Le Bulletin

n°28, avril 2015

Chers adhérents,
Nous aurons la joie cette année de fêter nos
15 ans d’existence. C’est une grande
fierté bien sûr pour notre association, car
cela prouve la solidité de notre mode
d’intervention et de notre organisation.
Durant ces 15 années, 248 missions ont
été accomplies avec succès dans 34 pays,
avec 55 partenaires associatifs et ce
sont 1.773 volontaires qui ont réalisé
2.981 départs au quatre coins du monde
avec Coup de pouce ! Notre crédibilité vis-àvis de nos partenaires associatifs et de nos
partenaires entreprises s’en retrouve
accrue.
Au-delà des chiffres, notre approche
humble empreinte de respect des
populations et d’admiration pour nos
partenaires associatifs se réaffirme au fil du
temps, dans un esprit de partage, de
fraternité et de joie. Notre ambition initiale,
servir les populations les plus pauvres en
soutenant ceux qui s’engagent pour eux sur
le long terme, demeure la boussole de Coup
de pouce.
Cette pérennité, nous la devons aussi a un
renouvellement constant : tous les ans,
nous avons de nouveaux chefs de mission,
de nouveaux volontaires, de nouvelles
associations que nous partons aider, des
nouveaux pays que nous explorons, des
nouvelles entreprises qui nous soutiennent,
etc. Cette fraîcheur et cette vitalité sont
essentielles pour « coup de pouce » et font
partie de notre culture. Même si nous
professionnalisons notre approche, nous
gardons un esprit familial et
entrepreneurial. Nous voulons toujours
garder notre curiosité et notre
enthousiasme des débuts !
Gonzague de Pirey, Président

A

C

B

D

E

Sauras-tu relier la petite maison Coup de pouce avec son pays ?
Indices pages suivantes… Et réponses dans la carte de vœux Coup
de pouce 2015 (et en dernière page de ce bulletin).
1

Cambodge

4

Madagascar

2

Chili
5

3

Pérou

Philippines

Coup de pouce remercie très chaleureusement l’association
sportive du Crédit Foncier de France (Fédération
Française du sport d’entreprise). En effet le 2 octobre dernier
700 coureurs de la 8ème édition de la Charentonnaise
entreprises ont couru
pour notre association la
célèbre « course de la
diversité ».
Le don reçu le 12 mars
permettra de réaliser cet
été plus d’une mission !
Un très grand merci au
Crédit Foncier de France
et à sa dynamique
association sportive.

Cambodge
Tchk tchk tchk ! Tchk tchk tchk ???
Une onomatopée qui s’est révélée bien utile à
Stoeng ! Passe-partout, elle peut désigner, selon
les besoins, et en fonction de la gestique de votre
interlocuteur : poser de l’enduit (déplacer le bras
parallèlement à une surface imaginaire, en faisant
mine de tenir une palette) ; saupoudrer du sable
(le poing fermé, déplacer la main par petits
mouvements au-dessus du sol) ; déclouter des
planches (tirer le manche d’un marteau
imaginaire) ; pelleter du béton (se pencher comme
pour enfoncer une pelle dans le sol), etc. ! Cela dit,
si on ne maîtrise ni tchk tchk tchk, ni le khmer, ni
l’anglais, pas d’inquiétude à avoir … Au-delà des
mots, sur le chantier, la communication s’établit,
par les gestes que les ouvriers khmers nous
invitent à imiter, et par les regards complices,
parfois étonnés et amusés devant notre façon de
travailler, ou devant l’incapacité de certains
volontaires à soulever seuls un sac de béton de
25 kg … On communique aussi par les rires apparemment, quelqu’un qui manque de s’étaler
dans le béton frais, ça fait rire partout ! - et la
musique ! Les écolières khmers venues nous
rendre visite sur le chantier se souviennent
probablement encore du volontaire qui, du haut de
son échafaudage, a enchaîné pendant plus d’une
heure les chansons françaises et les tubes de
Disney …

Quant à nous, nous nous souviendrons des
sourires, de la joie des enfants jouant à 1 2 3 soleil
ou à la course d’obstacles, de leurs “Hello” et
“What is your name” claironnés ou bien timides,
de la lumière se reflétant dans la rivière ou sur l’or
de la pagode, des piqûres de moustiques, de
l’émotion générale au moment du départ, des
douches à la belle étoile, des bols de riz deux fois
par jour et de ceux, Khmers ou Français, avec qui
nous avons partagé ce quotidien extra-ordinaire.

