an

Lflnné

.

É5~iiri ‘ Frat.,nIté
PnwçAlsn

RÉPVBUQJSE

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

[W E.

INSPECTION GÉNÉRALE

2015

DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Mission de contrôle de
l’institut national du sport, de l’expertise et de la performance
INSEP

Note d’étape

Conformement au cahier des charges transmis le 7 juillet 2015, nous vous prions de trouver
ci-apres une note d’etape de la mission de contrôle de l’INSEP, mscrite au programme de
travail 2015 de l’inspection générale de la jeunesse et des sports (ICJS) au titre de la revue
permanente des établissements relevant de la tutelle du ministre chargé des sports.
Cette mission est conduite par MM. Yann Dyèvre et Patrick Lavaure, inspecteurs généraux
de la jeunesse et des sports, avec l’appui de M. Michel Delagrée, chargé de mission
d’inspection générale. Elle a donné lieu à une information préalable du président du conseil
d’administration et du directeur général de rétablissement par lettres du chef du service de
l’IGJS datées du 15 juin dernier. Le cahier des charges vous a par ailleurs été présenté lors
d’une réunion le 2 juillet, en présence de la directrice adjointe de cabinet directrice de
cabinet du secrétaire d’État.

95, avenue de France - 75650 Paris CEDEX 13 - Tél. 01 40 45 90 00

Depuis la mi-juillet, la mission a procédé à plus d’une cinquantaine d’auditions qui lui ont
permis de recueillir des éléments d’informations actualisés sur l’organisation et le
fonctionnement de l’établissement. A ce jour, 65 interlocuteurs ont été ainsi rencontrés,
notamment au ministère chargé des sports (direction des sports), à 1TJSEP (président du CA
et son prédécesseur, équipe de direction, responsables de services, de départements, et de
missions, médecin de prévention, assistante sociale, représentants des organisations
syndicales membres du CT d’établissement, etc.), à la DRH des ministères sociaux et au
contrôle budgétaire comptable ministériel (CBCM).
La mission a également procédé à une première analyse des documents que lui a transmis
l’établissement et a conduit tout récemment une première phase de contrôle sur pièces au
sein du service économique et financier et de l’agence comptable de l’établissement
D’autres auditions sont prévues, notamment avec le CNOSF, des responsables de fédérations
(judo, basket badminton) et de pôles accueillis a l’INSEP (athietisme, tennis de table,
gymnastique) amsi qu’avec des sportifs de haut niveau
Dans le cadre de la procedure contradictoire, l’envoi du projet de rapport au directeur
geneial de l’INSEP était prévu mitialement en janvier piocham Compte tenu des contramtes
lices a la programmation simultanee de plusieurs missions, il devrait desormais se faire
debut mars, ce qui conduirait aime remise du rapport definitif debut avriP
Tel qu’il est prevu a ce stade par ses auteurs, le rapport devrait
-

d’une part, presenter les differents aspects de l’etabhssement dans son organisation post
decret de 2009 (immobilier, hébergement formations, médical, recherche, Grand JNSEP,
administration génerale, budget, ressources humaines etc) ainsi que les contrôles sur place
ou sur pieces effectues et les precomsations correspondantes,
d’autre part, analyser son modele economique, fortement impacte par le contrat de
partenariat, son organisation et son pilotage, l’exercice de la tutelle ainsi que, au-dela de
l’accueil et de l’accompagnement des sportifs de haut niveau, les enjeux associes aux
orientations stratégiques et au projet d’établissement (MOl’, Grand INSEP, international,
formations etc.) et formuler des recommandations en conséquence.

A cette étape de la mission d’inspection de I’INSEP, il est prématuré de vous présenter le
résultat des investigations concernant son organisation, son modèle économique ou ses
enjeux, l’analyse des très nombreux documents transmis par l’INSEP et la direction des
sports ou recueillis par la mission étant toujours en cours.

Le cahier des charges de la mission prévoyait initialement la transmission d’une note étape au 31 octobre 2015.
La mobilisation jusqu’au début du mois de décembre d’un des rapporteurs sur la mission inter-inspections
relative à la création des DRDJSŒ n’a pas permis à la mission d’achever le première phase d’investigation
avant la fin du mois de novembre. Les délais de remise de ce rapport étant particulièrement contraints,
l’intéressé a été dans l’obligation de se concentrer sur la rédaction de celui-d.

2

En revanche, il paraît utile de vous faire part d’ores et déjà de deux éléments d’observation
ayant trait d’une part au management du directeur général, d’autre part à la fluidité des
relations sociales au sein de l’établissement. Compte tenu de leur caractère sensible, ceux-ci
n’auront pas vocation à figurer de manière aussi explicite dans le rapport définitif.

1- Un management du directeur général distancié et peu lisible pour les agents
S’agissant du directeur général (DC), la mission a constaté que son arrivée en mars 2013
était très attendue par les agents de l’ll’JSEP. Ceux-ci semblaient apprécier sa réelle
expérience du sport de haut niveau et sa volonté affichée d’une conduite de l’établissement
moins administrative que par le passé, fondée sur une délégation de responsabilités aux
directeurs generaux adjoints beaucoup plus importante et très operationnelle sur le plan
sportif
-

La mission observe cependant que le DC concentre désormais son action essentiellement sur
des objecti~ strategiques fixes par sa lettre de mission du 24 avril 2013 le réseau sport de
haut niveau avec la mission Grand INSU’, la preparation olympique avec la MOP et le suivi
des pôles Prance ainsi que l’international avec la promotion de la « marque INSEP» Ces
centres d’interêt le conduisent a privilegier au quotidien les relations avec certains
collaborateurs et membres de l’équipe de direction
S’il a suivi ou suit avec mterêt le projet d’etablissement, la communication, les equipements
sportifs de l’etabhssement, les rapporteurs ont releve qu’il manifeste un mterêt limite pour
trois domaines la recherche, le medical et la formation Il semble porter en outre tres peu
d’attention au suivi du CPPP et aux fonctions support (ressources humaines, finances,
patnmome et informatique) Ces choix le conduisent a être éloigne de l’activité de ces
services, dont certains d’ailleurs rencontrent des difficultés reelles de fonctionnement (cf
page 5)
Concernant l’équipe de direction, la mission s’interroge sur son fonctionnement et
notamment sur le positionnement r des directeurs généraux adjoints (directrice de
l’administration générale/DAC et directeur de la performance sportive/DPS). Alors que le
décret du 25 novembre 2009 prévoit qu’ils soient respectivement chargés d’assurer, sous
l’autorité du DC, la coordination de la politique sportive et la gestion de l’établissement2, il
ne semble pas que celui-d les considère comme les véritables numéros deux de l’INSEP. Au
cours de ses entretiens, la mission a constaté une réelle absence de relations fluides et
quotidiennes au sein de la direction générale stricto sensu, au-delà des réunions formelles
présidées par le DC. fl semble exister désormais une fracture au sein du trio de direction, les
deux DCA assurant la gestion du quotidien de l’établissement tout en ne semblant plus être
véritablement associés par le DC aux choix stratégiques.
-

2t)écret n°2009-1454 du 25novembre 2009 relatif à l’institut national du sport, de l’expertise et de la performance,
article R. 211-3, alinéa 2 du code du sport.

3

Peu familier des structures et des procédures administratives qu’il juge lourdes et manquant
de réactivité, le DC sentie préférer travailler avec une équipe «rapprochée» composée de
cadres qu’il a fait venir à l’INSEP et dont les domaines de compétence correspondent à ses
priorités (responsable de la mission Grand INSEP et de la cellule communication,
responsable de la MOI’, responsable de la cellule chargée des relations internationales et chef
de cabinet).
La mission s’interroge sur le rôle du chef de cabinet dont le poste a été créé par l’actuel DC,
dans un contexte de resserrement des effectifs des opérateurs de l’État. Ancien champion de
France cycliste amateur en 2001, titulaire du CAPEPS, ancien directeur administratif de la
Fédération française d’escrime, il a rejoint 1’INSEP en juillet 2013. Dans ses fonctions
actuelles, il a travaillé sur l’accompagnement du projet d’établissement, sur le COP 2015-2017
et sur le site mternet de l’ll’JSEP Si sa fonction reste mal identifiee par l’encadrement et par
les agents, il jouit de la confiance du DC et considère avoir, a la direction génerale, un rôle
transversal essentiels
Depuis le mois de septembre 2015, cet agent occupe un T4 de 78,7 m2 dans l’etabhssement4
sur le fondement d’une autorisation d’occupation temporaire et revocable, signee par lui et
par le DC, pour un loyer mensuel de 668,95 € (8027,4 € annuels) Selon plusieurs sources
d’informations, dont celle de l’agent comptable de l’établissement la mission a eu
connaissance de l’attribution d’une prune mensuelle que le DC a accordee a son chef de
cabmet, d’un montant identique a celui du loyer précité La mission procède actuellement à
la verification au plan comptable du versement de ce complement de rémunération
Les rapporteurs s’étonnent par ailleurs que le DC ait attribue un logement pour nécessite
absolue de service au DCA charge de la direction de la performance sportive6, alors qu’il ne
semble pas reumr les conditions pour en beneftcier, selon leur analyse
Par ailleurs, la mission a récemment procede a une premiere serie de contrôle sur les frais de
réception et de représentation du DC. Ces investigations se poursuivent actuellement.
Aucune utilisation frauduleuse ‘ni aucun défaut comptable n’ont été relevés à ce stade. Pour
3flans un article paru dans l’Est Républicain du 12novembre2015, le chef de cabinet est présenté comme le « n’>2 de
I’INSEP » et déclare qu’il « porte à bout de bras la direction sportive [de rétablissement] et o pour mission de
dépoussiérer l’INSEP, un opérateur de l’Etat en pleine reconstruction ». L’article le situe « pratiquement au sommet de
l’INSEP », lui-même considérant occuper plusieurs fonctions (<c comptable, DRU, [valideur du] site internet, etc.»).
‘Ce logement est situé au dessus de la piscine à côté d’un autre appartement de type 12 de 49,40 m2 qui n’est pas
encore attribué. La mission note que le chef de cabinet a bénéficié du plus grand appartement parmi ces deux
logements alors que la situation familiale d’autres occupants potentiels (chauffeur, gardien de la piscine) aurait
pu jus tifier un autre choix d’affectation.

6

Conformément aux 10° et 18° de l’article R. 211-6 du code du sport, cette autorisation d’occupation temporaire
prise par le DC devrait faire l’objet d’une information du conseil d’administration lors de sa réunion du 9
décembre prochain.
Décision signée du directeur général de l’INSBP le 31janvier 2014, portant concession, à titre rétroactif, de
logement par nécessité absolue de service au profit du DCA/DPS à compter du 15 mai 2013, date de sa prise de
fonction.

4

autant, la mission constate une augmentation substantielle des frais de déplacements, de
missions et de réception du DC depuis sa prise de fonctions, qui nécessite toutefois un
travail complémentaire d’identification des dépenses réellement imputables à l’intéressé~.
Les rapporteurs ont également constaté que, dès sa prise de fonction, le DC a fait établir une
carte bancaire «affaire» qu’il n’a finalement utilisée que peu de temps, compte tenu du
caractère limitatif de la nature des dépenses éligibles. Cette carte a été utilisée en 2013 et 2014
mais ne l’est plus aujourd’hui, le DC ayant désormais recours au système plus classique des
notes de frais.
S’agissant des responsables de service de la DAC et de dénartement de la DPS, la
mission a observé, à l’occasion de leurs auditions, qu’ils ont dans l’ensemble très peu de
contacts avec le DC. Celui-ci est assez critique sur ce qu’il appelle le « management
intermédiaire », considérant que ces cadres ne relaient pas suffisarmuent ses orientations
auprès des agents. De leur côté, ces responsables perçoivent ce très net manque de
reconnaissance de sa part fls semblent, dans leur majorité, avoir été déçus par le DC dont ils
estiment que l’action n’est pas lisible, manque de clarté au plan des orientations et fait
preuve de peu d’écoute à leur égard. ils ont par ailleurs indiqué aux membres de la mission,
que celui-ci est peu présent dans l’établissement et éloigné des agents, ce qui se traduit
notamment par l’absence de réunions élargies aux chefs de départements et de services.
-

Certains cadres ont insisté au cours des entretiens snr l’aspect parfois déroutant du
management directorial. A titre d’exemple, les rapporteurs ont constaté que le DC avait pris
seul la décision de mettre fin aux fonctions du responsable du département des sportifs de
haut niveau de la DPS au 1er septembre dernier. Celui-ci, qui devait initialement rester sur
cette fonction jusqu’à son départ en retraite prévu en septembre 2016, a été nommé sur un
poste de chargé de mission dans ce même département auprès de son successeur qui
n’assure, pour l’instant, qu’un intérim. La mission considère que cette situation ne peut que
semer le trouble dans le fonctionnement de l’établissement
Par ailleurs, le cabinet de conseil INVICTUS CONSULTINC, qui avait accompagné les
travaux de synthèse, de mise en forme et de présentation du projet d’établissement (< objectif
or olympique et paralympique ») entre mars et juin 2014, a été à nouveau sofficité par le DC.
Selon lui, les personnels n’adhéraient pas de manière satisfaisante au projet décliné en 6
orientations stratégiques et 98 objectifs opérationnels. Dans le cadre d’un marché à bons de
commande passé en juin dernier, le cabinet a été chargé d’une nouvelle mission
« assistance et d’accompagnement au pilotage et à la mise en oeuvre du projet d’établissement ».
Pour les organisations syndicales (cf d-dessous) et certains responsable~ de services et de
départements, le fait que les agents ne se soient pas approprié le projet traduit concrètement
leur malaise face à l’absence d’orientations et de perspectives claires de la part de la direction
générale.

titre d’illustration, les dépenses imputables au 0G sur le compte 625 (déplacements, missions et réceptions),
qui étaient de 185,20€ en 2012, se sont élevées à 17464,28€ en 2014. La mission constate une augmentation très
significative des remboursements de frais de missions et de réception depuis 2013. Elle procède à une analyse
détaillée des frais professionnels engagés par le 0G, les pièces justificatives de ces remboursements étant
actuellement en cours de contrôle.

5

Depuis la formalisation de ce document, le fonctionnement de l’établissement ne s’est pas
amélioré sur les points de progrès qui avaient été identifiés et des points de rupture entre
certains départements et les deux missions (MOP et Grand INSEP) sont apparus.

2- Des relations sociales peu fluides
Les organisations syndicales (CGT, UNSA, SGEN-CFIYI) siégeant au comité technique de
l’établissement (CTE) ont indiqué aux rapporteurs que leurs relations avec le DC sont
particulièrement réduites, en dehors des réunions institutionnelles (CHSCT, CTE, CA).
Le lien avec elles est assuré essentiellement par le responsable du service juridique de la
DAG et, pour partie uniquement, par sa directrice adjointe.
Les 0.5 considèrent toutes que le DC n’a pas répondu à l’attente forte des agents et qu’il est
désormais «éloigné du personnel ».
Elles ont en outre le sentiment de ne pas être considérées comme des partenaires à part
entière par le DG8, ce qui les conduit clairement à une posture de défiance vis-à-vis de lui.
Elles ont également souligné devant la mission plusieurs points d’attention:
-

-

-

-

-

le manque de circulation de l’information descendante au sein de l’INSEP (DC, DCA,
responsables de services et département);
le manque d’échanges entre les différents services et départements (fonctionnement en
«baronnies »);
la démotivation et la fragillsation des personnels en raison du système de contrat (CDD) d’un
an qui ne leur donne pas de visibilité et les précarise. La modification de la gestion des
renouveliements de ceux-d depuis 2013 est d’autant plus mal ressentie qu’elle n’est pas
appliquée de façon uniform&;
les difficultés au sein de certains départements en raison de problèmes de management
(recherche, service technique du patrimoine, agence comptable) auxquels la direction,
alertée, n’apporte pas de réponse rapide et adaptée. Selon les représentants des OS, c’est sous
leur pression que la direction (DCA/DAC) a été amenée à engager une démarche dans deux
services pour traiter des problèmes de mal-être et de souffrance au travail, avec l’aide d’un
psychologue du travail. Les auditions du médecin de prévention, de l’assistante de
prévention et de l’assistante sociale confirment l’expression d’une souffrance au travail par
des agents relevant de plusieurs services;
le caractère éclaté de la gestion des ressources humaines du fait d’une répartition peu
cohérente des attributions entre le service des ressources humaines, l’assistante de la
DGA/DAC chargée des recrutements, le service des affaires juridiques chargé de la gestion
du dialogue social et de ses instances et l’assistante sociale;

Les représentants de l’une de ces organisations ont indiqué à la mission que le DC n’avait pas caché son
appartenance à une organisation syndicale.
Pour autant, la mission note le très faible volume de non renouvellements de contrats en 2014 (3 pour 15 non
renouvellements en 2013).

6

le malaise important provoqué après l’annonce par le DC de l’invitation pour 3 jours aux
prochains JO de Rio de l’ensemble des chefs de département responsables de service et
directeurs de l’INSEP~° Les frais seront pris en charge par l’établissement alors même que les
agents administratifs ont été informés que leur prime exceptionnelle de fin d’année sera
réduite Même si elles savent que les lignes d’imputation de ces charges financières sont
différentes, les OS considèrent particulièrement maladroite cette annonce du DC dans un
contexte budgétaire conttamt;
le CPPP qui parait bénéficier davantage au partenaire qu’à l’établissement qui a perdu
beaucoup de souplesse et de réactivité dans son fonctionnement quotidien.

Tels sont les éléments d’information, relatifs au management et aux relations sociales au sein
de l’INSEP, que nous souhaitions porter à votre connaissance en raison de leur caractère
sensible

Yann DYÈVRE

Michet DELACRÉE

Patrick LAVAURE

Inspect~ur général
de la jeunesse et des sports

Chargé de mission
d’inspection générale

Inspecteur général
de la jeunesse et des sports

ii

Compte rendu du conseil de direction du ier juillet 2015 « Pour conduis le Directeut general annonce qu’il est
pour lut essentiel que pour mener à bien un projet d’elabbssenient qui se nomme Objectif Oi Olympique et Pasalynipique il
est indispensable de connaître « la matière » sut laquelle on travaille toits au quotidien il est heut cm d’annoncer à
chaque responsable et directeur qu’ils seront invites durant 3 jours sur les jeui olympiques de RIO en août 2016 où les
frais de transport, d’liebergement et la biltettene sur 4 demi—journees seront offerts par l’INSEP sur une enveloppe
bud8ettnre provismonnee sur demn e~emcices Une note sera diffusée à cet effet pour mnfoi mer et recueilli; l’inscription des
conce) nés »
Selon les informations recueillies par la mission, le coût total de ce déplacement serait de l’ordre dc 70000
euros

7