi Chouial
Nacym
Redouane
Madjid
Samir
Mourad
Adlène
Yacine
Djender
Bouhanika
Aït Abdallah
Bechir
Hachemi
Chouial
Selhani

manager général. Noreddine Kou- richi, dont le nom revenait avec force insistance depuis des mois, sera chargé du suivi des interna- tionaux évoluant en Europe. A confirmer.

Khalef ou Madjer pour succéder à Saâdane

Pour succéder à Saâdane, deux noms sont à retenir : Mahieddine Khalef et Rabah Madjer. Le premier avait déjà émis publiquement son vœu de reprendre la sélection, et il bénéficie, rappelle une source sûre, de l’appui de Mohamed Raouraoua. Une certaine réciprocité existe donc dans ce dossier. Des parties, par contre, haut placées, nous précise-t- on, voudraient plutôt placer Rabah Madjer. A l’heure qu’il est, aucune décision n’a été prise et il va falloir sans doute attendre encore quelques semaines avant d’en savoir un peu plus sur ce dossier. Ce qui est une certitude, c’est que l’option d’un entraîneur étranger n’est pas d’actualité. Affaire à suivre.

Samir B.

Ce n’est pas cela qu’on veut entendre monsieur Saâdane

L ors de la conférence de

presse tenue juste après

l’élimination des Verts

face aux Etats-Unis, le

sélectionneur national a une fois de plus évoqué l’altitude qui a, selon lui, énormément gêné l’évo- lution des joueurs qui en ont beaucoup souffert. Cette histoire d’altitude est devenue tellement drôle qu’on n’éprouve même pas l’envie de commenter les propos du sélectionneur national. N’a-t-il pas opté pour un site en altitude (Crans-Montana) pour préparer ce Mondial ? De quoi se plaint-il alors ? Et puis, sachez que les Etats-Unis, qui nous ont été nettement supérieurs physi- quement, ne se sont pas préparés en altitude. Ils ont choisi un site au niveau de la mer, et jamais leur entraîneur n’a évoqué cette ques- tion pour justifier quoi que ce soit. Alors de grâce, qu’on cesse de parler de ce phénomène pour justifier nos carences tactique et technique. Car si nous avons raté la qualification au second tour, qui était largement à notre por- tée, c’est parce qu’on n’a pas su comment se comporter tactique- ment sur le terrain, c’est parce qu’on n’a pas su trouver les solu- tions quand il le fallait, c’est parce qu’on a manqué de courage dans les décisions. On aurait aimé que Saâdane nous explique ses chan- gements, l’utilité de remplacer Djebbour par Ghezzal, poste pour poste, ou encore celui de remplacer Ziani par Guedioura, comme si l’on menait au score, alors qu’on avait besoin d’inscrire deux buts. On aurait aimé qu’il nous explique pourquoi il a laissé sur le banc le seul joueur qui pouvait faire la différence à un contre un, Boudebouz en l’occur- rence, ou pourquoi il n’a pas tenté le tout pour le tout en alignant deux attaquants de pointe, puisque de toute les manières, un match nul ou une défaite, c’était kif-kif. On aurait aimé que le sé- lectionneur national trouve une solution pour animer le jeu der- rière les attaquants, pour les ali- menter en bons ballons, et non les laisser esseulés pour les poin- ter du doigt par la suite et leur endosser la responsabilité de cette stérilité offensive. C’est sur ces su- jets-là qu’on aurait aimé vous en- tendre monsieur Saâdane, et non pas sur cette histoire d’altitude qui nous fait plutôt marrer quand elle ne nous étouffe pas.

B. M.

avec l’entraîneur argentin, Hector Cuper. Ce dernier nous l’avait confirmé lors d’un entretien que nous avons eu avec lui en Grèce où il exerce actuellement et ce, en dépit des certitudes (? !) de Raou- raoua qui affirmait de son côté n’avoir ja- mais contacté de technicien. Quoi qu’il en soit, le dé- part de Rabah Saâ- dane n’est pas un secret de Polichinelle à la FAF. On parie que d’ici quelques jours, les noms de potentiels suc- cesseurs se bousculeront au portillon.

L’actuel staff ne sera pas reconduit

Rabah Saâ- dane emmè- nera son

staff avec lui. Ni Djel- loul, ni Bel- hadji, encore moins Kebir ne seront maintenus. Ayant évo- lué dans le cocon de Rabah Saâ- dane en dépit des contestations venues de toutes parts, les «trois mousquetaires» s’en iront donc dans le sillage de leur patron. Mo- hamed Raouraoua souhaite un nouvel organigramme au staff technique avec une nouvelle com- posante humaine. De nouveaux noms sont avancés. Que du beau monde en perspective ! Wait and see.

Benchikha, Kaoua, Kourichi et Belmadi dans le nouveau staff

Selon des indiscrétions, Moha- med Raouraoua a pensé à tout. Il a déjà coché les noms des techni- ciens qu’il voudrait avoir dans le nouveau staff. Que des noms connus. Abdelhak Benchikha, l’actuel sélectionneur des U-23 et de la sélection A,’ est pressenti comme assistant. Abdennour Kaoua, l’entraîneur des gardiens de but des U-23 et des A’, devrait

être lui aussi intégré. L’ex-meneur de jeu des Verts, Djamel Belmadi, devrait, lui, occuper le poste de

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

L’après-Saâdane a déjà commencé

Khalef ou Madjer

pour lui succéder

L’ Algérie a fait son

au revoir à

l’Afrique du Sud

mercredi à l’is-

monde a donc choisi de fêter ça comme il se doit autour d’un dîner-confidence qui a vu Saâ- dane lâcher le morceau.

Il l’annoncera à Raouraoua à la mi-juillet

Rabah Saâdane attendra le retour du président de la fédération de l’Afrique du Sud (il y restera jusqu’au 13 juillet) pour lui annon- cer sa décision de ne pas rempiler. De toute façon, son contrat expire à la fin du mois. Rabah Saâdane, lui, est attendu ce soir. Il devrait partir en vacances juste après pour une destination inconnue.

Son au revoir aux joueurs, un indice qui ne trompe pas

Ayant eu sans doute le sentiment que c’était la dernière fois qu’il re- verrait ses joueurs, Rabah Saâdane

a pris le soin de les saluer un par un à la fin du match USA-Algérie. Un indice de plus qui vient renforcer cette conviction sur le départ de Saâdane à l’issue de ce match.

Il est pressenti aux Emirats arabes unis

Le départ de Rabah Saâdane de la barre technique des Verts ne veut nullement dire qu’il tirera sa révé- rence. Selon des indiscrétions, le désormais ex-sélectionneur des Verts est pressenti du côté des Emi- rats arabes unis. C’est en tous les cas ce qu’avancent des indiscrétions qui confient que Saâdane avait tout offi- cialisé lors de son séjour là-bas qui avait coïncidé avec la réception donnée en son honneur après sa nomination Meilleur entraîneur arabe de l’année. Il ne resterait plus qu’à divulguer au moment voulu le nom du club ou de la sélection en question. Affaire à suivre.

Raouraoua s’est projeté vers l’avenir

Bien qu’il ne l’ait pas encore ren- contré, Mohamed Raouraoua sait d’ores et déjà que Rabah Saâdane ne resterait pas. Le contraire aurait in- cité la FAF à proposer une prolon- gation de contrat au sélectionneur bien avant le début de la campagne mondiale, comme l’ont fait la plu- part des fédérations avec leurs sé- lectionneurs respectifs. La FAF s’était déjà mise depuis un moment

à la recherche d’un potentiel succes- seur à Saâdane. L’on avait d’ailleurs, à ce propos, évoqué des contacts

sue de sa défaite

(1-0) face aux USA. Après trois matches, les Verts repartent donc avec un bilan mitigé, à la limite, piteux. 2 défaite et 1 match nul aux reliefs de succès face à l’An- gleterre. 2 buts encaissés, 0 but de marqué. Saâdane peut tirer sa ré- vérence ! Avec le sentiment, di- sait-il, d’avoir réussi «un Mondial honorable». Le coach s’en ira donc. On retrouvera un nouvel entraîneur à la tête de la barre technique des Verts à la rentrée le mois de septembre prochain. Rabah Saâdane l’a insinué mer- credi en conférence de presse après cet USA-Algérie. Il n’a pas voulu en dire plus, précisant que sa réponse, il l’a réservait au prési- dent de la fédération à qui il doit, disait-il, «la primauté d’être mis au courant de sa décision. On en par- lera au moment voulu», a précisé le «cheikh» qui a donc laissé en- tendre qu’il ne rempilerait pas. C’est du moins ce qu’on a compris à travers ses remerciements à tout le monde pour «cette belle aven- ture humaine», se réjouit-il. L’après-Saâdane a donc commencé au coup de sifflet final de Franck de Bleeckere, l’arbitre belge de cette rencontre. Si Saâdane disait ne pas avoir communiqué sa déci- sion de s’en aller ou de signer pour un autre bail à Raouraoua, il n’en demeure pas moins que celui- ci se serait déjà mis, dans les cou- lisses, à la recherche d’un nouvel entraîneur. Un gros calibre, nous dit-on, avec toute la réserve qui doit être mise dans ce cas.

Son départ,

une certitude

En attendant donc cette fa- meuse rencontre entre Saâdane et Raouraoua qui officialisera son départ, le premier nommé n’a pas omis pour autant de se confier à ses assistants. A ceux-ci, il a révélé que cet USA-Algérie était son der- nier match à la tête des Verts. Il le leur devait bien après tout ce temps-là. La nuit de mercredi à jeudi était donc la dernière que l’encadrement des Verts aura pas- sée ensemble. Tout ce beau monde s’en ira chacun de son côté de retour à Alger. Exit le staff ad- ministratif et médical, qui sera en principe reconduit, les assistants de Saâdane, quant à eux, ne ris- quent pas de rester. Tout ce beau

Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
0 3 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010 Les techniciens votent Madjer La

03

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

Les techniciens votent Madjer

La troisième rencontre des Verts disputée mercredi à Pretoria contre les USA dans cette 19 e édition du Mon- dial aura été la dernière pour le sélectionneur natio- nal, Rabah Saâdane. Bien qu’il ne l’ait pas annoncé lors de la conférence de presse d’après-match, préférant d’abord le dire à Raouraoua, Saâdane aura déjà pris la décision de partir. Les responsables de la FAF devront d’ores et déjà lui chercher un successeur. Le débat entre l’entraîneur étranger et local est lancé. Mais la majorité des techniciens et anciens joueurs que nous avons contactés privilégient le choix de l’entraîneur local. Le nom de l’entraîneur qui revient le plus est in- contestablement Rabah Madjer.

qui revient le plus est in- contestablement Rabah Madjer. Kermali «Je suis pour la stabilité» Pour

Kermali «Je suis pour la stabilité»

Pour l’ancien sélectionneur des Verts, Abdelhamid Kermali, les succès de la sé- lection sont tous liés à l’en- traîneur local : «Moi, personnellement, je sou- haite que Saâdane reste pour assurer la stabilité. Mais après que celui-ci eut décidé de partir, il faut lui trouver un successeur le plus rapidement possible. Je suis pour la désignation d’un entraîneur local et garder le staff technique actuel qui assurera l’homogénéité entre les joueurs et le nouvel en- traîneur.»

local et garder le staff technique actuel qui assurera l’homogénéité entre les joueurs et le nouvel

Belloumi «Il nous faut un grand entraîneur étranger»

Lakhdar Belloumi pense que l’Al- gérie a besoin d’un grand entraîneur étranger qui nous mènera au pro- chain Mondial au Brésil. «Saâdane a beaucoup donné à la sélection, nous devons le remercier en dépit de plu- sieurs points négatifs. Il est temps de chercher un entraîneur d’envergure qui soit à la hauteur de la sélection algérienne. Nous avons confiance en la personne de Raouraoua qui devra ramener un grand entraîneur qui sera à la hauteur des grands défis qui attendent notre équipe à l’avenir. Il sera secondé par un ancien international algérien qui l’aidera à s’adapter. Il lui servira de guide et l’aidera à comprendre la mentalité du joueur algérien», dira Belloumi.

à s’adapter. Il lui servira de guide et l’aidera à comprendre la mentalité du joueur algérien»,

Amani

«Benchikha

et

Menad

pour succéder à Saâdane»

Contrairement à plusieurs techni- ciens, l’ancien international Djamel Amani pense qu’il faut faire confiance à l’entraîneur local : «La mentalité du joueur algérien est difficile et son tem- pérament ne le comprend qu’un en- traîneur algérien. On a vécu déjà l’expérience avec des entraîneurs étrangers qui n’ont même pas réussi à nous qualifier à une phase finale de la Coupe d’Afrique. Il est plus judicieux de faire confiance aux compétences locales. A mon avis, Benchikha est le sélectionneur qu’il faut pour les Verts avec un staff élargi, dont Djamel Menad qui connaît parfaitement le football algérien.»

qu’il faut pour les Verts avec un staff élargi, dont Djamel Menad qui connaît parfaitement le

Saïb «Les compétences locales, ce n’est pas ce qui manque»

L’ancien international Moussa Saïb pri- vilégie, de son côté, la piste du sélec- tionneur étranger à condition que ce dernier soit de la classe mondiale et non pas un entraîneur qui fera recu- ler la sélection. «Je suis pour l’idée de confier la barre technique de la sélec- tion à un entraîneur étranger, après que Saâdane eut décidé de se retirer. Mais à condition qu’il soit un entraîneur de la classe mondiale capable d’assurer la continuité de ce qui a été réalisé jusque- là. Si les moyens de la fédération ne le permettent pas, il vau- dra mieux faire confiance à l’entraîneur local puisque les gens compétents, ce n’est pas ce qui manque, qui ne demandent que de la considération», explique l’ancien joueur auxerrois qui pense, lui aussi, qu’un ancien international sera bien indi- qué pour le poste d’adjoint.

joueur auxerrois qui pense, lui aussi, qu’un ancien international sera bien indi- qué pour le poste

Menad «Je suis favorable à un staff local élargi avec Madjer à sa tête»

«Je pense qu’il est temps de donner la chance à certains anciens joueurs qui ont prouvé leurs compétences avec les clubs et d’autres sélections. Nous devons opter pour un staff technique élargi composé d’anciens joueurs possédant des diplômes. Chaque joueur apportera son idée et sa pièce à l’édifice dans l’intérêt de la sélection. Je pense que Madjer est le mieux indiqué pour conduire le staff élargi.»

dans l’intérêt de la sélection. Je pense que Madjer est le mieux indiqué pour conduire le

Assad «Le peuple algérien a perdu confiance de l’entraîneur local à cause des dirigeants»

L’ancienne star de l’Equipa nationale affirme, pour sa part, que l’expérience de l’entraîneur étranger a échoué par le passé et qu’il faut éviter de tenter à nouveau. Mais qu’il faut donner la chance à l’entraîneur local qui a prouvé ses compétences à plusieurs reprises : «Maintenant que le Mon- dial est terminé pour nous, c’est le moment des bilans. Il ne faut pas de- mander des comptes seulement à Saâdane qui, à mon avis, a commis plusieurs erreurs tactiques, mais c’est tout le monde qui est concerné. Il faut nettoyer l’environnement et éliminer tous les intrus. Il faut ramener des dirigeants compétents dont la mis- sion est de redorer le blason de l’entraîneur local et le récon- cilier avec le peuple algérien après que les anciens responsables eurent terni son image. Je suis avec l’entraîneur local même si je suis persuadé que les responsables vont pri- vilégier la piste de l’entraîneur étranger après le départ de Saâ- dane.»

que les responsables vont pri- vilégier la piste de l’entraîneur étranger après le départ de Saâ-

Drid «Raouraoua doit faire confiance à Madjer»

«Je suis contre l’idée de revenir à l’en- traîneur étranger, mais continuer avec un coach local. Pour moi, Mad- jer est le mieux indiqué pour succé- der à Saâdane. Et si j’étais à la place de Raouraoua, je lui ferais confiance sans hésitation aucune et l’annoncer dans les meilleurs délais. Madjer a beaucoup donné pour la sélection en tant que joueur et est capable de donner plus en tant qu’en- traîneur. Les mentalités ont changé et Madjer a beaucoup appris, il a beaucoup de choses à donner à l’équipe.»

traîneur. Les mentalités ont changé et Madjer a beaucoup appris, il a beaucoup de choses à

Osmani «Rajevic devra réussir en Algérie»

L’ancien gardien de but des Verts souhaite, de son côté, que la Fédéra- tion algérienne trouve un grand en- traîneur étranger capable d’emmener cette équipe très loin. L’ex-Sétifien af- firme que le sélectionneur serbe du Ghana, Rajevic, est le coach le mieux indiqué pour succéder à Rabah Saâ- dane : «Nous avons besoin d’un grand entraîneur pour assurer la continuité. Pour moi, Rajevic est le sélectionneur le mieux indiqué pour ce rôle. Il l’a prouvé avec les résultats qu’il a réalisés avec le Ghana. Bien que cette équipe ait connu une période de transition et une opération de renouvellement d’effectif, il a réussi à la qualifier à la CAN et proposé un vi- sage séduisant. Actuellement, le Ghana est qualifié aux hui- tièmes de finale de la Coupe du monde. Je suis persuadé qu’il réussira en Algérie surtout avec un adjoint algérien.»

de finale de la Coupe du monde. Je suis persuadé qu’il réussira en Algérie surtout avec

Cerbah «Je suis pour un technicien local»

«L’expérience des équipes africaines avec des entraîneurs étrangers a prouvé son échec lors de ce Mon- dial. La Côte d’Ivoire, le Nigeria et le Cameroun ont quitté le Mondial prématurément en dépit des grands noms d’entraîneurs qu’elles possè- dent. Je suis donc pour un entraî- neur local capable de mener la sélection algérienne à bon port, à l’image de Benchikha, Madjer et Menad. Pour moi, le plus important, c’est que le successeur de Saâdane soit capable de maîtriser son groupe et d’instaurer une discipline de vi- gueur, qui est le meilleur critère pour assurer la réussite. Il faut faire vite puisque le temps presse.»

de vi- gueur, qui est le meilleur critère pour assurer la réussite. Il faut faire vite

Cherif El Ouazzani «Madjer est le mieux indiqué pour succéder à Saâdane»

«Je suis favorable à un coach local. Pour moi, Madjer est le mieux indi- qué pour succéder à Saâdane. Il a déjà entraîné les Verts, il a donc une idée de l’environnement et de la vie intérieure du groupe en dépit des changements qui sont intervenus. Son statut et son palmarès de grand joueur inspirent le respect. Il a cô- toyé de grands entraîneurs avec les- quels il a beaucoup appris. Il continue de le faire aujourd’hui grâce à son poste de consultant. Madjer n’a pas beaucoup exercé, mais je suis persuadé que s’il a la chance de le faire, il fera beaucoup de choses avec cette équipe prometteuse.»

mais je suis persuadé que s’il a la chance de le faire, il fera beaucoup de
Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
0 4 De nos 10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud Le Buteur n° 1245

04

De nos 10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud
De nos
10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

Mohamed Farid Nacym Redouane Madjid Samir Mourad Adlène Yacine Farid Saâd Aït Saâda Djender Bouhanika
Mohamed
Farid
Nacym
Redouane
Madjid
Samir
Mourad
Adlène
Yacine
Farid
Saâd
Aït Saâda
Djender
Bouhanika
Aït Abdallah
Bechir
Hachemi
Chouial
Selhani
Zouaoui

Alors que certains tirent à boulets rouges sur Saâdane, Khalef le défend

Khalef «Sans de grands attaquants, difficile d’aller loin»

«Sans de grands attaquants, difficile d’aller loin» I nvité lors de l’émission «Heure du Mondial» pré-

I nvité lors de l’émission «Heure du Mondial» pré- sentée par Bouzerara sur la chaîne satellitaire Medi 1, l’ancien sélectionneur des

Verts lors du Mondial 82, Mahied- dine Khalef, est revenu sur l’élimi- nation de l’EN de cette Coupe du monde. Il a fait une analyse précise du jeu de l’équipe algérienne durant les trois rencontres que nous avons jugées utile de reproduire. Dans un premier temps, Mahieddine Khalef s’est étalé sur le problème de l’ineffi- cacité de l’attaque. Il dira à ce sujet :

«Il est difficile de digérer une telle dé- faite, car le peuple algérien a beau- coup cru à cette qualification. Mais c’est logique d’un côté car nous n’avons pas d’attaquants capables de faire la différence. L’attaque demeure le maillon faible. On ne pouvait donc aller loin.»

«Je m’attendais à mieux après le nul face aux Anglais»

Par la suite, Khalef a fait savoir sur le plateau de Medi 1 que le nul enregistré face à l’Angleterre a re- donné quelque peu confiance et es- poir, mais la défaite face aux USA a tout anéanti. Il dira dans ce sens :

«Je tiens toutefois à dire que les joueurs ont fait de leur mieux pour se qualifier. Sans exagérer, j’estime qu’ils avaient les moyens de passer au second tour. Mais je m’attendais à mieux après le nul enregistré face à l’Angleterre. Mais il y a eu régression

malgré la grande prestation affi- chée.»

«La défaite face à la Slovénie y est pour beaucoup»

Par la suite, le président d’hon- neur de la JSK est revenu sur la pre- mière rencontre du groupe C, entre l’Algérie et la Slovénie. Il estime que «cette rencontre nous a joué de mau- vais tours. Ce match y est pour beau- coup dans cette élimination. Une victoire au premier match et le nul des Anglais nous aurait mis dans une position confortable. Un autre nul face aux USA nous aurait suffi. Mais bon, les joueurs algériens ne sont pas habitués à ce rythme-là de la compétition. Il faut en tirer les le- çons.»

«Ça manquait de confiance en soi»

Selon Mahieddine Khalef, tout s’est passé dans la tête face aux Américains. Les joueurs n’ont vrai- ment pas cru en leurs capacités, c’est ce qu’a dit l’ancien sélection- neur : «Face aux USA, le match était décisif. Aucune des deux sélections ne se serait contentée du nul. La vic- toire était impérative. Mais j’ai senti un manque de confiance en soi de la part des joueurs algériens, et parfois même du côté américain. Nous avons encaissé un but dans les arrêts de jeu, car les joueurs n’avaient pas trop osé.»

«Il n’est pas à blâmer, car il ne dispose que de Saïfi, Djebbour et Ghezzal»

«Les joueurs sont à remercier»

joueurs et le sélectionneur.»

«Maintenant, il faut rester parmi les grands»

«L’élimination ne signifie pas la fin du monde. Il est vrai que nous au- rions aimé passer au second tour, mais ce n’est pas un réel souci main- tenant. Le plus important est de se tourner vers l’avenir. Les responsa- bles de notre football doivent à tout prix maintenir le niveau au plus haut point. On ne doit surtout pas revenir en arrière. La priorité est de préparer la prochaine Coupe d’Afrique et le Mondial 2014. Il faut apprendre à tirer les leçons du passé et aller de l’avant.»

«Saâdane n’est pas à blâmer, car il ne dispose que de Saïfi, Djebbour et Ghezzal»

Interrogé une seconde fois sur l’inefficacité de l’attaque, Khalef n’a pas mâché ses mots concernant le trio qui compose la charnière offen- sive des Verts : «Le problème de l’at- taque ne date pas d’aujourd’hui. Déjà lors des qualifications, on ne mar- quait pas beaucoup. De plus, la plu- part des buts ont été inscrits par des défenseurs ou des milieux de terrain. C’est dire que Saâdane n’est pas à blâ- mer car il n’a que Djebbour, Ghezzal et Saïfi. Dommage que nous n’ayons pas de grands attaquants.»

«Les ratages de Ziani et Saïfi ont été le tournant du match»

Revenant sur les actions offen- sives ratées devant les buts, l’ex-sé- lectionneur de l’EN ne s’est pas empêché de revenir sur les deux ac- tions de Ziani et Saïfi en seconde période. Il estime que ce fut deux balles à ne pas louper : «Sans parler

de la balle de Djebbour qui a heurté la barre transversale, je pense que les deux actions de Ziani et Saïfi en se- conde période ont été le tournant du match. C’est inadmissible de rater deux si belles occasions. Il est évident quand on ne marque pas, on finit

par encaisser. Et c’est ce qui s’est passé.»

«Le retour de Ziaya est indispensable»

Dans l’espoir de trouver une solu- tion au problème de l’inefficacité de l’attaque, Khalef a appelé à la néces- sité de trouver des attaquants effi- caces. Il dira à ce propos : «Nous avons besoin de grands attaquants. Les responsables de la FAF doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour combler ce manque. On ne peut continuer sur cette voie-là. Je pense aussi qu’ils doivent rappeler Ziaya en sélection, car c’est un joueur qui peut faire la différence. Son retour est indispensable.»

«M’bolhi fut l’homme du match»

Interrogé par la suite sur le ren- dement du portier de la sélection qui n’en était qu’à sa deuxième sé- lection, Khalef a affiché clairement sa grande satisfaction : «Je dirai que c’est l’une des grandes révélations pour la sélection nationale. Nous avons gagné un grand gardien de but qui apportera beaucoup de choses à l’Algérie. Il fut l’homme du match face aux USA. Auteur de plusieurs parades décisives, M’bolhi les a vrai- ment stoppées. Même dans l’action du but encaissé, il a effectué une pa- rade avant. J’étais très réjouit par sa prestation.»

«Saâdane a vécu une énorme pression»

Vers la fin de l’entretien, Mahied- dine Khalef a défendu le sélection- neur national, Rabah Saâdane, estimant que les choses n’ont vrai- ment pas été faciles pour lui, sur- tout après la qualification pour le Mondial : «Je défends Saâdane car j’étais à sa place avant. Je sais qu’il a été soumis à une énorme pression, jusqu’à aujourd’hui. La rue et les médias l’ont beaucoup critiqué, c’est normal en quelque sorte, vu que seuls les résultats redonnent un air de satisfaction. Mais depuis la quali- fication au Mondial, tout est allé si vite. Une défaite par 4 à 0 à la CAN, puis une autre en amical, c’est dur de le vivre à la tête de la sélection.»