Tirùa, bourg de 6.000 habitants situé en
bordure du Pacifique, province
d’Araucania dans la région de Bio-Bio, à
600 km au sud de Santiago du Chili ; c’est là que le 4 janvier
2015, notre équipe de 11 volontaires dépose ses sacs. Miriam, la
responsable de l’association Relmu Witral («atelier des arcs en
ciel » en langue Mapuche), nous accueille. Relmu Witral assure
la coordination et le développement commercial de l’activité de
tissage traditionnel Mapuche auprès de 130 tisserandes
réparties sur tout le territoire de la commune. Tout au long de
notre séjour, Miriam sera présente pour coordonner l’activité
des deux chantiers : Ranquilhue, pour l’équipe « jaune », au
nord de Tirùa et Cerro Negro pour les « rouges » au sud. Les
trajets quotidiens nous permettront d’admirer la beauté des
paysages de l’Auracanie avec ses forêts de sapins et
d’eucalyptus sur fond d’océan Pacifique et de ciel bleu. Notre
mission : construire deux ateliers en bois, destinés aux femmes
Mapuches habitant dans des zones isolées, pour leur permettre
d’exercer leurs talents de tisserandes dans des conditions de
travail dignes et décentes. Ces ateliers sont constitués de
poutres, poutrelles et planches en bois, assemblées par des
clous.

Chili

Nous nous ne sommes pas près d’oublier l’accueil d’Isabella et
de Pascuala, nos tisserandes, dont le courage et la ténacité au
quotidien, suscitent notre admiration et notre respect. Nous
aurons apprécié les pauses dans le travail (cafecito, échanges
avec les familles …). Sous la direction de nos « maestro »
respectifs : José, Gaston, Antonio et Joel, et avec Fernando, le
fils de Miriam présent sur le chantier des rouges, c’est avec
enthousiasme que nous creuserons les fondations puis
mesurerons, scierons et clouerons les différents éléments des
futurs ateliers dans la bonne humeur générale. Mention spéciale
également pour l’accueil de Veronica et Pablo à la Suerte de la
Olla, notre cantine vespérale, où nous apprécions chaque
jour une cuisine copieuse et typiquement chilienne (on se
souviendra longtemps des savoureux choclos de pollo et autre
empanadas).
Au final, cette mission aura été pour notre équipe une belle
aventure humaine faite de d’échanges, de rencontres et
d’émotions partagées que nous ne sommes pas près d’oublier !

Nicaragua
Quelle aventure : partir à la rencontre des Nicas, à Esteli,
pour construire 3 maisons (1 en parpaings et 2 en bois)
pour des familles extrêmement pauvres. Le défi est de
taille mais, à 12 volontaires motivés, nous allons tenter
de le relever.

laisse des souvenirs très forts de ce pays si attachant ou
la simplicité et la joie sont omniprésentes. Nous avons
même rencontré les familles pour qui Coup de pouce
avait construit des maisons précédemment : quelle fierté
pour elles de nous montrer leurs installations.
Tous nous disent que c’est le cadeau d’une vie. Ça l’est
également pour nous.
Le rêve d’avoir enfin une chambre
devient réalité, quelques clous qui
serviront
de
porte-manteaux
apparaissent, les murs se montent, et
puis les toits sont posés, les fenêtres
installées, on se surprend même à
faire un peu de déco intérieure.

Les débuts sont souvent hésitants ?
Que nenni : nous sommes conviés dès
notre arrivée à l’anniversaire du Père
Jean qui nous accueille là-bas :
mariachis,
danses
et
cuisine
traditionnelle nous donnent le ton.
Et puis nous commençons les
chantiers. Au fil des jours, les
ouvriers, avec patience, nous
montrent comment travailler. Les
familles nous racontent leur histoire, leur pays, leurs
coutumes, nos deux si chères cuisinières nous gâtent de
mets succulents. La complicité s’installe, les rires se font
entendre, et nous aussi, dansons, chantons et
construisons. La rencontre est belle, courte certes, mais

Notre mission se termine, nous
quittons tous ces amis et leurs
nouvelles maisons. Nous sommes
fiers, heureux, mais très émus. Leurs chants, danses,
leurs yeux rieurs, ces échanges nous suivront longtemps,
c’est certain !
Merci au Père Jean et à toute son équipe, à ces familles si
chaleureuses, mucha alegria, viva Nicaragua !

Arrivée Cotonou, direction Bohicon, pour seules signalisations les klaxons. Bonne arrivée à
Bohicon, où comme partout en Afrique les salutations et les sourires nous accueillent. Le
chef du village, Mathieu, notre protecteur ! Celui qui souhaiterait voir écrire sur tous les
tableaux d’école « Pensez aux autres ». Nous découvrons le village où nous allons vivre pendant 15 jours, entourés de
bidons jaunes que Mathieu remplira d’eau chaque nuit. Accompagnés de Damien, qui sera celui qui, sans bruit, veillera
à ce que tout se passe bien. Delphine et Salomé, les filles de Mathieu, elles aussi accompagneront nos soirées au
village. Sans oublier tous les enfants du village et les orphelins avec qui nous jouerons. Henri, le plus jeune de notre
mission, sera leur soigneur mais aussi leur professeur. Le soir, les enfants se rassemblent autour de nous et attendent
avec joie que nous fassions des maths ou de l’anglais !

