Vous êtes sur la page 1sur 26
La Fédération professionnelle de l’Ingénierie de l’industrie et de la construction GÉOTECHNIQUE GÉOMEMBRANES ET

La Fédération professionnelle de l’Ingénierie

de l’industrie et de la construction

GÉOTECHNIQUE

GÉOMEMBRANES ET SÉCHERESSE Daniel Le Boulicaut Sogeo Expert

de l’industrie et de la construction GÉOTECHNIQUE GÉOMEMBRANES ET SÉCHERESSE Daniel Le Boulicaut Sogeo Expert 1
de l’industrie et de la construction GÉOTECHNIQUE GÉOMEMBRANES ET SÉCHERESSE Daniel Le Boulicaut Sogeo Expert 1
de l’industrie et de la construction GÉOTECHNIQUE GÉOMEMBRANES ET SÉCHERESSE Daniel Le Boulicaut Sogeo Expert 1
1
1
- - - -
-
-
-
-

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

ELABORATION DE REGLES PROFESSIONNELLES POUR :

LA CONCEPTION

LE CALCUL

L’EXECUTION

LE CONTRÔLE

DES GEOMEMBRANES EN TANT QUE SYSTÈME REPARATOIRE DES OUVRAGES SINISTRES PAR LA SECHERESSE;

2

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES Rappels – Préliminaires - Sécheresse : La sécheresse est le résultat d’une

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

Rappels – Préliminaires

- Sécheresse :

La sécheresse est le résultat d’une profonde anomalie du bilan hydrique naturel affectant certaines régions au cours de périodes dont la durée peut s’étaler sur une ou plusieurs années ; il est clair que la sécheresse se présente comme un événement fortuit et n’est pas associable à une tendance climatique persistante

3

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES Ces phénomènes de sécheresse se traduisent, sur les sols à dominante argileuse,

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

Ces phénomènes de sécheresse se traduisent, sur les sols à dominante argileuse, par une perte de teneur en eau, sur des profondeurs variables, et par une perte de volume de ces sols, proportionnellement à la perte d’eau (au moins dans le domaine de la saturation. Cette perte de volume conduit bien évidemment à des tassements des sols de fondation, tassements qui peuvent être préjudiciables à la solidité de l’ouvrage si ses structures ne peuvent encaisser les déformations induites

4

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES 5

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

5

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES 6

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

6

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES Depuis plusieurs années (voire décennies), un nombre très important de pavillons

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

Depuis plusieurs années (voire décennies), un nombre très important de pavillons individuels, mais également d’ouvrages plus importants, ont été affectés par ces phénomène de sécheresse, et ont été (ou vont être) réparés, dans le cadre ou non d’arrêtés CAT NAT

7

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES Dans la mesure où les désordres sont dus à des tassements importants
REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES
Dans la mesure où les désordres sont dus à des
tassements importants ayant affecté la structure même
de l’ouvrage, les réparations passent à priori par, soit :
- Une intervention sur les structures :
• Infrastructures (fondations)
• Superstructures
- Une intervention sur le sol lui même

8

- Plots - - -
-
Plots
-
-
-

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

Sur les infrastructures :

-Micro-pieux

Approfondissement général par passes alternées

Sur les superstructures :

Renforcement (ou création) des chaînages

Sur le sol :

Maintien d’une teneur en eau relativement constante

9

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES C’est à cette technique que nous nous intéressons, dans la mesure où

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

C’est à cette technique que nous nous intéressons, dans la mesure où :

-Elle est efficace dans 95 % des cas où elle a été utilisée (plus de 1000 dossiers en régions Centre et Charente – Poitou) - Elle intéresse la totalité de l’ouvrage, y compris les dallages. -Elle est relativement peu onéreuse -Elle est applicable en préventif.