H. B.

Revenant sur le rende- ment des joueurs qui ont donné l’impression de se défoncer sur le terrain, Khalef n’y est pas resté in- sensible, en tant qu’entraî- neur et connaissant parfaitement l’état d’esprit des joueurs. Il explique : «Je pense que les matchs ami- caux qui n’ont pas été une partie de plaisir ont installé le doute chez les joueurs. Les 3 à 0 à deux reprises les a déstabilisés. Ils ont joué avec la peur au ventre de ne pas encaisser. C’est la raison pour laquelle j’estime qu’ils sont à re- mercier. Ils se sont donnés à fond et ont fait de leur mieux.»

«L’équipe n’était pas prête à 100 %»

Pour bien comprendre ce qui s’est réellement passé lors de cette Coupe du Monde, Mahieddine Khalef a donné un aperçu sur la préparation d’avant-Mondial. Il es- time qu’elle n’a pas été fameuse al- lant jusqu’à dire que c’est l’une des lacunes de la sélection : «Le point faible réside dans la préparation pour le Mondial. Tout le monde sa- vait que l’équipe n’était pas prête à 100%, surtout avec le nombre de blessés. Saâdane n’avait pas vraiment le choix, car l’ossature se devait d’être maintenue. Je pense que ce n’est pas vraiment la faute au sélectionneur, car le contexte était différent de celui des phases de qualification.»

«Les blessures et le manque de compétition, un réel handicap»

Dans le même contexte, Mahied-

dine Khalef : «Nul ne peut en vouloir

à Saâdane pour ses choix en défense

et au milieu. Certes, il a commis cer-

taines erreurs en attaque et rien de plus. Saâdane avait en main un groupe de joueurs blessés et en manque de compétition, à l’image de

Ziani et Yebda, qui nous ont habitués

à mieux. Ces deux paramètres

étaient un réel handicap pour les

Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010 0 5 Ziani «Cette Coupe du monde

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

05

Ziani «Cette Coupe du monde nous servira d'expérience»

«Cette Coupe du monde nous servira d'expérience» Quelles sont les raisons de la dé- faite face

Quelles sont les raisons de la dé- faite face aux USA à votre avis ? On a affronté une très bonne équipe des Etats-Unis qui a déjà joué la finale de la Coupe des Confédérations en juin dernier. On a fait de notre mieux pour rempor- ter ce match et nous qualifier au se- cond tour, en vain. Ce fut un match

très ouvert où nous avons raté des occasions. Les USA n’ont pas raté leur ultime occasion pour marquer le but qualificatif. Comment vous avez trouvé les Etats-Unis ? Très forts. D'ailleurs pour moi, c'est l’une des meilleures équipes de

la compétition. Ce n'est par hasard qu'elle s'est retrouvée en finale de la Coupe des Confédérations. Ne pensez-vous pas que les Verts avaient la possibilité de se quali- fier au second tour ? Tout à fait, car on a produit du beau jeu, mais on a manqué d'expé- rience. On a une équipe très jeune qui a démontré qu'elle pouvait réa- liser de belles choses. A votre avis, quelles sont les la- cunes ? Vous savez, l'expérience des joueurs américains a prévalu. Eux prennent part à la Coupe du monde tous les quatre ans, contrairement à nous. Tout le monde a relevé une ré- gression de l’EN en seconde mi- temps… En première mi-temps, le rythme était très élevé. Mais lors de la se- conde période, les deux équipes étaient trop prudentes. C'était vrai- ment très difficile. Le rythme a baissé, oui, je l'avoue. Pourquoi l'EN n'a-t-elle pas réussi à marquer ne serait-ce qu’un seul but ? On s'est créé pas mal d'occasions de but, mais la chance nous a tourné le dos. Même si on avait marqué un but, cela n'aurait pas suffi, car les Anglais menaient déjà. Ce n'est pas facile d'affronter une équipe comme celle des USA. Etes-vous déçu de cette élimina- tion ? Oui, je voulais continuer l'aven-

ture dans cette Coupe du monde. Mais le football est ainsi fait, il faut donc accepter cette élimination. Je pense qu'on a démontré que l'Algé- rie possède une jeune équipe qui pratique du beau football, et qui ne déçoit pas face à de grandes équipes. Ne pensez-vous pas que l'arbitre a été sévère en expulsant Anthar Yahia ? L'arbitre n'était pas sévère avec nous seulement, du moment qu’il a privé les Américains d'un but vala- ble en début de partie. On doit re- connaître la supériorité des USA qui nous a battus sur le terrain, par avec l'aide de l'arbitre. Comment jugez-vous votre ren- dement ? J'ai essayé de donner le meilleur de moi-même en compagnie de mes coéquipiers pour qu'on puisse réaliser un bon parcours. On vou- lait arracher cette victoire pour se qualifier au deuxième tour, mais on l'a ratée face à une équipe assez ex- périmentée. Comment voyez-vous l'avenir des Verts, après cette élimination ? On a gagné une équipe jeune. On a démontré qu'on a une équipe capable de réaliser beaucoup de choses. A présent, il faudra penser à l'avenir. Le plus important pour nous est que l'Algérie doit être pré- sente au Mondial tous les quatre ans. On va retenir des leçons de cette Coupe du monde pour nous améliorer.

Seriez-vous présent lors du pro- chain match amical en août pro- chain face au Gabon ? Si on me convoque, je viendrai volontiers comme je l’ai toujours fait. La motivation est toujours là, en dépit de cette élimination amère ? Moi, je suis toujours prêt à don- ner le maximum pour mon pays. A chaque fois que je joue sous le maillot national, je ressens une im- mense fierté et un grand honneur. Je me suis toujours donné à fond pour faire plaisir au peuple algé- rien. Quel est votre avis à propos de la décision de Saâdane de quitter la barre technique de l'EN ? Je n'ai aucun avis à donner. Je ne suis pas président de la fédération et je ne suis pas habilité à parler de ce sujet.

Entretien réalisé par M. H. 2 au cartons L'Algérie, seule à avoir la reçu rouges
Entretien réalisé par M. H.
2 au cartons L'Algérie,
seule
à avoir
la reçu
rouges
premier
tour
de Emirats L'Algérie
est
l'unique
sélection
à
avoir
reçu
deux
cartons
rouges
des
trois
premiers
matchs
du
premier
lors tour et les
la
phase
finale
(Anthar
Yahia
Ghezzal).
Auparavant,
la
Tunisie,
même
l'Arabie
Saou-
dite
n’avaient
reçu
qu’un
seul
et carton
rouge.

Il ralliera la France directement

Ghezzal préfère éviter les supporters

L es faibles prestations

de Abdelkader

Ghezzal dans ce

premier tour de la

Coupe du monde

l’ont poussé à rallier la France directement depuis l’Afrique du Sud sans passer par Alger. En effet, le joueur de Sienne préfère éviter les incondition- nels des Verts qui se sont acharnés sur lui après son ex- pulsion inexplicable lors du premier match de la Coupe du monde. En plus, son niveau a vraiment chuté ces derniers temps. En effet, depuis la venue de Ghezzal en Equipe natio- nale, il n’a marqué que 2 buts avec les Verts et ce fut contre l’Egypte et le Rwanda au stade Chaker à Blida pour le compte des éliminatoires combinées CAN-Coupe du monde 2010.

Il était le premier à préparer ses bagages

Tellement il était pressé de quitter l’Afrique du Sud et ren- trer chez lui, Ghezzal était le premier joueur de l’Equipe na- tionale à avoir préparé ses ba- gages pour rallier la capitale française. Selon une source au- torisée, le joueur a confié à ses coéquipiers qu’il ne voulait pas rencontrer les supporters algé- riens qui seront à l’attente des joueurs à l’aéroport internatio- nal Houari-Boumediène.

Il compte prendre des vacances loin de la pression

Selon notre source, le joueur de Sienne compte prendre des

vacances loin de la pression des supporters des Verts. D’après les échos, Ghezzal a l’intention de choisir une destination loin- taine, là où il y a une très faible communauté algérienne et ce, pour oublier ses prestations en demi-teinte en Equipe natio- nale avec 13 matchs sans mar- quer le moindre but.

Raouraoua lui a demandé de changer de coupe de cheveux

Apparemment, même le pré- sident de la Fédération algé- rienne de football n’a pas beaucoup apprécié la nouvelle coupe de cheveux de Ghezzal. En effet, le premier responsable du football algérien lui a de- mandé de changer de coupe de

cheveux. A rappeler que Ghez- zal a fait la même coupe que celle du joueur de Chelsea, Sa- lomon Kalou.

Matmour et certains joueurs ne rentreront pas en Algérie

Ghezzal ne sera pas le seul joueur de l’Equipe nationale à rallier directement la France. Il y a d’autres joueurs aussi qui ont préféré ne pas rentrer en Algérie. Il s’agit de Karim Mat- mour et six autres joueurs qui ont préféré rejoindre leurs fa- milles après presque deux mois passés entre la Suisse, l’Alle- magne et l’Afrique du Sud.

M. H.

deux mois passés entre la Suisse, l’Alle- magne et l’Afrique du Sud. M. H. Le Buteur
Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
0 6 De nos 10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud Le Buteur n° 1245

06

De nos 10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud
De nos
10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

Mohamed Farid Nacym Redouane Madjid Samir Mourad Adlène Yacine Farid Saâd Aït Saâda Djender Bouhanika
Mohamed
Farid
Nacym
Redouane
Madjid
Samir
Mourad
Adlène
Yacine
Farid
Saâd
Aït Saâda
Djender
Bouhanika
Aït Abdallah
Bechir
Hachemi
Chouial
Selhani
Zouaoui

Une attaque stérile, des tirs non cadrés et beaucoup de regrets

Le sélectionneur natio- nal, Rabah Saâdane, a beau- coup insisté sur les tirs de loin et les balles arrêtées du- rant les séances d’entraîne- ment, du fait que l’EN est connue pour ses perfor- mances sur les balles aé- riennes ainsi que les coups francs. En effet, le premier responsable de la barre tech- nique faisait beaucoup tra- vailler ses joueurs devant les bois leur demandant de ten- ter des tirs de loin. Une façon d’optimiser leurs chances de marquer. Seule- ment, même avec cette tac- tique, les coéquipiers de Karim Ziani n’ont pas réussi à débloquer leur compteur buts, malgré leurs nom- breuses tentatives de loin.

Les joueurs les réussissaient à l’entraînement seulement Ce qu’il faut relever des joueurs, c’est qu’ils ont été très bons lors des entraîne- ments, surtout sur les balles arrêtées ou les tirs de loin. Mais voilà qu’aucun d’entre eux n’a pu faire autant lors des matchs officiels. A titre

eux n’a pu faire autant lors des matchs officiels. A titre d’exemple, Hassen Yebda, qui était

d’exemple, Hassen Yebda, qui était très bon durant les séances d’entraînement, n’a réussi à marquer aucun but durant cette CM.

Ziani, meilleur tireur avec quatre tirs… Le milieu de terrain de l’EN, Karim Ziani, se trouve en pole position parmi les joueurs qui ont adressé plu- sieurs tirs lors de la rencon- tre face aux USA. En effet, le joueur de Wolfsburg a pu

quand même tirer quatre fois dont deux non cadrés. A rappeler que Karim a cédé sa place à Guedioura en fin de deuxième mi-temps.

… Matmour deuxième Le deuxième qui a le plus tiré dans cette rencontre face aux USA est le joueur du club allemand Borussia Mönchengladbach qui aura été un véritable poison pour la défense américaine. Mat- mour, puisque c’est de lui

qu’il s’agit, a envoyé trois missiles de son pied droit. Malheureusement pour lui et pour toute l’équipe, aucun n’est allé au fond.

Yebda troisième avec deux tirs seulement Le joueur qui n’a pas beaucoup tiré face aux USA est le milieu de terrain du club anglais de Portsmouth, Hassan Yebda. Le natif de Mekla n’a tiré qu’à deux re- prises à l’occasion de la troi-

sième rencontre de Coupe du monde de l’EN.

Djebbour, deux tirs dont un sur la transversale Rafik Djebbour, incorporé en tant qu’attaquant face aux USA, n’a pu décocher que deux tirs. En effet, le joueur de l’AEK a failli ouvrir la marque à la 5’, suite un essai bien placé qui s’est écrasé sur la transversale. D’ailleurs, sa tentative était la plus dange- reuse dans cette rencontre côté algérien.

Ghezzal effacé Apparemment, l’attaquant des Verts et du club italien Abdelkader Ghezzal ne continuera pas sa mission avec les Fennecs. Il faut re- connaître que le numéro 9 de l’EN n’a pas apporté ce qu’on attendait de lui, à part une seule tentative que le gardien américain inter- ceptera sans aucune diffi- culté. A signaler que Ghezzal a joué avant-hier sa 13 e rencontre avec zéro but au compteur. A. C.

Matmour

Karim Matmour n’a pas joué, comme face à l’Angle- terre,

esseulé en attaque. Il était épaulé par Rafik Djebbour. Mal-

heureuse-

ment, les occasions que les Verts se sont procu- rées n’ont pas été concrétisées. Il ne nourrit pas de re- grets et pense déjà à l’avenir.

«Objectif : revenir dans 4 ans !»

Votre impression après cette défaite ? Je suis encore déçu par le résultat du match. Nous avions eu une oc- casion en début de match et si nous avions réussi à ins- crire ce petit but-là, cela aurait changé tout le match. Nous avons tout tenté. Sur ce point, nous n’avons pas à avoir des re- grets. Puis, plus le temps passait, plus ça devenait compliqué. Il y a eu quand même plus d’occa- sions de but que lors des deux précédents matches… C’est vrai. Nous sommes allés vers l’avant. C’est juste la réussite qui nous a man- qué. Ça faisait deux matches que nous n’avons pas eu d’occa- sions et là, tout d’un coup, on en a eu, mais il

nous a manqué un peu de chance. Il faut dire aussi que l’arbitre ne nous a pas aidés. Comment qualifieriez-vous la participation algérienne dans ce Mondial ? Nous sommes montés en puissance au fil des matches. Des regrets, je n’en ai pas per- sonnellement. Je crois qu’il y a eu beaucoup de choses posi- tives, que nous savions jouer au football, que nous avons un po- tentiel. C’est une jeune équipe, il ne faut pas l’oublier. Nous avons tous 24-25 ans. Je pense que c’est bon pour l’avenir. Il faut dire aussi que la progres- sion de l’Algérie ces dernières années a été énorme. Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de sé- lections qui ont progressé aussi rapidement. Nous vous avons vu tenter à plusieurs reprises des tirs de loin. Est-ce une consigne de l’entraîneur ou bien une ini- tiative personnelle ? Quand il faut marquer, il faut tirer au but. C’est pour ça que nous nous sommes dit avant le

Ivan Zamorano : «Le problème de l’équipe d'Algérie, c'est qu'il lui manque un buteur»
Ivan Zamorano :
«Le problème de
l’équipe d'Algérie,
c'est qu'il lui
manque un
buteur»
L'ancien attaquant chilien
du Real Madrid et de l'Inter
Milan a assisté, hier, à l'éli-
mination surprise de l'Italie
battue par la Slovaquie (3-
2). L'ex-buteur vedette de
la sélection du Chili, au-
jourd'hui consultant pour la
chaîne de télévision chi-
lienne TVN, nous a accordé
quelques mots sur la dé-
faite des champions du
monde sortants, mais aussi
sur l'équipe d'Algérie. Une
sélection qui, selon lui, a
de l'avenir.
Ivan, que pensez-vous de l'éli-
mination de l'Italie ?
C'est incroyable, mais cette éli-
mination est parfaitement juste,
car les Italiens n'ont vraiment rien
montré. Ils ne méritaient pas de se
qualifier pour les 8 es de finale.
Avez-vous suivi le parcours de
l'équipe d'Algérie ?
Ah, l'Algérie ! C'est une bonne
équipe qui possède un potentiel
physique très intéressant. Le pro-
blème, c'est qu'il lui manque un
buteur, un attaquant de niveau in-
ternational. Mais cette équipe est
encore jeune et je pense qu'elle
pourra faire encore mieux lors de
la prochaine Coupe du monde.
Entretien réalisé par
Farid Zouaoui

match que dès que nous avons le ballon et que l’occasion se présente, il fallait tirer. C’est ce que nous avons tous tenté. Dès qu’il y avait le moindre petit espace, la moindre petite faille, nous tentions le tir. Regrettez-vous le résultat du match face à la Slovénie ? Je ne peux pas dire si j’ai des regrets car ce n’est pas une question de calculs. Les Slo- vènes nous avaient battus, mais ils ne se sont pas qualifiés. Je ne sais pas donc si on peut avoir des regrets. L’essentiel est que tout cela nous serve d’expé- rience. Notre objectif est de re- venir dans 4 ans. Le plus important donc est de revenir en Coupe du monde… C’est bien cela. Nous sommes montés sur la première marche du niveau international, mais le plus dur est d’y rester. C’est ce que nous allons faire.

Entretien réalisé par Farid Aït Saâda

Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010 0 7 Raïs Ouhab M’bolhi ou un

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

07

Raïs Ouhab M’bolhi ou un véritable conte de fées

«Je ne suis pas un héros»

R ais M’bolhi est la principale satisfaction d’une équipe d’Algérie qui a été éliminée de la Coupe du monde sans avoir eu l’occasion de mon- trer réellement de quoi elle

était capable. Débarqué comme remplaçant, le gardien du Slavia Sofia a su saisir sa chance et s’imposer dans les bois des Fennecs. Avant d’aller voir plus haut ?

Le 4 mai 2010, il est convoqué en Equipe nationale

Peu de gens savent que la présence de M’bolhi dans la cage des Fennecs est due à un incroyable concours de circonstances. Sa première convocation en Equipe natio- nale remonte au 4 mai dernier, sans qu’aupa- ravant il n’ait eu le moindre contact avec l’un des membres de la fédération. Le consul d’Al- gérie en Bulgarie avait donné alors des ins- tructions pour que son passeport lui soit établi dans les plus brefs délais. Tout s’enchaînera très vite pour M’bolhi qui se retrouve maintenant l’incontestable nu- méro un au poste de gardiens de but des Fen- necs, lui qui est sur le point d’être recruté par le plus prestigieux des clubs anglais, Man- chester United.

Au mois de mars, il se confie au Buteur pour dire qu’il est Algérien

Bien avant que Saâdane ne décide de le convoquer pour une première présélection, M’bolhi avait affirmé son algérianité en exlu- sivité au Buteur. Il confiera, à l’époque, que son père était d’origine congolaise et que sa mère était algérienne. Raïs M’bolhi ajoutera que si Domenech et Saâdane lui faisaient signe en même temps, il n’hésitera pas une seconde à choisir l’Algérie. La surprise du cheikh, c’est lui. Jamais sé- lectionné par Rabah Saâdane, Raïs M’bolhi, portier quasi inconnu du championnat bul- gare, a été appelé par le sélectionneur algérien pour prendre part à la Coupe du monde en Afrique du Sud. Une belle histoire qui s’est transformée en conte de fées.

Un parcours chaotique

Ce gardien de 24 ans est en train d’atteindre la reconnaissance après laquelle il courrait en quittant le centre de formation de l’Olym- pique de Marseille. Pour ceux qui ne le savent pas, M’bolhi est né à Paris. De mère algé- rienne et de père congolais, il a eu un par- cours chaotique. C’est le moins que l’on puisse dire : après une pige en Ecosse où il ne s’im- pose pas à Hearts of Midlothian, il va jouer en Grèce. D’abord en D2, à l’Ethnikos Piraeus puis à Panetolikós FC, avant d’aller au… Japon. Titulaire en Japan-League avec le FC Ryūkyū de Philippe Troussier, M’bolhi part rebondir en Bulgarie. Là-bas, il s’impose

la date du 4 mai 2010. Et pour cause, l’entraî- neur de l’Equipe na- tionale,
la date du 4 mai 2010.
Et pour cause, l’entraî-
neur de l’Equipe na-
tionale, Rabah
Saâdane, le convo-
quera pour préparer
le Mondial sud-afri-
cain puis sera invité à
effectuer des essais au
sein du célèbre club
anglais, Manchester
United. Bien sûr, sa
venue parmi les Reds
n’est pas encore effec-
tive, mais le rêve du
petit gamin qui avait
foulé la pelouse du
vieux stade de Co-
lombes est en train de
devenir réalité.
L’éternel «deuxième
gardien» comme il le
disait si bien, qui a
connu un début de
carrière très difficile,

vient de réaliser deux «rêves» à la fois : parti- ciper à un Mondial et pourrait jouer dans un des plus grands clubs du monde. C’est pour dire que la vie de ce jeune gardien de 24 ans risque de connaître une ascension incroyable au cours des tout prochains mois. Au lende- main de son match face à l’Angleterre, Rais M’bolhi s’est déclaré «fier et heureux» d’avoir honoré sa première sélection en compétition

internationale, soulignant que le mérite re- vient à toute l’équipe qui a fait un «gros match». «Je suis fier et heureux d’avoir honoré ma première sélection. Je suis content de ma prestation, car cela ne s’est pas trop mal passé. Mais je reste calme et il ne faut pas s’emballer», a indiqué le néo-international des Verts. Celui que les Algériens considèrent comme un héros, après son excellente prestation à Cape Town face à l’Angleterre, souligne avec une réserve et une timidité rares à ce niveau que l’équipe a fait une bonne prestation, certes, mais nous n’avons fait que match nul. «Non, je ne suis pas un héros. On n’a pas gagné, on fait un très bon match, mais ça reste qu’un match nul», a précisé le suppléant de l’habi- tuel titulaire, Fawzi Chaouchi. Expliquant sa prestation, M’bolhi a re- connu que l’entame du match a été quelque peu timide mais que cela s’est amélioré au fil du match. «C’est vrai que les premiers ballons étaient un peu difficiles, mais par la suite il fal- lait se re-concentrer et rentrer dans le match», a-t-il indiqué, précisant qu’il n’a éprouvé au- cune appréhension ou eu des problèmes de communication avec ses défenseurs. Le nouveau keeper de la sélection algé- rienne a confirmé tout le bien que l’on pen- sait de lui, contre les Etats-Unis dans un match à «couteaux tirés» que les Fennecs per- dront dans les ultimes secondes.

Nedjmou S.

comme meilleur gardien du pays et attire l’œil du sélectionneur national. La Russie lui fait les yeux doux, tout comme l’Angleterre où Manchester United et Newcastle suivent de près ses performances.

La bonne étoile ?

Raïs Ouhab M’bolhi a su profiter de l’erreur (?) de Faouzi Chaouchi face à la Slovénie pour lui subtiliser sa place de titulaire. Mieux, après avoir découragé à lui seul les attaquants anglais, Wayne Rooney et Peter Crouch en tête, M’bolhi récidivera face aux Américains, ne craquant qu’à la dernière minute des arrêts de jeu après avoir détourné les tentatives de Dempsey, Altidore, Donovan ou Bradley. Sa très belle prestation n’a malheureusement pas suffi.

Convoqué sur la base de quelques images vidéo

Aussi incroyable que cela puisse paraître, M’bolhi a été convoqué en Equipe nationale qu’après que Saâdane et ses adjoints eurent visionné des images vidéo de quelques matchs de M’bolhi. Sur la question de son appréhen- sion par rapport à son adaptation au sein de la sé- lection algérienne, il avait déclaré à l’époque : «Cela ne devrait pas constituer un problème pour moi. Je connais plusieurs éléments de la sélection, donc mon in- tégration devrait se faire le plus normalement du monde. Je connais Bou- gherra, Ziani, Yebda et Djebbour. On n’est pas amis, on s’était déjà croisés par le passé. Avec Bougherra par exemple, on a un ami en commun qui jouait avec lui à Charlton.» Humble, timide et grand bosseur, M’bolhi avait ras- suré : «Je travaille beaucoup pour ça. Je ne vais pas me mettre à dire que je mérite d’être sélectionné. C’est man- quer de respect au sélection- neur qui connaît mieux que quiconque son travail. Seu- lement, je serais très heureux si on me faisait appel, c’est certain.» Eh bien ! C’est chose faite et le gardien de but du Slavia Sofia rejoindra la sélection na- tionale à Crans-Montana pour effectuer le premier stage de préparation qui s’est déroulé du 13 au 26 du mois de mai.

