Vous êtes sur la page 1sur 41
D RAME les amants du temps jadis A IDES DE JEU Les mineurs de Compierre Riboni,
D
RAME
les amants
du temps jadis
A IDES DE JEU
Les mineurs de Compierre
Riboni, marchand ambulant
Armes, armures, bijoux aux mille nuances
D
ÉCOR
Les forgeronnes de cristart
# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu La région où s’est installée la petite
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

La région où s’est installée la petite com- munauté minière n’a pas beaucoup évo- lué avec le temps. Quelle que soit l’heu- re du jour ou de la nuit, une épaisse brume enveloppe le paysage et limite la visibilité à quelques dizaines de mètres. Vallonnée et peu rocailleuse, la contrée est essentiellement composée de plaines mornes et détrempées. Quelques bois et belles forêts parsèment tout de même les cartes. L’environnement direct de Compier- re se compose du mont Craquefer, un pic rocheux culminant à 900 mètres, et de la forêt de Braveroche. Les loups sont fré- quents dans la région. De plus, assez peu féconde en gibier, la nature locale les affame plus régulièrement que de rai- son. Ils n’ont plus peur de l’homme et constituent un véritable danger pour les mineurs. D’autres animaux sauvages se manifestent, mais aucun d’entre eux ne fait l’objet d’autant de craintes et de superstitions que les loups. Tout comme Compierre, la région est délaissée par la noblesse qui la possède.

ni maître. Mais les dirigeants des domaines alentours vinrent à eux à la tête de leurs armées et mirent fin à l’uto- pie dans le même bain de sang qui l’avait vu naître.

veau dirigeant, ces conquérants acce- ptèrent de négocier les conditions de la défaite des révoltés. Ces derniers obtin- rent le droit d’être rémunérés au rende- ment et de se voir déléguer une certaine autonomie dans la gestion de l’exploita- tion minière. Le conseil des Logés était né.

Elle ne comprend de toute façon aucun autre village, mais les routes n’y sont pas entretenues, et restent donc diffici- lement praticables. Les autorités de Com- pierre veillent cependant à ce que les voies qui servent directement à la com- munauté soient maintenues en l’état (le chemin de la mine, celui de la cueillette ou les rues du village).

Aujourd’hui, les autorités politiques de la région n’ont quasiment plus aucun contact avec la communauté minière de Compierre. Elles se contentent de préle- ver un impôt annuel, mais ont pour ainsi dire oublié le village. Au sein de celui-ci, les mineurs sont tous égaux et ne doivent rien de plus à

la communauté qu’un certain rende- ment, ou le paiement d’une taxe. À leur tête, le conseil des Logés, composé de représentants issus de la communauté, veille à ce que la mine profite de maniè- re égale à chacun et n’ait besoin d’aucune aide, ou autorité supérieure. Les représentants sont tous des descen- dants des premiers mineurs et personne n’ose remettre le bien de leur travail ou de leurs intentions en cause. Mais cer- tains habitants de Compierre les tien- nent pour responsables d’abus qu’ils ont du mal à pardonner…

cher les premiers repris de justice et autres condamnés dans les prisons des royaumes. L’idée était d’obtenir gratui- tement, ou plutôt à très bon marché, une main-d’œuvre efficace et peu exi- geante, car redevable d’une nouvelle liberté. Ces quelques pionniers installés et étroitement surveillés, la population locale connut une expansion sans pré- cédent, entraînant derrière elle le com- merce… Les mines s’organisèrent et le statut des repris de justice, toujours plus nombreux, se stabilisa pour finalement intégrer une place dans le paysage social de la région. Les malfrats ne tardèrent pas à s’orga- niser pour lutter contre les exigences toujours plus folles de leurs nouveaux maîtres. Il est vrai que leur liberté retrou- vée tenait plus de l’esclavagisme que d’autre chose. Réussissant le tour de force de s’attacher le soutien des tailleuses de cristart installées à proxi- mité, ils parvinrent à détrôner dans le sang le seigneur local. Pendant plusieurs mois, ils vécurent tels des pirates, sans loi

prenante, s’intéressa donc à cette nou-

velle source de revenu. Elle envoya cher-

Mettant à la tête de la région un nou-

BIENVENUE DANS LE VAL GRIS !

LES ENFANTS DE LA RÉVOLTE

LES LIEUX

AGONE

3

1

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu La région où s’est installée la petite

40

COMPIERRE Cher Inspiré, La présente missive risque de vous surprendre. En effet, il s’agit d’un dossier
COMPIERRE
Cher Inspiré,
La présente missive risque de vous surprendre.
En effet, il s’agit d’un dossier ayant été déro-
bé à une Éminence grise. Comme vous vous en
doutez, je ne devrais pas être en possession de
pareils parchemins… et encore moins vous
en faire part. Mais j’ai en tête que vous sau-
rez mieux que quiconque tirer profit des secrets
de Compierre. Bien qu’incomplet, le docu-
ment se révèle fort intéressant et devrait ouvrir
à votre Compagnie des perspectives
d’évolution.
Les habitants de Compierre vivent un quo-
tidien dur, dangereux et harassant. Ces
mineurs se tuent au travail pour faire fonc-
tionner leur petite communauté, loin de
l’autorité de toute noblesse, religion ou maître
d’aucune sorte. Hérésie pour les uns, démons-
tration de courage pour les autres, ce choix fait
de Compierre un lieu unique en l’Harmonde.
HISTOIRE :

PAUVRES, SALES, MAIS LIBRES !

UNE ENCLAVE INDÉPENDANTE

Dès la découverte des premiers filons dans le Val gris, la qualité du métal extra- it fut clairement établie. La noblesse régnant alors sur la région, forte et entre-

COMPIERRE

Régime: conseil composé d’élus, forme primitive de démocratie. Effectifs: aucun Inspiré, 2000 Ternes.

CORPS: 2/0

Armée: 6

Défense: 2

Habitants: 5

Organisation: 6

ESPRIT: 2/0 Finance: 7 Renseignement: 2

ÂME: 1/0 Capacité magique: 2 Relations diplomatiques: 1

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Compierre est une communauté assez restreinte, où
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Compierre est une communauté assez restreinte, où tout le monde se connaît. Les délits mineurs et autres nuisances de ce type sont donc punis avant tout par la pression sociale. Dès que le conseil des Logés reconnaît un membre de la com- munauté coupable d’un tel crime, les répercussions de son acte sur sa vie socia- le sont réelles. Le coupable se voit refusée l’entrée aux auberges, montré du doigt en plein marché ou encore obligé de régler l’intégralité de ses dettes, et ce le temps de la sanction, de quelques jours à quelques semaines. Dans certains cas, les récidivistes se sont vus passés à tabac par les mercenaires du conseil ou ont été étroitement surveillés pendant de longs mois dans leurs moindres faits et gestes. L’exil peut paraître préférable au coupable.

Un niveau au-dessus des petits délits se trouvent les crimes graves. Le meurtre, d’une part, mais aussi le viol, le vol de grande envergure ou le chantage organi- sé sur le long terme entrent dans cette catégorie. Les lois édictées par le conseil sont très strictes à ce sujet et ne font pas de cadeaux aux coupables. Dans la pratique, force est de constater que le bannisse- ment du Val gris est plus souvent retenu que la mise à mort, contrairement à l’orientation des textes officiels.

Toutes les nuisances volontaires portant atteinte aux biens collectifs sont punies de manière sensiblement plus dure que les autres crimes mineurs ou majeurs. En effet, tout le fonctionnement de Compierre repose sur les notions, extrêmement novatrices en l’Harmonde, de propriété collective et d’homogénéité sociale. Nuire aux biens, valeurs ou propriétés collectives, c’est nuire à l’esprit même de Com- pierre et bafouer la lutte qui a coûté la vie à nombre de ses fondateurs. Pour cette raison, le conseil des Logés inflige souvent de lourdes sanctions aux fautifs de cette catégorie. Pendus par les pieds une semaine durant au centre du village, fouettés jusqu’à l’inconscience ou encore emprisonnés pour des périodes pouvant atteindre plus d’un an, ces derniers ont de quoi regretter leurs actes. Fort heureusement, le conseil attache un soin particulier à déterminer si le coupable a agi intentionnellement ou non avant de le condamner.

Crime propre à la communauté de Compierre, « la déviance consiste à témoigner par son discours, son attitude ou ses actes d’une volonté de remise en question du principe de souveraineté du peuple et de ses droits ou possibilités à assumer son autonomie ». Par cette belle phrase, le conseil punit de bannissement ou de mort tout acte défini par ses soins comme susceptible de nuire à l’ordre établi dans la région. Terreau fertile à toutes les chasses aux sorcières, cette loi n’en est pas moins indis- pensable à la petite communauté, dans le monde médiéval qui l’entoure. Délé- guant aux membres du conseil la possibilité de juger qui est un bon élément de la communauté, et qui lui nuit de sa simple présence, cette loi met entre leurs mains un pouvoir très important. Heureusement, au quotidien, le dernier cas avéré de déviance remonte à plus d’un siècle. Son utilité réelle est donc plus proche du rempart psychologique à la félonie que d’autre chose…

Le meurtre et autres délits majeurs

CRIMES ET CHÂTIMENTS

Le vol et les petits délits

Nuisances collectives

La déviance

AGONE

3

2

40

COMPIERRE Compierre est un village dont l’aspect dénote dans l’Harmonde. Très étendu, il accueille une population
COMPIERRE
Compierre est un village dont l’aspect
dénote dans l’Harmonde. Très étendu, il
accueille une population composée aux
trois quarts de mineurs exploitant le
mont Craquefer. Le quart restant
comprenant les artisans, fermiers et com-
merçants dont la communauté a besoin
pour vivre.
Dans l’ensemble, le village se divise en
deux parties distinctes. Son centre est
aussi sa partie la plus ancienne. La majo-
rité des bâtiments qui le composent
datent d’avant la prise d’autonomie des
mineurs de la région. Ils comprennent
plusieurs étages et sont ouvragés, bien
que sérieusement endommagés par les
ans. Autour de ce noyau s’étend une
foule de petites maisons sans étage, pour
la plupart en bois. Celles-ci sont toutes
composées de deux pièces au confort
précaire.

Organisation

de la communauté

La vie de Compierre est orchestrée par le conseil des Logés. Cette institution, mise en place par les premiers mineurs à s’être soulevés, remplit à la fois le rôle de la noblesse locale et celui de gestionnaire de l’exploitation minière. Ainsi, c’est le conseil des Logés qui entretient la mili- ce d’une vingtaine de mercenaires dont dispose la communauté. De même, cette structure édicte le minimum de lois et de règlements que les habitants du village doivent respecter pour que chacun puis- se vivre en paix. À l’occasion, le conseil fait office de tribunal et peut prononcer des jugements à l’encontre des fautifs.

À la fois administrateur et garant de l’exécution de la volonté du peuple, le souci principal du conseil et de ses membres reste de préserver l’harmonie de Compierre, pas de gouverner à la manière d’un seigneur. Ses réunions hebdomadaires sont souvent longues et parfois ennuyeuses, mais chaque membre de la communauté peut s’y exprimer et discuter des problèmes com- muns ou particuliers.

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu AGONE 3 Ces séances ont lieu dans
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

AGONE 3
AGONE
3
# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu AGONE 3 Ces séances ont lieu dans

Ces séances ont lieu dans les vestiges d’un théâtre, aujourd’hui restau- ré. Tandis que chacun des conseillers occupe une loge, les plaignants et autres orateurs en herbe se présentent sur la scène, à tour de rôle, et exposent leurs revendications ou propositions. Le rez-de-chaussée est quant à lui laissé aux mineurs qui s’y entassent poliment, mais ne restent que rarement discrets une fois la séance entamée.

Les Logés

Ils sont issus de la communauté. Ils sont à ce titre sujets aux mêmes lois et n’ont officiellement aucun privilège sur leurs semblables. Mais n’étant pas rémunérés pour leur activité, la pratique d’un métier qui laisse du temps ou une aisance finan- cière assez peu courante parmi les mineurs est nécessaire…

Lorsqu’un Logé décède ou abandonne sa charge, les prétendants à sa succession doivent se faire connaître et tenter de rassembler le plus possible de partisans à leur accession au conseil. Finalement, lors d’une réunion exceptionnelle, un vote à main levée départage les préten- dants. Les Logés encore en place ont cependant un droit de veto leur permet- tant d’ajourner le vote s’il leur semble

inconsidéré. Cette mesure a de tout temps permis au conseil d’éviter d’accueillir des indivi- dus inaptes, bien que charismatiques.

LES MEMBRES DU CONSEIL

Composé de 6 membres, le conseil est le centre politique dans lequel est censé se reconnaître tout bon mineur. Homme maigre et noueux que l’arthrite finira prochainement par réduire à l’état d’impotent, Églantion Malarmoré est le trésorier de la communauté. On le dit radin et méfiant jusque dans ses interventions. Tout l’inverse de Ami- lianne Bienparlon, une belle rousse au sourire taquin. Chargée d’assurer la pérennité des débouchés de marchan- dises hors de la région, elle ne passe qu’un tiers de l’année dans le Val gris et occupe le plus clair de son temps à négocier et acheminer les métaux extra- its de la mine jusqu’à leurs acheteurs. Vieille femme de peu de mots et au passé mystérieux, Reugina serait une ancienne forgeronne, rejetée par ses

3

pairs depuis plu- sieurs années. Le visage triste et ridé, elle semble garder un goût amer de son expérience pas- sée. Elle n’en parle jamais et personne ne sait pourquoi ou ce qu’elle peut gagner à rester tout de même dans la région. Au sein des Logés, elle incarne la voix de la sagesse à laquelle se rallier

en cas d’indécision. Talaclancite Youg

est un lutin au regard autoritaire et au sang-froid légendaire. Musculeux et doté d’une voix à faire rendre un ours jaloux, il a à charge la gestion de la mili- ce de Compierre. Son activité s’étend à tous les problèmes liés à la sécurité de la communauté. Il préside la plupart du temps les jugements que doit rendre le conseil en cas de crime. Alfrate, lui, est le tenancier de la taverne. C’est celui des Logés qui est le plus en contact avec l’esprit de la communauté, ses petits secrets et ses revendications spontanées. En cela, il constitue un élément clef de la stabilité du conseil, lui permettant de prendre en permanence la tempéra- ture parmi ses « clients ». Poussé par sa famille à devenir Logé, le sympathique Oursegoule Troussey semble depuis avoir bien profité de sa position. Obèse, souvent absent, ses multiples frasques alimentent les ragots de Compierre.

40

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu S’il ne faut citer qu’un lieu à
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

S’il ne faut citer qu’un lieu à part l’antre du minotaure tavernier, c’est indubita- blement la maison des louves de Com- pierre. Cet établissement est le plus grand bordel du village, et pour ainsi dire le seul qui puisse se prévaloir d’un statut officiel. Abondamment fréquenté par toute la population, ce vieux moulin accueille une clientèle des deux sexes. Tenu par une mystérieuse méduse connue sous le nom de Phialonia, il constitue le lieu de toutes les confidences du village. Bien que l’essentiel de sa clientèle soit composé de célibataires, d’accidentés de

Ce lieu n’est pas le seul et unique endroit où l’on puisse boire un coup et passer du bon temps à Compierre. Mais c’est cer- tainement le plus typique, et en tout cas le plus important. Taverne, auberge et même maison de passe lorsque tombe la nuit, l’établissement accueille tout mineur qui se respecte au moins une fois par semaine. L’ambiance y est bruyante et animée à toute heure. Les prix y sont tout à fait raisonnables, bien que certaines spécia- lités, et notamment les liqueurs, ne soient pas accessibles à toutes les bourses. Les produits proposés proviennent pour la plupart des quelques fermes du villa- ge et sont d’une qualité honnête. Bien que fermement tenu par Alfra- te, un minotaure cul-de-jatte, les lieux constituent régulièrement le cadre de bagarres mémorables, l’alcool chauffant parfois plus que de raison les esprits des mineurs harassés par le travail. De même, si le patron n’est pas très favo- rable à ce genre de pratiques, des jeux d’argent y sont parfois organisés par les mineurs en mal de divertissement.

Compierre ne se résume bien évidem- ment pas à une taverne et un bordel flanqués d’un théâtre au beau milieu d’une mer de maisons. Ses rues et ruelles, bien que souvent très semblables les unes des autres, abritent nombre d’échoppes, de l’épicerie à la cordonne- rie, en passant par les lieux où l’on peut boire, manger ou se divertir. Au demeu- rant, les écarts de fortunes entre les divers habitants du village restent minimes, à quelques exceptions près. Aussi, les produits proposés ne concer- nent que de petites bourses et ne diffè- rent que très peu d’un établissement à l’autre.

la mine et des éléments les moins inté- grés du village, ce lieu ne fait l’objet d’aucun tabou. Il est principalement perçu comme un espace récréatif où cha- cun peut venir, la conscience libre, oublier les tracas de la mine ou du foyer pour quelques heures.

