Vous êtes sur la page 1sur 5
Le Maire de Seris Paris,le 94 DEC. 2016 Monsieur le Premier Ministre, Cher a unel, A Voccasion des primaires de la gauche, Je souhaite, comme maire de Paris, porter la voix singuliére des villes et de leurs habitants qui vivent, en premiére ligne, les bouleversements consécutifs 4 la mondialisation — qu’ils soient bons et mauvais. Il m’apparait en effet fondamental que soient entendus les femmes et les hommes qui s’attachent a vivre ensemble dans de vastes territoires urbains devenus, qu’on le veuille ou non, les chantiers de l'avenir. C’est dans cet esprit que Je contribue au débat auquel vous allez prendre part, a la fois pour Venrichir des grandes problématiques urbaines auxquelles je fais face comme maire et pour y intéresser le plus grand ‘nombre possible de mes concitoyens, Aujourd'hui plus de la moitié de ia population mondiale vit dans les villes, ce sera les deux tiers en 2050, Les plus grands bouleversements proviennent du changement climatique qui place Phumanité face & une alternative inédite : d’un cdté, la perspective d’un réchauffement incontrolé aboutissant, au terme d’une succession de crises, de violences, a la disparition pure et simple des sociétés humaines ; dun autre c6té, une réponse commune et décentralisée des Etats et des territoires ouvrant la voie non pas simplement a la survie mais a une vie meilleure. Résoudre ce défi conditionne directement notre sécurité. La lutte pour les ressources comme Teau, la lutte pour "appropriation des énergies fossiles conditionnent la sécurité mondiale. Les conflits, les guerres, le terrorisme en sont des expressions. Ce défi, il nous faut le relever non pas en subissant les changements qu'il nous impose comme une contrainte, mais en y voyant autant d'opportunités économiques, sociales et culturelles et démocratiques, Fai, tenir et remporter le pari de la transition 6cologique, ce n'est pas seulement ofltir un avenir aux générations futures : c'est également ouvrir un champ immense de possibilités nouvelles aux générations présentes, et en particulier & la jeunesse. C'est done comme tune chance que nous devons penser et vivre le défi climatique, pour en faire un générateur et un aceélérateur de progrés, Ces gisements de progrés que masquent encore le scepticisme d’un c6té, et le catastrophisme de l'autre, les maires des grandes villes les découvrent et les exploitent au quotidien, Pout étre engagés en premiéze ligne, pour servir tous les jours sur le front dun monde en perpétuelle Evolution, ils sont & méme d’agir conerétement pour lutier contre le réchauffement climatique, pour ‘accompagner la révolution numérique, ou encore pour restaurer la confiance démocratique. Dans nos villes, ce sont & la fois les gagnants et les perdants de Ja mondialisation ui cohabitent avec des classes moyennes soucieuses de donner a leurs enfants, avec une éducation et des soins de qualité, un sens authentique de la rencontre et du partage, en d'autres termes un avenir meilleur. Monsieur Manuel VALLS Premier Ministre Comité d’organisation des Primaires Citoyennes 10, rue de Solférino 75007 PARIS Nos villes sont cosmopolites, diverses, le monde entier s'y c6toie. Il nous revient de faire converger au quotidien ces aspirations a vivre bien et a vivre ensemble en sécurité, & réussir et & Partager, a devenir soi-méme et a découvrir l’autre dans ces sociétés si diverses, ces concentrés de la diversité planétaire. En cela, nos villes sont antant de territoires innovants, créatifs, optimistes, au sein desquelles une humanité cosmopolite s’invente un avenir. Paris a 6t6 touchée en son coeur par le terrorisme, Ce que ces assassins ont voulu atteindre c'est ce mode de vie que les Parisions construisent chaque jour. Nés ici ou ailleurs, croyants ou non, se nourrissant des différences, attachés aux valeurs républicaines et a la laicité, a Paris comme dans beaucoup de villes monde, méme aprés une telle épreuve nous pensons et construisons une ville inclusive résolument ouverte sur le monde parce que cette ouverture est notre origine et notre horizon. C’est dans ces métropoles en général, et & Paris en particulier, que s*6laborent les idées dont je tiens 4 vous soumettre une liste non exhaustive mais extrémement représentative des attentes des habitants, au-dela méme de leurs différences. Aujourd'hui plus personne ne peut ni ne doit ’ignorer, le premier défi est celui de la lutte contre le changement climatique. Nous n’avons plus le temps d?attendre, de spéculer, ou de rospecter. L*humanité se trouve a la portée d’un déluge qui risque de tout emporter sur son passage. Notre priorité absolue doit éte de mettre en oouvre I’Accord de Paris. Si nous y parvenons, V’humanité sauvera la possibilité d’un avenir. Si nous chouons, nous serons sur une trajectoire de trois ou quatre degrés de hausse de température moyenne d'ici a la fin du sidcle, avec une multiplication des phénoménes climatiques extrémes. Dans cette perspective, il ne nous reste plus qu'une chose a faire : agir— agir la o¥ nous sommes, avec nos armes et nos instruments, au contact dune réalité que nous connaissons. Crest ce que font déja les grandes métropoles, fidéles en cela a leur vocation historique d’avant-garde des changements humains. C’est ce que devraient faire les Etats sans céder ni a un scepticisme devenu criminel, ni a une fausse prudence qui finalement ne l’est pas moins. Pour aceélérer la sortie des énergies carbonées, nous mobilisons tous les leviers pour la promotion des énergies renouvelables ~ plutot que de I’énergie nucléaire — et la diffusion de comportements plus vertuenx : investissements d'avenir, fiscalité incitative, campagnes de sensibilisation, 2éro déchet, Participation et engagement citoyens, développement d'une économie circulaire... Ces engagements concrets, je les vis aux cétés des maires des 90 plus grandes métropoles mondiales au sein du C40 que j'ai ’honneur de présider. Nous avons dlalleurs adopté une feuille de route d'ici 2020 qui permettra de réduire les gaz. & effet de serre et la pollution et de limiter ainsi 1a hausse des températures & 1,5 degré. Il nous faut aller vite, quatre ans pour agit concrétement, presque un quinquennat, clest possible si nous joignons nos forces mais surtout nos intelligences pour dépasser les petits calculs et la violence des pressions des lobbys qui pensent le monde en prédateurs refusant la fin des énergies fossiles. La sortie du diesel d’ici 2025 — 2020 a Paris ~ est une mesure indispensable, Il nous faut également développer la production d'énergies propres, non fossiles et décentralisées, car les énergies renouvelables ou de récupération ne nécessitent plus appropriation ou d'exploitation centralisée. 11 est indispensable, pour tenir les engagements pris lors de l'accord de Paris, de cesser de considérer en Europe les investissements publics dans le domaine de I’écologie comme des dettes au sens strict. Ce n’est pas en empruntant pour développer le transport propre que nos pays s’endettent : c’est en Iaissant subsister les transports sales. Ce n’est pas la dette financiére des Etats, des villes et des territoires qui menace le monde : c’est leur dette environnementale, L’Europe doit se ressaisir, porter un projet visionnaire et hhumaniste pour les générations futures. L’Europe ne peut pas se contenter de produire des normes de plus en plus dépassées par les réalités et les dangers qui nous menacent — ces dangers étant liés pour Partie & un cruel manque de vision dans les domaines de I’écologie et de la démocratie, Il faut ainsi que la France porte, avec d'autres pays européens en pointe sur ces sujets, la nécessité de faire sortir de 1a comptabilisation des fameux 3% de déficits de Maastricht toutes les dépenses environnementales. Nous devons aussi permetire aux villes d’accéder libroment et indépendamment des Etats aux financements internationaux existants, mais également de créer leurs propres fonds souverains pour offrir des débouchés aux investissements privés dans le domaine de la transition écologique car il n'est pas acceptable que la transition écologique et énergétique soit portée & 70% par les investissements publics. Le secteur privé doit intervenir plus massivement pour changer la donne, et nous avons besoin d’outils transparents pour mieux conjuguer investissements publics et privés sur les enjeux climatiques qui nécessitent cette alliance, Envisagée de cette maniére, la transition écologique ouvre la voie & une Révolution économique, la deme révolution industrielle. La révolution numérique permet d’ouvrir extraordinaires opportunités nouvelles. Parce que Ia crise est un changement de monde, nous