Vous êtes sur la page 1sur 40
UNICEF MAURITANIE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS D’EXPRESSION ET DES APTITUDES DES FILLES EN MILIEU SCOLAIRE SOS PAIRS

UNICEF

MAURITANIE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS D’EXPRESSION ET DES APTITUDES DES FILLES EN MILIEU SCOLAIRE

UNICEF MAURITANIE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS D’EXPRESSION ET DES APTITUDES DES FILLES EN MILIEU SCOLAIRE SOS PAIRS

SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

Mauritanie - Mars 2004

1
1
UNICEF MAURITANIE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS D’EXPRESSION ET DES APTITUDES DES FILLES EN MILIEU SCOLAIRE Mauritanie -

UNICEF

MAURITANIE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS D’EXPRESSION ET DES APTITUDES DES FILLES EN MILIEU SCOLAIRE

UNICEF MAURITANIE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS D’EXPRESSION ET DES APTITUDES DES FILLES EN MILIEU SCOLAIRE Mauritanie -

Mauritanie - Mars 2004

SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

3
3

CONTENU

Contenu du Manuel

CONTENU Contenu du Manuel Introduction 7 PARTIE I 8 Information et Changement de Comportement 8 l

Introduction

7

PARTIE I

8

Information et Changement de Comportement

8

l

L’information

.................................................

8

l

La persuasion

...............................................

8

l

La prise de décision

8

l

La concrétisation

8

l

Le partage

8

Jeux de rôle

9

Questions

11

Exercice: Comment construire une passerelle

11

 

Identification de l’élément manquant

12

PARTIE II

13

L’Education par les Pairs

13

 

Concept

13

13

Qui sont les Pairs Educateurs

 

13

Quelques qualités d’une bonne paire éducatrice

14

 

Quelques rôles d’une paire éducatrice

14

Traiter les problèmes en groupe

15

 

16

PARTIE III

17

Les Stratégies de Communication

17

17

 

Le processus de communication

l

Emetteur

17

l

Récepteur

17

l

Message

17

l

Contexte

17

l

Canal

18

l

Feedback

18

l

Effet

18

Affirmation de soi (Attaquer et Esquiver)

19

 

Liste des actions Affirmation de soi:

19

(Passivité, Confiance, Agressivité)

20

l

Comportement passif

20

l

Comportement confiant

20

SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

5
5
  • l Comportement agressif

20

Jeux de rôle

21

(message d’affirmation de soi)

22

Démarche à suivre pour exprimer un message

d’affirmation de soi

22

Cartes de scénario d’affirmation de soi

23

Affirmation de soi / Pression de groupe:

(Réagir à la pression)

24

24

Refuser

  • l .......................................................

25

Retarder

  • l .....................................................

25

Négocier

  • l .....................................................

25

Jeux de rôle sur la pression

26

d’affirmation de soi

27

PARTIE IV

13

Le Processus de Prise de Décision

28

Etapes à suivre dans le processus

de prise de décision

28

Carte de scénario pour une prise de décision

29

Juste entre nous

31

Cartes de jeux de rôles

31

La femme que j’admire

32

32

L’histoire de votre vie

33

Vos Objectifs

35

  • l Objectifs à court terme

35

  • l Objectifs à long terme

35

Identifier ses objectifs

35

si j’atteins mon objectif Quels obstacles me séparent

35

de mes objectifs

35

35

Qui m’encouragera

35

Quel est mon plan d’action

35

Délai de réalisation

.................................................

35

Remplir notre fiche d’objectif

36

Le comportement à risque

37

INTRODUCTION

Introduction

INTRODUCTION Introduction C e manuel, qui s’adresse aux filles en milieu scolaire, est l’adapta- tion par
  • C e manuel, qui s’adresse aux filles en milieu scolaire, est l’adapta- tion par notre ONG, Sos Pairs Educateurs, du manuel “Pratiques d’une Vie Saine” développé par le Corps de la Paix. Notre travail a

été possible grâce à un appui d’UNICEF MAURITANIE.

Cette notion ‘‘Pratiques d’une Vie Saine’’ s’appuie sur le principe que certaines capacités sont indispensables à des choix de comportement adaptés pour une vie individuelle et sociale réussie.

Parmi les instruments développés ici, une stratégie de communication et de négociation pour le changement de comportement qui cherche à influer sur les processus de prise de décision des jeunes, leur niveau d’amour-propre et ou encore leur capacité de résistance aux pressions du groupe, et qui tient compte de la dimension émotionnelle du vécu des jeunes.

Ce faisant, l’on insiste sur l’importance du rôle que doivent jouer les filles, et donc du besoin d’encourager chez elle une responsabilisation qui passe nécessairement par une scolarisation complète. L’originalité de l’approche est qu’il ne s’agit pas simplement de fournir des informations, mais de développer toutes les dimensions de la personne humaine, en exploitant positivement les situations de communication et en tâchant de promouvoir des prises de décision compatibles avec la construction d’une vie saine.

Le manuel est divisé en cinq sections : (1) Information et Change- ment de Comportement, (2) l’Education par les Pairs, (3) les Straté-

gies de Communication, (4) la Prise de Décision et (5) des exercices et jeux de mise en situation. L’ensemble du texte est ponctué d’illustra- tions afin de le rendre plus vivant et d’en faciliter la lecture.

SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

7
7

PARTIE I

Information et Changement de Comportement

Un changement de comportement ne se réalise pas du jour au lende- main. Il suit un processus progressif comportant certaines étapes.

1.INFORMATION

2.PERSUASION

3.PRISE

4.CONCRETISATION

5.PARTAGE

DE DECISION

 

1° L’information porte sur le comporte- ment nouveau à adopter. Au cours de cette étape la personne acquiert des informations et des connaissances exactes, nécessaires et suffisantes concernant le nouveau com- portement, mais la volonté d’agir peut faire défaut. Le doute et les craintes peuvent per- sister.

2° La persuasion implique l’acceptation du nouveau comportement à adopter. L’in- formation ne suffit pas à elle seule pour amener un individu à changer de compor- tement. Elle sera confrontée au système de valeurs et de croyances du récepteur et se traduira ensuite par une attitude favorable vis-à-vis du sujet en question.

3° La prise de décision conduit à une in- tention qui permet l’adoption du nouveau comportement. C’est une étape qui traduit la prédisposition réelle à accepter le chan- gement proposé.

4° La concrétisation désigne la concrétisa- tion de la décision prise, de l’adoption effec-

tive du nouveau comportement. L’adoption du nouveau comportement est confirmée, maintenue.

5° Le partage de l’information traduit une étape de satisfaction vis-à-vis du comporte- ment adopté : on répand la bonne nouvelle, on incite les autres à agir.

La connaissance de ces étapes permet de :

a. Mieux situer le récepteur dans le processus du changement de comportement.

b. Identifier les objectifs de la com- munication.

c. Choisir le contenu du message à transmettre.

8
8

JEU DE ROLE

DEUX PERSONNAGES :

Ramata: Ancienne élève en classe de terminale, ayant abandonné l’école pour cause

de mariage précoce. Elle avait l’habitude de donner des conseils à son amie Mariem,

l’encourageant à persévérer dans ses études et, pour cela, à résister aux pressions de

la société.

Mariem: C’est une élève en classe de seconde qui travaille bien et obtient de bons

résultats. En dépit des conseils de son amie, elle est tombée enceinte et est venue lui

porter la nouvelle.