Bénin

Nos journées au chantier sont pleines de ciment et de belles
rencontres. « Doucement » sera leur mot favori. Ne pas se
méprendre cela veut dire attention ! Doucement sur
l’échafaudage, doucement quand nous clouons le faux plafond,
doucement pour le carrelage. Nous partageons nos musiques, nos
vies et leurs sourires d’apprendre. Odette, Colette, Elise et
Madeleine, nos cuisinières sur le chantier, nous parlent de leurs
traditions et nous apprennent le « Fon », leur langue maternelle.
Il faudrait un livre entier pour vous raconter ces 15 jours dans ce
village, pour vous rapporter les couleurs, les odeurs et ce partage
hors du commun.
Mathieu, pour notre dernier soir, organisera une fête où nous, petite mission venue de France, nous étions les invités
d’honneur d’une amitié naissante, scellée par deux chambres que nous avions finies pour le centre où Mathieu veut
faire vivre des orphelins et leur apporter une formation. La danse de clôture après le discours de Mathieu, devant
nous les cuisinières, les ouvriers, les enfants et les femmes qui sont venus chanter, sera une conclusion d’espoir pour
que ce beau projet puisse continuer. Henri, Nicolas, notre chef de mission que nous remercions, et notre vétéran
Hubert dansent comme des coqs. Les six autres femmes de la mission danseront en essayant de garder un rythme que
nous ne connaissons pas. Le chantier, le village et nos ballades au Bénin nous laisseront des traces indélébiles que ce
centre gardera au creux de ces fondations. Awouanokaka le Bénin.

Mission confirmée aux Philippines, une vraie
joie et d’ores et déjà beaucoup d’excitation.
Rencontre de la petite équipe, départ fixé le 3
janvier, nous sommes tous sur les startingblocks … Après plus de 28 heures de voyage
nous voilà arrivés sur l’île de Leyte à Tacloban,
île dévastée par le typhon Yolanda.
Nous sommes tout de suite mis dans le bain,
accueil extra et plus que motivant par
Guillaume notre correspondant local, notre logeuse et les
salariés Philippins qui nous reçoivent sourire aux lèvres,
comme leurs amis de toujours. Le temps est contre toute
attente ensoleillé - un vrai bonheur - nous allons pouvoir
travailler sur le chantier. Au programme construction de
six shelters (abris en bois) pour les familles dévastées.
Chaque jour nous vivons des moments uniques,
privilégiés, et créons des liens forts avec la population, les

Les missions de l’éte
2015
1 mission à Tallapallem centre de santé
1 au 15 août

Nous repartirons grandis de cette mission avec des
souvenirs plein la tête, des expériences et des échanges
qui resteront gravés pour longtemps dans nos mémoires.
Merci Coup de pouce !

2 missions à Rattakuppam
- centre de santé
25 juillet au 7 août
13 au 27 août

Inde
1 mission à BoboDioulasso renovation d’un service au CHU
11 au 25 juillet

Mongolie

Côte d’Ivoire

Philippines

Burkina
2 missions à Verettes - école
1 au 15 août
15 au 29 août

1 mission à Cucantaca maison communautaire
4 au 18 juillet
1 mission à Chumbao - crêche
25 juillet au 8 août
1 mission à Nahuincucho - école
8 au 22 août

Haïti
Pérou
Côte d’Ivoire

Madagascar

2 missions à Gonzagueville
pour la construction d’un
réfectoire et d’une cuisine
dans l’hôpital
18 juillet au 1 août
15 au 29 août

5 missions à Erdenet pour
la construction d’une
école
27 juin 11 juillet
14 au 28 juillet
25 juillet au 8 août
7 au 21 août

3 missions sur l’Île de
Leyté construction de logements sociaux
22 juillet au 6 août
5 au 19 août
22 août au 6 septembre

2 missions à Santaha - logements sociaux
22 juillet au 8 août
22 août au 5 septembre
1 mission à Morondava - école
8 au 22 août

A-5;B-4;C-2;D-1;E-3

Philippines

membres du
chantier et
l’équipe
Coup
de
pouce. Nous
assistons à
un repas de
mariage,
j o u o n s ,
chantons
avec
les
enfants,
prenons
l’apéritif avec le maire en regardant à la tv l’arrivée tant
attendu du Pape à Manille …, organisons une grande
kermesse pour les jeunes du village …

Pour nous soutenir, devenez membre de l’association. La cotisation de membre s’élève à 15 € par an, celle de bienfaiteur à 76 €. À
envoyer par chèque à l’ordre de « Coup de pouce humanitaire », à l’adresse suivante:
Association Coup de pouce humanitaire | Arnaud Schwebel, Trésorier | 14, rue Ampère - 75017 Paris

Merci à BNP Paribas pour l’impression de ce bulletin Rédaction : Hélène Steiner - Maximilien Perrollaz

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful