.LIb.

ni Égaliii Fratnniré
RÉruuuoyn PRANÇAISE

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS
INSPECTION GÉNÉRALE
DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Le chefdu service
IGJSn°

~

t~

j ~

8
Paris, le

21JUIN ZOIN

Note
a
Monsieur le Ministre
de la ville de la jeunesse et des sports
sous-couvert de
Madame Armelle DAAM,
Directrice du cabinet

Objet: rapport définitif relatif à la mission de contrôle de I’INSEP.
fl : 2 rapports
Une mission de contrôle de l’institut national du sport, de l’expertise et de la performance
sportive (INSEP) avait été inscrite au programme de travail 2015 de l’inspection générale de
la jeunesse et des sports (IGJS), dans le cadre de la revue permanente des établissements
placés sous votre autorité. Elle constituait une première démarche de cette nature car, si
I’INSEP avait fait l’objet de différentes missions en 2012 et 2014’, son organisation et son
fonctionnement n’avaient jamais été contrôlés de manière globale par l’ICJS.
Vous trouverez ci-joint le rapport définitif de cette mission que j’avais confiée à Michel
DELAGRÉE, Yann DYÈVRE et Patrick LAVAURE, inspecteurs généraux de la jeunesse et
des sports, et dont le cahier des charges a fait l’objet d’une présentation au directeur de votre
cabinet lors d’une réunion le 2juillet 2015, en présence de la directrice adjointe, directrice du
cabinet du secrétaire d’État.
Une mission d’audit interne IGJS-CGEFI consacrée au dispositif de contrôle interne comptable et financier de
l’rNSEp (rapport provisoire d’audit, octobre 2012); un contrôle de sa réglementation en matière de santé et de
sécurité au travail Qanvier-mai 2012) par la mission chargée de ces contrôles, placée auprès du service de l’IGJS;
une mission de l’IGJS de conseil et d’appui portant sur la cartographie des risques de conflits d’intérêt appliquée
à l’établissement (rapport IGJS n°2014-AI-12-septembre 2014).
95, avenue de France - 75650 Paris CEDEX 13 - Té!. : 01 4045 90 00

La mission s’est déroulée de juillet 2015 à mars 2016. Prévue initialement début mars, la
remise du rapport définitif intervient un peu plus tard en raison de contraintes liées à la
programmation simultanée de plusieurs missions concomitantes ayant mobilisé les
rapporteurs. Ceux-ci ont adressé à votre cabinet, le 8 décembre dernier, une note d’étape
soulignant notamment des dysfonctionnements au plan managérial et des relations sociales
tendues au sein de l’établissement. Une note du 14 décembre suivant est venue compléter ce
premier envoi, pour signaler les conditions dégradées de fonctionnement du département de
la recherche et les décisions prises par le directeur général à son sujet
Dans son rapport, la mission a vérifié que l’activité développée par I’INSEP est conforme aux
missions dévolues par le décret du 25 novembre 20092 et aux objectifs figurant dans la lettre
de mission adressée par la ministre chargée des sports au directeur général de
l’établissement le 24 avril 2013, à la suite de sa nomination. Dans le respect de l’objet de leur
mission de contrôle, les rapporteurs se sont abstenus de toute analyse ou suggestion directes
portant sur Porganisation ou le fonctionnement de la politique publique du sport de haut
niveau, ils n’ont par ailleurs pas développé d’analyse comparative des principaux
établissements de référence au plan international, sinon pour évoquer les collaborations
entretenues par l’INSEP.
Ils ont auditionné près de 80 personnes au ministère chargé des sports (direction des sports),
au secrétariat général des ministères sociaux et à 1’INSEP (agents de direction et
d’encadrement, dont tous les responsables de département et de service, organisations
syndicales) ainsi que parmi les usagers de l’INSEP et les responsables du mouvement sportif
et olympique. Ils ont procédé également à l’exploitation de nombreux documents et à des
contrôles de pièces comptables.
Le rapport souligne que le changement de statut de l’INSEP et le contrat de partenariat dont
il bénéficie pour les infrastructures et la gestior~ des fonctions support l’ont profondément
transformé. L’établissement est toutefois confronté à des difficultés de pilotage managérial, à
un dialogue social formel et difficile ainsi qu’à des situations de souffrance au travail dans
plusieurs services. La démarche d’élaboration et de mise en oeuvre du projet d’établissement
illustre bien, selon la mission, les situations de blocage actuelles.
Centré sur les objectifs de performance sportive, l’INSEP présente des résultats positifs pour
les services porteurs des objectifs : «Je vis, je m’entraine et je me forme » mais plus contrastés en
matière de recherche et de formation de cadres. La mission « Grand INSEP » et la mission
d’optimisation de la performance, structures «transverses» placées auprès du directeur
général, doivent encore affirmer leur plus-value. Concernant son identification internationale

2lDécret n° 2009-1454 du 25 novembre 2009 relatif à I’Institijt national du sport, de l’expertise et de la performance
- article R 211-1 à R 211-18-6 du code du sport.

2

en tant qu’établissement français du sport de haut niveau, ses actions manquent encore de
cohérence d’ensemble.
Si sa situation financière ne présente pas de risque majeur à court terme, l’INSEP reste très
dépendant des financements publics, a des ressources propres limitées et le plan de
rénovation réalisé ne lui permet plus d’entreprendre de nouvelles constructions. Il demeure
un site très attractif pour de nombreuses fédérations aux ressources contraintes; en
revanche, celles disposant de moyens financiers plus importants pourraient se tourner à
l’avenir vers leur propre centre national, leur réseau de clubs ou vers une offre privée «sur
mesure ». L’établissement devra davantage prendre en compte ce risque dans son offre de
service, sa politique tarifaire et sa stratégie d’investissement comme dans le dialogue avec sa
tutelle.
Comportant 33 préconisations et complété par 19 annexes (jointes à cet envoi dans un
fascicule distinct), ce rapport a fait l’objet d’une procédure contradictoire avec le directeur
général de I’INSEP. Les observations de celui-ci et les réponses des rapporteurs figurent à la
fin du rapport.
Il convient de souligner que les observations du directeur général citent des commentaires
nominatifs de représentants d’organisations syndicales remettant en cause certaines des
appréciations sur le dialogue social qu’ils ont exprimées au cours des auditions avec les
rapporteurs. Cette communication d’éléments du rapport provisoire à des tiers par son
destinataire est contraire aux règles de la procédure contradictoire.
Les rapporteurs souhaitent rappeler que les constats figurant dans le rapport ne font jamais
référence à des déclarations ou des propos attribuables à des personnes ou à des
organisations syndicales nommément désignées et s’appuient sur des auditions qu’ils ont
effectuées collégialement.
En outre, certaines formulations adoptées par le directeur général dans ses réponses peuvent
être considérées comme inappropriées à l’égard de la mission et de la transparence de la
méthode qu’elle a veillé à mettre en oeuvre tout au long de ses investigations.
Les rapporteurs et moi-même sommes à votre entière disposition pour tout échange qui vous
semblerait utile sur ce rapport et pour tenir une réunion de restitution avec votre cabinet.

Herv4~~VA
Copie à M. Olivier KERAUDREN,
Directeur adjoint du cabinet,
Directeur du cabinet du secrétaire d’Etat chargé des sports
3