Ramata est assise devant sa maison, ber-

çant son bébé dans ses bras. Seule avec son

bébé, elle lui parle de sa fatigue et du fardeau

qu’il constitue pour elle. Elle dit des choses

comme: «Oh, mon bébé, que tu es devenu

embarrassant ! Tu me gardes éveillée toute

la nuit ! Ne vas-tu pas te calmer un peu ?»

Mariem s’approche et lance

:

«Salut

..

Il

à nouveau la même question à son amie,

une fois encore, Mariem évite de répondre,

et demande cette fois des nouvelles de Sidi,

l’ex-marie de Ramata. Cette dernière répond

qu’elle n’a pas eu de ses nouvelles depuis la

naissance de leur enfant. Elle a tout récem-

ment appris qu’il était en train d’étudier en

Angleterre, mais il n’est jamais revenu la

y a quelqu’un ?»

Ramata la reçoit

très chaleureu-

sement. Elle se

renseigne sur la

santé de l’enfant,

et Ramata lui ré-

pond que ce der-

nier est malade

depuis quelques

jours et

ne dort

pas la nuit. Les

deux amies ba-

vardent à propos

Qu’est-ce que tu as fait des conseils que je t’ai donné .. Tu sais, j’ai arrêté
Qu’est-ce que tu as
fait des conseils que
je t’ai donné ..
Tu sais, j’ai arrêté les
cours parce que je suis
enceinte

de tout et de rien pendant un moment, puis

Ramata note qu’il est bizarre que Mariem se

promène ainsi un jour de classe. Ramata de-

mande alors à son amie pourquoi elle n’est

pas au lycée, mais Mariem change de sujet

et continue à parler du bébé. Ramata pose

voir ni voir le bébé. Ramata évoque alors ses

rêves en disant qu’elle aussi aurait pu aller

en Angleterre pour étudier – elle avait de

si bons résultats ! Elle rappelle alors à Ma-

riem combien il est important d’éviter les

mariages précoces, afin de pouvoir achever

SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

9
9

ses études. Ramata demande une fois en-

core pourquoi Mariem est en promenade un

jour de classe. Mariem lui dit alors quelque

chose comme «Mon amie te souviens-tu

du conseil que tu me donnes toujours ?»

Ramata répond : «Oui, bien sûr, je t’ai dit

de ne pas faire la même erreur que moi

jusqu’à ce que tu aies terminé tes études.

Ah ! Mais dis-moi, ma chère amie, qu’est-

ce que tu fais ici ? As-tu des problèmes ?

De quoi s’agit-il ?» Mariem, les larmes aux

yeux, confesse qu’elle est enceinte et porte

l’enfant de Hassane. Ramata se fâche. Elle

rappelle à Mariem tous les conseils qu’elle

lui a donnés, et l’exemple de sa propre vie.

Mariem se défend : «Mais, il m’aime ! Il a

promis de m’épouser !» Ramata lui rappelle

que Sidi aussi lui avait fait la promesse de

ne jamais l’abandonner.

Enfin, pour sa propre défense, Mariem

s’écrie: «Oh, après tout, pourquoi attendre !

Pourquoi ne pas avoir un enfant mainte-

nant ? Hassane sera docteur, et moi, je veux

être sa femme. Quelle serait la différence si

je finissais mes études ? Regarde Fatimata,

elle a terminé ses études et elle est pourtant

à la maison. Il y a plus de chômage que de

travail, de toute façon ! »

NOTRE MODÈLE DE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT: Comment construire un pont, allant de l’information au changement de
NOTRE MODÈLE DE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT:
Comment construire un pont, allant de l’information
au changement de comportement?
Pauvreté
Croyances
l’Ignorance
Culturelles
Croyances
VIE
Réligieuses
SAINE
Connaissances
sur la Santé de la
Reproduction
Pression de la Famille
Echec Scolaire
Exclusion Sociale
10
Maladies

QUESTIONS

  • Œ Cette situation vous paraît-elle possible ? Avez-vous déjà rencontré une situation

de ce type dans votre entourage ?

  •  Pensez-vous que Mariem a compris les risques auxquels elle s’expose en ayant

des rapports sexuels avec Hassane ?

  • Ž Si elle avait compris tout ce qui pouvait se passer et qu’elle avait toutes les infor-

mations, pourquoi a-t-elle quand même eu des rapports sexuels ?

  •  Que pensez-vous que Hassane a pu dire pour exercer de la pression sur Ma-

riem ?

  •  Que va-t-il arriver à présent à Mariem ?

EXERCICE

Comment construire une passerelle allant de l’information au changement de comportement ?

Le fait est que même si les gens disposent des connaissances nécessaires, ils n’abandon-

neront pas forcément pour autant les comportements à risque. Il serait approprié de se

référer constamment à l’exemple de Mariem au cours de la discussion.

  • l Qu’est-ce qui manque à Mariem ?

  • l De quoi a-t-elle besoin pour pouvoir utiliser l’information dont elle dispose pour prendre la bonne décision ?

  • l Mariem était-elle informée et donc consciente des risques auxquels elle s’exposait ?

  • l Détenait-elle l’information nécessaire ?

SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

11
11

Chaque fois que quelqu’un fait une suggestion, celle-ci devient une «planche» sur le Pont.

Lorsque le Pont est achevé et que l’en-

semble des suggestions et idées sont notées,

revenez sur le concept avec le groupe. Les

planches ayant servi à construire le Pont

constituent les pratiques d’une vie saine,

c’est-à-dire les outils dont une personne a

besoin pour traduire les connaissances dont

elle dispose en comportements plus sains. Il

est de notre devoir de contribuer à dévelop-

per ces outils nécessaires pour mener une

vie plus lucide, à la fois positive et saine.

Ainsi, l’objectif du Programme des pra-

tiques d’une vie saine n’est pas seulement

de fournir des informations dans la mesure

où nous pensons que la plupart des infor-

mations sont déjà assumilées. Plutôt, nous

cherchons a développer les aptitudes pour

aider à mieux utiliser ces informations pour

mener une vie saine.

Identification de l’élément manquant :

Imaginez un jeu de rôle présentant une si-

tuation typique de risque auquel une jeune

fille pourrait être confrontée. On peut par

exemple évoquer la situation d’une jeune

fille qui a été obligée d’abandonner l’école.

Le jeu de rôle doit montrer que cette situa-

tion a vu le jour parce que, justement, l’une

des planches du Pont était absente. Par

exemple, le jeu de rôle pourrait illustrer le

cas d’un individu incapable de s’affirmer.

Il est également possible que plusieurs

éléments manquent, et non pas un seul

– l’individu peut manquer d’amour - propre,

d’aptitudes pour bien communiquer, ou

encore de capacité de résistance face à la

pression du groupe).

NOTRE MODÈLE DE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT: Comment construire un pont, allant de l’information au changement de
NOTRE MODÈLE DE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT:
Comment construire un pont, allant de l’information
au changement de comportement?
Pauvreté
l’Ignorance
Croyances
Culturelles
Croyances
VIE
Réligieuses
SAINE
Connaissances
sur la Santé de la
Reproduction
Pression de la Famille
12
Echec Scolaire
Exclusion Sociale
Stratégies
Communication
Comprendre
de Stratégies
les
Conséquences
Stratégies
de
Prise
Décision
de Négociation à
Bons
Modèles
Opportunités
pour
l’Avenir
Maladies
de
la Pression de ses Pairs
Résistance
Force

PARTIE II

L’Education par les Pairs

Concept:

L’éducation par les pairs est une méthode d’instruction connue de- puis le XVI eme siècle. Elle se base sur le principe qu’une personne est plus sensible aux messages venant de ses pairs. La communauté de statut, qui est une base de parité, garantit une certaine facilité de com- munication liée à une confiance réciproque.