Le 4 mai 2010, tout se précipite

Raïs Ouhab M’bolhi n’oubliera pas de sitôt

Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
De nos 10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud 0 8 Le Buteur n° 1245
De nos 10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud
De nos
10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud

08

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

Changement dans le programme du retour Mohamed Farid Nacym Redouane Madjid Samir Mourad Adlène Yacine
Changement dans le
programme du retour
Mohamed
Farid
Nacym
Redouane
Madjid
Samir
Mourad
Adlène
Yacine
Farid
Saâd
Aït Saâda
Djender
Bouhanika
Aït Abdallah
Bechir
Hachemi
Chouial
Selhani
Zouaoui
Attendus cette nuit, les
Verts devront rentrer à Alger
bien avant. Le président de la
FAF a pris attache avec le P-
DG de la compagnie aé-
rienne Air Algérie pour
l’informer des changements
du programme du retour au
pays. Le vol a été avancé pour
2h du matin.
Arrivée ce matin à
Alger
Si tout se passe comme
prévu, l’avion qui a décollé à
2h (1h heure algérienne) at-
terrira à l’aéroport Houari-
Boumediène après 9 heures
de vol, c’est-à-dire à 10h du
matin.
Une petite fête prévue
à l’aéroport
Nous avons appris qu’un
accueil spécial sera réservé
aux membres de la déléga-
tion algérienne. Une petite
fête est même prévue au
salon d’honneur de l’aéro-
port en guise de reconnais-
sance pour la participation
honorable des camarades de
Bougherra.
Pour se qualifier il faut gagner,
et pour gagner il faut marquer
Belhadj
«Nous reviendrons
plus forts»
à travailler. A présent, on va
rentrer nous reposer et
nous reviendrons pour
poursuivre le travail.
Vous reviendrez avec le
même état d’esprit pour
les éliminatoires de la
CAN ?
Nadir Belhad était l’un des joueurs algériens les plus craints par les Américains. Il a
Nadir Belhad était
l’un des joueurs
algériens les plus
craints par les
Américains. Il a joué,
comme à son
habitude, avec des
montées incessantes
vers l’attaque, même
s’il n’a pas eu trop
de réussite.
Bien sûr ! Ça
va arriver
D’ aucuns estiment
que le plus grand
problème qu’a
Vous avez tout
donné contre les Amé-
ricains, mais il y a eu la
déception au bout…
C’est effectivement une
grosse déception. Nous
avons tout donné et nous
sortons de cette Coupe du
monde la tête haute.
Même si nous avions
marqué un but, cela
n’aurait pas suffi
puisqu’il fallait ins-
crire deux buts au vu
du résultat de l’autre match
entre l’Angleterre et la Slo-
vénie. Cela nous servira de
leçon à l’avenir. Nous avons
fait une bonne Coupe du
monde et nous avons ap-
pris beaucoup de choses
qui pourront nous servir
par la suite.
Avez-vous quelques re-
grets en particulier ?
Mon regret est surtout le
match de la Slovénie. Même
si ce serait trop prétentieux
de dire que nous aurions pu
gagner, mais prendre un
point était à notre portée.
Cela dit, ce soir, nous avons
fait un beau match. Nous
nous sommes créé des oc-
casions. Il faudra continuer
rencontré la sélection natio-
nale lors de cette Coupe du
monde, c’est l’inefficacité de
son attaque qui s’est mon-
trée incapable d’inscrire le
moindre but. Aucun but
marqué durant cette compé-
tition, et c’est ce que les
nombreux spécialistes
étrangers ont entre
autres relevé pour
expliquer l’in-
capacité
de notre
équipe à
faire la
différence sur
vite puisqu’au
mois d’août, il
y aura déjà un
match amical.
On va travailler, tra-
vailler et travailler en-
core. Nous aurons
toujours le même
mental. Nous revien-
drons en septembre
encore plus forts. J’es-
père que nous ferons
un bon parcours dans
les qualifications pour
la CAN.
Entretien réalisé
par
Farid Aït Saâda
le terrain. Si la défense des
Verts s’en est plus ou
moins bien sortie en n’en-
caissant que deux buts, la
ligne offensive n’a pas
suivi en restant muette
en trois matchs.
Zéro but en…
huit matchs
C’est un problème récur-
rent qui ne date pas
d’aujourd’hui en
fait. Si l’on ex-
cepte le pe-
nalty
trans-
formé par
amical face aux Emirats,
d’autant plus qu’il s’agissait
beaucoup plus d’un cadeau,
l’Equipe nationale n’a pas
marqué le moindre but en
huit rencontres, soit depuis
le match des quarts de finale
de la dernière CAN face à la
Côte d’Ivoire. L’on se de-
mande alors comment le sé-
lectionneur national n’a pas
trouvé, depuis, une solution
à ce problème. Au lieu de
réfléchir sérieusement à la
question et mettre en place
un système efficace pour le
résoudre, il s’est contenté de
bricoler avec les mêmes in-
grédients. Une fois, c’est
El Hadj Moussa qui est ali-
gné en attaque, une autre,
c’est Moussa El Hadj. On
voyait bien que cette ma-
nière de procéder n’avait
rien donné, mais Saâdane
s’est entêté, envers et contre
tous, à évoluer toujours de
la même manière et avec les
mêmes éléments. De plus, il
s’est privé du seul attaquant
de pointe qui avait une
moyenne de deux buts par
match, Ziaya en l’occur-
rence, en justifiant sa déci-
sion de l’écarter par le refus
du joueur de répondre à sa
convocation.
Ziani en

Trois attaquants seulement dans l’effectif Ce qui nous pousse à nous poser plus de questions à ce sujet, c’est que Saâdane s’est envolé en Afrique du Sud avec trois attaquants seule- ment. Alors que la majorité des équipes présentes en Coupe du monde en comp- tent au moins quatre dans leur effectif. Trois atta- quants qui étaient incapa- bles de trouver le chemin des filets depuis le match de la Zambie en éliminatoires jumelées de la CAN et de la Coupe du monde. Faut-il rappeler que le but qui nous a envoyés en Afrique du Sud a été l’œuvre d’un dé- fenseur et que durant la CAN, ce sont également les défenseurs qui se sont illus- trés devant, à l’image de Halliche (Mali) et Bou- gherra (Côte d’Ivoire) ?

Saâdane jouait pour ne pas perdre Tout cela n’a semble-t-il pas constitué une priorité pour le sélectionneur lors de cette Coupe du monde. Il parlait sans cesse des chances des Verts pour passer le premier tour, mais il a oublié que pour se qualifier, il faut ga- gner, et pour gagner, il faut marquer des buts. Son seul souci, c’était d’assurer ses ar- rières. L’Algérie jouait pour ne pas perdre, c’est tout. Et l’exemple le plus édifiant, c’est le remplacement de Ziani par Guedioura face aux Etats-Unis. Au moment où il fallait jeter tout son poids en attaque pour mar- quer et espérer se qualifier, le sélectionneur fait sortir un joueur offensif et fait rentrer un autre à vocation défensive pour verrouiller davantage derrière. A partir de là, les intentions du coach étaient bien claires. Il s’en fichait de la qualifica- tion, le plus important pour lui, c’était de ne pas perdre. R. B.

Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010 0 9 Après leur brillant rendement au

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

09

Après leur brillant rendement au Mondial

Desjoueursalgérienstrèssollicités

M ême si la sélection algérienne est sortie au premier tour de cette Coupe du monde en Afrique du Sud, les joueurs ont réussi à tirer profit de ce

grand événement sportif en attirant l’attention des recruteurs des clubs européens. Après leur brillant rendement à l’issue des trois rencon- tres du premier tour, beaucoup de joueurs sont désormais dans le viseur de certains clubs huppés d’Europe. Autrement dit, l’été sera mouvementé pour nos internationaux qui vont changer de club et jouer dans des équipes ambitieuses.

Etats-Unis. Il a démontré un très bon niveau, au point où il a épaté Arsène Wenger, consul- tant pour TF1 durant cette Coupe du monde. L’entraîneur d’Arsenal s’est même intéressé à ses services, et compte, selon nos sources, faire tout son possible pour l’avoir au club londo- nien la saison prochaine.

Plusieurs clubs intéressés par ses services

Cet intérêt d’Arsène Wenger à M’bolhi n’est pas le premier d’un club anglais. Avant Arse- nal, le grand Manchester United s’est intéressé aussi au gar- dien de Slavia Sofia. Ce dernier a même ef- fectué des essais à Manchester sous l’œil de Sir Alex Ferguson. New- castle a pisté par la suite M’bolhi.

ces derniers temps. Beaucoup de clubs ont suivi ses prestations durant cette Coupe du monde, où il a vraiment montré son talent. Le

défenseur du Nacional Madeira a réussi à mu- seler les grands attaquants anglais et améri- cains que sont Rooney, Heskey, Donovan et autres. Il a prouvé que c’est un joueur qui peut évoluer dans le haut niveau sans le moindre pro- blème. Avec le complot dont il a été victime cette saison dans son club, Halliche ne restera sû- rement pas

donc clair qu’il quittera Portsmouth pour re- joindre la Lazio ou West Ham. Quant à Lacen Medhi que le peuple algé- rien a décou- vert après la

u

p

d’Afrique des

nations,

e

il
il
C
C

o

pourrait re- joindre un autre club espagnol, dont la Corogne qui s’est montrée intéressée par ses services dernièrement.

la
la

Wenger épaté par M’bolhi et le veut à Arsenal

La première révélation de ce Mondial côté algérien est bel et bien le gardien de but du Slavia Sofia, Raïs M’bolhi Ouhab. Le gardien de but des Verts a gagné des points lors des deux matchs qu’il a dis- putés face à l’Angle-

terre

saison

prochaine à

Madeira.

Lacen quittera Santander et Belhadj très courtisé

Belhadj : «Je quitte Portsmouth pour aller dans un grand club»

: «Je quitte Portsmouth pour aller dans un grand club» aux Nadir Belhadj a déclaré à

aux

Nadir Belhadj a déclaré à toute la presse

qu’il quittera Portsmouth pour aller jouer dans

un autre club. «Ça y est, ma décision est prise,

je quitte Portsmouth pour aller rejoindre un autre club. Je jouerai dans un grand club, c’est certain.»

Parmi les joueurs qui sont sortis du lot durant ce Mondial, on trouve Nadir Belhadj et Medhi Lacen. L’arrière gauche de Ports- mouth s’est illustré lors de ce mondial en pro- duisant trois prestations de haute facture face aux Slovènes, Anglais et Américains. Il est

Halliche,

destination

l’Espagne

Rafik Halliche jouera, selon nos sources, en Espagne, dans un club qui le suit de près

et

R. B.

Medjani : «Je respecte les choix de Saâdane»

«Ce Mondial était une expérience pour moi»

Malgré le fait qu’il n’ait pas été aligné par le staff tech- nique lors de la Coupe du monde, le joueur de Bou- logne-sur-mer, Carl Medjani, nous a fait savoir que ce Mondial était une belle ex- périence pour lui du mo- ment qu’il est nouveau dans cette Equipe nationale. Le joueur nous révèle qu’il respecte le choix de l’en- traîneur Rabah Saâdane qui n’a pas compté sur ses qua- lités défensives lors de cette Coupe du monde.

Un mot sur le match face aux USA ? La défaite face aux USA était amère. Nous avons encaissé un

but dans les dernières minutes de

la rencontre. Tout le monde a vu

qu’on avait l’opportunité d’ouvrir la marque à plusieurs reprises. C’est

le

jeu, comme il y a un gagnant, il

y

a aussi un perdant. L’essentiel,

c’est que nous ayons donné une belle image de l’Algérie dans cette compétition malgré l’élimination. Vous n’avez joué aucune ren- contre dans ce Mondial, un commentaire ? C’est vrai, je n’ai joué aucun match dans cette compétition pla- nétaire. J’aurais aimé participer au

compétition pla- nétaire. J’aurais aimé participer au moins à une rencontre et prouver que je suis

moins à une rencontre et prouver que je suis un élément sur lequel on peut compter. Comme vous savez, le dernier mot revient à Saâ- dane, c’est lui le boss. Je respecte

ses choix tactiques. N’oubliez pas que c’est ma première participa- tion avec l’EN. Ce Mondial était

une expérience pour moi.

Etes-vous optimiste pour l’avenir de cette jeune équipe nationale ? Bien sûr, nous avons démontré dans ces trois matchs de la Coupe du monde que l’équipe renferme de bons joueurs. Nous avons ho- noré le football algérien. Nous avons prouvé à tout le monde que nous méritions de participer à ce

tournoi. Sur le plan personnel, pouvez- vous décrocher une place de titulaire ? Vous savez, mon but lorsque je suis venu en Equipe nationale était de décrocher une place de titu- laire. Cette fois, je n’ai pas eu la chance. J’attendrai de saisir l’occa- sion qui se présentera à moi. Je suis un joueur très optimiste, alors je ferai tout mon possible pour réussir. Allez-vous être présent face à la Tanzanie ? Oui, je serai présent lors des prochaines éliminatoires de la Coupe d’Afrique. Je suis prêt à 100 % pour décrocher une place de ti- tulaire. J’espère que je l’aurai cette place. D’après vous, l’Algérie avait- elle l’opportunité d’entrer dans l’histoire ? Sincèrement, oui. Nous aurions pu entrer dans l’histoire du foot- ball algérien. Je crois que la défaite face à la Slovénie nous a pénalisés un peu. Comme je viens de vous le dire, nous avons prouvé à tout le monde que l’Algérie méritait de participer à cette Coupe du

monde. Entretien réalisé par :

Mourad H.

Mesbah : «Ce Mondial me fera grandir comme joueur»

Même s’il n’a pas participé au match de mercredi face aux Etats-Unis, Djamel Mesbah était de tout cœur avec ses coéqui- piers. Il n’était pas le moins af- fecté par l’élimination de l’Algérie au premier tout du Mon- dial, mais il préfère se tourber désormais vers l’avenir. Une analyse du match ? Les gars ont fait de leur mieux, mais ils n’ont pas eu de chance. L’opposition était coriace. Nous aurions aimé gagner et faire plaisir à nos supporters, mais que voulez-vous ? C’est cela le haut niveau. Cela dit, les gens doivent être fiers de ce qu’ont montré les joueurs durant cette Coupe du monde. Ils ont démontré que l’Algérie est une grande nation de foot- ball. Pensez-vous à présent à l’avenir ? Oui, absolument. Nous avons montré que nous avons de grandes qualités. Il faudra les travailler en vue des prochaines échéances. Nous allons partir en va- cances, puis revenir pour préparer les éli- minatoires de la CAN-2012. Comment évaluez-vous cette pre- mière expérience pour vous avec l’EN ? C’était une bonne expérience. Elle va me faire grandir en tant que joueur. Avez-vous appris durant cette Coupe du monde ? Oui, c’est clair. On apprend forcément

Coupe du monde ? Oui, c’est clair. On apprend forcément beaucoup en participant à ce genre

beaucoup en participant à ce genre d’évé- nement. Ce n’est qu’un début. Il va falloir continuer. Nous avons de bonnes bases. Il faudra bien se préparer pour les élimi- natoires pour la prochaine Coupe d’Afrique, un rendez-vous très important. Avez-vous hâte d’être présent le 11 août pour le match amical contre le Gabon ? Oui, d’autant plus qu’il se déroulera chez nous, à Alger. Là, nous allons partir en vacances, puis revenir avec nos clubs. En septembre, nous serons inch’Allah prêts pour les éliminatoires pour la CAN. Entretien réalisé par Farid Aït Saâda

Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016
Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur du 25-06-10 - ref : 813 016 1 0 De nos 10 envoyés spéciaux

10

De nos 10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud
De nos
10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

Mohamed Farid Nacym Redouane Madjid Samir Mourad Adlène Yacine Farid Saâd Aït Saâda Djender Bouhanika
Mohamed
Farid
Nacym
Redouane
Madjid
Samir
Mourad
Adlène
Yacine
Farid
Saâd
Aït Saâda
Djender
Bouhanika
Aït Abdallah
Bechir
Hachemi
Chouial
Selhani
Zouaoui

Participation de l’EN au Mondial sud-africain

Entre satisfactions et frustration !

I l nous a fallu attendre 24 longues années pour revoir enfin l’Al- gérie prendre de nou- veau part à l’un des

plus prestigieux tournois de

football à travers la planète. Une participation à une Coupe

du monde, ça se mérite, c’est

clair, et ça reste un exploit tout

de même pour notre sélection

d’avoir été présente cette fois-

ci à ce grand rendez-vous

mondial, compte tenu de ce qu’elle a vécu au cours de ces 10 voire 15 dernières années. Mais fallait-il se limiter qu’à cela pour autant et dire qu’on n’avait, dans tout les cas de fi- gure, rien à perdre et tout à ga- gner ? Certainement non. En effet, beaucoup d’Algé- riens, et au vu des prestations fournies par le onze national durant ses trois rencontres dans ce Mondial, s’accordent à dire que l’EN pouvait aspirer à mieux dans cette compétition et nullement se contenter de

cette 4 e et dernière place du groupe, avec seulement 1point au compteur. Des satisfactions, il y en a eu aussi, certes, mais la frustration de n’avoir pas su comment profiter de l’opportu- nité d’accéder aux huitièmes de finale, pour la première fois de l’histoire du football algérien, demeure néanmoins assez forte et surtout poignante.

La satisfaction d’avoir gagné une équipe d’avenir et d’avoir bien joué

Après une série de matchs amicaux de préparation très décevante et pas du tout rassu- rante, avec à la clef de lourdes défaites enregistrées face à la Serbie et l’Irlande notamment,

on appréhendait beaucoup du

coté des supporters le rende- ment qu’allait avoir la sélection nationale durant le Mondial sud-africain. Le pessimisme était tel qu’on priait Dieu pour qu’il nous évite l’humiliation, surtout que face à des équipes comme l’Angleterre et les Etats-Unis, la tâche ne s’an-

comme l’Angleterre et les Etats-Unis, la tâche ne s’an- nonçait bien évidemment pas du tout aisée.

nonçait bien évidemment pas du tout aisée. Finalement, rien de cela ne s’est vraiment produit. L’EN nous a montré un tout autre visage et nous a tout simple- ment émerveillés dans sa pro- duction technique. Jouant simple et presque sans aucune pression, les coéquipiers de l’excellent Rafik Halliche ont réussi à tenir la dragée haute aux camarades de Rooney, en leur imposant contre toute at- tente le match nul et à bouscu- ler presque jusqu’au bout aussi les Américains. Tout le monde a été unanime à dire après l’éli- mination de la sélection algé- rienne avant-hier que cette dernière avait du potentiel à faire valoir et de l’avenir aussi. «On a été éliminés, certes, mais on doit reconnaître aussi qu’on a gagné au cours de ce tournoi une équipe d’avenir, sur laquelle on pourra compter», disait sur un ton fier le sélectionneur na- tional, Rabah Saâdane, au cours de la conférence de presse qu’il a animée au terme de la défaite concédée face aux USA. Aussi, on peut dire que l’Algérie a gagné un gardien de grande classe, en la personne de Rais Ouahab M’bolhi, et découvert d’autres talents qui pourront apporter beaucoup à

l’avenir, à l’image de Fouèd Kadir et Ryad Boudebouz.

La frustration d’avoir raté une réelle opportunité d’accéder aux 8 es de finale

On a, certes, bien joué et pas été ridicules dans ce tournoi, mais il reste que l’EN pouvait prétendre à mieux aussi. Nullement impressionnés par les Gerrard, Lampard et autres Donovan et compagnie, Bougherra and Co ont su garder leur sang- froid et développer du beau jeu malgré tout. Après une entame de parcours, disons- le, assez ratée, avec cette défaite bêtement concédée face à la modeste Slovénie, l’équipe a quand même pu se racheter tout de suite après, en arrachant un point mérité face à l’Angleterre. Un point qui a redonné de l’espoir à tout un peuple qui espérait tant voir sa sélection passer au second tour d’un Mondial, pour la première fois de son histoire. L’espoir était d’autant

permis lorsqu’on sait qu’une simple victoire par deux buts à zéro face aux USA allait propulser nos Fennecs au paradis, si on peut dire cela comme ça, et ce sans se soucier du résultat de l’autre match du groupe qui mettait aux prises l’Angleterre avec la Slovénie. Malheureusement, l’exploit n’a pas eu lieu, puisqu’une autre défaite attendait finalement les Verts pour leur ultime sortie au pays de Mandela. La frustration était tout aussi grande quand on sait qu’ils ont été beaucoup à ne pas comprendre la philosophie de jeu du sélectionneur qui, au lieu de préconiser l’offensive, s’est contenté de gérer le résultat nul jusqu’à ce que Donovan ne vienne nous planter ce but assassin à la

90’+2.

Abdoun et autres Boude- bouz dont le public attendait vivement leur entrée en jeu, fi- niront par suivre l’intégralité du match à partir du banc. Pour quelle raison ? Le mystère demeure

Saïd Fellak

Zaki : «Le succès des USA est une revanche pour tous les Egyptiens» ■ ■
Zaki : «Le succès des USA est une
revanche pour tous les Egyptiens»
■ ■ La défaite de l’Algérie
face aux USA mardi
sur le score d’un but à
zéro a été une bonne
occasion pour les enne-
mis de l’Algérie de pren-
dre leur revanche. C’est
le cas de l’entraîneur des
gardiens de but des Etats-
Unis, Abdelfattah Zaki, qui a
qualifié, avec beaucoup d’insolence, la victoire de
l’Amérique sur l’Algérie comme la plus importante
de sa vie. Dans une déclaration faite à un journal
local, il dira : «C’est l’un des meilleurs jours de ma
vie. En tant qu’Egyptien, je considère que ce succès
est celui de tous les Egyptiens qui ont ainsi pris leur
revanche sur les Algériens.» Ce qui est malheureux
dans cette histoire est que cette déclaration a été
reprise par l’ensemble de la presse égyptienne qui
a traité cette nouvelle avec beaucoup de joie, à
croire qu’ils ont savouré l’élimination de l’Algérie
contre les USA.
Le Congo Times s’en prend
à M’bolhi
■ ■ Le journal congolais Le Congo Times a pu-
blié un article le moins que l’on puisse quali-
fier de tendancieux. Aussi étonnant que cela
puisse paraître, l’auteur de cet article, qui est re-
venu longuement sur le match décisif joué entre
l’Algérie et les USA, mardi, voulait sous-entendre
que les Verts n’ont pas fait honneur à l’Afrique, en
affirmant notamment que l’Egypte aurait nette-
ment mieux fait contre les Anglais et les Améri-
cains. Un petit peu loin, on a pu constater que ce
confrère n’était pas du tout objectif dans sa vision
des choses tant il paraissait bien clair qu’il en vou-
lait trop au gardien de but algérien aux origines
algériennes, Rais Ouhab M’bolhi, en raison de son
choix de jouer pour l’Algérie, son unique et seul
pays, comme il nous l’a à plusieurs reprises rap-
pelé.
Yebda intéresse Wenger
■ ■ Le milieu de terrain de
Portsmouth,
Hassan
Yebda, a réalisé un Mondial
parfait avec la sélection al-
gérienne. En dépit d’une
élimination hâtive de l’Al-
gérie dans cette Coupe du
monde 2010, Yebda a dé-
montré des qualités de re-
layeur assez importantes.
Imposant dans le milieu de terrain de l’équipe
d’Algérie, l’Algérien a tapé dans l’œil des techni-
ciens de clubs anglais, à l’instar d’Arsenal qui serait
sur sa piste. A en croire ce qui se dit dans la presse
anglaise, Arsène Wenger, le manager du club lon-
donien, n’a pas caché son admiration pour Yebda
qu’il compte bien engager en prévision de la nou-
velle saison.
Ghezzal pourrait signer à Bari
■ ■ Après la rétrogradation de
son équipe cette année en
Serie B italienne, Abdelkader
Ghezzal serait tout proche
d’un départ de son club cet
été. Le sociétaire de l’AS
Sienne est la cible d’un autre
club italien, Bari en l’occur-
rence. Pisté aussi par l’AS Mo-
naco, le puissant attaquant
algérien, qui vient de terminer un
Mondial mitigé avec l’Algérie, intéresse les diri-
geants de Bari.
attaquant algérien, qui vient de terminer un Mondial mitigé avec l’Algérie, intéresse les diri- geants de
Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010 1 1 Mansouri L’avis de notre spécialiste

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

11

Mansouri

L’avis de notre spécialiste Demain fera un autre jour On va le dire haut et
L’avis de notre
spécialiste
Demain fera
un autre jour
On va le
dire haut et
fort, sans avoir
honte ni sans
aucune hésita-
tion, après
cette élimina-
tion concédée
mardi 23 juin
2010 contre les
USA, la vie
continuera et
ne s’arrêtera
pas à cette
date. Demain
fera un autre jour et on va encore se
lever tôt pour reprendre nos forces et
continuer notre travail chacun dans son
domaine. On doit toutefois bien retenir
les leçons de notre vécu et préserver
l’acquis que nous avons accroché. Oui,
la vie ne s’arrêtera pas en Algérie à cause
d’une élimination d’un Mondial, car
tout simplement nos ambitions ne se li-
mitent nullement à cet objectif. Les gens
qui ont pleuré, joueurs et supporteurs,
après la rencontre perdue contre les
USA, l’ont fait par amour-propre et non
pas par désastre, tristesse ou faiblesse.
Tout ceux qui connaissent les Algériens
savent que nous sommes un peuple qui
ne se résigne jamais, qui a perdu et
gagné dans sa vie, et qui va aussi
connaître d’autres succès et des décep-
tions. Demain sera un autre jour, car
l’année prochaine notre championnat
deviendra professionnel. On va aussi
commencer les éliminatoires CAN2012
et 2013, prévues au mois de septembre
prochain et on donne rendez-vous à
notre public et à toutes les sélections qui
ont hâte d’en découdre avec nous, lors
des éliminatoires qualificatives à la
Coupe du monde 2014. Rendez-vous est
pris pour le Mondial brésilien qui verra
!
notre EN plus aguerrie et performante.
On sera plus redoutables et nos ambi-
tions seront bien meilleures, car on
saura tirer les leçons de cette participa-
tion. Nos supporters savent bien où
nous nous trouvions. Les expériences
vécues nous ont permis de devenir plus
solides et bagarreurs. C’est d’ailleurs ces
expériences qui nous ont galvanisés
pour aller chercher cette qualification
au Mondial en ayant forcé l’admiration
à tout le monde, après avoir tenu tête de
manière remarquable aux Anglais et aux
Américains en Afrique du Sud. On a
vécu avec nos jeunes une saison pénible,
fatigante et magnifique à la fois. De
Blida au Rwanda, de Lusaka au Caire
puis à Oum Dourman, en passant par
l’Angola et l’Afrique du Sud, que d’émo-
tions vécues. On a connu joie et tris-
tesse. Mais une chose est certaine, on a
pris beaucoup de plaisir avec notre
Equipe nationale. On a pleuré et on a
jubilé, on a perdu, mais on a gagné une
équipe respectable et une génération de
joueurs très attachés à leur pays qui a
donné à ses enfants le privilège et l’hon-
neur de jouer un Mondial et de se frot-
ter aux grandes nations du football. Un
pays qui a procuré beaucoup de joie à
ses enfants. Aujourd’hui, on va souffler
un peu. On va se reposer de cette pres-
sion énorme qu’on a tous vécue pour
ensuite tourner la page sans la déchirer.
On va en ouvrir d’autres sur lesquelles
on écrira avec l’encre de notre sueur et
de nos efforts sur le terrain. Cela ne se
fera pas en versant dans des débats sté-
riles qui n’avancent à rien. Demain fera
un autre jour où des rendez-vous im-
portants de la vie et des défis à relever
attendent chacun de nous à son niveau.
On ne doit en aucun cas baisser les bras,
car notre parcours en Afrique du Sud
devait s’arrêter un jour ou l’autre. Cela
dit, on n’est pas la seule équipe éliminée
de ce premier tour du Mondial, mais on
ne doit pas aussi oublier qu’on a fait par-
tie de la cour des grands.
Hafid Derradji

s’en ira en catimini

S’ il y a bien un

quittera

joueur qui

l’Afrique du

Sud avec un

goût d’amer-

tume, c’est bien Yazid Mansouri. Capitaine déchu, l’ex-Lorientais aura été privé de «sa» Coupe du monde. Le milieu de terrain très contesté lors des matchs de prépara- tion tire sa révé- rence lui aussi avec

beaucoup de regrets. Des regrets qu’il nourrit par rapport à la façon avec laquelle

il a été invité à s’en aller. Meneur d’hommes, titulaire

in-

discutable, Yazid Mansouri a été réduit durant la Coupe du monde au simple rôle de dou- blure de la doublure de la doublure du titulaire. Durant les trois se- maines passées en Afrique du Sud entre le Cap Town, Pretoria et San Lameer, Mansouri n’a pas arrêté de ruminer sa colère en silence depuis que Rabah Saâdane lui avait déclaré qu’il n’était plus titulaire, après l’avoir pourtant confirmé dans son statut de ca-

pitaine quelques jours auparavant. La déception fut double pour l’ex- capitaine qui devrait annoncer sa retraite internationale sous peu. Après dix ans de bons et loyaux services, le milieu de terrain aurait aimé terminer son aventure avec les Verts d’une autre manière. Le destin, si cruel avec les joueurs de sa trempe, en a décidé autrement. On ne peut ni en vouloir à Saâdane ni à tous ses supporters qui l’ont sifflé, même si cela, le joueur ne se l’explique pas, car finalement seul le terrain a tranché, et ce même terrain avait décidé que Mansouri n’avait pas sa place dans le onze. Seulement, on aurait pu peut-être lui confier un rôle plus revalori- sant. Aller vers lui, même s’il avait décidé, par dépit, de s’isoler dans son coin.