À côté de ces commerces et lieux établis, on trouve aussi à Compierre un système d’entraide très développé. L’égalité fai- sant force de loi entre les habitants, cha- cun met volontiers au service des autres ses compétences, spécialités et savoir- faire familiaux. Ces services peuvent aller du rapiècement d’un vêtement à l’échange de denrées cultivées dans les potagers familiaux. Ils ne font pas l’objet de paiements en monnaie et constituent un ciment de la société compierroise. Chacun sait en effet que donner dans ce domaine sans tenir les comptes est une garantie de soutien gratuit en cas de coup dur.

pour la mine dès leur dixième printemps et les filles les plus grandes se livrent parfois à la prostitution en attendant de trouver un homme pour les épouser. Misère? Le mot est faible pour décrire les atours de Compierre certaines nuits d’hiver…

Située à cinq kilomètres de Compierre, la mine est accessible par un chemin de terre battue. Traversant la forêt de Bra- veroche, c’est aussi le moyen le plus rapi- de de rejoindre le mont Craquefer depuis le village. Bien que souvent boueuse, cette voie est stable sur toute sa lon- gueur. Aucun risque d’enlisement n’est donc à craindre lorsqu’on l’emprunte.

La maison des louves

La tablée d’Alfrate

Solidarité locale

LA MINE

AGONE

3

4

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu S’il ne faut citer qu’un lieu à

40

Les Compierrois
Les Compierrois

Au premier abord, les habitants de Com- pierre ressemblent à n’importe quel pay- san de l’Harmonde. Cependant, il impor- te à leurs yeux de faire une différence entre ceux dont la lignée remonte aux premiers révoltés et ceux qui sont venus depuis s’installer dans le village. Bien que rien ne différencie officiellement ces deux catégories d’individus, force est de constater que les premiers sont bien plus respectés, écoutés et (même si personne ne veut le reconnaître devant un étran- ger) mieux traités et payés que les autres. Cette subtile différence n’est cependant pas très nette et ne crée pas de fossé social réel entre les individus de la commu- nauté. De même, 10 % des habitants de Compierre sont des saisonins. Assez dis- crets et souvent ensemble, ils ne sont pas pour autant exclus et peuvent compter sur leurs concitoyens en cas de problème. Régulièrement, de nouveaux immi- grants, motivés par l’espoir, ou l’oubli, viennent grossir la population locale…

La famille

La cellule familiale est extrêmement importante dans la société de Compier- re. Les revenus de chacun et la précari- té des conditions de vie poussent tous les éléments de la famille à œuvrer quoti- diennement pour l’intérêt des leurs. Ainsi, si ce sont la plupart du temps les hommes qui travaillent dans les galeries du mont Craquefer, les femmes ne sont pas inactives pour autant. Élever les enfants, maintenir la maison propre et nourrir toutes les bouches qu’elle abrite constitue la base de leur activité. Mais elles ont aussi à charge, dans la majori- té des cas, l’entretien d’un petit potager ou même de quelques bêtes, complé- ment de nourriture qui vient fort à pro- pos lorsque la maladie ou les accidents miniers menacent le rendement, et donc la paye, du chef de famille. De leur côté, les enfants sont très tôt mis à contribution. Ils commencent généralement à aider leur mère dès qu’ils sont assez forts pour porter un seau d’eau. Par la suite, les garçons partent

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Pour s’en protéger, les mineurs dispo- sent
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Pour s’en protéger, les mineurs dispo- sent de lunettes en cristal très fin: les lunettes de cristart. Leur fabrication ferait partie des mystères entourant les forge- ronnes de la mine. Présent au même titre que les autres métaux, aucun gise- ment de cristart n’a pourtant été repéré. Ces lunettes hors du commun permet- tent aux équipes de repérer les filons dans la roche et de voir dans l’obscurité des galeries les plus pro- fondes, et ce sans la

La mine contient de généreux filons de platine, de cuivre, d’argent et d’or, mais surtout de fer. Chacun de ces métaux s’y trouve sous une forme particulière- ment pure et vertueuse. En plus d’un éclat indéniablement majestueux, ils dis- posent tous de qua- lités de solidité et de souples- se peu com- munes. Maté- riellement,

l’artisan ou le forgeron qui crée à l’aide de ces matériaux bénéficie d’un bonus de 5 points à son jet de compétence. Les vertus des métaux n’ont en revanche pas d’incidence sur les objets résultant de leur exploitation. Mais cette qualité a un prix car l’extraction de ces précieux métaux ne se fait pas dans des conditions ordinaires. En effet, les moindres recoins de la mine sont habités par un animal dangereux et attiré par la lumière: le minérat.

L’entrée de la mine se présente sous la forme d’une clairière circulaire dont la moitié de la circonférence est constituée d’une vaste arène rocheuse marquant abruptement la base du mont Craquefer. Depuis cette paroi, trois tunnels, chacun large de plus de 10 mètres, s’enfoncent dans les entrailles de la montagne. La clairière en elle-même est occupée par les chariots défectueux en cours de répa- ration, la chaumière et l’espace réservés aux forgeronnes et aux rites sacrés concernant la mine.

Des veines exceptionnelles

AGONE

3

LES FORGERONNES Hors du champ d’action du conseil, la communauté s’appuie sur d’autres figures symboliques pour
LES FORGERONNES
Hors du champ d’action du conseil, la
communauté s’appuie sur d’autres
figures symboliques pour fonctionner
correctement: les forgeronnes de cris-
tart. Depuis l’origine de Compierre, les
forgeronnes représentent l’âme de la
mine et occupent une place spirituelle
essentielle dans la vie de la
communauté.
On dit d’elles qu’elles sont à l’origi-
ne des lunettes portées par les mineurs.
Source d’abondance et raison d’être de
la communauté, indispensables dans le
processus d’exploitation des galeries,
les dames constituent des personnages
mystiques auxquels les mineurs vouent
une sorte de culte et ponctuent leur vie
quotidienne de mille signes de respect
à leur égard. Guides spirituelles aux
conseils souvent énigmatiques mais
pertinents, beaucoup de mineurs espè-
rent croiser leur chemin pour soulager
leur conscience ou faire les choix dou-
loureux que la vie leur impose. Parfois
une aide financière, ou un autre biais
matériel, vient récompenser leur per-
sévérance.
Au printemps, chaque famille rêve
de l’invitation à présenter l’une de ses
filles à l’ordre mystérieux et presti-
gieux des forgeronnes de la mine. La
population de Compierre ne voit aucun
outrage à cette cérémonie exception-
nelle et respectueuse, d’autant que la
famille de l’enfant sélectionnée se voit
généreusement dédommagée. De fait,
nombreux sont ceux dans les mines ou
aux alentours du mont Craquefer à
avoir entrevu un jour ou l’autre leurs
silhouettes. Plus
rares sont ceux à
leur avoir
vraiment par-
lées, et encore
moins tou-
chées. Du moins
à ce que certains
peuvent prétendre…
# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu AGONE 3 L E MINÉRAT moindre source
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

AGONE 3
AGONE
3

LE MINÉRAT

moindre source de lumière. Cependant, même dans ces conditions, les accidents

Apparence

restent fréquents, et le minérat hante les cauchemars de bon nombre de mineurs.

Le minérat mesure entre 10 et 30 centimètres de long. Son épaisse fourrure est de couleur bleutée, mais peut adopter des reflets de toutes les couleurs imagi- nables. Tandis que les mimiques et petits cris du minérat tendent à le rapprocher

Habitat

 

Règlements

du pierron, la forme générale de l’animal évoque plutôt un gros rat ou quelque rongeur du même type. Parfois, lorsque les vents soufflent dans les sinueuses galeries de la mine ou lorsqu’ils sont placés en présence d’une source lumineuse, les minérats changent radicalement de comportement et de forme. Ils se redressent sur leurs pattes arrières tandis que leur poil se hérisse et que leurs puissantes mâchoires s’al- longent. Dans cet état, le minérat s’attaque à tout ce qui lui passe à portée de patte.

Le conseil des Logés gère et organise l’exploitation de la mine, depuis les conditions de travail des mineurs jus- qu’aux prix de gros pratiqués à travers l’Harmonde. Un règlement est édité, auquel chaque mineur doit se plier pour sa propre sécurité et pour le bon fonc- tionnement de l’ensemble du système.

Le minérat ne vit que dans les environs du mont Craquefer. Il est impossible d’en rencontrer ailleurs dans l’Harmonde.

Mœurs

À l’image du pierron dont il semble être un lointain cousin, le minérat se nour- rit de pierre. Il a véritablement envahi les mines de la communauté et représen- te aujourd’hui une véritable nuisance pour les mineurs. D’une part, parce que les crises de folie de ces animaux empêchent les mineurs d’allumer la moindre lampe dans les mines. Ces crises sont aussi la cause de nom- breuses altercations entre mineurs et minérats déments, dont certains peuvent être mortels. D’autre part parce que le minérat est constitué de telle sorte que lorsqu’il atteint un seuil critique d’énervement (et ce quelle qu’en soit le cause), il finit par exploser purement et simplement dans une grande déflagration accompagnée de flammes. Ces explosions sont très dangereuses dans le confinement des galeries, autant pour les mineurs que pour la résistance des plafonds.

TAI: -3 MV: 2

Caractéristiques: AGI: 6, FOR: 2, PER: 6, RÉS: 1 Caractéristiques secondaires: MÊL: 4, TIR: -, PdV: 8, SBG: 2, SBC: 4, BD: -6

Compétences: Morsure 4, Explosion 5 Épreuves: Athlétisme 3, Esquive 5, Vigilance 3.

Combat:

Initiative: 12, morsure 7, explosion 15

Attaque au contact: morsure 10, explosion 9

Les mineurs sont organisés en petites équipes de 5 à 10 individus menés par un chef. Ce dernier rend des comptes direc- tement aux Logés et s’en remet à eux pour tout ce qui n’est pas du domaine de l’exploitation sur le terrain. Il attend par exemple d’eux qu’ils lui affectent une région de la mine à exploiter. À son niveau, le chef est responsable de la sécu- rité de ses hommes et du rendement général de l’équipe. Les mineurs normaux sont rémunérés 5 PO par jour tant qu’ils atteignent le niveau de rendement mensuel fixé par le conseil. Dans les conditions où s’effectue le travail, c’est une véritable gageure et un défi que seule une condition phy- sique exemplaire peut permettre de rele- ver sans sourciller. C’est certainement là que les membres de la communauté mesurent le mieux le prix de leur liber- té. Les chefs sont payés 1 PO de plus que leurs hommes, mais c’est le rendement moyen de leur équipe qui est pris en compte lors du calcul, et non leurs efforts personnels.

MINEUR TYPE Base de Compétences Épreuves: Arme: marteau de guerre 10, Athlétisme 7, Escalade 5. Maraude:
MINEUR TYPE
Base de Compétences
Épreuves:
Arme: marteau de guerre 10,
Athlétisme 7, Escalade 5.
Maraude: Jeu 5.
Savoir: Histoire & légendes 5.
Initiative: 12
Dom. + BD: +6 (P/C)

Attaque à distance: - Esquive: 11

 

Parade: - Défense à distance: 5

 

ARMES

Armes

Init.

Att.

Déf.

Dom. + BD

TAI

Portée

Morsure

-5

+2

-

-2

-3

-

Explosion

+3

0

-

+10

-3

1,5 m

Note: L’explosion d’un minérat ne peut survenir qu’après 3 rounds de combat. Qu’elle soit agresseur ou agressée, la créature doit se trouver dans un état de ten- sion frénétique pour déclencher cette arme. L’explosion en elle-même met fin à la vie de la créature et inflige des dommages à tout ce qui se trouve dans un rayon d’un mètre et demi autour d’elle.

 
 

6

40

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Le mysticisme qui se dégage de la
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Le mysticisme qui se dégage de la mine est omniprésent dans l’esprit des mineurs. Habité par des créatures dangereuses et méconnues, sanctuaire insondable des for- geronnes et labyrinthe infini de galeries oubliées, ce lieu est depuis toujours sujet à nombre de légendes et anecdotes étranges. Au-delà des disparitions et autres accidents inexplicables, de tenaces rumeurs évoquent par exemple un être monstrueux mais bienveillant qui aiderait les mineurs égarés à retrouver la lumière… Faite de cristal, cette créature serait une incarnation de l’âme bienveillante du mont Craquefer lui-même. Bien plus concrètement, les vents qui s’engouffrent dans le réseau souterrain et créent de violents courants d’air dans certaines de ses galeries sifflent parfois comme de véritables voix dans les entrailles de la montagne. Coïncidence har- monique ou manifestation magique? Rien ne permet d’affirmer ou d’infirmer l’une de ces hypothèses. Mais il existe cependant un curieux personnage susceptible d’apporter des éléments de réponse à ce problème. Le vieux fou, comme l’appel- lent les mineurs est un vieil homme que la raison a depuis longtemps abandon- né. Errant seul dans les mines, il prétend, lorsqu’il daigne s’adresser à ceux qu’il croise, que les vents lui chantent mille histoires passées et à venir…

Installée dans les bois, à quelques dizaines de mètres de l’entrée de la mine, la cahute des Persauveurs sert avant tout d’hôpital. Mis en place voici plusieurs années par un étranger, ce petit établis-

roches extraites plus bas afin d’en faire des lingots aisément transportables. Une fois placés dans de solides coffres en fonte, les précieux lingots sont pris en charge par les adjoints de la Logée Ami- lianne Bienparlon qui les font acheminer à travers l’Harmonde.

La cahute des Persauveurs

L’ÂME DU CRAQUEFER

AGONE

3

Une vie de mineur
Une vie de mineur

Les mineurs font un travail dur et dan- gereux, très peu payé au regard des conditions dans lesquelles ils vivent. Ils travaillent environ 12 heures par jour et se reposent 2 jours par mois. Le conseil a dernièrement fixé le rendement atten- du à 50 kg de métal par mois et par mineur. Sur le plan des règles, tenir un tel rythme nécessite de réussir un jet de Résistance par semaine, difficulté 20. Au bout du mois, les MR positives et néga- tives des quatre jets de dé sont addition- nées. Si le résultat est positif, le rende- ment escompté est atteint et chaque tranche de 5 points supplémentaires cor- respond à un surplus de 10 % de métal extrait. Si le résultat est négatif, le mineur ne suit pas le rythme et ralentit son équipe. Il accuse un manque de métal extrait de 10 % cumulatif par tranche de 5 points en dessous de 20. Les conditions de travail dans la mine nuisent à la santé et les accidents sont fréquents. Les wagonnets qui servent à acheminer les roches métallifères à la surface sont lourds et deviennent vite incontrôlables une fois emportés par une pente. Des conduits menacent de s’effon- drer. De plus, les minérats constituent une menace constante pour les mineurs, qui doivent souvent choisir entre tra- vailler à proximité de ces créatures et risquer de ne pas atteindre le rendement nécessaire.

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Le mysticisme qui se dégage de la

Le devenir des métaux

Les premiers étages du réseau minier ont été depuis long- temps aménagés pour permettre aux mineurs qui y travaillent de fondre les

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu l’extrême, Mornelune ne sait faire que deux
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

l’extrême, Mornelune ne sait faire que deux choses de ses mains: boire et écri- re des vers comme peu de mortels ont le talent de le faire. Lorsqu’il vint s’ins- taller à Compierre, il trouva dans l’aventure de cette petite communauté la source intarissable d’inspiration dont il avait besoin. Aujourd’hui vieux et aigri, le poète est rongé par un vice sans fond, l’alcool. Il n’a probablement plus grand temps à vivre s’il continue à ce train. Mais son œuvre est presque ter- minée et il est l’auteur de plus de vingt mille pages de poésie, retraçant l’épopée de la communauté depuis ses premiers jours. Apprécié par les mineurs, le satyre est respecté comme un vieux sage par la

Alfrate est le tenancier de la taverne. Il s’est stabilisé à Compierre peu après avoir fui les Abysses. Alfrate devint mineur, et dix ans s’écoulèrent sans que l’harmonie de sa nouvelle vie soit trou- blée. Mais un chariot plein à craquer et une erreur d’aiguillage le privèrent un jour de ses jambes voilà 15 ans. Diminué mais vivant, Alfrate racheta une grange avec ses maigres économies et ouvrit sa taverne moins de deux ans après son accident. Il est membre du conseil des Logés depuis trois ans et compte parmi

« La vie est dure, messire, aussi cruelle qu’une vérole collée au cul de l’un de ces mineurs. »

Comme la plupart des mineurs, Estrallon est né et a grandi à Compierre. Fier de ses origines, il n’a jamais quitté le village natal. Il est descendu pour la première fois dans les entrailles du mont Craque- fer à l’âge de 12 ans et n’a cessé depuis d’extraire le métal pour la communauté. Fort de nombreux amis, Estrallon est apprécié des autres mineurs. Son sens des priorités lui a valu les félicitations du conseil à plusieurs reprises. Il est à la tête d’une équipe de 5 gaillards depuis deux ans maintenant. Fier de cette réus- site, il commence d’ailleurs à mettre de l’argent de côté… En effet, il se surprend de plus en plus souvent à s’imaginer der- rière un comptoir, distribuant boissons et bons conseils à de jeunes mineurs impressionnés par ses anecdotes.

être parfaitement intégré. Comme c’est souvent le cas au sujet des satyres, cer- taines rumeurs prêtent à croire que la gent féminine de Compierre ne serait pas étrangère à cette intégration exem- plaire. Toujours est-il que le vieux saty- re n’a jamais mis les pieds dans le moindre tunnel. Il s’est installé voilà vingt ans à l’auberge et n’en est plus res- sorti depuis. Riche, mais économe et radin à

Mornelune est l’une des rares personnes qui ne soient pas nées dans le village à s’y

communauté. Nombre d’enfants veillent le soir pour écouter les histoires qu’il raconte au coin de l’âtre de la taverne. Encore roublard, le satyre laisse de plus traîner son oreille lorsque tous le croient trop saoul pour résister au sommeil. Cela fait de lui l’une des personnes les plus renseignées sur les histoires secrètes des uns et des autres à Compierre.

qu’efficaces décidés à moderniser à outrance les infrastructures de la mine. Leur bon sens a permis de réduire signi- ficativement le nombre d’accidents depuis leur arrivée, il y a une quinzaine d’années.

les figures de proue de la communauté.

(généralement suivi d’une longue gor-

Maraude: Discrétion 16, Intrigue 12, Jeu 14. Société: Baratin 16, Éloquence 13, Poésie 17.

ESTRALLON BONNIFIESTE, MINEUR CONVAINCU

ALFRATE, MINOTAURE TAVERNIER

MORNELUNE, SATYRE ALCOOLIQUE

Base de Compétences

MORNELUNE

Citation typique

gée de liqueur)

FIGURES

AGONE

3

8

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu l’extrême, Mornelune ne sait faire que deux

40

sement rassemble une demi-douzaine de soigneurs aux techniques diverses. L’activité de ces derniers est avant tout
sement rassemble une demi-douzaine
de soigneurs aux techniques diverses.
L’activité de ces derniers est avant tout
centrée autour des dégâts que cause le
travail du mont Craquefer sur la popu-
lation. Spécialistes des dommages causés
par le feu et habitués à la plupart des
accidents miniers, ils ont sauvé la vie de
plus d’un Compierrois et sont reconnus
pour cela au sein du Val gris. De plus, ils
s’entourent d’une flopée d’assistants issus
de la population locale et génèrent ainsi
une possibilité d’intégration pour ceux
qui sont inaptes à travailler dans la mine.
Nombre de ces derniers sont d’ailleurs
des accidentés que les Persauveurs ont
guéris quelques années auparavant.
Tous ne sont pas médecins, mais tous se
sont rendus dans le Val gris pour mettre
leur savoir-faire au service des idées qui
dirigent la population locale. On trouve
ainsi parmi eux, en plus des soigneurs et
de leurs assistants, les frères Belécroux,
deux nains de l’Équerre aussi grincheux

LES SOIGNEURS ET LEURS SOINS

Les Persauveurs

Base de Compétences Épreuves: Premiers soins 17. Maraude: Discrétion 14, Intrigue 12. Société: Baratin 15, Intendance 13. Savoir: Chirurgie 16. Citation typique

« Soigner le corps, oui, cela s’apprend lors- qu’on a le sou pour payer un bon maître… Mais l’âme, mon enfant, l’âme de cette région, qui s’en porte garant ? Les Logés, oui. Mais n’est-ce pas plutôt un rôle que chacun d’entre nous devrait tenir ? Après tout, les Logés doi- vent eux aussi avoir droit à l’erreur… »

La cahute

Le lieu où travaillent les Persauveurs est parfaitement aménagé et équipé pour leur permettre d’exercer avec le maximum de chances de succès, dans la limite des moyens dont dispose la communauté. N’importe qui officiant dans ce cadre pour exécuter une opération de Premier soins ou de Chirurgie se voit conférer un bonus de +2 à son jet de Compétence.

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu AGONE 3 SUR L’ÉTAL DE RIBONI Bonjour
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

AGONE 3
AGONE
3

SUR L’ÉTAL

DE RIBONI

Bonjour voisin, qu’est-ce qui t’amène dans ma modeste boutique ambulante ? Je pense que tu pourrais être intéressé par mes plus précieuses marchandises, à condition d’en avoir les moyens… Tu veux que je te présente mes quelques trésors ? Il s’agit d’objets faits dans un cristal unique aux mille nuances et aux propriétés étonnantes. On l’appelle le cristart, une matière exceptionnelle, issue des montagnes au loin, dans la petite ville de Compierre. J’ai la chance de pouvoir commercer avec eux, et tu as la chance que je décide de te les montrer…

ARMES ET ARMURES BIJOUX INSTRUMENTS Commençons par les pièces d’armes… Je possède une veste d’armure de
ARMES ET ARMURES
BIJOUX
INSTRUMENTS
Commençons par les pièces d’armes… Je
possède une veste d’armure de taille
humaine aux reflets bleu nuit. Elle allie
protection et légèreté. Regarde la voisin,
elle serait du plus bel effet sur toi. Une
armure de taille différente? Oui c’est
possible, mais je crains qu’il ne me faille
la commander.
Veste bleu nuit: TAI 0, Protection: 5,
malus: -1, Coût: 17500 PO
Mais peut-être désires-tu un bijou pour
toi, ou pour une de tes mies… Laisse-moi
te présenter cette rivière d’humeur aux
subtiles nuances mauves. Elle est d’un
effet saisissant au cou d’une belle! Sa
couleur et son intensité varient en fonc-
tion de l’humeur de la délicate jeune
personne qui la porte… Certes, cela peut
trahir, mais embellit tellement les char-
mantes qui l’arborent… Nombre de
courtisanes de tous pays en raffolent!
J’ai entendu dire qu’un noble prin-
céen s’était presque ruiné pour acheter
une vaisselle réalisée dans ce cristart… Je
te laisse imaginer les soirées de ce noble
dans cette société décadente où tout n’est
que faux-semblants…
Rivière d’humeur: 40000 PO.
Mais peut-être es-tu artiste, voisin? Ou
commences-tu à étudier un de nos arts?
Je puis te proposer un magnifique pin-
ceau d’apprentissage dont le manche et
les poils sont composés dans un cristart
aux reflets grenat. Avec lui, les arcanes
de l’art incommensurable de la peinture
seront à ta portée! Comment cela fonc-
tionne-t-il ? On murmure que serait
enfermé dans ce cristart un élément par-
ticulier… Mais cela n’est probablement
qu’une rumeur!
Mais si tu es un sculpteur accompli, je
te conseille d’acquérir au plus vite ce
poinçon dont le cristart révèle des
nuances émeraudes. Il insuffle aux artistes
une meilleure communion avec les
Muses, te permettant de sublimer ton art!
INSTRUMENTS
Pinceau d’apprentissage: Bonus de +2 aux jets d’apprentissage avec un maître,
un point d’XP supplémentaire tout les 5 points acquis lors d’un apprentissage en
utilisant ce pinceau, coût: 6000 PO

Et vise un peu cette rapière voisin ! N’hésite pas, teste son équilibre. Je vois ton œil s’allumer, je t’avoue que c’est une des plus belles rapières qu’il m’ait été donné de voir, et pourtant les Muses savent que j’en ai vues souvent dans mon métier! Je possède également une dague dont la lame est d’un cristart gris, sans nuan- ce. Non, elle n’est ni plus solide, ni plus légère que les autres. Son intérêt? Tu es bien pressé voisin, laisse-moi ménager mes effets! Cette dague te permet de détecter les démons autour de toi de cercle II à moins de 100 mètres! En ce cas, elle s’illumine et luit d’une lumière intérieure te prévenant de cette présence.

Dague grise de détection des démons (type cercle II, portée: 100 m): 20000 PO

Poinçon d’inspiration: +3 à la compétence sculpture, bonus pris en compte dans le calcul du POT de Cyse, Coût: 8100 PO

LES LUNETTES DE NYCTALOPIE

Ces lunettes métalliques, aux cristaux de verres bleu foncé, permettent de bénéficier d'une nyctalopie mineure, les malus dus a l'obscurité sont décalés d'un cran (voir AGONE p. 139). Si un minotaure porte de telles lunettes, son malus est encore diminué d'un cran. Coût : 4000 PO

40

RAPIÈRE BLEU NUIT

Rapière

Init.

+4

Att.

+3

Déf.

+2

Dommages

+4 (P/T)

FOR

3

AGI

7

TAI

0

Coût

8500 PO

9

RIBONI, LE MARCHAND AMBULANT D ESCRIPTION Une infirmité de naissance vous a empêché de vous tourner

RIBONI,

LE MARCHAND AMBULANT

DESCRIPTION

Une infirmité de naissance vous a empêché de vous tourner vers le métier des armes. Vous avez donc décidé de devenir marchand ambu- lant. Après avoir arpenté la Répu- blique mercenaire pour trouver des marchandises qui pourraient

# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

ARCHÉTYPE : MARCHAND AMBULANT

Origine : République mercenaire Peuple : humain Sexe: masculin Âge : 37 ans Taille : 1,67 m (TAI 0)

CARACTÉRISTIQUES

COMPÉTENCES

Poids : 70 kg MV : 1

Flamme: 1/0

CORPS: 1/0

AGONE

3

Bonus de Corps: +1 AGIlité: 6 FORce: 5 PERception: 7 RÉSistance: 5

Épreuves: Arme: canne 7, Arme: arbalète légère 5, Équitation 5, Esquive 7, Premiers soins 5, Vigilance 7 Maraude: Camouflage 3, Déguisement 3, Discrétion 5, Intrigue (spé: commerce) 6 Société: Baratin 7, Éloquence 3, Étiquette: marchands 5, Intendance 5, Négoce (spé: vente) 8, Us & coutumes:

République mercenaire 9 Savoir: Alphabet: Moden’Hen 5, Culte: Mine de Cristart 1, Géographie 5, Langue: mercerin 9, Langue: keshite 9, Langue: urguemand 9, Lois 5

AVANTAGES, BIENFAITS, DÉFAUTS, PEINES

Marchand de cristart (5)*, Don pour les langues (2), Boiteux (2)

Combat

Initiative: 14, canne 14,

arbalète légère 19 Attaque au contact: canne 14 Attaque à distance:

arbalète légère 13 Esquive: 13 (avec l’armure) Parade: canne 14 Défense à distance: 6

Armure: Cuir

Partielle, Malus -1, Prot. 3

Citation typique:

« Regarde un peu cette magnifique rapière, voisin. Observe la finesse de ce manche. Tu ne trouveras pas mieux ! Comment ça trop cher ? Regarde de plus près et tu verras que je ne vole pas. »

Déf.

+1

-

Dom. + BD

+2 (C)

+6 (P)

TAI

-1

-1

Portée

-

60 m

ESPRIT: 1/0 Bonus d’Esprit: +1 INTelligence: 9 VOLonté: 9 ÂME: 1/0 Bonus d’Âme: +1 CHArisme: 7
ESPRIT: 1/0
Bonus d’Esprit: +1
INTelligence: 9
VOLonté: 9
ÂME: 1/0
Bonus d’Âme: +1
CHArisme: 7
CRÉativité: 5
ARME(S)
Armes
Init.
Canne
0
Arbalète légère
+5

Caractéristiques secondaires

ART: - EMP: - MÊL: 5 TIR: 6 PdV: 45 SBG: 15 SBC: 22 BD: +0 Points d’Héroïsme: 2 Pouvoirs de la Flamme:

Langue de feu Pouvoirs de saisonin: Aucun Perfidie: 0 Ténèbre: 0 Pouvoirs corrompus: Aucun

Att.

+1

+1

10

40

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Maxence Layet, Sébastien Célerin et Frédéric Weil
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Maxence Layet, Sébastien Célerin et Frédéric Weil Auteurs: Raphaël Bardas, Nadège Debray et Benjamin Gruet Corrections: Benoît Huot Direction artistique: Franck Achard Couverture: John McCambridge Illustrateur: Julien Delval Mise en pages: flu

Fabrication: Nicolas Folliot et Nicolas Hutter

Dans une tasse à part, mélanger un peu de vodka à 2 cuillères rases de café soluble. Une fois le café dissous, ajouter cette tasse au chaudron, et mélanger à nouveau. S’assurer que le sucre est bien dissous, et que le tout est homogène. Laisser reposer la mixture obtenue pendant une nuit et un jour dans l’endroit le plus frais possible. Retirer la pellicule de dépôt qui s’est formée à la surface pendant que le liqui- de reposait. Voici ce dernier prêt à servir. Bien que l’abus de ce breuvage puis- se nuire au bon déroulement de l’aven- ture ou de la lutte contre l’Ennemi, il convient de garder en tête qu’il contient du lait et des œufs crus. Il ne doit donc pas être conservé plus de quelques jours.

Originaire du Val gris, cette boisson est au mineur de Compierre ce que ses serpents sont à une méduse. Très énergétique, le Ptilay reste cependant assez lourd et sucré. Il sera plus apprécié en fin de soi- rée, après un bon repas.

Dans un chaudron de grande taille, mélanger les ingrédients suivants:

Maxence Layet, Sébastien Célerin et Frédéric Weil Auteurs: Raphaël Bardas, Nadège Debray et Benjamin Gruet Corrections:

1 bouteille de malte macéré à la manière princéenne (le fameux « whisky » dont parlent tant leurs représentants de commerce!)

250 g de sucre en poudre 250 ml de crème fraîche liquide 1 boite de lait concentré non sucré 1 sachet de sucre vanillé

L’Inspiré #3 – Crédits Direction éditoriale:

LE PTILAY

6 jaunes d’œuf

AGONE

3

assurer votre fortune, vous êtes arri- vé à Compierre. Après quelques trac- tations ardues avec le
assurer votre fortune, vous êtes arri-
vé à Compierre. Après quelques trac-
tations ardues avec le conseil de la
ville, vous faites désormais partie des
heureux marchands autorisés à
convoyer des objets de cristart. Afin
de protéger votre très précieuse car-
gaison, vous avez une compagnie de
mercenaires à votre solde.
Vous n’oubliez jamais d’assister à la
fête du Choix où vous ne manquez
pas d’amener quelques fillettes dans
l’espoir que l’une d’entre elles soit
choisie et de recevoir le dédommage-
ment. Ce que vous en faites si elles ne
sont pas choisies, vous seul le savez.
MARCHAND DE CRISTART
(C HARGE, 5)

Vous êtes l’un des rares marchands à traiter avec le conseil de Compierre pour l’exportation des objets de cris- tart. Le cristart vous permet de gagner votre vie de deux manières: d’une part l’achat et la revente d’objets en cristart, d’autre part l’envoi de personnes dési- rant acquérir un bijou voilant, ces fameux bijoux permettant de masquer un défaut d’apparence de son porteur. Ces personnes doivent se déplacer à Compierre pour acquérir un tel bijou afin de le faire harmoniser par les mys- térieuses Forgeronnes de Cristart, les prêtresses de la région. Votre activité vous ouvre les portes de nombreux puissants de la région, voire même des pays alentours, votre marchandise attirant la curiosité. Vous disposez de 20000 pièces d’or pour acheter des objets en cristart dès le départ. Vous achetez les objets avec 20 % de réduction par rapport au prix de base. Si une personne vient sur vos conseils acheter un bijou voilant, vous toucherez également 20 % de son prix de vente. Pour un coût d’un point supplé- mentaire, votre réduction augmente de 5 %, dans la limite de 3 points. Votre commission augmentera également en conséquence.

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Églantion Malarmoré , le trésorier, est un
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Églantion Malarmoré, le trésorier, est un individu aigri et peu scrupuleux qui n’hésite pas à utiliser sa position pour se constituer un pécule personnel impor- tant aux dépens des mineurs. Il n’affiche cependant pas sa fortune et se conten- te de l’entasser dans sa cave… Plus aventureuse mais tout aussi prévenante, Amilianne prélève de larges commissions sur les transactions qu’elle réalise et projette déjà d’aller s’installer dans les Communes princières d’ici quelques années. Elle a conscience qu’un tel départ équivaut à un acte de déviance et prend grand soin de ne rien laisser échapper de ses projets, surtout en présence des autres Logés. Colérique, violent et autoritaire, Talaclancite Youg entretient une seconde milice, constituée de mineurs dévoués et grassement payés. Le but de cette orga- nisation officieuse est de prévenir la déviance dans les rangs de la communauté et d’y mettre un terme, loin des regards critiques des autres Compierrois. Lyn- chage, intimidation et abus en tous genres sont au programme, bien évidemment. Dans les faits, leurs cibles comprennent tout ce qui peut, de près ou de loin, mena- cer le fonctionnement actuel du conseil des Logés, et surtout les écarts auxquels ses membres se livrent. Il tient aussi sous sa coupe, avec la complicité d’Alfrate le tavernier, Oursegoule Troussey. Corrompu notoire, celui-ci recherche avec avi- dité à profiter des avantages de sa charge. Client fidèle des plaisirs de la chair, il est devenu le protecteur et l’amant officiel de Phialonia, matrone de la maison des louves.

Bon tenancier malgré son infirmité, Alfrate est en réalité aussi pervers et dérangé que les pires serviteurs de l’Ennemi. Membre du conseil, il utilise le réseau de transport destiné à acheminer les métaux jusqu’aux artisans qui les uti- lisent pour acheter et importer de jeunes fillettes des quatre coins de l’Harmonde. Son établissement fait donc aussi dans la distribution de jeune filles entre deux et six ans aux familles de mineurs de Com- pierre. Ces enfants sont récupérés par ces dernières pour être proposées aux forgeronnes lors de la cérémonie du Choix. Si l’enfant est retenu par les mys- térieuses prêtresses de mine, la famille reçoit une large compensation en mon- naie sonnante et trébuchante. Alfrate prélève la moitié de cette somme à ceux

Cette cahute perdue dans la forêt est aussi importante pour le devenir de Compierre. En effet, abritant essentiel- lement des individus éduqués et cultivés, elle est le foyer d’une réflexion constan- te sur le fonctionnement de la commu- nauté. Les Persauveurs sont des habi- tants de l’Harmonde qui ont consacré leur vie au rêve de liberté incarné dans la population de Compierre et ne cessent de projeter de le devenir. À l’heure actuelle, eux aussi s’accor- dent à dire que le conseil de Logés abuse de sa position et tend de plus en plus à se comporter comme n’importe quelle noblesse de l’Harmonde. Si certains, comme les frères Belécroux ne songent pas pour autant à changer quoi que ce soit à cette situation, d’autres, comme Émilio d’Astarnaty sont en train de ten- ter d’ouvrir discrètement les yeux de leurs concitoyens… À leurs risques et périls. Ainsi donc, il se pourrait bien qu’une nouvelle révolution soit en marche dans le Val gris. Une révolution

renouant avec les racines de la commu- nauté locale et décidée à remettre en

question le pilier que constitue le conseil des Logés. Reste à savoir si celui-ci tolé- rera longtemps sur ses terres un tel acte de déviance.

LE TRAFIC DE FILLETTES

DES ABUS DES LOGÉS

LA RÉVOLTE DES PERSAUVEURS

AGONE

3

12

40

INTRIGUES À COMPIERRE LES SECRETS DU CONSEIL Le conseil des Logés est censé rendre directement des
INTRIGUES
À COMPIERRE
LES SECRETS DU CONSEIL
Le conseil des Logés est censé rendre
directement des comptes aux nobles
locaux. Mais ceux-ci étant particulière-
ment absents depuis de nombreuses
années, ces liens sont réduits au paie-
ment d’une taxe annuelle. Taxe au mon-
tant dérisoire en comparaison des
sommes que rapporte l’exploitation
minière à la communauté.

À bien des égards, les Logés perçoivent les mineurs comme des sujets. Et si leurs parents rêvaient d’égalité, leur quoti- dien n’est rien d’autre que celui d’un membre de la noblesse. Avec le temps, les Logés se sont arrangés pour rendre leur travail suffisamment codifié pour que seule une personne avertie puisse s’en sortir. De ce fait, à grands renforts de bureaucratie inutile, ils ont installé leurs lignées respectives à la tête de la com- munauté, et sont aujourd’hui dans une situation leur permettant de placer dis- crètement leurs successeurs aux postes clefs de la communauté. De plus, ils constituent le seul lien entre les mineurs et le monde extérieur à Com- pierre. Rien ne les empêche de tron- quer les comptes et de détourner les fonds de la communauté. Et justement, voici plusieurs décennies qu’ils ne s’en privent pas. Pour le moment, le conseil des Logés tient en place malgré ses abus grâce au mensonge et à la négation systématique de tout ce qui peut le remettre en cause. Certains membres de la communauté se sont cependant aperçus du problème, mais ils ne constituent qu’une minorité clandestine pour le moment. Les Logés sont méfiants et veillent à ce que la situa- tion ne leur échappe pas, obligeant les séditieux à mille précautions.

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu la population. Plus subtile, mais bien moins
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

la population. Plus subtile, mais bien moins honorable, le Domaine peut aussi être conquis en muselant les conseillers par le chantage ou la menace. Enfin, il reste toujours la possibilité de mener une campagne militaire contre Compierre. Les nobles légitimement en possession de ces terres ne lèveront cer- tainement pas le petit doigt dans une telle situation. De plus, les mineurs, forts et déterminés, ne représentent pas une opposition insurmontable.

À partir des informations fournies plus haut, les Inspirés peuvent exploiter ce domaine de différentes manières. Et les informations suivantes ne sont, bien entendu, que des suggestions. À la Com- pagnie de trouver sa propre ligne de conduite et de planifier ses opérations.

Compierre peut devenir un lieu où se replier et disparaître un moment. Quelques contacts sur place suffisent à s’intégrer discrètement dans le quotidien de la ville. De plus, le conseil recrute régulièrement des voyageurs pour ren- flouer les effectifs de la mine pendant quelques semaines ou quelques mois. Mais il est aussi possible, pour une Compagnie prenant le temps de s’ins- taller sur place, de s’implanter durable- ment dans les affaires de la communau- té. Le présent dossier fournit assez d’informations pour tirer discrètement

Un groupe d’Inspirés déterminés et prêts à prendre de lourdes responsabilités peut tenter de prendre le Domaine en main. Dans cette optique, dénoncer les privi- lèges du conseil peut permettre de ras- sembler la partie la plus contestataire de

profit de nombre de situations. À votre avis, combien Alfrate est prêt à acheter le silence au sujet de son trafic?

INVESTIR ET EXPLOITER COMPIERRE

DANS LA DISCRÉTION

PAR LA FORCE

AGONE

3

de ses « clients » qui ont la chance de voir leur enfant reconnue par la
de ses « clients » qui ont la chance de
voir leur enfant reconnue par la mine.
Beaucoup des enfants ainsi refusées
par les forgeronnes sont par la suite éle-
vées avec le reste de la famille. Rendus
avides par la misère, les mineurs n’en
sont pas mauvais pour autant. Mais cer-
taines familles n’ont pas les moyens de
nourrir cette bouche supplémentaire,
tandis que d’autres veulent se débarras-
ser de la source de remords et de culpa-
bilité que deviennent ces enfants à leurs
yeux. Beaucoup de ces fillettes sont donc
abandonnées aux meutes de loups de la
région une fois l’hiver venu.

Très lucratif pour le minotaure, cet immonde trafic est connu d’une bon tiers de la population de Compierre. Si per- sonne n’en parle, tout le monde y trou- ve plus ou moins son compte malgré la honte. Cependant, les autres membres du conseil des Logés ne sont pas encore au courant et risquent d’être irrités de ne pas avoir été mis dans la confidence, lorsqu’ils découvriront l’odieux trafic.

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu la population. Plus subtile, mais bien moins
# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu après avoir concentré ses forces pour se
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

après avoir concentré ses forces pour se maté- rialiser. Il nous offrit nos dons, et nous en remercions la Mine tous les jours. Bénie soit la Mine. »

Sircral était un cyclope qui avait mal supporté la disparition des Muses. L’Éclipse fut pour lui intolérable. Il accep- tait mal que les hommes commencent à oublier les Muses, et la rupture avec elles le rendit à moitié fou. Il sentit le déses- poir le gagner en même temps qu’une grande haine de l’Automne. Triste de ne pouvoir reprendre le combat contre l’Automne traîtresse, il rejoignit le cime- tière des cyclopes pour se laisser mourir.

les montagnes environnantes et tombè- rent sur un humanoïde ne possédant qu’un œil et semblant sur le point de mourir. Effrayées, elles n’osèrent pas faire un seul geste.

Justeinte, Séréna, Antienne et Efigénie étaient quatre artistes qui habitaient les abords des Marches modéhennes. Elles fuyaient devant les troubles qui agitaient cette époque. Elles s’étaient réfugiées dans une caravane qui n’avait pas plus résisté que leurs villages. Encore une fois, elles avaient fui devant l’ennemi et avaient survécu. Elles se réfugièrent dans

« L’esprit de la Mine nous apparut, fatigué

LES QUATRE FONDATRICES

LA MORT DUN CYCLOPE

Une Forgeronne en réponse aux questions d’une fillette

LA RÉVÉLATION

HISTOIRE

AGONE

3

Sircral vit les quatre femmes devant lui. Son esprit déjà perturbé, encore plus troublé par le seuil de la mort, conçut un projet totalement fou. Il allait créer un culte autour du cimetière des cyclopes. Il décida de leur parler, leur expliquer qu’il les atten- dait. Il se présenta comme l’esprit du lieu, il leur dit de s’avancer et qu’il leur transmet- trait tout le savoir dont elles

LES FORGERONNES DE CRISTART Éminence, Le dossier qui suit nous est parvenu incomplet. Nous craignons que
LES
FORGERONNES
DE CRISTART
Éminence,
Le dossier qui suit nous est parvenu incomplet.
Nous craignons que le reste du dossier ne soit
tombé aux mains de vos Inspirés. Heureuse-
ment, la partie sur l’Atelier des Dames, cet
ordre religieux composé uniquement de
femmes, semble nous être parvenu intact. Vous
constaterez qu’il semble receler un grand
potentiel ignoré, mais approcher les Forge-
ronnes de cristart me semble une gageure.
Vos Inspirés pourront sûrement trouver un
intérêt au cristal fantastique que ces prêtresses
forgent, le cristart. Cristal unique dans tout
l’Harmonde, je vous laisse découvrir les
arcanes de cette organisation mystique, et
juger de l’intérêt que vos Inspirés pourraient
avoir à rencontrer les femmes de ce culte.
# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu après avoir concentré ses forces pour se
# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu par an. Le baron prend généralement une
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

par an. Le baron prend généralement une concubine qui portera ses descen- dants, et cette situation convient tout à fait à l’Atelier. Comment réagirait les forgeronnes si le seigneur actuel annonçait ses fian- çailles avec une inconnue ? et si les lettres envoyées par le conseil des Mères restaient sans réponse?

Des quatre artistes d’origine, deux d’entre elles possédaient un pierron, abandonnés lorsqu’elles fondèrent l’Atelier des Dames. Les pierrons se nourrirent de cristart et en furent trans- formés pour devenir les minérats que l’on connaît aujourd’hui. Leur squelet- te devint de cristart. Ils subissent l’influence du travail des Forgeronnes et, sous l’effet des vents mugissants qui font résonner le cristart brut, leur sque- lette se déforme, faisant de ces créatures paisibles des monstres dénués de rai- son. Ils s’attaquent alors à tous ceux qui se trouvent sur leur chemin. Le seul moyen de tuer un minérat est d’utiliser une arme de cristart, car dans le cas contraire le minérat explose violem- ment, blessant sérieusement ou tuant son adversaire.

Par coutume, depuis plusieurs siècles, la femme officielle du seigneur est une Savante. Officielle, parce que cette Savan- te ne quitte pas réellement l’ordre, se contentant de venir à quelques récep- tions, ou de rencontrer son mari pour les devoirs conjugaux une à deux fois

saient pas, contrairement aux mines. Il rencontra les artistes devenues prê- tresses. Ils discutèrent pendant plusieurs jours au bout desquels le seigneur fut convaincu que seules ces femmes pou- vaient travailler le cristart et les Forge- ronnes acceptèrent l’installation de mineurs qui exploiteraient les métaux alentours. Ils conclurent un pacte de mutuelle assistance. La communauté minière des environs et l’Atelier des Dames étaient nés.

Elles s’installèrent et commencèrent à forger des objets de cristart, pour les vendre et monter leur ordre religieux. Les villes et villages de la région apprirent à connaître ces femmes étranges qui se présentaient sous le nom des Forge- ronnes de cristart. Certains adoptèrent leur culte. D’autres se déplaçaient afin de les rencontrer et de leur demander conseil car on disait qu’elles étaient d’une grande sagesse. La rumeur enfla et parvint aux oreilles du dirigeant local. Les Forgeronnes de cristart ne l’intéres-

L’Atelier des Dames a survécu grâce à la prospérité du village et à la richesse obte- nue grâce aux ventes des objets de cris- tart. Les Forgeronnes sont aisément reconnaissables par leur apparence :

l’instant. Le cristart possède en lui une partie de la mémoire des cyclopes qui se réveille parfois : lorsque le vent vient frapper une paroi sous un certain angle, on peut voir s’animer une scène vécue par un cyclope, comme si elle avait réel- lement lieu derrière une vitre légère- ment opaque. Il faut être présent au moment où le vent frappe la paroi pour pouvoir assister à la scène.

toutes ont le crâne rasé, et possèdent un œil tatoué sur le front. L’Atelier des Dames participe peu à la vie de la com- munauté, en dehors des cérémonies. Les Mères rencontrent régulièrement le conseil local qui se charge de trouver les marchands qui vendront les objets de cristart à l’extérieur, l’Atelier ne désirant pas s’occuper des relations commerciales.

Le cristart est un cristal unique dans tout l’Harmonde. Méconnu, il ne semble pas avoir attiré l’attention du Masque pour

reconnaître ses différentes nuances. Séréna, la musicienne, savait comment harmoniser sa voix afin d’extraire le cris- tal des parois. Efigénie, la sculptrice, savait comment diriger ses gestes afin de le former.

TRADITION CONJUGALE

DES MINÉRATS

AUJOURDHUI

LE CRISTART

AGONE

3

15

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu par an. Le baron prend généralement une

40

avaient besoin. Les quatre femmes effrayées se sentirent poussées par le besoin impérieux qui se reflétait
avaient besoin. Les quatre femmes
effrayées se sentirent poussées par le
besoin impérieux qui se reflétait dans
l’œil de Sircral. Il leur confia que sous
leurs pieds se trouvait son corps, qu’il
avait dû réunir toutes ses forces pour se
matérialiser et qu’il allait retourner à la
terre. Il leur confia l’exploitation de la
montagne et sa protection. Alors qu’il
allait leur parler de la Dame de l’Autom-
ne, et du combat qu’elles devraient mener
contre elle, la mort l’atteignit. Il n’eut
que le temps de leur dire de se méfier de
cette saison. Son corps retourna à l’Har-
monde, explosant en des myriades de
fragments et de poussières, quatre d’entre
eux atteignant les femmes en plein front.
Sous le choc, elles s’évanouirent.
LA FONDATION

Lorsque les artistes se réveillèrent, elles savaient comment extraire et travailler le cristal sacré que l’esprit de la Mine leur avait confié. La montagne recelait nombre de métaux de qualité bien supé- rieure à tout ce qu’elles avaient pu voir. Mais elles n’étaient intéressées que par ce qu’elles appelèrent le cristart. Antienne, la poétesse, connaissait les vers capables d’harmoniser et de marquer le cristal. Justeinte, la peintre, savait comment

LE CIMETIÈRE DES CYCLOPES ET LE SECRET DU CRISTART

Les Harmonistes les plus érudits savent que nul mortel n’a observé de corps de cyclope (cf. Le Bestiaire p. 46). Lorsqu’un cyclope sent le désespoir le gagner, il rejoint le cimetière pour se laisser mou- rir. La mort survient en fragmentant son corps. Le corps du cyclope rejoint alors la terre et anoblit les métaux qui y sont enfouis. La partie qui leur vient des Muses se transforme en cristart, cristal unique sur tout l’Harmonde, aux propriétés étonnantes et contenant la mémoire des cyclopes. Aucun cyclope n’est mort depuis Sircral, aussi les cyclopes ne savent rien de l’Atelier des Dames, de cité minière et de l’exploitation des mines de cristart.

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Ils peuvent prendre n’importe quelle forme, bien
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Ils peuvent prendre n’importe quelle forme, bien que les armes soient les plus courantes. En ce cas les caracté- ristiques sont celles d’une arme classique. Ils sont capables de détecter dans une zone de 100 mètres toutes sortes de créatures néfastes, cependant chaque objet possède une détection limitée: les démons en fonction de leur cercle, un des trois peuples automnins… La diffi- culté est que le cristart est identique dans tous les cas, et il n’est pas tou- jours possible de déterminer quel type de créature il va détecter. Acheter un tel

Une rumeur raconte qu’il existe une épée capable de détecter tous les Démons, quel que soit leur Cercle, allant même jusqu’à changer de couleur en fonction du Cercle ! Si une telle épée a existé, il est probable qu’elle ait dispa- rue depuis longtemps !

objet tient parfois du pari. Certaines personnes ont réussi à déterminer le type de détection d’un tel objet, mais au prix de leur vie.

Le cristart possède des propriétés nom- breuses et variées. Il permet de forger des armures légères et aussi résistantes que l’acier, de créer des bijoux masquant un défaut, ou renforçant une qualité… Quelques exemples sont donnés dans cette gazette. Les Forgeronnes sont capables de déterminer ses propriétés grâce aux nuances de couleurs conte- nues dans ses reflets. Le cristart est dénué de tout Éclat et les tentatives pour mêler ces deux miné- raux ont été un échec.

le vert émeraude ou olivâtre, la couleur des Arts; et le violet lié à la Société, qui donne les objets les plus recherchés, futiles ou extrêmement pratiques. Quelque soit sa nuance, les princi- pales applications du cristart prennent la forme d’objets usuels: lunettes, bijoux, armes ou armures. D’autres objets sont possibles comme des instruments artis- tiques ou un service de table. Plus rares, ces derniers sont généralement réalisés à la commande ou par le fait d’une inspi- ration irrépressible.

Les cinq couleurs principales du cristart sont le bleu, du bleu pâle au bleu nuit, rattaché au Corps; le rouge, lié à l’Esprit, pourpre, grenat, carmin ou rosé; le jaune doré ou jaune safran, rattaché à l’Ame;

veines de cristart, détecter ses moindres variations de ton comme ses pouvoirs possibles. Les nuances sont multiples, variées, pouvant donner des résultats totalement opposés aux objets forgés dans cette nuance. Une vue particulièrement aiguisée est nécessaire: la vue absolue.

La musique permet elle d’extraire le cris- tart. La seule méthode connue consiste à moduler une note exacte, chantée jus- qu’à parvenir en parfaite résonance avec le cristart. Il faut ensuite tenir cette note suffisamment longtemps pour qu’il s’ex- traie de lui-même de la paroi. Ce travail nécessite une grande concentration, ainsi qu’une ouïe extrêmement fine. Ceci est appelé oreille absolue. La sculpture permet, grâce à de simples caresses et pressions, de forger le cris- tart. Ces effleurements doivent être extrêmement délicats et précis afin de donner au cristart la forme désirée. Seul un sens du toucher extraordinaire per- met ce travail, appelé toucher absolu.

rement sensible à la musique, aussi toutes les phases de travail des Forge- ronnes sont accompagnées de chants ou de musique, et la résonance des chants sur les parois de cristart aide les Arti- sanes à travailler.

Les mines possèdent également quelques veines de cristart gris, sans aucune nuan-

Le travail du cristart se fait toujours dans

les mines. Le cristart semble particuliè-

Cercle x 10000 PO Détection d’un peuple automnin:

25000 PO Autres: Prix à la discrétion de l’EG, le plus bas étant de 25000 PO Détection non définie: 20000 PO

OBJETS DE DÉTECTION

Détection des démons:

LES PROPRIÉTÉS

AGONE

Coût :

3

16

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Ils peuvent prendre n’importe quelle forme, bien

40

De couleur principalement grise, il possède des dizaines de nuances, cha- cune reflétant une propriété différente.
De couleur principalement grise, il
possède des dizaines de nuances, cha-
cune reflétant une propriété différente.
Le cristart fait appel aux arts pour être
travaillé.
LE TRAVAIL

La poésie permet de le marquer et de l’harmoniser. L’harmonisation peut concerner une personne, un objet, une matière, un pouvoir… Le marquage est utilisé par les Forgeronnes de cristart pour imprimer leur chemin dans les mines. En effet, ce cristal vivant se dépla- ce et rend difficile tout repérage sauf à l’aide de la poésie. Le marquage nécessite donc un grand sens de l’improvisation et une mémoire phénoménale afin de connaître l’ensemble des poèmes déjà utilisés pour harmoniser ou marquer le cristart afin d’être capable de trouver les mots justes. Cette mémoire hors du com- mun est appelée mémoire absolue. La peinture et sa connaissance des cou- leurs permet de reconnaître les différentes

LE VIEUX FOU

Les Forgeronnes ne tolèrent personne dans les mines de cristart. Cependant il existe une exception, un vieil homme dont elles ne connaissent pas le nom. Cet homme erre dans toutes les mines, en marmonnant des paroles incompré- hensibles, s’agitant sous l’effet des vents mugissants. Il s’agit d’un vieux mineur rendu fou par les vents des mines. Il a la capacité d’entendre dans ces vents les paroles des cyclopes décédés. Il ne cesse d’es- sayer de convaincre les mineurs, et depuis peu les Forgeronnes de l’écou- ter. Il leur parle d’un homme aux pou- voirs maléfiques qui a obligé les mères du monde à disparaître. Il leur raconte que l’âge de flamme a disparu, mais qu’il faut aider ceux qui se battent pour le rétablir. Les mineurs et les Forge- ronnes ignorent les paroles de cet homme, à l’exception d’Hermétine, qui connaît l’histoire de l’Harmonde et qui pressent dans ses divagations l’origine réelle des mines.

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Q UELQUES RÉALISATIONS DE L ’A TELIER
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

QUELQUES RÉALISATIONS DE L’ATELIER

Le cristart possède une infinité de nuances, donc de propriétés. Les objets décrits ci-dessus ne sont que des exemples. L’EG est invitée à créer ses propres objets en cristart en sachant que ce dernier ne donne pas de nouvelles capa- cités, il ne fait que renforcer quelque chose d’existant chez son porteur. Des lunettes de compréhension ne permettront pas à un illet- tré de lire par exemple. Il ne faut pas non plus oublier que le cristart est unique dans tout l’Harmonde, et que les objets de cristart sont, par conséquent, fort rares et très chers.

instrument de musique, plume…) for- gés dans un cristart de teinte émeraude confèrent aux artistes d’une meilleure créativité et inspiration. Lunettes de sensibilité : Réalisées dans un cristart olivâtre, les lunettes de sensibilité permettent à leur porteur de mieux juger la qualité d’une œuvre, de détecter plus facilement sa justesse comme ses petits défauts. Objets d’humeur : Ce cristart mauve et opaque possède la capacité de changer de couleur en fonction de l’humeur de celui qui le tient. Très prisé sous la forme de parures de bijoux par cer- taines courtisanes, il trouve son appli- cation la plus saugrenue sous la forme d’un service de verres: utilisé lors de réceptions, un tel service permet à une personne de savoir quels sont les sen- timents réels de son voisin à son égard. Bijoux voilants : Ceci est probable- ment l’application la plus prisée du cristart. Réalisés dans un cristart aux reflets violets extrêmement pâles, de tels bijoux permettent de masquer un défaut de son porteur. Ils peuvent aussi bien masquer la gros- sièreté d’un personnage que voiler son apparence rebutante. Ils fonctionnent également pour cacher les peines de Ténèbre et de Perfidie altérant l’appa- rence. Cependant des tels objets doivent être harmonisés avec leur porteur afin de remplir leur office. Les Forgeronnes ne quittant pas l’Atelier des Dames, les individus désirant acquérir un bijou voi- lant doivent donc venir à elles.

Objets d’apprentissage : Réalisés dans un cristart aux reflets grenats, ils per- mettent au porteur de faciliter son apprentissage. De tels objets ont fait la célébrité de certaines écoles, réputées pour arriver à enseigner aux plus mau- vais élèves. Il existe par exemple une rapière utilisée dans un collège urgue- mand, où sont envoyés les fils de nobles ayant échoué par ailleurs. Instruments de quiétude : Des ins- truments pour artistes, aux nuances safran, qui permettent à leur utilisateur de travailler dans n’importe quelle condition, l’aidant à ignorer son environnement. Bijoux de séduction : Du cristart aux nuances dorées, les Forgeronnes tirent des bijoux renforçant la séduction natu- relle du porteur. Cet effet peut être géné- ral si la nuance est forte, ou ne s’appli- quer qu’à un type de saisonin, aux humains, ou à un sexe en particulier… Instruments d’inspiration : Des ins- truments artistiques (pinceau, maillet,

Lunettes de nyctalopie : Des lunettes bleu foncé qui permettent de voir dans le noir. Ce sont des lunettes de ce type que portent les mineurs de la communauté. Armes et armures : Le cristart bleu nuit est d’une résistance comparable à celle de l’acier. Il permet de forger des armes et armures légères et solides. Boucles d’ouïe : Des boucles d’oreilles

forgées d’un cristart bleu pâle, presque transparent, renforçant l’ouïe du porteur. Bijoux de concentration : De nuance rouge pâle, à la limite du rosé, ces bijoux permettent à leur porteur de bénéficier d’une meilleure concentra- tion lors d’un travail intellectuel. Lunettes de compréhension : Un cris- tart aux nuances pourpres permet de forger des lunettes aux nuances pourpres facilitant la compréhension d’un texte obscur. Certaines permettent

de mieux apprendre à partir de livres, d’autres de décoder plus facilement le

sens caché de messages codés.

AGONE

3

17

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Q UELQUES RÉALISATIONS DE L ’A TELIER

40

ce. Les Forgeronnes ont longtemps cru qu’il ne s’agissait que d’un simple cristal, non touché par
ce. Les Forgeronnes ont longtemps cru
qu’il ne s’agissait que d’un simple cristal,
non touché par la grâce de la Mine. Mais
elles ont fini par découvrir que ce cristart
avait la propriété de s’illuminer en pré-
sence de Démons, d’Automnins ou de
monstres. Il s’agit d’un cristart capable de
s’illuminer soit en présence de la Perfidie,
soit en présence de la Ténèbre. Il sera
capable de détecter un type de Démon,
ou encore un individu d’un peuple
automnin inféodé au Masque.
INSTRUMENTS
D’INSPIRATION

Ces instruments possèdent un attribut de X, représentant l’inspiration appor- té par l’objet. Cet attribut va de +1 à +5 permettant de bénéficier d’un bonus de X sur la compétence associée. Ce bonus est pris en compte dans le calcul du POT d’Art Magique associé. Coût: attribut x 3000 x le coût de son équivalent standard

LES ARMURES DE CRISTART

Ces armures sont similaires aux armures de lamelles en protection, cependant on lit les malus deux lignes plus haut. Il est nécessaire d’appliquer les modificateurs de taille avant de défi- nir les caractéristiques de l’armure

(cf. AGONE p. 183) Exemple: Pour une armure de TAI 0 com- plète, le malus sera de – 4 et la protection de

10. Pour une armure partielle de TAI – 1, le

malus sera de – 2 et la protection de 8.

Les armures de TAI 2 et -2 sont faites sur commande et nécessitent de se déplacer auprès des Forgeronnes. Coût: (+ 10 % par point de TAI au des- sus ou en dessous de 0.) Veste: 17500 PO* Partielle: 40000 PO* Complète: 85000 PO* * Il s’agit d’armures standards. Cer- taines armures personnalisées et taillées sur mesure peuvent coûter jusqu’à deux fois ce prix…

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu 3 AGONE
# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu 3 AGONE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu 3 AGONE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

3 AGONE
3
AGONE

QUELQUES ARMES DE CRISTART

Armes de Mêlée

Init. Att. Par. Dommages FOR AGI TAI Coût Aiguillon 0 +3 0 +1/P 1 3 -2
Init.
Att.
Par.
Dommages
FOR
AGI
TAI
Coût
Aiguillon
0
+3
0
+1/P
1
3
-2
500 PO
Dague
+2
+3
+1
+2/P
1
3
-1
2 500 PO
Epée
+2
+2
+2
+6/PT
3
4
0
8000 PO
Rapière
+4
+3
+2
+4/PT
3
7
0
8 500 PO
Hache double
+3
+1
0
+10/T
8
4
+1
15000 PO
Armes de lancer
Init
Att.
Portée
Dommages
FOR
AGI
TAI
Coût
Aiguillon
+3
+1
FOR x 3m
1/P
1
5
-2
500 PO
Dague
+3
+1
FOR x 5 m
+2/P
1
5
-1
2 500 PO
Hache double
+3
+2
FOR x 5 m
+10/T
12
4
+1
15000 PO
OBJETS D’HUMEUR
Ces pièces de cristart mauve et opaque n’ont pas d’autre caractéristique que de changer de couleur en fonction de
l’humeur de celui qui le tient! Si l’humeur est joyeuse, l’objet, d’une tonalité mauve au départ, se teintera de couleur lumi-
neuse et agréable. Mais en cas de mauvaise humeur, il peut se rapprocher du noir ou du brun opaque, en fonction de
l’intensité.
Très prisé sous la forme de parures de bijoux par certaines courtisanes, il trouve son application la plus saugrenue sous
la forme d’un service de verres: utilisé lors de réceptions, un tel service permet à une personne de savoir quels sont les
sentiments réels de son voisin à son égard
Coût: un tel objet coûte 2 fois son équivalent en matériaux rares.
BIJOUX VOILANTS
Ces bijoux permettent de voiler toutes sortes de défauts, que ce soit des défauts modifiants l’apparence, de caractère, voire
même cacher les peines de Ténèbre et de Perfidie altérant l’apparence. Ils ne les font pas disparaître mais annulent les malus
de ces défauts en société.
Ainsi une personne défigurée (cf. « Défiguré », AGONE p. 99) le sera toujours, mais n’inspirera pas la pitié ou l’effroi.
Une personne difforme (cf. « Difforme », AGONE p. 99) possèdera toujours sa difformité et son malus de – 1 en CHA, mais
les gens agiront avec lui sans en tenir compte. De même, une personne de mauvaise réputation (cf. « Mauvaise réputation »,
AGONE p. 98 ) pourrait la faire oublier à ses interlocuteurs, à moins que cette mauvaise réputation soit fondée et que ses
interlocuteurs en aient fait directement les frais.
Cependant si une personne désire masquer plusieurs défauts, elle devra acquérir un bijou par défaut.
Coût

Pour un défaut acheté à la création: X x 5000 PO, X représentant le coût du défaut. Pour un défaut acquis en cours de jeu, le prix est laissé à la discrétion de l’EG, mais les coûts varient entre 15000 et 50000 PO en fonction de la gravité.

L’ATELIER DES DAMES

Pour bien comprendre le fonctionnement de l’Atelier des Dames, il est nécessaire d’appré- hender les méthodes de recrutement des nou- velles prêtresses. Pour travailler le cristart, il faut posséder des capacités hors du commun.

De telles capacités sont rares, et les Forge- ronnes recrutent des fillettes de six ou sept ans dont les capacités dans ces domaines sont plus développées. Malheureusement, rares sont celles qui, à l’adolescence, se révèlent posséder le don suffisant pour effectuer le travail. Mais même dans ce cas, elles deviennent Forge-

18

ronnes, et participeront à leur manière à la vie de l’ordre. C’est ainsi que sont nées les deux castes de l’Atelier des Dames : les Artisanes et les Savantes.

Mémoires d’Hermétine, première vie dans l’ordre

40

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Il s’agit de Forgeronnes possédant des connaissances
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Il s’agit de Forgeronnes possédant des connaissances poussées dans un domai- ne en particulier, jugé utile pour l’Ate- lier des Dames, et suffisamment mûres pour participer au conseil des Mères qui prend toutes les décisions impor- tantes concernant l’ordre. Il existe une exception, la Mère du Culte. Artisane d’origine, elle cesse ses activités pour diriger l’ordre avec l’aide du conseil. En dehors de la Mère du Culte, il exis-

te aujourd’hui six Mères: la Mère Inten- dante, la Mère Économe, la Mère Cor- don-Bleu, la Mère Pédagogue, la Mère Historienne et la Mère Justice.

Les Artisanes sont les Forgeronnes tra- vaillant le cristart. En fonction de leur don, elles se rangent en quatre branches, appelée lignées. Les Poétesses disposent de la mémoire absolue et d’un grand sens de l’improvisation. Elles sont chargées du repérage des mines de cristart et de l’harmonisation de certains objets. La vue absolue des Peintres leur permet de détec- ter la moindre variation de nuance, indi- quant les veines à miner en fonction du besoin, ou analysant les capacités d’un morceau de cristart après extraction. Les Chanteuses qui possédent l’oreille absolue sont aveuglées à l’adolescence afin de renforcer leur don. Elles sont capables de faire varier leur chant jusqu’à arriver à la note parfaite qui permettra au cristart

sur le front, mais sans incrustation de cristart. Une Néophyte poursuit des études plus générales, tout en partici- pant au fonctionnement de l’ordre. Cette formation comprend autant l’apprentis- sage que la recherche sur les applica- tions possibles du cristart, ou des études sur des formes d’objets que pourront exploiter par la suite les Sculptrices pour forger le cristart. Au bout de quelques années, son apprentissage va cesser. La Néophyte devient Acolyte, deuxième et dernier grade pour beaucoup de Savantes. Les Acolytes se consacrent à la vie de l’ordre sous l’autorité des Mères. Leurs tâches quotidiennes sont variées : jardinage, ménage, cuisine, reprisage, classement des livres, enseignement, etc. Elles peu- vent continuer de participer aux recherches si elles le désirent. Certaines Acolytes, remarquées par une Mère, pourront la rejoindre pour travailler à ses côtés, afin d’apprendre le nécessaire et prendre sa suite. On appelle de telles Acolytes les Apprenties.

vant une formation générale et spéciali- sée dans l’art pour lequel elles ont été pressenties. Elles seront testées dans le mois suivant leur passage à l’état de femme, et rejoindront soit la caste des Savantes, soit, plus rarement, celles des Artisanes. Dès lors, leur formation diffèrera.

Enfin les Sculptrices, grâce leur sens du toucher absolu forgent le cristart grâce à la pression et aux effleurements de leurs doigts. Nécessitant précision et patien- ce, elles sont aussi de remarquables sculptrices au sens le plus profane du terme, sans quoi elles ne pourraient for- ger que des objets grossiers.

Les Artisanes sont actuellement au nombre de neuf: trois Poétesses, deux Peintres, deux Sculptrices, une Chan- teuse et la Mère du Culte (voir ci-des- sous). Ce petit nombre et leur travail éreintant est à l’origine du fonctionne- ment de la caste. Il n’y a aucune hiérar- chie, aucun esprit de compétition. Leur

rée comme moins importante. L’ordre ne pourrait survivre sans les Savantes qui s’occupent de la gestion de la vie quotidienne de l’ordre. Cette caste est organisée de manière hiérarchique:

vie est suffisamment harassante sans la compliquer.

Cette caste regroupe toutes les Forge- ronnes n’ayant pas pu obtenir le statut d’Artisanes. Mais elle n’est pas considé-

A son arrivée chez les Savantes, une fillette obtient le statut de Néophyte, le premier échelon de la caste des Savantes. Un œil sacré sur le front lui est tatouée

de s’extraire de lui-même des parois.

LES ARTISANES

LES SAVANTES

LES MÈRES

AGONE

3

19

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Il s’agit de Forgeronnes possédant des connaissances

40

LIGNÉES ET INITIATION
LIGNÉES ET INITIATION

Lorsqu’une fillette arrive dans la caste des Artisanes, elle est tatouée de l’œil sacré de l’ordre, et un morceau de cris- tart représentant la pupille est incrusté dans son front. Sans ce fragment, les Artisanes seraient incapables de tra- vailler le cristart. Mais la fillette ne possède jusque-là que le statut d’Initiée, il lui reste une épreuve à passer avant d’être considé- rée comme Artisane: Perdue dans les mines au bout d’une galerie oubliée, une future Poétesse doit pouvoir retrouver son chemin. Pour devenir Peintre, c’est une liste complète de nuances de cristart à retrouver au fil des veines. D’une Sculptrice, il est attendu de forger un objet nouveau, en décidant d’après la nuance de cristart quelle en sera la forme la plus appro- priée. Cet objet n’est pas vendu et rejoint le musée de l’ordre. Les Chanteuses enfin ne passent pas par le statut d’Initiée. L’aveuglement qu’elles subissent étant considéré comme une épreuve suffisante.

MAUVAIS PRÉSAGE ?

L’ordre est aujourd’hui inquiet, même s’il le cache. Une jeune Chanteuse est récemment décédée suite à une fausse note lors de l’extraction du cristart qui a explosé. Il n’y a aucune fillette apte à rejoindre cette caste. Cette situation est une première. Jamais l’Atelier des Dames n’a eu qu’une seule Artisane dans une lignée depuis les fondatrices. Beaucoup y voient un mauvais présage, une punition de la Mine pour une erreur inconnue d’elles. Cela a renfor- cé le fanatisme de certaines Forgeronnes.

L’ordre des Forgeronnes est composé aujourd’hui de neuf Artisanes et d’une trentaine de Savantes. Une dizaine de fillettes complètent l’Atelier des Dames. Dès qu’elles sont intégrées, les fillettes consacrent leur temps à l’étude, reçoi-

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Depuis plus d’un siècle, une légende est
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Depuis plus d’un siècle, une légende est née, aussi bien chez les mineurs que dans l’Atelier des Dames. La Mine aurait donné naissance à un enfant qui veillerait sur eux. Ressemblant à un cyclope, un être de cristart vit dans les mines. Mais bien loin d’être l’enfant de la Mine, cette créature est en fait l’enfant d’Hermétine. À la fin de sa pré- cédente vie, Hermétine s’est perdue dans les mines. Errant pendant plu- sieurs semaines, elle se nourrit de minérats, ingérant une partie du cristart les composant. Elle sut dès lors com- ment travailler le cristart. Elle choisit une veine de cristart aux tonalités bleu ciel, qu’elle collecta grâce au son de sa voix, puis le forgea en une statuette qui se cristallisa sous la forme d’un cyclope. Submergée par sa solitude, Hermé- tine accoucha de la statue mais l’Accou- chement la laissa sans forces. Elle som- bra dans l’Appel quelques jours après, ayant malgré tout le temps de trans- mettre à son enfant tout l’amour qu’elle lui portait, et l’affection qu’elle vouait aux Forgeronnes et aux mineurs. Elle lui demanda de l’attendre, et lui promit de venir le chercher. Lorsqu’elle sombra dans l’Appel, la statue ramena le corps de sa mère près des Forgeronnes. Elle attend depuis que sa mère, qui ne se souvient plus d’elle, vienne la chercher, protégeant les êtres que sa mère a aimés.

toire de l’ordre. Elle s’est présentée à une cérémonie du Choix, en sachant pertinemment que son âge devait l’éli- miner d’office. Intriguée, Acrimone, qui n’était pas encore Mère du Culte, reçut cette jeune fille en particulier afin de connaître les raisons de son désir de les rejoindre. Cette dernière lui raconta toute son histoire, lui remettant ainsi sa vie entre ses mains: elle était une médu- se renégate ayant perdu ses serpents. Poursuivie par la Guilde d’Esayhide, elle avait entendu parler de l’Atelier des Dames et avait désiré rejoindre ce grou- pe de femmes au fonctionnement proche de celui des méduses. Dotée d’une grande soif de justice qui avait causé la mort de ses serpents et d’une grande candeur, elle séduisit Acrimone qui l’intégra dans l’Atelier des Dames comme Néophyte, bien qu’il ne lui res- tait plus grand-chose à apprendre. Her- métine est la seule à avoir été mise dans le secret. Aujourd’hui, à 37 ans, elle est devenue Mère Justice et prend sa char- ge très à cœur.

au sein de l’ordre, espérant se réveiller avec des connaissances sur le cristart. Mais celui-ci eut un effet inattendu: il retint sa Mémoire de la première époque, celle où elle a rejoint l’Atelier des Dames. À chaque réveil, elle se retrouve en face de cette Mémoire qu’elle absorbe, et se retrouve immédia- tement avec les connaissances de toute une vie. Elle n’a pas encore osé faire part de cette découverte à un Cercle, de peur que celui-ci envahisse les mines de cristart et brise la quiétude des lieux. Elle a par contre abrité plusieurs fées noires pendant leur Appel, mais aucune n’a jamais retrouvé de Mémoire au réveil. Elle pense que son cas particulier vient de son désir profond d’aider l’ordre, et que la Mine l’a ressenti et la récom- pense ainsi. Elle a des doutes sur l’origi- ne des mines mais n’a jamais pu en avoir la preuve.

Divana est une femme qui approche de la cinquantaine. Aveugle de naissance, abandonnée et condamnée à la mendi- cité, elle rejoignit l’Atelier grâce à un ancien mineur qui l’avait prise en pitié. Ne pouvant s’occuper éternellement d’elle, il l’avait emmené sans grand espoir à la cérémonie du Choix. Sa céci- té avait renforcé son ouïe, et les Forge- ronnes furent plus qu’heureuses de l’accueillir en leur sein. Le mineur refu- sa le dédommagement. Lors de ses pre-

Arcania est rentrée dans l’Atelier des Dames à l’âge de dix-sept ans. Bien que rare, son cas n’est pas unique dans l’his-

L’ENFANT DE LA MINE

Arcania, Mère Justice

Divana, Chanteuse

AGONE

3

20

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Depuis plus d’un siècle, une légende est

40

Le plus souvent, les Apprenties devien- nent Mère par succession. Un autre moyen de devenir Mère
Le plus souvent, les Apprenties devien-
nent Mère par succession. Un autre
moyen de devenir Mère est d’apprendre
à gérer un domaine particulier de l’Ate-
lier des Dames afin de devenir indispen-
sable à l’ordre. Dans ce cas, les Mères
peuvent décider d’accueillir l’Acolyte ou
l’Apprentie dans leurs rangs. C’est le cas
par exemple de la Mère Économe.
Ancienne apprentie de la Mère Inten-
dante, Elsbeth avait été pressentie pour
être Poétesse. Mais sa mémoire ne fonc-
tionnait que pour les chiffres. Elle a rapi-
dement repris à sa charge la gestion des
comptes et des registres, au grand sou-
lagement de la Mère Intendante. Après
quelques années où ses conseils s’avérè-
rent judicieux, on lui confia le titre de
Mère Économe.

Les Néophytes sont au nombre de huit, les Acolytes au nombre de seize, et les Apprenties au nombre de cinq (la Mère du Culte n’a jamais d’apprentie, et la Mère Économe – récemment nommée– n’en a pas encore pris à son service).

FIGURES

Acrimone, Mère du Culte

Vieille femme de 67 ans, Acrimone sent le poids des ans peser sur ses épaules. Elle n’a pas encore désigné sa remplaçante au sein des Forgeronnes, attendant pour cela la dernière limite de peur de per- turber l’élue comme elle le fut lors de sa nomination. C’est une femme à l’appa- rence revêche bien que les Forgeronnes sachent qu’il n’en est rien.

Hermétine, Mère Historienne

Seule saisonine officielle de l’Atelier des Dames, Hermétine est une fée noire qui a rejoint l’Atelier il y a plusieurs siècles déjà. Elle est fortement attachée aux For- geronnes de cristart, et c’est elle qui les a poussées dans une voie d’étude et de connaissance à l’image des Cercles de fées noires. Cette fée noire passe ses Appels dans une salle secrète au milieu des mines de cristart. Elle fit forger cette chambre forte avant son premier Appel

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Toutes les Forgeronnes, les fillettes exceptées, ont
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Toutes les Forgeronnes, les fillettes exceptées, ont le crâne rasé, et portent au milieu du front un tatouage représentant l’œil sacré de la Forge de cristart. Elles possè- dent deux types de tenues: la tenue quotidienne et la tenue cérémonielle. La tenue quotidienne est faite dans un tissu simple et peut être composée d’une tunique et d’une jupe ou d’un pantalon. La tenue de cérémonie est une robe cousue dans un velours lourd, complétée par un voile qui masque les yeux et le bas du visa- ge ne laissant visible que le tatouage sur le front. En parallèle, des broderies vien- nent souvent compléter les tenues. Une prêtresse possède généralement une tenue cérémonielle et plusieurs tenues quotidiennes.

La couleur des tenues est différente en fonction de la caste et du statut des prêtresses.

* Un insigne brodé sur le col vient compléter les tenues et permet de connaître la lignée de la prêtresse: une bouche pour les Chanteuses, une main pour les Sculptrices, deux yeux pour les Peintres et une arabesque pour les Poétesses. ** Depuis peu des broderies à leur col sont ajoutées, en fonction de leur spé- cialité: une casserole pour les cuisinières, un livre pour les enseignantes… Contrairement aux Forgeronnes, cet insigne ne fait pas partie de la coutume, chaque Apprentie brode sa propre version. *** Les robes cérémonielles des Mères sont entièrement tissées avec des fils de cristart, elle sont grises avec des infinités de nuances. Leur voile de cérémo- nie est également tissé dans la même matière. Cet ensemble leur donne un aspect totalement irréel lors des cérémonies.

TENUE Quotidienne Cérémonielle

régenter la vie de l’ordre, qui vont de l’obligation de faire son lit le matin, à l’interdiction de révéler les secrets de l’Atelier des Dames à qui que ce soit en dehors de l’ordre.

d’entre elles est surprise à trahir ce pré- cepte, elle sera égarée par ses sœurs dans les mines dès les premiers jours de l’hiver.

Outre ces trois préceptes principaux, il existe nombre de règles permettant de

Néophytes Tenue de couleur beige

RÈGLES VESTIMENTAIRES

Initiées* Tenue bleu clair

Robe longue, tissée de cristart,

pour la tenue, parfois brodée de fils de cristart, selon l’ancienneté

Robe longue de couleur rose

Robe longue blanche, broderies de fils de cristart.

Tenue de couleur gris-vert

Tenue de couleur émeraude

Tenue de couleur brune

Robe de couleur bordeaux arrivant à la cheville

Robe longue pourpre, broderie de fils de cristart

arrivant au genou

Robe grise longue pour les cérémonies

Tenue bleu clair

Robe vert clair

sans broderie

Tenue noire

Apprenties**

Artisanes*

AGONE

Acolytes*

Mères***

STATUT

Fillettes

3

21

40

mières années de travail, Divana chanta le cristart sans avoir pour but de l’extra- ire. Elle
mières années de travail, Divana chanta
le cristart sans avoir pour but de l’extra-
ire. Elle avait choisi une petite cavité
négligée. Elle lui chanta son amour et sa
reconnaissance pour le mineur. Le cris-
tart réagit à ce chant et s’imprégna des
souvenirs de la Chanteuse. Dès que le
moindre souffle de vent effleure la paroi,
on peut admirer le visage du mineur que
Divana n’a pourtant jamais vu. Elle est
aujourd’hui extrêmement éprouvée par
la perte de sa sœur Artisane et pense
que la fausse note a été provoquée par la
souffrance de la jeune fille qui ne sup-
portait pas d’être aveugle. Elle songe à
demander la réforme de cette règle pour
laisser le choix à la Forgeronne. Mais
elle sait que cela créera des troubles au
sein de l’ordre et préfère attendre de
trouver une fillette apte au chant du cris-
tart. Sa plus grande crainte est de mou-
rir avant ce jour et de ne pas pouvoir
transmettre son savoir.
LES PRÉCEPTES

Tu honoreras la Mine, et à travers l’Ate-

lier des Dames tu la serviras : le seul moyen de servir et d’honorer la Mine est l’Atelier des Dames. Les Forgeronnes

doivent accepter les décisions du conseil des Mères, bien que la discussion soit possible.

Les Forgeronnes sont tes sœurs dans

la Mine, tu les aideras et les aimeras : les Forgeronnes sont invitées à travailler sans dissension entre elles. Si la situation s’envenime entre deux Forgeronnes, elles doivent faire appel au conseil des Mères pour trancher. Si la situation se

révèle inextricable, les Forgeronnes seront séparées afin qu’elles se rencon- trent le moins possible. Si malgré cela, leur relation ne s’arrange pas, les Forge- ronnes coupables seront perdues au fond des mines.

Tu ne travailleras pas le mois de l’automne : l’Atelier des Dames cesse toute activité liée directement au cris- tart pendant le mois de l’automne. Les Artisanes profiteront d’un repos bien mérité, les Savantes cesseront toute recherche et tout apprentissage. Si l’une

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu GAZETTE AGONE # 3 BÉNIE SOIT LA MINE !
édition de mahasamatman
abonnement Meneur de jeu
GAZETTE
AGONE
# 3
BÉNIE SOIT LA MINE !
Les Forgeronnes révèrent la Mine. Elle
guide tous leurs gestes. Et toutes leurs
actions n’ont qu’un seul but: respec-
ter les préceptes que l’esprit de
la Mine leur a confiés. La plu-
part des Forgeronnes ont réel-
lement foi en la Mine.
D’autres ne partagent pas
cette foi, mais elles aiment
leur vie au sein de l’ordre
et poursuivent volontiers
leur travail. Les rares
incroyantes et
mécontentes sont
généralement
emmenées au fond
des mines de cristart
où elles sont perdues et
meurent de faim.
LE CULTE
Les Forgeronnes de cristart officient
auprès des habitants du village minier
sous plusieurs aspects, chacun d’entre
eux donnant lieu à une cérémonie ou à
un rituel. Toutes les cérémonies ont lieu
devant les mines. Selon leur présence, les
Forgeronnes officient depuis des trônes
de cristart aux nuances dorées qui sont
amenés à l’extérieur par des Acolytes,
et rentrés en fin de cérémonie.
Justice. Elle reçoit les habitants de
Compierre désirant faire appel à son
jugement. Il ne s’agit pas de faire res-
pecter la loi, qui est du domaine du conseil
de Compierre, mais d’écouter les doléances
quotidiennes des gens et d’essayer de les
aider à résoudre leurs problèmes. Cela va
de la propriété d’un chien à une aide
financière sous la forme d’un prêt.
La Mère Justice commence par rendre
les verdicts sur les doléances entendues
à la séance précédente, ne donnant
jamais son avis à chaud. Il arrive que
des habitants de villages voisins vien-
nent demander conseil aux Forgeronnes
dont la réputation de sagesse et d’équi-
té n’est plus à faire.
parents des fillettes qui les rejoi-
gnent n’y soit pas étranger. Ce dédom-
magement substantiel a rapidement été
connu aux alentours. De nombreuses
familles de la région se déplacent en espé-
rant placer ainsi l’une de leurs enfants.
Malheureusement, cela a attiré de nom-
breux vautours qui n’hésitent pas à
ramasser, voler ou acheter des fillettes
pour les abandonner ou les vendre à des
bordels ensuite si elles n’ont pas été choi-
sies. Les Forgeronnes sont conscientes de
ce trafic d’enfants, mais elles ne peuvent
malheureusement pas prendre en charge
toutes les fillettes qui leur sont présentées.
Le rituel de la pleine lune
Les lunettes de cristart
La cérémonie du Choix
Les Forgeronnes interviennent dans
l’attribution des lunettes de cristart aux
mineurs, et l’harmonisation de ces
lunettes en fonction du métal à extraire.
Indispensables aux mineurs, les
lunettes leur permettent tout d’abord de
voir dans le noir, leur évitant ainsi d’allu-
mer des torches qui ne manqueraient
pas d’attirer des minérats. Ensuite, grâce
à l’harmonisation, les mineurs voient
luire sur les parois le type de métaux
qu’ils doivent extraire.
Le jugement de la Mine
Une autre cérémonie a lieu périodique-
ment, une assemblée tenue par la Mère
La cérémonie – la plus importante de
l’Atelier des Dames – est la cérémonie
du Choix qui a lieu le premier jour du
printemps. Les Forgeronnes de cristart
profitent de cette cérémonie pour éva-
luer si, parmi les fillettes qui leur sont
présentées, l’une d’entre elles a été élue
par la Mine et possède un don qui pour-
rait lui permettre de rejoindre l’Atelier.
Les habitants de Compierre présen-
tent tous leurs filles, espérant avoir une
Forgeronne dans leur famille, même si les
liens familiaux sont totalement coupés
après leur entrée dans l’Atelier. C’est une
réelle raison de fierté, bien que le dédom-
magement qu’attribue l’Atelier aux
Peu de Forgeronnes ont envie d’avoir
des enfants, ou des relations avec un
homme. Beaucoup d’entre elles nouent
des relations amoureuses avec l’une de
leurs sœurs. L’Atelier des Dames pense
qu’une Forgeronne qui a envie d’être
mère doit en avoir la possibilité. Dans
ce cas, la Forgeronne choisira dans le
village un homme pour être le père de
son enfant. Elle lui donnera un œil en
cristart le jour de la pleine lune. Les habi-
tants de Compierre connaissent sa signi-
fication : l’homme est invité à rendre
l’œil à la Forgeronne dans les mines le
soir même. S’il désire refuser, il peut le
rendre immédiatement. Mais rares sont
ceux qui refusent car la colère de la prê-
tresse la rend terrifiante.

22

40

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Cet avantage doit être cumulé avec l’avantage
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Cet avantage doit être cumulé avec l’avantage « Jeune » (cf. AGONE p. 102) sans augmentation de coût.

Alphabet: Moden’Hen 3, Chant 3, Culte: Mine de cristart 3

Une compétence représentant le domaine de la Mère à 5, Culte: Mine de cristart 7

Une compétence représentant son domaine à 8, Culte : Mine de cristart 9

Peut-être aurez-vous envie de faire inter- préter une Forgeronne par l’un(e) de vos joueur(se)s. Ceci est possible bien que difficile, l’Atelier des Dames se désinté- ressant de ce qui se passe en dehors des mines et de Compierre. Si interpréter une Savante reste envisageable, incarner une Artisane est irréalisable, car le conseil des Mères n’autoriserait jamais une recrue si précieuse à quitter le sein de l’ordre.

Le temps y est si doux que les Forge- ronnes ne quittent la Maison des Dames que pour remplir leurs offices. Les For- geronnes ont installé de nombreuses petites maisons de bois, et quelques-unes de pierre. Aucune n’a été réalisée en cristart. Le cristal sacré n’étant pas pré- sent ici, ce serait aller contre la volonté de la Mine. Les maisons de bois ont des fonctions multiples et variées: dortoir, salle de cours, maison individuelle, réfec- toire, etc. Des jardins et quelques petits élevages complètent le paysage. Les maisons de pierre sont au nombre de trois. La maison du conseil est com- posée d’une grande salle de réunion et d’une dizaine de chambres qui accueillent les Mères et leurs Appren- ties, souvent à plusieurs par chambre. Une pièce souterraine, protégée par des objets de cristart, sert de coffre-fort pour la fortune que l’ordre a amassée depuis sa création. Le musée est, pour sa part, une pièce immense encombrée d’objets de cristart forgés au cours des ans dont l’Atelier n’a pas voulu se séparer. La bibliothèque, enfin, contient près d’un millier de livres parlant principalement des arts, de savoir-faire divers et variés

pouvant aider les Forgeronnes au cours de leurs recherches. Une pièce fermée est le domaine des Mères Historiennes qui y entreposent les journaux de l’ordre depuis plusieurs siècles. Une dernière pièce, toute petite, est réservée à Her- métine : elle contient les journaux intimes de plusieurs de ses vies.

frontière, et l’Atelier des Dames ne tient pas à en connaître les raisons.

FAIRE JOUER UNE FORGERONNE

En plus des avantages et compétences ci-dessus, une des charges suivantes doit être achetée.

cette clairière au printemps éternel était un cadeau de la Mine et s’y installa.

Créer une Inspirée Savante, c’est tout d’abord choisir la lignée pour laquelle elle avait été pressentie:

Les Forgeronnes ne sont jamais entrées dans les bois. La Mine leur a imposé cette

* Ces avantages sont nécessaires mais ne sont pas considérés comme des dons suffisants pour exercer le métier d’Artisane.

Poétesse: Mémoire eidétique (3)* (cf. AGONE p. 100), Poésie à 6 Peintre: Sens aiguisé (vue) (1)* (cf. AGONE p. 102), Peinture à 8 Chanteuse:

Sens aiguisé (ouïe) (1)* (cf. AGONE p. 102), Musique à 6, Chant à 6 Sculptrice: Sens aiguisé (toucher) (1)* (cf. AGONE p. 102), Sculpture à 6, un savoir-faire (armurerie, bijouterie, etc.) à 4.

Intendance 3, Culte : Mine de cristart 5

LIGNÉES PRESSENTIES

C HARGE DE SAVANTE

Compétences obligatoires

CHARGES

Apprentie**

Néophyte*

AGONE

Acolyte**

Mère**

Nom

Coût

3

4

5

3

2

*

LES CÉRÉMONIES DU DON ET DE L’HARMONISATION La cérémonie du Don : une Poétesse reçoit les
LES CÉRÉMONIES DU DON
ET DE L’HARMONISATION
La cérémonie du Don : une Poétesse
reçoit les nouveaux mineurs et leur offre
dans une cérémonie simple, mais non
dénuée d’aspect mystique, les lunettes
qui leur permettront de travailler dans
les mines de métaux.
La cérémonie de l’Harmonisation :
une Poétesse reçoit les mineurs dont
les lunettes doivent être harmonisées
sur un nouveau type de métal. Elle har-
monise chaque paire en fonction de la
demande du mineur.
Ces deux cérémonies sont accompa-
gnées d’un rituel immuable entre la
Poétesse et les mineurs:

Poétesse: « Promets-tu d’honorer la Mine et de la respecter dans la blessure que tu vas lui infliger ? » Mineur: « Je promets devant la Mine et ses Forgeronnes de l’honorer et de la respecter. » Poétesse: « La Mine te pardonne les blessures que tu vas lui infliger, et souhaite que ce soit pour le bonheur de ta famille. »

La Poétesse procédera alors à la remise des lunettes de cristart harmonisées au mineur.

Si un enfant naît de cette union, son sexe déterminera son avenir: si c’est un garçon, il sera abandonné le jour de sa naissance sur la place du village. Si c’est une fille, elle rejoindra les fillettes mais ne saura probablement jamais qui est sa mère. Ces raisons font que peu de For- geronnes ont envie d’avoir un enfant.

LA MAISON DES DAMES

Les Forgeronnes vivent depuis toujours dans les mines. Au tout début de l’ordre, l’Atelier s’était installé dans une grande caverne aux parois de cristart. Mais un jour, une Forgeronne découvrit un tableau, dont les dessins résultaient du grignotage des minérats. Ce tableau se révéla être un Tableau-monde donnant sur une clairière immense au milieu de bois étranges. L’Atelier considéra que

**

Il est nécessaire d’avoir les compétences des charges précédentes également.

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu AGONE 3
# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu AGONE 3

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu AGONE 3
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

AGONE 3
AGONE
3

ÉMINENCE,

Vous pouvez mener ce Drame tel que nous vous le présentons. Néanmoins, vous devez savoir que nous avons prévu de l’inscrire dans une Épopée développée sur les différents numéros de L’Inspiré : Fragments d’Euphorie. Nous faisons en sorte que chaque Drame puisse être joué indépendamment des autres, et ce dans n’importe quel ordre. Mais si vos Inspirés en vivent plusieurs, ils remarqueront sans doute l’étrange point commun qui les relie entre eux: à chaque fois, la Compa- gnie se trouve confrontée à un décalage, souvent spatial ou temporel, une sorte d’illogisme ou d’impossibilité. Dans le pré- sent Drame, il s’agit d’une créature contre-nature, aussi belle que féconde. Dans le Drame du sixième numéro de L’Inspi- nous vous révélerons, à vous et à vos Inspirés, une explication possible de ces étranges décalages. Ceci dit, frappons les trois coups et ouvrons un de ces Drames qui amènent l’étrange et le mystérieux aux portes mêmes de vos Inspirés…

LES AMOUREUX

DU TEMPS JADIS

Soyez la bienvenue Éminence, dans le théâtre de l’absurde et de l’horreur. De naissances à répétition en gestations contre nature ; de cadavres farcis en légions de silice, les Inspi- rés pourraient bien se trouver confrontés à la plus atypique des menaces…

permis de récupérer un peu de sa terre,

à l’endroit même où le Masque et la Dame de l’Automne se sont unis il y a bien longtemps. Il espérait tirer de cette terre la sub- stance nécessaire à la création d’un être minéral doué d’un savoir illimité sur les mystères de l’Harmonde, sur les condi- tions qui ont accompagné la malédiction des peuples de l’Automne et qui jusqu’à ce jour ont provoqué l’incarnation de la Menace sur l’Harmonde. Il utilisa

cette terre dans un rituel proche de l’Art ancien du Cisèlement (une variante de celui présenté en page 52 de L’Inspiré n° 1) et créa sa Némésis. La terre utilisée avait recueilli bien longtemps auparavant les stupres du Maître du Semblant et de la Dame de l’Automne. La créature qu’Épiphrate fit naître de cette substance est l’improbable enfant des deux Éternels. Comme le Masque elle est perfide… Comme l’Automne elle est triste et superbe… Comme la terre du Sanctuaire, elle est fertile…

IL ÉTAIT UNE FOIS… Épiphrate, un ami Harmoniste proche de tout ou partie de la Compagnie,
IL ÉTAIT UNE FOIS…
Épiphrate, un ami Harmoniste proche
de tout ou partie de la Compagnie,
qui s’est pourtant attiré bien des
ennuis en jouant les apprentis sor-
ciers. Il a appris une partie des
secrets du Sanctuaire de Mor-
phœil et
s’est
ABSURDE
CONCUPISCENCE
Euridizhia, tel est le nom
donné par l’Harmoniste
Épiphrate à sa créature,
n’avait que peu de ressem-
blance avec ce qu’il avait
imaginé. Mû par un désir de
savoir et de sagesse, il n’avait
pourtant pas créé la biblio-
thèque vivante à laquelle il
aspirait. Sa créature était la
beauté incarnée, la terre en
prenant vie avait laissé place
à la chair concupiscente, et en
plus d’être belle, elle voulait
donner la vie.
C’est ainsi qu’Épiphrate
s’unit avec Euridizhia,
lui offrant la
semence
# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu C’est ce jour même que le riche
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

C’est ce jour même que le riche farfadet Tirallien fut attaqué par une bande de brigands qui le laissèrent pour mort. Ramené au manoir par les soldats de la baronnie, le farfadet fut soigné et contraint à porter l’enfant. Officielle- ment, le bourgeois printanier n’a jamais été retrouvé. Enfermé dans les caves du manoir et suivi de près par ceux qui ont mené l’expérience, Tirallien crut un instant avoir basculé dans les Abysses et servir de jouet à des Hauts Diables déments. Il crut avoir mérité le châtiment suprême de la torture et de la déformation phy- sique; un châtiment réservé à lui seul. Pourtant, il fut rejoint quelques jours plus tard par un second, puis un troisiè-

rester en vie, il fallait recréer un envi- ronnement magique marqué par l’Automne ou la Perfidie. Dans sa propre peau écailleuse, le drakonien tailla un utérus de substitution. Dans l’ombre d’un fil de fer, flexible et solide à la fois, il conjura un Démon muet, incapable de communiquer ou de se battre, mais capable de subvenir aux besoins de l’enfant pendant la fin de la gestation en lui permettant de se nourrir de la moelle épinière de son porteur. Il fallait désormais trouver un être vivant qui porterait l’enfant; nul ne se porterait volontaire, bien évidemment…

Épiphrate est donc l’ami d’un ou des Ins- pirés, un ami proche, rappelons-le. Les Inspirés peuvent le connaître pour des raisons qui sont à votre discrétion Émi- nence, mais qui doivent de toute évi- dence avoir instauré entre eux une rela- tion de confiance et d’amitié fortes. Il peut s’agir d’un ami d’enfance, d’un compagnon d’école de magie ou bien d’un ancien frère d’armes; ce qui comp- te c’est qu’au moins l’un des Inspirés lui garde une place suffisamment grande dans son cœur pour tout laisser en plan et lui venir en aide. Le jour où ils reçoi- vent la lettre de celui-ci (cf. aide de jeu en page suivante), ils n’ont donc d’autre choix que de se rendre chez lui. Pour sensibiliser les Inspirés à la détresse de leur ami, il serait bon que vous ayez déjà utilisé celui-ci. Par exemple, à l’occasion de son passage près de chez eux alors qu’il venait honteuse- ment de voler la terre de leur Sanctuai- re. Épiphrate aura prétexté un voyage diplomatique jusqu’à la grande ville la plus proche; et avoir voulu faire un petit détour pour embrasser ses vieux amis. Ce petit intermède sans ambition peut avoir été joué durant une séance de jeu précédente, ou bien raconté de façon

Selon Mithrance, la gestation d’Euridiz- hia était trop courte, et si l’enfant parais- sait être né à terme, il ne lui était cepen- dant pas possible de passer de l’environnement magique du corps de sa mère à un environnement naturel. Il fal- lait trouver un compromis, un moyen de couver l’enfant quelque temps jusqu’à ce qu’il puisse être sevré et vivre par lui- même. C’est ici qu’intervient toute l’hor- reur de la solution proposée par Mithrance. Pour permettre à l’enfant de

me bossu… là-haut, juste au-dessus de leurs têtes, la Perfidie se multipliait encore.

Pour la cohésion des événements, il est important que la distance entre le Domai- ne des Inspirés et celui de leur ami puis- se être parcourue en moins d’une semai- ne. Ce Domaine est un lieu de montagne contenant un manoir, un gros village de mineurs et des mines de multiples métaux assurant sa richesse. Le seigneur des lieux est Épiphrate, l’ami des Inspirés. Plus intéressé par ses recherches magiques que par ses propriétés ter- riennes, il a laissé la mine en gérance

nin, cet acte scellerait la montée au pou- voir de l’Automne dans le Domaine d’Épiphrate.

analeptique au début du Drame, à la lec- ture de la lettre (vous y perdrez cepen- dant en efficacité).

PERFIDIE EXTRA-UTÉRINE

BOSSUS CONTRE NATURE

ACTE 1: À LEAU DE LA CLAIRE FONTAINE

INTRODUCTION

AGONE

3

25

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu C’est ce jour même que le riche

40

HISTOIRES DE SANCTUAIRES Éminence, une fois encore, l’intrigue prend appui sur la relation de la Com-
HISTOIRES DE SANCTUAIRES
Éminence, une fois encore, l’intrigue
prend appui sur la relation de la Com-
pagnie avec un Sanctuaire. L’histoire
même voudrait que ce Sanctuaire soit
celui ce Morphœil (cf. L’Inspiré n° 1),
mais il se peut que vous n’ayez pu vous
en accommoder. Afin que cette histoire
ait un fondement, attribuez l’histoire
fondatrice du Sanctuaire de Morphœil
à celui des Inspirés. Bien qu’ils ne
connaissent pas cette histoire, et que le
temps qui les sépare de la découverte de
cette vérité promette d’être long, il est
nécessaire que la terre employée par
Épiphrate soit marquée par l’union du
Masque et de la Dame.

réclamée par sa chair… mais les choses devaient encore prendre un tour impré- vu: une semaine après cette union, Euri- dizhia donna naissance à un enfant. La fulgurance de la grossesse, ainsi que l’imprévisibilité de l’accouchement cau- sèrent la mort du nouveau-né. Mais voilà, Euridizhia, comme harcelée par un instinct indomptable, devait encore et encore recevoir l’homme en elle et don- ner la vie… un deuxième enfant vint au monde quelques jours plus tard.

MAUVAIS SANG

Le deuxième enfant semblait être le bon, mais il n’était pas viable. Conscient des origines de sa bien-aimée, Épiphrate se résolut à trouver de l’aide auprès d’une tribu de drakoniens vivant à quelques lieues de là dans les montagnes. Aveuglé par l’amour, il prit le risque d’y aller seul. Se présentant sans armes face aux Automnins, leur annonçant qu’ils étaient la seule chance pour lui de sauver la chair de sa chair, il obtint l’aide de l’un d’entre eux : Mithrance. Ce Conjurateur marqué par la Ténèbre, qui était à la fois l’âme damnée et le père spi- rituel du clan drakonien, accepta de prê- ter main-forte à Épiphrate à la condi- tion que celui-ci cesse de cacher sa femme et l’épouse publiquement le plus vite possible. Dans l’esprit de l’Autom-

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu bas et pourrit vos chairs puis vos
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

bas et pourrit vos chairs puis vos os

et ma mort.

AGONE

vôtre,

3

Amis, Pourquoi commencer ce courrier qui sans doute, sera le dernier ? Nous qui fûmes si
Amis,
Pourquoi commencer ce courrier qui sans doute,
sera le dernier ? Nous qui fûmes si proches
autrefois ne partageons plus aujourd’hui les
mêmes intérêts et pourtant, il est un ennemi
contre lequel nous luttons, vous et moi, un
ennemi héréditaire… C’est sans doute la seule
raison. La fin est proche je crois, la mort
attaque par le
jusqu’à vous dévorer le cœur. J’en suis là, ce n’est
pas un appel au secours mais une lettre d’adieu.
Vous ne serez jamais là à temps pour empêcher
mon malheur
Éternellement
Épiphrate du Val gris

26

40

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Éminence, la lettre reçue par vos Inspi-
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Éminence, la lettre reçue par vos Inspi- rés est un faux, rédigé par Veltiamble, l’un des domestiques d’Épiphrate désormais bossu, car porteur malgré lui d’un des enfants d’Euridizhia. C’est pourquoi son appel à l’aide sonne comme la vérité. Veltiamble, craignant pour son sort, s’est contenté d’imiter à la perfection le paraphe et l’écriture de son maître. Il est tout à fait possible que l’un des Inspirés ait suffisamment corres- pondu avec Épiphrate pour connaître son écriture avec précision. Ceci dit, Veltiamble a passé sa vie au service de la famille de l’Harmoniste et s’est à de nombreuses occasions occupé des tâches administratives. Sans être un faussaire hors pair, il pouvait écrire avec une graphie similaire à celle de son maître sans grand effort. De ce fait, tout test de PER + Alphabet ayant pour but de dénicher un éventuel faussaire se fait contre DIFF 20. Un tel test réussi permet de dénicher quelques imper- fections et d’attester qu’il s’agit bien d’un faux. Une MR de 5 ou plus permet aussi d’affirmer que le faussaire maniait cette écriture comme s’il s’agissait de la sienne.

pour son enfant qui naîtra bientôt, et cette vieille baraque qu’elle s’occupera de rénover elle-même une fois que tout cela sera fini… Malgré cette foi naïve en un avenir fabuleux, la jeune femme paraît cacher une certaine tristesse sous- jacente. Un test de PER + Baratin contre DIFF 15 permettra de remarquer cette tristesse: entre deux phrases, elle baisse toujours la tête et regarde son assiette avec un dégoût masqué, souvent son regard se tourne vers la fenêtre et se perd dans le vide… Interrogée à se sujet, elle répond qu’une chose gâche son bonheur: l’absence de ses parents dans ces moments de bonheur. Elle aimerait tellement les partager avec eux! Avec le repas, l’heure avance et la nuit est tombée depuis longtemps quand sont servis les digestifs. C’est à ce

tion de la lettre mystérieuse. Évidem- ment, Épiphrate est étonné par cette nouvelle et, si les Inspirés produisent le document devant lui, il certifie ne l’avoir jamais vu.

d’un an lors d’un voyage en Urguemand. Elle est la fille d’un bourgeois de Lorgol et sa dot est très alléchante. Dès leurs premières rencontres ils ont vécu une idylle et Euridizhia est très vite tombée enceinte. Épiphrate a alors promis au père de la jeune femme de prendre soin d’elle et de la soigner durant toute sa grossesse… Cela ne se fait généralement pas, mais ils seront bien contraints de se marier après la naissance de l’enfant, tant la jeune femme est épuisée par son état. Les Inspirés seront bien entendu conviés à la fête, mais il faudra encore patienter quelques semaines. Après avoir fumé et bu, peut-être plus que de raison, les Inspirés seront conviés à un repas improvisé. La mort de Vel- tiamble n’empêche pas le manoir de continuer à vivre et même si cela manque de coordination, les employés de maison restent compétents.

C’est à table que les Inspirés font la connaissance d’Euridizhia. Magnifique avec ses cheveux blonds tressés en une unique natte épaisse, elle affiche un sou- rire discret qui cependant ne vous laisse pas indemne. Portant très bien sa gros- sesse (le ventre est bien haut et bien rond), elle ne laisse jamais son sourire s’effacer. Prenant place à table, elle semble être sur un nuage. Elle se conten- te de répondre rapidement aux ques- tions la concernant directement mais se révèle intarissable de compliments sur son fiancé, pleine de projets enchanteurs

Tôt ou tard, la discussion peut en venir à sa fiancée, Euridizhia. Les Inspirés lui ignoraient toute fiancée et lorsqu’ils l’ont vu quelques semaines plus tôt, il n’a pas fait allusion à la moindre paternité. Pour- tant, il leur annonce bien qu’il sera père d’ici quelques jours. Il a rencontré sa fiancée il y a moins

Et des autres…

LE FAUSSAIRE

Des vivants

AGONE

3

27

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Éminence, la lettre reçue par vos Inspi-

40

aux entrepreneurs de la région. Bien qu’il soit à l’écoute des problèmes de la mine et
aux entrepreneurs de la région. Bien qu’il
soit à l’écoute des problèmes de la mine
et des besoins de la ville, Épiphrate est
toutefois considéré comme un démis-
sionnaire par la majorité de la population.
Éminence, pour vous faciliter la mise
en scène, nous partirons du principe que
la région décrite est celle du Val gris pré-
senté dans les pages du présent Inspiré.
Vous pouvez cependant vous contenter
des informations données dans ce
Drame.
PREMIER JOUR :
ELLE SE BAIGNAIT
TOUTE NUE…

L’arrivée au manoir d’Épiphrate se fait dans la plus grande surprise. C’est presque l’heure du dîner et l’Harmonis- te a l’air bien étonné de la présence des Inspirés. Sans les mettre à la porte, il montre bien qu’ils n’étaient pas atten- dus. Il dit que sa fiancée va bientôt accoucher et qu’il redoute que la pré- sence de nombreuses personnes sous son toit ne la fatigue trop. Puis au gré de la discussion, laissant son vieux sentiment d’amitié prendre le dessus, il finit par afficher un large sourire sur son visage et leur propose finalement d’entrer… « Le voyage a dû être long mes amis, venez vous reposer un peu ».

Des morts…

Une fois à l’intérieur, les Inspirés sont invités à s’installer dans le fumoir pour y prendre un verre de liqueur en fumant du bon tabac. L’ambiance se détend un peu et Épiphrate finit par leur demander la raison exacte de leur venue chez lui. Au cours de cette discussion, les Inspirés et Épiphrate s’échangent les nouvelles. L’Harmoniste s’excuse de la médiocrité du service (aucun domestique ne semble disponible pour les servir et c’est Épi- phrate lui-même qui sert la liqueur) mais Veltiamble son fidèle majordome a été emporté par un arrêt du cœur deux semaines plus tôt et on n’a pour l’instant trouvé personne de satisfaisant pour le remplacer. Durant cet échange de nouvelles, les Inspirés abordent certainement la ques-

moment que, lançant un regard complice vers sa bien-aimée, Épi- phrate propose aux Inspi- rés de
moment que, lançant un
regard complice vers sa
bien-aimée, Épi-
phrate propose
aux Inspi-
rés de
… UNE SAUTE DE VENT
SOUDAINE…
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

passer la nuit au manoir. On les installe alors dans les chambres libres du deuxiè- me étage.

Si les Inspirés fouillent la tombe…

QUEST-IL ARRIVÉ À VELTIAMBLE ?

DEUXIÈME JOUR :

AGONE

3

Bien entendu, il faut le faire discrète- ment. Épiphrate ne cautionnera pas un tel acte, d’autant plus que cela anéantirait

définitivement sa crédibilité. Si les Ins- pirés le font et qu’il l’apprend, il les somme de quitter le manoir sur-le-champ et de ne plus jamais chercher à le revoir. Lorsque les Inspirés creusent, deman- dez-leur un test de PER contre DIFF 10 pour tout remettre précisément en état après. En cas d’échec, quelqu’un se rend compte de ce qu’ils ont fait dans la demi journée suivante et Épiphrate en est infor- mé. Il faut alors un test de CHA + Bara- tin contre DIFF 15 pour le convaincre que la pluie a dû faire ces dégâts (ce qui est de toute façon fort probable). La tombe est vide, bien entendu.

Si les Inspirés fouillent la chambre du majordome Située au premier étage du manoir, elle est
Si les Inspirés fouillent
la chambre du majordome
Située au premier étage du manoir, elle
est restée comme elle était de son vivant.
Toutes ses affaires y demeurent encore et
un secrétaire contient toutes ses notes
d’intendance. Entrer dans la chambre
requiert un test d’AGI + Serrurerie contre
DIFF 10 ou tout simplement d’obtenir
les clés auprès d’Ômar. C’est en effet
l’artiste keshite qui possède les clés des
pièces inoccupées afin de pouvoir s’y
rendre lors de ses travaux architectu-
raux. Obtenir les clés de sa main n’est
possible qu’au prix d’un test de CHA
+ Baratin ou Diplomatie contre DIFF 10
accompagné d’un solide argumentaire.
Les affaires de Veltiamble ne contien-
nent rien de bien intéressant. Sa com-
mode est remplie de vêtements et son
secrétaire n’apporte pas d’eau au mou-
lin des Inspirés. Veltiamble, qui avait
aussi un rôle d’intendant du manoir,
tenait des feuilles de comptes régulières
pour toutes les affaires du Domaine. De
surcroît, il s’occupait de gérer lui-même
la fortune de son seigneur et de placer
l’argent chez des banquiers des grandes
villes environnantes. Un test d’INT
+ Intendance contre DIFF 15 permet de
se rendre compte qu’il n’est fait mention
nulle part des parents d’Euridizhia ni de
sa si faramineuse dot.

40

Dans la nuit du premier au second jour, les Inspirés sont réveillés à maintes reprises par des bruits de tempête. Une pluie battante s’est abattue sur la région et un vent violent fait claquer les volets, cogner les branches des arbres sur les murs et le toit, et de temps à autre, c’est l’explosion de bruit et de lumière d’un éclair qui les arrache à leur sommeil. Quand enfin vient l’aube, les intem- péries ne se sont toujours pas dissipées, et une partie de la cour du manoir est inondée. C’est avec un regard inquiet qu’Épiphrate observe le spectacle. Euridizhia a passé une très mauvaise

28

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Si l’une de ces conditions est remplie,
# GAZETTE

#

GAZETTE
GAZETTE
# GAZETTE
édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu

Si l’une de ces conditions est remplie, Guerminiène fera remarquer la res- semblance de la jeune femme avec feu la mère d’Épiphrate. Cela aurait pu être une coïncidence, ou tout simplement le fait naturel du lien familial si Épi- phrate avait respecté la coutume locale de prendre femme à proximité… mais il n’en est rien, cette ressemblance est anormale!

Pour obtenir quoi que ce soit d’elle au sujet des faits étranges qui perturbent la vie au manoir, il faudra:

INTERROGER GUERMINIÈNE

(d’une voix suraiguë) « Rhôôôôô, mais c’est pas possib’ça, non mais où c’est que vous vous croyez ? »

Cette vieille et grosse femme a vu bien des choses dans sa vie, mais il faut bien avouer que ce qui se trame depuis quelques mois sous le toit du manoir l’inquiète forte- ment. Elle a vu Épiphrate grandir, elle l’a même élevé et a donc très bien connu ses parents, autrefois maîtres des lieux. C’est pourquoi, quand Euridizhia a fait son apparition au manoir, elle n’a pas pu ignorer la ressemblance frappante que la jeune femme a avec Hélémnionne, la mère d’Épiphrate aujourd’hui disparue. Bien entendu, la vieille cuisinière ne soupçonne en rien son employeur d’avoir engendré tout le mal qui se pro- duit autour d’eux, mais elle a bien flairé qu’il se passait quelque chose d’anor- mal. Si l’on discute avec elle, elle semble toujours débordée: il faut aller au villa- ge faire les courses, et par ce temps qui va-t-elle envoyer? Ensuite il faudra pré- parer le repas de midi, puis passer l’après- midi à faire la vaisselle et préparer ensui- te le repas du soir, tout cela pour ne pouvoir enfin se reposer qu’une fois toute la maisonnée ensommeillée… Oui, vous l’avez compris Éminence, Guermi- niène est une vieille râleuse. Mieux vau- drait d’ailleurs que les Inspirés n’aillent pas trop rôder autour de sa cuisine sans avoir de bonnes raisons pour cela.

• soit lui prouver de façon irrévocable que la disparition de Veltiamble n’est pas normale, que celui-ci n’est pas dans sa tombe et qu’il vit peut- être encore • soit obtenir une MR de 5 au moins à un test de CHA + Baratin contre DIFF 15 (c’est vous dire si elle est bornée!)

Le père d’Épiphrate était un fier che- valier qui ne partait jamais à l’aventu- re sans son plus fidèle compagnon l’ogre Petr Rastöll. L’âge faisant, tous deux se rangèrent et se marièrent. Petr mourut de maladie avant que sa femme n’arrive au bout de sa première gros- sesse, la contaminant de surcroît, ce qui laissa des séquelles irréparables à l’enfant qu’elle portait. Morte à son tour durant l’accouchement, l’ogresse offrit à l’Harmonde un charmant petit orphelin dont les capacités intellec- tuelles ne dépasseraient jamais celles d’une poule naine. Les parents d’Épi- phrate recueillirent le petit Tom et l’éle- vèrent comme leur fils. Le handicap mental jouant en sa défaveur, il ne put cependant devenir ni chevalier, ni Mage, ni même écuyer. C’est pourquoi Tom est devenu garçon d’écurie, mou- leur de pain, et homme de ménage. Tantôt sous les ordres de Guerminiène, tantôt sous ceux de Lucrétion, ce n’est

fait tout ce qu’il peut pour les dissuader de prendre la route avec ces intempéries. Cette matinée au manoir se révèle cependant bien ennuyeuse. La pluie interdit toute activité extérieure et les rares employés de maison sont affairés à des tâches aux quatre coins du manoir. Pourtant, hormis l’ami Épiphrate qui n’a que peu de temps à leur accorder, bien trop occupé à rester auprès de son aimée et à la soutenir dans sa dure épreuve, ils n’auront que le personnel de maison pour interlocuteurs.

LES EMPLOYÉS DU MANOIR

Guerminiène, la cuisinière

ogre à tout faire légèrement attardé

Citation typique

Tom Rastöll,

AGONE

3

29

# GAZETTE édition de mahasamatman abonnement Meneur de jeu Si l’une de ces conditions est remplie,

40

nuit et il craint que sa grossesse n’en soit perturbée. Compte tenu de ce qu’an- nonce
nuit et il craint que sa grossesse n’en soit
perturbée. Compte tenu de ce qu’an-
nonce le ciel, les heures à venir risquent
d’être plutôt noires…
De minute en minute, le temps ne
fait que se dégrader; les pluies redou-
blent de violence et les éclairs ne cessent
de zébrer le ciel… Tout voyage est com-
promis et il est peu probable que les Ins-
pirés insistent pour quitter les lieux. Cela
tombe fort bien d’ailleurs, car sur place
on a bientôt besoin d’eux. Épiphrate ne
voit aucun inconvénient à ce que les Ins-
pirés restent chez lui. Au contraire, il
L’AMITIÉ D’ÉPIPHRATE

La position d’Épiphrate dans cette his- toire est assez difficile à percevoir. L’Har- moniste a des intérêts à protéger, mais il tient aussi à sa vieille amitié avec les Inspirés. La solution qu’il a choisie est la prostration, il a quasiment démis- sionné: la situation lui échappe, il le sent bien, les enfants sont perdus ou morts noyés et il ne pourra pas offrir à sa bien-aimée l’étrange maternité qu’elle réclame. Il reste auprès d’elle le plus de temps possible, à lui offrir les coïts dont elle ne peut se passer et lors- qu’il est auprès des Inspirés, il joue l’ennuyé, celui qui a peur pour la gros- sesse de sa fiancée. Lorsque ceux-ci commencent à enquêter, il se contente de les éviter encore plus tout en fei- gnant sans grande conviction de ne pas vouloir qu’ils partent. Un test de INT + Étiquette noble contre DIFF 15 permet de ressentir cette gène:

MR 1 à 4: Épiphrate est réellement très amoureux et inquiet pour sa fiancée, c’est probablement la raison pour laquelle on les voit si peu. MR 5 à 9: Épiphrate les évite parce qu’il est gêné. Rien ne va plus sous son toit et ce sont ces amis qui tentent de sauver la situation. Il est heureux qu’ils soient là mais il a un peu honte de perdre ainsi la face.