10

Infiltrations REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES Le principe : Evaporation Objectif : W% quasi constante 11
Infiltrations
REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES
Le principe :
Evaporation
Objectif : W% quasi constante
11
Infiltrations REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES Le principe : Evaporation Objectif : W% quasi constante 11
- • • •. . . . . - • • •
-
•.
.
.
.
.
-

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

Cependant, certains géotechniciens ont été confrontés à des mises en causes suite à des reprises de désordres. Parmi les causes de ces reprises, nous retiendrons :

Mauvais diagnostic d’origine où préconisation non adaptée:

Terrain en pente avec circulation de nappe d’écoulement

Aquifère sous jacent à l’argile .

Réalisation mal faite :

Géomembrane non conforme ou non étanche

Liaison ouvrage / géomembrane non étanche

Par de couche anti-contaminante

Dans tous les cas, absence de mission G2 et/ou G4, tout au

moins par un géotechnicien !

12

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES De plus : De nombreuses mises en œuvre de cette technique sont

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

De plus :

De nombreuses mises en œuvre de cette technique sont mises en œuvre par des entreprises, hors CAT NAT, sans qu’il y ait eu d’études préalables.

13

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES D’où l’initiative prise par Comité géotechnique de Syntec-Ingénierie de

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

D’où l’initiative prise par Comité géotechnique de Syntec-Ingénierie de mettre en place un Groupe de travail pluridisciplinaire en charge de :

-Elaborer des règles de mise en œuvre des géomembranes

- Définir le contenu des études préalables aux préconisations de ces procédés dans le cadre des réparations des ouvrages sinistrés

14

• • • •

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

Historique :

-Réunion préliminaire en Juin 2008, à laquelle ont été convoqués

Les assureurs IARD : MAIF, MAIF, GROUPAMA, M.M.A.

Les assureurs historiques des géotechniciens :

SMABTP, AXA,

Les experts : Compagnie des Experts agréés

F.F.S.A.

Cette réunion conduit à la mise en place d’un groupe de travail en vue d’élaborer des Règles Professionnelles (Forme à définir : DTU, Norme, …… ?)

15

- • • • - • •
-
-

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

Composition du Groupe de Travail :

-L’administration :

• Mrs Matoren KHAY (CER ROUEN) & François CAQUEL (CER NANCY)

Les assureurs :

M. Eric PETITPAS (AXA)

M. Claude PERODO (SOCABAT, Groupe SMABTP)

M. Jean Jacques BALMES (MAIF)

Les experts :

M. Jean Michel JAVOUHEY (SARETEC)

M. ESTRADE (C.E.A.)

16

• • • • •

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

Composition du Groupe de Travail (suite) :

- Bureau de Contrôle :

M. Luis CARPEINTERO (SOCOTEC / COPREC)

-Comité Français des Géosynthétiques (C.F.G.)

M. Jacques SAINTOT (AFAG / ASQUAL / ECE)

Mme Le FAOUDER (APROGEG / AGRU) -Comité Géotechnique Syntec-Ingénierie :

Mme Catherine JACQUARD (FONDASOL / CFMS)

M. Daniel LE BOULICAUT (SOGEO Expert)

17

- - -
-
-
-

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

Où en sommes nous ?

Chacun travaille aujourd’hui sur son domaine :

La géotechnique

Le structures

La mise en œuvre

Le plan est aujourd’hui établi

18

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES 19

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

19

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES RECOMMANDATIONS SUR LES CONDITIONS DE PRECONISATION, LA CONCEPTION, LE CALCUL,

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

RECOMMANDATIONS SUR LES CONDITIONS DE PRECONISATION, LA CONCEPTION, LE CALCUL, L’EXECUTION ET LE CONTROLE DES GEOMEMBRANES EN TANT QUE SYSTEME REPARATOIRE DES OUVRAGES SINISTRES PAR LA SECHERESSE

CHAPITRE 1 : PREAMBULE - DEFINITIONS

1-1 – PREAMBULE

Objet des recommandations

1-2 – DEFINITIONS

Définitions relatives à l’ouvrage Définitions relatives au sol Définitions relatives à l’environnement Définitions relatives aux désordres Définitions relatives aux géomembranes

20

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES 1-3 – DOMAINE D’UTILISATION DE LA METHODE En terme de structures et

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

1-3 – DOMAINE D’UTILISATION DE LA METHODE

En terme de structures et de conception de l’ouvrage (prof. Sous-sol par exemple)

En terme de désordres sur l’ouvrage

En terme de contexte géotechnique

Contexte stratigraphique Contexte hydrogéologique Définition des sols « stabilisables » en fonction des paramètres d’identifications (plasticité, limite de retrait), des paramètres mécaniques (caractéristiques de gonflement : coefficient et pression) et des paramètres d’état.

En terme de contexte environnemental

Contexte géomorphologique Contexte hydrologique et climatique Végétation.

21

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES CHAPITRE 2 : ETUDES PREALABLES 2-1 – ETAT DES DESORDRES Diagnostic des

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

CHAPITRE 2 : ETUDES PREALABLES

2-1 – ETAT DES DESORDRES

Diagnostic des désordres Gravité Evolutivité Répartition

2-2 - DIAGNOSTIC SOMMAIRE DES SOLS DE FONDATION (mission G5)

Diagnostic sommaire préalable – Mission G5 phase 1 (Conduisant ou non à imputer les désordres à la sécheresse)

Contexte géotechnique global de la zone (Cartes existantes – classements CAT-NAT) Contexte local (géomorphologie – Végétation) Types d’investigations à mettre en œuvre Ce diagnostic sommaire constitue le point d’arrêt n°1 de la faisabilité de la méthode

2-3 – DIAGNOSTIC DES STRUCTURES DE L’OUVRAGE ET DES RESEAUX Ce diagnostic constitue le point d’arrêt n°2 de la faisabilité de la méthode

22

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES 2-4 – DIAGNOSTIC GEOTECHNIQUE APPROFONDI - Mission G5 phase 2 Il ne

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

2-4 – DIAGNOSTIC GEOTECHNIQUE APPROFONDI - Mission G5 phase 2

Il ne faut surtout pas perdre de vue que le rôle de la géomembrane est de maintenir sur un volume de sol donné, une teneur en eau relativement constante, de façon à ce que les variations volumétriques de ce sol soient et demeurent compatibles avec les déformations admissibles par l’ouvrage.

Types d’investigations à mettre en œuvre

2-5 – MISSION D’ETUDE GEOTECHNIQUE D’AVANT PROJET (Mission type G12) et de Projet (G2)

23

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES CHAPITRE 3 : CONCEPTION 3-1 – MISSION D’ETUDE GEOTECHNIQUE DE PROJET (Mission

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

CHAPITRE 3 : CONCEPTION

3-1 – MISSION D’ETUDE GEOTECHNIQUE DE PROJET (Mission type G2).

Cette mission peut être réalisée simultanément à la mission précédente

CHAPITRE 4 : MISE EN ŒUVRE

CHAPITRE 5 : SUIVI D’EXECUTION – CONTRÔLE

24

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES Conclusions : - Un bon exemple de collaboration entre les différents intervenants,

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

Conclusions :

- Un bon exemple de collaboration entre les différents intervenants, dans le cadre de la mise en œuvre d’une méthodologie « nouvelle » :

Donneurs d’ordres, prescripteurs, fabricants, entreprises, contrôleurs, assureurs.

-La meilleure façon d’éviter les sinistres, c’est encore de réaliser des études préalables adaptées aux problèmes posées, exhaustives (autant que faire ce peut dans ce domaine !), et d’établir des protocoles de mise en œuvre précis

-Et, dans le domaine du sol, d’impliquer le géotechnicien depuis le diagnostic jusqu’à la réalisation et le contrôle des ouvrages mis en œuvre.

25

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES Merci de votre attention. 26

REGLES PROFESSIONNELLES GEOMEMBRANES

Merci de votre attention.

26