Il voulait tirer sa révérence face au Gabon Yazid Mansouri savait qu’il n’al- lait pas faire de vieux os en sélec- tion. Il a pris conscience qu’il était temps pour lui de laisser sa place à plus jeune que soi. L’ex-Lorientais projetait du coup de tirer sa révé- rence après la Coupe du monde. Il avait tout prévu. Un dernier ba- roud d’honneur le 11 août pro- chain à Alger à l’occasion d’un match face au Gabon. Il a sans doute imaginé à quoi pouvaient ressembler ces moments. Une sor- tie à un quart d’heure de la fin. Les supporters l’applaudiront. Ses co- équipiers viendront lui faire l’acco- lade et l’accompagner jusqu’au banc de touche. Il fera le tour du stade pour saluer tout le monde. Les larmes de joie et de tristesse couleront sur ses joues. Les images de dix années de présence chez les Verts défileront dans sa mémoire comme défilent les souvenirs de toute une vie chez quelqu’un qui agonise. Un moment solennel que Yazid Mansouri ne risque pas de

Hambourg veut Bougherra

que Yazid Mansouri ne risque pas de Hambourg veut Bougherra Selon le site internet d’un journal

Selon le site internet d’un journal allemand Hamburger Morgenpost, Madjid Bougherra, le défenseur cen- tral algérien des Glasgow Rangers, serait une priorité pour le club alle- mand de première division, Ham- bourg. Lié au club écossais jusqu’en 2012, le Fennec, qui est estimé à 10 millions d’euros, intéresserait aussi plusieurs clubs européens dont cer- taines formations anglaises. Ayant été brillant, à l’instar de l’ensemble de ses coéquipiers défenseurs durant cette Coupe du monde 2010, il est donc normal que Madjid Bougherra sus- cite l’intérêt des équipes désireuses de l’engager. Walter Smith laissera-t- il son meilleur joueur partir cet été. C’est ce qu’on saura bientôt.

M. A.

vivre. Nous l’avons imaginé pour vous, pour lui, le gentleman qu’il aura été durant toute ces années. Il s’en ira en silence. Il y a des chances vraiment infimes pour qu’il soit rappelé de nouveau. Selon des indiscrétions, le futur staff technique ne compterait pas sur lui. Il s’en ira dans le sillage de cette politique de rajeunissement prônée par la FAF comme tant d’autres avant lui.

Gaouaoui, Laïfaoui, Zaoui, Raho, on achève bien les héros Yazid Mansouri n’est pas le seul à qui on a indiqué la porte de sortie. Certains l’ont prise avec un coup de pied au derrière. Raho et Zaoui, qu’on avait renvoyés en direct sur les ondes de la Radio algérienne sous prétexte qu’ils n’avaient pas le niveau vous le diront. Il viendra le tour de Gaouaoui et Laïfaoui, deux joueurs qui se sont toujours don- nés à fond. Contrairement à tous ces grincheux (Si ! Si ! il y en à la pelle), eux se sont pliés à la disci- pline du groupe. Vous croyez que Gaouaoui n’est pas déçu de se re- trouver troisième gardien ? Rien n’est moins sûr. Il était déçu, mais il a pris sur lui. Aujourd’hui, il sait qu’il n’est plus désiré. Lui aussi de- vrait annoncer sa retraite interna- tionale au même titre que Laïfaoui. On achève bien les héros. Mais nous, on vous dit, merci messieurs

Mourad H.

De Johannesburg à Doha

Yazid Mansouri ne regagnera pas Alger avec le groupe. L'ex-ca- pitaine des Verts s'est envolé de Johannesburg directement vers Doha, dans le but de parapher un contrat avec son nouveau club, Al Silia.

El Hachemi Djiar :

«On n’a pas atteint nos objectifs, mais on doit consolider nos atouts»

Le Mministre de la Jeunesse et des Sports, El Hachemi Djiar, qui était hier matin l’invité de la rédaction de la Radio chaîne III, a fait un petit bilan de la participation de l’équipe algérienne durant ce Mondial et y est revenu bien entendu sur cette élimination frus- trante, faut-il le dire, du onze national dans cette compétition. Le mi- nistre a souligné que l’EN a fait honneur au pays, en produi- sant du beau jeu et ce, malgré le manque de résultats et l’élimina- tion au final. Il ajoute néanmoins que la sélection n’a pas vraiment atteint ses objectifs en Afrique du Sud, mais précise toutefois que le travail doit continuer pour sauve- garder l’ossature et propulser l’équipe encore plus vers le haut. «Tout d’abord, je tiens à dire

que l’EN, en dépit de son élimina- tion, a réalisé un bon tournoi dans l’ensem- ble. L’équipe a pro- duit de belles prestations et n’a aucune- ment été ridi- cule, même si les résultats n’étaient pas vraiment au rendez-vous. Il faut avouer aussi qu’on n’a pas at- teints nos objectifs, mais on reste optimistes pour l’avenir. On dispose d’une jeune sélection et on doit impérati- vement consolider nos atouts pour la conduire encore plus haut. Le travail ne doit absolument pas s’arrêter là, en tout cas», a-t-il fini par dire. S. F.

là, en tout cas», a-t-il fini par dire. S. F. Accueil chaleureux des Zoulous à Magate

Accueil chaleureux des Zoulous à Magate

●● Les membres de la délégation algérienne sont revenus comme prévu à San Lameer, après avoir dis- puté son match à Pretoria. Des cen- taines de Zoulous habitant cette région ont été à l’accueil des Verts à l’aéroport de Margate.

Le maire d’Ugu invite les joueurs à un dîner

●● En guise de reconnaissance pour le choix d’établir leur camp de base dans cette région, le maire d’Ugu a organisé un dîner hier en l’honneur des joueurs.

Les supporters algériens et américains ont échangé les maillots

●● Plusieurs supporters algériens que nous avons rencontrés mercredi après le match étaient vêtus de maillots américains. Renseigne- ments pris, les Américains ont de- mandé à échanger leurs maillots à la fin de la rencontre. Des maillots qui ont apparemment beaucoup plu aux supporters américains.

1 2 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010 « L’Algérie et le B

12 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

«L’Algérie et le

BadouZaki jamais la ten

Vous êtes considéré comme le meilleur entraîneur actuel au Maroc, mais la fédération Royale Marocaine de Fottball (FRMF) ne veut pas vous accorder le poste d’entraîneur national. Pourquoi cette opposition qu’on n’arrive pas à comprendre en Algérie ? L’explication que je peux vous donner de mon côté sera considérée naturellement comme subjective, parce que ce n’est pas moi qui refuse la sélection de mon pays. Il y a des

responsables en place et c’est à eux qu’il faudra poser cette question. Demandez-leur pourquoi ils ne veulent pas prendre Zaki ? Moi, mon pas- sage en sélection a été, comme tout le monde le sait, une totale réussite. Il suffit de voir juste comment était l’équipe du Maroc et comment elle devenue aujourd’hui. Qu’ils se demandent juste ce qu’est devenue la sélection du Maroc après mon départ et qu’est-ce qui a

été réalisé depuis. Le constat est malheureusement amer, avec les problèmes, les résul- tats et les dissensions au sein même de l’équipe. C’est donc aux autres que vous devriez

poser cette question. Car de mon côté, je suis prêt et je serai toujours prêt à répondre au devoir national, mais encore faut-il que le cadre ait un minimum de normalité. Pourquoi êtes-vous si indésirable dans votre propre pays ? Je ne suis pas indésirable comme vous dites, je crois que je suis seulement trop profession- nel, pour une mentalité trop amateur, c’est tout. Vous visez bien les responsables de la FRMF, c’est ça ? Je parle bien des responsables, car si vous prenez le public, du Nord au Sud du Maroc, tout le monde est avec moi. Même le Parlement a demandé le retour de Zaki à la tête de la sé- lection marocaine. C’est donc aux autres qu’il faudra poser la question. Pourquoi vous cher- chez des entraîneurs que vous allez payer 250 millions de centimes par mois, pour vous qua- lifier à la CAN, alors que de mon temps, la qua- lification à la CAN était quelque chose de naturel pour le Maroc ? Lorsqu’on qualifiait l’équipe pour la CAN, on n’attendait même pas qu’on nous félicite pour cela. C’était tout à fait naturel, car lorsque vous avez des grands joueurs et une grande équipe, vous n’avez pas à faire des efforts surhumains pour avoir un tel résultat. Les choses vont d’elles-mêmes. Le fait d’avoir repris le WAC et gagné le titre de champion du Maroc n’est-il pas un signe à vos détracteurs pour leur prouver que vous êtes toujours le meilleur entraîneur du pays ? Vous savez, personnellement, je n’ai vrai- ment plus rien à prouver à qui que ce soit. Je n’ai pas besoin de cela pour entraîner. Mon passé en tant que joueur est connu, que ce soit en club au Maroc, à l’étranger ou alors avec la sélection nationale. En tant qu’entraîneur aussi, j’ai fait mes preuves à tous les niveaux. Je n’ai

plus rien à prouver. Si j’ai été au Widad de Ca- sablanca, c’est d’abord mon club de toujours, c’est là que j’ai été formé et l’image du WAC est celle qui me convient le mieux. De plus, le club était dans une mauvaise passe et en deux an- nées de travail seulement, on est redevenus champion du Maroc, alors qu’on courait der- rière le titre depuis longtemps. La valeur de Zaki est toujours la même. Mais pourquoi quitter le WAC après avoir gagné le titre ? Vous savez, cela je voudrais le garder pour moi. Si cela concernait un autre club, je vous aurais donné ma réponse en détails. Mais puisque c’est le WAC, le club où j’ai grandi, je préférerai donc garder comme on dit chez nous, la saleté de la maison à la maison. Disons qu’il y avait des choses qui ne tournaient pas rond.

Avec toutes les incertitudes qui existent au sein de la sélection du Maroc, l’Algérie sera
Avec toutes les incertitudes
qui existent au sein de la
sélection du Maroc, l’Algérie
sera forcément avantagée lors
des éliminatoires»

L’Algérie et le Maroc vont s’affronter bientôt pour les éliminatoires de la CAN. Comment aviez-vous réagi lorsque vous aviez appris que vous alliez en débattre avec les voisins algériens ? Tout d’abord, je dois dire que les deux équipes ont un passé glorieux. Ce sera aussi un vrai derby entre voisins. On peut dire que ce sont deux puissances égales en tous points de

vue. La qualification reviendra à l’équipe qui sera la mieux préparée. De plus dans ce groupe, il n’y aura qu’un seul qualifié entre l’Algérie, le Maroc, la Tanzanie et la République centre- africaine. C’est évidemment naturel que la pre- mière place se jouera entre le Maroc et l’Algérie. Concernant les Algériens, tout est redevenu clair aujourd’hui, ça joue avec beaucoup de dé- termination et les choses sont redevenues nor- males. Ce qui n’est pas le cas du Maroc qui est absent même des dates FIFA pour les matchs amicaux. Et cela va se répercu- ter sur la compétitivité des joueurs et

leur cohésion dans un moyen terme, au moins pour la qualification à la CAN. Vous partez bien sûr avec un grand

avantage dans ces éliminatoires. Les responsables du football marocain se doivent de réagir vite avant que ce ne soit trop tard. Qu’est-ce qui a empêché selon vous, la FRMF de ne pas choisir un sélectionneur durant toute cette période ? En tant que cadre ayant travaillé longtemps au sein de la sélection, je préfère ne pas répon- dre à cette question, par principe. Car dans ma nature, lorsque je vois que quelque chose me déplaît, je préfère lui tourner le dos et avancer

me déplaît, je préfère lui tourner le dos et avancer dans la direction opposée. C’est le

dans la direction opposée. C’est le dernier de mes soucis, car ce qui m’intéresse le plus, c’est la santé de la sélection marocaine, pas autre chose. Je n’aime pas rentrer dans des polé- miques stérilisantes, car cela peut nuire à mon image et surtout à celle du football marocain. Tout ce que je peux dire, c’est que les choses ne sont pas entre mes mains pour changer quoi que ce soit. Certains pensent qu’après ce qui s’est passé entre l’Egypte et l’Algérie, il y a de quoi craindre pour les prochaines confrontations entre le Maroc et l’Algérie. Qu’en pensez-vous personnellement ? Non, je ne le crois pas du tout. Ceci, pour la simple raison qu’on connaît la culture des deux pays en matière de

avait infligé au Maroc à domicile ! Après cette défaite, le public marocain avait longuement applaudi les joueurs algériens, bien que dans

cette période, la situation politique entre nos deux pays était assez tendue. La culture des deux peuples et la relation qui les lie depuis des siècles est trop profonde pour qu’on vive ce qui s’est produit entre les Algériens et les Egyptiens. Que ce soit du côté algérien ou marocain, la sportivité a toujours régné dans chaque confrontation. Le meilleur a toujours été ap- plaudi, que ce soit en Algérie ou au Maroc. C’est souvent une question de chance car les deux équipes jouent le même football et les deux peuples partagent pratiquement la même culture. Ce n’est donc pas possible de voir les troubles qu’on a vus au Caire dans lors de nos confrontations. Je ne peux pas l’imaginer un seul instant et

l’histoire en est le plus grand té- moin de ce que je dis. Pourquoi d’après-vous il y a eu autant de haine entre les Algériens et les Egyptiens ? Pensez-vous qu’à la place de l’Algérie, le Maroc aurait aussi subi ces agressions au Caire ? S’il vous plaît, je n’aimerais

pas répondre à cette question. Passons à autre chose, si cela ne vous gêne pas. (Il est tout confus, mais il sou- rit).

On risque de voir tout de même quelques chauvins vouloir provoquer leurs

«

m’a

essuyée à domi pelle très bien, remplaçants. Je public s’est reto guement appla aussi chauvin q choses se sera Dieu merci, nos tant qu’ils s’adm Comment av par 1-5 à Cas public ? On aurait vr Algériens ce jo fonde. On était perdu devant n aussi lourd. Pe lait perdre ce m ment on était a restait chez les football. On avait dit à défaite humil politiques de qu’on ne vous et que tous le pied ou en ta cela ? Complèteme

ne vous et que tous le pied ou en ta cela ? Complèteme «Du Sud au

«Du Sud au Nord du Maroc, tout le

peuple veut voir Zaki en sélection,

même le Parlement a demandé qu’on me remette à la tête du Maroc, mais les responsables de la FRMF me refusent»

football. Nos deux pays sont loin de tous ces excès lorsqu’ils s’affrontent. L’historique des rencontres entre l’Algérie et le Maroc est là pour le prouver. Rappelez-vous le 1-5 que l’Algérie

des rencontres entre l’Algérie et le Maroc est là pour le prouver. Rappelez-vous le 1-5 que
Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010 1 3 Maroc ne vivront sion du

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

13

Maroc ne vivront

sion du Caire»

adversaires durant les éliminatoires. Que pourriez- vous dire à ces gens ? Je ne peux vraiment pas imaginer cela

entre nos deux peuples. Car que

ce

joueurs, les sup- porteurs ou les journalistes de nos deux pays, personne n’a ces pulsions de haine dans le football. On est tous conscients qu’il ne s’agira que d’un match de football et que le meilleur ga- gnera. Je vous dis que le meilleur exemple de ce que je dis est cette défaite de 1- 5 à Casablanca que nous avions

les

soit

n’importe quoi. Quelle sottise ! Vous savez, le contexte était certes tendu politiquement, mais la déception venait surtout de l’élimination pré- coce qui se dessinait après une telle défaite, c’est tout. C’était en 1979, et on jouait les élimina- toires pour les jeux Olympiques de Moscou. Ajoutez à cela le caractère derby qui entourait cette rencontre, comme lorsqu’il s’agissait de la Tunisie ou l’Egypte contre l’Algérie ou le Maroc. Forcément, cela crée un climat tendu et chaque peuple voudrait gagner ces matchs. C’est vrai que ça nous a fait mal de ne pas aller aux JO de Moscou, mais après cela, tout le monde a accepté cette défaite qu’on a trouvée logique face à une très grande équipe d’Algérie. Tous les médias marocains avaient reconnu que les Algériens étaient plus forts que nous et qu’ils méritaient plus d’aller aux JO. Il y en a même qui avaient dit que perdre par 1-5 n’était pas cher payé, car ils pensaient à juste titre qu’on pouvait encaisser plus de buts. C’était comme un derby entre deux clubs algériens ou marocains en championnat. Tu te réveilles le matin et tu n’as qu’une chose à faire, c’est d’ac- cepter le résultat, c’est tout. Restons encore dans les fantasmes collectifs pour dire qu’on a eu vent aussi, qu’en 1982, les responsables politiques du Maroc avaient interdit au peuple de regarder les matchs de l’Algérie en Coupe du monde. Est-ce encore faux ?

la fraternité sincère et profonde qui nous lie de- puis des siècles. Peut-on savoir à quel moment aviez-vous été contacté par des clubs algériens ? J’ai mon ami Abdelkrim Medouar, le prési- dent de l’ASO Chlef, avec qui j’entretiens des rapports d’amitié sincère, mais il n’a jamais été question que j’aille entraîner son club. Fran- chement, il n’a jamais été question de cela dans nos discussions. Par contre, il y a deux ans de cela, le président de l’ES Sétif je crois m’avait sollicité pour prendre son équipe en tant qu’en- traîneur. J’ai dû décliner malheureusement cette offre, comme tant d’autres émanant de l’étranger en raison de mes affaires au Maroc. Je ne peux plus aller entraîner ailleurs, parce que je suis obligé d’être sur place. Avez-vous un fils footballeur pour vous succéder ? Oui, j’ai un fils de 12 ans, mais je ne pense pas qu’il puisse devenir un jour footballeur. Il n’est pas passé par le même chemin que son père. Il a grandi dans des conditions autres que les miennes. Ce n’est pas un chat de gouttière ? (Il se marre). Non, ce n’est pas un chat de gouttière. Il est gâté, c’est sa maman qui l’em- mène à l’entraînement en voiture et il vit dans l’aisance absolue, hamdoullah. L’enfant que sa maman emmène au Widad en voiture aux en- traînements pour une heure et qui possède

Il y a deux ans, le président de l’ES Sétif contacté, mais j’ai décliné poliment l’offre»

cile face à l’Algérie. Je m’en rap- puisque j’étais sur le banc des n’ai pas oublié comment notre urné contre nous et avait lon- udi l’équipe d’Algérie. S’il était u’on l’imagine, je crois que les ient passées autrement. Mais deux peuples se respectent au- irent. iez-vous vécu justement cette ablanca, devant votre propre

aiment aimé être à la place des ur-là, car la déception était pro- naturellement abattus d’avoir os supporteurs et par un score rsonne ne s’imaginait qu’on al- atch. Alors vous imaginez com- près une telle défaite. Mais ça sportifs un simple match de

l’époque qu’après cette iante de 1-5, les responsables votre pays avaient exigé accompagne pas chez vous s joueurs étaient rentrés à xi chez eux. Vrai ou faux tout

nt faux ! Les gens racontent

Encore des bêtises rapportées d’on ne sait où ! C’est complètement absurde tout ça. Mais vous faites bien de me le demander pour que tout le monde sache que cela n’a rien de vrai. Je vous jure que tous les Marocains étaient der- rière l’Algérie en 1982. On avait vibré à chacun des buts algériens comme vous l’avez fait pour nous lorsqu’on jouait nos matchs de Coupe du monde. Mais ce sont des Marocains qui nous l’ont dit, pas des Algériens, vous le savez ? Et bien, cela aussi rentre dans les fantasmes du peuple. Vous savez, si la télévision maro- caine n’avait pas retransmis les matchs de l’Al- gérie, c’était juste une question d’argent et de droits de retransmissions. C’était sans doute trop cher et notre télévision n’avait pas les moyens d’acheter tous les matchs, c’est tout. Les Marocains avaient une grande envie de voir les matchs de l’Algérie contre les Allemands. La preuve, c’est qu’aujourd’hui au Maroc, les gens cherchent à acheter les cartes des chaînes de télés qui détiennent le droits des matchs de l’Al- gérie et ils n’en trouvent plus, tellement l’en- gouement est total derrière l’équipe d’Algérie. Tout le monde au Maroc a été derrière l’équipe algérienne dans ce Mondial. Franchement, celui qui fait circuler ce genre de rumeurs est en train de nuire à l’histoire des deux peuples et

quatre à cinq paires de chaussures, trente ha- bits et qui est assidu à l’école, n’a pas beaucoup de chances de réussir dans le football. Ce n’est pas comme nous à notre époque. On allait une heure à l’école et 18 heures au football. Les pieds nus, les pantalons troués… (Il se marre encore plus). C’est pour cela que je ne crois pas que mon fils sera footballeur. L’Algérie dans ce Mondial ? Moi, je veux parler de Rabah Saâdane sur- tout et le travail qu’il a réalisé dans cette sélec- tion. Mais malheureusement pour lui, il est Algérien. Je pense que si c’était un entraîneur étranger qui était à sa place et qui avait réussi à qualifier l’Algérie et la sortir de la situation ca- tastrophique dans laquelle se trouvait votre football, on lui aurait sans doute érigé une sta- tue dans la plus belle place publique d’Alger. Mais puisqu’il est Algérien, les gens se sont mis à minimiser son rôle dans cette équipe. C’est une ingratitude qui existe dans tous les pays arabes et africains malheureusement. J’aimerais bien qu’on reconnaisse un jour que nous avons aussi des personnes capables de faire autant, si ce n’est plus que les étrangers qu’on paie des millions pour des résultats souvent nuls. Entretien réalisé par Nacym Djender

De notre envoyé spécial en Italie : Ahmed Lakrout

Cabrini

«Il ne manque pas grand-

chose à l’Algérie pour

devenir une grande équipe»

chose à l’Algérie pour devenir une grande équipe» Antonio Cabrini estime que c’est la défaite contre

Antonio Cabrini estime que c’est la défaite contre la Slovénie qui a éliminé l’Algérie, et non celle concédée contre les Etats- Unis. Quelles sont vos impressions après l’élimination de l’Italie au premier tour de la Coupe du monde ? Je pense que par rapport à plu- sieurs données, on s’attendait plus ou moins à ce désastre de la part de la sé- lection italienne. Et le cas de l’Italie n’est pas le seul puisque la majorité des favoris étaient très en difficulté dans ce premier tour de la Coupe du monde, à l’image de l’Angleterre, l’Es- pagne ou même la France. On s’atten- dait à ce que les équipes européennes s’illustrent lors de ce Mondial, mais ce sont plutôt les équipes sud-améri- caines qui se sont mises en évidence. Je crois que l’élimination du cham- pion du monde et du vice-champion au premier tour est catastrophique pour les deux sélections. Vous attendiez-vous à l’élimination de l’Italie au premier tour ? Non, jamais. Personne ne s’y atten- dait. On savait et on s’attendait à ce que l’Italie éprouve des difficultés pour défendre son titre, mais pas à ce qu’elle sorte au premier tour. D’autant que son groupe était très abordable. D’un autre côté, je vois que même les sélections africaines n’ont pas brillé comme tout le monde l’attendait. Là aussi, j’ai été un peu surpris. Comment cela ? Dans le dernier entretien que j’ai accordé à votre journal, j’avais dit que je m’attendais à beaucoup de surprises de la part des sélections africaines, comme la Côte d’Ivoire et le Came- roun, ou même l’Algérie et le Nigeria d’après ce que j’ai pu voir durant la CAN. Mais apparemment, à chaque fois que cette compétition sort de l’Europe, ce sont les équipes sud-amé- ricaines qui la dominent. Et que pensez-vous de la sélection algérienne qui a quitté la compétition au premier tour ?

Je pensais que le match des Etats- Unis allait être le plus difficile pour l’Algérie lors de ce Mondial, comme je vous l’ai déjà déclaré, mais en fin de compte, ce ne sont pas les Américains qui ont éliminé les Algériens, mais c’est plutôt la défaite contre la Slové- nie. Mais je pense que l’Algérie méri- tait mieux par rapport à ses prestations durant les trois matchs. Selon vous, quelles sont les raisons de l’élimination de l’Algérie ? Il est facile maintenant de critiquer et de dire beaucoup de choses, mais à mon avis, d’après mon expérience, l’Algérie a évolué avec une stratégie beaucoup plus défensive, et quand il s’agissait de jouer autrement pour être porté beaucoup plus vers l’avant, le staff technique de l’équipe d’Algérie n’a pas voulu prendre de risques. Il craignait qu’un changement de tac- tique ne désorganise peut-être le jeu de l’équipe, et de ce fait, il a préféré garder la même tactique. Quels sont les joueurs algériens qui ont attiré votre attention ? Face aux Etats-Unis, c’est sans conteste le gardien de but. Et quand le gardien s’illustre, cela veut dire que l’équipe a évité une lourde défaite et que l’adversaire a créé plusieurs occa- sions. A part le gardien ? Je crois que derrière, l’équipe s’est plutôt bien comportée. Cela fait bien longtemps que les défenseurs jouent ensemble, d’où cette cohésion entre eux. C’est la même chose pour le mi- lieu de terrain qui a bien tenu son rôle. Mais je pense que cette entente était meilleure contre l’Angleterre. Qu’est-ce qui manque à l’Algérie selon vous pour pouvoir s’imposer dans le haut niveau ? Franchement, il ne manque pas grand-chose à cette équipe pour de- venir une grande équipe. Il faut tra- vailler davantage et voir sérieusement ce qui n’a pas marché. Bon courage à l’Algérie.