Qui sont les Pairs Educateurs ?

Les pairs éducateurs sont des personnes

sélectionnées à cause de leur capacité de

leadership appliquée à une volonté d’aider

les autres. Ils sont formés pour aider leurs

leurs pairs et les aider à ne pas prendre de

risques.

l Les pairs éducateurs peuvent soutenir,

encourager et aider leurs pairs aussi bien

pendant les

sessions qu’en dehors de ces

dernières.

pairs (par exemple d’autres

jeunes) à apprendre par la

démonstration, l’écoute, les

jeux de rôle. Ils les encoura-

gent, leur propose des modè-

les de bons comportements

à suivre, et leur apportent

l’information dont ils ont

besoin, ainsi qu’un soutien

dans les processus de prise

de décisions et le choix de

Aujourd’hui nous allons discuter sur la scolarisa- tion des filles
Aujourd’hui nous allons
discuter sur la scolarisa-
tion des filles

comportements sains.

Avantages de l’éducation par les pairs

  • l Les jeunes écoutent et imitent leurs pairs

qui sont aimés et respectés.

  • l Les pairs éducateurs qui représentent des

modèles de comportement sains peuvent

avoir de l’influence sur le comportement de

l Les pairs éducateurs peuvent aider

d’autres jeunes dans la présentation des le-

çons, ce qui libère un peu plus de temps pour

le traitement des cas individuels au sein de

petits groupes. On a donc ainsi la possibilité

d’apporter un concours et une aide à un plus

grand nombre de jeunes.

l Les pairs éducateurs peuvent aussi être

en mesure de contribuer à la résolution des

SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

13
13

problèmes au sein de groupes de jeunes.

  • l En offrant leurs services en qualité de

pairs éducateurs, les jeunes renforcent leur

amour-propre, acquièrent des compétences

valables et profitables, nouent des contacts

et, finalement, sont encore plus satisfaits et

fiers de leur vie et de leurs comportements

qu’ils ne l’étaient auparavant.

Quelques qualités d’une bonne paire éducatrice :

  • l Discrète

  • l Honnête

  • l Courtoise

  • l Engagée

  • l Motivée

  • l Crédible

  • l Sociable

  • l Appréciée par la communauté

  • l Sachant donner le bon exemple

  • l Soucieux d’améliorer ses connaissances

  • l Prête à écouter le point de vue

des autres

  • l Désintéressée

  • l Capable de reconnaître ses limites

Quelques rôles d’une paire éducatrice :

  • l Motiver ses camarades

  • l Contribuer à leur prise de conscience

  • l Assister les jeunes qui en ont besoin

  • l Démystifier la sexualité

  • l Contribuer au changement positif

  • l Servir de relais :

    • « entre jeunes et l’école

    • « entre jeunes et parents

  • l Renforcer les structures d’encadrement

  • des jeunes

    • l Référer quand c’est nécessaire .

    Ah ! que je suis contente que tu ai decidé de reprendre les cours. D Une
    Ah ! que je suis contente
    que tu ai decidé de
    reprendre les cours.
    D Une Paire
    Educatrice
    14

    TRAITER DES PROBLEMES EN GROUPE

    Le petit groupe est ensemble depuis un certain nombre de jours, et il est clair que Aichetou domine tous les autres. Elle monopolise souvent la parole et, lorsque les autres s’expriment, elle ne leur prête pas attention.

    Aissata a été calme pendant la première rencontre du groupe. Elle devient cependant graduel- lement très critique à l’égard des autres membres du groupe. Elle fait des observations grossières à une personne en particulier, et rejette les opinions exprimées par le reste du groupe.

    Fatimetou

    est

    un

    peu plus

    On fait ce que je dis et c’est tout!
    On fait ce que je dis et c’est tout!

    ne participe pas aux discussions. Quand il lui arrive de parler quelquefois, elle discute avec un membre du groupe d’un sujet qui n’a rien à voir avec l’activité en cours. Et quand on ne la suit pas, elle perturbe la séance.

    Dans le groupe, les garçons parlent toujours les premiers, répondent les premiers aux questions et dominent les débats.

    Les filles semblent attendre que les garçons parlent, même si visiblement elles connaissent souvent les réponses.

    âgée que les autres. Elle dit aux autres ce qu’il faut faire et com- ment le faire. Personne n’a protesté, mais vous pouvez cependant deviner que les membres du groupe ne sont pas contents de la situation.

    Khadijetou interrompt souvent les autres dans le groupe. Elle minimise également les autres en traitant leurs idées d’idiotes et de stupides. Le reste du groupe est fâché contre elle à cause de son attitude un peu méprisante.

    Mounina n’est pas vraiment intéres- sée par les rencontres du groupe. Lors- qu’elle vient, elle a l’air de s’ennuyer et

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    15
    15

    CARTES DESCRIPTIVES

    DU SOUTIEN MUTUEL

    • Il y a peu de temps vous avez connu une personne et déjà vous pensez être
      sont pas si importantes que ça, et que sécher les cours pour sortir ensem-

    amoureux. Cette personne essaie de vous convaincre que les études ne

    ble permettrait de se voir plus souvent. Vous avez fait usage de toutes les

    stratégies pour l’en dissuader mais la situation empire. Il ou elle s’entête,

    et il devient difficile de lui faire entendre raison. Vous demandez à un ami

    de vous accompagner à la maison. En chemin, vous lui faites part de ce qui

    s’est passé. Votre ami soutient votre décision de ne pas sécher vos cours et

    de tout faire pour réussir vos études en disant: « .................................................

    ..........................................................................................................................

    ».

    • Après l’école, vous décidez avec vos amis d’aller à la boutique pour y ache- ter du pain. Certains disent: «Je n’y allons pas». D’autres disent: «Pour- quoi pas ?» Le premier interlocuteur dit: «J’ai appris que le boutiquier est porteur du VIH. Je ne veux pas prendre le risque de contracter le SIDA». Un autre dit: «On ne peut pas croire (tout) ce qu’on entend». On vous demande ce que vous pensez. Vous dites: « ............................................................ ...........................................................................................................................

    ».

    • Vous êtes dans une cour d’école. Vous remarquez un groupe de gens dans

    un coin, riant et bousculant quelqu’un. En vous approchant, vous compde-

    nez qu’ils sont en train de taquiner une fille parce qu’elle refuse de fumer

    la cigarette dont ils tirent à tour de rôle une bouffée. Ils sont énervés et

    deviennent brutaux envers la fille. Cette dernière persiste à ne pas fumer,

    disant qu’elle ne fume jamais et qu’elle veut retourner en classe. Ils conti-

    nuent a la taquiner. Que dites-vous ou que faites-vous ? « ..............................

    ............................................................................................................................

    ».

    16
    16

    PARTIE III

    Les Stratégies de Communication

    On peut définir la communication comme le processus permettant d’échanger des informations, des idées, des connaissances et de pren- dre des décisions. Une bonne communication peut favoriser des chan- gements durables de comportement contribuant à une amélioration des conditions de vie.

    Elle suppose un échange et une interaction entre l’émetteur et le ré- cepteur. La communication n’est pas à sens unique. C’est un processus dynamique basé sur l’échange, et dans le cadre duquel chacun tient compte des spécificités de son interlocuteur.

    LE PROCESSUS DE COMMUNICATION

    Le processus de communication comporte les éléments suivants :

    Emetteur

    Code

    Message

    Décodage

    Récepteur

         
         
       

    Canal

       

    Feedback

    Contexte

    Effet

    Contexte

    Emetteur: C’est celui qui émet le message. Il peut s’agir d’une personne ou d’un groupe de personnes. On émet des messages lors- qu’on parle, écrit, fait des gestes ...

    Récepteur: C’est celui

    à

    qui

    est destiné

    le message, celui qui reçoit ce message. Il peut là aussi s’agir d’une personne ou d’un groupe de personnes. On reçoit des messages en écoutant, en

    lisant, en regardant ...

    Message: C’est l’ensemble des informa- tions transmises par l’émetteur. Il forme le contenu de la communication. Le message peut être écrit, visuel, composé de signes verbaux ou non verbaux.

    Contexte: C’est le cadre ou l’environ- nement spécifique dans lequel se produit la communication et dans lequel se situe chaque participant impliqué dans le pro- cessus de communication. Il influence tant

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    17
    17

    le message que la manière de le transmettre

    (code), mais aussi la manière de le recevoir,

    et de le comprendre (décodage).

    Le contexte englobe les paramètres phy-

    siques, culturels, psychologiques, sociologi-

    ques et temporels de la communication.

    Canal: C’est le moyen ou le support utilisé

    par l’émetteur pour véhiculer et transmettre

    le message au récepteur.

    Feedback: C’est la réaction du récepteur

    aux messages émis, ou encore le retour de

    l’information. Il permet de juger l’effet du

    message sur le destinataire (savoir si ce der-

    nier a compris la signification du message

    transmis) et permet de rectifier en consé-

    quence.

    Effet: C’est le résultat attendu de la com-

    munication. Il peut s’agir, dans le cas d’une

    communication réussie, du changement de

    comportement souhaité, et qui avait motivé

    l’enclenchement du processus de communi-

    cation.

    18
    18

    AFFIRMATION DE SOI :

    ATTAQUER et ESQUIVER

    Depuis que tu as reussi à tes examens, tu te crois plus importante que nous, mais
    Depuis que tu as reussi à tes examens, tu te crois plus importante
    que nous, mais tu n’es pas un garçon tu n’iras pas loin
    Mais, il ne faut pas voir les
    choses comme ça
    ..

    Les actions apparaissent en deux colonnes. Lisez d’abord entièrement la première colonne d’abord, puis passez à la seconde :

    Liste des actions

     

    Attaque

    Esquive

    Harceler ........................................................

    .............................................

    Faire

    profil bas

    Gronder ........................................................

    morfondre en silence

    ................................

    Se

    Insister (j’ai raison) .........................................

    un bouc émissaire

    ............................

    Trouver

    Être Vindicatif (je te rendrai le coup) .............

    qu’on est injustement traité

    .....................

    Dire

    Menacer .......................................................

    de quelqu’un en son absence

    ..............

    Parler

    Raisonner l’autre ...........................................

    d’oublier le problème

    ........................

    Essayer

    Interrompre ...................................................

    ............................................

    Se

    sentir malade

    Exploser .......................................................

    poli tout en étant en colère

    .....................

    Être

    Avoir un ton sarcastique .................................

    sentir faible et déprimé

    .............................

    Se

    Insulter ..........................................................

    pas vouloir heurter l’autre

    .........................

    Ne

    Un exemple de comportement d’esqui-

    ve pourrait être, «où vas-tu ?» prononcée

    sur un ton doux et incertain. Cela indi-

    que que celui qui pose la question s’at-

    tend à une réponse de mécontentement

    (accompagnée d’un langage gestuel tel

    qu’un hochement d’épaule ou le fait de

    se détourner). Demandez comment la

    même expression pourrait être pronon-

    cée d’une manière agressive.

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    19
    19

    AFFIRMATION DE SOI :

    PASSIVITE, CONFIANCE, AGRESSIVITE

    COMPORTEMENT PASSIF

    • l Céder à la volonté des autres

    • l Espérer obtenir ce que l’on

    cherche sans avoir à le dire ouver-

    tement

    • l Laisser les autres deviner ou les

    laisser décider pour vous

    • l Ne prendre aucune initiative

    pour affirmer ses propres droits

    • l Privilégier les intérêts des autres à

    ses propres dépens

    D’accord ! voir les amis Inutile d’aller à l’école, cet aprês-midi on va
    D’accord !
    voir les amis
    Inutile d’aller à l’école, cet aprês-midi on va

    AGRESSIF

    COMPORTEMENT

    • l Exprimer ses sen-

    timents, opinions ou désirs d’une manière menaçante ou écrasante pour l’autre

    • l Se battre pour

    ses droits sans

    égard pour l’autre

    l

    Se privilégier y compris aux

    dépens des autres

    l

    Ecraser les autres

    l

    Atteindre ses propres ob-

    jectifs, mais aux dépens des autres

    l

    Etre dominateur - par

    exemple : en criant, en étant exigeant, en n’écoutant pas

    les autres, en disant que les

    autres ont tort, en se pen- chant vers l’avant, en regar- dant les autres avec condes- cendance, en menaçant ou en pointant les autres du doigt, en étant menaçant ou en se

    l Agir dans la soumission - par l Ecouter et parler ment ce que vous voulez,
    l Agir dans la soumission - par
    l Ecouter et parler
    ment ce que vous voulez,
    d’une manière qui ne lui pa-
    COMPORTEMENT CONFIANT
    sans empiéter sur ceux
    que chose vous dérange
    l Céder à la volonté des autres
    l Rester silencieux lorsque quel-
    l Exprimer des sentiments
    l Se battre pour ses droits
    l Dire à quelqu’un exacte-
    l Se respecter et respecter
    Je crois que je suis assez grande
    raisse ni rude ni menaçante
    ..........................................
    ........................................................
    d’autrui
    ELLE EST
    les autres
    exemple: parler doucement, rire
    nerveusement, hocher les épaules,
    éviter les désagréments, se cacher
    le visage avec les mains.
    AGRESSIVE Æ
    pour savoir ce que je fais !
    Å IL EST CONFIANT
    l S’excuser souvent

    positifs et négatifs

    l Agir dans la soumission - par l Ecouter et parler ment ce que vous voulez,
    • l Etre confiant sans pour autant être «impulsif»

    • l Rester équilibré – en sachant ce que vous voulez dire, en disant «je

    crois» et non «je pense», être précis, utiliser des déclarations commen- çant par «Je», s’adresser à son interlocuteur en le/la regardant en face, sans jérémiade ni sarcasme, utiliser son langage gestuel (avoir un bon

    maintien, rester centré).

    bagarrant.

    20
    20

    JEU DE ROLE N° 1

    Ahmed et Fatou se fréquentent depuis

    bientôt un mois. Il veut qu’elle vienne chez

    lui, ses parents étant absents. Parce qu’Ah-

    med parle souvent d’avoir des relations plus

    physiques, Fatou se sent harcelée et craint

    de rester seule avec lui. Elle essaie parfois

    de parler de ses sentiments, mais Ahmed ne

    cesse de l’interrompre. Fatou, tête baissée,

    dit finalement à Ahmed d’une voix douce :

    «Je sais que tu vas penser que je suis folle,

    mais ..

    » Ahmed l’interrompt à nouveau, se

    place nez à nez, face à elle et dit à haute

    voix, les mains sur les hanches : «Non! seu-

    lement tu es folle, mais en plus tu es idiote!»

    Alors Fatou, les yeux rivés au sol, accepte

    d’aller chez Ahmed.

    JEU DE ROLE N° 2

    Salka a

    été

    vexée

    par Bilal.

    Dès

    qu’elle

    le voit, elle lui dit: «Bilal, je veux te par-

    ler tout de suite. Pouvons-nous aller dans

    un endroit plus discret ? Passons dans une

    autre salle».

    Salka s’assied bien droite avec les deux

    mains posées sur la table.

    Elle regarde Bilal dans les yeux, et dit

    d’une voix calme et ferme : «J’ai pensé

    à notre problème et j’ai décidé qu’à partir

    d’aujourd’hui je ne te passerai plus mes

    copies d’examen. Je t’aime bien et je tiens

    beaucoup à notre amitié. Je suis disposée à

    t’aider à comprendre les cours et je suis sûre

    que tu es capable d’y arriver seul. Est-ce que

    ça te va comme ça?».

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    21
    21

    AFFIRMATION DE SOI :

    MESSAGE D’AFFIRMATION DE SOI

    Une personne qui s’affirme est capable d’utiliser pleinement les bonnes techniques de communi- cation, le respect de soi et la force d’esprit pour créer des relations interpersonnelles saines avec les autres. Mais pour affirmer, vous devez au préalable apprendre des techniques. Au début, cet apprentis- sage sera difficile. Au fil de la pratique, ce sera plus facile et cela deviendra plus naturel.

    DEMARCHE A SUIVRE POUR EXPRIMER UN MESSAGE D’AFFIRMATION DE SOI

    Aicha et Lala sont de bonnes amies. Aicha a prêté son cahier d’histoire à Lala à plusieurs reprises, et elle a noté que son amie prenait du temps à le rendre. Elle décide d’en parler et lui demande de le ramener le plutôt possible.

    Démarches

    Descriptions

    Expressions

    Messages

    possibles à utiliser

    Expliquer ses sentiments par rapport au problème

    Dire ce que l’on ressent à propos du comportement ou

    « Je suis frustré ... Je suis triste ...

    « J’ai l’impression d’être victime d’un abus de

    qui se pose

    du problème. Décrire le comportement ou

    ... Cela me fait mal que ...

    Je me sens

    quand tu

    ...

    confiance quand je te prête de l’argent et que je ne le

    problème qui viole vos droits ou vous perturbe.

    Je n’aime pas que tu

    ...

    »

    récupère pas à temps. »

    Formuler sa requête

    Dire clairement ce que l’on aurait souhaité voir son ami faire.

    « J’aurais préféré que ... Je voudrais que tu… Pourrais-tu s’il te plait S’il te plait, ne… Je souhaiterais que tu… »

    « Je préférerais que tu rembourses dès que possible l’argent que tu empruntes. »

    Demander comment l’interlocuteur a accueilli la requête

    Inviter l’interlocuteur à exprimer ses sentiments à propos de votre demande.

    « Qu’est ce que tu en penses ? Es-tu d’accord ? Qu’en penses-tu ? Cela te va-t-il ? Quelles sont tes idées ? »

    « Es-tu d’accord ? »

    Réponse

    L’interlocuteur exprime ses sentiments ou ses pensées au sujet de la demande.

    L’interlocuteur répond…

    « Oui, je pense que tu as raison. Je ne suis pas très prompt quand il s’agit de rembourser de l’argent, mais, je le rendrai plus rapidement la prochaine fois. »

    Accepter et remercier

    Si l’interlocuteur est d’accord avec la demande, le remercier est une manière positive de clore la discussion.

    « Merci ... C’est bien, j’apprécie ... Je suis heureux que tu acceptes ... Formidable

    ...

    »

    « On écoute un peu de musique ? »

    « Merci pour ta compréhension »

    22
    22

    CARTES DE SCÉNARIOS D’AFFIRMATION DE SOI

    Eh! Toi tu as encore redoublé la classe, tu ferais mieux d’aban- donner les etudes ...
    Eh! Toi tu as encore redoublé la
    classe, tu ferais mieux d’aban-
    donner les etudes ...
    Ecoute, je ne tolère plus ta
    façon de me parler !
    • 1

    Vous parlez à un certain nombre de vos amies, elles sont toutes passées en

    classe supérieure et vous taquinent parce que vous, par contre, vous redoublez. Un

    membre du groupe heurte vos sentiments en tenant des propos maladroits. Vous

    décidez de répliquer de façon à vous affirmer.

    • 2

    Vous décidez de vous percer les oreilles. Vos amis vous indiquent un endroit où

    vous pouvez le faire en ville. Vous allez à cet endroit, mais le lieu n’est pas très

    propre. Vous avez entendu parler du VIH/SIDA et du risque de transmission lié à

    l’usage multiple d’aiguilles souillées. Vous décidez de demander à la personne si les

    aiguilles sont propres et de voir le matériel utilisé pour les nettoyer. La personne

    ne veut pas vous le montrer, tout en affirmant haut et fort que l’officine est d’une

    hygiène irréprochable. La personne vous exhorte à subir l’opération. Vous décidez

    de vous affirmer en disant non.

    • 3

    Un ami de votre famille vous propose de vous ramener chez vous après l’école.

    Il ne vous fait pas une bonne impression et la situation vous met mal à l’aise. Vous

    décidez de vous affirmer en refusant l’offre.

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    23
    23

    AFFIRMATION DE SOI ET PRESSION DU GROUPE

    REAGIR FACE A LA PERSUASION

    Grandes cartes de persuasion (chaque carte comporte un mot ou une expression unique)

    Argumenter

    Sans problème

    Vous faire taire

    Raisons

    Menacer

    Changer de sujet

    Petites cartes de persuasion (chaque carte comporte une expression unique)

    « Tu es juste effrayée »

    « Pourquoi pas, tout le monde le fait ! »

    « Qu’en sais-tu, de toute façon ? »

    « Je trouverai bien quelqu’un d’autre qui le fera »

    « Il n’arrivera rien de mal »

    « Je veillerai à tout »

    « Mais nous nous marierons de toute façon »

    « Tu as de dettes envers moi »

    « Tu as de beaux yeux »

    « Tu sais que je t’aime »

    Catégories de persuasion

    « N’es-tu pas assez grande pour faire ça ? »

    « Que pourrait-il arriver selon toi ? »

    « Fais-le ou alors au revoir »

    « Je peux te faire du mal si tu n’acceptes pas »

    « Ne t’inquiète pas »

    « J’ai fait faire le nécessaire »

    « Tu ne peux pas tomber enceinte après un seul rapport »

    « Tu es assez grande maintenant »

    « Tu me plais quand tu es en colère »

    Vous faire taire :

    Pourquoi pas ? Tout le monde le fait ! Tu es juste effrayée

    Argumenter :

    N’es-tu pas assez grande pour faire ça ?

    24
    24

    Que pourrait-il arriver selon vous ? De toute façon que sais-tu de… ?

    Menacer :

    Fais-le ou alors c’est au revoir Je trouverai quelqu’un d’autre qui le fera Je peux te faire du mal si tu ne le fais pas

    Pas de problème :

    Il n’arrivera rien de mal Ne t’inquiètes pas Je veillerai à tout J’ai fait faire tout le nécessaire

    Raison :

    Mais nous nous marierons de toute façon Tu ne vas pas tomber enceinte après un seul rapport Tu m’es redevable Tu es assez grande maintenant

    Changer de sujet :

    Tu as de beaux yeux Tu me plais quand tu es en colère Tu sais que je t’aime

    Que dites-vous quand quelqu’un essaie de vous détourner du sujet ?

     

    1.

    « S’il vous plait, laissez-moi finir ce que je dis »

    2.

    « S’il vous plait, ne m’arrêtez pas avant que j’aie fini »

    3.

    « C’est bien, mais écoutez ce que j’ai à dire s’il vous plait »

    4.

    « Je sais que vous pensez que… mais laissez-moi finir ce que je suis en train de dire »

    5.

    « Merci, mais… »

    Refuser

    Dire non clairement et fermement et, si nécessaire, s’en aller :

    • l « Non, non, je dis vraiment non »

    • l « Non merci »

    • l « Non, non, je m’en vais »

    Retarder

    Remettre une décision jusqu’à ce que vous puissiez y réfléchir :

    • l « Je ne suis pas encore prêt »

    • l « Peut-être pourrions-nous en parler plus tard »

    • l « Je voudrais en parler avec un ami d’abord »

    Négocier

    Essayer de prendre une décision acceptable pour les deux parties :

    • l « Faisons-le d’une autre manière »

    • l « Je ne ferais pas ça, mais peut-être que nous pourrions… »

    • l « Qu’est ce qui nous conviendrait à tous les deux ? »

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    25
    25

    JEU DE ROLE SUR LA PERSUASION

    Votre oncle vous propose de vous marier

    avec un cousin supposé être riche. Vous

    êtes au collège et vous désirez poursuivre

    vos études. Vous avez l’impression qu’il est

    décidé à sceller ce mariage. Il essaie de vous

    convaincre d’accepter. Exécutez ce jeu de

    rôle à trois reprises, en utilisant à chaque

    fois un mode different : Refuser, Retarder

    ou Négocier.

    Fille :

    « J’ai peur qu’à la suite de ce mariage je

    ne puisse pas continuer mes études »

    Oncle :

    «

    Tu

    as déjà assez

    étudié et

    d’ailleurs

    qu’est ce que ça t’apporte ? »

    Fille :

    « S’il te plait, laisse-moi finir ce que je

    dis, je ne veux pas de ce mariage ! Je t’en

    prie, laisse-moi finir mes études »

    Oncle :

    « Ecoute, ce garçon est un bon parti, ne

    t’inquiètes pas »

    Fille : (Trois réponses finales possibles)

    • l Refuser :

    « Je ne suis pas d’accord et je ne vais pas

    me marier avec lui » (puis vous vous en al-

    lez)

    • l Retarder :

    « Alors il faudra qu’on en reparle une

    autre fois »

    • l Négocier :

    « Pourquoi ne me laisses-tu pas le temps

    de finir mes études ? Après, ce sera mieux »

    26
    26

    ETAPES D’EXPRESSION D’UN MESSAGE D’AFFIRMATION DE SOI

    Démarches (Etapes)

    Expressions possibles à utiliser

    • 1. Expliquer vos sentiments et le problème

    « Je me sens frustré quand… » « Je ne suis pas content lorsque… » « Je me sens… lorsque… » « Cela me fait mal lorsque… » « Je n’aime pas ça quand… »

    2. Déclarations pour distraire

    Quelqu’un d’autre essaie de vous détourner du sujet

    • 3. Revenir au sujet

    « S’il vous plait, laissez-moi finir ce que j’ai à dire » « J’aimerais que vous écoutiez ce que j’ai à dire »

    • 4. Faites votre requête

    « Je voudrais que vous… » « J’aurais préféré que… » « Pourriez-vous s’il vous plaît… » « Je vous prie de ne pas… » « J’aurais voulu que vous… »

    • 5. Demandez ce que l’autre personne pense de votre requête

    « Quel est votre sentiment à ce sujet ? » « Etes-vous d’accord avec ce que je dis ? » « Que pensez-vous ? » « Etes-vous d’accord ? »

    6.

    Déclaration de persuasion

    Quelqu’un essaie de vous faire changer d’opinion

       
     
    • 7. REFUSER

    «Non, je dis fermement non. » « Non, d’ailleurs je m’en vais » « Non, je ne vais pas faire cela »

       
     
    • 8. RETARDER

    « Je ne suis pas prête maintenant - peut-être plus tard » « Peut-être pourrions-nous en parler plus tard » « J’aimerais en parler à un ami »

       
     
    • 9. NEGOCIER

    « Faisons plutôt… » « Et si nous essayions… » « Qu’est ce qui nous rendrait heureux tous les deux ? »

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    27
    27

    PARTIE IV

    Le Processus de Prise de Décision

    Quelles étapes doivent suivre et assumer les jeunes gens quand ils doivent prendre une décision importante ? Que doivent-ils faire en premier lieu ? Et ensuite ? Doivent-ils chercher à demander conseil ? Auprès de qui ?

    Le but de cet exercice est d’imaginer que nous sommes sur le point de prendre une décision importante, d’analyser le procédé que nous pourrions utiliser pour dégager les grandes idées concernant cette prise de décision et finalement, lister les étapes que nous aurons à franchir en essayant de prendre une telle décision.

    Etapes à suivre dans le processus de prise de décision :

    • l S’arrêter

    • l Prendre du repos

    • l Définir le problème

    • l Réflechir à la situation

    • l Prendre conseil auprès des autres

    • l Suivre les conseils donnés

    • l Prier

    • l Considérer les valeurs familiales et ses propres valeurs

    • l Considérer les aspects culturels et les croyances religieuses

    • l Considérer tous les aspects des opinions et alternatives disponibles

    • l Imaginer les conséquences et les résultats possibles de chaque option

    • l Considérer l’impact de ses actions sur les autres

    • l Choisir la meilleure alternative

    • l Prendre la décision

    l Passer à l’action

    l Assumer la responsabilité de ses actes

    Il est très utile de mettre l’accent sur le

    dernier point de cette liste :

    ‘‘ Prenez vos responsabilités !’’

    Les jeunes, adolescents et ‘‘jeu-

    nes adultes’’ doivent idéalement

    apprendre tôt dans leur dévelop-

    pement personnel que chacune de

    leurs actions entraîne une consé-

    quence, et qu’ainsi, ayant la possi-

    bilité de prendre une décision et de

    faire un choix, ils doivent être res-

    ponsables devant les choix qu’ils

    font.

    C’est

    l’essence

    même

    de ce

    qu’est devenir adulte.

    28
    28

    CARTES DE SCÉNARIOS POUR UNE PRISE DE DECISION

    Vous êtes une fille âgée de 15 ans vivant dans une petite ville. Vous étudiez dans une
    école privée, et vos parents n’ont pas les moyens de continuer à payer vos études. Vos parents décident de vous retirer de l’école, malgré la proposition d’un proche de la famille de prendre vos études en charge. Récemment, ce dernier a proposé que vous vous rencontriez quelque part. Quelle est votre réaction ?

    • 2

    Vous êtes une fille âgée de 20 ans et vous désirez fonder un foyer, mais vous vou- lez également terminer vos études et postuler à un emploi rémunéré. Votre cousin vient des Etats-Unis et vous demande en mariage. Vous aimez votre cousin mais ce dernier exige que vous abandonniez vos études. Quelle est votre réaction ?

    Vous êtes une fille de 17 ans inscrite dans une école secondaire. Votre club d’action
    contre le SIDA a été actif ces jours-ci et vous vous êtes mise à penser fortement au SIDA. Vous pensez que vos expériences passées pourraient vous avoir exposée à des risques de devenir séropositive, mais vous avez peur de savoir à coup sûr. Un ami proche vous propose de faire le test

    3

    Quoi qu’il arrive .. pour éduquer mes enfants je resterai
    Quoi qu’il arrive
    ..
    pour éduquer mes enfants
    je resterai

    de dépistage du VIH. Acceptez-vous de vous porter volontaire à ce test ?

    Vous êtes institutrice

    4

    à

    l’école primaire

    (cours

    élémen-

    taire), âgée

    de

    36

     

    Votre

    mari

    est

     

    du

    cours

    ans.

    professeur

    secondaire et vous êtes mariés de- puis 16 ans. Vous avez cinq grands enfants et avez été admise à l’hôpital pour des complications dues à l’ac- couchement de votre sixième enfant. Pendant votre hospitalisation, votre mari a pris une seconde femme. Entre vous et lui,

    il avait pourtant toujours été entendu que vous

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    29
    29

    étiez toujours entendus que vous seriez sa seule femme, et vous avez été profondément choquée et bouleversée par sa décision. Quelle est votre réaction vis-à-vis de votre mari ?

    5
    5

    Vous êtes une jeune fille de 20 ans entrant en classe de troisième. Votre père est mort depuis plusieurs années et, despuis, votre oncle a payé vos frais de scolarité. Votre oncle vient de mourir et vous n’avez plus personne pour vous appuyer dans votre scolarité. Vous avez eu d’exellents résultats au baccalauréat et vous espérez vous inscrire à l’université, mais vous n’avez pas de moyens financiers. Quelle décision

    prenez-vous ?

    Maintenant que j’ai perdu mon oncle .. qui va payer mes études?? 30
    Maintenant que j’ai perdu mon oncle ..
    qui va payer mes études??
    30
    JUSTE NOUS
    JUSTE
    NOUS

    Une prise de décision

    n’est pas toujours un processus facile. Les valeurs personnelles jouent un grand rôle dans les décisions que nous prenons et si nous allons contre ces valeurs, cela peut induire un sentiment de culpabilité et de confusion.

    CARTES DE JEUX DE ROLE

    • 1 Un à

    mois avant les

    Raghia

    qu’elle a

    examens, Zeinabou

    dit

    une information très

    elle pro-

    importante à

    lui communiquer si

    met de

    la garder

    secrète. Curieuse, Raghia ac-

    cepte. Zeinebou dit qu’elle sait comment obtenir

    l’épreuve d’histoire

    à l’avance

    car l’ami

    de son

    frère travaille au Ministère. Cette personne vend les épreuves secrètement. Elle dit que deux de ses camarades de classe en

    ont déjà acheté. Elle souhaite que Raghia aussi en achète une. Raghia prend peur et se fâche car elle n’aime pas la tricherie. Elle pense que Zeinebou et

    les autres seront signalés au Directeur,

    mais elle

    a juré de garder le secret. Maintenant elle ne sait plus quoi faire.

    Imaginez ce que Raghia fera. Ensuite créez un

    jeu

    de rôle qui présente la situation

    en faisant

    ressortir les réactions des amis de Zeinebou par

    rapport à sa décision.

    2

    Une doctoresse a

    un patient

    qu’elle con-

    naissait bien.

    Le patient

    est malade

    et

    la

    doctoresse

    pense qu’il

    pourrait

    s’agir du

    VIH/SIDA.

    Elle l’envoit faire

    un dépistage qui se

    révéle positif. La doctoresse sait que le patient a plusieurs amies et lui conseille de le leur annon- cer afin qu’elles puissent prendre les dispositions

    nécessaires. Le

    patient furieux dit

    à la docteure

    de s’occuper de ses propres affaires. Ses amies ne doivent surtout pas être identifiées.

    La doctoresse est tourmentée, car elle sait que les docteurs ne doivent pas divulguer d’informa-

    tions

    mais

    sur

    leurs patients

    (secret professionnel),

    elle sait

    que ces

    informations

    pourraient

    sauver des

    vies humaines.

    Elle prend

    la résolu-

    tion

    de rompre

    avec cette

    loi

    de confidentialité

    et

    d’informer les

    amies. Le

    patient

    très

    fâché,

    assigne le docteur en justice pour n’avoir pas res- pecté son serment.

    Présentez cette affaire dont a été saisie la cour. Reproduisez la plainte du malade et permettez ensuite aux amies d’assister au jugement. Don- nez à quelqu’un le rôle de juge. Trouvez-vous que la doctoresse est coupable pour avoir divulgué le secret professionnel ? Discutez du verdique prit.

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    31
    31

    La femme

    que j’admire”

    Aujourd’hui le rôle de la femme dans notre ( ... ) Elle me plait ... j’aimerai
    Aujourd’hui le rôle de la femme
    dans notre (
    ...
    )
    Elle me plait ...
    j’aimerai être
    comme elle !

    Les jeunes filles peuvent évoquer la femme qu’elles admirent ou à la- quelle elles souhaitent ressembler. Ceci peut constituer une source ex- traordinaire de renforcement de leur confiance en elles-mêmes, dans la mesure où cela leur donne l’occasion de se projeter sur des femmes fortes qu’elles admirent, exercice qu’elles ne pratiquent peut-être pas souvent.

    Les qualités que nous admirons

    Quelles sont les qualités que partagent

    ces personnes de référence ? Qu’ont-elles en

    commun ? Qu’est-ce qui suscite notre admi-

    ration en elles ?

    Procédez à un brainstorming avec l’en-

    semble du groupe et inscrivez toutes les

    réponses sur le flip chart.

    Ces réponses peuvent inclure :

    • l Son honnêteté

    • l Sa bonne foi et sa serviabilité

    • l Le fait que pour réussir elle est partie de rien

    • l Le fait qu’elle appuie de nombreux mem-

    bres de sa famille ou de la communauté

    • l Le fait qu’elle soit active au sein de la communauté

    • l Le fait qu’elle soit attentive aux préoccupations des autres

    32
    32

    QUESTIONS DE DISCUSSION

    • Œ Essayez-vous de développer ces mêmes qualités en vous ? En quoi l’observation

    de ces femmes peut-elle vous mettre sur la bonne voie et vous aider à éviter les si-

    tuations dangereuses qui pourraient compromettre vos objectifs ?

    •  Soulignez que l’adolescence correspond au stade de la vie où il faut commencer

    à développer ses qualités afin de devenir à son tour des femmes fortes, saines et ca-

    pables d’accueillir et de cultiver le bonheur.

    L’HISTOIRE DE VOTRE VIE

    Entrevoir l’avenir de Fatou

    Il est important d’entrevoir ses objectifs futurs et de se servir de ses espoirs et des ses

    rêves comme repères et balises pour éviter un comportement à risque.

    Une idée claire de ses rêves peut aider à bâtir un avenir satisfaisant. Ecouter le récit

    de l’histoire de Fatou:

    Je dois choisir un bon avenir pour moi.
    Je dois choisir un bon
    avenir pour moi.

    Fatou façonne son avenir

    Lorsque fatou est née, les étoiles

    semblaient

    briller

    plus

    que

    auparavant.

    jamais

    Elle était si intelligente, si sensible et si

    belle qu’assurément sa vie serait un conte

    de fée.

    A 10 ans, Fatou fréquentait un cours élé-

    mentaire de qualité. Ses parents tenaient à lui

    offrir la meilleure éducation possible afin de la

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    33
    33

    préparer à affronter la vie.

    Fatou excellait en toute chose. Elle était

    si gentille, si aimée de tous ses amis, que

    personne n’aurait songer à éprouver de la

    jalousie en face de son succès.

    A 16 ans, alors que Fatou venait tout juste

    de terminer sa troisième année de collège et

    préparait un brevet, elle fit la connaissance

    de Malick.

    Malick était une personne aimable et d’un

    naturel joyeux.

    Les moments passés avec lui étaient tou-

    jours merveilleux bien qu’il ne semblait ja-

    mais prendre les études au sérieux.

    lllllll

    Discutez les fins possibles à cette histoire.

    L’abandon des l’études pourrait-il consti-

    tuer un scénario de fin possible à l’histoi-

    re de Fatou ? Une grossesse non désirée ?

    Discutez de l’impact que de tels problè-

    mes pourraient avoir sur le brillant avenir

    de Fatou.

    Comment est-ce que des décisions qu’elle

    prendrait pourraient changer l’histoire de

    sa vie ?

    34
    34

    VOS OBJECTIFS

    VOS OBJECTIFS

    Objectif à court terme :

    Un projet qui peut être réalisé en moins de six mois. Exemples :

    «Je vais nettoyer la maison aujourd’hui», ou «Je vais réussir à mon examen dans deux mois», ou «Je vais coudre des nappes que je vais vendre au marché».

    Objectif à long terme :

    Un projet qui peut être réalisé dans un délai d’un an ou plus. Exemples: «Je vais aller à l’université et devenir médecin», ou «Je vais avoir trois enfants qui fréquenteront de bonnes écoles».

    1- Identifier ses objectifs: Inscrire un ob- jectif à court terme et un autre à long terme. Proposer «Réussir à mon examen» comme exemple.

    2- Quels sont les avantages que je tirerais

    si j’atteins mon objectif ? Dans notre exemple, «Je pourrai passer à un niveau supérieur et ainsi je pourrai avoir la chance d’obtenir une bourse universitaire».

    3- Quels obstacles me séparent de mes

    objectifs ? «Si je n’aime pas étudier ou si je n’étudie pas suffisamment, ceci pourrait être un obstacle à la réussite de mon examen». De même, «Si je suis contrainte à travailler trop longtemps aux champs au point de ne pas avoir assez de temps pour étudier, cela pour- rait m’empêcher d’atteindre mon objectif».

    4- Que voudrais-je apprendre ou faire ? «Je dois particulièrement étudier les maths et

    l’anglais afin d’avoir de bonnes notes à l’exa- men. Il faut aussi que je m’inscrive à l’exa- men».

    5- Qui m’encouragera ? «Je sais que ma mère et mon professeur souhaitent que je réussisse, donc je leur demanderai de surveiller mon travail et de s’assurer que j’étudie et que j’ob- tienne de bonnes notes».

    6- Quel est mon plan d’action ? «Tout d’abord, je vais établir un calendrier d’étu- de pour moi-même. Ensuite, je m’inscrirai à l’examen auprès du bureau du Directeur. Puis j’étudierai trois heures par jour jusqu’à la date de l’examen».

    7- Délai de réalisation: Quand aurai-je at- teint cet objectif ? «Les examens ont lieu dans trois mois, ainsi j’aurais terminé le ............... ..........................................................................

    »

    (inscrire la date de l’examen à cet endroit).

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    35
    35

    REMPLIR NOTRE FICHE D’OBJECTIFS

    QUELS SONT MES OBJECTIFS ?

    REPERTOIRE DES OBJECTIFS

    OBJECTIF À COURT TERME

    OBJECTIF À LONG TERME

    Les avantages découlant de la réalisation de mon objectif :

    Les avantages découlant de la réalisation de mon objectif :

    @

    @

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    Quels pourraient être des obstacles ?

    Quels pourraient être des obstacles ?

    @

    @

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    Qu’ai-je besoin d’apprendre ou que dois-je faire ?

    Qu’ai-je besoin d’apprendre ou que dois-je faire ?

    @

    @

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    Qui m’encouragera ?

    Qui m’encouragera ?

    @

    @

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    Plan d’action + Etapes à suivre

    Plan d’action + Etapes à suivre

    @

    @

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    Délai de réalisation :

    Délai de réalisation :

    @

    @

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    .......................................................................................

    36
    36

    LE COMPORTEMENT A RISQUE

    Vous ne réaliserez le type de pratiques de vie que vous souhaitez développer, qu’à travers l’évaluation de votre degré personnel de prise de risque.

    « Si vous allez au lac et que vous voulez absolument vous rafraîchir dans l’eau, quelle est la meilleure manière de procéder ? »

    Q Q uelles risques pourraient être associés aux comportements

    suivants:

    l

    Vous

    courrez

    vers

    l’eau

    et

    plongez

    (Piston) l Vous y accédez graduellement, mouillant

    petit

    à

    petit votre corps

    et

    ainsi vous

    vous habituez à la température

    de

    l’eau

    (Echassier)

     
    • l Vous mouillez votre orteil puis décidez si

    vous allez y entrer ou non (Contrôleur)

    • l Vous restez sur la plage à réfléchir à ce

    que vous pourriez faire (Qui remet à plus

    tard).

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    37
    37

    Équipe d’Adaptation du Manuel

    Sy Djibril

    Président de SOS Pairs Educateurs

    Himine Ould Maibess

    Bâ Aissata

    Membre de SOS Pairs Educateurs

    (Formatrice de PE)

    Vice président SOS Pairs Educateurs

    Abdoul Bâ

    Membre de SOS Pairs Educateurs (Dessinateur)

    Othmane Dieng

    Coordinateur des activités de SOS Pairs Educateurs,

    Mohamed Hacen

    Formateur de PE

    Membre de SOS Pairs Educateurs (Maquettiste)

    Papa Daouda Diallo

    AVEC UN APPUI TECHNIQUE :

    Membre du comité d’orientation de SOS Pairs Educateurs

    Diop Alioune Abdoul

    PROGRAMME DÉVELOPPEMENT LOCAL ET

    Membre de Comité d’Orientation de SOS Pairs Educateurs

    PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE (PDLPC) ET LE

    Bocar M’Baye

    PROGRAMME EDUCATION POUR TOUS DE L’UNICEF

    Administrateur financier de SOS Pairs Educateurs

    Monique Roch

    Ely ould Mohamed Salem

    Membre de SOS Pairs Educateurs (Traducteur)

    Mohamed Abdallahi Fall

    Membre de Comité d’Orientation de SOS Pairs Educateurs

    Mariem Kane

    Membre de SOS Pairs Educateurs Etudiante

    Courachiya mint Mohamed

    Membre de SOS Pairs Educateurs (Formatrice de PE)

    Alioune ould Souleymane

    Membre de SOS Pairs Educateurs

    (Formateur de PE)

    Chargée du Programme éducation pour tous à l’UNICEF

    Arséne Azandossessi

    Chargé du PDLPC à l’UNICEF

    Yacouba Tandia

    Chargé du Projet Participation Jeunes et Femmes à l’UNICEF

    Youssef El Barodi

    Assistant chargé de programme (JPO) UNICEF New York

    Amel Daddah

    Résponsable planification et suivi - evaluation FLM/ Mauritanie

    Sidi M’hamed ould Haimmad

    Chargé du Clubs EMP (IGEN)

    Copyright © SOS Pairs Educateurs / 2004

    Site Web: www.sospe.org e-mail: sospe@sospe.org TEL: +222 524 24 13 - BP: 6486 - Nouakchott - MAURITANIE

    38
    38

    SOS PAIRS EDUCATEURS - MARS 2004

    39
    39
    Copyright©SOS Pairs Educateurs 2004 Site Web: www.sospe.org 40

    Copyright©SOS Pairs Educateurs 2004 Site Web: www.sospe.org

    40
    40