Entretien réalisé par A. L.

davantage et voir sérieusement ce qui n’a pas marché. Bon courage à l’Algérie. Entretien réalisé par
14 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010
14 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

Selon La Gazzetta dello Sport

Tactiquement, l’Algérie n’a rien fait pour passer le 1 er tour

Papin

«L’Algérie dominera l’Afrique dans les années à venir»

dominera l’Afrique dans les années à venir» L’ancien chasseur de buts de l’Olym- pique de Marseille

L’ancien chasseur de buts de l’Olym- pique de Marseille et du Milan AC no- tamment, des années 1990, Jean-Pierre Papin, actuellement consultant pour la chaine sportive française, Infosport, a affirmé avant-hier sur le plateau de cette dernière que l’Algérie a fait ce qu’elle pouvait réaliser durant cette Coupe du monde et que malgré son élimination dès le premier tour, elle n’a pas de quoi rougir, au vu du beau jeu qu’elle a pu produire surtout lors de la rencontre face à l’Angleterre. L’ancien Tricolore estime que l’EN algérienne a de l’avenir devant elle et que d’ici quelques années, elle finira par domi- ner le continent africain. «Je tiens à fé- liciter cette jeune équipe algérienne pour son bon tournoi réalisé ici en Afrique du Sud. Malgré cette élimina- tion assez prématurée au premier tour, je dirai que l’Algérie a fait bonne figure et a surtout donné le meilleur d’elle- même. C’est une équipe qui possède beaucoup de qualités et je reste per- suadé que l’avenir lu appartient. D’ici quelques années, elle finira certaine- ment par dominer le continent africain. En tout cas, chapeau !», dira Papin. S. F.

Les notes attribuées aux joueurs Voici les notes attribuées par les spé- cialistes de La
Les notes attribuées
aux joueurs
Voici les notes attribuées par les spé-
cialistes de La Gazzetta dello Sport aux
joueurs algériens qui ont participé à ce
match USA-Algérie
M’bolhi :
7,5
Belhadj :
6,5
Kadir :
6
Yahia :
6
Halliche :
6
Bougherra :
6
Guedioura :
6
Djebbour :
6
Matmour :
6
Ghezzal :
5
Ziani :
5
Yebda :
5
Saâdane : 5,5. Cette notre s’explique
par les changements opérés par le
coach et ses choix techniques pas du
tout opportuns, fait remarquer le quo-
tidien italien. En revanche, son col-
lègue Bob Bradley a eu droit à un 7,5.

L e journal sportif italien, La Gazzetta dello Sport, est revenu, hier jeudi, sur la déconvenue des Verts dans ce Mondial 2010. Selon ce quo- tidien spécialisé à grand tirage, les Algériens n’ont pas eu un rendement à même de leur per-

mettre de forcer cette chance qui semblait pourtant de leur côté. Dans ce match, ajoute l’auteur de cet article, la sélec- tion algérienne, qui devait le remporter pour espérer un passage historique au deuxième tour, a été battue tacti- quement par une équipe américaine plus menaçante de- puis l’entame du match. Loin de leur niveau montré contre l’Angleterre, les capés de Saâdane ont été à chaque fois dé- passés et pris de court par les poulains de Bob Bradley. L’excellente performance du gardien M’bolhi et l’énorme envie de vaincre des coéquipiers de Bougherra n’ont, fina- lement, pas suffi pour contrecarrer les multiples assauts américains. C’est ainsi qu’ils ont craqué lors du temps ad- ditionnel.

«Saâdane a perdu la bataille tactique»

En ce qui concerne le volet tactique de ce match, notre confrère de La Gazzetta dello Sport n’a pas hésité à incom- ber l’entière responsabilité de ce revers au coach Saâdane :

«L’entraîneur algérien a failli tactiquement. Hormis le cou- rage des joueurs et leurs exploits techniques, on n’a pas vu une stratégie de jeu nette de la part des Algériens.» Ahmed Lakrout

Cela s’est passé avant le match contre les USA

Amrou Zaki et Sayed Moawad soutiennent l’Algérie

M algré le fait que les relations entre l’Al- gérie et l’Egypte sont au point mort, cela n’a pas empêché les joueurs de

l’équipe nationale d’Egypte, Amrou Zaki et Sayed Moawad, de soutenir les coéquipiers de Karim Ziani face aux USA. En effet, les deux Pharaons ont déclaré avant le coup d’envoi de la rencontre qu’ils sont corps et âme avec les Verts.

Amrou Zaki : «Je suis un musulman et je ne souhaite jamais la défaite aux Algériens»

L’attaquant égyptien Amrou Zaki a déclaré au quotidien Emirat : «C’est vrai que c’est dur de re- garder les matchs de la Coupe du monde à travers

le petit écran et de ne supporter aucune équipe. N’oubliez pas que je suis un arabe musulman, cela veut dire que je ne souhaite jamais la défaite aux Algériens.»

Sayed Moawad : «J’ai supporté l’Algérie face aux Anglais»

Pour sa part, l’arrière gauche des Rouge et Noir de l’Egypte, Sayed Moawad, a ajouté : «C’est vrai que j’ai participé à la fameuse rencontre entre l’Al- gérie et l’Egypte, mais dans le foot il y a un gagnant comme il y a un perdant. D’ailleurs, j’ai supporté l’Algérie contre les Anglais, et je la supporterai aussi face USA.»

Zenir : «Madjer est le mieux indiqué pour prendre en main la sélection»

Zenir : «Madjer est le mieux indiqué pour prendre en main la sélection»

est le mieux indiqué pour prendre en main la sélection» «Saâdane a fait du bon travail,

«Saâdane a fait du bon travail, mais il est temps pour lui de quitter la sélection par la grande porte. Il faut éviter le scénario de Domenech.»

Comment analysez-vous le parcours de l’EN durant ce Mondial sud-africain ? Vous vous souvenez qu’avant le début du Mondial, je vous disais que le plus important

pour nous sera de sortir avec une belle équipe d’avenir sans trop se soucier des ré- sultats. Je pense que malgré notre élimina- tion assez amère, il reste qu’on a démontré de belles choses et on n’a nullement été ridi- cules. Après 24 ans d’absence, je dirai qu’on a fait un bon retour, même si je pense qu’il y avait de la place pour passer aux 8 es de finale. Quels sont, selon vous, les points positifs et négatifs qu’on peut relever de la participation de l’EN durant ce Mondial ? Personnellement, j’ai été séduit par les deux très belles prestations fournies par l’équipe face à l’Angleterre et aux USA. Le jeu de l’EN s’est nettement amélioré durant ce Mondial et je pense qu’on pouvait aspirer à de meilleurs résultats. On a gagné un grand gardien aussi, en la personne de M’bolhi, qui nous a vraiment épatés. Pour ce qui est des points négatifs, je dirai que notre seul et vrai problème réside dans l’inefficacité de la ligne offensive. Selon vous, cette inefficacité est due au système tactique adopté par Saâdane ou bien au manque d’attaquants de haut niveau ? Les deux, même si je pense que Saâdane aurait dû apporter plus de soutien à la ligne offensive de l’équipe. Vous savez, jouer

qu’avec un seul attaquant de pointe n’est pas recommandé pour prétendre marquer beau- coup de buts aussi. Face aux USA, il aurait été plus judicieux que Saâdane aligne d’en- trée la paire Ghezzal-Djebbour.

Beaucoup demandent le changement à la barre technique des Verts. Et vous, qu’en pensez-vous ? Oui, je pense qu’il est temps d’apporter du changement à la tête de la sélection. Saâdane a fait un excellent travail, mais il doit remet- tre sa démission et quitter l’EN par la grande porte. Pourquoi donc ? Il faut dire ce qui en est, Saâdane

poste de sélectionneur ? Sans hésitation aucune, Madjer qui jouit d’une grande popularité et d’un grand res- pect ici en Algérie. Il connaît bien le football et je pense qu’il peut beaucoup apporter. Re- gardez ce que fait Maradona avec l’Argentine. Il faut faire confiance à Madjer et l’aider à mettre en place un staff technique de qualité.

Entretien réalisé par Rachid B.

Guendouz : «On ne mérite pas de passer au second tour» Pour l’ancien défenseur de
Guendouz :
«On ne mérite pas
de passer au second tour»
Pour l’ancien défenseur de
Verts, les choses sont toutes
simples. L’Algérie a produit,
certes, du beau jeu durant ce
Mondial, mais ne mérite pas de
passer pour les 8 es de finale.
«C'est vrai que nous avons réalisé
des matchs héroïques, mais sur le
plan purement technique, on
n'avait pas le niveau pour passer au
deuxième tour. On n’a pas réussi à mar-
quer le moindre but. Alors comment peut-on es-
pérer se qualifier ? Nos joueurs jouent avec
beaucoup de cœur, mais cela ne suffit
pas.»
S. F.

ne maîtrise plus le groupe. Il doit quitter la sélection et laisser la place à un nouveau sélection- neur qui saura comment ins- taurer la rigueur au sein de l’équipe. Prenons l’exemple de l’équipe de France. Si la Fédé- ration française avait renvoyé Domenech après l’Euro 2008, et bien, soyez-en sûr qu’elle n’aura pas vécu tous ces problèmes en- durés lors de cette Coupe du

monde. Parfois, la nécessité d’un changement s’impose.

Qui selon vous pourrait occuper le

15 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010
15
Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

Guy Roux «Cherchez bien, car il doit y avoir d’autres Zidane en Kabylie»

«Il manque à cette équipe un patron et un attaquant de métier»

à cette équipe un patron et un attaquant de métier» «Les Algériens doivent être fiers de
à cette équipe un patron et un attaquant de métier» «Les Algériens doivent être fiers de

«Les Algériens doivent être fiers de leur sélection»

contre les Etats-Unis surtout. Par ses interventions durant les deux matchs qu’il a joués, il a prouvé qu’il reste gardien hors du commun. Pour moi, ce gar- çon est destiné à un bel avenir.

Y a-t-il d’autres joueurs dans le compartiment défensif qui ont retenu votre attention ? Je n’ai pas l’habitude de citer les noms de joueurs, mais je dois dire que tous les éléments évo- luant en défense ont retenu mon attention.

Que pensez-vous du rendement des joueurs qui composent l’entrejeu ?

Les milieux de terrain défen- sifs sont excellents et ont parfaitement rempli

défen- sifs sont excellents et ont parfaitement rempli G uy Roux, l’ancien coach auxerrois, se trouve
G uy Roux, l’ancien coach auxerrois, se trouve en Afrique du Sud pour le Mondial
G uy Roux, l’ancien coach auxerrois, se trouve en
Afrique du Sud pour le Mondial 2010. Consultant
sur des chaînes de télévision françaises, Canal+ et
Europe 1, l’ancien entraîneur du club bourguignon, qui a
suivi les rencontres de la sélection nationale, considère que l’élimination au
premier tour de l’Algérie n’est pas une fin d’épopée, contrairement à
certains. L’entraîneur français affirme dans cet entretien que l’Algérie a,
certes, perdu deux matches, mais elle a gagné une grande équipe d’avenir.

Tout d’abord, un commentaire sur l’élimination de la sélection algérienne au premier tour de la Coupe du monde ? Je dois d’abord dire que malgré une longue absence en Coupe du monde qui aura duré 24 ans, la sélection algérienne est revenue sur la scène du football mondial. Je crois que pour un retour parmi les grands, l’Algérie n’a pas fait que de la simple figuration. Au contraire, elle a présenté un visage plus que séduisant. Malgré son élimination, la sélection al- gérienne a laissé apparaître de réelles capacités en tenant tête aux trois équipes du groupe. Je pense qu’avec un peu plus de chances et de réussite, l’Algérie aurait pu facilement se qualifier aux huitièmes. Franchement, j’éprouve beaucoup de regrets par rapport à cette élimina- tion. Mais les Algériens doi- vent se montrer fiers de leur équipe nationale.

Vous vous dites vraiment être déçu de l’élimination de la sélection d’Algérie ? Je ne vous cache pas que j’ai d’abord été frustré par la sortie prématurée de l’équipe de France de ce Mondial 2010 autant que

j’ai été peiné par l’élimination de l’équipe algérienne qui a réalisé trois belles prestations. A mon avis, les Verts méritaient beau- coup mieux. Mais par rapport à ce qu’elle a laissé apparaître, j’in- siste pour dire que les Algériens doivent se montrer fiers de leur Equipe nationale.

Vous paraissez très séduit par cette nouvelle génération qui compose l’Equipe nationale algérienne ? En effet, mais je trouve que cette élimination ne devrait pas être la fin de cette équipe. Pour moi, ce n’est que la naissance d’une

«J’ai été séduit par la défense et le milieu de terrain, et M’bolhi m’a impressionné»
«J’ai été
séduit par la
défense et le
milieu de terrain,
et M’bolhi m’a
impressionné»
lents

grande

équipe qui

renferme

d’excel-

joueurs et

qui déjà

possède

un grand

potentiel. Je pense qu’il va falloir la préserver. Les autorités algé- riennes sont appe- lées à mettre tous les moyens à la dis- position de cette

lées à mettre tous les moyens à la dis- position de cette jeune équipe dont la

jeune équipe dont la moyenne d’âge ne dépasse pas les 25 ans et

qui a les ca- pacités pour aller encore très loin.

«Saâdane a beaucoup d’expérience, je suis pour son maintien à la tête de l’EN»
«Saâdane
a beaucoup
d’expérience, je
suis pour son
maintien à la
tête de
l’EN»

leur mission. Mais il a manqué à ce compartiment un vrai patron, un créateur pour ali- menter la ligne d’attaque. Pour cela, je vous conseille d’aller voir en Kabylie où il doit sûrement y

avoir d’au- tres Zinedine Zidane(rire) pour combler ce vide au sein de la sé- lection. Non, mais c’est vrai qu’il faut un bon milieu offensif. S’il y avait au sein de cette équipe un joueur comme Saïb des années 90, il ça au- rait fait l’affaire. Par rap-

elles ont été malheu- reusement ratées en l’absence d’un buteur.

malheu- reusement ratées en l’absence d’un buteur. Boudebouz est resté plus longtemps sur le banc. Ne

Boudebouz est resté plus longtemps sur le banc. Ne pensez-vous qu’il était préférable de l’intégrer plus souvent ? Je ne peux répondre à cette question pace que cela concerne le coach Saâdane. Je crois qu’il

est le mieux placé pour répondre

à cette question. Saâdane connaît

mieux que quiconque sa sélec- tion et s’il a décidé de ce choix, c’est qu’il a sûrement ses raisons.

En parlant de Saâdane, pensez- vous que son maintien est préférable ? J’ai pu suivre le parcours de la sélection algérienne en Coupe d’Afrique et en éliminatoires de la Coupe du monde, notamment les deux confrontations face à l’Egypte. J’ai pu suivre aussi les matchs de l’équipe d’Algérie lors de la Coupe d’Afrique. En voyant les prestations de l’équipe d’Algérie, pour moi Saâdane a réalisé un excellent travail qui est en train de porter ses fruits, même si l’Algérie a été éliminée au premier tour de cette Coupe du monde.

Qu’est-ce qu’il vous plaît en lui ? Saâdane est un entraîneur qui

a une longue expérience qu’il a

pu mettre au profit de la sélec- tion algérienne. Je pense que son maintien à la tête de la sélection est préférable, je dirai impérative même. Vous avez une équipe d’avenir et avec Saâdane à sa tête, elle de grandes chances d’aller au Mondial 2014. Entretien réalisé par Ali B.

«L’élimination de la sélection algérienne m’a fait mal, mais cette jeune équipe peut aller loin,
«L’élimination
de la sélection
algérienne m’a fait
mal, mais cette
jeune équipe
peut aller loin,
si…»

port à ses qualités, Mouss pouvait être le patron de cette équipe.

La ligne d’attaque a été le point faible de la sélection algérienne. Votre avis ? En effet, j’ai constaté cela. Pour moi, la ligne d’attaque algé- rienne manque d’un ou deux at- taquants de métier. C’est un peu le cas de l’équipe de France qui en ce moment souffre aussi de l’absence d’un véritable buteur. L’équipe d’Algérie a besoin d’un grand attaquant comme l’Ivoi- rien Drogba. S’il yen avait un comme lui au sein de la sélec- tion, il est sûr que l’Algérie serait aujourd’hui aux huitièmes de fi- nale.

Au début de l’entretien, vous nous avez dit que l’Algérie a fourni son meilleur match contre les USA. Pourquoi ? Je maintiens ce que j’ai dit et ce, pour la simple raison que face aux USA, l’équipe d’Algérie s’est créé plus d’occasions que face à la Slovénie et l’Angleterre. Mais

Qu’est-ce qui

vous a séduit le plus dans cette sélection ? Pour être sincère avec vous, j’ai été agréablement séduit par le rendement collectif du groupe. Bien que je me trouve en Afrique du Sud, je n’ai pas eu l’occasion d’assister aux matchs de la sélec- tion algérienne. Mais grâce à la télé, j’ai pu suivre les trois matchs de l’Algérie face à la Slovénie, l’Angleterre et les USA. Lors des trois rencontres, j’ai pu apprécier la qualité du football produit par l’Equipe nationale algérienne.

C’est sûrement le compartiment défensif qui vous a aussi séduit, non ? En effet, le compartiment dé- fensif m’a beaucoup séduit, mais aussi j’ai été impressionné par les prestations du gardien de but M’bolhi face à l’Angleterre et

16 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010
16 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010
Stade : Green Point Stadium (Le Cap) Affluence : nombreuse Arbitres : Pozo, Basualto, Mon-
Stade : Green Point Stadium
(Le Cap)
Affluence : nombreuse
Arbitres : Pozo, Basualto, Mon-
dria (Chi)
Avertissements : Nkoulou (25’),
Mbia (81’) (Cameroun) ; Kuyt
(17’), Van der Vaart (64’), Van
Bronckhorst (69’) (Pays-Bas)
Buts : Eto’o (65’ s.p.) (Came-
roun);Van Persie (36’), Huntelaar
(84’) (Pays-Bas)
Cameroun 1 - Pays-Bas 2
Les Pays-Bas sans pitié
A vec trois victoires en trois
matches, les Pays-Bas ter-
minent à la première place
Cameroun : Hamidou, Geremi,
Mbia, Nkoulou (R. Song 74’),
Assou-Ekotto, N’Guemo, Ched-
jou, Bong (Aboubakar 56’), Ma-
koun, Choupo Moting (Idrissou
72’), Eto’o
Entraîneur : Le Guen
Pays-Bas : Stekelenburg, Bou-
lahrouz, Van Bronckhorst, Me-
thijsen, Heitinga, Van Bommel,
De Jong, Sneijder, Kuyt (Elia 66’),
Van de Vaart (Robben 73’), Van
Persie (Huntelaar 59’)
Entraîneur : Van Marwijk
du groupe E. Vainqueur du Came-
roun (2-1), les Oranje affronteront
la Slovaquie en huitièmes. Symbole
des difficultés africaines dans «sa»
Coupe du monde -une seule forma-
tion, le Ghana, qualifiée pour la
phase suivante- le Cameroun vou-
lait montrer une autre facette. Celle
des éliminatoires, par exemple, où
les Lions Indomptables avaient ter-
miné largement en tête, se basant
sur une solide assise défensive (seu-
lement deux buts encaissés). On se
demandait si le Lion pouvait encore
rugir, ne serait-ce que pour une
qu'à se montrer dangereux.

question de fierté après les critiques qui se sont abattues sur lui. Pre- mière nation éliminée de la compé- tition, le Cameroun voulait relever la tête face aux Pays-Bas, première

formation Le Guen «Beaucoup de regrets» «On quitte ce Mondial avec beaucoup de re- grets,
formation
Le Guen
«Beaucoup de
regrets»
«On quitte ce Mondial avec beaucoup de re-
grets, on sait qu'on portait beaucoup d'espoirs,
de tous les Camerounais, mais on n'a pas réussi à
les concrétiser. J'ai fait rentrer Rigo-
bert Song (qui devient le pre-
mier Africain à avoir joué
dans quatre Coupes du
monde ndlr), c'est un
joueur qui a beaucoup
de sélections, c'est un
joueur embléma-
tique».

qualifiée. Décriée

pour son excès d'individua- lisme, l'équipe de Paul Le Guen a enfin joué col- lectivement. Cher- chant rapidement à se

rassurer sur le plan technique, les Afri- cains ont d'abord confisqué le ballon, faisant courir l'adversaire, pour mieux le piéger dans les intervalles après avoir créé le déca- lage. Les inten- tions étaient là. Ne manquait plus

Les Lions Indomptables volontaires Et c'est là où le bât blesse pour les Camerounais, griffés en contres par des Oranje, dont la mécanique of- fensive est bien huilée. Le sélection- neur néerlandais, Bert van Marwijk, avait prévenu que sa for- mation cultivait «les vertus de la pa- tience» et ça n'a pas manqué. La demi-heure de jeu passée, les Ba- taves, s'appuyant sur une discipline tactique prononcée, ont haussé le ton, en même temps que les co- équipiers de Samuel Eto'o étaient à la recherche d'un second souffle. Profitant de la moindre erreur tech- nique adverse, les Bataves explo- saient vers l'avant, recherchant au plus vite l'attaquant de pointe, tou-

jours à la limite du hors jeu. Face au jeu latéral proposé par le Cameroun s'opposait la verticalité prônée par les Pays-Bas. Si Souleymanou a plu- sieurs fois repoussé l'échéance face

à van Persie (19e) ou encore van der

Vaart (26e), il n'a rien pu faire lorsque l'attaquant d'Arsenal s'est

présenté une seconde fois face à lui,

à la conclusion d'un superbe jeu en

triangle (36e) avec le milieu du Real Madrid. Une réalisation qui libère le Gunner, muet depuis le début de la compétition.

Les Oranje supérieurs Pour sauver des Lions domptés par la maîtrise technique batave, le capitaine Eto'o sonnait la révolte, profitant d'une main de van der Vaart dans la surface pour tromper sur penalty Stekelenburg (65e),

jusqu'alors peu alerté. Venait alors le temps des symboles, avec l'entrée en jeu du vétéran Rigobert Song pour le Cameroun et de Robben pour les Pays-Bas, de retour à la

compétition, avec tous les espoirs que cela porte. Justement, c'est l'ai- lier volant qui trouvait le montant du portier camerounais, laissant le

champ libre à Huntelaar (83e) pour donner la victoire aux Oranje, lui qui remplaçait le premier buteur quelques minutes auparavant. Dans un match ouvert, chacun y a trouvé son compte. Car si le Cameroun concède une troisième défaite en autant de rencontres, il a démontré un bel état d'esprit face à des Pays- Bas tout simplement trop forts, confirmant qu'ils sont l'un des pré- tendants au titre suprême. La Slova- quie en tremble déjà

Stade : Royal Bafokeng Stadium (Rustenburg) Affluence : nombreuse Arbitre : Gerome Damon (RSA) Avertissements
Stade : Royal Bafokeng Stadium
(Rustenburg)
Affluence : nombreuse
Arbitre : Gerome Damon (RSA)
Avertissements : Kroldrup (29’), C.
Poulsen (48’), Bendtner (66’) (Dane-
mark) ; Honda (17’), Endo (30’) (Japon)
Buts : Tomasson (81’ s.p.) (Danemark) ;
Endo (17’), Nagatomo (26’), Okazaki
(87’) (Japon)
Danemark : Sörensen, Jacobsen, Agger,
Kröldrup (Larsen 56’), S. Poulsen, C.
Poulsen, Kahlenberg (Eriksen 63’), Jor-
gensen (J. Poulsen 34’), Rommedahl, To-
masson, Bendtner
Entraîneur : Olsen
Japon : Kawashima, Komano, Naga-
tomo, Tanaka, Nakazawa, Abe, Matsui
(Okazaki 73’), Endo, Hasebe, Okubo
(Konno 88’), Honda
Entraîneur : Okada

Danemark 1 - Japon 3

Le Japon s'invite en 8 es

doutable. Pendant que Tomasson ven- dangait et se cassait les dents sur sa dé- fense, l'équipe de Takeshi Okada n'a eu besoin que de deux coups de patte pour forcer la décision. Deux coups francs :

le premier - un tir flottant et puissant de Keisuke Honda - s'est logé dans le petit filet droit de Sörensen. Surpris par la trajectoire du ballon, le gardien da- nois avait effectué un petit pas sur sa gauche. Erreur fatale. (1-0, 17e). Le se- cond but japonais ? Une merveille de frappe enroulée signée Endo, qui a contourné le mur danois pour replon- ger le long du poteau (2-0, 30e). Ce même Endo aurait pu inscrire un nou- veau coup franc si son lob de 35 mètres n'avait pas heurté le montant droit de Sörensen (49e). Servi sur un plateau par Honda, Okazaki s'est chargé de mettre les siens à l'abri (3-1, 88e). Le Japon poursuit donc assez logiquement sa route. Incapable de développer du jeu, maladroit offensivement, le Dane- mark n'a réduit le score que grâce à un penalty (généreux), transformé en deux temps par Tomasson (2-1, 81e). Cela ne lui évite pas un retour préma- turé au pays, avec deux revers dans ses valises. Et le sentiment du devoir non- accompli : lors de ses trois précédentes participations, le Danemark avait fran- chi le cap du premier tour. Pas cette fois.

Q ui l'aurait cru il y a en- core deux semaines ? Mardi prochain (15 heures), à Pretoria, le Japon défiera le Paraguay

en huitième de finale de cette Coupe du monde 2010. L'affiche promet d'être aussi improbable qu'inédite. Voir le pays du Soleil-Levant atteindre ce stade de la compétition pour la deuxième

Résultats d’hier

Groupe E Nouvelle- Paraguay 0-0 Zélande Italie Slovaquie 3-2 Groupe F Cameroun Pays-Bas 1-2 Japon
Groupe E
Nouvelle-
Paraguay
0-0
Zélande
Italie
Slovaquie
3-2
Groupe F
Cameroun
Pays-Bas
1-2
Japon
Danemark
1-3

Programme d’aujourd’hui

Groupe G Côte RDP Corée 15h00 d’Ivoire Portugal Brésil 15h00 Groupe H Espagne Chili 19h30
Groupe G
Côte
RDP Corée
15h00
d’Ivoire
Portugal
Brésil
15h00
Groupe H
Espagne
Chili
19h30
Suisse
19h30
Honduras

fois de son histoire, huit ans après y être parvenu sur ses terres, peut sembler surprenant. Mais si le Japon termine deuxième du groupe E, à trois lon- gueurs des Pays- Bas, c'est d'abord parce qu'il a su dompter ses deux concurrents di- rects. Face à l'expé-

du

Danemark, la sélec- tion japonaise a affi- ché les vertus qui avaient retourné le Cameroun (1-0) et qui avaient fait va- ciller l'ogre néerlan- dais (0-1) : une vraie solidarité, un collec- tif bien organisé, une incontestable envie de jouer et une efficacité re-

rience

: une vraie solidarité, un collec- tif bien organisé, une incontestable envie de jouer et une
17 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010
17
Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010
Stade : Ellis Park Stadium (Johan- nesburg) Affluence : nombreuse Arbitres : Webb, Cann, Mullarkey
Stade : Ellis Park Stadium (Johan-
nesburg)
Affluence : nombreuse
Arbitres : Webb, Cann, Mullarkey
(Angleterre)
Avertissements : Strba (17’), Vittek
(39’), Pekarik (50’), Mucha (82’)
(Slovaquie) ; Cannavaro (30’), Pepe
(76’), Quagliarella (82’) (Italie)
Buts : Vittek (24’, 73’), Kopunek
(89’) (Slovaquie) ; Di Natale (81’),
Quagliarella (90’+2) (Italie)
Slovaquie : Mucha, Pekarik, Skrtel,
Durica, Zabavnik, Hamsik, Strba
(Kopunek 87’), Kucka, Stoch, Jen-
drisek (Petras 90+4’), Vittek (Sestak
90’+2)
Entraîneur : Weiss
Italie : Marchetti, Criscito (Maggio
46’), Zambrotta, Chiellini, Canna-
varo, De Rossi, Gattuso (Quaglia-
rella 46’), Montolivo (Pirlo 56’),
Pepe, Di Natale, Iaquinta
Entraîneur : Lippi

Buffon : «On n’a rien proposé»

Gianluigi Buffon (gar- dien de but Ita- lie, interrogé sur la Rai) :

«La Slovaquie et la Nouvelle- Zélande sont des équipes que nous devons respecter, sans plus. Alors, si on ne réussit pas à battre au moins une des deux, c’est normal d’être éliminés. On a joué un bon match contre le Paraguay (1-1), mais on s’est loupés contre la Nouvelle-Zélande (1-1) et la Slovaquie (2-3). On n’a rien pro- posé qui pouvait nous rendre compéti- tifs. Et avec l’absence de Pirlo (blessé), il nous a manqué quelque chose au niveau créatif. Mais il n’y avait personne en Ita- lie qui aurait pu apporter plus dans ce domaine-là. C’est ça la réalité du foot- ball italien.»

C’est ça la réalité du foot- ball italien.» Slovaquie 3 - Italie 2 L’Italie, l’autre fiasco

Slovaquie 3 - Italie 2

L’Italie, l’autre fiasco !

Slovaquie 3 - Italie 2 L’Italie, l’autre fiasco ! B attue par la Slovaquie (2-3), l’Italie

B attue par la Slovaquie (2-3), l’Italie quitte la Coupe du monde par la petite porte. Comme la France en

2002, le tenant du titre ne verra pas les huitièmes de finale. Un dé- nouement finalement logique. L’Italie a de la mémoire. Jusqu’au bout, elle se voyait marcher sur les traces de ses illustres aînés. Mais à l’inverse de la génération 1982, sa- crée il y a vingt-huit ans après trois nuls en phase de poules, cette Squadra Azzura 2010 n’a pas su forcer son destin. Elle ne sera pas championne du monde. Son revers

face à la Slovaquie (2-3), hier, à Jo- hannesburg, a précipité sa chute. Avec seulement deux points au compteur dans ce groupe F, le te- nant du titre ne verra pas les hui- tièmes de finale. Comme la France, elle aussi tombée sans gloire en 2002. Comme le Brésil,

en 1966, et

l’Italie en 1950.

Vittek s’offre un doublé

A y regarder de plus près, cer- tains indices auguraient d’une telle issue. Les matchs amicaux (0-0 face au Cameroun, 1-2 face au Mexique, 1-1 contre la Suisse) étaient déjà les prémices d’une ca- tastrophe nationale annoncée. Ac- crochée par le Paraguay (1-1) et la Nouvelle-Zélande (1-1), cette Squadra n’est que l’ombre de celle

qui fut sacrée il y a quatre ans face

à la France. Cette fois, elle a payé

ses errements tactiques, sa fébrilité défensive et son manque flagrant d’imagination offensive. Les deux premiers buts slovaques, inscrits par Robbert Vittek, sont venus sanctionner l’attentisme de sa charnière centrale. L’ancien Lillois

a profité d’une relance hasardeuse

de De Rossi (0-1, 25’ ), puis de l’at- tentisme de Chiellini (0-2, 75’) pour indiquer la sortie à l’Italie. Kopunek (1-3, 89’) s’est chargé de

la botter en touche. Skrtel sauve sur sa ligne ! Les ti- tularisations de Gattuso, au milieu, et de Iaquinta, en pointe, devaient pourtant lui redonner un soupçon de percussion. L’intronisation d’un 4-3-3 devait apporter du liant à son collectif. Marcelo Lippi a eu tout faux sur toute la ligne. Un chiffre résume la stérilité de son at- taque, qui n’aura donc marqué que deux fois en trois rencontres : face à la Slovaquie, la Squadra n’a cadré

que deux tirs en soixante-six mi- nutes. Celui de Quagliarella, sauvé sur sa ligne par le genou droit de Skrtel (66’), hantera les nuits ita- liennes durant plusieurs semaines. Le raté monumental de Pepe, au bout du temps additionnel, aussi (90’+5). Entre-temps, l’Italie s’était

enfin décidée à appuyer sur l’accé- lérateur. Elle avait même relancé le suspense, grâce à Di Natale (1-2, 81’) et Quagliarella (2-3, 90’+2). Trop tard. Beaucoup trop tard.

Lippi :

«J’assume tout !»

Trop tard. Beaucoup trop tard. Lippi : «J’assume tout !» Sélectionneur d’une Italie piteu- sement éliminée

Sélectionneur d’une Italie piteu- sement éliminée au premier tour de ce Mondial 2010, Marcello Lippi ne fuit pas ses responsabili- tés reconnaissant qu’il n’a pas pré- paré l’équipe de manière suffisante : «J’assume toutes les res- ponsabilités. Mon équipe avait de la terreur dans les jambes, dans la tête et dans le cœur, et si on n’a pas réussi comme il le fallait, c’est parce que l’entraîneur n’a pas pré- paré l’équipe de manière correcte sur les plans psychologique, phy- sique et tactique, surtout psycho- logique. Je suis déçu pour le sport italien, les joueurs, la fédération, tout le monde. Aujourd’hui, je n’ai pas préparé l’équipe de manière suffisante. Ça me déplaît à mourir de finir mon expérience avec la fé- dération de cette manière. Je ne dis pas qu’on allait gagner le Mondial, mais au moins faire quelque chose de différent. J’assume toute la res- ponsabilité de ce qui s’est passé. Je souhaite le meilleur à mon succes- seur, et merci pour ces années.»

Stade : Peter Mokaba Sta- dium (Polokwane) Affluence : nombreuse Arbitres : Nishimura, Sagara (Jap),
Stade : Peter Mokaba Sta-
dium (Polokwane)
Affluence : nombreuse
Arbitres : Nishimura, Sagara
(Jap), Hae Sang (Kor)
Avertissements : V Caceres
(9’), Santa Cruz (41’) (Para-
guay). Nelsen (50’) (Nouvelle-
Zélande)
Paraguay : Villar, Caniza,
Morel, J Caceres, Sa Silva, V Ca-
ceres, Vera, Riveros, Santa Cruz,
Cardozo (Barrios. 65’), Valdez
(Benitez 66’)
Entraîneur : Martino
Nouvelle-Zélande : Paston,
Bertos, Lochhead, Smith, Nel-
sen, Reid, Elliott, Vicelich,
Smeltz, Killen (Brockie 78’), Fal-
lon (Wood 68’)
Entraîneur : Herbert

Paraguay 0 - Nouvelle-Zélande 0

Mission réussie pour les Guaranis

0 - Nouvelle-Zélande 0 Mission réussie pour les Guaranis Paraguay voulait terminer la première place de

Paraguay voulait terminer

la première place de son

groupe pour éviter les Pays-

Bas en huitièmes. C’est chose faite après son match nul contre la Nou- velle-Zélande (0-0). Invaincu en phase de poule, le Paraguay termine à la première place. Ce qui lui évi- tera, sauf gros retournement de si- tuation dans le groupe E, de tomber sur les Pays-Bas en huitièmes de fi- nale. C’était l’objectif principal des

L e

à

hommes de Martino qui ont réussi

leur coup en prenant un point un peu triste face à la Nouvelle-Zé- lande (0-0). La seule mauvaise nou- velle concerne le nouvel avertissement reçu par V.Caceres qui sera suspendu pour les hui- tièmes. Vera, lui, a joué en vrai gro- gnard au milieu du terrain. Il n’a pas pris de jaune et sera au rendez-vous lors du prochain tour. Le Paraguay est la quatrième nation sud-améri-

caine en huitièmes avec le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay.

Barrios laissé au repos

Sans Barrios d’entrée de jeu, mais avec Cardozo et surtout un Santa Cruz très actif devant, la formation albirroja n’a pas vraiment été mise en danger par les All Whites (60%

de possession, 17 tirs contre

4 !).

La seule occasion océanienne a été une frappe dangereuse du vétéran

Elliott, un milieu qui n’a pas de

Chez les Paraguayens, c’est

l’étonnant latéral gauche Caniza qui

a été le plus dangereux sur ses frappes (19’, 29’). Le portier ad- verse, Paston, a aussi été héroïque. Avec trois points, la Nouvelle-Zé- lande rentre chez elle en terminant devant l’Italie battue par la Slova- quie (2-3). C’est déjà une superbe victoire pour les Kiwis qui avaient perdu trois matchs sur trois en

club

1982.

Martino : «Un sentiment mitigé»

Premier du groupe F malgré un triste nul contre la Nouvelle-Zé-

lande (0-0), le Paraguay devrait évi- ter les Pays-Bas en huitièmes de finale. Pourtant, Gerardo Martino a joué la fine bouche. «Evidemment, je suis très content de la qualifica- tion. Mais on a tellement mal joué

Après la

en première mi-temps

pause, c’était mieux. On pensait bien s’en sortir offensivement, mais rien n’a fonctionné !», a regretté le tech-

nicien guarani. Elu l’homme du match, Roque Santa Cruz en a bavé

en attaque : «Ils ont joué tellement

Le match est de-

venu très ennuyeux. Heureusement, on termine à la première place !»

défensivement

Herbert : «Sortir du Mondial de cette façon-là, c’est parfait»

Troisième du groupe devant le champion du monde italien, la Nouvelle-Zélande n’en revient pas. «Je dois me pincer pour voir que ce n’est pas un rêve. Sortir du Mondial de cette façon-là, c’est parfait. Beau- coup de gens pensaient qu’on était des amateurs, qu’on n’avait pas notre place ici. Désormais, personne ne dira ça à nouveau», s’est exclamé Ricki Herbert, le sélectionneur des Kiwis.

18 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010
18 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

Portugal-Brésil, aujourd’hui à 15h

Elano absent de l'entraînement

Lucio : «Marquage sur l'équipe, pas seulement Ronaldo»

forts, ça nous donne plus de motivation et de joie, parce qu'on sait que ce sera un beau match», a-t- il ajouté. Son remplaçant Luisao a dit pour sa part :

«Nos joueurs ont de l'ex- périence, et on se prépare au quotidien de la même manière, quel que soit l'adversaire.» «Le football portugais se rapproche du football brésilien techni- quement. Ils ont des joueurs avec beaucoup d'habileté et de créativité, et aussi des joueurs natu- ralisés qui viennent du Brésil (Deco, Pepe et Liedson)», a ajouté le dé- fenseur central du Ben- fica Lisbonne.

, a ajouté le dé- fenseur central du Ben- fica Lisbonne. L e milieu de terrain

L e milieu de terrain du Bré-

sil, Elano, victime d'un

L e milieu de terrain du Bré- sil, Elano, victime d'un l'école St. Stithians de Randburg,

l'école St. Stithians de Randburg, après un «toro» dans la bonne hu- meur, les Brésiliens se sont livrés à deux oppositions dans un périmè- tre réduit, sans but, à raison de cinq joueurs par équipe. Le troi- sième gardien, Doni, a fait le nom- bre tandis que les deux autres gardiens, Julio Cesar et Gomes, s'entraînaient à part. Les joueurs de champ titulaires ont ensuite fait quelques tours du terrain. Les remplaçants ont effectué des exer- cices d'accélération puis une op- position à cinq contre cinq cette fois avec buts et gardiens.

coup au tibia contre la Côte

d'Ivoire (3-1) dimanche, était ab- sent de l'entraînement mardi. Il est resté aux soins à l'hôtel de la Sele- çao, à Randburg près de Johannes- burg. Sorti sur civière à la 67’ pour un coup de Tioté juste après avoir

marqué le 3 e but du Brésil (son deuxième dans le tournoi), Elano a été ménagé mais pas déclaré for- fait par l'encadrement médical pour le dernier match de la phase de groupe, contre le Portugal, au- jourd’hui à Durban. «J'ai un peu mal, mais c'est moins grave que ce que l'on avait craint. On va faire le maximum pour que je puisse être là lors du prochain match», avait commenté le n° 7 auriverde. Le Brésil étant déjà qualifié pour les 8 es de finale à la suite de ses deux victoires, le sélectionneur Dunga pourrait de toute façon faire tour- ner son effectif. A l'entraînement qui s'est déroulé sur la pelouse de

L e défenseur cen- tral et capitaine du Brésil, Lucio, a

estimé mercredi qu'il faudrait procéder à un «marquage sur l'équipe» du Portugal et pas seule- ment sur son attaquant vedette Cristiano Ro- naldo, aujourd’hui à Durban. «C'est un grand joueur, mais je crois plus à un marquage sur l'équipe. Il faut s'entraî- der, et que chacun s'oc- cupe de sa zone, c'est fondamental. Mais c'est vrai qu'il méritera une grande attention», a dé- claré Lucio en confé- rence de presse à Randburg, près de Jo- hannesburg. «Quand on affronte des joueurs très

Duda : «Les mauvais deviennent les meilleurs»

Le défenseur du Portugal, Duda, a ironisé mardi sur le fait que lui et ses coéquipiers aient d'abord été considérés comme «mauvais» après le 0-0 contre la Côte d'Ivoire puis comme «les meilleurs» au lendemain du 7-0 infligé à la Corée du Nord dans le Mondial-2010. «Il y a une semaine, contre la Côte d'Ivoire, on était très mauvais et maintenant, avec ce 7-0, on dirait qu'on est les meilleurs. Nous allons continuer à travailler de la même manière, avec humilité, c'est comme cela qu'on peut aller loin», a-t-il dit. «Nous sommes contents parce que, dans une Coupe du monde, c'est dur de marquer autant de buts, Nous savions qu'en marquant le premier but, le match pouvait devenir beaucoup plus facile. Nous y sommes parvenus. Et vu la tournure du match, nous savions que nous aurions des occasions de but», a observé Duda.

La situation

1. Brésil, 6 points, +3, 5 buts marqués

2. Portugal, 4 points, +7, 7 buts marqués

3. Côte d’Ivoire, 1 point, -2, 1 but marqué

4. RDP Corée, 0 point, -8, 1 but marqué

Les matchs à venir Portugal-Brésil, 25 juin, Durban, 15h00 RDP Corée-Côte d’Ivoire, 25 juin, Nelspruit, 15h00 Quels sont les critères ? Selon le règlement de la Coupe du monde de la FIFA 2010, le classement de chaque équipe dans

chaque groupe sera déterminé selon les critères sui- vants :

a) Le plus grand nombre de points obtenus après

tous les matchs du groupe.

b) La différence de buts dans tous les matches de

groupes.

c) Le plus grand nombre de buts marqués dans tous

les matchs de groupes. Dans le cas où, sur la base des trois critères susmentionnés deux équipes, ou plus, seraient ex æquo, leur classement sera déterminé selon les critères suivants :

d) Le plus grand nombre de points obtenus dans les

matchs du groupe entre les équipes concernées.

e) La différence de buts particulière des matchs de

groupes entre les équipes concernées.

f) Le plus grand nombre de buts marqués dans tous

les matchs de groupes entre les équipes concernées.

g) Tirage au sort par la Commission d’organisation

de la FIFA.

Les scénarii possibles

- Le Brésil est déjà qualifié. S’il ne perd pas face au Portugal, il finira premier de son groupe. S’il s’incline, il finira deuxième. - Le Portugal a besoin d’un nul face au Brésil pour s’approprier le second sésame. S’il s’im- pose, la première place lui reviendra. - La Côté d’Ivoire présente une différence de buts de -2, alors que le Portugal affiche +7. Par conséquent, pour es- pérer se qualifier il lui faudra battre lourdement la RDP Corée et espérer une large victoire du Brésil sur le Portugal. L’écart qu’il lui reste à combler est de 9 buts. - La RDP Corée est d’ores et déjà éliminée.

Tiago souhaite éviter l'Espagne en 8 es de finale Le milieu de terrain du Portugal,
Tiago souhaite éviter l'Espagne
en 8
es
de finale
Le milieu de terrain du Portugal, Tiago, a déclaré
mercredi souhaiter éviter l'Espagne en 8 es de finale
du Mondial-2010 et que son équipe termine pre-
mière du groupe G, en battant le Brésil cet après-
midi. Interrogé sur la possibilité d'affronter
l'Espagne, il a répondu : «Je ne préfèrerais pas. Sin-
cèrement, l'Espagne est une grande équipe, mais pour
l'instant l'important est de battre le Brésil et terminer
premier du groupe. Ensuite, on verra.» «Nous vou-
lons terminer à la tête d'un groupe très fort et diffi-
cile. Dans ce dernier match, nous avons notre destin
en mains. Nous allons entrer sur le terrain contre le
Brésil avec l'intention de gagner et finir premiers du
groupe», a-t-il précisé. Avant les deux matches de
vendredi (Portugal-Brésil et Corée du Nord-Côte
d'Ivoire), le Brésil est premier avec six points, de-
vant le Portugal (4), la Côte d'Ivoire (1) et la Corée
du Nord (0).

RDC Corée-Côte d’Ivoire, aujourd’hui à 15h

Les sélections africaines vers la grande désillusion

6

Le

Les sélections africaines vers la grande désillusion 6 Le Ghana ont dû venir sans leur star

Ghana ont dû venir sans leur star blessée, John Obi Mikel et Michael Essien.

Les yeux de l'amour

Les jugements trop opti- mistes sur les équipes africaines ont pu aveugler sur leur réel po- tentiel. Une grande unanimité, portée par un courant de sym- pathie, souhaitait voir une de ces équipes dans le dernier carré pour la première fois en Coupe du monde. Le Nigeria visait les demies, et la Côte d'Ivoire et le Cameroun se voyaient même en vainqueur final. Quant à l'Afrique du Sud, elle était couvée par son public mais son niveau trop juste l'a lo- giquement rattrapée. S'il est lé- gitime de viser le plus haut

possible, il convient d'aborder la compétition avec des objectifs réalistes. Plus sage, le sélection- neur algérien a martelé avant et pendant la Coupe du monde :

«Nous sommes là pour appren- dre, l'équipe est en construction, l'objectif est le Mondial-2014.»

Toujours des

problèmes de

préparation

L'Algérie est l'une des équipes qui a le mieux travaillé. La Fédération algérienne a maintenu sa confiance au sélec- tionneur dans la tempête des matchs de préparation ratés, quand le Nigeria a recruté le sien (Lars Lägerback) le 28 fé- vrier et la Côte d'Ivoire (Sven Goran Eriksson, un autre Sué-

le

L es Africains devaient briller lors de «leur» Coupe du monde, mais

ils sont en passe de disparaître tous ensemble dès le premier tour, signe que les progrès an- noncés ne sont pas encore pa- tents. Le «Six pack» (les six sélections africaines) a peur du

0

l'Afrique du Sud et le Nigeria et l’Algérie sont déjà éliminés, la Côte d'Ivoire l'est virtuellement. Seul le Ghana a remporté un match et possède de vraies chances d'aller en 8 es de finale. Analyse des raisons de l'échec :

Drogba, Eto'o, les arbres qui cachent la forêt

Les sélections africaines sont trop souvent surcotées car elles

sont vues à travers le prisme dé- formant de leurs très grandes stars. Didier Drogba et Samuel Eto'o, capitaines de la Côte d'Ivoire et du Cameroun, sont des buteurs de calibre mondial, mais la majorité de leurs co- équipiers ne sont pas du même niveau. Les prétendants au titre comme le Brésil, l'Argentine ou l'Angleterre alignent 10 à 15 joueurs de cette trempe, et en ont même laissé à la maison

(Ronaldinho, Cambiasso

). Les

sélections africaines complètent leur liste des 23 en puisant jusque dans la 2 e division euro- péenne. Et le Nigeria et le

Cameroun,

dois) le 30 mars. Les Camerou- nais, respectant un indécrotta- ble défaut des Lions indomptables, se sont disputés entre eux jusqu'aux heures qui ont précédé le premier match et ont court-circuité leur sélec- tionneur, Paul Le Guen, en n'appliquant pas ce qu'il avait prévu. L'autre équipe qui s'est organisée le plus rationnelle- ment, le Ghana, pour atteindre les 8 es . Les Ghanéens ont pro- gressivement intégré quelques champions du monde des moins de 20 ans dans leur équipe.

Où en est-on dans

sur

groupe G ?

Le Brésil est le premier pays du groupe G qualifié pour la suite de la compétition. Victo- rieuse de la RDP Corée sur le score de 2-1 pour son entrée en lice, la Seleção a battu 3-1 la Côte d’Ivoire ce dimanche. Ces six points lui permettent de ré- server son billet pour les hui- tièmes de finale dès la deuxième journée. Avec son atomisation 7-0 de la RDP Corée, le Portu- gal s’est rapproché des hui- tièmes, mais il lui faudra attendre la troisième journée pour en savoir plus. La Côte d’Ivoire n’a pas les cartes en mains, puisqu’il lui faut battre les Nord-Coréens sur un score très large et espérer un succès auriverde.

19 Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010
19
Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

Chili-Espagne, aujourd’hui à 19h30

Le duel David Villa-Claudio Bravo Malgré un penalty manqué, l’atta- quant espagnol a inscrit un
Le duel
David Villa-Claudio
Bravo
Malgré un penalty manqué, l’atta-
quant espagnol a inscrit un doublé
face au Honduras et a placé une
frappe sur la barre. El Guaje est un
attaquant redoutable quand il est en
bonne forme. Les Catrachos peu-
vent en témoigner.
De son côté, le gardien et capi-
taine du Chili, Claudio Bravo, est en
pleine confiance après la montée en
première division espagnole de son
club, la Real Sociedad. Ce portier
d’expérience, qui n’a pas encore
concédé le moindre but à Afrique
du Sud 2010, devra apprendre à vite
cerner Villa, qu’il retrouvera la sai-
son prochaine à l’heure d’affronter
le FC Barcelone, champion d’Es-
pagne en titre.
La stat
3. Comme le nombre de joueurs
chiliens qui ont évolué dans le
championnat espagnol la saison
dernière. Claudio Bravo (Real So-
ciedad), Fabián Orellana (Xerez) et
Humberto Suazo (Real Saragosse)
tenteront de s’appuyer sur leur
connaissance de l’adversaire pour
faire triompher les Andins.
Entendu
Fernando Torres, attaquant de
l’Espagne : «Nous allons affronter les
Chiliens en sachant qu’un nul leur
suffit. Nous savons que ça va être un
match piège car c’est une équipe qui
n’a pas l’habitude de défendre, mais
nous sommes confiants.»
Marcelo Bielsa,
sélectionneur du
Chili
Seleccion,
«A chaque match,
nous essayons de pren-
dre le jeu à notre
compte, mais cela ne
dépend pas toujours
de nous. Il faut aussi
voir ce que fait
l’équipe en face.
Contre l’Espagne,
nous tenterons de
prendre le jeu à notre
compte, car de mon
point de vue, c’est la
meilleure façon de pren-
dre le pas sur l’adversaire.
Dans tous les cas, la qualifi-
cation n’est pas encore ac-
quise.»

Xavi : «Je suis un romantique du football»

Battue en ouverture par la Suisse, l’équipe d’Es- pagne aborde sa deuxième «finale» de cette Coupe du monde aujourd’hui à 19h30, dans le stade Loftus Ver- sfeld. Face au Chili, les champions d’Europe joueront déjà leur ave- nir dans l’épreuve. Par- viendront-ils à confirmer l’embellie entrevue lors de leur victoire 2-0 sur le Honduras ? Le chef d’orchestre de l’équipe d’Espagne, Xavi, s’est entretenu avec la FIFA à propos du jeu des siens, des liens d’amitié dans le ves- tiaire et des souvenirs laissés par l’Afrique sur son équipe.

L’Espagne a porté très haut l’étendard du jeu offensif depuis le début de la compétition. Johan Cruyff a estimé que malgré votre défaite face à la Suisse, vous étiez l’équipe qui avait proposé le meilleur football. Qu’en pensez-vous ? Je suis un romantique du football, un peu comme Cruyff. Tous les deux, on aime un football porté vers l’attaque, attrayant et joyeux. Quand on gagne en jouant comme ça, le plaisir est deux fois plus intense. La Suisse a gagné avec une tactique dif- férente, en faisant tout pour neutra- liser notre jeu. Ils se contentaient du match nul, mais ils ont réussi à l’em- porter. Je ne sais pas ce que ça fait de gagner en jouant comme ça, je n’en ai jamais eu l’occasion. J’ai tou- jours pratiqué un jeu d’attaque, conforme à ma philosophie. J’ai grandi au Barça qui a toujours pra- tiqué ce jeu-là, mon jeu préféré. Je trouve stimulant de gagner en jouant comme ça, en allant chercher la victoire dès la première minute. Comment jugez-vous le niveau général du tournoi ?

Pour tout vous dire, je trouve qu’on n’a pas vu beaucoup de beau football depuis le début de la com- pétition. L’Argentine et l’Allemagne ont bien joué, tous deux ont claire- ment fait le choix de l’attaque. L’Al- lemagne a été meilleure que la Serbie, et nous meilleurs que les Suisses, mais pour gagner il faut marquer. Les équipes africaines ont, elles aussi, témoigné de l’envie, mais elles ont manqué de chance. C’est dommage que tout le monde ne joue pas comme ça. Il y a 11 ans jour pour jour, l’Espagne remportait le titre mondial U-20 au Nigeria, avec un certain Xavi dans l’équipe. Est-ce un signe ? Je ne sais pas, en tout cas c’est bien trouvé ! Nous avons battu en finale le Japon 4-0 et il y avait déjà Iker Casillas et Carlos Marchena dans l’équipe. C’est une jolie coïncidence. Ce sacre vous avait-il marqué d’une façon ou d’une autre ? En fait, il avait surtout contribué à l’éclosion d’une belle génération de footballeurs. Cela avait coïncidé avec l’entrée en vigueur de la loi Bosman en Espagne, qui avait en- traîné une certaine dépréciation des joueurs espagnols. Le titre mondial est donc bien tombé. Plusieurs foot- balleurs de cette génération évo- luent toujours dans de grands clubs. C’était un grand succès et c’était déjà en Afrique. Un sacré souvenir, oui ! Iker, Marchena et vous-mêmes savez donc déjà ce que ça fait d’être champion du monde… Oui, c’est une grande émotion. Nous avons obtenu le titre suprême en U-20, mais la vraie Coupe du monde, c’est autre chose. Cepen- dant, nous nous sentons prêts à ré- cidiver. A l’époque, on avait battu le Brésil 2-0 au premier tour et c’est là qu’on avait commencé à y croire. Cette année, nous avons mal dé- marré, mais cette défaite pourrait aussi nous rendre plus forts. En tout cas, nous avons très envie d’arriver en finale. La plupart des joueurs de l’équipe se connaissent depuis très longtemps. Y a-t-il des rivalités entre joueurs des différents clubs, par exemple entre Iker Casillas, du Real Madrid, et vous qui êtes

entre Iker Casillas, du Real Madrid, et vous qui êtes barcelonais ? Y a-t-il des liens

barcelonais ? Y a-t-il des liens d’amitié au sein du groupe espagnol ? Si les supporters espagnols s’iden-

tifient à cette équipe, c’est parce que nous sommes tous des gars assez banals, bosseurs et amateurs de bon football. La couleur du maillot que l’on défend en

grand capitaine et c’est un privilège de le compter parmi nous.

In fifa. com

Iniesta dit être à 100% Le milieu de terrain espagnol Andres Iniesta, a confié mercredi
Iniesta
dit être à 100%
Le milieu de terrain espagnol Andres
Iniesta, a confié mercredi être à 100% pour af-
fronter le Chili ce vendredi, lors du match décisif du
groupe H pour la qualification en 8 es de finale de la Coupe
du monde de la FIFA. «Hier (mardi) je me suis bien entraîné,
bien senti, tout s'est passé normalement», a assuré en conférence
de presse Iniesta qui escompte être à 100% pour aider la
quasiment tenue de battre le Chili pour accéder aux 8es de finale.
Lors de l'entraînement de mardi, le milieu du FC Barcelone est apparu
en forme et se profilait comme un probable titulaire pour l'intense ren-
dez-vous de vendredi «bien que cela dépende du sélectionneur Vicente del
Bosque», a précisé le joueur. «Plutôt que savoir ce que va faire le Chili, le
plus important est que nous devrions faire ce qu'on aura à faire. Or, ce
qu'on sait le mieux faire, c'est tenir le ballon, jouer vite devant et être réa-
liste», a expliqué le jouer du FC Barcelone. «Chacun jouera avec ses
armes, ce n'est un secret pour personne que les nôtres consistent à
maîtriser le ballon, combiner, tout en empêchant les Chiliens de
s'exprimer», a-t-il préconisé. Vicente del Bosque avait décidé
lundi de ne pas aligner Iniesta, pourtant une pièce maîtresse
de son équipe, contre le Honduras (2-0), après que
celui-ci eut reçu un coup à la cuisse droite face à la
Suisse (0-1). Une cuisse déjà endolorie avant
le début du Mondial et pour laquelle
était crainte une rechute.

club importe peu. On dé- fend tous les couleurs

espagnoles et on va tout faire pour ce maillot parce qu’on aime le football. Les liens d’amitié sont très forts au sein du vestiaire. C’est essentiel d’avoir une bonne ambiance dans le groupe et c’est d’ailleurs l’une des priorités d’Iker, le capitaine. Il adore plaisanter et il est très

humble. C’est un gar- çon très normal. Il aime quand le groupe fait des choses ensemble. C’est un

Suisse-Honduras, aujourd’hui à 19h30

La Suisse sera-t-elle d'attaque contre le Honduras ?

L a Suisse, coffre-fort défensif, doit se faire violence pour bat- tre le Honduras par deux buts

d'écart, moyen le plus sûr de se quali- fier pour les 8es de finale dans son groupe H, aujourd’hui à Bloemfontein. «Il faudra attaquer !» a lancé Ottmar Hitzfeld. Le sélectionneur allemand avait mis la «Nati» en mode défense- contre pour le premier match du groupe et avait créé la surprise en bat- tant l'Espagne (1-0), championne d'Eu- rope en titre. Cette tactique n'avait pas payé contre le Chili, qui avait profité de l'exclusion de Behrami pour s'imposer (1-0). Mais, pour le dernier match de groupe, Alex Frei et ses partenaires ne doivent plus s'épargner offensivement. Une victoire par un but d'écart suffirait si l'Espagne ne battait pas le Chili dans l'autre match de ce groupe H. Mais ce calcul est trop aléatoire. En gagnant par deux buts d'écart, les Suisses resteraient maîtres de leur destin. Le milieu de ter- rain Gokhan Inler est persuadé que son

équipe a le potentiel pour changer de visage offensivement. Et Hitzfeld a re- péré des failles chez les Honduriens :

«En phase défensive, ils se laissent par- fois désorganiser, ce qui crée des trous.»

Hitzfeld : «Contre les Honduriens, il faudra attaquer»

La Suisse, qui conserve une chance sérieuse de se qualifier pour les 8 es de finale du Mondial, sait qu'elle devra at- taquer contre le Honduras, en oubliant le repli défensif organisé qui lui avait permis de battre l'Espagne (1-0) à la surprise générale. «Nous devrons nous présenter autrement que face à l'Es- pagne où nous savions que nous aurions à défendre tout le match», a expliqué le sélectionneur Ottmar Hitzfeld. Le technicien allemand, qui avoue être un éternel optimiste, compte sur les fai- blesses défensives du Honduras pour remporter ce match décisif, vendredi à

Bloemfontein. «Le Honduras est une équipe très technique qui possède des atouts offensifs indéniables. Des joueurs comme Suazo, Espinoza, Alvarez ou Nuñez sont tous très doués technique- ment», a estimé Hitzfeld devant la presse. «En phase défensive par contre, les Honduriens se laissent parfois désor- ganiser, ce qui crée des trous. Nous de- vrons en profiter», a-t-il dit. Après sa retentissante victoire contre l'Espagne (1-0) pour son premier match, la Suisse s'est ensuite inclinée contre le Chili, sur le même score. Les Helvètes restent ce- pendant maîtres de leur destin, mais doivent impérativement battre le Hon- duras par deux buts d'écart pour être certains de se qualifier. Une victoire par un but d'écart suffirait, si l'Espagne ne battait pas le Chili dans l'autre match de ce groupe H. Hitzfeld n'a rien révélé sur la composition de son équipe, sinon pour dire qu'il saurait aligner les hommes capables de marquer les buts indispensables à la qualification.

sinon pour dire qu'il saurait aligner les hommes capables de marquer les buts indispensables à la
20
20

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

Coup d’œil JSK

Le préparateur physique est depuis hier à Tizi

JSMB

Boudjemâa Mohammedi

a pris officiellement ses fonctions

Maroci 6 e recrue

Comme nous l’avons annoncé dans notre édition d’avant-hier, le désormais ex-mi- lieu de terrain de la JSK, Tayeb Ma- roci, qui était sur les tablettes du président Boua- lem Tiab depuis maintenant quelques se- maines, a fini par choisir sa nouvelle destination en pa- raphant son contrat en faveur de la JSMB hier soir. Après co- équipier à la JSK

Meah Rabie, qui a signé son contrat au début de la cette semaine, Maroci, qui se trouvait en fin de contrat avec la JSK, s’est engagé officiellement avec le club béjaoui pour une saison. Désor- mais, après Boudrerradji, Laref, Bouder, Kheyari et Mef- tah, Tayeb Maroci est la sixième recrue béjaouie cet été. En faisant signer Maroci, Tiab vient de réussir un grand coup dans l’opération recrutement et confirmer ce que notre journal avait dit sur la stratégie de la direction de la JSMB depuis toujours, celle de garder l’ossature en sus d’un renfort qualitatif. C’est ce qu’a fait le chairman bé- jaoui qui a pris tout son temps pour ficeler le dossier re- crutement en ratissant large pour choisir les éléments qui vont apporter le plus recherché pour l’équipe. Ceci dit, le recrutement de l’enfant de Meghnia a sûrement soulagé les fans de l’équipe qui voient leur équipe, notamment le compartiment du milieu déjà bien loti, se renforcer par un tel joueur qui n’est plus à présenter.

«C’est le destin !»

Joint par nos soins après sa signature officielle à la JSMB, Maroci a tenu nous faire cette déclaration : «Je viens juste de signer mon contrat en faveur de la JSMB pour une durée d’une année. On s’est mis d’accord sur tous les détails et je suis très heureux du dénouement. Maintenant place au travail, et je suis très confiant pour la saison qui nous attend. J’espère qu’on sera à la hauteur des attentes du club. Béjaïa, c’est mon choix et je sais bien que j’ai bien fait de choisir cette formation. Je peux vous dire aussi que c’est le destin qui m’a ramené ici à Bejaïa car la vie d’un footballeur est ainsi faite.»

vous dire aussi que c’est le destin qui m’a ramené ici à Bejaïa car la vie

L e préparateur physique de la JSK est officiellement à Tizi et ce de- puis hier matin. Boudjemâa Mo- hammedi, qui n’est autre que l’actuel préparateur des deux sé- lections nationales A’ et U23 dri-

Boudjemâa Mo- hammedi, qui n’est autre que l’actuel préparateur des deux sé- lections nationales A’ et

vée par Abdelhak Benchikha, a officiellement pris ses fonctions à la JSK. Rencontré récemment par le président Moh Chérif Hannachi à Marseille où il réside, Mohammedi a accepté l’idée de donner un coup de main à la JSK en cette période de vacances pour lui en sélection, dans le but de préparer convenablement l’équipe kabyle appelée à représenter le pays en Ligue des champions. C’est justement ce défi que compte relever Mohamedi, qui sera sans doute épaulé par un staff technique que composera pour le prochain exercice le duo Geiger-Bouhelal, ainsi que Mehrez, entraî- neur des gardiens de but, et Guillou, le kiné. Pour un premier début, le préparateur phy- sique a pris contact avec les joueurs avec lesquels il aura à travailler cet été au Maroc ainsi qu’à Marseille puisque, comme il nous l’a confié, il sera aussi du voyage à Marseille où la JSK poursuivra la deuxième étape du

stage, à son retour d’Egypte le 19 juillet pro- chain.

Mohammedi connaît «presque» tout le monde

Le détail très important qu’il faut souli- gner est que Mohammedi n’est pas un in- connu, notamment au milieu des joueurs. En effet, elles sont nombreuses les nouvelles recrues et celles qui ont remplié à la JSK à connaître Boudjemâa Mohammedi, leur nouvel préparateur physique pour l’avoir eu comme maître en sélection nationale des A’ et les U23. Ainsi, Asselah, Tedjar, Belkalem, Rial, Ziti, pour ne citer que ceux-là, ont tenu à souhaiter la bienvenue à Moham- medi à Tizi. Les joueurs cités auraient sans doute glissé à leurs partenaires quelques fi- celles concernant la méthode de travail à suivre.

Lyès A.

«Préparer la JSK à représenter dignement le pays est plus qu’un devoir»

Pour ceux qui ne le sa- vent pas encore, la JSK s’est attaché cet été les services du préparateur physique des deux sélection natio- nales A’ et U23, en la per- sonne de Mohammedi Boudjemaâ en prévision des deux stages que la JSK effectuera au Maroc et à Marseille. Mohammedi est depuis hier à Tizi où il a entamé ses fonctions offi- ciellement à la JSK. Arrivé en Algérie dans la soirée de mercredi, Mohammedi a effectué hier sa première

séance. Accosté, il nous dira : «Lorsque le président de la JSK, monsieur Hanna- chi, m’a rencontré à Mar- seille et m’a révélé que la JSK avait besoin de mes ser- vices, j’ai demandé à mon entraîneur en sélection si je pouvais venir exercer en Kabylie. Hannachi a ren- contré le président de la Fé- dération de football et les choses ont vite abouti. Donc, me voilà aujourd’hui à Tizi avec comme mission de préparer l’équipe à une compétition continentale. Je

trouve que c’est plus qu’un devoir pour moi, car la JSK représentera tout le pays. S’agissant du programme à suivre ensemble au Maroc, je vous informe qu’il est déjà établi. Demain (entre- tien réalisé hier), on atta- quera les tests physiques pour les joueurs, à partir de là on répartira l’équipe en groupes de travail. La suite aura lieu au Maroc, puis à Marseille où je serai tou- jours avec l’équipe.» L. A.

S.

A.

Les joueurs régularisés

Comme annoncé dans une de nos précédentes éditions, les joueurs de la JSMB, qui attendaient le retour du prési- dent Tiab de Paris pour recevoir leur argent, ont été tous régularisés jusqu’au dernier centime. Selon le président Tiab, il ne reste qu’un seul joueur qui n’a pas encore touché son argent. Il s’agit de Mehaia qui se déplacera la semaine prochaine en principe à Béjaïa pour empocher son dû.

Geiger et Asuka attendus hier

C ’est hier que l’entraîneur Geiger et l’atta- quant nigérian Asuka devaient atterrir

Oussalah est rentré chez lui

A l’issue de la séance d’entraîne- ment d’hier, le latéral gauche

Doudane

«Tout est fin prêt pour le déplacement»

sur le tarmac de l’aéroport international Houari-Boumediène. Le technicien suisse

Nassim Oussalah a été autorisé par

 

son staff technique à rentrer chez lui,

C’est le président de la section football de la JSK qui aura en- core une

C’est le président de la section football de la JSK qui aura en- core une fois la charge de conduire l’équipe kabyle au Maroc, où elle est ap- pelée à bien se prépa- rer en prévision de la Ligue des champions africaine, une prépa- ration qui bénéficie d’une attention parti- culière des membres de la direction. Dou- dane, que nous avons rencontré hier matin,

nous a fait savoir que

tous les détails, admi- nistratifs notamment, inhérents au voyage de demain, sont ré- glés, toutes les procé- dures aussi ont été soigneusement sui-

vies afin de permettre au club de travailler dans de bonnes conditions en terre marocaine. «Je vous informe que rien n’est laissé au hasard, nous avons pris les choses très au sérieux et tout est prêt. Il faut dire aussi que ce ne sera pas notre premier dé- placement, à la JSK nous sommes mainte- nant habitués aux dé- placements à l’étranger, nous n’al- lons ménager aucun effort pour que l’équipe puisse travail- ler dans d’excellentes conditions», nous a dit Doudane.

L. A.

à

Béjaïa. Donc, il ratera la séance de

sera donc présent ce matin sur la pelouse du 1 er -Novembre où il assistera à l’ultime séance d’entraînement avant d’embarquer demain pour le Maroc.

La séance d’hier après-midi annulée

A lors que les Canaris devaient s’entraîner hier en biquotidien comme l’avait sou-

haité Bouhelal, l’entraîneur adjoint, mais le staff technique a dû changer d’avis. C’est ainsi que les camarades de Aoudia se sont conten- tés d’une seule séance, le matin, alors que celle de l’après-midi a été annulée. La raison était le temps chaud qu’il a fait hier à Tizi.

Tests physiques ce matin

E n revanche, alors que les Kabyles devaient prendre toute la journée d’aujourd’hui

ce matin. Renseignements pris, Nas- sim devait assister au mariage de son frère avant de revenir demain matin directement à Alger, où les joueurs se rassembleront au petit matin.

Départ vers le

Maroc à 12h

C ’est vers de 12h que les Canaris s’envoleront demain vers la capi-

tale économique du Maroc, Casa- blanca. La délégation prendra le vol de la compagnie Royale Air Maroc, avons-nous appris.

Asselah poursuit la musculation

A la recherche d’un gardien de but

Parmi la liste des joueurs à recruter établie par la direc- tion, il y a une spéciale de noms de gardiens de but de notre championnat, à l’image de Ghoul, Fellah et Boutrig. Pour l’heure, et malgré tous les contacts entrepris, la JSMB n’a pas pu concrétiser avec l’un de ces portiers qui sont tous passés à la table des négociations mais sans pour autant trouver un terrain d’entente.

Fellah trop cher

On vient d’apprendre que le gardien du CRB, Sid Ahmed Fellah, qui s’est déplacé à Béjaïa au cours de cette semaine pour négocier son éventuel transfert à la JSMB, a placé la barre si haut que les responsables béjaouis ont refusé d’ac- céder à ses exigences. Ce qui laisse croire que la direction va certainement écarter cette piste car elle ne veut pas faire des folies et débourser un montant mirobolant pour le re- crutement d’un seul joueur.

pour pouvoir récupérer et se préparer pour le voyage de demain, le préparateur physique, qui est arrivé hier, a proposé l’idée de travail- ler ce matin, une séance qui sera consacrée aux tests physiques. Mohammedi nous a ap- pris que c’est sur la base de ces tests qu’il ré-

partira l’équipe en petits groupes, sachant que le plan de travail est déjà prêt.

Yahia Chérif a repris doucement

L e portier de la JSK, Malik Asselah, n’est toujours pas descendu sur la

La piste Ghoul serait écartée

pelouse travailler avec le groupe. En effet, il poursuit toujours son pro-

Tout porte à croire que les dirigeants béjaouis vont écarter la piste du gardien usmiste, Najib Ghoul. Approché par la direction des Vert et Rouge, ce gardien n’a pas donné une réponse définitive. Ces derniers jours les contacts avec le gardien sont interrompus et on ne pense pas que les dirigeants béjaouis soient assez chauds pour revenir à la charge.

Celle de Hadjaoui se confirme

gramme de renforcement musculaire. Asselah pourrait prendre part au- jourd’hui aux tests physiques.

Coulibaly de retour

P arti passer ses vacances chez lui au Mali, le défenseur Coulibaly est à

B lessé lors de ces trois dernières semaines de vacances, Sid Ali Yahia Cherif, absent

depuis le premier jour de la reprise des en- traînements, a repris hier. Pour un début, le joueur s’est exercé en solo en faisant quelques tours de piste avant de regagner le vestiaire.

Tizi depuis la soirée de mardi. Idrissa

a dû effectuer un long voyage, ce qui

a poussé le staff technique à le ména-

Selon une source digne de foi, la direction de la JSMB songe sérieusement à enrôler l’ex-gardien de la JSK, Samir Hadjaoui. Le président Tiab fera certainement appel à ce gardien qui a réalisé de très belles prestations avec son équipe la saison écoulée. Le président entrera sûrement en contact avec lui dans les prochaines heures pour le convaincre à défendre les couleurs de la JSMB la saison prochaine

ger de la séance d’avant-hier. En re- vanche, Coulibaly a retrouvé l’activité hier avec beaucoup de plaisir, nous a-

t-il dit à la fin de la séance d’hier.

 

S.

A.

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

21
21

Coup d’œil Division I

MCA

Michel attendu demain à Alger

A lors qu’il devait rallier avant-hier Alger, Alain Michel a pré- féré reporter de quelques jours sa

venue pour des raisons person- nelles. Ainsi, selon la direction du club, Alain Michel devrait regagner l’Algérie demain en compagnie d’un ou deux joueurs émigrés qui sont susceptibles de signer au profit du Mouloudia. Dès son arrivée, une réunion est prévue entre Michel et Omar Ghrib pour faire le point sur le volet recrutement.

La direction attend toujours le trophée du sacre

Dans tous les championnats du monde dès lors qu’une équipe dé- croche le sacre, elle reçoit le jour même le trophée des mains des res- ponsables de la Fédération de foot-

ball. Ce qui est loin d’être le cas pour le Mouloudia qui avait dû brandir le 31 mai dernier une coupe remportée par Maracana lors du tournoi de la presse. Les responsa- bles du club espèrent que le bou- clier sera réceptionné incessamment des mains du prési- dent de la FAF, Mohamed Raou- raoua dès son retour d’Afrique du Sud.

ainsi que l’argent de la FAF

En raison de la participation des Verts au Mondial, la direction du Mouloudia n’a pu obtenir une enve- loppe de la FAF qui a fixé une somme d’argent pour l’équipe qui remporte le titre. Après la fin de l’aventure de la sélection nationale en Afrique du Sud, il est venu le temps pour la fédération de s’ac- quitter de ses engagements, car ne

Ghrib : «Bouguèche, Babouche et Mokdad seront avec nous»

I l faut reconnaître que la direc- tion du club a réussi, en dépit de tous les soucis financiers, à

convaincre la majorité des cadres de l’équipe qui étaient en fin de contrat de rempiler. Ainsi, les Zeddam, Boumechra, Besseghier, Zemma- mouche et Derrag ont tous donné leur accord pour rempiler. Il ne reste à Ghrib qu’à régler le cas de Babouche, Bouguèche et Mokdad. Pour le chargé du recrutement, les trois éléments susnommés seront Mouloudéen lors du prochain exer- cice. «Je ne vois vraiment pas pour- quoi on voudrait faire une affaire concernant Bouguèche, Babouche et Mokdad. Ils sont tous les trois avec nous. Babouche est le capitaine et le leader charismatique du groupe et de ce fait, nous comptons beaucoup sur lui lors du prochain exercice. Nous avons besoin de joueurs chevronnés pour prendre part à la Ligue des champions Africaine. Bouguèche est le meilleur buteur du championnat, il est hors de question pour nous de nous passer des services de l’un de nos meilleurs joueurs. Mokdad, pour sa part, après avoir longuement dis- cuté avec lui, m’a assuré qu’il allait rempiler. Alors il n’y a pas lieu de

s’inquiéter, car nous sommes parve- nus à garder tous nos cadres», nous a déclaré Ghrib.

«Derrag, Belkheir et Bouhafer signeront ce samedi»

Et avant de conclure, Ghrib n’a pas manqué l’occasion de nous pré- ciser de façon officielle que les deux nouvelles recrues Toufik Bouhafer et Mohamed Amine Belkheir appo- seront leur signature ce samedi au profit du MCA. Idem pour Moha- med Derrag qui rempilera pour une saison supplémentaire. «Je tiens à préciser aux supporters du club que Derrag rempilera ce samedi. Le même jour, Belkheir et Bouhafer offi- cialiseront leurs venues au club. Nous avons décidé de jouer la carte de la jeunesse, une politique qui nous a tant réussi lors de cet exercice. D’ail- leurs, nous avons fait venir les en- fants du club qui ont monnayer leur talent dans les autres équipes. Il est venu le temps qu’ils se produisent enfin sous le maillot de leur club for- mateur», nous a-t-il confié en conclusion.

T. Che

for- mateur», nous a-t-il confié en conclusion. T. Che dit-on pas que les bons comptes font
for- mateur», nous a-t-il confié en conclusion. T. Che dit-on pas que les bons comptes font

dit-on pas que les bons comptes font de bons amis. Selon nos sources, on parle d’une somme de 4,5 milliards de centimes pour l’équipe qui remporte le champion-

nat national. Cette aide, non négli- geable, devrait permettre au vieux club algérois de boucler son volet recrutement.

T. Che

Alors que Haddad veut injecter 100 milliards au club

Certains dirigeants s’opposent toujours à sa venue

En devenant actionnaire majoritaire du club, Haddad, le milliardaire algérien, aurait mis la barre très haut en termes de financement. Seul homme d’affaires à être capable de gérer un grand club comme le Mouloudia, le Bouygues national était,

selon certaines indiscrétions, prêt à injecter 100 milliards de centimes pour deve- nir le numéro un du Doyen. Et ce n’est pas pour rien que le président d’honneur du Mouloudia, Rachid Marif, est en train de faire des pieds et des mains pour que Haddad soit l’actionnaire majoritaire du Doyen. Une volonté qui ne fait pas du tout l’unanimité au sein de la direction actuelle. La

Bouhafer : «Je signerai pour deux ans au MCA» Formé au Mouloudia, Toufik Bouhafer a
Bouhafer :
«Je signerai pour
deux ans au MCA»
Formé au Mouloudia, Toufik Bouhafer a dû, pour
diverses raisons, monnayer ses services à l’OMR puis
au MCEE. Evoluant au poste de latéral droit, Bouhafer
a eu l’occasion de revenir au sein de son club formateur.
Très excité à l’idée de porter de nouveau ce maillot Vert
et Rouge, Bouhafer nous dira : «Je vais signer Inch’Allah
un contrat de deux saisons au profit du Mouloudia.
C’est une aubaine que de se retrouver de nouveau au
MCA. Je suis très excité à l’idée de jouer pour le club
de mes premières amours. Je voudrais vivre une
aventure extraordinaire avec une bande de
jeunes qui a réussi grâce à sa solidarité à
déjouer tous les pronostics», nous
a-t-il dit.
A. Y

venue de Haddad obstruerait toute perspective et tout champ d’ac- tion aux responsables actuels qui eux optent pour un capi- tal de 100 millions de cen- times. Une somme

dérisoire qui leur permet- trait de siéger au sein du bureau administrative du club. Sachant qu’avec le très gros apport financier de Haddad, les responsa- bles à petit budget n’ont désormais pas lieu d’exister. C’est ce qui explique cette envie de militer en catimini

pour éviter que Haddad ne mette la main sur le club le plus populaire du pays.

L’affaire Harrouche devrait être réglée aujourd’hui

Alors que Hocine Harrouche a été donné partant chez le club voi- sin l’USMA pour une question de disponibilité de liquidités, Omar Ghrib nous a affirmé que le cas du jeune prodige du Paradou devrait être réglé dans les heures qui vien- nent. Ainsi selon le responsable du Doyen, la lettre de prêt devrait être récupérée aujourd’hui des mains du boss paciste, Kheirre- dine Zetchi qui, pour remettre le fameux sésame, devrait percevoir 300 millions de centimes. Par la suite, il faudra débourser les 250 millions de centimes qui représen- tent la prime de signature du joueur qui percevra aussi un sa- laire mensuel de 50 000 dinars. Il faut rappeler que le président de l’USMA, Saïd Allik, voulait lui aussi profiter de la confusion pour faire venir le joueur dans son équipe.

Benaldjia devrait négocier aujourd’hui

Ayant obtenu sa lettre de libéra- tion, Mohamed Billel Benaldjia, le désormais ex-joueur de l’USMA, serait en contact avancé avec la di- rection du Mouloudia. D’ailleurs, selon certaines indiscrétions, le jeune joueur, qui a été formé au Mouloudia, devrait rencontrer au- jourd’hui des responsables du Mouloudia au siège du club à Chéraga, afin de négocier un éventuel transfert. Après deux sai- sons passées à l’USMA, il est venu le temps pour Benaldjia de retrou- ver le club de ses premières amours.

Bouhedda serait la doublure de Zemma

Après moult réflexion, les res- ponsables du Mouloudia, après avoir réussi à convaincre Moha- med Amine Zemmamouche de rempiler, songent à lui trouver une doublure à même d’assurer l’inté- rim. Ce qui n’a pas été le cas avec Mohamed Réda Ouamane. C’est sur le gardien de but de l’ASMO, Seddik Bouhedda, que Omar Ghrib a jeté son dévolu. Cette vo- lonté de le faire venir nous a été confirmée par le dirigeant mou- loudéen en personne. «Nous comptons bien recruter le gardien de but de l’ASMO Bouhedda qui a les qualités requises pour être la parfaite doublure de Zemma- mouche», nous a confié le respon- sable chargé du recrutement.

T. Che

USMA

Billel Benaldjia a récupéré sa lettre de libération

USMA Billel Benaldjia a récupéré sa lettre de libération N ous avons appris d’une source bien

N ous avons appris d’une source bien informée que le jeune milieu de terrain offensif Billel Benaldjia a récupéré avant-hier dans la

soirée sa lettre de libération pour pouvoir ainsi choisir sa prochaine destination. Convoité le MCA, le CRB et l’ASO Chlef, l’international Espoirs que nous avons eu au bout du fil hier nous a confié que jusqu’au moment où il nous parlait, il n’avait encore rien décidé quant à son avenir.

Cheklam parti pour rester

Arrivé l’été dernier, Farid Cheklam s’est engagé pour une saison. Libre de tout en- gagement vu que son bail a expiré juste après la fin du championnat, beaucoup de questions ont été posées concernant son avenir. Contacté par plusieurs forma- tions, notamment l’ASO Chlef son an- cienne équipe, nous avons appris d’une source proche du joueur que ce dernier semble bien parti pour rester. Pour l’ins- tant, rien n’est officiel, mais tout porte à croire que l’ex-international sera bientôt

invité à négocier un nouveau contrat. Ayant perdu les services de Zidane et Rial, les responsables du club semblent vouloir à tout prix convaincre le natif de Relizane de porter encore les couleurs des Rouge et Noir la saison prochaine, et refaire le coup de Hamidi qui a renouvelé pour une saison. Pour terminer, rappe- lons que l’USMA s’est assuré les services de deux défenseurs centraux depuis l’ou- verture du marché des transferts. Il agit de Abdelmalek Merbah et Ilyes Ziane- Cherif.

A. C.

22

Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010

Coup d’œil International

Manchester United Ajax Amsterdam Arsenal Pas d'offre pour Joe Cole Suarez plaît à Tottenham Actuellement
Manchester United
Ajax Amsterdam
Arsenal
Pas d'offre pour
Joe Cole
Suarez plaît à Tottenham
Actuellement en
Afrique du Sud où il dis-
pute la Coupe du monde
avec l'Angleterre, Joe Cole
(28 ans, 26 rencontres de
Premier League dispu-
tées en 2009-
2010, 2
L'attaquant vedette de l'Ajax Amsterdam, Luis Alberto Suarez
(23 ans, 33 matchs et 35 buts en championnat cette saison) serait
dans le collimateur de Tottenham, selon Eurosport. Qualifiés
pour le tour préliminaire de la Ligue des champions, les Hots-
purs souhaitent se renforcer avec l'international uruguayen,
auteur d'une saison exceptionnelle avec le club néerlan-
dais, avec qui il joue depuis trois ans. Son contrat
court jusqu'en juin 2013.
Juventus
Gallas aurait dit non !
buts) ne
sait toujours pas
où il évoluera la saison
prochaine. Selon toute
vraisemblance, ce ne sera pas à Manchester
United. D'après Sky Sports, les Red Devils ne
seraient plus intéressés par le milieu de terrain
offensif formé à West Ham. Toutefois, le rival
Manchester City et Arsenal semblent, eux, tou-
jours intéressés. Rappelons que le joueur est
libre de s'engager où il veut depuis la fin de
son contrat avec Chelsea
Chamakh
raconte ses
premiers pas
Inter Milan
Ciblé par la Juventus
Turin, qui pense à lui
pour succéder à
Fabio Cannavaro,
William Gallas
ne répondra
pas aux
avances du
club italien,
rapporte
L'Equipe, hier. Le
défenseur central
d'Arsenal et des Bleus
(83 sélections) n'aurait tout
simplement pas envie d'évoluer en Serie
A, explique le quotidien.
A 33 ans (il les aura le 17 août), le Gua-
deloupéen ne s'est toujours pas entendu
avec les Gunners pour prolonger à Lon-
dres. Il exige un salaire (94 000 euros par
semaine) et deux ans de contrat
supplémentaires, des préten-
tions jugées «extrava-
gantes» par le club qui lui
offre une année de pro-
longation. En révélant
la piste italienne, le 11
juin dernier, L'Equipe
avait précisé que les
Bianconeri étaient prêts
à lui offrir deux ans de
contrat assortis d'une ré-
munération estimée à deux
millions d'euros net par saison.
Loin de ce que William Gallas per-
çoit en Angleterre mais peut-être plus que
ce que pourraient lui proposer le Panathi-
naïkos et le Paris-SG, autres pistes évo-
quées ces dernières semaines pour le natif
d'Asnières-sur-Seine.
Cavani offre
ses services
Edinson Cavani (23 ans, 34
matches de Serie A en
2009/2010, 13 buts) espère
rejoindre l'Inter Milan la
saison prochaine. De leur
côté, les dirigeants de Pa-
lerme ont confirmé qu'ils
L.A.
Galaxy
avec Beckham
Ronaldinho
Après avoir été poussé vers
la sortie à Barcelone en
2008, Ronaldinho
36 matches de Serie A en 2009-2010,
(30 ans,
pourrait connaître
12 buts)
le même sort au Milan AC.
En effet, selon
La Gazzetta dello Sport,
vont tenter de vendre le bu-
teur uruguayen, au meilleur
prix, cet été.
Du coup, l'Inter
Milan et d'au-
tres forma-
tions
lombard souhaiterait
se séparer du Brésilien,
non retenu par Dunga
En fin de contrat avec les Gi-
rondins de Bordeaux, Marouane
Chamakh (26 ans, 36 matches de
Ligue 1 en 2009/10, 10 buts) s'est
engagé avec Arsenal en tout
début de mercato. L'international
marocain s'apprête à débuter une
nouvelle vie qu'il espère glo-
rieuse. «Pour l'instant, j'ai juste
visité les installations, découvert la
ville. C'est quelque chose d'extra-
ordinaire. C'est une culture du
football qui va me plaire. J'espère
pouvoir m'adapter de la meilleure
façon possible, en sachant que je
vais souffrir au début. Il y a la
barrière de la langue, je ne sais
pas dire grand-chose pour l'ins-
tant, la barrière de la culture. On
roule à gauche, on mange bizarre-
ment, mais j'y vais pour le foot et
essayer de me faire plaisir avant
tout. J'espère que ça va bien mar-
cher», a indiqué dans les colonnes
de Sud-Ouest le joueur, consul-
tant pour TF1 durant la Coupe
du monde.
le club
lors
de ce Mondial.
A l'instar de Raul et ierry
Henry (New-York ?),
l'ancien
pourrait traverser l'Atlantique pour trouver un nouveau
Parisien
point de
Angeles Galaxy, la formation de David Beckham, seraient
chute. Les Los
O Marseille
particulièrement intéressés par Ronaldinho et pourraient lui offrir 12 mil-
lions d'euros par saison.
ita-
Le club tient à Gadi
liennes
se-
raient
au
coude
Pas de
prolongation
pour Mexès
à coude
pour le
«Gadi ne peut pas partir. Il est sous contrat
avec nous comme stagiaire jusqu'en 2012. Il
n'est pas question qu'on le laisse partir, ce
n'est pas dans notre style de vendre nos meil-
leurs jeunes.» José Anigo, le directeur sportif de
l'OM, s'est voulu très clair dans les colonnes de
recruter.
«En tant
que joueur,
j'ai deux
rêves : réaliser une
bonne Coupe du monde et porter
L'Equipe. Malgré l'intérêt du Bayern Munich, Chris Gadi ne
quittera pas le club phocéen.
le maillot de l'Inter Milan. Ce se-
rait bien de rester en Italie afin
de se battre pour remporter le
Scudetto et la Ligue des cham-
pions avec les Nerazzurri. Je
pense que le président (Maurizio)
Zamperini est comme un père
pour moi
mais c'est aussi un
gestionnaire redoutable. Avec ma
vente, et peut-être celle de
Simon Kjaer, il pourra récupérer
beaucoup d'argent», a indiqué le
buteur sud-américain dans le
journal La Gazzetta dello Sport.
Pensionnaire du centre de forma-
tion olympien, le jeune attaquant
international des moins de 18 ans
n'est pas encore professionnel mais
il suscite déjà l'intérêt de plusieurs
écuries européennes. Un cas qui
rappelle le départ mouvementé de
Mathieu Flamini pour Arsenal en
2004. Les dirigeants marseillais
avaient tardé à lui faire signer son
premier contrat pro et le joueur
s'était finalement engagé avec les
Gunners. «Mais Mathieu Flamini
était libre. Ce n'est pas le cas de
Gadi», a précisé Anigo au quoti-
dien.
Même si Philippe Mexès a
perdu sa place de titulaire à
l'AS Roma au cours de la
saison, les dirigeants du
club italien lui ont pro-
posé de prolonger son
contrat.
Le défenseur central
français a décliné l'offre,
selon le Corriere dello
Sport. Cela fait déjà six
ans que l'ancien Auxer-
rois joue pour l'équipe ro-
maine. Manchester City et Arsenal
seraient sur les rangs pour accueil-
lir Mexès. Ce dernier a pris part à
19 matches de Serie A lors de
l'exercice 2009/2010.
Raul entre Schalke 04
et New York
La Samp' lorgne
Van der Vaart
■ ■ Relégué sur le banc madrilène cette saison, Raul (32
ans, 30 matches de Liga en 2009-2010, 5 buts) devrait
■ ■ Actuellement en Afrique du Sud où il dispute la
Coupe du monde avec les Pays-Bas, Rafael Van der
quitter les Merengues cet été. Selon As, les Allemands de
Schalke 04 et les Américains des Red Bull de New York le sui-
vraient attentivement. Entre ces deux destinations, deux projets
totalement différents s'offrent à l'ancienne gloire du Real : un pro-
jet sportif à Schalke 04, qui jouera la Ligue des champions la saison
prochaine, ou le projet financier avec le nouvel eldorado des foot-
balleurs, les Etats-Unis.
Vaart (27 ans, 26 matchs et 6 buts en Liga en 2009-2010) ne
laisserait pas insensibles les dirigeants de la Sampdoria
Gênes, relaie le site internet 4-4-2. Le club italien serait prêt à
proposer dix millions d'euros au Real Madrid pour s'attacher
les services du milieu offensif néerlandais. Quatrième à l'issue
du dernier exercice, la Samp' va disputer le tour préliminaire
de la Ligue des champions.
Real Madrid
AS Roma
QUOTIDIEN SPORTIF ANNExE DE PANORAMA Contact@lebuteur.com ✆ ✆ Tél. (021) 73-24-03 / Fax : (021)

QUOTIDIEN SPORTIF ANNExE DE PANORAMA

Contact@lebuteur.com Tél. (021) 73-24-03 / Fax : (021) 73-16-47 Maison de la Presse Tahar Djaout 01, Rue Bachir Attar - Alger e-mail : lebuteurdz@yahoo.fr

Directeur de la publication : Boussaâd Kahel - Rédacteur en chef : Mohamed Saâd - Rédacteur en chef adjoint : Ali Hamouche - Rédaction : Achour Aït Ali, Noureddine Benazzou, Tarek Bouchikhi, Adel Cheraki, Kamel Manane, Abdelbasset Mogdad, Mohamed Raber, Hamza Rahmouni, Nacer Eddine Ratni. Imprimerie : SIO - Distribution : Entreprise Nationale de Distribution.

Pour vos insertions publicitaires, contactez notre service publicité. Tél : 021 73 14 37 / Fax : 021 73 14 17 ou bien contactez lʼANEP :

1, avenue Pasteur - Alger Tél : 021 73 76 78 Fax : 021 73 95 59 / Télex : 56150

-

à

-

n

-

s

é

r

s

DD ééccrraassssaaggee 23 page par e-mail Réagissez à cette : jeux-santé@lebuteur.com Le Buteur n° 1245
DD ééccrraassssaaggee
23
page par e-mail
Réagissez à cette
:
jeux-santé@lebuteur.com
Le Buteur n° 1245 Vendredi 25 juin 2010
Numéros utiles
Le proverbe du jour
Prévisions météo pour Alger et ses environs
■■ SAMU : (021) 23.50.50
Horaires des prières
■ Urgences médicales : 115
VENDREDI
SAMEDI
■■ Protection civile : (021) 71.14.14
■■ Sûreté wilaya : (021) 73.00.73
■■ Gendarmerie : (021) 76.41.97
■■ Centre antipoison : (021) 97.98.98
«Cherche ta vie, ne cherche
pas la vie»
Vendredi
Dohr
: 13h20
ASSEZ ENSOLEILLÉ
ASSEZ ENSOLEILLÉ
Asr
: 16h42
Maghreb
: 20h14
(Proverbe malien
)
Icha
: 21h55
■ Dépannage gaz : (021) 67.59.81
$
■ Dépannage électricité : (021) 67.24.52
Samedi
■ Service des eaux : (021) 67.50.30
Matin :22°C
anté
■ Personnes en difficulté
ou en détresse : N° Vert : 15-27
5 trucs à piquer aux
hommes pour maigrir
Fedjr
: 03h38
A-M :
31 °C
Chourouk
: 05h29
Matin : 22°C
A-M : 31°C
Vent : 18 km/h
Direction : N. W.
Vent : 14 km/h
Direction : N.
: 18 km/h Direction : N. W. Vent : 14 km/h Direction : N. Ins lites

Ins

lites

Courrez à jeun Pour bien commencer la journée, rien de tel quun footing, même sil
Courrez à jeun
Pour bien commencer la
journée, rien de tel quun
footing, même sil est ra-
pide. Votre corps appré-
ciera dêtre stimulé après
une nuit de sommeil. En
effet, faire du sport à jeun
permet dactiver la
consommation des glyco-
gènes (le sucre stocké
dans le foie). Cest donc un
excellent moyen de se pu-
rifier. Par ailleurs, lorsque
le corps est à jeun, il puise
dans ses réserves pour
fonctionner. Soyez
constante, votre silhouette
sʼaffinera rapidement.
fait pour éliminer les
toxines, souvent à lorigine
de fatigue
et de lappari-
tion de la cellulite.
Privilégiez les protéines
Les hommes lʼont bien
compris : pour maigrir in-
telligemment, il faut man-
ger des protéines. Ces
dernières sont en effet es-
sentielles à notre orga-
nisme ; ce sont elles qui
construisent les fibres
musculaires. Parfait pour
une silhouette tonique et
un corps harmonieux.
Bannissez donc les ré-
gimes déséquilibrés et
nayez plus peur de la côte
de boeuf. Accompagnée
de haricots verts, elle
constitue un plat très équi-
libré.
sʼhabitue à stocker des li-
pides pour anticiper une
nouvelle pénurie. Résultat
: des graisses disgra-
cieuses apparaissent au
niveau du ventre ou des
cuisses.
Faites donc comme les
hommes et mangez à
heures régulières : les ali-
ments ainsi consommés
(en quantité raisonnable
bien sûr) ne seront pas
stockés mais assimilés par
lʼorganisme. Optez par
exemple pour une pause
en milieu de matinée et
une autre pour le goûter.
Un yaourt accompagné
dʼun fruit sont parfaits pour
vous procurer rapidement
une sensation de satiété.
Fractionnez vos repas
Finies les périodes de
jeûne, typiquement fémi-
nines
Ces régimes de fa-
mine sont en effet une
véritable catastrophe pour
la ligne. Votre corps étant
en état de manque, il
Transpirez le plus
possible
Il sagit dune pratique dont
certains hommes sont
adeptes : enfiler un maxi-
mum dʼépaisseurs pour
faire de lexercice. Le but
de la manoeuvre ? Trans-
pirer le plus possible. Par-
Mangez à votre faim
Les hommes nʼont pas be-
soin de faire un calcul ca-
lorique pour savoir ce
quʼils vont déguster au
dîner. Ils mangent à leur
faim, tout simplement.
Cʼest ainsi quʼils bannirent
tout sentiment de frustra-
tion. Une idée à copier il-
lico ! Ecoutez donc votre
corps, mangez tranquille-
ment et arrêtez-vous
lorsque vous ressentez
une sensation de satiété.
Terminé les razzias sur le
chocolat ! Les hommes
nʼen ont pas besoin…
alors vous non plus.
Il ne vous reste plus qu'à
apprendre à dompter l'hor-
mone du stress et vous
aurez entre vos mains les
secrets d'un corps harmo-
nieux et ferme.
AAAA
RRRR eeee cccc eeee tttt tttt eeee Spaghettis aux légumes sautés Ingrédients : ◗ 500g
RRRR eeee cccc eeee tttt tttt eeee
Spaghettis aux légumes sautés
Ingrédients :
◗ 500g de tomates
fraîches
◗ 2 oignons
◗ 2 poivrons rouges
◗ 2 poivrons verts
◗ Sel et poivre
◗ Quelques feuilles
de basilic
1/ Faites cuire les
pâtes dans un fait-
tout.
2/ Lavez et découpez
les poivrons en petits
dés, les oignons et
les tomates en mor-
ceaux.
3/ Dans une poêle ou
un wok, faites chauf-
fer un peu d'huile et
faîtes revenir les lé-
gumes pendant
quelques minutes.
4/ Pendant ce temps,
égouttez les pâtes et
réservez-les au
chaud.
5/ Mettez les pâtes
dans les assiettes
puis ajoutez les lé-
gumes.
6/ Hachez les feuilles
de basilic et saupou-
drez-les sur les as-
siettes.
Voila ! Vos spaghettis
aux légumes sautés
sont prêtes !
Pâtes à la dinde et aux champignons
Ingrédients :
2/ Pendant ce temps,
500 g de pâte type
tagliatelles
coupez la dinde en
morceaux. Faites-les
Crème fraîche
revenir dans une
1 grande boîte de
champignons de
Paris (ou frais)
poêle avec un filet
d'huile d'olive.
3/ Une fois la viande
4 escalopes de
dinde
◗ Sel, poivre
cuite, ajoutez les
champignons émin-
cés et la crème
Huile d'olive
1/ Faites bouillir de
l'eau pour les pâtes et
faites-les cuire al
dente.
fraîche. Salez, poi-
vrez.
4/ Égouttez les pâtes
et ajoutez la sauce et
la viande. Mélangez
bien et servez chaud.
Bon appétit ! Vos
pâtes à la dinde et
aux champignons
sont prêtes.

stuce du jour

Tache de fruits nettoyées grâce au miel Votre enfant vient de tacher son tout nouveau
Tache de fruits nettoyées grâce au miel
Votre enfant vient de tacher son
tout nouveau T shirt avec du jus de
fruit ?
Rincez le T shirt tout de suite dans
l'eau chaude et recouvrez la tache
d'une fine couche de miel liquide
(si vous n'avez pas de miel liquide,
passez-le un peu au micro-ondes
pour le liquéfier). Il vous suffira en-
suite de le laisser agir environ 30
min. Lavez ensuite le vêtement
comme d'habitude.
30 min. Lavez ensuite le vêtement comme d'habitude. Question Notre visage vieillit plus vite du côté
Question Notre visage vieillit plus vite du côté gauche que du côté droit
Question Notre visage vieillit plus vite du côté gauche que du côté droit

Question

Question
Notre visage vieillit plus vite du côté gauche que du côté droit
Notre visage vieillit plus vite du côté gauche que du côté droit
Notre visage vieillit plus vite du côté gauche que du côté droit

Notre visage vieillit plus vite du côté gauche que du côté droit

Question Notre visage vieillit plus vite du côté gauche que du côté droit
Question Notre visage vieillit plus vite du côté gauche que du côté droit
Vrai ! Surtout, chez les automobilistes, car ils reçoivent beaucoup plus d'UV du côté gauche
Vrai !
Surtout, chez les automobilistes,
car ils reçoivent beaucoup plus
d'UV du côté gauche (à travers la vitre du conducteur)
que du côté droit. Lʼidéal est encore d'appliquer un film
anti UV sur la vitre. Et de penser à en faire autant à l'ar-
rière, pour les enfants.
à en faire autant à l'ar- rière, pour les enfants. Une communauté pakistanaise bénit les nouveaux-nés
Une communauté pakistanaise bénit les nouveaux-nés auprès de crocodiles Tenir un enfant au-dessus d'une
Une communauté pakistanaise
bénit les nouveaux-nés auprès
de crocodiles
Tenir un enfant au-dessus d'une
mâchoire de crocodile peut sem-
bler particulier, et pourtant une
petite communauté pakistanaise
croit que cela peut porter
chance. Au Pakistan, CNN a
filmé il y a peu de temps une cé-
rémonie. Durant les festivités qui
durent une semaine, les parents présentent leurs
bébés à des crocodiles. Pour les membres de cette
communauté, la fête est extrêmement importante et
se doit d'être respectée. Les membres de la com-
munauté des Sheedi voient dans cette rencontre
avec l'animal une sorte d'exorcisme qui fera que le
reste de la vie des enfants se passera sans pro-
blème.
Une millionnaire américaine
lègue sa fortune à ses chiens
Gail Posner, une riche héri-
tière, est décédée en mars
dernier à l'âge de 67 ans.
La millionnaire américaine
laisse derrière elle un fils
unique ainsi que trois
chiens, et ce sont ces der-
niers qui vont profiter de la
fortune de celle-ci. En effet, dans son testament,
Mme Posner lègue à ses chiens près de 24 millions
d'euros et seulement 700.000 euros à son fils Brett
Carr. M. Carr, un réalisateur de film, affirme que sa
mère a été droguée aux anti-douleurs par ses em-
ployés qui l'ont ensuite incitée à verser sa fortune à
ses chiens. En effet, la gouvernante qui a reçu plu-
sieurs millions pour continuer à s'occuper des ani-
maux, mais également le garde du corps et
l'entraîneur personnel de Mme Posner ont eu la part
belle dans le testament de cette dernière.
9 trucs pour lutter contre la transpiration
SS
aarrss
TTTT
Comment éviter en toutes circonstances les odeurs de transpiration
même quand le thermomètre s'élève ? Il existe des trucs naturels,
efficaces et sans risques. Les astuces de Médisite !
Attention à l'alcool et aux plats épicés
Matt Damon sur le
point d'acheter un zoo
Non, l'acteur Matt Damon
n'est pas pris d'une folle
envie de dépenser une
grande partie de ses écono-
mies en faisant l'acquisition
d'un zoo; tout ceci est de la
pure fiction, bien évidem-
ment. En effet, très concrè-
tement, il se murmure que
l'acteur, héros d' Invictus,
L'alcool, le thé, le café et autres boissons contenant de la ca-
féine font monter la température corporelle et augmentent la
transpiration. Manger des mets épicés a le même effet. Quant
à l'ail et l'oignon, ils peuvent donner une mauvaise odeur à la
sueur.
A noter : les aliments riches en zinc comme les huîtres ou le
serait actuellement en négo-
ciations avec la 20th Centhury Fox et le réa-
lisateur Cameron Crowe pour obtenir le rôle
titre d'un film intitulé We bought a zoo
foie de veau accentuent les odeurs. Mais vu que l'on n'en
consomme pas tous les jours, il n'y a pas vraiment de restriction. Et le zinc est
nécessaire à l'organisme.
En pratique : «Je ne pense pas qu'il faille supprimer les épices, mais plutôt mo-
dérer. Car certaines épices, l'ail ont des effets bénéfiques sur la santé», expli-
quent les dermatologues. En clair : ayez la main légère en cas de hausse des
températures ou avant un effort physique.
A suivre : Que vaut la pierre d'alun ?
DiCaprio dans le
rôle du fondateur du FBI
NNeewwss NNeewwss
SSSS
aannttéé aannttéé
Leonardo DiCaprio incarnera le mythique di-
recteur du FBI J. Edgar Hoover dans un bio-
pic réalisé par Clint Eastwood. Après Public
Enemies, qui racontait l'histoire du célèbre
bandit John Dillinger traqué par le FBI dans
les années 30, le réalisateur Clint Eastwood
a choisi d'adopter le point de vue du FBI
avec son projet de biopic sur J. Edgar Hoo-
ver. Pour mémoire, J. Edgar Hoover a été le
directeur du FBI de 1924 à 1972. Il en est
l'un des membres fondateurs. Grâce à lui,
l'agence gouvernementale s'est considéra-
blement développée. Cependant, depuis
quelques années, Hoover apparaît aussi